Dossier de diffusion OVERDOSE

Commentaires

Transcription

Dossier de diffusion OVERDOSE
OVERDOSE
rcer le débat avec les jeunes sur le thème des addictions, ce film est avant
e fiction qui mêle réalisme et fantastique à travers ses personnages et
ils vivent.
DUCTIONS PRéSENTE UN fILm DE JEAN-FÉLIX MILAN "OVERDOSE" AvEC FRANCK REGNIER
MAUD ARDIET FRANÇOIS GELAY ET CLARA VINCENT mUSIqUE DE SANTIAGO DOLAN
SCéNARIO DE JEAN-FÉLIX MILAN © TSEMERYS TOUS DROITS RéSERvéS
Jean-Félix Milan
un film de
Jean-Félix Milan
un film de
une trentaine d’années, Julien et Véronique sont plutôt heureux.
repas avec leur ami Sébastien, ils rencontrent Laura, la nouvelle
celui-ci. Elle est mystérieuse, vive d’esprit, dangereusement
en s’éprend vite d’elle. D’abord charmé, le jeune homme va
à petit totalement obsédé par cette femme dont la véritable
as celle qu’elle veut bien présenter...
OVERDOSE
Dossier de diffusion
Compagnie Tsemerys
Franck Regnier
Maud Ardiet
Alissia Estève
François Gelay
Format PAL 16/9 - couleur - stéréo - environs 12 min.
audio : français
sous-titres : français - anglais
DéCOUvREz TOUTES LES CRéATIONS TSEmERyS : hTTP://TSEmERyS.fR
Votre contact :
Arthur-Erwan Grimbot - [email protected] - 06 17 74 84 73
11A Chemin de la Badelière • 69280 • SAINTE-CONSORCE
09 52 72 66 07
[email protected]
SOMMAIRE
présentation du projet
3
modalités projet
• synopsis
• engagement commun
4
engagements et atout du film
• sensibiliser par la culture
• ouvrir le débat
comment s’oragnise le projet OVERDOSE
5
6
PRéSENTATION du projet
Dans le cadre du projet « Overdose », Le Panda Roux Productions a produit, en octobre 2014, un véritable court
métrage sur la proposition de la Compagnie Tsemerys.
Réalisé par une équipe d’artistes et de techniciens professionnels sous la direction de Jean-Félix Milan,
« Overdose » s’inscrit dans un projet de sensibilisation et de prévention contre les drogues.
Nous souhaitons faire de ce film un support de communication mais aussi de discussion et de sensibilisation sur
le thème de la consommation de drogues.
Cet outil artistique témoigne d’un engagement original, d’intérêt général et permet l’amorce d’un dialogue,
d’un échange avec les jeunes. Il peut susciter un débat plus préventif par l’objet même du court métrage.
Cette approche interactive, davantage axée sur la prise de conscience que sur le jugement (par définition rejeté
par le public concerné), nous semble beaucoup plus pertinent pour sensibiliser une cible généralement jeune,
peu enclin au discours sentencieux et habituée à des interventions moralisatrices jugées souvent peu efficaces.
Les écoles et les établissements d’éducation sont des lieux de vie, d’apprentissage, de confrontation, de mixité,
d’unité et de diversité.
Les Collectivités, par leur rôle institutionnel, et les entreprises, parce qu’elles sont le cœur battant d’un pays dont
elles forgent la vitalité, le développement, le lien humain et social, savent et perçoivent les forces et les fragilités
de la société.
Les associations sont très impliquées dans la solidarité et volontaristes dans l’accompagnement. Leur action
doit être encouragée, mais elles sont parfaitement conscientes des difficultés à assumer, tant économiques que
sociales.
Elles savent l’importance d’un engagement de chaque instant pouvant et devant prendre plusieurs formes.
Les structures de santé, d’accueil et de prise en charge, dont l’expertise et le professionnalisme sont primordiaux,
sont sensibles aux initiatives utiles à la prévention et veillent sur les personnes en souffrance, en soins, en fragilité.
