L`hérens reconnue comme race à viande

Commentaires

Transcription

L`hérens reconnue comme race à viande
MARDI 7 AOÛT 2012 LE NOUVELLISTE
jpr - bm
2 CARTE BLANCHE
La bataille de reines de Chartreuse se déroule le premier dimanche
d’août depuis quatorze ans.
Malgré un temps orageux, la bataille des reines a attiré la foule sur la
commune de Saint-Pierre-d’Entremont.
Les hérens de Chartreuse étant pour la plupart des vaches allaitantes,
elles ont été amenées au combat avec leur veau.
ÉLEVAGE Dimanche, à plus de 200 km du Valais, des éleveurs français ont fait lutter leurs
Les hérens combattent
Saint-Pierre-d’Entremont:
JEAN-YVES GABBUD (textes et photos)
Des vaches de la race d’Hérens
qui luttent au fond d’une piste de
ski. Dans la vallée des
Entremonts. Rien d’extraordinaire à cela.
Sauf qu’il s’agit d’une «bataille
de reines». Qu’ici, Hérens se
prononce avec le «s» final. Et
que la manifestation se déroule à
plus de 200 km du Valais, dans le
massif de la Chartreuse, un parc
naturel régional à cheval sur les
Aujourd’hui, 25 éleveurs de
Chartreuse possèdent un total
d’environ 160 hérens. La race a
déjà fait des émules plus loin,
dans la région voisine du
Vercors, qui organisait, dimanche aussi, un petit combat de reines dans le cadre d’une manifestation agricole, un comice.
Une bataille décontractée
La journée de la bataille se déroule de manière très simple. A
un moment, le speaker appelle
des éleveurs qui ne viennent
Ici, on ne pourrait pas parler
«de combat,
on aurait trop de
problèmes. Bataille, ça passe
mieux.»
CHRISTOPHE CLOÎTRE PRÉSIDENT DES HÉRENS DE CHARTREUSE
départements français de Savoie
et d’Isère, connue pour ses moines chartreux et leur liqueur aux
herbes, verte ou jaune.
Une tradition naissante
La bataille qui s’est déroulée dimanche au Planolet, une petite
station de la commune de SaintPierre-d’Entremont, n’est pas
une première. Loin de là. C’est
déjà, presque, une tradition.
«Nous organisons une bataille de
reines depuis 1999, tous les premiers dimanches d’août. La première année, c’était tout petit. Cette
année, nous avons 67 bêtes inscrites», indique Christophe Cloître,
président de l’Association des hérens de Chartreuse, qui organise
la bataille. «Les premières hérens
sont venues en Chartreuse en 1994,
en provenance de Haute-Savoie.
Quant à moi, je me suis lancé en
1998 en achetant des bêtes en
Italie. En 2001 et les deux années
suivantes, j’en ai acheté en Suisse.
Ma reine, «Madone», qui a été
reine de Chartreuse en 2011, vient
de chez Yvan Frossard» (ndlr. éleveur à Trient).
Cette année, «Madone» a perdu en quart de finale. La
Chartreuse a opté pour la méthode de combat valadôtaine,
avec le système d’élimination directe.
pas, déjà en pause. L’ambiance
est bon enfant. Christophe
Cloître connaît les combats valaisans. Il n’a pas envie de les copier. «Chez vous, un match c’est
un peu l’usine. Chez nous, c’est
d’abord une journée conviviale
entre éleveurs. Si on a une reine,
tant mieux, si on n’en a pas, ce
n’est pas grave. Ce n’est pas aussi
important que chez vous.»
Aspect pédagogique
Par contre, la bataille comporte
un enjeu pédagogique. Il s’agit de
bien faire comprendre cette tradition au public. «Ici, on ne pourrait pas dire combat, on aurait des
problèmes.» Pour les Français,
combat de vaches est une notion
liée à la corrida et à la mise à
mort. Le speaker rappelle plusieurs fois dans la journée que les
bêtes luttent naturellement,
sans contrainte. Une façon de
montrer l’aspect naturel des luttes: présenter des... veaux.
Certains, âgés de quelques mois
seulement, se mettent à combattre. Les enfants adorent. En quelques minutes, le public comprend l’instinct. Des touristes
qui, dans leur coin, critiquaient
«la cruauté» de l’événement se
mettent à applaudir. La race
d’Hérens a conquis de nouveaux
cœurs. En Chartreuse.
Dimanche, les combats des hérens ont été rudes en Chartreuse. La région est fière de cette vache emblématique qui attire les touristes.
L’hérens reconnue comme race à viande
Depuis 2010, l’hérens est reconnue
comme une race à viande en France. Une
reconnaissance qui est un atout aussi bien
pour les producteurs de viande qu’une
simplification administrative pour les
producteurs de lait. Parce qu’en France, le
cahier des charges des AOC ou IGP fromagères spécifie les races pouvant fournir
du lait. Par exemple, pour la tomme de
Savoie, le lait doit provenir de vaches de
race tarine, abondance ou montbéliarde.
Pas d’hérens.
Dans l’exploitation liée à une AOC ou
IGP, les bêtes des races non reconnues ne
peuvent se trouver dans la même écurie
que les laitières. Sauf les races à viande
élevées pour la boucherie. Maintenant,
en tant que race à viande, l’hérens peut
partager l’étable, ce qui facilite la vie de
l’éleveur.
Quant à elle, l’hérens, élevée comme vache allaitante, est transformée en saucisson et en viande séchée. «Il me faudrait
beaucoup plus d’hérens. Le saucisson marche très fort. Je passe une bête par mois.»
Vers un raclette
Hérens de Chartreuse
Saucissons et viande séchée
En Chartreuse, Christophe Cloître possèdent une cinquantaine d’hérens, à côté de
ses charolaises et de ses limousines. Les
bêtes de ces deux dernières races sont
vendues sous forme de viande fraîche.
Les saucissons d’hérens de Christophe
Cloître s’arrachent en Chartreuse.
Pour accroître la production, Christophe
Cloître élèvent tous ses veaux femelles.
Son fils, Thibault, veut se lancer également dans l’exploitation lorsqu’il aura
terminé sa formation agricole. «Nous
avons un projet de fromage. Pour le début
2015, nous voulons avoir un magasin qui
vendra viande et fromage.» Le lait des Hérens permettra à ce moment-là de produire de la raclette hérens de Chartreuse,
«mais quelque chose de chez nous», précise Christophe.
D’autres éleveurs d’hérens de Chartreuse
produisent déjà du lait. Certains livrent la
laiterie d’Entremont-le-Vieux. Leur lait
sert à la fabrication de fromages qui n’ont
pas d’IGP, comme la tomme de montagne
et le chartreux, une excellente spécialité
de la vallée des Entremonts. 

Documents pareils

pdf, 323 Ko - Chartreuse Tourisme

pdf, 323 Ko - Chartreuse Tourisme Site naturel exceptionnel, le cirque offre une boucle familiale entre forêt et torrent, à la découverte des cascades. A proximité : Hôtel-restaurant sur le site, village, artisanat et restaurants d...

Plus en détail