dans le département - Le travailleur catalan

Commentaires

Transcription

dans le département - Le travailleur catalan
Le Travailleur Catalan
1,80 C - N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
L ’ H E B D O M A D A I R E C O M M U N I S T E D E S P Y R É N É E S - O R I E N T A L E S ★ POUR DES LENDEMAINS QUI CHANGENT
Dimanche 21 juin,
« Perpignan plus juste ! »
2 municipales de perpignan
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Les dangers de l’archipel
© Jérôme Eho
Jean-Paul Alduy choisit ses colistiers de
la même manière qu’il pense la ville.
Lui-même a intitulé sa théorie comme
étant celle de l’archipel. Doux nom
marin qui en réalité tente de masquer
le communautarisme mis en œuvre à
Perpignan.
La politique électoraliste menée à
l’égard de la population des Français
d’Algérie présents à Perpignan en est
un exemple frappant. Après la réalisation du mur des disparus, la volonté de
créer un musée de l’Algérie française,
rien d’étonnant donc à ce que Jean-
Paul Alduy enrôle sur sa liste la présidente du cercle algérianiste.
Et les premiers propos politiques de
cette responsable associative présentent l’avantage de la clarté: « ceux qui
votent pour Bourquin ou Frêche méprisent les Français d’Algérie ».
Voilà où aboutit la politique communautariste menée en toute connaissance de cause par Jean-Paul Alduy. A
ce que des femmes, ou des hommes,
prennent un mandat politique, un mandat républicain pour une place leur
facilitant la défense ou la promotion
d’intérêts d’une seule communauté.
Cette tentation communautariste,
devenue mode de fonctionnement à
Perpignan, constitue à la fois une
insulte aux fondements républicains,
dont le but ultime est le dépassement
des différences au service d’un projet
commun, et un danger mortifère si
nous nous plaçons du point de vue de
la nécessaire cohésion nationale.
Chacun sait le poids des meurtrissures
de l’Histoire. Chacun sait aussi combien
il est difficile de dépasser les rancœurs,
les haines, l’amertume laissés par les
drames du passé. La tâche d’un élu, et
notamment d’un maire, n’est sûrement
pas de les attiser. Au contraire, il se doit
de rassembler, d’être l’homme qui permet la réconciliation grâce à un dialogue constant et équilibré. Il en va pour
la guerre d’Algérie comme de l’ensemble des drames de l’Histoire. Les petits
arrangements électoralistes ne peuvent
que balayer ce nécessaire effort. Et la
République en pâtir en toutes circonstances analogues.
De la propreté
Puisque l’imagination débordante de Jean-Paul Alduy à
propos de l’avenir de
Perpignan le pousse à mettre
en avant le thème de la propreté, parlons-en.
La ville serait donc trop sale.
Sûrement. Mais elle est surtout miséreuse. C’est-à-dire
qu’il n’est pas un jour sans
que la misère, l’exclusion, le
désespoir ne gagnent du terrain. Cette saleté là, ce véritable cancer qui gangrène notre
ville, est le seul débat à engager. En tous cas, il mérite
qu’on s’y attarde plus longtemps que les seules crottes
de chiens dues d’abord à l’incivilité.
Mais si ce débat est occulté au
profit de celui ô combien enrichissant sur les déjections
canines, c’est bien parce que
ce constat vient pointer du
doigt les artifices de la prétendue politique sociale menée
depuis des années.
Prenons le seul exemple de la
Casa Musical. Nul ne peut nier
son intérêt au niveau de la
création de lien social. Les jeunes qui passent du temps
dans ces ateliers n’apprennent
pas seulement le hip hop ou à
jouer d’un instrument de
musique. Ils apprennent
d’abord à vivre ensemble.
Mais on ne vit jamais ensemble bien longtemps lorsque
chaque jour on côtoie la pauvreté, on se noie dans l’exclusion.
Dans la vie de ces jeunes, les
heures passées à la casa musical sont une parenthèse.
Seulement une parenthèse.
Depuis les émeutes de 2005,
rien n’a changé dans les quartiers en déshérence. Les visites
ministérielles qui se sont succédé ont été, comme nous
pouvions le craindre, de la
poudre aux yeux. Dans ces
quartiers, la saleté, elle, n’est
pas seulement sur les bouts de
trottoirs. Elle est aussi, et
d’abord, dans ces cœurs
minés par le désespoir, dans
ces esprits gangrénés par la
solitude.
Quelques années d’Alduysme
en plus ne feront que renforcer un mal jamais soigné.
municipales de perpignan 3
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Sectarisme quand tu nous tiens
L’oecuménisme, tel fut pendant longtemps la couleur
du petit costume que Jean-Paul Alduy s’est taillé de
toutes pièces. Le tout formulé bien sûr avec le verbe de
la générosité: unir les compétences, fédérer les énergies, rassembler les diversités…
La recette a fait merveille jusqu’à cette élection invalidée au cours de laquelle le maire sortant et sorti par les
tribunaux a vu passer de près le boulet d’un mécontentement populaire que son autisme avait refusé d’entendre.
Alors, puisque la justice et le droit, en qui il n’a cessé
d’affirmer sa confiance jusqu’à cette décision du
Conseil d’Etat, ont désapprouvé la prétendue sincérité
d’un scrutin plus que serré, le comédien Alduy a décidé
d’enfiler de nouveaux habits.
Dernier orgueil d’un acteur usé: jouer le rôle du fougueux chevalier prêt à se sacrifier pour vaincre la peste
de l’ennemi d’en face aussitôt accusé d’incompétence,
de sectarisme et de totalitarisme.
Les preuves d’une telle accusation ? Notre bon maire
n’a jamais réussi à dialoguer et travailler avec la gauche départementale et régionale.
Peut-être. Toujours est-il que du temps d’un certain
René Marquès, homme peu connu pour son appartenance à un parti de gauche, notre bon maire éprouvait
déjà les mêmes difficultés. Avec les députés de droite?
Même chose. Les relations avec Arlette Franco, François
Calvet et les autres n’ont jamais été franchement des
plus tendres.
Difficile, il faut bien l’avouer, de trouver la sérénité lorsque son seul souci est de préserver un pré carré familial.
C’est que de ce point de vue Jean-Paul Alduy entend
respecter et faire respecter les usages. La mairie de
Perpignan lui appartient. Alors les adversaires ne sont
pas seulement de gauche. Ils sont de tout bord à partir du moment où le clan n’a pas décidé de les adouber.
D’où cette obsession non feinte de désigner lui-même
son successeur. Mais, cher Jean-Paul Alduy, Perpignan
est en France. Et il se trouve que la France a mis fin à
l’ancien régime en 1789. Mais pour que vous le compreniez, sans doute faut-il que les électeurs perpignanais vous le rappellent dès le 21 juin.
Meeting du mercredi 10 juin
« Le changement est possible
à Perpignan. Libérez-vous
de vos peurs ! »
Meeting réussi au centre espagnol pour soutenir la liste
«Nouvelle union avec la gauche».
Le premier meeting de Jacqueline
Amiel Donnat avait visiblement
une triple fonction. D’abord permettre que s’exprime le soutien
populaire. De ce point de vue, le
pari a été réussi. La salle était
comble,
enthousiaste
et
confiante. Ensuite, manifester
l’appui sans faille des socialistes
du département. Là aussi, le
message est bien passé avec la
présidence du meeting assurée
par un Jacques Cresta, secrétaire
fédéral du PS 66, en pleine
forme. Son éviction de la
deuxième place de la liste semblait ne pas avoir laissé de trace.
Et puis, JAD a dû se féliciter de la
prestation de Christian Bourquin,
assénant quelques solides vérités
et engageant à fond le Conseil
général pour soutenir les projets
de la future maire de Perpignan.
La troisième fonction de ce meeting était peut-être plus symbolique avec la présence du gratin de
la social-démocratie transfrontalière. On peut dire la tête de liste
de la « Nouvelle union avec la
gauche » a été comblée. Des
deux côtés des Pyrénées on s’est
bousculé pour être présent sur la
tribune : Jordi Pedret, député de
Barcelone ; Raymon Vall, sénateur maire de Fleurance (Gers) ;
Santiago Santi Vila, maire de
Figuères ; Anna Pagans, maire de
Gérone ; Jacques Bascou, député
maire de Narbonne ; Nicole
Belloubet, première adjointe au
maire de Toulouse ; Hélène
Mandroux, maire de Montpellier
et Jordi Hereu, maire de
Barcelone ; Jaume Bartumeu,
nouveau chef du gouvernement
andorran ; Jean-Claude Pérez,
député de l'Aude et candidat aux
municipales de Carcassonne où
le scrutin a aussi été invalidé.
Heureusement que Jean-Claude
Gayssot, avait été sollicité par les
communistes du département,
c’est lui qui l’a dit au cours de
son intervention, sinon on aurait
pu croire que la liste de
Jacqueline Amiel Donnat était
uniquement constituée de socialistes. Le vice-président du
Conseil régional LanguedocRoussillon n’a rien à envier aux
tribuns socialistes. Il sait passer
du ton gouailleur à celui très
politique : « Le moment historique de votre victoire rayonnera
au delà de la ville, dans la région
et au delà des frontières. Avec
Jacqueline Amiel-Donat, les
Perpignanais vont vivre quelque
chose de neuf. Mais s'il n'y a pas
d'union, la gauche est foutue,
alors que dans l'union, c'est la
droite et Alduy qui le sont ».
C’est un des rares orateurs à
avoir fait usage des mots « gauche, rassemblement, unité ». Il
est révélateur qu’il a été particulièrement ovationné par la salle.
Jacqueline Amiel-Donat ne s’y
est pas trompé en concluant son
discours par cette adresse : « Qui
aurait dit que le département
basculerait un jour à gauche ?
Qui aurait dit que l'Andorre basculerait à gauche ? Christian
Bourquin l'a fait. Jaume
Bartumeu l'a fait. A Perpignan, le
changement, c'est maintenant. »
RH
On peut dire la tête de liste de la « Nouvelle union avec la gauche » a été comblée.
Des deux côtés des Pyrénées on s’est bousculé pour être présent sur la tribune.
4
Au sommaire
2
Elections municipales
de Perpignan
5
Lu, vu, entendu
6
En bref
dans le département
7
Montalba : les éoliennes de la discorde
8
FCPE, collectif antiOGM : « Ni OGM, ni
pesticides »
9
Manifestation intersyndicale du 13 juin, une
mobilisation plus que
modeste
10
12
Témoignage de Jacky
Mallea : « Cette terre
d'Algérie qui nous a vus
naître »
La Retirada : « Ecrire
l’exil » par 1 000 jeunes
des P-O
13
Les colères d’Hypnos
14
Les dico-lériques
15
Rugby à 13 ou à 15,
la saison se termine
16
17
Le carrefour des artistes
18
Hommage flamenco à
la Maternité d’Elne par
Kanélé
Nneka, une artiste
incontournable
19
Livre : « La Retirada »,
Josep Bartoli
20
Rencontre avec
Rockin'Squat du
groupe Assassin
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
2009
a
L
f et e
Le programme
Vendredi 3 juillet
1h – 2h Fêlés du Bocal
Unknown Project - Civil War - Foufounes
Electriques
Samedi 4 juillet
de développement social, écologique, solidaire et durable
18h30 – 20h : Débat - La
gauche
doit se rassembler ! Jean Luc
Mélenchon (PG) – Patrick Le Hyaric (PCF)
– Christian Piquet (G.U).
12h à pas d’heure :
stands repas midi et soir
14h30 à 18h : Stand Enfant animation.
19h : Ouverture de la fête
15h : Stand du livre accueil et signature des
écrivains
Animation Fanfares. Accueil dans les stands
apéro – tapas – repas – gastronomie et animation.
Inauguration stand de Cabestany : Exposition
photographique l’histoire et l’esclavage.
19h : Départ course du travailleur
Catalan. 20h remise des trophées.
19h45 Fêlés du Bocal
Kara Trio - Quintégo - La poufiasse du Quartier
Scène
21h30 Kéry James - 23h Seun Kuti
20h : Fêlés du Bocal
Swing Home - Rock In Chair – Manyfeste
21h30 – 1h Grande
17h : exposition « L’exil des républicains
espagnols » stand des vétérans et amis
du Travailleur Catalan.
17h30 – 18h30 : Débat -
Alternative au capitalisme
et révolution écologique.
Pour l’invention d’un nouveau mode
21h : Grande
scène
21h Raph Dumas& Prima 22h45 Manu Dibango 00h30 Les Madeleines
1h30 – 2h30 : Fêlés du Bocal
Red Ramona - Les Barons Perchés - Rock
In Chair
Vignettes disponibles au siège du PCF 66
44, avenue de Prades, Perpignan,
tél : 04 68 35 63 64
Ou auprès de Philippe Galano
au 06 77 00 67 07
Vignette 13 € donnant droit
à l’entrée pour les deux soirées.
l’édito
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
5
de Sébastien Pouilly
L’abeille !
Décidément le scooter est la machine symbole des élections municipales de Perpignan,
qu’elle soit distribuée en nombre comme par le passé ou unique comme ces jours derniers, l’héritière de la vespa, comme disent les Italiens, s’est transformée en outil de
campagne électorale. Jean-Paul Alduy, qui l’enfourche depuis peu, l’a choisie jaune tout
le monde le sait, avec il sillonne les rues de Perpignan, casque bien relevé et sans lunettes, histoire d’être bien reconnu par le plus grand nombre. Pour qui ne redoute pas le
ridicule c’est une bonne manière de donner l’illusion d’être partout en ville. Les
Perpignanaises et Perpignanais seront-ils dupes ? Rien n’est moins sûr.
Le cancre !
Daniel Mach s’en est vanté, à l’école c’était un cancre. La faute à qui ?
Aux « instits » bien sûr, d’où son engouement à voter des lois qui
mettent à mal l’emploi public dans l’Éducation nationale et l’Éducation nationale elle-même. Malheureusement il semblerait que le
maire de Pollestres soit aussi un cancre à l’Assemblée nationale où
il compte parmi les députés qui ont fait le moins d’interventions.
En effet sur les 577 députés il est classé 535ème, depuis juin 2007,
D. Mach n’est intervenu que trois fois en séance. Il est vrai que l’on
se demande bien sur quoi notre homme pourrait intervenir. François
Calvet ne fait guère mieux avec sa 436ème place, devant la «brillante»
Jacqueline Irles 385ème. Finalement malgré les graves problèmes de
santé qu’elle connaît, c’est Arlette Franco qui a été la plus assidue dans
les interventions puisqu’elle se classe 352ème, devant ses collègues des PO. « Cancre » dit de lui-même Daniel Mach, mais la faute à qui cette fois ?
Il n’y a plus d’élus
à Saint-Cyprien
Frêche : l’union en réponse à
ses détracteurs
Rassurez-vous, ils ne sont pas tous
en prison, mais ils ont fini par démissionner, ce qu’il leur restait de mieux
à faire. Après une quinzaine de mises
en examen, cinq emprisonnements,
deux tentatives de suicide dont une
malheureusement réussie et on ne
sait combien de dépressions nerveuses, de nouvelles élections vont finalement avoir lieu à Saint-Cyprien.
Cette bérézina pour la crédibilité des
élus locaux en général (les seuls qui
ont encore un excellent crédit auprès
des populations), aurait sans doute
pu tourner plus court. Place donc à la
campagne électorale qui va durer
quelques semaines. Il y a ceux qui
sont prêts, comme Thierry Delposo
(Nouveau centre) l’avocat pourrait
constituer un bon plan B pour l’UMP,
son parti est au gouvernement. Marie
Pierre Sadourny (PS), peut comme
l’opposant communiste de Dassault à
Corbeil-Essonne écoper d’un an
d’inéligibilité à cause de ses comptes
de campagne et donc être privée
d’élection. A part ça, à la tête d’une
bonne liste d’union, avec les communistes notamment, la candidate socialiste peut croire en ses chances.
Reste à savoir si le scandale va profiter à celles et ceux par qui il est
arrivé. Une ouverture se dessine peutêtre là pour un troisième homme ou
une troisième femme qui n’aurait pas
participé à l’imbroglio. Il paraît que du
côté du port de Saint-Cyprien on y
pense de plus en plus…
Le Georges c’est un malin, « Modem » vient
subitement de disparaître de son vocabulaire
alors que les mots « union des forces de gauche » se font plus forts. Après les européennes
«défavorables à ceux qui ont fait cavalier seul»
(lisez le PS, le NPA et d’autres), après que
Martine Aubry ait affirmé, à titre personnel, ne
pas vouloir de lui comme tête de liste aux
régionales en Languedoc-Roussillon, le président de la région a immédiatement réagi.
