Bourgoin 27-25 La belle soirée du jeune premier

Commentaires

Transcription

Bourgoin 27-25 La belle soirée du jeune premier
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
RUGBY. PRO D 2. Massy - Bourgoin 27-25
La belle soirée du jeune premier
http://www.leparisien.fr - Franck Gineste | 21 sept. 2014, 07h00
Stade Jules-Ladoumègue (Massy). Lancé dans les 30 m, après avoir intercepté le ballon, Judicaël
Cancoriet, 18ans, inscrit l’essai victorieux du club essonnien. A 11ans, ce jeune 3e ligne jouait à
Sarcelles dans le Val-d’Oise. (LP/Christophe Lefèvre.)
Il a du mal à garder son flegme pendant que son coéquipier Aubin Mendes le prend en photo avec son
téléphone pour le titiller en pleine interview d'après-match. Judicaël Cancoriet était bien la star de la soirée
hier à Massy. Le jeune (18 ans) 3 e ligne aile a été le grand artisan de la victoire (27-25) du promu essonnien
face à Bourgoin, la première en Pro D 2 cette saison après quatre défaites initiales. Le solide gaillard (1,93 m
; 102 kg) n'aurait sûrement jamais imaginé des débuts aussi tonitruants chez les seniors, devant sa mère et
sa soeur, venus spécialement de Sarcelles (Val-d'Oise).
Entré en jeu à la 58 e minute, il a fait lever la foule deux petites minutes plus tard en interceptant un ballon
dans ses 30 m avant d'aller inscrire le dernier des trois essais massicois. Tout simplement énorme ! « J'étais
moi-même surpris car on me dit de monter, et là, je vois un ballon flottant, raconte le héros du soir. Je me
dis : il faut que j'y aille. A ce moment-là, je pense aussi à ma famille dans les tribunes. Ça devient dur sur les
derniers mètres. J'ai la boule au ventre, je ne sais plus où je suis, je n'y crois pas. C'est quand mes
coéquipiers me relèvent que je réalise. Ça fait trop d'un coup. »
Et dire qu'il n'aurait pas dû jouer ce match... Les blessures dans la semaine de Sekou Macalou (cheville) et
Shalva Sutiashvili (adducteurs) ont obligé Olivier Nier à changer ses plans et à le lancer dans le grand bain.
Avec le succès qu'on connaît. « C'est typiquement Massy ça, un jeune à qui on fait confiance et qui rend cette
confiance, se félicite le coach. Ça récompense l'excellent travail de formation fait par nos éducateurs. On a
six joueurs de 23 ans dans le groupe qui sortent du club. Ils saisissent l'occasion qu'on leur donne et
répondent présent. »
Arrivé dans l'Essonne en 2011, après avoir débuté à Sarcelles à 8 ans, Judicaël Cancoriet n'est pas sans
rappeler Yacouba Camara (20 ans), lui aussi 3 e ligne aile, issu de la banlieue (Bobigny), formé à Massy et
aujourd'hui titulaire au Stade toulousain (Top 14). Entré au pôle France de Marcoussis cette année, le
capitaine de l'équipe de France moins de 19 ans est resté à Massy malgré les approches de clubs d'élite, dont
il préfère taire les noms. « Je reste concentré sur Massy, souligne le demi-finaliste du Championnat de
France Crabos (juniors) la saison dernière. J'avais parlé avec le coach, qui m'avait dit que j'aurai ma chance
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
en équipe première. Mais avec ce qui m'arrive, il faut que je garde la tête froide. » Hier soir, au moment de
quitter le stade, il espérait seulement ne pas avoir droit à un bizutage de la part de ses aînés.
Quoi qu'il en soit, les Massicois, même toujours relégables, ont fêté comme il se doit ce premier succès, qui
coïncidait avec les gages potaches venant clôturer leurs Olympiades internes de l'été dernier. Ils ont une
mini-trêve de quinze jours pour se remettre de leurs émotions avant de reprendre par la réception de
Narbonne. « C'était important de finir le premier bloc de cinq matchs par une victoire, pour ne pas
gamberger et avoir la tête légère pendant la pause, souffle Olivier Nier. Puis, ça fait deux matchs qu'on sort
sans blessés, c'est un soulagement terrible. » Mais au cas où, avec Judicaël Cancoriet et consorts, la relève
est déjà prête.
Massy 27 - Bourgoin 25
Mi-temps : 13-12. - 1 735 spectateurs. - Arbitre : M. Blasco Baque.
Massy. 3 essais : Méité (12e), Macovei (43e), Cancoriet (60e) ; 2 pénalités : Latorre (17e, 23e) ; 3
transformations : Latorre.
Bourgoin. 1 essai : Kamea (47e) ; 1 drop : Bosviel (10e) ; 5 pénalités : Bosviel (20e, 27e, 38e, 54e, 70e) ; 1
transformation : Bosviel.
Carton jaune. Bourgoin : Price (24e).
Massy : Thomas - Diemer (Hickey, 67e), Ratinaud (Tidjini, 59e), Lilomaiava, Vakaloa - (o) Latorre, (m) Prier
(Coudol, 52e) - Méité (cap.), Macovei, Dibel (Cancoriet, 58e) - Molitika (Huete, 48e), Purdy - Ashvetia (Lopez,
52e), Tadjer (Algisi, 52e), Kuparadze (Akhobadze, 77e). Entr. : Nier et Didebulidze.
Le RCME tient enfin son premier succès !
http://essonneinfo.fr - Par Gérald Delin | Publié le Lundi 22 septembre 2014 à 07:24
Ce samedi au Stade Jules Ladoumègue de Massy, le RCME a enfin obtenu son premier succès de la
saison en s’imposant 27-25 face à Bourgoin-Jailleu.
Alors que le coup de sifflet final retentit, les quelques 1700 supporters présents dans le Stade Jules
Ladoumègue de Massy laissent exploser leur joie. Le RCME vient tout juste de remporter son premier match
de la saison après 4 revers consécutifs en autant de journées. Au terme d’une rencontre chargée de tension
et de suspense, les rugbymen massicois sont parvenus à renverser Bourgouin-Jailleu pour finalement
l’emporter 27-25. Un match référence pour des Essonniens qui, pour une fois, ont su résister jusqu’au bout
aux ultimes assauts de leur adversaire du soir.
Un premier acte bien maîtrisé
Dès les premières secondes de la partie, les Massicois tentent d’investir le camp berjallien. Après une
première mêlée parfaitement maîtrisée, Adrien Latorre a l’opportunité d’ouvrir le score pour son équipe (5e).
Sa pénalité ne passe pas, mais le RCME affiche déjà de très belles intentions en ce début de match. Coup de
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
froid néanmoins dans le stade lorsque Jérôme Bosviel, le demi d’ouverture berjallien, passe un drop de 50
mètres pour permettre à son équipe de faire la course en tête après 10 minutes de jeu (0-3). Pas vraiment de
quoi toucher les véhémences du RCME qui repart immédiatement à l’attaque. Dans la minute qui suit, le
capitaine Bakary Meïte profite d’une bonne récupération de son équipe pour inscrire le premier essai de la
rencontre. Cette fois, Adrien Latorre transforme et le RCME prend les devants dès la 12e minute. (7-3).
Le ton est donné, les deux équipes veulent, d’entrée, marquer de leur empreinte ce début de partie. Sur la
lancée de son essai, Massy essaie alors d’en remettre une couche. Très en jambes depuis le coup d’envoi,
Bakary Meïte tente une nouvelle fois de s’extirper de la défense berjallienne et permet à son équipe
d’obtenir une nouvelle pénalité. Adrien Latorre ne manque pas l’occasion de porter le score à 10-3 (16e), avant
que Jérôme Rosbiel ne lui réponde 3 minutes plus tard (10-6, 19e). Le RCME se montre très entreprenant et
parvient même à imposer son style de jeu aux Berjalliens.
Mais si les Massicois dominent dans le jeu, c’est au pied que Bourgoin va réussir à rester dans la partie après
qu’Adrien Latorre ne redonne de l’air à Massy (13-6, 23e). Jérôme Bosviel, très précis dans ses tentatives,
permet au CSBJ de revenir à un petit point des Essonniens juste avant la pause, en transformant deux
nouvelles pénalités (27e, 38e, 13-12). Malgré la bonne qualité de son jeu, le RCME reste donc à portée de tir
des Isérois, pas malheureux après une première période de piètre qualité.
Et Judicaël Cancoriet entra
Au retour des vestiaires, même schéma de jeu, même implication côté massicois. Le pack essonnien profite de
sa supériorité en mêlée pour permettre à son troisième ligne, Mihai Macovei, d’inscrire le deuxième essai
(transformé par Latorre) de son équipe d’entrée de seconde période (20-12, 42e). Massy va bien, Massy
domine, mais Massy va étrangement perdre le fil de cette rencontre. L’ailier Randall Kamea profite tout
d’abord de l’apathie de la défense francilienne pour aplatir d’en l’en-but massicois. Jérôme Bosviel n’en
demandait pas tant pour ajouter deux nouveaux points à son compteur (20-19, 44e). Et si le passage d’un
magnifique banc de perruches coïncide ensuite avec son premier échec sur pénalité, ce dernier ne rate pas
deux fois l’occasion de redonner l’avantage à son équipe après seulement 15 minutes en seconde période (2022).
Massy a la tête sous l’eau, les supporters laissent même paraître quelques signes d’agacement, conscients que
la rencontre est brutalement en train de changer de camp. C’est alors qu’Olivier Nier décide de lancer le
jeune Judicaël Candoriet, capitaine de l’équipe de France des moins de 19 ans. Le troisième ligne, arrivé en
2011 au centre de formation massicois, ne mettra que 2 minutes avant de se signaler. Sur une nouvelle phase
de jeu berjallienne, ce dernier jaillit de nulle part pour intercepter le ballon et s’en aller aplatir dans l’en-but
adverse (25-22, 59e). « J’avance, j’avance, je tends les bras et après je me dis que j’ai juste à courir. C’était
dur mais il fallait que je le marque », concède le joueur à l’issue de la rencontre. « Sur le coup j’ai mal au
ventre, je n’y crois pas, je ne sais plus où je suis. Et quand mes coéquipiers viennent me féliciter, je
commence à réaliser », ajoute le joueur de 18 ans qui, sans les blessures de Sekou Macalou et de Shalva
Sutiashivili, ne se serait peut-être pas retrouvé sur la feuille de match.
Inscrit à 20 minutes du terme de la rencontre, cet essai transformé (27-22, 60e) assomme littéralement
Bourgoin-Jailleu qui, malgré une nouvelle transformation de Jérôme Bosviel (27-25, 70e), ne parviendra pas à
revenir à hauteur des Massicois. Cette fois la défense essonnienne ne craque pas en fin de match, et permet
au RCME de laisser sa place de lanterne rouge à Dax. « On s’est compliqué la tâche », regrette néanmoins
l’entraîneur massicois. « Mais c’est bien, on finit ce bloc par une victoire, on va avoir une semaine de
récupération la tête légère », poursuit-il, se montrant aussi très satisfait de l’entrée décisive de son jeune
joueur. « C’est typiquement Massy ça. D’avoir un joueur à qui on fait confiance et qui nous la rend. Il a montré
qu’il était au niveau ».
Pour son prochain match le RCME recevra Narbonne au stade Jules Ladoumègue le 4 octobre prochain
(18h30), et aura à cœur de confirmer cette première victoire. Avec le retour de certains blessés, le RCME
est certain d’avoir les armes pour remplir son objectif : le maintien !
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Après le premier succès de Massy contre Bourgoin samedi
Bakary Meïté : « On sait qu'on a le niveau »
http://www.leparisien.fr - Propos recueillis par Franck Gineste | 22 sept. 2014, 07h00
Bakary Meïté, 3e ligne et capitaine de Massy. (LP/Icon Sport.)
Les rugbymen de Massy ont abordé la première mini trêve de la saison le cœur léger. Après quatre défaites,
dont trois rageantes, le promu a enfin décroché samedi son premier succès face à Bourgoin (27-25). Encore
en grande forme à l'image de ses percées dignes d'un trois-quart et auteur du premier des trois essais
massicois, Bakary Meïté, 3 e ligne et capitaine, est persuadé que son club ne fera pas l'ascenseur comme il y a
deux saisons.
Cette victoire peut-elle être un déclic ?
Bakary Meïté. Je l'espère. On n'avait plus le choix, il fallait gagner. On savait qu'on allait finir par y arriver.
On avait un plan pour battre Bourgoin, il fallait être devant au score. On est restés sereins. On met quand
même trois essais à une ancienne équipe de Top 14 venue ici avec des ambitions.
Que vous avait-il manqué jusque-là ?
On s'est trompés sur quelques aspects de gestion tactique. La pénalité espérée contre Pau (12-14), on ne l'a
jamais eue. Face à Albi (16-19), elle est contre nous. A Perpignan (42-21), on fait une super entame, mais on
pèche physiquement. A Mont-de-Marsan (25-22), on a réalisé une super performance. Tout le monde ne
prendra pas un point là-bas. Bourgoin, c'est dans la continuité.
Etes-vous plus confiant pour le maintien qu'il y a deux saisons ?
Oui, on est plus forts. Cette fois, on va y arriver. Il y a deux ans, on a mis du temps à se rendre compte qu'on
avait le niveau. Là, on sait qu'on l'a. Il y a juste des trucs à régler. A l'extérieur, on ne peut pas se permettre
de faire n'importe quoi. Et, à la maison, on doit imposer notre jeu. Dans quinze jours, on enchaîne à domicile
contre Narbonne. Il faudra gagner aussi.
Impression
1 sur 2
https://pro.lekiosk.com/Lecture.Imprimer.aspx?pub=73&num=18916...
22/09/2014 11:01
Impression
1 sur 2
https://pro.lekiosk.com/Lecture.Imprimer.aspx?pub=73&num=18916...
22/09/2014 11:03
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
PRO D2, J5 : Massy-Bourgoin : les Massicois enfin victorieux
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Pour le RCME, cette J5 rime avec première victoire. Même si elle n’était pas gagnée, face à un adversaire
comme Bourgoin, avide de points à l’extérieur, les locaux s’imposent de justesse 27-25.
Pour le RCME, cette J5 rime avec première victoire. Même si elle n’était pas gagnée, face à un adversaire
comme Bourgoin, avide de points à l’extérieur, les locaux s’imposent de justesse 27-25.
Bourgoin manque une opportunité d’enchainer une belle série de victoires à l’extérieur mais récupère
néanmoins un point de bonus défensif important au classement.
Retrouvez les temps forts du match :
http://www.lnr.fr/match_11348.html
PRO D2,J5 - Aurillac-Carcassonne :difficile victoire à domicile
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Après une rencontre difficile à domicile, les Aurillacois l’emportent mais concèdent le point de bonus
défensif aux Carcassonnais, qui menaient à la mi-temps.
Tout n’a pas été rose pour Aurillac à domicile. Les locaux espéraient que ce second match à domicile les
remettrait dans la course et les éloignerait de la zone de relégation… C’est chose faite, mais au prix de pas
mal d’efforts puisqu’à la mi-temps, c’étaient bien les Carcassonnais qui étaient en-tête, d’un point certes, mais
bien en-tête.
Les deux équipes se sont finalement quittées sur le score de 15-10 et ont respecté la logique des statistiques
puisque l’USC ne s’est jamais imposée à Jean-Alric.
PRO D2, J5 - Perpignan-Agen : victoire avec bonus pour
l’USAP, défaite sans point pour Agen
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Aimé-Giral rime toujours avec victoire pour Perpignan en ce début de saison. Après deux échecs à l’extérieur,
avec bonus, les Perpignanais ont retrouvé leur antre et dominé les Agenais 32-16, prenant ainsi un important
point de bonus offensif.
Aimé-Giral rime toujours avec victoire pour Perpignan en ce début de saison. Après deux échecs à l’extérieur,
avec bonus, les Perpignanais ont retrouvé leur antre et dominé les Agenais 32-16, prenant ainsi un important
point de bonus offensif.
Tout n’est pas encore parfait à l’USAP, mais l’équipe continue à faire son bout de chemin en PRO D2, malgré
quelques problèmes d’indiscipline qui ont offerts des pénalité aux Agenais. Ces derniers repartent de
Perpignan sans aucun point et poursuivent leur série noire.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
J5 : Colomiers-Béziers : première victoire à l’extérieur pour l’ASBH
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Le score n’est pas extravagant mais il suffit à Béziers pour remporter sa première victoire à l’extérieur de la
saison et effacer le mauvais souvenir de la défaite face à Pau le week-end dernier.
Le score n’est pas extravagant mais il suffit à Béziers pour remporter sa première victoire à l’extérieur de la
saison et effacer le mauvais souvenir de la défaite face à Pau le week-end dernier. C’est la première victoire
depuis 2001 de l’ASBH chez les Columnérins qui, rencontrant déjà des difficultés à l’extérieur, n’avaient pas
besoin d’un échec à domicile pour être dans la difficulté.
Ce n’est donc pas encore ce week-end que l’USCo refera son retard au classement.
