Télécharger le PDF - Bataillon de marins

Commentaires

Transcription

Télécharger le PDF - Bataillon de marins
rapport
d’activité
2012
SOMMAIRE
4
L’activité
opérationnelle
8
L’événement
marquant
9
L’activité :
hors de Marseille
10
Le Service mobile
d’urgence et de
réanimation (SMUR)
12
La prévention
14
L’entraînement et
la formation
16
Ressources
humaines
17
Le bilan financier
18
soutien des
équipements en
service
23
La préparation de
l’avenir
24
La communication
et les relations
publiques
Rapport d’activité 2012
Ville de Marseille
Bataillon de marins-pompiers de
Marseille
9, boulevard de Strasbourg
13233 Marseille CEDEX 20
Tél. : 04 96 11 75 00
Email :
[email protected]
Site internet :
www.marinspompiersdemarseille.com
EDITOS
Vice-amiral Jean-Michel L’Hénaff
Commandant le Bataillon de marins-pompiers de Marseille,
Directeur des Services d’Incendie et de Secours de Marseille
J’ai le plaisir de vous présenter le rapport d’activité du bataillon de
marins-pompiers de Marseille pour l’année 2012.
Ce deuxième rapport public, légèrement plus étoffé que le premier,
s’efforce de refléter l’activité des différentes composantes du Bataillon.
Comme au sein d’un équipage de navire, chaque composante est
nécessaire à l’activité opérationnelle comme aux actions de prévention,
finalités ultimes qui ne sont rendues possibles que par l’action quotidienne
et déterminée de l’école, des services de soutien technique, administratif,
logistique, médical, des vivres et de l’alimentation, de gestion des
ressources humaines, de formation spécialisée et d’entraînement, etc.
Par rapport à l’année 2011, le nombre d’interventions dans Marseille
intra-muros est en 2012 en très légère diminution (- 1 %). L’activité
Incendie est en net recul (- 13 %), grâce notamment à un été sec mais
avec très peu de forts vents. L’activité « secours à personne » reste
très largement prépondérante avec 81 % des interventions. Fait notable,
l’année 2012 a connu un doublement des transports « par carence »
des moyens privés.
L’année 2012 a été aussi marquée par la préparation des diverses
manifestations liées à « Marseille Capitale Européenne de la Culture en
2013 ». Les préventionnistes du bataillon se sont mobilisés pour que les
nouveaux musées et les immeubles objet de réhabilitations majeures
disposent en temps utile du « feu vert » des commissions de sécurité.
Les planificateurs ont, en liaison avec les services de l’Etat et de la ville
de Marseille, étudié et fixé les dispositifs particuliers de sécurité requis
par les grands événements.
Enfin, la réalisation du futur centre de traitement des appels et de
gestion des secours a commencé par la transformation de locaux dans
l’immeuble abritant l’état-major du bataillon et le début de l’adaptation
d’un système informatique de traitement des alertes du marché. Le
nouvel ensemble devrait être opérationnel au début de l’année 2014.
Parallèlement, la modernisation des moyens s’est poursuivie, notamment
par la commande d’un engin nautique adapté aux interventions dans
les ports de plaisance.
Ainsi, le bataillon a, durant l’année 2012, fait face à ses missions et
préparé l’avenir immédiat et de plus long terme. Il s’est préparé au
soutien des événements marquants de 2013, année Capitale pour notre
ville.
Le Bataillon en
quelques chiffres
au 1er Janvier 2013
859 543
Nombre d’habitants
de la ville de Marseille
José ALLEGRINI
Adjoint au maire délégué aux marins-pompiers
21
Le rapport d’activité du bataillon de marins-pompiers de Marseille pour
l’année 2012 est à la fois un aide mémoire précieux et un outil de gestion
indispensable.
Nombre de structures
BMPM sur l’ensemble de
la zone de compétence
(dont 16 centres
d’incendie et de secours)
Il révèle l’étendue des missions dévolues au BMPM, leur nombre et leur
variété.
2 285
Il est par ailleurs un excellent indicateur des efforts accomplis par
chacune et chacun de ceux qui en sont membres pour garantir aux
marseillais une sécurité optimale et une disponibilité constante.
Ce rapport d’activité fait légitimement un focus sur l’incendie du Corbusier,
rapporte les circonstances et les efforts et souligne les projections dans
l’avenir, les améliorations déjà effectuées d’une sécurité qui aujourd’hui
obéit à d’autres exigences qu’il y a un demi-siècle.
Mais, il n’y a pas de petites tragédies et les plus de 88 000 interventions
du Bataillon au titre du secours à la personne révèlent combien cette
unité d’élite est indispensable au bon équilibre sanitaire et social de
Marseille.
Le bataillon de marins-pompiers de Marseille coûte cher, mais il n’a pas
de prix !
Que resterait-il du lien social si difficile à tisser dans une ville fragile et
très pauvre sans le BMPM ?
Merci à toutes et tous de votre action et de vos efforts en 2012 qui
permettront, j’en suis sur, à Marseille d’assumer son rôle de Capitale
Européenne de la Culture 2013 avec bonheur et dans la sécurité.
Nombre total de
militaires au BMPM
Dont 145
Recrutés
en 2012
99
Personnels civils
42
Métiers représentés
62
Nombre de délibérations
votées en 2012 au cours
des conseils municipaux
de Marseille
93 371 589 Montant du budget total
2012
240 km2
Surface totale de la ville
de Marseille
110 566
Nombre total
d’interventions pour
l’année 2012
L’activité opérationnelle
1 intervention toutes les 5 minutes...
La loi de modernisation de la Sécurité civile (2004) confère au BMPM des zones de
compétences précises : le territoire de la commune marseillaise et ses ports, mais
également les bassins et installations du grand port maritime de Marseille et l’aéroport
Marseille-Provence.
Bilan général de l’activité en 2012
Avec en 2012 un total de 110 566 interventions sur l’ensemble de ses zones de responsabilité, l’activité
du BMPM a globalement fléchi de 1% par rapport à 2011. Ce chiffre ne comprend pas les missions des trois
ambulances médicalisées (3 600 interventions) du bataillon, dont l’activité, développée plus avant dans ce
document, relève du SAMU13.
En revanche, le nombre d’appels traités par le centre de traitement des appels s’est élevé à 367 945 appels
contre 353 338 en 2011, soit une hausse de 4 %. Depuis 2007, le nombre d’appels traités a crû de 9 %
(+ 30 372), ce qui témoigne d’un recours croissant de la population au service d’incendie et de secours de la ville.
Toutefois, le taux d’intervention (nombre d’interventions rapporté au nombre d’appels traités) a amorcé une
légère décroissance depuis 2 ans. En moyenne, une intervention est déclenchée pour un peu plus de trois
appels traités.
Tendances du taux d’interventions (2007-2012)
sur l’ensemble des zones de compétences du BMPM
367 945
358 573
353 338
348 006
118 457
345 348
114 843
337 573
111 376
111 703
109 315
110 566
32,4 %
32,3 %
33 %
33 %
31,6 %
30,1 %
2007
2008
2009
2010
2011
2012
Nb d’appels décrochés
Nb d’interventions
4
X%
Taux d’intervention
L’activité opérationnelle
Centre Opérationnel des Services
de Secours et d’incendie de
Marseille (COSSIM)
En 2012 l’organisation de la permanence des opérateurs a été
aménagée pour disposer d’un effectif en meilleure adéquation avec
le nombre d’appels à traiter à un instant donné.
La localisation des moyens, désormais possible avec la modernisation
achevée du système de télécommunications opérationnelles (système
ANTARES), est présentée à l’opérateur sur un fond de carte de la ville.
Cette capacité nouvelle sera progressivement valorisée pour exploiter
plus finement la disponibilité et la localisation des engins.
