MRCC PAPEETE - BILAN 2009 - Portail de l`Etat en Polynésie

Commentaires

Transcription

MRCC PAPEETE - BILAN 2009 - Portail de l`Etat en Polynésie
HAUT-COMMISSARIAT DE LA REPUBLIQUE
EN POLYNESIE FRANÇAISE
Action de l’État en mer
MRCC PAPEETE
Centre de sauvetage des vies humaines en mer
Bilan d’activités de l’année 2009
Tél (alerte H24) : 46.53.16
Fax : 42.39.15
INMARSAT C : 582 422 799 192
[email protected]
SOMMAIRE
DU BILAN DES ACTIVITES 2009 DU MRCC PAPEETE
- INTRODUCTION
1. LES OPERATIONS DE SAUVETAGE - UNE ACTIVITE SOUTENUE
2. LES SUIVIS DE NAVIGATION EN HAUSSE
3. DES RENSEIGNEMENTS DE SECURITE MARITIME DISPONIBLES (RSM)
4. COMPLEMENTS SUR LE CONTEXTE DE SECURITE MARITIME EN
POLYNESIE FRANCAISE
----
« Bilan 2009 des actions en mer »
présenté à la presse par
le Haut Commissaire de la république en PF, le Commandant de Zone Maritime,
les chefs de services de l’Etat et du Pays, et le président de la FEPSM, le 28 janvier 2010,
dont le bilan des opérations de sécurité maritime du MRCC Papeete.
2
INTRODUCTION
Sous la responsabilité du Haut-Commissaire de la République en Polynésie française, le
MRCC Papeete est placé sous l’autorité du commandant de la zone maritime Polynésie
française chargé de l’action de l’Etat en mer. La direction du MRCC est confiée à un
administrateur en chef des affaires maritimes, secondé par un adjoint officier des affaires
maritimes.
Le MRCC Papeete est implanté au sein de la base navale de Papeete. Il fonctionne avec 6
chefs de quart qui assurent la veille 365 jours par an, 24 heures sur 24.
Les 7 officiers de permanence/CMS (Coordonnateurs de Mission de Sauvetage) assurent
intuitu personae la conduite des opérations de sauvetage dans la zone de responsabilité du
MRCC Papeete. Ils disposent pour cela de tout moyen public ou privé présent et disponible
dans la zone.
La zone de responsabilité du MRCC Papeete, appelée SRR (Search and Rescue Region) est
particulièrement vaste puisqu’elle s’étend sur une longueur de 4000 kilomètres et sur une
largeur de 2780 kilomètres, soit 11 120 000 kilomètres carrés (5 millions km² d’eaux
polynésiennes et 6 millions km² d’eaux internationales). Elle est à l’échelle d’une double
Europe. Elle est entourée des zones de responsabilité SAR du Chili, du Pérou, des USA
(Hawaii) et de la Nouvelle-Zélande.
Dans cette zone classée « A3 » dans le SMDSM (Système Mondial de Détresse et de Sécurité
en Mer), le MRCC assure une veille des alertes par satellites INMARSAT et COSPAS
SARSAT. Il s’appuie, dans les zones sous couvertures VHF et MHF, sur la station côtière
Mahina Radio de l’Office des Postes et Télécommunications de Polynésie française.
Représentation de l’échelle des 5 millions de Km² sur les 11 millions de Km² de la SRR du MRCC Papeete
3
En 2009, le MRCC Papeete a coordonné 139 opérations de sauvetage des vies humaines
en mer (1) et a assuré 104 suivis de navigation (2), soit un total de 243 situations
maritimes.
Ce nombre de situations de sécurité maritime est en forte augmentation depuis ces cinq
dernières années consécutives.
