institut de recherche et coordination acoustique

Commentaires

Transcription

institut de recherche et coordination acoustique
Rapport d’activité
institut
de recherche
et coordination
acoustique /
musique
institut
de recherche
et coordination
acoustique /
musique
politique générale.................................................................... 7
L’IRCAM 2009, MODÈLE D’INNOVATION POUR LA RECHERCHE, LA CRÉATION ET LA PÉDAGOGIE................................................... 9
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION................................................................................................................................................................................................................ 11
LE CONSEIL SCIENTIFIQUE.............................................................................................................................................................................................................................. 12
L’organigramme................................................................................................................................................................................................................................................... 13
Les chiffres clés......................................................................15
Rapport d’activité 2009 – chiffres clés................................................................................................................................................................................ 17
Un modèle d’innovation :
l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée. ..........19
LA COORDINATION OPÉRATIONNELLE.................................................................................................................................................................................................. 21
La singularité des signatures artistiques...............................................................................................................................................................................21
Les séminaires recherche et création. ........................................................................................................................................................................................25
Le développement logiciel..........................................................................................................................................................................................................................25
LA COORDINATION À MOYEN TERME...................................................................................................................................................................................................... 26
Les séances prospectives recherche musicale.................................................................................................................................................................26
Les compositeurs en recherche..........................................................................................................................................................................................................26
LA COORDINATION À LONG TERME........................................................................................................................................................................................................... 28
La recherche musicale....................................................................................................................................................................................................................................28
La recherche scientifique : l’unité mixte de recherche ircam/cnrs n° 9912 –
sciences et technologies de la musiqueet du son – stms.......................................................................................................................................29
Les FORMATIONs SUPÉRIEUREs : Former les acteurs de la recherche
de demain et promouvoir les jeunes talents.............................................................................................................................................................. 31
La formation scientifique.............................................................................................................................................................................................................................32
La formation des compositeurs : le cursus.............................................................................................................................................................................35
Les jeunes interprètes : parcours musique mixte...........................................................................................................................................................38
Singularité artistique, démocratisation des usages.............41
LA PROPOSITION ARTISTIQUE : Prototypes et itinérances.................................................................................................................................. 43
La saison musicale parisienne et le festival Agora (du 8 au 19 juin 2009). .............................................................................................43
Les tournées et master classes...........................................................................................................................................................................................................46
Le soutien du réseau Varèse. ....................................................................................................................................................................................................................48
LA VITALITÉ DE LA VIE INTELLECTUELLE......................................................................................................................................................................................... 49
Le symposium international « la complexité dans les arts et la science »........................................................................................49
Le projet européen Same : expérimentation de prototypes d’interaction musicale. ..............................................................50
Le colloque saxophone...................................................................................................................................................................................................................................51
Le symposium « musique et cognition. Autour de l’apport de John Sloboda »....................................................................................51
L’INNOVATION DANS L’ACTION CULTURELLE.................................................................................................................................................................................. 52
Action culturelle par les films : série « images d’une œuvre » et avant-premières................................................................52
Les ateliers de la création : parcours expérimental destiné à l’enseignement professionnel..............................52
Le parcours découverte : destiné à l’enseignement général............................................................................................................................54
Les outils informatiques d’aide à la pédagogie pour l’enseignement musical : musique Lab........................................56
LES RESSOURCES DOCUMENTAIRES PHYSIQUES ET NUMÉRIQUES :
DIFFUSION ET ACCESSIBILITÉ DES CONTENUS........................................................................................................................................................................... 57
Fonds documentaire (médiathèque)...................................................................................................................................................................................................57
Vidéos....................................................................................................................................................................................................................................................................................57
Brahms et autres bases documentaires.....................................................................................................................................................................................57
Archives de l’Ircam................................................................................................................................................................................................................................................59
L’accès aux ressources : mutualisation de ressources, le portail de la musique contemporaine. ......................59
l’ACCOMPAGNEment eT La DISSÉMINation dES OUTILS, dES PRATIQUES ET dES TECHNOLOGIES..................................... 61
La valorisation communautaire : le forum Ircam..............................................................................................................................................................61
La valorisation industrielle : une collection de logiciels ircam................................................................................................................62
L’accompagnement des pratiques : la formation professionnelle continue..................................................................................64
les éditions............................................................................................................................................................................................................................................................... 66
Les enregistrements discographiques........................................................................................................................................................................................66
Les autres activités éditoriales...........................................................................................................................................................................................................66
Développer la recherche et les logiciels applicatifs............69
Introduction........................................................................................................................................................................................................................................................... 71
Synthèse des travaux de recherche et développement. ..........................................................................................................................................71
Liste des projets de recherche en cours.................................................................................................................................................................................72
L’ACTIVITÉ RECHERCHE...................................................................................................................................................................................................................................... 75
équipe acoustique instrumentale......................................................................................................................................................................................................75
équipe espaces acoustiques et cognitifs. ..................................................................................................................................................................................78
équipe perception et design sonores. ...........................................................................................................................................................................................83
équipe analyse-synthèse des sons.....................................................................................................................................................................................................86
équipe représentations musicales....................................................................................................................................................................................................91
équipe analyse des pratiques musicales.....................................................................................................................................................................................95
équipe interactions musicales temps réel..............................................................................................................................................................................99
équipe services en ligne. ........................................................................................................................................................................................................................... 104
Atelier mécanique.............................................................................................................................................................................................................................................. 107
Le développement.......................................................................................................................................................................................................................................... 108
Modalys. ......................................................................................................................................................................................................................................................................... 108
Spat...................................................................................................................................................................................................................................................................................... 109
Supervp. ......................................................................................................................................................................................................................................................................... 110
Supervp trax. ........................................................................................................................................................................................................................................................... 111
Voiceforger............................................................................................................................................................................................................................................................... 112
Audiosculpt. ............................................................................................................................................................................................................................................................. 113
Ircamalign.................................................................................................................................................................................................................................................................. 114
Ircamtts......................................................................................................................................................................................................................................................................... 115
Modules d’indexation musicale. ........................................................................................................................................................................................................ 116
Ircamfilter................................................................................................................................................................................................................................................................. 117
Openmusic 6.1........................................................................................................................................................................................................................................................... 118
Musique lab 2 : ml-maquette................................................................................................................................................................................................................... 119
Orchidée/om-orchidée.................................................................................................................................................................................................................................. 120
Omax 3.0. .......................................................................................................................................................................................................................................................................... 121
Ftm & Co.......................................................................................................................................................................................................................................................................... 122
Mubu.................................................................................................................................................................................................................................................................................. 123
Imtreditor................................................................................................................................................................................................................................................................... 124
Antescofo.................................................................................................................................................................................................................................................................... 125
Gf (suivi de geste). ............................................................................................................................................................................................................................................... 126
Supervp pour max/msp.................................................................................................................................................................................................................................. 127
Fuzzylib.......................................................................................................................................................................................................................................................................... 128
Catart............................................................................................................................................................................................................................................................................... 129
les structures de soutien..................................................... 131
SERVICE INFORMATIQUE................................................................................................................................................................................................................................ 133
communication & Éditions................................................................................................................................................................................................................... 136
Moyens financiers........................................................................................................................................................................................................................................ 138
Annexes.................................................................................. 141
L’équipe ircam...................................................................................................................................................................................................................................................... 143
PUBLICATIONS ET COMMUNICATIONS............................................................................................................................................................................................... 145
1
politique générale
1
politique générale
L’IRCAM 2009, MODÈLE D’INNOVATION
POUR LA RECHERCHE, LA CRÉATION
ET LA PÉDAGOGIE
Dans sa nouvelle forme intégrée, le rapport d’activité
2009 reflète le modèle d’innovation qu’est l’Ircam, un
modèle mis en œuvre aujourd’hui au sein de la recherche,
de la création et de la pédagogie. Ce modèle repose sur
la coordination réelle entre ces départements, permettant
une circulation intense de l’un à l’autre et des avancées
communes. À long terme sont définies les priorités de la
recherche scientifique par ses axes transversaux (plan
quadriennal) et par les priorités de la recherche musicale
déduites des nécessités artistiques (direction artistique et
coordination des Médiations recherche/création). À plus
court terme, et de façon opérationnelle, le développement
des logiciels instruit l’ensemble des prescriptions ordonnées des utilisateurs, artistes, réalisateurs en informatique
musicale et chargés de la pédagogie. Cette cohérence des
priorités articulées dans le temps permet la réalisation de
grandes productions initiées très en amont de leur création. Une telle mobilisation, transversale à tout l’Ircam,
est supervisée par trois instances internes. Les journées
prospectives, lieu d’échange entre chercheurs, réalisateurs en informatique musicale et compositeurs sur des
thématiques émergentes ; les réunions de développement,
établissant un partage de responsabilité entre les requêtes
artistiques ou de la valorisation et le planning des équipes
de recherche ; le comité de programmation scientifique et
artistique engagent et organisent dans le temps l’ensemble
des événements croisés de l’Ircam.
C’est au travers de ce modèle d’innovation qu’est conduite
la politique générale de l’Ircam : réaliser des projets singuliers de création et de recherche, démocratiser les pratiques et les multiples usages de la technologie. Singularité
et démocratisation : ce couple essentiel se retrouve dans la
diversité des formats travaillés à l’Ircam et dans le déploiement d’une vaste entreprise de transmission des pratiques
(Cursus, Atiam), des outils (Forum et nouveaux Ircam Tools
de la valorisation) comme des savoirs (Bases Répertoire et
Sidney, base Brahms avec plus d’un million de pages lues
en 2009, Portail de la musique contemporaine intégré dans
Europeana, action culturelle). La transmission des œuvres,
quant à elle, se mesure à leur itinérance par laquelle elles
constituent un véritable répertoire. À cet égard, 2009 est une
année d’exception pour le rayonnement international par le
nombre de tournées, d’académies et de rebonds multiples
offerts aux compositeurs émergeant du Cursus. Enfin, l’année
est marquée par la présence renforcée de l’Ircam dans le
champ du débat scientifique, esthétique et sociétal, notam-
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
ment lors du festival Agora et du symposium international
consacré à la complexité dans les arts et la science, réunissant d’éminents chercheurs et des artistes de plusieurs disciplines, musique, littérature, architecture, cinéma.
Les rendez-vous fédérateurs :
l’Ircam, ses publics et ses usages
L’année 2009 se distingue par l’engagement de l’Ircam dans
le spectacle vivant, dans le domaine orchestral investi peu
à peu par la création et par la recherche, ainsi que dans
les champs intellectuels et sensibles (festival Agora élargi
et thèses primées au cours de l’année). Tout au long de
l’année, les grands rendez-vous artistiques de l’Ircam ont
pu rencontrer les accomplissements de la recherche. À
titre d’exemple, parmi les nombreux projets réalisés, la
bibliothèque C++ de transmission de la voix Voice Forger
(nouveau projet Aperghis), OMax (projet Aka Moon), la WFS
(quatuor de Philippe Schoeller), le suivi de partition, le logiciel d’orchestration, SuperVP…
■ Spectacles vivants et articulations au Centre Pompidou
En 2009, l’Ircam a pu développer ses coréalisations avec
le Centre Pompidou, tout à la fois avec le musée et avec le
département du Développement culturel.
S’ouvrant sur une création chorégraphique de Myriam
Gourfink et Georg Friedrich Haas, l’année s’achevait sur
une autre expérience tirant parti des ressources du pôle
spectacle et coproduite également avec les Spectacles
vivants du Centre Pompidou : le projet de Richard Siegal
avec le compositeur Alberto Posadas. Pour l’élaboration
dans la durée de ces créations scéniques intégrant une
expérimentation technologique, les espaces de travail du
CENTQUATRE offraient un cadre très adéquat dans l’atelier
6 équipé dès janvier 2009 des outils du pôle spectacle. À
l’occasion de la grande rétrospective Kandinsky au Centre
Pompidou, l’Ircam a présenté, face aux œuvres de Schoenberg, des créations repensant le Sprechgesang du Pierrot
ou l’agencement du quatuor avec la voix. Dans le cadre des
chantiers stratégiques du Centre Pompidou, l’Ircam a pris
part à la manifestation de préfiguration du Centre Pompidou-Metz, où fut présenté Machinations d’Aperghis. Enfin,
au cours d’Agora, les Revues parlées et les Cinémas ont
soutenu le symposium sur la complexité, avec le cycle et les
conférences de Lars von Trier, et les interventions de Raoul
Ruiz, Mark Danielewski et Renaud Camus.
9
1
politique générale
■ Orchestre et tournées
À côté de son engagement dans le domaine du spectacle,
l’Ircam a poursuivi ses avancées orchestrales comme en
témoignent les créations de Bruno Mantovani, de Michaël
Levinas et de Luca Francesconi. Ce domaine, jusqu’ici peu
exploré par l’électronique car difficilement compatible avec
le temps réel, connaîtra une prochaine extension avec la
création de Tristan Murail en 2010. En 2009, l’Ircam vivait
une année de rayonnement international exceptionnelle
(Festival d’Helsinki, Festival de Lucerne, Manca de Nice,
Printemps des arts de Monaco, Festival de Séoul, tournées
à Cologne, Perpignan, Lyon). Dans le cadre de l’académie
moderne de Lucerne, dirigée par Pierre Boulez, l’Ircam
organisait des cours d’interprétation de musique mixte.
Deux grands rendez-vous européens de la création en
France et en Allemagne, Musica et Donaueschingen, ont
accaparé les forces de l’Ircam parallèlement à une présence au Brésil soutenue par Cultures France. Enfin, le
renforcement des convergences avec l’Ensemble intercontemporain s’est avéré prépondérant pour la circulation des
créations récentes de l’Ircam (Hèctor Parra, Yann Robin).
Pour certaines de ces œuvres conçues dans les studios de
la place Igor-Stravinsky est proposée une perspective originale sur leur propre genèse : c’est la fonction des films
courts « Images d’une œuvre », une série à laquelle a participé l’équipe Analyse des pratiques musicales.
■ Agora 2009, un festival élargi
Inspiré par l’œuvre de Berio et l’esprit de Borges, Agora
2009 a pris la forme d’une rencontre transdisciplinaire. Les
labyrinthes de ces Sentiers qui bifurquent appartenaient à
l’architecture et à la littérature contemporaines, à la dramaturgie musicale et au montage cinématographique, à la
trajectoire de Berio ou à celle de Lars von Trier, deux figures
centrales d’Agora. Des œuvres imposantes de Berio coproduites avec la Cité de la musique côtoyaient les créations
avec électronique. Première collaboration avec l’Orchestre
de Paris, première collaboration publique avec le CENTQUATRE, avec Siemens France pour l’installation de Pierre
Jodlowski, première utilisation de la WFS en situation de
concert, Agora manifestait la vitalité de la création musicale
sur un territoire très élargi. Rendez-vous international et
pluridisciplinaire caractérisé par sa politique de commande,
point de départ de tournées (réseau), Agora est aussi un
scénario, une « chronique des temps présents », offrant à la
création musicale des alliés substantiels hors de ses propres territoires. En 2009, le festival a ainsi conquis un public
élargi (taux de remplissage de 85 %, + 35 % de spectateurs
par rapport à 2008).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
L’Ircam comme prototype :
« nulle part ailleurs »,
« partout ensuite »
La base intégrée de l’Ircam permet d’aborder l’avenir avec
des atouts nouveaux. La recherche s’est dotée d’un plan
quadriennal 2011-2014 autour d’axes transversaux plus
lisibles : analyse, traitement et synthèse sonores, représentations et langages, interaction, fondements cognitifs, des
axes qui se contrepointent à la recherche musicale autour
de la lutherie, de l’écriture et de l’interaction. Artistiquement, de grandes productions conduiront l’Ircam sur les
scènes lyriques (Scala de Milan, Opéra comique, opéras
de Lille et de Strasbourg). Simultanément, l’Ircam s’inscrit
comme tête de réseau européen pour l’émergence de la
création, témoignant de la réussite de la réforme de son
Cursus et du tremplin pour la création.
L’Ircam a élargi ses publics notamment par le festival
Agora soutenu par la DGCA, et accroît son rayonnement par
la démultiplication des tournées et le développement de
plug-ins. Intellectuellement, l’Ircam affirme sa singularité
dans ce qui s’invente aujourd’hui entre culture scientifique
et artistique (le premier Méridien science-arts-société
initié en 2010). Institutionnellement enfin, l’intégration des
activités de l’UMR dans la faculté d’ingénierie de l’université Pierre et Marie Curie, consolide l’essor de la recherche,
soutenue depuis longtemps par le CNRS.
Par ses liens avec d’autres laboratoires, par ses collaborations avec des entreprises privées et des coproducteurs
artistiques, l’Ircam parvient à ses nouvelles ambitions
malgré un déficit structurel de financement. Cette stratégie
engagée sur plusieurs fronts se poursuit dans une pression budgétaire lourde, les ressources propres atteignant
près de 30 % du budget total de l’Ircam. Cette politique se
heurte au nombre limité des forces humaines dans chacun
des départements de l’institution. Pour accomplir le double
enjeu qui est le sien, celui de la singularité (son « nulle
part ailleurs ») et de la démocratisation des pratiques (son
« partout ensuite »), l’Ircam doit renouveler l’engagement
des pouvoirs publics et solliciter de nouveaux partenaires
structurels, en région et internationaux.
10
1
politique générale
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION
Au 31 décembre 2009 :
ASSISTE – avec voix consultative
Frank MADLENER, directeur de l’Ircam
PRÉSIDENT
Alain SEBAN, président de l’Association
Président du Centre Pompidou
ASSISTENT
Michel MUCKENSTURM
Administrateur
MEMBRES
■ de droit
Georges-François HIRSCH,
Directeur de la DGCA, ministère de la Culture
et de la Communication
Norddine BELAL
Responsable financier de l’Ircam
Michel HABIB,
Directeur scientifique de l’Institut des sciences
informatiques et de leurs interactions (INS2I) au CNRS,
Catherine GARBAY,
Chargée de mission en informatique au SSRI A3,
ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
■ désignés
par le président du Centre Pompidou
Agnès SAAL, trésorière de l’Association
Directrice générale du Centre Pompidou
Bernard BLISTÈNE
Directeur du Département du développement culturel,
Centre Pompidou
par le ministre de la Culture et de la Communication
Michel FANO, secrétaire de l’Association
Compositeur
■ élus par l’Assemblée générale
Laurent BAYLE
Directeur de la Cité de la musique
Pierre BOULEZ
Compositeur
Directeur honoraire de l’Ircam
Jean-Charles POMEROL
Président de l’université Pierre et Marie Curie Paris-6
Renaud LEBLOND
Directeur de la Fondation Jean-Luc Lagardère
Claude CADOZ
Directeur de l’ACROE (Association pour
la création et la recherche des outils d’expression)
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Hugues VINET
Directeur scientifique de l’Ircam
Un représentant du personnel de l’Ircam
Arnaud LAPLANCHE
Commissaire aux comptes
Maurice BESTOSO
Contrôleur financier, ministère de la Culture
et de la Communication
Daniel BECARD
Adjoint aux Établissements publics,
département de contrôle budgétaire,
ministère de la Culture et de la Communication
Christophe DESSAUX
Chef de la Mission recherche et technologie, délégation
au développement et aux affaires Internationales,
ministère de la Culture et de la Communication
Grand Angle 2009 :
Le conseil d’administration de l’Ircam s’est ouvert à deux
personnalités en 2009 représentant l’une le monde universitaire, l’autre le monde économique :
Jean-Charles Pomerol, le président de
l’université Pierre et Marie Curie (Paris-6),
a été nommé à titre personnel administrateur de l’Ircam. L’Ircam collabore étroitement avec l’université Pierre et Marie Curie
(Paris-6) comme laboratoire d’accueil de
ses écoles doctorales et pour l’accueil de
la formation de master Atiam (Acoustique, traitement du
signal et informatique appliqués à la musique).
Renaud Leblond, directeur de la Fondation
Jean-Luc Lagardère a été nommé administrateur de l’Ircam. La Fondation JeanLuc Lagardère est mécène de l’innovation
à l’Ircam depuis 2008.
11
1
politique générale
LE CONSEIL SCIENTIFIQUE
« Le conseil scientifique est composé de 10 à 20 personnalités françaises ou étrangères désignées par le conseil
d’administration en raison de leur compétence. » (Article 14
des statuts.)
Sa mission est « d’émettre un avis sur le programme de
recherche » de l’Ircam (Article 13.)
La session 2009 du conseil scientifique s’est tenue les 14
et 15 décembre à l’Ircam. Un rapport détaillé, formulant
des avis et recommandations sur la politique générale de
recherche de l’institut, ainsi que sur les travaux de chaque
équipe, a été produit.
Son avis général, globalement très positif, a notamment
conclu sa synthèse comme suit :
« Le Conseil félicite les équipes de recherche et la direction scientifique pour la qualité des recherches menées à
l’institut. Les points forts de ses activités sont multiples :
une bonne articulation des thèmes de recherche, qui couvrent un large spectre de manière cohérente ;
des travaux d’une grande profondeur scientifique, le plus
souvent associés à des réalisations technologiques de premier plan ;
une production importante de logiciels de haut niveau, dont
certains sont largement diffusés ;
une forte activité de formation et d’organisation de manifestations scientifiques ;
une bonne intégration entre les activités scientifiques et
artistiques. »
Les personnalités suivantes ont été nommées pour deux ans en 2009 :
Conseil scientifique de l’Ircam
Liste des experts
Nom
Prénom
Pays
Affiliation
Antunes
José-Viera
P
Institut technologique nucléaire, CEA
Beaudouin-Lafon
Michel
F
Prof. univ. Paris-1 - LRI
Berger
Jonathan
USA
Prof. CCRMA, univ. Stanford
Blauert
Jens
D
Prof. émérite, univ. Bochum
Dessaux
Christophe
F
Ministère de la Culture et de la Communication, MRT/DDAI
Hasler
Martin
CH
Prof. EPFL
Leman
Marc
B
Prof. univ. Ghent
Maître
Henri
F
Prof. Télécom ParisTech
Naffah
Najah
F
Groupe Sabre
Polack
Jean-Dominique
F
Prof. univ. Paris-6, LAM ; IJLRDA
Poirier
Alain
F
Prof. univ. de Tours
Van Roy
Peter
B
Prof. univ. de Louvain
Wessel
David
USA
CNMAT, univ. Berkeley
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
12
1
politique générale
L’organigramme
ORGANIGRAMME IRCAM 2009
Salariés
Non Salariés
CDI
CDD
Stagiaires
Doctorants
Chercheurs invités
Salariés détachés
R&D
30
20
8
21
5
8
92
Création
17
8
1
0
0
0
26
Direction artistique
2
1
0
0
0
0
3
Pédagogie
8
2
0
0
0
0
10
Médiathèque
3
1
1
0
0
0
4
Services Généraux
15
2
0
0
0
0
17
Médiations
9
0
0
0
0
0
9
Comm/Éditions
5
0
0
0
0
0
5
TOTAL
88
34
11
21
5
8
166
EFFECTIF 2008
89
34
11
20
6
6
166
ÉVOLUTION
-1
0
-0
1
-1
2
0
Départements
Total
La communauté de travail de l’Ircam est stable. L’équipe
permanente en représente 53 %. L’activité du laboratoire
de recherche permet d’intégrer dans sa structure une large
communauté de doctorants, chercheurs invités, salariés
détachés.
Effectifs salariés : l’intégration par l’Ircam de Markus Noisternig, marque le renforcement de l’équipe Espaces acoustiques et cognitifs. Sylvain Cadars, ingénieur du son et Christophe Egea, régisseur, ont rejoint l’équipe de la création et
de la production en remplacement de postes vacants.
Salariés détachés : l’affectation par le CNRS en 2009 de
deux nouveaux chercheurs (Isabelle Viaud-Delmon et
Mathieu Lagrange sur un poste fléché) et un ingénieur (Thibaut Carpentier) marque un soutien affirmé à l’unité mixte
de recherche.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
13
2
354 233 166
22 061
25 616
235 882
30,81%
827 906
Les chiffres clés
2
chiffres clés
Rapport d’activité 2009 – chiffres clés
Personnes
166 personnes employées (ETP)
5 thèses HDR Soutenues
2 prix de thèses
institut
de recherche
et coordination
acoustique /
musique
Créations :
Concerts
et spectacles
51 concerts et spectacles
Dont
Publications
12 en saison
34 articles dans revues
16 Agora
à comité de lecture
23 en tournée
15 conférences invitées
dans des congrès nationaux
et internationaux
51 communications
avec actes dans un congrès
international
17 communication
sans actes dans un congrès
international
27 ouvrages scientifiques
ou chapitres d’ouvrages
Diffusion WEB
827 906 visiteurs uniques
Soit 2 268 visiteurs par jours
Dont
354 233 brahms.fr
235 882 ircam.fr
13 thèses, mémoires
237 791 médiathèque.fr
et travaux universitaires
taux de Ressources propres: 30,81 %
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
17
3
Un modèle d’innovation :
l’articulation de la recherche,
de la création et de la formation
dans la durée
À l’Ircam, artistes et chercheurs font émerger les nouveaux usages et les nouvelles
écritures et perceptions de la musique et de façon plus générale, du son. L’Ircam est le
creuset dans lequel s’élaborent des œuvres musicales diffusées dans le monde entier,
une référence pour des technologies adoptées par le monde de la musique, de la production audiovisuelle et multimédia, l’endroit où se forment à de nouvelles façons de faire, à
de nouveaux métiers, compositeurs et réalisateurs de la musique d’aujourd’hui.
L’Ircam est un lieu exemplaire d’une vision et d’une pratique élargie de l’innovation.
Innover est affaire de culture, de processus, d’organisation de la diversité et de la
transversalité, de confrontation permanente de la recherche avec la réalité.
L’Ircam met en œuvre cette vision au quotidien grâce à l’exigence et l’imagination des
artistes.
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
LA COORDINATION OPÉRATIONNELLE
La direction artistique donne l’impulsion première en
initiant et en instruisant les projets des artistes (compositeurs, interprètes et ensembles) et la politique de commandes, tout en créant un réseau de partenaires permettant les reprises. Les artistes sont ainsi mis en relation avec
les réalisateurs en informatique musicale, les ingénieurs et
les régisseurs, tous pilotés par le département de la Production artistique, et qui, en liaison avec le département
Médiations recherche/création, assureront l’insertion du
compositeur avec l’ensemble des ressources disponibles
au sein de l’institut. Des séminaires d’échanges collaboratifs sont organisés avec les compositeurs pour permettre
une diffusion de la pensée artistique au sein de l’institut. Le
développement des logiciels par le département recherche,
qui s’inscrit dans ce calendrier, permet de concilier les
impératifs de chacune des composantes de l’institut.
LA SINGULARITÉ DES SIGNATURES ARTISTIQUES
© Florian Kleinefenn
© Florian Kleinefenn
■ Le comité de lecture
Le comité de lecture, organisé en commun avec l’Ensemble
intercontemporain, se réunit une année sur deux : il sélectionne des commandes attribuées par l’Ircam et par l’Ensemble, et les candidats pour le cursus 1ère année de composition et d’informatique musicale de l’Ircam (Cursus 1).
En décembre 2009, le jury de ce comité commun était composé de deux compositeurs invités, Stefano Gervasoni et
Hanspeter Kyburz, de Yan Maresz (compositeur, professeur
associé au cursus), de Susanna Mälkki (directrice musicale
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
de l’Ensemble intercontemporain), Sébastien Vichard (pianiste à l’Ensemble intercontemporain), Cyril Béros et Frank
Madlener. Dix compositeurs ont été retenus dans le cadre
du programme Tremplin et quatorze compositeurs pour le
Cursus 1 (année 2010-2011).
Aux dix candidats du programme Tremplin (Lionel Bord
(France), Anthony Cheung (États-Unis), Cho Eun-Hwa
(Corée), Einar Torfi Einarsson (Islande), Lucas Fagin
(Argentine), Miguel Farias Vasquez (Chili), Torsten Herrmann (Allemagne), Stefan Keller (Suisse), Michael Pelzel
(Suisse), Wang Lu (Chine), il est proposé d’écrire une
esquisse d’œuvre de cinq minutes pour mars 2010.
À l’issue d’une séance de travail avec l’ensemble, le jury
confirme ou non les commandes aux compositeurs ou
propose la programmation d’œuvres déjà existantes pour
introduire l’artiste face au public français.
■ La sélection par cooptation
En dehors des projets sélectionnés collégialement par le
comité de lecture, les compositeurs qui travaillent à l’Ircam
sont choisis par la direction artistique sur la base de propositions faites par les compositeurs eux-mêmes ou par des
institutions avec lesquelles l’Ircam collabore étroitement.
Les compositeurs ou artistes actifs en 2009 et ayant été
choisis selon ce mode sont Marcel Bozonnet (France),
Gérard Buquet (France), Raphaël Cendo (France), Unsuk
Chin (Corée), Denis Cohen (France), Jérôme Combier
(France), Frédéric Durieux (France), Luca Francesconi (Italie), Dai Fujikura (Japon), Georg Friedrich Haas
(Autriche), Jonathan Harvey (Grande-Bretagne), Jean-Luc
Hervé (France), Michael Jarrell (Suisse), Pierre Jodlowski
(France), Mauro Lanza (Italie), Jacques Lenot (France),
Michaël Levinas (France), Philipp Maintz (Allemagne), Philippe Manoury (France), Bruno Mantovani (France), Tristan
Murail (France), Luis Naón (Argentine), Vassos Nicolaou
(Chypre), Hèctor Parra (Espagne), Gérard Pesson (France),
Alberto Posadas (Espagne), Luis Fernando Rizo-Salom
(Colombie), Roque Rivas (Chili), Philippe Schoeller (France),
Georgia Spiropoulos (Grèce), Marco Stroppa (Italie), Hans
Peter Stubbe Teglbærg (Allemagne), Marco Antonio SuárezCifuentes (Colombie), Andrea Vigani (Italie), et le collectif
théâtral Grand Magasin (France).
■ Les œuvres preparées à l’Ircam
En 2009, quarante compositeurs et artistes ont travaillé dans
les studios de l’Ircam sur la préparation de leurs pièces. Ils
sont ici rassemblés par genre musical et suivant l’ordre du
calendrier de leur création. Les compositeurs sélectionnés
pour le Cursus de composition et d’informatique musicale
(année 1 et année 2) relèvent du secteur de la Pédagogie.
Les projets des compositeurs en recherche sont quant à
eux décrits dans la partie Médiations recherche/création.
21
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Opéra
Compositeur
Titre
Partenaires
Création
Caractéristiques
La métamorphose
Michaël
Levinas/ Valère
Novarina/ Kafka,
adpatation E.
Moses
Commande ministère de la Culture et de
la Communication, Ircam, Opéra de Lille
4, 6, 8, 10 et 12 mars 2011,
Opéra de Lille
Traitement et synthèse
de la voix, pôle spectacle
Marco Stroppa
Livret Arrigo
Boito
Re Orso
Commande ministère de la Culture et de la
Communication, Opéra comique, Ensemble
intercontemporain, Théâtre de la Monnaie,
Françoise et Jean-Philippe Billarant
9, 10, 13, 14 juin 2011,
Opéra Comique, Ensemble
intercontemporain,
Dir. Susanna Mälkki
Écriture de la synthèse
et de l’interaction.
Compositeur en
recherche
Compositeur
Titre
Partenaire
Michaël Levinas
Evanoui
Commande Radio France 6 mars 2009, Radio France, Orchestre
Philharmonique de Radio France
Dir. Pascal Rophé
Micro-polyphonie, utilisation
d’OpenMusic
Tristan Murail
Les sept paroles
Commande Ircam,
Radio France et NPS
ZaterdagMatinee
10 avril 2010, Concertgebouw à Amsterdam,
chœur et orchestre de la Radio Néerlandaise,
Dir. Marin Alsop
Synthétiseur de chœur, CAO
Bruno
Mantovani Le livre des illusions
(hommage à Ferran
Adrià)
Commande Ircam et
Orchestre de Paris 11 juin 2009, Salle Pleyel, Orchestre de Paris,
Dir. Jean Deroyer
Orchestre et électronique
temps réel, spatialisation et
délocalisation des sources
Luca
Francesconi
Sirènes II
Commande Ircam
13 juin 2009, Cité de la musique, orchestre
philharmonique de Bruxelles, chœur de
la Radio Flamande Dir. Michel Tabachnik
Spatialisation, écriture
de la synthèse avec chœur
Orchestre
Création
Caractéristiques
Musique et scène – Pôle spectacle
Compositeur
Titre
Partenaire
Création
Caractéristiques
Georg Friedrich Haas /
Chorégraphie Myriam
Gourfink
Les temps tiraillés
Commande Ircam
21, 22, 23 et 24 janvier 2009, Centre Pompidou
SuperVP, synthèse
Grand Magasin Les déplacements
du problème
Centre Pompidou
6,7,8,9 juin 2009 à l’Ircam
Pôle spectacle
Alberto Posadas/
Carlos Franklin vidéo
Cuatro escenas
negras
Commande Ircam
19 juin 2009, Centre Pompidou, L’itinéraire,
Dir. Mark Foster
Marcel Bozonnet
Baïbars ou
Le mamelouk qui
devint sultan
Production Maison de
la culture d’Amiens
25, 26, 27 septembre 2009, théâtre de l’Union,
Limoges
Transformations
de la voix
Alberto Posadas /
Chorégraphie Richard
Siegal
Glossopoeia
Commande Ircam/Kairos/Opera
de Hoy (Madrid). Réseau Varèse
16, 17 et 18 décembre 2009, Centre Pompidou,
Festival d’Automne à Paris
Interaction
temps réel
Michael Jarrell livret
H. Müller mise en
scène A. Wilms
Le Père
Commande ministère de la
3, 4, 5 juin 2010, Festival de Schwetzingen,
Culture et de la Communication, Percussions de Strasbourg
Ircam, Percussions
de Strasbourg,
Festival de SchwetzingenRéseau
Varèse
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
22
WFS, CAO
(Lib contraintes
OM)
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Ensemble vocal, ensemble et voix
Compositeur
Titre
Partenaire
Création
Caractéristiques
Andrea Vigani
Tagli
Commande Ircam
9 avril 2009, Ircam, TM+, Dir. Laurent Cuniot
WFS
Héctor Parra Hypermusic,
Prologue
Commande Ensemble
intercontemporain,
Ircam, Dépt Culture du
gouvernement catalan
15 juin 2009, Centre Pompidou, Ensemble
intercontemporain
Science-art
Philippe
Schœller Oper-spective
Hölderin
Commande Ircam
19 juin 2009,
Centre Pompidou, Barbara Hanningan, Quatuor Arditti
WFS
Raphaël Cendo Introduction aux
ténèbres
Commande Ictus et Françoise
et Jean‑Philippe Billarant 16 octobre 2009, festival de Donaueschingen, Ictus
Super VP
Gérard Pesson Cantate égale
pays
Commande Ircam,
Ars Musica
7, 9 juin 2010, Centre Pompidou, Exaudi, L’Instant Donné,
Dir. James Weeks
Lutherie virtuelle,
parlé-chanté
Ensemble instrumental
Compositeur
Titre
Partenaire
Création
Caractéristiques
Frédéric Durieux « Here, not there » –
a tribute to Barnett
Newman
Commande Ircam
5 février 2009, Ircam, Quatuor Diotima
Intégration quatuor
et électronique
Luis Fernando
Rizo-Salom
Trois manifestes
Commande Ircam
(comité de lecture 2006) et
de Radio France 9 juin 2009, Cité de la musique, Ensemble
intercontemporain, Dir. Susanna Mälkki
Spatialisation
Denis Cohen
Erinnerung
Commande Ircam
19 juin 2009, Ircam, Quatuor Arditti
CCMIX
Vassos Nicolaou Navigate
Commande Ircam
10 octobre 2009, Centre Pompidou,
Ensemble intercontemporain, Dir Jean Deroyer
Suivi de partition
Marco Antonio
SuárezCifuentes
Caméléon
kaléidoscope
Commande Ircam, Grame
13 mars 2010, Biennale musique en scène (Lyon),
Ensemble orchestral contemporain,
Dir. Daniel Kawka
CatArt
Roque Rivas
About Cage
Commande Ircam
Réseau Varèse
23 mars 2010, Casa da Música (Porto),
Ensemble Remix, Dir. Peter Rundel
Philippe
Manoury Quatuor à cordes
Commande Françoise et
Jean‑Philippe Billarant
Décembre 2010, Ircam, Quatuor Diotima
Suivi de partition,
contrôle haut niveau
de la synthèse
Unsuk Chin Nouvelle œuvre
Commande Ircam,
Ensemble
intercontemporain
15 avril 2011, Centre Pompidou, Ensemble
intercontemporain,
Dir. Patrick Davin
Première œuvre
pour grand ensemble
et électronique
Solo
Compositeur
Titre
Partenaire
Création
Caractéristiques
Marco Stroppa hist whist
Commande Printemps
des Arts de Monte-Carlo
12 avril 2009, Printemps de Arts de MonteCarlo, Hae-Sun Kang
Pour violon et électronique
Vassos Nicolaou Otemo
Commande Ircam
17 juin 2009, musée d’Orsay, Daniel Ciampolini Pour percussion
et électronique
Dai Fujikura
prism spectra
Commande Ircam
17 juin 2009, musée d’Orsay, Odile Auboin
Pour alto et électronique
Hans Peter Stubbe
Rippled Reeds
Commande Ircam
15 octobre 2009, Ircam, Pierre Dutrieu
Pour clarinette basse et
électronique
Gérard Buquet L’Astre échevelé
Commande Ircam
6 novembre 2009, Ircam, Markus Weiss
Pour saxophone et
électronique
Georgia Spiropoulos
405 B.C
Commande Ircam
19 juin 2010, Médéric Collignon, voix
Masques vocaux virtuels
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
23
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Installation sonore – musique électroacoustique – film et musique
Compositeur
Titre
Partenaire
Création
Caractéristiques
Pierre Jodlowski Passage
Commande Siemens Arts Program
du 8 au 26 juin 2009, siège
social de Siemens à St Denis
Installation interactive
Mauro Lanza/
Olivier Pasquet
Haxan
Commande
Musée du Louvre, Ircam
12 juin 2009,
Musée du Louvre
Film et électronique
Jacques Lenot
Il y a
Commande Ircam et Festival
d’Automne à Paris
21 septembre 2009,
Église Saint-Eustache
Installation électroacoustique
Jean-Luc Hervé
Jardin sonore
Collaboration avec les paysagistes
de l’agence arpentère, commande
musicale de la direction des affaires
culturelles de la Ville de Paris
Saison 2012
Projet musical pour un jardin d’écologie
sonore dans le jardin de la Cité
internationale des arts
■ Le pôle spectacle
Destiné à la scène et aux projets artistiques pluridisciplinaires, ce pôle expérimental, soutenu depuis sa création
par la DMDTS, poursuit son élan en 2009 par la confrontation directe avec le travail scénique. Pour migrer du « labostudio à la scène », l’un des objectifs principaux du pôle,
l’Ircam avait besoin d’un plateau suffisamment grand et
libre pour élaborer l’expérimentation et la production de
spectacles vivants.
© Centre Pompidou_Hervé Véronèse
Depuis septembre 2008, l’Ircam est partenaire du CENTQUATRE, (établissement artistique pluridisciplinaire de la
Ville de Paris). L’atelier 6 du CENTQUATRE, équipé des outils
du pôle spectacle, permet aux artistes invités d’avancer,
de réaliser des projets d’expérimentation autour du spectacle vivant et de la jeune création. Une convention cadre,
signée en octobre 2008 pour une durée initiale de trois ans,
reprend les termes du projet « atelier 6 » initié en commun,
et qui poursuit un triple objectif :
• installation par l’Ircam dans l’atelier 6 du CENTQUATRE
d’un dispositif interactif et mobile ;
• accueil dans l’atelier 6 de projets de production en liaison
avec les outils du pôle spectacle Ircam (6 mois/an) ;
• utilisation des espaces de diffusion du CENQUATRE,
notamment dans le cadre du festival Agora.
En 2009, l’atelier 6 a accueilli les projets Baïbars ou Le
mamelouk qui devint sultan, mis en scène par Marcel
Bozonnet, Glossopoeia, d’Alberto Posadas et Richard Siegal,
Cantate égale pays, de Gérard Pesson, et ceux du Cursus 2.
Trois pièces du Cursus 2 ont été présentées le 13 juin 2009
dans la salle 400 dans le cadre du festival Agora.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
24
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Parmi les projets qui mobilisent les forces de ce pôle spectacle redéployé, citons en particulier les créations : Les
temps tiraillés, de Myriam Gourfink et Georg Friedrich Haas
(danse-musique), Cuatro escenas negras, du compositeur
espagnol Alberto Posadas et du vidéaste colombien Carlos
Franklin (vidéo-musique), Le Père, projet de théâtre musical
de Michael Jarrell autour d’un texte de Heiner Müller, conçu
pour les Percussions de Strasbourg et mis en scène par
André Wilms, Les déplacements du problème, des Grand
Magasin (théâtre-performance).
Les SÉMINAIRES RECHERCHE ET CRÉATION
À l’issue d’un projet de création, un compositeur et son
réalisateur en informatique musicale dressent le bilan de
leur travail commun : enjeux compositionnels, problématiques rencontrées, développements informatiques nouveaux, collaborations avec les laboratoires de recherche.
Ce séminaire se tient en studio 5, vers un contexte plus
privé, informel et productif, où les présentations sont de
véritables rencontres, séances de travail et lieu d’échange.
Il s’adresse aux réalisateurs en informatique musicale, à la
communauté de la recherche musicale en lien avec l’Ircam,
aux compositeurs et professionnels extérieurs sur réservation. En 2009, 8 séminaires ont eu lieu avec une participation entre 30 et 50 entrées.
Lundi 19 janvier 2009
Marco Antonio Suárez-Cifuentes,
en collaboration avec Robin Meier et Éric Daubresse
pour l’encadrement pédagogique.
Autour de « Poetry for//dark-/dolls »
Lundi 16 mars 2009
Michaël Levinas avec Benoit Meudic
Autour d’« Évanoui »
Vendredi 10 avril 2009
Andrea Vigani avec Manuel Poletti
Autour de « Tagli »
12 octobre 2009
Vassos Nicolaou avec Serge Lemouton
Autour de « Navigate »
9 novembre 2009
Marco Stroppa avec Arshia Cont
Autour de «… of Silence »
30 novembre 2009
Alberto Posadas et Richard Siegal avec Lorenzo Bianchi
autour de « Glossopoeia »
LE DÉVELOPPEMENT LOGICIEL
À partir des demandes des multiples utilisateurs de l’Ircam,
hiérarchisées et ordonnées dans le temps, il s’agit de réaliser et transférer les acquis de la recherche dans des
outils génériques. Le développement informatique a ainsi
été réformé en 2009. Il s’appuie d’avantage sur les utilisateurs experts : les réalisateurs en informatique musicale.
Cette réforme est un enjeu essentiel pour l’Ircam, pas de
perspectives lointaines sans réactivité accrue en direction
des utilisateurs avec des applications réalisées à plus court
terme.
La direction de la recherche et du développement est en
charge de la coordination du développement applicatif
pour le compte de l’Ircam, en association étroite avec le
département Médiations recherche/création. Les spécifications sont arrêtées avec la communauté des utilisateurs
(compositeurs, Forum, valorisation) et synthétisées par
le réalisateur en informatique musicale (RIM). Ces spécifications sont mises dans des cycles périodiques (annuel,
semestriel, trimestriel, mensuel). L’encadrement des développeurs est fait dans chaque équipe de recherche avec une
mobilité d’affectation des ressources sur les différents projets. Le point clef de synthèse du cycle est le moment de la
coordination globale annuelle qui a eu lieu en octobre 2009.
14 septembre 2009
Philippe Schoeller avec Gilbert Nouno
Autour de « Oper-spective Hölderlin »
28 septembre 2009
Hans Peter Stubbe-Teglbjærg avec Thomas Goepfer
autour de « Rippled Reeds »
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
25
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
LA COORDINATION À MOYEN TERME
La collaboration entre scientifiques et compositeurs, ce couplage recherche/création, s’effectue en particulier lors des
séances prospectives recherche musicale et dans l’intégration de compositeurs dans des projets de recherche (les
compositeurs en recherche).
Ces séances sont un cadre d’échange entre recherche
et création par la présentation des chantiers actuels et
prospectifs de la Recherche, des perspectives de développement et d’applications concrètes pour les compositeurs,
des nouveaux paradigmes qui se dessinent à moyen terme.
Elles prennent la forme d’un échange entre les chercheurs,
les compositeurs en recherche (les compositeurs s’engageant aujourd’hui dans une production lointaine) et les réalisateurs en informatique musicale. Chaque problématique
présentée est suivie d’une discussion avec les participants :
ces réunions permettent ainsi de repenser ou d’infléchir
certaines questions génériques de recherche à partir de
l’expérience artistique et de ses nécessités.
En 2009, deux séances prospectives ont été organisées
sur la spatialisation et l’interaction. La première séance a
permis de :
• mieux cerner le potentiel du système WFS qui inaugure
des relations inédites entre l’auditeur et la source sonore
(précision dans la localisation, rapports fixes et mobiles des
sources, outil de synthèse sonore par la spatialisation…) ;
• mieux comprendre l’utilisation et le potentiel de la directivité ;
• faire le point sur les développements futurs du logiciel
Spat.
La deuxième séance mettait en évidence :
• la mise en relation des informations issues des analyses
du geste et le son produit par ce geste en vue de sa modélisation ;
• l’improvisation assistée par ordinateur ;
• les concepts issus du travail sur le suivi de partition en
vue de la création des langages formalisant la synchronisation des processus musicaux parallèles ;
• la relation entre la captation du geste et le contrôle de la
synthèse par modèles physiques.
■ Séance prospective spatialisation (20 mars 2009)
• « Wave Field Synthesis pour le concert et les installations
sonores », J. Sanson, O. Warusfel ;
• « Reproduction du rayonnement acoustique : le
contrôle de la directivité des systèmes de diffusion »,
N. Misdariis, M. Noisternig ;
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
© Philippe Monges
Les séances prospectives
recherche musicale
• « Évolutions/Enjeux pour la librairie Spat~ », Th. Carpentier ;
• « Interaction Audition/Corps/Espace », G. Leslie, I. ViaudDelmon ;
• « Écriture de la spatialisation », G. Nouno, J. Bresson,
O.Warusfel ;
■ Séance prospective interaction (29 avril 2009)
• « OMax : version Max 5 SuperVP, expérimentations musicales et visualisation », G. Assayag, B. Lévy ;
• « Suivi et reconnaissance de geste : contrôle de la synthèse et de la vidéo », F. Bevilacqua ;
• « Analyse et modélisation de trajectoires temporelles :
geste instrumental et descripteurs sonores », N. Rasamimanana et J. Bloit ;
•« Présentation du projet Interlude », F. Bevilacqua ;
• « Interaction avec des sons enregistrés et bases de données multimodales », N. Schnell et D. Schwarz ;
• « Au-delà du suivi de partition : vers un langage
synchrone pour l’écriture musicale », A. Cont ;
• « Synthèse par modèles physiques en temps réel
et geste : expériences et perspectives », L. Pagliei
(compositeur italien).
LES COMPOSITEURS EN RECHERCHE
■ L’organisation de la recherche musicale
La décision d’accepter un projet de recherche musicale
dépend de plusieurs facteurs : niveau et qualité musicale du
compositeur, l’intérêt scientifique et/ou musical du projet, le
potentiel du résultat cherché (si le résultat de la recherche
peut intéresser d’autres compositeurs et apporter une
contribution « générique » tant musicale que technique) et,
enfin, l’autonomie du compositeur par rapport à l’utilisation
des outils de l’informatique musicale, le caractère « double
entrée » musical et scientifique du projet.
26
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Une fois le projet accepté, une équipe de travail est formée
et composée généralement du compositeur, d’un réalisateur en informatique musicale (RIM) et d’un chercheur
scientifique. Le rôle du RIM est d’encadrer et soutenir le
travail du compositeur, et de servir de lien avec le secteur
de la recherche. Le RIM assure également la pérennité
de la connaissance musicale acquise au fil du temps et à
travers les projets. Ces connaissances donnent lieu à des
publications dont certaines ont été primées en 2009 (*). Le
résultat de la recherche peut être une esquisse musicale,
une étude, la création d’un nouvel objet technologique, la
préfiguration d’une œuvre créée plus tard ou une combinaison de ces dernières. La fin de chaque projet est marquée par la production d’un rapport, dans lequel le compositeur fait un résumé des acquis de sa recherche sur le plan
musical et technique.
■ La nouveauté des résidences en recherche musicale
Afin de se doter d’un mode de recrutement focalisé plus
directement sur la recherche musicale elle-même, un
appel à projets annuel pour des résidences a été créé en
2009. Dans cet objectif, un premier appel a été lancé qui
proposait quatre thèmes : écriture de l’espace, écriture du
son, paradigmes d’informatique musicale pour le contrôle
gestuel de haut niveau et, enfin, nouvelles approches compositionnelles aux traitements ou synthèse de la voix. Les
candidats avaient aussi la possibilité de soumettre une proposition dans une catégorie « appel ouvert ».
6%
4%
7%
Origine
géographique
(*) G. Nouno, A. Cont, G. Carpentier, « Making an Orchestra Speak », Proceedings of the
Sound and Music Computing (SMC) Conférence, « Best paper Award SMC’09 ».
Les compositeurs et chercheurs impliqués dans la
recherche musicale à l’Ircam en 2009 avec leurs champs
d’investigation sont :
• Grégoire Carpentier (chercheur français) : création d’un
logiciel pour l’orchestration assistée par ordinateur ;
• Vassos Nicolaou (compositeur grec) : création d’une étude
pour vibraphone et électronique qui explore les nouvelles
possibilités d’un suiveur de partition audio ;
• Lorenzo Pagliei (compositeur italien) : recherche sur la
synthèse par modèles physiques contrôlés par des systèmes de captation et reconnaissance du geste ;
• Yann Robin (compositeur français) : développement des
stratégies d’écriture musicale pour un système informatique interactif d’improvisation ;
• Hans-Peter Stubbe-Teglbjærg (compositeur danois) :
création d’une étude pour basse clarinette et électronique
utilisant la synthèse par modèles physiques pour la création des multiphoniques ;
• Georgia Spiropoulos (compositrice grecque) : recherche
sur la création des « masques » sonores pour la transformation de la voix en temps réel ;
• Marco Stroppa (compositeur italien) : développement d’un
système de contrôle de la synthèse sonore de haut niveau ;
• Ivan Fedele (compositeur italien) : phase préliminaire
dans l’étude de captation de geste avec les instruments de
percussion.
22 %
58 %
Le comité d’évaluation était composé de 41 membres dont
21 % de compositeurs, 21 % de réalisateurs en informatique
musicale, 30 % de chercheurs à l’Ircam, 19 % de chercheurs
à l’étranger et, enfin, 9 % d’artistes indépendants.
Deux candidats ont été choisis pour 2010 :
• Ben Hackbarth (compositeur américain), qui proposait
un projet « consistant a créer un algorithme de synthèse
innovant sur le plan musical à base d’échantillons sonores
constitués des composants généralisés » ;
• Mari Kimura (violoniste japonaise/américaine), qui proposait un projet de recherche « sur l’extraction de l’expression musicale en utilisant le violon augmenté (un système
de captation de jeu d’archet développé par cette équipe
à l’Ircam), qui aidera à créer de nouvelles approches à la
composition pour la musique informatique interactive ».
Par ailleurs, les élèves inscrits dans les cursus 1ère et 2e
années sont d’emblée inscrits dans ce processus de
recherche musicale de l’institut par leur contact avec les
équipes de recherche (à travers les cours…), les compositeurs en recherche et production (à travers les séminaires
Recherche et création…), et par la réalisation des œuvres
en fin de parcours utilisant le plus souvent les derniers
résultats des recherches de l’institut.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Union européenne
États-Unis
Amérique Latine
Asie
Australie
Moyen-Orient
Afrique
27
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
LA COORDINATION À LONG TERME
L’objectif de l’Ircam depuis sa création est d’élargir le vocabulaire et le cadre conceptuel de la création musicale à travers l’exploration et la création des nouvelles technologies.
La démarche consiste à faire travailler des scientifiques
et artistes (essentiellement compositeurs et interprètes)
ensemble dans un processus d’échange. Les technologies
créées sont le résultat, à la fois des défis posés par des idées
musicales nouvelles et des modèles issus de domaines
d’investigation des équipes scientifiques. À l’Ircam, ce processus interactif est appelé la « recherche musicale ».
De cette réflexion stratégique sur la recherche musicale
synthétisée par le département Médiations recherche/
création, s’induit la nécessité d’une coordination entre les
artistes en recherche, la prospective scientifique qui nourrit
le contenu des travaux de recherche.
LA RECHERCHE MUSICALE
Le département Médiations recherche/création, a reformulé une synthèse précisant les enjeux et attentes de la
communauté artistique de l’Ircam vis-à-vis des recherches
et développements.
L’évolution des technologies pour la musique dans son
ensemble peut être vue comme l’élargissement moderne
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
de pratiques traditionnelles, à travers la reprise ou la reformulation de problématiques compositionnelles.
• la composition assistée par ordinateur étend les possibilités et modalités de l’écriture musicale : création des partitions instrumentales, virtuelles (dont la réalisation finale en
concert dépend de l’interprétation), génération de partitions
électroniques et improvisation contrôlée ;
• le temps réel donne une nouvelle dimension à l’interprétation et à l’exécution musicale à travers des technologies
d’analyse, reconnaissance et synchronisation avec le jeu
instrumental ;
• les technologies de synthèse et de transformation sonore
élargissent la notion de lutherie par rapport à la production
sonore (moteurs de synthèse) et le contrôle (captation et
interprétation du geste) ;
• la spatialisation redéfinit la relation entre l’œuvre et l’espace dans lequel elle est jouée, en ouvrant des possibilités
de virtuosité dans la projection, multiplication d’espaces et
des nouvelles relations entre l’œuvre, l’interprète et l’auditeur.
Ces quatre points sont résumés dans le schéma suivant :
Dans les pratiques traditionnelles, le processus de la composition à la projection sonore est pour l’essentiel unidirectionnel, ou en tout cas l’interaction entre ces entités se fait à
28
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
un rythme plus lent. Dans les pratiques actuelles, il y a une
forte interaction entre composition, interprétation, lutherie
et projection, d’une part, grâce à l’élément d’interprétation
du matériau sonore qui peut s’inclure dans le processus de
composition lui-même et, d’autre part, grâce à la malléabilité des nouvelles technologies qui a amené une très forte
accélération dans le rythme de l’interaction entre les quatre
pratiques.
Par rapport à ce cadre, l’Ircam a pris l’option, non pas de
l’indépendance de la composition acoustique par rapport à
la composition électroacoustique, mais de leur fusion (ou
interaction), en investissant sur les technologies du temps
réel – non pour la prouesse technologique qu’elles représentent, mais comme hypothèse d’une relation entre écriture électronique et le geste musical instrumental. Un lien
essentiel avec la tradition instrumentale a été ainsi maintenu.
