Télécharger en PDF

Commentaires

Transcription

Télécharger en PDF
MIRAMASINFO
Magazine d’information de la ville de Miramas - N° 117 - Avril 2012 - www.miramas.org
Dossier culturel :
Miramas avec Marseille Provence 2013
Carnaval, ambiance assurée
Ecole de rugby
Mondial de l’eau
Rond point Cassin,
pour plus de sécurité
Retour en images
Succès pour Cap sur l’été
Ce Salon, qui habituellement se trouvait à la
salle des fêtes, a investi un chapiteau de la
place Jourdan le 31 mars dernier pour être au
plus près de la population et des familles et leur
présenter les activités prévues pour cet été
2012. Comme le précise Martine ARFI-AYALA,
Conseillère Municipale déléguée aux Accueils
de Loisirs et aux Vacances, Vice-présidente du
SAN Ouest-Provence : « Miramas est une ville
qui aime sa jeunesse et elle le prouve en
donnant toujours plus de moyens chaque année.
Dans un quotidien difficile, où peu de place est
donnée aux loisirs, nous nous devons de
proposer aux familles le meilleur. Pour la
première fois, vous y trouverez une fiche de préinscription détachable pour les séjours et
l’accueil de loisirs municipal. ».
Les vacances d’été approchent à grand pas, et
les vacances, c’est du sérieux ! Nouveaux
horizons, nouvelles rencontres, avec la Direction
Education Jeunesse et les accueils de loisirs
(Cabasse, Dépendances de Cabasse, les
structures des séjours…), les centres sociaux,
Imédias / l’AGCS (été Jeunes), la Direction des
Sports en partenariat avec l’OMS et la MJCMPT de Miramas, les grands souvenirs d’été se
fabriquent avec toi…
Quelle que soit leur tranche d’âge, les jeunes
Miramasséens étaient invités à faire le plein de
destinations et d’activités. Au choix: équitation,
danse, festivals, arts de rue, vacances à la
ferme, voiles, sports aériens ou de glisse,
voyage en corse…
Toute la journée le programme des différentes
structures d’accueil qui animeront l’été de nos
enfants répondaient aux questions des visiteurs
venus nombreux. Le guide « Cap sur l’été 2012 »
était distribué à cette occasion. Il propose de
nombreux choix d’activités pour les jeunes de
la ville de 3 à 17 ans révolus.
Commémoration du cessez-le-feu
Les jeunes cavaliers au top
Le 19 mars, à l’occasion de la commémoration du cessez-le-feu en
Algérie, le président de la Fnaca Gérard Meysson a honoré trois anciens
combattants: Jean-Claude Costa et Gérard Richaud ont reçu la croix du
Combattant et le porte-drapeau Julien Grand a été décoré pour 20 ans
de bons et loyaux services. Le tout sous l’œil du plus jeune d’entre eux.
Jordan, 5 ans, est devenu la mascotte des anciens combattants et porte
fièrement l’étendard.
Passés maîtres dans l’art d’organiser des compétitions, les Cavaliers du
Mas de Combe remportent leurs tickets d’entrée à l’Open de France en
pony-games de juillet. Le site de la Régie équestre a vu 42 équipes et
210 cavaliers engagés. Les Miramasséens se sont qualifiés dans chaque
catégorie en lice. Les Minimes et juniors élites partiront à la MotteBeuvron cet été. Une cavalière amateur élite participera au championnat
de France en mai à Lamotte-Beuvron et quelques cavaliers participeront
au championnat amateur en pair au mois d’août au mans.
Bon anniversaire !
Ambiance de carnaval en ce 29 mars où les anniversaires
de Croizat étaient fêtés par le maire Frédéric Vigouroux et
l’adjointe aux personnes âgées Anne-Marie Chayot. Le
thème des années soixante-dix a fait ressortir les
perruques longues et les bandanas dans les cheveux. Les
natifs de mars ont reçu un présent dans un salon décoré
de tenues bariolées : Andrée Borrelarochette, Yvette
Cabal, Jeannette Chaleil, Marinette Chiaisso, Françoise
Choukroun, Nelly Cuvelier, Andrée Girona, Ginette Gobert,
Anne-Marie Guillot, Marie-Jo Houlier, Stéphanie
Jakubina, Ginette Molinier, Michelle Pinéda, Annie Probst,
Michèle Reyter, Ginette Schoeffter, Christiane Vallès,
Anita Vigner et messieurs Henri Barnéoud, Michel
Bourdet, Louis Bruglia, Hubert Doré, Claude Dupuy, Génaro
Gomez, Antoine Longhitano, Joseph Sloimovici.
2 l Miramasinfo N°117
Édito
Pour un Office Municipal de la Culture
Au sommaire
Retour en images
Édito
Vos impôts
Vie des Associations
Gens d’ici
Économie et Emploi
Le Dossier
Vie municipale
SAN Ouest Provence
Notre Histoire
Etat-civil
Traditions provençales
L’info de l’Opposition
La culture, c’est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers. (André Malraux)
L’Éducation, la Culture et la Santé sont les trois piliers sur lesquels reposent le bien être et
l’épanouissement de l’être humain. Dès lors qu’il jouit de chacun des trois, il possède les moyens
de conduire sa vie et de franchir les obstacles qu’elle met sur sa route.
C’est fort de cette idée que nous conduisons, à notre modeste échelle, la politique culturelle de
notre ville.
Certes, la compétence Culture est exercée par notre intercommunalité Ouest Provence, et c’est
bien grâce à cette délégation que nous pouvons proposer à nos concitoyens une offre culturelle
d’aussi grande qualité , tout en maintenant des tarifs parmi les plus bas de la région qui permettent
l’accès à la culture au plus grand nombre. La mutualisation des moyens financiers, humains et
matériels est la seule façon de maintenir ce niveau dans tous les domaines de l’action culturelle.
(Spectacle vivant et cinéma, lecture publique, patrimoine, éducation artistique …) Plusieurs
délégués miramasséens siègent dans les instances qui conduisent la politique culturelle de SAN
(Commission culture, Conseil d’Administration de la Régie Culturelle Scènes & Cinés, Conseil
d’administration du Conservatoire de Musique et de danse, délégation aux médiathèques) et font
valoir leur avis et leurs choix lors des nombreux débats qui s’y tiennent. Ils veillent aussi à préserver
l’identité et les particularités de notre commune, sans pour autant remettre en cause cette idée
de mutualisation de la politique culturelle du SAN et de ses ressources.
Cette politique porte ses fruits. La fréquentation des lieux culturels (théâtre, cinéma, médiathèque)
enregistre une hausse régulière non seulement du public miramasséen, mais aussi de celui des
villes environnantes. Miramas rayonne. Elle n’est plus une ville où l’on passe sans s’arrêter, mais
où l’on vient profiter de sa richesse culturelle.
Nous sommes aussi convaincus qu’aucune politique culturelle efficace et cohérente ne pourrait
être conduite sans la collaboration, le soutien, l’énergie, la disponibilité du tissu associatif de
Miramas. Il est dense, riche, varié et c’est sur lui que repose un très grand nombre d’actions et de
manifestations qui jalonnent le calendrier de nos fêtes et festivals. (Racino et Jitello, la fête du
rail, Nature en fête, Nuits Métis …)
C’est bien pour cette raison que lorsque la décision fut prise de se lancer dans l’aventure de
Marseille Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture, nous avons sollicité les
associations culturelles de la ville pour constituer un comité de pilotage chargé de préparer cet
événement. Elles ont répondu présent en très grand nombre et se sont mises au travail, mutualisant
leur énergie, leur enthousiasme et leur imagination.
Ce comité de pilotage est la préfiguration de ce qui deviendra ensuite l’Office Miramaséen de la
Culture, tel que nous l’avions proposé dans notre programme.
L
Gérard GACHON
Adjoint au Maire
Délégué au développement de la vie culturelle
3 l Miramasinfo N°117
2
3
4
5 et 6
7
8 et 9
10 à 12
13 à 23
24
25
25
26
27
Un nouveau magazine
Votre magazine Miramas Info change.
Vous trouverez un encart où figurent le programme des manifestations organisées par
la municipalité, toutes les informations
concernant vos loisirs, vos rendez-vous à
la MJC/MPT, à la médiathèque, au théâtre,
au cinéma, à l’espace Croizat, dans les
centres sociaux, l’agenda sportif...
Afin de pouvoir faire paraître vos informations dans le Miramas Info, nous vous
prions de bien vouloir nous envoyer vos
documents avant le 10 du mois qui précède
celui de la parution.
[email protected]
[email protected]
Toute demande de banderole - exclusivement par courrier - doit être faite auprès de
la Maison des associations vingt jours
avant l’affichage.
Renseignements au 04 90 17 30 21.
MIRAMASINFO N° 117
Hôtel de Ville - 13140 Miramas.
Tél. : 04 90 58 79 79.
Directeur de la publication :
Frédéric Vigouroux.
Secrétaire de rédaction,
journaliste :
Michelle Colonna.
Crédits photos :
Jean-Paul Olive, Michelle Colonna,
service Communication de la Ville, DR,
Conception :
service Communication.
Impression :
Imprimerie Vallière.
Tiré à 13 000 exemplaires.
Dépôt légal : 28 janvier 2010.
Imprimé sur papier recyclé
Vos impôts
Impôts locaux : plus d’un million d’euros
par an rendus aux Miramasséens dès 2012
Lors des vœux en janvier puis lors du débat d’orientation budgétaire
en février, l’équipe municipale avait annoncé son intention de baisser
les impôts locaux (taxe d’habitation et taxes foncières).
Depuis lors, la commune a disposé d’informations complémentaires
sur ses dépenses et recettes qui lui ont permis de choisir le dispositif
le plus favorable aux Miramasséens sans mettre en péril le budget
communal.
• une forte baisse des taux de la taxe
d’habitation et des taxes foncières (7,5 %)
interviendra dès le vote du budget et sera
immédiatement répercutée sur les impôts
des Miramasséens en 2012.
• un accroissement des abattements à la
base : passage de 5 à 10 % de l’abattement
spécial et de 10 à 15 % de l’abattement
général, sera proposée lors du même vote, soit un retour aux
abattements de 2001. Cette mesure aura un effet sur la feuille
d’impôts 2013.
La baisse d’impôt profitera au plus grand nombre de contribuables et
notamment aux familles. Elle permettra de rendre chaque année plus
d’un million d’euros aux Miramasséens.
Pour engager cette réforme importante, l’équipe municipale a fait le
choix de la prudence. Elle n’a pris sa décision qu’après avoir eu une
vision claire des évolutions budgétaires sur plusieurs années ce qui
impliquait de lever plusieurs incertitudes :
• apprécier les risques de baisse de recette et de hausses de prélèvement dues aux choix du Gouvernement (réforme de la taxe professionnelle, baisse des
dotations, hausse des prélèvements…)
• réussir les négociations sur les hausses de
dotations du SAN à la commune
• connaître et maîtriser les besoins
municipaux en personnel et en moyens
Aujourd’hui, l’équipe municipale dispose de
perspectives raisonnables et tire également
bénéfice de sa saine gestion des deniers publics. Elle peut donc en
confiance répondre à l’engagement de baisse des impôts pris devant
la population en 2008.
Au total, c’est une baisse d’impôts d’environ 10 % par an dont va bénéficier chaque contribuable de Miramas de manière durable.
“Cette baisse permettra
de rendre chaque année
aux Miramasséens plus
d’un million d’euros”
Cette baisse vient s’ajouter :
• à la baisse de 30 % de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères : 600 000 € rendus chaque année aux Miramasséens,
• à la baisse de 10 % de la part des impôts locaux aux particuliers prélevée par le SAN Ouest Provence,
• à l’instauration par l’actuelle municipalité d’un abattement spécial de 10 % au bénéfice des personnes handicapées.
