Profil Entrepreneur

Commentaires

Transcription

Profil Entrepreneur
Profil Entrepreneur
Uniquement pour entrepreneurs
janvier 2014
Expertise :
comment (ré)investir ?
Wim Oste, spécialiste marchés financiers à la Banque
J.Van Breda & C°, fait le point de la situation macroéconomique. Vic Pourbaix, membre du Comité de
direction, traduit les tendances dans des conseils
concrets pour investir de manière sûre et rentable.
Page 2
Nous sommes
sereins pour 2014 !
Même si l’économie américaine croît,
la crise ne semble pas quitter l’Europe.
Nous avons pourtant confiance en
l’avenir et en vous. Car notre planification à long terme nous permet
d’anticiper. Notre priorité ? Analyser
ensemble la sécurité et la rentabilité de
vos investissements.
Votre stratégie d’investissement est
capitale. La qualité de votre banque
l’est tout autant. En 2014, nous
maintenons notre stratégie de banque
classique et, malgré les nombreux
défis, nous sommes convaincus que
nous pouvons vous garantir la meilleure qualité. Vic Pourbaix, membre du
Comité de direction, résume aux
pages 2-3 pourquoi chez nous, vous
êtes en de bonnes mains.
Opinion : paiement digital
Dirk van den Broeck s’arrête sur l’avancée fulgurante
des moyens de paiement numérique. Il présente
Xengo, un nouveau système de paiement, simple
d’utilisation. Il peut constituer une réelle plus-value
pour vous à partir de janvier 2014.
Page 4
Question & réponse :
comment financer ma
nouvelle voiture ?
Els De Neef de Van Breda Car Finance dévoile les
avantages des leasing et renting financiers, deux alternatives aux méthodes de financement classiques.
Page 6
Nous vous souhaitons le meilleur
pour 2014.
Envie d’en savoir plus ?
Votre account manager prendra le
temps de vous recevoir lors d’un
entretien personnalisé.
[email protected]
Responsable entrepreneurs
Les 5 conseils
d’Andy et Stephen Halasz
L’impression digitale n’a aucun secret pour ces
deux frères, dont l’entreprise, Replay, se situe à
Drogenbos. Le respect du délai, de l’offre et le
suivi du client font, à leurs yeux, toute la différence.
Rencontrez-les !
Page 8
expertise
Comment (ré)investir ?
Vic Pourbaix, membre du Comité de direction et Wim Oste, spécialiste marchés financiers à la Banque J.Van Breda & C°
Investir | Économie | Conseil
Qu'impliquent les tendances économiques mondiales pour vous, investisseur ? Vic Pourbaix,
membre du Comité de direction, vous propose des conseils concrets. Wim Oste, spécialiste
marchés financiers, nous donne un aperçu du contexte macroéconomique actuel.
Des conseils en placement sur mesure Vic Pourbaix, membre du Comité de direction
Vic Pourbaix (VP) : Investir, c’est faire
des choix. Choisir pour davantage de
sécurité et, par conséquent, un rendement moindre ou choisir pour davantage de rendement et donc un risque
plus élevé. Lors d’un entretien personnalisé, nous définissons vos priorités et
ce que vos choix peuvent impliquer.
3 % de capitaux propres au minimum.
Dans la pratique, de nombreuses
banques ne répondent pas encore
à ce critère. À l’inverse, les capitaux
propres de la Banque J.Van Breda & C°
représentent 10,7 % du total du bilan.
Nous sommes une banque très saine,
qui poursuit sa croissance.
Si vous privilégiez le maintien de votre
capital, nous vous proposons deux
formes de placement sécurisé : d’une
part les dépôts et les comptes à terme
et, d’autre part, les assurances-investissements de la branche 21. Étant
donné que le gouvernement ne garantit
que 100 000 euros par personne et par
institution financière, il est important de
contrôler la qualité de votre banque ou
de votre compagnie d'assurances.
Pour les compagnies d’assurances, il
faut que les capitaux versés, majorés
des participations bénéficiaires, restent
au sein de la compagnie d'assurances.
De plus, la compagnie doit en outre
garder une réserve supplémentaire de
4 euros par tranche de 100 euros. Chez
nos partenaires Baloise Insurance, AG
et Generali, le capital-tampon constitué
est deux fois plus important.
