CD-30 BA10 BARCELONE (E)

Commentaires

Transcription

CD-30 BA10 BARCELONE (E)
CD-30
BA10
BARCELONE (E)
CONCERT DECONCERTANT (Sommet de Montjuïc)
1’21”
SPÉCIFICATIONS
RÉSUMÉ
Rumeur nocturne du port et de la ville depuis le château de Montjuïc. On entend d’un côté le grondement de la
circulation sur le cinturò del Litoral et, de l’autre côté, des grincements lointains, l’avertisseur d’une grue, et des sons
industriels localisés sur le moll del Contradic. Vent léger. À comparer avec *3VS/TI10.
RECONNAISSANCE
En général extrêmement laborieuse.
RÉCEPTION
Générale : Les auditeurs sont doublement déconcertés : désorientés d’abord pendant l’écoute, ils sont ensuite surpris
de n’avoir pas pu ou su reconnaître le sens du fragment. Ils balancent entre le plaisir de l’écoute musicale, et
l’indifférence ou le rejet quand le son les renvoie par trop à la réalité urbaine. Fragment abstrait.
Relation ville-port : Plusieurs personnes ne se sentent ni dans la ville, ni dans le port : nulle part, dans un monde
d’abstractions.
Représentativité barcelonaise : Non.
EFFETS SONORES
Attraction-répulsion, bourdon, décalage, enveloppement, harmonisation, hyperlocalisation, irruption, perdition,
sharawadgi, synecdoque, ubiquité.
SYNTHÈSE DES HYPOTHÈSES ET DES COMMENTAIRES
ESPACE
Au début de l’écoute de ce fragment sans premier plan, l’auditeur ne repère rien qui puisse l’aider à construire un
espace, alors il ne perçoit aucun relief sonore et l’espace paraît minuscule, « comme si le son était mis en boîte ». Puis
plusieurs plans émergent, souvent à partir d’un point dégagé, en altitude, et l’espace s’étale.
MATIÈRE SONORE
Une ou deux rumeurs de fond totalement opposées latéralement (schizophonie ou interphonie) constituent le fond sur
lesquelles émergent plusieurs signaux (la sonnerie et les grincements, pénétrants et gênants). Ce bruit de fond sans
relief, doux et pâteux évoque littéralement ou métaphoriquement le monde marin et la tempête. Quand l’imaginaire
est musical, on pense à une orchestration sonore aléatoire. Comme pour GE06 et MA10, certaines sensations
confinent à l’expérience hallucinatoire (hypnose, fascination…).
TEMPS
Intemporel. Nocturne. Musical.
SÉMANTICO-CULTUREL
On est dans un espace inhospitalier, totalement dépourvu d’éléments familiers.
CRITÈRES DE QUALITÉ SONORE
Anonymat, non-intentionnalité, non-narrativité, sentiment d’insécurité (insularité, suspension nocturne). Absence
totale de relief, puis relief (alternance proche-lointain, perspective et profondeur), délocalisation, orientation
difficile, rythmicité. Structure informelle, métabolisme, puis infrastructure sonore, indistinctibilité des sons.
CRITÈRES DE QUALIFICATION SONORE
Artificialisation (machinisation), stigmatisation (déshumanisation, abjection), naturalisation métaphorique,
métropolisation (urbanisation). Esthétisation (musicalisation), visualisation (picturalisation-photographie, coloration
noire), tactilisation (pénétration).
CRITÈRES DE QUALITATIVITÉ SONORE
Illisibilité. Sentiment d’immersion et d’intériorisation (de latence et d’évacuation). Eidophonie, symphonie.
58
EXPRESSIONS REMARQUABLES
— El fragmento este me ha dejado bastante en blanco. — Un sonido oscuro, le ví oscuridad a este sonido, no hay luz
aquí. Inhóspito, inhabitable. — No me sugiere ni carga, ni descarga, ni puerto de recreo, ni rompeolas con el mar
bravo. — Ir a ver el mar, ir a ver a los pescadores, a los grandes aficionados al no pescar nada. — Para saber si es
agradable o desagradable, tienes que saber lo que es. — Una polifonía. — UUUUU, ésta es segunda menor. —
Agudo era, sí, pero molt pregnant, muy penetrante. — El bajo continuo. — Nada que me sonara familiar en todo
esto, ni me puede evocar nada, me desconcierta bastante. — Un ruido amorfo. — [Aplaude y dice :] Escuchamos un
Ligeti aquí desde el principio. ¡ Sensacional ! ¡ Muy bueno ! ¿ De quién es ? Una pieza sin autor. Es espontáneo, es
como hacer una fotografía sin querer, ¿ quién es el autor ? Pues bueno, las circunstancias, el azar… — Hay
momentos muy fascinantes, esa MMMMM… — Con una gran elegancia, un volumen, y el sonido ese del mar… Me
parece que es una enorme, fantástica… una pequeña bijou, una pequeña joya. — No era algo estruendoso, algo que
te ataca el oído. — Algo totalmente despejado. — Se queda una especie de pasta de continuo. — Hipnótico.
TRADUCTION FRANÇAISE
— Ce fragment m’a pas mal déçue. — Un son obscur, j’ai vu de l’obscurité avec ce son, il n’y a pas de lumière ici.
Inhospitalier, inhabitable. — Ça ne me suggère ni le chargement, ni le déchargement, ni le port de plaisance, ni la
digue avec la mer qui se déchaîne. — Aller voir la mer, aller voir les pêcheurs, ces merveilleux amateurs de pêches
bredouilles. — Pour que tu saches si c’est agréable ou désagréable, il faut que tu saches ce que c’est. — Une
polyphonie. — UUUUU, ça c’est une seconde mineure. — C’était aigu, mais aussi très pregnant, très pénétrant. —
La basse continue. — Rien qui me soit familier dans tout ça, et ça ne peut rien m’évoquer, ça me déconcerte pas mal.
— Un bruit informe. — [La personne interviewée applaudit et dit :] Là nous sommes en train d’écouter un Ligeti
depuis le début. Sensationnel ! Très bon ! De qui est-ce ? Une composition anonyme. C’est spontané, c’est comme
faire une photographie sans le vouloir, qui en est l’auteur ? Eh bien ce sont les circonstances, le hasard… — Il y a
des moments très fascinants, ce MMMMM… — Avec une grande élégance, un volume, et ce son c’est la mer… Il me
semble que c’est un énorme, un fantastique… un petit bijou. — Ce n’était pas bruyant, comme quelque chose qui
agresse ton oreille. — Un lieu complètement dégagé. — Il reste une espèce de continuum pâteux. — Hypnotique.
59