A partir de 2012
A partir de 2012
Depuis 2003
A partir de 2012
47,04 %
Depuis 2003
Depuis 2007
A partir de 2012
29,50 %
Taxe
foncier bâti
50,86 %
Depuis 2007
A partir de 2012
21,04 %
Taxe
d’habitation
31,89 %
Depuis 2007
22,75 %
Évolution communale de taxe d’habitation et de taxe foncière
Taxe foncier
non bâti
4 l Miramasinfo N°117
10 %
15 %
Abattement
général
5%
10 %
Abattement
spécial
Vie des associations
Radio Jeunes Cabasse : une nouvelle fréquence
Animateurs à Cabasse, pendant les vacances de février,
Clément Fournier et Allison Kéraudy ont transmis leur passion
pour la radio aux enfants de l’accueil de loisirs. Grâce à
l’expérience et aux moyens techniques d’IMédias, reportages,
conducteurs et émissions ont vu le jour dans les studios. Radio
Jeunes Cabasse, la web radio du centre aéré est née.
ntenne dans 5, 4, 3, 2, 1 seconde ! Le rouge est mis à la porte
du studio, les jeunes reporters de Cabasse sont concentrés pour
leur premier direct radio. Il a été diffusé le 8 mars, et reste
audible sur le site d’IMédias. Toutefois, cette expérience est loin d’être
improvisée. Pendant les vacances de février, les enfants de 8 à 14 ans
sont partis, micro et stylo en main, interviewer leurs camarades, les
animateurs, réaliser des micros-trottoirs et poser des “questions
d’adultes pour obtenir des réponses d’enfants” souligne Guillaume,
l’un des accompagnateurs d’IMédias. Dans le studio, un tableau
indique tous les métiers de la radio, du journaliste à l’ingénieur du son,
et chacun se répartit les tâches, à son gré. Alors qu’un groupe est
totalement assidu (des perspectives d’avenir professionnel sont même
évoquées, tant la découverte est fascinante), d’autres vaquent à leurs
jeux, et reviennent de temps à autre pour une chronique. À RJC, un
slogan s’affiche “la radio, j’aime l’écouter” sous le logo créé par les
enfants, l’équipe prouve qu’elle aime aussi la faire vivre. De façon
humoristique, dans des parodies d’émissions ou d’horoscope, plus
sérieusement quand il s’agit de lancer le 100 % Infos ou commenter
A
le dernier match de l’OM ! Les questions et les sujets écrits sur des
fiches, vient le temps de l’enregistrement du direct “pour conserver
une trace”. Marc, d’IMédias, aux manettes, le jingle lance le premier
plateau. Dans un silence de cathédrale, le changement de
chroniqueurs s’opère, celui qui est au micro annonçant le sujet suivant.
Transitions dignes de pros ! Jusqu’au différé de l’interview du maire,
réalisée quelques jours plus tôt à partir de questions autour de
l’environnement et des loisirs. Les enfants sauront pourquoi les arbres
ont été coupés, que le quota de poubelles de tri sélectif va grandir,
que la municipalité va développer les espaces publics dédiés aux
jeux… La lumière “On Air” peut s’éteindre après 40 minutes
d’antenne. La tension retombe, les applaudissements des animateurs
fusent. Pendant la récréation bien méritée, les petits reporters refont
l’émission et posent déjà la question “on recommence quand ?”
Clément Fournier et Allison Kéraudy les rassurent : Radio Jeunes
Cabasse émettra de nouveau pendant les vacances d’été. Pour les
animateurs du centre aéré et les techniciens d’IMédias, ces 15 jours
resteront comme une expérience enrichissante et instructive où les
enfants ont appris la rigueur des métiers de la radio tout en s’amusant
et en faisant valoir leurs préoccupations. Le sigle RJC pourrait devenir
habituel aux oreilles des auditeurs miramasséens.
Retrouvez les podcasts sur :
http://www.imediasmiramas.fr
Le pack des enfants à Méano
Pour la première fois de son histoire, le Racing Club Miramas a
réuni ses huit éducateurs sur la pelouse de Méano pendant les
vacances. A raison d’un adulte pour quatre enfants,
l’enseignement a permis une approche du rugby plus
personnalisée, sans jamais oublier le collectif.
es jeunes licenciés de l’école de rugby du Racing Club ont pu
continuer à s’entraîner pendant les vacances. Le club leur a mitonné
un stage “pour revenir aux fondamentaux” précise Gilles
Romanche, l’un des huit éducateurs présents sur le terrain. Vingt-cinq
garçons et filles de 8 à 13 ans ont particulièrement apprécié, d’autant
qu’ils pouvaient inviter un de leur copain (copine) à ces trois heures
quotidiennes et faire des émules. Le dernier des trois jours a ponctué ce
stage par une soirée festive : l’autorisation de 20 heures était accordée
autour de pizzas, de gâteaux et de musique. Porte-parole du groupe,
Valentin et Lucas avouent : “C’est bien d’avoir plus d’entraînement pour
se perfectionner. Et puis, les vacances c’est trop long sans le rugby”. De
quoi rassurer le Racing Club de renouveler cette première expérience.
L
5 l Miramasinfo N°117
Vie des associations
Une onde déferlante de hip-hop
Une salle comble au théâtre de la Colonne et des ateliers qui
affichaient complets à la halle Saint-Suspi… Le hip-hop a
inondé les ondes et la ville pendant tout le week-end des 17 et
18 mars. Une confirmation pour les uns, une découverte pour
les autres, les danses urbaines ont le vent en poupe et Miramas
les aime.
iramas capitale de la danse urbaine ? L’OMS, Mille et une
danses, L’art et la manière et la Ville, partenaires de “Quand
le hip-hop inonde les ondes !” sont en passe de transformer
notre commune en plate-forme incontournable. Pour cette 2e édition,
ils se sont associés pendant deux jours pour faire un événement du
concours chorégraphique et des ateliers destinés aux amateurs voulant
se perfectionner.
Samedi 17 mars, le théâtre, mis à disposition par le SAN Ouest Provence, est devenu la scène de 29 crews présentés par l’animateur BK,
venu spécialement de Montpellier pour mettre une ambiance du tonnerre. Assurant les présentations des groupes issus du grand sud, BK
a également interpellé le public en le faisant participer à des jeux, teeshirts estampillés du slogan de la manifestation à la clé !
Pour juger de la qualité des chorégraphies, rien de moins qu’un jury
international, composé de Nasty, Dedson et Rémi, des pros qui se sont
présentés au public en dansant. Grande leçon avant que ne s’ouvre la
compétition. Deux cents danseurs de 8 à 21 ans ont participé à l’évé-
M
nement devant un parterre de 462 spectateurs de tous âges.
Le lendemain, la halle Saint-Suspi recevait 130 jeunes, principalement
de Miramas et du territoire d’Ouest Provence pour des ateliers gratuits.
Ils ont suivi les cours de professeurs de renom qui avaient chacun pour
défi de monter avec les enfants une partie de la représentation finale.
Les 250 spectateurs leur ont fait une ovation en fin d’après-midi.
Avec la qualité et le niveau des représentations et de l’organisation,
Miramas se place au 3e rang des manifestations de hip-hop de la
Région.
Le droit des femmes
à l’honneur
À l’occasion de la Journée internationale de la Femme, l’association
Femmes solidaires a réuni une cinquantaine de personnes à la salle
des fêtes Pierre-Tristani. L’occasion de se retrouver dans la convivialité, de présenter une vaste exposition nationale et d’exposer des
jeux de mots de jeunes femmes étrangères arrivées récemment à
Miramas sur le thème du bien vivre en République. La tolérance,
l’égalité, la fraternité, le respect d’autrui étaient évoqués… Femmes
solidaires travaille en effet tout au long de l’année avec Jacqueline
Dusserre, formatrice à l’AFE, sur la lutte contre l’exclusion, les violences faites aux femmes, l’alphabétisation bien sûr mais aussi la
pauvreté, l’exclusion, l’autonomie, les textes de lois sur le droit des
femmes, etc.
6 l Miramasinfo N°117
Gens d’ici
Maurice Chaput fêté pour ses 100 ans
L’air de Miramas conserve ses habitants.
Le 27 février toute la maison de retraite
Les Jardins de la Crau fêtait les 100 ans
de Maurice Chaput.
nne-Marie Chayot (adjointe aux
personnes âgées), Jean-Marie Pascal
(adjoint aux anciens combattants) et
les représentants des associations d’anciens
combattants ont tous tenu à se réunir autour
de Maurice Chaput, le jour de son
anniversaire, aux Jardins de la Crau. Ils ont
fêté ce centenaire, qui après avoir traversé le
siècle, à l’âge de la retraite, a choisi de
rejoindre sa belle-famille à Miramas. Il vit aux
Jardins de la Crau depuis le 31 mai 2010.
Né en 1912 à Paris, Maurice Chaput va vivre
avec sa mère et sa grand-mère à Beaune. La
guerre n’a pas épargné sa famille et il devient
orphelin à 4 ans. Quittant l’école à 14 ans, il
travaille dans le commerce de vin, une
vocation suscitée par la région Bourgogne,
puis dans l’imprimerie.
Maurice Chaput a 21 ans quand la 2e Guerre
mondiale éclate. Il effectue son service
militaire dans l’infanterie du Maroc et reste
2 ans et demi prisonnier à Toul. Libéré suite à
une maladie, le jeune homme retrouve sa
famille.
Le conflit terminé, il entre à la Poste où il
rencontre Marie, dite Lili. L’amour les unit et
le destin entraîne le couple à Marseille, où
Maurice Chaput entre dans la police. Sportif,
musicien, il mène une vie paisible jusqu’à son
veuvage. Il s’installe alors à Miramas, adhère
A
Entouré de l’affection de sa belle-sœur Paulette (médaillon), Maurice Chaput a reçu cadeaux et
témoignages chaleureux le 27 février, pour ses 100 ans.
à la fédération nationale des anciens
combattants et passe le reste de son temps
libre à jouer du saxophone alto et de la
clarinette à l’académie d’Istres. Passionné de
musique classique et de jazz, Maurice Chaput
raconte avec bonheur qu’il a participé au
tournage de Chéri-Bibi, comme musicien.
Auprès de sa belle-sœur Paulette Lafond, cet
homme modeste se dira touché des marques
d’affection qui l’entourent pour son
anniversaire et heureux des cadeaux de la
municipalité et de l’union fédérale des
associations d’anciens combattants, du
Souvenir français et de l’UNC. Une
reconnaissance et un témoignage pour un
homme qui a traversé une vie riche, parsemée
d’événements tristes et de grands bonheurs.
Les écoliers à l’assaut de Cabasse
Cabasse, son château, ses collines, sont
le terrain idéal pour les classes vertes.
Parmi les diverses activités proposées,
l’escalade retient l’attention des enfants.
e cycle d’apprentissage commence sur
le mur de la halle Saint-Suspi pour les
enfants de CM2 des écoles de la ville.
Leur séjour en classe verte leur permet de
mettre en application les efforts consentis à
l’abri du complexe sportif. Florence Molinard
les guide dans l‘escalade des seize voies ouvertes par la mairie en juin 2011. Casques
sur la tête et baudriers bien accrochés (la
municipalité ne consent aucun risque quand
il s’agit de sécurité, elle a investi dans du
matériel performant), les écoliers partent à
l’assaut de la paroi rocheuse, pas si simple
à gravir qu’il n’y paraît avec ses sept mètres
de hauteur. Et ils apprécient de grimper avec
le ciel pour seul plafond.
L
En classe verte à Cabasse, les écoliers de Giono, comme tous les jeunes Miramasséens du même niveau,
s’entraînent à l’escalade en plein air.
7 l Miramasinfo N°117
Économie et emploi
Un forum pour trouver des jobs d’été
Dans son effort permanent d’aider l’accès
à l’emploi, la municipalité a mis la salle
des fêtes à la disposition de la Mission
locale Ouest Provence qui tenait, le
14 mars, son 7e forum des emplois
saisonniers.
e printemps est le moment idéal pour se
préoccuper des Jobs d’été. Aussi, vingtdeux employeurs de la logistique, de
l’agriculture, de l’industrie, du bâtiment, du
nettoyage, du service à la personne, de
l’animation, de l’hôtellerie-restauration, de la
sécurité et de la vente ont consacré un aprèsmidi à leur recrutement. Les services
municipaux de la ville étaient également
présents pour proposer des emplois saisonniers.
