L`enseignement de la darija déchaîne les passions

Commentaires

Transcription

L`enseignement de la darija déchaîne les passions
L'enseignement de la darija déchaîne les
passions
Depuis la publication des recommandations du Colloque international sur
l'éducation qui préconisent l'usage de la darija, langue maternelle, en tant que
langue véhiculaire de l'enseignement, les passions se déchaînent, rendant tout
débat impossible. La question est pourtant essentielle.
ès que l'on touche à la langue arabe, son statut, sa place, les passions se déchaînent.
D
C'est comme si le débat était impossible.
Le dernier à en faire les frais est Noureddine Ayouch, un publicitaire qui a un avis sur
Page 1/5
tout, et qui donc a organisé un Colloque international sur l'éducation début octobre à
Casablanca. La publication des recommandations du colloque a déclenché ce qui
ressemble à un tir de barrage, à cause de deux points : la place de la darija (arabe
dialectal) en tant que future langue d'enseignement ; et la place de l'enseignement
religieux. C'est le premier point qui nous intéresse dans cet article.
Extrait des recommandations du colloque international sur l'Education
Objet: quelles langues faudrait-il enseigner ? Avec quelle méthode ? Comment gérer
les questions du multilinguisme, de la diglossie, des langues maternelles,... ?
Le constat est terrible : les résultats de plusieurs études révèlent que les apprenants
du niveau de la sixième année du primaire ne maîtrisent pas les langues
d'enseignement (6% maîtrisent l'arabe et 1% le français). L'échec est sans appel.
Le choix aujourd'hui n'est pas entre nos langues et celles du reste du monde, mais entre
s'isoler et s'ouvrir. Et le Maroc a fait son choix. Reste à y mettre de la cohérence.
RECOMMANDATIONS :
1- Il est essentiel d'accueillir les enfants à l'école dans leur langue maternelle.
Chaque enfant doit maîtriser sa langue maternelle avant d'apprendre une langue
seconde, afin d'éviter toute rupture linguistique précoce. L'école maternelle étant
davantage destinée à apprendre des compétences transversales que la lecture, l'écriture
et le calcul, l'enfant ne doit pas souffrir de barrière linguistique à «l'apprentissage de la
vie».
2- Faire des langues maternelles dès le préscolaire puis dans les premières
années du primaire, la langue d'enseignement pour l'acquisition de savoirs
fondamentaux.
3- Codifier l'arabe marocain en veillant à établir des passerelles avec l'arabe
classique.
- Déployer rapidement l'enseignement visant la convergence entre arabe parlé et
4
arabe écrit, dans des écoles pilotes avant de passer à la généralisation.
5- Le pragmatisme économique doit orienter le choix des langues pour une meilleure
employabilité, une meilleure insertion dans le monde du travail. Pour cela, il faut renforcer
de manière très significative l'enseignement des langues étrangères, dès l'école
primaire.
6- Mettre fin à la situation actuelle qui prévoit l'enseignement des disciplines
Page 2/5
scientifiques en arabe dans le secondaire et en français dans le supérieur. Il convient
absolument qu'il y ait une continuité linguistique sur l'ensemble du cursus, du secondaire
au supérieur.
7- Pour mieux s'insérer dans un monde globalisé, où la place de l'anglais est
prépondérante, l'anglais devrait devenir la langue principale d'enseignement technique et
scientifique.
8- Elargir l'offre des langues étrangères aux langues internationales d'avenir :
espagnol, portugais, mandarin, etc.
- De façon générale, il faut améliorer la pédagogie de l'apprentissage des langues
9
pour que les élèves sortent de l'école avec un niveau solide qui privilégie la compétence
de communication.
Renforcer l'enseignement des langues par l'utilisation d'outils didactiques et le
e-learning.
es recommandations ne sont ni révolutionnaires ni audacieuses. Elles tombent sous le
C
sens. Elles ne sont pas nouvelles non plus.
a reconnaissance de la darija en tant que langue nationale et officielle devait figurer
L
dans la Constitution de 2011, mais la résistance des milieux politiques... disons
conservateurs, en a voulu autrement.
ertains, dans ces milieux, sont responsables de la politique d'arabisation de
C
l'enseignement marocain, qui a fait énormément de dégâts chez les jeunes. Dégâts qui
ont épargné les initiateurs de cette politique puisque leurs propres enfants ont été inscrits
dans les écoles étrangères, mission française, école américaine, écoles privées huppées
et cursus universitaire à l'étranger.
Diglossie, langue maternelle, apprentissage...
Des chercheurs ont travaillé depuis de nombreuses années sur ce que Fouad Laroui
qualifie de «drame linguistique marocain».