Chacune des pratiques est devenue un domaine de
recherche musicale. Sans être exhaustif, on identifie quelques-uns des objets de recherche associés à chacune des
pratiques :
• écriture musicale : composition assistée par ordinateur
(appliquée aux contextes temps réel et différé) pour la
génération des partitions instrumentales et électroniques,
approches algorithmiques à l’écriture musicale, représentation du temps et de la forme musicale dans la musique
informatique, modèles de génération des séquences électroniques en fonction du jeu instrumental, l’orchestration
assistée par ordinateur, et l’écriture musicale de la synthèse sonore, représentation et visualisation des éléments
de l’écriture électronique ;
• interprétation : modes d’interaction interprète/machine et
interprète/interprète, improvisation assistée par ordinateur,
suivi et reconnaissance de partition pour la synchronisation
entre le jeu instrumental et l’écriture électronique, interaction entre l’interprète et l’électronique, captation et restitution de la mémoire du jeu, élargissement du vocabulaire
musical et gestuel reconnu par un système informatique en
temps réel, élargissement du rôle du geste musical dans le
domaine électronique ;
• lutherie : techniques de transformations sonores instrumentales, synthèse par modèles physiques permettant un
lien entre le monde des objets physiques (instruments traditionnels) et virtuels (création d’instruments inouïs), synthèse et transformation de la voix, synthèse sonore « pure »
(à partir de modèles abstraits), synthèse à partir des sons
réels (structuration et jeu d’échantillons selon des critères
objectifs et perceptifs, synthèse granulaire, techniques de
micromontage), étude des sons bruités et saturés ;
• relation œuvre/espace : spatialisation (mouvement dynamique) des sources sonores (instrumentales, vocales, son
électroniques…), formes de spatialisation (imitation du
rayonnement sonore d’un instrument, ambiances immer-
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
sives, virtuelles…), concepts et formes d’écriture des trajectoires sonores, la spatialisation comme aide à l’orchestration, création des espaces distribués avec des acoustiques
individuelles ou collectives en utilisant les réseaux à haut
débit « local » et « wide area », écriture de l’espace scénique, relation entre l’interprète et le champ de projection
sonore, mélange de la spatialisation « physique » (interprètes mobiles) et virtuelle, exploration des vocabulaires
de spatialisation spécifiques à un public fixe (concert) ou
mobile (installation), écriture et contrôle instrumental de la
directivité sonore.
Pour chacune des pratiques citées ci-dessus, l’institut a
créé progressivement un ensemble de technologies, le plus
souvent sous la forme de logiciels, par exemple : OpenMusic
(écriture musicale) ; OMax, Antescofo, Gesture Follower
(interprétation) ; AudioSculpt, Modalys, SuperVP (lutherie) ;
Spatialisateur (relation œuvre/espace). Certaines technologies, comme Max/MSP (langage visuel pour la création
des applications temps réel commercialisé par la société
Cycling’74), servent de socle sur lequel des applications
pour les quatre pratiques peuvent être créées.
LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE : L’Unité
mixte de recherche Ircam/CNRS n° 9912 –
Sciences et technologies de la musique
et du son – STMS.
■ Périmètre scientifique et missions
L’UMR Ircam-CNRS se présente, comme « pôle interdisciplinaire autour des sciences et technologies du son et de la
musique » (STMS), rattaché à la fois à l’Institut des sciences
et technologies de l’information et de l’ingénierie à titre
principal, et à l’Institut des sciences de l’homme et de la
société à titre secondaire. Cette interdisciplinarité articule
des disciplines fournissant différents points de vue complémentaires sur un même objet : la création musicale et, plus
globalement, l’étude des phénomènes sonores et musicaux
et les technologies de traitement des informations correspondantes.
Cette activité se décline à l’Ircam selon les approches suivantes :
• l’étude des phénomènes physiques de production et de
propagation du son (acoustique), et leur application à la
simulation (synthèse sonore par modélisation physique,
spatialisation et acoustique virtuelle et augmentée) ;
• l’étude de procédés d’analyse, de synthèse et de traitement des signaux sonores ;
• la formalisation informatique des structures musicales
et leur manipulation, sous la forme d’environnements de
composition assistée par ordinateur ;
• l’étude des problématiques d’interaction homme-machine
et d’architectures de traitement temps réel pour la manipu-
29
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
lation des artefacts sonores dans différents contextes dont
les arts du spectacle (musique, danse, théâtre, etc.), la réalité virtuelle, etc. ;
• la perception (psychoacoustique) et la cognition humaine
dans le contexte de la perception et de la manipulation de
processus musicaux, sonores ou multimodaux ;
• l’étude des œuvres et, plus largement, du fait musical :
musicologie, anthropologie cognitive et sociologie de la
musique.
■ Évolutions institutionnelles
La convention d’UMR relative au quadriennal en cours
(2007-2010) a été finalisée après accord auprès de l’ensemble de ses tutelles.
Un événement important a été la décision d’intégration des
activités de l’UMR dans la faculté d’ingénierie de l’université
Pierre et Marie Curie, effective à partir de 2010, formalisée
dans le contrat quadriennal de l’UPMC (2009-2012). L’aboutissement de ce projet, qui s’inscrit en cohérence avec
l’évolution des institutions de recherche et d’enseignement
supérieur consécutive à l’application de la loi LRU, représente une avancée historique majeure dans la structuration
institutionnelle des activités de recherche de l’Ircam.
■ Le projet 2011-2014
Le processus d’élaboration du projet de recherche 2011-2014
s’est effectué pendant douze mois, entre septembre 2008
et août 2009, en vue de préparer l’évaluation scientifique
de l’UMR par l’AERES en 2010. La synthèse établie par le
département Médiations recherche/création, précisant les
enjeux et attentes actuels de la communauté artistique de
l’Ircam vis-à-vis des recherches et développements a été
prise en compte. Un séminaire interne « Prospective R & D »
a été organisé sous forme de brainstorming collectif, associant l’ensemble des collaborateurs du département R & D
de l’Ircam, au cours duquel chacun (chercheur, doctorant,
ingénieur) a eu la possibilité d’intervenir pour présenter
les directions d’investigations qui lui paraissaient prometteuses. À partir de la mise en ordre des idées exprimées,
chaque équipe a alors été invitée à élaborer un plan de
projet de recherche à 4 ans, prenant en compte les enjeux
suivants :
• enjeux artistiques ;
• logique d’évolution propre des thèmes déjà abordés et
constituant un apport distinctif des recherches de l’UMR ;
• enjeux économiques et sociétaux des STMS au-delà des
contributions à la création contemporaine ;
• prise en compte de l’évolution du contexte extérieur au
laboratoire, relativement aux évolutions technologiques et
aux disciplines connexes ou émergentes.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Ces travaux ont abouti à l’élaboration du sommaire du projet,
ainsi qu’à la définition des principaux axes transversaux le
structurant globalement. Ces éléments ont été présentés et
discutés avec la direction de l’Ircam et les représentants de
sa communauté artistique.
La définition d’axes transversaux structurants, qui englobent et différencient selon une partition (au sens ensembliste) l’ensemble des objets de recherche de toutes les
équipes, a pour fonction de donner une lisibilité globale du
projet de l’UMR, ses priorités, les fonctions respectives des
différentes contributions dans la logique d’ensemble, et de
fournir une grille permettant d’en mesurer globalement les
avancées au fur et mesure de son exécution.
Les principaux axes transversaux définis pour la période
2011-2014 sont les suivants :
1) analyse, traitement et synthèse sonores : analyse et traitement du signal audio, traitement de la voix, indexation
musicale, acoustique musicale et synthèse par modélisation physique, techniques de spatialisation ;
2) représentations et langages : représentations et traitements symboliques, contrôle de la synthèse et de la spatialisation, langages, modèles et paradigmes de programmation ;
3) interaction musicale, sonore et multimodale : geste –
modélisation, analyse, interaction gestuelle et technique de
synchronisation ; interaction à partir de traitements symboliques ;
4) fondements cognitifs, théoriques et musicologiques :
cognition – psychologie cognitive de l’audition, études expérimentales sur l’interaction sonore et l’interaction multimodale, cognition située des pratiques musicales ; théories
sous-jacentes – musique & maths notamment ; musicologie, applications au design sonore et à la documentation
des œuvres.
Cette structuration répond aux objectifs de :
• meilleure lisibilité scientifique par discipline (par exemple,
l’indexation audio est désormais regroupée avec le traitement du signal dans le thème 1) ; les disciplines relevant
des sciences de l’information et de l’ingénierie concernent
les thèmes 1) à 3), et le thème 4) regroupe les autres disciplines relevant notamment des sciences humaines et des
sciences cognitives ;
• adéquation avec les attentes artistiques de l’Ircam autour
des thèmes lutherie (thème 1), écriture (thème 2) et interaction (thème 3), le thème 4) concernant les domaines de
connaissances alimentant en amont les trois premiers liés
aux champs applicatifs de la création à l’Ircam, ainsi que
d’autres champs tels que le design sonore et la diffusion
culturelle.
30
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
LES FORMATIONS SUPÉRIEURES :
FORMER LES ACTEURS DE LA RECHERCHE DE DEMAIN
ET PROMOUVOIR LES JEUNES TALENTS
L’ambition générale qui conduit l’action en matière de formation supérieure reste identique depuis 2007 : renforcer
la présence de l’Ircam et mieux inscrire son action dans le
paysage de la formation supérieure européenne, en pleine
restructuration suite à la réforme de Bologne. L’affirmation de cette ambition a nécessité d’asseoir et de valoriser
ce qui était déjà entrepris (Cursus 1 et 2 pour les compositeurs, master Atiam et laboratoire d’accueil des écoles
doctorales pour les jeunes scientifiques), et d’ouvrir de
nouveaux chantiers qui prendront progressivement corps
(master design sonore, formation des RIM, doctorat en art).
L’ensemble de cette réflexion doit également prendre en
compte deux exigences qui lui donnent sens et garantit sa
pérennité : le souci de l’insertion professionnelle et l’articulation de ces programmes avec les objectifs internes de
l’Ircam en termes artistique et scientifique.
Le renforcement du Cursus sur deux années est maintenant installé. Une attention permanente est portée pour
faire fructifier sur le moyen terme cet investissement fort
de l’Ircam dans la formation des jeunes artistes :
• insertion professionnelle des jeunes compositeurs : lancement d’un réseau européen avec la Sacem pour l’insertion
professionnelle, nombreuses reprises d’œuvres, développement de projets post-Cursus. L’objectif est de positionner
l’Ircam comme un des lieux européens les plus actifs pour
accompagner les jeunes compositeurs entre leur sortie de
formation initiale supérieure et leur insertion dans la vie
professionnelle ;
• inscription des jeunes compositeurs dans des programmes de recherche de l’Ircam : sans être exclusive, ni
systématique, la participation des jeunes compositeurs
issus du Cursus 2 aux programmes de recherche musicale de l’Ircam se développe. L’expérience acquise lors du
Cursus 2 leur permet d’être au fait des problématiques les
plus actuelles et surtout d’articuler cet engagement avec
leur projet compositionnel. L’ambition est de réaffirmer
la place de l’Ircam comme lieu expérimental unique pour
traiter au sein de la jeune génération des problématiques
actuelles de la composition musicale ;
• signatures des conventions avec l’HEM de Genève et le
CNSMD de Paris.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Le renforcement des liens de l’Ircam avec l’UPMC (Paris-6)
nous engage à poursuivre le master Atiam qui enregistre,
particulièrement ces deux dernières années, des résultats remarquables en termes de recrutement et de sorties
débouchant sur des doctorats. La plate-forme de suivi de
carrière et de réseau des anciens étudiants verra le jour en
2010, après un long travail d’enquête pour les identifier et
recueillir leurs souhaits.
Cette base solide invite à pousser la réflexion plus avant
avec la question du doctorat en art, dont l’Ircam s’est saisi.
Des discussions en interne, et avec nos principaux partenaires (Conservatoire, UPMC, ministère de la Culture
et de la Communication, etc.), ainsi qu’au sein du réseau
ENAR regroupant plus de trente conservatoires supérieurs
européens, devraient amener l’Ircam à se positionner courant 2010 pour un projet de doctorat de composition et
recherche musicale. L’Ircam offre en effet un environnement de recherche exceptionnel pour articuler de manière
pertinente des problématiques de recherche musicale
(mobilisant potentiellement des compétences croisées
d’ingénierie, de recherche et de pratique artistique) et des
projets artistiques singuliers ; cet environnement apparaît
comme le cadre idéal pour de jeunes « chercheurs en art ».
Les éléments du futur master design sonore en partenariat
avec l’École des beaux-arts du Mans et l’ENSCI, se mettent
en place au rythme prévu : recrutement de 2 ½ postes au
sein de l’école (un chercheur en design sonore de l’Ircam
et un professionnel du design issu de l’ENSCI) ; les enseignements scientifiques en design sonore et en formation
musicale ont débuté en 2e année de licence, préparant ainsi
l’ouverture du master en 2011.
Les discussions avec le CNSMDP pour la formation supérieure des RIM ont repris en 2009 avec l’arrivée d’un nouveau directeur de la filière FSM. Une première étape, lancée
en 2009, consistera à accueillir un étudiant issu de la FSMS
durant une année à l’Ircam avec l’objectif de mesurer la
pertinence de la structure pédagogique envisagée entre les
deux institutions. Dans une première partie d’année, cet
étudiant recevra des compléments de formation en informatique musicale, avant de suivre un stage professionnel
au sein du département de la Production pour s’initier au
métier. Une fois validée et affinée la structure pédagogique
de la future formation, des démarches seront entreprises
pour trouver les moyens de financement de ce projet.
31
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
LA FORMATION SCIENTIFIQUE
Promotion 2008/2009
Objectifs de la formation
Créée à l’initiative de plusieurs institutions françaises
actives dans le domaine de la recherche musicale, et soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication,
la formation Atiam est le fruit d’une collaboration étroite
entre l’Ircam, l’UPMC, et Telecom ParisTech.
Elle est conçue pour délivrer les bases scientifiques et la
culture musicale permettant d’aborder les recherches dans
les domaines de l’acoustique musicale, du traitement du
signal sonore et de l’informatique musicale. Ses débouchés
se trouvent principalement dans la recherche et l’enseignement, mais aussi dans l’industrie, dans les domaines du son
et de la musique.
Depuis la création d’Atiam en 1993, l’Ircam assure la coordination pédagogique et l’accueil de la formation.
© Ircam
■ Le parcours Atiam du master
sciences et technologie 2e année
Chiffres clés :
24 étudiants ;
35 enseignants dont 12 responsables d’Union européenne ;
face à face pédagogique : 350 h/étudiant.
Partenaires : Ircam, UPMC, Telecom ParisTech
rang 1
1- David Doukhan
2- Benjamin Élie
3- Arnaud Dessein
4- Simon Maller
5- Gregory Kleinhans
6- John Mandereau
7- Sarah Le Bagousse
8- Lionel Feugère
9- Georges Pauquet
10- Pierre Machart
11- Marc Codron
12- Baptiste Bohelay
13- Mikhael Le Goff
14- Gilles Chardon
15- Remi Foucard
16- Manuel Moussalam
rang 2
17- Javier Contreras
18- Antonio Cardenas
19- Benjamin Levy
20- Philippe Esling
21- Marion Courjaud
22- Delphine Chadefaux
23- Benoit Fuentes
24- Julien Moumné
NOM Prénom
Établissement(s) fréquenté(s) avant Atiam
BOHELAY Baptiste
Université Pierre et Marie Curie Paris-6 (Paris)
CARDENAS Antonio
Universidad de los Andes (Merida, Venezuela) et université de Paris-7 Diderot (Orsay)
CHADEFAUX Delphine
Université Pierre et Marie Curie Paris-6 (Paris)
CHARDON Gilles
École polytechnique (Palaiseau)
CODRON Marc
Center for New Music and Audio Technologies (Berkeley, USA) et Paris-8 (Saint-Denis)
CONTRERAS Javier
Universidad Tecnológica de Chile (Chili) et université de Paris-8 (Paris)
COURJAUD Marion
Université de Poitiers (Poitiers)
DESSEIN Arnaud
École centrale (Lille)
DOUKHAN David
École Epita (Paris)
ÉLIE Benjamin
Université Joseph Fourier de Grenoble-1 (Grenoble)
ESLING Philippe
Université Pierre et Marie Curie Paris-6 (Paris)
FEUGERE Lionel
Université Paris Sud-11 (Orsay)
FOUCARD Rémi
Université de Bordeaux-1 (Bordeaux)
FUENTES Benoit
École Telecom ParisTech (Paris)
KLEINHANS Gregory
Institut des arts et métiers (Lille)
LEBAGOUSSE Sarah
Université de Bretagne Sud (Vannes)
LE GOFF Mickael
École nationale supérieure d’ingénieurs (Caen)
LEVY Benjamin
École nationale supérieure de l’électronique et de ses applications (Cergy)
MACHART Pierre
École nationale supérieure de physique (Strasbourg)
MALLER Simon
École nationale supérieure d’informatique et de mathématiques appliquées (Grenoble)
MANDEREAU John
Agrégé de mathématiques, université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand)
MOUMNE Julien
Institut national des sciences appliquées (Lyon)
MOUSSALAM Manuel
École supérieure d’électricité (Gif-sur-Yvette)
PAUQUET Georges
École centrale d’électronique (Paris)
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
32
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Organisation pédagogique
Septembre à décembre (S3) : UE obligatoires
Acoustique générale
ag NI416
Benoît Fabre (LAM, UPMC)
Acoustique musicale
am NI417
Jean-Dominique Polack (LAM, UPMC)
Traitement du signal audionumérique
tsa NI418
Roland Badeau (Telecom ParisTech)
Paradigmes de programmation en informatique musicale
ppim NI407
Carlos Agon (Ircam)
Musique et sciences depuis 1945
msv NI421
Georges Bloch (université de Strasbourg)
Insertion professionnelle
ip NI001
Isabelle Viaud-Delmon (CNRS, Ircam)
Traitement du signal musical
tsm NI419
Bertrand David (Telecom ParisTech)
Sciences et technologies de l’information musicale
stim NI410
Emmanuel Saint-James (UPMC)
Applications de l’acoustique, du traitement du
signal et de l’informatique à la création musicale contemporaine
cmc NI420
Georges Bloch (université de Strasbourg)
Intitulé de l’enseignement
Code UE
Responsable
Musique, son et espace sonore
mse NSA31
Benoît Fabre (UPMC)
Perception et cognition musicale
pcm NSA30
Daniel Pressnitzer (ENS/ULM)
Auto oscillations des instruments de musique :
de la physique à la synthèse numérique
aim NSA32
Jean Kergomard (LMA, Aix-Marseille II)
Modèles mathématiques pour l’informatique
musicale
mmim NSA35
Marc Chemillier (EHESS)
Contrôle gestuel de la synthèse
cgs NSA36
Hugues Genevois (LAM, UPMC)
Élaboration et transformation de sons
ets NSA34
Bertrand David (Telecom ParisTech)
Stage de recherche de mars à juin ou sept
NI XXX et NSA60
UE libre
Examens S3 : première vague : fin octobre/
deuxième vague mi-décembre
Janvier à juin (S4) : UE d’options et stage
Examens S4 : UE d’option fin février, soutenance de stage fin juin ou début septembre
Résultats
Sur les 24 étudiants de la promotion 2008/2009 :
• 1 auditeur libre a suivi partiellement la formation ;
• 23 étudiants ont obtenu leur master à la session de juin
ou de septembre.
Événements/innovations au service de la formation
Réforme de l’UE « Insertion professionnelle »
L’équipe enseignante a décidé de réformer le contenu de
l’UE « Insertion professionnelle » pour répondre aux questions spécifiques que se posent les étudiants du parcours
pluridisciplinaire Atiam. Dans cette perspective, l’organisation et l’évaluation d’un nouveau module d’enseignement
ont été confiées à Isabelle Viaud-Delmon, autour de la thématique « recherche d’emploi » et « recherche de financement pour un doctorat ». Les visites des laboratoires du
LMA du LAM, et de l’Ircam ont également été articulées
au sein de cet enseignement, ainsi que des interventions
ponctuelles plus ciblées (présentation du métier de réalisateur en informatique musicale, présentation des débouchés
industriels).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Mise en place de la station de travail « Atlas »
En collaboration avec l’équipe Système, il a été mis en
place un espace numérique commun aux étudiants sous
la forme d’une station de travail Linux doublée d’un serveur de fichiers. Cette station de travail, dédiée à la mise en
commun de supports de cours entre les étudiants Atiam,
sera accessible aux membres de l’équipe enseignante pour
échanger des fichiers.
Données actualisées pour l’annuaire des anciens étudiants
Dans le cadre du projet d’annuaire des anciens étudiants,
la coordination continue à rassembler des données actualisées sur la situation des 271 étudiants qui ont suivi Atiam
depuis la création de la formation en 1993. Ce travail, ainsi
que la réflexion menée sur la méthode à retenir pour procéder à un développement efficace, devraient permettre la
mise en ligne d’un annuaire au cours de l’année universitaire 2010/2011.
33
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Adresses mail @atiam.fr
En collaboration avec l’équipe Système, il a été proposé
aux anciens et actuels étudiants de disposer d’une adresse
pérenne de type [email protected] Cela répond à une
demande forte puisqu’à ce jour 162 étudiants (sur les 271
que compte la formation depuis sa création) ont communiqué à l’équipe Système les informations permettant de
leur attribuer une adresse mail @atiam.fr.
Visite du directeur du CNRS/Conseil scientifique de l’Ircam
Le 20 novembre 2008, le directeur du CNRS, en visite à
l’Ircam pour l’inauguration du système WFS, a rappelé,
dans son discours d’ouverture aux partenaires institutionnels l’exemplarité et l’excellence de la formation Atiam :
pluridisciplinarité fondatrice, solidité et ancienneté, débouchés variés et sûrs. De même, le Conseil scientifique de
l’institut a souligné dans son rapport la qualité des thèses
soutenues à l’Ircam, dont témoignent notamment les prix
de thèse SPECIF et ASTI, « et l’importance du master Atiam
conjoint avec l’université Paris-6 pour la formation doctorale à l’institut ».
Thèses soutenues en 2009 par les anciens étudiants
de la formation Atiam
Cécile Alzina (Atiam 2001-2002), Arshia Cont (Atiam 20032004), Grégoire Carpentier (Atiam 2003-2004), Damien Tardieu (Atiam 2003-2004), Matthias Demoucron (Atiam 20032004), Greg Beller (Atiam 2004-2005) ont soutenu leurs
thèses avec succès cette année, ce qui porte à 69 le nombre
de docteurs diplômés issus de la formation. À ce chiffre, il
convient d’ajouter plus d’une cinquantaine de doctorats en
cours.
■ Les thèses de doctorat et habilitation à diriger
les recherches
L’Ircam est laboratoire d’accueil pour les écoles doctorales
suivantes : EDITE, 3C (Cerveau-Congnition-Comportement),
SMAE (Sciences mécaniques, acoustique et électronique).
Les liens avec l’école doctorale EDITE (École doctorale
informatique, télécommunication et électronique) de l’UPMC
se sont renforcés par la participation du directeur scientifique au conseil de l’EDITE et la mise en place, conformément aux nouvelles procédures, des premières soutenances
de thèses à mi-parcours, le 12 novembre 2009.
5 thèses de doctorat et une thèse d’HDR ont été soutenues au cours de l’année 2009
Nom
Équipe
Sujet
Date
Stéphanie Bertet
Acoustique des salles
Formats audio 3D hiérarchiques : caractérisation objective et perceptive
des systèmes Ambisonics d’ordres supérieurs
24 mars 2009
Gérard Assayag (HDR)
Représentations
musicales
Algorithmes, langages et modèles pour la recherche musicale :
de la composition à l’interaction
5 juin 2009
Greg Beller
Analyse/synthèse
des sons
Analyse et modèle génératif de l’expressivité. Application à la parole
et à l’interprétation musicale
24 juin 2009
Yun Kang Ahn
Représentations
musicales
L’analyse musicale computationnelle : rapport avec la composition,
la segmentation et la représentation à l’aide des graphes
2 décembre 2009
Rémi Mignot
Analyse/synthèse
des sons
Réalisation en guides d’ondes numériques stables d’un modèle acoustique
réaliste pour la simulation en temps réel d’instruments à vent
3 décembre 2009
Stephan Schaub
Représentations
musicales
Formalisation mathématique, univers compositionnels et interprétation
analytique chez Milton Babbitt et Iannis Xenakis.
17 décembre 2009
L’effectif de doctorants s’est renouvelé avec l’arrivée à la rentrée 2009 des étudiants suivants :
Nom
Thème
Équipe(s) d’accueil
Emmanuel Amiot
Mathématiques et musique
Représentations musicales
Arnaud Dessein
Géométrie de l’information
Interactions musicales temps
réel/Représentations musicales
Philippe Esling
Orchestration dynamique
Représentations musicales
Pauline Eveno
Évaluation des instruments à
vent (bois et cuivres)
Acoustique instrumentale
Université du Maine
Sarah Fdili Alaoui
Geste dansé et contrôle de
modèles physiques
Interactions musicales temps
réel
LIMSI, université Paris-11
John Mandereau
Géométrie de l’interaction et
musique
Représentations musicales
Université de Pise, Italie
Noémie Sprenger-Ohana
Méthodologie des méthodes de
composition - Marco Stroppa
Analyse des pratiques musicales
Université Lille-3
Antoine Vincent
Langage de représentation des
contenus sonores
Services en ligne
Université technologique de Compiègne
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Collaborations/cotutelles
34
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Prix de thèse :
• Prix de thése Gilles Kahn 2009. Ce prix, décerné par la
Specif et patronné par l’Académie des sciences, a été
attribué à Arshia Cont, chercheur à l’Ircam, pour sa thèse
intitulée « Modélisation de l’anticipation musicale : du
temps de la musique vers la musique du temps », effectuée en co-tutelle entre l’université Pierre et Marie Curie
(laboratoire d’accueil : Ircam – UMR STMS, équipe Interactions musicales temps réel) et l’Université de Californie à
San Diego sous la direction de Shlomo Dubnov et d’Alain de
Cheveigné.
• Prix de thèse ASTI 2009 (Association française des
sciences et technologies de l’information et de la communication) en collaboration avec l’Inria : Arshia Cont, chercheur
à l’Ircam.
LA FORMATION DES COMPOSITEURS :
LE CURSUS
■ Cursus 1 : formation pratique
à l’informatique musicale
15 participants
Face à face pédagogique : 620 heures, soit 6 300 heures/
stagiaires reçues
7 formateurs permanents : 6 RIMce CDI, 1 compositeur
CDD
12 formateurs occasionnels : 6 compositeurs, 5 musiciens,
1 ingénieur du son
Partenaires : CNSMDP, HEM Genève
novembre
© Philippe Monges
3
Programme
Panorama complet du poste de travail du compositeur utilisant l’informatique et les nouvelles technologies : cours
théoriques, travaux pratiques en studio, rencontres avec les
équipes scientifiques. Un séminaire de composition, animé
par Yan Maresz, articule les apprentissages dans une perspective compositionnelle, à laquelle s’ajoutent les interventions de compositeurs renommés.
Chaque étape du programme est ponctuée par une étude
permettant de valider les acquis et débouche sur la présentation d’un projet pour instrument soliste et électronique
temps réel.
À l’issue de cette première année, le compositeur possède
les bases nécessaires pour se forger une vision complète
du domaine, poursuivre l’apprentissage en autoformation
et suivre l’évolution technologique du secteur.
septembre
octobre
décembre
janvier
Le poste de travail
du compositeur
en studio
Concepts et prise en main logicielle
dans les 3 environnements
Focalisation sur la
réalisation en temps réel
Approfondissements conceptuels
et informatiques
72h d’ateliers
hands-on
12h de séminaire
de composition
120h d’ateliers hands-on
12h de séminaire de composition
12h compositeur invité
60h d’ateliers hands-on
12h rencontres équipes
recherche
12h de séminaire
de composition
64h d’ateliers hands-on
6h rencontres équipes recherche
24h compositeurs invités
37,5h projets et suivi individuel
(compo + réalisation informatique)
2h30/pers
1h RV individuel compositeur invité
37,5h projets et suivi
individuel
2h30/pers
37,5h projets et suivi individuel
2h30/pers
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
février
2h RV individuels 2 compositeurs invités
35
mars
Composition et
production de
l’étude finale
75h rdv
individuels
sur projets
5h/pers
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Nouveautés
Pour permettre aux participants d’approfondir leur maîtrise des outils logiciels et de présenter un travail final plus
abouti, quatre semaines supplémentaires ont été ajoutées
au Cursus 1. Les esquisses ont été créées par les élèves
musiciens dans le cadre d’un partenariat « Parcours création » avec le CNSMDP.
Ces esquisses ont été présentées à l’Espace de projection
dans le cadre d’ateliers publics :
• le 25 mars 2009 : étudiants de la classe de saxophone de
Claude Delangle ;
• le 28 mars 2009 : étudiants de la classe de musique de
chambre de Hae-Sun Kang ;
• le 1er avril 2009 : élèves accordéon de Max Bonnay et
basson de Lionel Bord.
Pour la promotion 2009-2010, en outre, signalons :
la signature en juin 2009 des deux partenariats avec la
Haute école de musique de Genève et le Conservatoire
national supérieur de musique de Paris, qui permet d’accueillir les étudiants à l’Ircam pour suivre le Cursus 1 dans
le cadre du master 1 de composition de ces établissements :
• dès septembre 2009, 3 étudiants de la HEM et 2 étudiants
du CNSMDP sont entrés dans le cadre de ce dispositif partenarial ;
• les rendez-vous individuels avec les 3 compositeurs
invités (qui ne sont plus seulement réservés aux seuls participants de l’année 2) ;
• la mise en place d’un tutorat sur Max/MSP et OpenMusic
pour un soutien individualisé aux étudiants, assuré par les
étudiants du Cursus 2.
Promotion 2008/2009
Andrea Agostini (Italie), Oscar Carmona (Chili), Ann Cleare
(Irlande), Heather Frasch (États-Unis), Ashley Fure (ÉtatsUnis), Fernando Garnero (Argentine), Daniele Ghisi (Italie),
Raffaele Grimaldi (Italie), Stefan Keller (Suisse), Bruno
Ruviaro (Brésil), Jorge Sancho (Espagne), Christopher Trapani (États-Unis), Eneko Vadillo Perez (Espagne), Francesca
Verunelli (Italie), Filippo Zapponi (Italie).
octobre
novembre
décembre
Promotion 2009/2010 (rentrée : 7 septembre 2009)
Mathieu Bonilla (France), Maurilio Cacciatore (Italie), Santiago Diez-Fisher (Argentine),
Milica Djordjević (Serbie), Aurélio Edler Copès (Italie/Brésil),
Marc Garcia Vitoria (Espagne), Marta Gentilucci (Italie),
Francisco Huguet (Salvador), Éric Maestri (Italie), Nicolas
Mondon (France), Oriol Saladrigues (Espagne), Andrea
Sarto (Italie), Sachi Tanihara (Japon), Nicolas Tzortzis
(Grèce), Yumiko Yokoi (Japon).
■ Cursus 2 : formation spécialisée en composition,
recherche et technologies musicales
5 participants
Face à face pédagogique : 720 heures de formation et
accompagnement au projet délivrées, soit 1 500 heures/
stagiaires reçues
7 formateurs permanents : 6 RIMce CDI, 1 compositeur
CDD
7 formateurs occasionnels : 3 compositeurs, 1 chercheur,
1 RIM
Partenaires : Sacem (bourses aux étudiants), Fondation
Jean-Luc Lagardère.
Programme
Durant une année complète à temps plein, la formation
spécialisée permet d’acquérir les connaissances, les compétences et savoir-faire pratiques nécessaires pour profiter
de la richesse de l’institut. L’année débouche sur la réalisation et la création publique de son projet artistique par le
compositeur en formation. Conçu dans un esprit d’expérimentation, le projet est susceptible de faire appel à d’autres
domaines tels que la danse ou l’image, grâce aux partenariats que l’Ircam développe avec d’autres structures de
formation européennes.
La proximité avec les laboratoires de recherche permet à
l’étudiant de s’initier à la collaboration avec les chercheurs,
et lui offre une fenêtre sur les développements technologiques les plus récents, contribuant ainsi à l’épanouissement de son projet artistique. Pendant l’année, le temps est
partagé à part égale entre phase de formation et phase de
travail personnel.
janvier
février
mars
avril
mai
juin
Immersion dans la vie intellectuelle de l’Ircam
• évaluation des projets en RDV individuels et en séminaires collectifs ;
• rencontres individuelles avec les équipes de recherche pour projet ;
• 5 journées d’études collectives ;
• 1 compositeur invité ;
• approfondissement informatique musical ;
• sessions projet (expérimentations, tests).
Production des projets
• compositeurs invités ;
• expérimentation avec les chercheurs et les instrumentistes ;
• 2 compositeurs invités (séminaire + rendez-vous individuels) ;
• répétitions et production.
12h séminaires journée d’étude
24h séminaire compositeur invité (commun Cursus 1)
96h ateliers hands-on
6h séminaires journée d’étude
48h 2 compositeurs invités (commun Cursus 1)
10h RV individuels compositeur invité 2h/pers
48h projet et suivi individuel 10h/pers
480h projet et suivi individuel 96h/pers
20h RV individuels 2 compositeurs invités
4h/pers
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
36
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
Promotion 2008/2009
Nom
Thème de Recherche
Titre œuvre et production
Effectif
RIMce
Hyun-Hwa Cho
(Corée du Sud)
Modélisation de l’orgue,
synthèse croisée
voix-orgue-électronique
Vox Humana
Église Saint-Eustache
16 juin Festival Agora
Orgue, électronique et vidéo (Raphaël
Thibault, étudiant du Fresnoy)
J. Lochard
Paul Clift
(Australie)
Acoustique instrumentale
(diffusion électronique
dans les instruments)
With my limbs in the dark
CENTQUATRE
13 juin, Festival Agora
Petit ensemble, électronique et une
danseuse
(chorégraphie d’Alban Richard)
E. Jourdan
Aaron Einbond
(États-Unis)
Synthèse par corpus/analyse-resynthèse en temps
réel/relation à la CAO
What the blind see
CENTQUATRE
13 juin, Festival Agora
Petit ensemble, électronique et vidéo
(Pierre-Edouard Dumora, étudiant du
Fresnoy)
E. Daubresse
Sébastien Gaxie
(France)
Formalisation rythmique
et formelle
Montagne russe sur la Pnyx
Centre Pompidou
15 octobre, saison Ircam
Petit ensemble et électronique
M. Malt
Kenji Sakai
(Japon)
Projet orchestration
Astral/Chromoprojection
Centre Pompidou
10 octobre, saison Ircam
Diptyque pour percussion, ensemble
et électronique
E. Daubresse
Fernando Villanueva
Carretero
(Espagne)
Projet orchestration
Formalisation musicaletextuelle
Bukowski Madrigals
CENTQUATRE
13 juin, Festival Agora
Voix féminine, trio à cordes
et électronique
M. Malt
Promotion 2009/2010 (rentrée 12 octobre 2009)
Patricia Alessandrini (États-Unis), Andrea Agostini (Italie),
Marco Momi (Italie), Christopher Trapani (États-Unis), Francesca Verunelli (Italie).
Suivi
Les indicateurs permettant d’évaluer la réussite du cursus 2
sont :
• la singularité des projets artistiques et l’adéquation entre
dimension expérimentale et projet compositionnel personnel : sur ce plan l’année 2009 aura été particulièrement
riche en projets originaux, faisant appel à des dispositifs
innovants (projet musique-image à Saint-Eustache avec
le Fresnoy, projet avec la danse et un dispositif de diffusion sonore attaché au corps de la danseuse et dans les
instruments de musique, appropriation de technologies
récentes) ;
• le lien renforcé avec les équipes de la Recherche : deux
sujets d’actualité dans la maison ont été particulièrement
explorés et investis par la promotion du Cursus 2 : l’orchestration et la synthèse par corpus, en lien très étroit avec le
développement des outils de création en interne ;
• les relations suivies avec les jeunes compositeurs issus
du Cursus 2 : la réussite du Cursus 2 aura été particulièrement spectaculaire en 2009 avec de nombreuses reprises
des œuvres créées pendant les deux années du Cursus,
l’inscription de plusieurs compositeurs issus du Cursus
dans des programmes de recherche musicale, une insertion
professionnelle accélérée pour les compositeurs sortant du
Cursus 2 avec de nouveaux projets, liés à l’Ircam ou non.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Deux nouveaux partenariats, avec le CENTQUATRE et l’ensemble L’Instant Donné, sont venus s’ajouter à ceux déjà
noués avec des ensembles et des lieux de diffusion pour
la production des projets de Cursus 2, tels que l’Ensemble
intercontemporain (programme Tremplin), l’ensemble
Court-circuit (programme Integra), l’Itinéraire, l’EOC.
À titre d’illustration de l’effet de levier du Cursus 2, voici
le devenir de quelques-uns des dix compositeurs sortis en
2007-2008 et 2008-2009 :
Yann Robin Art of metal II et III :
• reprises (C1) Festival MIA ; festival Controtempo, Villa
Médicis, Rome, Centre Pompidou-Metz, série 1 heure/1
œuvre ;
• reprises (C2) festival d’Helsinki, Finlande ;
Musica, Strasbourg ;
• programme de recherche 2009 : OMax (improvisation en
temps réel) ;
• résidence Villa Médicis (Rome) ;
• commande Ensemble intercontemporain-Ircam : nouvelle
œuvre orchestre et électronique en 2012 ;
• CD à paraître aux éditions Kairos en 2011.
Marco Antonio Suárez Cifuentes Máquina Mística et Poetry
for Dark dolls :
• reprises (C1) Auditorium Pablo VI de l’université Javeriana, Bogota ; CNR d’Annecy ; Église Saint-Merri ;
• programme de recherche 2009-2010 : analyse-resynthèse
en temps réel ;
• commande Grame-Eoc : nouvelle œuvre, biennale
musique en scène à Lyon ; festival Agora, Paris.
Roque Rivas Conical intersect et Mutations of matter (en collaboration avec le vidéaste Carlos Franklin) :
37
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
• reprises (C1) : CNSMDP, Paris ; Sonic Explorations, Londres ; CRR Aubervilliers ; Centre Pompidou-Metz, série
1heure/1 œuvre ;
• reprise (C2) : Rennes, festival Ébruitez-vous ; Festival
Dans la nuit, des images, Grand Palais ; expo Géométries
virtuelles, Centre culturel français du Cambodge ; Nouvelles images, Maison des métallos, Paris ; Festival du
court, Pantin ; Arte vidéonight ; Biennale musiques en scène
[version live] ; JIM ‘10 Rennes [version live] ;
• programme de recherche 2009-2010 : écriture de la synthèse ;
• lauréat du Concours international de Bourges, catégorie
2009 « Arts électroniques-performance » ;
• commande Ircam : nouvelle œuvre pour ensemble créée
en mars 2010 + tournée internationale ;
•commande Centre Pompidou, pièce électronique dans le
cadre de l’exposition Soulages.
LES JEUNES INTERPRÈTES :
PARCOURS MUSIQUE MIXTE
Encadrement pédagogique : Grégoire Lorieux, ainsi que
Thomas Goepfer, Hendrik Manook, Robin Meier, Benoit
Meudic et Gilbert Nouno pour la partie « hors-les-murs »
(Lucerne)
Coordination : Anne Becker
Chiffres clés :
10 parcours « répertoire » - 4 parcours « création »
51 stagiaires
362 h de face à face pédagogique
13 professeurs d’instruments associés
Hyun-Hwa Cho Vox Humana (en collaboration avec le
vidéaste Raphaël Thibault) :
• reprises : Festival Némo.
Kenji Sakai Astral/Chromoprojection
• reprises : Agora 2010 ; Centre Pompidou-Metz 10 ; Musica
2010 ;
• commande : Trio KDM avec électronique Ircam ; LSO pour
orchestre ;
• lauréat du concours Takamitisu 2009 ;
• lauréat du programme LSO Lucerne (commande d’une
œuvre pour orchestre poursuivant son travail de Cursus).
Aaron Einbond What the blind see :
• lauréat des Ferienkürze de Darmstadt pour sa pièce
Cursus 2 (nouvelle commande).
Sébastien Gaxie Montagnes russes sur la Pnyx :
• commande du Louvre (pièce électronique pour un film
muet).
© Ircam
Lorenzo Pagliei :
• programme de recherche 2008-2009 : contrôle gestuel
des modèles physique.
■ Principes
L’Ircam poursuit son association avec des conservatoires,
écoles de musique ou festivals, pour proposer des parcours
« musique mixte » destinés aux jeunes musiciens professionnels, ou en voie de professionnalisation. Ces parcours
leur permettent de se familiariser avec les technologies,
de s’initier au jeu instrumental avec électronique et de travailler aussi bien des classiques contemporains que des
créations récentes du répertoire pour instrument et électronique. En plus du travail avec le RIM et le professeur
d’instrument, les étudiants rencontrent à chaque fois que
cela est possible les compositeurs des œuvres qu’ils jouent.
Les parcours sont en général articulés en trois volets :
• découverte des dispositifs et enjeux de l’œuvre mixte ;
• séances de travail autour du répertoire avec le professeur
d’instrument et/ou le compositeur ;
• atelier public de présentation.
À ce travail sur le répertoire, s’ajoutent des parcours « création » qui permettent à une quinzaine de jeunes instrumentistes du CNSMDP de Paris de travailler en binôme avec
un jeune compositeur du Cursus 1, afin de créer une étude
pour instrument soliste et électronique. Ces études présentées dans le cadre d’ateliers ouverts à des professionnels
marquent la fin du Cursus 1 pour les compositeurs.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
38
3
un modèle d’innovation : l’articulation de la recherche, de la création et de la formation dans la durée
L’effort porté depuis deux ans, pour associer et former des
personnels techniques dans les institutions partenaires,
permet aujourd’hui à ces établissements de prolonger les
parcours par la reprise de certaines pièces (présentations
publiques, concours, concerts) et de s’engager dans des
projets de manière autonome. Un équilibre est respecté
entre des classes où cet enseignement est déjà bien intégré,
et des classes nouvelles pour lesquelles il s’agit d’une première expérience.
Depuis la mise en œuvre des parcours « musique mixte » en
2006, soit sur trois saisons :
• 125 jeunes instrumentistes ont participé à un parcours ;
• 19 professeurs de classes instrumentales ont été associés ;
• 35 œuvres du répertoire ont été jouées ;
• 30 études pour instrument soliste et électronique ont été
créées.
■ Réalisations 2009
L’année 2009 aura été exceptionnellement fournie grâce au
renouvellement de projets avec trois établissements partenaires fidèles et une présence forte de l’Ircam à l’Académie
de Lucerne, notamment pour la formation des jeunes instrumentistes à la musique mixte.
Où ?
Quoi ?
Qui ?
Quand ?
Nbre h
par stagiaire
CNSMDP Paris
Parcours création
accordéon
4 stagiaires. Prof : Max Bonnay
janvier-mars 2009
12 h
Parcours création cordes
3 stagiaires. Prof : Hae-Sun Kang
janvier-mars 2009
12 h
Parcours création fagott
2 stagiaires. Prof : Lionel Bord
janvier-mars 2009
12 h
Parcours création
saxophone
6 stagiaires. Prof : Claude Delangle
janvier-mars 2009
12 h
Parcours répertoire
trompette
3 stagiaires. Prof : Laurent Bômont
avril-juin 2009
9h
Parcours répertoire
clarinette
3 stagiaires. Prof : Renaud Desbazeille
avril-juin 2009
9h
Parcours répertoire
violon
4 stagiaires. Hae-Sun Kang
sept. 2009
12 h
Parcours répertoire
trombone
4 stagiaires. Prof : Benny Sluchin
sept. 2009
12 h
Parcours répertoire alto
4 stagiaires. Prof : Odile Auboin
sept. 2009
12 h
Parcours répertoire
clarinette
4 stagiaires. Prof : Alain Billard
sept. 2009
12 h
Parcours répertoire
clarinette
4 stagiaires. Prof : Valérie Guéroult
sept-oct 2009
12 h
Parcours répertoire
violoncelle
4 stagiaires. Prof : Florian Lauridon
sept-oct 2009
12 h
Parcours répertoire
clarinette
3 stagiaires. Prof : Arnaud Leroy
nov-déc 2009
12 h
Parcours répertoire
piano
3 stagiaires. Prof : Sébastien Vichard
nov-déc 2009
12 h
Conservatoire municipal
du Centre de Paris
Académie de Lucerne
CRR Aubervilliers – La Courneuve
CNSMDP Paris
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
39
4
Singularité artistique,
démocratisation des usages
L’expérimentation issue de la rencontre de l’imaginaire des artistes et la recherche scientifique, se concrétise dans les projets artistiques de l’Ircam et dans la vitalité de sa vie
intellectuelle. L’action culturelle et les projets documentaires accompagnent et facilitent
la diffusion auprès d’un large public des ressources documentaires physiques et numériques de la musique contemporaine et du savoir associé. Les outils et techniques sont
valorisés et diffusés dans le monde professionnel au-delà des esthétiques qui les ont fait
naître.
4
singularité artistique, démocratisation des usages
LA PROPOSITION ARTISTIQUE :
Prototypes et itinérances
Le festival Agora et les rendez-vous de la saison parisienne sont les occasions d’exposer au
public les productions des œuvres réalisées dans les studios de l’Ircam
La SAISON MUSICALE PARISIENNE
ET le FESTIVAL AGORA (DU 8 AU 19 JUIN 2009)
SAISON 2009
© Guy Vivien, © Helène Bozzi, © Eric Legay, © Mabel Zarama, © Denis Bretin
Date
Lieu
Artistes
Titre
Interprètes
10-janv
Ircam
Marco Antonio
Suárez-Cifuentes
Poetry for //dark-/ dolls [CM] Cursus 2
Solistes Ensemble intercontemporain
10-janv
Centre Pompidou
Wolfgang Rihm Cuts and Dissolves
Ensemble intercontemporain
Dir. Jean Deroyer
Lara Morciano Nel cielo appena arato (tremplin 2008) [CM]
Evan Gardner Erstarrung (tremplin 2008) [CM]
Sebastian Rivas Uqbar
21, 22, 23,
24 jan
Centre Pompidou
Myriam Gourfink/
Georg Friedrich Haas
Les temps tiraillés [CM]
Pascal Gallois, basson, Garth Knox, alto,
Geneviève Strosser, alto, compagnie LOL |
Myriam Gourfink
5-févr
Ircam
Frédéric Durieux « Here, not there » - a tribute to Barnett
Newman [CM]
Quatuor Diotima
Brian Ferneyhough Sonatas
George Benjamin
Viola, viola
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Michaël Levinas Évanoui [CM]
Dir. Pascal Rophé
György Ligeti Études pour piano
Serge Nigg Fulgur
Bruno Mantovani Concerto pour deux altos et orchestre [CM]
Luigi Nono
Sofferte onde serene
Andrea Vigani Tagli [CM]
Arnold Schoenberg
Pierrot Lunaire
Jacques Lenot Il y a [CM]
6-mars
9-avr
21 au 29
sept
Radio France
Ircam
Église
Saint-Eustache
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
TM+ Dir. Laurent Cuniot
Installation sonore
43
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Date
Lieu
Artistes
Titre
Interprètes
10-oct
Centre Pompidou
Vassos Nicolaou Navigate (tremplin 2008)[CM]
Ensemble intercontemporain
Dir. Jean Deroyer
Fabrizio Rat Ferrero
Inner Line
Kenji Sakaï Astral/Chromoprojection [CM] Cursus 2
Martin Grütter
Sacred river ALPH’s meanders mazy mad &
measureless
15-oct
6-nov
20-nov
18-déc
Ircam
Ircam
Ircam
Centre Pompidou
Sébastien Gaxie Montagnes russes sur la Pnyx [CM] Cursus 2
Hans Peter
Stubbe Teglbærg
Rippled Reeds [CM]
Christophe Bertrand Satka
György Ligeti Six Bagatelles
Gérard Buquet L’Astre échevelé [CM]
Marco Stroppa … of Silence
Franco Donatoni Rasch 1
Philippe Leroux
Du souffle
Edgard Varèse
Octandre
Ensemble Orchestral contemporain
Karlheinz
Stockhausen
Kreuzspiel
Dir. Daniel Kawka
Raphaël Cendo
Introduction aux ténèbres [CF]
Alberto Posadas/
Richard Siegal
Glossopoeia [CM]
Inaugurée au Centre Pompidou par la chorégraphe Myriam
Gourfink avec le compositeur Georg Friedrich Haas, l’année
2009 s’achevait sur une autre création chorégraphique
conçue par Alberto Posadas et le chorégraphe américain
Richard Siegal. Si le festival Agora se dissémine dans
la ville, la saison est davantage recentrée à l’Ircam et au
Centre Pompidou, à l’exception notable de l’installation
de Jacques Lenot conçue en collaboration avec le Festival
Ensemble Court-circuit Dir. Jean Deroyer
Claude Delangle, Markus Weiss, saxophone
Solistes de l’Ensemble
intercontemporain, danseuses :
R. Delaunay, J. Guibert, A.Thomas
d’Automne pour l’église Saint-Eustache. À côté de la série
de rendez-vous conçue avec l’Ensemble intercontemporain,
l’Ircam accueillait l’EOC, Court-circuit, le quatuor Diotima
et a également collaboré avec l’orchestre philharmonique
de Radio France. Au cœur de cette saison, le festival Agora
demeure le moment le plus intense et le plus visible pour
les réalisations de l’Ircam.
AGORA 2009
© Zentropa – Les Films du Losange, © Grand magasin, © Astrid Wirth, © Matthew Ritchie, © Carlos Franklin
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
44
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Date
Lieu
Artistes
Titre
Interprètes
8, 9, 10, 11
juin
Ircam
Grand Magasin
Le déplacement
du problème (CM]
Pascale Murtin, Bettina Atala, François Hiffler
8-juin
Centre Pompidou
Aka Moon
création (CM]
Fabrizio Cassol, saxophone, Michel Hatzigeorgiou,
basse, Stéphane Galland, drums
8 au 19 juin
Ircam
Richard Siegal
If/Then : Installed
installation interactive
9 au 26 juin
Siemens
Pierre Jodlowski
Passage (CM]
Dispositif sonore de déviation perceptive
9-juin
Cité de la musique
Luis Fernando RizoSalom
Trois Manifestes (CM]
Ensemble intercontemporain
Dir. Susanna Mälkki
Luciano Berio
Passaggio
Cappella Amsterdam, Daniel Reuss/chef de
chœur, Le Jeune Chœur de Paris,
Geoffroy Jourdain/chef de chœur
Luciano Berio
Formazioni
Orchestre de Paris
Anton Webern
Cinq pièces, opus 10
Dir. Jean Deroyer
Bruno Mantovani
Le Livre des illusions (hommage à Ferran Adrià) (CM]
11-juin
Salle Pleyel
12 et 14 juin
Musée du Louvre
Mauro Lanza, Olivier
Pasquet
Häxan, la sorcellerie à
travers les âges (CM]
Ciné-concert
13-juin
Centquatre
Aaron Einbond
What the blind see,
Cursus 2 (CM]
Ensemble L’Instant donné
Ensemble L’Abrupt
Fernando
Villanueva Carretero
Bukowski Madrigals,
Cursus 2 (CM]
Paul Clift (création
musicale)/Alban Richard (création
chorégraphique)
With my limbs in the dark,
Cursus 2 (CM]
Alban Richard
Luisance Luciano Berio
Coro
Brussels Philharmonic-The Orchestra of Flanders
- Dir. Michel Tabachnik Luca Francesconi
Sirènes (CM]
Chœur de la Radio Flamande - Bo Holten/chef de
chœur
13-juin
Cité de la musique
14, 15 juin
Centre Pompidou
Hèctor Parra Livret :
Lisa Randall Scénographie : Matthew Ritchie
Hypermusic Prologue (CM]
Ensemble intercontemporain, Dir. Clément Power
16-juin
Église Saint-Eustache
Toshio Hosokawa
Cloudscape
Francesco Filidei, orgue
Philip Maintz
Ferner, und immer ferner
(CM]
Hyun-Hwa Cho (création musicale) Raphaël
Thibault (création vidéo)
Vox Humana, Cursus 2
(CM]
Iannis Xenakis
Gmeeoorh
György Ligeti
Omaggio a G. Frescobaldi
/ Coulée
Vassos Nicolaou
Otemo (CM]
Daniel Ciampolini, percussion
Georges Aperghis
The only line [CF]
Hae-Sun Kang, violon, Odile Auboin, alto
Dai Fujikura
prism spectra (CM]
Marco Stroppa
hist whist [CF]
Luciano Berio
Naturale
Alberto Posadas (musique)/Carlos Franklin
(vidéo)
Cuatro escenas negras
(CM]
Francisco Guerrero
Zayin VI
Philippe Schœller
Oper-spective Hölderlin
(CM]
Arnold Schoenberg
String quartet no. 2, op. 10
Denis Cohen
Erinnerung (CM]
17-juin
Musée d’Orsay
19-juin
Ircam
19-juin
Centre Pompidou
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Irvine Arditti, violon, L’Itinéraire, Dir. Mark Foster
Barbara Hannigan, Quatuor Arditti
45
singularité artistique, démocratisation des usages
Inspiré par la figure de Berio et par l’esprit de Borges,
Agora 2009, sous l’intitulé des Sentiers qui bifurquent, a pris
la forme d’une rencontre transdisciplinaire inédite autour
de la notion de complexité dans les arts et la science. Les
labyrinthes des Sentiers qui bifurquent appartiennent à
l’architecture et à la littérature contemporaines, à la dramaturgie musicale et au montage cinématographique, à la
trajectoire de Luciano Berio et à la signature de Lars von
Trier, deux figures centrales du festival de l’Ircam. L’ambition de ce festival inédit à l’Ircam était immense : dessiner
une perspective et une résonance communes à des disciplines généralement séparées, offrir à la création musicale
des alliés substantiels hors de son champ.
Au travers des vingt créations du festival 2009, l’Ircam présentait une conjonction inespérée, élaborée depuis plusieurs
années dans les studios avec des formats multiples. Dans
ce contexte exceptionnel, l’Ircam a pu exposer une convergence entre ses trois grands champs d’activité : le domaine
artistique (les créations et le cycle Berio), le domaine
scientifique (symposium Complexité), et le domaine technologique (OMax, Same, WFS). Les œuvres marquantes de
Luciano Berio (Coro, Formazioni, Passagio) côtoyaient les
créations de Luis Fernando Rizo-Salom, Luca Francesconi
et Bruno Mantovani. Ici la collaboration avec la Cité de la
musique et la Biennale d’art vocal s’est avérée une réussite.
Autre fait marquant : la présence de la création espagnole
et sud-méricaine avec Alberto Posadas, Hèctor Parra, et
Luis Fernando Rizo-Salom, pour trois projets ambitieux,
singuliers et audacieux.
