Le top 10 des pays où il fait bon prendre sa retraite en 2016

Commentaires

Transcription

Le top 10 des pays où il fait bon prendre sa retraite en 2016
Le top 10 des pays où il fait bon prendre sa
retraite en 2016
Comme environ un Français de plus de 50 ans sur trois*, vous vous verriez
bien passer votre retraite sous d’autres cieux ? Il reste à choisir votre
destination, et ce n’est pas une mince affaire ! Pour vous aider, le site
Retraite-etranger.fr dresse chaque année son palmarès des meilleurs pays.
Portugal... Les seniors français n’ont plus que ce mot à la bouche quand vous leur
parlez de retraite au soleil. Et le dernier « Palmarès des paradis de la retraite » va les
conforter, puisque pour la seconde année consécutive, il vient de sacrer le pays « meilleure
destination pour passer sa retraite à l’étranger ». Comme en 2015, la Thaïlande pointe à
la deuxième place de ce classement annuel réalisé par le site Retraite-etranger.fr.
Viennent ensuite l’Ile Maurice, l’Espagne et le Maroc.
Le mouvement amorcé l’an dernier se confirme : les pays d’Europe méditerranéenne,
traditionnellement appréciés pour leur proximité géographique et culturelle ainsi que
leur climat agréable, occupent de plus en plus le haut du classement, au détriment des
pays du Maghreb, qui pâtissent des incertitudes du contexte géopolitique. « Le sentiment
de sécurité est très important pour les retraités », note Paul Delahoutre, auteur du palmarès
et des guides « Retraite sans frontières ».
Faveur fiscale au Portugal, dépenses mini en Thaïlande
Le Portugal a d’autant plus profité de ce mouvement qu’il l’a accompagné par une faveur
fiscale détonante. Les retraités qui s’y installent voient, depuis 2013, leurs pensions
exonérées d’impôt sur le revenu pendant 10 ans. A condition que ces pensions ne
soient pas issues de la Fonction publique, et d’être considéré comme fiscalement
domicilié à l’étranger par la France (ce qui implique de résider hors du pays au moins la
moitié de l’année et de ne pas y conserver le centre de ses intérêts économiques).
Après, le Portugal n’est pas la meilleure affaire en matière de coût de la vie. Pour diminuer
drastiquement vos dépenses quotidiennes, c’est, par exemple, vers la Thaïlande qu’il
faut regarder. Selon les calculs de Paul Delahoutre, un couple de retraités vivant là-bas
dépense en moyenne quelque 40 % de moins qu’en France pour la vie courante (hors
logement et santé) - c’est environ 20 % au Portugal. Mieux vaut toutefois ne pas avoir
peur de l’éloignement géographique et du dépaysement pour se lancer dans l’aventure
thaïlandaise.
« L’île Maurice attire quant à elle par son environnement paradisiaque, son climat, sa
francophonie et sa stabilité », détaille Paul Delahoutre. Remarquez enfin que pour la
première fois, Malte fait en 2016 son entrée dans le top 10.
12 critères, 12 notes
Le palmarès prend en compte 12 critères et les pondère selon leur importance moyenne
pour les retraités interrogés pour les besoins de l’enquête, pour finalement attribuer à
chaque pays une note globale. Le coût de la vie pèse ainsi pour 20 % de la note, le
climat pour 15 %, la sécurité, les soins médicaux, l’intégration chacun pour 10 %, la valeur
de l’immobilier, les patrimoines naturel et culturel, les loisirs, la cuisine, l’accessibilité et
les infrastructures pour 5 %. Pour chacun des pays du top 10 sont présentés, dans le
tableau ci-dessus, les deux critères pour lesquels il a obtenu ses meilleures notes, et les
critères pour lesquels il a obtenu ses deux moins bonnes notes.
Vingt-cinq pays au total ont été passés au crible - les 25 destinations les plus prisées
par les retraités français, explique Paul Delahoutre.
La note « coût de la vie » a été attribuée sur la base d’un panier de 30 produits et services
communément consommés par les retraités (alimentation, habillement, hygiène / beauté,
loisirs/sortie, carburant, etc.). Et un bonus a été accordé aux pays où les retraités français
bénéficient d’avantages fiscaux.
Le critère « sécurité » inclut, lui, des données en matière de criminalité, de stabilité politique
et économique du pays, de terrorisme et de catastrophes naturelles. Quant au critère
« intégration », il prend en compte les langues parlées dans le pays, l’accueil réservé
aux retraités étrangers et la densité du réseau d’expatriés francophones.
* SondageOpinionway pour Mysilverway.fr, janvier 2015
Source : L’Express