Etude Prospection Municipale Senegal

Commentaires

Transcription

Etude Prospection Municipale Senegal
PROSPECTION DE L’ACTION MUNICIPALE EN
MATIERE DE DEVELOPPEMENT DANS LES
REGIONS DE ZIGUINCHOR, KOLDA ET
SEDHIOU
JUILLET 2009
Ce document est réalisé par le FONS CATALÁ DE COOPERCÍO AL
DESENVOLUPAMENT dans le cadre du projet REDELL II, pour une
meilleure orientation de la coopération dans les communautés rurales des
Régions de la Casamance grâce á l’appui de L’AECID.
Il faudra aussi noter la participation des personnes ressources ci –
désignées :
Mme Khady Dieng Faye, Directrice de la coopération Décentralisée.
Mlle Ortiz Inmaculada Conseillère Technique à la Direction de la
Coopération Décentralisée.
Mr Boubacar Sonko, Directeur de l’A.R.D de Ziguinchor
Mr Alhassane Sow, Directeur de l’A.R.D de Kolda
Mr Amadou Sow Barry, Responsable de la Division Planification et
développement.
Mr Thibault Van De Velde Agent Technique de l’A.R.D de Ziguinchor
2
TABLE DES MATIERES
I. PRESENTATION DU SENEGAL ...................................................................................................................... 6
I.1. GEOGRAPHIE ................................................................................................................................................. 6
I.2. DEMOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 6
I.3. CLIMAT ......................................................................................................................................................... 7
I.4. ECONOMIE .................................................................................................................................................... 7
I.5. ORGANISATION POLITIQUE............................................................................................................................ 7
II.
HISTORIQUE DE LA POLITIQUE DE DECENTRALISATION .............................................................. 8
III.
LE DECOUPAGE ADMINISTRATIF SELON LE CODE DES COLLECTIVITES LOCALES ........ 11
III.1. LA REGION ............................................................................................................................................... 11
III.1.1 Les Compétences de la région .......................................................................................................... 12
III.1.2. Les Organes de la région................................................................................................................. 15
III.1.1.1. Le Conseil régional.................................................................................................................................... 15
III.1.2.2 Le Président du Conseil régional ................................................................................................................ 16
III.1.2.3. Le Comité économique et social de la Région (CESR) ............................................................................. 16
III.1.2.4. L'Agence Régionale de Développement (ARD) ........................................................................................ 17
III.1.2.5. Les Ententes Interrégionales et les Groupements Mixtes .......................................................................... 18
III.1.2.6. Le Représentant de l'Etat : Le Gouverneur ................................................................................................ 18
III.2. LA COMMUNE .......................................................................................................................................... 19
III.2.1. Les Compétences de la commune .................................................................................................... 20
III.2.2. Les Organes de la commune ............................................................................................................ 22
III.2.2.1. Le Conseil municipal ................................................................................................................................. 22
III.2.2.3. Le représentant de l'Etat : Le Préfet ........................................................................................................... 23
III.2.2.4. Ententes intercommunales et communautés urbaines ................................................................................ 23
III.2.2.4.1. Ententes intercommunales ................................................................................................................. 23
III.2.2.4.2. Communautés urbaines ..................................................................................................................... 23
III.2.2.4.3. Groupements mixtes .......................................................................................................................... 24
III.3. LA COMMUNAUTE RURALE ...................................................................................................................... 24
III.3.1. Les Compétence de Communauté rurale ......................................................................................... 24
III.3.2. Organes de Communauté rurale ..................................................................................................... 27
III.3.2.1. Le conseil rural .......................................................................................................................................... 27
III.3.2.2. Le Président du conseil rural et les vice-présidents ................................................................................... 28
III.3.2.3. Le Représentant de l'Etat ........................................................................................................................... 28
III.3.2.4. Groupements d'intérêt communautaire ...................................................................................................... 28
IV. LA COOPERATION DECENTRALISEE : LES STRUCTURES D’APPUI ............................................... 29
IV.1. LA DIRECTION DE LA COOPERATION DECENTRALISEE (DIRCOD) ......................................................... 29
IV.2. LES AGENCES REGIONALE DE DEVELOPPEMENT (ARD) .......................................................................... 29
V- PRESENTATION DES ZONES DE PROJETS. ............................................................................................. 31
V.1. LA REGION DE ZIGUINCHOR. ..................................................................................................................... 31
V.1.1.Cadre naturel ..................................................................................................................................... 32
V.1.2. Les communautés rurales de la région de Ziguinchor. ..................................................................... 34
V.2. LA ZONE DE KOLDA ET DE SEDHIOU. ......................................................................................................... 35
V.2.1. Cadre naturel .................................................................................................................................... 36
V.2. 2. Les communautés rurales de Kolda et de Sedhiou. .......................................................................... 36
VI – L’A.R.D DE ZIGUINCHOR ........................................................................................................................ 38
VII – L’A.R.D DE KOLDA. ................................................................................................................................. 39
VIII. PLANS DE DEVELOPPEMENT ............................................................................................................... 41
VIX. ORIENTATIONS FUTURES DE LA COOPERATION. ........................................................................... 48
ANNEXES ............................................................................................................................................................ 50
3
SIGLES ET ABREVIATIONS
ADDEL
ADESC
AECI
AECID
ANCAR
APRAF/K
ARD
ASACASE
BE
BM
C.A.P.C.
C.L.
CCF
CERP
CR
DRDR
FDL
GADEC
OCB
OMVG
ONG
P.A.A.
PACR
PADEB
PADELU
PADERBA
PADERCA
PAEFK
PAPIL
PAR
PCR
PDLP
PEPAM
PFDS
PIA
PIC
PIL
PLCP
PLD
PMIB
PMSE
PNDL
Appui à la Décentralisation et au Développement Local
Association pour le Développement Economique, Social et Culturel
Agence Espagnole de Coopération Internationale
Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement
Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural
Association régionale des présidentes d’Associations Féminines/Kolda
Agence Régionale de Développement
Association Sénégalaise pour l’Appui à la Création d’Activités Socio-Economiques
Banque Européenne
Banque Mondiale
Chargé des Appuis à la Planification et à la Capacitation
Collectivité Locale
Christian Children Found
Centre d'Expansion Rurale Polyvalent
Communauté Rurale
Direction Régionale du Développement Rural
Fonds de Développement Local
Groupe d'action pour le développement communautaire
Organisation Communautaire de Base
Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Gambie
Organisation Non Gouvernementale
Programme d’Activité Annuel
Programme d’Appui aux Communautés Rurales
Programme d’Aménagement et de Développement de Bignona
Programme d’Appui au Développement Local Urbain
Projet d'Appui au Développement Rural du Bassin de l'Anambé
Programme d’Appui au Développement Rural en Casamance
Projet d’appui à l’entreprenariat forestier de Kolda
Projet d'Appui à la Petite Irrigation Locale
Programme d’Appui aux Régions
Président de Communauté Rurale
Programme de Développement Local Participatif
Programme d'eau potable et d'assainissement du millénaire
Projet du Fonds de Développement Social
Plan d’Investissement Annuel
Plan d’Investissement Communal
Plan d’Investissement Local
Projets et Programmes de Lutte Contre la Pauvreté
Plan Local de Développement
Plateforme Minimale d’Infrastructures de Base
Programme Minimal de Service Essentiel
Programme National de Développement de Local
4
PNDL
PNIR
PNIR
PNUD
PRAESC
PRAESC
PRAS
PRC
PRDI
PRDI
PROGEDE
PSIDEL
PSIDEL
PTA
PTBA
SE
SP
SRADL
SRAT
SRH
SRUHC
SSE
SSEA
ST
STD
UAEL
UNICEF:
USAID
Programme National de Développement Local
Programme National d’Infrastructures Rurales
Programme National d’Infrastructures Rurales
Programme des Nations Unies pour le Développement
Programme de Relance des Activités Economiques et Sociales en Casamance
Programme de Relance des Activités Economiques et Sociales en Casamance
Plan Régional d’Action Sociale
Plan de Renforcement des Capacités
Plan Régional de Développement Intégré
Plan Régional de Développement Intégré
Programme de Gestion Durable et Participative des Energies Traditionnelles
et de Substitution
Programme de Soutien aux Initiatives de Développement Local
Programme de Soutien aux Initiatives de Développement Local
Programme de Travail Annuel
Plan de Travail et Budget Annuels
Secrétariat Exécutif
Secrétariat Permanent
Service Régional d’Appui au Développement Local
Service Régional de l’Aménagement du Territoire
Service Régional de l’Hydraulique
Service Régional de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction
Système Suivi Evaluation
Système Suivi Evaluation Adapté
Services Techniques
Services Techniques Déconcentrés
Union des Associations d’Elus Locaux
Fond des Nations Unies pour l’Enfance
Agence Américaine pour le Développement International
5
I. Présentation du Sénégal
I.1. Géographie
Le Sénégal occupe l’extrémité la plus occidentale du continent africain. Le Pays s’étend sur
600 km du Nord au Sud et 400 km de largeur maximale, il couvre une superficie de 196 192
km2. Il est bordé à l’Ouest par l’océan Atlantique (530 km de côte), au Nord par la
Mauritanie, à l’Est par le Mali, au Sud par la Guinée et la Guinée Bissau.
La Gambie, constituée d’une bande de terre longue de 350 km en bordure du fleuve Gambie,
est enclavée dans son territoire.
Le fleuve Sénégal forme la frontière avec la Mauritanie et son affluent, le Falémé, marque les
limites avec le Mali. Au centre, le Saloum se jette dans la mer par un long estuaire constitué
de mangroves.
Le Sénégal est constitué d’une grande plaine de savane arborée dont l’altitude dépasse
rarement 130 mètres. Son point culminant, le mont Assirik (498 m), se situe dans le Fouta
Djalon à son extrémité Sud-Est.
Le Sénégal comprend quatre régions naturelles :
-
la région côtière nord (de Saint-Louis à la Gambie) est sableuse et rectiligne, de
l’embouchure du Sénégal à la presqu’île du Cap Vert. Celle-ci est rocheuse et
découpée, bordée d’îles et d’îlots (Gorée, Ngor).
-
la région sahélienne, très sèche : la végétation est pauvre, sauf dans la vallée du fleuve
Sénégal, mais le sol sablonneux permet la culture de l’arachide.
-
la région soudanienne au sud de celle-ci (Sénégal oriental et Haute Casamance) où
domine la savane forestière, zone d’agriculture intensive, d’élevage et de chasse.
-
la Casamance caractérisée par un réseau hydrographique développé. C’est une région
fertile (rizières, palmiers à huile, fromagers).
I.2. Démographie
Le Sénégal compte 11,3 millions d’habitants (estimation 2008) dont près de 44% ont moins
de 15 ans. La densité moyenne est 52 habitants / km² avec une inégale répartition selon les
régions. La population se divise en une vingtaine de groupes ethniques, dont les principaux
sont les Wolofs (35%), les Sérères (20%), les Peuls (15%), les Toucouleurs (10%), les Diolas
6
(8%). La principale religion est l’islam, pratiqué par 94% de la population. Le français est la
langue officielle, le Wolof est parlé par 80% de la population.
I.3. Climat
Le climat est de type tropical. Il se caractérise par une sécheresse au nord et par des pluies
abondantes dans le sud du pays, notamment en Casamance (100 mm au nord, 1200 mm au
sud) et par l’alternance de deux saisons :
-
Une saison sèche de novembre à juin pendant laquelle soufflent les alizés maritimes et
l’Harmattan sec et chaud.