l'origine, on trouve la diglossie. Dans le cas général, la diglossie est la cohabitation,
A
dans le même espace géographique et culturel, de deux langues, l'une étant plus ou
moins la variante de l'autre. Généralement, l'une est qualifiée de langue haute et l'autre
de langue basse. En d'autres termes, il y a le produit et le sous produit. Dès que vous
mettez quelqu'un devant un micro, il essaiera de parler dans un arabe recherché, une
sorte de mix entre l'arabe classique et l'arabe moderne, d'Al Jazeera. Ou alors de mix
entre l'arabe dialectal et l'arabe moderne. Bref, il y a la langue plus ou moins officielle,
réservée aux sorties, à l'image; et le dialecte, réservé à la famille, à la sphère privée, au
folklore...
Page 3/5
Mais la langue maternelle au Maroc est le dialecte, arabe marocain ou amazigh. Elle
n'est pas l'arabe d'Al Jazeera ni celui des poètes classiques.
n d'autres termes, les enfants marocains, lorsqu'ils vont à l'école, se voient obligés
E
d'apprendre une langue avant de pouvoir l'utiliser dans leur apprentissage.
Ce n'est pas le cas de la plupart des autres pays où les enfants usent de leur langue
maternelle à l'école.
a situation est aggravée au Maroc par la superposition de trois diglossies : arabe
L
classique-arabe marocain, arabe-amazigh, arabe-français.
es études, au Maroc comme à l'étranger, montrent bien que cette situation favorise
L
l'échec scolaire. La démonstration n'est plus à faire.
Un débat qui n'a pas lieu
En politique, la meilleure manière de se défendre est d'attaquer. C'est-à-dire de lancer
des accusations contre l'autre.
epuis la publication des recommandations du colloque international sur l'Education, de
D
nombreux canons sont pointés sur Noureddine Ayouch, alors que l'essentiel est le débat
sur les recommandations elles-mêmes.
Les arguments présentés sont de trois ordres :
-la proposition menace l'identité marocaine. Ce qui est faux, évidemment. Rien n'est
plus marocain que la darija marocaine.
- elle s'inscrit dans un plan visant à promouvoir les langues étrangères et à marginaliser
l'arabe, une sorte de complot vaguement occidental.
-la question a déjà été tranchée par la Constitution. C'est faux. La Constitution parle de
langue arabe et la darija marocaine, c'est de l'arabe.
Extraits de la constitution
Article 5
L'arabe demeure la langue officielle de l'Etat. L'Etat Œuvre à la protection et au
développement de la langue arabe, ainsi qu'à la promotion de son utilisation. De même,
l'amazighe constitue une langue officielle de l'Etat, en tant que patrimoine commun à
tous les Marocains sans exception.
ne loi organique définit le processus de mise en Œuvre du caractère officiel de
U
cette langue, ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et aux
domaines prioritaires de la vie publique, et ce afin de lui permettre de remplir à terme sa
Page 4/5
fonction de langue officielle.
L'Etat Œuvre à la préservation du Hassani, en tant que partie intégrante de
l'identité culturelle marocaine unie, ainsi qu'à la protection des expressions culturelles et
des parlers pratiqués au Maroc. De même, il veille à la cohérence de la politique
linguistique et culturelle nationale et à l'apprentissage et la maîtrise des langues
étrangères les plus utilisées dans le monde, en tant qu'outils de communication,
d'intégration et d'interaction avec la société du savoir, et d'ouverture sur les
différentes cultures et sur les civilisations contemporaines.
Il est créé un Conseil national des langues et de la culture marocaine, chargé
notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et
des diverses expressions culturelles marocaines, qui constituent un patrimoine
authentique et une source d'inspiration contemporaine. Il regroupe l'ensemble des
institutions concernées par ces domaines. Une loi organique en détermine les
attributions, la composition et les modalités de fonctionnement.
Depuis la publication de ces recommandations, plusieurs hommes politiques,
généralement du PJD ou de l'Istiqlal, certains très connus et écoutés comme Mohamed
El Khalifa (Istiqlal), ont rendu publiques des positions très fermes pour faire barrage à ces
propositions relatives à l'usage de la darija comme langue d'enseignement.
Le quotidien Attajdid, porte parole du PJD, a consacré à ce sujet plusieurs articles, un
édito et enfin un long dossier ce vendredi 8 novembre.
e véritable débat n'a pas eu lieu car lorsque la politique s'empare de questions
L
importantes, elle bloque toute réforme.
*Un essai à lire absolument. Fouad Laroui. « Le drame linguistique marocain ».
Ed. Zellige/ Le Fennec
Pour lire les recommandations du colloque international, cliquer ici.
Page 5/5