Taclant la fille Delors et le père Andrieu au passage, il a affirmé vouloir conduire une liste
composée de socialistes, de communistes,
sans exclure les amis Mélenchon et
Besancenot, sans oublier enfin les présents de
toujours, PRG et MRC de Chevènement. En
bon observateur, il a noté qu’aux européennes,
à l’instar du Front de gauche, ceux qui ont proposé le rassemblement ont marqué des points.
On n’est pas encore dans le « à gauche toute »
ni dans le partage du pouvoir et des responsabilités avec les citoyens et les autres élus mais
on en est peut-être pas loin. Encore un petit
effort car c’est finalement ça qui finira par
convaincre celles et ceux que Georges Frêche
prétend vouloir rassembler.
Au deuxième tour Codo
se débarrassera-t-il
du Modem ?
Les deux récents sondages publiés
dans « l’Indep » donnent quelques
enseignements : la division à gauche
crédibilise la victoire d’Alduy parce
qu’elle la rend possible. Les enquêtes
montrent aussi que le second tour
n’est pas joué s’il y a union dans la
clarté. A l’heure où Chantal Gombert
(présidente locale du Modem) pointe
aux abonnés absents pour cette liste,
que Codognès et les Verts ne savent
plus où cacher la candidate orange
Ripouill et pensent même à s’en
débarrasser, une liste de rassemblement de la gauche est possible pour le
28 juin à Perpignan. Personne ne sera
élu au premier tour dimanche prochain dans cette municipale partielle,
c’est sûr ! En revanche même s’il est
probable que dans les derniers jours
de campagne, la liste de gauche
conduite par Amiel Donat creuse
l’écart avec celle de Codognès notamment, rien ne sera ensuite possible
sans union et sans clarté. Dores et
déjà on peut affirmer qu’une liste de
second tour, rassemblant vraiment
toute la gauche sans qu’une seule personnalité de droite n’y figure, créerait
un séisme énorme entre les deux
manches du scrutin en même temps
qu’un signe fort vers l’électorat, capable de réveiller les sceptiques de gauche qui seront restés chez eux. Ce
serait à n’en pas douter l’événement,
la nouveauté et sans doute la victoire…
Partir à 67 ans ou « la
modernisation sociale »
Les élections européennes à peine bouclées,
ça crépite à la télé. Brice Hortefeux, ministre
du Travail a envisagé dimanche dernier,
comme « une piste possible », le report de
l’âge de départ à la retraite. Lui emboîtant le
pas dès le lendemain, le Premier ministre
François Fillon a estimé que repousser
l’âge de la retraite « n’était pas une question taboue ». Non, ce n’est pas tabou.
C’est tout simplement une fois de plus
un coup de poignard, une baffe, une
humiliation que l’on ressent lorsque l’on
entend de tels propos.
La retraite à 67 ans ! Mais dans quel monde
nous entraînent-ils ? A 50 ans, les patrons
font tout pour se séparer de vous. Il y a bien
sûr le fameux « trou » de la Sécurité sociale.
Mais il ne vient pas à l’idée de nos deux
ministres de financer ce déficit par une
contribution spécifique des produits financiers. Non, c’est aux salariés d’éponger le
manque à gagner des cotisations en baisse,
c’est aux salariés de payer les effets de la
crise. Le Medef, lui, doit bien se frotter les
mains.
A les écouter, partir à la retraite à 67 ans,
c’est moderne, c’est responsable, c’est stratégique. Et de nous sortir une fois de plus le
modèle européen. Car c’est bien connu, en
termes de politique sociale, la France est le
cancre de la classe. « Regardez l’Allemagne,
l’Espagne, le Royaume-Uni… » Beaux exemples de pays où les politiques libérales ont
saigné les classes populaires.
L’exemple européen donc. Avec une nuance
de taille toutefois. Là où avant le scrutin
l’UMP nous parlait d’une « Europe de la protection des salariés », c’est l’Europe libérale
des traités de Maastricht et de Lisbonne qui
est reprise en référence. Celle que la droite et
la finance ont toujours gardée comme fil
d’Ariane.
Il n’y a qu’une solution pour la gauche. Sous
le sceau de l’unité, une partie d’elle doit couper définitivement ce fil. Sans quoi, ce sont
tous les acquis qu’elle a portés lorsqu’elle
était au pouvoir qui seront taxés d’archaïques
et de ringards. La droite et la classe qu’elle
défend n’ont jamais digéré les congés payés,
les indemnités de chômage ou de maladie.
«Payer les gens à ne rien faire», voilà l’horreur qu’est pour elle le progrès social sur
lequel elle revient en force.
6 dans le département
Canet sud
Maisonnette avec jardin à louer
Pour les vacances jusqu’en septembre
2 chambres - 5 couchages - cabinet de toilette - s. de séjour - véranda - barbecue meubles de jardin - lave-linge - lave-vaisselle - micro-onde, etc. Parking facile. 10
minutes à pied de la plage et de la thalasso.
Tél : 04 68 55 53 75 / 06 71 61 52 20
Nicole Lantermino
Bar des sciences
jouets petite enfance (pour l'équipement
d'un centre préscolaire).
Contact 06 08 09 64 04 (Dominique
Torralba)
Association « Leila et Nawelle », 4 rue
des tilleuls, 66500 Prades
www.leilaetnawelle.fr
« Mieux vivre ensemble
et fêter la diversité »
Jeudi 25 juin à 18h15 au Grand Café de
la Poste à Perpignan
Université de Perpignan
Apprendre ou
réapprendre les langues
à la rentrée
On dit que les vacances sont la période
des bonnes résolutions
Allemand, anglais, arabe, catalan, chinois,
espagnol, italien, occitan ou portugais : le
Centre de Langues peut vous aider, de différentes manières, à vous y initier, à vous y
remettre ou à vous perfectionner. Il y a
l’embarras du choix.
Un coup d’œil à son site : http://centredelangues.univ-perp.fr
« Leila et Nawelle »
Collecte
L'association « Leila et Nawelle » collecte
pour la région de Tazarine (sud du Maroc)
livres scolaires en particulier pour l’apprentissage du français, bandes dessinées,
équipements sportifs (foot, basket...),
les, de pêche… et la participation musicale
des jeunes du PIJ (point information jeunes). Un vrai moment partagé.
Michèle Devaux
Diada catalana
La Menera vol fer festa
Printemps des solidarités à Argelès
L’avenir de l’Europe ?
L’avenir de l’Europe ? Un sujet très actuel,
chacun se souvenant encore des débats
vifs et des promesses des candidats. Nous
avons pu sentir la proximité de l’Europe et
nous rendre un peu mieux compte de son
impact sur notre vie. Formuler ce sujet
sous forme d’une question implique d’y
apporter des réponses…
Un tel bar, organisé par l’UPVD et Sciences
66 (http://sciences66.univ-perp.fr/), constitue un lieu d’échange privilégié du débat
citoyen. Pour le prix d’une consommation,
au fil des conversations avec les chercheurs, sans discours, sans estrade et
sans tabou, vous vous forgerez votre propre opinion sur des sujets de société. Il
suffit de venir avec curiosité à ce débat
animé par un journaliste, Denis Dupont,
avec la présence de Nicole Bringmann,
avocate et docteur en droit, François Féral,
professeur de droit public à l’UPVD et
directeur du Centre de droit économique et
du développement et David Roca, docteur
en droit et enseignant à l’UPVD.
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
El dissabte 18 de juliol, « Els Amics del
Camí del Nord » organitzen una « Diada
catalana ». A les 10 del matí : acolliment
dels participants. Tot seguit, dues conferències a càrrec de Ramón Sala i de Joan
Iglesias, catalanistes ben coneguts, la primera sobre l’història dels pobles transfronterers, la segona sobre usos i costums del
Alt-Vallespir.
Després del ápat, per pair, ens passejerem
pels carrers amb comentaris de com es
vivia abans. « Els Ministrils del Rosselló »
ens faran un concert a la sala polivalent o
fora en el pati si fa bo.
Amics, us esperem amb ganes de passar
junts una alegre diada de germanor.
Benvinguts !
Marie Cabanas Laïlle
Enfants, parents, personnes du troisième
âge, personnes handicapées ont partagé
un moment de vie autour d’ateliers, de
chansons et de jeux.
L’école maternelle des Tamaris a vécu une
matinée peu ordinaire, mercredi 10 juin.
Dès 10 h du matin, les résidents de la maison de retraite « Les Capucines » ont franchi les grilles de l’école, tandis que les
enfants accompagnés, qui de son papa,
qui de sa maman, les attendaient dans la
cour. Non, ce n’était pas une porte ouverte
de la maternelle mais une journée de rencontre intergénérationnelle organisée par
l’association « Le mille patte », association
créée en 2004, et dont la vocation est
d’être un lieu d’accueil parents et enfants
de 3 mois à 7 ans, autour d’ateliers créatifs, d’espace de motricité. Les derniers
invités, vivement attendus, étaient la quinzaine de personnes handicapées de l’Albe
(Enfance catalane). Une rencontre ponctuée de chansons enfantines chantées en
commun, le tout accompagné au son de
tambourins, de percussion. L’après midi,
tout ce petit monde s’est retrouvé dans les
jardins de l’Albe avec force jeux : de quil-
Journée catalane
Lamanère veut faire
la fête
Le samedi 18 juillet, « Els Amics del Camí
del Nord » organisent une « Journée catalane ». Le matin à 10 heures : accueil des
participants. Tout de suite après, deux
conférences par Raymond Sala et Jean
Iglesias, catalanistes bien connus, la première sur l’histoire des villages transfrontaliers, la seconde sur les us et coutumes
du Haut-Vallespir.
Après le repas, pour digérer, nous nous
promènerons le long des rues avec des
commentaires sur la vie qui s’y menait
autrefois. « Els Ministrils del Rosselló »
donneront un concert dans la salle polyvalente ou dehors, dans la cour, s’il fait beau.
Amis, nous vous attendons avec le désir de
passer ensemble une agréable journée de
fraternité. Soyez les bienvenus !
Mutuelle ARAC 66
Du nouveau pour les
combattants des opérations extérieures
Des arrêtés en date du 23 février 2009 sont
parus au journal officiel du 6 mars et
concernent les militaires ayant participé
aux opérations extérieures suivantes :
Kosovo (Missions des Nations Unies MINUK 1999 et EULEX 2008), République
Centrafricaine et Tchad (Mission de Police
des Nations Unies MINURCAT 2007), territoire de la Palestine (Missions d’assistance
aux contrôles des frontières EUBAM 2005),
Afghanistan (Mission de stabilisation des
Nations Unies MINUSTAH 2008), BosnieHerzégovine (Mission de police de l’Union
Européenne MPUE 2003), République
démocratique du Congo (Mission de
l’Union Européenne EUPOL RDC 2007).
Ces mesures accordent le bénéfice de l’article L.4123-4 du code de la Défense et
concernent notamment les blessures de
guerre, les blessures ou maladies contractées au cours de ces opérations, les pensions, les emplois réservés, la mention
«Mort pour la France» : les sépultures, les
conjointes survivantes et les pupilles de la
Nation, les voyages sur les tombes, etc.
Rappelons, par ailleurs, qu’un décret en
Conseil d’Etat et un arrêté devraient - cette
année – déterminer les critères d’attribution
de la carte du combattant pour les OPEX.
Mais, sans attendre, ceux d’entre eux qui
ont reçu le titre de Reconnaissance de la
Nation (TRN) peuvent prétendre à la
constitution d’une rente mutualiste ancien
combattant subventionnée par l’Etat, dont
les versements sont déductibles des revenus imposables, la rente elle-même n’étant
pas imposable et - selon l’option choisie le capital réservé viager restitué aux héritiers désignés sans droits de succession.
Pour en savoir plus : demande de carte du
combattant, titre de reconnaissance de la
Nation d’une rente mutualiste anciens combattants, Antenne Mutuelle ARAC 66.
Elevage du Mas Sisqueilles
Lieu dit La Salut - Pia (66) Tel: 06 14 78 08 95
Vente chiots toutes races - VAC -TAT - Garanties
[email protected]
dans le département 7
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Montalba-le-Château
Les éoliennes de la discorde
Deux associations qui oeuvrent en particulier pour la défense du patrimoine paysager du plateau de Montalba, « Chevaux
& Chemins » et « Canigonenc » se mobilisent face à la menace de création d'un Zone de Développement Eolien et
appellent à la concertation. La mairie répond que l'implantation d'éoliennes n'est pas à l'ordre du jour.
Le projet n’est pas nouveau à
Montalba puisque déjà en 2002,
l’implantation de 18 éoliennes
était envisagée sur la ligne de
crête au nord du village et refusée
par le préfet à la suite du rapport
négatif du commissaire enquêteur. Aujourd’hui les choses semblent s'accélérer avec la mise en
place du schéma départemental
de l’éolien que le préfet doit finaliser avant la fin de l’année, un
schéma qui prévoit la création de
Zones de Développement Eolien
(ZDE).
Le conseil communautaire de la
communauté de communes
«Roussillon-Conflent», à l’instar
de quatre autres communautés
des Pyrénées-Orientales, vient de
décider après étude du cabinet
ETD (Energies et Territoires
Développement) et avis favorable
des conseils municipaux concernés, une ZDE sur deux pôles, l’un
à cheval sur Montalba et Rodes,
l’autre à Belesta. Le dossier va
arriver sous peu auprès des services préfectoraux, pour un arrêté
du préfet à l’automne. Si à Belesta
on sait la population acquise à la
cause des éoliennes, à Montalba
comme à Rodes les oppositions
sont fortes et déterminées.
La résistance s’organise sur le plateau
«Le temps presse, s’élève Antonio
Palacios, c’est maintenant qu’il
faut agir si l’on ne veut pas d’éoliennes ici, car une fois les ZDE
déclarées par nos autorités, elles
seront éligibles… et la pression
des promoteurs l’emportera.» Et
le président de l’association
«Chevaux et Chemins», qui
depuis 2002 réhabilite de nombreux itinéraires sur le plateau de
Montalba, de dénoncer la
manière avec laquelle ce dossier a
été mené jusqu’ici. « Sans la
moindre information de la population concernée ; sans la moindre
concertation avec les acteurs de
ce territoire qui réactivent
aujourd’hui une ruralité de préservation et de mise en valeur du terroir ; sans la moindre consultation
des gens qui, au niveau associatif,
ont quelques compétences du terrain et travaillent à étudier ces
sites et à les faire connaître et
reconnaître. » Antonio Palacios
parle avec passion de ce territoire
qu’il connaît bien, «un site patrimonial exceptionnel riche en traces historiques et préhistoriques»,
« la dernière zone vierge de
maquis méditerranéen », « un
espace fréquenté par de grands
rapaces (vautours, circaètes...), sur
une zone classée Natura 2000
pour ses mares temporaires méditerranéennes où vivent des espèces botaniques inscrites au livre
rouge de la flore menacée et à
proximité d’un site abritant des
chauve-souris, notamment la plus
grande colonie connue de vespertilion à oreilles échancrées. » Il
bondit à l’idée de l’implantation
de machines de 150 m de haut
plantées chacune sur 1 000 tonnes de béton... » « Montalba est
en pleine revitalisation, avec de
nouveaux éleveurs (chevaux,
moutons, chèvres), des apiculteurs, des projets agricoles et viticoles d'envergure, des gîtes et
chambres d'hôtes, un centre
équestre... Cette dynamique sera
cassée et l'immobilier dévalué car
la ZDE projetée s'interpose entre
le village et le Canigou : c'est la
destruction non seulement d'un
cadre de vie mais, pour beaucoup,
d'un outil de travail. »
Les membres de l'association
n'entendent pas en rester là. Ils
viennent d'interpeller le président
de la communauté de communes
et solliciter un rendez-vous auprès
des services de la préfecture pour
démontrer notamment l’inéligibilité de ce projet qui prend « absolument le contre-pied des recommandations ministérielles en particulier en faveur de la sauvegarde
de l'environnement et la concertation locale ». Par exemple, « les
éoliennes seraient vues de deux
des plus beaux sites touristiques
du département : Serrabonne et
Fort Liberia qui vient de rejoindre,
au titre des fortifications Vauban,
le Patrimoine Mondial de
l'Humanité ! »
Les deux associations ont également déposé auprès de la mairie
de Montalba, un « recours gracieux », demandant le retrait de la
Le Canigou vu de Montalba, au premier plan la ZDE.
délibération prise par le conseil
municipal au motif d’une part de
possibles irrégularités dans le
vote ; d’autre part, qu'il n’a pas
été tenu compte des sensibilités
paysagères et patrimoniales et
qu’ aucune démarche sérieuse,
circonstanciée et argumentée n’a
été mise en œuvre pour informer
les habitants des enjeux liés à la
création d'une ZDE.