La Mission locale Ouest Provence accompagne
les jeunes de 16 à 25 ans dans leur projet
professionnel. La majorité d’entre eux (72 %)
affichait moins de 21 ans. La journée a été
intéressante pour les entrepreneurs comme
pour les jeunes: le forum a permis 157 mises
en relation entre les employeurs et les
demandeurs d’emploi, sur les 212 visiteurs.
L
Le forum Jobs d’été de la Mission locale Ouest Provence a permis à 212 personnes de rencontrer les
employeurs à la salle des fêtes.
En bref
Recrutement périscolaire
Énergies alternatives
Dans le cadre des animations périscolaires,
la municipalité recherche des personnes
titulaires du Bafa Bapaat ou du BAFD ou du
BPJEPS Brevet d’État d’éducateur sportif ou
CAP petite enfance. Retrait des dossiers de
candidature à la mairie.
Énergies Alternatives, coopérative d’activité
sociale et solidaire, peut vous accompagner
dans la création de votre emploi au sein de
votre entreprise. Information collective :
20 avril et 11 mai à la Maison de l’emploi
de 13 h 30 à 15 h. Rendez-vous
individuels : 20 avril et 11 mai de 15 h à
16 h 30.
Rénovation urbaine
Laurence Visseyras-Blanc, chargée de
mission clause d’insertion Anru, tient des
permanences Information Emploi dans le
cadre de la rénovation urbaine, à la Maison
du Quartier de la Maille II les 2e et 4e mardis
du mois, soit les 10 et 24 avril de 9 h à 12 h.
Maison du Quartier :
19, allée des Iris, appartement 101,
0 800 006 186.
Renseignements à la Mission Locale :
04 90 58 76 90.
Atelier Dynamic Emploi
Des journées sur la rédaction d’un CV et
d’une lettre de motivation pour les jeunes
de 16 à 25 ans sont organisées à la Mission
locale Ouest Provence de Miramas, les 11
et 25 avril de 9 h à 12 h.
Renseignements à la Mission locale
Ouest Provence : 04 90 58 76 90.
Rendez-vous à confirmer : 06 50 70 47 10 ou
04 91 33 65 77. Courriel :
[email protected]
Permanences FAF.TT
Vous êtes salarié d’une entreprise de travail
temporaire et vous avez un projet de
formation (CIF, CBC ou VAE), le FAF.TT (Fonds
d’Assurance Formation pour le Travail
Temporaire) peut vous conseiller et vous
accompagner dans son élaboration et son
financement. Le FAF.TT tiendra une
permanence mensuelle au Point Relais
Emploi Clésud de la Maison de l’Emploi :
mercredi 18 avril de 9 h à 12 h 30. Rendezvous auprès de M. Arnaud au 0 811 650 653.
Information collective VAE
L’information pour l’atelier VAE aura lieu le
mardi 24 avril à 9 h à la Maison de l’Emploi
(salle de l’Olivier) à Istres.
8 l Miramasinfo N°117
Semaine sectorielle des
Transports et de la
logistique
Mardi 17 avril, de 13 h 30 à 17 h :
“Recrutement : la logistique par
l’intérim”. Venez rencontrer les agences
de travail temporaire (CV indispensables).
Centre de vie de Clésud, Domaine de
Molières.
Jeudi 19 avril, de 9 h 30 à 10 h 30 :
découverte des métiers de la
logistique ; de 10 h 30 à 13 h : trouver
une formation, trouver un emploi, des
entreprises et agences de travail
temporaire recrutent (CV indispensables).
Salle Marcel-Pagnol, Port-Saint-Louis.
Renseignements au Point Relais Emploi
de Clésud : 04 90 17 40 99
Précision
N’hésitez pas à pousser la porte des
Trésors de Léna, le dépôt-vente spécialisé dans la puériculture est aussi
ouvert le samedi de 9 h 30 à 12 heures
et de 14 h 30 à 18 h 30. Sue-Ellen Salata
se fera un plaisir de vous accueillir
pour trouver un vêtement, un accessoire, un meuble pour votre enfant.
Les Trésors de Léna : 21 avenue
Marius-Chalve. Tél. : 06 11 30 25 70.
De nouveaux contrats aidés dans la commune
Le SAN Ouest Provence a proposé à la
Ville de mettre à sa disposition dix-sept
contrats aidés. Les dix-sept Miramasséens
choisis pour occuper ces postes ont
intégré les services de la mairie depuis
le 2 avril.
émunérés par l’État et Ouest Provence
(la contribution du conseil général est
également engagée pour les
bénéficiaires du RSA), ils sont employés pour
six mois pour des tâches administratives ou
techniques. Pendant toute cette période, des
tuteurs référents les épauleront afin que
l’expérience se révèle la plus efficace et la
plus utile possible pour un retour vers
l’emploi.
La ville de Miramas, son élue à l’économie et
l’emploi Lætitia Deffobis, et le maire
s’inscrivent dans cette bataille permanente
pour aider les hommes et femmes, jeunes et
moins jeunes à remettre le pied à l’étrier. Les
contrats aidés constituent un passage vers
R
Adjointe à l’économie et à l’emploi, Laetitia Deffobis a accompagné les dix-sept nouvelles personnes
qui bénéficient des contrats aidés lors de la signature de la convention. Les chefs de service de la mairie
étaient également présents et joueront maintenant leurs rôles de tuteurs.
l’emploi pérenne. La ville de Miramas
accueille ces dix-sept personnes dans les
services informatique, de la population, du
logement, de la direction éducation jeunesse,
à l’espace Croizat, au CTM pour un avenir que
tous espèrent meilleur.
EI Groupe: la formation au cœur de l’humain
En février, une nouvelle entreprise s’est implantée dans le parc
d’activités des Molières. EI Groupe se présente comme un
organisme de formation professionnelle continue et de conseil
“dont le métier est centré sur l’humain”.
e développement des compétences et la professionnalisation de
divers corps de métiers se déploient sur 2 000 m2 au sein desquels
un bâtiment de 500 m2, qui répond aux normes environnementales, accueille stagiaires et formateurs. Miramas n’est pas
inconnu à EI Groupe, une société composée de huit jeunes
actionnaires, qui opère sur l’axe méditerranéen. Leur implication avec
le lycée Les Alpilles et les chantiers de programme de rénovation
urbaine pour des pré-qualifications aux métiers du bâtiment les ont
convaincus de s’installer à Miramas. Quelques années après leurs
interventions sur le territoire, le groupe a ouvert ses portes à Miramas
et créé cinq emplois. Il en envisage cinq supplémentaires d’ici la fin
2012.
Organisme de formation professionnelle continue (qui s’adresse aux
entrepreneurs, aux collectivités comme aux particuliers), EI Groupe
apporte ses compétences aux chefs d’équipes et aux dirigeants en leur
offrant des réponses. Et, connaissant les attentes des employeurs, les
formateurs agréés préparent des personnes employables
immédiatement. Proche des acteurs de l’emploi du territoire, EI Groupe
travaille avec les prescripteurs comme la Mission locale, le Plie, Pôle
Emploi…
Les entrepôts et les sept salles de formation équipées multimédia ont
une capacité d’accueil de 2 500 stagiaires par an. Ils peuvent se former
sur trois plateformes pédagogiques, bâtiment et travaux publics,
L
Nouvellement installé à Miramas, EI Groupe est un organisme de formation
qui s’adresse aux secteurs de la logistique et de l’aide à la personne.
logistique et service à la personne. Le groupe dispose également d’un
espace informatique et multimédia, et d’un espace dédié à la
sécurisation des parcours de la chaîne logistique.
Avec toutes ses activités et engagements, EI
Groupe participe à l’évolution de notre territoire.
EI Groupe : 4 avenue du Luxembourg, parc
d’activités des Molières. Tél. : 04 42 05 01 69.
Fax : 04 42 47 48 22.
Courriel : [email protected]
Brigades vertes
Le chantier d’insertion des Brigades vertes recrute des personnes éligibles en contrat unique d’insertion pour une durée de 6 mois (à raison de
20 heures par semaine). Les personnes intéressées doivent déposer leur candidature avant le 27 avril à la mairie, auprès de Paule Atthar.
9 l Miramasinfo N°117
Dossier : De la culture avant tout !
Évoquer la culture, c’est penser politique culturelle et pratique culturelle. Deux conceptions qui se complètent. Spectacle vivant,
musique, lecture, peinture et expression plastique, danse… ces expressions sont posées dans les choix du SAN Ouest Provence
(qui a la compétence de la culture) et de la Ville. La pratique de ces différentes disciplines appartient aux associations, ainsi
qu’aux objectifs que la commune se fixe pour qu’elles puissent exister. Elle est toujours à leurs côtés pour faciliter leurs activités
et les aider à les développer.
Par sa gestion, autant des bâtiments que des propositions culturelles, l’intercommunalité détient une part importante de cette
délégation “Culture”. En étant partie intégrante de Ouest Provence, et par la voix de Gérard Gachon, adjoint au maire au développement de la vie culturelle et délégué titulaire au SAN, la ville de Miramas propose des orientations. Un Office municipal de
la culture est en construction. Il mutualisera les moyens et pourra répondre aux attentes de tous ceux qui veulent faire rayonner
leur art. En s’associant au grand événement international que sera Marseille Provence 2013, Miramas a déjà impliqué le tissu
associatif dans sa préparation. C’est toute la ville qui profitera des manifestations et beaucoup d’entre vous qui y prendront une
part active. La pratique amateur est déjà soutenue par des professionnels. Les passerelles sont nombreuses, entre les établissements scolaires, les associations, grâce à des résidences d’artistes. L’équipe municipale veut l’étendre encore et permettre
au plus grand nombre de profiter des installations et de développer leurs pratiques.
Avec plus de 700 places, le théâtre de La Colonne programme théâtre,
danse et musique, de septembre à juin. Son amphithéâtre extérieur
permet des représentations en plein air. Ouvert au grand public, il propose
également une offre de médiation culturelle auprès des écoles, collèges
et lycées. Des spectacles Jeune public sont présentés aux enfants, en
séances scolaires et tout public. Trente spectacles sont programmés pour
la saison 2011-2012, et sept concerts au Jazz Club du Comœdia.
Scènes et Cinés, la régie culturelle du SAN Ouest Provence, ouvre le
théâtre aux associations et événements culturels hors programmation.
On a pu y voir récemment “Quand le hip-hop inonde les ondes!”, la Nuit
des sportifs de l’OMS… En fin d’année, les associations de danse y
présentent leurs spectacles.
Orchestre symphonique, les Orchestructibles sont composés de
musiciens amateurs qui se produisent régulièrement à Miramas et
participent à nombre de manifestations organisées par la municipalité.
“L’office municipal de la culture
aidera plus efficacement les
associations et les associera
aux décisions de la politique
culturelle de la ville”.
Un billet pour Marseille Provence 2013
La ville s’est engagée dans la grande aventure Marseille-Provence 2013 (MP 2013). Elle
bénéficiera donc de grands événements et d’étapes qui feront halte dans notre commune
et les manifestations déjà ancrées à Miramas profiteront des programmations estampillées:
• La TransHumance qui rassemblera des milliers d’animaux passera par Miramas
pendant la fête Provençale Racino & Jitello, au mois de mai. Leurs bergers devraient
s’arrêter pour un bivouac à Cabasse
• Le festival Nuits Métis (juin) sera labellisé Marseille-Provence 2013
• Cartographie imaginaire (exposition pour la jeunesse) trouvera sa place pendant la
manifestation littéraire Ville en livres (novembre-décembre)
• Le GR 2013 couvrira 250 km de chemins de randonnée dans les Bouches-du-Rhône.
Grâce à l’association Le Grape, les marcheurs de Miramas pourront retrouver ceux du
département dans les sentiers qui entourent notre ville (toute l’année)
• À l’occasion du centenaire de la naissance d’Albert-Camus, la compagnie Alzhar
animera des ateliers avec les classes option théâtre du lycée Cocteau. Une
représentation événement restituera ce travail à La Colonne
Une trentaine d’associations est déjà impliquée dans Marseille-Provence 2013.
10 l Miramasinfo N°117
Les écoliers de Miramas dansent avec les compagnies programmées pour Les
Élancées.
