s`étend du loisir à la mobilité

Commentaires

Transcription

s`étend du loisir à la mobilité
spécial cycle
Le vélo
s'étend du loisir
à la mobilité
Stratégies et
ressources
humaines
Marché
Le grand entretien
andré ghestem
« Le commerce de cycle s’ouvre
aux nouvelles tendances »
n°10 • octobre-novembre 2013 • 9T • ISSN 2263-343X
Le “bootfitteur” se
met en quatre pour
le confort du pied
www.filieresport.com
Vous êtes dirigeant. Nous vous apportons des
solutions pour couvrir les besoins de votre
entreprise et auditer votre situation personnelle.
AG2R LA MONDIALE propose des produits flexibles, évolutifs et
personnalisables à chacune de ses 350 000 entreprises adhérentes. Quels
que soient leur taille ou leur secteur, nous leur assurons la même expertise en
matière d’assurance collective.
Nous vous proposons de bénéficiez d’un audit complet de votre protection
sociale en matière de prévoyance et en retraite. Autant de bonnes raisons de
nous faire confiance.
Pour plus d’informations, contactez Joël Bienassis - Direction des Accords
Collectifs - Tél. : 01 76 60 85 32 - [email protected]
PRÉVoyance
santÉ
ÉPaRGne
RetRaite
action sociale
Gie aG2R membRe du GRouPe aG2R la mondiale - 35, bouleVaRd bRune 75014 PaRis - 433 719 812 Rcs PaRis
il y a 350 000
entreprises
adhérentes
chez nous qui
ont 350 000
raisons de
l’être
édito
Paradoxe
— Olivier Costil
Directeur - rédacteur en chef
L
a nouvelle menace de plan social chez
Quiksilver, même si son contenu et son
ampleur restent à préciser, jette un nouveau doute sur la capacité de l’industrie
européenne du surf à remonter la pente. Selon
le quotidien Sud-Ouest, cette unité de production
d’articles techniques, qui emploie 54 personnes,
pourrait être rapatriée au siège Europe du groupe
de Saint-Jean-de-Luz (64). L’industrie du surf,
encore sous le choc du plan social annoncé chez
Oxbow (83 postes menacés) et de la liquidation
judiciaire de Kanabeach, serait-elle prise dans
une spirale sans fin de restructurations ?
Le secteur n’échappe pas à la baisse de consommation qui frappe l’Europe du Sud et la France,
principaux marchés de la glisse d’été sur le
vieux continent. Et le mauvais temps du premier
semestre 2013 a indéniablement « pour ri » le
démarrage de la saison… fragilisant un peu plus
les entreprises.
Mais ces facteurs conjoncturels n’expliquent pas
tout. Car fondamentalement, le surf va bien. En
effet, le paradoxe veut qu’au moment où l’industrie du surf se restructure, sa pratique augmente
et se renouvelle. Il n’y a jamais eu autant d’inscrits dans les écoles et clubs qu’aujourd’hui.
« Au moment où l’industrie
du surf se restructure, sa pratique
augmente. Le surf fait toujours
rêver, il fait moins consommer. »
Et cela pourrait être encore mieux demain, où le
surf sera appelé à devenir un loisir familial autant
qu’une pratique sportive, si le stand up paddle
tient ses promesses.
Le surf fait toujours rêver, il fait moins consommer. Comme si le fil d’Ariane qui reliait les
marques à la masse des consommateurs s’était
rompu… Jusqu’à ces dernières années, le prêtà-porter dit lifestyle assurait ce lien, étendant
l’inf luence du surf bien au-delà du cercle des
surfeurs. Mais des collections banalisées et la
concurrence de chaînes textiles bon marché ont
eu raison de cette formule magique. Ainsi que,
sans doute, une image un peu passée de mode
auprès d’une cible jeune, par définition versatile… Une cible qui se révèle aussi très critique
vis-à-vis des ficelles d’un marketing un peu facile.
Pour les marques de surf, renouer avec ce cœur
de clientèle représente un sérieux défi.
www.filieresport.com • Publication mensuelle, numéro 10 - 11 – octobre-novembre 2013 • ISSN 2263-343X • CPPAP 0215 T 91672 • Éditeur : SARL Media Filière, 109 rue
du Faubourg Saint-Honoré, 75008 PARIS, France • Directeur de la publication : Pierre Gogin • Directeur - Rédacteur en chef : Olivier Costil, tél. 01 44 70 79 52, [email protected]
filieresport.com • Rédaction : Joël Clergiot, journaliste, tél. 01 44 70 79 53, [email protected] • Ont collaboré à ce numéro : Isabelle Leboeuf et Servane Dorléans
Crédit photo couverture : IStock photo et SJCOM • Publicité – petites annonces : Belinda Pereira, [email protected], tél. 06 78 28 27 96 • Régie pub. outdoor
et glisse : Alpamayo®, tél. 04 58 00 16 98, [email protected], • Conception et réalisation : agence SJCOM • Directeur
artistique : Steve Jaïch • Graphisme : émeline marangon • Secrétariat de Rédaction : Axelle Felgine Lallement • Abonnements : [email protected]é par : Corlet Imprimeur, ZI rue Maximilien Vox, BP 86, 14110 Condé-sur-Noireau.
s ommaire
n°10 - 11 octobre-novembre 2013
3 Édito
6 Les Chiffres
6 Conjoncture Un bilan de l’été assez
satisfaisant dans les magasins de sport
10 Stratégies et Marchés
10
Interview Denis Briscadieu :
« Il faut attirer les passionnés de vélo
dans la profession »
12
Relancement Un nouveau départ
18
Coincée dans ses 40 m2 de surface
de vente, la boutique Vintage Cycles veut
prendre ses aises et déménager dans
un local plus grand l’année prochaine.
pour Royal Vélo France
14 R
elocalisation La nouvelle génération
du vélo made in France fait une percée
18
Tendance Les cyclistes n’oublient pas
les beaux objets d’autrefois
20
En bref
21 Marketing Une nouvelle identité
visuelle pour Vélo&Oxygen
Denis Briscadieu,
PDG de Cyclelab.
10
22
Régions Les marques de sport
ont signé pour One Nation Paris
23
Questions à ... Dominique Lamouller :
« Nous chercherons des partenaires
pour la Fête du vélo »
24
Régions Top départ pour le futur
Ski-Dôme d'Île-de-France
26 Le Grand Entretien
André Ghestem, directeur général
de Shimano France et président
de la Commission Cycle
4 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Arnaud Montebourg a tenu
à saluer le rapatriement
d’une partie de la production
de Solex électriques en France.
14
30Innovation
Dossier Spécial Cycle
30 Le vélo étend son domaine,
du loisir à la mobilité
32 L
e vélo en tête des pratiques
33 L
e VAE, un segment porteur
mais très convoité
36
En centre-ville, les services
valorisent les magasins
38
39
40
44
46
48
49
Le palmarès des vélos de ville
Les dernière pépites d’Ispo Bike
Nouveautés Produits
Questions à ... Benoît Nelles
30 à 49
Notre Dossier Spécial Cycle
Eurobike Friedrichshafen en images
Vu au Salon Sport Achat
Desigual se lance sur le marché du sport
50Sport et environnement
50 Incitation à la pratique Le plan vélo
refait surface sous forme de plan mobilité
52Ressources Humaines
52 Champion & Manager Cyril Saugrain
54 Personnalité du mois
Jean-Christophe Savignoni
56Nominations
58 Métier Le “bootfitteur” se met en quatre
pour le confort du pied
52
Cyril Saugrain (B’Twin).
60 Questions de droit social
61 Les petites annonces
64
64Les grandes dates
64 Culture sport Un cycliste sommeille
Les grandes dates.
Lancé en 1903, le Tour
de France est investi
par Peugeot, qui gagnera
dix fois la petite reine.
en chaque automobiliste Peugeot
66 L’agenda
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
5
CONJONCTURE
Un bilan de l’été assez satisfaisant
dans les magasins de sport
les chiffres
Un été en progression...
Bilan de la période juillet-août 2013
par rapport à juillet-août 2012
en % des réponses
Évolution du chiffre d’affaires
en juillet 2013 par rapport
à juillet 2012 en % des réponses
baisse > à 5 % 8 %
très satisfaisant
peu satisfaisant
16 %
26 %
47 %
Évolution du chiffre d’affaires
en août 2013 par rapport
à août 2012 en % des réponses
baisse > à 5 % 12 %
Progression > à 5 %
34 %
48 %
Stable 15 %
Progression ≤ à 5 %
15 %
... après des soldes satisfaisantes
Bilan des soldes d’été 2013 par rapport
aux soldes d’été 2012 en % des réponses
baisse ≤ à 5 % 17 %
Stable 18 % 12 %
Progression ≤ à 5 %
Stimulée par une météo enfin clémente, la saison
d’été 2013 s’est achevée sur une note positive, selon
une enquête flash de la Fédération professionnelle des
entreprises du sport et des loisirs (FPS). Après un début
d’année marqué par la crise économique et une météo
particulièrement défavorable, les soldes d’été auront
6 filièresport n°10 - 1 1
16 %
Progression > à 5 %
satisfaisant
baisse ≤ à 5 % Octobre-Novembre 2013
Très satisfaisant 10 %
satisfaisant 56 %
peu satisfaisant 26 %
pas du tout satisfaisant 6 %
finalement fait recette. Près des deux-tiers des commerçants interrogés jugent le bilan des cinq semaines
de soldes satisfaisant ou très satisfaisant. Le retour
des fortes chaleurs, ainsi que d’importants niveaux de
remise pour certains (42 % des commerçants avaient
...
Vous vous reconnaissez ?
Vous étiez bien, pas vrai ?
Protégé, aimé, entouré pour (déjà) pédaler.
Comme nous, vous avez le vélo dans la peau depuis longtemps. Aujourd’hui, vous êtes à la tête de votre magasin
et le vélo est devenu votre raison d’être économique. Comme vous, nous sommes dans la continuité de notre
passion originelle. Mais seul, malgré toute sa détermination et son courage, on ne pèse rien économiquement.
On ne dispose plus des ressources suffisantes pour continuer à vivre de sa passion, quel que soit son talent.
Bien sûr, il n’y a pas qu’une solution pour remédier à cela. Il faut juste trouver la bonne.
A nos yeux, il y en a trois possibles, trois enseignes complémentaires au positionnement éprouvé : Culture Vélo,
Bouticycle et Vélo Station. Trois marques qui offrent à chacun de nos magasins adhérents, des prestations
performantes. Une centrale commune qui pèse sur le marché, afin de mieux accompagner votre développement
quotidien et à venir.
Parlons-en…. Vite ! En affaire comme sur le vélo, la vitesse est un facteur d’équilibre.
Cyclelab
enseignes du
SERVICE DÉVELOPPEMENT
PAE Pont Peyrin - 32600 L’ISLE-JOURDAIN
Tél. 05 62 07 73 51 - [email protected]
© Benjamin Haas - Fotolia.com
La plate-forme électronique d’échanges commerciaux
de la filière sport
Ils sont déjà utilisateurs...
...et vous ?
• Multi-enseignes & multi-marques.
• Facilite la transmission de données sécurisées sur Internet.
• 7 messages standardisés :
catalogue, commande, facture, inventaire,
rapport de ventes, avis de paiement
et avis d’expédition.
En 2012...
- 136 000 factures échangées
- 220 catalogues consultés
• Ressaisies supprimées, automatisation des flux.
- 41 000 commandes effectuées
• Dédié au monde du sport :
on y prend en charge votre métier.
- 18 000 rapports d’inventaires
• À des coûts réduits et forfaitaires quels que soient
les volumes échangés !
www.redisport.com
+33(0)1 44 70 79 49
8 filièresport n°10 - 1 1
[email protected]
Octobre-Novembre 2013
- 10 000 rapports de vente
Projet soutenu Par le Ministère
du redresseMent Productif dans
le cadre du PrograMMe tic&PMe 2015
les chiffres
CONJONCTURE
Une activité météo-sensible...
Les facteurs favorisant les achats
de la clientèle en % de réponses
24 %
22 %
17 %
la météo
Les promotions
la communication
l'actualité
sportive
la mode
Les facteurs défavorables
aux achats
11 %
11 %
1. La crise 30 %
2. La météo 29 %
3. Internet 18 %
Méthodologie : 103 réponses à un questionnaire
envoyé à 103 magasins de sport répartis
sur le territoire métropolitain.
Source : FPS
... une confiance très relative
dans l’avenir
% des réponses
je m’interroge
sur l’avenir
de mon activité
49 %
...
opté pour des promotions plus importantes qu’en 2012),
ont permis d’écouler des stocks qui étaient globalement plus volumineux qu’en 2012 (pour 58 % des sondés). Ainsi, les résultats demeurent plutôt bons sur la
période :63 % des commerçants affichent une augmen-
j’ai
confiance
dans l’avenir
de mon activité
50 %
tation de leur chiffre d’affaires en juillet (croissance de
+ 5 % pour 48 % d’entre eux) et 52 % en août (+ 5 %
pour 34 % d’entre eux). Mais les professionnels restent
mitigés sur l’effet à long terme de cette embellie : une
courte majorité de commerçants dans le domaine du
sport déclare avoir confiance en l’avenir de leur activité.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
9
INTERVIEW
Denis Briscadieu,
PDG et fondateur de Cyclelab
« Il faut attirer les passionnés
de vélo dans la profession »
Salons, promotion de la pratique, développement international, évolution
du marché… Denis Briscadieu, PDG fondateur de Cyclelab, a reçu Filière Sport
au siège de l’entreprise à L’Isle Jourdain (32) pour faire le point
Où en est votre projet de Bike
Stadium ?
Sa première composante ouvrira
en 2014 : une piste de BMX financée par l’Union européenne, l’État
et la Région dans le cadre du pôle
d’excellence rurale Vélopôle. Reste
à trouver des fonds pour la suite
du programme. Il sera très certainement géré par une fondation
qui fera appel au mécénat d’entreprises. À terme, le Bike Stadium
doit intégrer 10 disciplines cyclistes
sur 10 hectares, avec en son centre
un vélodrome qui remplacera celui
de la ville, désaffecté. Le projet
s’inscrit dans notre volonté de
créer à L’Isle Jourdain une filière
vélo complète. Il s’agit d’accueillir ici de nouvelles entreprises du
cycle, de former aux métiers et de
promouvoir la pratique, en favorisant la mutualisation des moyens.
Nous avons ainsi installé à L’Isle
Jourdain la marque indonésienne
Polygon Cycle et des discussions
sont en cours avec quatre autres
marques étrangères.
À quoi sert le Véloscope ?
Le Véloscope est un centre culturel
qui véhicule une image différente du
10 filièresport n°10 - 1 1
Zoom sur Cyclelab
Denis Briscadieu, PDG de Cyclelab.
✔ 6,2 M€ de chiffre d’affaires
au niveau de la centrale
(prestations de service) en 2012
✔ 33 collaborateurs à L’Isle Jourdain
vélo, à travers des jeux, des animations et des spectacles. Nous accueillons les scolaires et les crèches –
1 200 enfants au cours de l’année
scolaire 2012-2013 – et participons
à des événements sportifs grand
public. Le but est d’initier les enfants
et de convaincre leurs parents que
le vélo est un moyen de transport
économique, bon pour la santé, pas
traumatisant, accessible…
Octobre-Novembre 2013
✔ 3 enseignes (Culture Vélo,
Bouticycle, Vélo Station)
✔ 106 M€ de chiffre d’affaires
magasins
✔ 130 magasins
✔ 70 000 vélos vendus
✔ 503 collaborateurs en magasins
Source : Cyclelab
© Gil Quemoun
sur ses projets et partager sa vision du marché.
Après l'Italie,
cap sur le Brésil
Le Véloscope de L’Isle Jourdain.
Avec Sup de Vélo, cherchezvous à pourvoir aux besoins en
recrutement de vos enseignes ?
Sup de Vélo prépare à un certificat de qualification professionnelle (CQP) de technicien du cycle,
forme des handicapés à l’entretien
et la réparation en ateliers adaptés, et propose aussi des formations consommateurs d’une journée. Une minorité de titulaires du
CQP rejoint nos réseaux, la plupart
trouve ailleurs. Historiquement, les
magasins de vélo étaient tenus par
à assistance électrique, elles développent déjà des offres de VTT et
mountain bike, alors que le marché
est encore émergent. Le problème
avec les industriels est ailleurs :
c’est la saisonnalité. En septembre,
nos magasins ont acheté la majorité
des vélos qu’ils vendront en 2014.
Ils seront livrés en décembre, puis
devront porter les stocks jusqu’au
beaux jours quand, en mars-avril,
les consommateurs commenceront
à acheter. Les ventes auront à peine
démarré qu’il faudra solder…
« En matière d’innovation
produit, nous avons ce qu’il faut.
Le problème avec les industriels
est ailleurs. »
d’anciens coureurs cyclistes. Mais
aujourd’hui, le réseau des indépendants sans enseigne nationale s’affaiblit. Le lien avec le vivier créateur
a été rompu. Le commerce de cycle
a besoin de générer de nouveaux
vendeurs. Il faut attirer les passionnés de vélos dans la branche !
Les marques de vélo innoventelles assez ?
En matière d’innovation produit, nous avons ce qu’il faut. Les
marques anticipent bien les attentes
des consommateurs finaux. En vélo
En tant qu’exposant au Salon
du cycle de Paris, quelles
conclusions tir ez-vous des
mauvais résultats de la dernière édition ?
À l’évidence, il y a un problème
de calendrier. Pourquoi ne pas
revenir à un regroupement avec le
salon de la moto, en décembre ?
Il faudrait aussi investir davantage
en communication, faire venir des
personnalités, de grands coureurs
cyclistes. Et ne pas limiter les prix
décernés aux produits innovants
aux seuls vélos de ville.
Vélo Station vient d’ouvrir son premier magasin en Italie, à Milan, via
Cenisio. C’est le troisième magasin du groupe Cyclelab en Italie,
après l’implantation, en février
2013, de Culture Vélo à Bergame,
où se trouve le siège de la filiale
italienne, puis à Schio (Vénétie),
en mars dernier. « Nous privilégions la personnalité des adhérents et n’avons donc pas d’objectifs en nombre de magasins »,
explique Denis Briscadieu, PDG
de Cyclelab.
Le même pragmatisme prévaut
pour les autres développements
internationaux. En attendant de
trouver des partenaires en Espagne
et au Portugal, Cyclelab a signé un
contrat avec l’ancien importateur
des cycles BBB au Brésil. Le premier magasin est prévu pour 2014.
Un service d’accompagnement à
l’export pour les marques européennes sera également proposé.
Vous-même avez créé votre
propre salon professionnel.
Pourquoi ?
Cette année, nous avons avancé les
dates de notre Grand Prologue (journées d’achat de Cyclelab, NDLR) de
septembre à juillet, afin qu'il coïncide
avec la période de prises d’ordre et
puisse avoir lieu à Paris. Les marques
nous ont demandé de pouvoir recevoir les détaillants indépendants.
D’où les deux jours supplémentaires
de Pro Days, qui ont été un succès.
Le Parc Floral est déjà réservé pour
les 15 et 16 juillet 2014.
Octobre-Novembre 2013
— Propos recueillis
par Olivier Costil
filièresport n°10 - 1 1
11
Relancement
La société Esteem, contrôlée par Peter Hugues, a repris le distributeur
Royal Vélo France (RVF), qui est en procédure de sauvegarde.
