Plaquette Théâtre du parc 2015 2016 web - Rhône

Commentaires

Transcription

Plaquette Théâtre du parc 2015 2016 web - Rhône
15
16
On n’a jamais fini de commencer
Édito
La Culture est plus que jamais une valeur forte de notre démocratie.
Andrézieux-Bouthéon s’engage toujours avec ferveur et constance dans sa
politique culturelle, notamment par l’ouverture cette année du pôle culturel
au quartier des Terrasses, qui comprend le nouveau conservatoire et la future
médiathèque.
Le Théâtre du Parc a augmenté encore sa fréquentation cette saison, grâce à
votre confiance toujours plus grande. Ce succès est dû aussi au professionnalisme de l’équipe du théâtre à qui je suis très reconnaissante et à la qualité et
la diversité des spectacles proposés.
Afin de préserver cette exigence et d’inciter à la découverte de projets innovants, nos tarifs restent compétitifs et la billetterie sera désormais ouverte les
samedis matins pour faciliter l’achat des places et des abonnements.
Nous poursuivons une attention particulière à l’offre scolaire, de la maternelle
au lycée, spectateurs de demain.
Nous soutenons aussi la création en accueillant de nouveaux talents et de
nombreuses associations culturelles toute l’année.
Avec nos vifs remerciements pour votre fidélité et votre soutien, nous vous
invitons à découvrir cette nouvelle saison 2015-2016, où nous espérons vous
retrouver nombreux.
Hélène Fabre,
adjointe à la culture
Jean-Claude Schalk,
maire d’AndrézieuxBouthéon
3
« Une pièce
de théâtre,
c’est quelqu’un.
C’est une voix
qui parle, c’est
un esprit qui
éclaire, c’est
une conscience
qui avertit ».
Victor Hugo
4
Mot du directeur
Vous nous avez dit en toute sincérité avoir apprécié la programmation dernière : les témoignages de sympathie ont été nombreux à notre égard. De notre côté, vous nous épatez
toujours plus par votre curiosité et votre engouement. La fierté d’avoir construit des ponts,
d’avoir semé des graines, nous la partageons avec les artistes.
La confiance des élus à nos côtés ne s’est jamais démentie. Leur engagement est resté intact, à l’heure où d’autres responsables publics font le choix budgétaire de mettre à mal l’art
et la culture. Ce n’est pas la culture qui coûte cher, mais son déni. Préserver l’héritage de la
décentralisation théâtrale devrait rester un impératif de toute part.
Il est dit qu’il faut finir ce que l’on a commencé. Un cycle de trois années s’achève, trois saisons où nous avons eu la sensation de remplir notre mission de service public. Un service
que nous avons imaginé comme un plaisir simple, celui de prendre du temps et de la liberté
pour nourrir sa conscience et renforcer son esprit critique.
Nous voilà donc repartis. L’esprit reste le même, éclairé par un regard amusé et curieux sur le
monde, mais aussi précautionneux, comme l’artisan devant un nouvel ouvrage. La plaquette
se transforme et se fait le symbole d’un renouvellement.
On n’a jamais fini de commencer… à se surprendre soi-même.
Il a fallu faire un travail d’alchimiste pour relever, de nouveau, le défi de la qualité pour la saison 2015-2016. Celle-ci invite subtilement à des parcours de spectateurs qui touchent toutes
les générations et répondent aux sensibilités de chacun. Elle trouve l’équilibre avec des noms
connus qui attisent l’envie, Carolyn Carlson, Robin Renucci, Arthur H et Richard Bohringer …
et des formes plus innovantes, comme Passion(s), Bleu violon, ou encore le projet Festum,
dont l’écriture s’inspire des vies de notre ville.
La programmation interroge de façon transversale des thématiques de la société contemporaine. Celles de la solitude et de la cohabitation des individus, avec Bigre et le spectacle
Quien Soy ? pour ne citer qu’eux ; la thématique de l’argent et de son pouvoir, avec la présence du Faiseur et de La Visite de la vieille dame. Les expressions des cultures urbaines ont
enfin leur semaine dédiée avec, en temps forts, Résistances et Médina Mérika.
Le Théâtre du Parc est une source de rayonnement dans la ville, où les mondes du sensible
et du réel se côtoient. Il est un privilège offert à tous, sans distinction. Tout du moins, à ceux
qui font acte de s’en saisir.
La route est ouverte pour un nouveau tour de cycle.
Patrice Melka
5
Sommaire
Spectacles
Le Parc c’est aussi …
4x4 Ephemeral architectures
/ Festival des 7 Collines������������������������������ p. 7
Événements partenaires ��������������������� p. 59
Expositions���������������������������������������� p. 60
Savoir enfin qui nous buvons��������������� p. 8
Le Théâtre du Parc et les publics��������� p. 62
Le retour au désert
Établissements scolaires��������������������� p. 63
/ La Comédie de Saint-Étienne ���������������������� p.
9
Réseaux��������������������������������������������� p. 64
Carolyn Carlson company������������������� p. 11
Soutien à la création��������������������������� p. 66
Bigre ���������������������������������������������� p. 13
Bleu violon �������������������������������������� p. 15
Piccoli Sentimenti ���������������������������� p. 17
Lisa Simone������������������������������������� p. 19
Infos pratiques
Tarifs������������������������������������������������ p. 68
Passion(s)���������������������������������������� p. 21
Nous joindre / Où réserver ?���������������� p. 70
Le Faiseur���������������������������������������� p. 23
Le théâtre, mode d’emploi ������������������ p. 71
Arthur H ����������������������������������������� p. 25
En attendant Godot �������������������������� p. 27
Quien soy ?�������������������������������������� p. 29
Juliette + Roméo = AESD������������������� p. 30
Barcella
/ Festival Les Poly’sons ���������������� p.
p. 72
31
Résistances ������������������������������������� p. 32
Mentions légales��������������������������������� p. 74
Médina Mérika���������������������������������� p. 33
Équipe / crédits / soutiens ������������������ p. 75
Tartine Reverdy�������������������������������� p. 35
Love I obey�������������������������������������� p. 37
Mooooooooonstres���������������������������� p. 39
Richard Bohringer���������������������������� p. 41
IT Dansa ����������������������������������������� p. 43
La Visite de la vieille dame���������������� p. 45
L’Orchestre d’Auvergne
invite Richard Galliano����������������������������� p. 47
Festum - les repus, les affamés �������� p. 49
Le Bateau���������������������������������������� p. 51
Akiko l’amoureuse���������������������������� p. 53
L’homme qui tua Don Quichotte �������� p. 55
Les Mangeurs de lapin
remettent le couvert ������������������������������� p. 57
6
Calendrier �������������������������
Mar.
7 juil. à 20 h 30
Durée : 1 h
Tarif : 10/14 €
Renseignements et réservations : 04 77 32 54 13
www.festivaldes7collines.com
Tout public
Cirque - danse
AU THÉÂTRE DU PARC
SPECTACLE EN PARTENARIAT
FESTIVAL
DES7COLLINES
4 x 4 Ephemeral
architectures
Gandini Juggling / Ballet Royal
de Londres
E
n 2013, leur spectacle Smashed s’était
soldé par un fracas mémorable de porcelaine
anglaise et de pommes … Les Gandini Juggling
sont de retour en territoire ligérien avec leur
nouvelle création, 4 x 4 Ephemeral architectures,
dans le cadre du Festival des 7 Collines. Réunissant quatre jongleurs de la compagnie et quatre
danseurs du Ballet Royal de Londres, ce spectacle est un concentré de ce qui a fait la renommée des Gandini : rythme, fantaisie, technique
époustouflante et humour so british !
Directeur : Sean Gandini - Coordinatrice artistique : Emma Lister
- Chorégraphe : Ludovic Ondiviela - Compositeur : Nimrod
Borenstein - Lumières : Guy Hoare - Jongleurs : Kati Ylä-Hokkala, Kim Huynh, Owen Reynolds, Sakari Männistö - Danseurs :
Erin O’Toole, Joe Bishop, Kate Byrne, Kieran Stoneley.
7
Sam.
26 sept. à 19 h
Durée : environ 4 h … possiblement sans fin
Dégustation et grignotage inclus
Public adulte
Théâtre
Savoir
enfin qui
nous buvons
Sébastien Barrier
C
e spectacle est une invitation à découvrir sept vins du Val de Loire, fabriqués sans
aucun recours à la chimie. Avec tendresse et
drôlerie, Sébastien Barrier dresse le portrait
de celles et ceux qui les ont fait naître : des vignerons qu’il a rencontrés pour créer ce spectacle-conférence œnolo-ludique. Ce funambule
du langage raconte des histoires qui donnent
du sens au vin, au bien boire et à l’ivresse. Ceux
qui ne boivent pas repartent aussi repus que
ceux qui ont goûté au breuvage : saoulés, galvanisés par cette parole qui nous rend vivants.
« Avec Savoir enfin qui nous buvons,
le comédien d’exception se livre à
un marathon en forme de fresque
humaniste, arrosée au vin naturel ».
Libération, 14 déc. 2014.
De et par Sébastien Barrier - Accompagnement et production : l’Usine - Scène conventionnée pour les arts dans l’espace public (Tournefeuille / Toulouse Métropole).
8
Ven.
2 oct. à 20 h
Durée estimée : 2 h
À partir de 15 ans
Théâtre
À LA COMÉDIE DE SAINT-ÉTIENNE
SPECTACLE EN PARTENARIAT
Le retour
au désert
Bernard-Marie Koltès
/ Arnaud Meunier
A
u début des années 1960, une femme
tout juste rentrée d’Algérie réveille les secrets
de la petite communauté provinciale dans laquelle son frère est installé.
Pour sa nouvelle création, Arnaud Meunier
réunit une troupe nombreuse autour du duo
central formé par deux monstres sacrés du
théâtre, Catherine Hiegel et Didier Bezace. Le
directeur de la Comédie de Saint-Étienne nous
donne ainsi l’occasion de découvrir cette pièce
emblématique de Koltès, pourtant assez peu
montée ; une comédie à l’humour incisif, sur
fond de revenants, de mémoire interdite et de
bourgeoisie déliquescente.
De Bernard-Marie Koltès. Mise en scène : Arnaud Meunier Avec : Didier Bezace, Louis Bonnet, Adama Diop, Elisabeth
Doll, Philippe Durand, Riad Gahmi, Catherine Hiegel,
Kheireddine Lardjam, Nathalie Matter, Stéphane Piveteau,
Isabelle Sadoyan, René Turquois, Cédric Veschambre.
Texte publié aux Éditions de Minuit.
9
Jeu.
8 oct. à 20 h
Durée : 1 h 20
À partir de 12 ans
Carolyn Carlson
company
Danse
Short stories
C
arolyn Carlson tient une place à part dans le paysage de la danse contemporaine, qu’elle a contribué à faire
éclore. La venue de sa compagnie constitue un événement :
ce sera la toute première fois que ces quatre pièces seront
réunies en une soirée exceptionnelle, couvrant près de quarante ans d’histoire(s) et d’esthétiques carlsoniennes.
PROGRAMME
Density 21.5 est à la fois la pièce la plus ancienne et la plus
récente de ce programme. Tout Carlson est déjà dans ce solo
magistral et aérien, qui constitue une page majeure de l’histoire de la danse. La chorégraphe est engagée depuis plusieurs années dans une démarche de transmission de son
répertoire ; le solo présenté ici est une recréation de celui qui
a vu le jour en 1973.
Dans deux des trois autres « histoires courtes » de ce programme – le solo Wind Woman et le duo Li – la danse est
pensée comme l’expression de puissances cachées, souffles
mystérieux qui animent les corps et invitent l’âme à se révéler. Enfin, le magnifique duo All that falls nous convie à
un cheminement, celui d’un couple qui construit sa relation
patiemment, comme un arbre de vie … Une édification au
long cours, à l’image de la carrière de cette artiste : immense.