-
Une saison des pluies de juillet à octobre appelée "hivernage", provoquée par la
mousson du sud-ouest.
Les températures moyennes annuelles oscillent entre 18° et 26° sur le littoral et entre 24° et
30° à l’intérieur du pays pendant la saison sèche et entre 25° et 30° sur le littoral et entre 30°
et 40° à l’intérieur du pays avec des maxima de 50° pendant la saison des pluies.
I.4. Economie
Le Sénégal, avec un PIB par habitant évalué à 710 $ en 2006, connaît des taux de croissance
parmi les plus élevés de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) mais
reste un PMA dont près de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.
Son secteur primaire (14,6 % du PIB en 2006) se caractérise par la forte vulnérabilité de
l’agriculture (aléas climatiques, menace acridienne). Les activités du secteur secondaire
(21,5% du PIB) sont fondées sur les phosphates (production d’engrais et d’acide
phosphorique) et sur la transformation de l’arachide (huile et tourteaux pour le bétail) et des
produits
de
la
mer
(malgré
une
raréfaction
croissante
de
la
ressource).
Le secteur tertiaire (63,9% du PIB) bénéficie de l’excellence des infrastructures de
télécommunications, qui favorise des investissements dans les téléservices et l’internet.
I.5. Organisation politique
Etat laïc, indépendant depuis 1960, le Sénégal a un régime présidentiel pluraliste : le Président
de la République est élu au suffrage universel et pour sept ans. Actuel Président de la
République, Abdoulaye WADE, est élu pour la deuxième fois le Mars 2007, exerçant ainsi
son deuxième et dernier mandat selon la constitution votée en 2000.
7
Le pays dispose de deux chambres parlementaires : l’Assemblée Nationale dont les membres
au nombre de 120 sont élus au suffrage direct et le Sénat dont les membres sont en partie
désignés par le Président de la République. Les lois sont d’abord adoptées par l’Assemblée
ensuite par le Sénat. Le Président du Sénat est la deuxième personnalité de l’Etat après le
Président de la République.
Le pouvoir judiciaire est exercé par le Conseil constitutionnel, le Conseil d’Etat, la Cour de
Cassation, la Cour des Comptes et les Cours et Tribunaux. La loi prévoit aussi un Conseil
supérieur de la magistrature, une Haute Cour de justice devant laquelle les membres de
l’exécutif répondent de leurs actes. Le Conseil d’Etat est juge en premier et dernier ressort de
l’excès de pouvoir des autorités exécutives. La Cour de cassation se prononce par voie du
recours en cassation sur les jugements rendus en dernier ressort par les juridictions
inférieures.
II.
Historique de la politique de décentralisation
L’expérience de décentralisation administrative et territoriale y est introduite pour la première
fois en 1872 avec la création des communes de Saint-Louis et de Gorée le 10 Août 1872 ; les
communes de Rufisque et de Dakar ont été créées respectivement en 1880 et 1887. Ces quatre
communes étaient de plein exercice. Parallèlement, des collectivités locales étaient créées en
1904 sous l’appellation de communes mixtes. Leurs organes représentatifs étaient un
administrateur maire (chef de la circonscription) et une commission municipale dont les
membres étaient nommés.
La loi portant réorganisation municipale en Afrique Occidentale Française (AOF) fut votée le
18 Novembre 1955. Elle instituait une nouvelle forme de commune : la commune de moyen
exercice, dont le conseil municipal était élu et le maire, un fonctionnaire nommé. En accédant
à la souveraineté internationale, le Sénégal comptait 34 communes, toutes de plein exercice.
Ce nombre sera réduit d’une unité avec le rattachement de Gorée à Dakar en 1961. D’autres
communes seront créées, par la suite, entre 1966,1990 et en 2002. Plusieurs réformes ont été
mises en œuvre par l’Etat, en vue de consolider la décentralisation.
On distingue trois grandes étapes.
• De 1960 à 1990 : la phase institutionnelle de la réforme
Indépendant, le Sénégal a opté pour un régime municipal à deux statuts : la commune à statut
spécial et la commune de droit commun. En 1964, la loi n° 64-02 du 19 Janvier institue pour
8
la première fois un régime municipal spécial dérogeant au droit commun. Il s’agissait de la
commune de Dakar que devaient suivre ceux des chefs lieu de Région. La commune de droit
commun qui est l’autre catégorie de commune est régie par le code de l’administration
communale (loi n° 66-64 du 30 Juin 1966) qui précise l’organisation, le fonctionnement et les
missions des collectivités locales décentralisées.
L’innovation majeure dans la politique sénégalaise de décentralisation administrative réside
dans la création en 1972 des collectivités locales en milieu rural. Ainsi, avec la réforme de
l’administration territoriale et locale instituée par la loi 72-25 du 19 Avril 1972, 320
communautés rurales ont progressivement vu le jour. Cependant, les fonctions
d’administrateur de crédits, et d’ordonnateurs du budget communautaire sont confiées, à titre
transitoire, au Sous-Préfet.
• De 1990-1996 : la phase d’approfondissement de la décentralisation
Après une première phase consacrée à son montage institutionnel, la politique de
décentralisation connaît une seconde mutation en 1990. La loi n° 90-35 du 8 Octobre 1990
supprime le statut de commune spécial pour le reverser dans le droit commun. Toutes les
communes sont désormais administrées par un maire élu et non plus par un fonctionnaire
nommé par les pouvoirs publics.
Dans la même mouvance, la loi n° 90-37 du 8 octobre 1990 modifiant la loi n°72-25 du 19
Avril 1972 transfère la gestion des Communautés Rurales du Sous-préfet au Président du
Conseil Rural qui devient, à l’instar du maire, ordonnateur du budget communautaire.
Dès 1992, un projet de loi qui érigerait la Région, jusque là simple circonscription
administrative, en collectivité territoriale décentralisée dotée de la personnalité juridique et de
l’autonomie financière et qui verrait le transfert à tous les niveaux de collectivités locales des
compétences importantes, voit le jour.
Décentralisation et réforme institutionnelle de la Région : phase d’expérimentation de la
réforme
La troisième phase de la politique de décentralisation, dont la régionalisation constitue une
dominante, repose sur les principes suivants :
-
un statut unique pour toutes les Régions ;
-
un équilibre entre la décentralisation et la déconcentration ;
9
-
une meilleure répartition des centres de décision dans le cadre des ressources
disponibles ;
-
un contrôle aménagé a posteriori ;
-
l’unité nationale, l’intangibilité des frontières et l’intégrité territoriale. Ces principes
visent à clarifier les rapports entre les trois ordres de collectivités locales fondés sur
l’égalité tout en tenant compte de la spécificité de chacune d’elle à assurer l’ancrage
de la présence administrative dans la région et le développement de l’activité
économique régionale, par le rapprochement des centres de décision, la confiance en
la capacité de gestion des populations et la valorisation des particularismes locaux
dans le cadre de l’unité nationale.
• La répartition des compétences
Dés lors, les objectifs de la réforme apparaissent clairement. Il s’agit entre autres d’assurer le
développement économique, social, et culturel de chaque région ; d’installer une
administration proche des usagers ; d’instituer des régions dynamiques dans le cadre d’un Etat
unitaire.
Au terme de ce long parcours, le Sénégal compte 442 collectivités locales : 322 communautés
rurales, 110 communes dont 43 communes d’arrondissement dans les villes de la région de
Dakar et 11 régions. En outre, d’importantes compétences ont été transférées aux collectivités
locales en 1996, en plus de leurs compétences générales dans le développement économique
et social. C’est la loi 96-07 du 22 Mars 1996 qui détermine les compétences transférées en
distinguant celles qui sont dévolues aux régions, aux communes et aux communautés rurales.
La première génération de compétences ainsi transférée concerne les domaines ci-après :
-
environnement et gestion des ressources naturelles
-
santé, population et action sociale
-
jeunesse, sports et loisirs
-
culture
-
éducation
-
planification
-
aménagement du territoire
-
urbanisme et habitat.
10
L’importance de ce transfert de compétences réside ainsi dans le fait qu’il permet aux
responsables locaux d’intervenir dans des matières touchant directement le vécu quotidien des
populations, donc de s’impliquer de manière significative dans la recherche du
développement local.
C’est par conséquent une politique de responsabilisation des acteurs locaux qui se trouvent
désormais soumis à l’obligation de présenter des résultats au moment de l’évaluation.
Toutefois, le constat est que le transfert de compétences vers les collectivités territoriales
sénégalaises ne s’est pas accompagné d’un transfert suffisant des ressources de l’Etat. Les
responsables de ces collectivités locales et plus particulièrement des Communautés Rurales
mais aussi et surtout ceux des Régions, estiment qu’ils ne disposent pas d’assez de ressources
pour faire face à leurs anciennes et nouvelles missions.
Conscient de cette situation, l’Etat a aménagé ses textes pour faciliter l’acquisition de recettes
additionnelles via la COOPERATION DECENTRALISEE.
Ainsi, les collectivités locales qui n’ont pas une bonne viabilité parce que dépourvues de
ressources propres (région et communautés rurales) vont se tourner vers l’apport extérieur
pour assurer leur lourde mission de développement local.
III.
Le découpage administratif selon le code des collectivités locales
Le Sénégal est constitué de :
-
14 régions dont les chefs-lieux sont les principales villes : Dakar, Diourbel, Fatick,
Kaolack, Kolda, Louga, Matam, Saint Louis, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor,
Kaffrine, Sedhiou, Kédougou
-
113 communes, dont 43 communes d’arrondissement,
-
370 communautés rurales
III.1. La région
Créée en 1996, la Région est une collectivité locale, personne morale de droit public. Elle est
administrée par un Conseil Régional élu au suffrage universel direct pour 5 ans. Les Régions
sont au nombre de 14. Le Conseil Régional par ses délibérations, le Président du Conseil par
l’instruction des affaires et l’exécution des délibérations concourent à l’administration de la
région.
11
III.1.1 Les Compétences de la région
La région a compétence pour promouvoir le développement économique, éducatif, social,
sanitaire, culturel et scientifique de la région, pour réaliser les plans régionaux de
développement et organiser l’aménagement de son territoire dans le respect de l’intégrité, de
l’autonomie et des attributions des communes et des communautés rurales.
Elle peut engager des actions complémentaires de celles de l’Etat et des autres collectivités
locales situées dans la région, dans les domaines et les conditions qui sont fixées par les lois
portant répartition des compétences prévues à l’article 5 du code des collectivités locales.
La région peut passer des conventions avec l’Etat ou avec d’autres collectivités locales ou
leurs groupements, pour mener avec eux des actions relevant de leur compétence, dans le
strict respect de leurs attributions.
Elle propose aux collectivités locales de la région toutes mesures tendant à favoriser la
coordination des investissements locaux et des actions de développement, sous réserve des
dispositions de l’article 13 du code.