Les collégiens de Miramaris ont travaillé avec les danseurs du Ballet d’Europe.
L’action culturelle est une priorité pour la Ville et pour
l’intercommunalité. Une convention cadre a été signée avec
l’Éducation nationale et la direction des affaires culturelles. Cette
année, une classe du collège Miramaris a travaillé avec le Ballet
d’Europe de Jean-Charles Gil. Après des mois d’ateliers dans
l’établissement, le groupe a dansé en ouverture des Ballets, à La
Colonne. Le club Attitude a également bénéficié de la subvention
attribuée par le SAN pour ces actions.
Le festival Les Élancées est monté sur ce même principe. Chaque année,
chorégraphes et danseurs vont dans les écoles pour apporter une
approche différente de l’art du geste aux enfants, invités à assister aux
spectacles programmés à La Colonne et dans les théâtres du territoire.
Dans le cadre de sa politique de la Ville, via le contrat urbain de
cohésion sociale, la municipalité met en œuvre un projet de
développement social et urbain en faveur des habitants de quartiers
en difficulté reconnus comme prioritaires. La plateforme des Arts
solidaires intervient auprès du centre social Giono, avec les adhérents
adultes et enfants pour des ateliers peinture et photo : Mémoires du
Mercure, peinture aux pieds des immeubles, etc. Le peintre Daniel
Zanca vient également dans le secteur de La Carraire. Miram’Art
images solidaires où les Miramasséens sont invités à transformer
l’image de leurs quartiers et des classes de hip-hop sont aussi, parmi
bien d’autres réalisations et projets, au cœur de cette démarche vers
la culture et sa pratique
2012 : la médiathèque à 30 ans
Ville en livres
Organisée en réseau sur l’ensemble des communes d’Ouest Provence,
la médiathèque intercommunale propose en prêt (gratuit pour les habitants du territoire) livres, disques, films, revues, œuvres d’art organisés par pôles thématiques. Elle possède un point Ressources emploi
formation, un point Ressources infos-santé, un centre de ressources
et mémoires étang de Berre-Crau et organise des ateliers internet.
Depuis 2011 et pendant longtemps, la commune va vivre ses mois d’automne au rythme de la littérature, grâce à Ville en livres. Cette manifestation littéraire a déjà attiré une dizaine d’auteurs et d’illustrateurs
à Miramas. Ils sont allés à la rencontre des élèves de tous âges, préparés par leurs professeurs. Échanges, ateliers de dessins, réalisations
de bandes dessinées étaient au programme de cette 1re édition. Parallèlement, la ville a organisé un concours de nouvelles, ouvert à tous
les Miramasséens âgés d’au moins 7 ans. Les nombreuses contributions démontrent l’intérêt pour l’écriture. Ville en livres 2012 se prépare
avec le partenariat étroit de l’Éducation nationale et de la médiathèque
intercommunale.
Toutes les démarches sont engagées pour que le conservatoire
intercommunal de musique et de danse devienne
départemental. Ce label permettrait à ses usagers de poursuivre
un enseignement dans les structures d’Ouest Provence. En
supplément des classes de musique et de danse existantes
aujourd’hui, l’art dramatique pourrait y être enseigné. En attendant
ce rayonnement départemental, des master-class de théâtre
commenceront à la rentrée scolaire 2012.
11 l Miramasinfo N°117
Dossier
Un patrimoine culturel riche
Miramas détient un patrimoine culturel digne d’intérêt: la Poudrerie gérée
conjointement par Miramas et Saint-Chamas, l’église romane de NotreDame de Beauvezer, la chapelle Saint-Vincent, la chapelle Saint-Julien.
Une vingtaine de bories est répertoriée, les châteaux de Cabasse et de
Belval témoignent de l’architecture des siècles passés. L’association provençale de préservation et d’animation ferroviaire détient et entretient
des locomotives de collection.
Lire et grandir, la littérature et l’art deviennent accessibles
aux enfants qui ne savent pas encore lire. Des ateliers à la médiathèque intercommunale leur permettent de s’exprimer, alors que plusieurs classes fabriquent des livres.
Une collection d’œuvres contemporaines constitue le fond de
l’artothèque intercommunale. Les usagers de la médiathèque
peuvent les emprunter pour trois mois. Des spécialistes sont à votre
écoute et à votre disposition pour vous guider dans vos choix.
La Galerie des Molières, qui fonctionne sous forme associative,
est devenue depuis son ouverture en 2008, le lieu incontournable
des artistes internationaux et locaux, à raison d’une exposition tous
les deux mois.
Le plasticien Claude Morin intervient auprès des enfants aux
pieds des immeubles. Au fur et à mesure des séances, l’imagination
débridée est canalisée par le peintre qui les emmène sur les voies
de l’art, leur apprend les bases de la composition et de la couleur.
L’essentiel étant de s’exprimer, d’échanger, de laisser une trace…
et de s’amuser !
Les lieux
Théâtre La Colonne : avenue Marcel-Paul. 04 90 58 37 86, 04 90 50 05 26
www.scenesetcines.fr
Cinéma le Comœdia : rue Castagne. 04 90 50 14 74 Tous les
programmes : 08 92 68 05 98 www.scenesetcines.fr
Médiathèque intercommunale : avenue de la République.
04 90 58 53 53 [email protected]
www.mediathequeouestprovence.fr
Artothèque intercommunale : avenue de la République. 04 42 11 27 23
Conservatoire de musique : rue Abbé-Couture. 04 90 58 58 97
La culture provençale est revendiquée par la municipalité. La fête qui lui est
consacrée (cette année, les 14 et 15 avril) attire un nombreux public.
Des événements culturels toute l’année
Depuis 2008, la municipalité propose des manifestations ouvertes
à tous les Miramasséens. Ils y sont associés dans la préparation,
par l’intermédiaire des associations et des conseils de quartier :
la fête provençale Racino & Jitello, Nature en fête, la fête de la
musique et le festival Nuits Métis, la fête du Train, la Fiesta des
quartiers, la fête de la Libération, la fête de la Fraternité, la fête
des Générations, la Féerie de Noël et Noël pour tous.
12 l Miramasinfo N°117
Vie municipale
Conseil de Sages: une force consultative
Le Conseil de Sages est né de la volonté du maire de faire
réfléchir ensemble des Miramasséens de divers horizons sur
l’identité, les atouts et les perspectives de Miramas, afin
d’enrichir sa réflexion sur les manières d’améliorer le bien
vivre ensemble, l’image et l’attractivité de notre commune.
e conseil de Sages a signé son acte de naissance en février 2011.
Par leur disponibilité et leur liberté de penser, les citoyens qui ont
accepté de siéger dans ce conseil, qui n’est ni une instance
juridique, ni un organe de décision, consacrent leurs réflexions aux
L
intérêts de la ville. Issus de milieux différents, riches d’expériences
variées, d’opinions politiques, religieuses ou philosophiques différentes,
les sages, totalement indépendants, jouissent d’une parfaite égalité et
liberté pour exprimer au maire toute proposition issue de leur vision du
passé, du présent et des projections vers l’avenir. Pour plus d’efficacité,
les sages se sont répartis en trois ateliers: “Cadre de vie”, “Valeurs”,
“Culture”. A raison d’une rencontre par trimestre, les membres
construisent peu à peu des analyses et propositions partagées qui
pourront inspirer utilement les choix municipaux.
Trois questions à quelques Sages
1. Pourquoi vous être engagé dans le Conseil ?
2. Que vous apporte-t-il à titre personnel ?
3. Qu’espérez-vous qu’il apporte à la communauté des Miramasséens ?
JACQUES BAUDOUX
JOSIANE SANTANA
1. Développer localement la démocratie est très important, la municipalité nous a donné l’opportunité de
nous engager. Je l’ai saisie comme
un outil supplémentaire.
2 et 3. L’enrichissement vient de rencontres avec des gens extraordinaires, avec des connaissances et
valeurs personnelles. C’est un moment privilégié de rencontres pour mettre de l’extraordinaire dans
l’ordinaire, au profit de la communauté, dans le cadre d’une réflexion
commune. Des idées concrètes émergent déjà de l’atelier “Valeurs”.
1. Le concept est intéressant. Il favorise la rencontre d’horizons différents
et permet l’échange.
2. Participant par ailleurs à la vie associative, j’apporte ma contribution
et je me tiens au courant dans le
cadre de l’atelier “Valeurs”.
3. Mon but est de faire des propositions qui pourraient faire bouger
certaines lignes, d’élaborer des projets.
Francis Molinard
MARTHE GACHET
1. J’ai été intéressée autant par le
thème (réfléchir sur l’identité de Miramas), que par la démarche proposée:
réunir des gens aux spécificités très diverses, indépendamment de leurs opinions politiques ou religieuses. C’est
une chance de pouvoir échanger ainsi
des idées.
2. La partie du projet dont s’occupe mon groupe s’intitule “Culture” :
je suis dans mon élément, en tant qu’ancien professeur de Lettres !
J’y trouve un triple intérêt, historique, sociologique, humaniste. Nous
remontons haut dans l’Histoire de Miramas pour analyser les mouvements de la population, leurs causes, leurs conséquences, particulièrement sur la formation d’une identité collective. C’est
passionnant, et très instructif.
3. Notre groupe pourra offrir aux Miramasséens un tableau analytique
et synthétique de la population, avec ses divers flux migratoires
jusqu’à nos jours, ainsi que les réflexions qu’on peut en tirer sur la
constitution, aujourd’hui, d’un ciment social et d’une identité. Ainsi
placée dans une perspective historique, l’identité d’une ville apparaît,
non pas comme le fruit du hasard, ou le reflet d’un état ponctuel,
mais le produit de l’apport de toutes ses composantes, à chaque
étape de son Histoire.
1. Intéressé par la généalogie, j’ai tout
de suite adhéré à l’atelier “Culture”.
2. La rencontre avec les autres m’apporte des connaissances sur la ville,
qui tiennent par les souvenirs.
3. Miramas s’est constituée d’implantés venus d’autres départements, régions ou pays pour
travailler. J’aimerais que nous arrivions à démontrer qu’on vit bien ensemble avec le partage de richesses différentes.
BERNARD WAUQUIER
1. Cette instance permet des rencontres de personnes aux sensibilités et
préoccupations différentes, de croiser les questions et les expériences
pour s’enrichir.
2. Il est intéressant, pour connaître
un territoire, de mieux connaître les
acteurs et moteurs de la ville et mesurer les enjeux du monde actuel.
3. Nous prenons le temps du recul pour relire ce qui a été vécu. Ce travail
de discernement et de réflexion sur les attentes offre une autre approche
que celle des élus, en toute liberté.
13 l Miramasinfo N°117
Vie municipale
Préserver l’environnement naturel
et agricole et améliorer
le cadre de vie des Miramasséens
Nouvelle zone :
espace agricole
PADD: Miramas choisit
Le projet d’aménagement et de développement durable
(PADD), qui fixe les orientations du futur plan local
d’urbanisme (PLU), s’améliore. Il avait été présenté dans
l’urgence lors du conseil municipal du 9 février, compte
tenu des contraintes fortes de calendrier pour aller au
bout du PLU avant qu’ils ne deviennent intercommunaux.
Le 19 mars, deux propositions complémentaires
d’extension des secteurs naturels et agricoles ont été
soumises au débat des élus.
Nouvelle zone : espace naturel
et fonction écologique
Pour les autres symboles, se référer
au Miramas Info n° 116 (mars 2012)
Réussites : les Miramasséens qui gagnent
Quelques représentants des nombreux Miramasséens qui ont contribué à la fête des Générations.
Depuis quelques années, une Association pour le Maintien de l’Agriculture
Paysanne (Amap) s’est installée sur Miramas avec le soutien de la
municipalité. Cette Amap Culture Nature établit un partenariat actif et direct
entre un producteur bio et des consommateurs éco-responsables. Elle favorise
le développement de l’agriculture bio sur notre territoire. Ce projet s’inscrit
parfaitement dans le programme municipal en faveur du maintien d’une
agriculture de qualité. Chaque semaine, les consom’acteurs qui composent
l’Amap reçoivent à Cabasse légumes bio, lait et fromages de chèvre, viandes
d’agneau et de porc, estampillés agriculture biologique.