Cette situation peut trouver son explication dans le fait que le MRCC Papeete est clairement
identifié dans le monde maritime polynésien et international du Pacifique. Le MRCC produit
en effet un effort soutenu de communication en direction des acteurs du milieu maritime et du
grand public. Cette communication se traduit par des actions de prévention : diffusion
quotidienne des avis aux navigateurs et de conseils de sécurité par voie de presse, retour
d’expérience à la suite d’opérations de sauvetage et le maintien d’un lien permanent avec tous
les acteurs maritimes : pilotes, agents maritimes, armateurs, communes et services de l’Etat et
du Pays concernés.
1. LES OPERATIONS DE SAUVETAGE - UNE ACTIVITE SOUTENUE
En 2009, le MRCC Papeete a coordonné 139 opérations de sauvetage des vies humaines en
mer contre 144 en 2008, 131 en 2007, 107 en 2006 et 73 en 2005.
Le nombre des opérations de sauvetage semble observer une stabilisation. Cependant, le
comportement des usagers des loisirs nautiques présente toujours des risques malgré les
efforts de prévention et des actions de répression menés par l’Etat et le Pays.
La durée moyenne d’une opération de sauvetage est importante puisqu’elle s’établit à 12
heures. Elle s’explique par l’immensité de la SRR dévolue au MRCC Papeete qui rend les
temps de ralliement des moyens et les durées de recherche particulièrement importants.
--ACTIVITES MARITIMES DIVERSIFIEES
A l’échelle du Pacifique
Une SRR au croisé des routes commerciales (Asie / Cap Horn – Panama /ouest)
Une SRR de proximité de zones de pêches thonières (asiatiques et espagnoles)
Une SRR aux limites superposées de la FIR (sécurité aérienne).
Pusan
Pusan
Pusan
Pusan
Pusan
San
San
SanFrancisco
Francisco
Francisco
Francisco
San
San
San
Francisco
Francisco
Yokohama
Tokyo
Tokyo
Yokohama
Tokyo
Yokohama
Tokyo
Yokohama
Tokyo
Yokohama
Shanghai
Shanghai
Shanghai
Shanghai
Shanghai
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Long
Los
Los
Long
Angeles
Angeles
Beach
Beach
Long
Los
Angeles
Beach
Los
Long
Los
Long
Angeles
Angeles
Beach
Beach
San
San
Diego
Diego
San
Diego
San
San
Diego
Diego
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Taichung
Taichung
Taichung
Taichung
Taichung
Honolulu
Honolulu
Honolulu
Honolulu
Honolulu
Total Freq/Yr
Manila
Manila
Manila
Manila
Manila
500 to 1,000
200 to 500
100 to 200
50 to 100
20 to
50
1 to
20
all others
Apra
Apra
Apra
Apra
Apra
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Port
Port
Port
Moresby
Moresby
Port
Port
PortMoresby
Moresby
Moresby
Moresby
Pago
Pago
Pago
Pago
Pago
Pago
Pago
PagoPago
Pago
Pago
Pago
Papeete
Papeete
Papeete
Papeete
Papeete
Suva
Suva
Suva
Suva
Suva
Noumea
Noumea
Noumea
Noumea
Noumea
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
Brisbane
Brisbane
Brisbane
Brisbane
Brisbane
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
Ε
ΕΕ
Ε
Ε
Ε
Ε
Sydney
Sydney
Sydney
Sydney
Sydney
Auckland
Auckland
Auckland
Auckland
Auckland
Auckland
A l’échelle de la Polynésie française
- Navires de charge (goélettes) : 33 soit 15% flotte française
- Navires de transport de passagers : 4è rang français
- Navires de pêche : 70 long liners / 80 bonitiers / 800 poti marara
- Navires de plaisance : 7000
- Sous marin : 01
- Plongées subaquatiques : 250 000/an
- 30 000 scolaires/an migrant à l’échelle de la PF par voies maritime
et aérienne.