Jacques Roigt :
pas d'implantation
sans consultation
Côté mairie, on assure, dans une
adresse à la population du 20
mai visant « à répondre à un tract
diffusé par les détracteurs du projet de ZDE », que « l’implantation
des éoliennes n’est pas à l’ordre
du jour. » La mairie précise que le
projet de ZDE s'est fait dans « un
cadre prévu par la loi avec une
étude du vent, une étude technique sur le raccordement au
réseau électrique et le plus important, un volet paysager avec des
critères très stricts demandés par
la préfecture. » De plus, toujours
selon le communiqué de la mairie, « toutes les obligations légales en matière d'information au
public ont été respectées, une
réunion publique d’information a
été organisée par la communauté
de communes à Ille-sur-Têt et
l'étude pourra être consultée dès
son retour du contrôle de la légalité. » Selon Jacques Roigt, le
maire de Montalba, « la création
d'une ZDE permet seulement une
planification électrique mais ne
donne en aucun cas une automaticité en matière de délivrance du
permis de construire. » Et d'ajouter : « Le préfet est seul habilité à
délivrer un permis après l'avis du
commissaire enquêteur. De plus,
la société porteuse d'un projet
d'implantation d'éoliennes doit
fournir des dizaines d'études aux
différents services de l'Etat, et est
soumise à des points d'étape
d”information à la population.
Enfin, la commune s'est dotée en
2005 d'un Plan Local de
l'Urbanisme très contraignant qui
protège les terres agricoles de
l'appétit des promoteurs. Vous le
voyez, les éoliennes ne sont pas
près de « fleurir » sur le plateau et
si un projet d'implantation était
proposé sur la commune, la population serait consultée comme en
2003. » Et quand on demande au
1er magistrat les raisons qui le
conduisent à s'inscrire dans le
projet alors que d'autres maires
ont tout bonnement refusé, il
explique : « Je ne suis pas un
inconditionnel de l'éolien loin s'en
faut, je n'ai pas de position de
principe. Je souhaite simplement
expérimenter toutes les pistes qui
permettraient à la commune de
faire rentrer des recettes fiscales
nouvelles afin de répondre mieux
aux besoins de la population. »
Ouvrir le débat
La création d'une ZDE est-elle la
voie royale pour l'implantation
d'éoliennes ? Les retombées
financières seraient-elles suffisantes et pérennes pour compenser
une dégradation évidente du paysage et de l'activité économique ?
Et si ressources nouvelles, pour
quoi faire ? Peut-on faire subir un
projet à une partie d'une population qui n'en veut pas ? Autant de
questions et beaucoup d'autres
qui méritent sans aucun doute
que l'on ouvre d'ores et déjà en
grand le débat.
JJ Cadéac
« Chevaux & Chemins » :
[email protected]
« Canigonenc » :
[email protected]
8
dans le département
Saint-Cyprien
FCPE, collectif anti-OGM
Pour un front
républicain
« Saint-Cyprien ! Saint-Cyprien
outragé ! Saint-Cyprien brisé !
Saint-Cyprien martyrisé ! Mais
Saint-Cyprien libéré ! Libéré par luimême, libéré par son peuple… »
Si l’on peut paraphraser les mots
du général de Gaulle, c’est, toute
proportion gardée, le sentiment de
nombre de nos concitoyens. Une
page est tournée, il faut regarder
devant, écrire une nouvelle page de
l’histoire de notre ville.
A situation exceptionnelle, réponse
exceptionnelle. Les communistes
de Saint-Cyprien sont prêts à
apporter leur contribution à la
reconstruction d’un avenir démocratique pour notre ville. Nous souhaitons verser au débat public qui
s’ouvre maintenant quelques propositions. Ecrire un programme
municipal pour le mandat qui vient
à plusieurs mains, avec les partis
politiques et les citoyens. A partir
des enjeux suivants :
- Se dégager vraiment des affairistes dans la gestion municipale.
- Redresser la situation financière
par un plan pluriannuel d’économies.
- Solliciter l’aide financière de
l’Europe, de l’Etat, de la Région et
du Conseil général pour les projets
d’investissements.
- Améliorer les services publics
rendus à la population.
- Mettre en place une gestion transparente et sous contrôle citoyen.
- Valoriser nos atouts économiques
: tourisme, commerce et artisanat,
agriculture …
- Perfectionner une intercommunalité qui favorise la coopération entre
les communes.
Ce programme pourrait s’écrire à
partir d’ateliers participatifs ouverts
à tous, et si un consensus pouvait
se dégager, alors pourquoi ne pas
imaginer un front républicain
ouvert aux formations politiques
républicaines et aux citoyens qui
porteraient ce projet devant les
électeurs.
Les années qui viennent seront difficiles pour notre ville, il faudra du
courage politique, mais nous sommes convaincus que si nous nous
rassemblons sur un projet réaliste
et que nous mettons en place une
démarche citoyenne authentiquement démocratique, nous pourrons
relever ce défi tous ensemble.
Utopique ? Et pourquoi ne pas
essayer ?
Cellule du PCF Martin Sistach.
Saint-Cyprien
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Ni OGM, ni pesticides
L’initiative de la municipalité de Barjac dans le Gard, popularisée par le film « Nos enfants nous
accuseront » n’a pas fini de faire des émules. La FCPE et le collectif anti-OGM 66 lancent une
campagne de sensibilisation pour la restauration collective bio dans les établissements scolaires.
« Ils n'ont pas démarré leur vie que déjà nos enfants dans les écoles
comprennent qu'ils comptent bien peu... » D’emblée, en ouvrant la
conférence de presse qu’il a organisée avec le collectif anti-OGM, le
président de la FCPE, Gérard Doze n’y est pas allé par quatre chemins : cartables qui pèsent des tonnes, mobilier non ergonomique,
hygiène souvent minime au restaurant scolaire, amiante au plafond
ou mêlée au parquet. Tels sont, selon lui, les périls auxquels sont
exposés les enfants et encore lorsqu’ils ne sont pas « bombardés par
la THT et cernés par les ondes électromagnétiques des antennes
relais. » Au moins « pourraient-ils se refaire une petite santé autour
d'un repas, car on dit bien que quand l'appétit va, tout va... » Et bien
même cela, « ils n'en ont plus l'occasion, même quand le repas est
correct, car la liaison froide en détruit le goût et les OGM transpirent
de mépris pour le principe de précaution. » La FCPE ne veut plus s’en
accommoder et a décidé de lancer une campagne pour sensibiliser
les parents et les pouvoirs publics afin de dénoncer la mal bouffe à
l’école. Pour Françoise Marill du collectif anti-OGM 66, la solution
passe par la restauration bio « c’est la garantie la plus sûre d’avoir
une nourriture saine ». Mais, pour se procurer des produits sans
OGM et sans pesticides à des prix non prohibitifs, il faut disposer de
circuits courts associant des paysans bio. Or, dans le département,
l’offre est très insuffisante et nombreux sont les jeunes agriculteurs
qui désirent acquérir des terres cultivables. Le problème, c’est que les
prix du marché sont dissuasifs. Pour Louis Dominique Auclair, du collectif anti-OGM, « il faut réorganiser le foncier et exiger de la SAFER
De g. à dr. : Gérard Doze, Louis Dominique Auclair, Françoise Marill, Elienne Lopez.
qu’elle joue le rôle qui devrait être le sien. » Faute d’une volonté politique suffisante des organismes de l’Etat, la FCPE et le collectif anti
OGM, veulent obtenir l’appui du public. Dans leur campagne de sensibilisation, ils sont assurés de l’appui du Conseil général. Ainsi,
finance-t-il un emploi confié à l’Association Nature et Progrès, afin
de recenser les agriculteurs bio du Conflent et d’étudier les possibilités de cantines bio sur ce territoire. Il a aussi choisi six collèges pilotes pour sensibiliser élèves et parents sur les vertus de la restauration collective bio. Les objectifs de la FCPE et du collectif anti-OGM
ne sont pas démesurés : « Il faut savoir commencer modestement,
et compter sur l’effet d’entraînement ».
RH
Collectif droit des femmes 66
« Histoire d’un secret »
Ciné-débat jeudi 25 juin à 19h10 au Castillet
L’Interruption Volontaire de Grossesse, un droit
fondamental pour les femmes.
« Alors que Mariana Otero avait à peine plus
de quatre ans, sa mère, la peintre Clotilde
Vautier, a disparu. Les suites d’une opération
d’appendicite ayant mal tournée, lui a-t-on
révélé un an plus tard. Ce n’est qu’à l’âge de
trente ans que Mariana et sa s?ur connaîtront le véritable secret qui se cache derrière
la mort de leur mère ».
Cette projection sera suivie d’un débat coanimé par le Planning Familial 66 et le
Collectif Droits des Femmes 66.
L’IVG, est un droit conquis
de haute lutte.
En 1810, le Code Napoléon est une catastrophe
civile pour les femmes. Son article 317 stipule : «
Quiconque provoque l’avortement d’une femme
enceinte avec ou sans son consentement au
moyens d’aliments, de drogues, de médicaments,
par violence ou d’autres remèdes, est puni de prison. »
Juillet 1920. Adoption d’une loi qui « réprime
la provocation à l’avortement et la propagande
anticonceptionnelle. »
1923. Adoption d’une loi qui correctionnalise
l’avortement.
1942. Adoption d’une loi qui fait de l’avortement un crime contre la sûreté de l’Etat, donc
passible de la peine de mort.
1956. Création de « la Maternité heureuse », qui
deviendra Mouvement français pour le Planning
familial (MFPF) en 1960, dans le but de légaliser
les moyens anticonceptionnels.
1969. Création par les dirigeants du MFPF de
l’Association pour l’étude de l’avortement
(ANEA). Création du Mouvement de Libération
des Femmes (MLF) et du Groupe Information
Santé (GIS).
1971. Parution dans la Presse de l’appel des 343
avortées. Fondation du Mouvement Choisir.
1972. Procès de Marie-Claire à Bobigny. Le jugement confirme que la loi de 1920 sur l’avortement n’est plus applicable.
1973. Création du Mouvement pour la libération
de l’avortement et de la contraception (MLAC),
qui fédère le MFPF, le GIS, le MLF, des syndicats et
des mouvements d’extrême-gauche.
17 janvier 1975. Promulgation de la loi Veil,
qui suspend partiellement l’article 317 du Code
Pénal pour 5 ans, autorisant ainsi l’avortement
sous certaines conditions.
31 décembre 1979. Adoption par le
Parlement d’une nouvelle loi sur l’IVG.
1982. Remboursement de l’IVG .
1991. Création de la CADAC, Coordination
nationale d’associations pour le droit à l’avortement et à la contraception.
27 janvier 1993. Adoption d’une loi sur le
délit d’entrave à l’IVG, dite « Loi Neiertz » qui
vise à sanctionner les personnes qui perturbent
le fonctionnement des établissements hospitaliers.
2000-2002. La contraception d’urgence est
mise en vente libre, gratuite pour les mineures.
2001-2004. Loi IVG/contraception-allongement
des délais à 12 semaines, suppression de l’entretien social obligatoire pour les majeures et de
l’obligation d’autorisation parentale pour les
mineures.
2003. Autorisation de la stérilisation à visée
contraceptive.
2004. Mise en place des IVG médicamenteuses
sans hospitalisation avant la 5ème semaine de
grossesse par un médecin conventionné.
Mai 2009 : publication du décret autorisant les
centres de planification et de santé à réaliser des
avortements par voie médicamenteuse.
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
dans le département
9
Secours populaire
Manifestation intersyndicale du 13 juin
« Notre unité doit perdurer, elle est une
exigence pour agir et gagner »
La manifestation du 13 juin a été plus
que modeste, mais de là à avancer le
chiffre de 350 comme l’a fait
l’Indépendant, il fallait avoir chaussé
de drôles de lunettes. Un peu plus de
600 est une évaluation qui ne sera
certainement pas contestée par les
manifestants et les organisations syndicales. Cela dit, cette participation
est sans aucune mesure avec celles
des 29 janvier, 13 mars et 1er mai. On
se doutait bien que les résultats des
élections européennes n’inciteraient
pas les gens à descendre dans la rue,
mais à ce point, que s’est-il passé ?
Certains parlent déjà d’essoufflement. Il faudra y regarder de plus
près, car les sondages et le phénomène abstentionniste de la dernière
consultation montrent que le mécontentement reste très fort. Les analyses
syndicales seront attendues avec
impatience, car en face, patronat et
gouvernement vont s’activer et n’ont
pas du tout l’intention de « mettre le
Certains parlent déjà d’essoufflement,poutant les sondages et le phénomène abstentionniste de la dernière consultation montrent que le mécontentement reste très fort.
social au centre de leurs préoccupations » comme l’exigent les organisations syndicales. En fin de manifestation, le secrétaire de l’UNSA parlant
au nom de l’intersyndicale départementale appelait « l'intersyndicale
nationale à se réunir dans les prochains jours et avant la fin juin pour
durcir le ton et envisager très rapide-
ment des suites à cette journée, prévoir et organiser des modalités d'action » Et il concluait par ces mots « La
crise ne prendra pas de vacances ... Le
mouvement social non plus!» Pour ce
qui est de la crise, son pronostic est
malheureusement indiscutable, mais
pour le reste…
RH
Perpignan
Le collège Pagnol en danger !
Plus de la moitié des enseignants du collège ont manifesté leur colère après l’annonce
de la disparition de trois contrats « emploi vie scolaire » à la rentrée prochaine.
Désarroi ! Inquiétude ! Colère ! Le personnel en grève du collège Pagnol
(52% de grévistes, 30 % des collégiens présents), soutenu par les
parents d’élèves, a manifesté devant
les grilles de l’établissement : prise de
parole ponctuée de slogans très évocateurs «trop de précaires, jeunes en
danger, profs en colère, il faut bouger!» ainsi que « précarité = danger,
se la boucler c’est l’accepter, manifes-
ter c’est informer ! ». Ils entendaient
bien exprimer leur désaccord face à la
disparition, à la rentrée, de 3 contrats
emploi vie scolaire de leur établissement : l’un avait en charge tout ce qui
touche à l’informatique, un autre s’occupait de l’aide aux devoirs et le dernier plus spécialement était impliqué
dans la vie scolaire. Et pour M.
Thévenot, enseignant au collège « ces
3 personnes s’investissent depuis
1998/1999, elles sont devenues en 11
ans des professionnels de l’éducation
mais l’Education nationale ne veut pas
entendre parler de titularisation ». Il
explique qu’après la motion votée en
conseil d’administration, la pétition
des personnels, la pétition des parents
d’élèves, le personnel a rencontré
l’Inspecteur d’Académie qui « se justifie en termes de postes et de budget
et non en termes de compétences,
sans prendre en considération les
besoins spécifiques d’un établissement
ZEP* comme le nôtre ». Il dénonce
«l’hypocrisie qui consiste à remplacer
un emploi à plein temps par deux
emplois à mi temps, alors que les trois
personnes ont fait leurs preuves!» et
de renchérir « ces personnes ne peuvent être remplacées par des solutions
précaires, tels que des portiques ou
des brigades d’intervention… ».
Nicole Gaspon conseillère municipale
communiste avant la dissolution du
conseil municipal de Perpignan était
venue apporter son soutien.
Michèle Devaux
Nicole Gaspon (à g.) candidate communiste sur la liste ‘Perpignan plus juste” était
venue apporter son soutien.
*ZEP : l’établissement est classé en
zone d’éducation prioritaire
Bienvenue aux copains
des vacances !
