Stefie Shock

Commentaires

Transcription

Stefie Shock
BIOGRAPHIE
Stefie Shock est né à Montréal, le 9 mars 1969. À l'âge de quatre ans, il reçoit en cadeau
ses premiers disques qu'il écoute inlassablement sur sa petite table tournante : les Stones,
James Brown et Led Zeppelin seront ses premières influences. Dans la cuisine, le petit
poste de radio familial crache les tubes français du moment, ainsi que l'incontournable
disco. Un enfant des années 70.
L'envie de faire de la musique un jour ne le quittera plus. Bien qu'on lui offre sa première
guitare, il est plutôt attiré par la batterie et tous les instruments de percussions sur
lesquels un enfant peut mettre la main. Le jour, il martèle tout ce qu'il peut et le soir refuse
de s'endormir parce qu' il "compose" des chansons.
Il patiente jusqu'à l'âge de treize ans avant de se mettre pour vrai à la batterie, au sein du
"big band" de son école. Trois mois plus tard, il donne son premier spectacle. Il a la piqûre
instantanée; tout autre choix de carrière lui semble dorénavant inimaginable au grand dam
de ses professeurs et de sa famille.
Il abandonne au passage ses études collégiales en typographie pour se consacrer
essentiellement à sa carrière de musicien. Il a dix-neuf ans.
Il a gardé de son enfance des goûts musicaux très éclectiques. Ce qui laisse plutôt perplexe
les autres membres de son groupe de rock. Il décide en 1989 de quitter le groupe " qui ne
va nulle part ". D'un coup de tête ou d'instinct, il reprend sa guitare, se met sérieusement à
l'écriture de chansons, et fait cette fois le pari de les chanter lui-même.
Au printemps suivant, l'une de ses compositions se retrouve sur une compilation d'artistes
indépendants. Il commence à faire parler de lui. Sa personnalité énigmatique et son goût
pour la langue française lui font dire les choses autrement, décrivant de façon imagée le
quotidien d'un jeune citadin avec ses histoires de cœur, ses angoisses et ses réflexions. Son
écriture est dense, introspective, riche en allitérations et jeux de mots.
Sa musique, très axée sur le rythme, s'inspire de tous les genres et de tout ce qui le fait
vibrer: rock, chanson française, disco, funk et musiques sud-américaine et antillaise.
Multi-instrumentiste, il développe un son et une façon de chanter qui deviennent peu à peu
sa marque de commerce.
En 1993, il se laisse aller à sa deuxième passion en devenant DJ dans une boîte de nuit de
Montréal. Il exercera ce métier pendant 10 ans. Il élargit sa culture musicale étendue et sa
réputation grandissante lui permet de faire certaines rencontres providentielles. De fil en
aiguille, il fait la connaissance de son agent et producteur Alain Dupuis, avec qui il s'associe
en 1997. Ils rencontrent deux ans plus tard Dimitri Tikovoi, un réalisateur français installé
à Londres.
En août 1999, il se rend en Angleterre afin d'enregistrer l'album ''Presque rien'', qui
paraîtra en avril 2000. Le disque est accueilli comme l'un des meilleurs de l'année. Les
critiques à l'égard de ses performances sur scène sont tout aussi dithyrambiques. Il
remporte le prix Québec-Wallonie/Bruxelles en 2001 et le prix Félix-Leclerc en 2002.
Malgré cette reconnaissance par les médias et par ses pairs, Stefie Shock reste encore un
secret bien gardé. Son allure mystérieuse et ses textes se laissent difficilement saisir. Il
demeure pour le grand public un artiste marginal.
Il retourne à sa table de travail et présente à sa compagnie de disque une maquette d'une
vingtaine de pièces. Toujours en compagnie de Dimitri Tikovoi, qu'il seconde cette fois à la
réalisation, il entre en studio à l'automne 2002 et n'en ressort qu'en juillet 2003 avec
"Le décor", son deuxième disque.
Pour l'enregistrement, il fait appel à ses musiciens de scène, dont le guitariste-réalisateur
Mathieu Dandurand, le claviériste Vincent Réhel et la choriste Suzie Mc Lellan. Il se montre
exigeant envers lui-même et ses collaborateurs et il travaille chaque pièce jusqu'à ce qu'il
soit pleinement satisfait. Le résultat est probant, accrocheur, sexy et d'une belle maturité.
Le premier extrait tiré de l'album Le décor, L'Amour dans le désert, est lancé en mai 2003
et reçoit un accueil sincère et convaincant des radios partout au Québec. La chanson
atteint rapidement une belle vitesse de croisière et devient le hit de l'été. Les autres extraits
ont le même succès : Les clips de Salut Chantal, Un Homme à la mer et Tout le monde est
triste sont (tout comme l'Amour dans le désert) honorés du titre de Buzzclip ( le clip des
clips ) sur le réseau Musique Plus.
En septembre 2004, Le Décor explose. Après la fulgurante première montréalaise du
spectacle, les nombreuses supplémentaires, la tournée en province et les critiques plus
qu'élogieuses, plus de 50 000 copies de l'album sont vendues en 13 mois.
Ce disque d'or arrive en même temps que 8 nominations au gala de l'Adisq 2004. Artiste
le plus nommé de l'année, Stefie rafle deux trophées : album pop-rock de l'année et
conception d'éclairage de l'année pour son spectacle. Sa performance sur scène, lors du
Gala, avec l'interprétation de son succès Tout le monde est triste est sans aucun doute le
point fort du spectacle.
En janvier 2005, grâce à un accord avec Warner France, Stefie Shock traversera
l'Atlantique et offrira ses chansons au monde entier.

Documents pareils

stefie shock - Culture Outaouais

stefie shock - Culture Outaouais accompagné d'Amélie Mandeville, la talentueuse bassiste et chanteuse qui, pour l'occasion, tiendra aussi la guitare, quelques percussions, et peutêtre bien un clavier ou deux. Ensuite, le spectacle...

Plus en détail