En moyenne, chaque appel est traité en 1 mn 28 s. Traiter un appel consiste à déterminer aussi
précisément que possible le lieu de l’événement, à appréhender la situation concernant tant les personnes en
danger que la nature des biens sinistrés et à déclencher le départ des moyens adaptés à partir de la ou des
casernes les mieux placées.
Les principales difficultés rencontrées par les opérateurs sont liées à la localisation précise du sinistre, à la
mauvaise maîtrise du français par l’appelant (dans le cas d’un étranger, le BMPM peut recourir aux services d’un
traducteur par le biais d’un contrat spécifique), et à la description de la situation afin de déterminer la réponse la
mieux adaptée.
Dans Marseille, entre la présentation de l’appel à l’opérateur et l’arrivée du premier véhicule sur les lieux, le délai
moyen a été de 10 mn 21 s.
Etudiée depuis 2005, la rénovation profonde du COSSIM a été lancée en 2012. Elle consiste :
• en une opération d’infrastructure pour aménager à l’état-major du bataillon des locaux permettant d’accueillir
davantage d’opérateurs, des salles de crise ainsi que les installations techniques du nouveau système
opérationnel de traitement des appels et de suivi des opérations de secours. Il s’agit aussi d’assurer une
alimentation en énergie de façon sécurisée, et d’adapter les standards des différentes casernes ;
• en un projet informatique afin de
disposer d’un système d’information
moderne, adapté à la ville de
Marseille et au volume de l’activité.
Acheté sur étagère, le système fait
l’objet d’un paramétrage spécifique
et de développements limités au
strict besoin.
367 945 Appels traités
dont
172 894 Appels 18
127 129 Appels 112
Activité
129 337
Engins engagés
102 046
Opérations suivies (Marseille intramuros)
316
Performance
21 s
1 mn 28 s
10 mn 21 s
Evénements MAJEURS renseignés
5
Délai décroché moyen
Délai d’engagement moyen
Délai moyen d’arrivée sur les lieux
L’activité opérationnelle
L’activité : Marseille Intra-Muros
Physionomie générale
102 046 interventions ont été
réalisées dans Marseille en 2012,
soit une moyenne quotidienne de
279 interventions, en légère baisse
par rapport à 2011 (283 par jour).
L’activité est dominée par le secours
à personne et est plus marquée entre
10 h et 22 h, avec une moyenne de
près de 20 interventions par heure
entre 10 h et 20 h.
Seul le dimanche connaît une réduction
notable de l’activité, avec une moyenne
annuelle de 250 interventions ; la
journée la plus chargée est le vendredi
avec 291 interventions.
Répartition du nombre d’interventions
par tranches horaires en 2012
18
Secours à personnes
16
Interventions diverses
14
Feux
12
10
8
6
4
2
0
0H
1H
2H
3H
4H
5H
6H
7H
8H
9H 10H 11H 12H 13H 14H 15H 16H 17H 18H 19H 20H 21H 22H 23H
Les mois de février, juin, juillet et octobre ont connu un nombre quotidien d’événements supérieur à la moyenne
journalière, avec un pic en juin de 312 interventions par jour.
Les 1er, 8e, 13e, 14e et 15e arrondissements sont ceux où les marins-pompiers sont les plus sollicités avec une
moyenne supérieure à 20 interventions par jour pour chacun d’eux.
La nature des interventions
Le nombre d’incendies a diminué en 2012 de 13 %. Si tous les types de feux sont en retrait, cette baisse
importante est essentiellement due à une réduction notable des feux de végétation (- 26 %), conséquence d’un
printemps relativement pluvieux et d’un été sec mais peu venté.
27 ha de végétation ont brûlé en 2012, dont 6 ha en zone forestière, le reste étant la conséquence de feux
périurbains (8 ha) et urbains (13 ha).
Les incendies en lieu clos sont en retrait de 7 % avec 1 025 événements contre 1 108 en 2011. Ce chiffre n’a
jamais été aussi bas depuis 11 ans.
Les interventions diverses connaissent une croissance de 6 %, conséquence de quelques épisodes
météorologiques violents, et notamment des coups de vent tels celui qui a entraîné les avaries du car-ferry
« Napoléon Bonaparte ».
Les interventions pour secours à personne ont très légèrement diminué en 2012 (-1%). Cette activité reste,
de très loin, prépondérante puisqu’elle
représente 81 % de l’activité du BMPM.
Répartition du nombre d’interventions
Ce léger tassement est essentiellement
Secours à personne
par nature en 2012
liée à l’entrée en vigueur de l’arrêté
Blessés malades : 69 %
municipal
applicable
depuis
le
Assistance à personne : 6 %
er Autres
juillet 2010
qui
instaure
la
facturation
1
Circulation : 6 %
Surveillance : 1,5 %
des interventions pour ascenseur
SSI et reconnaissance : 5 %
13 %
bloqué, répertoriées dans la catégorie
Divers : 6,5 %
« assistance à personne » (- 6 %).
81 %
Incendie
6 %
Les interventions pour « accidents
de circulation » ont très légèrement
diminué (- 2 %), tandis que celles pour
« blessés et malades » sont restées
stables.
Feux extérieurs
(hors végétation) : 4 %
Feux de végétation : 1 %
Feux lieux clos : 1 %
Rapportée à la population, l’activité des marins-pompiers de Marseille est presque deux fois plus importante
que la moyenne de celle des pompiers français avec environ 12 000 interventions/an/100 000 habitants contre
6 330 interventions/an/100 000 habitants dans l’ensemble du pays (chiffres 2011).
6
L’activité opérationnelle
Zoom sur les interventions pour blessés et malades
à domicile ou sur la voie et dans les lieux publics
En 2012, les interventions pour « Blessés et Malades » ont représenté près de 7 interventions sur 10.
Depuis 2001, leur nombre a augmenté de plus de 28 % alors que la population n’a crû que de 7 %. Cette hausse
représente près de 15 000 interventions supplémentaires par an. Les interventions à domicile sont majoritaires.
Ces chiffres incluent les transports de malades assurés par le service de secours à la demande du centre 15
faute de disponibilité des ambulanciers privés. Ce type de transports, dits « par carence », a doublé
par rapport à l’année précédente, passant de 1 500 à plus de 3 300 transports. Ils sont rémunérés
forfaitairement sur la base d’un tarif fixé par arrêté (112 par transport en 2012).
Répartition des interventions pour (2011 - 2012)
En nombre
d’interventions
Blessés
malades
MOYENNE /
JOUR
192
18
2011
70 110
2012
Evolution
2011 - 2012
Synthèse
Assistance à Circulations
personnes
Feux
lieux clos
Feux
extérieurs
Feux de
végétations
18
3
10
3
18
7 478
6 521
1 108
3 992
1 586
70 195
6 621
6 411
1 025
3 599
+ 0 %
- 11 %
- 2 %
- 7 %
- 10 %
Secours à personne
83 227
Interventions Activité de
diverses
surveillance
SSI et
reco
TOTAL
3
14
279
6 237
1 256
5 157
103 445
1 186
6 613
1 113
5 283
102 046
- 25 %
+ 6 %
- 11 %
+ 2 %
- 1 %
Incendie
81 %
5 810
Divers
6 %
13 009
13 %
Hors transports « par carence », le nombre d’interventions pour maladie s’élève à 41 145, soit
59 % du total, dont 24 485 à domicile et 16 660 sur la voie publique. Ces chiffres, quoiqu’en légère
diminution par rapport à 2011 (année totalisant avec 41 839 interventions le plus grand nombre de missions
pour « blessés et malades à domicile » depuis 2001), ne peuvent qu’interpeller sur la santé de nos concitoyens
mais aussi sur leur accès aux soins. En effet bon nombre des cas traités n’ont aucun caractère d’urgence et ne
relèvent normalement pas des services de secours.