Le 17 septembre dernier,
le tribunal de commerce
de Troyes a accepté la
proposition de rachat de
Royal Vélo France (RVF) par l’entreprise Esteem SA. RVF distribue une
dizaine de marques en France (lire
encadré). Peter Hughes, qui a pris
la présidence de la société fin août
dernier, va pouvoir relancer celleci, épaulé par Christophe Soenen,
directeur de RVF, qui prendra des
parts dans l’entreprise. La procédure
de sauvegarde du distributeur a été
prolongée pour six mois, au terme
desquels un plan de recapitalisation
et de relance sera proposé.
« Notre projet est de stabiliser et de
faire progresser les marques pendant un an avant d’élargir notre
portefeuille », déclare Christophe
Soenen. La société a été placée en
sauvegarde suite aux difficultés
financières de sa maison-mère RAS,
et des mesures pour redresser les
finances de RVF ont été prises dès
octobre 2012.
Maintenir
l'activité à Troyes
L’objectif est de maintenir l’activité
à Troyes et de préserver la majorité
des emplois. L’effectif actuel est de 11
personnes. La force de vente actuelle
de RVF, le service clientèle et les services logistiques seront maintenus.
12 filièresport n°10 - 1 1
Christophe Soenen, directeur de RVF,
va s'associer avec Peter Hughes,
le repreneur.
© Filière Sport
stratégies
et marchés
Un nouveau départ
pour Royal Vélo France
Fondateur de la division vélo de
Royal Moto France il y a 27 ans,
devenue ensuite RVF, Christophe
Soenen est revenu à la tête de la
société en juillet 2012 pour relancer l’activité commerciale. Entre
les deux, il a exercé 11 ans comme
chef des ventes France de Mavic, et
dirigé la filiale française de Campagnolo pendant 7 ans.
Des profils
complémentaires
Esteem, le groupe fondé par Peter
Hughes, réalise un chiffre d’affaires
annuel d’environ 14 millions d’euros dans les sports de plein air et
les sports d’action. Il détient aussi
une participation dans la société
Sport Pulsion, basée à Annecy,
notamment présente sur le marché
Octobre-Novembre 2013
du vélo (les chaussures et le textile
Northwave). Esteem et RVF resteront opérationnellement distinctes.
La reprise a été réalisée avec le soutien d’Alain Bourdoncle, président
de RAS et ancien président de RVF :
« J’ai proposé cette transaction en
2012 afin d’assurer la pérennité de
RVF, tout en permettant à mon propre
groupe de se focaliser dans son activité moto et scooter », explique ce
dernier, qui se déclare confiant dans
la réussite du relancement.
— O. C.
De belles marques
en portefeuille
Les marques
distribuées par RVF
✔ Camelbak (bagagerie)
✔ De Rosa (vélo)
✔ Finish Line (entretien)
✔ Fizik (selles)
✔ Las (casques)
✔ Sidi (habillement)
✔ Uvex (casques et lunettes)
✔ VDO (compteurs)
✔ Tacx (matériel d’entrainement)
✔ Zipvit (nutrition)
La «COmmiSSiON
CyCLe FPS-CNPC
TOuS à VéLO»
représente et défend les intérêts
des professionnels du cycle, finance et réalise
les études économiques et statistiques du
marché et organise des actions de promotion
du vélo et des spécialistes du cycle.
Contacts
permanents :
FPS, Jean-Philippe Frey
01 44 70 77 90
CNPC-Tous à Vélo,
David Olivier
01 47 31 56 24
RELOCALISATION
stratégies
et marchés
La nouvelle génération du vélo
made in France fait une percée
Dûment saluée par Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif,
une nouvelle vague de marques "made in France" apparaît dans le cycle,
à la faveur de l'engouement pour le vélo électrique. Que recouvre-t-elle
vraiment en termes de production et d’emplois ? Filière Sport a mené l’enquête
et découvert… une grande variété de situations !
vaut en matière d’industrie
dans l’Hexagone. Pourtant,
force est de constater qu’un
nombre croissant de marques,
telles que Moustache, Veloscoot, Matra, O2 Feel ou
encore Solex, disposent ou
disposeront prochainement
de chaînes d’assemblage en
France. Une tendance que
le ministre du redressement
productif, Arnaud Montebourg, a tenu à saluer par une
visite au siège d’Easybike, au
Bourget (93), à l’occasion de
l’annonce par l’entreprise du
rapatriement d’une partie de
la production de Solex, en
septembre dernier.
© DR
Arnaud Montebourg a tenu à
saluer le rapatriement d’une
partie de la production de Solex
électriques en France.
Le vélo à assistance électrique estil en train de faire naître une nouvelle génération de constructeurs de
cycles “made in France” ? On ose à
peine l’écrire, tant le pessimisme pré14 filièresport n°10 - 1 1
Easybike vient en ef fet
de racheter le fabricant
normand de vélos pliants
Mobiky et réalisera sur
son site de Saint-Lô (50),
à partir de 2014, l’assemblage d’une partie des fameux VAE
Solex. Tout un symbole… qui justifie l’aide remboursable à la réindustrialisation de 1,3 million d’euros
dont a bénéficié Easybike. Au final,
Octobre-Novembre 2013
le volume de production et le
nombre d’emplois concernés resteront toutefois modestes : 8 emplois
créés et 3 000 VAE produits à SaintLô la première année, un objectif de
30 emplois et 20 000 à 30 000 VAE
dans les 18 mois.
Des PMI en croissance
Qu’ils produisent des vélos électriques ou non, la plupart des fabricants français de cycles restent
d’ailleurs des TPE ou des PME. Alex
Singer n’emploie que 2 personnes ;
Veloscoot, 7 ; Velox, à Argenteuil
(95), une dizaine. Avec le récent
rachat de Rovva, qui produit des
roues à Martigné-Ferchaud (35),
Velox vient d’augmenter son effectif de cinq personnes. « Ce sont les
petites gouttes d’eau qui font les
grandes rivières », aime à répéter
Arnaud Montebourg. De fait, la
vague grossit. Ainsi, Moustache, qui
a le vent en poupe, a quadruplé son
effectif en trois ans, pour atteindre
douze salariés. « Nous maîtrisons
toute la chaîne, de la conception à
l’emballage », explique Gregory Sand,
...
Zoom sur 9 champions
du "made in France"
Les vélos Arcade sont conçus et
assemblés en France.
VELOSCOOT
ARCADE
HUTCHINSON
• Conception :
St Georges-lès-Baillargeaux (86).
• Assemblage : Machecoul (44).
• 7 modèles sur 8 certifiés
Origine France Garantie.
• Effectif : 7 personnes.
• Vélos urbains destinés
aux particuliers et aux
collectivités locales.
• Conception et assemblage : La
Roche-sur-Yon (85).
• 32 500 vélos sur les 35 000 vélos
vendus en 2013, soit 92 % de la
gamme assemblés en Vendée.
• Effectif : de 50 à 80 personnes
selon la saison .
• Pneus et chambre à air.
• Conception et production :
Châlette-sur-Loing (45).
• 65 % de la gamme fabriqués
dans le Loiret (produits haut
de gamme). Les chambres à air
proviennent d’Asie.
• Effectif : 250 personnes environ.
TIME
• CORIMA, leader de la roue
carbone haut de gamme, conçue
et produite par 25 personnes
à Loriol-sur-Drôme (26).
CYFAC
• Cadres de vélos de route
sur-mesure.
• Conception et production : La
Fuye - Hommes (37).
• 100 % des cadres fabriqués
en Touraine.
• Production annuelle :
1 000 cadres.
• Effectif : 11 personnes.
MOUSTACHE BIKES
• Fabricant
de vélos à assistance électrique.
• Conception et assemblage :
Golbey (88).
• 100 % de la gamme
assemblés dans les Vosges.
• Effectif : 12 personnes.
• Ventes annuelles : 3 000 vélos.
NORET
• Vêtements cyclistes pour
les clubs et les particuliers.
• Conception et production :
Saint-Denoual (22).
• 100 % des tenues fabriquées
dans les ateliers
des Côtes d’Armor.
• Production annuelle : entre
75 000 et 90 000 pièces.
• Effectif : 47 personnes.
• Vélos de luxe en carbone.
• Conception et production :
Vaulx-Milieu (38).
• 80 % de la gamme faits en
France. Cadre entrée de gamme
First Fluidity et certaines pièces
primaires (bases et haubans)
fabriqués en Slovaquie.
• Production annuelle :
4 500 cadres.
• Effectif : 60 personnes.
MATRA
• Vélos à assistance électrique.
• Conception : Elancourt (78).
• Assemblage : Romorantin (41).
• 16 modèles sur 18 assemblés
en France.
• Effectif : 65 personnes
(25 à l’assemblage).
CYCLEUROPE
• Fabricant des vélos Gitane,
Peugeot, Bianchi, Definitive, Puch.
• Conception et assemblage :
Romilly (10).
• Effectif : 240 personnes.
Et aussi…
• SPÉCIALITÉS TA, fabricant
de plateaux et pédaliers, conçus
et produits par 30 personnes
à Sissonne (02).
• VELOX, fabricant de
la Guidoline® ou fond
de jante tressé coton.
90 % de la gamme produite
à Argenteuil (95) .
• ALEX SINGER
(artisan depuis trois générations),
25 à 30 vélos par an conçus et
fabriqués à Levallois-Perret (92).
Patrick Guinard, président
de Velox, vient de porter
l'effectif de son groupe
à une quinzaine de
personnes en rachetant
les roues Rovva.
...
directeur commercial de Moustache
Bikes. « Seuls les cadres sont soudés et peints à Taïwan, pour des
raisons technologiques, et non économiques, car ils sont hydroformés.
L’assemblage est réalisé sur nos
propres chaînes, dans les Vosges.
Nous réalisons nous-mêmes toute
la partie électrique avec le câblage,
la soudure des éclairages et la
programmation. »
Pièces maîtresses importées
Si Moustache importe ses cadres pour
des raisons technologiques, d’autres
le font par nécessité économique.
Part d’assemblage
en France : zoom
sur 10 fabricants
TIME 80 %
MATRA 88 %
ARCADE 92 %
CYFAC 100 %
ALEX SINGER 100 %
MOUSTACHE BIKES 100 %
NORET 100 %
SPÉCIALITÉS TA 100 %
CORIMA 100 %
Jérôme Valentin, directeur
général de Cycleurope : « Il n’y
Arcade, qui emploie 50 pera plus de fabricants de cadres
sur le territoire français, sauf
sonnes en Vendée, sousdans le très haut de gamme. »
traite également la fabrication des cadres, « le plus
souvent en Chine », précise le PDG
moins du prix de revient unitaire
soit acquis en France... « La difFrançois Lucas. « Ils arrivent à la
Roche-sur-Yon soudés, mais bruts,
férence avec nos concurrents se
car nous faisons nous-mêmes la peinsitue au niveau de certains comture personnalisée. Les roues sont
posants électroniques », précise
également assemblées dans notre
Sébastien Beugin, dirigeant de
usine. » D’une manière générale, bon
Veloscoot. « Nous mettons égalenombre de composants électriques
ment au point, avec des partenaires
ou mécaniques, comme le groupe
français, un afficheur tactile. » Une
de transmission, la cellule de la batdémarche exceptionnelle. Il est vrai
terie ou bien encore le moteur, proque le label est contesté par cerviennent du continent asiatique.
tains industriels. Chez Cycleurope,
Jérôme Valentin déplore de ne pas
Le Label
Origine France contesté
Source : Filière Sport
N.B. : Il est important de ne pas
confondre assemblage et fabrication.
Sur ce schéma, c’est l’assemblage qui
est pris en compte, mais un assembleur
peut aussi fabriquer l’ensemble du
produit de A à Z. C’est le cas, par
exemple, de Cyfac ou d’Alex Singer.
16 filièresport n°10 - 1 1
« Nous ne pouvons réaliser
la majorité de nos pièces
maîtresses en France, car il
n’y a plus de fabricants de
cadres sur le territoire français, sauf dans le très haut de
gamme », souligne Jérôme
Valentin, le directeur général de Cycleurope. Ce grand
du cycle, qui emploie 240
personnes à Romilly (10),
s’est séparé cette année de
son site d’assemblage de
vélos destinés aux grandes
surfaces alimentaires et
spécialisées, à Machecoul
(44), repris par Intersport
(lire encadré). Pour mieux se
concentrer sur ses marques
(Peugeot, Gitane, Bianchi…).
© Gil Quemoun
RELOCALISATION
C’est précisément pour sortir de
cette tendance à la sous-traitance
tous azimuts que Veloscoot se
plie aux critères du label “Origine
France Garantie”. Celui-ci impose
que le lieu où le produit prend ses
caractéristiques essentielles soit
situé en France et que 50 % au
Octobre-Novembre 2013
stratégies
et marchés
y avoir accès « du fait d'un prix de
revient très légèrement inférieur à
50 % », alors que, selon lui, les critères retenus par le label pour déterminer l’origine des composants ne
sont pas assez stricts.
Quoiqu’il en soit, produire en France
repose sur un judicieux dosage de
conception et d’assemblage dans
l’Hexagone. Mais « l’assemblage en
France, ce n’est pas tout à fait du
made in France », note Denis Briscadieu, le PDG de Cyclelab (Culture
Vélo). «On ne peut plus tout produire ici, comme on le faisait jusque
dans les années 80. Notre industrie
du cycle s’est appauvrie, son créneau reste celui du très haut de
gamme. Il nous reste certes la créativité et la connaissance du milieu.
Mais quid de la capacité d’investissement ? Je ne vois pas quelle
banque soutiendrait aujourd’hui un
grand projet de réindustrialisation
dans le cycle… ».
Les marques propres aussi
La Manufacture française de cycles,
nouvel outil d’Intersport
Née de la reprise, en mars dernier, de l’usine Cycleurope de Machecoul
(44) par le groupe Intersport, la Manufacture française de cycles conçoit
et produit ses vélos. Employant 175 personnes, elle assure également une
fonction de stockage et de logistique. La production est de 180 000 vélos
en 2013, dont 50 % sous la marque propre d’Intersport, Nakamura, et 50 %
sous d’autres marques (Système U, Q-Bikes, Véloscoot…). Objectif 2016 :
300 000 vélos.
B’Twin, l’assembleur made in Europe
La marque d’Oxylane a produit 2,7 millions de vélos en 2012. Si les composants proviennent à 70 % d’Asie et à 30 % d’Europe, l’assemblage des vélos
est réalisé à Lille pour les magasins Décathlon, situés à 3 heures maximum
de l'usine (trois lignes de production pour 45 modèles de B'Twin de ville,
VTT, enfant), et pour le vélo en libre-service de la métropole lilloise, le
V’Lille. Ce site d’assemblage emploie 220 personnes, dont 140 en CDI.
Le volontarisme industriel a ses limites
que Roland Cattin, le PDG de Time
Sport, connaît parfaitement. « Un
cadre haut de gamme RTM comme
le nôtre, c’est 20 heures de travail »,
explique-t-il. « Nous avons un sacré
handicap par rapport à nos concurrents qui fabriquent ailleurs. C’est
toute la complexité de Time… ».
Les produits Zéfal
(ci-contre) sont fabriqués
dans le Loiret, à Jargeau.
© Gil Quemoun
Même le haut de gamme
est concurrencé
Matra conçoit
ses vélos à Elancourt (78)
et les assemble
à Romorantin (41).
Une complexité qui n’est pas toujours perçue à sa juste valeur par le
consommateur. « Comment peut-il
comprendre qu’un cadre d’importation comparable puisse coûter cinq
à sept fois moins cher qu’un cadre
fait en France ? », s’interroge Aymeric Le Brun, patron de Cyfac. « Nous
sommes bel et bien dans un monde
industriel à deux vitesses. » Concevoir,
assembler ou fabriquer dans l’Hexagone : l'étiquette “made in France”
recouvre de multiples nuances et stratégies. Mais in fine, aucune marque
n’échappe à la maxime édictée par
François Lucas, le PDG d’Arcade :
« Il faut se battre comme des chiens ! ».
Octobre-Novembre 2013
— Isabelle Lebœuf
et Olivier Costil
filièresport n°10 - 1 1
17
TENDANCE
Les cyclistes n’oublient pas
les beaux objets d’autrefois
Alors que les designers planchent sur les nouveaux concepts
qui se différencieront de la concurrence, les designs d’antan n’en sont
pourtant pas morts. Bien au contraire ! Le vintage n’a pas dit son dernier mot
et certains magasins en font leur fond de commerce, suscitant par la même
occasion un regain d’intérêt des fabricants.
Vintage Cycles
en chiffres
• Date d’ouverture : août 2011
•E
ffectifs : 2 associés fondateurs
et un salarié
•C
A : 240 000 euros HT
(la boutique prévoit une hausse
pour 2013)
• Vente en ligne : 10 %
18 filièresport n°10 - 1 1
modernes », précise Benjamin Mirabel. Même le vélo
à assistance électrique, de
fait moins vintage, n’a pas
sa place dans le magasin.
On est puriste ou on ne
l’est pas.
Vintage
mais pas ringard
À destination d’une clientèle
plutôt urbaine, généralement entre 30 et 55 ans, les
vélos sont de beaux objets
pour se déplacer, pas pour
réaliser des exploits sportifs. « Nous sommes sur un
segment de niche, qui ne
peut pas s’ouvrir à tout le
monde. Nous ne sommes
pas du tout sur le même créneau que les grandes surfaces. Les marques comme
Coincée dans ses 40 m2 de surface de vente,
la boutique Vintage Cycles veut prendre ses
United Cr uiser, Creme,
aises et déménager dans un local plus grand
Cinelli ou Schindelhauser,
l’année prochaine.
se retrouveront uniquement dans des magasins spéciale total look friserait le ridicule
lisés », poursuit-il. Mais attention
dans les rues des villes modernes.
à ne pas en faire trop. Le mélange
Chez Vintage Cycles, exit donc les
entre look branché et accessoire
vêtements d’inspiration Belle Époque
vintage plaît beaucoup, alors que
ou années folles.
Octobre-Novembre 2013
© Filière Sport
Le rétro, ça marche ! Vintage Cycles,
une petite boutique de 40 m 2 de
surface de vente, située dans le 11e
arrondissement de Paris, créée il
y a deux ans par un passionné de
deux roues en tous genres, Benjamin Mirabel, n’a qu’un seul créneau : des vélos au look des années
60 et 70, voire 80. Avec en vedette,
le fixie, ce vélo à pignon fixe très
prisé des coursiers new-yorkais
dans les années 70. Il réalise 30 %
de son activité avec ce type de vélo.
« Attention, nous ne vendons pas
de vélos d’occasion. Seule l’apparence des vélos et leur méthode
de fabrication sont anciennes. Les
composants et technologies sont
en ligne. Il reconnaît toutefois
vendre hors de Paris, notamment
des selles, des antivols ou des pièces
détachées, grâce à son site internet.
Benjamin Mirabel, propriétaire
et gérant de Vintage Cycles.
© Filière Sport
Nouveau créneau
Des bicyclettes qui engendrent un
autre créneau, non négligeable :
la location pour des publicités,
des films de cinéma ou des défilés
de mode. Un bon moyen de faire
connaître les vélos vendus en magasin. Tout comme la participation à
des événements en vogue, comme
l’Anjou Vélo Vintage, à Angers et
Saumur, qui regroupe passionnés de
vieilles bicyclettes et d’objets rétro
en tous genres.
Internet sert de vitrine
Mais qui dit vintage ne veut pas
dire hors du temps. Les magasins
de vélos vintage s’affichent tous sur
internet, à grand renfort de photos
plus esthétiques que techniques.
Vintage Cycles ne déroge pas à
cette règle. En effet, si le magasin
réalise des ventes en ligne, cela n’est
pas sa priorité. Seuls 10 % du chiffre
d’affaires sont réalisés sur la toile.
