Untitled - Trisomie 21 France

Commentaires

Transcription

Untitled - Trisomie 21 France
3
Territoire de projet
Deux services Médico-sociaux en action
Le projet de l’association s’est fondé sur des valeurs partagées avec le mouvement national. Ces
dernières, affirmées et théorisées, ont permis de construire au fil de l’histoire de l’Association le
savoir-faire aujourd’hui reconnu.
Intégrer un jeune en situation de handicap, c’est aussi - et surtout - lui permettre, comme tout
enfant, d’accéder aux infrastructures scolaires, aux loisirs.
La confiance en la personne porteuse de trisomie 21 justifie un projet exigeant afin d’assurer la
mise en œuvre des préférences et des choix de la personne et ou de sa famille.
L’autodétermination, nouvel axe de travail de la Fédération, est la suite logique du travail sur
l’autonomie et du partenariat parents-professionnels fondateur. Ce principe tend à permettre à
toute personne de faire ses propres choix en lui donnant le droit fondamental à disposer d’ellemême.
Notre ambition : l’accès au choix et à la citoyenneté des personnes porteuses de
trisomie 21. Permettre à toute personne déficiente intellectuelle, qui fera le choix,
de bénéficier des moyens mis en œuvre pour y parvenir.
Une régionalisation récente
Afin de s’adapter au mieux à l’évolution de leur environnement institutionnel et afin de pouvoir
développer sur d’autres territoires les modalités d’accompagnement inclusif des personnes
déficientes intellectuelles dont principalement les personnes porteuses de trisomie 21, les
associations Trisomie 21 Pyrénées-Atlantiques, Gironde et Lot et Garonne, ont décidé d’opérer à
la régionalisation de leurs services en créant l’Association Trisomie 21 Aquitaine.
Désignation
33
47
64
Total
région
SESSAD
Places installées
80
26
63
169
SAVS
Places installées
30
0
8
38
SAT « hors murs »
Places installées
29
0
0
29
Totaux
Places Service
médico-sociaux
139
26
71
236
C’est, lorsqu’il est plus âgé, lui donner la possibilité de poursuivre son autonomie, de trouver un
emploi, de se gérer et d’avoir son logement. C’est le considérer comme un élément du monde
ordinaire et non plus comme un être à part.
C’est pour cela que deux services - le SESSAD et le SAVS – existent et permettent de réaliser
le projet associatif.
1. Le SESSAD (Service d’Éducation Spécialisé et de Soins A Domicile)
Le SESSAD accompagne aujourd’hui 63 jeunes, entre 0 et 25 ans.
Dès le plus jeune âge, on favorise la création de
liens entre les enfants en situation de handicap
et les enfants dits ordinaires, à la crèche et
dans les classes de maternelle. L’insertion doit
commencer tôt.
Au fil des années plusieurs classes ont été
ouvertes, grâce à la collaboration de plusieurs
écoles primaires, des collèges, puis des lycées.
Ces classes - que l’on nomme CLIS (Classe
d’Inclusion Scolaire) pour le primaire, et ULIS
(Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire)
pour le collège ou le lycée – accueillent
des enfants et adolescents en situation de
handicap, qui suivent un programme adapté.
Chaque jeune est intégré en classe ordinaire
quelques heures par semaine, en fonction de
ses capacités et de son projet. Le plus grand
nombre d’heures d’inclusion est actuellement
de 19 heures hebdomadaire. Dès la troisième
année de collège, le jeune est accompagné dans
la construction de son projet professionnel. Cet
accompagnement se poursuit après sa scolarité.
Les interventions du SESSAD visent d’une part à accompagner le jeune et sa famille dans
l’élaboration de son projet, dans et avec leur environnement.
L’association régionale gère aujourd’hui six
services médico-sociaux qui accompagnent
236 jeunes ou adultes déficients intellectuels,
dont principalement porteurs de trisomie 21 et
leur famille.
2. Le SAVS (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale)
Le SAVS permet de poursuivre l’accompagnement des jeunes devenus adultes, lorsqu’ils
souhaitent accéder à une vie sociale autonome en milieu ordinaire (hébergement, travail).
Dans ce but, un appartement « étape » au
centre-ville de Pau est mis à leur disposition.