Comment définissez-vous la qualité
d’une institution financière ?
VP : Le contrôleur veille à ce que le total
du bilan d'une banque soit constitué de
Le contrôleur veille systématiquement
au respect de ces deux aspects. En
outre, nous veillons au maintien d'une
concertation permanente et
transparente avec ces compagnies.
2 | Banque J.Van Breda & C° | Profil Entrepreneur | janvier 2014
Comment obtenir un meilleur
rendement ?
VP : Pour optimiser vos placements
sécurisés, il est conseillé d’opter tant
pour des placements liés à des assurances que des dépôts. En moyenne,
les taux à long terme sont toujours plus
élevés que ceux à court terme. Les taux
sont actuellement historiquement bas,
mais étant donné que l’inflation est également très basse, le rendement réel est
bel et bien positif à plus long terme.
Ceux qui veulent accroître leur rendement peuvent placer une partie en
actions. À court terme, les actions
peuvent considérablement baisser, mais
à long terme, vous bénéficiez généralement d’un rendement plus élevé. Pour
la composition d’un portefeuille d’actions sur mesure, nous faisons appel à
notre partenaire : Delen - Private Bank,
un gestionnaire prudent qui enregistre
une croissance chaque année.
Qu’en est-il de l’immobilier ?
VP : Il est difficile de donner des
conseils concrets en matière d’immobilier. Nous mettons toutefois nos
clients en garde vis-à-vis des risques
éventuels :
• en Belgique, l’immobilier est assez
cher. Que se passera-t-il si les taux
augmentent ?
• les frais d’entretien ont un impact sur
le rendement de l’immobilier,
• la qualité des locataires est souvent
assez faible.
Le point sur l’actualité macroéconomique
Wim Oste, spécialiste marchés financiers
Taux d’intérêt faibles et inflation dans la zone euro
6,0
5,0
4,0
3,0
2,0
1,0
fev/2013
jul/2013
sep/2012
nov/2011
avr/2012
jan/2011
jun/2011
mar/2010
aoû/2010
mai/2009
oct/2009
déc/2008
jul/2008
fev/2008
sep/2007
nov/2006
avr/2007
jan/2006
jun/2006
mar/2005
aoû/2005
i
Contactez votre account
manager pour un entretien
personnalisé.
mai/2004
Nous faisons office de caisse de
résonance : nous donnons tout d'abord
une idée du risque et du rendement.
Ensuite, les clients opèrent leurs choix
et nous essayons, ensemble, de nous y
tenir. Car la clé du succès à long terme,
c'est de maintenir sa stratégie.
-1,0
oct/2004
Quelle est la valeur ajoutée de la
Banque J.Van Breda & C° pour vos
investissements ?
VP : Notre banque ne propose pas une
approche par produit, mais compose
un portefeuille personnalisé pour
chaque client. Nous définissons avec
lui les objectifs qu’il désire atteindre à
long terme, ainsi que la clé de répartition qui lui convient, entre sécurité et
rendement. La rationalité est également
capitale aux yeux de la Banque J.Van
Breda & C. En effet, les placements ne
sont pas une science exacte, mais une
science humaine. Daniel Kahneman,
lauréat du Prix Nobel d’économie, a
démontré que les comportements en
matière de placements étaient souvent irrationnels. Lorsque les Bourses
grimpent, les investisseurs achètent
alors que quand les Bourses baissent,
ceux-ci vendent à perte.
0,0
déc/2003
Il est également important de veiller à
une bonne diversification géographique.
Ceci étant généralement difficile à réaliser soi-même, nous vous conseillons
d'investir dans un fonds immobilier. Le
risque est ainsi réparti.
Obligation d’État belge à 10 ans
Taux d’intérêt du marché monétaire à 12 mois
Taux d’intérêt Banque centrale européenne
Inflation Union économique et monétaire (zone euro)
Europe
Le sauvetage de Chypre en mars
dernier était d’une importance
cruciale dans le cadre de la crise
de la dette européenne. Pour la
première fois, l’Europe a demandé
en échange, aux deux banques en
difficulté, de prélever un impôt sur
les dépôts des clients dépassant
les 100 000 euros. Le choix d’une
institution financière saine est donc
très important pour préserver votre
patrimoine. En novembre, la Banque
centrale européenne (BCE) a diminué le taux d’intérêt jusqu’au seuil
historique de 0,25 %, étant donné
la baisse de l’inflation jusqu’à 0,7 %.