« Le site internet est surtout une
vitrine qui permet de vérifier l’état
du stock du magasin et de faire une
sélection avant de se rendre en boutique », indique Benjamin, qui ne
souhaite pas développer l’activité
D’ailleurs, les marques ne s’y
trompent pas. Toutes offrent une
gamme vintage, reprenant souvent
leurs premiers modèles. Pour KTM,
ce fut un véritable outil de communication ; la marque a même lancé,
pour son 50e anniversaire, une série
limitée à 4 500 pièces de l’Ultra
1954, réplique du premier vélo de
la marque destiné au marché américain.
Quant à l’espagnole BH,
elle se lance timidement
avec son modèle 1909, qui tire son
nom de l’année de création de la
marque et tente ainsi d’attirer une
nouvelle clientèle, avec un prix d’appel
à 300 euros. Ce premier galop d’essai
sera reconduit seulement si les clients
sont au rendez-vous. Des modèles
qui ciblent les nostalgiques du siècle
passé plus que les passionnés du Tour
de France. — Joël Clergiot
United Cruiser,
un Américain bien français
Ils n’ont d’américain que l’allure et
le nom. La marque United Cruiser,
créée par Renaud Poutot, revendique une touche bien française. Si
le design aux lignes arrondies peut
parfois sembler loin des attentes du
consommateur lambda, la marque
revendique toutefois quelque 100
revendeurs en France, une prévision
de chiffre d’affaires 2013 de 1,7 M€
(contre 1,2 M€ en 2012) et un démarrage, encore confidentiel, à l’export
vers l’Allemagne, la Belgique, la
Suisse, l’Italie et la Scandinavie. Le
démarrage en Grande-Bretagne
devrait suivre.
Détails de luxe
United Cruiser joue la carte du détail.
À partir de l’année prochaine, les
selles de la marque sortiront des tanneries Roux, fournisseur de cuir du
groupe LVMH, et toute la visserie, plus luxueuse et quasiment sans entretien,
a été revue. Des finitions qui demandent
cependant une préparation très
minutieuse. Les modèles, présentés
à l’Eurobike 2014, seront équipés
de composants haut de gamme en
aluminium 6061 pur et de freins à
disques hydrauliques. Ils pourront
accueillir deux porte-bagages à l’arrière, un à l’avant et un porte-bidon.
« Nous ne voulons pas être un produit de supermarché. Notre objectif
est de devenir un bel objet de meilleure qualité que les vélos californiens des années 30. Nous voulons
vendre grâce aux propriétés des produits, pas au marketing », explique
Renaud Poutot. Marque française
jusqu’au bout des roues, un atelier d’assemblage est également en
cours de construction et devrait
fournir les vélos personnalisés de
la marque.
Octobre-Novembre 2013
Fabrication plus légère que
les vélos de plage imaginés en
1930, les finitions et les couleurs
des vélos United Cruiser ont
également été revisitées.
filièresport n°10 - 1 1
19
En bref
Uhlsport distribue désormais Hyperice
Le groupe Uhlsport distribue désormais en exclusivité
la marque de glaçage compressif Hyperice sur le marché des sports collectifs. Le groupe allemand complète
ainsi son panel d’enseignes avec une marque détentrice
d’une technologie brevetée aux effets antalgiques et
anti-inflammatoires. Utilisé à titre curatif (soulager la
douleur) ou préventif (favoriser la récupération), son
champ d’intervention déborde même celui des sports
collectifs pour concerner les sports individuels. Selon
l’accord conclu, Uhlsport aura l’exclusivité de la distribution dans les magasins de sport et partagera avec
Hyperice les actions auprès des clubs professionnels.
Uhlsport s’est fixé un objectif de 150 magasins spécialistes en première année.
La France, première destination
mondiale de ski en 2013
Avec 57,9 millions de journées skieur vendues, les
Domaines skiables français conservent, en 2013, leur
place de première destination mondiale du ski. La météo,
particulièrement favorable, les efforts de commercialisation et de promotion auprès de la clientèle, et une
succession homogène des clients étrangers et français,
expliquent cet engouement pour les cimes françaises.
Les États-Unis, challengeur de la France depuis l’année
dernière, progressent avec 56,9 millions de journées
skieur, et restent devant l’Autriche, à 54,2 millions.
L’essentiel de
www.filieresport.com
The North Face voit triple à Paris
Le 13 septembre dernier, la marque d’out­
door The North Face
a ouvert une boutique
partenaire à Paris XIe.
D’une surface de vente
de 140 m2, la boutique,
située boulevard Beaumarchais, vend majoritairement des articles
The North Face, mais
abritera aussi d’autres
marques complémentaires, comme Go Pro
et Oakley. Les deux
propriétaires du magasin, R aphaël Moureaux et Clovis Houdart, profiteront du dispositif de
communication autour de l’arrivée de la marque dans
la capitale, qui ouvre dans le même temps deux magasins en propre, l’un au 115, boulevard Saint-Germain,
l’autre dans le centre commercial Baugrenelle, dans le
XVe arrondissement.
Puma et Usain Bolt :
c’est reparti pour un tour
La marque du groupe Kering a reconduit son contrat
avec “l’homme le plus rapide du monde”, Usain Bolt,
jusqu’aux Jeux Olympiques de Rio, en 2016. L’athlète
s’entraîne et court en Puma depuis 2003. La marque
précise que son champion sera au cœur de ses initiatives marketing “en 2014 et au-delà”.
Suivez toute
l’actualité du secteur
au jour le jour sur
www.filieresport.com
20 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Erratum
Erima roule pour les clubs
Contrairement à ce que nous annoncions dans Filière
Sport n°9, de septembre 2013, la société Erima réalise la majeure partie de son activité auprès des
clubs, à qui elle propose de nombreuses possibilités
de sous-vêtements techniques et tenues de présentation, quel que soit le sport. La part des ventes sur
internet avancée de 60 % concerne la société Select,
et non Erima. Les protections (gants de gardien et
protège-tibia) représentent environ 10 % du CA global de la marque allemande (prévu à 6M€ pour la
France, soit 12 % du volume global d’Erima).
MARKETING
Une nouvelle identité visuelle
pour Vélo&Oxygen
L’enseigne de Cycleurope a tenu sa convention
annuelle au dernier Salon du cycle.
Une nouvelle identité visuelle y a été dévoilée.
Pour ses 15 ans, Vélo & Oxygen a
revu son identité visuelle. Cette
modernisation « exprime un positionnement moyen-haut de gamme
avec une image de spécialiste »,
explique Jérôme Valentin, directeur
général de Cycleurope, propriétaire
de l’enseigne. « L’application de
cette nouvelle charte graphique
sera un outil pour rendre le réseau
plus homogène ». Cette nouvelle
identité devra être adoptée dans les
deux ans par les magasins.
Ces derniers doivent distribuer au
moins deux des cinq marques du
groupe Cycleurope (Bianchi, Definitive, Gitane, Peugeot, Puch). Ils
s’engagent sur un contrat annuel et
renouvelable. Une nouvelle structure de réseau vient d’être mise en
place et présentée à la convention
de septembre, avec deux types
de contrat : les Pro Shop qui réalisent 100 % de leurs achats chez
Cycleurope, et les shop in shop,
qui peuvent entrer une marque
supplémentaire, par exemple le
vélo de descente et le freeride
en montagne.
Vélo&Oxygen compte 360 adhérents (50 à 500 m2, 100 à 150 m2 en
centre-ville, 250 m2 mini en périphérie). En termes de développement,
« nous préférons privilégier la qualité et la performance » , explique
Jérôme Valentin, qui de ce fait n’annonce aucun objectif.
— O. C.
CYFAC International, Distributeur
Exclusif France de la Gamme ORTLIEB Cycle
E-mail : [email protected]
Web : www.cyfac.fr
Tél. : 02 47 24 67 42
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
21
Régions
Les marques de sport
ont signé pour One Nation Paris
One Nation Paris, le plus grand outlet dédié à la mode et au luxe
en France, ouvrira ses portes le 20 novembre prochain dans l’ouest
parisien. La qualité du projet a incité plusieurs marques à se lancer
dans le commerce de détail.
Un nouveau centre de
magasins d’usine de
24 000 m 2 ouvrira ses
portes le 20 novembre
prochain dans la zone
commerciale Grand
Plaisir, aux Clayessous-Bois (78), sous
l’impulsion de la société
Catinvest, qui a investi
107 M€ dans le projet et
qui s’attend à un rendement de 9 000 € par m2
et par an. Paris et l’ouest
parisien constituent la plus importante et la plus riche zone de chalandise d’Europe, puisque 11 millions
de personnes disposant d’un revenu
La galerie
• 24 000 m2
• 112 boutiques
• 1 250 places de parking
Les marques
de sport présentes
• Rossignol
• Lolë
• Quiksilver
• X-Bionic
• Pearl Izumi
22 filièresport n°10 - 11
One Nation Paris des centres commerciaux traditionnels », précise
Stéphane Keulian.
Objectif :
5 millions de visiteurs
deux fois supérieur à la moyenne
nationale vivent à moins d’une heure
de voiture de la zone.
« Nous avons décidé de nous
implanter dans un environnement
commercial déjà leader, qui draine
20 millions de visiteurs par an »,
explique Stéphane Keulian, directeur marketing et communication de Catinvest, le promoteur du
centre. Outre un magasin Ikea, le
secteur accueille déjà un Nike Factory Store et un outlet Adidas. La
particularité de One Nation Paris
est qu’il joue clairement la carte de
la qualité. « Nous nous appuyons
sur une architecture et un design
assez novateurs, qui différencient
Octobre-Novembre 2013
One Nation Paris prévoit d’accueillir cinq millions de visiteurs
en 2016. Conformément à la formule du magasin d’usine, les boutiques ne proposeront que des
anciennes collections, avec une
remise d’environ 30 %. Au total,
112 magasins de marque premium
ainsi que quatre restaurants répartis sur deux niveaux ouvriront leurs
portes. La formule a su séduire cinq
marques de sport, Quiksilver, Rossignol, X-Bionic, Lolë et Pearl Izumi.
Pour cette marque de vêtements de
vélo, qui exploite d’autres magasins
d’usine en Europe, il s’agit d’une
première en France. Cette filiale de
Shimano entend accompagner sa
croissance en France en maîtrisant
l’écoulement des ses invendus (lire
Le Grand Entretien, page 26). Le
magasin Rossignol (120 m2) est également le premier magasin textile de la
marque. Son ouverture accompagne
ainsi le développement de la marque
dans le textile.
— S. D.
QUESTIONS À ...
Dominique Lamouller,
président du Comité de promotion du vélo et
de la Fédération française de cyclotourisme (FFCT)
« Nous chercherons des partenaires
pour la Fête du vélo »
Dominique Lamouller vient de prendre la présidence
du Comité de promotion du vélo. Il énonce ses priorités.
Quels sont vos objectifs à la tête
du Comité de promotion du vélo ?
Le Comité rassemble les forces
vives en charge du développement
de la pratique du vélo en France.
Avant de fixer des objectifs, nous
allons recenser ce qui existe déjà,
car nous ne sommes plus dans
la situation de 2001, année de la
création du Comité, où personne
ne se préoccupait du vélo. Ce bilan
nous aidera à nous focaliser sur les
questions qui ne sont pas traitées.
En direction du grand public, mon
souhait est de donner à la Fête du
vélo une dimension aussi importante
que celle de la Fête de la musique.
Nous allons chercher des partenaires
dans ce but car nos moyens, 50 000 €
de budget, ne sont pas suffisants.
Quel est votre projet à la tête de
la FFCT ?
Notre projet fédéral pour les trois ans
à venir est d’amplifier et d’améliorer
l’accueil de nouveaux pratiquants.
© FFCT
Réélu président de la FFCT au printemps dernier,
Nous souffrons d’un déficit chronique
de débutants, de jeunes, de femmes
et de familles. Nous avons des licenciés passionnés avec un haut niveau
de pratique, mais ils n’arrivent pas à
se mettre à la portée des néophytes.
Aujourd’hui, quelqu’un qui n’est pas
capable de rouler 60 km dans un club
ne reste pas. Nous avons les outils,
à travers une convention de préaccueil ; il faut la mettre en pratique.
— Propos recueillis par O.C.
V8, LES SACS POUR TOUS LES QUOTIDIENS :
DE L’URBAIN À L’EXTRÊME...
EN PASSANT PAR L’OUTDOOR, LE VTT ET LE VOYAGE...
> NOUVEAUTÉ 2014 :
Une dorsale moto et VTT, intégrable aux hydrobags
de la nouvelle collection.
- 112008
V8 est
une marque2013
française
créée
Octobre-Novembre
filièresport
n°10 en
23
Plus d’infos sur V8-equipment.com
Régions
Top départ pour le futur
Ski-Dôme d'île-de-France
L’opérateur néerlandais a officialisé le choix de la colline d’élancourt (78)
pour son projet de piste de ski d’intérieur en île-de-France.
Skiset est partenaire du projet, encore en phase d'études préalables.
Si tout se passe comme le prévoit le
groupe Snow World, on pourra skier
dans les Yvelines à Noël 2016. Le
spécialiste néerlandais des pistes de
ski d’intérieur vient en effet d’officialiser son choix d’installer un SkiDôme sur la colline d’Élancourt,
point culminant de l’Île-de-France
(231 mètres). Le programme (lire
encadré) s’inspire directement du
Snow Dome de Landgraaf, aux PaysBas, le plus récent des deux équipements exploités par Snow World.
La location de skis sera exploitée
par Snow World sous enseigne Skiset. Celle-ci exploitera par ailleurs
une boutique de vente d'articles de
ski. Particularités : ce sera la deuxième boutique Skiset exploitée en
propre, après celle de Val d'Isère,
24 filièresport n°10 - 1 1
© DR
Le Ski-Dôme de Landgraaf, aux Pays-Bas,
sert de modèle au projet francilien.
et l'un des plus
grands magasins du
groupe, avec celui
d'Annie Famose à
Avoriaz (74) : 800
mètres carrés de
vente. « Le magasin d'Élancourt sera
une vitrine pour
Skiset et pour les
marques », explique
Philippe Koiransky,
directeur général de Skiset. Les
deux opérateurs se
connaissent bien, puisque Skiset
prospecte la clientèle néerlandaise
en partenariat avec Snow World.
Un investissement
de 55 millions d'euros
L'investissement prévu est de
55 millions d'euros. Quelque
200 emplois directs devraient être
créés. Mais au préalable, de longues
phases de concertation et d'autorisations sont à prévoir. Snow World,
épaulé par le promoteur français
Sodéarif, une filiale du groupe Bouy­
gues, a commencé à rencontrer les
collectivités locales concernées
pour une première phase d'études
et d'adaptation du programme.
Celui-ci devra ensuite passer par
les différentes procédures d’autorisations administratives.
Octobre-Novembre 2013
Groupe familial fondé par Koos Hendriks, Snow World exploite deux
sites de ski d'intérieur aux Pays-Bas
et réalise un chiffre d'affaires annuel
de 26 millions d'euros. Elancourt
sera le premier Ski-Dôme à l'étranger. « Nous avons choisi l'île-deFrance parce qu'on y trouve plus de
skieurs que sur tout le territoire des
Pays-Bas », explique Wim Moerman,
directeur financier de Snow World.
La zone d'attraction comprend 2 millions de personnes habitant l'ouest
parisien et le chiffre d'affaires prévisionnel s'établit à près de 17 millions
d'euros. Environ 300 000 visiteurs
par an sont attendus.
— O. C.
Le projet
✔ 1 piste couverte de 320 m de
long, 115 m de largeur en haut,
60 m en bas, pente jusqu’à 19 %
✔ 3 espaces de pratique :
ski expérimenté, apprentissage,
snow park
✔ 1 salle de fitness
✔ des salles de conférence
✔ 1 boutique Skiset de 800 m2
de vente
✔ 1 hôtel 4 étoiles d'une capacité
de 400 lits
✔ 1 parc aventure extérieur
de 25 000 m2
✔ Ouverture prévue
avant Noël 2016
Pour être au bon endroit au bon moment...
Profitez
du Package fPS-iSPo 2014
hébergement 3*
+ entrée ViP au Salon !
Du 26 au 29 janvier 2014, la FPS et Ispo vous proposent une offre complète pour faciliter
votre séjour : l’hébergement en centre ville en hôtel 3* + accès VIP au salon.
Renseignements au 01.44.70.77.90 ou sur www.entreprisesdusport.com/fr/ispo
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
25
André Ghestem, directeur général de Shimano France
et président de la Commission Cycle
le grand
entretien
« Le commerce du cycle s'ouvre
aux nouvelles tendances »
Directeur général de Shimano France et président de la Commission Cycle FPS/
CNPC Tous à Vélo, André Ghestem affiche sa confiance dans la solidité
du marché, porté par un usage croissant et de plus en plus diversifié.
« Nous continuerons
de développer
notre offre d’articles utilitaires
et de confort. »
26 filièresport n°10 - 11
Octobre-Novembre 2013
© Gil Quemoun
Les mauvais chiffres du marché
du cycle au premier semestre
vous inquiètent-ils ?
Les chiffres du premier semestre font
apparaître une légère baisse, de 4 %,
ce qui n’est pas énorme par rapport
au recul d’autres activités de sport
et de loisirs. Le marché du cycle
résiste mieux que d’autres. Dans
la situation économique que nous
connaissons, il y a eu des reports
d’achats et la météo n’a pas aidé. Je
pense que cette baisse est provisoire
et que nous redresserons la barre
assez vite. Ce qui me fait dire cela,
c’est que nous continuons à vendre
des pièces d’usure liées à l’entretien
des vélos. L’activité des ateliers en
magasins est soutenue. Les pratiquants utilisent leur vélo. Et la pratique se développe grâce aux trajets
résidence-travail et au vélo utilitaire.
Le marché a-t-il rebondi
l’été dernier ?
Nous n’avons pas encore les chiffres
de juillet-août-septembre, mais
40 % des détaillants de cycles interrogés sur les ventes du premier
semestre prévoient que leur activité
va augmenter au cours des prochains mois, 37 % qu’elle restera
stable. Seules les grandes surfaces
© Gil Quemoun
« Au premier semestre 2013, nous avons
conquis plus de 130 clients nouveaux.
Pas des reprises de magasins, des créations. »
alimentaires sont pessimistes. Les
contacts que nous avons avec nos
clients confirment ce regain d’activité, même s’il y a des disparités
énormes entre magasins. Ceux qui
clarifient leur offre, qui proposent
des services, qui disposent d’un atelier bien organisé, de compétences
techniques et explicatives, et qui
animent leur zone de chalandise,
s’en sortent mieux.
Cette reprise sera-t-elle durable ?
Un élément supplémentaire me
donne confiance : de nouveaux
acteurs arrivent. Au cours des six
premiers mois de 2013, nous avons
conquis plus de 130 clients nouveaux. Pas des reprises de magasins, des créations, des nouveaux
entrants qui veulent profiter de
l’engouement pour le vélo. C’est un
phénomène que l’on ne connaissait pas ces dernières années, où il
était plus question de fermetures de
magasins et de départs à la retraite.
Le commerce de cycles se renouvelle,
il s’ouvre aux nouvelles tendances, au
web, aux nouvelles technologies.
des banques et il n’y a pas de discussion. C’est plus sain pour les
entreprises et la concurrence.
Cela n’a pas empêché la loi de
modernisation de l’économie
(LME) de fragiliser les détaillants…
Globalement, il y a de la compétence, du dynamisme et la volonté
de se battre, mais aussi une certaine fragilisation financière. La
LME a exigé que l’on réduise les
délais de paiement, mais elle a bon
dos. Le problème, c’est la conjonction de l’entrée en application de la
LME et le durcissement de l’accès
au crédit. Les banques ne font plus
leur métier : un marchand de vélo
indépendant a beaucoup de mal à
obtenir un crédit. Ce n’est pas au
fournisseur de faire crédit à ses
clients ; il y a des organismes financiers pour ça. En Allemagne, tout le
monde ou presque paye à 30 jours.