Tableaux des compétences de la région
DOMAINES
Environnement et gestion des
ressources naturelles
Santé population et action
sociale
COMPETENCES
- la gestion, la protection et l'entretien des forêts, des zones protégées et
des sites naturels d'intérêt
régional;
- la mise en défense et autres mesures locales de protection de la nature ;
- la gestion des eaux continentales à l'exclusion des cours d'eau à statut
international ou national ;
- la création de bois, forêts et zones protégés ;
- la réalisation de pare-feux et la mise à feu précoce, dans le cadre de la
lutte contre les feux de brousse ;
- la protection de la faune ;
- la répartition des quotas régionaux d'exploitation forestière entre les
communes et les communautés
rurales ;
- la délivrance d'autorisation d'amodiation de chasse, après avis du conseil
rural. La décision y afférente est soumise à l'approbation du représentant
de l'Etat ;
- l'élaboration, la mise en œuvre et le suivi des plans ou schémas
régionaux d'action pour l'environnement;
- l'élaboration de plans régionaux spécifiques d'intervention d'urgence et
de gestion de risques ;
l'élaboration et la mise en œuvre des plans régionaux d'action pour
l'environnement ;
- la création des brigades de volontaires pour interventions en cas d'atteinte
à l'environnement, notamment pour - la lutte contre le braconnage ;
- la délivrance d'autorisation de défrichement après avis du conseil rural.
a) Santé et population :
- la gestion et l'entretien des hôpitaux régionaux et départementaux ;
- la gestion, l'entretien et l'équipement des centres de santé situés au
niveau des communautés rurales ;
12
- la mise en œuvre de mesures de prévention et d'hygiène.
b) Action sociale :
- la participation à l'entretien et à la gestion de centres de promotion et de
réinsertion sociale ;
- l'organisation et la gestion de secours au profit des nécessiteux.
Jeunesse, sports et loisirs
- la délivrance d'autorisation d'ouverture des collectivités éducatives ;
- la réalisation d'infrastructures de proximité ;
- l'assistance aux associations culturelles et sportives ;
- la réalisation, l'administration et la gestion des infrastructures sportives et
socio-éducatives à statut
régional ;
- l'organisation, l'animation et le développement des activités socioéducatives ;
- la promotion, l'administration, l'entretien, l'organisation et le contrôle des
activités physiques et sportives au niveau régional ;
- la gestion du personnel mis à sa disposition.
Culture
- la promotion, l'épanouissement et le développement des activités
culturelles ;
- la surveillance et le suivi de l'état de conservation des sites et monuments
historiques, ainsi que la participation à la découverte des vestiges
préhistoriques ou historiques ;
- l'organisation de journées culturelles, de manifestations culturelles
traditionnelles et de concours littéraires et artistiques;
- la création et la gestion d'orchestres, d'ensembles lyriques traditionnels,
de corps de ballets et de troupes de théâtre ;
- la création et la gestion de centres socioculturels et de bibliothèques de
lecture publique.
Education, alphabétisation,
promotion des langues
nationales et formation
professionnelle
a) Education
- la participation à l'établissement de la tranche régionale de la carte
scolaire nationale ;
- l'équipement, l'entretien, la maintenance des lycées et
collèges ;
- le recrutement et la prise en charge du personnel d'appoint des lycées et
collèges ;
- la répartition, l'allocation de bourses et d'aides scolaires ;
- la participation à l'acquisition des manuels et aux
fournitures scolaires ;
- la participation à la gestion et à l'administration des lycées et collèges par
le biais des structures de dialogue et de concertation.
b) Alphabétisation
- l'élaboration des plans régionaux d'élimination de l'analphabétisme ;
- l'exécution des plans d'élimination de l'analphabétisme ;
- la synthèse annuelle de l'exécution des plans et campagne
d'alphabétisation ;
- le recrutement d'alphabétiseurs ;
- la formation des formateurs et alphabétiseurs ;
- la conception et la production de matériel didactique;
- la réalisation de la carte de l'alphabétisation ;
- l'autorisation d'exercer comme opérateur ;
- la mise en place d'infrastructures et d'équipements éducatifs, le suivi et
l'évaluation des plans d'élimination de l'analphabétisme ;
- la mobilisation des ressources.
c) Promotion des langues nationales
- la maîtrise de la distribution fonctionnelle des langues du pays et la mise
au point de la carte linguistique;
13
- la collecte et la traduction des éléments de la tradition orale (contes,
mythes, légendes…) en vue d'en faciliter la publication ;
- l'introduction des langues nationales à l'école ;
- la participation à la promotion d'un environnement lettré par le
développement de l'édition en langues
nationales ;
- l'application des mesures afférentes à l'utilisation des langues nationales
dans l'administration ;
- la mise à jour du catalogue des éditeurs, auteurs et œuvres en langues
nationales ;
- la promotion de la presse parlée et écrite en langues nationales;
- l'organisation de concours en langues nationales ;
- la mise en place d'infrastructures et d'équipements ;
- la mobilisation des ressources.
d) Formation Professionnelle
- le recensement exhaustif des métiers régionaux et l'élaboration d'un
répertoire des formations professionnelles existantes avec indication des
aptitudes requises et des curricula et des cursus de formation ;
- l'élaboration d'une carte scolaire régionale de l'enseignement technique et
de la formation professionnelle en relation avec la carte nationale ;
- l'élaboration d'un plan prévisionnel de formation visant des secteurs de
métiers adaptés à chaque
région ;
- l'entretien, la maintenance des établissements, des centres et instituts de
formation ;
- le recrutement et la prise en charge du personnel d'appoint ;
- la participation à l'acquisition de matériel didactique (fournitures et
matières d'œuvre) ;
- la participation à la gestion et à l'administration des centres de formation
par le biais des structures de
dialogue et de concertation ;
- l'appui à de petits projets visant à créer de petites unités d'ateliers
itinérants en mécanique - auto soudure - électricité etc.
- l'élaboration d'un plan régional d'insertion professionnelle des jeunes ;
- l'aide à la détection et à l'établissement de contrats de partenariat
école/entreprise pour une réelle
formation en alternance.
Planification
- l'élaboration et l'exécution des plans régionaux de développement intégré
(PRDI) ;
- la coordination des actions de développement de la région ;
- la passation, en association avec l'Etat, de contrats plans pour la
réalisation d'objectifs de développement économique, social, sanitaire,
culturel et scientifique.
Aménagement du territoire
La région élabore son schéma régional d'aménagement du territoire
(SRAT) en veillant à sa cohérence avec le plan national d'aménagement du
territoire.
Urbanisme et habitat
- l'approbation des schémas directeurs d'aménagement et d'urbanisme
(S.D.A.U.) ;
- le soutien à l'action des communes et communautés rurales en matière
d'urbanisme et d'habitat.
14
III.1.2. Les Organes de la région
Elle est administrée par un organe délibérant, le Conseil régional, et par un organe exécutif, le
Président du Conseil régional. Une instance consultative, le Comité économique et social de
la région, a été mise en place
III.1.1.1. Le Conseil régional
Le conseil, ordonne les dépenses de la région et prescrit l'exécution des recettes, sous réserve
des dispositions particulières du Code général des Impôts relatives au recouvrement des
recettes fiscales des collectivités locales.
Il est composé de conseillers régionaux, tous élus au suffrage universel direct, pour une durée
de 5 ans.
Ce Conseil vote le budget, et coordonne, en matière économique, social et culturel, les actions
de développement à l'égard des communes et des communautés rurales, dans les conditions
fixées par la loi et sous réserve du respect de leur autonomie. Le Conseil régional prend des
décisions, sous forme de délibérations.
Toutefois, le Conseil régional peut aussi, à travers des sessions périodiques, faire des
recommandations, prendre des résolutions, émettre des vœux et donner des avis dans des
conditions prévues par la loi. Par ailleurs, les commissions instituées en son sein organisent la
répartition des tâches entre ses membres. La présence du Gouverneur ou de son délégué
dûment mandaté est de droit.
Le Conseil régional forme de droit quatre (4) commissions, ou toute autre commission créée
par délibération :
-
la commission des affaires administratives, juridiques et du règlement intérieur;
-
la commission de l'éducation, de la santé et de la population, des affaires sociales et
culturelles, de la jeunesse et des sports;
-
la commission des finances, du plan et du développement économique;
-
la commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire, des domaines de
l'urbanisme et de l'habitat.
Le conseil régional élit en son sein un bureau, pour la même durée de 5 ans. Ce bureau
comprend un Président (le Président du Conseil régional), un 1er Vice-Président, un 2ème
Vice-Président et 2 Secrétaires
15
III.1.2.2 Le Président du Conseil régional
Organe exécutif de la région, élu parmi les conseillers, sur la même durée de 5 ans, le
Président du Conseil régional exerce les attributions et pouvoirs fixés par les articles 32 à 34
du Code des Collectivités locales, en l'occurrence:
-
préparer et exécuter les délibérations du Conseil régional ;
-
ordonner les dépenses de la région et prescrire l'exécution des recettes ;
-
disposer des services de région et passer des conventions avec des organismes publics
ou privés nationaux ou internationaux ;
-
assurer la gestion du domaine de la région, par ses pouvoirs de police, notamment en
ce qui concerne la circulation, sous réserve des attributions dévolues au Représentant
de l'Etat, au Maires et aux Présidents des Conseil ruraux ;
-
Il adresse aux conseillers régionaux un rapport sur chacune des affaires à traiter, au
moins quinze jours avant la réunion du Conseil régional.
Le Secrétaire général assiste le Président du Conseil régional dans la préparation et la
présentation au Conseil du budget, du compte administratif et de tous les actes de gestion
courante. Il est le supérieur hiérarchique du personnel administratif et technique de la région
et assure :
-
la coordination de l'action des services extérieurs mis à sa disposition ;
-
l'organisation, l'impulsion et la coordination des services régionaux ;
-
le suivi en matière de gestion financière et de gestion du personnel.
Il assiste aux réunions du Conseil régional et à celles du bureau régional, avec voix
consultative.
III.1.2.3. Le Comité économique et social de la Région (CESR)
Composé de représentants de groupements socio-économiques et professionnels, d'élus locaux
et des personnalités choisies en fonction de leurs compétences, le C.E.S.R. est né de la
nécessité de faire rencontrer les élus et les techniciens. Le CESR est composé de :
-
deux représentants des Communes ;
-
deux représentants des Communautés rurales ;
-
deux représentants des Syndicats de travailleurs ;
16
-
deux représentants des ONG ;
-
deux représentants des organisations patronales constituées ;
-
trois jeunes, représentant des organisations de jeunesse ;
-
trois femmes représentant les groupements de promotion féminine ;
-
un représentant de la Croix Rouge ;
-
un représentant de l'Union régionale des coopératives ;
-
un représentant de la Chambre de Commerce, d'Industrie et d'Agriculture ;
-
un représentant de la Chambre des Métiers ;
-
des personnalités choisies en fonction de leurs compétences et dont le nombre est fixé
comme suite : 5 pour un C.E.S. de 25 membres, 10 pour un C.E.S. de 30 membres, et
15 pour un C.E.S. de 35 membres.
Le CESR est dirigé par un bureau composé d'un Président, nommé par décret, d’un Viceprésident et d’un Secrétaire, élus par le comité. Le C.E.S.R. forme, de droit, quatre
commissions (ou toute commission), à peu près identiques à celles instituées par le Conseil
régional :
-
Finances, planification et développement économique ;
-
Domaine, urbanisme, habitat et aménagement du territoire, environnement et
ressources naturelles ;
-
Education, affaires culturelles, jeunesse et sports, santé, population et action sociale;
-
Affaires administratives, juridiques et règlement intérieur.
Le CESR est obligatoirement saisi pour avis: des projets de budgets annuels de la région; des
projets de plans de développement de la région et des Contrats de Plan; des plans
d'aménagement régional ainsi que sur leur déroulement annuel; et des propositions d'entente
inter régionale.
