Associations de parents endeuillés : retrouver du sens

Commentaires

Transcription

Associations de parents endeuillés : retrouver du sens
Les Chambres : Les parents
Associations de parents endeuillés : retrouver
du sens
«Les bagouz à Manon », « Les amis de Claire », « L’Etoile de
Martin »… toutes ces associations ont été fondées par des
parents « désenfantés » par le cancer. Après avoir connu
l’inacceptable, pourquoi ces pères et mères ont-ils enclenché
un tel projet ? Eléments de réponses avec Nadine Beauthéac,
psychothérapeute spécialisée dans l’accompagnement des
personnes endeuillées.
Aucun mot ne semble exister pour qualifier la douleur provoquée par la perte d’un
enfant. Certains parents parviennent cependant à transformer l’inacceptable en
une démarche constructive. C’est le cas d’ Anne Herbert-Bertonnier, fondatrice des
« Bagouz à Manon », de Christine Mérine à l’origine des « Amis de Claire », de
Servanne Jourdy, qui a lancé « L’étoile de Martin », et d’Anne Gouin, présidente d’
« Enfance et Cancer ». Pour ces quatre mamans, très soutenues par leur
conjoint, la création d’une association était une suite logique, « un fil naturel » à
leur histoire, précise Anne Gouin. Et surtout un moyen de rendre la disparition de
leur enfant non vaine. « Pour moi, c’était une façon de poursuivre le combat de
Manon. Je devais faire de cette tragédie quelque chose de positif», explique Anne
Herbert-Bertonnier « Créer cette structure, c’était donner un sens à quelque chose
qui n’en a pas », ajoute Servanne Jourdy. Une analyse que partage la
psychothérapeute Nadine Beauthéac. «La mort d’un enfant est un non sens total.
Un évènement qui, de nos jours, n’est pas dans l’ordre des choses, et qui
provoque, chez les parents, une double révolte. Tout d’abord par rapport à ce qu’a
enduré l’enfant. Et parce que c’est toute leur trajectoire de famille qui explose. Ces
femmes, toutes actives, et d’une nature « communicante » – tout le monde ne
peut en effet pas réagir ainsi – ont eu besoin de passer à l’acte pour donner un
sens à quelque chose qui en est dépourvu. Bien sûr, il y a quelque chose de
l’ordre de la survie là-dedans », note t-elle.
Apprivoiser l’absence
S’agit-il aussi de continuer à faire vivre, d’une certaine manière, son enfant
disparu ? «Oui », répond Anne Herbert-Bertonnier « Sans doute », modère Anne
Gouin. «Incontestablement, affirme de son côté Christine Mérine. D’autant plus
que notre association a été créée du vivant de Claire. Un an avant qu’elle ne s’en
aille, il y a eu un élan de générosité de notre entourage destiné à lui faire profiter
de la vie au maximum. Notre structure a été créée pour elle et avec elle. Nous ne
pouvions que poursuivre cette aventure». Selon Nadine Beauthéac, ces
associations peuvent jouer le rôle « d’objet transitionnel » dans le parcours des
personnes endeuillées. « L’objet transitionnel est un élément qui va aider le
parent à apprivoiser l’absence, à intérioriser petit à petit le lien qu’il a avec son
enfant. C’est une étape importante dans le processus du deuil qui consiste à
passer de l’absence extérieure à la présence intérieure», explique-t-elle. Servanne
Jourdy éprouve, de son côté, un sentiment différent. « L’association est née suite à
la disparition de Martin, certes. Mais je considère son fonctionnement bien distinct
de mon histoire avec mon fils, de notre intimité », explique-t-elle. « Dans ce cas
précis, l’association marque visiblement une rupture entre la vie d’avant et celle
d’après. Cette maman a la capacité de dissocier son vécu intime de l’action
sociale. Mais chacune de ces mères, à sa façon, a consenti à passer un nouveau
pacte avec la vie, tout en vivant son deuil», analyse Nadine Beauthéac
Aider les autres pour s’aider soi-même
Pour tous ces parents, l’objectif fort reste d’aider la recherche sur les cancers
pédiatriques.
« Lorsque mon fils, Hubert, était malade, j’ai été choquée de voir qu’en dehors de
la leucémie, les connaissances en matière de cancers pédiatriques étaient assez
limitées», s’indigne Anne Gouin de l’Association « Enfance et cancer ». Son
association, comme les autres, a donc cette vocation première: récolter des fonds
pour aider la recherche à trouver des traitements mieux ciblés, mieux différenciés,
moins invasifs pour les enfants. Soutenir, mettre sa propre expérience au service
des autres, être utile et se dire que peut-être un jour des enfants seront sauvés
grâce à l’argent versé à la recherche est un véritable moteur pour ces parents, « un
élément aidant », bien sûr. «Une thérapie », assurent même nos quatre mamans
interviewées. « Cela veut aussi dire que ces parents sont capables de se
transposer dans le futur en espérant donner à d’autres ce que leur enfant n’a pas
eu. Au-delà de leur action, ils portent une vraie parole, car ils annoncent aux autres
que l’on peut s’en sortir et continuer à vivre quand même. Ce sont donc des héros
autant que des hérauts », conclut Nadine Beauthéac.
Céline Roussel
Publié le 12/01/2012 à 11h30 - Dernière modification le 13/01/2012 à 11h03