Programme de saison

Commentaires

Transcription

Programme de saison
Edito
Les CMC sont en pleine forme!
Pour preuve la belle saison que nous nous réjouissons d’entamer avec
vous. Pour preuve aussi (surtout!) la montagne de dossiers qu’il nous
a fallut explorer pour en extraire, selon nous, le plus beau et le plus
stimulant, pour la tête et pour les oreilles. Très riches heures d’écoute,
de réflexions et de discussions. Le monde de la création musicale est
bouillonnant et s’intéresse beaucoup à La Chaux-de-Fonds !
Ici, pas d’énumération. Soulignons seulement un changement, discret
mais important, dans l’organisation de nos accueils. Changement qui
s’est imposé à nous progressivement. Par un constat: ces dernières années, les artistes invités souvent passent trop vite ; ils s’enthousiasment
de trouver ici un cadre, un accueil, un public de cette qualité et regrettent de ne pas en profiter d’avantage. Les relations qui se trament alors
sont si fugitives qu’il reste parfois un brin de frustration. En revanche, les
quelques expériences faites dans la durée s’enrichissent de moments
magnifiques, du point de vue artistique et aussi tout simplement humain!
Ce n’est peut-être pas dans l’air du temps, mais cette saison, nous
décidons de le prendre !
Nos invités s’arrêteront. Ils donneront chacun deux concerts (très divers,
de la sonorisation de film, à l’opéra de poche!) espacés de quelques
jours. Dans l’intervalle, des ateliers, dans différentes écoles, le temps de
toucher des milieux très divers. Le temps de prendre la mesure de notre
ville. De parler, d’écouter… de se consacrer à un véritable échange.
Cette expérience prend tout son sens dans la collaboration que nous
menons depuis des années avec le Conservatoire Neuchâtelois. Souvent réceptifs à nos stimuli, étudiant-e-s et professeur-e-s nous renvoient des échos très enrichissants, parfois la machine s’emballe et les
résultats sont passionnants (voyez Mikrophonie, dernier rendez-vous de
la saison).
C’est peu dire que l’avenir de cette institution nous intéresse!
Pour le comité, Yvan Cuche
Résidences
I - novembre 2007 - Abril Padilla
Née en 1970 à Buenos Aires, dans ce pays où la réalité dépasse toujours
la fiction, elle vit en France depuis 1995. Elle partage son temps entre
la composition électroacoustique, l’improvisation musicale avec des
objets quotidiens (duo Gedanken Experiment), les spectacles musicaux
(Compagnie Courant d’Air), et une curiosité passionnée pour l’acoustique (diplômes supérieurs en acoustique musicale).
Elle remporte différentes distinctions importantes, dont le 6ème Concours
international d’art radiophonique en 2005 (aujourd’hui «Concours Luc
Ferrari»), traitant du thème des Villes Manifestes.
Abril Padilla montre un éclectisme foisonnant et une rare ouverture, qui se
manifeste notamment dans les ateliers pédagogiques qu’elle anime tous
azimuts. Entre ses mains tout devient musique: les sons des plus grandes
villes comme les cloches de la campagne, les bribes d’une conversation.
Elle ne se promène jamais sans son enregistreur: vous êtes prévenus!
II - mars 2008 - Daniel Gloger
L’impressionnant répertoire de ce jeune contre-ténor s’étend du 14ème
au 21ème siècle, avec une prédilection naturelle pour les périodes qui
ont fait – et qui font – la part belle à sa tessiture. Il partage la vision des
excellents Neuen Vocalsolisten de Stuttgart, dont il est membre permanent: inventeurs, aventuriers et idéalistes, ces chanteurs explorent de
nouveaux sons, de nouvelles techniques vocales et de nouvelles formes
d’articulation, tout en nouant un dialogue étroit avec les compositeurs.
Il est aussi doué d’un extraordinaire talent de comédien et comme son
registre privilégié ne le limite pas dans son interprétation, il peut également s’aventurer sur le terrain d’un ténor léger, d’un baryton, imiter une
mezzo ou une soprano.
C’est à l’occasion des Amplitudes 2007 que nous rencontrons Daniel Gloger.