Le CESR peut en outre donner son avis sur toute matière dont il est saisi, notamment les
budgets des communes et des communautés rurales.
III.1.2.4. L'Agence Régionale de Développement (ARD)
La Région peut constituer en commun avec les autres collectivités de base, par exemple les
communes et les communautés rurales, une Agence Régionale de Développement (ARD).
17
Structure regroupant les collectivités territoriales, l'ARD a pour mission d'apporter aux
collectivités locales de la région, une assistance gratuite, dans tous les domaines d'activités
liés au développement, en vue :
-
de rendre moins onéreuse, l'établissement de leurs plans et d'harmoniser et de
renforcer leur cohérence avec le plan national de développement économique et
social;
-
de favoriser la constitution et la conservation des banques de données nécessaires à
toute planification ;
-
d'assurer la coordination et les études, en matière d'urbanisme et d'habitat, de
planification, d'aménagement du territoire et d'environnement.
III.1.2.5. Les Ententes Interrégionales et les Groupements Mixtes
Deux ou plusieurs conseils régionaux peuvent créer entre eux, à l'initiative de leur président,
des ententes sur des objets d'intérêt régional commun compris dans leurs attributions.
Par ailleurs des groupements mixtes peuvent être constitués par accord entre des régions et
l'Etat, ou avec des établissements publics à caractère administratif, ou avec des communes ou
des communautés rurales, en vue d'une œuvre ou d'un service présentant une utilité pour
chacune des parties.
III.1.2.6. Le Représentant de l'Etat : Le Gouverneur
Représentant de l'Etat dans la région, le Gouverneur veille à la sauvegarde des intérêts
nationaux, au respect des lois et de l'ordre public et exerce le contrôle de légalité et le contrôle
budgétaire. En outre, il veille à l'exercice régulier, par les collectivités locales, de leurs
compétences.
De plus en tant que représentant de l’Etat, le Gouverneur de la région a autorité sur les
services déconcentrés dans sa circonscription. Il est seul habilité à s'exprimer au nom de l'Etat
devant les conseillers élus de sa circonscription.
Il assure la coordination entre l'action des services de la région et celle des services de l'Etat
en rapport avec le Président du Conseil régional. La présence du Gouverneur ou de son
délégué dûment mandaté aux séances du Conseil régional est de droit, chaque fois qu'il le
demande. Il réunit une conférence d'harmonisation sur les programmes d'investissement de
l'Etat et de la région, au moins deux fois par an et expose, une fois par an, au mois de Janvier
18
de l'année suivant la fin de la gestion, devant le Conseil régional, un rapport spécial, sur
l'activité des services de l'Etat dans la région.
III.2. La Commune
La Commune est une collectivité, personne morale de droit public. Elle regroupe les habitants
du périmètre d’une même localité unis par une solidarité résultant du voisinage, désireux de
traiter de leurs propres intérêts et capables de trouver les ressources nécessaires à une action
qui leur soit particulière au sein de la communauté nationale et dans le sens des intérêts de la
nation.
Les communes sont au nombre de 113, dont 46 communes d’arrondissement dans les villes de
la région de Dakar. La commune est administrée par le Conseil Municipal élu pour 5 ans au
suffrage universel. Le Conseil Municipal par ses délibérations, le Maire par ses décisions, par
l’instruction des affaires et l’exécution des délibérations, concourent à l’administration de la
commune.
Deux conditions au moins doivent être remplies pour la création d'une commune : l'existence
d'une part, de ressources propres nécessaires à l'équilibre de son budget et d'autre part, d'une
population au moins égale ou supérieure à 1.000 habitants.
Ces communes de droit commun obéissent aux mêmes règles de fonctionnement que les
autres communes appelées « villes » et « Communes d'arrondissement ». Les grandes
communes peuvent en effet être divisées en communes d'arrondissement. Elles prennent alors
la dénomination de "Ville".
La commune peut également être subdivisée en plusieurs quartiers à la tête desquels se
trouvent les délégués de quartiers nommés par le maire après avis du représentant de l'Etat.
En outre, la communauté peut coopérer avec d'autres communes, pour la création d'une
entente intercommunale ou de toute autre structure appropriée de promotion et de
coordination des actions de développement dans des domaines spécifiques. Elle peut aussi,
individuellement ou collectivement, entreprendre avec l'Etat la réalisation de programmes
d'intérêt commun.
La coopération décentralisée avec les collectivités locales de pays étrangers ou des
organismes internationaux publics ou privés de développement entre aussi dans le cadre de
ses compétences générales. Cependant, ces conventions sont soumises à l'approbation
préalable du Préfet, si le montant sur lequel elles portent est égal ou supérieur à 100 millions
de francs CFA.
19
III.2.1. Les Compétences de la commune
Le Conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune. Il doit assurer à
l'ensemble de la population, sans discrimination, les meilleures conditions de vie. Il intervient
plus particulièrement dans le domaine de la planification et de la programmation du
développement local et de l'harmonisation de cette programmation avec les orientations
régionales et nationales.
Le Conseil municipal donne son avis toutes les fois que celui-ci est requis par les lois et
règlements ou à la demande du représentant de l'Etat. Il peut émettre des vœux, par écrit, sur
toutes les questions ayant un intérêt local, notamment sur celle concernant le développement
économique et social de la commune.
Il est tenu informé de l'état d'avancement des travaux et des actions financées par la commune
ou réalisées avec sa participation.
Outre ses compétences générales, le Conseil municipal prend des décisions dans tous les
domaines de compétences transférées aux communes par la loi.
Tableau de compétences de la commune
DOMAINES
COMPETENCES
Environnement et gestion des
ressources naturelles
- la délivrance et l’autorisation préalable de toute coupe à l’intérieur du
périmètre communal ;
- les opérations de reboisement et la création de bois communaux ;
- la perception de la quote-part d’amendes prévues par le code forestier ;
- la gestion des déchets, la lutte contre l’insalubrité, les pollutions et les
nuisances, sous réserve des dispositions particulières qui seront fixées par
décret pour les communes de la région abritant la capitale ;
- la protection des ressources en eaux souterraines et superficielles,
l’élaboration de plans communaux d’action pour l’environnement ;
- la détermination des emplacements réservés à des dispositifs de publicité
et la délivrance des autorisations pour l’apposition d’affiches et
l’installation de publicité commerciale
Santé population et action
sociale
a) Santé et population :
- la gestion, l'entretien et l'équipement des centres de santé urbains ;
- la construction, la gestion, l'entretien et l'équipement des postes de santé
urbains.
b) Action sociale :
- la participation à l'entretien et à la gestion de centres de promotion et de
réinsertion sociale ;
- l'organisation et la gestion de secours au profit des nécessiteux;
- l'appui au financement de projets productifs au profit des populations
déshéritées.
Jeunesse, sports et loisirs
- la promotion et l'animation du sport et des activités de jeunesse;
- l'impulsion, l'implantation, l'organisation et l'encouragement de la
pratique des sociétés éducatives ;
- l'appui aux associations sportives et culturelles ;
- la gestion des stades municipaux, centres et parcours sportifs, piscine,
aires de jeux, arènes ;
- le recensement, l'organisation et la participation à l'équipement des
20
associations sportives et culturelles ;
- la participation à l'organisation des compétitions.
Culture
- la surveillance et le suivi de l'état de conservation des sites et monuments
historiques ;
- l’organisation de journées culturelles, de manifestations culturelles
traditionnelles et de concours littéraires et artistiques;
- la création et la gestion d'orchestres, d'ensembles lyriques traditionnels,
de corps de ballets et de troupes de théâtre ;
- la création et la gestion de centres socioculturels et de bibliothèques de
lecture publique.
Education, alphabétisation,
promotion des langues
nationales et formation
professionnelle
a) Education
- la construction, l'équipement, l'entretien et la maintenance des écoles
élémentaires et des établissements préscolaires ;
- le recrutement et la prise en charge du personnel d'appoint des écoles
élémentaires et des établissements préscolaires ;
- l'allocation de bourses et d'aides scolaires ;
- la participation à l'acquisition des manuels et aux fournitures scolaires ;
- la participation à la gestion et à l'administration des lycées et collèges par
le biais des structures de dialogue et de concertation.
b) Alphabétisation
- l'exécution des plans d'élimination de l'analphabétisme ;
- le recrutement d'alphabétiseurs ;
- la formation des formateurs et alphabétiseurs ;
- la mise en place d'infrastructures et d'équipements éducatifs ;
- l'entretien d'infrastructures et d'équipements éducatifs;
- la mobilisation des ressources.
c) Promotion des langues nationales
- la maîtrise de la distribution fonctionnelle des langues du pays et la mise
au point de la carte linguistique ;
- la collecte et la traduction des éléments de la tradition orale (contes,
mythes, légendes ...) en vue d'en faciliter la publication ;
- l'introduction des langues nationales à l'école ;
- la promotion d'un environnement lettré par le développement de l'édition
en langues nationales ;
- l'application des mesures afférentes à l'utilisation des langues nationales
dans l'administration ;
- la mise à jour du catalogue des éditeurs, auteurs et œuvres en langues
nationales ;
- la promotion de la presse parlée et écrite en langues nationales;
- l'organisation du concours en langues nationales dans le cadre de la
semaine nationale de l'alphabétisation ;
- la mise en place d'infrastructures et d'équipements ;
- la mobilisation des ressources.
d) Formation technique et professionnelle
- l’élaboration d'un plan prévisionnel de formation visant des secteurs de
métiers adaptés à chaque commune ;
- l'entretien préventif, la maintenance des centres et instituts de formation ;
- le recrutement et la prise en charge du personnel d'appoint ;
- la participation à l'acquisition de matériel didactique (fournitures et
matières d'œuvre) ;
- la participation à la gestion et à l'administration des centres de formation
par le biais des structures de dialogue et de concertation ;
- l'appui à de petits projets visant à créer de petites unités d'ateliers
itinérants en mécanique auto -soudure - électricité etc.
- l'élaboration d'un plan communal d'insertion professionnelle des jeunes ;
- l'aide à la détection et à l'établissement de contrats de partenariat
école/entreprise pour une réelle formation en alternance.
21
Planification
- l'élaboration et l'exécution des plans d'investissements communaux
(P.I.C.) ;
- la passation, en association avec l'Etat, de contratsplans pour la
réalisation d'objectifs de développement économique, social, sanitaire,
culturel et scientifique.
Aménagement du territoire
Chaque Conseil municipal donne son avis sur le projet de schéma régional
d'aménagement du territoire avant son approbation par l'Etat.
Urbanisme et habitat
- l'élaboration des plans directeurs d'urbanisme (PDU), des SDAU, des
plans d'urbanisme de détail des zones d'aménagement concerté, de
rénovation urbaine et de remembrement ;
- les lotissements, leur extension ou restructuration, la délivrance de
permis de construire, d'accords préalables, de certificats d'urbanisme et de
permis de démolir
- la délivrance de permis de clôturer, de permis de coupe et d'abattage
d'arbres ;
- l'autorisation d'installation et des travaux divers.
III.2.2. Les Organes de la commune
La commune est administrée par un organe délibérant, le Conseil Municipal et par un organe
exécutif, le Maire, assisté de ses adjoints et d'un Secrétaire municipal.
III.2.2.1. Le Conseil municipal
Le conseil municipal est composé de conseillers élus pour 5 ans au suffrage universel direct, il
est l’organe délibérant.
