FICHES CONSEILS DES PATHOLOGIES COURANTES EN OFFICINE

Commentaires

Transcription

FICHES CONSEILS DES PATHOLOGIES COURANTES EN OFFICINE
UNIVERSITE MOHAMMED V – RABAT
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE
ANNEE 2016
THESE N°146
FICHES CONSEILS DES PATHOLOGIES
COURANTES EN OFFICINE
THESE
Présentée et soutenue publiquement le : 16 Décembre 2016.
PAR
Dounia ALAOUI
Née le 02 Juin 1990 à Salé
Pour l'Obtention du Doctorat en pharmacie
MOTS CLES : Conseils - Officine - Hygiène - Diététique - Médicament Pathologies courantes.
JURY
Mr Ahmed BENNANA
Professeur de management pharmaceutique
Mr Badre Eddine LMIMOUNI
Professeur de Parasitologie
Mr Younes RAHHALI
Professeur de pharmacie galénique
Mr Rachid NEJJARI
Professeur de pharmacognosie
Mr Mohamed MEIOUET
Professeur de droit pharmaceutique
PRESIDENT
RAPPORTEUR
JURY
DEDICACES ET REMMERCIEMENTS
A tous les professeurs au sein de la Faculté de Médecine et de Pharmacie et à tous les
membres du jury présent.
Qui ont participé à ma formation, qui m’ont soutenu tout au long de mon cursus universitaire.
Vous trouverez dans ce travail la fierté d'un savoir bien acquis
Au Pr Badre Eddine LMIMOUNI avec qui j’ai eu le privilège de travailler, qui s’est montré
très présent et attentionné tout au long de la rédaction de mon sujet de thèse
A Ceux qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui, mes parents adorés
Najia BENMASSOUDA et Abdellah ALAOUI,
Je vous dédie ce travail en témoignage de l’amour que je vous porte, vos conseils m’ont guidé
vers la lumière. Nulle dédicace ne saurait d’écrire mes sincères et profonds sentiments
d’amour et de reconnaissance que je vous porte, je tiens à vous remercier pour tous vos
sacrifices, vos prières et votre bénédiction. Je vous remercie d’être et d’exister.
Puisse Dieu tout puissant vous préserver et vous accorder la santé, une longue vie et plein de
bonheur. Pour vous, je vous souhaite le meilleur, vous le méritez amplement.
A mon cher époux Marouane MALAC qui n’a pas cessé de me motiver et me soutenir,
je ne te remercierai jamais assez.
A mon petit prince, mon bébé Amir qui témoigne de la fin de ce cursus en beauté,
Tu es et tu seras toujours ma raison d’exister.
A mon petit frère Mehdi mon complice d’enfance
A ma grande sœur Asmae qui répondait présente à chaque besoin,
A mes tantes adorées Sonia et Badia,
A ma famille proche et lointaine.
Merci du fond du cœur.
A tous mes collègues de la 27 ème promotion, Sarah, Chaimae, Sofia, Safae, Salwa…
A mes amis Manelle, Lamiae, Houda, Lina, Fayçal …
En souvenir du beau vieux temps, de tout ce qu’on a partagé.
Je vous suis éternellement reconnaissance.
ABREVIATIONS
AD
: adulte
B
: Boite
AMP
: ampoule
AVK
: antivitamine K
CR
: crème
Sp
: sirop
Cpr
: comprimé
CPR SEC
: comprime sécable
EMULS
: émulsion
ENF
: enfant
Ex
: exemple
FL
:flacon
GEL DERM : Gel dermique
Gr
: granules
Gtte
:goutte
HE
: huile essentielle
Inj
:solutioninjectable
OTC
: Over thecounteer
PDR
:poudre
Pom
:pommade
SHAMP
: SHAMPOING
SOL BUV
: solution buvable
SP
: sirop
Supp
: suppositoire
TUB GR
: tube granule
Vit
: vitamine
SOMMAIRE
INTRODUCTION ............................................................................................................ 1
I-
DEFINITIONS ............................................................................................................. 2
II1.
LE MÉDICAMENT ...................................................................................................... 2
2.
L’HOMÉOPATHIE ...................................................................................................... 4
3.
LES PROBIOTIQUES ET LES PRÉBIOTIQUES ............................................................ 8
4.
LA PHYTOTHERAPIE ................................................................................................. 9
5.
L'AROMATHERAPIE ................................................................................................ 11
III-
PROCÉDURE AU COMPTOIR ................................................................................... 14
IV-
FICHES « CONSEILS ASSOCIÉS » ............................................................................ 15
1-PATHOLOGIE COURANTE DE L'ADULTE .................................................................
APPAREIL CUTANE ..........................................................................................................
ACNE ................................................................................................................................ 16
BOUTON DE FIEVRE..................................................................................................... 21
DERMITE SEBORRHEIQUE ......................................................................................... 30
L’ECZEMA ...................................................................................................................... 36
MYCOSES GENITALES ................................................................................................. 42
MYCOSES DE LA PEAU................................................................................................ 47
PEAU ATOPIQUE ........................................................................................................... 52
PIQURES INSECTES ...................................................................................................... 57
POUX ................................................................................................................................ 61
PROTECTION SOLAIRE ................................................................................................ 66
PSORIASIS....................................................................................................................... 71
URTICAIRE ..................................................................................................................... 73
LES VARICES ................................................................................................................. 76
LA VARICELLE .............................................................................................................. 79
LES VERGETURES ........................................................................................................ 83
LES VERRUES ................................................................................................................ 87
ZONA ............................................................................................................................... 90
APPAREIL CIRCULATOIRE .............................................................................................
ANEMIE ........................................................................................................................... 95
HEMORROIDES .............................................................................................................. 99
JAMBES LOURDES ...................................................................................................... 105
APPAREIL DIGESTIF .........................................................................................................
BALLONNEMENT ........................................................................................................ 111
CONSTIPATION ........................................................................................................... 114
DIARRHÉE .................................................................................................................... 119
GASTROENTERITE ..................................................................................................... 124
MAL DE TRANSPORT ................................................................................................. 130
NAUSEES ET VOMISSEMENTS................................................................................. 133
REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN ............................................................................. 135
APPAREIL ORL ET PULMONAIRE .................................................................................
ABCES DENTAIRE ....................................................................................................... 140
L’APHTE ........................................................................................................................ 145
AMYGDALES ET VEGETATIONS ............................................................................. 149
L’ANGINE ..................................................................................................................... 152
GINGIVITE .................................................................................................................... 157
GRIPPE ........................................................................................................................... 162
HALITOSE ..................................................................................................................... 167
RHINITE ALLERGIQUE .............................................................................................. 170
RHUME .......................................................................................................................... 177
SINUSITE ....................................................................................................................... 186
TOUX ............................................................................................................................. 189
SYSTEME NERVEUX ........................................................................................................
INSOMNIE ..................................................................................................................... 195
MIGRAINE..................................................................................................................... 202
SEVRAGE TABAGIQUE .............................................................................................. 205
PATHOLOGIES DOULEUREUSES ...................................................................................
ARTHROSE DE LA HANCHE ..................................................................................... 210
DOULEURS ................................................................................................................... 214
ENTORSE A LA CHEVILLE ........................................................................................ 221
LOMBALGIE ................................................................................................................. 226
MAL DE DOS ................................................................................................................ 230
REGLES DOULEUREUSES (dysménorrhée) ............................................................... 235
RHUMATISME INFLAMMATOIRE ........................................................................... 239
SCIATALGIE ................................................................................................................. 245
TENDINITE ................................................................................................................... 252
AUTRES PATHOLOGIES ..................................................................................................
ALIMENTATION DE LA FEMME ENCEINTE .......................................................... 258
ALIMENTATION DU SPORTIF D’ENDURANCE .................................................... 265
ALIMENTATION ET MEDICAMENTS ...................................................................... 268
ALIMENTATION ET PREVENTION DES CANCERS .............................................. 271
L'ALLAITEMENT ......................................................................................................... 274
CONJONCTIVITE ......................................................................................................... 280
CONSEILS AUX VOYAGEURS .................................................................................. 286
CYSTITE ........................................................................................................................ 294
INCONTINENCE URINAIRE ....................................................................................... 299
LE STRESS .................................................................................................................... 303
TROUBLES DE LA MENOPAUSE .............................................................................. 306
2-PATHOLOGIE COURANTE DU JEUNE ENFANT ET DU NOURISSON .................
LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON ................................................................... 308
COLIQUES DU NOURRISSON ................................................................................... 312
CONSTIPATION DU NOURRISSON .......................................................................... 316
DIARRHEE DU NOURRISSON ................................................................................... 319
DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE DU NOURRISSON ........................................ 324
HYGIENE DU NOUVEAU NE ..................................................................................... 330
INTOXICATION AUX PRODUITS MENAGERS ...................................................... 332
POUSSEE DENTAIRE .................................................................................................. 334
RÉGURGITATIONS DU NOURRISSON .................................................................... 337
RHUME DU NOURRISSON ......................................................................................... 340
VVI-
CONCLUSIONS .......................................................................................................... 343
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...................................................................... 347
I- INTRODUCTION
Le pharmacien d’officine bénéficie du monopole de la vente du médicament, il est le seul à
pratiquer ce commerce et à délivrer les produits classés comme tel, qu’il soit sur ordonnances
appelés les produits du tableau (Liste I, II) ou sur conseil au comptoir appelés les OTC (Over
The Counter).
La pharmacie n'est pas un commerce comme les autres, c'est un espace de santé public, un
lieu d’écoute et de conseil accessible à tous et puisque le médicament n'est pas un produit
comme les autres, le pharmacien d’officine se doit de dispenser des conseils de qualité afin
de répondre à ses obligations d'acteur de santé et de créer de la valeur ajoutée autour de son
commerce.
La dispensation d'un conseil de qualité permet à l’officinal de se distinguer de la concurrence,
valoriser l’acte pharmaceutique et assurer une progression de son chiffre d’affaire.
Il en va également de la responsabilité morale du pharmacien de rappeler les dangers de
l'automédication surtout quand on sait qu'elle est pratiquée par 66% des marocains selon une
étude conjointe du CAPM (Centre Antipoison et de la Pharmacovigilance du Maroc) et de
l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).
Alors, la question que je me pose aujourd'hui est la suivante : Saurions-nous mettre en place
une prescription officinale engagée et un véritable conseil de qualité dans la prise en charge
des pathologies courantes rencontrées au comptoir ?
A travers mon sujet de thèse, je me suis employée à répondre à cette interrogation, j'ai
analysé des pathologies du comptoir sous plusieurs angles pour en extraire une synthèse sous
forme de "Fiches conseils".
Une fiche est une sorte d’approche globale de la pathologie, elle décline en détail les éléments
de diagnostic (Symptômes et environnement), les différents types de traitements (Allopathie,
Homéopathie, Phytothérapie et aromathérapie), la diététique convenable (Aliments conseillés
et proscrits) et l’hygiène associée aux traitements.
Il est à rappeler que la "Fiche conseil" est une synthèse standard de la prise en charge d'une
pathologie que le pharmacien doit personnaliser à travers un questionnement précis sur les
traitements en cours, les antécédents médicaux et les éventuels allergies de chaque patient
pour pouvoir éviter toutes contre-indications ou incompatibilité.
1
II- DEFINITIONS
1. LE MÉDICAMENT
Selon la définition de la loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie, le
médicament est« toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés
curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute
substance ou composition pouvant être utilisée chez l’homme ou chez l’animal ou pouvant
leur être administrée, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou
modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique,
immunologique ou métabolique. »
Le médicament contient :
- Un principe actif, substance d’origine chimique ou naturelle caractérisée par un
mécanisme d’action curatif ou préventif précis dans l’organisme,
- Des excipients, substances d’origine chimique ou naturelle qui facilitent l’utilisation du
médicament mais ne présentent pas d’effet curatif ou préventif.
Il existe plusieurs catégories de médicaments, parmi lesquelles figurent notamment :
Les spécialités pharmaceutiques qui sont les médicaments fabriqués industriellement et
exploités par les entreprises pharmaceutiques. Pour pouvoir être délivrées aux patients, elles
doivent obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM). Une même spécialité peut
avoir un nom de marque différent selon les pays. La dénomination commune internationale
(DCI) permet de désigner de manière unique la substance active qu’elle contient.
Les préparations magistrales, hospitalières ou officinales, qui sont le plus souvent
réalisées par une pharmacie pour les besoins spécifiques d’un ou plusieurs patients (officine
de ville pour les préparations magistrales et officinales ou pharmacie à usage intérieur d’un
établissement de santé pour les préparations magistrales et hospitalières).
Ces préparations et spécialités pharmaceutiques peuvent se présenter sous différentes formes
pharmaceutiques : comprimé, solution buvable, solution injectable…
Elles sont accompagnées d’une notice d’utilisation (optionnelle pour les préparations) et d’un
étiquetage spécifique afin de donner les informations nécessaires à leur utilisation dans les
conditions les plus adaptées possibles.
2
La dispensation des médicaments au patient est l’acte placé sous la responsabilité directe du
pharmacien. C’est une activité clé dans la prise en charge médicamenteuse du patient en
officine.
On entend par dispensation au sens de la présente loi, l’acte pharmaceutique qui consiste en :
-
la délivrance d’un médicament ou d’un produit pharmaceutique non médicamenteux
associée à l’analyse de l’ordonnance ou de la commande les concernant ;
-
la mise à disposition du public des informations nécessaires au bon usage des
médicaments et des produits pharmaceutiques ainsi que les actes liés aux conseils préventifs
et à l’éducation pour la santé ;
-
le conseil lié à l’utilisation d’un médicament dont la dispensation n’est pas légalement
soumise à la nécessité de fournir une ordonnance médicale.
3
2. L’HOMÉOPATHIE
La loi de similitude : le semblable guérit le semblable. Ce principe, qu’on fait remonter à
Hippocrate, veut qu’une substance qui provoque un groupe de symptômes chez une personne
en santé puisse guérir une personne malade chez qui se manifeste le même groupe de
symptômes. C’est ce principe qui a donné son nom à l’homéopathie, des mots
grecs homeo et pathos signifiant respectivement « similaire » et « maladie ou souffrance ».
La loi de similitude s’oppose à l’approche médicale classique qui, pour combattre la maladie,
se base sur des médicaments dont le but est d’éliminer les symptômes ou de détruire les
agresseurs.
On donne par exemple un médicament qui fait tomber la fièvre lorsque la température du
patient est jugée trop élevée, un antibiotique qui détruit les bactéries responsables d’une
infection, un antiacide pour contrer l’hyperacidité gastrique, un hypotenseur pour corriger
l’hypertension artérielle, etc. C’est ce qu’on nomme « l’allopathie », allo signifiant
« différent ».
Ainsi, l’homéopathie est une forme de médecine douce, son principe est simple : administrer
des substances minérales, végétales ou animales qui vont déclencher chez le patient des
symptômes similaires à ceux de la maladie à soigner. L’homéopathie vise ainsi à stimuler les
défenses de l’organisme de l’individu malade, afin qu’il combatte lui-même sa maladie.
On compte plus de 400 millions de personnes au monde qui font confiance à l’homéopathie.
Le médicament homéopathique peut se présenter ainsi sous plusieurs formes :
- Formes unitaires (un seul principe actif) conditionnés sous forme de tubes de granules ou
de dose de globules.
- Spécialité regroupant plusieurs principes actifs au sein du même médicament. Formes
pharmaceutiques disponible : pommades, gels, sirops, comprimés, collyres, gouttes et
suppositoires.
Sa prise est conseillée en dehors des repas et dans une bouche propre.
Pour le tube de granules une prise se compose habituellement de 5 granules, correspondant à
une dose par prise.Ce qui compte le plus c’est la fréquence des prises et non la quantité.
Contrairement à l’allopathie, les doses sont indépendantes de l’âge et du poids du sujet
malade.
4
La rapidité d’action de l’homéopathie dépend du problème de santé considéré. Pour une
pathologie aiguë l’action est rapide : quelques minutes à quelques heures ou jours.
Dans le cas d’une pathologie chronique le traitement est plus lent et relève systématiquement
d’une consultation médicale.
Les avantages de l'homéopathie sont multiples. C’est un traitement simple et bien toléré, peut
être utilisé chez les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes, n'a
pas d'effets secondaires ou très rarement, ni de contre-indications ou de risques
d'accoutumance ou de dépendance et peut s'associer à d'autres traitements.
En règle générale, on utilise plutôt de basses dilutions 4 CH ou 5 CH pour des symptômes
locaux comme les petites brulures, des moyennes dilutions 7 CH ou 9 CH pour des
symptômes généraux, la fièvre par exemple, et des hautes dilutions 15 CH ou 30 CH pour des
symptômes psychiques ou nerveux tels le trac et l’anxiété.La prescription de la 9 CH est
privilégiée à l’officine. *1
5
HOMEOPATHIE ET PATHOLOGIES DIVERSES
4/5 CH : symptômes locaux, lésionnels (rougeurs, coups)
7/9 CH : symptômes généraux ou fonctionnels (crampes, maux de tête)
15/30 CH : symptômes comportementaux, maladies chroniques
ALLAITEMENT MONTEE DE LAIT
ALLAITEMENT / COUPER MONTEE
ALLERGIE
ANGINES
APHTES
ASTHME
BRONCHITE
BRULURES DU PREMIER DEGRE
CANDIDOSE MYCOSES
CAUCHEMARS
CONSTIPATION
RICINUS 5 CH
RICINUS 30
APIS MELIFICA
MAGNESIA PHOSPHORICA
BORAX
ARSENICUM ALBUM
IPECA
APIS MELIFICA
MONILIA
ALLIUM CEPA, CHAMOMILLA
OPIUM, ALUMINA
BRYONIA ALBA
STAPHYSAGRIA
ARNICA MONTANA
CUPRUM METALLICUM
CANTHARIS
ARSENICUM ALBUM
PODOPHYLLUM
APIS MEL
PYROGENIUM
ARUM TRIPH
ACONIT
BRYONIA ALBA
FERRUM PHOSPHORICUM
APIS MELIFICA
ACONIT NAP
BELLADONA
KALIUM BICHROMICUM
CARBO VEG
MERCURIUS SOL=MAXILASE
IPECA
BELLADONNA
ARSENICUM ALBUM
BELLADONNA, ACONIT
COFFEA 9CH
ARNICA MONTANA
COUPURE FRANCHE
COURBATURES
CRAMPES
CYSTITE
DIARRHEE
DOULEURS PIQUANTES BRULANTES
ENROUEMENT
FIEVRE
FIEVRE SANS TRANSPIRATION
FIEVRE AVEC SUEURS
GASTRITES
GAZ
HYPERSALIVATION
INDIGESTION
INFLAMMATIONS
INTOXICATIONS ALIMENTAIRES
INSOLATION
INSOMNIES
INTERVENTION CHIRURGICALE
6
CHINA RUBRA
LARYNGITE
ARGENTUM NITRICUM
MANIFESTATIONS PSYCHOSOMATIQUES
IGNATIA AMARA
MALADIES INFECTIEUSES
APIS MEL
PYROGENIUM
MAL DE GORGE
IGNATIA AMARA
MAL DE TETE
BRYONIA ALBA
MAL DES TRANSPORTS
COCCULUS
MAUVAISE HALEINE
MERCURIUS SOL=MAXILASE
MENOPAUSE TRISTE
SEPIA
MENOPAUSE GAIE
LACHESIS
MYCOSES
MONILIA
MIGRAINE
GELSEMIUM
NAUSEES
IPECA
NEVRALGIES,
CRISES
D'ANGOISSE, ACONIT
NERVOSITE
PIQURES D'INSECTE
APIS MELIFICA
POUSSEES DENTAIRES
CHAMOMILLA
REGLES DOULOUREUSE
ACTEA RACEMOSA 7CH
RHINOPHARYNGITE
PULSATILLA,
MERCURIUS
SOLUBILIS, ALLIUM CEPA,
KALIUM BICHROMICUM
RHUMATISMES
RHUS TOXICODENDRON
BRYONIA ALBA
RHUME INFECTE
KALIUM BICH
MERCURIUS SOL
RHUME RHINITE SANS IRRITATION YEUX
ALLIUM CEPA
RHUME RHINITE AVEC IRRITATION YEUX
EUPHRASIA
RHUME NEZ BOUCHE
NUX VOMICA, LYCOPODIUM
SAIGNEMENTS
CHINA RUBRA
SPASMES
COLOCYNTHIS,
MAGNESIA
PHOS
SPASMOPHILIE
CUPRUM METALLICUM
TORTICOLI
MAGNESIA PHOSPHORICA
TOUX
ANTIMONIUM TARTARICUM 7
CH
BRYONIA ALBA
TOUX IRRITATIVE (SECHE)
DROSERA
TOUX PRODUCTIVE (GRASSE)
KALI
BICH
(=ACETYLCYSTEINE)
IPECA
TRAC
ARGENTUM NITRICUM
IGNATIA AMARA
GELSEMIUM
7
TRACHEITE
TRAUMATISMES
BELLADONA
HYPERICUM PERFORATUM
ARNICA MONTANA
RHUS TOX
BRYONIA
PULSATILLA, NUX VOMICA
ARGENTUM NITRICUM
NUX VOMICA
LACHNANTES
ACTAEA RACEMOSA
COCCULUS
TRAUMATISME OS
TRAUMATISME TISSUS MOUS
TROUBLES DIGESTIFS
TROUBLES DU SOMMEIL
VERRUES
VERTIGES
3.
LES PROBIOTIQUES ET LES PRÉBIOTIQUES
QU’EST-CE QUE LES PROBIOTIQUES ET LES PRÉBIOTIQUES ?
- Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui,
lorsqu’ils sont administrés en quantité suffisante, procurent un bénéfice pour la santé de
l’hôte. Les probiotiques les plus couramment utilisés appartiennent aux genres
Lactobacillus,
Bifidobacterium,
Streptococcus
et
Saccharomyces.
- Les prébiotiques sont des ingrédients alimentaires non digestibles, qui ont un effet
bénéfique en stimulant la croissance et/ou l’activité de bactéries résidant dans le côlon,
améliorant ainsi la santé de leur hôte. Les plus connus sont les inulines, les fructooligosaccharides ou FOS (inulines de faibles poids), les galacto-oligosaccharides
(GOS), le lactulose, les gommes arabiques.
COMMENT AGISSENT-ILS ?
Les probiotiques agissent par l’introduction directe d’une nouvelle souche bactérienne,
qui va prendre la place des « mauvaises » bactéries dans la microflore intestinale. Les
prébiotiques modifient la microflore intestinale en favorisant la croissance d’une ou de
quelques espèces de bactéries normalement présentes dans le tube digestif.
QUELS SONT LES EFFETS SUR LA SANTÉ ?
• Les probiotiques agissent principalement sur le système immunitaire (amélioration des
mécanismes de défense de l’organisme) et sur le système digestif : amélioration de la
digestion du lactose, protection contre les diarrhées infectieuses, diminution du risque
8
d’allergie alimentaire…
• Les prébiotiques favorisent la croissance des bifidobactéries. Ils augmentent la masse
bactérienne favorable tout en diminuant le nombre de bactéries pathogènes, ce qui
contribue à renforcer l’effet barrière de la flore intestinale. Ils soulagent également la
constipation et améliorent l’absorption du calcium et du magnésium.
• Les effets sont spécifiques de l’espèce et de la souche de micro-organisme utilisés. Ils
peuvent être différents chez l’enfant et chez l’adulte.
OÙ TROUVE-T-ON PRÉBIOTIQUES ET PROBIOTIQUES ?
• Les bactéries lactiques (lactobacillus et bifidobactérium) sont naturellement présente
dans les produits laitiers fermentés : yaourts, fromages…
• Les prébiotiques font partie de la famille des fibres alimentaires solubles, non digérées
par des enzymes au niveau du tube digestif.
• Prébiotiques et probiotiques peuvent être intégrés dans la formule d’aliments ou de
compléments alimentaires.
Liste des molécules:Lactobacillus LB, Lactobacillus casei variété rhamnosus,
Lactulose, Lactulose + huile de paraffine, Saccharomyces boulardii . *3
4.
LA PHYTOTHERAPIE
Il faut bien connaitre les plantes pour pouvoir les utiliser. Lemot phytothérapie provient de
deux mots grecs qui signifient essentiellement « soigner avec les plantes ». Il s'agit d'une
pratique millénaire basée sur un savoir empirique qui s'est transmis et enrichi au fil
d'innombrables générations.
Aujourd'hui, la phytothérapie combine à la fois la sagesse traditionnelle et les découvertes de
la médecine moderne, c’est la forme de médecine la plus répandue à travers le monde.
Certains mettent l'accent sur les connaissances empiriques des plantes et sur leurs effets
reconnus depuis la nuit des temps et s'intéressent aux effets de la plante dans sa globalité, sur
tout l'individu. D'autres se basent davantage sur les connaissances biochimiques et se
préoccupent plutôt des symptômes des maladies et de l'action des principes actifs des plantes.
9
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Communauté européenne ont créé des
organismes visant à recenser les usages traditionnels des plantes médicinales, à les valider sur
le plan scientifique et à mieux comprendre leurs mécanismes sous-jacents.8*
Au cours des dernières années, quelques revues systématiques et études cliniques aléatoires
sur la phytothérapie ont été publiées. Les principaux problèmes de santé étudiés ont été
l’arthrite, le cancer, la maladie d’Alzheimer, les symptômes de ménopauseet la douleur. Les
résultats montrent que la phytothérapie, seule ou en combinaison avec la médecine classique,
semble prometteuse dans le traitement de certaines maladies. Par contre, la qualité déficiente
de plusieurs de ces études limite les conclusions au sujet de l’efficacité de la phytothérapie.
Généralement, les plantes médicinales d'usage courant ne provoquent que très peu, voire
aucun effet indésirable : c'est là l'un de leurs principaux avantages. De plus, l’action
synergique des divers constituants commence à être mieux comprise et acceptée
scientifiquement. Enfin, contrairement à certaines croyances populaires, plusieurs plantes ont
.
des effets pratiquement immédiats sur le métabolisme *10
Par contre, tout ce qui est « naturel » n'est pas inoffensif. Certaines plantes sont toxiques et
d'autres peuvent être nocives en interaction avec d'autres plantes, des médicaments ou des
suppléments. 9*
10
5. L'AROMATHERAPIE
À cause peut-être de son préfixe « aroma », l'aromathérapie se résume à diffuser
d'agréables odeurs juste pour le plaisir... Or le suffixe « thérapie » indique bien qu'il s'agit
d'une approche de soin dont les essences aromatiques des plantes constituent la base. Son
action la plus importante est de nature antiseptique. L'appellation qui est devenue d'usage
courant pour parler des essences aromatiques est « huiles essentielles ».
Les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie interne, externe ou aérienne.
- Voie interne. Comme les huiles essentielles sont irritantes pour les muqueuses, on les
mélange généralement à un peu d’huile végétale, à du miel ou à du yogourt. On trouve aussi
sur le marché des huiles préparées avec de l’alcool, des oléocapsules ainsi que des
préparations en capsules et en suppositoires.
- Voie externe. L'huile peut se diffuser dans l'organisme à travers la peau; exemple
d’huile de massage.
- Voie aérienne. L'huile diffusée dans l'air est absorbée par les voies respiratoires; il
existe plusieurs modes de diffusion.
QU'EST-CE QU'UNE HUILE ESSENTIELLE ?L’huile essentielle est une substance
odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide.
Bien qu'on les appelle huiles, ces substances ne contiennent aucun corps gras : une goutte
déposée sur un papier s'évaporera sans laisser de trace contrairement à une huile végétale.
Le règne végétal compte plusieurs centaines de milliers d'espèces et 4 000 d'entre elles
fabriquent des essences aromatiques; toutefois, seulement quelques centaines le font en
quantité suffisante pour qu'on puisse les extraire. Aujourd'hui, l'extraction se fait surtout selon
3 procédés.
Pression à froid, pour les zestes d’agrumes comme l’orange ou le citron;
Extraction par solvant, dont le dioxyde de carbone, surtout pour les fleurs fragiles;
Distillation à la vapeur, un procédé inventé au XI siècle et le plus utilisé aujourd'hui.
e
Une huile essentielle peut renfermer jusqu'à plusieurs centaines de sortes de molécules,
chacune ayant des propriétés particulières (antiseptique, bactéricide, immunostimulante,
décongestionnante, etc.). On regroupe ces molécules en plusieurs chémotypes ou « familles
11
biochimiques » - cétones, esters, coumarines, phénols, monoterpénols, etc. -, en fonction de la
similarité de leurs propriétés.
Il ne faut pas mélanger, pour une même plante, les propriétés de son huile essentielle et celles
des feuilles ou des fleurs prises en décoction, par exemple. Ni confondre huiles essentielles,
essences culinaires et parfums.
ATTENTION : Les huiles essentielles sont très concentrées en éléments chimiques actifs et
peuvent présenter certains dangers. Plusieurs composés sont irritants ou allergènes pour
la peau et les muqueuses. D’autres peuvent être toxiques à forte dose ou sur une longue
période d’utilisation. En ce qui concerne l'usage interne, il faut savoir que certains
chémotypes, comme les cétones, sont des poisons et ne doivent jamais être absorbés. Les
huiles essentielles ne doivent pas, en principe, être ingérées pures. Comme pour tout
médicament, il importe de bien se conformer aux recommandations d’utilisation.
Certaines huiles essentielles sont irritantes pour la peau et devraient être diluées dans
de l’huile végétale avant l’application.
Quelques études font état de réponses allergiques envers des huiles essentielles.
Les huiles riches en cétones peuvent causer des problèmes neurologiques. Selon
quelques cas rapportés, il est possible que l’huile essentielle de romarin à camphre déclenche
des crises d’épilepsie.
Certaines huiles ont un effet photosensibilisant.
Des auteurs sont d’avis que des études devraient être réalisées pour déterminer la
sécurité de l’utilisation des huiles essentielles durant la grossesse, l’accouchement ou avec les
nouveau-nés.
Enfin, il faut savoir qu'une même plante peut inclure diverses espèces, dont chacune
possédera des chémotypes différents. La lavande (Lavandula), par exemple, compte plusieurs
espèces dont lesofficinalis, les stoechas et les latifolia; c'est donc le nom latin complet qui
nous permet de savoir de quelle plante exacte il s'agit.
12
LES
PERSONNES
CONTRE-INDIQUEES
A
L’USAGE
DES
HUILES
ESSENTIELLES :
Les femmes enceintes (de moins de 3 à 5 mois) ou allaitantes et enfants (de moins de 6
ans) doivent par principe, prendre la précaution de s’adresser à un professionnel. Certaines
huiles essentielles sont abortives, utéro-toniques ou toxiques pour les bébés.
Les personnes souffrant de certaines pathologies doivent être très vigilantes quant à
l’utilisation d’une huile essentielle et demander conseil à un professionnel :
Allergies respiratoires et asthme, Allergie au : camphre, à la cortisone, à l’aspirine
Cancer hormono-dépendant
Epilepsie ou terrain épileptique
Hyper-oestrogénie
Hypertension ou hypotension, Hyperthyroïdie ou hypothyroïdie
Insuffisance hépatique ou rénale
Mastose (= affection du sein)
Phlébite
Préciser lorsqu’un traitement anticoagulant ou hormonal est en cours
En outre, certaines huiles essentielles doivent solliciter la vigilance par leur éventuelle
toxicité. En effet, les effets indésirables potentiels sont nombreux :
Abortif, Irritant
Néphrotoxique, hépatotoxique ou neurotoxique
Dermotoxicité, allergies, hypersensibilité, irritations, photosensibilisation…
Stupéfiant à hautes doses
Tachycardie
Vomissements, etc…
13
III-
PROCÉDURE AU COMPTOIR
1) Connaître le patient
-pour qui ?
-quel âge ?
-pathologie actuelle ou état particulier (grossesse, insuffisance rénale, hépatique…)
-prise de médicaments ?
2) Connaître ses besoins
-symptômes
-depuis quand ?
-traitements déjà pris
3)Questions spécifiques
A chaque pathologie des questions spécifiques.
4) Traitement
-explication du traitement
-posologies, durée du traitement
-mise en garde des effets secondaires
-proposition d’un plan de posologie
5) Conseils (après le paiement)
Conseils hygiéno-diététiques pour conclure la vente. 2*
14
IV-
FICHES « CONSEILS ASSOCIÉS »
15
ACNE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’acné touche 85 % des adolescents, 95% des garçons et 83% des filles sont plus ou
moins affectés. Bénigne mais inesthétique, elle évolue par poussées et son traitement
est généralement long, nécessitant beaucoup de patience.
Elle dure de 3 à 5 ans en moyenne, mais peut persister chez l’adulte.
La principale complication de l’acné reste l’apparition des cicatrices posant des
problèmes esthétiques.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
L’acné
se
manifeste
par
des
lésions
plus
ou
moins
grandes
et
profondes.
Il en existe trois grands types :
-
les petites lésions rétentionnelles ou microkystes (comédon fermé ou point blanc,
comédon ouvert ou point noir)
-
Les grosses lésions rétentionnelles ou kystes ; les lésions inflammatoires, appelées
communément boutons, avec présence ou non de pus.
-
Les lésions apparaissent dans les zones les plus riches en glandes sébacées : front,
pourtour du nez, menton, mais aussi le dos.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Comment nettoyez-vous votre visage ?
Suivez-vous un traitement ?
Quels sont les produits que vous avez déjà utilisés ?
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) PHYTOTHERAPIE
On retrouve l’ortie, la levure de bière, la pensée sauvage et la bardane.
Exemples de spécialités disponibles en gélule :
BARDANE, ORTIE, ORTIE RACINE, HOUBLON, MARRON INDE, REINE DES
PRES, PRELE, MELISSE…
2) HOMEOPATHIE
Asterias Rubens, adapté aux adolescents qui ont une constitution lymphatique. Thuya
16
occidentalisest efficace pour traiter l´acné qui se manifeste dans la partie basse du visage
(menton et pourtour des lèvres), sur une peauhypersensible et grasse.
Berberis aquifolium si peau sèche et rugueuse.Antimonium crudumsi l´acné
s´accompagne de démangeaisons et de sensation de brûlure, spécialement pour les personnes
qui ont une alimentation non équilibrée (excès d´alcool et de glucide), et souffrant de
problèmes
gastro-intestinaux
et
sentimentaux.
Arsenicum
Iodatum,
calme
les
démangeaisons accompagnant l´acné, indiqué aux personnes de type apathique avec un corps
"maigre", de nature anxieuse et nerveuse.
Psorinumlutte contre l´apparition des boutons, limite en plus les démangeaisons et les
transpirations abondantes provoquées par l´excès de sébum.
Sanguinaria canadensis 9 CH à raison de 5 granules par jour lutte contre l´acné rosacée et
est adapté pour celles qui souffrent de troubles hormonaux à l´approche des règles ou de la
ménopause et qui présentent essentiellement des règles peu abondantes ou une mauvaise
circulation sanguine. Il est possible de compléter le traitement en ayant recours à Carbo
animalis 5 CH, à raison de 5 granules par jour.
Pour celles qui souffrent d´acné pendant les périodes de fatigue et de stress, Sabina, adapté
spécialement aux hypochondriaques, est le plus indiqué.
Sulphur est efficace pour traiter l´acné chronique, indiqué aux personnes sujettes aux
problèmes gastro-intestinaux et aux constipations. Il en est de même pour Belladonnaqui est
adapté aux personnes de nature agitée, avec une peau sèche et chaude.
3) TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX
Ils reposent sur des traitements locaux (pommades, crèmes ou gels) destinés à freiner le
développement des bactéries (antiseptiques ou antibiotiques) ou à réduire la sécrétion de
sébum (rétinoïdes).
Des traitements par voie orale, antibiotiques, traitements hormonaux, ainsi que
l’isotrétinoïne, dont les effets secondaires ne doivent pas être négligés, sont utilisés dans les
cas d’acné plus sévère. On distingue :
- PEROXYDE DE BENZOYLE pour le traitement des lésions inflammatoires de l'acné peu
sévère de
4
à
6
semaines.
Une
utilisation
prolongée
peut
être
nécessaire.
Durant les premières semaines de traitement, une accélération de la desquamation et de la
17
rougeur peuvent apparaître. Elle est normale et régresse en 1 à 2 jours après l'arrêt temporaire
du traitement. Ce produit est un peu irritant mais très efficace sur les lésions rouges
inflammatoires. A appliquerlocalement sur le bouton.
- ERYTHROMYCINE, TRETINOÏNE, (ISO)TRETINOÏNEsont soumis à prescription.
Un suivi médical régulier est indispensable : il faut faire une prise de sang avant le début du
traitement puis un mois après et ensuite tous les mois chez la femme et tous les 3 mois chez
les hommes.
Utilisés pour le traitement de l'acné moyennement sévère. Le traitement d’attaque dure en
moyenne 12 à 14 semaines, un traitement d’entretien sera ensuite nécessaire. Les premiers
signes d’amélioration se voient nettement après 6 semaines.
L’isotretinoïne est tératogène, contre indiqué chez la femme en âge de procréer, enceinte ou
allaitante : risque de malformation du fœtus en cas de prise durant la grossesse.
Parmi les effets indésirables de l’Erythromycine, l’ (iso) trétinoïne et le Peroxyde de
benzoyle : Sècheresse de la peau, sensation de brûlure, desquamation, irritation, dermatite,
allergie. Exemples de spécialités disponibles:
CURASPOT 5% GEL DERM
ECLARAN 5 GEL DERM
PAPCLAIR 5% GEL
- ZINC utilisé pour soigner une acné inflammatoire de sévérité mineure. 3 mois pour le
traitement d’attaque. Variable selon avis médical pour le traitement d’entretien.
Gélules : 2 gélules par jour en une seule prise en traitement d’attaque puis une seule gélule
par jour en traitement d’entretien le soir 30 minutes avant le repas à jeun à distance des
repas, avec un grand verre d’eau.
Ampoules : 2 ampoules par jour en une seule prise en traitement d’attaque, puis 1 ampoule
par jour en traitement d’entretien le soir. Le contenu de l’ampoule sera dilué dans un verre
d’eau et avalé le soir à jeun (granions). Pour les oligosols : L’administration sous la langue
est recommandée. Prendre 1 à 3 ampoules par jour. Elles peuvent éventuellement être prises
15 minutes avant un repas ou le soir au coucher. Garder le contenu de l’ampoule 1 à 2
minutes sous la langue avant d’avaler. Prise impérative à distance des repas, pour une
absorption maximale.
18
Exemples de spécialités disponibles:OLIGOSOL ZINC AMP
■ L’HYGIENE AU QUOTIDIEN
Il faut conseiller de :
-
Bien nettoyer sa peau avant d’appliquer un produit cosmétique « non
comédogène».
-
Ne jamais presser un point noir ou un bouton
-
appliquer tous les matins une crème hydratante anti-acnéique en plus du traitement
le soir
-
se doucher dès la fin de l'exercice car la sueur peut irriter la peau acnéique
-
nettoyer la peau matin et soir, sans frotter les zones touchées par l'acné avec des
produits de toilette doux (gels ou pains dermatologiques) pour enlever l'excès de sébum.
-
ne pas utiliser de produits antiseptiques, alcoolisés ou dégraissants et éviter
d’utiliser l’eau très chaude sur les lésions d'acné.
-
Privilégier les produits cosmétiques à base d'eau, non comédogènes, adaptés aux
peaux acnéiques et démaquillez-vous systématiquement et complètement le soir
-
D’utiliser une mousse à raser pour les hommes
-
Se laver les cheveux régulièrement, dès qu'ils graissent et éviter qu'ils ne
recouvrent votre front et votre visage. 3*
A noter que le tabac aggrave les lésions.
■ LA DIETETIQUE
L’acné est une maladie et elle n’a rien avoir avec un ou des aliments particuliers. Elle est
plutôt du a une fragilité individuelle qui rend les hormones hypersensibles aux déséquilibres
alimentaires. 4*
Malgré les soupçons accusant le chocolat et la charcuterie, les dermatologues continuent de
nier cette probabilité. 15*
Le débat s’engage.
D’après de récentes études, l’insuline joue un rôle dans l’hyperproduction du sébum au
niveau des pores suite à la libération d’androgène.
Ainsi, plus on consomme des glucides rapidement digestibles (pain blanc, riz, biscuit et autres
19
céréales raffinées), plus l’insuline est secrétée et augmente indirectement l’acné.
De ce fait, un régime alimentaire sain permettrait d’éviter les boutons auxquels les adolescents
sont sensibles. 15*
Reste à confirmer ces résultats par de nouvelles études sur de larges populations.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Protéger sa peau au soleil : l’amélioration durant l’été étant suivie d’une poussée
d’acné dès l’automne. Le soleil aggrave les lésions d'acné et colore en brun les cicatrices et
certains traitements de l'acné qui sont photosensibilisants.
-
Un maquillage couvrant est utile pour masquer les lésions. Il peut être utilisé avec les
traitements mais il faut utiliser le maquillage une heure après l’application de celui-ci.
-
Savons surgras, pains dermatologiques réduisent les irritations induites par les savons
classiques. Le savon de Marseille n’est pas recommandé, car il est desséchant.
-
Il faut éviter les savons antiseptiques.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Cas d’acné moyennement sévère, demander avis à un dermatologue pour les femmes en âge
de procréer, enceinte ou allaitante.
- Acné nodulaire, cette forme d’acné se manifeste par la présence de volumineux boutons sous
la peau (kystes et nodules). Cette acné est souvent sévère et disséminée sur le visage et
derrière les oreilles.
- Acné fulminan : c’est une variété rare et grave ou une acné très sévère s’accompagne de
fièvre et d’un malaise général.
Consultation médicale chez un dermatologue s’impose si :
-
L’acné résiste aux premiers conseils d'hygiène et aux traitements locaux que vous avez
essayés
-
les lésions (papules, pustules) sont d'emblée étendues
- des kystes sous la peau ou des cicatrices apparaissent
- des rougeurs apparaissent autour des lésions, avec ou sans fièvre, évoquant une
infection de la peau, surtout après manipulation des « boutons »
Attention aux répercussions psychologiques des personnes atteintes d’acné sévère,
nécessitant ainsi une prise en charge à adapter en fonction de la préférence du patient. 14*
20
BOUTON DE FIEVRE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’herpès de la lèvre ou herpès labial, communément appelé bouton de fièvre, est une
affection due à un virus très contagieux : l’herpès simplex de type 1 (HSV1).
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Le premier contact avec le virus passe souvent inaperçu car il ne provoque aucun
symptôme. Le virus reste toute la vie dans l’organisme et se manifeste périodiquement au
cours des poussées.
La poussée est très souvent précédée de signes annonciateurs : picotements, démangeaisons,
sensation de brûlure, douleur, engourdissement localisés à l’endroit où apparaitront les
lésions. Parfois une fièvre, des maux de tête et des courbatures peuvent être ressentis. 34*
Quelques heures à quelques jours après, une rougeur puis des petites cloques groupées en
bouquet apparaissent. Ces vésicules se transforment rapidement en plaies, puis se
dessèchent avec formation d’une croûte qui tombera en quelques jours.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Le
virus
s’attrape
par
contact
direct
avec
des
lésions
ou
par
la
salive.
Le risque de contagion est très important dès qu’apparaissent les signes annonçant une
poussée. Il est maximal au moment des vésicules. Il persiste quelques jours après la chute
des croûtes.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Le virus est souvent réactivé par un facteur précis, variant d’une personne à l’autre : fièvre,
fatigue, stress, exposition au soleil et au froid, émotion forte, règles, traumatisme local,
diminution des défenses immunitaires et autre maladies virales ...
■ PRÉVENIR L'HERPES LABIAL
Identifier les facteurs déclenchants et les éviter, par exemple se protéger du soleil.
Eviter les embrassades et les contacts rapprochés pendant les poussées, en particulier avec
les femmes enceintes, les nouveau-nés, les personnes atteintes d’eczéma ou
21
immunodéprimées. Avoir son propre linge de toilette pendant cette période.
Se laver soigneusement les mains en cas de contact avec les lésions.
■PRODUITS DISPONIBLES
Il n’est pas possible d’éliminer le virus de l’organisme.
1) TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
Le traitement local par une crème antivirale doit être démarré le plus tôt possible, dès les
premiers symptômes annonciateurs, afin de bloquer la multiplication du virus. Il accélère la
cicatrisation, diminue la durée et l’intensité des crises, et lutte contre la contagion. La
posologie et la durée de traitement doivent être scrupuleusement respectées.
La prise quotidienne en continu d’un traitement antiviral par voie orale peut être prescrite
par le médecin à titre préventif si les poussées sont fréquentes (plus de 6 par an).
Aciclovir 5% crème, pommade : Ce médicament est utilisé pour traiter le virus de
l’herpès ou pour prévenir ses récidives ou bien encore en cas de zona ophtalmique. 5 à 10
jours de traitement.
Crème : appliquer localement 5 fois par jour, à intervalles réguliers, en massant légèrement
les lésions.
Pommade ophtalmique : appliquer la pommade dans le cul-de-sac sous conjonctival ; pour
cela, baisser la paupière inférieure et appliquer l’équivalent d’un grain de riz, en évitant de
toucher la paupière avec l’embout du tube puis fermer la paupière.
Le traitement est d’autant plus efficace s’il est débuté dès les premiers symptômes
annonçant une poussée d’herpès.
Se laver les mains après chaque application.
Il est important de ne jamais arrêter le traitement sans l’avis du médecin traitant.
2)
L’HOMÉOPATHIE
L’homéopathie peut constituer aussi un bon complément à la prévention ou au traitement.
• Aspect de bulles (phlyctènes) avec liquide clair (grosses vésicules) : Cantharis
vesicatoria 9 CH, 5 granules 4 à 5 fois par jour
• Herpès récidivent : Vaccinotoxinum 9 CH, 1 dose en début de poussée hermétique
• Œdème brûlant, piquant amélioré par le froid : Apis mellifica 9 CH,5 granules 4 à 5 fois
22
par jour
• Suppuration constante des vésicules : Mercurius solubilis 9 CH, 5 granules 4 à 5 fois
par jour
• Vésicules avec liquide clair, de couleur citrine sur une base érythémateuse, démangeant
beaucoup : Rhus toxicodendron 9 CH, 5 granules 4 à 5 fois par jour
• Vésicules avec liquide opalescent, se recouvrant secondairement d'une croûte avec pus
sous-jacente : Mezereum 9 CH, 5 granules 4 à 5 fois par jour
3)
AROMATHERAPIE, HUILES ESSENTIELLES
Produits à appliquer au coton-tige sur la poussée herpétique 3 fois par jour :
Cinnamomum camphora Sieb. / Ravintsara, 1 goutte
Melaleuca quinquenervia Cav. / Niaouli, 2 gouttes
■CONSEILS DU PHARMACIEN
-
L’herpès est une maladie virale, contagieuse. Il est important, alors, de ne pas gratter les
vésicules et les lésions et de respecter quelques règles d’hygiène; se laver soigneusement et
régulièrement les mains tout au long de la journée, utiliser du linge de toilette personnel et une
brosse à dent personnelle.
-
Le contact rapproché avec l’entourage doit être évité (notamment les baisers mère-enfant)
ainsi qu’avec des personnes fragilisées comme les femmes enceintes, les nouveau-nés ou les
personnes ayant une baisse d’immunité.
-
Eviter tout contact avec un produit irritant ou allergisant (maquillage par exemple).
-
Eviter de vous frotter les yeux.
-
Les porteurs de lentille de contact ne doivent jamais humidifier les lentilles avec leur
salive.
-
En cas d’herpès labial, l’application régulière d’un écran labial, lors d’exposition au
soleil, permet de prévenir les récidives.
Attention : la transmission peut se faire par l’intermédiaire d’un simple stick à lèvre.
■ LIMITES DU CONSEIL
-
Si malgré un traitement local antiviral, les lésions s’aggravent ou si la cicatrisation n’a
toujours pas eu lieu au bout de 10 jours.
-
Si les poussées apparaissent plus de 6 fois par an.
23
-
Si la poussée s’accompagne d’une forte fièvre ou d’une douleur intense.
-
Si la poussée est plus sévère que d’habitude.
-
Si les vésicules s’étalent sur d’autres parties du visage, comme au niveau des yeux. 34*
24
BRULURES ET PLAIES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les brûlures sont des lésions du revêtement cutané, dues dans la majorité des cas à un
contact avec des flammes, un liquide bouillant ou un objet chaud. Elles se classent en trois
catégories (1er degré, 2ème degré, 3ème degré) selon la localisation, l’étendue, la
profondeur de la brûlure.
Une plaie correspond à une coupure de la peau ou à une déchirure des tissus. On distingue
les plaies superficielles des plaies graves.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
En cas de brûlures la peau devient rouge, douloureuse et légèrement gonflée. Des cloques
ou ampoules peuvent se former sur la peau (brûlures du 2ème degré). L’intensité de la
douleur n’est pas nécessairement liée à la gravité de la brûlure.
On distingue 3 degrés de gravité de brûlure :
•
Brûlure du premier degré (type coup de soleil léger ou contact avec un liquide très
chaud) : la peau est rouge, douloureuse et légèrement gonflée.
•
Brûlure du deuxième degré : en plus d'être rouge et douloureuse, des cloques
apparaissent sur la peau, indiquant que l'épiderme est détruit.
•
Brûlure du troisième degré : la peau est noire ou grisâtre, et prend un aspect
cartonné. La peau est détruite en profondeur.
Au-delà du type de brûlure, la gravité dépend également de la zone brûlée (visage,
yeux, pliures du genou ou du coude…) et de l'étendue de la brûlure. 52*
En cas de coupure, les plaies superficielles ne touchent que la superficie de l’épiderme.
Certaines petites plaies (au doigt par exemple) saignent beaucoup.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Comment vous êtes-vous brûlé ?
Comment se présente la peau ?
De quelle taille est la brûlure ?
A quel endroit est située la brûlure ?
25
■ PRODUITS DISPONIBLES
Cas de brûlure : Il faut agir rapidementen pratiquant le « cooling » en refroidissantla
zone brûlée de manière à empêcher la chaleur de diffuser aux tissus profonds, la brûlure
de s’étendre et la douleur de s’intensifier.
La technique est simple,il suffit de faire couler de l’eau fraîche surla zone brûlée.
•
Cette eau doit être propre, mais pas spécialement stérilisée.
•
L’eau ne doit pas être trop froide. Une température de 10 à 25° convient bien,
l’idéal 15 à 18°C.
•
L’eau doit couler sur la blessure pendant 10 à 30 minutes, durée nécessaire pour
évacuer le maximum de chaleur.
•
Le jet ne doit pas être dirigé directement sur la brûlure, mais au-dessus, de manière
à ce que l’eau ruisselle sur la zone atteinte
•
S’ils ne collent pas à la peau, prendre soin d’ôter les vêtements avant de refroidir la
plaie.
•
Sinon couvrez la brûlure d'une serviette ou d'un drap propre imbibé d'eau froide.
•
Attention à ne pas continuer le refroidissement si des frissons apparaissent ou si la
victime semble avoir très froid.
•
Surélever la zone brûlée si c’est possible (pied, main), afin d’éviter l’œdème. 36*
Les brûlures du premier degré (type coup de soleil) guérissent spontanément en 5 à 6
jours en pelant. Elles peuvent être soulagées par des crèmes calmantes et cicatrisantes.
Après avoir longuement refroidi la zone brûlée, appliquez une crème hydratante
spéciale brûlure (type biafinetube 93g PPV : 44 Dh). Massez pour bien faire pénétrer
la
crème
et
si
nécessaire
recouvrez
d'une
compresse
stérile.
52
Sur une brûlure du 2ème degré superficiel, l’ampoule, si elle n’est pas volumineuse, ne
doit pas être percée. Sinon, la désinfecter avec un antiseptique et la recouvrir d’un
pansement.
Cas de plaie : Le tout premier geste à réaliser en cas de plaie profonde est de mettre un
pansement antiseptique, mais surtout jamais de garrot. 37*
Il faut donc nettoyer la plaie à l’eau du robinet et au savon, en enlevant les éventuels
26
petits gravillons ou brindilles.
La désinfecter avec un antiseptique en utilisant une compresse stérile, puis la recouvrir
d’un pansement.
Comprimer les petites plaies qui saignent avant de mettre le pansement.
Il faut surveiller les signes d’infection : plaie chaude, rouge et gonflée, présence de
pus, douleur à distance de la plaie, fièvre… Toute plaie est une porte d’entrée pour le
bacille du tétanos.
Il convient donc de vérifier que le dernier rappel de la vaccination anti-tétanique date
de moins de 10 ans.
Exemples de produits disponibles :
•
Aloes des Barbades
•
Cétrimide : Cet antiseptique est utilisé, en solution, pour la désinfection de la peau
saine ou des plaies superficielles comme écorchure, crevasse, coupure, brûlure légère.
En cas de surinfection, vous choisirez la crème. L'usage de la solution alcoolique est
réservé à un acte chirurgical. La solution concentrée devra être diluée, à raison de 3
cuillérées à soupe par litre d'eau, et appliquée en badigeonnage ou en bain. Appliquez la
crème 1 à 2 fois par jour.
•
Chlorhexidine + benzalkonium
•
Chlorhexidine + benzalkonium + alcool benzylique
•
Chlorhexidine aqueuse
•
Chlorocrésol, gaïazulène, acétate d'alphatocophrérol, allantoïne
•
Glycérol, vaseline, paraffine liquide
•
Hypochlorite de sodium
•
Hexamidine + chlorhexidine + chlorocrésol
•
Peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée) 10 volumes
•
Povidone iodée (Betadine 10% solution dermique PPV : 19.50)
•
Triéthanolamine
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Ne soignez une plaie qu'après vous être lavé les mains soigneusement avec un savon
liquide neutre.
27
- Avant l'utilisation d'un antiseptique, le premier geste en cas de plaie superficielle reste le
nettoyage avec un savon doux ou un antiseptique moussant.
- Rincez, séchez par tamponnement avec une compresse stérile et appliquez ensuite
l'antiseptique. Les fibres de coton et les fibres de cellulose inactivent le produit, faites des
badigeonnages.
- Laissez agir l'antiseptique au moins 1 minute. Ne le rincez pas. Ne faites pas de pansement
occlusif.
- Vaccination antitétanique à jour.
Attention :
Utilisez rapidement tout flacon entamé ou solution diluée afin d'éviter la contamination
bactérienne. Dès son ouverture, un flacon d'antiseptique peut être contaminé par des germes,
les temps de conservation sont donc courts.
N'utilisez jamais successivement plusieurs antiseptiques, ils peuvent être incompatibles.
En cas de dilution de la solution, préparez toujours votre solution au fur et à mesure des
besoins, ne gardez pas une solution diluée. Les antiseptiques ne stérilisent pas, ils permettent
juste pour un temps de réduire le nombre de microorganismes.
- Il ne faut pas appliquer le produit sur une grande surface ou le garder sous un pansement
occlusif et ne pas utiliser des solutions non diluées sur une peau lésée ou brûlée.
- En cas de brûlure à travers un vêtement, ne surtout pas le retirer. Vous pouvez ôter le
vêtement en le découpant tout autour de la zone collée, mais ne tentez surtout pas de décoller
le tissu.
- Enlevez les bijoux (montre, bague…) avant que la peau ne commence à gonfler.
- N'utilisez jamais de coton hydrophile qui colle à la plaie.
- N'appliquez pas de corps gras sur la brûlure (beurre, huile), et n'utilisez pas de remèdes de
grand-mère.
- En cas de brûlure du 3ème degré : n'appliquez rien sur la zone brûlée.
- Appelez immédiatement les urgences, allongez la victime sur une zone non brûlée ou
installez-la en position demi-assise si elle présente des troubles respiratoires. Cette position
permet à la victime de se décontracter tout en libérant ses voies aériennes.
28
- Surtout, ne percez pas les cloques (elles contiennent un liquide qui réduit la douleur et
protège des infections).
- Enfin, n'utilisez pas d'éosine, dont la couleur masquerait l'état de la peau. 52*
■ LIMITES DU CONSEIL
- Si, quelques heures après, la zone brûlée devient douloureuse, mais insensible au toucher,
il s’agit probablement d’une brûlure profonde : il faut alors consulter en urgence.
- En cas de brûlure du 3ème degré
Une plaie est qualifiée de grave si elle est infectée, profonde ou étendue, si elle est localisée
près d’un orifice naturel (œil, bouche…) ou s’il y a présence de corps étrangers : il faut là
encore consulter en urgence.
En cas de lésion étendue, consultez le médecin.
Si la personne brûlée est un très jeune enfant ou au contraire une personne âgée.
Pour amener la personne brûlée chez le médecin ou à l’hôpital, enveloppez les zones brûlées
à nu dans un champ stérile ou un drap, une alèze repassée pour le transport.
Si l’on n’en a pas sous la main, on peut la recouvrir d’un film plastique alimentaire
transparent. 36*
Cas de coupures ou de plaies, conduisez la personne blessée chez un médecin dans un délai de
6 heures maximum, si :
- engourdissements, des fourmillements ou une perte de sensibilité au niveau de la zone
blessée.
- la blessure est profonde, longue, ou avec des bords déchiquetés : elle nécessite une suture
(idéalement au plus tard 6 à 8 heures après l’accident)
- un corps étranger est dans la plaie et vous ne parvenez pas à l’enlever, ou vous n'êtes pas
certain d'avoir totalement réussi ;
- la coupure a été causée par un objet dont la propreté est douteuse ;
- la lésion est située au visage, au cou, près d’une articulation ou sous la plante du pied
- la blessure n'arrête pas de saigner après 15 minutes de pression
- la plaie a tendance à s'ouvrir lorsque la personne bouge (en particulier lorsque la plaie est
située à une articulation)
- le blessé est diabétique ou immunodéprimé : le risque infectieux est plus grand
- vous ne savez pas si la vaccination contre le tétanos de la personne est à jour.
29
DERMITE SEBORRHEIQUE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La dermite ou dermatite séborrhéique est une affection chronique de la peau non contagieuse,
qui évolue par poussées.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La dermite séborrhéique se présente sous la forme de plaques rouges recouvertes de petites
squames grasses dans les zones riches en glandes sébacées.
• Chez le nourrisson, elle débute après la deuxième semaine de vie et prend l’aspect de
croûtes jaunes du cuir chevelu (croûtes de lait) et du visage. Un érythème fessier est parfois
associé.
• Chez l’adulte, la localisation au visage est la plus fréquente (sourcils, ailes du nez, lisière du
cuir chevelu), mais le cuir chevelu, le tronc et les zones pileuses peuvent être atteints.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
La cause de la dermite séborrhéique est inconnue, mais le champignon Malassezia furfur en
serait responsable. Cette levure de la peau devient pathogène sous l’influence de facteurs
favorisant tels que la chaleur et l’humidité et vraisemblablement sur un terrain génétiquement
prédisposé.
■ LES FACTEURS DE RISQUE
- Le stress, l’anxiété et la fatigue.
- Le caractère familial.
- Certaines maladies sous-jacentes : maladie de Parkinson, VIH.
- Les facteurs climatiques : humidité et froid.
- L’alcoolisme et le tabac.
- Certains traitements médicamenteux : neuroleptiques.
■ PRODUITS DISPONIBLES
• Les antifongiques locaux sont utilisés en traitement d’attaque pendant 2 à 4 semaines, suivi
éventuellement d’un traitement d’entretien séquentiel.
• La corticothérapie locale (shampooings, crèmes et lotions) est utilisée pendant quelques
jours pour juguler une poussée, mais avec risque d'aggravation secondaire.
30
• Les traitements oraux sont prescrits de façon exceptionnelle, dans les formes sévères et
résistantes.
• Un traitement local sous forme de shampoing ou gel moussant est suffisant dans les formes
peu sévères.
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Liste des molécules correspondant à ces symptômes :
1)- CICLOPIROXOLAMINE : Ce médicament est utilisé pour soigner une affection de la
peau, du cuir chevelu ou des ongles par un champignon microscopique.
- CICLOPIROX 8% RATIOPH VERNIS * CICLOPIROX OLAM 1% TUB*
- MYCONAIL 80MG/G VERNIS MED FL*
- MYCOSTER 1% CR (PPV: 45.20), SOL (PPV 43.55), ou PDR*
- SEBIPROX 1,5% SHAMP 100 ml (PPV : 135 Dh)
Peau : Appliquer la crème, la solution ou la poudre sur les lésions à traiter avec le bout des
doigts, un peu de préparation ayant été déposée dans le creux de la main ou directement sur
les lésions. Masser de façon douce et régulière jusqu'à pénétration complète. La spécialité doit
être appliquée régulièrement une à deux fois par jour jusqu'à disparition complète des lésions.
Shampooing : Utiliser deux à trois fois par semaine. Mouiller les cheveux et appliquer une
quantité suffisante de shampooing afin d'obtenir une mousse abondante. Masser
vigoureusement le cuir chevelu et les zones adjacentes du bout des doigts. Ensuite, bien rincer
les cheveux et répéter l'opération. Laisser le shampooing agir sur le cuir chevelu, pendant 3 à
5 minutes.
Ongles : Appliquer le vernis avec le pinceau sur tous les ongles du membre atteint tous les
soirs. Une fois par semaine, l'utilisation d'une solution dissolvante cosmétique permet
d'enlever la couche à la surface de l'ongle qui pourrait nuire à la pénétration du principe actif.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN / CICLOPIROXOLAMINE
-
Bien se laver les mains avant chaque application.
-
Chaleur et humidité étant des facteurs de risque, il est donc conseillé de porter des
vêtements et chaussettes en coton,
-
Privilégier le port de sandales dès que cela est possible, enlever la semelle des chaussures
pour bien les aérer, poudrer au moins une fois par semaine les chaussures avec une poudre
31
antifongique, éviter de marcher pieds nus dans les lieux publics (piscine, gymnases…), bien
se laver les pieds et bien sécher l’espace entre les orteils.
-
Pour le cuir chevelu, utiliser des shampooings doux une fois par semaine.
-
Mieux vaut sécher la peau par tapotage et non pas en essuyant et en frottant
-
Eviter les cosmétiques agressifs, les bains chauds, l’alcool, le stress, le tabac, les régimes
hypercaloriques, le grattage, les coups de soleil.
-
Pour éviter une auto-contamination ou une contamination intra-familiale, laver en
machine à 60°C chaussettes et serviettes, désinfecter chaque jour baignoire et douche, laver
régulièrement les sols, ne pas s’échanger de serviette de bain, préférer une serviette
individuelle à un tapis de douche.
-
Pour éviter une récidive, il faut s’assurer de la guérison complète avant l’arrêt du
traitement, bien surveiller les zones atteintes auparavant en portant attention aux changements
de couleur ou d’aspect de la peau, porter des chaussures neuves après guérison.
Ce produit est déconseillé en cas de grossesse et qu’il faut éviter le contact avec les yeux.
2)- HYDROCORTISONE CUTANE : Ce médicament est un corticoïde à activité faible,
utilisé en application locale dans le traitement des dermatites atopiques, eczéma de contact du
visage et des paupières, dermite séborrhéique faciale ou en entretien de dermatoses traitées
dans un premier temps par des corticoïdes plus actifs, ou piqûres d’insectes, d’orties, coup de
soleil localisé.
Appliquer au maximum 1 à 2 fois par jour, en touches espacées puis massez légèrement la
zone à traiter.
La durée du traitement est la plus courte possible, selon avis médical, limité à 3 jours pour les
formes en vente libre. Ex : APHILAN DEMANGEAISON CR B20 (PPV : 14.90 Dh)
HYDRACORT 0.5% TUBE 30g (PPV : 40.40 Dh)
■ CONSEILS DU PHARMACIEN / HYDROCORTISONE CUTANE
- Lavez-vous les mains soigneusement avec un savon liquide neutre avant et après toute
application.
- Appliquez en couche très fine et sur de petites surfaces. Ne le rincez pas.
- Evitez toute exposition solaire en raison des risques de photosensibilisation.
32
- L’activité des dermocorticoïdes est plus grande quand ils sont appliqués l’après-midi, une
application quotidienne entre 16 à 18H pourrait suffire dans beaucoup de cas.
- Mettre le tube de dermocorticoïde quelques minutes au réfrigérateur avant application (effet
froid qui calmera le prurit).
L'application de quantités plus importantes de dermocorticoïdes sur la même surface ne
permet pas d'augmenter la concentration du corticoïde dans la peau.
- L’application sur le visage expose à une dermite, un sevrage progressif sera nécessaire.
- Eviter d’utiliser sur de grandes surfaces ou sous forme de pansement occlusif sous peine
d’observer des effets secondaires graves.
- Utilisation exceptionnelle chez les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que chez le
nourrisson (risque retard de croissance), ainsi que sur les plis, au niveau du visage, du siège et
des paupières.
Automédication !! Il est déconseillé d'utiliser d’autres préparations à application locale en
même temps ou un savon à pH acide qui peut favoriser le développement des champignons.
2) L’HOMEOPATHIE
•
Traitement des irritations localisées
Dans bon nombre de cas, un traitement de surface suffit pour apaiser les inflammations
provoquées par la dermite séborrhéique. Appliquer pommade à base de Graphites (1%) ou
de Mezereum (4%). Ces remèdes ont pour effet d’adoucir et d’hydrater la peau. Pour limiter
la pullulation du champignon responsable de la maladie, un traitement antiseptique est
souvent conseillé.
Un gel d’Urticium ou une pommade à base de Calendula peuvent être prescrits à appliquer
deux à trois fois par jour.
•
Inflammations et lésions sévères
En fonction de la gravité des prurits et de la localisation des inflammations, on peut prendre
des remèdes à une dilution de 7 CH à 9 CH, avec deux prises de 5 granules par jour pendant
deux mois.
Ainsi, Natrum muriaticum 9 CH, Graphites 9 CH et Oleander 9 CH correspondent aux
cas de dermite séborrhéique faciale et se manifestant sur le cuir chevelu.
33
Si les irritations atteignent les membres, Antimonium 9 CH, Anagallis 9 CH et Petroleum 9
CH seront préconisés.
En cas de démangeaisons sur les parties génitales : Croton tiglium 9 CH.
•
Tendance vers un état eczémateux
Parfois, la dermite séborrhéique se manifeste par un eczéma suintant, squameux ou corné.
Dans ces cas, la prise de 3 à 8 granules par jour, dilués à 7 CH, est indiquée pour l’un des
remèdes suivants : Arsenicum album, Arsenicum iodatum, Mazereum, Natrum
sulfuricum et Antimonium crudum.
Si des inflammations chroniques apparaissent et s’accompagnent d’une poussée d’eczéma, on
pourra opter pour l’association d’une dose de Natrum muriaticum 15 CH, à prendre une fois
par semaine avec Apis mellifica, Urtica urens ou Muriaticum acidum.
3) PHYTOTHERAPIE
Les huiles : telles que l’huile de bourrache ou encore l’huile de carthame pour hydrater et
cicatriser votre peau. L’aloe vera et le pamplemousse sont également utilisés dans le
traitement des dermatites séborrhéiques.
Pour les nourrissons, en cas de croûtes de lait, il est possible d'en débarrasser les bébés avec
des solutions simples :
•Des shampooings pour bébés sont disponibles en pharmacie.
•Pour ramollir les croûtes de lait avant le shampooing, recouvrez-les d'un produit gras –
vaseline, liniment, etc.
• Laissez en place trente minutes à une heure, puis faites le shampooing normalement.
•Après le shampooing, frottez doucement les zones touchées avec une serviette.
Les plaques vont partir avec la friction.
Vous pouvez aussi éventuellement utiliser une brosse à poils souples. 53*
■ LIMITES DU CONSEIL
-
Si les croûtes de lait chez le nourrisson résistent aux traitements doux, consultez un
pédiatre.
-
Si les croûtes de lait s'étendent à d'autres zones que le crâne,
-
Si des démangeaisons apparaissent 53*
34
-
En principe, toute formation anormale de pellicules sur le cuir chevelu et l’apparition
d’une dermatite atypique doivent conduire à une consultation médicale. Il en est de même
lorsqu’on est en connaissance d’une prédisposition génétique à une maladie de la peau et
qu’un problème cutané se présente. Enfin, dans tous les cas de persistance d’une irritation
cutanée, il est conseillé de consulter le plus tôt possible un dermatologue.
35
L’ECZEMA
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’eczéma est une maladie de la peau très fréquente, non contagieuse, qui peut
toucher
différents
endroits
du
corps
et
apparaître
à
tous
les
âges.
Il existe deux grands types d’eczéma :
- L'eczéma aigu, ou eczéma de contact, est une réaction d’irritation liée au contact
avec une substance ;
- L'eczéma chronique, souvent atopique (dermatite atopique), est d’origine
génétique et touche surtout les nourrissons ou les jeunes enfants.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
-
Démangeaisons intenses.
-
Plaques de taille variable ou petits boutons rouges
-
Peau sèche, fendillée, squameuse.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
L’eczéma de contact n’apparaît pas forcément dès le premier contact avec l’agent
allergisant.
Le
produit
peut
avoir
été
bien
toléré
auparavant.
L’eczéma atopique survient généralement avant l’âge de 18 mois mais les
symptômes s’atténuent le plus souvent avant l’adolescence.
Des antécédents familiaux d’atopie (asthme, rhume des foins, dermatite atopique)
sont fréquemment retrouvés.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Les agents allergisants qui peuvent déclencher un eczéma de contact sont très
nombreux : caoutchouc, métaux (notamment le nickel), médicaments, produits
ménagers,
parfums,
plantes...
L’alimentation, le stress ou le climat peuvent déclencher ou aggraver une dermatite
atopique.
■ PRÉVENIR L'ECZEMA
• Proscrire les produits allergisants.
36
•
Hydrater
régulièrement
la
peau
à
l’aide
de
crèmes
adaptées.
• Eviter les écarts de température rapides ainsi que les atmosphères trop sèches ou
trop chaudes.
• Utiliser des produits d’hygiène doux et non irritants.
• Apprendre à gérer le stress.
• Porter des vêtements en coton. Eviter les fibres synthétiques (souvent traitées avec
des produits chimiques) et la laine irritante.
■ PRODUITS DISPONIBLES
- La première chose à faire est d’éliminer la cause de l’eczéma quand elle est
connue.
- Une crème corticoïde peut être prescrite pendant les poussées pour atténuer
l’inflammation de la peau et les démangeaisons, en traitement de courte durée.
- La lutte contre la surinfection des lésions fait appel à des antiseptiques (bain ou
solution). La prise d’antibiotiques est réservée aux eczémas surinfectés.
- Un antihistaminique par voie orale aide à calmer les démangeaisons.
- Entre deux poussées d’eczéma, la lutte contre la sécheresse de la peau fait partie
du traitement.
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX: Hydrocortisone cutanéVoir « Dermite
Séborrhéique » Ex de produit disponible : APHILAN DEMANGEAISON B20 (PPV :
14.90 Dh)
2)
HOMEOPATHIE
Contre l'eczéma aigu : Rhus Toxicodendron 9 CH 3 à 4 x/j
En cas de suintements intenses amenant à la formation de croûtes, les remèdes adaptés
seront au choix :
•
Antimonium crudum ;
•
Arsenicum iodatum ;
•
Graphites (notamment en cas d'alternance entre suintement et sécheresse cutanée) ;
•
Mezereum pour empêcher la chronicisation d'un eczéma aigu
•
Natrum sulfuricum
En cas de Manifestations systémiques notamment en période hivernale et humide sur des
37
sujets ayant une peau fine et fragile :
-
Petroleum : suintement variable de liquide malodorant
-
Dulcamara : gonflement des ganglions, diarrhée
En cas de prurit :
•
intense et accompagné de vésicules : Croton tiglium en 15 CH ;
•
aggravé lorsqu'on le gratte : Urtica urens en 9 CH ;
•
suite à un stress, une vexation, une frustration : Staphysagria en 15 CH ;
•
entraînant une véritable dépression avec une adénopathie : Ailanthus glandulosa.
•
Apis mellifica en 15 CH est particulièrement adapté à toute forme d'irritation et de
rougeur.
Eczéma séborrhéique avec prurit et de suintement, les croûtes peuvent être prises en charge
avec Viola tricolor 3x/j
Pour lutter contre les démangeaisons et les importantes inflammations que peut engendrer
un eczéma séborrhéique, prendre pendant deux mois, 5 granules de :
•
Graphites, Natrium muriaticum et Oleander en cas d'atteinte faciale et du cuir
chevelu ;
•
Anagalis, Antimonium et Petroleum en cas d'atteinte des membres ;
•
Croton tiglium en cas d'atteinte génitale.
L'eczéma sec, dépourvu de suintement, peut se soigner à l'aide d'Arsenicum album. Si
l'eczéma se localise :
•
au niveau des oreilles : on emploie Tellurium metallicum ;
•
au niveau des joues des enfants : Viola tricolor ;
•
au niveau du cuir chevelu et du visage : Antimonium crudum ;
•
au niveau des plis de flexion :
o
Graphites,
o
Sepia en cas de faiblesse associée,
o
Manganum en cas d'anémie, de problèmes ORL, de manque d'appétit
•
doigts et mains :
o
Petroleum
o
Lycopodium (en doses de 9, 12 puis 15 CH espacées d'une semaine)
38
•
3)
faces dorsales des membres (genou et coude), dos, hanches : Ustilago maydis
PHYTOTHERAPIE
L’aloe vera : Vous pouvez couper une feuille et appliquer le gel directement sur la peau
affectée. Le gel va avoir un pouvoir d’hydratation de la zone touchée – la peau sera ainsi
adoucie et la guérison des tissus va progresser plus rapidement.
Camomille : possède des propriétés anti-inflammatoires et anti-démangeaisons, elle est
donc l’un des nombreux traitements naturels connus pour l’eczéma. Vous pouvez utiliser
les infusions à la camomille en compresse sur la peau eczémateuse. Aussi, la camomille en
huile essentielle et en crème externe peut aussi être utilisée pour masser les zones touchées.
Le romarin : à propriétés antioxydantes et nettoyantes. Existe sous forme d’huiles
essentielles de romarin, du savon de bain et même des crèmes à base de romarin. Celui-ci
est bon pour réduire l’inflammation de la peau et aide à améliorer la circulation sanguine.
L’odeur camphrée aide aussi à soulager le stress et à vous revigorer pendant vos crises.
Le curcuma appartient à la famille du gingembre. Il a été prouvé que la curcumine, une
substance active trouvée dans le curcuma, possède une grande variété d’actions
thérapeutiques, et plus particulièrement des effets anti-inflammatoires et antioxydants.
Disponible en forme d’huile, de crème ou de pommade pour les applications externes ou
en comprimé avec une dose quotidienne de 500 mg.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Mettre le tube de dermocorticoïde quelques minutes au réfrigérateur avant application.
effet froid calmera le prurit.
-
L'application de quantités plus importantes de dermocorticoïdes sur la même surface
ne permet pas d'augmenter la concentration du corticoïde dans la peau.
-
Penser à hydrater la peau avec du beurre de cacao riche en vit E
-
Appliquer des compresses d'eau tiède pendant 5 à 10 minutes pour soulager la
démangeaison
Des cubes de glace enveloppés dans une serviette ont aussi un effet calmant. Toutefois, si
les lésions sont suintantes, faites plutôt des compresses avec un produit astringent en vente
libre en pharmacie. Vous pouvez aussi diluer de l'eau de Javel dans de l'eau : 1 cuillère à
thé pour 1 litre d'eau (4 tasses).
39
-
Utiliser la calamine si votre eczéma est suintant et qu'il s'accompagne de fortes
démangeaisons, la calamine peut être utilisée pour vous soulager et assécher votre peau.
-
Prendre un bain d'avoine soulage les démangeaisons et débarrasse des squames, à
éviter en cas d’inflammation cutanée.
-
Envelopper les régions très sèches après avoir appliqué le produit hydratant
-
Laissez tomber les squames d'elles-mêmes, afin de ne pas endommager et surinfecter
les tissus cutanés.
-
L'eczéma cause du stress et, ironiquement, le stress est un facteur majeur des récidives
d'eczéma, penser à vous détendre
-
Éviter les changements rapides de températures trop importantes
-
Fuir l'air trop sec et trop chaud
-
L'air sec assèche la peau, tandis que la chaleur provoque une vasodilatation qui
augmente la libération d'histamine, aggravant ainsi les démangeaisons.
