l`illusion - Fragments d`Histoire de la gauche radicale

Commentaires

Transcription

l`illusion - Fragments d`Histoire de la gauche radicale
JEUDII3 NOVEMBRE 1947
_! _....
RldltcfJorr. 1 André Prun!tr, 19. nte du
Cro!t.Ant. Paris (2•l. T~ l. GUT. 8 6-80.
Admin lstrallt>~t
:
•
~obert J oulln,
145.
;,
q u 31
de :Valmy, Pa ris (10•). C.C.P. 5561 -76
c L• Llb e rt~ lr• » fqt fondé e n 1895
par Lou l1eo Mich el ot S.5bu tl en F~ ur;
L'ILLUSION
DU RQU~0I~
L
l' i nt ervCl nt~on, l'ex·
tcmsion d'un q tro1Ji èm o: forco qui
ne •erait ni ernérieaine ni ru••• ·
et qu ~ d ~ Goullo· ou Thoru llO
pourr1it 11tilise r. aont subir eme11t
devenu• do• th4-me, l ~ rgo m en t discutés ·
d.a1t1 la· prou o gouvcrnement31o.
Nous n 'intente rons p~s u n proc ~ a en
patcor11itô l çc u ~ qui reprenne nt notre
MOt d' ordr e - u r, en dépit do l'ide r~t i té
de la fermule, le colltenu ost entièrement cliffe rc r~t.
Quw ftp r~s ~.,te, "" effet, pour lç1
Ministres et ministrables des gouvernements « indcpc:nd~ r1ts » l'id ée de troiaièmc force ? Tout simpl~m ~ nt le. mo i n ~
tie r1 de l• conception qui v ~ut que les
tn,t érêts na t ionaux et pour préc iser,
c;eyx do la bourgeoisie doivent so
clc!fenclrq cont re l'int om ation•lis&tion de
plus en plu, poussée des problè·mcs ct
des solutions .:conom iqu~s', m ilitaires,
tcchniq ucs.
Autreme nt dit, qu ~ 1"f Ram odier,
Blum, Bidault, H ~ rriot parlent de trois lèmo force , ils. pensCl'nt
futt or Cft fa.
Yeur de l.' ~ nc ie r~n c concept ion d'c 13 Nation co.ntrc la poussée g oi n c!r~ le à J'i ntcrnati&nalisation, ~qn t !es Etats- Un is et
l'Union Soviètiq uo b é!' ~ficicl!t aujour•
cl'hui parce qu' t~ les sont les seu les pu isaances dont les moyens et la situ, ti(\n
1éosraphique pe rmette nt l'c'Xploit,, tie'n
de cette: pouuée.
En protégeant uno indu•trl'o que
rep résente nt dos industriels
dont
l'ol!till ~ s o cu vieill i, en abritant
uno
.ll!ric ulture .,.-. c 'est - à-dire des propriétaires agricole, - a u>< mo!thodes Mch al·ques , en cor~ sc r~ ont intact, les ~crvic c a
vieu>< cjr' un clemi -sioclo commo ll.1rmé ~.
les aclmin i s tr~ t ions colonialu , l';tpp.,.cil
cie gestion buroJaucrat ique c' u t -3diro uno nontbreuta cl ie ntèle do mi ;i ..
· t1 lrqa, c!o h ~~ U fonr.t ionnai res ct d•
lr•tte·P•'P. ic r !ça p4rt iuns Pllrlem enta ircs d' un e troisième t orco no\ti ona lo
bourgeois e tourn ent 111 dos ;, l' histoire
ct t ond ent d ·en frt·inur los t endances
c ê néra lcs.
Mait noua trouvant nlora, chex laa
Jaullist<ta comm o chu les com-mun is tes,
dea tand•ncos sim ilalrc1. Chus let p rt~
mi••• p~ rce qu ' un e partie imporbnto de
11 cliontèlo R.P.F . vit dl! fo•mul ca p.ttriotlqutt ct " vioillo fr~nce l> ; ,che" los
aeeot~dJo N!'ÇI .llllt J,llr...,t&ctiQII.t actuolta .
(celle que la cen f.renc• de IMxra do a
précisée • ln pouue- à •'a llier avoc tous
los éli ment1 s'oppon nt à la colon iut io r~
A forftlation.
~NPRCHïSTË
dRGANE.. DE
le numéro: 6 francs
.à-d,irc aux upltJil stcs a m6ricJins ou aux
tuuot.
1'oulcl lu rc n J~ai n u 1ur l'effort n3 t lonal, les économ ies. (a l> roduct ion ncCN I!, l'ind'é ponda ncc ne sont destiné!:$
qu 'à maquiller un.e im pbc A bl ~ néconit ~ : la p~rt ic i p a t io n à l.'un ou l'o utro
bloc.
L,a. f.:tça dc d 'inclépc ndJ ne.e notioMio
no: pe ut t ro mpe" que C~ltX qu i ont peur
d~ voir ciJ ir, Si ce rt3i ns p~ r lo nt encore
de volontè n.1 tion<lrc fr~ nçai sc , q ~ 'ifs
ve uillent bie n' eons1dérer leu!'$ im,1ges
d :~ n s le miroir g:rcc, tchèq ue, pan J mécn
qu bulga re.
1
L.1 lutte entre nat ion3
gue rre':!,
c.omp&t it iQn$
co1on ia lcs ,
CQncurrc nce
commercia le - aboutit donc à des rasse mb leme nts ilo plus en, pl us vastes quo
les hasards d4• 1.1 géogr.1p hi c et le• don·
nées politi que, · favor isent.
( ctt~ . div i s io. n vertica le , r~ous ne l'acCCP'tons pJs, ct ç 'cst p.ourquoi
nous
travaillons il la· cr.ob tion d' une troisième
'
. 1:: - --- --
;~
1
•
t·on" sanël
'
'
'E ST le nom q uo Wo.lter Lippmlln
vi ê.nt d'invent«""Y p ou r d étdgn t::r
<:O.tta tuerie AOU t"noi ac e t c e tte
t•rYeur h ypqc_r~tt: qui 10 p o u rsu it à t rny
ye r& le 1non d<': , et se traduit pll r l'élimi n Atio n Ùes. hérëtiqu4: ":, des non ·çon·
for •n~a, d . tou~ ceux qui pensent aut rn,nu~~ nta Q 'Wi l , '_.r::i.n e d'o ce u x q u 'o n
~ll.pti•e, 1\ UX U~S.A . , • e nncmia d ~ la
<i~m,Q<:I'I\t ~e », pour
n laire de• d ·
toye n s d e 'K" d eu x ièn1e zont:; » en n.tt.end nt de les 30 U•1n c t b ·o au u tro isième
d~;ré •; qu'il s' At iu c de ceux qu?o n
qua li (io aembl" l)lement d"" ' le
o (\<!e
d o ,ni né pftr la s•·a.n d e pui u ll n ca <le
l' E st - • mil~i ono d'ho mme s d ont 1'.-xi•tence est d ' O \"t; lli ct cléjl.. su ~pen d ue a u
bon pla i, ir du M.V.D . (ex-N.K.V.D., ex·
Cuépéou 1 <:x•Tchék;.) ; qu'il s'a gi •se en·
fin de cette p opul a t ion flottante de• uo-
C
tachr>ocro~ t es
,
~
-
<~-.
-
p
1
°•
,
'• •
0
•
L
E m ême genre de « purge-s , quj a rende;
célè/>rc la R ussie soviétique t l'Al/ema·
- gne hitlérienne sc poursuit à une C<!dence
accélérée dans la portion de l'Europe soumise au
tot,1fitarisme des nationaux-communistes.
Des chefs de gouvernement, des ministres, des
hauts fo nctionnaires - à qui on ne po urrait re·
Pf.Ocher qu'une souplesse insuffisante aux ordres
dÛ K remlin - sont liq uidés par des procès St;>mmaires ou des exécutions plus sommaÎN!S encore,
auxq'{eiles t;>n ne saurait comparer que les saignées à bla nc qui ont éliminé, en Russie m ême,
cadets, menchevicks, socialistes révo,utjonnaires,
anarchistes, syndicalistes, trotzki stcs, etc., sans
c~mpter plus 90 po'!r. 100 d~s viçux ~?Jche­
vlcks et pas 'mal de gcnc;raux , drref teurs d zndus·
fo.rce.
trie, grands policiers, intellectuels et savants
Ill f~ ud r~ it di re en, rc; ~ l i té quo nous
a
•.vons consci<.,oe de t ra'(a'illcr ~ b prise
ralliés au ré gim e. L e processus d~ ces épu rade conscience de cotte1 trotsi èmo torce,
tions est connu. La hache - qr.lelle soi t sta/i.
ca r e n r~J i i t é elle cxïsto d.1ns les b its
s1abat
nienne, hitlérienne ou franquiste
sans, se manifest er conscie mm<:nt.
d'abord
s
r
les
adversaireS,
mal
rê:}ignés,
pu 's
La d ivisi on 1\o.i~onto le du monde
sur les compagnons de route, puis sur les rivaux
n'nt pJs une ill ~sion. Il y ,, cffect ivemr nt ce ux d 'on b~s ct c.c ux d 'en hout .
dans le pa rti-chef, puis sur les t~moins trop
Il y a er1 fa it lu tte c;,t rc le s cluses.
clairvoyants, et, enfin, sur les instruments dO·
Cc,tto guerre, qu.i est ~a nôtre, 11 été ciles, mais compromettants. E lle ne s'a rrête jaabandonnée par les g~a.,d,c.s org ~ ni sa t i o ns
mais, elle ne peut plus jamais s'arrêter.
ouvrières , par les pa rt is soc i,list cs ct
De.~ pon1mes politi ques - don t Je rôle récent
CO'm'T'u.l'l ittc:s •. i!\a i suiv~n t les chomins
d · tournés do 1,, dictnturc ou du réfor•
fu t peut-être plus lamentable que courageux ,
;,i1 mo, .sont peu à pe u e nhôs dans le
mais que désig naient aux coups leur popularité
jeu d ~• compêtiti ons nnt ion.1los, puis
même et ler. zrs états de service dans·Ja résistance
d ~ n s ce lu i ~ es lut tes cn t ro. bloc•.
- comprennent à temps et passent les frontières,
Cette g uerre « hori r.or1tnlc » demeupréférant être à J'étranger dc simples épaves
ro , momQ <!Cfigurcie, mèmc ob>t \! rcie.
Elle existo ai bier1 que ses m ~ni fcs t a­
que « clzez eux :. des jouets dont on se sert et
t ionJ. 1ont uti!isêoa p,ar les atratè:gc... !Jo
que tor? IJrise ensziit e. lis s'écrient, comme
lo f; UCrre " vcrticolc l> .
Kr.w
chenlco: «' ]'ai choisi la Jibçr(é! >.
Ce ux q ui conçoive nt cette guerre so.
- L a liberté ? - Oui et non .. . Car la liberté
cln lc. ceux qui y p ~rticipcn t de t.1çon
lu ci de, ceu x qu i t c•nt~ nt· d ' y blrc e ntrer
n'est nulle part dans un monde où les impérialo plus c rond nombra do CO'ftlb,, tt, nU,
sc préparent à l a guerre. Elle n'est s urlismes
c eux q ui veu le nt la &ènôr• liser io l' échol•
tout pas dans Je choix entre des impérialismes
le i r~t c rn.1 ti o Mi o, t ous ce ux-Iii ,,ppo rri vaux. Les « purges :. américaines de commutl o r~n o nt .1 1 ~ troislemo forcer.
L e1 gu erres, Mtion.>l es c t impérialet,
nù;tcs (o u présumés tels), bien que non sang /an·
y)ondront et p~uc:r ont, lill blocs· xciopotes
ct !i<t bornant jusqu'ici à des .dc$.tit utfons dœ
.....'l .... c..o fen-nt ·~ acr d~.-o:rt, <ft•!• no
fonctiomi:~irès;
nous sont pas plus sympath1POUrront 1upprimo• lr ll'r propro c.1usc •
ques que toute autre forme df! chassf! à l'homme
l'n iate nco de mon,cs, esclAv es ii d es
t itru divc•:o, Dos mnsCJ qui • 'efforce nt
ct d'arbitraire policier. « A bdiquer, fuir Je piège
••é r i e~ i nc .
de crêor dos org.1 nls mea de d6fc nse, pardu pouvoir, c'est pou,r un dirigeant politique,
Er1 rèalîté, la troiail: me forco rcpr6·
fois des ce llules pouv,1nt scr rvir d e b ~so
nous J'admettons volontiers, recouvrer une pa rt
unt~e par les p.utis t r~ dit io nn e l 1 ct re•
à u"o. socié té s3ns cl.usa.
•résentJant clcs ( ouches ao ci~ los e n voie
de sa liberté m orale; mais celle-ci n'est com Notre volo nt of de voi r cloir, notre co mcie transform at ion ou del diapuit ion, n'a
b ~ t i vit é , nes lutlt's pcuvc:r1t ~p •rg n e r il
plète que chez l'Anarchiste qui ne veut ni gou.aucurto. chll nCG d• va incro. n i m è m o d o
l'hu mM it é du 3nnées e t des si ècl es dtr
verner ni servir les tueurs d'hommes, de quelq ue
..
mainte nir prov isoirement ,
p3rco
confl its cot.nt rophiq urc u ns bu ts et uns
nom qu'ils se parent - et qui ose les combattre
CIU 'e>llo • PP'I rti c r~t ou pouci ct qu' clio n'~
prol!ri-s ..mèlior,, nt l'homme.
d 'autre but crue do conserver le p ~sso.
L'illusiq n du pouvoi r c'est le marotous.
qu in m inist ériel, lo dr.• poa u pl.1 nté sur
La rechorcho dca m oliè res premi ères,
Disons plus sim lement que 1 s hommes tels
dn év éno ~ c nt ~ ~V <! u g l cs. Le pouvoir vrai
la mocle-rnis;,tion cie l ' outill o ~;c , la m éÇnque Ferenc Na gy , le elle! des paysans petits
c' es t cel ui do l' homm e, ccl11i cl ~ l'ou·
niution do l'agriculture, les rclotions
propriétaires llongroisi Mik olajczyk, le leader
v•ie r (<:~> donn~ nt à EO t crm' · ~ plei ne
.1vec les possess ions d 'Outre-Me r aont
sig nifiçation ) qui dom~t c lr.la évé11eautant d'exige nces · imm é di o t e~ po u r 1•
' es paysans polonais - tous ex-premiers minis..,çntt.
aatisfactior1 desqu elles l'a F ance cloit
tres des gouvernements d'unité nationa,Je fondés
S. PARANE.
s'adrts.scrr ~u t. m a itres de 1'1-icuro•. c ' estlo rs de là « L ibération » - ont choisi la vie, ce
qui est bien leur droit...
LES REPORTAGES DU "LIBERTAI'RI:, .-.,'·
O n sait cc qu'il advint de leurs fr ères de pensée et d'action, tels que l e chef de la. ~l:s t"sta nce
paysa nne bulgare N icolas Petkov, le chef de la
résistance paysanne roumaine Maniu, Je che f de
la résistance paysanne yougoslave } ovapovit ch,
martyrisés et traînés dans la boue par- le uFs ex:ENTIS 1914 l'Allemagne a été « séparée ~ de la France: d'abord
cam:uades de résistanc,e : Dimitrov, Grozsa et
Gest:\po: puis par 1es lignes Siegfried et Magin_ot. et fina le m ent
T ito. Les Quislings russes, les bourrea!J de leur
p ar la guerre, ensuite par le traité de Ver~ a1Ues, pu is par la
propre peuple pour le compte de S taline, ne
par un r.o~veau cordon de police alliée et allema nde. Il ne
laisse.nt aux. plus timides oo~_sa.nt§ C!ltS.Jl.~_!{e_
- · .• .. - ~~~ -~s · que Jes..gens puis~ent c1r.CJJ.ler li,Prem~nt à tray~rs . le ~htn;
11s pour r~l<mt s'entendre, et cc serait dan gereux pour le r égime ca pltemps à perdre; il faut ch<~.nger d'air si l'on veut
ta li~t.e et nationaliste. Il n e raut pas que le sucre « fra nçais , p asse
continuer à res pirer, dans un monde où Jo~la­
en Allemagne, et surtout 11 ne faut :pas que les idées ll\:!crt.alrcs ct
T erre ur règ11e ct gouverne sur l'hémisphère
r évolut!onnf!lres pénètren t dans cc P\1-YS où ;nes tro~wcr a lent un
oriental. « D'ailleurs, vous ne perdez rien pour
accue 1 p ar trop dan g_c1·cux pour les m altres d auj ourd hui. En!tn . i~
ne !a.ut pas que les n ouvelles passent. Tâ chons de briser lo. consigne.
attendre,· on vous rattrapera, comme on a rattrapé Léon Trotzki , ,
1• Situation économique et politique générale
Tel e ·t le langage qu'adresse aux fugitifs la
Qcs &o uris ct de' homm es
presse ct la radio internatiq_nales a ux ordres de
« NooJs vivor1s com me dcc r~ts »
Mo scou !
Loa g~ro~ llnl> ltcnt dun• co q u1 rr•te,
E face de cette menace, qui n'est p:1s seulecto.n& l~s cav~•. do.''" '"" bâr Qurmrn• ~.
t. lo. chll\Pllll"e et d ns 1~8 « l3nnlter 11.
ment
suspendue sur des hommes d'Etat, mais
l.et~ « Bunktr • ilon4 Ù~R
))rJ• ~lKIIIlt ._
Qu ra, o~a bl\tlmcnts cot),tJ·ulls etl~lôt •
sur
tout
étre vivant et pen ·a m~ nous ne voument ~11 béton. ct QUI ont r<•a!Ht~ "\11<
bomb<ls le~ ).)l u• lour<hts, ;;s pcuwnt , Jons nous jete,r dans les bras d'aucun sauveur o.brl tor lUIKI VII 10.000 PQrl!()n n ~ uondl\llt 1 qui se ferai demain dic tateur et chef
q uerre ;
1~" o.lnrte•, Mnlntonnnt . " " •rrvont cl'a•t1 ~• t><>ur 1 a rNtl~lê• Ct ICK 1\1\.lll<•lll>rls ~Il
mais n pouvons pas von plus nous t a1re. Nous
Q'ilni'Ml.
taire, Ci C serait abdiquer notre droit df! révoltés
l*hJ• toura mllllonft <1~ r~ru~tldK sont 1·r.
n u ~ tt çonthl\1~1\t 11 vçnlt' dQ l'Allemn·
et :notre devoir de dé fen seurs de l'h umai?it é
gno or l ontttl~ t7.\m~ t'Utl.,e) ot dos SuùO·
tr• (1'qhOco~ lnvo.ctulc L
pure et !limplç.
.
Malt l'l ndu•tr io do f! Ut rre
N ous ·n 'instiwerons p<Js de. « contre-procès >.
""' int ... ctc •••
Nous ne voulons même p.1s savoir .i JovanoLI'• 1 ml>•u·cl :~r. o n t · clù trutu lea dcmeuroa ouvrh'r<·~ c\ cer•ntne• v11.le "r~
vit cb f ut ou non le secrétaire général du Fr ont
!
ne'
bllrl!6 loa ll'l.oo ctu 10. lW hr; Il• l'lnt mOh:~ u•m ·• mon~tre• cl<!a l<.l·ll'n.rbl<n.
nt.c. l)nn• IN! tml~ MO~H ort•ldN\11\ll'fl,
Il l)~ c<'l'llllnr l)llrtlo d~J< u~lllOK 1"~ 1. etC-·
m h nl~l(•o, ~~~ nntru ~rnl'!)tlll"nt f"<:>c \ot'l
~nctomt'nt 4" 70 ')'), de ln pmduc lon
Q\tl o.utromcnt r)!)ur.
prod uction ront rn•
.Mnl" l'ouvrl<'r 1\llelll~>nll M trouva ctrvnnt Al\ mRC'hlne <ltlna
un<~ u•ln!l qui n 'o. ~,>lu ~ d l' toltK: mftiA,
m11111ro ln rhnkur . Ir rro ld ou ln u l u to :
pt<(nm,11,n ,
r"r>-"~~M.
~u c : ro
Co qu'Il" t nhr lqu<·n t Vt\ 1)()\J t' BQ -%
1\\IX 11Ul<)l'l l~~ ci'OCCII I)l\tlon (lUI 1'11~111·
lllnt JJQ u r 1 ~\lrH bt'(«) ll\~. ou t> lrn l ~n­
\ 'OI!ln t ,.. l'~trnnM I'r. Il li "
t lon d•· l(norr~ ''"11\0u fi~l".
)ll'()d ucMtrtO\>t <lnn3
lM !O·Ji'nl'brl\ QUI !~bri Q UI"IIt tli'O \ICOil tl
d'em;rnf•: cot (Htp;ml~ po rrMp pns on
A :t•map:ttn toù l'on en nurnlt b•'AI'l'n
ct '\lrl!l'n~ ~)
mni.S 1 ~ <ll ~t)arl\1 ~ nu pro!lt
d " l'occu ,iomt. Ot) ~ait quo i' ~ll~tr;ltK
n•.oi.O t\ bMe d~ nl t ro.tc ou d'~mm<mln­
Q\l
f)!'Ut !!\'! tt'(l <"'CQrm~r aisément en
Pl( piOIII (~.
L~
de
e~
\l lnCR u.urnent rtt l'on mc.nquc
tr~vl\lll~ur~ .
\lA
J,.r,.
O'.lvr,crK :,,
~·went
n prontrnt. . Ils. po.•cnt leurs
r ~­
\•cn<ll o. tlOt15 et. liK font l" ~r~v~. Il$
&'aboentent Jusqu'à 20 "'· en tnoycnnr
tous. le& J our~. )JOilr nllcr Ch~rchor c!u
r tw!to 1t. Jo. catl}l?~P:l' ~ ou pOur rél>art·r
lewr.
d~ meures '~t on:ibn rdées.
·
(Su ite pJ ge 3 .).
• 1
.:__
,
/
-
--
_
1
' ,_
de .sauoeur
1
..
'
4
tr~.
~ RÉVOl~~~~~~ A 30 A NS
testament du mouvement
Makhnoviste ( 1918-1921)
1
'· Là où les masses laborieuses ne· se laisseront
p s subjuguer, là où elles cultiveront l' amou r de
' ndépendance, là où elles concentreront et fixeri)>!;• leur esprit et lc"'r volonté de classe , . elles
créeront toujours leurs p•opres mouve ments soclaux ttistoriques, çlles agiront selon le ur propre
entendem~nt. C'est ce qui constitue la vé ritab le
essence de la Makhnovtèhina.
La tragédie sanglante de~ pays 11s et <.les ou·
vriers russes ne saura it passe.r sans la iss e~ des
traces. Plus que toute autre chose , la prat ique du
soc ialisme libertaire a dé mo11tré qué les classes.
laborieuses 11 'oqJ pas d 'amis, q~.t'e ll cs n'ont quo
de$ ennçm 1s qui cherchent à s'emparer des f ruits
de leur travail'. Le sQÇi;dismc étatiste a démontré
pleinemc"t qu'il sc range, l·u i aussi, au no mbre
de ces ennemis. Mais l'idée s'implantera de plus
en plus fermement, d'année en année , dans la
conscience des masses du peuple.
Prolétaires du monde entier, desce ndez dans
vos propres profondeur$, chctchex -y la vé rité,
crécx-là vous -mômes ! Vous ne l'a trouverc::nullc part :tilleurs.
Tel est l'e mot d 'ordre légué par la Makhnovtchin:t
trava il e urs du monde.
'•
dta n s un aç o s ou d~ n $ l"nu-
sont les caw;cs de cette é vol ution du
peuple angla is?
Ou b i~n !f.~r•l d.P.truit tou t ce qu i .-'opAvant tout. il n'a pns été a~scz h:.rdi
d:u1~ sc.' e nt.·q>ri~es de cara ctère social .
poso à l'instauration d ' u n Empir e totaliOn
le ~ ;t i l , I'An,:!lais, qu'il ~oit clochard
t .. ire mon<lci11l' - o:fft·oynblc régim e dca
de Wh i~cc h iJ:>e l ou mal(nat de la City, a
termiti èr es nou s rnvalnnt à la c on di t ion
tc plus profond .-~~reet de la loi. On a
d.er l'in 5<!::CÏt." ~ OU1 bie n Ica hon1n1es !ans
p . d ire ave~ raiwo q u'il cr:•il!n~ i t olus
caste• ~~ san s m a.ltres prendron t l11 tête
de mourir que de la violer. Il veut dn nc
du ~u ou vc men t m ultiform e de ré>u r ·
;1 ~ir p ar l:t vpic lt ~ a:c . La ~oci:Jii~at io n ,
rection de l' hum'!- n itê et l' immen •e fépou r le t,a<le- u oioni~fe, doit se faire par
les r~~olutil'lns du Parlement. et une serie
dêrali5me <les. vivn n b tr.ÎOJ,11phera de
de mesure$ lé;.!islatives décic\l:cs à la· maJï ndinet de nlQrt, clAns la conJcienee
jorité de la Chall'bre des Communes, ct
de chaque individualité rendue à elle·
ratifiées p ar la Cha mbre d(!l; Lords.
m i m e.
O r . aucune révolution profoodc n e
Voilà, e n c ore u ne foi5, q uels sont les
peut ~e faire ,;;~n s bri~cr l'armature juterme• du. p roblè~c . ·
rio•<i!lc '<fùi èn~ërré ta vle sociale. L'An Libre au~ impuissnnb , AlJ.X "U nlJ.•
fPct errc qui. la p r(lmièrc. coupa la tête
q ue.,.,, d e ae grouper dn n s un· :tt tc n w
d ' un rqi, ~c111hfc )'a\'Oir o u bl i ~.
ti, m<.> a bs,urdc · d e o'in•tRller d ~tn• la '
La sui}Crst ition lé ale cn ch~î n c le pe ugue rre, froide , comme nou~ le prop o Ae
ple ;m ;~l a1s. Il ;c tro uve pourtant à un
M. F l'an ,.oi• Ma u ri ne d llno • l..e Fi•
IOI,!rnant . cie son h ist.:~ ir e où il lui fau t
garQ • d~ j! pQvcmbre ; d e bô.ti,. avec
p lus de cour;:ll,e et d 'a udace qu'il Jui en
fall ut pour vainc re l'nbsohltis:nc royal.