Wind Woman, 2011, 8 min.
All that falls, 2013, 30 min.
Density 21.5,
re-création 2015, 8 min.
Li, 2007, 25 min.
Short stories - Chorégraphie : Carolyn Carlson. All that falls - Interprétation :
Céline Maufroid et Juha Marsalo - Musique : Bach, Haydn, Verdi, Vivaldi.
Density 21.5 - Interprétation : Isida Micani - Musique : Edgar Varèse. Wind
Woman - Interprétation : Céline Maufroid - Musique : Nicolas de Zorzi.
Li - Interprétation : Chinatsu Kosakatani, Yutaka Nakata - Musique : Aleksi
Aubry-Carlson.
11
Sam.
Bigre
24 oct. à 20 h
Durée : 1 h 25
À partir 12 ans
Théâtre
Mélo-burlesque
Après-spectacle gourmand (p. 62)
Pierre Guillois / Agathe L’Huillier
/ Olivier Martin-Salvan
/ Compagnie Le Fils du Grand Réseau
L
e rideau s’ouvre sur trois petites chambres de
bonnes. Comme le curieux occupé dans la nuit à regarder
les intérieurs d’appartements tous identiques, rien ne peut
ici empêcher le spectateur de rire en observant ceux qui les
habitent : deux hommes, une femme, dont le destin semble
être de tout rater, merveilleusement.
Pierre Guillois est parti de la virtuosité et de la fantaisie des
acteurs pour construire cette fresque citadine qui se passe de
mots. Et à quoi bon les mots quand le corps est à ce point
expressif ? Dans la grande tradition du burlesque, il nous
montre le vivant déglingué dans une succession de situations
loufoques voire franchement hilarantes, qui racontent la cohabitation de ces trois solitudes avec une humanité touchante.
« Pierre Guillois et ses
complices de jeu et d’écriture
ont su avec une belle
humanité nous tendre
un miroir de nos vies.
Un sacré merdier qui
nous explose à la gueule.
Dans un éclat de rire ! »
Les Trois coups, 4 juin 2014.
On y retrouve Olivier Martin-Salvan – découvert la saison
dernière avec Pantagruel – clown admirable de présence et
de retenue, entouré de Pierre Guillois en grand dégingandé
et d’Agathe L’Huillier en poupée cabossée. Tous trois sont
formidables de justesse. Bigre, que c’est drôle !
Un spectacle de Pierre Guillois, co-écrit et interprété par : Pierre Guillois,
Agathe L’Huillier, Olivier Martin-Salvan - Assistant artistique : Robin Causse Costumes : Axel Aust - Décor : Laura Léonard - Lumières : Marie-Hélène Pinon
- Coiffures / maquillage : Catherine Saint-Sever - Son : Roland Auffret - Effets
spéciaux : Abdul Alafrez. Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes - APSV
réseau de villes.
13
Sam.
7 nov. à 17 h
Représentations scolaires :
Bleu violon
Compagnie Le Boustrophédon
A
ccueillis il y a quelques années avec Court-Miracles, les artistes du Boustrophédon sont circassiens, comédiens et musiciens. À la croisée des esthétiques, leurs
spectacles allient humour et réflexion pour traiter de sujets
« drôlement » graves sur un ton résolument optimiste. Pour
leur nouvelle création ils ont mené une recherche décalée,
insolite et innovante, dans laquelle il est question de la délicate cohabitation entre des personnages réels et des personnages animés !
ven.
6 nov. à 9 h 30 et 14 h
Durée estimée : 1 h 25
À partir de 8 ans
Cirque - images animées - musique
[ famille ] [ découverte ]
« Le Boustrophédon signifie
“ le chemin du boeuf ”.
Un rythme lent, un pas
tranquille, le temps de
voir les choses autour …
Pour mieux tracer des
sillons dans l’espace de
création … et s’en évader ».
« C’est l’histoire d’un huis clos et de ceux qui l’habitent. Les
habitants laissent lentement s’écouler un temps qui fossilise.
Parfois ils tentent le diable, font sonner les trompettes, voltiger
les objets et valser les chaises. Souvent, ils se contentent de regarder passer la pluie et s’inventent en tremblant des audaces
furtives. Dans les blessures des murs, s’entasse toute une faune
parasite et libre, griffonnée dans le vide, balbutiée, parfois monstrueuse … », comme des esquisses échappées de l’imaginaire
de lointains dessinateurs.
Condamnés à vivre ensemble, les deux groupes s’épient,
s’entraident, se font des farces drôles et cruelles, pour le
plus grand bonheur du spectateur !
Production Le Boustrophédon, en partenariat avec le studio d’animation La
Ménagerie - Création collective dirigée et mise en scène par Christian Coumin
- Réalisateur des films d’animation : Romain Blanc Tailleur / La Ménagerie
assisté de Raphaël Rays - Avec : Héloïse Biseau, Daniel Masson, Juliette Hulot,
Romain Delavoipière, Alan Leborgne.
CRÉATION
15
Sam.
Piccoli
Sentimenti
14 nov. à 11 h
Représentations scolaires :
jeu.
12 et ven. 13 à 9 h 30 et 14 h
Durée : 45 min.
De 3 à 6 ans
Marionnette - théâtre d’objets
[ famille ] [ très jeune public ]
Tof Théâtre (Belgique) et Teatro delle Briciole (Italie)
L
ovés dans un cocon de voile, les spectateurs sont
installés au plus proche. Face à eux, un territoire de terre
brune parsemé de cailloux, de constructions de brindilles
et de coquillages. On devine un paysage miniature, mais
immobile, comme au commencement du monde. Et puis
soudain, quelque chose s’agite sous terre : apparaît une minuscule créature, ver de terre au visage de clown, aventurier
attachant qui va partir à la découverte de son univers en surmontant ses peurs.
Les belges du Tof Théâtre et les italiens du Teatro delle Briciole ont conjugué leurs talents de marionnettistes, plasticiens et de musiciens pour créer un spectacle dont la sobriété de moyens ouvre grand la porte à l’imagination des tout
jeunes spectateurs. À travers cette petite marionnette, petits
et grands (re)découvrent la curiosité, la pétoche et la joie
d’explorer ce qui nous entoure … Tous ces piccoli sentimenti
qui font grandir.
Dans une atmosphère douce, ce spectacle est une merveille
de finesse et d’intelligence, qui éveille le sens artistique des
petits et épate les grands.
« Voilà un moment
précieux qui nous réunit,
petits et grands. (…) Avec
cette petite marionnette
grande comme la main,
nous revivons en quelque
sorte la curiosité, le plaisir,
l’audace, mais la frousse aussi
d’explorer ce qui nous entoure
comme si c’était la toute
première fois … »
France Inter, nov. 2011.
Spectacle rêvé par Antonio Catalano et Alain Moreau - Écriture, marionnette
et mise en scène : Alain Moreau - Accompagnement artistique : Antonio
Catalano - Scénographie : Alain Moreau à partir d’une proposition d’Antonio
Catalano - Création de l’univers sonore, des instruments et composition des
musiques : Max Vandervorst - Jeu : Sarah Demarthe et Céline Robaszynski.
17
Jeu.
19 nov. à 20 h
Durée : 1 h 30 environ
À partir de 12 ans
Lisa Simone
Soul music - jazz
All is well
À
l’évidence, Lisa Simone est la fille de … Pour
transformer deux lettres d’un prénom en identité singulière,
elle a pris son temps … Son premier album, sorti à l’automne
2014 – à 52 ans – est le fruit d’une longue maturation et
sonne comme une libération : Finally free chante-t-elle dans
le titre d’ouverture.
Installée en France depuis peu, la fille de l’icône jazz Nina
Simone semble avoir enfin trouvé sa voie : après dix années
passées dans les rangs de l’US Air Force et vingt à chanter
sur les planches de Broadway, c’est à travers une soul puissante qu’elle s’exprime, imprégnée d’influences folk, gospel
et africaines. D’une voix ample et assurée, celle qui est à la
fois auteure, compositrice et interprète chante la complexité
de son existence, la femme qu’elle est devenue, et, bien sûr,
sa mère.
Sur scène, entourée d’un trio magistral de musiciens, sa personnalité solaire et son énergie ne trompent pas : le temps
est bel et bien venu pour Lisa Simone de se consacrer à son
art et de rencontrer son public.
« All is well résonne non
seulement de ce timbre
puissant et soul, mais
révèle aussi la personnalité
épanouie et généreuse
de Lisa Simone ».
Libération, 1er oct. 2014.
Lisa Simone : chant, paroles - Hervé Samb : guitare, composition, arrangements - Reggie Washington : basse et contrebasse - Sonny Troupé : batterie,
percussions - Production : Sound Surveyor.
19
Sam.
Passion(s)
28 nov. à 20 h
Durée estimée : entre 1 h 30 et 2 h
À partir de 12 ans
Danse
[ découverte ]
Ulises Alvarez, Florence Girardon, Cécile Laloy,
David Mambouch, Maguy Marin, Éric Pellet,
Pierre Pontvianne, Ennio Sammarco, Philippe Vincent
I
l est des projets de création hors normes que les lieux
comme le nôtre sont fiers de pouvoir contribuer à faire
émerger. Passion(s) est de ceux-là, réunissant neuf artistes
rhône-alpins – chorégraphes, metteurs en scène, cinéastes
– autour d’une proposition commune : fabriquer chacun
une forme avec, contre, à partir de l’œuvre monumentale de
Bach, La Passion selon Saint Matthieu.
Nous les accueillerons pour une semaine de résidence et
une date unique dans la Loire, avant la création du spectacle
au Festival Montpellier Danse en 2016.
« Nous acceptons volontiers
la fragmentation,
les différences sensibles,
et décidons de nous pencher
avec ténacité sur “ comment
faire tenir ensemble ” une
somme de pièces uniques,
parce que c’est l’état même
de notre condition d’êtres
au monde, de comment
faire société ».
Issus de compagnies diverses – Cie Als, Cie Katet, Cie Maguy
Marin, Cie Parc, Cie Scènes, Usine Biolay, Cie Zélid – ces artistes convoquent le pluriel pour créer, non pas une œuvre
collective, mais un objet artistique polymorphe, un agencement d’œuvres singulières, signées, activées dans un dispositif scénique qu’ils élaborent ensemble.
Avec : Ulises Alvarez, Charlie Aubry, Dominique Duszynski, Anne Ferret, Laura
Frigato, Florence Girardon, Daphné Koutsafti, Marthe Krummenacher, Cécile
Laloy, Daniel Larrieu, Gilles Laval, David Mambouch, Maguy Marin, Louise
Mariotte, Cathy Polo, Pierre Pontvianne, Agnès Potié, Ennio Sammarco,
Philippe Vincent, Charles Wattara. Images : Éric Pellet, Cécile Laloy, Pierre
Grange.
CRÉATION COPRODUCTION THÉÂTRE DU PARC
21
Jeu.
3 et ven. 4 déc. à 20 h
Durée : 2 h
Le Faiseur
À partir de 14 ans
Théâtre
Honoré de Balzac / Robin Renucci
/ Tréteaux de France - CDN
S
i La Comédie humaine a depuis longtemps consacré Balzac en observateur hors pair de la société de son
temps, c’est bien en visionnaire qu’il se positionne en écrivant Le Faiseur, raillant, dès 1840, les dérives de la spéculation financière naissante. Au centre de la pièce figurent,
en effet, les dettes de Mercadet, banquier affairiste empêtré
dans un cocasse jeu de mensonges. Son objectif est triple :
échapper à ses créanciers, continuer de créer de la richesse à
partir du vide et marier sa fille – laide de surcroît – en faisant
une bonne affaire.