J5 - Pau-Dax : petite victoire, mais victoire quand même
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Après cette petite victoire 22-15 contre des vaillants Dacquois, les Palois confortent leur place en haut de
classement. La Section reste invaincue, à domicile comme à l’extérieur mais n’empoche cette fois-ci pas de
bonus offensif.
Après cette petite victoire 22-15 contre des vaillants Dacquois, les Palois confortent leur place en haut de
classement. La Section reste invaincue, à domicile comme à l’extérieur mais n’empoche cette fois-ci pas de
bonus offensif.
La solide défense de l’USD lui aura permis de contrer plus ou moins efficacement les attaques des locaux et
en tout cas, lui aura permis de les empêcher de prendre un quelqueconque bonus. Cela n’aura cependant pas
suffit pour récupérer le bonus défensif.
PRO D2, J5 : Narbonne-Albi : les Audois s’imposent
franchement à domicile
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Enfin une victoire franche pour les Audois et pas contre n’importe quel adversaire, Albi, qui depuis le début
de ce championnat de PRO D2 2014-2015, occupe les premières places du classement.
Enfin une victoire franche pour les Audois et pas contre n’importe quel adversaire, Albi, qui depuis le début
de ce championnat de PRO D2 2014-2015, occupe les premières places du classement. Narbonne empoche
ainsi sa seconde victoire de la saison et seconde victoire à domicile, qui fera certainement du bien au moral
après un début de saison chaotique.
Albi de son côté a eu du mal à rivaliser, autant en première qu’en seconde mi-temps, et repart sans point,
laissant ses concurrents prendre un peu d’avance.
PRO D2, J5 : Mont-de-Marsan - Montauban : les
Montalbanais repartent sans bonus
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 20 septembre 2014.
Les Montalbanais peuvent être déçus puisque le bonus défensif leur a échappé dans les dernières minutes,
alors qu’ils étaient même en-tête à la mi-temps. Mais le Stade Montois a su trouver la force de se reprendre
pour s’imposer à domicile, eux qui s’étaient déjà fait surprendre sur leurs terres, par Narbonne notamment.
Les Montalbanais peuvent être déçus puisque le bonus défensif leur a échappé dans les dernières minutes,
alors qu’ils étaient même en-tête à la mi-temps. Mais le Stade Montois a su trouver la force de se reprendre
pour s’imposer à domicile, eux qui s’étaient déjà fait surprendre sur leurs terres, par Narbonne notamment.
Cette nouvelle défaite pour l’USM confirme leurs difficultés à l’extérieur mais si un coup était jouable chez
les Montois. Ces derniers s’imposent mais confirment également leurs difficultés à s’imposer franchement à
la maison.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
PRO D2, J5 - Biarritz-Tarbes : carton pour les basques
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 21 septembre 2014.
Après deux victoires délicates à domicile pour son entrée en PRO D2, Biarritz, avec cette rencontre face à
Tarbes, s’est enfin imposé largement contre l’un de ses adversaires. Ce bonus fait remonter les Basques entête de classement.
Après deux victoires délicates à domicile pour son entrée en PRO D2, Biarritz, avec cette rencontre face à
Tarbes, s’est enfin imposé largement contre l’un de ses adversaires. Ce bonus fait remonter les Basques entête de classement, eux qui n’avaient jusqu’à présent pas eu l’occasion d’atteindre ces places.
Pour les Tarbais, le revers est lourd, la faute à une défense trop friable. Il faudra encore attendre un peu
pour rencontrer la victoire, pour la première fois de la saison, à l’extéreur.
5e journée Pro D2 - Narbonne fait chuter Albi, Pau leader,
Massy gagne enfin
http://www.rugbyrama.fr - Dernière mise à jour Il y a 13 heures - Publié le le 20/09/2014 à 20:47
Avec la défaite d'Albi à Narbonne (38-22), Pau reste la seule équipe invaincue cette saison après son succès
contre Dax (22-15). Premier succès pour Massy face à Bourgoin (27-25).
Narbonne-Albi: 38-22
Le premier bourreau de la saison pour Albi se nomme Narbonne. Ou plutôt Clint Eadie. Placé au centre pour la
venue des Tarnais, invaincus depuis le début de l’exercice, l’Audois a tout juste marqué 33 points, faisant
admirer sa vista au pied (huit pénalités et deux transformations). Le RCNM peut souffler, une semaine après
avoir été corrigé à Agen, et sort de la zone rouge. Pour Albi, c’est un petit accroc mais cela ne doit rien
enlever à un premier bloc de cinq matchs bien maîtrisé.
Pau-Dax: 22-15
Premier bloc parfait pour Pau qui demeure la seule équipe invaincue et qui a même fait un carton plein avec
une cinquième victoire de suite face à Dax (22-15). Tout ne fut pas simple, loin de là mais la formation
béarnaise sait gagner ses matchs sans se montrer exceptionnelle. Pour l’heure, c’est la seule formation à avoir
assumé son statut de grosse écurie du championnat. Dax, lui, rate une nouvelle fois le bonus défensif et se
retrouve lanterne rouge.
Aurillac-Carcassonne: 15-10
Un match qui a eu beaucoup de mal à se délier. Les Aurillacois ont bien peiné pour venir à bout de leurs
visiteurs. Carcassonne a d’ailleurs longtemps mené, mais grâce au pied de Petitjean, Aurillac a pu revenir et
mener au score. Une avance que les Cantalous ont su maintenir malgré de nombreuses fautes. L’USC pourra
nourrir des regrets sur ce match mais repart avec le bonus défensif.
Perpignan-Agen : 32-16
Après un début de match assez poussif, l’Usap est venue à bout d’Agen, et ce plus que largement puisque les
Catalans remportent le bonus offensif. Une belle revanche pour les Perpignanais, sans doute frustrés par leur
dernière défaite face à Montauban (24-19). Pour Agen, c’est à nouveau le doute qui s’installe et la bonne
opération face à Narbonne n’est pas concrétisée.
Mont de Marsan-Montauban : 30-20
Une partie très disputée ! Et alors que Montauban menait d’un petit point à la fin de la première mi-temps, le
Stade montois a réussi à bien remonter pour s’imposer au final. L’USM a cependant lutté jusqu’au bout du
match et n’ a pas rendu la tâche facile à Mont-de-Marsan.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Massy-Bourgoin : 27-25
C’est la première victoire de la saison pour le promu Massy, mais aussi la première défaite que Bourgoin
concède à l’extérieur. Là aussi, tout s’est joué à très peu de choses, les deux équipes se rendant coup pour
coup et ne se laissant aucun espace pour prendre le large.
Colomiers-Béziers : 9-12
Quelle désillusion pour Colomiers ! Béziers a très bien su réagir, jusqu’à arracher la victoire dans les
dernières minutes de la rencontre. Une deuxième déconvenue d’affilée pour les Columérins, qui ne va pas les
rassurer, alors que Béziers se rachète de sa défaite à domicile face à Pau.
Pro-D2 : Pau leader avec 5 pts d'avance [la 5e journée]
http://www.larepubliquedespyrenees.fr - Publié le 20/09/2014 à 22h18
Damien Traille auteur d'un essai ce samedi soir. (Photo Marc Zirnheld)
Vainqueur de Dax 22-15, la Section profite de la défaite non bonifiée d'Albi à Narbonne pour s'échapper en
tête de la Pro-D2 de rugby. Les partenaires de Julien Fumat prennent le large et comptent cinq longueurs
d'avance sur Albi et sept sur Perpignan après ce premier bloc de cinq matches. Un bloc où seule la Section
est restée invaincue.
► Les résultats
Aurillac - Carcassonne (bd) 15 - 10
Colomiers (bd) - Béziers 9 - 12
Massy - Bourgoin (bd) 27 - 25
Mont-de-Marsan - Montauban 30 - 20
Narbonne - Albi 38 - 22
Pau - Dax 22 - 15
Perpignan (bo) - Agen 32 - 16
Dimanche
Biarritz - Tarbes 52 – 10
► Le classement
1. Pau 22 pts
2. Albi 17 pts
3. Perpignan 15pts
4. Mont-de-Marsan 14 pts
5. Biarritz 13 pts
6. Béziers 13 pts
7. Tarbes 12pts
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
8. Aurillac 12 pts
9. Bourgoin 11 pts
10. Montauban 10 pts
11. Carcassonne 10 pts
12. Narbonne 9 5pts
13. Colomiers 9 pts
14. Agen 8 pts
15. Massy 7 pts
16. Dax 5 pts
► Les marqueurs
Section - Dax : 22 - 15
Pau: 3 essais de Traille (35), Domolaïlaï (40), Boutaty (66), 2 transformations de Fajardo (35, 40), 1 pénalité
de Fajardo (18)
Dax: 2 essais de Ragamate (61), Lespiaucq (78), 1 transformation de Peyrelongue (61), 1 pénalité de
Peyrelongue (19)
Exclusions temporaires: Pau: Boutaty (nervosité, 48), Barrère (faute technique, 73). Dax: Lafon (plaquage
dangereux, 15)
Narbonne - Albi : 38 - 22
Narbonne: 2 essais Eadie (27), Edmonds (75), 2 transformations Eadie, 8 pénalités Eadie (7, 19, 24, 32, 37,
47, 56, 71)
Albi: 1 essai Bonnet (3), 1 transformation Peluchon, 5 pénalités Peluchon (10, 18, 40, 44, 62)
Exclusions temporaires: Albi: Fourcade (39)
Perpignan - Agen : 32 - 16
Perpignan: 4 essais Forletta (8), Marty (27), Allan (38), Michel (64), 3 transformations Allan (8, 28),
Bousquet (65), 2 pénalités Allan (57), Bousquet (70)
Agen: 1 essai Hamilton (71), 1 transformation Francis (72), 3 pénalités Francis (12, 23, 43)
Exclusions temporaires: Perpignan: Perez (37, faute technique). Agen: Nnomo (38, faute technique).
Massy - Bourgoin : 27 - 25
Massy: 3 essais Meité (13), Macovei (44), Cancoriet (61), 3 transformations Latorre (13, 45, 61), 2 pénalités
Latorre (18, 24)
Bourgoin: 1 essai Kamea (48), 1 transformation Bosviel (49), 5 pénalités Bosviel (20, 29, 39, 53, 71), 1 drop
Bosviel (11)
Exclusions temporaires: Bourgoin: Zane-Price (27).
Colomiers - Béziers : 9 - 12
Colomiers: 3 pénalités Lafforgue (4, 33), Cazenave (52)
Béziers: 4 pénalités Gerber (8), Fournil (58, 64, 75)
Exclusions temporaires: Colomiers: Maurino (18), Béziers: Valentine (17).
Aurillac - Carcassonne : 15 - 10
Aurillac: 5 pénalités Petitjean (3, 15, 44, 49), Renaud (75)
Carcassonne: 1 essai Lazzarotto (27), 1 transformation Bosch, 1 pénalité Bosch (58)
Mont-de-Marsan - Montauban 30-20
Mont-de-Marsan: 3 essais Taulanga (24), Dubié (53), James (79), 3 transformations Dut (24), Briscadieu
(53), James (79), 3 pénalités Dut (4, 11, 31)
Montauban: 2 essais Tupuola (18), Vaotoa (34), 2 transformations Dunlop (18, 34), 2 pénalités Dunalop (27),
Malié (69)
Exclusions temporaires: Montauban: Esclauze (plaquage dangeureux, 47)
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Tout sur la 5e journée...
http://www.ladepeche.fr - J.-P. P. - Publié le 21/09/2014 à 03:52
Le retour de Jenkins a été précieux pour Narbonne./ Photo DDM, JMG
Premier échec d'Albi, Narbonne se retrouve
L'essentiel
Après sa lourde déconvenue subie contre Agen la semaine passée, les Narbonnais ont su redresser la barre.
Au terme d'un match globalement bien maîtrisé malgré une entame délicate, qui a vu les Albigeois prendre le
score grâce à un superbe essai de Baptiste Bonnet dès la 3e minute, les coéquipiers de Christopher Ruiz ont
su trouver les ressources pour ne pas s'enfoncer dans la crise.
Le tournant
On joue la 55e minute, le score est de 25-19 en faveur des Narbonnais mais c'est Albi qui est dans un temps
fort et qui monopolise le ballon. Mathieu Peluchon a une pénalité pour ramener les siens à trois petits points.
Il échoue pour la première fois de la soirée. Sur le renvoi, il joue rapidement une touche vers son centre
Romain Barthélémy qui, surpris, glisse et tergiverse un peu avant de se faire pénaliser au sol. Clint Eadie
prend les points et offre neuf unités d'avance aux Orange. Albi vient de laisser passer sa chance.
L'essai
Deuxième minute : Narbonne perd un ballon anodin dans le camp albigeois. Relance éclair des Tarnais,
multiplication de temps de jeu, tous les joueurs où presque touchent le ballon dans une action d'anthologie qui
envoie Bonnet à l'essai en bout de ligne après quasiment quatre-vingts mètres. A ce moment-là, on se voyait
pas ce qui pouvait arriver à ces Albigeois qui semblaient sur un nuage…
Le geste
Il est pour le jaillissant talonneur narbonnais Huia Edmonds. 75e minute, il s'offre une percée digne d'un
trois-quarts au cœur de la défense albigeoise. Tel un funambule, il manœuvre à la perfection Peluchon,
dernier défenseur. Un coup dans le zig, un coup dans le zag et il inscrit l'essai qui scelle la victoire des siens.
L'homme
Clint Eadie. Replacé au centre, son vrai poste, il a illuminé la rencontre. Auteur d'un 100 % au pied et d'un bel
essai, il a inscrit 33 points ! Ardent défenseur, toujours dans le bon tempo en attaque et doté d'un pied très
précis, les Narbonnais lui doivent beaucoup.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Et maintenant
Une semaine de repos pour tous à l'issue de ce premier bloc usant. Ensuite Albi ira à Montauban et Narbonne
à Massy. Avec quatre victoires en cinq matchs, les Tarnais peuvent partir en congés l'esprit serein.
Narbonne 38 - Albi 22
MT : 22-16; 3.500 spectateurs; abitre : M. Clavé (Armagnac-Bigorre).
Vainqueurs : 2E Eadie (27), Edmonds (75); 2T et 8P (7, 19, 23, 32, 37, 47, 56, 70 ) Eadie.
Vaincus : 1E Bonnet (3), 1T et 5P (9,17, 40, 44, 61) Peluchon
Evolution du score : 0-7, 3-7, 3-10, 3-13, 6-13, 9-13, 16-13, 19-13, 22-13, 22-16, 22-19, 25-19, 28-19, 28-22,
31-22, 38-22.
NARBONNE : Etienne ; Navakadretia, Eadie (Barrot, 77), Rattez, Faïnifo (Fekitoa 34) (o) Ruiz (Eadie, 77)
(m) Sheehan (S. Rouet 63) ; Jenkins, Tomiki (Boïdin 63), Erasito-Postal (cap.) ; Manchia (Strauss, 57),
Herjean ; Zanon (Fichten, 53), Edmonds (Vuli, 76), Wright (T. Raynaud, 46, Zanon 76).
ALBI : Peluchon ; Naqiri, A. Taumoepeau, Barthélémy, Bonnet (o) Hough (Sancery, 38, Devetawalu, 64) (m)
Entraygues (Rick, 52) ; Calas, Fourcade, J. Raynaud (cap., Tonga 64) ; Damiani, Maisuradze (M. André, 54) ;
Gau (Sheklashvili, 47), Djebablah (Ponnau, 47), El Jaï (Dedieu, 47).
Exclu. Tempo. : Fourcade (36, fautes répétées). Exclu. défi. : Tonga (77, brutalité).
La note du match : 11/20. L'homme du match : Clint Eadie (Narbonne).
Tuilagi cabosse Agen
Avec huit petits points sur vingt-cinq possibles, ce matin le SUA peut avoir mal au crâne au tournant du
premier bloc de cinq matchs de Pro D2. Et pas qu'au crâne, tant les Agenais se sont fait cabosser, hier soir,
par la furia catalane emmenée par le revenant, Henry Tuilagi. Un presque quadragénaire qui, à lui seul ou
presque, a fait mettre un genou à terre à Agen, ouvrant les portes de la défense du Sporting pour les trois
premiers essais catalans. Le déficit de puissance des Lot-et-Garonnais était trop flagrant depuis le début de
saison pour que l'USAP n'appuie pas là où le bât blesse chez les Bleu et Blanc. Vaquin et Hamilton ont bien
tenté de renflouer le cargo agenais à la dérive, par leurs courses, de même que Pètre, même s'il oublia un
deux contre un d'école qui aurait pu donner espoir à Agen. Toujours est-il qu'il est flagrant de constater que
le trois-quarts centre est le seul agenais capable de briser la défense adverse à l'impact.
«Ridicules» pour Blin
Ce qu'aucun avant n'est en capacité de faire pour le moment ! Impuissants les Agenais ? Mathieu Blin a
préféré le terme de «ridicules». Le manager et son staff ont quinze jours pour tenter de trouver un palliatif
au problème. Pas sûr que l'arrivée programmée d'un joker médical au poste de pilier droit soit suffisant. Et
«Rup's» ne sera pas ce sauveur face à Colomiers, parti qu'il est quinze jours aux Fidji pour chercher sa
famille.