Un hommage collectif a été rendu à toutes les associations et organismes qui
ont permis, par leur engagement la réussite de la fête de la Fraternité en février
et de la fête des Générations en mars, pour la deuxième année consécutive.
Un grand merci aux membres de toutes ces organisations qui ont donné de
leur temps sans compter : Association des retraités de Miramas, Vivre
notre temps, Club entraide solidarité 13, UAICF, OMS, ADMR l’Olivier,
ADMR Loisirs culture environnement, chorale les Mésanges de
Croizat, Orch’Idées, Paroisse Saint-Louis, chorale de l’école JeanMacé, les Orchestructibles, Artistes en scène, Évasion Peinture,
maison de retraite les Jardins de la Crau, centres sociaux Carraire,
Giono et Schweitzer, IMédias, MJC-MPT, Mirathon et AFM, MDS, Pole
Emploi, Cap Emploi Heda, Bridge Club de Miramas, CCAS, Armand
Griffon, parrain de la fête de la Fraternité, Association Mistral,
Comœdia, Amicale des donneurs de sang, boulangeries et confiseries
de Miramas, Comité communal feux de forêts, Galerie des Molières,
écoles de Miramas, Secours populaire français, Restos du cœur, AFE,
Danse ta vie, Décadanse, Femmes solidaires, la Grange du clos
d’Ambroise, Mille et une danses, Mission locale Ouest Provence,
Tradautour, Unis-Cité, Grape, ASCM Pétanque, Chœur Amadeus,
Résidence Bleu Soleil, maison de retraite les Jardins fleuris, Scrabble
Club de Miramas, Club d’échecs de Miramas, services municipaux.
Athlète de haut niveau, Laurent Cabrol connaît un palmarès impressionnant :
grand marathonien, meilleure performance en Mondial handisport sur 100 km,
champion d’Europe de triathlon plusieurs années… Éducateur et préparateur
sportif, il est aussi impliqué au sein de l’US Miramas comme responsable en
catégorie jeunes moins de 19 ans et chargé de projet tournoi jeunes. Secrétaire
du proviseur au lycée Cocteau, il fourmille de projets sérieux qui pourraient
faire du lycée une plaque tournante des formations au sport dans les années
à venir. L’un de ses objectifs est d’attirer à Cocteau, dès la Seconde, les élèves
motivés par une carrière dans l’encadrement sportif professionnel. Bref,
Laurent Cabrol est un exemple et un dynamiseur efficace pour les jeunes qui
l’entourent mais aussi pour les adultes qui l’accompagnent.
Créé en 1985 par Jacques Tadeuszak (33 ans de pratique, 5e dan, des titres
européens et mondiaux), le Chuong quan khi dao club de Miramas compte
35 membres dont deux ont des résultats impressionnants. Franck Audemard,
37 ans, président du club et 3e dan, régulièrement titré en coupe de France
14 l Miramasinfo N°117
de renforcer ses espaces naturels et agricoles
près avoir observé une minute de silence en mémoire des
victimes de Toulouse et Montauban, l’assemblée a pris
connaissance des modifications proposées. Le plan
d’occupation des sols de 1985 prévoyait deux zones dédiées au
développement économique sur le triangle de Couvent et sur celui du
Monteau. Le groupe de travail sur le PLU, composé de représentants
de la commune, du SAN et de l’État, a proposé de classer l’un de ces
secteurs (Couvent) en zone agricole et l’autre (Monteau) en zone
naturelle. Cela tient à la volonté de ne pas créer des zones d’activités
en discontinuité territoriale avec le reste des zones urbaines existantes
A
et permettre l’existence de zones vertes tampons aux limites
communales dissuadant toute urbanisation mitoyenne sur les
communes riveraines sources de nuisances fortes pour Miramas.
La majorité municipale a retenu ces propositions qui respectent à la
lettre la loi et qui viennent en plus, comme l’indique le maire “conforter
une volonté d’augmenter autant que possible les espaces naturels et
agricoles dans la commune” sans pour autant grever “la nécessité de
permettre du développement économique créateur d’emplois” comme
le précise Gérald Guillemont évoquant les ZAC de la Gare et de la
Péronne-Boule noire.
ainsi qu’au championnat du monde, est devenu champion de France en 2011
en combat vétéran et remet son titre en jeu dans quelques semaines. Martial
Tadeuszak, moins de 17 ans, depuis 5 ans. Il est champion de France 2011
en combat cadet moins de 53 kg et sélectionné au championnat de France
juniors en mai prochain. Bonne chance de succès aux deux compétiteurs !
Par ailleurs, lors des Olympiades pour le métier de “jardinier paysagiste”
organisées par la région Paca, le lycée Fontlongue a été une nouvelle fois
récompensé grâce à deux élèves : Gauthier Del Grande, 18 ans et demi, et
Jonathan Grangier, 19 ans, élèves de terminale Bac Pro “Aménagements
paysagers”.
Depuis son enfance, Anthony Allouche est passionné par la scène. Dans toutes
ces expressions, le regard des enfants l’a particulièrement touché, cet éclair de
bonheur renvoyé à chaque représentation. Avec les autres membres d’Artiste
en scène, il offre désormais du bonheur aux enfants malades en arpentant les
hôpitaux de la région déguisé en clown, avec son équipe il redonne le sourire à
des enfants en souffrance, une tache magnifique et pleine d’amour.
Deux membres du Judo Club présidé par Daniel Daumas se sont distingués
pour leurs exploits : Sébastien Cannas se classe deux fois 1er aux sélections
départementales, bien préparé pour affronter le prochain championnat de
Provence benjamin. Julien Rouillard a réussi l’examen technique d’accès à
la ceinture noire en 2006. Puis, il choisit de se consacrer à ses études de
chimie. Diplôme en poche, il revient au judo et décroche avec brio l’épreuve
de compétition donnant accès à la ceinture noire. Ces deux judokas illustrent
les forces de ce club structuré, performant et formateur.
Créé dans les années vingt, Lei Viei Pastoureu consacre ses activités à
mettre en valeur nos traditions provençales. Les temps forts s’échelonnent de
septembre à janvier, pour les répétitions et représentations de la Pastorale
Maurel. Au moment de Noël, les adhérents montent sur les planches pour
relater la version provençale de la Nativité, entretiennent les costumes, les
décors, règlent le son et la lumière, s’occupent de l’intendance… Pour Francis
Zérolo, président, la pastorale est une affaire de famille. Son grand-père
Joseph comptait parmi les fondateurs, son père, Paul lui succédera, Nathan,
le petit-fils, est prêt à reprendre le flambeau ! Lei Viei Pastoureu défendent
notre “lengua prouvenço” et la culture si riche de notre région.
La chorale de l’école Jean-Macé,
créée il y a une dizaine d’années
connaît un nouveau souffle depuis
trois ans sous l’impulsion de la directrice de l’école Monique Trinquet et
de Brigitte Salafia, animatrice scolaire. Autour de cette chorale, un projet pédagogique est mis en œuvre
dans le cadre du projet d’école “Maîtrise de la langue”. À chaque rentrée
scolaire, avec toute l’équipe pédagogique et l’animatrice, le projet est
réactualisé et les onze classes de
Monique Trinquet et Brigitte Salafia.
l'école s’exercent tout au long de l’année. La chorale a participé avec talent à la fête de la Fraternité et à la fête
Provençale. Enfin, 270 élèves de l’école ont participé au spectacle de fin d’année présenté devant les parents. Lorsqu’on entend chanter cette chorale, on
sent qu’elle a une âme. Cela tient à la grâce des enfants qui la composent,
aussi à l’ambiance à la fois rigoureuse et conviviale qu’impulsent ces deux
animatrices.
La gymnastique volontaire est une pratique éducative, de proximité et en
groupe d'activités physiques diversifiées pour entretenir, améliorer, dynamiser
la santé, le bien-être et la qualité de la vie, les relations sociales et citoyennes
dans une approche non compétitive. Créée en 1995, la GVM, présidée par
Simone Charton, compte 103 licenciés. Lieu où convivialité, où ambiance et
maintien de la forme sont au rendez-vous autour d’activités diversifiées. Le
club participe de plus à de nombreuses manifestations municipales.
Les Miramasséens reconnaissent unanimement le travail des Brigades
vertes “ces groupes de gens qui passent comme des tornades dans le quartier” débarrassant allées et jardins des mauvaises herbes et détritus. Elles ont
été créées en mai 2010 à l’initiative de la Ville pour renforcer les services municipaux. La mission répondait parfaitement au contexte d’un chantier d’insertion, pour redonner une activité formatrice et professionnalisante à des
personnes en voie de retour vers l’emploi. Le projet a été monté avec Améli
Ouest Provence et les partenaires de l’emploi. La première brigade de douze
personnes a été un plein succès. Ses effectifs ont donc été doublés avec vingtdeux salariés. Ce dispositif répond parfaitement aux attentes des services municipaux, des élus et de la population. Il redonne aux salariés des repères
perdus durant une longue période chômage et un espoir d’évoluer vers un vrai
métier. Et c’est un travail qui compte pour notre collectivité par l’embellissement de notre ville.
Comme toutes les années, depuis 6 ans, le lycée Fontlongue a participé au
concours organisé par la Maison de l’Europe de Provence pour sensibiliser
collégiens et lycéens aux réalités de la citoyenneté européenne. Pauline
Guitton a été l’une des lauréates sur l'ensemble des lycées de la région Paca.
15 l Miramasinfo N°117
Toutes les générations réunies pendant
La semaine de la Fraternité en février, celle des Générations en mars. Depuis l’année dernière, la municipalité met tout en œuvre
pour que les forces vives de notre cité se rencontrent et partagent, avec ces deux fêtes en point d’orgue d’une philosophie qui se
veut présente tout au long de l’année. Du 17 au 24 mars, les enfants sont allés visiter les personnes âgées, leur offrant de simples
et si précieux dessins, les randonneurs ont parcouru des kilomètres ensemble, les surdoués de l’informatique ont enseigné les
bases à leurs aînés. Des chants ont résonné dans les maisons de retraite, les danses ont réuni retraités et enfants des crèches et
microcrèches. La mairie a permis que la Classe d’antan accueille les écoliers du XXIe siècle, a prêté la salle des fêtes à Orch’Idées
pour une grande soirée Melting’Potes, à Vivre Notre Temps pour un loto. Le Chœur Amadeus a offert un concert à l’église, la
MJC/MPT ouvert ses portes pour le lancement de la semaine, un atelier maquillage et des animations. La semaine s’est terminée
dans la cour de la mairie, avec tous les acteurs de Miramas, tous ces associatifs, conseils de quartiers, conseil de Sages, conseil
municipal des Jeunes, chefs d’établissements scolaires “des citoyens dynamiques, moteurs et exemplaires, qui essayent de
construire ensemble des solidarités possibles” leur adressait le maire Frédéric Vigouroux en guise de remerciements.
La reconstitution d’une classe d’antan restera gravée
dans la mémoire d’un appareil numérique.
Les maîtres du club d’échecs ont initié les jeunes à leur jeu d’esprit.
À la Carraire, les amateurs de country de l’ARM
donnent une leçon de danse aux enfants des crèches.
Après-midi ludique à la maison de retraite les Jardins fleuris où Orch’Idées a
apporté ses jeux.
L’association Vivre Notre Temps a inscrit son loto et une marche vers Cabasse dans la fête des Générations.
16 l Miramasinfo N°117
une semaine de fêtes et d’échanges
Romaïssa, en cours préparatoire, a joué les
ambassadrices des enfants auprès des
doyens Maurice Chaput, 100 ans, et Simone
Pinson, 101 ans. Elle leur a remis des
présents offerts par la municipalité.
Les enfants du centre social Giono ont choisi les fleurs destinées aux jardinières de la
maison de retraite les Jardins de la Crau. Ils ont écouté les conseils des résidents pour
planter les pensées et herbes aromatiques (ci-dessus).
Les Mésanges de Croizat ont chanté pour les personnes âgées de la maison
de retraite Les Jardins de la Crau.