Nul besoin d’actualiser cette comédie grinçante pour lui
trouver un écho aujourd’hui : Robin Renucci place les dix comédiens dans un décor aussi raffiné que pertinent, retranscrivant parfaitement l’atmosphère de l’époque. Travaux de
rénovation, saisie d’huissier, tréteaux de théâtre ou ring de
boxe, la scénographie brouille les pistes pour mieux questionner le spectateur. Un théâtre généreux et élégant, qui
donne à entendre la langue balzacienne, terrible de clairvoyance et de drôlerie, pour mieux interroger le monde dans
lequel nous vivons.
« C’est une comédie acide,
dans la folie autant que
dans l’humour. On y rit :
les Tréteaux de France font
un théâtre qui donne de la
joie, c’est sa mission. On
entend une langue forte.
Mais cette pièce est aussi
l’occasion de dire notre amour
des métiers du théâtre, qui
ne se réduit pas au jeu ».
Robin Renucci,
La Terrasse, janv. 2015.
Mise en scène : Robin Renucci. Avec : Judith d’Aleazzo, Tariq Bettahar, Jeanne
Brouaye, Bruno Cadillon, Daniel Carraz, Gérard Chabanier, Thomas Fitterer,
Sylvain Méallet, Patrick Palmero, Stéphanie Ruaux - Dramaturgie : Evelyne
Loew - Scénographie : Samuel Poncet - Costumes : Thierry Delettre - Lumières :
Julie-Lola Lanteri-Cravet - Masques et maquillage : Jean-Bernard Scotto Assistants mise en scène : Joséphine Chaffin, Sylvain Méallet.
23
Sam.
12 déc. à 20 h
Durée : 2 h avec entracte
Arthur H
À partir de 12 ans
Chanson
Soleil dedans
+ première partie
L
e nouvel album d’Arthur H est de ceux qu’on écoute
entre ciel et terre, la tête dans les nuages et les pieds ancrés
dans le sol. Le ciel, c’est les aigus stratosphériques que sa
voix, d’ordinaire grave et éraillée, emprunte pour chanter
Une Femme qui pleure ou L’Autre côté de la lune. Pour la première fois, Arthur H chante haut, très haut, et l’entendre
nous donne la chair de poule … La terre, c’est le rythme et les
mélodies simples aux sonorités dansantes, parfois un brin
rétro, dont l’écoute suscite instantanément un battement de
pied, une pulsation qui invite au mouvement …
Arthur H est multiple ; à chaque album, on le retrouve et on
le découvre : il est la caissière du super, la femme étoile, il
est ces clandestins qui veulent vivre debout … Mais plus que
tout, il est navigateur solitaire, parti de l’autre côté de l’Atlantique pour s’imprégner de l’espace démesuré des paysages
et en nourrir ses chansons. Il y a écrit des textes poétiques et
une pop vaste comme le cosmos. Sur scène, sa présence et
sa liberté sont incomparables.
« Son nouvel album s’appelle
Soleil dedans, comme
un grigri contre l’obscurité
du dehors. Un bel ouvrage
de chanson pop buissonnière,
à la fois sombre et emballant ».
Les Inrocks, 30 sept. 2014.
Arthur H : chant, piano - Juan De Guillebon : basse - Emiliano Turi : batterie Antoine Montgaudon : guitares - Pierre-Luc Jamain : claviers.
25
Ven.
15 jan. à 20 h
En attendant
Godot
Durée estimée : 2 h
À partir 15 ans
Théâtre
Samuel Beckett / Laurent Fréchuret
/ Théâtre de l’Incendie
E
n attendant Godot est probablement la pièce la plus
célèbre du dramaturge irlandais Samuel Beckett. Deux vagabonds, Vladimir et Estragon, s’y retrouvent à la tombée
de la nuit pour attendre Godot, un homme qui leur a promis de venir mais qui, bien entendu, n’arrivera jamais. Sans
que l’on sache précisément ce qu’il est censé leur apporter,
Godot représente pour les deux personnages un espoir de
changement …
Cette capacité à attendre et à espérer représente pour Laurent
Fréchuret un des mystères de l’être humain. Aujourd’hui
encore, l’homme attend … le travail, l’amour, un passeport,
le paradis, un repas, la mort, une paire de chaussures … Le
metteur en scène voit dans Godot une tentative de définition
de l’humain et continue d’être surpris par l’actualité de la
pièce de Beckett.
« Beckett, c’est une œuvre
poétique et politique actuelle,
brûlante, une voix majeure,
qui relie hier et aujourd’hui.
On dit souvent que c’est
abstrait, absurde. Il n’y a
rien d’abstrait dans Beckett.
Beckett, c’est brut, à vif,
terrible et habité ».
Laurent Fréchuret,
Le Progrès, 3 mai 2015.
De retour en terre stéphanoise, celui qui a dirigé le Centre
dramatique national de Sartrouville pendant huit ans réunit
autour de lui un quatuor d’acteurs virtuoses, propre à incarner cette attente pleine de vie.
Le spectacle sera créé à l’été 2015 à l’Estival de la Bâtie, avant
sa reprise pour une tournée qui débutera au Théâtre du Parc.
Mise en scène : Laurent Fréchuret, assisté de Caroline Michel - Scénographie :
Damien Schahmaneche - Lumières : Franck Thévenon - Avec : Jean-Claude
Bolle-Reddat, Maxime Dambrin, David Houri, Vincent Schmitt - Le texte de
la pièce est disponible aux Éditions de Minuit. Avec le soutien de la Région
Rhône-Alpes - APSV réseau de villes.
CRÉATION
27
Dim.
24 jan. à 17 h
Durée : 1 h 15
Quien soy ?
À partir de 8 ans
Cirque acrobatique
[ famille ]
Compagnie El Nucleo
P
atiemment, presque dans le silence, une tour de
bois s’élève à la manière d’un jeu de construction. Au sommet, deux hommes, Edward Aleman et Wilmer Marquez. Le
premier porte le second et, sans faillir, ajoute des étages à
cet édifice de guingois.
Les deux artistes colombiens, issus de la vingt-deuxième promotion du Centre national des arts du cirque de Châlons-enChampagne, ont imaginé un dispositif scénique où la contrainte
devient jeu. Les obstacles sont prétextes à inventer une écriture
acrobatique sensible, qui se nourrit des questionnements évoqués dans le titre : qui suis-je dans ce monde qui change ?
Leur langage artistique constitue un premier élément de réponse : toutes plus belles et spectaculaires les unes que les
autres, leurs figures acrobatiques nous rappellent que l’être
humain ne peut exister seul. Il a besoin du lien avec l’autre
pour trouver son équilibre, dans la confiance.
« Qui suis-je ? C’est la
question que se posent
deux formidables
acrobates dans une mise
en scène percutante,
très contemporaine, et
qui réussissent à donner
toute sa profondeur à la
discipline du porté. Un
coup de cœur d’une poésie
et d’une beauté rare ».
Vivant mag,
Avignon 2014.
En s’interrogeant sur l’identité, les artistes d’El Nucleo se
sont faits un nom et ont créé une pièce qui fait parler d’elle :
scénographie et lumières ultra-léchées, performance physique impressionnante, elle entraîne les spectateurs ébahis
au bord du vertige …
Auteurs et interprètes : Wilmer Marquez et Edward Aleman - Créateur son :
Gregory Adoir - Lumières : Tony Guérin - Vidéo : Vincent Griffault - Régie plateau : Fanny Hugo - Costumes : Marie Meyer - Textes : Ronan Cheneau - Regard
extérieur : David Bobée - Collaboratrice artistique : Sophie Colleu.
29
Mer.
27 jan. à 15 h 30
Représentations scolaires :
mer.
27 à 9 h 30, jeu. 28 à 9 h 30 et 14 h
Durée : 45 min.
À partir de 8 ans
Théâtre d’objets
[ famille ]
Juliette + Roméo
= AESD
Scopitone & Cie
L
e titre du spectacle – étrange formule
dont on devine qu’elle évoque un calcul amoureux – donne le ton : AESD pour Amour éternel
sans divorce. Après avoir égratigné les contes
avec brio, Scopitone & Cie continue de revisiter
les classiques à l’aide de ses outils de prédilection : théâtre, manipulation d’objets et mouvement chorégraphié … Les deux artistes livrent
ici une version décalée de l’une des histoires
d’amour les plus célèbres de tous les temps,
un hommage à Shakespeare réalisé avec irrévérence et intelligence, qui ravira autant les petits
que les grands !
« Le choix d’une mise en scène complètement
décalée renforce la tragédie. L’interprétation est
savamment dosée entre le sérieux et le clownesque
déjanté, pour une version moderne de la fabuleuse
histoire des amants de Vérone. C’est drôle,
intelligent et efficace ». Ouest France, 7 fév. 2013.
Conception : Cédric Hingouët - Comédiens-marionnettistes, création marionnettes : Emma Lloyd et Cédric Hingouët - Metteurs
en scène : Agnès Limbos et Serge Boulier - Chorégraphie : Denis
Céfelman - Lumières et régie : Fabrice Abrard - Scénographie :
Dimitri Méruz - Costumes : Joséphine Gravis.
30
Jeu.
4 fév. à 20 h 30
Durée : 1 h 30
Chanson française
[ découverte ]
AU THÉÂTRE DES PÉNITENTS
SPECTACLE EN PARTENARIAT
Barcella
Festival Les Poly’sons
B
arcella a été l’une des plus belles découvertes de l’édition 2015 du festival Les
Poly’sons, faisant preuve sur scène d’une
énergie et d’une complicité avec le public incroyables. Il y est de retour en 2016, l’occasion
de tisser, pour la troisième année consécutive,
un partenariat et de vous faire découvrir le
talent de cet acrobate des mots.
Depuis sept ans et trois albums, il construit en
mots et en notes un univers teinté de poésie et
d’humour, dans des chansons enjouées et légères qui sont comme des instantanés de vie.
Un artiste à découvrir de toute urgence !
« Le raffinement du verbe produit une poésie qui
transcende le quotidien ». France Inter, avril 2014.
Barcella : chant, guitare - Thomas Nguyen : clavier, rhodes
- Marcel Ebbers : contrebasse, basse, trompette - Mathias
Neiss : batterie, mandoline - Julien Gaujon : guitare, trompette,
machines - Lumières : Nicolas Hudela - Son : Julien Mathieu.
31
Ven.
5 fév. à 20 h
Durée estimée : 1 h
À partir de 12 ans
Danse
[ découverte ]
Résistances
Compagnie Stylistik
L’
an passé, la résidence de la compagnie Stylistik a permis de découvrir le travail
de son chorégraphe, Abdou N’gom : une danse
hip hop qui s’affranchit des frontières pour se
nourrir d’influences multiples, une danse d’engagement physique qui épuise les corps, une
danse habitée par l’envie de tenir un propos sur
le monde.
L’accompagnement de la compagnie aboutit
cette saison à la création de Résistances, une
pièce où il sera question d’oppression et de
liberté. Abdou N’gom y plongera ses sept interprètes dans une lutte incertaine et leur fera expérimenter la solidarité, la cohésion de groupe,
la résistance.
« Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».
Stéphane Hessel.
Direction artistique et chorégraphie : Abdou N’gom Lumières : Dorothée Tournour et Lise Poyol - Création
musicale : Thomas Millot - Scénographie : Claire Rolland
- Interprétation : Jeanne Azoulay, Nacim Batou, Patricia
Faur, Lino Merion, Karim Felouki, Milène Duhameau, Slate
Hemedi. Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes - APSV
réseau de villes.
32
CRÉATION COPRODUCTION THÉÂTRE DU PARC
Semaine dédiée
aux esthétiques
urbaines :
Jeu.