Perpignan 32 - Agen 16
MT : 19-6; 9.849 spectateurs; arbitre : M. Boyer (Midi-Pyrénées).
Vainqueurs : 4E Forletta (9), Marty (27), Allan (38), Michel (63); 3T Allan (9, 27) Bousquet (63); 2P Allan
(57) Bousquet (70).
Vaincus : 1E Pelesasa (73); 1T et 3P (12, 22, 42) Francis.
évolution du score : 7-0, 7-3, 7-6, 14-6, 19-6/19-9, 22-9, 29-9, 32-9, 32-16.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
PERPIGNAN : Michel; Pujol (Bousquet, 46), Marty (Piukala, 63), Mafi, Votu (o) Allan (om) Descons (
Ecochard, 64); Perez, Tuilagi (Basilaia, 57), Chateau; Kulemin (Charlon, 57); Ion (Chéron, 69), Terrain
(Cabello, 61), Forletta (David, 63).Rempl. tempo. : Terrain par Cabello (45-48).
Exclu. tempo. : Pérez (36, jeu dangereux).
AGEN : Lamoulie; Mchelidze, Pètre, Mazars (cap., Pelesasa, 59), Paris (Tagotago, 66) (o) Francis (m) Balès
(Ferray, 66); Hamilton (Erbani, 46), Jooste (Hamilton, 46),Vaquin; Ratuniyarawa, Roidot (Demotte, 54); Joly
(Afatia, 74), Fogarty (Barthomeuf, 60), Nnomo (Tetrashvili, 69). Rempl. tempo. : Balès par Ferrary (30-36).
Exclu. tempo. : Nnomo (34, faute technique)
Note du match : 13/20 - Homme du match : Henry TUILAGI (Perpignan).
Montauban, pas de bonus
Le troisième match à l'extérieur des Montalbanais se sera soldé comme les deux premiers, par une défaite.
Une défaite que certains qualifieront de logique tant les Sapiacains été sur le reculoir la plus grande partie
du match. En tête à la pause, les Montalbanais ne devaient leur salut que sur deux essais de 70 mètres de
Taleta Tupuola et Dimitri Vaotoa. En seconde période, sur un terrain complètement dégradé, les Montois
parviendront à faire la course en tête. Les Sapiacains ont pourtant fait front en revenant dans le point de
bonus défensif à quelques minutes de la fin. Malheureusement un dernier essai des Landais sur la sirène (estil parti hors-jeu ?) leur enlèvera leurs derniers espoirs. Pour autant, après cinq rencontres, le promu
Montauban est plus que jamais bien entré dans ce championnat de Pro D2.
MONT DE MARSAN 30 MONtauban 20
MT : 16-17; 3.000 spectateurs; arbitres : Thierry Mallet (Drome-Ardèche).
Vainqueurs : E Taulanga (24), Dubié (53), James (79) ; 3 P Dut (4, 13, 31); 3 T Dut (24), Briscadieu (53),
James (79).
Vaincus : 2 E Tupuola (16), Vaotoa (35); 2 P Dunlop (26), Malié (69); 2T Dunlop (16, 35).
Evolution du score. 3-0, 6/0, 6-7, 13-7, 13-10, 16-10, 16-17; 23-17, 23-20, 30-20.
MONT-DE-MARSAN : Lucu ; Dubié, Chedal (cap), Mirande, Salawa (Vunisa, 76) (o) Dut (James, 72) (m)
Briscadieu (A. Ormaechea, 66); Tastet (Bost, 65), Taulanga, Brethous ; Tutaia (Liebenberg, 54), Dargier ; S.
Ormaechea (Rameau, 76), Caudullo (Blanchard , 59), Mailau (Fiorini, 62).
MONTAUBAN : Malié ; Cazeaux, Tupuola, Tuifua (Gillot-Jouannet, 54), Ruel-Gallay ; (0) Dunlop (Urruty, 56),
(m) Byrnes (Chaput, 61) ; Vaotoa, A.Domenech, Delarue (Gibouin, 56); Snyman (Sergueev, 66), Esclauze ;
Tussac (Rayssac, 61), Ladhuie (cap, Rochier, 66), Tekassala (Agnesi, 61).
Exclu. tempo. : Esclauze (46, plaquage haut).
La note du match : 13/20; L'homme du match : Jean-Baptiste DUBIé (Mont-de-Marsan).
Carcassonne arrache 1 point
Encore manqué. Les Carcassonnais devront patienter encore pour décrocher enfin leur première victoire à
l'extérieur cette saison et un premier succès, depuis qu'ils croisent le fer en Pro D2 avec eux, sur la pelouse
des Aurillacois. Pourtant, hier soir, ils ont saisi crânement leur chance et fait trembler, jusqu'à la sirène, le
stade Jean-Alric. Mais c'était sans compter, après avoir viré en tête à la pause grâce à l'unique essai de la
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
rencontre inscrit par leur ailier Lazzarotto, sur une 2e période dominée avec autorité par des locaux qui ont
alimenté en munitions les pieds de leurs buteurs Petitjean et Renaud.
Les Carcassonnais, qui nourriront certainement le sentiment d'avoir laissé échapper un succès dans le Cantal,
pourront toujours se consoler avec un bonus défensif. Maigre consolation malgré tout pour les Audois qui,
hier soir, à moins de deux minutes de la sirène, n'ont pu bonifier leur pénaltouche favorable dans les «22»
locaux sur un ballon porté contenu puis sanctionné.
Aurillac 15 Carcassonne 10
MT : 6-7; 4.500 spectateurs; arbitre : Pierre Brousset (Midi-Pyrénées).
Vainqueurs : 5P Petitjean (6, 15, 44, 49) et Renaud (75).
Vaincus : 1E Lazzarotto (27); 1T et 1P (58) Bosch.
Evolution du score : 3-0, 6-0, 6-7/ 9-7, 12-7, 12-10, 15-10,
AURILLAC : Renaud; Valentin , Sharikadze, (cap) Kemp (Tokula, 69), Gaston, (o) Petitjean, (m) Boisset;
Roussel, Lescure (Maninoa, 22), Maituku; Datunashvili, Hézard (Maréchal, 61); Taukeiaho, Leiataua (Pélissié,
73), Fournier (Escur, 57).
Rempl. tempo. : Escur (Fournier, 69-73, saignement).
CARCASSONNE : Caminati; Lazzarotto (Tatupu, 69), Butonidualevu, Bancroft, Brana, (o) Bosch, (m) Raynaud
(Seron, 66); Koffi, Newlands (Tuilagi, 47), Etien (cap); Guironnet, Tisseau (Coste, 55); Kouider (Laval, 31,
Kouider, 61), Bissuel (Falip, 8), Badiu (Etcheverry, 55).
La note du match :12/20- L'homme du match : Antoine RENAUD (Aurillac).
Colomiers la tête dans le seau
Colomiers avait l'occasion de conclure le premier bloc de cinq matchs avec un joker dans la manche. En
s'inclinant hier soir, le club à la colombe a grillé ce joker ramené de Mont-de-Marsan. Et l'objectif affiché
de rester invaincu à domicile est tombé à l'eau, noyé dans la médiocrité du spectacle offert. Nous nous
sommes grandement ennuyés à le suivre et nous avons du mal à croire que les acteurs ont pris le moindre
plaisir sur la pelouse. Même si les Biterrois retiendront que seule la victoire est belle…
Le résumé.
Les Columérins ont fait illusion sur leur première action. Un mouvement amorcé dans ses «22» par Bolakoro
et conclu 60 mètres plus loin, après un joli mouvement, par un hors-jeu biterrois et une pénalité de
Lafforgue. Ensuite, les locaux ont la plupart du temps dû faire le dos rond en défense, se contentant de
sporadiques réactions. Ils ont souffert, même si les changements de piliers opérés par leurs coachs à la mitemps ont rééquilibré une mêlée en souffrance. Et, au final, l'équipe la moins mauvaise l'a emporté.
Logiquement.
Le tournant.
Peut-être la pénalité de Lafforgue (28 m en face) sur le poteau au début de la deuxième mi-temps. Ou la
sortie du capitaine Beco au four et au moulin, mais épuisé (64).
Le fait.
Le choix, à l'ultime minute, de la touche sur une pénalité accordée à 25 mètres, à 20 secondes de la fin. Les
Columérins ont donc choisi d'essayer d'engranger trois points supplémentaires au classement au lieu de
tenter d'en assurer un de plus. Faut-il leur en vouloir ? Pas à ce moment-là même si certains ne se priveront
pas de débattre sur le sujet. Au fait, le verdict de l'action ? Une conquête et, peu après, un en-avant…
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
L'homme.
L'entrée de Thomas Fournil a fait beaucoup de bien aux Biterrois. L'ouvreur a assuré dans ses tentatives au
but (3/3) et dans la gestion.
Les blessés.
Bolakoro souffrait du genou droit au terme des débats alors que Rémy Martin se faisait recoudre le cuir
chevelu.
Colomiers 9 – Béziers 12
MT : 6-3 ; 3600 spectateurs. Arbitre : M. Charabas (Côte Basque-Landes).
Vainqueurs : 1 P Gerber (7), 3 P Fournil (58, 63, 73).
Vaincus : 2 P Lafforgue (2, 31), 1 P Cazenave (51).
Evolution du score : 3-0, 3-3, 6-3/9-3, 9-6, 9-9, 9-12.
COLOMIERS : Saout ; Bolakoro, Maurino, Nicot, Vasuinubu ; (o) Lafforgue (Coll, 53), (m) Inigo (Cazenave,
46) ; Beco (cap ; Thomas, 64), Baluc-Rittener (Fatafehi, 74), Puech ; Mémain, Bortolaso (Vivalda, 49) ; Brits
(Castellina, MT), Van der Westhuizen (Rioux, 50), Guyon (Weber, MT).
Exclu. tempo. : Maurino (16, brutalité).
BÉZIERS : Peyras-Loustalet ; Gmir, Puletua, Gerber (Max, 64), Vakacegu ; (o) Suchier (Fournil, 49), (m)
Valentine (Bisman, 58) ; Martin (cap ; Ramoneda, 49), Caillet (Martin, 49), Zouhair ; Battye, Toevalu (Moore,
58) ; Brison (Boughanmi, 44), Fualau (Pinto Ferrer, 49), Fernandes (Manukula, 49 ; Fernandes, 79).
Exclu. tempo. : Valentine (16, brutalité).
La note du match : 7/20. L'homme du match : Thomas FOURNIL (Béziers).
5e journée Top 14 - Biarritz-Tarbes (52-10) - Biarritz était
énervé et a fait payer la note à Tarbes
http://www.rugbyrama.fr - Par Guilhem De grenier - Publié le le 21/09/2014 à 17:00
En grand danger, Biarritz s'est enfin réveillé et a montré un visage bien plus conquérant en humiliant une
formation tarbaise ultra-sanctionnée (52-10).
C’était un BO très en forme qui a accueilli les Tarbais comme il se devait ce dimanche après-midi à Aguiléra,
en s’imposant largement 52-10, bonus offensif à la clé, le premier de leur saison. Face à des Biarrots joueurs
et agressifs, le TPR a tenté de lancer quelques actions mais rien de décisif, contrairement aux joueurs du BO
qui ont réussi à scorer quasiment à chaque incursion dans le camp tarbais, et ce jusqu’à la dernière minute.
Devant son public d’Aguiléra, le Biarritz Olympique a fait le spectacle pour s’offrir un match référence et a
véritablement lancé sa saison de pro D2.
Le film du match
Tarbes rapidement dépassé
C’était clairement la meilleure entrée en matière des Biarrots depuis le début de la saison. Grâce à un Soqeta
inarrêtable et à un Baby plutôt en forme, les Biarrots ont vite creusé l’écart. En quelques minutes, les joueurs
du TPR se sont retrouvés dépassés. Les Tarbais ont tenté d’être agressifs dès les premières minutes mais
ont commis beaucoup trop de fautes qui leur ont coûté leurs quelques incursions dans le camp basque et qui
ont permis aux Biarrots de largement creuser l’écart. Tout au long du match, les Biarrots ont été efficaces
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
et agressifs, même lors de leur période d’infériorité numérique. Même si les Tarbais ont tenté de réagir en
fin de match, inscrivant leur seul essai de la partie à la 65e par l’intermédiaire de Morgan Rubio, ils n’ont pas
réussi à priver les Basques de leur point de bonus, toujours desservis par leurs nombreuses fautes et écrasés
par l’opportunisme des Biarrots.
Ce sont en effet les fautes qui ont coûté si cher au TPR. Même s’il y avait de l’envie côté tarbais, les joueurs
ont multiplié les imprécisions, à l’image du quatrième essai biarrot, marqué sur un mauvais lancer en touche
tarbais et grâce au bel opportunisme du BO. Avec pas moins de six essais et ce score fleuve de 52- 10, les
Basques ont clairement lancé leur saison et ont brillamment montré ce qu’ils savaient faire.
Richard Dourthe : « Il y a tout de même des décisions
difficiles à accepter »
http://www.sudouest.fr - Publié le 21/09/2014 à 06h00 , modifié le 21/09/2014 à 09h18 par D. K.-G.
L’USD de Richard Dourthe est dernière de la Pro D2 ce matin. © Photo luke laissac
« Sud Ouest Dimanche ». Quel est votre sentiment après cette quatrième défaite en cinq matchs ?
C'est la troisième fois qu'on perd de moins de sept points et de plus de cinq. La saison dernière, ça nous
aurait fait trois points de bonus, ou quatre. Mais cette année, on ne les a pas. On est relégables aujourd'hui,
mais dans le contenu du match, on doit être largement au-dessus. Les garçons le savent. Ils savent qu'en
première période ils n'ont pas maîtrisé le rugby, ils ont pris des points. Quatorze, c'est un peu trop. On
revient quand même dans le match… Mais il y a tout de même des décisions difficiles à accepter. Au lieu de
basculer à 6-3, on prend une pénalité signalée par l'arbitre de touche sur un pseudo-geste (Ndlr, 15e)… Je ne
veux pas revenir dessus, mais sur la pénalité on prend un essai. Au lieu de 6-3 pour nous, ça fait 10-3 pour la
Section. C'est comme ça : on est considéré comme une petite équipe pour le moment et on va prouver à tout
le monde qu'on est des grands garçons et qu'on a un cœur gros comme ça.
Vous avez proposé beaucoup de combat…
Dans le dictionnaire, le rugby c'est un sport de combat. Lorsqu'on monte sur un ring de boxe et qu'on ne veut
pas combattre, on prend des coups. Ce soir, ils ont été échangés des deux côtés. Il y a eu des gros placages,
des gros déblayages. Il y a eu jurisprudence hier soir à Brive (Ndlr, contre Toulon en Top 14) avec un joueur
qui a pris un carton rouge. Pour nous, ça a été pareil ce soir.
Quel bilan faites-vous au terme de ce premier bloc ?
Comptablement, il est moyen. Mais sur le contenu, il est très positif. On perd de six points à Tarbes (22-28),
on gagne à la maison contre Montauban, on s'incline également de six points à Bourgoin (20-26), on perd
encore de quatre points à Albi (20-24) qui était leader invaincu et on n'est distancé que de sept points à Pau
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
qui est également premier sans la moindre défaite. Je veux voir qu'elle est l'équipe qui va faire aussi bien que
nous : je ne dis pas comptablement, mais dans le contenu.
Vous ne passez qu'à une transformation du bonus défensif ce soir…
C'est dur parce que si on prend le bonus, personne ne crie au scandale parce qu'on a montré beaucoup de
bonnes choses. Dans le jeu, on marque un très bel essai (Ndlr, celui de Ragamate), on en inscrit un autre sur
ballon porté. On a tenu tête à la Section : on marque deux essais, ça en fait neuf depuis le début de la saison.
Il faut qu'on arrive à gérer ces temps faibles un peu mieux.
Vous semblez un peu dépité…
Non, pas du tout. Il y a des décisions qui me dépitent un petit peu. Je n'y peux rien. Ca fait partie des choses
qu'on ne peut pas contrôler comme le vent et l'arbitrage. Mais encore une fois, ce n'est pas l'arbitre qui
manque les placages, qui ne marquent pas les points qu'on nous donne. Je ne suis jamais dépité. Je suis à mon
image : on se battra jusqu'au bout et franchement, je sais qu'on va y arriver.
Pro D2 : Mont-de-Marsan respire mieux
http://www.sudouest.fr - Publié le 21/09/2014 à 06h00 , modifié le 21/09/2014 à 09h22 par Julien Grousset
Tout n’a pas été parfait, mais les Montois ont affiché des progrès. Ils passent quatrièmes.
Jean-Baptiste Dubié, ici félicité par Baptiste Chedal-Bornu, a inscrit le deuxième essai montois de la
soirée. © Photo nicolas le lièvre
« C'est assez paradoxal », comme le notait Jean-Baptiste Dubié. Pourtant Mont-de-Marsan, cinquième au
terme de la quatrième journée, était bel et bien au pied du mur hier, au moment de recevoir le promu
montalbanais. Ceci en raison des deux prestations médiocres dont ils sortaient devant leurs supporteurs (1).