4
1.1. La répartition par type d’opération.
Les 139 opérations de sauvetage se répartissent par typologies suivantes :
Type
Nombre
2009
2008
57
61
Avarie moteur / carburant / batterie :
25
25
Plaisance légère (Homme à la mer, nageur, plongeur,
15
23
8
5
29 dont :
0
16
4
2
0
2
13
8
14 dont :
8
3
1
1
1
0
Fausse alerte :
(balises Cospas-Sarsat, Inmarsat C, ASN/HF, fusée rouge,
inquiétude non justifiée)
loisirs nautiques)
Assistance médicale (blessé, malade) en mer
Echouement
Autres :
Démâtage, avarie sur voilier :
Chavirement :
Voie d’eau :
Longue inquiétude :
Collision
Accident aéronautique/crash en mer :
La cause première des opérations de sauvetage concerne les avaries sur navires qui
mettent d’autant plus en difficulté les personnes embarquées lorsque les conditions
météorologiques ne sont pas clémentes. La perte totale deux navires de pêche et de
deux navires de plaisance sont à souligner occasionnant notamment le sauvetage de 3
rescapés (avec gilets de sauvetage) à 21 nautiques de Moorea, la disparition de deux
marins entre les Iles du Vent et les Iles Sous Le Vent, le sauvetage d’un rescapé avec
son chien dans un dinghy entre la Polynésie française et les COOK grâce à leur
localisation par balise COSPAS SARSAT.
Les activités lagonaires de plaisance légère sont à l'origine de nombreuses
opérations de sauvetage dont les risques ou incidents se soldent par des décès et des
disparus. L’année 2009 est marquée par une recrudescence des opérations de
sauvetage (24) au profit des pirogues polynésiennes de sport (va’a) pratiquées hors
encadrement des clubs ou à usage de pêche de loisir. En pratique lagonaire ou hors
lagon, les rameurs et pêcheurs sont mis en difficulté lorsque les pirogues subissent des
chavirements et des avaries sur flotteur. Les personnes se trouvent alors sans
flottabilité à des distances importantes de la côte pour des rameurs devenus nageurs.
Les aides médicales en mer hauturière, avec le concours du centre de consultation
médicale en mer de Toulouse et le SAMU maritime de PF, se font en grande majorité
au profit des navires de pêche et de commerce aux horizons de la Polynésie française,
terre d'accueil du vaste Pacifique Sud.
Deux accidents d’aéronefs en mer sont à noter aux abords de l’île de Tahiti (crash
d’un ULM avec un rescapé blessé) et d’un CESNA (avec 3 rescapés dont 2 blessés).
5
1.2. Le résultat sur les personnes
En 2009, 214 personnes ont été impliquées dans une opération de sauvetage
coordonnée par le MRCC Papeete, 165 personnes ont été secourues et 49 se sont tirées
d’affaire elles-mêmes.
4 personnes sont décédées et 5 ont été portées disparues.
Les décès ont eu lieu lors d’activités individuelles pratiquées dans le lagon ou à
proximité du récif : plongée, baignade ou engin de plage. Les disparitions ont eu lieu
en haute mer. L'année 2009 n'a pas connu d'évènement majeur, ni d'assistance à gros
navires en avarie.
En 2008, 218 personnes avaient été impliquées. 136 personnes avaient été secourues,
82 personnes s’étaient tirées d’affaire elles-mêmes. 7 personnes étaient décédées, 7
personnes avaient été portées disparues.
Résultat sur les personnes en 2008 et 2009
Personnes impliqué
impliquées
2008 = 218 / 2009 = 214
Personnes secourues
2008 = 136 / 2009 = 165
Personnes dé
décédées
2008 = 7 / 2009 = 4
Porté
Portées disparues
2008 = 7 / 2009 = 5
6
1.3. Le type de mobile impliqué
Le nombre de navires à moteur de plaisance impliqués dans les opérations de
sauvetage est plus important en 2009 qu'en 2008 (25 contre 4). Une hausse des avaries
et chavirement sur kayak et pirogue (va'a) au risque que les pratiquants deviennent des
baigneurs isolés de leur petit flotteur (avec risque de noyade dans des zones extra
lagonaires) est en forte augmentation.