Partir en vacances, se faire de nouveaux copains et
de nouvelles expériences. Quel enfant n’en a pas
rêvé ? Le Secours populaire vous propose de devenir famille de vacances et d’accueillir un enfant qui
partagera votre maison ou votre lieu de vacances.
Pourquoi accueillir un enfant pendant les vacances ?
Pour des milliers d’enfants, être en vacances signifie
tout simplement ne pas aller à l’école, rester chez
soi quand les autres partent. Ils ne peuvent partir
que si quelqu’un les invite. Les vacances permettent
de s’ouvrir aux autres, à leur façon de vivre, de profiter du grand air, de la mer, du soleil. Ce sont des
souvenirs inoubliables…
Quelles activités faire avec les enfants ? Partager
ensemble les petits plaisirs de la vie se révèle très
enrichissant. « Elodie a découvert le plaisir des ballades en forêt qu’elle voyait pour la première fois et
même le poulailler ! Elle est allée ramasser les œufs,
elle se régalait. Cela nous a donné beaucoup de
joie» nous raconte sa famille de vacances. «Flavien,
a pris beaucoup de plaisir à cuisiner. Nous avons
même donné son nom à une recette de cookies, il
était très fier d’en rapporter à ses parents ! » nous
explique Catherine. « Mais, pour ce mordu de
rugby, je pense que son meilleur souvenir est la
visite du stade Aimé Giral. »
Quand a lieu cet accueil ? Du 3 au 18 août 2009.
Quel âge ont les enfants ? Les enfants ont en général de 6 à 10 ans.
D’où viennent-ils ? Nous accueillons essentiellement
des enfants de Hautes-Pyrénées et de Seine-SaintDenis.
Est-il nécessaire d’être en couple ou d’avoir des
enfants pour recevoir un copain des vacances ? Non,
une personne seule peut recevoir un enfant. Mais
prévoyez qu’un enfant aime la compagnie de
copains de son âge, peut-être avez-vous dans votre
entourage des enfants qui ont le même âge? Et
pourquoi ne pas accueillir 2 enfants ?
Pouvons-nous rencontrer des familles qui ont déjà
accueilli un copain des vacances ? Les familles de
vacances qui ont participé à cette action ont été
heureuses « d’apporter un plus à un enfant ». Ce
n’est pas leur seule satisfaction. Elles considèrent,
dans leur ensemble, que cette expérience les a enrichies humainement. « On apprend toujours un peu
plus en acceptant un inconnu chez soi ».
L’opportunité offerte à leurs propres enfants d’avoir
un copain de plus venu d’un autre milieu et porteur
d’une autre expérience de la vie est pour eux aussi
très formatrice. Elles seront heureuses de vous faire
partager le plaisir qu’elles ont ressenti.
Devenir famille de vacances, c’est facile. Le Secours
populaire est là pour organiser l’accueil et le suivi de
l’enfant. Les familles intéressées peuvent appeler le
Secours Populaire au : 04 68 34 03 75 ou venir
directement au 1 rue Courteline à Perpignan.
Ensuite, avant tout engagement définitif, des responsables de l’association viendront vous rendre
visite. Cette prise de contact doit permettre une
découverte mutuelle. Vous pourrez ainsi mieux
appréhender les réalités de ce type d’accueil. Les
représentants du Secours populaire étudieront la
possibilité d’un séjour au sein de votre famille en
fonction des besoins et des attentes des enfants. Un
temps de réflexion sera nécessaire pour chacun. La
famille de vacances et l’enfant accueilli seront
accompagnés par les bénévoles du SPF dans toutes
leurs démarches.
10
témoignage
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Amitiés franco-algérienne
Dans le cadre d’un
voyage organisé en
Algérie, un groupe de
douze Français s’est
rendu à Guelma du 10 au
17 mai de cette année.
Parmi eux, quatre
«pieds-noirs», dont Jacky
Mallea, bien connu dans
le département pour ses
combats
anticolonialistes. Nous
l’avons rencontré.
« Cette terre d'Algérie
qui nous a vu naître »
TC : Co mmen t s’e st p ré pa ré ce voyage ?
J.M : Il était organisé par l'association
Joinville Le Pont / Guelma, ville dont je
suis originaire et que j’ai dû quitter avec
ma famille en 1962, tout comme les trois
autres pieds-noirs, deux sœurs et leur cousine qui faisaient partie du groupe. J’avais
fait la connaissance des deux premières à
l’occasion de la projection à Elne du film
"Les Parfums de ma terre" de Mehdi
Lallaoui. Ces femmes qui n'étaient jamais
retournées en Algérie, avaient été profondément émues par ce film qui est celui de
ma vie, celui des liens qui m'unissent à
Guelma cette ville que j'aime tant. J’en
avais d’ailleurs apporté une copie avec
moi, avec l’intention de le projeter sur
place. Les huit autres personnes n'avaient
aucune attache particulière avec ce pays,
mais habitant comme moi à Ortaffa,
j’avais pu les convaincre de participer à ce
voyage.
TC : Tu e s dé jà re t o u rn é e n Al gé r ie
a p r è s s o n i n d ép e n d a n c e , m ai s p o u r c e s
t ro is fe mme s qu i s’y re n d e n t p o u r la
p re mi è re fois d epu is 19 62, e t po ur le s
a u t r e s pe r s on n e s q u i n’ y s on t j a m a i s
a l l é es , q u e l l e s s o n t l e u r s p r e m i è r e s
r éa c t i o n s ?
J.M : Comment allons nous être accueillis
après 47 ans d’absence se disent les deux
les odeurs reviennent avec l'envie de
déguster un beignet bien chaud.
sœurs et leur cousine ? Les autres découvrent ce pays dont ils ne savent que peu
de choses. Aussitôt les valises posées,
notre groupe se dirige vers le centre ville.
Les questions fusent "Jacky, n'est-ce pas
l'avenue qui allait au cinéma ? " "Non
c'est la suivante". Là il y avait… et là
c'était… On tourne à droite, et là… surprise un marchand de beignets. Tout le
passé ressurgit d'un coup. Nous autres
pieds-noirs connaissons si bien ce geste,
la fabrication de la pâte par des doigts
bien huilés et le coup de main pour la
jeter dans l'huile chaude. Les odeurs
reviennent avec l'envie de déguster un
beignet chaud. Les anciens redécouvrent
le goût, les nouveaux apprécient. Nous
continuons notre re-découverte de la ville.
La mosquée qui était l’ancienne église, la
place d’où le kiosque à musique a disparu.
T.C : Il se mb le rait que rie n n ’ai t ch an gé
d e p u i s v o t re d é p a rt ?
J.M : Effectivement beaucoup de choses
nous ramènent des décennies en arrière.
Le père des deux Guelmoises travaillait à
l’hôpital. La famille y vivait. Nicole se souvient que dans la maison d'en face vivait
sa copine d’école, une petite musulmane.
Elle ne peut résister à l’envie de frapper à
la porte. C'est la sœur de son amie qui
ouvre, et immédiatement ses bras aussi.
Nicole et sa sœur sont accueillies à l'intérieur. Nous les laissons et continuons
notre visite. L'ancienne rue d'Announa, le
marché couvert, où la boucherie Mallea a
été remplacée par une poissonnerie, puis
le cours Bonnet et la pâtisserie qui lui a
donné son nom. Quel choc ! Rien n’a
bougé. Le lieu est resté identique, avec ses
plaques de gâteaux que le patron, ancien
employé de Bonnet nous invite à déguster
en nous offrant des boissons fraîches.
Nous nous rendons au théâtre municipal.
Que de souvenirs ! J'y ai fait de la musique dans l'Orchestre "Les Typico's", les
deux soeurs y ont dansé en tutu ! A côté
de ce bâtiment, il y a la librairie que tient
mon ami Rachid Bencheikh. Son accueil
est chaleureux, convivial, et tout le groupe
La patisserie Bonnet : rien n'a changé !
reconnaît en lui, l'ami que je leur avais
décrit.
TC Ave z -v o u s vi s i té d ’ a u t re s l i e u x q u e
G u el m a ?
JM : Oui, le lendemain, nous nous rendons
à Annaba. Nous retrouvons en bordure de
route, les nids de cigognes perchés en
haut des pylônes électriques. Une curiosité pour nos amis français, surtout du sud
de la France. Visite de la basilique Saint
Augustin, du phare et du vivier. Déjeuner
au bord de la plage, puis direction le village perché de Seraidi d'où nous redescendons en télésiège. Vue magnifique sur
Annaba. Mais tous attendent le moment
tant réclamé, celui de l'arrêt sur le cours
de la révolution (ex cours Bertagna). Les
baraques à glaces sont toujours là. Nous
occupons trois tables et commandons des
créponnets (sorbet au citron). Cette
immense esplanade est fréquentée par
une foule compacte. Nous autres pieds
noirs éprouvons une curieuse impression,
celle de nous retrouver chez nous, sans y
être vraiment !
T C : Pe u x - t u n o u s e n d i r e p l u s s u r c et t e
« cu ri e use i mp re ssio n » ?
J.M : Oui bien sûr. Le jour où nous nous
sommes rendus à Constantine, une des
pieds-noirs souhaite que nous fassions un
détour par El M'lila où à quelques kilomètres se situe un village où elle a vécu
jusqu’à l’âge de douze ans. A l’époque il
s'appelait Berteaux, aujourd'hui, c'est
Ouled Hamla. Arrivés dans le village qui a
grandi, nous nous dirigeons vers la partie
11
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Au premier plan Jacky Mallea s'adresse à l'un des derniers témoins des tragiques événements du 8 mai 1945 à Guelma.
ancienne. Et là, la magie se produit.
Geneviève reconnaît la place, des gens
arrivent de toutes parts, un homme
s'avance, la reconnaît, ils étaient à l'école
ensemble. Comme s’ils ne s’étaient jamais
quittés, ils s'en vont, bras dessus, bras dessous vers « sa » maison. La foule suit. Les
souvenirs se bousculent, les larmes coulent. Les enfants acceptent les bonbons.
Les Français n’en croient pas leurs yeux.
On échange les adresses, on promet de
revenir. Mais il nous faut partir, la route est
encore longue. Le car démarre laissant une
foule de gens qui se demandent " Que
s'est-il passé ?" Dans le bus, par respect
pour l'émotion ressentie par Geneviève et
ses cousines, le silence est de rigueur. Pour
le groupe ce sera une journée marquante.
TC E t t o n p r o j e t d ’ o r g a n i s e r u n e
p r o j ec t i o n d u f i l m « L e s p a r f u m s d e m a
t e rr e » ?
JM : Grâce à mes amis algériens, nous
avons obtenu l’accord du Walli (le préfet)
pour que le film soit projeté au Palais de la
culture. Mon ami Mohammed Laïd a fait le
tour de la ville pour afficher et lancer les
invitations. En fin d’après midi, la salle de
deux cents places commence à se remplir.
La directrice de la maison de la culture m’a
laissé l’entière responsabilité de l'organisation de la soirée. C'est très ému que je
prends la parole pour présenter le film.
Cinquante deux minutes plus tard, les
lumières s'allument sous un tonnerre d'ap-
Les trois Guelmoises ont dansé en tutu il y
a 47 ans sur la scène de ce même théâtre.
plaudissements. Pour moi ce moment sera
gravé à jamais dans mon esprit.
Avant la projection du film "Les parfums de
ma terre".
T C C ’ e st a s se z i n c r o y a b l e . U n p i e d - n o i r
v i en t p r é s en t e r à G u e l m a u n f i l m q u i l u i
e s t dé d ié . L e s a u t o r i t é s d e l a v i ll e lu i
f o nt c o nf i a nc e e t le s h a bi t a n t s s e
d é pl a ce nt e n g ra n d no mb re
JM : Effectivement, et les Français qui
m’accompagnaient n’en croyaient pas
leurs oreilles. J'explique le pourquoi du
film, lié à mon histoire avec Guelma et
lorsque je déclare qu’en 47 ans je n’ai pas
pu enlever toute la terre qui colle à mes
chaussures, toute la salle, où certains me
diront qu'ils ont versé une larme, est attentive. Je dis aussi mon engagement actuel
en France contre tous les nostalgiques de
la colonisation. A la fin du débat, je suis
submergé par des gens qui viennent spontanément me serrer la main, me remercier
pour ce moment d'émotion. Il y a le président du Croissant rouge, celui de l'association du 8 mai 45. Ce sont des gens qui se
sont battus dans les rangs du FLN. Un des
témoins qui figure dans le film reste un
long moment avec moi et me déclare que
je travaille pour la réconciliation entre la
France et l’Algérie. Les enfants d'un autre
témoin, maintenant disparu, me remercient chaleureusement : « vous aimez
l’Algérie plus que certains Algériens ».
TC A t’en te nd re , on cro i ra i t q u e vo u s
n ’ av ez p a s f u i l ’ A l g é r i e e n 1 9 6 2 , q u ’ i l n ’ y
a p a s e u l a g u e r r e f r an c o - a l g é r i e n n e
JM : C’est vrai que nous n’avons fait l’objet d’aucune remarque. Nombreux ont été
ceux qui m’ont dit qu’il fallait oublier le
passé et qu’ils regrettaient que nous les
pieds-noirs nous ayons dû quitter l’Algérie.
Il faut dire qu’à Guelma, jusqu’en 1955,
les événements nous paraissaient très lointains. Les « fellaghas » comme on les
appelait à l’époque étaient dans la montagne. A partir de 55, l’armée vient dans
notre ville à la grande satisfaction de la
population européenne. Mais avec le
début des attentats à l’arme blanche dans
le quartier arabe, et l’instauration du couvre feu, les relations entre Arabes et
Européens se sont dégradées. Puis, la
légion étrangère est arrivée avec le fameux
colonel Jean Pierre qui va laisser une terrible trace dans l’histoire de Guelma. Sa
mort accidentelle est un événement
fameux. Alors qu’il se déplaçait en hélicoptère, un moudjahid tue le pilote avec un
simple fusil de chasse. La montagne sur
laquelle il a été exécuté est devenue le
symbole de la révolution à Guelma. Le
musée de la révolution de la ville, dédié à
l’histoire de la lutte des Algériens pour leur
indépendance, rappelle cet événement que
j’ai bien connu puisque je faisais partie de
la clique municipale qui a joué pour ses
obsèques. Des journaux de l’époque y sont
exposés et une fois de plus tout cela m’est
revenu en mémoire. J’ai retrouvé dans ce
musée tout ce que j’ai appris plus tard en
France en lisant des ouvrages sur la guerre
d’Algérie. Je continue à penser que c’est
l’OAS qui est véritablement responsable de
notre départ forcé.
En guise de conclusion : dimanche 17 mai,
l'avion décolle, les côtes algériennes s'éloignent. Nous partons avec l'ultime conviction de revenir un jour. Pour moi ce voyage
m'a comblé. Etant un peu l'instigateur, je
sais que les autres Guelmoises ont comblé
un vide de 47 ans. Je sais également que
les Français qui ne connaissaient pas
l'Algérie sont revenus avec une autre
vision de l'Algérien. Depuis mon retour, j'ai
eu l'occasion de parler de notre voyage à
certains pieds-noirs de Guelma. J'ai envoyé
des photos. Ils m'ont assuré que s'ils
n'avaient pas eu le courage de retourner
dans leur ville, ils le feraient certainement
maintenant. Alors un autre voyage à
Guelma ? Pourquoi pas !
Entretien réalisé par Roger Hillel
Des habitants de Oued Hamla ravis de rencontrer les Français.
12
dans le département
Rédigées à partir de
témoignages, de photos,
de films, les nouvelles
de ce recueil sont le
fruit du travail réalisé
par près de 1 000 jeunes
des PyrénéesOrientales.