Les détaillants empruntent auprès
Quelles ont été les conséquences de la réduction des
délais de paiement pour Shimano France ?
Nous faisons beaucoup plus attention au suivi de notre crédit client.
Du coup, nous avons tendance à
réduire la part d’implantation initiale que nous leur demandons.
...
Shimano France
en chiffres
• 25 marques distribuées
• 48 personnes
•3
4,2 M€ de chiffre d'affaires 2012
(exercice sur 13 mois)
Octobre-Novembre 2013
Source : Shimano
filièresport n°10 - 11 27
André Ghestem, directeur général de Shimano France
et président de la Commission Cycle
...
En contrepartie, nous nous engageons sur un réassort régulier et sur
la disponibilité des produits.
Comment évolue votre activité ?
Nous terminerons l’année 2013
en positif, comme nous le faisons
depuis plusieurs années. En dix
ans, nous avons multiplié notre
chiffre d’affaires par 2,5 – en partie
grâce aux nouvelles marques que
nous distribuons.
Qu’est-ce qui a amené Shimano
Europe à intégrer la distribution de la marque de sacoches
et paniers Basil ?
Chaque année, nous menons une
enquête de satisfaction auprès de nos
clients, dans laquelle un des items les
invite à exprimer ce qu’il manque
dans notre offre. Parallèlement à
cela, nous restons à l’écoute des
tendances. Depuis quelques années,
celles-ci sont favorables au vélo à
assistance électrique et aux usages
utilitaires. Les pratiquants sont des
consommateurs qui demandent du
confort et des produits compatibles
avec leurs autres activités quotidiennes. Basil en fait partie.
Les marques qui entreront
demain dans votre portefeuille
se positionneront-elles aussi sur
le confort et l’utilitaire ?
Oui, c’est un secteur où nous souhaitons clairement nous développer et
où nous sommes encore petits. Or
nous savons que cette demande va
monter ! Des évolutions pourront
intervenir dans d’autres domaines,
mais ce seront des ajustements. Nous
avons déjà une offre bien structurée.
28 filièresport n°10 - 1 1
Quelle est, plus généralement, la
stratégie de Shimano en France ?
L’idée est de nous positionner
comme fournisseur de référence.
Nous voulons proposer du “one
stop shopping”, c’est-à-dire apporter aux détaillants une offre dans
chaque famille de produit. Pas la
plus large possible, mais un référencement qui réponde à ses différents besoins. Toutefois, les produits
sont une chose, mais ils ne suffisent
pas à définir une stratégie. Celle-ci
passe aussi par les services : nous
allons continuer à les renforcer dans
les années qui viennent. Nous allons
travailler sur l’échange de données
informatisées. On arrivera peutêtre, à terme, à des systèmes automatisés de prises de commande
pour certaines références basiques,
afin d’alléger les deux contraintes
principales qui pèsent sur les
détaillants : la finance et le temps.
Shimano France lance
son programme de Bike Fitting
• La marque japonaise a lancé, début septembre, au Salon du cycle de Paris, le
Shimano Dynamics Lab, destiné aux détaillants.
•C
e système dit de bike fitting consiste à prendre les mesures et à analyser la
posture et le mouvement du cycliste, en vue d’adapter et de régler son vélo. Il
est décliné à partir du service bikefitting.com, acquis par Shimano il y a deux ans.
•L
’offre, initialement composée d’une étude statique, d’une analyse du coup de
pédale et de la posture du cycliste, a été complétée par un quatrième niveau,
consistant à mesurer le mouvement du cycliste avec des capteurs.
• Les 75 magasins labellisés Shimano Service Center seront obligés de proposer le concept, sans avoir à l’implanter dans son intégralité.
Démonstration de Bike Fitting sur le stand Shimano du dernier salon
Eurobike Friedrichshafen.
Octobre-Novembre 2013
© Gil Quemoun
Nous avons aussi un important programme de merchandising. Notre
concept Shimano Service Center
va être entièrement renouvelé en
janvier. Nous développons aussi
la formation pour aider le détaillant à bien conseiller ses clients :
les consommateurs ont besoin de
conseil. Le bike-fitting est un bon
exemple (lire encadré ci-contre).
En ouvrant votre premier magasin
d’usine à la marque Pearl Izumi,
en France, ne craignez-vous pas
de heurter vos détaillants ?
Nous avons été transparents avec
notre réseau, ce qui nous a permis
de transformer une appréhension initiale en atout pour la marque. Depuis
8 mois, nous expliquons que
notre stratégie n’est pas de devenir détaillant. Nous ouvrirons
un magasin d’usine en France,
pas 50. Il y en aura à terme au
maximum une dizaine en Europe.
« Il n’y a pas que les produits.
Une bonne stratégie
passe par un renforcement
du service. »
Ce sont des outils pour mieux gérer
le flux de marchandise. Plutôt que
de nous adresser à des bradeurs qui
détruisent le marché et notre image
de marque, nous allons gérer nousmêmes nos fins de série. Nous pourrons ainsi reprendre en fin de saison
une partie des invendus des détaillants Pearl Izumi Premium.
travaillent ensemble. Nous avons
beaucoup avancé sur la connaissance du marché. Il y a encore du
chemin à accomplir, mais la mise
en commun des informations a
commencé. Sur la promotion du
vélo, le second grand chantier,
c’est plus difficile et plus long.
Nous espérons avancer dans un
horizon raisonnable.
Un an après la création de la Commission Cycle FPS/CNPC Tous à
Vélo, quel est son premier bilan ?
La première chose importante était
que fournisseurs et distributeurs
Octobre-Novembre 2013
— Propos recueillis
par Olivier Costil
filièresport n°10 - 1 1
29
SPÉCIAL CYCLE
innovation
Le vélo étend son domaine,
du loisir à la mobilité
Le vélo a bonne cote auprès des consommateurs.
Ses usages se diversifient. Et le développement du vélo électrique joue le rôle
d’accélérateur. C’est, au-delà des difficultés du moment, une opportunité
à saisir pour les acteurs du marché.
Le cyclisme, loisir déjà très répandu,
n’en finit plus d’élargir son empire.
Ainsi, selon un sondage réalisé fin
2012 pour le compte du Club des
villes et territoires cyclables (CVTC),
45,5 % des Français de plus de 15 ans
avaient enfourché un vélo au moins
une fois au cours des 12 mois précédents (soit environ 20 millions de
personnes – un ordre de grandeur
équivalent à celui de l’Observatoire
du Sport FPS-Ipsos, lire page 32)…
Ils étaient 40 % cinq ans auparavant. « La pratique utilitaire s’accroît,
l’usage récréatif, déjà bien établi, se
développe », analyse le CVTC. Ainsi,
14 % des sondés déclarent qu’ils utilisent le vélo pour des motifs utilitaires comme aller au travail (5,3 %),
à l’école ou faire des achats.
Des usages nouveaux
Par ailleurs, de nouvelles populations
reviennent au vélo. Ce sont les professions intermédiaires (infirmières,
instituteurs…) qui l’utilisent le plus,
ainsi que les cadres supérieurs et
professions libérales. En d’autres
termes, « le vélo s’installe dans les
modes de vie », traduit le CVTC.
Des initiatives comme le vélo en
30 filièresport n°10 - 1 1
libre-service ou le coût
et les inconvénients de
la voiture en ville, ont
déringardisé la bicyclette
auprès des urbains.
Le VAE à
la rescousse
Reste à réconcilier la tendance avec les chiffres.
Car si la pratique du vélo
va bien, les ventes, elles,
ne sont pas au beau fixe.
Il s’est vendu 2,9 millions
de vélos l’an dernier en
France, soit une baisse de
9 %. Le chiffre d’affaires
du cycle a régressé de
4 %, à 1,28 milliard d’euros. Rebelote au premier
semestre 2013, où le CA
a reculé de 4 % également… Certes, le mauvais temps de la première
moitié de l’année n’a pas aidé. Mais il
n’explique pas toutes les difficultés.
« La concurrence est forte, les croissances à deux chiffres des années
1998 à 2005 se sont évanouies »,
explique Jean-Luc Noyerie, gérant
des Véloland de Valence et Nîmes.
Octobre-Novembre 2013
Moins pessimiste, Dominique
Chiffoleau, table sur un chiffre
d’affaires étale en 2013. « À dix
unités près, nous avons vendu
le même nombre de vélos en
cumul depuis le début de l'année,
le chiffre d’affaires est égal à l’an
dernier, malgré une fréquentation plutôt en baisse », précise-til . « Mais nous serions en baisse
s’il n’y avait pas le vélo électrique ». Le vélo à assistance électrique (VAE) est en effet le seul
segment de marché en progression au premier semestre 2013, à
+ 15 %, après + 17 % en 2012.
Une offre élargie
Les industriels se sont engouffrés
dans la brèche et ont étendu leur
offre. « C’est la principale tendance
des derniers salons : le VAE envahit de nouveaux segments : VTT,
VTC… Le VAE n’est plus l’apanage des spécialistes de vélos de
ville : il y a une carte à jouer pour
les magasins de vélos de route »,
se réjouit Denis Rességuier, directeur des enseignes spécialistes de
Sport 2000, dont Mondovélo. Ainsi,
l’espagnole BH a présenté plus de
50 modèles de VAE pour 2014, la
ligne de l’allemande Haibike XDuro
compte 25 modèles…
Un tel engouement soulève parfois quelque perplexité sur le terrain. « Des VAE, on en parle plus
qu’on en vend », regrette Jean-Luc
Noyerie. « Il y a de la curiosité,
mais beaucoup de gens s’interrogent : acheter un vélo électrique,
c’est un g ros budget… » Le
marché du VAE reste en ef fet
émergent, quoique « sa clientèle
s’élargisse » , constate Dominique
Chifolleau. « La demande explose
dans les grandes villes comme Le
Mans, Angoulême ou Nantes, qui
développent des infra­s tructures
favorables à l’usage du vélo. »
Pour Denis Rességuier, il faut que
les détaillants comprennent que
« cette niche aujourd’hui petite
sera un gros marché demain ». La montagne gagnée
par le vélo d’été
Selon une enquête réalisée par la FPS auprès de ses
adhérents de montagne, la location de vélos arrive en tête
des services proposés par les magasins de station en été.
Services proposés en été
par les magasins de montagne en % des répondants
47 %
27 %
18 %
14 %
Location de vélos
et trotinettes
Location de matériel
de via ferrata
Location de matériel
d’alpinisme
Location d’autres
matériels sportifs
Selon une enquête récemment réalisée par la Fédération professionnelle
des entreprises du sport et des loisirs (FPS), 82 % des magasins de sport
de montagne ouvrent l’été, 29 % considèrent que c’est indispensable à
leur entreprise, et 50 % que c’est un plus. La plupart (75 %) proposent des
services de location, 47 % la location de vélos. Et si certains le font de
longue date, la moitié du panel s’est lancée pour la première fois au cours
de l’été dernier.
20 à 30 vélos par boutique
Ce qui n’empêche pas les détaillants d’être partagés sur l’avenir de cette
activité : 40 % pensent qu’elle se développe de plus en plus, alors que
44 % considèrent qu’elle se stabilise, et 17 % qu’elle baisse. Des différences d’appréciations qui renvoient sans doute aux situations locales
(ancienneté dans l’équipement des stations…), même si « de plus en plus,
les remontées mécaniques jouent le jeu », constate Brice Blancard, responsable Rhône-Alpes de la FPS.
À noter que le parc en location présente de grands écarts : de 5 à plus
de 100 vélos par magasin ! Mais il se situe le plus souvent entre 20 et
30 vélos. Scott, Començal, Giant, Lapierre et… Nakamura, la marque
propre d’Intersport, sont les fournisseurs les plus cités.
— O. C.
— O. C.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
31
SPÉCIAL CYCLE
Le vélo en tête des pratiques
21,4 M
innovation
de français pratiquent le vélo
même occasionnellement
Les 3 sports les plus pratiqués au cours
des 12 derniers mois, même occasionnellement,
en % de la population française (4 – 70 ans)
1. Vélo
42 %
2. Natation
36 %
3. Pétanque
Bowling
29 %
Des pratiquants
plutôt réguliers
Relativement peu
de licenciés
Répartition (%)
du nombre de pratiquants
par fréquence de pratique
Nombre de licenciés par fédération
Sources : FFC, FFCT, Ufolep
25 %
Une fois par mois
59 %
16 %
éducateur
115 863
102 826
50 205
Plus d’une fois
par mois
Moins d’unecompétition
fois
par mois
pratiquant
Fédération française
de cyclisme
Source :
Fédération française
de cyclotourisme
Union française
des œuvres laïques
d’Education physique
Activité accessible, le vélo se pratique essentiellement hors cadre fédéral. Le nombre de
licenciés ne reflète pas le niveau élevé de la pratique. De plus, il n'est pas représentatif.
Ainsi, on compte 45 % de femmes parmi les pratiquants, mais seulement 10 % parmi
les licenciés de la Fédération française de cyclisme et 17 % parmi ceux de la Fédération
française de cyclotourisme. Sur la population totale de pratiquants, il sont presque autant
à se dire confirmés (10 %) que débutants (11 %).
32 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Le VAE, un segment porteur
mais très convoité
C’est le produit sur lequel toutes les marques misent. Du vélo de ville au
VTT, les marques misent à fond sur l’assistance électrique. Pas si simple,
répondent les détaillants. S’il permet d’augmenter son chiffre d’affaires
grâce à un prix de vente élevé, le VAE reste encore un marché émergent.
Holland Bikes, ou encore
Altermove et Ecox, entièrement dédié aux VAE, pas
question pour Lyon Cycle
Chic de laisser sa part de
gâteau. « Je sélectionne
les marques soigneusement et travaille essentiellement avec Vélo de Ville
et VDV ».
© Filière Sport
Jacky Vernoux choisit un large choix de VAE, qui représentent jusqu’à 50 % de son activité.
Le marché du vélo à assistance
électrique (VAE), un eldorado trompeur ? « Le gâteau est gros, car les
prix sont plus élevés. Mais comme
de plus en plus de magasins se
lancent sur ce créneau, le chiffre
Pour Charles Baux, créateur de L’Échappée Belle,
à Toulouse, « le VAE reste
un marché de niche encore
compliqué, à l’image du
vélo pliant ». Selon lui, ce
mode de déplacement intéresse surtout les cadres
qui revendent leur deuxième voiture pour aller travailler, les parents de jeunes enfants
qui tractent une remorque, ou les
personnes âgées ou pas du tout
d’affaires augmente peu », déplore
Alexandre Karsenty, gérant de la
boutique Lyon Cycle Chic. Malgré une forte concurrence locale,
avec les boutiques Vélonaute,
au positionnement proche de
Octobre-Novembre 2013
...
filièresport n°10 - 1 1
33
Spécial Cycle
...
Cette nouvelle clientèle est par
ailleurs très sensible aux politiques municipales d’incitation à
© VélodeVille
sportives, ayant des dif ficultés
à pédaler. Autant d’attentes et
besoins spécifiques, qui ne forment
pas encore un marché de masse
très homogène…
l’achat d’un VAE. « La subvention
accordée par la Ville de Paris pour
l’achat d’un VAE ou les aménagements d’agglomérations comme
Brompton diversifie ses gammes
Présent depuis de nombreuses années,
le vélo pliable reste encore un marché
de niche, un peu identique à celui du
VAE, l’omniprésence de Décathlon en
plus. « Le pliant est un produit dynamique mais la concurrence du Tilt de
B’Twin nous pousse à nous tourner
vers des produits haut de gamme. En
la matière, Brompton reste encore
la marque de référence », indique
Alexandre Karsenty.
Le vélo pliable poussé
vers le haut de gamme
© Filière Sport
Le petit vélo anglais, mis sur le marché
il y a 27 ans, tient à sortir des milieux
urbains et propose également des
Pour David Edwards, ingénieur
chez Brompton, le petit vélo pliant
modèles avec des pneus plus larges et
peut sortir de la ville grâce à de
multiples adaptations.
une housse dans lequel empaqueter
son vélo, pour le voyage. « Notre
objectif n’est pas d’être les premiers fournisseurs de vélos au monde, mais
de garder notre progression de 20 % chaque année. Même si nous restons
résolument urbains, avec par exemple un modèle à 9,95 kg, pour une
utilisation très ponctuelle, nous adaptons nos vélos au plus grand nombre
d’utilisateurs », explique David Edwards, ingénieur désigner chez Brompton.
Ainsi, assure la marque, les cyclistes pourront opter pour des modèles plus
lourds, équipés de porte-bagages solides et de roues plus larges pour des
randonnées à travers la campagne. Reste à voir si des aficionados de la
marque en feront l’expérience.
Bordeaux, par exemple, sont déterminants pour développer ce créneau », explique Bart Vos, directeur
du réseau Holland Bikes.
« Chaque marque
a sa spécificité »
Dans son magasin de 300 m2 de surface de vente, à Le Gua (17), Jacky
Vernoux ne partage pas ce sentiment de concurrence féroce. Même
s’il propose une dizaine de marques
différentes, il travaille essentiellement avec Kahlkoff et Focus, pour
une clientèle en général retraitée,
à la recherche de vélos plutôt haut
de gamme. « Chaque marque a sa
propre philosophie ou sa spécificité. Pour un enjambement bas, très
prisé chez les personnes âgées, je
me fournis chez BH, par exemple »,
explique-t-il.
Quant au VTT à assistance électrique, marché dans lequel de nombreuses marques, telles que Haibike ou Vélo de Ville, s’engouffrent,
Jacky Vernoux est plus circonspect :
« ça ne marche pas bien, car ce
n’est que le début. Il y a deux
ans, personne n’en parlait. Il faut
encore attendre ». Un essor qui
pousse également les marques à
innover, par exemple en réduisant
le poids de la motorisation pour
séduire des sportifs en quête de
sensations fortes.
— Joël Clergiot
34 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Lutter contre le vol pour lever un frein à l’achat
Outre la concurrence des grandes surfaces
de sport et des supermarchés, la peur
du vol incite les clients à choisir des vélos
moins chers. Certains détaillants cherchent
la parade.
Nicolas Emmendoerffer,
propriétaire des Cycles
Grosskost, à deux pas
du centre de Strasbourg.
Son magasin de 100 m2 de surface de
vente (plus 20 m2 d’atelier), propose
une large gamme de vélos, notamment des VTT… que les clients
recherchent principalement pour
passer les rails de tramway !
Nicolas Emmendoerffer,
propriétaire des Cycles Grosskost :
« Le problème ne vient pas forcément de la valeur
du vélo, mais du manque d’antivols adaptés. »
Afficher un vélo de qualité serait un
pousse-au-crime. C’est du moins
le raisonnement de nombreux
cyclistes urbains, ce que déplorent
certains commerçants. « Même si la
pratique du vélo est très répandue
chez nous, les investissements dans
un vélo coûteux restent assez rares.
Les vols sont fréquents à Strasbourg et, pour les clients, acheter
un beau vélo, c’est risquer de se
le faire voler très vite », regrette
Faire changer
les mentalités
Plutôt que de se priver d’un beau
vélo, le commerçant préférerait voir
évoluer les mentalités. « Il faut faire
comprendre que le problème ne vient
pas forcément de la beauté du vélo,
mais de l’absence d’antivol », continue-t-il. Pour cette même raison,
ce commerçant a choisi de ne pas
vendre de vélos d’occasion, dont il
juge l’origine parfois douteuse. Ce
n’est pas la seule parade possible.
