Le marché de l`emploi en archéologie

Commentaires

Transcription

Le marché de l`emploi en archéologie
Le Service de placement
de l’Université Laval
Le marché de l’emploi en
archéologie
Analyse de marché effectuée par Cynthia Labbé
Mars 2012
Définition
Archéologue (CNP 4169) :
« Professionnel du domaine des sciences
sociales qui étudie l'évolution de l'être humain
et les témoins matériels (artefacts) des activités
et des comportements des civilisations,
disparues ou non, dans le but, entre autres,
d'expliquer les modes de vie d'aujourd'hui à
partir d'événements passés. »
Source : Repères
2
Professions à ne pas confondre
• Restaurateurs et conservateurs (CNP 5112)
• Personnel technique des musées et des galeries d'art
(CNP 5212)
• Directeurs de bibliothèque, d’archives, de musée et de
galerie d’art (CNP 0511)
• Concepteurs d'expositions de musées (CNP 5243)
• Guides touristiques et guides itinérants (CNP 6441)
• Auteurs, rédacteurs et écrivains (CNP 5121)
• Journalistes (CNP 5123)
3
Professions à ne pas confondre
• Réviseurs, rédacteurs-réviseurs et chefs du
service des nouvelles (CNP 5122)
• Enseignants au niveau collégial et autres
instructeurs de programmes de
perfectionnement (CNP 4131)
• Agents de programmes, recherchistes et
experts-conseils en politiques sociales (CNP
4164)
• Professeurs d'université (CNP 4121)
• Assistants d'enseignement et de recherche
au niveau postsecondaire (CNP 4122)
4
Secteurs d’activité en archéologie
À partir des offres reçues au Service de
placement pour des finissants, les entreprises
qui recrutent le plus sont : les sociétés du
patrimoine, les musées, les villes et MRC, les
gouvernements et les centres
d’interprétation.
Les grands secteurs d’emploi en archéologie
sont l’enseignement, la recherche, les fouilles
archéologiques, les organismes liés au
patrimoine et à la consultation.
5
Les employeurs potentiels
• Organismes gouvernementaux (fédéral,
provincial et municipal)
• Firmes privées d’archéologues
• Maisons d’enseignement
• Centres d’interprétation
• Sociétés d’histoire, d’art et de conservation
• Organismes liés au patrimoine
• Offices du tourisme
• Parcs nationaux et provinciaux
• Lieux historiques
6
Les employeurs potentiels (suite)
• Laboratoires d’archéologie
• Musées
• Bureaux d’architectes et firmes de
construction (à titre de consultant)
• Instituts de recherche
• Associations
• Médias et communications (journaux,
magazines, TV, radio)
• Maisons d’édition
• Centres locaux de développement (CLD)
7
Les principaux secteurs d’emploi
• Administration publique : 40,0 %
- fédérale : 15,8 %
- provinciale : 14,5 %
- locale : 8,7 %
• Services professionnels, scientifiques et techniques : 24,5 %
- services de recherche et de développement
scientifiques : 11,0 %
• Soins de santé et assistance sociale : 10,0 %
• Établissements du patrimoine : 7,4 %
• Organismes religieux, fondations, groupes de citoyens et
organisations professionnelles et similaires : 4,5 %
Source : http://www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/4169.shtml
8
Les types de postes (baccalauréat)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
9
Coordonnateur de projets culturels
Technicien de fouilles
Guide interprète/guide touristique
Animateur
Chercheur en laboratoire
Assistant/agent de recherche
Agent de développement culturel ou touristique
Assistant de terrain
Agent d’information touristique ou du patrimoine
Chargé de projet
Agent de recherche en planification socio-économique
Journaliste ou rédacteur
Les types de postes (cycles supérieurs)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
10
Planificateur principal en interprétation
Archéologue
Chargé de projets
Chercheur ou agent de recherche
Conservateur
Directeur (de bibliothèque, de galerie d’art, de musée, des archives, des
collections ou d’un lieu historique)
Coordonnateur
Professeur au collégial
Auxiliaire d’enseignement
Chargé de cours à l’université (doctorat)
Consultant
Restaurateur d’artefacts et d’œuvres d’art
Les exemples de fonctions
Selon Repères, ce professionnel aura à :
•
•
•
•
•
11
Évaluer le potentiel archéologique de certains sites.
Effectuer, coordonner et diriger les fouilles sur le terrain.
Formuler des recommandations quant à la préservation et à la mise en
valeur de vestiges, qu'il s'agisse de structures, de sols ou d'artefacts.