11 fév. à 20 h
Durée : 1 h 30
À partir de 14 ans
Médina
Mérika
Théâtre - musiques urbaines
[ découverte ] Abdelwaheb Sefsaf
/ Compagnie Nomade in France
D
euxième volet de cette semaine
consacrée aux cultures urbaines, Médina
Mérika s’ouvre comme un polar : les premiers
mots sont ceux du Mort – Ali, jeune réalisateur
talentueux, assassiné parce que trop fasciné
par le cinéma américain.
À travers l’histoire d’Ali, c’est celle d’un rêve
américain sur fond de printemps arabe à la dérive que nous raconte Abdelwaheb Sefsaf. Ancien leader du groupe Dezoriental, il a conçu ce
spectacle hybride de théâtre musical, aventure
électro rock ethnique pour tenter de dresser
un état des lieux sans concession des relations
entre Orient et Occident.
« Onirisme et intelligence d’écriture sur des textes
en français et en arabe, Abdel Sefsaf réussit à faire
s’entremêler des genres aussi opposés que complémentaires ». France 3 région, 28 avril 2015.
Texte et mise en scène : Abdelwaheb Sefsaf (librement inspiré de Mon nom est rouge d’Orhan Pamuk), en collaboration
avec Marion Guerrero - Direction musicale : Georges Baux et
spectacles, ateliers,
vidéos, graff,
performances.
Programme détaillé à venir.
Abdelwaheb Sefsaf - Avec : Marion Guerrero, Toma Roche,
Abdelwaheb Sefsaf, Patrick de Oliveira, Georges Baux.
33
Mer.
Tartine
Reverdy
2 mars à 15 h 30
mar.
1
er
Représentations scolaires :
à 9 h 30 et 14 h, mer.
2 à 9 h 30
Durée : 1 h
À partir de 4 ans
Chanson jeune public
[ famille ]
C’est très bien !
L’
univers de Tartine Reverdy est un petit monde
douillet à partager ; on s’y glisse comme on se love sous la
couette ! Cela fait maintenant dix ans qu’elle s’adresse aux
petits et aux grands dans des chansons pleines de malice et
de tendresse, entourée de ses deux complices, multi-instrumentistes talentueux.
Dans son dernier album, les chansons aux rythmes chaloupés font la part belle aux petits bonheurs du quotidien. Elle
y chante les soirées pyjama, les vaches qui font du bien aux
gens pressés, les papas et les mamans, le contenu des frigidaires et les goûters d’anniversaire. Elle nous embarque
dans un univers plein d’optimisme, sans jamais basculer
dans la niaiserie : le monde n’est pas lisse et rose et elle
n’hésite pas à chanter aussi ce qui ne tourne pas rond sur
notre planète.
Coup de cœur de l’Académie Charles Cros, de Télérama, des
magazines Toboggan et Astrapi, les grands non plus ne s’y
trompent pas : Tartine Reverdy, c’est très bien !
« Avec sa voix douce
et ses textes poétiques,
la chanteuse Tartine Reverdy
met en musique tous les
petits bonheurs qui colorent
nos vies. À écouter en
se trémoussant et à découvrir
absolument sur scène ».
Toboggan magazine, 2012.
Tartine Reverdy : clavier, accordéon, voix - Anne List : contrebasse, basse,
trompette, voix - Joro Raharinjanahary : percussions, guitares, guitarelélé, voix
- Régisseur son : Benoît Berger - Régisseur lumières : Stéphane Cronenberger.
Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes - APSV réseau de villes.
35
Dim.
6 mars à 17 h
Durée : 1 h 10
À partir de 12 ans
Love I obey
Musique baroque - folk
[ découverte ]
Rosemary Standley & Helstroffer’s Band
R
osemary Standley, c’est d’abord un timbre de voix
– celui de l’excellent groupe folk Moriarty avec lequel elle se
produit depuis plusieurs années – une voix douce et hypnotique, reconnaissable entre toutes. Mais la chanteuse franco-américaine change de peau musicale comme on change
de costume et multiplie les projets avec, à chaque fois, des
résultats étonnants.
Avec Love I obey – CD sorti au printemps 2015, consécutivement à deux concerts à la Philharmonie de Paris – la belle
revisite un répertoire baroque teinté de folk et de blues, mêlant ballades anglaises des XVIe et XVIIe siècles et chansons
traditionnelles américaines.
Sur scène, Love I obey est plus qu’un concert : le metteur en
scène Vincent Huguet, qui a fait ses classes auprès de Patrice
Chéreau, a imaginé un conte hors du temps, où les couples
d’amoureux chantent et jouent de la musique comme on se
fait des confidences.
Entourée de trois musiciens régulièrement sollicités par les
plus grands ensembles baroques, Rosemary Standley nous invite à un voyage où la mélancolie se pare d’une douce volupté.
« Rosemary a cette voix
prégnante et langoureuse qui
permet de tout chanter, du
folk au baroque, qu’elle relie
avec un naturel confondant
et dans un dépouillement
qui confine au mystique ».
Télérama, 28 mars 2015.
Voix : Rosemary Standley - Guitare, théorbe : Bruno Helstroffer - Clavecin,
orgue : Elisabeth Geiger - Viole de gambe : Martin Bauer - Mise en scène :
Vincent Huguet - Lumières : Anne Muller - Scénographie : Vincent Huguet et
Anne Muller - Costumes : Clémence Pernoud - Ingénieur du son : Anne Laurin
- Régie générale : Claire Oliveau.
37
Sam.
12 mars à 11 h
Représentations scolaires :
jeu.
Mooooooooonstres
Collectif Label Brut
Q
ui, du monstre ou de la peur, est arrivé en premier ? Qu’est ce qui fait le plus peur ? La peur
ou le monstre ?
Sur scène, un lit. Un drôle de personnage s’apprête à s’y
endormir après un rituel bien rôdé … Car c’est bien connu :
quand les enfants s’endorment, les monstres se réveillent.
Ce lit à la taille démesurée devient alors le théâtre d’une sarabande d’apparitions fugaces de fantômes, d’ectoplasmes
et autres monstruosités, tous plus drôles les uns que les
autres.
Le collectif Label Brut a fait du détournement d’objets
sa marque de fabrique. Avec ce spectacle, il alimente ces
questionnements à partir des éléments de l’environnement naturel du lit : polochons, couettes douillettes et taies
d’oreiller prennent vie sous les yeux des bambins ébahis …
Pour les adultes aussi le spectacle est un régal : petits et
grands (re)découvrent le plaisir de se faire peur et d’en rire …
Pour mieux chasser les terreurs enfantines.
10 et ven. 11 à 9 h 30 et 14 h
Durée : 45 min.
De 4 à 7 ans
Théâtre d’objets
[ famille ] [ très jeune public ]
« Mooooooooonstres, ou
comment avec une mise en
scène intelligente, quelques
oreillers, un massicot et un lit
à faux sommier, on embarque
un bambin dans le monde
terrifiant mais tellement
vivant d’une chambre à
cauchemarder et à rêver ».
Le Courrier de l’Ouest,
8 déc. 2012.
Conception : Laurent Fraunié - Interprétation : Laurent Fraunié ou Philippe
Richard en alternance - Regard extérieur : Harry Holtzman, Babette Masson
- Scénographie : Grégoire Faucheux - Couture et accessoires : Élodie Grondin Lumières : Sylvain Séchet - Création sonore : Laurent Fraunié et Xavier Trouble
- Régie générale : Lia Borel ou Xavier Trouble en alternance.
39
Ven.
Richard
Bohringer
18 mars à 20 h
Durée : 1 h 45
À partir de 14 ans
Théâtre
Après-spectacle gourmand (p. 62)
Traîne pas trop sous la pluie
D
e Bohringer, on connaît le comédien bien sûr,
le réalisateur, le poète et le grand bourlingueur. La liste est
longue et le talent, immense. Alors quand cet artiste complet
nous convie, avec sa voix rauque et son air un peu bourru, à
un road-movie au pays de sa mémoire, forcément, la tentation est grande.
Avec pour seul accessoire un pupitre, sous un halo de lumière crue, Richard Bohringer se raconte ; il se livre sans
fard, avec délicatesse et humilité. Il dit l’Afrique, l’amitié, les
galères, les errances, la vie.
Dans sa bouche, les mots s’entrechoquent au rythme des
phrases saccadées, distillant une atmosphère que lui seul
sait créer : « Je suis pas un gars de la syntaxe. Je suis de la syncope. Du bouleversement ultime. Je me fous du verbe et de son
complément. Faut pas faire le malin avec les mots. Faut les aimer. Ça file du bonheur les mots ».
Du bonheur à entendre ce savant mélange de textes et d’improvisations, à assister à ce moment de grâce auquel nous
convie ce grand Monsieur de théâtre.
« Il y aurait beaucoup
à vous dire sur ce moment
de grâce virile et fraternelle,
ce moment de douceur
et de délicatesse …
cette plongée dans
la langue, la sensibilité
et la voix de cet artiste
sincère et puissant ».
Le Figaro, sept. 2010.
Texte, mise en espace et jeu : Richard Bohringer - Régisseur : Carlos Da Silva Production : Scena Viva Productions.
41
Jeu.
24 mars à 20 h
Durée : 1 h 40 avec entracte
IT Dansa
À partir de 12 ans
Danse
Un Ballo / Wad Ras / Minus 16
Espagne
I
T Dansa est une compagnie barcelonaise composée
de seize jeunes danseurs internationaux. Pendant deux ans,
l’occasion leur est donnée de travailler avec les plus grands
chorégraphes et de se produire dans des théâtres partout
dans le monde. Ils mettent ici leur technique époustouflante
et leur personnalité au service de trois pièces majeures du
répertoire contemporain.
PROGRAMME
Un Ballo, Jirí Kylián, 1991.
Wad Ras, Montse Sánchez
et Ramón Baeza, 1996.
Minus 16, Ohad Naharin, 1999.
Avec Un Ballo, le chorégraphe néo-classique Jirí Kylián livre
un bal impérial, à la fois gracieux et confidentiel, en parfaite
alchimie avec la musique de Ravel. Changement d’ambiance,
mais émotion toujours bien présente avec Wad Ras, dans laquelle le flamenco devient le mode d’expression de six danseuses à l’énergie flamboyante. Cette pièce, présentée dans
de nombreux pays européens, évoque le quotidien des détenues de la prison pour femmes de Barcelone.
La dernière partie est consacrée à Minus 16, une œuvre surprenante du danseur et chorégraphe israélien Ohad Naharin.
Avec humour, il réaffirme la danse comme langage universel,
sur des rythmes de musiques cubaines et israéliennes. Un
programme pour prendre la mesure de l’étendue du talent et
de la fougue des jeunes interprètes de la compagnie.
Un Ballo - Chorégraphie et décors : Jirí Kylián - Musique : Maurice Ravel. Wad
Ras - Chorégraphie : Montse Sánchez et Ramón Baeza - Musique : Antonio
Martinez Ñoño - Percussions : Nan Mercader. Minus 16 - Chorégraphie, décors et costumes : Ohad Naharin, assisté de Yoshifumi Inao et Hillel Kogan
- Musiques : divers compositeurs. Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes
- APSV réseau de villes.
43
Jeu.
7 avr. à 20 h
La Visite
Durée : 1 h 35
Théâtre
[ découverte ]
de la vieille dame
Friedrich Dürrenmatt / Thomas Poulard
/ Compagnie du Bonhomme
G
üllen, petite cité quelque part en Europe dans
les années 1950. Mais ce pourrait aussi bien être aujourd’hui,
dans n’importe quelle ville industrielle sinistrée du Nord-Est
de la France … Pour sauver le village de son enfance de la misère économique qui le ronge, une vieille dame richissime
exige d’acheter sa vengeance : la tête de son ancien amant. Refus offusqué de la communauté, mais le ver est dans le fruit …
Friedrich Dürrenmatt, auteur suisse, est un formidable raconteur d’histoires. Avec La Visite de la vieille dame, il signe
une tragi-comédie cynique, où il est question du pouvoir
de l’argent et du sens de la justice des hommes. Thomas
Poulard s’est emparé de ce texte jubilatoire pour créer un
spectacle d’une grande inventivité. S’affranchissant des
contraintes – la pièce fait intervenir une trentaine de personnages ! – sa mise en scène sollicite l’imaginaire du spectateur et fait la part belle au jeu des trois comédiens. Ils sont
impressionnants de dextérité et de présence.