La bonne nouvelle de la soirée, c'est que les jaune et noir n'ont pas flanché et ont réussi à s'imposer. Plutôt
largement même (30-20). Pour autant, les Landais n'ont une nouvelle fois pas épargné quelques frayeurs au
public de Guy-Boniface.
« On est soulagé d'avoir réalisé un match à peu près abouti », reconnaissait ainsi Jean-Baptiste Dubié,
également satisfait d'avoir vu « du mieux » chez ses partenaires, « surtout sur les attitudes ». « Je pense
que notre plus grand adversaire, c'est nous-mêmes, analysait, lui, Julien Tastet. On l'a encore montré ce soir
(hier, NDLR). Un petit manque de précision, un ballon lâché, un replacement pas tout à fait correct et on se
met en danger. Il faut que l'on rectifie cette somme de détails. » Le genre d'erreurs anodines qui ont permis
aux Montalbanais d'inscrire deux essais par Tupuola (18e) et Vaotoa (34e), à chaque fois suite à des
turnovers habilement négociés. « Un effet boomerang », comme dit le troisième ligne aile, d'autant plus
frustrant pour les Montois qu'ils n'ont été que très peu inquiétés le reste du temps.
« En termes de possession, on a été largement dominateur, indiquait David Auradou. On a beaucoup joué dans
le camp montalbanais, mais on n'a pas été suffisamment réaliste. »
Manque de concrétisation
Ce qui a manqué à Mont-de-Marsan pour tuer un match au cours duquel il ne devait y avoir aucun suspense ?
De concrétiser ses actions, donc, mais aussi un peu plus d'alternance et de propreté dans les transmissions et
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
la conservation. Seulement ça. Car pour le reste, lorsque le Stade Montois arrive à développer son jeu, ça
déménage.
Hier soir, trois essais sont venus récompenser la permanente volonté de jouer des jaune et noir (alors que
trois autres ont été refusés), qui ont pour une fois eu le bon goût de démarrer la partie tambour battant.
D'abord par Taulanga, qui faisait suite à une impressionnante charge de Tutaia (24e, 13-7), puis Dubié, qui ne
cesse de confirmer sa forme étincelante (53e, 23-17). Finalement, c'est à James qu'est revenu le privilège
d'enfin tuer le match (79e, 30-20). Mais que ce fut tardif.
Les prestations du Stade sont donc encore très perfectibles. Toutefois, en attendant le résultat de Tarbes à
Biarritz cet après-midi (lire ci-contre), les Montois n'en restent pas moins quatrièmes du classement, et donc
bien placés pour se mêler à la lutte pour la qualification, l'objectif du club. « Il y a beaucoup de choses à
redire, concluait David Auradou, mais comptablement, je suis satisfait du premier bloc. »
(1) Défaite face à Colomiers, 24-26 et victoire étriquée contre Massy, 25-22.
Rugby : Aurillac s’impose au forceps
Victoire 15 à 10 face à Carcassonne ce samedi à Jean Alric pour cette journée de Pro D 2.
http://www.lavoixducantal.fr - Par Nicolas Gastal - 20 septembre 2014 - 23h03
Au terme d’une première minute assez fade, c’est Carcassonne qui est rentré aux vestiaires en tête sur le
score de 7 à 6. Pourtant, les cinq premières minutes de la rencontre laissaient présager d’un match animé. Les
équipes lancèrent quelques offensives inefficaces. Au quart d’heure de jeu, Aurillac menait 6 à 0 grâce à
deux pénalités de Petijean. Quelques minutes plus tard, à la 27ème, c’est l’ailier de Carcassonne, Lazzarotto,
qui inscrit un essai suite à un beau mouvement et un petit par-dessus pour lui-même. Essai transformé,
Carcassonne vire donc en tête à la pause sur le score de 7 à 6. En seconde période, aucun essai n’est marqué
malgré une belle pression des Aurillacois pendant dix minutes sur l’en-but adverse. Alors que les Aurillacois
menaient 15 à 10, Carcassonne jouait son va-tout en fin de match mais n’a pas réussi à transpercer la défense
aurillacoise. Avec ce résultat, Aurillac est 7ème de Pro D 2 avec 12 points.
Rugby / Béziers : l'ASBH met fin à trois ans de disette à
l'extérieur, enfin !
http://www.midilibre.fr – 21/09/14
Dans un match cadenassé, les Biterrois ont bien respecté les fondamentaux, notamment en touche.
Photo PQR
Béziers s'est enfin imposé à l'extérieur, samedi soir lors de la 5e journée de Pro D2. Son succès
samedi soir sur le terrain de Colomiers (12-9), qui le hisse à la 5e place, est prometteur.
Les deux formations avaient des choses à se faire pardonner, notamment Béziers. Tout cela nous valut une
entame très engagée. Et ce sont les buteurs qui allaient inaugurer le tableau d'affichage. Lafforgue (2e )
pour Colomiers et Gerber (7 e ) pour les Languedociens.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Les hors-d'oeuvres ont été vite avalés puis ce furent les esprits qui allaient s'échauffer. Maurino pour les
locaux et Valentine pour l'ASBH étaient priés de calmer leur ardeur sur le banc de touche. Heureusement
tout rentrait dans l'ordre par la suite et le jeu se stabilisa jusqu'à la 31e minute où Lafforgue sur pénalité
redonna l'avantage aux Columérins. 6-3 à la pause, disons que la qualité du jeu se situait dans une plage bien
moyenne.
La feuille de match
COLOMIERS 9 - BÉZIERS 12
À Colomiers, Mi-temps : 6-3. Arbitre : M. Charabas (Côte basque Landes).
Pour Colomiers : 3 pénalités Lafforgue (2e, 31e), Cazenave (51e).
Pour Béziers : 4 pénalités Gerber (6e), Fournil (58e, 63e, 73e).
Carton jaune à Colomiers : Maurino (16e). Carton jaune à Béziers : Valentine (16e).
COLOMIERS : Saout - Bolakoro, Maurino, Nicot, Vasuinubu - (o) Lafforgue (Coll, 54e), (m) Inigo (Cazenave,
45e) - Puech, Baluc-Rittener (Fatafehi, 75e), Beco (cap., Thomas, 63e), Memain, Bortolaso (Vivalda, 49e) Brits (Castellina, 41e), Van der Westhuizen (Rioux, 50e), Guyon (Weber, 41e).
BÉZIERS : Peyras-Loustalet - Gmir, Puletua, Gerber (Max, 63e), Vakacegu - (o) Suchier (Fournil, 49e) - (m)
Valentine (Bisman, 58e) - Martin (cap.), Caillet (Ramoneda, 49e), Zouhair - Battye, Toevalu (Moore, 58e) Brison (Boughanmi, 44e), Fualau (Pinto-Ferrer, 49e), Fernandes-Moreira (Manukula, 49e).
Gerber laisse filer deux pénalités
Les Biterrois auraient pu virer en tête si Gerber n'avait pas laissé filer deux pénalités bien dans ses cordes.
À la reprise, on aurait pensé que les 2 équipes allaient se lancer dans un jeu résolument plus dynamique. C'est
encore la botte de Cazenave, qui avait remplacé Lafforgue, qui donnait une légère avance aux banlieusards
toulousains (51e).
L'ASBH effectuait elle aussi le changement de buteur et Fournil réduisait l'écart (9-6, 58 e ). Le remplaçant
héraultais récidivait à la 63 e minute, des 50 mètres, ramenant ainsi les 2 équipes à égalité (9-9). Voilà peutêtre le jeu parti pour un registre plus offensif, nous permettant d'espérer un dernier quart d'heure plus
indécis. Cazenave laissait échapper une nouvelle pénalité aux 30 mètres. Une occasion que Fournil ne laissa
pas échapper des 35 mètres en coin, permettant ainsi à son équipe de virer en tête (9-12) à la 73e minute.
Les Biterrois ont bien verrouillé en fin de match
Colomiers jouait alors son va-tout jusqu'à la 79e minute où le partage des points pouvait encore être au score
final. Mais les joueurs haut-garonnais préfèrent jouer la penaltouche : mais les Biterrois avaient bien
verrouillé.
La joie des Héraultais était justifiée car, comme le faisait remarquer l'entraîneur Manny Edmonds : "C'est la
première victoire à l'extérieur depuis 3 ans". On comprend alors qu'elle soit si appréciée. Colomiers avait
pourtant des arguments pour remporter le succès. Mais voilà ! Il semble que les poulains de Bernard Goutta
soient tombés dans les mêmes pièges qui s'étaient affichés contre Carcassonne.
Réactions à chaud
Francisco Fernandes-Moreira (pilier de l’ASBH) : "C’est notre premier succès à l’extérieur et il clôture bien
ce premier bloc de match. Notre défense a été parfaite. Je crois que cette victoire va chasser cette peur
que nous avions de perdre à l’extérieur."
Manny Edmonds (co-entraîneur de l’ASBH) : "On est restés dans nos schémas de jeu et surtout, nous nous
sommes appliqués à bien contrôler le ballon. Colomiers n’a pu mettre en place son jeu. Tout le monde est
content de ce premier succès à l’extérieur."
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Narbonne : le Racing se relance face à Albi (38-22)
http://www.midilibre.fr – 21/09/14
Quentin Etienne et les Narbonnais tiennent peut-être, enfin, leur match référence. OLIVIER GOT
Q uinzièmes et relégables avant la rencontre, les Narbonnais ont magnifiquement réagi en faisant
chuter Albi, 2e et invaincu jusque-là, ce samedi soir lors de 5e journée de Pro D2.
Cueillis à froid par un essai de Bonnet dès la 3e minute, menés 3-13 après un gros quart d'heure de jeu, les
Narbonnais, portés par une Clint Eadie de tous les bons coups, auteur de 33 des 38 points de son équipe, ont
su retourner la situation et signer une victoire probante. Peut-être celle qui leur manquait pour lancer enfin
leur saison.
Il faudra pour cela confirmer à Massy dans 15 jours mais, en attendant, les voilà qui respirent un peu et
remontent à une 11e (un peu) plus conforme à leurs ambitions.
Narbonne - Albi................................................................................. 38-22
Parc des sports. Mi-temps : 22-16.
Temps : beau. Pelouse : bonne.
Spectateurs : 4 000 environ.
Arbitre : M. Clave (Armagnac-Bigorre).
Pour Narbonne : 2 essais Eadie (27e), Edmonds (75e), 2 transformations Eadie, 8 pénalités Eadie (7e, 19e,
24e, 32e, 37e, 47e, 56e, 71e).
Pour Albi : 1 essai Bonnet (3e), 1 transformation Peluchon, 5 pénalités Peluchon (10e, 18e, 40e, 44e, 62e).
Exclusions temporaires à Albi : Fourcade (39e).
Exclusions définitives à Albi : Tonga (77e).
Pro D2. Le SCA freiné à Narbonne
http://www.ladepeche.fr - David Bourniquel - Publié le 21/09/2014 à 10:25
Pour son retour, Florent Fourcade n'a pas pu porter le SCA vers un cinquième succès./DDM J.M.Guiter
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Après une bonne entame, Albi a eu sa chance jusqu'à l'heure de jeu, mais un surcroît d'indiscipline a coûté
une première défaite qui n'a rien d'infamant.
Il fallait bien que la belle série albigeoise s'arrête un jour. L'histoire retiendra que c'est sur la pelouse du
Parc des Sports et de l'Amitié de Narbonne que les Tarnais ont baissé pour la première fois pavillon cette
saison. Pourtant, dès la deuxième minute de jeu, Baptiste Bonnet gratifiait le public d'un magnifique essai
collectif, concluant un contre de plus de quatre-vingts mètres. L'entame idéale pour les Albigeois.
Mais les Narbonnais, qui occupaient la zone rouge avant la rencontre se trouvaient dans l'obligation de
gagner. Une situation inconfortable qui n'a pas tué les velleités offensives de la formation coachée par Justin
Harrison : rares furent les ballons «enterrés» par les locaux, qui ont tout joué ou presque. Au final, les
Narbonnais s'imposent 38-22.
Une équipe remaniée
Pour négocier ce match «sans pression», en fin de bloc, le staff albigeois avait décidé de faire souffler la
plupart de ses joueurs cadres et choisissait cette rencontre en terre narbonnaise pour lancer ou relancer
quelques hommes en manque de temps de jeu. Exit donc la puissante troisième ligne Farré – Tavalea – Faleafa.
Ce match marquait ainsi le retour à la compétition de Julien Raynaud et surtout Florent Fourcade, qui
retrouvait son poste de numéro 8 après quasiment deux saisons blanches. Théo Entraygues, auteur de bouts
de matchs convaincants jusqu'alors, recevait sa première titularisation au poste de numéro 9. La ligne de
trois-quarts se voyait aussi profondément remaniée, avec le glissement de Baptiste Bonnet du centre à l'aile,
la rentrée dans le XV de Naqiri et la titularisation de Romain Barthélémy au centre de l'attaque. Preuve s'il
en fallait, que cette équipe albigeoise est capable de s'adapter…
Mais les Tarnais pourront regretter leur indiscipline. Ils ont offert trop de munitions à l'étincelant ouvreur
(repositionné au centre pour ce match) Clint Eadie, auteur d'un essai et d'un 100 % au pied. Les Albigeois ont
aussi passé du temps en infériorité numérique, la faute à Florent Fourcade et à Nomani Tonga, qui a reçu un
carton rouge en fin de match et qui sera donc suspendu.
Les Albigeois ont désormais une semaine pour recharger les batteries. La défaite est anecdotique dans le
plan de marche tant l'équipe a su capitaliser plus tôt dans la saison.
USAP : Un Tuilagi et c'est reparti
http://www.lindependant.fr - Le 21 septembre à 6h00 par Valérie Huck | Mis à jour il y a 13 heures
Retour réussi pour Henry Tulilagi (38 ans). PHOTO/H. Jordan
Pour son retour 17 mois après sa dernière rencontre, Henry Tuilagi a apporté la puissance qu'il
manquait à l'USAP.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Homme du match. Déjà à l'annonce de la composition d'équipe, une clameur est montée des tribunes d'AiméGiral. Hen-ry Tu-la-gi is back ! Entré le premier sur le pré, grâce à l'élégance de ses partenaires et non pas
en raison de son 'grand' âge - 38 ans - le Samoan "a fédéré tout le monde", selon Tom Ecochard. Tous
attendaient le retour du 'papa ', bloqué à l'écurie par une licence amateur. Finalement, on ne remerciera
jamais assez Taumalolo d'être parti lundi au Racing-Métro, son salaire libérant deux places de joueurs. Dont
une pour 'l'Animal 'lâché contre Agen après plus de trois mois d'une préparation intensive qui l'a délesté de
14 kilos. Tuilagi a électrisé le groupe qui a suivi son fier sillage avec agressivité. " Quand tu as Henry à côté tu
as envie de bien faire rien qu'avec son charisme", explique Romain Terrain.
Dès sa première charge, qui a fait gronder le public à la 3e minute, il a mis l'USAP dans l'avancée. " Le stade a
tremblé, Henry a mis Aimé-Giral et l'équipe dans le match", poursuit le talonneur. Pas manchot en défense, il
culbutait le talonneur Fogarty. Flanker sur la première mêlée, parfois utilisé en relayeur en touche pour être
le point d'ancrage des mauls, le Samoan a sans cesse mis Agen sur le reculoir. "Il ne va pas nous faire du jeu
de passes", s'était amusé Guillaume Vilacéca avant la rencontre. Erreur ! Un passage de bras pour une passe
après contact libérait un intervalle pour Allan lequel filait au 3e essai (38e). Déjà, le n°8 avait été le
détonateur sur le 2e essai. Une charge 'tuilagesque' pulvérisait trois Agenais et débouchait sur l'essai de
Marty.
Après 17 mois et 5 jours sans match - son dernier remontait au 4 avril 2013 et un succès sur Biarritz à AiméGiral (33-28) - Henry n'avait du carburant pour une petite heure. D'où un début de seconde période plus
laborieux, avec un plaquage manqué sur Francis et deux ballons égarés au contact. Mais d'une pichenette de
l'épaule, Tuilagi dégommait le 2e ligne Ratuniyarawa, puis se débinait plus tard au ras. Le retour du 3e ligne
centre, plus qu'au niveau après un an de retraite, est une bénédiction. Tuilagi, qui a cassé la ligne agenaise, a
apporté ce qui faisait défaut aux Catalans : sa force de destruction, sa puissance de percussion et de
perforation. Il a aussi permis de faire jouer derrière lui. "Il nous a donné tout ce qu'il nous manquait. Il nous
a fait avancer", remercie Ecochard. Jusqu'à ce qu'il ne puisse plus et sorte à la 57e, remplacé par Basilaïa,
sous la standing ovation d'un stade debout scandant des Tuilagi, Tuilagi.
L'USC n'est pas passée loin
http://www.lindependant.fr - Le 21 septembre à 6h00 par Jean-François Nunez | Mis à jour il y a 12 heures
L'US Carcassonne est passée à deux doigts de réaliser une performance, hier soir, dans le Cantal. Les
Audois ont disposé de la balle de match mais ils ont été refoulés à quelques mètres de l'en but.