Son interprétation des Studi per l’intonazione del mare de Salvatore
Sciarrino (qui ne veut entendre que lui comme soliste de cette pièce monumentale) est proprement époustouflante, sa gentillesse sans mesure.
Comment ne pas se revoir?
Résidence I
Abril
Padilla
Composition, corps sonores et électronique
Der müde Tod 18.11.07
La Mort fatiguée ou Les trois Lumières (F. Lang, 1921) est une oeuvre clé
de l’expressionnisme allemand. Suivant un scénario extrêmement habile
qui nous transporte à travers des époques différentes et dans des lieux
très divers, ce récit allégorique illustre le combat d’une jeune fille contre
la Mort. Dans le thème de la danse de mort, récurrent dans la littérature
et les arts depuis le moyen-âge, la «protagoniste» est souvent figurée en
train de jouer de la trompette marine, instrument emblématique et mystérieux. Fascinée par le jeu de perception proposé par cet instrument (des
cordes imitant le son de la trompette), Abril Padilla y consacre un travail
de recherche acoustique.
Thilo Hirsch étudie la viole de gambe avec Christophe Coin
à la schola Cantorum de Bâle. Il crée notamment l’ensemble Arcimboldo,
qui se consacre au répertoire ancien. Son intérêt pour les instruments à
cordes lui fait découvrir les possibilités extraordinaires de la trompette
marine, dont il devient un des rares experts, et de fait est très demandé!
Abril Padilla
Dimanche 18 novembre 2007
cinéma ABC, 18h15
Der Müde Tod
film muet de Fritz Lang mis en musique
avec Thilo Hirsch, trompette marine
Samedi 24 novembre 2007, cour de l’Ancien Manège, 20h30
Fluide / Sable / Feu
avec la participation d’élèves du Conservatoire Neuchâtelois
En collaboration avec le Centre de Culture ABC, la coopérative de l’Ancien Manège, le
Conservatoire Neuchâtelois, le Centre Mosaïque, le Lycée Blaise Cendrars.
En ateliers,
travaillera avec les adultes
non-francophones apprenant notre langue au centre Mosaïque, avec les
étudiant-e-s du Conservatoire Neuchâtelois et du Lycée Blaise Cendrars.
Fluide / Sable / Feu 24.11.07
Concert à dominante électro-acoustique, où s’intercale une pièce expérimentale ouverte, Manège de Sable, pour instruments et objets amplifiés.
Cette pièce se nourrit des travaux effectués pendant la semaine de résidence: un atelier sur la capture de son, des sons captés dans la ville…
Le point de départ de Fluide Urbain est le ressenti du mouvement dans la
ville. Ses habitants, le mouvement de leurs corps (très difficile à récréer
par le son) et le mouvement de leurs pensées (encore plus !). Plusieurs
sources aux textes utilisés: une description scientifique de la fluidité, des
extraits du Journal Intime Collectif (Paris 1997).
Feu de voix est une pièce électro-acoustique stéréo, inspirée par les
émeutes survenues dans plusieurs banlieues en France ces dernières
années, et les réflexions qu’elles ont suscitées. La voix du Feu, c’est tout
ce qu’il porte comme message, mais aussi la part de Feu qui existe dans
les voix, comme quand elles éclatent de rire…
Métamorphoses
Plastiques et Sonores
Le
Passeur
Gris
Musique d’appartement
15 mars 2008 20h30, lieu à déterminer
reprises
les 16 mars 2008 (Neuchâtel),
18 mars 2008 (Lausanne)
et 19 mars 2008 (Genève)
Schönberg et Kandinsky, plus près de nous Xenakis et Le Corbusier,
Cage et le mouvement Fluxus, les liens tant techniques que formels
unissant la musique et les arts visuels ne se comptent plus et coïncident
souvent avec des combats d’avant-garde.
C’est d’un véritable dialogue entre plasticiens et compositeurs que sont
nées les trois oeuvres présentées lors de ces concerts. Le travail est
basé, dans le cas présent, sur deux disciplines plastiques essentielles :
la photographie (Raphaël Piguet, étudiant à l’ECAL) et le graphisme
(Murièle Begert, diplômée des Beaux-Arts de Genève et habile sculptrice de sons). Les installations picturales sont également mises en valeur par un jeu d’éclairages sur mesure.
