psy-nephile - Association Parole

Commentaires

Transcription

psy-nephile - Association Parole
Espace d’accueil et d’expression
Rue du Vieux-Billard 1 - 1205 Genève
www.associationparole.ch
8ème édition septembre 2015 – juin 2016
Le sentiment d’effacement de
la réalité est présenté dans la
conscience des êtres, dans les
contradictions de la société et les
paradoxes de l’existence. Se complaire alors dans le chagrin ou réagir
et chercher à détruire le malheur ?
Quelques pistes et réflexions à
suivre sur le pouvoir, l’aliénation, la
difficulté à communiquer, l’impouvoir, l’abus de pouvoir, les dérives
du pouvoir, l’égarement, l’inadéquation du monde, la liberté, l’amour, la
volonté ?
Utilisant l’artificialité et la beauté
formelle du cinéma, chacun des
films choisis est une quête qui
cherche à atteindre le cœur de l’humain. Les réalisateurs questionnent
en maîtres, les rapports prédéterminés entre monde intérieur et extérieur, donnent des interprétations
originales de la réalité, brisent les
tabous de la pensée conforme.
La vision de ces formes de vérité
et de recherches variées éclate nos
fixités psychologiques. Le spectateur est instruit et plus libre alors
pour mieux se redonner le goût de
la réalité et valider son réel.
PSY-NEPHILE
À CHACUN SA RÉALITÉ
Films sur le pouvoir de soi
Animation : Carlos León
Le deuxième mercredi du mois
17h30 – 22h00
Soupe 2.50.- / Intermède-débat
9 septembre Miracle en Alabama. Arthur Penn, 1962 Basé sur la vraie histoire
de Helen KELLER. Le pouvoir dominant et bienveillant d’une éducatrice déterminée à ne rien lâcher sur une petite sourde, muette,
aveugle, et rebelle qui se soumettra enfin à la loi du savoir par la
volonté d’apprendre et de s’ouvrir au monde.
28 octobre
Une journée particulière. Ettore Scola, avec M Mastroianni et
S. Loren, 1977 « Pleurer est une chose que l’on peut faire seul,
mais rire, il faut être deux pour rire. ». Hitler rencontre Mussolini.
Antonietta femme au foyer rencontrera Gabriele un intellectuel
homosexuel qui pour cette raison a été exclu de son travail et
est menacé d’exportation. Rencontre de deux solitudes sur fond
d’aberration sociale.
13 janvier L’éclipse. M. Antonioni 1962. M. Vitti et A. Delon Incommunicabilité dans le monde moderne et rencontre entre deux personnages
opposés dont sortiront des sentiments très délicats.
10 février
Le Caïman. N. Moretti, 2006 Satire du système Berlusconi, le film
est une œuvre civique jubilatoire.
9 mars
L’évangile selon Saint Matthieu. P. P. Pasolini, 1964 Poésie, chaos
et harmonie, pureté et impureté, sacré et profane, politique, film
rude et beau.
13 avril
Habemus Papam. N. Moretti, 2011 Diablerie ludique et réflexion
poétique sur le devoir et le plaisir, la liberté et ses limites.
11 mai
Une passion. I. Bergman, 1969 Exploration de la réalité contaminée, transformée par l’imaginaire, le mensonge, la tromperie, les
fausses amitiés. Du cinéma cru.
8 juin
Le cercle de poètes disparus. P. Weir, avec Robin Williams, 1989
« Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie », « Je ne vis pas pour
être un esclave mais le souverain de mon existence ».
11 novembre Le cri. M. Antonioni, 1957 Description de l’éternelle maladie des
sentiments, l’errance, le temps qui passe. Antonioni affirme un
paradoxe esthétique entre le bref et l’interminable.
9 décembre
Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon. E. Petri, 1970
Le film se veut une dénonciation politique de l’autorité publique.
Bande originale d’Ennio Morricone.