Holland Bikes propose des assurances pour tous les vélos vendus en
magasin, une innovation à suivre. Et
B’Twin confirme l’arrivée de son antivol “inviolable” (lire Filière Sport n°3)
pour décembre, dans 70 Décathlon et
dans l’ensemble de la chaîne en 2014.
— J.C.
www.tybelt.fr
voir les
vidéos
100 % aju sta ble
3 gammes
100 % fon cti on ne l
Standard
Premium
La ceinture taillée
pour vos activités outdoor
fab
Pro
riqué
en
equipement.com 2013 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre
m50 057 957 * [email protected]
revendeurs: ) 09
commande et tarifs
35
Spécial Cycle
innovation
En centre-ville, les services
valorisent les magasins
En milieu urbain, le vélo devient un mode de déplacement quotidien.
La pratique est grandissante, accentuant la concurrence entre les magasins
de cycles. Pour se démarquer, les magasins des centres des grandes
agglomérations misent sur les services à leur clientèle de quartier.
En chiffres
Holland Bikes
✔ 30 magasins, dont 6 en propre
✔ Surface d’un magasin type,
en propre : 100 m2
✔ CA moyen : entre 500 000
et 600 000 €
Lyon cycle chic
✔ 97 m2 de surface de vente
✔ CA 2012 : 365 000€
L’Échappée Belle
✔ 170 m2 de surface de vente
✔ 30 m2 d’atelier
À première vue, Lyon Cycle Chic, dans
le centre de la capitale des Gaules, ressemblerait à un magasin de vélos classique : bicyclettes rutilantes, accessoires,
pièces détachées, et un atelier ouvert
sur le reste du magasin. Et pourtant, tout
y est étudié. Car vendre en centre-ville,
sur une surface souvent très limitée,
en raison du prix des loyers, demande
quelques efforts d’agencement.
« Les clients sont des utilisateurs de
vélos urbains, pas des passionnés de
cycle. Pour eux, il s’agit d’un déplacement. Les dérailleurs et autres détails
techniques, ça ne leur parle pas. Il ne
36 filièresport n°10 - 1 1
« Aujourd’hui, les Français sont inondés
de marques de vélo, sans qu’un nom
se détache vraiment »
Bart Vos, directeur commercial de Holland Bikes
faut pas les accueillir dans une grotte.
Nous mettons en avant les vélos, les
bagages et les casques. En face froide,
nous avons mis les antivols, les pneus et
les chambres à air », explique Alexandre
Karsenty, gérant de cette boutique
ouverte depuis septembre 2010.
Le prix et l’esthétique
La lisibilité de l’offre et le confort
sont importants, quitte à sacrifier quelques mètres carrés à un
espace détente. « Il faut se sentir
à l’aise dans le magasin, c’est un
point clé. Je concède près de 4 à
Octobre-Novembre 2013
5 m 2 à l’accueil, sans que ce soit
purement mercantile », poursuit-il.
Pour le choix des vélos, l’esthétique
et le prix restent les maître-mots.
Les vélos tous chemins équipés pour
la ville, avec des moyeux dynamo
ou des béquilles, fournissent le gros
des ventes. « Un client ne veut pas
une marque, mais un vélo. Je travaille à 85 % avec Giant, mais si
je présentais un Lapierre, le résultat serait le même. Un vélo, avec
la culture imposée par Décathlon,
se vend chez nous entre 450 et
600 euros en moyenne », constate
semaines d’immobilisation
des vélos risque de faire
fuir les clients. Et en centreville, la clientèle de quartier
constitue l’essentiel des
réparations. Autre élément
important, quelle que soit
l’enseigne : la diversification. Ainsi, il faut être en mesure de
réparer tout type de la bicyclette, du
vélo vintage au vélo sport.
Une prime
aux marques établies
Pour le client de centre-ville,
les critères d’achats sont le design et le prix
(ici, des vélos de la marque Kahlkoff).
Charles Baux, créateur de L’Échappée Belle, à Toulouse. Mais pour
rester compétitif face à Décathlon
et Intersport, il propose aussi des
vélos Arcade, autour de 350 euros.
De son côté, Lyon Cycle Chic, qui
vient d'ouvrir un Vélo Station dans
un autre quartier de Lyon, travaillera beaucoup avec Bergamont.
Quant à Holland Bikes, le réseau a
misé sur les vélos d’occasion pour
offrir des produits à bas prix dans
Les leviers de croissance
des magasins
en centre-ville
• Les difficultés de déplacement
en ville : de plus en plus de
citadins optent pour des modes
alternatifs à la voiture.
• La volonté d’entretenir sa forme :
le vélo est un mode de transport
actif et propre.
• Le développement des vélos
en libre-service.
• Le développement du VAE.
Les freins
• La concurrence des grandes
surfaces et de l’e-commerce.
• La peur du vol.
• La peur des accidents.
Dans la jungle du vélo de ville, mieux
vaut ne pas se tromper dans ses
commandes. « Nous restons à l’affût des marques et des nouveautés,
mais il est difficile de travailler avec
une marque qui
se lance », expli« Les clients sont des utilisateurs que Alexandre
K a r s e n t y. Ta n t
de vélos urbains, pas des
qu’une marque
passionnés de cycles. Pour eux, n’aura pas fait ses
preuves, notamil s’agit d’un déplacement »
ment en termes
Alexandre Karsenty,
de service aprèsgérant de la boutique Lyon Cycle Chic
vente, elle a peu
de chances de se
retrouver chez Lyon Cycle Chic.
ses six magasins en propre. Récupérés dans la boutique de location de
l’île de Ré ou aux Pays-Bas, ils sont
Même frilosité vis-à-vis des marques
remis à neufs, une façon de concurémergentes chez Holland Bikes.
« Aujourd’hui, les Français sont inonrencer les supermarchés.
dés de marques de vélo, sans qu’un
L’atelier, la clé du service nom se détache vraiment, comme aux
Pour faire face à la concurrence,
Pays-Bas ou au Danemark. C’est dur
aussi bien des grandes surfaces
de percer pour une nouvelle marque,
car la seule marque réellement connue,
que des autres indépendants, il faut
c’est B’Twin, alors qu’elle n’existe que
surtout offrir de la qualité et des
depuis 2006 », analyse Bart Vos, direcservices. « Le client compare chez
Décathlon et sur internet avant de
teur commercial et créateur, avec Rob
Lemmerlijn, du réseau de 30 magasins
venir en boutique. Comme B’Twin
de vélo hollandais. Avec des vélos à
fait aussi bien de bons vélos que des
mauvais, les services, et notamment
assistance électrique à partir de 1 300
euros et un segment qui lui assure un
les réparations, sont indispensables
et doivent faire la différence », prétiers du volume de ses ventes (près
de la moitié de son chiffre d’affaires),
cise Charles Baux. Son magasin,
Holland Bikes doit donc travailler avec
mais également Lyon Cycle Chic,
réalisent en effet 30 % de leur chiffre
des marques qui ont fait leur preuve,
d’affaires grâce à l’atelier. Mais gare
comme Gazelle, Batavus, Sparta
aux délais : dépasser un délai de deux
ou Koga.
— J. C.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
37
Spécial Cycle
innovation
Le palmarès des grands prix
des vélos de ville
Le 13 septembre dernier, les grands
prix des vélos de ville 2014, organisés
pas le Comité de promotion du vélo,
ont été décernés sur le Salon du
cycle de Paris. Ils récompensent les
entreprises innovantes sur certains
critères, comme par exemple
la position de conduite, la facilité
d’enjambement, le pliage, le poids,
ou encore le design. Zoom sur
les 3 lauréats.
Catégorie Vélo de ville :
Vélo AGT Matra
Assemblé en France, le vélo AGT de Matra séduit notamment par ses nombreux équipements : porte-bagage
avant, panier, antivol, mais également et surtout pour sa
boîte automatique (Auto Nexus 7), qui sélectionne à tout
moment le meilleur rapport de vitesse. Pratique, le vélo
redémarre en première après chaque arrêt.
— Poids : 15 kg
— Prix public
conseillé :
1 299 €
Catégorie Vélo
à assistance électrique :
Vélo Samedi 28 par Moustache Bikes
Le samedi 28 black est un mixte adapté aux personnes
entre 1 m 50 et 1 m 75.
— Éclairage LED basse consommation,
moteur Bosch
— Poids : 23 kg (batterie comprise)
— Prix public conseillé : 2 399 €
Catégorie Vélo à assistance
électrique pliant :
Le City NX7 de Babboe (catégorie Vélo de ville)
Peps par O2 Feel
Créée en 2010 par deux ingénieurs picards, Jean
Bataille (26 ans) et Grégoire Brunet (27 ans), O2 Feel
a pour objectif de travailler sur le déplacement à vélo
à assistance électrique. Mais attention, le vélo Peps ne
se substitue pas aux transports en commun. « Il reste
assez lourd pour
un vélo pliant. Il
sera utile pour
les habitants des
centres urbains
ou les vacanciers
qui ont besoin de
place, comme les
campingcaristes,
par exemple »,
explique Jean Bataille, co-créateur de la marque.
Le CX AGT de Matra
(catégorie Vélo à assistance électrique)
— Poids : 20 kg (batterie comprise)
— Prix public conseillé : 1 399€
Les autres vélos nommés :
Le Wattimini de Wattoo
(catégorie
Vélo àn°10 assistance
électrique pliant)
- 1 1 Octobre-Novembre
38
filièresport
2013
innovation
Les dernières pépites
d’Ispo Bike
Premier prix
Urban Arrow Smart Mobility,
le vélo de transport modulaire
Cette jeune pousse hollandaise a créé un concept de
“cargo bike”, un vélo de transport modulaire susceptible « de remplacer une voiture », selon Jorrit Kreek,
en charge des ventes et du marketing. Il peut aussi bien
transporter des enfants que des marchandises ou des aliments. Lancé en 2011, il a été vendu à 1 000 exemplaires
aux Pays-Bas. L’objectif est de 10 000 dans les 5 ans.
Ispo Bike, le salon spécialisé vélo de Munich,
cesse d’exister. Faute d’un nombre d’exposants
et de visiteurs suffisant, l’organisateur Messe
München a décidé d’annuler la session 2014.
La dernière session a toutefois distingué
certaines start-up dans le cadre du concours
Ispo Brandnew Award. Sélection.
Prix Vêtements
G-Form, la protection
qui durcit
Un autre vélo cargo multifonctions qui peut aussi bien
transporter les enfants que diverses marchandises.
Confort, robustesse et design sont ses marques de
fabrique. De facture italienne, il est équipé de sacoches
grande capacité. Son centre de gravité bas préserve sa
maniabilité quand il est chargé.
© DR
Prix Ville
Bicicapace, le vélo grande capacité
Prévu pour les sports
d’action, G-Form, produit
par une société de Miami,
est un système de protection des genoux, coudes
et tibias, utilisant une
matière, le Poron XRD, qui
se durcit en cas de choc.
Cette technologie baptisée
Reactiv­e Protection absorbe
90 % de l’impact.
Prix Accessoires
Magnic Light, la dynamo sans contact
© DR
© DR
Le système d’éclairage Magnic Light évite l’inconvénient de la friction sur la
jante tout en permettant
de se passer de batterie et de câbles électriques. L’électricité est
produite par l’effet de la
rotation de la jante sur
des aimants.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
39
Spécial cycle
Le premier garde-boue végétal
Issue de cultures végétales françaises, Green’Z de
Zéfal est une nouvelle gamme de garde-boue
à faible
empreinte environnementale.
Composés à plus de 50 %
de résine, les garde-boue Deflector RC et FC 50 Green’Z
(disponibles séparément ou en set) se veulent une alternative aux produits fossiles. D’après la marque, cette
matière hybride réduit de 65 % les émissions de gaz à
effet de serre par rapport à un garde-boue classique. Destinés aux vélos de ville, VTC et hybrides, ils se montent et
se démontent sans outil. Zéfal travaille actuellement sur
des essais de garde-boue dont 60 à 70 % des matériaux
seraient d’origine végétale.
Overade se plie en casque
La première raison pour laquelle le cycliste urbain ne
porte pas de casque, c’est l’encombrement. C’est du moins
le constat que les deux jeunes créateurs de la marque Overade veulent corriger, avec un casque rétractable, qui se
glisse facilement dans un sac en bandoulière ou un sac à
main. Principalement destiné aux utilisateurs de vélo en
libre service, le casque est légèrement plus lourd qu’un
casque sportif. La marque assure toutefois qu’à l’utilisation, cette différence n’est pas gênante.
Vendu dans un sac en toile noir ou blanc, il peut également être
agrémenté d’une visière ou d’une protection contre la pluie.
— Prix public conseillé : 75 €
Un nouveau GPS "tout-terrain"
Le taïwanais Mitac se désengage petit à petit du GPS automobile et lance
sa série de GPS pour VTT Mio CycloTM 310. Écran plat léger et anti­reflet,
les GPS de cette série se déclinent en trois modèles, 310, 315 et 315
HC. Comme la série grand public CycloTM 300, elle inclut une fonction
qui propose trois itinéraires cyclistes, selon le temps, la distance ou la
destination. Les cartes sont préchargées, les appareils sont donc prêts à
l’emploi.
Les modèles 315 et 315 HC, conçus pour les cyclistes qui veulent quitter
la route, offrent la possibilité de télécharger les cartes IGN, région par
région.
+ Le plus : un nouveau support frontal réglable pour vélo qui permet
aux utilisateurs de fixer leur appareil dans différentes positions,
pour que l’écran soit toujours visible, sous la pluie comme en plein
soleil. Compatible avec tous les produits Mio CycloTM.
40 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
© Gil Quemoun
Avec sa batterie à l’avant
du guidon, au-dessus de
la roue, intégrée dans un
coffrage en bambou qui
fait également office de
porte-bagage, le Debut de
Thirty­O ne ne passe pas
inaperçu. Cette position
originale, qui rend la batterie plus accessible, ne doit
Christophe Baeza
rien au hasard, comme
et Clément Bonneau,
les fondateurs
d’ailleurs toutes les caracde ThirtyOne.
téristiques de ce vélo au
design épuré. Vitesses automatiques, carter protégeant la chaîne, intégration des câbles – qui restent
néanmoins accessibles par une trappe pour faciliter
le SAV – dans le cadre, ou encore système de serrage
des roues par gravité (dissuasif pour les voleurs)…
Tout a été pensé pour simplifier la vie du cycliste
urbain, car « la plupart des utilisateurs urbains n’ont
pas une énorme expérience du vélo », explique Clément Bonneau, cofondateur avec Christophe Baeza
de cette jeune start-up toulousaine (d’où son nom,
créé en anglicisant le numéro du département 31).
Propulsé par SRAM, le Debut existe même en version
non motorisée, évolutive en VAE, pour les consommateurs néophytes
qui hésiteraient…
Les premiers
modèles (1 450 €
le non électrique,
2 650 € le VAE)
seront livrables
en novembre.
Thirty­One affiche
un objectif de 50
points de vente la
première année. Et
projette de rapatrier la fabrication
des cadres, actuelLe modèle Debout
lement à Taïwan,
de ThirtyOne.
en 2014.
© Gil Quemoun
Un vélo haut de gamme
pensé pour l’utilisateur urbain
Kronos, une nouvelle marque
de plateaux personnalisés
Spécialisés dans la mécanique de précision, les établissements Faulcon, installés à Saclay (91), ont utilisé leur savoirfaire industriel pour lancer Kronos, nouvelle marque de
plateaux pour le vélo. Particularité : les plateaux, destinés
à tous types de vélos, peuvent être personnalisés, soit directement par incrustation dans la masse ou en appliquant
un film verni. L’activité ne représente pour l’heure que
5 % du chiffre d’affaires de la société. Mais Frédéric Faulcon,
co-directeur de la société, n’a pas l’intention d’en rester là.
Il planche sur d’autres produits, comme des vis cheminées
pour pédaliers, adaptées aux pédaliers profilés Shimano.
Le casque
avec visière intégrée rétractable
La visière rétractable du casque Abus In-Vizz lui a valu
un Golden Award au salon Eurobike de Friedrich­shafen.
Compatible avec le port de lunettes de vue (il n’y a pas
de pont pour le nez), la visière peut s’abaisser en trois
positions et est interchangeable, afin de s’adapter aux
différents degrés d’ensoleillement.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
41
Spécial cycle
Esthète lance une veste
et une gamme urbaine complète
Le caban automne-hiver de la toute jeune marque Esthète,
créée par Jean-Christophe Guillaud-Bataille (photo), est le
début d’une ligne de vêtements et accessoires technologiques pour le sport. Conçue pour la pratique du vélo en
ville, elle n’en garde pas moins un style élégant et urbain. Sa
membrane SympaTex la rend imperméable et respirante.
Son créateur n’a par ailleurs pas ajouté de capuche à sa
veste, car il se dit résolument pour le port du casque à vélo.
Casque sur lequel il planche actuellement, pour une sortie
prévue l’année prochaine !
+ Le plus : la visibilité de la veste grâce à un système
d'éclairage à Led, doublé de bandes réfléchissantes ton
sur ton et d'un brassard jaune fluo amovible.
— Prix public conseillé : 600 € TTC
avec éclairage (480 € TTC sans éclairage).
Haibike laisse le choix
aux consommateurs
Depuis qu’elle a lancé son premier VTT à assistance
électrique en 2010, Haibike (groupe Winora)
ne s’arrête plus. Convaincue du potentiel de ce créneau,
elle a revu son VAE à vocation sportive en élargissant
la gamme à 25 modèles.
Le modèle féminin
Xduro Life.
Avec son moteur incliné à 280° qui
permet au poids de rester concentré
au-dessu­s du pédalier, son cadre en
aluminium 6061 et son moteur Bosch
de 250 à 400 W, (entre 25 km/h
et 45 km/h selon les modèles), la
nouvelle version du VTT Xduro se
42 filièresport n°10 - 1 1
positionne dans la catégorie des
vélos haut de gamme. Alliant les
designs d’un mountain bike classique et d’une motocross, Haibike
cible une clientèle qui aime les sensations fortes, sans être casse-cou.
« Le client final est un quadragénaire qui n’a pas le temps de s’entraîner tous les jours, mais qui ne
veut pas non plus rester à la traîne
quand il part avec ses potes »,
explique Benjamin Huguet, directeur des ventes France et Espagne
pour le groupe allemand.
Octobre-Novembre 2013
Le public tranchera
Pour cette nouvelle collection, Haibike n’a pas lésiné sur les possibilités d’utilisation. La gamme compte
pas moins de 25 modèles pour
2014 ! La marque précise toutefois que la reconduction de chaque
modèle dépendra du volume de
vente atteint par chacun. À noter
que les femmes n’ont pas été
oubliées, puisqu’une version féminine, le Xduro Life, fait partie des
nombreux modèles proposés.
— J.C.
publi-shopping
cyFac rando Vélo trekking paris-pekin
Cadre Acier Columbus Zona avec oeillets de fixation portebagage et garde-boue, Soudo-brasé, coloris au choix. Freinage
V-Brake, pneus Schwalbe Marathon Racer, Selle Brooks pédales
Shimano A 530, cintre Humpert multi-positions. Fabrication et
montage en France. Disponibles en géométries Standards ou
Sur Mesure.
série high Visibility
Pour la saison 2014, Ortlieb a développé une série de
sacoches de haute visibilité. Elles sont construite à partir d’un tissu Cordura unique, spécialement développé
par Ortlieb qui intègre des fils réfléchissants permettant
à l’intégralité des sacoches d’être visible dans l’obscurité pour apporter une sécurité maximale aux voyageurs.
Cette série, fabriquée sans PVC, se compose d’une paire
de sacoche arrière, paire de sacoche avant, sacoche de
guidon et d’une sacoche urbaine. Ces produits seront
disponibles à partir de Mars 2014.
