Seulscontrel`indicible NecoupezpaslesCeltes!

Commentaires

Transcription

Seulscontrel`indicible NecoupezpaslesCeltes!
12
6 3 2 - 1 5/ 3/ 2 0 0 2
CI NE MA
(Ulrich Tukur),
Seulscontrel'indicible
Aprèsl a pol é mi que
Etait−il utile de prolonger le
chi miste de
tions, entrouvrant une porte
Découvrant avec effroi l' entre-
des raisons différentes, refu-
chanceux,
prise
de
son
d' exter mination
père.
sant d' adopter une position
Mengele l'invite à participer
contenta d' une allusion aux
en améliorant et en fournis-
suscitée par son
symbole de la croix catholi-
que par les branches de la
frontés aux dérives des pou-
stein n' aura de cesse d'infor-
i mpossi bl e d' aborder
portant d' enfairetout unfoin?
toutes les latitudes. "Amen"
sibles les Alliés, le clergé alle-
le débat,
continuité de cette œuvre.
stolique à Berlin, qui s' obsti-
affiche, il est presque
"Amen" de Costa−Gavras
sans son cortège
d' opi ni ons diverses.
croix gammée? Etait−ce si i m-
Acela, sans vouloir prolonger
on serait tenté d' a-
jouter qu'il est étonnant de
voir une Eglise s' offusquer à
ce
point
du
détournement
d' un symbole, alors qu'il est
question du silence de cette
dernière sur des faits bien
réels.
Sujet délicat,
s'il
en est,
pour Costa-Gavras, qui s' est
fait une spécialité des théma-
scène
des
individus
con-
voirs en tous genres et sous
s'inscrit logiquement dans la
Adapté
de la
pièce
de
sant le gaz meurtrier, Gernmer par tous les moyens pos-
mand, et bientôt le nonce apo-
nera à faire la sourde oreille.
théâtre "Le Vicaire" de Rolf
Le second, Ricardo Fontana,
le, "Amen" retracel' histoire de
fictif joué par Mathieu Kasso-
tour mente
SS et tente à sontour d' alerter
Hochhuth, qui fit déjà scanda-
deux hommes, pris dans la
de
la
Seconde
un jeune jésuite, personnage
vitz, prête l' oreille à l' officier
qui tente-
les hautes instances catholi-
systèmes dont ils font partie.
les coulisses de cette cité que
Guerre Mondiale,
ront
de lutter
Le premier,
contre les
Kurt
Gernstein
sans y croire, chacun pour
des
Juifs à laquelle le docteur
mettant en
s' enliser dans les contradic-
se, tous coupables de savoir
l'insistance
tiques engagées,
pays alliés et pontes de l' Egli-
for mation, est devenu SS sous
ques du Vatican. C' est dans
se croiseront diplomates des
dérobée
à
quelques
entrebâillant
Juifs
une
autre pour couvrir lafuite des
claire. Le pape, quant àlui, se
responsables du génocide.
peuples persécutés en raison
ta−Gavras pèche par une mise
noncer
le et
de leur race, sans jamais prole
mot
"Juif"
ni
condamnerle génocide.
Ce refus de nommer,
de
peuple
préten-
dent que Pie XII était trop atau
allemand
pour se résoudre àlejuger publiquement ou encore,
une symbolique
vides dans l' autre. Une tenta-
condamner en tant que chef
taché
par
pesante, notamment avec la
redondance du passage des
coupabl e?
D' aucuns
en scène parfois trop théâtra-
trains pleins dans un sens et
Pourquoi ce sil ence
spirituel?
Sur la for me, le fil m de Cos-
tive
néanmoins réussie
de
nous faire ressentir tout le po-
ids dela culpabilité, dela dou-
leur et de l'i mpuissance endossées par Kurt Gernstein et
Ricardo Fontana. Amen.
Séverine Rossewy
qu'il
avait peur de voir la furie na-
zie se retourner contre les
catholiques et les biens du Va-
tican. Le père Blet, professeur
émérite à l' Université pontifi-
cale et auteur de "Pie XII et la
Seconde
Guerre
Mondiale"
(Perrin 1997) avance qu'il est
"étonnant que des gens qui se
moquent pas mal de ce que
dit le pape aujourd' hui puis-
sent croire que devant un
froncement de sourcil de Pie
XII, Hitler se serait mis à ge-
noux comme un enfant de
choeur".
Finalement, au−delà de tou-
tes ces considérations, ce que
l' on reproche à Pie XII, c' est
de ne pas avoir tenu son rôle
Ricardo Fontana
de guide spirituel en prati-
(Mathieu Kassovitz)
quant lalangue de bois et sur-
face auxsourdes
tout,
oreilles du Vatican.