Le déroulement du concert se fait selon le schéma classique d’un simple ABA. L’exposition emporte l’auditeur dans les sphères poétiques de
la musique d’Adam Maor, jeune compositeur israélien, auteur d’une
pièce pour hautbois et installation électronique. Un développement
purement instrumental laisse la place à la musique d’Arturo Corrales,
musicien salvadorien, qui nous présente ici une œuvre pour flûte, clarinette, violon et percussion. La réexposition ramène le hautbois et le
dispositif électro-acoustique, avec l’ajout, en guise de coda, d’un violon,
le tout assemblé et organisé par Johan Treichel, jeune compositeur
neuchâtelois qui est aussi à l’origine de ce projet nouveau et ambitieux
qu’est la saison du Passeur Gris.
Les trois compositeurs ont en commun leurs études dans la classe de
composition de Michael Jarrell au Conservatoire Supérieur de Musique
de Genève.
Les six interprètes sont issus de divers Conservatoires de Suisse Romande : André Cortesi flûte, Yugi Nogushi clarinette, Sylvain Burki hautbois et cor anglais, Virginie Raemy et NN violons, NN percussion.
Johan Treichel
Résidence II
Daniel
Gloger
Contre-ténor
Jeudi 27 mars 2008, Temple Allemand, 20h30
Solo
Œuvres contemporaines pour voix seule
Dimanche 30 mars 2008,
café du Petit Paris, 17h00
la chanson populaire (Cage). Ces approches de la modernité, d’une extrême diversité, et les quelques textes, lus entre les pièces, s’éclairent
mutuellement et ouvrent de nombreuses voies de réflexion.
Fabula
L’histoire est simple comme dans les contes: dans une maison, des
vieilles, beaucoup de vieilles, attendent que quelque chose se passe.
Un jeune homme arrive. Il est dupé par le parfum d’un mouchoir. Il veut
croire que derrière le parfum se cache une belle jeune fille.
[...] La cécité devant l’amour invisible. La désillusion devant l’amour visible. [...]
Dès le début du projet, il était évident que Daniel Gloger incarnerait tous
les personnages: les vieilles, le jeune homme, la mère du jeune homme
(qui chante en yiddish), les trois fées, le menuisier. Garth Knox assisterait à la narration «de l’extérieur», comme le destinataire sceptique d’un
récit improbable.
Garth Knox
les Heures de Musique du Conservatoire, le Conservatoire Neuchâtelois, Le Petit Paris.
Altiste explorateur, d’origines écossaise et irlandaise, il commence sa
carrière en jouant au sein des grandes formations classiques de Londres.
Après de longs voyages musicaux (passant par l’Ensemble Intercontemporain) il est de 1990 à 1997 l’altiste du Quatuor Arditti, avec lequel il
fait plusieurs fois le tour du monde, collaborant avec les plus grands
compositeurs actuels. Toujours très inspiré par le théâtre, il affectionne
particulièrement les pièces qui partent d’une situation scénique pour en
explorer le potentiel musical.
Solo
Oscar Strasnoy
Fabula
opéra de poche d’Oscar Strasnoy avec Garth
Knox, viole d’amour.
En collaboration avec
Œuvres de Enno Poppe - Jan Kopp - Nicolaus A. Huber – Georges
Aperghis - Sergej Newski – John Cage.
Comment illustrer au mieux l’ambiguïté du chant, sinon à travers des œuvres faites d’«actions» vocales, grognement, parole, chant, braillement.
C’est cette diversité que parcourt le programme proposé: le Kunstgesang
(Poppe), l’expression vocale en prise avec la société (Kopp) ou se disputant avec d’autres médias (Huber), l’engagement purement émotionnel
de la voix (Aperghis), l’incarnation d’un discours (Njewski) et la confrontation de différents styles de chant, tirés de la musique savante ou de
Né en 1970 à Buenos Aires, il étudie le piano, la direction d’orchestre et
la composition. Parmi ses maîtres, citons : Guy Reibel, Michaël Levinas,
Gérard Grisey, Hans Zender. Il a été artiste en résidence notamment à
la Villa Médicis hors les murs (1999) et à la Herrenhaus-Edenkoben en
Allemagne (2000) sur l’invitation de Peter Eötvös. Luciano Berio lui a
attribué le Premio Orpheus en 2000 pour son opéra Midea.