Toutes et tous, nous devons unir nos idées et nos efforts pour faire reculer l’addiction et gagner la prévention.
La culture est un moyen d’innover, de faire partager, de dire et d’écouter. Elle peut et doit prendre sa place dans
cette œuvre collective.
C’est pourquoi, afin que ce court métrage vive, il nous semble intéressant de solliciter votre participation à la
réalisation du projet « Overdose ». Votre aide est indispensable.
Nous avons besoin d’aide pour pouvoir intervenir au sein de toute structure sensible à ces objectifs, associations
engagées, collectivités locales, établissements scolaires et d’éducation (à l’instar de l’éducation spécialisée ou à
vocation sanitaire et sociale), acteurs et gestionnaires de santé, centres sociaux, MJC, entreprises et dans le cadre
des actions de communication menées par les partenaires (assemblées générales, réunions d’informations,
manifestations spécifiques) pour présenter le court métrage « Overdose », répondre aux questions et prendre
part aux débats et échanges.
Après lecture du dossier, si vous êtes intéressés par notre création, nous serions ravis de vous rencontrer
pour mieux en discuter et voir ensemble de quelle façon nous pouvons envisager de le mettre à disposition
dans votre structure.
3
MODALITéS DU PROJET
• LE SYNOPSIS
Jeune couple d’une trentaine d’années, Julien et Véronique sont plutôt heureux.
Au cours d’un repas avec leur ami Sébastien, ils rencontrent Laura, la nouvelle
compagne de celui-ci. Elle est mystérieuse, vive d’esprit, dangereusement
sulfureuse. Julien s’éprend vite d’elle. D’abord charmé, le jeune homme va
devenir petit à petit totalement obsédé par cette femme dont la véritable
identité n’est pas celle qu’elle veut bien présenter...
NOTE D’INTENTION DE L’AUTEUR :
« J’ai écrit ce film en 2005. L’idée du scénario était de personnifier la drogue, de lui donner
une apparence humaine, d’en faire un personnage du film à part entière sous les traits d’une
personne.
Je suis avant tout écrivain et metteur en scène. Je me suis lancé dans l’écriture d’un scénario car
je ne pense pas que cette histoire aurait eu suffisamment d’impact sous la forme d’une nouvelle
ou d’une saynète théâtrale. Encore moins sous la forme d’un roman. La vidéo permet d’avoir
une certaine brutalité d’image indispensable à cette histoire que ne permet pas la forme d’un
texte littéraire.
J’ai toujours souhaité associer la culture avec une action pédagogique d’information et de
responsabilité. Je vis au cœur d’une époque où la problématique des addictions me semble
croissante et préoccupante et je pense que la culture peut également apporter une contribution
utile et non culpabilisante pour faire agir et progresser la prévention et la prise de conscience.
Au-delà des messages politiques et habituels en termes de prévention des addictions, qui ne
m’apparaissent pas comme pouvant toucher suffisamment les publics difficiles à convaincre
(comme les adolescents et les jeunes adultes), je suis convaincu que l’expression culturelle,
par son originalité, par sa liberté, et par sa capacité à faire réfléchir sans mettre en cause, peut
développer une pédagogie originale, créative, tout en facilitant un débat auquel le jeune public
peut être plus réceptif.
En souhaitant réaliser un court-métrage sur la problématique de la drogue, j’ai voulu, sous la
forme d’un film, adapter un mode de communication pouvant toucher un public jeune tout
en invitant au débat. C’est un moyen pour moi d’apporter ma contribution à la sensibilisation
aux dégâts provoqué par la drogue. Dégâts dont les conséquences sont à la fois physiques,
psychologiques, sociales et familiales.
