upParisien - Patrice Leclerc

Commentaires

Transcription

upParisien - Patrice Leclerc
24 HEURES
Education
L’ACTU EN FLASH
Une université ouverte
aux non-diplômés
POLITIQUE
Michèle Canet
derrière
Martine Aubry
E RETOUR de
l’université d’été à
La Rochelle, la présidente du
groupe PS au conseil général,
Michèle Canet, a décidé de
s’engager avec Martine Aubry,
candidate à la succession de
François Hollande à la tête du
PS. Un changement de cap
pour l’élue de Châtenay qui,
après avoir mené la campagne
de Ségolène Royal pendant la
présidentielle de 2007 dans le
département, l’abandonne
dans la course au poste de
premier secrétaire du PS.
« Les idées que j’ai défendues
alors, je continue à les
défendre. Mais je ne pense
pas que l’avenir d’un PS
rénové, correspondant aux
besoins et attentes du peuple
de gauche et de tous les
Français, passe par ce qu’est
devenue Ségolène Royal. »
D
VIS AUX ADULTES nostalgiques des bancs de l’école !
Depuis samedi, ils peuvent
s’inscrire à l’université populaire des
Hauts-de-Seine, qui ouvrira ses
portes à la mi-octobre. Entre littérature, philosophie, histoire de l’art,
arts et civilisations et culture scientifique (astrophysique), les étudiants
avides de connaissance ont l’embarras du choix ! Le programme des
cours est varié : de Spinoza à Marx
en passant par le conflit israélo-palestinien, la Révolution française,
« les Mille et Une Nuits » ou encore
l’histoire du polar, de la sociologie
ou des mathématiques… il y en aura
pour tous les goûts. A ces cours
s’ajouteront des conférences gratuites et ouvertes à tous, dont le cycle
débutera par une réflexion sur les
« Vêtements de travail, une seconde
peau ? » proposée par Ginette Francequin, maître de conférences en
psychologie au Cnam.
« Notre idée est de toucher les
gens qui n’ont pas entrepris d’études
supérieures, explique Patrice Leclerc, fondateur et secrétaire de l’université populaire. Ils n’ont pas besoin
d’avoir de diplôme pour suivre ces
cours. Mais cela ne signifie pas que
le niveau de l’enseignement est médiocre. Les enseignants sont des universitaires, des chercheurs du CNRS
ou des professeurs de lycée, mais ils
proposent des cours accessibles à
tous. »
A
BOULOGNE
Les socialistes
débattent sur
le Grand Paris
E DEVENIR de
l’agglomération parisienne
sera au cœur du débat qui a
lieu ce soir, à 20 h 30, à
l’école Fessart, 34, rue Fessart.
C’est la première réunion
publique organisée sur le
Grand Paris dans les
Hauts-de-Seine. Le patron de
la Fédération départementale
du PS, Pascal Buchet, la
conseillère régionale PS de
Nanterre, Marie-Laure Meyer,
Jean-Paul Planchou, le
président du groupe PS à la
région et maire de Chelles
(Seine-et-Marne), Gilles
Catoire, le maire de Clichy, et
Anne Hidalgo, première
adjointe de Bertrand Delanoë,
seront présents. Cette initiative
devrait être suivie par d’autres,
localement. Les maires
socialistes du 92 se sont
engagés à mener le débat et
demandent à leurs collèges de
faire de même.
L
principalement issus de l’Education
nationale ou des milieux associatifs,
mais également un quart d’actifs
sans oublier des élèves qui viennent
suivre les cours ou les conférences
de leurs profs. Nous voudrions attirer
davantage de salariés des catégories
moyennes populaires. » D’où des
cours les après-midi et les samedis
matin pour attirer les mamans, une
nouveauté de cette rentrée ; l’implantation de ce pôle universitaire dans
les quartiers nord d’Asnières où sont
concentrées les tours et les barres
HLM ; et la poursuite de l’expérience
menée l’an dernier auprès des détenus de la maison d’arrêt de Nanterre.
« Le but est d’inculquer du savoir,
mais surtout de l’esprit critique, insiste le fondateur. La confrontation
des idées est également enrichissante pour les enseignants qui se retrouvent face à des gens aux horizons variés et qui ont une expérience
Renseignements sur le site Internet
(www.universite-populaire92.org) ou
par téléphone au 01.47.94.14.20 ou
au 01.40.85.64.57. Inscriptions par
écrit à l’université populaire, Maison
du développement culturel, 16, rue
Julien-Mocquard à Gennevilliers
(joindre un chèque de 10 " pour les
frais de la carte d’étudiant) ou sur
place.
« Ces cours m’aident
à réfléchir sur la vie »
CATHERINE HUGUENY, 48 ans, fonctionnaire
ATHERINE HUGUENY n’a
pas passé son bac, mais elle a
décroché, sur le tard, un Deug de
culture et communication et une licence de sciences de l’éducation.
Ces diplômes en poche, cette fonctionnaire âgée de 48 ans a enchaîné avec l’université populaire
dès sa création, en 2004. Samedi,
elle était au forum des associations
de Gennevilliers pour récupérer le