Il montre une prédilection pour les œuvres scéniques, dont le catalogue
est déjà bien étoffé.
Il vit en tant que compositeur indépendant à Paris.
Concertssandwich
Quand? en avril probablement
à 12h15 un jour de semaine
Où? lieux à déterminer mais
1 concert à La Chaux-de-Fonds
et 1 concert à Neuchâtel
Quoi? Programme
à déterminer également
Nous vous proposons nos désormais traditionnels concerts-sandwich.
La formule reste inchangée: une demi-heure de musique, un verre, un
repas sur le pouce et hop, on repart au travail, de la musique plein la tête
et quelques miettes entre les dents !
Si l’année passée nous vous fournissions la recette exacte de nos
sandwiches, cette année nous allons essayer de vous fournir celle des
concerts:
Un conservatoire neuchâtelois AVEC
classes professionnelles
Une poignée d’élèves motivés
Une paire de lieux d’accueil
Une pincée d’organisation
Un zeste de bon goût pour concocter un programme de musique du XXe et XXIe siècle
Une tombée d’humour
Quelques grains de sel
Et si possible quelques grammes de bonne humeur sans
oublier, bien sûr, l’ingrédient le plus important: le public
PS: l’indétermination des lieux, des dates et des programmes ne fait pas
à proprement parler partie de la recette… Elle est liée à l’indétermination qui existe dans l’année académique d’un-e étudiant-e musicien-ne.
Les projets que nous construisons avec le Conservatoire se mitonnent
en cours de saison et sont rarement à point au moment de l’impression des programmes. Cette remarque est également valable pour les
concerts «La Chaux-de-Fonds – Ginevra, andante e ritorno, per favore ! »
ainsi que «Mikrophonie».
La Chaux-de-Fonds – Ginevra
Andante
e ritorno,
per
favore!
Au programme: œuvres pour piano ou ensembles instrumentaux créées
par les étudiants de la classe de composition de Michael JARREL.
Deux concerts organisés à l’issue de l’atelier XXe - XXIe donné par
Mireille BELLENOT.
Les interprètes en seront les pianistes des classes professionnelles du
Conservatoire neuchâtelois et les étudiant-e-s des classes de musique
de chambre de Jean-Jacques BALET, professeur à la HEM de Genève.
Une fois encore, mon atelier se propose d’entraîner les pianistes à arpenter ce qui demeure parfois pour eux cette «terra incognita» de la
musique depuis Schönberg, d’établir des liens aussi bien avec l’histoire
musicale plus ancienne qu’avec d’autres formes d’arts contemporains.
D’autre part, cette année, ils auront le privilège d’interpréter et de travailler dans une étroite complicité, des pièces reflétant les toutes dernières tendances de la musique d’aujourd’hui que les étudiants de la
classe de Michael Jarrel leur auront taillées sur mesure. Jean-Jacques
Balet, infatigable adepte de la musique de notre temps collaborera à cet
échange avec les ensembles qu’il aura préparés.
Scambi musicali in due atti :
Andante a vista ma
con sentimento:
vendredi 18 avril 2008,
Conservatoire de la Place-Neuve, Genève
Ritorno pomposo
ma non troppo:
dimanche 27 avril 2008, Salle Faller,
11h00 (à confirmer)
Mireille Bellenot
Mikrophonie
K. Stockhausen
Juin 2008
Centre Dürrenmatt – Neuchâtel
Un lieu chaux-de-fonnier
à déterminer…
Ensemble de percussions
du Conservatoire
Neuchâtelois
Dir. Pascal Pons
Il y a des œuvres mythiques composées au XXe siècle qui ne sont malheureusement que très rarement jouées. Elles font déjà partie de l’histoire
de la musique mais seul-e-s quelques élu-e-s ont eu la chance d’assister
à leur exécution.
Mikrophonie I (1964) de Karlheinz Stockhausen possède bien des qualités pour être classée dans ce club tellement exclusif.