La durée moyenne de la mission d’une ambulance est de 63 minutes, contre 45 à 48 minutes dans
les grandes villes françaises. Cet écart s’explique certes par les difficultés de circulation à Marseille mais
surtout par l’étendue de la ville (2,4 fois Paris) et la localisation dans la ville, essentiellement dans sa partie centre
et nord, des services d’urgence des hôpitaux publics vers lesquels la régulation médicale du Centre 15 dirige
prioritairement les ambulances.
Chaque ambulance est
armée par 3 marins-pompiers
secouristes. 20 ambulances
sont armées en permanence.
Elles sont renforcées par
9 ambulances supplémentaires
du lundi au samedi de 10 h à
22 h.
Une ambulance armée 24h/24
et 7 jours/7 revient à 550 000 par an, amortissement compris.
Domicile
Nombre
d’interventions
Voie et lieu publics
38 000
36 000
34 000
32 000
30 000
28 000
26 000
24 000
22 000
20 000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Evolution des interventions pour Blessés malades
par types de lieux depuis 2001
7
2012
L’événement marquant L’incendie « Le Corbusier »
Situé dans le quartier Sainte-Anne au sud de la ville, le bâtiment est situé
dans une zone urbanisée. Isolé de tout tiers, il est entouré d’espaces
verts arborés. Les « Unités d’Habitation de Grandeur Conforme » telles
qu’imaginées, dessinées et réalisées par Le Corbusier ont pour but de
remplacer la ville par des édifices ordonnés apportant à chacun de ses
2 500 habitants une structure de vie harmonieuse et à taille humaine.
L’implantation historique de l’immeuble
Ainsi, l’« Unité d’Habitation de Grandeur Conforme » de Marseille-Michelet
a vu sa première pierre posée le 14 octobre 1947 et fut inaugurée le
14 octobre 1952. S’élevant sur une hauteur de 56 m, pour une longueur
de 137 m et une largeur de 24 m. L’immeuble, édifié sans permis de
construire (avec une dérogation du ministre de l’époque) n’est évidemment
pas conforme aux normes de sécurité actuelles. Il compte 17 étages.
L’alerte
Jeudi 9 février 2012 à 13 h 42, premier et unique appel pour un feu d’appartement
•13 h 49 : premier engin arrive sur les lieux
•14 h 56 : 19 véhicules et 65 marins-pompiers sont présents
•19 h 16 : 39 véhicules et 112 marins-pompiers sont sur les lieux
•Fin de soirée : 61 véhicules et 250 marins-pompiers
Le bilan en fin de soirée
8 appartements et 2 chambres d’hôtel sont détruits par les flammes, 5 personnes ont été transportées non
médicalisées, 51 personnes ont été prises en charge par le poste médical avancé, 4 marins-pompiers et 1 agent
de la protection ont été légèrement blessés. L’un des marins-pompiers blessés est devenu inapte à son métier
et a dû se reconvertir.
Gestion post-sinistre
Le bataillon a accompagné les habitants du Corbusier après l’intervention. En matière de prévention, des
mesures de sécurité ont été immédiatement prescrites :
•vérification de la solidité de l’immeuble et isolement de la zone sinistrée ;
•sécurisation des installations électriques ;
•remise en fonction des moyens de secours.
Pour améliorer le niveau global de sécurité de l’immeuble, un nouveau schéma directeur de mise en sécurité a
été prescrit. Les mesures principales consistent en :
•un audit de sécurité portant sur les structures et l’ossature du bâtiment ;
•l’extension de la détection incendie à l’intérieur de chaque appartement ;
•la limitation du potentiel calorifique par la réduction du volume de matières stockées dans les appartements ;
•la mise au point d’un protocole de gestion des clefs des appartements.
8
L’activité : hors de Marseille
Le grand port Maritime de Marseille - Le port Ouest :
Le secteur de Port de Bouc
Depuis 1972, une convention entre le GPMM et la ville de Marseille définit le cadre d’emploi des marins-pompiers
dans le Port Ouest.
Le BMPM est responsable des actions de sécurité civile dans les chenaux d’accès et les darses de la zone de
Fos, Port de Bouc et Lavéra, ainsi que sur certains terminaux portuaires.
122 marins-pompiers assurent la sécurité des sites concernés.
L’aéroport de Marseille - Provence :
Le secteur de Marignane
Par une convention du 14 septembre 1962, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille-Provence,
concessionnaire de l’aéroport international de Marseille-Provence, en a confié la sécurité au bataillon de marinspompiers de Marseille.
66 marins-pompiers qualifiés pompiers d’aéroport assurent la sécurité de la plateforme aéroportuaire, de
l’aérogare et de ses dépendances.
Ces missions du BMPM sont désormais inscrites dans la loi de modernisation de la sécurité civile d’août 2004.
Activité
Marignane
En nombre
d’interventions
Marignane
Port de Bouc
2011
2 973
1 411
2012
2 949
1 461
Evolution
2011 - 2012
- 0,8 %
+ 3,5 %
59 %
Port de Bouc
41 %
dont 1/4 lié à
l’activité piste
92 %
1 %
7 %
1 %
Sanitaire
Incendie
Divers (surveillance, reconnaissance)
Missions principales
Aéroport de Marseille-Provence
Grand Port Maritime de Marseille Port Ouest
Secours aux personnes
Secours aux personnes
Lutte contre l’incendie d’aéronef
Lutte contre le feu de navire, à quai ou au mouillage
Lutte contre l’incendie
(aérogare et installations techniques)
Lutte contre l’incendie
(terminaux de pétrole, gaz, conteneurs)
Permanence au PC sécurité
Lutte contre les risques technologiques
Surveillance et dispositions préventives diverses
Lutte contre la pollution (dans les darses et bassins)
Inspection des pistes
Surveillance et dispositions préventives diverses
Lutte aviaire
Respect des règlements de sécurité des bâtiments
(construction ou transformation)
Respect des règlements de sécurité des bâtiments
(construction ou transformation)
9
Le service mobile d’urgence
et de réanimation (SMUR)
6 600 interventions médicalisées en 2012,
...qui s’ajoutent à l’activité propre au BMPM
Le SMUR : UNE ACTIVITE
PRE-HOSPITALIERE PROPRE
AU BATAILLON
Le BMPM dispose en permanence de 3 ambulances
de réanimation armée par un médecin urgentiste,
un infirmier spécialiste de l’urgence et d’un conducteur,
secouriste comme tout marin-pompier. L’activité de
ces ambulances est pilotée par le centre de régulation
médicale (centre 15) du SAMU des Bouches-du-Rhône.
Dans ce centre un médecin du bataillon participe 24h/24
et 7j/7 à la régulation médicale. Il dispose d’un marinpompier pour l’aider à la régulation et peut suivre la
disponibilité des moyens sanitaires du BMPM par déport
au centre 15 d’un terminal du système opérationnel.
Ce dispositif fait partie des moyens mis en place pour assurer la permanence des interventions médicalisées
d’urgence. Il est complété par les moyens propres du SAMU et s’ajoute à la couverture sanitaire de la ville avec
les ambulances du bataillon armées par des marins-pompiers. Ces trois ambulances de réanimation sont prépositionnées dans les casernes de Plombières, Louvain et Saint-Pierre.
En 2012, elles sont sorties 6 600 fois et 6 300 victimes ont été examinées par un médecin urgentiste.
L’activité est en légère progression par rapport à 2011.
Caractéristiques des victimes
Age
La moyenne d’âge des patients pris en charge est de 59 ans, en progression d’1,5 an par rapport à 2011.
Les âges extrêmes vont du nouveau-né à 102 ans.
Les patients de plus de 80 ans représentent 25 % des
patients pris en charge, qui sont des hommes dans 54 %
des cas.