Le festival 2009 fut celui de toutes les nouveautés : première
collaboration avec l’Orchestre de Paris pour la création de
Bruno Mantovani, première collaboration publique avec Le
CENTQUATRE pour les sorties du Cursus 2, avec Siemens
France autour de l’installation de Pierre Jodlowski, première utilisation du système WFS en situation de concert
pour la création de Philippe Schoeller.
Les rencontres sur la complexité réunissant notamment les
cinéastes Lars von Trier et Raoul Ruiz, les écrivains Mark
Danielewski et Renaud Camus, le compositeur Brian Ferneyhough et le philosophe Jean-Pierre Dupuy auront créé
une cohérence avec les œuvres musicales jouées. Fruit
d’une collaboration renforcée avec le Centre Pompidou, ces
rencontres rassemblaient des publics jusqu’ici dissociés.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Enfin, parmi les répercussions du festival, on notera essentiellement les reprises de ses créations en tournées. La
trace des rencontres scientifiques des Sentiers qui bifurquent se retrouve sous la forme d’un entretien filmé avec
Henri Atlan et dans la parution du journal l’Étincelle de
l’automne 2009.
La nouvelle formulation d’Agora aura attiré à Paris un grand
nombre d’acteurs internationaux de la musique contemporaine et a rencontré un écho très renforcé dans la presse
étrangère. La fréquentation publique s’avère satisfaisante
tout au long des deux semaines de création. Cet « essai »,
destiné à rompre l’isolement de la création musicale, sera
transformé dès 2010 avec de nouveaux partenaires.
Les TOURNÉES ET MASTER CLASSES
Les tournées jouent un rôle fondamental dans la diffusion des œuvres réalisées à l’Ircam et contribuent à faire
connaître, tant les compositeurs ayant travaillé dans nos
studios, que les technologies mises en œuvre. Les concerts
sont fréquemment accompagnés d’ateliers pédagogiques.
Deux manifestations prestigieuses de l’été ont mobilisé
l’Ircam en 2009 (festival d’Helsinki et festival de Lucerne),
bientôt suivies des rendez-vous européens de la création
musicale (Musica, à Strasbourg, et Donaueschingen). Le
festival Agora 2009 était également le point de départ d’une
série de reprises, essentielles au rayonnement de la création musicale. Reprise à Bruxelles et Madrid de Hypermusic
Prologue de Parra, reprise de l’installation « Passage » de
Pierre Jodlowski et développement en 2010 de son travail
interactif Grainstick pour le projet européen Same. Reprise
de la création de Bruno Mantovani avec l’Orchestre de Lille,
reprises des œuvres solistes présentées au musée d’Orsay,
à Lucerne comme à Monaco.
© Christophe Egea
4
46
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Artistes
Titre
Dates
Description
Jonathan Harvey
Speakings
5 mars, Glasgow city hall
reprise
Marc Monnet
Bosse, crâne rasé, nez crochu
9 avril, Printemps des Arts de Monte-Carlo
reprise
Marco Stroppa
hist whist
12 avril, Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo
création
Michael Jarrell
Cassandre
13 juin, Nuits de Fourvière, Lyon
reprise
Pierre Boulez
Dialogue de l’ombre double
14 août, Finlandia Hall, Festival d’Helsinki
reprise
…explosante-fixe…,
14 août, Finlandia Hall, Festival d’Helsinki
reprise
Luca Francesconi
Etymo
14 août, Finlandia Hall, Festival d’Helsinki
reprise
Yann Robin
Art of Metal III
14 août, Finlandia Hall, Festival d’Helsinki
reprise
3 octobre, Festival Musica
reprise
Kaija Saariaho
Amers
23 août, Festival de Lucerne
reprise
Lonh
23 août, Festival de Lucerne
reprise
Noa noa
23 août, Festival de Lucerne
reprise
Solar
23 août, Festival de Lucerne
reprise
Luca Francesconi
Etymo
23 août, Festival de Lucerne
reprise
Karlheinz Stockhausen
Gesang der Junglinge
23 août, Festival de Lucerne
reprise
Pierre Boulez
Répons
5 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Pierre Boulez
Dialogue de l’ombre double
24 août au 6 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Anthèmes 2
24 août au 6 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Luis Naón
Caprices 1, 2, 3, 4
24 août au 6 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Yann Robin
Art of Metal II
24 août au 6 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Luca Francesconi
Animus 1 et 2
24 août au 6 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Marco Stroppa
I will not kiss your f. flag
24 août au 6 septembre, Festival de Lucerne
reprise
Stefano Gervasoni
Com que voz
15 septembre, Théâtre de la Monnaie, Bruxelles
reprise
Georges Aperghis
Machinations
11, 12, 13 septembre, São Paulo
reprise
25 septembre, Festival Automne à Varsovie
reprise
2 octobre, Arsenal de Metz
reprise
21 octobre, Tallin
reprise
Roque Rivas
Conical Intersect
2 octobre, Kings Place Festival
reprise
Unsuk Chin
Double Bind ?
22 octobre, Seoul Art Center
reprise
Jukka Tiensu
Nemo
24 octobre,Concert Hall at the Korean national
University of Arts, Séoul
reprise
York Höller
Résonance
24 octobre,Concert Hall at the Korean national
University of Arts, Séoul
reprise
Pierre Boulez
Anthèmes 2
24 octobre,Concert Hall at the Korean national
University of Arts, Séoul
reprise
Raphaël Cendo
Introduction aux ténèbres
18 octobre, Festival de Donaueschingen
création
Jonathan Harvey
Quatrième Quatuor à cordes
21 novembre, Saint Paul’s Hall, Huddersfield
reprise
Hèctor Parra
Hypermusic prologue
27, 28 novembre, Barcelone
reprise
6 décembre, Luxembourg
reprise
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
47
4
singularité artistique, démocratisation des usages
© Agnès Fin
■ Ateliers pédagogiques – Formations hors les murs
Chiffres clés
3 lieux internationaux d’intervention
124 stagiaires
252h de face à face pédagogique
4 formateurs de l’équipe PAC, 5 formateurs
de l’équipe Production
5 intervenants artistiques extérieurs (EIC)
Le principe est d’articuler les activités pédagogiques hors
les murs avec les temps forts de la présence artistique de
l’Ircam à l’étranger. Des ateliers ont été organisés à l’occasion des festivals d’Helsinki, de Lucerne et de Musica Nova
de São Paulo.
Le programme des stages et ateliers s’adapte aux différents contextes des institutions d’accueil : jeune public pour
Helsinki, jeunes interprètes pour Lucerne, formation professionnelle des compositeurs à São Paulo.
Où
Helsinki Festival (FI)
Lucerne Festival Académie (CH)
Festival Musica Nova
São Paulo (BR)
Quoi
Ateliers de découverte de
l’informatique musicale
Ateliers d’interprétation (musique mixte)
Ateliers d’informatique musicale
Qui
Jean Lochard
Grégoire Lorieux
Grégoire Lorieux
(avec
Pierre Strauch)
Thomas Goepfer
Hendrik Manook
Robin Meier
Benoit Meudic
Gilbert Nouno
(avec
Odile Auboin
Alain Billard
Hae-Sun Kang
Benny Sluchin)
Emmanuel Jourdan
Mikhail Malt
Quand
13 + 14 août 2009
4 – 6 sept 2009
27 août – 8 sept 2009
3 – 8 sept 2009
Public
Adolescents
Jeunes instrumentistes
(7 x 8 stagiaires)
(4 x 6 stagiaires)
Instrumentistes en voie
de professionnalisation
(4 x 4 stagiaires)
20 Compositeurs diplômés
(+ 8 auditeurs libres)
14h
de face à face pédagogique
16h
de face à face pédagogique
180h
de face à face
pédagogique
42h
de face à face pédagogique
Nbr h
Le soutien du RÉSEAU VARÈSE
Créé à Rome en 1999, le Réseau Varèse réunit vingt et un
partenaires représentant dix-sept pays européens. Depuis
2000, soutenu par le programme Culture 2000 de la Commission européenne, il s’emploie à favoriser les échanges
européens et la diffusion de projets musicaux européens.
Un nouveau projet 2009-2014 s’articule autour d’une activité qui répond aux objectifs que s’est fixée l’association
pour développer, inciter et consolider les coopérations
européennes en matière de création musicale, par le biais
de collaborations artistiques transnationales et grâce à la
diffusion des œuvres et des productions à l’échelle européenne, via les membres du réseau.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Onze programmes musicaux, un programme de commandes
aux compositeurs, un développement des activités pédagogiques et éducatives et un cycle de conférences constituent
le projet du Réseau Varèse pour la période 2009-2014.
Les dossiers engagés par l’Ircam dans le cadre du Réseau
Varèse sont suivis administrativement par l’équipe de Production.
En 2009, l’Ircam a impliqué le réseau dans la création et la
diffusion du concert Francisco Guerrero/Alberto Posadas
(19 juin, festival Agora) et de Glossopoeia du compositeur Alberto Posadas et du chorégraphe Richard Siegal
(18 décembre),
48
4
singularité artistique, démocratisation des usages
LA VITALITÉ DE LA VIE INTELLECTUELLE
Le SYMPOSIUM INTERNATIONAL
« LA COMPLEXITÉ DANS LES ARTS
ET LA SCIENCE »
© Les films du Losange
Ircam, 10-12 juin 2009
http://agora2009.ircam.fr/symposium.html
La programmation de ce symposium international s’inscrivait dans la lignée de l’organisation à l’Ircam d’événements
publics associant scientifiques et artistes autour de questions interdisciplinaires représentatives de problématiques
artistiques contemporaines. Elle revêtait en 2009 une nouvelle dimension en tant que thématique centrale du festival
Agora, en lien avec sa programmation artistique, et également dans l’extension des collaborations institutionnelles
qu’elle a impliquées, en particulier avec la programmation
du Centre Pompidou (entretien et rétrospective Lars Von
Trier et soirée « Les espaces labyrinthiques de Mark Danielewski, Brian Ferneyhough et Lars von Trier »).
Pour nous orienter dans le vaste réseau des questions partagées entre acteurs des sciences ou des arts lors de ces
journées, nous avons choisi d’organiser les rencontres en
trois thématiques :
• la thématique Langages consacrée à la pensée de l’écriture, les mathématiques, les langages formels, la logique
et l’informatique, la complexité algorithmique ;
• la thématique Conceptions autour de la pensée systématique de la création, de l’engendrement, de la complexité
structurale, de l’intentionnalité, des dispositifs (auto)poïétiques ;
• la thématique Temps, Espace et Perception a abordé la
complexité physique et perceptive, les modèles de mémoire,
d’anticipation et de surprise, la narration, l’histoire, l’interprétation, les grandes échelles de réseaux et de sociétés.
Dans chacune de ces thématiques générales, et de manière
transversale, les concepts importants des sciences de la
complexité, notamment auto-organisation, autonomie et
émergence dans les systèmes loin de l’équilibre, ainsi que
les grands paradigmes domaines (physique, biologie, information, etc.) ont à la fois été explicités pour le public et mis
à l’épreuve d’une confrontation avec les pratiques artistiques, aussi bien comme outils d’analyse que de création.
■ Comité de pilotage
Gérard Assayag (Ircam), Paul Bourgine (ISCPIF), John Casti
(IIASA), Andrew Gerzso, Frank Madlener, Hugues Vinet
(Ircam).
■ Argument
Peut-on interroger les conditions de la conception, de
l’écriture, de la réalisation, de la réception sous l’angle
de la complexité dans le cinéma, la littérature, la peinture, l’architecture comme dans la musique ? Les modèles
scientifiques semblent nous enseigner que les systèmes
qui captent notre intérêt sont au « bord du chaos ». C’est
en effet à la frontière de l’ordre et du chaos que les systèmes évoluent vers des niveaux supérieurs d’organisation,
et que les attracteurs sont suffisamment nombreux pour
susciter un front d’innovation soutenu tout en évitant – pour
l’observateur – l’épuisement cognitif inhérent à l’ordre ou
au désordre total, tout en favorisant aussi des possibilités
d’appropriation progressive qui réduisent à leur tour l’intensité de la surprise.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Comité scientifique
Moreno Andreatta (Ircam), Omar Berrada (Centre Pompidou), Jean-Pierre Boon (Université de Bruxelles), Paul
Bourgine (ISCPIF), John Casti (IIASA), Marc Chemillier
(EHESS), Jean-Pierre Dupuy (CREA, Stanford University).
■ Collaborations
Ircam, CNRS, Centre Pompidou, Institut des systèmes
complexes de Paris Ile-de-France (ISC-PIF), CREA École
polytechnique, Université libre de Bruxelles, International
Institute for Applied Systems Analysis (IIASA).
■ Intervenants du symposium
Denis Weaire (Trinity College, UK), Wiebke Drenchkhan
(Laboratoire de physique des solides, Orsay), Emmanuel Bigand (université de Bourgogne), Philippe Albera
(Conservatoires de Genève et de Lausanne, Suisse), John
Casti (International Institute for Applied Systems Analysis,
Vienne, Autriche), Shlomo Dubnov (University of California
at San Diego, USA), Mario Caroli (interprète), Hèctor Parra
(compositeur), Lisa Randall (Harvard University, USA),
Andrée C. Ehresmann et Jean-Paul Vanbremeersch (uni-
49
4
singularité artistique, démocratisation des usages
versité de Picardie Jules Verne), Fabien Lévy (Columbia
University, USA), Carl Djerassi (Stanford University, USA),
Marc Chemillier (EHESS), Dmitri Tymoczko (Princeton University, USA), Geoffroy Drouin (Compositeur, EHESS), Paul
Bourgine (CREA-École polytechnique, Institut des sciences
complexes), Grégoire Carpentier (Ircam), Jean-Pierre Boon
(Université Libre de Bruxelles, Belgique), Jean-Luc Hervé
(compositeur), Philippe Rahm (Architecte, Suisse).
À l’issue de ces séances qui ont mobilisé un public nombreux et assidu, les participants ont été invités à compléter
un questionnaire destiné à recueillir leur avis sur cette
expérience et contribuer à l’amélioration de fonctions
développées dans le projet.
© Ircam
Les autres événements organisés conjointement au symposium étaient les suivants :
• une rencontre en visioconférence avec le cinéaste Lars
Von Trier, le 8 juin à 20 h 30 au Centre Pompidou, dans le
cadre de la rétrospective qui lui était consacrée ;
• une soirée le 10 juin à 19 h 30 au Centre Pompidou sur le
thème « Les espaces labyrinthiques de Mark Danielewski,
Brian Ferneyhough et Lars von Trier » en présence de l’écrivain, du compositeur et du cinéaste (ce dernier en visioconférence) ;
• une soirée le 12 juin à 19 h 30 à l’Ircam sur le thème « Passage des temps », en présence du philosophe Jean-Pierre
Dupuy, du cinéaste Raoul Ruiz, de l’écrivain Renaud Camus
et du musicologue Philippe Albèra ;
• la réalisation d’un entretien filmé avec le biologiste Henri
Atlan, dont les quatre parties ont été diffusées au cours du
colloque (et qui sont accessibles en ligne à :
http://agora2009.ircam.fr/symposium.html).
Le PROJET EUROPÉEN same :
expérimentation de prototypes
d’interaction musicale
16-19 juin, studios 4 et 5, Ircam.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
© Ircam
Le projet européen SAME, auquel participe l’Ircam, a pour
objectif l’expérimentation de dispositifs technologiques
offrant au mélomane de nouveaux modes d’interaction
avec la musique, notamment sur les téléphones mobiles
(www.sameproject.eu). Le public a été invité à découvrir et
à manipuler les prototypes issus des travaux du projet et
illustrant de nouveaux modes de manipulation interactive
de contenus musicaux :
• Grainstick (Ircam, conception artistique Pierre Jodlowski) ;
• Mobile Orchestra Explorer (université de Gênes, Italie) ;
• pyDM – Contrôle expressif d’une interprétation au piano
(KTH, Suède) ;
• Fishing Game (Ircam) ;
• Audio Explorer (université Pompeu Fabra, Espagne) ;
• Mobile Expressive Music Performance (KTH, Suède) ;
• Zagora (Nokia, Finlande) ;
• Mobile Sonic Plaground (TKK, université d’Helsinki,
Suède) ;
• Sync’n’Move (université de Gênes, Italie).
50
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Le COLLOQUE SAXOPHONE
Vendredi 6 novembre 2009 Ircam, Espace de projection et
salle Igor-Stravinsky
Le SYMPOSIUM « MUSIQUE ET COGNITION.
AUTOUR DE L’APPORT DE JOHN SLOBODA »
Vendredi 23 janvier 2009 Ircam, salle Igor-Stravinsky
© Henri Selmer Paris
Cette séance exceptionnelle du séminaire MaMux réunissait un panel international de chercheurs autour de la personnalité de John Sloboda.
Ce colloque s’inscrivait dans le cadre des journées Saxophone organisées autour de la personnalité du saxophoniste Claude Delangle du 4 au 6 novembre dans divers lieux
parisiens (http://saxophone-evenement.com/sax_espace.
html). Il a été l’occasion de réunir instrumentistes, chercheurs, luthiers et un ensemble d’institutions concernées
(Société française d’acoustique, associations Adolphe Sax
et Saxophone événement, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, musée de l’Armée
et sociétés Selmer et Vandoren) pour faire un point relativement complet de l’actualité de cet instrument. Un concert
en soirée comportant plusieurs créations pour saxophone
(Gérard Buquet, Marco Stroppa, Philippe Leroux) et une
œuvre de Franco Donatoni a clos les journées.
■ Intervenants :
Jane Ginsborg (Royal Northern College of Music, Manchester, UK), Daniel Müllensiefen et Geraint A. Wiggins
(Centre for Cognition, Computation and Culture Goldsmiths, University of London), Mario Baroni, Rossana Dalmonte, Roberto Caterina (Univ. Bologna & Trento, Italie),
Michel Imberty (université de Paris-10, Nanterre), Nicholas
Cook (Royal Holloway, Centre for the History and Analysis of
Recorded Music, CHARM), Barbara Tillmann (CNRS, UMR
5020, Lyon), Emmanuel Bigand (LEAD/CNRS UMR 5022,
Dijon), Adam Ockelford (Southlands College, Roehampton
University, London), Richard Parncutt (Univ. Graz, Autriche),
John Sloboda (University of Keele and Royal Holloway,
University of London).
■ Intervenants
Florence Gétreau (CNRS, Institut de recherche sur le patrimoine musical en France), Bruno Kampmann (expert en
instruments de musique), Jean-Pierre Dalmont et Bruno
Gazengel (Laboratoire d’acoustique de l’université du
Maine), Jean-Paul Gauvin (Paris, entreprise Vandoren),
Marco Stroppa (compositeur), Gérard Buquet (compositeur et interprète), Claude Delangle (interprète) et Marcus
Weiss (interprète), Jean Kergomard (CNRS-Laboratoire de
mécanique et d’acoustique), René Caussé (Ircam-CNRS),
Philippe Guillemain (CNRS-Laboratoire de mécanique et
d’acoustique), Gary Scavone et Antoine Lefebvre (université McGill de Montréal), Joël Bensoam et Nicholas Ellis
(Ircam).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
51
4
singularité artistique, démocratisation des usages
L’INNOVATION DANS L’ACTION CULTURELLE
ACTION CULTURELLE PAR LES FILMS :
Série « Images d’une œuvre »
et avant-premières
Saisir quelques instantanés de la fabrication d’une œuvre,
voir un compositeur au travail, éclairer les sources et
les enjeux de la création du soir. La série documentaire
« Images d’une œuvre », coproduite par l’Ircam et le Centre
Pompidou, porte un regard filmé sur le processus d’élaboration d’une œuvre musicale. Elle montre notamment les
modalités d’interaction entre les différents collaborateurs
impliqués dans une création, du côté artistique comme du
côté scientifique.
La projection du film, lors d’une avant-première publique
juste avant la création de l’œuvre en question, est prolongée
par une rencontre entre l’auteur du film, des membres de
l’équipe artistique et le public. Le film est par la suite diffusé sur les sites Internet de l’Ircam et des partenaires et
accompagne les productions dans les tournées.
L’Ircam souhaite ainsi renouveler la manière de s’adresser
au public curieux de création :
• documenter et valoriser les activités et créations de l’Ircam ;
• améliorer la connaissance du public sur « ce qui se passe »
à l’Ircam ;
• offrir des moments privilégiés au public en lui donnant
accès aux coulisses de la création et à travers la rencontre
avec l’artiste qui suit la projection.
Depuis l’automne 2007, sept films ont été réalisés dans le
cadre de la série, dont deux en 2009 :
• « Les temps tiraillés de Georg Friedrich Haas et Myriam
Gourfink » ;
• «“L’électronique de chambre” de Marco Stroppa ».
■ Enjeux
L’Ircam et le Centre Pompidou ont mis en place le projet
pilote d’éducation artistique « Les ateliers de la création »
en 2007-2008, pour trois ans, afin de répondre à trois objectifs principaux :
• proposer à des élèves de lycées professionnels, éloignés du monde de l’art et de ses institutions, une plongée
au cœur de la création la plus contemporaine, durant une
année scolaire, en abordant conjointement les arts visuels,
les arts du son et les nouvelles technologies ;
• réfléchir à un dispositif pédagogique innovant, qui s’inscrive dans la réforme du bac professionnel en trois ans,
et réponde notamment aux nouveaux programmes « Arts
appliqués et cultures artistiques » qui mentionnent les arts
du son ;
• documenter cette expérience afin de produire des outils
méthodologiques qui puissent servir à l’ensemble des porteurs de projets dans les lycées professionnels et les institutions culturelles.
■ Réalisations
• Année 2008-2009 (année 2 du projet) :
Après la validation des principes pédagogiques avec trois
classes en 2007-2008, le projet a été reconduit avec deux
classes en 2008-2009. Outre l’affinement du dispositif, l’accent a été mis sur la documentation systématique du projet :
réalisation d’un documentaire, entretiens avec les élèves
et les acteurs du projet, production de textes et d’analyses
via un blog alimenté par les élèves, les enseignants et les
médiateurs culturels, constituant ainsi une mémoire du
projet ;
LES ATELIERS DE LA CRÉATION : PARCOURS
EXPÉRIMENTAL DESTINÉ À L’ENSEIGNEMENT
PROFESSIONNEL
© Centre Pompidou_Jean Claude Planchet
© DR
Encadrement pédagogique : Grégoire Lorieux
Coordination : Anne Becker
Un projet d’éducation artistique pilote à la croisée des arts
visuels, des arts du son et des nouvelles technologies.
Pilotes : Ircam et Centre Pompidou
Destiné aux lycées professionnels
Chiffres clés
2 lycées professionnels partenaires – 54 élèves – 16 professeurs impliqués
50 heures de face à face pédagogique
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
52
4
singularité artistique, démocratisation des usages
• Année 2009-2010 (année 3 du projet) :
La troisième et dernière année du projet pilote sera consacrée à la production d’un outil en ligne de valorisation et de
diffusion de l’expérience dans la communauté éducative. Ce
site, disponible en avril 2010, comprendra :
- un film de 52’ ;
- la documentation complète du projet pilote et des analyses ;
- une méthodologie pour le montage de projet et des
ressources pour les enseignants ;
- une des classes ayant participé au projet en 20082009 a poursuivi le travail au cours du premier trimestre
2009-2010 afin d’en compléter la documentation et d’en
mesurer les effets un an plus tard.
■ Déroulement
Ce projet se présente comme un parcours à la croisée des
arts visuels, des arts du son et des nouvelles technologies.
Durant plus de vingt heures d’ateliers encadrés par des
médiateurs de l’Ircam et du Centre Pompidou, complétés
par des rencontres avec des artistes et des spectacles,
l’élève explore une œuvre plastique du musée national d’art
moderne de semaine en semaine, dépasse sa perception
spontanée pour décrypter les matériaux et les processus
à l’œuvre dans le travail de l’art, acquiert un vocabulaire
spécifique, s’approprie les techniques de prise de son et
de studio afin de créer lui-même une scène sonore qui est
comme une lecture créative de l’œuvre plastique. Par cette
appropriation progressive, il est à même de devenir finalement le médiateur des œuvres pour un autre public, à l’occasion d’une restitution dans les espaces du musée.
Équipes des ateliers de la création 2008-2009
Les ateliers de la création ont mobilisé plusieurs équipes à l’Ircam, au Centre Pompidou
et dans les établissements scolaires.
Encadrement
pédagogique
Académie de Paris
Académie de Versailles
Académie de Paris
Année scolaire
2008-2009
2008-2009
2009-2010
Établissement scolaire
Lycée Camille Jenatzy
6, rue Charles Hermite
75018 Paris
Lycée polyvalent Louis Blériot
2, avenue de Meunier
91150 Étampes
Lycée Camille Jenatzy
6, rue Charles Hermite
75018 Paris
Classe
Deuxième année Bac pro (3 ans)
Maintenance automobile
Première année bac pro (2 ans)
Commerce
Troisième année bac pro (3 ans)
Maintenance automobile
Équipe enseignante
Rowena Van de Valle
Joao Barbosa/André Férérra
Lionel Romier
Pascale Schemali
Rowena Van de Valle
Prune Hébert
Joao Barbosa/André Férérra
Médiateur Ircam
Grégoire Lorieux
Thibault Walter
Grégoire Lorieux
Médiateur CGP
André Avril
Norbert Godon
Pierre Ryngaert
Œuvre de référence
Plight de Joseph Beuys
Jardin d’hiver de Jean Dubuffet
Untitled (Passage II) de Cristina
Inglesias
Pilotage
Marie Rouhète, Marie-Hélène Vincent-Choukroun (Centre Pompidou)
Cyril Béros, Anne Becker (Ircam)
Coordination éditoriale du site Internet
Sara Audigier
Réalisation du film documentaire et des entretiens filmés
Sonia Cantalapiedra
(son et montage : Jean-Baptiste Delpias)
Partenaires :
Ce projet a bénéficié du soutien logistique et financier des
partenaires suivants :
• ministère de la Culture et de la communication, Service
de la coordination des politiques culturelles et de l’innovation (anciennement Délégation au développement et aux
affaires internationales de la DMDTS) ;
• Fondation Jean-Luc Lagardère ;
• ministère de l’Éducation nationale, rectorats de Paris,
Versailles et Créteil, délégations académiques à l’éducation
artistique et à l’action culturelle
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Presse/valorisation
• Culture Communication, le magazine du ministère de la
Culture et de la communication, n° 171, juillet 2009 ;
• Beaux-Arts « L‘éducation artistique et culturelle de la
maternelle au lycée », n° hors série en partenariat avec le
ministère de la Culture et de la Communication (DDAI), septembre 2009 ;
• Communication aux journées des professionnels des services éducatifs des musées, Moma, New York, mai 2009 ;
• Communication aux Journées d’étude du réseau européen
des services éducatifs des musées (partenaires Kiasma,
Tate, etc.), mai 2009.
53
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Colloque « l’éducation artistique », Fondation Genshage,
Berlin, juin 2009 ;
Journées professionnelles « enseignement musical et
nouvelles technologies », Stadtklangnetz et Horschule de
Cologne, octobre 2009.
■ Principe et thématiques 2009
Le PARCOURS DÉCOUVERTE:
DESTINÉ À L’ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL
Instrument réel/Instrument virtuel
Public : collèges (à partir de la 4e) et lycées d’enseignement
général.
Un atelier de lutherie virtuelle pour redécouvrir le phénomène sonore et les instruments de l’orchestre. Quels sont
les éléments constitutifs des instruments de musique ?
Quels gestes permettent de produire du son ? Comment
représenter ces éléments et ces actions sous forme numérique ? Peut-on différencier un son acoustique d’un son
artificiel ? Peut-on imaginer des instruments monstrueux,
telle une corde en bois d’un kilomètre de long ?
Encadrement pédagogique : Grégoire Lorieux
Coordination : Fleur Gire
Chiffres clés
15 parcours - 267 élèves accueillis à l’Ircam
50 heures de face à face pédagogique
Les parcours découverte de l’Ircam permettent aux enseignants de susciter une rencontre privilégiée entre les élèves
et étudiants, la création contemporaine et la recherche
musicale. Ils associent une visite de l’institut, une activité
(atelier ou conférence) et une place de concert.
© Olivier Panier des Touches
Du labo au studio
Public : lycées d’enseignement général et universités.
Un parcours modulaire pour plonger au cœur de l’expérimentation sonore et de la recherche musicale à l’Ircam.
Tous les aspects de la pratique musicale sont amenés à
être repensés à l’aune des progrès de la connaissance et
des développements technologiques. De la conception des
instruments jusqu’à celle de la salle de concert et de la
perception, en passant par l’analyse et la transformation
du son ou par le développement de dispositifs d’interaction
temps réel, c’est tout à la fois la composition, l’interprétation et la diffusion de la musique qui se trouvent renouvelées. Pour comprendre ces différentes mutations, et leurs
implications dans le domaine de la création musicale, « Du
labo au studio » propose différents modules à construire
suivant les centres d’intérêt de la classe :
• « spatialisation » : conception et diffusion du son dans son
espace, invention d’une lutherie à l’échelle de la salle de
concert, recherches de pointe sur les nouveaux systèmes
de haut-parleurs : vers une holographie sonore ?
• « voix » : spécificités spectrales, synthèse vocale et hybridations : comment (se) joue(r) l’identité vocale ?
• « interaction » : interfaces homme-machine, processus
de contrôle du son électronique, technologies de captation
du son et du geste musical : comment penser les relations
entre interprète et ordinateur ?
• « acoustique instrumentale » : modélisation des instruments existants et conception de nouveaux instruments :
quelles perspectives pour le métier de luthier ?
• « CAO » (composition assistée par ordinateur) : outils d’esquisses informatiques, formalisation de l’écriture : en quoi
et comment le calcul informatique vient-il nourrir l’imaginaire du compositeur ?
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
54
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Métamorphoses de la voix
Public : lycées d’enseignement général, option musique,
classes de culture musicale des écoles de musique.
Créer une lecture d’un texte contemporain, enrichie avec
les moyens de l’informatique musicale : un travail d’interprétation, d’invention et de production sonore, accompagné
par un comédien.
■ Réalisations
Tableau récapitulatif des parcours de l’année 2009
Date
Établissement
Parcours
Section
élèves
Concert
21/01/09
Lycée Victor Duruy
Labo/studio
Terminal histoire de l’art
12
09/04/09 « Sprechcantando »
Espace de projection
05/02/09
Université de Stanford
Labo/studio
Terminal histoire de l’art
18
05/02/09 « Quatuor II Incipit »
Espace de projection
05/03/09
Collège Saint-Joseph
Labo/studio
3e
20
06/03/09 « Coloana Infinita »
Radio France
06/04/09
Lycée Montaigne
Métamorphoses
2e et 1ère op. musique
13
09/04/09 « Sprechcantando »
Espro
15/05/09
Lycée Stephen Hawking
de Neckargemûnd
Labo/studio
Terminale histoire de l’art
15
Concert indépendant
28/05/09
Lycée Pasteur Lille
Labo/studio
lycéens op. musique
24
Concert indépendant
09/06/09
Université De los andes
Labo/studio
(anglais)
étudiants musique
31
09/06/09 Agora Cité de la
musique
19/06/09
Université RWTH d’Aix-la-Chapelle
Labo/studio
étudiants architecture
7
19/06/09 « Scènes noires »
19/06/09
Collège du Vieux Pont à Boulogne
Réel/virtuel
4e
16
19/06/09 générale
« Scènes noires »
21/10/09
Collège du Pays de Sault
Réel/virtuel
3e
40
Concert indépendant
(Ensemble interontemporain
à la Cité de la musique)
02/11/09
MJC de Sens
labo/studio
15 - 20 ans
9
Concert annulé
(grève Centre Pompidou)
05/11/09
Service culturel de l’université d’Orléans
Labo/studio
étudiants patrimoine
20
Concert indépendant
12/11/09
Lycée Victor Duruy à Paris
Réel/virtuel
Terminale histoire de l’art
25
Tremplin Cursus 15/10
03/12/09
Lycée Frédéric Mistral à Fresnes
Réel/virtuel
Terminale histoire de l’art
12
Concert annulé
(grève Centre Pompidou)
10/12/09
IEM Mallet à Richebourg
Réel/virtuel
15-20 ans
5
Concert annulé
(grève Centre Pompidou)
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
55
4
singularité artistique, démocratisation des usages
LES OUTILS INFORMATIQUES D’AIDE
À LA PÉDAGOGIE POUR L’ENSEIGNEMENT
MUSICAL : MUSIQUE LAB
Musique Lab 1 et 2 sont des environnements d’aide à la
pédagogie musicale, élaborés grâce à l’expertise de professeurs d’éducation musicale, dans le cadre d’un partenariat
entre l’Ircam et le ministère de l’Éducation nationale. Marquant l’engagement de l’Ircam pour une large démocratisation des technologies issues de ses laboratoires, les outils
Musique Lab 1 et 2 s’appuient sur le travail de plusieurs
générations de compositeurs et chercheurs, et mettent
cette richesse musicale, ce potentiel pédagogique, cette
puissance d’invention à disposition des enseignants et des
élèves sous une forme intuitive et modulaire.
■ Musique Lab 1
Musique Lab 1 est un ensemble de cinq applications qui
explorent chacune un domaine particulier de la création
sonore en s’appuyant sur des notions fondamentales du
langage musical : hauteur et intensité, polycycles, nuages
(textures), échelles et modes, construction rythmique. Ces
programmes peuvent être utilisés à la fois comme outil
d’explication et de compréhension de ces notions et comme
support d’ateliers d’invention. Utilisés par le professeur, ce
sont des outils d’expérimentation et de démonstration originaux. Utilisés par l’élève, ils proposent des parcours de
découverte des fondamentaux du langage sonore et invitent
à des activités de création musicale, toujours parfaitement
contrôlée par l’écoute.
■ Musique Lab 2
Conçu en étroite collaboration avec les professeurs d’éducation musicale, Musique Lab 2 est un environnement d’aide
à la pédagogie musicale basé sur OpenMusic, l’environnement de CAO de l’Ircam utilisé par plusieurs générations de
compositeurs, musicologues et chercheurs. Outil présentant une grande diversité d’usages, Musique Lab 2 s’insère
dans la pédagogie de l’enseignant, sans contraindre ses
pratiques familières.
Accompagné de nombreux exemples musicaux et de
séquences pédagogiques, Musique Lab 2 permet d’explorer
les paramètres du son, de manipuler des matériaux musicaux ou encore de reconstruire des fragments d’œuvres
complexes comme dans l’atelier d’un compositeur. Les projets de créations des élèves tirent également parti de nombreux opérateurs pour générer, analyser ou transformer
des matériaux musicaux, sous forme symbolique, MIDI ou
audio.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
L’année 2009 a été marquée par un investissement très
important sur le projet Musique Lab. Juste un an après le
renouvellement de la signature de convention avec le ministère de l’Éducation nationale en septembre 2008, la sortie
des nouvelles versions des applications Musique Lab 1 et
2 représente l’aboutissement d’un projet qui aura occupé
l’Ircam depuis plusieurs années. Au-delà du développement des applications, le travail d’accompagnement réalisé
avec des groupes de professeurs de l’Éducation nationale a
permis de produire des supports pédagogiques adaptés au
contexte des classes de collège, de corriger les bogues et
d’améliorer l’interface.
• portage des 5 applications Musique Lab 1 compatibles XP,
Vista et Mac OS X ;
• sortie de Musique Lab 2 compatible XP, Vista et Mac OS X ;
• révision des documentations des deux logiciels ;
• conception des tutoriaux de « prise en main » pour
Musique Lab 2 ;
• développement d’une base de données des ressources
pédagogiques Musique Lab en ligne, destinée à la mutualisation des travaux pédagogiques des professeurs ;
• travail régulier avec un groupe de dix professeurs experts
de l’académie de Versailles : formation et production de six
supports pédagogiques ;
• production en interne de dix supports de cours ;
refonte complète des pages Musique Lab du site Educnet de
l’Éducation nationale ;
• refonte complète des pages Musique Lab du site Forum
net de l’Ircam ;
• mise en place d’un support technique et pédagogique
réactif (temps de réponse inférieur à trois jours) ;
• session de formation lors du Forum et lors du séminaire
national des IANTE (correspondants nationaux nouvelles
technologies pour l’éducation musicale).
56
4
singularité artistique, démocratisation des usages
LES RESSOURCES DOCUMENTAIRES PHYSIQUES
ET NUMÉRIQUES : DIFFUSION ET ACCESSIBILITÉ
DES CONTENUS
© Olivier Panier des Touches
FONDS DOCUMENTAIRE (MÉDIATHÈQUE)
Le nombre total de nouveaux documents « physiques »
entrés au catalogue de la Médiathèque est sensiblement
identique à celui de 2008, avec une légère croissance des
monographies et des disques du commerce, contrebalancée
par une diminution équivalente du nombre de nouvelles
partitions et de notes de programme (dont le chiffre plus
élevé en 2008 provenait d’un lot rétrospectif numérisé dans
le cadre du projet Portail de la musique contemporaine).
Une opération de catalogage d’un fonds de 33T qui date de
la période précédant la création de la Médiathèque et qui
n’avait jamais été inventorié a été engagée. Ces disques
comprennent des enregistrements et des documentations
qu’on ne peut trouver sur CD, et on envisage la possibilité
de les numériser ultérieurement pour en fournir l’accès
en interne à la Médiathèque. L’opération se poursuivra en
2010.
La Médiathèque a entrepris en 2009 la migration de son
logiciel bibliothéconomique (servant au catalogage et à
la gestion du prêt), grâce à une opération de mécénat du
groupe Ever.
VIDÉOS
Images d’une œuvre : une collection des interviews filmés
(20’’)des compositeurs.
L’Ircam souhaite s’engager plus avant dans la production
de vidéos (documentaires, à l’instar d’Images d’une œuvre ;
promotionnelles – à propos de logiciels et d’autres développements internes ; pour la diffusion en temps réel et/ou l’archivage d’événements – conférences, ateliers, concerts…),
une étude a débuté en novembre 2009 (fin prévue mi 2010)
en collaboration avec le département Pédagogie. Elle vise
à spécifier :
• la volumétrie annuelle des vidéos ainsi produites : choix
du matériel, des événements et des formats de captation,
d’archivage et de diffusion ;
• les évolutions d’Archiprod (modèle interne, typologie,
workflow) destinées à permettre d’accueillir ces vidéos.
BRAHMS ET AUTRES basES DOCUMENTAIRES
■ Brahms
Cette base de données encyclopédique en ligne de compositeurs de musique contemporaine de toutes les nationalités dont les œuvres ont été créées après 1945 est la
base de référence en la matière. Elle contient actuellement
environ 600 références. Pour chaque compositeur, il y a une
partie biographique accompagnée des sources d’information, et une autre partie qui situe l’orientation esthétique,
les phases principales et le contexte historique de l’œuvre.
URL : http://brahms.ircam.fr/
Mises à jour réalisées :
• 53 dossiers sur 100 prévus (53 %) [total 2007-2009 =-155 dossiers]
• 3 568 fiches œuvres pour 2 500 prévues
(143 %) [total 2007-2008 =-10 635 fiches]
• 9 parcours pour 15 prévus (60 %) [total 2007-2008 =-50 parcours]
Les objectifs de départ (définis en 2007) sous-estimaient
grandement le nombre d’œuvres par compositeur. Le
nombre de dossiers traités est donc inférieur aux prévisions quand le nombre de fiches œuvre effectivement créé
les dépasse largement (143 %). Ce rendement satisfaisant,
rendu possible par l’affectation en ressource supplémentaire d’une apprentie (1/6e de temps), ne permet toutefois
pas de rattraper l’objectif de départ établi avec l’hypothèse
d’un partage des tâches avec le CDMC.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
57
4
singularité artistique, démocratisation des usages
53 dossiers de compositeurs/3568 fiches œuvre/9 parcours (indiqué par *)
Ablinger Peter
Glass Philip (*)
Schneller Oliver
Adams John
Grütter Martin
Schoeller Philippe
Bertrand Christophe
Haddad Karim
Schoenberg Arnold (*)
Bianchi Oscar
Henze Hans Werner
Schöllhorn Johannes
Birtwistle Sir Harrison
Holliger Heinz (*)
Solbiati Alessandro
Pierre Boulez
Hosokawa Toshio
Stubbe Teglbjærg Hans Peter
Bulfon Stefano
Huber Klaus (*)
Tanada Fuminori
Buquet Gérard
Jaffrennou Pierre-Alain
Varèse Edgard (*)
Campion Edmund
Kokoras Panayiotis
Vigani Andrea
Cavanna Bernard
Levinas Michaël (*)
Villanueva Carretero Fernando
Cho Hyun-Hwa
Monnet Marc
Zender Hans
Clift Paul
Morciano Lara
Zimmermann Bernd Alois (*)
Cohen Denis
Neuwirth Olga (*)
Dallapiccola Luigi
Nigg Serge
Dillon James
Pattar Frédéric
Einbond Aaron
Penderecki Krzysztof (*)
Escaich Thierry
Posadas Alberto
Fourès Henry
Rizo-Salom Luis Fernando
Gardner Evan
Sakai Kenji
Gaxie Sébastien
Schaathun Asbjørn
Giroudon James
Fréquentation :
• 354 233 visites en 2009 ;
• 1 013 756 pages vues en 2009 ;
• 2,86 pages vues par visite ;
• 2’ 21” passées sur le site par visite.
■ Sidney
URL : http://brahms.ircam.fr/sidney/
Sidney, devenu opérationnel en 2009, est une base de données en ligne avec un accès restreint qui réunit les éléments
techniques (informations et objets [programmes, échantillons, vidéos etc.]) nécessaires pour exécuter en concert
les œuvres contenues dans la base.
Les œuvres disponibles sont visibles à l’extérieur de l’institut sous la forme d’une liste sur une page publique qui
donne accès : à une fiche technique de l’œuvre, à Brahms
pour en savoir d’avantage sur l’œuvre et/ou le compositeur, au portail musique contemporaine pour écouter des
extraits de l’œuvre, aux analyses dans Répertoire (accès en
cours). Ceux qui souhaitent jouer les œuvres ont un accès
fourni par le département Production au dossier complet
avec tous les éléments techniques.
Cette base contient environ 70 œuvres.
Répertoire
Répertoire est une collection d’analyses musicales en ligne
d’environ 70 œuvres créées à l’Ircam et considérées comme
représentatives de la culture de l’institut tant sur le plan
artistique que technologique. Les premières analyses ont
été mises en ligne fin 2009 et il est prévu que la collection
s’élargira à un rythme de dix œuvres par an environ.
Plusieurs objectifs sont poursuivis par ce projet :
• faire connaître les œuvres produites à l’Ircam à un public
plus large ;
• montrer la relation entre l’idée musicale et les technologies utilisées ;
• identifier les nouveaux éléments du vocabulaire musical
qui émergent à travers ces œuvres ;
• offrir un support d’information aux interprètes.
Chaque analyse est structurée en trois parties :
1) description générale de l’œuvre ;
2) analyse des extraits de l’œuvre avec mise en relation de
l’idée musicale et de l’écriture électronique ;
3) liste de ressources spécifiques (type de problème musical
abordé, technologies utilisées, œuvres abordant le même
type de problématique) et générales (biographique, historique, technique).
œuvres dont analyses mises en ligne en 2009 :
Compositeur
Titre
Auteur de l’analyse
Date
Pierre Boulez
Dialogue de l’ombre double
Andrew Gerzso
2009
Yan Maresz
Metallics
Philippe Lalitte
2009
Kaija Saariaho
Noanoa
Grégoire Lorieux
2009
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
58
4
singularité artistique, démocratisation des usages
ARCHIVES DE L’IRCAM
La base de données suivante est accessible à l’ensemble du
personnel de l’Ircam :
• RILM : répertoire international de la littérature musicale.
■ Archives sonores
Le nombre d’archives sonores d’événements (concerts et
conférences) rentrées dans la base Archiprod a crû de 20 % :
il s’agit autant d’événements récents que de la poursuite de
la reprise des archives antérieures et de leur migration d’un
support CD-ROM vers le système de conservation en ligne
inhérent à Archiprod.
Dans le cadre du projet Portail de la musique contemporaine, un lot d’archives sonores analogique a été numérisé
et sera prochainement intégré dans les catalogues et mis
en ligne.
Ces bases sont accessibles uniquement en Médiathèque :
• Oxford Music Online : ce service comprend le dictionnaire
Grove Music Online ;
• IIMP : International Index to Music Periodicals ;
• IIPA : International Index to Performing Arts.
L’ACCÈS AUX RESSOURCES : mutualisation
de ressources, le Portail de la musique
contemporaine
■ Archives scientifiques et autres bases scientifiques
La base d’articles scientifiques de l’Ircam s’est enrichie de
146 nouvelles références (contre 113 en 2008).
L’accès aux bases de données ci-dessous est réservé aux
chercheurs, doctorants et post-doctorants (conditions
imposées par l’Inist) :
• BiblioST21 : portail pour les sciences et technologies de
l’information et de l’ingénierie ;
• BiblioSHS : portail d’information scientifique en sciences
humaines et sociales (Inist).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Le projet Portail de la musique contemporaine, visant à
fournir un accès commun à des ressources présentes dans
des organismes distincts et dans une multiplicité de bases
de données hétérogènes, a été renouvelé en 2009, sous la
responsabilité administrative du CDMC et scientifique de
l’Ircam.
Cette mutualisation de ressources sert non seulement à
faciliter l’accès aux internautes, mais aussi à accroître la
visibilité des contenus (métadonnées, données) qui y sont
référencés : plus il y a de pages indexables (340 000 actuellement), plus le site a de chance d’être bien indexé et visible
dans les moteurs de recherche.
59
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Durant l’année, les principales réalisations en ont été :
• numérisation d’un fonds de plus de 200 bandes magnétiques analogiques des archives sonores de l’Ircam ;
• accroissement significatif du nombre de sources (et donc
des contenus) : sept nouveaux partenaires (cinq ensembles
« historiques », Voix nouvelles à Royaumont, Percussions de
Strasbourg), autres sources (département de l’audiovisuel
de la BnF, éditeurs français de partitions) ;
• développement d’un système générique pour l’hébergement de métadonnées (« entrepôts statiques ») et de données sonores et textuelles pour les partenaires ne possédant pas les infrastructures adéquates ; cet hébergement
s’effectue sur un serveur acquis pour le projet et hébergé
à l’Ircam ;
• finalisation du lexique de termes de musique contemporaine ;
• développement d’interfaces innovantes :
- Appropriation : éditeur de playlists
Le développement de plates-formes d’écoute de
musique en ligne telles que Last.fm, Pandora, Spotify ou
Lala, et notamment Deezer, a créé de nouveaux modes
d’appropriation des contenus sonores diffusés en flux
ou téléchargeables.
Les conditions juridiques permettant la diffusion d’extraits sur le Portail imposant leur diffusion en flux
(streaming) à partir du Portail, il n’est évidemment pas
possible d’en proposer le téléchargement. Afin d’en
faciliter l’écoute sélective, un éditeur de listes de lecture
(playlist) a été développé en 2009 : il permet de sélectionner des enregistrements disponibles dans le Portail
et de les agencer dans un ordre choisi ; l’éditeur produit
alors quelques lignes de code (HTML et Javascript) que
l’internaute recopie et insère dans une page web de son
site. Ceci aura pour effet d’y rendre disponible (sous
forme de widget) un lecteur permettant d’écouter les
enregistrements choisis (diffusés à partir du Portail et
identifiés comme tels).
• intégration des notices du Portail dans Europeana
(moisson des notices à contenu ; migration du format de
présentation des métadonnées) et dans la base Culture. FR
(toutes les notices) ; référencement dans les pages compositeurs de plusieurs Wikipedia (française, anglaise et italienne, et à moindre égard espagnole), dans Google et dans
d’autres moteurs de recherche.
- Écoute : Radio Musique Contemporaine
L’ensemble des enregistrements sonores librement
disponibles sur le Portail (extraits d’une durée allant
jusqu’à trois minutes) – plus de 12 000 – est diffusé en
permanence par un serveur (technologie libre Shoutcast). L’internaute peut s’y brancher et l’écouter avec le
lecteur audio de son choix (Amarok, Foorbar2000, iTunes,
Real Player, VLC, Winamp, Windows Media Player…).
Les enregistrements sont identifiés, au moment de leur
passage, par le titre et le nom du compositeur (s’il s’agit
d’une œuvre) ou le titre de l’intervention (s’il s’agit d’une
conférence, par exemple). Cette radio est référencée en
tant que telle dans la liste des « stations » disponibles
par Shoutcast.
Ce dispositif permettrait aussi de programmer des
émissions : choix des enregistrements, séquencement,
rajout de transitions, etc.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
60
4
singularité artistique, démocratisation des usages
l’ACCOMPAGNEment eT La DISSÉMINation
dES OUTILS, dES PRATIQUES ET dES TECHNOLOGIES
LA VALORISATION COMMUNAUTAIRE :
LE FORUM IRCAM
Le Forum Ircam est le premier lieu de valorisation des logiciels de l’Ircam à destination de la communauté des utilisateurs artistiques et scientifiques. Il a pour objectif de
créer un cadre d’échanges dans un esprit de partage de
connaissances et de compétences. Basé sur un ensemble
de logiciels, répartis en quatre bouquets, il offre également
un ensemble d’activités et services.
■ La structure de l’offre logicielle
Le modèle actuel de bouquets est défini selon le type de
population d’utilisateurs. Ainsi, le Forum s’adresse à quatre
populations différentes :
• Forum Studio : ce bouquet s’adresse à des professionnels de la musique attirés par l’intérêt que représentent
les logiciels de l’Ircam pour leurs travaux et pour un usage
intense et pratique dans leur travail de production musicale.
Les logiciels suivants ont été proposés dans ce groupe :
AudioSculpt, Spatialisateur et Najo Max Interface ;
• Forum Recherche : ce bouquet offre une panoplie riche
d’outils qui permet une large latitude d’exploration et d’expérimentation. Les logiciels suivants sont proposés dans
ce groupe : OpenMusic, OMax, SuperVP, PM2, Diphone, Ies
librairies temps réel (Analyse, Répertoire, Suivi, Transformation, Modèles physiques) et Modalys ;
• Forum Pédagogie : ce bouquet s’adresse au monde de
l’enseignement aussi bien général que spécialisé. Suite à
la signature de la nouvelle convention avec le ministère de
l’Éducation nationale, le logiciel ML2 « Maquette » a été proposé à partir de novembre 2009 ;
• Forum Libre : ce bouquet est couvert par la licence LGPL –
qui s’applique souvent aux bibliothèques – et qui permet de
lier un programme tiers non GPL à une bibliothèque LGPL.
Il s’agit de proposer des librairies qui viennent en appui des
logiciels plus applicatifs. Les logiciels proposés sont : FTM
& CO (incluant Gabor et MnM), Ejies et Catart.
Des tarifs préférentiels sur les stages de formation organisés par le département Pédagogie et action culturelle
(réduction d’1/3 pour les organismes, de 2/3 pour les membres du Forum Studio ou du Forum Recherche ou Pass
Forum), ainsi que sur les événements (tarifs réduits sur les
concerts de la saison et le festival Agora) et les produits éditoriaux (5 à 10 % sur les disques, livres, cédéroms, échantillons sonores).
■ Évolution des abonnements
Fin 2009 le Forum comptait 540 membres, soit une progression de 7,5 % par rapport à 2008, répartis en 383 individus
(71 %) et 157 organismes (29 %). Si on compte cinq utilisateurs par abonnement organisme, il en résulte une population de 1 168 utilisateurs environ.
Répartition des membres par pack :
30 %
Individus
15 %
53 %
2%
11 %
3%
Organismes
Studio
Recherche
Pédagogie
Pass
■ Les services
• un espace sur le site Forumnet pour les membres (sites,
discussions, ressources…) ;
• un atelier annuel de trois jours à l’Ircam ;
• le support technique par e-mail, téléphone ou fax ;
• l’accès gratuit à la médiathèque de l’Ircam.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Studio
Recherche
Pédagogie
Pass
86 %
61
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Évolution de la répartition des membres par pack entre 2008
et 2009 : Les packs studio et recherche sont en progression
alors que le nombre d’abonnés pass (donnant accès à tous
les services) est en diminution.
6%
2%
8%
48 %
35 %
France
Europe
Amérique
Asie Océanie
Amérique latine / Afrique
La répartition par activité des membres en 2009 était la
suivante : composition 56 %, enseignement 9 %, recherche
6 %, postproduction 4 %, installations sonores 3 %, jeux
multimédias 1 %, diverses activités 19 %.
© Ircam
Répartition
géographique
Ces ateliers se sont focalisés sur la thématique du « live »
et ont mis en avant la nouvelle collaboration avec la société
allemande Ableton à travers une présentation des logiciels
Live et Max For Live. Il y a eu 211 inscrits pour ces deux présentations qui ont été diffusées sur internet (30 connections
en moyenne) avec le soutien du projet européen CO-MEDI-A.
Taux de remplissage des ateliers « hands-on » (travaux pratiques) s’établissait comme suit :
■ Les ateliers du Forum
Les ateliers du 18 au 20 novembre 2009 ont attiré 156 participants (dont 77 % de français et 23 % venus d’autres
pays) soit une augmentation de 54 % par rapport à ceux de
novembre 2008.
Live 8
95 %
Antescofo
45 %
Max for Live
90 %
Spat
123 %
OMPrisma
100 %
SuperVP
82 %
Suivi Geste
105 %
Omax
55 %
LA VALORISATION INDUSTRIELLE :
UNE COLLECTION DE LOGICIELS IRCAM
© Ircam
Le service de valorisation industrielle s’attache à assurer
une diffusion systématique des technologies issues des
laboratoires avec un double objectif : renforcer la visibilité des résultats de recherche, en particulier auprès
des milieux professionnels, et contribuer au financement
externe de l’institut en assurant un retour financier aux
équipes de recherche.
Les activités de 2009 ont comporté deux volets principaux :
poursuite des actions de licence des technologies auprès
d’industriels, et conception et réalisation de deux familles
d’insérables (plug-ins) : Ircam Tools et IrcaMax. Ce dernier
chantier initie une nouvelle politique de valorisation visant
la réalisation de produits de l’Ircam en coproduction et complémentarité avec des partenaires privés, l’Ircam assurant
la fourniture des technologies de base, et les partenaires
leur adaptation technique aux environnements cibles et
leur diffusion sous forme électronique.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
62
4
singularité artistique, démocratisation des usages
■ Licences industrielles
Plusieurs accords de licence pluriannuels signés au cours
des années précédentes autour des techniques de timestretching et transposition (SuperVP), synthèse par modélisation physique (produit Brass) et analyse de voix se sont
poursuivis en 2009.
Les améliorations et optimisations du moteur de calcul
SuperVP, issues notamment des travaux du projet ANR
Sample Orchestrator, ont permis de conforter son avance
compétitive au niveau international par la qualité des traitements proposés, et ont donné lieu à plusieurs nouvelles
cessions de licences industrielles.