Type
Nombre
2009
18
Voilier
2008
29
(dont 1 yacht de luxe)
Poti-marara
Thonier
4
4
23
19
(dont 13 thoniers senneurs étrangers)
Pirogue, kayak
Avion
24
2 (crash)
Navire de commerce
3
14
10
(fausses alertes)
9
(dont 5 goélettes de Polynésie)
Bonitier
Navire de plaisance à moteur
Navire à passagers
Kite-surf, planche à voile
Jet-Ski
Surf
3
25
0
1
0
1
4
4
3
1
1
MOBILES IMPLIQUES
Kite-surf, PAV. 1
Surf. 1
Voilier. 18
Navire de plaisance à
m oteur. 25
Poti-m arara. 4
Thonier. 4
Bonitier. 3
Pirogue , kayak . 24
Navire de com m erce.
3
Avion. 2
7
1.4. L’origine de l’alerte
Le MRCC Papeete bien connu des gens de mer et des institutions polynésiennes et
étrangères a reçu, au cours de l’année 2009, 77% des appels de détresse directement
(inquiétudes, témoins visuels) sans passer par des relais.
La gendarmerie, bien implantée sur les 5 archipels, continue de jouer un rôle
prépondérant aux contacts des familles inquiètes.
Le FMCC Toulouse transmet les alertes concernant les déclenchements de balises
satellitaires de détresse COSPAS-SARSAT.
Une grande part des alertes a également pour origine la station côtière Mahina Radio
(partenariat conventionné) qui assure une veille en VHF et en HF de la SRR et qui
retransmet les alertes reçues des navires au MRCC Papeete, coordonnateur des
opérations de sauvetage.
Origine
Gendarmerie (inquiétudes)
FMCC Toulouse (balises Cospas-Sarsat)
Mahina Radio
MRCC étrangers
Témoin privé, famille, ami
Pompiers, mairie
Armateur, propriétaire, agent maritime du navire en cause
CROSS Gris-Nez (point de contact SAR international pour la
France)
SAMU de Polynésie, CCMM Toulouse
Navire en cause
Port autonome de Papeete, pilote du port
Autre navire
Tour aéroport Faa’a
Patrouilleur Gendarmerie maritime JASMIN
Consulat étranger
Centre opérationnel des armées
2009
32
17
12
7
36
12
2
3
Nombre
2008
39
35
14
10
10
8
6
6
2
9
0
1
6
0
0
0
4
3
3
2
1
1
1
1
ORIGINE DE L'ALERTE
Autr e navire. 1
SAM U, CCM M . 2
Navir e en cause . 9
CROSS Gr is -Ne z. 3
Tour Faa'a. 6
Ge ndarm er ie . 32
Ar m ate ur , age nt. 2
Pom pier s, m air ie . 12
FM CC Toulouse . 17
M ahina Radio. 12
Tém oin pr ivé . 36
M RCC étr anger . 7
8
1.5. Le type de moyen de sauvetage engagé
En raison de l’étendue de la zone immense de sauvetage maritime et de la
concentration des moyens de l’Etat sur l’île de Tahiti, les opérations sont fréquemment
conduites sous la coordination du MRCC avec l’aide d’un moyen privé de proximité.
Dans les îles éloignées, seuls sont susceptibles d’intervenir les moyens de la
gendarmerie nationale ainsi que les moyens privés de bénévoles en concertation avec
les maires. D’où l’importance de la création de la FEPSM (fédération d’entraide
polynésienne de sauvetage en mer – cf point infra)
L'emploi des moyens aériens des armées reste stable en nombre d'opérations avec une
augmentation des heures de potentiel engagées (localisation des navires et
embarcations).
