UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES

Commentaires

Transcription

UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES
UTILISATION DES TABLES DE PLONGÉES
1
HISTORIQUE DES TABLES DE PLONGÉES ........................................................................................................................ 2
2
LES TABLES MN90 ....................................................................................................................................................... 3
3
QUELQUES DÉFINITIONS ............................................................................................................................................... 4
4
PLONGÉE ISOLÉE (INTERVALLE > 12 H)....................................................................................................................... 6
5
REMONTÉE LENTE JUSQU’AU PREMIER PALIER (V < 15 M/MN) .................................................................................... 8
6
REMONTÉE RAPIDE (V > 15-17 M/MN) ......................................................................................................................... 9
7
PLONGÉE CONSÉCUTIVE (INTERVALLE < 15 MN) ....................................................................................................... 10
8
PLONGÉE SUCCESSIVE (15 MN ≤ INTERVALLE ≤ 12 H) ............................................................................................. 11
9
CHANGEMENT DE PALANQUÉE ................................................................................................................................... 13
10
PALIER INTERROMPU .............................................................................................................................................. 13
1
1 HISTORIQUE DES TABLES DE PLONGÉES
1717
Edmond HALLEY, astronome anglais, invente la cloche à plongeur => 1ères plongées.
18-19 ème
Cloches à plongeur => plongées peu profondes => pas de problème de décompression.
1839
L’anglais SIEBE invente le scaphandre à casque adopté par la Marine Nationale. Des
scaphandriers sont victimes d’accidents.
1841
TRIGER décrit les premiers ADD.
1861
BUCQUOY est le premier à parler de bulles qui apparaissent dans le sang lors de la
décompression.
1870-90
Paul BERT, aidé de Denis ROUQUAYROL, découvre que ces accidents proviennent de la
dissolution de l’azote dans les tissus. Il recommande aux scaphandriers une remontée
uniforme lente, mais des accidents sont toujours à déplorer.
1907
John Scott HALDANE assimile notre organisme à plusieurs liquides de natures différentes. Il
montre, qu’après une plongée, la diminution de pression provoque parfois, selon la durée et
la profondeur atteinte, un dégazage anarchique de l’un des liquides. Il observe qu’il suffit de
stopper la diminution de pression (c-à-d la remontée) pour que le liquide en question
revienne à des conditions de désaturation acceptables. En pratique, il préconise d’imposer
au plongeur, pendant sa remontée, des arrêts prolongés à des profondeurs fixes : 10, 20 et
30 pieds (les fameux 3, 6 et 9 mètres).
Il publie les premières Tables de Décompression en 1908 pour la Royal Navy.
1915
Premières tables pour l’US Navy sur le modèle de HALDANE (FRENCH et STILLSON).
1936
Le commandant LE PRIEUR invente le scaphandre autonome.
La Marine Nationale, très intéressée par cette invention, crée le GERS (Groupe d’Étude et de
Recherche Sous-Marine) chargé d’étudier les problèmes liés à la décompression des
plongeurs.
1950
Premières Tables de Décompression éditées par le GERS sous l’impulsion du commandant
ALINAT. Elles sont la traduction dans le système métrique des tables de l’US NAVY.
1951
HEMPLEMANN => modèle par diffusion ≠ modèle haldanien par perfusion. Conduit à
l’élaboration de nouvelles tables US Navy en 1956. Modèle repris par HENNESSY pour les
tables de la Royal Navy).
1965
. Nouvelles Tables de Décompression élaborées par le GERS.
. WORKMAN => modèle haldanien des gradients.
1970
SPENCER =>modèle haldanien des bulles silencieuses.
1980
Tables de BÜLHMANN (intègrent la plongée en altitude, utilisées par l’ALADIN PRO).
1985
.THALMANN => modèle E.-L. = Exponentiel-Linéaire
. Modèles probabilistes => nouvelles tables US Navy
1990
Refonte complète des tables du GERS pour aboutir aux tables MN90 (éditées par la Marine
Nationale) recommandées par la FFESSM. Modèle haldanien & probabiliste.
