Le Grand-duc d`Amérique

Commentaires

Transcription

Le Grand-duc d`Amérique
Le Grand-duc d’Amérique
FAITES CONNAISSANCE
Caractéristiques du Grand-duc d’Amérique
Famille : Strigidés.
Longueur : 46 à 63 cm.
Envergure : 91 à 152 cm.
Poids : Mâle : 985 à 1588 g, Femelle : 1417 à 2503 g.
Record de longévité : 20 ans.
- Aigrettes qui le distinguent des chouettes.
- Ouïe très fine.
- Yeux jaunes. Excellente vue tant de jour que de nuit.
- Bec crochu.
- Pattes recouvertes de plumes et munies de serres crochues.
- Plumage gris-brun finement rayé et gorge blanche chez les deux sexes. La couleur du plumage varie selon les régions.
Le Grand-duc d'Amérique (Bubo virginianus) est un redoutable rapace nocturne, au vol silencieux. Ce gros hibou compte
parmi les oiseaux de proie les plus répandus au Canada. Son hululement typique consiste en une série de « hou »
profonds. Le grand-duc occupe presque tout le territoire des deux Amériques, exception faite des Antilles. Il est présent
dans toutes les régions boisées du Québec sans toutefois y être abondant.
L'habitat
Le grand-duc occupe des habitats variés et affectionne principalement les régions boisées et semiboisées. Lors de la saison de reproduction, les couples s'établissent sur un territoire de chasse de
0,7 à 5 km2 que l'instinct territorial leur fait défendre avec fougue.
Le nid
Le Grand-duc d'Amérique ne construit pas de nid. Il préfère occuper le site abandonné par un oiseau de
proie par exemple, la Buse à queue rousse ou la Corneille d'Amérique. Il peut aussi s'établir dans un arbre
ou sur une corniche.
Visitez www.ilparleaveclesloups.com pour en découvrir davantage
-1-
Le Grand-duc d’Amérique
Un chasseur nocturne
Rapide et silencieux, le grand-duc profite de la nuit pour capturer ses proies dans ses puissantes serres. Guidé par sa
vision nocturne et son ouïe exceptionnelle et favorisé par sa grosseur, il peut s'en prendre à des oiseaux et des
mammifères de taille moyenne. Il consacre ses journées à digérer en sommeillant dans un arbre.
Le régime alimentaire
Canards, oies, buses, souris, chats domestiques, lièvres et même moufettes, dont il ne craint pas l'odeur, sont au menu
du grand-duc. Les plus petites proies sont avalées tout rond, les plus grosses sont déchiquetées. Les parties indigestes,
telles que les os et la fourrure, sont régurgitées sous forme de boulettes.
Des ennemis jurés
Le grand-duc compte peu d'ennemis. Toutefois, les corneilles, les corbeaux et même les passereaux lui font la
vie dure. S'ils trouvent un grand-duc dans leurs parages, ils ne tardent pas à se regrouper pour le harceler
jusqu'à ce qu'il décampe. Ces oiseaux agissent ainsi pour chasser un ennemi qu'ils considèrent
dangereux pour eux et leur progéniture.
Visitez www.ilparleaveclesloups.com pour en découvrir davantage
-2-

Documents pareils