Pour clore la fête des Générations, les élus ont invité à se rencontrer les
membres du conseil municipal des Jeunes, du conseil de Sages, des conseils
de quartiers, les associatifs… tous les acteurs qui s’engagent pour leur ville.
Ils avaient préparé des dessins qu’ils
ont offerts aux personnes âgées
Formidable outil d’animation, le multimédia entre dans les maisons de
retraite grâce aux ordinateurs, à la Wii et aux animateurs d’IMédias.
17 l Miramasinfo N°117
Vie municipale
Carnaval
La ville se préparait au carnaval depuis des mois avec un seul mot d’ordre
qui laissait libre toutes les imaginations : le cirque ! Dans les trois centres
sociaux, les grosses têtes prenaient forme à partir de papier mâché, dans
un joyeux chahut qui réunissait enfants et adultes. Les “petites mains”
sachant manier l’aiguille cousaient les costumes, d’autres fabriquaient les
accessoires. Catherine Lafont Directrice de la MJC/MPT a orchestré toutes
ces équipes pour offrir aux Miramasséens un carnaval exceptionnel. Tout
était prêt le 31 mars pour que le corso s’élance de la place Henri-Barbusse
où l’atelier maquillage préparait les participants.
Initiation au jonglage, hula-hoop ou encore lasso, vélos rigolos, structures
gonflables, fabrication de pantins articulés… impossible de s’ennuyer.
Echassiers, grosses et petites têtes, marionnettes géantes, jongleurs,
fanfares et musiciens, Batucada et clowns ont guidé la foule à travers les
rues de la ville dans un rythme endiablé.
Confettis et barbe à papa étaient gracieusement offerts par la municipalité
afin d’apporter encore plus de joie à cette journée ensoleillée. Caramentran
a ensuite traditionnellement été jugé, donnant
rendez-vous aux enfants l’année prochaine !
Remerciements à : la MJC-MPT de Miramas, aux
centres sociaux Giono, La Carraire et Schweitzer,
l’association Maisons et Jardins, l’UAICF, l’association
orch’idées, les usagers des centres sociaux et bénévoles,
la ludothèque du SAN OUEST PROVENCE, la maison de
retraite « Les Jardins de la Crau »...
Atelier cirque
Défilé
La batucada
Les grosses têtes, centre social Giono
Les marionnettes géantes
Stand de maquillage
18 l Miramasinfo N°117
La CAF au bout des doigts
Miramas est la première ville des Bouches-du-Rhône, après
La Ciotat, à détenir une borne CAF en libre-service, qui permet
aux administrés d’accéder aux services de la caisse d’allocations familiales en direct.
e maire voulait que ses administrés aient accès aux services de la
caisse d’allocations familiales en direct depuis Miramas. C’est chose
faite puisqu’une borne informatique en libre-service est installée
dans les locaux du CCAS depuis quelques semaines. Plus besoin de se
déplacer hors de Miramas pour traiter ses dossiers. Chacun peut consulter
son dossier, simuler ses droits, éditer les attestations de paiement ou
formulaires de demande de prestations.
Un écran tactile, un clavier lisible en braille, un scanner et une imprimante,
et le tour est joué. Pour une relation plus personnalisée, la borne est réservée le mardi matin à des visioconférences sur rendez-vous pris au
CCAS. Un technicien de la CAF traite avec vous votre dossier en direct.
Borne CAF en libre-service : du lundi au vendredi de 8 h 30 à
12 h et de 13 h 30 à 17 h.
Le mardi de 8 h 30 à 12 h : visioconférence.
CCAS : place Jean-Jaurès. Tél. : 04 90 17 31 32.
L
Les vacances de la Petite enfance
Le CCAS propose une offre nouvelle aux parents d’enfants âgés de
2 à 4 ans : un accueil en juillet au Multi-Accueil Carraire.
De 7 h 30 à 18 h 30 (avec un déjeuner servi), vingt-cinq enfants
trouveront une place régulière ou occasionnelle, selon les besoins
des familles. Et comme toujours dans le secteur de la Petite
enfance, une équipe d’encadrement qualifiée offrira un projet
éducatif et un programme d’activités adaptées aux tout petits.
Tarif. Il sera calculé en fonction des revenus du foyer et de la composition
familiale (selon le barème de la Caisse d’allocations familiales).
Inscriptions. Pôle Petite enfance, parc de la Carraire, bâtiment le
Doris. Tél. : 04 90 17 26 72.
Permanences. Lundi de 14 h 30 à 17 h ; mardi de 9 h à 11 h, ;
vendredi de 9 h à 11 h. Le mercredi sur rendez-vous de 9 h à 11 h et
de 14 h à 17 h.
Documents à fournir. Carte nationale d’identité, livret de famille,
dernier avis d’imposition des parents ou des deux conjoints,
notification de la CAF/MSA ou autre organisme d’affiliation,
justificatif de domicile (quittance ou dernier avis d’échéance de
loyer ou facture EDF, eau…).
Enquête sur l’emploi,
le chômage et l’inactivité
L’institut national de la statistique et des études économiques
(Insee) réalise régulièrement des enquêtes. La prochaine sur le
territoire portera sur l’emploi, le chômage et l’inactivité. Depuis
le 2 avril et jusqu’au 21 juillet, un enquêteur muni d’une carte
officielle, interrogera ou rendra visite à plusieurs Miramasséens.
Les réponses fournies lors des entretiens resteront anonymes et
confidentielles, selon les termes de la loi.
Cette enquête apportera de nombreuses informations sur l’état et
l’évolution du marché du travail, sur l’évolution des conditions de
travail, des parcours professionnels et de la formation.
“Nous aimons
notre ville
respectons-la”
Des bornes pour le linge
La municipalité a fait installer des collecteurs de linge dans la
commune (voir p. 23).
Comment s’en servir ? Le sac est indispensable, il est simplement posé dans le tambour et tombe sans autre manipulation,
puisqu’il n’y a aucune poignée. Il est plus raisonnable d’avoir plusieurs sacs de taille moyenne plutôt qu’un grand sac trop lourd.
S’il refuse de tomber, c’est que la boîte est pleine, n’insistez pas,
appelez le 0800 673 673 inscrit sur le collecteur. Ou recherchez
une autre borne dans les environs.
Notre ville vous dit “merci”.
19 l Miramasinfo N°117
Vie municipale
Les travaux
Meilleure visibilité au rond-point Cassin
En accord avec les services de l’État et
du conseil général, la municipalité a
entrepris des travaux sur le rond-point
René-Cassin pour enlever les obstacles
visuels, sources d’accidents, et offrir
davantage de visibilité aux conducteurs.
ans cette perspective, le muret de
pierres a été supprimé ainsi que deux
arbres en mauvais état et dont les
rejets endommageaient la fontaine.
À la place, soixante essences de plantes
méditerranéennes, économes en eau, et six
magnolias côtoieront une bande de gazon et
des aménagements de gravier coloré. Une
aire de stationnement sera également
réservée à l’intérieur du rond-point pour
garantir aux employés municipaux qui
assurent l’entretien, une sécurité optimale.
Le montant des travaux s’élève à
84 104 €TTC, financés pour moitié par le SAN
Ouest Provence et le conseil général.
D
L’avenue de la République
rendue temporairement aux usagers
La première tranche de travaux
terminée dans les délais, l’avenue de la
République a été rendue à la circulation
depuis le mois de mars. Pour une raison
indépendante de sa volonté, le SAN
Ouest Provence a interrompu le
chantier: un câble électrique non
identifié par ErDF risquait de mettre en
péril la sécurité des ouvriers et doit être
déplacé avant toute reprise.
e premier tronçon terminé, le SAN,
maître d’ouvrage, a pris la sage décision
de ne pas poursuivre tant que le
problème électrique ne serait pas résolu.
Trois raisons : “la sécurité des ouvriers,
l’impossibilité de priver les riverains
d’électricité en cas de nouvelle rupture de
câble, enfin la circulation dans la ville”. Les
travaux reprendront à la mi-avril par
tronçons. L’arrêt du chantier n’a aucune
incidence sur le coût.
Le premier tronçon (jusqu’à la rue Colbert) a
revêtu son aspect définitif pour ce qui
concerne la chaussée, la piste cyclable,
l’éclairage public. Ne manquent que les
arbres, qui seront plantés à l’automne, pour
L
une raison de saisonnalité. A la demande de
la mairie, le SAN a joué la carte des couleurs
du temps en choisissant des érables, aux
feuilles “blanches au printemps, vertes à
20 l Miramasinfo N°117
l’automne, rouges en hiver” souligne le
maire. Une quarantaine d’arbres sera
plantée, les premiers alors même que le
chantier aura repris sur l’avenue.
L’eau c’est la vie, la mairie l’économise !
arrivée d’un économe de flux, il y a quelques
mois dans le service Agenda 21, a permis de
détecter certains dysfonctionnements que la
municipalité entreprend de corriger. Aussi, il a été
révélé une consommation importante d’eau potable
de la fontaine Castagne à Miramas-le-Vieux.
Afin de réduire celle-ci, la mairie, en concertation
avec le conseil de quartier des 4-Chemins, a
procédé à des travaux. Deux électrovannes,
identiques à celles déjà utilisées par les espaces
verts pour l’arrosage, réguleront le flux de l’eau. Il
sera interrompu la nuit dans la fontaine et dans le
lavoir voisin (tout en laissant en fonctionnement
l’alimentation des toilettes publiques). Elles ont été
installées fin mars.
Cette intervention, d’un coût de 3 500 €, sera
rapidement amortie en permettant de diminuer de
moitié la facture d’eau, une économie non
négligeable, tout en conservant l’aspect
patrimonial de la fontaine, chère aux
Miramasséens, point de relais des marcheurs et
des cyclistes.
L’
La base nautique
Les canaux
À leur retour sur l’étang de Berre, après l’arrêt des activités en janvier
et février, les marins qui fréquentent la base nautique ont découvert
de nouvelles installations. Les services techniques ont travaillé entre
le 23 janvier et le 27 février pour refaire les quais, abîmés par l’eau,
stabiliser le terre-plein central et rehausser l’embarcadère pour mieux
le protéger des vagues. Un enrochement de protection a également
été construit. Montant des travaux : 58 383,94 €TTC (financement :
50 % SAN Ouest Provence, 50 % conseil général).
Les services techniques de la ville ont profité de l’hiver pour curer les
canaux, remis en eau l’avant-dernière semaine de mars. Le faucardage
afin d’éliminer les végétaux dans et aux alentours des canaux et le
curage ont été effectués sur 23 km.
Ces travaux annuels d’entretien coûtent 52 968,76 €HT à la commune,
et demeurent indispensables pour une bonne alimentation en eau
brute.
Et aussi
Rue Albert-Camus : parkings, aménagements de sécurité et ralentisseurs
(71 000 €TTC. Financement : 50 % SAN Ouest Provence, 50 % conseil général).
Rue Abbé-Couture : aménagements de sécurité et ralentisseurs
(52 000 €TTC. Financement : 50 % SAN Ouest Provence, 50 % conseil général).
21 l Miramasinfo N°117
Miramas s’engage pour son développement durable
Agenda 21 : des échanges pour un projet commun
Deuxième phase de la concertation, trois
ateliers de réflexion et d’échanges ont
réuni une centaine de personnes à la
MJC/MPT, les 20, 22 et 23 février. Les
participants ont pu s’exprimer sur trois
thématiques.
l’occasion des ateliers thématiques de
l’Agenda 21, 102 personnes ont pu
participer à la présentation de l’état
des lieux de la commune au regard du
développement durable.
L’objectif de cette première phase de
concertation avec les Miramasséens
consistait à donner à tous la même
information par la diffusion des résultats de
l’état des lieux (343 pages de synthèse de
documents divers) qui, conduit pendant
18 mois, a permis de révéler la situation de la
commune au regard du développement
durable dans quinze domaines d’activités
publiques ou parapubliques.
Cette nécessaire mise à niveau a permis
d’entamer un débat de fond sur les enjeux à
venir de la commune., par le recueil des avis
des Miramasséens afin d’enrichir le
diagnostic qui sera constitué à la fois de
données techniques et d’appréciation vécues,
de retours sur les données brutes
découvertes.