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
La Retirada
« Ecrire l’exil »
C’est un événement que les scolaires, qu’ils soient élèves de primaire, collégiens ou lycéens, attendaient avec impatience : montrer le fruit d’un travail de toute une année, sur le thème de la
Retirada, projet initié par Claude Fages, coordinatrice au CDDP et
soutenu par un groupe de pilotage et par les institutionnels (IA,
Conseils régional et départemental), Cinémaginaire, le Centre
pénitencier et Nicole Bergé photographe. C’est dans la salle
polyvalente d’Argelès que plus de 700 scolaires ont participé,
vendredi dernier, à cette « grande première » du lancement de
leur livre « Ecrire l’exil » (les auteurs ont entre huit et dix-huit
ans, l’âge qu’avaient à l’époque les derniers survivants actuels de
cette période). « Ce n’était pas gagné d’avance, bravo à vous les
enfants et adolescents, à vos enseignants, ce fut une chose formidable » a reconnu Claude Fages. Tout au long de la matinée,
se sont succédé la lecture de quelques nouvelles par leurs
auteurs, entrecoupées de chants républicains interprétés par le
groupe « El comunero », les prises de paroles des institutionnels:
Marcel Mateu représentant le CG, Pierre Aylagas maire de la ville.
Quant à Mary Sanchiz , IPR lettres/catalan, représentant
l’Inspecteur d’Académie, elle a souligné « l’école doit porter et
développer des valeurs, comme le devoir de mémoire de faits qui
se sont déroulés sur notre territoire, l’école a la mission de les
transmettre….Le résultat est là : 39 nouvelles, des dessins qui
montrent une émotion tangible…Miracle de l’écriture ! ». Puis
c’est au tour du groupe « Memoria » et ses chants républicains
espagnols, puis Progresso Marin, auteur, entre autres, du livre
«Exil» (témoignages sur la guerre d’Espagne, les camps et la
résistance au franquisme) de raconter l’arrivée des réfugiés, l’histoire de Ramon, celle des premiers soldats entrés dans Paris
libéré, de la tentative du Val d’Aran, sur fond musical de « El
Comunero ». Puis c’est la pause, le pique nique tiré du sac sur la
plage d’Argelès, la photo aérienne des enfants regroupés sur le
sable, formant le mot « Retirada ». Ils s’en souviendront !
Michèle Devaux
Le livre « Ecrire l’exil »
Il ne contient pas l’ensemble des productions mais une sélection
de 39 textes rédigés par « una quinta del biberon literaria » opérée par les élèves eux-mêmes. La totalité des textes sont disponibles dans le blog consacré à ce projet, sur le site du CDDP66 :
http://www.crdp-montpellier.fr/cd66/. Certaines classes ayant
travaillé en français, en catalan ou en espagnol, des nouvelles ont
été finalisées dans deux langues.
Ce livre sera disponible au stand du livre, à la fête du Travailleur
Catalan, les 3 et 4 juillet.
Lettre ouverte de Jean-Pierre Kaminker à Jean-Marie Philibert,
sur l’âme de l’USAP et autres sujets
Cette lettre fait suite à la parution dans notre édition de la semaine dernière d’un billet d’humeur de Jean-Marie Philibert
intitulé « L’USAP a une âme ! Une âme ? » - NDLR.
« Cher Jean-Marie,
J’aime beaucoup ce que tu écris dans notre
TC mais ton billet sur l’âme de l’USAP (1218 juin) m’inspire une objection comme je
pense que tu les aimes. Tu l’as écrit en
homme qui ne veut pas croire à « l’existence des âmes ». Mais moi je crois à
l’existence de la tienne, et je t’ai assez vu
à l’œuvre pour pouvoir dire certaines choses sur la sorte d’âme que tu as, ou que tu
es, pour mieux dire ; ou pour dire mieux
encore, que tu es devenu, au cours d’une
biographie aux débuts de laquelle je n’ai
pas assisté. C’est l’âme d’un professeur de
lettres, présentement retraité, esprit distingué, syndicaliste très dévoué, très désintéressé, très pugnace et très pince-sans-rire.
Quant à l’USAP, d’accord, elle n’a pas
d’âme, mais pour la seule raison que ce
n’est pas un individu. En revanche tout
supporteur de l’USAP en a une, Daniel
Mach par exemple est une âme de politicien de province, UMP, populiste, etc.
Certes je crois que nos âmes finiront avec
nous. Je ne donne donc pas à ce mot le
sens qu’il a dans les catéchismes : « principe surnaturel, vie éternelle et tout le toutim », comme tu le dis avec une opportune
irrévérence. Mais on peut user d’un mot de
la langue tout en repoussant les représentations dont les idées dominantes l’affublent.
Là-dessus je t’entends me dire qu’on peut
se passer de celui-là parce qu’on dit à peu
près la même chose avec le mot « personnalité ». Peut-être, mais l’idée d’âme
conserve l’avantage de faire couple avec
celle de corps, et donc empêche de croire
enclos dans ce dernier ce qui fait le propre
d’une personne singulière. Autrement dit
ce terme met en évidence l’essentielle
socialité de l’humain. Là-dessus il faut lire
Sève*, qui médite puissamment sur une
anthropologie marxienne, et montre à l’occasion combien le sens commun occulte la
socialité de l’humain, et comment un bio-
logisme à la mode, lequel peut se croire à
l’opposé de l’idéalisme religieux, contribue
à cette occultation, en tablant indûment
sur les progrès des sciences (génétique,
neurosciences etc.). «Je ne veux pas, parce
que je suis athée, être dépossédé de
l’âme», Sève (p.561) cite avec faveur cette
phrase de Hordé, un autre Jean-Marie,
auteur d’un livre au titre parlant : « La
mort de l’âme »**.
Si tu concédais que tout sujet humain a bel
et bien une âme, tu serais plus enclin à te
demander comment retentit dans l’âme de
chacun des supporteurs de l’USAP le fait
d’appartenir à cette collectivité ; et tu comprendrais que là-dessus je n’aie pas ton
optimisme. Tu penses que leur passion
pour leur équipe « ne leur fait pas oublier
leurs revendications ». Ca dépend lesquels,
bien sûr ; pourtant comparons les deux
samedis que Perpignan vient de vivre : le 6,
jour de la finale, foule en délire ; le 13,
journée revendicative, manif indiscutable-
ment ratée.
Mais laissons l’USAP. Tu connais par des
conversations antérieures une question qui
me tracasse, et que je rêve de voir un jour
en débat parmi les gens de gauche intéressés au devenir de notre système éducatif ;
une question inquiète, qui mérite un
détour par l’anthropologie marxienne :
«peut-il exister certaines conditions qui
rendent des âmes inéducables ?» Cela dit
sans contester le principe de l’universelle
éducabilité, un credo auquel nous souscrivons toi et moi, et Lucien Sève aussi, évidemment. Reparlons-en un jour, si tu veux
bien.
Amitiés, Jean-Pierre Kaminker »
* Lucien Sève : « Penser avec Marx
aujourd’hui », T. 2 « L’homme ? », La
Dispute, 2008
**Jean-Marie Hordé : « La mort de l’âme »,
Les solitaires intempestif, 2003
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
actu
13
Libre opinion
« Lettre ouverte aux
camarades du NPA et du
Parti de Gauche »
« Je voulais tout d'abord saluer mes
camarades du parti de gauche qui
ont fait campagne de toutes leurs
forces avec nous autres communistes. Le front de gauche a été une
réussite mais comme l'a dit
Mélenchon, nous ne devons pas
pavoiser.
Je voudrais juste revenir un peu sur
ces élections européennes et dire
tout d'abord que cela fut une défaite
du civisme avec 55% d'abstention.
Ceci est grave car beaucoup n'ont
plus confiance aux hommes et femmes politiques de ce pays. Je voulais
déplorer avec vous le fait que le NPA
n'ait pas rejoint le front de gauche.
Besancenot n'est pas mon adversaire mais l'hyperpersonnalisation lui
fait oublier l'essence même du combat que nous menons. Le NPA doit
arrêter d'avoir ce culte de la pureté
et mettre aussi de l'eau dans son vin.
Il est incompréhensible de se battre
dans les luttes côte à côte et de ne
pas se battre ensemble au sein d'un
front résolument anticapitaliste pour
mettre fin au règne de la droite qui
devient chaque jour de plus en plus
dure.
Pour construire un vrai front de gauche, nous devons convaincre le PS de
changer d'orientation et avoir une
politique clairement de gauche, anticapitaliste. Je voulais ici affirmer
pour ma part que les militants socialistes ne sont en aucun cas mes
adversaires mais leurs dirigeants
sèment le trouble et entraînent peu à
peu la gauche vers son effondrement. Le salut viendra de l'intelligence des hommes de bonne foi qui
composent cette formation politique.
La révolution par les urnes ne passera que par là. Arrêtons d'être dispersé, unissons-nous et nous seront
plus fort !!!
Je voulais aussi exprimer mes regrets
que le parti de gauche n'ait pas
rejoint le combat pour les municipales à Perpignan. Le PC s'est clairement exprimé sur le positionnement
vis-à-vis du Modem et retirera même
ses colistiers en cas de tentative d'alliance avec le Modem au second
tour. Pour ma part ainsi que celle de
beaucoup de communistes (pour ne
pas dire une majorité), le Modem est
libéral et le restera toujours.
Cher camarade, nous devons être
unis pour que vive cette belle réussite que peut être le front de gauche! Alors continuons et battez-vous
avec nous.
En nous divisant, Sarkozy gagne chaque jour un peu plus de terrain et
c'est la démocratie qui est ainsi mis
à mal.
J'en appelle à la responsabilité de
chacune et chacun d'entre vous,
Réagissons, parlons mais ne laissons
pas les citoyens dans le désespoir car
sinon nous serons responsables de la
montée des extrêmes et du KO !!
Ce message, je vous l'envoie en
toute amitié...
J'espère qu'il sera compris comme
j'ai pu le penser au moment où je l'ai
écrit.
Mellal Farid, membre du conseil
départemental du PCF 66, trésorier des jeunes communistes 66 »
Les colères d’Hypnos
Petite leçon de
simplisme sarkozien
Alors que la République s’est bâtie sous les
auspices de la Raison dont les instituteurs,
ces hussards noirs vêtus de la blouse, étaient
les symboles, Nicolas Sarkozy, lui, n’a de
cesse de vouloir la dénaturer en la plaçant
sous le seul joug de la vieille alliée de l’arbitraire : l’émotion.
Ces élections européennes viennent de nous
fournir un nouvel exemple de cette méthode
de gouvernement dont le pilier s’avère être le
simplisme.
Dans le seul but de s’assurer le vote d’un
électorat droitier, le chef de l’Etat (il devient
au fil des jours de plus en difficile de le qualifier de président de la République) a réaffirmé son opposition à l’entrée de la Turquie
dans l’Union Européenne.
Relayé par la petite armée des grognards
l’UMP, l’argument tient en une seule phrase :
« Il suffit de regarder la géographie ».
Ce procédé est le procédé classique des
populistes et des démagogues à travers les
âges. Faire passer pour une évidence un
argument grossier avancé dans le seul but de
masquer la complexité d’un dossier.
Car la question de l’adhésion de la Turquie
est éminemment compliquée et mérite d’être
étudiée sous tous ses aspects.
Cette affaire pose d’abord effectivement la
question de l’identité européenne. De ce seul
point de vue, la seule question pertinente à
poser dans notre débat national est la suivante : comment la France laïque pourraitelle accepter que l’Union se transforme en un
club chrétien au seul prétexte des racines qui
sont les siennes ? Rappelons que seule la
monarchie acceptait cette idée que la France
était la fille aînée de l’Eglise.
Plus complexe encore est l’aspect géopolitique soulevé par la question de l’adhésion de
la Turquie. En effet, il pose la question de
notre rapport au monde arabo-musulman,
soit en terme de partenariat, soit en terme de
globalisation dans un vaste ensemble multinational.
Troisième aspect : le volet économique, c’està-dire notre capacité ou non à intégrer un
pays dont chacun sait le niveau de vie.
Quelles seront à terme les conséquences
d’une telle intégration ou d’un rejet d’une
candidature envisagée depuis de longues
années déjà ?
Les réponses, nul ne saurait les avoir toutes
au moment où nous parlons. Parions même
que les avis divergent et divergeront bien
longtemps encore au sein de chaque parti
politique, quel qu’il soit.
Mais Nicolas Sarkozy, lui, est passé par là
avant tout le monde. Sa certitude n’a pas
d’autre but que de réduire ce dossier aux
aspects multiples à la seule question identitaire. Pire, son simplisme n’a pas d’autre but
que d’utiliser les crispations nationales, de
cristalliser les peurs à l’égard d’un monde
musulman méconnu et victime des préjugés.
Or si pour Napoléon la géographie servait
d’abord à faire la guerre, elle peut, peut-être,
aujourd’hui d’abord servir à faire la paix. Le
projet européen, lui-même, est né de cette
seule espérance. Quarante ans plus tard,
nous devons nous poser la question de
l’adhésion turque sous ces mêmes auspices.
Car, en effet, pour faire face à la poudrière
moyen-orientale, pour tenter de mettre fin à
la fracture entre l’occident et l’orient, la carte
turque mérite toute notre attention.
Encore faut-il que cette question majeure ne
soit pas détournée, prise en otage par un
chef d’Etat qui n’a d’autre but que celui de
s’assurer de petites victoires électorales par
la seule arme de la démagogie.
14 actu
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Les Dico-lériques
Soporifique
Adjectif (latin sopor, sommeil, et facere,
faire) Vieux. Propre à provoquer
le sommeil : Des comprimés
soporifiques. Qui ennuie
au point de donner envie
de dormir : Un livre soporifique.
© Peyo
Les réalisateurs trentenaires du
cinéma français ont un nombril de la taille de la Corse. Ils
n’en finissent pas de le visiter et de nous inviter à débourser 8 euros pour admirer leur sujet de prédilection. Très peu
pour moi. Les affres d’un bobo parisien perdu entre deux
femmes, qui doit changer d’appartement et qui ne communique plus avec son fils adolescent m’excitent, je dois
l’avouer, à peu près autant que l’opinion d’Édouard
Balladur sur les soldes intermédiaires de gestion. Ce
cinéma d’aujourd’hui est à l’image d’un discours d’Isabelle
Huppert au Festival de Cannes. Froid, pédant, soporifique et
compassé. Les scènes phares de ce genre cinématographique durent 15 minutes en un plan séquence et décrivent
avec moult détails palpitants le héros sortant de chez lui
descendant l’escalier, montant dans sa voiture et mettant
le contact. De quoi provoquer instantanément l’orgasme
d’un critique de Télérama. Quant aux titres, on dirait des
post-it collés sur un frigo. Tiens, j’en suggère quelques-uns
à nos réalisateurs nationaux : « Reviens dans 5 minutes »
ou « Dis lui que j’ai acheté le pain » ou encore « Rentre tôt
et ferme la porte ». J’ajoute que c’est à croire qu’il n’y a
que 15 acteurs en France, toujours les mêmes piliers du
sérail. Contrairement au cinéma britannique, qui explore le
social avec humour et perspicacité, le nôtre a la vitalité
d’un poireau trop cuit. Tiens puisque c’est ça, je vais me
relire un bon roman de Donald Westlake.
De Robert Barrero
Oxymore
Ou oxymoron nom masculin RHÉTORIQUE Figure de
style qui réunit deux mots en apparence contradictoires. (Exemple : un silence éloquent.) [Synonyme :
alliance de mots.
Les syndicats d’agriculteurs bloquent les supermarchés
pour protester contre les cours de leur production et
les marges de la grande distribution. C’est bien. Je suis
content. Mais je serais encore plus content si je voyais
ces mêmes syndicats défiler aux côtés des salariés
dans les manifs unitaires. Ne rêvons pas, leur sens de
la solidarité ne va pas jusque-là. Disons même que
lorsque certaines catégories de salariés (comme les
chauffeurs routiers par exemple) protestent et gênent
les affaires de certains gros agriculteurs, ceux-ci sont
plus tentés d’aller leur casser la gueule sur les barrages routiers que d’aller leur porter des casse-croûte et
leur faire des poutous. Pas étonnant, la FNSEA syndicat majoritaire chez les agriculteurs, a en 2007 voté à
Stimulation
Nom féminin (latin stimulatio) Action de
stimuler, d'accroître l'activité de l'organisme : Stimulation de l'appétit. Action,
fait de stimuler l'ardeur de quelqu'un :
Les encouragements sont des stimulations efficaces. Mise en jeu d'une structure nerveuse à l'aide d'une modification de son environnement externe ou
interne. En physiologie, synonyme d’excitation.
À propos des chauffeurs routiers, j’ai
appris dernièrement (merci Valérie) une
pratique incroyable de certains chauffeurs
ST LAURENT
DE LA SALANQUE
87 % à droite avec la répartition suivante : Bayrou
27 % Sarkozy 43 %
Dupont- Aignan +
Villiers 8 % Le
Pen 11 %
(source IFOP).