1992
P. GIRY et J.L. MELIET => modèle sigmoïdal
2
2 LES TABLES MN90
Le cours qui suit concerne l’utilisation des tables de la Marine Nationale version
1990 (dites MN90), recommandées par la FFESSM.
Elles se composent :
• des tables donnant les paliers de décompression d’une plongée simple
• d’un tableau I de détermination de l’azote résiduel par respiration d’air pur en surface
• d’un tableau II de détermination de la majoration
• d’un tableau III de détermination de l’azote résiduel par inhalation d’oxygène pur en surface
• d’un tableau IV de durée de remontée, hors durée palier(s), plus temps inter-palier(s)
Domaine d’utilisation :
Les tables MN90 s’appliquent à la plongée à l’air de loisir avec les restrictions suivantes :
• 2 plongées par 24 heures au maximum
• vitesse de remontée du fond au premier palier entre 15 et 17 m/mn
• vitesse de remontée entre paliers 6 m/mn, soit 30 secondes pour passer d’un palier à un autre. Règle
valable entre le dernier palier et la surface.
• effort du plongeur ne devant pas dépasser celui d’une nage de 0,5 noeuds => travaux sous-marins,
archéologie sous-marine, collecte d’ordures, etc., exclus.
• profondeur maximum : 60 mètres. En cas de dépassement accidentel des 60 mètres, ne pas replonger
avant 12 heures. Profondeur maximum conseillée : 40 mètres.
• ne pas plonger 12 heures avant de prendre l’avion ou de monter en altitude
• l’interpolation des temps ou des profondeurs est interdite
3
3 QUELQUES DÉFINITIONS
Heure de sortie
+
Groupe de Plongée
Successive
Heure de
départ
Paliers (si nécessaires)
Profondeur
maximum
atteinte
Fin de la plongée, début
de remontée à vitesse
contrôlée 15 m/mn
Durée de la plongée
DTR
ATTENTION : Pour résoudre les problèmes de tables, faire toujours un schéma où apparaissent tous
les paramètres des plongées.
Heure de départ (HD) : Heure d’immersion du plongeur.
Durée de la plongée (DP) :
Durée comprise entre l'heure d’immersion du plongeur et l’heure où il entame sa remontée vers la surface à
la vitesse préconisée de 15 à 17 m/mn. Elle se compte en minute entière. Toute minute commencée est
considérée comme une minute entièrement écoulée.
Profondeur de la plongée (PP) : Profondeur maximum atteinte au cours de la plongée.
Palier :
Arrêt imposé au plongeur à une profondeur fixe (15m, 12m, 9m, 6m, 3m) pendant une durée donnée pour lui
permettre d'éliminer naturellement par la respiration l'excès d’azote, dissous dans son organisme, qui
dégazerait de façon anarchique s’il poursuivait sa remontée.
Durée de la Remontée (DR) :
Durée comprise entre l’heure où le plongeur entame sa remontée et l’heure où il atteint la surface, hors
durée des paliers éventuels. Elle est calculée en prenant 15 m/mn comme vitesse de remontée du fond au
premier palier et 6 m/mn entre les paliers et du dernier palier à la surface.
Profondeur de Remontée (PR) :
Profondeur au moment où le plongeur entame sa remontée vers la surface à vitesse préconisée de 15 à 17
m/mn.
Durée totale de la Remontée (DTR) :
Durée comprise entre l’heure où le plongeur entame sa remontée et l’heure où il atteint la surface, paliers
éventuels inclus. Donc DTR = DR + Durée des paliers.
Heure de sortie (HS) : Heure où le plongeur fait surface.
4
Groupe de Plongée Successive (GPS) :
Lettre de A à P issue des tables chiffrant l'état de saturation en azote du plongeur. C'est la mémoire des
plongées précédentes.
Intervalle (I) :
Durée comprise entre l'heure de sortie d’une plongée et l'heure d'immersion de la suivante.