Codifier et cataloguer les pièces trouvées et effectuer l'analyse des
pièces en laboratoire.
Compléter les fouilles par des recherches en histoire, en ethno-histoire,
en culture matérielle, dans les archives, les musées, les bibliothèques.
Les exemples de fonctions (suite)
• Étudier les milieux, l'environnement des sociétés du
passé en collaboration avec les anthropologues, les
géologues, les géographes, les naturalistes, les historiens
et les géomorphologues.
• Interpréter les données et rédiger des rapports sur les
résultats des fouilles et des recherches.
• Travailler au perfectionnement des méthodes d'analyse
et d'interprétation du passé.
• Participer à des réunions de collaboration ou
d'information.
12
Les exemples de fonctions (suite)
Le technicien de fouille est principalement affecté aux travaux manuels :
• il localise les artefacts, tamise les sols fouillés, prend des notes et peut travailler,
en laboratoire, au nettoyage des artefacts.
L’assistant de terrain
• coordonne le travail des techniciens de terrain et s’assure du bon déroulement
de la fouille. C’est à lui que revient l’enregistrement sur papier et en images
(photos, vidéo) des vestiges, comme des foyers, des fondations ou des
sépultures et des vues en coupe de sol, sur lesquelles on peut lire la séquence
des événements.
13
Les exemples de fonctions (suite)
Le chargé de projet :
• Veille sur toute l’équipe, élabore et met en œuvre
la stratégie de fouille.
• Assure un lien constant avec le promoteur des
travaux et vérifie si toutes les normes de sécurité
sont bien appliquées.
• Rédige le rapport de recherche, la commande
d’analyses spécialisées, comme l’identification des
restes osseux, la datation radiocarbone, les
analyses de provenance de la pierre et de la
céramique, et la présentation des résultats au
public.
14
Les exemples de fonctions au SPLA
• Transmettre diverses informations sur l’archéologie.
• Organiser et animer des visites guidées.
• Accueillir, informer, dépanner et aider la clientèle
touristique en répondant aux demandes d'information.
• Réparer et restaurer des objets.
• Procéder à la catégorisation d’articles.
• Effectuer des recherches.
• Effectuer des fouilles archéologiques.
• Enseigner l’archéologie.
• Rédiger des documents.
15
Les compétences recherchées
• Expérience sur le terrain
• Diplôme d’étude supérieures pour des
connaissances spécifiques
• Excellent français écrit et parlé
• Bilinguisme (de plus en plus exigé)
• Excellente capacité de recherche, d’enquête,
d’analyse et de synthèse
• Excellente capacité de rédaction
• Autonomie et sens critique
• Sens de l’organisation et de l’observation
• Curiosité intellectuelle
• Capacité de travailler en équipe
16
Les compétences recherchées (suite)
• Très bonne culture générale (actualité, débats sociaux,
etc.)
• Connaissances en informatique
• Savoir se documenter
• Facilité à communiquer et à vulgariser efficacement des
données techniques
• Rigueur, minutie et patience
• Détermination, ténacité et persévérance
• Méthodique et débrouillard
17
Les conditions d’emploi
Selon l'enquête « La Relance » du ministère de
l'Éducation, les diplômés du baccalauréat en
archéologie de 2009 connaissaient la situation
suivante en 2011 :
En emploi : 46,7 %
Aux études : 53,3 %
À temps plein : 78,6 %
Salaire hebdomadaire brut moyen : 576 $
L’emploi en rapport avec la formation : 27,3 %
18
Les salaires
CNP
Taux horaire
4169
0511
5112
5212
5243
6441
non publié
55 000 $
non publié
54 000 $
non publié
non publié
entre 10 $/h et 21,99 $/h 41 000 $
entre 14 $/h et 25,99 $/h 28 000 $
non publié
non publié
Source : http://imt.emploiquebec.net
19
Salaire annuel
Les salaires (suite)
CNP
5121
5122
5123
4164
4131
4121
4122
Taux horaire
entre 18 $/h et 34,99 $/h 36 000 $
entre 20 $/h et 34,99 $/h 44 000 $
entre 16 $/h et 39,99 $/h 58 000 $
entre 24 $/h et 39,99 $/h
54 000 $
entre 22 $/h et 39,99 $/h
56 000 $
entre 24 $/h et 39,99 $/h
88 000 $
entre 10 $/h et 23,99 $/h
42 000 $
Source : http://imt.emploiquebec.net
20
Salaire annuel
Répartition de l'emploi selon la région (CNP 4169)
Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
0,0 %
Bas-St-Laurent
1,2 %
Capitale-Nationale
22,4 %
Chaudière-Appalaches
5,0 %
Estrie
1,6 %
Centre-du-Québec
0,0 %
Montérégie
10,6 %
Montréal
31,7 %
Laval
2,5 %
Lanaudière
2,5 %
Laurentides
2,2 %
21
Répartition de l'emploi selon la région (CNP 4169)
Outaouais
13,4 %
Abitibi-Témiscamingue
0,6 %
Mauricie
1,6 %
Saguenay-Lac-St-Jean
4,3 %
Côte-Nord-Nord du Québec
0,6 %
Source : http://www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/4169.shtml
22
Les tendances de l’emploi
« Les perspectives d'emploi dans cette
profession sont bonnes. Ce verdict est lié aux
perspectives moyennes d'emploi des spécialités
qui sont comprises dans cette profession
(anthropologue, archéologue, criminologues,
géographe, gérontologue, historien, linguiste,
politicologue, psychométricien et sociologue).
