Daniel Picouly, Le Champ de personne – brevet blanc

Commentaires

Transcription

Daniel Picouly, Le Champ de personne – brevet blanc
Daniel Picouly, Le Champ de personne – brevet blanc.
Correction du brevet interactif proposé sur WebLettres :
http://www.weblettres.net/brevet/index.php?page=picouly
Éléments de réponse
A)
1. Il s’agit d’un enfant (« m’an ») qui vit dans une famille nombreuse (« Une famille
nombreuse menacée d'expulsion ») plutôt pauvre (« elle est trop petite », le vol du vélo est un
véritable drame) et qui est dans une situation critique (« on va être expulsés au printemps »).
2.
« ce jour qui va commencer » = présent à valeur de futur proche.
« La maison vient de s'écrouler sur mon crâne » = présent à valeur de passé proche.
« les soucis, c'est comme les poupées russes » = présent de vérité générale.
3. a) La mère du narrateur.
b) Le narrateur.
4. a) Cette phrase a été prononcée La mère a prononcé cette phrase il y a quelques
semaines.
On le comprend par l’emploi des temps dans la phrase précédente : « je vais faire comme
Roland » (emploi d’un présent à valeur future) « quand il a mis le feu à la maison » (emploi
du passé composé parce que l’action est antérieure).
b) « quand il a mis le feu à la maison ».
B)
1. « J'ai oublié le vélo de ma mère au Champ de Personne ! »
2. Contrairement à ce que redoutait l’enfant, la mère se fait davantage de souci pour la santé
de son garçon que pour son vélo : « Rentre ! Tu es pieds nus par ce temps ! » ; « Tu passes à
la cuisine que je te frictionne ».
3. Quand on a de petits soucis, rien de tel pour les oublier que de les masquer par de gros
soucis.
4. Ce serait comme si la maison venait de s'écrouler sur mon crâne. « Quinze morts rue
Meissonnier. Une famille nombreuse menacée d'expulsion périt tout entière dans
l'effondrement de son logis. » Ce serait le gros titre du Parisien, entre la sixième victoire
d'Anquetil au Grand Prix des Nations, et une photo du général de Gaulle en train de serrer des
mains dans la foule pour le référendum.
C)
1. L’enfant imagine d’« incendier sa maison. » de manière à ce que personne ne puisse
constater sa bêtise.
2. Il pense qu’ainsi son « bulletin de notes » disparaitra également.
3. Il dit finalement la vérité à sa mère, même si ce n’est pas vraiment voulu. La vérité lui
échappe en quelque sorte.
4. Il s’agit d’un comparatif de supériorité.
5. On trouve une métaphore (filée) dans « la vérité, c'est de la savonnette mouillée, ça sent
bon, mais c'est pas facile à attraper ».
6. a) in / control / ée. In = préfixe privatif. Control = racine du mot. Ée = suffixe pour le
participe passé.
b) Le participe passé est employé comme adjectif qualificatif, c’est pourquoi il s’accorde en
genre et en nombre avec le nom dont il dépend. « Incontrôlée » dépend de « vérité » féminin,
singulier.
Réécriture :
Il se dressa sur le lit, en sueur. […] Il avait dû crier, mais personne n'avait entendu.
Le vélo de la m'am ! La veille au soir, il l’avait emprunté pour aller jouer au foot au Champ
de Personne. Pas peu fier. Il pouvait tout juste s'asseoir sur la selle. Pour pédaler, il devait se
mettre en danseuse, comme Charly Gaul dans le Tourmalet. Les copains étaient babas ! Un
vélo parme avec des sacoches de facteur en cuir.
Dictée (5 points)
La griffe du tigre
Il fait nuit et je viens de me réveiller en sursaut quelque part dans la maison. Le grenier est en
flammes. La fumée m'asphyxie. J'ai dix ans dans moins d'un mois et je vais déjà mourir. Ça
commence bien, la vie !
C'est ma faute. J'ai dû faire « la » très grosse bêtise. Chez nous, chaque fois que quelqu'un fait
« la » très grosse bêtise, la maison brûle. Il n'y a pas que dans les rédactions où il faut éviter
les répétitions. Pour les incendies aussi.
La première très grosse, c'est mon frère Roland qui l'a faite. On habitait encore à la GrandRue, pas très loin d'ici. Il a mis le feu à de vieux chiffons au grenier, pour ne pas retourner au
Centre d'apprentissage. Les machines de l'atelier lui faisaient peur.
- Tais-toi ! Si le monsieur de l'assurance t'écoutait, ton frère irait en prison.
J'entends la voix de la m'am au fond de mon oreille.
Daniel Picouly, Le Champ de personne
Rédaction :
Critères d’évaluation :
I)
Le récit de la bêtise doit correspondre au sujet : ce doit être une bêtise aux
conséquences positives, heureuses.
II)
Le récit doit être cohérent sur le plan chronologique et il doit être rédigé à la 1re
personne, comme s’il s’agissait d’un souvenir personnel.
III)
Le devoir développe un paragraphe argumentatif dans lequel l’élève peut, par
exemple, expliquer que la curiosité naturelle des enfants les pousse à faire ce que les
adultes appellent des bêtises mais ce qui peut être aussi considéré comme un désir de
découvrir le monde. Il est possible aussi de signaler que les bêtises développent
l’ingéniosité, le sens de l’initiative etc. qualités généralement reconnues par les
adultes. On valorisera des copies qui sont capables de montrer que le terme de
« bêtise » dépend du regard que l’on porte sur les événements.
La correction de la syntaxe et l’orthographe seront évaluées comme il se doit.

Documents pareils