Trois ateliers étaient proposés : “Habiter à
Miramas”, “La nature à Miramas” et
“S’épanouir et travailler à Miramas”, qui ont
fait chacun l’objet des soirées. Après des
À
projections de données techniques issues de
l’état des lieux, chacun pouvait s’exprimer à
l’occasion d’un débat riche. Il a permis de faire
émerger des préoccupations communes telles
que l’accès à la formation supérieure, son
adaptation à l’environnement économique
local, la place des associations sportives dans
la commune ou encore les moyens
nécessaires pour réduire les consommations
énergétiques des particuliers…
À partir de cette vision commune, chacun
pourra, à l’occasion des débats à venir,
concourir à l’élaboration d’un projet
commun en faveur du développement
durable à Miramas.
Imaginez la ville de demain
Troisième étape de la concertation, le
forum “Imaginez la ville de demain”
s’ouvrira le 14 avril à la médiathèque. Il
sera un lieu d’échanges sur la vision de
Miramas dans 20 ans.
es Miramasséens intéressés par l’avenir
de leur ville réfléchiront au Miramas de
2032. Innovant, ce forum rassemblera les
habitants, les élus et les personnes travaillant
à Miramas, tous acteurs du changement, de
14 heures à 18 heures.
L
Un espace jeux pour les enfants
Comme lors des ateliers de février, et comme
ce sera le cas le 11 mai, la mairie installe
pour le forum, en partenariat avec la ludothèque de Ouest Provence, un espace de
jeux pour les plus jeunes. Cela permettra aux
familles de participer aux échanges en offrant une solution de garde.
Ce forum sera l’occasion de discussion autour
de sujets définis par les participants en
réponse à la question suivante : “Quelles sont
les idées, les questions et les possibilités que
je veux explorer pour offrir de bonnes
conditions de vie aux futurs Miramasséens ?”
Toutes les idées sont les bienvenues, aussi
n’hésitez pas à y réfléchir dès maintenant et
rendez-vous à 14 heures précises le 14 avril à
la médiathèque !
Un dernier atelier de partage du diagnostic de
l’Agenda 21 se déroulera le 11 mai à
18 heures à la MJC/MPT afin de restituer les
échanges des ateliers du 20, 22 et 23 février
et du forum du 14 avril.
Venez nombreux ! Votre avis nous intéresse !
LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS
• Atelier “Ma vie éco-logique” : samedi
14 avril de 9 h à 10 h 30 et 10 h 30 à 13 h
(limité à 6 places par atelier et sur
inscription) à la médiathèque
22 l Miramasinfo N°117
• Forum “Imaginez la ville de demain” :
samedi 14 avril, de 14 heures à 18 heures
à la médiathèque
• Les enjeux du XXIe siècle à Miramas :
vendredi 11 mai à 18 heures à la
MJC/MPT
BOÎTE À IDÉES
Covoiturage, échange de techniques,
nettoyage collectif… Vous souhaitez
partager, proposer des idées, relater des
expériences ? Un mur d’expression, sous
forme de dazibao, est à votre disposition
dans le hall de la mairie
jusqu’au 30 avril.
Et toujours, pour vous exprimer sur tous
ces sujets et tous ceux de l’Agenda 21,
l’adresse électronique :
[email protected]
Collecter du linge pour économiser
La municipalité a fait le choix de
valoriser la collecte de linges et de
chaussures. Pour cela, elle a signé une
convention avec Philtex, qui implantera
au total dix points de collecte sur la
commune.
ntreprise de recyclage de linge, Philtex
vend à prix modique en magasins,
exporte dans des pays en voie de
développement et revalorise pour les
réintroduire dans le cycle de production les
textiles usagés et les accessoires. Ce service
crée des emplois : la société est partenaire de
la Croix Rouge, du Secours populaire, du
Secours catholique qui offrent des emplois
durables à des personnes en difficulté : deux
sont créés pour 200 tonnes collectées.
Pour la municipalité, l’objectif de
l’implantation de points de collecte est
double : réemployer et transformer les
matières premières ainsi que réduire le
tonnage des ordures ménagères. Tout ce qui
ne part pas dans les poubelles est autant
d’économisé. En triant, nous concourons tous
à réaliser des économies.
Philtex avait déjà installé cinq collecteurs en
2010, elle vient d’en rajouter trois et en
prévoit deux autres. Les chiffres sont
E
éloquents : 21,6 tonnes ont été collectées ce
qui laisse présager de bons résultats avec dix
emplacements. Cela répond à la volonté de la
municipalité de s’investir dans le recyclage et
le développement durable.
LES POINTS DE COLLECTE
• Avenue Balzac (groupe scolaire GérardPhilipe)
• Place du Foirail (centre social Carraire)
• Route des Chirons (face à Promochoc)
• Avenue Marcel-Paul (lycée Cocteau)
• Avenue du Ponant
• Avenue de Camargue (groupe scolaire
Chantegrive)
• Rue Hubert-Giraud
• Rue des Lauriers (LP Les Alpilles)
ET BIENTÔT
• Avenue du Levant (collège Miramaris)
• Boulevard Guy-de-Maupassant (collège
Camus)
Le forum mondial de l’eau à Miramas
Implantée à Miramas depuis 2002, la société Phytorem, qui
pratique l’épuration des sols par le bambou, a attiré des
entrepreneurs du monde entier pour visiter trois de ses stations
installées dans la commune.
n dépolluant les sols par les plantes, avec son procédé breveté
Bambou-Assainissement®, Phytorem est devenu, depuis 10 ans,
un acteur incontournable du développement durable. Les
participants au forum mondial de l’eau ont été convaincus par la
directrice de Phytorem Véronique Arfi, en suivant ses explications dans
les bambousaies de Sulauze et de Cabasse, éco-stations d’épuration
et laboratoires à ciel ouvert qui comptent parmi les quarante en
fonctionnement dans le monde. La société traite les effluents des
industries agroalimentaires, vinicoles, les eaux usées domestiques et
pluviales, les sols pollués, grâce à cette herbacée qu’est le bambou :
“zéro rejet, pas de boues, des ressources énergétiques, un piège à
carbone” explique Véronique Arfi qui relève également “la solution
esthétique et paysagère” qu’offre cette plante. Des atouts non
négligeables pour la délégation d’entrepreneurs mondiaux et pour
Phytorem, candidat au réseau mondial des PME de l’eau, dont le projet
a été labellisé lors du forum de Marseille.
Son objectif principal est de fournir un outil de développement aux
sociétés adhérentes grâce aux transferts de compétences et de
technologies, la mise en place de formations, voire la constitution de
co-entreprises…
De sites d’expérimentation en installations d’éco-stations dans le
monde, Phytorem marque une empreinte forte dans le territoire
d’Ouest Provence, où l’eau est omniprésente. Le président du SAN le
E
Gérald Guillemont et Liliane Fleury ont accompagné les délégations mondiales
dans la visite des éco-stations d’épuration par le bambou qui ont vu le jour à
Miramas.
soulignait dans son discours d’accueil à Sulauze : “Phytorem est
susceptible d’intéresser d’autres entreprises du même type. C’est mon
souhait de pouvoir accueillir des activités d’avenir afin de renouveler
et diversifier notre tissu économique, d’apporter des solutions de
développement durable à l’industrie et enfin de participer directement
à la protection de notre ressource en eau et donc de notre
environnement quotidien”.
23 l Miramasinfo N°117
SAN Ouest Provence
“A mon propre conte”
Restos du cœur
La salle d’exposition de la médiathèque a pris l’allure d’un atelier
pendant la manifestation Lire et Grandir, qui s’adresse aux enfants
qui ne savent pas encore lire. Les écoliers (et le public du mercredi)
ont fait évoluer les installations de la plasticienne Rachel Poignant. Son
univers de contes de fées a séduit les jeunes artistes. Après avoir entendu
Hansel et Gretel, dit par les bibliothécaires, les enfants ont apporté leur touche à un imaginaire
narratif, transformé au fil des jours et forcément éphémère.
La 27e campagne nationale des Restos du
cœur s’est achevée le 23 mars. Les antennes
du territoire de Ouest Provence se sont
partagé les 50000 € de subventions versées
au titre de la cohésion sociale. Cette somme
a permis aux Restos d’améliorer le quotidien
de 1380 personnes. Toutefois, à Miramas,
le calendrier n’est pas calé sur celui du pays.
Les Restos restent ouverts toute l’année,
pour soutenir 229 familles, souvent
monoparentales ou avec des enfants de
moins d’un an. Le président départemental
dresse un “triste constat. Nous accueillons
de plus en plus de travailleurs”. Tous les
bénévoles distribuent aux bénéficiaires des
produits pour une alimentation équilibrée,
aident aux devoirs, proposent du linge, de la
vaisselle, des livres. Des microcrédits sont
aussi à l’ordre du jour. Et pour faire entrer un
peu de bonheur dans les Restos, un aprèsmidi dansant est programmé le samedi tous
les 15 jours. Disposant de vinyles,
l’association est la recherche d’un tournedisque. À vos greniers!
Restos du cœur: place du Foirail.
Vu pour vous - Vu pour vous - Vu pour vous - Vu pour vous
Cahiers d’histoire
Le suicidé
Commande à quatre auteurs algériens et marocains pour jouer dans
les lycées pour les lycéens, Cahier d’histoires a été transposé pour la
scène de La Colonne et offrir à un public plus large les préoccupations
d’une époque. Subtilement, avec une finesse infinie, Fouad Laroui,
Hajar Bali, Youssef Fadel et Mustapha Benfodil, mis en scène par
Philippe Delaigue, ont réussi à traiter de la mort, la politique, l’amour
et le désir d’ailleurs (les quatre thèmes imposés) avec une justesse
qui fait mouche.
Les adolescents et les adultes ont pu trouver dans ces courtes pièces
de vingt minutes des réponses et surtout des interrogations liées à
leur sensibilité propre. Dans une maîtrise parfaite du jeu, les
comédiens s’appuient sur des sujets d’actualité ou intemporels, portés
par des textes éloignés de tous les clichés.
Pièce interdite au temps de l’URSS, Le suicidé nous entraîne dans
une spirale métaphysique à partir d’un fait banal : une envie
furieuse de saucisson au milieu de la nuit pourrait donner celle de
se supprimer ? Le titre ne prête pas à rire, le propos fait s’esclaffer
le public jusqu’au terme de la pièce en offrant des similitudes avec
l’époque contemporaine. L’humour russe, à la dérision féroce,
dénonce une mécanique, dresse des parcours de vie, dans une
absurdité comique. La troupe de comédiens, menée par une Anne
Alvaro extraordinaire, entraînée par des musiciens tsiganes,
déploie une énergie communicative jusqu’au bord de la tombe de
ce suicidé qui simule, pour plaire à ceux qui tireront le bénéfice
d’un symbole, et pour se donner à lui-même la possibilité d’un rêve
et déceler dans l’autre la popularité qu’offrirait la mort.
24 l Miramasinfo N°117
Notre histoire
Arthur Favaro, un héros de la Résistance
Fils de Antonio Favaro et de Thérèse Zarzato, Arthur Favaro est né le 14 février 1902 à
Cardoneghe dans la province de Padoue en Italie.
Vers 1925, Il s’enfuit à pied d’Italie où il est recherché. Il arrive en France, à Lyon, et travaille comme ouvrier mécanicien à l’usine Berlier, d’où il est licencié. Il s’établit à Miramas
où il devient ouvrier spécialisé à l’usine Kuhlmann sur le site d’Areva en 1933. Il se marie
à Adèle-Elvire Giorda, et ils auront sept enfants… Militant communiste, Arthur Favaro
rejoint le maquis FTP en janvier 1943, où il obtient le grade de “chef de détachement”.
“Méfiez-vous du Toréador” est le message envoyé de Londres le 5 juin 1944. Tous les résistants se préparent pour le débarquement de Provence, et ils rejoignent progressivement le maquis.
Le 10 juin 1944, Arthur Favaro quitte son domicile cité Bertrand, aujourd’hui rue ArthurFavaro. Le 11 juin 1944, en service commandé, il rejoint le maquis de Lambesc avec son
détachement. Il est fait prisonnier le 12 juin sur dénonciation, amené rue d’Italie à Marseille pour être interrogé et torturé par la Gestapo.