M. R mnd ie~, avce P o. ul Re yn a ud ,
Com me la France, l 't\n)!lctcr ~~e se tr 0 uvc
n.ve..c ~M . le: Co 1nt~ d e P ari s c e l lf) llYt' :\ 11
da11,s une -~Îtuati'ln i n~o luble dlns le ~a­
l't'li tt·~ . d ont part,~ • Ic i la Fran ce • ••t
dt e ilu ca)lilal lsm~. La 2ucrrè l'a appau()'<mt M. Je" n- P nul S"rlr 1;, Cl..u(!c
vr~ç ~· ~••ucoup plu~ qu'on aurai! pu le
Bourdet <:t aulre• pen:<oura aemblent ""
~ ur po scr. S<:s col<mic~ ~·en ' ·on t. Plus
\' A)e u r $' -
r
e.o-.nt«"nt t-r b-op aisé n 1e n t ,
C e n te &t .P lU avec des ti ~ dC"',,, nvec
dea oppo r t u Qiste~, a "Ve.c d e, clo<:trinai•
rea d u c juste milieu n, que &e bâtira
le. Fron t H umain ; c a n'~o t pa• n~ec
dc ~o c.onsel'vnb: u w_. - cnd in a À d e..a solu ticms dc C:DIJiprom iJ, do né ~ ocintion· ,
d "~ v As ion fn·eilo ve ra un pn.u é sociAl'·
ch rétien , lib;.r nl, socin.li •tln t. o u Jnonnrch id <!' p~ rJ .::- nlent :t. ire - - q u e ~ e c~n;.ti ­
tue r l\ Il\ T>·oiû.;mc: Fo rce. ; ee n'oot pas.
non p lu a c he z le ~ i nv~ntc u r& de p n.na·
p ropnrt..n n t d er. & y<lt~nl CI c:Jo ~~o , d ' t
cée:~o,
croquio eo~è• d e la C ité de I'Avç n ir,
d~a RÔon, é tl'Ïcl r.oeiales de ,ninonlaninqv.~a, que le& nuuses 1 bor ie u Jcs c t Je,
c.o n.acicnce .éveil!~c" t ro u vf"t·ont le ur ah."
lut . Se u le, l'An a r ch ie , pr incipe plurAiiate
de lib~., Cl'.;at.lion ct d~ libre <llm m e n <tu\ r~conn ai t toute• l~s rech erches de
vêr"it.;;,,. qu l l\.Utorise tou te& loa exp ~ ..
vi ~nc~l de vi e~ q ui en4:0U l'l\ f:e toutes le "'
d o ..o inn.tW'ons do.
J ' hotn Jll ~ AUr
l11. nnturc
CRAND- . AEETINC PUBliC ET CONTRADI.CTO IRE
Sous la pré!ldence de : A. ARRU , Sec rét ai re de !.1 q.• Région
inan im .Oe, .,t · qui refu •e inl f\Jaabl...,ent
pour tout h o1nme l'.!tn t de Aervitu(lc
...,ù , il C5t t'é-d ui~. nu rôl~ de rnnt.if, rt!'
IWI THOREZ
première
G~ULLE
NI STALINE, NI TRUMAN
_,,
1
I.A
NI DE
\1 1\(1
.
_
TOUS A WAGRAM
1 8 11111 lllll~• to~trn~nt t
... Et tolle trnvnillo pour ln
_
\
narlô
d '~'·u.nt•l.lUfrr~.
LI'- tt •alrut'liOn~
rni<'L'I~ en!t·,,ntrr ln
r
_
LA DÉROUTE
TRAVAILLISTE
Ce que j'ai vu en Allemagne
D
('UlHU'f•\lott.: Ul lÜR iltt n 'r>t1l jn.mHIR bOn'\ ~
_
national yougoslave, constitué à l'instigation des
4: com mu nist~s >; s'il fut fe prindpal auteur de
J'ac tu elle C9ns(itutio·n en vig!Jeur à B elgrade ;
aecteuJ" ~ c.eux e qfi,g,. q JJi c ro i~ n t fa ire
Jo moi n dre pA$ '!n :tvant en réclamant
s'il était ou non désigné p:1r T ito pour les f oncun R.utono tni sn.,e n ation al m a rocn in ou.
fonct km s
tions d'ambassadeur en U.R.S.S. juif, tu ni M~ n ou in<loch in ois, p akistan
f!. U'il recusa, flaira nt un gue·t .ape ns ~ lo<squ'il
ou hind ou,. a lle ma nd o u fr ~ nçnis, qui
t'ut jeté aux rn_ains de la N .l,{. V .D.
n e ~a qrait ê t r e q u 'u n fa &C Î3m e - t o us
~~ ~~t- l "- ,.ont d 'ores et déjà pl:le CÎa deNous ne voulons mème pas savoir si Petkov
vnnt d eS. rC a. lités qui an~antÎ S5ent le u r .a
f ut ou non ·traà,u}t d eva nt ~ n tribunal exçlu.sie :t pér..., nces par ticulières s,in on con \me
vement communiste, si ses a·voca.t s furent pourpoliticien ~, du J1't oins c o1nme menlb re<lc ln communauté hu · ·' "inc.
suivis comme « ennemis d u peuple »,ses tém oins
Il n 'y a p lu s d e rdu ~e, il n'y a plus
à clécharge empêchés de parler, sa propre parole Jn.: l n '·,:oi. f<uld d e l'inlpérialis m e d on t le
il n'y " plu a d e li berté poui·
étouffée au cours d'un procès dérisoire et s.ort n'e.st pas ~n:c o re réglé et qui a'in· dble'action,
- qu'<>n m~t rge de tout li<;p soci.,J
q u jète: de .Ja,vo il"' à quell e sauce e lle
odieux.
aQtor it&.i re.
~c~a d é vorêe
par les maitre• du
Telle ,,.1, hl vérité maje u re du siècle
Nous ne voulons même pas savoir si le doyen m
onde : ploutocr ates ct •tatolâlres , fa·
s vivon~.
de la Faculté de Droit de Ljubiana, Boris F'ur- b rie<LnlJ cl<: pluton ium ct éle-eu.rs de oùLanau ue.rre
froide n'e st rien d '-autre
Jan, ex écuté avec ses « complices-,, avait réel'Jc-- vi rus tn o d e fs, soreicrs et gran ds prë~ qu'ul}o uerre d 'extermin"tion d es
ment « cm retem,1 des relations avec des sujets tr~• q<: l'e:xtel'mino.tion dea mao•e • con.~odtf!' n c;.._~ .s p a _
r 1e-s E t a'h .•
tous les p au nes diab le • de bipèd.,.
l..a • gu e rre froide > n'o•t po int e.t ne
américains »; si Milan T réfounovitch, chef du d ont n otjo aomn'"" d qui conservent
u\ urait .:'!n a ucun cas d even ir t n otre
parti radical y o ugo sl~ve (v eillard de 85 açs, con- e n <:Qre "';· q u~ l.que cho se d 'h u main » 1guer
re •
damné à huit ans d~ travaux fo.rcés), avait ou savent o~~ujour d'hui q ue cette ):U<:rrc
Notre guerre, pl r contre, ! , étend à
froidt.·
e:lt
~n c.ouya; ils re(:Qn n a iasent
non « e,omm uniqué à des observateurs étrangers
t o u.te l' immense objection àc~ c onscien~
reu-'1"' chn ir, it. &ft s uccion morte ll e,
ees q ui dans l'h.istoire, &'oppoao à
des in formations tendancieuses sur la Yougo· aur
• i<l pl us fr<>i d de tous les mon •t•e•
slavie », ou si N icolas Retkov , vice-président du fro ids - l' EtA t " ; il• ne d is tingu ent . l'Hi ~ toi re e lle·méme.
A. P.
Conseil, avait « conspiré cQptre le gouverne" même plu .. à. qu<"i' h ydre im p érinlisto.
ac
r11
ttnch
ent
les
t-;
ntl•c
ule•
q
ui
le•
RC •
ment ». qu'il présidait.
c ol<•nt p qur •e gorger de leu r .• ang .
Il nous est tou; à fait égal, au fon d, que Jo- Un ,cul d ieu k• po••ède : Ill P eur ; <"t
seph V arga, arrêté O. B udapest le 7 octobre, se- }cu ,... r era rd•· <!é•e •poré, ell e•·<;.b<> nt en
crétaire de Z olt!! n P f ciler, leaqcr de l'o pposition. vain auto ur d 'eux ~ le sccou ra q uj no
le-u r venir que d 'e-ux ~ même11 .
parlem entaire hon.groise. az't eu des « relations peuc~t ue
h curo <l'e ffroi a aon né , o ù ch3 'i
8vec les milieux réactionnaires >: et peu nous eu. n .doit se reeonni\Îtrc perdu d'a van ce,
€haut que Domian Veltchcf, m inistre de la ·~•a ~e: J3i.J.-a nra ly se:r:- ~Cn f.flce de l'ao
Gu erre bulgare, démissionnaiFe Je zs, octobre - · tion n.:.cc.. ~ire. Aujourd'h ui, Jo c:hoix
c .ft. ch acun : - .. o it de pr.;ter
e p;~rti t r ~vailli~ tc vient de perdre.
et arrê té Je lendemain pou·t « co·njuration mili. -.·~mpo
~.,. lore.:• À l'lr~ IÎiltte, dl\n• li\ guerre,
C.l> An~!elèrr , le.- élection~ munici.
t aire » - ait ou n'ait pas été en révolte contre quo Olèl\e J•Etat c ontre rhomme par
Jl~k; . QtJolquc ccll~~· cl ;t!Cnt t:tl!
l'ex te rmi nat ion d u indâpcndan cea e t
p~rticllcs. ta ~~~nification cie ce tte
J'o rdre établi.
.!~ro ut e n'en :. pa~ moins l:t ,·alcur d'une
dea ré ,·oltc• qui •ont le propre d e no•
No us protestons pour eux , exactement comme tr., esp~ c:., -·· aoit d e: re!wcr à la Bête c on <u ll ~tion )t6ni'ralc, car çlle ro!. ume
nous protesterions si demain M. Maurice Thorez Ul\Ï ver3~1le lé~ tnfimës force1 h u nla.Înea l'opin1 on actuelle de la -popu l;ttion anai~t. (::t, ce q ui est pl us fmport;mt, des
était exécuté comme déserteu r, M . j acques Du- et r.l\eorétet : d 'ouvrir l'èrr. de 1ft grnnde ~l
t r a v~ i l lcur~ salar ié ~. car c'est oan~ les
clos em prisonné pou r complot contre la sûreté r.:• isb.n cQ dtl l'HoJnnle con tre les Pou.~ )!rands ccntr~s in d us triel~ que ~~~ conservoir1. L ' hcu1'0 cA t 1\U)( a.n n r chi1tca :
valc urs ~ t tes libéra u~ ont smtout g;,sné
-~,• d e l'Etat ou M . M arty arrêté pour haute tr.1hi·
l'h.,urc c~t à l" dr.•obéiu .. n ço p•orrr oaùts volx.
(} ' \. '"~'· . . .
oivc et :raiaonn~., d e la vie e n 11\ce d <>
P nur IÇ~ mcialistcs qui vcuknt ~ l nce­
· N e reconnaiss::m t ni Etat, ni Patrie, ni ortho- 1.. mort. ~ Etre üU n e p11s êh·e ; la rcm~ nl l'éllmin ti lion (lu Citl>ltalismc et la
~ upprcss ion de l'é~ploitalltin de l'homme
lutte •anglnnte ou la nl>nnt. C 'est ainoi
doxie spirituelle, ni police, ni tribunaux rég u- quo lo. question eat inéluctablem ent po· p:tr I' Mmm c. cette dé rout~ d e vr~ i t ~e rv ir
liers, ni tribunaux som maires, ni lois écrites, ni -~.
de leçon. Ce n'est pas la premihc fois
q ue le~ tr.. vaillistcs ~ont mon té~ au poua( bitraire dictatorial - nous n'admettons, pour
N~u"
nê croyons pA l , q uan t ft
,.,,. J~ am ~~·Y Mac uona ld y ac cl! da en
nous-mêmes, d'autre forme de violence que le nou.,, au déclen~he•ncnt in uni ncn t dca 1923 . ct certai ns crurent alor~ que l'ère
ir>'ando
nôa
ux
épidé
m
iques
qui
ea
leinc·
combat, s'il nous est impos~. Un combat à visa- ra ient O U eOn V (" t~,t ÏJ·AÏO nt en rumitor pet• du soc•al:smc s'ou,·rait en An)lleterre.
ll1 ai~ son J!ouvcrncmcnt passa, ·com me
ge dJcouvert où les risques sont partagés et O'où tilent iel, d ' un o.cul coup, d c a continents d an~ tant de pays sont pas~s tant de
v.ou \!crncnwnts à direct ion ~ociali~te. Et
J'hypocrisie j udiciaire est abseme.
t n t i~ rs. Ln. n ;ccr ~ud t ô ~xi go d e 110s m ai·
il n 'y eut l'as de socialisation. Tout porte
Ir~' a clur lo o.u he cho•e quÇ cette op.j·
!. To ute autre forme de « liquidation » d'un ad~~ crotrc qu e le l(ou vcrnem<:n t labori~ te
r n t ion mi\~"" j vc d 'uné{\,nt iu ement &An~
vsrsaire nous est odieuse, qu'il s'agisse de « cri- d i•cri mi n a tion , L 'humo.nitô !'"'"" p11r pa ss~ra , ét qu 'en fin de compte. le f.!rO~rès r~alisé sera à cc point éd ulcor~ qu'on
mf politique » ou de délit de droit commun ». une pllas e: d.e mutat io n &oc:i.alo d 'où enregistrera
un nouvca n triomphe des
ello pe ut aort ir d é"hum:t n iaâc ou réi n drl,)itcs.
ct un recul dont les rt<p ercussions
1Et, ce faisant, nous conservons1' i·
t é..; t~é ., l\ J.Icrvia ou libé rée, Atéril isée ou
~ cron t pl us prolo nljéCs que nous ne pourpbur nous, si ce mot à un sens, la .
rions désirer.
féconC:Iée, c.c qul AUppoae un e discrimin A t ~o n, une f! él .ctio n, u n.e- révision d es
cônscience
humaine.
._
Quelle Cft la ca use. ou plutôt. quelles
1 .
~
.,
a:
'
rcpré•entô par MM . . Blum , Schumacllo• o~ !:inrRj ~ l, ~~ cnndido.t à I'Aicle
bincê.vole d e l"impét"ialisn1e a m êl'ÎCftÎn ;
ceux q ui m isent 1\U.jourd"hui en core sur
l" po litique chèvr.,..ch ou de M. Rnma·
<lier, Hlr 1', po~ & ibili té d'u n cégrtiamo
s m i · o f fi ~iel , aur les n mbiguités d ' une
.;con o mi c d'expédicnl'o et de dou b le-
LE VENDREDI 21 NOVEMBRE 1947,
à 20 h. J O
O RAT EURS
FOt'ITENIS
JOYEUX
Secrétai re c.;..-.,éra l de la F.A.
De1égué à la PropJgande
)UHiEL· de
la C.N .T .
ct'
d 'inst ru ti,: (" nt
&(" u!o
J',.,\ 1 l :n~chi~ c=A t n'\~ê Z vast e, 411,cz u n i·
vcr.. .,Ue-1 pou,~ constit uer 1'c~J~e ncc. C"t ln
fom'le
11 M<>uv~m c'l t cl
li bération
Jn ond_inht- qui Y("s t ituc rl\ l'o r dre hu m n.i n .
La
pre.uv ~.
ét11nt f" it e, t ou •
le ~
jou,..,
t o u s ce ux q~i "'e •·écl n. ln lln t
d ' un~ in d;pt:ltda nc.c quelconque.. pc r·
aonn(.. lle-,. .-yn&ica le, n;, tioo l t~: , e tc.... -pnr
• ., placent qu,.nd mémo, l''" av o)l~l
m crtt ou. hy,poeri•ie, sou.$ I'és:id., d 'un
pArt ~ ou d\tn e,ouve1·ne1n ènt q ucleonq u r. Ceux au i1 c.on1pl ô) ;f"n t &UY le trn'
v ai iJ j..-une b rit nnique, hier ll U pou voir
par la ifY.ce d u ca'PihJi<me, ayjou.r·
d 'hui e n plci11e liq u i<I Ation ; ceux q ui
s'appuy:l i ~n t •ur le faux e spoir d'u n
-. t iers•po.r.ti européen social-d'ém ocr~te,
:'
encore, elle
e~t m~ i n tcn ~nt cr~andère
Jcs
}n Ues. de l'r~!!V!l le .. de l' Au str~lie, de
I'M dquc du Sud, du Can :tda, de to ute&
c c~ par tie. du monde qui étaient aup,.
rava nt une ~ource de rc,•cnu ~ )lrtoo;c ~ la<{ucll' Il: stand~rd de vic de l'ouvl'ier an)(lnis était un cks pl us ~le.vés d'Europe.
Lc:s Etats-Unis sont dcv cn u ~ b:tnqu icrs
clc la Crand è- Brc ta~n e ct de I' Eco ~< e.
)\1 a1J~ré l'cffq•·t ré:•ll~C, J>ar son a~ri cul­
t ut c dep uis 1 P39, 1'1\n)tlctcrrc doit import er de ra nd!!~ q uantités de produ its
<• lim cn t a i re ~ <Jul cxl ~~ ~· t . d;ms le m~ca­
nls mc ac tuel tlc~ échan)!cs ct de la circ ulation des bi en ~. des c01ttrc.p.'tr ties de
produ its industriels, Na.is ft·< so u ,·ce~ de
ma lièr ·s pr ç.m i ~rc~ co iQnlaks 1ui ma n.
qu~n t <!~ plus en pit>$, Mais <On inctustrie
est d.,l<or)lanis·Je l)~r 1,, ~ucrrc, ct la re co nversion c~t lcnrè il s'otl~rc.~. d 'auta nt
pl u~ q u ·elle est co n 1litionn~~ par le rcmplar.cm<·n~ dç~ lll<t~h lncs qui ~uppo<c de
(Qrt ~s <.l<!!lt:,n,<cs. Mais en ,o\ m ~rique du
Sud ct du Ce ntre. en AustrJIIc ct ame
Indes les n;otions Isolées pendant la
l!u ~rre o nt MveloppC. comme il étai t arTil'é. P<·n<h\nt 1~ pr ellli~rc turrle 1'1'\l)Cldinlt,
leur J'roeucfion itHl u ~lricllc. M ;,i~ les
E t ~l ~· l !n is ~o nt ,tc,•ênus un concu r r~n t
for m i~! nblr pnur l;, f~brk;, tlon ('! la "ente
de te xt i l e~ . Ils o nt le ~ot o>1, les m~ch il'\~:1
c.t le' sour ces d'c'ncq;~ i c. il s se llr<Jcurcnt
l:t laine en cond itio n~ phos avanta}lcuses
qu e r ,\ n;.!l terre m ~mc.
Devan t cd le situat ion cal:ts trcphiquc,
les n a t !onal is~ti on ~ pnrlicllcs ne sont pas
un e s olution suflîs at> fc. Il faut de~< remè<lc< hc:. uQou r l'lus <lncrf-k•u<-5. Il faut
motu!iser . au npm d ' un rclr:al qu i ne peut
~ ~ r <tuc cNui dt la lustice socl;,le et J u
hicn-€trc P9U fous, loul<·s lc.s éner)!Ï<'s
l>rodu cth·c$. ct faire proiluire tcpt~s cclles o ui deme-urent oi$ivc;. 1 faut faire ia
r6·9h,tlion sociale.
Le nomprc- dè.s m ineur$ a diminué.
r.-b s il y a IOtJjours de nombreux para~it <:~ . De g rancl;s super:icies ~~~r~ircs p euvent être ct!ll >vées, qu i p ermettraient à
(Su i te pa_ge 2.)
2
LE L;.I BERTAIRE
Le "Pays de la liberté"
est une une geôle
P
our nollJI, lntCI'Ilallon~li~tce, qul
dl\nonçons les hontes et les tiCOndnlcs de tous leB nnt•onallsmaa cl
nou. ollorçons pa uslonnolm•nt d 6
ntouvon 1 opin ion pllJ>IIquo 1 ur le •o•t
qui est la i! a leur" VlcllmeK , nou•
n 'cprt>uVQtts aucune réllc<mce, -- du•
eloll8·1lt>U B hcu1tet plu,. d uno « cons
clonco h ançaf.ot " - il pl;~ l d ol Ir.! en fa.
vnur !lu ptporutlcr cio cru cu e nllr.oumd
Car pres do trois ans aPros la conclu·
1lon dr. s hoelllltcis la 1 rance délient en
co1 n plus do 400 OOQ prlsonnlcts do
gUC! rC
*
Romo ot AlhllncM avalent leurs mar
cllt!H d'esclaves
A P a ll.t en 1.0~7 MM G<l01 [l'Cs Bidault
~~ lolforson Caflery proc.lnmnnt avo1r
lutté contre lo~ prlnciJl'lB d o tyranmo ct
d nrhiltalro - qu'Ils appliquent 11ujour
d hui il leur tour - ont néooc1 h, onlra
deux cboqu enmnt~ de vetre• ccUQ mas~e
humamo jusqu'alors prot>rlété do 1onclo
Sam
Lo ge~ to, hien qu Il flit commenté
p nr la prosso ct m~m o r eploduit en son
tempa à 1 cicran, no s ouleva p:~s lo dé!l01lt et ln rcprobnt on m érltès
*
Aux termes dos accords en question,
de~ PIIl!OJJmcrs de guerre
u cédés " lo terme e~ t graclcu~ par tes Etats UniH à la France, devt.1it
Nre lilpatrlée par Jo qouvr.rnnme.nt fran
cals a' ant lo 3t déccmbo c i948, ce qui
r epresenterait, pour les derntcrs contm
(lents libérés, une captivité do qu elque
tro ts années et demie a compter du JOUr
la totol116
«v
)1
Ma1s les P G allemands ont tout heu
de cramdre un 1 eport de cette echMnco
à une date ult~neure a bien cc;nsJdérer
le chantage que le mmistere de la Guerre
fait oxercer sur eux
*
En avril dernier était d1strthuéo dans
tous les dépôts et kommandos places
sous l'autcr1té franç:tlse, une Circula ire
invll~nt les mtércssés a controc ter '"""
un~ duree mmnna d'un an un emploi
en terrtto re franC>tiS en echange d une
l1herte toute relatl\ e
Pour la plupart, les prisonmers oui
ont fait parvemr dans les d61als requis
Wte r éponse afhrmahve a valent leur
!leu de rapatriement 6ventuel dans la
1.one d occupation soviétiqu e lis ont pré
fèr6 le pralongcmcnt volontau e de leur
e:>eJI à la tyrannie stallmennc !f>nt quel.
qucs édt Ds leur •ont parvenus
* pas •ur l es roperNe n ous allardons
cuasions que la " lran slo•me h on li du
prisonni er de guen o • n travailleur c)\ Il
p eut entt ainet da ns les d1vers dorna1ncs
de la vm nationale S1 le prisonni er a
trouvé quelque avanlago a cctto muta
tion, nous nouA en rejoulsHon s avoc lui
Mma les rengacromcnta de P ~ iurnnt
bien iol6ricur. aux prclvlslons mlnisto
.ea !Jxance dépeft6,e
NMl
rlelics, Cl parallclemcnt a J'octrOI d'Ull
nouveau dél<tl polir Ica sl!Jna tur es de
contrats , Ica .autcntols com1> ~tcntes 110•
non cent une dinunution d~ 50 '> sur les
ell cctlls men•ue)s do rapalll "m<!Ci t, por·
te~ de 20 01 10 000 otnmea, lalss.:mt aina!
prévoir aux " r~lraclairca u un rapatrlo
ment cichelonncl sur quelque quarante
mols 1
A
ES Informations pui,Jlée s à plusieurs reprl~ es dans le « Libertaire " sont déjà.
cn-deça etc la vérité Les crtcUts mU1ta1res destin Ils à cou vrlr les prévision~ pour 1e
d euxième trimestre Hl17 seulement s élevaient
à 114 m!lllards 63G mill ions Ces crédits ont été
unanim eme nt demandes au Parlement par 1(!
m cmler gouvemenlcnt Ram adier \soelallstes,
M R P , communistes) y comprls M Bllloux,
rnlnlstre des Arm é.es ou de la DéJel'l.Se, e.t
M Tborcz, mtnJ stre d Etat
Cela représente 1 nlllhard 2'7:1 mllllcms p.'lr
jour Ces crédi ts cornprcm1cnt les dépenses de
la guene contre le Vtet-Nam votés Dar tous
les ministres communl~tes compris
Vole! le déta!J inséré au c Journal o!t!cltl ~
au l "' avril 1!141'
*
En parlant " Nntlonal " (et 11 faut s'y
contr11mdro quclquclolA 1 pour att•mdro et
confondrQ les convlctlt>Jts d e Goux qui
pcn•ent aculent ont ainsi) quell rosultats
les Fr~nçai~ peuvent Ils cspéror rlu pro
lonoemont au dola do~ lhnitos ulsonnalll•~ dun& tell e dctentlc:m ?