Je m’attends à ce que ce taux reste
bas en 2014. En outre, je pense que
l’inflation n’augmentera pas beaucoup, en raison des perspectives
de croissances limitées et du taux
de chômage important dans la zone
euro (12,2 %).
États-Unis
En mai, l’annonce de la Réserve fédérale des États-Unis (FED), concer-
nant la réduction de son programme
de rachat des obligations s’élevant
à 85 milliards de dollars par mois,
a engendré une véritable onde de
choc sur le plan boursier. La FED est
finalement revenue sur sa décision
en septembre. En conséquence, les
Bourses sont reparties à la hausse
et les taux ont de nouveau baissé.
L’impasse politique en matière
d’élévation du plafond de la dette
a suscité peu de réactions sur les
Bourses. Il faut dire que les ÉtatsUnis ont connu une forte hausse des
marchés boursiers et que le prix des
actions est par conséquent devenu
assez élevé.
Perspectives
Malgré les problèmes politiques, je
pense que l’économie américaine va
continuer à progresser. L’an dernier,
l’Europe a affiché une croissance de
0 % et la crise va encore persister
pendant plusieurs années. Les
Bourses seront principalement
dominées par les mesures des
banques centrales.
janvier 2014 | Profil Entrepreneur | Banque J.Van Breda & C° | 3
fa i s e u r d ’ o p i n i o n
Limitation des
paiements en espèces
à 3 000 euros :
le paiement numérique
comme alternative sûre
Paiement | Numérisation | Xengo
Alors que le nombre de possibilités de paiement numérique
augmente, la Banque J.Van Breda & C° vous proposera à partir
de 2014 le système de paiement mobile Xengo, lequel convient
principalement aux professionnels percevant un nombre limité
de paiements ou de faibles montants. Dirk van den Broek,
spécialiste paiements, vous présente cette nouveauté.
Dirk van den Broek, Spécialiste paiements
En quoi les paiements numériques
sont-ils une plus-value ?
Dirk van den Broek (DB) : Il est peu
prudent de se déplacer avec de grosses
sommes d’argent liquide. Et se rendre à
la banque pour effectuer des versements
d’argent est une perte de temps. En
outre, les consommateurs ont de moins
en moins d’espèces sur eux. C’est pourquoi les alternatives numériques sont une
bonne chose pour les entrepreneurs.
Le virement classique a toutefois pour
désavantage que le paiement ne s’effectue pas immédiatement. Quant à Proton,
il ne semble pas suffisamment pratique,
étant donné qu’il nécessite le chargement
de la carte au préalable. Proton disparaîtra
d’ailleurs après 2014, étant donné l’émergence d’options plus intéressantes sur
le marché. Nous sommes donc en train
d’évoluer vers les Low Value Payments.
Il s’agit d’un système tarifaire distinct pour
les paiements de moins de 10 euros par
carte, sans frais additionnels.
Quels systèmes de paiement
la Banque J.Van Breda & C°
propose-t-elle à l’heure actuelle ?
DB : La plupart des clients travaillent avec
un terminal de paiement classique. Un
outil sérieux, sûr et pratique pour un grand
nombre de paiements. Malheureusement,
ce type de terminal a un coût. C’est
Johan De Wilde de De Wilde SPRL :
« Le suivi des factures impayées me demandait
beaucoup de temps. Maintenant, chaque
équipe en contact avec les clients dispose
d’un terminal. Mes clients apprécient cette
manière simple de travailler. »
4 | Banque J.Van Breda & C° | Profil Entrepreneur | janvier 2014
pourquoi nous intervenons à concurrence
de 300 euros lors de l’achat, pour les
commerçants et professions libérales.
Ces derniers temps, nous avons observé
une évolution marquée vers des alternatives pratiques : un lecteur de cartes
mobile via smartphone, comme Xengo de
Worldline ou la solution de Payleven, et
différentes applications comme celle de
Bancontact/Mistercash. C’est pourquoi
nous proposerons dès janvier le système
de paiement Xengo.