Ircam Tools : SPAT
■ Ircamax
L’arrivée à maturation de nouvelles techniques d’analyse
de signal pour l’indexation musicale a rendu possible la
signature des premiers contrats de licence autour de ces
technologies.
■ Collection Ircam Tools
Cette nouvelle collection d’insérables, compatible avec les
différents formats de séquenceurs et systèmes de production audio, est réalisée en collaboration avec la société française Flux (http://www.fluxhome.com/), et vise le marché
de la production professionnelle audio. Sa première édition
comporte un ensemble de modules autour de deux fonctions principales, issues respectivement des travaux de
recherche des équipes Analyse/synthèse et Espaces acoustiques et cognitifs :
• TRAX : traitement audio, adapté notamment à la transformation de voix et l’hybridation de sons ;
• SPAT : fonctions avancées de spatialisation sonore.
La commercialisation des produits est prévue pour le 2e
semestre 2010 et a été annoncée au salon MusikMesse
2010.
L’annonce conjointe, à l’automne 2009, du produit Max for
Live par la société Cycling’74 (États-Unis) et Live 8 par la
société Ableton (Allemagne) rend possible la réalisation à
partir de l’environnement Max/MSP de modules de synthèse et de traitement des informations musicales (audio,
MIDI) destinés à l’environnement Live. Cette avancée, fruit
d’une collaboration entre les deux sociétés ouvre les technologies issues de Max/MSP à un marché potentiel de plusieurs millions d’utilisateurs.
L’accord de licence du langage Max, créé à l’Ircam, à la
société Cycling’74 est le plus connu des accords de valorisation industrielle conclu par l’Ircam.
Avec cette nouvelle perspective, l’Ircam a initié, en collaboration avec la société Ableton, la réalisation d’une nouvelle
collection IrcaMax de modules de synthèse et traitement
des informations musicales, sur la base de modules issus
de ses différentes équipes de recherche et de ses réalisateurs en informatique musicale. La première édition
d’IrcaMax comporte notamment des modules issus des
équipes Analyse/synthèse et Interactions musicales temps
réel (modules d’analyse et de traitement de signal, simulation de filtres analogiques) et Acoustique instrumentale
(synthèse par modélisation physique : modèle de plaquecarillon).
Une annonce préliminaire de la collection a été effectuée
conjointement à celle de Live 8 à l’occasion des ateliers du
Forum de novembre 2009 en vue d’une commercialisation
prévue à partir du second trimestre 2010.
Ircam Tools : TRAX
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
63
4
singularité artistique, démocratisation des usages
l’ACCOMPAGNEment dES PRATIQUES :
La FORMATION PROFESsIONNELLE CONTINUE
237 inscriptions
Face à face pédagogique : 510 heures, soit 5 172 heures de
formation/stagiaires
6 formateurs permanents : RIMce CDI
17 formateurs occasionnels : 5 chercheurs, 3 développeurs,
3 RIM, 2 compositeurs, 1 artiste, 1 conseiller support Forum,
1 designer sonore, 1 régisseur vidéo
Formations
Dates
Durée
Participants
Max/MIDI (niveau 1)
10-11 jan
12 h
7
Spat
17-18 jan
12 h
9
Najo Max Interface
24-25 jan
12 h
6
Max/MSP (niveau 2)
7-8 fév
12 h
10
OpenMusic (niveau 3)
14-15 fév
12 h
12
AudioSculpt (niveau 1)
14-15 fév
12 h
5
Jitter (niveau 1)
7-8 mars
12 h
6
AudioSculpt (niveau 2)
14-15 mars
12 h
7
Max/MSP (niveau 3)
4-5 avr
12 h
7
Diphone
25-26 avr
12 h
6
Max/MSP (niveau 4)
16-17 mai
12 h
11
Jitter (niveau 2)
30-31 mai
12 h
7
Max/MSP FTM/Gabor
6-7 juin
12 h
7
Najo Max Interface
3-4 oct
12 h
3
Max/MIDI (niveau 1)
17-18 oct
12 h
8
OpenMusic (niveau 1)
24-25 oct
12 h
11
Max/MSP (niveau 2)
14-15 nov
12 h
8
Max5 developer
21-23 nov
18 h
12
OpenMusic (niveau 2)
28-29 nov
12 h
6
AudioSculpt (niveau 1)
5-6 déc
12 h
11
Max/MSP (niveau 3)
12-13 déc
12 h
6
1
23-28 fév
36 h
11
1 steps with Max/MSP
1-6 juin
36 h
11
1
21-26 sept
36 h
7
Sound Design
7-10 avr
24 h
5
An Ircam Overview
15 juin-1er
juil
78 h
10
HLM São Paulo
3-9 sept
42h
28
510h
237
ers
pas avec Max/MSP
st
© Olivier Panier des Touche
ers
pas avec Max/MSP
TOTAL
■ Programme
■ Nouveautés
Les stages de formation professionnelle, en week-end ou
en semaine, permettent aux participants (compositeurs,
musiciens, concepteurs sonores, techniciens et ingénieurs
du son, professionnels du spectacle vivant et enseignants)
de se former pas à pas sur les logiciels développés à l’Ircam
en suivant différents niveaux, de débutant à avancé, autour
de trois grands thèmes de l’informatique musicale : le
temps réel, le traitement du son et la composition assistée
par ordinateur.
Dans le cadre des stages de week-end, avec Najo Max Interface, l’un des RIMce du département a proposé un stage de
prise en main d’un séquenceur qu’il avait développé sous
Max/MSP pour le Forum Ircam.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Le service PAC a organisé à l’Ircam plusieurs stages de
courte durée en anglais, ce qui a permis d’offrir des formations à un plus large public :
• Max5 developer sur 3 jours avec développeurs invités de
Cycling’74 ;
• 1ers pas avec Max/MSP en anglais sur 6 jours ;
• Sound Design en anglais et sur 4 jours ;
• Ircam Overview sur 12 jours ;
64
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Analyse (y compris HLM São Paulo, Cursus 1 & 2)
Le nombre d’heures de formation reste stable par rapport
à 2008.
Depuis la mise en œuvre de la réforme du cursus et la mise
à plat de la formation professionnelle en 2007, le volume
horaire global d’heures de face à face pédagogique s’est
stabilisé. Le nombre d’heures des stages logiciels et thématiques diminue de 15 % cette année, pour permettre la
mise en place du stage « An Ircam Overview » (2 semaines
et demie).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
65
4
singularité artistique, démocratisation des usages
les éditions
LES ENREGISTREMENTS DISCOGRAPHIQUES
L’Ircam, l’Ensemble intercontemporain est Kairos se sont
associés pour lancer en 2007 une collection commune de
disques monographiques éditée, à raison de deux parutions
par an. Ainsi, en 2009, ont été produits : Philippe Manoury
(Partita I, Fragments pour un portrait), qui a reçu le Diapason
d’or, et Michael Jarrell (Cassandre).
Répartition de la vente des produits éditoriaux en 2009
24 %
Répartition
ventes
51 %
Livres
Disques
Multimédia
25 %
■ Collection musique/sciences
Dirigée par Jean-Michel Bardez (SFAM) et Moreno
Andreatta (Ircam/CNRS)
LES AUTRES ACTIVITÉS ÉDITORIALES
L’administration des ventes gère la vente des produits éditoriaux (livres, CD’s, DVD’s) et technologiques (Max/MSP/
Jitter, DVD Ircam Solos). Il dispose depuis 2009 d’une chaîne
complète de vente en ligne à partir du site de l’institut pour
la billetterie, l’abonnement au Forum, l’accès à certaines
formations, les produits éditoriaux et technologiques, la
gestion des stocks, et la coordination avec la comptabilité.
La mise en place de cette chaîne a eu comme conséquence
la fusion, menée conjointement avec la direction générale,
des bases de l’ancien département Valorisation, de la Communication et de la Pédagogie.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Contemporary Compositional Techniques and OpenMusic
Rozalie Hirs, Bob Gilmore Editors.
Éditions Delatour France / Ircam-Centre Pompidou, 2009.
La première partie de ce livre contient un entretien avec
Tristan Murail et trois essais sur les travaux musicaux de
Claude Vivier (Lonely child, 1980), de Gérard Grisey (Quatre
chants pour franchir le seuil, 1997-1998), et de Tristan Murail
(Le Lac, 2001) par Bob Gilmore, Jean-Luc Hervé et Rozalie
Hirs. Les auteurs fournissent des analyses détaillées de ces
œuvres, se concentrant sur les techniques basées sur la fréquence ainsi que les processus compositionnels utilisés par
les compositeurs. La deuxième partie du livre trouve son origine dans une série de conférences et ateliers, « OpenMusic
and Contemporary Compositional Techniques », animée par
Rozalie Hirs et, professeurs invités, Tristan Murail, Mikhail
Malt, Benjamin Thigpen, Marco Stroppa et Niels Bogaards
au Conservatorium van Amsterdam pendant l’année universitaire 2005-2006. Cette série a été créee par le Nieuw
Ensemble et son directeur artistique, Joël Bons, dans le
cadre du Componistenpracticum annuel, qui allie la théorie
et la pratique d’une manière unique au monde. Le Nieuw
66
4
singularité artistique, démocratisation des usages
Ensemble et le directeur Lucas Vis ont répété et interprété
de nouvelles œuvres écritses par un groupe international
d’étudiants de composition du Conservatorium van Amsterdam et du conservatoire royal néerlandais. Les étudiants
ont documenté leur processus créatif que l’on retrouve dans
les sept essais inclus dans ce volume. Un essai conséquent
sur des concepts compositionnels de Tristan Murail et des
techniques basées sur la fréquence trouve son origine dans
la série de conférence donnée par Rozalie Hirs. Il fournit la
discussion la plus détaillée du travail de Murail disponible
aujourd’hui en anglais.
■ L’étincelle
Étroitement lié à l’actualité de la saison musicale de l’Ircam,
qu’il enrichit d’un regard critique tout en la replaçant dans
la dynamique historique, L’étincelle vise à replacer la création musicale dans un espace sensible partagé.
Le journal met en lumière de nouvelles perspectives esthétiques, musicologiques, scientifiques et critiques sur la
création contemporaine et la recherche. Un important dossier renvoie à l’une des thématiques filées par les concerts
et dont la richesse mérite de plus amples développements.
New Computational Paradigms for Computer Music,
Gérard Assayag & Andrew Gerzso, Editors
Éditions Delatour France / Ircam-Centre Pompidou, 2009
Le colloque « Nouveaux paradigmes computationnels appliqués à l’informatique musicale », qui s’est tenu à l’Ircam le
11 juin 2007, a réuni les spécialistes dans le domaine de
l’informatique musicale afin d’encourager des échanges
multiples et envisager les nouvelles perspectives pour le
futur. Ce livre réunit les différents sujets présentés, complétés par de nouvelles contributions autour de cette problématique.
Textes de Carlos Agon, Alberto de Campo, Philippe Codognet, Pierre Cointe, Dominique Fober, Alexandre R.J. François, Andrew Gerzso, Stephane Letz, Carlos Olarte, Yann
Orlarey, Camilo Rueda, Julian Rohrhuber, Peter Van Roy,
Frank D. Valencia.
L’Étincelle no 5, novembre 2009
Dossier spécial « Au bord du chaos »
L’Étincelle no 6, novembre 2009
Dossier spécial « L’effet Vertigo »
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
67
5
Développer la recherche
et les logiciels applicatifs
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Introduction
Synthèse des travaux de recherche
et développement
Les principaux points marquants des travaux de l’année sont
présentés ci-après, selon les quatre orientations thématiques transversales de la période quadriennale en cours,
elles-mêmes subdivisées selon les thèmes de recherche
musicale structurant l’activité des équipes dans leur relation avec les enjeux musicaux.
■ Modélisation pour la synthèse et le traitement sonores
• Modèles de signaux : amélioration des algorithmes de
transcription polyphonique et de détection des débuts de
note qui ont de nouveau obtenu la première place à la campagne d’évaluation internationale MIREX09 ; perfectionnement des méthodes pour le traitement du vibrato ;
• Acoustique instrumentale et modèles physiques : aboutissement du projet Consonnes et nouvelle phase de réalisation
de la bouche artificielle ; nouveaux modèles d’instruments
à vent issus du projet Voxstruments, notamment une clarinette basse utilisée en temps réel pour la création de
Hans Peter Stubbe Teglbjærg liée à un travail sur les multiphoniques ; nouveaux travaux de caractérisation du rayonnement des instruments de musique (vents) ; avancées
théoriques sur la convergence de guides d’ondes pour des
tubes de profils convexes et démonstration d’importants
théorèmes de convergence pour les séries de Volterra ;
démarrage d’un nouveau projet de collaboration avec le
clarinettiste Alain Billard et la société Selmer autour des
perfectionnements de la clarinette basse ;
• Spatialisation : réalisation de contrôles de haut niveau
pour la WFS et production des premières œuvres en concert
faisant appel à ce dispositif ; nouveaux modèles de calcul de
HRTF en champ proche ; finalisation de la version 4 du Spat
comprenant une refonte complète sous forme de bibliothèque en C++ et de nombreux perfectionnements ; cette
réalisation, outre les améliorations qu’elle offre aux projets
de production de l’Ircam, rend possible son transfert industriel et notamment la réalisation des plug-ins Ircam Tools.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Signal/Symbolique
Cette thématique transversale, qui concerne les correspondances entre différents niveaux de représentations musicales à travers les processus d’analyse (indexation, suivi,
reconnaissance) et de synthèse (par le contenu à partir de
descriptions de haut niveau) via des structures intermédiaires à évolution lente (contrôle, signaux gestuels, formes
temporelles), s’inscrit à la convergence de nombreuses préoccupations actuelles de différentes équipes. Ces recherches bénéficiant du soutien de plusieurs projets extérieurs,
ont connu en 2009 de nombreuses avancées :
• Indexation et traitement d’échantillons, orchestration :
l’aboutissement du projet ANR Sample Orchestrator s’est
traduit par de nombreux résultats de la part des différentes
équipes participantes et par un intérêt croissant auprès de
la communauté artistique de l’Ircam, pour les problématiques liées aux descripteurs :
- Aide à l’orchestration : finalisation d’une première version de l’environnement Orchidée selon une architecture de client-serveur et développement d’une application cliente en OpenMusic ;
- Synthèse par corpus : intégration et optimisations du
système CataRT et démarrage du nouveau projet ANR
Topophonie ;
- Utilisation des descripteurs pour les applications temps
réel : version préliminaire du système de conteneurs de
données temporelles MuBu et de son éditeur graphique
iMuBu dans Max/MSP.
• Indexation musicale : montée en charge du projet Quaero,
première version de corpus musical annoté, perfectionnements des modules existants notamment de résumé sonore
et d’analyse de tempo et de premier temps, premiers
démonstrateurs intégrés par les partenaires industriels
Orange et Exalead ; obtention des premières places dans
plusieurs catégories du concours international MIREX09 ;
premiers échanges collectifs et démarrage d’une thèse sur
la géométrie de l’information ;
• Voix : mise au point et utilisation du système de synthèse
de parole à partir du texte ircamTTS avec le compositeur en
recherche Georges Aperghis ; aboutissement du projet ANR
Affective avatars et réalisation de la bibliothèque C++ temps
réel multiplate-forme de transformation de voix VoiceForger, fondée sur SuperVP ; transformation expressive de
la parole : aboutissement de la thèse de Gregory Beller et
poursuite dans le cadre du projet FEDER Respoken ; démarrage du nouveau projet FEDER Angel Studio ; extensions
du système d’alignement de phonèmes ircamAlign et utilisation notamment dans la création d’Hèctor Parra Hypermusic Prologue ;
71
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
• Écriture du son : extensions du système OMChroma à des
structures de contrôle de haut niveau ; développement du
système de contrôle de la spatialisation OMPrisma ;
• Analyse du geste et de l’interprétation : élaboration de
modèles de Markov segmentaux pour la modélisation de
morphologies sonores (thèse de Julien Bloit), poursuite des
travaux sur la coarticulation gestuelle.
■ Écriture du temps et de l’interaction
Cette autre thématique transversale, étroitement liée à la
précédente, concerne le renouvellement des méthodes de
formalisation et de réalisation de processus temporels et
interactifs. Elle a comporté les directions de recherche suivantes :
• Suivi de partition : première version finalisée d’antescofo
sous forme de langage synchrone, en lien pour la visualisation interactive avec le logiciel de notation Noteability ;
• Suivi de geste et de formes temporelles : perfectionnements
et refonte complète du système existant sous forme d’objet
Max/MSP dans le cadre du projet Same, et utilisation dans
plusieurs installations interactives : « if/then installed » de
Richard Siegal et « Fishing Game » de Same ;
• Interaction gestuelle et sonore : réalisation de l’installation
interactive Grainstick de Pierre Jodlowski dans le cadre du
projet européen Same associant contrôle gestuel et spatialisation, inaugurant avec succès la conception de formes
musicales interactives manipulables par un utilisateur non
expert ; démarrage du projet ANR Interlude et mise au point
d’un ensemble de scénarios d’interaction collaborative ;
réalisation de scénarios d’interaction sonore dans différents
contextes dont le projet de compositeur en recherche de
Marco Antonio Suárez-Cifuentes ;
• Interaction reposant sur des modèles symboliques : expérimentations artistiques du système OMax et élaboration
d’un système de visualisation des séquences analysées et
synthétisées ; formalisation à partir de la théorie des graphes (thèse de Fivos Maniatakos) ;
• Interaction et cognition intermodale : poursuite des expériences menées dans le projet Eartoy pour la mise au point
d’avatars sonores ; application notamment à des protocoles
thérapeutiques pour le traitement des acouphènes (projet
Reva).
■ Ingénierie et médiation des connaissances
Cette thématique regroupe les différentes disciplines
scientifiques, approches méthodologiques et technologiques visant la constitution (élicitation, formalisation) et
la médiation (diffusion à travers différents supports) de
connaissances sur le musical (œuvres, pratiques) et le
sonore, selon les thèmes suivants :
• Perception et design sonores : finalisation du projet européen Closed avec le développement d’une nouvelle thématique sur le design d’interaction sonores ; démarrage de
nouveaux projets de collaboration avec l’industrie horlogère
et automobile : navigation sonore dans des menus, conception de sons pour les futures voitures électriques (l’équipe
a remporté le concours ouvert par Renault sur ce thème) ;
nouveaux résultats en psychoacoustique sur la sonie des
sons non stationnaires ;
• Analyse des œuvres et des pratiques musicales : poursuite
du thème maths/musique avec notamment une confrontation des approches entre musicologie computationnelle et
cognitive et l’aboutissement de la thèse de Yun Kang Ahn.
Étude des pratiques et musicologie contemporaine : évolutions importantes marquées par l’arrivée fin 2008 de
Laurent Feneyrou et le démarrage du projet ANR Mutec
consacré aux méthodes de composition contemporaines en
contexte technologique ; contribution à différentes formes
de publications : bases documentaires Brahms et Répertoire de l’Ircam, finalisation de 23 nouveaux chapitres de
l’ouvrage de référence « Théories de la composition musicale au XXe siècle », production de nouvelles maquettes
hypermédia et participation à la réalisation de films de la
collection « Images d’une œuvre » ;
• Médiation et préservation des œuvres : finalisation du
projet européen Caspar consacré à la préservation des
données numériques et du serveur MustiCaspar reposant
sur la norme de préservation OAIS et le modèle de données
CIDOC-CRM ; démarrage du projet ANR Astree consacré à
la virtualisation des processus de traitement temps réel à
partir du langage Faust du Grame ; montage et démarrage
en fin d’année du projet ANR Gamelan s’intéressant à la
gestion dans le temps des documents intervenant dans une
production musicale, notamment dans une perspective de
réexploitation.
Liste des projets de recherche en cours
Les équipes de l’Ircam sont très actives dans le dépôt et
la gestion de projets de R & D collaboratifs, tant auprès de
l’union européenne, qu’auprès des agences françaises en
charge du financement de la recherche.
(Les noms de projets soulignés concernent ceux coordonnés par l’Ircam)
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
72
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Équipes
Ircam
Date
Début
Date Fin
Référent Ircam
Financement
global
déc 06
févr 09
H. Vinet
234 756,00 €
AcInstr,
AnaSyn,
Atel Méca
déc 05
juin 2009
R. Caussé
132 535,00 €
Sonification spatialisée
de données complexes
Ac Salles
déc 05
juin 2009
O. Warusfel
57 700,00 €
ANR-ContInt
Gestion d’échantillons (recherche
et traitement par le contenu, aide
à l’orchestration)
AnaSyn,
IMTR, PDS,
RepMus
déc 06
juin 2009
H. Vinet
595 811,50 €
Closed
FP6-NEST
Méthodologies et outils de design
sonore
PDS
juil 06
juil 09
P. Susini
453 690,03 €
2PIM/MI 3
ANR-ContInt
Meta instrument de S. de Laubier
IMTR
déc 06
août 2009
N Schnell
32 055,00 €
Caspar
FP6-IST
Préservation du patrimoine
culturel numérique
SEL, IMTR,
APM
avr 06
sept 09
J. Barthélémy
599 500,00 €
Affective Avatars
ANR-TLOG
Contrôle vocal expressif pour
avatars
AnaSyn
déc 07
nov 09
X. Rodet
104 586,00 €
Minet
FP6-NEST
Métrologie (Measuring
the Impossible NETwork)
PDS
févr 07
janv 10
P. Susini
14 100,00 €
Eartoy
ANR-ContInt
Interaction corps/son/espace avatars sonores
AcSalles,
IMTR
déc 06
juin 2010
O. Warusfel
170 680,00 €
SID
FP6-IC
Design de l’interaction
PDS
juil 07
août 2010
P. Susini
-
Respoken
FEDER DRIRE
Transformation de la voix
AnaSyn
déc 08
déc 10
X. Rodet
136 910,00 €
Disco
ANR-MDCO
Indexation musicale
AnaSyn
janv 08
déc 10
G. Peeters
152 640,00 €
Same
FP7-ICT
Interaction musicale, en
particulier pour non-musiciens
AcSalles,
IMTR
janv 08
déc 10
H. Vinet
432 450,00 €
Interlude
ANR-ContInt
Nouveaux paradigmes
numériques pour l’exploration et
l’interaction gestuelle avec des
contenus musicaux
IMTR
déc 08
juin 2011
F. Bevilacqua
217 360,00 €
Astree
ANR-ContInt
Analyse et synthèse
de traitements temps réel
SEL, IMTR
déc 08
juin 2011
J. Barthélémy
301 515,00 €
Rhapsodie
ANR-Corp
Constitution d’un corpus
d’étude sur la prosodie en lanque
française
AnaSyn
déc 07
déc 11
X. Rodet
68 635,00 €
Pafi
ANR-ContInt
Plate-forme modulaire d’aide
à la facture instrumentale
Ac Instr
déc 08
déc 12
R. Caussé
199 255,00 €
Quaero
OSEO
Indexation multimédia
AnaSyn
janv 08
avr 13
H. Vinet/G.
Peeters
1 891 310,00 €
Projets en cours
Programme
Thème
VoxStruments
ANR-ContInt
Modèles physiques de vents (bois) AcInstr,
avec contrôle vocal
IMTR
Consonnes
ANR-Blanc
Étude et modélisation d’instruments à son entretenu
Corsaire
ANR-MMSA
Sample Orchestrator
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
73
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Nouveaux projets
2009
Programme
Thème
Équipes
Ircam
Date
Début
Date Fin
Référent Ircam
Financement
global
Mutec
ANR-Création
Musicologie des techniques de
composition contemporaines
APM
déc 08
déc 11
N. Donin
158 159,00 €
Angel Studio
FEDER DRIRE
Générateur d’avatars
personnalisés
AnaSyn
juil 09
juin 2012
X. Rodet
141 373,00 €
Topophonie
ANR-ContInt
Modèles et interfaces rendus
audiographique granulaires
IMTR
sept 09
sept 12
D. Schwarz
212 434,00 €
Gamelan
ANR-ContInt
Assemblage, édition et
exploitations des contenus et
connaissances
SEL, APM
nov 09
oct 12
J. Barthélémy
323 077,00 €
Improtech
ANR-Ssoc
Technologies et musiques
improvisées
RepMus
déc 09
nov 12
G Assayag
86 805,00 €
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
74
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
L’ACTIVITÉ RECHERCHE
ÉQUIPE ACOUSTIQUE INSTRUMENTALE
Effectif
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
Diffusion scientifique
3
Revues à comité de
lecture
Projets et contrats
3
Nationaux et
régionaux
2
Collaborations
scientifiques
Collaborations artistiques
LMA Marseille
Hans Peter Stubbe
Teglbjærg
LAUM Le Mans
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
Conférences avec
comité de sélection
Doctorants
3
Ouvrages et
chapitres
Stagiaires
2
Thèses de doctorat
et HDR
2
Paul Clift
CEA_List
Internationaux
McGill University
Contrats industriels
1
Responsable : René Caussé
L’activité de l’équipe s’incarne dans le développement du
logiciel de synthèse par modélisation physique, Modalys.
Les recherches effectuées sont souvent guidées par les
besoins des utilisateurs ou menées dans l’optique d’enrichir les domaines couverts. La modélisation du fonctionnement de multiples instruments de musique, de l’oscillation
au rayonnement, du régime linéaire au régime non-linéaire
et l’étude du geste instrumental sont les thèmes actuels de
l’équipe.
Depuis quelques années, l’équipe participe au développement de nouveaux outils expérimentaux, les « bouches artificielles » robotisées, afin de franchir un saut technologique
et utiliser leurs moyens d’excitation parfaitement contrôlés
dans ses études.
Les retombées de ces recherches peuvent également s’appliquer à la facture instrumentale traditionnelle illustrée
par le projet ANR PAFI (plate-forme d’aide à la facture instrumentale) qui a atteint un rythme bien soutenu en 2009.
Les retombées des études sur le geste du violoniste au
contrôle de la synthèse sonore ont franchi un palier suffisant pour pouvoir être utilisées dans les productions musicales.
Achevée au cours de l’année, l’intégration de modèles d’éléments finis de type fluide, dans Modalys, a permis de réaliser une clarinette basse virtuelle utilisée pour une création musicale. Les optimisations effectuées sur ce logiciel
ouvrent, avec les deux types d’éléments finis aujourd’hui
disponibles (structure et fluide), des perspectives de création d’instruments virtuels ambitieuses.
■ Aide à la facture instrumentale : projet pafi
Le projet PAFI (Plate-forme d’aide à la facture instrumentale), soutenu par l’ANR et coordonné par Joël Gilbert du
LAUM (Le Mans), est un projet partenarial entre chercheurs
et facteurs, qui consiste à mettre en œuvre une plate-forme
logicielle et matérielle d’aide à la conception et à la carac-
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
térisation des instruments à cordes et des vents, destinée
aux artisans.
Une thèse a démarré dans l’équipe au cours de l’année. Elle
a pour sujet : Instruments de musique à vent – Recherche
d’attributs acoustiques pertinents pour la facture instrumentale. Le but principal de ce projet est de prédire certaines caractéristiques des instruments (justesse, facilité
d’émission…) à l’aide notamment de l’impédance d’entrée
calculée à partir d’une géométrie donnée. Après une étude
bibliographique approfondie, ce projet a débuté par des
mesures sur une trompette et un tuyau percé d’un trou
latéral. Ces travaux préliminaires ont été présentés aux 5e
Journées Jeunes chercheurs en audition, Acoustique musicale et signal audio à Marseille.
Il a ensuite été décidé de s’intéresser plus particulièrement
à l’étude des trous latéraux et de l’influence des plateaux au
travers de mesures d’impédance d’entrée sur un système
simple et de comparaisons avec différentes modélisations.
Les mesures ont été réalisées sur un tuyau percé d’un
trou latéral pouvant être fermé par un plateau (type clé de
flûte) pour différentes positions de ce plateau. Ces mesures
ont permis de donner une référence pour la comparaison
de différents modèles (notamment de rayonnement). Les
résultats sont disponibles dans un rapport intitulé : Modélisation des trous latéraux.
Dans le futur, il est prévu d’approfondir l’étude des trous
latéraux en étudiant cette fois les non-linéarités localisées
à leur niveau. Une « campagne de tests » des différentes
méthodes de mesure et calcul utilisé dans les laboratoires
sera menée avec des géométries de référence (pavillon,
coude, trou).
Des retombées de ces études sont envisagées en synthèse
sonore et permettront de répondre à certaines interrogations soulevées lors du projet VoxStrument.
75
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
■ Synthèse par modélisation physique
Arriver à ne plus distinguer un instrument virtuel d’un instrument réel est un des objectifs visés en synthèse. On sait
aujourd’hui que le réalisme du contrôle est aussi important que celui du modèle physique. Si ces derniers sont
de plus en plus affinés, voir l’étude sur la prise en compte
de régimes non-linéaires, c’est loin d’être le cas pour le
contrôle de la synthèse où nous n’en sommes qu’aux balbutiements.
Limitations actuelles en synthèse sonore
Un des points faibles du logiciel Modalys, est de ne pas
reproduire le rayonnement de la source à modéliser. Pour
pallier ce défaut, les compositeurs utilisent plusieurs
sources, vitesses vibratoires de la table d’harmonie, par
exemple, ou pression acoustique au niveau des trous latéraux, qu’ils mixent en stéréo ou diffusent à partir d’un dispositif multicanal.
Ce point nous semble prioritaire ainsi que deux autres
domaines qui permettraient d’affiner les modèles existants :
les régimes non-linéaires liés à des grandes amplitudes de
vibration et les interactions réparties pour les chocs et les
frottements.
Utilisation de la méthode des éléments de frontière :
modèles physiques et rayonnement des instruments
Si la prédiction du champ rayonné à partir de sources
sonores est relativement simple (potentiels retardés),
la prise en compte du rayonnement en synthèse dans le
fonctionnement même de l’instrument est déjà plus compliquée.
En ce qui concerne les instruments à vent, l’utilisation de la
méthode des éléments de frontière ou méthodes intégrales
semble bien appropriée pour obtenir des modèles numériques de synthèse en présence de trous latéraux, dont la
géométrie peut être quelconque. La difficulté vient alors de
la contradiction entre le confort d’utilisation (temps réel) et
la masse critique des calculs à effectuer. L’utilisation de la
théorie modale permet de séparer les calculs en deux parties : calcul des modes de vibration incluant le rayonnement
et synthèse temps réel. Pourtant, bien que la méthode ne
nécessite que le maillage de la surface (et non le volume
tout entier), une première étude, effectuée au cours d’un
stage d’étudiant, a montré que la manipulation (stockage,
inversion) des matrices est délicate.
En première approche, l’évaluation des méthodes numériques s’est faite pour des problèmes plans pour lesquels des
solutions analytiques existent.
Dans un second temps, un code tridimensionnel a été développé en langage « matlab ».
À l’heure actuelle, l’algorithme à deux dimensions est complet et, au vu des résultats, utilisable pour résoudre un
problème de recherche des valeurs propres pour un résonateur en milieu infini. Il permet de calculer les valeurs
propres, puis de calculer le champ rayonné en tout point
de l’espace 2D.
L’algorithme en 3D donne de bons résultats pour des cas
académiques, mais les temps de calcul mesurés interdisent
son utilisation dans des cas concrets aux géométries plus
complexes. Afin d’optimiser les temps de calculs, l’adaptation d’un algorithme type Fast Multipole est envisagée
[Aussal09a].
■ Mesure et reproduction du rayonnement
des instruments de musique
Profitant d’une nouvelle synergie au sein de l’institut et
poussés par les demandes de plus en plus nombreuses de
compositeurs, nous avons renouvelé l’approche sur cette
problématique. Le thème du rayonnement regroupe plusieurs volets sur sa modélisation physique, sur la perception de ses effets dans un espace fermé et sur sa reproduction. Cependant, selon les applications envisagées, les
descriptions du rayonnement ne sont pas les mêmes et
les angles d’attaque sont différents, comme nous avons pu
l’entrevoir au chapitre précédent.
Dans le cadre d’un stage, une campagne de mesure a pu
être menée pour deux instruments à trous latéraux : saxophone ténor et cor de basset, dont on peut attendre une
variation du comportement angulaire du rayonnement avec
la direction mais aussi la fréquence.
Cette étude a permis de répondre aux problèmes engendrés par le dispositif de mesure dont nous disposons en
chambre anechoïque (24 microphones répartis sur en arc
de cercle). En effet, ce dispositif génère des contraintes
fortes qui induisent plusieurs difficultés lors de la reconstruction du champ.
Deux classes de problèmes ont été identifiées : les problèmes extérieurs et les problèmes intérieurs. La BEM est
particulièrement efficace pour les problèmes extérieurs
car celle-ci présente l’avantage de prendre exactement en
compte les effets de rayonnement à l’infini. Dans ce cadre,
la méthode d’éléments finis (FEM) n’est pas très adaptée
dans la mesure où le domaine considéré doit être en pratique de dimension finie.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
76
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Un dispositif d’excitation reproductible de l’instrument, réalisé à partir d’une chambre de compression de haut-parleur,
et qui ne perturbe pas la mesure, a été mis au point.
Les résultats de ces mesures mettent en évidence l’existence de bandes passantes et de bandes d’arrêt caractéristiques du comportement d’un réseau de trous latéraux.
Les autres résultats de cette étude sont décrits respectivement dans l’équipe Perception et design sonore et Espaces
acoustiques et cognitifs [Boyer09a].
■ Étude du geste instrumental et sa modélisation –
application au contrôle de la synthèse
Interfaces de contrôle pour la synthèse par modélisation
physique du violon
À la suite de la thèse de Matthias Demoucron et dans le
cadre du projet ANR Consonnes, plusieurs interfaces ont
été proposées, s’adressant aux compositeurs (pour une
utilisation dans le cadre de productions musicales) mais
également aux enseignants (pour l’apprentissage, la pédagogie, la rééducation motrice).
Ces interfaces permettent de modifier les propriétés physiques du modèle de corde frottée (longueur de la corde,
matériau, tension, de le piloter en utilisant par exemple
des modèles paramétriques de différents modes de jeu,
ou de le contrôler en temps réel en utilisant des interfaces de contrôle physique (tablette graphique, capteurs).
L’instrument virtuel, constitué par l’association du modèle
physique et de l’interface, incorpore alors un grand nombre
des propriétés du contrôle de l’instrument réel, tout en permettant des modifications (transposition d’un instrument à
l’autre, du violon au violoncelle par exemple, ou modifications des propriétés mécaniques de l’instrument et de sa
réponse sonore).
Des utilisations musicales sont envisagées qui permettront
de tester la validité des choix effectués et la fiabilité de ces
interfaces dans différents contextes d’utilisation.
trument. Une autre solution envisagée est l’utilisation de la
« bouche artificielle » robotisée.
« Bouche artificielle » robotisée
Le projet, une des actions du programme ANR Consonnes,
a consisté, à partir d’une bouche artificielle existante, à
piloter les éléments asservissant les paramètres (masse,
raideur, amortissement) des lèvres synthétiques (chambres
en latex ou en silicone remplies d’eau) et de jeu (pression de
bouche, appui de l’instrument sur les lèvres, enfoncement
des pistons d’une trompette). Par la suite, une « langue »
artificielle (valve à ouverture rapide) sera ajoutée.
En 2009, la finalisation technique a conduit à remplacer
le microcontrôleur Rabbit par une carte d’instrumentation
dSPACE et son environnement logiciel Control Desk pour
commander et asservir la bouche artificielle. Un démonstrateur de bouche artificielle, sous forme d’une application
utilisable par un scientifique et dans le futur par un musicien, à partir d’un clavier MIDI, a été mis au point. Pour cela,
un protocole de liaison a été développé entre le logiciel Max/
MSP et la carte dSPACE, programmable sous Matlab/Simulink. Des algorithmes d’auto-calibration de chaque organe
du robot et de leur asservissement bas niveau ont été réalisés [Véricel09a].
Étude du geste du trompettiste
Similaire à l’étude précédente, une étude est en cours sur
l’étude du jeu des trompettistes qui devrait nous permettre
de proposer des estimateurs de geste. Ici aussi notre
réseau de collaborations a permis de solliciter le Centre for
Interdisciplinary Research in Music Media and Technology
de l’université McGill (I. Cossette et V. Fréour) pour l’estimation des paramètres respiratoires comme le débit d’air
traversant les lèvres du trompettiste.
La mise au point de dispositifs de mesure et d’étude des
autres paramètres de contrôle que le débit d’air, dispositifs
aussi transparents que possible pour le trompettiste, est
une des difficultés de ce type d’étude. Les résultats obtenus
en 2009 ne donnant pas entière satisfaction, d’autres pistes
seront explorées dans le futur.
Une alternative à la mesure directe de certains paramètres de contrôle pourrait consister à utiliser un modèle de
synthèse par l’intermédiaire d’une interface imitant l’ins-
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
77
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE ESPACES ACOUSTIQUES ET COGNITIFS
Effectif
Diffusion scientifique
Projets et contrats
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
4
Revues à comité de
lecture
7
Nationaux et
régionaux
1
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
4
Conférences avec
comité de sélection
4
Internationaux
2
Doctorants
3
Ouvrages et
chapitres
1
Contrats industriels
1
Stagiaires
4
Thèses de doctorat
et HDR
1
Collaborations scientifiques
Collaborations
artistiques
Univ. Auckland (NZ)
J. Mason
Univ. Genova (IT)
M. Jarrell
Univ. Paris-5 (FR)
P. Jodlowski
Univ. TKK (FIN)
Univ. Tohoku (JAP)
K. Haddad
IEM – Graz (AUT)
J.-B. Sastre
LIMSI (FR)
P. Schoeller
Hôp. Univ. Zurich (CH)
Hôp. G. Pompidou (FR)
Sony CSL (FR)
France-Telecom-Orange (FR)
PSA (FR)
Responsable : Olivier Warusfel
L’activité de recherche de l’équipe s’organise autour de la
notion d’espace dans sa manifestation sonore réelle ou
virtuelle et ses liens avec la cognition. Les recherches sur
les technologies de restitution sonore se concentrent sur la
reproduction de champs sonores en zone étendue (WFS) et
sur les technologies binaurales qui restent une référence
pour les études expérimentales et les applications interactives. La création de scènes sonores spatialisées et interactives sollicite notre perception spatiale auditive en relation
avec d’autres modalités sensorielles, notamment visuelle
et proprioceptive. Ceci motive nos études de l’interaction
audition proprioception pour un développement raisonné
de nouvelles médiations sonores basées sur l’interaction
corps/audition/espace. Ces activités sont relayées par des
développements autour de la librairie temps réel Spat~.
En 2009, les travaux sur la WFS ont bénéficié du nouvel
équipement de diffusion scénique installé à l’Espace de
projection. Après les créations musicales de P. Schoeller et
A. Vigani, la collaboration artistique se poursuivra en 2010
avec une création de M. Jarrell et une opération d’envergure au festival d’Avignon avec le Richard II mis en scène
par J.-B. Sastre. Dans cette perspective, des travaux ont été
menés sur les facteurs contribuant au réalisme de reproduction de la voix parlée ou chantée.
Les travaux liés aux techniques binaurales ont été consacrés
à la restitution binaurale en champ proche et à la remise à
niveau des librairies de calcul des filtres transauraux.
Le couplage des techniques de reproduction sonore spatialisée à des dispositifs d’interactions gestuelles permet
de concevoir différentes modalités d’exploration interactive
de contenus musicaux. L’interaction entre le corps en mou-
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
vement et les sons dans l’espace peut exister à différents
niveaux selon les degrés de liberté proposés à l’auditeuracteur. Dans le projet EarToy, nous nous sommes proposés
d’attacher des sons de synthèse au corps du participant
afin d’examiner les interactions entre le mouvement de
segments corporels et le contrôle de l’action. Dans le projet
SAME nous nous sommes attachés à des territoires moins
naturels en créant des objets sonores manipulables de
façon collaborative par plusieurs participants. Le but de ces
projets est d’explorer les liens entre l’audition et l’action, et
d’exploiter ceux-ci au travers de différents protocoles, aussi
bien dans des objectifs artistiques que scientifiques, afin
de proposer aux participants une perception convaincante
d’objets sonores existant dans l’espace.
Les activités de développement ont été notablement renforcées cette année par l’arrivée de Thibault Carpentier, ingénieur recruté en 2009 par le CNRS, qui a permis de finaliser
le développement de la version 4 de la librairie Spat~ et
d’entamer une opération de valorisation industrielle sous
forme de plugins.
■ Technologies de reproduction audio spatialisée
Reproduction de champs sonores par Wave Field Synthesis
Thèse université Paris-6 (Joseph Sanson, directeur Carlos
Agon), diplôme Ingénieur du son École Louis Lumière (Raphaël
Barani).
La technique Wave Field Synthesis (WFS) a l’ambition de
capter, reproduire ou synthétiser les propriétés physiques
d’un champ sonore liées à la position et au rayonnement
des sources qui le composent. Si la spécification des
positions des sources virtuelles est aisée à l’aide d’interfaces graphiques par exemple, il en est autrement pour le
contrôle de leur directivité. Le formalisme des harmoniques
sphériques utilisé en WFS est peu intuitif quant à la prédiction du résultat de la somme pondérée d’harmoniques
78
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
sphériques. Un contrôle haut niveau des caractéristiques
de directivité a donc été proposé, pour lequel les paramètres manipulés sont la largeur de rayon et l’orientation du
lobe principal. Ce travail a été appliqué à plusieurs productions utilisant la WFS (Tagli d’Andrea Vigani, Operspective
Hölderlin de Philippe Schoeller) et a été utilisé dans la réalisation d’un test d’écoute visant à évaluer la discrimination
spatiale de flux audio concurrents. Différentes situations
de reproduction ont été comparées utilisant soit une diffusion stéréophonique classique, soit une diffusion par WFS
avec des sources omnidirectionnelles ou une diffusion par
WFS avec des sources directives. Les résultats de l’analyse
ont montré un pouvoir de discrimination significativement
supérieur pour le mode de diffusion par WFS, illustrant une
meilleure capacité de ce système pour le rendu de scènes
complexe. Par ailleurs, au cours de l’année 2009, plusieurs
essais de confrontation d’une source virtuelle instrumentale ou vocale avec son original réel sur scène ont parfois
montré une similitude saisissante au point de ne pouvoir
discerner l’une de l’autre. Nous désirons élucider les paramètres susceptibles de promouvoir ce caractère réaliste
de la reproduction et avons commencé à développer un
protocole de test permettant d’évaluer le plus objectivement possible cette similitude entre la source réelle et son
clone. Ces résultats seront présentés au congrès français
d’acoustique en avril 2010.
Reproduction binaurale et transaurale
Programme : (SAME FP7 ICT-215749) ; période : déc 08-nov 10 ;
coordinateur : (DIST – univ. Genova). Thèse univ. Paris-6 (KhoaVan Nguyen, Directeur Jean-Dominique Polack), Master univ.
Graz (Fabio Kaiser), Deust-VAS univ. Maine (Robin Lenogue).
De nombreuses applications audio interactives font appel
au mode de reproduction spatialisée sur casque d’écoute et
basé sur l’utilisation de filtres binauraux issus de la mesure
des fonctions de transfert de la tête (HRTFs). L’interaction
peut recourir notamment à la manipulation des sons grâce
à des capteurs gestuels comme ceux embarqués désormais dans les téléphones portables. L’utilisation de tels
dispositifs, tenus en mains par définition, incite à garantir
une reproduction fidèle du champ sonore proximal, jusqu’à
quelques centimètres de l’oreille, par exemple. Cependant,
en pratique, la mesure de HRTFs s’effectue le plus souvent
à distance fixe et en champ lointain (typiquement 2m), ce qui
les rend inadaptées à la restitution fidèle du champ proche.
Comme il est irréaliste de mesurer les HRTFs d’un individu
à différentes distances, nous nous sommes proposés d’étudier une méthode, basée sur les principes d’acoustique
sphérique, permettant de prédire les HRTFs en champ
proche ou en champ lointain à partir de mesures effectuées
à distance fixe. L’étude à la fois théorique et expérimentale
était constituée des étapes suivantes :
• mesures des HRTFs d’une tête artificielle à différentes
distances, du champ proche au champ lointain ;
• décomposition en harmoniques sphériques des HRTFs
mesurées à une distance de référence R1 ;
• propagation radiale à l’aide des fonctions de Hankel sphériques jusqu’à une distance R2 (supérieure ou inférieure à
R1) ;
• comparaison des HRTF prédites et mesurées pour cette
distance R2 ;
• comparaison de cette méthode de prédiction avec des
modèles simplifiés de correction de distance.
Le second volet concernant les travaux sur la reproduction
binaurale a été consacré à une remise à niveau des librairies MATLAB de calcul des filtres transauraux utilisés pour
la reproduction binaurale sur haut-parleurs. Ce travail sera
poursuivi en 2010, notamment dans le cadre d’une collaboration avec le CNSMDP pour l’utilisation du mode transaural
pour le mixage et la postproduction sur dispositif 5.1.
HRTFs dans le plan horizontal. A gauche : HRTFs mesurées à 30 cm.
A droite : HRTFs prédites à 30 cm à partir de la mesure à 136 cm.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
79
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Mesure et reproduction de la directivité d’instruments
Stage de maîtrise Univ. du Maine (Éric Boyer)
L’objectif général de cette recherche, menée en collaboration avec les équipes Perception et design sonore (PDS)
et Acoustique instrumentale, est l’étude de la directivité
des sources acoustiques et la restitution du champ sonore
via des systèmes multi haut-parleurs. La directivité dans
l’espace de tous les phénomènes d’émission (réseau des
haut-parleurs) ou de réception d’ondes (réseau des microphones) peut être analysée sous le formalisme des harmoniques sphériques (HS). Pour déterminer les coefficients
de la représentation du champ de pression acoustique
mesurée sur la surface d’une sphère, on le projette sur
le sous-espace engendré par les HS. Mathématiquement,
cette décomposition s’inscrit dans le cadre de problèmes
inverses qui peuvent être mal conditionnés. Un travail
théorique a été mené de sorte à dégager les conditions
nécessaires pour assurer un conditionnement correct, en
termes du choix de l’échantillonnage spatial et de l’ordre
de décomposition visé. Ces considérations sont notamment
importantes dans le cadre d’un instrument dont les sources
sonores sont distribuées dans l’espace. Ces travaux ont été
appliqués au cas de la mesure du rayonnement d’un saxophone.
■ Interaction audition, corps, espace
Installation sonore Grainstick
Programme : (SAME FP7 ICT-215749) ; période : déc 08-nov 10 ;
coordinateur : (DIST – univ. Genova).
de règles d’interaction basées sur la détection de gestes
simples : mouvement de percussion déclenchant des événements sonores discrets, écartement ou orientation des
mains contrôlant des processus de filtrage ou de modulation appliqués à des trames sonores continues, utilisation
de la métaphore d’un bâton de pluie pour contrôler un processus de synthèse concaténative (CataRT) et sa spatialisation (Spat et WFS). Devant l’intérêt suscité par ce prototype,
une version augmentée sera développée dans le cadre de la
production en 2010 et présentée à la Cité des sciences et de
l’industrie. Sur le plan technologique, il est également envisagé de réaliser une version dans laquelle le corpus sonore
est généré à la volée par les téléphones mobiles (sons
échantillonnés ou module de synthèse) et où la spatialisation s’effectue sur ces mêmes téléphones mobiles repérés
dans l’espace et utilisés en fonction haut-parleur.
Sur le plan scientifique, cette installation a également
motivé l’élaboration d’une expérience reprenant les mêmes
matériaux musicaux et les mêmes règles d’interaction, de
sorte à évaluer l’apport de l’interactivité et de la spatialisation dans l’expérience musicale ressentie par les utilisateurs. Nous avons notamment comparé les performances
de mémorisation/reconnaissance des différentes composantes du corpus sonore entre un groupe de participants
« actifs » ayant joué avec l’installation sonore et un groupe
de participants « passifs » l’ayant simplement écoutée. Ces
tests sont en cours d’analyse et montrent dans certains cas
une importance particulière des effets de spatialisation et
d’interaction sur les performances de reconnaissance.
Sonification du corps pour le guidage de l’action
Programme : ANR RIAM EarToy ; période : déc 06-mai 10 ; coordinateur : Ircam.
Au moyen de tests perceptifs, nous avons cherché à identifier les paramètres acoustiques permettant de développer
des avatars sonores améliorant des tâches de pointage dans
des environnements virtuels auditifs. Dans de telles tâches,
on peut en effet imaginer que la perception de la distance
entre une source fixe située dans l’espace proximal et une
source dynamique attachée à la main représente un indice
améliorant la précision du mouvement.
Installation sonore Grainstick
L’objet du projet européen SAME est de développer une
plate-forme pour l’expérimentation d’applications musicales interactives sur dispositifs mobiles. Dans ce cadre,
nous nous sommes intéressés à l’élaboration de scénarios sonores collaboratifs dans lesquelles un ou plusieurs
utilisateurs peuvent interagir avec un corpus sonore au
moyen de leur téléphone mobile utilisé comme périphérique de contrôle et en contrôler la diffusion spatialisée sur
un système d’écoute collectif comme la WFS. Une version
prototype de cette installation a été réalisée en collaboration avec le compositeur Pierre Jodlowski et l’équipe interactions musicales temps réel (IMTR). P. Jodlowski a été
invité à créer ce corpus sonore et à définir un ensemble
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
L’équipe a développé un environnement pour l’évaluation
psychoacoustique des mouvements de préhension dans
l’espace proche du sujet. Toutes les étapes de traitement
sont implémentées dans MaxMsp, avec les librairies de
traitement de l’Ircam (Spat, ftm, etc.). Un système de suivi
de mouvements par caméras infrarouges est disponible
pour traquer les objets dans l’espace, permettant ainsi
d’attacher un objet sonore à un segment corporel du sujet.
Le retour auditif des mouvements du sujet dans l’espace
constitue une augmentation sensorielle permettant d’affiner le comportement sensori-moteur pour l’exploration
du monde virtuel. L’étape finale est de concevoir un avatar
80
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Tâche de pointage en l’absence de vision vers
des sources sonores virtuelles, en présence d’un retour
sonore de la position de la main, aligné ou en conflit avec
le mouvement. Les informations sonores sont rendues
en binaural et spatialisées en temps réel en fonction de
la position de la tête et de la main du sujet.
auditif pour guider le sujet quand il veut saisir des objets
situés dans l’espace virtuel.
Ces expériences sur la constitution d’un avatar sonore ont
commencé et indiquent d’ores et déjà que le retour auditif
spatial d’un mouvement peut perturber le contrôle moteur
lorsque celui-ci est spatialement décalé par rapport au
mouvement effectué. Cela laisse présager de multiples
développements expérimentaux et applicatifs. Si le retour
sonore des actions est intégré au contrôle de l’action, il est
possible que la manipulation de celui-ci permette de modifier rapidement le schéma corporel et l’image du corps.
Sound embodiment
Programme : ANR RIAM EarToy ; période : déc 06-mai 10 ; coordinateur : Ircam.
Nous avons abordé une approche artistique de la démonstration de la relation entre le corps, l’espace et le son en
travaillant avec Jane Mason (chorégraphe) sur l’installation Grainstick, puis avec un matériel musical composé par
Karim Haddad. L’interaction auditive/idiothétique réside
dans l’asservissement du contenu et de l’organisation spatiale de la scène sonore aux mouvements de la danseuse.
Les mouvements sont saisis par des dispositifs de repérage
spatial et de capture posturale de la danseuse. La scène
sonore est rendue en WFS.
Dans un premier temps, nous avons proposé à la danseuse
de s’équiper d’un vêtement sonore en liant des sources
sonores à des zones spécifiques de l’espace. Dans un
deuxième temps, nous avons travaillé sur la composante
spatiale de l’interaction son/corps, en proposant une distinction nette entre le vêtement sonore et le monde sonore.
Cette distinction permet une construction progressive de
l’avatar sonore et une appropriation de celui-ci au niveau
du schéma corporel. Le monde sonore peut ensuite être
exploré par la danseuse sans confusion cognitive avec le
son qu’elle produit. On donne finalement à la danseuse des
sources sonores qu’elle peut attacher et détacher de son
corps, lui permettant de devenir audible ou de rester acoustiquement transparente.
Jane Mason équipée de capteurs permettant de déclencher des sources sonores en fonction de la position
de ses avant-bras dans l’espace (photo de gauche). Dans un deuxième temps, la danseuse/chorégraphe a été équipée
d’accéléromètres permettant de lier le déclenchement de sources sonores spécifiques à un type de mouvement.
Le monde sonore a pu être spatialisé indépendamment de la position de la danseuse grâce à l’inclusion d’objets autonomes
(photo de droite) : ici une sphère transparente équipée de capteurs.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
81
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Traitement des acouphènes
Programme : Tinnitus Research Initiative ; période : déc 07-nov
10 ; coordinateur : Hôpital européen Georges Pompidou.
À ce jour, les sons sont peu présents dans les mondes
virtuels ou, s’ils le sont, sont rarement restitués avec les
indices acoustiques qui permettent de les localiser. Or,
l’audition offre une perception de l’espace bien plus complète que la vue (on ne voit pas derrière soi, par exemple)
et favorise une immersion de meilleure qualité, notamment
au plan émotionnel. Nous avons tiré parti des travaux de
l’équipe pour travailler, d’une part sur les acouphènes,
d’autre part sur la phobie des chiens dans le cadre de la
suite du projet européen CROSSMOD (§ suivant).
Le traitement proposé consiste à favoriser la dissociation
entre la perception de l’acouphène et sa représentation
mentale en travaillant sur l’appropriation progressive par
le patient de la localisation de l’acouphène dans l’espace
de sorte à permettre, à terme, sa mise « hors champ ». Le
mécanisme sous-jacent pourrait faire intervenir un processus d’agentivité par rapport à la perception acouphénique, normalement en dehors du contrôle volontaire du
patient. En pratique, il s’agit de construire un avatar sonore
et visuel de l’acouphène et de fournir au patient les moyens
d’en contrôler la localisation dans l’espace, à la fois en
direction et en distance.
permettant de nombreux traitements statistiques, puisque
tous les patients de l’étude bénéficient de cette étape de
caractérisation avant la randomisation les incluant dans un
groupe ou un autre.
Dogphobia
Dans cette application, l’enjeu était d’exploiter les différents composants logiciels graphiques et audio développés au cours du projet européen CROSSMOD (2005-2008
FET-Open FP6), dans un environnement virtuel permettant de confronter graduellement un sujet à une situation
potentiellement phobogène (ici appliquée à la phobie des
chiens) (Viaud-Delmon et al 2008). L’intégration d’informations visuelles et auditives doit permettre à un sujet d’apprendre à maîtriser ses réactions émotionnelles lorsqu’il
est exposé progressivement à des environnements où il
La scène du jardin
et deux des chiens
pouvant y être
rencontrés.
Le patient est équipé d’un visiocasque et
d’un casque audio, munis d’un traqueur de position de la tête.
Il a une baguette dans la main, matérialisant son acouphène.
Celui ci est représenté visuellement dans l’environnement
virtuel par des particules, et se déplace selon les mouvements
de la baguette, auditivement et visuellement.