Courbe de sécurité :
Courbe donnant, en fonction de la profondeur, le temps maximum qu’un plongeur peut y séjourner sans qu’il
ait besoin d’effectuer des paliers lors de sa remontée.
Pour les tables MN90, la courbe de sécurité présente les points remarquables suivants :
Pas de palier, si durée de la plongée ≤ :
135 mn
75 mn
40 mn
20 mn
10 mn
10 mn
5 mn
A la profondeur de :
12 m
15 m
20 m
25 m
30 m
35 m
40 m
140
120
100
Plongées avec paliers
TEMPS
80
60
40
Plongées sans palier
20
0
40
35
30
25
20
PR O FO N D EU R
5
15
12
4 PLONGÉE ISOLÉE (INTERVALLE > 12 H)
4.1 DÉFINITION
II s’agit d’une plongée qui se déroule au minimum 12 heures après la précédente. En effet, les tables MN90
estiment, qu’au bout de 12 heures, un plongeur a entièrement éliminé l’azote que ses tissus ont dissout lors
de la plongée précédente.
4.2 DÉTERMINATION DES PALIERS DE DÉCOMPRESSION
Principe : Entrer dans la table en prenant la profondeur maximum de la plongée et la durée de la plongée
(selon la définition donnée précédemment) . Si la valeur exacte de la profondeur ne se trouve pas dans la
table, prendre la valeur immédiatement supérieure. Idem pour la valeur de la durée. Ce principe, dit principe
d’extrapolation, va dans le sens de la sécurité.
Exemple : Un plongeur s'immerge à 10 h 00 sur un fond de 29 mètres. A 10 h 26, il décide de
remonter. Donner les paliers, le temps total de remontée, l'heure de sortie et le groupe.
PR O FD U R EE
25
28
30
5'
10'
15'
20'
25'
30'
35'
40'
45'
50'
55'
5'
10'
15'
20'
25'
30'
35'
40'
45'
5'
10'
15'
20'
25'
30'
35'
40'
Paliers
6m
3m
1
2
5
10
16
21
27
1
2
6
12
19
25
1
2
4
9
17
24
G PS
B
C
D
E
F
H
I
J
J
K
L
B
D
E
F
G
H
I
J
K
B
D
E
F
H
I
J
K
1°/ Profondeur :
Pour entrer dans la table, prendre la profondeur maximum atteinte
lors de la plongée. Si la valeur n’apparaît pas telle quelle dans la table,
prendre la profondeur immédiatement supérieure.
Dans notre exemple : 29 m, donc prendre 30 m.
2°/ Durée :
Prendre la durée de la plongée telle que définie ci-dessus. Si la valeur
n’apparaît pas telle quelle dans la table, prendre la durée
immédiatement supérieure.
Dans notre exemple : 26 mn donc prendre 30 mn.
3°/ Paliers :
A la croisée de la profondeur et de la durée de la plongée, on lit la
durée et la profondeur du ou des paliers à réaliser.
Dans notre exemple : 9 mn à 3 m.
4°/ GPS (groupe de plongée successive) :
Noter la lettre ainsi que l'heure de sortie. A utiliser en cas de plongée
successive.
Dans notre exemple : I.
6
Heure de sortie 10h 38
+
Groupe de Plongée I
Successive
Heure de
départ
10 h 00
3m
(29 - 3 m) / 15 m/mn
soit 1,73 mn
Profondeur
maximum
atteinte
29 m
0,5 mn
Palier
9 mn
Fin de la plongée, début
de remontée à vitesse
contrôlée 15 m/mn
Durée de la plongée
DTR
26 mn
4.3 CALCUL DE LA DURÉE TOTALE DE REMONTÉE (DTR)
• Si la remontée s’effectue depuis la profondeur de plongée (= profondeur maximum)
DTR
:
lue directement dans la colonne DTR des tables
• Si la remontée s’effectue depuis une profondeur (PR) ≠ profondeur maximum :
- consécutive dont la 2ème immersion est moins profonde que la 1ère
- remontée depuis le palier de demi-profondeur
- fin d’exploration où la décision de remonter se prend à une profondeur ≠ profondeur maximum
DTR
avec
DR
=
DR + Durée totale des paliers (lue dans les tables)
:
lue directement dans le tableau IV
DR
=
(PR - Profondeur du 1er palier) / 15 m/mn + (0,5 mn X nombre de paliers)
DR
=
PR / 15 m/mn
OU
OU
(Si la plongée ne requiert pas de palier)
Enfin, arrondir la DTR à l’entier immédiatement supérieur.