Lorsqu’un adulte semble prêt à vivre en
autonomie, une recherche d’appartement active
est mise en place. Un suivi à domicile adapté
Afin d’accompagner la personne et son à ses demandes lui sera ensuite proposé. En
entourage dans l’accession à un niveau maximal effet, nous n’oublions jamais que si l’usager est
d’autonomie, en fonction de ses capacités et en autonome, il n’est pas pour autant totalement
toute sécurité.
indépendant.
Actuellement plusieurs adultes investissent les lieux en autonomie une à trois nuits par semaine.
4
5
Nos partenaires
Les Organismes de Tarifications et de Contrôle
L’Agence Régionale de Santé Aquitaine et le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques
Pour le fonctionnement de ses services médico-sociaux (SAVS et
SESSAD) l’association bénéficie d’un financement public couvrant
100 % des budgets de ces services.
Le CG 64 finance et contrôle le SAVS, et l’ARS Aquitaine le SESSAD.
Le cadre législatif s’imposant à l’ensemble du secteur médico-social
est aujourd’hui parfaitement en adéquation avec le projet associatif
mis en œuvre par l’association depuis ses débuts. Ainsi, les projets
de services du SESSAD et du SAVS participent à la mise en œuvre
des politiques du CG 64 et de l’ARS Aquitaine et plus généralement
à la rénovation dont le secteur médico-social est aujourd’hui l’objet.
De véritables relations partenariales se sont ainsi mises en place au
cours du temps avec ces deux institutions publiques qui soutiennent
et valorisent l’action de l’Association.
Pour preuve les deux services de l’association font l’objet d’une
augmentation de capacité.
Les Collectivités Terrtoriales
Les collectivités territoriales mettent en œuvre dans le champ de
leurs compétences des politiques transversales visant à favoriser
l’inclusion des personnes en situation de handicap.Tout naturellement
l’association et ses services sont des utilisateurs privilégiés de ces
dispositifs : par exemple, de nombreux enfants bénéficient de la
politique innovante d’intégration par le sport, mise en place par la
municipalité paloise.
De plus, comme les entreprises privées, les collectivités territoriales
sont soumises à la même obligation d’emploi des personnes en situation
de handicap. Ainsi plusieurs jeunes adultes sont fonctionnaires de
la fonction publique territoriale : cantine scolaire, conservatoire de
musique…
6
L’Éducation Nationale
Comme nous l’avons vu, l’histoire de l’association Trisomie 21
Pyrénées-Atlantiques est étroitement liée à celle du développement
des dispositifs d’intégration scolaire. L’éducation nationale est donc
un partenaire privilégié du SESSAD de l’association.
Ce dernier accompagne 80 % des enfants en situation de handicaps
scolarisés. Un travail étroit de coopération s’effectue ainsi avec les
enseignants et le personnel de l’E.N. en charge de ces dispositifs les interventions du SESSAD se faisant principalement au sein du
milieu scolaire. Le SESSAD intervient ainsi dans 21 établissements
scolaires différents.
Les partenaires dans le cadre de l’accompagnement individuel vers
l’insertion sociale professionnelle
Grâce à l’accompagnement des services de l’association, des stages de plus en plus longs au fur
et à mesure que la personne avance dans la construction de son projet professionnel sont mis en
place. Le poste au sein de l’entreprise ordinaire, composé d’un ensemble de tâches diversifiées
et accessibles, est construit sur mesure avec la personne et l’entreprise accueillante. Ainsi les
services de l’association sont amenés, en fonction des projets individuels des personnes, à élaborer
des partenariats avec de multiples entreprises de toutes sortes (privées, publiques…).
Dans la même logique, en fonction du projet de chacun, les services de l’Association accompagnent
individuellement les personnes vers toute structure du champ social amenée à participer à la vie
citoyenne du jeune ou de l’adulte accompagné (centre de loisir, club sportif…)
Les partenaires dans le cadre du choix d’un développement exogène des
activités extérieures pour favoriser les intégrations collectives
Les activités collectives mises en place par le SESSAD répondent à des objectifs éducatifs
et/ou thérapeutiques. Elles sont organisées avec les structures de droit commun centrées sur
l’activité choisie. L’objectif est de permettre aux enfants de pouvoir s’inscrire au-delà des temps
d’accompagnement du SESSAD dans les lieux de socialisation que représentent les associations
socio-culturelles, sportives ou de loisirs favorisant ainsi leur intégration sociale.