Modèle barista
ligne black’n White
Dans la continuité de la “White line”, Ortlieb met en
place cette collection avec un marquage original et spécifique. Déclinée en noir et en blanc, la matière exempte
de PVC reprend le look de la série Classic. Les sacoches
latérales sont équipées du nouveau système de fixation
Quick Lock 2.1 pour un montage et un réglage aisée
sur les porte-bagages. Cette ligne de produit se compose de sacoche arrière (Back Roller), sacoches avant
(Front Roller), sacoche de guidon( Ultimate), sacoches
urbaines (Office bag et Downtown) et d’un sac à dos
(Vélocity). Disponible à partir de Février 2014.
Sacoche de guidon urbaine et élégante, la Barista est
disponible en deux coloris. Fabriqué en nylon enduit
Pu pour l’étanchéité, cette sacoche pratique se ferme
magnétiquement et est composée de multiples compartiments internes pour smartphone, clés et autres stylos. Organiseur interne avec porte-clés, compartiment
à fermeture zippée, range-stylos et deux poches de
rangement. Le système de fixation Ortlieb (compatible
Rixen&Kaul) est fourni ainsi que la sangle de portage
pour l’utiliser une fois descendu de vélo. Disponible à
partir de Décembre 2013.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
43
QUESTIONS À ...
Benoît Nelles, gérant de Noreko :
innovation
« Le sous-vêtement reste
sous-exploité en magasins de vélo »
Pour le gérant de Noreko, qui distribue en France la marque
de sous-vêtements milieu haut de gamme Craft, le marché des textiles
"première couche" a du potentiel dans l'Hexagone.
Quel est l’intérêt des
sous-vêtements pour la
pratique du vélo ?
Aujourd’hui, que ce soit
pour la route ou le VTT,
les styles vestimentaires se
rejoignent. Le sous-vêtement technique, en plus de
sécher rapidement, limite
la gêne sous le sac à dos
et doit être fait de matières
résistantes à l’abrasion.
Benoît Nelles, gérant de Noreko.
Quel est le positionnement
de Craft dans les magasins ?
Craft se vend bien en milieu et
haut de gamme en France, essentiellement distribuée chez des
spécialistes vélo, course à pieds
ou outdoor.
44 filièresport n°10 - 1 1
Le message est-il relayé
en magasin de cycles ?
La première couche n’est
pas suffisamment exploitée chez les détaillants de
vélo, alors qu’elle est portée par les professionnels.
C’est là que le spécialiste
doit apporter des conseils
et expliquer qu’un simple
t-shirt ne suffit pas. Nous
avons toutefois de bonnes
surprises chez certains généralistes, quand ils engagent un vendeur qui connaît vraiment les produits. Il faut aussi compter sur la
notoriété. Porter des vêtements
de marque est un signe de réussite
sociale. Pour courir tous les jours,
Octobre-Novembre 2013
les coureurs s'entraînent avec des
vêtements B’Twin ou entrée de
gamme. Ensuite, sur les événements, ils achètent des vêtements
au nom plus prestigieux.
Quels sont les freins à votre
développement ?
Nous sommes surtout confrontés à
l’image de matière bas de gamme
dont pâtit le polyester aux yeux de
consommateurs. À tort, car, séchant
plus vite, il est pratique pour les sports
d’endurance. Nous avons d’ailleurs
développé le Craft Superlight, un
polyester avec du mesh, plus léger et
respirant. Nous faisons également face
à la concurrence d’Odlo et de Helly
Hansen pour les sports d’endurance
et, en hiver, de la laine mérinos, pour
la randonnée ou le ski de montagne.
— Propos recueillis par J. c.
Craft en chiffres
• Arrivée en France : 2001
• CA au 30 juin 2013 : 4 M€
• 1/3 du CA est réalisé
grâce aux produits vélo
• 400 magasins réguliers
publi-shopping
Des hyDrobags
pour toutes les pratiques Vtt
V8, jeune marque française, présente une nouvelle gamme d’hydrobags pour une
utilisation loisir ou compétition, tant en enduro, qu’en descente ou XC.
Avec des volumes de 4 à 24 litres, chaque VTTiste peut trouver un sac adapté à
ses besoins qui soit fonctionnel, astucieux avec un look qui permet de se démarquer tout en restant sobre .
+ La nouveauté : grâce à un dos interchangeable, ces hydrobags sont compatibles
avec la dorsale V8 SBS 136.1 à la norme EN 1621-2:2003 (sauf le YRD 4.3)
Prix publics conseillés : de 39 € à 119 € avec système d’hydratation V8
www.v8-equipment.com
le sac étanche qui Vous accompagnera
en toutes circonstances
V8 propose plusieurs modèles étanches aux projections d’eau ou à l’immersion
avec un design épuré : sacs à dos sacs de voyage, besaces plus urbaines.
+ Leurs points communs : technicité et solidité grâce à du nylon enduit,
des soudures ultra-sons et des zips étanches.
Résistant aux conditions les plus extrêmes, ergonomique et confortable, le sac
à dos DBP 25.2 est le compagnon indispensable des cyclistes du quotidien, des
enduristes, des motards et des baroudeurs…
+ Les plus : Compatible avec la dorsale SBS 136 et les poches à eau V8,
Filet externe amovible pour le transport d’un casque de vélo.
Prix public conseillé : 119 €
une Dorsale moto
et Vélo aDaptable sur les sacs à Dos V8
une Veste Vtt
2 en 1 séparable
en un seul geste
Les protections dorsales sont de plus en plus utilisées
pour le loisir ou la compétition mais le confort est limité
dès que l’on met son hydrobag sur le dos.
Partant de ce constat, V8 a développé la dorsale Switch
Back System pouvant être adaptée sur une sélection
de sacs des gammes hydrobag ou étanche, munis d’un
dos amovible.
Pour cela, il suffit d’enlever les bretelles de la dorsale et
le dos du sac, fixé par velcro, puis de remplacer ce dos
par la dorsale.
Rendue ainsi solidaire du sac et composée de matériaux semi-rigides, la dorsale
SBS 136.1 offre ergonomie et sécurité.
La SBS 136.1 de V8 est homologuée
comme Equipement de Protection
Individuel (EPI) suivant la norme européenne EN 1621-2:2003.
V8 a lancé en 2013 ses
premiers textiles, avec
les mêmes objectifs
que pour le développement de ses sacs :
technicité, ergonomie, sobriété.
Conçue pour le
VTT, la DBJ 136
est une veste 2 en
1 dont les manches
sont amovibles en
quelques secondes grâce à un zip unique.
Elle existe en 2 versions, coupe-vent ou déperlant, en
tailles homme ou femme :
Cette dorsale est disponible en tailles
S, M et L.
www.v8-equipment.com
Prix public conseillé : 59 €
Prix public conseillés : 59 et 79 € TTC
SPÉCIAL CYCLE
innovation
Eurobike
Friedrichshafen en images
Le 22e salon Eurobike, qui s’est tenu à Friedrichshafen, en Allemagne,
du 28 août au 1er septembre dernier, a accueilli quelque 45 200 visiteurs
professionnels venus de 1 1 1 pays. Il y ont découvert une offre très large
proposée par 1 280 exposants provenant de 50 pays, et mise en valeur
par de nombreux tests et animations qui ont transformé le salon en un
véritable show. Ambiance.
© Filière Sport
Campagne pour
le port du casque
sur le stand
du ministère des
transports allemand.
© Eurobike Friedrichshafen
Angela Merkel, en
maîtresse de cérémonie,
a inauguré Eurobike,
mettant l’accent sur le
déplacement urbain,
et notamment le vélo à
assistance électrique.
46 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Transports en commun.
© Filière Sport
Sur le stand Shimano,
une illustration de la tendance
à l’augmentation du diamètre
des roues : les 27,5 et 29 pouces
deviennent la norme.
© Filière Sport
© Filière Sport
Passage protégé pour les visiteurs piétons
qui traversent la piste d’essai.
© Filière Sport
Test de vélo à assistance électrique au pied du Zeppelin.
© Filière Sport
Certaines marques
comme Kelly n’ont pas
hésité à tomber le haut.
Pour le Hongrois Stringbike, fini le plateau rond cranté.
Le design de son vélo à corde est inhabituel, mais
son utilisation reste identique à celle d'un vélo classique.
© Filière Sport
Des idées pour inciter les enfants à porter le casque.
© Filière Sport
Une tronçonneuse sur le porte-bagage.
© Filière Sport
© Filière Sport
Sur le stand Uvex, séance de dédicaces pour Marcel Kittel,
coureur de l’équipe Argos-Shimano.
© Filière Sport
Des démonstrations spectaculaires.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
47
vu au Salon Sport Achat
innovation
Vu
au salon
Alors que la dernière session
de Sport Achat s’achevait sur une
hausse de 2 % de plus que l’an
dernier, avec 1 564 visiteurs,
Filière Sport a sélectionné
quelques marques et innovations
qui valent le coup d’œil.
La caméra de papa
Camspor t ne veut
pas concur rencer
Go Pro. Elle vise plutôt les familles, pour
les balades à vélo
avec des ados un
peu casse-cou qui
voudraient se lancer
dans des exploits en
plein air. Toujours
légère et compacte,
la Camspor t EVO
1080 Pro Full HD se
dote d’une nouvelle
coque étanche en
aluminium de 22 mm
de diamètre. Équipée
d’un nouveau capteur haute définition
grand angle de 5 millions de pixels, elle enregistre en mode Full HD 1080p ou en HD 720p
Slow Motion (60 images/seconde). La marque
soigne également son merchandising, et propose une vitrine équipée pour mettre en valeur
les produits, accessibles à l’achat en fonction du
volume des commandes.
48 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Une nouvelle marque
inspirée pour trailers
Comme son nom l’indique, InStinct Inspired Apparel, la nouvelle marque de vêtements pour le trail,
a directement été
inspirée par l’intuition des pratiquants. Empreinte
en silicone antiglisse sur les
épaules pour que
le sac à dos reste
à sa place, coupe
ergonomique (très proche du corps pour limiter les
frottements), maillot à dos plus long qui ne remonte
pas à l’effort, short à hauteur réduite sur l’avant de
la taille pour supprimer les gênes dues à la compression, et matières techniques (Lycra traité antibactérien avec protection UV50, Lycra ultra élastique et
mesh), tout est pensé pour le confort et l’amélioration
des performances.
Les chaussures d’approche,
à la ville comme sur sentiers
De Slovénie, ne parviennent pas seulement les skis Elan ou
les outils pour vélos Unior. C’est également de ce petit pays
que vient la marque Alpina, dont les chaussures d’approche
Diamond peuvent aussi bien s’adapter à la ville qu’aux terrains accidentés. La semelle souple permet une marche fluide
sans pour autant sentir les obstacles. Les membranes Alpitex
et Sympatex résistent à l’eau et
apportent une protection sous
toutes les conditions climatiques,
tandis que les victimes de la mode
devraient être ravies par le choix
des 9 coloris de la gamme.
Si le modèle Diamond est donc
facilement déclinable à la ville,
le modèle EWL, destiné au marché urbain, est d’ailleurs à son
tour parfaitement utilisable pour
les courtes marches sur les chemins. Distribuée par Sunset Sport,
la marque compte bien passer
à la vitesse supérieure en intensifiant sa distribution dans les
magasins spécialisés montagne et vise le référencement en
centrale d’achat.
— Prix public conseillé (Diamond) : 95 €
Desigual se lance
sur le marché du sport
La collection Desigual sur son présentoir.
© DR
La marque espagnole considère qu’elle a une carte
à jouer sur le marché du sport féminin. Elle vise une
centaine de magasins de sport en France pour le
printemps-été 2014.
La célèbre marque catalane de vêtements Desigual part à la conquête
des magasins de sport français. La
marque était en effet présente au
dernier salon sport achat été. Dans
un univers du sport très mascu-
lin, Desigual, dont le style coloré
est très féminin, étend sa carte
avec une gamme de vêtements de
sport multiactivités, de chaussures
de danse, fitness et running. Si la
collection de chaussures de sport
existe depuis trois ans, la gamme
de vêtements vient de faire son
apparition. Les prix se situent entre
89 € et 109 € pour les chaussures ; il
faut compter 29 € pour un t-shirt et
99 € pour une pièce à manches,
19 € à 55 € pour un sac. Les gammes
sport sont complétées par des
gammes sportswear issues de la collection mode de la marque. Le développement de la collection s’inscrit
dans un projet européen. En France,
l’objectif est d’être présent dans
une centaine de points de vente
pour la première collection. Parmi
les premiers clients, les magasins
Intersport du groupe Prosport (Bernard Joannin) auraient référencé
la marque.
— O. C.
publi-shopping
la raquette à neige du futur est née !
La particularité première de la SYMBIOZ se situe au
niveau de son hyper-flexibilité (que ce soit au niveau
du châssis ou de la fixation), de sa légèreté et de sa fixation ergonomique. Elle s’adapte aux différentes aspérités du terrain avec un extraordinaire déroulé de pied.
Les inserts carbone permettent quant à eux de donner
élasticité et nervosité à la SYMBIOZ quand celle-ci n’est
plus au contact du sol. Les crampons, aux formes bidirectionnelles, toujours placés sous les points d’appuis du
pied quelle que soit la pointure, permettent une incroyable
traction (en montée) et une excellente retenue (en descente), mais aussi une parfaite tenue latérale (dévers). En
épousant la forme du terrain, la flexibilité du châssis
assure un superbe maintien et une complète sécurité. De
plus, cette hyper-flexibilité évite le glissement intempestif
en poudreuse. Enfin, sa légèreté donne à la marche un
esprit de liberté et de facilité.
En retrouvant sa démarche totalement naturelle, Le Randonneur est enfin en totale symbiose avec la nature.
/// ContaCt /// [email protected]
www.tsloutdoor.Com
vidéo symbioz
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
49
INCITATION À LA PRATIQUE
Le plan vélo refait surface
sous forme de plan mobilité
Il aura fallu plus d’un an pour que le gouvernement Ayrault réanime
le plan vélo. Le 3 juin dernier, ce programme de promotion de l’usage
du vélo a refait surface sous la forme d’un « plan mobilités actives ».
Les usagers ont désormais un image plus moderne du vélo.
Il était temps ! Le 3 juin dernier,
Philippe Cuvillier, ministre délégué
chargé des Transports, de la Mer et
de la Pêche, a annoncé la création
d’un « groupe de travail interministériel consacré à la promotion des
mobilités actives ». Ce dernier a
« pour mission de faire émerger
des propositions concrètes susceptibles d’encourager les Français
à utiliser le vélo ou à pratiquer la
marche, aussi bien comme moyen
de déplacement domicile-travail
que comme activité sportive ou de
loisirs ». Composée de parlementaires, de représentants des élus
locaux, d’usagers, de constructeurs
50 filièresport n°10 - 1 1
© FFCT/JL. Armand
Dont le contenu reste à préciser.
de vélos et des ministères concernés, cette instance pilotée par
Dominique Lebrun, coordonnateur
interministériel pour le développement de l’usage du vélo, a constitué
ses commissions au cours de l’été.
L’objectif est d’adopter un plan
d’action d’ici fin 2013. « Nous serons
en mesure de faire des propositions
au ministre d’ici un mois », déclare
Dominique Lebrun à Filière Sport.
« L’idée n’est pas de présenter un
catalogue mais de fixer un calendrier de mise en œuvre de certaines
mesures. » Du côté des parties prenantes, c’est plutôt le soulagement,
même si l’élargissement du plan
aux piétons et personnes à mobilité réduite, introduit un peu plus
de complexité. « Il est normal que
le progrès des uns n’entrave pas
celui des autres », tranche Véronique Michaud, secrétaire générale du Club des villes et territoires
cyclables (CVTC).
Dix ans d’attente
Reste à savoir ce qui sortira de l’actuelle consultation. « On ne repart
pas de zéro, mais l’objectif doit être
Les groupes de travail
✔ Mesures favorisant l’intermodalité entre transports collectifs et modes actifs ;
✔ Meilleur partage de l’espace public, mieux sécurisé pour tous les usagers ;
✔ Incitations financières à l’usage du vélo ;
✔ Prise en compte du vélo dans le domaine de l’urbanisme et du logement ;
✔ Développement des itinéraires de loisir et de tourisme ;
✔ Communication autour des bienfaits de la marche et du vélo.
Octobre-Novembre 2013
© DR
La question des moyens
L’indemnité kilométrique pour
les trajets domicile-travail à vélo
a quelque chance d’être acceptée dès lors qu’elle reste facultative ; mais pour quelle efficacité ?
La question des moyens que l’État
est prêt à mettre sur la table reste
ouverte... En attendant d’en savoir
plus, l’encouragement à la pratique progresse par petites touches,
prises
Spécial entre
du sport
à la faveur d’amendements parlementaires (comme celui qui institue une obligation de créer des
parkings sécurisés dans les nouvelles gares) ou d’expérimentations locales (plusieurs grandes
villes, dont Paris, testent
le fameux « tourne à
droite », qui permet aux
cyclistes de s’avancer aux
feux rouges en cédant
le passage).
— O. C.
sport et
environnement
plus ambitieux »,
commente Véronique Michaud.
« Cela fait dix ans
que nous demandons un plan vélo,
dix ans que l’on
Dominique Lebrun,
coordinateur ministériel
sait ce que l’on doit
pour le développement
y mettre. » En effet,
du vélo, promet des
propositions concrètes
le “programme”
pour la fin de l’année.
publié en 2011 par
le CVTC n’a pratiquement pas perdu
son actualité (lire encadré).
Les 10 propositions du Club des villes
et territoires cyclables
1. Affecter 10 % du budget des
routes nationales et autoroutes
à l’aménagement des territoires
cyclables.
2. Jalonner les itinéraires des véloroutes et voies vertes.
3. Relancer la démarche « Code de
la rue ».
4. Mettre en œuvre un plan ambitieux de stationnement vélo.
5. Déployer le marquage des vélos
à l’échelle nationale pour lutter
contre le vol.
6. Diffuser une campagne de communication annuelle sur le thème
« le vélo quotidien, c’est bon pour
la santé ».
7. Déployer à l’échelle nationale des
actions d’apprentissage du vélo.
8. Lancer un programme pour le
développement du vélo auprès des
salariés.
9. Créer une indemnité kilométrique vélo.
10. Diffuser une grande campagne
autour de la notion de vélo citoyen.
L’épargne salariale
à votre portée !
Vous souhaitez financer vos projets, préparer votre retraite,
motiver vos équipes et bénéficier de conditions fiscales
avantageuses ?* ...
Dès le 1 er salarié,
✓
✓
✓
des formalités administratives allégées,
des conditions négociées pour votre entreprise,
une fiscalité attractive*.
POUR TOUTE DEMANDE D’INFORMATION,
VOUS POUVEZ NOUS CONTACTER :
Téléphone : 05 49 77 76 75
Courriel : [email protected]
Site internet : www.macif.fr/epargnesalariale
* dans les conditions et limites fixées par la législation en vigueur.
É PA R G N E
MACIF : Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels de France et des cadres et
salariés de l’industrie et du commerce. Société d’assurance mutuelle à cotisations variables.
Entreprise régie par le Code des assurances. Siège social : 2 et 4 rue Pied de Fond, 79037
Niort cedex 9.
MACIF GESTION : Société Anonyme au capital de 300.000 €. Société de gestion agréée par
l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP 97-129 en date du 29 décembre 1997,
dont le siège social est situé au 1, rue Vernier - 75017 PARIS.
