Un atlas de l`Inde signé Philippe Cadène » Henry Bakis1

Commentaires

Transcription

Un atlas de l`Inde signé Philippe Cadène » Henry Bakis1
Networks and Communication Studies,
NETCOM, vol. 23 (2009), n° 3-4
pp. 313-314
« Un atlas de l’Inde signé Philippe Cadène »
Henry Bakis1
Un atlas récent sur l’Inde mérite d’être signalé dans ce numéro de Netcom2. Il
est paru sous la plume de Philippe Cadène, Professeur à l’Université Paris VIIDiderot (SEDET) qui n’est pas à son coup d’essai sur l’utilisation de l’outil
cartographique par les géographes3.
Spécialiste du développement urbain et régional, Philippe Cadène se consacre
depuis plusieurs années à l’étude des secteurs émergents qui contribuent à lier acteurs
et entreprises au sein des dynamiques territoriales (locales mondiales) tant en Europe
qu’en Asie du Sud (en Inde notamment)4.
Cet atlas conçu dans le cadre du projet CITADAIN (Comparer l’Intégration
des Territoires et l’Adaptation du Droit dans les mondes Arabe et Indien) met en
évidence les mutations de l’espace indien suite aux changements engagés depuis
plusieurs décennies. La conception des cartes repose largement sur l’utilisation d’une
base de données constituée dans le cadre du projet CITADAIN.
Les cartes sur le sous-continent indien permettent de mieux connaître
l’histoire et la civilisation indienne (pp. 6-20), les populations (pp. 32-39), les espaces
ruraux (pp. 40-49), les activités économiques et le développement urbain (pp. 50-65,
dont : territoires de la grande production industrielle, énergie et matières premières,
investissements étrangers), et l’Inde dans le monde (pp. 66-77, dont : sa diaspora, ses
représentations diplomatiques). Chronologie depuis l’Indépendance, bibliographie et
référence des citations complètent utilement le volume.
Philippe Cadène accorde une place notable aux questions relatives à
l’organisation territoriale en lien avec les grandes mégapoles et les activités
Professeur, Université de Montpellier, ART Dev, FRE CNRS, [email protected]
Philippe Cadène (2008), Atlas de l'Inde : Une fulgurante ascension, 250 mm x 170 mm. , 80 p.,
Paris, Autrement. Cartographe : Guillaume Balavoine.
3 Voir son ouvrage « Le commentaire de cartes et de documents géographiques, Paris, Belin, 2003.
4 Entre autres travaux sur ces régions, rappelons : "Les grandes divisions du territoire indien",
in Saglio M.C. (Ed.), L'Inde, Paris, Ellipses, Collection Carrefours de Géographie, 2001 ; « Asie
du Sud », in Foucher M. (Ed.), Asies nouvelles, Paris, Belin, 2002 ; « La dynamique spatiale des
grandes entreprises en Inde », in Kermel D. et all. (Eds.), Dynamiques spatiales de l'industrialisation.
Chine, Inde, Thaïlande, Paris, Unesco, 2002. On se souvient aussi de son article publié dans
Netcom en 1997 : “ L’émergence de jeunes entrepreneurs. Les opérateurs de programmes
télévisés diffusés par satellite à Tiruchengodu, petite ville du Tamil Nadu (Inde) » NETCOM,
Vol. 11, pp. 343-367.
1
2
314
NETCOM, vol. 23, n° 3-4, 2009
économiques.
Plusieurs planches attireront l’attention des lecteurs de la revue Netcom. Sont
particulièrement intéressantes dans cette perspective :
- la planche « Transports et communications » mérite un examen soigneux. En un
espace plutôt limité (c’est la formule de la collection où paraît cet ouvrage) l’auteur
parvient à présenter plusieurs belles cartes et des éléments de commentaires textuels.
Les télécommunications dont déclinées en plusieurs figures ; lignes téléphoniques,
téléphones mobiles, Internet par Etat (p. 53).
- la planche « Les activités de haute technologie », avec un commentaire au niveau du
pays et un autre commentaire sur le cas de Bengalore (pp. 56-57).
On ne s’étonnera pas de l’accueil favorable de ce nouvel atlas : « Le système
des castes et les religions, la construction historique et les résultats aux dernières
élections, les implantations industrielles et le peuplement urbain et rural, l'irrigation et
la consommation d'engrais, le nucléaire et les écoles d'ingénieurs... Toute l'Inde, ou
presque, est ici magnifiquement cartographiée », peut-on lire par exemple dans
Alternatives internationales5.
De fait, sur le plan technique, la charte graphique a bénéficié du travail
d’harmonisation du cartographe et la qualité technique de l’ensemble est très
satisfaisante. Certaines planches donnent cependant l’impression d’avoir été
compressées à l’excès rendant la lecture moins facile, « mais pas moins instructive car
l’auteur excelle à transmettre un maximum d’informations et de réflexions en un
minimum de signes » 6.
A l’examen des différentes cartes le lecteur le lecteur peut regretter que
l’auteur qui disposait d’une si vaste base de données ait dû se couler dans le moule
imposé par le format de la collection. Sur la forme il faut espérer que la collection
Autrement remette en cause la trop petite taille de certains caractères des planches
pour une seconde édition ou bien pour d’autres projets.
Au total, après l’examen des planches synthétiques de cet atlas, l’Inde se révèle
comme une puissance régionale de premier ordre. Une invitation à la découverte et à
la réflexion.
Alternatives Internationales - n°38 - Mars 2008.
L'Espace Politique, Compte rendu mis
http://espacepolitique.revues.org/index396.html.
5
6
en
ligne
le
27
juin
2008,