Raccordement d`un bâtiment tertiaire à un réseau de froid

Commentaires

Transcription

Raccordement d`un bâtiment tertiaire à un réseau de froid
Certificats d’économies d’énergie
Fiche explicative - n°73
Raccordement d’un bâtiment tertiaire à un réseau de froid
Fiches d’opérations standardisées concernées :
N°BAT-TH-50.
Ce document a pour objet de donner des informations générales sur le contenu des fiches
ci-dessus et de lister les pièces de preuve à fournir au PNCEE et/ou à archiver par le
demandeur.
I.
Généralités
Le rafraichissement des bâtiments devient un enjeu d’aménagement urbain. Outre le
changement climatique et la croissance urbaine, l’évolution de l’architecture et des
réglementations introduit de nouveaux modes de gestion climatique et de nouvelles
exigences de performance énergétique du bâti.
Un réseau de froid peut être vu comme un réseau de chaleur qui fonctionne en sens inverse
: alors que le réseau de chaleur transporte de la chaleur d'une chaufferie aux bâtiments, le
réseau de froid évacue la chaleur des bâtiments et la transporte jusqu'à un point de rejet
dans l'air ou dans l'eau. On trouve donc dans un réseau de froid une (ou plusieurs) unité(s)
d'évacuation de la chaleur (que l'on peut considérer comme centrale de production de froid),
un réseau de canalisations permettant le transport de chaleur par un fluide caloporteur (en
général de l'eau, dont la température se situe entre 1 et 12°C à l'aller, et entre 10 et 20°C au
retour) et des sous-stations assurant la collecte de la chaleur dans les immeubles à
climatiser.
Lien internet : http://www.cete-ouest.developpementdurable.gouv.fr/IMG/pdf/Reseaux_de_froid_cle173abe.pdf
Le réseau de froid répond intelligemment aux besoins de rafraichissement en milieu urbain
dense par ses atouts d’efficacités énergétiques et environnementaux :








Forte réduction de l’énergie consommée pour produire le froid
Améliorer l’efficacité énergétique globale
Valorisation des ressources naturelles locales disponibles (cours d’eau, lac, mer…)
Minimisation des inconvénients : environnementaux, acoustique, sanitaires,
esthétiques
Réduction du réchauffement de l’atmosphère locale (îlot de chaleur urbain)
Réduction des émissions de fluides frigorigènes
Réduction de l’utilisation des produits chimiques
Assurance de la continuité de fourniture
FE73 – 26/06/2013 – V0
Page 1 /2
II.
Précisions sur les termes employés dans les fiches pouvant porter à
interprétation :
COPrés (coefficient de performance du réseau) est le rapport entre la quantité de froid
produite sur la quantité d’électricité consommée pour la produire.
La puissance souscrite de froid précisée dans la police d'abonnement est la puissance
frigorifique maximale que le délégataire est tenu de mettre à la disposition de l'abonné et
que ce dernier s'engage à ne pas dépasser.
Extrait de la : Charte des services publics locaux-2009-Institut de la gestion déléguée
Lien internet : http://www.fondation-igd.org/upload/pdf/Publi/Reseau_chaleur.pdf

Le COP des réseaux existants seront issus de l’enquête diligentée
annuellement par le SNCU pour le compte du service de l’observation et des
statistiques (SOeS) du MEDDE (Ministère de l'Ecologie, du Développement
durable et de l'Energie).

Le COP des réseaux futurs seront issus du Titre V.
III.
Précisions sur les modes de preuves :
La puissance souscrite est un élément de la police d’abonnement au réseau, il peut être
attesté par le bénéficiaire de l’action d’économie d’énergie.
COP des réseaux existants

Le COPrés est attesté par l’enquête annuelle du SNCU.
COP des réseaux futurs

IV.
Le COPrés est attesté par l’agrément du Titre V.
Recommandations de mise en œuvre :
RAS
V.
Questions-réponses les plus fréquentes
FE73 – 26/06/2013 – V0
Page 2 /2