Lieu de prise en charge
Autres
10,2 %
Lieu de prise en charge
La prise en charge à domicile est le cas le plus fréquent,
avec 58,8 % des interventions.
La prise en charge à l’hôpital vient en second avec
11,5 % des cas. Il s’agit généralement de transport interhospitaliers.
58,8 %
Domicile
4,8 % Maisons de retraite
5,3 %
Lieux publics
11,5 %
Milieu hospitalier
9,4 %
Voie publique
Les circonstances
Dans 85 % des cas, la prise en charge résulte d’une
affection médicale.
Circonstances
Accidents
Devenir immédiat de la personne prise en charge
10 %
82 % des victimes sont transportées à l’hôpital.
Les soins sur place suffisent pour 7 % d’entre elles.
71 victimes, soit 1,1 %, ont refusé des soins.
9% sont décédées avant l’arrivée des secours ou en
dépit des actions de réanimation.
10
85 %
3 %
Autolyses
1 %
Agressions
1 %
Inconnues
Affections médicales
Le service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR)
Les véhicules médicaux de soutien (VMS) et engins spéciaux
Le véhicule médical de soutien (VMS) est un véhicule tout terrain,
armé par un médecin et un conducteur, équipé du matériel de
réanimation identique à celui d’une ambulance de réanimation (AR),
et dont la mission prioritaire est d’assurer le soutien médical des
marins-pompiers engagés dans des opérations importantes. En
2012, il a réalisé 411 interventions dont la part du soutien
sanitaire opérationnel s’est élevée à 33 %. Le principal motif
de ces soutiens est représenté par les incendies.
Lorsque tous les moyens médicalisés sont déjà engagés, le
VMS s’est vu attribuer les missions d’une ambulance de
réanimation au cours de 226 interventions, soit 55 % de
son activité, ce qui représente la moitié des interventions du VMS,
ou 3 % des 6 600 interventions médicalisées. La proportion de ces
interventions primaires, par carence d’ambulance de réanimation
(AR) a augmenté en 2012 (42 % en 2011).
DPS : 12 %
SMUR : 55 %
SSO : 33 %
SMUR : Service Mobile d’Urgence et de Réanimation
SSO : Soutien Sanitaire Opérationnel
DPS : Dispositif Prudentiel de Secours
La part des dispositifs prudentiels de secours n’est pas négligeable avec 12 % de l’activité.
Véhicule de détection identification et prélèvement (VDIP)
Le VDIP a réalisé 94 interventions au cours de l’année 2012. La répartition est la suivante :
•40 % de reconnaissances « odeurs suspectes » ;
•20 % de levées de doutes autres que sur odeurs suspectes (réquisitions, interventions sur fuites de gaz,
recherche de source radiologique, pollution maritime, etc.) ;
•10 % d’interventions à caractère chimique (fuite de produit dangereux) ;
•30 % de feux avec analyse des fumées.
Le Centre Municipal de Formation aux techniques de
premiers Secours
La part la plus importante de l’activité de ce centre concerne la formation des marins-pompiers. Elle représente
71 % du volume des formations. Une part significative (21 %) est dévolue au grand public notamment pour la
prévention et les secours civiques de niveau 1.
Volume des formations en journées / stagiaires
Grand public
(urgence cardiaque)
Enseignement du secourisme
(monitorat, instructorat)
24
466
1095
Secourisme - 8 formateurs
Bilan
2012
Nombre de stagiaires BMPM + EMPM
1 577
Nombre de stagiaires publics
992
Total des stagiaires
2569
Nombre stagiaires jours
5385
Grand public
(PSC1)
11
3761
BMPM autres
La prévention
La prévention est l’ensemble des mesures propres à éviter, autant que possible, l’existence d’un risque et
s’il subsiste, à en limiter les effets. C’est une étape essentielle dans l’élaboration d’un projet ou dans le suivi
d’un établissement. Les buts sont d’assurer la sécurité des personnes, limiter les pertes matérielles, permettre
l’engagement des secours dans des conditions acceptables.
Le bataillon a en charge la prévention contre les risques d’incendie et de panique de la zone géographique
placée sous la compétence territoriale du bataillon de marins-pompiers de Marseille.
Son domaine d’action englobe les établissements recevant du public, les immeubles de grande hauteur, les
bâtiments d’habitations, les établissements industriels, les installations classées, les tunnels, les établissements
soumis au code du travail et les aménagements sur l’espace public.
Le bataillon est membre du comité « Risques et urbanisme de la ville de Marseille ». Il est présent dans les
différentes commissions de sécurité centrale, départementale et communale. Il est chargé de l’animation de
ces deux dernières en qualité de rapporteur.
Le bataillon est représenté au sein du groupe d’évaluation des implantations illicites, piloté par
le préfet des Bouches-du-Rhône.
Il a en charge la gestion des 7 659 bouches d’incendie sur la commune de Marseille et la gestion des
10 678 extincteurs et des 447 robinets d’incendie armés implantés dans les bâtiments communaux. Il
travaille en étroite collaboration avec la Société des Eaux de Marseille, chargée d’assurer l’alimentation en eau
du réseau incendie de la ville.
Il procède à l’étude de tous les plans de prévention des risques (PPR) et de tous les permis de construire situés en
zones à risques.
Il est responsable de la formation de prévention des marins-pompiers et assure les présidences de jury des
examens subis par le personnel des entreprises assurant des services de sécurité et d’assistance aux personnes
(SSIAP) se déroulant sur la commune de Marseille.
Actions
2011
2012
Variation
Commissions départementales
228
260
+ 14 %
Commissions communales
491
447
- 8 %
Comité risques et urbanisme
19
17
- 10,53 %
13 500
13 523
+ 0,17 %
620
687
+ 10,8 %
Visites sites ou réunions de travaux
hors commissions
1 686
1757
+ 4,2 %
Nombre total de dossiers archivés
19 276
20 251
+ 5,06 %
Actions de formation (en heures)
955
1 157
+ 21 %
Présidences de jury SSIAP
41
41
0
Dossiers étudiés
Réunions et études hors commissions
Le personnel spécialisé en prévention a été très fortement sollicité et impliqué dans la préparation des
événements liés à la capitale européenne de la culture, notamment pour la cérémonie d’ouverture, et a été
associé à l’ensemble des réunions ou comités pilotés par l’association MP2013, la mission MP2013, la CUMPM
ou la préfecture des Bouches-du-Rhône.
Il est également présent sur le plan bâtimentaire pour la construction, le réaménagement et la mise en sécurité
des établissements recevant du public (Mucem, le fort Saint-Jean, le FRAC, le hangar J1, le musée Longchamp
pour le grand atelier du Midi, la friche Belle de Mai, le palais du Pharo, le stade Vélodrome, etc.). Le BMPM étant
rapporteur de toutes les commissions de sécurité, son action a consisté également à préparer les actions et les
propositions d’avis des commissions de sécurité.
Pour les manifestations exceptionnelles se déroulant sur l’espace public, hors Etablissements Recevant du Public
(exemple de la cérémonie d’ouverture), il a procédé à leur analyse de risque pour la sécurité du public vis-à-vis
des divers aménagements (structures, scènes, etc.), du lieu concerné (densité, surface, possibilité de dispersion,
circulation et accès des secours, etc.) et des risques particuliers (feux d’artifices cérémonie d’ouverture ou
animation à feux nus « flammes et flots »).