Il a pour mission « d'assurer à l'ensemble de la population, sans discrimination, les meilleures
conditions de vie possibles, d'où un champ d'intervention large qui englobe à la fois la
planification, la programmation avec des grandes orientations régionales et nationales »
(article 88 de Loi portant Code des Collectivités locales).
Le Conseil Municipal, ainsi doté de prérogatives importantes, peut donner un avis et émettre
des vœux sur toutes les questions ayant un intérêt communal.
En outre, il délibère, notamment en matière budgétaire, financière et comptable et se prononce
sur les budgets, les comptes administratifs, et les comptes de gestion présentés annuellement.
III.2.2.2. Le Maire
La
caractéristique
principale
et
le
dédoublement
des
fonctions
du
maire.
Le maire est en premier lieu agent de l’Etat. A ce titre, il agit comme subordonné des autorités
étatiques et engage la responsabilité de l’Etat.
Le maire est officier de l'Etat civil. Il peut déléguer ses attributions à un adjoint, à un membre
du Conseil municipal et même à un ou plusieurs agents communaux. Le maire dispose en
22
outre de pouvoirs spéciaux en matière de police, il est officier de police judiciaire. Il veille à
l’exécution des lois et règlements.
Le maire est en second lieu représentant de la Commune. En qualité d’exécutif du conseil
municipal, il organise les travaux de l’assemblée, prépare les prjets e délibérations, les
présente au conseil et les soumet au vote.
Une fois votées, le maire est chargé de les exécuter, sous le contrôle du conseil municipal et
du préfet au titre du contrôle de légalité.
En tant qu’ordonnateur du budget de la commune il est chargé de préparer et proposer le
budget, d'ordonnancer les dépenses et prescrire l'exécution des recettes ; gérer les revenus de
la commune ; diriger les travaux, souscrire les marchés, passer les baux sur les biens et les
adjudications des travaux…
Le maire dispose également de pouvoirs propres : il est responsable de l’administration de sa
commune et est le supérieur hiérarchique du personnel communal.
III.2.2.3. Le représentant de l'Etat : Le Préfet
Le Préfet, représentant de l'Etat dans la commune, veille à la sauvegarde des intérêts
nationaux, au respect des lois et de l'ordre public dans le territoire de la commune. Il exerce
aussi le contrôle de légalité des actes des organes de la commune et le contrôle budgétaire de
leurs comptes. Il peut assister aux réunions du Conseil municipal ou, en cas d'empêchement,
se faire représenter.
III.2.2.4. Ententes intercommunales et communautés urbaines
III.2.2.4.1. Ententes intercommunales
Deux ou plusieurs conseils municipaux peuvent créer entre eux, à l'initiative de leurs maires,
une entente sur les objets d'intérêt communal commun, compris dans leurs attributions.
Ces ententes font l'objet de conventions autorisées par les conseils respectifs, signées par les
maires, et approuvées par arrêté du représentant de l'Etat ou par arrêté du Ministre chargé des
Collectivités locales si les communes sont dans deux régions différentes.
III.2.2.4.2. Communautés urbaines
La communauté urbaine est une personne morale de droit public dont les lois et règlements
relatifs à l'administration communale lui sont applicables, sous réserve des dispositions de la
présente section.
23
Une communauté urbaine peut être créée :
-
lorsque les conseils municipaux de deux ou plusieurs communes ont fait connaître, par
délibérations concordantes, leur volonté d'associer les communes qu'ils représentent
en vue d'œuvres ou services d'intérêt communal et qu'ils ont décidé de consacrer en
commun à ces œuvres et à ces services les ressources suffisantes ;
-
lorsque, pour la création ou la gestion en commun d'un service public, les conseils
municipaux des deux tiers des communes intéressées représentant plus de la moitié de
la population totale de celles-ci, ou de la moitié au moins des communes intéressées
représentant plus des 2/3 de la population totale, ont fait connaître leur volonté de
créer une communauté urbaine réunissant la totalité des communes intéressées.
Les délibérations prises à cet effet sont autorisées par décret pris sur le rapport du Ministre
chargé des Collectivités locales.
III.2.2.4.3. Groupements mixtes
Les groupements mixtes auxquels participent les communes sont constitués dans les mêmes
conditions que pour les régions selon les modalités prévues au Titre II art. 74 à 76 du présent
code.
III.3. La Communauté Rurale
La Communauté rurale est une collectivité locale, personne morale de droit public, dotée de
l’autonomie financière. Elle est constituée par un certain nombre de villages appartenant au
même terroir, unis par une solidarité résultant notamment du voisinage, possédant des intérêts
communs et capables ensemble de trouver les ressources nécessaires à leur développement.
Les Communautés rurales sont au nombre de 370.
Au niveau de chaque village du terroir de la communauté rurale, se trouve un Chef de village.
Il est doté d'un double statut et agit en qualité de délégué des populations du village et des
autorités déconcentrées.
Elle peut coopérer avec d'autres communautés rurales du pays pour la création d'un
groupement d'intérêt commun, entreprendre individuellement et collectivement avec l'Etat la
réalisation de programmes d'intérêt commun, et d'autre part, passer des conventions de
coopération décentralisée avec des collectivités locales de pays étrangers, d'organismes
internationaux publics ou privés de développement.
III.3.1. Les Compétence de Communauté rurale
24
Le Conseil rural délibère en toute matière pour laquelle compétence lui est donnée par la loi et
notamment sur :
-
les modalités d'exercice de tout droit d'usage pouvant s'exercer à l'intérieur du
territoire de la communauté rurale, sous réserve des exceptions prévues par la loi ;
-
le plan général d'occupation des sols, les projets d'aménagement, de lotissement,
d'équipement des périmètres affectés à l'habitation, ainsi que l'autorisation
d'installation d'habitations ou de campements ;
-
l'affectation et la désaffectation des terres du domaine national ;
Tableau de compétences de la Communauté rurale
DOMAINES
COMPETENCES
Environnement et gestion des
ressources naturelles
- la gestion des forêts sises en zones de terroir sur la base d'un plan
d'aménagement approuvé par l'autorité compétente de l'Etat;
- la délivrance d'autorisation préalable de toute coupe à l'intérieur du
périmètre de la communauté rurale ;
- la quote-part d'amendes prévues par le Code forestier;
- la constitution et le fonctionnement des comités de vigilance, en vue de
lutter contre les feux de brousse ;
- l'avis sur la délivrance par le conseil régional d'autorisation de
défrichement ;
- l'avis sur la délivrance par le président du conseil régional d'autorisation
d'amodiation des zones de chasse ;
- la gestion de sites naturels d'intérêt local ;
- la création de bois et d'aires protégées ;
- la création et l'entretien des mares artificielles et de retenues collinaires à
des fins agricoles et autres ;
- la gestion des déchets ;
- la lutte contre l'insalubrité ;
- l’élaboration et la mise en œuvre du plan local d'action pour
l'environnement.
Santé population et action
sociale
a) Santé et population :
- la construction, la gestion, l'entretien et l'équipement des postes de santé,
des maternités et cases de santé ruraux.
b) Action sociale
- la participation à l'entretien et à la gestion de centres de promotion et de
réinsertion ;
- l'organisation et la gestion de secours au profit des nécessiteux;
- l'appui au financement de projets productifs au profit des populations
déshéritées.
Jeunesse, sports et loisirs
- la promotion et l'animation du sport et des activités de jeunesse;
- la construction, l'équipement et la gestion des stades ruraux et aires de
jeux ;
- la participation à l'acquisition et la mise à la disposition des associations
culturelles et sportives d'équipements sportifs.
Culture
- l'organisation de journées culturelles, de manifestations culturelles
traditionnelles et de concours littéraires et artistiques;
- la création et la gestion d'orchestres, d'ensembles lyriques traditionnels,
de corps de ballets et de troupes de théâtre ;
- la création et la gestion de centres socioculturels et de bibliothèques de
25
lecture publique ;
- la création et la gestion des centres de lecture et d'animation culturelle
(C.L.A.C.) ;
- la surveillance et le suivi de l'état de conservation des sites et monuments
historiques ;
- la collecte de la tradition orale, des contes, mythes, proverbes, symboles
et valeurs et la promotion de la culture nationale et locale.
Education, alphabétisation,
promotion des langues
nationales et formation
professionnelle
a) Education :
- la construction, l'équipement, l'entretien et la maintenance des écoles
élémentaires et des établissements préscolaires,
- la participation à l'acquisition de manuels et fournitures scolaires,
- la participation à la gestion et à l'administration des écoles préscolaires,
élémentaires et des collèges par le biais des structures de dialogue et de
concertation.
b) Alphabétisation :
- l'exécution des plans d'élimination de l'analphabétisme ;
- le recrutement d'alphabétiseurs ;
- la formation des formateurs et alphabétiseurs ;
- la mise en place d'infrastructures et d'équipements éducatifs ;
- l'entretien des infrastructures et équipements éducatifs ;
- la mobilisation des ressources.
c) Promotion des langues nationales :
- la collecte et la traduction des éléments de la tradition orale (contes,
mythes, légendes ...) en vue d'en faciliter la publication ;
- l'introduction des langues nationales à l'école ;
- la promotion d'un environnement lettré par le développement de l'édition
en langues nationales ;
- la promotion de la presse parlée et écrite en langues nationales;
- la mise en place d'infrastructures et d'équipements ;
- la mobilisation des ressources.
d) formation technique et professionnelle :
- l’élaboration d'un plan prévisionnel de formation visant des secteurs de
métiers adaptés à chaque communauté rurale ;
- l'entretien préventif, la maintenance des centres et instituts de formation ;
- le recrutement et la prise en charge du personnel d'appoint ;
- la participation à l'acquisition de matériel didactique (fournitures et
matières d'œuvre);
- la participation à la gestion et à l'administration des centres de formation
par le biais des structures de dialogue et de concertation;
- l'appui à de petits projets visant à créer de petites unités d'ateliers en
mécanique - auto - soudure -électricité - etc.;
- l'élaboration d'un plan local d'insertion professionnel des jeunes;
- l'aide à la détection et à l'établissement de contrats de partenariat école
entreprise pour une réelle formation en alternance.
Planification
- l'élaboration et l'exécution des plans locaux de développement (PLD).
Aménagement du territoire
Chaque Conseil rural donne son avis sur le projet de schéma régional
d'aménagement du territoire avant son approbation par l'Etat.
Urbanisme et habitat
La communauté rurale donne son avis par délibération de son Conseil
rural sur le projet de schéma régional d'aménagement du territoire avant son
adoption par le conseil régional.
26
III.3.2. Organes de Communauté rurale
La Communauté rurale est administrée par le Conseil rural élu pour 5 ans. Le Conseil Rural
par ses délibérations, le Président du Conseil Rural par ses décisions, par l’instruction des
affaires et l’exécution des délibérations, concourent à l’administration de la Communauté
rurale.