Le 13 juin, au lieu-dit “Le Fenouillet” entre Charleval et La Roque d’Anthéron, Arthur Favaro, ainsi que 27 autres hommes, sont fusillés par les nazis. Leurs corps ne seront retrouvés que le 6 octobre 1944.
La municipalité a dévoilé une plaque en 2009 en l’honneur d’Arthur Favaro, dans la rue
qui porte son nom. Elle est dans le quartier SNCF, entre la rue Isidore-Blanc et le chemin
de la Péronne, à l’angle d’un charmant jardin public. La maison familiale des Favaro est
située dans cette rue.
Témoignage de la famille Favaro recueilli
par le service des Archives municipales de Miramas
État civil
Ils se sont mariés
Ils nous ont quittés
Anne-Marie Leyritz et Michel Manuel,
le 25 février.
Gaëlle Leclercq et Foued Ben Hmida,
le 25 février
Régine Estrenne et Didier Arnould,
le 10 mars
Saïd El Alami, 72 ans, le 9 février
Rinaldo De Rugeriis, 71 ans, le 12 février
Nicola Iaciancio, 86 ans, le 22 février
Robert Soriano, 65 ans, le 25 février
Michelle Devillier, 73 ans, le 25 février
Simone Pueyo, 92 ans, le 27 février
Marcelle Natalini, 94 ans, le 27 février
Paule Pothier veuve de Ferrière, 100 ans,
le 28 février
Il est arrivé
Hugo Gilles,
le 26 février à Salon-de-Provence
25 l Miramasinfo N°117
Nicole Freschi, 63 ans, le 3 mars
Naceur Guizani, 44 ans, le 5 mars
Anne-Marie Ponthieu, 65 ans, le 7 mars
Robert Richard, 68 ans, le 16 mars
Seules les personnes qui ont donné leur
autorisation pour parution dans cette rubrique
y paraissent. La demande doit être faite au
moment de la déclaration au service Etat-civil.
Traditions Provençales
Lou pichot Capeiroun rouge II
Le petit Chaperon rouge II
Lou paure Capeiroun rouge à soun tour vèn pica :
- Pan ! pan ! à la porto.
- Quau es acò ? cridè lou loup.
- Es iéu vosto pichoto, que vous aduse d’espingleto…
- Eh ! bèn, ausso la cadaulo e li metras dessus la taulo.
- Vous adusiéu un pot de burre em’ uno fougasseto ; mai ai rescountra
lou loup, que m’a demanda moun panié ; ai agu pòu que me mangèsse
e i’ ai douna.
- E as bèn fa, mignoto !
- Mai, ma grand, ai uno bello fam !
- Tè, fai bada l’armàri : ié trouvaras de viando e manjaras.
- Ma grand, ai uno bello som !
- Eh bèn, vène te jaire, mignoto, contro iéu.
Quand lou Capeiroun rouge pièi se fuguè coucha, atrouvè dins lou lié
de cambo tóuti pelouso !
- Boudiéu ! ma grand, mai avès bèn un gros parla ?
- Es pèr miès me faire ausi, moun enfant !
- Boudiéu ! ma grand, avès bèn de gràndis auriho ?
- Es pèr miès t’escouta, moun enfant !
- Boudiéu ! ma grand, avès bèn un gros nas ?
- Es pèr miès te sèntre, moun enfant !
- Boudiéu ! ma grand, avès bèn d’iue lusènt ?
- Es pèr miès te vèire, moun enfant !
- Boudiéu ! ma grand, avès bèn de lònguis ounglo ?
- Es pèr miès t’arrapa, moun enfant !
- Boudiéu ! ma grand, avès bèn de lòngui dènt ?
- Es pèr miès te manja, moun enfant !
E’ m’ acò lou loup, hau ! la dévourguè.
Le pauvre Chaperon rouge à son tour vient cogner :
- Toc ! toc à la porte.
- Qu’est-ce que c’est ? cria le loup.
- C’est moi, votre petite, qui vous apporte des aiguilles.
- Et ! bien, tire la poignée et tu les mettras sur la table.
- Je vous apporte un pot de beurre et une petite fougasse. Mais j’ai
rencontré le loup qui m’a demandé mon panier ; j’ai eu peur qu’il me
mange et je le lui ai donné.
- Et tu as bien fait, mignonne !
- Mais, mère-grand, j’ai une grosse faim !
- Tiens, ouvre l’armoire, tu y trouveras de la viande et tu mangeras.
- Mère-grand, j’ai vraiment sommeil.
- Et ! bien, mignonne, viens t’allonger à côté de moi.
Quand le Chaperon rouge se fut alors couché, elle trouva dans le lit
des jambes toutes poilues.
- Mon Dieu, mère-grand, mais vous avez bien des poils aux jambes !
- C’est de la vieillesse mon enfant.
- Mon Dieu, mère-grand, mais vous avez une bien grosse voix !
- C’est pour mieux me faire entendre, mon enfant !
- Mon Dieu, mère-grand, vous avez de bien grosses oreilles !
- C’est pour mieux t’écouter, mon enfant !
- Mon Dieu, mère-grand, vous avez bien un grand nez.
- C’est pour mieux te sentir, mon enfant !
- Mon Dieu, mère-grand, vous avez bien des yeux brillants !
- C’est pour mieux te voir, mon enfant !
- Mon Dieu, mère-grand, vous avez bien des ongles longs !
- C’est pour mieux t’attraper, mon enfant !
- Mon Dieu, mère-grand, vous avez bien de longues dents !
- C’est pour mieux te manger, mon enfant !
Et avec ça le loup, hop la dévora.
Almanach Provençal, 1883
Traduit en français par Jean-Marie Pascal
et Patrice Colombo
26 l Miramasinfo N°117
L’info de l’opposition
Expression du groupe d’opposition DVD
Bagdad ! Kaboul ! Damas ! Miramas ! Même combat ?
Depuis le printemps 2008 et l’avènement de la nouvelle municipalité Socialiste et associés, il ne se passe pas de journées dans notre ville
sans que des voitures, camionnettes, caravanes, cars et autres moyens de locomotions automobiles ne soient incendiés ou dégradés par
quelques voyous locaux bien connus par la Police, mais qui semblent avoir un laissez-passer pour commettre leurs forfaits. Idem pour les
brûlages de containers !
Chaque mois, des agressions à mains armées auprès de passants ou de commerçants ponctuent notre vie. Jamais de tels faits ne s’étaient
produits auparavant dans de telles proportions !
En février et mars, quatre Policières Municipales ont été agressées.
Le 17 mars, nous n’avons pas été de Charybde en Scylla, mais sommes arrivé directement en Scylla. En effet, vers 16 heures, une ambulance
des Pompiers de Miramas a été accueillie par deux cocktails Molotov. Un quart d’heure plus tard, c’est le Poste de Police Municipale situé
dans le quartier de la Rousse qui subissait le même sort !
La Maire venu sur place, après avoir déclaré « Ce sont des représailles » et « C’est purement scandaleux et déguelasse » a pris les décisions
suivantes : … les patrouilles de la Police Municipale arrêteront leur service à 22 heures et non plus à 2 heures du matin…. La Police
Nationale escortera la Police Municipale de 21,30 heures à 22 heures, afin que ces derniers quittent les locaux en toute tranquillité !
Nos Policiers Municipaux ont assurément toutes les qualités requises pour pouvoir exercer leurs prérogatives et n’ont nul besoin, d’être
raccompagnés chez eux par des patrouilles de la Police Nationale.
Si nous continuons dans ces aberrations faudra-t-il un jour faire raccompagner à leurs domiciles les Policiers Nationaux par des troupes
parachutistes en armes. Devrons-nous bientôt faire appel aux troupes de l’OTAN pour que notre ville soit sécurisée ? Allons-nous être
considérés sur l’échiquier mondial au même titre que Bagdad, Kaboul ou Damas ?
Il est grand temps que notre municipalité cesse de se ridiculiser et prenne enfin les décisions sécuritaires qui s’imposent.
Pierre CARLIN, Maryline KERAUDY, Jean Claude DETOURNAY, Patricia GIMENES, Eric ROUBY, Pierre URIOT.
Les propos de l’opposition sont reproduits tels qu’ils nous parviennent (NDLR).
Expression du groupe Alternative Citoyenne et Ecologiste (ACE)
Dimanche 11 mars 2011, premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima, plusieurs d’entre nous ont pris part à la chaîne humaine qui a
rassemblé 60 000 personnes, à l’invitation du Réseau Sortir du Nucléaire.
Les accidents de la centrale de Tchernobyl en Biélorussie, et de celle de Fukushima au Japon, montrent combien le choix de la production
d’électricité par la voie du nucléaire expose les populations à des risques graves et permanents.
En outre, les incidents se multiplient dans nombre de centrales de notre territoire national.
Nous sommes de ceux qui sont convaincus que la France doit s’engager dans un programme de sortie du nucléaire. Il faut pour cela revoir
nos modes de consommation énergétique.
C’est pourquoi, alors que nous participions à l’élaboration du projet ANRU à la Maille II, nous avons œuvré afin que les logements soient
économes en énergie et qu’ils ne soient pas équipés en chauffage électrique..
Notre insistance auprès du maire a permis l’embauche d’un économe de flux qui pourra, nous l’espérons, permettre à la ville d’économiser
énergie et argent.
Aujourd’hui, nous demandons que Miramas donne un signal fort en adhérant au Réseau Sortir du Nucléaire.
Jean-Eudes JOFFRIN, Christian NAVARRO, Gérard GÉRON, Corinne LE CAR
www.ace-miramas.fr/
Expression du groupe d’opposition de gauche
Lors du dernier conseil municipal du 29/03/2012, la situation du Centre de Santé Mutualiste était inscrite à l'ordre du jour. Notre groupe a rappelé
le rôle prépondérant joué par Georges Thorrand en 1998, dans sa décision envers et contre tous, d'implanter un centre de santé dans notre ville.
Les centres de santé mutualistes, aujourd'hui, sont en grandes difficultés financières. Le rôle de service public qu'ils jouent n'étant plus à prouver,
c'est selon nous, l'état qui doit apporter de l'aide aux centres de santé. Nous avons voté une aide de 50000 euros allouée par le Conseil Régional.
Si cette entrée d'argent est la bienvenue, elle s'ajoute aux millions versés depuis de nombreuses années par le mouvement mutualiste. Pour autant,
Cécile Dumas n'a pas manqué de signaler que l'aide apportée ne justifierait en aucune façon la substitution du centre de santé par une quelconque
maison régionale de la santé qui n'a pas la même vocation ni les mêmes finalités. La gestion de ce dossier nous rappelle que générosité et solidarité
ne produisent pas les mêmes effets. Là où la générosité offre une vue à court terme, la solidarité met en oeuvre des solutions justes, durables,
efficaces et intelligentes au service du plus grand nombre en toute équité. Nous élus du Front de gauche affirmons que seule une politique de
santé solidaire, débarrassée des logiques de rentabilité apportera une solution pérenne au problème de l'accès au soin pour tous.
Cécile DUMAS, Bartolomé GARCIA-DIAZ, Sandrine VENTURE
27 l Miramasinfo N°117
À MIRAMAS
Découvrez la
biodiversité !
Jardin grandeur
nature
Exposants /
Conférences
Animations musicales
Avec la participation de :
Pépinières
GRANGIER
Eyguières
Renseignements | Service Communication : 04 90 17 48 38
Agenda 21 : 04 90 58 79 55
www.miramas.org
Conception graphique : azoe.fr - impvalliere.com.
Ateliers et
expérimentations
pour toute la famille

Documents pareils

00h10 PLAN D`EAU SAINT-SUSPI

00h10 PLAN D`EAU SAINT-SUSPI www.facebook.com/RaggasonicOfficiel

Plus en détail

MIRAMAS INFO

MIRAMAS INFO “Bâtiment second œuvre” propose un contrat de travail de six mois à raison de 26 heures hebdomadaires. Plomberie, électricité, peinture, réfection de sols… seront supervisés par des artisans mirama...

Plus en détail