Le protocole repose sur le choix des caractéristiques acoustiques de l’avatar sonore, sur les modalités de contrôle de
sa localisation et sur leur éventuelle évolution au cours des
séances. Cette étude se concentre sur des patients ayant un
acouphène unilatéral, continu et stable dans le temps.
Les principes de cette application sont présentés dans un
article publié dans le journal Virtual Reality (Londero09a, in
press). Un essai clinique est actuellement en cours dans le
service du professeur Bonfils à l’Hôpital européen Georges
Pompidou, afin de mesurer l’efficacité de la méthode par
rapport à une liste d’attente et la thérapie comportementale. Cet essai clinique à grande échelle (160 patients)
fournira des caractérisations d’acouphènes unilatéraux
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
peut rencontrer des chiens. Le sujet doit naviguer dans plusieurs scènes virtuelles, où il peut voir ou entendre surgir
des chiens. Les sources sonores fournissent des indices
précis sur la localisation, quelle que soit la position du sujet
dans la pièce expérimentale. Il peut par exemple percevoir
des chiens arriver en courant derrière lui, ce qui permet de
générer une multitude de réactions émotionnelles fortement réalistes.
L’évaluation de cette application confirme le rôle majeur
joué par la composante auditive dans les réactions émotionnelles et le besoin des participants d’adapter leur
navigation de sorte à éviter, par exemple, de se trouver en
situation de marcher avec un son d’aboiement ou de grognement dans leur dos. La gestion de la dimension spatiale de la restitution sonore est par conséquent importante
pour graduer l’exposition des participants et contrôler leurs
réactions émotionnelles.
82
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE PERCEPTION ET DESIGN SONORES
Effectif
Diffusion scientifique
Projets et contrats
Collaborations
scientifiques
Collaborations
artistiques
LMA, FR
A. Cera
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
2
Revues à comité de
lecture
5
Nationaux et
régionaux
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
5
Conférences avec
comité de sélection
7
Internationaux
3
Doctorants
1
Ouvrages et
chapitres
2
Contrats industriels
3
Stagiaires
4
Thèses de doctorat
et HDR
IUAV, IT
TU-Berlin, DE
ZhdK, CH
Univ de Canberra, AU
KTH, SE
■ Perception et simulation des sources sonores
Responsable : Patrick Susini
L’équipe articule ses travaux entre des recherches menées
en perception sur les sources sonores et des applications
en design sonore. Au cours de l’année 2009, elle a poursuivi
son travail sur la perception des sons environnementaux.
Cette thématique a été largement développée dans le cadre
du projet européen CLOSED : nous nous sommes intéressés
à la description et à la typologie des sons environnementaux produits par un mécanisme, électrique ou non, par
une réaction physique, par une interaction ou encore par la
déformation d’un objet. Ces travaux ont été publiés et ont
permis de confronter différentes théories sur la perception
des sons environnementaux. Nous avons étendu nos travaux menés sur la thématique de la signalétique sonore au
design d’interactions sonores notamment dans le cadre du
projet européen SID. Cette nouvelle thématique abordée en
2008 met en jeu des processus perceptifs dynamiques et
actifs qui nous ont amenés à aborder de nouvelles questions ainsi que de nouveaux paradigmes expérimentaux.
Nous nous sommes intéressés à l’étude des mécanismes
mis en jeu (apprentissage) dans une boucle perception
action ainsi qu’à la réponse émotionnelle et fonctionnelle
dans le contexte d’une interaction avec un dispositif intégrant une composante sonore dynamique. Cette thématique rejoint des problématiques associant geste et son que
nous poursuivrons en 2010 en collaboration avec l’équipe
IMTR ainsi que dans le cadre du projet SID. Par ailleurs,
l’équipe mène toujours une activité dans le domaine industriel enrichissante par ses collaborations avec A. Cera.
Pour finir, il faut noter que le projet européen CLOSED,
pour lequel l’équipe était coordinatrice, s’est terminé cette
année (juillet 2009) et l’équipe a fait un effort très important
en soumettant un nouveau projet ANR, Gesco, et un projet
européen FET-Open, Skat. Malheureusement, malgré une
bonne évaluation au niveau scientifique, ces projets n’ont
pas été retenus. Ils feront l’objet d’une refonte pour une
nouvelle soumission courant 2010.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
En dehors des travaux spécifiques menés sur les sons environnementaux dans le cadre des projets CLOSED et SID,
l’équipe poursuit ses travaux sur ce thème en abordant
l’étude de sources sonores dont les caractéristiques varient
au cours du temps (sonie d’une évolution temporelle), l’analyse de scènes composées de sons environnementaux, les
représentations en mémoire associées, et la caractérisation
et simulation du rayonnement. Au niveau industriel, nous
menons toujours les travaux sur le bruit des moteurs Diesel
dans le cadre de la thèse d’Aurélie Frère (étude des caractéristiques du timbre associées à la sonorité de diesel), et
nous venons de commencer un travail sur la description du
timbre des sons de gongs pour l’horlogerie.
Sonie d’une évolution temporelle
Peu d’études ont été menées sur la sonie (intensité subjective) des sons variant au cours du temps, or les sons environnementaux sont souvent caractérisés et identifiés sur
la base de leur comportement temporel. La sonie des sons
non stationnaires est un sujet qui est maintenant abordé au
niveau international. L’équipe a repris des travaux autour de
cette thématique plus particulièrement depuis 2009 dans
le cadre d’un stage de Master 2 AST [�������������������
Trapeau09a] �������
en collaboration avec le LMA-CNRS. Depuis, un projet ANR blanc
a été déposé pour mener ce projet sur un plus long terme
notamment dans le cadre d’une thèse. L’objectif final est de
mettre au point un indicateur de sonie pour les sons non
stationnaires. Un tel outil aura sans conteste des retombées en acoustique environnementale. La collaboration
entre le LMA-CNRS et l’Ircam a permis récemment de
caractériser pour différents types de signaux (son pur, bruit
blanc, voyelle) la sonie de profils temporels croissants et
décroissants. Les résultats obtenus montrent que la sonie
globale est liée à la sonie de fin de rampe, qu’un jugement
direct de variation de sonie est biaisé par la sonie globale,
que la sonie de fin de rampe est surestimée par rapport à la
sonie d’un son stationnaire présenté à un niveau acoustique
équivalent. Par ailleurs, les résultats dépendent aussi du
type de son considéré. Outre le projet ANR déposé sur ce
sujet, ce travail sera poursuivi en 2010 toujours en collaboration avec le LMA.
83
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Analyse de scènes sonores environnementales : approche
perceptive et automatique
Dans le cadre d’une collaboration entre les équipes PDS et
IMTR nous nous sommes intéressés à l’analyse automatique de scènes sonores [Dessein09b]. Pour l’équipe PDS,
il s’agissait de poursuivre les travaux sur la reconnaissance
des sources sonores dans deux directions : 1. sources
sonores intégrées dans une scène sonore, 2. utilisation de
techniques d’apprentissage automatique sophistiquées.
Pour l’équipe IMTR, la problématique faisait suite à un
projet initié autour de la transcription polyphonique temps
réel de signaux sonores, à l’aide des algorithmes NMF.
D’un point de vue théorique, un premier objectif était d’établir un cadre permettant d’obtenir un contrôle explicite des
paramètres de parcimonie lors de l’optimisation. Les résultats des études théoriques menées sont, à notre connaissance, une contribution importante pour les algorithmes
d’optimisation non-négatifs. Les développements apportés
aux algorithmes NMF (notamment le contrôle de parcimonie) ont été testés sur plusieurs cas (un cas synthétique
classique de la littérature, un exemple de transcription
musicale, et une scène sonore simple) et ont montré tout
l’intérêt pratique de ses travaux.
Mémoire auditive et sons environnementaux
La mémoire auditive des sons environnementaux dans des
tâches de rappel a peu été étudiée. Dans le cadre des travaux sur les sons environnementaux, l’équipe s’est penchée
sur la question du codage en mémoire des sons environnementaux. De Gelder et al. (1997) ont mis en évidence des
différences de codage en faveur des mots dans une tâche de
rappel sériel ; en d’autres termes, l’effet de récence (derniers
événements rappelés d’une liste) est plus fort pour les mots.
Afin d’étudier l’effet de la procédure expérimentale sur les
résultats observés par De Gelder, une série d’expériences
a été menée pour répliquer la comparaison entre sons
environnementaux et mots associés, mais avec une tâche
de rappel libre [Moumne09a]. Les données montrent de
nouveau une différence pour l’effet de récence avantageant
aussi les mots. La différence observée entre les deux listes
est donc robuste à travers les tâches, et semble permettre
de converger vers l’explication proposée par De Gelder pour
un codage différent en mémoire. Il apparaît nécessaire de
poursuivre ces travaux dans le cadre d’une collaboration
engageant des compétences en neuropsychologie.
Reproduction du rayonnement
Ce thème a été abordé au cours de l’année 2009 dans le
cadre du stage Ingénieur (ENSIM)/M2 (univ. Maine) d’Éric
Boyer. L’objectif initial de l’étude portait sur la caractérisation, la modélisation, la reproduction et la validation du
rayonnement de deux instruments de musique particuliers :
le saxophone et le cor de basset ; le choix de ces cibles ayant
été en partie motivé par le projet musical de M. Stroppa
pour cor de basset amplifié et orchestre (création prévue
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
à l’automne 2010). Concrètement, le stage n’a traité que
les deux premières parties (caractérisation, modélisation)
en exploitant la GSR (Global Source Radiator), une source
multi haut-parleurs du commerce (prêtée pour l’occasion
par le LAM – Paris-6), en mettant en œuvre des techniques
expérimentales singulières pour l’excitation reproductible
des instruments à vent et en développant un environnement
spécifique de traitement et de visualisation des données de
directivités. La modélisation s’est effectuée dans le formalisme des harmoniques sphériques et une première phase
de validation a permis de confirmer la pertinence de la
démarche. Le travail sera poursuivi et achevé en 2010 dans
le cadre d’un stage M2 (univ. Maine).
 Mesure de le reproduction des figures d’harmoniques sphériques  Exemple à 1 khz ■ Projets industriels
Perception sonore des bruits de moteurs Diesel
Ce projet est réalisé dans le cadre de la thèse d’A. Frère
en collaboration avec Renault et l’université d’Oldenburg.
En se basant sur une étude bibliographique et sur les premiers résultats de test réalisés en 2008, une base sonore
et vibratoire de différentes situations de conduite (12 au
total) pour différents véhicules (diesel et essence) a été
réalisée. Cette base constituée, deux tests ont été réalisés :
le premier à l’Ircam en mars 2009 et le deuxième à l’université d’Oldenburg en mai 2009. Ceux-ci se sont déroulés
dans les mêmes conditions de restitution sonore dans les
deux pays. Ces tests permettent de mettre en évidence des
situations de conduite caractéristiques de la sonorité de
moteurs Diesel pour deux populations, française et allemande [Frere09a].
Étude du timbre de gongs pour l’horlogerie
Dans le cadre d’une prestation pour l’industrie horlogère,
l’équipe a mis en œuvre des expériences perceptives visant
à évaluer des jugements de similarité et de préférence à
partir d’un corpus de sons fournis par notre partenaire.
■ Design sonore et interaction
La deuxième thématique de l’équipe porte sur la nouvelle
génération de sons qui peuplent notre quotidien : les sons
de signalétique. Nous poursuivons sur ce thème des collaborations avec le compositeur A. Cera pour le domaine des
interfaces homme/machine, tout particulièrement dans le
secteur automobile. C’est un enjeu important pour le design
sonore car il s’agit de sons sur supports numériques, facilement malléables et intégrables dans des systèmes minia-
84
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
turisés de diffusion. Cette thématique a été étendue depuis
le projet CLOSED au domaine du design sonore interactif. Il
s’agit de créer une interaction dynamique entre un objet – a
priori « silencieux » - et un utilisateur, par l’ajout d’une composante sonore. On parlera d’interactions sonores dynamiques.
Navigation sonore dans un menu : projet Findability
L’objectif de ce projet est d’aider la navigation dans le
menu de l’ordinateur de bord d’une automobile grâce à
des signaux sonores non-verbaux. Dans un premier temps,
une revue bibliographique des travaux ayant abordé cette
thématique a été effectuée et a permis de spécifier les
principes qui ont ensuite été utilisés pour la sonification
du menu. Dans un deuxième temps, un compositeur/designer sonore (A. Cera) a construit des sons répondant à ces
principes, en proposant trois approches différentes. Pour
les deux premières approches, des icônes sonores ont été
réalisées à partir de la librairie SoundIdeas, et des sons de
types earcons sont obtenus grâce à des modèles physiques
de plaques dans Modalys. Les relations hiérarchiques entre
les différents earcons sont alors représentées grâce à une
variation des paramètres utilisés dans le modèle physique.
Pour la première approche, l’icône sonore et l’earcon sont
superposés par mixage. Pour la deuxième approche, l’icône
sonore est utilisée comme excitateur dans le modèle physique de plaque. La troisième approche se distingue par
l’utilisation du principe des « musèmes ». Il s’agit de représenter un contenu sémantique grâce à un motif orchestral,
en s’inspirant de travaux effectués en musique baroque ou
classique par exemple (P. Tagg). Les réalisations devraient
faire l’objet d’une évaluation en contexte d’usage.
Design sonore de véhicules électriques
Au cours du dernier trimestre 2009, l’équipe a répondu au
concours lancé par le constructeur automobile Renault
pour le design sonore des véhicules électriques. À partir
d’un brief commun aux quatre équipes participantes sur
les différents aspects de ce nouveau mode de motorisation (technologique, design, identité, réglementation, etc.),
l’enjeu était d’imaginer trois maquettes sonores préfigurant
le futur son produit par ces voitures a priori silencieuses.
Associée au compositeur/designer sonore Andrea Cera,
l’équipe a réalisé un travail de documentation, d’analyse et
de réflexion autour de cette problématique. Les maquettes
sonores ont été réalisées sur la base de plusieurs morphologies élémentaires (nappes, trains d’impulsion, etc.)
appliquées à différents timbres. À l’issue du rendu, notre
proposition a été retenue et sera mise en œuvre dans le
courant de l’année 2010.
Étude des émotions dans le cadre d’un dispositif interactif
Ce travail poursuit les recherches sur les dispositifs sonores
interactifs conduites dans le cadre du projet CLOSED. Après
avoir exploré avec le « Spinotron » (cf. rapport d’activité 2008)
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
la capacité d’un dispositif sonore interactif à guider l’apprentissage d’un geste fin, nous avons à nouveau utilisé un
prototype conçu par nos partenaires de ZHdK, le « Flops »,
dans l’objectif d’étudier les émotions induites par la composante sonore dans la manipulation du dispositif. Nous
avons réalisé une série d’expériences qui nous a permis de
comparer les émotions induites par la manipulation plus
ou moins difficile de l’objet, et par le degré de préférence
des sons embarqués dans le Flops. Nos résultats montrent
que, même si, bien évidemment, le niveau de difficulté de
manipulation du dispositif a la plus grande influence sur
les émotions, le caractère plus ou moins agréable des sons
a aussi son influence, faible, mais significative et indépendante. Nous avons montré que ce caractère peut être manipulé en jouant sur le contenu fréquentiel des sons, et sur le
type de sons proposés, naturels ou arbitraires.
Dispositif interactif « Flops »
d0
d
x=-nd
0
x=0
x
Étude de la nature du son dans une interaction
Dans le cadre du dispositif interactif « Flops » décrit précédemment, la nature des sons s’est avérée influencer les
réponses émotionnelles des participants dans la réalisation d’une tâche donnée. Nous avons prolongé la question
sur l’effet de la nature du son dans un contexte interactif
contrôlé correspondant à l’utilisation d’un clavier numérique (ATM) utilisé pour réaliser des opérations bancaires
(retrait et transfert entre comptes). Dans ce cadre, nous
avons défini par son « naturel » (vs son artificiel) tous feedback sonores intuitivement associés à une action effectuée
par un utilisateur lors d’une interaction avec un dispositif.
Cette question rejoint le travail effectué sur la perception
des sons environnementaux. Nous avons élaboré un environnement expérimental dans lequel trois niveaux de relation ont été testés entre un son et l’action associée (appuyé
sur une touche du clavier) : causale, iconique et arbitraire.
Par ailleurs, deux niveaux de difficulté d’utilisation du dispositif ont été combinés. Les résultats montrent qu’avant
même d’utiliser le clavier, les sons entendus comme les
plus « naturels » (par rapport à l’action d’appuyer sur une
touche du clavier) sont jugés les plus fonctionnels. Ce jugement persiste après utilisation du clavier. Les sons arbitraires sont toujours jugés peu fonctionnels et plaisants. En
revanche, les jugements obtenus pour le niveau intermédiaire (sons iconiques) dépendent du niveau de difficulté du
dispositif : si le niveau de difficulté augmente, un son iconique n’est plus jugé aussi fonctionnel. Ce travail sera poursuivi plus étroitement autour la thématique geste et son.
85
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE ANALYSE-SYNTHÈSE DES SONS
Effectif
Diffusion scientifique
Projets et contrats
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
6
Revues à comité de
lecture
7
Nationaux et
régionaux
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
14
Conférences avec
comité de sélection
25
Internationaux
Doctorants
13
Ouvrages et
chapitres
2
Contrats industriels
Stagiaires
8
Thèses de doctorat
et HDR
2
Chercheur invité : L. Fagnan, université d’Alberta (CAN)
Responsable : Xavier Rodet
L’équipe Analyse-synthèse des sons étudie le signal audionumérique, soit pour en extraire tous types d’informations,
soit pour le synthétiser selon certaines propriétés sonores
et musicales souhaitées, soit pour le transformer en fonction de besoins compositionnels, ou d’applications dans
d’autres domaines comme le cinéma, le multimédia, ou des
domaines industriels. Ces recherches et développements
peuvent être classés suivant quatre axes principaux :
• théories et techniques de traitement du signal et de statistique pour l’analyse et la synthèse ;
• analyse, traitement et synthèse de la voix pour les applications artistiques ;
• traitements par le contenu et nouveaux outils pour la
musique, extraction d’informations musicales, de différents
niveaux, à partir du signal audio ;
• modélisation physique pour la synthèse sonore, notamment Le lien du traitement du signal avec la physique et le
contrôle des instruments.
Les principaux aboutissements de l’année sont :
• deux algorithmes remarquables, estimation des fréquences multiples dans les segments isolés de sons et
estimation des débuts de notes ;
• une méthode de transformation du vibrato ;
• un nouveau modèle des sons des instruments ;
• l’usage d’informations linguistiques de haut niveau en
synthèse de parole ;
• la mise au point et l’utilisation du système de synthèse de
parole à partir du texte ircamTTS dans un projet de création
avec G. Aperghis ;
• la bibliothèque C++, temps réel, multiplate-forme, de
transformation de la voix VoiceForger, fondée sur la bibliothèque SuperVP ;
• la création d’un corpus de référence pour la recherche et
l’évaluation des technologies d’indexation musicale ;
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
8
4
Collaborations
scientifiques
Collaborations
artistiques
Modyco, Voxler, Chinkel,
Cantoche, LIMSI, Télécom
Paris-Tech, INRIA/Metiss,
IRIT, DGA, Paris Dauphine,
CNAM, Exalead, Orange,
EMI, Europ-Archive, As An
Angel, Vocally, université
d’Alberta (CAN), TU
Berlin (Allemagne), NCK
UniverSity, Tainan (Taiwan),
UNIFI, Florence (Italie)
H. Parra,
G. Aperghis,
O. Cadiot,
Mabel Octobre
• la description simultanée, à partir d’un enregistrement,
de la suite d’accords, de la tonalité locale et du premier
temps sur la base d’un modèle de Markov étendu ;
• le développement des logiciels Ircambeat, Ircamchord,
Ircamkeymode, Ircamdescriptor, Ircamclassifier et Ircamsummary ;
• la levée d’un paradoxe avec la découverte de guides
d’ondes stables pour les profils convexes ;
• deux théorèmes fournissent des algorithmes de calcul de
rayon de convergence et de borne d’erreur de troncature
garantie pour les systèmes de dimension finie ;
• la mise au point d’une « bouche artificielle robotisée ».
■ Analyse, transformation et synthèse de signaux audios
fondées sur des modèles
Les directions de recherche de l’équipe sur l’analyse, la
transformation et la synthèse fondées sur des modèles ont
été orientées par les problèmes liés à l’analyse des signaux
polyphoniques et à la transformation des signaux.
Analyse des signaux polyphoniques
L’analyse des fréquences fondamentales (F0s) dans les
sons polyphoniques est essentielle parce qu’elle permet
d’établir un accès plus facile à la description des sources
individuelles. La séparation du signal en composantes bruitées, sinusoïdes et sinusoïdes superposées, est à la base
du succès de notre algorithme d’estimation des F0s multiples [Yeh08a]. En 2009, nous avons notamment amélioré
cette séparation entre les parties bruitée et sinusoïdale en
renforçant la cohérence du modèle de la partie bruitée. De
plus, nous avons commencé à intégrer comme troisième
catégorie les transitoires ou débuts des notes dans l’algorithme d’analyse. Pour améliorer la détection des débuts
de notes, nous avons notamment étudié la synchronie entre
les débuts des partiels d’une note. Les deux algorithmes
– estimation des f0s multiples dans les segments isolés
de sons [Yeh09b] et estimation des débuts de notes [Roebel09a] – ont été classés premiers dans leurs catégories
pendant la campagne d’évaluation MIREX 2009.
86
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Transformations
• en ce qui concerne les transformations des signaux,
nous nous sommes concentrés en 2009 sur l’augmentation
de la qualité du traitement, notamment pour la transformation du vibrato [Contreras09a] avec des résultats très
satisfaisants grâce au traitement indépendant des parties
sinusoïdales et bruitées ; sur la généralisation des traitements existants, notamment la préservation de la position
des sources sonores qui a été étendue à plus de 2 canaux ;
sur la transformation dans le domaine fréquentiel/paramétrique dans le vocodeur de phase en mode « shape invariant » (pour la parole), pour lequel nous avons développé
une nouvelle approche de la gestion du positionnement des
trames ;
• la détermination automatique de la taille de la fenêtre
est étudiée dans la thèse de M. Liuni. En effet, la sélection
des paramètres des algorithmes est difficile pour les utilisateurs non experts, ce qui limite les performances des
algorithmes. Pour ce problème, nous avons pu clarifier certaines relations théoriques concernant les mesures d’entropie qui servent comme critère d’évaluation des tailles
des fenêtres candidates ;
• la représentation des modèles des sons des instruments
peut servir pour la séparation de sources sonores, pour
l’amélioration de l’estimation des F0s multiples et pour
l’amélioration des transformations de sons. Une nouvelle
approche a été étudiée dans le cadre d’un rapport de fin
d’étude en collaboration avec la Technical University of
Berlin (Allemagne) ;
Superposés au sonagramme, résultats de l’analyse des fréquences fondamentales (notes)
dans un son polyphonique (chaque ligne de couleur est l’une des notes détectées) comparés aux notes
exactes de l’enregistrement (rectangles jaunes). Visualisation dans le logiciel AudioSculpt.
• la synthèse sonore par descripteurs de haut niveau et
perceptuels est une approche prometteuse pour obtenir
des transformations perceptivement pertinentes. La thèse
de M. Caetano porte sur le développement de nouvelles
techniques pour obtenir une représentation des sons tenant
compte des caractéristiques timbrales et un algorithme
génétique pour manipuler indépendamment des descripteurs de forme spectrale.
■ Analyse, synthèse et transformation de la voix
La transformation et la synthèse de la voix parlée et chantée
intéressent de nombreux compositeurs qui ont utilisé les
systèmes développés dans l’équipe.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Source glottique, conduit vocal et transformations
de nature
Dans la thèse de G. Degottex, plusieurs méthodes d’estimation des paramètres de glotte (e.g. Liljencrants-Fant) ont
été développées sur un critère de minimisation de phase.
Ces méthodes ont été testées dans la synthèse par HMM et
dans la transformation de la qualité vocale. Un modèle de
source vocale (LF+bruit) a été développé pour utiliser les
paramètres estimés.
Projet Affective Avatars : RNTL ; période : jan. 08-mars 10 ;
coordinateur : LIMSI.
Dans ce projet, diverses transformations de nature et de
type de la voix (homme, femme, enfant, soufflée, rauque,
excitée, calme, etc.) ont été développées par S. Farner et
implantées dans une bibliothèque de transformation en
Matlab (VoiceTrans). Une partie de VoiceTrans a été traduite
87
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
en une bibliothèque C++ temps réel multiplate-forme, VoiceForger, fondée sur la bibliothèque SuperVP d’ A. Roebel.
Projet Angel Studio : Feder ; période : juil. 09-juin 10 ; coordinateur : As An Angel
Ce projet (P. Lanchantin) a pour but la conversion de voix.
Les principaux travaux ont consisté en une étude sur la
transformation de la fréquence fondamentale, l’analyse
et la synthèse par superVP, et, pour la transformation de
l’enveloppe spectrale, la réduction de la variance de la loi
conditionnelle aux observations de la voix source (augmentation du nombre de composantes gaussiennes et réduction
de dimensionnalité du modèle GMM, utilisation de HMM
lors de l’apprentissage).
Transformations expressives de la parole
Projet Respoken : FEDER DRIRE ; période : fév. 09-déc. 10 ;
coordinateur : Vocally
Ce projet, mené par C. Veaux, vise le développement d’un
plugin (e.g. pro-tools) de transformation expressive de la
parole. Les transformations font appel à la bibliothèque voiceTrans dont les fonctionnalités sont étendues. Une base de
données de parole expressive a été analysée pour définir un
système de contrôle des transformations. Les principaux
travaux ont concerné l’estimation de la fréquence fondamentale pour les voix expressives, la détection de proéminences à partir de l’audio, des effets (e.g. « creaky ») et un
système de transformation prosodique par règles pour les
expressivités joie, tristesse, peur, colère, etc.
Analyse et modélisation de la prosodie
Projet Rhapsodie : ANR SHS ; période : fév. 08-déc. 11 ; coordinateur : univ. Paris-10
La thèse de N. Obin a pour but des modèles de prosodie de
la voix parlée dans les différents styles de parole (journaliste
radio, homme politique, conversation, etc.), pour utilisation
en synthèse notamment. Les principaux travaux ont été :
• amélioration du modèle de détection de proéminence
syllabique par analyse linéaire discriminante et prise en
compte du contexte linguistique ;
• extraction d’information syntaxique de haut niveau pour
la prosodie ;
• constitution d’un corpus annoté pour la synthèse de style
de parole.
Segmentation et synthèse à partir du texte
La segmentation automatique ircamAlign de P. Lanchantin
a été étendue à l’anglais (A. Gonzales) et à la voix chantée
(Hypermusic Prologue d’H. Parra). Le système de synthèse
de parole à partir du texte ircamTTS de C. Veaux a été amélioré et pourvu de nouvelles voix (A. Dussolier, projet avec
G. Aperghis) et testé pour l’anglais. La synthèse paramétrique HTS a été testée par P. Lanchantin et améliorée avec
le modèle de glotte de G. Degottex, et des informations
linguistiques de haut niveau (N. Obin). Enfin des modèles
de génération de texte (e.g. mélange de langues) ont été
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
développés pour des applications artistiques (compagnie
Mabel Octobre).
■ Traitement par le contenu et nouveaux outils
pour la musique
Les travaux relatifs à la description du contenu audio d’un
morceau de musique sont effectués dans le cadre des projets Oseo Quaero (dont l’Ircam coordonne le work package
audio et musique), ANR DISCO, les thèses de L. Régnier et
H. Papadopoulos.
Programmes : (Oseo Quaero) ; période : mai 2008-avril 2013 ;
coordinateur : (Thomson) et : (ANR DISCO) ; période : janv. 2008
– déc. 2010 ; coordinateur : Paris-Dauphine
Le travail s’articule autour des quatre points principaux
détaillés ci-dessous.
Création de corpus annotés
Dans le projet Quaero, l’Ircam constitue un corpus de référence pour la recherche et l’évaluation des technologies
d’indexation musicale. Ceci comprend l’élaboration de
nouveaux critères d’annotation, de critères de mesure de
validité de l’annotation [Peeters09c] [Peeters09b], le développement d’outils d’annotation locale (QIMAL) et globale
(interface en ligne QIMAQ), la collecte de corpus représentatifs (collaboration avec EMI France) et l’annotation des
titres choisis. Une équipe spécifique d’annotateurs a été
créée pour cela en 2009.
Estimation locale du contenu musical
Le contenu local du signal audio d’un morceau de musique
a été étudié selon différents points de vue :
• détection des parties chantées/non-chantées par clustering de partiels vibrés [Regnier09a], similarité entre chanteurs sur base de critères de vibrato ;
• amélioration de la détection des battements et détection
simultanée du premier temps par un nouveau système basé
sur une modélisation Viterbi inversée [Peeters09a] ;
• description simultanée de la suite d’accords, tonalité
locale et premier temps sur la base d’un modèle de Markov
étendu (prise en compte d’erreurs potentielles d’estimation de beats) et amélioration du front end par Constant-Q
[Papadopoulos09a], [Papadopoulos10a] ;
• caractérisation du rythme : premier-temps, attente
(expectancy) rythmique [Smith09a], similarité de patterns
rythmique, groupement de motifs.
Estimation globale du contenu musical
Le système d’indexation automatique ircamclassifier a
été étendu afin de permettre le traitement des problèmes
single-class et multi-class. Pour cela, chaque problème est
transformé en un ensemble de problèmes binaires. Pour
chaque sous-problème un SVM, dont l’optimisation des
paramètres est automatique, est utilisé [Burred09b]. De
nouveaux descripteurs et de nouvelles modélisations temporelles ont été incorporés à ircamdescriptor. Ce système
88
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
permet le développement des systèmes de reconnaissance
de genre musical et d’humeur musicale.
Le projet DISCO se concentre sur l’étude des meilleures
structures d’index (recherches rapides dans de très grandes
bases de données) en fonction de la topologie (distribution)
des descripteurs. L’Ircam adapte ces techniques (en particulier le M-tree) pour une application aux métriques utilisées en audio.
Développement et évaluation des technologies
L’essentiel des technologies développées dans le projet
Quaero a fait l’objet de développements en C++ et d’une
intégration auprès de partenaires industriels.
Elles ont également été évaluées lors des campagnes
d’évaluation MIREX-09 (très bons résultats pour la détec-
tion de beat et en classification) et Quaero-Eval-09. L’Ircam
a fortement contribué à la création des environnements
d’évaluation de Quaero-Eval-09 (données, mesures, logiciels d’évaluation).
■ Modélisation physique pour la synthèse sonore
Réalisation en guides d’ondes numériques stables
d’un modèle acoustique pour la simulation en temps réel
d’instrument à vent
Thèse EDITE de R. Mignot ; période : sept.06-déc.09 (liée au
projet CONSONNES)
Les points essentiels sont : une structure séparant les
effets de discontinuité de section, de pente et de courbure
de tubes, l’inclusion de pertes visco-thermiques réalistes,
un formalisme pour créer des réseaux de tubes, la levée
Représentation de l’approximation de la réflexion d’ondes à la jonction de 2 tubes évasés
avec pertes visco-thermiques, dans le plan complexe de la variable s de Laplace (le domaine de Fourier
est l’axe imaginaire en blanc pointillé, pour s = iw).
d’un paradoxe avec la découverte de guides d’ondes stables
pour les profils convexes (extrémité du cor anglais, tête de
flûte traversière, etc.).
Simulation de propagation non linéaire par les séries
de Volterra
Thèse SMAE de D. Roze ; période : déc.06-mai10 (liée au projet
CONSONNES)
La simulation réaliste de cordes et poutres incluant les
effets couplés de torsion et flexion a été permise dernièrement grâce à l’utilisation de groupes de Lie (configurations
géométriques garanties quelle que soit la résolution numérique utilisée) et celle des séries de Volterra (résolution
faible coût de la dynamique non linéaire). Une corde grave
(ou souple) frottée qui conjugue ces difficultés (couplage,
forts déplacements, etc.) devient ainsi synthétisable.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Modélisation, analyse et identification de circuits non
linéaires : application aux amplificateurs de guitare pour la
simulation en temps réel
Thèse EDITE d’I. Cohen ; période : janv.07-janv.11 (thèse CIFREANRT avec Orosys)
L’amélioration des modèles de lampes (triodes, pentodes),
le développement d’un banc pour leur mesure et reconstruction virtuelle, la mise en place de modélisation et
méthodes numériques dédiées ont conduit à des simulations temps réel d’étages de pré-amplification de qualité
jusqu’ici non égalée. La suite consiste à construire la chaîne
complète d’amplification.
89
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Observateurs d’état d’un instrument à vent de type cuivre
Programme : (ANR CONSONNES) ; période : janv.06-ma 09
Ce travail, en collaboration avec B. d’Andréa-Novel (Mines
ParisTech) et J.-M. Coron (laboratoire Jacque-Louis Lions,
UMPC), a conduit à des reconstructions de l’état complet
(position, vitesse de lèvre, pression acoustique) à partir du
son simulé d’une trompette. La suite des travaux consistera à rendre globale la robustesse de l’outil pour traiter
des sons naturels.
Bornes de convergence pour les séries de Volterra
de systèmes analytiques
Avec B. Laroche (L2S, Supélec), nous avons obtenu un
résultat recherché (e.g. R. Brockett à Harvard, L. Chua et
S. Boyd à Stanford) depuis la création des séries de Volterra (1887). Deux théorèmes fournissent des algorithmes
de calcul de rayon de convergence et de borne d’erreur de
troncature garantie pour les systèmes de dimension finie
(équations différentielles non linéaires).
Série de Volterra et transformation d’état pour la simulation temps réel de circuits audio incluant des phénomènes
de saturation : cas du filtre Moog
Dans le cadre d’une étude du circuit du Filtre Moog, une
limitation des séries de Volterra a été repoussée : la plage
de validité de la solution a été étendue hors du domaine de
convergence grâce à un effet « turbo » décrit dans [helie10a].
La simulation reste adaptée au temps réel.
Bouche artificielle robotisée
Film disponible à l’adresse
http://recherche.ircam.fr/equipes/analyse-synthese/helie/
ERC/ (Collab. Ac. Instrumentale/ANR CONSONNES).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
90
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE REPRÉSENTATIONS MUSICALES
Effectif
Diffusion scientifique
Projets et contrats
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
4
Revues à comité de
lecture
7
Nationaux et
régionaux
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
8
Conférences avec
comité de sélection
8
Internationaux
Doctorants
8
Ouvrages et
chapitres
5
Contrats industriels
Stagiaires
3
Thèses de doctorat
et HDR
2
Responsable : Gérard Assayag
L’équipe Représentations musicales, en plus de ses quatre
chercheurs statutaires, a accueilli en 2009 plusieurs chercheurs invités qui lui ont permis d’étendre ses explorations
et d’augmenter sa capacité d’encadrement. Peter Van Roy
a par exemple aidé un thésard (Y. K. Ahn) à affermir sa
méthodologie et a apporté une contribution importante
au travail d’Arshia Cont sur AnteScofo mené dans IMTR.
Georges Bloch a continué sa contribution au projet OMax
(avec une aide bienvenue d’IMTR) et Mondher Ayari maintient une ligne de collaboration avec Olivier Lartillot, ancien
thésard de l’équipe, sur la confrontation entre tests perceptifs et modélisation en informatique musicale (en collaboration avec PCM). Il est frappant de constater que ces
collaborations invitées diffusent dans plusieurs équipes, et
peuvent constituer, avec leur regard extérieur, un facteur
important de synthèse des thématiques et des méthodologies des équipes.
Ces interactions, ainsi que la présence de plusieurs thésards de qualité ont contribué aux résultats de cette année.
Dans le domaine des articulations signe/signal, la collaboration entre Grégoire Carpentier et Jean Bresson, prolongée par l’entrée en thèse de Philippe Esling a placé le
projet d’aide à l’orchestration dans une dynamique productive, avec la finalisation du serveur Orchidée et les premières expériences prometteuses d’orchestration de sons
à dynamique complexe. L’arrivée d’Arnaud Dessein va permettre d’approfondir la percée initiée par Arshia Cont avec
la mise en application de la géométrie de l’information et
les perspectives qu’elle ouvre en général pour cette thématique signal/symbolique. Cette dernière se trouve au cœur
d’un réseau de recherches qui ouvre aussi bien sur les nouvelles modalités d’interaction sensibles au contenu comme
les exemplifie le logiciel OMax, sérieusement enrichi par
Benjamin Lévy tout en bénéficiant des réflexions théoriques
sur les graphes issues de la thèse de Fivos Maniatakos. La
thématique ouvre aussi sur les avancées importantes de
Jean Bresson en matière de contrôle de la spatialisation en
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
2
Collaborations
scientifiques
Collaborations artistiques
Musikhochschule Stutt. D.,
CIRMMT Ca, ESCOM Be,
U. Pisa It, UMN US,
LEAD UMR 5022,
UMR 5020,
EsMuC Es, EHESS,
LABRI, U. Bologna IT,
Thalès, LIX, UBC Ca
M. Stroppa
D. Ghisi
M. Lanza
G. Bloch
J-L. Hervé
Y. Robin
B. Sluchin
B. Martin
A. Billard
N. Crosse
M. Collignon
C. Daroux
V. Courtois
B. Achary
R. Doneda
L. Mariusse
collaboration avec un autre chercheur invité, Marlon Schumacher. Enfin, le projet MISA et ses extensions renforcent
notablement ses bases institutionnelles grâce à l’obtention
d’un PEPS Math/St2i et d’un financement Afim. Ce projet,
soutenu par Moreno Andreatta et Carlos Agon, explore les
fondements des relations Math/Musique et montre qu’il
peut avoir un rôle central de source de formalisation et
de renouvellement conceptuel pluridisciplinaire. Ainsi, les
séminaires MaMuX 2009 ont-ils pu rassembler dans une
même réflexion interactive spécialistes de la géométrie de
l’information, de la logique, de la programmation spatiale,
de l’informatique et des sciences cognitives, faisant par
exemple émerger l’idée commune à plusieurs disciplines
d’un renouveau de l’approche géométrique aussi bien en
logique qu’en statistique dont l’étude pourrait se révéler
d’un grand intérêt en informatique musicale.
■ ARTICULATION SIGNAL – SYMBOLIQUE
Contrôle de la synthèse sonore pour la composition
musicale
L’intégration des techniques de création électroacoustiques,
dans le contexte de la composition assistée par ordinateur, a
pour objectif d’offrir aux compositeurs la possibilité d’écrire
le son (synthèse, principalement, mais aussi analyse et traitement des sons) avec un degré d’abstraction et de formalisation comparable à ce qui existe dans le domaine de la
musique instrumentale. Les récents travaux dans ce projet
(OMChroma) se sont tournés vers l’intégration de structures
de contrôle de plus haut niveau (représentations temporelles
ou fréquentielles abstraites), notamment autour du système de VPS (Vertical Pitch Structures) dans le paradigme
de la CAO et de la programmation visuelle. Un deuxième
volet important s’est orienté vers les aspects de pédagogie
et de dissémination autour de OMChroma, avec notamment
la réalisation d’un ensemble d’exemples et tutoriaux, ou
encore la rédaction d’un article en collaboration avec Marco
Stroppa, récapitulant les tenants et aboutissants du projet
depuis son origine jusqu’à ses développements les plus
91
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
récents. En prémices des travaux à venir autour des structures temporelles et du contrôle continu des paramètres de
synthèse, le support du synthétiseur CHANT, dont le paramétrage s’appuie sur ce type de contrôle, a été mis à jour et
permet désormais d’envisager les prochaines étapes de ce
projet dans un contexte opérationnel.
Contrôle de la spatialisation et synthèse sonore spatialisée
Avec le rapprochement de la CAO et des outils de traitement
et synthèse sonore, le son peut être créé et manipulé par
les outils de programmation au sein d’un processus compositionnel, au niveau de ses micro- et macrostructures.
Après la synthèse sonore, la spatialisation du son apparaît
comme une continuation naturelle de cette démarche d’unification. Dans cette optique, ce projet a pour but d’intégrer
la manière dont un son est diffusé dans un espace de projection (position, trajectoires spatiales, directivité, effets de
salle, etc.) dans les modèles et processus de CAO. Les principales avancées opérées durant cette année ont porté sur
une extension conceptuelle et logicielle de l’environnement
OMChroma vers le domaine de la spatialisation. En particulier, la nouvelle librairie OMPrisma propose un ensemble
d’objets permettant de réaliser la spatialisation de sources
sonores suivant différentes techniques (Panning, VBAP,
RVBAP, Ambisonics, etc.) et au sein de l’environnement de
CAO. Un ensemble d’outils pour la génération et transformation des paramètres de spatialisation (trajectoires, données spatiales, paramètres de salles, etc.) font également
partie de cette librairie. Un système d’hybridation a été mis
en place permettant de générer des instruments inédits
à partir de n’importe quelle technique de synthèse, d’une
part (objets OMChroma), et de spatialisation d’autre part
(objets OMPrisma). Ce système constitue une implémentation unique et puissante de la notion de synthèse sonore
spatialisée, intégrée dans un contexte compositionnel complet assimilant le domaine symbolique, la synthèse et la
spatialisation.
Orchestration assistée
Thèse de Philippe Esling sur l’orchestration dynamique (Atiam/
univ. Paris-6), dir. C. Agon. Début sept. 2009.
L’environnement final d’orchestration consécutif à la thèse
de Grégoire Carpentier a été conçu sous forme d’une architecture client/serveur, dans laquelle le serveur (Orchidée)
reçoit des informations sur un problème donné (cible, composition d’orchestre, etc.) et des requêtes auxquelles sont
liées les différentes étapes de calcul, d’optimisation et de
recherche. Un client Max/MSP (Orchis) donne accès de façon
exhaustive à l’ensemble des fonctionnalités du serveur. Un
deuxième client, développé sous forme de librairie, OpenMusic (OMOrchidee), offre un contrôle plus ciblé sur certains
aspects de ces fonctionnalités, notamment la spécification
de cibles abstraites, réalisées à l’aide d’une interface de
contrôle et de modèles de synthèse sonore. Cette librairie
permet de lier ces aspects à des processus compositionnels
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
plus généraux : les données d’un problème d’orchestration
peuvent ainsi être élaborées à l’aide de structures symboliques ou de processus programmés par le compositeur, et
les solutions proposées par Orchidée converties et exploitées sous forme de données symboliques dans l’environnement de CAO. Cependant, cette recherche était jusqu’alors
limitée à des descripteurs statiques moyennés du timbre.
Philippe Esling a entamé une thèse dans laquelle il aborde
le timbre comme une structure spectro-temporelle. En intégrant ces résultats au système d’orchestration Orchidée,
nous pourrons ainsi ouvrir la voie à un ensemble de sons à
dynamique temporelle complexe jusqu’alors inaccessibles.
Approche symbolique de l’analyse du signal à l’aide
de la géométrie de l’interaction
PEPS Interactions math/st2i « Géométrie de l’interaction et
musique », coord. M. Andreatta, période : 2009. Thèse cotutelle
Carmine E. Cella (u. Bologne).
Dans le cadre de sa thèse, Carmine Emanuele Cella vise
une nouvelle approche pour la description de la musique
basée sur les relations entre le niveau symbolique (logique)
et le niveau du signal afin de créer un continuum dans le
domaine des représentations. L’idée principale concerne la
représentation du son et de l’information musicale à travers une théorie des types opportunément choisie en créant
un modèle vérifiable pour cette théorie à travers des descriptions de bas niveau et de l’apprentissage statistique.
Alors qu’on sait que la théorie élémentaire des types peut
être pertinente pour donner des descriptions de la structure musicale, d’autres théories des types n’ont jusqu’à
présent pas trouvé d’applications en musique, notamment
l’extension proposée par Jean-Yves Girard qui conduit à la
logique linéaire et à la géométrie de l’interaction et qui sera
explorée dans le cadre de ce projet.
Extraction de contenus audio par la géométrie
de l’information
Thèse d’Arnaud Dessein (Atiam/univ. Paris-6). Dir. A. Cont et
G. Assayag, commencée à la rentrée 2009-2010.
La géométrie de l’information est un domaine récent des
mathématiques qui étudie les notions de probabilité et d’information par le biais de la géométrie différentielle. L’idée
est alors de représenter les signaux musicaux dans un tel
cadre pour bénéficier des outils géométriques et statistiques puissants de la géométrie de l’information. L’équipe
s’intéresse à cette problématique dans le cadre de la fouille
de données musicales et l’extraction en ligne de contenus
à partir de flux audio, avec des applications aux environnements de transformation des sons, d’interaction musicale
pour la scène et d’indexation par le contenu. La géométrie
de l’information pourrait également fournir une alternative
aux modèles actuels qui sous-estiment souvent la dynamique temporelle pourtant importante des flux de données
audio. Dans un tel cadre, les similarités sonores et musicales à différentes échelles pourraient émerger de la struc-
92
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ture géométrique associée aux signaux musicaux. L’exploration de cette piste a été engagée auparavant à l’Ircam par
Arshia Cont.
Les premiers résultats obtenus ont été présentés au cours
d’un séminaire Mamux entièrement consacré à la géométrie de l’information, ainsi qu’aux Journées Jeunes chercheurs en audition, acoustique musicale et signal audio. Un
article est également en cours de révision pour le journal
IEEE Transactions on Audio, Speech and Language Processing. L’équipe s’est associée au LIX et à Thales afin d’initier
un groupe de travail pluridisciplinaire autour de la géométrie de l’information et un projet PEPS vient d’être déposé.
■ MISA : modélisation informatique des structures
algébriques en musique et musicologie
Ce projet se décline en plusieurs sous-projets, dans lesquels la composante informatique est confrontée aux problématiques perceptives et cognitives (MISA/Cog), analytiques (MISA/AAO), compositionnelles (MISA/DIA et MISA/
TILING). Cette déclinaison du projet MISA en plusieurs
sous-projets ne doit cependant pas être considérée comme
exclusive, car il y a des intersections profondes entre les
différentes parties, comme le montrent les résultats que
nous avons obtenus à l’intérieur de chaque projet.
MISA/COG : retombés cognitives de la Modélisation
algébrique des structures musicales
Projet GdT AFIM « Mathématiques/Musique & Cognition »,
Thèse de J. Mandereau en cotutelle avec l’université de Pise
Ce projet prolonge l’activité de recherche menée en 2008
par le groupe de travail « Mathématiques/Musique & Cognition » (financé par l’AFIM, Association française d’informatique musicale). L’objectif principal de ce projet reste celui
de renouer le dialogue entre « musicologie computationnelle » et « musicologie cognitive ». Après avoir examiné
quelques enjeux théoriques des théories génératives de
la musique de Fred Lerdahl et Ray Jackendoff, nous avons
commencé à aborder le problème de la « perceptibilité »
des transformations algébriques à la base de la Set Theory
et de la théorie transformationnelle. En particulier, nous
avons étudié le modèle des cat-neurones (ou neurones
catégoriels) proposé par A. Ehresmann et J.-P. Vanbremeersch dans les SEM (systèmes évolutifs avec mémoire).
Ce modèle cognitif, comme le modèle algébrique de la
Set Theory et de la théorie transformationnelle, est basé
sur la théorie des Catégories, ce qui suggère la mise en
place d’un protocole de recherche étudiant les corrélats
neuronaux de la notion de représentation géométrique des
structures musicales. Ce problème touche ainsi le concept
même d’espace musical et a donc des intersections profondes avec le calcul spatial tel que nous avons pu l’étudier
dans le cadre du projet GdIM. Enfin, nous avons étudié les
applications de la transformée de Fourier discrète dans le
domaine du rythme et de sa perception, ainsi que dans la
Set Theory (stage de J. Mandereau). Rattaché à ce projet,
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Mondher Ayari collabore avec Olivier Lartillot à l’université
de Jyvaskyla pour confronter des études perceptives et une
modélisation informatique de musiques improvisées du
bassin méditerranéen sur la découverte de segmentations
et de groupements motiviques.
MISA/AAO : modélisation informatique
des structures algébriques pour l’analyse musicale
assistée par ordinateur
Thèse de Yun-Kan Ahn (Atiam, univ. Paris-6) « L’analyse musicale computationnelle : rapport avec la composition, la segmentation et la représentation à l’aide des graphes ».
La thèse, soutenue le 2 décembre 2009, est axée autour de
l’analyse assistée par ordinateur, dans un cadre musicologique ciblant la musique contemporaine en donnant un
poids particulier à l’importance de la représentation graphique dans l’interprétation analytique. La thèse s’intéresse, d’une part, à la manière dont la représentation relie
l’analyse et la composition en proposant, à partir d’une analyse connue des Structures IA, de Pierre Boulez, réalisée par
le compositeur György Ligeti, des modèles informatiques en
vue de générer des pièces musicales sous deux interfaces,
OpenMusic et Rubato. Ce dernier se base sur un puissant
paradigme mathématique reposant sur la théorie des catégories qui constitue également une base pour modéliser
les K-réseaux de D. Lewin, outil d’analyse reposant sur des
graphes décrivant les relations entre les notes. La thèse
reprend une analyse inaboutie par Lewin du Klavierstück III
de Stockhausen. La segmentation, non expliquée par l’analyste, fait l’objet d’une reconstitution dans laquelle Ahn
tente de la retrouver par le biais d’une exploration dans un
ensemble de segmentations possibles en cherchant la couverture maximale de la pièce. La thèse montre que dans ce
cadre les K-réseaux peuvent constituer un angle d’attaque
pertinent.
Par ailleurs, Stephane Schaub a pu finaliser en 2009 la soutenance de sa thèse sur Xenakis et Babbitt.
MISA/DIA : théories diatoniques
Une troisième partie du projet MISA s’inscrit dans le prolongement des recherches menées par Julien Junod dans
le cadre de son stage Atiam sur les théories diatoniques.
L’objectif de ce projet est celui d’étudier le problème du
« diatonicisme » en s’appuyant, d’un côté, sur les théories
algébriques développées au sein de la tradition américaine
(John Clough, Eytan Agmon) et, de l’autre, sur la nouvelle
représentation géométrique des gammes de 7 notes proposée par Pierre Audétat (conservatoire de Lausanne). Cette
nouvelle représentation permet de classer les gammes de 7
notes en prenant comme origine le ré, ce qui constitue l’axe
de symétrie de la gamme diatonique traditionnelle. Nous
avons consacré l’année 2009 à une étude des propriétés
formelles et computationnelles de cette nouvelle représentation, grâce à l’implémentation de la « cloche diatonique »
en OpenMusic et aux possibilités d’appliquer cette repré-
93
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
sentation à toute division de l’octave en n parties égales
ainsi qu’à toute cardinalité de la gamme.
MISA/TILING : problèmes de pavages en théorie
et composition musicales
Le problème de la construction de canons rythmiques
mosaïques et, plus en général, du pavage du temps (Tiling
the line) a eu un nouveau tournant dans les deux dernières
années, à la suite d’un double travail d’encadrement d’étudiants au sein de l’équipe RepMus (Édouard Gilbert, pour son
diplôme de master Atiam et Giulia Fidanza, pour sa maîtrise
en mathématiques auprès de l’université de Pise). Le travail de Giulia Fidanza a permis d’enrichir le catalogue des
canons de Vuza avec d’autres solutions qui pourront constituer le point de départ pour des projets compositionnels
nouveaux. En particulier, a été mise en évidence la relation
mathématique entre les canons de Vuza et la conjecture de
Fuglede ou « conjecture spectrale ». Nous avons consacré
un numéro spécial du Journal of Mathematics and Music
(guest editors : Moreno Andreatta et Carlos Agon, mai 2009)
aux rapports entre la construction des canons rythmiques
mosaïques et la conjecture spectrale. Toutes les contributions à ce numéro font usage de la transformée de Fourier discrète comme un outil permettant de formaliser la
notion de pavage tout en ouvrant des perspectives computationnelles nouvelles dans la recherche d’un algorithme
exhaustif pour la classification des canons de Vuza.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Nouveaux modes d’interaction
OMax
Outre la finalisation de la version 3 qui clôt la période d’expérimentation avec l’architecture Max/OpenMusic, nous
avons mené un grand nombre de sessions d’expérimentation avec musiciens et compositeurs (notamment Yann
Robin et des musiciens de l’Ensemble intercontemporain,
le groupe Aka Moon, Mederic Collignon, Brice Martin, Benat
Achary, Michel Doneda). Après son stage de master Atiam
consacré à la visualisation des connaissances acquises par
le modèle, Benjamin Lévy a mis en chantier la version 4,
tirant parti du retour d’expérience. En particulier des prototypes ont été produits et expérimentés pour tester les idées
de « points de visée », de polyphonies d’oracles (le modèle
séquentiel sous-jacent), de visualisation des connaissances
et de segmentation automatique.
Modèles d’interaction et théorie des graphes
Thèse de Fivos Maniatakos (Atiam/univ. Paris-6/Fondation
Lagardère) en collaboration avec IMTR.
Nous nous sommes attaché à l’étude des principes sous lesquels la réinjection stylistique (à la OMax) peut être finement
contrôlée. En mettant à profit la théorie des graphes et de la
complexité computationnelle, nous avons conçu des formalismes permettant de passer de manière générique d’une
séquence musicale à une représentation via un ensemble
de graphes. Nous avons ensuite identifié un ensemble de
problèmes simples lié aux aspects temporels et qualitatifs de la régénération de patterns à partir des séquences
données sous contraintes stylistiques, puis proposé des
solutions pour une résolution optimale ou approximative
en temps réel ou en temps différé. Ensuite, en combinant
ces problèmes de base nous avons construit des problèmes
plus complexes qui correspondent aux questions ouvertes
dans la problématique de l’improvisation synthétique.
En parallèle avec le cadre théorique, un prototype a été mis
en chantier (GrAIPE - Graph Assisted Interactive Performing Environment, librairie C++ pour Max) selon le principe
d’interaction en trois phases : requêtes de l’utilisateur, analyse/réponses, décisions de l’utilisateur et une possibilité
d’agir directement sur la notation musicale via NoteAbilty.
94
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE ANALYSE DES PRATIQUES MUSICALES
Effectif
Diffusion scientifique
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
3
Revues à comité de
lecture
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
2
Conférences avec
comité de sélection
Doctorants
1
Ouvrages et
chapitres
Stagiaires
2
Thèses de doctorat
et HDR
Projets et contrats
1
Nationaux et
régionaux
1
Internationaux
11
Contrats industriels
Collaborations scientifiques
Collaborations
artistiques
Bärenreiter (ALL.)
F. Baschet
CEAC univ. Lille-3 (FR.)
S. Gervasoni
Circuit (CAN.)
J.-L. Hervé
Cons. de Genève (C.H.)
M. Jarrell
CRAL EHESS-CNRS (FR.)
M. Stroppa
Mozilla Europe (FR.)
PsychoMuse Univ. Paris-X (FR.)
TechCiCO UTT (FR.)