La solidarité à la
mode libérale ça
sonne comme un
oxymore, non ?
Heureusement il
existe d’autres syndicats agricoles, qui eux se
battent aux côtés des salariés, qui
représentent ceux qui souffrent vraiment de l’exploitation par les grands groupes agroalimentaires, qui sont
solidaires avec les paysans du sud, qui ne veulent pas
polluer et qui respectent les consommateurs et leur
santé. Curieusement TF1 n’en parle jamais.
pour ne pas s’endormir au volant. En
effet, leurs conditions de travail et leurs
amplitudes sont telles, que pour rester
éveillés ils plantent dans leur avant-bras
une aiguille, inclinée vers l’avant, et qui,
après avoir mis le bras à la fenêtre de la
portière, bougera avec le vent déplacé par
la vitesse de leur bahut. Douleur garantie.
Dodo difficile. Je ne sais pas vous mais
moi ça ne me rassure pas. Il faut bien lutter contre la concurrence (mot adoré des
libéraux européens) des routiers de l’Est,
n’est ce pas chers patrons ? On pourrait
aussi imaginer une chaise électrique pour
améliorer le système. Et on peut décliner
A C H AT S O R
14 avenue de l’Aviation
06.29.15.75.62
04.68.57.70.06
RACHAT OR
LE PERTHUS
(selon qualité)
De 5 € à 25 €
LE GRAMME
Bijoux même cassés, débris, or dentaire, pièces or (même étrangères),
lingots, argents… Bijoux - Ménagère Pièces 5, 10, 50 frs + étrangères Argent industriels
PAIEMENT COMPTANT
ESPECES
SELON LOI EN VIGUEUR
PAIEMENT SECURISE
GARANTIES BANCAIRES
86 avenue de France
04.68.54.32.93
06.61.54.40.50
DISCRETION ASSUREE - PARTAGE D’HERITAGE
DEVIS GRATUIT POUR TOUS TRAVAUX - FABRICATION ET REPARATION
PRADES
Estimation gratuite - Possibilité expertises & rachat à domicile
11 rue des Marchands
06.16.85.51.55
04.68.97.01.76
NOUVEAU REPARATION MINUTE - NETTOYAGE MINUTE
CONSEIL
GRATUIT
Fondé 1980
BODHER
DES PROFESSIONELS
A VOTRE SERVICE
un bureau à clous pour les ronds de cuir,
du scotch sur les paupières des infirmières, des dobermans autour des ramasseurs de patates, la diffusion 24 heures
sur 24 de chansons de Lara Fabian ou de
Céline Dion sur les chaînes de montage,
la distribution de fléchettes aux enfants
des écoles après tatouage d’une cible sur
le derrière des enseignants, où encore des
flics à la sortie de l’école. Non, pardon ça,
c’est fait. On assiste à une réhabilitation
de la torture. D’ailleurs on ne l’appellera
plus comme ça mais plutôt « stimulation
productive appuyée ». On vit une époque
formidable.
PERPIGNAN
31 rue Foch
04.68.34.15.77
06.15.41.84.37
16 rue Pierre Rameil
04.68.08.45.61
06.14.47.55.84
34 avenue Joffre
04.68.64.90.63
06.98.94.81.68
42 rue des Augustins
04.68.92.50.67
06.69.68.69.47
33 av gal de Gaulle
(av. de la Gare)
06.29.63.90.47
sports 15
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Le coin du XV
de Jean-Pierre Ventura
Top 14 L'U.S.A.P champion de France
Saison sportive à la catalane !
Pour le peuple catalan, l'année 2009 est
un bon cru. En premier le Barça a ouvert
la voie avec ce fameux triplé Copa, Lliga,
Champions. La sélection du Roussillon qui
a remporté pour la troisième fois en quatre ans cette belle coupe de Fédération,
représentant le meilleur rugby de nos villages. Puis 54 ans après 1955, le
«planxot» ramené au pays par nos valeureux guerriers vainqueurs des Clermontois
en finale du championnat de France au
Stade de France à Paris le samedi 6 juin
2009.
C'est une belle histoire d'hommes, de tout
un groupe. C'est la victoire des joueurs, du
président Paul Goze et de son staff, de
Jacques Brunel manager général (saison
2008 demi-finaliste, 2009 champion de
France), Bernard Goutta entraîneur des
avants, Franck Azéma entraîneur des
lignes arrières (critiqué ces dernières saisons, prend une belle revanche en terminant avec la meilleure attaque du Top 14
et le titre). Il ne faut pas oublier un
homme qui, malgré ses différends, a su au
fil des saisons faire gravir cette équipe.
Sans lui, Perpignan aurait sûrement dû
attendre quelques années de plus pour
que le Brennus soit catalan, alors merci
Marcel Dagrenat. Une mention spéciale
aux Clermontois, car pour pratiquer un
beau rugby, il faut deux équipes joueuses
et les Auvergnats n'ont jamais fermé le
jeu. Aussi à leurs supporters qui dans la
défaite ont démontré que même perdant
pour une belle fête, il faut être fair-play,
c'est ça le rugby.
Souhaitons à Jacques Brunel (suite à son
malaise) un bon et prompt rétablissement, et que la saison 2009-2010 nous
apporte à tous autant d'émotions. Merci à
tout ce groupe pour ce parcours aussi
exceptionnel, ayant traversé beaucoup
d'épreuves difficiles, une équipe différente
à chaque rencontre (sauf demi et finale),
qui avec la présence de jeunes recrues formées au club (Pérez, Mélé, Vilacéca,
Guirado, Porical, Schuster) ont su nous
emmener dans l'ivresse des phases finales
et surtout nous ramener le « planxot » en
terre catalane.
Un grand merci à tous !
Coupe d'Europe
Début de la compétition le week-end des
9, 10, 11 octobre. Les vainqueurs de chaque poule et les deux meilleurs deuxièmes
seront qualifiés pour les quarts de finale.
La finale aura lieu au Stade de France le
22 mai.
P o u l e 1 : Munster (Irl), U.S.A.P,
Northampton (Ang), Trévise (Ita).
Equipe de France
Un grand bravo à l'équipe de France pour
cette victoire historique face aux Blacks,
l'emportant 27 à 22. Et de deux pour
l'équipe de France A qui a remporté son
deuxième match de la Coupe des Nations
20 à 16 face à la Roumanie. La France
jouera l'Ecosse dimanche et le vainqueur
gagnera le titre.
Le point de vue du XIII
de Robert Escaro
Le Barcarès encore titré
Samedi à Montjuich
On n’en finit jamais avec ces maritimes qui
terminent leur saison invaincus et après le
titre, la coupe Falcou est venue garnir leur
escarcelle. Béziers, en nette progression, a
aussi réalisé une belle saison malgré un
score lourd mais que faire devant ces
Catalans ? Pour les Baroudeurs de Pia,
auteurs d’une belle régularité dans la saison, le challenge Paul Dejean ne leur a pas
réussi ; en déplacement à Réalmont, après
une première mi-temps équilibrée, 2 à 2,
Pia rata d’un cheveu des essais qui
auraient pu inverser la donne mais les
Tarnais, en 10 minutes étouffaient les
ambitions catalanes avec ce 18 à 8.
Dragons - Warrington
XIII de France :
qu’attendre ?
Face aux Anglais, et beaucoup l’ont suivi
sur Orange Sport, que pouvions-nous faire
de plus qu’enregistrer une lourde défaite ?
Actuellement, la France n’a pas les moyens
de rivaliser avec la richesse de ce pays qui
pourrait facilement faire deux équipes.
Chez nous, avec un championnat rétréci,
on prend un joueur ici, un autre là-bas et
en fait, les Dragons à un degré moindre,
Toulouse sont sollicités. Certes, les
Dragons ont encore des blessés et nous
pensons que dans leur tête, chacun pense
à la Super League où chaque match a une
très grande importance ; alors, refermons
vite ce rideau.
Voilà encore un match qui aura un enjeu très
important pour la suite, compte tenu des
résultats obtenus par les autres équipes si
bien que 4 clubs sont à égalité, avec 2 points
de plus que les Dragons et le classement
vous le confirme. Autant dire que les locaux
sont dans une position assez délicate avec
un seul but : gagner afin d’avoir les points
nécessaires pour la suite. En cette circonstance, on peut être rassuré sur l’équipe car
ce match contre les Anglais n’a laissé aucune
trace et ça soulage car la Super League est
plus importante que ce match qui n’en fut
pas un. Donc, les Dragons présenteront le
meilleur matériel malgré quelques absences,
mais les derniers entraînements ont apporté
une plus grande motivation, d’autant plus
que plus de 10 000 supporters effectueront
ce court voyage. Ajoutons aussi la présence
de la Catalunya, d’autant plus qu’en ouverture à 16h30, la Catalogne rencontrera la
République Tchèque pour une bonne mise en
bouche car à 19 h, ce sera le grand match.
Les Anglais devançant les Dragons de 2
points joueront leur va tout, d’autant plus
qu’ils ont perdu sur leur herbe face à
Bradford. Le 22 février, les Dragons contre
toute attente allaient gagner à Warrington 40
à 20 avec 7 essais à la clé. Les hommes de
Kevin Walters savent qu’ils auront en face
des joueurs rugueux à l’image de Westwood,
sans oublier l’arrière Riley le marqueur, l’ailier Hicks, le centre Gleeson.
Super League
La 16e journée a conforté la mainmise de
Saint Helens, large vainqueur de
Castelford, ce qui est une bonne chose
pour les Dragons. Quant à Hull KR toujours bien classé, il vient de subir une
autre défaite sur son herbe devant un
Harlequins qui étonne. Bradford se refait
une santé en gagnant à l’extérieur mais
l’indécision demeure pour la qualification.
Prochaine journée : Wigan - Wakefield ;
Hull FC - Salford ; Celtic - Hull KR ;
Harlequins - Leeds ; Bradford - Saint
Helens ; Huddersfield - Castelford
1. Saint Helens
2. Leeds
3. Hull KR
4. Harlequins
5. Huddersfield
6. Wakefield
7. Wigan
8. Hull FC
9. Warrington
10. Castleford
11. Bradford
12. Dragons
13. Salford City
14. Celtic Crusaders
Pts
26
22
21
20
20
18
14
14
14
14
13
12
10
4
J
16
16
16
15
16
17
17
16
16
16
15
15
15
16
G
13
11
10
10
10
9
7
7
7
7
6
6
5
2
N
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
1
0
0
0
P
3
5
5
5
6
8
10
9
9
9
8
9
10
14
Dif.
217
150
75
120
113
18
47
-55
-58
-76
-49
-66
-181
-257
Pompes Funèbres
Conseillers Funéraires du Roussillon
Y. GUIZARD Père & Fils & H. CARBONELL
8, Place Gambetta - 66000 Perpignan - Tél. 04 68 51 30 20
Site Internet : http://www.pompes.funebres.fr
Chambres Funéraires :
ZI. La Mirande
57, av. aérodrome
Crématorium
66240 Saint-Estève
66000 Perpignan
66140 Canet-en-Roussillon
Tél. 04 68 51 30 20
Tél. 04 68 51 30 20
Tél. 04 68 73 50 50
16 culture
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Le Carrefour des Artistes
par Paul Hallenaut
Le Rock en France
Hall de la Bibliothèque. 40, rue de la
République - Saint Estève. Jusqu’au 30 juin.
Cette exposition prêtée par la Médiathèque
départementale est constituée de 16 panneaux, 75 CD et, bien sur, de livres. Elle permet de s’immerger dans l’univers du Rock
français et de découvrir son évolution depuis
les années 50 jusqu’aux nouvelles stars de
l’Hexagone… en attendant la fête de la musique. Tél. 04 68 92 41 26 - www.stesteve.com
Collioure: les détournements de Jean-Pierre
Boisard ; les luminaires baroques de Dimitri
Château ; les expressions calligraphiques de
Philippe Phi ; les triptyques contemporains
de Jean-Christophe Estrampes ; les mannequins, sculptures de Gisèle Bernades et les
compositions colorées d’Alban Gouzenes.
Variations II
Galerie des Hospices. Avenue de Perpignan Canet-Village. Du 27 juin au 16 août.
Annie Laurent
Restaurant La Picholina. 12, rue Lazare
Escarguel - Perpignan. Jusqu’au 24 juin.
Cette exposition intitulée «Lumières d’ocres»
regroupe des acryliques sur toile centrées
sur l’humain. Ses figurations vont du portrait
à des scènes allégoriques à travers un univers totalement onirique dans des déclinaisons de gris et d’ocres jaunes parfois éclairées d’un roue lilas.
Art Time
Château Royal de Collioure. Jusqu’au 28
juin.
L’exposition « Art Time » dévoile les créations de six artistes contemporains ; univers
et expressions différentes présentées
jusqu’au 28 juin au château royal de
Musée Terrus à Elne. Du 27 juin au 30 septembre.
Cette exposition de 73 œuvres dont la plupart n’ont jamais été montrées donne une
nouvelle vision du Fauvisme. Manguin est
un précurseur, un coloriste aux tons acides
qui transpose modérément la réalité sensible sans perdre de vue la réalité qu’il ressent
directement. Calme et équilibré, son art
exalte la joie de vivre à travers paysages,
scènes familières, natures mortes, nus…
Visible tous les jours de 9h à 19h.
Vernissage le samedi 27 juin à 11h.
Maison des Arts
Chaïm Soutine
Céret, ont traduit l’immense beauté du site au
pied du Canigou et des Pyrénées. Les plus
grands peintres du 20ème siècle sont passés
à Céret entre 1909 et 2009 : Pablo Picasso,
Georges Braque, Juan Gris, Chaïm Soutine,
Max Jacob, Raoul Dufy, Pinkus Krémègne,
Deodat de Séverac, Antoni Tàpies… Ils ont
tous travaillé sur la thématique du paysage
qui est le fil conducteur et permanent de
leurs séjours. Cette exposition permet également la confrontation entre le paysage
sublimé présenté à l’intérieur du musée, dans
une perspective muséographique et pédagogique, et les paysages réels de l’extérieur du
musée. Ouvert tous les jours de 10h à 19h
jusqu’au 30 septembre et de 10h à 18h
jusqu’au 31 octobre. Vernissage le samedi 20
juin à 11h.
Un siècle de paysages
sublimés
Bistrot des crus. 63, avenue Leclerc Perpignan. Jusqu’au 30 juin.
Bettina David - F expose « Territoires supposés » Renseignements. 04 68 73 96 83
Pl. de la République - Le Barcarès. Jusqu’au 12 juillet
Pour son inauguration, la Maison des Arts
expose les sculptures de Marta Solsona, invitée d’honneur et les œuvres de Gilles Ablard,
Marsiam, Josep Marti Bofarull, Oscar
Sanchis et Tiffany Vailier. Inauguration le
samedi 20 juin à 20h. Cocktail. Ambiance
musicale avec «Double jeu». Puis, à 21h30,
mise en lumière de la Maison des Arts et du
parvis de l’église.
Photo - club
Rivesaltes
Du 12 au 28 juin.
Exposition annuelle salle Jo Cazach, place
général de Gaulle à Rivesaltes.
Manguin : Fauve et
précurseur
Albert Guillou
La ville de Canet organise l’exposition estivale, « Variations » II, qui réunit de nombreux talents originaires du grand sud.
Casimir Ferrer, invité d’honneur, phénoménal
peintre et sculpteur, Albert Guillou, Eric
Marsian, artistes peintres. Brigitte Auvergne,
Simone Malé et José Manzanares, sculpteurs. Ouvert tous les jours de 15h à 18h.
Vernissage le samedi 27 juin à 18h en présence des artistes. Entrée libre.
Musée d’art moderne de Céret. Jusqu’au 31 octobre.
Plus de 200 œuvres réalisées par une cinquantaine d’artistes permettent de revisiter
les grands mouvements que sont le cubisme,
l’expressionnisme, la figuration, l’abstraction
et, plus près de nous, les installations,
vidéos, photos, multimédias. Tous ces artistes, à un moment donné, lors de leur séjour à
B. David - F
Expo Matco
Les Vignobles Arnaud de Villeneuve. Avenue
Ledru-Rollin - Rivesaltes. Jusqu’au 30 juin
Une série de toiles intitulée «Flamenco y
toros». Les couleurs sont riches et denses.