Type de moyen
Gendarmerie (brigade et moyen nautique)
Navire privé
Pompiers (patrouille terrestre et moyen nautique)
SAMU de Polynésie
Municipalité (mutoi et moyen nautique)
CCMM de Toulouse
Port autonome de Papeete (Pilotine, vigie et police)
Vedette Douanes DF 48 ARAFENUA
Navire Marine nationale
Patrouilleur Gendarmerie maritime JASMIN
Moyens aériens des armées/haut commissariat
Avion Marine nationale Gardian (90h57 de vol en 2009/ 53h en 2008)
Hélicoptère Armée de l’air Super Puma (07h51 en 2009/13h20 en 2008)
Hélicoptère Alouette 3 de la frégate PRAIRIAL (0h25 en 2009 /0h55 en 2008)
Hélicoptère Armée de l’air Fennec (05h44 en 2009 /1h50 de vol en 2008)
Beachcraft Haut Commissariat (05h09 en 2009)
Nombre
2009
2008
54
45
56
40
20
24
7
10
13
9
8
6
6
5
5
3
4
1
2
1
8
2
1
5
1
8
7
1
1
MOYENS ENGAGES
Port autonome. 6
Navire de commerce. 1
P 723 JASMIN. 2
Navire MN. 4
Super Puma . 2
DF 48. 5
Alouette III. 1
Navire privé. 56
Fennec. 5
Gardian. 8
CCMM Toulouse. 8
SAMU PF. 7
Municipalité. 13
Pompiers. 20
Gendarmerie (brigades)
. 54
9
2. LES SUIVIS DE NAVIGATION EN HAUSSE
Les suivis de navigation assurés par le MRCC sont des actions de prévention menées pour des
navigations délicates : navires fragilisés suite à une avarie, navires inadaptés aux conditions
de mer ou autorisés temporairement à dépasser la catégorie de navigation avec l’aide d’un
navire accompagnateur.
De plus, en 2009, les mairies des Tuamotu Nord et centre ont assuré auprès du MRCC
Papeete des déclarations de partance de navires en transit entre atolls limitrophes qui ont fait
l’objet d’un suivi de navigation préventif.
Au total, le MRCC Papeete a assuré 104 suivis de navigation de navires en 2009 (contre 48
en 2008 et 56 en 2007).
Enfin, 118 Transit Advice Notes (avis de transit de navires de plaisance en grande traversée du
Pacifique) ont été transmis aux RCC limitrophes en 2009. Ces relais d’information ont fait
l’objet d’un partenariat privilégié avec le MRCC Valparaiso par la signature d’une intention
en fin d’année 2008.
3. DES RENSEIGNEMENTS DE SECURITE MARITIME DISPONIBLES (RSM).
3.1- Une augmentation constante des RSM au profit des gens de mer.
Sous l’autorité du Commandant de Zone Maritime, coordonnateur national délégué (CND) du
SHOM pour l’information nautique en zone Polynésie, le MRCC Papeete assure l’élaboration
et la diffusion des AVINAV et des AVURNAV locaux et côtiers dans sa zone de
responsabilité. Il travaille également en étroite liaison avec le coordonnateur de la zone
NAVAREA XIV (Nouvelle-Zélande).
En 2009, le MRCC a élaboré et diffusé 438 messages d’information nautique, données en
croissance permanente annuelle.
Une cinquantaine de ces messages concernait des manifestations nautiques (les déclarations
préalables sont transmises au MRCC par le service des affaires maritimes de l’Etat et par la
direction polynésienne des affaires maritimes). Ces manifestations nautiques encadrées sont
autant de précautions maritimes drainant de nombreux concurrents.
AVINAV
AVURNAV
locaux
AVURNAV
côtiers
Récapitulatif
hebdomadaire
Annulations de
messages
Messages au
coordonnateur
NAVAREA XIV (NZ)
Total
2004
28
86
30
104
-
30
278
2005
37
111
25
104
53
25
355
2006
22
186
26
104
74
26
438
2007
21
136
33
104
82
33
409
2008
9
169
25
104
84
25
416
2009
19
175
25
106
88
25
438
10
3.2- L’accessibilité des RSM grâce à une meilleure coordination des acteurs de l’information
nautique.
Dans le cadre de la sous commission maritime mixte "INFONAUT", instituée par la
convention de 2007, les autorités de l'Etat et du Pays ont soutenu la volonté commune
d’améliorer l’accessibilité de l’information nautique aux usagers de la mer.