Responsable : Nicolas Donin
L’équipe Analyse des pratiques musicales développe une
musicologie interdisciplinaire des œuvres et des pratiques
musicales savantes contemporaines – de la seconde moitié
du XXe siècle à aujourd’hui. Le programme de recherche
de l’équipe porte en particulier sur la composition, l’interprétation et les dimensions collaboratives de la production
d’œuvres en studio ; il fait appel à plusieurs branches de la
musicologie et des sciences humaines ; il met l’ingénierie
documentaire multimédia au service du discours spécialisé
sur la musique ; il se concrétise par des publications scientifiques dans les différentes communautés intéressées,
mais aussi par des réalisations pédagogiques, des prototypes d’applications, des éditions critiques de partitions et
de documents de référence dans l’histoire de la musique
récente, des courts-métrages documentaires, etc.
L’année 2009 a été dominée, d’une part, par le démarrage
d’un nouveau projet ANR (SHS, appel d’offres « La création :
acteurs, objets, contextes » 2008) porté par l’équipe avec
trois partenaires principaux, et consacré aux méthodes de
composition contemporaines en contexte technologique –
de Traiettoria de Marco Stroppa au futur jardin sonore de
Jean-Luc Hervé pour la Cité des Arts, en passant par l’usage
des sonagrammes au départ des Espaces acoustiques de
Grisey. D’autre part, on a vu l’aboutissement de plusieurs
projets incarnant différentes spécialités de l’équipe : les
deux versions du film Images d’une œuvre n° 7 consacrées
aux récentes œuvres du cycle d’« électronique de chambre »
de Stroppa (juin et novembre) ; la parution d’ouvrages de
références issus de plusieurs années de recherche (L’Analyse musicale, une pratique et son histoire chez Droz en avril
et le second volume d’Avec Bruno Maderna chez Basalte en
septembre) ; l’édition d’un inédit significatif de Jean Barraqué (la Sonate pour violon solo) coïncidant avec sa création mondiale à Paris en novembre ; le développement d’un
widget innovant exploitant le langage HTML5 pour l’audio
(mai-juin et automne) ; enfin, les premières publications
issues du suivi de production du « Quatuor augmenté » et le
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
développement d’un framework informatique permettant
la publication multimédia en ligne de données textuelles,
graphiques, sonores et audiovisuelles analysées dans ce
projet.
■ Outils et documents musicologiques en ligne
Notre activité dans ce domaine se décline sur deux plans :
collaboration avec le département Pédagogie et action
culturelle sur l’évolution technique et éditoriale des bases
de données à teneur musicologique de l’institut ; conception de nouveaux outils à l’occasion de projets particuliers.
(Cette dernière activité servant fréquemment à nourrir la
première lorsque ses produits ont été éprouvés sur plusieurs corpus et plusieurs plates-formes à titre expérimental.)
Bases de données sur les compositeurs contemporains
et les œuvres Ircam
De nombreuses entrées de Brahms ont fait l’objet d’un suivi
éditorial complet : suggestion puis sollicitation des auteurs
(pour un « Parcours », une « Biographie » et/ou un « Catalogue » donné), relais entre les auteurs et l’équipe Brahms,
relecture et amendement d’une ou plusieurs versions de
leurs textes. Compositeurs traités : Peter Eötvös (Jacqueline Waeber), Mauricio Kagel (Jean-François Trubert),
György Kurtág (Grégoire Tosser), György Ligeti (Philippe
Albèra), Arnold Schoenberg (François Decarsin), Pierre
Schaeffer (Jean-Marc Chouvel).
Samuel Goldszmidt et Nicolas Donin ont élaboré un cadre
technique et éditorial pour le nouveau projet documentaire
« Répertoire Ircam » sous la direction d’Andrew Gerzso.
Pour chaque fiche consacrée à une œuvre de référence de
notre patrimoine (c’est-à-dire commandée par l’Ircam et/
ou élaborée à l’Ircam et/ou créée à l’Ircam), un document
Scenari est créé avec la structuration suivante : « Résumé » ;
« Faits » ; « Effectif » (extrait de Brahms) ; « Analyse » divisée
en : « Éléments esthétiques », « Description globale »,
« Contenu significatif » ; « Référence » ; « Mots-clés ». Le
détail de chaque rubrique et les variations admises figu-
95
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
rent dans un document « Cahier des charges » rédigé par
A. Gerzso. Trois fiches (Dialogue de l’ombre double, NoaNoa,
Metallics) ont permis de tester et affiner divers éléments
(nombre de parties par section et de niveaux par partie,
équilibrage entre analyse musicale, analyse technique et
considérations esthétiques, question du bilinguisme, statut
des exemples sonores et graphiques, etc.). Un prototype de
page d’accueil donnant accès à toutes les fiches et proposant des facilités de recherche par mots-clés, a été développé. Un process éditorial a été validé, puis testé sur les
textes reçus en fin d’année (sur Lichtung I, Cassandre et
Traiettoria).
Exploration des possibilités d’interaction audio
dans un navigateur web
Nous avions conçu et développé en 2008, dans le cadre du
projet ANR RNTL Scenari-Platform, un outil informatique
« jUST » permettant de segmenter manuellement un fichier
son, et de décrire chacun des segments à l’aide d’un texte
et d’un label. À la suite de cette collaboration, Mozilla nous
a proposé de réaliser le démonstrateur de l’utilisation de
la balise audio de HTML5 intégré dans le navigateur Firefox
3.5. (voir http://hacks.mozilla.org/2009/06/exploringmusic-audio/) ; il a été largement diffusé dans la communauté Firefox.
En partant de ce démonstrateur, présentant une segmentation d’un fichier son, nous avons développé un « widget »
capable de représenter n’importe quelle segmentation
issue d’un fichier créé avec jUST. Ce widget permet d’afficher n segmentations en parallèle d’un fichier son. On peut
l’intégrer en iframe dans tout autre type de contenus HTML,
et interagir avec lui, via une API. Ce widget a été utilisé dans
le dossier sur les Unités sémiotiques temporelles coédité
par l’équipe avec Xavier Hautbois (Paris-1) dans la revue en
ligne Musimédiane (paru au 1er trimestre 2010).
Outils de gestion et publication de données
musicologiques multimédia
Un stage de fin d’étude d’ingénieur de 6 mois (Lucie
Malecka) encadré par S. Goldszmidt a permis la co-conception et le développement d’un système informatique
capable : d’importer des documents divers et variés (partitions, captations vidéo de séances de travail musical, transcriptions d’entretiens etc.) ; d’annoter des documents de
type texte ; d’organiser un parcours dans ces documents
et des commentaires. L’outil a été développé dans le framework Django et la modélisation du système s’est inspirée du prototype de « Navigation génétique » dans un
corpus, développé entre 2003 et 2007 par l’équipe ; il a servi
de phase préparatoire aux travaux de développement informatique du projet MuTeC prévus en 2010.
Parallèlement, Samuel Goldszmidt a réalisé une interface d’enrichissement documentaire pour la partie diffusion web du projet Images d’une œuvre. L’idée directrice
était de rendre accessible, en accompagnement de chaque
court-métrage de la série, une sélection des rushes non
conservés au montage. Ce prototype, développé en extension à Brahms, a permis de travailler autour de la segmentation de vidéos.
Enfin, le dernier trimestre 2009 a été l’occasion d’un premier développement de maquettes pour trois terrains du
projet MuTeC. En interaction avec les chercheurs concernés,
S. Goldszmidt a développé : une maquette de synchronisation de partition, de fichier vidéo et de documents liés
pour Victoire suprême de la vie de Koechlin (R. Campos) ; un
parcours dans des extraits de partition et d’esquisses de
Michael Jarrell (A. Servière) ; un outil d’annotation du carnet
de note du compositeur Jean-Luc Hervé (M.-C. Legout et
P. Salembier).
■ Suivi de processus de conception
musico-technologiques
Quatuor augmenté
L’objet de l’étude est le processus de conception d’un « quatuor à cordes augmenté » (soit une situation où les instruments et les instrumentistes sont munis de capteurs
de paramètres de leurs gestes, qui permettent la reconnaissance par un système technique des modes de jeu
employés, reconnaissance qui commandera des transformations électroacoustiques), dans lequel étaient engagés
une compositrice, un groupe de recherche de l’Ircam sur
le geste musical, un assistant musical et un quatuor. Le
recueil de données, mené entre 2006 et 2008, s’était inspiré d’une part des méthodes de suivi de l’activité collective
dans les processus de conception en sciences de la gestion,
d’autre part des méthodes d’enquête filmée en sociologie
et ethnométhodologie. Les analyses publiées et/ou réalisées en 2009 portent : 1) sur les traits spécifiques de l’activité musicale du quatuor confronté à une situation de jeu
inédite qui interfère avec ses savoir-faire usuels (on a pu
déjà mettre en évidence quatre manières de se rapporter au
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
96
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
dispositif technique : subir, ignorer, faire avec, contrôler) ; 2)
sur la créativité distribuée, donc sur les formes, pratiques
et techniques musicales qui émergent dans l’interaction
entre des acteurs aux compétences multiples et différenciées, et qui ont des effets non planifiables sur la partition
finalement produite ; enfin, 3) sur les définitions (explicites
et implicites), par les acteurs, de l’objet d’un tel projet de
« recherche musicale ».
© Ircam
Électronique de chambre
Un suivi partiel de la production de hist whist de Marco
Stroppa (RIM : Arshia Cont) pour violon et électronique, au
printemps 2009, a fourni la matière d’un court-métrage
Images d’une œuvre consacré à cette œuvre : entretiens
(filmés ou non) avec le compositeur et le RIM, captation
d’une séance de travail en studio avec l’interprète, assistance aux répétitions et au concert de création, recueil de
versions de la partition et de documents de travail (plan
manuscrit, poème annoté, etc.). Le montage met l’accent
sur les dimensions collaboratives du projet, sur l’origina-
lité du dispositif de diffusion sonore et sur un exemple de
construction des sons de synthèse.
Une seconde campagne de captation lors de la reprise d’une
autre œuvre du même cycle,…of silence… pour saxophone, à
l’automne 2009, a permis la confection d’une seconde version du film, reprenant une portion de la première et ajoutant au sein d’un nouveau montage : des extraits de répétition avec l’interprète, un entretien avec lui, des esquisses de
l’œuvre, et un enregistrement sonore d’une troisième pièce
du cycle (i will not kiss your f… flag). Cette version définitive
du film documente, à travers ces trois cas particuliers, le
concept plus général d’« électronique de chambre » affiné
et enrichi au fil de cette série d’œuvres récentes pour instrument soliste et partie électronique, tous deux coexistant
sur scène avec leurs modalités propres de rayonnement
dans l’espace.
Les entretiens avec le compositeur ainsi que d’autres parties des rushes ont fait l’objet d’un traitement spécifique en
vue de leur mise en ligne future (segmentation, nettoyage,
titrage).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
97
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
■ Analyse des techniques compositionnelles
Démarrage du projet MuTeC
Programme : ANR SHS CREA ; période : déc 09-déc 11 ; coordinateur : Ircam (APM)
Toutes les tâches prévues pour cette première année du
projet « Musicologie des techniques de composition » ont
été réalisées (à l’exception d’un tournage sur le jardin
sonore, reporté à 2010) :
• janvier 2009 : réunion inaugurale du projet à l’Ircam.
Obtention d’une subvention complémentaire par le Partenaire 4 (Cons. de Genève) ;
• février-mars : photocopie/numérisation du dossier Traiettoria (« terrain » n° 4) ; entretien avec J.-L. Hervé et duplication de ses carnets d’esquisses (« terrain » n° 5) ; redéfinition du « terrain » n° 1 (Charles Koechlin, musique de
film pour CartierBresson) ; séminaire préliminaire sur le
« terrain » n° 3 par Laurent Feneyrou (« Création musicale,
histoire et trauma : autour du Requiem pour un jeune poète
de Zimmermann », CNSMDP, Paris, 7 et 21 mars) ;
• mars-Avril : conception et mise en ligne de la plate-forme
collaborative du projet http://mutec.ircam.fr/biblio/, structurée autour d’une base de données bibliographique alimentée par l’ensemble des participants (97 notices à ce
jour) ;
• mars-août : stage informatique L. Malecka (cf. supra) sur
le framework multimédia ;
• juin : mise en chantier de l’ouvrage collectif « Genèses
musicales » ;
• 9-11 juillet : Journées d’études « Génétique et composition musicale : l’analyse de l’acte créatif » (coorganisation : Rémy Campos et Nicolas Donin), au Conservatoire de
Genève/HEM. Conférenciers invités : D. Collins (Doncaster
College, UK), F. Delalande (INA-GRM), I. Fenoglio (ITEMCNRS), M. Kaltenecker (CRAL/EHESS), M. Niccolai (univ.
Saint-Étienne) ;
• automne : poursuite du terrain n° 5 (dont séances de travail avec J.-L. Hervé sur ses carnets de croquis et son travail en studio à l’Ircam) ; engagement du terrain n° 3 (dont
recherches dans la bibliothèque personnelle de B. A. Zimmermann, Cologne, septembre) ; engagement du terrain
n° 4 (dont deux entretiens sur archives avec Marco Stroppa,
octobre) ; engagement du terrain n° 2 (dont recherches à
la Fondation Paul Sacher, Bâle, novembre) ; engagement
du terrain n° 6 (dont deux entretiens préparatoires avec
S. Gervasoni, nov.déc.) ;
• octobre : réunion de tous les partenaires à l’Ircam ; début
du maquettage informatique.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Théories de la composition musicale au XX e siècle
Programme : collection Symétrie Recherche, série « 20-21 » ;
coordinateur : Symétrie, Lyon
23 chapitres ont été finalisés par N. Donin et L. Feneyrou,
portant à 60 sur 72 le nombre de textes remis à l’éditeur
pour correction et mise en page. Certains imprévus sont
apparus : nécessité de commander un chapitre supplémentaire ; difficultés de traductions ; rupture du contrat entre la
directrice de collection et l’éditeur. Le bouclage éditorial de
l’ouvrage, prévu dans notre projet d’activité 2009, a donc dû
être reporté à 2010. Sur la proposition des responsables de
la maison d’édition, N. Donin est entré au comité scientifique de Symétrie et y dirigera une série d’ouvrages consacrés à la musique contemporaine dont Théories… devrait
constituer la première parution.
98
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE INTERACTIONS MUSICALES TEMPS RÉEL
Effectif
Diffusion scientifique
Projets et contrats
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
6
Revues à comité de
lecture
3
Nationaux et
régionaux
4
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
6
Conférences avec
comité de sélection
9
Internationaux
1
Doctorants
6
Ouvrages et
chapitres
6
Contrats industriels
1
Stagiaires
3
Thèses de doctorat
et HDR
-
Chercheurs invités :
Keith Hamel, University of British Columbia (UBC) –
novembre-décembre 2009
Trond Lossius, BEK, N 20 au 20 avril 2009
Jonathan Thorpe, Université de York (GB) – avril-juin 2009
Responsable : Frédéric Bevilacqua
L’équipe Interactions musicales temps réel (IMTR) mène
des recherches et développements sur les systèmes interactifs dédiés à la musique et au spectacle vivant, suivant
quatre thématiques principales :
• Modélisation et analyse de flux de données sonores et gestuelles, regroupe les développements théoriques concernant l’analyse de flux sonores, de morphologies temporelles multimodales et d’étude sur le geste instrumental
et dansé ;
• Technologies et paradigmes pour l’interaction, regroupe nos
outils de suivi et de synchronisation ainsi que la formalisation nécessaire pour le développement d’outil d’écriture et
de gestion de l’interaction ;
• Interaction et contrôle de médias numériques, regroupe les
méthodes de synthèse basées sur des contenus ou corpus
ainsi que les aspects de contrôle gestuel de la synthèse ;
• Systèmes de captation, concerne nos développements de
système d’interfaces gestuelles et de transmission sans fil
pour le spectacle vivant.
Collaborations
scientifiques
Collaborations
artistiques
Grame, F -Uni Genova,
I -Nokia Res. Center, F
-KTH, S - Univ. Pompeu
Fabra, S -TKK, F -UCL,
B - UCSD, USA - McGill,
CA -CNMAT, USA -BEK,
N -IEM, A, -ENSCI
F - LIMSI F Atelier des
Feuillantines, F- Da Fact
- F, Voxler, F -No Design
F -PSA, F - Univers
Sons, F - Cycling’74,
USA - ZKM, D
A. Posadas
R. Siegal
A. Einbond
P. Jodlowski
M. A. Suárez-Cifuentes
M. Stroppa
V. Nicolau
P. Manoury
P. Boulez
J. Harvey
F. Durieux
E. Greco
Les principaux résultats de l’année concernent :
• modélisation des morphologies temporelles basées sur
des modèles de Markov segmentaux ;
• formalisation de notions de similarités entre données
gestuelles et sonores ;
• étude du geste instrumental en situation de jeu dans le
cas de la trompette ;
• Gf : nouveau module pour le suivi de geste et suivi continu
(MaxMSP) ;
• consolidation du suivi de partition antescofo~ et développement de son langage synchrone pour la composition
musicale ;
• intégration du formalisme de la logique floue à des systèmes d’interaction ;
• finalisation des travaux sur la visualisation de données multidimensionnelles et nouvelle méthode pour la
recherche dans des grandes bases de données de sons
(Hybrid MDS) ;
• formalisation, expérimentations sur l’interaction avec des
contenus sonores enregistrés ;
• MuBu, nouvel ensemble de modules de représentation et
de traitement de signal (MaxMSP) ;
• iMuBu, objet d’édition et de visualisation de données
(intégré dans le suivi de geste et MuBu) ;
• design électronique pour une nouvelle génération d’interfaces gestuelles sans-fil ;
• contrôle gestuel et synthèse dans les installations Grainstick et Fishing Game du projet Same.
Le projet ANR Interlude que nous coordonnons, démarré
de manière effective début 2009, nous permet de mettre en
synergie tous nos axes de recherche. Notons le démarrage
à l’automne du nouveau projet ANR Topophonie ainsi que
les thèses d’Arnaud Dessein, collaboration avec l’équipe
Représentations musicales, et de Sarah Fidli Alaoui en collaboration avec le LIMSI.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
99
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
© Hillary Goidell
Interaction avec des contenus enregistrés et contrôle gestuel de médias
© Florian Kleinefenn
Captation et analyse du geste
Violon augmenté
!
Système de visualisation utilisé pour la synthèse sonore par corpus
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
100
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
■ Modélisation et analyse de flux de données
sonores et gestuelles
Reconnaissance d’événements musicaux
et de morphologies sonores
Les morphologies sonores sont considérées comme des
profils temporels sur plusieurs flux de descripteurs audio.
Nous avons confirmé le potentiel d’une modélisation Markovienne avec états segmentaux pour rendre compte de trajectoires sur des descripteurs unidimensionnels [Bloit09a],
puis multidimensionnels [Machart09a]. Les modèles segmentaux sont interprétables, ce qui permet de combiner
des primitives de profils dans une structure de modèle
définie par un utilisateur [Bloit10a]. Les modèles Markoviens segmentaux s’avèrent particulièrement prometteurs,
notamment dans le cas où peu de données d’apprentissage
sont disponibles, et pour intégrer d’autres modalités dans
un même modèle (mesures gestuelles par exemple). Cette
modélisation est complémentaire à la modélisation Markovienne utilisée par le suivi de geste. Ce travail est également valorisé dans le projet Interlude.
Étude des relations entre gestes et sons
Le but général de ce travail est d’étudier les divers types
de similarités qui peuvent être modélisées au niveau signal
entre des données de captation gestuelle et des descripteurs
sonores. En particulier, nous nous intéressons au cas où le
geste est exécuté à l’écoute d’un son. Une première étude,
se basant sur une méthode de régression linéaire multidimensionnelle, nous a permis d’analyser les stratégies de
contrôle virtuel d’un ensemble de candidats soumis à des
stimuli sonores [Caramiaux09d]. Une expérience pilote a
ensuite été réalisée afin d’étudier cette méthode dans un
contexte de reconnaissance de sons abstraits et causaux à
partir de données gestuelles. Un travail théorique a ensuite
été entrepris afin d’introduire une modélisation temporelle des signaux et d’introduire des notions de similarité
morphologique entre des données de captation gestuelle
et d’analyse sonore. Une expérience menée conjointement
entre l’équipe IMTR et l’équipe PDS est en préparation et a
pour but la définition de primitives morphologiques sonores
et gestuelles et leur segmentation suivant ces primitives.
Étude de la coarticulation gestuelle
Notre recherche se concentre sur l’analyse et la modélisation de la coarticulation pour le contrôle du son dans le
domaine musical. En particulier, nous cherchons à identifier les principales sources de variation d’une unité gestuelle isolée – visant la production ou le contrôle d’un événement sonore – lorsqu’il est incorporé dans une séquence
d’unités. Un travail d’analyse de données enregistrées en
situation de jeu sur la trompette a révélé trois aspects principaux : l’influence des unités voisines sur les transitions
entre deux unités, la corrélation entre de la dynamique au
niveau sonore et les modes de variabilité au niveau moteur
(geste), et l’insuffisance des modélisations par combinaison
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
linéaire d’unités (Bianco09). Au cours de l’année, nous avons
effectué une campagne de mesure en collaboration avec
l’université McGill, afin d’étendre le protocole expérimental
et le nombre de participants. Enfin, nous avons entrepris
une étude pilote sur l’analyse de la coarticulation dans différentes modalités de contrôle qui pourraient être utilisées
pour le contrôle de synthèse de la trompette.
Reconnaissance du geste expert et contrôle de systèmes
complexes
Le travail de thèse de Sarah Fidli Alaoui, démarré en
octobre, est réalisé en collaboration avec le LIMSI. Ce travail permet de poursuivre nos recherches sur la reconnaissance de geste dans le cas de la danse. En particulier, une
analyse de mouvements dansés a été réalisée dans le cadre
de notre collaboration avec la compagnie Emio Greco | PC.
Géométrie de l’information et musique
Cet axe de recherche, issu de la thèse d’Arshia Cont, s’est poursuivi, notamment avec la thèse d’Arnaud Dessein effectuée
en collaboration avec l’équipe Représentations musicales.
Reconnaissance incrémentale de sources multiples
L’équipe IMTR, en collaboration avec l’équipe PDS, s’est
intéressée à la factorisation en matrice non négative dans
un cadre de reconnaissance multisource incrémentale.
Cette problématique a été étudiée au cours du stage d’Arnaud Dessein, qui a développé des algorithmes de décomposition non négative parcimonieuse dans un cadre d’optimisation convexe Les algorithmes développés ont été
appliqués à la transcription de musique polyphonique, la
transcription de rythmes de batterie, ainsi qu’à la détection de sons environnementaux dans des scènes sonores
complexes. Une évaluation objective a également été réalisée pour la transcription de musique polyphonique et les
résultats obtenus sont comparables à l’état de l’art, bien
que le système soit temps réel. Les résultats ont fait l’objet
d’un article soumis à IEEE Transactions on Audio, Speech and
Language Processing.
■ Technologies et paradigmes pour l’interaction
Suivi de geste
Nous avons poursuivi notre travail sur le suivi de « geste »,
qui permet de reconnaître automatiquement des morphologies continues, à partir de descripteurs sonores ou de
données de captation. Une refonte complète de la programmation du système a été réalisée dans le cadre du projet
SAME (libraire C++ et objet MaxMSP). Une série d’exemples
d’application ont également été réalisés, démontrant les
possibilités de contrôle de vidéos et de sons enregistrés,
dont certaines ont été mises en pratique dans le cadre de
danse et installation interactive (if/then installed, Fishing
Game).
101
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Suivi de partition anticipatif et langage synchrone
Le travail sur le suivi de partition anticipatif a été poursuivi,
est permet de synchroniser automatiquement en temps
réel une interprétation avec la représentation symbolique
musicale de la partition ainsi que d’estimer le tempo. Ce
paradigme a été augmenté en ajoutant un langage synchrone qui peut être associé avec la composition musicale.
Cette recherche a pu se concrétiser lors de plusieurs créations et productions en 2009 dont la création de hist whist
de Marco Stroppa, et Otemo de Vassos Nicolaou, ainsi que
les reprises d’œuvres de Boulez et Manoury. La partie de
reconnaissance temps réel a été rendue polyphonique et
robuste même en présence de pédale (vibraphone, piano) et
validée dans un projet de compositeur en recherche 2009.
Le développement associé, antescofo~, est distribué au
Forum Ircam depuis novembre 2009 et bénéficie d’une base
solide d’utilisateurs en interne et externe.
Logique floue et interaction
Nous avons continué nos travaux associant raisonnement
incertain, représentations sémantiques, compréhension et
modélisation temps réel de la performance au sens large.
Dans le cadre du suivi et reconnaissance du geste, une première étape a consisté, grâce à une modélisation floue, à
analyser et filtrer l’évolution des résultats du suivi de geste.
Nous avons également développé une approche pour la
superposition et la propagation de niveaux de représentation sémantique, qui dépassent les mécanismes de la commande numérique floue.
Théorie des graphes pour l’improvisation
assistée par l’ordinateur.
Ce travail de thèse est effectué en collaboration avec
l’équipe Représentations musicales.
■ Interactions et contrôle de médias numériques
Synthèse sonore basée sur des corpus
Nous avons finalisé et diffusé nos travaux sur la visualisation de données multidimensionnelles en utilisant des
méthodes de réduction de dimensionnalité interactive multidimensionnel scaling (MDS) et des arbres de recherche
binaires (kD-Trees) [Schwarz09a] [Schwarz09b]. Nous
avons de plus implémenté l’algorithme Hybrid MDS, qui est
une version optimisée itérative de MDS avec des itérations
de complexité sous-linéaire, basée sur la recherche des
plus proches voisins (kNN). Cet algorithme se base sur une
modélisation masse – ressorts.
Projet Topophonie
Programme : ANR ContInt ; période : nov 09 – nov 12 ; coordinateur : ENSCI
Le projet de recherche Topophonie porte sur la navigation
sonore dans les flux et les masses d’événements avec un
rendu audio graphique. Le terme audio graphique désigne
des formes graphiques et sonores dans lesquelles les
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
modalités visuelle et sonore sont synchronisées. Le but
du projet est de concevoir et développer des modèles, des
interfaces et des rendus audio graphiques navigables d’ensembles d’objets corpusculaires, animés et spatialisées.
Le projet, qui a débuté en novembre 2009, a porté sur des
ateliers présentant l’état de l’art des différentes platesformes applicatives et des méthodes audio graphiques.
Interaction avec des contenus sonores enregistrés
Dans le cadre de plusieurs projets, nous avons développé
des approches d’interaction avec des contenus sonores
enregistrés. L’enjeu de ces travaux est de pouvoir en temps
réel transformer de manière interactive et sélective des
aspects spécifiques de la morphologie d’un son enregistré
(hauteur, timbre, temporalité). Ces recherches s’appuient
sur des techniques d’analyse automatique et des annotations manuelles de contenus sonores enregistrés, ainsi que
sur un ensemble de techniques de synthèse. De manière
générale, pour chaque application, il s’agit de définir un système cohérent entre un modèle d’interaction (scénario d’interaction, captation du geste et du mouvement), un modèle
musical (partition et processus génératifs) et un modèle de
contenus sonores (analyse et resynthèse sonore). Des prototypes d’applications ont été développés dans le cadre des
projets suivants :
• jeux musicaux dans le cadre de la pédagogie musicale
(projet ANR Interlude) ;
• création musicale avec de nouveaux instruments numériques (projet ANR 2PIM/MI3) ;
• applications artistiques musicales et multimédias (projets
de création Ircam avec Marco Antonio Suàrez-Cifuentes et
projet MindBox collaboration avec Humatic à Berlin) ;
• simulation sonore pour l’industrie automobile (projet
HARTIS sous contrat avec PSA).
Les résultats principaux de ces travaux ont permis le développement d’approches de synthèse hybrides (concaténative, granulaire, additive, vocodeur de phase).
Projet Interlude
Programme ANR ContInt ; période : déc 08-janv 11 ; coordinateur : Ircam
Le but du projet Interlude est de développer des systèmes interactifs permettant une exploration par le geste
de contenus musicaux, dans le domaine du signal audio
comme dans celui, symbolique, de la partition. Un ensemble
de scénarios et paradigmes d’interaction a été proposé, ce
qui a permis de définir des spécifications fonctionnelles. Il
s’agit de proposer des développements modulaires à la fois
au niveau des interfaces matérielles (« objets à terminer »)
et des logiciels, qui peuvent être assemblés librement par
l’utilisateur pour créer des jeux musicaux collaboratifs. Ce
projet inclut divers aspects de recherche et développement
de l’équipe IMTR, dont les systèmes de captation, modélisation et reconnaissance de morphologies temporelles et
interaction avec des contenus musicaux. Des premiers pro-
102
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
totypes d’applications ont été réalisés et testés en collaboration avec l’Atelier des Feuillantines. Certains prototypes
sont couplés à un système modulaire de visualisation (partitions augmentées) adressable en temps réel.
■ Systèmes de Captation
Cet axe de recherche et développement comprend à la fois
la réalisation de systèmes génériques pour la captation de
gestes et des réalisations spécifiques liées à certains projets
artistiques. Dans le cadre du projet Interlude, de nouveaux
modules de transmission sans-fil multi-utilisateurs ont fait
l’objet de spécifications et de tests concernant la communication HF (latence, débits) et un prototypage de circuit
imprimé du module « maître » a été réalisé. Des développements concernant une plate-forme 32 bits ont été entrepris, ce qui permettrait à terme de réaliser une première
phase d’analyse sur des systèmes embarqués. Enfin, un
prototype permettant la captation de surfaces déformables
a été expérimenté. Concernant les productions artistiques,
des capteurs et un logiciel de suivi multi-utilisateurs ont
été réalisés pour une installation de P. Jodlowski (Passage).
Des modules de captation du mouvement ont également
été réalisés pour la production Glossopoeia de R. Siegal.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
103
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ÉQUIPE SERVICES EN LIGNE
Effectif
Diffusion scientifique
Projets et contrats
Collaborations scientifiques
Chercheurs et
ingénieurs statutaires
1
Revues à comité de
lecture
1
Nationaux et
régionaux
2
Chercheurs et
ingénieurs non
statutaires, invités
4
Conférences avec
comité de sélection
2
Internationaux
1
Doctorants
Stagiaires
Ouvrages et
chapitres
1
Collaborations
artistiques
STFC, UK
University of Leeds, Grande-Bretagne
University of Glasgow, Grande-Bretagne
CNR, Italie
Contrats industriels
Thèses de doctorat
et HDR
Université Urbino, Italie
ESA, Italie
Engineering, Italie
Metaware, Italie
ACS, Italie
@semantics, Italie
INA, France
UTC, France
FORTH, Grèce
Ciant, République Tchèque
Unesco, France
IBM, Israël
Grame, France
Armines ParisTech, France
Université St-Etienne, France
Responsable : Jérôme Barthélemy
L’équipe a été constituée à l’origine comme support aux
équipes de recherche, dans les projets européens comportant des aspects de développement logiciel de systèmes
en ligne. Elle a donc développé des compétences dans ces
domaines – middleware et bases de données – ainsi que
dans le domaine des standards (notamment MPEG).
Depuis l’année 2006, l’équipe s’est saisie d’une problématique particulière : la préservation à long terme des données numériques. Cette problématique, reconnue depuis
maintenant un certain nombre d’années, n’est pas seulement liée à la préservation des flux de données numériques
(les octets, les bits), ou à la préservation des supports physiques de ces données, mais est entièrement conditionnée
par la préservation des connaissances qui permettent l’interprétation et le rendu des données.
Ceci a amené l’équipe à réaliser des infrastructures techniques spécifiques au domaine, mais aussi à acquérir des
compétences en matière de langages, de transcodage, et
d’ingénierie des connaissances.
Ces compétences et cette problématique centrale sous-tendent les champs de recherche qui constituent aujourd’hui
l’activité de l’équipe : ingénierie des connaissances et virtualisation.
L’année 2009 a vu la finalisation du projet Caspar, projet de
recherche européen dans le domaine de la préservation de
données numériques, dans lequel l’équipe était responsable du banc de test sur les données numériques dans la
création artistique contemporaine. L’équipe a réalisé une
infrastructure d’archivage conforme aux normes ISO OAIS
et Cidoc CRM, dans laquelle la séparation entre la partie
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
fonctionnelle (exploitation de l’archive), et l’archive ellemême, est complète, permettant ainsi la réexploitation de
l’archive en cas d’obsolescence de la partie fonctionnelle.
Cette architecture est déclinée dans les projets subséquents Astree et Gamelan.
L’année 2009 a aussi permis de réaliser un premier prototype de transcription d’objets Max/MSP (patchs temps réel)
vers le langage Faust et vers une documentation en langage
mathématique de ces mêmes objets, réalisant un premier
prototype de virtualisation des processus de traitement
temps réel.
Cette réalisation a aussi permis de participer au niveau
européen à la validation du modèle formel OAIS de préservation de données numériques.
■ Virtualisation
Par virtualisation, nous entendons une stratégie qui
consiste à produire une abstraction de l’objet à archiver,
afin de le rendre indépendant d’une implémentation particulière sous-jacente. Cette technique est à comparer aux
autres techniques qui permettent la préservation de données numériques : la conservation muséale, l’émulation, et
la migration. Sans vouloir effectuer de comparatif complet
de ces différentes méthodes, nous devons indiquer que la
méthode de virtualisation est celle qui semble offrir les
meilleures garanties de pérennité à long terme.
La conservation muséale consiste à préserver « en état de
fonctionnement » tous les composants (matériel et logiciel)
qui permettent d’utiliser l’objet numérique. Cet objectif est
hors d’atteinte pour une équipe telle que Services en ligne,
et présente à l’évidence un risque extrêmement important
à moyen et long terme.
104
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
L’émulation consiste à remplacer un élément de l’architecture atteint d’obsolescence par un autre : par exemple, un
élément hardware par un élément software (par exemple,
émulation de la carte ISPW de la station NeXT). Cette solution est extrêmement coûteuse et se heurte par ailleurs à
des problèmes insolubles relatifs à la propriété intellectuelle (impossibilité de pratiquer du reverse engineering).
La migration est la solution la plus couramment pratiquée
pour les objets créés à l’Ircam. Elle consiste à réécrire –
totalement ou en partie – les objets atteints par l’obsolescence. Certaines œuvres créées, par exemple, sur station
NeXT dans les années 1990 ont déjà subi plusieurs migrations successives.
La virtualisation, appliquée à l’objet lors de son archivage,
permet donc de connaître l’état de l’objet lors de son archivage, et d’anticiper sur les migrations inéluctables. Toutefois, elle nécessite de bénéficier d’outils automatiques ou
semi-automatiques, afin de minimiser l’effort lors de l’archivage.
Nous avons appliqué nos efforts de virtualisation à l’objet
qui présente le plus de risques d’obsolescence dans les
productions effectuées à l’Ircam : le processus temps réel.
Celui-ci se présente à l’Ircam le plus souvent sous forme
de « patch » Max/MSP, mais il existe aussi sous forme de
processus écrit en langage C, C++ ou d’autres langages
informatiques.
Projet Caspar
Programme : FP6 ICT ; période : avril 2006- septembre 2009 ;
coordinateur : STFC
Caspar est un projet dédié à la préservation à long terme
des objets numériques. Dans ce projet, l’Ircam est plus spécialement chargé des problématiques liées à la préservation des œuvres numériques complexes, dont font partie les
œuvres de son répertoire. Ce projet a démarré en avril 2006
pour une période de trois ans et demi, et s’est terminé en
septembre 2009.
Les problématiques abordées dans Caspar sont liées à
celles de la préservation à long terme des œuvres musicales, et notamment les problèmes liés à :
• la pérennité des processus numériques mis en œuvre,
dans la perspective de leur portage ;
• la pérennité des objets numériques, et la pérennité de
leur stockage ;
• la pertinence de la documentation, et notamment en
matière de droits.
Le rôle de l’Ircam dans ces domaines est plus spécifiquement dévolu aux points 1 et 3, pérennité des processus
numériques, et pertinence de la documentation.
Le projet Caspar a permis d’effectuer les premiers travaux
dans le domaine de la virtualisation des processus temps
réel. Nous avons développé un outil qui permet de traduire
un patch Max/MSP dans une syntaxe XML, et de traduire
conséquemment cette expression abstraite en Pure Data.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Projet Astree
Programme : ANR Contenus et Interactions ; période : déc 08juin 2011 ; coordinateur : Ircam.
Le projet Astree se base sur le langage « Faust », développé
au Grame depuis dix ans. L’ambition du projet est de s’appuyer sur la représentation en langage Faust afin de permettre :
• la transformation de l’existant, quel que soit le langage
ou le système originel (Max/MSP, PureData, Isadora,
Reaktor…) en une forme concise, expressive, adaptée à la
synthèse et au traitement du signal musical ;
• l’analyse de ces expressions afin de rechercher les invariants, en appliquant des techniques de data mining ;
• effectuer des travaux de classification de l’existant, afin
de construire les bases d’une organologie (une ontologie)
des processus temps réel.
Le projet s’organise donc autour du langage Faust, qui joue
un rôle central de « Lingua Franca » entre ses différentes
parties : d’un côté la transformation et l’analyse du patrimoine existant et sa traduction en Faust, de l’autre la génération d’implémentations nouvelles et de documentations à
partir de ces mêmes descriptions Faust.
Transformation de l’existant Analyse & Classification « Lingua Franca » Resynthèse Génération automatique de documentation Virtualisation : production d’une documentation des processus en utilisant le formalisme mathématique
Le projet Astree a permis en 2009 le développement de deux
prototypes : un prototype de transformation des processus
Max/MSP en langage Faust, et un prototype de générateur
automatique de documentation. Couplés, ces deux prototypes permettent donc de générer une documentation
mathématique du processus temps réel. Cette documentation est totalement indépendante de toute implémentation
matérielle et logicielle, et doit permettre à un développeur
connaissant le langage mathématique de réimplémenter
l’objet originel avec la solution de son choix – incluant
d’ailleurs une possibilité d’implémentation hardware.
105
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
■ Constitution de connaissances
Dans le contexte général de la préservation, nous entendons par constitution de connaissances un ensemble de
méthodes, de processus et d’objets certes issus du domaine
de l’ingénierie des connaissances, mais plus particulièrement adaptés à notre domaine d’intervention. Nos problématiques couvrent essentiellement les sous-domaines de
l’extraction des connaissances (data-mining et apprentissage à partir d’expressions formelles) et de la représentation des connaissances (dans lequel nous incluons tout ce
qui concerne le raisonnement).
Projet Caspar – Services pour la préservation des objets
numériques – MustiCaspar
La préservation des œuvres numériques nécessite le développement d’un modèle formel de documentation commun,
tenant compte des spécificités du domaine, mais suffisamment cohérent avec les normes de documentation internationales pour permettre son acceptation au-delà du cercle
de la pratique de la musique contemporaine. En 20062007, nous avions étudié dans cette perspective le modèle
de référence CIDOC-CRM, qui décrit les concepts et les
relations dans le domaine de la documentation du patrimoine culturel. Nous nous étions également penchés sur
le modèle FRBR, à l’œuvre dans le domaine des bibliothèques. Dans le domaine des arts de la performance, les deux
modèles ont fusionné en 2008, sous le nom FRBRoo.
D’autre part, à l’issue du projet Caspar, le modèle CIDOCCRM a été modifié de manière à intégrer les spécificités des
objets numériques, et notamment la notion de dérivation
automatique (réalisée par un logiciel).
En 2009, nous avons finalisé le serveur MustiCaspar, qui a
servi de base à la validation du modèle OAIS. Ce serveur est
basé sur le modèle OAIS d’une part, et le modèle CIDOCCRM d’autre part pour la description des œuvres. Il réalise
une séparation complète entre l’objet archivé – qui contient
les connaissances nécessaires à son décodage – et le système de gestion.
Projet Gamelan
Programme : ANR ContInt ; période : nov 09- nov 12 ; coordinateur : Ircam
Les environnements de production sonore et musicale sont
composés de nombreux outils destinés au façonnage et à
l’assemblage de sons. Qu’il s’agisse de musique classique,
contemporaine, électroacoustique, électronique ou variété,
chaque production doit gérer un nombre très important
d’échantillons sonores faisant intervenir une diversité
d’outils destinés à la création, la modification ou l’enrichissement des sons.
Se constituent ainsi des chaînes de production complexes
et parfois disparates où l’utilisateur détient la connaissance
globale de l’environnement et dont il est le seul à pouvoir
assurer le fonctionnement. Bien qu’il existe des formats
d’échange cohérents entre certains logiciels, le fonctionnement général d’une telle chaîne est incertain et pose de
nombreux problèmes de gestion, réutilisation et préservation.
L’objectif du projet est donc de développer un méta-environnement de production intégrant les outils existants de
production musicale et audio numériques, de manière à :
• permettre la compréhension et la gestion d’une production ;
• permettre une navigation temporelle au sein d’un flux de
production ;
• permettre un archivage « intelligent » du flux de production ;
• faciliter les échanges de données entre les différents
acteurs de la filière, et faciliter le travail collaboratif ;
• faciliter la reprise des éléments existants et leur réexploitation (repurposing).
Le projet vise à créer un environnement de gestion pour la
production audio, permettant la structuration des contenus
pour favoriser leur archivage dans une perspective de réexploitation et de reconfiguration.
Ce projet a été présenté à l’appel à projets 2009 de l’ANR,
et accepté.
Définition d’un langage de représentation des contenus
sonores
Dans le cadre du projet Gamelan, une thèse est prévue, coencadrée par deux partenaires, l’université de Technologie
de Compiègne (Bruno Bachimont), et l’Ircam (Alain Bonardi).
Cette thèse aura pour sujet la définition d’un langage de
représentation des contenus sonores, qui devrait permettre
d’exprimer les processus à l’œuvre dans le processus de
création.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
106
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ATELIER MÉCANIQUE
Les activités réalisées à la demande des différents services
de l’Ircam ont principalement consisté en les travaux suivants :
• maintenance, réglage et échange d‘un réducteur sur la
structure 3D en chambre anéchoïque. – O. Warusfel (équipe
Espaces acoustiques et cognitifs) ;
• réalisation des mesures de la clarinette basse buffet
Crampon Green-Line - J. Bensoam, R. Caussé, T. Goepfer,
N. Ellis, H.-P. Stubbe Teglbjaerg (équipe Acoustique instrumentale, département Médiations recherche/création) ;
• devis et évaluation des travaux à effectuer pour présenter
les robots percussionnistes durant la Biennale de Venise.
H. Vinet, S. Goto (direction scientifique) ;
• étude et réalisation d’un dispositif HP d’excitation pour
les mesures de rayonnement sur le saxophone et le cor
de basset. E. Boyer, R. Caussé, M. Noisternig, N. Misdariis
(équipes Acoustique instrumentale, Espaces acoustiques et
cognitifs, Perception et design sonores) ;
• étude et réalisation de deux micros vérins pour alimenter
les lèvres sur la bouche artificielle. R. Caussé, T. Hélie,
B. Véricel (équipes Acoustique instrumentale, Analyse/synthèse) ;
• adaptation sur la coulisse de clé d’eau d’un dispositif de
mesure de l’écoulement d’air sur la trompette Yamaha. –
R. Caussé, T. Hélie, G. Bertrand, V. Fréour (équipe Acoustique instrumentale) ;
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
• retouches des taraudages des supports codeur et des
coupleurs. Assemblage définitif des 8 kits de bras nouveaux
modèles fournis par IXs. research. corp pour tests et essais
dans le temps, H. Vinet, S. Goto (direction scientifique) ;
• installation et mise au point du dispositif de robots percussionnistes sur le site de la Biennale de Venise, révision
et maintenance journalière des huit robots sur toute la
durée du festival. Démontage de l’installation en fin de festival. H. Vinet, S. Goto (direction scientifique) ;
• étude et réalisation d’un dispositif de règles optiques
pour la mesure de vélocité et de la position des pistons
de la trompette Yamaha. G. Bertrand, R. Caussé, T. Hélie,
B. Véricel (équipe Acoustique instrumentale).
107
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Le développement
MODALYS
Équipe : Acoustique instrumentale
Descriptif
Modalys permet de créer un instrument virtuel et d’en jouer,
y compris en temps réel si la charge de calcul n’est pas trop
élevée. Pour cela l’utilisateur dispose des éléments de base
à géométrie simple (cordes, membranes, plaques, tuyaux,
etc.), qui peuvent se mettre en interaction avec différents types de connexions (frapper, pincer, frotter, souffler, etc.). Les
formes plus complexes, qu’elles représentent un fluide ou
une structure, peuvent se modéliser à l’aide de maillages.
■ Principales fonctions réalisées
Interface pour créer un instrument à vent
Un environnement de lutherie a été réalisé dans un patch
Max/MSP. Il permet de dessiner le profil d’un instrument
à vent, existant ou pas, y placer des trous de différentes
géométries (cf. figure ci-dessus), Modalys se chargera d’effectuer la symétrie de révolution, de calculer les modes et
permettra de jouer de cet instrument unique en temps réel.
Clarinette basse
Pour les besoins d’une création musicale, une clarinette
basse virtuelle a été réalisée. Pour cela, la géométrie de
l’instrument, gracieusement prêtée par la société Buffet Crampon, a d’abord été mesurée, ce qui a permis de
construire un maillage représentant la colonne d’air. En
ajoutant l’anche, les éléments modélisant les trous ainsi
que tous les contrôles nécessaires, cet instrument a été
joué en temps réel avec Modalys. Le compositeur danois
Hans Peter Stubbe Teglbjærg a utilisé extensivement cette
clarinette pour sa pièce Rippled Reeds créée à l’Ircam en
novembre dernier.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Optimisations
La clarinette basse, comme tous les autres instruments,
demande une grande puissance de calcul, c’est pourquoi
le code de Modalys a été optimisé. Quelques exemples réalisés en 2009 : une méthode plus efficace pour les calculs
des termes de couplage croisé dans l’algorithme de résolution des interactions, ainsi qu’une finalisation du portage
du moteur de l’application en 64 bits.
Plaquarillon
Ces optimisations permettent la création d’instruments
plus ambitieux, permettant donc plus de polyphonie et
comprenant plus de modes, ce qui améliore le rendu sonore. Un exemple est le plaquarillon, un carillon de plaques
rectangulaires conçu dans l’optique de l’ajouter à la collection IrcaMax, des patchs MaxMSP intégrés dans Live d’Ableton via MaxForLive.
108
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
SPAT
Équipe : Espaces acoustiques et cognitifs
Descriptif
Le Spatialisateur est un outil d’acoustique virtuelle permettant la création en temps réel de scènes spatialisées
dans un espace sonore réel ou virtuel. Ses contextes d’application sont les concerts et la spatialisation du son en
temps réel, la postproduction ou encore la réalité virtuelle.
Son originalité réside dans son mode de contrôle de l’effet de salle à l’aide de critères perceptifs permettant une
écriture intuitive des caractéristiques de spatialisation,
et ce de façon indépendante du dispositif de restitution.
■ Principales fonctions réalisées
La version 4 du Spatialisateur a été finalisée, sur la base des
travaux entrepris en 2007 par Rémy Muller. Cette version
marque une évolution majeure par rapport aux versions antérieures, visant à répondre aux besoins de flexibilité et de
maintenabilité de l’architecture.
Elle est basée sur une refonte complète de l’API développée
en C++ de façon indépendante de l’application hôte (Max/
MSP, séquenceurs, etc.). La bibliothèque ainsi développée
permet de conférer aux différents modules du Spatialisateur un caractère plus générique et plus aisément configurable en fonction des besoins de l’utilisateur et des ressources disponibles.
Une collection de modules externes Max/MSP, paramétrables par des attributs, a été développée. Ces modules
permettent de faire appel aux fonctions de traitement du
signal de la bibliothèque C++, et constituent un cadre de
traitement générique multisources (jusqu’à 64 entrées
audio), multisorties (jusqu’à 64 haut-parleurs en fonction
du format de reproduction choisi) et multiréverbérations
(les sources audio peuvent être assignées dynamiquement
dans les différentes instances de réverbérations).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Module de panoramique
De nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées au module de
contrôle panoramique, notamment le calcul automatique
de la triangulation pour le format VBAP, la compensation
des effets de champ proche pour la synthèse binaurale, le
panoramique par DBAP (Distance Based Amplitude Panning sur un dispositif quelconque de haut-parleurs), et l’encodage en format Ambisonique aux ordres supérieurs.
Module de synthèse d’effet de salle
Les améliorations apportées au module de synthèse de l’effet de salle sont :
• l’augmentation du nombre maximal de canaux internes
du réseau de retards rebouclés ;
• l’introduction de filtres simulant l’absorption de l’air produisant une coloration plus naturelle en hautes fréquences
pour les longs temps de réverbération.
En outre, le module IrcamVerb a été introduit en complément de l’objet Spat~. IrcamVerb est un réverbérateur multicanal contrôlé par une approche de bas niveau et dont
les caractéristiques sont optimisées pour permettre une
consommation CPU minimale.
Interfaces utilisateur
L’accent a également été mis sur la création d’interfaces
utilisateur pour un contrôle intuitif et plus aisé du Spatialisateur (configuration du dispositif de haut-parleurs, manipulation des sources sonores, contrôle de la directivité et
des paramètres perceptifs).
Les interfaces sont compatibles avec le système de configuration pattr de Max afin de faciliter la sauvegarde, l’édition et le chargement de différentes configurations.
109
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
SUPERVP
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
SuperVP (Super Vocodeur de Phase) est une bibliothèque
et un exécutable pour le traitement, la transformation et
l’analyse des sons en temps différé et en temps réel. SuperVP est basé sur une implémentation du vocodeur de
phase étendu utilisant en interne une représentation temps
fréquence du son. SuperVP permet un ensemble important d’effets de transformation de sons avec une très haute
qualité. Les transformations accessibles sont dilatation/
compression temporelle, transposition avec et sans préservation du timbre, filtrage, synthèse croisée, séparation
et remixage des composantes transitoires, bruitées et sinusoïdales, traitements et réassemblages des composantes
sources et filtres du son, débruitage, etc. La bibliothèque
donne accès à un très grand nombre de paramètres permettant ainsi le contrôle précis des algorithmes et résultats obtenus. Le moteur de calcul a été étendu afin d’optimiser le traitement de la parole et la transformation/
préservation des transitoires. La bibliothèque permet aussi
un nombre important d’analyses, notamment le calcul du
spectrogramme standard et réassigné, plusieurs algorithmes d’estimation de l’enveloppe spectrale, de la fréquence
fondamentale et des régions temps fréquence à caractère
transitoire. La bibliothèque est optimisée en utilisant notamment le calcul vectoriel SIMD. Toutes les fonctionnalités
de la bibliothèque sont accessibles dans un exécutable de
type ligne de commande.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Un des développements principaux de la bibliothèque SuperVP, demandé par les utilisateurs, est la mise en œuvre
d’une architecture plus modulaire. Pour ce faire, une interface utilisateur, donnant accès aux résultats des analyses
avant la phase de synthèse/transformation, a été conçue en
2008. Le premier développement faisant appel à ces possibilités est VoiceForger, une bibliothèque de transformation
de la voix avec une interface utilisateur de haut niveau. Suite
aux demandes (de VoiceForger et d’utilisateurs industriels),
la modularité de la bibliothèque SuperVP a été étendue de
façon significative. La bibliothèque supporte maintenant
une phase indépendante d’analyse de façon transparente,
et toutes les synthèses peuvent être faites ensuite – avec un
certain nombre de limitations techniques lors de l’analyse.
Parmi les autres améliorations de la bibliothèque faites en
2009 nous notons :
• première version d’une transformation non linéaire de
l’axe fréquentiel des enveloppes spectrales ;
• fonction reset améliorant la réinitialisation du traitement
en temps réel ;
• implémentation des résultats de recherche permettant
la préservation des positions des sources pour les signaux
avec plus de 2 canaux ;
• amélioration du traitement en mode préservation de la
forme d’onde (parole) pour la transposition dans le domaine fréquentiel utilisant une représentation paramétrique
sinusoïdale ;
• possibilité de changer le taux d’échantillonnage du son
lors du traitement ;
• implémentation d’une gestion de sous-segments dans le
module de synthèse afin de pouvoir égaliser la distribution
temporelle du calcul lors du changement du pas d’avancement.
110
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
SUPERVP TRAX
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
SuperVP Trax 1.4 est la dernière version du logiciel Trax de
transformation du son en temps réel. Construit à l’aide de
la bibliothèque SuperVP, il permet la transposition, sans
ou avec préservation (contrôlée), de l’enveloppe spectrale
(donc du timbre), le mixage à volonté des parties sinusoïdales et/ou bruitées, la synthèse source filtre, la synthèse
croisée et la compression ou l’étirement de l’axe temporel.
En particulier, il permet le changement de nature de la voix
(homme, femme, enfant, timbre) ou d’un instrument (entre
les instruments d’une même famille, par exemple).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
La version 1.4 inclut plusieurs améliorations de l’interface
et des fonctionnalités :
• une nouvelle conception de l’interface prédéfinie qui permet aux utilisateurs d’ajouter efficacement, de supprimer
ou de renommer un préréglage personnalisé et d’effectuer
une comparaison A/B entre les préréglages ;
• une ligne de commande améliorée qui inclut de nouvelles
fonctionnalités de SuperVP ;
• une interface et des fonctionnalités améliorées des modules source filtre et synthèse-croisée ;
• une optimisation des calculs améliorant l’utilisation du
CPU et de meilleures transformations ;
• trois modes de transposition : temporel, fréquentiel et
automatique ;
• enfin, des améliorations qui permettent d’accélérer le
flux de travail et d’augmenter la créativité.
111
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
VOICEFORGER
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
VoiceForger est une bibliothèque pour la transformation
de la voix avec une interface utilisateur de haut niveau et
un ensemble d’effets élargi par rapport à SuperVP-TRaX.
VoiceForger est basée en grande partie sur les analyses
et traitements de la bibliothèque SuperVP. Contrairement
à TRaX, qui utilise les objets Max/MSP existants, VoiceForger utilise directement l’interface C++ de SuperVP pour une
plus grande flexibilité. Grâce à l’avancée récente de la modularité de la bibliothèque SuperVP, VoiceForger reste efficace et permet des transformations en temps réel même
pour plusieurs analyses (F0, Voiced/Unvoiced, VUF) secondaires. Le développement de la version C++ de cette bibliothèque a commencé dans le projet Affectif Avatars. Sont
prises en compte les transformations d’âge et de genre du
locuteur (accessibles aussi dans SuperVP TRaX). VoiceForger utilise des concepts de transformation plus avancés et
dynamiques que TRaX. La liste des transformations ciblées
contient les âges et genres, les types des voix (rugueuse,
chuchotée, aspirée), les émotions (joyeuse, énervée) mais
éventuellement aussi les personnalités.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Dans le cadre du projet Affectif Avatar, a été implémentée
l’architecture de base permettant la gestion des modules
d’analyse et de synthèse dans la bibliothèque SuperVP et
la reconfiguration automatique de la chaîne du traitement
en fonction des transformations demandées. Ensuite, ont
été ajoutées des versions améliorées des transformations
accessibles dans TRaX, des transformations du style de parole (tremblé), la transformation de l’ambitus de la parole et
les effets chuchotés et parole aspirée (breathy).
