Lire l`intégralité de l`article

Commentaires

Transcription

Lire l`intégralité de l`article
✿ B O I S - É N E RG I E
Stocker pou r bi en d ével opper l e boi s-én ergi e
Savoie Energie, photo FD
Nul n’est besoin d’être du métier pour savoir que le chauffage est une activité
saisonnière. Or, saisonnalité veut dire qu’il faut, pour un fournisseur de
combustible, être en mesure de délivrer la marchandise à ses clients quand ils
en ont besoin, et selon les régions, cette fourniture peut-être concentrée sur
quelques mois seulement. Autrement dit, quelles que soient les conditions
d’approvisionnement, un fournisseur peut avoir à délivrer une part
importante de son tonnage annuel en un laps de temps très court ! Inutile
d’en conclure que tout manque d’anticipation est fatal à la qualité du service,
et donc à la crédibilité même du bois-énergie.
Que ce soit pour la fourniture aux
entreprises, aux collectivités ou aux
particuliers, cette règle est partagée. Les grosses chaufferies
acceptant du bois humide, sont alimentées à partir de
plateformes et de chantiers en flux tendu depuis les forêts, là
où le bois est stocké. Les plus petites chaufferies, c'est-à-dire
toutes celles des petits collectifs, petits tertiaires, petites
entreprises et bien sûr toutes celles des particuliers doivent
Patrick Pizzirusso
être approvisionnées en bois sec : plaquettes, granulés ou
bûches. Si un certain nombre d’utilisateurs se fournissent
directement auprès des producteurs, pour des raisons de
proximité, ceci est très loin d’être la règle générale. Dans tous
les autres cas, c’est un distributeur d’énergie, tels les
fioulistes, propaniers et bien sûr les gens du bois, qui
s’acquitteront de cette tâche.
Concernant le bois, le gros des volumes est constitué par
la bûche ; viennent ensuite à égalité le granulé et la
plaquette. Le marché de ces deux derniers biocombustibles,
même s’il est apparu en France dès le début des années
1 980, n’a réellement commencé à devenir significatif que
depuis 2005. Côté organisation logistique, tant que ce
marché est resté relativement modeste, il n’a pas été trop
difficile aux producteurs comme aux distributeurs d’assurer
un approvisionnement plus ou moins tendu avec comme
unique support, les stocks des producteurs. Aujourd’hui,
après plus de 8 années de croissance à deux chiffres, la
distribution doit se structurer et les choses changent en ce
sens.
Les producteurs eux-mêmes ont découvert le marché de
masse, et la nécessité d’augmenter leurs stocks pour
anticiper la croissance du marché, pour éviter les ruptures
d’approvisionnement conjoncturelles bien sûr, mais aussi
pour éviter les coups de chaud sur les prix, très destructeurs
de confiance. Bien sûr plus de stock veut dire plus de
production anticipée et tout ceci a un coût très important,
puisqu’à l’entrée de la saison de chauffe, il faut avoir en stock
a minima la moitié de sa production annuelle. Des solutions
économiques existent bien sûr comme par exemple stocker
chez ses clients, soit en vendant à bas prix en morte saison,
soit en proposant des délais de règlement allongés, voire
même en finançant une partie de son stock chez ses
distributeurs, en leur louant des espaces.
Au-delà des efforts consentis par les producteurs, la
responsabilité du distributeur entre en jeu, lorsqu’il s’agit
d’assurer la part de risque inhérente à sa situation
géographique et surtout lorsqu’il s’agit de garantir une
sur www.bioenergie-promotion.fr – Observatoire des bioénergies
Le plan Énergie
Méthanisation
Autonomie
Azote
Lancé le 29 mars 201 3
le plan vise à développer
un modèle français de la
méthanisation
agricole,
privilégiant des installations collectives, des
circuits
d’approvisionnement courts et des
technologies et savoir-faire
français. L’objectif est de
développer en France, à
l’horizon 2020, 1 000
méthaniseurs à la ferme.
Cela mobilisera 2 milliards