12
La prévention
Répartition des activités des
commissions
17
Quelques grandes études / réalisations en 2012
E.R.P
Ouverture MP 2013 ;
Stade et Centre commercial Vélodrome ;
Palais du Pharo ;
Hangar J1 ;
Hôpital Ambroise Paré ;
Les terrasses du port ;
Palais lonchamp ;
Ilot 3 friche belle de Mai ;
I.G.H
Suivi post sinistre et mise en sécurité de
l’IGHZ Corbusier
P. de stationnement
Parc de stationnement J4
Tunnels
Réhabilitation Tunnel Vieux-Port
Espaces publics
Création ligne Tramway Castellane/Rome/
Canebière ;
Semi-piétonisation du Vieux-Port et
aménagement du J4 ;
36
167
361
126
Visites de contrôle ou inopinées
Visites réceptions
Commissions de plan
Visites périodiques
Comité risque et urbanisme
Répartition
des dossiers étudiés
492
537
1 589
4 130
Priorité 2013
•Etude et suivis de tous types de dossiers relatifs à Marseille Provence
2013 dans les ERP (Mucem, villa Méditerranée, palais Longchamp,
etc.) et manifestations (flammes et flots, transhumance, fête de la
musique, europride, etc.) ;
•Classement et mise en conformité des résidences de tourisme ;
•Ouverture du tunnel routier Prado Sud ;
•Stade Vélodrome : Chantier et aménagements des abords
(construction d’un centre commercial et d’un hôtel, etc.).
•Chantier de construction du stade Delort
•Extension de la ligne de tramway Rome/ Castellane ;
•Extension de la ligne 2 du métro.
13
954
562
47
5 212
Aménagement espace public
ERP
Habitations
Installations classées
Jury SSIAP
IGH
Risques naturels
Hydrants
L’entraînement et la formation
La formation et l’entraînement au BMPM s’appuient sur les référentiels emplois - formation de la sécurité civile
à l’instar des sapeurs-pompiers.
La formation initiale et continue des marins-pompiers de Marseille (MAPOM) est réalisée par l’école
des marins-pompiers de la Marine (EMPM) qui forme également les marins-pompiers des bases navales et
aéronavales de la marine nationale (MARPO).
L’entraînement est dispensé au centre d’entraînement aux techniques d’incendie et de survie (CETIS) et lors
d’exercices, de différents niveaux selon les buts poursuivis.
Les formations de spécialité et l’entraînement (MAE : maintien des acquis et de l’expérience) des MAPOM
dépendent de la division entraînement-formation du BMPM, qui dispose pour cela des agréments de sécurité
civile nécessaires.
Le BMPM accueille des stagiaires français et étrangers, civils ou militaires. L’expertise du BMPM est également
sollicitée pour des missions de formation ou d’audit à l’étranger (Jordanie, Russie, Emirats Arabes Unis, Tunisie
en 2012).
Activités de formation
EMPM - 31 formateurs
Bilan
Formation
2010
2011
2012
+/- %
Nombre
d’élèves formés
Initiale
93
178
183
+ 2 %
Continue
292
367
397
+ 8 %
Initiale
7
11
11
0
Continue
23
31
47
+ 51 %
Nombre
de stages/cours
23 exercices majeurs ont été réalisés en 2012.
Les tunnels (routier, SNCF, métro) prennent une
part prépondérante dans ce type d’activité.
Thèmes exercices majeurs 2012
Nombreuses
victimes /sanitaire
Risques naturels
Risques
technologiques
NRBCe
8 %
17 %
21 %
37 %
17 %
Tunnel
Feu de navire
Cetis - 16 formateurs
Bilan
2011
2012
Nombre de stagiaires BMPM
399
408
Nombre de stagiaires MAE BMPM
3 378
2 574
Nombre de stagiaires EMPM
529
1 610
Nombre de stagiaires extérieurs payants
759
1 121
Nombre de stagiaires extérieurs gratuits
124
Total des stagiaires
4 255
5 713
Jours-stagiaires
7 036
11 158
14
Répartition des stagiaires au CETIS
Extérieurs
gratuits
Extérieurs
payants
Formation BMPM
2 %
15 %
10 %
EMP
8 %
65 %
MAE BMPM
L’entraînement et la formation
Ecole de conduite - 6 moniteurs
Bilan
2012
Nombre de permis de conduire validés (VL, PL, SPL, TC)
108
Nombre de stagiaires en perfectionnement
98
Nombre de stagiaires sensibilisés à la sécurité routière
523
Entraînement physique et sportif - 12 moniteurs
Disciplines
pratiquées
Résultats marquants
(participations équipes militaires ou BMPM
ou en individuel)
Rugby Club Marine / ROYAL NAVY - vainqueur
Rugby
Championnat de France militaire
5 participants - vainqueur
Natation
Championnat de France militaire
3 médailles d’or et 6 d’argent
Rugby à 7
Champion marine nationale
Le niveau de préparation physique
des militaires du BMPM est mesuré
par le taux de réalisation de
l’épreuve annuelle de contrôle de la
condition physique du militaire.
Les marins-pompiers de Marseille
excellent dans différentes disciplines
sportives, tant sur le plan collectif
qu’individuel
Challenge international militaire
Escalade
Championnat de France militaire à Chamonix
1er par équipe mixte
Judo
Championnat de France militaire
3e féminine et 5e masculin
Raid
Monaco raid 4e
Epreuve interarmées internationale
Parachutisme
2e championnat marine nationale
Futsal
Champion marine nationale
Marseille / Cassis
40 participants
Marathon de Marseille
25 participants
Marathon de Paris
2 participants
Medatlan (traversée de l’Atlantique à la voile)
7 participants
Nuit de l’eau
5 participants
18 organisations par BMPM
872 participants
Formation de personnel non spécialisé à l’encadrement de séances de sport
60 formations
Recyclage BNSSA
15 personnes
15
Ressources humaines
Les chiffres-clés de l’année 2012
Effectifs au 31 décembre 2012
Effectifs militaires
2 285
Effectifs civils hors vacataires (ETPT)
Le personnel du BMPM par
catégorie statuaire
99
Nombre de réservistes opérationnels
79,48 %
37
(durée moyenne d’activité de 32 jours/an)
10,75 %
1,90 %
Données sur le corps social militaire du bataillon
Nombre de métiers
33,5 ans (hommes)
27,5 ans (femmes)
5,6 % (global)
1,75 % (marins-pompiers)
Taux de féminisation
Taux d’encadrement en officiers (hors service de santé)
4,08 %
Marin-pompier
Equipage de la flotte
Civils
Officiers (hors santé)
Service de santé
42
Moyenne d’âge
3,79 %
4 %
Statut du personnel militaire
30 / 70
(ratio militaires de carrière / militaires contractuels)
Lieu de résidence du personnel militaire
66 / 34
(ratio personnel résidant dans le département des
Bouches-du-Rhône / autres départements)
Recrutement et départs définitifs de marins-pompiers
Nombre de marins-pompiers recrutés en 2012
145
Nombre de départs définitifs de marins-pompiers
en 2012
144
Provenance des marins-pompiers recrutés en 2012
28 / 72
(ratio région PACA / autres régions française)
Promotions de grade
Nombre de promotions au sein des corps d’officiers
22
Nombre de promotions au sein des corps de
personnel non officier
348
Mobilité
Pyramide des âges du
personnel militaire au BMPM
50 ans
et +
Mobilité hors BMPM (nombre de mutations)
115
Mobilité vers le BMPM (nombre de mutations)
115
Mobilité géographique et fonctionnelle interne
au BMPM (nombre de mouvements)
762
Absentéisme
138
40 à
49 ans
348
30 à
39 ans
805
23 à
29 ans
744
18 à
22 ans
Taux d’absentéisme moyen des marins-pompiers
2,53 %
(congé de maladie et accident de travail)
16
240
0
100
200
300
400
500
600
700
800
Le bilan financier
Un coût de 82 par habitant pour la ville de Marseille
en baisse de 1 par rapport à 2011.
Rémunérations et charges sociales
Un budget maîtrisé :
93 371 589
en 2012
L’évolution du budget reflète une maîtrise constante
des dépenses dans un contexte économique
contraint.