7
Message du Secrétaire général ONU
21 mars 2013 - Journée Mondiale de la Trisomie21
La Déclaration universelle des droits de l’homme reconnaît la dignité inhérente
à tous les membres de la famille humaine et leurs droits égaux et inaliénables.
Pourtant, la discrimination à l’encontre des personnes atteintes de trisomie 21
et de leur famille est une réalité et se manifeste à plusieurs niveaux. Elle porte
préjudice non seulement à ceux qu’elle vise directement, mais aussi à l’ensemble
de la société.
Colloque du 21 Mars 2014
Handicap et participation sociale :
enjeux, défis et perspectives
Serge Ebersold, Sociologue, professeur des universités, Institut
National Supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des
jeunes Handicapés et les Enseignements Adaptés (INSHEA)
Souvent, les personnes atteintes de trisomie 21 sont exposées aux préjugés,
à la ségrégation et aux mauvais traitements physiques et psychologiques, et ne
bénéficient pas des mêmes chances que les autres. Le cercle vicieux de l’exclusion
peut s’amorcer tôt dans la vie, de nombreux enfants trisomiques se voyant écartés
du système d’enseignement ordinaire, voire de tout système d’enseignement.
Les politiques sociales en faveur des personnes en situation de handicap ont connu ces dernières
années un changement de référentiel global. Ce nouveau cadre légal a pour ambition de promouvoir
la participation pleine et entière des personnes handicapées à notre société, privilégiant le droit
commun (école, travail) et prônant de nouvelles solutions de compensation et d’accessibilité
individualisées.
S’agissant de la vie professionnelle, à cause des stéréotypes dont ils font l’objet, les
trisomiques ne peuvent souvent pas bénéficier de formations ni exercer leur droit
au travail. S’agissant de la sphère politique et de la vie publique, les trisomiques,
comme d’autres personnes qui souffrent d’un handicap mental, sont souvent privés
de leur droit de voter et de participer pleinement au processus démocratique.
Ce changement de référentiel a largement modifié les structures dédiées à la mise en œuvre de
cette politique. Les dispositifs d’inclusion scolaire se sont généralisés et institutionnalisés (+ 35%
d’enfants handicapés scolarisés entre 2005 et 2009). Mais les contraintes socio-économiques, la
difficulté à penser un nouveau modèle de compréhension du handicap tendent à placer les acteurs,
parents et professionnels dans une injonction paradoxale : penser la personne handicapée à la
fois comme objet et sujet de l’intervention. En découle une confusion entre besoin de service
et besoin de la personne qui maintient les acteurs dans une action normative pointant toujours
prioritairement les incapacités de la personne.
La Convention relative aux droits des personnes handicapées réaffirme que ces
personnes, y compris celles qui sont atteintes de trisomie 21, ont les mêmes droits
fondamentaux que les autres. Le 23 septembre, l’Assemblée générale organisera
une réunion de haut niveau sur le handicap et le développement pour faire en sorte
que tous les programmes de développement de demain prennent en compte les
intérêts des personnes handicapées, y compris des trisomiques.
Si on leur donne leur chance et un peu de soutien, toutes les personnes atteintes
de trisomie 21 pourront se réaliser, exercer comme tout le monde leurs droits
fondamentaux et apporter une importante contribution à la société. À nous d’en
faire plus pour créer les conditions qui leur permettent de s’épanouir et de jouer un
rôle à part entière dans la société. Ensemble, nous pouvons bâtir un monde équitable,
juste et ouvert à tous, qui célèbre la diversité, ne connaisse pas la discrimination et
offre les mêmes chances à tous.
Ce n’est qu’en pensant la personne en situation de handicap ontologiquement capable, capable
d’évoluer et de progresser, comme acteur majeur du processus, en refusant de la considérer
isolément de son environnement, que nous pourrons créer le processus de coopération équitable
centré sur son devenir et nécessaire à l’ambition d’une société inclusive. Changeons d’abord de
regard, tout changera ensuite !
http://www.worlddownsyndromeday.org/
http://www.un.org/fr/events/downsyndromeday/2013/sgmessage.shtml
8
9
L’ Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
Portraits
L’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu développe des formations
aux métiers sociaux, de l’éducation spécialisée, de l’intervention
sociale auprès des familles, des formations supérieures dans le travail
social, des formations continues. Il amène également son concours à
des actions de développement social et à des travaux de recherche en
travail social.