Du point do vu e ~conomlquo Jo ror.on~tru<:,tion à laqucllo la presque tota
llto de ln mnm d' oouvro prHonnlcrc devait lltrù conJJacrce, ut fortcmr.nt com.
promlac pnr Je marasme hnanc•cr et les
rJ\contes mesures dilu • d ••salnl• semont u, prises par Jo onuvcrnemcnt Ra·
mad1ct, vont eni rainer 1 nrrèt do nom
h1 euscs cntrcprl•e•
<Tlllon l
Dé fe nse nationale
Colonies
Guerr(l
Mo.rill<'
b) Budget extraotd1naire
cl Budget a nnexe
lA TRAHISON
1
DES POliTI(IENS (DiliENS
fnrme d orgil m s ttlon
~t
qm
co n !!it l tU ~
rn
Amén9ue 1 tl Ille li ll élé nent socl ol de pre·
nul!rc llllJlOrta nce
U s m tlllft" ~t tiJ 1n s de rues, te5 lllt"e·
h ngs tnc nstn: !'0 i t menace d 'une grh e
g~nér •le, hrt nt tremble r les • epré•cnt uli s
de la bourgeo iSie 't des p1op n ~ta1 ros lo n•
c>crs les p lr!Js 1Jbér21 ct c msc n !leur
V1dela lu t ~iu li conslltu n un Jl:OU\<r
n c m cn t ou t ll iJèJcnt piUbJ~urs tlllnl!i trt]s
cummunJstcs
Les constga\Cs l ri11l91111SCS pn.r les ser\ 1-
cnpll •h• t•• .-t de- g ra nds projméiJUrf'l
f <'llCJ<"I'!o
' éJJ tnb1<' tennllt s rlu poU\ " " llll
d~tr ln't e J\1 du prqlé lnrl"' • ~illl llle mas•c de
munwu• •• wr le plnn />ohliQnr
Le nll>u\~men t nn:trc 11 ~10 clul•rn c< 1~
CG i, t h1lirnne (••'<11011 de l 'h 1 ~ ) qu•
Il onl C< .,~ de d6n<>nt rr 1 fqtmoqu• ••
ITtHI\ • ni 1\UJnll ~tl hil l de\ ~nr une &lili al• on
dlfh c::llc tnr l f l ~ r• ~~ e pnr unô Jé p r~s..,J t'lll
,::f.nfrJJie Ir d ~• nr rm de 1• el a.<"" OU \r t r~ .
lt !lnl~<l 11 11 é >jl'lli~> n tc d~ ~ bou• g eo1 ••• s
EE
0
Novembr" • IUIIIIVCr•a•re de
l nui re de1n1ere f<llerre En ce
NZE
matan gr1a
d
i1.Ulon1ne frere pD\
&an . tu vaa a ln n1e~e tiOl·<htillOt pour
ho11orer ln metno re de ceux qm tom
herent pour la P utne Souventrs sanaln.niA
v1e de bêl eo lrnqueee larmeo
aonglo•.o.
nu tlti de C'' uc he mnrs atroces t.:P! Imngf!'a
p eu a peu ac !e ven t dftna une brume
loant ame Po ur corser l" mahnt"~ pfUQ .._
otto l• le cure liVoc tre moloo dane la vo•x
et force !le•t~s l! ra nd•loquenl•, exalte le
IIACrlftce d ca bdtl r.• q111 • bravement •
moururent I>(IUJ q ue VIvent 1 E~:h1e Dl( ll
dr.:
.wuntea et
de
antnts Mnll
~~œur 1naép~
monum.c n t de ce ux nu1 aont mortas
Tuma
VOila les gonca qu i
aoua lA
c::onduo te rle l inol>tutrtce (lllblr.o.u tou
chnntl VI ennen t d'~po "er une gerbe po~r
c ooux qu 1 paeuHc.m e u t tont 1norte pour
ln pnlne a
oem pher nd p.,.unte qu en-
tonnent lee pnu vr<'a enf~t n t '
qu1 ne """'
'cnt pno En lm d e d ec o•. rootr.nUt la
• Mnr..,tllllJ&e • chAIIl dea lull•• futr1,
cJdeo. dea fn o100ns dr. ctuaul.é volup
tueuoe coure nt our 1 éclllno dea fommea
AliX nerfa aent~hleo, el lt;>l pe\lt eire ~tlo•e
t• """" tu le coeur pldn dr. pench11nt•
b~ Jltqunu> ? 1"" comécbr. deo morto pnu~
D1r.u el la Putne tcrrotnee tu t r.UJ!OUIIr~:s dun• le• b •!roto Oll dono 1.. vapctU•
d nl cool q111 dtnnll'e Ire eoprtl• tu val
V3nter tes explollo guerroero de 14 18 de
39 ou te• • fRIIf d nrmea > cJ., ln Rf.
En fin de eo nce-, voue i;tea toua
dt011 heros • o o deo zeroo
Demnm ,1 fnudrn te reroeure dnnt l••
I.Jnrn~to pour ang ner Ill lllOJgre pllnnc;c
•t c•lle C:e lll mnrmnolle future chal( il
h II'M>Il a \ PC lr" nl m\ r ments fr~r~s
d 'Am~rt quo. la t1ne, cré-rr l1 troastème force
r~'o1u r u> nn ur~
d..:mt l 'tcllon a n t u ap at (lh s te e t an t u mpé.rlrth;ite ne ~r r il frcméc par
en
nue une consJ<Iér Jll<tll de lég •hté, pnr ou-
cun rf'spct: t ciu Jf u d<'s a ml> t'!Cii~ades
ÇPttc
g-ran de
nus"' • l 1 nô tre
t~chc
mnnd1 ole qu e•t
c•t "u s pcnduo l'a'IJ'mr du
Ira\ ~•1 ct ~e la !Jbc• té
S P.
""" •o\létoqu<s fun nt a(>phquécs, une lms
cano n cft r al fa ut te crever pour srlaocr
ct'!tte p alan cc q ue teta c, JUnkera • hnn
çn1s t ac_t.:ordc nt 111 duc he.rn e nt
Pollr rt
1\ c nusc de c .. s. tr,rnua ton pere t!tft Jnorl
1) Verdun
ton rerc: damJ les Ardennes
en 40 el ton fils porte dtopMu d..no quelque bagne de ce monde c oo~enlratton •
na~re Peut-eire <lno s quelque 1~u1po, leo
bianche 8 et htRUbreo a ffiches de mobt
ln;atton appelleronl un d.,s uens pour nJ
ler ddeodre la Democro.t>e ln Pntue,
D1eu, ou le Czar Moustachu La lll)uce
vane, nHua c ~ Kt tO UJ Ollr~ ]., meme g1be
loue 1 OUJO Uro dea morio des morte ou
morts e n au.rs•s
les ob)CCllrS attemts
·~---..;..--------------------------------"
L1'es c~UllJ><rrt ~ncnl la f1 pat:'t soc• 1le 11
m oH~nn tn t cert u ns a\a nt :-t~t:-s poh u que.,..
dq>lomauq urs et tlconomJquc s réscn és
atu vamq ueurs
:lia1s celle c once1JIIon d'élat-mn)or la
form i'ltt on
d un
gou\ crnc mcnt
d'nlhnnce
dén1ocra1Jque, demcuro nt dans la 16,:: th lé
a s'tflorç;ua de s oppo... cr •ux. p1ans de
1 'unp tb Jatn.. m e n or d 3méncam, ne
ê t1e mamtenur.
pouv ~ut
f a \ague pnpulnrc t)(•dl'iJI e JJ f ollalt
LA GRANDE «LIBERTÉ»
des communes
ch "~ŒJr comme t'Il J spnJ:n~ ' Ou pou!-isPr
il imttl !1 dcstru.unn de 1 >lt iusttc• >oc 1 Lie
~t ( "nrt-..rr 1.\ n nssnnc~ cl un rrg-une nou
\ c ..m llt<o;é "iUr tt<':-; orgn n 1s 1t1t'U\s OU\ • u r,.l:i
t"t 11 l });;llliU s C\U h ii"M t~n1J>OrlNCf 1 M111\r'l U
Vrr r.
lllf r Je nl() IJ Vf'1lH nt et s.•nsSJCi n r
rr ..
a ux ten tnl s de l t ho u q;rt'HMr
f (d ~ l r s uux m 1t :-i (l'ord1n nçus
t ilnt!ol lh~c•pln-'~
) «"~
dt! l' 1pp 1re tl
md t-
~)\ 1 ._{ t1 qu~
dlrJJ{' m ts t.:r l l liTIUill s tc~ s~
rt
h •M"r rut
ft 4lorglr J;t b1 clto Cl éée d11 ts i <rhh CI
bnu1 gc-ms
s, pluç 1111 •u• Ir 1 1n 1• du p nl r men
tn rJM l1 C"r d fiOUC.:H JX t!f U"fl~IP )1" !~" tl
b Hlt ~''"' g 1r1 ni dr. ml• • ~t• de lem ~
n1.nltu~,
1ls fu ll nt IH tl J
AUJ<lUid 'h ll l l111 1 jll 111 r rulldit lui h!
pr~H1drnl \i 1dc l •, mdo11l 1 ll l<'h l 1tln u t.lrt~
d tt b .:ommUI\l,ltd tump t lcl' rdai10iltt
ln '1 ou~m;l t\ 11", p t o\mlth 1~ cii-JUI~ t
do t'tuuhnsar.Jc-ur Jllt!.e, JHuJu tp~" uu plan
ll\l--=
ctiO)~ ra uve tl n1Jm~ntnt1on
~ é10 UHJIIU'tH d1 t ruQ arm ~ut. tJ. • hnmtn lfl5
• t j ll«J U IL cl!l< 111•1 JJiU J~ tc iiiiiM ~)h Il l\VO IL
u ne
"'"' <'len t) li wn
dt~rle
11 .L~ Ult
tl 'lll fl tf lcl l h
1cllvt l6 JU JI(,f U 11 ~ a h •u
rt t il h u~a ,P.'\~ ln uto t J~"l
J>oU I I Ill L rlt \ 111lt lt,:, P I 1X
oxn1Ji"tt\s ru n1l'l
"' t•MJJ
1l~
t
t
Ji'!'! t1 t t"nlt"r'
UI :S 1\d JIII IIll't V"IIl.ol Ufh
a.t.~
lllfl nt tl u u; ' o
IJ L ~) Il JH ~31·
I 1L~ Il~t.: lt.11l ~ 1 11 11 cl IlL
JUll 1h.:u UL! r
h)lll J1 \ OIJ 11• c Hnha t11c n l u~ fru.;n n
u~ ~ hl \ ll tl."O riH Jn 'IlL •• Il! JI ~ :u hrt1' t' uL
tt iJ phuth 111 tt ol); n~lull ~ ti tt& l>Uit !.
lli'lll
L >JlH UU 111111" tt 1) ::;1iii ii X 41UI J Uil.: nt \ I'U
lits 111 1 tl !Ill) oou• l~ C<lll\t 1 t d., lt Cf!<>-l)t\lnf h: t\
,,
ct
Un u • n'lultt., d u\ n ll
lill'
&»lll lll hl
~~
d alf~!IIIJIIêrJCIII ll a!~o;J,Jo d<
1
•
1.'\l.t • .-.tA;.Q
r i t 1Oll!l o. w•nt'
Al •i-W
tlrll <b<JrlltiQtHillntlll r l'n
t l~JStl•
1 (dlt
~1> .. là,Jbd!;,'llla,IJ O.lJI .~~ ~ d 1 lla.tl Il
a .. 1\edtJt o"bllm lfOq 1111 d 1 hl<ll P ~ fi'l
kl! r t"IJ! ~QI pld. P94l!'IDLtev I!O:fo Wullll
L
10
II H 111 1 tle
~aiiW l
rJ aeltllt
6
!)M a u ~ oo <l•d:u atton 1.\! r ""' " J.Je 5>11
tta•l1 0
"'1 ln fJrHIInu n u rh\Jt l 'l 11 ttu ~ t
o 1 110 • ur Il" IUXJ.'S ~ llN aUI uo ùC<: ID rll
ll •m tJif' \ l:ot ndo t r
II \ Jojou• u•t
t ~ Ill
LJl!o.fll ll ll(
0 1)t raul
1]0
,o IJNt ut <lccu ll o lla ch•
(Lo cvm tot•, 3! oct)
Le temps que nous VIvons
La Déroute
travailliste
I'Anglelem:. a.• cc la techmque ~Jirkolc
don! elle diSJ.lu•e de Ill odulre le~ céJ'é 1
lei, le' !ruJt,, ~;, lnl)~t dont ~uc a Ile
~oln Mn!J li l~ ' ,))ll u.cul~r l.a l jmltu
lml)os~es par fliJfoni.tllullon txll• cJprlcr
lu gran!,ls prO)lt(étnlrr:~ {onCICJ'$ l~n c"r
le tr~d.cur di'l' lu t~rrc s mcull è~ ou
.lll~l U~lll~t!ea 0[ J,l loi 1\C Je I)CYQtCt pas,
et les An11la1• 'fi'JICdent 1~ loL
L<6 Pilt•onA~lhijtfon& llclucllcs sont ~1
lnsuffitl.'l nleft e~e~ (ont si peu de n~o~l ~u
cnp1 tallsmc que la ma)t>rlté des eon~er­
' a leurs les accepte ni Ua n' sa dédllr~·
tit>n ~ur 1~ politique: md~lnclle. le parll
con$e r ~aleur a 6rme
• 'ous ne pen
5005 pas qu Il &cr~ déalrabl• de rendre
A lut d u ~irle r)v~c lmduslne dt ubcm
nl~1 c ct la 13 ltf'tue d' AD!llelcrre " On
déclare auu1 e pa< <( dl!nat10nnhscr •
ks moyens
transport et Je:~ chemin$
de fer Mals n ne veut pas aller plus
loin
A en )IIJ,!c.r par les chiffres de JlfOduc
t1on, la t)all nahsahon des m ines qui
ted1nlquçment sc )U<hfialt par 1 atomisa.
t1on de la 1• Olltlélé muuère n a pas
donne de Mn fiee~ 1• la nallco ans,tla~<e
Une aes 1al•n s c~t que le• mmcU> s' prodm~enl molni qu auparl!~<mt Il a1 n•e
en ~n):!lclerr ce qur arrhe en Françe.
Les m1neurs e se •entent pa~ snhda!res
de 1 entrepris d Etat Le fa1t de char
ger le gouve•l)ement 1 Etat de' 1éah•a
tJoM soctales les rend •rrcsponsablcs de' a nt ces réali~t1ons On ne soc•ahsc pas
utilement en oa tJonahsant La socJ.aiJsa.
t1on tmpl1quc l'atlhé>~on enthou<Jastc des
producteurs p •r leur parltdpat•on 111rcc!c en hnt ~ que gc<ttonnan cs S1 ce
n est pas eux u1 soc1ahsent li <<.>ra vam
de penser qu 1 s se condUiront '1< à vt< de
l'Etat autre~n~, ~ 1Js _... .r~"til"•~r.J,
:. '" du patron 1l'eu leur 1mporte que le
bilan smt por.~hf ou n~)!atif L'Et;Jt quo•
qu en dJJ;ent tant de tltéonc•ens cc n'est
pas CUl!
Il aurait (allu créer une mystique •o
c1a le en faisant la nh olu:1on par Je~ Ira
v~tlleurs, av~:~ le< tr~\llllleurs non pa1 la
lo• et avec ks rouage~ de 1 Liat Il au1 a1t
hllu q11t le< n11neurs \Oient Ha>mcnt
qu'li } ;tva•l qutlquc chose de chnn!!é en
lml•tuanl poul tous 1 obhgatlon du Ira
\ml Le pcunle an~iats ~ <\lpporlé une
I!U~rr<: t~rrlb i c gui comme pour hius les
IICuples, ~~ un~ cau•~ de dé•arrol mo
rJI de l~•<t lude de doulc devant la ' le
ct dc\nnt l'a\tn tr du monùc Celle cri<<:
n e peut p.ts ~ln ~urn,onléc ~~ 1111 Jlr nul
chU<: qui ne peut 'CJtlr que <1 un JliJitll
tc,:.quc houlc•et s~mcn t rocJ,ll donl il doit
~tre le pri nclih1~ aulcur ne ae produit
I.J crl~e anJIIII5c
jlnlfka1Jvc que dJns t•<'ntu:!ml•le.
Mn! 1hlc que
fll'll ~on t a)IPJJ~olll
,
~
1
n llltl "li L1
uanl' u
111
t
Ill x:aer~
'L"> u .r <, m. r'll
' w; \nil~~~
1 1 1&( n:JLel
IIW 111 n trs d •• Il
:reu OIJ 'li\. ,0
, l.,x1 hn Il t1 n (l
till JT • dr ,lltd l
c
u
r
l m
'
eM
1 1 ol
ir
1 •td
n,, oi,'" t.r
QI . ~ "tt ~
1 ut rt 1 l2 t•i:d
l!llai~. alti aotl
ku ~P rnl<ala
,
tJw, 3-i!
tL
dltli r t. :.ll:kll
ID Jll t<S IJ/f.\ l.r
1 1 ~li etll !Ojj(' o
Y;, 1 p,~ l
IJlliJ)t
O""""'
1 ~ ltl &Skt
l! •1 biir'lll IIJIŒ
Jàt, c
t,.ij bM'
,:Pl~J" ~ .. ll'lo'l lllly-lk-:nn~ 1
11~1 l'la 1
:1"~
""' 1 Jrl
r ~·r o; u\1 od u11IAI!its t clflc~ o<D'é ~
Slé.'ultl :() 1. a CJJ.G!.c..c, ._tc lb. .,<llP'
~~J(h
m .ç
J),;m9
1\'·I:J sa tdAJ.
11~t:-~~1 ~·u3lùti'
. :c
.o
c
œl'll
Rtllf!l
.dh11' 1'èu
S1 Ce8 mortA p110) ab les cee ~" ,.BS5Inés
re• eni\u!nt eux lr:a s upre mce bafoués te
u ~ q u 111 ont auc( ombe t:n va.1n ou
tou• ces mol& d ordre n ont serv1 et n~
ecrvent encore: qu•., JI\ !!iUfVIe c?u capllll
home défn1llnnt ~t dea dlclaturca moyen
âgeu ses 1 ••
Pny... n. que tor. hlé ton beurre. ( 11
Vl l' nde
ne
euu·:nt
plue
une
monnrHc
d"ecluJ.nge contre clc• tanks d~o bomb~•
e:t df:'t ftV&nna Donnr dtr~c.t .. ml!nt ft t~&
fterr s r.atAdm3 1~.. nhmeote néc~ l':'ll ftlttJ ct
d'romande 1eur dea trnd,..ure. d~• bnt eu&~a
t.:t dea ~:::harrue s Ame1 tu fera& le pre...
nu e r p•a vern la commune hbertnare l"t
lu auppnmerll• ce h1deux
gu~rr~ 1
CrotA tlJ. gue lea
fl~nu
111\VJJt-1
qq eot ln
g~
EN/l.ÇANJ'I $,
Là, t oujourM
•·ll~s ~on t
prdc.s
encore
pour de
11011\C \UX Ul ..L~!'tacres. eUe~ sont
toujours 1.1, 1 •taclcs et rcdoulablc• •
dh s sont touJours la, arrogant es rl
toutes de morgur., geolcs excl'rce• <'t
rcpus-nt.ute~
elles sont toujoun; la,
ln•olent~• et dlspo~é.rs dcja a •~ rlrrs•cr san ~ rai~on, elles sout ln pour la
g-urrr!} l>rocb.thll', \ <'nt:cre5'!C~. hnr
ll'll"u•~• tnutr-s les cnscrll<'s <lu Rhin '
Elit s •nnt rlt'mcur<!c< c L cllcs 1 estent
a>, c leur• •nic• f11~ntll s b11sscs et \1
le~ pour la nouvr Ile rlrr cl< 8 dt'rs a loltllquc •Il h• faut. qui ane&ntlra•L le.s
mu ltitu de• rtl un Lutre monstrueux
d• tl à ln. dlr:nlt.t', 1 la llherlk au dr01t
de 'IH< dr• llr "e• tl hon tu tes gen•,
des paclflqur• et laborieux tr:l\ ali
!euro
Jtnn/1 Lrl• :l.i>)>Ui• ct CS)lol•~ de la
uouul " guu:r.Ltlon dca mllitarl•l.< •
&li< llllUidJ et friLU~llil, de l\1ulbOUSl' a
CohJKHC dr. ln Su!"'c a la Uollnnde,
un 111 rencon t r1• pas molm de d<'ux
mille cie ~· • ca•P.rnt s toulr5 falws
pour aiJrih r des enrr: " ' ons hun:tJllnc, L
Jet• r san~ Ill •sc d \Ils d'" b:Ll \.illes
s:un tl.n ~l!cl! n'ont p" • bang• ces
sinhtres cn.s••rn~s ba.stlor" lumnb d ou
~crai L doiJJIC le SJtnal de la nnu\cllc
boucb~rlc, d ou seral~nt lan oct?~ une
noll\!fllc fols C('S hordes sa U~:\l:'Cti du
bandit~llle m•btairc, ces troupll3\!l!: de
beles bumaiues anPrues, cc~ coilues
cl'assasslus d d egor geurs. forces et
forcenes qu on griSe qu on leurre ct
qu on exnltc 1 assommer 1mplto' a blement leur~ frcre5 innocents et lncon
m1s contraint.• de se troll\er en f:lec
Ma.<es fanatisees cl homm~ 5Urprls,
pous.cs par le~ capitalismes anlago•uste~ Infantes cL sans scrupules, \ ous
tnnurncE m.. core vous ~uccotnbcr e:r.
d<'maln d&ns de noU\cllcs hecal.ombc5
1 L dcmu11 p 1s 111 IS qu li er, \OUs ne
de\ nez pas com)lrcndrc da' a nt tgc '
C'est des r1ves du Rhm que deux
fo1s en 'lngt-clnq ans sont Jl:l.llies les
plus cffro) ables offensh cs c!u front
occ1deutal celle de 1914·18 f:t l'aul1c
de 39-41 c'est de la que Runstedl Je
plus cnnnnel des m•lltar~stes allemands d h1cr, preetp!la sans compter
d'mnombr:J.btcs div1Hons a hacher en
une md•c•ble tuene
Nous :l\ t>ILs encore 1 bon-1blc \ISJOll
des ~r• :\flt>cs hum Lutes tombant du
c1el da\ lons enflammes , nous fre
rnls.ons encore en c' oquant, en rc\olant ces chars entrou,crts d 'ou
s cehapi>a.lcnt des chapelet~ d homme.~
meurtris ct aLr•lcement mulllcs nous
sommes banlt s de• scènes cruelles ct
snnruina.lrcs que nous :t\ nus du •ton
na.itre, qu a t.out pr~x nous ne 'oulons plus re\ olr nous nou, rapJleions
a\ cc effroi des an~ol~scs dt" bomb tr
dt ntcnh de nos eufanl:.s bu riant de
peur sous le~ attaque~ aér~enne.~ nous
ne 'oulon~ plus re' o 1r cu lonrrue•
Hic~ de captifs de mor 1hsc5, hebê!.és,
Kftlottant de f C\ re, de froid dabandon et d Isolement moral
nous ne
'oulon, pas t}IIC de tcUes abomiun.tlon s puls~cnt "" reiiOU~tler plus tard
Au ntomcnt ou les nego.,ta~ur& do
tous les pa)!s se reutll<sent poUl' armer
(hela.s' l la 1>11ix, tand15 que ~t crilcment
s as~cmblc 1 0 ~ U , nous
rcdlsnna
Il\ cc force que 110ur abaltre dun coup
dèci•1I le mllltarhnw: europeen, ON
DOIT IJI TRU IR.!'; u ::s CA~F.RN ES
DU RHI N
Le:< J'eul>le~t, la Cla•·~ on>riere, Il!
Proltlarlat, tous )@R travailleurs dol' 1 nt cx•r;er que lr.JJ CA.S~.RNWS ALI 1 M,\NilES ET FlJ.!\NÇA r~ t S llE:t
RI\' ES DIJ RU lN SOŒN I DETRUl·
IlS EN 101A.LllE
l'our cn(r,L\er, 11our IJ~ls"r les future s eottstructlon ~ nulll!Lircs,
pour
s'OIIJ)oser cl< s ma.lntcoant à d'autres
cru~I'J.!& e~ barbares iJnasions de soudards d:111• cJes Hiles 5ltlts cfefllme, on
dOit aucaut1r les casernes du Rhln.
C'est J" plus s •cre des devoirs pour
tous et 11our ecu" qu1 \eu_lcnt que soit
mis un terme mx heca,tornbe~ Nous
exlgl'ons qu dll's soient ILtflrxlblement
dtlrullcs Les nulhon• de volx de tous
ceux c;ui snnt mort~ de 39 a 45 et d"
llH4 a 1918 le comma ndcnt lmpcrteu scwent
n R.