-
Évitez l'eau très chaude, la chaleur trop intense et les exercices qui font abondamment
transpirer.
-
Ne pas rester trop longtemps dans l'eau car la peau devient blanche et molle, et aggrave
les lésions d'eczéma.
-
Toutes les peaux eczémateuses ont besoin d'une protection solaire afin de limiter
l'assèchement. Privilégiez les crèmes protectrices d'indice élevé et qui contiennent des
produits hypoallergéniques.
-
éviter les produits d'hygiène trop parfumés, irritants. Après le bain ou la douche,
séchez-vous en tapotant doucement les zones touchées.
-
Porter de préférence des vêtements en fibres naturelles. Les tissus synthétiques et la
laine sont à éviter : ils risquent d'irriter la peau. Ne portez pas non plus de vêtements trop
ajustés, le frottement pourrait irriter les lésions.
-
Bien rincer le linge, n'utilisez pas trop de détergent, ou employez des produits
hypoallergéniques. Rincez votre linge deux fois.
-
Certaines substances contenues dans les désodorisants causent de l'eczéma de contact
chez certaines personnes qui ont une peau sensible. Si c'est votre cas, achetez des
désodorisants contenant un anti-irritant (comme l'allantoénate, l'oxyde de zinc, l'oxyde de
40
magnésium, l'hydroxyde d'aluminium ou la triéthanolamine). Les produits à base de
bicarbonate de soude constituent aussi un excellent choix.
-
Si vous souffrez d'eczéma au visage, il vaut mieux eviter les produits de maquillage car
ils contiennent souvent des agents irritants pour la peau. Sachez aussi que des recherches
ont prouvé que les produits de manucure à base d'acrylique (dont les faux ongles)
provoquent souvent de l'eczéma de contact, des irritations aux yeux, au nez et aux voies
respiratoires. 54*
■ LIMITES DU CONSEILS
- Test NTB pour le diagnostic des infections bactériennes : risque de faux négatifs.
- L’application sur le visage expose à une dermite, un sevrage progressif sera nécessaire.
- cas de lésions sont accompagnées de minuscules ampoules, suintantes ou non
- Utilisation exceptionnelle chez le nourrisson (risque retard de croissance), ainsi que sur les
plis, au niveau du visage, du siège et des paupières.
Sinon, ce serait les effets secondaires généraux comme observés lors de traitement oraux par
des corticoïdes : rétention d'eau, augmentation de la tension, œdèmes, prise de poids,
gonflement du visage, troubles cutanés, surexcitation, troubles du sommeil…
- Grossesse / allaitement : l’utilisation d’un traitement médicamenteux doit rester très
exceptionnelle.
- Si personne diabétique, un examen s’impose pour déceler des lésions d'eczéma. En effet,
parce que les terminaisons nerveuses des diabétiques sont souvent atteintes, il arrive que ces
personnes ne sentent plus la démangeaison, ni la douleur.
41
MYCOSES GENITALES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La mycose vaginale résulte de la colonisation du vagin par des champignons
microscopiques appartenant généralement à l’espèce Candida albicans. C’est
pourquoi la maladie est également appelée candidose vaginale.
Trois quarts des femmes ont au moins une mycose vaginale au cours de leur vie.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Démangeaisons permanentes au niveau de la vulve, qui est souvent rouge et
enflée.
• Ecoulements vaginaux blanchâtres, épais, souvent inodores, à l’aspect de lait
caillé.
• Sensation de brûlure au moment d’uriner.
• Rapports sexuels douloureux.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Avez-vous des pertes blanches et des douleurs ?
Y-a-t-il des brûlures en fin de miction ?
Avez-vous de la fièvre ?
Y-a-t-il une atteinte des plis de la peau adjacents ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
• Les levures du genre Candida sont naturellement présentes en faible nombre dans
l’organisme, en particulier à la surface de la muqueuse vaginale et du tube digestif.
• La mycose est la conséquence de leur multiplication excessive, suite à un
déséquilibre de la composition du milieu bactérien vaginal normal sous l’influence
de facteurs externes.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Grossesses, règles et diabète.
• Traitement par antibiotique, par corticoïde ou par certains contraceptifs oraux.
• Utilisation de savons acides pour la toilette intime.
42
• Rapports sexuels fréquents non protégés.
■ PRODUITS DISPONIBLES
- Le traitement est purement local pour des épisodes simples : crème anti-mycosique
associée à des ovules ou capsules gynécologiques pendant quelques jours.
- En cas de récidives fréquentes, le médecin peut prescrire un traitement
antimycosique par voie orale en complément.
1)
•
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Econazole : 1 ovule à libération prolongée le soir au coucher en administration unique
à introduire profondément dans le vagin, de préférence en position allongée (plus 1 ovule
le lendemain matin en cas de récidive) ; ou 1 ovule le soir, 3 jours.
•
Miconazole
•
Sertaconazole : 1 ovule le soir en administration unique, à introduire profondément
dans le vagin, de préférence en position allongée, à renouveler éventuellement au bout de 7
jours.GYNO-DERMOFIX B1 (PPV : 40.00Dh)
Appliquer la crème sur les lésions à traiter en périphérie sur 1 cm avec le bout des doigts,
un peu de préparation ayant été déposée dans le creux de la main ou directement sur les
lésions. Masser de façon douce et régulière jusqu'à pénétration complète. La spécialité doit
être appliquée régulièrement une fois par jour après lavage des lésions avec un savon
neutre ou alcalin puis séchage.
Exemple de spécialité : DERMOFIX 2%, (Crème PPV : 87.30 Dh)
•
Isoconazole : 1 ovule le soir pendant 3 jours à introduire profondément dans le vagin,
de préférence en position allongée.
Appliquer la crème, l’émulsion ou la poudre sur les lésions à traiter avec le bout des doigts,
un peu de préparation ayant été déposée dans le creux de la main ou directement sur les
lésions. Masser de façon douce et régulière jusqu'à pénétration complète. La spécialité doit
être appliquée régulièrement deux fois par jour jusqu'à disparition complète des
lésions. Ex de spécialité : FAZOL 2% CR TUB 20g (PPV : 24.40 Dh)
2) L’HOMEOPATHIE
Les leucorrhées sont blanches :
43
•
En cas de candidose avérée, MONILIA ALBICANS une ampoule buvable matin et
soir durant 8 jours.
•
HELONIAS: leucorrhée épaisse, grumeleuse et irritante, une prise toutes les heures en
aigu, espacer les prises dès amélioration des symptômes.
•
BORAX : leucorrhée comme du blanc d'œuf cru, irritante, avec aggravation à
l'ovulation. Sensation de perte d'eau chaude. Ulcérations comme des aphtes au niveau de la
vulve.
•
SILICEA : leucorrhées laiteuses avec démangeaisons vulvaires intenses, éruption avec
sensation de brûlure de la face interne des cuisses.
•
CALCAREA CARBONICA : leucorrhée laiteuse, abondante, irritante.
Leucorrhées jaune verdâtre :
•
MERCURIUS SOLUBILIS 4 À 5 H: leucorrhée jaune verdâtre irritante avec prurit.
•
MERCURIUS CORROSIVUS 4 À 5 H: même tableau en plus aigu et tendance aux
ulcérations.
•
NITRIC ADIC 4 à 5 H: même tableau avec douleurs en écharde, et possibilité
d'ulcération du col saignant au moindre contact. HYDRASTIS 4 à 5 H: leucorrhée jaune
épaisse visqueuse et filante.
Traitement local : on pourra utiliser des ovules decalendula par exemple.
Traitement de fond est du ressort du spécialiste, les principaux remèdesen homéopathie
sont SEPIA, LYCOPODIUM et MEDORRHINUM qui intervient dans pratiquement
toutes les pathologies gynécologiques avec écoulements chroniques.
3) PHYTOTHERAPIE
Les plantes aux propriétés antifongiques ont une action sur les mycoses en général. Les
plus couramment utilisées sont :
•
l'arbre à thé;
•
le calendula ;
•
l'ail (que l'on peut consommer dans l'alimentation) ;
•
le thym, (exemple : sous forme de tisane) ;
•
le romarin, (exemple : sous forme de tisane) ;
•
la camomille matricaire.
44
■ L’HYGIENE AU QUOTIDIEN
• Porter des sous-vêtements en coton, lavables à 60 °C, qui ne serrent pas.
• Avoir une hygiène régulière mais pas excessive, en utilisant des produits adaptés pour
l’usage intime quotidien : pas de savons ni de gels douche acides ou agressifs.
• Sécher soigneusement la région vulvaire après la toilette.
• Se rincer immédiatement après un bain en piscine.
• Changer régulièrement les protections hygiéniques.
• Eviter les excès de sucre qui favorisent le développement des champignons.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Bien se laver les mains avant chaque application,
Traiter simultanément le partenaire s’il présente des symptômes
Ne pas interrompre le traitement médicamenteux pendant les règles et éviter les tampons
éviter les rapports sexuels et l’utilisation de préservatifs
choisir un gel nettoyant intime adapté
Ne pas pratiquer de douche vaginale pendant 48 h
Si le contact d’une serviette est trop irritant pour sécher, utiliser un sèche-cheveux (éviter
l’air très chaud).
Sur le plan alimentaire, éviter les laitages et surtout le lait durant les crises, voire durant
toute la durée du traitement de fond.
Pour éviter les récidives, laver les sous-vêtements à 70°
se doucher en cas de transpiration excessive
éviter le linge synthétique et les pantalons trop serrés
ne pas faire de douches vaginales
Il est déconseillé d'utiliser d’autres préparations à application locale en même temps ou un
savon à pH acide qui peut favoriser le développement des champignons.
■ LIMITES DU CONSEIL
- La personne atteinte de la mycose est âgée de moins de douze ans
- Le patient est sous traitement à base de corticoïde, il faut tout de suite consulter un
médecin.
45
- Si la mycose s’aggrave et arrive à l’état de lésions ouvertes comme les suintements et les
plaies, il est recommandé de voir un médecin pour éviter tout problème de surinfection.
- Si des douleurs commencent à gêner la vie quotidienne à cause de la mycose, il est
préférable de consulter un médecin.
- éviter les ovules gynécologiques chez la femme enceinte
46
MYCOSES DE LA PEAU
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les mycoses sont des maladies infectieuses qui touchent environ 20 % des
personnes âgées de 40 à 60 ans.
Il existe différentes sortes de mycoses : herpès circiné, pied d’athlète,
onychomycose, candidose…
La peau, mais aussi les cheveux ou les ongles peuvent être atteints.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• L’herpès circiné donne une lésion ronde, rouge, qui démange plus ou moins,
recouverte de squames et située sur la peau glabre.
• Le pied d’athlète est une mycose située entre les orteils des pieds. La peau,
blanche et macérée, se décolle et produit une fissuration douloureuse au fond du pli.
C’est une mycose à dermatophytes touchant l’espace interdigital des pieds très
fréquente chez les sportifs d’où son nom.
L’affection débute le plus souvent dans le quatrième espace interdigital, par un
épaississent de la couche cornée se compliquant de fissures de squames, de petites
vésicules et de manifestations allergiques cutanés à distance.
• L’onychomycose provoque un épaississement des ongles, qui deviennent
jaunâtres,
friables,
se
décollent
et
finissent
par
tomber.
• Les candidoses peuvent être buccales (muguet), intestinales ou vaginales. Elles
entraînent l'apparition d'une plaque cutanée blanchâtre et rouge (à l’intérieur des
joues
dans
le
cas
du
muguet),
à
l'origine
de
démangeaisons.
• Le Pytiriasis versicolor se traduit par des taches marron finement squameuses ou
des taches blanches, localisées sur le torse des adultes jeunes.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Comment se présente la lésion ?
Pratiquez-vous un sport ?
Avez-vous d’autres lésions ailleurs ?
47
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Les mycoses cutanées sont dues à des champignons microscopiques : dermatophytes
et levures. La contamination peut se faire d’homme à homme, d’animal à homme ou
par le sol.
Les candidoses sont dues à une prolifération de champignons habituellement
présents dans le tube digestif.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• La chaleur, l’humidité et la transpiration favorisent le développement des
champignons.
• Les personnes âgées, les malades chroniques ou fragilisés ont plus de risques
d’attraper une mycose.
■ PRÉVENIR LES MYCOSES et EVITER LES RECIDIVES
En cas de pityriasis versicolor, éliminez les vêtements synthétiques qui empêchent
l'évaporation de la sueur, évitez les saunas et n'appliquez pas d'huiles sur le corps car ce
champignon a une grande affinité pour les corps gras.
Pour les autres mycoses, la prévention consiste notamment à ne pas marcher pieds nus
dans les lieux chauds et humides, à se sécher correctement entre les orteils après la
toilette, à porter des vêtements en coton et des chaussures ouvertes dès que c'est possible,
et à ne pas porter de vêtements trop serrés et s’assurer de la guérison complète avant
l’arrêt du traitement. 55*
■ PRODUITS DISPONIBLES
• Les mycoses peu étendues sont soignées par des traitements locaux qui détruisent
les champignons (antifongiques).
• Le mode d’emploi, la posologie et la durée du traitement (au moins 4 à 6
semaines) doivent être strictement respectés. Le traitement des mycoses des ongles
dure jusqu’à la repousse de l’ongle atteint.
• Un traitement oral peut être prescrit dans les formes plus larges ou résistantes.
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Econazole : Appliquer la crème, la solution, l’émulsion ou la poudre sur les lésions
48
à traiter avec le bout des doigts, un peu de préparation ayant été déposée dans le creux de
la main ou directement sur les lésions (Ne pas appliquer la solution sur une muqueuse).
Masser de façon douce et régulière jusqu'à pénétration complète. Appliquer régulièrement
deux fois par jour jusqu'à disparition complète des lésions. les préparations doivent être
appliquées chaque jour pendant une semaine à deux mois, selon les conseils du
pharmacien.
Exemples de spécialités :
Exemple de spécialité:PEVARYL 1% CRTUB 30g (PPV : 50.90 Dh) EMUL 30ml
(PPV : 57.90)
•
Fenticonazole : La spécialité doit être appliquée régulièrement une à deux fois par
jour jusqu'à disparition complète des lésions.
•
Miconazole : Appliquer la poudre sur les lésions à traiter avec le bout des doigts, un
peu de préparation ayant été déposée dans le creux de la main ou directement sur les
lésions. Masser de façon douce et régulière jusqu'à pénétration complète. La spécialité doit
être appliquée régulièrement deux fois par jour jusqu'à disparition complète des
lésions. Appliquer la poudre chaque jour pendant 1 semaine à 2 mois. Exemple de
spécialité : DAKTARIN 2% PDR EXT
•
Isoconazole´
•
Sertaconazole
2)
L’HOMEOPATHIE
Selon la gravité de l’affection, le traitement de la mycose cutanée peut être local ou
général. Pour un traitement local, appliquer deux fois par jour de la teinture mère de
Calendula sur la plaie.
Pour plus d’efficacité, il est conseillé d’associer en plus : Sepia officinalis et Arsenicum
Iodatum sont utilisés lorsque la peau présente des eczémas et des squames.
L’association de Sépia avec Mecurius solubilis et Monilia albicans est aussi efficace
pour traiter la mycose cutanée.
En cas d’herpès circiné, Bergeris vulgaris 5 CH est suggéré
Pour traiter l’intertrigo, on administre du Graphites 15 CH.
49
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Bien se laver les mains avant et après chaque application
- porter des vêtements et chaussettes en coton
- En cas de mycoses des pieds, privilégier le port de sandales dès que possible, enlever la
semelle des chaussures pour bien les aérer, poudrer au moins une fois par semaine les
chaussures avec la poudre antifongique,
- Éviter de marcher pieds nus dans les lieux publics
- Bien se laver les pieds et bien sécher l’espace entre les orteils.
- Porter des chaussures neuves après guérison.
- Pour éviter une auto-contamination ou une contamination intra-familiale, laver en machine à
60°C chaussettes et serviettes- Laver régulièrement les sols,
- Ne pas s’échanger de serviette de bain, désinfecter chaque jour baignoire et douche,
- Bien surveiller les zones atteintes auparavant en portant attention aux changements de
couleur ou d’aspect de la peau,
- Effectuer la toilette avec un savon à pH neutre ou alcalin.
- Il est déconseillé d'utiliser d’autres préparations à application locale en même temps ou un
savon à pH acide qui peut favoriser le développement des champignons.
■ LIMITES DU CONSEIL
•
si vous avez une mycose des ongles (onychomycose) ;
•
si vous avez (ou si votre enfant) a une mycose du cuir chevelu ;
•
si vous n'êtes pas sûr de la nature de vos lésions ;
•
en l'absence d'amélioration une semaine après l'application de votre traitement local ;
•
si une gêne, une douleur locale ou des démangeaisons perturbent votre qualité de vie ;
•
si de nouvelles lésions apparaissent sur une autre zone ;
•
si votre mycose est au stade de lésions qui peuvent se surinfecter ;
•
si vous êtes diabétique atteint de troubles circulatoires ;
•
si sujet diabétiqueou souffrant d'un déficit immunitaire
•
•
•
si vous suivez un traitement par corticoïdes ;
50
•
si la personne atteinte est un enfant de moins de 12 ans
•
attention : pour le pied d’athlète, à un stade avancé, il peut y avoir une colonisation des
lésions par des bactéries.
51
PEAU ATOPIQUE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La peau atopique est une peau très sèche, qui s’irrite et rougit facilement. Elle est plus
vulnérable aux allergènes.
Ce trouble cutané est de plus en plus fréquent chez les enfants.
Une peau sèche est une peau fragile et irritable, sensible aux facteurs extérieurs et au savon,
et manque à la fois d’eau et de lipides.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Peau très sèche, terne, rugueuse au toucher, avec de petites squames.
• Apparition régulière de plaques rouges et rugueuses de type eczéma sur le visage, les plis
(cou, coude, arrière des genoux) et les extrémités.
• Sensation de tiraillement et d’inconfort.
• Les démangeaisons peuvent être importantes et provoquer des troubles du sommeil.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Votre peau est-elle sèche sur le visage et le corps ?
Comment se manifeste votre sécheresse cutanée ?
Avez-vous changé vos habitudes alimentaires ?
Etes-vous exposée à des conditions climatiques difficiles ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Les causes sont diverses, elles peuvent être d’origine climatique alimentaire ou
médicamenteux :
• La peau atopique est certainement liée à des facteurs génétiques et environnementaux.
• Des antécédents familiaux d’atopie ou un terrain allergique (asthme, rhinite allergique)
sont fréquemment retrouvés.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• La structure de la peau atopique est altérée. Le film de surface qui assure normalement
la protection de la peau est fragilisé par un appauvrissement en lipides.
• Il devient plus perméable, ce qui augmente la perte en eau (déshydratation) et favorise
52
la pénétration dans la peau d’agents extérieurs provoquant l’inflammation.
■ PRÉVENIR LA PEAU ATOPIQUE
• Avoir une alimentation équilibrée. Si besoin, faire une cure de compléments
alimentaires riches en vitamines, acides gras essentiels…
• Boire suffisamment d’eau (au moins 1,5 l. par jour).
• Maintenir un bon taux d’humidité à l’intérieur de la maison.
• Ne pas porter des vêtements en fibres synthétiques ou trop serrés, qui entraînent des
frottements favorisant le dessèchement et les irritations.
• Eviter l’exposition au froid, au vent, au soleil, aux produits agressifs ou irritants.
■ TRAITEMENT DE LA PEAU ATOPIQUE
• Utiliser pour la toilette des produits très doux, sans savon et sans parfum.
• Sécher la peau sans la frotter mais en la tamponnant délicatement.
• Appliquer tous les jours une crème émolliente et hydratante pour restaurer
l’hydratation de la peau et normaliser la desquamation.
• Le médecin peut prescrire une pommade corticoïde à appliquer pendant quelques
jours sur les plaques en cas de poussée.
■ PRODUITS DISPONIBLES« détaillé davantage dans le chapitre Eczéma »
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
1- Glycérol, vaseline, paraffine liquide : Ce médicament est utilisé ou conseillé pour traiter
la sècheresse cutanées, certaines dermatoses comme la dermatite atopique, le psoriasis,
l’ichtyose, ainsi que des brûlures superficielles de faible étendue, à appliquer en couche
mince, 1 à 2 fois par jour ou plus si nécessaire, en massant légèrement du bout des doigts la
zone à traiter. Exemples de spécialités :
- DEXERYL CR DERM TUB 50g (PPV : 36.00)
- VASELINE OFFICINALE
2- Hydrocortisone cutané : Voir « Dermite Séborrhéique »
2) LES HUILES VEGETALESagissent sur les deux facteurs principaux : l’hydratation et
l’inflammation, à utiliser en cure pendant 6 mois.
L’huile d’onagre (à condition qu’elle soit biologique et protégée par des vitamines E
53
naturelles) favorise l’hydratation de la peau et des muqueuses.
L’huile de bourrache : Parfois encore préconisé, cette dernière étant trop fragile, elle
pourrait en fait avoir un effet néfaste sur le foie en raison de sa tendance à l’oxydation. Elle
est donc fortement déconseillée dans l’atopie.
3) LES PROBIOTIQUES
L’action préventive du Lactobacillus rhamnosus dans l’allergie est aujourd’hui bien
documentée. Pour expliquer cet effet favorable, on évoque une meilleure tolérance intestinale
aux aliments ingérés. La réponse allergique est en effet liée non seulement à
l’hyperperméabilité de la barrière intestinale mais aussi à l’absence de maturité du système
immunitaire digestif.
Le Lactobacillus rhamnosus agit favorablement.
D’autres probiotiques agissent aussi favorablement sur l’atopie en diminuant la pullulation
microbienne source d’inflammation de la muqueuse et en permettant une meilleure tolérance
aux antigènes alimentaires. C’est le cas du Bifidobacter qui peut être donné pour
contrebalancer la flore pathogène.
Une autre probiotique, le Lactobacillus acidophilus agit aussi sur lecôlon irritable. Diverses
études récentes confirment bien que ces probiotiques protègent l'allergique en améliorant le
phénomène de barrière. Il est conseillé de donner des probiotiques dès les premiers mois de la
vie dans les familles à risque d'atopie mais également pendant la grossesse.
4) HOMEOPATHIE
si cela démange APIS mellifica 15 CH 5 granules 3 fois par jour.
s’il y a des rougeurs très importantes de PIX LIQUIDA 4 CH.
si cela brûle URTICA URENS 15CH.
5) PHYTOTERAPIE
Bardane, Arctium lappa : anti-infectieux, elle guérit un grand nombre de lésions cutanées
Calendula : puissant antiseptique, détoxiquant et cicatrisant.
En teinture mère, quelques gouttes sur une compresse. A appliquer 2 fois par jour.
Ortie : extrêmement riche en sels minéraux et en vitamines A et C
En infusion : 1 cuillerée à café par tasse. A boire 3 fois par jour, en cure de 20 jours.
En gélules : 2 le matin et 2 le soir, pendant 1 à 2 mois.
54
Sureau et eucalyptus : association d’un anti-inflammatoire et d’un antiseptique.
En fumigation : faire une infusion avec 2 parts de sureau, pour 1 part d’eucalyptus dans de
l’eau portée à ébullition. Se couvrir la tête d’une serviette, se pencher au-dessus de l’infusion
environ 10 minutes.
Bardane, pensée sauvage, souci en TM : faites un mélange de teinture mère (en pharmacie)
de ces 3 plantes. Mettez 40 gouttes de ce mélange dans un peu d’eau et buvez deux fois par
jour pendant quelques semaines.
Oaky : cette quintessence énergétique condensée de bois de chêne appelé aussi "vinaigre de
chêne ou de plantes" est un liquide acide (pH3) contenant comme composant majeur de
l'acide acétique ainsi que de très nombreux éléments en substances organiques. Il est le
remède par excellence des dermatoses : 1 dose 2 fois par jour dans un grand verre d’eau.
■ L’HYGIENE AU QUOTIDIEN
Eviter les bains prolongés et préférer la douche qui dessèche moins la peau en utilisant un
savon surgras
Bien sécher de suite après car en s’évaporant l’eau du bain attire celle de la peau.
Après la douche faire une application d’huile de bain surgraissante.
Eviter les vêtements synthétiques et acryliques.
Préférer le coton avec des vêtements amples et légers.
Eviter les assouplissants et l'eau de javel.
Choisir plutôt le savon de Marseille paillette pour laver les sous-vêtements.
Produits d'hygiène recommandés pour soigner l'eczéma :
-
Nettoyer les plaques avec LINIMENT ECZEBIO puis essuyer
-
Pour la toilette utiliser le savon ECZEBIO au karité.
■ DIETETIQUE
Eviter les aliments qui fermentent ou sont histamino-libérateur : Fromages fermentés, yaourts,
charcuterie, poissons en boites.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Glycérol, vaseline, paraffine liquide : Lavez-vous les mains soigneusement avec un savon
liquide neutre avant toute application, appliquez ensuite le produit directement sur la peau.
Cette crème est hydratante et émolliente à ne pas rincer. Vous pouvez faire un pansement
55
occlusif. Dans tous les cas, augmenter les applications quotidiennes de ce médicament par
temps sec et froid.
Ce médicament n’est qu’un traitement d’appoint, il ne traite pas la cause des démangeaisons
ou irritations, il faut donc la rechercher pour éviter toute récidive et augmenter les chances de
guérison.
éviter les textiles irritants (préférer le coton), les vêtements trop serrés, l’exposition tabagique
et aux animaux domestiques, maintenir une température fraîche dans la chambre,
dépoussiérer, éviter les sols recouverts de moquette, préférer le carrelage, préférer
l’allaitement, retarder la diversification et les mélanges alimentaires précoces.
Hydrocortisone cutané : A Appliquez en couche très fine et sur de petites surfaces. Ne le
rincez pas. Evitez toute exposition solaire en raison des risques de photosensibilisation.
L’activité des dermocorticoïdes est plus grande quand ils sont appliqués l’après-midi, une
application quotidienne entre 16 à 18H pourrait suffire dans beaucoup de cas. Mettre le tube
de dermocorticoïde quelques minutes au réfrigérateur avant application (effet froid qui
calmera le prurit).
L'application de quantités plus importantes de dermocorticoïdes sur la même surface ne
permet pas d'augmenter la concentration du corticoïde dans la peau.
A noter qu’il faut éviter chez l’atopique une diversification alimentaire trop rapide et surtout
le lait de vache dont les protéines perturbent l’immunité intestinale.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Dermatose aigue d’apparition récente.
- Cas de traitement à la Glycérol, vaseline, paraffine liquide
- Si les troubles persistent plus d’une semaine : avis médical indispensable.
- si formation de petits boutons et d'ulcères, si fièvre, rougeur, chaleur, douleur, irritation sur
d'autres parties du corps (bras, visage, cuir chevelu).
Cas de traitement à l’Hydrocortisone cutané : Test NTB pour le diagnostic des infections
bactériennes : risque de faux négatifs. L’application sur le visage expose à une dermite, un
sevrage progressif sera nécessaire.
56
PIQURES INSECTES
■ QUI SONT LES INSECTES PIQUEURS ?
Les insectes piqueurs volants sont les moustiques, les taons, les aoûtats, les abeilles, les
guêpes,
les
frelons,
le
moucheron,
le
moucheron
écossais.
Chez les moustiques, les abeilles et les guêpes, seules les femelles piquent l’homme.
La femelle moustique a besoin des protéines du sang humain pour nourrir ses œufs.
Les piqûres de guêpes, abeilles et frelons sont plus dangereux que les piqûres de
moustiques en raison du risque de choc neurotoxique pouvant survenir chez les sujets
sensibilisés par une précédente piqûre et sont devenus allergique.
Encore plus dangereux, la piqûre d’hyménoptère dans la région bucco-pharyngée peut
entraîner un œdème de la gorge avec asphyxie.
■ LES CONSÉQUENCES SUITE À LA PIQÛRE DES INSECTES VOLANTS
La piqûre des insectes provoque des réactions d’intensité variable allant d’une
démangeaison, une rougeur cutanée, une douleur, à une éventuelle réaction allergique.
Les moustiques tropicaux (Anopheles, Aedes, Culex, moustique tigre) sont vecteurs de
maladies : paludisme, chikungunya, fièvre du Nil occidental, fièvre jaune, dengue,
détaillés dans le chapitre « Conseils au voyageur ».
Les zones infestées à risque sont : Afrique du Nord, Afrique sub-saharienne, Asie,
Océanie, Amérique latine et caraïbes, Europe centrale et de l’Est.
■ LA PRÉVENTION CONTRE LES PIQÛRES
-
Porter des vêtements clairs, couvrants.
-
Mettre des moustiquaires aux fenêtres, sur les lits, les poussettes.
-
Les moustiques étant attirés par les odeurs corporelles, il convient de maintenir
une bonne hygiène corporelle.
-
Chercher à éliminer l’eau stagnante (seaux, poubelles, pneus, récipients…).
-
Eviter les bords de lacs et de cours d’eau, forêt, marais.
-
En l’absence de climatisation, placer un ventilateur dans une pièce
57
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Voulez-vous un produit qui soulage ou qui évite les piqures ?
Combien y-a-t-il de piqures, où et comment se présente-t-elles ?
Les démangeaisons sont-elles importantes ?
Qu’utilisez-vous habituellement pour éloigner les insectes ?
■ CHOISIR LA PROTECTION EN TENANT COMPTE DE LA ZONE
GÉOGRAPHIQUE ET DE LA POPULATION-CIBLE :
La
Protection locale (répulsifs cutanés en lait, lotion, spray vaporisateur, crème…) :
durée
d’efficacité
va
déterminer
le
renouvellement
de
l’application.
En cas d’utilisation de crème solaire, appliquer le répulsif après un délai d’au moins 20
minutes.
-
Protection globale : Il existe des répulsifs liquides pour imprégnation des vêtements
et des moustiquaires. Ils assurent une protection longue durée jusqu’à 4 mois, en
fonction du nombre de lavage pour les vêtements.
-
Protection de l’environnement : Il existe des insecticides en aérosol à pulvériser
dans la pièce ou en diffuseur électrique.
Répulsifs recommandés par le Haut Conseil de la Santé Publique en fonction de la
population-cible :
• DEET : teneur de 20% à 30% = nourrissons à partir de 6 mois, enfants et femme
enceinte, teneur de 50% = enfants de plus de 12 ans et adultes.
• IR3535 : teneur 20% = jeunes enfants, enfants de plus de 12 ans et adultes.
Icaridine : teneur 25% = enfants de plus de 12 ans et adultes.
• PMDRBO (citriodiol) : teneur 25% = jeunes enfants, enfants de plus de 12 ans et
adultes.
■ LE TRAITEMENT DES PIQÛRES
• Nettoyer la plaie avec du savon et à l’eau claire, puis appliquer un antiseptique.
• Abeilles, guêpes, frelon, taon : enlever le dard à l’aide d’une pince à épiler.
• Appliquer une crème anti-inflammatoire et antiprurigineuse pour calmer les
démangeaisons (antihistaminiques, corticostéroïdes…).
58
• Prendre un antihistaminique oral en cas de réaction allergique.
1)
TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
•
Cétirizine
•
Cyproheptadine
•
Hydrocortisone
•
Loratadine : ALLERGINE 10mg B10 (PPV : 28.00)
•
Prométhazine
2)
HOMEOPATHIE
Remèdes préventifs :
Ledum Palustre 5 à 7 CH est le remède le plus souvent utilisé pour éviter les piqûres
d’insectes, 3 granules matin et soir durant la période d’exposition. On peut aussi prendre
du Poumon Histamine 15 CH à raison de 5 granules tous les soirs ou Apis 5 CH matin et
soir. Ces remèdes sont efficaces pour les apiculteurs ou durant la saison des moustiques.
Remèdes curatifs :
Apis Melifica, une solution à base d’abeille dont les effets sont rapides. La première prise
sera de 15 CH et les suivantes à prendre tous les quarts d’heure seront de 5 CH. Ce remède
peut être complété par Ledum Palustre pour une plaie douloureuse et un œdème modéré.
En cas d’ecchymose associée à la piqûre, la prise d’Arnica Montana 5 CH ou de
Tarentula Hispanica 5 CH en complément est préconisée.
Urtica Urens est particulièrement adapté pour les piqûres entrainant des brûlures et des
démangeaisons, et Cantharis 5 CH en cas de cloques associées.
Traitement local et surinfections :
Ces remèdes existent aussi en application locale, mais le gel de Calendula est le plus
utilisé dans ce type de soin. Il suffit de bien nettoyer la peau et d’appliquer une compresse
imbibée de Calendula 2 à 3 fois par jour.
Si la zone présente des surinfections, il faut appliquer une couche d’Homéoplasmine et
prendre Belladonna 5 CH à raison de 5 granules 3 à 4 fois par jour, ou du Pyrogenium 7
CH 2 fois par jour et Rana Bufo 5 CH 4 fois par jour. Les surinfections devraient
diminuer dans la journée.
59
3)
TOPIQUES : apaisyl gel, baby apaisyl, lotion urgofilm, POR
4)
ACCESSOIRES : moustiquaire, mousticlix, aspivenin, Coussin thermique : froid
Pour limiter les récidives : protection insectes : insect écran, apaisyl spray
■ LIMITES DU CONSEIL
•
Les personnes allergiques doivent prévoir de l’adrénaline, injection sous cutané dans
l’attente de secours. 56*
•
Choc anaphylactique comprends plusieurs signes :
- 10 à 20 minutes suivant la piqûre : urticaire généralisé, prurit des paumes des mains et
des plantes des pieds.
- Œdème du visage, rougeur conjonctivale.
- AEG, gêne respiratoire, hypotension, vertige et syncope
•
Fièvre après retour d’une zone d’endémie.
•
si réaction d’évolution rapide et trop importante, consulter un médecin.
60
POUX
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
• Pédiculose du cuir chevelu : infestation du cuir chevelu par le pou de tête.
• Pou de tête : insecte parasite de 2 à 3 mm de long à l'âge adulte. Il se nourrit
exclusivement de sang et se déplace en rampant sur le cuir chevelu et les vêtements.
• Lente : œuf pondu par la femelle près du cuir chevelu qui restera collé solidement
au cheveu durant la croissance de celui-ci.
Poux et lentes sont surtout localisés derrière les oreilles, sur la nuque, au-dessus de
la tête.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Les poux provoquent des démangeaisons du cuir chevelu pouvant entraîner des
lésions de grattage susceptibles de s'infecter.
A SAVOIR
Le cycle du pou comprend 3 stades : la lente, la nymphe et le pou adulte.
La lente éclot en 7 à 10 jours, ensuite la nymphe devient adulte en 2 semaines
environ.
La lente vivante est brune, brillante, ovale et mesure environ 1 mm. Après éclosion,
la coque vide demeure fixée sur le cheveu, elle prend une couleur blanchâtre qui
ressemble à une pellicule mais résiste au lavage et au brossage.
La durée de vie du pou est d'environ 1 mois, il s'alimente exclusivement de sang et
ne peut pas vivre plus de 2 jours en dehors du cuir chevelu. Le pou respire par des
orifices qui peuvent se fermer et devenir imperméable à l'eau évitant ainsi la noyade.
Toutefois, il est asphyxié par les huiles et les produits gras.
CONTAMINATION
Le pou infeste préférentiellement les enfants de 3 à 12 ans qui vivent dans les
collectivités.
Les adultes peuvent également être touchés.
La transmission se fait dans la très grande majorité par le contact direct des têtes des
61
enfants, mais également par contact indirect (bonnet, écharpe, manteau, peigne,
literie …).
La présence de poux n'est pas provoquée par un manque d'hygiène.
■ PRÉVENTION ET TRAITEMENT
Dès la détection de poux, il faut agir vite afin d'éviter la propagation. Le traitement
devra être appliqué à l'enfant parasité et à son entourage.
Bien choisir le traitement adapté selon l'âge de l'enfant.
Certains produits sont déconseillés aux femmes enceintes ou allaitantes.
Les produits anti-poux et anti-lentes se présentent sous forme de lotion, gel, crème,
baume, spray, shampoing. Certains ont une action préventive et/ou répulsive.
Eviter les contacts avec les yeux, en cas de contact, rincer immédiatement à l'eau
claire.
Après traitement, utiliser un peigne fin à poux pour décrocher les lentes mortes.
Répéter si nécessaire l'opération au 7e et au 14e jour pour rompre le cycle de vie du
pou.
Les enfants doivent être traités sous la surveillance d'un adulte.
Ne pas laisser les produits de traitement anti-poux à la portée des enfants.
La décontamination des vêtements et de la literie est très importante.
Elle peut se faire à l'aide de produits antiparasitaires spécifiques au traitement de la
literie et des vêtements. Laver à 50°C minimum et sécher à chaud (repassage et/ou
sèche-linge) les vêtements, les draps de la personne infestée.
■ PRODUITS DISPONIBLES
•
Malathion
•
Permethrine + Butoxyde de piperonyle
•
Permethrine + Malathion + Butoxyde de piperonyle
•
Permethrine 25/75 + Butoxyde de piperonyle + Enoxolone
•
Phenothrine
Malathion : L'application de la lotion doit se faire sur le cuir chevelu et les cheveux secs dans
un endroit aéré et éloigné de toute flamme ou tout objet incandescent. 7 à 14 pulvérisations de
62
1 seconde sont nécessaires selon l'importance de la chevelure, soit respectivement 10 à 20 ml
de lotion appliqués sur les cheveux.
Laisser sécher les cheveux naturellement à l'air sans utiliser de sèche-cheveux (risque
d'inflammation).
Appliquer de préférence le soir et laisser agir le produit pendant environ 8 heures, puis
laver les cheveux avec un shampooing doux facilitant le décrochage des lentes mortes, puis
peignez à l'aide d'un peigne fin. Une seule application est suffisante. Toutefois, celle-ci peut
être renouvelée 7 jours après, si besoin.
Grossesse / Allaitement : utilisé que si nécessaire et sur avis médical.
Parmi les effets indésirables : Irritation cutanée, dans certains cas des rougeurs,
démangeaisons, rares sensations de brûlure du cuir chevelu et parfois apparition de pellicules,
rares cas de nausées, vomissements et maux de tête observés.
Il n’est pas conseillé d’appliquer un autre produit sur la peau en même temps que le spray.
Permethrine + Malathion + Butoxyde de piperonyle : L'application de la lotion doit se
faire sur le cuir chevelu et les cheveux secs dans un endroit aéré et éloigné de toute flamme ou
objet incandescent. Pulvériser le produit en mettant l'extrémité du tube diffuseur à 3 cm de la
chevelure. Exercer de brèves pressions d'une seconde de façon à bien imprégner la totalité du
cuir chevelu et des cheveux. Laisser sécher les cheveux naturellement à l'air. Compte tenu de
l'inflammabilité du produit :
- ne pas utiliser de source de chaleur artificielle telle qu’un sèche-cheveux,
- ne pas utiliser près d'une flamme ou près d'objet incandescent (cigarette par exemple).
Laisser agir le produit 40 minutes, puis laver les cheveux avec un shampooing doux facilitant
le décrochage des lentes mortes. Peignez les cheveux à l'aide d'un peigne fin. Généralement
une seule application suffit.
Par contre, l'utilisation excessive du produit est susceptible d'entraîner des irritations de la
peau. Dans certains cas, des effets indésirables peuvent être observés : rougeurs localisées
avec démangeaisons, rares sensations de brûlure du cuir chevelu et parfois apparition de
pellicules.
En l'absence de données, ce produit ne sera utilisé pendant la grossesse et l’allaitement que si
nécessaire.
63
Pour les enfants de moins de 2 ans, le temps d'application pourra être diminué, en particulier
chez l'enfant de moins de 6 mois où ce temps sera au moins diminué de moitié. Le produit ne
devra pas être pulvérisé mais appliqué sur le cuir chevelu à l'aide d'un tampon imbibé.
Phénothrine
Agiter le flacon avant l'emploi. Appliquer le shampooing en deux fois, de la façon suivante :
faire une première application sur cheveux mouillés, laisser agir 3 minutes ; rincer ; faire une
deuxième application, laisser agir 3 minutes puis rincer à nouveau de préférence le soir.
Renouveler le traitement le lendemain pour s’assurer que les lentes sont mortes.
Généralement 3 applications successives suffisent. Rincer abondamment après application.
Il n’est pas conseillé d’appliquer un autre produit sur les cheveux en même temps que la
phénothrine.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Respectez attentivement le mode d’application, les posologies et la durée du traitement
préconisé.
- Faire attention aux spécialités contenant des produits inflammables et ne pas vaporiser vers
une flamme ou un corps incandescent.
- Eviter le contact avec les yeux et les muqueuses, si contact accidentel, rincer abondamment
à l'eau.
- Ne pas utiliser sur une peau présentant des lésions de grattage infectées.
- Utilisez des peignes anti-poux pour les repérer.
- Pour éviter toute recontamination, traitez également les autres membres de la famille et
décontaminez les vêtements, draps et objets qui ont été en contact direct avec la tête soit en
les lavant à 60 °C, soit, s'ils ne peuvent pas être lavés, en les enfermant dans un sac en
plastique pendant 48 heures (avec insecticide) ou pendant 8 jours sans insecticide.
- Pour les garçons, une chevelure courte sera moins sujette au passage des poux
■ LIMITES DU CONSEIL
- Allergie à l'un des constituants, sujets asthmatiques, nourrissons ou jeunes enfants ayant des
antécédents de bronchite avec difficultés respiratoires et sifflements.
- Sujets asthmatiques, nourrissons ou jeunes enfants ayant des antécédents de bronchite avec
difficultés respiratoires et sifflements.
64
- Certaines spécialités contenant du camphre, en l’absence de données, ne pas utiliser chez la
femme enceinte et allaitante.
- En cas d'antécédents d'épilepsie, tenir compte de la présence de camphre dans certaines
spécialités (qui augmentent le risque de déclencher des crises d’épilepsie) et d’ l'acide
acétique.
- Nombreuses lésions cutanées qui se sont infectées.
- La démangeaison est tellement importante que le sommeil est perturbé
- Suspicion de la gale.
65
PROTECTION SOLAIRE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L'exposition au soleil (rayons UVA/UVB) peut provoquer des brûlures du 1er (coups
de soleil) et du 2ème degré, des Lucites estivales bénignes (LEB), des urticaires
solaires, un vieillissement cutané prématuré et des cancers cutanés de la
peau (carcinome et mélanome).
■ LES FILTRES SOLAIRES
Pour se protéger des rayons UV, il existe 2 types de filtres solaires :
• Les filtres organiques (ou chimiques) : absorbent les rayons UV. Certains sont
efficaces contre les rayons UVB, d’autres
protègent des rayons UVA.
• Les filtres minéraux : reflètent la lumière. Ils absorbent à la fois les UVA et les
UVB. Ils sont constitués de micro-pigments, restent à la surface de la peau et
n’induisent pas d’allergie. Les filtres minéraux sont préférentiellement conseillés
chez les sujets à peaux fragiles et allergiques, chez les bébés et chez les jeunes
enfants.
■ COMMENT SE PROTÉGER ?
Un produit solaire ne protège jamais totalement. Renouveler l'application le plus
souvent toutes les 2 heures, également après la baignade, après avoir transpiré ou
s'être essuyé la peau.
Les bébés et les jeunes enfants ne doivent pas être exposés directement au soleil.
Utiliser des protections vestimentaires : tee-shirt, chapeau à larges bords, lunettes de
soleil (verres protecteurs indice UV 3 - 4).
Eviter l'exposition solaire aux heures d'ensoleillement maximal entre 12 h et 16 h.
Eviter l'utilisation des produits pouvant provoquer des réactions allergiques cutanées
(déodorant, parfum….).
■ QUEL PRODUIT DE PROTECTION SOLAIRE CHOISIR ?
Le rayonnement du soleil peut être responsable de nombreux effets nocifs, notamment aux
niveaux
cutané
(vieillissement
prématuré
de
la
peau,
cancers
photosensibilisations…) et oculaire (cataracte, dégénérescences de la rétine…).
66
cutanés,
L’usage d’un produit de protection solaire représente un élément de l’ensemble des
moyens de protection solaire. Une bonne protection contre les effets du rayonnement
ultraviolet (UV) comporte aussi une protection vestimentaire, une protection des yeux,
l’évitement des expositions pendant les heures de la journée où le rayonnement est le plus
intense, etc.
Le choix d’un produit de protection solaire doit être adapté au type de peau et aux
conditions d’exposition (durée et puissance du rayonnement). Plus l’exposition est
importante et la peau sensible au soleil, plus l’indice de protection (SPF : Sun Protector
Factor) doit être élevé.
Crème, spray, lotion, la forme du produit dépend de la surface à protéger et du confort
d’application.
■ BIEN LIRE L'ETIQUETAGE
Avant d’utiliser un produit de protection solaire, il est essentiel de lire son étiquetage car il
fournit des informations utiles sur le niveau de protection, les précautions d’emploi et la
quantité de produit à appliquer pour assurer la meilleure protection possible. En cas
d’antécédents allergiques et/ou photo-allergiques, il est indispensable de lire la composition
qualitative du produit.
■ LES INGREDIENTS LES PLUS SURS
Alors que la crème solaire est censée nous protéger du cancer de la peau, on découvre
qu'un des ingrédients utilisés dans leur formulation peut favoriser le développement d'une
tumeur cutanée lorsqu'il est exposé aux UV !
Il s'agit du rétinyl palmitate (un dérivé du rétinol, vitamine A) que l'on retrouve dans de
nombreux produits cosmétiques (crèmes antirides, baumes pour les lèvres, gels coiffants,
laits corporels... et crèmes solaires) en raison de ses propriétés antioxydantes.
Or exposé aux UV, ce composé a été associé à un risque accru de tumeur chez des souris.
Reste à prouver qu'il se passe la même chose chez l'homme. Mais en attendant, mieux vaut
être prudent et écarter cette substance des cosmétiques. 48*
■ INGREDIENTS A EVITER
Rétinyl palmitate, Oxybenzone , Octyl-méthoxycinnamate (OMC), 4-méthylbenzylidène
67
camphre (4-MBC)
■ INGREDIENTS A PRIVILEGIER
Parsol 1789 (ou avobenzone), Octocrylène, Mexoryl (SX et XL), Tonosorb (ou
bemotrizonol) 48*
■ COMMENT CHOISIR SA CREME SOLAIRE ?
Expositions
modérées
(vie au grand air)
Expositions
Expositions extrêmes
importantes
(glacier, haute
(plage, activités
montagne,
extérieures, sport…)
tropiques…)
Phototype I
peau très claire ou
Haute protection
Très haute protection
laiteuse
SPF 50 +
SPF 30 - 50
cheveux roux ou
blonds
Phototype II
peau claire
Protection moyenne Haute protection SPF
cheveux blonds à
SPF 15 - 20 - 25
30 - 50
châtains
Phototype III
peau claire, hâle clair
Faible protection Haute protection SPF
cheveux châtains à
SPF 6 - 10
30 - 50
bruns
Phototype IV
Faible protection
Protection moyenne
peau mate,
SPF 6 - 10
SPF 15 - 20 - 25
bronzage foncé
cheveux bruns, noirs
Phototype V
peau brun foncé,
Faible protection
Faible protection
cheveux noirs,
SPF 6 - 10
SPF 6 - 10
bronzage très foncé
Phototype VI
Faible protection
Faible protection
peau noire
SPF 6 - 10
SPF 6 - 10
cheveux noirs
Très haute protection
SPF 50 +
Très haute protection
SPF 50 +
Haute protection SPF
30 - 50
Haute protection SPF
30 - 50
Protection moyenne
SPF 15 - 20 - 25
Protection moyenne
SPF 15 - 20 - 25
■ LES POINTS À SURVEILLER
Point à surveiller 1 : les filtres chimiques
Les produits solaires peuvent contenir deux types de filtres UV : chimiques ou physiques.
Plusieurs études ont révélé que certains filtres chimiques peuvent être absorbés par notre
organisme et aboutir ainsi dans notre sang. D’autres irriteraient notre peau et perturberaient
68
notre système hormonal. L’oxybenzone, l’octocrylène et l’avobenzone par exemple sont des
filtres chimiques.
Préférer les filtres minéraux : Contrairement à ceux-ci, les filtres minéraux comme l’oxyde
de zinc et le dioxyde de titane restent à la surface de notre peau où ils « réfléchissent » les
rayons du soleil. Résultat : nous devons nous enduire moins souvent de crème solaire. Les
filtres physiques sont en outre généralement bien tolérés par la peau.
Point à surveiller 2 : les nanoparticules
L’inconvénient de ces filtres minéraux est qu’ils déposent un voile blanc sur la peau. Si ce
n’est pas le cas, c’est que leur fabricant a recouru à la nanotechnologie : les particules d’oxyde
de zinc et de dioxyde de titane ont été tellement miniaturisées qu’elles ne laissent plus de
reflets blancs sur la peau. Toutefois, si on les inhale, elles peuvent endommager nos organes.
Les sprays solaires contenant des nanoparticules sont donc à éviter. 49*
Point à surveiller 3 : le Sun Protection Factor (SPF)
Le Sun Protection Factor (SPF en abrégé) est une indication du degré de protection du produit
solaire contre les rayons UVB, qui sont responsables des coups de soleil et, à long terme,
peuvent provoquer entre autres le cancer de la peau comme le mélanome. En théorie, un SPF
30 par exemple protège votre peau trente fois plus longtemps avant qu’elle ne puisse être
brûlée par le soleil.
L'indice de protection élevé pas toujours gage de sûreté !
Une étude a montré que les produits à SPF élevé sont en réalité souvent mal utilisés. C’est
ainsi que les amateurs de bronzage pensent par exemple qu’ils seront d'autant mieux protégés
que le produit utilisé affiche un indice élevé. Or la plus-value de la protection UVB est
minime ! Conséquence : ils s’exposent plus longtemps au soleil et s’enduisent moins de
produit solaire. Selon cette même logique, ils se permettent alors d’oublier de temps à autre
les autres mesures de protection contre le soleil comme se mettre régulièrement à l’ombre,
porter un chapeau de soleil, etc. 58*
Point à surveiller 4 : la protection UVA
L’indication « SPF » signifie qu’un produit solaire protège contre le rayonnement UVB mais
ne concerne pas les rayons UVA. Alors que 95% de la lumière du soleil qui atteint la terre se
compose précisément de rayons UVA ! Ce sont eux qui font vieillir notre peau et peuvent
69
jouer un rôle dans le développement du cancer de la peau. Vérifiez dès lors que le produit
solaire comporte bien le logo UVA (un cercle entourant les lettres «UVA»), qui indique que
le produit a un facteur de protection UVA d’au moins un tiers du SPF, en conformité avec la
recommandation de la Commission européenne. 49*
70
PSORIASIS
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le psoriasis est une affection chronique de la peau très fréquente, son origine est
inconnue.
Non contagieuse, elle est bénigne mais souvent difficile à vivre, surtout si les
lésions sont étendues et visibles.
La maladie apparaît le plus souvent à l’adolescence ou chez le jeune adulte. Elle
persiste toute la vie.
50% des personnes atteintes de psoriasis ont des antécédents familiaux.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La lésion typique est une plaque inflammatoire rouge qui démange, recouverte de
squames blanchâtres se détachant en fines pellicules. Les squames correspondent
aux cellules mortes en excès qui s’accumulent. La plaque peut saigner si elle est
gratté, la lésion guérit en général sans laisser de cicatrice.
Le psoriasis touche essentiellement le visage, le cuir chevelu, le corps (coudes,
genoux), les mains, les ongles…, et parfois le corps entier.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Les lésions évoluent par poussées régressant et réapparaissant spontanément, sous
l’influence d’un stress, d’une contrariété, de certains médicaments, de l’alcool ou
lors d’une infection
. • Ces poussées sont suivies de périodes de rémission plus ou moins prolongées,
plus fréquentes en été grâce à l’effet bénéfique des UV sur les lésions.
■ LE TRAITEMENT DU PSORIASIS
• De nombreux médicaments permettent d’atténuer, voire de faire disparaître les
lésions.
Aucun
n’offre
cependant
une
guérison
définitive.
• Les traitements locaux sont indiqués dans les formes peu compliquées, peu
étendues et dans les localisations particulières comme le cuir chevelu.
• La photothérapie (UVB ou puvathérapie) est utilisée en cas de psoriasis plus
71
étendu, rebelle et invalidant.
• Les traitements par voie orale sont réservés aux formes plus sévères. Ces
médicaments nécessitent une surveillance médicale stricte.
• Les cures thermales assurent une prise en charge globale en relais ou en
complément des thérapeutiques habituelles.
Liste des molécules correspondant à ces symptômes :
•
Glycérol, vaseline, paraffine liquide
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
• Eviter de stresser et de consommer de l’alcool.
• Ne jamais arracher les squames.
• Préférer des bains tièdes. Sécher la peau par tapotements.
• Se rincer immédiatement après un bain en piscine.
• Utiliser régulièrement des soins hydratants sur l’ensemble du corps, appliqués avec un
massage léger.
• Porter des vêtements larges pour limiter les frottements, et aérés pour limiter la
sudation.
72
URTICAIRE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
C’est une maladie fréquente caractérisée par l’apparition de papules fugaces, mobiles,
érythémateuses, œdémateuses et prurigineuses, généralement causé par un allergène ingéré.
Le traitement de l’urticaire aigue vise à soulager l’œdème et le prurit, la suppression des
facteurs déclenchant restant fondamentale.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
L’urticaire se manifeste par des éruptions cutanées menant à des plaques rouges et à des
boutons, le plus souvent situés sur les bras et les jambes, et à l’origine d’intenses
démangeaisons. Des œdèmes se caractérisant par un gonflement de la peau et des muqueuses
sont aussi très fréquents sur le visage (paupières, lèvres, langue…), les mains, les pieds et les
organes génitaux externes.
Aigu ou chronique ?
L’urticaire est dite aiguë quand les symptômes durent moins de 6 semaines et chronique
lorsqu’ils évoluent sur plus de 6 semaines.
Les causes de l’urticaire ne sont identifiées que dans 20 à 30% des cas, mais on sait qu’il
existe de nombreux facteurs déclenchants, comme la consommation de certains aliments, de
médicaments, l'exposition au chaud ou au froid, à certains produits chimiques, à des virus, les
piqûres d'insectes, etc. 65*
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Ça s’est déclenché comment ?
Où sont localisées les plaques et migrent-elles ?
Quels sont vos produits d’hygiène pour la douche ou le bain ?
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX: antiallergiques
-
Cetirizine
-
Loratadine
73
Topiques : gel moussant apaisant, derm hydralin + excipial prurilotion
2) HOMEOPATHIE
Si l’urticaire apparait après un repas, Antimonium crudum, Dulcamara, Pulsatilla,
Chloralum et Frafaria, respectivement en 9 Ch.
Si l’urticaire apparait après une consommation de repas à base de fruits de mer, il est indiqué
de prendre du Astacus, ou Urtica urens ou Homarus en 9 Ch.
Si rougeur, Belladonna 9 Ch
Si la pathologie se manifeste après une exposition au soleil, au froid ou après un effort
physique, le traitement préconisé est Dulcamara, Urtica urensainsi que Natrum
muriaticum en 9 Ch.
Si amélioré par le froid : apis mellifica 9ch,
Si amélioré par le chaud ou aggravé la nuit : arsenium album 9ch
Si aggravé au toucher : urtica urens 9ch
Apis mellifica, Copaiva et Arsenicum album en 9 Ch peuvent aussi être efficaces dans le
traitement de l’urticaire.
3) AROMATHERAPIE
-
Huile calendula
-
Camomille noble (antiprurigineuse)
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Lorsqu’une éruption cutanée apparaît pour la première fois, il importe de reconnaître si c’est
bien de l’urticaire. Les symptômes peuvent être confondus avec ceux de l’eczéma atopique ou
des piqûres d’insectes. Il faut en rechercher le facteur déclenchant.
Si une cause a été mise en évidence, appliquez les mesures de précaution utiles pour ne plus
vous exposer au facteur déclenchant.
Pour les urticaires déclenchées par un aliment, la suppression l’aliment en cause est
nécessaire. Ces aliments peuvent être séparés en deux catégories :
les aliments qui contiennent de l’histamine : les fromages fermentés, les conserves de
poissons, d’œufs ou de harengs fumés, les conserves en général, les charcuteries, la
choucroute, les épinards, le foie de porc, la tomate, les sardines, les anchois, les saumons, les
viandes, l’arachide, etc.
74
les aliments irritants pour les mastocytes : le café, le thé, les boissons alcoolisées et
différents additifs alimentaires dont les sulfites.
Penser à :
-
Appliquer des compresses froides, tout comme un bain frais en cas d'urticaire étendue.
-
Éviter les frottements avec la peau.
-
Portez des vêtements amples en coton.
-
Utiliser des plantes aux propriétés calmantes et cicatrisantes (camomille, cassis,
calendula…), en gélules, en infusion ou encore en application via des crèmes à base de ces
plantes.
Eviter :
- le port de vêtements serrés, susceptibles de générer des frottements sur la peau, en cas de
dermographisme
- les sorties par temps froid ou humide, les baignades ou sports en eau froide, en cas
d’urticaire au froid
- le port de charges lourdes ou les pressions importantes, en cas d’urticaire retardée à la
pression
- l’exposition au soleil sans protection, en cas d’urticaire solaire
- Les produits déclencheurs, comme le latex, ou certaines plantes en cas d’urticaire de
contact
■ LIMITES DU CONSEIL
- En cas de signe d’urgence thérapeutique, témoins d’un œdème de Quincke, devant une
dyspnée, grande angoisse, dysphagie et stagnation de la salive dans la cavité buccale.
- Si les symptômes persistent.
- Si difficultés respiratoires, gonflement de la gorge ou oppression thoracique
- Les plaques atteignent le visage, particulièrement les paupières
- Si le sujet éprouve une sensation d’essoufflement
- Lorsque les plaques rougissent et enflent suie à la prise d’un médicament
- Si plusieurs membres de la famille présentent le même état.
75
LES VARICES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Une varice est une veine superficielle qui est dilatée et dont la paroi est altérée. Elle
apparaît quand le sang stagne dans les veines.
Les varices ne doivent pas être négligées car leurs conséquences peuvent être graves.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Les varices sont l’une des manifestations de l’insuffisance veineuse chronique, qui
présente un certain caractère familial.
La fréquence des varices est plus grande chez les femmes. Elle augmente avec l’âge.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Le surpoids, la grossesse, la sédentarité, la station debout prolongée, la chaleur, le
chauffage par le sol, le port de vêtements trop serrés, le port fréquent de charges
lourdes, l’abus d’alcool favorise la survenue de varices ou leur aggravation.
■ LE TRAITEMENT DES VARICES
- Les veinotoniques peuvent soulager les symptômes douloureux.
- Anticoagulants (prévention de la phlébite).
- Les articles de compression (chaussettes, bas ou collants) limitent la dilatation de
la veine malade et facilitent le retour veineux, mais n’éliminent pas la varice.
- La sclérothérapie est utilisée pour traiter les varices de petit ou moyen calibre.
Elle consiste à injecter un produit qui va « boucher » la veine.
- Chirurgie au laser (la chaleur dégagée par le laser force la veine à se fermer).
- Chirurgie : veinotomie et éveinage (ablation de la portion de veine abîmée).
- Chirurgie hémodynamique : ligatures des veines superficielles afin de forcer le
sang à emprunter les veines profondes.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX ET COMPLEMENTS ALIMENTAIRES
•
Adénosine phosphate
•
Aescine, aescine polysulfate de sodium, salicylate de diéthylamine
76
•
Baméthane sulfate + escine
•
Buphénine + escine
•
Citroflavonoïdes + vitamine C
•
Coumarine + héparine sodique
•
Diosmine
•
Dobésilate calcique
•
Esculoside + marron d'Inde + vigne rouge
•
Etamsylate
•
Extrait de cassis + petit houx + vitamine C
•
Extrait de mélilot, rutoside
•
Extrait de sangsue
•
Extraits de ginkgo biloba + troxérutine+ (heptaminol)
•
Extraits purifié de pépin de raisin
•
Flavodique acide
•
Flavonoïdes
•
Heptaminol
•
Petit houx + hespéridine + vit C
•
Petit houx + mélilot
•
Troxérutine
La Diosmine est utilisée pour traiter l’insuffisance veineuse. la prise médicamenteuse est
de 1 à 3 fois par jour, selon les indications, à avaler au cours d'un repas ou, en cas de prise
journalière unique, 5 mn avant le petit déjeuner, avec un demi-verre d'eau.
Grossesse/Allaitement : évitez la prise de ces médicaments.
Exemples de spécialités :
- DIOVENOR* SACHET
- MEDIVEINE* GE CPR
- VENACLAR* GE CPR
Flavonoïdes utilisé pour traiter l’insuffisance veineuse (jambes lourdes et gonflées,
douleurs, impatiences, petits vaisseaux dilatés, varices) et la crise hémorroïdaire. Exemple :
DAFLON 500MGB20 (PPV : 82.90 Dh), déconseillé en cas d’allaitement, peut être
77
utilisé en cas de grossesse.
2)
HOMEOPATHIE
L´homéopathie ne guérit pas les varices qui sont déjà formées mais elle permet de soulager
les douleurs et d´atténuer les symptômes.
En cas de douleur et de gonflement des jambes, il conviendra de prendre 5 granules de
Vipera redi 5 CH ainsi que 5 granules d’Arnica montana 9 CH deux fois par jour.
Il est recommandé de compléter ce traitement par la prise de 5 granules de Aesculus
hippocastanum 5 CH trois fois par jour si aux varices s’ajoute une poussée hémorroïdaire.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
• Lutter contre la sédentarité : marcher le plus souvent possible, faire de la natation.
• Eviter les stations debout ou assise prolongée et les jambes croisées.
• Corriger le surpoids, tout en adoptant une alimentation équilibrée qui évitera la
constipation.
• Ne pas porter de chaussures à talons hauts, les talons très hauts ou très plats et les bottes
serrées favorisent les troubles circulatoires.
• Eviter les expositions au soleil, les bains chauds, les saunas, et terminez votre douche
par un jet d’eau froide sur les jambes.
• Massez vos jambes avec gels, crèmes, veinotoniques et rafraichissants.
• Evitez la consommation d’alcool et enrichissez votre alimentation en fruits et légumes.
• Surélever les jambes au repos et en position couchée.
• Porter des vêtements amples ne comprimant ni les jambes ni la taille.
• Porter des articles de compression dans les situations à risque : grossesse, alitement
prolongé, voyage de longue durée en avion ou en voiture.
• Associer des anti-oxydants (vitamines E et C) aux plantes veinotoniques (cyprès, petit
houx (fragon), hamamélis, mélilot, marronnier d'Inde, myrtille, noisetier, vigne rouge,
viburnum) et faire des cures de 3 mois, à renouveler si besoin.
78
LA VARICELLE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Elle est due au virus varicelle-zona (VZV) qui appartient au groupe des herpès-virus. Elle
sévit de façon épidémique à la fin de l'hiver et au début du printemps.
■ MODE DE TRANSMISSION
La transmission du virus de la varicelle se fait par voie respiratoire, par inhalation de
gouttelettes de salive émises par une personne malade ou par contact direct avec les lésions
cutanées.
Une personne est contagieuse 24 à 48 heures avant l'apparition des rougeurs et pendant
environ une semaine, c'est-à-dire jusqu'à ce que les vésicules ou bulles soient sèches et
forment une croûte.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Avez-vous de la fièvre ?
Comment sont les boutons ?
Avez-vous une toux ou des problèmes respiratoires ?
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
La contamination par une personne malade est suivie d'une période d'incubation de 10 à
21 jours pendant laquelle l'enfant n'a pas de symptôme.
Puis l'enfant présente :
•
une fièvre modérée jusqu'à 38 °C, avec des maux de tête éventuels ( ne jamais donner de
l’aspirine ou ibuprofène qui provoque le syndrome de REYE très grave)
•
des rougeurs surélevées de la peau sur lesquelles apparaissent rapidement des vésicules
ou des bulles. Ces dernières mesurent de trois à quatre millimètres de diamètre, sont remplies
d'un liquide clair (aspect de gouttes de rosée) qui se trouble rapidement ;
•
de fortes démangeaisons cutanées (prurit).
L’éruption peut se réduire à quelques vésicules ou évoluer en deux à trois poussées pour
couvrir tout le corps (10 à 2000 vésicules), apparaît d'abord sur la nuque, le thorax, le ventre
ou le dos, mais peut progressivement couvrir tout le corps, même le cuir chevelu, le visage,
les mains et les pieds mais également à l'intérieur de la bouche ou sur les muqueuses génitales
où elles prennent l'allure d'ulcérations.
79
La guérison : Les vésicules sèchent et forment une croûte brunâtre. À ce moment, elles ne
sont plus contagieuses. Au sixième jour environ, la croûte tombe et laisse une tache rosée qui
disparaît sans laisser de séquelles, sauf en cas de grattage.
La guérison est obtenue en 10 à 12 jours et l’enfant peut retourner en collectivité. En général,
les personnes qui ont eu la varicelle dans leur enfance sont immunisées. Elles sont protégées
contre cette maladie, mais le virus n'est pas éliminé complètement. Il reste donc présent en
petite quantité dans l'organisme, au niveau des ganglions nerveux. Chez 15 à 20 % des
personnes, il peut se réactiver dans les nerfs de la peau et s'exprimer sous la forme d'un zona.
■ LES COMPLICATIONS
- La surinfection des lésions cutanées par un staphylocoque ou un streptocoque en cas de
grattage peut être à l’origine d’un impétigo.
- La pneumopathie : cette atteinte pulmonaire par le virus est possible surtout chez le
nourrisson ou la femme enceinte.
- la femme enceinte qui contracte la varicelle, est exposée à des complications pulmonaires
(pneumopathie).
Si elle contracte la varicelle pendant la première moitié de sa grossesse, le fœtus peut
présenter des malformations multiples, surtout neurologiques ou oculaires.
Si elle contracte la varicelle quelques jours avant l'accouchement, l'enfant présente une
varicelle néonatale de gravité variable.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) HOMEOPATHIE
•
Prévenir et traiter la varicelle au premier stade de la maladie
On peut atténuer les démangeaisons et accélérer la cicatrisation des boutons par
l´homéopathie.
Pour prévenir la varicelle chez une personne en contact avec un sujet atteint de cette maladie,
il faut lui administrer une dose de Rhus Toxicodendron 7 CH.
Chez un malade qui ne présente que les premiers symptômes, il est recommandé
d’administrer Anagallis 5 CH afin de soulager les démangeaisons et de le saupoudrer de talc
au Calendula plusieurs fois par jour.
80
•
Traiter la varicelle au stade éruptif de la maladie
Au stade éruptif de la pathologie, il est conseillé d’avoir recours à Croton tiglium, Rhus
Toxicodendron, Mezereum et Antimonium tartaricum.
Ainsi, il conviendra de débuter le traitement en prenant 5 granules de Croton tiglium 9 CH
toutes les deux heures, et ce, jusqu’à ce que tout signe de démangeaison disparaisse de
manière durable. Lorsque le contenu des vésicules est citrin, il est recommandé de prendre 5
granules de Rhus toxicodendron 15 CH 3x/j pendant 10 jours tandis qu’en cas de vésicules
croûteuses, il est préférable d’avoir recours à Mezereum 15 CH en ayant soin de respecter la
même posologie. Enfin, pour atténuer les cicatrices après la disparition des croûtes, il
convient de prendre 5 granules d’Antimonium tartaricum 5 CH 2x/j.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
•
douche courte ou bain court avec très peu de gel lavant surgras, rinçage et séchage
soigneux ;
•
éviter les lavages trop fréquents et les eaux trop chaudes ;
•
application d'un antiseptique incolore chlorhexidine sur les lésions ;
•
éviter les pommades qui provoquent une macération ;
•
proscrire le talc dont les particules peuvent entraîner une surinfection cutanée lorsqu'elles
s'accumulent ;
•
porter des vêtements légers et en coton ;
•
le prurit étant un facteur de risque de surinfection, il doit être pris en charge. Les ongles
doivent être coupés courts. Un antihistaminique adapté à l'âge est prescrit.
•
donner exclusivement du paracétamol en cas de fièvre.
•
Tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont contre-indiqués chez les enfants
atteints de varicelle. 61*
■ LIMITES DU CONSEIL
- votre enfant de moins de six mois présente des lésions de varicelle ;
- votre enfant présente une maladie de la peau chronique (eczéma, eczéma atopique, par
exemple), qui favorise l'extension des lésions de varicelle ;
- votre enfant ou vous-même présentez un déficit immunitaire ou vous suivez un
traitement corticoïde au long cours et vous avez été en contact avec le virus ;
81
- vous êtes un adulte, vous n’avez pas contracté la maladie dans l’enfance et un de vos
proches a la varicelle ;
- cas de douleurs vives des zones éruptives
- Femme enceinte
- les vésicules se remplissent de sang, se creusent et la fièvre est élevée
- les vésicules se remplissent de pus et se creusent : on peut craindre une surinfection
bactérienne (impétigo) ;
- votre enfant ou vous-même toussez : on peut craindre une atteinte pulmonaire ;
- La présence d´éruption à des endroits critiques tels que la région des yeux.
82
LES VERGETURES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Conséquence d'une modification plus ou moins brutale du poids corporel, les vergetures
apparaissent souvent lors de certaines périodes clés comme la grossesse ou la puberté mais
aussi lorsqu'on joue régulièrement au « yo-yo » avec l'aiguille de la balance.
D'abord rouges ou légèrement violettes, elles finissent toujours par s'atténuer avec les années,
notamment en pâlissant, mais elles ne disparaissent hélas jamais totalement.
Les vergetures sont plus fréquentes chez la femme que chez l'homme et elles varient
selon la fragilité individuelle de la peau au stress d'étirement.
Chez la femme, elles sont habituellement localisées aux aisselles, aux seins, à l'abdomen, aux
hanches et aux cuisses, tandis que chez l'homme, elles se cantonnent au haut et au bas du dos.
Il existe deux types de vergetures :
Vergetures immatures ou inflammatoires
•
en voie de formation ;
•
de couleur rosée, bleutée ou violacée ;
•
peuvent être légèrement douloureuses.
Vergetures matures, leur activité formation terminée, elles sont blanches.
■ QUELS SONT LES CAUSES ?
•
Puberté.
Il existe un facteur hormonal déterminant influant sur la texture de la peau et dû à la
croissance, aux changements morphologiques rapides et au développement de la masse
musculaire.
•
Grossesse.
C'est la cause la plus fréquente en raison de l'importance du stress d'étirement.
•
Gain ou perte rapide de poids.
Le phénomène est plus accentué en cas de gain de poids, mais il peut aussi se manifester après
une perte de poids rapide.
•
Médicaments de la famille des stéroïdes (cortisone, etc.).
Appliquées là où la peau est fragile ou aux endroits où elle fait des plis, les crèmes et lotions
fortement concentrées en cortisone peuvent rapidement favoriser l'apparition de vergetures
83
(après trois à quatre semaines d'application).
Prise oralement pour traiter l'asthme, l'arthrite, etc., la cortisone peut causer des vergetures ou
un syndrome de Cushing en six mois.
Les stéroïdes anabolisants causent des vergetures, de l'acné et augmentent la pilosité.
•
Troubles métaboliques.
■ TRAITEMENT DISPONIBLE
1)
•
TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX : la vitamine A acide
La trétinoïne, dérivée de la vitamine A, semble avoir l'effet le plus grand sur les
vergetures. Exemple de spécialité : LOCACID 0,0005, Crème (PPV : 41.50 Dh)
•
Il ne faut cependant pas s'attendre à des miracles : dans le meilleur des cas, on observe une
diminution des marques inférieure à 20%.
•
L'efficacité des autres principes actifs, des acides de fruits jusqu'aux solutions les plus
douces comme certaines huiles végétales, est encore plus discutable.
Cas de vergetures immatures ou inflammatoires : l'application de crèmes à la vitamine A
acide, prescrites par le dermatologue. Cette substance agit en régénérant la peau et s'avère
plus ou moins efficace à condition d'être très scrupuleusement appliquée tous les jours
pendant deux ans au minimum.
Les effets secondaires sont assez contraignants puisque la vitamine A acide, très irritante, peut
dessécher la peau (il faudra alors compenser par une crème ultra hydratante à appliquer très
régulièrement aussi). Qui plus est, elle est absolument contre-indiquée en cas de grossesse car
elle risque de causer une malformation du foetus. trétinoïne, isotrétinoïne, sur prescription,
contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement) stimule la production de collagène,
restructure la peau, l'épaissit et la régénère. Ce traitement est recommandé quand les
vergetures sont en voie de formation. À la puberté, cette phase peut durer un an ou deux.
Parfois proposée, la dermabrasion (abrasion de la peau sous anesthésie locale) n'a un résultat
que suspensif puisque, si la vergeture disparaît effectivement dans un premier temps, ce n'est
que pour mieux réapparaître quelques mois après.
Enfin, le laser coloré pulsé, présenté par certains comme une recette miracle, n'agit qu'en
palissant plus rapidement la vergeture lorsque celle-ci est très rouge… Ce n'est donc pas une
solution à long terme. Le laser est un procédé qui fait mûrir les vergetures plus rapidement et
84
les empêche d'évoluer. Les deux tiers des patients voient une amélioration après trois ou
quatre séances.
Cas de vergetures matures
•
Elles peuvent être atténuées par la technique de resurfaçage par microdermabrasion :
après application d'un anesthésique local, on pulvérise des cristaux qui sont réaspirés. Cela
crée un microtraumatisme qui, en guérissant, favorise la régénération de la peau.
•
On peut également avoir recours à un traitement aulaser, qui lisse la peau par
échauffement.
L'abdominoplastie enfin est une chirurgie esthétique réservée aux cas extrêmes (la peau
touchée est retendue).
Les vergetures consistent en des stries linéaires résultant de cassures dans le tissu
dermique et atteignant parfois le tissu hypodermique.
Ce sont des traces laissées par des variations de poids : devenir une femme à la puberté, porter
un enfant, perdre du poids après avoir fait un régime.
2) Le laser
Plus récents, les lasers, lampes flash et LED sont une proposition récente et de plus en plus
populaires contre lesvergetures. Par l'action de la lumière et de la chaleur, ils stimulent la
création de collagène dans la zone où ils sont appliqués.
Cependant, l'efficacité de ces techniques, quand elle est évaluée scientifiquement, n'est pas
non plus très enthousiasmante. En outre, on regroupe souvent sous le terme "laser" des
techniques qui diffèrent et n'ont pas toutes la même efficacité. Alors qu'elles ont toutes des
effets secondaires ou des risques associés !
Certaines techniques semblent prometteuses, comme le laser vasculaire, la lumière pulsée ou
le resurfaçage laser (laser Fraxel). Il est absolument nécessaire de consulter un dermatologue
avant de décider de suivre un traitement au laser.
Précisons que le laser est souvent utilisé en combinaison avec la radiofréquence, qui utilise
elle aussi la chaleur pour contracter les fibres de collagène. La radiofréquence a démontré
une certaine efficacité contre les vergetures, mais les études manquent encore pour
confirmer ces résultats.
85
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Tout d'abord, il faut limiter la prise de poids autour des chiffres conseillés par le gynécologue
ou la sage-femme (il ne s'agit pas d'être sous-alimentée, ce qui serait dangereux pour le bébé).
Ensuite, il est conseillé de faire des massages cutanés quotidiens des zones à risque en faisant
des mouvements circulaires avec une crème grasse ou des huiles végétales comme l'huile
d'amande douce ou d'avocat. Un gommage une fois par semaine assure une meilleure
pénétration du produit. Par ailleurs, le massage en lui-même est bénéfique, car il stimule la
circulation cutanée.
•
Prévenir.
Maintenez un poids stable en évitant crises de boulimie et régimes draconiens, responsables
de variations de poids importantes et rapides.
•
Appliquer des crèmes à base de vitamine E.
Toutefois, n'attendez pas de miracle, tant sur le plan de la prévention que sur celui de
l'amélioration.
•
Ne pas arrêter un traitement à base de cortisone.
Si le traitement a été prescrit par un médecin, il peut être très dangereux de l'arrêter sans un
avis médical.