Quels sont ses avantages ?
DB : Xengo est très accessible. Il est bon
marché et facile d’utilisation. Le démarrage est rapide et simple et, grâce à son
format de poche, vous pouvez l’emporter
aisément.
Atout supplémentaire : il accepte toutes
les cartes de paiement, alors que le terminal classique impose que vous définissiez
au préalable les cartes avec lesquelles
vous travaillez.
Combien coûte-t-il ?
DB : L’appareil ne coûte que 99 euros
et l’abonnement à l’application 5 euros
par mois. Pour chaque transaction, vous
payez une commission sur le montant
perçu. La banque intervient une seule
fois dans les frais, à concurrence de
150 euros, après trois mois d’utilisation.
À qui s’adresse Xengo ?
DB : Xengo est idéal lorsque l’on débute,
car il est accessible et bon marché. Il
faut toutefois disposer d’un smartphone
ou d’une tablette. Xengo est surtout très
avantageux pour ceux qui facturent de
petits montants ou réalisent moins de 50
opérations par mois. Car vous payez 2 %
de commission sur le montant perçu, ce
qui représente environ 0,55 % de plus que
pour un terminal de paiement classique.
Des études montrent que de plus en plus
de personnes espèrent pouvoir payer
partout par carte. Dans votre commerce,
mieux vaut donc disposer d’un terminal
classique.
Toutefois, il est assez pratique de combiner ce système avec Xengo, car il vous
est possible de l’emporter à l’extérieur.
Quels sont les systèmes de paiement
de demain ?
DB : La Banque J.Van Breda & C° continuera à vous informer et à vous conseiller
à propos des systèmes de paiement
simples et rapides. À l’heure actuelle,
nous suivons un projet pilote de Bancontact/Mistercash, dans le cadre duquel les
paiements s’effectuent d’un smartphone à
un autre via un code QR.
Le successeur de Proton est déjà prêt. Il
permettra de payer des montants limités
sans code PIN, comme une boisson dans
un distributeur ou un ticket de parking.
Dans un futur un peu plus lointain, vous
pourrez vraisemblablement payer sans
qu’il y ait le moindre contact et les cartes
appartiendront au passé. Une application
rassemblera toutes vos données de paiement au niveau d’un portefeuille numérique. Nous avons hâte d’y être !
Nouvelles limitations des
paiements en espèces
Dès le 1er janvier 2014, les
paiements en espèces visés par la
loi-programme du 29 mars 2012
connaîtront de nouvelles limitations.
• Les paiements en espèces seront
interdits au-delà de 3 000 euros.
Le 16 avril 2012, le montant
autorisé avait déjà été abaissé de
15 000 euros à 5 000 euros.
• Ceci est également d’application
sur les prestations de services.
Cette limite vaut pour les biens et
les services fournis.
• Elle ne s’applique pas aux
paiements entre particuliers ou
aux versements sur des comptes
en banque. Des procédures de
contrôle spécifiques existent déjà
pour ces cas de figure.
• Les paiements en espèces
ne sont pas autorisés pour les
transactions immobilières.
janvier 2014 | Profil Entrepreneur | Banque J.Van Breda & C° | 5
question & réponse
Els De Neef : « Grâce aux leasing et renting financiers, vous n’entamez pas vos liquidités. »
Comment financer ma nouvelle voiture ?
Optez pour les leasing et renting financiers, deux alternatives avantageuses.
Lors de l’achat d’une voiture, vous recourez automatiquement à un financement classique
pour lequel vous remboursez des mensualités fixes. Le marché offrant des taux d’intérêt
historiquement bas, ce choix est souvent le plus judicieux. Cependant, nous vous présentons
deux alternatives qui offrent d’autres avantages. Els De Neef, sales & marketing manager
chez Van Breda Car Finance s’explique.
• Leasing financier : « Si vous optez pour un leasing, Van
Breda Car Finance achète la voiture de votre choix chez le
fournisseur de votre choix. Vous ne payez aucun acompte.