III.3.2.1. Le conseil rural
Le conseil rural, organe délibérant de la communauté rurale est composé de conseillers élus
pour 5 ans. Il délibère en toute matière pour laquelle elle est compétente, notamment :
-
Urbanisme (plan général d'occupation des sols, projets d'aménagement, de lotissement,
d'équipement des périmètres affectés à l'habitation)
-
Gestion domaniale (affectation et la désaffectation des terres du domaine, organisation
de l'exploitation des coupes de bois.…)
-
Budget, Finances budget de la communauté rurale, les crédits supplémentaires ainsi
que toutes modification du budget ;
-
Voirie (classement, reclassement, ouverture, redressement, alignement, élargissement
ou suppression des voies et places publiques ainsi que l'établissement, l'amélioration,
l'entretien des pistes et chemins non classés, servitudes de passage ;
-
Culture (création, désaffectation ou agrandissement des cimetières) ;
-
Environnement (protection de la faune et de la flore,lutte contre les déprédateurs et les
braconniers, lutte contre les incendies et la pratique des feux de brousse, le régime et
les modalités d'accès et d'utilisation des points d'eau de toute nature)
-
Santé, Education (aide les familles à élever et éduquer les enfants dans les meilleures
conditions, apporte sa contribution à l'amélioration de la situation de l'habitat, veille à
la propreté et à l'aménagement des villages de la communauté rurale et prend toutes
dispositions nécessaires à la mise en œuvre des mesures de salubrité et de tranquillité
publiques)
Le conseil rural élabore le Plan Local de Développement et donne son avis sur tous les projets
de développement concernant tout ou une partie de la communauté rurale.
Le conseil rural donne son avis sur : les allocations, secours et subventions de toutes natures,
lorsqu'elles intéressent un membre ou un organisme de la communauté ou l'ensemble de la
communauté rurale ; l'organisation du service de l'état civil dans la communauté rurale ;
27
l'organisation des audiences foraines ; et le régime des jachères collectivités et leur modalités
de détail, de défrichement et d'incinération.
III.3.2.2. Le Président du conseil rural et les vice-présidents
Le président du conseil rural est l'organe exécutif du conseil rural élu en son sein. Il est assisté
dans sa tâche par deux vice-présidents élus comme lui au sein du conseil rural, pour la même
durée de 5 ans. Le président, tout comme les vice-présidents, résident obligatoirement dans la
communauté rurale.
Dans sa circonscription, le président du conseil rural accomplit tous les actes au nom de l'Etat
et est chargé à ce titre, sous l'autorité du représentant de l'Etat de :
-
la publication et de l'exécution des lois et des règlements;
-
l'exécution des mesures de police et l'exécution des mesures prises par le représentant
de l'Etat en vue d'assurer le bon ordre, la sûreté et la salubrité publique.
Le président du conseil rural est aussi officier de état civil.
En tant que représentant de la Communauté Rurale, il prépare, propose, soumet au vote et
exécute aussi les délibérations du conseil rural.
En tant qu’ordonnateur du budget de la communauté rurale il est chargé de préparer et
proposer le budget, d'ordonnancer les dépenses et prescrire l'exécution des recettes ; gérer les
revenus de la communauté rurale ; diriger les travaux, souscrire les marchés, passer les baux
sur les biens et les adjudications des travaux…
III.3.2.3. Le Représentant de l'Etat
Le représentant de l'Etat, dans les communautés rurales, est le Sous-préfet, seul habilité à
s'exprimer au nom de l'Etat devant le conseil rural. Il veille à la sauvegarde des intérêts
nationaux, au respect des lois et de l'ordre public. En outre, il exerce le contrôle de légalité et
de contrôle budgétaire et veille à l'exercice régulier, par les communautés rurales de leurs
compétences.
III.3.2.4. Groupements d'intérêt communautaire
Plusieurs communautés rurales peuvent décider de constituer entre elles, ou avec une ou
plusieurs communes, un groupement d'intérêt communautaire ayant pour objet la gestion ou
l'exploitation des terres du domaine national, de biens d'équipement, d'infrastructures ou de
ressources intéressant plusieurs communautés rurales et une ou plusieurs communes.
28
IV. la coopération décentralisée : les structures d’appui
Le Sénegal accorde une place importante à la coopération décentralisée. Cependant, les
collectivités locales se caractérisent en général par leur manque de moyens techniques et
financiers pour mettre à profits les opportunités que présente la coopération. A fin de
remédier à cette situation deux structures sont instaurées : La direction de la Coopération
décentralisée et les agences Régionales de Développement dont les attributs et missions sont
ainsi décrits :
IV.1. La Direction de la Coopération Décentralisée (DIRCOD)
La (DIRCOD), a été instituée par décret N° 2003-666 du 25 Août 2003.
En effet, au regard de l’importance de la coopération décentralisée dans l’accompagnement
des collectivités locales, l’Etat sénégalais a souhaité, à travers le Ministère de l’Aménagement
du Territoire et de la Coopération Décentralisée et sa Direction de la Coopération
Décentralisée, asseoir une politique concertée, cohérente et visible de coopération
décentralisée.
Elle a pour missions :
-
De préparer et de mettre en œuvre une politique de coopération décentralisée basée sur
la mise en place d’un cadre d’intervention cohérent et tendant à renforcer les capacités
des collectivités locales dans le cadre de l’exécution de leurs projets et programmes de
développement ;
-
D’identifier l’ensemble des partenaires nationaux et étrangers, institutionnels et non
institutionnels capables de promouvoir la coopération décentralisée ;
-
De conseiller et d’assister les Collectivités Locales sénégalaises dans leur partenariat
avec les collectivités locales étrangères (Elaboration du Guide du Partenariat sur la
coopération décentralisée, diffusion d’émissions radio…)
-
D’assurer le suivi et l’évaluation périodique de la politique de coopération
décentralisée (Création d’une base de données de la coopération décentralisée,
élaboration d’un Portail Web d’information sur la coopération décentralisée, …)
-
D’appuyer les collectivités locales sénégalaises dans la recherche de partenaires.
IV.2. Les Agences Régionale de Développement (ARD)
29
Les ARD sont des structures regroupant la Région, les Communes et les Communautés
rurales, qui apportent aux Collectivités locales de la région, une assistance gratuite, dans tous
les domaines d’activités liés au développement. Leurs missions se résument à :
-
rendre moins onéreuse l’établissement de leurs plans et d’harmoniser et de renforcer
leur cohérence avec le plan national de développement économique et social,
-
favoriser la constitution et la conservation des banques de données nécessaires à toute
planification ;
-
assurer la coordination et les études, en matière d’urbanisme et d’habitat, de
planification, d’aménagement du territoire et d’environnement.
De façon spécifique, les ARD sont chargées de :
-
l’appui et la facilitation à la planification du développement local ;
-
la mise en cohérence des interventions entre collectivités locales d’une même région
d’une part et avec les politiques et plan nationaux d’autre part
-
le suivi évaluation des programmes et plan d’actions de développement local
l’ARD est dirigée par un conseil d’administration composé du Président du Conseil régional,
des Maires de villes et d’arrondissements, des présidents de conseil rural de la région et du
Président du Comité économique et social. Le Conseil nomme un directeur après un processus
de sélection compétitive pour l’exécution des décisions. Le directeur assiste, avec voix
consultative, aux réunions du bureau. Il est l’ordonnateur du budget, passe tous les actes et
contrats et dirige les activités de l’agence dans le cadre des orientations générales fixées par le
Conseil d’administration.
Les ARD disposent de ressources qui proviennent des contributions des collectivités locales
membres de l’agence, des subventions dons et legs et libéralités et d’appuis budgétaires
extérieurs.
NB : « L’Agence Régionale de Développement (ARD) est donc un relais opérationnel avec
qui il apparaît primordial de travailler (en plus évidemment de la collectivité locale
sénégalaise partenaire) pour s’assurer de la bonne cohérence du projet de coopération
décentralisée avec les politiques mises en place au niveau local et au niveau national. »
30
V- Présentation des zones de projets.
V.1. La région de Ziguinchor.
31
V.1.1.Cadre naturel
La région de Ziguinchor est limitée au Nord par la République de Gambie, au Sud par la
République de Guinée Bissau, à l’Est par la région de Kolda et à l’Ouest par l’Océan
Atlantique.
La région de Ziguinchor couvre une superficie de 7 339 km2, soit 3,74% du territoire national
et compte 504 150 habitants.
Elle est subdivisée en 3 départements (Bignona, Oussouye et Ziguinchor), 8 arrondissements
et 25 communautés rurales.
Le relief est plat et ne dépasse pas 50 mètres, en certains endroits, notamment le long du
fleuve Casamance, il est au niveau de la mer.
La région de Ziguinchor se situe en zone soudano-guinéenne. Le climat tropical de type
guinéen, est adoucit à l’ouest par les alizés provenant de l’Océan Atlantique. La température
moyenne est de 28°C.
La région de Ziguinchor est une zone fertile (rizières, plantations de palmiers à huile,
fromagers…) considérée comme le grenier du Sénégal, elle fait partie des régions les plus
arrosés du pays.
L’économie, essentiellement agricole, a conduit à l’implantation de quelques installations
industrielles comme l’huilerie et des industries agro-alimentaires. L’économie régionale est
aujourd’hui dominée par cinq secteurs porteurs de croissance : l’agriculture, la pêche, le
tourisme, l’élevage et l’industrie.
Depuis quelques années on peut constater que la région de Ziguinchor connaît une
amélioration non négligeable dans son état d’enclavement interne et externe. En effet le port
de Ziguinchor qui était dans un état de dégradation très avancé a été entièrement reconstruit et
reçoit actuellement un bateau de transport passagers et quelques trois bateaux de fret
marchandises qui permettent l’importation de divers produits de premières nécessités et
l’exportation surtout des oléagineux et de quelques ressources naturelles valorisées,
notamment les produits halieutiques transformés (crevettes, et poisson).
L’aéroport de Ziguinchor ainsi que celui touristique du Cap-Skirring ont été rénovés et
peuvent actuellement recevoir des gros porteurs susceptibles de booster l’activité économique
dans la région. Cependant, la faillite de Air-Sénégal International risque d’anhiler les efforts
consenti et d’affecter négativement le Tourisme.
32
Par ailleurs, le désenclavement interne par voie terrestre n’est pas encore effectif puisqu’il
faut comme par le passé emprunter la trans-gambienne (RN4) avec toutes les tracasseries que
l’on peut rencontrer lors de la traversée du territoire gambien surtout au niveau des bacs de
Farafenie et de Koung. De grandes pertes de produits sont ainsi notées du fait de longs
moments d’attentes pour le passage des bacs.
Concernant l’enclavement interne, malgré la réalisation des grands axes routiers reliant les
trois départements, de nombreuses zones de production restent encore très difficiles d’accès
surtout en période d’hivernage. Cette situation encore une fois oblige très souvent les
populations à brader leurs productions en acceptant les propositions des commerçants souvent
très peu rémunératrices.
Les nombreux bolongs qui jalonnent la région ne sont pas encore suffisamment mis à profit
pour l’évacuation des produits de l’intérieur de la région vers le port de Ziguinchor.
En outre, le conflit qui a sévi dans la région depuis plus de deux décennies, à l’origine de
l’arrêt de bons nombres de programmes et projets initiés, connaît depuis quelques années une
accalmie qui a conduit à la signature des accords de paix du 30 décembre 2004 entre le
Gouvernement du Sénégal et le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance
(MFDC).
L’activité économique est ainsi repartie de plus belle avec des projets de restauration de
l’environnement, de récupération des terres envahies par le sel et de redémarrage de projets
agricoles, industriels, touristiques etc.…
Les activités socioculturelles ne sont pas en reste avec les nombreux festivals et congrès de
villages organisés partout à travers les trois départements.
On note par ailleurs un phénomène inverse de retour des réfugiés vers leurs localités d’origine
au fur et à mesure que sont réalisées les activités de dépollutions et d’appui à la reconstruction
des habitats et au redémarrage des activités économiques traditionnelles.