CELTAS CORTOS & CI E
espagnol − que le groupe est
i mmédiatement
Ne coupez pasles Celtes!
Sur l' échi qui er vari é de
l a nouvell e musi que
popul aire i béri que, l es
"Celtas Cortos" restent
une référence d'i magi-
nati on et d' engage ment.
Aécouter de suite
et de près.
date des années 80 et qui défi-
tos" − qui tiennent leur nom
l'i mpérialis me
ont d' emblée eu un succès
nit
la
réponse
latine
à
anglo−améri-
cain. Si la musique rock en
langue espagnole ou portugai-
se s' est largement répandue
dans pratiquement tous les
pays
(voir
de l' Amérique latine
article "Zapata rocks
back", woxx 606), la plus gran-
tenez les noms de Dus minguet, Macaco, " Ojos de Brujo",
mais aussi le Brésilien W
agner
une maison d' édition de
" Diccionario del rocklatino"
(Zona de Obras,
www.zonadeobras. com) que
l' on peut recevoir viainternet
avec une efficacité alarmante.
instrumental
large-
ment inspiré d'influences cel-
tiques,
"Celtas
Cortos"
pa-
par le groupe "Labanda". Mais
gorgeait detubes comme " Haz
satire à l'invasion
yankee au Panama, ou " Que
voy a hacer yo?", contre la
guerre du Golfe.
Ou encore: des tubes politi-
co−satiriques,
également sur
tion ("El emigrante") ou une
que retentit de toutes les pro-
télédictature espagnole ("Ska-
vinces d' Espagne.
Celtes de Castill e
Le Festival interculturel of-
fre,
me l' hymne acerbe à l' émigra-
destruction
amère
de
la
parate nacionál"). C' est d' ail-
leurs la combinaison entre
messages politiques − proches
des ONG de développement
ou d' Amnesty International −
ce vendredi, l' occasion
et une musique extrêmement
phares du rock espagnol. Bien
succès époustouflant des Cel-
d' écouter l' un des groupes
qu' au début leur musique se
sicaux qui parcourent la musinombrables que surprenants.
Enfin, la voix du chanteur
Jesus Cifuentes est tellement
caractéristique− c' est une sor-
te de Joe Strummer (Clash)
Notons quelelendemain du
concert des "Celtas Cortos", le
Festival offrira aux afficiona-
dos−as une Nuit latino−améri-
caine avec, outre le groupe
" Masalsa", la chanteuse cubaine Addys D' Mercedes.
variée, qui fait la recette du
tes ibériques. Outre des airs
Si à
première ouïe, l' on pourrait
parler d' une autre de ces in-
nombrables artistes del'île de
Robinson,
raissait uniquement piétiner
pop "Jarabe de Palo" ou "Esto-
pa". Nonobstant, le rock ibéri-
Zaragoza a édité unfabuleux
disque
"En estos dias inciertos", com-
D' M
ercedes et Masalsa.
Pourles hispanophones qui
à Valladolid en 1988. Après un
Pâ, le Navarrais italoïde Toni-
no Carotone ou les groupes
s'intéressent au rocklatino,
sus Cifuentes for ma le groupe
turis mo",
l'Immigration. Samedi: 16 Nuit
latino−américaine avec Addys
phénoménal en Espagne. Je-
espagnol.
autochtone qui fait fureur. Re-
Hugo au Festival de
que du groupe sont aussi in-
le premier disque chanté re-
Sergent Garcia, c' est la scène
mars, 21 heures, Salle Victor
d' une marque de cigarettes −
gne. C' est sans doute Barcelo-
hôtes comme Manu Chao ou
allègres,
tantôt agressifs, les styles mu-
les plates−bandes délaissées
Outre les artistes−
tantôt
mainstream, les "Celtas Cor-
de diversité musicale se re-
ne qui est l' épicentre du rock
celtiques
"Celtas Cortos": une
combinaison originale
entre messages
politiques et musique
extrêmement variée.
qui
inondent
marché européen, l' écoute at-
tentive de son disque " Mundo
nuevo" est très convaincante.
La jeune interprète tire tous
Mercedes cubai ne
situât quelque peu hors du
une expression musicale, qui
reconnais-
sable par mi tousles autres.
(roga) − Le "rock latino" est
trouve actuellement en Espa-
Celtas Cortos, le vendredi 15
d' avoir laissé l' Eglise
le
les registres du talent musical
cubain, des salsas superficiel-
les aux chansons classiques
de Guiller mo Portabales, en
passant par des compositions
propres, qui font foi d' un ta-
lent certain.
Une deuxième
soirée mémorable en perspec-
tive donc.