- - --
Tournee Art•st1quo do la f. A.
lc oèrent 1 llni!OBOIMI d., 1.-uro hr.reo mo •
d'ont la avprSme recomp•n•e lut
douze
bnll•o dono ln \'""" Nolle penoée vo
\r.ra l"'t""UX qu1
>ritYDnt 1 Avn. e_hu,;r.menl
deo mepce. eaonyèr<'nl p~tr !cura "'1~1
!cura f.crlla et lr.uro parpleo r! endllill<t
1., ll»t mnnton d.-. Mlllor.a de hé\'"• • en
tredhlu rn•n ï:'.n han•., crt. Allem1>gue
>nrtoul, deo réhnr.lnuca broYAnt la popu
"e~ eX..e::ltl'!'e ();lU le11 muatq!Jf!a guernerr11
et r>a.r l~o mota d ordre """"'"'"' d<e
E lal• el d~o Eglttco\ tombereut d.,cJuqu ~
té:s et bruu::H .o un t! l coup~ dea. Jletno..
tnrdo hyolcnqueo No11o r•ndont hQJTI
l
tnl\g,- aux Homme"' qu e co uras;z:eu~mcnt
oure.nt d1re
Non ' ,. Vo,IA t."ATNirnd.e•
lee v.f nlnbl•o heme lr.a mnrtyr• de l"
Cc :~ hu mnte8 at.~ ~oeu, ~renér,.J.Jx
e;cu~ que lea nnt!Oil llh ~te s p~tn o left c rou"JH
a ê r-honorer et • qut! nou..s. ven é r~rons de
n~Jun en elll bhol!ll nt par 1 entente dea
ouvner1 el cleo pllyall no d e tous
p oya
1~ l)lllX. la )tlltlee et la !Jberle sur ln
Pane
J.,.
terr~
P BERNARD
c nmarodo r~ .n tltatf ur tlg tH• Sll ole r•
lm dJ o l>lln l> rJo 11 umhois lrJ • •Je rap
P J!t tls;tl:!24. rNlttmr nnrrs czu ~ lr\ ~;~bon~ .-.IJ
ul<l d<>n ner o<h e:;.,., ~~ 11osslhl" T• tlt!• m• t.tre nu • J 1\) • M•rtl d n'anre
LE CHEMIN DE MA CHANSON.
avec
RAYMOND ASSO
l'auteur des plus grands succès
de la Ch3nson française
dans ses œuvres
Presentilt•on et commentaires
par Robert Franço•s
C est un spcehcle de gr1ncfe c:lnu
et d un genre nouveau qui a eté p, e.
sente sur les plus grandes sce nes de
Su.sse de Pans, e•c
St-Ehenne - Thea tre Rex, 1 rue Marengo, 1~ mercred1 26 novembre, à
20 h 45
-CUl
La FA organtse samed1 22
novembre salle des Soc1etes savantes, 8, rue Danton (metro
St Mtchel ou Odeon) une so1 ree
art1St tque au beneftce de Charles
D'AVRAY, le vteux poete et
chansonmers l1berta1res Un programme de cho1x est mts sur
p1ed IRelentr cette date
1Les fern mes et la vi e
J.\ i'Jif\ VOISti'IE
C
llhll
]) orll<uts eut. t lle 1omuJs le lo•srr tle 1>~
N1Jt<>.
s r 1" elle
"' "" s nutrrs fl'rttttus, HOU.! t7(Hll
pt u g umrs ~tti Cô r(' • t ntrttru tn•J IIS
f"tlf l"t rft
JUr llll
~~
911('
UflU ,\:
\O ilflJ f S
ptr•f d vt/trJOrJ lé t>IS-fi•
"'
r: t: qut. IUIUJ> lit 'om
1 ~ u tSt J llum r lt'
m• .1 pu.s ubsolumttJt l~tJlr.s. à lUI J\1 a1:,
Jrtt s•rrH.JJ, ct lt~
t1r.r t rt pu yr~ li nous
t} t~ rl '" soft nett,., un nt'' S1 vous if! vou Ir-&
/>Jr11 1'1011$ tKs-mhle 1111 rnf>ltle tOII/1
ltii>JONIS
tr'
d'tn rl 4Ur (.1* qut• tiOUI n1011~ /11 ~ ,_ tiJ que
" OII S >IJIIJIIh,r Ollj0111U )JUJ rl dÜ IOOIU J t
c;6 flU t:
udus
voult.m s 1-tre dtnuun
J.i Ql~l , ' fliUt OI J.S ("a ( Oflltnr ftlôl
Irons cle
\' I l'
/C't CO ft dl
d t! 14 j l'turur. d Ju o , r.hJa t:
/I ll '- cl Sllllplt a11 8<t .Jcc tù llw muu, lt
nJa l trr 5tJ tl.-t OI YJ uuw m iJtnb ln t!lm r ut
rit. toul r s s ot lt s
tWHtt ux a ..,tt; n blu.HHrc.;~
t 1 ~n ltiUIS tHIIJ a 1 Jw m m ,. f'IJ\ Sr qt•t r n t r ~
tous
lr1
lrtn m u .:
dmu r .;frqr~ t. .s
,/
nrt i1•S
qu1 lua w .rrnu ba u ut fJ ou r s rt 1r l ""'""' e
f rrmrlwru: aure la l()u rdt l âd,, d' éln f r
lt s o tjtHr/J Ct ~ ti l tltltY f rwmh111U: ~ ~ .
l11• 11 /ou •d su1 drs ipuuln d r (cm
mr , ri ! ln f'"S m r tr f la 1~ c ourl~t•r ~ ur cu~ ~
J IIJ (I J/
Ir s u u ~ np,.rt Ir~ n ul,t' f ltH''f r f /li tlu·. ,.,
,,. 1., 1m~J.III"''' ' ~to~ J,. l ' m l) ~ ,/, "' "r
ltvr.r flt>ur rt<p~r~r, 't "p o ~rr ct pr11 str,
( ûurbc c ·Hol.f lU, 11l f. l 1 f.lll IWSJ ' d~1JI.Jf /
c:rhu qut 1 ~ lw tic rrru ml f'i p!Jtul J, out
to ul ct: qu Il dtc r8 ot,
D es
drort.f ~ Ell ~
n'os
a ott
ouctur.
fl vllrt Otl, <ile ouw ovo.r tl11
j e n• le cro1s pas F;t ~ t ndoJJt lon..:11 Jf>s rlle acc<pt11 s~ n •6te, f>t~ssrve lans
JO JO rf •on• r~ •olt ~
Puu, tm b' dl~ ] Oitr ,. twr: [• uuu~t a dd
~~ fi \vtler à. e1lc-mhueo tt W('~ur• r tc>utl'
la grand• llljt.:l<' '' bl•u a <hl lOtd/r
qu c/lo V<l"" a1t Urt autro lli•~>•e qu'u:"
dr~ • ts,
1!
o.\:.strvt 0:. un•
juth Joule dr- tlt OJrj: tl l'c'AdUSif?n dt~
~tt c JtJU6 t'l.JSit:tu.:c 1nopre~
c.lf
l' ut4 lrt: cr/tt. jtm.ntt ., ..
se rfv o/l <'r , dt ste<lotr 1,
JOui qut tmfmsnnu 111 sc• .!f>n~tlos
Ptuf•
i l re tu"" i)tall tl trop tJJ•d <1 11 • n ~ut­
dl ~ Pn• la i•"• r.. Ma,. di e ~ ~~ alors la
t t'fO U ft' 1lt
~ t f4 P,cJ":1 r Il
nU' lt! ft~rf'll•
tu<JIUd r t: lrtJJl
l· tU r. cssnv~ de
md~fr m mcul l'IIIJIISIIC/1 qm, d.~a le
l' ~f'cuw , •léstgtta tl lt~ fu UI J ruarlrf~ t.L l~s
f u l lfrt & ~" drnJtx (:,-, ~~ d it tlt ftt1t 4t:•
tuu
J..\U FIL
SEt'IJ\l~l
Des ex-P.G.A. d-ans nos
équr.pes de footQall J
« Sports Ouest dans
1wmero 8Cn
fa its » drt
la publtcrté nouç amto11çant en outre
« 1o1nnrrm de M llt met et de p/uneurs
autrc.T »
N'mt~ 11 a ~>o ns p as aclrcté ce mmJclo
SC/13Qtl0 7171 c/
1111
revele etes
N' OUB
tir.
COIIIIOI.iS<l!I S
dOliC tJas 1 ophu mr de M JU met c t dr.
)J irull'lll s a tt tres Notts 1a dCJ ft• ons, ce pt'llcùmt, a lit m m•h r~ ilornj iée dont
1atfctll r. e~t prc'~tn t ée
C( qllll artatl lW peu )l lll g lért!l.tmc
r.t lm 1l l'1t 11111~ t llt&t!< ~all t d cwnrln<'r,
c'est ! OJJIIII011 ctcs S)>OI tlls qui, eux,
zlrailqucut le ~VOl t lrat eT?z cllcmcn t.
ar>c:'C d'autres aport lj s, ':r.·P GA ou
>!Olt
Cc
c ( st
'ltt'.rtrbttr. pru t ~ f1t ~a (illr, dl•
ldn.rréc, cQnsrriUe po' tilt,.
tmupJn
d~:.r
St>rJ. lt 111u
uttC fmiJ' arm e la vrgurur dt! sa It:un'-Ue,
1 f)tln rrrl rll r 1 ~ p11~ m1tr f)fls '- '"1' fad
J n dttJU7m/rmr ,lu. JOHJ? f ut pru t~o ~fre ,.,. ...
tl Uni',
lf1 SfJ.1. HI/IdflfC
~ t nrt o u r.rtt.,
Jt qu~ I Q
mt'f1tl,
tU lUI
Ja t'Ole
zl y a •a rl cm c ~t mple, ""
5 YfJ, 10 000
t;UI
100 000, SUr'..H
f~lft uw rquont, ,} Ûl<lCJUt 1,g'l' rtc! raliOt7 , ,
progrtJ .. ~ rJ lu tt1oltsohon du d ( s u· d un~t
é HWP I~;I J> a i W JJ t O f)OU , .S j>fus ~ 1'CUtdt'
l...u. f,; tiJ m e ayau C ou .. t rl lt.s yl."u .l • D'QI.'G
la c:urtO.StU tJUI ~a (. •tact<: riJ.: 1mulu • Otr
i l ,.;om ltJltre l n ._.,~ 4 l 'ctté.ru ur d e !tl tnat•
.sou D. s quo ul ! l c:_ s 1l c dwsr.:s lu• OPIL sc tH•
bit:
satJOIJitt!l VO U$
-
qu t, .coat
l C..d1x, 11011 b Br.ot uplo1erent 11 I<)U
dAtll•ment t npportOJ"Ill d•.11 eni!II\IA ~
J., ne te cro•• q11and 1nême pna auos1
no.ïf 1
~.n co Il Noy c mlm:.. J>cll&e b1eJJ, c11
marade pnyolln t>ux VIctimes de toutes
leo dJclllture..o d, toutes leo l:glltteo de
1')111•• let PatrJee retiponnnhlc. d.- Ill lUI•
oere ct deo dcUJia CJII I 1., de•oient
Avec nouo anardullu, IJI J><=noec <hnt
nll•r vtru ieo loommr.e UJirép Jdr.a mo•
ment& dr. l" -.:.onRC:.tr.nc e hunuunr'!"' qut tr. ..
(Sut te dt la J<> P<lBC)
u. l&~S•il.
9.o'n
. ~s e1 cf1 clfl &~111 r tl , «1 - l\•1
tJild ne sBLAAllll r ~l.ll ~ ll ll u .e
-
•,
henl pu•l<lue tu do1s tout qUJtter pour
'" c_orvee du Ml 'Il self pnrml le• •erla,
lu1ur cad3vre nflert en holocouolè<' Il l11
acerrc Ne V.OII>-tU PliS o;e lounnJII~ment
lll1treb6 de cadavre• } Ceux qll 1 pément
pour la plua grAnde AllemngJie ceux
qUt peurent pour ln vtclollc du Droit
eeux qt11 p.!nrcat pour lea lendemll ino
qu , clt~nteltt pour l'E.mpur. t>our lAn
téchrlot du n1Ar~•lllllc
Joa•ph Sllll111o ?
,ij ,
.
ril.<l11
ct
tl au x
tes for~h et te~J~ moutngnt'8,
n aa•tu paa en.core compna que tu ne
df.fenda n e
_ n b1cn llU contraire na • ton »
clulmJ>. na • ta ,. mn taon , nr.n ne t apptlr
ltj,co 11llnt lé 11'lt :7& Oc t s !LŒI: 1.\C
"'IXI"I!~ N.t d~ l
qnftl •i-'i " " Q/1\ 1 .Jl
t. ~ r"'~ llo tft'l
r 1 onlt)i\1; d ~P .ll\-('lë 1n ~t1Hb!.)-. e
Cl u rlfus:'l!l Mb1 dt! 111b r lJ.t 1 1t o lhl€:11•1 Ut
h',~ilrt>L I N<i!h l Jàlb::ll)JC h
i\tl rc ~J 5II O d n Cnmnwrcc_
4 DUaut de
I.AI I C pl\
~s} lll'l d l o de HUlCh n.mJ d o h c S
r
STIC
eh~tn1p~S
PWHlllb
o~t ~iÎq1 ~U.o 1 thlr& rftiA"
J ~~ œl\.l~e a
101 di rbn-11! JD.
-- -- - -
milne d IC';CI
~~ ~~~~u~
diUo dilW ru•
us çn '
m1011 ~~s IJ,J; IHaHu idlll ' 1 11.
a. r&1! tollt'f'l.ll!QI.; utt ul
'lt
III
11
m
Des pa)san.o surtout
A Berlm ~ A ~1oacou ? A New York }
Non. a la Mort V01là ou tu galopes
CompBfi1llOn payaan qu, ••mee tu
~
c lm lee&. itlli u 1 cô 11611 a
o"- Ill ,r c t ;;r-lloJ cnr ail li
~1 W!
le 1 ,)œtm~
n1.PlluN'O 1 41bl"o ~ ,..UW
rtl, ll !llJ' ~ l~l Rllll JI'"'·$ A ,lllfdt 01:11 n J
s'ft:. 1tm o lt1 mul nl!IIJb J>-&1·11..1' di! liS
,tf Il' ~
france
RÉCOLTE DIX PROCÈS-VERBAUX
d'unth4:Rimu ~t;nllonuquc de 1 Am~rit J IH •lu
Sud p ttronn~ pnr Pft nn, ne' ~>Ir \to part'
"'~"'Ill
de
Un Ma1re soctaltste vou lant fa1re ba1sser les pnx
J)n(e -
Jean-I,ouls URBA I N
aux
d mmp o d horreur Lu hste dea nomo
helos 1 s e•t llllon g~ e
1 Il• n •, st pn nt ri'Opon••ble de cel!(' litu •lmn m m .,!ir. !11 6Ublt
l,o~ m •••cs M•lllu.,on né~s rr(luent, d
u 1efl ux r 1111mc m~ nt < ln po,slb t ht~ d 'ac
!Juil f~C' 1lr do• 111 " chhtes et des S) nclo·
~l ats fi tl~t. s ~ lr ur tr> !Illon de lutle
o U\ n èrt> au to n cun P. d( cnmb JI !>Ur ]r"s d l'lWX.
fronts ds peuv("nt M\f>érC"'r, ~ n accord d
Am~n! :t.
L'
s1 etn.nC'e
cah!>~IP~ r.< \ nlu tm nnaJr~s
<
.lAt
IUi i .. am.tnc rt lflt !-.
A
1.! millions.
.1\llll\eutntlon d(•:o~ 1roupcs colonlalell
2 milbards 1i88 mlllioll8
~pcn~~: s de l'occuD 1tlon nu titre de la guerre·
:t milliard!! 230 mllllone.
ce budgeL l~e comporte évidemment pas tous
lcli travaux clvlls ayant un caractère stratégique !;lU de préparation au mass acre Nous pouvona nf!lrmcr QUCI ll•s mll\talrcs nbsorbcnt 1
m1111ard 500 millions de francs par Jour
Les crédi t,<; nl!ou<'s aux PTT, par contre,
s élevcut à 356 383 ooo trnnc:; pour le trim estre,
soit 4 n.lll!on.s Dar jQur Comparez ces chiffres
et vous verrez pomquol les employts des Post~s
aln~l Ql'C la masse des travallleurs ont raison
de uc pa s (:ti c contents de la situation cr éée
par le GoL\ Qrnement
Evidel.llnlCnt la bourl>cUS<J CGT n'en a Ja ~
mais soutflc mot de tout celA., à ses enfants
de c11a:ur qul ne savent dirent qu une chose
----.
-----e.
-La Voix des Champs
L orre o mld1 Môs&teu le Ma ~re !once,
lu1 tt USII an peille oérorAJeon devant le
A
Fon dlonl~cmcnt du ciném a des Arm ~ r.s
-.sm-
tou1do1a oubher ln. Pntne
1
M
Dopensos de l'o<·cupatlon, nu titre de 1 Armée
de l AJr 249 mlilllons.
Total
Fr 114 635 725 000
Remaiquons encore que le total des secours
*
En parquant des hommes derrwre des
barbelés 'en l~s ia1san t peiner dix lu U·
1 es durant, au mepris de toute aptitude
profcssJ.Onnelle, sur }cs chantwrs les plu~
tngrals en brutalisant les d'fa•llants en
envoyant au fond des mmes les r~belle~
en leur refusant la nollrrllllre necessa1re
quand ils ont fa1m le repos quand la
fatigue les tm ras•e Je b~JO quand 1is
ont frOid le> >Oins quand Ils sont malades on n'est pas en drOit d espere~ de
ces doub!Ps vJct>mes des nahouahsmes
françat s et allema,tld l'evoluuon fa, ora.
ble qu 1l eut ete poss ible d esperer
La u liberté " derisoire du travailleur
ex P G ne peul suffire Il faut y )Ollldre
la aohdartte ouvrlet e la dro1t 5ynd1cal
la rcvcndtcatJc;n en commun de condl,
lions plus humaines
et la propagande
des idees même de l1bertô Cette propagande ne peut verttr de voles oi!Jclelles
Il apparllcnt au tr availleur français
d'as•llrcr la ropti•e de contact lntcrnl
tion ahstc en ln1aant les prem1ers pas
Nou• reviendrons prochamoment sur
ce sUJ et
Cnmaradr.s qu1 &>ouvez toucher le•
P G ot ox P G all~mands, pas•cz leur Jo
« Ullertalro 11, Je seul Journal çoul dé·
fonde l'humon!M anns frontlorcs 1
OU
dlclt 6l 6 ~(Ov e à 750 000 franc s tandis que plus
loin on lit
6 407 564 OO!l
233 514 000
Il!l 214 641 000
21 521812 000
6 7!)8 542 000
48 791858 000
20 667 796 000
Alr
Les Casernes du Rhin
doivent être dém.olies
o.ult ~tncl c n.s mllltaJres ct à leur$ ramilles (en
duhors des ponslonH et autres œ uvres de men-
a) 8ndget orduuJre :
*
Du point de vue pt>lltlquo ct mora] IPprisonnicr allemand - dont le r<.g mc
do uavatl, ayone la fra,nchlso do le dlro,
cal l'escla\ago pllr et simple - mam
d'œuvre méprisée 11alce quq peu onéreu5e, maintenue dans une docJhte et
une apathie mental e de caserne, evmce
dans b1en de• c1~ lo llavalllcur Iran
cals QUI n offre nas l~ s memes .. garan
tics li au 5eul profit du gros et du petit
capital Lo P G en soutire
Comment acquorJ an •1 1 asprJt domO>ratlque et mterna\lonahsle qui pout seur
preparer des leud ~ n·am~ paclflques ?
cl ..on o.rmee
d.-s él<C(JOJI' )li~ nkn•
tu lle,.. <jul cu r.,lll !wu 1\ lt fm de
1 Ulll ~ 1946 i ~• c "tiiiiU II)• Ic• elu•
IJws ont pévelopp6 une llll <ll•n
propt<gnnde < n fn,cu r du c tttdJU tl ~odlc u l
Gonz (\co• V•d~ln
1
u s synthe <l.s de 1;~. Coufét léJ at lon dr5
1 ra\ ull nurs du t lu11 (C 1 L; h ) dnmln és
~n m IJOnlé l'" le• st.,h mcll o.:. Jeun hn
1: uJ ~ pnpu1 t r ~ fin t l Cli de J:ti OUIK':II
d 3UiodMcn~e - lru r pr• ••c ni tnu t•• lea
01 J{i'llllK t tl~)n tt ;>lf." tP.1lA• i quc~ é1at4•nt n w h1•
h ~d• t> 1r le l' C JlOU a .. urr r lu lnomphc du candul tt " dt!mocr.Jtiqu e 11
)) I ll ~ l<'s c •m1•agnes, 1 Idée fmce tlo
la E) nd J cnh.-a t i~Jn i1t.·» ou' rter~ u~ncolt )i
iut l~llcee ct "'ulc\it 1<>llhousl csm< des
" petH~• " lt qu • l 1 lo t mtcrd .. nl l !<>Il le
E E PA
L
~"A bl e
J 't>CC!I~IOO
pk.wt ea 'pwcfiaine gtteJtJte
l01 Jl D l lt t'I,
S1blc: s
tri QtHp ré/r t:JJ ~ IIJi c:.s ,
rtiGCCCJ•
t'/ c u dudrl, I(..S a auah sé cs s't K
rsl npprodJI.c
d
1-s n comp,. ,_s lille
4
cdo rs p rrs CO tiSc.;rtll ce de sa ..,alru, tt, l4tt.S
,., ., ,s
1' U Jtc.; llH C
.Sùl l
mnllrc dlu m. Lr..\._
t.scJ<t.c a cl•crclté 11 u ra pp~odu1 de lm
profit er de srs " "' •gncmcub tt luo
n a fi/>Orll <Il ccltanr:t la dtco,.otrl~• et
ltt r.-s.st>trrtc.s de san cerveau dé.sorn~~:us
(>0111
ll tl
t t adJJI
La fw mc s''rl al n1s frx~ "" bul-: ,jLf!•
di t. d d, c:trr1' l 1 t; nl, d.f~ l ~ hounur Et b
f h u1 u r ~ nc'JaJ ron nou t llr. .sc~ C'fforJs out
~ t
orr• utls (.1um: cc srns AUJ OUtd'Juu
JW PI .S rn ~m rurrr! à C-t: sl•l df
Cl10 qtte fO t~r
n ous prog r tJStHtJ 11 n fu
t1
ftltH. lt
f>tJitdU
d
urrt':ll'f l'Il tu .. ""• lrrrt r ( nm1: et lut 1l
'Y n f rr tn ~r. btt n d' s ohU q clr ~ • <tttiStf t'K
•'1 ~1 tl JHI 'rtMII' Jll,mtUs tallle >111 ~otnt
11 r plly.r<>ln,c:•qur. """' nvons r.n fol•u
J,
u
'\
nJOUf r't
lm l•s
tt1 1r.
t i /O.: II I.I
t tt/
rl J,
rrr rr t l' crli.r. pn r la
~ O/ H fl
ons qw
tru "" ~ts
dr:_ 1 laom ur ,., Jm tt e:.udr mmr nt t o ute~ ~tl
su f,, 'ur
Lfl /r'tuttrr J'n1111 u rrl' lwr n'r:d (Jiu.! U·
'!n • n f ~ t w m1,. , " ' 11rr l fi ~ ue ~'""t
plu s le
is l• r ul~ l du 1 011~, IIIMs Il lui
f"''
l ft,n m l,. t'l U Dl,. ltt'a tl t ntt p (/
rlr':lnrrs t.t
s r-~ •lr4rts .roui 1nu1n ru s qur lquc flru rtl-
'''"'"' ~ Il l'lu ~;r~' ttflnu~ t:rttarn qtu: tt()UI
rlnlu mu t lurqur tnu t '' '• pm~rts
14
ftrruu,. .t r ~l nttHII&tt' r dnt1 r la tl~ tnttl-
lrt ltttll;o
lrttl rntr,., Jdtufr { lqu,.
ntt'dt tdl~ .
tlll• •nt " a
3
LE liBERTAIRE
~l[!~~~J SIMONE WEIL~
Le
•
AROISSE
Anticommunisme L
et Communisme Libertaire
3 -
lion c;roolle ùc louto ct h6terogénW6 n
L ~xpt\licnçe dèn.1ontre quo ces vindictes
oe~vll es no ta~dont pa.s à 1:uncnet do
nouv eauJt matu e~. un Joug plue fnrocn,
qu'1l1t far.<mnco\ - aUmnan1 !oUlM lor
~n eoclnvagc plus vol quo 1 ancien
A cela • oppou~ le r.onuuunlsmo LI·
BER TAIRE, !.le 11.1\UI o an .u chJstc, qui so
londo ~•tcJ~tro)lom ou t Il!~ Jo UQIItlmont do
l'Ill\ iolablo Ùl!JllltO. de k'bommc ct de •11
résistançe. vlctorleuso à loul nvllls•omcnl
non consen ti par lui même, sur la pré·
tlminonco du !lavaU et !!llr la •~lida.rfté
dca épaux dan• la pt qtectlon do• laJhles
C'est uno morale tlo u maltrcs aan• os
claves " • ma!lres d r.u~ mèmos ct ùo la
ooatlore. qu'Us i.açonnent, .alhrm:mt leur•
lotees sut la naluro ct Jours droits sur
1 Q>uvr~ de lems moins <.: est uno mo.
ralo y hon1me~ l!bvos 1 qui ne con<lc•ccn•
dr ont J"'nais à s• eonvcrttr en boul ·
ro'lcux ct on gardc·cluouvme do pariRs
issus ou non des castes abolies Telle OHt
l'esse!ltlelle dl!!éronco de notre ;marcllls·
rn~ au u conununtsme " des humiheij,
senlimcnt ù~ nature religreusc cl de
nuanco judco-chret1enne.
Quant au lasc~>m~ qu'il sott mussollnlen stail~ lon, hlUcrJon ou mème pale•·
tlnlen (dJsctplcs de Jabotansky etc ), il
n'est pa$ autre chose que !a fleut em
po1sonnec du commumste A"I.ITORITAIRE, acceptunnt do )OUr en JOUr ses
coooéquence" de Cl uaute et de subissement et regressant vers la socu)tà de
castes telle que 1 etabht le brahmanisme
avec le <IOde de Manou déchJrcment defimtif de l'humanllé en esp•ces d1slll1C·
tes, spéc~a hsees cl hierarclusees a 1 ln·
fmJ, toutes tgnollles dans leur parasrtlsme et leurs mU/Jt~a llllnS Car tel est le
curieux aboutJssemnnt d une pohllq,Je
qon a pom prmctpe I'EGAUTARlSME
ct I'UNITARISIIŒ absolus dans la so·
ctélé
en etablissant des gard1ensc de
1 egalite, elle etabht l'tnegahte absolue.