Van Breda Car Finance achète la voiture et paie la facture
d’achat, TVA comprise. À votre tour, vous payez des factures
locatives mensuelles, majorées de la TVA. À l’échéance du
contrat de leasing, libre à vous de lever l’option d’achat et
d’acquérir le véhicule à sa valeur résiduelle contractuelle
(max. 15 %). Pendant la durée du contrat, vous inscrivez la
voiture au bilan de votre entreprise et l’amortissez. »
• Renting financier : « Cette formule est comparable à celle du
leasing financier. À la différence que la voiture n’est pas inscrite
au bilan de votre entreprise. Les factures locatives mensuelles
sont comptabilisées comme frais au compte de résultats. À
l’échéance du contrat, vous pouvez lever l’option d’achat,
acquérir le véhicule au prix de la valeur résiduelle contractuelle
(16 % ou plus) et ainsi devenir propriétaire du véhicule. »
6 | Banque J.Van Breda & C° | Profil Entrepreneur | janvier 2014
Faites-vous partie des 85 %
de nos clients qui ne paient pas
leur nouveau véhicule ?
Mes conclusions
« Tant pour les leasing que renting financiers, le véhicule
est inscrit à votre nom. Vous êtes libre de choisir votre
assureur, le garage pour faire les entretiens, etc. Les deux
formules n’entament pas les liquidités de votre entreprise. Par
conséquent, vous augmentez la capacité d’emprunt de votre
entreprise et vous disposez de marge de manœuvre pour
réaliser d’autres investissements éventuels. »
i
Votre account manager se tient à
votre disposition pour toute question.
fiscalité
Le retour du précompte
mobilier à 15 % !
Ces dernières années, il a souvent été question des taux du précompte mobilier. Ainsi, le
précompte mobilier sur les bonis de liquidation passera-t-il de 10 à 25 % à partir du 1er octobre
2014. Par contre, le précompte mobilier sur la distribution classique de dividendes pour
certaines sociétés baisse, lui, de 25 à 15 %. Bref, le taux de 15 % signe son grand retour.
Quelles sont les conditions indispensables pour bénéficier du taux
du précompte mobilier à 15 % ?
4.L’apport ne peut être inférieur au
capital minimum de 18 550 euros
(libéré).
1.Réservé aux PME (conformément
à l’art. 15 C. Soc). En résumé, la
société peut dépasser seulement un
des trois critères suivants au cours
de l’avant-dernier et dernier exercice
clôturé (chiffres consolidés) :
- chiffre d’affaires annuel maximum :
7 300 000 euros (hors TVA) ;
- total du bilan : 3 650 000 euros ;
- nombre de travailleurs occupés, en
moyenne annuelle : 50.
5.Les actions sont détenues de façon
ininterrompue en pleine propriété
à compter de l’apport en capital
jusqu’au moment de l’octroi du
dividende. Il existe cependant des
exceptions :
- restructurations fiscalement neutres
(fusions et scissions),
- certaines planifications familiales
comme la transmission (en pleine
propriété) en ligne directe ou entre
des conjoints dans le cas d’une
succession légale (ou similaire) ou
un partage d’ascendant ne portant
pas atteinte à l’usufruit du conjoint
légal survivant.
Attention ! Si la moyenne annuelle
de travailleurs occupés dépasse 100,
il n’est plus question d’une PME.
2.Depuis le 1er juillet 2013, chaque
apport de capital par le biais d’une
augmentation de capital ou d’une
création de société doit avoir lieu
en numéraire et non pas en nature.
Attention ! Cet apport ne peut pas
provenir de la distribution de réserves
taxées dans le cadre de l’accord
transitoire (à l’occasion de la suppression de la taxe de 10 % sur le
précompte mobilier lors d’une liquidation). Vous ne pouvez pas cumuler
les deux régimes
3.En contrepartie, des actions nominatives ne donnant droit à aucun
avantage seront émises.
6.Pour profiter du taux réduit de 15 %,
une période d’attente a été instaurée. Le taux est de 15 % pour les
dividendes distribués à partir du
troisième exercice comptable qui suit
l’exercice où l’apport de capital a eu
lieu. Le précompte mobilier s’élève à
20 % lors du deuxième exercice fiscal
et à 25 % lors du premier exercice
fiscal suivant l’apport.
7.Outre la mesure générale anti-abus
(art. 344 §1er CIR 92), il existe des
mesures spécifiques anti-abus.
