clin d`oeil

Commentaires

Transcription

clin d`oeil
UNE IMAGE UNE ROUTE
ONE PICTURE ONE ROAD
culture bitume
Suède, 1967 :
à droite toute!
n°12 - septembre 2003 - Le magazine du département bitumes de TOTAL
Rimbaud, l’homme aux semelles de vent
Page 2
Rimbaud, the man with the wind at his heels
Dans la nuit du 2 au 3 septembre 1967, la
Roger Martin, P-DG d’Eurovia Page 4
Suède réalisait une opération peu banale :
Roger Martin, CEO of Eurovia
abandonner la circulation à gauche au profit
“La signature de la route française? Son
insertion réussie dans la vie de tous les jours”
“The hallmark of French roads today? Their
successful integration in everyday life”
de la conduite à droite. Retour sur les détails
de "l’opération H"…
Suède 1967 : à droite toute !
Page 8
Sweden, 1967 : hard to the right!
PHOTO12.COM / KEYSTONE PRESSENDIENST
Between sky and sea
The Keys road
H p. 6
Stockholm, nuit du 2 au 3 septembre 1967, 5 h du matin. A gauche : affiche de la campagne d’information gouvernementale. Stockholm, on the night of the
2nd to the 3rd of September 1967, at 5 a.m. Left: a government information poster.
L
’opération "H" (initiale de "Hoger",
qui signifie "droite"
en suédois) fut
menée avec la rapidité et la
rigueur d’une manœuvre militaire. Il faut dire que la révolution automobile consistant
à faire passer l’ensemble des
habitudes —et des infrastructures— de circulation
de la gauche vers la droite
n’est pas une mince affaire.
Dans un premier temps les
Suédois, consultés par référendum, avaient en 1955
massivement rejeté la réforme (83% de refus). Huit ans
plus tard, en 1963, devant
l’urgence d’adapter le trafic
national aux normes européennes, le Parlement suédois la votait. Restait alors à
l’organiser…
L’une des difficultés principales d’un tel changement
est naturellement l’impossibilité d’une réforme progressive. Pas question en effet
de "s’entraîner" à rouler à
droite alors même que règne
la circulation à gauche : le
changement ne pouvait être
que brutal. Après avoir de
longue date planifié le jour J
au 3 septembre 1967, le
gouver nement suédois
entreprenait dès l’été 1966
une campagne d’information
et de conditionnement colossale. Mais il profitait également de cette extraordinaire
opportunité pour faire faire à
son pays un bond de dix ans
en avant en terme d’aménagements et d’infrastuctures
routières : mise au rebut des
vieux tramways, élargissement des carrefours, modernisation de la signalisation,
révision du plan de circulation
de nombreuses grandes
villes (mise en place de sens
uniques, interdiction de stationnement sur les grands
axes, création de parkings,
etc.). Enfin, il s’agissait également de préparer "techniquement" le grand jour,
autrement dit de réaliser le
bouleversement de la voirie,
Et le jour J arriva enfin.
"L’opération H" avait été planifiée à 5 heures du matin
dans la nuit du samedi 2 septembre au Dimanche 3 septembre 1967. A Stockholm,
après 29 heures d’interdiction de circuler (sauf pour
1750 "dispensés" : autobus,
taxis, urgences médicales,
véhicules de service, etc.), la
ville se réveillait sous une floraison de nouveaux feux
rouges, de panneaux inversés, de flèches de direction
toutes fraîches —et une
quantité impressionnante de
sens interdits. A 4h50, les
conducteurs autorisés à
circuler dans le centre de
capitale était invités à s’arrêter pour, dix minutes plus
tard, recommencer leur nouvelle vie d’automobiliste.
L’ensemble se déroula dans
la discipline et la bonne
humeur. Aucun accident ne
fut à déplorer. Le 3 septembre matin l’Expressen
—important journal suédois— barrait sa première
page d’un "Hurrah" en forme
de communiqué de victoire.
La Suède venait de passer à
la conduite à droite.
De façon exemplaire. ■
Hard to the right!
On the night of the 2nd to the 3rd of September 1967, Sweden carried