Ce spectacle est une occasion inédite de découvrir l’univers singulier de Dürrenmatt, doublé d’un grand moment de théâtre !
« Voici l’occasion de (re)voir
une pièce passionnante, avec
des acteurs qui proposent ici
une performance qui tient
de la prouesse et une mise
en scène à la fois simplissime
et brillante. (…) Cette Visite
de la vieille dame est féroce,
mais Thomas Poulard
a l’élégance des insolents ».
Les Trois coups, 28 avril 2014.
Mise en scène : Thomas Poulard - Avec : Adeline Benamara, Sylvain Delcourt,
Thomas Poulard - Son et vidéo : Benjamin Furbacco - Scénographie : Benjamin
Lebreton - Lumières : Bruno Marsol, Pierre Langlois (régie) - Costumes :
Sigolène Petey - Administration de production : Aurélie Maurier / Le bureau
éphémère - Traduction : Jean-Pierre Porret.
45
Sam.
16 avr. à 20 h
L’Orchestre
d’Auvergne
Durée : 2 h avec entracte
Musique classique
invite Richard Galliano
D
epuis une trentaine d’années, l’Orchestre d’Auvergne fait preuve de la même passion et d’un même souci
d’excellence dans son interprétation du répertoire, que ce
soit lors de ses prestigieuses tournées à l’étranger ou des
concerts donnés sur le territoire.
Leur passage dans la Loire sera l’occasion de célébrer l’union
de l’Auvergne et de Rhône-Alpes, avec un invité de marque :
l’accordéoniste Richard Galliano, connu pour avoir donné à
son instrument ses lettres de noblesse, l’ouvrant au jazz et à
la musique classique. Ensemble, ils nous proposent un programme d’une grande cohérence, dont la pièce maîtresse
réside dans le concerto pour bandonéon du génial Astor
Piazzola.
Autour de cette œuvre, deux pièces d’Haendel et Bach –
dont la musique accueille avec un naturel confondant la texture mélancolique de l’accordéon – et la symphonie n°7 de
celui qui a largement contribué à la redécouverte de ces deux
maîtres du baroque : Felix Mendelssohn. La pièce d’Osvaldo
Golijov, compatriote argentin de Piazzola, viendra compléter
ce programme d’exception.
PROGRAMME
Georg Friedrich Haendel,
Concerto Grosso
Op. 6 n° 7 HWV 325
en Si b majeur, 1739.
Astor Piazzola,
Aconcagua, concerto
pour bandonéon, 1979.
Osvaldo Golijov,
Tenebrae, 2002.
Jean-Sébastien Bach,
Concerto en La mineur
BWV 1041 (transcription
pour accordéon), 1720.
Felix MendelssohnBartholdy,
Sinfonia n° 7 en Ré
mineur pour orchestre
à cordes, 1822.
Orchestre d’Auvergne - Direction : Arie van Beek. Accordéon : Richard Galliano.
47
Sam.
30 avr. à 18 h
Durée estimée : 2 h
Festum
Rendez-vous au théâtre pour le départ
de la déambulation (ouverte à tous),
- les repus, les affamés
puis veillée : 8 €, à partir de 12 ans.
Théâtre déambulatoire
Fabienne Swiatly / Nicolas Ramond
/ Les Transformateurs
A
près vingt années passées à élaborer des spectacles pour la rue et la salle, souvent avec la complicité
d’amateurs, le metteur en scène Nicolas Ramond a souhaité
pousser plus loin encore la démarche en allant vers le plus
grand nombre de gens possible : s’immerger dans leur univers, avant de les inviter à participer au sien. La résidence de
sa compagnie au théâtre lui donne l’opportunité de mener
à bien ce projet : depuis janvier 2015, et avec la complicité
de l’auteure Fabienne Swiatly, la création de Festum – les repus, les affamés prend place sur le territoire et avec ceux qui
l’habitent.
Inspiré des rituels païens et des carnavals ancestraux, ce
spectacle viendra interroger nos peurs contemporaines dans
une forme participative du dedans et du dehors, au cours
de laquelle les spectateurs seront conviés à rencontrer les
monstres d’aujourd’hui.
Rassemblant quatre comédiens, deux musiciens, et impliquant quelques complices amateurs, Festum prendra la
forme d’une déambulation extérieure qui se poursuivra par
une veillée monstrueuse …
Texte : Fabienne Swiatly - Mise en scène : Nicolas Ramond - Création 2016
- Jeu : Caroline Gonin, Guillaume Motte, Charlotte Ramond, Florian Santos Musique : Sylvain Ferlay, Nicolas Quintin - Costumes : Cissou Winling - Régie
générale et création lumière : Yoann Tivoli - Administration : Nolwenn Yzabel
– Diffusion : Fadhila Mas. Distribution en cours. Avec le soutien du service
Politique de la ville.
CRÉATION COPRODUCTION THÉÂTRE DU PARC
49
Mer.
4 mai à 16 h
Représentations scolaires :
mar.
Le Bateau
Compagnie Rêveries Mobiles
D
ans une atmosphère douce au parfum d’embruns, les spectateurs prennent place à bord d’un bateau-décor, support de ce spectacle mêlant théâtre d’ombres, marionnettes lumineuses et musique.
Sur un air de violoncelle ou d’accordéon, et au rythme des
comptines entonnées par les capitaines, les voiles s’illuminent pour raconter l’histoire de Petit bateau, tenté par
l’aventure du grand large … Il y croisera des mouettes, des
poissons et bien sûr une baleine, qui l’aideront à braver la
tempête et à rentrer à bon port.
3 à 9 h, 10 h 15 et 14 h,
mer. 4 à 9 h et 10 h 15
Durée : 45 min.
De 3 à 6 ans
Théâtre sensoriel
[ famille ] [ très jeune public ]
« Une belle échappée
onirique mêlant marionnettes
lumineuses, théâtre d’ombres,
sand-art et musique,
Le Bateau aborde les
thèmes du voyage en mer
et de l’émancipation avec
un texte à la fois simple pour
les petits et philosophique
pour les plus grands ».
Citizen Kids, 4 fév. 2014.
Formée en Asie auprès de maîtres du théâtre d’ombres, la
compagnie Rêveries Mobiles a conçu ce spectacle comme
une invitation à grandir par la découverte. Une histoire
simple qui en fait une proposition particulièrement adaptée
aux plus jeunes, dont les premiers pas au théâtre seraient à
l’image d’un poétique voyage en mer.
Jeu, manipulation, violoncelle : Louise Didon - Jeu, manipulation, accordéon :
Irma Ferron - Scénographie : Benjamin Gibert - Direction artistique : Clarisse
Toulan - Odorisation : Osmoart.
51
Sam.
Akiko
l’amoureuse
14 mai à 17 h
Représentations scolaires :
ven.
13 mai à 9 h 30 et 14 h
Durée : 45 min.
À partir de 6 ans
Danse jeune public
[ famille ]
Davy Brun / Antoine Guilloppé
/ Ando danse compagnie
L
a petite Akiko n’a pas peur du noir et aime à se promener la nuit au bord du lac. Elle y rencontre Takiji qui, lui, a
peur du soleil : le petit garçon est persuadé qu’une sorcière
lui a jeté un sort et que ses rayons le transformeraient en
pierre … Avec l’aide de ses amis les animaux, Akiko va lui
venir en aide et lui redonner confiance.
Ancien danseur de l’Opéra de Lyon et du Grand théâtre
de Genève devenu chorégraphe, Davy Brun adapte le petit
conte zen d’Antoine Guilloppé dans un univers d’ombres et
de lumières empreint de poésie. Nul besoin de parole dans
ce spectacle pour trois danseurs vêtus de kimonos : l’émotion et le récit passent par le langage du corps.
L’ensemble est ciselé avec grâce, comme du papier finement
découpé pour raconter la découverte du sentiment amoureux qui donne des ailes …
Chorégraphie : Davy Brun, en collaboration artistique avec Antoine
Guilloppé - Musique : Julien Tarride et musique traditionnelle japonaise
- Scénographie : Bruno de Lavenère - Costumes : Philippe Combeau Lumières : David Debrinay - Aide à la dramaturgie : Simon Alopé - Danseurs :
Yuika Hokama, Jeremy Tran, Côme Calmelet - Technique : Nicolas Fernandez,
Joris Fistolet.
53
Ven.
20 mai à 20 h
Représentation scolaire : jeu.
L’homme qui tua
Don Quichotte
19 à 14 h 30
Durée : 1 h 10
À partir de 13 ans
Théâtre
[ découverte ]
D’après Cervantès / Sarkis Tcheumlekdjian
/ Compagnie Premier Acte
L
a force des grandes histoires, c’est qu’elles donnent
la possibilité d’agir totalement librement pour le théâtre.
Après nous avoir régalés en 2012-2013 avec Macondo et Erendira, la compagnie Premier Acte s’attèle au premier roman
des temps modernes : l’histoire de l’ingénieux hidalgo Don
Quichotte de la Manche.
« Don Quichotte rêvait
de voyages et, comme lui,
la comédienne nous fait
voyager. Elle a la prestance
d’une figure de légende ».
Les Trois coups, 1er déc. 2014.
L’homme qui tua Don Quichotte, c’est Cervantès, qui dépose
malicieusement le livre de ses propres aventures dans les
mains de son héros, tout en lui cachant son intention de
le tuer à la fin du tome deux. De cette idée géniale, Sarkis
Tcheumlekdjian fait le centre de son adaptation intimiste,
portée par la voix profonde et envoûtante de Déborah Lamy.
Passant de l’ironie à la mélancolie et au ravissement, la comédienne se fait conteuse du combat absurde de Don Quichotte contre les moulins, de son inimitable tristesse, de
son amitié avec Sancho et de sa rébellion joyeuse contre son
auteur.
Dans une atmosphère de brume invitant au rêve, les fragments de balades et les cadences familières de fanfare, distillés par le musicien, sont comme les tendres échos d’une
musique du passé, et la magie opère …
D’après l’œuvre de Miguel de Cervantès. Adaptation et mise en scène : Sarkis
Tcheumlekdjian - Distribution : Déborah Lamy et Gilbert Gandil - Composition
musicale : Gilbert Gandil - Costumes : Marie-Pierre Morel-Lab - Lumières :
Stephen Vernay - Univers sonore : Éric Dupré. Avec le soutien de la Région
Rhône-Alpes - APSV réseau de villes.
55
Sam.
28 mai à 20 h
Les Mangeurs
de lapin remettent
le couvert
L
e burlesque est un art millimétré, qui requiert une
précision d’horloger : un quart de seconde en plus ou en
moins et vous passez à côté de l’effet …
Entre Les feux du music-hall de Fellini et Signé Furax de Pierre
Dac et Francis Blanche, Les Mangeurs de lapin remettent le
couvert est un divertissement intelligent pour toute la famille,
doublé d’une échappée jubilatoire vers l’imaginaire !
Sous le regard blasé d’un homme-orchestre stoïque, le trio
déjanté s’attache à éblouir le public par une succession de
numéros qu’ils ratent … avec brio ! Tour à tour oiseaux de
proie, fakirs, dresseurs d’éléphants, danseuses et jongleurs,
ces impayables maladroits se révèlent être d’authentiques
virtuoses du rire. Leur hommage au cirque et au music-hall
joue avec finesse des lois spectaculaires du genre.