d’euros d’investissement
et permettra de créer
environ 2 000 emplois
pérennes au plus près des
territoires.
Le
plan
prévoit
notamment :
• le lancement, en 201 3,
d’un appel à projets «
gestion collective et
intégrée de l’azote » ;
• l’optimisation du tarif
d’achat pour l’électricité produite à partir
de
biogaz
pour
favoriser les projets de
méthanisation
collective à la ferme ;
• la simplification des
procédures administratives ;
• des
efforts
de
structuration de la
filière, dans le cadre
d’un projet présenté
au Programme investissement
d’avenir
pour créer une filière
nationale dans le
domaine des équipements de méthanisation et dans le
domaine
de
la
valorisation
des
digestats.
Bioénergie International n o 25 - Mai 201 3
Page 1 7
✿ B OI S -É N E RG I E
Les trois ensembles souffleurs de granulés Transmanut de Savoie Energie, photo Savoie Energie
L’unité de
méthanisation
du ZooParc de
Beauval se fera
sur un
financement
régional
Classé parmi les 1 5
plus beaux zoos du
monde, avec 1 million de
visiteurs en 201 2, le
ZooParc
de
Beauval
s’engage
aujourd’hui
activement dans une
démarche
écoresponsable
(engrais
organiques,
panneaux
solaires, tri des déchets,
filières de compostages,
objets
biodégradables,
consommation
de
saison…) et va s’équiper
d’une
unité
de
méthanisation qui devrait
entrer en service au
printemps 201 4.
qualité de service et des délais de fourniture à ses clients.
C’est le pari gagnant que l’entreprise Savoie Energie s’est
lancé, pour sécuriser un marché local en forte croissance
pour son entreprise. Et nous allons vérifier rapidement, que
la croissance de son marché n’est pas uniquement le fruit
d’une croissance générale, mais aussi et surtout le fruit d’une
confiance établie avec la clientèle.
L’entreprise Savoie Energie existe depuis 2006. Filiale de
Savoie Palettes, elle a été créée au moment du boom du
chauffage à granulés pour la fourniture de granulé en sacs
dans le département de la Haute-Savoie, dans le Pays de
Gex et au nord de la Savoie. En 2007, soit tout juste un an
après son lancement, elle acquière un camion équipé de l’un
des premiers caissons souffleurs, fourni par la société
Transmanut, pour alimenter les chaudières des particuliers
avec du granulé en vrac. Bénéficiant de 4500 m 2 de surfaces
couvertes, l’entreprise s’approvisionne alors en gros sacs
(big-bags) pour le vrac. Trois ans passeront ainsi avant que
les volumes ne justifient l’acquisition d’un silo de 1 35 m 3 en
201 0, avec dépoussiéreur, sur le site du siège de l’entreprise
à la Roche-sur-Foron. Mais ce volume apparaît rapidement
insuffisant, notamment avec l’arrivée de consommateurs
plus importants, telles des communes ou des entreprises.
L’année suivante, en 201 1 , Savoie Energie fait donc
construire un silo métallique vertical de 1 000 tonnes, fourni
par les Ets Privé.
Alors pourquoi un saut si brutal de 1 00 à 1 000 tonnes ?
Deux raisons : anticiper le taux de croissance important de
l’entreprise sur les prochaines années et surtout garantir un
délai de sécurité entre les fournitures usine et le déstockage
clients. Et aujourd’hui en 201 3, Patrick Pizzirusso, le gérant
de l’entreprise, annonce la construction d’un troisième silo,
de 500 tonnes celui-là, de manière à pouvoir gérer deux
qualités de granulés, une pour les particuliers et une pour
les chaufferies importantes. Fin 201 3, la capacité de stockage
en vrac de l’entreprise sera donc de 1 600 tonnes, pour un
marché 201 3-201 4 prévu à 8500 tonnes de vrac. Cette
capacité de stockage apportera ainsi au moins un mois de
capacité de livraison d’avance en plein hiver, sur les camions
des fournisseurs qui alimentent quotidiennement
l’entreprise.
Et pour Patrick, le stockage ne s’arrête pas au granulé en
vrac, puisqu’il commercialise également du granulé en sacs
(3000 tonnes en 201 2) et de la bûche compacte (250 tonnes