112
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
AUDIOSCULPT
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
AudioSculpt est un logiciel pour la visualisation, l’analyse et
la transformation des sons. AudioSculpt offre plusieurs représentations graphiques du son – forme d’onde, spectrogramme et sonagramme – pour obtenir les transformations
souhaitées et aider l’utilisateur à choisir les paramètres de
contrôle optimaux. Pour effectuer les traitements et analyses, AudioSculpt se base sur les logiciels SuperVP (vocodeur de phase étendu et bibliothèque d’analyse) et Pm2
(modèle sinusoïdal). Les traitements sont organisés dans
un séquenceur et peuvent être déplacés et activés/désactivés individuellement. L’interface pour la manipulation du
spectrogramme reprend les concepts des logiciels de design graphique et permet la suppression et le déplacement
des sons sous forme de régions temps fréquence. Le fait de
pouvoir séparer les sons en utilisant leurs caractéristiques
temps fréquence donne des possibilités très avancées par
rapport au traitement dans le domaine temporel.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Le développement d’AudioSculpt se concentre depuis fin
2008 sur la nouvelle version (v3) du logiciel. Ce développement cible un remplacement de la base du code, datant
de presque 10 ans, pour intégrer les nouvelles possibilités
des systèmes d’exploitation actuels, et principalement de
MacOSX. Les travaux de 2009 ont été centrés notamment
sur le remplacement de bibliothèques anciennes et obsolètes. L’interface et l’architecture d’AudioSculpt ont été modernisées pour améliorer son environnement de travail global et rendre plus souple la manipulation des analyses et
des traitements. Les outils de création et d’édition d’automations, appelés BPF, s’emploient dorénavant directement
sur le sonagramme et rendent plus intuitif le contrôle des
paramètres des filtres, ou encore la manipulation des analyses. Pour plus de modularité et de fonctionnalité, le mode
de communication d’AudioSculpt va aussi se standardiser,
ce qui facilitera l’intégration de nouveaux noyaux d’analyses.
113
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
IRCAMALIGN
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
Le programme IrcamAlign effectue l’alignement et donc la
segmentation de signaux de parole en phones et diphones,
et calcule une mesure de confiance par phone. Il extrait
aussi la structure phonologique (syllabes, mots et groupes
de souffle) à partir de la séquence de phones alignés.
Entrée : fichier audio de parole et facultativement, fichier du
texte prononcé.
Sortie : fichiers de type. lab des divers niveaux de segmentation visualisables dans les logiciels comme AudioSculpt
ou WaveSurfer (voir Figure).
IrcamAlign utilise des modèles appris sur des enregistrements. Les modèles existent pour le français et l’anglais,
hommes et femmes. Il peut être utilisé pour la voix chantée mais cela nécessite l’apprentissage de modèles spécifiques.
Il est utilisé en particulier pour la création de corpus de voix
(par exemple pour la synthèse de la parole à partir du texte)
et pour des travaux avec des compositeurs.
Plate-forme : Linux, utilise la bibliothèque HTK et le logiciel
LiaPhon.
Réalisation : P. Lanchantin
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
114
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
IRCAMTTS
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
Le programme IrcamTTS (Text-To-Speech Synthesis) fait la
synthèse, à partir du texte, d’une parole de haute qualité
permettant son application dans les domaines du multimédia et de la création artistique. L’approche retenue est
celle d’une synthèse par corpus, consistant à concaténer
des unités acoustiques issues d’un corpus de parole préenregistrée. Un certain nombre de corpus, donc de voix françaises, ont été créés et sont disponibles.
Entrée : fichier du texte orthographique ou phonétique.
Sortie : fichier de la parole synthétisée et fichier. lab des
unités.
Une interface graphique permet de modifier la synthèse en
choisissant les unités sélectionnées (voir Figure).
Réalisation : C. Veaux
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
115
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
MODULES D’INDEXATION MUSICALE
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
Il s’agit de bibliothèques et de programmes développés par
G. Peeters et son équipe pour l’extraction d’informations
musicales à partir du signal audio. Ils sont développés pour
les trois plateformes Linux, Windows et MacOSX.
■ Principales fonctions réalisées
Ircambeat
Estimation du tempo et de la métrique variable au cours du
temps, estimation de la position des battements et premier
temps.
Entrée : fichier audio non-compressé.
Sortie : fichier xml au format QIMA-2.
Ircamchord
Estimation de la suite d’accords (24 accords Majeurs et
mineurs) au cours du temps, estimation du premier temps
(ircamchord inclut ircambeat).
Entrée : fichier audio non-compressé.
Sortie : fichier xml au format QIMA-2.
Ircamkeymode
Estimation de la tonalité globale d’un morceau de musique
(24 tonalités Majeures et mineures).
Entrée : fichier audio non-compressé.
Sortie : fichier xml au format QIMA-2.
Ircamdescriptor
Estimation d’un large ensemble de descripteurs audio (logattack-time, centroid spectral, MFCC, Chroma, …) et de leur
modélisation temporelle.
Entrée : fichier audio non-compressé.
Sortie : fichier SDIF
Ircamclassifier
Estimation de single-label ou multi-label d’un fichier audio
parmi les classes pré-entrainées (ircamclassier inclut
ircamdescriptor).
Entrée : fichier audio non-compressé.
Sortie : fichier texte.
Ircamsummary
Estimation d’un résumé audio selon trois méthodes différentes et de la structure temporelle d’un morceau de musique (approche par états et par séquences).
Entrée : fichier audio non-compressé.
Sortie : fichier audio, fichier xml au format QIMA-2.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
116
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
IRCAMFILTER
Équipe : Analyse-synthèse des sons
Descriptif
Il s’agit d’une émulation temps réel du filtre passe-bas résonant du « Moog Ladder Filter » (par résolution des équations du circuit électronique original en séries de Volterra).
Le succès qu’a connu ce filtre analogique vient de sa non-linéarité (le timbre change avec le niveau du signal ce qui apporte une « signature sonore particulière » et un « grain »),
de son ordre élevé (4) et de sa résonance facilement pilotable (les paramètres de contrôle sont directement reliés au
facteur de qualité et à la fréquence de coupure). L’intérêt de
la modélisation en séries de Volterra pour son implémentation est de réduire les coûts de calcul, de permettre de
faire évoluer rapidement les paramètres de contrôle sans
avoir d’artefact, de rejeter l’aliasing souvent inévitable sur
les traitements non linéaires, et de séparer artificiellement
les contributions linéaires et distordues. Ce dernier point
peut avoir un intérêt en design sonore et génère des effets
intéressants, par exemple sur les sons impulsifs et percussions.
Plusieurs versions de codes existent : un VST-Mac développé en C++ par T. Hélie, une version pour Max développée
par J. Lochard, et enfin une version C++ optimisée et archivée (repository svn MoogFilter) par T. Carpentier.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Filtrage
La première fonction réalisée est de prendre un son d’entrée
et de fournir un son de sortie qui correspond à la version filtrée. Le filtre est piloté très simplement par deux paramètres
(fréquence de coupure, facteur de qualité de la résonance).
Le niveau du signal d’entrée a un effet sur le timbre du son.
Séparation des parties linéaire/non linéaire
La partie linéaire (partie du timbre non sensible au niveau
du signal, comme pour un « filtre standard ») et la partie
distordue complémentaire peuvent être isolées et dirigées
vers deux sorties séparées.
117
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
OPENMUSIC 6.1
Équipe : Représentations musicales
OM 6.1 - OMPrisma/OMChroma
Descriptif
OpenMusic (OM) est un environnement de programmation
visuelle pour la composition ou l’analyse musicale assistées par ordinateur.
■ Principales fonctions réalisées
La version 6.1 de l’environnement OpenMusic a été distribuée en 2009 sous une version multiplate-forme (Mac/
Windows) développée avec le compilateur LispWorks. Une
partie conséquente du manuel utilisateur a été mise à jour
et est désormais disponible en ligne [C. Diatkine, Ircam –
Médiations recherche/création], de même que la référence
et l’intégration de patches/tutoriaux pour les modules centraux de l’environnement.
Fonctionnalités générales (quelques nouveautés)
• interfaces de l’éditeur de maquette ;
• éditeurs de BPF/BPC et fonctions d’échantillonnage/
lissage ;
• extension des supports audio (nouvelles interfaces
sur players et librairies externes) ;
• évaluation sur processus multiples.
Librairies de synthèse/spatialisation
Réécriture et extension de l’objet class-array (classes de
synthèse dans OMChroma).
Support du synthétiseur CHANT
Workspace/Tutorial ChromaWK 3.0
Objet 3DC : courbes 3D
Bibliothèque OMPrisma 1.0
Librairie d’orchestration
Bibliothèque OM-Orchidee 1.0
Mises à jour de librairies externes
• Pareto 1.0 (F. Lévy, Columbia University) ;
• 3A (A. Gaussin, CNSM Paris) ;
• SOAL 2.0 (Mus 3, université de Paraíba, Brésil) ;
• OMTristan 3.0 (R. Hirs, Amsterdam School of the Arts,
T. Murail, Columbia University) ;
• Opus 6.0 (Ph. Boivin, CFMI, Université de Provence)
OMChroma - OMPrisma
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
118
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
MUSIQUE LAB 2 : ML-MAQUETTE
Équipe : Représentations musicales
Descriptif
Musique Lab 2 est un projet initié en 2004 en partenariat
avec le ministère de l’Éducation nationale, visant à développer des applications pédagogiques pour l’enseignement
de la musique tirant partie des techniques de calcul et de
représentation, ainsi que du savoir faire de l’Ircam dans
les domaines de la composition assistée par ordinateur,
du traitement du signal ou encore de l’analyse musicale.
Les documents pédagogiques créés avec cette application
concrétisent des situations pédagogiques dans lesquelles
sont étudiés des concepts ou extraits musicaux, dans une
interaction pédagogique entre professeur et élèves. Divers
formalismes et concepts musicaux sont abordés, tels que
les différents paramètres des structures musicales (hauteurs, rythmes, dynamique), les transformations et opérations sur ces structures, l’harmonie, l’intégration temporelle des objets musicaux. Le champ d’application s’étend
potentiellement de la musique classique, avec un ensemble
d’outils intégrant un modèle de calcul et de représentation
des structures tonales (contrepoint, transpositions, modulations, etc.), jusqu’à la musique spectrale contemporaine
avec de puissants outils d’analyse et de traitement du signal (basés sur le moteur pm2, développé par l’équipe Analyse-synthèse de l’Ircam).
ML-Maquette 2.0 est aujourd’hui le principal produit issu
de Musique Lab 2 et a donc été rebaptisé « Musique Lab 2 ».
Cette nouvelle version multiplate-forme (Mac/Windows) a
été développée sur OpenMusic 6/LispWorks et distribuée
depuis l’automne 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
• système de gestion des documents : suppression du
« workspace », interaction avec les fonctionnalités des OS
Windows/MacOSX ;
• gestion des ressources (images, audio) importées dans
un document ;
• corrections/amélioration de différents opérateurs ;
• système de protection des documents ;
• installation et interaction avec les librairies externes
(MIDI, Audio) [Collaboration Grame, Lyon] ;
• déboguage intensif en collaboration avec les beta-testeurs du MEN ;
• création d’une base de documents et exemples pédagogiques [Ircam : F. Guédy, MEN : M. Roy] ;
• création d’une base de gestion et téléchargement des
ressources et documents ML2 [IRCAM : S. Goldsmidt, collaboration MEN] ;
• documentation du logiciel [Ircam : G. Lorieux, F. Guédy,
C. Diatkine].
119
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ORCHIDÉE/OM-ORCHIDÉE
Équipe : Représentations musicales
Descriptif
Orchidée est l’environnement développé dans le cadre du
projet Sample Orchestrator pour l’aide à l’orchestration. Il
est constitué d’un serveur (orchidée) et comporte plusieurs
clients (orchis, om-orchidée).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
• développement version serveur avec messagerie OSC ;
• base de données réorganisée de 20 000 samples couvrant
22 instruments avec protocole d’extension XML par l’utilisateur ;
• interpolation microtonale au 1/16 ton ;
• descripteurs : couleur harmonique, centroïde spectral,
étalement spectral, temps d’attaque, modulations d’amplitude, enveloppe spectre de Mels ;
• protocole d’extension des descripteurs ;
• synthèse des partiels de la cible (additive et MIDI) ;
• interface de navigation dans les solutions incorporées au
serveur avec rendu et export de son ;
• exports de texte au format de partitions LilyPond ;
• bouton « annuler tâche courante » ;
• intégration Snow Leopard ;
• documentation de l’architecture et des protocoles de
messagerie ;
• client Max prototype Orchis ;
• mise à jour de OM-Orchidée pour la nouvelle architecture
client-serveur.
120
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
OMAX 3.0
Équipe : Représentations musicales
Descriptif
Logiciel audio et vidéo d’improvisation. OMax 3 est la dernière version utilisant un composant Max et un composant
OpenMusic communiquant via OSC. À partir de OMax 4, la
technologie OMax sera concentrée dans une série de composants écrits en C pour Max.
■ Principales fonctions réalisées
• portage en Max 5 et réécriture en LispWorks 3.0 ;
• intégration superVP, opérateurs sur les échelles de hauteur compatibles avec l’audio (inversion, note pédale, transformations modales, transposition, tempo, improvisation
rétrograde) ;
• nouveau modèle de synchronisation vidéo ;
• nouveaux modes d’improvisation hybrides (all + follow) ;
• nouveaux settings d’instruments (contrebasse, clarinette
basse, trombone, percussions).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
121
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
FTM & CO
Équipe : Interactions musicales temps réel
Descriptif
FTM & Co est une bibliothèque pour Max/MSP qui permet
l’utilisation de structures de données complexes et donne
accès à une grande palette d’opérateurs. Cette bibliothèque
permet de développer des applications avancées d’analyse
et de synthèse de données gestuelles et sonores. FTM &
Co inclut trois ensembles de modules Max/MSP exploitant
les fonctionnalités de la bibliothèque partagée FTMlib : FTM
(opérateurs de base), Gabor (analyse et resynthèse sonore),
MnM (analyse du mouvement, algèbre linéaire et calculs
statistiques).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
L’adaptation de la bibliothèque FTM & Co à la version 5 de
Max/MSP ainsi que la sécurisation des accès concurrentiels à tous les opérateurs et structures de données de la
bibliothèque ont été réalisées. Une première version bêta
diffusée en mars 2009 a permis d’effectuer de nombreuses
améliorations et extensions nécessaires qui ont abouti à
une version stable de la bibliothèque.
Les développements récents du composant de visualisation
et d’édition graphique IMTR-Editor ont été intégrés dans la
bibliothèque.
122
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
Mubu
Équipe : Interactions musicales temps réel
Descriptif
MuBu (pour « Multi-Buffer ») représente un nouvel ensemble de modules de représentation et de traitement du signal pour Max/MSP basé sur un « container » de données
temporelles. Le container MuBu est optimisé pour la représentation en mémoire de données temporelles, selon
de multiples représentations comme des descripteurs, des
segmentations et des annotations du son, du geste et du
mouvement. Des représentations musicales symboliques
simplifiées et des paramètres de contrôle de synthèse et de
la spatialisation peuvent être également intégrés.
Le développement de ces modules repose sur l’expérience
acquise lors des développements de la bibliothèque FTM
& Co ainsi que sur des développements des composants
logiciels dans le cadre des projets SampleOrchestrator et
Interlude (libMuBu et libZsaZsa).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Une première version d’un ensemble de modules de représentation de données, d’analyse sonore en temps différé,
de resynthèse sonore en temps réel et de traitements de
données a été finalisée. Plusieurs versions alpha et bêta
ont été diffusées aux utilisateurs à l’Ircam et à un groupe
restreint d’utilisateurs dans le Forum Ircam.
123
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
IMTREDITOR
Équipe : Interactions musicales temps réel
!
Descriptif
ImtrEditor est un ensemble de modules d’affichage et d’édition de données, alignés temporellement et complètement
configurables, écrit en C++ et basé sur le Framework Juce.
Actuellement, il est utilisé pour l’affichage des structures
de données FTM, en remplacement des interfaces Java,
(ftm.editor) et MuBu (imubu). Il est également utilisé pour
le suivi de geste.
■ Principales fonctions réalisées
Les principaux efforts de développement ont été l’intégration avec MuBu, avec la création de l’externe imubu, et
l’adaptation de ImtrEditor aux besoins spécifiques au suivi
de geste, tout en restant générique. D’autres développements importants ont concerné l’amélioration de l’intégration dans Max5, de la « thread-safeness » et de la performance.
Intégration avec MuBu : imubu
Un nouvel objet externe a été écrit, afin de pouvoir afficher
le contenu d’un Mubu de façon automatique, en fournissant
le set d’interfaces le mieux adapté au contenu courant du
MuBu. Cela est fait suivant le principe qu’à chaque track
mubu correspond un module dans l’ImtrEditor. La possibilité d’intégrer l’affichage du contenu d’un buffer~ associé a
été ajoutée.
Adaptation aux besoins du suivi de geste
Plusieurs fonctionnalités, de nouveaux modules d’affichage
et de nouveaux attributs des modules graphiques ont été
ajoutés, pour répondre aux besoins du suivi de geste. Entre
autres, on peut citer les interfaces MultiBpf et MultiWave.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
124
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
ANTESCOFO
Équipe : Interactions musicales temps réel
!
Descriptif
Antescofo est un système de suivi de partition modulaire
et un langage de programmation synchrone pour la composition musicale. Le module permet la reconnaissance
automatique de la position dans la partition et le tempo du
musicien en temps réel, permettant ainsi de synchroniser
une performance instrumentale avec celle d’une partition
virtuelle informatique.
Antescofo accepte son propre format de partition musicale,
afin de prendre en compte la richesse de l’écriture compositionnelle. Il est possible de convertir les formats existants
comme MIDI ou MusicXML. Après le chargement de la partition, Antescofo est capable de suivre la position et tempo
des musiciens en temps réel et de synchroniser les actions
programmées pour la partie d’informatique musicale (déclenchement et contrôle de la partie électronique). Antescofo prend comme entrée un flux d’audio polyphonique par
défaut mais peut être adapté aux besoins spécifiques des
utilisateurs (MIDI, raw pitch, etc.).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Un module complet a été réalisé et distribué au Forum
2009. Antescofo a bénéficié de plusieurs productions, dont
un projet de compositeur en recherche pour l’aboutissement de son développement :
• extension à l’objet audio (Antescofo~) ;
• extension à la reconnaissance polyphonique en présence
de la pédale (résonance) ;
• extension de langage synchrone aux processus polyphoniques et relatifs (GFWD) ;
• extension de langage synchrone aux processus périodiques et relatifs (LFWD) ;
• extension de langage synchrone pour réaliser des composites ;
• développement et formalisation des Macro et Fonction
temps réel pour le langage synchrone ;
• développement et adaptation pour la communication
temps réel avec NoteAbility ;
• développement préliminaire pour le suivi multimodale et
asynchrone.
125
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
GF (SUIVI DE GESTE)
Équipe : Interactions musicales temps réel
Descriptif
L’objet gf (pour gesture follower) permet de reconnaître et
de suivre l’évolution temporelle de morphologies gestuelles et/ou sonores. L’objet compare en temps réel un flux de
données avec un ensemble de « phrases » préenregistrées.
Deux types d’informations en sortie sont continuellement
mis à jour :
• « likelihood » = « similarité » entre le flux de données entrant et les phrases enregistrées ;
• « Time » index = indique la progression temporelle d’une
phrase reconnue.
L’objet gf fonctionne avec tout type de données multidimensionnelles, régulièrement échantillonnées dans le temps
comme des données de capteur, des descripteurs sonores,
des descripteurs d’images, etc. La méthode repose sur la
modélisation des courbes temporelles multidimensionnelles au moyen de modèles de Markov.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Un module complet a été réalisé et testé, basé sur la libraire MuBu et permettant d’utiliser l’objet d’édition et de
visualisation de données iMuBu.
Parmi les fonctionnalités notons :
• enregistrement de phrases en temps réel et nommage
des phrases ;
• fonctions d’import et export ;
• fonctions de « transport » follow, play, stop, pause,
resume, restrat, jump ;
• structuration de l’enchaînement des phrases ;
• gestion de markers ;
• gestion de presets ;
• fonction « experts » donnant accès à certains éléments
de la modélisation markovienne.
126
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
SUPERVP POUR MAX/MSP
Équipe : Interactions musicales temps réel
Descriptif
SuperVP pour Max/MSP est un ensemble de modules Max/
MSP intégrant le moteur d’analyse/synthèse sonore SuperVP. L’ensemble comprend six modules Max/MSP qui
permettent la transformation en temps réel des flux sonores et de sons préalablement enregistrés :
• supervp.play~ et supervp.scrub~ … transformation de
sons préalablement enregistrés ;
• supervp.ring~ … transformation d’un flux temps réel dans
un buffer circulaire ;
• supervp.trans~ … transformation d’un flux sonore entrant
en temps réel ;
• supervp.cross~ et supervp.sourcefilter~ … synthèse croisée.
■ Principales fonctions réalisées
L’ensemble des six modules a été finalisé et maintenu en
suivant l’évolution des différentes versions du moteur SuperVP intégrant diverses améliorations et optimisations.
Notamment, une version adaptée à la version 5 de Max/
MSP a été développée.
Les fonctionnalités fournies par les modules comprennent :
• dilatation temporelle avec préservation des transitoires ;
• transposition de la hauteur avec préservation de l’enveloppe spectrale (timbre) ;
• déformation séparée de l’enveloppe spectrale (timbre) ;
• remixages des composants sinusoïdales, bruités et transitoires du signal ;
• synthèse croisée généralisée ;
• synthèse croisée source filtre.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
127
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
FUZZYLIB
Équipe : Interactions musicales temps réel
Descriptif
FuzzyLib est une bibliothèque de logique floue pour Max/
MSP. Elle permet la « fuzzification » de phénomènes numériques (représentation sémantique), le raisonnement incertain, et la defuzzification (passage d’une représentation
sémantique à une valeur numérique).
■ Principales fonctions réalisées
Dans cette version 1 de la librairie, l’ensemble des implications floues, des t-normes et t-conormes de la littérature
ont été implémentées. La seule restriction, pour des raisons
de temps de calcul, est que les valeurs en entrée lors de la
fuzzification doivent être considérées comme précises.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
128
5
Développer la recherche et les logiciels applicatifs
CATART
Équipe : Interactions musicales temps réel
Descriptif
La synthèse concaténative par corpus utilise une base de
données de sons enregistrés, et un algorithme de sélection d’unités qui permet de choisir les segments de la base
de données, afin de synthétiser par concaténation une séquence musicale. La sélection est fondée sur les caractéristiques de l’enregistrement, qui sont obtenues par analyse du signal et correspondent par exemple à la hauteur, à
l’énergie ou au spectre.
La mise en œuvre en temps réel de cette nouvelle approche
de la synthèse sonore par le système CataRT permet une
exploration interactive d’une base sonore et une composition granulaire ciblée par des caractéristiques sonores précises, et permet aux compositeurs et musiciens d’atteindre
de nouvelles sonorités, et aux designers sonores de rapidement explorer un corpus sonore constitué par un grand
nombre d´enregistrements.
Le système modulaire CataRT de synthèse concaténative
par corpus interactive en temps réel est implémenté dans
Max/MSP avec les extensions FTM, Gabor et MnM. L’interaction repose sur une interface simple consistant en l’affichage d’une projection 2D de l’espace de descripteurs, et
une navigation avec la souris, où les grains sont sélectionnés et joués par proximité géométrique.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Principales fonctions réalisées
Versions 0.9.8 à 1.1.1 comportant comme principaux développements :
• portage sur Max5, complétion de la documentation et des
tutoriaux ;
• augmentation de la vitesse et de la stabilité des traitements ;
• introduction de plusieurs voix et points de sélections parallèles ;
• refonte de l’interface pour la recherche de sons dans des
grandes bases sonores (projet SampleOrchestrator) ;
• application pour la composition à partir de textures sonores, pièce What the Blind See de Aaron Einbond pour petit
ensemble et électronique, Cursus 2, concert Agora 2009,
Ircam.
129
6
les structures de soutien
6
les structures de soutien
SERVICE INFORMATIQUE
Le service informatique irrigue l’ensemble des activités de
l’Ircam. D’une part, il a la charge des services communs :
connexion Internet, réseaux locaux et serveurs, d’autre
part il fournit des services plus spécifiques pour les différents départements : recherche et développement, création
musicale, pédagogie, communication, finances, ressources
humaines, etc.
La climatisation du data center
L’année 2009, est marqué par la création d’une véritable
salle des machines répondant parfaitement aux exigences
actuelles en matière d’hébergement de serveurs et d’infrastructures réseaux.
D’importants travaux de réfection de la climatisation, comprenant le cloisonnement de la mezzanine, l‘ajout d’une
climatisation spécifique pour les ordinateurs dont le fonctionnement est garanti 24h/24 permettent de garantir le
fonctionnement du centre de calcul de l’Ircam. Le résultat
de ces travaux, qui étaient attendus depuis des années, a
dépassé nos espérances, et a permis au service informatique de débuter la construction d’une salle machines qui
se rapproche de l’idéal.
Les serveurs de la médiathèque ont rejoint la nouvelle salle
machines, au cours du mois de juillet. La mise en place des
nouvelles infrastructures et les installations logicielles se
sont poursuivies au cours du second semestre.
Il est à remarquer que, grâce à une préparation minutieuse, l’installation de cette nouvelle salle machines s’est
déroulée sans gêne notoire pour les utilisateurs, parce que
les coupures, qui étaient relativement brèves, ont eu lieu
principalement en dehors des horaires de travail. Compte
tenu de l’ampleur de ce type d’opération, ce fait est particulièrement remarquable.
Un audit de la salle informatique a été effectué par une
société spécialisée, ECS, laquelle a rendu son rapport qui
préconisait un certain nombre de solutions que nous allons
préciser plus loin.
Ce sont les propositions principales contenues dans le rapport d’audit qui ont été retenues pour la définition des travaux.
La nouvelle salle machines devait obéir au concept
moderne « d’allées froides » et « allées chaudes » qui est
actuellement la norme en matière de « data center ». Ceci a
impliqué la construction d’une cloison pour isoler la mezzanine du reste du local.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Il était ensuite préconisé la modification du soufflage et de
l’extraction de la climatisation d’origine, dont l’utilisation
principale n’était pas remise en cause pour des raisons de
rendement.
Deux nouveaux dispositifs ont été ajoutés :
• une nouvelle climatisation qui comporte à la fois un groupe
de production de froid situé dans le local de la climatisation
au niveau S3, et 4 diffuseurs, dont 2 situés en allée froide
en mezzanine et 2 autres situés contre les murs du nodal
créé en partie basse du local informatique. Cette climatisation, qui en temps normal vient compléter la climatisation
principale en faisant fonction d’étage final de régulation, est
aussi capable, pendant les coupures, d’assurer à elle seule
un refroidissement correct. Elle est évidemment alimentée
par le réseau d’électricité ondulé et fonctionne donc en
autonome 24h/24, 365 jours par an ;
• un moteur d’extraction (ainsi qu’un système de « bypass ») a été installé dans la salle machines dans l’allée
chaude. Tout comme la nouvelle climatisation, il est en
service en permanence, alimenté en courant ondulé, ce qui
garantit l’extraction sans aucune coupure.
L’installation des nouvelles baies et la migration des
machines.
Pour que le concept d’allée froide, allée chaude soit effectif,
il fallait ensuite installer les machines dans des baies spécialement conçues à cet effet, lesquelles comportent des
portes avant et arrière grillagées avec des coefficients de
transmissions très particuliers. Ces baies ont été choisies,
achetées et installées par le service informatique. Cette
opération était d’autant plus délicate qu’elle se déroulait à
l’emplacement de machines en production.
Il n’était pas possible d’interrompre les services pour une
longue période pour l’installation de cette nouvelle salle
machines. Une telle entreprise, qui comportait l’installation
de 5 baies, le basculement des alimentations électriques et
l’ajout d’adductions redondantes, la refonte complète des
équipements actifs des réseaux et du câblage, l’installation
des serveurs et des dispositifs de stockage dans les nouvelles baies, ne pouvait être menée à bien sans une préparation minutieuse où chaque détail devait être prévu.
Heureusement, nous n’étions pas dépourvus d’informations car nous avons assisté, à l’occasion d’un TUTOJRES
consacré à ce sujet, à des présentations sur les règles de
l’art en matière d’installation de salle machines. Par la
suite nous avons bénéficié de l’expérience de nos collègues des autres institutions de recherche. Par exemple, la
séparation des courants forts et des courants faibles qui ont
maintenant des cheminements distincts, le marquage et
133
6
les structures de soutien
l’attachement des câbles avec du velcro ont été minutieusement réalisés en suivant leurs conseils.
On pourra constater les progrès accomplis en comparant
ces photos de la salle machines avant et après les travaux :
La plus grande partie de cette migration matérielle a été
effectuée au cours du mois de juillet sans gêne importante
perceptible par les utilisateurs, ce qui est assez exceptionnel.
Le relevé des courbes de température du deuxième
semestre montre clairement que la nouvelle installation
donne toute satisfaction : bien que le comportement de la
climatisation principale soit toujours assez « aléatoire », les
coupures n’ont plus d’impact au niveau de l’environnement
des serveurs, car elles sont parfaitement compensées par
les nouveaux dispositifs mis en place.
CHANGEMENT DU ROUTEUR D’ENTRÉE DE SITE
Depuis le 21 décembre 2001, date de raccordement du site
Ircam à la « Boucle des Contenus », un service proposé par
Renater, le routeur d’entrée de site était réalisé non pas
au moyen d’une solution commerciale, mais à partir d’une
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
solution logicielle à base du système Devil Linux tournant
sur une machine standard équipée de plusieurs cartes
réseau. Rappelons que c’est via cet équipement que le
Centre Pompidou-virtuel et la BPI sont raccordés au réseau
Renater via l’Ircam. Si cette solution s’est avérée tout à fait
satisfaisante jusqu’à présent, avec des débits atteignant
plusieurs centaines de Mbps, on dépassait clairement les
limites du routage par logiciel.
Afin de faire face à la croissance du trafic Internet et pour
anticiper les débits qui seront nécessaires aux nouveaux
projets comme CO-ME-DI-A ou au Centre Pompidou Virtuel,
il était nécessaire d’investir dans un véritable routeur ayant
de très bonnes performances. Une étude des fonctionnalités souhaitées (IPv4, IPv6, multicast), des contraintes spécifiques aux sites directement raccordés à Renater, ainsi la
cohérence avec le reste des équipements du réseau local,
nous ont conduits à choisir la carte SUP32 de Cisco pour
laquelle nous avions déjà un châssis. Celle-ci avait l’avantage non négligeable d’être du même modèle que celle
qui équipe le commutateur/routeur, cœur de notre réseau
local. L’acquisition d’un équipement de cette importance a
été rendue possible grâce à la participation financière du
Centre Pompidou et de la BPI.
134
6
les structures de soutien
GÉNÉRALISATION DE LA VIRTUALISATION
sur LES POSTE DE TRAVAIL
VIDÉOCONFÉRENCES en COLLABORATION
AVEC LE PROJET CO-ME-DI-A
L’emploi de la virtualisation sur les postes de travail, après
avoir été dédié à des usages particuliers comme le poste
du service reproduction ou ceux des personnels du département finances, grâce à la disponibilité des logiciels libres
de virtualisation comme VirtualBox de SUN, s’est maintenant banalisé sur les postes des utilisateurs.
Le service informatique, en collaboration étroite avec le
projet CO-ME-DI-A a poursuivi ses activités de vidéoconférence. Par exemple, la technologie DVTS, qui utilise du
très haut débit, a été de nouveau utilisée le 8 janvier 2009
pour une deuxième répétition entre le compositeur Henri
Dutilleux présent à l’Ircam et l’orchestre du New World
Symphony situé à Miami (Floride). De nouveau avec le NWS,
le 24 avril c’est une master class qui a été donnée depuis
le studio 5 de l’Ircam par le contrebassiste virtuose François Rabath.
Alors qu’auparavant elle n’était utilisée que pour remplacer
deux postes de travail souvent complets l’un sous Windows,
l’autre sous MacOS, nous n’hésitons plus à l’utiliser pour
l’emploi d’une simple application qui n’est disponible que
sur un OS particulier.
Le fait que le système « invité » soit contenu dans une
image disque, c’est-à-dire un simple fichier sur le système
« hôte » permet de générer des images contenant à la fois
le système invité et les applications souhaitées, puis de les
distribuer là où c’est nécessaire.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Pendant le festival Agora, le service informatique a assuré
deux visioconférences entre la salle Cinéma1 du Centre
Pompidou et le réalisateur Lars von Trier en direct du Danemark. Le 8 juin, ce fut à l’occasion de la séance inaugurale de la rétrospective qui lui était consacrée, et le 12 juin
pour sa participation à la rencontre : « Les espaces labyrinthiques de Mark Danielewski, Brian Ferneyhough et
Lars von Trier ». Faute de bande passante suffisante côté
Danemark, la technologie DVTS n’a pu être utilisée. C’est
au contraire un mélange savant de plusieurs technologies
très peu gourmandes en bande passante qui a été utilisé
pour assurer la réussite d’un tel projet. On notera qu’aucun
achat ou location de matériel n’a été nécessaire pour cette
transmission. Ce sont de simples ordinateurs portables qui
ont été utilisés.
135
6
les structures de soutien
communication & Éditions
Le service Communication & Éditions est chargé de la
conception et de la mise en œuvre de la politique de communication interne et externe de l’institut. Garant de l’identité visuelle de l’établissement, il réalise ou fait réaliser les
supports de communication à destination du public et des
médias, organise la promotion des événements et assure
l’accueil du public. Il est en charge de l’édition d’ouvrages et
de disques, et assume la responsabilité éditoriale des sites
Internet et de la lettre d’information (newsletter).
La conception graphique et la réalisation des supports de
communication ont été confiées à l’agence Belleville. Les
agences de presse Opus 64, pour la couverture de nos activités auprès de la presse artistique, et Eracom, pour la promotion des événements scientifiques auprès de la presse
scientifique et technologique assurent le contact avec les
médias.
Le réseau Polyférence pour la diffusion des affiches et
l’agence AGIR pour l’achat d’espaces publicitaires, complètent le dispositif et renforcent le travail entrepris par nos
attachées de presse pour la couverture artistique.
BASE DE CONTACTS
Les services de la pédagogie, des médiations et de la communication alimentent et mettent à jour régulièrement la
base de données.
Les routages des brochures Saison et Agora, du journal
L’Étincelle et de la plaquette du comité de lecture ont été
effectués à partir de cette base commune. On constate un
net recul de « NPAI » (moins de 200 par routage).
Ce nouvel outil, performant et fiable, améliore la qualité de
notre stratégie de communication pour plusieurs raisons :
• en interne, la gestion croisée interservices permet une
mutualisation des données ;
• l’historique des actions attachées à un contact (détail des
places de concert achetées, participation à un stage, achat
d’un livre…) et les recherches multicritères (par zone géographique, par profession…) qu’offre le logiciel permettent
d’affiner les critères de sélection pour un mailing ciblé ;
• des relances par emailing auprès d’une population identifiée peuvent être effectuées ;
• la segmentation du public dans le cadre d’un échange de
fichiers avec nos partenaires est rendue possible.
L’intégration des contacts de la production et du département R & D est en projet.
internet
■ Boutique/billetterie en ligne
Une nouvelle version de la boutique/billetterie en ligne a
été mise en place. Réalisée par la société Ressources SI
en collaboration avec les équipes de l’Ircam, elle est mieux
intégrée au site Web de l’institut, et vise ainsi à en faciliter
l’usage par les internautes. Cette boutique permet non seulement la réservation de place de concert ou de spectacle
mais également l’inscription à un stage ou à un colloque.
■ Réseaux sociaux : Facebook, Twitter
Afin de profiter de ses plus de 350 millions d’adhérents
dans le monde, l’Ircam a souhaité afficher son actualité sur
Facebook, et a créé en septembre 2009 un groupe (http://
bit.ly/cQxCJL) et une page (bit.ly/b1Ce2z) pour exploiter
cette plate-forme en tant de canal de communication supplémentaire.
Bien que les groupes soient plus propices aux discussions
entre membres, les pages, visibles aux visiteurs non inscrits sur Facebook (et donc indexées), permettent à l’administrateur d’avoir une vision plus précise des visiteurs et de
leur activité sur la page par le biais des statistiques fournies
par Facebook.
Notre page Facebook est également connecté à un compte
Twitter (@IRCAM). Ces deux espaces permettent à plus de
1 000 internautes (organismes et particuliers) un échange
dynamique sur des projets sollicitant souvent des technologies développées à l’Ircam.
■ Lettre d’information
La lettre permet de découvrir les nouveautés du/des site(s),
annonce les événements à venir et propose des offres
exclusivement réservées aux abonnés à la carte Ircam et à
l’ensemble des destinataires de la lettre.
Nombre d’abonnés : 7 952 (5 830 contacts France,
2 122 contacts étrangers)
Périodicité : mensuelle
Le nombre d’abonnés reste stable.
■ Sites internet
Structuré autour de trois grandes sections « Recherche »,
« Création », « Transmission », associées chacune à un code
couleur, le nouveau site de l’Ircam reflète le triptyque sur
lequel repose l’institut : scientifique, artistique et pédagogique. Cette refonte éditoriale, fonctionnelle, ergonomique
et graphique, accessible à l’adresse http://www.ircam.fr a
été menée par Belleville pour la conception graphique et
After pour l’intégration.
Les différents sites de l’Ircam ont été maintenus ou produits
avec l’outil de gestion CMS Typo 3.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
136
6
les structures de soutien
relations avec la presse
■ Généralités
La communication s’articule d’une part autour d’une promotion renforcée pour les événements identifiés comme
« temps forts » et d’autre part d’un suivi de promotion régulier pour les autres manifestations programmées.
Cette stratégie à deux vitesses a été accentuée à partir de
septembre avec la modernisation des outils de communication médiatiques. En liaison avec le développement du
site Internet ircam.fr, les communiqués mensuels prennent
désormais la forme d’une page synthétique et sont diffusés
par mail à une sélection ciblée de journalistes, avec des
liens renvoyant à la base Brahms. Les événements identifiés comme « temps forts » font l’objet de communiqués
spécifiques, à la documentation très fournie, et sont diffusés à la fois par courrier et par mail à une large sélection
de journalistes.
Le caractère transdisciplinaire inédit de l’édition 2009 du
festival Agora (avec la rétrospective Lars von Trier, le symposium et les rencontres sur la complexité dans les arts
et les sciences, et le partenariat avec Siemens) a impliqué
une communication élargie auprès de nouvelles cibles
médiatiques. La presse cinéma, sciences humaines, philosophie, économie, ainsi que théâtre et jazz, a été informée,
en plus des contacts habituels : presse généraliste, culture,
musique, danse et arts visuels.
Nous avons également incité les habitués du festival à sortir
de leur champ de spécialisation et à ouvrir leurs papiers en
traitant du thème global du festival, la complexité.
Enfin un travail de fidélisation des contacts les plus importants, acquis ces dernières années, a été effectué.
■ Les rendez-vous avec la presse
Devant leur succès, nous avons poursuivi l’organisation de
visites de l’Ircam pour une sélection de journalistes culturels et musicaux de choix, leaders d’opinion chacun dans
leur domaine. Construites en amont de créations majeures,
au rythme de trois par an, ces visites prennent la forme de
rencontres. Elles permettent aux journalistes d’approfondir
la connaissance qu’ils pouvaient avoir de l’institut en leur
faisant découvrir la réalité des travaux de recherche et de
création en studio et l’effervescence artistique et intellectuelle qui anime au quotidien les équipes de l’Ircam. Elles
sont l’occasion d’élargir les thèmes des rendez-vous par un
panorama de l’Ircam d’aujourd’hui.
Point d’orgue de la saison de l’Ircam, le festival Agora a
connu un lancement institutionnel fort à travers l’organisation d’une conférence de presse à J-30, en images et en
son, avec la participation d’artistes.
Son caractère transdisciplinaire nécessitait cette forme de
rendez-vous, qui, à la différence d’un déjeuner de presse
en petit comité, permet d’inviter le plus grand nombre de
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
journalistes, venus de différents domaines. Moment de travail anonyme et pratique, la conférence de presse mobilise
les journalistes autour de l’événement et leur fournit de
la matière pour le traiter ; elle a aussi permis à ceux qui
découvraient le festival de prendre connaissance des activités de l’Ircam d’une manière vivante.
La communication Scientifique
Cette cible presse est difficile à constituer, et de fait à
sensibiliser, dans le sens où il est souvent question d’emmener des journalistes aux frontières de leurs domaines
de prédilection, au-delà de leur ligne éditoriale habituelle.
Il n’existe pas au sein des médias de rubriques qui condensent à la fois la densité et l’étendue du champ d’application
de la Recherche.
Il est important de poursuivre l’effort de sensibilisation de
manière constante. Il permet de familiariser les journalistes de la presse science et technologie à nos différentes
activités y compris artistiques, d’installer un climat de
confiance, et de les ouvrir à des propositions éloignées a
priori de leurs centres d’intérêt.
En ce sens, la rentrée 2009 reflète sensiblement l’adhésion
de la presse son/audio-professsionnel car les événements
s’y prêtaient – à un nouveau rythme, plus soutenu, d’informations, d’événements et d’invitations émanant de l’Ircam
et ce sur des sujets perçus comme particulièrement ardus
(le colloque saxophone par exemple).
La promotion autour du festival Agora a été réalisée en
concertation avec l’agence Opus 64. En effet, un arbitrage
est systématiquement fait au sein des rédactions des supports généralistes (presse quotidienne, hebdomadaires,
audiovisuelle, etc.) entre l’artistique et le technologique et
dans ce cadre, l’artistique, par sa plus grande accessibilité
et le contexte festival, est souvent favorisé.
L’édition 2009 a rencontré un vif intérêt de la part des journalistes de la presse scientifique et technologique, qui ont
été séduits par sa programmation. Ils se sont révélés plus
réceptifs que les précédentes années suite à des moments
qui leur étaient plus particulièrement dédiés (présentation
de Same, focus technologie) et se sont déplacés pour couvrir le festival. S’ils ne rédigent pas systématiquement de
papiers autour des événements auxquels ils ont assisté,
leur présence est néanmoins autant d’opportunités de sensibilisation et favorise une relation privilégiée.
137
6
les structures de soutien
Moyens financiers
Budget de l’Ircam 2009 (en K€)
Fonctionnement
Dépenses
Recettes
Personnel
7 010
Subvention de l’État
5 797
Autres charges
4 060
Contrats de recherche
2 226
Prestations de service
569
Partenariat & mécénat
265
Prestation du Centre Pompidou
978
Autres produits
Total
1 235
11 070
11 070
Équipement
Dépenses
Recettes
Matériel audiovisuel
234
Subvention de l’État
341
Matériel informatique
169
Prélévement du fonds de roulement
117
Divers
32
Augmentation du fonds de roulement
Total
23
458
Le budget de l’Ircam s’établit à 11 070 k€ en 2010.
Sous l’angle des recettes :
Le socle de financement par la subvention est étale. La subvention du ministère de la Culture et de la Communication
au titre de la mission recherche (DDAI) et de la DMDTS s’est
vue réduite de 60 k € depuis la mise en place de LOLF en
2006 et n’a pas fait l’objet de réajustement au titre de la
MRT. Le soutien de la DMDTS au pôle spectacle est identique depuis 2002. Il s’y est ajouté un soutien ponctuel au
festival Agora de 15 k € en 2007, porté à 30 k € en 2008 et
80 k € en 2009.
La subvention de la DMF est quasi stable depuis 2000.
La subvention d’équipement est en diminution, le budget
d’investissement de l’institut a subi un gel appliqué à l’investissement qui a réduit la capacité de renouvellement de
l’équipement et accéléré son obsolescence, ce qui est difficilement compatible avec l’objectif d’excellence (gel de 5 %
en 2006 et en 2007, de 6 % en 2008 et 2009).
Il convient de souligner l’excellence des performances
atteintes. L’Inria, – Institut de recherche en informatique et
en automatique – souvent érigé en modèle d’accomplissement dans la sphère scientifique, atteint un taux de financement par contrats de recherches et produits de valorisation de 20 %. Or, rapporté au seul département R & D,
ce taux de financement est de plus de 60 % pour l’Ircam.
Ce succès dans les appels à projets a des répercussions
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
458
sur la gestion humaine des équipes scientifiques, notamment de véritables enjeux de pérennisation des savoirs : les
appels à projets apportent des financements externes aux
programmes de recherche pour des durées de 24 à 36 mois,
mais l’institut est soumis aux règles d’emplois du droit privé
qui limitent fortement les cas de recours aux contrats à
durée déterminée (18 mois maximum). Ce difficile équilibre
entre les financements par contrats externes instables par
nature, les possibilités de recours à l’emploi temporaire
pour y faire face et la pérennisation des savoirs qu’il faut
organiser, freine le dynamisme scientifique de l’institution
en limitant sa capacité à retenir des chercheurs de valeur
dans le temps.
Ce manque de ressource oblige à être inventif en permanence. Plusieurs initiatives ont été prises : le mécénat
représente 265 k€, soit 2,4 % du budget, les projets artistiques s’inscrivent dès leur conception dans un schéma de
mutualisation avec le développement de nombreux partenariats permettant la bonne fin des projets ambitieux.
Les finances de l’institut sont tendues, l’énergie de l’organisation est très investie dans le financement sur projet,
le mécénat, les coproductions, les réseaux, la valorisation,
tous les axes sur lesquels l’Ircam peut agir directement
ont/sont mis à contribution pour assurer le meilleur impact
des activités.
138
7
Annexes
7
annexes
L’équipe ircam
DIRECTION
RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT
Directeur : Frank Madlener
Administrateur : Michel Muckensturm
Olivia Despointes
Directeur : Hugues Vinet, directeur de l’UMR STMS
Ircam-CNRS
■ Responsables d’équipe
SERVICES TRANSVERSAUX
■ Finances
Directeur : Norddine Belal
Sylvie Parolari, Cristina Ramos da Silva / Ibrahim Soulé
■ Ressources Humaines
Responsable : Alexandra Magne
Céline Bonnier, Patricia Martins
Acoustique instrumentale : René Caussé
Espaces acoustiques et cognitifs : Olivier Warusfel
Perception et design sonores : Patrick Susini
Analyse et synthèse des sons : Xavier Rodet
Représentations musicales : Gérard Assayag
Analyse des pratiques musicales : Nicolas Donin
Interactions musicales temps réel : Frédéric Bevilacqua
Services en ligne : Jérôme Barthélemy
Service informatique : Laurent Ghys
Valorisation scientifique et industrielle : Frederick Rousseau
■ Communication et Éditions
Responsable : Claire Marquet
Murielle Ducas, Sylvia Gomes, Deborah Lopatin,
Delphine Oster, Amélie Desnoyers, Caroline Drancourt,
Elsa Marc, Siem Pessin, Clara Sgard
■ Administration
Sylvie Benoit, Martine Grospiron / Didier Perini,
Ghislaine Montagne, Carole Tan
■ Chercheurs et ingénieurs
■ Médiathèque / Bureau Études et Méthodes
Directeur : Michel Fingerhut
Sandra El Fakhouri, Vincent Gourson, Jean-Paul Rodrigues
Alexia Chang-Wailing Spitteler, Philippe Samar
■ Régie-Bâtiment
Responsable : Georges-Elie Giscard
Bruno Belfiore, Sophie Besnard, Layachi Izem,
Alain Nicolas, Seare Mullai, Jean‑Paul Rodrigues,
Chantal Vogel / Samia Mekki
Carita Bourboulon, Michel Przybylski Morales
■ Stagiaires
Delphine Binos, Vincent Faure, Michele Lai Chin,
Thomas Michard, Guilhem Rosa, Marine Zurfluh
Carlos Agon-Amado, Moreno Andreatta, Julien Bloit,
Joël Bensoam, Stéphanie Bertet, Niels Bogaards,
Alain Bonardi, Riccardo Borghesi, Guillaume Boutard,
Jean Bresson, Juan-Jos Burred, Grégoire Carpentier,
Thibaut Carpentier, Christophe Charbuillet,
Raffaele Ciavarella, Arshia Cont, Frédéric Cornu,
Maÿlis Dupont, Nicholas Ellis, Snorre Farner,
David Fenech-St-Genieys, Laurent Feneyrou,
François-Xavier Féron, Emmanuel Fléty,
Samuel Goldszmidt, Arnaud Gomes Do Vale,
Fabrice Guédy, Keith Hamel, Thomas Hélie, Olivier Houix,
Olivier Labat, Mathieu Lagrange, Pierre Lanchantin,
Guillaume Lemaitre, Grace Leslie, Benjamin Lévy,
Nicolas Misdariis, Khoa-Van Nguyen, Markus Noisternig,
Geoffroy Peeters, Charles Picasso, Lorenzo Pincinali,
Nicolas Rasamimanana, Axel Roebel, Francis Rousseaux,
Diemo Schwarz, Leigh Murray Smith, Norbert Schnell,
Clara Suied, Damien Tardieu, Christophe Veaux,
Isabelle Viaud-Delmon, Chungsinh Yeh, Bruno Zamborlin
■ Techniciens
Youcef Bensaid, Gérard Bertrand, Emmanuel Deruty,
Maxence Riffault, Jean-François Rousse, Sassé Séri,
Alain Terrier
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
143
7
annexes
CRÉATION ET PRODUCTION
■ Doctorants
Yun-Kang Ahn, Antoine Allombert, Emmanuel Amiot,
Stéphanie Bertet, Tommaso Bianco, Julien Bloit,
Baptiste Caramiaux, Ivan Cohen, Gilles Degottex,
Arnaud Dessein, Philippe Esling, Pauline Eveno,
Sarah Fdili-Alaoui, Marcelo Freitas-Gaetano, Aurélie Frère,
Marco Liuni, Vassilios-Fivos Maniatakos, Rémi Mignot,
Khoa-Van Nguyen, Nicolas Obin, Hélène Papadopoulos,
Lise Régnier, David Roze, Joseph Sanson, Stephan Schaub,
Noémie Sprenger-Ohana, Fernando Villavicencio Marquez
■ Chercheurs invités
Mondher Ayari, Stephen Barrass, Carmine E. Cella,
Georges Bloch, Céline Chabot-Canet, Wei Chen Chang,
Matthias Demoucron, Shlomo Dubnov, Laurier Fagnan,
Suguru Goto, Trond Lossius, Hendrik Purwins,
Marlon Schumacher, Leone Slavich, Jonathan Thorpe,
Peter Van Roy
■ Stagiaires
■ Direction
de la Production
Directeur : Alain Jacquinot
Agnès Fin, Anne Guyonnet / Stéphanie Racco,
Alexandra Guzik, Laetitia Scalliet.
■ Réalisateurs
en informatique musicale
Production
Gregory Beller, Lorenzo Biancho, Thomas Goepfer,
Serge Lemouton, Benjamin Levy, Benoit Meudic,
Gilbert Nouno. Intermittents du spectacle : Olivier Pasquet,
Manuel Poletti, Robin Meier.
■ Son
Responsable : David Poissonnier
Martin Antiphon, Sylvain Cadars, Christophe Egea,
Jérémie Henrot, Maxime Le Saux.
■ Régie
Matthieu Aussal, Bénédicte Babayan, Raphaël Barani,
Florie-Anne Baugé, Baptiste Bohelay, Eric Boyer,
Javier Contreras, Arnaud Dessein, Philippe Esling,
Rebecca Evans, Ashleigh Gonzales, Benjamin Habert,
Thomas Hézard, Fabio Kaiser, Rahul Kidambi,
Paul Ladyman, Robin Lenogue, Benjamin Lévy,
Pierre Machart, Come Maestracci, Alexandre Majetniak,
Lucie Malecka, John Mandereau, Roman Miletich,
Julien Moumné, Fabrice Tavilla, Baptiste Véricel.
générale
Pascale Bondu, Frédéric Vandromme
Moyens techniques
Coordinateur : Daniel Raguin
François Gibouin
■ Intermittents
du spectacle
Gaël Barbieri, Yann Cheramy, Joseph Fernandez,
Jean-Marc Letang, Clément Marie, Christophe Mazzella,
Yann Philippe, David Raphaël, Marc Richaud,
Jérôme Tuncer
CRÉATION ARTISTIQUE
■ Stagiaires
■ Direction
Nicolas Chaussy, Augustin Collier, Manon Grandjean,
Lucie Laricq, Carlo Laurenzi, Simon Lucciani,
Antoine Molenat, Lucien Prunenec, Guillaume Tahon
Artistique
Directeur : Frank Madlener
Suzanne Berthy / Céline Chouffot, Aude Grandveau
PÉDAGOGIE ET action culturelle
MÉDIATIONS RECHERCHE/CRÉATION
■ Direction
■ Direction
Pédagogique
Directeur : Cyril Béros
Anne Becker, Chloé Breillot, Marie Demeilliers, Fleur Gire,
Natacha Moënne-Loccoz
Encadrement artistique : Yann Maresz
■ Réalisateurs
en informatique musicale
chargés de l’enseignement
Eric Daubresse, Emmanuel Jourdan, Jean Lochard,
Grégoire Lorieux, Mikhail Malt.
des Médiations recherche/création
Directeur : Andrew Gerzso
Coordination Recherche/Création : Arshia Cont
Béatrice Monfort, Florence Quilliard Monjal
■ Forum
Cyrille Brissot, Rémi Desmonet, Samuel Goldszmidt,
Alexandra Guzik, Karim Haddad, Stéphanie Leroy,
Paola Palumbo, Stéphanie Racco
■ Stagiaire
Pamela Chebani
Fondateur
Directeur honoraire : Pierre Boulez.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
144
7
annexes
PUBLICATIONS ET COMMUNICATIONS
PUBLICATIONS MULTI-ÉQUIPES
ÉQUIPE ACOUSTIQUE INSTRUMENTALE
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Demoucron09a] Demoucron M., Rasamimanana N. « Score
based real-time performance with a virtual violin »,
International Conference on Digital Audio Effects DAFx,
Milan, 2009.
[Demoucron09b] Demoucron M., Askenfelt A. and Caussé
R., « Measuring Bow Force in Bowed String Performance : Theory and implementation of a Bow Force
Sensor », Acta Acustica united with Acustica, vol. 95,
718-732, 2009.
[Schoonderwaldt09a] Schoonderwaldt E. and Demoucron
M., « Extraction of bowing parameters from violin performance combining motion capture and sensors »,
J. Acoust. Soc. Am., vol. 126 (5), 2695-2708, 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Cella 09] Cella C. E., « Towards a symbolic approach
to sound analysis ». Proceedings of the Conference
MCM09, Springer CCIS Series, vol. 38, New Haven,
154-165, 2009.
[Einbond09a] Einbond A, Schwarz D., Bresson J., « Corpus-Based Transcription as an Approach to the Compositional Control of Timbre ». International Computer
Music Conference (ICMC). Montreal, QC : 2009.