En fait, seules les perspectives d'emploi des
criminologues sont bonnes et celles des autres
spécialités sont indéterminées. Il est en effet
impossible de poser un verdict fiable sur les
perspectives dans ces spécialités, car le nombre
d'emplois qu'on y trouve au Québec n'est pas
assez élevé. »
23
Les tendances de l’emploi (suite)
Selon Emploi-Avenir, « la fin de la période de
compressions budgétaires gouvernementales a
permis une certaine reprise de l'emploi dans
les secteurs publics et parapublics, reprise qui,
jumelée à la poursuite de la croissance dans les
autres secteurs, a résulté en une légère
croissance du nombre d'autres professionnels
des sciences sociales. Cette tendance à la
hausse légère de l'emploi devrait se maintenir
au cours des prochaines années. »
24
Les tendances de l’emploi (suite)
« La formation et l'expérience des
professionnels des sciences sociales permettent
souvent d'accéder à d'autres professions dans
une foule de secteurs d'activité, mais surtout à
celles d'experts-conseils et recherchistes pour
l'administration publique, d'enseignants au
niveau collégial et de professeurs d'université. »
« D'autres débouchés, plus nombreux,
proviendront des postes qui seront libérés par
les professionnels qui prendront leur retraite. »
25
Les tendances de l’emploi (suite)
« Notons toutefois que la situation sur le marché
du travail des diplômés de la maîtrise est
meilleure que celle des diplômés du baccalauréat,
mais demeure nettement inférieure à celle de
l'ensemble des diplômés de la maîtrise. »
« Certaines études semblent démontrer que la
culture et les compétences génériques acquises
dans le cadre de ces programmes (aptitudes à la
communication, raisonnement analytique, etc.)
permettent à moyen terme aux diplômés en
sciences humaines et sociales un accès au marché
du travail tout à fait comparable avec celui des
diplômés en sciences appliquées et en santé. »
26
Les tendances de l’emploi (suite)
« De même, le salaire des diplômés en
sciences humaines et sociales est beaucoup
moins élevé chez les jeunes diplômés en
sciences humaines et sociales, mais plus élevé
chez les diplômés âgés de 45 ans et plus. »
Source : Emploi Avenir
http://www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/4169.shtml
27
Les tendances de l’emploi (suite)
En somme, si l’archéologie peut mener à tout, il
importe d’améliorer ses chances d’employabilité
en acquérant, au cours de ses études de premier
cycle, des compétences complémentaires
d’origine disciplinaire ou d’autres liées aux
langues, à la muséologie, à la mise en valeur du
patrimoine, à la gestion du tourisme, à
l’administration, à la communication, à la
pédagogie, etc. Les possibilités sont nombreuses!
28
Les tendances de l’emploi (suite)
La facilité qu’aura l’archéologue à intégrer le
marché du travail dépend principalement de sa
capacité à mettre en valeur ses habiletés
transférables auprès des employeurs et d’établir
un bon réseau de contacts.
29
Références
• Service de placement de l’Université Laval
• Ressources humaines et Développement des
compétences Canada
• Emploi-Québec
• Emploi-Avenir
• Repères
• Enquêtes La Relance, du ministère de l’Éducation,
du Loisir et du Sport
Service de placement de l’Université Laval
Bureau Principal
2447, Pavillon Alphonse-Desjardins
418-656-3575
http://www.spla.ulaval.ca