La politique d’optimisation de l’emploi des crédits
est menée sur trois axes : pilotage de la masse
salariale, rationalisation des dépenses courantes et
renouvellement des équipement au juste besoin.
Rémunérations et
charges sociales
13 %
87 %
Investissement
80 M €
70 M €
60 M €
50 M €
40 M €
30 M €
20 M €
10 M €
0€
Fonctionnement
courant
Fonctionnement courant
2008
2009
2010
2011
2012
Les dépenses de fonctionnement
En 2012, les dépenses de fonctionnement sont quasi stables à
+ 0,0027 % par rapport à 2011 et s’établissent à 85 452 988 . La hausse
mécanique de la masse salariale a été compensée par des mesures
d’économie sur le fonctionnement courant.
Les dépenses d’investissement
Le budget d’investissement a été principalement utilisé pour poursuivre le
renouvellement de véhicules opérationnels, et remplacer les véhicules d’usage
général par des modèles moins chers et plus économes en carburant, pour
renouveler les équipements de sécurité (matériel incendie, médical et tenues
d’intervention), pour l’entretien « lourd » des infrastructures du bataillon et pour
poursuivre l’amélioration des systèmes d’information et de communication.
Divers
1 116 326
Bâtiments
600 131
14 %
8 %
Enfin, ce budget a financé les premiers travaux du futur centre
opérationnel (COSSIM 3) ; ils ont concerné l’infrastructure qui accueillera
le futur centre et le système d’information qui l’équipera.
L’accord de partenariat financier 2013 - 2015 conclu fin 2012 entre le conseil
général des Bouches-du-Rhône et la ville de Marseille concerne notamment
la sécurité des personnes et des biens. Il s’est concrétisé par l’attribution fin
2012 d’une première subvention de 967,5 k au titre de l’infrastructure du
futur centre opérationnel.
Les ressources
Les moyens financiers alloués ont pour origine :
la contribution de la ville ; la dotation de l’Etat,
dans le cadre de subventions allouées au titre
du Fonds d’Aide à l’Investissement (FAI), du
Fonds de Compensation de la TVA (FCTVA)
et de la Taxe Spéciale sur les Convention
d’Assurance (TSCA) ; la participation versée par
la Communauté urbaine de Marseille Provence
et enfin le remboursement de concours fournis
par le BMPM au titre de conventions en hausse
de 10 % sur l’année.
Equipement
opérationnels
4 336 935
24 %
54 %
COSSIM 3* (AMO, Infrastructures,
Matériels et logiciels)
1 865 209
* Voir page 23 pour le détail du projet COSSIM 3
100 000 000 €
90 000 000 €
7 918 601 €
Investissement
74 127 228 €
Charges personnel
80 000 000 €
70 000 000 €
70 272 270 €
Commune
20 000 000 €
11 262 864 €
Etat
10 000 000 €
7 091 175 €
4 745 280 €
CUMPM
Conventions
60 000 000 €
50 000 000 €
40 000 000 €
30 000 000 €
0€
17
11 325 760 €
Dépenses
Fonctionnement courant
Ressources
Soutien des équipements en service
Fonctionnement courant
Avec un budget de fonctionnement en diminution
de près de 2,5 % par rapport à 2011, le groupement
soutien a du absorber notamment les dépenses
exceptionnelles engagées pour effectuer l’entretien
et le carénage du bateau pompe « Lacydon » et
du navire d’intervention portuaire « Pythéas » ainsi
que les dépenses de fonctionnement croissantes
(+ 34 %) induites par le déploiement effectif du
réseau « Antares » (adaptation nationale des
transmissions aux risques et aux secours).
Répartition du budget de fonctionnement
du groupement soutien
10 %
18 %
72 %
Parallèlement, l’acquisition de matériels spécifiques
destinés à armer les véhicules de montée en
puissance en vue des manifestations liées à
« Marseille Provence Capitale Européenne de la
Culture 2013 » a pu être réalisée.
Infrastructures
581 812
Systèmes d’information
et de communication
1 051 824
Logistique
4 185 440
La ventilation du budget 2012 a privilégié les systèmes d’information et de communication (+ 5 %) et l’entretrien
des infrastructures (+ 2 %).
Répartition des dépenses de fonctionnement par postes principaux
(5 819 076 )
Matérial spécifique pompier
Divers logistique
235 441
Habillement
183 815
Réseau
Antares
421 055
Auto entretien
1 381 833
3 %
7 %
447 942
4 %
8 %
24 %
15 %
33 %
6 %
Carburants /
Huiles
865 463
Location / Energie /
Maintenance/ Réparations ext.
HBE
338 207
1 945 320
L’économie réalisée sur le poste « carburant/huiles » premier poste de dépenses avec notamment une
consommation de l’ordre de 600 m3 de gazole pour véhicules (en diminution de près de 7 % par rapport à 2011),
a permis de compenser l’augmentation des prix.
Les dépenses en approvisionnement général (fournitures administratives, d’entretien, etc.) ont été ramenées au
juste besoin.
La location de 2 hélicoptères bombardiers d’eau (HBE) au cours de l’été a coûté 338 k hors carburant.
18
Soutien des équipements en service
L’auto-entretien
Les capacités humaines et matérielles du bataillon permettent de maintenir un taux de disponibilité élevé des
équipements, et ce dans les meilleurs délais.
Pour assurer la maintenance de 571 engins roulants, le centre technique de Plombières a réalisé prés
de 15 000 interventions, activité en augmentation de plus de 3,5 % par rapport à l’année 2011. Cette hausse
s’explique par un élargissement des compétences du personnel (formations spécifiques de soudeur, tourneur,
fraiseur, etc.) et par l’achat de nouveaux équipements, ce qui a eu pour conséquence la diminution des dépenses
externalisées.
L’activité de l’atelier général
incendie (atelier respiratoire
et atelier mécanique) est
demeurée stable par rapport à
l’année 2011.
Le renouvellement du matériel
7,1 M ont été engagés en 2012, répartis comme suit :
•acquisition et renouvellement du parc des engins roulants et flottants pour tendre vers un plan d’armement
consolidé en véhicules opérationnels ;
•dotation complémentaire en matériel et outillage d’incendie et de défense civile ;
•habillement spécifique pompier et re-complètement de tenues « incendie et secours » ;
•renouvellement du parc des machines-outils permettant aux ateliers d’accroître le volume des prestations
d’auto entretien réalisées par le « garage ».
Répartition des dépenses d’investissement « Soutien »
par postes principaux (7 129 501 )
Systèmes d’information et de communication
956 654
Divers (matériel de bureau, mobilier,
matériel courant, LFR, etc.)
203 790
Habillement spécifique pompier : 598 264
2 %
13 %
3 %
Réseaux d’adduction d’eau
175 242
8 %
10 %
64 %
Matériels et outillages spécifiques pompier
Engins roulants et flottants : 4 502 459
693 092
19
Soutien des équipements en service
96 % du budget « engins roulants et flottants » est consacré au renouvellement des engins opérationnels.
Affectation des crédits de paiement (3,3 M )
Nautique
455 982
14 %
Sanitaire
671 821
Technique
58 374
Soutien
41 %
20 %
2 %
4 %
12 %
7 %
Feux de forêts
1 378 556
Commandement
237 948
Urbains
124 404
389 820
Le renouvellement des camions
citerne feux de forêts moyens
(CCFM) est terminé
(7 ont été livrés en 2012).
Désormais les plus anciens ont été
mis en service en 2002.
Début du renouvellement des
CCF à gabarit réduit avec l’arrivée
des 2 premiers exemplaires. 11
doivent être livrés avant l’été 2013.
Début du renouvellement des
FI à gabarit réduit : 2 ont
été livrés. 3 autres ont été
commandés (livraison prévue
en juin 2013).
