Humour AG 2010

Commentaires

Transcription

Humour AG 2010
Le 28 décembre 2010
Ces dernières années, j’ai pu lire ou entendre de nombreuses remarques
concernant mon usage immodéré de mots français que l’on ne trouverait que
dans les dictionnaires et jamais dans la bouche « du tout un chacun », alors que
je n’ai fait que les relever dans la lecture de quotidiens, d’hebdomadaires, de
mensuels ou de livres.
En réponse, je me suis donc amusé à collecter d’autres mots dans ces lectures
d’articles ou de courriers de lecteurs. En voici un petit florilège.
« J’ai toujours une attitude trash devant des open spaces design ou cosy, des
concept store high tech où l’on peut entendre un album live ou un best of avec
un son surround tout en admirant une french touch glamour sur une spice girl
de lady fitness un peu bling bling avec laquelle je pourrais peut-être passer un
deal.
En off, je le concède, je me trouve un peu out ou peut-être même has been
devant ce melting pot de mots anglais globish, exhalant mon parfum for men,
écrivant sur un sticker le draft d’un flyer, boosté par un drink. Pour rester zen et
cool, je dois me plonger dans la lecture de la press people pour des motifs plutôt
flashy. De même pour être up to date, je relis aussi des news letters.
En fait, je suis assez speed tout en restant calme quand j’explique tout cela
step by step face à ma webcam ou mon smartphone.
Si vous trouvez mon propos un peu hard c’est que les mots pour le dire,
arrivent trop facilement et sans tri.
No problem, j’engagerai aussi un wording sur le web par e-mail ou bien je
ferai comme tout le monde : twitter, googliser, aller sur facebook, taguer sur
mon pod cast, en un mot créer le buzz.
A propos, j’étais hier à un brunch où tout était uberluxe. Les gens ont même
trouvé que j’étais un premium storyteller et que j’avais des meta expressions,
bref j’étais un rupturiste multisensoriel et teaser à mes heures.
Comme vous le voyez, tout ce qui précède a été dit en langage de tous les
jours … ou presque. Je suis désolé si vous avez eu du mal à suivre mais en cette
période où l’on évoque souvent l’Identité, je me plais à citer Napoléon : « La
France c’est le français quand il est bien écrit »
Hubert VERHILLE
Président sortant de l’APLP