Durée : 1 h 20
À partir de 6 ans
Burlesque - cabaret
[ famille ]
Après-spectacle gourmand (p. 62)
« Dans un spectacle
foutraque, l’infatigable trio
enchaîne les numéros les
plus improbables. (…) Ils
multiplient les gags sans
craindre de nous épuiser
de rire. Et le pire, enfin
le mieux, devrait-on dire,
c’est qu’on en redemande ! »
Télérama Sortir, 2014.
Sous leurs airs de ne pas y toucher, ces Mangeurs de lapin
ont conquis le public du festival d’Avignon, petits et grands
confondus, venu en masse pour découvrir ce spectacle qui
fait rire … à en pleurer !
Direction artistique et décors : Sigrid La Chapelle - Mise en scène : Alain Gautré
- Spectacle écrit et interprété par : Dominic Baird-Smith, David Benadon, JeanPhilippe Buzaud, Sigrid La Chapelle - Régie plateau : Sabine Belotti - Régie
générale : Quentin Régnier - Costumes : Julie Calange, Véronique Vigneron Bottiers : Maison Clairvoy.
57
Le Parc
c’est aussi …
58
Événements partenaires
Sam.
12 mars à 20 h
Stabat Mater Furiosa
De Jean-Pierre Siméon par la Cie Montôrêves
Spectacle lauréat du festival de théâtre amateur
Coulisses d’automne 2014
Coulisses
d’Automne
Le Stabat Mater Furiosa est un cri de femme
qui condamne la guerre, sans appel. Il ne s’agit
pas d’une longue litanie, ni d’une plainte, ni
d’un chant de deuil, mais d’un cri d’une vitalité impressionnante. Stabat Mater Furiosa propose une parole édifiante que l’actualité nourrit constamment, une parole de poète.
Jean-Pierre Siméon écrit une langue qui nous
rassemble pour relever la tête. Ce passeur
d’humanité nous pousse à vivre haut.
— [email protected] —
Du mar.
29 mars au sam. 2 avr.
Festival des Dauphins magiques
Depuis la création de l’association des Dauphins Magiques
en 1995, le niveau de qualité et de renommée des festivals
ne cesse d’augmenter. L’association compte aujourd’hui une
trentaine de membres volontaires et passionnés.
Cette année encore, tout sera mis en œuvre pour relever le
défi d’un festival de magie toujours plus audacieux. La fidélité
du public et le succès rencontré sont la seule récompense à
la grande implication des bénévoles. La programmation de
cette 11e édition est en cours de préparation … Mais nul doute que la magie, l’humour, le
rêve et l’enchantement seront au rendez-vous !
— Renseignements complets au cours de la saison —
59
Expositions
Les expositions programmées mettent à l’honneur des créateurs de la région. Dans la mesure du possible, les vernissages ont lieu les soirs de spectacle, pour favoriser la circulation
des publics. Ouverture du mardi au vendredi de 13 h 30 à 18 h, le samedi de 10 h à 13 h.
Du 8 au 24 octobre
Jean-Michel
Chapuis
& Andrée Bars
Vernissage jeudi 8 octobre à 18 h 30
Sculpture sur bois - Peinture
Du 4 au 17 décembre
Véronique Rougy
& Juliette Montier
Vernissage vendredi 4 décembre à 18 h 30
Peinture - Sculpture en terre
Du 15 au 30 janvier
Francis Cordina
Vernissage vendredi 15 janvier à 18 h 30
Aquarelle
60
Du 6 au 19 mars
Isabelle Moreno
Vernissage dimanche 6 mars à 18 h 30
Aquarelle
Du 7 au 16 avril
Suzie Faure
& Christine Pons
Vernissage jeudi 7 avril à 18 h 30
Peinture - Céramique
Du 3 au 14 mai
Marie-Dominique
Lepori
Vernissage mardi 3 mai à 18 h 30
Sculpture papier
Du 20 mai au 4 juin
Fabrice Anneville
Vernissage vendredi 20 mai à 18 h 30
Peinture, collage
61
Le Théâtre du Parc et les publics
Le théâtre comme lieu de vie, nous l’avons rêvé ; depuis trois ans, il se construit avec vous.
La saison dernière, nous avons vu 15 lycéennes découvrir le hip hop avec un artiste, une
compagnie en résidence missionner des tricoteuses de la commune pour élaborer un costume, un metteur en scène prendre le temps de la rencontre et de la pratique avec 100 collégiens venus passer une journée au théâtre, 120 spectateurs partager un couscous à l’issue
d’un spectacle, 70 autres fredonner des chansons lors d’un cabaret improvisé autour d’une
cuisine nomade, 15 apprentis musiciens imaginer une bande son sur des planches de BD,
100 spectateurs écouter le discours passionné d’un traducteur de Shakespeare … Créer des
ponts, cultiver avec vous le goût de la découverte, voilà comment se traduit notre mission
de service public. Et chaque soir, nous prenons plaisir à le faire.
Alors, continuons ! Les portes du théâtre restent plus que jamais ouvertes à ceux qui veulent
bien y prendre une place, une ou plusieurs fois par an, le temps d’un spectacle, d’un repas,
d’une rencontre …
Pratiques de spectateurs
BORDS PLATEAU
Nous vous invitons à rencontrer les équipes
artistiques à l’issue des représentations,
l’occasion pour vous de réagir à chaud,
d’écouter et de débattre avec les artistes.
L’organisation de ces échanges vous sera
communiquée à l’oral, avant le début du
spectacle.
PAGE FACEBOOK
Nous concevons la page Facebook du théâtre
comme un outil d’échange ; elle rend compte
régulièrement de ce qui se vit dans nos murs,
à l’abri des coulisses : photos d’ateliers, montages de spectacles, répétitions d’artistes …
De votre côté, n’hésitez pas à y poster vos
retours sur les spectacles de la saison !
APRÈS-SPECTACLES GOURMANDS
Quoi de mieux que de se retrouver autour
d’un repas pour échanger, discuter et prolonger le plaisir d’une soirée partagée ? Trois
fois dans la saison, nous vous invitons à participer aux après-spectacles gourmands …
ACTIONS EN TERRITOIRE
Les projets menés avec les partenaires situés
sur le territoire de la commune permettent
de faire le lien entre pratiques amateurs et
pratiques de spectateurs, et d’aller à la rencontre d’habitants n’ayant pas l’habitude de
fréquenter le théâtre. Cette saison encore,
nous imaginons des actions avec la nouvelle
médiathèque du quartier des Terrasses, le
conservatoire François Mazoyer, le Nelumbo
et son centre de loisirs, le Creuset actif de
solidarité inter-âge, la Mission locale, et bien
d’autres encore …
• Samedi 24 novembre : Bigre
• Vendredi 18 mars : Richard Bohringer
• Samedi 28 mai : Les Mangeurs de lapin
Tarifs : 11 € / 8 € (-12 ans)
Réservation obligatoire à l’accueil du théâtre.
62
Pratique artistique amateur
ATELIERS THÉÂTRE
La Compagnie Le Ruban Fauve, installée à
Andrézieux-Bouthéon, continue de diriger les
ateliers avec Irène Chauve, Margot Forissier,
Maud Terrillon et Stéphane Kordylas. Tous
sont comédiens et travaillent avec diverses
compagnies et structures de spectacle vivant. Cette année un stage de clown est proposé en plus des ateliers hebdomadaires.
ATELIERS HEBDOMADAIRES
Les ateliers ont lieu le mercredi et démarrent
le 23 septembre 2015 • De 14 h à 15 h, 6-8
ans, tous niveaux, tarif : 120 € par an • De
15 h à 16 h 30, 9-11 ans, tous niveaux, tarif :
160 € par an • De 16 h 45 à 18 h 45, 12-15 ans,
tous niveaux, tarif : 200 € par an • De 19 h 30
à 21 h 30, adultes et jeunes à partir de 16 ans,
tous niveaux, tarif : 240 € par an. Une présentation de travail aura lieu le 15 juin 2016.
STAGE CLOWN : « MON CLOWN À MOI »
Les 19, 20 et 21 février 2016, le 19 de 19 h
à 22 h, le 20 et le 21 de 10 h à 13 h et de 14 h à 17 h.
Adultes et jeunes à partir de 16 ans, tous niveaux, tarif : 80 €.
Ce stage propose de rentrer en contact avec
son propre clown, le clown que chacun porte
à l’intérieur de soi. Il permet de se mettre
en lien avec de multiples facettes de sa personnalité, de se révéler à soi-même. Il libère
l’expression de l’univers créatif de l’individu,
sur le plan corporel, vocal et mental. Le nez
rouge transforme nos imperfections en « bijoux » artistiques.
Ce stage est animé par Irène Chauve qui pratique le clown depuis plus de dix ans dans
différentes disciplines (cirque, théâtre, cabaret et auprès des enfants hospitalisés).
Plus d’informations : Irène Chauve 06 08 71 86 07
— Inscriptions à l’accueil du théâtre : 04 77 36 26 00 —
Établissements scolaires
Pour répondre à sa mission d’éducation artistique et de sensibilisation, le Théâtre du Parc
propose chaque année plus de 4000 places à destination des établissements scolaires, de
la maternelle au lycée. L’objectif est d’accompagner les élèves au sein d’une véritable « école
du spectateur » afin de leur permettre, quel que soit leur âge, de se confronter aux œuvres et
aux artistes, d’aiguiser leur regard et de développer leur esprit critique.
Des partenariats permettent aux élèves de tous les établissements de la commune de venir
au spectacle plusieurs fois par an, mais la programmation est également ouverte à ceux
situés ailleurs dans le département.
En accompagnement, différentes actions sont susceptibles de voir le jour : visite du théâtre
et découverte des métiers et, en fonction de la disponibilité des compagnies, rencontre avec
l’équipe artistique, atelier etc. Un dossier pédagogique est adressé à tous les enseignants
ayant pour projet d’emmener leurs élèves. Un dossier complet présentant l’ensemble des
spectacles à destination des établissements scolaires, ainsi que la démarche d’inscription,
est disponible sur simple demande.
Bleu violon, p. 15
Piccoli sentimenti,
p. 17
Juliette + Roméo
= AESD, p. 30
Tartine Reverdy, p. 35
Mooooooooonstres,
p. 39
Le Bateau, p. 51
Akiko l’amoureuse,
p. 53
L’homme qui tua
Don Quichotte,
p. 55
— Contact : Jeanne-Leïla Mounaud / [email protected] / 04 77 36 26 08 —
63
Réseaux
Le Théâtre du Parc est membre …
Situés dans les villes moyennes au cœur de
la Région ou en périphérie des agglomérations urbaines, les théâtres du Groupe des
20 constituent un réseau représentatif de la
décentralisation du théâtre public français :
inscription dans un territoire à travers une
activité de diffusion pluridisciplinaire ; soutien aux équipes artistiques régionales en
création ; médiation entre publics et artistes
afin de permettre la découverte des œuvres
au plus grand nombre.
Dans le cadre de la nouvelle région Rhône-Alpes-Auvergne, le Groupe des 20 joue la
carte de l’ouverture avec des scènes régionales auvergnates.
À l’heure où les menaces se multiplient sur
les théâtres et festivals à travers tout le territoire, le Groupe des 20 réaffirme plus que
jamais que la culture et le spectacle vivant
sont un service public dont chaque citoyen
peut être fier !
• La Route des 20, rencontre professionnelle
entre compagnies et responsables de programmation, aura lieu les 6 et 7 janvier
2016 au Théâtre de la Renaissance (Oullins-Lyon Métropole)
Le Groupe des 20 travaille en partenariat
avec la Région Rhône-Alpes et le Ministère
de la culture – Direction régionale des affaires culturelles (Drac) – qui le soutiennent
pour l’ensemble de ses activités.