Livraison de 3 véhicules
de commandement plus
économiques. 11 ont été
commandés (livraison en 2013).
20
Soutien des équipements en service
Afin de moderniser la drome, une
embarcation d’incendie et de
sauvetage a été commandée.
3 canots de sauvetage légers
ont été commandés. Les livraisons
sont attendues en mai 2013.
Livraisons
2012
Commandes 2012
Livraisons 2013
Ambulances (VSAV)
13
-
Véhicules porte cellule (VPCE)
2
-
Camion atelier SIC
-
1
Véhicule de reconnaissance et d’escorte
-
1
Echelles
-
2
Dénomination
Les systèmes d’information et de communication (SIC)
L’année 2012 a été marquée notamment par :
•la fin du déploiement du matériel ANTARES (Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques et aux Secours) ;
•le début de la mise à niveau de l’infrastructure informatique (virtualisation des serveurs et parc informatique) ;
•la sécurisation des réseaux et des locaux techniques ;
•l’amélioration des systèmes de télécommunication (sécurisation et développement du réseau de faisceaux
hertziens) ;
•l’amélioration de la sécurité des systèmes d’information (nouvel anti-virus, réseau de stations blanches) ;
•la mise en production de nouvelles applications (gestion documentaire, base de données des compétences
du personnel, messagerie interne).
SIC - répartition des dépenses d’investissement par postes principaux (956 654 )
Moyens radio : 105 000
Sécurisation des locaux : 74 000
11 %
Liens hertziens : 85 545
Onduleurs : 22 000
Baies de brassage : 39 000
Imprimantes : 19 000
8 %
21 %
Licences logicielles pour PC : 196 119
9 %
2 %
4 %
21 %
2 %
22 %
Ordinateurs : 216 620
Serveurs : 196 370
21
Soutien des équipements en service
Les principaux projets pour 2013
•poursuivre l’adaptation des équipements au juste besoin ;
•moderniser les engins flottants (dont l’étude relative au remplacement du bateau pompe Lacydon) à Marseille ;
•lancer le renouvellement des moyens élévateurs aériens ;
•achever avant l’été 2013 la mise à niveau des standards des casernes, afin d’accueillir le nouveau système de
traitement des appels et de suivi des opérations (MISTRAL) ;
•poursuivre l’amélioration des capacités d’auto entretien des ateliers.
Entretien des infrastructures immobilières
La dépense annuelle d’entretien des bâtiments communaux mis à disposition du bataillon (hors logements) s’est
élevée à environ 577 k (dont 128 k de fournitures pour les chantiers réalisés par les services du bataillon)
Pour 2012, le coût global d’entretien est ainsi évalué à 4,8 /m2.
Par ailleurs, le coût des travaux de réhabilitation de l’ancienne infirmerie principale à Plombières s’est élevé à
653 k , ce qui correspond à un coût des travaux d’environ 800 /m2. Cette réhabilitation permet de reloger les
services dont les bureaux ont été impactés par la mise sur pied du nouveau centre opérationnel.
2012 c’est également :
Le début des travaux au sein
de l’état-major pour créer le
nouveau COSSIM (livraison des
locaux attendue en avril 2013).
Lancement de l’appel d’offres pour les
travaux de construction du centre
d’incendie et de secours (CIS) de
La Valbarelle.
Les travaux devraient débuter à
l’automne 2013 pour une livraison
début 2015.
22
La préparation de l’avenir
En 2012, les principaux travaux ont porté sur
L’Organisation
Rédaction d’une convention avec le CROSS Méditerranée relative aux
contributions du BMP Marseille aux opérations de recherche et de sauvetage
en mer commandées par le Préfet Maritime.
La Doctrine opérationnelle
Participation à la rédaction d’une note d’information opérationnelle « interventions sur les véhicules
électriques et hybrides » pilotée par la Direction Générale de la Sécurité Civile et de Gestion des
Crises (DGSCGC). Ces notes ont pour but d’informer les services d’incendies et de secours sur
les risques liés à la réalisation de leurs missions.
Les Etudes techniques
Etudes sur les différents types d’échelles mécaniques permettant de faire face aux spécificités urbaines de
Marseille dans le cadre du renouvellement programmé du parc de l’unité.
Réflexion sur l’optimisation de la distribution des tenues professionnelles équipant les marins-pompiers.
Réalisation de dix campagnes d’essais sur divers matériels en conditions réelles d’utilisation au Centre
d’Entraînement aux Techniques d’Incendie et de Survie (CETIS) et dans les groupements opérationnels.
Rédaction de deux notices d’utilisation « matériels » et d’un guide d’emploi « véhicule », au profit des intervenants.
Elaboration des spécifications opérationnelles et techniques des futures caméras thermiques qui équiperont les
équipes chargées de la lutte contre les sinistres en milieu clos.
Participation au groupe de travail piloté par la DGSCGC sur la rédaction d’un référentiel et d’un guide d’achat des
tenues pour feux d’espaces naturels.
la conduite de projet
Le bataillon a décidé, en 2004, de moderniser son système de gestion des secours qui date des années
1990. Le projet COSSIM 3, transverse et dimensionnant, mobilise d’importantes ressources de l’ensemble
de l’unité. La conduite du projet est confiée à la division « études ». Au cours de l’année 2012 le projet s’est
concrétisé par l’attribution du marché de modernisation informatique du système de traitement de l’alerte du
BMPM à la société SYSTEL et par le début des travaux d’infrastructures permettant la création des nouveaux
locaux du centre opérationnel des services d’incendie et de secours de la ville.
Les actions principales menées dans l’année sont :
•Le suivi des travaux d’infrastructures en collaboration avec
la Direction la Construction et de l’Architecture (DIRCA).
•L’analyse technique des offres.
•La réalisation des phases de lancement du projet et de
l’analyse fonctionnelle avec la société SYSTEL.
•L’organisation de la formation de l’ensemble des futurs
utilisateurs.
Ce projet impactera de manière très importante les ressources humaines et techniques de l’unité tout le long de
l’année 2013 pour une mise en service du nouveau système dans le courant du premier trimestre 2014.
23
La communication
et les relations publiques
Les relations publiques avec les usagers,
les administrations, les élus, etc.
Le service communication du BMPM a organisé et orchestré plusieurs
évènements en 2012 :
•Les journées de démonstration ouvertes à tous en espace public :
stand sur le salon « l’école à Chanot » le 18 avril, Journée de la sécurité
intérieure organisée par la préfecture le 6 octobre, Foire internationale de
Marseille du 21 septembre au 1er octobre avec le groupe de recherche
et d’intervention en milieu périlleux, atelier de secourisme, atelier de
désincarcération, etc. ;
•Cérémonies sur la place publique : présentation au Drapeau et
remise de casques le 29 novembre ;
•Des évènements ouverts au public dans des enceintes du
BMPM : journées portes-ouvertes à l’EMPM - site de la Rose à l’occasion
des journées du patrimoine le 15 septembre ;
•Visites de casernes au profit d’écoles et d’associations.