Dans notre exemple, la durée totale de remontée (DTR) est :
1,73 mn durée nécessaire pour remonter jusqu'au premier palier
+
0,5 mn durée nécessaire pour remonter du palier jusqu’à la surface
+
9
mn durée du palier
=
11,23 mn
=>
DTR = 12 mn
7
4.4 CALCUL DE L’HEURE DE SORTIE
Heure de sortie = Durée de la plongée + DTR
Dans notre exemple, l'heure de sortie (HS) est :
10 h
+
26 mn
+
12 mn
= 10 h 38 mn
heure de départ
durée de la plongée
DTR
5 REMONTÉE LENTE JUSQU’AU PREMIER PALIER (V < 15 M/MN)
5.1 DÉFINITION
Il s’agit d’une plongée au cours de laquelle la remontée vers la surface s’effectue à une vitesse inférieure à
15 m/mn.
5.2 DÉTERMINATION DES PALIERS DE DÉCOMPRESSION
Principe : Entrer dans la table en incluant dans la durée de la plongée la durée de la remontée.
Heure de sortie
+
Groupe
Heure de
départ
Paliers éventuels
A partir de ce
moment, la
remontée est
de 15 m/mn
Profondeur
maximum
atteinte
Remontée lente
Durée de la plongée
8
DTR
6 REMONTÉE RAPIDE (V > 15-17 M/MN)
6.1 DÉFINITION
Il s’agit d’une plongée au cours de laquelle la remontée vers la surface s’effectue à une vitesse supérieure à
15 à 17 m/mn.
6.2 PROTOCOLE DE SÉCURITÉ
En cas de remontée rapide ou anormale (remontée à 2 sur un embout, remontée sur expiration), le plongeur
:
• redescend effectuer un palier de sécurité de 5 mn à la moitié de la profondeur prise en compte pour
rentrer dans la table.
• puis poursuit sa remontée à vitesse contrôlée (15-17 m/mn) en effectuant les paliers éventuels
déterminés comme au 6.3, avec de toute façon au minimum un palier de 2 mn à 3 m.
Attention, ce protocole n’est applicable qu’à condition que le plongeur soit capable de se réimmerger en
moins de 3 mn, depuis son arrivée en surface jusqu’au début de son palier à demi-profondeur.
La vitesse de remontée entre le palier à demi-profondeur et le premier palier est de 15 à 17 m/mn.
6.3 DÉTERMINATION DES PALIERS DE DÉCOMPRESSION
Principe : Entrer dans la table en incluant dans la durée de la plongée, la durée de la remontée, le temps
pris pour rejoindre le palier de demi-profondeur et la durée de ce palier (= 5 mn), et en prenant comme
profondeur, la profondeur maximum atteinte au cours de la plongée.
Heure de sortie
+
Groupe
Heure de
départ
3 mn max
en surface
Paliers éventuels
Mi profondeur
Palier 5 mn
Remontée
rapide
Profondeur
maximum
atteinte
Durée de la plongée
DTR
6.4 CALCULS DE LA DTR ET DE L’HEURE DE SORTIE
1. Attention au calcul de la durée de la remontée. Le plongeur remonte de la moitié de la profondeur prise
pour rentrer dans la table, non de la profondeur maximum.
2. L'heure d'arrivée au palier de demi-profondeur est normalement donnée. Si ce n'est pas le cas, compter 3
minutes pour rejoindre le palier à demi-profondeur depuis l’arrivée en surface.