Deux percussionnistes jouent sur un grand tam-tam. Deux autres interprètes utilisent des microphones pour amplifier une infinité de détails
subtils et de bruits, en modifiant le son au moyen de mouvements rapides précisés par la partition. Les deux derniers interprètes, qui sont
assis parmi le public, appliquent des filtres à bande passante aux sorties
des microphones et spatialisent les sons résultants dans un système de
quatre haut-parleurs.
Des vibrations normalement inaudibles sont amplifiées par les microphones, qui agissent activement comme des instruments musicaux,
utilisation «détournée» de ce petit appareil qui est normalement censé
reproduire le son de la manière la plus fidèle et réaliste possible.
Cette œuvre majeure, déjà devenue un classique, méritera aussi une
attention spéciale lors des ateliers proposés au sein du Conservatoire
Neuchâtelois par la compositrice Abril Padilla au courant du mois de
novembre.
«Quelqu’un m’avait dit, il faut absolument que ce soit un tam-tam? J’ai
répondu: non. Je peux imaginer que cette partition soit utilisée pour
examiner musicalement une vieille Volkswagen, aller à l’intérieur et la
frapper, la griffer et lui faire toutes sortes de choses, et jouer ainsi Mikrophonie I en utilisant le microphone» (Stockhausen).
Mikrophonie I a été créée le 9 décembre 1964 à Bruxelles.
En collaboration avec le Centre Dürrenmatt
Agenda
de la concurrence
Liste non exhaustive!
Si la localisation n’est pas précisée, les concerts ont lieu à La Chaux-de-Fonds.
Pour les détails, vous référer aux annonces officielles.
Informations
Prix des places
Entre le 28 octobre 2007 et le 30 avril 2008 – concert à domicile
Tarot de Marseille – L. Estoppey, saxophone – «commande» du
concert au 076 322 13 83 – www.musicians.ch/laurentestoppey
4 novembre 2007 Conservatoire Neuchâtelois – Salle Faller
Solo Bone – S. Blaser, trombone (www.samuelblaser.com)
Du 23 janvier au 3 février 2008 Grand Théâtre – Genève
Da Gelo a gelo – opéra de S. Sciarrino (www.geneveopera.ch)
27 janvier 2008 Conservatoire Neuchâtelois – Salle Faller Voyage d’Envie – création pour un homme et un ordinateur – S. Romanowski
3 février 2008 Conservatoire Neuchâtelois – Salle Faller Le Sault périlleux – œuvres de J. Galiot et E. Oña – NEC, M. Aellig, dir. E. Oña (www.lenec.ch)
8 février 2008 TPR – Beau-Site Eight songs for a mad king
– opéra de P. Maxwell Davies – Ch. Johnston, Orchestre des Jardins Musicaux,
dir. V. Reymond (www.heurebleue.ch)
24 février 2008 Conservatoire Neuchâtelois – Salle Faller Orgue – œuvres
de V. Cordero, G. Scelsi, G. Ligeti, etc. – V. Thévenaz (http://orgue.bleublog.ch/)
8 mars 2008 Musée des Beaux-Arts
Séquences – œuvres de L. Berio – solistes du NEC
Du 15 au 17 mars 2008 Usine Schaublin – Malleray-Bévilard
Festival Usinesonore (www.usinesonore.ch)
Du 18 au 20 avril 2008 La Chaux-du-Milieu
Le vent et la petite fille – œuvre de V. Kojoukharov
mini-opéra pour enfants – dir. E. Rosselet et E. Baehler
26 avril 2008 Temple Allemand
Tambour et Homme – F. Hauser (www.fritzhauser.ch)
17 mai 2008 Centre Dürrenmatt – Neuchâtel Trio Koch-SchützStuder (www.koch-schuetz-studer.ch). Série de concerts Résonances en avril septembre et novembre 2008 (www.cdn.ch)
23 mai 2008 Temple Farel La Barque mystique – œuvres de H.
Holliger, H. Dufourt, T. Murail, G. Ligeti – NEC, R Cunz, dir P.-A. Monot
Date et lieu indéterminés L’Homme au chapeau – textes et œuvres de G.Scelsi – E. Pintaudi, M. Bellenot
Le concert-sandwich est gratuit comme de coutume, comme le gran finale de
l’atelier de piano ; un chapeau circulera pour couvrir les quelques frais et alimenter
le fonds destiné aux bourses pour les étudiant-e-s.