Le Groupe des 20 Rhône-Alpes
Le Dôme Théâtre - Albertville / Théâtre du Parc Andrézieux-Bouthéon / Château Rouge - Annemasse /
Quelque p’Arts - Boulieu Lès Annonay / Théâtre de Bourg
en Bresse / Théâtre Jean Vilar hors les murs - Bourgoin
Jallieu / Espace Albert Camus - Bron / Le Polaris - Corbas
/ Le Toboggan - Décines / La Rampe et La Ponatière Échirolles / L’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences
- Meylan / Théâtre de la Renaissance - Oullins / Train
Théâtre - Porte Lès Valence / Théâtre de Privas / Centre
NOS ACTIONS SUR LA SAISON 2015-2016
• Coproduction et diffusion en réseau. Cette
saison, le Groupe des 20 accompagnera
trois créations en coproduction et diffusion : Le Sentiment d’une Montagne, Cie
Bakakaï – théâtre musical, Chloé Bégou.
No More, Cie La Tournoyante – théâtre,
cirque, musique, Simon Carrot. La Crasse
du Tympan, Cie Épiderme – danse, musique, Nicolas Hubert.
64
Culturel - La Ricamarie / L’Heure Bleue - Saint-Martind’Hères / L’Auditorium - Seynod / La Maison des Arts Thonon les Bains / Théâtre de Vénissieux / Théâtre de
Vienne / Théâtre du Vellein - Villefontaine / Théâtre de
Villefranche / Le Grand Angle - Voiron.
Suivez-nous sur :
• france3-regions.blog.francetvinfo.fr/
theatres-en-rhone-alpes
• www.g20theatresrhonealpes.org
Loire en scène est une association loi 1901 qui regroupe un ensemble de professionnels
représentant les lieux de création et de diffusion artistique et culturelle, agissant dans le
domaine du spectacle vivant et implanté sur le département de la Loire.
L’ensemble des adhérents partage une préoccupation commune d’élargissement des publics, de service public de la culture, d’aide à la création avec une attention particulière, mais
non exclusive, portée aux artistes ligériens.
Coup de projecteur sur ce qu’il se passe à côté
ODAC SAINT-JUST-SAINT-RAMBERT
Entrechats - Chok théâtre - Jeu. 10 déc. à 20 h 30
Salle du Prieuré, cour du Musée des civilisations
Saint-Just-Saint-Rambert.
Abonnés du Théâtre du Parc : 8 € (au lieu de 14 €).
Réservation : Office de tourisme Loire Forez.
Que se passe-t-il quand des parents imprudents confient, pour aller souper chez
des amis, une adolescente à une mamie
excentrique et paralytique ? Une révolution
hilarante, des confidences à mi-voix, des improvisations délirantes, des coups de théâtre
à répétition. Entre générations se tisse une
complicité rare : les deux femmes réduites au
silence et à la dépendance – l’une trop vieille
l’autre trop jeune – se défoulent de leurs frustrations, expriment leurs désirs et organisent
leur « Grande Évasion ». Une fable débordante de cocasserie et de tendresse.
Création 2015-2016 - Texte : Pascal Vrebos - Mise en scène :
Alain Besset - Avec : Josiane Carle, Lynd Devanneaux - Bande
son : Aurélien Cenet.
65
Soutien à la création
Cinq équipes artistiques sont soutenues par le Théâtre du Parc en 2015-2016 : nous leur
faisons confiance et les accompagnons dans le travail au long cours que représente une
création. Leur présence dans nos murs nous permet de favoriser le lien avec le public et la
mise en œuvre de projets sur le territoire.
Résistances
Cie Stylistik
Danse
Après l’accueil de la compagnie la saison dernière, qui
a donné lieu à des actions
de sensibilisation, Abdou
N’gom et son équipe seront accueillis en résidence
et la création sera coproduite en 2015-2016.
Passion(s)
Neuf artistes,
chorégraphes,
metteurs en scène,
vidéastes
Danse
Ce projet hors normes rassemblant neuf artistes rhône-alpins, dont trois ligériens, sera
coproduit. L’équipe bénéficiera également
d’une semaine de résidence au plateau pour
finaliser le travail de création.
66
En attendant Godot
Théâtre de l’Incendie
Théâtre
Après la création du spectacle à l’été 2015,
Laurent Fréchuret et son équipe seront
quelques jours au plateau pour sa reprise,
avant une tournée importante sur le territoire national.
Péripéties
Cie Petites
perfections
Cirque
Nous accueillons pour la
première fois cette équipe
au théâtre durant une semaine de résidence en
septembre. Ce projet est
accompagné en vue d’un
accueil au cours de la saison 2016-2017.
www.petitesperfections.fr
Festum - les repus, les affamés
Les Transformateurs
Théâtre déambulatoire
Parmi les projets soutenus, Festum a une place un peu à part puisque les Transformateurs
sont compagnie en résidence depuis janvier 2015 et que la création de leur spectacle prend
place directement sur le territoire, avec le soutien du service Politique de la ville.
STAGES, ATELIERS :
VENEZ PARTICIPER !
STAGES DE PRATIQUE AVEC LES ARTISTES
DE LA COMPAGNIE
Deux week-ends de stage sont proposés :
Nicolas Ramond, metteur en scène, et Fabienne Swiatly, auteure, feront expérimenter l’écriture et le jeu tels que la compagnie
les pratique dans ses créations. Nul besoin
d’avoir une pratique personnelle antérieure :
les stages sont ouverts à tous !
21 et 22 novembre 2015
30 et 31 janvier 2016
De 10 h à 13 h et de 14 h à 17 h
Sur réservation / Prévoir un pique-nique.
PARTICIPATION DES AMATEURS
PENDANT LE SPECTACLE
Une quinzaine d’amateurs est également
invitée à prendre part à la création du spectacle, pour toute la déambulation extérieure.
Deux journées de travail avec Nicolas Ramond sont organisées pour préparer cette
participation.
Dimanche 3 avril et samedi 23 avril 2016.
LABORATOIRES DE CRÉATION
Les Transformateurs bénéficient toute l’année de périodes de travail au plateau, qui
permettent de donner vie au projet.
IMMERSION / 4
Le processus de création se poursuit sur le
territoire avec une nouvelle semaine d’immersion et l’adoption du monstre Moa pour
une semaine par une des écoles de la commune.
ACTIONS SUR LE TERRITOIRE
La compagnie sera présente régulièrement
sur la commune : animation d’ateliers au lycée François Mauriac et au collège Jacques
Prévert, participation
au Carnaval de la Chapelle, retours réguliers sur les lieux des
immersions… Pour
continuer à tisser des
liens, et vous donner
envie de découvrir
leur création le samedi 30 avril 2016.
— Contact : Jeanne-Leïla Mounaud —
[email protected]
04 77 36 26 08
67
Infos pratiques
Places à l’unité
• Tarif plein : 19 €.
• Tarif réduit : 16 € (groupes de plus de 10 personnes, CE, familles nombreuses, +65 ans).
• Tarif étudiant et solidaire : 10,50 € (chômeurs, bénéficiaires du RSA, personnes en situation de handicap, - 18 ans, étudiants).
• Tarif spécial spectacle Festum (p. 49) : 8 €.
VENIR EN FAMILLE
Pour bien grandir en spectateur, mieux vaut commencer par des propositions adaptées. La
plaquette vous fournit des indications concernant l’âge minimum conseillé par les artistes
pour profiter au mieux des spectacles.Toutefois, si les plus grands peuvent découvrir avec
bonheur des spectacles destinés aux plus jeunes, la réciproque n’est pas toujours vraie.
C’est pour cela que nous vous proposons une sélection de spectacles adaptée à chaque
tranche d’âge, assortie de tarifs sur mesure, pour vous permettre de venir au théâtre en
famille aussi souvent que possible !
Vous les reconnaîtrez dans la plaquette : ils portent la mention [ famille ].
Enfant
– 12 ans
Adulte
Très jeune public
Piccoli Sentimenti (p. 17) / Mooooooooonstres (p. 39)
/ Le Bateau (p. 51)
6 €
6 €
Jeune public
Juliette + Roméo = AESD (p. 30) / Tartine Reverdy (p. 35)
/ Akiko l’amoureuse (p. 53)
8 €
13 €
Famille
Bleu violon (p. 15) / Quien soy ? (p. 29)
/ Les Mangeurs de lapin (p. 57)
8 €
13 €
Accompagnateur
- 12 ans uniquement
Des rehausseurs sont désormais à votre disposition
pour permettre aux plus jeunes d’assister au spectacle à bonne hauteur.
N’hésitez pas à les demander à l’équipe du théâtre !
68
Abonnements : pourquoi vous abonner ?
• Parce que vous abonner vous donne une priorité dans la réservation de vos places : nous vous
accueillons dès le 13 juin, alors que les places à l’unité ne seront en vente que le 14 septembre.
• Parce que vous abonner vous permet de bénéficier d’un avantage financier : plus le nombre
de spectacles choisis est important, plus la réduction est significative. En plus, si vous
souhaitez assister à davantage de spectacles, le statut d’abonné vous donne droit au tarif
réduit tout au long de la saison.
• Parce que vous abonner, c’est vous donner rendez-vous à vous-même pour être certain de
laisser une place au rêve et à la découverte dans votre quotidien.
• Parce que vous abonner, c’est soutenir le projet du Théâtre du Parc en nous accordant
votre confiance.
3 SPECTACLES « DÉCOUVERTE »
• Tarif plein : 51 €, soit 17 € la place.
• Tarif réduit : 42 €, soit 14 € la place.
• Tarif étudiant et solidaire : 30 €, soit 10 € la place.
Obligation de choisir au moins un spectacle de catégorie [ découverte ] :
Bleu violon (p. 15), Passion(s) (p. 21), Barcella (p. 31), Résistances (p. 32), Médina Mérika (p. 33),
Love I obey (p. 37), La Visite de la vieille dame (p. 45), Akiko l’amoureuse (jeune public, p. 53).
5 SPECTACLES « TRANQUILLITÉ »
• Tarif plein : 75 €, soit 15 € la place.
• Tarif réduit : 65 €, soit 13 € la place.
• Tarif étudiant et solidaire : 50 €, soit 10 € la place.
Obligation de choisir au moins un spectacle de catégorie [ découverte ] :
Bleu violon (p. 15), Passion(s) (p. 21), Barcella (p. 31), Résistances (p. 32), Médina Mérika (p. 33),
Love I obey (p. 37), La Visite de la vieille dame (p. 45), Akiko l’amoureuse (jeune public, p. 53).
10 SPECTACLES « PASSION »
• Tarif unique : 120 €, soit 12 € la place.
• Tarif étudiant et solidaire : 100 €, soit 10 € la place.
3 SPECTACLES « FAMILLE »
À valoir sur une sélection de spectacles Piccoli Sentimenti (p. 17), Mooooooooonstres (p. 39),
Le Bateau (p. 51), Juliette + Roméo = AESD (p. 30), Tartine Reverdy (p. 35), Akiko l’amoureuse
(p. 53), Bleu violon (p. 15), Quien soy ? (p. 29), Les Mangeurs de lapin (p. 57).
• Enfant - 12 ans : 18 €, soit 6 € la place.
• Adulte accompagnateur - 12 ans : 36 €, soit 12 € la place.
Bulletin d’abonnement à retirer à l’accueil du théâtre
ou à télécharger sur www.theatreduparc.com.
69
Infos pratiques (suite)
THÉÂTRE DU PARC
1, av. du parc - 42 160 Andrézieux-Bouthéon
Billetterie et administration : 04 77 36 26 00
[email protected]
Nous joindre
Nouveaux horaires du standard à compter
du 17 août :
• le lundi de 13 h 30 à 18 h,
• du mardi au vendredi de 10 h à 12 h et de
13 h 30 à 18 h,
• le samedi de 10 h à 13 h.
Lorsque les spectacles ont lieu en semaine,
le standard reste ouvert jusqu’au début de
la représentation ; le week-end, il ouvre une
heure avant le spectacle.