Journées européennes du patrimoine
De nombreuses visites officielles, d’associations, d’écoles… ont également été
réalisées dans le cadre du rayonnement du BMPM :
•M. Merlin, directeur de cabinet du préfet de région le 11 janvier
•M. Bonnetain, préfet de police le 16 octobre
•M. Caselli, président de la communauté urbaine Marseille-Provence Métropole, le 23 mars
•Vice-amiral d’escadre Magne, commandant de la force d’action navale, le 3 avril
•M. le sénateur De Legge le 4 avril
•Contre-amiral Beaussant, directeur du service de soutien de la flotte à Toulon, le 24 mai
•Visite de l’amiral Rogel, chef d’état-major de la marine, le 18 septembre (photo)
•Participation au forum de la fonction garde côte en Méditerranée en présence du Secrétaire général pour la
mer, le 19 septembre
•Visites de plusieurs délégations étrangères :
Deux délégations chinoises
Délégation de la ville d’Helsinki (Finlande) le 18 avril 2012
Délégation de la 18e promotion de l’école d’état-major du Cameroun le 22 juin 2012
Délégation de Surabaya (Indonésie) le 11 décembre 2012
24
La communication et les relations publiques
Plusieurs reportages pour la presse écrite, radio ou TV ont été réalisés en 2012 :
•TV
W9 : « Enquête d’action », diffusion en mars
Encyclo : « Géants des mers », sujet le plus rediffusé sur cette chaîne
Voyages : « La mer en face », tournage en septembre, diffusé sur RMC Découverte
Gulli - tournage juin - juillet 2012 ; diffusion octobre
•Presse écrite
Participation régulière à Soldat du Feu, Secouriste Magazine, Cols bleus
Presse nationale : Express le 11 décembre, Marie-France (novembre 2012), Moteur boat (juin 2012) ; Images
Doc (BD de 8 pages sur la BMPM) ; revue de la société MERCEDES pour une nouvelle échelle ; « Face au
risque » sur Le Corbusier en mai 2012 ;
Publication régulière dans presse locale (la Provence, la Marseillaise, journaux gratuits, etc.)
•Radio
Messages de prévention monoxyde de carbone, feu de forêt, randonnée, coup de vent, etc.
•Production écrite, participation du BMPM à des ouvrages :
« Bateaux-pompes » d’Olivier Gabriel, Editions Babouji, 2012
« La France face aux feux de forêt » de Sébastien Hreblay, Editions SHRFI, avril 2012
« Les pompiers racontés aux enfants » de Carlo Zaglia, Editions de la Martinière Jeunesse, octobre 2012
Publications internet
Site internet www.marinspompiersdemarseille.com : diffusion d’articles et reportages sur le nouveau site en
cours de création, mise en ligne prévue au premier semestre 2013 ;
Animation de la page Facebook du BMPM : 5 700 connexions par semaine ;
Publication sur les pages Facebook de CECMED, de la Marine nationale ;
Site officiel de la Marine nationale ;
Blog « Portail des sous-marins » ;
Publication régulière sur les sites internet de Maritima TV, de Mer et Marine ;
Dailymotion, 70 vidéos en ligne, 170 000 consultations
Autres
Exposition photo au cinéma les Variétés, mai 2012 ;
Participation du BMPM au défilé motorisé du 14 juillet à Paris ;
Participation au dispositif « La marine fait escale à Nancy », avril 2012
25
Liste des principales abréviations
ANTARES :
Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours
AR :
Ambulance de Réanimation
BEA :
Bras Elévateur Aérien
CECMED :
Commandant en Chef pour la Méditerranée
CEMM :
Chef d’Etat-Major de la Marine
CETIS :
Centre d’Entraînement aux Techniques d’Incendie et de Secours
CIS :
Centre d’Incendie et de Secours
CMFTPS :
Centre Municipal de Formation aux Techniques de Premiers Secours
COSSIM :
Centre Opérationnel des Services de Secours et d’Incendie de Marseille
DGSCGC :
Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion de Crise
DIH :
Détachement Intervention Héliporté
EMPM :
Ecole des Marins-Pompiers de la Marine
EPIDE :Établissement Public d’Insertion de la DÉfense
ERP :
Etablissements recevant du public
ERSC :
Embarcation Rapide de Sauvetage Côtier
GRIMP :
Groupe de Reconnaissance et d’Intervention en Milieu Périlleux
IGH :
Immeuble de Grande Hauteur
MAE :
Maintien des Acquis et des Expériences
SAP :
Secours A Personnes
SSI :
Sorties Sans Intervention
SSIAP :
Service de Sécurité Incendie et d’Assistance à Personnes
SMUR :
Service Mobile d’Urgence et de Réanimation
SOS :
Sections Opérationnelles Spécialisées
VMS :Véhicule Médical de Soutien
VSAV :Véhicule de Secours et d’Assistance aux Victimes
Septèmes-lesVallons
STA
CMFTPS
SMY
GROUPEMENT
NORD
CETIS
MLP
LBG
CHG
PlandeCuques
EMP LRS
Allauch
SJT
PLB
SLZ
STP
CNB
VLB
END
FRL
LVN
PTR
0
1
2
3
4
5 km
EMP LPR
CIS en construction
(2015)
SMT
La Penne-surHuveaune
GROUPEMENT
SUD
LMY
Cassis
Centre d’incendie et de secours (CIS)
Détachement hospitalier
Ecole des marins-pompiers
Centre d’entraînement
CHG :Château-Gombert
CNB :Canebière
END :Endoume
FRL :Frioul
LBG :
La Bigue
LMY :Luminy
LVN :Louvain
MLP :Malpassé
PLB :Plombière
PTR :
Pointe Rouge
SJT :Saint-Just
SLZ :Saint-Lazare
SMT :Saint-Menet
SMY :Saumaty
STA :Saint-Antoine
STP :Saint-Pierre
VLB :Valbarelle
EMP LPR :
Ecole des marins-pompiers La Parette
EMP LRS :
Ecole des marins-pompiers La Rose
Une organisation
au service de l’opération
AMIRAL
Directeur des services
de secours et d’incendie
CHEF
D’ETAT-MAJOR
Communication / Cabinet
Directeur adjoint des services
de secours et d’incendie
Service de liaisons organiques
de la ville de Marseille
Pôle management
Commander
Intervenir
Former
Soutenir
ETAT-MAJOR
GROUPEMENT NORD
ECOLES DES
MARINS-POMPIERS
GROUPEMENT
SOUTIEN
• DIV Opérations
• DIV Prévention
• DIV Entraînement
• DIV Etudes
• DIV Aff. Générales /
Organisation
• DIV Administration / RH
• Etat-major
• CIS Plombières
• CIS La Bigue / Poste du
Frioul
• CIS Saint-Antoine
• CIS Saumaty
• CIS Malpassé
• CIS Saint-Just
• CIS Saint-Lazare
• CIS Château-Gombert
GROUPEMENT SUD
• Etat-major
• CIS Saint-Pierre
• CIS Louvain
• CIS Canebière
• CIS Pointe-Rouge
• CIS Luminy
• CIS Saint-Menet
• CIS Endoume
DÉTACHEMENTS
EXTÉRIEURS
• Port de Bouc
• Marignane
SANTÉ
• Service mobile
d’urgence et de
réanimation
• Site de la Parette
• Site de la Rose
CENTRES
DE FORMATION
• CETIS (Centre d’entraînement
aux techniques d’incendie et de
survie)
• CMFTPS (Centre municipal
de formation aux techniques de
premiers secours)
• EPTCES (Ecole de
perfectionnement aux
techniques de conduite des
engins de secours)
• Informatique et
transmissions
• Technique
• Logistique
SANTÉ
• Service médical d’unité
Exercice majeur Tunnel
ligne à grande vitesse
Feu discothèque Warm’Up
13 mai
100 hommes
24-25 mai
Accident de
tramway
13 JUIN
28 hommes
Vents violents : le navire
Napoléon Bonaparte
heurte un quai
27-28 octobre
Feu Le Corbusier
9 février
450 hommes mobilisés
2012
faits marquants
Accueil des passagers
du paquebot
Costa Concordia
14 janvier
Défilé à Paris
14 juillet
Feu parc Kalliste
27 décembre
42 hommes
Accident
transport en commun
14 Avril
47 hommes mobilisés
Désamorçage d’une bombe
datant de la seconde
Guerre mondiale
9 mars
46 hommes

Documents pareils

Télécharger le PDF - Bataillon de marins

Télécharger le PDF - Bataillon de marins Répartition jounalière du nombre moyen d’interventions par tranche horaire en 2013

Plus en détail