Le court-métrage est un format dynamique, pouvant être facilement diffusé et présenté, tant
dans l’univers scolaire, éducatif, associatif qu’institutionnel, mais également relayé par les
partenaires du projet. Tous les acteurs de santé se préoccupent des moyens à adopter pour
toucher un public jeune. Pour ma part, je crois à la pertinence du message culturel qui ne juge
pas mais invite à une réflexion utile que chacun peut prendre à son compte. »
4
Jean-Félix
• UN ENGAGEMENT COMMUN, DES ACTIONS A PARTAGER
Par le thème principal abordé dans « Overdose »
et sa vocation à être diffusé auprès des jeunes afin de
provoquer la sensibilisation, le dialogue et l’échange,
il est évident que les acteurs et gestionnaires de santé, acteurs
économiques, institutionnels et sociaux et notre association
ont un engagement commun sur les thèmes de la
prévention et de la santé publique. Dans un triple objectif
de responsabilité, de solidarité et de volonté d’agir.
Pour reprendre la phrase du poète Eugène Guilhevic : « nous
sommes chacun responsable de tous »
Le projet « Overdose » est soutenu par :
- Le Dr Bernard Croisile, neurologue aux HCL
- L’ELSA (Equipe de Soin et de Liaison en Addictologie)
- la MTRL (Mutuelle Santé)
NOTE DU Dr BERNARD CROISILE, neurologue, docteur en neurosciences
Hôpital neurologique (Lyon)
Quelles qu’elles soient, les drogues sont dangereuses pour le cerveau.
Les dangers varient selon le type de drogues, mais globalement, elles ont
des conséquences aiguës et chroniques. Lors de la consommation aiguë, la
personnalité est modifiée, la concentration et la mémorisation sont altérées. La
consommation chronique de certaines drogues entraîne même une atrophie du
cerveau, en particulier des régions frontales et temporales. Sur le long terme, en cas de
toxicomanie chronique, on observe des troubles cognitifs importants concernant l’attention,
la mémoire, la motivation, le raisonnement et la prise de décision. Le comportement est
également modifié avec impulsivité, agressivité, anxiété, anorexie et insomnie, voire
des bouffées délirantes. Des accidents vasculaires cérébraux peuvent même survenir. La
dépendance altère la personnalité.
Les drogues tuent.
Les drogues détériorent les neurones et les vaisseaux du cerveau.
Les drogues dégradent la pensée, la mémoire, la concentration, le raisonnement.
Les drogues altèrent notre bien le plus précieux, le plus rare, le plus fragile, notre cerveau.
5
les eNGAGEMENTS ET les atouts du film
• Le rôle de la culture dans la prévention et la sensibilisation
Au-delà du simple divertissement, un certain nombre d’outils et de supports culturels
invitent, de façon plus ou moins assumée, à la réflexion et à la mise en perspective de
sujets de sociétés. C’est à coup sûr une très bonne démarche.
Les artistes sont de plus en plus sollicités, notamment auprès des jeunes, afin
d’amorcer des débats de sociétés ou de créer des espaces de dialogue ouvert et moins
contraignants.
C’est par exemple le cas du théatre forum qui, au travers d’improvisations théatrales,
incite les jeunes à échanger et prendre la parole sur des sujets qui les concernent où les
touchent mais qu’ils ne parviennent pas toujours à aborder spontanément.
Il parait évident que la culture peut être un outil et un moyen de création et d’action
qui permet de créer le débat et l’expression. Les questions de prévention des risques de
santé en sont une excellente illustration.
Cette vision et cette ambition sont au cœur du travail artistique et de l’engagement de
notre association de spectacle vivant. Nous nous intéressons fortement aux liens entre
culture et santé.
• OVERDOSE… Pour sensibiliser par la culture
Le court métrage OVERDOSE est une création culturelle et un moyen original d’aider à
la prise de conscience et au débat sur un thème sensible et tellement essentiel, celui
des pratiques addictives et notamment l’addiction à la drogue (représentée, dans le film
que nous avons réalisé, par la cocaine). La consommation des drogues touche les jeunes
de tous milieux et de toutes régions de façon parfois occasionnelle, insidieuse ou plus
fréquente mais toujours avec de regrettables conséquences. Un risque d’engrenage, de
dépendance, de perte de liberté.