•
Ne pas utiliser de crème à base de vitamine A acide (trétinoïne) pendant la grossesse
et l'allaitement.
Ce sont des contre-indications formelles, car la substance est absorbée par la peau et peut
atteindre le fœtus ou le bébé si vous allaitez.
•
Ne pas utiliser de crèmes, de pommades ou d'onguents à base de cortisone sans
prescription médicale (surtout celles qui contiennent du fluor).
•
Ne pas utiliser de stéroïdes anabolisants. Ces substances sont parfois employées au
cours de l'entraînement des sportifs.
•
Éviter les traitements de resurfaçage quand les vergetures sont immatures. Cela
pourrait aggraver la situation.
■ LIMITES DU CONSEIL
•
Vous faites un complexe de vos vergetures
•
Leur aspect inesthétique vous inhibe ou vous obsède.
86
LES VERRUES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les verrues sont des lésions cutanées bénignes liées à la présence d’un papillomavirus
(HPV) à la surface de la peau. Elles peuvent être uniques, ou apparaître en mosaïque
(verrues groupées).
Elles sont contagieuses par contact direct ou indirect (piscine et sanitaires). L’autoinoculation est fréquente.
Elles sont localisées sur les parties du corps en contact avec l’extérieur : mains, pieds et
visage.
Les verrues plantaires sont les plus invalidantes.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La verrue vulgaire (dos des mains, doigts et plus rarement périphérie de l’ongle) a l’aspect
d’un dôme dur et rugueux de couleur chair, à la surface irrégulière mais bien délimitée.
• La verrue plantaire (plante des pieds) a souvent l’aspect d’un banal durillon. Elle peut être
douloureuse à la marche.
• La verrue plane (visage et dos des mains) est peu saillante et de couleur rose-brun.
• La verrue génitale ou condylome touche les muqueuses génitales. Elle est transmise
essentiellement par voie sexuelle et est traitée de manière particulière.62*
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Où se situent les verrues ?
Comment se présentent-elles ?
Quand sont-elles apparues ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
• Par simple contact direct (degré de contagiosité variable), ou par l’intermédiaire d’objets
contaminés par des squames infectées.
• La transmission est favorisée par des lésions cutanées et /ou une peau sèche.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANT
Une baisse de l’immunité favorise l’apparition des verrues : attention chez les personnes
87
malades, ou traitées par immunosuppresseurs.
■ PRÉVENIR LES VERRUES
• Eviter les milieux humides : porter des sandales dans les piscines, les salles de sports ou à
la plage ; lutter contre la transpiration excessive des pieds ; bien se sécher les pieds.
• Pour limiter la contagion, les porteurs de verrues doivent couvrir les lésions pendant le
traitement.
■ LE TRAITEMENT DES VERRUES
Un conseil officinal bien mené, associant traitement local et traitement de fond pourra donner
d’excellents résultats.
• Si les verrues ne sont pas douloureuses, gênantes et/ou perçues comme inesthétiques, le
traitement n’est pas indispensable : elles disparaitront spontanément le plus souvent en
quelques mois.
• Les produits à base d’acide salicylique permettent de retirer peu à peu de fines couches de
peau infectée et de « décaper » les verrues épaisses. Le traitement, quotidien, dure plusieurs
semaines.
• La cryothérapieà l'azote liquide détruit la lésion par le froid. Cette technique, parfois
douloureuse, est actuellement la plus utilisée.
• Le laser est une solution de dernier recours car il laisse une cicatrice dans la moitié des cas.
Quand ces solutions sont insuffisantes ou en cas de verrue volumineuse, il faut envisager la
chirurgie : ablation chirurgicale de la verrue par curetage (risque de cicatrice douloureuse).
Aucun des traitements disponibles n’empêche les récidives parce que la lésion traitée n'est
que la manifestation superficielle du virus, qui reste à l'état latent dans l'organisme. La
verrue peut réapparaître secondairement à l'occasion d'une maladie ou d'une grande
fatigue.64*
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Les verrucides contre les verrues : Application locale d’un verrucide à base d’acide
salicylique, qui brûle la verrue.
A appliquer uniquement sur la verrue en évitant la peau qui l’entoure.
Ne pas appliquer sur les verrues localisées sur le visage ou les organes génitaux.
88
2) HOMEOPATHIE
Pour atténuer les douleurs et l’élimination et la cicatrisation des verrues, on peut opter pour
un traitement homéopathique. A cet effet, et de façon générale, on fait référence à deux
remèdes : Antimonium Crudum 7 CH et Nitricum Acidum 7 CH.
La posologie est de prendre 5 granules, 2 x/j et pendant 2 mois. On peut associer à ce
traitement du Thuya Occidentalis 9 CH qu’on applique localement sur l’infection.
En cas de verrues des mains et des doigts : Dulcama 5CH (3 granules le matin pendant
3 mois).
Les résultats peuvent s’apprécier au terme du premier mois de traitement.
3) PHYTOTHERAPIE
-
Suc frais de chélidoine (appliquez une goutte 2 à 3 fois par jour),
-
Mélange de Chelidonium TM et de Thuya TM (application d’une goutte 3 x/j ).
4) AROMATHERAPIE
huile essentielle de sarriette des montagnes à carvacrol et huile essentielle de cannelle de
Ceylan 5 ml (application au coton-tige 2 à 4 x/j). 63*
■ LIMITES DU CONSEIL
- cas de diabète
- verrues de taille et nombre important.
- Si les verrues se propagent ou deviennent inesthétiques ou gênantes.
- verrues génitales.
- verrue douloureuse et persistante après deux à trois semaines de traitement doit être traitée
par un spécialiste.
- En cas d’échec de l’automédication.
89
ZONA
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le
zona
est
une
infection
contagieuse
de
la
peau
d’origine
virale.
Il existe trois formes de zona : intercostal au niveau du thorax, la plus fréquente,
ophtalmique et otitique.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Sensation de brûlure, picotements ou sensibilité accrue sur une bande de peau, le long du
trajet d’un nerf sensitif infecté (bras, torse, dos, visage), généralement sur un seul côté du
corps. Une rougeur diffuse apparaît 1 à 3 jours plus tard sur cette région.
• Puis éruption de vésicules rouges emplies de liquide, provoquant des démangeaisons. Elles
s’assèchent,
forment
une
croûte
et
disparaissent
en
2
à
3
semaines.
• Douleur locale aiguë, de durée et d’intensité variables. Parfois, fièvre et maux de tête.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
La maladie est due à une réactivation du virus varicelle-zona (VZV), appartenant à la
famille des herpes virus. Elle apparaît chez des sujets contaminés des années auparavant par
une varicelle. Après cette primo-infection, le virus persiste à l’état latent dans les ganglions
des nerfs.
Le zona touche majoritairement des personnes âgées de plus de 50 ans, avec une nette
augmentation de la fréquence du zona avec l'âge.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Après avoir contracté la varicelle, la plupart des virus sont éliminés sauf quelques-uns qui
restent latents dans les ganglions. Probablement à l'occasion d'une baisse des défenses
immunitaires, ceux-ci peuvent se réactiver et provoquer un zona. C'est ainsi que 20% des
personnes ayant eu la varicelle développent un zona à un moment de leur vie. 68*
90
La fréquence du zona augmente avec l’âge. Sont également plus particulièrement exposées
les personnes :
- prenant des médicaments à base de cortisone ou des immunodépresseurs,
- ayant eu un stress ou un choc émotionnel,
- atteintes d’une maladie affaiblissant le système immunitaire (cancer, sida…),
- recevant un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie.
■ LE TRAITEMENT DU ZONA
La majorité des atteintes sont banales et guérissent spontanément.
Le traitement antiviral est d’autant plus efficace qu’il est prescrit dès l’apparition des
premiers signes et à fortes doses.
Des antalgiques ou de la cortisone peuvent être utiles pour calmer la douleur qui peut, dans
certains cas, persister plusieurs mois après la guérison des lésions cutanées.
Le médecin peut aussi prescrire un traitement pour renforcer le système immunitaire.
Sinon, des anti-inflammatoires, des anesthésiques et des antihistaminiques permettent
d’apaiser les douleurs et les démangeaisons.69*
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Aciclovir
•
Ibuprofène
•
Paracétamol
(comprimé
à
avaler,
effervescent,
gélules,
sachet,
lyophilisat,
suppositoire, suspension buvable)+ codéïne
Aciclovir crème, pommade ophtalmiqueutilisé pour traiter le virus de l’herpès ou pour
prévenir ses récidives ou bien encore en cas de zona ophtalmique. La durée du traitement est
de 5 à 10 jours.
Crème : appliquer localement 5 fois par jour, à intervalles réguliers, en massant légèrement
les lésions.
Pommade ophtalmique : appliquer la pommade dans le cul-de-sac sous conjonctival ; pour
cela, baisser la paupière inférieure et appliquer l’équivalent d’un grain de riz, en évitant de
toucher la paupière avec l’embout du tube puis fermer la paupière. Le traitement est d’autant
plus efficace s’il est débuté dès les premiers symptômes annonçant une poussée d’herpès.
91
Parmi les effets indésirables :
- Crème : sensation de brûlures et de picotements lors de l’application, érythème, sécheresse
cutanée, eczéma de contact.
- Pommade ophtalmique : douleurs transitoires après l’application, conjonctivite, irritations de
la cornée, allergie au niveau des paupières.
Liste des médicaments que vous pouvez vous procurer sans ordonnance :
- ACICLOVIR 5% CR TUB
-ZOVIRAX 5% CR TUB 2g (PPV : 45.00 Dh)
2) HOMEOPATHIE
Traitement du zona dans sa phase prodomale :
On désigne par phase prodomale, l’étape avant l’apparition des éruptions sur la peau. Le
remède homéopathique indiqué dans ce cas est le Sulfur. Cette substance facilite l’apparition
des éruptions cutanées.
Un autre remède est le Staphylococcinum.
Traitement du zona dans sa phase aiguë :
Les grosses vésicules contenant du pus peuvent être soignées avec Cantharis. Lorsqu’elles
sont excoriées, certaines vésicules en donnent d’autres et se multiplient très rapidement.
L’homéopathie les traite avec Anagallis arvensis. Les vésicules qui contiennent des liquides
clairs sont détruites à l’aide de Rhus toxicodendron. Quant aux vésicules qui peuvent
engendrer des ulcérations, elles sont efficacement traitées grâce à Rhus vernix.
Apis est particulièrement indiqué pour soigner les éruptions vésiculaires ou érythémateuses
accompagnées d’œdèmes.
L’Arsenicum album est efficace contre les éruptions qui font particulièrement mal pendant
la nuit.
Le zona ophtalmique est soigné à l’aide de Prunus Spinosa.
Traitement durant la phase post herpétique :
Après les éruptions cutanées, les douleurs vives mais de courtes durées peuvent être traitées
par Kalmar latifolia.
Les douleurs nerveuses qui s’aggravent avec les secousses ou les mouvements sont traitées
par Hypericum perforatum.
92
Vaccinotoxinum peut être utilisé pour traiter les cas de douleurs névralgiques. On prendra 5
granules à 15 ou 30 CH, 2 fois par jour.
Magnesia Phosphorica est très utile pour les fortes douleurs. Le malade en prendra une dose
à 15 CH par semaine après avoir pris pendant quelques jours 3 granules de 9 CH, 2 fois par
jour.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
L’herpès est une maladie virale, contagieuse. Il est important, alors, de ne pas gratter les
vésicules et les lésions et de respecter quelques règles d’hygiène; se laver soigneusement et
régulièrement les mains tout au long de la journée, utiliser du linge de toilette personnel et une
brosse à dent personnelle.
•
Ne pas gratter les vésicules ni les percer.
•
Appliquer des compresses humides froides sur les lésions cutanées.
•
Prendre des bains frais additionnés de bicarbonate de soude.
•
Porter des vêtements amples pour éviter les frottements.
•
Se reposer et se relaxer pour aider l’organisme à lutter contre le virus
•
Il existe un vaccin contre le zona destiné aux personnes âgées ayant eu la varicelle, qui
réduit de moitié environ le risque de développer cette maladie, le Zostavax®.
- Le contact rapproché avec l’entourage doit être évité (notamment les baisers mère-enfant)
ainsi qu’avec des personnes fragilisées comme les femmes enceintes, les nouveaux-nés ou les
personnes ayant une baisse d’immunité.
- Eviter tout contact avec un produit irritant ou allergisant (maquillage par exemple). Eviter de
vous frotter les yeux. Les porteurs de lentille de contact ne doivent jamais humidifier les
lentilles avec leur salive. En cas d’herpès labial, l’application régulière d’un écran labial, lors
d’exposition au soleil, permet de prévenir les récidives.
Attention la transmission peut se faire par l’intermédiaire d’un simple stick à lèvre.
ATTENTION : Le zona n’est pas contagieux.
En revanche, le liquide à l’intérieur des vésicules contient des particules du virus de la
varicelle, au contact duquel, une personne qui n’a jamais eu la varicelle peut la développer.
93
■ LIMITES DU CONSEIL
Si l’atteinte concerne la région de l’œil ou du visage.
Il est préférable d’éviter d’utiliser l’aciclovir chez la femme enceinte.
La crème ne doit pas être utilisée dans l’œil, dans la bouche, ni par voie vaginale.
94
ANEMIE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’anémie correspond à une diminution anormale du taux d'hémoglobine dans le
sang, ou à un nombre insuffisant de globules rouges.
Il y a anémie quand le taux d'hémoglobine est inférieur à 14 g/100 ml chez l'homme
et 12 g/100 ml chez la femme.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
L’hémoglobine sert à fixer l’oxygène dans le sang. Une personne anémiée a donc
moins
d’oxygène
pour
alimenter
ses
tissus
et
cellules.
Ceci entraîne une fatigue importante, voire une perte d’appétit, une pâleur de la
peau, des lèvres et du blanc de l'œil, un essoufflement à l’effort, une accélération du
rythme cardiaque, vertiges, maux de tête et bourdonnements dans les oreilles.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Les anémies par destruction excessive des globules rouges peuvent être héréditaires
et congénitales, comme la thalassémie, présente surtout sur le pourtour
méditerranéen.
les populations féminines les plus anémiées sont celles qui ont la consommation de
viande la plus faible.
Ainsi, les femmes d'origine chinoise et du Sud asiatique ont une hémoglobine plus
basse que les Européennes. Comparées aux Britanniques, les Chinoises sont 2 fois
plus anémiées et les Sud-Asiatiques le sont 3 fois plus.69*
En regardant de plus près les habitudes alimentaires, seule une carence en fer liée au
régime végétarien peut expliquer la présence de l'anémie.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
-
Des saignements répétés visibles ou invisibles (règles abondantes, grossesses
nombreuses, saignements digestifs...),
-
Une carence alimentaire : alimentation exclusivement végétale par exemple.
-
La destruction excessive des globules rouges (anémies hémolytiques),
95
-
La fabrication insuffisante de globules rouges,
-
La trop grande taille des globules rouges...
-
L’anémie peut être également due à des anticorps fabriqués par l’organisme et
détruisant les globules rouges, en cas d’infection microbienne ou virale par
exemple.
■ PRODUITS DISPONIBLES
L’anémie est un symptôme. Il faut toujours en traiter la cause.
Un taux d’hémoglobine inférieur à 7g /100 ml nécessite une transfusion sanguine.
En cas de carence en fer, un apport de sel ferreux sous forme orale peut être prescrit,
sur 5 à 6 mois pour recharger les réserves.
Les anémies liées à des globules rouges de grande taille sont traitées par de l'acide
folique ou de la vitamine B12 (injections à vie).
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Acide folique 5mg : selon analyses, pour une grossesse, la prévention doit être
entreprise 4 semaines avant la conception et se poursuivre 8 semaines après celle-ci.
ATTENTION : lors de l’association avec des médicaments utilisés dans le
traitement de l’épilepsie : Phénobarbital, phénytoïne, primidone. Dans ce cas, une
surveillance clinique, éventuellement la mesure des taux plasmatiques et
l’adaptation, s'il y a lieu, de la posologie de l'antiépileptique pendant la
supplémentation folique et après son arrêt seront nécessaire.
L'acide folique intervient dans le métabolisme des acides aminés. Une carence
entraîne une anémie et peut parfois conduire à l'anorexie ou à la dépression.
La déficience en acide folique chez la femme enceinte augmente le risque
d'avortement ou de malformations, du tube neural notamment.
Les apports conseillés en acide folique sont d'environ 400 µg/ j chez l'adolescent et
l'adulte, et de 800 µg/ j chez les femmes enceintes. 70*
Fer utilisé pour soigner une anémie par carence en fer. Il peut aussi s’utiliser en
prévention de l’anémie chez la femme enceinte.
Curatif : 100 à 200 mg de fer métal par jour.
96
Préventif : de l’ordre de 50 mg de fer métal par jour chez la femme enceinte,
pendant les deux derniers trimestres de la grossesse, ou à partir du 4ème mois. Le
médicament sera pris avec de l’eau, idéalement avant les repas afin d’optimiser
l’assimilation du fer. En cas de survenue d’effets secondaires digestifs, préférer la
prise au milieu des repas et fractionner la dose quotidienne en 2 ou 3 prises.
Parmi les effets indésirables : Troubles digestifs possibles, à type de nausées,
constipation ou diarrhées. Coloration habituelle des selles en noir.
2) HOMEOPATHIE
-
Zincum métallicum pour les sujets présentant une fatigue aiguë
-
Vipera Berus pour les sujets victimes de saignements répétitifs, à prendre au
moment des crises.
3) HUILES ESSENTIELLES
Pour un adulte : à faire 3 fois par jour pendant 1 mois : On met deux gouttes d’huile
essentielle de camomille romaine ou l’essence de citron jaune dans une cuillère à
café. On met ensuite le contenu de la cuillère sous la langue et on essaie de ne pas
avaler sa salive pendant deux minutes.
Pour les enfants de plus de 7 ans on peut procéder de la même manière on y
rajoutant un peu de miel.
4) PHYTOTHERAPIE
Certaines autres plantes médicinales ont la propriété d`être antianémique:Avocat,
Chou, épinard sauvage, Ginseng, grande ortie, luzerne, Myrtille, Oignon, Ortie,
patience, spiruline, vigne.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
•
Il faut manger équilibré.
Voici quelques aliments contenant beaucoup d’acide folique (quantités exprimées
en µg/100g) :
La levure alimentaire (3900 µg), le foie gras (550 µg), le foie cuit (250 µg), le jaune
d’œuf (400 µg), le cresson cru (200 µg), les noix (200 µg), certains fromages
comme le brie de Meaux (150 µg), les épinards cuits (150 µg), le muesli (150 µg),
97
la laitue (120 µg), mangez aussi d’autres abats, des lentilles, poissons, fruits de mer,
fruits secs, légumineuses, du boudin noir…
•
Éviter les abus d’alcool.
•
En cas de grossesse, effectuez régulièrement vos bilans sanguins et les contrôles
échographique du fœtus.
•
Éviter les aliments riches en acide oxalique qui inhibent l'habileté du corps à
absorber le fer comme la rhubarbe, les tomates et le chocolat.
•
Éviter la consommation de thé, de calcium et dans une moindre mesure de café,
car ils empêchent l’absorption du fer alors que la prise simultanée de vitamine C ou
d’aliments en contenant (citron, orange, mandarine…) augmente son assimilation.
Certains antiacides utilisés dans le traitement des brûlures à l’estomac, les sels de
calcium les hormones thyroïdiennes et les compléments alimentaires à base de Thé
diminuent l’absorption digestive du fer.
La prise de ces médicaments doit être espacée de plus de 2 heures par rapport à celle
du fer.
On trouve deux types de fer dans les aliments, le fer héminique, assimilable à 25 %,
et le fer non héminique, assimilable à 16 %. Les aliments végétaux contiennent
seulement du fer non héminique alors que les aliments animaux contiennent les
deux. Ainsi, les meilleures sources naturelles, sont tout d’abord les viandes
biologiques de qualité, le poisson et les fruits de mer.
Il serait donc préférable de consommer des sources animales comme la viande
rouge, le boudin noir, le foie ou les rognons, le coefficient d’absorption du fer
contenu dans ces aliments est nettement supérieur à celui du fer contenu dans les
aliments d’origine végétale.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Une asthénie plus ou moins aigüe, une somnolence ainsi que des céphalées
accompagnées de tachycardie doivent faire l’objet d’une consultation médicale.
- Suspicion d’un cancer colorectal. 71*
98
HEMORROIDES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les hémorroïdes sont un réseau vasculaire situé dans le canal anal, leur inflammation
suite à l’augmentation de la pression sanguine définit la maladie hémorroïdaire nommée
improprement « hémorroïdes ».
Elles sont dites externes lorsqu’elles sont visibles sur le pourtour de l’anus, ou internes si
elles sont situées dans l’anus.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Les hémorroïdes peuvent parfois ne provoquer aucun symptôme. Mais des
démangeaisons, une irritation ou une sensation de brûlure sont fréquentes.
• Des saignements légers, rouge vif, survenant en fin de selle, peuvent être décelés sur
le papier-toilette.
• Une boule plus ou moins douloureuse est ressentie au niveau de l’anus. La gêne est
aggravée par la position assise, la marche ou le passage aux toilettes.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Avez-vous une douleur vive et continue avec une tuméfaction bleuâtre ?
Saignez-vous de façon répétée ?
Etes-vous constipé ?
Suivez-vous un traitement pour la circulation ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Les hémorroïdes surviennent plus souvent chez les personnes ayant des antécédents
familiaux d’hémorroïdes, en cas de constipation chronique ou d’épisodes fréquents de
diarrhée, ou en cas de surpoids.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• La constipation favorise les hémorroïdes ou les aggrave, de même que certains efforts
ou mouvements violents et intenses.
• La grossesse et l’accouchement favorisent la constipation et donc les hémorroïdes.
99
■ PRÉVENIR LES HEMORROIDES
• Lutter contre la sédentarité, la position assise ou debout prolongée.
• Supprimer les épices, les boissons alcoolisées, le café et le thé forts.
• Combattre la constipation : boire beaucoup (1,5 à 2 litres d’eau chaque jour), avoir
une alimentation équilibrée et riche en fibres.
• Eviter l’équitation ou le cyclisme.
■ LE TRAITEMENT DES HEMORROIDES
• Les hémorroïdes disparaissent généralement en une à deux semaines.
• Le traitement de base repose sur la régularisation du transit intestinal.
• Un laxatif non irritant peut être utilisé en cas de besoin : mucilages, huile de
paraffine.
• La toilette locale se fait avec un savon doux. Il existe des lingettes apaisantes
spéciales pour les hémorroïdes.
• Les traitements locaux (pommades, crèmes ou suppositoires) calment les douleurs,
les démangeaisons et peuvent agir sur les veines.
• Les veinotoniques peuvent agir sur la circulation du sang, des antalgiques ou des
anti-inflammatoires.
• Eviter l’aspirine qui peut favoriser les saignements.
• Un traitement chirurgical est parfois nécessaire.
• Si constipation : laxatifs à base de paraffine puis relais avec laxatif doux ou fibres.
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
-
Veinotoniques : diosmine, gingkor, daflon, cyclo3fort, lymphaveine
-
Antalgiques : paracétamol, ibuprofène (pas de codéine).
•
Adénosine phosphate
•
Bromure de dodéclonium + esculoside + enoxolone + benzocaïne
•
Carraghénates + dioxyde de titane + oxyde de zinc + ( lidocaïne )
•
Citroflavonoïdes + vitamine C
•
Extrait de cassis + petit houx + vitamine C
•
Extrait de mélilot, rutoside
100
•
Extrait de sangsue
•
Extraits de ginkgo biloba + heptaminol + troxérutine
•
Extraits de marron d'Inde + metesculétol
•
Extraits purifié de pépin de raisin
•
Flavodique acide
•
Flavonoïdes
•
Heptaminol
•
Petit houx + hespéridine + vit C
•
Petit houx + mélilot
•
Pramocaïne
•
Ruscogénine + désonide + héparine + lidocaïne + rétinol + tocophérol (Vit E)
•
Trimébutine + ruscogénines
•
Troxérutine
•
Vitamine C + rutoside + tocophérol
Diosmine : utilisé pour traiter l’insuffisance veineuse (jambes lourdes et gonflées,
douleurs, impatiences, varices), la crise hémorroïdaire et les troubles liés à la fragilité
capillaire.
Prenez le médicament 1 à 3 fois par jour, selon les indications. Avalez les comprimés de
préférence au cours d'un repas ou, en cas de prise journalière unique, 5 mn avant le petit
déjeuner, avec un demi-verre d'eau. déconseillé en cas d'allaitement.
Extraits de ginkgo biloba + heptaminol + troxérutine : utilisé pour traiter l’insuffisance
veineuse et la crise hémorroïdaire.
Prenez le médicament 2 à 3 fois par jour, selon les indications. Avalez les gélules au cours
d'un repas, avec un demi-verre d'eau. Diluez le contenu des sachets dans un peu d'eau.
Exemple de spécialité : GINKOR FORT GELULE
ATTENTION : l'heptaminol est une substance interdite en compétition.
Ce médicament ne doit pas être associé avec certains antidépresseurs (IMAO), risque de
poussée d'hypertension.
signalez la prise du médicament avant toute prescription d’un autre praticien.
- Hypertendu : surveillez votre tension.
101
- Evitez l'exposition au soleil ou aux UV.
- Grossesse : ce médicament peut être utilisé, si nécessaire.
- Allaitement : la prise du médicament est déconseillée.
Trimébutine + ruscogénines conseillé pour soulager ou soigner la douleur, les
démangeaisons, voire les fissures anales, notamment lors de la crise hémorroïdaire.
Appliquez la crème et/ou administrez un suppositoire une à deux fois par jour. Le
traitement doit être de courte durée (quelques jours). Si les symptômes ne régressent pas, le
traitement doit être revu après examen proctologique.
Grossesse, allaitement : Administration possible.
Exemples de produits disponibles :
•
RECTOQUOTANE CR RECTALE TUB 20G
•
SEDORRHOIDE CRISE HEMORR CR TUB30G
•
SEDORRHOIDE CRISE HEMORR SUP 8
Adénosine phosphate est utilisé pour traiter l’insuffisance veineuse (jambes lourdes et
gonflées, douleurs, impatiences, petits vaisseaux dilatés, varices) et la crise hémorroïdaire,
réservé à l’adulte
Exemple de produit disponible : ADENYL 60MG CPR
Grossesse, allaitement : l'utilisation est déconseillée.
2) HOMEOPATHIE
Hamamelis virginiana et Collinsonia canadensis soulage les hémorroïdes causées par
une constipation ou une grossesse, se caractérisant par des saignements plus ou moins
abondants.
Aesculussi sensation de piqûres.
Arnica montana permet de traiter les hémorroïdes accompagnées de contusion rectale et
Muriaticum acidum est le remède le plus indiqué si les crises sont favorisées par la
chaleur ou si les hemorroïdes sont sensibles au toucher.
Lachesis mutus pour les femmes dont les hémorroïdes surviennent avant les règles.
Kalium carbonicum pour les sujets qui souffrent également de troubles digestifs.
Fluoricum acidum, il permet de venir à bout des démangeaisons aggravées par la chaleur
et améliorées par le froid.
102
3) AROMATHERAPIE
2 gouttes CYPRES + 2 gouttes EUCALYPTUS RADIE , 3 x/j , 7 j
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
En cas de saignement des hémorroïdes, éviter la prise d’aspirine car elle augmente le
risque hémorragique.
Evitez la consommation d’alcool, d’épices, de café. Le tabac doit être proscrit.
Un régime riche en fibres, un laxatif doux aident à régulariser les selles.
Evitez la station assise ou debout prolongée, bougez, marchez.
Pour soulager la douleur et les irritations lors d'une crise hémorroïdaire, suivez ces
quelques conseils :
-
Une toilette douce de la région anale peut être réalisée : après chaque selle, nettoyez
doucement avec un papier toilette humide sans utiliser de savon
-
Utilisez un savon doux et non parfumé pour votre toilette, préférez une compresse
imprégnée d’huile d’amande douce ou une lingette conçue à cet effet à votre papier
hygiénique habituel.
-
Séchez bien votre peau après chaque selle et après votre douche ;
-
Portez des vêtements en coton qui ne vous serrent pas ;
-
Faites de l’exercice physique, éviter la station assise prolongée
Pour lutter contre la constipation :
-
La correction des troubles du transit est importante.
-
Allez aux toilettes à heure fixe (une demi-heure à une heure après le repas) sans faire
trop d'effort pour « pousser ». Votre organisme s'habituera ainsi à un horaire régulier ;
-
Prenez votre temps quand vous êtes aux toilettes mais ne restez pas en position assise
sur le siège de façon prolongée ;
-
Consommez des fibres alimentaires : elles augmentent la fréquence des selles et
améliorent leur consistance. Mangez des légumes verts, riches en fibres, et des fruits frais.
-
Vous pouvez également consommer, de façon progressive et sans en abuser, du pain
ou des biscuits au son ou aux céréales complètes ;
-
Evitez les aliments trop gras et trop sucrés ;
-
Buvez de l'eau suffisamment et régulièrement (au moins 1,5 litre par jour) ;
103
-
Pratiquez une activité physique régulière en évitant les sports avec port de charges
lourdes.
■ LIMITES DU CONSEIL
-
Pas d’amélioration en 2 jours, récidive ;
-
Examen
médical
pour
éliminer
une
autre
cause :
fissure
anale,
herpès,
condylome,suppuration, cancer.
-
Consultation médicale en cas d’écoulement de sang pendant ou après la selle, ou en cas
de douleurs ou de démangeaisons à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus.
104
JAMBES LOURDES
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La sensation de jambes lourdes est l'une des premières manifestations d'une
insuffisance veineuse chronique, maladie liée à une anomalie du fonctionnement des
veines : le sang qui descend dans les jambes peine à remonter vers le cœur et tend à
stagner.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Sensation de pesanteur dans les jambes, accompagnée de gonflement au niveau
des pieds et des chevilles s'accentuant en fin de journée et disparaissant le matin.
• Parfois crampes, douleurs, fourmillements ou picotements
A SAVOIR : La sensation de jambes lourdes est généralement liée à une insuffisance
veineuse débutante.
La maladie veineuse, chronique et évolutive provient d’une perte de tonicité de la paroi
veineuse associée à la dégradation progressive des valvules.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Etes-vous souvent debout ?
Avez-vous les jambes gonflées le soir ?
Avez-vous des varices ?
Avez-vous tendance à être constipée ?
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Piétinement, station assise ou debout prolongée…
• Chaleur : bains chauds, sauna, exposition au soleil, épilation à la cire chaude…
• Grossesse : les hormones secrétées favorisent la dilatation des veines et l’utérus
gêne le retour veineux.
• Surpoids.
• Pratique de certains sports responsables de chocs ou d’ébranlements : tennis,
volley, rugby, hockey, haltérophilie…
• Port de vêtements trop serrés.
• La contraception orale peut également provoquer la dilatation des veines.
105
■ LE TRAITEMENT DES JAMBES LOURDES
• Le port de chaussettes, collants ou bas de compression est le traitement de
référence de l'insuffisance veineuse chronique. Le soulagement obtenu est rapide. Ils
compriment les jambes et aident le retour du sang veineux. Ils permettent de
diminuer le gonflement des chevilles, de soulager la sensation de lourdeur des
jambes et de prévenir la formation de varices.
• Les médicaments veinotoniques ou à substances vasculoprotecrice par voie orale
(diosmine, troxérutine, flavonoïdes, etc ) ont une action anti-douleur et parfois antioedémateuse.
•Les plantes peuvent aussi être utilisées: vigne rouge, hamamélis, mélilot, fragon,
marron d'inde... mais ils n’ont pas d’action sur l’évolution de la maladie.
• Les veinotoniques locaux (sprays, gels...) apportent un soulagement et une
sensation de fraîcheur immédiats mais transitoires, en complément d’un traitement
oral ou d'une compression. Ils s’appliquent toujours en massage circulaire de la
cheville vers le haut de la jambe.
1)
TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
•
Adénosine phosphate
•
Citroflavonoïdes + vitamine C
•
Coumarine + héparine sodique
•
Diosmine
•
Dobésilate calcique
•
Esculoside + marron d'Inde + vigne rouge
•
Etamsylate
•
Extrait de cassis + petit houx + vitamine C
•
Extrait de mélilot, rutoside
•
Extraits de ginkgo biloba + (heptaminol) + troxérutine
•
Extraits purifié de pépin de raisin
•
Flavodique acide
•
Heptaminol
106
•
Petit houx + hespéridine + vit C
•
Petit houx + mélilot
•
Troxérutine
•
Vitamine C + rutoside + tocophérol : En raison de la présence de vitamine C, il faut
éviter la prise après 16 heures. Informez le laboratoire de la prise du médicament avant un
examen sanguin ou urinaire, la prise de vitamine C peut modifier le résultat. 74*
2)
PHYTOTHÉRAPIE
1) Le marronnier d’Inde
Les graines et l’écorce du marronnier d’Inde contiennent des substances susceptibles de
protéger et de stimuler la paroi des veines et des petits vaisseaux sanguins. Elles auraient
également la capacité de réduire les œdèmes et l’inflammation.
2) L’hamamélis
Les feuilles et l’écorce de l’hamamélis contiennent une grande variété de tanins et de
flavonoïdes. L’OMS reconnaît l’usage traditionnel de l’hamamélis dans le traitement des
varices.
3) Le petit-houx (ou fragon épineux)
Le rhizome de petit-houx contient de nombreuses substances de la famille des
flavonoïdes, dont certaines ont été davantage étudiées : ruscogénine, néoruscogénine,
ruscine et ruscoside.
4) La vigne rouge
Les extraits de feuilles de la vigne rouge contiennent des flavonoïdes (polyphénols) et une
grande quantité d’anthocyanosides, qui ont des effets vasculoprotecteurs proches de ceux
de la vitamineP.
5) Le mélilot
Le mélilot contient des flavonoïdes, qui seraient à l’origine de ses effets sur l’insuffisance
veineuse, et des coumarines capables de fluidifier le sang, efficace dans le traitement des
symptômes de l’insuffisance veineuse.
On peut même conseiller une cure de trois semaines : infusions de vigne rouge à raison
d’une cuillérée à cafépar tasse, trois fois par jour. Si les jambes sont spécialement
douloureuses, on ajoute aux mêmes doses du plantain ou une infusion de ginkgo bilobasi
107
les jambes sont plus gonflées le soir.
3) COMPLEMENTS ALIMENTAIRES
Les huiles extraites des poissons gras, riches en acides gras oméga-3, ont un effet
anticoagulantet préviendraient la formation de caillots de sang.75*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Le conseil officinal vise à prendre en charge les symptômes de jambes lourdes chroniques
accompagné ou non d’un œdème vespéral. On peut donner les conseils suivants :
• Faire de l’exercice physique : marche, vélo, natation, gymnastique douce. Pratiquez 30
minutes de marche rapide au moins trois fois par semaine et, si possible, tous les jours.
• Préférez les escaliers à l’ascenseur.
• Certains sports sont déconseillés en cas de problèmes veineux : provoquent des "àcoups" écrasant trop la voûte plantaire et ses veines (ex. : tennis, squash, basket-ball) ou
bloquent la circulation du sang (ex. : équitation, judo, ski alpin).
• Eviter la chaleur, les bains chauds, l’épilation à chaud
• Porter des vêtements larges qui n’entravent pas la circulation au niveau de la ceinture
et des jambes.
• Surélever les pieds du lit en plaçant un coussin sous les pieds.
• Proscrire les talons de plus de 6 cm de haut, ou très plats et les bottes serrées
• Eviter les stations prolongées debout ou assise jambes croisées.
• Terminez votre douche par un jet d’eau froide sur les jambes. Massez vos jambes avec
gels, crèmes, veinotoniques et rafraichissants.
• enrichissez votre alimentation en fruits et légumes.
• Protégez vos jambes en cas d’exposition au soleil,
• Luttez contre le surpoids et la constipation.
• Portez des chaussettes ou des bas de contention.
• Pensez aux plantes veinotoniques : cyprès, petit houx (fragon), hamamélis, mélilot,
marronnier d'Inde, myrtille, noisetier, vigne rouge, viburnum. Associez les à des antioxydants (vitamines E et C). Faites des cures de 3 mois, renouvelées si besoin.72*
108
■ HYGIENE DE VIE
préférez les douches aux bains chauds ;
le soir, après une journée debout, une douche froide sur vos jambes peut vous soulager
évitez les sources de chaleur comme le sauna, le hammam, l'épilation à la cire chaude
et les expositions au soleil
évitez les pantalons trop serrés, la position jambes croisées de façon prolongée
évitez l'excès de poids, adoptez une alimentation équilibrée, en limitant les aliments
qui favorisent la congestion des veines (alcool, épices, café, thé, tabac).
Si vous présentez un surpoids, il est recommandé d’essayer de maigrir, dans la mesure
du possible.
Faire le plein des vitamines et minéraux (myrtilles, agrumes, raisins, framboises,
cassis, pêches, pommes, poires…) et les légumes frais (oignons, poireaux, betteraves,
brocolis, tomates, céleri, persil…). Vous ferez ainsi le plein en polyphénols, des
antioxydants qui contribuent à maintenir en bon état les parois des veines. À noter que les
fibres contenues dans les fruits et les légumes, et aussi dans les céréales complètes, vous
aideront à lutter contre la constipation, laquelle favorise la stase veineuse.
Pour l'équilibre, limitez les aliments gras et privilégiez les poissons, les fruits de mer et
les coquillages.
Enfin, buvez beaucoup d'eau. Oubliez la cigarette et l'alcool car ils dilatent les veines.
Quant au café, il augmente la sensation d'inconfort dans les jambes…
Diminuer la consommation de sel afin de limiter les phénomènes de rétention d'eau.
certains mouvements peuvent être conseillés avant le coucher : allongé sur le dos,
mouvements de pédalage des jambes, massage des deux jambes depuis les chevilles
jusqu'aux genoux. 73*
■ LIMITES DU CONSEIL
-
Œdème unilatéral avec placard rouge et fièvre.
-
Induration douloureuse
-
Ulcère veineux.
-
Sportifs : l'heptaminol est une substance interdite en compétition.
-
Chez les personnes hypertendues, il faut surveiller la tension.
-
Les personnes qui prennent des traitements anticoagulants ou qui vont subir une
intervention chirurgicale doivent s’abstenir de prendre des compléments alimentaires ou
109
des médicaments destinés à lutter contre l’insuffisance veineuse, du fait de leurs possibles
propriétés anticoagulantes.
110
BALLONNEMENT
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le ballonnement intestinal, appelé également météorisme, est dû à une accumulation,
dans les intestins, de gaz issus du processus de fermentation bactérienne des aliments
ingérés.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Augmentation du volume de l’abdomen, avec sensations de tiraillements, de
gargouillis intestinaux.
Si les gaz ne peuvent pas être expulsés par la bouche ou par l’anus (flatulences), ils
s’accumulent et entraînent des douleurs abdominales.
Les très nombreuses bactéries naturellement présentes dans l’intestin sont
indispensables à la digestion des aliments. Elles décomposent ceux-ci en divers
éléments, dont des gaz (principalement hydrogène et méthane).
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Certains aliments riches en fibres alimentaires ou en sucres sont connus pour favoriser les
ballonnements et les gaz.
L’aérophagie provoque une sensation de ballonnements, des renvois et des flatulences.
La constipation augmente la production de gaz après quelques jours.
Certaines maladies peuvent être à l’origine de ballonnements : maladie de Crohn, cancer...
Les flatulences sont fréquentes en fin de grossesse en raison de la pression de l’utérus sur
les intestins.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Mangez-vous beaucoup de produits sucrés ?
Etes-vous constipé ?
Mangez-vous beaucoup ?
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
Produits médicamenteux
Des médicaments à base de charbon activé, de siméticone ou de diméticone,
111
d’argile peuvent aider à réduire les ballonnements et les gaz intestinaux.
Alvérine + siméticone
Attapulgite de mormoiron activée
Charbon activé + diméticone ou levure ou siméticone
Charbon végétal ou activé
Papavérine + charbon
Povidone
Siméticone
Siméticone + charbon activé + oxyde de magnésium
Siméticone + oxyde d'aluminium ou phloroglucinol
2) Compléments alimentaires et médicaments à base de charbon végétal activé :
utilisés pour lutter contre les empoisonnements.
Mais dans la vie quotidienne, ils sont aussi efficaces contre les ballonnementset
flatulences...
Il peut retenir les substances néfastes (toxines, métaux lourds, etc.), il piège aussi les
gaz excessifs qui entraînent sensations et odeurs désagréables. 77*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Il faut repérer les aliments responsables. D’une manière générale, limiter la
consommation d’oignons, chou et choucroute, haricots secs, lentilles, poireaux, fruits
à noyau,les pommes, les pêches et les poires, son de blé…
-
Une alimentation riche en fibres, facilite le transit, mais elle peut augmenter les
fermentations intestinales et favoriser les ballonnements et la diarrhée (noix, céréales à
grains entiers, fruits non pelés, lentilles, haricots secs, légumes crus (haricots, choux,
maïs et oignons).
-
Lorsque vous cuisez des aliments provoquant des gaz, ajoutez 2 pincées de
bicarbonate de sodium, 2 à 3 feuilles de Laurier ou 1 goutte d’huile essentielle de
Laurier noble à votre plat. Les plantes aromatiques comme le Thym, le Serpolet, le
Romarin ou la Sarriette sont d’excellents « anti-fermentaires », à introduire dans tous
vos plats.
112
-
Mangez lentement à heures fixes, dans le calme, dînez léger au moins de 2 heures
avant le coucher, entre les repas, privilégiez les protéines dans l'alimentation et
diminuez les hydrates de carbone (féculents).
-
Eviter de mastiquer en permanence des gommes et autres friandises molles qui
font avaler beaucoup d’air et les repas trop copieux, riches en graisses, épices,
aliments trop chauds, trop durs, acides, boissons gazeuses, alcool, tabac.
-
Eviter de trop boire pendant les repas, les vêtements trop serrés au niveau du
ventre.
-
Faire une petite promenade digestive après le repas.
-
Limitez le stress
-
Fractionnez les grosses bouchées et mâchez correctement en évitant d’avaler trop
d’air.
■ LIMITES DU CONSEIL
-
Ballonnement associe à une perte de poids, des diarrhées ou des crampes
abdominales en particulier après les repas.
-
Ballonnement accompagne d’une prise de poids et de gonflement des jambes
-
Sensation d’avoir une masse dans le ventre. 33*
-
Une consultation médicale est indispensable si les symptômes s’accompagnent
d’un arrêt des gaz et des selles, de vomissements, de diarrhée ou de troubles persistant
depuis plusieurs jours.
113
CONSTIPATION
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La constipation résulte d’un ralentissement du transit intestinal.
Elle est très souvent fonctionnelle, liée à un mauvais fonctionnement de l’intestin sans
lésion ni anomalie de celui-ci.
Dans de rares cas, elle peut être due à une maladie : maladie inflammatoire ou un cancer
du tube digestif…
Le désordre associe de manière variable ou isolée une insatisfaction lors de la défécation, des
selles qualifiées de peu fréquentes (en pratique moins de 3/semaine) et une difficulté à
l'exonération.
Le temps de transit colique normal est de 40 à 60 heures. Une définition plus précise est celle
prenant en compte les signes associés suivants :
Efforts d’évacuation
Selles dures
Sensation d’exonération incomplète.
Sensation de blocage ou d’obstruction ano-rectale
Moins de 3 défécations par semaine
A noter :
La constipation de progression se définit par un nombre de défécation inférieur ou égal à 3
par semaine.
La constipation d’exonération (ou constipation basse ou terminale ou dyschésie) se définit
par sensation d’obstacle lors de l’exonération.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La fréquence moyenne des selles varie d’un individu à l’autre. On parle de constipation
lorsqu’il y a moins de 3 selles par semaine. Celles-ci sont alors moins abondantes et plus
dures que la normale car elles sont déshydratées.
La gêne peut s’accompagner de ballonnements, de gaz ou de douleurs abdominales.
114
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Avez-vous du sang dans les selles ?
Avez-vous des gaz ?
Quelle est la fréquence de vos selles / semaine
Les selles sont-elles dures ?
Avez-vous une sensation de blocage ou d’une exonération incomplète ?
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Alimentation déséquilibrée, pauvre en fibres.
• Hydratation insuffisante.
• Sédentarité.
• Grossesse.
• Modification des habitudes de vie (voyage, changement d’horaires…).
• Hémorroïdes ou lésion anale douloureuse.
• Stress.
■ PRÉVENIR LA CONSTIPATION
• Avoir une alimentation équilibrée, riche en fibres : céréales (surtout le son), pain
complet, légumes verts, crudités, fruits mûrs, fruits secs… Eviter le riz, les carottes cuites
et le chocolat.
• Boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Prendre un grand verre d’eau fraîche le matin au réveil.
• Pratiquer une activité physique.
• Aller à la selle à heure fixe. Ne pas se retenir en cas de besoin.
■ LE TRAITEMENT DE LA CONSTIPATION
• Un laxatif peut être utilisé ponctuellement en complément des mesures hygiénodiététiques.
• Les laxatifs de lest (fibres alimentaires, son, mucilages) agissent en 24 à 48 heures en
augmentant le volume et le poids des selles.
• Les laxatifs émollients (huile de paraffine) lubrifient et ramollissent le contenu de
l’estomac.
• Les laxatifs osmotiques réhydratent les selles en créant un appel d’eau.
115
• Les laxatifs stimulants sont irritants pour la muqueuse. Leur utilisation doit rester
exceptionnelle car ils peuvent à la longue altérer l’état général.
• Par voie rectale, les suppositoires à la glycérine ou les lavements sont actifs sur les
constipations terminales.
3) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
-
Laxatifs osmotiques, de lest, stimulants, lubrifiants : pour les constipations de
progression
Osmotiques : hydratent les selles et sont bien tolérés. les laxatifs sucrés (sorbitol,
lactulose) peuvent donner des flatulences et douleurs abdominales (sont métabolisés par
les bactéries du colon). Agissent en 24 à 72h
De lest : mucilages. Doivent être introduits progressivement pour éviter les
ballonnements, agissent en 24 à 72h.
Lubrifiants : pas d’utilisation en continu : administrer 5 j/7 pour permette l’absorption
des vitamines liposolubles. Ne doivent jamais être pris au coucher ou en cas d’allaitement
(risque d’inhalation des corps gras), agissent en 6 à 24h00.
Des doses trop fortes peuvent provoquer un suintement anal.
-
Laxatifs lubrifiants et locaux : pour les constipations d’exonération
Utilisés dans la constipation occasionnelle pas plus de 3 à 5 jours. (risque de maladie des
laxatifs : altération de la paroi du colon, perte de potassium avec risque cardiaque).
-
Bisacodyl,
-
Boldo, cascara, séné
-
Bourdaine, cascara, fucus
-
Dihydrogénophosphate + hydrogénophosphate de sodium
-
Docusate sodique
-
Gomme de sterculia
-
Gomme karaya + polyvinylpyrrolidone
-
Hémicellulose d'ispaghul
-
Hémicellulose de psyllium
-
Ispaghul /+ citrate de potassium /+ sorbitol
116
-
Lactilol
-
Lactulose /+ huile de paraffine
-
Macrogol 3350/+ bicarbonate de sodium, chlorure de potassium, chlorure de
sodium ex : ORLAX 10 g, Poudre pour Solution buvable PPV : 73.50 Dh
-
Oxyde de magnesium léger + méprobamate + sulfate de magnesium desséché +
kaolin lourd + gomme de sterculia
-
Pantothénate de calcium
-
Paraffine /+ hydroxyde de magnesium
-
Pentaérythritol
-
Picosulfate de sodium
-
Psyllium /+ paraffine liquide
-
Séné, anis, menthe poivrée, chiendent, ispaghul
-
Sennosides calciques
-
Sorbitol /+ citrate + lauryl sulfocétate de sodium
-
Tartrate acide de potassium + bicarbonate de sodium
4)
HOMEOPATHIE
Constipationde progression : Bryonia 9 CH (selles sèches et dures), Graphites 9 CH
(selles entourées de mucus), Latrum muriaticum 9 CH (selles sèches et dures), Opium
9 CH (selles noires et dures).
Constipationd’évacuation : Dux vomica 9 CH (crampes), Ailicea 9 CH (selles qui
descendent en partie à l’effort de poussée puis tendent à remonter). 79*
5)
PHYTOTHERAPIE ET COMPLEMENT ALIMENTAIRE
-
Laxatifs doux : mauve, guimauve, rose pâle de Damas, réglisse.
-
Laxatifs moyens : graines de lin, psyllium, ispaghul.
-
Laxatifs forts : séné, bourdaine.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
•
Allez aux toilettes à heure fixe (une demi-heure à une heure après le repas) sans faire
trop d'effort pour « pousser ».
•
Prenez votre temps quand vous êtes aux toilettes mais ne restez pas en position assise
sur le siège de façon prolongée ;
117
•
Consommez des fibres alimentaires : elles augmentent la fréquence des selles et
améliorent leur consistance.
•
Manger à des horaires réguliers, favoriser une alimentation riche en légumes verts, en
fibres et des fruits frais, qui favorisent le transit. Vous pouvez également consommer, de
façon progressive et sans en abuser, du pain ou des biscuits au son ou aux céréales
complètes ;
•
Evitez les aliments trop gras et trop sucrés ;
•
Buvez de l'eau suffisamment et régulièrement pendant et entre les repas (au moins 1,5
litre par jour) ;
•
Maintenir une activité physique régulière en évitant les sports avec port de charges
lourdes.
•
Voici quelques aliments riches en fibres : pain complet, riz ou pates complets, haricots
secs, lentilles, soja, petits pois, artichauts, amandes, pruneaux, figues…
Les
antalgiques
codéinés,
antitussifs,
anticholinergiques,
antiparkinsoniens,
neuroleptiques, sels d’aluminiums, sels de fer et sels de calcium sont des
MEDICAMENTS CONSTIPANTS.
■ LIMITE DU CONSEIL
- Plus de 15 jours de constipation
- Sang dans les selles
- Plus de gaz (occlusion)
- Ne pas confondre avec le syndrome du côlon irritable.
- Si le sujet développe d'autres symptômes (douleurs, saignements, nausées, fièvre) il est
indispensable de consulter son médecin.
118
DIARRHÉE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Ladiarrhée est un problème fréquent. Elle se caractérise par des selles de consistance liquide
ou molle, plus volumineuses et nombreuses Il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un
symptôme.
■ QUELS SONT LES CAUSES?
Parasites, microbes et virus sont en effet les principales origines de la diarrhée.
•
Une mauvaise hygiène alimentaire ou une intoxication alimentaire suite à la salmonelle ou
la bactérie Escherichia coli
•
Une gastroentérite virale ;
•
Le stress ou l’anxiété ou grande nervosité
•
La prise d’antibiotiques : elle altère la flore intestinale, et réduit ainsi la capacité
d’absorption de la paroi des intestins. Les antibiotiques causent la diarrhée chez 5 à 30 % des
utilisateurs, selon le type d’antibiotique consommé ;
•
Une maladie intestinale chronique : la maladie coeliaque (intolérance au gluten), la
maladie de Crohn, le syndrome de l’intestin irritable
•
Une intolérance au lactose
•
Une inadaptation de l’organisme à certains types d’aliments.
•
L’hyperthyroïdie.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Les diarrhées se présentent toujours par une augmentation considérable de la fréquence des
selles : 4 selles liquides par jour avec une couleur pouvant aller du jaune au vert. Son début
est généralement brutal. Elle ne dure en principe pas plus de 5 ou 6 jours. Au-delà, on parle de
diarrhée chronique. Généralement, le malade souffre aussi de douleurs abdominales.
Ces signes sont communs à tous les types de diarrhée mais à chaque pathologie s’ajoute aussi
d’autres symptômes.
Ainsi, des vomissements et de la fièvre peuvent accompagner ces signes habituels de diarrhée.
■ LES PRODUITS DISPONIBLES
1) HOMEOPATHIE
Pour une diarrhée provenant de la consommation de fruits, Oleanderest le remède idéal.
119
Aconit lorsque les troubles ont été provoqués par un simple coup de froid au niveau du
ventre ou si les selles sont abondantes et de couleur jaune avec de la bile et que le malade est
aussi sujet à des crampes et des sueurs froides.
China en cas de diarrhées causées par la prise de certains types de médicaments comme les
antibiotiques.
Dans le cas d’une diarrhée apparaissant après la consommation excessive d’alcool ou de
produits laxatifs, Nux Vomica est souvent la solution appropriée.
Pour les cas de selles brûlantes accompagnées de vomissements bilieux, Iris Versicolor
Les diarrhées d’origine psychique peuvent être soulagées par la prise de Gelsemium et les cas
avérés d’intoxication alimentaire peuvent être traités avec Arsenicum Album.
2) TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
Les adultes qui ont une diarrhée grave devraient boire une solution de réhydratation. S’en
procurer en pharmacie (Gastrolyte®) ou en préparer une soi-même (voir les recettes cidessous).
Recette de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Les solutions de réhydratation
- Mélanger 1 litre d’eau stérile, 6 c. à café (= thé) de sucre et 1 c. à café (= thé) de sel.
Autre recette :
- Mélanger 360 ml de jus d'orange non sucré à 600 ml d'eau bouillie refroidie, additionnée de
1/2 c. à café (= thé) de sel de table.
Ces solutions se conservent 12 heures à la température ambiante et 24 heures au réfrigérateur.
EXEMPLES DE MOLÉCULES DISPONIBLES :
•
Diosmectiteex :SMECTA 3g, Pdr pour suspension buvPPV : 52.40 Dh
•
Lactobacillus LB
•
Lopéramide ex :IMODIUM 2mg, Gélule B20 PPV : 30.50 Dh
•
Nifuroxazide
•
Racécadotril : TIORFAN 10 MG, Sachet buv B16 PPV : 112.00 Dh
Lopéramide : Ce médicament est utilisé pour soigner sur un temps court les diarrhées aigues,
passagères chez l’adulte (formes gélules) ou chez l’enfant (solution buvable), 2 jours de
traitement maximum, sauf si diarrhée chronique.Il n’est pas utilisé en cas de diarrhée suite à la
prise d’antibiotique à large spectre ou d’emblée si dysentérie avec fièvre et sang dans les
120
selles.
Nifuroxazide : Ce médicament est utilisé pour soigner sur un temps court les diarrhées aigues
d’origine bactériennes chez l’adulte (formes gélules) ou chez l’enfant (solution buvable).
C’est un anti-infectieux intestinal qui est en général associé à des anti diarrhéiques. Si au bout
de 2 jours de traitement la diarrhée persiste, un avis médical et une réhydratation sont
indispensables. Le nifuroxazide ne doit pas être utilisé en cas de diarrhée du à la prise
d’antibiotique à large spectre ou d’emblée si dysentérie avec fièvre et sang dans les selles : 7
jours de traitement maximum
3) LES PROBIOTIQUES
Le risque de diarrhée associé à la prise d’antibiotiques peut être réduit grâce à la prise
concomitante de probiotiques : la prise d’une levure de type Saccharomyces boulardii durant
une antibiotiothérapie permettrait de diminuer le risque d’infection.
4) PHYTOTHÉRAPIE
Psyllium (Plantago sp.). Bien que cela puisse paraître contradictoire, puisqu’il est aussi
efficace pour combattre la constipation, le psyllium peut être employé pour traiter la diarrhée.
En effet, comme le mucilage qu’il contient absorbe l’eau dans l’intestin, il permet aux selles
liquides de devenir plus consistantes. Comme le psyllium ralentit également la vidange de
l’estomac et de l’intestin, il permet à l’organisme de réabsorber plus d’eau.
Prendre de 10 à 30 g par jour en doses divisées, avec un grand verre d’eau. Commencer par la
plus petite dose et l'augmenter jusqu'à obtenir l'effet désiré. Il pourrait être nécessaire
d'augmenter la dose jusqu'à 40 g par jour (4 prises de 10 g chacune).
ATTENTION : La prise régulière de psyllium pourrait nécessiter un ajustement de la
médication antidiabétique. De plus, la consommation de psyllium réduirait l’absorption du
lithium, un médicament utilisé pour traiter le trouble bipolaire.
Myrtille (fruits séchés) (Vaccinium myrtillus). On pense généralement que son action
curative est attribuable à l'astringencenaturelle des pigments (anthocyanosides) que la baie
renferme.
Faire une décoction en plongeant de 30 à 60 g de fruits séchés dans 1 litre d'eau froide.
Amener à ébullition et laisser mijoter doucement durant 10 minutes. Filtrer pendant que la
préparation est encore chaude. Laisser refroidir et garder au réfrigérateur. Boire jusqu'à
121
6 tasses par jour au besoin.
À noter que contrairement aux baies séchées, myrtilles et bleuets frais ont une action laxative
si on les consomme en grandes quantités.
Cassis (jus ou baies fraîches). Les baies de cassis renferment des tanins et un pigment bleu
très foncé. La présence de ces substances pourrait expliquer certains usages médicinaux
traditionnels du jus de cassis, tels que le traitement de la diarrhée.
Prendre un verre de jus de cassis durant chaque repas ou consommer les baies fraîches.144*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Il est important de s’hydrater, boire beaucoup d’eau, des infusions ou de petites quantités de
soda (évitez ceux qui sont riches en caféine) ou même l'eau de cuisson du riz.
Il faut manger par petites portions, 6 fois par jour au lieu de 3 par exemple.
Le bouillon de poule ou la soupe aux légumes (carottes en particulier).
Se laver les mains fréquemment à l'eau et au savon, ou encore avec un gel à base d’alcool
est le moyen le plus sûr de prévenir la contagion (surtout avant de manger, durant la
préparation de la nourriture et à la salle de bain) ;
Ne pas boire l'eau d’une source dont on ignore la pureté (faire bouillir l'eau au moins
1 minute ou utiliser un filtre à eau approprié) ;
Toujours garder la nourriture périssable dans le réfrigérateur ;
Surveiller et respecter la date de péremption des aliments ;
S’isoler ou isoler son enfant durant la maladie, puisque le virus est très contagieux ;
Réintroduire en premier lieu les féculents comme le riz blanc, les céréales sans sucre, le pain
blanc et les craquelins.
Ajouter progressivement les fruits et légumes (pommes de terre, concombre, courge), le
yogourt, puis les aliments protéinés (viande maigre, poisson, oeuf, fromage, etc.).
Éviter :
•
les fruits, à l'exception des bananes
•
les légumes crus et les légumineuses (lentilles, haricots)...
•
les produits laitiers
•
tous les aliments gras et sucrés comme les pâtisseries, les friandises, le chocolat, les plats
en sauce, la charcuterie, les fritures...
122
•
Les jus d'agrumes ;
•
La viande ;
•
Les plats épicés
•
Les aliments qui contiennent de la farine de blé (pain, pâtes, pizza, etc.) ;
•
Le maïs et le son, qui sont riches en fibres ;
•
Éviter les buffets où les aliments restent longtemps à température ambiante ;
■ LIMITES DU CONSEIL
•
Une diarrhée très abondante (plus de 10 selles par jour) qui persiste plus de 48 heures ;
•
Des signes de déshydratation, surtout chez un jeune enfant ou une personne âgée
•
Une fièvre de 38,5 ºC (101,5 ºF) ou plus ;
•
Du sang ou des glaires dans les selles ;
•
De fortes douleurs abdominales ;
•
Une diarrhée chronique
•
Les diarrhées persistantes qui ne s’améliorent pas après trois jours de traitement
•
Des maladies tropicales peuvent engendrer des diarrhées aiguës qui ne peuvent pas être
traitées par l’automédication. De ce fait, si les signes d’une diarrhée apparaissent après un
voyage dans un pays à risque, il vaut mieux consulter directement un médecin.
123
GASTROENTERITE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La gastroentérite est une inflammation de l’estomac et de l’intestin, qui apparaît
brutalement et dure quelques jours.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La gastroentérite se traduit le plus souvent par une diarrhée aiguë, très liquide pouvant
entraîner une déshydratation
Elle associe nausées, vomissements et crampes abdominales et se traduit également par
une perte d’appétit, une légère fièvre et un mal de tête.
Le conseil en officine vise à soulager l’ensemble de ces symptômes.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Comment sont vos selles et à quelle fréquence ?
Avez-vous de la fièvre ?
Avez-vous des vomissements et douleurs ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
• La gastroentérite est en général d’origine infectieuse. Les gastroentérites aiguës
hivernales rencontrées chez les nourrissons sont principalement d’origine virale.
• Les virus et bactéries se transmettent soit par contact direct, de personne à personne,
soit de manière indirecte par l’intermédiaire des aliments ou de l’eau contaminée
(intoxication alimentaire, diarrhée du voyageur ou « turista »).
■ PRÉVENIR LES GASTROENTÉRITES
• La meilleure prévention réside dans des mesures d’hygiène : éviter tout contact direct
avec une personne qui a une gastroentérite, laver ses mains régulièrement à l’eau et au
savon, rincer à l’eau du robinet les fruits et légumes consommés frais.
• Il convient également de bien cuire les aliments, surtout la viande rouge, la volaille et
les œufs.
• En voyage dans un pays où les conditions sanitaires sont précaires, il est recommandé
de boire seulement l’eau en bouteille ou bouillie.
124
■ LES PRODUITS DISPONIBLES
• Le rétablissement est généralement spontané, sans traitement particulier. Il nécessite
de se reposer au lit, de boire beaucoup, même sans sensation de soif (en évitant lait,
café, thé et alcool), de réintroduire graduellement, une fois les nausées disparues, une
alimentation solide, mais légère (et ne comportant pas de produits laitiers et de fibres).
• Un médicament contre les vomissements peut être utile, ainsi que les médicaments
anti-diarrhéiques et ceux qui ralentissent le transit intestinal (surtout indiqués chez les
adultes).
• Les antibiotiques ne sont utiles que dans les cas de gastroentérites d’origine
bactérienne.
• En cas de déshydratation, une solution de réhydratation orale apportant des sels
minéraux et des glucides est prescrite.
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Alvérine + siméticone
•
Charbon activé + diméticone ou levure ou siméticone
•
Charbon végétal ou activé
•
Dimenhydrinate
•
Diosmectite
•
Gomme karaya + polyvinylpyrrolidone
•
Lactobacillus casei variété rhamnosus
•
Lactobacillus LB
•
Lopéramide, siméticone
•
Métopimazine
•
Nifuroxazide
•
Racécadotril
•
Saccharomyces boulardii
Charbon activé + levure est un médicament utilisé ou conseillé pour soulager les troubles du
transit intestinal, en particulier s’ils sont associés à une diarrhée et des ballonnements, en
complément d’une réhydratation et d’un régime approprié, chez l’adulte. 3 gélules par jour à
125
avaler sans les ouvrir avec un grand verre d’eau, à distance de toute substance pouvant tuer les
levures (antibiotique, etc…).Ne pas utiliser chez la femme enceinte.
Exemples de produits disponibles :
- ACTICARBINE CPR 70mg B42 (PPV : 24.50 Dh)
- CARBOSYLANE GELULE B48 (PPV : 44.80 Dh)
Lactobacillus LB est un médicament probiotique, à base de micro-organismes constituant
naturellement la flore intestinale souvent détruite lors de diarrhée ou de prise d’anti
infectieux. Utilisé pour soigner la diarrhée passagère chez l’adulte (forme gélule) ou chez
l’enfant (solution buvable). Traitement de 2 jours. Si la diarrhée persiste il faut dans ce cas la
consulter son médecin traitant.
Adultes et enfant de plus de 6 ans : 1 à 2 gélules (dosage à 340 mg) ou 2 à 4 gélules par jour
(dosage à 170 mg) par jour sans les ouvrir avec un verre d’eau, en dehors des repas, la
posologie peut être augmentée à 3 gélules le premier jour.
Solution buvable (à partir de 6 ans) : 1 à 2 sachets par jour en dehors des repas dans du lait ou
de l’eau sucrée, la posologie peut être augmentée à 3 sachets le premier jour. Pour les enfants
plus jeunes, se conformer à la prescription médicale. Dans tous les cas, respecter un intervalle
d’au moins 2H avec la prise éventuelle d’antibiotiques ou d’autres substances susceptibles de
détruire ces micro-organismes.
- BACILOR GELULE ou SACHET
- LACTEOL 340MG SACHET ou GELULE
- LYO BIFIDUS SACHET
2) PHYTOTHERAPIE
L’idéal est d’utiliser les plantes en infusion, deux à trois fois par jour, afin de compenser les
pertes de liquide, mais certaines plantes existent aussi sous forme de gélules : le thé noir, la
menthe, l’acore, le boldo, la camomille, le cumin, la mélisse.80*
3) HUILES ESSENTIELLES
Les huiles essentielles contre les diarrhées : Camomille, Sauge, Menthe, Basilic, Citron,
Cannelle, Arbre à thé, Géranium, Gingembre, Lavande, Sarriette et Romarin :
•
En massage après dilution dans une huile de base (3 à 5%) :
126
•
versez quelques gouttes de se mélange au creux de votre main et massez votre ventre
dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
•
En compresses (diluez une dizaine de gouttes d’huile essentielle dans un bol d’eau
chaude ou froide et immergez les compresses) :
appliquez-les sur le ventre pendant une vingtaine de minutes.
•
En inhalation : versez quelques gouttes sur un mouchoir et inspirez plusieurs fois dans la
journée.
Contre les nausées, à utiliser en inhalation la Menthe poivrée, le Citron ou la Lavande. 81,
82*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Une alimentation riche en fibres, facilite le transit, mais elle peut augmenter les
fermentations intestinales et favoriser les ballonnements et la diarrhée (noix, céréales à grains
entiers, fruits non pelés, légumes crus (haricots, choux, maïs et oignons), lentilles, haricots
secs.
- Lorsque vous cuisez des aliments provoquant des gaz, ajoutez 2 pincées de bicarbonate de
sodium, 2 à 3 feuilles de Laurier ou 1 goutte d’huile essentielle de Laurier noble à votre plat.
Les plantes aromatiques comme le Thym, le Serpolet, le Romarin ou la Sarriette sont
d’excellents « anti-fermentaires ».
- Limitez le stress.
- Mangez lentement, fractionnez les grosses bouchées et mâchez correctement, mangez à
heures fixes, dans le calme, dînez léger au moins de 2 heures avant le coucher, entre les repas,
évitez de mastiquer en permanence des gommes et autres friandises molles qui font avaler
beaucoup d’air, privilégiez les protéines dans l'alimentation et diminuez les hydrates de
carbone (féculents).
- A éviter : les repas trop copieux, riches en graisses, épices, aliments trop froids, trop chauds,
trop durs, acides, les légumes verts, les crudités, boissons gazeuses, alcool, tabac, les
vêtements trop serrés au niveau du ventre.
- Pour éviter une déshydratation suite à la diarrhée, compensez en buvant ou en faisant boire
beaucoup, notamment des bouillons salés ou des boissons sucrées non gazeuses, manger du
riz bien salé ou bien sucré, il existe des solutions de réhydratation en pharmacie.
127
- En voyage dans des zones « sensibles » : ne consommez pas de fruits et légumes sans les
avoir lavés et épluchés vous-même, et privilégiez tout ce qui est cuit. Ne buvez que des
boissons vendues encapsulées, ou portées à ébullition.
Les précautions autour de l'alimentation :
Lavez-vous les mains, nettoyez les ustensiles de cuisine et votre plan de travail.
Les personnes qui ont une diarrhée ne doivent pas intervenir dans la préparation des
repas.
Évitez de partager les verres et les couverts à table.
Nettoyez régulièrement l'intérieur de votre réfrigérateur.
Gardez les aliments frais dans une ambiance réfrigérée et regardez les dates de validité
inscrites sur les emballages
Régime alimentaire à suivre : Privilégier les féculents (riz,eau de riz, pâtes, pommes de terre
bien salés), sont autorisés : viandes maigres, carottes cuites ou en soupe, fromages à pâte
cuite, yaourts, bananes mûres, pomme crue, compote de coing, pâtes de fruits.Ne pas manger :
lait, légumes crus, fruits, graisses, jus de fruits et boissons gazeuses.
Les gestes indispensables pour prévenir la gastro-entérite :
Lavez-vous souvent les mains (avant de préparer les repas, avant de manger, après être
allé aux toilettes ou à la salle de bains...) et utilisez des solutions hydro-alcooliques.
Rangez les brosses à dents séparément.
Évitez de vous toucher la bouche ou le nez sans vous être lavé les mains au préalable.
Utilisez des mouchoirs en papier à usage unique.
Nettoyez les toilettes avec un désinfectant, après chaque diarrhée.
Si votre entourage a la diarrhée, le nettoyage des surfaces qui sont fréquemment touchées
telles que les poignées de porte, le téléphone, les toilettes, les lavabos doit être plus fréquent et
plus méticuleux.
Les essuie-mains doivent être changés régulièrement. 83*
■ LIMITES DU CONSEIL
- Une gastro-entérite chez les nourrissons et les personnes âgées ne relève pas d’un
traitement officinal
128
- Une consultation est nécessaire si le sujet présente une diarrhée sanglante
- Une diarrhée consécutive à un voyage en zone tropicale
- Des troubles survenant chez plusieurs personnes ayant partagé le même repas
- Cas d’une diarrhée post-antibiotique.
- Sujet à risque de déshydratation.
129
MAL DE TRANSPORT
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Trouble fréquent et bénin dû à un défaut d'adaptation aux discordances entre la
perception des mouvements par les yeux, les muscles et l'oreille interne.
Il se caractérise par une sensation nauséeuse qui peut être ressentie lors d’un
déplacement "passif" via des modes de transports "artificiels" comme le bateau, la
voiture, le train ou l'avion.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Les symptômes peuvent atteindre différents stades de façon progressive :
- début par sensation de malaise, pâleur, sueurs froides, défaut d'appétit et
bâillements,
- puis peuvent apparaître une hypersalivation, des vomissements, une tachycardie,
- enfin, de façon beaucoup plus rare, évolution vers une aggravation de tous les
symptômes précédemment décrits.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Souffrez-vous d’un glaucome à angle fermé ou un adénome de prostate ?
Quelle est la durée de votre voyage ?
est-il gênant d’avoir un traitement a effet d’endormissement?
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
De façon générale, les traitements s'utilisent en prévention 1/2 heure à 1 heure avant
le départ. Puis, si besoin, pendant le voyage, en respectant les intervalles de prises
indiqués dans la notice. Le choix du traitement se fait en fonction de la personne à
traiter, interroger le patient en cas de prise médicamenteuse récente ou cas de
maladie chronique.
Traitement par des antihistaminiques chez l'adulte et l'enfant à partir de 2 ans.
Contre-indiqués en cas de rétention urinaire, glaucome à angle fermé.
•
On retrouve la Dimenhydrinate, la Diphénhydramine et la Méclozine
130
2)
HOMEOPATHIE
Avant chaque départ, il est conseillé de prendre 5 granules de Cocculus indicus 9
CH afin d’apaiser les symptômes les plus gênants.
Borax 5 à 9 CH est conseillé dans les cas de vertiges provoqués par les trous d´air
dans les avions et plus généralement, par tous les mouvements brusques de
descentes, également en voiture et en bateau.
Nux vomica est quant à lui conseillé en cas de nausées importantes, de grande
faiblesse de l´organisme et de bouffées de chaleur.
Petroleum est conseillé en cas de sensibilité aux odeurs des gaz d´échappement ainsi
qu’en cas de sueur froide.
Tabacum 5 à 9 CH aide le patient qui a besoin d´air frais et qui est pâle. Coculus
indicus dilué de 5 à 9 CH est par ailleurs indiqué lorsqu´une personne est sensible à
chaque mouvement du véhicule, mais aussi si elle a des sensations de faiblesses au
niveau de la tête et des jambes en plus de nausées et de vertiges.
Ignatia Amara 9 CH à raison de 5 granules une fois ou plusieurs fois par jour est
conseillé pour le mal de mer ainsi que les sujets anxieux. La première prise se fait 3
jours avant le départ, puis il faut en consommer tout au long du trajet et encore
durant une semaine après l´arrivée.
3)
LA PHYTOTHERAPIE
Il est recommandé de boire une tisane de gingembre frais pendant tout le trajet (2
cuillerées à café de racine par tasse d'eau bouillante).
4)
LES HUILES ESSENTIELLES
La menthepoivrée ou l'estragon peuvent agir contre les nausées et les tensions.
Versez deux gouttes dans le creux de votre main puis massez lentement et
délicatement le plexus solaire en débordant sur l'estomac. Approchez également vos
mains de vos narines pour respirer lentement ces huiles essentielles. Attention, la
menthe est contre-indiquée chez les femmes enceintes et chez les jeunes enfants.
84*
131
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Se positionner de façon à pouvoir regarder dehors (lorsque les yeux perçoivent le
déplacement les symptômes se manifestent moins rapidement).
- La respiration abdominale contrôlée permet d'atténuer le mal des transports.
- Avant le voyage : se reposer, ne pas mettre de parfum, ne consommer ni alcool ni tabac et
éviter de partir à jeun ou après un repas trop copieux,
- S'installer à l'endroit le plus stable.
- créez une bonne circulation de l’air à l’intérieur du véhicule, pour ne pas avoir trop chaud.
- posez votre regard sur l’horizon, à l’extérieur du véhicule ;
- En voiture (pour les enfants de plus de 10 ans et les adultes) : se mettre à l'avant, à côté du
conducteur, en conservant la tête bien droite, en évitant les mouvements. Sur un long trajet,
arrêtez-vous souvent pour éviter aux enfants d’être malades. Réglez aussi la hauteur de leur
siège, de telle sorte qu’ils puissent regarder à l’extérieur. Pour les adultes, il est conseillé de
s’asseoir à l’avant, voire de conduire.
- En train : se positionner dans le sens de la marche et idéalement proche de la fenêtre.
- En avion : Réservez un siège au milieu de l’appareil, au niveau des ailes (les mouvements y
sont moindres). Pensez aussi à diriger la ventilation sur votre visage.
- En car : Installez-vous idéalement à l’avant du véhicule.
- En bateau : Choisissez de préférence une cabine située au milieu (là où le bateau bouge le
moins) et proche du niveau de l’eau. Si le temps le permet, restez sur le pont autant que
possible pendant la durée du voyage.
- Se distraire en écoutant de la musique.
- Eviter de lire ou regarder un écran et fixer plutôt l’horizon en évitant les objets mobiles.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Si les troubles persistent au bout de 48 heures, il est conseillé de consulter un médecin.
- Si le mal de transport affecte un jeune enfant ou un nourrisson et qu´il présente
vomissements et diarrhée en même temps
- Si les vomissements sont accompagnés d´un état confusionnel ou d´une forte fièvre ou de
douleurs.
132
NAUSEES ET VOMISSEMENTS
QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le vomissement désigne l’évacuation du contenu de l’estomac par la bouche. Ce processus
résulte de la stimulation d’une zone spécifique dans le bulbe rachidien. Il peut être d’origine
digestive relative à une indigestion ou à un ulcère gastrique, neurologique telle une migraine
ou un vertige, toxicologique, suite à des infections aiguës ou durant la grossesse.87*
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
HOMEOPATHIE
Les traitements du vomissement d’origine digestive :
Le vomissement accompagné de nausée continue est à traiter avec du Nux Vomica. La
posologie est de trois granules à prendre plusieurs fois par jour. Si l’estomac refoule les
aliments avalés, il faut avaler un granule d’Ipeca en 7 Ch toutes les heures. Une intoxication
alimentaire due à la consommation de crustacés accompagnée de vomissements violents et de
douleurs abdominales est à traiter avec du Arsenicum Album en 5 Ch toutes les heures.
Les traitements chez l’enfant et le nourrisson :
En cas de vomissements accompagnés de diarrhée, traiter l’enfant avec Veratrum Album en 5
Ch.
La diarrhée et le vomi exhalant une odeur fétide sont à apaiser par la prise d’Arsenicum
album en 5 Ch. Le traitement à base de Cuprum en 5 Ch permet d’atténuer les vomissements
accompagnés de crampes d’estomac. Les enfants en bas âge ne tolérant l’ingestion d’aliments
gras et vomissant peuvent ingérer des remèdes homéopathiques.