LA N:AISSI\.NC.Z::
Pli RESS.I:NTIMENT
Lo c:ommunlijme n~t d'nbo~d Jo 'cntJ,
m.c_nt, pouuo a l exil Omc 1 do llùenlllé
dg substalu;o entre los mombre1 d'qne
m~mo c~mmuuaut6 JI n'y nurnlt sans
lui, nl couple ni clan JHIS\~1 al, ni u 1bu agFic~1o ni ho1 ùo f!Ucrrlèro, ni l:t;roillb, ni comp:;~gnOt~naoo, n.1 lra\or
nl\6 ju' r\pllc Ill socle d lu.ltl~a m casto
splldalro p.ts dP. monastères pa, do
corporatl~ns, pns de socll\tés secrètes,
pas do corps armés, ni d eqUipages, ni
de troupes de b.and ,ts 01 do ntéiJerd ni
de commU.'lOH, ni do }JatrJes Lo commu
nlsme o'l park>ut ou Il y .a un lien al·
fec:tt! di égalité en tl e les !tommes - ou
même ontto les bèlo& - avoc sos con&tlqucuces èconoul.lqucs ct pollllque11 naturell~s
rMhcrcho en commun do la
nourriture de la protection, homoQ'~·
nélttl totémiqUe, 101 du troupeau
Il n 'est donc aucune aoc1éte qUI ne
fgsse appel p~ur survivre a co vletl Instinct
londamcntal,
aucune
socleté
qu1 soit pensable sans communisme lAI
capitalisme " pur n est une atom1sllque
d'lnter~ts mdivtduols que seuls retient
lee !OilCIJons économiques abstraites de
la diVISiO.!l du travail et de l'echange,
de la proprJCté absolue, du drott ct dt
l'avoir portés au grand livre, selon la
aeule loi de 1 olfrc et de la demande
Ce capttallsme, selon Marx et R1cardo,
est une theorie pure, •oc•alement 1rrea
hsablc, utopique rationnelle et funam·
bulesque, étrangere a tout homme de
chan· Le capttahsme, historiquement,
ex1Bte comme maladie de la soc1ete,
comme décadence du commumsma r~n­
damental, non pas comme " systeme
soctal "· Il est donc Impossible d'~ tre
homme et de r~lli('r 1~ conllnumsme
comme point de départ ct comme corn.
~ COMMUNISME PROMETIIEEN
posante do la soc1et6 veritablement hu
malne
L'Antk:oromumsme est une absurdite,
Jlla1s - à titre de réac lion d'un genro le u communisme or1g~nel '' etant lG
parllculier oppos6o à l'lnegallté natu· grande lorce 11\a'llquc sur laquelle rerelie ou sociale, à la eépat at!on blé
pose toute solidarite ch<>rnci!G entre )ce
rarchlque dcA !onctions - et m~me sim· bOJDD16S M.a>l1 p~ 6<:is6ll.1C il\ '1. COIUJIO do
plement a leur o,lll!l\rcnclation et à la dl· cela, JI nou~ ool Impossible d'ôllo pu1c
ver,lté des m<:~nbres de la m~me soclclt6 ment ct 5implcmcllt " POUR LE COM
- le comn1)J n i~me a tevètu un caractille MUNlSME "· anne con•l ùercr oes formes
aecondniJ c U est dovonu un a oxp,reuton
hJa torlque~ d'6volullon. Revenir au traaenthncntalc, pan•lonnello reU~ cuoe du
vail tndilliJenlid du clo.n P.AlMITlF (do·
r""""n llm~n l <tlllHI m~langc (I'Oub le
venu DEE'lNITll') - et cela ~ur une base
de aadlame impul••ant, do muocblsme r.conomlco.technlque nus•1 « ~UJiérlcuro "
~fll c'I.CO qui ar.ccpto ln Rftl vi tude co espll·
qu on \!oul!rn - voilil un son1Jc crouJt
:rAJit un& revanr.h• - ot dont NletJBch~ a qu il t~a ul lalnser 11111 pitoyable aoçlol<xJUo
tracé le portr31t lJielfaçable da!JS aa J?•iJI· quo fut Ennel~. ll~laonmcr d un concept
tut~ du seutlmc.nt r.hrotlen cu g6nnr.ral,
tout aRinUquo du nirvana social Accop
mais plus p;ortl<:ullèrmttQn t du arJ\IImoPil ter, aoue lo n01n u.u~po ùo " commu
chrlltJen prlmltlt
nl•me , 1~ pllnciJl!\ d un UNIVERS
CONC&N'l1\A'FIONNAIRE qui évolue .tU·
Ca deul<ll mn •P~mçnt adv•mtlce du
cO'lllllU.n amo, ln r (IB•n thncnt, troU\!G sen tomallqutmnnt 011 Un t OIJllnll d~ CaMies,
exprOAHion marxtHto dnna lA " dicllttu.re AURHI metlcutiiUI<lll!O nl tOniJII!rtlmenlè el
Modall•~ qu, 1 I:nf• r de Dante c cal
du prolflt~rl~t "• dnno lB pl'Olllfteee d'une
torreur gonvernmnftlllnlo den " hum. trancblr lR pot t<r au dolll do lgquollo Il
blu n exr1cl\~ contre les r.IONnM dbp()e. n'y a JliUo d eap<'rlt!Cc buJna.lnc, plua
alj.dens 'Et volll> co qui a6pare moraln- , 1n~ntc d'nvonlr HtlM:AlN
mnnt, donc tonrlamBntalomenl l'an~r
J\CJLOill Je8 !lliJio, 1 1 ll!IC rol'lllCK pOH&f•
•hJ.AJlll) dU <e ccunl11Uill~mn >!, tc{ IJU 11 10 blet quo peut r~v~tlr lo oomtu..unl amc li·
prll,onln cJ;ma l'l.lllGilrunout judolo-chJIJ•
bo.1tnh c'll~L,It dlr• touto ASSOCIA'l:ION
tlop J...e l O•Killtlll\Cilt IIOUI doiQOI'IIIl
!>GA.Lrl AH.U: SANS AtM 01\l'I.'E.
çouun 0 Ull" loilhl~u•o ut uno lnl.deur., bion
tnH d!l.flllir, lllH CQlllf,lllrel 0 Jqe II}VQOl~r,
qu '~l<pllcl! l> lc ltl~wrlquc • nt
9U le•Jiltlt~rot ll'ft~l JHU ici notre t.tcho
C~rtcs Il a 111 a,oorce dana de, mtll6Auul lltn toutu~ ees lormoe HOnl·clln•
nalre~ d'nlaolaont~ ora~nl•oe , dana le>
C9MP,\TlBLE$ enl~• ~IJoo dnt\1 1.1n.
ucrillce de chaoun il toue pAl' loa aol n• Jn.Qnde londlt l!ll:U r.hlq uc111•ot eu11 la Il·
d ~ quel(tucn wu qui onracld.riKo Ica vat·
bre ~xp<ltlmonta,IJon dans les djvr.rn do..
11llté~ ct les rcllglono
m.Unte do la vin !li sur la lib1e clltpP!I
MPte la r~von~htJ ,;;u'll propo~e ~e t:.lt
rnl•on d~H ré~ult~b eo ncu.!'lummel!t ob·
qu oternl~rr ln prlnslll'l con~r~ teqtt~l Il tnnus darus cbJlCI,ll't ti' I!I.X,
par;alt d'aboi d s'lusu1 ac~;.
JI nou.a rt•lu /Jc. <J~l!nl~ n~tro atlllUtlc
A 1 egard d 1.111 çc rt>hl &&ei;ltl&nto, se dJ·
~ " communiJimo " !les humlll6u u ol·
{ell.I.ÔS lnfilll (\ dC\ 1:.1p0 lUil.ROCbi•me~ p;!r
l!li.Ot " lllll'r tnu o • qu[Jlrtl ten..d l9!re lilll1 a.miJ'anc~ aoc~lo trop longtompa ~uble llr UIIQ rQIUilOll UN.E El' TOtAI..E bou
de~ rcaln.l~~ h cnstr.s hlôrnrchlqun-. ge
d~ 14 nturniJ tc do:t ' besoin~ ct doo inti:·
t~lnl ~~ coul~u, M billouaeR dn ln ven
r~k~ pnr le moyon du syetlme 1 cp1Men.
ge1111c• oL de l'rnvtc 11 POliO ç~mmo ro
Ulltr, elector.:tl '1.1
porlmt]CIIM!rP on
Vl'ndl.c:alon 41R&en Lkllo ln, I;O.llfomuiAI, ln usa!)o dans los Etl!lll. dlimocratiqurs
lol du nombre - et la pt lao de {CY.IInchll C'est, en e[fllL. d'Uil PLANING contra.
llatl, œuvre d'une easto managé[lolle du
du conlrll.Jilltll subies, par la po1f.é~;u-
typo dcct1t pnr Burnham que se rer.la
ment d in cotrlglblcs u dlrlgl8lOS "-ani
Il aJl!OUI s d(,S mcll!c.JJ ca lntrnllons
ct llbert:olr~" " dans le dontallle culturel
ou llttcllceluol.
lll~S
Gemment un plan cent~aLisé prendr•lt
lo1cn tic loi on nn Intervention. d uno con
taaintc politique draconienne cxotcée pur
)'EtaL HUI chacun des COliSOilllltAIOUt e.
pro\luctaurs - c;'cst co qu'il nous nst lm .
pos~iblo do concevoir Gomment ~elle
• dlctnturc rlu politique sur 1'6conomf.
qUA Il jlOilt r.a. l èehappm a la dC.IIllllce des
régimes lolalltalru~ dcj il con1tuc c est co
quo llOUH ne com prnnons P"• davniWigc
Enfin 1 on •o pm d en conjocturc~ KIH ce
qu e pourratt bif)Jl Mre le ct contrôle de
mocrallqu" H exercé sur le~ MANAGERS
cux.mèmcs, "lahoront NI commun ros
sohJtloua .•utorllau os ct à lon quo
échoance dr prob)emcs m1Ue et mille Jols
t>lU s comphqucs que eeux que la dt!mo•
cralle actuelle s avore lmputsaanto a resoudre ct même a envasaacr
La plus r ealiste des 60iutlons n'est.
elle paM de Hllllpll!ter l'économie, en la
localisant et personn.ahsant au max1
mum • No faut il pas s mterdlle, mèmc
dans 1 adnuntstrallon des choses, toute
cenh absahon qui depassera tt l'échelle
huma mo, toute mesUJ c qui ne sc, ait pas
le resultat de la hhrc dcctsloo des pre
miers mterc•scs, p10ducteurs e1 consom·
mateurs ? 11 faut penser avec les mams,
conune 1 a ecnt un !ederahste <ehrétlcn
qut n'e~t pas anarchiste, ma1s aous la
plume tlo r,ut se rencontrent d'heureus~s
formules - " avec tes mains n, dollc
au contact d1rect des chose~ q_ue l 'on modele, au heu d en disposer du fond
d'un lmntam buteau plein de graphiques et de stallshques toujours fausses,
et ou se prennent des decisions loUJ~urs
arb1tratres Tout est 111
Les gens qui nous demand ent de nous
faire, comme tam d'autres, des • soc1a·
listes de la planche a dessin », ceux qui
(sl.lr notre refila de leur l~urn1r les bleus
du moud~ de demain) n.ou• déclarenl
al l ~gèrement " vous ()le& de• rèveuts
c himérique~ ct non de• révolutionnaides "• ne davraient·ils pas plutc\t s'
prondro a le ur patos•o, il leur desir !ln
eolutlonH toutes faitea • Tout~ REVor,u.
TlO.'l no ftP caracterl'e t elle po mt por
L lMM0)31LlTE DES POIJVOlRS E'l'A·
BLIS fORÇANT CIMCUN A PRENDRE
EN MAINS SES PROPRES AFFAl'RES ?
Lo r~v 11 lo plue chlm6rlqn& ne conslsto
t.ll paa juolmJont à M " lorqer une feil
clt6 » qui nu !Orillt P~• notre muvro &t
le !1 ult mur do noire labeur mentnl ot
matorlal ?
A p
DANSNOTRECOURruER
VRAI!; LII3 ER11
J
Ji f
'Al
f,...s nuuus l1t!rJ, •t abn.udou . .
t BJOJt,
t11
mnml',Jt. p1~rmt cru:" quJ
(Id un
u~
lt tlrntt rit. P•tr/t'r
lllrJ
,•;(<ttr./11 que du
l'""
1 nul• &
rlJ:ld, torn"'' ,rtr!,
.!~ms
1• 1411~"$, 1 tt ualr~ tHt(mr. nllrl•t Qrtt
l<l dl.tlo<Mrr 7 (.,,lmuoaof~ Inn t?r~s t<( /1111
tl tHil
1
'fr H4r
~I JJr~
r
1111.t
\hu
11 1 Hll 't
L tttllt. f> tt ur lttr~, l! qllaf'n~rAtt
f-H1r1ro)
rt:nCiqu,.nlft1,
anul!tttriu P«r p,.,unlll dr. tnut d'm•·
ntr":r /;o. 1111•• '" ~fi '' ç f.r wl, c:.r>nnuf. .rntt(
(r« itrrs qtn
(nrl qrt(" crrusrr cltn·
qut
avre f>/u, d'rf!nrls, lrur tom/oe
"""1.·
,•,,t
1"'"
dr fnuMmr
]\ t" r.rnrr flaJ ,} lrur u hbf'yt,l ,, qur .-s,r
IOII}ôtrts ~m1 , ., d tnr /mnrl J'tulrrrn(lllwrt
rtr J, 11r Ill ,.t:lt' Portr tl• nttutr ' C r~t ou ...
Jfmrd hur q"''l fnut cmu-.ufutl"r ,\ rr'nKtr
:o: ,,~
rm ns(Jrcl mt or r 111 f, Il'
}rJte de VJv r r.
d'une l1htrtl
tl d,(t ""~ trr
l,t'nuUJ, la
.
(Su< te de ta 1r• ll!age)
e~t C4rac'~rlsér. var la !am!no p<'rma.l8 dans plusieurs familles .Sa.ns l~s
ma.nente Voici les clt11tres a.ut11ent1
dttrérentes 'llles Regardons d abord ,cs
<lli"S re .evés non pllll dans les 'ouruaux
rations nllments.tres
Paln
1 400 ger czone rr:mçalae), 2 000 gr (blzone &nglo-amérlçe.llle)
par semaine,
Mlltitre~ QTil.sse~
150 gr pnr mols
400 gr (bizoneJ 5~ gr (zone {rançalse ) par mols
V14nde
~00 gr (zone fran çaise)
1 k.!lo lb izone) jlar mOIR
IAaum•s sec•
4 8 .kllos tzone .trnnell.ISe l 1 8 ki los cblzone l par mois
POIIItll<t'S de tcrrt
6+ gr Chi.rorte) l!IQ gr Il. , occa.slon (rolle tra.ncaJse) par mols
Fromage
J usqu'il 1 (Ige de 3 e.n11 trois Quarte ete Il ttc,
Juoqu à 1 ll.u,e <le 6 &ns un deml·i!\rc
UJH ...........
Aprc8 un qunrt r.Jc la.lt tClcmé
b()Q gr 1m1 mols cmno nrnl:ticuJn~)
.!G<l g1 J>nr mol.s c:oone btiLn.nnlquel
S11J:1'8 .... .,-...
~
200 liT tou• les ;.) OU 3 IDOLe (~one !fll.llÇil.lsc)
l kt o deput• i mol~ (:.<one fl'nl]çnl,e 1.
60Q
P:l mur 1~ • jeune& n•n lemPut <1~11 ~ mols <'Aol!e brlt.a.nn l
FrMts ......... ~
60() gr depul~ 4 mol• czono nm ~rlcalne)
2 pru ntolll t?.onc !mnco.laCJ
1 pu mol• ,,.on~ U s A 1
Œuf• ••••• r., (
4 clPpul.s 8 moln tzonc brlt:.e.nn!Quc~.
VIn !Jamais)
f
13nmal~l
Claarertea
ÇILarbOI~
, ,
,
40 chommMI
cr~mnu••l
20
tout) 110ur dos
d~• l)lJLiftdtK
~00 Jttlon 1!0\tr .es !ftmllle~
120 !fr )lftr moiti
20 gr lll\r molft
cel\
•, (
Pois • • ...,
CtJ.fé (erNJ.t.~l)
.saoon tDierrcl
on dP.vlnr di>Jil ., trM ora er" chiC·
la mlftttr 'l.tn~r"l" Noua 6tudlclOIIK Il\ Llloçhnlllu fùJ• !~ft prix du JnM·
Che noir, nou• lr.l\ cotlllll\l et on~ ~nx ..,.
ln.trr • dra 11nvo.lllcur~ ct dt• nJnplo)\!11
~t tloue vo rrone que 1• tull.l ch~ noll en
.AII eniii.IIIIU • ~t Inn eco •~11.> 1 ~ 6. ln. ))lu•
tr~s
ll'fl\.ll<lll j)IU ~~· dr
]U.
jlOilU.A\fOll
1-......
li ùc
alrnla
t~t.ell.
"llx Mfme pour cHili trll\to ~xl,lMitton
lift ont be*Oin ct un pet,nl& ftJ'lécll\1 vla6
1>•1 ICo autorlt~
v
CR.
Toussaint 1947
IHCUIOO
Ull
d<.!
lclll:!!o
profonde le\on pout
VlMte
ltlCll11\C
de
fos:;e
Mon authenticité •
suts de>enu talé comme tout hcrm(me le dn1ent
J'at eu peur de 1 hamme •
J' at <!u peut de Dteu
j 'a1 eu peur d~ la femml', du noir, elu
Je
[bten H du mal
T'~l
J'a•
l'homm~
dégu~ulé Dt eu
31ntt'
Je n :u plus Jli'UI 1 mén1e de la !l'mme,
[du notr, du btr:n et du mal
Pterre BERGER
•
nbhg~ d~ af"c,nnn •ilr,.
mHI-rt!. cl tn!'i vnlre JOUI 1 '1
' 'i" 1anJ.;' ''• Jt! a.m.ct ~UI
l"tit
1 ' ),dur! mr d u
JU•I<
tttUit
llllll
IQ47 ••l ph•• q •~
JO• Hl
Mill 111/nu
h \tllt ltU:t h
til lJllllhlt1 de
•l mpallll·
t l uiCaux J• 1~1)\litc
f,i~nlnll:'Jt dr 1 o.-cl"
J'"' l <md •mne
co qui ••• oup~111ur r\ l•n•llvltlu
lt::s
\1\;Uits
n upt
ment dt:.panJ. (•llc,h; ~e
atlemu!c~
mn ltu\nn
çQmplt.:tcnt
pab
ttotH
~tmtJlem•
le tombeau t rcmpltct! 1< châ
bourg~niSt".
1~ tumulus
• ne~ re uq tou
le t01t humble,
1..- ,,ensf'r
Ir ,..
lea
autrll!~
n
<.mn
•.hctuttur~
f>oulblf,
Il y a <lrx pr>I, la /atm liait encore
iv bmmo comfloJ.:."'t! A ttiJUS
1 la rtn ttlrr tu d1t Ulfn a, tc dt! la .roh'V~~
f'OIIt lt plarslr '"ayant ~rteore de 1a
hOUJ:t'r.li.~r
m ' mou~
tru c un
snu , ,. ,.
En Vtlllrr crc11x ru trbnr 1, la snln.t
lll1111
rtiJOtll' • A11s1a Inm qur ~ossrblt
A us.u lo 11 qru pos" hlr C'/ pour
rme
u horuhic d~ plam u l\.,us f"tt comwmrs
rm t c a !lire J J - dldlttlr.! blafards d~ nus
;wyagr.s 1 -
r1''"'
c~llr .. c,
c1rquc en prrd
maluralL, non l01t1
1
ci'llc... cr, s~ulrm~ut
" La "'" dt f>atn " qu Otl 1 oN" lnrl
u,.~ frtt~s, ~ouvtru:.. 0111
Ctllt u
de ln "" A m<lol,
A la 'l''rur, 7 oru tn'y t ltl"r prrd•llrr,
'l'"lq tufou , d l" lrall.r, rt pour la Ultl•
tur,. ..
A'"~' lmn qru poutblf.
J• n'a• mo
1
f'rnllt r111101 ,., crin
r~t
vnH
,
l.ttudu mon
icl11ur. ~IH lrs btJnt:.s du ~ntrnl.
ll11 iln'llre prrclrt' ln.IJn ul, d'"'' une "'"
ttrl/r. dtt (n tr bmrrJ: rt qtu f>rucflntl Vn
Ill tot</ 1>14ur. Jans cr. f>rtciiOJ•, a• u dts
tit·n" ~ I'UX trr!iqur~ ~alr.s. Dt qu6h tu[ul
4 •
,.
1t r~ l' l't Ir rrnrtrr~r f'n.r d~ là
l'aubt
attSSI lom que pos11blt, conuue
.s uu
1hJ
A US!I
ttu Ill d l•llfJitnl
om qu• poss1blt , qutlqu• part
ILE1f1fRIE~
Bernard
GROETHUYSEN
Groethttysett, né à Berlin le 9 ja.tr...
vter 1880, est reçu des 19~ docteur
en pht!?lsopllte. ct le volet en 1906 pro.
jesseur a l'Untvcrstte de sa ville nalrlle Il d émtsstOtltte en 1932 pour protester contre tes v crsecuttons dom
sont t:tCtllnes ses collègues 1tuts emiare en France ou 11 va demevrcr 1US·
qua sa mort , survenue en l04ô
PR~S les hommaf:'es de Jean
W.<hl (1) de !\lana Salnt-Cla1r
(2) et d'Andre G•dc a l'auteur
des Origines de l'Esptlt bow.
gcols en Ft anc~ de 1 Anlhropologle
P.111losophiQU<', \Oicl celUI de Jean
r~ulh an Mats la. mode8Ue (bien COll•
nucl du dlr~cteur de la nrf .. t 1 n.n11Ué
\t:rJtablc qui l'unlssai ~ a Grocth' comme on doit dire - ne lui ont prrmls QUP. de prt'fnnr.r Myth!!s et PO!·
!~ails (3), le rrcu cll des '""t~ de ~on
uni qul n'Malent paru qu en re\ uc
(4). Ce qui nous mrt en •ontaçt a~eo
lout un ltlnr.ralre phlln,ophlque, non
pas .l la r y;n n de l'l')m.ban a.s du
Choix (5), de Brice l'araln, dao.~ la
qu.-te nnlJcu~r. ct >I g<'ml~•antc >I de la
\ crlt••, mal• d un1 m rmlere JI lu• earlll ~1~nne que llaHcalictUJe
plu• soulltcns<> d anal) se que de &1 nthcs~.
Qu·on n'aille pas 01 olrc ec)trnd.utt
•ru~ GrorUnn ~en
rcdoutil.t l'unh Pra
de li\ P''' l~"
Il 8'v lrouvl\lt chl'7. lui
" et u n.tur~Jilr.rucnt à l'ais., comu1c
dl u:un p<!ut l'ctre dan• son corps >I
A
Groeth parlait aussi btcn de Bodm et
de 1 augustmime que d Holderhn ct
de Kafka Et chez lut nulle pretention t ne forme cla1re aiSee, de la
souple.se, de l'acrobatie meme Qu'Il
fut tOUJOUrs prct a examiner toute
Idee qu on lui opposatt, qu'Il recher
chat meme, et fl'r,cmment, la contrn
dtctlon, ne nuisait en rien a son a~­
ol.rance l't ne fai~ait que la rcnfot ccr,
du suc nouuau tiré de la pensee ad' ~r:sc, n'r:mpcchatt oullernent qu'il 'i·
sat la forooatlou " de menue s piec:e~<
ct d1• morceaux, du nou, eau monde
lntrl!lglhle "
Nul mieux que Paulhan n'aufalt su
mesurer 11 placo qur. Grocth a. lai•·
sec. " ViciUtr, ecrlt-111 ce n 'est pu ce
qu'on crmt Somme toute, on garde lee
mmnrs pla.L~in, ct Nouvcnt plus urs
On dtwlcnt plu~ libre, on réflechlt
mtcu~ {du moins, on 1 hnn~rtnc). Mals
m ux-là, pour qui 1 on tenalt 3 refle·
cblr sen \Ont!. VIeiLlir e'~st que Grnc·
Otll)5Cil nr. ~o't plus la " Qu'ajouter
de plus slnure, ct de moins b(lnal 7
Andre JUJ,ŒN
(1) ~·onta1nt:
n•
nrt
1~1
Collection Espoir, Oalilmi\Td nat
l're><!uc IOU• ont p1• prdm don! 1 ét H
tnd1que 1 étot -d''lnt~il•'l> •urll'~'""
nsaoriîïefu c()(p~h:ôte d nnalll aux..
'IV ull, 1111c subhm~ kt suprem<• l<ç >Il Le
b '' 1HJ cumm. t~ pbJ$ .t 1ct1 ulrn~ s tst tu
le calnmnutteur n~1nse l}lUCt hn aussi, ~ n
1ttlf\'UC de v•pl!t e .a ~If al'<~tt'c Le <Il•
rl•ux ne s'oœupt;/ pl~• l de$ nutrt• 1 <X•
l!Qtlf"Ur 11 e>:pfOI\_, ni\Jj., peu~:nnnc 1 le po ..
''"''~" ne ~111 jllu~ r;l~ dém•J.::"R"· le
neh~ <''l lt< • •n•l (Mtt~nd le mét ham <>1
l
~
tgr,
}t
{OJ l l"St (
tthfe, le
le tra\~II!'tlr
(l:1 Nl!IO M~tJX (;'!'il
<31 obllf'(~ Jo
ne ()OU\ tlrnt pns ~·ft~-t>rtll f, tl!il ._ nnt U
cti.JI..: ftUI vouhlttllt t ot pour fU~ t. ux
q~1 n'• n m uenl )"Il ~~~ "~'"'
Ils ont
tnul l1t"~'t de !:\ ti'l
Hs •n qnr comm«'
J,. p)u... fll\1\"ff~:, un pr"l t ~-- c ~ ~n~l..,. qu,
1< '"~''1" clrl, •
la
1
"'
1tlnUUr1JI
Ils l!"r.uJ, ni ou fvnl r< Il l•lant
c'ts!
rlt'7tt qut lqtu dro.sc ~ qtulqucr WJS brml-
d'4lll1r"S ânmrnertt. Je me surs tu,
par' dutrllrou Clracw: o en mémotrc un
chant qw, à tnup sat n est pn~ d"tLl
Vtt~ ltl!rtl t'St tW sommet dts ~ur.ux,
.sous lts t/JL":.. dle.s du mu~"t rouqum.