en 201 2). Ces produits sont quant à eux stockés sur palettes
et rentrés en quasi-totalité durant l’été. Et quand arrive le
début de la saison de chauffe, ce ne sont pas moins de 5000
tonnes de produits en stock dans l’entreprise.
En 201 1 , Patrick a acquis un second camion, avec
remorque, et équipé d’un second caisson soufflant
Transmanut. Il dispose également pour les livraisons sur
palettes d’un plateau bâché porté par son premier camion,
C’est
la
Caisse
d’Epargne Loire-Centre, en
partenariat avec la Banque
Européenne
d’Investissement et la
Région Centre, qui va
financer
l’unité
de
méthanisation
du
ZooParc.
La
Caisse
d’Epargne Loire-Centre est
une banque coopérative
et fait partie du Groupe
BPCE,
issu
du
rapprochement
des
Caisses d’Epargne et des
Banques Populaires.
L’investissement de 2,3
millions
d’euros
est
financé pour 2 millions
d’euros par la Caisse
d’Epargne
Loire-Centre,
sur les ressources de la
BEI ouvrant droit à des
Suite page 1 9
Page 1 8
Bioénergie International n o 25 - Mai 201 3
Tous les jours, toute l'actualité des bioénergies
✿ B O I S - É N E RG I E
Stockage de granulés en sac chez Savoie Energie, photo FD
et équipé d’un chariot embarqué Transmanut, pour la
livraison chez les clients. Enfin, depuis fin 201 1 , il bénéficie
d’un troisième camion souffleur, à remorque également, en
partenariat, pour assurer la livraison de l’ensemble des
1 2000 tonnes de granulés qui seront à livrer en 201 3 (vrac et
sacs).
Le nouveau caisson souffleur Transmanut pour bois déchiqueté,
photo Savoie énergie
Et depuis peu, l’aventure continue également avec la
fourniture de plaquettes, avec le même principe de
stockage, en bâtiments à plat cette fois, mais répartis sur le
territoire en accord avec les producteurs de plaquettes qui
trouvent en Patrick un allié appréciable pour la
commercialisation. Et pour la distribution, Patrick a prévu un
quatrième camion souffleur, de plaquettes celui-la et
toujours de fabrication Transmanut ; il commencera à rouler
cet été.
Le réseau de distribution de bois-énergie s’organise ainsi
autour des capacités des producteurs, avec des capacités
propres de stockage, à
même de donner
confiance au marché
et à même de susciter
un
beau
succès,
comme en témoigne
l’expérience de Savoie
Energie !
Frédéric Douard,
en reportage à La
Le pbateau bâché avec chariot embarqué
Roche-sur-Foron
sur www.bioenergie-promotion.fr – Observatoire des bioénergies
Transmanut, photo Savoie énergie
Suite de la page 1 8
taux bonifiés. Il s’agit de la
première réalisation du
dispositif Prevéo lancé en
juillet 201 2 par la Région
Centre afin de développer
l’économie verte en région
Centre.
Ce
dispositif
repose sur une ligne de
crédit de 1 50 millions
d’euros mise en place par
la
BEI
auprès
de
groupements
bancaires
partenaires.
Les
financements
sont
destinés
à
des
investissements dans le
secteur des énergies
renouvelables
et
de
l’efficacité énergétique sur
la période 201 2-201 5.
L’unité
de
méthanisation du Zoo
Parc de Beauval permettra
de produire de l’énergie à
partir
des
résidus
organiques
du
parc
zoologique et de la
production agricole des
environs. Sur une base de
1 0900 tonnes traitées par
an, l’unité produira les 2/3
de la chaleur nécessaire
pour le chauffage des
serres et bassins des
animaux (1 852 MWh/ an)
et de l’électricité revendue
à EDF (1 038 MWhé/an). Le
bilan environnemental du
projet est positif puisqu’il
permettra d’économiser le
rejet dans l’atmosphère de
763 tonnes équivalent
CO 2/an,
soit
la
consommation annuelle
d’une ville de 3000
habitants.
Bioénergie International n o 25 - Mai 201 3
Page 1 9

Documents pareils

La chaudière à bois déchiqueté

La chaudière à bois déchiqueté Les plaquettes de bois (ou bois déchiqueté) : Les plaquettes de bois sont obtenues par broyage de bois ayant une valeur marchande faible, issus de l’entretien des forêts et de sous-produits de l’in...

Plus en détail