En 2009, la sous commission a finalisé l’amélioration de la circulation de l’information
nautique dont doivent bénéficier les usagers de la mer pour leur sécurité. En début d’année
2010, la commission maritime mixte Etat Pays souligne que les travaux d’amélioration de la
coordination entre les services publics et le privé sont acquis et fonctionnent désormais
normalement.
Le schéma suivant, défini en 2007, a permis en 2008 et en 2009 de fluidifier l’information
nautique urgente et moins urgente.
Schéma de principe
de la circulation de l’information nautique
en Polynésie française
RECUEIL DE L’INFORMATION NAUTIQUE
(observation, constatation, création)
Navigateurs
Partenaires
privés
(Géopolynésie,..)
TRAITEMENT DE L’INFORMATION NAUTIQUE
Services de la
Polynésie
Ports
Port autonome de
Papeete, pilotage,
marinas
Commissions
Hydrographique,
nautique locale,
maritime mixte
perliculture, pêche,
travaux maritimes,
affaires foncières,
affaires maritimes,
stma
Phares et balises
50.60.90
fax 42.08.66
Services de
l’État
Affaires maritimes,
marine
nationale,
gendarmerie,
douane
COORDONNATEUR
NATIONAL DÉLÉGUÉ
Commandant de Zone Maritime PF
Services
hydro
dont mission océanographie
du
Pacifique
COORDONNATEUR
NATIONAL SHOM
(information permanente)
1 -REPRESENTANT SHOM en PF – Groupe
Océanographique du Pacifique (GOP) 46.55.31-fax 46.55.35
2- MRCC PAPEETE
(information urgente)
Tel (h24) 46.53.16 – [email protected] fax
42.39.15
INMARSAT C 582422799192
LINZ
DIFFUSION DE L’INFORMATION NAUTIQUE
(Land Information
New Zealand)
NAVAREA
XIV
MAHINA
RADIO
43.12.04
AFFICHAGES
(avis urgents aux
navigateurs)
(ports, marinas,
affaires maritimes)
PRESSE
(avertissements
locaux, avis aux
navigateurs)
CARTES
OUVRAGES
(groupes hebdomadaires d’avis
aux navigateurs
GAN)
NAVIGATEURS
11
4. COMPLEMENTS SUR LE CONTEXTE DE SECURITE MARITIME
4.1- Le MRCC Papeete est un organisme bien implanté au niveau international dans le
Pacifique. Il entretient des relations suivies avec les RCC adjacents que sont le JRCC
Honolulu (Hawaii) au nord, le RCC Wellington (Nouvelle-Zélande) à l’ouest et le MRCC
Valparaiso (Chili) à l’est.
Les contacts avec les RCC asiatiques sont ponctuels mais de qualité dans le cadre des
opérations médicales voire d’assistance au profit de navires japonais et coréens en SRR
Papeete (hors ZEE PF).
4.2- Au niveau local,
4.2.1- Les partenariats établis en 2006 (agents maritimes) et en 2007 (Météo France et ses
services spécifiques MOTHY / SAMU PF désigné SAMU maritime) et en 2009 (OPT PF
pour le maintien de fonctionnement de la station côtière Mahina radio) se sont confirmés au
cours des diverses activités de sécurité maritime du MRCC Papeete.
4.2.2- Au titre de la sécurité maritime édictée par l’Organisation Maritime Internationale
(OMI), de nouvelles coopérations ont eu lieu en 2009 entre le MRCC Papeete et les
armateurs de navires de transport de passagers- Au 31/12/2009, quatorze « plans de
coopération SAR » sont recensés (armement /navire /MRCC).
Onze exercices (AEM MRCC) ont été effectués, en 2009, dont 1 au profit du sous marin
exploité à Bora Bora.