] t tJ'dt tm qu'eUe
L autre til dtmrr..tee en bas . tn ..tg&r,
prts des u co.sst·~ram l" s ))
• je u'm l!U qr4 ,., e TU.tqr 'à l'msfaut nu
cc Il l, ~tlls~a tout cm1lrc nror f!our olltr
ÛtOlr sur le Jcl~ f, s b1a.s eu cr01.x La
"''~sc~ r.llr., pur dt s.n•s prum tl conlmue
latts 111tc.rrompre l( s por!rmcr
• •1lussr low ç11c po.r.srblt
l rnt
J~ nt! urs plus alc.rs tpu ltn
Chrrd
tn clwrr, affamé 1 Llrrht sans crmx
tt
a •mllurs d'e>;emp laHt-!. Je n~ '"JIS plus
que lut 1'uqu ~au bnul du cal nrri'~ d~r­
tJt re la m c:; se
d au dr.,d 1 ltu ct san
qurguou dt paur~ qurg1101l ttU.SJ qu~cL
brarulusatt d'1U.t Ul& fwrtlg tti<U l:Yt'.
..'iotl tJCius ~.rt tOU fô lll:; le mlh11t • ma
sain r 1" 1 a1 r4valdr .. aust1 lo.n qu•
pnsSJb~e,
,1u bémtrer,
11n .stt.;nt!
pms cc casselo,.lc )4 pogne " Et notlt
s<1111111•s repdrlr•
atu•• lom que pnss,blt•
grau <t " -
Il
"
LES CHIENS OE LA PAROISSE
y r.n a urr.Ht d'aulrt" Jdwrs d'uHe
aulr~
t~pt!ce ~1'rant~.;. Cllrlx là, av~t: dt!s
coH rs Cnormrs rt .sallgla,rls de Jrultl
tJifllt"llltX
lws
tl dts
fl a l lCS atrJ;Ot~Jhh
j)e la d JmM<Ct r r'iaJI ""Mt a" f<lJJP
de /tua g1at1 is yrrn:
dt1 la dburn c~­
tt pur:t. d,, rn ~.. f\ Jus J,.s r('t.Otutut1U~I,
ttlfll
fu•rt.~
1 •
au$SJ lmn qut possible ...
Ils allordOI<»I ùs cofooms
Parrs, odobrt I947
i)ASWI. C \l\ 10!-'iE.
SANS
~lAIRE
!...
11 '/ 0111 le fiiOtldt ll O
f>tu( j>OI
c~rol\!!
)
rltolre de Bcllo1l) 11 ~rsonne un peut
manger, ut boire, ui tr.-vaUier, n.l, ®1:·
mir uanqulll.e - faute d 'autorJté.s IU\1•
Jllc1p;Jloe cb.araccs de depo~Jtller quoti·
d.J<lHU~Ol~Ut ) ~110rme papeu•SSOl•lC q UOI
l'E.ta.t ellvolc à nu~ çomm.une~, pour los
C!llpOchel de LOillllrer dans la nuslue,
IJ.nconduile, lo crlmu ct la !olle ••
Eh btcn, p;ls ,du toul Le seul lJ\COnvénlcn t do cctlo carençc ~·est que Ica
l]all!tanls de Meroux passent, aQprea de
leurs prochca volsllls, pour des onalnaux
partJcqhèrcment delures, et a qui on
u en latt point accrolcc
Le C<!lliOI~ du 21 octobre écr1t
" Cc 11~ tut une su1p1 ise pour pe~
s onn ~ ùtmancho soir, au depoudlcmcnt
des élcct>OI.\$ dans les ccmmuncs du Tcrrllolre de Belfort, de constater qu aucun
élccleur do la commune de Meroux
(canton de Belfort) n avait été deposer
son bulletin dans 1 utne 1 Les habltanta
de cette localité ont toujours eté cons!·
dtlrès comme de• ct durs , lors dllli dii·
lerentcs elections Co sont tous des ré·
calciltants convamcus au suttrage !Wi·
vcrsell A Meroux, on s'arrange en la.·
mll!e 1
" Les électeurs de celle commune auraient d'a1Ilcurs cu bc.aucoup de mal à
lal~e lçur devoir ctvmue, c:ar aucune liste
n'avait cté c;onstltuee Du jlropre aveu
du ma1re " sortant n, tout le monde
" s'en fout 11 dans le pays el lui aussi ! n
Demandez le
1948
'
Ed,rlon~ franç~ l sc ct espagnole,
avec:
r.phemerldfs revolutbnnalres e t
porlrcl~s des grands md1t~nts de la
pensée ltbre
Au profil des vzctlmcs de Franco
50 fr,
Franco
56 fr,
Pr.x
50,
s. •• A•
Aller. INn-Jaures,
50
TOULOUSE
SEf\ 'liCE DE liBf\1\lf\.lE
BROCHURES D'INITIATION
lot E R•r.lus ~ Zo r1 Axa !il - C, Al·
11ert 1 l amour libre lOO - Dovaldès 1
t JP~lentr!
La maL; rntU!I
.o
SCIENCES • SOCIOLOCIE
Buchner 1 J <>rcc c~ Ill LI Ière 1W - Ha oo.
ckcl
lils.otJe de la CJ~Jtton, • . 0 - Dar·
11 in 1 L >)•!gino tJ~ ,r,.'l"'œ•, l!'20 - T •li .
Huxioy
Du >lllg-~ Il llw thllW 80
Mol<e
011 llnrlllll :\1) - L B~udlll t Ll SliJhlllS
'Q - Lahy 1 Du dao Drlmlt U au ~_oupl e
lll<ld< 1ne •o - or Pqllllior
L ~manc l pa.­
tlou <e~uelle d~ la l~mmc 41) - A Joucn•
<!•Jut~tlon
n'lu, on•
Cullhonnat t 1..1 muteu 'rlmlncl tli.l,
t;nnm.nt ou dt\ lt'nt crtmlnol oo
LITTI!Rf<TURE
t,l)
130 '
1\ ("Il, ''" '""" ~~
Ir. rnnnniJ '"' hu m le~ el !1> n çhr "·
r·a rlt'1,mh; 1t R.JII!r' c-, Je CJ11ll1t ~rt!' rt\l
rnu co"mopnhlr
croule J , flous n.ons dot<C passé la IIIOH·
na 1' La monna•~ empâtü dr. ,ai!Ot
la.
(l'oll do:
lrur t uHll
Ain., tiorn\<11\ n61c
rit\
Un flJt<stl p6u• '"''" C r~l ""'~ pou,
~~ Dt: qum nt pas mourir en
roui t ,, Otl trOU.\ u tirl
'' C/Jcurtr.:;} n
C't'"St pr)ur ttt ~d$ dr,.e
ct Pt~ y':: 'tl tJ~ rt
cl10cun.
On pourrait ct cire qu a MorQux (Ter•
noe 1 lèl~t <xtw<r!Pncc 11
qu
/!1audr J flldHI.S
.wr lr ,s...
dttn ~~~'"''.s mntmts de
u ca33r-grauu·~ n 1 utrrc '•
le faJtr srr4
dt la .st~du: . cw.sst loiPt t/IU' po sMbl,•.
fllf's. ci ru x t11arstrJ
sotJI
olrc orphr lm »•
!•humble
le frmd qu' JutrdoJs, la. mu11 est fllus
d.!•
t1VlU: ou: w1 ll t-uf.
p,( s ti
qrullrs
du 7 amlt),
le 1aud11
c!émen1e que la v1e
bo11
~6
12l Galm<r Prt1lée tVolr L~ Lib~rtatrc
~~ ll.P! Essats lXXlli). G3llitnard Dif
!4) comnurc~. Mr•ttrff&, D~IICoUon, la
Cfl-rt tlll!'i nu Il"" ont
J tUtti .s
dorment fi.QUS la t;erre ;a pres 3\ mr ~~ ~ ou
\ cn t ch,,t m 1 d<.!s~u.s, 1ls en s~ntent 111t)l1U
1 11 1 c lu. J' "" " u\ ~ t: \nus J• ~nil.. ufh,t '"'''"""."' dorm'1nt cf,.."
11 C N 1
et J" "" rao ho
dr~ lwtl uus
111\J JHl'i lt N n r"L hJUI
bfJIH lllt s f:!Uilrmil
A "'Il"
'l'"
11 u " ' lv tH que f>nnrhle : qu•lque
pnrt crpm11!anl 1 d4ilf uts bou t olf. la
th-
Ollt.!UX
11. •"t'l lit, blf'n t~ 1nqulllo ~ oe11x
d'av:tnt
l :> ~/ 10111
noutt urcr de la
tombe!S
p1t1eMi~1
t':l li " d'arr~!\ , Jal hlUJOUis t;urn..
~ •• nu tnut cu <)Ul "I'B"TllP l'mdl\ ltlu pnr
la l-'oree, C:L 11 ~~ tH~ •LIJ.j P:'11i an ll l;. ht,tr:
q1u
lt::lt~t$
t.:,.:s
1... "' uson• 1 Cencs les [email protected]·
h ""n aff;ùre
Antlnulit.artt~ t*-
Syn•hcnllste _,t
ln partr;,
, tdf")..
f' t dnus(' Oflx &'''1 lr..,tr fnrt tl>t •
LA MESSE
~· Ùt rlll\!re dt ..
~udle IUd~ d
311ll~
rit n~
( Il
/anwllablr
Anuons-lt bHII, rl 13l dn n61rrs
cdru tlr.s p.ruv ;,..J d d s '~ tHiars )1
f cr d nrr.~uu· qu"rl& l!ntnmt,
l~J gr~t tt X t: ll se wulttpluml
sout aulolll de Cllrtll Jontbldblr• .
Ils , ulrrul~ .\( s1gtu rtl r l J assmeut,
a.v_,ç tlrs mmr-.5 uHUcc ult! /Jt:.ux .sawrs, 4
01 ~ des bruH• dt h \Ill• "'" Il' 1,.
Qts t;~pJt)s. ,;d ~,; n~;uu~ Jt \Il' tliV It C.
• clen\1 Cit•qJJe Jour loo \1\ aniJi y
'14.!11Hl!l\ot ~~:çcompllgnc l
rn (rmx, uu (luul
J;'!'~att J ~ tl
r;zut ne vcuvct9C
1 ( Il
n'c,~t possible d aJmer ct
d'ét1e ;u~ie q1w si lan cotma.tt
1empire de la force, et :>t l 1Qtl sa tt
ne pas !a rcsP,ectcr :t
l
,,, ,J,
q. J;Jarmf eux d:f'S
cs,J~ces dlstfnctls
C01/111lut!iQIICT
Salut ausst à cl! u mh:rlaut rncnrrr~r­
ble qut s•Kn• AnJ•é P•umer 11 •t à qtn
1• dtdre ce pnime 1
Qld
"fwl!ionl dons tm bout Je l a vtlle, tsDUI
olli1>11• clr "''' t lr tubau/ - la meut
de o11:r. llr ,.,s, La llflurll~e de paw t•tHait
tU$tflf~
sur J r$ prll'rt& tl un canttqru .
JJ, rrurr n1rs fHrds, un lo~rg cl!tmm, qw
,,pres , mp pfi Ht tml dr a rtl A11.U1 lons
'}" ~ possi-Mt , ~ ~ ru11• bcrroqur ,., planthts
- ft l<1 re1 m - /<~!Snrll olfrce de chG.•
fu·ll ~.:
J'y r lou t tif t11l l• s yr rtt f,;rmr s
Jlr.ut .. ,41rr. • tr~ or• rl.u/c;. t.. , Ht :.J A lteJHutl d
UIJ • lf.'UX COU'LII ti l• qur, /Jartlt tl, est dt,.
(OU(/IJttt
Ill
tJII.!;
trl1f)UB pémdl-tS
)) •
~Ill• "ècl<
})illl~ 1• 1 ("'"1''~" rl• :ç bau, l Jl -y a.
au
le:t ll!>mm~s fait na tre
teau ou 1a mm,.un
)11 11t
La ayate mt D pour ne pu mourir
sur
l ilh181on qu'Q
cJu,..r
(H'~
JnÔnU} lf'rlf!,
•l•"
tr (Z La n•vctulion prolétulenne, lil5
flan<s le numero
L ldl>e Libre, 20 !r le
lllllu<'l () Pott oie ot Action , !If> rr le nUJUéro
!1(1
LvuJ~!)
L~
Hugo
lb '' udc11t H>us Cb1l' , 1!>
Han Ryner
U• cruo.utr!S ~e 1 EJl'IISO,
Lr~ llhlctii'S dt ln 1 e!IQ"Jon
-
P J
V
-
•o :
l lll'll:'e <1Cvnnt ••' ju~c5 00 - Dr A phot o
La cr~atloo, :.rJ , j.ou1 ous ~~ la ougg~stton,
40 - J Turmel
~~~ lllbh e«pllquec, 60 ,
I.e aua1r~ d" 1 urln. 40 , Jt)lj '"' l lgi0U5 :.0
ProurJhon
l "' ChJISlltnlsmo et
t
lu mal 1:> tllnJnl " tin dHISI I!•
lllsm,
IJ • :SnllHl'l?$ tt ... ,.r ~ UI 'Ii ou oaté
'h l "ll~ :ir) - or %otton
r..n 1~ rannlc clé·
l'Ir :j.le, 1~ - Mouuqr R9U"" ' lA Cllrlet
11..t Il ~dslr) t " ~ s F.au ro I.e. doute
prcuv~R •l e lint xt>t f nc-1 Je IJI~u
6 , La
tau.-e réd•111p!lnn 6
r. f ll'IIM a mrnu,
ao
J.n l'\ >l~•anl-r rt Ir; m<>tt Q< H dieux.
3IJ
'I.e !Jinu qne Je combal!l, <i - VciUII
•• 1 l;crnwHIS llllf:ln>c Lll - Oottcroau o
la dt~ •n• s <Uo u. ~o - Holl>acll • 11a11•
d'" 3 lnuo t o ur~. :.tl - L• ••lna
L'lne)t.
glnn ~· lrL S4 ,, n ca &1 - - " Moot
r a )l('5t&
1dl" ll"l' b - ~ oo~•u• t 1, Ch list 1(>.
1 J;gll•o /fl
L PrAt<...-.lo
~!Jllfl
•l !t. .A..~li.,.1 r.
lb
DOCUMENTATION ANTIRELIGIEU8K
Dtun
lA ~
""t
~t
li L
la
1 h Al \l l7.liN
·~~~~~~~~~~~
1
10
pd~r:mt
a écrit •
QUI
'll'foorstlê' ët6$ colrtrawtl~
1(11<,.,. qu~
•~ni •hn' tl ~
Six mo11 dœ ulnlr•
payrnt un k1lo da bovr.o
Ot nonu IA>IIt do •ul\~
kilo
bourre cou te IIQI) nmrks
1
Il lllOYNll\
b.
o t
nomllr~UIIIII
è La
Pou., son coll ta'!''- .sn smc.lntt, .ra :c.nr~ltcf/é ct son mnuqut de
rt<IICulrs (>rfprgls
.:;nlrd ar• u Lrb n' Sal11t a l'A,ar-
mol•
~n lffrll 1947 oeul ~m• nt
!~mmts avec troll Oll!O.D\e
En hiver 1048 47 dlftl.rlbU6
(
J)(ll
•
St le " L<b
d lir~ .. Jr.
Tl nu plnff
2'' La situation matérielle du ttravailleur
C/toc0/11'
CL~RY
Jean
' f>lnll f>os
" tt• u1us
nous ,,
L~lllt: d'un sympa1h lS:'lnt au « l1b ,,,
u
N est· ce pas elle
lrrott, wnnr.
I tlllr 1 <Ja.: "''~ toultt t~~n çn,fttt1'(" rn
VtdU!'
re que j'ai vu en Allemagne
f>I"'-
ES c d1uers d1t Sud publlent,
dalls leur numéro du deu.xt~~
nle seme~trc 1047', Quelques
souventrs sur Slrnone Weil ,
!ls rcptoduls~nt son ndmh able Hude lnlltulée ._ L IJ L!adc ou le poème
de la fotcc ~
Le souvenir dr. Slmottt> WeB est
t.wp pro!olld J,l:J.ll1ll llOUH COilllll~'
dan s un cctrt aln nom b1 e de mLllcux
syndicalistes révolutltmnalxes ou
d 'opposi tion comuHml~w. à P.u·ls,
à Marseille, à Snlnt-Etlentw, pom
que nous n acc.uelllon.~ aYcc le plus
vi! lntér~t. 1!: ~moi(Ulagc de Joe
Bousquet ct de P f{ su r les ctcrniè ~:cs année~ de la vic de. nott(l>
cnmntade, et les rclll5nLgncmcnts
sur sa tln, ,\ Londres, en 1942
No u ~ ne eonnnls•lons pas,
avouon.s-lc !J.anch.emcnt, cette SImone Weil, CSiiCntlelkment mystl·
que pru;slonn~c de problèmes religieux qui nous est présenl~e. presque exclttslvcmcmt Et nous devons
lemercier les CahtClrs du Sud de
OQUS avoir r~véW cette ctcmlère
Image !,a mU!tant~ que nous avons
co1tnue l)talt e11tlèrement voué au
service de la lucidité ct de lhumamte
Sans doute la guerre qu'elle
avait farouchement combattue
l'occupation l'écroulen1ent des cspoils révolutionnait es, l'ont -Ils
pouSilé à chercher une nouvelle
évasion, :l. se situer sur un plan
nouveau pour conserver le courage
de sa lucidité et de. son amaut.
Pour nous cependant, elle reste
1 exemple de J'Intellectuelle q u! est
allee au peuple, en acceptant de
porter le double fardeau de Ja misère matérielle ct de la clairvoyance , elle reste celle qui tra vaHlalt
chez Renault, celle qui vivait les
grè\ cs de 1936, celle qui partit en
Espagne sur le front d'Aragon
Ses amis des Canters ne paraissent pas l'a volr connue alors pulsqu Ils ignorent ses écnts dans les
diverses revues ouvrières, et notamment ceux par us dans La Révolution Prolétanennc. Et ils se
trompent lorsqu'lis croient c quelle
tut heureuse de ne pas savoir ia.Lre
usage du rusll qu on lui mit entre
les mains :t>.
Il ne s agit nullement dune QUe·
relie visant au partage d une dé·
pouille Il s a~:~t , plus simplement
de faire conna1tJ;c aux Ca/uets que
Simone fut a:;sez riche de vic, ct
de volonté de connattrc, pour mener le jeu jU!i.Q,U'à se:> extl:émes
conséquences SI elle ne sc servit
pas d'un fusil en :(!!spagne, );)lus
exactcinent à Pina, lots d'une pa·
trouJlle en tcrt·ltoll e fnsc1stc, c est
p 1rcc gu'eJie n'eut pas Je temps
d'en apprendre le maniement tee
quelle déslralt pas.slonMmènt), ct
qu'un malencol,lttcux: accident, dll
a sa myopie, provoqua son hospl·
ta.llsatloll
Simone n'app~u tient à. aucun
pnrtt, et cclo. est bien Elle appattlcnt parce que cc ~ut sa loi de
vie ;\ tout ce qui est o pptlm~ hu.mlilc exploité, à tout ce qui aus~t.
est Mn6reux, audacieux ct lucide,
<P
m tan. c.s
n c ®c
\
;J
u r'
~"'
""1
4
't\
·· La terre a u x
'U
----~~~---=~~------~~----~~~~~---- ~;
Sous le
drapeau
de la C.N.T.
"Ji:
.'ft -
1
A la mémorre de nos Camarades jud rc ra rreme nt
assassrnés JI y a sorxante ans, le 11 -11-1887
LE MOUVl:MENT OUVRIER AMERICAIN
DANS LES ANNEES i8SO"t890
L
E Jl'IOUvemont Ollvr!er aux Etats Un is pr6sentlllt après
ùa <:r•s~ soc1ah•te de i870 72 un tableau nssez mleéra-
•
bJo Cctto cr1se ava Jt 6clato par suite do la dictature
marxiste-autoritaire sur lo m ouvement sociahsto lnt~ rpatio­
llal (AssocH\tlon lntcrna tlonnto dC8 Trovalllours) , M.arx el
aen ami ~ m isant sur '"" C8 ractlo ro " progressif » ~o l"unl!l·
cation allemande, ~ ·étal Cll t oppos6 a la g• èvo g~né ral c e ~ à
la !raterm tia hon prevue, Qn caa do guorro par lo CongrC,s
dl! Bruxcl!çs, pour tous Ica t ra vailleurs des paya prenant
part au oonlllt entre E tats. Ln r6volto SOCUI!O proparêo en
AJ!~magne }'ar Llcbknç,c;ht ~ ~ Bebel, en France par Vnrlln
et •~• amis avnlt uvort6 Kur lo territoi re ocrm an !quo, tlomlne par l'lch\ologi c mar xiste Ello Av. lt écla t.\ avec un re·
t&rd consid rnb!o Il P<1 ~ls m Orn e, a prbs les tf.\ntntlves lnfruc·
tueus~~ des Bakounin lste8 li Lyon et il Marseille. Ainsi la
prem ière grande <lpr11uve do forco ènlro les EtM• ct I'Inttr·
nationale ouvrl~ ro Avait r.omm encé par un o <: npitul~tlon do
p rln cl p~s. et a ' ~ talt sold~o par til\ ma"•aorc a.ltreux. La
rllaetlon bourooolso tllompbante en Europ~ n 'nvnh o parun ~
c;.ue quelquea 1iots d'c~ pm r , toiR q u~ la S u l~se, lrs P~y• Bas,
l 'Eapam~<• ot l 'lt ~lfe, ou l~s débris do l'A, J. T olflrlcllcment
dinouto par sos dlrluoants aut oritnircs CO\ttlnuniont la lutte
aur les h:uu du Conqrc. do S t lmlo r (1872) L Anol e t~rro
•~rva l t d' nsilo nux proHcll t ~ . m ;~ls son prolcltarlnt Inclinait
eux soluti ons réformo8tcs Qu aut ~ l Amériquo, malgr$
l'alllux d '6lllmcnts européens nnlm ~s d'un grand esprit r~·
volutlonn,llro, olle connaissait à •on tour l~ n~l~ll•3cme.n t de
&ouws les torees de réaction, Rgla.ant aolt par ln corruphon
soit pnr IR torrour
L'A I T qui Re m;j l.ntint n omlnalemnnt nux U S A.
tuaqu~ ven• 1.~ Sin du XIX• siècle y lut mise ct y e•t eneoro
hors la loi , ct los lormes typlqu ••m ent amt\rlealnqs du
confr~ rlu ouvrl llrc ~ . sc M Ro!idarlsèrel\\ M U A l'lnllur.nco dts
hlé,rarchlos dirigean tes, dos t\Jemcnts nn ar clnstc8 acculés liu
d6sespolr. De cene ~itu n tlon (colnddant av~r. une crise oco·
n omlquo et un ~lfor t du p ~ tron n t <~ morlcnht pour rMuire
A lA mi3èr«) lo piOI<ltarl. 1 émigré ), n .1qu1t la tragêd !Q sociale
dont le prc ml<~ r nc tn lut la bqmi)C d ~ Hnvm orkçt, et lo, de!'Dior Acte 1~ pendaison d ~ cinq m~rtyrs aparchl!ltcn lnjustement liGCI!Kés de comph cl ttl dnns cet nttontnt domcur~ mys
ltlrieux Juii<!U'à nos JOur•
Le véritab le crlm~> des anarchl• teM do Chlcngo étnlt d 'avoir
('ria la tOte d'un e ncllon dlrecto pour ln journée de huit hourea ; c'titait d avoir HOUtonu par< les armes les gr~v1 s tes
oombatt'!nt aux usmes M~c Cormick contre lM bandes
années do !.a police volontaire )lour gcolso et do la ~lice pa•
trona!~ privén ; c Çtalt, enhn, d .wo•r !ondé la trad•hon ln·
lematlon~lo du Pr~mt or Mal, journée do grève générale
revendlc:~trlce et do mobth~ aUon rovolut•onnn•rc, que les
politiciens ont depuis tr:m slorm•Q. en " F6tc du 'l'ravall "•
En marge do la <:onfroro~ des Chovalicu du Tra'laJI, dont
les chets ét~lc nt réactlonna lros et pactisaient ouvertement
avec les explootours capitalistes, so poursuiyainnt des eff9rts
de reconshtutlon du mouvement ouvrier sur des bases
d 'a<:tlon d1re<:lo, et mll me lnsurrcctJonncllo.
Les Chevaliers du Trava1! reçuront le coup mortel lorsque
t on u Maltrc-O uvner » Terence V Po\\ dely accepta une
charge ofhclclle olfcrtl\ il lUI par le Gouvernement La Fédér atton Amérl<:amo du Travaol conshtuéo fon;nellcment en
f 8801 d6ploya par contre \Ul programme de lutte contre les
longues heures de travail alors en usage malgre la cnse ;
elle ftxa le i'• mal 1.886 comme date <N ntroductlon pratique
des huit heures par la fo~c e ouvnero Au premier rang, les
:œembrcs des daux a ~SOCiatoons mternationalcs des • tra'l'ail!eurs " (workingmen) et des " ouvriers u (workers) ay~t leur centre, J'une à Pittsburg, 1 autre à Chocago fourmssalont une Intense achvt!é Pa rmo les mobt ~nts les
plue hals do• caplt.t\hstes et de leurs bourreaux - pohce,
p rocureurs et juges - se trouvaient Albert Parsons, un amé~caln "j)Ur sang, ct les emigrés allemands August Spieas,
Oeca,r Noeb ~ , Adolph Flsch~r et Samuel Fuldon
A l'origine, la prcss8 be>urgeoiso s' ét~it montrée favorable, vu le chOmago ri\gnant alors, à wt raccol.!rCI83cment de
l a Journée do tr~vaU, qw ~ta~t d e i4 à 16 heures pour les
bouehors, b rasse ur~ ot boulanqcrs, et qui i ut 'rCdmte à
iO heures p eu avant l 'échéance du f•r mols, mais non sana
lutte Puis un revlremr.nt Ae rrodu l• lt, le~ svndtcats doublaient et triplaient leurs ~ff<>c llf • , lcs IJlOOt!ng ~o suçc6·
cülcnt sana lntcyruptlon ; IQ' pr~mlere. •~.~occt\a red~>u61all!nl
le courage et l'audace des travaillouu Lo propagandt&te
John Most, ancloo député sodaliste allemond liU Rl!lchsta!l,
deven\l anarchiste, fougueux agitateur surnom•~/! ~ L'Oiseau
dea TempMes " prodlgumt sa pa~olo enllumm~o ; •es compagnon8 de l' " Jntornatlonalo ,. et coux du " Chicag& Ar
belttr-Zoltuno " (quotidien ouvrier de langun allemande à
CbiMgo) m enaien t uno cnmpngM •ubv r rsl.vo fnrouch nmont
ri!aolue ; partout Il New-York comme dnns Jo MitJd~~-Wcst
les ouvriers se pr6parni1Jnt a alfronttr par la force l'advorulro de clnaso. Un m eeting monotre Cl>nvoqu6 par 1 Union
centrnle ouvrière do Chicago aur lo8 bords du lac, r ~unJt
~ 000 lrnvoallloura P<~ r • on •, Flelden, Schwab ~~ Spie•s leur
~rlerent en noglais ~t on allQJlland Et ln i"' mal a rdva,
algnal d'une lutte qui pou volt prendro ln slgnlllcatlon dune
victoire déclsh·o dM ouvriers.