PHOTO/Archives MaxPPP
Jusqu'au bout, jusqu'à la sirène, rien n'aura été simple. Jusqu'à ce dernier ruck dans les ultimes secondes à
moins de cinq mètres de la ligne d'en but d'Aurillac où Carcassonne a vu, presque touché du doigt, l'essai qui
lui aurait permis de rêver au nul au minimum, voire à la victoire en cas de transformation réussie. Les Audois
ont bien failli créer la surprise dans le Cantal où ils ont finalement cédé (15-10) face à un Stade Aurillacois
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
qui s'est employé pour préserver un succès qui aura aussi difficile que long à obtenir face à des visiteurs qui
n'ont pas fait semblant non plus dans l'engagement. En préservant sa victoire (15-10), sans très bien jouer il
faut le dire, Aurillac a surtout capitalisé quatre points de plus en conclusion d'un premier bloc intéressant.
Le but était de remonter dans la hiérarchie et il a été atteint. Dans la difficulté oui, en se faisant mal bien
entendu, mais rien ne sera gratuit, rien sera donné. C'est en défense que tout doit commencer et les deux
équipes ont bien préparé leur coup. Les attaques ont rarement réussi à trouver la faille dans des dispositifs
bien organisés, jusqu'à cet essai visiteur de Lazzarotto sur un ballon de récupération remarquablement joué
par l'ailier (27e). En tête grâce à deux réussites de Petitjean, Aurillac s'est retrouvé mené (6-7). Bridé dans
ses intentions, muselé par une défense audoise impeccable et bien en place, Aurillac récite un rugby qui
manque de tranchant, d'enthousiasme. Ce n'est pas faute de tenter grâce à une bonne possession, mais
l'utilisation et la précision laissent à désirer.
Carcassonne s'en est contenté, mais le changemenr d etactique opéré par les locaux au retour des vestiaires
s'est évéré déterminant. Les visiteurs ont alors été un peu trop indisciplinés face aux variations, à
l'alternance des locaux. Une mêlée un peu chahutée, un premier rideau défensif moins perméable et
Carcassonne s'est retrouvé à devoir refaire son handicap face à la réussite de Petitjean (12-7). Les
Cantaliens n'ont jamais réussi à se mettre hors de portée, à l'image d'un énorme temps fort long de dix
minutes à quelques mètres de l'en but visiteur sans la moindre récompense au bout. La débauche d'énergie
des hommes de Guicherd, Jaffrès et Gajan leur a permis de préserver leur en-but et surtout leurs chances.
Avec trois points de Bosch (12-10), les actions audoises sont même remontées en flèche. Mais dans un match
cadenassé et ponctué de trop d'erreurs, la délivrance est venue au pied. Pas celui de Bosch dont le drop a
flirté avec les perches (72e). Celui de Renaud a en revanche fait mouche (15-10) à cinq minutes du terminus,
avant que la défense aurillacoise se montre intransigeante et termine le travail. Aurillac a dû batailler pour
décrocher sa deuxième victoire de la saison.
Aurillac a tremblé jusqu’au bout face à Carcassonne
http://www.lamontagne.fr - Jean-François Nunez - 21/09/14 - 06h00
Utu Maninoa a été énormément sollicité pour casser le premier rideau défensifde Carcassonne et
désorganiser un système adverse rigoureux et en place.? - PHOTO CHRISTIAN STAVEL
Le Stade Aurillacois est finalement sorti indemne face à Carcassonne, mais que cette victoire a été dure à
obtenir pour des Cantaliens qui ont tremblé jusqu’au bout.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Le Stade Aurillacois est finalement sorti indemne face à Carcassonne, mais que cette victoire a été dure à
obtenir pour des Cantaliens qui ont tremblé jusqu'au bout.
Jusqu'au bout, jusqu'à la sirène, rien n'aura été simple. Jusqu'à ce dernier ruck dans les ultimes secondes à
moins de cinq mètres de sa ligne d'en but, le Stade Aurillacois s'est fait peur. Il s'est surtout employé alors
pour préserver un succès qui aura aussi difficile que long à obtenir face à une équipe de Carcassonne qui n'a
pas fait semblant non plus dans l'engagement.
En préservant sa victoire (15-10), sans très bien jouer il faut le dire, Aurillac a surtout capitalisé quatre
points de plus en conclusion d'un premier bloc intéressant. Le but était de remonter dans la hiérarchie et il a
été atteint. Dans la difficulté oui, en se faisant mal bien entendu, mais rien ne sera gratuit, rien sera donné.
Un jeu sur de meilleurs rails
C'est en défense que tout doit commencer et les deux équipes ont bien préparé leur coup. Les attaques ont
rarement réussi à trouver la faille dans des dispositifs bien organisés, jusqu'à cet essai visiteur de
Lazzarotto sur un ballon de récupération remarquablement joué (27 e). En tête grâce à deux réussites de
Petitjean, Aurillac s'est retrouvé mené (6-7) sur un mouvement initié par ses propres soins.
Un peu emprunté, bridé dans ses intentions, faisant parfois compliqué au lieu d'aller au plus simple, Aurillac
récite un rugby qui manque de tranchant, d'enthousiasme. Ce n'est pas faute de tenter grâce à une bonne
possession, mais l'utilisation et la précision laissent à désirer.
Ce jeu trop lisible et uniforme, stérile surtout a facilité le travail des Carcassonnais. Il fallait donc changer
d'approche, davantage varier, plus alterner, solliciter les avants au ras avant d'écarter. Cette option
convenait mieux au débat. Une mêlée plus conquérante par ci, une troisième ligne qui avance par là et le pied
de Petitjean par-dessus remettent les locaux sur de meilleurs rails (12-7).
C'est mieux, mais encore loin d'être suffisant. Les Cantaliens n'ont jamais réussi à se mettre hors de portée,
à l'image d'un énorme temps fort long de dix minutes à quelques mètres de l'en but visiteur sans la moindre
récompense au bout. Dans un match cadenassé et ponctué de trop d'erreurs, la délivrance est venue au pied.
Celui de Renaud pour passer à (15-10) à cinq minutes du terminus, avant que la défense se montre
intransigeante et termine le travail.
Aurillac 15 - Carcassonne 10
AURILLAC (stade Jean-Alric). Aurillac bat Carcassonne 15-10 (mi-temps : 7-6 pour Carcassonne). Temps
doux. Pelouse en bon état. 3.200 spectateurs. Arbitre, M. Brousset (Midi-Pyrénées).
Les points. Aurillac : 5 pénalités de Petitjean (6 e, 15 e, 44 e, 49 e) Renaud (75 e).
Carcassonne : 1 essai de Lazzarotto (27 e) ; 1 pénalité (58 e) et 1 transformation de Bosch (58 e).
Aurillac. Renaud ; Valentin, Sharikadze, Kemp (cap.) (Tokula 69 e), Gaston ; (o.) Petitjean, (m.) Boisset ;
Roussel, Lescure (Maninoa 22 e), Maïtuku ; Datunashvili (Maréchal 61 e), Hézard ; Taukeiaho, Leiataua
(Pélissié 73 e), Fournier (Escur 56 e).
Carcassonne. Caminati, Lazzarotto (Tatupu 69 e), Buto, Bancroft, Brana ; (o.) Bosch, (m.) Raynaud (Seron 66
e) ; Koffi, Newlands (Tuilagi 47 e), Etien (cap.) ; Guironnet (Coste 54 e), Tisseau ; Kouider (Laval 31 e, Kouider
61 e), Bissuel (Falip 8 e), Badiu (Etcheverry 54 e).
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Capitaine devenu manageur
Franck Gineste | 20 sept. 2014, 07h00
Massy (Essonne), jeudi. Maleville est désormais de l’autre côté de la barrière. (LP/Icon Sport.)
« Le dimanche matin, je suis autant fatigué, mais je n'ai plus mal. » Florent Maleville a eu beau changer de
costume à l'intersaison, il vit toujours les matchs aussi intensément. C'est désormais du bord du terrain que
l'ancien capitaine de Massy, auquel il est fidèle depuis ses débuts en poussins en 1993, souffre. Et encore
plus avec les quatre défaites initiales du promu en championnat. A 30 ans, le 3e ligne a raccroché les
crampons pour le rôle de manageur. Resté proche des joueurs car, dit-il, « il n'y a pas de bouton on/off sur
l'affectif », Maleville fait « le lien entre l'administratif et le sportif, et le relais entre les joueurs et les
coachs ». « J'ai toujours la boule au ventre dans le vestiaire, mais tout le match. Quand tu es joueur, le
stress tombe au coup d'envoi », constate celui que ses intimes appellent Nounours.
L'idée de reprendre du service lui a seulement effleuré l'esprit. « J'ai toujours la même envie de faire partie
du groupe et je me dis que je serai bien en crampons avec les copains. Ça démange un peu, mais ma décision a
été mûrement réfléchie », assure celui qui reste sur une dernière saison quasi blanche. « J'ai fait carton
plein : nez cassé, claquage aux ischios, deux luxations à l'épaule droite et opération, énumère-t-il. Mon corps
a dit stop. C'est jeune pour arrêter, mais j'ai fait toute ma carrière en compensant un manque physique. Et,
comme je bosse à côté, je m'entraînais moins que les autres, j'avais moins de récupération. C'est usant. »
Il mêle de front boulot et rugby pro
La responsable qualité dans une société des Ulis spécialisée dans la prise en charge des véhicules accidentés
pour les assureurs -- où travaille aussi le demi de mêlée Grégory Coudol -- avait la particularité de mêler de
front boulot et rugby pro. « Encore aujourd'hui, ça me fait de belles journées », avoue le papa d'Oscar
(3 ans), marié à une professeur des écoles. Pourquoi n'a-t-il pas essayé de finir en beauté en Pro D 2 ? « Ça
m'a traversé l'esprit, mais cela aurait été trop dur de revenir au haut niveau. L'idéal aurait de se maintenir il
y a deux saisons. » Justement, alors que le scénario d'enchaînement de défaites rageantes semble se
répéter, Florent Maleville refuse la fatalité. « C'est frustrant, car on n'est vraiment pas loin. Les mecs se
dépouillent. Il nous manque un peu de maturité. Mais il n'y a pas encore péril en la demeure. Il faut gagner les
deux à domicile, Bourgoin et Narbonne, pour la tête et l'aspect comptable. »
MASSY - BOURGOIN, aujourd'hui (18 h 30), stade Ladoumègue.
Massy : Thomas - Diemer, Ratinaud, Lilomaiava, Vakaloa - (o) Latorre, (m) Prier - Macovei, Méité (cap.),
Dibel - Molitika, Purdy - Ashvetia, Tadjer, Kuparadze. Rempl. : Akhobadze, Algisi, Lopez, Huete, Cancoriet,
Coudol, Hickey, Tidjini. Entr. : Nier.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Victoire primordiale pour le RCME face à Bourgoin
http://essonneinfo.fr - Par Gérald Delin | Publié le Vendredi 19 septembre 2014 à 04:00
Ce samedi 20 septembre au Stade Jules Ladoumègue de Massy, le RCME accueille Bourgoin-Jailleu
(CSBJ) pour le compte de la 5e journée de championnat. Les Essonniens doivent absolument l’emporter
pour enfin lancer leur saison.
Après 4 défaites consécutives en autant de matchs joués, la bonne humeur est toujours d’actualité dans le
groupe du RCME. A l’entraînement ce jeudi matin les visages sont décontractés malgré la dernière
déconvenue enregistrée face à Mont-de-Marsan le weekend dernier. « Au lieu d’avoir un jeu de gestion, on a
gardé notre système de jeu fait de vitesse et de percussions », indique Olivier Nier néanmoins satisfait du
très grand courage affiché par son équipe.
Si le scénario cruel de ce match est encore dans toutes les têtes, les regards sont désormais tournés vers la
rencontre de ce samedi soir face à Bourgoin, actuel 4e avec deux victoires, un nul et une défaite en quatre
matchs. « On a préparé ce match comme d’habitude. On a étudié leurs vidéos pour connaître leurs points
faibles et leurs points forts », confie Mike Tadjer, le talonneur de l’équipe. Au programme du jour, des
mêlées, de la mise en place axée essentiellement sur l’occupation de terrain, et des répétitions de touches.
« C’est une force sur laquelle on s’appuie depuis le début de saison donc on continue de les travailler pour
garder ce niveau », explique ce dernier.
Le doute n’est pas (encore) d’actualité
La confiance règne autour de ce match, les joueurs du RCME se veulent optimistes malgré la frustration.
« On sait qu’on bosse bien, on l’a vu face à Mont-de-Marsan. Il nous manque juste ce petit truc. On ne baisse
pas la tête et on essaie de dédramatiser tout ça. On ne doit pas avoir de doute », poursuit le joueur
massicois. S’il avait fixé pour son équipe un total de 12 points à l’issue des 5 premiers matchs, l’entraîneur
Olivier Nier ne cède pas non plus à l’inquiétude. « Il faudra qu’on aille grapiller 5 points ailleurs. On a bien
identifié ce qui nous posait problème. Il faut qu’on travaille un peu plus avec notre cerveau », explique t-il.
Pour pallier ce problème de gestion de fin de match, le RCME a par ailleurs fait appel à un certain Mathieu
Delpy, arbitre en Pro D2. Une aide non négligeable pour le RCME qui a déjà concédé 3 défaites dans les
dernières minutes de jeu depuis le début de saison. « Ce sont 3 matchs vraiment différents avec, c’est vrai,
comme dénominateur commun une mauvaise gestion tactique de la fin de match », avoue l’entraîneur. « Le
match de Bourgoin doit nous remettre en scène, nous sortir de la zone rouge ».
Ce samedi c’est donc avec une attention toute particulière que le coach essonnien gérera la fin de match de
ses joueurs, qui cette fois, n’ont plus vraiment le droit à l’erreur. « Le manque de points se fait ressentir. Si
on perd ce weekend, on va peut-être commencer à s’inquiéter », concède Mike Tadjer. « On a envie de faire
un gros match devant nos supporters. On veut leur apporter cette première victoire qui nous ferait aussi du
bien », conclut-il.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Pro D2 - Bourgoin, l’imprévisible
http://www.rugbyrama.fr - Par Laurent Genin - Publié le le 19/09/2014 à 11:07
Pascal Peyron donne ses consignes durant un entraînement - Bourgoin - Rugbyrama
Deux victoires en deux matches à l’extérieur et deux rencontres sans succès à domicile. Le CSBJ est
déroutant en ce début de saison. A Massy samedi, les Berjalliens vont tenter de réaliser la passe de trois à
l’extérieur, même s’ils sont conscients que l’emporter en Ile-de-France ne sera pas tâche aisée.
On pourrait presque parler de paradoxe berjallien. En quatre sorties de Pro D2 jusqu’ici, le CSBJ a
totalement déjoué les pronostics. Capable de s’imposer avec brio à Agen puis Dax, Bourgoin a buté samedi
dernier à Rajon contre Aurillac (23-23) après avoir déjà perdu lors de l’ouverture de sa saison contre Albi
dans son antre (23-32), où il était souvent intraitable les saisons passées. Comment dès lors expliquer cette
différence de performance entre domicile et extérieur ? "On va dire que les deux matches à domicile on ne
les a pas pris par le bon bout", répond l’arrière Jérôme Bosviel. "On n’était pas présents dans l’agressivité et
le combat. Choses qu’on a réussies à faire sur les matches à l’extérieur." L’entraîneur des avants Pascal
Peyron insiste aussi sur ces notions d’engagement qui ont fait défaut à Rajon mais donne aussi une autre
raison : "La grosse différence aujourd’hui entre les matches à la maison et à l’extérieur est qu’à l’extérieur on
est plus rigoureux sur les plans de jeu qui ont été arrêtés". Savoir jouer à bon escient notamment.
Adamou : "On doit se racheter de notre match de la semaine dernière"
Contre Aurillac samedi dernier, où le CSBJ a égalisé dans les dix dernières minutes après avoir été mené de
neuf points à 25 minutes de la fin, la réussite au pied a fui également les artificiers berjalliens. Jérôme
Bosviel, l’un des buteurs prolifiques du club, ne se dérobe pas : "Nous, les buteurs, on était dans un mauvais
jour. Si on avait rentré les points au pied, on ne parlerait pas du match nul, tout en disant qu’Aurillac a fait un
très bon match et un 100 % au pied". En revanche, Pascal Peyron balaie l’idée d’un éventuel syndrome Rajon.
"Il n’y a pas de blocage à Rajon. Je pense qu’il y a un petit excès de confiance. On croit qu’en jouant sur notre
terrain fétiche, ce sera plus facile." On peut compter sur l’entraîneur des avants du CSBJ pour que cela ne se
reproduise plus dès le prochain match à domicile contre Pau le 5 octobre.