4.2.3- Afin d’avoir une vision plus exhaustive des activités de sauvetage maritime et de
traitements médicaux en PF, peuvent aussi être ajoutés en 2009 les 18 accidents de plongée
subaquatique ayant nécessité un traitement au caisson hyperbare du centre hospitalier
territorial de Polynésie (source : SAMU de Polynésie française). La typologie des fonds
marins (tombants) fait que les navires support de plongée travaillent à proximité de la côte et
sont capables de ramener rapidement à terre un plongeur accidenté alors pris en charge par
une structure médicale terrestre sous coordination du SAMU PF (procédure mise en place en
1998).
Nombre de patients traités pour des accidents de plongée
32
35
29
30
26
24
25
22
22
21
20
20
19
20
15
10
5
3
0
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
et 18 en 2009
(source SAMU PF – ministère de la santé de Polynésie française).
12
4.2.4 – En 2009, une centaine de balises satellitaires COSPAS SARSAT ont été remises aux
pêcheurs professionnels licenciés des Iles du Vent selon un programme d’investissement
lancé en 2007 par le service de la pêche du Pays et son ministère. 300 autres balises doivent
équiper d’autres navires de pêche professionnels (types poti marara et bonitiers) des iles
éloignées de Tahiti (autres archipels de Polynésie française). Cet équipement garant d’une
meilleure sécurité répond au mode de veille « A3 » du MRCC Papeete.
4.2.4- La création de la FEPSM en 2009.
Depuis 2007, les autorités de l'Etat et du Pays ont soutenu le projet de création d'une
association de marins sauveteurs bénévoles à l’échelle des cinq archipels de la Polynésie
française. La sous commission Etat (MRCC) et Pays (Direction Polynésienne des Affaires
Maritimes) a animé au cours de l’année 2009 le projet, tant dans la phase dynamique de
recensement des marins que dans la phase administrative de création de l’association (statuts,
assemblée générale constitutive, siège, inauguration).
Le 18 novembre 2009, la Fédération d'Entraide Polynésienne de Sauvetage en Mer (FEPSM)
est née officiellement (AG constitutive, vote des statuts de l'association et élection de son
premier bureau exécutif).
Le statut juridique de l’association a été publié au JOPF le 17 décembre 2009.
Cette fédération permet au MRCC Papeete, chargé de la coordination des opérations de
sauvetage des vies humaines en mer, de s’appuyer sur des moyens nautiques de proximité
compte tenu de l'immensité de sa zone de responsabilité. Les moyens nautiques privés sont
considérés comme des « moyens d’intervention auxiliaires ».
Au 25 janvier 2010, 176 adhérents et 129 navires sont identifiés et peuvent être engagés à tout
moment par le MRCC pour participer à des opérations de recherche et de sauvetage en mer.
Le soutien financier de l’Etat et du Pays est une garantie à ce projet pragmatique qui calque
bien à la réalité de la vie polynésienne. Il devrait prochainement être un partenaire de la
Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM). Une reconnaissance d’utilité publique est
prévue d’être demandée au Pays pouvant faciliter le sponsoring des sociétés polynésiennes.
13
Assemblée générale constitutive de la FEPSM du 18 novembre 2009.
Inauguration du siège de la FEPSM, le 18 novembre 2009.
4.2.5 – Engagement de la modernisation du MRCC Papeete en 2009.
Sur un programme d’investissement de la direction des affaires maritimes du ministère de
l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer (MEEDDM), un réseau radio
électrique neuf de sécurité maritime (VHF et MHF couplé à de l’ASN – appel sélectif
numérique) est défini en 2009. Son animation technique se fait par le CETMEF du MEEDDM
avec le soutien de services des armées (animateurs locaux DIRISI et DID PF).
Sa finalisation est prévue en fin d’année 2010. Cette modernisation répondra aux orientations
du comité interministériel de la mer de 2004 et permettra à l’Etat de reprendre la veille de
sécurité maritime des alertes de détresse actuellement assurée par la station côtière de Mahina
radio de l’Office des Postes et Télécommunications de Polynésie française (EPIC).
<<>>
14