Le « Chicago A!'bcltor » du 3 mal rendait compta comme
.,til dea m ouvo m o nt~ en cG\Ir6 ·
• La eltua.tlon génornlo a ujoyrd 'hul à midi est trb enool.l•
r agoanto Un gtand nombre d'omnloyo un ont capitulé ce
tnatln , ot d autroa cnpltula tlons sont nttonduOJ daON le coure
de la journoo Les m:uwtontlonnnlreH ont marché en lorce
d'une qare à l 'autrn Leo carrlora ont formA leur syndl t at
et wont en grèvo pour obtenir le 3olnlra de 9 hn111os pour
8 heures do travail. Lo• scieurs da pwrr c, kn• ml)çon•, l~e
c harpentier&, passent a l'action. ÙJ S brni ~UUfK continueront
la greve jusqu'il Qntiôre •atlsfQCtion. Ln arève danA l'ameublem~n t ·' runono de nombroux fabrlc mla à conse ntir un11
a ugmcntMlon do :10 OJO ; mats lo syndicat rofu so tout com
proml6. Los métnllur[llstos sont conllnnts dnnH ln vlctolrtl ,
le nombre d ~• ur6vlstlls d 6p:a.-~ 40 000 "
em•olc>v ~•• dea mol s ~onncu• c • Mac Cormlck nvalcnt dc\..,.a,,t.
nvnlt Y:~n 6
le mn!
..
L
ES dl~l~ennl• de ln C G T , ce• portc -p.~role~ dlll&'cnh dl) b cla.sc OIIVrlèrc:, semblent fort occupé~ a
f'!\lre entendre un J;nCf\ em.-ux chœur a deux volx
,ur lto mod~ o.IKu chez 1<'• cx-unotalrcs, plus ('1\ •ourdlne
~br:z: l~e.• ox-con!tder(.,., dont Je refrain c•t : " ra. ec 8cb·
8lon "·
C'<-•l ee qui re~s(lrt tic• artitlr• de n f'rachon dan"
L'Human ité et de ln confércncl) nat10nalc de• militantde Fore~ Ouvt l~rc Une si tou~;hant" unanimite ùc~r:tl t
ra••urer le• parti san ~ tl., l'unite ~ ynd k alr t;t poyrtant Il
n'en c:st rion. n n'en ç•t rieti, pl\rce 9uc la vraie pcn ~ëe
de~ de;ux ebef~ de clan cc.:cti•te-s semblcmlt plu_tot t!tro
•c JIM t'l)WO RE de sc1•sion »
Fonr dl\orc<-r, comme pour falrc la guern·~ Il faut choisir lf,l moment pro'tliCC Il v a d :l.Jl!Cur~ plu•lcur~ mlln!Çr~• d~ •e s< p:t'l'cr, et de• deux cote• 011 en c•t à supputer Ir• s.\ant:tg<>• ct les tncom mt trnt~ du dnrP-rs modes
de ruptun. A 1 aimable, nvl'c une •1mple separation de
biens, 1>11 bten par Ja, nu.mcrc forte " Du cote mo•coutalre, on s'opposera pvobablcme.nt a la ea.-ure li.\Cc la
dermcre encr!:'J<', fut-cc en faJSant quelques concesSIOn<
11.ux minorita.rcs ponr gagner du temps
Que le~ minontalres H'tnllent substituer le bullttln secret au 'ote à mam le' cc pour l:t dc•• r;naiion des rMpon• •ables "nd•caux, c'est une satisfact~on crue les staft~ucn~
peU\ ent leur accor der sans lt:op d'onquietudc Rien n'cmpechera qu'tls SOient les plus nombreux, le~ plus actifs
dans le• prlnctpaux s' nd1 cah de la CG T lhcn n'cmncehera que sur tt SI X mdhons d'adocrcnts » à la C.G.T
Il n'y en :wt SIX cent nulle - ou mo•n• - quo votent pour
le renoU\•cllcment des cadre• synd1eaux. Et parm1 ces
~otant•, eommun,stes ct S)mpathtsa.nts ne feront-ils paS'
tous leur tt deloor » " Le,~ ex confederes ne pourraoent
gagner a Ce JCU que si le rapport de force :li\ aot change
d u tout au tout , ma >S l'assez nette bais.~c de prestige
dc5 lltalm lens n'a pas pour contre-parbe une rehausse
d'e•bme de• ref~> r,mtstes dans la classe ouvnere Le• réformiste• ne sont m plu• forts n i plus nombreux ; 1ls ~ont
un peu plus bru,ants qu'autrefois vo,ta tout
Incapables d'établir un plan seneux a.u prof1t de la
seule classe ouvnerc, Ils ont prefere en adopter un tout
fait, votre bea ucoup plus ambitieux, le " rclè,cment éco1\ôOllque de. la France ». Comme par hasard, c'est le plan
Marshall, prôné par le r;:ouvernement Rama dier. J,es nuuta.nts de Force Ouvrière ne manquent pa.~ d humour lorsqu Ils citent la c:harte d'Amiens et qu'JI' reclament l'mclepend.ll.nee ~ la CGT. à l'e,l('ard des partis politiques
et des gou,crncmenb quels qu 'Us soient!
Le conflit Interne de la C G.T. va d'aollcul'l\ Hre trampo•é à. l'echelle mternattonale. Lo prc~ idcnt Truman a.
fait rentrer dan~ son JCU l e• deux pui s sant~• centrale• A
F.L d C 1 0. t oute• lteu.x d 'accord pour a1d er l'Europe
;\ la façon Eis~n!tower et C1e. cc Lafa) ~ tte nous \Ole! »
on plutot : " rue Lafa\Cttc " •
Le C 1 0 e••alera trê ~ ~;crtalncment de. contrer lM •vndlcats ru~se• au sein de la f.:'i l\1, réus .. r:t-t-II a entmli~t'r la C.Q T. dans son jeu ? c·e~t en 'ue de cette opé~ allon que le• rcrormhtcs cbeFebcnt par quel moven C\ lnccr le• unitaires ct que le~ autres \ont c••a)er de gnrder
la {cnondê•ance ,t toal pr1x
1
Le re•lc, c'~st-à-dlre la misère de• ma,.e• laborieuses,
n'est quo fariboles pour les chefs des deu~ tendances.
LEGIEB..
N
tLS a >!01l ~ 11" con~later que par/Qtd ou H n,O u ~ a , tt pns>tbl,• de
1.. {nire , les ca m ornrJcs rie la
r; \ T. out pres puri a la IJiéV~ ct que
darn nwcnls sen•tt.Cs cl< ont {a1t pt.ll tJe
<tu con\1 1~ llC I{ Tl1 t e Xo us atons •,nu
monlrt.~ â
lou• q11e noJL< dc•mons
!'IJr!IIÇ rlan • l'a cf!(m, a/111 qw• trs Tt •
v~nrlrt.n/lons
pwssent 111 oir 18 <Ottltr n
qu'r. ll ' mérlt••nt Qurmt 1\ l' aotw rl dir~r./R , ta n t clG {uts prMontsf,• par la
(;,V .T , elle n e pouvml que tr nconlrcr
L'a.~scntlmçn t
tou < no~ meml,rcs
P011r cc q1!i est dr • rl11;rnd,rot ton <,
le )>oint est plu s tft <cutablc ; TWU!
auons sulvt ta matontt pour nr. pas ap
porte r de mol!{ de di<<CIII!mmt da n <
uM p trfntle de qr ève , m11rs n ous n acc~pto n s pa •. le prinCHJe de ta ca rte {o retc - tt Qus constdfron.~ que tes rra.
vallll'urs n 'en son l plu ~ 1t a /tend" ! oppl,ca lto n. d u r cr.ta<s,.mrnt ou cMui Ile<
Slo !11ls m m s que la lut tr. e n q a rJ~r. a
pour <Wl 0~/CCf! ( de TC1'alMI<r.r le, pOU·
1Jo1r d n.chat atm 'JUC c c/'llt.el se trou ve
en. con<tan,t ra p port aur.c les ha11•su
qui n 'o nt , h auwn moment , pu tlr'r.n rn•Jf.es, e,t 'J lll mrno cr.nt dnra le s
faun prochain< dr. prendre une extension sans cl' <<e accnœ
...!-.'0118 ena ageons n os oamara!i.r.s ronctum na tr~ ~ â çontin tJPr plus que 1nmats
la tutte pour de tlt rttables re uendiroation s.
Ennemi s trrMucM ie• du rld~cule
• mtmmt~ m m ta! • de rn C C T • n ous
dem nn 1on ~ 'f'IJC l e• !TilV a J/1~ 1/ TS p~dssent
d!Spo sc,r dun po11vofr d' achat com pa
rab~ à c•!U! t,(r, 1!138 n,;cr. app't ca 11on de
!' lic h ~Lk m obrle ~~ çan! prt.j udrr.c d'li l'etour aux quaran te heure s
a
ae
,
·Souvenez-vous
J(lù 11 Novembre~ •
'
Que va devenir la CGl.?
THUOT.
la
D
A \ "S tm [o ll rrl.lll ctr1 t( rs tr• drs tra .
1 m!/'urs d~< Scr l)Jr.e< Pli bile< 1·t
de ""''/tl, on a pu r Cit' t ( r JJ!I ar
rt ( IC allaqltOI!I notre 1 V 7 nfrl , f 'Jll
ml' 11rr MnrtciJP•<rur rlr. l 1/( J>tlnl l.arthOJdtr~ (d nrtJ c/r. i la Jt si /11 ~ 1 oll!r %
(1'~1 t'l'. po ur ('(! 1
ca utarodl , q u e /tl
r t;
Il OP I'"I4 l r s Otl!m u, de tout.·<
t:;nd~nc,, .) "' snlldart<rr pou < p rotr~·
trr cMr l" Ir • sanctions tllCOJ t ru~~ p ar
vn
r
J,c
Chez les Fonctionnaires
w<niJmm~
?)
Alln?ll ri tr rfrc r!fl3 ~nc>rmft~<. tl ftl1lt
rcn.rtrtnfr 1 1" lA C, i\ 1 t: <)ll'l'f1JOlr
a emnha tlu /IJTOurh~rncTlt r.o·ntr~ Franco
t rots 1!11<, a•1 prrm l ~r-rnna d" tou•
le< anll/a<cJstn ('<P<Ifl llnls
2° ' " ne
r.raf• tM< qrl<' trntre C. 1'l.T., $On actt•m
tl sc• re t•c nrilrnlwn~ p rl i «nnl ~Ire tro l·
tt<~• dr
" \' nzl~ "· ill JlOIIr pn r f.rr de
notre camllratl~< " st antlpallll'/11~ ~ (so r)
d~ ! hos))Jr6 d'/l)r.lf,
m r tllr ll nnon~ qu~.
h 1rtt qu'en nr rM d ~ trtllrnl! 7111r acct
de nt, il est rJe nu to•t! /rF,
s '"
,otnil r'-' tt !rs ~ 11m arnd~' rn l!L IM r,aur
1 amNrnratfon d•' !~11r <Mt, et art iL a
préd<e à. ~lln tantremn.ttr~ qu'Q tn !lail
I.e ~o11s(dt rcr c11mme orh ~• te
~~
SYRDICALISIDE AU RABAIS
11 ~~t reqr~tt abl~ tl~ cons1attl que /~ pcrsonnr.t da pi.sc1
M& a•t mi.• un r,.erla tn rMard pour prendre part uu conflit
Cht 6 ces oamaradcs la prtve ne dott pa$ {IEMr l.:urs pttl~&
n1Ur~t R p<r<Qnn r~< ct comme la 301lYlll~ du ~ametlt r.t C<rllc
'""J
du d, n nall chr. ne ttll!n 'J11Cfltl'a< èl~ j'or ter st& fruots les Cnfl.a·
p onte n t& •ont rc<pcclt'$ quand >1$ e 1•cr•~cnt .
~r(J ~ d ~!'"'" ilons d cr.3 ca11wradcs d 'av01r ~ couraqe d'aou;ter un, ~a cn/rco ilt d e> comprcnclP e qn ' tl est de !<ur d..:votr
d ''ezv;~r li! snlar r n !]\tt leu r est dii a11 !tru de sl•bordon Mr
leur aotl ~ ~t~ synd.calc à uJU; trop app~frcnte mcndtctté
•
Anarchiste
2" RECIDN
trtlorrcr ae M. R~glon sera à la disposition des
trc!rol"'ers d~s g roupes samedi de 17 Il 19 h , 1 ~ QuaL
de \ a ln v pour ml•c 11. j i> Ur des cartes e' timbre•
Parls-Oua•t R<!o ntoll vr ndN<II 14 n ov e mbre a
'Xl h 30 Café I.e Bala~rn v ! ' • étage 7~ avenue d e SIouen. Parts, r;•, C<lmt><c r••od u du Congr ès 1\atlonal
parts, &• et &" - Reunion de militants vendredi 14
au local Un programme de causer ies est ro ts sur pied
Juvl•y - I.<'• e.'ma racl es ISOIM d~ c•tte ' Ille ~unn t
d~rm at • ~nlr•prcn~rc la formatton d un groupe "'e<:
1 atcle du s<!Ct~ur qut leur apporter~ touto l'alde nécc3ulr nutnn t mattrlellc quo morale
snnpathlsnnt• et lecteurs elu • Lill •
Cro•lay dr G r~la y Snrcrll~s S t Brt~e Econ•n sont prié< do se
meure rn r npport a' ec les call\ll radcs suhants Facon.
2 rue J -Rigo.ult. Grosla). Fos.<ct, 48. l'uo <10 Par1s,
!:':t Brice
Monoreu ii.B&KI'IOIU - R~llll.ion l'Bl'l\lanenu
BlbiiQ
thl>qu• H!lrnt r!~ cN l!<.'\\lons, r•n<wtgne m~nt~ tou• Il)'
mo~redl • 11. llO h 3ll Ga l 6 du Grand•CCr{, !'r 6tage 171
ru ~ <1• I?!\ rl< MMtroull
R<l11nton g~ Mrr>.lc 1 ~ 1., m~ re r()ilt d ~ ebnque mot~
1'"'"' " ~~ t n ch,.l~ll '1 ' b 1~
Vallfe de Montmorency - Cnmo.rnd(\! de Fnnconv lll~.
F.,rmQn t Eonlwnno ~.. nnols, SI (;rft'l~n. St X-Cu. ftc, ,
t ont JITI~ cl• "" m •llu rn rap))C)rt 11vcc G Crin ière.
~ r uo Pb ll tppe ~ Francon' 111~
ve ... tltol - R~un!Qn (lu J:rO)I[!Q fl lmancbe ta ~ 10 h.
Cllf6 23, rue ::-ton tbnuron
12' REGION Tou ée de Confii;renccs Ari<hde
Lape ~re
Domnnche 16 no' cmbrc, à J\larse•llc, cinéma
Rox\ 1 30, rue du Tap1~-Vert, a 9 h 30 du matm
Lumh fi n o\l•mbre, a Marseille St-Hcnry, salle
\ • ~entl , à 2 ~ heur e~ , ....~
Ma nt. 13 n o' cmbFc, à ~l:trse•lle-La Pomme, CJn ~ rn a :\lodern, a 21 h<;urc•
Me.rcred J 19 po' em hrc à Au:-en-Pro1 en ce, s:olle
des Et:ti,< Gé n tfr~ ux (1\t:llrÎ('), :\ 21 heure.•
J e udi '20 no,embr(', à Salon, salle du Septier, ~~
21
M•l't1an 11.. - Tous 1<'' sant• till r6unlon d~ 1 Il
10 h elu 1101r Ch ~% L I• ft)l>ll:l.l 0, 83 r ue l?otnom)
• CHATOU, voir procha rn numéro
Le dpn a nche 30 noocmbre, d ~4 h 30
e HOUILLES salle mumc•palc
L e sam edi 29 novembre, d 20 h llO
Paix,
du ICI IJJll.>O leuo:ll llO
nov~mbr~
1t 30 CM<! r.ulX•r., plnr q do VA!m) (!)l' l it~ salit>
Lyon (Grou~• I.Y<'ll Centre •t ~,,,,n . \ n.J•e - A ~~m
bl<'<' d ln t" r>'Mtllln <loo deux ~e ro u pt~ cl tmnnchO 2~ n •
vr nJ bi'C' 11 1 ~ Mur~ < . Qll ruo Snlnt Jlan ~"' ~ un~ra•J•
! R\ Orrl r1•rn 1< <')rn pl<'> rcn(lu du ( <) n.:r~• d Ang~rs ~Qnt
~;:nlrmJ'lt t ln' Ill< Jr• comt•III:O<:>n ~ d~ M Fon s el cl OulHnf'.. 1)\) tl<""& J:tT('IlJll' ~ ~w nt ~n fm m11t\ ()n
11•
• NARBONNE salle du
12' RI!OION
Mar•ollle (groupe " oll ne
2• UNION RECIONA Lit
lndust rlos et meuers tl Art - LC's cama rad s d essl
nateurs peintres <tulpt. ur< ctsc l~ u rs l)IJou t•er<, ete
s• eloi' ent <le r. Joindre ; ouantsatlon o\ ~ et t,lte! une.
pcrlltnn~ u c~ e\ t tonùt tous 1~• ve nd rl'clt~ cre !" h ao ft
19 ll~n•~ au si~~
39 I Ut:! de la 'l qur ...I• A. u ,(r_ttn ~
Chemmots - I'o'rmnnenQe rou. les m~rcl'<:<lf• dr 18 ll.
Hl h
39 ru e ile la Ton r-11 .\ uv~r~: ne nlétro . Anvers
fi
OU P t~ l iJ(
CH!MINOTS
PARIS OUEST (R ! Vo-DroltO)
Ponr
l'<l llti).lll<ll llon du Svnd tc•lt de P "'' ou,., ){l v ~ Oront
1~ • camaJail ~ ~ d e Satnt J ., ~n r r J>,ttllJ<nollr• U vnii O J~
fn \ ltfl! fi. ~nVOl fl r IC.UN. AdfPS$ C ~ rl: 8.C tt"' ~ .0.\l
(~t• mt no" Cl': T de 1':\ft~.()u <t
Rhe
•1o l:o TCur'tl \ uv~ r &'nc, P:tr•~ I:rl
Chomlnou, Vt>reft ltl e, - s, Q 1tt :u,. en torn a. tl\ n .1-: trl r.,
i\ 11 ll~1?'1rHH.! n qui rrn n-.m('ft r:\ 1.
Melnu~
P ~r mtuJrr,. c ton• )~~ J1ltu• d• 1 ~ 11. tn h :JO
le '>Jnl'''( dC'J s"', 1\ tn h 3(l :to, r fln. l a To11r<1 A u v·,. ~nt
Nê
!o;{ll)t
s, O<ll<nt
de'
:m, rue
Pormnoenc• 1<)1.\' 1" mcrc rC<ll~
t70 Ill SI Antoln•
- :'\ou< a ' ioo~ • 1<•\"
30 '" " '' I'6I>.<Oillllt'l'"
bitlmtl'lt
lt~ <~ nm'n ~tl ~ (JII ~ no t•~ r-\i\llli f'O\J)l~ô C.fln('rAlP ~, fl(n(fl"
ha' u rt~~ li\, l' \l ô dl.' 'MP.nq x
(/1JYirtnl"lH• H\ nov('mhrc à
'1
nu • r. ,nnrt llnr H r mhtu& •
L ('l('h IC
Arsonooull dn l'n' Julia
A • •ll~r.. ~7
fJiu r" 1
du Tra1 311
TOURNEE DE CONFERE.NCES MIRANDE ET JOYEUX
« La C.N.T. lace aux événements actuels »
24
26
27
28
29
-
30
~
s,,nc munklpalc, à 10 h.
Grand-Combe
)l ~ ~CJ5C5
ct
4•
.)ô. ~\ro u e d ~
cl lmn'nchra d e 10
a
b
O JV ! >lo ~
t~ h
T<'' '" t•~ mur et !~ d e 18 b 30 cl 20 Il
btl Voll(tir<
(f, ll rtHII\Ilt • n~ 111~ luntll ~
tt• Stl h
23 novembre
~·
'z rue
• I..ta
AU innY ·tOUO BO " · - rou~ Ira il lmft llthM, Oe g A 12 b
nu" l'lill 1 )r lll o • ftl ~re tir 1 ~ G~l'o.
BII IDn uOUr t ~ Sa)C ( jr ,, H, laaUIL
u -:ux P.' Iffi.'\n cncf'.,
Ma urfcc JOYEUX
C~>nfédcrat ion Nall~>nnle
•'f'l
1 ~ r. 1"9 h
Lrvre Papl• r-Carton - f't rmhnfnt:'tl tous l~s lund is de
1 ~ A 11'1 h a o ' it'r!t.' Z9 r ur (!tt ln. T flur d A tn r r an("
OOMITI!ll lNTitR8YNDICAUX ET UNIONS LOCALCII
Antony -- l'f' llllll nf'n Ci'\ le! 2• (lt .,, d lm nnt.hf.~ 10 b
Pourquoi 11ou• l\\ ool• comtltué la C N. T.
• SALON, ulle du Scpt•cr
Le vendrcdt 28 novembre, d 21 h cure3
La
o
ur.<' tml lspi" r\,,l lllf'
\J n f'\1 l • ~"t mnnl> wt, ~•r t !f~, l t t Hl" lf'\~ j rm r ~
L e dimanche 16 novr.mbre, lt 9 h 61
C ARRE ~t MIRA NDE
NJmct : Petllc ,~ne d u Foyer commun~!.
à 21 lic11YU
B01uca u e : Rmtto Cinéma. à 20 h 30
~1arll)luc<
Salon
Salle du Septlcr à 21 heure5
A•x cn-Pro,cnce Salle des E tat~- Généraux,
à 2 1 heur
Marseille :
à 9 h
l <;~
H\t lt l t<lb t'l \tn al r t"C1\!\
1(',0 r UP
IH II Ja n t ')urt) rt (~ llt ut f' dt --vnu ;rlrl'\ r rl 1 ('~
Ch aronton - 2" •t 4' d t n. l\nch ~s pi nce Ar thur Dus
~ P lcl
re\ fi. 1 tw r i0%(1
Oouo .. lnwll ro. - il" et d ~ i llll•r cl ltn Rn c hc ~. d e 10 Il. 1~ Il
Hl>lel ~~ ~ 1 ruM~
Kromlln-Biobtro
S Mr ~• "'r Il ~J arc.,.tel, 70, rue <l u
ru
J(r, mlln
M ~ r u n . - 1 l nr.'n IM.Ill~ ..P~I en ~olt de ~ons t ttutfon
Cn mo rR<I <\1 ~ ow ov~• J>n >
\rn hiO.OM JLlc:,~t3Al'l'~e ' M l~
c ( , r rrtiiiM on• r •n~r ~ r P.'>ur orrntlr• cOtliOCl (lr. rlr ~
nn ~~Q~"· av. rue <1 ~~ 1:l 1 ,,nr d' AU\ t"'IS:ne
rl••
Poi 81' Y -- P r r m~n(\nc ton" lr.& Jonra 1 F nutt ~ R{ n/\
n n r .ru " <lu\ 11 H;lHil't~ , l H ~' d ~ P •r ~
Sur"'" "' - 'le' '"' m o relis cl ' 1~ 1\ 19 h • AU PIJ. n l ~r
l'lcu rl
3.\ q un l
111 11 1
Vtl'f•! n
p,.
m an( hr!'\
Vllc•Julf -
<l ~
S{'orts •
azut mr.n l<lnt n atw • jlemuH avec ln. p1oit1Jçi!Ofl 1~ s 20 % àPS
bénéf ice • qu 1 V<'t IU'7H s' a1outcr ct wn sotw re nt axmwm,
l'encourarr,.nt à 1>~ oclurre, p ro.lu1re lm1)r1111' dat w1lag~ ~~
consommer O.U' ' ' • )1Ul,que svn po •nor r d ac hat se trou~ll
au qmente L e< 5 % re • /lln l • , a ugm1 Il tt ile la qtlote par l p a,trona le éqw~alen t e , " trouven t cti)Jtla/J st. s sor1 s for me d pçlron <, ac t1011s ac aeléo s s01t par le ConnLé d cn l r <Jpnse, au
n om de (' ormr w r, sozt par t Ott>;T J ~ T lw UICmt . L 01l UI Icr srl·
rreux - J1 re écon vme - T18 U! dçi)~C . pa r ' on t ra uaJt el fi C
JU à<CI"I!X p laçrm< n t •. deve m r , pectt ~ pelll son p rop re pa.
tro u bten • qu'J I 'et ar t d es1noble que ces $oc •~ tés const1tué~s
de la c ~p•lahsahon ou..r•ere) ne fi!Hlllcent ras !cyrs
propres entreprtscs a lm c• ""lez les !ncl•on» :1\ ec la
OJr ect.ion •
Le S) stèm ~ Jou~~~ rrprenq, h son compte la '"'ltbrc apostropiiC dQ aw:ot • " 1 nnclu< c:·unus ' " Il o nc1t11 ~cJem ·
m en t le m 0n(lc outncr 11 ~1 s le BE~E T'I CE A 1(!I;T PRIX
{tS!'ue~
et, p ar si s plqcmnCt\1~ dM!< rlc< enlr qmscs con nexe s - vo~r
m~ m e tv'alenwnt étrnnqcr r.s , m ai s hns }w.r de? capitau x
~ tlflaac!. s caJlecovc mrnt - ver~ le t r u st e {ectt(. C'•st alnst
qur. lon pourr ntt vorr le& Orlvrœrs d ' un" (abr11~u~ d" pnerH
o. (tnlelltc r ea nr,rcn l trais, une so~Mt~ cnL\cc •ant l' !at(J: en
Amazonte., une ~ncfct~ de. 11!1 ce$ clétaclu'• s de I,I~ •JClet e~ ou
encor e u ne sod~ tc rlnssrtT/lllCr' / Ott~ rfsqu• ~. ri• • C rst le
t l/pc m ~me 1t or•){lllt•lltton capllnLJ~/e terucale D ai!leuu
JIJ Jou<s~L s 11 con (tllll n C$t i• pas titllfnicur d.r.s \ fines, pr6G(rit nt d:irecrcu r '' ' n •' m~ d~ la ~> odàtt purlsrenne lf,e ccmfnta.tlon . pr~Sldè nl â11 ( Il) r:S , l• réS!IIeul de tOI{Ice fran<('oBr l l a PI H~I/ U C , )Jrdslilc llt liu G JO~l)lc / llt"rPro(c<sW711UL d~s
lllliu ~ t rlc~ ilr l.n t. arrntll'-< o i•Hnl!e<, Courilcl!o le , Boi•.ÇOIrnn fl es , m ~m fuc du Comité dtrr.ctru r Il; 1(1 Con{c'dérot~;Q n
Gélv ' rq/1! d~s / 'ttr [f's t.f M tl >tr.tlll l'~ 1 Jllr~przsc• membr~ d<1
p!USII' IJTS ç ommf!~ ()Il< "" (> N , .