En attendant, le CSBJ va mettre le cap au nord puisqu’il défiera Massy samedi, dernière rencontre du
premier bloc de cinq matches, avant une semaine sans compétition. Les Franciliens, actuels derniers de Pro
D2, n’ont pas encore remporté le moindre succès cette saison malgré de bonnes prestations, notamment à
domicile. Le CSBJ se méfie de cet adversaire, à l’image de Bosviel. "Massy a reçu les deux premiers du
championnat, Pau et Albi. C’est quand même une équipe qui a réussi à glaner trois bonus défensifs et qui ne
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
lâche rien." L’ancien Massicois et deuxième ligne berjallien, Gambo Adamou, s’attend à un "gros combat". "Je
pense que ça va plus jouer devant parce que Massy est une équipe solide. Elle a enchaîné quatre défaites
d’affilée, elle est à la recherche de sa première victoire. Nous, avec le match qu’on a fait la semaine dernière,
on doit se racheter." Alors Bourgoin réussira-t-il à aligner une troisième victoire consécutive loin de ses
bases ? Réponse samedi sous les coups de 20 h 20.
VIDEO. INSOLITE. Pro D2 - Massy. Shalva Sutiashvili hérite de la poule après
son sublime essai...sur la ligne des 5 mètres
http://www.lerugbynistere.fr - Publié le 18-09-2014 à 21h00 - Par Thibault Perrin
Pro D2 - Massy. Shalva Sutiashvili marque sur la ligne des 5m.
Le 31 août dernier, Massy, promu en Pro D2, a subi la loi de l’ancien pensionnaire de Top 14, Perpignan à Aimé
Giral (42-21). Une rencontre animée qui a vu l’USAP inscrire cinq essais et le RCME trois. Il s’en est même
fallu de peu que les visiteurs ne passent la ligne de craie une quatrième fois par l’intermédiaire de leur
deuxième ligne Shalva Sutiashvili. Mais celui-ci, sans doute un peu trop dans son match, a confondu la ligne
des cinq mètres avec la ligne d’en-but. Un bel échec, immortalisé en vidéo, que ses coéquipiers ont tenu à
récompenser à leur manière. Ainsi, le Géorgien va devoir s’occuper d’une poule pendant sept jours. Une
manière de punir les boulettes made in Massy, alors que d’autres font appel à une roue un peu spéciale ou bien
à une voiture de collection. Cependant, la fameuse poule, à force d’être bringuebalée, a décidé de reprendre
sa liberté. Il a donc fallu trouver autre chose en attendant son retour (peu probable) ou bien l’achat d’un
nouveau gallinacé.
Crédit vidéo : Canal +
http://www.lerugbynistere.fr/videos/video-insolite-pro-d2--massy-shalva-sutiashviliherite-poule-apres-sublime-essaisur-ligne-5-metres-1809141757.php#
Pro D2 - Bourgoin: Retours de Eymond et Resseguier à Massy
http://www.rugbyrama.fr - Par Laurent Genin - Publié le le 18/09/2014 à 17:22
Le staff du CSBJ a effectué très peu de changements dans le groupe qui va se déplacer samedi à Massy par
rapport à celui qui a concédé le nul (23-23) contre Aurillac le week-end dernier. Le pilier Yann Resseguier
retrouve une place parmi les 23 tout comme l’ailier Raphaël Eymond.
Bourgoin déplore notamment les absences sur blessures du deuxième ligne et capitaine Albin Louchard, du
deuxième ligne Théophile Cotte et du troisième ligne Vincent Barrière.
Les avants : Adamou, L. Cotte, Garcia, Janaudy, Kribache, Leonte, Nolan, Pelepele, Pivot, Recordier,
Resseguier, Spachuk.
Les arrières : Alcacebe, Bosviel, Bouillot, Da Silva, Eymond, Gondrand, Kamea, Price, Puyo, Tomamichel,
Vignon.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Nier : « Je ne suis pas inquiet »
http://le-republicain.fr - Propos recueillis par Aymeric Fourel - le 18 septembre 2014. Publié dans Sports
Photo : Olivier Nier espère compter sur le nouveau pilier argentin Fernando Lopez pour le match de
samedi contre Bourgoin. ©B.U.
Pro D2 (5e journée) : RC Massy-Essonne - CS Bourgoin-Jallieu, ce samedi à 18h30 au stade JulesLadoumègue.
Entretien avec l'entraîneur massicois, Olivier Nier.
Les Massicois sont encore passés tout près de la victoire samedi dernier dans les Landes. En tête après une
pénalité de l’Anglais Thrower (19-18, 70e), ils ont encaissé un essai deux minutes plus tard par Salawa. Auteur
des trois essais de son équipe, l’ailier fidjien aura été le bourreau des Essonniens qui se sont finalement
inclinés (22-25).
Massy a concédé sa quatrième défaite en quatre journées de championnat. L’entraîneur, Olivier Nier, revient
sur ce début de saison difficile.
Le Républicain : « Sur quoi bascule le match à Mont-de-Marsan samedi ?
Olivier Nier : On a encore failli dans la gestion tactique. Alors qu’on mène au score (18-19, 70e), on prend un
essai qui nous coûte cher. En Pro D2, la moindre erreur se paie cash.
Le Rép. : Après quatre matchs, vous comptez déjà quatre défaites, dont deux à domicile contre Pau (12-14)
et Albi (16-19). vez-vous des regrets ?
O.N. : C’est plutôt de la frustation car ces deux matchs étaient à notre portée. t avec deux victoires, on ne
serait pas derniers mais 4es, ce qui aurait changé la donne.
Le Rép. : Etes-vous inquiet pour la suite de la saison ?
O.N. : Non, on a montré des progrès à chaque match. n a toujours rivalisé avec nos adversaires. n a explosé
nulle part. Mais il ne suffit pas de bien jouer, il faut prendre des points au classement. Il est donc essentiel
de gagner le match de samedi contre Bourgoin pour bien finir ce premier bloc.
Le Rép. : Si l’on tient compte des dix points de suspension qui menacent Bourgoin (*), le résultat de ce match
pourrait être déterminant en fin de saison.
O.N. : Bourgoin est potentiellement un concurrent direct pour le maintien mais pour l’instant on ne leur a
toujours pas retiré ces points. e toute façon, ça ne change pas grand chose pour nous, il faut gagner.
Le Rép. : Que craignez-vous chez cette équipe ?
O.N. : C’est une équipe très bien organisée défensivement, très à l’aise à l’extérieur. lle l’a montré à Agen
(36-33) et à Dax (26-20). t en plus, elle a un buteur (ndlr : un certain Jérôme Bosviel, tombeur de Massy en
demi-finale de Fédérale 1 en 2011) qui est à 100% de réussite depuis le début de saison.
Le Rép. : A Mont-de-Marsan, votre nouveau pilier argentin, Fernando Lopez, était absent. Pourquoi ?
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
O.N. : Nous attendons toujours la lettre de sortie de sa province. J’espère qu’il sera qualifié pour samedi car
certains joueurs ont besoin de souffler en 1re ligne. Du coup, ils ne s’entraînent pas la semaine, ce qui n’est
pas évident pour bien préparer un match. »
(*) : Bourgoin a fait appel de la sanction infligée le 30 juillet dernier par la DNACG pour « des manquements
aux règles de comptabilisation et de transparence ».
Albi pour un rêve, Agen pour un test
http://www.ladepeche.fr - J.-P. O. - Publié le 20/09/2014 à 03:46, Mis à jour le 20/09/2014 à 08:35
Albi (81) - PrO D2. Cinquième journée. Montauban sans pression, Tarbes et Carcassonne à l'affût et
Colomiers espère retrouver la clef
Rick et les Albigeois réussiront-ils la passe de cinq ?/ Photo DDM, J.-M.L.
Et à la veille de la cinquième journée, Albi était toujours vivant ! Plus que vivant ! Rayonnant (4 victoires) !
Mais à l'inverse du canard de Robert Lamoureux, les Tarnais ne se «planquent» pas, ni sous la table, ni sous le
buffet de la salle à manger ; ils affichent leur bonne santé au travers d'un rugby sérieux, plein, efficace.
Aucun orgueil pour autant… Ils savent que la série sera stoppée un jour ou l'autre, peut-être même dès ce
soir à Narbonne, mais cette inéluctabilité n'a aucune importance. L'important ce sont les points récoltés et la
confiance engrangée. Tout à l'heure, dans l'Aude, avec une équipe quelque peu essoufflée (le premier bloc se
termine) qui devra se passer des muscles de Faleafa, des impacts de Rokoduru comme des redoutables
jambes de Lacroix, les Albigeois, sans aucune pression négative, espèrent simplement saisir une opportunité
si elle se présente.
Car, en face, c'est le doute qui rampe : 3 défaites, 43 pts encaissés dimanche à Agen et une équipe qui n'a
pas les moyens de ses ambitions. Reste l'amour-propre qui ne peut que fustiger les énergies. Suffisant ? L'an
dernier, après les 51 pts récoltés à Agen, les Narbonnais avaient enchaîné trois succès consécutifs… Mais
l'an dernier, le groupe était mieux charpenté, paraissait mieux articulé…
Pour Agen, précisément, le déplacement à Perpignan tombe à pic. Il est idéal pour savoir si ce sont eux, les
Lot-et-Garonnais (3 défaites jusqu'alors) qui se sont régénérés et ont été très forts face à Narbonne, ou
bien si l'opposition était trop faible. D'autant que les Catalans qui ont douloureusement fait connaissance
avec Sapiac le week-end dernier (19-24) vont proposer un gros défi.
Les Tarbais ont plutôt bien profité de la bonne miche de pain blanc qui leur était offerte en guise d'accueil
cette saison (3 réceptions, 3 victoires) même s'ils ont une grosse mie qui est restée coincée samedi dans le
gosier pendant 50 minutes face à Colomiers (voir plus bas)… Le déplacement à Biarritz (les Basques n'ont pas
encore digéré le lourd pain noir de la descente), arrive en fin de bloc mais inaugure quand même un nouveau
cycle révélateur : déplacements à Biarritz, Carcassonne, Bourgoin ; réception d'Agen.
Montauban a frappé fort et juste face à Perpignan. C'est réconfortant pour les Tarn-et-Garonnais et, du
coup, leur déplacement à Mont-de-Marsan ne présente aucun caractère dramatique. Idéal pour continuer à se
fortifier.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Se fortifier, c'est précisément ce qu'est en train de réussir, insensiblement, Carcassonne. Le succès face à
Biarritz a peut-être débloqué une équipe encore fragile dans son expression mais qui a besoin de temps (et de
résultats positifs) pour acquérir l'indispensable assurance. Elle serait évidemment considérablement
renforcée par une performance à Aurillac…
À Colomiers, malgré la vidéo, on ne sait toujours pas ce qui s'est vraiment produit à Tarbes samedi dernier
(de 30-9 à 30-44 !). Trélut nouveau triangle des Bermudes ? La réponse n'appartient pas aux spéculations
mystico-légendaires mais aux joueurs columérins eux-mêmes. C'est leur réaction, leur performance face à
Béziers, très coriace depuis le début des hostilités (victoires sur Agen puis Tarbes ; courtes défaites à
Narbonne et face à Pau), qui permettra d'en savoir plus…
Pro D2 - Dax - Jérôme Daret: "Nous nous devons d'être plus
ambitieux en attaque"
Jérome Daret, directeur du centre de formation et consultant auprès de l'équipe pro à Dax - Icon
Sport
http://www.rugbyrama.fr - Par Sébastien Liebaut - Publié le le 19/09/2014 à 18:54
Ancien demi de mêlée emblématique de l'US Dax et ex-international de rugby à VII reconverti comme
directeur du centre de formation et consultant auprès de l'équipe pro, Jérôme Daret a balayé de nombreux
sujets comme la formation française ou le projet mis en place.
L'US Dax 14e de la Pro D2 avant la fin du premier bloc samedi, on imagine que c'est une surprise
voire une déception ?
Jérôme DARET: Ni l'un ni l'autre. Nous sommes toujours dans notre projet sur trois ans où l'on construit
afin de mettre notre jeu en place pour envoyer du jeu et marquer des essais. Le classement n'est pas un
indicateur de performance immédiat. La saison est très longue et nous allons nous accorder à atteindre nos
objectifs que l'on s'est fixé à la fois sur le sportif mais aussi sur le jeu. Le classement, nous le verrons en
fonction de l'évolution des journées et on verra s'il nous permettra de franchir un cap à un certain moment.
Ce classement est d'autant plus rageant car cette place ne reflète pas votre véritable valeur car les
trois défaites (pour une victoire) ont été concédées de six points et moins...
J.D.: Oui mais nous sommes dans un championnat très homogène et compliqué cette année. Toutes les équipes
se valent. Nous avons besoin de prendre de la confiance en gagnant des matchs mais surtout en construisant
notre jeu en ayant un maximum d'ambitions pour aller derrière cette ligne d'essai le plus souvent possible.
C'est la vérité du terrain qui parlera et je crois que nous y arriverons.
Vous avez un groupe fort intéressant sur le papier avec un mélange de joueurs expérimentés de la Pro
D2, des anciens de Top 14, de très bons jeunes... mais il semblerait que l'amalgame a du mal à se
faire depuis deux saisons...
J.D.: Non je ne pense pas. Nous sommes sur un projet de stabilisation du club dans le rugby professionnel à
moyen terme. On est en train d'atteindre cette objectif avec les mêmes joueurs que la saison précédente. Il
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
y a pas mal de joueurs qui ont acquis de l'expérience lors du dernier exercice notamment sur les deux
derniers mois qui ont été très difficiles. D'autres qui arrivent et poussent cette année sans oublier les
joueurs cadres qui rentrent pleinement dans leur mission. Tout cela se construit, il faut du temps et nous
avons besoin de franchir un cap notamment en grattant des points à l'extérieur comme nous l'avons fait le
week end dernier chez un des deux premiers du classement, Albi. Mais surtout en restant intraitable à la
maison malgré le faux pas contre Bourgoin.
Quels sont les point à améliorer: l'aspect offensif, défensif, la conservation du ballon, l'indiscipline...?
J.D.: On est bien en défense. Nous nous devons d'être plus ambitieux en attaque comme nous devons
davantage avoir confiance les uns envers les autres afin d'être à l'unisson pour bien gérer les temps forts et
conclure ces temps forts. Nous avons des occasions de marquer mais on arrive pas suffisamment à les
concrétiser pour gagner des matchs. Nous avons aussi besoin de progresser dans la finition.
" Pour le moment, nous avons juste l'ambition mesurée de nous stabiliser dans le monde du rugby
professionnel et notamment dans le championnat de Pro D2 qui est pour l'instant notre place, notre niveau"
Les ambitions de l'US Dax cette saison c'est de se maintenir en Pro D2 ou un objectif à court terme
d'une montée à l'étage supérieur ?
J.D.: C'est un projet sur trois ans pour stabiliser le club. On est à la bonne mesure du niveau de notre club.
Le Top 14 pour nous n'est pas accessible. Il nous faut travailler sérieusement sur un projet afin de pouvoir
attirer des investisseurs. Pour le moment, nous avons juste l'ambition mesurée de nous stabiliser dans le
monde du rugby professionnel et notamment dans le championnat de Pro D2 qui est pour l'instant notre place,
notre niveau. Notre objectif sur la saison est de faire mieux que la dernière saison avec une grosse ambition
sur le jeu.
Votre vision de formateur nous intéresse concernant les JIFF et les joueurs étrangers qui peuvent
revêtir le maillot bleu...
J.D.: Je suis vraiment sur la notion des joueurs JIFF. L'année dernière, nous étions sur une moyenne de 19
joueurs JIFF utilisés avec l'effectif professionnel sur l'ensemble de la saison. Samedi dernier à Albi, nous
avions sur la feuille de match, 21 joueurs JIFF sur 23. Je suis convaincu que nous avons des joueurs de talent
et à fort potentiel sur notre territoire. L'entrée des joueurs étrangers dans notre championnat est très
intéressante culturellement et par rapport à la plus-value qu'ils peuvent amener mais nous avons notre mot à
dire sur la formation et sur les joueurs que l'on forme. Il faut continuer de travailler, de développer leurs
compétences pour les amener à haut niveau et je suis persuadé qu'il y a de belles générations à venir.
Pour un éducateur, cela doit être un peu décevant, frustrant de voir un afflux important de joueurs
étrangers dans le championnat aux dépens de jeunes joueurs français qui auraient aussi leurs places
dans les championnats professionnels ?
J.D.: Oui mais c'est une remise en question générale de notre formation à avoir. Les grands décideurs en ont
pris conscience. Des leviers ont été actionnés notamment l'aide au JIFF par le "new deal". Maintenant, il faut
y rentrer pleinement et j'y crois sincèrement. On a une équipe plutôt jeune à Dax avec des joueurs étrangers
qui nous apportent aussi leur compétence et leur culture externe. C'est toujours bien de s'ouvrir mais il faut
être mesuré, modéré pour montrer notre rugby de territoire et bien représenter la France à terme dans les
diverses compétitions internationales et notamment aux JO à travers le rugby à 7.
Comment expliquez-vous le fait que certains joueurs étrangers non connus sont sollicités pour intégrer
nos championnats au détriments de joueurs français ?
J.D.: Il me semble que c'est plus facile de faire venir un joueur étranger car quand il quitte le club, on entend
plus parler de lui alors qu'un joueur français, il faut penser à la reconversion professionnelle. Il y a une
conscience par rapport à son devenir. C'est entre autres pour cela qu'il me semble que c'est plus compliqué
de gérer des joueurs français que des joueurs étrangers.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Un gros défi se présente ce samedi soir avec un déplacement périlleux chez le leader palois alors
comment prépare-t-on son équipe en manque de victoire ?