Le trait est assuré et spontané.
annonces légales - annonces légales
VILLE DE CABESTANY
SERVICES TECHNIQUES /
URBANISME
Deuxième insertion
Par arrêté du 26 mai 2009,
Le Maire de Cabestany a ordonné l’ouverture de l’enquête publique sur le projet de
révision générale du Plan d’Occupation
des Sols, transformation en Plan Local
d’Urbanisme.
A cet effet, M. Henri Angelats, inspecteur
de la concurrence, de la consommation et
de la répression des fraudes, retraité,
demeurant 10, rue de la Grange, à BOMPAS (66430), a été désigné par le tribunal
administratif en qualité de Commissaire
Enquêteur.
L’enquête se déroulera à la Mairie du
Lundi 15 juin 2009 au Vendredi 17 juillet
2009 inclus aux jours et heures habituels
d’ouverture où chacun pourra prendre
connaissance du dossier de révision du
PLU et consigner éventuellement ses
observations sur le registre d’enquête ou
les adresser par écrit en Mairie, au
Commissaire Enquêteur.
Le Commissaire Enquêteur recevra en
Mairie : le mercredi 17 juin de 9 h00 à 12
h00, le jeudi 2 juillet de 14 h00 à 17 h00,
le vendredi 10 juillet de 9 h00 à 12 h00, le
vendredi 17 juillet de 14 h00 à 17 h00
Son rapport et ses conclusions, transmis
au Maire dans un délai de trente jours à
l’expiration de l’enquête, seront tenus à la
disposition du public, à la Mairie. Les personnes intéressées pourront en obtenir
communication.
Le Maire
Jean Vila
Contrat de location de gérance saisonnière de Fonds de Commerce du
01/07/2009 au 30/10/2009 avec renouvellement tacite reconduction.
Entre M. Marc Clavier demeurant Maison
des Sables App3 11370 Port Leucate
(locataire dénant) et Mme ANOUCK BENNASROUNE, gérante de la SARL « El
català » 6 place Martinique, 33420 Le
Barcarès (propriétaire du fond).
Enregistré au Cabinet d’Affaires 66
Siret 507 87100 309 0013
555 Village des Sables
66440 Torreilles
AVIS AU PUBLIC
Autorisation au titre du Code de l’environnement pour l’exploitation du forage
«F1bis - les Cabanes» destiné à l’alimentation en eau potable de la commune de
SAINT-FELIU D’AVALL
Le public est informé que par arrêté préfectoral n°2009161-04 du 10 juin 2009 le
préfet a autorisé au titre de l’article L.2143 du code de l’environnement l’exploitation
du forage F1bis les Cabanes à Saint-Féliu
d’Avall.
Cet arrêté est consultable au siège de
Perpignan Méditerrannée Communauté
d’Agglomération à la mairie de Saint-Féliu
d’Avall et sur le site internet de la
Préfecture des Pyrénées-Orientales.
Le Directeur des Collectivités Locales et du
Cadre de Vie,
Henri Augusty
AVIS DE CONSTITUTION
En date du 16/06/2009, il a été constitué
sous la dénomination sociale « SCI LE
NOPAL » une société civile immobilière
présentant les caractéristiques suivantes :
Siège Social : 28, rue des Fauvettes 66000 PERPIGNAN
Durée : 99 ans, à compter de l’immatriculation au registre du commerce et de
sociétés.
Objet Social : Acquisition de tous immeubles, propriété, administration, gestion et
exploitation par bail de tous immeubles à
usage d’habitation, professionnel ou commercial.
Le Capital Social s’élève à la somme de
1000 euros divisé en 1000 parts sociales
de 1 euro chacune.
Gérance : Mr Didier ACARY, demeurant
2060, Avenue Julien PANCHOT - 66000
PERPIGNAN, est désigné en qualité de
gérant.
La Société sera immatriculée au registre
du commerce et de sociétés de PERPIGNAN.
SARL GEMLO
Société à Responsabilité Limitée
Au capital de 70.000 euros
Siège Social : Parking Centre
Commercial Auchan
66000 PERPIGNAN
R.C.S. PERPIGNAN B 440 353 688
Ayant constaté lors de l'Assemblée
Générale des associés en date du 26 mai
2009, que les capitaux propres étaient
devenus inférieurs à la moitié du capital
social, les associés ont décidé conformément à l'article L 223-42 du Code de
Commerce la continuation de la société
malgré les pertes constatées.
POUR INSERTION,
La Gérance.
culture 17
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
JEUNEs tALENTUEURS
Fé
Nneka
Qui a dit que la scène « Nu soul » européenne était
inexistante ?
Organisé par les Amis d’Alain
Marinaro en coopération avec le
Conseil général dans le Cadre d’« Eté
66 », l’événement comporte deux parties : les Soirées-concours et les
concerts.
Les soirées-concours
Ouvertes au public, elles se déroulent
chaque soir à 21h30 dans la Petite
Cour du Château Royal. Trois interprètes seront auditionnés chaque soir.
Les concerts
Concert de jazz le 26 juin à 18h au
Podium, place du 18 juin, par Yacine
Malek Trio
Récital d’Adélaïde Panaget, grand prix
Alain Marinaro 2008, le 27 juin à
16h30 au centre culturel.
Récital de Varduhi Yeritsan, le 27 juin ,
18h30, centre culturel.
Récital de Bruno Rigutto, le 28 juin à
18h30 à l’église N.D. des Anges
Arts plastiques : pendant les soirées
concours, Eliane Fantini, peintre local,
réalisera 9 performances en direct et
improvisées, une par candidat.
Information : www.almacollioure.com
Location téléphonique au 04 68 87 47 23
ou par mail [email protected] Tarifs : soirées-concours 10 €,
réduit 5 €. Concerts au centre culturel 10
€. Concert Bruno Rigutto 20, 15 ou 10 €.
Adhérents association des Amis d’Alain
Marinaro 3 soirées-concert 25 € ; concerts
3 soirées 25, 30, ou 35 €
Montner
Festival du Vert Luisant
Autour de Jacques Viñas. 1ère semaine culturelle à Montner, du 26 juin au 3 juillet
La commune et le foyer rural de
Montner -Nature en partenariat avec
le Centre Théâtral Rivesaltes-Agly et
l’association DADOU – Des Artistes et
Des œuvres Uniques, organisent du 26
juin au 3 juillet le premier Festival du
Vert Luisant. Autour de Jacques Viñas,
comédien, metteur en scène, artiste
peintre, formateur, et président de
l’Archipel des Théâtres, le festival offre
spectacles, exposition, stages…
Au programme
26 juin 19h vernissage itinérant exposition Santiago Viñas.
27 juin 19h. Autour d’Arthur Rimbaud
: causerie et repas.
28 Juin 19h. Apéro-llibre avec des
auteurs de Cap Bear Editions, 20h30
Théâtre « Le Sixième Continent ».
29 Juin 21h Soirée théâtre amateur.
30 Juin 21h. Film « Carthage, mémoire
des sables ».
1-3 juillet à partir de 20h en continu,
installation sonore de Rosalie Peeters.
1er juillet 18h. Petits contes nègres
19h30 Spectacle « L’homme et sa
poisse ».
2 juillet 21h. « Voyage sur la terre des
fées » Contes dits par Cedric
Debarbieux.
3 juillet 20h. repas de clôture « La
Fontaine » (déguisés sur le thème des
Fables) 21h30 Les Fables de la
Fontaine par Jacques Vinas.
Tarif des spectacles : adultes 8 € , enfants
5€ , Soirée théâtre amateur et soirée
Carthage 5€ , Pass : 18€ pour 3 spectacles /
semaine entière 35€ . Réservation repas
jusqu’au 22 juin ou 26 juin selon le repas,
Mairie de Montner 04 68 29 12 80.
Stages : renseignements et inscriptions [email protected] 06 11 01 50 58 (places limitées)
rens. : [email protected]
Info yohanna 06 42 41 70 72
La Casa Musicale de
Perpignan a accueilli
samedi 6 juin un petit
brin de femme de 27
ans nommée Nneka.
Du haut de son mètre
soixante-cinq, la chanteuse arrive sur scène
armée d’une nonchalance singulière et simplement habillée d’une
longue robe style africaine traditionnelle ne
laissant entrevoir rien
d’autre que son talent
et sa simplicité. Côté
ambiance, tout était
parfait : sa voix très
particulière,
aussi
douée en voix fortes,
qu'en spoken word,
qu'en
incantation,
nous transporte systématiquement.
Le
public s’est laissé
prendre au jeu sans trop de difficultés. De
plus, portant un réel message d’espoir dans
ses textes et déversant sur scène tout son
optimisme, Nneka a su capter l’attention de
tout le public perpignanais.
Nneka Egbuna est née en 1981 à Warri au
Nigeria, à 19 ans, elle part s’installer en
Allemagne et c’est là-bas qu’elle fera la rencontre du Dj et producteur Dj Farhot. De ce
coup de foudre musical émergera en 2005 le
tout premier album de la chanteuse :
«Victim of truth».
Venue présenter son dernier album « No
longer at ease », c’est à une soul plurielle
Ille-sur-Têt
que nous avons eu droit, avec le militantisme du reggae comme valeur ajoutée, la
rage du hip hop et parfois même le coté
sombre du trip hop. Nneka a mis dans sa
poche le public perpignanais sans trop de
difficultés. Elle semble se moquer des frontières de genres musicaux tant sa musique
ressemble à un mélange de soul, reggae, hip
hop… placée sous le signe d’une spiritualité
sûrement liée à ses origines nigériennes, et
du militantisme sous l’influence du roi de
l’afrobeat Fela Kuti. Coup de cœur de l’année, Nneka est ajoutée à la liste des artistes
incontournables nigérians tels que Asa, Ayo
et sans oublier Keziah Jones.
A l affiche
La Fabrica : Fête de la musique.
Samedi 20 juin de 19 à
23h. Entrée libre
Saint-André
Dimanche 21 juin, Fête de
la Musique.
Concert gratuit organisé par
le Comité des Fêtes : musique
rock avec le groupe Zigzag,
au Théâtre de Verdure.
A 21h30. Buvette et sandwiches.
Mardi 23 juin, Focs de la
Sant Joan. 17h30, arrivée de
la flamme (parvis de la mairie).
« Saucissade » organisée par
le Comité des Focs de Sant
Joan, suivie de festivités,
avec l’Esbart Sant Antoni del
Voló et retraite aux flambeaux.
Saint-Estève
Théâtre Noa : Contes, légendes et autres affabulations.
Spectacle tout public organisé
par la bibliothèque municipale.
Vendredi 26 juin à 17h30
place Jean Jaurès (place de
la mairie). Entrée libre.
culture
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Señorita Isabel par Kanélé
Hebdomadaire édité par la
Fédération des Pyrénées-Orientales
du Parti Communiste Français
Rédaction - Administration
Maison communiste
44 av. de Prades - 66000 Perpignan
Tél. 04 68 67 00 88 - Fax 04 68 67 56 14
Courriel : [email protected]
Commission Paritaire N° 0409 I 84 621
N° ISSN 1279-2039
Gérant : Rémi Cathala
Directeur de publication : Sébastien Pouilly
Rédaction :
Robert Barrero, Michèle Devaux, Annette Dieguez, France
Egido, Robert Escaro, Philippe Galano, Nicolas Garcia,
Nicole Gaspon, Paul Hallenaut, Roger Hillel, Yvette Lucas,
Jacques Majester, Sébastien Pouilly, Raymonde Pumareda,
Nicole Santasusana, Jean-Pierre Ventura
Photo :
Robert Barrero (http://www.barrero.fr),
Jean Quillio ([email protected]),
Marie Perrin
Correction : Pierre Régnaud
Mise en page : Jean-Claude Assalit
Impression : Imprimerie Salvador
Webmaster : Christian Dieguez
Abonnement : Tél : 04 68 67 00 88
Régie publicitaire : Richard Siméon
Le Travailleur Catalan - Inter Perpignan Publicité
44 av. de Prades - 66000 Perpignan
Tél. 04 68 67 00 88 - Fax 04 68 67 56 14
Courriel : [email protected]
Hommage flamenco à la Maternité d'Elne
Elle s'appelle Elisabeth Eidenbenz mais
pour toutes ces mères de la Retirada
c'était « la señorita Isabel ». Samedi 13
juin dans les jardin de ce château d'en
Bardou sur les lieux même où elle a
œuvré pendant cinq ans, avec toute une
équipe, pour donner des conditions
décentes de naissance et de petite
enfance à 597 enfants, le groupe Kanélé
présentait la première de cette création
en gestation depuis plus d'un an. Encore
un bébé. Un magnifique bébé, un cadeau
pour Elisabeth le jour de son 96ème
anniversaire. Per molts anys !
Dans une région de France, où à cette
époque on parle encore catalan, une
jeune infirmière autrichienne sous l'égide
de la Croix Rouge Suisse met en place
une maternité pour les réfugiées espagnoles qui accueillera aussi des mères
juives, tsiganes ou fuyant la barbarie
nazie. L'universalité du thème a permis à
Kanélé de l'aborder à travers sa sensibilité flamenca et c'est ce qui en fait son
originalité et sa puissance, d'autant que
Kanélé et son groupe ne sont pas issus
de cet exil espagnol.
Musique, danse, images mêlées
créent une émotion neuve
✄Bulletin d’abonnement
Nom:
C'est donc une émotion neuve, contemporaine face à la découverte de cette
bulle d'humanité si longtemps négligée
qu'il nous livre avec la magistrale complicité d'Olivier Moulaï pour la partie vidéo.
Un grand écran de tulle occupe l'espace
et les musiciens en fond apparaissent
quelquefois par le jeu de lumière, ou par
le captage vidéo en direct. Deux caméras
tournent autour de la scène, filment la
danse, le chant et transmettent sur
l'écran des images travaillées dans le
négatif, des gros plans fugaces et décalés
comme une image rétinienne persistante,
La señorita recevait des cartes de remerciement fabriquées au camp d'Argelès, des chefs
d'œuvre d'art naïf, ornés de broderies découpées au rasoir.
un écho qui prolonge cette Mémoire
retrouvée. D'autres images apparaissent
aussi, chevilles de narration ou archives
de la maternité mais aussi images d'autres exils car le propos ici est universel. La
danseuse s'incarne progressivement dans
cette personnalité hors pair, mais aussi
s'impose comme le symbole de toutes
ces femmes malmenées par la guerre
dans leur féminité. Le désespoir, la nostalgie, la lutte pour la survie, la résistance, la
reconnaissance, traversent la succession
de tableaux, por seguiriya, petenera farruca ou solea . Une des forces du spectacle c'est les divers niveaux de lecture possible. C'est un flamenco moderne et
accessible au grand public tout en gardant sa sincérité. Le spécialiste, quant à
lui, outre la richesse musicale et la qualité
de la danse, peut apprécier la finesse de
la création des « letras » les paroles des
chants, enrichissant la charge émotive de
références à la tradition. D'autres cita-
tions comme cette belle adaptation de
«Lili» de Pierre Perret rebaptisée « bienvenidos a la maternidad » avec cette
phrase : « No te vamos a pedir papeles,
aqui » ( nous ne te demanderons pas tes
papiers, ici) spontanément applaudie par
le public.. « Cela faisait longtemps que je
trouvais que cette chanson " tournait "
en tanguillo de Cadiz » dit Kanélé en parlant du rythme du morceau dans les
loges. Preuve que les artistes jettent des
ponts entre les musiques qu'eux seuls
perçoivent et que l'alchimie est une
science vivante. C'est un groupe musical
en pleine maturité, brillant et serein; les
deux guitares, le violon, la contrebasse et
les percussions entourent une voix assurée au service de valeurs humanistes sans
grandiloquence, avec respect et humilité.
Un spectacle chaleureux, grave, pétillant,
sensible dont on ne sort pas indemne.
Dolores Triviño
Prénom:
Concert
Adresse:
Quand Cali revient au pays…
Cela donne quelques soirées de folie à la ville et aux champs, sous la houlette d'Elmediator.