programme. « Il y a moins de philo
et de sujets sur la culture arabe que
les années précédentes, et les intitulés des cours sont moins alambiqués, commente-t-elle, visiblement
soulagée, en épluchant la brochure. Tout cela faisait peur à ceux
qui se sentent complexés de ne pas
avoir fait d’études universitaires et
en rebutait d’autres. »
Catherine milite pour attirer un
public de plus en plus large. « Il n’y
a pas d’examen. Je suis ces cours
pour le plaisir et pour me nourrir
intellectuellement, lance-t-elle.
Tous les sujets m’intéressent. Les
profs sont émérites et leur enseignement est à la portée de tous.
Leurs cours m’ouvrent d’autres horizons, m’aident à réfléchir sur la
vie et à renouveler mes sujets de
conversation lors des soirées entre
amis. »
C.H.
C
250 adhérents
et 500 auditeurs libres
L’université populaire, présidée aujourd’hui par Bernard Sobel, l’ancien
directeur du Théâtre de Gennevilliers, est ouverte depuis 2004. Elle
est financée par le conseil général, la
région et la mairie de Gennevilliers.
L’an dernier, elle comptait 250 adhérents et environ 500 auditeurs libres.
« Conférences et cours se passent le
soir, de 19 heures à 21 heures, pour
que les travailleurs puissent y assister, explique Patrice Leclerc. Dans
les faits, nous comptons parmi nos
adhérents 50 % de jeunes retraités,
de la vie différente de celle de leurs
élèves. »
Christine Henry
GENNEVILLIERS, SAMEDI. Depuis 2004, Catherine suit « ces
cours pour le plaisir et pour se nourrir intellectuellement. Tous les
sujets l’intéressent. » (LP/C.H.)
Rentrée scolaire
300 élèves en plus
dans le primaire
TOUR ARIZONA
CARGO 1.3 CDTI PK CLIM
cv
couleur
5
2
Motorisations
DIESEL
DIESEL
6
5
Bleu aero
Blanc
3
3
5
DIESEL
DIESEL
DIESEL
4
4
4
5
5
ESSENCE
DIESEL
2
5
3
DIESEL
DIESEL
DIESEL
5
km
PRIX DE VENTE
PRIX NEUF
0
0
15.900 €
13.601 €
19.650 €
17.664 €
Argent étoile
Ultra bleu
Argent
0
2.000
3.000
12.846 €
14.022 €
13.234 €
15.650 €
17.050€
16.350 €
Argent étoile
Bleu métro
8.000
9.000
13.398 €
15.976 €
17.320 €
20.270 €
9
7
7
Noir saphir
Argent étoile
Gris pannacotta
5.400
0
0
25.267 €
18.448 €
19.236 €
31.045 €
23.070 €
24.020 €
DIESEL
7
Argent étoile
8.000
19.656 €
28.080 €
5
5
DIESEL
DIESEL
10
10
Bleu de mer
Noir basalte
8.000
10.000
25.905 €
28.160 €
34.540 €
36.450 €
5
5
5
DIESEL
DIESEL
DIESEL
7
7
7
Argent étoile
Noir saphir
Gris pinnacotta
8.000
6.000
1.000
20.065 €
22.472 €
22.513 €
27.580 €
28.280 €
28.330 €
CORSA
CORSA ENJOY 1.3 CDTI 75 CH
CORSA COSMO 1.3 CDT 75 CH
CORSA ENJOY 1.3 CDT 75 CH
MERIVA
MERIVA ENJOY 1.6
MERIVA COSMO 1.7 CDTI
ASTRA
ASTRA TT COSMO 1.9 CDTI
ASTRA MAGNETIC 1.9 120 CH
GTC SPORT 125 CH
VECTRA
VECTRA COSMO 1.9 CDTI 120
ANTARA
ANTARA COSMO 2.0 CDTI
ANTARA COSMO PACK 2.0
ZAFIRA
ZAF EDITION 1.7 CDTI 125
ZAFIRA COSMO PK 1.7 CDTI
ZAFIRA DESIGN 1.7 125 CH
II
Offre réservée aux particuliers, valable jusqu’au 30 septembre 2008. Détails en concession selon les modèles.
Ptes
COMBO
P.G.M ITALIE
P.G.M LECOURBE
P.G.M NANTERRE
188-190, av. d’Italie 75013 PARIS
✆ 01 43 13 34 34 - M° Porte d’Italie
285, rue Lecourbe 75015 PARIS
✆ 01 44 26 13 13 - M° Convention
53, av. du Mal Joffre RN 13 - 92 NANTERRE
✆ 01 47 21 10 01 - à 100 m de la place de la boule
A RENTREE est terminée.
L’inspecteur d’académie,
Claude Michellet, a annoncé
vendredi les derniers ajustements.
En mars et en juin, des mesures
avaient été prises au vu des prévisions d’effectifs. Depuis, de nouveaux élèves se sont inscrits. Alors, le
jour de la rentrée, les inspecteurs de
l’Education nationale ont effectué
une tournée des écoles pour compter les élèves. Ils ont également repéré les classes surchargées ou
celles ayant des effectifs en baisse
par rapport aux prévisions. A la suite
de ces constats, une dizaine de décisions d’ajustement ont été annoncées hier après-midi.
« La stabilisation des effectifs, qui
se confirme encore cette année
(300 élèves en plus dans les écoles
L
des Hauts-de-Seine), a sans doute
rendu plus facile l’élaboration de
cette rentrée, suggère le représentant
du Snuipp. Mais cela ne doit pas occulter des sujets d’inquiétude
comme les taux d’encadrement trop
élevés dans certaines écoles, les remplacements, l’enseignement spécialisé et la scolarisation des enfants
handicapés. »
C.H.
Ouvertures de classe. Maternelles : Antony : Noyé-Doré ; Clamart : la
Bourcillière ; Le Plessis-Robinson : LouisHachette ; Puteaux : Les 2-Coupoles.
Elémentaires : Fontenay-aux-Roses : les
Renards ; Issy-les-Moulineaux : RobertDoisneau et Voltaire ; Nanterre : MaximeGorki ; Puteaux : Jean-Jaurès ; Suresnes :
Jules-Ferry
Fermeture. Issy : Les Ajoncs.
LUNDI 8 SEPTEMBRE 2008