out a very unusual operation: giving up driving on the left and switching
to driving on the right. A look back at the details of "operation H"…
O
peration "H" (the
"H" standing for
"Hoger", which
means "right" in
Swedish) was carried out
with the speed and thoroughness of a military
manoeuvre. It must be said
that the road revolution
involved in switching all
driving habits – and traffic
infrastructures – from the left
to the right is no small matter.
To begin with the Swedes
had massively rejected the
reform in a referendum (with
an 83% "no" vote). Eight
years later, in 1963, faced
with the urgent need to adapt
national traffic to European
standards, the Swedish Parliament voted to introduce the
change. All that remained
was to organise it …
One of the main difficulties
involved in such a change is
naturally the impossibility of a
progressive reform. It is out of
the question, of course, to
"practice" driving on the right
while driving on the left is
still the rule: the change could
only be sudden. Having
scheduled the big day long in
advance for the 3rd of Sep-
tember 1967, the Swedish
government began a massive campaign of information and conditioning in
the summer of 1966. It also
took advantage of this
extraordinary opportunity,
however, to get its country
to make a ten-year leap forward in terms of road
equipment and infrastructures: abandoning of old
tramlines, widening of
crossroads, modernisation
of signposting, revision of
the traffic plan in numerous large towns (creation
of one-way streets, prohibition of parking on main
roads, creation of car parks,
etc.). Finally, it was also
necessary to prepare "technically" for the big day: in
other words switch the
roads around while at the
same time providing for
driving on the left until the
very last moment. To avoid
confusion, the traffic lights
and road signs installed on
the right were for example
hidden under black plastic
covers until the last minute.
And D Day arrived at last.
"Operation H" had been
scheduled for 5 o'clock in
the morning on the night of
Saturday the 2 nd of September to Sunday the 3rd
of September 1967. In
Stockholm, after a 29-hour
ban on driving (except for
1750 "exempted" vehicles:
buses, taxis, ambulances,
service vehicles, etc.), the
town woke under a rash of
new traffic lights, reversed
road signs, fresh direction
arrows — and an impressive quantity of one-way
streets. At 4.50 a.m., drivers
authorised to drive in the
centre of the capital were
invited to stop before
beginning their new driving
life on the right ten minutes
later.
The whole operation took
place in a spirit of discipline
and good humour. No accidents occurred. On the
morning of the 3rd of September, Expressen – a
major Swedish newspaper – carried a front-page
banner headline triumphantly proclaiming "Hooray!". Sweden had just switched to driving on the right.
In exemplary style. ■
CULTURE BITUME, magazine édité par le Département Bitumes de Total - 51, esplanade du Général de Gaulle, La Défense 10, 92907 Paris-La Défense Cedex. www.total.com. DIRECTEUR
PUBLICATION : Ewald Bruckmuller. RÉDACTEUR EN CHEF : Didier Klein. CONCEPTION ET RÉALISATION : Clin d'œil. IMPRESSION : Macon Imprimerie. DÉPÔT LÉGAL : septembre 2003. N° ISSN en cours.
Entre
ciel
et mer
COUVERTURE : DAVID BALL / PHOTONONSTOP
PHOTO12.COM / KEYSTONE PRESSENDIENST
tout en assurant la circulation à gauche jusqu’au tout
dernier moment. Pour éviter
les confusions, les feux
rouges et les panneaux installés à droite sont par
exemple restés dissimulés
sous des caches de plastique noir jusqu’à la dernière
minute.
La
route
des Keys
DE LA
C ULTURE BITUME , edited by TOTAL Bitumen Department - 51, esplanade du Général-de-Gaulle, La Défense 10, 92907 Paris La Défense Cedex. www.total.com. Publisher : Ewald Bruckmuller.
Editor : Didier Klein. Conception : CLIN D'OEIL.
H p. 6