Les traitements chez la femme enceinte :
Les remèdes homéopathiques sont à associer à un régime diététique. L’utilisation de Ignatia
en 5 Ch à raison de 4 à 5 prises par jour permet d’apaiser les nausées et de prévenir le
vomissement provoqué par l’odeur ou la vue des aliments. Ces symptômes sont associés à
l’apparition d’hémorroïdes ou de constipations. Le traitement le plus adapté sera à base de
Sepia en 9 Ch.
2)
COMPLEMENTS ALIMENTAIRES
- Lavitamine B6 (pyridoxine), traitement naturel le plus utilisé aux propriétés antiémétiques
efficaces et reconnues.
133
- Le gingembre : C'est en 1999 que l'Organisation mondiale pour la santé a reconnu le bienfondé de l'emploi traditionnel du rhizome de gingembre pour prévenir les nausées et les
vomissements associés à la grossesse. Toutefois, sa sécurité n'avait pas encore été totalement
prouvée. D'où l'intérêt de cette revue de la littérature par une équipe de chercheurs italiens,
lesquels ont retenu 6 essais de qualité portant sur un total d'environ 650 femmes.
Leur analyse montre que le gingembre est plus efficace qu'un placebo pour prévenir les
nausées et les vomissements matinaux du premier trimestre de la grossesse. Et directement
comparée à la prise de vitamine B6, la prise de gingembre s'est révélée tout aussi efficace et
dénuée d'effet secondaire. Dans tous les essais, aucun effet tératogène n'a été associé au
gingembre. Son emploi s'est révélé sécuritaire chez les femmes enceintes. 85*
3)
AROMATHERAPIE
En cas de nausées et/ou de vomissements, verser quelques gouttes d'huile essentielle de
menthe poivrée dans un mouchoir à respirer fréquemment.
Déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans. Attention, des
restrictions existent pour les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Pensez à boire beaucoup et souvent des boissons salées et sucrées ; ainsi, vous
compenserez les pertes de liquides dues aux vomissements.
Prenez plusieurs petits repas, répartis dans la journée.
Après avoir vomi, lavez-vous le visage, brossez-vous les dents et buvez un verre d'eau.
Relaxez-vous et respirez calmement.
Évitez les odeurs désagréables.
Évitez de vous coucher sur le dos après avoir mangé.
À mesure que les vomissements s'atténuent, reprenez progressivement votre
alimentation habituelle.86*
■ LIMITES DU CONSEIL
Les vomissements chez les personnes âgées et les nourrissons doivent être particulièrement
bien observés. Leur cause, leur durée et leur fréquence sont à déterminer. Le patient
vomissant du sang ou une matière fécale ayant une teinte de café doit rapidement consulter un
médecin. 89*
134
REFLUX GASTRO ŒSOPHAGIEN
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le reflux gastro-oesophagien désigne la remontée d’une partie du contenu de l’estomac dans
l’œsophage.
L’estomac produit des sucs gastriques, des substances très acides qui aident à la digestion des
aliments. Or, la paroi de l’oesophage n’est pas conçue pour résister à l’acidité du contenu de
l’estomac. Le reflux entraîne donc une inflammation de l’oesophage, qui se traduit par des
sensations de brûlure et d’irritation.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Les principaux symptômes apparaissent surtout après les repas ou en position allongée :
•
Une sensation de brûlure « remontant » derrière le sternum. Les médecins parlent de
pyrosis.
•
Des régurgitations acides, qui donnent un goût amer dans la bouche.
Le reflux peut aussi se traduire par des symptômes moins fréquents et plus généraux :
•
Une voix enrouée, surtout le matin
•
Un mal de gorge chronique
•
De l’asthme survenant la nuit et sans rapport avec une allergie.
•
Une toux chronique ou un hoquet fréquent
•
Des nausées
•
Une mauvaise haleine persistante
•
Des problèmes dentaires (perte de l’émail des dents)
■ LES PRODUITS DISPONIBLES
1)
TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
Plusieurs médicaments peuvent être administrés pour diminuer l’acidité gastrique :
•
les antiacides ex : Maalox B40 (PPV : 17.30 Dh) qui neutralisent l’acidité gastrique, à
prendre en cas de symptômes.
•
les antagonistes H2 ex : (Zantac (PPV : 47.70 Dh), qui diminuent la production d’acide
par l’estomac.
135
Il n’est pas souhaitable de prendre des antiacides pendant de longues périodes, car ils
pourraient interférer avec l’absorption de certaines substances nutritives;
•
les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP). Si les antiacides ou les antagonistes H2
obtenus en vente libre ne soulagent pas complètement les symptômes, le médecin prescrit
alors des antagonistes H2 plus puissants ou des IPP (Losec®, Nexium®, Pantoloc®, Pariet®,
Prevacid®).
Un supplément en vitamines est parfois recommandé par certains spécialistes aux personnes
qui sont sous traitement médicamenteux anti-reflux afin d’éviter certaines carences. Selon
certains, une carence en vitamine B12, en vitamine C, en magnésium, possiblement en fer,
peut survenir. En effet, les médicaments anti-reflux peuvent diminuer l’absorption des
nutriments et de certains médicaments.
2)
HOMÉOPATHIE
Pour traiter le relâchement sphinctérien de l’œsophage, il faut agir en premier lieu sur la
motricité gastrique, prendre Nux Vomica (4 à 5 CH), 10 minutes avant le repas et une autre
prise 10 minutes après le repas.
Afin de protéger l’œsophage contre les brûlures (œsophagite), on préconise les médicaments
de basse dilution comme Robinia, Capsicum, Sulfuricum Acidium Scantharis ou Iris
Versicolor, à prendre ttrois fois par jour, avant chaque repas.
A l’inverse, pour les remontées acides, il faut prendre des médicaments à forte dilution une
fois par jour ou selon la fréquence des symptômes : Cuprum Carbonica, Calcarea Carbonica,
Nux Vomica ou Lycopodium.
3)
PHYTOTHÉRAPIE
Parmi les solutions en phytothérapie permettant de lutter contre les reflux gastroœsophagiens, on peut citer :
•
La réglisse, à employer sous forme d’infusions ou en fluides. Cette plante doit néanmoins
être utilisée avec précaution, car elle est susceptible d’entraîner une intoxication à forte dose.
•
Le chou ou le brocoli qui peuvent s’acheter en gélules (une le matin et une le soir).
•
Le houblon à utiliser en infusions à raison de 15 g par litres d’eau. Prendre 3 tasses par
jour.
136
•
Diverses algues sous forme de gélules ou sèches sont également intéressantes contre les
RGO dans la mesure où elles peuvent limiter les brûlures d’estomac.
•
L’argile blanche peut être employée sous forme de gélules pour contrer l’acidité gastrique
et les RGO. Prendre 4 gélules après les repas.
De façon plus générale, prenez des soupes de choux et consommez des amandes, des
artichauts et des radis noirs.
4) COMPLEMENTS ALIMENTAIRES CONTRE LES RGO
Il est possible de prendre des oligo-éléments pour aider à limiter les reflux. Pensez aux
ampoules de manganèse-cobalt à raison d’une ampoule par jour, le matin. Placez le contenu
sous la langue pendant trois minutes.
Vous pouvez également prendre des enzymes tels que la Bromélaïne, papaïne, bétaïne.
Prenez des probiotiques et en particulier Lactospectrum® qui associe à la fois :
- des probiotiques : 10 souches bactériennes différentes (3 milliards de germes) ;
- des prébiotiques qui favorisent la croissance des micro-organismes spécifiques à la flore
intestinale ;
- une matrice composée d’enzyme et des minéraux pour permettre une meilleure stabilité des
bactéries, les stimuler et augmenter leur activité biologique.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Il faut reconnaitre les habitudes de vie qui atténuent les symptômes. Ces habitudes peuvent
varier d’une personne à l’autre. Cependant, pour la majorité des personnes souffrant de reflux,
il est facile d’adopter les bonnes mesures suivantes :
• Si vous affichez un excès de poids, essayez de perdre les kilos en plus.
• Les personnes atteintes de reflux observent souvent que certains aliments aggravent leurs
symptômes, notamment le café, le chocolat, les aliments gras ou épicés, les boissons
gazeuses, les agrumes (et leurs jus), les tomates, le lait et les oignons. Éviter de consommer
ces aliments peut aider à atténuer le reflux.
• Évitez de consommer de la menthe poivrée et de la menthe verte, qui pourraient agir sur le
relâchement du sphincter de l’oesophage.
• Évitez les repas gras et copieux, privilégiez plutôt les repas légers, mais plus fréquents
pour faciliter la « vidange » de l’estomac et éviter les remontées acides.
137
• Mangez lentement : prendre le temps de bien mastiquer les aliments évite de surcharger
l’estomac.Évitez de manger durant les trois ou quatre heures qui précèdent l’heure du
coucher.
•
Évitez de vous étendre après avoir mangé (attendez de deux à trois heures).
•
Pour les fumeurs… Le tabac ralentit la cicatrisation des lésions de l’oesophage et nuit au
bon fonctionnement de son sphincter.
•
L’alcool augmente la sécrétion acide dans l’estomac et aggrave le reflux.
•
Évitez la tension et le stress.
•
Évitez les vêtements et ceintures trop ajustés, car ils peuvent exercer une pression sur
l’abdomen qui peut être assez forte pour que le sphincter oesophagien inférieur s’ouvre, alors
qu’il doit rester fermé.
•
Élevez la tête du lit d’au moins 15 cm. Cette mesure est efficace pour réduire les douleurs
nocturnes, mais peut être inconfortable et perturber le sommeil chez certaines personnes.
•
Certains médicaments peuvent provoquer des symptômes de reflux ou contribuer à irriter
l’oesophage : l’acide acétylsalicylique (l’aspirine) et autres anti-inflammatoires non
stéroïdiens (ibuprofène), les médicaments contre l’ostéoporose (Fosamax®, calcium), les
antibiotiques, l'hormonothérapie de la ménopause, certains somnifères… Des suppléments
(fer, potassium) et des plantes peuvent aussi aggraver les symptômes.
■ LIMITES DU CONSEIL
Il est conseillé de consulter un médecin si :
•
Une sensation de brûlure et des régurgitations acides plusieurs fois par semaine.
•
Les symptômes de reflux perturbent le sommeil.
•
Les symptômes reviennent rapidement lorsqu’on cesse de prendre des médicaments
antiacides.
•
Les symptômes durent depuis plus d’un an et n’ont jamais été évalués par un médecin.
•
Une difficulté à avaler.
•
Une douleur durant la déglutition
•
Une toux, une respiration asthmatique et un besoin répété de se rincer la gorge.
•
Des maux d’estomac et des vomissements
•
Une perte de poids
138
•
Des expectorations (crachats) qui contiennent du sang, ou du sang dans les vomissements
ou dans les selles (selles noires).
•
Une anémie
•
Absence d'amélioration avec un traitement médical de 4 à 8 semaines.
139
ABCES DENTAIRE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Un abcès dentaire est une infection bactérienne douloureuse qui peut entraîner de graves
complications en l’absence de traitement.
On en distingue deux types, le premier vient de la gencive (Gingivite) et le second vient de la
nécrose du nerf de la dent.
L’abcès gingival (parodontal) : concerne le plus souvent des patients souffrant de
déchaussement dentaire. En cause également, l'évolution clinique des dents de sagesse avant
ou après extraction.
Le traitement de l’abcès gingival est très simple, il suffit de nettoyer la gencive.
L’abcès périapical : est l’abcès classique, lié à des douleurs à la mastication, provoqué par la
fracture d'une dent, de caries profondes ou par une dent pas soignée depuis longtemps. Les
bactéries vont alors proliférer au niveau des nerfs de la dent.
A ne pas confondre avec une réaction strictement inflammatoire causée par exemple par un
aliment resté coincé entre les dents ou un œdème post-opératoire après extraction des dents de
sagesse. L’infection est logée généralement à l’intérieur de l’os. La plupart du temps, le pus
ne peut sortir par le trou de la carie ce qui cause souvent l’enflure. La façon de traiter l’abcès
périapical est le traitement de canal ou l’extraction.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
L’abcès dentaire se caractérise par des gonflements de la gencive, de la douleuret
s'accompagne d'un état fébrile, avec de la fièvre, des ganglions enflés et des difficultés de
mastication.
La carie dentaire évolue en 4 stades en progressant de l’extérieur vers l’intérieur de la dent :
- Le 1er stade est non douloureux, c’est la destruction de l’émail.
- Au 2eme stade, la dentine est agressée, la maladie s’étend profondément, le chaud, le froid,
le sucré et l’acide peuvent provoquer la douleur.
- Le 3eme stade correspond à la progression de l’invasion bactérienne qui s’attaque ensuite à
la pulpe. De violentes douleurs apparaissent : c’est la rage de la dent.
- Le 4eme stade se traduit par une prolifération bactérienne importante qui progresse vers les
tissus qui entourent la dent : c’est l’abcès dentaire.
140
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Avez-vous de la fièvre ?
Etes-vous sous cortisone ou chimiothérapie ?
Avez-vous un problème cardiaque ?
Êtes-vous enceinte ?
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
-PARACETAMOL, PARACETAMOL CODEINÉ, IBUPROFENE.
-Anti-inflammatoire à base de Curcuma : 1 à 3/jour à partir de 6 ans.
-anti-œdémateux
2) TOPIQUES
- PANSORALPPV : 23.00Dh, ELUGEL
- un bain de bouche antiseptique : chlorhexidine/chlorbutanol
3) HOMEOPATHIE
Le traitement homéopathique ne pourra nullement se substituer au traitement allopathique.
-MERCURIUS SOLUBILIS 9CH + CHAMOMILLA 9 CH si douleurs
- Si sensation d’inconfort : 5 granules de BELLADONNA 5 CH chaque deux heures, ainsi
que la prise de deux doses d’HEPAR SULFURIS CALCAREUM et de deux doses de
PYROGENIUM 9 CH par jour.
4) AROMATHERAPIE
HE girofle : 1 goutte dans 5 gouttes d’huile végétale : en massage 3 fois par jour sur la
gencive.
5) COMPLEMENT ALIMENTAIRES : supplément en calcium et Vitamine D
6) ACCESSOIRES : une brosse à dent souple
■ EN L’ABSENCE DE TRAITEMENT
Non soigné, un abcès dentaire peut mener à de sérieuses complications. A un stade plus
avancé, le gonflement va se voir extérieurement, des ganglions peuvent apparaitre sous la
mâchoire : l'infection se propage alors au niveau des tissus mous comme la joue, la peau, les
141
muscles et le pus se feraient un chemin à travers les tissus.
Parmi les complications de l'abcès dentaire :
•
Une perte de la dent peut survenir : l'abcès peut infecter l'os qui tient la dent et le détruire.
Dans 90 % des cas avancés, la dent infectée sera retirée.
•
Une infection unilatérale des sinus : Si l'abcès dentaire génère du pus, les sinus peuvent
alors se remplir de ce pus, ce qui va engendrer une douleur à l'appui sur les pommettes ou
lorsque la tête est projetée en avant, un écoulement purulent unilatéral et une sensation de
mauvaise odeur dans le nez.
•
L’endocardite bactérienne : les bactéries issues de l'abcès dentaire atteignent le cœur à
travers les vaisseaux sanguins. Ces bactéries arrivant au cœur peuvent infecter les valvules et
conduire à des conséquences parfois mortelles.
•
Plus qu'exceptionnel, l'abcès du cerveau : l'infection pourrait se propager des dents
jusqu'au cerveau à travers les veines. Une infection du cerveau peut mener à un coma.
•
Chez les patients immunodéprimés, une cellulite se diffuse de la joue au cou à la poitrine,
puis provoque une nécrose de tous les tissus avec pour conséquence une septicémie. Malgré la
prise en charge médicale, le pronostic vital est engagé.
•
L'angine de Ludwig : cette infection sérieuse, parfois fatale, touche les parties situées sous
la langue et sur le côté. Elle risque de bloquer les voies respiratoires et de provoquer la mort
par étouffement.
Tant que l’abcès n'est pas traité, le corps devra utiliser toute son énergie pour combattre cette
infection. Avec le temps, l'abcès dentaire peut se transformer en kyste. L'infection peut aussi
se transmettre au sang. Certains abcès importants peuvent envahir les sinus et infecter le
cerveau, ou encore se loger dans la gorge et empêcher de respirer.
■ L’HYGIENE AU QUOTIDIEN
Pour garder des dents et des gencives en bonne santé, il est recommandé de se laver les
dents au moins deux fois par jour et si possible après chaque repas avec une brosse à poils
souples et du dentifrice fluoré. Le brossage permet d’éliminer la plaque dentaire. Cela
prévient à la fois la carie dentaire et la gencive. Certains espaces entre les dents sont difficiles
d’accès au brossage. Il est donc conseillé de les nettoyer avec du fil dentaire ou des brossettes
inter-dentaires.
142
En cas d’abcès dentaire, il faut continuer à se brosser les dents malgré les saignements et la
douleur, prendre éventuellement du paracétamol et surtout ne pas crever ou inciser l'abcès.
■ LA DIETETIQUE
•
Evitez les aliments et boissons très chauds ou très froids ;
•
privilégiez les aliments mous et mastiquez avec le côté de la bouche sans abcès ;
•
utilisez une brosse à dents souple et ne passez pas de fil dentaire autour de la dent
concernée ;
•
appliquez sur votre visage, au niveau de l’abcès, une poche de glace entourée d’un linge
propre (pas plus de dix minutes d’affilée).
•
A noter qu’une alimentation sucrée favorise la formation des bactéries qui se nourrissent
essentiellement de sucres. Elles les dégradent en acides, attaquant l’email des dents jusqu'à ce
que la carie apparaisse.
En prévention :
Xylitol. Des études ont suggéré l'efficacité du xylitol dans la prévention des caries. Cet
édulcorant naturel inhiberait la bactérie Streptococcus mutans. Mâcher des gommes contenant
du xylitol pourrait donc être bénéfique pour les dents. 91*
Fromage. La consommation de fromage pourrait selon de nombreuses études prévenir
l'apparition de carie. Les responsables de cet effet cariogène seraient les minéraux du
fromage, et notamment le calcium et le phosphore. Ils empêcheraient la déminéralisation des
dents et contribueraient même à leur minéralisation. 92*
Une étude a de son côté suggéré l'effet sur les caries d'une consommation de yaourts, sans
toutefois montrer les mêmes résultats pour d'autres produits laitiers comme le fromage, le
beurre ou le lait.93*
Thé. Le thé, qu'il soit vert ou noir, contribuerait lui aussi à prévenir la carie dentaire. Il
diminuerait l'action d'une enzyme présente dans la salive qui a pour rôle de dégrader l'amidon
des aliments en sucres simples. Le thé vert aurait une action bénéfique sur les caries grâce à
ses polyphénols qui limiteraient la croissance de bactéries associées à la carie. 94*
Canneberge. La consommation de canneberge réduirait la formation de plaque dentaire et de
carie dentaire. Prudence toutefois car les jus qui en contiennent sont souvent riches en sucres
et donc mauvais pour l’hygiène buccale. 95*
143
Houblon. Les polyphénols, substances présentes dans le houblon, ralentiraient selon certaines
études la formation de la plaque dentaire et permettraient donc de contribuer à la prévention
des caries. 96*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Le brossage des dents après chaque repas pendant 2 à 3 minutes est l’élément essentiel de
l’hygiène bucco-dentaire.
- Changer régulièrement de brosse à dent, de préférence souple et penser au nettoyage
interdentaire (fil, bâtonnets…).
- Pour éviter les caries : préférer l’eau ou le lait aux sodas, limiter les prises de boissons ou
d’aliments sucrés, ne pas consommer de boissons ou d’aliments acides au coucher (boissons
gazeuses, fruits, jus d’agrumes…), éviter les grignotages et se rincer la bouche à l’eau après
chaque prise alimentaire.
- Même si tout va bien, une visite annuelle chez le dentiste est un minimum pour détecter une
carie débutante et éliminer la plaque dentaire grâce à un détartrage.
■ LIMITES DU CONSEIL
Chez l'enfant, la propagation de l'infection est beaucoup plus rapide. Dès qu'il y a gonflement
de la joue, il faut aller aux urgences.
Si vous ne pouvez pas consulter un chirurgien-dentiste immédiatement, il est conseillé de se
rendre aux urgences dans les cas suivants :
•
vous avez de la fièvre et votre visage est gonflé (cela signifie peut-être que l’infection se
propage au-delà de la cavité buccale) ;
•
votre système immunitaire est affaibli par certains traitements (chimiothérapie, cortisone).
•
Vous êtes enceintes.
•
votre médecin vous a conseillé d’être vigilant en cas d’infection bucco-dentaire, pour
éviter des complications liées à une autre affection (ex. : diabète, maladie cardiaque).
144
L’APHTE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’aphte est une petite lésion superficielle observée le plus souvent sur la langue, les
gencives, le bord interne des lèvres, le plancher de la bouche ou l’intérieur des joues, se
présentant sous forme de tache érythémateuse dont la nécrose centrale aboutit à une
ulcération jaunâtre à bords bien nets entourée d’un liséré rouge vif.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
L’aphte buccal est douloureux, mais surtout gênant pendant les repas. Il mesure en
moyenne 1 à 2 mm de diamètre. Il est arrondi ou de forme ovale, avec un fond jaunâtre
entouré d’un bord rouge inflammatoire.
L’aphte guérit habituellement en une dizaine de jours sans laisser de cicatrice.
Il peut être déclenché par des facteurs :
-
hormonaux (règles)
-
infectieux : infection à la bactérie Helicobacter pylori.
-
des micro-ulcérations liées aux prothèses ou au brossage
-
le surmenage, la fatigue physique et du stress
-
Des allergies ou des sensibilités alimentaires (par exemple, au café, au chocolat,
aux oeufs, aux noix, au fromage, aux aliments très acides et à des agents de
conservation, comme l’acide benzoïque et le cinnamaldéhyde)
-
Une carence alimentaire en vitamine B12, zinc, acide folique ou fer.
-
Un sevrage tabagique.
-
Certains médicaments. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et
autres), les bêta-bloquants (propranolol et autres) et l’alendronate (contre l’ostéoporose)
peuvent provoquer des aphtes.
■ L’ HYGIENE BUCCO-DENTAIRE
-
Avoir une bonne hygiène bucco-dentaire, en utilisant une brosse à dents douce.
-
Eviter tout contact des enfants avec des personnes enrhumées, grippées ou qui
toussent.
-
Eviter les petits traumatismes de la bouche : s’assurer du bon ajustement des
145
prothèses dentaires ou appareils, manger calmement, ne pas se mordiller la langue ou la
joue...
-
Identifier les aliments susceptibles de favoriser les aphtes, et les éviter, à savoir des
produits alimentaires riches en histamines : Noix, noisette, amandes, chocolats, ananas,
citron, bleu et le gruyère.
■ PRODUITS DISPONIBLES
Le traitement permet d’atténuer la douleur et d’accélérer la disparition des lésions.
Un antiseptique, un anti-inflammatoire ou un anesthésique local peuvent être utilisés
sous forme de bain de bouche, gel ou solution.
Les produits les plus récents forment un film protecteur qui diminue les sensations
douloureuses.
A noter que l’aphte n’est pas contagieux et peut évoluer vers la guérison spontanée en
quelques jours.
-
Amylmétacrésol + alcool dichlorobenzylique + lidocaïne
-
Benzalkonium + lidocaïnecontient un anesthésique de contact. 1 pulvérisation par
prise et 4 à 6 prises par jour chez l'adulte. Ne pas dépasser 5 jours de traitement. Un
traitement prolongé peut exposer au risque de toxicité des anesthésiques de contact.
-
Benzoate de sodium + salicylate de sodium + borate de sodium + thymol +
euccalyptol + menthol
-
Cétrimide + lidocaïne
-
Cétylpyridinium + chlorobutanol + eugénol
-
Chlorhexidine + chlorobutanolne pas dépasser 2 semaines de traitement. Éviter
l’utilisation chez la femme enceinte
-
Chlorhexidine + tétracaïne
-
Lévomenthol + vératrol + résorcineFaire 2 à 4 bains de bouche par jour, après les
repas. La solution utilisée est diluée : Versez 1 cuillère à soupe de produit dans un verre
d'eau tiède. Ne pas dépasser 5 jours de traitement. Éviter l’utilisation chez la femme
enceinte
-
Lysosyme, pyridoxine
146
-
Povidone iodée (bain de bouche)
-
Thymol + lévomenthol + salol + teinture de benjoin + acide borique
On peut appliquer également :
•
Bains de bouche à base de tisane de décoction de sauge ou d'extraits de camomille.
•
Appliquer directement sur les aphtes un sachet de thé noir imbibé d'eau, pendant
5 minutes (les tanins contenus dans le thé auraient des propriétés analgésiques, tandis
que le thé neutralise aussi les acides qui exacerbent les douleurs).
•
Mâcher 2 ou 3 fois par jour un bâton de réglisse.
•
Appliquer une (seule) goutte d'huile essentielle d'arbre à thé sur la lésion.
•
Réaliser des bains de bouche avec une infusion de calendula101*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Pour essayer de limiter la douleur de l’aphte et prévenir les récidives :
évitez la consommation d’aliments qui favorisent la survenue des aphtes (noix, le gruyère,
cacahuètes, chocolat, fraises, bananes, ananas, kiwis, tomates)
privilégiez la nourriture froide (produits lactés frais, glaces) qui diminue la douleur
Consommer chaque jour un yaourt à base de lactobacillus acidophilus.
évitez les aliments chauds et durs qui peuvent l’aggraver
utilisez une brosse à dent neuve et très souple ; brossez-vous les dents au minimum deux
fois par jour et changer régulièrement votre brosse à dent,
conservez une bonne hygiène bucco-dentaire et utilisez un bain de bouche antiseptique
prenez rendez-vous avec votre dentiste si des soins dentaires sont nécessaires, ou pour
vérifier votre bouche (dents ou matériaux dentaires tranchants, adaptation des prothèses)
traiter le stress et la fatigue.
■ LIMITES DU CONSEIL
Une consultation médicale s'impose :
-
Si les aphtes réapparaissent souvent,
-
lorsque les aphtes sont très douloureux,
-
si les aphtes durent plus de 2 semaines,
-
lorsqu'ils sont de taille importante (plus d'1 cm de diamètre), nombreux (plus de 4 lésions
en même temps) et/ou fréquents (plus de 4 fois par an),
147
-
s'ils saignent ou empêchent de s'alimenter,
-
en cas de fièvre, ou de lésions sur d'autres parties du corps.
Les aphtes géants et multiples peuvent témoigner d’une autre pathologie :
-
Primo-infection herpétique
-
Syndrome pieds-mains-bouche, d’origine virale
-
Maladie de Behcet, associe des lésions génitales, oculaires et buccales
-
Une mononucléose infectieuse, une infection par le VIH, une leucémie. 99, 100*
148
AMYGDALES ET VEGETATIONS
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les amygdales participent à la fabrication de globules blancs, produisent des anticorps et
constituent une barrière efficace contre les microbes et les particules à l’entrée des voies
aériennes supérieures (nez/gorge/oreille).
Les amygdales pharyngées ou végétations adénoïdes, communément appelées « végétations »,
sont situées en arrière des fosses nasales, en haut du rhino-pharynx. Leur augmentation ou
leur infection chronique est très fréquente chez l'enfant. Elles disparaissent généralement vers
7-10 ans.
Les amygdales palatines sont situées au fond de la gorge, de part et d’autre de la luette. Les
amygdales linguales se trouvent à la base de la langue, les amygdales vélopalatines au niveau
du voile du palais et les amygdales tubaires autour des orifices de la trompe d’Eustache.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
- Les végétations volumineuses sont souvent responsables de rhinopharyngites, d’otites
séreuses et d’otites moyennes aiguës à répétition. Les parents signalent souvent que l’enfant
ronfle en dormant.
- Les amygdales peuvent être le siège de grosses angines récidivantes, ou devenir obstructives
lorsqu’elles augmentent trop de volume (gêne à la respiration ou à la déglutition).
■ LE TRAITEMENT CHIRURGICAL
Il arrive que les amygdales deviennent source de problème. Elles sont le siège des redoutables
angines, parfois récidivantes.
Le médecin peut être amené à proposer une intervention chirurgicale : ablation des
végétations ou adénoïdectomie chez l’enfant uniquement, ablation des amygdales ou
amygdalectomie chez l’adulte et l’enfant.
• L’opération des végétations se justifie en cas d’obstruction nasale ou de rhinopharyngites et
otites récidivantes. Elle ne met pas à l’abri d’une récidive ultérieure (les végétations peuvent «
repousser ») ou d’otites.
• L’opération des amygdales est indiquée en cas d’angines à répétition, voire en cas de
syndrome d’apnées du sommeil chez l’adulte.
149
• Une alternative à la chirurgie peut être proposée, mais uniquement chez l’adulte présentant
des amygdales cryptiques (c’est-à-dire avec de nombreux sillons profonds). Il s’agit d’une
technique au laser, qui consiste à brûler les amygdales sous anesthésie locale. Plusieurs
séances espacées de quelques semaines sont nécessaires.
• L’ablation des amygdales ou des végétations n’a pas de conséquences sur le bon
fonctionnement du système immunitaire, car les anticorps sont produits par d’autres structures
: ganglions, moelle osseuse, rate...
■ PRODUITS DISPONIBLES
Camphre, lévomenthol décongestionnant des voies respiratoires nasales lors de rhume, rhinite,
rhinopharingite, appliquer à chaque narine et inspirer profondément, faites 2 inspirations par
narine et par prise. Maximum 3 prises par jour à répartir dans la journée. Ne dépassez pas 3
jours de traitement, à ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante.
Attention : Antécédents d’épilepsie, enfant : cet inhalateur contient des dérivés terpéniques
(menthol, camphre, huile…Etc) pouvant entrainer à dose excessive des accidents
neurologiques de type convulsions.
Chlorhexidine (solution pour pulvérisation buccale)
Chlorhexidine + tétracaïne ou Chlorhexidine + oxybuprocaïne
Chlorhydrate de lidocaïne, amymétacrésol, alcool dichloro2, 4benzylique
Hexamidine + lidocaïne collutoire utilisé pour le traitement d'appoint des infections de la
cavité buccale ou de la gorge. Il contient un anesthésique de contact. Ne pas dépassez 5 jours
de traitement. Un traitement prolongé peut exposer au risque de toxicité des anesthésiques de
contact.
Ou Hexamidine + tertracaïne
Hexétidine + chlorobutanol + ( acide propionique ou salicylate de choline)
Levomenthol, cinéole, thymol, terpinéol, gaïacol, pastilles
Lysosyme, pyridoxine
Tixocortol + chlorhexidine
150
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Pour limiter la transmission des infections bactériennes de la sphère respiratoire, lavez-
vous les mains systématiquement après avoir éternué, toussé ou vous être mouché, également
avant et après chaque repas.
-
Se moucher régulièrement le nez avec des mouchoirs jetables, jetez-les ensuite
immédiatement dans une poubelle.
-
Pratiquer des lavages de nez avec des pulvérisations d’eau de mer 2 à 3 fois par jour.
-
Bien se couvrir en cas de froid, notamment les extrémités (pieds, gorge, tête, oreilles,
mains).
-
Manger des fruits riches en vitamine C et légumes frais.
-
Eviter les atmosphères enfumées, aérer les lieux de vie et utiliser des produits
désinfectant ou purifiant l’air, adaptez la température de la climatisation.
-
Pensez aux plantes en tisanes, en inhalation chaude et humide et aux huiles essentielles :
thym, eucalyptus radié, arbre à Thé, Niaouli, Ravintsara, citron, sapins, pins…Etc
- Aliments à éviter : alcool sous toutes ses formes.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Consulter un médecin en cas de fièvre élevée ou persistante au-delà de 3 jours.
- Antécédents d’épilepsie
-Femme enceinte ou allaitante.102*
151
L’ANGINE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’angine est une maladie inflammatoire aiguë de la gorge. Elle se limite le plus souvent aux
amygdales (amygdalite), mais peut s’étendre à tout le pharynx (pharyngite).
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Le virus ou la bactérie est transmis par l’air, lors de toux ou d’éternuements, par contact
physique ou par contact avec des objets eux-mêmes contaminés par des sécrétions du nez ou
de la gorge.
On distingue 3 principales causes :
1)- L’angine virale, la plus fréquente
Selon l’âge, 50 à 90 % des angines sont dues à un virus. Elles ne doivent pas être traitées par
des antibiotiques, qui sont inefficaces sur les virus.
L'angine se caractérise par de la fièvre (entre 38 °C et 39 °C) et des difficultés à avaler. Chez
l'enfant, il peut y avoir des troubles digestifs comme une diarrhée. L'angine virale est la cause
la plus fréquente du mal de gorge.
2)- L’angine bactérienne
Le streptocoque bêta-hémolytique du groupe A est la principale bactérie à l’origine des
angines. Cette angine bactérienne à streptocoque représente 25 à 40 % des cas chez l’enfant,
et seulement, 10 à 25 % chez l’adulte. Les enfants de moins de trois ans présentent très
rarement des angines bactériennes à streptocoque. Le risque important est la déshydratation.
3)- Une cause noninfectieuse :
Le mal de gorge peut être provoqué par une irritation : pollution, allergie ; tabac et l'alcool ;
les vapeurs de substances chimiques (peintures, colles) ; l'ingestion de produits irritants ; la
présence d'un corps étranger, une remontée d'acide provenant de l'estomac, le fait de dormir la
bouche ouverte ou de ronfler.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES :
Avez-vous de la fièvre > à 38 °c?
Avez-vous mal des 2 côtés ?
Est-ce que cela vous gêne pour vos activités quotidiennes ?
Etes-vous fatigué ?
152
■ COMMENT LE RECONNAÎTRE ?
Le mal de gorge est le symptôme le plus caractéristique de l’angine. Il peut aller du simple
picotement à une douleur plus intense. La gorge est enflammée et le malade arrive
difficilement à avaler sa salive ou des aliments. La fièvre n’est pas toujours présente.
• Cas d’angine bactérienne, le sujet présente une fièvre supérieure à 39°, maux de tête,
fatigue, frissons, Otalgie et dysphagie. Le gonflement d'une seule amygdale ; un ganglion
douloureux présent au niveau du cou, du même côté que l'amygdale enflée, absence de toux.
• L’angine virale est souvent précédée par une rhinopharyngite avec : une toux sèche, le nez
qui coule et un enrouement.
L’angine est dite rouge lorsque le pharynx et les amygdales, dont le volume augmente, sont
rouges. C’est l’angine la plus fréquente.
L’angine blanche se caractérise par la présence d’un enduit blanchâtre qui recouvre la gorge.
L’angine peut être elle-même un symptôme majeur d’une maladie comme la scarlatine, la
rubéole, la rougeole, la diphtérie ou la mononucléose infectieuse.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
L’angine est d’origine virale dans 60 à 90 % des cas selon l’âge du malade.
Le streptocoque A est très souvent en cause dans les angines bactériennes, en particulier chez
l’enfant. En l’absence de traitement adapté, ce type d’angine peut donner des complications
qui toucheront les articulations, le cœur ou les reins.
■ PRÉVENIR DE L’ANGINE
L’ablation des amygdales peut être envisagée en cas d’angines bactériennes survenant à
répétition malgré une prise en charge médicale correcte.
■ PRODUITS DISPONIBLES
Amylmétacrésol + alcool 2,4-dichlorobenzylique
Cétrimide + lidocaïne
Cétylpyridinium, lysozyme
Chlorhexidine + oxybuprocaïne ou tétracaïne
L'usage prolongé des traitements antiseptiques locaux (gargarisme, collutoire, pastille) n'est
pas souhaitable ; il peut modifier l'équilibre microbien naturel de la gorge.
Chlorhydrate de lidocaïne, amymétacrésol, alcool dichloro2, 4benzylique
153
Hexamidine + lidocaïne : Ce collutoire est utilisé pour le traitement d'appoint des infections
de la cavité buccale ou de la gorge. Il contient un anesthésique de contact.
Ne dépassez pas 2 pulvérisations par prise et 3 prises par jour chez l'adulte et pas plus de 5
jours de traitement. 3*
Prudence en cas d'épilepsie et chez le sujet âgé. Une surconsommation peut provoquer des
troubles nerveux et cardiaques.
- Sportifs : attention, ce médicament contient une substance pouvant interférer avec les tests
anti-dopage.
- Ne pas utiliser chez la femme enceinte et allaitante
Hexétidine (collutoire)
Hexétidine + acide propionique + chlorobutanol
Hexétidine (collutoire) Hexétidine + acide propionique + chlorobutanol
Hexétidine + salicylate de choline + chlorobutanol
A noter que le hexétidine contient des terpènes (présence de menthol) qui peut, en cas de
dépassement des posologies, avoir des effets indésirables graves : respectez les doses
préconisées, plus particulièrement chez l'enfant ou en cas d'épilepsie. 5*
Levomenthol, cinéole, thymol, terpinéol, gaïacol, pastilles
Biclotymol, Lysosyme, pyridoxine Paracétamol (comprimé à avaler, effervescent, gélules,
sachet, lyophilisat, suppositoire)
Paracétamol (suspension buvable), Paracétamol + caféine, Paracétamol + vitamine C ,
Soufre
A noter que le paracétamol est présent seul ou en association avec d'autres substances dans de
nombreux médicaments : il fur s’assurer de ne pas prendre simultanément plusieurs
médicaments contenant du paracétamol, car une prise conjointe entraîne un risque de
surdosage qui peut être toxique pour le foie.
En cas de traitement par un anticoagulant oral et par du paracétamol aux doses maximales (4
g par jour) pendant au moins 4 jours, une surveillance accrue du traitement anticoagulant sera
éventuellement nécessaire. 5*
Le paracétamol peut fausser les dosages du sucre sanguin et d’acide urique en laboratoire 3*
154
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Calmez les muqueuses enflammées en suçant bonbons ou pastilles (sans sucre de
préférence) pour stimuler la production de salive qui va lubrifier la gorge. Une boisson peut
aussi servir de lubrifiant.
- Faites des inhalations, humidifiez l'atmosphère.
- N'utilisez pas le collutoire immédiatement avant un repas, les aliments pourraient diminuer
son efficacité.
- Evitez la fumée de tabac, la nourriture ou les boissons trop chaudes ou irritantes : préférer
les aliments frais
- Boire beaucoup d'eau, par petites gorgées, pour calmer la douleur et pour s’hydrater et
manger des aliments faciles à avaler ;
- Adaptez la température de la climatisation.
- Pensez aux plantes en tisanes, en gouttes, pastilles, gargarismes, en spray ou en huiles
essentielles : Thym notamment, Eucalyptus, Arbre à Thé, Niaouli, Ravintsara, PhytolaccaCalendula, Guimauve, Aigremoine, Propolis, feuille de Ronce, etc...
- Couvrez-vous bien les extrémités par lesquelles on s’enrhume, surtout la gorge et éviter
toute exposition au froid. 3*
- Ne pas forcer sur la voix, ne pas raclez la gorge, cela augmenterait la douleur ;
■ MESURES D’HYGIENE
• Lavez-vous régulièrement les mains avec de l'eau et du savon.
• L'usage des solutions hydro-alcooliques (SHA) est efficace pour éliminer de nombreux
microbes transmissibles, mais ne l'est pas contre tous les germes. Les SHA doivent rester une
solution de secours en cas d'absence de point d'eau et de savon. Elles sont à utiliser sur des
mains non souillées car elles désinfectent mais n'enlèvent pas les saletés.
• Pour vous moucher, utilisez des mouchoirs en papier à usage unique, et jetez-les ensuite
dans une poubelle munie d’un couvercle.
• Si vous toussez ou éternuez, faites-le dans un mouchoir en papier et jetez-le aussitôt.
• Évitez de vous approcher des personnes fragiles : bébés, personnes malades ou âgées.
• Évitez le contact direct le temps de l'angine : n'embrassez pas vos proches, ne serrez pas la
main.
155
• Ne partagez pas les objets de la vie quotidienne avec vos proches : verres, couverts...
• Rangez votre brosse à dents après usage et veillez à ce que personne ne l'utilise.
• Nettoyez les objets (jouets, téléphone, clavier d’ordinateur, etc.) utilisés par le malade.
• Aérez votre maison au minimum une fois par jour et maintenez la température à 19°.
• Si un repos à domicile, respectez la prescription de ce repos et suivez bien le traitement.
103*
■ LIMITES DU CONSEIL
Le mal de gorge n'est pas synonyme de consultation médicale, sauf en cas de température
supérieure à 38°C, de forte douleur à la déglutition, de début brutal des symptômes et de
persistance depuis 48 heures.
Si les symptômes persistent malgré le traitement, consultez le médecin, surtout en présence de
fièvre ou de signes d'infection
Toute angine confirmée chez un enfant impose une consultation chez le médecin.
156
GINGIVITE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La gingivite est une inflammation des gencives. Ces dernières deviennent rouges, irritées,
enflées alors qu'elles sont normalement fermes et rose pâle. Elles peuvent saigner facilement,
notamment lors du brossage des dents.
La gingivite correspond finalement au stade le plus précoce des maladies de la gencive.
La gingivite est due à la présence de plaque dentaire.
La plaque est une pellicule collante composée principalement de bactéries, mais aussi de
protéines salivaires, de sucres et d’acides, qui s’accumule sur les dents.
Cette plaque dentaire s'épaissit et se durcit pour former du tartre si les dents ne sont pas
correctement et régulièrement brossées. C'est le tartre qui est responsable de l'apparition d'une
gingivite. Plus le tartre est présent sur les dents, plus il attaque les gencives.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
- Gencives rouges, enflées, et sensibles
- Douleurs ;
- Saignement des gencives, lors du brossage ou en croquant un aliment dur
- Dents qui bougent ;
- Déchaussement des dents ;
- Mauvaise haleine ;
- Abcès, pus.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Quel type de dentifrice et de brosse à dent utilisez-vous ?
A quand remonte votre dernière visite chez le dentiste ?
Avez-vous la possibilité de vous brosser les dents après chaque repas ?
■ EN L’ABSCENCE DE TRAITEMENT
La gingivite est très fréquente. Parfois asymptomatique, elle peut évoluer, si elle n'est pas
prise en compte, en maladies plus graves et plus difficiles à soigner comme une parodontite.
Non traitée, l'infection peut en effet gagner les gencives, les os et les tissus environnants des
dents et se transformer en maladies plus graves qui peuvent par exemple entraîner la chute des
dents.
157
La gingivite peut être associée à des troubles respiratoires. Les bactéries que renferme la
plaque peuvent migrer de la bouche aux poumons et causer une infection ou aggraver une
affection pulmonaire déjà présente. Il existe également un lien entre la gingivite et le diabète.
Le diabète pourrait être plus difficile à contrôler à cause d’une présence accrue de bactéries
transmises par le sang, ce qui augmente le taux de glycémie.
Chez la femme enceinte, la gingivite serait associée à un risque plus élevé d'accouchement
prématuré et à un faible poids du bébé à la naissance.
■ FACTEURS DECLENCHANTS
- Une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Viennent ensuite le tabac, l'alcool, certains
médicaments ou encore des modifications hormonales.
- Une prothèse dentaire mal posée peut aussi être responsable d'une inflammation des
gencives.
- Le stress pourrait également augmenter le risque de gingivite, tout comme un changement
hormonal, notamment au moment de la ménopause et de la grossesse, la malnutrition et
certaines maladies comme le diabète ou le VIH. 107*
■ PRODUITS DISPONIBLES
Pour lutter contre la gingivite et prévenir ainsi la progression de cette maladie, il est
nécessaire de commencer par se brosser les dents correctement et de faire faire, si nécessaire,
un détartrage par un professionnel de santé.
1)
TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX
Un bain de bouche antiseptique peut être prescrit par le dentiste. Enfin, certains dentifrices
sont indiqués en cas de gingivite.
Si une prothèse dentaire mal ajustée est responsable d'une gingivite, le chirurgien-dentiste
devra la remplacer.
158
2) HOMEOPATHIE
-
Le traitement des diverses gingivites :
Pour une gingivite chronique, une prise de 2 granules de Calcarea Fluorica ou de Luesinum
5 CH trois fois par jour est recommandée.
En cas d´œdème, il faut rajouter 2 granules d´Apis ou de Phosphorus 5 CH durant quelques
semaines.
L´hémorragie peut être freinée par 2 granules de Kreosotum, d´Arnica ou de Carbo
Vegetalis, en 5 prises journalières.
-
Les remèdes pour les inflammations plus graves :
Lorsque l´inflammation est aiguë, une prise de Belladonna ou d´Aconit toutes les deux
heures sera efficace. D´autres composants peuvent être par ailleurs efficaces comme Apis
Mellifica (gencives brûlantes) ou Cantharis (brûlures, soif et ulcérations), mais sur
prescription d´un médecin homéopathe surtout pour le niveau de dilution (CH). Toujours sur
recommandation, quelques teintures comme Mercurius Solubilis soulagent la gencive
lorsque celle-ci devient sensible au froid ou au vent.
3) HUILES ESSENTIELLES
Il est conseillé d’associer les huiles essentielles à des cataplasmes d’argile blanche. Pour cela,
on choisit les plus antibiotiques, comme le laurier, le tea tree et l’hélichryse italienne pour
ses propriétés anti-inflammatoires.
L’argile apporte un nettoyage en profondeur des espaces interdentaires et des collets, absorbe
l’acidité locale pouvant être responsable d’aphtes, d’ulcérations ou d’inflammations, et
complète l’action anti-inflammatoire des huiles essentielles.
On peut préparer une pâte d’argile à laquelle on incorpore une goutte de chacune de ces
huiles. Poser cette pâte sur les gencives, et à la commissure des lèvres s’il y a de la perlèche.
Laisser agir plusieurs minutes en faisant rouler l’argile entre les dents. Renouveler après
chaque brossage. 109*
■ EN PREVENTION
La prévention la plus simple et la plus efficace pour prévenir l’apparition du tartre est de se
brosser les dents régulièrement, au moins deux fois par jour, afin d'ôter la plaque dentaire.
Pour plus d'efficacité, un fil dentaire et un dentifrice fluoré peuvent être utilisés.
159
Le dentiste doit être consulté régulièrement. Il peut réaliser un détartrage, une à deux fois par
an, si nécessaire.
Le thym, l'eucalyptus et le menthol. Présents dans certains rince-bouches, ils pourraient être
efficaces pour lutter contre la formation de la plaque dentaire et ainsi limiter le risque de
gingivite. Le thymol serait un des principaux agents responsables de cet effet. 104*
L'huile de bourrache. Permet de réduire l'inflammation des gencives. Cette huile est source
d'acide gamma-linolénique (AGL), qui appartient à la famille des acides gras oméga-6. 105*
Le miel et la propolis.
Le yaourt ou yogourt. Ce serait les probiotiques présents dans les yaourts qui auraient cet
effet sur la maladie parodontale, gingivite et parodontite. 106*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Le meilleur moyen de lutter contre la gingivite est donc d'avoir une bonne hygiène buccodentaire et de se brosser régulièrement les dents. Ce simple geste permet en effet d'enlever la
plaque dentaire et d'inverser la progression de la maladie des gencives.
Entre les soins, surveillez l’aspect de vos dents et de vos gencives : à chaque brossage,
vous pouvez regarder vous-même vos dents et vos gencives. Vérifiez l’absence de plaque
dentaire (elle se caractérise par un dépôt blanc pâteux sur les dents. Elle est plus épaisse à la
base, près des gencives) et de tartre (c’est un dépôt dentaire dur sous la langue). Si les signes
de gingivite réapparaissent malgré les soins, il peut être utile de consulter à nouveau.
Adoptez une bonne hygiène bucco-dentaire pour éviter la formation de la plaque dentaire.
Si vos gencives saignent, vous ne devez pas cesser de vous brosser les dents, au contraire.
Par contre, faites-le plus délicatement avec une brosse à dent très souple et faites des bains de
bouche avec un produit antiseptique au moins une fois par jour en période d'inflammation.
Arrêtez de fumer : le tabac est un facteur aggravant des maladies des gencives. Il intervient
aussi bien dans l’apparition, que dans la progression de la maladie. C’est pourquoi l’arrêt du
tabac est fortement recommandé.
Adoptez une alimentation saine : une alimentation équilibrée sans grignotage contribue à
une bonne santé générale et bucco-dentaire. N’oubliez pas que les bactéries de la plaque
dentaire aiment les produits sucrés.108*
160
■ LIMITES DU CONSEIL
Étant donné la délicatesse des gencives, il importe de toujours consulter un médecin en cas de
doute sur le type de gingivite et s´il n´y n’a aucune amélioration suite au traitement. Le
problème étant fréquemment lié à une carence interne ou une mauvaise habitude comme le
tabagisme, seul un docteur saura déterminer la vraie source de l´inflammation
161
GRIPPE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La
grippe
est
une
maladie
infectieuse
aiguë
due
aux
virus
Influenzae.
Les virus de type A et B sont responsables des épidémies saisonnières, le virus C donne des
cas sporadiques. Seuls les virus A peuvent provoquer une pandémie.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La période d’incubation est de 1 à 7 jours. Les symptômes durent entre 5 et 10 jours.
Leur début souvent brutal associe :
• une fièvre élevée (39-40 °C), qui diminue généralement puis augmente à nouveau avant
de revenir à la normale ;
• des frissons, des maux de tête et courbatures ;
• une fatigue importante, avec perte d’appétit ;
• une atteinte respiratoire (rhume, toux, bronchite…).
■ QUESTIONSINDISPENSABLES
Avez-vous les symptômes : forte fièvre, courbatures, frissons ?
Quel est votre état de fatigue ?
Avez-vous des troubles respiratoires ?
■ LES MODES DE TRANSMISSIONS
Très contagieuse, la grippe se transmet par les sécrétions respiratoires lors d’éternuements
ou de toux, ou via les mains souillées.
Les lieux confinés et très fréquentés favorisent la transmission.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
L’épidémie débute le plus souvent vers fin décembre-début janvier, et dure environ 9
semaines en moyenne.
Les personnes les plus fragiles sont les sujets âgés (plus de 90 % des décès liés à la grippe
surviennent chez des personnes de plus de 65 ans), les jeunes enfants, les malades
chroniques souffrant d’atteinte cardiaque, pulmonaire, métabolique, immunologique…
162
■ PRÉVENIR LA GRIPPE
• La vaccination est le meilleur moyen de protection. Elle doit être faite à l’approche de
l’hiver. Une seule injection suffit. Elle doit être renouvelée tous les ans.
• Pour éviter la contagion, le malade doit, dès le début des symptômes, limiter les contacts
avec les personnes fragiles.
• Le port d’un masque couvrant le nez et la bouche est conseillé en cas de toux ou
d’éternuements.
• Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique, à jeter dans une poubelle fermée. Se
laver les mains ensuite.
■ LE TRAITEMENT DE LA GRIPPE
Le traitement est symptomatique : médicament contre la fièvre et les douleurs, lavage du
nez au sérum physiologique… Le repos au chaud s’impose de lui-même.
Les antibiotiques sont prescrits uniquement en cas de surinfection bactérienne ou chez les
personnes fragiles.
Le traitement par antiviral est peu utilisé. Pour être efficace, il doit être pris dans les 2
jours qui suivent l’apparition des symptômes.111*
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Aspirine
•
Aspirine + caféineou vitamine C
•
Aspirine + Acide acétylsalicylique + paracétamol + caféine
•
Aspirine + paracétamol + codéïne
•
Cuivre
•
Ibuprofene cpr 100mg - suspension buvable
•
Ibuprofene forme adulte (200mg/400mg - LP 300mg)
•
Paracétamol + caféineou vitamine C
•
Paracétamol + chlorphénamine ou Phéniramine + acide ascorbique
2) HOMEOPATHIE
Traitement préventif en renforçant
les défenses immunitaires de l’organisme. Prendre
pendant toute la période hivernale, différents remèdes homéopathiques tels que l’« Echinacéa
163
» à raison de 200 gouttes par jour pour un adulte. La prise d’« Oscillococcinum », à
consommer toutes les deux semaines, associée à de l’« Influenzinum 9 CH » à raison d’une
dose hebdomadaire pendant les trois premiers mois puis, mensuelle les trois mois suivants est
également efficace.
Il est possible d’établir un véritable programme pour renforcer l’organisme et cela, à partir du
mois de septembre au mois de février. Pour ce faire, la prise en alternance d’une dose de 4
granules de trois produits peut être effectuée : de l’« Yersin 7CH » tous les samedis et
mercredis, de l’« Influenzinum 7CH » tous les jeudis et lundis et de l’« Aviaire 7CH » tous
les mardis et vendredis.
Traitement curatif avec un seul produit homéopathique, il est possible de traiter la grippe et
ses symptômes. C’est le cas de l’« Oscillococcinum », à raison de deux doses (matin et soir)
par jour, qui peut être toutefois associé avec du « Sulfur 15 CH » ou du sérum de « Yersin 9
CH ». De même, une prise de « Paragrippe » toutes les heures dès l’apparition des premiers
symptômes, puis toutes les deux heures le jour suivant est également très efficace. Vous pouvez
aussi prendre l’« Homéogrippe » (1 ou 2 comprimés à consommer toutes les heures) ou le «
Boripharm » (quatre prise de 4 granules par jour).
3) LES HUILES ESSENTIELLES
Les huiles essentielles aident à renforcer les défenses immunitaires grâce à leurs propriétés
énergétiques et immunostimulantes.
Elles sont également recommandées pour diminuer les effets des symptômes.
Lors d'un état grippal, on peut utiliser les huiles essentielles d'épinette noire, de sarriette des
montagnes, d'encens oliban mais aussi celle de ravintsara.
L'huile essentielle d'épinette noire est un tonique général et un neurotonique. Elle est antiinfectieuse, stimulante du système immunitaire et décongestionnante des voies respiratoires.
L'huile essentielle de sarriette des montagnes est une huile anti-infectieuse d'une grande
efficacité. Elle présente également des vertus antibactériennes et antivirales. Elle stimule les
défenses immunitaires, tout en étant un tonique et un stimulant général.
L'huile essentielle d'encens oliban stimule les défenses immunitaires. Elle est indiquée en
convalescence ou en cas de fatigue hivernale, pour lutter contre les encombrements ORL et la
toux grasse. Elle a des propriétés antiseptiques aériennes, stimulantes, expectorantes,
164
respiratoires.
L'huile essentielle de ravintsara est une huile stimulante immunitaire, anti-infectieuse et
antivirale. Elle est aussi expectorante, décongestionnante veineuse et tonifiante circulatoire.
4) AUTRES TRAITEMENTS
Un massage à l'arnica pour soulager les courbatures
Un massage à l’huile essentielle de Cinnamomum camphora, cette huile essentielle s’utilise
en usage externe uniquement, deux fois par jour en diluant 5 gouttes dans une cuillère à café
d’huile végétale comme l’huile d’amande douce. Massez ensuite le thorax et le dos à hauteur
des poumons. Vous pouvez aussi, plusieurs fois par jour, verser 2 gouttes dans un mouchoir, à
inhaler en respirant profondément.
Ne pas utiliser chez le nourrisson de moins de 36 mois et la femme enceinte. Ne pas utiliser en
cas de forte allergie et en cas d’épilepsie.
Une tisane de romarin : Faites un mélange de romarin, de gingembre (qui stimule la
production de globules blancs et participe à l’élévation légère de la température afin de détruire
le virus), frais coupé en fines tranches. Rajoutez un peu de citron et du thym (antiseptique
naturel). Laissez infuser 10 à 15 minutes puis filtrez avant de boire, 2 à 3 tasses par jour. A
renouveler durant une semaine.
Une tisane de saule blanc : L’acide salicylique de l'écorce de saule possède une action antifièvre permet de réduire la douleur, contre-indiquée chez les personnes sous anticoagulants ou
les hémophiles.
Une ampoule de magnésium marin participe activement à l’élaboration des anticorps. Fruits
secs, oléagineux (amandes, noix…), légumineuses, céréales complètes, chocolat noir et
crustacés en contiennent particulièrement.
Un jus concentré de fer et de plantes : Le fer joue également un rôle essentiel dans
l’élaboration des globules rouges et des globules blancs, précieux alliés de notre système
immunitaire. Très présent dans les fruits de mer, la viande, les légumineuses (haricots, pois,
lentilles…), les légumes verts (brocolis, chou, feuille d’ortie, feuille d’épinard, fenouil, algue
brune) et les fruits (raisin, jus de cassis, mûre, orange, citron). Le fer ne peut être correctement
assimilé qu’en présence de vitamine C.
Spray ou gomme à la propolis : La propolis est connue depuis très longtemps pour ses vertus
165
anti-infectieuses particulièrement sur la sphère ORL et les bronches. De très nombreux
composés actifs font de la propolis un allié important du système immunitaire et les
flavonoïdes qui la composent inhibent la libération de la charge virale.112*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Lavez-vous les mains, si possible avec du savon liquide, en les frottant pendant 30
secondes. Rincez-les ensuite sous l’eau courante et séchez-les avec une serviette propre ou à
l’air libre. Le lavage des mains doit devenir un réflexe : au minimum, avant de préparer le repas
ou de manger, après s’être mouché, avoir éternué ou toussé en mettant sa main devant la
bouche, être passé aux toilettes, s’être occupé d’un animal et après chaque sortie.
Servez-vous d’un mouchoir jetable pour vous moucher, tousser, éternuer ou cracher, et
jetez-le aussitôt.
Portez un masque si vous êtes grippé, surtout pour rendre visite à une personne fragile.
Évitez d’emmener un nourrisson dans les lieux publics où il pourrait entrer en contact avec
des personnes infectées (transports en commun, centres commerciaux, hôpitaux…) en période
d’épidémie.
Ouvrez les fenêtres régulièrement pour aérer et diminuer la concentration en microbes.
Il faut boire régulièrement et de manière abondante pour éviter une déshydratation en cas de
fièvre et porter des vêtements légers.
Bannissez les couettes et édredons : ils font transpirer et risquent de faire grimper la
température.
Évitez de serrer les mains ou d’embrasser pour dire bonjour.
Ne touchez pas directement vos yeux, votre bouche ou votre nez, sans vous être lavé les
mains au préalable.
■ LIMITES DU CONSEILS
Difficultés respiratoires même au repos, montée de fièvre pendant trois jours (plus de 38,5 °C)
ou douleurs à la poitrine. Si l’un de ces symptômes apparaît, il est conseillé de consulter un
médecin.110*
166
HALITOSE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L'halitose, est le fait d'avoir une haleine malodorante. Bien qu'il s'agisse d'un
problème de santé relativement mineur, la mauvaise haleine peut constituer une source
de détresse et un réel handicap social. C'est un phénomène très fréquent qui touche
autant les hommes que les femmes. De nombreuses personnes ne savent pas qu'elles en
sont atteintes car les cellules responsables de l'odorat, deviennent insensibles au flux
continu de mauvaise odeur. Une mauvaise haleine est détectée 1 fois sur 5 par
l'entourage.
Elle est causée suite à l’émission de composés soufrés volatils, issus de la dégradation
des débris alimentaires par des bactéries.
■ L'ORIGINE DE L'HALITOSE
Son origine est généralement buccale (langue, gencives, dents), une mauvaise hygiène
buccodentaire.
Le plus souvent, ce sont les bactéries présentes sur la langue ou les dents qui produisent
ces odeurs.
Au cours du sommeil, la décomposition de débris présents dans la bouche peut
provoquer une mauvaise haleine le matin à cause de l'absence de flux de salive.
Un repas "basses calories", la faim ou le jeûne peuvent également provoquer une
"haleine de la faim".
Mais l'halitose peut parfois être liée à la sphère ORL (amygdales, sinus) ou plus
rarement à des désordres gastriques, voire métabolique, hépatique ou rénale.
Elle peut être due à :
une affection ORL (sinusite, angine) ou pulmonaire (bronchite par exemple)
une affection digestive (reflux gastro-oesophagien, trouble du foie...) ou rénale
un problème endocrinien (diabète)
une sécheresse de la bouche (respiration par la bouche, diminution du débit
salivaire, une déshydratation
des sources externes : l’alimentation (ail, oignons, café, thé, excès de protéines ou
167
jeûne), le tabac, l’alcool, certains médicaments…
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Certains aliments (ail, oignons, certaines épices…) contenant des composants volatiles
peuvent être responsables de l'halitose.
• Mauvaise hygiène bucco-dentaire ou infection bucco-dentaire (carie ou maladie
parodontale), port d'un dentier.
• Infection sinusale ou pulmonaire chronique, tuméfaction des végétations ou des amygdales
(respiration par la bouche).
• Hormones, pendant l’ovulation et la grossesse, les taux élevés d’hormones augmentent la
production de plaque dentaire.
• Certains médicaments qui provoquent une réduction du flux de salive peuvent aussi
modifier l'odeur de l'haleine : antidépresseurs, antipsychotiques, antihistaminiques,
décongestionnants ou antihypertenseurs…
• Les patients qui souffrent de maladies systémiques, telles que le diabète, les maladies
hépatiques, les troubles rénaux ont plus de risque d'en souffrir.115*
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Depuis quand êtes-vous gêné ?
Avez-vous mangé quelque chose de particulier ?
A quand remonte votre dernière visite chez le dentiste ?
Avez-vous des troubles digestifs, ORL ?
■ LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE L'HALITOSE
Il n’existe pas de médicament indiqué dans le traitement de la mauvaise haleine.Néanmoins,
un rinçage avec un bain de bouche antiseptique peut être utile. L’usage des bains de bouche
ne doit pas être prolongé sans l’avis du dentiste. Une bonne hygiène bucco-dentaire permet
également d’avoir l’haleine fraîche.
Certaines plantes ont également des vertus antibactériennes, antiseptiques et désodorisantes
qui peuvent agir efficacement :
•
mâcher des graines de fenouil ou du persil frais,
•
mordiller un clou de girofle ou un bâton de cannelle,
168
•
manger de la cardamome ou de l'anis,
•
préparer une tisane de thé vert...114*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Brossez-vous les dents au moins deux fois par jour (matin et soir après les repas) avec une
brosse à dents à poils souples. brossez aussi la surface de votre langue (60% des bactéries de
la bouche se trouvent sur la langue)
- Utilisez du fil de soie au moins une fois par jour ainsi que des brossettes pour les espaces
interdentaires.
- Si vous portez des appareils dentaires, pensez à les retirer et à les nettoyer après chaque
repas. Pour cela, prenez une brosse différente de celle avec laquelle vous vous brossez les
dents.
- Soigner les caries et/ou parodontopathies et éliminer le tartre au cabinet du chirurgiendentiste
- Privilégiez une alimentation équilibrée et évitez, si possible, certains aliments, susceptibles
de causer une mauvaise haleine. Par exemple : ail, oignons, épices, régimes riches en
protéines... Réduisez également l’alcool et le café.
- Hydratez-vous bien (6 à 8 verres d’eau par jour) notamment au coucher.
- Arrêtez de fumer
- Consultez votre chirurgien-dentiste, au moins une fois par an, pour faire contrôler votre état
dentaire et buccal et faire réaliser un détartrage si besoin.
- évitez les bonbons sucrés ou les bains de bouche contenant de l’alcool : cela pourrait
aggraver le problème. En effet, les bactéries de la bouche transforment le sucre en acide et
l’alcool du bain de bouche assèche les muqueuses
- rincez-vous la bouche avec de l’eau et prenez une gomme à mâcher sans sucre pour stimuler
la salive. Celle-ci a un effet nettoyant. 113*
■ LIMITES DU CONSEIL
Cas de douleurs buccodentaires ou fièvre et signes généraux associés.
169
RHINITE ALLERGIQUE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La rhinite allergique est une inflammation des muqueuses nasales causée par l’inhalation
de substances allergisantes. Elle n’est pas due à un virus ou à une bactérie, mais à un
allergène.
■ A SAVOIR
Parmi les signes non spécifiques évoqués dans la rhinite allergique, on note les antécédents
familiaux d’allergie type asthme allergique, une rhinite déclenchée à l’enfance et un taux
des IgE élevé.
Le sujet présente ainsi une obstruction nasale, des éternuements en salive et une rhinorrhée
aqueuse souvent très abondante.
Le traitement conseil associe des antihistaminiques et des corticoïdes par voie nasale et
nécessite l’éviction de l’allergène.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La rhinite allergique se traduit par de nombreux symptômes : nez bouché, écoulement
nasal important, éternuements en salves, conjonctivite, démangeaisons dans la gorge et le
fond du palais, respiration sifflante… mais aussi maux de tête, troubles du sommeil,
perte de l’odorat et du goût, manifestations cutanées…
Ces symptômes peuvent durer moins de 4 jours par semaine ou moins de 4 semaines par
an : la rhinite est dite intermittente. Au-delà, on parle de rhinite persistante.
Les médecins utilisent une classification de l'OMS :
•
Rhinite allergiquelégère : sommeil normal, activités dans la journée normales,
activités professionnelles et scolaires normales, pas de symptômes gênants.
•
Rhinite allergiquemodérée à sévère : sommeil perturbé, activités diurnes perturbées,
activités professionnelles et scolaires perturbées, présence de symptômes gênants.
•
Symptômesintermittents : moins de 4 jours par semaine ou pendant moins de
4 semaines.
•
Symptômespersistants : plus de 4 jours par semaine ou plus de 4 semaines. 117*
170
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Quels sont vos symptômes ?
Cela vous arrive-t-il chaque année à la même époque ?
Etes-vous particulièrement sensible à la poussière de maison ?
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Il existe deux formes de rhinite allergique :
•
Les
rhinites
saisonnières
(le
classique
«
rhume
des
foins)
sont
très
souvent dues à une allergie aux pollens.
•
Les
rhinites
perannuelles
persistent
toute
l’année
et
sont
liées
généralement à des allergènes domestiques : blattes, acariens ou poils d’animaux.
Une allergie aux pollens peut être associée à une allergie alimentaire (par exemple :
allergie au pollen de bouleau et allergie à la pomme).
■ PRÉVENIR L’ALLERGIE
Des tests cutanés permettent d’identifier les allergènes auxquels vous êtes sensibles.
• Pour prévenir l’allergie aux pollens : se tenir éloigné de l’allergène, éviter de sortir les
journées très ensoleillées sans précipitations et avec un vent modéré, éviter les piqueniques, éviter de tondre, éviter de dormir la fenêtre ouverte… Consulter le calendrier
pollinique des pollens concernés.
• Pour prévenir l’allergie à l’environnement domestique : lutter contre l’humidité, poser
des housses anti-acariens, nettoyer les peluches…
Traiter les symptômes de la rhinite allergique dès qu’ils se manifestent contribue à
prévenir les complications, comme l’otite moyenne, l’asthme et la sinusite chronique.
■ LE TRAITEMENT DE L’ALLERGIE
Les traitements comportent un antihistaminique, un décongestionnantqui diminue
rapidement l'enflure du tissu nasal et, en fonction de la sévérité, un corticoïde en spray
nasal, voire de la cortisone par voie générale en cure courte.
Les corticostéroïdes nasaux sont des médicaments anti-inflammatoires qui bloquent la
réaction allergique. Ils sont généralement prescrits lorsque les antihistaminiques n’offrent
171
pas de soulagement, plus souvent chez les personnes qui souffrent de rhinite persistante.
Pour une allergie très gênante et persistante, une désensibilisation (injection sous-cutanée
ou désensibilisation sublinguale) est possible, principalement pour les acariens et les
pollens.
Elle représente le seul moyen de guérir définitivement d'une allergie. En effet, elle
consiste à administrer progressivement des doses croissantes d'extraits d'allergène afin de
rééduquer le système immunitaire. Mais tous les allergènes ne sont pas accessibles à
ladésensibilisation.
La désensibilisation n'est possible qu'en cas d'un, deux, voire trois allergènes différents,
pas plus. Ainsi, on estime qu'environ 25% des patients ne se font pas désensibiliser car ils
sont polysensibles.
De plus le traitement peut se faire par voie injectable ou sublinguale. 113*
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
2)
•
Acide cromoglycique
•
Acide N-acétyl, aspartyl glutamique
•
Alimémazine
•
Azelastine
•
Céthexonium + phényltoloxamine solution pour pulvérisation nasale
•
Cétirizine
•
Cromoglicate de sodium
•
Cyproheptadine
•
Lévocabastine collyre
•
Lodoxamide collyre
•
Loratadine
•
Prométhazine
TOPIQUES
- Pommade calendula à l’entrée des narines
- Spray serum physiologique
Le rinçage des voies nasales. Le rinçage des conduits nasaux avec de l’eau salée est une
172
méthode simple, peu coûteuse et efficace pour soulager la congestion nasale.
3) HOMEOPATHIE
En pommade : homéoplasmine
Traiter la rhinite allergique saisonnière ou persistante :
Il conviendra de prendre 5 granules d’Apis mellifica 15 CH ainsi que 5 granules
d’Arsenicum album 9 CH 3x/j dès l’apparition des premiers éternuements et écoulements.
Accompagné de démangeaisons au niveau du palais, prendre 5 granules de Sabadilla 15 CH
3x/j dès le début de la crise.
Si associé à d’autres démangeaisons au niveau des oreilles prendre 5 granules d’Arundo
donax 5 CH3x/j, et ce dès l’apparition des premiers symptômes.
En cas de rhinite allergique saisonnière, il sera possible de prendre 5 granules d’Histaminum
9 CHou de Poumon Histamine 9 CH 2x/j dès le début de la saison à laquelle l’allergie
survient en général.
Dans certains cas, il sera également possible de prendre 5 granules de Pollens 30 CH /j tant
que dure la saison propice à la réaction allergique.
Selon les troubles auxquels elles sont associées, les rhinites allergiques saisonnières ou
persistantes doivent par ailleurs être traitées de manière plus spécifique à l’aide de remèdes
tels que l’Allium cepa, l’Ambrosia artemisiaefolia, le Kalium iodatum ou le Naphtalitum.
En prévention : les remèdes qui conviennent sont le plus souvent des remèdes tels que le
Lachesis mutus, le Lycopodium clavatum, le Natrum muriaticum, le Nux vomica, le
Psorinum, la Pulsatilla, le Sulfur, le Sulfur iodatum ou le Tuberculinum.
4) PHYTOTHERAPIE
On peut avoir en gélules :
- Cassis
- Plantain
- Ortie (Urtica dioica).
L'ortie a été utilisée traditionnellement pour soigner les symptômes de la rhinite allergique.
Une étude à double insu contre placebo portant sur 69 sujets indique qu'un extrait lyophilisé
de feuilles d'ortie peut soulager sensiblement les symptômes de la rhinite allergique 119*.
173
5) AROMATHERAPIE
-
camomille noble 1 gtte 3x/j 10j/mois
-
Eucalyptus radiate 2gtte 3x/j/5j en cas de sinusite
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Le pollen et les moisissures :
- Éviter les activités qui exposent à de grandes quantités de pollen, comme la tonte de la
pelouse, le fauchage et le sarclage.
- Assurer la ventilation intérieure à l’aide d’un purificateur d'air muni d'un filtre à particules
à haute efficacité ou d'un filtre électrostatique plutôt qu'en ouvrant les fenêtres. Durant les
chaudes journées d’été, utiliser au besoin un climatiseur. - Éviter de faire sécher son linge
dehors, car du pollen risque de s’y déposer.
- Maintenir le taux d’humidité à moins de 50 %. Utiliser un déshumidificateur dans un soussol non fini ou humide pour empêcher la formation de moisissures.
- Conserver le minimum de plantes et éliminer les pots en argile pour limiter les moisissures.
A noter : Les moments où les quantités de pollen dans l’air sont les plus faibles sont de
10 heures le matin jusqu’au coucher du soleil, ainsi que durant une pluie ou après.
Les acariens :
- Laver fréquemment la literie à l'eau chaude (au moins 54 °C ou 130 °F).
- Recouvrir le matelas d'une housse antiacariens et se procurer des oreillers de mousse
synthétique lavables.
- Maintenir le taux d’humidité à moins de 50 %.
- Nettoyer les tapis et les moquettes à l’aide d’un aspirateur muni d’un filtre de bonne
qualité.
- Éviter les tapis et les draperies abondantes dans la chambre à coucher.
- Il existe des acaricides en aérosol. Après avoir vaporisé le produit sur les matelas, les tapis,
les fauteuils, aérer la pièce à fond durant plusieurs heures avant d'y séjourner de nouveau.
- Pour détruire les acariens et les larves d'acariens logés dans les jouets en peluche, on peut
les mettre au congélateur durant 72 heures. Répéter l'opération tous les 3 mois.
Les animaux :
- Ne pas garder d’animaux dans la maison, autant que possible. Les chats sont les plus
174
allergènes. Il n’existe pas de chiens ou de chats non allergènes, mais certaines races sont
pires que d’autres. Les animaux qui ont un poil laineux provoquent moins de réactions.
- Donner le bain à son animal chaque semaine.
- Éliminer les poils d’animaux du sol le plus souvent possible.
- Garder l’animal hors de la chambre à coucher.
Les aliments :
Certaines personnes qui souffrent d’allergies saisonnières sont sujettes à une forme
particulière d’allergie à des fruits, des légumes frais ou des noix. Selon le cas, l’ingestion de
l’aliment ou son contact avec la bouche provoque des démangeaisons sur les lèvres, la
langue, le palais et la gorge. Parfois, un gonflement des lèvres, de la langue et de la luette
survient.
Une personne allergique au pollen de bouleau peut avoir des réactions allergiques lorsqu’elle
mange une pomme ou une carotte crue, tandis qu’une personne allergique au pollen de
l’herbe à poux peut avoir ce type de réaction en mangeant des melons, des bananes ou des
concombres crus. Ces réactions croisées surviennent parce que les allergènes contenus dans
ces pollens et ces aliments se ressemblent chimiquement.
Les symptômes de ce type d’allergie alimentaire demeurent habituellement légers. Ils se
produisent uniquement avec des aliments crus. Il est conseillé de s’abstenir de les
consommer, surtout durant la saison des allergies.
D’autres facteurs irritants peuvent aggraver les symptômes :
- La fumée de tabac et les feux de foyer ;
- Les parfums ;
- La pollution de l'air ;
- Le vent ou les courants d'air ;
- Les écarts de température
■ LIMITES DU CONSEIL
Si le sujet affecté est très jeune (nourrisson, enfant de moins de deux ans, enfant)
Le traitement de fond est prescrit par le médecin dans le cas où la rhinite est récidivante avec
un asthme associé.
Si la rhinite est due à des agents pathogènes et qu’elle s’accompagne d’écoulements nasaux
175
purulents, il sera nécessaire de consulter un médecin sans tarder afin que celui-ci puisse
mettre en place un traitement adéquat.
Si la rhinite est d’origine allergique, il sera préférable de consulter un médecin dès
l’apparition de récidives afin que celui-ci puisse déterminer quels sont les agents
responsables de la réaction allergique.
176
RHUME
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le
rhume
est
une
infection
respiratoire
bénigne,
contagieuse.
Il s’agit d’une inflammation de la cavité nasale et du pharynx, causée par un virus.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
C’est des symptômes qui peuvent durer jusqu’à 10 jour, se traduisent par un
picotement nasal, sensation de sécheresse du nez, éternuements et larmoiements,
écoulement nasal, nez bouché.
Les sécrétions nasales sont d’abord claires puis deviennent épaisses, jaunes ou
verdâtres.
Une toux et un mal de gorge peuvent également apparaitre ainsi que des maux de tête,
de la fatigue et de la fièvre.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Que ressentez-vous exactement ?
Comment est votre écoulement nasal ?
Avez-vous de la fièvre ou des maux de tête ?
Vous sentez-vous encombré ?
Cela vous arrive-t-il souvent ?
Avez-vous tendance à faire des sinusites ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
La contagion se réalise par voie aérienne (postillons…) ou par manuportage.
La période d’incubation dure de 1 à 3 jours.
La fréquence varie en fonction de l’âge : 6 à 10 épisodes par an chez l’enfant et 2 à 4
épisodes par an chez l’adulte.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Plus de 200 virus peuvent être à l’origine de cette pathologie. Après avoir pénétré
dans les cellules de la muqueuse, le virus s’y multiplie. En hiver le froid diminue les
défenses immunitaires et l’organisme est donc moins résistant, ce qui explique que la
177
maladie se manifeste plus souvent durant cette période.
