AUSCHWITZ-BIRKENAU : VISITE DES CAMPS

Commentaires

Transcription

AUSCHWITZ-BIRKENAU : VISITE DES CAMPS
AUSCHWITZ-BIRKENAU : VISITE DES CAMPS
Dans le cadre d’un voyage scolaire, une partie des élèves de 5ème année du collège SainteVéronique sont partis six jours en Pologne lors de la deuxième semaine des vacances de Pâques. Le
voyage se faisait en car et le groupe en a profité pour découvrir Berlin et Cracovie. Cependant, le
but principal du voyage était de visiter les camps de concentration d’Auschwitz et de Birkenau où
des millions de personnes ont perdu la vie. Ce genre de voyage est indispensable et doit toujours
être organisé. Cet article en présentera les raisons.
Premièrement, les personnes qui entreprennent une telle expédition n’en ressortent jamais
inchangées. On ne peut pas rester de marbre devant de telles abominations. N’importe quelle
personne sensée et munie d’un peu de bonté sera à jamais marquée par une telle expérience, même
en étant prévenue de la gravité des faits et en ayant vu de nombreux documentaires ou autres sur
ce génocide. Le fait d’être sur place et de voir les lieux où tous ces crimes ont été commis est très
saisissant. On se met trente secondes dans la peau d’un détenu et l’on se dit que l’on n’aurait
même pas tenu une journée dans ces conditions épouvantables. C’est donc un moment que l’on
n’oublie pas.
Outre cela, le devoir de mémoire est essentiel. Tant qu’il restera des personnes pour parler
des actes affreux du passé, on peut espérer que les gens ne se feront plus piéger une deuxième fois.
De plus, s’il n’existe plus de témoins on ne pourra plus contrer les propos des négationnistes de la
Shoah. Or, avec toutes ces preuves matérielles entretenues chaque jour dans les camps, il est
impossible que tout tombe dans l’oubli. Comme dit une citation à l’entrée d’un des
baraquements : « celui qui ignore son passé est condamné à le revivre ». Ce genre de voyage est la
meilleure manière de ne pas le faire.
Finalement, en visitant les camps, on apprend beaucoup plus de choses qu’en lisant des
livres ou en regardant des films concernant la Shoah. Par exemple, dans « La liste de Schindler »,
où le réalisateur ne se prive pas quant à la dureté des images diffusées, on passe des détails atroces
que les Juifs et autres détenus ont dû endurer. Là, tous les détails sont donnés et expliqués
clairement. Ce qui nous paraissait déjà horrible avant n’était qu’une infime partie de ces terribles
années. La réalité pure et simple, on ne la découvre que là-bas.
Pour toutes ces raisons, ces expéditions ne doivent jamais cesser d’exister. Dans un monde
comme celui-ci, il ne faut jamais oublier ce qu’il s’est passé auparavant, car on peut très vite
retomber dans de pareils désastres. Si quelqu’un en doute, il lui suffit d’aller visiter ces camps
pour comprendre.
Loïc Renard, 5 G

Documents pareils