6.5 REMONTÉE RAPIDE ENTRE PALIERS
Aucun protocole particulier.
9
7 PLONGÉE CONSÉCUTIVE (INTERVALLE < 15 MN)
7.1 DÉFINITION
II s’agit d’une plongée qui débute moins de 15 minutes après l'heure de sortie de la précédente.
(Mnémotechnique : Consécutive => C et Successive => S. Or C < S, donc Intervalle Consécutive <
Intervalle Successive)
Heure de
départ 2ème
plongée
Heure de sortie
+
Groupe
Heure de
départ
Heure de
Sortie
Intervalle < 15mn
Profondeur maxi
de la 2ème
plongée : P2
Profondeur
maxi de la 1ère
plongée : P1
T1
T2
Durée de la 1ére plongée
Durée de la 2éme plongée
7.2 DÉTERMINATION DES PALIERS DE DÉCOMPRESSION
Principe : Entrer dans la table en prenant comme profondeur, la profondeur maximum atteinte au cours des
2 plongées, et comme durée, la somme des durées de chaque plongée.
Avec : I < 15 mn
P = MAX (P1, P2)
T = T1 + T2
7.3 REMONTÉE RAPIDE
En cas de remontée rapide lors d’une plongée consécutive, la durée de plongée à considérer pour la
détermination des paliers est la somme de :
• La durée de la plongée précédente
• La durée écoulée entre l’heure d’immersion de la plongée consécutive et la fin du palier à demiprofondeur, la demi-profondeur étant la moitié de la profondeur maximum atteinte au cours des deux
plongées.
10
8 PLONGÉE SUCCESSIVE (15 MN ≤ INTERVALLE ≤ 12 H)
8.1 DÉFINITION
II s’agit d’une plongée qui débute 15 minutes, et moins de 12 heures, après l'heure de sortie de la
précédente.
(Mnémotechnique : Consécutive => C et Successive => S. Or C < S, donc Intervalle Consécutive <
Intervalle Successive)
Majoration (MAJ) :
Durée qu’un plongeur devrait passer à la profondeur maximum d’une plongée successive pour que son
organisme dissolve une quantité d'azote (azote résiduel) équivalente à celle qu’il possède au départ de ladite
plongée successive (et provenant de ses plongées précédentes).
La majoration constitue la mémoire des plongées précédentes en terme d’azote résiduel.
Durée fictive ( DF) :
Somme de la majoration et de la durée réelle d'une plongée successive.
Heure de
Heure de sortie
départ 2ème
+
plongée
Groupe
Intervalle >= 15mn
Intervalle <= 12 h
Heure de
départ
Heure de
Sortie
Profondeur maxi
de la 2ème
plongée : P2
Profondeur
maxi de la 1ère
plongée : P1
T1
T2
Durée de la 1ère plongée
Majoration
Durée de la
2ème plongée
Durée fictive
8.2 CALCUL DE LA MAJORATION
Le tableau I donne la tension d'azote résiduel, exprimée en bar, du compartiment 120 mn, à partir de
l'intervalle de surface et du groupe de la plongée successive.
Le tableau II donne la majoration à partir de la profondeur maximum planifiée de la plongée successive et de
la tension d'azote résiduel déterminée par le tableau I.
Pour calculer une majoration :
Relever le groupe de la plongée successive et l'intervalle séparant les deux plongées.
Exemple : GPS = E, Intervalle = 1h45, 2ème plongée -> Profondeur maximum : 23 m, Durée : 31 mn.
Dans le tableau I, lire la tension d’azote résiduel au croisement de la ligne du groupe de plongée successive
et de la colonne de l’intervalle. Dans notre exemple : 0,93.
Attention : Si la valeur exacte de l'intervalle ne se trouve pas dans le tableau, prendre la valeur
immédiatement inférieure.
11
Dans notre exemple : prendre 1h30.
Dans le tableau II, lire la majoration au croisement de la ligne de la tension d'azote résiduel et de la colonne
de la profondeur maximum planifiée pour la plongée successive. Dans notre exemple : 13 mn.