(l(lhl<lii~ /TIJ/Cur des {lri!U·
)lM cJ,
lli clu~ lri•··· m.'la!+Urf!U(IlCs, m~olllltl/ liGs el conMX,tl
de la r ~rJtlln pnrt<tt-111tc ?
L oum" r c•l nt /N iti rwr U! n vpnUt[(''' m omcntun~s ILonn"s pa_r U ::;, Sl•'lllt J11u;.,él I l rnn•che pi'lrce que S•1 s asplralcQrl• hrol<lc• J'"*! 'i<ICs lw (O<>.<~ nl r.ntrt. Gocr /11 possti!Uolt
a ~(T'- pa )ron IL •lm tu ur, dlln< un n~. )lJr 1111'/! roch• . Tl 1'1<1
•~ fJrc'tr. curie )lOS de 111 r>l, d•• '"rproaucttotl une {O t < I' Ettropr rr r.on<trutlr , (ir. l'rml.,mli lwqe 111>$ marC/lé< rn pl'rlod.e
normnl, .
tmlaqm"'"''' ' tt•t lrrmtmx rt polt/HfuC< <
i•' $ 11
~ ondolwn r n{m dr )>rr/t/ll Jre nd u ~ ll c qu'Ile <era <il
ti<m rf ~ , qur la Jl< ))lm• aw a l'le chn< <• c <'t lfiM son rJ!Ir~­
)lrls• ( 01( U < ~n/f•' jlr/<r<l IJIJTII i\ r11mp lrr 0 1 CC ln ( /)ll l llr•
1 ~nre, cc ' flll <•IJitrrrm <u IJ/rr rlliJII à rbllltJ r /.il mnrqc h•' n t!·
f td (ur('. <Ir la xrJCt r1Jct, t. OlfiJ mhn~ a Tl rlui! ,, (n p r v 1.!w.:tw n
pollr rte pa< t ru )o rr, cr les uVJr~hes mont/lr111x• 1! ou ra l!1r h4
la p rout pour 1 omh rc ct lu fm (/.6 !'av"nt urc le trouteta ph••
en< hat
qv-. lW >lit "
r .,
<l'•
ne
twn• capJ1ah,lc<
/'ollll•tem ent. Jt raiJ f}~lle ••t r•m•r• lll.<!nt
1<; l" rtrrrwtJ•m• l"'lamt•tr ct srn t
gautt>sme
p!l'm ne:.
'~<.' r• l cr. 1111< tl" r. rri!IIC I1J1 m~me qut <ié• /())e nt!casatre , â
1
ehll qu~ ~111/JOII (/r. Si)ll ptlrtple pi1 /HI~ II11t r1 1 , l UIPOrl du CnP"
l'lt ~~ du lrnt m ! si 1 011 r ~ 111 ~ ll lill' rt ardcr la ~~~llt•n tl f>n not.!
re
l:n {m snnt de tJI>US, 1)1!\)ner<, de ptft/s Captta(l•~es !« qro< cn rrtlalis/e! con ~ t nmcnl '"' d 1gue. qui ln m~l­
l rtl â l'nbn d Ps co n t~u t slon< •or,1nlc < rr ~ ~ m r A ~avs mazntennnt 4e réqrw ~om m e tl con t wnt Pa r vo i re nrnon de
classe . por votr e te.rrn.~ d<'<rr d é~naMtpatton /Q'atc
vo us
chas •r. rez tous !~s Jout.stJI du monde ct vous établirez le fèd~­
ra i i.~n.e llb erta~re .
,\ OR UAi\DY
Aux Travailleurs du Rail !
D
IMANCHE !6 novembre, à 8 h 30, notre Federat1on
des Travailleurs <lu Ra1l (<!dhérente a la C NT) !•eudra une 1mpot tante Conference Nallonale, .t~ux So-
coétc\s Savante•, a Pans
JI s'agora, pour le" chemmots céné~is tes venus des quatre
coins du pays, d~ x~r la poaotion de la Fedérauon dana
les JOUrs a vemr, et 8Urtout d'org:anoscr la F edûrat•on
l;:n e(f~t , forme e pnr Ull P9l1t noyal! en jum 66 la F 't ~.
volt llUJ OUtd'hut de nombreux cheminots se lOllldrc à elle,
el tes trOi s ou quatre copams qm a •~urc nt la charge de
" cerveau-moteur " de la Fodérahon ~ o nl au1our d hu1 d.e bor·
dé< d() t r",vao\
Il lau(\ra (ionc QIJe ch.1que militant prep nc ses respons.abthtcls 't d11v1 ~ nn o un rouag e dP- 1.~ " pmosanto machme .,
<;1!1, dtlJ)lam, arrac her~. d:ms J'action dir cct t>, la ayndicall•;~hon des chemin ~ de fer
Notro cnma,rade secretaire gcln l:ral de la i'Od~ rat lon mettra
los C<!P<!-lns nu courant da 1 ACIIVJté- de la F~ d o ratlon depuis
111 fondation Le~ cheminots v ~rront que , •• 1 ;:.e llon de la
F.T R fut un peu cllsorclonncc nu dehut, en ra ison du manque de cohc\slon, dio lut tout dç m~ m e appr..: lablc ot qua
demain, avec l'aldo de tou• not re FT R pourra devenir la
plu• urnncle force chominotn du p:o yfl
Lt! pr ogramme fM çral •ur les r evcndt<:atlong, qui sera
prclscn of, dov.utt ln &nlorrnco , a etc\ mn.ntcs lob developpé
Ici, nou• n ~ non • y ulendoons donc pas
L'ordr o du jour oppcllera ~galcm • nt la m odification dea
uatut ~ . mo d lf• c <~llon renforçant !~ pol!illon rsvo!ut1onnairo
du •y ndlcnll•nw
N&u s nuron • t\g nl oment à hXI'r not1 e position vis-à via
de• organiflrnCR vol• lns " d1ts svndJCii Ux "• n ous ne per
dron • pa• notre temps ni avec IR C G T ., n i avec la C F T C.,
Il tout !nlJOt notr11 J" O" ItJon ost n cttp
Unt~ qu~ • tmn lmror tant(l, • ur )aqu elle Ja Con f ~ rç neo df'.,vra
dl•cut•r .~rl cu •om rnt, M\·~ le pro,b lèmc do la Convention
collective du p•r• onnel, et ~~ suh •ar que les camarades
n 'accepteront pa• l,, " hlaa !•atton do l' o•cl~vag e » li ne
laut pa~ oublier qu9 le but fi nal du s ynd lc ah~ mo est l'abolition tlu •n a ri ~ t
La fournee elu iO no sera p:~~ trop lon!Juo pour mettre en
ma~che notre force r ~ vol utlonnalr e Lee camarades dolvMt
tou• eomprendro qu• nous a11rons a mener une lutte serrée,
li Jo ( "" r ontrc ' "" r h"n· d u Canl! ol r crréscntQS pnr les
admlnletratcUJ n, d i recte ur~ ct c:tdrc• do la S N C 1? P.t cantre le;; to•cc,• LI oh•cur antl• mo que r~ présc ntcpt la Fcldo-
p ' '
~
•
10 ' ~ G ,
è, '" ...... ~.~ 0 a
tTino
<e
>S~
,
c '
O· c '
, r
~ ... !<.""'..,
•
•(
' •m J r
'> .
in :P l •
.
i::'és~F:::,,:."pour,::::.:":::;::~.",,
~ :~:·:~:
l 'action directe, pour une grande
Savante ~.
J
u ai t." t
.JI .~:~
•Nc ..- )n)
,..~ '
•
1 \
J
1r
o,
ou: ii
u,
r ,r
.,.,. e
Jl •
r0'111l61 Jg n
n
,nLoot, triduAT . e
,o q l rm.u l!r e"
r< J kuo ~,. • ~1
~
"'V'
f1. cJie c.t, trP\l-~ IPu
L C'l<l
cIl' til r l',tR
)ifo:,
nr
JnK.=~ ,a.
11 i< •
i errl'd n de O H al~ ~m ~
rp o ns a
a
de nta le r. t Ill r/ rO II !L{ "T ff• ln ~ ran ~P 1 A <l011ar; • pl.lrjJïiplt·
llén av.x b~n t'{w • • nr. fit Il r·n· Ollll" qti CJTC W& bPQJl.X
f o llrs du ll!COllll•' rO I I(/I~ l d~ ln JIOÇ<j!Je'
Sous 'Il phrl!'s~ llltfl' 0111 r ierlsle z • ,~ uvre rJr. \f lo>t•<,•l
(Ace«'< (! nd('~ 'frQ ,nll!C u r ~ ,au r-!lf>llal), r tuN~ . h! ~' ""'• des
hu is T~O(c/tl>nnnn r. s ll11 :C•f!I ~ IS n OliS n e JlOU~on~ SO rt <r.rt rt
\0 l< r rwns t:l'l«l" ÇOU (JU"' r amaJ IJ(f< abuse< , car \ ( , lOUS •
~et e<l pit·-~~. rli! la 7>nrolr nux actr~ 1! a réa(!•Pv dan• so~
tltlli'Jm•,., son ~>islrmr. d' f rnr,nr. OJl1 nère • IJlll e~l act uel-
C'r~ U~ .~1
lt 10 r •s
''''<Il·
(11111 smt 71romotru r le t:tlt#U~ ou non te Jou«e lt•mA se
h~llrt~ro ol>l! rro'll!Jrrll •'nt tm jotor, 11113: éternelle• cont ractic-
wlu
loc4
d •
• 1 c
jlQ f;:('l\6
p&.r rodP. clt• <ur pl odueholl OU en pé1 10d~ dr Tt nurw "
En à au/r es tcrm ç ~ . !~ ::-;ystcmr. Joussd 1" rm~L a l ouvrier
de parl •c•rN r awr bcn~(tce, de l ,•11!t1 J'T' c l es b~né(JceJ
t
1
( 1
P ), gé r~es par eux ct <fc,;fl nécs à ach c l~ r des actions
d' aut re• c nh eprJ,('s c~~~ p CI II ICt 1 tl( U!~s J OI • iles ou,rl(•rs au
CO)llUil ct hl con'lll ll llon pou r eu x d ' un 'ota n! d e ~écun lé
MU1s que 1 au tor t~ lc'>:Jtlmc dn che! oetlt' ••pr•sc so1 t dulll·
nuee Le~ retenues o p ~ r~c• pour celle N'PJ•8 •1sa hon ouU Jère de momc qu e les \ cr5ellHliits pall oli11Ux corre<pond nnfs ' vitrJP.lll e11 nltporln nce •• lon <l UC 1 on se l~o ll\ e en
D ES ETATS
co u.- a vant l'ouvcrtuN Ife ln séa nce (Rap!}l!lons que
1app:;rtcnaMe a la C !'> T est ln s.eule C4ndltton ~:ngee
pou r ~~~ e iJJSCll1 "" < e ntr~ )
'
Bo h Antoull re mont. -
~
T.
c~f,/ Montmorency
PO L ITIQ UE
On )letu •e taii'Cl l n •c r~re à la <alle où se Hc nt le
Syndtcnt un lll6 du
ou Ré' olutton.
c. N.
r
REQION
Gli .J'f lin den:>~n d~ d os r ~lll.tlons nvoe
tou• an& I ~Ct~urs et •Yini'>Mh1Mllh de~ PvNnt!'* Orlrn
t..'les E c r lr o J M D G~l :r: nv ~n u & St-E•IIIvc, Rcrp4;nan
"Il""'"
L A CONSTITUTION
s~nta n t C<'JIC d(l 1 c•nl!CjlJJS~ \ 0111 dli ll~ deS {',u ~4cs
(~ .0
l~s JJlCfmre ~
la Tour d ~u \er Jtn e Parta. 110
MHro
ou P l ~alle
Pcrm:r.ocncc lOUS les Jours d e 9 a u beureJ
ct de 1' h. 30 a 1\1 b 30
Centra Co nt6dtlra l ct.. rormatlon syndloalloto - !\t'ance
du ' tlO!I redl 1• noH mhre 1~.7, à 20 h c &n l a Sall è
de 1 H orlo..:<~ 4" r ue d e la Y1ctolre, P aris, 9•. Métro
Chau,Sé<'-1:1 A n~I n
Cette s~ an ce pa r~ra sur
~~~
Pl~ :\
St•ltllenno - n~tlll \On Chll(j lle l•'nd t Il ~0 h ~ ru ~
de la 11~tr r~ )' r r~•a n t ftJ)J')N Il 1 \IU ~ Trm!l.ll 1/ li;I)Ul
l'r(o~~~~<'o Jndl$pl•n•oblo
'
1
-
rue
~
ft !S IL
LOUVET
Guerr~,
•
~ n ou vrau S'l•tfm n d expÎoltauon est fn t1odui t açtuelùm~ nt dans la. l t!!)JOn p nr rsicnne tt r!rcnd de t' ettenston
dans la bun&t~ tHl ouût et sud-qae<t
Il s npJl lt~ 11: sv~t~ me Jou s.'d
Q~< C<H <' qtM lr. ' ll< l ~inr. Jous•l'l ?
Le Ji •tma nl ttlha dttons • qu 11 er ce u ne éJ:nr gne ou'f ' ~ '" pf le'" " " 1111 " Jpc u I><'> OJ d>ICi m l'Ill une• p11~llc pahon de, otn r•ciS n 1•\ pro<lucli" lé de l'en trepn~e ~~, par
exemple, Je v• nd ·ur~p t de~ on' rJf ~s P•'rmet à 1 entrepri se
uno nn.gitwn t.UllOil de ln mn" ~ (1• ' sh ln•rcs ! ef,nn ~ c-a
2.5 % à l)nrt Jr du ): 01111 moJ l ou ' Or\ éqmllbre est ~~sur~.
20 % !>Oll l WI'S(!> d ll •'• klll~ Jl l li ll X Oll\ IC I !; tJ) CX<tdcnl de
leu r ~mllllr e S ')., n •pJ rsr•n tnnt leur ct uo'r• p 1rt c~ 5 % rcpré-
lcJ\lcnt arJQplé rn r 'lltl ll ZC PlllfCjlrJ'eS el QUC r J u, or u r~ autres
vont llPJ)\Iqu r c , J n illJI•c/anl le v liu s cap!lalr• l e aan • l es
ve1nes dr < /rnl! orl !cur <, /1• p/1/ rmwt e'<~nr. '"' r r t ctorrp. r aa
ma t:Hnu m !'éJI"te;n JI! dont 111)11< somm (s, nous, p16/ ctmrcs,
Confédération Nationale du
D r oll~.
a.
8" RI!C I ON
h e u r< ~
Mard ) 2 dét.;emhr~ . a Samt EtJCnne, G fnnde
S'lie de s Fc} t~<. Bou r~ du Tr:n :ul, à 20 h e ure~
3" REQION
Pnr pi iJ'flan
Cr. qui non• prou''" que d•m• cdte 5ocléll-, m~me la
Ju,tlce reltthe est hl).po~~lble, ~:>t qun le prolè,tarlat "''ra
t~>uj<JUrs \1 ct lme. CC' n e sont pll• dll,~ rcforme5 da.m l'ord re
capltall ~ tc Qu'Il nou~ faut : e'c!t la dl~parltlol) du capl·
tah• m!) ct de l'EtM, quo, le pr emier par 1~• bl'ntiflc~~. le
se~end p.\r les lmpot ~. J~re~• u rent jn~qu •au ~an g la classe
ouvrière.
LE DOUB LE JE U DE L' EG LISE
<( du Go lgotha à I'Eiysee >>
r"''
R~IJnloiD
O•callt.,
Fédération Anarchiste ·
Garo do 1 EsL
r:.e
w
sCill'l\IAN, mhustrc <les ftnan(;~•. est un homme
ser1cux. Et sans doute sinccre Nous n'a.lmon• pa.•
les accusations Injustes, ct nou• nou~ gard~ron•
• b!en de l'accuser de mau' al•e foo dam le projet
de reformç de l'lmp~>t qu'Il 'l~n d'clabonr après u ne
etude ct de• tr:\\aux aus" \•a• tes que laboneux
;\lai• il est PFlsOmll~r de ses conc ptions iwrlm~s. C.,
qu 1 lui scmblç une rt'\ olutlon, et QUI 1 r•t pour le• dément< le• plus r ctrogradr3 de la socict ,_,, ne uyt p a~ tl'~­
pctte çt, malr;:rc tout ce ~·u peut e11 nenscr, n allegera
en r•cn la classe I>UI)"•cr<; de ce qu 'elle pa)ç en maUere
d'1mpots.
Dcpu1s :osse:e loot;:tt:mps, de s choffres Otlt et6 publl~ s .
prou,•a.nt que c'êta1t nous, le ~ salarlt"'1 qui lltJons les
\"ictlmc• du S\ tcmc f .. cal artu~l. que> le• p:wsans ne
pa~ a..~nt presque n en au f•se. que les eommcrç:~.nt~ <'""
moqu L l ~nt jo>euscmcnt (en 1946, !~ur ~hiffr~ d'nffa.lr.-s,
ont-•ls declare, n'a pas depa•se 56 000 francsl . quel les
profes.•10ns li berales ( chappaicnt a ux griffes du perce-pteur au moin~ pou r les neuf dixoeme• de <'tl. qui de• att
les attdndrc, ct qu en fm Ir>• iltdustr lcl• · ·~n t iraient le
plus souu,n t ausst bu~n que le< commerçants, les pa~ san<,
le. medecm• les a1 ~>cats et et tutti quanti n.
Des prote•t:at.ons sc sont clc \ ees dans la pre.. p lu<
ou motn< mdcpcnd:ante 1\fü p:tr un deSi r d ' ~qulte - supposons-le ams1 - . :\1 Schuman a pns des di5poslhon•
qui tendront a étabiJr J'~gahtc dC\:lnt l'tmpôt, telle qu'clio
ex•stc, ou a peu pres, en Angleterre ott aux Eta,ts-Unl•
Et. l'annee prochamc, chacun dc1'l'a a\ oir son carnet
fiscal, ou J'on pourra vcroflcr <i tous ceux q ui j u•qu'a
maintenant se sont moques du m,ni•tcre des fmances
comme de leur premier sucre d'orge, ont accomph ou n on
leur dC\OJr de contnbnables.
Parallelcmcnt, l'abattem ent à la. ba..~ •ur le revenu, et
dan$ cc cas, sur les sa.la:rcs, sera ele1 e à 80 000 fr ancs,
de façon que nous pourrons r espirer un peu.
1\lals hel.'\s, a la rcflr.xoon. Il appara1t que cela ne donnera ncn de tout aux t ra' a,JJeun; sa lan es Et qu'tb ""'"ront
touJours gros Jean comme de,ant
Pourquoi ? - C'c<t bien slm~lc
J.e pa~•.m qui pnl!'ra. plus d'on1pôt ne •e reMudra. pa.s
à. •erser cet ar~:ent s:~,ns le récnpcrer. Eou r le rattraper,
Il au~mcntcra le plix d«'" pommes de terN), d~ lfrumes
en ~rcneral, des frurt~. du vm, au la•t. de la ''lande. du
b~uue. f.t c t'<t nou•, qul, quand nou~ achet('ron~ no~ den~
rccs ahm~n t:urc.5 , palcrOJ]t les lmpôh des paysan~.
Ile medcein au~:mentera le prb: des con<ultat•on• L"
fabricant l't 111 ' ~ndrur de produrh pharmactoullque' elè·
vront ('clul dr~ ml'dtt'am<'nh. 1, cpkocr. celui d~• produJh
que_ no,.., iron < achr.trr chez lm Et pauan•, ln'l,u•trlels,
t.'l.•l,leurs, <"ordonni ~rs, bou~:n:o t< commcrçanh de to u t~s
•orte•. profr~~lonnch, f<'ront rl'tombe r <ur l>Ou< directe·
ment ou mct,rectemont, cette partie noU\ elle de lt:ul'$ r rals
gcnêr.1ux.
F n é ch.uJ ~;e, qu'aurons-nous pour nqu< defc11dre ~ Nous
ne ' ondon 1 rlllll nou• ne fa.hrlquon< ric o~ pou r notre
compt" Non• n'.non< que notr.., tr:t\a\1 ul n 'rst pa~
mt'lrcantlii 'llbl~ Nous ne pourron• n~>u • d battre qu'en
obtenan t dt'• nu~: ment 1tlons d ~ •alatr<'•. ' !ta e~>mpensêt'•
pnr I':Lllt::'lllt'llla linn du prix de 1:. " " l'liai•. pour obtenir
cetfl' ,IU!I'Inl'lltoltlOil, 11 nou, f:tudra fair~ des grè\ Ç•, SOU•
tt'mr de< conflit< qui rt'pr<'•t-ntçront dr• perl~• konomlqn~• c~rl:J.ini· ~ 1 nndl• QU(; pour nur;:menter lo: prl;>o: do
h:mr• mnrc h:~.n!ll\r• nn d~ Ir urs ~en Ire•. h•• Jlal '1\n~. Ir•
hHiu•tri<'Jq, '"" rnmnu rçanl<, Jrs mt d('citt~, rte, ll'ii!i_ront
pa< ,\ falrr Ir mom!lr~ sac~il\c•
nan, 1~ .: Hlr(' d~ la •od t•t6 <apll:\li•lr, m~me l'é.:nllté
dNant l'lmpol est unt: h l •l~>i rl' a dor.mlr d~oout. Le prOJet
de M:. Shumlln n'apportcn pra.tlqucmrnt rlrn a ux tra,,,llll'ur. 1'1• cneorr Le mlnl <tr• de• flnanc~• eom•alncu
que 1\l n~>mP,JU ~~ ~ t••me pt'rmettu d.., fairr> rrntrrr plu<
d'nrreut dnns ln e:ds•r• d~ I'F.tat, anncmrn une 1\UKiliC'n.
tlltl~>n de solunte-dlx milliards d'Impôt• pour MU\'1'1r lrs
dé)Jt'mcs et l_, dcOclt• crol<,ant• de I'Jo.tllt D't!Chl'lon en
échdon, c'est sur le• •~•larle< que k• clti<•~• tlconomlqu"'
ment t,!omlnante feront retomber eettn Rurrh ar.:~ do la
PUBLIQUES ET CONT!RADICTOIRES
Permanence tous les jour~ d o 9 a 12 lleurei
et de 14 a 19 heures. sauf l e d tmancb&.
Lyon va 1oe -
,Suf;Jaréforme del'impôt Une tentative de sauvegarde
du système capitaliste
M
U
E UI N I8NS·. ··· C~
lC ()u:tl do Va_lmy Parts X•.
~
~
11
•
Fédération
~lOi re
MARTI:-!.
aysans
ar
,n
b!
klla sr li'l t
!,
u.
.,
J
~
~ l
•
1 '
ten
1 ~
1 11 /
\) ~
se,
a "' n
ll'i"
q,rrtnl;l
..a
,.
dt 1 ro
•!l~ P t
a ,t, f ,'ll' r
'a~f. '~ o rr m.
~'"' -~
LPr
l\V'I~
'Il."
Ull
!Q 1
L((
1
"
e
tdl
! Il
l
a A i [email protected] l Il éP •'6l< cl'lri'I
u ll'd lb .:li l
11l >l ii H 111 ~nt th nne Pi~~ nP .\
11 ,pr 1 >cL
n #>d~ r1 c~ 1 r.Lr r 11 th r TOi ttn!îttll on ~l tam~laltl<~
qr 11) •• ti ,QJ:I!itl l n NJ n\ , tnl.ptt<r-Uf<l 10~i c l u 2.5 ~
~
1
J e_,,t :c\c
'.1 ~

Documents pareils