Axel, de la crèche à l’école
Comme tous les enfants de son âge, Axel va à l’école. Pour l’instant,
il y est à mi-temps, il retourne à la crèche l’après-midi. Bientôt, il
y sera à temps plein. Pour l’accompagner dans ses apprentissages,
une Assistante de Vie Scolaire l’accompagne individuellement.
Trois fois par semaine, les professionnels du SESSAD viennent le
soutenir. De nombreux temps d’échanges sont ainsi provoqués avec
les parents d’Axel, ses enseignants, mais aussi avec les personnels
d’encadrement de la cantine et de la garderie. Grâce à la stimulation
du contact avec les enfants de son âge, Axel progresse à vue d’œil !!
Axel bénéficie de deux séances d’orthophonie, de deux séances de
psychomotricité et d’une intervention éducative par semaine.
Implanté à Pau, il couvre les besoins en formations initiales ou continues sur la région Aquitaine,
la région Midi-Pyrénées et sur l’ensemble du piémont pyrénéen.
L’ITS Pierre Bourdieu est un lieu de formation en travail social au service des collectivités
territoriales (mairies, conseils généraux, communautés d’agglomérations et de communes), des
associations du secteur social, médico-sociale et de l’animation, des organismes publics.
Les métiers sociaux sont des métiers de l’humain. Les travailleurs sociaux exercent des professions
auprès de personnes qui sont en difficulté d’insertion et d’adaptation sociale pour des raisons
liées au handicap, à l’exclusion, à l’immigration, mais aussi aux évolutions de notre société. Ces
métiers sociaux font grand besoin aujourd’hui.
Ils assurent une présence quotidienne dans la prise en compte de la souffrance sociale de millions
de nos concitoyens qui pour des raisons physiques, psychologiques ou sociales sont très fragilisés,
précarisés et démunis.
Le PROJET «Pour une dynamique constructive»
Le centre aéré, une bouffée d’air pour Ilias !
Ilias est scolarisé en école primaire. Mais il préfère le mercredi où,
comme ses frères, il va au centre de loisirs. Martine, son éducatrice
est venue rencontrer l’équipe d’animateur, depuis il n’a besoin de
personne pour jouer avec ses copains. S’il le faut elle reviendra,
mais grâce à un accueil de qualité et adapté, tout va bien. L’accueil
en centre de loisirs est un élément important du développement
des enfants en situation de handicap, comme l’accès à la culture,
au sport… L’association et ses services œuvrent pour favoriser ces
accueils en soutenant les intégrations individuelles comme Ilias, mais
aussi de manières plus générales, en participant aux commissions de
travail organisés par l’Etat sur le département.
Ilias bénéficie de deux ateliers de psychomotricité, de deux séances
d’orthophonie et son éducatrice vient le voir toutes les semaines à
l’école et ponctuellement au centre aéré.
Nous vous présentons le projet de l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu.
Le projet est le fruit d’un long processus de travail qui s’est réalisé d’une part au niveau de
l’association qui gère l’ITS et d’autre part à celui des équipes pédagogiques de l’établissement.
http://www.its-pau.fr/presentation.php
Maël a grandi, maintenant il va au collège !!
Le Collège, quelle étape ! C’est grand et il y a beaucoup de monde.
Comme pour tous les enfants, le passage du primaire au collège est
une étape importante. Pour Maël c’est maintenant la deuxième
année, tout roule. Il est scolarisé dans une classe spécialisée Ulis
mais participe à des cours dans d’autres classes. C’est le temps
des premiers apprentissages pour prendre le bus et savoir se servir
d’un portable. Mais ce que préfère Maël, c’est le mercredi avec ses
copains (et copines !!). Il fait du sport dans le cadre de l’UNSS en
partenariat avec le sport adapté. Avec le judo (en club) et le théâtre,
ça fait de bonnes semaines tout ça !!
Ameline elle, elle travaille !!
Tous les matins, Ameline prend son bus seule. Pas question d’être en
retard car ses collègues l’attendent. Ameline travaille depuis deux
ans à la cantine du lycée Louis Barthou. Ses collègues l’apprécient
car elle est toujours de bonne humeur. Maintenant c’est le SAVS
qui l’accompagne. Elle continue l’orthophonie en libéral et travaille
avec l’équipe du service pour un jour avoir son propre appartement.
En attendant, elle va commencer par passer des nuits seule à
l’appartement du SAVS.
10
11