Attention : Si les valeurs exactes de la tension d'azote résiduel et de la profondeur ne figurent pas dans le
tableau, prendre les valeurs immédiatement supérieures.
En ce qui concerne la profondeur, cela ne semble pas aller dans le sens de la sécurité car la valeur inférieure
donnerait une majoration plus importante. Cependant, la valeur supérieure correspond bel et bien à celle qui
sera prise en compte pour la détermination des paliers de décompression.
Dans notre exemple : 0,93 donc prendre 0,95 et 23 m donc prendre 25 m.
8.3 DÉTERMINATION DES PALIERS DE DÉCOMPRESSION
Principe : Entrer dans la table en prenant comme profondeur, la profondeur maximum atteinte au cours de
la plongée, et comme durée, la somme de la durée de la plongée et de la majoration occasionnée par les
plongées précédentes.
Avec : 15 mn ≤ I ≤ 12 h
P = P2
T = Majoration + T2
Dans notre exemple :
Durée pour entrer dans les tables = 31 mn de plongée réelle + 13 mn de majoration = 44 mn.
8.4 ÉVOLUTION DES PALIERS EN CAS DE NON-RESPECT DE LA PROFONDEUR
MAXIMUM PLANIFIÉE
En pratique, si au cours de la plongée successive, la profondeur maximum atteinte :
• est supérieure à celle qui a été retenue pour le calcul de la majoration, le plongeur conserve la
majoration calculée et détermine ses paliers en prenant la durée fictive et la profondeur réellement
atteinte.
• est inférieure à celle qui a été retenue pour le calcul de la majoration, le plongeur conserve la majoration
calculée et détermine ses paliers en prenant la durée fictive et la profondeur utilisée pour la calcul de
la majoration.
8.5 CALCUL DE L’HEURE DE SORTIE
Pour déterminer l'heure de sortie d’une plongée successive, considérer la durée réelle de la plongée et non
la durée fictive utilisée uniquement pour déterminer les paliers.
8.6 REMONTÉE RAPIDE
En cas de remontée rapide lors d’une plongée successive, la durée de plongée à considérer pour la
détermination des paliers est la somme de :
• La majoration issue de la plongée précédente
• La durée écoulée entre l’heure d’immersion de la plongée successive et la fin du palier à demiprofondeur, la demi-profondeur étant la moitié de la profondeur de la plongée successive.
12
9 CHANGEMENT DE PALANQUÉE
9.1 LORS D’UNE PLONGÉE CONSÉCUTIVE
Pour déterminer les paliers de décompression, il faut prendre en compte les paramètres de la plongée
précédente (durée / profondeur maximum) de l’équipier étant sorti avec le groupe de plongée successive
le plus défavorable.
9.2 LORS D’UNE PLONGÉE SUCCESSIVE
Pour déterminer les paliers de décompression, il faut prendre en compte la majoration la plus importante
parmi celles des équipiers de la palanquée.
10 PALIER INTERROMPU
10.1 DÉFINITION
Il s’agit d’une plongée au cours de laquelle un palier est interrompu, non ou mal effectué (en cas de panne
d’air, par exemple).
10.2 PROCÉDURE DE SÉCURITÉ
En cas d’interruption de palier, si le plongeur est capable de se réimmerger en moins de 3 minutes
(remonter en surface pour changer de bloc et se réimmerger en moins de 3 minutes, en cas de panne d’air,
par exemple) et uniquement dans ce cas, le plongeur reprend sa procédure de décompression au palier
interrompu qu’il refait entièrement.
13

Documents pareils

EXAMEN THEORIQUE NIVEAU 2

EXAMEN THEORIQUE NIVEAU 2 Administration Oxygène pur à 15l/min jusqu’à recompression thérapeutique Lui faire boire de l’eau plate (sauf si troubles de la conscience, nausées, vomissements, suspicion du tube digestif) Propos...

Plus en détail