■ LE TRAITEMENT DU RHUME
Les traitements associent des médicaments par voie locale et par voie générale :
- Le traitement par voie locale vise à dégager les voies respiratoires : nettoyage des
fosses nasales, gouttes nasales, inhalations à base d’huiles essentielles.
- Le traitement par voie générale permet de lutter contre les symptômes : antalgique,
antipyrétique, antihistaminique et/ou décongestionnant par voie orale (utilisation
pendant 3 à 5 jours, ne pas utiliser chez la femme enceinte et avant 15 ans)
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Acide ténoïque
•
Baume du Pérou, teinture de Benjoin, teinture d'Eucalyptus, huiles essentielles
de lavande et de thym, Lévomenthol
•
Benzododécinium +/- polysorbate 80
•
Camphre, huile essentielle de Térébenthine, lévomenthol, huile essentielle
d'Eucalyptus, thymol
•
Camphre, lévomenthol
•
Chlorobutanol + lévomenthol
•
Eucalyptol, a-terpinéol, huiles essentielles de Pin sylvestre, thym et romarin
•
Gomenol ou Niaouli (huile essentielle naturelle de Melaleuca viridiflora
sélectionné à 2% ou 5%)
•
Gomenol ou Niaouli (huile essentielle naturelle de Melaleuca viridiflora
sélectionné) + vaseline
•
Paracétamol + chlorphénamine + acide ascorbique
•
Paracétamol + Phéniramine + Acide ascorbique
•
Paracétamol ou Ibuprofène + Pseudoéphédrine
•
Paracétamol + Pseudoéphédrine + (Chlorphénamine / Diphenhydramine /
Triprolidine / Doxylamine)
•
178
•
Ritiométan
•
Serpolet + pin sylvestre + eucalyptus + myrte + girofle + thym (huiles
essentielles) + terpinéol
•
Thiophénecarboxylate
•
Thym rouge, romarin, thym (huiles essentielles), thymol, baume du Pérou,
comprimés pour inhalation
1)
HOMEOPATHIE
-
corryzzalia 1 cp chaque heure
-
Nez bouché : 5 gr toutes les heures : nux vomica 9, sambucus 9, stictapulmonaria 9
-
Ecoulement clair : allium cepa 9, kali iod 9, si brule : arsenium alb 9
-
Ecoulement épais : 5 gr toutes les heures hydrastis 9, kalium bichr 9, mercurius
solibulis 9
2)
AROMATHERAPIE
L’huile essentielle de ravintsara (arbre à camphre) est très efficace contre les virus. Elle
est recommandée contre les infections des voies aériennes, fréquentes en hiver : grippes,
bronchites, rhumes… antiviral 1 goutte 3x/j 5j
Pensez aux plantes en tisanes, et aux autres huiles essentielles : thym, eucalyptusradié,
arbre à Thé,Niaouli, citron, sapins, pins…Etc
Le mélange menthe, girofle, thym,cannelle et lavande est notamment antiseptique,
antimicrobien, voire antiviral. Les gouttes aux essences possèdent des propriétés locales
antiseptiques sur les voies aériennes supérieures et favorisent le bien-être respiratoire. Elles
aident à guérir le rhume et notamment la toux.
3)
PHYTOTERAPIE
la tisane d'échinacée permet de soulager le rhume. Cette plante possède des propriétés
immunostimulantes. Elle réduit le risque de développer un rhume, et une fois attrapé, elle
diminue la durée de la maladie…
Les inhalations d'eucalyptus consistent à respirer de la vapeur d'eau. L'efficacité des
inhalations est renforcée si on laisse au préalable infuser des plantes dans l'eau bouillie.
Contre le rhume, utilisez idéalement des feuilles d'eucalyptus.
ou des extraits de menthepoivrée et/ou de thym, d'autres plantes ayant des propriétés
179
décongestionnantes.
Pour ceci, un simple bol, au-dessus duquel vous vous penchez suffit, à condition de mettre
une serviette sur votre tête pour canaliser la vapeur d'eau. Fermez les yeux pendant les
inhalations pour éviter d'éventuels picotements.
4)
TOPIQUES
- vicks baume, Spray : prorhinel,
- inhalateur : peribore, aerosol
5)
COMPLEMENTS : homéoplasmine, crème rougeur humex
Cuivre : réservé à l’adulte, c’est un traitement à base d’oligoélément, utilisé aucours des
états infectieux et viraux, d’états grippaux, au cours d’affections rhumatismales
inflammatoires et au cours de l’arthrose.
Il participe au métabolisme du fer et joue un rôle important en tant qu’anti oxydant.
On retrouve le cuivre dans certaines sources alimentaires tels que le foie de veau, les fruits
de mer, cacao, noix et noisettes.
Certains produits naturels peuvent être utilisés à cet effet (propolis, gelée royale, shiitaké,
probiotiques, plante adaptogènes et immunostimulantes.
Granions : Prendre 2 à 3 ampoules par jour. Il est conseillé d’absorber le contenu des
ampoules dilué dans un verre d’eau, en dehors des repas.
Oligosol : L’administration sous la langue est recommandée. Prendre 1 à 2 ampoules par
jour. Les ampoules sont à prendre de préférence le matin à jeun. Elles peuvent
éventuellement être prises 15 minutes avant un repas ou le soir au coucher. Garder le
contenu de l’ampoule 1 à 2 minutes sous la langue avant d’avaler.
Eucalyptol, a-terpinéol, huiles essentielles de Pin sylvestre, thym et romarin, ne pas
dépasser 5 jours de traitement.
1 à 3 inhalations par jour maximum ; versez le contenu de l’ampoule dans un inhalateur ou
un bol d’eau très chaude mais non bouillante ; inhalez les vapeurs. Protéger bien la tête et
les voies respiratoires juste après le soin pour éviter tout courant d’air. 122*
- Antécédents d’épilepsie, enfant : ce médicament contient des dérivés terpéniques
(thymol, huiles essentielles) pouvant entrainer à dose excessive des accidents
neurologiques de type convulsions
180
- Ne pas avaler
- Lors de l’inhalation, éviter la présence de personnes épileptiques, d’enfants ou de
nourrissons dans la pièce.
- Grossesse/ allaitement : ne pas utiliser.
Ne jamais chauffer ou réchauffer la préparation contenant ce médicament et l’eau
bouillante.
Ibuprofène + Pseudoéphédrine utilisé pour soigner les affections rhinopharyngées, en
particulier le nez bouché, associées à des maux de tête et/ou de fièvre. La durée maximale
du traitement est de 5 jours.
1 à 2 comprimés à renouveler si besoin toutes les 6 heures de préférence au cours des
repas, avec un grand verre d’eau.
Aliments à éviter : alcool, aliments riches en potassium (chou, lentilles, haricots, pomme
de terre, bananes, agrumes, noix, chocolat).
- Grossesse (3ème trismestre), allaitement : contre-indiqué.
- Enfants : ne pas utiliser avant 15 ans.
- Sportifs : la pseudoéphédrine peut induire une réaction positive des tests pratiqués lors
des contrôles antidopage.
Benzododécinium + polysorbate 80 : Ce médicament est utilisé pour traiter localement
une infection lors d’une rhinopharyngite, traitement de courte durée, 5 à 7 jours.
L’utilisation est possible en cas de grossesse et allaitement.
En lavage :
- Adulte : 1 à 3 lavages par jour avec ½ ou 1 ampoule de 10 ml ou de 5 ml par narine.
- 1 à 2 lavages par jour pour les enfants et 1 lavage pour les nourrissons avec ½ à 1
ampoule de 5 ml par narine.
En instillation lorsque quelques gouttes suffisent :
- Adulte 2 à 3 instillations par jour.
- Enfants et nourrissons : 1 à 3 instillations par jour.
Ne pas se moucher violemment au cours des 10 mn qui suivent l’administration du
médicament. 121*
181
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- La température de vos pièces doit se situer entre 18 °C et 20 °C pour éviter les
atmosphères trop chaudes et sèches
- Veiller à une bonne hydratation
- Aérez souvent les pièces de votre logement et humidifiez l'air
- ne vous exposez pas à la fumée de tabac qui favorise les infections respiratoires
-Profitez-en pour arrêter de fumer
- Se moucher souvent après nettoyage avec des solutions salines et des mouchoirs jetables
- Evitez les bains en piscine ou la plongée jusqu'à la guérison.
- Réalisez un traitement de fond pour renforcer l’immunité.
- Se laver les mains fréquemment (savon, lingettes désinfectantes ou gel antibactérien sans
savon…),
- Bien se couvrir en cas de froid, notamment les extrémités (pieds, gorge, tête, oreilles,
mains).
- Ne pas partager les objets personnels (verre, vaisselle, gant de toilette…).
- Des pommades nasales peuvent être utiles en cas de sécheresse importante de la
muqueuse du nez.
- Manger des fruits riches en vitamine C (Kiwis, oranges, poivrons, brocolis…) et légumes
frais.
- Faire des inhalations de vapeurs chaudes : En fluidifiant les sécrétions nasales, elles
dégagent très efficacement les voies respiratoires supérieures. Laissez infusez du gros sel,
des herbes aromatiques ou quelques gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus dans de l’eau
bouillante, puis inspirez la tête en bas, couverte d’une serviette.
- Boire des tisanes et des citrons pressés chauds : les boissons chaudes humidifient
l’appareil respiratoire et désencombrent le nez et la gorge. De plus le citron a l’avantage
d’être antiseptique, tout comme certaines plantes
Aliments à éviter : alcool sous toutes ses formes, aliments riches en gluten et laitages en
grande quantité, ces derniers retardant la guérison. 120*
182
■ LIMITES DU CONSEIL
- Consultez le médecin traitant au-delà de 3 jours, et /ou si fièvre (>à 39°) avec des maux
de tête intenses.
- Si rhume dure plus de 10 jours.
- Si douleur à l'oreille ou notez un écoulement d'une oreille.
- Si douleur sévère au visage ou au front.
- Si la respiration est sifflante.
- Le cuivreest à éviter en cas de grossesse et d’allaitement.
183
GRIPPE ET RHUME
Il existe des différences marquées entre la grippe, maladie virale aiguë nécessitant une
convalescence et le rhume banal, ou les différentes formes de rhino-pharyngites.
Agent
Grippe
Rhume (ou rhino-pharyngite)
Virus unique d'extension
Rhino-virus (100 variétés), influenzae, adéno-virus,
mondiale, épidémique, différent
picornavirus, virus respiratoire syncitial, etc.
d'une année à l'autre
Incubation
4 à 5 jours
24 à 48 heures
Symptômes
- Frissons,
- Eternuements,
- fièvre à 39-40°, irrégulière,
- picotement, larmoiement
- céphalées violentes,
- écoulement nasal clair,
- toux sèche rebelle,
- toux gênante, grasse,
douloureuse,
- maux de gorge,
- rhinite + ou - productive,
- fièvre modérée ou absente,
- fatigue intense, courbatures
- céphalées + ou - vives.
5 à 6 jours
8 à 10 jours.
Guérison
Convalescence oui, parfois plusieurs semaines.
Complications Otites, bronchites, pneumonies.
Sinusites, otites (enfant)
Encéphalites certaines années.
Risque de récidives.
Attention :
Evolution vers la rhinite chronique.
-personnes âgées, bébés,
-diabétiques,
-insuffisants respiratoires,
-chimiothérapies; SIDA.
Traitement
- Repos,
- Décongestionnant local,
- Ibuprofène (Advil®),
- vitamine C.
paracétamol (Doliprane),
- TTT des complications par antibiotiques,
184
aspirine
anti-inflammatoires, techniques endoscopiques...
- décongestionnant,
- Décongestionnant associé à un antalgique
- vitamine C,
- boissons abondantes.
Prévention
la vaccination doit être
hygiène des mains et du nez.
encouragée.
185
SINUSITE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La sinusite est une inflammation d’une ou de plusieurs des cavités nasales, les sinus.
Elle est la conséquence de l’accumulation de sécrétions dans ces cavités à la suite d’une
infection virale ou bactérienne, un rhume, une rhinite ou une rhinopharyngite.
Dans certains cas, la sinusite résulte d’une infection de la racine d’une dent.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Ecoulement nasal purulent, unilatéral, parfois malodorant, qui peut passer dans le
pharynx sans s’extérioriser.
• Sensations douloureuses de la face, aggravées lorsque le malade penche la tête en
avant.
• Fatigue, fièvre.
• Perte ou diminution de l’odorat.
• Toux chronique, surtout pendant la nuit.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Les adultes sont plus touchés que les enfants, surtout ceux qui ont déjà des antécédents
de sinusites ou qui souffrent d’allergies respiratoires.
Les personnes qui ont une anomalie congénitale ou accidentelle du nez, des sinus, ou
une déviation de la paroi nasale, et celles qui souffrent de polypes nasaux ou d’abcès
dentaires ont plus de risques de faire une sinusite.
En obstruant les fosses nasales, les rhumes et les allergies (respiratoires et alimentaires)
favorisent les sinusites. Parmi les autres causes viennent ensuite, l’inhalation d’eau
contaminée lors d’une baignade, l’utilisation excessive de sprays décongestionnant, les
changements d’altitude, une déviation de la cloison nasale, etc…
■ LE TRAITEMENT DE LA SINUSITE
Le traitement de la sinusite consiste à soulager la douleur et à décongestionner les sinus
afin d’enrayer l’inflammation.
L’hydrothérapie dite contrastée, qui consiste à appliquer sur les narines successivement
186
du chaud et du froid à l’aide de compresses humides chaudes, soulage la congestion et la
douleur.
Des antibiotiques sont utiles en cas d’origine infectieuse bactérienne. Un médicament
contre la douleur et la fièvre est recommandé. Des anti-inflammatoires peuvent être
prescrits pour lutter contre l'inflammation qui entretient l'infection.
En cas de sinusitechronique ou sévère, des corticoïdes administrés sous forme de spray
nasal sont intéressants pour réduire l’inflammation.
La naturopathie (solution nasale) est également recommandée.
Le lavage du nez plusieurs fois par jour au sérum physiologique ou à l’eau de mer et des
mouchages fréquents facilitent le drainage et l’évacuation des sécrétions. Les gouttes
nasales, les pulvérisations ou les aérosols assèchent les sécrétions et désinfectent
localement.
À savoir également que la sinusite figure sur la liste des infections courantes établie par
l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), susceptibles d’être soulagées par
l’acupuncture.
Enfin, en cas de déviation de la cloison nasale, la chirurgie est indiquée.
Du côté des compléments alimentaires, on peut recommander le zinc qui, en prévenant les
rhumes, diminue les risques de sinusite, ainsi que les vitamines antioxydantes A, C et E
qui stimulent le système immunitaire.
Les antibiotiques ne sont pas systématiques. C’est le médecin qui décide en fonction de la
localisation et de l’intensité des symptômes.
■ HOMEOPATHIE
Dès l’apparition des premiers symptômes, la sinusite peut être traitée grâce à Allium cepa
composé, à prendre pendant une période de 6 jours.
Une alternative est de croquer un comprimé de Coryzalia chaque fois que le besoin se fait
ressentir.
Si la sinusite est apparue après un coup de froid, prendre Aconit 5 CH.
En cas de sinusite d’origine allergique qui s’accompagne d’éternuements à répétition
lorsque le malade s’approche des fleurs parfumées, il est conseillé d’opter pour Sabadilla
187
5 CH à raison de 3 granules 5 à 6 fois par jour.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Eviter les contacts étroits avec les personnes enrhumées.
- Apprendre à se moucher, une narine après l’autre.
- Eviter la plongée sous-marine et les voyages en avion.
- Eviter ce qui peut assécher les muqueuses : tabac, poussière, climatisation.
- Boire beaucoup d’eau afin de fluidifier le mucus qui s’évacue alors plus facilement et
éviter l’alcool, boisson qui tend à enfler les membranes des sinus.
- Se protéger le visage du froid.
- Une bonne hygiène (lavage des mains, mouchoirs jetables…)
- Identifier et traiter les allergies respiratoires et alimentaires (éviction des allergènes).
- Éviter les agressions nasales : mouchage en douceur d’une narine puis de l’autre.
- Veillez à une bonne humidification des pièces, en plaçant si nécessaire un humidificateur
dans la chambre.
- Adopter une alimentation saine et riche en fruits et légumes (sources d’antioxydants).
■ LIMITES DU CONSEIL
Il est recommandé de voir un médecin lorsque la maladie persiste pendant plus de 7 jours
et/ou est accompagnée d’anomalies telles que l’apparition de sang, une diminution
significative de la vue ou des difficultés respiratoires ou si fièvre de plus de 38°C avec maux
de gorge et toux.123*
188
TOUX
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La toux est un réflexe. L’air des poumons est expiré brusquement et brutalement à
travers la glotte. La toux n’est pas une maladie, mais plutôt un symptôme dont les
causes sont très variées.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La toux grasse est dite productive car elle s’accompagne d’expectoration ou
« crachat ». Ces sécrétions indiquent que les bronches sont encombrées par du mucus
qui stagne dans les voies respiratoires.
• La toux sèche est brève, quinteuse et parfois douloureuse, ne produit pas de glaires.
Elle survient au début d’un rhume, d’une otite ou d’une laryngite, ou est provoquée par
une allergie ou de l’asthme. Elle entraîne douleur, fatigue, insomnie.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Votre toux est-elle sèche ou grasse ?
Votre gène dure depuis combien de temps ?
■ LES MODES DE TRANSMISSION
• Les infections virales ou bactériennes des voies respiratoires constituent les premières
causes des formes aiguës de toux, qui durent quelques jours seulement.
• La toux est chronique lorsqu’elle persiste pendant trois semaines ou plus.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Rhino-pharyngite, laryngite, trachéite, bronchite, bronchiolite, grippe, pneumonie,
asthme…
• Allergie.
• Irritation liée à la pollution, au tabac, au froid…
• Reflux gastro-oesophagien.
• Prise de certains médicaments (par exemple un traitement anti-hypertenseur).
• Inhalation d’un corps étranger (fausse route alimentaire). Il s’agit là d’une
urgence.126*
189
■ LE TRAITEMENT DE LA TOUX
Il est important de rechercher et de traiter d’abord la cause de la toux.
Un traitement peut être pris pour soulager une toux fatigante, qui empêche le repos ou
l’activité normale.
CONTRE LA TOUX SECHE :
•
Le pharmacien conseillera un sirop antitussif. Les sirops et pastilles classiques
agissent directement au niveau du bulbe rachidien du cerveau, centre nerveux qui
commande le réflexe de la toux.
•
Les antitussifs agissent sur le centre de commande de la toux dans le cerveau.
Leur utilisation doit être prudente car ils ont de nombreuses contre-indications et effets
indésirables.
Apaisants, ils ne soignent pas la cause qu’il faudra rechercher qui peut faire consulter.
•
Connaître les contre-indications
À base de codéine ou de dérivés opiacés (à faibles doses), ils sont à éviter en cas de
grossesse, d’asthme et d’insuffisance respiratoire et peuvent rendre somnolent.
Les sirops homéopathiques n’ont pas ces inconvénients.
CONTRE LA TOUX GRASSE :
Les fluidifiants ouexpectorants favorisent les crachats en cas de toux grasse. Mieux
vaut éviter de les prendre le soir au coucher.
La posologie indiquée doit être parfaitement respectée. Le traitement ne dure pas plus
de 5 à 6 jours.
1) PRODUITS MEDICAMENTEUX
•Acétylcystéine
•Alimémazine
•Ambroxol
•Benzoate de méglumine + Polysorbate 20
•Biclothymol
+ (Prométhazine)
+ Chlorphénamine
•Bromhexine
•Camphre,
huile
essentielle
de
Térébenthine,
d'Eucalyptus, thymol
190
lévomenthol,
huile essentielle
•
Carbocistéine + Prométazine
•
Carbocisteine 2%, 5%
•
Codéine
•
Dextrométhorphane
•
Di-acétylcistéine
•
Ethylmorphine
•
Hélicidine
•
Noscapine + Prométhazine
•
Oxéladine
•
Oxomémazine
•
Pentoxyvérine
•
Pholcodine + Chlorphénamine + Biclotymol
Acétylcystéine : utilisé pour fluidifier les sécrétions bronchiques et faciliter ainsi leur
évacuation par la toux.
Pour les adultes et les enfants de plus de 7 ans : 1 sachet à 200 mg 3 fois par jour (matin,
midi et 16 h). Dissoudre les granulés dans un verre d’eau. Pour les enfants de 2 à 7 ans : 1
sachet à 200 mg matin et 16 h en milieu du repas, 4 à 7 jours de traitement.
- Utilisation possible chez la femme enceinte et allaitante et chez les enfants de plus de 2
ans.
- Hypertendus, régime hyposodé : tenir compte de la présence de sodium.
- A utiliser avec précaution en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum.
Ambroxol : Ce médicament est utilisé pour fluidifier les sécrétions bronchiques et
faciliter ainsi leur évacuation par la toux, chez l’enfant dans les épisodes aiguës de la
mucoviscidose.
Formes orales réservées à l’adulte : 1 à 2 comprimés 2 fois par jour ou 1 à 2 c à café 2 fois
par jour, 8 à 10 jours de traitement. La solution injectable peut être utilisée dans les
séances d’aérosolthérapie.
Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante et chez les enfants.
Dextrométhorphane : Pour traiter une toux sèche, d’irritation.
191
Forme réservée à l’adulte et à l’enfant de plus de 30 mois. Adultes : 1 à 2 c à café ou 1
comprimé par prise, à renouveler si besoin toutes les 4 heures. Les comprimés sont à
avaler avec un verre d’eau. Enfant de 30 mois à 6 ans : 2 à 3 c mesures par jour. Enfant de
6 ans à 12 ans : 3 à 4 c mesures par jour. Enfant de 12 à 15 ans : 4 à 6 c mesures par jour.
Traitement de 5 jours et limité aux heures où survient la toux.
- Grossesse : déconseillé.
- Allaitement / enfants : contre-indiqué avant 30 mois pour les formes "liquide", en
dessous de 15 ans pour la forme "comprimé".
- Personne âgée (+ 65 ans), insuffisant rénal et/ou hépatique sévère : utilisation prudente,
dose réduite de moitié.
- Conduite de véhicules et utilisation de machines : risque de somnolence, sensation
d’ivresse. Risque augmenté si sommeil insuffisant, si association à d’autres sédatifs.
2) HOMEOPATHIE
Contre la toux sèche ?
Si la toux sèche survient après un coup de froid, ou s’accompagne d’une brûlure dans la
gorge et est très bruyante, prendre 3 granules de Spongia tosta 5 CH, 3 à 5 fois par jour.
si elle s’aggrave lorsque le patient inspire de l’air frais et qu’elle est due à une sensation
de démangeaison au niveau du creux sus-sternal, administrer 3 granules d’Elle Rumex
crispus 5 CH, 5 à 6 fois par jour jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.
Dans le cas où la toux résulte d’un état fébrile progressif et des douleurs thoraciques et
sternales, avoir recours à 5 granules de Bryonia alba 5 CH toutes les deux heures et
espacer les prises en fonction de l’amélioration de l’état du patient.
Par ailleurs, pour soigner les toux de laryngite provoquant une importante inflammation
du rhino-pharynx, sucer 4 granules d’Arum triphyllum5 CH, 3 fois par jour.
Pour soulager les toux persistantes et irritantes qui sèchent la muqueuse nasale, faire
fondre dans la bouche 3 granules de Sticta pulmonaria 5 CH 5 fois par jour jusqu’à la
disparition des symptômes.
Enfin, pour se débarrasser des toux sèches causant l’obstruction totale des voies nasales
et/ou des toux suffocantes qui surviennent brusquement, utiliser 3 granules de Sambuscus
192
nigra5 CH, 4 fois par jour.
Contrela toux grasse ?
Si la toux grasse est d’origine asthmatique, administrer au patient, trois fois par jour, 5
granules de Blatta orientalis 9 CH - s’il a plus de 3 ans - et 3 granules de Blatta orientalis
9 CH - s’il a moins de 3 ans et ce jusqu’à amélioration de l’état de santé.
Si importante expectoration de mucus et haleine fétide, prendre 5 granules de Mercurius
solubilis 7 CH, 3x/j.
Lorsque la toux s’aggrave au grand air et que le malade est sujet à des nausées et/ou
éprouve beaucoup de difficultés à expectorer, lui donner 5 granules d’Ipeca5 CH tous les
quarts d’heure jusqu’à ce qu’il y ait expectoration. Enfin, le malade peut utiliser Drosera
5 CH, à raison de 3 granules 4 fois par jour, ou Cocus cacti 5 CH, à raison de 3 granules
6 fois par jour, pour venir à bout des toux grasses spasmodiques.
3) PRODUITS NATURELLES
LE MIEL :
•
l'ingestion de miel entraine une hypersécrétion de salive et de mucus qui adoucit la
gorge.
•
la forte teneur en sucre augmente la production d'opioïdes endogènes.
•
le miel est également antioxydant et antimicrobien
■ LA TOUX EST LE SYMPTOME D'UNE MALADIE
Qu'elle soitgrasse, sèche, sifflante ou autre, la toux est loin d'être juste un mauvais
moment à passer de l'hiver. Dans plus de 95% des cas, elle est causée par une affection
sous-jacente qu'il est impératif de traiter.
Que peut cacher votre toux ?
•
Si vous toussez surtout la nuit, si votre gorge vous irrite et si votre voix devient
rauque, votre toux peut cacher un reflux gastro-oesophagien.
•
Si vous toussez principalement la nuit et surtout si vous avez le nez bouche, il peut
s'agir d'une allergie aux acariens et la toux peut alors cacher un asthme.
•
Si vous êtes âgé, que vous toussez souvent la nuit et que vous avez des antécédents
de problèmes cardiaques, la toux peut être le symptôme d'une insuffisance cardiaque.
193
•
Si votre toux se déclenche a l'effort, s'accompagne d'essoufflement et
d'expectorations, il s'agit peut-être d'un problème bronchique de type bronchopneumopathie obstructive (BPCO). A fortiori si vous fumez.124*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Arrêter de fumer ou éviter les lieux enfumés.
-
Boire beaucoup d’eau pour fluidifier les sécrétions
-
Humidifier l’air en respectant une température comprise entre 17°C et 19°C
-
Se laver les mains régulièrement en période épidémique hivernale.
-
Bien se moucher et ne pas renifler pour éviter les surinfections, faire des inhalations
avec de l’eau chaude et éventuellement des huiles essentielles
-
Fuir les changements brusques de températures et le brouillard
-
Privilégier les boissons chaudes (jus de citron et miel, infusions, lait chaud)
-
Manger suffisamment : repas protéinés et enrichis en fruits et légumes.
-
Eviter de sortir lors des pics de pollution ou de présence de substances allergisantes.
-
Il est possible de mettre à profit les vertus assainissantes de certaines huiles
essentielles.
■ LIMITES DU CONSEIL
Toute toux chronique, c'est-à-dire qui perdure plus de 8 jours, doit motiver une visite
chez votre médecin traitant. Il en est de même si le mucus éjecté contient du sang ou que
sa couleur est inhabituelle.
Consultez également si votre toux vous fatigue, si elle vous empêche de vous endormir
ou encore si elle vous réveille. Si forte fièvre, une perte de poids ou des maux de tête.
Notez que certains médicaments, comme ceux contre l'hypertension artérielle, par
exemple, peuvent déclencher la toux.
Attention, l’association avec certains sirops pour la toux sèche est irrationnelle.
Attention à l’alcool, certains antidépresseurs, certains anxiolytiques, certains somnifères,
certains antiallergiques, certains antihypertenseurs, médicaments de substitution aux
opiacés. 125*
194
INSOMNIE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’insomnie est un trouble du sommeil très fréquent. Elle se traduit par la diminution de
la durée habituelle du sommeil et/ou une atteinte de la qualité du sommeil.
la Haute autorité de santé (HAS) utilise la définition suivante : « l'insomnie se définit
comme le ressenti d'une insuffisance de l'installation ou du maintien du sommeil, ou
d'une mauvaise qualité restauratrice, associée à des retentissements diurnes à l'état de
veille : fatigue, perte de concentration, manque de mémoire, morosité ou irritabilité,
erreurs dans la réalisation de tâches ».
■ QUESLS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Le sommeil est perturbé par des difficultés d’endormissement le soir, des réveils
pendant la nuit ou un réveil trop tôt le matin.
• La nuit n’est pas ressentie comme reposante.
• La journée du lendemain est difficile et s’accompagne de plaintes de fatigue, de
somnolence, d’irritabilité.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Les besoins biologiques en sommeil varient selon les individus. Ils correspondent à la
quantité minimale de sommeil nécessaire pour être en forme le lendemain : 6 heures
pour les petits dormeurs, 9 heures ou plus pour les gros dormeurs.
Avec l’âge, le sommeil devient plus léger et les périodes de repos sont plus courtes.
Facteurs déclenchant de l’insomnie :
- Stress, anxiété, traumatisme psychique.
- Hyperactivité intellectuelle ou physique.
- Bruit excessif, perturbations de l’environnement.
- Consommation d’alcool ou d’excitants….
- Syndrome dépressif.
- Syndrome des jambes sans repos.
- Syndrome d’apnée du sommeil.
- Altitude.
195
■ SÉVÉRITÉ DE L’INSOMNIE
Selon certaines études, la sévérité de l'insomnie s'évalue en fonction de la présence du
nombre de paramètres perturbés : difficulté d'endormissement, réveils nocturnes avec
incapacité à se rendormir, sommeil non réparateur. Ainsi, une insomnie est estimée
sévère si on relève au moins deux de ces paramètres, au moins trois fois par semaine sur
un mois, avec séquelles diurnes (durant la journée).
Sinon, on peut retenir les critères de sévérité suivants :
1) Insomnie légère
-
Fréquence : 1 nuit par semaine
-
Retentissement diurne : faible.
2) Insomnie modérée
-
Fréquence : 2 ou 3 nuits par semaine
-
Retentissement diurne : fatigue, état maussade, tension, irritabilité.
3) Insomnie sévère
-
Fréquence : 4 nuits ou plus par semaine
-
Retentissement
diurne :
fatigue,
état
maussade,
tension,
irritabilité,
hypersensibilité diffuse, troubles de la concentration, performances psychomotrices
altérées.
Les médecins utilisent de tels critères afin de décider du type de prise en charge, et
toujours après avoir recherché une affection causale à traiter (rhumatismes, douleurs,
syndrome des jambes sans repos, syndrome d'apnées du sommeil...).
Il ne faut pas oublier que plus l'insomnie sera légère, moins le traitement sera
contraignant.
En effet, dans certains cas, la prise en charge peut se limiter à des règles d'hygiène et de
régulation du cycle éveil-sommeil. Sinon, le recours à un hypnotique peut se révéler
nécessaire dans le cadre d'un suivi régulier, mais toujours de façon ponctuelle (sur une
durée la plus courte possible). 50*
■ LE TRAITEMENT DE L’INSOMNIE
• Les insomnies légères ou passagères peuvent bénéficier de la phytothérapie
196
(valériane, passiflore, camomille, tilleul…) ou de l’homéopathie, qui sont dénués
d’effets secondaires et n’entraînent pas d’accoutumance.
• Afin d’éviter les problèmes d’accoutumance, son utilisation sera la plus courte
possible, à la dose efficace la plus faible possible.
• La prise d’alcool est déconseillée pendant le traitement (risque de troubles de la
vigilance pendant la journée).
Le traitement sera arrêté de manière progressive.
1)
TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX : ALIMEMAZINE et
PROMETHAZINE
PROMETHAZINE : Ce médicament est conseillé pour soigner les symptômes d’allergies
diverses : rhinite, conjonctivite, urticaire, ou les insomnies occasionnelles et transitoires.
Adulte : 1 à 2 comprimés 15 à 30 minutes avant le coucher, ou 2 graduations de 10 ml x4 à
x5/j.
Enfants : 1 à 2 ans : 5 ml 2 fois/j, 2 à 5 ans : 5 ml 3 fois/j, 5 à 12 ans : 5 à 10 ml 2 à 3 fois
par jour (max 25 ml/j), plus de 12 ans : 10 à 20ml 4 fois/j (max 50 ml/j).
Préférer les prises le soir pour limiter les risques de somnolence dans la journée. Prendre le
traitement tous les jours, à heure régulière. La persistance de l'insomnie après 5 jours de
traitement peut indiquer une pathologie sous-jacente, une réévaluation par le médecin sera
nécessaire.
ALIMEMAZINE est utilisé pour soigner une insomnie passagère, une allergie, une toux
sèche gênante et plutôt nocturne, ou comme relaxant avant une anesthésie générale chez
l’enfant. La durée du traitement est la plus courte possible.
Adulte : 5 à 20 mg par jour en une prise au coucher.
Enfant (plus de 3 ans) : 0,25 à 0,50 mg/kg. Comprimés à partir de 6 ans, sirop et gouttes à
partir de 3 ans (tenir compte de la présence d'alcool).
Automédication : Une baisse de vigilance peut être augmentée par d’autres sirops contre la
toux sèche, anti douleurs contenant de la codéine, autres antiallergiques, ou tout
médicament contenant de l’alcool.
197
Exemple de spécialité : THERALENE 0,05% SP (PPV : 13.80 Dh)
2)
HUILES ESSENTIELS : Pour traiter l’insomnie légère.
Une étude préliminaire réalisée en 2005 montre que l’huile essentielle de lavande, appliquée
par massage, pourrait être un traitement efficace contre l’insomnie légère46*. Pendant
4 semaines, 10 patients souffrant de troubles du sommeil se sont massés avant le coucher, en
alternant d’une semaine à l’autre soit avec un traitement actif (huile d’amande douce et
lavande), soit avec un placebo (huile d’amande douce). Les résultats révèlent une tendance
vers une meilleure qualité de sommeil chez les patients s’étant massés à l’huile de lavande.
Une autre étude souligne l’effet sédatif de l’huile essentielle de lavande47*. Trente et un
participants ont dormi pendant 3 nuits dans un laboratoire expérimental. La première nuit
consistait en une période d’adaptation. Au cours de la seconde, on a diffusé de l’huile
e
essentielle de lavande pendant le sommeil des participants. La 3 nuit, ils ont reçu une
stimulation placebo (eau distillée). Une mesure des ondes cérébrales a permis de constater que
la stimulation à la lavande augmentait les périodes de sommeil profond et diminuait les
mouvements rapides des yeux durant le sommeil.
3) PHYTOTHÉRAPIE
Pour améliorer les troubles de l'endormissement, ces plantes possèdent un effet relaxant,
antistress et anxiolytique :
1) Le tilleul : Les fleurs de tilleul détendent, calment et favorisent l'arrivée du sommeil.
Cette plante convient aussi aux enfants et aux adolescents qui ont du mal à trouver le
sommeil.
Le tilleul est également utilisé pour soulager les courbatures et les douleurs liées à un
refroidissement.
2) La camomille aide à l'endormissement, mais possède également des propriétés
digestives. La camomille enfin, soulage les maux de tête. Douce comme le tilleul, elle
convient aussi aux enfants.
3) La Valérien connue pour agir contre la nervosité, le stress et les tensions. C'est grâce à de
telles propriétés qu'elle améliore le sommeil.
198
4) La mélisse, en plus de soulager les troubles du sommeil, la mélisse calme l'anxiété,
l'agitation, les coliques et spasmes intestinaux. A savoir : cette plante diminue également
l'intensité et la récurrence des symptômes de l'herpès labiale.
5) L'aubépine est recommandée contre le stress et les angoisses, cette plante a une action
sédative favorable au sommeil. L'aubépine a également des effets antispasmodiques et
calmants, lesquels contribuent à diminuer les troubles du rythme cardiaque.
Pour diminuer les réveils nocturnes et aider à maintenir le sommeil en exerçant un effet
tonique et antidépresseur :
1) La fleur d'oranger : Les feuilles, les fleurs et l'huile essentielle de fleur d'oranger, sont
toutes sédatives et contribuent ainsi à maintenir un bon état de sommeil.
2) La passiflore : Traditionnellement utilisée contre l'insomnie et la dépression, la passiflore
procure un sommeil réparateur et facilite en même temps l'endormissement.
3) Le houblon : Tonique et diurétique, le houblon agit contre l'insomnie et la nervosité
accompagnée de troubles du sommeil. Cette plante empêche les réveils nocturnes et agit
aussi contre les troubles de la digestion d'origine nerveuse.
4)HOMÉOPATHIE
Chez les adultes :
- Si forte émotion :Gelsemium sempervirens9 CH (un grand chagrin), Aconitum
napellus9 CH (pour une peur de la mort) etAmbra grisea9 CH (pour un patient constamment
réveillé par des petits soucis).
- Pour rétablir le sommeil chez une personne faisant souvent des cauchemars, administrer
une dose deStramonium15 CH.
- Si personne à sommeil très agité, prendreCausticumavant de dormir.
- En cas de surmenage, prendreKalium phosphoricum9 CH.
On peut associerPassiflora composé 5 granules ou 20 gouttes à renouveler dans la nuit si
besoin etBioptimum magnésium 300+2 comprimés matin et soir à la fin des repas.
- prendre en plus si période de stress intense,:SEDATIF PC2 cp 3x j
- prendre en plus si évènement stressant ponctuel: ZENALIA1 cp matin et soir dès les
premiers symptômes de trac. (Enfant à partir de 6 ans)
199
- prendre en plus si hyperidéation (incapacité à faire le vide dans la tête): 5 gr la nuit à
renouveler si besoin
Chez les enfants à partir d’un an : QUIÉTUDE sirop, une cuillère mesure matin et soir.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- évitez les excitants en fin de journée (thé, vitamine C, boissons caféinées, cigarettes),
l'alcool et les repas copieux au dîner
- ne pratiquez pas une activité stimulante après 18 ou 19 heures (sport, jeux vidéo, surfer sur
internet, etc.) ;
- Ne pas se coucher immédiatement après une activité sportive (laisser un délai de trois ou
quatre heures).
- favorisez les activités relaxantes le soir (lecture, musique douce)
- évitez les siestes longues ou trop tardives : Elles doivent être de courte durée (de 5 à 20
minutes) pour ne pas perturber le sommeil nocturne et se situer entre 12 heures et 15 heures
- respectez des horaires réguliers de sommeil (levez-vous et couchez-vous à la même heure)
- ne résistez pas à l'endormissement : soyez attentif aux signes de sommeil (bâillement,
paupières lourdes, étirements) et allez dormir quand vous vous sentez fatigué
- évitez de regarder la télévision, de travailler ou de manger au lit : réservez la chambre au
sommeil.
- Dîner légèrement
- Limitez le bruit et la lumière dans la chambre : dormez les volets ou les rideaux fermés.
- Dormir dans une chambre aérée, dont la température ne dépasse pas 19 ou 20°C.
- Vérifiez votre literie. 127*
■ LIMITES DU CONSEIL
- Femmes enceintes ou allaitantes, la prise de l’Alimémazine et Prométhazine est
déconseillée.
- Chez les sujets épileptiques, possibilité d'abaissement du seuil pouvant donner des
convulsions
si
traitement
par
la
Prométhazine
ou
l’Alimémazine.
- Augmentation des risques de constipation et de rétention urinaire chez les personnes âgées,
en plus d’une hypotension orthostatique : sensation de malaise, de vertiges en position debout
d’où la nécessité d’adapter la posologie ou de demander avis au médecin traitant.
200
- La consultation d’un médecin est obligatoire en cas d’insomnie plus grave ou chronique. La
prescription d’un hypnotique pourra alors être envisagée en complément d’une bonne hygiène
de vie.
201
MIGRAINE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La migraine est une céphalée ou un mal de tête qui se répète lors de crises pouvant
durer plusieurs heures, voire plusieurs jours. Elle peut être très handicapante. Elle
touche 7 millions de Français, dont 3 femmes pour un homme.
La crise de migraine est engendrée suite à une vasodilatation et à la libération de
différents neurotransmetteurs responsables de la douleur.
Elle se caractérise par la survenue récurrente de crises pouvant s’accompagner de
manifestations neurologiques se traduisant par des troubles visuels et précédant
toujours à l’apparition des céphalées.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La douleur est lancinante, parfois pulsatile, et peut être insupportable. Elle
s’installe généralement d’un côté de la tête et s’intensifie avec les mouvements de la
tête ou les efforts.
• Elle s’accompagne souvent de nausées et vomissements.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Pouvez-vous décrire la douleur et sa fréquence ?
Savez-vous ce qui déclenche vos crises ?
Avez-vous des nausées et/ou des vomissements ?
Avez-vous de la fièvre ?
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
La migraine n’est pas un symptôme d’une autre maladie, mais une maladie à part
entière, due notamment à la dilatation des artères cérébrales et à leur inflammation.
La douleur est déclenchée, selon les personnes, par des facteurs hormonaux (période
des règles, ménopause…), des facteurs psychologiques (stress…), la consommation
de certains aliments (alcool, chocolat…). Autres causes : le manque de sommeil, le
bruit, la chaleur, la luminosité, les odeurs… Elle peut être aussi d’origine
héréditaire.
202
■ DIAGNOSTIC DE LA MIGRAINE
Des critères de diagnostic de la migraine ont été établis par l'International Headache
Society (IHS). Les principaux sont les suivants :
•
Évolution des céphalées par crises récurrentes, séparées par des intervalles libres de
toute douleur.
•
Les crises de céphalées, modérées ou sévères, durent de 4 à 72 heures en l'absence
de traitement.
•
Elles sont volontiers pulsatiles et aggravées par les activités physiques de routine.
•
Elles peuvent être accompagnées de nausées et de vomissements, de phonophobies
(intolérance au bruit) et/ou de photophobie (intolérance à la lumière).
•
Elles peuvent être précédées d'une aura, le plus souvent visuelle, parfois sensitive ou
motrice.
•
Les signes de l'aura s'installent progressivement, ils ont une durée inférieure à
60 minutes et précèdent la céphalée de 60 minutes au maximum. A noter que parfois les
céphalées précèdent ou accompagnent l'aura.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
• Le traitement de crise repose sur la prise, le plus tôt possible,d’antalgiques comme
le paracétamol, l’aspirine ou l’ibuprofène.
• Des antimigraineux spécifiques (sur ordonnance uniquement), comme les
médicaments dérivés de l’ergot de seigle et les triptans, agissent sur la dilatation des
artères.
• Un traitement de fond, agissant sur le nombre et l’intensité des crises, peut être
prescrit si celles-ci sont fréquentes (au moins 3 par mois) et insuffisamment soulagées
par le traitement de crise. La prise est alors quotidienne et le traitement peut durer
plusieurs mois.128*
2) HOMEOPATHIE
On retrouve Iris Versicolor et Sanguinaria.
Afin d’atténuer la douleur au niveau des muqueuses des sinus frontaux et celle
203
apparaissant
au-dessus
des
yeux,
prendreVenus
mercenaria
ou
Kalium
bichromicum.
Si la migraine est accompagnée d’une diminution sensible de la faculté intellectuelle,
avec une douleur d’une intensité variable, on peut la soigner avec Onosmodium
virginianum.
Pour une douleur suivie d’un léger trouble visuel, de scintillement et de confusion de
couleurs, Mercurialis perennis peut dissiper le phénomène en quelques heures.
Chez les enfants prendreNatrum muriaticumen cas de migraine caractérisée par une
douleur moins intenseet des picotements faciaux.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Une consultation médicale s’impose en cas de crises fréquentes, de fortes céphalées avec
fièvre, HTA et ou raideur de la nuque.
- Si personnes ayant des antécédents migraineux d’origine familiale et les patients
souffrant d’infections chroniques accompagnées d’hémicrânie fréquente.129*
204
SEVRAGE TABAGIQUE
■ DE BONNES RAISONS D'ARRÊTER
Le tabagisme est à l’origine de maladies cardiovasculaires et d’un tiers des cancers.
Une mort sur cinq est liée au tabac.
La moitié des fumeurs réguliers meurent prématurément.
Un tiers d'entre eux tentent un sevrage chaque année, mais à long terme, moins de 10% y
arrivent après plusieurs essais. Pourtant, la plupart d'entre eux ont conscience des risques
engendrés par le tabagisme.
On sait aujourd'hui qu'un sevrage même après 65 ans, augmente substantiellement
l'espérance de vie.
Il existe d’autres raisons d’arrêter : esthétiques (dents jaunies, vieillissement prématuré…),
financières et psychologiques (se libérer de la dépendance, gagner confiance en soi).
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
•
Combien de cigarettes fumez-vous par jour ?
•
Quand fumez-vous votre première cigarette ?
•
Avez-vous déjà tenté d’arrêter ? par quelle méthode ?
•
Avez-vous tendance à prendre du poids et à grignoter ?
•
Avez-vous un mode de vie stressant ?
■ LES BÉNÉFICES DE L'ARRÊT131*
20 minutes après l’arrêt
La pression sanguine et les pulsations du cœur
redeviennent normales.
24 heures après l’arrêt
Le corps ne contient plus de nicotine, le risque
d’infarctus diminue déjà.
48 heures après l’arrêt
Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à
repousser.
1 à 9 mois après l’arrêt
Les cils bronchiques repoussent, l’essoufflement
diminue.
Le goût et l’odorat s’améliorent.
Le risque d’AVC rejoint celui d’un non-fumeur. Le
risque d’infarctus diminue de moitié.
1 an après l’arrêt
205
5 ans après l’arrêt
Le risque de cancer du poumon diminue de moitié.
10 à 15 ans après l’arrêt
L’espérance de vie redevient identique à celle d'une
personne n'ayant jamais fumé
■ LES TRAITEMENTS DU SEVRAGE
•
Soutien psychologique (entourage et/ou professionnels) : il est la base de la prise en
charge.
•
Traitement nicotinique de substitution (TNS) : il soulage les symptômes physiques de
sevrage, réduit l’envie de fumer et prévient les rechutes. Il en existe deux types, qui peuvent
être associés pour s’adapter à chaque cas :
•
- Par voie orale (diffusion par pics) : gommes, comprimés sublinguaux, pastilles et
inhaleurs.
- Par voie cutanée (diffusion continue) : patchs.
•
Autres traitements médicamenteux : Si les TNS ne suffisent pas et que les effets sur
l’humeur sont très prononcés, le médecin peut prescrire de la varénicline ou du bupropion.
•
D’autres
solutions
existent : l’homéopathie,
l’acupuncture,
l’aromathérapie,
l’hypnose...
■ LES CONSEILS POUR UN SEVRAGE RÉUSSI
•
Si l’envie d’une cigarette survient, boire un grand verre d’eau, manger un fruit, respirer
profondément ou s’occuper à travailler de façon à être distrait.
•
Pratiquer une activité physique pour éviter/gérer la prise de poids et suivre les progrès.
•
Pour les substituts nicotiniques, bien respecter les modes d’emploi sur la manière de
mâcher les gommes et de poser les patchs.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Nicotine (cartouche pour inhalation buccale)
•
Nicotine (comprimé à sucer, comprimés sublinguaux, pastilles)
•
Nicotine (gommes) ou (patch)
Nicotine (cartouche pour inhalation buccale)
Utiliser l'inhaleur à chaque envie de fumer et prenez une bouffée comme avec une cigarette.
206
Adapter la fréquence et l'intensité des aspirations à vos besoins. Ne pas dépassez 12
cartouches par jour.
Parmi les effets indésirables les plus fréquents on retrouve les nausées, vomissements,
diarrhée ou constipation, maux de tête, anxiété, irritabilité, insomnie, vertiges, toux.
Les cartouches pour inhalation buccale s'adressent aux fumeurs qui présentent une grande
dépendance gestuelle à la cigarette. Cessez de fumer dès le début d'utilisation des cartouches.
N'interrompez pas trop vite votre traitement.
Pour des raisons anatomiques et hormonales, la femme est plus sensible à la toxicité de la
cigarette.
Durée du traitement : variable, de l'ordre de 18 à 20 semaines. Ne dépassez pas 12 mois
d'utilisation.
Pour une meilleure efficacité, utilisez le dispositif à une température supérieure à 15°C.
Nicotine (comprimé à sucer, comprimés sublinguaux, pastilles)
Sucez le comprimé ou la pastille à chaque envie de fumer pendant 20 à 30 mn en laissant
circuler d'un côté à l'autre de la bouche.
Dans le cas du comprimé sublingual, placez-le sous la langue et laissez-le se dissoudre en 30
mn environ.
Réduisez progressivement le nombre de prises dans la journée, en fonction de la baisse de
l'envie de fumer.
Arrêtez le traitement lorsque la consommation journalière est de 1 ou 2 comprimés ou
pastilles.
Durée du traitement : 2 à 3 mois minimum, 6 ou 12 mois au maximum selon les cas (voir la
notice).
Ne buvez pas et ne mangez pas lorsque vous avez un comprimé ou une pastille en bouche.
2) HOMEOPATHIE
Nux vomica 15, lobelia7, staphysagria15, 5 gr. toutes les heures
3) PHYTOTHERAPIE
Valériane
Pour limiter la prise de poids : rhodiole/safran
207
4) AROMATHERAPIE
Toux du fumeur : cypres : 2 gtte 3x/j dans un sirop neutre
5) ACUPUNCTURE
L'acupuncture est une des branches de la médecine traditionnelle chinoise. En insérant des
aiguilles à la surface de la peau à des endroits précis, correspondant aux points d'acupuncture
et aux méridiens, on rééquilibre et on renforce les énergies.
L'acupuncture ne permet pas de soigner des maladies graves. Mais en tant que pratique
complémentaire, elle aide, en Occident, à prévenir de nombreuses affections (nausées, maux
de tête, rhume...) et à traiter des affections relevant de déséquilibres digestifs,
musculosquelettiques, nerveux...
Aujourd'hui, de nouvelles études présentent l'acupuncture sous un autre jour. Par rapport à
une absence d'intervention, l'acupuncture semblerait plus efficace après 6 semaines de suivi,
mais également à 6 et 12 mois. Cette aide multiplierait les chances d'arrêt par 3 (1099 patients
inclus).130*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Les comprimés sont appréciés pour leur discrétion, recommandés aux fumeurs qui veulent
complètement arrêter de fumer ou qui veulent progressivement arrêter leur consommation. Ils
compensent le manque physique de nicotine.
- Adoptez une alimentation moins riche en graisses, alcool et sucres, vous lutterez ainsi contre
la prise de poids.
- Diminuez la
consommation de café : La consommation de café et de cigarettes sont
statistiquement liées. La fumée de tabac accélère le catabolisme de la caféine. A l'arrêt du
tabac, pour un apport constant de café, la caféinémie est doublée et ceci pourrait être à
l'origine d'une accentuation des symptômes de sevrage, et en particulier, de la nervosité et des
insomnies. Il est donc conseillé aux fumeurs en cours de sevrage de réduire leur
consommation de café.
- Evitez la constipation (fréquente à l'arrêt du tabac) en buvant une eau riche en magnésium.
- Surveillez votre hygiène buccale (aphtes).
- Pratiquez un sport de détente (natation, marche), aérez-vous pour réguler le stress
208
- En cas de troubles de sommeil, pensez aux vertus relaxantes de certaines plantes (valériane,
passiflore, aubépine...), « consulter le chapitre INSOMNIE ».132*
■ LIMITES DU CONSEILS
- Insuffisance hépatique ou rénale, ulcère gastrique ou duodénal, affection cardiovasculaire,
hyperthyroïdie, diabète, affection chronique de la gorge, asthme, épilepsie, sujet âgé : une
surveillance médicale s'impose.
- Grossesse, allaitement : utilisation à éviter, demandez un avis médical.
209
ARTHROSE DE LA HANCHE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’arthrose est un rhumatisme qui se caractérise par l’usure du cartilage articulaire qui
enrobe l’extrémité des os. Elle n’est pas de nature inflammatoire, contrairement à
l’arthrite.
Les articulations les plus touchées sont celles qui supportent le poids du corps, soit celles
des genoux et des hanches.
L’arthrose débute classiquement au niveau d’un genou, avant d’atteindre le second puis la
hanche. Les autres articulations souvent concernées sont celles des doigts, des vertèbres
lombaires et cervicales.
On parle de coxarthrose lorsque l’arthrose touche la hanche.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La douleur est le symptôme majeur. La gêne fonctionnelle importante retentit sur
l’activité quotidienne.
La douleur se localise le plus souvent au pli de l’aine ou au niveau de la fesse avec une
irradiation devant la cuisse. Elle peut descendre jusqu’au genou.
La marche, les mouvements de rotation et de nombreux gestes de la vie quotidienne
deviennent difficiles, comme se pencher pour se laver les pieds, mettre ses chaussettes,
enfiler un collant, etc.
Les facteurs favorisants sont l’âge, le sexe (les femmes sont un peu plus touchées que les
hommes), la surcharge pondérale, l’activité professionnelle (port de charges lourdes ou
station debout prolongée), ou sportive (danse, karaté, tennis, football, athlétisme…), les
traumatismes de la hanche : fracture, luxation…
La douleur est en général d’apparition progressive à la marche, à la montée et à la
descente des escaliers, avec une boiterie.
Calmée par le repos, elle s’intensifie dans la journée pour être maximale le soir.
210
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Les antalgiques luttent contre la douleur.
Les anti-inflammatoires sont utilisés pour diminuer l’inflammation lors des poussées
congestives (douleur pendant la nuit). Leur prise doit être limitée dans le temps du fait de
leurs effets secondaires gastro-intestinaux et cardiovasculaires.
Les infiltrations locales de corticoïdes sont également réservées aux poussées
inflammatoires.
Certains médicaments, dits antiarthrosiques d’action lente, visent à réduire l’intensité des
douleurs, à espacer les poussées et à préserver le cartilage.
1)- Chondroïtine
2)- Huile d'avocat, huile de soja
L'effet des médicaments pour l'arthrose est différé. Il faut attendre 2 à 3 mois avant de
constater une amélioration. Il faut respecter les posologies et la prise quotidienne du
médicament.
3)- Kétoprofène : Ce médicament est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), qui
est utilisé pour soulager la douleur et l’inflammation dans les rhumatismes, l’arthrose, les
tendinites, les lombalgies, les radiculalgies et les traumatismes.
Un comprimé ou suppositoire à 100 mg 1 à 3 fois par jour, ou 1 à 2 gélule(s) à 50 mg 3
fois par jour.
Forme LP 200 mg : 1 par jour. Quantité maximale : 300 mg par jour. Les comprimés ou
gélules sont à avaler avec un grand verre d’eau, de préférence au milieu des repas.
Les effets indésirables ne sont pas négligeables. Principalement des effets digestifs, sur
l’estomac et les intestins : douleurs, brûlures, nausées, vomissements, diarrhée,
constipation; ainsi que des réactions allergiques : éruption cutanée, démangeaisons, crise
d’asthme. Plus rarement : fatigue, saignement ou ulcère digestif, vertiges, maux de tête,
troubles de la vue, sensibilisation au soleil, diminution du fonctionnement du rein.
A noter que ce médicament peut diminuer les défenses immunitaires ou masquer des
signes d’infection.137*
211
2) PHYTOTHERAPIE
LA REINE DES PRES : Anti-inflammatoire et antalgique de par sa teneur en
salicylates, la reine des prés est une plante recommandée contre les douleurs articulaires
liées à l’arthrose et aux rhumatismes. À consommer en infusion ou à appliquer en
compresse sur les articulations douloureuses.
LE CURCUMA
: De par ses vertus anti inflammatoires, le curcuma joue un rôle
intéressant en cas de douleurs articulaires. Il représente une alternative efficace, sure et
naturelle aux anti-inflammatoires habituellement prescrits contre l’arthrose.
3) HOMEOPATHIE
Les remèdes homéopathiques peuvent être associés à d´autres anti-inflammatoires. Le
patient peut à la fois avoir recours à 3 granules de Rhus toxicodendron à chaque prise
ainsi qu’à un gel à base d’Arnica.
Pour atténuer les poussées douloureuses, il convient de prendre 5 granules de Radium
bromatum 9 CH de 1 à 3 fois par jour selon l’intensité des symptômes, et ce surtout
lorsque les douleurs s’intensifient la nuit et sont soulagées avec la chaleur.
En cas d’arthrose de la hanche, il est recommandé d’avoir plutôt recours à Causticum 9
CH 5 gr 1 à 3 fois par jour.
Le traitement de fond est en fonction de la cause de la maladie et de la période
d´apparition des symptômes :
-
Si symptômes prononcés lorsqu’il pleut, Dulcamara 7 CH et Natrum Sulf 7 CH
-
s´ils apparaissent à cause du froid, Nux Vomica 5 CH et Calcarea Phosphorica 5 CH.
-
si les douleurs sont ressenties suite à une activité physique intense mais sont calmées
par le dérouillage ou la marche, Rhus Toxicodendron 5 CH et Bryonia 15 CH
-
si l´état du patient s´améliore en période de pluie, Causticum 5 CH s’avère
particulièrement bénéfique.
-
Si les élancements sont soulagés par le froid, Ledum 5 CH
-
Si douleurs sont atténués par la chaleur, prendre Rhus Toxicodendron7 CH
Lorsque le traitement médicamenteux n’est plus efficace et que l’arthrose est très
évoluée, l’implantation d’une prothèse totale de la hanche est à envisager.
212
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
-
Ménager la hanche pour empêcher une destruction trop rapide.
-
Lutter contre la surcharge pondérale en cas de surpoids
-
Porter une canne du côté opposé à la hanche douloureuse.
-
Eviter les marches trop prolongées ainsi que les stations debout et les activités
sportives intenses.
-
Privilégier les activités comme la marche, la natation et le port de chaussures
confortables.
-
Evitez de courir sur du sol dur.
-
Si l’inflammation est douloureuse, limitez les mouvements de l’articulation ou du
membre atteint.
-
Certaines douleurs rhumatismales peuvent être atténuées par l’application locale de
chaleur.
-
Pour limiter le risque d’effets indésirables sur l’estomac et les intestins, éviter les
aliments irritants : épices, boissons acides, alcool; le tabac, le stress, la position allongée
juste après les repas.
-
Faire un petit réveil musculaire des articulations le matin, sans forcer. Le but est de se
muscler, ce qui permet de bien soutenir les articulations.
-
Prendre des bains chauds (37-40°C), faire des cures ou des thalassothérapies.
-
Prendre des médicaments à base de plante (harpagophytum, reine des près, saule,
cassis en macérat glycériné… etc) ou d’huiles essentielles en massage pour compléter le
traitement. En cas de crise, laisser reposer l'articulation malade tant qu'elle est
douloureuse.136*
■ LIMITES DU CONSEILS
Si les douleurs s´intensifient et que le patient souffre d´hyperalgie ou qu´aucun
diagnostique n´a encore été établi, il est nécessaire de consulter un médecin
213
DOULEURS
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La douleur peut être décrite sous différentes formes : brûlure, piqûre, crampe,
pesanteur, élancement, coup…
• Elle peut être diffuse, ressentie dans toute une partie du corps, ou très localisée (dent,
muscle, tendon…).
• L’appréciation de son intensité est personnelle. Elle varie d’un individu à l’autre.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Selon le mécanisme d’apparition de la douleur, on distingue :
• les douleurs nociceptives liées à un dommage des tissus (après un coup ou une
opération…).
• les douleurs neurogènes résultant d’une lésion des nerfs (zona, amputation…).
• les douleurs fonctionnelles, pour lesquelles aucune cause organique n’est retrouvée
(migraine, fibromyalgie…).
■ PRÉVENIR LA DOULEUR
• Utiliser des méthodes appropriées an cas de soin ou d’activité susceptible d’être
douloureuse : matériel de protection, médicament anesthésique sur prescription médicale,
relaxation, massage…
• En cas de traitement, prendre l’antalgique à intervalles réguliers, même si la douleur est
moins intense ou absente, pour éviter sa réapparition.
214
■ LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR
• La cause de la douleur doit toujours être recherchée et traitée.
• Les médicaments antalgiques permettent de lutter contre la douleur. Les doses et le rythme
des prises sont à respecter impérativement.
• Si le traitement ne soulage pas suffisamment, ne pas dépasser les doses maximales mais
consulter un médecin qui pourra prescrire un médicament plus fort.
• L’association de plusieurs antalgiques sans l’avis d’un professionnel de santé est
dangereuse.
• Utiliser pour les enfants uniquement des formes pédiatriques qui leur sont destinées.
Attention notamment aux médicaments sans ordonnance pouvant contenir du paracétamol,
de l’aspirine ou de l’ibuprofène.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Acide salicylique, diéthylamine, myrtécaïne
•
Aspirine /+ Acide acétylsalicylique + paracétamol + caféine
•
Aspirine + paracétamol + codéïne
•
Aspirine + vitamine C
•
Carraghénates + dioxyde de titane + oxyde de zinc + /- lidocaïne
•
Chondroïtine
•
Diclofénac en compresse imprégnée
•
Diosmectite
•
Diphénhydramine, lidocaïne
•
Huile d'avocat, huile de soja
•
Ibuprofène / lévomenthol
•
Kétoprofène
•
Magaldrate
•
Méphénésine, /nicotinate de méthyle
•
Méphénésine, nicotinate de méthyle, salicylate de glycol, histamine
•
Monmectite + hydroxyde d'aluminium + hydroxyde de magnésium
•
Montmorillonite beidellitique
215
•
Oxyde d'aluminium /+ oxyde de magnésium + oxétacaïne
•
Oxyde d'aluminium hydraté + hydroxyde de magnésium + phosphate d'aluminium +
gomme guar enrobée
•
Paracétamol (cp à avaler, effervescent, gélules, sachet, lyophilisat, supp,suspension
buvable)
•
Paracétamol + caféïne +/ codéïne+/-vitamine C
•
Phloroglucinol comprimés, lyocs, supp, inj
•
Phosphate d'aluminium
•
Pramocaïne
•
Ruscogénine + désonide + héparine + lidocaïne + rétinol + tocophérol (Vit E)
•
Salicylate de méthyle, camphre
•
Salicylate de méthyle, girofle, piment de la Jamaïque
•
Salicylate de phenylpropyle, méthoxysalicylate d'éthyle
•
Siméticone + oxyde d'aluminium
•
Trimébutine /+ ruscogénines
1)
Paracétamol + caféïne + codéïne : Ce médicament est utilisé ou conseillé pour
soulager des douleurs d’intensité modérée à intense ou ne répondant pas à d’autres anti
douleur. 1 à 2 comprimé par prise, toutes les 4 à 6 h (selon les dosages) si nécessaire,
maximum 6 par jour.
Respectez bien la posologie prescrite, tout surdosage peut provoquer des effets très graves.
Une utilisation prolongée peut entrainer un risque de dépendance, voir un syndrome de
sevrage à l’arrêt du traitement.
Si vous avez des problèmes de constipation, un traitement associant Paracétamol + caféïne +
codéïne peut les aggraver.
Différentes règles hygiéno-diététiques peuvent être envisagées : manger à heure réguliers,
apporter suffisamment de fibres dans l’alimentation, maintenir une activité physique
régulière, et l’une des règles les plus importantes : boire suffisamment d’eau pendant et entre
les repas (minimum 1,5 litre par jour).
Quelques aliments riches en fibres : pain complet, riz ou pates complets, haricots secs,
lentilles, soja, artichauts, amandes, pruneaux, figues…
216
A noter qu’encas de toux productive, la codéïne peut empêcher l’expectoration.
- Insuffisance rénale sévère : prudence, l’intervalle entre 2 prises sera au minium de 8h.
- Insuffisant hépatique, respiratoire, sujet âgé, asthmatiques : prudence, adapter la posologie.
- La prise de paracétamol peut fausser certaines méthodes de dosage (acide urique, glycémie).
- Grossesse/ allaitement : contre-indiqué, une prise ponctuelle est autorisée pour
laparacétamol.
- Adénome ou autre problème prostatique/sténose urétrale : risque de rétention urinaire.
- Sportifs : la codéïne peut induire une réaction positive aux tests anti dopage.
- Hypertension crânienne : prudence, risque majoré.
2)
Méphénésine : Ce médicament vous a été conseillé ou prescrit pour soigner des
contractures musculaires douloureuses. Réservé à l’adulte, prendre 1 à 2 comprimés 3 fois par
jour.
Exemple de spécialité : DECONTRACTYL* CPR, BAUME
Face à une contracture musculaire et afin d’optimiser l’efficacité du traitement, vous devriez
appliquer localement de la chaleur. Une poche de gel, à placer au four micro-ondes ou au bain
marie, pourra être utilisée à cet effet 3 fois 20 minutes par jour, ou des patchs chauffants.
A défaut vous pourrez utiliser une pommade chauffante ou des huiles essentielles en massage
léger. Repos, étirement et massage font également partie intégrante de la prise en charge.
■ LIMITES DU CONSEIL : Arrêter le traitement et prévenir immédiatement un médecin en
cas de démangeaisons ou d’œdème pouvant annoncer un début de choc anaphylactique.
Utilisation avec prudence chez les conducteurs et utilisateurs de machines. Les effets
indésirables liés à l’utilisation de ce produit sont majorés par la prise concomitante d’alcool
ou de médicaments dépresseurs du système nerveux.
3)
Acide salicylique, diéthylamine, myrtécaïne : médicament utilisé en massage pour
soigner les douleurs musculaires, tendineuses ou ligamentaires, chez les adultes et enfants de
plus de 7 ans : 2 à 3 applications par jour
Pensez à signaler la prise de ce médicament à votre pharmacien en cas d’automédication ou
de prescription simultanée d’un autre praticien.
217
Automédication : limiter l’usage d’autres fluidifiants sanguin : aspirine notamment ou autres
AINS comme l’ibuprofène, huile essentielle de Gaulthéries, le Gingko biloba, le Mélilot,
autres veinotoniques à base de coumarines.
Ne pas associer d’autres traitements locaux sur la même zone d’application (gels, crèmes,
onguents…)
Exemple de spécialité : ARNICA* POM, ARNIGEL*, SYNTHOL*
■ LIMITES DU CONSEIL : Personnes sous traitement anti-coagulant : ne pas utiliser sans
avis médical, l’acide salicylique (dérivé de l’aspirine) risquerait d’agir sur la coagulation du
sang
Ce médicament peut induire une réaction positive lors de tests antidopage pour les sportifs.
4)
Ibuprofène, lévomenthol médicament est utilisé pour soigner une douleur ou une
inflammation à la suite d’une traumatologie bénigne comme une entorse ou une contusion
chez l’adulte, 1 application en massage 3 fois par jour.138*
Exemple de spécialité : ANTARENE 200 MG, cp B30 PPV : 23.50 Dh
Traitement à éviter en cas d’antécédents de convulsions, épileptiques du fait de la présence de
lévomenthol.
Arrêt du traitement en cas de troubles de la fécondation et d’infertilité.
Grossesse :Contre indiqué après le 6ème mois de grossesse.
Pour soigner les douleurs musculaires on peut conseiller au sujet de se reposeret
d’immobiliser l’articulation ou le muscle douloureux.
Appliquer de la glace ou un pack de froid immédiatement après toute lésion musculaire
pendant une dizaine de minutes toutes les heures ou toutes les 2 heures durant les 2 premiers
jours qui suivent la blessure.
La présence de lévomenthol peut provoquer un effet anesthésique qui peut diminuer la
sensibilité de la peau à l’endroit de l’application. Elle induit un « effet froid » sur la peau, ce
gel est donc plutôt indiqué en cas de douleurs aggravées par le chaud et le mouvement et
améliorées par le froid et le repos. Des traitements par voie orale peuvent compléter
efficacement ce traitement.
Se laver soigneusement les mains après utilisation.
218
Il ne faudra reprendre le sport ou tout autre exercice physique que progressivement après
disparition de la douleur et ne pas oublier de s’échauffer rigoureusement.
5)
Carbonate de calcium + carbonate de magnésium + diméticone : conseillé pour
soulager les douleurs dues à l’inflammation ou l’ulcération des parois de l’œsophage, du
duodénum ou de l’estomac, associées à des ballonnements, chez l’adulte ou l’enfant de plus
de 15 ans. 1 à 2 comprimés à sucer ou à croquer au moment des douleurs soit au moins 1
heure après le repas, maximum 7 par jour.
Exemple de spécialité : RENNIE 680 MG / 80 MG, cp à croquer B36 PPV : 14.40 Dh
A éviter : tout traitement agressif pour l’estomac (anti inflammatoires, corticoïdes, aspirine),
repas trop copieux, riches en graisses, épices, aliments pouvant donner des flatulences, trop
chauds, trop durs, acides, très sucrés, très salés, boissons gazeuses, les laitages en grande
quantité, alcool, tabac, chocolat ou café au lait, agrumes, fromages fermentés, le stress, les
efforts physiques après les repas, la sieste juste à la fin du repas (attendre 15 minutes), la
position penchée en avant, les vêtements trop serrés au niveau du ventre, de boire entre 30
minutes avant et 2 heures après les repas, de prendre un « coup de froid » sur l’abdomen.
Ce médicament est actif pendant 30 minutes à 1 heure, sur un estomac vide et au moment des
douleurs, il est inutile de le prendre en préventif ou au moment des repas.
■ LIMITES DU CONSEIL : Si les symptômes persistent consulter impérativement votre
médecin. Il est nécessaire de vérifier que les douleurs proviennent de lésions gastriques
bénignes.
Insuffisants rénaux et sujets prédisposés aux calculs rénaux calciques : pas d’utilisation
prolongée (forte teneur en calcium par comprimé : 272 mg
Grossesse : limiter le nombre de prises journalières et la durée du traitement.
2)
HOMEOPATHIE
Certaines souches homéopathiques comme l’arnica, Rhus toxicodendron ou Bryonia
présentent un intérêt non négligeable à condition d’être utilisé rapidement après la survenue
de la contracture.
Si la douleur est améliorée par le mouvement : Rhus toxicodendron 9ch, 3 granules 3 fois
par jour ; si elle est aggravée par le mouvement : Bryonia 9ch, même posologie.
219
■ LIMITES DU CONSEIL
Toutefois, si les douleurs persistent malgré le traitement, il est préférable de consulter
rapidement un médecin, surtout si elles s’accompagnent de nausées, de vomissements, de
fièvre, de saignement des dents, d’une inflammation importante, de difficultés à s’endormir et
d’une hyper-irritabilité.
220
ENTORSE A LA CHEVILLE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Une entorse est un traumatisme qui résulte de l’étirement ou du déchirement d’un ou
plusieurs ligaments.
On distingue classiquement trois stades d’entorse :
- entorse légère : simple étirement des ligaments, appelé aussi foulure. L’articulation
peut encore bouger assez facilement.
- entorse moyenne : l’étirement des ligaments s’accompagne d’un début de
déchirement. Les mouvements sont difficiles.
-entorse grave : un ou des ligaments sont déchirés, avec possibilité d’arrachement
osseux à l’endroit où s’insère le ligament.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Douleur à la cheville, localisée ou diffuse, plus ou moins intense.
• Gonflement de la zone qui entoure la cheville.
• Hématome ou « bleu », poche de sang qui s’accumule au niveau de l’articulation.
• L’examen de la cheville par un médecin est toujours souhaitable. La radiographie
n’est pas systématique, mais elle seule permet de déterminer s’il ne s’agit pas d’une
fracture.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Comment est la douleur ?
Votre pied est-il gonflé ?
Y-a-t-il un hématome ?
Pouvez-vous poser le pied par terre ?
■ LA PRÉVENTION
• Eviter les chaussures instables, notamment les talons-aiguilles dont l’assise au sol est
très étroite et qui tiennent mal le pied. Préférer des chaussures à talon compensé,
beaucoup plus stables.
• Marcher ou courir sur un sol régulier, meuble, sans trous.
• Choisir du matériel sportif de qualité, et vérifier son bon état régulièrement.
221
• Le port d’une chevillière aide à rester vigilant lors de la pratique sportive. Non rigide,
elle n’empêche cependant pas la survenue d’une entorse.
■ LES PRODUITS DISPONIBLES
• L'application de froid sur la zone douloureuse le plus rapidement possible aide à lutter
contre le gonflement et l'inflammation.
• La douleur est combattue à l’aide d’un médicament antalgique et/ou antiinflammatoire (pommade).
• Surélever la jambe atteinte aussi souvent que possible.
• L’entorse bénigne guérit spontanément après une dizaine de jours avec une simple
mise en repos de l’articulation.
• L’entorse moyenne nécessite la mise en place d’un strapping (immobilisation par
bandage élastique) ou le port d’une attelle semi-rigide. Le but est de protéger le
ligament tout en conservant une certaine mobilité.
• L’entorse grave, avec marche toujours impossible après 5 jours d’immobilisation, peut
être plâtrée pendant 3 semaines.
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Acide niflumique cutané
•
Dexaméthasone, salicylamide, salicylate d'hydroxyéthyle
•
Diclofénac
•
Ibuprofène, lévomenthol
1) La diclofénac par exemple est utilisée pour soigner une traumatologie bénigne comme
une entorse, une tendinite ou une contusion, pour traiter un œdème après une opération ou un
traumatisme ou bien pour soulager l’arthrose des doigts ou du genou, 3 à 4 applications par
jour en massage.
2) Dexaméthasone, salicylamide, salicylate d'hydroxyéthyle
Ce médicament est utilisé chez l’adulte pour soigner une tendinite ou une entorse bénigne, 2
ou 3 applications par jour en massage.
222
ATTENTION :
- Grossesse : contre indiqué après le 6ème mois de grossesse et chez les enfants de moins de 15
ans
- Allaitement : à éviter
- Si utilisation fréquente notamment chez les professionnels de santé : port de gants conseillé
- Ne pas appliquer le gel sur les muqueuses ou les yeux
- Ne pas utiliser en pansement occlusif
- Ne pas utiliser en cas d’allergie à l’un des constituants ou à l’aspirine et autres AINS, ou sur
une peau lésée (dermatoses, eczéma, infections, plaies, brûlures…)
- Personnes sous traitement anti-coagulant : ne pas utiliser sans avis médical, le salicylate
d’hydroxyéthyl et le salicylamide (dérivés de l’aspirine) risqueraient d’agir sur la coagulation
du sang.
- Risque de crise d’asthme chez les personnes allergiques à l’aspirine ou à d’autres
antiinflammatoires de la famille des AINS nécessitant alors l’arrêt immédiat du traitement.
Automédication : limiter l’usage d’autres fluidifiants sanguin : aspirine notamment ou autres
AINS comme l’ibuprofène, huile essentielle de Gaulthéries, le Gingko biloba, le Mélilot,
autres veinotoniques à base de coumarines.
2) HOMEOPATHIE
En homéopathie, vous pouvez utiliser par exemple :
-
si la douleur est améliorée par le mouvement : Rhus toxicodendron 9ch, 3 granules 3
fois par jour ;
-
si la douleur est aggravée par le mouvement : Bryonia 9ch, même posologie.
En application interne :
Le traitement en application interne est préconisé si la blessure ne se situe pas au niveau du
muscle. La posologie est généralement de 3 granules à mettre sous la langue, 3 fois par jour
durant 5 à 6 jours. Généralement, le traitement sera à base d’Arnica 9 CH, un remède qui
réduit les risques d’hématomes internes.
En cas d’enflure et de douleur au niveau de l’articulation, Bryonia 5 CH sera préconisé.
Ruta 4CH, si la blessure est proche de l’os ou touche l’os. Peut être associé à Arnica 9CH
qui sera administré à raison de 5 à 6 granules toutes les heures.
223
Et pour soigner les entorses à répétition qui sont dus à un mauvais traitement, il faut avoir
recours soit à Natrum Carbonicum 9CH soit à Calcarea fluor 9CH. 3 granules de l’un de
ces remèdes seront à prendre 3 fois par jours pendant 15 jours.
Pour un traitement local :
Faire des massages légers au niveau de l’enflure en utilisant la pommade Arnica antiinflammatoire. Par ailleurs, Ledum 4CH peut être appliqué à l’aide d’une compresse sur les
zones froides et engourdies.
3) AROMATHERAPIE
Afin d’atténuer la douleur, le mieux est d’enduire également l’entorse d’une mixture d’huiles
essentielles préparée à partir de 8 ml d’Helichrysum Italienum, de 5 ml de Calophyllum
Prophtyllum et de 2 ml de Laurus Mobilis, 3x/j pendant deux à trois jours.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Appliquez de la glace ou des compresses froides pendant 24 heures pour faire dégonfler
l'articulation (toutes les heures pendant une vingtaine de minutes).
- Le repos du muscle blessé s'impose : évitez les sports et autres activités physiques tant que
la douleur persiste.