[Bloit09a] Bloit J.,Rasamimanana N., Bevilacqua F.
« Towards morphological sound description using segmental models », International Conference on Digital
Audio Effects DAFx, Milan, Italie, 2009.
[Demoucron09a] Demoucron M., Rasamimanana N. « Score
based real-time performance with a virtual violin »,
International Conference on Digital Audio Effects DAFx,
Milan, 2009.
[Einbond09a] Einbond A., Schwarz D., Bresson J. « Corpus-Based Transcription as an Approach to the Compositional Control of Timbre », International Computer
Music Conference (ICMC), Montreal, QC, 2009.
[Nouno09a] Nouno G., Cont A., Carpentier G., Harvey J.
« Making an orchestra speak », Sound and Music Computing Conference, Porto, 2009.
[Leslie09a] Leslie G., Schwarz D., Warusfel O., Bevilacqua
F., Jodlowski P., « Wave Field Synthesis for interactive
sound installations », 127th AES Convention, New York,
octobre 2009.
■ Conférences invitées dans des congrès nationaux
et internationaux
[Caussé09a] Caussé R., « Evaluation of two control parameters of trumpet players as function of sound features »,
157th meeting Acoustical Society of America, vol. 125
(4), p. 2597, april 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Demoucron09a] Demoucron M. and Rasamimanana N.,
« Score based real-time performance with a virtual
violin », 12th International Conference on Digital Audio
Effects (DAFx), Milan, September 2009.
■ Communications sans actes dans un congrès
international ou national
[Caussé09] Caussé R., Ellis J. and Bensoam J., « The making
of a virtual bass clarinet : geometrical measures, model
comparison and experimental validation », Wind Instrument Acoustics Symposium, Edinburgh
, July 2009.
ÉQUIPES ESPACES ACOUSTIQUES ET COGNITIFS
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
■ Thèses, mémoires et travaux universitaires
[Boyer09a] Boyer E., « Le contrôle du rayonnement appliqué
à la reproduction sonore d’un instrument de musique »,
université du Maine, 2009 [master Ingenierie Mecanique
et Acoustique).
[Dessein09b] Dessei, A., « Incremental Multi-Source Recognition with Non-Negative Matrix Factorization », université Pierre et Marie Curie, 2009.[master’s Thesis)
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
[Suied09a] Suied C., Bonneel N., Viaud-Delmon I., « Integration of auditory and visual information in the recognition of realistic objects », Experimental Brain Research,
2009, 194 (1) : 91-102.
[Suied09b] Suied C., Viaud-Delmon I., « Auditory-visual
object recognition time suggests specific processing
for animal sounds », PLoS ONE, 2009, 4 (4) : e5256. doi :
10.1371/journal.pone.0005256.
[Ferey09a] Férey N., Nelson J., Martin C., Picinali L., Bouyer
G., Tek A., Bourdot P., « Multisensory VR interaction for
Protein-Docking in the CoRSAIRe project ». Virtual Reality, 2009, 13 (4) : 273-293.
145
7
annexes
[Londero09a] Londero A., Viaud-Delmon I., Baskind A.,
Bertet S., Delerue O., Bonfils P., Warusfel O., « Auditory
and visual 3D virtual reality therapy for chronic subjective tinnitus : theoretical framework ». Virtual Reality (special issue on Virtual Reality Applications), sous
presse.
[Nguyen09a] N’Guyen K.V., Suied C., Viaud-Delmon I.,
Warusfel O., « Spatial audition in a static virtual environment : the role of auditory-visual interaction », Journal of
Virtual Reality and Broadcasting, 2009, vol 6 (5).
[Bonneel10a] Bonneel N., Suied C., Viaud-Delmon I., Drettakis G. « Bimodal perception of audio-visual material
properties for virtual environments, ACM Transactions
on Applied Perception », 2010, 7 (1) : 1-16.
[Vezien09a] Vezien J.-M., Ménélas B., Nelson J., Picinali L.,
Bourdot P., Mehdi A., Katz B., « Multisensory VR exploration for Computer Fluid Dynamics in the CoRSAIRe
project ». Virtual Reality, 2009, 13 (4) : 257-271.
■ Conférences invitées dans des congrès nationaux
et internationaux
Baskind A., Lyzwa J-M, « Técnicas de espacialização binaurais e transaurais », 7e AES Conference Brasil, Sao
Paulo, 26-28 mai 2009.
Warusfel O., « 3D audio models and technologies », FET’09
« Science beyond fiction » Prague, République Tchèque,
21-23 Avril 2009.
Viaud-Delmon I., « Virtual Reality for tinnitus réhabilitation », 3rd Tinnitus REsearch Initiative Meeeting, Stresa,
Italie, 23-26 juin 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès national
[Nguyen10a] Nguyen K-V, Suied C., Viaud-Delmon I.,
Warusfel O., « Études de l’intégration visuo-auditive
dans un contexte de réalité virtuelle ». Congrès Français
d’Acoustique, Lyon avril 2010.
[Sanson10a] Sanson J., Warusfel O., « Évaluation perceptive
des apports de la reproduction sonore par WFS pour
une situation de concert », Congrès Français d’Acoustique, Lyon avril 2010.
■ Communications sans actes dans un congrès
international ou national
[Baskind09a] Baskind A., Bertet S., Bonfils P., Londero A.,
Viaud-Delmon I., Warusfel O., « Virtual Reality for Tinnitus Rehabilitation ». 3rd Tinnitus Research Initiative
Meeting, juin 2009, p. 25-25.
■ Communications par affiche dans un congrès
international ou national
[Bertet09a] Bertet S., Baskind A., Londero A., Warusfel
O., Viaud-Delmon I., Bonfils P., « Definition of a procedure for creating a synthetic tinnitus auditory image ».
3rd Tinnitus Research Initiative Meeting, juin 2009,
p. 54-54.
■ Ouvrages scientifiques ou chapitres d’ouvrages
[Klinger09a] Klinger E., Viaud-Delmon I., « L’humain virtuel
en neurosciences cliniques », in P. Fuchs ed., Traité de la
Réalité Virtuelle, vol. 5, Presses des Mines, 2009.
■ Thèses, mémoires et travaux universitaires
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Bertet09b] Bertet S ., Daniel J., Parizet E., Warusfel O.,
« Influence of microphone and loudspeaker setup on
perceived higher order ambisonics reproduced sound
field ». Ambisonics Symposium 2009.
[Dalessandro09a] D’Alessandro, C., Noisternig, M., Le Beux,
S., Katz, B., Picinali, L., « The ORA project : Audio-Visual
Live Electronics and the Pipe Organ », International
Computer Music Conference (ICMC), Montreal, Canada,
2009.
[Jacquemin09a] Jacquemin C., Ajaj R., Le Beux, S., d’Alessandro C., Noisternig M., Katz, B., Planes, B., « The Glass
Organ : Musical Instrument Augmentation for Enhanced
Transparency », 9th International Symposium on Smart
Graphics, Salmance, Spain, 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
[Bertet08a] Bertet, S., « Formats audio 3D hiérarchiques :
caractérisation objective et perceptive des systèmes
Ambisonics d’ordres supérieurs », thèse de l’INSA Lyon,
soutenue le 24 mars 2009.
ÉQUIPE PERCEPTION ET DESIGN SONORES
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Lemaitre09a] Lemaitre G., Susini, P., Winsberg S., Letinturier B., McAdams S., « The sound quality of car horns :
Designing new representative sound », Acta acustica
united with Acustica, 2009, vol. 95, n° 2, p. 356-372.
[Lemaitre09b] Lemaitre G., Houix O., Visell Y., Franinovic
K., Misdariis N., Susini P., « Toward the Design and Évaluation of Continuous Sound in Tangible Interfaces : The
Spinotron », International Journal of Human Computer
Studies, 2009, n° 67, p. 976-993.
[Susini09b] Susini P., Houix O., Misdariis N., Smith B., Langlois S., « Instruction’s effect on semantic scale ratings
of interior car sounds. », Applied Acoustics, 2009, vol. 70,
n° 3, p. 390-399.
146
7
annexes
[Tardieu09a] Tardieu J., Susini P., Poisson F., Kawakami H.,
McAdams S., « The design and evaluation of an auditory
way-finding system in a train station », Applied Acoustics, 2009, vol. 70, n° 9, p. 1183-1193.
[Tardieu09b] Tardieu J., Susini P., Poisson F., Lazareff P.,
McAdams S., « Auditory information in the soundscape
of a train station ». Noise & Vibration Worldwide, vol. 40,
Number 8, September 2009, p. 13-19. », Noise & Vibration Worldwide, 2009, vol. 40, n° 8, p. 13-19.
■ Thèses, mémoires et travaux universitaires
[Moumne09a] Moumné J., « Mémoire auditive, comparaison
entre sons verbaux et sons non-verbaux dans une tâche
de rappel immédiat. », université Paris-6, 2009 [master
2 parcours Atiam).
[Trapeau09a] Trapeau R., « Étude perceptive d’une évolution temporelle », université Stendhal/université Pierre
Mendes, 2009. [master 2 AST]
■ Rapports et autres documents
■ Conférences invitées dans des congrès nationaux
et internationaux
[Susini09b] Susini P., « Qu’est-ce qu’on entend quand on
écoute ? », Mots du son, Limoges, 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Dessein09a] Dessein A., Lemaitre G., « Free classification
of vocal imitations of everyday sounds », Sound And
Music Computing (SMC 09), Porto, 2009, p. 213-218.
[Frere09a] Frère A., Péteul-Brouillet C., Guyader G., Misdariis N., Susini P., Weber R., « Which driving situations
best represent «the characteristic sound” of diesel
engines ? », Euronoise, Edinburgh, 2009.
[Lemaitre09d] Lemaitre G., Houix O., Franinovic K., Visell Y.,
Susini P., « The Flops glass : a device to study emotional
reactions arising from sonic interactions », Sound And
Music Computing (SMC 09), Porto, 2009.
[Lemaitre09f] Lemaitre G., Dessein A., Aura K., Susini P.,
« Why and how do we vocally imitate sounds ? », SID
Workshop «Sketching Sonic Interaction Design», Holon,
2009.
[Lemaitre09g] Lemaitre G., Houix O., Misdariis N., Susini P.,
« Emotional reactions to the manipulation of a sonically
augmented interactive device », Auditory Perception and
Cognition Meeting (APCAM), Boston, 2009.
[Lemaitre09h] Lemaitre G., Dessein A., Aura K., Susini P.,
« Do vocal imitations enable the identification of the imitated sounds ? », Auditory Perception and Cognition Meeting (APCAM), Boston, 2009.
[Susini09a] Susini P., Misdariis N., Houix O., Lemaitre G.,
« Does a «natural» sonic feedback affect perceived usability and emotion in the context of use of an ATM ? »,
Sound and Music Computing conference, Porto, 2009.
[Tardieu09c] Tardieu J., « Findability/Sonification des menus
hiérarchiques – Délivrable 1 (revue bibliographique) »,
rapport industriel, Renault, juin 2009.
[Tardieu09d] Tardieu J., Misdariis N., Cera A., « Findability/
Sonification des menus hiérarchiques – Délivrable 2 »,
rapport industriel, Renault, sept. 2009
Diffusion, enseignement
■ Gestion du site de l’équipe PDS
Au cours de l’année 2009, nous avons effectué une refonte
du contenu du site de l’équipe présentant l’articulation
entre recherche en perception et design sonore, les thématiques ainsi que les projets. Le contenu est géré par le
système Typo3.
■ Diffusion de connaissances
Ouvrages
L’équipe a participé à la rédaction de chapitres pour deux
ouvrages ; le premier, « Measurement with persons – Theory,
methods and implementation areas » publié par Taylor and
Francis Book dans le cadre du projet MINET, le deuxième,
« Sonic Interaction Design » publié par MIT Press, dans le
cadre du projet SID.
Collaborations : S. McAdams, B. Giordano (McGill), R. Bresin
(KTH)
Émissions radiophoniques et télévisées, entretiens
journalistiques, animations
« La science au service du design sonore », documentaire
de 8mn pour le site de la Cité des sciences et de l’industrie,
2009.
■ Ouvrages scientifiques ou chapitres d’ouvrages
[Ayari09c] Ayari M., « Can one speak of meaning in music ? »,
Musique, Signification et Émotion, ed. AYARI Mondher.
(DELATOUR-France, Paris), 2009.
[Ayari09b] Ayari M., Makhlouf H., « Musique, Signification et
Émotion », Musique, Signification et Émotion, ed. AYARI
Mondher. (DELATOUR-France, Paris), 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
147
7
annexes
Pédagogie
■ Stages Ircam/Design Sonore
Une nouvelle formule des stages de design sonore a été
mise en place en un format unique de quatre jours au lieu
de trois. Par ailleurs, le stage a été proposé en anglais afin
de toucher un public encore plus large.
■ Master en Design sonore
L’équipe a participé au projet pédagogique du futur master
Design sonore à l’ESBAM (École supérieure des beaux-arts
du Mans). Deux demi-postes ont été créés dont l’un a été
attribué à un collaborateur régulier de l’équipe, O. Houix.
■ Cours
Physiologie, psychoacoustique et qualité sonore (master
Acoustique architecturale, université Pierre et Marie Curie,
Paris)
Organisation de workshops/conférences
L’équipe a participé activement à l’organisation de sessions
spécialisées en perception et au comité de sélection pour le
congrès français d’acoustique (CFA 10) qui aura lieu à Lyon
en avril 2010.
Collaborations : S. Meunier (LMA), D. Pressnitzer (ENS), R.
Nicol (Orange), N. Grimault, M. Lavandier.
ÉQUIPE ANALYSE-SYNTHÈSE DES SONS
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Beller09b] Beller G., Veaux C., Degottex G., Obin N., Lanchantin P., Rodet X., « IRCAM Corpus Tools : Système de
Gestion de Corpus de Parole », TAL, juillet 2009.
[Burred10a] Burred, J., Röbel A., et al. (2010). « Dynamic
Spectral Envelope Modeling for the Analysis of Musical
Instrument Sounds » to be published in IEEE Trans on
Audio, Speech and Language Processing.
[Livshin09a] Livshin A., Rodet X., « Purging Musical Instrument Sample Databases Using Automatic Musical Instrument Recognition Methods », IEEE Transactions on
Audio, Speech, and Language Processing, 2009, vol. 17,
n° 5, p. 1046-1051.
[Mignot09c] Mignot R., Hélie T., Matignon D., « On the appearance of branch cuts for fractional systems as a mathematical limiting process based on physical grounds »,
Physica Scripta, octobre 2009, n° 136, p. 1-7.
[Papadopoulos10a] Papadopoulos H. and Peeters G. (2010).
« Joint estimation of chords and downbeats from an
audio signal. » to be published in IEEE Transactions on
Audio, Speech, and Language Processing.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
[Peeters10a] Peeters G. and Deruty E. (2010). « Sound
indexing using morphological description » to be
published in IEEE Trans on Audio Speech and Language
Processing (Special issue on Signal Models and Representations of Musical and Environmental Sound).
[Yeh10a] Yeh C., Roebel A. and Rodet X. : « Multiple fundamental frequency estimation and polyphony inference of
polyphonic music signals », IEEE Trans. on Audio, Speech
and Language Processing, accepted for publication.
■ Conférences invitées dans des congrès nationaux
et internationaux
[Helie09d] Hélie T., « Des mathématiques pour le son, son
analyse, son traitement et sa synthèse », Séminaires de
l’IREM sur «Les métiers des Mathématiques» (Math CLub),
Paris, 2009.
[Helie09e] Hélie, T., « Séries de Volterra : tutoriel et applications pour la synthèse sonore par modèle physique. »,
Séminaire du CETHIL (CNRS UMR 5008), Lyon, 2009.
[Peeters09d] Peeters G., « Sound analysis/synthesis team
and music indexing activities at Ircam », SIGMUS, Tokyo,
Japan, nov. 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Burki09a] Burki A., Fougeron C., Veaux C., Frauenfelder U.,
« How similar are clusters resulting from schwa deletion in French to identical underlying clusters ? », Interspeech 2009, vol. 1, Brighton, 2009, p. 2271-2274.
[Burred09a] Burred J., Röbel A., Sikora T., « Polyphonic
Musical Instrument Recognition Based on a Dynamic
Model of the Spectral Envelope », IEEE International
Conference on Acoustics, Speech and Signal Processing
(ICASSP), Taipei, 2009.
[Burred09b] Burred J., Peeters G., « An Adaptive System
for Music Classification and Tagging », International
Workshop on Learning the Semantics of Audio Signals
(LSAS), Graz, 2009.
[Caetano09a] Caetanof M., Rodet X., « Evolutionary Spectral
Envelope Morphing by Spectral Shape Descriptors »,
International Computer Music Conference, Montreal,
2009.
[Cohen09a] Cohen I., Hélie T., « Simulation of a Guitar
Amplifier Stage for Several Triode Models : Examination
of Some Relevant Phenomena and Choice of Adapted
Numerical Schemes », AES Convention, vol. 127, New
York, 2009, p. 1-4.
[DAndreaNovel09a] D’Andréa-Novel B., Coron J.-M., Fabre
B., Hélie T., « Wind instruments as time delay systems.
Part I : modeling », IFAC Workshop on Time Delay Systems, Sinaia, 2009, p. 1-6.
[DAndreaNovel09b] D’Andréa-Novel B., Coron J.-M., Fabre
B., Hélie T., « Wind instruments as time delay systems.
Part II : control and estimation », IFAC Workshop on Time
Delay Systems, vol. 8, Sinaia, 2009, p. 7-12.
148
7
annexes
[Degottex09a] Degottex G., Roebel A., Rodet X., « Shape
parameter estimate for a glottal model without time
position », International Conference on Speech and Computer, SPECOM, St-Petersbourg, 2009.
[Degottex09b] Degottex G., Roebel A., Rodet X., « Glottal
Closure Instant detection from a glottal shape estimate », International Conference on Speech and Computer, SPECOM, St-Petersbourg, 2009.
[Farner09a] Farner S., Roebel A., Rodet X., « Natural transformation of type and nature of the voice for extending
vocal repertoire in high-fidelity applications », The 35th
International AES Conference (Audio for Games), vol. CD,
Londres, 2009.
[Helie09a] Hélie T., D’Andréa-Novel B., Coron J.-M., « Observers of a nonlinear neutral system modelling a musical
brass instrument », IFAC Workshop on Control of Distributed Parameter Systems, Toulouse, 2009.
[Helie09b] Hélie T., Laroche B., « Computation of convergence radius and error bounds of Volterra series for
single input systems with a polynomial nonlinearity »,
IEEE Conference on Decision and Control, vol. 48, Shanghai, 2009, p. 1-6.
[Mignot09a] Mignot R., Hélie T., Matignon D., « Puzzles in
pipes with negative curvature : from the Webster PDE
to stable numerical simulation in real time », IFAC
Workshop on Control of Distributed Parameter Systems,
Toulouse, 2009.
[Mignot09b] Mignot R., Hélie T., Matignon D., « State-space
representations for digital waveguide networks of lossy
flared acoustic pipes », Conference on Digital Audio
Effects (DAFx-09), Como, 2009.
[Obin09a] Obin N., Rodet X., Lacheret-Dujour A., « A Syllable-Based Prominence Detection Model Based on Discriminant Analysis and Context-Dependency », Speech
and Computer, Saint-Petersbourg, 2009.
[Obin09b] Obin N., Rodet X., Lacheret-Dujour A., « A Multi-Level Context-Dependent Prosodic Model Applied to
Durational Modeling », Interspeech, Brighton, 2009.
[Papadopoulos09a] Papadopoulos H., Peeters G., « Local
Key Estimation Based on Harmonic and Metric Structures », DAFX 2009, Como, 2009.
[Peeters09a] Peeters G., « Beat-Marker Location Using a
Probabilistic Framework and Linear Discriminant Analysis », DAFX, Como, 2009.
[Peeters09b] Peeters G., Deruty E., « Toward Music Structure Annotation », ISMIR (Late-Breaking News), 2009.
[Peeters09c] Peeters G., Deruty E., « Is Music Structure
Annotation Multi-dimensional ? A Proposal for Robust
Local Music Annotation », LSAS, Graz, 2009.
[Regnier09a] Régnier L., Peeters G., « Singing Voice Detection in Music Tracks using Direct Voice Vibrato Detection », ICASSP, Taipei, 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
[Smith09a] Smith L., « Evaluation of a Multiresolution Model
of Musical Rhythm Expectancy on Expressive Performances », Rhythm Perception and Production Workshop,
Lille, 2009.
[Villavicencio09a] Villavicencio F., Roebel A., Rodet X.,
« Applying improved spectral modeling for High Quality voice conversion », IEEE International Conference on
Acoustics, Speech and Signal Processing, Taipei, 2009, p.
4285-4288.
[Yeh09a] Yeh C., Roebel A., « The expected amplitude of
overlapping partials of harmonic sounds », International
Conference on Acoustics, Speech and Signal Processing
(ICASSP’09), Taipei, 2009.
■ Communications sans actes dans un congrès
international ou national
[Avanzi09a] Avanzi M., Obin N., Lacheret-Dujour A., « Vers
une modélisation continue de la structure prosodique
du français : le cas des proéminences accentuelles »,
Conscila, Paris, 2009.
[Caetano09b] Caetano M., « Applications des Algorithmes
Genetiques en Synthèse et Transformation Sonore par
Descripteurs Haut-Niveau », JJCAAS, Marseille, 2009.
[Degottex09c] Degottex G., Rodet X., « Évolution de paramètres de modèle glottique et comparaisons avec signaux
physiologiques », Sciences et voix approche pluri-disciplinaire de la voix chantée, EESVC, Giens, 2009.
[Degottex09d] Degottex G., Roebel A., Rodet X., « Estimation
du filtre du conduit vocal adaptée à un modèle d’excitation mixte pour la transformation et la synthèse de la
voix. », Journées Jeunes Chercheurs en Audition, Acoustique musicale et Signal audio, JJCAAS, Marseille, 2009.
[Liuni09a] Liuni M., Roebel A., Romito M., Rodet X., « Different resolutions for different informations », JJCAAS
2009, Marseille, 2009.
[Régnier09b] Régnier L., « Le vibrato, un descripteur pertinent pour l’indexation de la voix ? « , Journées Jeunes
Chercheurs en Audition, Acoustique musicale et Signal
audio, JJCAAS, Marseille, 2009.
[Roebel09a] Roebel A., « Onset detection by means of transient peak classification in harmonic bands », MIREX/
ISMIR, Kobe, 2009.
[Yeh09b] Yeh C., « Multiple-F0 Estimation for MIREX 2009 »,
ISMIR/MIREX, Kyoto, 2009.
149
7
annexes
■ Ouvrages scientifiques ou chapitres d’ouvrages
[Beller09c] Beller G., « Transformation of Expressivity in
Speech », The Role of Prosody in the Expression of Emotions in English and in French, ed. Peter Lang. (Peter
Lang), 2009.
[Rodet09a] Rodet X., Beller G., Bogaards N., Degottex G.,
Farner S., Lanchantin P., Obin N., « Transformation et
synthèse de la voix parlée et de la voix chantée », Parole
et Musique, ed. Stanislas Dehaene et Christine Petit.
(Odile Jacob, Paris), 2009Ouvrages de vulgarisation ou
chapitres de ces ouvrages.
■ Thèses, mémoires et travaux universitaires
[Beller09a] Beller G., « Analyse et Modèle Génératif de l’Expressivité : application à la parole et à l’interprétation
musicale », Thèse, Paris-6 - Ircam, 2009.
[Mignot09d] Mignot R., « Réalisation en guides d’ondes
numériques stables d’un modèle acoustique réaliste
pour la simulation en temps réel d’instruments à vent »,
Thèse, Edite de Paris - Telecom ParisTech, 2009.
[Contreras09a] Contreras J., « Transformation des modulations et des gestes ornementaux dans les sons musicaux », Javier Contreras université Pierre et Marie Curie,
Paris-6, 2009, rapport master 2 Atiam.
ÉQUIPE REPRÉSENTATIONS MUSICALES
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Acotto09] Acotto E., Andreatta M., « Représentations mentales musicales et représentations mathématiques de
la musique, InCognito », Cahiers Romans de Sciences
Cognitives, vol. 4, No. 3, décembre 2009.
[Andreatta09a] Andreatta M., Agon C., « Tiling Problems in
Music : foreword » Special Issue of the Journal of Mathematics and Music, juillet 2009, vol. 3, No. 2, 63-70.
[Bresson09b] Bresson J., Agon C., Assayag G., « Visual
Lisp/CLOS Programming in OpenMusic ». Higher-Order
and Symbolic Computation. Mars 2009, vol. 22, n° 1,
p. 81-111.
[Carpentier09a] Carpentier G., Bresson J., « Interacting
with Symbolic, Sound and Feature Spaces in Orchidée,
a Computer-Aided Orchestration Environment ». Computer Music Journal. 2010, vol. 34, n° 1, p. 10-27.
[Carpentier09b] Carpentier, G., Tardieu, D., Harvey, J.,
Assayag, G., Saint James, E., « Constrained Multiobjective Optimization for Computer-Aided Orchestration : Theory and Applications », Journal of New Music
Research, 2009.
[Carpentier09c] Carpentier G., Assayag G., Saint James
E., « Solving the Musical Orchestration Problem using
Multiobjective Constrained Optimization with a Genetic
Local Search Approach », Journal of Heuristics, 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
[Lartillot09a] Lartillot O., Ayari M., « Segmentation of Tunisian modal improvisation : comparing listeners’ responses with computational predictions », Journal of
New Music Research, décembre 2009, vol. 38, n° 2, p.
117-127.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Aranda09a] Aranda J., Assayag G., Olarte G., Perez J.,
Rueda C., Toro M., Valencia F., « An Overview of FORCES :
An INRIA Project on Declarative Formalisms for Emergent Systems », Proc. 25th Conf. on Logic Prog. ICLP09,
Pasadena, 2009.
[Bresson09a] Bresson J., Agon C., « Synthèse sonore et
composition musicale : Problématiques et outils d’écriture électroacoustique ». EMS 09 : Electroacoustic Music
Studies Network Conference. Buenos Aires : 2009.
[Junod09] Junod J., Audétat P., Agon C., Andreatta M., A
« Generalisation of Diatonicism and the Discrete Fourier Transform as a Mean for Classifying and Characterising Musical Scales », Proceedings of the Conference MCM09, Springer CCIS Series, vol. 38, New Haven,
166-179, 2009.
[Jedrzejewski09] Jedrzejewski F., Andreatta M., Johnson
T., « Musical experiences with Block Designs », Proceedings of the Conference MCM09, Springer CCIS Series,
vol. 38, New Haven, 154-165, 2009.
■ Communications sans actes dans un congrès
international ou national
[Andreatta09] Andreatta M., Agon C., « A Tutorial on Mathematical Models in Computer-Aided Music Theory, Analysis and Composition via OpenMusic », Mathematics
and Computation in Music Conference, Yale University,
19-22 juin 2009.
■ Ouvrages scientifiques ou chapitres d’ouvrages
[Andreatta09c] Andreatta M., Agon C., (Eds) Special Issue of
the Journal of Mathematics and Music on tiling Problems
in Music, juillet 2009, vol. 3, No. 2, 63-115.
[Assayag09b] Assayag G., Gerzso A., (Eds) « New Computational Paradigms for Computer Music », Collection
Musique Sciences (Ircam/Delatour), 2009.
[Ayari09a] Ayari M., Lartillot, O., « Comparer réactions
d’auditeurs et prédictions informatiques », Esthétique et
Cognition : ed. J-M. Chouvel et X. Hascher (éds.). (DELATOUR-France, Paris), 2009.
[Ayari09b] Ayari M., Makhlouf H., (Eds) « Musique, Signification et Émotion », (DELATOUR-France, Paris), 2009.
[Ayari09c] Ayari, M., « Can one speak of meaning in music ? »,
Musique, Signification et Émotion, ed. AYARI Mondher.
(DELATOUR-France, Paris), 2009.
150
7
annexes
■ Thèses, mémoires et travaux universitaires
[Ahn09] Ahn Y.-K., « L’analyse musicale computationnelle :
rapport avec la composition, la segmentation et la
représentation à l’aide des graphes, thèse de doctorat,
université de Paris 6/Ircam (Dir. Agon C. et Andreatta
M.).
[Assayag09a] Assayag G., « Habilitation à diriger les
recherches - Algorithmes, langages, modèles pour la
recherche musicale : de la composition à l’interaction »,
université Bordeaux I, 2009.
[Levy09a] Levy B., « Visualising OMax », Rapport de master
Atiam, UPMC, 2009.
[Mandereau09] Mandereau J., « Étude des ensembles
homométriques et leur application en théorie mathématique de la musique et en composition assistée par
ordinateur », Mémoire de master Atiam, université de
Paris-6/Ircam, juin 2009 (Dir. M. Andreatta).
■ Rapports et autres documents
[Robin09a] Robin Y., Assayag G., Billard A., Sluchin B.,
Crosse, N., « Projet de recherche OMAX (étape I) : composer in Research Report (2009) », 2009.
[Carpentier09d] Carpentier G., « Orchidée : Serveur Matlab
d’orchestration : version », Rapport final 2009.
■ Interventions, séminaires, conférences invitées
Assayag G. : organisation du colloque « La complexité dans
les arts et les sciences » Ircam - CGP juin 2009.
Assayag G. : cours au Cursus I et II 2009, Ateliers hands on
OMax au Forum 2009.
Assayag G. : conférences invitées à l’université Javeriana de
Cali (Co), au festival Interactivia de Cali (octobre 2009), à
l’École Centrale de Paris, novembre 2009, École Normale
Supérieure de Lyon, ENS-LSH. Atelier « Modèles pour
l’improvisation assistée par ordinateur », février 2009.
École des Mines de Nantes. « Recherche musicale
l’Ircam » février 2009. Telecom Bretagne, Brest. « De la
composition à l’interaction sémantique », février 2009.
Carpentier G., Bresson J. : « OM-Orchidée : Architecture
client/serveur pour l’aide à l’orchestration » Ircam :
Séminaire Recherche et Technologie. 27/05/2009.
Carpentier G. : conférence au colloque « La complexité dans
les arts et les sciences » Ircam - CGP juin 2009.
Bresson J. : « OpenMusic. Conservatorio de la Ciudad de
Buenos Aires, Argentina », 24/06/2009.
Bresson J. : Desde la formalización a la creación musical :
Líneas de investigación del grupo Représentations Musicales, LIPM – Laboratorio de Investigación y Producción Musical, Centro Cultural Recoleta, Buenos Aires,
Argentina. 26/062009.
Bresson J. ,Schumacher M. : « Synthèse sonore spatialisée
dans OMChroma ». Ircam : Séminaire Recherche et
Technologie. 3/07/2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Bresson J. : « Computer-Aided Composition – Formal
Models and Software Technologies for Contemporary
Music Creation ».12th Brazilian Symposium on Computer Music, Recife, Brésil. 7/09/2009.
Bresson J. : « OpenMusic : Langage de programmation
visuel pour la composition musicale ». 2e journées du
GDR GPL LTP (Langages, Types et Preuves), CNRS,
LACL, université de Paris-12 Créteil. 21/10/2009.
Bresson J., Schumacher M/. : Atelier « hands-on »
« OMprisma : spatialisation et synthèse sonore spatialisée avec OpenMusic/OMChroma », Ateliers du Forum
Ircam. 20/11/2009.
Bresson J. : Stage logiciel « Composition Assistée par Ordinateur » Ircam, OpenMusic niveau 2 (12h) 28-29/11/2009.
Maniatakos F. : JJCAAS 2009 (Journées Jeunes Chercheurs
en Audition, Acoustique Musicale et Signal audio) à Marseille en novembre 2009.
Maniatakos F. : DMRN 2009 (Digital Music Research
Network) workshop à Londres en Decembre 2009.
Andreatta M., « MathTools pour l’étude combinatoire du
rythme », séminaire dans le cadre du Cursus I de composition de l’Ircam, Ircam, 20 janvier 2010.
Andreatta M., « Quelques éléments pour une interprétation philosophique des approches transformationnelles
en théorie et analyse musicales », Séminaire MaMuPhi
(Mathématiques, Musique et Philosophie), École normale
supérieure, 16 janvier 2010.
MaMuX - vendredi 17 janvier 2009 : Mathématiques et
Cognition (avec la participation d’Ehresmann A.-C. et
Vanbremeersch J.-P.). Séance commune des séminaires MaMuPhi (le matin à l’ENS) et MaMuX (l’aprèsmidi à l’Ircam).
MaMuX - vendredi 23 janvier 2009 : « Musique et Cognition.
Autour de l’apport de Sloboda J. » (séance exceptionnelle du séminaire organisée en collaboration avec
Deliège I. et sous l’égide de l’ESCOM, Association européenne pour les sciences cognitives de la musique).
MaMuX - « Géométrie de l’interaction et musique » (samedi
9 mai 2009). Avec la participation de Lafont Y. (Faculté
des Sciences de Luminy & Institut de Mathématiques
de Luminy), Paul T. (CNRS, DMA - École Normale Supérieure), Emanuele Cella C. (université de Siena/Ircam)
et Nicolas F. (ENS/Ircam).
MaMuX - « Géométrie de l’information et musique » (samedi
10 octobre 2009).Avec la participation de Cont A. (Ircam),
Snoussi H. (université de Troyes), Dessain A. (Ircam),
Barbaresco F. (Thales).
MaMuX - « Autour de la géométrisation de la logique et
de l’informatique musicale » (vendredi 13 novembre
2009). Journée organisée en collaboration avec l’équipe
« Informatique, Biologie Intégrative et Systèmes Complexes » (IBISC, FRE 3190), université d’Évry Val d’Essonne, Genopole. Avec la participation de Giavitto J.-L.,
Michel O., Spicher A.
151
7
annexes
MaMuX - « Approche fonctorielle en informatique musicale » (vendredi 4 décembre 2009). Avec la participation
de Gérard Milmeister (University of ETH, Switzerland),
Florian Thalman (School of Music, University of Minnesota), Thomas Noll (ESMuC, Barcelona/TU-Berlin) et
Guerino Mazzola (School of Music, University of Minnesota, en vidéoconférence).
MaMuX - vendredi 3 avril 2009 : « Mathématiques/Musique
et Cognition - Transformée de Fourier discrète et perception musicale » (avec la participation d’Amiot E.,
Junod J., Viaud-Delmon I. et Agon C.).
MaMuX - Nouvelle édition de l’école de mathématiques
pour musiciens et autres non-mathématiciens, animée
par P. Cartier (IHES), et dans laquelle il s’agit de rendre
compréhensible un concept central de la mathématique
la plus contemporaine à des non-spécialistes. La première séance de l’école (5 décembre 2009) était consacrée au concept de symétrie.
ÉQUIPE ANALYSE DES PRATIQUES MUSICALES
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Donin09b] Donin N., Goldszmidt S., Theureau J., « Organiser l’invention technologique et artistique ? L’activité
collective de conception conjointe d’une œuvre et d’un
dispositif informatique pour quatuor à cordes », Activités, 2009, vol. 6, n° 2, p. 24-43.
[Theureau09c] Theureau J., « La création artistique comme
création de savoir et ses clôtures », Séminaire artistique
et philosophique Electrobolochoc, Paray-le-Frésil, 2009.
[Theureau09d] Theureau J., « Activité-signe, Œuvre et Création de Savoirs », ARCo 09 Interprétation et problématique
du sens, Rouen, 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès national
[Feneyrou09b] Feneyrou L., « Hyperion de Bruno Maderna
et sa matrice hölderlinienne », Dramaturgie et musique,
ed. Bérangère Mauduit. (Observatoire Musical Français,
Paris), 2009, p. 83-91.
■ Communications sans actes dans un congrès
international ou national
[Donin09d] DoninN., « L’activité compositionnelle de F. Baschet lors du projet «Quatuor augmenté» : pistes d’analyse », Séminaire «D’une musicologie des œuvres à une
musicologie des processus créateurs» (Campos & Donin,
dir.), Paris, 2009.
[Donin09e] Donin N., Tiffon V., « Interroger les fonctions
de l’ordinateur dans les processus compositionnels »,
Informatique musicale : utopies et réalités. Contributions à
une histoire et une analyse critique des « nouvelles technologies » musicales (Laliberté & Dahan, dir.), Paris, 2009.
[Feneyrou] Feneyrou L., « Corps, toucher et violence dans
l’œuvre de Helmut Lachenmann », Colloque Musique
et politique (J. Amblard, dir.), université du Littoral,
7 novembre 2009.
■ Articles dans des revues sans comité de lecture
[Donin09f] Donin N., « Écrire, programmer, transcoder les
sons », Artpress2, 2009, n° 15, p. 46-54.
[Dupont09a], Dupont M., « Interpréter, ou l’intervention des
instrumentistes sur un texte », pages web APM, http://
apm.ircam.fr/quatuor_plus/analysis/interpreter/planche-1.
[Feneyrou09g] Feneyrou L., « More Light. Sur Morton
Feldman », Vertigo, 2009, n° 36, p. 59-62.
[Feneyrou09h] Feneyrou L., « Une donnée immédiate. Jean
Barraqué et le rythme (1948-1952) », Filigrane, 2009,
n° 10, p. 41-73.
■ Conférences invitées dans des congrès nationaux
et internationaux
[Feron09a] Féron, F.X., « Périodes (1974) de Gérard Grisey :
décryptage des processus compositionnels à partir de
l’analyse des manuscrits », Colloqium d’études supérieures (Caroline Traube, dir.), Montréal, 2009.
[Theureau09b] TheureauJ., « L’observation des cours d’action, des cours de vie relatifs à une pratique et de leurs
articulations collectives », Atelier L’apport de la confrontation aux traces de sa propre activité (Cahour & Licoppe,
dir.), Paris, 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
■ Ouvrages scientifiques (collectifs et individuels)
[Campos09a] Campos R., Donin N., L’analyse musicale, une
pratique et son histoire (Droz/Conservatoire de Genève-HEM, Genève), 2009.
[Mathon09a] Mathon G., Feneyrou L., Ferrari G., A Bruno
Maderna (vol.2) (Basalte), 2009.
[Theureau09a] Theureau J., Le Cours d’action : méthode
réfléchie (Octares), 2009.
■ Chapitres d’ouvrages
[Campos09b] Campos R., Donin N., « Wagnérisme et analyse
musicale. L’émergence de nouvelles pratiques savantes
de lecture et d’écoute en France à la fin du XIXe siècle »,
L’analyse musicale, une pratique et son histoire, ed. Rémy
Campos, Nicolas Donin. (Droz/Conservatoire de Genève-HEM, Genève), 2009, p. 35-80 .
[Donin09a] Donin N., « Analyser l’analyse ? », L’analyse
musicale, une pratique et son histoire, ed. Rémy Campos,
Nicolas Donin. (Droz/Conservatoire de Genève-HEM,
Genève), 2009, p. 13-33.
152
7
annexes
[Donin09c] Donin N., « Genetic Criticism and Cognitive
Anthropology : A Reconstruction of Philippe Leroux’s
Compositional Process for Voi (rex) », Genetic Criticism
and the Creative Process : Essays from Music, Literature,
and Theater, ed. Kinderman & Jones. (Rochester University Press, Rochester), 2009, p. 192-215.
[Feneyrou09a] Feneyro L., « Le Maigre et le Mort : à propos
des Dits de Péter Bornemisza de György Kurtág », Ligatures : La pensée musicale de György Kurtág, ed. Pierre
Maréchaux, Grégoire Tosser. (Presses universitaires de
Rennes, Rennes), 2009, p. 35-49.
[Feneyrou09c] Feneyrou L., « De vinculis in genere », A Bruno
Maderna II, ed. Mathon, Feneyrou & Ferrari. (Basalte,
Paris), 2009, p. 5-16.
[Feneyrou09d] Feneyrou L., « Solo/tutti. Introduction à cinq
concertos de Bruno Maderna », A Bruno Maderna II, ed.
Mathon, Feneyrou & Ferrari. (Basalte, Paris), 2009, p.
179-268.
[Feneyrou09e] Feneyrou L., « Aulos et mandoline. Coda sur
l’œuvre soliste de Bruno Maderna », A Bruno Maderna II,
ed. Mathon, Feneyrou & Ferrari. (Basalte, Paris), 2009,
p. 257-268.
[Theureau09e] Theureau J., « Comment l’interdisciplinarité peut-elle être un rassemblement fécond des ignorants ? », Le transfert des connaissances en questions, ed.
Albaladejo, Geslin, Magda, Salembier. (Quae, Versailles),
2009, p. 121-139.
■ Émissions radiophoniques
L. Feneyrou : invité spécial de l’émission les Lundis de la
contemporaine, France Musique, 30 novembre 2009.
■ Édition, enseignement, expertises
[Feneyrou09f] Feneyrou L., Mathon G., Ferrari G., «…doué
comme un diable... Entretien avec Pierre Boulez »,
A Bruno Maderna, ed. Mathon, Feneyrou & Ferrari.
(Basalte, Paris), 2009, p. 557-561.
Publications de/sur des compositeurs d’avant-garde
du siècle dernier
Trois axes de recherches ont abouti cette année :
• le second volume d’À Bruno Maderna, dirigé par L. Feneyrou,
G. Ferrari et G. Mathon, subventionné par le CNRS, l’université de Paris-1, l’université de Paris-8 et la Sacem, est
paru. Dans cet ouvrage de 25 articles, L. Feneyrou a supervisé toutes les traductions, traduit lui-même les articles
de Laura Cosso, Ernesto Napolitano, Giacomo Manzoni,
Markus Fein et Maurizio Romito, édité un entretien avec
Pierre Boulez et écrit trois articles consacrés à la forme
aléatoire chez Maderna, à ses concertos et à ses œuvres
solistes ;
• dans des archives privées ont récemment été redécouvertes des œuvres que Barraqué composa avant sa Sonate.
La Sonate pour violon seul (1949) est la première pièce
sérielle de ce corpus. L’examen des manuscrits et des
esquisses a permis d’établir une édition Urtext, précédée
d’une longue introduction historique, philologique et analytique de l’œuvre, en cours de publication chez Bärenreiter
(Kassel), après une version provisoire imprimée pour la
création de l’œuvre, par Carolin Widmann, le 30 nov. au
Théâtre des Bouffes du Nord, dans le cadre du Festival
d’automne à Paris ;
• avec B. Schweyer, L. Feneyrou a terminé un volume
consacré à L. Saguer, musicien méconnu, mais que nombre
de musiciens du siècle dernier, de P. Boulez à I. Xenakis,
ont consulté. À l’exception des journaux, à caractère résolument privé, cet ouvrage, en cours de publication, regroupe
l’essentiel de ses écrits, dont un grand nombre d’inédits,
retrouvés manuscrits ou tapuscrits dans des archives privées. Outre l’appareil critique établi avec B. Schweyer, L.
Feneyrou a traduit ou supervisé les traductions de l’allemand, de l’italien, de l’anglais et du portugais, et écrit deux
textes : une introduction à caractère biographique, ainsi
qu’une étude sur les critiques, hommages et analyses de
Saguer.
■ Rapport de stage
■ Organisation de séminaires
[Evans09a], Recherche sur les interactions entre musiciens
de jazz, Rapport de stage, Ircam/Paris-Ouest Nanterre,
2009
Séminaire « Composition et musicologie contemporaines »
(CNSMDP), organisé par F. Durieux (CNSMDP) et L.
Feneyrou : 17 janvier : M. Levinas/P.-A. Castanet ; 14 mars :
H. Holliger/Ph. Albèra ; 14 novembre : B. Ferneyhough/Ph.
Albèra.
Séminaire « D’une musicologie des textes à une musicologie des processus créateurs » (EHESS), organisé par R.
Campos (CNSMDP et Cons. de Genève/HEM) et N. Donin.
Avec la participation de : 8 janvier, Y. Balmer (ENS Lyon) ;
22 janvier, E. Olivier (CRAL, CNRS-EHESS) ; 12 février, M.
Gratier (Paris-Ouest Nanterre) ; 26 février, X. Mital (Paris) ;
■ Traductions
[Lachenmann09a] Lachenmann H., « Sur Schoenberg »,
Écrits et entretiens, ed. Kaltenecker & Albèra (Contrechamps, Genève), 2009.
■ Édition scientifique de partitions
[Barraque09a] Barraqué J., Sonate pour violon seul (Bärenreiter, Kassel), 2009.
■ Édition d’entretiens
■ Films documentaires
Donin N. et Martin B., « hist whist de Marco Stroppa »
(Images d’une œuvre n° 7 version 1), première projection
le 17 juin 2009 au Musée d’Orsay.
Donin N. et Martin B., « L’« électronique de chambre » de
Marco Stroppa » (Images d’une œuvre n° 7 version 2),
première projection le 6 novembre 2009 à l’Ircam.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
153
7
annexes
12 mars, N. Donin et M. Dupont ; 26 mars, P. Decroupet
(univ. de Nice) ; 14 mai, J. Goldman (univ. de Victoria, BC) ;
11 juin, 27 nov. et 18 déc. : R. Campos/N. Donin.
Colloque « Lieux de musique IV » (Opéra de Paris, 9 octobre),
organisé par L. Feneyrou et D. Laborde, dans le cadre du
Festival d’automne à Paris, avec la participation de : L. Bertels, B. Ellinghaus, L. Lim, B. Métra.
■ Encadrement pédagogique
L’équipe est désormais représentée et active dans le Conseil
pédagogique du Parcours Musique du master de l’EHESS
(mention « Théories et pratiques du langage et des arts »),
soit une participation :
• à 3 ou 4 réunions actuelles du Conseil (choix des candidatures de master, jury d’allocations de thèse, validation du
programme d’enseignement) ;
• à la Journée doctorale du jeudi 9 avril (N. Donin, présidence de la 3e session « Genèses ») ;
• à l’encadrement pédagogique des travaux d’étudiants proches de nos thématiques : ethnographie du théâtre musical
(Juliette de Banes Gadonne, master 1/N. Donin) ; rapport
entre travail de studio et performance scénique chez Pierre
Jodlowski (Baptiste Bacot, master 2/N. Donin) ; musique et
cinéma en Urss (Léa Brui, master 2/L. Feneyrou) ; doctorat
de Laetitia Derbez sur Nono.
D’autre part se développe un lien avec le laboratoire de
psychologie de la musique à Nanterre, PsychoMuse (dir. M.
Gratier et M. Imberty) : accueil de R. Evans pour un stage
de 3 mois dans le cadre de sa thèse de doctorat consacrée
à l’analyse des modalités d’interaction temporelle entre
musiciens de jazz.
Enfin, N. Donin a été invité à présenter les recherches de
l’équipe aux professeurs et aux étudiants de master et doctorat des universités d’Aix-Marseille I (février) et de Huddersfield (novembre).
■ Comités et expertises
Dans le cadre du Conseil d’administration de la Société
française d’analyse musicale, N. Donin a participé à la préparation et au comité scientifique du colloque international
« L’analyse musicale, crise ou (r) évolution ? » (X. Hascher et
M. Ayari) à Strasbourg, au sein duquel il a coorganisé avec
M.-N. Masson (univ. Rennes-2) une table ronde sur L’Analyse musicale, une pratique et son histoire avec des interventions de M. Kaltenecker, X. Hascher et M. Joos. D’autre
part il a participé à la préparation et au comité scientifique
du colloque international « Comment analyser l’improvisation ? » coorganisé par l’Ircam et la SFAM en février 2010.
En collaboration avec F. Nicolas, G. Drouin et Gilles Dulong,
L. Feneyrou a contribué à la préparation des Samedis d’Entretemps (4 séances en 2009).
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
Dans le cadre du Comité de rédaction de la revue Circuit : Musiques contemporaines, N. Donin a contribué à la
conception des numéros XIX-2 (Stockhausen) XIX-3 (Pionniers canadiens de la lutherie électronique) et XX-1/2 (La
musique contemporaine d’hier à demain).
L’équipe a réalisé des expertises et des évaluations pour :
ANR Blanc 2009, Musicae scientiae (N. Donin) ; Académie
Charles Cros, Bourse des Muses, Centre national du livre,
CNSMDP (jurys des prix d’Histoire de la musique, et de Composition), Fondation Salabert, L’Itinéraire (L. Feneyrou).
ÉQUIPE INTERACTIONS MUSICALES TEMPS RÉEL
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Cont09a] Cont A. « A coupled duration-focused architecture
for realtime music to score alignment », IEEE Transaction on Pattern Analysis and Machine Intelligence, in
press, 2009.
[Rasamimanana09c] Rasamimanana N., Kaiser, Bevilacqua F. « Perspectives on gesture-sound relationships
informed from acoustic instrument studies », Organised
Sound, vol. 14, n° 2, 2009.
[Bloit10a] Bloit J., Rasamimanana N., Bevilacqua F., « Modeling and segmentation of audio descriptor profiles with
Segmental Models », accepted in Pattern Recognition
Letters.
■ Conférences invitées dans des congrès nationaux et
internationaux
Bevilacqua F., Schnell N. « Motion/Gesture Capture : Tools
and Applications in Dance and Music », Dance Congress,
November 5 to 8 Hamburg.
Schwarz D., présentation de travaux de recherche de équipe
IMTR, festival « Earzoom » Ljubljana, juin 2009.
Bevilacqua F., lecture-démonstration invtée à EMPAC Experimental Media & Performing Arts Center, Rensselaer
Polytechnic Institute (RPI) Troy NY.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Schnell09a] Schnell N., Röbel A., Schwarz D., Peeters G.,
Borghesi R., MuBu & Friends – Assembling Tools for
Content Based Real-Time Interactive Audio Processing
in Max/MSP. International Computer Music Conference
(ICMC). Montreal, 2009.
[Schwarz09a] Schwarz D., Schnell N., Gulluni S. « Scalability in Content-Based Navigation of Sound Databases »,
International Computer Music Conference (ICMC), Montreal, 2009 ;
[Schwarz09b] Schwarz, D., Schnell, N. « Sound Search by
Content-Based Navigation in Large Databases », Sound
and Music Computing (SMC), Porto, 2009.
154
7
annexes
■ Communications par affiche dans un congrès
■ Prix et distinctions
international ou national
[Caramiaux09e] Caramiaux B., « Similarités Morphologiques entre Geste et Son et leur Détection Temporelle ». JJCAAS (Journées des Jeunes Chercheurs
en Acoustique, Auditon et Signal audio). Marseille :
novembre 2009.
[FdiliAlaoui09a] FdiliAlaoui, S, « Reconnaissance du geste
expert et contrôle de systèmes complexes : cas de
l’interface entre le geste dansé et les modèles physiques », JJCAAS (Journées des Jeunes Chercheurs
en Acoustique, Auditon et Signal audio). Marseille :
novembre 2009.
Cont A., prix de thèse ASTI (Association Française des
Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication) distingué dans la catégorie « Recherche
appliquée innovante ».
Cont A., prix de thèse Gilles Kahn 2009, décerné par la
Specif et patronné par l’Académie des sciences.
■ Ouvrages scientifiques ou chapitres d’ouvrages
[Dahl09a] Dahl S., Bevilacqua F., Rasamimanana N., Bresin
R., Clayton M., Leante L. « Gesture in Performance »,
Musical Gestures. Sound, Movement, and Meaning,
(Godoy R.I. and Leman M. editors), Routledge, 2009.
[Rasamimanana09a] Rasamimanana N., Bernardin D.,
Wanderley M., and Bevilacqua F. 2009. « String Bowing
Gestures at Varying Bow Stroke Frequencies : A Case
Study. In Gesture-Based Human-Computer interaction
and Simulation » : 7th international Gesture Workshop,
GW 2007, Lisbon, Portugal, May 23-25, 2007, Revised
Selected Papers, Sales Dias M., Gibet S., Wanderley M.
M., and Bastos R., Eds. Lecture Notes In Artificial Intelligence, vol. 5085. Springer-Verlag, Berlin, Heidelberg,
216-226).
[Bonardi08e] Bonardi A., « Représentations opérationnelles », Édition Delatour, 2008.
[Bevilacqua09b] Bevilacqua F., Zamborlin B., Sypniewski A.,
Schnell N., Guédy F., Rasamimanana N. « Continuous
realtime gesture following and recognition », accepted
in Lecture Notes in Computer Science (LNCS), Gesture
in Embodied Communication and Human-Computer
Interaction, Springer Verlag. 2009.
[Bianco09b] Bianco T., Fréour V., Rasamimanana N., Maniatakos F., Bevilacqua F.,« Parametric modeling of gestural co-articulation effects in music performance »,
accepted in Lecture Notes in Computer Science (LNCS),
Gesture in Embodied Communication and Human-Computer Interaction, Springer Verlag. 2009.
[Caramiaux09b] Caramiaux B., Schnell N. « Towards an
Analysis Tool for Gesture/Sound Mapping », accepted in
Lecture Notes in Computer Science (LNCS), Gesture in
Embodied Communication and Human-Computer Interaction, Springer Verlag. 2009.
■ Diffusion des connaissances
Schwarz, D, Atelier avec travaux pratiques FTM & Co et
CataRT, Bergen Center for Electronic Art (BEK), Bergen,
Norvège, 9. – 13.3.2009.
Schwarz, D, stages professionnels de l’Ircam FTM & Co et
CataRT, 6 – 7.6.2009.
Schwarz, D, Présentations de CataRT (synthèse concaténative) au stage «Ircam Overview» pour compositeurs.
(1.7.2009).
Cont A., Présentations du suivi de partition, au stage «Ircam
Overview» pour compositeurs. (26.7.2009)
Bevilacqua, F., Présentations des techniques de captation
dd geste, au stage «Ircam Overview» pour compositeurs. (26.7.2009)
Cont A, atelier antescofo~Forum, novembre 2009
Bevilacqua F., Zamborlin B., atelier suivi de geste, ~Forum,
novembre 2009
ÉQUIPE SERVICES EN LIGNE
■ Articles parus dans des revues à comité de lecture
[Bonardi09b] Bonardi A., « De la fragilité des artefacts au
calcul de la fragilité : technologies et accidents dans les
arts de la scène », Agôn, décembre 2009.
■ Communications avec actes dans un congrès
international
[Barthelemy09a] Barthelemy J., Bonardi A., Ciavarella R.,
Boutard G., « Virtualization of real time audio processes :
towards a musical notation of contemporary music. »,
CULTURAL HERITAGE on line, Florence, December
2009.
■ Communications avec actes dans un congrès national
[Lemouton09b] Lemouton S., Ciavarella R., Bonardi A.,
« Peut-on envisager une organologie des traitements
sonores temps réel, instruments virtuels de l’informatique musicale ? », CIM’09, Paris.
■ Thèses, mémoires et travaux universitaires
[Machart09a] Machart P . « Morphological Segmentation »,
master Atiam, université Pierre et Marie Curie 2009.
[Côme09a] Rapport technique - Contrôle gestuel de processus sonore, ECE Paris École d’ingénieur, 2009.
IRCAM – R A P P O RT D ’A C T I V I T É 2 0 0 9
155
mai 2010 • Graphisme Olivier Umecker

Documents pareils