Néanmoins, il subsiste encore des poches non totalement sécurisées qui limitent quelques peu
le déploiement des projets envisagés et par conséquent une relance intégrale des activités
économiques et sociales.
33
V.1.2. Les communautés rurales de la région de Ziguinchor.
DEPARTEMENTS COMMUNES
BIGNONA
OUSSOUYE
ARRONDISSEMENTS COMMUNAUTES RURALES
Diouloulou
Diouloulou - Djignaki- Kafountine
Sindian
Djibidione - Oulampane - Sindian - Suelle
Bignona -Thionck
Essyl
Tendouck
Mangagoulack - Mlomp
Tenghory
Coubalan - Niamone - Ouonck - Tenghory
Cabrousse
Djemberring - Santhiaba Manjacque
Loudia Ouoloff
Mlomp - Oukout
Oussouye
Niaguis
ZIGUINCHOR
Balingore- Diegoune - Kartiack -
Ziguinchor
Niassia
Adeane - Boutoupa - Camarcounda Niaguis
Enampore - Niassia
34
V.2. La zone de Kolda et de Sédhiou.
35
V.2.1. Cadre naturel
L’ancienne région de Kolda couvre 21.011 km², soit 10,68 % du territoire national. Avec la
régionalisation du département de Sédhiou instituée par le décret n° 008 du 02 février 2008, la
région de Kolda couvre maintenant 13 718 km², soit 6,97 % du territoire national, alors que
celle de Sédhiou s’étend sur une superficie7.293 km².
Les deux régions se situent au Sud du pays, entre 12°20 et 13°40 de latitude nord, et 13° et
16° de longitude ouest. Elles occupent une position excentrée par rapport aux grands centres
du pays, notamment Dakar, la capitale du Sénégal.
Elles ont pour limites : la République de Gambie au Nord, les Républiques de Guinée et
Guinée Bissau au Sud, les régions de Tambacounda et Kédougou à l’Est et la région de
Ziguinchor à l’Ouest. Ces trois pays limitrophes partagent ainsi avec les deux régions près de
500 km de frontières pour leur conférer une position géostratégique intéressante et en faire
des carrefours internationaux de rencontres et d’échanges entre différents peuples de la sous
région.
La région de Kolda est composée des départements de Kolda (3.520 km²), de Médina Yéro
Foulah (4.752 km²) et de Vélingara (5.434 km²). Elle compte neuf (9) arrondissements, trente
et un (31) communautés rurales, neuf (9) communes et une région. Le Groupement d’Intérêt
Communautaire institué par le décret présidentiel n° 1094/2004 du 4 août 2004 dans le ressort
du département de l’ancien département de Kolda doit être reconsidéré.
La région de Sédhiou est composée des départements de Bounkiling , de Goudomp et de
Sédhiou . Elle compte neuf (9) arrondissements, trente (30) communautés rurales, neuf (9)
communes et une région.
Le climat est de type soudano-guinéen, chaud et humide.
L’économie des deux est principalement axée sur l’agriculture, l’industrie textile et le
tourisme associé à l’artisanat. Kolda et Sedhiou constituent la deuxième région agricole du
Sénégal. Leurs aptitudes à la production agricole reposent sur ses vastes espaces cultivables,
sur l’abondance de la pluviométrie et les ressources en eau.
V.2. 2. Les communautés rurales de Kolda et de Sedhiou.
36
-
Découpage Administratif de la Région de Kolda.
DEPARTEMENTS COMMUNE ARRONDISSEMENTS
COMMUNAUTES RURALES
Bagadadji - Combacara - Dabo -
Dabo
KOLDA
KOLDA
Dioulacolon
Mampatim - Salikégné
Dioulacolon - Médina El Hadj - Saré
Medina Yoro Foulah
-
Bidji - Tankanto Escale
Fafacourou - Medina Yoro Foulah Ndorma - Pata
Découpage Administratif de la Région de Sédhiou.
DEPARTEMENTS
COMMUNE
ARRONDISSEMENTS
Bounkiling
Diattacounda
COMMUNAUTES RURALES
Bona - Bounkiling - Diaroumé Ndiamacouta
Diattacounda - Djibanar - Samine
Escale
GOUDOMP –
SEDHIOU
MARSASSOUM
- SEDHIOU
Diendé
Djibabouya
Tanaff
Bambali - Dianah Malari - Diendé Djiredji - Sakar
Benet - Bijini - Djibabouya - Sansamba
Kalibantang - Karantamba - Niagha Simbandhi Brassou- Tanaff.
37
VI – L’A.R.D de ZIGUINCHOR
V.1 Organigramme de l’A.R.D DE ZIGUINCHOR.
DIRECTION
Division
Financière
et Administrative
Division de la
Planification et
de la
Formation
Division
Appui M.O
Division Appui
au D.E.L
Division Suivi
Evaluation
PIARESPC/
PIADESPC + CD
Secrétariat
Chauffeurs
Gardiens
Femmes de ménage
38
VII – L’A.R.D DE KOLDA.
La région naturelle de la Casamance dans le cadre de la politique de décentralisation
comporte deux Agences Régionales de Développement à savoir l’A.R.D de Ziguinchor et
l’A.R.D de KOLDA, ce dernier regroupant en son sein la Région de Sédhiou dont l’A.R.D,
n’est pas encore mise sur pied.
VII.1 Organigramme de l’ARD DE KOLDA.
STRUCTURES
Le Conseil
d’Administration
Le Président du
Conseil
d’Administration
ATTRIBUTIONS
- Décider de la politique générale de l’Agence ;
- Approuver les actes et conventions passés par
l’Agence ;
- Voter le budget approuver les comptes ;
- Nommer le Directeur et mettre fin à ses fonctions dans
les conditions fixées à l’article 9 du présent décret ;
- Etablir le règlement intérieur ;
- Fixer les conditions générales de recrutement et de
rémunération du personnel ;
- Accepter ou refuser les dons et legs ;
- Acquérir ou aliéner les immobilisations ;
- Approuver l’organigramme de l’Agence ;
- Approuver le rapport moral et financier établi après
chaque exercice par le Directeur ;
- Approuver le programme annuel d’activités proposé par
le Président du Conseil d’Administration.
- Soumettre au CA un rapport sur la politique et le
programme d’activité de l’Agence ;
- Proposer au CA la nomination du Directeur de
l’Agence.
- Assister, avec voix consultative aux réunions du CA ;
Le Directeur de
l’Agence
- Présenter annuellement 1 rapport sur gestion de ARD l
- Veiller à l’exécution des engagements contractuels de
ARD
- Ordonnancer le Budget de l’agence ;
- Passer les actes et les contrats de l’Agence ;
- Diriger les activités de l’Agence ;
- Proposer au CA le recrutement du personnel ; et y
procéder après avis conforme du CA ;
- Représenter l’ARD en justice et rendre compte au CA ;
- Assurer l’autorité sur les services de l’Agence.
- Assurer le secrétariat du CA
Au plan opérationnel, outre le Directeur (Dir), l’équipe de l’Agence est composée comme
suit : un Responsable de la Division Suivi Evaluation (RDSE), un Responsable de la
Division Administrative et Financière (RDAF), un Responsable de la Division de la
Planification, du Renforcement des capacités et de la Bonne Gouvernance (RDPF), un
39
Responsable de la Division d’Appui à la Maitrise d’Ouvrage (DAMO) ; une
(1)
Assistante de Direction (AD) ; un (1) chef d’antenne à Vélingara, un (1) assistant
d’antenne, un (1) assistant au RDAF; un (1) Responsable du Centre d’information et
documentation, un (1) Agent d’Appui Conseil ; une (1) Opératrice de Saisie (OS) ; une (1)
Secrétaire; quatre (4) Chauffeurs (Ch) ; un (1) Gardien ; un (1) Planton et deux (2)
Femmes de Ménages.
1. Une fiche de poste définit les missions et responsabilités de chaque agent du dispositif et
structure son contrat de performance.
2. La mobilisation des services techniques, grâce à l’affectation de ressources financières
conséquentes, a permis l’accompagnement de l’exécution des conventions de
financement.
3. Les antennes départementales de Sédhiou et de Vélingara sont fonctionnelles avec un
Responsable et un Assistant qui travaillent avec les structures locales de la DADL,
conformément aux modalités de collaboration à définir dans le protocole y afférent et qui
sera signé entre l’ARD et le SRADL.
40
VIII. Plans de développement
Le Plan Local de Développement (PLD), constitue l’outil de référence de la planification
locale. En effet, l’élaboration du PLD est considérée comme un préalable à toute intervention
à l’échelle locale, de ce point de vue il constitue le document de référence, d’orientation
stratégique de toutes les interventions initiées au niveau communautaire. Il est issu d’un
processus participatif qui, à partir du diagnostic de la communauté rurale, identifie pour une
période donnée, les orientations de développement, définit les actions prioritaires à
entreprendre et les ressources à mettre en œuvre pour contribuer à la réalisation des objectifs
préétablis.
Chaque communauté rurale confectionne un plan et le dépose au niveau de l’A.R.D. On peut
relever des similitudes dans la présentation et dans la définition axes prioritaires stratégique
de développement.