- Comprimez l'articulation à l'aide d'une bande élastique pour la stabiliser et l'empêcher de
gonfler.
- Surélevez si possible l'articulation touchée pour favoriser la circulation sanguine.
- N'immobilisez pas le membre plusieurs heures sans faire quelques mouvements lents et
passifs, afin d'éviter l'engourdissement.
- Passé 24 heures, n'appliquez plus de glace, mais inversement de la chaleur. L'application de
compresses chaudes sur la zone douloureuse soulage et favorise sa mobilité, la circulation et
accélère la guérison.
- Appliquer la solution ou le gel en effleurant la peau, surtout ne pas frotter sur la peau.
- L’application doit être faite en fine couche par massages légers.
- Se laver soigneusement les mains après utilisation
- Il ne faudra reprendre le sport ou tout autre exercice physique que progressivement après
disparition de la douleur et ne pas oublier de s’échauffer rigoureusement.
224
- Un traitement de l'entorse précoce est la première étape de la prévention d'une récidive. Une
réadaptation complète de l'articulation, en force, en souplesse et en agilité, est indispensable.
- Porter une orthèse durant quelque temps lors de la reprise de l'activité peut être une aide au
renforcement de l'articulation.
- Enfin, des exercices de renforcement, réalisés avec l'aide d'un ostéopathe par exemple,
peuvent se révéler utiles afin de stabiliser l'articulation fragile.139*
■ LIMITES DU CONSEIL
La consultation d’un médecin en cas d’entorse est conseillée si la douleur est insupportable ou
persiste après une semaine ou encore si le membre blessé ne peut être bougé ou est déboîté ou
si mouvement anormal de l’articulation.
Si Sensation de déchirure, si présence d’une ecchymose ou si œdème précoce, douleur très
forte avec impossibilité de poser le pied à terre.
Si les risques de fracture sont grands, une radiographie ainsi qu’un test d’imagerie par
résonance magnétique qui permet de voir l’état des ligaments seraient même nécessaires.
En outre, dans le cas où aucune efficacité du traitement n’est constatée au bout de deux jours,
il est préférable d’aller voir un ostéopathe qui sera en mesure de faire faire des séances
permettant de corriger les premières lésions.140*
225
LOMBALGIE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La lombalgie est un état douloureux du rachis lombaire (bas du dos). Affection très courante
généralement sans gravité, qui peut toucher jusqu'à 80 % de la population. La fréquence
augmente avec l'âge.
■ QUELS SONTLES SYMPTÔMES ?
Dépendamment des multiples causes de la lombalgie, le type de douleur peut varier et peut
se présenter sous différentes formes :
Douleur brutale au bas du dos souvent en barre avec irradiation possible vers les fesses, les
cuisses, les genoux, douleur survenant brutalement durant un effort avec majoration lors
d'un mouvement, douleur intense au lever le matin, douleur s'installant dans la partie
inférieure du dos étant plus intense durant la nuit.
Ils sont nombreux et variés : Effort inhabituel ou accumulation de nombreux efforts,
manque d’entraînement physique, surentraînement sportif, embonpoint, surpoids, mauvaise
posture, chute, port de chaussures à talons hauts, tabagisme, stress prolongé augmentant les
tensions musculaires, dépression ou règles douloureuses.
■ PERSONNES À RISQUE DE DÉVELOPPER UNE LOMBALGIE
-
Personnes travaillant longtemps en position assise ou en position debout
-
personnes soulevant ou tirant de lourdes charges, personnes devant souvent se pencher
en avant ou effectuer des torsions latérales du torse.
-
Femmes enceintes.
-
Antécédents familiaux de dégénérescence discale, d’arthrose ou d’ostéoporose.
-
L’arthrite, l’arthrose ou l’ostéoporose peuvent générer des lombalgies chez la personne
âgée.143*
■ PRÉVENIR LA LOMBALGIE
- Surveiller son poids et rester autant que possible dans la fourchette d'un IMC normal.
- Faire régulièrement des exercices physiques.
- Surveiller sa posture, éviter les mouvements de torsion du bassin ou du dos.
226
- Préférer les sacs à dos aux sacs à une seule anse.
- Porter des chaussures bien ajustées qui offrent un meilleur soutien.
■ LES TRAITEMENTS DE LA LOMBALGIE
• L'utilisation d'une bouillotte, d’une ceinture lombaire ou de patchs chauffants permet de
réduire notablement la douleur.
• Des séances de kinésithérapie ou des manipulations vertébrales réalisées par un médecin
peuvent être prescrites
Les lombalgies guérissent en quelques jours avec un traitement médical simple, destiné à
soulager la douleur (antalgiques), à combattre l'inflammation (anti-inflammatoires) et à
décontracter les muscles (myorelaxants). Très rarement, des infiltrations de corticoïdes sont
prescrites.
1) TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Kétoprofène : Ce médicament est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), qui est
utilisé pour soulager la douleur et l’inflammation dans les rhumatismes, l’arthrose, les
tendinites, les lombalgies, les radiculalgies et les traumatismes. Un comprimé ou suppositoire
à 100 mg 1 à 3 fois par jour, ou 1 à 2 gélule(s) à 50 mg 3 fois par jour. Forme LP 200 mg : 1
par jour. Quantité maximale : 300 mg par jour.
Les comprimés ou gélules sont à avaler avec un grand verre d’eau, de préférence au milieu
des repas.
A noter que le kétoprofène peut diminuer les défenses immunitaires ou masquer des signes
d’infection.
Ibuprofène : Ce médicament est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), qui est utilisé
ou conseillé pour soulager la douleur (d’intensité légère à modérée) et la fièvre.
Un à 2 comprimés de 200 mg ou 1 comprimé de 400 mg toutes les 6 heures.
Forme LP 300 mg : 1 à 2 gélules matin et soir. Dose maximale adulte : 1200 mg par jour,
dose maximale enfant : 30 mg/kg/jour. A avaler avec un grand verre d’eau, de préférence au
milieu des repas.
Les effets indésirables sont principalement digestifs, sur l’estomac et les intestins : douleurs,
brûlures à l’estomac, nausées, vomissements, saignements, digestion difficile ; ainsi que des
227
réactions allergiques : éruption cutanée, démangeaisons, crise d’asthme. Plus rarement :
ulcère digestif, hémorragie, œdème de Quincke, vertiges, maux de tête.
Attention :
- Grossesse : contre indiqué (utilisation déconseillée les 6 premiers mois) et Contre-indiqué
lors du 3ème trimestre pour le kétoprofène.
- Allaitement : par précaution, doit être évité.
- Patients traités par anticoagulants : à éviter.
- Enfants : contre-indiqué chez l’enfant de moins de 20 kilos, soit environ 6 ans.
- en cas de varicelle : utilisation déconseillée.
- Conduite de véhicules et utilisation de machines : à éviter si vertiges ou troubles visuels.
2)
HOMEOPATHIE
Prendre à chaque heure et de façon alternée 2 granules de Ruta 5 CH et 2 granules de Rhus
Toxicodendron 9 CH.
Au début de la crise de lumbago, il est possible de soulager la douleur aigüe par la prise de 2
granules toutes les heures, chacun des 3 remèdes homéopathiques suivants, Ruta
graveolens15 CH, Rhus Toxicodendron15 CH et Arnica Montana15 CH. Il convient
d’ajouter 2 granules de Dulcamara 9 CH si l’humidité accentue les douleurs.
Lorsque le mouvement est une cause d’aggravation, le traitement adéquat est la prise de 2
granules de Bryonia Alba 5 CH et 2 granules d’Arnica montana15 CH toutes les heures
jusqu’à la disparition des symptômes.
Quand la douleur est apaisée par le coucher, le repos ou encore le mouvement lent et régulier,
prendre Ammonium muriaticum, Bryonia albaetCalcarea fluorica.
Si la position assisse est un facteur de soulagement de la douleur, le traitement recommandé
est Naturum muriaticum. A ce remède, il faut ajouter Kalium CarboniumetBryonia albapour
traiter le sujet dont les douleurs s’apaisent en s’asseyant sur un siège dur.
Si le trajet en véhicule aggrave les douleurs lombaires, il faut les traiter avec Bellis perennis.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Une fois que l'épisode douloureux est passé, il faut rester vigilant afin d'éviter une récidive. Il
faut apprendre à connaître les positions à risque. Ce sont tous les mouvements qui concernent
la partie charnière de la colonne vertébrale, entre le bas du dos et le bassin : ne faites pas
228
d'effort de soulèvement en position penchée en avant, pensez plutôt à plier les genoux, ne
vous asseyez pas dans un siège trop bas, et penser à avoir une bonne position assise en
voiture...
Penser à vérifier que la literie est adaptée à votre morphologie et qu'elle est de bonne qualité.
Une rééducation par un kinésithérapeute ou un ostéopathe peut aider à se tenir naturellement
et à conserver de bonnes habitudes. Elle permettra également de renforcer les muscles de
votre colonne, qui sera alors mieux protégée.
Il faut faire attention aux activités qui demandent des efforts violents, comme le tennis, la
musculation ou les sports d'équipe et privilégiez des sports comme la natation, la marche et le
cyclisme, car ils sont bénéfiques pour le dos, la reprise d'une activité physique adaptée est la
meilleure garantie pour une guérison rapide.
Le stress est un facteur aggravant, il faut donc se détendre et se relaxer.
Voici quelques positions de relaxation : Pour que ces positions soient vraiment bénéfiques,
elles doivent constituer de véritables moments de détente et de relaxation pendant lesquels on
s'efforce de faire le vide dans son esprit.
Étendu, le dos bien plaqué au sol, les jambes fléchies reposant sur l'assise d'une chaise, mains
croisées derrière la tête.
Allongé sur le dos, ramenez vos deux genoux vers votre poitrine l'un après l'autre. Tenez
vos deux genoux ensemble et tirez-les vers votre poitrine.
Agenouillé, assis sur les talons, dos enroulé, front contre le sol et encadré par les coudes,
les avant-bras reposant au sol.142*
■ LIMITES DU CONSEIL
Il convient de consulter un médecin lorsque les douleurs persistent 3 jours après leur survenue
en dépit du traitement effectué. Il faut voir si les douleurs lombaires engendrent des douleurs
au niveau de l’abdomen, engourdissent l’une ou les 2 jambes et occasionnent des
perturbations urinaires ainsi que digestives. Il en est de même si le sujet perd du poids ou est
sujet à une douleur constante.141*
229
MAL DE DOS
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Généralement bénin mais parfois handicapant, le mal de dos est le plus souvent la
conséquence de gestes ou de postures inadaptées dans la vie quotidienne.
Toutes les générations sont touchées, avec néanmoins une prédominance chez les
actifs de 30 à 50 ans.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Travail physique pénible avec port de charges ou vibrations.
• Conduite automobile quotidienne de longue durée.
• Excès de poids.
• Grossesse.
• Pratique de sports à risque : sports de combat (judo, lutte…) ou asymétriques
(tennis, squash…).
Le traitement vise à soulager la douleur afin de permettre la reprise normale des
activités. Le repos absolu au lit n’est plus recommandé.
• Par voie orale, le traitement comprend un antalgique de type paracétamol
(éventuellement associé à une autre molécule) et/ou un anti-inflammatoire non
stéroïdien tel que l’ibuprofène. La prise d’un décontracturant musculaire est
possible.
• Localement, le traitement passe par l’application de pommades antiinflammatoires.
• La kinésithérapie (rééducation, massages) permet de mobiliser progressivement
les articulations atteintes et de renforcer la musculature.
• Le port d’une ceinture lombaire facilite la reprise des activités et s’oppose aux
mauvaises habitudes posturales.144*
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
•
Ibuprofene forme adulte (200mg/400mg - LP 300mg)
•
Kétoprofène
Kétoprofène : Ce médicament est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), qui est
230
utilisé pour soulager la douleur et l’inflammation dans les rhumatismes, l’arthrose, les
tendinites, les lombalgies, les radiculalgies et les traumatismes. Un comprimé ou
suppositoire à 100 mg 1 à 3 fois par jour, ou 1 à 2 gélule(s) à 50 mg 3 fois par jour. Forme
LP 200 mg : 1 par jour. Quantité maximale : 300 mg par jour. Les comprimés ou gélules
sont à avaler avec un grand verre d’eau, de préférence au milieu des repas.
A noter que le kétoprofène peut diminuer les défenses immunitaires ou masquer des signes
d’infection.
Ibuprofène : Ce médicament est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), qui est
utilisé ou conseillé pour soulager la douleur (d’intensité légère à modérée) et la fièvre.
Un à 2 comprimés de 200 mg ou 1 comprimé de 400 mg toutes les 6 heures.
Forme LP 300 mg : 1 à 2 gélules matin et soir. Dose maximale adulte : 1200 mg par jour,
dose maximale enfant : 30 mg/kg/jour. A avaler avec un grand verre d’eau, de préférence
au milieu des repas.
Les effets indésirables sont Principalement digestifs, sur l’estomac et les intestins :
douleurs, brûlures à l’estomac, nausées, vomissements, saignements, digestion difficile ;
ainsi que des réactions allergiques : éruption cutanée, démangeaisons, crise d’asthme. Plus
rarement : ulcère digestif, hémorragie, œdème de Quincke, vertiges, maux de tête.
Attention :
- Grossesse : contre indiqué (utilisation déconseillée les 6 premiers mois) et Contre-indiqué
lors du 3ème trimestre pour le kétoprofène.
- Allaitement : par précaution, doit être évité.
- Patients traités par anticoagulants : à éviter.
- Enfants : contre-indiqué chez l’enfant de moins de 20 kilos, soit environ 6 ans.
- en cas de varicelle : utilisation déconseillée.
- Conduite de véhicules et utilisation de machines : à éviter si vertiges ou troubles visuels.
2) PHYTOTHERAPIE
1) L'harpagophytum
En plus de ses propriétés anti-inflammatoires, l'harpagophytum exerce une action
antalgique.
Cette plante agit sur la mobilité et la souplesse articulaire.
231
Elle serait particulièrement efficace en cas de terrain arthrosique.
Ses bénéfices se manifestent généralement après une dizaine de jours.
•
La reine des prés et le saule blanc
Ces plantes contiennent des dérivés salicylés, précurseurs de l'aspirine. C'est ainsi qu'elles
ont des propriétés anti-douleurs et anti-inflammatoires très intéressantes en cas de mal de
dos.
•
La prêle, l'ortie et le bambou
Ces plantes sont riches en minéraux et particulièrement en silice, une substance importante
pour la peau et les os.
L'ortie contient aussi du zinc, du fer et des vitamines, des molécules stimulantes.
A noter également que la prêle améliore la souplesse des tendons.
•
Lecassis
Le cassis a un potentiel antioxydant particulier grâce à sa teneur en flavonoïdes, en
vitamines C et P.
Il exerce par ailleurs une activité veinotonique intéressante pour les jambes.
•
Le curcuma
Anti-inflammatoire, le curcuma limite également la déminéralisation osseuse.
A utiliser particulièrement en cas de maux du dos liés à l'arthrose. 157*
3)
HUILES ESSENTIELLES
Attention, avant de les utiliser en massage, il est nécessaire de les diluer dans une huile de
support (huile d'amande douce, de germe de blé…) : 2 à 3 gouttes d'huile essentielle dans
1 cuillère à soupe d'huile support.
Les principales huiles essentielles anti-mal de dos sont les suivantes :la lavande, le
romarin, la marjolaine, le gingembre,lagenièvre.
En cas de douleurs lombaires liées au stress ou à l'anxiété, ajoutez quelques gouttes
d'huiles essentielles de néroli, de petitgrain ou de géranium.
N'oubliez pas que l'activité physique régulière est indispensable pour entretenir le dos et
pour le renforcer : un peu tous les jours est indispensable dès que la crise douloureuse est
passée.
Enfin, surveillez votre poids. C'est un facteur aggravant qu'il faut éviter. 157*
232
■ PRÉVENIR LE MAL DE DOS
•
Choisir un matelas ferme et dormir sur le dos, ou sur le côté en repliant les jambes.
•
S’asseoir droit sur son siège, dos bien calé au dossier, avec un soutien lombaire dans
le creux du dos.
•
En cas de station debout prolongée, éviter les talons hauts et poser un pied sur un
tabouret.
•
S’accroupir pour soulever une charge lourde : fléchir les genoux sans courber le
dos, saisir la charge, contracter les muscles abdominaux et se relever en gardant le dos
bien droit.
•
Au bureau : préférez un siège à roulettes avec un dossier (le choisir légèrement
galbé à la hauteur des vertèbres lombaires) pour éviter les torsions et calez-vous bien
droit contre le dossier. Comptez 60 cm au minimum d’espace entre l’ordinateur et vous.
•
Pour les tâches ménagères : pour passer l’aspirateur, il existe la position idéale !
Une jambe en avant, l’autre en arrière, le tronc bien droit, en pliant les genoux pour
avancer ou reculer légèrement.
•
Pour le repassage, il vaut mieux s’asseoir à la bonne hauteur de la planche que de
repasser debout jambes tendues.
•
Au volant : pour être assis(e) correctement dans votre voiture, ayez la tête et le dos
bien droits, les bras détendus, en ayant les jambes ni trop tendues, ni trop fléchies.
Conduisez en calant votre dos contre le siège. Glissez éventuellement un petit coussin à
hauteur des reins.
•
Pour s’asseoir : de manière générale, les mouvements brusques peuvent nuire à la
colonne vertébrale. Évitez de vous laisser tomber sur un siège ou sur un lit et de vous
relever brutalement afin d’épargner votre rachis.159*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN« voir la fiche conseil Lombalgie ».
La dorsalgie provoque une douleur localisée au niveau des omoplates.
Autrefois, les médecins conseillaient une longue période de repos. Aujourd'hui, le repos
s'impose uniquement pendant les douleurs aiguës. Ensuite, il est recommandé de reprendre
son activité le plus rapidement possible et même de pratiquer une activité physique et
sportive régulière : Une marche quotidienne par exemple pour masser en douceur la
233
colonne vertébrale ou une séance de natation pour apaiser les tensions et étirer votre
dos.155, 158*
■ LIMITES DU CONSEILS
La colonne vertébrale est souvent malmenée. Pour amortir le choc, elle s'appuie sur les
disques intervertébraux. Mais avec le poids de l'usure et des mauvais traitements infligés à
vos vertèbres, le noyau gélatineux que contiennent les disques intervertébraux peut se
déplacer et sortir de sa place pour venir comprimer un nerf.
234
REGLES DOULEUREUSES (dysménorrhée)
Les douleurs menstruelles touchent de 50 % à 80 % des femmes fécondes, selon le groupe
d’âge. De ce nombre, de 5 % à 15 % des femmes sont suffisamment incommodées pour
devoir modifier leurs activités quotidiennes (repos forcé, absentéisme scolaire ou
professionnel).
Les menstruations sont souvent douloureuses à la fin de l’adolescence et au cours des années
qui précèdent la ménopause car il s’agit de périodes de fluctuations hormonales. Les douleurs
qui surviennent à ces moments de la vie ne sont généralement pas inquiétantes et ne cachent
aucun trouble gynécologique sous-jacent. Chez l’adolescente, les douleurs s’amenuisent avec
les années et disparaissent souvent après une première grossesse. Lorsqu’elles sont très
intenses et persistent après les saignements, ces douleurs peuvent être évocatrices d’une
endométriose.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Les symptômes de la dysménorrhée durent de 2 à 3 jours, en moyenne.
•
Des douleurs sourdes ou spasmodiques (avec des élancements) dans le bas de
l’abdomen, qui commencent un peu avant les menstruations et persistent durant quelques
jours;
•
Parfois, les douleurs irradient jusqu’au bas du dos et à l’intérieur des cuisses;
•
Une sensation de malaise général et de faiblesse;
•
Des maux de tête;
•
De la diarrhée;
•
Des nausées et des vomissements.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
Anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les douleurs menstruelles sont généralement soulagées
par l’usage d’anti-inflammatoires non stéroïdien (AINS), dont l’effet est d’entraver la
formation des prostaglandines pro-inflammatoires. L’ibuprofène est offert en vente libre. Un
autre type d’AINS peut être prescrit par le médecin si l’ibuprofène ne convient pas, comme le
naproxène ou l’acide méfénamique. Ils sont utilisés dès l’apparition des symptômes, pendant
235
2 ou 3 jours. Ils soulagent les douleurs causées par les contractions utérines ainsi que les
maux de tête, les nausées et la diarrhée. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent
causer des effets secondaires, dont les plus fréquents sont des brûlures d’estomac, de la
diarrhée, des douleurs abdominales et des maux de tête.
Contraceptifs oraux. On peut aussi atténuer les symptômes en prenant un contraceptif oral, qui
empêche l’ovulation, réduit la production des prostaglandines et réduit le flux menstruel.
Cette méthode est généralement efficace pour diminuer non seulement la durée et l’abondance
des menstruations mais aussi les douleurs qui les accompagnent.
Il est également possible de prendre une contraception contenant un progestatif seul, en
continu. En général, les menstruations sont beaucoup moins abondantes et cessent parfois
pendant le traitement, ce qui règle le problème de la douleur. Les menstruations reprennent à
l’arrêt du traitement.
Contraceptif par injection. Le Depo-Provera® provoquant une aménorrhée est également
proposé mais il n’est pas dénué d’effets indésirables : saignements irréguliers, prise de poids,
baisse de la libido. De plus, ces effets ne peuvent pas être stoppés une fois la substance
administrée et on doit attendre la fin de l’efficacité (4 mois) pour revenir à la normale.
Dispositif intra-utérin (DIU). Une autre option est de porter le stérilet Mirena®. Il s’agit d’un
dispositif intra-utérin contenant un progestatif. Il s’insère dans l’utérus. En plus d’être
contraceptif, il réduit significativement les menstruations et les douleurs. Il ne doit être changé
que tous les 5 ans.
2) LES HUILES ESSENTIELLES
Effectuez localement, 2 à 4 fois par jour, des massages locaux doux, avec :
•
une cuillerée à café d’huile végétale (par exemple huile d’amande douce) ;
•
additionnée de 4 gouttes au total d’une ou plusieurs des huiles essentielles suivantes :
sauge sclarée, camomille matricaire, estragon, basilic exotique, ylang-ylang.
3) LA PHYTOTHÉRAPIE
capsules ou en tisanes, les plantes peuvent se monter particulièrement efficaces pour soulager
les douleurs de règles. Essayez notamment :
•
L’huile d’onagre ou de bourrache : à prendre en gélules, à raison de 3 gélules par jour.
236
•
Les tisanes, à raison de 2 tasses par jour, préparées avec une ou plusieurs des plantes
suivantes : gattilier, achillée mille-feuille, alchémille, camomille romaine, feuilles de
framboisier, fenouil, menthe.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
• Placer un coussin chauffant ou une bouillotte sur l’abdomen ou la partie inférieure du dos;
• Prendre un bain ou une douche chaude;
• Faire des exercices légers, par exemple, des étirements, de la marche ou de la bicyclette;
• Se reposer et éviter les situations stressantes lorsque les menstruations approchent.
Quelques jours avant les règles et pendant celles-ci :
• Pratiquez un sport doux : marche, vélo, yoga…
• Limitez l’alcool, le café et le tabac.
• Adoptez une alimentation : riche en oméga 3 : poissons gras, huile de noix ou colza… et en
magnésium : légumes à feuilles vert foncé, légumes secs, cacao et chocolat noir, amandes,
pignons, pain complet ou aux céréales, certaines épices telles que cumin, sésame, coriandre,
curry et poivre… et riche en vitamine E : huile de tournesol ou de pépin de raisin, graines de
tournesol, œufs de poisson, noisettes, amandes
•
Réduire sa consommation de sucres raffinés. Les sucres entraînent une surproduction
d’insuline et l’excès d’insuline cause la production de prostaglandines pro-inflammatoires;
•
Manger moins de margarine et de graisses végétales, qui sont des sources de gras trans à
l’origine des prostaglandines pro-inflammatoires;
•
Éliminer les viandes rouges, qui ont un contenu élevé en acide arachidonique (un acide
gras à la source de prostaglandines pro-inflammatoires).
•
Vérifier avec l’aide d’un nutritionniste la présence d’une carence en vitamine C,
vitamine B6 ou en magnésium. Ces micronutriments seraient indispensables au métabolisme
des prostaglandines et leur carence causerait l’inflammation.
•
Éviter le stress : les hormones du stress (l’adrénaline et le cortisol) causent la production
de prostaglandines pro-inflammatoires.
■ LIMITES DU CONSEIL
Lorsque les menstruations s’accompagnent de douleurs invalidantes, qui altèrent la qualité de
vie et le moral;
237
Lorsque, chez des femmes menstruées depuis plusieurs années, les crampes menstruelles
s’intensifient ou s’accompagnent de ménorragie (menstruations surabondantes) ou de
saignements intermenstruels inhabituels.
Si les douleurs menstruelles s’accompagnent ou ont été précédées par de la fièvre ou des
sécrétions vaginales anormales.
En cas de douleurs menstruelles importantes et soudaines, consulter un médecin.
238
RHUMATISME INFLAMMATOIRE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite sont des maladies inflammatoires des
articulations, chroniques et évolutives.
La polyarthrite touche toutes les articulations des membres, tandis que la
spondylarthrite atteint plus particulièrement celles de la colonne vertébrale et du
bassin.
Contrairement à l’arthrose, maladie liée à l’âge, les rhumatismes inflammatoires
touchent souvent des sujets jeunes, entre 20 et 40 ans.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Douleurs diffuses
• Gonflement et inflammation au niveau des articulations
• Raideur articulaire, surtout le matin
• Le handicap provoqué par ces maladies peut être très important, avec des
déformations des articulations.
■ LES MODE DE TRANSMISSION
Les rhumatismes inflammatoires ne sont pas héréditaires, mais il existe sans doute
une prédisposition génétique. Le risque de développer ces maladies est augmenté en
cas d’antécédents familiaux.
Ces maladies sont dites auto-immunes car c’est un dérèglement du système
immunitaire
qui
déclenche
ces
inflammations.
Des facteurs environnementaux, bactériens, viraux pourraient également être
impliqués.
■ LE TRAITEMENT DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES
Les traitements pharmaceutiques s’appuient sur :
- des antalgiques pour lutter contre les douleurs ;
- des anti-inflammatoires pour circonscrire l’inflammation ;
- des corticoïdes à faible dose, comme traitement de fond ;
239
- les biothérapies pour les cas graves.
Une place est laissée aux traitements non médicamenteux comme :
- la réadaptation physique, la kinésithérapie, le thermalisme, la balnéothérapie,
l’ergothérapie, la pédicurie-podologie et les appareillages ;
- l'éducation thérapeutique s’associe à une prise en charge psychologique ;
- les traitements complémentaires comme l’acupuncture ou la diététique ;
- les prises en charge sociale et professionnelle.
■ PRODUITS DISPONIBLES
1)
PRODUITS MEDICAMENTEUX
1- Les AINS sans ordonnance :
a. Il s'agit de l'ibuprofène, du kétoprofène, de l'aspirine.
b. Ils sont pris par les patients souvent sans avis médical.
c. Attention tout de même à ne pas dépasser la dose maximale et à ne pas les prendre sur
une trop longue période : ils peuvent entraîner des effets secondaires digestifs et rénaux
graves.
2-
Les AINS sur ordonnance : ils sont plus puissants et sont prescrits lorsque les AINS
classiques n'ont pas fonctionné.
•
Lephénylbutazone : il est utilisé en cas de goutte ou de spondylarthrite ankylosante en
cas d'échec des autres AINS
•
Les coxibs : ce sont des AINS récents qui sont aussi efficaces que les autres mais ont
moins d'effets secondaires digestifs. Ils sont très utilisés en rhumatologie.
•
Les corticoïdes sont des médicaments anti-inflammatoires puissants qui agissent
également sur le système immunitaire et peuvent être très efficaces dans les rhumatismes
inflammatoires. Des injections de corticoïdes (ou infiltrations) peuvent également être
effectuées dans les articulations douloureuses en cas d'arthrite ou d'arthrose. En cas d'échec,
d'autres médicaments peuvent être efficaces : les immunosuppresseurs et les traitements
biologiques.
2) HOMEOPATHIE
-
Rhus toxicodendron 7 CH, 2 granules 3 fois par jour si l’humidité aggrave les
240
symptômes. Toutes les articulations sont concernées. Elles réagissent mal à un repos
prolongé et préfèrent le temps sec
-
Radium bromatum 7CH, 2 granules 3 fois par jour si le mouvement atténuent la
douleur. Les douleurs siégeant au niveau de la colonne vertébrale et des genoux
s'accompagnent d'un besoin de vous étirer, d'une sensation de faiblesse et de raideurs
-
Bryonia alba 7CH : 2 granules 3 fois par jour si les poussées d'arthrose sont
chroniques. Ces manifestations sont augmentées par le froid. Elles disparaissent à la
pression de l'articulation ou au contact de la chaleur.
-
Actea racemosa, Tellurium ou kalium bichromicum pour les douleurs du bassin ;
-
Colchicum en cas de goutte ;
-
Belladonna ou Apis en cas de crise de douleurs ;
-
Arsenicum album en cas de douleurs inflammatoires qui s'aggravent la nuit ;
3)
PHYTOTHERAPIE
•
Reine des prés : une plante antidouleur
Reine, elle l’est vraiment : par sa haute taille d’abord, jusqu’à plus d’1,50m, aussi par son
parfum enivrant exacerbé au soleil, et reine surtout par l’ensemble de ses propriétés. La
Reine des Prés, ou Spirea Ulmaria, a même donné son nom à l’aspirine puisqu’elle contient
de l’acide salicylique comme l’aspirine. C’est en cela qu’elle en a sensiblement les mêmes
propriétés : anti-inflammatoire, elle sera efficace en cas d’infection virale ou bactérienne. Et
anti-inflammatoire, elle soulagera les douleurs articulaires accompagnant une arthrose.
On la prend :
•
En boisson, infusion à raison de 40 grammes par litre d’eau bouillante, trois tasses
par jour en cure de trois semaines au moins.
•
En application, une infusion qui appliquée localement sous forme de cataplasmes,
soulagera également les articulations enflammées.
•
En gélules, en cure de une à plusieurs semaines sur conseil médical.
•
Cassis : un anti-inflammatoire naturel
Si le Chanoine Kir avait inventé une liqueur médicinale à base de crème de cassis et de vin
blanc, cette liqueur est bien apéritive, mais peu médicinale ! Et pourtant le cassis (Ribes
Nigrum) mérite mieux, ayant de nombreuses vertus médicinales.
241
En dehors de ses actions diurétiques, la plante est essentiellement anti-inflammatoire au
point d’être surnommé la « cortisone naturelle ». Une action anti-inflammatoire puissante
sur les voies urinaires mais surtout sur les articulations.
La plante se prend :
•
en infusion : 50 g de feuilles que l’on met d’abord à tremper dans un litre d’eau
froide avant de porter le tout à ébullition, et laisser infuser 10 minutes hors du feu. On en
prend trois tasses par jour en cures de trois semaines. On peut ajouter de la reine des prés
pour une action renforcée.
•
On trouve également le cassis en gélules et en macérats glycérinés.
•
Harpagophytum : redonner de la souplesse à l’articulation
Cette plante (Radix Harpagophytum Procumbens) qui nous vient d’Afrique du sud, du
désert du Kalahari, est connue de longue date par les namibiens pour son action anti douleur.
Cette racine aussi appelée « griffe du diable », comprend de nombreux composants dont on
ne peut déterminer celui d’entre eux qui est réellement anti inflammatoire et antalgique.
Mais l’ensemble de la plante l’est, en supprimant l’inflammation articulaire, elle redonne de
la souplesse à une articulation ankylosée.
On peut utiliser la plante :
•en décoction : on met dans un demi litre d’eau froide 1 cuillérée à soupe de racine en
poudre, on porte à ébullition, on laisse bouillir 5 minutes. Puis on laisse infuser 10 minutes,
on boit cette préparation dans la journée pendant une à deux semaines tant que durent les
douleurs articulaires.
•On trouve également l’harpagophytum en gélules.
•
Bambou : consolider les os
De son nom scientifique Bambousa arundinacea, le bambou est présent dans toute l’Asie
sous forme spontanée ou cultivée. Le bambou n’est pas seulement utilisé pour fabriquer des
meubles, des maisons, des équipements routiers, mais ses feuilles sont aussi considérées
comme diurétiques et anti inflammatoires.
Il s’avère également une vraie mine végétale de silice avec une très forte concentration
minérale. Contenant également du potassium, du fer, du calcium, il permet ainsi de réparer
vite et bien une fracture. La silice permet en effet une assimilation optimale du phosphore
242
qui, en équilibre avec le calcium, donne toute sa puissance à l’os.
Anti inflammatoire, il va combattre efficacement les rhumatismes et donc soulager les
douleurs articulaires comme dans l’arthrose ou l’arthrite.
Par ailleurs le bambou rend solides des ongles ou des cheveux déficients.
On le prendra de préférence en gélule selon les posologies recommandées par le laboratoire.
Attention ! Ces 4 plantes ne sont pas indiquées pour les femmes enceintes ou allaitantes.
On peut également utiliser l'écorce de saule blanc : en comprimé ou en décoction, la prêle
des champs (equisetum arvense), les feuilles de frêne en infusion et les feuilles d'ortie :
en gélule ou en décoction.
■ SANTE DANS L’ASSIETTE
Globalement, les personnes qui souffrent de rhumatismes doivent plutôt s'orienter vers une
alimentation végétalienne. Il est en effet conseillé de ne pas trop manger de viande et de
privilégier le poisson, les fruits et les légumes. Le Dr Max Tétau*, spécialiste des médecines
complémentaires, en vient à conseiller dans son livre " Rhumatismes : votre ordonnance
naturelle", quatre légumes incontournables que toute personne atteinte de rhumatisme
devrait glisser dans son panier en faisant son marché. Il est préférable de consommer ces
légumes crus en salade ou cuits à la vapeur afin de préserver leurs vitamines et minéraux.
Mixer en jus de fruits frais au petit-déjeuner est aussi une excellente façon de les déguster.
Le céleri
Il en existe deux variétés : le céleri à côtes et le céleri-rave. Leurs feuilles et leurs racines
sont riches en essence aromatique, en résine, en vitamines du groupe B et en sels minéraux.
Mixer son jus représente un fortifiant et un antirhumatismal.
Le chou
Il assouplit les articulations et embellit la peau. Il est pauvre en calories, mais riche en
vitamine C et en vitamine K. Il renferme une essence sulfurée qui le rend antiseptique et
révulsif, mais est également bénéfique pour les rhumatismes. Il se consomme alors
quotidiennement en jus frais. A noter que le chou rouge (riche en pigments) est plus actif
que le blanc.
La tomate
La tomate est bonne pour les rhumatismes grâce à sa teneur en licopènes et en pigments
243
caroténoïdes antioxydants. Veillez toutefois à ce qu'elles soient bien mûres car vertes, elles
sont vénéneuses, tout comme la tige et les feuilles. Cette toxicité provient d'un alcanoïde, la
solanine, qui disparaît lorsque la tomate mûrit. Un grand verre de jus de tomates chaque jour
est recommandé pour protéger vos cartilages.
L'ail
Sa saveur piquante et irritante est due à une essence sulfurée qui est antiseptique. L'ail est
riche en potassium, en oligoéléments, en vitamines et en iode. Utilisez-le pour accompagner
vos salades. En plus, l'ail est diurétique.
Les herbes aromatiques
Ont des propriétés antioxydantes. La ciboulette, la sarriette et l'estragon sont les plus
efficaces. En revanche, utilisez le persil avec modération, il est trop riche en acide oxalique.
Les personnes atteintes de rhumatismes trouveront également de grands bénéfices à
consommer régulièrement les légumes suivants : carotte, laitue, mâche, raifort, topinambour
et salsifis. 156*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Limiter les mouvements de l’articulation ou du membre atteint si l’inflammation est
douloureuse. Certaines douleurs rhumatismales peuvent être atténuées par l’application
locale de chaleur.
Pour limiter le risque d’effets indésirables sur l’estomac et les intestins, évitez : les aliments
irritants : épices, boissons acides, alcool; le tabac, le stress, la position allongée juste après
les repas. Eviter les expositions solaires.156*
■ LIMITES DU CONSEIL
Si allergie ou crise d’asthme provoquée par le kétoprofène et enfant de moins de 15 ans.
Si ulcère de l’estomac ou du duodénum en évolution et si sujets atteints d’une insuffisance
hépatique, rénale ou cardiaque sévère.
Kétoprofène est contre indiqué à partir du 6ème mois de grossesse et déconseillé lors des
1er et le 2ème trimestre, et à éviter chez la femme allaitante.
Pour les formes suppositoires, demander avis au médecin traitant en cas d’antécédent récent
d’inflammation ou de saignement du rectum.
244
SCIATALGIE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La sciatalgie souvent appelée douleur sciatique est une irritation, extrêmement
douloureuse, du nerf sciatique situé à l’arrière de la jambe.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Douleur intense et continue, partant du bas du dos ou d’une fesse et irradiant à
l’arrière de la jambe le long du trajet du nerf. En général, une seule jambe est
atteinte.
La douleur peut s’étendre du bas du dos jusqu’aux orteils, ou être localisée
seulement au mollet et au talon, ou à la cuisse.
Elle est souvent accentuée par la toux, l’effort, la station assise ou debout
prolongée, et soulagée en position couchée.
Des fourmillements, un engourdissement, des troubles de la sensibilité ou une
faiblesse musculaire peuvent aussi être ressentis dans la jambe.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• La majorité des douleurs sciatiques est due à une hernie discale (suite à un effort
physique violent, un traumatisme...) qui va comprimer les racines nerveuses.
• Une arthrose lombaire rétrécissant le canal vertébral dans lequel passe le nerf
peut aussi en être la cause - surtout chez les personnes âgées -, ou encore une
inflammation du nerf sciatique.
■ LE TRAITEMENT DE LA SCIATALGIE
Le médecin prescrit en premier lieu des antalgiques, des anti-inflammatoires et des
décontracturants musculaires. Si la douleur résiste, une infiltration de corticoïdes
peut être proposée.
• Le port d’un corset ou d’une ceinture de contention lombaire est préconisé en
complément.
• Le repos absolu au lit n’est plus recommandé aujourd’hui, sauf si la douleur est
trop importante et, dans ce cas, pendant 48 heures seulement au maximum.
245
• Si aucune amélioration n’est constatée après 2 mois de traitement médicamenteux
et que la sciatique continue à perturber les activités quotidiennes, une intervention
chirurgicale peut être envisagée pour extraire la hernie discale.
1)
•
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Les médicaments les plus régulièrement prescrits en cas de sciatiques sont à base de
paracétamol. N’en prenez pas plus de 3 g par jour.
•
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) font eux aussi partie de l’arsenal
thérapeutique de base qu’emploient les médecins pour lutter contre l’inflammation. Les plus
fréquemment utilisés sont à base d’ibuprofène ou d’aspirine (ne dépassez pas les 6 comprimés
de 200 mg d’ibuprofène ou 4 de 400 mg).
•
Un cran au-dessus, le médecin peut délivrer une ordonnance pour que vous preniez de la
codéine ou de la cortisone, voire de la morphine dans les cas extrêmes.
•
Autre option envisageable : les myorelaxants qui vont détendre les muscles susceptibles
d’être impliqués dans la sciatique.
•
Plus rarement, on procède à des injections d’antalgiques et de corticostéroïdes. Le
soulagement est presque immédiat lorsque cela fonctionne, mais il n’est que de courte durée.
•
Les médecins peuvent recommander le port d’une ceinture lombaire ou d’un corset
lorsque les sciatiques sont augmentées par le mouvement.
•
La chirurgie est envisagée si les douleurs durent plus de trois mois sans amélioration
notable. Si une hernie discale est à l’origine de la sciatique, elle peut être opérée bien que cela
reste relativement exceptionnel. Dans 15 % des cas, la sciatique ne disparaît pas pour autant
•
Aspirine (seul) ou + caféine
•
Aspirine + Acide acétylsalicylique + paracétamol + caféine
•
Aspirine + paracétamol + codéïne
•
Ibuprofene forme adulte (200mg/400mg - LP 300mg)
•
Kétoprofène
•
Méphénésine (seul) ou + nicotinate de méthyle, salicylate de glycol, histamine
•
Paracétamol (comprimé à avaler, effervescent, gélules, sachet, lyophilisat,
suppositoire)
•
Paracétamol + caféineou codéïne
246
2) HOMEOPATHIE
Dans le cas où le patient souffre de douleurs dorsales, le traitement préconisé sera à base
d’Aconit napel. Ce remède homéopathique est principalement indiqué aux personnes
souffrant de névralgie sciatique ayant tendance à s’atténuer lorsqu’elles se reposent ou
s’exposent à la chaleur.
Si la névralgie sciatique est associée à un stress émotionnel, si la personne souffre de la
pathologie lorsqu’elle est exposée au froid et à l’humidité, ou si si la douleur est soulagée
lorsque vous repliez la jambe contre votre ventre, le traitement indiqué sera Colocynthis.
Si, au contraire, la névralgie sciatique s’atténue avec l’air frais, on se soignera avec du
Chlorantum d’ammonium
Bryonia en 5 CH si la douleur est aggravée au plus petit mouvement (ou Rhus toxicodendron
si elle est soulagée au mouvement) ;
Ammonium muriaticum en 7 CH si la douleur s’aggrave en position assise (ou
Gnaphalium 5 CH si au contraire elle est soulagée en position assise) ;
Sulfur en 9 CH si la douleur s’aggrave en position debout ;
Kalium iodatum en 7 CH si la douleur est aggravée la nuit ;
Rhus toxicodendron (5 CH) et Dulcamara (7 CH) en cas de douleur augmentée en cas
d’humidité ;
Rhus toxicodendron, Nux vomica, Arsenicum album et Aconitum Napellus en 5 CH en
cas de douleur apparaissant lorsque vous êtes couché et exposé à une forte chaleur ;
Dioscorea en 7 CH si la douleur augmente quand vous vous penchez en avant, mais diminue
si vous vous cambrez ou si vous tendez la jambe ;
Hypericum en 15 CH et Magnesia phosphorica en 7 CH si la douleur est présente sur
l’ensemble du trajet du nerf sciatique (depuis la région lombaire jusqu’au pied) ;
Arnica montana en 9 CH si la sciatique intervient suite à un traumatisme ;
Kalmmia latifolia et Magnesia phosphorica en 7 CH si vous ressentez une douleur sous
forme de décharges électriques ;
En cas de sciatique gauche (en 5 CH) :
o
Colocynthis ;
o
Kalium bichromicum ;
247
o
Phosphorus ;
o
Lachesis mutus.
En cas de sciatique droite :
o
Magnesia phosphorica ;
o
Rhus toxicodendron ;
o
Phytolacca decandra ;
o
Lycopodium clavatum ;
o
Gnaphalium.
3)
PHYTOTHERAPIE
En phytothérapie, plusieurs plantes sont préconisées pour soigner les sciatiques.
•
Réalisez des cataplasmes de moutarde que vous placerez une dizaine de minutes au
niveau de la fesse douloureuse.
Vous pouvez également préparer des cataplasmes de choux. Pour cela :
•
Faites fondre du saindoux dans une casserole.
•
Trempez des feuilles de chou dedans.
•
Appliquez-les sur la zone douloureuse.
La verveine peut également être utilisée en cataplasme :
•
Faites cuire des fleurs et feuilles de verveine séchées dans du vinaigre de cidre.
•
Mettez un peu de ce mélange dans de la gaze.
•
Posez-la sur la région en souffrance.
Le saule blanc peut être préparé en décoction en mélangeant :
•
trois cuillères à soupe d’écorce ;
•
une tasse d’eau froide que vous ferez ensuite bouillir ;
•
retirer du feu et couvrir ;
•
laisser infuser un quart d’heure, filtrer ;
•
boire 4 tasses par jour de la préparation avant les repas.
Remarque : le saule existe aussi sous forme de gélules.
L’harpagophytum qui est traditionnellement utilisé pour les rhumatismes, l’arthrose et les
douleurs articulaires est très intéressant dans le traitement des sciatiques. Il permettra à la fois
de lutter contre l’inflammation et de soulager la douleur. Il existe :
248
•
sous forme de gélules à prendre à raison de :
o
6 matin, midi et soir en cas de crise aiguë ;
o
2 de 335 mg trois fois par jour avec un grand verre d’eau.
•
en teinture mère : prenez 30 gouttes 3 fois par jour.
Préparez une huile de massage à base de gingembre en :
•
râpant finement deux morceaux de cette racine ;
•
en les pressant afin d’en extraire le plus de jus possible ;
•
en mélangeant le jus obtenu (en principe plus d’une cuillère à soupe) à une demi-tasse de
jus de citron et à trois cuillères à soupe d’huile végétale de sésame.
Autre huile de massage à base de sésame :
•
Faites chauffer 30 graines de sésame dans 250 ml d’huile végétale (noisette, ou olive) au
bain-marie pendant deux heures.
•
Laissez refroidir le mélange.
•
Filtrez.
Utilisez cette huile de massage que vous pouvez conserver dans une bouteille à l’abri de la
lumière.
Pour un produit tout prêt, il existe l’élixir articulaire proposé par les laboratoires La Royale
qui contient des élixirs de cassis, de frêne, d’harpagophytum, de vergerette du Canada et du
miel.
4) LES HUILES ESSENTIELLES
Pour soigner les sciatiques, il est possible de prendre des préparations d’huiles essentielles
(HE).
Mélangez :
•
3 gouttes d’HE d’Eucalyptus citronné ;
•
2 gouttes d’HE d’Hélichryse italienne ;
•
1 goutte d’HE de Menthe poivrée ;
•
1 goutte d’HE de Gaulthérie couchée.
Appliquez le mélange et massez légèrement trois fois par jour en utilisant 3 ou 4 gouttes à
chaque fois.
249
Trois gouttes d’HE de Gaulthérie couchée peuvent aussi être mélangées à 10 gouttes d’huile
végétale d’Arnica. Appliquez-la en massage circulaire sur la région lombaire (contre-indiquée
chez les personnes sous anti-coagulants ou allergiques à l’aspirine).
Vous pouvez réaliser une préparation avec :
•
2 gouttes d’HE de Genévrier ;
•
2 gouttes d’HE de Moutarde ou de Poivre ;
•
une cuillerée à soupe d’huile de pépin de raisin ;
•
à appliquer sur la zone douloureuse qui sera gardée au chaud.
Autre recette :
•
5 ml d’HE de Basilic ;
•
4 ml d’HE de Genévrier ;
•
3 ml d’HE de Gaulthérie (procumbens) ;
•
2 ml d’HE d’Immortelle ;
•
30 ml d’huile végétale d’Arnica.
Appliquez cette préparation 4 à 5 fois par jour en massages circulaires sur la zone sensible.
Autre solution assez complète : réalisez un cataplasme d’argile auquel vous incorporerez
quelques gouttes d’HE de Gaulthérie et d’Eucalyptus citronné
■ DIETETIQUE
Avoir une bonne alimentation est primordial pour éviter les sciatiques. Il existe en effet un
lien étroit entre les viscères et la région lombaire d’où émerge le nerf sciatique.
Il est donc nécessaire d’avoir une alimentation saine et en faible quantité pendant quelques
jours, le temps d’aller mieux.
De plus, à plus long terme, perdre du poids va soulager les vertèbres lombaires souvent
impliquées dans une névralgie sciatique.
Enfin, ayez une alimentation riche en potassium en consommant :
•
des haricots blancs (cuits bien sûr) ;
•
des pommes de terre bio non pelées ou pelées si cuites au four ;
•
du flétan ;
•
des bananes ;
•
des tomates en purée...
250
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Entretenir la souplesse et la musculation du dos et de l’abdomen par un exercice physique
régulier. La marche et la natation sont particulièrement recommandées.
- Pour soulever une charge lourde, s’accroupir en fléchissant les genoux avec le dos bien
droit, et se relever en tenant la charge près du corps. Ne pas se pencher en avant, ni effectuer
de mouvement de torsion.
- Choisir un matelas confortable, mais suffisamment ferme.
- Limiter les mouvements tels que se pencher et se redresser plusieurs fois.
- Dormir sur le côté en plaçant un oreiller entre les genoux et sous la tête de façon à ce que
celle-ci reste dans l’axe de la colonne vertébrale ou sur le dos avec des oreillers sous les
genoux.
- Vous pouvez procéder à un auto-massage en plaçant deux balles de tennis dans un bas de
coton que vous aurez noué. Calez les balles entre le bas de votre dos et un mur de façon à ce
qu’elles exercent une pression sur la zone sensible. Détendez progressivement votre dos pour
que, naturellement, les balles appuient sur les muscles spasmés.
A noter que l’ostéopathie est une thérapie de choix pour ce type de pathologie. Elle
s’attachera en effet à traiter la cause de la sciatique ce qui permettra un soulagement
■ LIMITES DU CONSEIL
La névralgie sciatique peut persister, notamment si la pathologie se trouve déjà à un stade
développé. De plus, d’autres symptômes peuvent apparaitre, comme un engourdissement
aigu, une difficulté à uriner, une impossibilité de fléchir les jambes ou encore une variation
de l’intensité de la douleur. Dans ces cas, il est nécessaire de consulter un médecin. En effet,
la névralgie sciatique pourrait nécessiter une intervention chirurgicale sans tarder.160*
251
TENDINITE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Une tendinite ou tendinopathie est une inflammation d’un tendon, tissu élastique
blanc de forme généralement cylindrique qui permet l’insertion d’un muscle sur
l’os.
La tendinite est très fréquente, en particulier chez les sportifs.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La personne ressent une douleur permanente au repos au niveau d’une articulation,
de jour comme de nuit. Cette douleur peut disparaître à l’échauffement ou à l’effort,
mais elle réapparaît ensuite.
L’articulation n’est ni rouge, ni enflée, ni chaude.
Les tendinites touchent principalement le coude, le genou, l’épaule ou le talon
d’Achille. Le plus souvent, la tendinite survient à la suite de sollicitations répétées
d’un tendon : geste technique sportif ou professionnel inadapté, mauvaise posture…
Elle peut être liée à une maladie inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde ou
la spondylarthrite ankylosante.162*
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
Certains facteurs favorisent les tendinites : la déshydratation, le vieillissement des
tissus lié à l’âge, le surpoids qui peut aggraver une tendinite ou favoriser une rupture
du tendon, ou la prise de certains médicaments (quinolones).
L’activité à l’origine de la douleur doit être arrêtée tant que celle-ci persiste. La mise
au repos est d’autant plus efficace qu’elle survient rapidement.
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
• Des anti-inflammatoires en comprimés, pommades ou gels soulagent la douleur.
• Le médecin peut également prescrire un accessoire orthopédique (coudière,
genouillère, talonnette…), ou de la rééducation fonctionnelle.
252
Liste des molécules correspondant à ces symptômes :
•
Acide niflumique cutané
•
Acide salicylique, diéthylamine, myrtécaïne
•
Aspirine
•
Aspirine + caféine
•
Aspirine + Acide acétylsalicylique + paracétamol + caféine
•
Dexaméthasone, salicylamide, salicylate d'hydroxyéthyle
•
Diclofénac
•
Kétoprofène
•
Salicylate de méthyle, camphre
•
Salicylate de méthyle, girofle, piment de la Jamaïque
•
Salicylate de phenylpropyle, méthoxysalicylate d'éthyle
•
Salicylate, prédnisolone
Diclofénac: Ce médicament est utilisé pour soigner une traumatologie bénigne comme une
entorse, une tendinite ou une contusion, pour traiter un œdème après une opération ou un
traumatisme ou bien pour soulager l’arthrose des doigts ou du genou, 3 à 4 applications par
jour en massage. Le gel n’est pas utilisé plus de 6 mois après ouverture
Parmi les effets indésirables : manifestations allergiques, démangeaisons, rougeurs,
sécheresse de la peau, photosensibilisation, crise d’asthme chez les personnes allergiques à
l’aspirine ou à d’autres antiinflammatoires de la famille des AINS nécessitant alors l’arrêt
immédiat du traitement.
Diclofénac en compresse imprégnée : Ce médicament est utilisé pour traiter localement
une douleur lors de tendinite au coude ou lors d’entorse à la cheville
Tendinite du coude : 1 application matin et soir après avoir enlevé une feuille plastique
qui protège la surface adhésive, appliquer la compresse sur l’articulation douloureuse. Il
pourra être utile d’employer un filet élastique pour un meilleur maintien. Ne pas couper
la compresse et ne pas s’exposer au soleil ou aux UV pendant le traitement.
Letraitement est de 3 jours en cas d’entorse (1 application par jour) et de 14 jours en cas
253
de tendinite au coude.
Salicylate de méthyle, girofle, piment de la Jamaïque : Ce médicament est utilisé pour
soigner les douleurs musculaires, tendineuses ou ligamentaires à appliquer 1 à 2 fois par
jour chez l’adulte et l’enfant de plus de 7 ans. Ne pas doubler la dose.
Parmi les effets indésirables: allergie cutanée, rougeurs cutanées, risques de convulsions
chez l’enfant, agitation ou confusion chez la personne âgée.
L’application doit être faite en fine couche par massages légers. Cette crème a une action
locale sur les douleurs, son application ne doit en rien dispenser d’une consultation
médicale, surtout si d’un coup la douleur disparait totalement (signe pouvant évoquer une
paralysie). La présence de Girofle peut provoquer un effet anesthésique qui peut
diminuer la sensibilité de la peau à l’endroit de l’application. La présence de Girofle et de
Piment de la Jamaïque induit une action chauffante de la peau, cette pommade est donc
plutôt indiquée en cas de douleurs améliorée par le chaud et le mouvement.
Acide salicylique, diéthylamine, myrtécaïne : Ce médicament est utilisé pour soigner
les douleurs musculaires, tendineuses ou ligamentaires
Adultes et enfants de plus de 7 ans : 2 à 3 applications par jour, en massage, ne pas
doubler la dose
Parmi les effets indésirables : manifestations allergiques, rougeurs sur les zones
d’application, convulsions chez le nourrisson et l’enfant, agitation et confusion chez la
personne âgée
L’application doit être faite en fine couche par massages légers. Se laver soigneusement
les mains après utilisation. Il ne faudra reprendre le sport ou tout autre exercice physique
que progressivement après disparition de la douleur et ne pas oublier de s’échauffer
rigoureusement. Cette crème a une action locale sur les douleurs, son application ne doit
en rien dispenser d’une consultation médicale, surtout si d’un coup la douleur disparait
totalement (signe pouvant évoquer une paralysie). La présence d’un anesthésique dans
cette crème peut diminuer la sensibilité de la peau à l’endroit de l’application.
2) HOMEOPATHIE
•
si la douleur est améliorée par le mouvement ou le chaud : Rhus toxicodendron 9ch,
254
3 granules 3 fois par jour ;
•
si la douleur est aggravée par le mouvement : Bryonia 9ch, même posologie.
•
Les remèdes varient suivant les symptômes. Lorsque les tendons présentent une forte
raideur et sont très contractés, et si la douleur gêne les mouvements, il convient de
prendre du Causticum 7 CH la prise de Rhus toxicondendron 5 CH permet d´éliminer la
sensation de raideur.
•
Si la modification de position des membres permet d´atténuer la douleur, prendre
Ruta graveolens 5 CH.
•
Le traitement varie par ailleurs en fonction de la localisation de la lésion. La tendinite
au niveau de la cheville est soignée grâce à Ledum palustre 5 CH.
•
Pour soigner la tendinite au niveau du coude, il est recommandé de prendre du Kali
bichromicum 5 CH accompagné de Symphytum 5 CH.
•
Ferrum metallicum 5 CH, Sticta pulmonaria 5 CH et Ammonium muriaticum
permettent respectivement de traiter la tendinite au niveau de l´épaule, du genou et du
poignet.
•
Le sujet présentant un tendon enflé doit prendre quant à lui de l’Hedoema
pulegioides 5 CH.
•
Guaiacum permet de soulager les sensations de raideurs. Pour apaiser la tendinite
associée à la contracture musculaire, il convient de prendre 2 granules de Magnesia
phosphorica 15 CH et de Chamomilla 15 CH toutes les heures. Causticum 5 CH permet
également de soulager la raideur.
•
une affection au niveau des tendons résultant d´un effort devra être soignée avec
Arnica montana.
•
Pour une tendinite causée par un effort brusque et violent, il conviendra de prendre
du Rhus toxidendron.
•
Enfin, la tendinite due à une entorse pourra quant à elle être soignée à l´aide de Ruta
graveolens.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
• La déshydratation rend les tendons particulièrement fragiles, il faut boire au moins 1,5
255
litre d'eau par jour, avant, pendant et après tout effort sportif.
• Reprendre progressivement l’activité, sans étirer brutalement les muscles.
• Modifier les gestes techniques ou professionnels inappropriés.
• Adopter des équipements qui aideront à poursuivre l’activité normale.
• Repos ou immobilisation de l’articulation.
• Limiter l’usage d’autres fluidifiants sanguin : aspirine notamment ou autres AINS
comme l’ibuprofène, huile essentielle de Gaulthéries, le Gingko biloba, le Mélilot, autres
veinotoniques à base de coumarines.
• Ne pas associer d’autres traitements locaux sur la même zone d’application (gels,
crèmes, onguents…)
• Appliquer de la glace (enveloppée dans un gant ou un linge) ou un pack de froid
immédiatement après toute lésion musculaire, sur la zone douloureuse pendant une
dizaine de minutes toutes les heures ou toutes les 2 heures durant les 2 premiers jours qui
suivent la blessure.
• On recommande classiquement d’appliquer du froid pendant plusieurs jours, puis du
chaud lorsque la phase aiguë est passée. Ce procédé permet d’atténuer la douleur puis de
favoriser la circulation sanguine.
• En cas de tendinite au coude, un bracelet anti-épicondylite placé sur l’avant-bras peut
apporter un réel soulagement.
• Il ne faudra reprendre le sport ou tout autre exercice physique que progressivement
après disparition de la douleur et ne pas oublier de s’échauffer rigoureusement.
161*
■ LIMITES DU CONSEIL
Consultation chez le médecin s’impose si les méthodes associant étirements, massages,
rééducation, repos et glaçage ne suffisent pas ou si les douleurs et/ou l'inflammation durent
plus d'une semaine ou reviennent régulièrement.
Il convient de consulter un médecin lorsque la douleur est insupportable ou que le malade
n´arrive plus à marcher. Il faut aussi détecter certains signes tels une sensation simulant
une déchirure ou l´instabilité de l´articulation avant de consulter un médecin. Notez qu´un
hématome observé sous le pied peut signifier une fracture. De plus, l´observation d´une
256
ecchymoseet d´un œdème sur les zones affectées constituent des signes justifiant une
consultation médicale
Attention à la rupture !
La douleur et l'impotence peuvent être telles que l'on peut craindre une fracture, une
déchirure tendineuse ou musculaire. Si c'est le cas, il faut faire un bandagepour
immobiliser le membre et se rendre à l'hôpital. Une radio permettra de vérifier s'il y a
fracture et, si nécessaire, une échographie pourra mettre en évidence des lésions
tendineuses.163*
.
257
ALIMENTATION DE LA FEMME ENCEINTE
La grossesse nécessite une alimentation saine et équilibrée. La répartition des différents
nutriments conditionne ou non l’équilibre alimentaire de la femme enceinte :
-
Protéines : 12 à 15% des apports énergétiques totaux
-
Lipides : 30 à 35%
-
Glucides : 50 à 55-58%
L’apport énergétique de la femme enceinte au cours du premier trimestre de grossesse
correspond aux besoins de la femme en temps normal, estimé à environ 2200 kcal/j.
Cet apport se voit augmenter au cours du deuxième et troisième trimestre d’environ 2300
à 2500 kcal/j et peut varier en fonction l’activité physique et du poids de départ.
RÈGLES DE BASE
• Une alimentation équilibrée permettra d'apporter à l'organisme de la femme
enceinte tous les éléments nécessaires à son bon fonctionnement et au bon
développement
du
bébé.
• Il faut éviter les excès en essayant de faire 4 ou 5 repas équilibrés par jour.
• La prise de poids doit être progressive (environ 1 kg par mois).
• Il n'est pas conseillé de consommer des compléments alimentaires sans avis
médical.
• Bien s'hydrater en buvant au minimum 1,5 L d'eau par jour.
ALIMENTS À PRIVILÉGIER 16*
• Le calcium : il participe à la construction du squelette du bébé.
Au cours du développement de son squelette, le fœtus accumule beaucoup de
calcium.
Afin d'assurer une bonne minéralisation des os du fœtus et d'éviter une
déminéralisation des os de la mère, il est recommandé de consommer suffisamment
de produits laitiers pendant toute la grossesse : 3 à 4 produits laitiers chaque jour
(lait, yaourt, fromage pasteurisé...).
• La vitamine D : elle augmente la capacité d'absorption du calcium.
258
La minéralisation osseuse double les besoins en vitamine D. Or cette vitamine est
essentiellement fabriquée par la peau lors des expositions aux rayons du soleil. Le
port de vêtements couvrants et la période hivernale font que la plupart des femmes
enceintes sont carencées en fin de grossesse. D'où une supplémentation
systématique lors de la grossesse.
On retrouve la vitamine D dans les poissons gras, les œufs et dans les produits
laitiers enrichis.
• Le fer : les six derniers mois de la grossesse s'accompagnent d'un besoin accru en
fer pour répondre à l'augmentation de la masse sanguine maternelle et foetale. Et
toute anémie augmente le risque de prématurité et de faible poids de naissance. En
cas de déficit identifié en début de grossesse (faible réserve, régime restrictif), une
supplémentation médicamenteuse peut être prescrite par le médecin
On retrouve le fer dans les œufs, le poisson (sardines, maquereau), la viande et les
légumes secs (lentilles, haricots blancs, pois chiche). Consommer des agrumes
permet une meilleure absorption du fer. Par contre, la consommation de thé ou de
café en freine l'absorption.
• L'iode : il joue un rôle dans le bon fonctionnement de la glande thyroïde de la
mère et dans le développement du cerveau de l'enfant. On le trouve dans les
crustacés, le lait et produits laitiers, les œufs, le sel iodé...
• Les folates ou vitamines B9 : L'acide folique joue un rôle essentiel dans le
développement embryonnaire et fœtal. Toute carence en cette vitamine expose aux
risques de prématurité, de retard de croissance et surtout d'anomalies de fermeture
du tube neural ce qui peut provoquer des malformations au niveau de la colonne
vertébrale. Les besoins sont accrus de 30% dès le tout début de la grossesse. C'est
pourquoi il faut veiller à des apports suffisants, avant même la conception. Chez les
femmes à risque de carence, une supplémentation est prescrite un mois avant la
conception.
Les légumes verts et les fruits apportent les vitamines B9 qui interviennent dans le
développement du fœtus : salades, épinards, endives mâche, melon, mais aussi en
259
agrumes, maïs, melon, lentilles, pois chiches et œufs,
• Les glucides : ils constituent l'essentiel de l'alimentation du fœtus et sa croissance.
Une trop faible consommation entraine un bébé de faible poids à la naissance.
Consommer des sucres lents comme les féculents (pattes, riz, pomme de terre…),
les céréales ou le pain et les légumes secs (lentilles, haricots rouges et pois
chiche…) par exemple permettent de diminuer l'appétit en contribuant à une satiété
durable.
Les sucres rapides sont des glucides simples souvent consommés au cours du
grignotage, par exemple le miel, la confiture, le chocolats et les bonbons apportent
de l’énergie immédiatement mais peu durablement dans le temps.
Une trop forte consommation entraine une prise de poids, car l’organisme stocke
l’excès sous forme de graisses.
Pour y voir clair :
40g de glucides = 8 morceaux de sucres = 160 kcal = 150g de riz blanc cuit, pates,
blé … = 60g de pain = 4 biscottes = 300g de légumes secs = 40g de céréales = 1
croissant = 2 pommes = 7 bonbons = 2 barres de chocolat = 2 yaourt et demi
aromatisés.
La consommation des glucides doit être bien repartie tout au long de la journée.
• Les protéines participent à la constitution des membranes cellulaires, de la masse
musculaire et des anticorps et sont ainsi très importants pour le développement du
fœtus.
Les besoins sont encore plus importants à la 26e semaine de grossesse, un stade ou
le développement cérébral du bébé est accru.
Les besoins de base sont de 0,8g/kg/j, à renouveler tous les jours pour compenser les
pertes car il n’y a pas de stock de protéines.
Ces besoins évoluent d’environs 10 g le premier trimestre et de 10 g
supplémentaires pour les 2 derniers trimestres.
Pour une femme pesant 62 kg, les besoins quotidiens sont les suivants :
-
0,8 x 62 = 49,6 g de protéines/j en temps normal
260
-
59,6 g/j au premier trimestre de grossesse
-
69,6 g/j au 2e, 3e trimestre de grossesse et durant l’allaitement
Ces besoins se voient augmenter de 10g supplémentaire pour une adolescente
enceinte.
On retrouve les protéines dans les viandes, poissons, œufs +++ et produitslaitiers.
Pour y voir clair :
Une portion de protéines de 18-20 g de protéines = 100g de viande = 120g de
poisson = 2oeufs = 4 yaourt = 250g de fromage blanc = 600 ml = 60g de fromage à
pâte dure (emmental) = 75g de fromage à pâte molle (brie, camembert).
REPARTITION DU POIDS PENDANT LA GROSSESSE
10
20
30
semaines
semaines
semaines
15
320
1.500
3.500
40
400
1.050
1.250
Utérus et seins (g)
150
750
1.100
1.300
Sang (g)
100
500
Liquides interstitiels (g)
100
200-400
Réserves adipeuses (g)
200-300
800-1.600
TOTAL
600-700
Accroissement en poids
Fœtus (g)
Placenta
et
liquide
amniotique (g)
3.000
4.000
40 semaines
1.100-
1.100 – 1200
1.300
1.000
400-800
2.000
1.200
–
3.500
–
7.000
9.000
–
2.000
–
4.000
–
12.000
–
12.500
A noter qu’il ne faut pas manger deux fois plus au cours de la grossesse. Les
261
conséquences seraient nombreuses. Prise de poids excessive du bébé qui serait trop
gros et nécessiterait une césarienne. Ce sont ces kilos qui seront par la suite plus
difficiles à perdre.
Lutte contre :
• Lalistériose : La listéria est une bactérie. On peut la retrouver dans l’alimentation
si certaines précautions d’hygiènes ne sont pas prises.
La listériose est la maladie, peut provoquer un avortement spontané, un
accouchement prématuré et une transmission à l’enfant in utéro ou lors de
l’accouchement.
En prévention :
•
Lavez soigneusement les légumes et les herbes aromatiques
•
Faites bien cuire ou recuire les viandes, poissons et lardons
•
Conservez séparément les aliments cuits et crus
•
Consommez rapidement les restes et les plats réchauffés
•
Désinfectez régulièrement à l’eau de Javel votre frigo et votre plan de travail
Aliments à éviter :
•
Certains produits de la mer : coquillages crus, poissons fumés, cru, surimi,
tarama
•
Viandecrue ou peu cuite.
•
Certaines charcuteries : rillettes, pâtés, foie gras dont on ne connait pas le mode
de cuisson, produits en gelées. Préférez les autres charcuteries préemballées
•
Certains produits laitiers : lait cru, fromages au lait cru. Préférer le lait et les
fromages pasteurisés, tels que les fromages à pâtes cuites type gruyère, comté et les
fromages fondus. Il faut vérifier les étiquettes. L’appellation pasteurisée y est
toujours spécifiée. Enlevez la croûte des fromages.
- La toxoplasmose :
•
Lavez soigneusement les légumes, les fruits et les herbes aromatiques pour
éliminer tous les résidus de terre.
•
Ne mangez pas de viandes crues et cuisez bien la viande : pas de viande
262
saignante non plus.
•
Ne jardinez qu’avec des gants, la terre peut-être souillée.
•
Évitez le contact avec les chats et surtout leur litière.
•
Lavez-vous les mains au savon plusieurs fois par jour, même avoir touché des
légumes, de la viande et un animal.
•
Veuillez à avoir les ongles propres, pour cela vous pouvez utiliser une brosse.
Lavez-vous les mains après
En général :
• Modérer les boissons contenant de la caféine
Café, thé, soda et chocolat ont tous une chose en commun, ils contiennent une
molécule dite “excitante” on l’appelle caféine ou théines.
Aussi cette molécule dite “excitante” passe la barrière placentaire et risque
d’affecter le bébé en augmentant son rythme cardiaque.
Différentes études montrent que cette molécule devient dangereuse pour le bébé en
cas de surdosage, soit plus de 300mg de caféines ou théines par jour.
•
Une tasse de café contient 100 à 150mg de caféines
•
Une tasse de thé contient 30 à 100mg de théines
•
Un soda contient environ 35mg de molécules excitantes
•
Une barre de chocolat noir environ 30 mg de molécules excitantes
Donc si on fait le compte, on peut consommer 2 tasses de café par jour ou 3 tasses
de thé sans que ce soit dangereux pour le bébé. Il y a de la marge pour le chocolat,
car il faudrait manger 6 ou 7 tablettes, mais là ce n’est pas que du surdosage dont il
faudra s’inquiéter, mais du poids sur la balance.
• Eviter le foie et les produits riches en vitamine A, les sojas, produits à base de
soja et les produits enrichis en phytostérols.
• Éviterles édulcorants : Par précaution, mieux vaut éviter de consommer des
édulcorantsdurant la grossesse. La consommation de boissons lights contenant des
édulcorants était liée à des risques d'accouchement prématuré.
• Il est recommandé d'arrêter l'alcool et le tabac car la consommation de ces
263
produits toxiques peut avoir des répercussions sur la santé du bébé.
L'alcool traversant la barrière placentaire, quand une femme enceinte a de l'alcool
dans le sang, c'est aussi le cas de son bébé. Or, l'alcoolest toxique pour le fœtus.
• Nouvelles recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de
l’alimentation, de l’environnement et du travail concernant les produits de la
pêche :
· A limiter : les poissons prédateurs sauvages (lotte, loup, flétan, brochet, dorade,
thon...).
· A éviter : espadon, marlin, siki, requin et lamproie., du thon frais ou surgelé et du
merlin... pour leur forte teneur en méthylmercure, qui, à concentrations élevées, peut
endommager le cerveau du bébé in-utero et entraîner des problèmes neurologiques.
264
ALIMENTATION DU SPORTIF D’ENDURANCE
RÈGLES DE BASE
• Le sport d’endurance oblige le corps à puiser dans ses réserves. L’alimentation doit
donc avant tout être composée de glucides lents pour assurer la reconstitution du stock
de glycogène (sucre complexe présent dans le foie et les muscles, et qui permet de
stocker l'énergie).
• La déperdition calorique due à l’effort prolongé étant plus importante, la ration
calorique est augmentée : le sportif d’endurance doit ingérer environ 3 000 kCal/jour,
réparties sur 3 repas et 1 ou 2 collations, féculents à chaque repas, fruits et légumes à
volonté. Les vitamines (A, C, E) qu'ils apportent aident efficacement à lutter contre le
stress oxydatif.
• L’élimination d’eau via la transpiration est élevée. Boire au minimum 2 à 3 litres d’eau
non glacée par jour, sans attendre d’avoir soif.
• A la base, les produits consommés seront les mêmes que pour les personnes non
sportives mais la planification des repas doit permettre un apport énergétique régulier sur
l'ensemble de la journée sans occasionner de gêne.
LES ALIMENTS À PRIVILÉGIER AVANT L'EFFORT (DE PRÉFÉRENCE 3
HEURES AVANT) : pour préparer l’organisme en lui fournissant les réserves suffisantes
pour aborder l’effort.
• Les féculents constituent la majorité du repas : riz, pâtes, pommes de terre, pain,
céréales non raffinées, apportent le carburant préférentiel de l'effort : les glucides. Mais
éviter tous les sucres rapides comme les sodas, les confiseries, les pâtisseries...
• La viande et le poisson apportent de l’énergie pour favoriser le renouvellement et la
croissance musculaire, ainsi que l'apport en fer, mais doivent être faciles à digérer.
Privilégier les viandes blanches, le jambon blanc, les poissons cuits en papillotes, au
four, etc. Bannir les plats en sauces.
• Les produits laitiers sont les aliments idéaux de l’effort à condition qu’ils soient
facilement digérés, permettent un bon apport en protéines et surtout en calcium (ils
265
participent aussi à la contraction musculaire). Choisir de préférence les yaourts, le
fromage
blanc
ou
les
fromages
ne
dépassant
pas
45%
de
MG.
• Les fruits et les légumes apportent à l’organisme des sels minéraux, des vitamines à
chaque repas et en récupération d'activité physique afin de majorer l'apport vitaminique
et minéral. Riches en eau, ils vont aussi favoriser la réhydratation. De plus, le sucre des
fruits (le fructose) a des propriétés particulières qui favorisent le stockage de sucre
(glycogène) dans le foie (ce qui est très favorable à la performance sportive).
Eviter toutefois les crudités qui contiennent trop de fibres susceptibles de donner des
ballonnements.
Ainsi, l'apport de ces différents aliments sera réparti sur l'ensemble de la journée en
fonction de paramètres variables : les horaires de pratique sportive, le type de sport
pratiqué, le moment de la saison (la consommation énergétique d'un sportif est
différente en période de repos ou en période de compétition), le climat…
La présence de petites collations sera nécessaire sur l'ensemble de la journée afin
d'assurer un apport en nutriments et micronutriments régulier sur le nycthémère sans
surcharger les territoires digestifs. Ces collations vont aussi permettre de refaire le plein
d'énergie avant et après l'effort afin de favoriser une bonne performance et une bonne
récupération.
Attention : le café diminue l'afflux sanguin au niveau du cœur, ce qui fait que
l'organisme est moins bien oxygéné. C’est donc un mauvais allié pour le sportif.
LES ALIMENTS À PRIVILÉGIER PENDANT L’EFFORT : pour limiter les pertes
qui peuvent nuire aux performances
• Pour reconstituer les stocks de glycogène et pallier la perte de sels minéraux, manger
des fruits secs, des barres de céréales...
• Pendant l’effort, boire 100 à 120 ml toutes les 20 minutes.
L’apport hydrique permet le maintien d'une bonne hydratation de l'organisme tout en
sachant que les pertes sudorales du sportif peuvent être très importantes. Ces pertes en
eau sont accompagnées de pertes minérales importantes elles aussi. On veillera donc à
boire régulièrement tout au long de la journée y compris pendant l'effort (perdre 1 % de
266
son poids de corps en eau durant l'effort entraîne une perte d'efficacité musculaire de
10 %).
Afin donc d'assurer une bonne couverture hydrique et minérale on consommera des eaux
plus ou moins riches en minéraux ce qui permet de majorer l'apport minéral et
d’éliminer les "déchets" par les reins.
La production de déchets étant bien évidemment accrue en période d'activité physique
intense.
L'eau est donc un vecteur efficace d'apport en énergie très rapidement disponible durant
un effort.
LES ALIMENTS À PRIVILÉGIER APRÈS L’EFFORT : pour permettre au corps de
reconstituer au plus vite ses réserves et bien récupérer.
• L’organisme doit être réhydraté, débarrassé de ses toxines et ses réserves reconstituées.
Prendre un bouillon de légumes, un plat de pâtes, de riz ou de pommes de terre avec un
peu de beurre accompagné d’œufs durs ou mollets.
• Terminer le repas avec un fruit frais et quelques fruits secs.
Après l’épreuve, boire un tiers de litre d’eau gazeuse et éventuellement, après la douche,
un quart de litre de lait écrémé.
267
ALIMENTATION ET MEDICAMENTS
La prise de médicaments ne fait pas toujours bon ménage avec la consommation de
certains aliments. Il est indispensable de toujours lire la notice et de suivre les
recommandations du médecin.
PAMPLEMOUSSE
Boire un jus de pamplemousse en même temps que la simvastatine ou l’atorvastatine,
deux médicaments hypocholestéromiants, peut augmenter fortement leur absorption et
entraîner des atteintes musculaires graves.
La prise régulière de médicaments immunosuppresseurs oraux prescrits contre les rejets
de greffes (tacrolimus, ciclosporine…) en même temps que du pamplemousse peut être à
l’origine de problèmes rénaux importants.