J.D.: Ce sont les meilleurs matchs à jouer. On a bien répondu présent samedi dernier à Albi (défaite 24-20)
qui était leader. Ce week end, c'est Pau le leader donc on les enchaine et on va y aller avec l'ambition de bien
construire notre jeu, de bien s'entendre et de fonctionner vraiment en équipe.
Pro D2 - Narbonne: cohésion est-tu là ?
http://www.rugbyrama.fr - Par Julien Puyuelo - Publié le le 19/09/2014 à 11:43
Justin Harrison, l'entraîneur de Narbonne (mai 2014) - Icon Sport
On pensait Narbonne capable de surfer sur sa fin de saison dernière. Mais après quatre journées et avant de
recevoir des Albigeois invaincus, force est de constater que le Racing tarde à trouver son rythme de
croisière.
Dans les travées du Parc des Sports et de l’Amitié, les supporters espèrent que la saison 2014 n’aura pas été
un feu de paille et que leur équipe peut encore les faire vibrer. Si le début de saison est poussif, il ressemble
finalement peu ou prou à l’exercice précédent. "Il y a des points communs entre les deux débuts de saisons,
reconnait Justin Harrison, entraîneur du Racing. Notre jeu n’est pas en place, nos matchs ne sont pas bons et
ça provoque de la frustration chez les joueurs. L’équipe travaille bien durant la semaine et ce n’est pas
évident à vivre quand ça ne marche pas en match".
Narbonne et son jeu basé sur l’attaque éprouve donc quelques difficultés à imposer: la vitesse d’exécution
fait défaut, les courses sont moins tranchantes, moins précises et l’adversaire s’il est parfois débordé, n’est
jamais renversé. "Et dans ce cas-là, quand une équipe est en difficulté, elle a tendance à choisir la solution
individuelle plutôt que collective, regrette le technicien australien. Pourtant l’effectif a peu changé et les
recrues, notamment Edmonds, Kafotamaki ou Eadie, font de bons matchs". Pas d’inquiétude cela dit car les
maux sont vite identifiés: incapacité à scorer face à Mont-de-Marsan, inattention à Carcassonne, manque
d’agressivité défensive à Agen, bref les Narbonnais savent que pour l’heure leur jeu n’est pas assez
consistant pour dominer franchement l’adversaire. "Mais je veux que l’on reste positifs, insiste Justin
Harrison. Essayons de nous rapprocher de ce que nous faisons à l’entraînement".
Harrison: "Albi ? En un mot, dangereux !"
Car si Narbonne mouline, Albi déroule… Les Tarnais sont invaincus après quatre matchs et avancent sans
complexes. "Ils ne se contentent pas de chandelles, mêlées, touches et mauls, décrit Justin Harrison. C’est
une équipe qui aime jouer, mais lorsqu’il faut gagner un match dur, ils savent aussi le gagner. En un mot, ils
sont dangereux !" Et pour gagner, Ugo Mola, l’entraîneur albigeois, s’appuie notamment sur une troisième ligne
très complémentaire, véritable poumon de l’équipe. Faleafa, Farre et Tavalea dictent leur loi. "Si la troisième
ligne domine, c’est elle qui décide de la vitesse du jeu. La troisième ligne d’Albi comprend quand il faut
libérer, porter ou se dégager, les joueurs travaillent très bien ensemble". Travailler ensemble, c’est pour
l’heure ce qui manque à Narbonne ; et face à une équipe qui lui ressemble, les blocages pourraient bien sauter.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
l'ASBH ne digère pas les erreurs d'arbitrage
http://www.midilibre.fr - LAURENT FRANÇOIS – 17/09/14
Beaucoup estiment que la prestation de l'arbitre a coûté la victoire à Béziers. PIERRE SALIBA
Le club de Béziers estime que Flavien Hourquet, l'arbitre du match face à Pau, samedi à domicile, n'a
pas fait correctement son travail et le crie haut et fort.
Flavien Hourquet, l'arbitre du match Béziers-Pau, doit avoir les oreilles qui sifflent. Depuis samedi soir, il est
au cœur de toutes les conversations ovales en pays biterrois et ce n'est pas pour lui faire des compliments.
Beaucoup lui reprochent son arbitrage, estimant qu'il n'a pas bien fait son travail et que sa prestation a coûté
la victoire à Béziers. La pilule a donc beaucoup de mal à passer et, du côté de l'ASBH, on a pris le parti de
monter au créneau. Cela ne changera certes rien pour le club au niveau comptable. Mais tout le monde estime
qu'il est impossible de laisser passer un tel comportement sans taper du poing sur la table.
Flavien Hourquet admet ses erreurs
Flavien Hourquet, l’arbitre du match, a visionné les vidéos envoyées par l’ASBH. Sur la fameuse touche, il
explique : "Je suis sur le terrain et je ne vois pas si c’est le Biterrois ou le Palois qui est en touche.
J’interroge alors le juge de touche qui me dit que c’est bon, qu’on peut jouer. J’ai donc laissé le jeu se
développer".
Sur le placage de Rémy Martin, Flavien Hourquet dit ne pas avoir bien vu le mouvement : "Au moment de
l’action, j’ai vu le bras du 17 de Pau à la hauteur du ballon. Au visionnage de la vidéo, il est vrai que l’on voit son
deuxième bras passer derrière le cou. Il y a bien eu placage haut. Et donc, il aurait dû y avoir une pénalité
contre Pau".
M. Hourquet se défend d’en vouloir à Béziers, comme le laissent entendre certains : "M. Hamacek,
notamment, ne me croit pas quand je dis que je n’ai aucun problème avec Béziers. À Dax, c’est vrai, il y avait
eu une erreur suite à une mésentente avec le juge de touche. Mais je n’ai aucune animosité contre qui que ce
soit à Béziers".
La touche volée par les Palois
Le clan de l'ASBH met surtout l'accent sur deux erreurs d'arbitrage qu'il estime inconcevables. La première
a eu lieu à la 11e minute. Sur une chandelle de Josh Valentine, Elijah Niko, l'ailier palois, récupère le ballon
dans le terrain et se fait immédiatement plaquer par Jo Vakacegu, le trois-quart centre biterrois arrivant
lancé. Sur le placage, le Béarnais est projeté hors du terrain. Les images le confirment sans problème. Le
juge de touche lève alors son drapeau et semble appuyer sur son micro pour parler à l'arbitre de champ. Dans
la foulée, un autre Palois récupère le ballon qui est dehors et joue rapidement la touche sans que les arbitres
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
ne bronchent. Sur l'action, les Palois reprennent le jeu à leur compte et en suivant, sur une mêlée, ils gagnent
une pénalité.
La cravate non sanctionnée sur Martin
En fin de match, alors qu'ils sont menés d'un point, les Biterrois ont investi le camp adverse. Ils pilonnent la
ligne béarnaise qui souffre. Sur un regroupement, Rémy Martin est victime d'une cravate monstrueuse. Un
Béarnais le prend violemment au niveau du cou et il se retrouve au sol. Les images, là aussi, sont imparables.
Le choc est tellement violent que le joueur met du temps à se relever. Il est d'ailleurs visiblement sonné, il
titube. L'action se déroule devant l'arbitre qui ne siffle pas. Dommage, car l'action s'est jouée face aux
poteaux et il aurait fallu être unijambiste pour rater la pénalité ! Pour couronner le tout, Rémy Martin subira
le protocole commotion. Il n'a pas eu l'autorisation de s'entraîner cette semaine et rien ne dit qu'il pourra
jouer samedi à Colomiers. Bilan : pas de carton infligé à l'auteur de l'incident, pas de pénalité accordée à
Béziers et un joueur “out” une semaine.
Des conséquences peu fameuses
Rien ne dit que, si Béziers avait récupéré ces deux pénalités, l'issue du match aurait changé. Mais on peut
comprendre la grande frustration régnant dans les rangs de l'ASBH. D'autant que ce n'est pas la première
fois que le club a des reproches à faire à M. Hourquet.
"Par exemple, la saison dernière, à Dax, alors que Rémy Martin vient de recevoir sept coups de poing au
visage, l'auteur ne reçoit qu'un carton jaune et cela mérite un rouge, regrette Christophe Hamacek. Et cette
fois, Rémy se fait agresser à 2 m de lui et il ne dit rien ! Je ne demande pas grand-chose, mais au moins que
le niveau d'exigence que nous impose la Ligue soit le même envers les arbitres. La seule chose professionnelle
qu'ont les arbitres aujourd'hui, c'est leur costume ! Il serait de bon ton qu'ils soient plus “pro”. Il ne faut pas
oublier qu'une décision arbitrale influençant le résultat d'un match peut amener à perdre du public, licencier
des entraîneurs ou encore empêcher le renouvellement de contrat avec des joueurs. Nous nous attachons à
travailler avec beaucoup de professionnalisme. Nous nous sommes associés à Alexandre Ruiz pour nous
concentrer au mieux sur l'arbitrage et ne pas commettre de fautes. Si je monte au créneau, c'est pour faire
avancer les choses. À Béziers, nous avons choisi d'être corrects. Nous n'avons jamais insulté un arbitre. Mais
il ne faut pas se laisser faire. Je milite pour du professionnalisme à tous les niveaux."
Goutta : «D'abord rassurer les joueurs»
http://www.ladepeche.fr - Recueilli par Jean-Paul Pronzato - Publié le 17/09/2014 à 03:49
Colomiers (31) - Rugby. Pro D2. Colomiers digère son incroyable défaite à Tarbes
Bernard Goutta ne veut surtout pas dramatiser./ Photo DDM, Michel Viala
L'entraîneur des avants columérins revient sur la défaite de son équipe, 30-44, samedi à Tarbes où elle
menait 30-9 à une demi-heure de la fin. Il n'accable pas les joueurs.
Bernard, au-delà du résultat, c'est le scénario qui est incompréhensible. Avec du recul, avez-vous une
explication ?
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Nous avons eu deux trous d'air. Un premier entre la 30e et la 40e où, après avoir mené 23-3, une mauvaise
gestion leur offre six points. Ensuite, après l'essai de Coll (30-9), nous avons manqué de maîtrise défensive,
d'organisation en infériorité numérique, et Tarbes s'est transcendé, reprenant confiance en avançant sur
chaque impact. Il y a eu par moments de l'affolement. Et nous avons pris la marée en faisant preuve
d'indiscipline. L'arbitre nous a pris en grippe, mais les fautes étaient réelles. Nous avons concédé à ce
moment-là une avalanche de pénalités. De plus, alors que nous menions encore de 14 points et qu'il n'y avait
pas le feu, au lieu de chercher l'occupation, nous avons tenté de récupérer le ballon à quatorze contre quinze.
Et 44 points c'est lourd pour la quatrième défense de la saison dernière (17, 7 points en moyenne).
Notre baromètre, c'est en effet notre défense. Quand ils sont revenus dans notre camp, nous avons lâché
physiquement et mentalement. Nous avons eu un sursaut d'orgueil sur la fin, mais le mal était fait. Cela dit, il
vaut mieux que cela nous arrive maintenant que plus tard dans la saison. Et c'est à la fin que nous saurons si
nous devons nourrir des regrets par rapport à ce match.
Vous n'accablez pas vos joueurs en public.Dans l'intimité du vestiaire,votre discours a-t-il été musclé ?
Les premiers atteints, ce sont les joueurs. Avec Philippe (Filiatre), nous les avons réunis dès dimanche matin,
d'abord pour les rassurer, pour qu'ils ne passent pas la journée à ruminer. Nous avons eu une explication
avant d'aller déjeuner tous ensemble. Nous avions besoin de laver les cerveaux en famille. Et cela nous a
permis de gagner une journée en basculant dès lundi sur le prochain match, contre Béziers, samedi (1).
Nous voulons retenir le positif, ce qui s'est passé pendant cinquante minutes, avec, hormis la fin de première
mi-temps, une maîtrise de très haut niveau. Elle devrait nous permettre de gagner d'autres matchs à
l'extérieur.
À condition de retenir la leçon.
Ce match va nous aider. Un tel scénario ne se reproduira plus. Il nous arrivera bien sûr d'être menés. Nous
repenserons à tout ce qui nous a manqué pour boucler le match samedi dernier.
Ne craignez-vous pas qu'une pression négative ne s'installe avant la venue de Béziers ?
Le groupe a digéré. Notre réunion dominicale nous a fait du bien. Les joueurs sont revanchards. Ils veulent
évacuer face à Béziers leur frustration. Notre premier objectif est l'invincibilité à domicile. Et si nous
gagnons samedi, nous aurons 12 points au terme d'un premier bloc très difficile. Ce serait parfait.
1. Colomiers-Béziers samedi à 18 h 30.
Romain Lauga se fait un devoir de transmettre
http://www.ladepeche.fr - Rémi-Constant Belrepayre - Publié le 18/09/2014 à 03:53
Montauban (82) - Rugby : il a décidé de s'investir au sein du centre de formation de l'USM
Romain Lauga, grand talonneur et formateur dans l'âme./ Photo DDM, C.L.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Pour le capitaine montalbanais, Romain Lauga, l'heure n'est pas venu de franchir le Rubicon qui sépare le
terrain du banc de touche. à 32 ans, le bouillant talonneur a encore de belles saisons à vivre sur les terrains
de rugby. D'ailleurs, il a repris l'entraînement collectif en ce début de semaine avec un plaisir non dissimulé :
«C'était long. L'entorse de ma cheville a pris du temps à se soigner. J'espère que ce soucis est désormais
derrière moi.»
Alors pourquoi parler de cette question aujourd'hui ? «J'ai un BE 1 (brevet d'état) depuis longtemps. C'est
l'occasion de le mettre en pratique», indique Romain. Après mûre réflexion, il a décidé que cette saison, il
allait s'investir dans un rôle d'entraîneur au centre de formation de l'USM qui fonctionne depuis une bonne
dizaine d'années. «Peut-être que plus tard, je serai intéressé par la fonction d'entraîneur, au sein d'un
centre de formation ou ailleurs. C'est quelque chose qui m'intéresse, je saisis l'opportunité de le faire ici. Je
vais entraîner les jeunes avec Jean-Marc David. Cela se passera le mercredi soir. C'est l'occasion pour moi de
me mettre dans le bain. De voir, si cela me plaît, si cela fonctionne et enfin, de voir si l'on peut continuer
dans cette voie», poursuit-il. Gageons que la bonne quinzaine de jeunes de ce centre de formation aura
beaucoup à apprendre d'un joueur très expérimenté, à la carrière bien remplie.
Mont-de-Marsan dans le viseur
Même s'il n'a pas encore joué cette saison – cela ne devrait plus tarder – Romain Lauga, l'ancien Montois, sait
parfaitement que le déplacement qui attend ses coéquipiers, ce samedi, au stade Guy-Boniface, ne s'annonce
pas de tout repos : «Pour faire un résultat à Mont-de-Marsan, comme partout, il faudra s'engager et être
forts sur les bases que sont la conquête et la discipline, sans oublier de produire du jeu. Je pense que notre
salut passera par le fait de créer des choses. On ne peut pas se contenter de faire le dos rond à l'extérieur.
Notre équipe est joueuse. Elle se procure des occasions lorsqu'elle se décide à jouer», affirme le talonneur
montalbanais.
En observateur averti des choses du rugby, Romain Lauga apprécie le début de saison de son équipe
nouvellement promue : «C'est plutôt très bien. Si l'on nous avait dit qu'on aurait engrangé 10 points au bout
de quatre matchs, nous aurions signé des deux mains, en sachant que dans le premier bloc, il y avait trois
déplacements et la réception de Perpignan. On gagne nos deux matchs à domicile dont un bonifié et on va
chercher un point à Dax. On est dans les clous. Maintenant, il ne faut pas se reposer là-dessus. On doit
continuer d'aller chercher des points partout. La Pro D2 est un championnat long. Tout va compter. Il ne faut
surtout pas se relâcher.»
Si les «vert et noir» parviennent à faire un résultat dans les Landes, ce samedi, l'USM sortirai du premier
bloc de cinq rencontres dans le tout haut du classement de ce très compliqué championnat de Pro D2. Cela
donnerait aussi et c'est loin d'être négligeable, un matelas de points en cas de période de disette ultérieure.
La reprise cette semaine de Romain Lauga ne peut-être qu'une touche supplémentaire d'espérance pour le
promu qui n'a pas envie de jouer l'ascenseur.
PRO D2, J5 : redistribution des cartes
http://www.lnr.fr - Par Marine Gallego, le 17 septembre 2014.
Il y a si peu d’écart entre chaque équipe de PRO D2 au classement que la moindre défaite, avec ou sans bonus,
pourrait changer l’intégralité des rangs. Si Albi et Pau se sont légèrement détachés en tête, le reste des
matchs promet de féroces combats. Car Narbonne, Dax et Massy voudront s’éloigner de la zone de relégation
et que le reste de ces effectifs pourrait basculer soit en tête, soit dans les profondeurs du classement.