• OVERDOSE… Pour ouvrir le débat
Le film ne se décline en rien comme une leçon de morale ni comme une campagne de
santé publique. Notre but est de sensibiliser en créant un débat libre et utile, ni pour
culpabiliser ni pour définir sommairement le bien et le mal.
Il s’agit bien de faire en sorte que le spectateur (jeune surtout) perçoive les effets négatifs
et les dégâts sournois et déstructurants issus de la consommation de drogues. La perte
de contrôle qui en découle peut avoir des conséquences très pénalisantes pour la vie
sociale, familiale, professionnelle et personnelle.
Enfin, il est clair que les jeunes dialoguent plus facilement avec des jeunes artistes et
se sentent ainsi davantage ainsi concernés qu’avec les représentants d’une autorité
publique dont les messages, même si on doit le déplorer car ils sont également
essentiels, incitent à une certaine moralisation ou au côté « bon conseil ».
OVERDOSE ouvre un espace d’écoute et de dialogue et encouragera à coup sûr une
réflexion personnelle plus libre et plus bénéfique.
6
• comment s'organise le projet "OVERDOSE"
Pour les établissements scolaires et éducatifs (lycées, collèges, éducation spécialisée), les structures
associatives et sociales (MJC, centres sociaux, bibliothèques…) :
Créé par une jeune équipe artistique, le court métrage OVERDOSE a l’avantage, par son format
court (10 minutes), de proposer un support facile à utiliser et à présenter. Il est aisément utilisable et
peut être considéré comme un outil de travail permettant de proposer la projection puis un temps
d’échanges et de dialogue, avec la présence du réalisateur et de comédiens du film.
On a donc envisagé des formats de 45 minutes pouvant s’insérer dans l’emploi du temps des
établissements.
Nous avons choisi une création culturelle régionale et locale pour créer un événement attractif,
interactif et innovant, adapté à vos établissements.
L’atout : OVERDOSE a été soutenu par l’ELSA, équipe de liaison des Soins Addictifs des Hospices
Civils de Lyon et un éminent neurologue spécialiste du cerveau. Sans omettre, pour sa réalisation,
le mécénat d’un grand acteur de la complémentaire santé également très engagé dans la
prévention et attentif à notre conception d’une culture créant du lien social et des passerelles
avec la santé.
Ce que nous vous proposons :
- arrivée des jeunes dans la salle où sera projetée le film (n’importe quelle salle de votre établissement
avec une télévision ou un vidéo-projecteur).
- visionnage du film « OVERDOSE » (environs 10 minutes)
- dialogue entre les jeunes et l’équipe du film (35 minutes)
L’échange est conduit et encadré par le réalisateur du film. Il portera avant tout sur le film et
le thème des addictions.
Bon à savoir : OVERDOSE, pour son lancement, bénéficie d’une conférence de presse et d’une
émission de TV spécialement consacrée à ce film sur l’antenne de TLM (programme de 13 minutes
multi diffusé).
7
Nous contacter
Direction
Production : Panda Roux Productions
Réalisation : Tsemerys
Direction artistique : Jean-Félix Milan
Chargée de développement et promotion :
Arthur-Erwan Grimbot
Le Panda Roux Productions et
La Compagnie Tsemerys
remercient leurs partenaires :
équipe artistique
Écriture / Direction artistique :
Jean-Félix Milan
Comédienne :
Maud Ardiet
Pour toute information et demande de devis personnalisé,
vous pouvez contacter Arthur-Erwan :
par mail : [email protected]
par téléphone : 06 17 74 84 73
Vous pouvez également retrouver la Compagnie Tsemerys
sur Facebook et consulter le site internet : http://tsemerys.fr
Votre contact :
Arthur-Erwan Grimbot - [email protected] - 06 17 74 84 73
Le Panda Roux Productions, 11A chemin de la Badelière, 69280 SAINTE CONSORCE
11A Chemin
de la Badelière • 69280 • 09
SAINTE-CONSORCE
[email protected]
52 72 66 07
09 52 72 66 07
[email protected]

Documents pareils