Nos autres concerts sont de nature très diverses et impliquent des partenaires
différents; ils auront donc des tarifs différenciés. En tous les cas, les enfants, étudiant-e-s, apprenti-e-s, chômeurs/euses, AVS/AI, et bien sûr les membres soutien
des CMC bénéficient de réductions substantielles.
Billetterie
Pour le concert solo de Daniel Gloger (27 mars 2008) il est possible de réserver à
la Billetterie de l’Heure Bleue (Av. Léopold-Robert 27-29, 2300 La Chaux-de-Fonds,
tél: 032 967 60 50).
Sinon, en général, nous ne prenons pas de réservation et les billets sont en vente
à l’entrée; la caisse est ouverte une demi-heure avant le début du spectacle.
Membres
Pour une cotisation annuelle MINIMALE de
Fr. 10.- les membres de notre association reçoivent par courrier toutes nos
informations.
Fr. 50.- les membres soutien bénéficient en outre de sérieuses réductions à
toutes nos manifestations.
Versements: Concerts de Musique Contemporaine CCP 23-20830-8
D’avance merci ! Votre soutien nous est précieux !
Site Internet
Sa construction est sérieusement planifiée cette saison.
Organisation
Comité: Cécile Baehler, Mireille Bellenot, Estefania Casanovas, Víctor Cordero,
Yvan Cuche, Jean-François Lehmann, Enza Pintaudi
Contacts: CMC, Yvan Cuche, Le Bureau, rue du Manège 19, 2300 La Chaux-de-Fonds
tél: 032 964 11 84 / email: [email protected]
A l’aube de cette nouvelle aventure, nous tenons à remercier très sincèrement tous ceux sans qui… A savoir:
Les autorités de la Ville de La Chaux-de-Fonds et du Canton de Neuchâtel, ainsi que la Loterie Romande, fidèles entre tous.
Les acteurs culturels, partenaires réguliers ou occasionnels, qui partagent avec nous les risques et les bonheurs de l’expérimentation
contemporaine, le Centre de culture ABC, le Conservatoire Neuchâtelois, Les Heures de Musique du Conservatoire, la Bibliothèque de la Ville,
le Musée des Beaux-Arts, les associations Les Lendemains qui chantent
ou La Muse Hardie, le Centre culturel de l’Ancienne Poste (au Locle),
le TPR, l’UPN, le Club 44, la Coopérative de l’Ancien Manège, le Centre
Dürrenmatt (à Neuchâtel).
L’association suisse des musiciens ASM – STV, la Fondation Nicati-de
Luze, la Fondation Culturelle de la Banque Cantonale Neuchâteloise,
La Fondation Nestlé pour l’Art, la Fondation La Chaux-de-Fonds –
Winterthur, pour leurs aides ponctuelles, déterminantes dans la
création contemporaine.
Les partenaires privés qui, en nature ou en espèce, nous encouragent à
poursuivre l’aventure.
Rue du Marché 6, 2302 La Chaux-de-Fonds
tél. 032 968 01 37, fax 032 968 01 36
Hôtel du 1er-Mars
Salle à manger Le Meuqueu x
Le coin du boucher
”Chez Gilles”
Gilles Montandon
Rue du 1er-mars 7a
Tél. 0041 (0)32 968 28 32 2300 La Chaux-de-Fonds
Fa x 0041 (0)32 968 90 22
Les autorités d’autres collectivités publiques qui favorisent occasionnellement l’accueil de l’un ou l’autre de nos concerts, les villes du Locle et
de Neuchâtel.
Et notre public, formidable, qu’on nous envie loin à la ronde !
Photo : DAV, collection iconographique, Bibliothèque de la Ville, La Chaux-de-Fonds
Graphisme : [email protected]
IDM
18 novembre et 24 novembre 2007
Résidence I : Abril Padilla
15 mars 2008
Le Passeur Gris
reprises les 16 mars (Neuchâtel),18 mars
(Lausanne) et 19 mars 2008 (Genève)
27 et 30 mars 2008
Résidence II : Daniel Gloger
avril 2008
Concertssandwich
18 et 27 avril 2008
La Chaux-de-Fonds
– Ginevra, Andante
e ritorno, per favore !
Juin 2008
Mikrophonie