L’analyse permet d’identifier principalement 06 axes stratégiques de développement que sont:
-
la sécurité alimentaire (Contribuer à la maîtrise des eaux de surface, renforcer les
capacités des producteurs et des organisations de producteurs, augmenter et diversifier
les revenus agricoles, améliorer l'abreuvement du bétail…)
-
l’accès
aux
services
sociaux
de
base (Eau-Education-Santé :
Etendre
l’approvisionnement en eau aux villages et couches défavorisées, Contribuer à
l’accroissement des taux de scolarisation et d’alphabétisation, Améliorer la qualité et
l’accès aux soins de santé, Améliorer l’électrification rurale et le cadre de vie)
-
le désenclavement (dégagement de pistes pour une bonne circulation des personnes et
des produits, étendre le réseau téléphonique dans les centres ruraux, déminage de
certaines zones…)
-
la gestion durable des ressources naturelles (Améliorer la protection et la gestion des
formations forestières, renforcer l’Education environnementale, développer les actions
de reboisement…)
-
le renforcement capacités des organisations de femmes et de jeunes (Améliorer les
revenus des femmes et des jeunes par la promotion et l’appui aux projets productifs,
alléger les travaux domestiques des femmes, renforcer les capacités techniques et
managériales des jeunes et des femmes porteurs de projets, améliorer les conditions
41
de la pratique sportive et des apprentissages socio-éducatifs, faciliter l’accès au crédit
pour les jeunes et les femmes…)
-
la bonne gouvernance et renforcement capacités institutionnelles de la CR (Renforcer
les capacités d'administration de planification, de gestion et de suivi des élus locaux,
promouvoir une bonne gouvernance locale concertée et participative…)
42
Tableau récaputilatif des Pld de Ziguinchor et de Kolda
-
Ziguinchor
Département
Communauté
Rurale /
Commune
Bailleurs de
fonds
Periode
Etat
d’exécution
Département de la
Savoie et
Coopération
française
2007/2010
en cours
2003
En cours
2005/2007
En cours
2007
programmé
2004
Exécuté
2005/2006
Exécuté
2007
Programmé
2006/2009
En cours
2004
Exécuté
2006
En cours
2007
Programmé
2005/2007
En cours
2007
Programmé
2006
En cours
2005/2007
En cours
2007
Programmé
2007/2008
En cours
2005/2006
Exécuté
2006
Exécuté
2007
programmé
2005/2007
En cours
2007
Programmé
Bignona
Développement
local
Balingore
Echange,
Marchand,
Education, AEP,
Hydraulique, Santé,
Socio-culturel,
Infrastructures
UE, BM,
Coopération
française
Echange,
Marchand,
Education, AEP,
Hydraulique, Santé,
BM, UE, Ageence
de l'eau de Seine
Normandie,
Coopération
française
Coubalan
Diegoune
Bigniona
Secteur
Education, AEP,
Santé,
Diouloulou
Marchand,
Education, AEP,
Hydraulique, Santé,
Désenclavement,
Développement
rural
Djibidione
Education,
Hydraulique, Santé,
Développement
rural,
Infrastructures
Djinaki
Kafountine
Education,
Hydraulique, Santé
Education,
Hydraulique, Santé,
Elevage,
Désenclavement,
AEP,
Infrastructures,
Agriculture, Agro industrie, Artisanat
BM, UE
BM, UE,
Coopération
française
BM, UE
BM, UE
Actualisé
oui
oui
oui
oui
oui
oui
BM, UE
43
Karthiack
Education, Santé,
AEP
Education,
Hydraulique, Santé,
Mangagoulack
Désenclavement,
AEP, Socio-culturel
Niamone
BM, UE
BM, UE
Oulampane
Santé, Education
Ouonck
Hydraulique,
Education, GRN,
AEP
BM, UE
Hydraulique, Santé,
Socio-culturel,
Education
BM, UE
Sindian
Oussouye
Education,
Hydraulique, Santé,
Désenclavement
BM, UE
Suelle
Santé, Education,
AEP
Tenghori
Assainissement,
Santé, Education,
AEP
BM, UE
UE, BM
BM, UE
Renforcement
capacités, GRN,
AEP, Edducation
AECI, BM
Djimbéring
Education, Santé,
Désenclavement
BM, BAD
Mlomp
Oukout
Education,
Hydraulique, Santé,
AEP, Agro industrie, ,
Renforcement
capacités, GRN
Oussoute,
Kabrousse
Micro-finance
En cours
2007
Programmé
2005/2007
En cours
2007
Programmé
2005/2007
En cours
2007
Programmé
2005-2007
En cours
2007
Programmé
2005/2007
En cours
2006
En cours
2007
Programmé
oui
oui
oui
oui
oui
Programmé
Diembering
Santé,
Renforcement
capacités, GRN,
AEP, Education
2005/2007
2007
oui
2005-2007
En cours
2007
Programme
2005/2007
En cours
2007
Programmé
2007
Programmé
2007-2008
En cours
oui
oui
oui
2004/2005
BM, AECI
2006
2005-2007
En cours
2007-2008
En cours
2007
Programmé
2007-2008
En cours
2007
Programmé
oui
BM, AECI
Coopération
française
oui
2005-2006
oui
44
Oussouye
NTIC
Santhiaba
Manjacque
Agriculture,
Socioculturel,
Education,
Désenclavement,
Renforcement
capacités, GRN,
AEP, Education
Ziguinchor
Ziguinchor
Education, Habitat,
Transport
Echange,
Marchand,
Adéane
Education, AEP,
Hydraulique, Santé,
Echange,
Marchand,
Education, AEP,
Boutoupa
Hydraulique, Santé,
Camaracounda Assainissement,
Agriculture,
Désenclavement,
Habitat
Education, Santé,
Désenclavement,
Enampor
Assainissement,
AEP
Education, AEP,
Hydraulique, Santé,
Niaguis
Assainissement,
Désenclavement
Santé, AEP,
Education,
Nyassia
Artisanat, Echange,
Désenclavement
Ville de longwy,
Coopération
française
2007-2011
programmé
oui
2007-2008
En cours
2007
Programmé
BM, AECI
Humtec, CL
française,
Coopération
française, Mairie
de Ziguinchor,
Ministère de la
Justice, PACT, AFD
BM
BM, BAD
BM
oui
2007-2008
programmé
2004/2005
Inachevé
2007
programmé
2003/2004
Exécuté
2005
Exécuté
2007
Programmé
2004/2005
Exécuté
2006 2007
Programme
2007
Programmé
2007
Programmé
BM
BM
45
-
Kolda
Département
Communauté
Rurale /
Commune
Bagadadji
Dabo
Salikégné
Coumbacara
Mampatim
Saré Bidji
KOLDA
Tankanto
Escale
Secteur
Bailleurs de fonds
Periode
Réalisation
(programmé
e; en cours;
inachevée;
exécutée :
bon, moyen,
mauvais)
Santé
Santé, Education,
Hydraulique
Appui institutionnel,
Santé, Education,
Hydraulique
Hydraulique,
Education,
Planification locale,
Santé, Education
Hydraulique, Santé,
Education
Elevage, Agriculture
et micro finance,
Education,
assainissement, Santé
Etudes générales,
Hydraulique, Santé,
Education
POCL
2006/2008
en cours
World Vision, PNDL,
2006/2007
PSIDEL, World vision, PNDL,
KISAL
2002/2008
PSIDEL, PNDL,
2004
2007/2008
PSIDEL, PNDL,
2003
2007
Etudes générales,
Hydraulique, Santé,
Education, RC
Hydraulique, Santé,
Education, socioculturel,
Planification,
Pata
Agriculture,
Désenclavement,
Alaisement travaux
femmes
Hydraulique, Santé,
Kolibantang
Education, AGR
Hydraulique, Santé,
Educationl,
Niagha
Agriculture,
Alaisement travaux
femmes,
Santé, Education,
Simbandi Brassou
Construction
Education
Djibanar
Hydraulique, Santé,
Education,
Bémet Bidjini Allègement travaux,
Sport et jeunesse,
Agriculture
USU, AIDE ET ACTION,
ENDA-ACAS
2007/2009
PSIDEL, PNDL,
2003/2004
2007/2008
PSIDEL, CCF
2002/2007
PSIDEL, ANRAC, PAPIL,
ONG FODDE, PAMCLASS,
PNDL
2003/2008
FDLS, PSIDEL, PNDL
2004/2007
PSIDEL, PNDL
2001/2007
Fafacourou
SEDHIOU
FDLS, PNDL
PNDL
2007/2008
2007
PSIDEL, PNDL,
2005/2007
46
Hydraulique, Santé,
Education, AGR,
Services sociaux de
base
Santé, Education,
Sport et jeunesse
Kandia
Kounkané
Paroumba
Ouassadou
Bounkiling
Djirédji
Education,
Assainissement et
hygiène
Education
Renforcement des
capacités
économiques,
Désenclavement,
Santé, Education,
Hydraulique
désenclavement
FDLS, PNDL, PACR
2007/2008
FDLS, PSIDEL, PNDL
2004/2007
TOSTAN, PNDL
2006/2007
PNDL
2007
PNIR, ADDEL, PNDL
2005/2008
PADERBA
2005
Médina Gounass
Infrastruture,
Renforcement des
capacités économiques,
Désenclavement, Santé,
Education, Hydraulique
PNIR, ADDEL, PNDL
Linkéring
Education
PNDL
Bonconto
Santé, Education,,
Renforcement des
capacités, Réduction
des corvées, Microcrédit, Maraîchage,
GRN, Hydraulique
UNICEF, ASACASE,
ADDEL, PROGEDE , PNDL
2003/2008
Sinthiang
Koundara
Hydraulique, Santé,
Education,
Infrastructure
routière,
PADERBA, ADDEL
2006/2007
2006/2007
2007
47
VIX. Orientations futures de la coopération.
Les communautés rurales disposent de moyens limités pour le financement de leur plan de
dévelppement. Elles sont alors soutenues par différents fonds d'appui à la coopération
(bilatérale, multilatérale) qui se manifestent à travers les actions des ONG et Projets. Ces
fonds constituent une source importante de financement et participent fortement à développer
et pérenniser des activités à la base.
L’exploitation des matrices d’interventions de Ziguinchor
et de kolda fait montre de
l’existence de projets effectifs ou en cours d’exécution financière dans le cadre de la
coopération. En effet la zone sud accueille beaucoup de bailleurs dont la Coopération
espagnole qui est très présente.
Cependant, les entretiens avec les présidents des ARD de Ziguinchor et de Kolda, des
présidents des communautés rurales, associations des jeunes et des femmes, font ressortir un
besoin criard d’appui dans les activités génératrices de revenus. En effet à la crise politique
que connait la région est venue s’ajouter une crise économique sans précedente. La fermeture
de l’aéroport de ziguinchor à la suite de la faillite de Air Sénégal International a constitué un
coup de frein pour le tourisme principal pourvoyeur de revenu pour des milliers de jeunes à
travers l’hotelerie, le commerce, la location de véhicules ou de pirogues. Or la coopération est
surtout dirigée vers les services sociaux de base à savoir la construction d’écoles, de salles de
classes, de centres de santés, de points d’eau … Et pourtant, nombreuses
sont les
opportunités d’affaires dans cette zone bien dotée par la nature pour la transformation des
fruits par exemple, des milliers de tonnes de fruits sauvages pourrissent dans la nature faute
d’unité de transformation. L’implantation d’unités de transformation participerait à résorber le
chômage. De même la transformation des produits de pêche peut constituer un point
d’intervention de la coopération. En outre, nombreux sont les jeunes et les femmes porteurs
de projets. Or le manque de structures de financement ou l’inaccessibilité au crédit constitue
un facteur bloquant. En effet, les conditions de financement ne paraissent pas souples pour
des populations à faible revenu. Ainsi, la coopération pourrait s’orienter vers la mise en place
de mutuelles de crédits dont les conditions de financement seraient plus allégées que le
système classique de mutuelles sur place.
Par ailleurs, il a été soulevé par les présidents de communautés rurales rencontrés que depuis
quelques années la production de riz a fortement baissé. Les causes de la baisse de cette
denrée qui est
la composante essentielle de l’alimentation sont liées au phénoméne de
48
salinisation des sols. Les eaux de surface sont fortement salinisées. Au niveau du fleuve
Casamance, l'intrusion des eaux marines s'étend sur près de 200 kms (vers Diana
Malari/Sédhiou) à partir de l'embouchure, entraînant ainsi une forte salinité notamment en
saison sèche.
La région de sédhiou réputée être une zone de production de riz est principalement concernée
par ce mal. Les populations ont vivement exprimé le besoin d’aide pour désaliniser les sols.
Ce phénomène reste encore ignoré par les nombreux programmes de coopération
Outre la salinisation, la zone connait d’autres formes de dégradation : acidification, sulfatation
des vasières de bas-fonds, formation de tanns (Ziguinchor et Kolda), érosion hydrique,
éolienne et ensablement des rizières, notamment pour les sols peu profonds reposant sur
cuvettes latéritiques impénétrables (Ziguinchor et Kolda). Partout la fertilité des sols a baissé.
Dans le domaine du maraichage par exemple, les acteurs aimeraient voir les bailleurs financer
des projets de plus grande envergure. En effet soutiennent-ils, financer de petits projets où
chaque individu exploite un petit lopin de terre ne participe vraiment pas à lutter contre la
pauvreté compte tenu de la médiocrité des revenus tirés de l’exploitation.
49
ANNEXES
- Annexe 1 - Contacts Président de Communauté Rurale (PCR) et des
Agences Régionales de Développement (ARD)
- Annexe 2: Matrices des intervenants
- Annexe 3 – Plans de Développement Local (PLD)
- Annexe 4 – Plan Annuel d’Investissement (PAI)
50