Je souhaite recevoir
à mon adresse pendant :
3 mois (19 €)
J e rè gle:
6 mois (36 €)
Par chèque
à l’ordre du
Travailleur Catalan
1 an (70 €)
Par prélèvement
automatique
(18 €/trimestre)
Service abonnements: Tel 04 68 67 00 88
44 av de Prades - 66000 Perpignan
Arles, Vernet et le Municipal de
Perpignan, pour conclure, la mini tournée roussillonnaise de l'icône chantante
ne pouvait que rallier la foule des fans
survoltés. Un Cali new-look, « Nu »,
selon le titre du spectacle, c’est-à-dire
une fois n'est pas coutume sur le registre de l'épure, quoique avec Cali, épure
est un bien grand mot... Trêve d'ironie,
« Cali nu » c'est du beau, du très beau
spectacle, une façon d'aller au plus profond, de retravailler les chansons et les
airs, de revisiter le tout avec mise en
scène et en musiques, et des éclairages
fabuleux. Il faut le reconnaître, Cali sait
bien s'entourer et notamment de musi-
ciens talentueux, Blaise au trombone
(mais aussi aux bruitages et à la chanson en català), Julien au piano et
Nicolas à la trompette, qui nous régalent de dialogues étourdissants de
musicalité et d'inventivité. Parions qu'ils
ne sont pas pour rien dans les arrangements et morceaux qui confèrent au
spectacle sa haute qualité. Et puis Cali,
tel qu'en lui-même, livrant son corps en
pâture, et son coeur, et ses tripes...
grimpant comme un fou jusqu'aux balcons du théâtre en une frénétique
recherche du contact, de l'amour d'un
public qui le lui rend au centuple, reprenant les refrains, tendant les mains. Il
sait sacrément faire mouche, de l'hommage aux réfugiés d'Espagne, aux sans
papiers, aux profs surmenés, sans
oublier de faire vibrer la fibre usapiste
(ça marche à tous les coups), catalaniste et tutti quanti... sans même se
prendre trop au sérieux, l'humour n'est
jamais loin, ni l'auto dérision. Un vrai
phénomène et un spectacle fleuve, dans
un théâtre transformé en étuve. En première partie « Le chat de Schrödinger »
ou deux musiciens déjantés, et Tchéki
Karyo, encore un acteur chanteur, belle
gueule, quelques textes, un peu de
musique, ma foi...
NG
culture
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
19
Josep Bartoli
La Retirada
Exode et exil des républicains d’Espagne
Ce livre est précieux. Il enserre, inextricablement mêlés, autour des terribles
dessins acérés de Josep Bartoli, le destin de trois générations d’une famille
et celui d’un peuple trahi, forcé à fuir,
qui dans l’exil a su lutter pour se
reconstruire. « J’ai découvert par
hasard au détour d’une conversation
familiale que la plage de mon enfance
était l’ancien camp de mon père et de
mon oncle » écrit Georges Bartoli, le
neveu de Josep. Tel était le grand
silence. En 1971, l’oncle Josep le
«héros artiste de la famille», devenu
l’oncle d’Amérique, « sonne à la porte
de Perpignan ». Les deux frères,
Salvador, le père de George, et Josep
ne s’étaient pas revus depuis le camp
d’Agde. Plus de 30 ans !
L’immense force du livre, la raison première de l’ouvrage, ce sont bien sûr les
deux fascicules « Dessins de guerre »
et « Cahier des camps » de Josep
Bartoli. Des œuvres au trait, violentes,
exacerbées, au delà même de la caricature, tant elles jaillissent du malheur, du dénuement et surtout de la
criante injustice qui met des hommes
fiers et amoureux de la liberté aux prises durant la guerre avec des sbires
massacreurs, des combattants héroïques qui sont abandonnés par ceux
qui devraient les aider : la Société des
Nations, les États dits démocratiques.
Ce sont aussi les dessins optimistes de
l’Espagne qui se bat : l’enseignement,
la collectivisation, le besoin de justice
et d’égalité. Dans les camps le trait se
fait plus féroce, la pointe plus sèche, la
déception insoutenable : ce sont les
pauvres hères, méprisés, avilis, récupé-
rant avec la force de
leur idéal leur fierté
bafouée, contre les militaires français bornés,
gavés et satisfaits
d’eux-mêmes. Le combat de classe n’est pas
loin, telle cette allégorie qui met face à face
la liste des camps
avec leurs martyrs et
leurs barbelés et le
hideux riche qui se
gave sur fond de
Chambre
des
Députés, de FoliesBergère et de flicaille en action. Et
pourtant le dessinateur Josep Bartoli
est capable de la
plus grande douceur : à côté de
l’enfer on découvre de touchants
portraits de femmes, l’hymne à la
beauté d’un jeune
visage, un autoportrait méditatif
au trait léger. Autour
des dessins de Josep s’organisent plusieurs récits, écrits soit directement
par Georges, le neveu, soit par
Laurence Garcia. Ils ne sont pas
qu’anecdotiques, l’histoire de la république espagnole et le destin des exilés s’y tissent. Et puis il y a les photos
prises par le reporter Georges Bartoli,
cailloux retrouvés sur le chemin du
Petit Poucet cherchant dans l’exode la
route de l’espoir.
Eté 66
Veillée des Feux de la Saint Jean
22 juin 2009 Palais des Rois de Majorque
Ce livre est une belle oeuvre, une
pierre indispensable sur les chemins
de mémoire et de vie.
Yvette Lucas
Événement programmé par le Conseil Général et
intégré dans la 4ème édition de « Total Festum » de
la Région Languedoc-Roussillon.
Mus'cat, 20h : Les classes d'instruments à vent du
conservatoire de Perpignan. Ils accompagneront la
montée des spectateurs vers le Palais avec leur
répertoire mêlant tradition et modernité.
Cobla Mil.lenaria, 21h avec les écossais de Mac
Intosh. Ils mêleront leurs musiques pour ouvrir la
soirée et finiront sur une sardane commandée par le
Conseil Général.
Ai Ai Ai, 21h45. Un des plus anciens de Rumba
Catalane. Venus de la Marenda en Catalogne sud,
leurs rythmes sont irrésistibles et dansants !
Nicolas Jules, 22h30. Cet auteur compositeur interprète a un énorme talent poétique servi par un charisme plein d'humour. Une bête de scène à découvrir absolument.
Orquestra do fuba, 23h15. Forró énergétique. Ce
groupe de six musiciens va nous faire danser autour
du feu ; injectant du funk, de la samba ou du jazz
dans leurs compositions, ils construisent leur musique sur des rythmes phares du forró brésilien, tels
le xote - proche du reggae, le baiao - proche de la
salsa, et le rastapé - proche du ska.
Fire Dancers. Ces manipulateurs de feu émérites
vont accompagner le public d'une scène à l'autre
toute la soirée. Attention à leur final avec des générateurs crachant des flammes de 10 mètres !
Cases-de-Pène
Josep Bartoli La Retirada. Exode et
exil des républicains d’Espagne.
Photographies de Georges Bartoli.
Texte de Laurence Garcia. 165p.
Actes sud BD 2009 18 €
Festival Cap A Cases
Vendredi 19 juin à 21h.
Livre
Meurtres, art et agapes en Vallespir
« Peinture au pistolet à Céret » de Jacques Lavergne, éd. Mare Nostrum
Un de ces « Polars Catalans » dont
nous régalent les éditions Mare
Nostrum, pas prise de tête pour un
rond, qui fait passer un bon moment.
C'est qu'il recèle les ingrédients du
genre : un héros sympathique et
finaud, conservateur du Musée de
Céret de son état, contraint à jouer
les détectives, style Rouletabille d'aujourd'hui, de charmantes jeunes femmes, presque fatales, plus une galerie de personnages, notables locaux
amateurs de bonne chère et de Côtes
du Roussillon... Le décor, la célèbre et
artistique sous-préfecture du Vallespir
et quelques incursions sur la Côte
Vermeille et à Perpignan. Tout part du
vol d'un tableau au Musée, suivent
d'autres, et des meurtres qui laissent perplexe la police locale qui
doit s'adjoindre les services des
enquêteurs de l'Office central de
protection des Biens Culturels, dont
une enquêtrice plutôt gironde,
laquelle aura bien besoin de l'érudition du Conservateur pour résoudre l'énigme. Au fil de l'enquête,
amours et amitiés se font et défont,
et rien n'est oublié des trésors
comestibles et patrimoniaux de
notre département.
A lire, à l'ombre, en ce début d'été.
NG
Ce vendredi aura lieu, à l’aire de festivité « JeanMarie Albarel » de Cases-de-Pène, près de
Rivesaltes, la 2ème édition du festival Cap A Cases,
avec cinq groupes/ artistes du département et limitrophe. Ce sont : Cécile Duhil - chanson folk, Thre
Times The Pain - néo-métal, AOC - rock celtique,
Snaf - pop rock français, Manyfeste - chanson française électroacoustique. Entrée gratuite.
Organisé par l’association Cap A Cases avec le
concours de la municipalité de Cases-de-Pène.
20
casa musicale
Rencontre avec
Rockin'Squat du groupe
Assassin
A l'occasion de la sortie de son nouvel album solo “Confession
d'un enfant du siècle Volume 2”, Rockin'Squat et ses “MC”
reviennent sur les scènes françaises et c'est dimanche 7 juin que
l'intemporel Assassin était à La Casa Musicale de Perpignan.
Le Tra va ille ur Ca tal an : 19 85, déb ut d e ta
ca rr i è re e n ta nt q ue r ap p e ur, d éb ut de
l ' e n t i t é A s s a s s i n , à ce t t e é p o q u e
e n v i s a g e a i s - t u l e f u t u r c o m m e c el a ?
Le Tra va il le u r Ca ta l an : Tu fai s ce tte
t o u rn é e so u s l 'e nt ité Assa ssi n, ma is
q u ' e n e s t - i l d e s a n c ie n s m e m br e s
d u g roupe : Solo , DJ Cl yde... ?
Rockin'Squat : Pas du tout ! A l'époque nous
étions des enfants. Assassin a commencé avec
deux personnes : Solo et Squat, on avait une
dizaine d'années et on était en connexion avec les
Etats-Unis, du fait de notre double culture. En fait
nous étions en plein dans la culture hip hop car
là-bas, dans les années 80, elle était omniprésente
au même titre qu'elle l'est en France aujourd'hui,
voire même plus ! On était seulement en train de
faire ce que tout le monde faisait là-bas dans les
quartiers : danser, rapper, tagger... Il n'était pas du
tout prévu qu'on sorte le moindre disque.
Rockin'Squat : Solo a pris, à un moment
donné, un chemin différent du notre.
Mais Assassin n'a jamais vraiment
splitté... On n’est pas un groupe comme
les autres, pas de prise de tête car pas
de contrat qui nous lie, aucun avec les
maisons de disques, donc si un de nous
ne veut pas participer à l'album le
groupe ne s'arrête pas. Nous sommes
un groupe informel avec un état d'esprit, et pas un de ceux où chaque individu arrive et pointe comme à l'usine...
N°3321 - Semaine du 19 au 25 juin 2009
Le Tra va i ll eu r Ca ta la n : P ou rq u o i a vo ir
ch o is i d e vo us a u to p ro d u i re ?
Rockin'Squat : Assassin Production était en
1992 le premier label indépendant du rap
français. En fait on a tout de suite compris
qu'avec l'état d'esprit qu'on avait et ce qu'on
voulait développer dans notre musique, on ne
pouvait pas collaborer avec “la machine”
parce qu'elle n'aurait pas compris ; et ne
comprend toujours pas ce qu'on fait...
Alors ça n'a pas toujours était facile, même
encore aujourd'hui. L'autoproduction c'est
comme l'artisanat, et nous sommes dans une
société où il n'y a plus tellement de place
pour ce genre de choses. Ce sont les grosses
multinationales qui gèrent tout en matière de
musique, et à part vouloir exploiter en travestissant la musique pour faire du chiffre, elles
ne font pas grand chose !
Le Tra va il le u r Ca ta l an : Ta mu si q ue a -te l l e v o c a t i o n à r é v e i l l er l es c o n s c i e n c es
o u e s t - e ll e j us t e l e m o y e n po u r t o i de
t 'e x p ri m e r ?
Rockin'Squat : Et bien ça, tu ne le sauras pas !
… Non... Je ne veux pas spécialement que les
gens prennent conscience, je ne suis pas là
pour donner de leçons, avant de parler aux
autres je me parle à moi-même. Si j'arrive
d'abord à me changer il y a peut être une
chance que je me dise : "les gens peuvent
changer !".
Nous ne sommes pas là pour changer le
monde... malheureusement ! Mais pour ouvrir
Ida Y Vuelta
Des nouvelles de la Block
Party du mercredi 3 juin
I n t e r- p l a t e a u :
La Flo (jeunes
rappeurs de la
Casa), du quartier de
St Assiscle âgés de 10 à
13 ans. / Johnnny
Madness / Human Beat
Boxer de Toulouse
Résultat du Battle
Q u a rt d e fi na le : La Smala (Bordeaux) Vs
Fusion Rockers (Espagne).
les yeux sur de réels problèmes qui existent,
et dire aux gens qu'aucun n'est une fatalité, il
y a des responsables... la pollution des mers,
la déforestation... il y a des responsables ! La
misère dans le monde, il y a des responsables! Les guerres, il y a des responsables...
Tout n'arrive pas comme ça ! Il y a toujours
des hommes derrière, et ils font souvent partie des mêmes élites que celles qui nous gouvernent. Maintenant c'est à vous de faire le tri,
on met juste le doigt sur des choses qui nous
paraissent insensées. Et selon moi ce qui est
le plus grave, qui date de plus de 200 ans,
c'est qu'une élite de quelques personnes gère
le monde entier. C'est une réelle catastrophe !
Et cela réunit toutes les catastrophes du
monde. Mais à un moment a vouloir faire de
l'argent sur tout et n'importe quoi, on mérite
ce qu'on a. Alors face à tout cela il faut que
nous ayons une certaine volonté d'avancer
tout en appréciant la beauté de la vie, car la
vie est avant tout la nature, ce n'est pas le
monde des hommes. L'homme a cru qu'il
était au dessus du monde animal et végétal
mais ce n'est pas vrai, il y aussi toute la planète et l'univers, tout ça c'est beau et cela
répond à des lois naturelles, je pense qu'en
être conscient nous permettra de mieux vivre.
En ce qui me concerne, j'ai d'abord envie de
comprendre, pas envie d'être comme tout le
monde, un mouton qui suit la masse, qui fait
ce qu'on lui dit de faire. Et comme de toute
façon tout a une réalité, si on cherche, on
trouve ! Il y a une marque de tout, partout.
Fé
Des artistes en résidence
à St Mathieu
Le collectif "Luna Collectif", rasMelting Force (St Etienne) Vs B.boy World semblement d'artistes indépendants venus du théâtre, de la
Team (USA)
danse, de la voltige ou de la musiBody Talk (Montpellier) Vs Momentum Crew
que, a animé des ateliers autour
(Portugal)
des arts du cirque et du théâtre
Phase T (Chelles) Vs Deep Trip (Suisse)
avec les enfants et adolescents de St
De mi-f in a le : La Smala (Bordeaux) Vs Mathieu durant 3 sessions en février,
avril et juin. Cette 3ème session de
Melting Force (St Etienne)
Momentum Crew (Portugal) Vs Phase T juin sera finalisée par la présentation
du travail accompli durant l'année.
(Chelles)
Du
22 au 25 juin, ateliers d'initiation,
Fi na le : La Smala (Bordeaux) - Phase T
apéros concerts & repas conviviaux,
(Chelles)
expos photos et projection de courts
métrages (tout le programme sur
www.casamusicale.net)
Vendredi 26 juin à partir de 17h à la
Casa Musicale. Restitution des ateliers
cirque. Concert aérien du Luna
Collectif. Concert des Madeleines.
Entrée gratuite
Organisé en partenariat avec La Casa
Musicale, l'association Ouverture, l'association l'Invit, le Centre Social St Jacques St
Matthieu et le Comité d'Animation des
Espaces Publics.

Documents pareils

l`hebdomadaire communiste des pyrénées

l`hebdomadaire communiste des pyrénées Avec un résultat de 6,05 %, le Front de gauche - coalition du PCF, du Parti de gauche et de la Gauche unitaire, composée d’ex-militants du NPA -, fait mieux que les listes emmenées, en 2004, par le...

Plus en détail