Annonce presse/Sport épargne / FPS - 07/12 - crédit photo : Comstock/PunchStock / DC
accédez aux solutions d’épargne salariale similaires à
celles adoptées par les grandes entreprises, avec :
Champion & Manager
Cyril Saugrain,
responsable des partenariats
techniques de B’Twin et de l’événementiel de B’Twin Village
Ressources
Humaines
« Une reconversion choisie
est une reconversion réussie »
L’ancien coureur professionnel fait le point sur la stratégie
de partenariats de B’Twin, qui ont été fortement développés
ces derniers mois. Et explique les raisons qui l’ont mené chez Oxylane.
U19. Celui-ci, qui est
d’accompagner, former et tester, est en
droite ligne avec les
objectifs de la marque
B’Twin : concevoir et
développer des produits
innovants et de qualité
au contact des utilisateurs les plus exigeants,
pour répondre aux
besoins de nos clients.
© DR
Cyril Saugrain (B’Twin).
Qu’est-ce qui a incité B’Twin à
sponsoriser l’U19 Racing Team ?
Tout d’abord, B’Twin ne fait pas
de sponsoring, mais du partenariat
technique. Et c’est dans ce sens que
B’Twin soutient le projet de la
52 filièresport n°10 - 1 1
Que change le fait
d’apposer le nom
de B’Twin à celui de
l’équipe ?
En fait, c’était déjà le cas
à la création de la U19
Racing Team. B’Twin
est le partenaire de
100 % de ses produits,
de la chaussette aux
vélos. C’est donc naturellement que la U19 est devenue
la B’Twin U19 Racing Team. C’est
aussi pour nous un outil de communication quant au fait que B’Twin
est une marque et un concepteur de
vélos et accessoires. Il nous permet
Octobre-Novembre 2013
de communiquer notre savoir-faire.
Nous créons nos produits en répondant à un besoin utilisateur.
Depuis un an, B’Twin a multiplié
les partenariats (lire encadré).
Y en aura-t-il d’autres ?
Rien n’est exclu… Si de nouveaux partenariats nous permettent de faire évoluer la technicité, de faire valider nos
produits dans l’usage, pour ainsi permettre à tous nos clients de bénéficier
de ce travail, oui... mais nous ne ferons
pas de partenariats par opportunisme.
Et surtout pas de sponsoring !
Ses dates
• 1973 : naissance à Livry-Gargan (93)
• 1994 : champion de France Espoir
• 1996 : vainqueur de la quatrième
étape du Tour de France
• octobre 2003 : dernière course
• août 2004 : Décathlon
• mars 2010 : B’TwinVillage Lille
Les partenariats B’Twin
© DR
équipement VTT et
co-conception de vélos
depuis mars 2013. En 2014,
création d’un petit team
avec deux autres pilotes.
✔ Lucie Croissant : partenariat
technique développement
de produits B’Twin femme,
depuis juin 2013.
La U19 Racing Team
✔ B’Twin U19 Racing Team :
depuis 2008
✔ Équipe cycliste FDJ (route) :
textile technique
depuis janvier 2013.
✔ Pierre-Geoffrey Plantet (VTT) :
Vous, personnellement, qu’est-ce
qui vous a conduit chez B’Twin ?
Je m’étais toujours dit que je m’arrêterai le jour ou je n’éprouverai plus
de plaisir à aller à l’entraînement.
Je pense que dans une carrière,
c’est le passage le plus délicat, car
nous y sommes très peu préparés ! Pour moi, une reconversion
choisie a toutes les chances de
réussir, alors qu’une reconversion
subie est vouée à l’échec. Rentré
chez Décathlon en 2004, le projet
initial était d’évoluer sur un poste
de directeur de magasin, puis chez
B’Twin, car c’est là que j’avais le
plus de légitimité de par mon passé.
C’est ainsi que j’ai été nommé
directeur du B’Twin Village de Lille,
un magasin de 3 000 mètres carrés
au siège international de la marque.
✔ Éric Leblacher : partenariat
technique sur vélos
de compétition de duathlon
et cyclosportive
depuis novembre 2012.
✔ Nans Peters : développement
d’une chaussure vélo route
depuis janvier 2013.
de B’Twin, mon rôle est surtout de
garantir la cohérence et le bon
respect de notre politique de partenariats et de les faire vivre au
travers des différents services de
communication de la marque.
Les chefs de produits sont, quant à
eux, les moteurs de ces partenariats.
Par ailleurs, en charge de l’événementiel du site B’Twin Village, mon
rôle est d’animer le site, avec des
opérations telles que l’exposition
Vélo Rétro, organisée l’été dernier,
ou le cyclocross du B’Twin Village.
Pratiquez-vous toujours la
compétition ?
J’ai une licence de vélo Ufolep au
VC Hem (59), mais je n’ai pas couru
cette année. Pour le moment, je suis
plutôt orienté course à pied, voire
trail… Une découverte très sympa.
Quel est votre meilleur souvenir
de cycliste professionnel ?
C’est clairement ma victoire au lac de
Madine lors du Tour de France 1996.
— Propos recueillis par O.C.
Que recouvrent précisément vos
fonctions aujourd’hui ?
J’ai deux casquettes. En tant que responsable des partenariats techniques
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
53
personnalité du mois
Ressources
Humaines
Jean-Christophe Savignoni
Un sportif passionné et ouvert
au monde de l’entreprise
Parce qu’il a très tôt alterné vie de compétition et vie professionnelle,
le directeur commercial d’AMC Promotion, qui organise entre autres le Salon
du cycle, qualifie son parcours de "pas très linéaire". Il y a pourtant un lien
entre ses différentes expériences : la passion du sport.
midi et quinze heures, la
période du “coup de feu”
dans les restaurants… Une
plage horaire qu’il occupe
en faisant du VTT.
Même s’il ne pratique plus le VTT
de compétition depuis longtemps,
Jean-Christophe Savignoni, directeur commercial d’AMC Promotion,
et à ce titre responsable du Mondial
de l’Automobile, du Salon de la
Moto et du Cycle de Paris, continue
de vivre pleinement sa passion pour
le sport. « J’aime viscéralement les
sports d’endurance, c’est dans mes
gènes », confie celui qui a terminé
le dernier Marathon de Paris en
2 heures et 38 minutes. Né en 1966,
Retour à la
compétition
© Gil Quemoun
Son palmarès
•1
991 : Devient vététiste
professionnel à l’âge de 25 ans
•1
992 : Premier Français dans
les 10 premiers au cross-country
de Bromont (Canada)
•1
994 : Vainqueur du Roc d’Azur
•1
995 : Champion de France
et d’Europe de VTT
•1
997 : Deuxième en finale
de la Coupe du monde
•2
013 : 2 h 38 au Marathon
de Paris
54 filièresport n°10 - 1 1
La passion du sport le rattrape et il se lance dans la
compétition en autodidacte.
« J’avais 25 ans et déjà une
expérience du travail, ce
qui m’a permis de vivre
ma carrière sportive avec
beaucoup de bonheur et
sans angoisse », décrit-il.
Jusqu’au moment où les
contraintes de la compétition commencent à lui peser.
Jean-Christophe Savignoni s’est
très vite destiné au sport de haut
niveau. « J’ai commencé par le vélo
de route, le triathlon et la course à
pied, mais j’ai été victime de blessures qui m’ont contraint d’arrêter la compétition », explique-t-il.
Au début des années 90, après des
études commerciales et de communication, il rejoint les champagnes
Nicolas Feuillate en tant que représentant, dans le sud-est. Un emploi
qui lui laisse du temps libre entre
Octobre-Novembre 2013
En 2000, l’ancien triathlonien
répond à une petite annonce de
Speedo dans L’Équipe et devient
représentant, puis directeur des
ventes. Reconverti cinq ans plus
tard comme agent multicartes pour
plusieurs marques de vêtements
de ski dans le sud-est, il affronte
quelques années sans neige. « J’ai
traversé une période de flottement
© DR
Copie à revoir pour le Salon du cycle
et j’ai décidé de revenir vers le vélo
». Son “milieu naturel”, il l’a retrouvé
chez AMC Promotion avec le Salon
du cycle. « Je suis heureux d’avoir
retrouvé dans le monde de la commercialisation l’autonomie doublée
d’un esprit d’équipe que j’appréciais
dans la compétition cycliste. J’ai un
tempérament de manageur et je
suis persévérant ». Des ressources
dont Jean-Christoph­e Savignoni
aura besoin pour relancer le Salon
du Cycle.
— O. C.
Organisé du 13 au 16 septembre 2013, le Salon du cycle de Paris a enregistré, grand public et professionnels confondus, 40 623 visiteurs, contre 69 251
lors de la précédente session, en 2011, et 42 839 en 2009. Cette forte baisse
de fréquentation est attribuée par plusieurs exposants et visiteurs professionnels à l'absence de plusieurs grandes marques étrangères, telles que
Cannondale, Trek, Giant ou Specialized, et à des dates jugées peu adaptées.
« De grandes marques disent qu’elles ne correspondent pas aux périodes
de prises de commandes, mais ces dates sont celles qui ont été demandées par la Chambre syndicale », se défend Jean-Christophe Savignoni,
directeur commercial d’AMC Promotion, l’organisateur du salon. « Côté
grand public, la fréquentation a souffert du fait que c’était le premier
week-end un peu libre après la rentrée des classes et qu’il faisait très beau
après une longue période de grisaille. Les cyclistes amateurs ont préféré
profiter de la famille ou de leur vélo... Quant aux coureurs cyclistes, ils
étaient indisponibles pour cause de préparation des championnats du
monde », regrette-t-il. Jean-Christophe Savignoni admet qu’il faudra
« trouver une nouvelle formule » pour la prochaine édition, qui aura lieu
en 2015.
NOTRE METIER : L’IMPRESSION
que nous déclinons, grâce à nos technologies, dans
l’évènementiel et la communication point de vente.
filièresport n°10 - 1 1
w w w . c i d i . f r
Octobre-Novembre 2013
0 1
6 0
8 7
1 6
0 0
-
c o n t a c t @ c i d i . f r
-
55
NOMINATIONS
Suivez les nominations en temps réel sur :
www.filieresport.com/ressources-humaines
Ressources
Humaines
Columbia Sportswear
Franco Fogliato prendra la vice-présidence Europe du groupe américain Columbia Sportswear à partir du 4 novembre. Il aura pour mission de superviser l’activité
des marques Columbia, Sorel, Mountain Hardwear, Montrail et Outdry. Actuellement directeur général Europe du groupe Billabong, il a travaillé de 1997 à 2003
chez The North Face, où il avait notamment dirigé la zone
Europe occidentale.
L’intérim était jusque-là assuré par Doug Morse, directeur
général de Columbia Sportswear au Canada. Ce dernier
l’accompagnera jusqu’en janvier 2014, avant de prendre
ses nouvelles fonctions de responsable du développement
de l’activité et directeur de la planification stratégique.
Billabong
Intersport
Le 2 septembre dernier, François Neukirch, a pris les fonctions de directeur
général du groupe Intersport France. Il
succède à ce poste à François Bouche,
qui quitte l’entreprise. Nommé directeur
général du groupe Go Sport en 2007,
François Neukirch est parti de l’entreprise il y a un peu plus d’un an.
Il apportera ainsi au groupement de
détaillants de sport sa longue expérience
du commerce de détail d’articles de sport.
Il a en effet débuté il y a 30 ans comme
chef de rayon chez Décathlon avant de
grimper les échelons de l’enseigne nordiste, dont il a été directeur de région
Île-de-France, puis de la centrale d’achat
et du marketing. Il a ensuite rejoint le
groupe Vivarte, où il a dirigé La Halle
aux Chaussures, avant d’être nommé
directeur général France de Sephora,
qu’il quittera pour prendre la direction de
Go Sport.
56 filièresport n°10 - 1 1
Octobre-Novembre 2013
Après le départ de Franco Fogliato, prévu fin octobre, JeanLouis Rodrigues, l’actuel directeur des ventes Europe du groupe
australien, assumera la fonction de directeur Europe de Billabong.
Entré dans le groupe australien en 2008, Jean-Louis Rodrigues
manie le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol et l’italien. Il
a travaillé pour Quiksilver et Reebok, avant d’occuper le poste de
directeur Europe du Sud pour O’Neill pendant 7 ans.
Merrell
Le 1 er septembre dernier, Alban le
Pellec a pris la direction de Merrell
France. Entré en 2008 dans le groupe
Wolverine, propriétaire de Merrell,
en tant que sales area manager et
key account manager France, il avait
pour mission de développer la marque
Merrell sur le marché de la chaussure
outdoor.
Il a dirigé les partenariats et la communication de l’équipe de basketball L’Hermine Nantes Atlantique,
avant de passer cinq ans chez Millet,
marque du groupe Lafuma.
Teva
Jeffrey Bua a été nommé président de la marque de chaussures outdoor Teva en remplacement
de Joel Heath, qui a quitté l’entreprise pour poursuivre d’autres opportunités de carrière. Jeffrey
Bua était président de la marque Mozo, qui appartient comme Teva au groupe américain Deckers.
Jeffrey Bua reporte directement au PDG de Deckers, Angel Martinez.
Jack Wolfskin
Jack Wolfskin a engagé Markus
Baum comme directeur de sa division chaussures monde. Il succède à
Jochen Rolle, responsable de cette
division durant ces onze dernières
années et qui quitte le groupe pour
des raisons personnelles.
Patagonia
Pour intégrer Jack Wolfskin, Markus
Baum (39 ans) quitte Adidas, où il était
directeur de marque pour l’Europe de
l’Est. Il était entré chez Adidas en 2003,
où il a occupé différents postes dont ceux de responsable
du pôle running pour les marchés allemand, autrichien et
suisse, et de directeur marketing du pôle performance pour
l’Europe de l’Est. Markus Baum reporte à Elke Stein, directrice marketing du groupe.
Le 1er octobre 2013, Gabriel Davies a
pris la direction de la division surf de
Patagonia Europe. Ancien militant écologiste en Angleterre aux côtés de l’association Surfers against sewage, surfer
professionnel, il a travaillé 20 ans chez
Quiksilver avant de rejoindre la marque
américaine. Il devra notamment développer les ventes des produits de surf de
la marque, dont la collection automne/
hiver 2013 vient d’arriver en magasins.
la convention
collective officielle
enfin complète
et à jour !
pour toute commande :
www.entreprisesdusport.com
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
57
Métier
Le “bootfitteur” se met
en quatre pour le confort du pied
Proposer la chaussure adéquate à tout type de pied, tel est le métier de
bootfitteur. Exerçant dans les magasins de ski, mais pouvant aussi intervenir
sur les semelles des chaussures de course à pied et de vélo, ce spécialiste doit
Steven Daffix, directeur
du développement de BootDoc :
« Le bootfitteur ne fait pas de correction,
il répartit le poids du corps dans la
chaussure, pour améliorer le confort ».
© Filière Sport
avoir une connaissance parfaite de l’anatomie du pied et des produits.
Attention, le message doit rester
clair : ce n’est pas de l’orthopédie mais du confort ! Le bootfitting repositionne les chaussures
(symétriques) pour les ajuster à
des pieds (asymétriques), et en
améliore ainsi le confort. « Le
bootfitteur ne fait surtout pas
de correction, contrairement au
podologue. Il répartit le poids du
corps dans la chaussure, en fonction du client et de ses pratiques »,
rappelle Steven Daffix, directeur
développement chez BootDoc, spé58 filièresport n°10 - 1 1
cialiste du bootfitting. « Il commence
par proposer des chaussettes ou des
semelles, avant d’intervenir sur les
chaussons et la chaussure ».
Cette notion de confort est importante, car le bootfitteur ne corrige pas les problèmes morphologiques, même s’il travaille avec
des connaissances médicales
approfondies des muscles et des
os du pied. « Un bon bootfitteur
peut refuser une vente et conseiller d’aller voir un podologue avant
un achat. S’il n’a pas le bon produit
en stock, il ne doit pas le remplacer par un autre, moins bien adapté.
À long terme, ce serait la perte assurée d’un client », renchérit David
Baccara, propriétaire et gérant du
magasin spécialisé dans le bootfitting, Technic Shoes, à Megève (74),
et intervenant auprès du CNPC
dans le cadre de sa nouvelle formation bootfitting (lire encadré).
Un métier bâti
sur l’expérience
On ne s’improvise pas bootfitteur.
Le métier s’apprend avec le temps.
Il exige de la patience et un examen
approfondi des besoins et des pratiques de chaque client. « Avant de
Octobre-Novembre 2013
choisir une chaussure, le bootfitteur
ne parle pas de chaussure. Il commence par des questions de base :
habitudes de vie, poids, masse
musculaire, type de pratique sportive, etc. L’expérience du vendeur
et la pertinence de ses questions
jouent beaucoup sur les résultats »,
explique David Baccara. Le but :
analyser la posture du client sans
Qu’est-ce que
le bootfitting ?
Il s’agit d’une technique consistant à adapter la semelle, le chausson et la coque de la chaussure
à la morphologie du pied, analysée précisément grâce à une prise
d’empreintes complètes. Elle a été
inventée par trois moniteurs de ski
passionnés, Loïc David, Jacques
Martin et Gabriel Pellicot, les fondateurs, en 1975, de la société française Sidas. Ils restent, à ce jour,
les trois précurseurs du confort du
pied du skieur en France, rejoints
depuis par d’autres marques. Sidas
a été transmise en 2003 par LMBO
à ses cadres dirigeants, Jean-Pierre
Delangle, François Duvillard et
Thierry Ravillion.
Ressources
Humaines
Les règles de base
du bootfitteur
• Connaître parfaitement les
volumes intérieurs des chaussures
de tout le rayon du magasin.
• Apporter une solution adaptée :
chausson injecté, chausson
thermoformé, semelle, chaussette.
• Savoir où sont les limites
de la vente : le bootfitting
reste du confort et ne doit pas
se substituer à la podologie.
contrainte, pour mieux déterminer le
flex (résistance à la flexion) adéquat
de la chaussure. Ensuite viendra une
éventuelle modification des semelles
et du chausson, selon les cas.
De nombreuses références
Avec une telle personnalisation,
chaque client aura besoin d’un
volume de coque différent. Avec plus
de 500 modèles, les marques internationales proposent presque toutes les
© Filière Sport
• Poser des questions précises
pour obtenir des réponses
précises. Ne pas se contenter
d’un « j’ai mal aux pieds ».
Leader du confort du pied en France,
Sidas (ici en démonstration sur un salon) s’est associé à BootDoc
et à Superfeet pour une formation unique sur le bootfitting au CNPC.
proportions volumétriques. De quoi
donner le tournis au bootfitteur, qui
doit connaître ses produits par cœur.
« Dans mon magasin, j’ai 80 modèles
de chaussures, ce qui n’est pas sans
causer des problèmes de stocks et de
rotations. Nous n’avons pas une année
qui se ressemble. Les négociations
commerciales sont parfois compliquées, car les gros groupes travaillent
à flux tendu », déplore David Baccara.
L’expérience du bootfitteur joue, là
encore, car ce qui n’a pas été repris
ou liquidé peut être adapté à certains
clients l’année suivante.
Sensibiliser les clients
La modification de la coque ou
le thermomoulage de chausson
reste encore une pratique de niche.
Une niche qui déborde toutefois
lentement sur les produits d’été.
« Le marché de l’été est moins demandeur, car les chaussures de randonnée, par exemple, sont de plus en plus
confortables. Seules les chaussettes et
les semelles sont concernées », admet
Steven Daffix. Un travail de sensibilisation reste à faire pour donner à ce
marché sa pleine dimension puisque,
selon David Baccara, les clients français ont encore trop souvent l’impression d’être forcés à l’achat, sans comprendre que le confort du pied passe
par la voûte plantaire et que le meilleur
des skis n’y changera rien. La pédagogie et la confiance passeront par la voix
des bootfitteurs.
— J. C.