Toutefois, une consommation « normale » (1/2 pamplemousse en entrée ou 1/4 de litre
par jour) et loin de la prise (2 heures minimum) est possible. 17*
AGRUMES
La consommation de citron, pamplemousse, orange, clémentine, nectarine… est à éviter
en cas de prise d’anti-inflammatoires ou d’aspirine.
Leur acidité peut augmenter ou déclencher des brûlures d’estomac ou des reflux
gastriques.
Il est conseillé de prendre les anti-inflammatoires au milieu du repas. 17*
CAFÉINE
Certains antibiotiques (énoxacine, ciprofloxacine, norfloxacine) destinés à traiter les
infections urinaires, et la théophylline, prescrite parfois en cas d’asthme, ne doivent pas
être associés à une consommation de café, de thé ou de sodas. Ces médicaments peuvent
conduire à un surdosage de caféine, ou en augmenter les effets indésirables tels que des
palpitations, tremblements, sueurs, voire hallucinations. 17*
ALCOOL
L’absorption d’alcool est à proscrire avec tous les médicaments qui réduisent la vigilance,
en raison d'un risque accru de somnolence et d'accidents : tranquillisants, analgésiques,
268
antitussifs à base de codéine ou de tramadol, neuroleptiques, certains antidépresseurs et
certains antiallergiques.
Mélangé aux anti-inflammatoires (ibuprofène) ou à l’aspirine, l’alcool peut être à l’origine
de brûlures d’estomac ou de reflux gastrique. 17*
L’érythromycine augmente la vitesse d’absorption et la biodisponibilité de l’éthanol en
accélérant la vidange gastrique. La dégradation de l’alcool dans l’estomac, par l’alcool
déshydrogénase, est donc diminuée, avec un pic d’alcoolémie plus précoce et une
exposition accrue. 19*
Certaines céphalosporines administrées par voie parentérale (ceftriaxone = Rocéphine,
céfamandole = Mandokef, céfazoline = Kefzol) peuvent provoquer un effet « antabuse »
en raison de leur ressemblance structurelle avec le di-sulfirame (Antabus). 20*
ALIMENTS RICHES EN VIT K
Les choux, brocolis, épinards, avocats, persil, laitue et abats, sont riches en vitamine K,
sont à consommer en quantité réduite (une portion/ jour) en cas de traitement par
anticoagulants oraux (AVK), car ils diminuent l’efficacité du traitement et accroissent le
risque de thrombose. 17*
RÉGLISSE, SEL ET TENSION ARTÉRIELLE
Les personnes hypertendues doivent stopper toute consommation de produit contenant de
la réglisse, qui augmente la pression artérielle. 17*
En cas de traitement anti-hypertenseur, il faut réduire sa consommation de sel et
d’aliments riches en sodium (charcuteries, pain, plats cuisinés, fromages…). 3*
LE THON
Le thon peut provoquer des manifestations aiguës de type allergique chez les personnes
traitées par isoniazide (antibiotique utilisé dans le traitement de la tuberculose) ;
LES ALIMENTS CUITS SUR CHARBON DE BOIS
Ils favorisent l'élimination des bronchodilateurs ( théophylline et dérivés), ce qui nuit à leur
efficacité.
269
LES FROMAGES FERMENTES
Les fromages peuvent provoquer des crises d'hypertension artérielle paroxystique chez les
patients recevant des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), un antidépresseur très
largement utilisé autrefois ;
Quand on prend des corticoïdes, le sel, comme la réglisse si l'on est traité pour une
hypertension artérielle, et le sucre lorsqu'on reçoit de l'insuline, est un produit dont la
consommation doit être très surveillée. Mais, ces cas-là sont particuliers : l'aliment agit sur
l'organisme et, de ce fait, peut déséquilibrer l'effet de médicament.
LE LAIT
Il diminue l'absorption des tétracyclines par un mécanisme de compétition de l'absorption
entre les ions calcium, contenus en grande quantité dans l'aliment et l'antibiotique.
L’aciditégastrique, la vidange gastrique, le contenu en graisse de la nourriture, l’utilisation de
transporteurs en commun entre médicament et éléments nutritifs, des réactions chimiques
entre éléments et médicaments, peuvent influencer la cinétique de certains médicaments et
aussi des antibiotiques.
270
ALIMENTATION ET PREVENTION DES CANCERS
Les liens entre les facteurs nutritionnels et la survenue des cancers sont maintenant établis
par les études épidémiologiques. Le rapport de la World Cancer Research Foundation
(2007) présente ces certitudes scientifiques. Pour l’ensemble des cancers, les principaux
facteurs protecteurs sont la consommation de fruits et légumes et l’activité physique. Le
surpoids et l’obésité, la consommation de boissons alcoolisées, de graisses, de viandes
rouges ou charcuteries et de sel ainsi que la prise systématique de compléments
alimentaires à base de bêta-carotène accroissent le risque de survenue de cancers chez les
fumeurs. Le contrôle de ces facteurs de risque pouvant réduire de 25% la mortalité par
cancer, les conseils nutritionnels doivent être intégrés dans la stratégie globale de
prévention primaire et secondaire des cancers.
En 2030, la mortalité annuelle par cancer pourrait atteindre dix-sept millions (contre 7,6
millions en 2007). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé en 1997 que 20 à
30% des cancers étaient directement ou indirectement liés à des facteurs nutritionnels.
Les recommandations nutritionnelles utiles pour la prévention primaire ou secondaire du
cancer dans la population générale se basent sur les études épidémiologiques et sur les
recommandations plus récentes du WCRF/AICR 27*
LES RÈGLES DE BASE
• La prévention du cancer passe par une alimentation équilibrée pauvre en graisses, en
sucre et en sel, et riche en fruits, légumes, poisson et viande blanche.
• Le surpoids et l’obésité favoriseraient l’apparition de certains cancers : œsophage,
endomètre, rein, côlon-rectum, pancréas, et sein après la ménopause.
• Une activité physique contribue à prévenir le surpoids et est associée à une diminution
du risque de cancer du côlon, du sein (après la ménopause) et de l’endomètre.
Pour y voir clair : Une activité physique réduit de 20 à 30% le risque de cancer
colorectal. La diminution du risque est corrélée au temps passé pour l’activité sportive
(réduction de 17% si < 4 heures/semaine ; de 45% si ≥ 7 heures/semaine). 29* L’activité
physique est également associée à une réduction de 70% de l’incidence et de la mortalité
par cancer de la prostate avancé 30*
271
Le risque de mortalité par cancer est aussi influencé par le niveau d’activité physique
31*
• Eviter les cuissons au barbecue, les grillades carbonisées et les fritures. Privilégier les
cuissons à l’eau et à la vapeur !
LES ALIMENTS PROTECTEURS
• Les fruits et les légumes participent à laréduction du risque de plusieurs cancers :
bouche, pharynx, larynx, œsophage, estomac, côlon-rectum, pancréas, prostate et dans le
cas des fruits uniquement - poumon. 28* crus, cuits, nature ou préparés, frais, surgelés
ou en conserve : cinq portions (ou 400 g) par jour est un objectif prioritaire de santé
publique pour tous les pays. Du fait de leur faible densité énergétique, les légumes non
féculents (c’est-à-dire hors pâtes, riz et pommes de terre) sont utiles pour la prévention
du diabète, de l’obésité et des cancers en relation avec le syndrome métabolique (sein
après la ménopause, endomètre, colorectal).
Les céréales peu transformées et les légumes secs sont aussi les principales sources de
micronutriments, qui ont une action protectrice contre ces cancers ainsi que celui du
pancréas, et de fibres qui diminueraient le risque de cancer colorectal.
• Poisson, les viandes blanches et les œufs sont à consommer régulièrement, en
alternance avec la viande rouge.
• Les produits laitiers : leur consommation est associée à une diminution du risque de
cancer colorectal. Attention cependant, des apports élevés en calcium peuvent induire
chez l’homme une augmentation du risque de cancer de la prostate.
LES ALIMENTS À MODÉRER
• La viande rouge et la charcuterie favoriseraient l’apparition du cancer colorectal.
Le risque de cancer colorectal chez les sujets qui consommaient le plus de viandes
rouges est augmenté de 18% (homme) et 48% (femme). Quelques données
épidémiologiques suggèrent une association entre consommation de viandes grillées à
des températures supérieures à 200°C et risque de cancer de l’estomac.
Ne pas dépasser 500 g de viande rouge par semaine et limiter la consommation de
272
charcuteries.
• Le sel (> 8 g/jour) augmenterait le risque de cancer de l’estomac.
• L’alcool serait responsable de 4,5 % (chez la femme) à 10,8 % (chez l’homme) des
cancers. La consommation moyenne d’un verre par jour, quelle que soit la boisson, est
jugée suffisante pour augmenter significativement le risque de cancer de la bouche, du
pharynx, du larynx, de l’œsophage, mais aussi du sein et du foie, du côlon et du rectum.
Il existe une relation dose-effet significative entre la consommation de boissons
alcoolisées et l’augmentation du risque du cancer. Le pourcentage d’augmentation de
risque par verre d’alcool consommé quotidiennement varie de 9% (cancer colorectal) à
168% (cancer ORL).27* L’augmentation est significative dès une consommation
moyenne d’un verre par jour, qu’elle soit quotidienne ou concentrée sur certains jours de
la semaine.
• Surpoids et obésité : De nombreuses études ont établi une relation solide entre obésité
et risque de cancer de l’œsophage, de l’endomètre, du rein, colorectal, du pancréas et du
sein. L’augmentation du risque de cancer pour une hausse de l’indice de masse
corporelle (IMC) de 5 points varie entre 8 et 55%.28*
Le risque relatif de mortalité par cancer est plus élevé si l’IMC est supérieur à
25.32*L’augmentation du risque est de 52% chez les hommes et de 62% chez les
femmes si l’IMC est supérieur à 40.
273
L'ALLAITEMENT
■ QU'EST-CE QUE L'ALLAITEMENT MATERNEL ?
C’est nourrir son bébé au sein pour lui apporter le mode d’alimentation le mieux
adapté
à
ses
besoins
durant
les
premiers
mois
de
sa
vie.
L'allaitement et sa durée sont un choix personnel dont la décision revient à la
maman uniquement.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
- Comment se déroulent les tétés?
- Comment nettoyez-vous vos seins ?
- Pensez-vous manquer de lait ? Si oui pourquoi ?
■ LES AVANTAGES DE L'ALLAITEMENT MATERNEL
» Pour le bébé :
• couvre tous ses besoins nutritionnels en : vitamines, sels minéraux, oligoéléments, sucres, graisses, protéines. Sa composition s’enrichie et se modifie au
cours de la lactation.
• se digère facilement et protège contre certaines allergies alimentaires,
• contient des anticorps permettant de rendre bébé résistant aux infections (ORL,
diarrhées).
» Pour la mère :
• moment d’échange privilégié entre la maman et son bébé
• permettrait une diminution des risques des cancers du sein, du col de l'utérus et
de l'ovaire...
■ FAVORISER L'ALLAITEMENT
• S’installer confortablement, sans appui douloureux, sans tension dans les bras, le
dos ou les jambes.
• Vérifier la bonne position du nouveau-né (face à soi) et la prise correcte de
l’aréole par le bébé (bouche grande ouverte et langue vers le bas), qui permettent
une succion efficace.
274
■ MATÉRIELS POUR L'ALLAITEMENT
• Soutien-gorge d’allaitement : adapté, il facilite l’écoulement du lait maternel,
évite l’engorgement car il ne comprime ni le sein, ni la zone sous les aisselles.
• Tire-lait : permet de faire une réserve de lait : conservation 48 heures au
réfrigérateur, 4 mois au congélateur. Bien noter sur le biberon la date de
prélèvement.
• Coussinets d’allaitement : se glissent dans le soutien-gorge pour absorber les
éventuels écoulements de lait. A changer souvent.
• Coquille d’allaitement : coquille de recueil en silicone pour protéger les
mamelons gercés ou crevassés.
■ PRÉCAUTIONS À PRENDRE EN CAS D'ALLAITEMENT
• Ne pas prendre de traitements médicamenteux sans demander l’avis d’un
médecin ou d’un pharmacien.
• Eviter la consommation d'alcool et de tabac.
• Diminuer le café et le thé (max. 3 tasses par jour).
• Avoir une alimentation saine et équilibrée, avec apport de calcium (lait,
fromage, yaourts...)
■ DIFFICULTÉS PENDANT L'ALLAITEMENT
• Baisse de lait : assez fréquente, elle peut se rétablir au bout de quelques jours. Elle est
souvent liée un épisode de fatigue : se reposer, boire suffisamment, donner le sein plus
souvent.
• Engorgement des seins : le lait ne s'écoule pas correctement. Les seins sont tendus et
douloureux. Les massages circulaires autour de l’aréole favorisent l’écoulement.
Ne pas réduire la fréquence ou la durée des tétées, ni laisser trop de temps entre chaque
tétée.
• Crevasses : sont souvent provoquées par une mauvaise position du bébé pour allaiter.
Sécher les seins après chaque tétée à l’aide d’une compresse stérile, sans les nettoyer
trop souvent.
Ne pas utiliser de savon. Utiliser des bouts de sein en silicone (protection des
275
mamelons).
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Aucune préparation des seins n'est nécessaire à la réussite de l'allaitement. Les seins
se préparent d'eux-mêmes naturellement pendant la grossesse..
- La mise en route de l’allaitement doit être la plus précoce possible, avant la montée
de lait.
- Toilette quotidienne : eau et savon, bien sécher ;
- Tétée : ne pas dépasser 15 min de chaque côté ;
- Vérifier la position du bébé,
- Savoir repérer les signes d’une succion efficace afin de s’assurer d’un allaitement
efficace.
- Avoir une alimentation équilibrée, augmenter la ration de produits laitiers
- Avoir une hydratation suffisante, boire 2 litre d’eau par jour
- En cas d’engorgement, vider les seins par pression manuelle sous une douche
chaude prolongée.
MANQUE DE LAIT
-
Rapprocher les tétées pendant quelques jours
-
Augmenter le repos et les boissons (pas de jus d’orange et alcool qui provoque
coliques et diarrhées pour le bébé)
-
Vérifier la prise de poids du bébé (balance, poids des couches)
-
Les effets positifs de certains aliments sur la lactation. Parmi eux : Fenouil,
Fenugrec, Curcuma, Graines de sésame,Abricots,Carottes, betteraves les dattes, les
amandes et les noix de cajou. Ne pas hésiter à en consommer régulièrement, tout au
long de l’allaitement.
Pour y voir clair :
1) Fenouil : connue pour sa capacité à augmenter la livraison de lait. Les graines sont
plus fortes et ont été utilisées par les femmes depuis des siècles comme galactogènes. Le
fenouil est riche en composés capables de modifier des hormones comme l'anéthole, la
dianéthole et photoanéthole.
276
Selon un rapport publié en 1980 dans la revue "Journal of Ethnopharmacology", ces
composés médicinaux peuvent stimuler la production d'oestrogène et de prolactine, qui
sont nécessaires à la production de lait maternel. Le fenouil peut être consommé cru ou
cuit, par exemple à la vapeur ou sauté au beurre, puis mijoté dans un peu d'eau. Selon les
recommandations des experts, le fenouil doit être utilisé seulement pendant quelques
semaines
ou
pendant
des
semaines
en
alternance.
2) Fenugrec est un galactogogue naturel qui stimule les canaux dans le sein afin de
produire davantage de lait. Selon l'Ecole de Médecine et de Santé Publique de
l'Université du Wisconsin (Etats-Unis), le fenugrec est généralement utilisé pour
augmenter l'approvisionnement en lait à court terme. Mais cette herbe peut être utilisée
en toute sécurité sur une longue période de temps également. Les femmes peuvent
utiliser cette herbe jusqu'à ce que leur production de lait devienne suffisante.
3) Curcuma présente des propriétés lactogènes et peut également être pris pour aider à
prévenir des maladies inflammatoires.
4) Graines de sésame noir sont utilisées pour augmenter la production de lait maternel
dans les pays d'Asie. Décortiquées, les graines de sésame de couleur claire sont
également efficaces et plus faciles à digérer.
5) Abricots : L'École de Santé et de Médecine Publique de l'Université du Wisconsin
(Etats-Unis) recommande d'inclure des abricots dans l'alimentation pour augmenter la
lactation.
6) Carottes, betteraves : Ces légumes rougeâtres sont riches en bêta-carotène qui est
nécessaire en quantités supplémentaires pendant l'allaitement. Les graines de carotte ont
été utilisées comme galactogènes, et la carotte, contenant également des huiles volatiles
et des phytoestrogènes, agit comme un soutien plus doux.
-
En homéopathie, prenez avant chaque tétée 5 granules de Ricinuscommunis 5
CH et Alfalfa 6 DH matin et soir.
-
Tisane fait maison, la recette est très simple : mélangez du fenouil, du cumin et
de l’anis étoilé dans de l’eau chaude. Laissez infuser.
-
277
ENGORGEMENT MAMMAIRE
-
Prendre des douches chaudes prolongées pour vider les seins par pression manuelle
-
Rapprocher les tétées
-
Commencer la tétée avec le sein le moins douloureux
-
Utiliser un tire-lait si besoin
-
Vous pouvez prendre des médicaments homéopathiques
-
En homéopathie prendre Apis 5 CH + Bryonia 9 CH
CREVASSES DU SEIN
- En prévention, appliquer un peu de colostrum ou de lait maternel sur le mamelon
après la tétée
- Appliquer sur le mamelon une crème protectrice à base de lanoline ultra-purifiée
après chaque tétée (Purelan)
- Les compresses hydrogel (medela) soulagent la douleur et favorise la cicatrisation
- pommade castor equi TM 4%
- En homéopathie : prendre 3 granules 1/2 H avant chaque repas
si fortes douleurs lors de la tétée : PHYTOLACCA 5CH
si douleurs lors de la tétée qui irradient dans l'épaule : CROTON TIGLIUM 5CH
si douleur au sein à tour de rôle : LAC CANINUM 5CH
si en plus des crevasses, mal à la tête et constipation : LAC DEFLORATUM 5CH
si mamelon est douloureux et gercé : CASTOR EQUISETUM 4CH
si crevasses saignent au toucher : NITRICIUM ACIDUM 5CH
si fissures sur mamelon qui ont tendance à suppurer : PETROLEUM 5CH
si écoulement couleur miel s'écoule des crevasses : GRAPHITES 5CH
si les seins sont douloureux et commencent à suppurer sans abcès : PHOSPHORUS 5CH
SEVRAGE DE L’ALLAITEMENT
Le sevrage se déroule par étape :
Prévoir 1 mois pour que cette étape se déroule en douceur pour le bébé et la maman
Le sevrage est progressif : remplacer une tétée tous les 5 jours par un biberon.
En homéopathie :
278
* 1 dose de PULSATILLA 12CH
* puis 3 granules le matin de CALCAREA CARBONICA 5CH jusqu'à l'arrêt de la
lactation
* ainsi que 3 granules au coucher de LAC CANINUM 5CH jusqu'à l'arrêt de la
lactation
■ LIMITES DU CONSEIL
Fièvre, induration douloureuse localisée avec rougeur : risque d’abcès ou de
lymphangite.
Si bébé vomit avec l'introduction du lait industriel, il se peut qu'il soit allergique aux
protéines du lait de vache. Dans ce cas, rapprochez-vous du pédiatre de votre bébé qui
prescrira un autre type de lait.
279
CONJONCTIVITE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive, membrane muqueuse
transparente qui recouvre la face interne des paupières et tapisse une partie du
globe oculaire.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• Larmoiement parfois intense.
• Démangeaisons, sensation d’irritation ou même de brûlure.
• Gonflement des paupières et de la conjonctive.
• Œil rouge, avec possibilité de sécrétions purulentes ou claires pouvant coller les
cils le matin au réveil.
A noter que la conjonctivite peut être d’origine infectieuse, virale ou allergique.
L’atteinte peut être unilatérale (un seul œil atteint) ou bilatérale.
Lorsqu'elle est isolée, une conjonctivitene perturbe pas la vision. On constate
cependant très souvent une importante sensibilité à la lumière vive ou
photophobie, qui peut obliger à porter des lunettes de soleil.
■ QUESTIONS INDISPENSABLES
Quels sont les autres signes ?
Cela vous arrive-t-il souvent ?
Portez-vous des lentilles de contact ?
Etes-vous allergique ?
Etes-vous gêné par la lumière ?
Avez-vous une sécheresse oculaire ?
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
De nombreux facteurs peuvent irriter l’œil et provoquer un larmoiement, une
rougeur et une inflammation du bord des paupières : polluants, fumée, vent,
soleil, poussière, tabac, air climatisé, baignade en piscine ou en mer, port exagéré
280
de lentilles de contact, travail prolongé devant un écran d’ordinateur ou sous un
néon, troubles de la vision, œil sec, verres correcteurs inadaptés, lentilles mal
entretenues…
La conjonctivite infectieuse débute brutalement. Bactérienne ou virale,
l’atteinte est unilatérale au départ.
La conjonctivite allergique est d’emblée bilatérale. Les symptômes oculaires
s’accompagnent généralement d’un rhume des foins. Pour y voir clair :
•
La conjonctivite bactérienne peut être due à de nombreux germes
(staphylocoque, pneumocoque, streptocoque, ou encore le bacille pyocyanique)
et entraîne une sécrétion franche de pus, au coin interne de l'œil.
•
La conjonctivite virale n'entraîne pas de sécrétion purulente, mais les yeux
sont très larmoyants et particulièrement intolérants à la lumière. L'adénovirus est
fréquemment en cause et peut aussi atteindre la cornée, de même que le virus
herpès qui peut entraîner une conjonctivite grave si elle est mal soignée.
•
La conjonctivite allergique, survenant au printemps ou l'été, est souvent liée
aux graminées et survient par poussées. Elle se caractérise par l'intensité du
larmoiement et de la photophobie, ainsi que par des démangeaisons importantes.
Parfois, ce sont des pneumallergènes qui sont en cause (poussières de maisons,
acariens, poils d'animaux, plumes...) qui entraînent alors une sensation de sable
sous les paupières, avec là encore larmoiement et sensibilité à la lumière.
Il faut également signaler la conjonctivite allergique liée à l'utilisation de
produits d'entretien de lentilles de contact ou de produits de maquillage.
•
Les conjonctivites traumatiques sont provoquées par un corps étranger ou
la projection de sable et entraînent essentiellement un œil rouge. 38*
■ PRÉVENIR LA CONJONCTIVITE
• La conjonctivite infectieuse est très contagieuse, notamment lorsqu’elle est d’origine
virale. Limiter les contacts rapprochés.
• La prévention de la conjonctivite allergique repose sur l’éviction de l’allergène
lorsqu’il est identifié.
281
■ LE TRAITEMENT DE LA CONJONCTIVITE
La conjonctivite bactérienne guérit le plus souvent en quelques jours, grâce à
l'application d'un collyre antibiotique.
Il est nécessaire, dans ce cas, de faire des instillations très fréquentes, environ toutes
les 2 heures. En cas de pus collé aux cils, nettoyez l'œil avec du sérum physiologique
sur une compresse, toujours du bord externe vers le bord interne. Respectez bien la
durée de traitement prescrite par le médecin (7 jours minimum), sinon l'infection peut
récidiver.
En cas de conjonctivite virale, il n'y a pas de traitement spécifique, si ce n'est un
collyre antiseptique associé à une hygiène rigoureuse en raison du risque de
contagion.
Lavez-vous les mains après avoir nettoyé vos yeux et évitez de les frotter pour ne pas
contaminer votre entourage et aggraver l'inflammation.
En cas d'herpès, l'ophtalmologiste vous prescrira une pommade ophtalmique à base
d'aciclovir.
Le traitement des conjonctivites allergiques est généralement plus délicat et fait
appel à un collyre anti-allergique ou à base de corticoïdes lors d'une poussée aiguë.
Sachez que seul un médecin doit le prescrire, car ce type de collyre peut exposer à des
surinfections virales, microbiennes ou mycosiques (champignons). Dans la mesure du
possible, il est nécessaire de supprimer le contact avec l'allergène en cause : c'est assez
facile quand celui-ci est d'origine alimentaire ou animale. Dans les autres cas, une
désensibilisation spécifique pourra être proposée.
S'il s'agit d'une conjonctivite traumatique, il faut laver soigneusement les culs-desacs conjonctivaux et administrer un collyre antiseptique. Dans tous les cas, pensez à
toujours jeter le collyre, lorsque le traitement est terminé. 38*
Liste des molécules correspondant au traitement :Acide cromoglycique, Acide Nacétyl, aspartyl glutamique, Cétirizine, Cyproheptadine, Lévocabastine collyre,
Lodoxamide collyre et la Prométhazine
•
Préférer les prises le soir pour limiter les risques de somnolence dans la journée.
282
•
Prendre le traitement tous les jours, à heure régulière.
•
La persistance de l'insomnie après 5 jours de traitement peut indiquer une
pathologie sous-jacente, une réévaluation par le médecin sera nécessaire.
•
Si persistance ou aggravation des symptômes allergiques consultez votre
médecin.
La Cétirizinepeut interférer avec les tests cutanés de diagnostic de l'allergie. Il est
conseillé d'arrêter le traitement 3j avant leur réalisation. Ce médicament doit être pris
de préférence le soir car il fait dormir. Il est conseillé d’associer à la cétirizine un
lavage de nez avec de l’eau de mer (en spray) ou du sérum physiologique tous les
matins. Cela diminue les allergènes localement et limite les signes de l’allergie (nez
qui coule, éternuements…).
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
· Si vous portez des lentilles, retirez-les jusqu'à la guérison. Ne remettez des lentilles que 24
heures après la fin du traitement. Utilisez une nouvelle paire de lentilles si elles sont jetables
ou désinfectez-les afin de ne pas être à nouveau contaminé par le germe
· Faites des lavages de l'œil atteint ou des deux : nettoyez-les abondamment avec du sérum
physiologique et essuyez-les avec une compresse stérile, plusieurs fois par jour.
· Si vos yeux sont collés le matin, vous pouvez utiliser une compresse imbibée d'eau tiède
pour décoller vos cils
· Evitez de frotter vos yeux : vous ne ferez qu'aggraver l'inflammation. De plus, vous risquez
de contaminer votre entourage par l'intermédiaire de vos mains porteuses du virus ou de la
bactérie
· Lavez-vous les mains avant et après avoir touché vos yeux
· Il peut être nécessaire de jeter votre maquillage pour les yeux s'il a été utilisé juste avant une
conjonctivite. Il peut avoir été contaminé par un virus ou une bactérie si la conjonctivite est
infectieuse. Il y a dans ce cas, un risque pour vous d'être à nouveau contaminé par le germe.
· Evitez le contact étroit avec les animaux (allergie aux poils)
· Aérez tous les jours votre chambre et la literie (acariens) pendant au moins 2 heures.
· A la saison des pollens, prenez votre comprimé tous les jours en préventif.
. Portez très souvent vos lunettes de soleil.
283
. Une gêne visuelle passagère peut être ressentie après instillation d'un collyre. Attendre le
rétablissement d'une vision normale avant de conduire ou d'utiliser des machines.
. En mer ou à la piscine, utilisez des lunettes de plongée.
. Devant la télé ou un écran d’ordinateur, efforcez-vous de cligner souvent des yeux pour
qu’ils restent humides. 39*
■ POUR L’ADMINISTRATION DU COLLYRE
Se laver soigneusement les mains avant l'instillation du collyre
Effectuer un lavage oculaire à l'aide d'une solution de lavage oculaire ou de sérum
physiologique afin d'éliminer toutes sécrétions ou impuretés.
Attendre 10 à 15 minutes entre le lavage de l'œil ou des yeux et l'instillation du collyre.
Instiller une goutte de collyre dans le cul de sac conjonctival inférieur de l'œil en tirant la
paupière inférieure légèrement vers le bas et en regardant vers le haut.
Après instillation : appuyer sur le coin interne de l'œil (pour limiter le passage systémique),
puis, fermer la paupière pendant 1 à 2 minutes en faisant bouger l'œil pour répartir le collyre.
Chez l'enfant : il est conseillé de l'allonger sur le dos, de lui demander de fermer les yeux,
puis, tout en maintenant une main sur la joue de l’enfant, déposer une goutte dans le coin
interne
de
l’œil,
sans
le
toucher.
Les
paupières
s’ouvrent
par
réflexe.
En cas de traitement concomitant par un autre collyre, espacer de 15 minutes environ les
instillations. Les collyres sont toujours administrés avant les pommades.
■ RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES
Collyre en UNIDOSE : Eviter de toucher l'œil avec l'embout de l'unidose (afin de maintenir
le
maximum
d'hygiène
et
d'éviter
toute
surcontamination
bactérienne).
Jeter l'unidose après utilisation, ne pas la conserver pour une administration ultérieure.
Collyre en FLACON : Eviter de toucher l'œil avec l'embout du flacon et le reboucher après
utilisation.
- Ne pas prêter son collyre.
- Noter sur le flacon la date de première ouverture et ne plus utiliser le collyre au-delà de la
durée de conservation.
- Conditions de conservation : certains collyres nécessitent des conditions de conservation
284
particulières ("à" conserver au réfrigérateur, ou "à l’abri de la lumière", par exemple).
■ LIMITES DU CONSEIL
-
Cas de vision altérée et symptômes sévères.
-
Si les symptômes persistent sous traitement, consultez votre médecin.
285
CONSEILS AUX VOYAGEURS
■ CONSEILS GÉNÉRAUX
- Respecter les règles d’hygiène élémentaires : lavage fréquent des mains (au moins avant
chaque repas et après chaque passage aux toilettes).
- Ne prendre que de l’eau en bouteille capsulée et éviter les glaces et glaçons, s’abstenir de
crudités ou coquillages, peler les fruits…
- Se méfier des contacts avec les animaux errants ou sauvages (risque de rage).
- Eviter les baignades en eau douce et la marche pieds nus sur des sols humides ou boueux.
Prévoir toujours une serviette pour s’allonger sur la plage.
■ L'HYGIENE ALIMENTAIRE
- Il est impératif de vous laver souvent les mains, avant les repas et toute manipulation
d'aliments, et après passage aux toilettes. En l'absence d'eau ou de savon, prévoyez un gel ou
une solution hydro-alcoolique.
- Ne consommez que de l'eau en bouteille capsulée et ouverte devant vous, ou de l'eau rendue
potable par ébullition (1 minute à gros bouillons) ou filtration (filtre portatif) et désinfection
(produits à base de dichloroisocyanurate ou DCCNa ; hypochlorite de sodium et ions
d'argent). Évitez les glaçons et les glaces.
- Ne consommez que du lait pasteurisé ou bouilli.
- Pelez systématiquement les fruits.
- Évitez les crudités et les coquillages.
- Évitez les plats réchauffés.
- Concernant les œufs, la viande, le poisson et les crustacés, ne les consommez que bien cuits.
42*
■ L'HYGIENE CORPORELLE ET GENERALE
- Ne laissez pas sécher votre linge à l'extérieur ou sur le sol. À défaut, repassez-le des deux
côtés.
- Ne marchez pas pieds nus sur les plages et ne vous allongez pas à même le sable.
286
- Portez des chaussures fermées si vous marchez sur des sols boueux ou humides.
- Ne marchez pas et ne vous baignez pas dans les eaux douces (risque de bilharziose).
- Évitez de vous exposer au soleil de façon excessive : privilégiez l'ombre et les vêtements
couvrants, utilisez une crème solaire 42*
- Ne caressez pas les animaux et en cas de morsure ou de griffe, consultez rapidement un
médecin 43*
- Refusez tout geste aussi invasif soit-il (injection intraveineuse, sous cutanée, mais également
tatouage, piercing, etc.) non réalisé avec du matériel à usage unique. D’une manière générale,
les autorités de santé déconseillent tout recours au tatouage et au piercing durant un voyage.
43*
• Mettre à jour selon le calendrier vaccinal
notamment tétanos, polio, diphtérie, rougeole,hépatite B.
• Fièvre jaune : indispensable en région intertropicale d’Afrique et d’Amérique du sud.
Une injection au moins 10 jours avant le départ, à faire dans un centre de vaccination
agréé. Validité : 10 ans.
• Hépatite A : recommandé pour tout séjour dans un pays à l’hygiène précaire. Une
injection 15 jours avant le départ, rappel 6 à 12 mois plus tard.
• Fièvre typhoïde : recommandé en cas de séjour long ou dans des conditions difficiles
dans les pays à l’hygiène précaire et où la maladie est endémique, particulièrement dans le
sous-continent indien. Une injection 15 jours avant le départ, validité : 3 ans.
• Méningocoque : obligatoire pour un pèlerinage à La Mecque.
• Encéphalite japonaise : pas systématiquement recommandé pour les voyageurs se
rendant en Asie ou en Océanie. Recommandé en cas de séjour (quelle qu’en soit la durée)
avec exposition importante en milieu extérieur, dans une région endémique, plus
particulièrement dans les zones rurales.
• Encéphalite à tiques : en cas de séjour en zone rurale ou forestière en Europe centrale,
orientale ou septentrionale, nord de l’Asie centrale, nord de la Chine, nord du Japon, du
printemps à l’automne.
• Les vaccins contre la Grippe, la Rage, la Tuberculose, et le Rotavirus peuvent être
287
également recommandés aux voyageurs (notamment chez l’enfant pour les deux derniers).
■ SE PROTÉGER DES PIQÛRES DE MOUSTIQUES
• Les moustiques qui transmettent le paludisme piquent habituellement entre le coucher et
le lever du soleil ; ceux qui transmettent la dengue et le Chikungunya piquent
habituellement le jour.
• La protection repose sur l’application de produits répulsifs pendant la journée et le soir,
et le port de vêtement couvrants si possible imprégnés (vêtements larges, à manches
longues, pantalons et chaussures fermées). L’utilisation d’une moustiquaire imprégnée
d’insecticide est recommandée pour dormir.
Les produits conseillés par l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans ses recommandations
2015 aux voyageurs contiennent, à diverses concentrations, l’une des substances actives
suivantes, lesquelles éloignent les insectes sans les tuer. À vous de choisir :
•
DEET (N, N-diéthyl-m-toluamide)
•
IR3535 (N-acétyl-N-butyl-β-alaninate d’éthyle)
•
KBR3023 (Carboxylate de Sec-butyl 2-(2-hydroxyéthyl) pipéridine-1 / Icaridine)
•
PMDRBO (mélange de cis- et trans-p-menthane-3,8 diol) 44*
La durée de la protection varie de 4 à 8 heures selon la nature et la concentration de la
substance active ainsi que des conditions d’utilisation (sudation, température et humidité
ambiantes…).
Attention, tous, notamment les plus concentrés en principe actif, ne sont pas indiqués chez
les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes. Demandez conseil à votre
pharmacien.
En cas d’utilisation de crème solaire, l’application de répulsif doit avoir lieu après un délai
d’au moins 20 minutes. La crème solaire doit toujours être appliquée avant le répulsif.
Il faut également savoir qu’à l’intérieur, la climatisation diminue les risques de piqûres et
que les insecticides en bombes ou en diffuseurs électriques constituent une mesure
d’appoint. Et à l’extérieur et dans les vérandas, les serpentins fumigènes peuvent
constituer des répulsifs efficaces.
Il existe d’autres solutions et stratégies contre les piqûres de moustiques, mais il faut
288
savoir qu’elles n’ont pas fait la preuve de leur efficacité :
•
Les bracelets anti-insectes.
•
Les huiles essentielles dont la durée d’efficacité est généralement inférieure à
20 minutes.
•
Les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l’homéopathie, les raquettes
électriques, les rubans, papiers et autocollants gluants sans insecticide.
Attention, ces stratégies n’ayant pas d’efficacité démontrée, elles sont déconseillées aux
voyageurs en pays tropical par la Société de médecine des voyages et la Société française
de parasitologie, comme cela est clairement indiqué dans les recommandations 2015 de
l’Institut de veille sanitaire (InVS) à destination des voyageurs. 44*
■ LES MALADIES A TRANSMISSION VECTORIELLE
-
LE PALUDISME
Le paludisme est la maladie infectieuse la plus répandue, dû à un parasite (Plasmodium)
transmis par les piqûres de moustiques (genre Anophèles). Le parasite se multiplie dans le
foie et détruit les globules rouges. L’infection se traduit par des épisodes fébriles
accompagnés de maux de tête et de vomissements.
En 2012, 207 millions de cas de paludisme ont été estimés, et 627.000 décès, la plupart
survenant en Afrique subsaharienne. Près de la moitié de la population mondiale est exposée
au paludisme.
En l’absence de prise en charge, le paludisme évolue vers une affection sévère souvent
mortelle.
La prévention est le principal moyen de se protéger du paludisme : élimination des eaux
stagnantes, prévention des piqûres de moustiques et traitement antipaludique préventif
(chimioprophylaxie) des populations les plus exposées et des voyageurs. 45*
• Les antipaludiques sont délivrés sur prescription médicale. Le choix dépend du pays
visité, des conditions et de la durée de séjour. Le traitement est à prendre pendant tout le
séjour (et parfois à commencer avant le séjour) et est à poursuivre 1 à 4 semaines après le
retour selon le médicament.
• Toute fièvre au retour des tropiques doit être a priori considéré comme pouvant être une
289
crise de paludisme et nécessite une consultation en urgence.
LE CHIKUNGUNYA
Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme via une piqûre de moustique
femelle infectée (genre Aèdes). Cette maladie sévit sous forme d’importantes flambées
épidémiques.
Le virus responsable de la fièvre Chikungunya est connu de longue date. C’est un
arbovirus identifié pour la première fois en 1953 en Ouganda et en Afrique de l'Est.
Depuis, il circule en Afrique de l'Est, en Asie du Sud-Est et dans le sous-continent Indien.
La maladie se manifeste par l’apparition brutale d’une fièvre et par des douleurs
articulaires, mais aussi par des céphalées, des nausées, des éruptions cutanées, de la
fatigue…
On ne sait pas guérir le chikungunya. Le traitement consiste à atténuer les symptômes.
La prévention repose sur l’élimination des moustiques vectoriels (élimination des eaux
stagnantes où les moustiques se reproduisent) et la protection contre les piqûres de
moustiques.
-
LA DENGUE
La dengue est une maladie transmise par la piqûre d’un moustique Aèdes porteur de l’un
des quatre virus de la dengue.
Les symptômes sont proches de ceux du chikungunya, avec notamment une forte fièvre.
Selon l’OMS, la dengue représente « une des grandes causes de maladie grave et de
mortalité ». Cette maladie a progressé de façon spectaculaire : actuellement, 40 % de la
population mondiale est exposée au risque de contracter la dengue (2,5 milliards de
personnes).
Comme pour le chikungunya, il n’existe pas de traitement spécifique. Cette maladie peut
entraîner des complications hémorragiques potentiellement mortelles chez les nourrissons,
les enfants et les adultes.
-
LA FIEVRE JAUNE
Il s’agit encore d’une maladie virale véhiculée par les piqûres des moustiques du genre
Aèdes.
290
La maladie se manifeste par de la fièvre, des douleurs musculaires, des céphalées, des
nausées, des vomissements. Dans certains cas, les symptômes réapparaissent accompagnés
d’hémorragies parfois mortelles.
Il n’existe pas de traitement. La prévention des épidémies repose sur la vaccination
des populations et des voyageurs.
-
LA FIEVRE HEMORRAGIQUE DE CRIMEE-CONGO
Cette maladie virale endémique en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Asie
se transmet par l’intermédiaire des tiques (et des animaux d’élevage eux-mêmes infectés
par les piqûres de tiques).
Il existe également une transmission interhumaine via un contact direct avec le sang ou les
sécrétions d’une personne infectée.
Elle provoque des flambées de fièvre hémorragique, mortelle dans 10 à 40 % des cas.
On ne dispose ni de traitement ni de vaccin contre cette maladie.
-
LA FILARIOSE LYMPHATIQUE
Également appelée « éléphantiasis », la filariose lymphatique est due à trois types de
parasites filaires (des nématodes ou vers ronds) transmis à l’homme par les piqûres de
moustiques, souvent dès l’enfance.
Cette maladie « défigurante » altère progressivement le système lymphatique et provoque
une hypertrophie de certaines parties du corps, à l’origine de douleurs, de graves
incapacités et de stigmatisation sociale.
L’OMS estime à 1,4 milliard le nombre de personnes menacées par cette maladie.
Elle peut être prévenue en administrant chaque année un traitement aux personnes
exposées (association albendazole et ivermectine ou citrate de diéthylcarbamazine).
-
LA BILHARZIOSE (SCHISTOSOMIASE)
Cette maladie chronique est due à des vers parasites, des gastropodes (genre Schistosoma),
qui libèrent des larves dans l’eau douce. Au contact d’une eau infectée, ces larves
pénètrent dans la peau et se développent dans les vaisseaux sanguins.
Selon les organes touchés, la schistosomiase provoque des réactions immunitaires et des
lésions évolutives. La schistosomiase intestinale se manifeste par des douleurs
291
abdominales, des diarrhées et du sang dans les selles. La présence de sang dans les urines
indique une atteinte urogénitale (vessie, urètre, vagin, prostate…).
Des traitements réguliers des populations exposées permettent de guérir les
symptômes bénins et de prévenir l’évolution de la maladie vers un stade chronique
sévère.
La lutte contre les gastéropodes et l’amélioration de l’assainissement font partie des
mesures préventives contre cette affection.
-
LA MALADIE DE CHAGAS (TRYPANOSOMIASE AMERICAINE)
La maladie de Chagas est due à un parasite (Trypanosoma cruzi) transmis par une variété
de punaises.
Cette affection peut provoquer des troubles cardiaques, digestifs et neurologiques. Elle est
guérissable à condition d’un traitement très précoce après l’infection (benznidazole,
nifurtimox). À défaut, elle peut être mortelle.
Cette maladie sévit essentiellement en Amérique latine, mais elle se propage sur d’autres
continents. Elle touche 7 à 8 millions de personnes dans le monde.
La prévention repose sur l’élimination du vecteur et la prévention des piqûres de
punaises.
-
LA MALADIE DU SOMMEIL (TRYPANOSOMIASE AFRICAINE)
La maladie du sommeil est transmise par des mouches tsé-tsé (glossine) porteuses d’un
parasite protozoaire (genre Trypanosoma). Très fréquente et à l’origine de grandes
épidémies, la trypanosomiase sévit uniquement en Afrique subsaharienne.
Elle provoque de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires, du prurit, etc., et à un
stade avancé des troubles du système nerveux central (troubles du sommeil, de la
personnalité, de l’élocution, confusion, troubles de la marche, convulsions, etc.).
En l’absence de traitement, la maladie du sommeil peut être mortelle. D’où l’importance
de faciliter l’accès au diagnostic précoce et au traitement médicamenteux.
-
L’ONCHOCERCOSE
Cette maladie est due à un vers nommé Onchocerca volvulus, transmis par les piqûres
d’une petite mouche noire (simulie). Cette maladie qui sévit essentiellement en Afrique
292
subsaharienne, mais aussi au Yémen et en Amérique latine, est la deuxième cause
infectieuse de cécité dans le monde (on estime à un demi-million le nombre de personnes
devenues aveugles à cause de l’onchocercose).
En effet, outre des démangeaisons puis des lésions cutanées, le parasite provoque des
complications oculaires conduisant à une cécité irréversible.
Aujourd’hui, cette maladie se traite avec une dose annuelle de médicament (ivermectine).
293
CYSTITE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Une cystite est une infection aiguë ou chronique de la vessie qui touche, pour des
raisons anatomiques, principalement les femmes (plus d’une sur deux est concernée).
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
La cystite se caractérise par des envies fréquentes et urgentes d’aller aux toilettes,
avec un faible volume d’urine émis à chaque fois, ainsi que des brûlures urinaires et
des douleurs dans le bas-ventre mais sans fièvre.
Les urines sont troubles, d’odeur forte, avec parfois du sang en fin de jet.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Les germes présents normalement dans les intestins peuvent proliférer localement au
niveau de l’anus ou de la zone vulvaire, puis remonter par l’urètre jusqu’à la vessie.
C’est leur multiplication dans les urines qui est à l’origine de la cystite.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Transpiration et macération locale.
• Hygiène intime excessive perturbant l’équilibre bactérien local.
• Troubles du transit intestinal (constipation ou diarrhée).
• Rapports sexuels.
• Boissons insuffisantes.
• Il repose sur la prise d’antibiotiques à visée urinaire pendant une courte durée : 3
jours, ou même seulement 1 jour (traitement monodose). Le traitement doit être
respecté scrupuleusement pour éviter les récidives. Il est à commencer le plus tôt
possible pour pouvoir être totalement efficace.
• En complément, l’augmentation du volume des boissons permet d’éviter la
stagnation et la multiplication des germes dans les urines.
En cas de cystite, le médecin prescrit un antibiotique urinaire adapté. Plusieurs
familles d’antibiotiques peuvent être utilisées.
Les antibiotiques contenant de la fosfomycine administrés en une dose unique sont
294
privilégiés en cas de cystite simple chez la femme et l’adolescente qui a atteint l’âge
de la puberté. Ces médicaments sont habituellement bien tolérés. Antibiotiques
urinaires : fosfomycine, trométamol
Le pivmécillinam, un antibiotique proche de la famille des pénicillines, est
également proposé pour traiter les cystites aiguës de la femme, en l'absence de signes
de gravité. La durée du traitement est habituellement de 5 jours. Antibiotiques
urinaires : bêtalactamine
La nitrofurantoïne est recommandée en traitement curatif de la cystite lorsque les
autres antibiotiques ne conviennent pas. La survenue d’effets indésirables hépatiques
ou pulmonaires graves, en particulier en cas d’utilisation prolongée ou répétée, a
conduit l’Agence du médicament à supprimer son indication dans le traitement
préventif des infections urinaires récidivantes. Les traitements répétés doivent être
évités. Antibiotiques urinaires : nitrofurantoïne ex de spécialité FURAZIDE 50 MG,
Cp B 20 (PPV : 17.30 Dh)
Les antibiotiques de la famille des quinolones (également appelées fluoroquinolones)
peuvent aussi être utilisés en prise unique ou en traitement de trois jours, selon les
substances. Des douleurs musculaires ou articulaires, ainsi que des tendinites ont été
rapportées avec l'ensemble des quinolones. Une douleur ou un gonflement du tendon
d'Achille doivent être rapidement signalés à un médecin. La survenue d’une tendinite
avec une quinolone contre-indique sa réutilisation. L’exposition au soleil doit être
évitée pendant le traitement en raison d’un risque important de photosensibilisation et
d’éruption cutanée.
La péfloxacine présente un risque accru de tendinite par rapport aux autres
quinolones ; elle ne doit être utilisée que lorsque aucune autre quinolone ne peut être
utilisée.
Antibiotiques : quinolones OFLOCET 500 mg, cp pelliculé sécable B10 PPV :
109.60 Dh
295
D'autres antibiotiques, comme certaines pénicillines (amoxicilline, amoxicilline +
acide clavulanique), certaines céphalosporines, le BACTRIMsont également indiqués
dans le traitement des cystites. En raison des résistances bactériennes fréquentes, ils
sont prescrits par le médecin en fonction du résultat de l'antibiogramme.
Si les épisodes de cystite se répètent, le médecin pourra, dans certains cas, prescrire
un traitement antibiotique d’avance, à prendre dès les premiers symptômes ; cette
forme d’automédication contrôlée est possible.
Les plantes diurétiques pour soulager la cystite
Certaines plantes peuvent être proposées en cas d'infections urinaires sans signe de
gravité.
Elles peuvent être réparties en deux groupes :
•
les plantes aux propriétés diurétiques ; elles augmentent le volume des urines et
permettent ainsi d’irriguer les voies urinaires pour éliminer les bactéries responsables
des infections. L’utilisation de ces plantes repose essentiellement sur l’usage
traditionnel, et les études cliniques les concernant ont donné des résultats
contradictoires ;
•
les plantes qui ont un effet antibactérien ; elles sont généralement proposées pour
prévenir des cystites récidivantes.
En cas d’infection urinaire, l’augmentation du volume des urines permet en partie
d’empêcher les bactéries d’adhérer aux parois des voies urinaires en maintenant un
flux quasi constant d’urine. Pour cette raison, les plantes diurétiques sont proposées
en complément du traitement médicamenteux des infections urinaires, en association
avec une augmentation de la quantité de liquide ingéré (plus de deux litres par jour).
Si l’activité diurétique de l’orthosiphon, du pissenlit, des baies de genévrier ou de la
prêle des champs a été confirmée chez l’animal, aucune étude clinique n’a démontré
leur efficacité chez l’homme. Les propriétés diurétiques des feuilles d’orties et du
solidage ont été étudiées au cours de plusieurs essais cliniques. Malheureusement, ces
études ont été faites sans placebo et leurs résultats, plutôt favorables à cet effet
diurétique, sont entachés d’incertitude. L’usage des plantes diurétiques repose donc
296
plutôt sur la tradition.
Exemples de plantes diurétique : Bardane, Bouleau, Bourrache, Cassis, Genévrier,
Maté, Ortie dioïque, Piloselle, Pissenlit, Prêle des champs, Théier…
Les plantes pour prévenir les cystites
Les échinacées sont connues pour leur possible action immunostimulante. Ainsi, elles
pourraient contribuer à soulager ou prévenir les infections urinaires en renforçant le
système immunitaire. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît leur
usage traditionnel dans le traitement des infections urinaires. La Commission E
allemande reconnaît, quant à elle, l’usage d’Echinacea purpurea pour prévenir et
traiter les infections urinaires récidivantes. Mais ces usages restent du domaine de la
tradition, sans preuve scientifique.
L’anis vert contient de l’anéthol. Les propriétés antibactériennes de l’anéthol ont été
démontrées expérimentalement en laboratoire. Mais aucune étude clinique n’a prouvé
cet effet. L’OMS reconnaît néanmoins l’usage, en médecine traditionnelle, des
graines d’anis vert dans le traitement des infections des voies urinaires.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Buvez beaucoup, dès l'apparition des premiers symptômes et durant toute la durée du
traitement un volume d’eau au moins égal à 1.5 litre par jour, car le flux urinaire diminue la
charge bactérienne ;
Aller aux toilettes régulièrement, videz bien votre vessie et notamment après chaque
rapport sexuel et au coucher en s’essuyant toujours de l’avant vers l’arrière.
La flore vaginale doit être respectée, en utilisant un nettoyant non antiseptique, et
évitez les douches vaginales, produits d'hygiène intime parfumés et les bains moussants
Il est préférable de porter des pantalons amples et des sous-vêtements en coton, et
éviter les matières synthétiques
Protections hygiéniques changées régulièrement durant les règles.
Évitez d'avoir des rapports sexuels jusqu'à la disparition des symptômes.
Lorsque vous urinez, faites le complètement afin d'éviter qu'il persiste un résidu
d'urine dans votre vessie, propice à la multiplication d'éventuelles bactéries ;
luttez contre la constipation ;
297
Acidifier les urines en consommant agrumes, tomates… évitez épices, champagne et
vin blancs.
■ LIMITES DU CONSEIL
- sujet jeune : enfant ou très âgée : plus de 75 ans.
- fièvre avec des frissons, douleurs dans le dos ou sur le côté. L'infection peut s'être propagée
et avoir touché les reins (pyélonéphrite) ;
- symptômes d'infection urinaire s'aggravent dans les jours qui suivent la mise en route d'un
traitement ;
- grossesse ;
- maladie chronique (maladie rénale chronique) ;
- sujet avec déficit immunitaire (VIH, ...) ;
- sujet : homme et vous présentez les symptômes d'une infection urinaire (attention : une
prostatite ou une épididymite (inflammation de l'épididyme) sont le plus souvent associées) ;
- problèmes des voies urinaires (vessie fonctionnant difficilement, adénome de la prostate,
malformation des voies urinaires...) ;
298
INCONTINENCE URINAIRE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’incontinence urinaire ou l’hyperactivité vésicale donne lieu à des pertes
incontrôlables et involontaires d’urine, lié le plus à un trouble physique.
L’incontinence urinaire est plus fréquente avec l’âge. Cependant, il n’y a pas que les
personnes âgées qui en souffrent. On estime qu’elle touche globalement 1 femme
sur 4 (et à partir de 60 ans, au moins 1 sur 3). Les hommes sont 2 fois moins
nombreux à en être atteints, pour des raisons d’anatomie.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
À l’effort : fuite d’urine au moment d’un effort, le plus souvent faible ou soudaine.
On n’est pas toujours conscient des pertes.
D’urgence : pertes conscientes et généralement importantes d’urine, envies
soudaines et impérieuses d’uriner qui précèdent toujours la fuite d’urine, mais qui
ne donnent pas le temps d’aller aux toilettes. Le besoin urgent d’uriner peut survenir
la nuit.
Mixte : combinaison des symptômes de l’incontinence urinaire à l’effort et de
l’incontinence urinaire d’urgence à des degrés divers.
Par regorgement (trop-plein) : de faibles quantités d’urine s’échappent à plusieurs
reprises tout au long de la journée. La miction (l’action d’uriner) s’amorce
difficilement. L’écoulement est faible et laisse souvent l’impression que la vessie
n’est pas vide. Le besoin d’uriner se manifeste aussi durant la nuit.
Fonctionnelle : pertes liées à la difficulté à se déplacer rapidement.
Totale : pertes constantes, jour et nuit.
■ QUELS SONT LES CAUSES ?
• Ces fuites urinaires sont la conséquence de contractions anormales de la vessie qui
provoquent la sortie d’urine en dehors de toute envie consciente et volontaire.
• Dans certains cas, l’hyperactivité vésicale peut être d’origine neurologique
(traumatisme médullaire, maladie de Parkinson, sclérose en plaques, accident
vasculaire cérébral...) ou urologique (infection urinaire, compression de la vessie par
299
un organe voisin...).
Un affaiblissement des muscles du plancher pelvien (périnée). Ces muscles
sont situés au bas du bassin. Des grossesses et des accouchements vaginaux
peuvent les affaiblir. La musculature peut aussi se relâcher avec le vieillissement et
la perte de forme physique.
La « descente de vessie ». Elle ne touche que les femmes et survient lorsque
les tissus situés entre la vessie et le vagin sont si faibles ou étirés qu'ils ne peuvent
plus soutenir le poids de la vessie. Elle devient alors plus difficile à contrôler. Le
renforcement musculaire suffit souvent à remettre la vessie en place, mais parfois
une chirurgie est nécessaire.
Un trouble de la prostate ou une chirurgie à la prostate
Un problème de santé chronique qui atteint le contrôle des muscles de la
vessie par l’intermédiaire des nerfs. La neuropathie liée au diabète, la maladie de
Parkinson, la sclérose en plaques ou une lésion de la moelle épinière peuvent avoir
cet effet.
La prise de certains médicaments (par exemple, des antidépresseurs, des
décongestionnants nasaux, des relaxants musculaires).
De la constipation avec fécalome (des selles compressées et durcies dans le
rectum).
■ LE TRAITEMENT DISPONIBLE
• La rééducation fait appel à trois techniques : le travail manuel, qui renforce la
contraction périnéale ; l’électrostimulation, qui inhibe les contractions anarchiques
de la vessie et fait travailler également les muscles du plancher pelvien ; la
kinésithérapie couplée au biofeedback, qui permet à la personne de s’opposer à la
fuite urinaire par une contraction volontaire du périnée.
• Les médicaments anticholinergiques sont efficaces, mais leurs effets secondaires
(sécheresse buccale, constipation tenace...) limitent parfois leur utilisation.
Molécule correspondant à ces symptômes : Flavoxate
• La chirurgie (injection de toxine botulique, neurostimulation sacrée) est réservée
300
aux cas les plus graves
EN HOMÉOPATHIE :
Le Belladona 9 CH permet de soulager le sommeil agité accompagné de rêve d’uriner
En cas d’incontinence féminine, prendre 5 granules du Causticum 5, 7 ou 9 CH, deux fois
par jour.
Si la vessie est paralysée par une atonie vésicale ou par atonie sphinctérienne, prendre
Causticum 15 ou 30 CH
Si l’incontinence s’accompagne de brûlures qui disparaissent durant l’évacuation de
l’urine, prendre du Staphysagria15 CH une fois par semaine à raison d’une dose par prise
durant 1 mois.
L’incontinence chez l’homme peut être soulagée avec de l’Aloe socrotina dilué à 100%.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
• Eviter de consommer des alcools forts, du vin blanc, du champagne, de la bière, du café,
du thé... qui ont une action diurétique.
• Eviter les épices et les aliments ou boissons acides. Ils peuvent être irritants pour la
vessie.
Réduire la consommation d’agrumes et de jus d’agrumes (orange, pamplemousse,
tangerine, par exemple), de chocolat, de boissons contenant des substituts de sucre
(boissons « diète »), de tomates et de mets épicés, qui figurent parmi les produits irritants
pour la vessie. Ils stimulent donc sa contraction.
Réduire ou éviter la consommation de café et d’autres boissons contenant de la caféine
(thé, cola), car ils irritent la vessie
• Boire sans excès, en répartissant les prises tout au long de la journée. Eviter de boire
dans les heures qui précèdent le coucher.
• Lutter contre la constipation (alimentation riche en fibres, en fruits et en légumes) pour
faciliter l’évacuation des selles et soulager la vessie.
301
■ LIMITES DU CONSEIL
Lorsque les pertes d’urine s’accompagnent de douleurs ou d'une sensation de brûlure durant la
miction, que l’urine change de couleur et d’odeur, et que les envies d’uriner sont fréquentes, il
est possible qu’une infection urinaire soit en cause.
Il faut consulter son médecin dès que les premiers symptômes apparaissent. En effet, les
complications nécessitent la consultation d’un urologue. Sensation de brûlure, présence de
sang dans l’urine et fièvre constituent autant de signes qui doivent vous alerter de
l’incontinence.
302
LE STRESS
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le stress est une réaction naturelle de l’organisme lorsqu’il est soumis à une
agression
brusque
d’ordre
physique,
chimique
ou
psychique.
Le terme désigne actuellement à la fois l’agent responsable, la réaction à cet agent et
l’état dans lequel se trouve la personne qui réagit.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
Ils se décomposent en trois phases :
• L’alarme : lorsque le stimulus stressant est perçu, le rythme cardiaque s’accélère,
la respiration devient plus courte et plus rapide. Le taux de sucre dans le sang
augmente. Les pupilles se dilatent. La mémoire et la réflexion sont améliorées.
• La résistance : l’organisme s’adapte au stress et sécrète des hormones qui vont
permettre de mobiliser toutes les ressources pour fournir l’énergie nécessaire aux
muscles et aux tissus.
• L’épuisement : si le stress persiste trop longtemps, les capacités de résistance de
l’organisme sont débordées. Affaibli, le corps est plus sensible aux agressions
extérieures. La fatigue, la nervosité ou même la dépression s’installent.
■ LES EFFETS DU STRESS
• Quelle que soit son origine, le stress provoque une stimulation de l’hypothalamus
et déclenche ainsi la libération de nombreuses substances dans le sang.
• Chaque individu réagit différemment à un stress. Celui-ci peut avoir des effets
bénéfiques, en augmentant les capacités physiques, intellectuelles et mentales, ou au
contraire des effets néfastes et paralysants
■ LE TRAITEMENT DU STRESS
• Eliminer les sources de stress.
• Réagir avant d’être épuisé. Si besoin, s’appuyer sur les plantes, les oligo-éléments,
le magnésium ou le calcium pour retrouver l’équilibre.
• En cas de stress important, le médecin peut prescrire un anxiolytique.
303
• Une aide psychothérapique peut aussi être envisagée.
Liste des molécules correspondant à ces symptômes :
•
Magnésium
•
Magnésium + vitamine B6
Magnésium : Chez l’adulte, la dose journalière de magnésium-élément est de 300 à 400
mg par jour. Chez l’enfant, elle se situe entre 10 et 30 mg/kg/jour. Le nombre de prises
journalières varie d’une spécialité à l’autre car toutes les présentations à base de
magnésium ne renferment pas la même teneur en cet élément.
Comprimés, gélules, sachets ou ampoules doivent être pris avec de l’eau. Quelle que soit la
forme, la dose journalière sera répartit en plusieurs prises, de préférence avant ou au cours
des repas, selon la tolérance digestive.
Solution injectable : administration par du personnel qualifié (médecin, infirmier…).
Automédication : certains compléments alimentaires peuvent contenir des quantités
importantes de magnésium. Il serait préférable d’éviter la consommation aveugle de ces
compléments pendant toute la durée du traitement, sous peine de modifier l’effet
thérapeutique recherché et de voire apparaître certains effets indésirables : Diarrhées,
douleurs abdominales.
En cas de carence en calcium associée, traiter d’abord le déficit en magnésium avant le
déficit en calcium.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Le magnésium est un élément indispensable. Un certain nombre de symptômes peut
évoquer un déficit en magnésium : nervosité, irritabilité, anxiété, fatigue, troubles
mineurs du sommeil, crampes, fourmillements, « œil qui saute ». Des modifications des
habitudes alimentaires peuvent contribuer à une chute du taux de magnésium sanguin. A
la fin de votre traitement et afin de prévenir un nouveau déficit, vous devriez :
- Consommer régulièrement et en quantité raisonnable, certaines sources alimentaires
riches en cet élément (céréales complètes, noix, noisettes, amandes, légumes secs,
chocolat noir, fruits de mer, eaux minérales).
- Pratiquer des exercices de relaxation, de yoga…
304
- Avoir une activité physique.
- Se ménager des temps de détente et de loisir.
- Dormir suffisamment.
■ LIMITES DU CONSEIL
- Insuffisance rénale sévère.
- Enfant de moins de 6 ans (gélule et comprimé).
- Arrêter le traitement et prévenir immédiatement un médecin en cas de vomissements.
305
TROUBLES DE LA MENOPAUSE
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La ménopause (ou cessation des règles) est un évènement naturel dans la vie d’une
femme : elle marque la fin de la période féconde. C’est l’arrêt de la fonction ovarienne
et de la sécrétion des hormones féminines (estrogène, progestréone) qui entraîne la
disparition des règles.
Précédée de la préménopause, qui commence dès 40 ans, elle survient habituellement
entre 50 et 55 ans
Plusieurs maladies sont liées à la ménopause : ostéoporose, troubles cardiovasculaires.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La préménopause se manifeste par des irrégularités du cycle menstruel parfois
accompagnées de troubles de l’humeur (irritabilité, fatigue…).
• La ménopause se caractérise principalement par la disparition des règles.
• Les bouffées de chaleur montant du haut du corps jusqu’au visage, suivies de sueurs
importantes et de frissons, sont fréquentes. Elles durent quelques minutes seulement
mais surviennent souvent la nuit, provoquant des insomnies.
• La sécheresse vaginale favorise les infections à répétition et rend l’activité sexuelle
douloureuse.
• La peau devient également plus sèche.
• Durant la postménopause, les désagréments de la ménopause s’estompent peu à peu.
■ PREVENIR LES TROUBLES DE LA MENOPAUSE
• La perte osseuse s’accélère à la ménopause. L’ostéoporose est responsable de
fractures au retentissement important (tassement vertébral, fracture du col du fémur…).
Un régime riche en calcium et un apport suffisant en vitamine D (1/2 heure de soleil 3
fois par semaine au moins) sont conseillés, de même qu’une activité physique régulière.
• Le niveau de risque cardiovasculaire des femmes ménopausées rejoint celui des
hommes. Attention donc au tabac, à l’hypertension et au cholestérol.
HUILES ESSENTIELS : Quinze femmes ont participé à une étude pilote non aléatoire sur
l’effet thérapeutique de l’aromathérapie contre les symptômes de ménopause 24*. Elles ont
306
reçu une première séance d’aromathérapie en massage (huile essentielle de lavande diluée à
1 % dans l’huile de noix de macadamia), puis ont été invitées à pratiquer
l’automassage pendant 1 mois, de 3 à 4 fois par semaine. La comparaison des résultats avant
et après le traitement indique une réduction de la gravité des symptômes chez toutes les
patientes. Toutefois, étant donné l’absence de groupe témoin, et sachant que l’effet placebo
peut expliquer au moins 30 % de l’effet observé, aucune conclusion formelle ne peut découler
de cette petite étude.
■ LE TRAITEMENT DES TROUBLES DE LA MENOPAUSE
• Il est personnel à chaque femme.
• Les phyto-estrogènes (soja, yam…) auraient une action variable et limitée sur les
bouffées de chaleur.
• Un THS (traitement hormonal substitutif) peut être prescrit (à la dose minimale) en cas
de bouffées de chaleur gênantes, altérant la qualité de vie. La durée de traitement est la
plus courte possible.
• L’ostéoporose est à surveiller et à traiter à l’aide de médicaments adaptés.
• Des produits existent pour combattre la sécheresse vaginale.
307
LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La bronchiolite est une infection virale respiratoire qui atteint les plus petits conduits
respiratoires des poumons, les bronchioles du nourrisson et du jeune enfant et se
transmet sur un mode épidémique saisonnier.
500 000 enfants sont atteints chaque année, principalement entre 3 mois et deux ans.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES DE LA BRONCHIOLITE ?
La bronchiolite débute souvent par un simple rhume avec un peu de fièvre, et parfois
une toux sèche entraîne par la suite des difficultés à respirer, des sifflements et une
accélération de la respiration.
La gêne respiratoire est souvent accompagnée d'une difficulté à s'alimenter, le
nourrisson étant trop essoufflé prend difficilement ses biberons. Il est agité et il dort
mal.
La bronchiolite guérit généralement en 5 à 10 jours.
■ LES MODES DE TRANSMISSION
Levirus respiratoire syncytialVRS, est le principal virus responsable de la
bronchiolite, est très contagieux. Il se transmet par la salive, la toux, les mains, les
éternuements et les objets contaminés.
L’épidémie de bronchiolite s’étend entre octobre et avril, avec un pic en décembre et
janvier. 35*
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
•
Se laver les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé, mais aussi
après.
•
Eviter tout contact des enfants avec des personnes enrhumées, grippées ou qui
toussent.
•
Ne pas embrasser les nourrissons sur le visage.
•
Eviter d’emmener les nourrissons dans des lieux publics très fréquentés comme
les transports en commun, les centres commerciaux…
308
•
Retarder le plus possible l’entrée en collectivité (crèche, garderie).
•
Ne pas échanger tétines, biberons, jouets, cuillères… entre les enfants de la
famille. Le virus est très résistant, il peut survivre plusieurs heures sur des objets
contaminés.
•
Faire prendre systématiquement le médicament afin d’éviter les oscillations de la
douleur ou de la fièvre ; pour éviter le surdosage, vérifiez l’absence de paracétamol
dans la composition des autres médicaments que l’enfant va prendre. Un surdosage
peut être vite arrivé et serait très préjudiciable pour sa santé. Si douleur, le repos est
conseillé. Faites le dormir sur une bonne literie, dans une chambre bien aérée, calme,
obscure et dont la température n’excède pas 20°C.
•
Si l’enfant a une fièvre > 38.5°C, découvrez le, faites le boire, ne le laissez pas
dans un endroit trop chaud.
•
Ne pas fumer à côté du nourrisson. Aérer régulièrement sa chambre.
•
Fractionner les repas et proposer souvent à boire.
•
Placer l’enfant en position demi-assise, en relevant la tête du matelas à l’aide de
coussins.
■ TRAITEMENT ET PRODUITS DISPONIBLES
Un lavage régulier et répété du nez avec du sérum physiologique est nécessaire.
Le médecin peut prescrire des séances de kinésithérapie respiratoire pour dégager les
bronches encombrées par les sécrétions. Les séances ont lieu 1 ou 2 fois par jour et
durent 15 à 20 minutes.
1)
TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
Les antitussifs, les fluidifiants bronchiques, les antibiotiques ou tout autre médicament
ne sont pas recommandés. Du paracétamol peut être donné en cas de fièvre.
Paracétamol (suspension buvable) : Ce médicament est utilisé pour soulager des
douleurs d’intensité légère à modérée, et / ou dans des états fébriles.
Cette présentation est réservée à l’enfant de 3 à 26 kg. La posologie est d’à peu près 15
mg/kg/6h, les prises sont à répartir dans la journée, à raison de 1 toute les 6 heures.
Pour cela, tirez le piston jusqu’à la graduation sur la pipette correspondant au poids de
309
l’enfant. La suspension peut être bue pure ou diluée dans un liquide (eau, jus de
fruit…)
En cas d’oubli : Si l’oubli date de moins de 1 heure, faites prendre la dose habituelle.
Au-delà, attendez la prochaine prise. Ne pas doublez la dose.
2)
•
HOMEOPATHIE
Lorsque l'encombrement est important et qu'une amélioration est observée par
drainage bronchique : Antimonium tartaricum 9 CH, 5 granules toutes les heures
•
Lorsque le patient à des tendances allergiques aux poussières et aux acariens... :
Blatta orientalis 5 CH, 5 granules toutes les heures
•
Lorsque le patient présente des toux spasmodiques et des vomissements en jet du
biberon, Ipeca 7 CH, 5 granules toutes les heures
•
Lorsque les spasmes sont importants et qu'une cyanose est observée : Cuprum
metallicum 9 CH, 5 granules toutes les heures
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
•
Se laver les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé, mais aussi
après.
•
Eviter tout contact des enfants avec des personnes enrhumées, grippées ou qui
toussent.
•
Ne pas embrasser les nourrissons sur le visage.
•
Eviter d’emmener les nourrissons dans des lieux publics très fréquentés comme les
transports en commun, les centres commerciaux…
•
Retarder le plus possible l’entrée en collectivité (crèche, garderie).
•
Ne pas échanger tétines, biberons, jouets, cuillères… entre les enfants de la famille.
Le virus est très résistant, il peut survivre plusieurs heures sur des objets contaminés.
•
Faire prendre systématiquement le médicament afin d’éviter les oscillations de la
douleur ou de la fièvre ; pour éviter le surdosage, vérifiez l’absence de paracétamol
dans la composition des autres médicaments que l’enfant va prendre. Si douleur, le
repos est conseillé. Faites le dormir sur une bonne literie, dans une chambre bien
aérée, calme, obscure et dont la température n’excède pas 20°C.
310
•
Si l’enfant a une fièvre > 38.5°C, découvrez le, faites le boire, ne le laissez pas dans
un endroit trop chaud.
•
Ne pas fumer à côté du nourrisson. Aérer régulièrement sa chambre.
•
Fractionner les repas et proposer souvent à boire.
•
Placer l’enfant en position demi-assise, en relevant la tête du matelas à l’aide de
coussins.
■ LIMITES DU CONSEIL
Si la douleur persiste plus de 5 jours ou la fièvre plus de 3 jours, si elles s’aggravent,
ne pas continuer le traitement sans l’avis du médecin ou du pharmacien.
Si patient :
- Insuffisant rénal sévère : les prises doivent être espacées de 8 heures et la dose ne
doit pas dépasser 3 g/jour.
- Le paracétamol peut fausser les dosages du sucre sanguin et d’acide urique en
laboratoire
- Patients sous anticoagulants oraux : augmentation du risque hémorragique si prise de
paracétamol aux doses de 4 g/jour sur plus de 4 jours : pratiquer un contrôle plus
fréquent de l’INR et une adaptation de la dose pendant et après le traitement par le
paracétamol.
Risque de bronchiolite sévère chez les enfants de moins de trois mois :
• Et chez les bébés de poids de naissance inférieur à 2.500 grammes.
• Les prématurés (avant 37 semaines d'aménorrhée).
• Les bébés ayant une malformation cardiaque ou une maladie respiratoire. Pour ces
nourrissons à risque, les mesures préventives doivent être prises de façon très
rigoureuse.
311
COLIQUES DU NOURRISSON
Les coliques du nourrisson se caractérisent par des épisodes de pleurs ou de cris difficiles à
calmer, voire inconsolables, qui surviennent chez les bébés en bonne santé de 4 mois et
moins.
Ces crises de pleurs surviennent le plus souvent en fin de journée ou le soir, sans qu’une cause
médicale claire ne puisse être identifiée. Les pleurs débutent et cessent sans raison apparente.
En fait, les « coliques » ne répondent pas à une définition médicale très précise, puisqu’on
n’en connaît pas les causes exactes.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Les coliques débutent généralement vers l’âge de 3 semaines, pour être plus intenses vers la
8ème semaine et s’estomper naturellement autour de l’âge de 3 mois.
Au moins 3 heures par jour, plutôt après les repas et le soir, et 3 fois par semaine, le bébé :
•
pleure très fort, hurle en se tordant dans tous les sens ;
•
s'agite pendant le sommeil avec les poings serrés,
•
émet des flatulences.
•
le visage rouge, les jambes repliées sur le ventre et agitées, le dos arqué, le ventre dur et
apparemment sensible.
Les médecins considèrent généralement qu’il s’agit de coliques, ou pleurs excessifs, lorsque
le nourrisson va bien, grandit normalement, mais qu’il pleure.
■ QUELS SONT LES CAUSES ?
Les théories sur la cause des coliques sont multiples et variées. L’immaturité biologique et
psychologique du bébé est souvent mise en avant.
Traditionnellement, on attribue ces crises :
• À l’immaturité du système digestif causant des douleurs gastro-intestinales et des gaz,
• Une intolérance aux protéines du lait de vache ou au lactose
• À l’angoisse du soir,
• Au besoin d’être rassuré,
• À un excès de stimulations sensorielles,
• Au besoin d’évacuer les tensions de la journée,
312
• À l’anxiété de la mère.
Plusieurs études récentes pointent le rôle potentiel d’une intolérance ou d’une allergie aux
protéines bovines, qui irriteraient le système digestif de l’enfant ou en modifieraient la flore.
Les protéines bovines sont présentes dans le lait maternisé en poudre, mais aussi dans le lait
maternel lorsque la mère consomme des produits laitiers ou de la viande de bœuf.134*
■ LES FACTEURS DE RISQUE
Certains facteurs semblent augmenter le risque (mais le lien n’est pas toujours clairement
prouvé) :
•
le tabagisme de la mère pendant la grossesse et après
•
l’âge de la mère compris entre 30 et 34 ans
•
le fait qu’il s’agisse d’un premier enfant
•
en cas d’allaitement, le fait que la mère ait un réflexe d’éjection puissant (jets de lait) peut
causer un inconfort digestif en augmentant le taux de lactose ingéré, qui est difficile à digérer.
■ TRAITEMENT DISPONIBLE
1) LES PROBIOTIQUES
Les probiotiques constituent une approche prometteuse pour soulager les bébés souffrant de
coliques. Ils peuvent modifier la flore intestinale des nourrissons, notamment en limitant le
développement de certaines souches de bactéries responsables de gaz intestinaux., et diminuer
l’inflammation intestinale, potentiellement en cause dans les douleurs des nouveau-nés.
Plusieurs études cliniques récentes ont montré que l’apport de probiotiques de type
Lactobacillus reuteri permettait de diminuer les pleurs chez les bébés ayant des coliques.
2) PHYTOTHERAPIE
Fenouil et camomille en tête, mais aussi tilleul, mélisse, verveine et fleurd’oranger ont des
propriétés antispasmodiques susceptibles de soulager votre bébé :
•
préparez vous-même une tisane et donnez-en 10 ml à votre bébé (à l’aide d’une pipette)
avant chaque repas ;
•
ou recourez à un mélange tout prêt d’extraits de fenouil, fleur d’oranger et tilleul
(disponibles en pharmacie).135*
313
3) MANIPULATIONS VERTEBRALES
Les manipulations vertébrales montrent une certaine amélioration en agissant doucement sur
l’appareil digestif afin de libérer les tensions présentes. L’ostéopathie par exemple peut
réduire les coliques.
4) HOMEOPATHIE
2
Les produits homéopathiques dont Colocynthis 9 CH, MagnesiaPhosphorica et Nux
vomica peuvent être administrés aussi bien aux adultes qu’aux enfants, 2 granules suffisent. Il
existe d’autres remèdes homéopathiques destinés aux nourrissons :
•
Lycopodium clavatum 5 CH, plus particulièrement en présence de nombreux gaz ;
•
Cuprum métallicum 9 CH, plus particulièrement en présence de fréquents hoquets
•
Chamomilla Vulgaris 5 CH qui adoucit les nerfs du bébé qui pleure
•
Dioscoréa qui convient aux enfants qui sont recroquevillés par la douleur.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
•
Éviter d’angoisser et de transmettre son stress au bébé
•
Tentez de donner le sein ou le biberon en maintenant votre enfant en position semi-
verticale, pour lui éviter d’avaler trop d’air.