AURILLAC / CARCASSONNE
Un monde sépare ces deux équipes au classement (la première est 13e, la seconde 9e), et pourtant, seul un
point les sépare. Aurillac peut notamment dire merci aux deux bonus remportés car sans ça, seul un point les
séparerait de la zone de relégation. Mais les Aurillacois ne pas pour autant sortis d’affaire. Leur début de
saison très délicat avec deux défaites, un nul et une seule victoire les ont placés dans une situation peut
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
avantageuse, alors ce second match à domicile ne peut être que le bienvenu. Si les statistiques ne le font pas
mentir, le SACA devrait logiquement s’imposer dans son antre, face à son public, car Carcassonne depuis son
arrivée en PRO D2, ne s’est jamais imposé à Jean-Alric. Les Audois ont eux repris du poil de la bête, après
des performances en dents-de-scie la saison passée et lors des matchs amicaux. S’ils parviennent pour le
moment à garder leur stade inviolé, récupérer les points de la victoire à l’extérieur reste encore compliqué.
Avec un bonus en poche néanmoins, ils se placent dans le ventre mou du championnat en espérant mieux très
vite.
COLOMIERS / BEZIERS
La défense de Colomiers (14ème) devra faire attention à l’attaque biterroise (3ème) lors de cette rencontre
de la J5. Mais l’équipe de Colomiers, si elle compte deux défaites et deux victoires n’a joué qu’une seule fois à
la maison, dans les meilleures conditions. Les Columnérins auront donc l’occasion ce week-end de refaire leur
retard, eux qui stagnent à la douzième place du classement. De plus, face à l’ASBH, depuis 2001, aucune
défaite : tous les voyants sont au vert. Le calendrier clément des biterrois leur a permis de récupérer les
points précieux de la victoire, à domicile, même si le week-end dernier, l’issue de la troisième rencontre en
date à la Méditerranée n’a pu leur rapporter qu’un point de bonus défensif. L’ASBH se déplace à nouveau en
J5, un exercice dans lequel il n’excellait pas l’an passé (aucune victoire, un nul), qu’il espère mieux maîtriser
cette saison.
MASSY / BOURGOIN
Même si Massy stagne à la dernière place du classement de PRO D2, ce n’est pas le cas au classement des
meilleures défenses et attaques. S’ils ne peuvent prétendre à l’heure actuelle occuper les premières places,
leurs trois bonus défensifs leur permettent de rester au contact de toutes les autres équipes du
championnat qui elles comptent au moins une victoire après quatre journées. La réception de Bourgoin est une
nouvelle chance pour le RCME de passer un cap et d’enfin glaner les points de la victoire : ils sont impératifs.
Mais Bourgoin se déplace plutôt bien depuis le début de ce championnat 2014/2015 : deux sorties et deux
victoires. Pau et Albi, leader et second, sont les seules autres équipes de PRO D2 à afficher ces statistiques.
Le CSBJ poursuivra-t-il sur sa lancée à l’extérieur face à Massy ? Actuels 7ème au classement général, les
Isérois n’attendent que ça.
MONT-DE-MARSAN / MONTAUBAN
Ces deux équipes sont au coude-à-coude : deux victoires, deux défaites, deux bonus, mais Mont-de-Marsan a
l’avantage au classement général en étant 5ème et Montauban 6ème . La dernière fois que que les deux
effectifs se sont rencontrés, c’était en TOP 14, en 2009 : une éternité donc. Même si Mont-de-Marsan l’avait
remporté de peu, les cartes sont aujourd’hui redistribuées : les Montois sont des habitués de la PRO D2 et
les Montalbanais découvrent un championnat après leur montée de fédérale 1. Après deux échecs à
l’extérieur, Montauban s’est relancé à domicile face à Perpignan et tentera de construire sur cette victoire
pour enclencher le compteur de victoires à l’extérieur. Pour Mont-de-Marsan, après une défaite en J2 et une
victoire compliquée en J4 face à Massy, l’objectif sera d’apaiser le climat à domicile en l’emportant
franchement.
NARBONNE / ALBI
Narbonne et Albi sont deux équipes au parcours opposé en ce début de championnat de PRO D2. Le RCNM est
en effet relégable, avec seulement cinq points au compteur et leurs statistiques sont en berne : une défaite à
domicile, deux à l’extérieur (et une seule victoire dans le derby audois), un seul bonus récolté, dernière
attaque de PRO D2… Pour Narbonne, le sursaut doit intervenir maintenant, surtout à l’occasion d’un match à
domicile. La statistique qui peut les rassurer ? Depuis le retour de ces deux équipes en PRO D2, Albi n’est
jamais venu s’imposer dans l’Aude. Mais les Albigeois réalisent un parcours plutôt convaincant depuis la fin
août. Dauphins de Pau, ils sont deuxième attaque, quatrième défense et n’ont encore concédé aucune défaite,
à domicile comme à l’extérieur. Alors que Pau reçoit ce week-end, Albi fera attention à ce que leurs
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
adversaires béarnais ne prennent trop d’avance : une victoire, un nul ou a minima une défaite avec bonus
s’impose.
PAU / DAX
Comme pour le duel précédemment, tout sépare ces deux équipes en ce début de saison. Pau n’a pas débuté
cet exercice dans la demi-mesure. Leaders avec dix-huit points, dont deux bonus, les palois sont invaincus,
que ce soit au Hameau ou à l’extérieur. La Section a-t-elle déjà la tête aux phases finales ? Habitués de
l’exercice, les Béarnais, malchanceux à ce stade-là de la compétition depuis quelques années savent que
prendre de l’avance dès le départ et ne laisser aucun point en route au fil de la saison pourrait les conduire à
un titre direct, sans passer par des phases finales où les cartes sont rabattues. Avec une défense au top (58
points encaissés), les Dacquois auront fort à faire face au leader. Dax, quatorzième à l’heure actuelle,
échappe à la zone de relégation à la seule différence de points. Avec une seule victoire et un seul bonus, la
méfiance est donc de mise pour éviter de basculer et de décrocher.
PERPIGNAN / AGEN
Après deux succès à domicile, l’USAP n’a pas rencontré la même chance à l’extérieur, en alignant deux
défaites, mais deux défaites avec bonus : le bilan n’est donc pas si mauvais. Grâce à cela, les Catalans se
placent au 4ème rang du classement avec dix points, avant de retrouver leur antre d’Aimé-Giral. Seconde
défaite et septième attaque, l’USAP se mesurera ce week-end à une équipe d’Agen joueuse mais peu
victorieuse. Malgré ses trois défaites, le SUA n’est pas englué dans le bas du classement car quatre bonus
récoltés en quatre rencontres ont fait la différence. Ces bonus leur ont permis d’éviter une chute brutale au
classement mais ne suffiront pas dans la durée. Pour poursuivre l’aventure en PRO D2 dans la bonne direction,
Agen a tout intérêt à rencontrer la victoire dès que possible.
BIARRITZ / TARBES
Si Biarritz a démarré lentement en PRO D2, les Tarbais ont eux été moins regardants. Avec trois victoires
pour une défaite, ils sont en troisième position de cette PRO D2 version 2014/2015, sans jamais avoir pris de
bonus. Solides en attaque (5ème), ils sont pourtant bons derniers au classement des meilleures défenses. La
seule victoire qu’il manque à leur palmarès après quatre journées ? Une victoire à l’extérieur : Biarritz sera
donc un test, si les Tarbais veulent rester dans le top 3 de ce classement. Deux victoires à domicile, deux
défaites à l’extérieur : Biarritz suit pour l’instant un parcours classique, sans récolter de bonus, et se
retrouve donc à la onzième place du classement. Leur attaque et leur défense, trop timides, les empêchent
pour l’instant de viser plus haut. Un succès à domicile pourrait changer la donne
Pro D2- Albi - Mathieu Peluchon : "Le discours n’a pas changé"
http://www.rugbyrama.fr - Par Jérémy Desoblin - Publié le le 17/09/2014 à 15:13
Titulaire lors des quatre victoires d’Albi, Mathieu Peluchon réalise, comme son équipe, un excellent
début de saison. L’arrière albigeois savoure cette dynamique positive mais reste malgré tout prudent.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Que retenez-vous de la victoire à l’arrachée contre Dax ?
Mathieu PELUCHON : On est avant tout contents du résultat parce qu’on a pris les quatre points. Cela valide
la victoire à l’extérieur contre Massy. On est tombés face à une équipe très forte sur les fondamentaux et
très appliquée. Cela a été un match très compliqué jusqu’à la fin, avec beaucoup d’incertitudes. C’est une
victoire très importante qui permet de rester dans une dynamique positive. Tout le monde reste concerné et
ça permet aussi de préparer les matches un peu plus sereinement. Il y a toujours une remise en question en
début de semaine mais une victoire permet vraiment de travailler dans la bonne humeur.
Comment expliquez-vous l’entame de match délicate du SCA ?
M.P : Cela ne se joue vraiment à pas grand-chose. On fait une belle action que nous n’arrivons pas à conclure
et au final, on prend un essai de quatre-vingt mètres. Comme nous l’a dit le staff, on doit être un peu plus
rigoureux pour éviter les fautes de concentration.
Et maintenant, vous allez affronter Narbonne…
M.P : Narbonne est le demi-finaliste de l’an dernier. On les a un peu étudiés à la vidéo et on a pu constater
qu’ils ont gardé le même jeu que la saison passée. Pour l’instant, Narbonne n’a pas été en réussite mais c’est
une équipe vraiment redoutable. On prend ce match très au sérieux. On va devoir être très appliqué et faire
un très gros match pour espérer faire un résultat.
Est-il important pour le groupe de terminer ce premier bloc de matchs par une bonne note à Narbonne?
M.P : Pour valider notre bloc de manière positive, c’est important pour nous de faire un bon match à Narbonne
avec du contenu. On va essayer de le faire même si on sait que cela sera compliqué. On va essayer de
s’appliquer sur nos bases et mettre de l’intensité dans notre jeu pour essayer de ramener ce que nous pouvons
de Narbonne.
" L’an passé, on a commencé par quatre défaites donc cette année, on prend volontiers ces quatre succès. On
ne va vraiment pas faire la fine bouche.""
Avec quatre victoires en quatre matchs, peut-on parler de début de saison idéal pour le SCA ?
M.P : C’est vrai que pour l’instant, on est très contents de notre début de championnat. L’an passé, on a
commencé par quatre défaites donc cette année, on prend volontiers ces quatre succès. On ne va vraiment
pas faire la fine bouche. Pour commencer la saison, c’est vraiment bien et c’était important pour nous
mentalement d’enchaîner quatre victoires.
Avec les victoires, le groupe est-il devenu plus ambitieux ?
M.P : Pour l’instant, on a seulement disputé quatre journées de championnat. Le discours n’a pas changé. On
veut vraiment acquérir le maintien le plus tôt possible. Pour l’instant, c’est vrai que tout se passe bien mais on
prend vraiment les matches les uns après les autres. On essaye de prendre un maximum de points chaque
week-end.
À titre personnel, vous faites un très bon début de saison, comment vous sentez-vous ?
M.P : Je me sens un peu comme l’équipe. Tout se passe bien pour l’instant. Je prends vraiment du plaisir à
jouer et à buter. Ce rôle peut parfois être compliqué et assez aléatoire mais pour l’instant, tout va bien donc
je ne me pose pas trop de question. J’essaye vraiment de rester dans la dynamique positive du groupe.
Rugby à XV - ProD2 : L'USAP en quête de conquête
http://www.lindependant.fr - Le 15 septembre à 6h00 par Valérie Huck | Mis à jour il y a 15 heures
Surclassée en conquête, surtout en mêlée, à Montauban l'USAP doit vite trouver des solutions. Et un
pilier gauche puisque Taumalolo part au Racing-Métro et que Bécasseau, blessé, a fini sa saison.
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
Le départ de Taumalolo oblige les dirigeants à rapidement recruter un pilier gauche de métier.
PHOTO/Photo Harry Jordan
La conquête aux pâquerettes. Et sans conquête, point de reconquête. L'analyse est abrupte mais limpide.
Égrappée en mêlée à Montauban, gênée en touche, l'USAP, privée également de buteurs depuis deux matches
(17 points abandonnés à Tarbes, 9 à Montauban), est en souffrance sur ses bases.
Les fondamentaux - conquête, défense, jeu au pied - sont pourtant encore plus vitaux en Pro D2 qu'en Top 14.
Le cinq de devant, décapité par les départs à l'intersaison, était l'inconnue du recrutement, hormis les
talonneurs. Malgré une prestation rassurante face à Colomiers en ouverture du championnat, ce secteur
couine.
L'USAP, plus gros budget de Pro D2 avec Biarritz (11,07 millions d'euros), ne roule paradoxalement pas sur
l'or et son recrutement a été dicté par cette situation économique. Perpignan a fait le pari de la jeunesse, qui
doit encore apprendre et grandir, ou de relancer d'autres joueurs qui ont besoin de compétition. Mais, le plan
communication du club et ses désirs clamés de reconquête se heurtent à la réalité de la Pro D2. Avec deux
défaites en deux déplacements consécutifs (Tarbes 15-16 et Montauban 19-24) et quatre journées, l'USAP
l'a prise de plein fouet. "On a fait sept mi-temps pour s'adapter et la 8e était meilleure. Sur la 2e période à
Montauban, on est passé à autre chose, on est vraiment sorti du Top 14 et entré en Pro D2", pense Alain
Hyardet.

Des piliers à faire grandir
Alors que Didier Sanchez pourrait prochainement (rien n'est encore acquis) mener un travail auprès de la
mêlée, l'USAP disposait de huit piliers, dont quatre gauchers. Sauf qu'Alisona Taumalolo va partir au RacingMétro et que Jérémy Bécasseau, arrivé de Worcester, va être opéré du ligament croisé du genou. Sa saison
est d'ores et déjà finie.
Il ne reste plus que deux gauchers. Jean-Baptiste Custoja, 21 ans, qui a repris l'entraînement la semaine
passée après une blessure à l'épaule. Et Enzo Forletta, 20 ans et encore toutes ses dents de lait. Très
prometteur, le pilier gauche venu des espoirs a vécu sa première titularisation en Pro D2 à Sapiac. On ne peut
pas lui demander l'impossible, le métier devant rentrer face à des joueurs plus expérimentés et roublards.
C'est la même chose pour le droitier Giorgi Mchedlishvili, qui disputait son premier match en tant que
titulaire en Pro D2. Malgré un passage à Montpellier - où il n'a pas joué - comme joker médical la saison
Saison 2014/2015 : n°05 du 22/09/2014
dernière, le Géorgien débarquait de Bagnères-de-Bigorre (Fédérale 1). Le droitier Rudy Chéron, remplaçant
samedi, n'avait plus joué depuis deux ans.
Chez les jeunes, l'USAP peut relancer les deux droitiers, Pascal Cotet, 20 ans, et Christophe David, 23 ans,
ce dernier ayant été essayé à gauche en amical contre Aurillac. Une seule certitude aujourd'hui : Ion, en
difficultés la saison dernière et non convoqué à Montauban, est le n° 1 à droite.

Deux joueurs pour le prix d'un Taumalolo ?
Au moment où il commençait à faire le job en pilar, Taumalolo, plus souvent trois-quarts centre l'an passé, va
rejoindre le Racing-Métro très certainement cette semaine. L'urgence est donc de trouver un pilier gauche,
denrée rare à cette époque. Kisi Pulu, qui couvre les deux côtés, aurait pu être une option s'il n'était joker
médical à Toulouse jusqu'au 30 janvier. Reste à trouver l'oiseau rare… La libération de Taumalolo, un gros
salaire, devrait permettre d'enrôler deux joueurs. Un pilier gauche donc et peut-être Henry Tuilagi. Non
autorisé à jouer sous licence amateur, le N.8 pourrait basculer sur un contrat professionnel qui réglerait le
problème. Sa puissance en impact player serait une bénédiction tant l'USAP n'a que rarement franchi à
Montauban.

Trois 2e ligne
En 2e ligne, l'USAP tourne avec trois joueurs : Vilacéca (qui joue avec une épaule et des côtes en vrac),
Kulemin et Charlon. Deux recrues sont sur le flanc : Bothma (opéré du pouce, il devrait revenir dans 15 jours)
et Chalureau (genou, saison terminée). Et même si la 3e ligne à moins de soucis, les absences de Strokosch
(cervicales) et Beaux (genou) comptent. Comme la conquête indispensable à la reconquête.
USAP : Taumalolo est parti au Racing-Métro
http://www.lindependant.fr - Le 15 septembre à 16h15 par Valérie Huck | Mis à jour il y a 7 heures
Taumalolo a rejoint le Racing-Métro ce lundi. PHOTO/Archives L'Indépendant
Le pilier international tongien de l'USAP, Alisona Taumalolo, ne portera plus le maillot de l'USAP. Ce lundi, il
avait déjà rejoint le Racing-Métro qui l'a recruté en tant que joker médical.
Taumalolo, qui a disputé son dernier match en sang et or à Montauban samedi dernier (défaite 24 à 19), était
arrivé à l'USAP en 2012.
Taumalolo a participé à son premier entraînement dans la journée. Auparavant, il avait pris un premier cours
de français au siège du club au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) en compagnie de ses nouveaux partenaires
dont Luke Charteris, ex-deuxième ligne de l'USAP.