Une nouvelle formation multimarques
au CNPC Sport
Alors que BootDoc, Sidas et Superfeet, les trois spécialistes majeurs du confort
du pied, ont chacune leur propre formation de bootfitting en magasins, elles
proposent désormais une formation commune sous l’égide du CNPC Sport.
Dispensée sur cinq jours dans les locaux du CNPC Alpes, à Meylan (38),
cette formation est sanctionnée par un examen théorique et technique. Au
programme : l’analyse du pied, les différents types de chaussures de ski, la
semelle, le chausson, la pratique et la gestion d’un espace bootfitting.
Deux sessions sont programmées, au début de novembre et en décembre
prochains. L’opération sera renouvelée en 2014.
« Les magasins cherchent des solutions pour augmenter leur qualité de service,
notamment pour contrer les grandes surfaces, d’où le développement du bootfitting. Cette formation permet de dynamiser et d’encadrer cette pratique. Mais
il ne s’agit pas de devenir bootfitteur pour telle ou telle marque », insiste Steven
Daffix (BootDoc), à l’origine de la formation.
© Filière Sport
© Filière Sport
David Baccara (Technic Shoes à Megève) :
« L’expérience du bootfitteur et
la pertinence de ses questions jouent
beaucoup sur les résultats. »
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
59
juridique
Ressources
Humaines
Questions
de droit social
Q
Appliquer et interpréter les règles du droit du travail :
un exercice quotidien au sein des entreprises, mais qui n’est pas toujours
facile à réaliser. Les réponses de Flore Blin, juriste à la Fédération
professionnelle des Entreprises du Sport et des Loisirs.
F aut-il nécessairement
deux visites médicales pour
prononcer une inaptitude?
Lorsqu’une inaptitude est constatée par le médecin du travail, l’avis
est en principe donné à l’issue de
deux examens médicaux espacés d'un délai minimum de deux
semaines. Les deux visites sont en
effet nécessaires pour envisager par
la suite un licenciement en cas d’impossibilité de reclassement.
R
Il existe toutefois deux exceptions dans lesquelles l’inaptitude
peut être prononcée après un seul
examen :
• si le maintien du salarié à son
poste de travail lui fait courir un
danger immédiat pour sa santé
ou sa sécurité, ou celle des tiers.
L’avis du médecin du travail devra
alors préciser qu’une seule visite
médicale est effectuée et en quoi
le maintien du salarié à son poste
entraîne un danger immédiat.
• si une visite de pré-reprise a déjà
eu lieu dans les 30 jours précédents
et à condition que celle-ci ait été
60 filièresport n°10 - 1 1
organisée après un arrêt maladie
de plus de 3 mois.
— Art. R 4624-31 du Code du travail,
réponse ministérielle n°19880,
JOAN, 3 septembre 2013
Je prépare l'embauche de deux
skimen ; le contrat saisonnier
a-t-il d'autres spécificités
que l'absence d'indemnité
de fin de contrat ?
Q R Le contrat à durée déterminée saisonnier est en effet un CDD bien particulier et dérogatoire. La dérogation
la plus connue est l’absence d'obligation de verser la prime de précarité en fin de contrat. L’employeur
peut par ailleurs conclure le contrat
pour une durée déterminée (du 1er
décembre au 15 mars par exemple)
ou pour une durée minimale (du 1er
décembre au 1 er mars), le contrat
pouvant continuer au-delà de cette
période si la saison se poursuit. ll est
également possible de faire se succéder des CDD saisonniers sans avoir
à respecter de délai de carence entre
chaque contrat.
Octobre-Novembre 2013
Il ne faut toutefois pas oublier de
transmettre et de faire signer le
contrat dans les deux jours de l’embauche au risque, comme tout CDD,
de le voir requalifié en CDI...
— Article L1244-4
du Code du travail
L'indemnité de licenciement
est-elle due lorsqu'un salarié
est licencié en raison
d'une faute grave ?
Q R Non, lorsqu’un salarié commet
une faute grave, il ne peut bénéficier de l’indemnité de licenciement. Rappelons que la faute grave
résulte d’une violation par le salarié des obligations découlant de
son contrat de travail, qui rendent
impossible son maintien dans l’entreprise. Celle-ci peut être constatée
par exemple en cas de vol, de violences ou d’un abandon de poste.
— Art. L 1234-9 du Code du travail,
Cass. soc., 26 septembre 2006
— Flore Blin
petites annonces
Ventes de fonds de commerce
- Alpes-Maritimes, Isola 2000, station d'altitude, enneigement garanti - vends fonds de commerce location, vente
matériel-textile - Enseigne nationale - Grande surface Agencement et parc récents.
+ Contact 06 13 61 25 13 - Fax 04 93 83 78 80 jusqu'au 10
novembre - 04 93 23 14 99 après le 10 novembre
- Situé au centre de la galerie commerciale dans la station
de Pra Loup, le magasin offre 17 m de vitrines, 100 m2 +
50 m2 de réserve, bon CA, atelier performant (affûteuse
4 faces). La station a fêté ses 50 ans en 2012 et compte
2 télésièges débrayables 6 places, 1 télécabine 10 places,
un télé-mixte, deux tapis roulants pour ce qui concerne
le domaine skiable qui est intégralement couvert par la
neige de culture. Depuis 2 ans, la station offre 2 hôtels
et 1 résidence hôtelière 3*. Relié à la station de la Foux
d'Allos, ce domaine offre 180 km de pistes balisées.
+ Contact : 04 92 84 10 36 - 06 43 57 41 70
- Magasin de prêt-à-porter et chaussures 80 m2, refait à neuf,
tout en bois - cellule commerciale dans station de HauteSavoie. Possibilité tout commerce.
+ Contact : 06 77 57 00 08
Achats de fonds de commerce
- Couple jeune, motivé et dynamique cherche à reprendre
un magasin de ski (murs et fonds si possible) sur les
départements 73 et 74. Avec ou sans enseigne nationale.
Étudie toutes propositions. + Contact : 06 76 05 73 51
Ventes de matériel
- Vends cadre de Gondole 120 x 120 avec panneaux rainurés
doubles ton bois et tablette supérieure.
Prix TTC : 200 €.
+ Contact : Jean-Jacques Van de Looij - 06 21 63 57 83
[email protected]
- Suite cessation d'activité, à vendre : 1/ Rayonnage bois ABC
Agencement - parfait état - 9 mètres linéaire + 2 Gondoles :
l'ensemble 600 euros + accessoires offerts : picots, penderies...
2/ Imprimante de caisse : Epson 150 €.
3/ Chariot à ski Koralp :
double étage (utilisé 2 saisons) - parfait skis juniors (capacité
180 paires) - 600 euros.
+ Contact : 06 60 73 81 96
Achats de matériel
- Recherche un combiné pierre bande de 350 de large en
ligne de marque Quadralp (quadcombi 350).
+ Contact : 04 50 73 58 10, [email protected]
- À vendre fonds de magasin de sports à Val d'Isère.
Bel
emplacement - C.A : 260 000 euros dont 75 % locatif.
+ Contact SAS Sofineige 04 79 07 84 25
[email protected]
- Fonds de commerce sport et loisirs, sportswear - chaussure
sport et sport-co, rayons rando textile et chaussure, rayons
cycle avec atelier, rayons chasse armes textile munitions
avec atelier (armurier professionnel), rayons pêche spécialiste mouche. Tenu 35 ans. Ville très touristique du Pays
basque. Emplacement 1er ordre en zone commerciale. Jouissant d'une forte notoriété. Surface de vente + dépôt 580 m2
+ grand parking privé. À l'avant d'une grande surface alimentaire. Affaire saine et pérenne, idéal suite activité. Vendu
cause retraite.
+ PA 399 contactez Filière Sport qui transmettra
- Vends fonds de commerce location de ski Vente accessoires, station de tarentaise.
Parc location environ 250 paires. Idéal couple.
+ Contact : 06 12 71 79 61
- Magasin de sport, location de skis, vente accessoires et
matériel. Station de Haute-Savoie, exploité dans un local de
80 m2 sur 2 niveaux + grande terrasse exposée plein sud avec
store fermé. Proximité des pistes. Loyer mensuel 1 100 € HT.
Prix du fonds : 163 000 €.
+ Contact : 06 81 28 52 31
+ DE 20 ANS D’EXPÉRIENCE
en formation langues pour
les professionnels de la
montagne.
L ANGUES
Nous vous proposons des formations intensives ou semi-intensives en groupe
ou individualisées en :
Anglais,
Russe,
Italien,
Espagnol,
Allemand,
Néerlandais,
Brésilien
INFORMATIQUE
SUR PC ET MAC INITIATION & PERFECTIONNEMENT
Bureautique : Word, Excel, Powerpoint… Traitement d’images et diaporama
Internet : E-mails, création de site web… Prise en main iPhone, iPad & iTunes
TRADUCTION
Service de traduction pour vos documents professionnels (brochures, flyers, site web…)
INSCRIPTIONS & INFOS
Anne ADENOT / [email protected]fli.fr www.f l i .fr
04 79 28 21 09 / 06 89 06 83 01
FLI, Parc d’activités Alpespace,
115 voie A. Einstein - 73800 FRANCIN
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
61
5
BONNES RAISONS DE S’ABONNER !
✓N
e pas manquer les prochains dossiers Innovation
et numéros spéciaux de Filière Sport.
✓ Recevoir tous les mois le magazine Filière Sport.
✓ Suivre l’actualité au quotidien sur www.filieresport.com.
✓Accéder partout et à tout moment au magazine sur iPad
et au site internet sur Smartphone.
✓ Rester connecté avec votre communauté professionnelle
sur les réseaux sociaux Twitter (@FiliereSport)
et Facebook (FiliereSport).
Abonnez-vous !
Bulletin d’abonnement à retourner à :
MÉDIA FILIÈRE - service abonnements 109, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris
Oui,
je m’abonne à Filière Sport pour 75 € TTC (soit une économie de 15 € par rapport au prix de vente au numéro)
et je bénéficie de la formule “Tout en 1” : • 1 an d’abonnement soit 10 numéros (9 parutions).
• L’accès réservé au site internet d’actualités.
• Le magazine au format numérique sur iPad.
Mes coordonnées
Raison sociale : ............................................................................................................................................................................................................................................
Nom : ............................................................................................ Prénom : ...............................................................................................................................................
Fonction : ..........................................................................................................................................................................................................................................................
Adresse :.............................................................................................................................................................................................................................................................
Code postal :............................................................................ Ville : .......................................................................................................................................................
Téléphone : .............................................................................. E-mail : ................................................................................................................................................. Je choisis mon mode de règlement
Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Média Filière
à réception de la facture (Je remplis le formulaire et l'envoie à l'adresse ci-dessus. Je réglerai à réception de la facture.)
Carte bancaire n°
Expire le ............. / ............... / ...................
Cryptogramme (3 derniers chiffres au dos de la carte)
Date et signature obligatoires
no
uv
ea
u
Tout Filière Sport
sur votre iPhone !
✓ Lemagazineenversionnumérique
✓ L’accèsausiteinternetwww.filieresport.com
✓ L esalertes«push»pourêtreinformé
desactualitésentempsréel
Surl’application
FilièreSportnewS
àtéLéchargergratuitement
culture sport
Un cycliste sommeille
en chaque automobiliste
Un tournant est bel et bien engagé pour Peugeot. La marque au lion veut
s’offrir une image plus contemporaine, avec une gamme certes beaucoup
plus courte, mais également plus pointue. Histoire de renouer avec l’époque
où la marque innovait…
1882
Naissance du grand-bi, le ‘‘Français”,
un vélo doté d’une roue avant d’1,36 mètre
et d’une roue arrière de 40 cm, inspiré des
modèles britanniques.
© Peugeot
qui en étonnera plus d’un. Qu’importe, la marque n’est pas à son premier coup d’éclat. « Nous voulons
remettre les deux-roues Peugeot
dans la ville, avec comme objectif
de séduire les trentenaires qui souhaitent alterner entre la voiture et le
vélo pour accroître leur mobilité »,
explique Sandrine Bouvier, responsable produits et communication
chez Peugeot cycles. « Aux yeux des
jeunes, nous n’existions plus ; nous
ne voulons donc pas surfer sur le
créneau de la nostalgie ou les performances sportives ».
Juillet 2013, salon de la mode Who’s
Next, à Paris. En plein grand messe
de la mode et des tendances, Peugeot dévoile son nouveau concept :
le vélo AE21, un vélo compact à
assistance électrique, au design un
peu curieux, résolument urbain, mais
64 filièresport n°10 - 1 1
Accroître la mobilité, telle était pourtant déjà l’ambition d’Armand Peugeot, créateur du grand-bi en 1882.
« Avec sa petite roue arrière de
40 cm et sa roue avant d’1,36 mètre,
le ‘‘Français’’ n’est pas maniable et
coûte 325 francs. Une fortune pour
l’époque ! », écrit Lucien Hilger dans
son livre Peugeot et le cyclisme
(Éditions Saint-Paul). Pourtant, le
phénomène de mode est lancé. Les
compétitions s’enchaînent, le vélo
change de design et, quatre ans
plus tard, la demande est telle que
les 300 ouvriers de l’usine Peugeot,
près de Montbéliard, fabriquent
Octobre-Novembre 2013
8 000 exemplaires des premières
bicyclettes à roues égales et à transmission par chaîne.
Des modèles
toujours plus sportifs
À partir de 1896, tout se précipite. Si
bien que dans les années 20, ce sont
près de 100 000 bicyclettes qui sortent
des usines de la Nouvelle Société des
Cycles Peugeot, créée par Eugène
© Peugeot
les grandes
dates
Peugeot
1891
Jusque 500 modèles différents étofferont
le catalogue de la marque. Ici,
un modèle militaire de 1891.
Lucien Hilger. Pourtant, la concurrence fait rage et Peugeot, à la fin
des années 70, perd du terrain. Il lui
faut donc réagir et se montrer audacieuse. En 1982, elle dévoile son vélo
en carbone et, en 1984, elle devient
la première marque française à commercialiser un VTT, une innovation
qui, avec le VTC, représentera 56 %
de la production de l'entreprise
12 ans plus tard.
1904
Lancé en 1903, le Tour de France
est investi par Peugeot,
qui gagnera 10 fois la petite reine.
© Peugeot
De retour chez
les concessionnaires
Peugeot, à la suite d’une brouille
avec son cousin Armand, parti dans
le Nord se consacrer à l’automobile.
Même la crise de 1929 ne vient
pas à bout du plaisir de pédaler et,
malgré une concurrence anglaise
féroce, Peugeot occupe un quart du
marché français dans les années 30.
Les victoires du Tour de France
encouragent également la marque à
proposer toujours plus de modèles
sportifs, notamment des vélos en
aluminium, à partir des années 40.
Un catalogue épais
comme un dictionnaire
Jusque dans les années 1970, l’entreprise va multiplier les modèles.
Vélo pour enfant, vélo ecclésiastique
(avec filet garde-soutane), modèle
pour dames (avec enjambement
bas), et même un vélo
“brousse”, avec cadre et
fourche renforcés et des
roues de cyclomoteur,
destiné au marché africain… Il y en pour tous
les goûts.
« En 1973, c’est avec
500 modèles de bicyclettes dans le catalogue
que Peugeot se hisse au
rang de leader français
du marché », rappelle
1983
© Peugeot
© Peugeot
Mais c’était sans compter la concurrence asiatique qui, en 1992, oblige
la marque à céder la licence de
fabrication en Europe aux cycles
BH, qui créent le groupe Cycleurope. Si ce dernier détient encore
la licence d’exploitation, Peugeot a
repris les rênes de sa distribution,
effectuée dans le réseau Cycleurope
et chez ses concessionnaires.
Mais que ceux qui veulent continuer
à courir avec un vélo griffé du lion
se rassurent : parmi les 60 bicyclettes du catalogue 2014, quelques
modèles pour le triathlon sont disponibles.
— Joël Clergiot
2013
Le vélo compact AE21 a prévu
un espace pour un cartable et un
antivol entre la selle et le guidon.
Le vélo en carbone. À masses égales, un tube
en fibre de carbone est 4,5 fois plus léger qu’un
tube en acier spécial et présente une résistance
3,2 fois plus grande à la traction. À partir de
1987, avec la collaboration de Zodiac, Peugeot
lance le vélo dont tous les tubes (y compris
les bases et les haubans) sont en carbone.
Octobre-Novembre 2013
filièresport n°10 - 1 1
65
l'agenda
L’AGENDA DU SPORT
Manifestations professionnelles
• Du 13/11 au 15/11/2013
Mapic, salon de l’immobilier
commercial > Cannes (06)
• Du 20/11 au 21/11/2013
Performance Days, salon
international du textile technique
Munich (Allemagne)
• Du 12/01 au 14/01/2014
Snow Avant Première, tests
de l’offre snowboard 2014-2015
La Clusaz (74)
• Du 13/01 au 14/01/2014
Annecy Showroom
Avant Première (ASAP),
collections textiles ski
et outdoor hiver 2014-2015
Annecy (74)
• Du 15/01 au 16/01/2014
Traces, tests de matériel de
randonnée 2014-2015, free
randonnée et matériel de sécurité
La Clusaz (74)
• Du 19/01 au 22/01/2014
Ski Test Tour, test des gammes de
ski 2014-2015
Meribel (73)
• Du 26/01 au 29/01/2014
ISPO, salon international
des articles de sport
Munich (Allemagne)
• Du 3/02 au 4/02/2014
Ski Test Tour, test des gammes
de ski 2014-2015
Serre Chevalier,
versant Monêtiers (05)
L’agenda
des sportifs
Événements et manifestations
grand public et tout public
• 8/12/2013
Championnat d’Europe de cross
country > Belgrade (Serbie)
• 8/12/2013
La SaintéLyon, 60e édition
de la course hivernale nocturne
à travers la ville de Lyon
Lyon (69)
• Du 11/12 au 12/12/2013
Ski. Coupe du monde freestyle
(H/F) > Val Thorens (73)
• Du 14/12 au 16/12/2013
Ski. Coupe du monde
de ski alpin (H) > Val d'Isère (38)
• Du 22/10 au 28/10/2013
Internationaux de France
de badminton > Paris
• Du 02/12 au 4/12/2013
Tennis. Finale de la Fed Cup (F)
• Du 10/11 au 13/11/2013
Championnats du monde
de rugby à XIII
• Du 15/11 au 18/11/2013
Tennis. Finale de Coupe Davis (H)
• Du 7/12 au 15/12/2013
Nautic, salon nautique de Paris
Porte de Versailles
Une idée de sujet ?
Une information
à communiquer ?
Contactez la rédaction
par courriel :
[email protected]
à ne
ne pas
pas manquer
manquer
à
Filière Sport n°12, décembre 2013
Les grands enjeux de la saison
d'hiver 2013-14
Les stratégies des enseignes
et des marques
Les chiffres du marché des sports d'hiver
Réservez dès à présent votre espace publicitaire auprès de :
Céline Garrido • tél : 04 58 00 16 98 • e-mail : [email protected] ou
Bélinda Pereira • tél. : 01 44 70 79 54 • e-mail : [email protected]
66 filièresport n°10 - 1 1 Octobre-Novembre 2013
Avec les TPE-PME du commerce des articles de Sport et équipements de loisirs
Faire de la
formation
une réussite
© Digital Vision / Getty Images
Grâce à 40 ans d’expérience au service de la formation et de l’emploi des TPE-PME,
AGEFOS PME vous accompagne pour anticiper les évolutions de votre activité,
soutenir votre développement et renforcer les forces vives de votre entreprise.
En versant vos contributions formation à l’AGEFOS PME, conjuguez votre avenir au présent.
agefos-pme.com
La raquette à neige du futur est née
Raquettes composites
fabriquées en France
tsloutdoor.com

Documents pareils