Marc Gielis, conseil fiscal à la
Banque J.Van Breda & C°
Mes conclusions
Le taux du précompte mobilier de
15 % sur la distribution de dividendes est une réalité depuis le 1er
juillet 2013. Certes, il existe toute
une série de conditions à respecter,
mais il ne s’agit aucunement d’une
exception fiscale. L’écart financier
entre un taux à 25 % et à 15 %
n’étant pas négligeable, il est préférable, dans la mesure du possible,
d’en tenir compte.
i
Vous souhaitez en savoir plus ?
Prenez contact avec votre
account manager.
janvier 2014 | Profil Entrepreneur | Banque J.Van Breda & C° | 7
portrait
Stephen et Andy Halasz, frères et associés en affaires
Les 5 conseils d’Andy et Stephen Halasz
notre entreprise
notre passion
Noms : Andy (°1968) et Stephen
Halasz (°1970)
Entreprise : Replay
À leur actif : Andy Halasz,
infographiste de formation, a
créé Replay en 2003 avec son
frère Stephen. Dans cette société
spécialisée en impression digitale,
Andy s’occupe de la production
et du parc de machines alors
que Stephen, lui, se charge plus
particulièrement de la stratégie
commerciale. Replay, c’est 5 collaborateurs, 1 000 m² de superficie, un million trois cent mille euros
de chiffre d’affaires par an et plus
de deux millions d’euros investis
dans les machines.
« Nous faisons la
différence grâce au
respect des délais et
au suivi du client. »
1. Délai « C’est notre grande fierté et notre marque de fabrique : le délai
du client est toujours respecté. Il en va de notre réputation. Nous tenons nos
engagements grâce à la flexibilité et à la motivation de notre petite équipe, très
impliquée, et qui travaille dur. »
2. Investissement « Fin 2013, nous avons à nouveau investi
dans de nouvelles machines. Notre parc vaut plus de deux millions d’euros. Pas
question pour autant de rogner sur la qualité. Nos outils sont les garants de la
qualité de nos produits et de notre rentabilité à long terme. »
3. Variété « Nous avons ajouté plusieurs cordes à notre arc en nous
diversifiant. Ainsi, un client peut produire chez nous le matériel de communication imprimé dont il a besoin : grand format (signalétique, panneaux,
stands, …) ou petits formats (folders, brochures, bons, wobblers, …) sur tous
types de supports. Nous faisons de l’impression digitale, mais nous proposons aussi de l’impression offset UV. »
4. 3D « Depuis plusieurs années, Replay s’est spécialisée dans l’impression
lenticulaire. Vivre avec son temps et surfer sur les tendances, c’est crucial pour
séduire ses clients et en convaincre d’autres. »
5. Qualité « Chacun est responsable de son projet personnel et le suit
de A à Z. Ainsi, aucune étape n’est perdue. En outre, notre petite structure
permet à tout le monde d’être au courant, rapidement, de tous les projets. Et de
prendre le relais le cas échéant. »
www.banquevanbreda.be
Banque J.Van Breda & Co
Ledeganckkaai 7, 2000 Anvers, tél 03 217 53 33
Société anonyme
TVA BE 0404 055 577, RPR Anvers, FSMA 014377 A
Éditeur responsable : [email protected]
Rédaction finale : [email protected]
La Banque J.Van Breda & C° respecte votre vie privée. Vos données ont été enregistrées dans nos fichiers
afin de vous informer à propos de nos services et de nos offres. Vous avez le droit de consulter et de corriger
ces données. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous opposer à l’utilisation de ces données à des fins de
marketing direct. Vos données peuvent être communiquées à des tiers avec qui la Banque J.Van Breda & C°
est liée contractuellement ou par la structure de son actionnariat. Pour tout complément d’informations :
Registre public de la Commission de protection de la vie privée.
8 | Banque J.Van Breda & C° | Profil Entrepreneur | janvier 2014

Documents pareils

Profil Entrepreneur

Profil Entrepreneur Via nos nouvelles applications informatiques, nous pouvons en effet vous soutenir avec encore plus d’efficacité dans la planification de votre cheminement financier personnel. Découvrez également n...

Plus en détail