fusion paca - FFC Comité Côte d`Azur

Commentaires

Transcription

fusion paca - FFC Comité Côte d`Azur
Mesdames, Messieurs les Présidents,
Vous trouverez ci-dessous un communiqué du rapporteur du groupe de coordination
pour la fusion des comités de Côte d’Azur et de Provence. Ce communiqué à pour but
essentiel de mettre un terme aux polémiques stériles entretenues par certains et de
vous tenir informés de l’avancement de nos travaux.
Nous vous en souhaitons bonne réception.
Marcel Languille
Secrétaire Général
Comité Côte d’Azur
COMMUNIQUE FUSION COTE D’AZUR - PROVENCE
Identifier la mission de la Coordination de fusion
Son rôle consiste à réunir, au terme d'un processus concerté, toutes les conditions
nécessaires à la fusion. Elle n'a aucune légitimité à fixer un mode de fonctionnement pour
d'autres ni à prendre des décisions propres à engager leur avenir. Elle rend un travail
administratif. C'est la raison pour laquelle à ce jour il a surtout été question d'inventaires et de
comparaisons des modes opératoires dans les deux Comités, en vue d’une harmonisation.
L'objectif est de présenter en temps et en heure un projet de Traité de fusion, document, je le
répète, purement administratif et technique qui n'a pas vocation à déterminer des stratégies
pour l'avenir.
Concernant les statuts, le nouveau Comité PACA, après dissolution des Comité de Provence
et de Côte d’Azur devra faire l'objet d'une déclaration en Préfecture avec dépôt de statuts et
inscription au Journal Officiel. Là encore il s'agira de fixer les grandes lignes, quelque chose
de suffisamment ouvert pour ne pas contraindre exagérément la nouvelle équipe, dans un
cadre que l'on pourrait, pourquoi pas, envisager provisoire car en tout état de cause c'est à la
nouvelle équipe que reviendra le choix de se prononcer sur les nouveaux statuts, de les
modifier si nécessaire en fonction des orientations qu'elle aura choisies.
L’Assemblée Générale fondatrice du Comité PACA qui interviendra fin 2016, devra valider nos
statuts, et fera appel à candidature pour l’AG élective, qui verra une nouvelle équipe adopter
une stratégie et un plan d'actions à court, moyen et long terme. Nous ne voyons pas comment
ce travail pourrait se faire avant de connaître le futur Président, les futurs élus, avant que ne
se dégage une volonté, un cap, les énergies et ceux et celles qui les porteront.
Demander à de potentiels futurs dirigeants de faire ce travail en amont paraît plus qu'aléatoire.
Ils devront en effet se confronter au scrutin. Le candidat d'aujourd'hui ne sera peut-être pas
l'élu de demain, sauf à organiser des élections avant les dissolutions, option irréaliste, car l’un
ou l’autre ou les deux comités pourraient refuser la fusion.
D'autre part la FFC a bien demandé aux Comités Régionaux de fusionner. Pour le faire elle
propose la création d'une structure intermédiaire. Le choix entre un dispositif associatif ou un
organe informel leur est laissé. C'est cette dernière solution qui a été retenue. La légitimité de
la Coordination n'a pas à être remise en cause. Jusqu'à preuve du contraire ceux sont bien
les deux Présidents actuels qui auront à signer le Traité de fusion, pas leurs successeurs.
La seule décision effective et significative qui ait été prise à ce jour, est celle de conduire la
fusion fin 2016. Ce choix semble le plus raisonnable. Nous n'avons pas de biens immobiliers
en propre, ce qui de fait est de nature à compliquer une fusion. Plus vite nous serons en ordre
de bataille, meilleures seront nos chances de réussir la fusion, au regard de la nécessaire
diversification de nos sources de financement par exemple, auprès du public comme du privé.
05/07/2016
Il faut garder à l'esprit que toutes les Fédérations sont soumises au même changement.
Retarder la fusion d'une année c'est en réalité prendre deux ans de retard par rapport aux
autres, car il faudra du temps pour lancer les réformes dont nous avons besoin. La nature
ayant horreur du vide nous pourrions avoir à la regretter.
Le Rapporteur du Groupe de Coordination
05/07/2016