•
les mouvements rythmiques sont parfois efficaces
•
la succion (d’un doigt, d’une tétine ou du sein) a également des vertus apaisantes et
permet parfois d’arrêter les pleurs
•
massez doucement l’abdomen nu du bébé, avec de doux mouvements circulaires
effectués dans le sens des aiguilles d’une montre.
•
Il faut garder en tête que les coliques sont un trouble bénin, temporaire et fréquent.
Et qu’elles sont, par définition, difficiles voire impossibles à consoler! L’anxiété des parents
ne peut qu’aggraver l’inconfort du bébé, qui se sentira moins en sécurité dans les bras d’un
parent stressé.
Il semble toutefois que les régimes n’excluant que les protéines bovines sont moins efficaces
que les régimes hypoallergènes très stricts, excluant également les noix, le soja, les œufs, le
poisson, le blé et les cacahuètes. C’est du moins ce que suggère une étude menée en 2005 sur
314
107 nourrissons. Cependant, un tel régime est extrêmement contraignant et la mère doit
bénéficier d’un complément de calcium et d’un suivi nutritionnel pour ne pas être carencée.
SI VOUS ALLAITEZ
•
Donnez un seul sein à chaque tétée, afin que votre bébé ne prenne pas seulement le
lait riche en sucres rapides du début. Ces sucres favorisent les coliques. Évitez tout ce qui
provoque des gaz : choux, brocolis, flageolets, salade, boissons gazeuses…
•
Limitez votre consommation de caféine (café, thé).
•
Au contraire, consommez du fenouil,
•
Suivre un régime hypoallergène : la mère peut suivre un régime sans lait de vache et
sans ses dérivés (ni beurre, ni fromage, ni crème, etc). Plusieurs études ont montré qu’un
régime non allergène pouvait réduire les coliques.
SI BEBE NOURRI AU LAIT ARTIFICIEL
Diminuez le volume des biberons et augmentez leur nombre.
Respectez bien les proportions : une cuillère rase de poudre pour 30 g d'eau.
Donnez le biberon lentement, sans précipitation et dans une atmosphère calme : pas de
musique ou de télévision trop forte. Il n’est pas conseillé de changer de lait constamment pour
en trouver un plus adapté : cela risque parfois d’aggraver l’inconfort digestif.
Suivre un régime hypoallergène : il peut être efficace de substituer les préparations à base
de lait de vache classiques par un hydrolysat de lactosérum ou de caséine, sur conseil
médical.137*
■ LIMITES DU CONSEIL
Un nourrisson qui pleure beaucoup n’est pas forcément atteint de coliques. Mieux vaut
obtenir un avis médical pour éliminer toute cause grave pouvant expliquer ces pleurs. Ainsi,
des maladies comme le reflux gastro-oesophagien, une hernie inguinale, une otite, une
intolérance au lactose ou une constipation grave peuvent générer des pleurs intenses chez les
nourrissons.136,
138*
315
CONSTIPATION DU NOURRISSON
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La constipation est un motif très fréquent de consultation en pédiatrie, y compris chez les très
jeunes bébés.
Il est en général admis que les nourrissons ont au moins une selle par jour, non dure (voire
liquide, surtout chez les bébés allaités).
Chez le bébé nourri au biberon ou avec une alimentation diversifiée, on parle de constipation
lorsqu’il y a moins de 3 selles par semaine.
Il faut notamment être attentif au délai d’émission du méconium, qui est la « première selle »
du bébé. Le méconium est émis environ 24 heures après la naissance. Si rien n’est émis au
bout de 48 heures, on considère qu’il y a un problème et le pédiatre doit intervenir pour un
examen complet.
■ QUELS SONT LES CAUSES ?
Il faut distinguer la constipation qui survient de façon secondaire chez un bébé qui n’a pas eu
de problème auparavant, et la constipation primaire, qui révèle généralement la présence
d’une malformation digestive détectée très tôt par les médecins ou d’une autre maladie.
Dans le premier cas, il s’agit de constipation dite fonctionnelle, qui peut survenir à l’occasion
d’un changement d’habitude alimentaire
(lait infantile trop concentré, introduction trop
précoce de céréales, diversification de l'alimentation...) ou de rythme de vie (mise en
collectivité, changement du cadre de vie...).
La maladie de Hirschsprung touche un enfant sur 5000 environ : c’est une maladie due à une
anomalie de l’innervation du système digestif (la partie terminale du rectum) qui empêche la
bonne progression des aliments et des liquides. Ceux-ci stagnent, ce qui cause une forte
constipation qui se révèle le plus souvent dès les premiers jours de vie par un retard
d’évacuation du méconium.
Certaines maladies endocriniennes ou métaboliques, comme l’hypothyroïdie, l’hypokaliémie,
la maladie coeliaque ou la mucoviscidose (fibrose kystique) peuvent entrainer une
constipation dès les premiers jours ou semaines de vie. Le diabète entraine aussi une
déshydratation chronique qui peut se traduire par une constipation.
316
D’autres causes peuvent être responsables d’une constipation secondaire beaucoup plus rare,
comme certaines tumeurs ou certaines anomalies neurologiques.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
La constipation s'accompagne généralement de symptômes comme des pleurs au moment de
la défécation, des selles dures, des douleurs abdominales, des ballonnements ou des stries
rouges au niveau de l'anus (fissures anales).
•
chez le nouveau-né, une constipation est évoquée lorsqu'il y a moins de 2 selles par jour ;
•
chez le nourrisson, moins de 3 selles par jour, mais surtout selles émises avec effort,
douloureuses, accompagnées de pleurs ;
■ TRAITEMENT DISPONIBLE
Le premier traitement de la constipation, c'est avant tout de changer l'alimentation de l'enfant.
On peut utiliser des laits infantiles dont la composition permet d'accélérer le transit ou ajouter
de l'huile de paraphine lyophilisée dans le lait.
Si au bout de 2 jours il n’y a pas de progrès :
On peut proposer un mini-lavement au glycérol
L’huile de paraffine en petite quantité peut aussi être donnée ponctuellement pour aider le
passage de selles dures et volumineuses.
Les laxatifsosmotiques (Forlax, Importal) sont généralement très bien toléré par les toutpetits pour les aider transitoirement, le laxatif est donné par voie orale.
Les laxatifs par voierectale, les suppositoires à la glycérine et les mini lavements facilitent
la défécation par stimulation du rectum, mais peuvent perturber le réflexe de défécation,
surtout s’ils sont utilisés trop souvent.L’usage de ces médicaments doit rester exceptionnel.
L’irritation de la paroi intestinale qu’ils provoquent, associée à l’accoutumance de l’intestin,
favorise l’apparition de constipation.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Il faut s’assurez-vous que le bébé boit suffisamment. Ne pas hésiter à lui donner des
biberonsd’eaurégulièrement. Si vous allaitez, veillez à boire au moins deux à trois litres d’eau
chaque jour.
Lorsque la constipation survient de façon secondaire, surtout chez un bébé nourri au biberon,
il peut s’agir d’une mauvaise adaptation au lait en poudre ou à l’eau minérale utilisée. Il est
317
conseillé d’utiliser des eaux qui « conviennent pour la préparation des aliments des
nourrissons ». Il est possible d’utiliser pendant quelques jours des eaux plus riches en
minéraux.
Si la constipation survient chez un bébé de plus de 6 mois, qui a débuté une alimentation
solide, il est conseillé de favoriser les purées de légumes verts ou les compotes de prune ou de
pruneau pour soulager la constipation. Il est préférable de donner des fruits et des légumes
dont les fibres accélèrent le transit intestinal, une habitude alimentaire à conserver ensuite
pendant toute l’enfance.
D’autres aliments contenant des fibres comme des céréales complètes peuvent être donnés à
partir d’un an.
Surtout ne pas introduire un thermomètre dans l’anus pour déclencher l’émission de selles.
■ LIMITES DU CONSEIL
Dans certains cas, il est nécessaire de consulter un médecin :
•
fièvre et constipation avec présence de sang dans les selles ;
•
constipation accompagnée de symptômes comme des vomissements, un amaigrissement,
de la fièvre ;
•
fortes douleurs abdominales avec un ventre gonflé..
•
en cas de lésions de l’anus, si le ventre est ballonné et si l’enfant a des pertes
involontaires de selles.139*
318
DIARRHEE DU NOURRISSON
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
La diarrhée est l’émission de selles plus liquides ou plus fréquentes qu’à l’accoutumée.
Ce trouble est très courant chez les nourrissons, surtout avant l’âge de 12 mois.
■ QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
• La diarrhée aiguë se caractérise par l’émission d’au moins 4 selles liquides par 24
heures.
• Son début est généralement brutal. Elle ne dure en principe pas plus de 5 ou 6 jours.
Au-delà, on parle de diarrhée chronique..
• La diarrhée risque de provoquer d’importantes pertes en eau et en sels minéraux,
entraînant une déshydratation et une dénutrition qui sont aggravés en cas de
vomissements ou de fièvre.
• La diarrhée est très grave si la perte de poids atteint 10 % du poids initial du bébé.
• L’hospitalisation en urgence est alors nécessaire.
La diarrhée aiguë est l’une des principales causes de mortalité chez le nourrisson.
Elle est le plus souvent due à une infection d’origine virale. Le rotavirus est très
fréquemment impliqué. Des bactéries (colibacilles, salmonelles…) ou des
champignons microscopiques peuvent aussi être en cause.
■ LES FACTEURS DÉCLENCHANTS
• Mode de garde en collectivité.
• Doigts sales dans la bouche.
• Intoxication alimentaire.
• Intolérance aux protéines du lait de vache.
• Malnutrition.
■ LE TRAITEMENT LA DIARRHÉE AIGUË DU NOURRISSON
1)
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
On retrouve les solutions de réhydratation et les médicaments antidiarrhéiques, pour y
voir claire :
319
•
Les solutions de réhydratation (SRO)
Ce sont des poudres qui peuvent être mélangées à de l’eau et ensuite bues, dès le début
de la vie.
Elles luttent contre la déshydratation en rechargeant le corps en liquide et en sels
minéraux. Peu chères, elles se conservent très bien et sont assez faciles d’usage. Tous les
nouveaux parents se voient donc conseiller d’en avoir à la maison. 40*
Pour le traitement il faut faire boire par petites quantités toutes les 10 minutes du soluté
de réhydratation, qui se présente sous la forme d’un sachet à diluer dans 200 ml d’eau.
L’allaitement peut être poursuivi, mais le lait infantile est arrêté pendant quelques heures
puis remplacé si besoin par une formule spéciale prescrite par le médecin.
Ils se composent principalement d’eau, de sel et de sucre, dans des proportions
identiques à ce que l’enfant perd du fait de sa diarrhée. Le sucre apporte de l’énergie,
réduit les vomissements et facilite l’absorption par l’intestin du sel et de l’eau.
Attention, avant l’âge de dix-huit mois, tous les autres types de boisson (eau nature ou
sucrée, sodas à base de cola, ou autres) sont inadaptés. Les sachets de poudre de
réhydratation, à diluer dans de l’eau minérale adaptée. La solution préparée doit être
conservée au réfrigérateur vingt-quatre heures au plus. On peut l’administrer froide car
cela calme les vomissements, en petites quantités et fréquemment. 41*
Les parents ne distinguent pas facilement les signes de la déshydratation (fontanelle
abaissée, bouche sèche et pleurs sans larmes, cernes sous les yeux, apathie, teint
gris, perte de plus de 5% du poids…) surtout chez un enfant qui n’est déjà pas en
forme à cause de sa gastro.
C’est pourquoi les recommandations actuelles sont de proposer des SRO en plus de
l’alimentation normale dès qu’une diarrhée importante se déclare avant de voir le
médecin. 40*
Chez les plus grands, l’alimentation normale reprend progressivement après 3 à 4 jours.
2. Les traitements antidiarrhéiques
Le traitement médicamenteux vise à soulager les symptômes. Il peut inclure du
paracétamol en cas de fièvre et des médicaments antispasmodiques pour calmer les
320
douleurs abdominales.
L'utilisation des antidiarrhéiques n'est pas systématique. Elle ne dispense pas des
mesures diététiques et de la réhydratation.
Plusieurs familles d'antidiarrhéiques sont disponibles. Les médicaments sont choisis en
fonction de l’intensité de la diarrhée, de l’âge de l’enfant et/ou des maladies associées
1.1. Antidiarrhéiques antisécrétoires intestinaux :
Leracécadotrilest unantidiarrhéique qui appartient à la famille des antisécrétoires
intestinaux. Il permet de diminuer le nombre de selles et est un complément efficace à la
réhydratation.
Ex d’Antidiarrhéiques antisécrétoires intestinaux : TIORFANB16 PPV : 112.00 Dh
1.2. Antidiarrhéiquesralentisseurs du transit :
sont le plus souventutilisés chez le grand enfant et l'adulte. Ils peuvent être utiles dans
certains cas.
Les présentations vendues sans ordonnance sont réservées à l'adulte.
Exemples d’Antidiarrhéiques ralentisseurs du transit intestinal :
•
IMODIUM
•
LOPÉRAMIDE ALMUS
Par ailleurs, la diosmectite (une argile) permet également de réduire le nombre de selles,
en complément de la réhydratation. Elle protège la muqueuse digestive et aurait la
capacité de fixer les toxines bactériennes.
Sa tolérance est bonne, même chez les plus jeunes.
Exemples de produits disponibles : SMECTA
2.3Les antiseptiques intestinaux agissent localement sur les bactéries responsables
d'infections de l'intestin. La plupart des diarrhées des enfants sont dues à des virus :
l'utilisation de ces médicaments ne se justifie pas dans ce cas. Ils sont pour la plupart
réservés à l'enfant de plus de 15 ans.
Exemples d’Antidiarrhéiques antiseptiques intestinaux :
•
NIFUROXAZIDE
•
PANFUREX
321
1.3. Lesantidiarrhéiques dits d’origine microbienne(contenant des
germes ou levures déshydratés) permettent de restaurer la flore intestinale mais ne
dispensent pas de l’usage des solutés de réhydratation.
Leur efficacité n'est pas clairement établie. Lorsqu’ils se présentent sous la forme de
gélules, ils sont réservés aux enfants de plus de six ans.
D'autres antidiarrhéiques contenant des lactoprotéines sont parfois proposés en
traitement d'appoint.
Exemples d’Antidiarrhéiques : substances d'origine microbienne :
•
BACILOR
•
LACTÉOL
•
LYO BIFIDUS
•
ULTRA-LEVURE
Autres antidiarrhéiques : SACOLÈNE, CARBOLEVURE
Les antibiotiques ne sont utiles que dans le traitement des gastro-entérites d’origine
bactérienne. 41*
2)
HOMEOPATHIE
Pour une diarrhée suite à la consommation de fruits, Oleanderest le remède idéal.
Aconit si diarrhée provoquée par un simple coup de froid au niveau du ventre.
Podophyllum si diarrhées lors des périodes de poussée dentaire. Ce même produit est
aussi idéal si les selles sont abondantes et de couleur jaune avec de la bile et que le
malade est aussi sujet à des crampes et des sueurs froides.
Magnesia carbonica si diarrhées des nourrissons présentant des selles aqueuses et de
couleur verdâtre avec une odeur assez forte.
China si diarrhées causées par la prise de certains types de médicaments comme les
antibiotiques.
Si les diarrhées s’intensifient après chaque repas, la prise de Natrum Sulfuricumest
conseillée.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
- Pour éviter une déshydratation suite à la diarrhée, il faut compenser en faisant boire des
solutions de réhydratation votre pharmacien saura vous conseiller.
322
- Un vaccin buvable contre le rotavirus peut être administré dès l’âge de 6 semaines. Il
nécessite néanmoins plusieurs doses.
- Bien se laver les mains après chaque change de bébé.
- Nettoyer soigneusement la table à langer.
- Ne pas échanger les jouets entre bébés et encore moins les biberons ou les tétines
- Alimentation : l’enfant peut continuer à manger comme d’habitude. Les parents
privilégieront les aliments qui vont rendre les selles plus solides : carottes, riz, coing,
bananes…
- Rappelez-vous que toute autre boisson que les SRO sera inutile pour réhydrater.
- Si l’enfant est encore nourri au lait, vous pouvez alterner biberons de lait et biberons de
SRO.134*
■ LIMITES DU CONSEIL
- Perte de poids importante, l’hospitalisation d’urgence peut être nécessaire si l’enfant a perdu
un dixième de son poids ou plus.
- Difficultés à avaler, motricité du colon diminuée, troubles digestifs récents, insuffisance
hépatique : avis médical indispensable avant tout traitement.
- Si au bout de 2 jours de traitement la diarrhée persiste, un avis médical et une réhydratation
sont indispensables.
- Si teint très pâle et/ou fièvre élevée.
- Si bébé de moins de six mois
- Beaucoup de selles (plus de huit par jour). 40*
- S’il y a du sang dans les selles.
- En cas d’effets indésirables et/ou de surdosages avertir immédiatement son médecin traitant.
323
DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE DU NOURRISSON
Ni trop tôt ni trop tard.
La diversification alimentaire, c’est entre 4 et 6 mois révolus de l’enfant. Ni avant ni après.
Un enfant qui commence à manger autre chose que du lait maternel ou du lait infantile avant
4 mois augmente son risque d’obésité à l’âge adulte et surtout son risque d’allergies.
En revanche, si les aliments réputés allergéniques (œufs, poisson, fruits à coque, kiwi, céleri,
fruits de mer, etc.) sont introduits trop tard, l’enfant augmente son risque de devenir allergique
à ces aliments ; l’acquisition de la tolérance à ces aliments est facilitée par une introduction
réalisée à partir de 6 mois environ.
Le lait maternel ou le lait infantile gardent une place centrale : Si cela est possible, la
poursuite de l’allaitement est conseillée après la diversification alimentaire, le lait maternel ou
le lait infantile constituant l’apport lacté.
Il est plus judicieux de ne présenter qu’une seule saveur à la fois pendant les premiers mois de
la diversification alimentaire pour que l’enfant apprenne le goût spécifique de chaque aliment,
et varier les aliments proposés chaque jour : l’enfant acceptera plus facilement des aliments
nouveaux.
La diversité alimentaire précoce permet une diminution des réactions de néophobie qui
apparaissent vers la fin de la 2ème année.
En effet, l’exposition lors de l’allaitement mais aussi lors de la diversification alimentaire,
dans la période des 5-6 premiers mois de vie, à la variété alimentaire (et donc à une large
palette d’odeurs, de saveurs, de textures, de couleurs, etc.) engendre une propension à
accepter la nouveauté par la suite, du moins dans l’enfance.135*
DE 0 À 4 MOIS RÉVOLUS
• L’alimentation est uniquement lactée.
• Le bébé régule de lui-même ses prises en cas d’allaitement maternel.
• Le nombre et le volume des biberons évoluent avec l’âge. Préparer plus que ne boit
bébé et le laisser prendre ce qu’il veut, en respectant un intervalle de 3 heures entre
chaque biberon.
324
DE 5 À 8 MOIS
• Introduction progressive des légumes sous forme de soupe mixée (au biberon) ou de
purée mixée (carottes, épinards, haricots verts, courgettes pelées épépinées, blanc de
poireaux, potiron), puis des fruits bien mûrs en compote, sans sucre ajouté. La pomme
de terre est utilisée comme légume liant.
• Introduire un seul nouveau légume ou fruit par jour, afin que l’enfant apprenne
chaque goût.
• La viande et le poisson (non pané) font leur apparition à 6 mois (10 g à midi) ainsi
que l’œuf dur (1/4 d’œuf).
La viande, le poisson ou l’œuf sont introduits vers l’âge de 5-6 mois révolus. La règle
est de proposer 10g de viande/poisson/œuf par jour par année d’âge en cours. Par
exemple, 20g/j pendant la 2e année, c’est à dire entre 1 et 2 ans (la viande et le poisson
apportent 20% de leur poids en protéines).
DE 8 À 12 MOIS
• La texture des aliments se modifie et les petits morceaux apparaissent.
• Le choix des légumes s’élargit aux endives, tomates, petits pois, aubergines,
artichauts, chou-fleur, brocolis, fenouil, betterave rouge…
• Les fruits peuvent être consommés crus, écrasés ou mixés.
• L’ajout d’une noisette de beurre cru, d’1 cuillère à café d’huile végétale ou d’un peu
de fromage râpé est conseillé.
APRÈS 1 AN
• Une consommation quotidienne de 500 ml de lait de croissance est souhaitable.
• L’apport en protéines ne doit pas excéder 30 g de viande, poisson ou œuf par jour.
• Tous les légumes peuvent être utilisés, à l’exception des légumes secs non mixés qui
ne sont pas introduits avant 18 mois.
• Tous les fruits peuvent être donnés.
• Des céréales ou des féculents seront proposés à chaque repas
325
LES ENFANTS À RISQUE D’ALLERGIE
• Pour les enfants dont les parents ou les frères et sœurs présentent des manifestations
allergiques avérées, l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois est recommandé, ou
à défaut l’utilisation d’une formule HA.
• La diversification alimentaire débute au cours du 6ème mois. Elle sera retardée après
1 an pour les aliments fortement allergisants : kiwi, céleri, fruits à coque, arachide,
crustacés.
Attention au sel : les quantités ingérées doivent respecter certaines limites : 0,3 g/j
avant l’âge de 6 mois, 0,94 g/j de 7 à 12 mois, 2,54 g/j de 1 à 3 ans. L’excès de sel
entraîne une élévation de la tension artérielle, même chez l’enfant, et une augmentation
de l’appétence ultérieure pour le sel.
Repère : une pincée de sel = 1 g de sel et 100 g de légumes = 0,25 g de sel.
Attention aussi au sucre et aux boissons sucrées, l’habitude de manger trop sucré se
prend très jeune et peut conditionner cette habitude à l’âge adulte. L’apport régulier et
excessif de boissons sucrées crée de mauvaises habitudes, l’enfant refusant ensuite
l’eau pure, avec de plus un risque majoré de caries dentaires, de surpoids et de
renforcement de l’appétence pour le sucré.134*
326
ERYTHEMES FESSIERS
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
L’érythème fessier est une affection de la peau très fréquente chez le tout-petit, due à
l’irritation du siège par les urines et par les matières fécales. Les fesses du bébé deviendront
rouges et rugueuses.
Il existe deux fromes d’érythème, celui des plis et celui des parties saillantes des fesses,
jusqu’au sexe.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
La peau est rouge, elle peut être suintante et recouverte de boutons. Si l'on ne fait rien, le
problème peut s'aggraver vers une douloureuse inflammation accompagnée de fissures ou de
vésicules.
L'érythème peut être localisé à l'intérieur des cuisses, les fesses et le pubis. L'érythème forme
alors un "W".
L'érythème forme un "Y" si l’érythème est au niveau des plis de l'aine et les parties
génitales. 140*
■ QUELS SONT LES CAUSES ?
La couche est la première coupable.
•
la chaleur, l'humidité et l'ammoniaque des urines, l'hyper acidité des selles et les
frottements de la couche fragilisent l'épiderme du bébé ;
•
•
•
la macération
à l'intérieur des couches favorise la survenue d'un érythème ;
les lingettes imprégnées de lotion, les composants de certaines couches (cellulose,
caoutchouc), la lessive et les produits de toilette trop abrasifs peuvent irriter les peaux les plus
sensibles et déclencher une réaction allergique ;
•
une diarrhée aggrave la situation ;
•
le manque ou un excès d'hygiène locale peut accentuer et accélérer l'érythème fessier
•
La prise d'antibiotiques, les éruptions dentaires et rhinites peuvent aussi être incriminés.
■ TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
327
Grâce aux soins d'hygiène, l’érythème fessier guérit en quelques jours. En l’absence de
traitement, la colonisation par un champignon, le Candida albicans, est possible, surtout si les
selles sont acides.
Il faut faire des bains de siège avec du permanganate de potassium dilué dans l’eau
(1 sachet de 0,5 g dans 5 litres d’eau) produit disponible en pharmacie.
Rincer à l’eau claire et laisser bien sécher la peau après l'opération.
Une fois la peau sèche, appliquer la crème protectrice à l'oxyde de zinc.
Antifongiques à usage topique :
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
L'important est d'agir au plus vite dès les premières rougeurs du siège :
•
Nettoyer doucement la peau d'avant en arrière et se laver les mains avant et après chaque
change
•
Pour laver les fesses et les parties intimes de bébé, utilisez un savon de Marseille (un vrai),
un savon surgras, un lait de toilette, une lotion micellaire, ou du liniment oléo-calcaire.
Ces produits sont recommandés pour soigner mais aussi pour prévenir l'érythème fessier.
•
Toujours bien rincer après l'application du produit de nettoyage (sauf pour les produits
notés "sans rinçage").
•
donnez un bain au bébé chaque jour
•
Sécher en tamponnant et non en frottant. Bien sécher entre les plis
•
Appliquez une pâte protectrice à base d'oxyde de zinc.
Etalez la pâte sur les rougeurs en débordant un peu, et ce, en couche épaisse.
Il n'est pas utile d'enlever la crème entre chaque change. Au contraire, laissez-la et recouvrez
juste les endroits où celle-ci est partie.
•
Si le temps le permet, laissez les fesses de bébé au maximum à l'air.
S'il fait froid, restez avec bébé dans la salle de bain bien chaude, sur la table à langer quelques
minutes de plus pour jouer, après le bain.
•
Si le bébé est souvent victime d'érythème fessier ou si son érythème persiste plusieurs
jours, utilisez des couches spéciales vendues en pharmacie (couches en coton).
•
Dans tous les cas, il convient de changer la couche de bébé dès qu'elle est mouillée ou
souillée, et au minimum après chaque biberon ou repas.
328
•
•
Quand vous positionnez la couche, évitez qu'elle soit trop serrée. Il faut que l'air passe.
Les produits à supprimer (en traitement et en prévention si les fesses de bébé sont
sensibles) :Les produits de toilette parfumés ou alcoolisés, les lingettes, et le talc car il
favorise la macération
•
et dont les fines particules volatiles peuvent pénétrer dans les poumons de votre bébé.141,
142*
■ LIMITES DU CONSEIL
Consulter médecin si :
-
fièvre ou si bébé pleure à chaque change (douleurs)
-
l'érythème apparaît dans les six premières semaines de la vie de votre bébé ;
-
bébé perd du poids ou ne mange pas autant que d'habitude ;
-
apparition de croûtes, d'ampoules, de papules , de pustules , de plaies purulentes ou de
croûtes, signes d'aggravation et de surinfection ;
-
des plaques rouges apparaissent sur le ventre ou sur le dos ;
-
l'érythème persiste ou s'étend trois jours après les premiers soins ;
-
présence de dépôts blancs dans la bouche de l’enfant, signe d'une mycose buccale
(muguet).143*
329
HYGIENE DU NOUVEAU NE
LE BAIN
La température de la pièce sera comprise entre 22 °C/24 °C, l'eau du bain entre
35 °C/37 °C.
Préparer et garder à portée de mains les produits d'hygiène et la serviette.
Utiliser une petite baignoire ou une bassine à bonne hauteur ou le lavabo.
Vérifier la température de l'eau avec un thermomètre avant de faire prendre le bain.
Tenir bébé par l'aisselle, tête posée sur l'avant-bras de l'adulte pendant toute la
durée du bain.
Effectuer la toilette avec un savon surgras, un pain dermatologique sans savon ou
un syndet, en commençant par la tête, puis le corps, le sexe et le siège en dernier.
Bien rincer.
Le bain pourra être donné même si le cordon ombilical n'est pas tombé.
- Eviter l'emploi d'éponge ou de gant de toilette (pour minimiser les risques de
contamination microbienne).
- Ne jamais laisser bébé seul dans le bain.
- Le bain ne doit pas durer plus de 10 à 15 minutes.
LES SOINS APRÈS LE BAIN
Sécher le nouveau-né en le tamponnant. Insister sur les plis (l'humidité favorise les
infections).
Nettoyer avec une compresse en non tissé ou du coton imbibés de sérum
physiologique :
- Les yeux, de l'angle interne vers l'angle externe (un coton pour chaque œil).
- Le nez, une mouchette de coton torsadé pour chaque narine.
- Le pavillon et le bord de l'oreille, sans pénétrer dans le conduit auditif.
- Ne pas utiliser de coton tige pour ne pas blesser et/ou abîmer les tympans.
LE CORDON OMBILICAL - SOINS PARTICULIERS
Le cordon ombilical tombe généralement tout seul entre le 5ème et le 15ème jour de
330
vie. Les soins apportés sont pluriquotidiens et ce, jusqu’à la cicatrisation complète
de l’ombilic.
Nettoyer de la base du cordon vers l’extrémité avec une compresse en non tissé
imbibée d’une solution antiseptique (une compresse différente à chaque passage)
puis bien essuyer.
Lors du change faire très attention à la base du cordon ombilical. Bien essuyer
cette zone pour éliminer toutes souillures qui pourraient s'y accumuler. De ce fait,
orienter le sexe du petit garçon vers le bas avant de fermer le change complet.
Eviter que la couche ne frotte contre le cordon en repliant celle-ci au-dessous du
cordon ou en utilisant une couche possédant une découpe au niveau du nombril.
- En cas de suintement jaune du cordon ombilical, de mauvaise odeur, de
rougeur et gonflement à la base de ce dernier, consulter le pédiatre ou le
médecin.
LE CHANGE - QUELQUES RÈGLES SIMPLES
Changer le nourrisson aussi souvent que nécessaire (avant chaque repas au
minimum).
Nettoyer de l’avant vers l’arrière à l'eau ou lotion nettoyante sans savon ou syndet,
puis rincer.
Sécher délicatement en tamponnant, insister au niveau des plis de la peau.
Appliquer une crème protectrice en cas d'irritations.
- Choisir un change complet adapté au poids du nourrisson afin d’éviter fuites
ou irritations dues aux frottements d’un change mal adapté.
- Rincer de préférence avec une eau thermale même les produits dits sans
rinçage.
331
INTOXICATION AUX PRODUITS MENAGERS
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les intoxications par ingestion de produits ménagers concernent essentiellement les
enfants de 1 à 4 ans.
La cuisine et la salle de bains sont les pièces à surveiller.
■ LES PRODUITS EN CAUSE
• Les produits ménagers irritants pour les intestins sont les plus nombreux : eau
de javel diluée, produits pour la vaisselle ou la lessive à la main…
• Les produits caustiques, ou fortement acides ou basiques, sont beaucoup plus
dangereux : déboucheurs pour les canalisations, produits décapants pour le four,
poudre pour lave-vaisselle, détartrants liquides, détachants, solvants, désodorisants
WC, cires…
• Les produits moussants (savon, shampooing, bain moussant) peuvent envahir les
voies respiratoires et provoquer une asphyxie.
• Les eaux de toilettes ou les parfums renferment de l’alcool et peuvent provoquer
une intoxication alcoolique.
• Certains produits cosmétiques (vernis à ongle, produits pour les cheveux…)
renferment de l’acétone ou de l’ammoniaque, qui sont des toxiques.
■ LES GESTES À FAIRE
• Si la victime est inconsciente, la placer sur le côté en position latérale de sécurité.
• Appeler immédiatement le centre anti-poison de votre région. Il est ouvert 24
heures sur 24, 7 jours sur 7.
• Garder l’emballage ou la notice du produit à portée de main. Répondre aux
questions posées au téléphone et suivre scrupuleusement les consignes données.
• Ne pas faire boire de lait, ce n’est pas un anti-poison.
• Ne pas donner d’eau. Elle dilue le produit et peut aggraver l’accident .
• Ne pas faire vomir, sauf si c’est le médecin du centre anti-poison qui le demande
.
332
■ LA PRÉVENTION
• Placer les produits ménagers en hauteur hors de portée des enfants. Eviter les
placards sous les éviers.
• Prévoir des fermetures de sécurité : bloque-porte, bloque-tiroir …
• Faire sortir les jeunes enfants de la pièce ou les placer dans une chaise, un parc, un
lit… lors de l’utilisation de produits toxiques.
• Ranger immédiatement les produits après usage.
• Ne jamais transvaser les produits ménagers dans d’autres récipients, surtout s’ils
sont à usage alimentaire (bouteille d’eau, boite de conserve, verre…).
• Surveiller les enfants chez les amis, les grands-parents, en vacances.
333
POUSSEE DENTAIRE
■ QU’EST CE QUE C’EST ?
Chaque enfant est unique en ce qui concerne la sortie des dents. Certains naissent avec leur
première dent (extrêmement rare), d'autres attendront leur un an révolu. Entre ces deux
extrêmes, la première dent apparaît de façon plus classique aux alentours des 6 mois. Cela ne
reflète en aucun cas le développement de l'enfant.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Bébé bave, a besoin de mordre, souffre parfois, peut manquer d'appétit, ses joues sont souvent
rouges ainsi que ses fesses et ses gencives sont gonflées.
La poussée dentaire peut également s’accompagner d’une rhinopharyngite, d’une bronchite,
ou d’une otite surtout lorsque les dents supérieures poussent. En effet, dans ce cas :
•
l’inflammation des gencives gagne les fosses nasales ;
•
le nez se bouche et coule ;
•
les défenses immunitaires de bébé sont affaiblies et un microbe, un virus ou une bactérie
peut en profiter !
Si l'âge varie fortement, en revanche l'ordre de sortie est généralement le même. Les deux
incisives inférieures se manifestent en premier, suivies des incisives supérieures. Viennent
ensuite les incisives latérales supérieures puis inférieures.
A titre indicatif :
Incisives supérieures / inférieures : 6-8 mois / 6-7 mois
Incisives latérales supérieures / inférieures : 7-10 mois / 8-11 mois
Premières molaires 10-16 mois
Canines : 16-20 mois
Secondes molaires : 20-30 mois
■ TRAITEMENT DISPONIBLE
1)
HOMÉOPATHIE
En homéopathie plusieurs remèdes sont à conseiller pour soulager les poussées dentaires de
votre bébé.
334
•
S’il s’agit des toutes premières dents qui font leur apparition, la douleur pourra être
soulagée avec Chamomilla vulgaris en 15 CH. Donnez 5 granules trois fois par jour.
•
D’une façon générale, pour diminuer les douleurs, employez de nouveau Chamomilla
vulgaris mais en 9 CH à raison de 5 granules trois fois par jour, en particulier si bébé est
irritable et qu’il se calme lorsqu’on le berce.
•
Pour limiter la salivation et la douleur, donnez, en plus de Chamomilla, 5 granules de
Mercurius solubilis en 15 CH trois fois par jour.
•
Si le bébé a une salivation abondante et qu’il mordille des objets, remplacez le Mercurius
solubilis indiqué ci-dessus par Phytolacca decandra en 9 CH.
Pour les plus petits, faites fondre les granules dans un verre d'eau.
Bon à savoir : il existe également des suppositoires homéopathiques efficaces, à
commander en pharmacie. Ils sont composés d’Arnica montana, de Chamomilla et
d’Hypericum perforatum.
2)
•
PHYTOTHÉRAPIE
Il peut être très intéressant de donner à mâcher à votre enfant une racine d’iris, également
appelée racine de violette. D’une part, la racine d’iris, élastique, soulage la douleur gingivale
(en libérant des principes actifs lors de la mastication, la violine notamment), d’autre part elle
aide les dents à percer.
•
Dès que le bébé ne souhaite plus mâcher la racine, il suffit de la laisser sécher à
température ambiante ou de la plonger quelques instants dans l’eau bouillante afin de la
nettoyer. Une racine d’iris se conserve ainsi jusqu’à deux ans.
•
Lorsque les dents sont sorties, il est préférable de ne plus utiliser la racine, le bébé
risquant d’en croquer des petits bouts et de s’étouffer.
•
Optez pour un gel gingival à la sauge bio, qui tonifiera les tissus tout en apaisant la
douleur.
•
Vous pouvez aussi vaporiser sur les gencives gonflées un spray à base d’extrait de
propolis bio connu pour ses vertus antibiotiques, cicatrisantes et anti-inflammatoires. C’est un
remède de choix pour l’hygiène de la bouche : son action anesthésique est parfaitement
adaptée aux inflammations gingivales.
335
3) AROMATHÉRAPIE
Les huiles essentielles (HE) sont très puissantes et il ne faut pas les utiliser n’importe
comment, en particulier chez les enfants. Vous pouvez néanmoins préparer le mélange suivant
pour soulager les poussées dentaires :
•
0,3 ml d’HE de Clou de girofle et de Camomille romaine ;
•
3 ml d’huile végétale (HV) de millepertuis ;
•
30 ml d’HV de noisette.
•
Mettez 2 gouttes du mélange sur la pulpe de votre auriculaire et massez délicatement la
gencive avec le doigt.
•
Ne faites pas plus de deux applications par jour.
■ CONSEILS DU PHAMACIEN
Là encore, l'intensité de la douleur qui accompagne la sortie des dents dépend de l'enfant.
Certains souffriront beaucoup plus que d'autres.
•
On peut proposer au bébé un anneau de dentition à mâchouiller. L'idéal étant ceux qui
contiennent un liquide que l'on place au préalable au réfrigérateur, car le froid soulage
efficacement l'inflammation.
•
Frottez doucement la gencive de bébé avec votre doigt afin de le soulageret appliquer un
gel apaisant spécial.
•
Un simple bâtonnet de légume à mordiller apaise un bébé.Optez pour une carotte, dans
l'idéal. (Laissez la carotte au réfrigérateur plusieurs heures pour qu'elle durcisse).
•
Pour les promenades, s'il fait froid ou si le vent est frais, couvrez bien sa tête et son
visage. Une fois les premières dents apparues, attention à l'hygiène dentaire ! Notamment,
finis les biberons d'eau sucrée ou de lait à disposition toute la nuit !Avant l'âge du vrai
brossage (dès 18 mois vous pouvez l'initier, mais les gestes dirigés n'arriveront qu'entre 2 et
3 ans), vous pouvez nettoyer ses petites dents à l'aide d'une compresse humide.
336
RÉGURGITATIONS DU NOURRISSON
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les régurgitations du nourrisson est définie comme le rejet d’une partie du lait non digéré lu
partiellement digéré survient immédiatement ou pendant la prise d’un biberon ou une tétée.
■ QUELS SONT LES CAUSES ?
Les régurgitations peuvent être liés à la position du bébé pendant la tétée, à la rapidité de
l’ingestion de lait et à la quantité de celui-ci.
Phénomènes d’aerophagie
Une malformation dans le tube digestif ou une invagination peuvent être la cause.
Des médicaments , notamment certains antibiotiques , antitussifs et calmants peuvent
favoriser les régurgitations.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
Chez les nourrissons, les symptômes du reflux sont les suivants :
•
des régurgitations excessives et (ou) des vomissements ;
•
des douleurs, un refus de boire, des crises de pleurs ;
•
un retard de croissance et une anémie dans les cas graves.
•
des épisodes d'apnée (rare).
■ LES PRODUITS DISPONIBLES
1) TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
o
GAVISCON suspension buvable nourisson
o
Gel de POLYSILANE nourisson
o
POLYSILANE DELALANDE nourisson
o
GELOPECTOSE nourisson
o
MOTILIUM nourisson
o
PERIDYS nourisson
o
PREPULSID nourisson
337
2) HOMÉOPATHIE
Les régurgitations sont fréquentes chez les bébés. Ils disparaîtront spontanément entre six
mois et un an. Cependant, on peut dissoudre 5 granules de Cuprum 9CH dans le biberon
lorsque le reflux est fréquent et affecte la santé du bébé.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Pour les reflux gastro-œsophagiens du nourrisson, qui sont fréquents et parfois sans
conséquence, il est possible de consulter un ostéopathe qui réglera facilement ce problème en
une ou deux séances.
Par ailleurs, pour limiter les reflux des bébés, faites en sorte de :
-
leur donner à manger avant qu’ils n’aient trop faim, calmement et sans excès ;
-
leur donner des laits dits anti-régurgitations, qui sont épaissis ;
-
fractionner les repas ;
-
bien faire faire son rot après le repas ;
-
Prendre le temps de donner au bébé son repas dans le calme et ne pas hésiter à faire des
pauses permettant ainsi à l’estomac de se vider tranquillement.
-
Bien contrôler le débit de la tétine : Lorsque le lait coule trop lentement à son gré, bébé
s'impatiente, ce qui favorise les vomissements. Mais si le débit est trop rapide, il avale trop
vite une grande quantité d'air et de liquide et son estomac n'aime pas ça.
Éviter :
-
De donner un biberon supplémentaire parce que le bébé vient de recracher le lait. Un
estomac trop rempli favorise au contraire les régurgitations. Certains nourrissons sont
suralimentés, ce qui finit par retentir sur leur digestion, et donc leur courbe de poids.
-
D’abuser des laits épaissis
Un biberon contenant trop de farine est plus difficile à digérer. Et l'estomac du bébé risque de
ne pas le supporter. Plus consistants, les laits "anti-régurgitations" ou "confort" peuvent
réduire les rejets par simple effet mécanique. Mais ils sont parfois responsables de
constipation.
-
De coucher le bébé immédiatement après le repas ;
-
en cas d’allaitement, éviter de consommer du thé, du café, des épices et le tabac.
338
■ LIMITES DU CONSEIL
S’adresser au médecin traitant ou le pédiatre :
Si les régurgitations surviennent à chaque repas
S’il y a un changement dans le comportement du bébé, somnolence lu pleurs inconsolables.
En cas de fièvre et/ou diarrhée associée aux régurgitations.
339
RHUME DU NOURRISSON
■ QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le rhume, les infections respiratoires ou les rhinopharyngites chez l’enfant sont la cause la
plus fréquente de fièvre chez les enfants de 0 à 6 ans.
Plus de 100 virus peuvent causer le rhume. Les plus courants appartiennent à l’une ou l’autre
de ces familles : les rhinovirus ou les coronavirus.
Il faut savoir que le rhume est indispensable pour que l’enfant se façonne une immunité
solide. Il peut néanmoins se compliquer en bronchiolite ou en laryngite.
L'allaitement maternel peut protéger en partie les bébés allaités. Néanmoins, pour ces derniers
comme pour ceux qui ne le sont pas, leurs mécanismes de défense sont encore immatures. Les
nourrissons peuvent ainsi avoir jusqu'à 8 à 10 rhumes en un an. Cela est d'autant plus vrai
lorsqu'ils se socialisent et qu'ils évoluent en collectivité (crèche, garderie, maternelle plus
tard).
Mais cette succession de rhumes n'est pas forcément une mauvaise chose car leur immunité se
renforce contre les nombreux virus respiratoires qui les entourent.
■ QUELS SONT LES SYMPTOMES ?
•
nez bouché ou qui coule ;
•
éternuements ;
•
toux
•
irritabilité : l'enfant est grognon et dort mal ;
•
mal de gorge ;
•
fièvre et régurgitations dans certains cas.
■ TRAITEMENT MEDICAMENTEUX
Si le bébé à trois mois ou plus, vous pouvez lui donner du paracétamol pour nourrissons
pour faire baisser la fièvre. Vérifiez la quantité à donner sur la notice du médicament : elle
varie en fonction de son poids.
1)
HOMEOPATHIE
Sambuccus 5 CH à raison d’une granule, 4 fois par jour.
S’il a de la fièvre, sans excéder 38°, donnez-lui 1 ou 2 granules de Belladonna 9 CH et
Ferrum Phos 9 CH, plusieurs fois par jour (faites les fondre dans un peu d’eau si
340
besoin).Multipliez les prises au début des symptômes, puis diminuez-les selon
l'amélioration de symptômes. Si son nez coule et s'il éternue, vous pouvez aussi lui donner 1
ou 2 granules d’Allium cepa composé ou d’allium cepa 9 CH.
2) TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX
Pour laver et déboucher le nez du bébé, pensez au spray d’eau de mer ou au sérum
physiologique. Renouvelez 2 à 3 fois par jour.
- Le mouche bébé permet d'aspirer ce qui encombre le nez de bébé pour le dégager et l’aider
à mieux respirer, notamment durant la nuit.
- Masser la poitrine du bébé avec un soin expectorant. S’il a moins de 36 mois, choisissez un
baume adapté aux nourrissons, garanti sans terpènes (menthol, eucalyptus, camphre),
potentiellement toxiques et interdits dans les cosmétiques pour enfants de moins de 36 mois.
■ CONSEILS DU PHARMACIEN
Il est fortement recommandé d’éviter le tabac à proximité d’un enfant, les lavages de nez trop
fréquents, la poussière, les variations de température, dont les degrés trop élevés, et de
favoriser les balades au grand air.
Pour libérer le nez des enfants, plusieurs solutions existent :
•
le mouchage est la solution la moins invasive, avec du coton et du sérum physiologique
•
l’aspiration nasale à l’aide d’un mouche-bébé et de sérum physiologique est très efficace,
•
le spray nasal d’eau de mer peut aussi être employé mais jamais trop longtemps pour ne
pas irriter les muqueuses de l’enfant,
•
laver les mains plusieurs fois par jour, surtout avant et après s'être occupé d'un bébé.
Pour être efficace, le lavage doit s'effectuer au savon en frottant les paumes des mains l'une
avec l'autre, entre les doigts et sur le dos des mains.
•
Éviter d'échanger les jouets, les tétines ou de partager les petites cuillères avec ceux
d'un autre lorsqu'ils sont malades.
•
Désinfecter les objets et surfaces de transmission (robinets, poignées de porte, etc.) est
primordial.
•
Veiller à ce que le nourrisson ne soit pas en contact avec des personnes enrhumées, qu'il
s'agisse d'adultes ou d'enfants. Si vous êtes vous-même enrhumé, abstenez-vous de
l'embrasser sur le visage
341
•
Évitez d'emmener le bébé dans des lieux publics très fréquentés : transports en commun
bondés, foule, etc.
•
Aérer la chambre de bébé quotidiennement, humidifier l'air et veiller à ce que la
température ambiante ne dépasse pas les 19-21°C, pour éviter que votre bébé ne respire un air
trop sec.
•
Si le bébé est fatigué par son rhume, n’hésitez pas à le coucher régulièrement.
•
Pour dégager les voies respiratoires, relevez la tête de son lit.
•
Donnez-lui suffisamment à boire, particulièrement s’il a de la fièvre pour éviter qu’il ne
se déshydrate. Si vous l’allaitez proposez-lui régulièrement de téter.
■ LIMITES DU CONSEIL
Il est préférable de consulter un médecin :
•
pour un bébé de moins de 4 mois : car il existe un risque d’insuffisance respiratoire ;
•
pour un enfant : lorsque ce dernier présente des pleurs persistants, une respiration très
rapide, des lèvres bleues ou une toux si grave qu’il s’étouffe ou vomit.
•
fièvre ne tombe pas en dessous de 38,5 °C au bout de trois à quatre jours ;
•
la toux devient sifflante ;
•
l'enfant se touche souvent les oreilles ;
•
sa voix est enrouée ;
•
le rhume est accompagné de diarrhées et de vomissements fréquents ;
•
l'enfant semble apathique ou qu’il ne mange pas depuis trois jours ;
•
ses yeux sont tout collés au réveil ou il larmoie (il pourrait s’agir d’une conjonctivite
virale qu’il faut traiter avec un collyre).
342
V- CONCLUSIONS
Les médicaments sans ordonnance sont des médicaments en accès libre et exclusif en
pharmacie que le pharmacien peut conseiller.
Aucun médicament n'est anodin et sa prise obéit à plusieurs règles : le malade doit respecter
les modalités de prise et les indications du médicament et ne pas le prendre pour une autre
maladie.
Le malade doit signaler au pharmacien toute situation pouvant interférer avec son traitement,
pour évaluer les contre-indications et les précautions d’emploi en particulier en cas de
grossesse et d’allaitement, d’allergie et d’autres associations médicamenteuses.
Dans le cas de complication, d’effets indésirables ou de symptôme persistant, le malade doit
consulter son médecin traitant. Les médicaments pouvant générer un risque de somnolence
sont à proscrire en cas de conduite ou de travail avec des machines.
343
RESUME
Titre: FICHES CONSEILS DES PATHOLOGIES COURANTES EN OFFICINE
Auteur: Dounia ALAOUI
Mots clés: Conseils - Officine - Hygiène - Diététique
- Médicament - Pathologies
courantes
La pharmacie n'est pas un commerce comme les autres et le médicament n'est pas un produit
comme les autres, il est donc du devoir du pharmacien d'assumer pleinement son rôle d'acteur
de santé public pour dispenser les médicaments.
La dispensation des médicaments conseils dits OTC "Over The Counter" est un axe
stratégique de développement des pharmacies d'officine et sa progression passe
obligatoirement par un conseil associé de qualité dans la prise en charge des pathologies
courantes rencontrées au comptoir.
L'objectif de ma thèse est de mettre en place une prescription officinale engagée sous forme
de "Fiches conseils" des pathologies touchant l’appareil cutané, circulatoire, digestif, ORL,
pulmonaire et le système nerveux ainsi que les pathologies douloureuses rencontrés chez
l'adulte, les jeunes enfants et les nourrissons.
La "Fiche conseil" est une sorte d’approche globale de la pathologie, elles déclinent en détail
les éléments de diagnostic (Symptômes et environnement), les différents types de traitements
disponibles en Allopathie, Homéopathie, Phytothérapie et aromathérapie, la diététique
convenable (Aliments conseillés et proscrits) et l’hygiène associée aux traitements.
344
ABSTACT
Title: FACT SHEETS OF CURRENT PATHOLOGIES IN OFFICINE
Autor: Dounia ALAOUI
Key words :Tips - Officine - Hygiene - Diet - Medicine - Common pathologies.
The pharmacy is not a trade like the others and the drug is not a product like the others too.
It's therefore the duty of the pharmacist to fully assume his role as a health actor in
dispensing medicines.
The dispensation of medicines council called OTC( Over The Counter) is a strategic axe
development of dispensary pharmacies and its progress necessarily involves a quality
associate board in the management of the common pathologies encountered at the counter.
The objective of my thesis is to set up a prescription in the form of *advice cards* for
diseases affecting the cutaneous,circulatory, digestive, ENT(ORL), pulmonary, nervous and
painful devices in adults as well as those affecting young children and infants.
The advice sheet is a kind of global approach to the pathology . They decline in details the
elements of diagnosis( symptoms,homeopathic,phototherapy and aromatherapy),the proper
diet proscribed, and hygiene associated with treatments.
345
‫الملخص‬
‫العنوان‪ :‬بطاقات توجيھية في علم األمراض المنتشرة في الصيدلية‪.‬‬
‫الكاتب ‪ :‬دنيا العلوي‬
‫الكلمات األساسية‪ :‬الصيدلية‪ ،‬نصائح‪ ،‬أمراض‪ ،‬دواء‪.‬‬
‫الصيدلية ليست تجارة كباقي التجارات والدواء ليس منتوج كباقي المنتوجات‪ ،‬لذلك فعلى الصيدلي تحمل‬
‫دوره كامال كفاعل في الصحة العمومية أثناء وصف الدواء للمرضى‪.‬‬
‫الدواء المحرر بدون وصفة طبية والمسمى ‪ OTC Over The Counter‬ھو محور استراتيجيا للتنمية‬
‫بالصيدليات بشرط ربطه باستشارة صيدلية جادة لمعالجة األمراض التي ال تحتاج لتدخل طبي‪.‬‬
‫الھدف الرئيسي من وراء ھذا العمل ھو وضع صفة صيدلية مسؤولة على شكل بطاقات للنصائح‬
‫لألمراض التالية ‪:‬الجلد ‪،‬الدورة الدموية‪،‬الجھاز الھضمي‪،‬األنف والحنجرة‪،‬الجھاز الرئوي‪ ،‬الجھاز‬
‫العصبي واآلالم عند المريض البالغ ثم األمراض المنتشرة عند األطفال و الرضع ‪.‬‬
‫بطاقة النصيحة ھي تعريف شامل للمرض‪ ،‬المعني باالستشارة‪ ،‬حيث تعطي تفصيال كامال لعناصر‬
‫التشخيص) أعراض المرض و بيئة المريض( لمختلف العالجات) بااللوباثيا‪ ،‬بالمثلية‪ ،‬باألعشاب و‬
‫الزيوت العطرية( ثم للغذاء و نصائح النظافة المالئمة ‪.‬‬
‫‪346‬‬
VI-
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1* Homéopathie et prescription officinale, Michèle BOIRON et Fronçois ROUX,
pharmaciens.
2* Protocole de vente de la pharmacie de la Cathédrale à Meaux.
3* Carte blanche partenaires, plateforme de santé, propose depuis 2001 une orientation
qualifiée dans le système de soins.
4* La diététique anti-acné, Doc Marie-Pierre Hill Sylvestre, dermatologue à Nice
5* eurekasanté.vidal.fr
6* Dahir n° 1-06-151 du 30 chaoual 1427 (22 novembre 2006) portant promulgation de la loi
n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie.
7* Wikipédia
8* passeportsanté.net
9* Section Applications thérapeutiques, Recherche, rédaction et révision scientifique :
Claudine Blanchet, Ph. D., Chaire en approche intégrée en santé, Université Laval.
(octobre 2010)
10* Simon Y. Mills, Evidence for the clinician - a pragmatic framework for phytotherapy,
The European Phytojournal - ESCOP, Issue 2, 2001.
11* Groot AC, Frosch PJ. Adverse reactions to fragrances.A clinical review. Contact
Dermatitis.
1997
12* Buckle S. Aromatherapy and massage: the evidence. PaediatrNurs. 2003.
13* Lis-Balchin M. Possible health and safety problems in the use of novel plant
essential oils and extracts in aromatherapy. J R Soc Health. 1999
14* Acne : quand et comment traiter, dossier de presse de la HAS Haute Autorite de sante et
de la SFD société francaise de dermatologie, 20 Octobre 2015
15* CORDAIN LOREN et al. Acne vulgaris : a diseas of western civilization. Archives of
dermatology, vol 18 p.123
16* Centre de recherche et d'information nutritionnelles (Cerin), Nutrinews n°177, mai 2007
17* Communiqué de presse de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé
(Afssaps), octobre 2008.
347
18* Activités cliniques, pharmacologie clinique et pharmacovigilance, outils, tables des
interactions médicamenteuses et interactions des cytochromes p450.
19* Pharma-Flash 2002, volume 29, No5.
20* Kitson TM. The effect of cephalosporin antibiotics on alcohol metabolism : A review.
Alcohol 1987
21* Davydov L, Yermolnik M, Cuni LJ. Warfarin and amoxicillin/clavulanate drug
interaction. Ann Pharmacother 2003
22* Rao KB, Pallaki M, Tolbert SR, et al. Enhanced hypoprothrombinemia with warfarin due
to azithromycin. Ann Pharmacother 2004.
23* Back DJ, Grimmer SF, Orme ML, et al. Evaluation of committee on safety of medicines
yellow card reports on oral contraceptive-drug interactions with anticonvulsants and
antibiotics. Br J Clin Pharmacol 1988;
24*Helms SE, Bredle DL, Zajic J, et al. Oral contraceptive failure rates and oral antibiotics. J
Am AcadDermatol 1997
25* Dickinson BD, Altman RD, Nielsen NH, et al. Council on scientific affairs, American
medical association.Drug interactions between oral contraceptives and antibiotics.
ObstetGynecol 2001
26* Maggiolo F, Puricelli G, Dottorini M, et al.The effect of ciprofloxacin on oral
contraceptive steroid treatments. 1991;
27* World cancer research foundation (WCRF)/American institute of cancer research
(AICR). Food, nutrition, physical activity, and the prevention of cancer : A global
perspective. (Alimentation, nutrition, activité physique et prévention du cancer : une
perspective mondiale).
28*Ancellin R, Barrandon E, Druesne-Pecollo N, Latino-Martel P. Nutrition et prévention des
cancers
29* Chao A, Connell CJ, Jacobs EJ, et al. Amount, type, and timing of recreational physical
activity in relation to colon and rectal cancer in older adults : The Cancer prevention
study II nutrition cohort. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2004
30* Giovannucci EL, Liu Y, Leitzmann MF, et al.A prospective study of physical activity and
incident and fatal prostate cancer. Arch Intern Med 2005;
348
31*Leitzmann MF, Park Y, Blair A, et al. Physical activity recommendations and decreased
risk of mortality. Arch Intern Med 2007;
32*Calle EE, Rodriguez C, Walker-Thurmond K, Thun MJ. Overweight, obesity, and
mortality from cancer in a prospectively studied cohort of U.S. adults. 2003;
33* Guide familial des symptomes sous la direstion du Dr. Andre H.
34* Agence francaise de securite sanitaire des produits de santé, Afssaps, juin 2008
35* Communiqué de presse de l'Institut national de prévention, décembre 2006.
36* Le traitement des brûlures. Professeur Astrid WILK, Service de Stomatologie, Chirurgie
Maxillo-Faciale et Chirurgie Plastique Reconstructrice. U. L. P.- Faculté de Médecine
Strasbourg
-
DCEM1
2004/
2005.
Fondation
Belge
des
brûlures. http://www.brulures.be .
37* Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique (SOFCOT), fiche réalisée
en
collaboration
avec
le
Dr
Franck
Fitoussi,
chirurgien
orthopédiste
;
www.sofcot.com.fr.
38* Conjunctivitis in children. MC Fischer. Pediatr. Ophtalmol. 1987 ; 31 : 887-894.
L'allergie oculaire. Cahier de FMC du Quotidien du Médecin. 22-23 juin 1998.
39* « Conjonctivite », Revue de Santé Oculaire Communautaire, 2006. Agence française de
sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), « Collyres et autres topiques
antibiotiques dans les infections oculaires superficielles : Recommandations », 2004
40* Pr Philippe Lepage, Chef du Service de pédiatrie générale à l’Hôpital Universitaire des
Enfants Reine Fabiola (Bruxelles). Diarrhée chez le bébé : comment la soigner ?
41* Vidal
42* Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), " Recommandations sanitaires pour les
voyageurs 2009 ", n°23-24, 2 juin 2009.
43* Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire, n° 2122, 9 juin 2015
44* Institut de veille sanitaire InVS, BEH 21-22 2015
45* OMS, http://www.who.int.
349
46* Lewith GT, Godfrey AD, Prescott P. A single-blinded, randomized pilot study evaluating
the aroma of Lavandulaaugustifolia as a treatment for mild insomnia. J Altern
Complement Med. 2005;11(4):631-7.
47* Goel N, Kim H, Lao RP. An olfactory stimulus modifies nighttime sleep in young men
and women. Chronobiol Int. 2005;22(5):889-904.
48* Environmental Working Gourp, rapport protection solaire, 2010 ; Food and Drug
Asminstration (FDA), juin 2010.
49* Enviromental Working Group. EWG’s 2013 Sunscreen Guide. 26/06/2013 –
50*Haute autorité de santé (HAS), Recommandations chez l'adulte, décembre 2006 ;
"Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les
personnes âgées", 25 septembre 2012.
51* D Michel Dib, " Apprivoiser l'insomnie ", Editions du huitième jour.
52* Guide pratique des premiers secours, Croix-Rouge française, Sélection du Reader's
Digest.
53* Johnson, .A. et al., Am Fam Physician. 2000 May 1;61(9):2703-2710
54* Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino Copyright Rogers Media, 2001.
55* FMC Hebdo N°81 27 juin 2000 Mycoses. Clayton. Medsi - Atlas de poche.
Syndicatnational des dermatologues
56* "Aroma Allergies" (180 allergies traitées par les huiles essentielles), Dr Jean-Pierre
Willem, Éditions Albin Michel.
57* Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino Copyright Rogers Média, 2001
58* Autier, P. et al. (2000) Sunscreen use and increased duration of intentional sun exposure :
Still a burning issue. In : International Journal of Cancer, vol. 121 (1), pp. 1-5.
59* Centre fédéral d'expertise des soins de santé, "Diagnostic et traitement des varices des
membres inférieurs", KCE reports 164B.
60* Société française de phlébologie, http://www.sf-phlebologie.org.
61* Dr Véronique SAADA, Hôpital Saint-Louis, Paris, Le Quotidien du Médecin du 22 mai
2003.
350
62*Manuel Merck de Diagnostic et Thérapeutique. Editions Sidem Frison-Roche. Société
française de dermatologie, http://dermato-info.fr.
63* Encyclopédie de la nouvelle médecine, Centre Duke, Editions Robert Laffont.
64* Le guide de l’automédication, Editions Vidal. 1001 remèdes maison, Éditions Sélection
Reader’s Digest, Secrets des médecines alternatives, Éditions Sélections Reader’s
Digest, Médicaments sans ordonnance, Pr Jean-Paul Giroud, Éditions de la Martinière.
65* Journée mondiale de l’urticaire, Asthme & Allergies, 4 août 2015
66* Nouvelle médecine, Editions Robert Laffont.
67* Société française de dermatologie, http://dermato-info.fr/. Haute autorité de santé,
68* Manuel Merck, Editions Larousse. Dermatonet.com
69* Anses, https://www.anses.fr/fr/content/le-fer.
70* Dr Benjamin Bailly, hématologue à l'hôpital Erasme à Bruxelles
71* British Medical Journal, 21 avril 2001, V. 322 : 958-959.
72* " Fini les jambes lourdes ! " Michel Cymes, Guide France Info, Editions Jacob Duvernet.
73* Communiqué de presse de la Société française de phlébologie.
74* Collège des enseignants de médecine vasculaire (CEMV), insuffisance veineuse
chronique, mars 2015.
75* Dr Jacques Labescat, médecin phytothérapeute, expert en phytothérapie, auteur de
nombreux livres de référence dans ce domaine.
76* Société française de gastro-entérologie, http://www.snfge.org
77* EU Register on nutrition and health claims, EFSA, 2014.
78* Thérapies naturelles, Constipation, Lise Manson, Editions La Plage
79* Secrets des médecines alternatives, Éditions Sélection du Reader’s Digest.
80* Creapharma.ch.http://les-plantes-medicinales.net.
81* Grand guide des huiles essentielles, Alessandra Moro Buronzo, Éditions Hachette
Pratique.
82* Se soigner avec les huiles essentielles, Françoise Couic-Marinier, Editions Solar.
83*Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Editions Robert Laffont
84* Danièle Festy et Anne Dufour, " Les huiles essentielles ça marche ! ", Editions Leduc ; "
Le guide de l'automédication ", Editions Vidal
351
85* Francesca Borrelli, Obstetric & Gynecology, 105 : 849-856, 2005
86* Ozgoli G. et al., J. Altern. Complement Med., 2009 Mars 15 Pr René Frydman,
« Attendre bébé », Éditions Hachett
87* Paule Neyrat, Diététicienne le 15/01/2003
88* Ministère de la Santé, www.sante.gouv.fr. www.ameli-sante.fr.
89* Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Editions Robert Laffont.
90* Guide des vaccinations 2012 de l’Inpes. HCSP, février 2014
91* Seki M : Effect of xylitol gum on the level of oral mutans streptococci of preschoolers:
block-randomised trial. Int Dent J. 2011 Oct;
92*Gedalia I : Effect of hard cheese exposure, with and without fluoride prerinse, on the
rehardening of softened human enamel.
93* Tanaka K : Intake of dairy products and the prevalence of dental caries in young children.
J Dent. 2010 Jul;38(7):579-83. Epub 2010 Apr 28.
94* Cabrera C, Artacho R, Gimenez R. Beneficial effects of green tea--a review. J Am Coll
Nutr2006 April;
95*. Pappas E, Schaich KM. Phytochemicals of cranberries and cranberry products:
characterization, potential health effects, and processing stability. Crit Rev Food Sci
Nutr. 2009 Oct;
96* Hop polyphenols suppress production of water-insoluble glucan by Streptococcus mutans
and dental plaque growth in vivo. Yaegaki K, Tanaka T et al. J Clin Dent. 2008;
97* Union française pour la santé buccodentaire, www.ufsbd.fr
98*www.afssaps.fr
99* Hay KD, Reade PC. The use of an elimination diet in the treatment of recurrent aphthous
ulceration of the oral cavity1984.
100* Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Editions Robert Laffont.
101* " 1001 remèdes maison, Des solutions simples pour une bonne santé au quotidien ",
Sélection du Reader's Digest.
102* Dr Patrick Froehlich, "Les infections ORL de l'enfant", éd. Larousse
103* Pr Jean-Paul Giroud, Guide d’automédication, Médicaments sans ordonnance, les bons
et les mauvais, Éditions de la Martinière.
352
104*. Shapiro S: The action of thymol on oral bacteria. Oral Microbiol Immunol. 1995 Aug;
105*. Rosenstein ED, Kushner LJ, Kramer N, et al. Pilot study of dietary fatty acid
supplementation in the treatment of adult periodontitis. Prostaglandins Leukot Essent
Fatty Acids. 2003;
106* Shimazaki Y, Shirota T, et al. Intake of dairy products and periodontal disease: the
Hisayama Study. J Periodontol, Jan2008;
107* Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions Gingivitis, www.mayoclinic.com
108* National Library of Medicine (Ed). Medline Plus Health Information, Medical
Encyclopedia –www.nlm.nih.gov
109* Natural Standard (Ed). Food, Herbs & Supplements,.www.naturalstandard.com
110*Effectiveness of oseltamivir in adults: a meta-analysis of published and unpublished
clinical trials - Mark H Ebell, Marlene Call and JoAnna Shinholser - Family Practice
(2012)
111*Oseltamivir treatment for influenza in adults: a meta-analysis of randomised controlled
trials - Joanna Dobson, Richard J Whitley, Stuart Pocock, Prof Arnold S Monto - Lancet
Published Online: 29 January 2015
112*Interview de Dominick Léaud-Zachoval, naturopathe à Aix-en-Provence et auteur du
livre La naturopathie au quotidien
113* Enquête "La mauvaise haleine et vous" réalisée en décembre 2010 auprès de
1 163 internautes de plus de 18 ans (72 % de femmes) sur Doctissimo.fr en
décembre 2010.
114* Union française pour la santé buccodentaire.
115* Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Robert Laffont.
116* Communiqué de presse Stallergène, 17 avril 2009 ; Le Figaro, 25 mai 2009.
117* Impact médecine, 13 mars 2008.
118* Journal international de médecine, www.jim.fr, 22 août 2008.
119* Mittman P. Randomized, double-blind study of freeze-dried Urtica dioica in the
treatment of allergic rhinitis.Planta Med, 1990;56:44-7.
120* Johnson C. & Eccles R., Family Practice, 22
353
121* 14 novembre 2005. Insitut de veille sanitaire, (InVS). Institut national de prévention et
d'éducation pour la santé (INPES).
122* Phytothérapie, Editions Vidal et Reader's Digest.
123* Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Editions Robert Laffont
124*Paul I.M et coll., Arch. Pediatr. Adolesc. Med., 161 : 1140-6, 2007. Goldman R.D. et la.,
Paediatr Child Health, 2011 Nov;16(9):564-9.
125* Le Manuel Merck.
126* Recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), décembre 2007.
127* Le sommeil retrouvé, Fabienne Laffont, Editions Flammarion. Les clés du bon sommeil,
N. Pacout, Editions Marabout Pratiques Psychologie. Le sommeil, ses mécanismes et
ses troubles, J.M. Gaillard.
128* Congrès hebdo, le Quotidien du médecin, 10 mars 2006
129* Lipton, Postgrad. Med. 2001.
130* Castera Ph, Nguyen J, Gerlier JL, Robert S. L'acupuncture est-elle bénéfique dans le
sevrage tabagique, son action est-elle spécifique ? Une méta-analyse. Acupuncture et
moxibustion 2002
131* Recommandations de bonne pratique, " Les stratégies thérapeutiques médicamenteuses
et non médicamenteuses de l'aide à l'arrêt du tabac ",
132* Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (*), mai 2003.
133* Société française de rhumatologie (SFR). Dr Charlotte Tourmente, Victoire sur
l’arthrose, Éditions Alpen.
134* Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Condition Colic, MayoClinic.com. www.mayoclinic.com
135* Natural Standard (Ed). Natural Standard. Colic. Nature Medicine Quality Standards.
www.naturalstandard.com
136* Les coliques infantiles : Un problème sans solution? J.Grégoire – Le médecin du
Québec (FMOQ), volume 42, numéro 10, octobre 2007.
137* Les coliques du nourrisson : les interventions alimentaires ont-elles un rôle à jouer?
Société canadienne de pédiatrie. Point de pratique. Janvier 2011.
138* Infantile colic, facts and fiction. Kheir AE. Ital J Pediatr. 2012 Jul 23;38:34. Review.
354
139*Le site de l’Hôpital de Montréal pour enfants
140* http://www.hopitalpourenfants.com/
141* Hôpital de Montréal pour enfants. Érythème fessier. Site internet : Hôpital de Montréal
pour enfants-Votre santé. Montréal (Canada) ; 2007
142* Haute Autorité de santé (HAS). Avis de la Commission de la transparence : Aloplastine.
Site internet : HAS. Saint Denis La Plaine (France); 2004
143* Better Health Channel. Nappy rash. Site internet : Better Health Channel. Victoria
(Australie);2015
144 *Société française de gastro-entérologie, http://www.snfge.org. OMS, Maladies
diarréhiques, avril 2013.
355
Serment de Galien
-
Je jure en présence des maîtres de cette faculté :
D’honorer ceux qui m’ont instruit dans les préceptes de mon
art et de leur témoigner ma reconnaisse en restant fidèle à
leur renseignement.
-
D’exercer ma profession avec conscience, dans l’intérêt de la
santé public, sans jamais oublier ma responsabilité et mes
devoirs envers le malade et sa dignité humain.
-
D’être fidèle dans l’exercice de la pharmacie à la législation
en vigueur, aux règles de l’honneur, de la probité et du
désintéressement.
-
De ne dévoiler à personne les secrets qui m’auraient été
confiés ou dont j’aurais eu connaissance dans l’exercice de
ma profession, de ne jamais consentir à utiliser mes
connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et
favoriser les actes criminels.
-
Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes
promesses, que je sois méprisé de mes confrères si je manquais
1
‫‬‫‬‫‪-‬‬
‫‬‫‪-‬‬
‫ﺃﻥ ﺃﺭﺍﻗﺏ ﺍﷲ ﻓﻲ ﻤﻬﻨﺘﻲ‬
‫ﺃﻥ ﺃﺒﺠل ﺃﺴﺎﺘﺫﺘﻲ ﺍﻝﺫﻴﻥ ﺘﻌﻠﻤﺕ ﻋﻠﻰ ﺃﻴﺩﻴﻬﻡ ﻤﺒﺎﺩﺉ ﻤﻬﻨﺘﻲ‬
‫ﻭﺃﻋﺘﺭﻑ ﻝﻬﻡ ﺒﺎﻝﺠﻤﻴل ﻭﺃﺒﻘﻰ ﺩﻭﻤﺎ ﻭﻓﻴﺎ ﻝﺘﻌﺎﻝﻴﻤﻬﻡ‪.‬‬
‫ﺃﻥ ﺃﺯﺍﻭل ﻤﻬﻨﺘﻲ ﺒﻭﺍﺯﻉ ﻤﻥ ﻀﻤﻴﺭﻱ ﻝﻤﺎ ﻓﻴﻪ ﺼﺎﻝﺢ ﺍﻝﺼﺤﺔ‬
‫ﺍﻝﻌﻤﻭﻤﻴﺔ‪ ،‬ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﻗﺼﺭ ﺃﺒﺩﺍ ﻓﻲ ﻤﺴﺅﻭﻝﻴﺘﻲ ﻭﻭﺍﺠﺒﺎﺘﻲ‬
‫ﺘﺠﺎﻩ ﺍﻝﻤﺭﻴﺽ ﻭﻜﺭﺍﻤﺘﻪ ﺍﻹﻨﺴﺎﻨﻴﺔ‪.‬‬
‫ﺃﻥ ﺃﻝﺘﺯﻡ ﺃﺜﻨﺎﺀ ﻤﻤﺎﺭﺴﺘﻲ ﻝﻠﺼﻴﺩﻝﺔ ﺒﺎﻝﻘﻭﺍﻨﻴﻥ ﺍﻝﻤﻌﻤﻭل ﺒﻬﺎ‬
‫ﻭﺒﺄﺩﺏ ﺍﻝﺴﻠﻭﻙ ﻭﺍﻝﺸﺭﻑ‪ ،‬ﻭﻜﺫﺍ ﺒﺎﻻﺴﺘﻘﺎﻤﺔ ﻭﺍﻝﺘﺭﻓﻊ‪.‬‬
‫ﺃﻥ ﻻ ﺃﻓﺸﻲ ﺍﻷﺴﺭﺍﺭ ﺍﻝﺘﻲ ﻗﺩ ﺘﻌﻬﺩ ﺇﻝﻰ ﺃﻭ ﺍﻝﺘﻲ ﻗﺩ ﺃﻁﻠﻊ‬
‫ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺃﺜﻨﺎﺀ ﺍﻝﻘﻴﺎﻡ ﺒﻤﻬﺎﻤﻲ‪ ،‬ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﻭﺍﻓﻕ ﻋﻠﻰ ﺍﺴﺘﻌﻤﺎل‬
‫ﻤﻌﻠﻭﻤﺎﺘﻲ ﻹﻓﺴﺎﺩ ﺍﻷﺨﻼﻕ ﺃﻭ ﺘﺸﺠﻴﻊ ﺍﻷﻋﻤﺎل ﺍﻹﺠﺭﺍﻤﻴﺔ‪.‬‬
‫ ﻷﺤﻀﻰ ﺒﺘﻘﺩﻴﺭ ﺍﻝﻨﺎﺱ ﺇﻥ ﺃﻨﺎ ﺘﻘﻴﺩﺕ ﺒﻌﻬﻭﺩﻱ‪ ،‬ﺃﻭ ﺃﺤﺘﻘﺭ ﻤﻥ‬‫ﻁﺭﻑ ﺯﻤﻼﺌﻲ ﺇﻥ ﺃﻨﺎ ﻝﻡ ﺃﻑ ﺒﺎﻝﺘﺯﺍﻤﺎﺘﻲ‪.‬‬
‫ﻭﺍﷲ ﻋﻠﻰ ﻤﺎ ﺃﻗﻭل ﺸﻬﻴﺩ‬
‫جامعة محمد الخامس ‪-‬الرباط‬
‫كلية الطب والصيدلة بالرباط‬
‫أطروحة رقم ‪146:‬‬
‫سنـة‪2016 :‬‬
‫ﺑﻄﺎﻗﺎﺕ ﺗﻮﺟﻴﻬﻴﺔ ﻓﻲ ﻋﻠﻢ ﺍﻷﻣﺮﺍﺽ‬
‫ﺍﻟﻤﻨﺘﺸﺮﺓ ﻓﻲ ﺍﻟﺼﻴﺪﻟﻴﺔ‬
‫ﺃﻃﺮﻭﺣﺔ‪:‬‬
‫وم‪16‬د‪ .2016‬‬
‫ﻣﻦ ﻃﺮﻑ‬
‫ﺍﻟﺴﻴﺪﺓ ‪ :‬ﺩﻧﻴﺎ ﺍﻟﻌﻠﻮﻱ‬
‫ﺍﻝﻤﺯﺩﺍﺩﺓ ﻓﻲ ‪ 02‬ﻴﻭﻨﻴﻭ ‪ 1990‬ﺒﺴﻼ‬
‫لـنـيـل شـھـادة الـدكـتـوراه فــي الصيدلة‬
‫اﻝﻜﻠﻤﺎت اﻷﺴﺎﺴﻴﺔ‪ :‬الصيدلية‪ ،‬نصائح‪ ،‬أمراض‪ ،‬دواء‪.‬‬
‫אאא
א‪ :‬‬
‫السيد أحمد بنانة‬
‫أستاذ في إدارة األدوية‬
‫السيد بدرالدين لميموني‬
‫أستاذ في علم الطفيليات‬
‫السيد يونس رحالي‬
‫أستاذ في الصيدلة الغالينية‬
‫السيد رشيد النجاري‬
‫أستاذ في علم العقاقير‬
‫السيد محمد معيوط‬
‫أستاذ في قانون الصيدلة‬
‫رئيس‬
‫مشرف‬
‫أعضاء‬