Venir au théâtre
ACCÈS BUS STAS
Lignes 37 et 38 – arrêt Rond point Dallière.
ACCÈS PAR LA ROUTE
• Au départ de Saint-Étienne : autoroute A72
direction Roanne/Clermont, sortie n°8 b
(Montbrison/Andrézieux-Bouthéon), puis
direction centre-ville.
• Au départ de Roanne : autoroute A72 direction Saint-Étienne/Lyon, sortie no 8
(Veauche/Andrézieux-Bouthéon), puis direction centre-ville.
Coordonnées GPS : 45.524752, 4.257660
Pensez au covoiturage :
www.covoiturage-loire.fr
70
Où réserver ?
À LA BILLETTERIE
Nouveaux horaires à compter du 17 août :
– du mardi au vendredi de 13 h 30 à 18 h,
– le samedi de 10 h à 13 h.
La billetterie ouvre ses portes une heure avant
le début du spectacle. L’accès se fait exclusivement par la porte située à l’étage du théâtre.
Ouverture exceptionnelle pour les abonnements les samedis 13, 20 et 27 juin, de 10 h
à 13 h et de 14 h 30 à 17 h 30. Ouverture de la
billetterie le samedi 13 juin pour les abonnements ; lundi 14 septembre pour les places à
l’unité. Fermeture du 17 juillet au 17 août et
pendant les vacances de Noël.
SUR INTERNET
À partir du 14 septembre, achetez vos billets
en ligne sur le site internet du théâtre :
www.theatreduparc.com
C’est simple : les billets sont au même prix
qu’en billetterie et vous pouvez imprimer
directement chez vous votre réservation,
à échanger au guichet. Attention : places à
l’unité uniquement ; un justificatif vous sera
demandé en cas de tarif réduit.
PAR COURRIER
Afin de vous éviter l’attente des premiers jours
d’abonnement, vous pouvez nous adresser
votre bulletin d’abonnement par courrier.
Il devra impérativement être accompagné de
votre règlement (chèque libellé à l’ordre de
« Régie de recettes – Théâtre du Parc »).
Les abonnements seront traités par ordre
d’arrivée. Vous serez placé au mieux des
disponibilités. Un courrier de confirmation
vous sera envoyé suite au traitement de
votre abonnement. Vous pourrez retirer vos
billets à la billetterie aux heures d’ouverture
ou le soir du premier spectacle choisi.
Le théâtre, mode d’emploi
HORAIRES
Le Théâtre du Parc ouvre ses portes une
heure avant la représentation.
PLACES NUMÉROTÉES
La salle de spectacle est numérotée, vos
places sont donc réservées jusqu’à l’heure
indiquée de début de spectacle. L’équipe du
théâtre se réserve le droit de modifier le plan
de salle en cas de nécessité technique. Les
spectacles hors les murs, jeune public et très
jeune public sont en placement libre.
RETARDATAIRES
Les personnes arrivées en retard ne pourront prétendre à leur place réservée et seront
placées en fonction de l’accessibilité. Si le
spectacle l’exige, l’accès à la salle pourra leur
être refusé.
TÉLÉPHONES
Pendant le spectacle, et afin de ne pas perturber le bon déroulement de la représentation, l’usage des téléphones, appareils photos et caméras est interdit.
PARKING
Les soirs de spectacle, le parking au dessus
du théâtre est exclusivement réservé aux personnes à mobilité réduite et aux personnels.
Des places sont disponibles le long de l’avenue du parc, sur le parking de la mairie et au
parking souterrain place des Cèdres.
ACCÈS PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE
Des places dans la salle sont réservées aux
fauteuils roulants. Si vous êtes concerné,
merci de nous prévenir lors de votre réservation afin de nous permettre de vous accueillir dans les meilleures conditions. L’accès se
fait par l’étage billetterie.
BAR
Le bar est ouvert une heure avant et après
chaque spectacle pour vous permettre de
boire un verre. Dans la mesure du possible,
nous vous y proposons des produits locaux.
ÉCHANGE
Aucun billet ne pourra être repris, ni échangé et aucun duplicata ne sera délivré. À titre
exceptionnel et uniquement dans le cadre
des abonnements, il pourra être effectué un
échange en cas d’indisponibilité du spectateur. Cet échange devra intervenir impérativement avant la représentation.
CHANGEMENTS
Dans de très rares cas, la programmation est
susceptible de connaître des changements
en cas d’indisponibilité des artistes. Dans ce
cas, l’ensemble des spectateurs sera prévenu par courrier, mais nous vous conseillons
de rester attentifs : parce qu’il est vivant, le
spectacle peut parfois connaître des aléas.
71
Calendrier
26 sept. à 19 h �������������������������������� Savoir enfin qui nous buvons Théâtre
Ven.
2 oct. à 20 h��������������� Le retour au désert à la Comédie de Saint-Étienne Théâtre
Jeu.
8 oct. à 20 h������������������������������������������������� Carolyn Carlson company Sam.
Sam.
24 oct. à 20 h�������������������������������������������������������������������Bigre Sam.
7 nov. à 17 h ������������������������������������������������������Bleu violon Sam.
14 nov. à 11 h ������������������������������� Piccoli Sentimenti Jeu.
Jeu.
Marionnette - théâtre d’objets
Soul music - jazz
28 nov. à 20 h����������������������������������������������������������������������� Passion(s) 12 déc. à 20 h ����������������������������������������������������������������������� Arthur H Dim.
Mer.
Théâtre
Théâtre
24 jan. à 17 h ��������������������������������������������������������������������� Quien soy ? 27 jan. à 15 h 30����������������Juliette + Roméo = AESD Danse
Chanson
15 jan. à 20 h������������������������������������������������������� En attendant Godot Ven.
72
Cirque - images animées
3 et ven. 4 déc. à 20 h����������������������������������������������������������� Le Faiseur Sam.
Jeu.
Théâtre - burlesque
19 nov. à 20 h����������������������������������������������������������� Lisa Simone Sam.
Danse
Cirque
Marionnette - théâtre d’objets
4 fév. à 20h 30����������������������������� Barcella au Théâtre des Pénitents Chanson française
Ven.
5 fév. à 20 h ���������������������������������������������������������������������������Résistances Jeu.
11 fév. à 20 h �������������������������������������������Médina Mérika Théâtre - musiques urbaines
Mer.
2 mars à 15 h 30���������������������������������������������Tartine Reverdy Dim.
6 mars à 17 h������������������������������������������������������ Love I obey Sam.
12 mars à 11 h�������������������������������������������� Mooooooooonstres Chanson jeune public
Musique baroque - folk
Théâtre d’objets
Ven.
18 mars à 20 h������������������������������������������������������� Richard Bohringer Jeu.
24 mars à 20 h�������������������������������������������������������������������������� IT Dansa Jeu.
7 avr. à 20 h ��������������������������������������������La Visite de la vieille dame Sam.
16 avr. à 20 h ��� L’Orchestre d’Auvergne invite Richard Galliano Sam.
30 avr. à 18 h ������������� Festum - les repus, les affamés Mer.
Théâtre
Danse
Théâtre
Musique classique
Théâtre déambulatoire
4 mai à 16 h������������������������������������������������������������������ Le Bateau Sam.
Danse
14 mai à 17 h �������������������������������������������Akiko l’amoureuse Théâtre sensoriel
Danse jeune public
Ven.
20 mai à 20 h������������������������������ L’homme qui tua Don Quichotte Sam.
28 mai à 20 h ���� Les Mangeurs de lapin remettent le couvert Théâtre
Burlesque - cabaret
73
Mentions légales
• P. 7 – 4x4 Ephemeral architectures. Musique live : Camerata Alma Viva. Conseiller artistique : Matthew Hawkins. • P. 8 – Savoir enfin qui
nous buvons. Coproductions et résidences : Le Channel - Scène Nationale de Calais, Le Grand T - Théâtre de Loire-Atlantique, Le Carré, Les
Colonnes - scène conventionnée Saint-Médard-en-Jalles / Blanquefort, Pronomade(s) en Haute-Garonne - CNAR Encausse les Thermes,
Excentrique - festival porté par Culture O Centre, Ateliers de développement culturel, La Paperie - CNAR Angers, AGORA PNAC Boulazac
Aquitaine. Diffusion : Centre de Production des Paroles Contemporaines - Rennes. • P. 9 – Le retour au désert. Assistantes mise en
scène : Elsa Imbert et Émilie Capliez - Scénographie : Damien Caille-Perret - Lumières : Nicolas Marie - Son : Benjamin Jaussaud - Vidéo :
Pierre Nouvel - Costumes : Anne Autran. • P. 11 – Short stories. Production déléguée : Carolyn Carlson Company - Production originale :
CCN Roubaix Nord-Pas-de-Calais sauf Density 21.5 Production : Carolyn Carlson Company. All that falls. Conseil musical : Nicolas de Zorzi
- Montage musical : Pierre-Alain Samanni - Assistant chorégraphique : Henri Mayet - Lumières : Guillaume Bonneau - Costumes : Chrystel
Zingiro et Aurélie Noble / Density 21.5. Flûte solo : Timon Nicolas - Lumières originales : Serge Apruzzese - Re-création lumières : Guillaume
Bonneau - Coproduction : Adami / Wind Woman. Lumières : Guillaume Bonneau - Soutien : Teatro San Carlo, Naples / Li. Lumières : Freddy
Bonneau - Mise en scène : Philippe Karpinski - Costumes : Chrystel Zingiro, Han Jin-Gook, Lee Young-Hee - Assitante chorégraphique :
Valentina Romito - Soutien : Quinzaine du Japon - Cie subventionnée MCC / DGCA. • P.13 – Bigre. Construction décor : atelier Jipanco
et le Quartz, Scène nationale de Brest - Régie générale, lumières et plateau : David Carreira et Ludovic Perché - Régie plateau : Robin
Causse - Régie son : Loïc Le Cadre - Diffusion : Séverine Liebaut/Scène 2 - Production : Cie le Fils du Grand Réseau - Coproduction : Le
Quartz - Scène nationale de Brest, Théâtre de L’Union - Limoges, CDN du Limousin, Théâtre de la Croix Rousse - Lyon - Cie conventionnée
MCC/Drac Bretagne. • P. 15 – Bleu violon. Techniques vidéo : Olivier Tarasse, Alain Chaix - Création musicale collective dirigée par Daniel
Masson - Décors : Fabien Megnin et Franck Breuil - Lumières : Thomas Maréchal - Environnement sonore et régie son : Jacques Rossello
- Régie générale et lumières : Hélène Tourmente - Régie vidéo : François Drolet - Production/Diffusion : Bob Mauranne - Coproduction :
Scène nationale d’Albi - Coproduction et création au Théâtre d’Arles, scène conventionnée - Coproduction et résidence : CIRCa - PNAC
Auch, Théâtre de Fos, Arts vivants en Vaucluse / Auditorium Jean Moulin (Le Thor), Hostellerie de Pontempeyrat - Association Regards
et Mouvements (Usson-en-Forez) - Soutiens : DGCA / MCC - CNC / DICREAM - Région Midi-Pyrénées - CG de la Haute-Garonne et du
Val d’Oise (en cours). • P. 17 – Piccoli Sentimenti. Lumières : Emiliano Curà et Dimitri Joukovsky - Régie : Bao Khanh Ngouansavanh Assistante scénographie : Céline Robaszynski - Construction du plateau et bidouillages divers : Paolo Romanini - Mise sur orbite et conseils
éclairés : My-Linh Bui - Aide à la réalisation : Sarah Demarthe - Production : Tof Théâtre et Teatro delle Briciole - Coproduction : Festival
À pas contés (Dijon), Le Granit - Scène nationale de Belfort, MA scène nationale - Pays de Montbéliard, L’Yonne en Scène - Soutien :
Province du Brabant-Wallon - Le Tof Théâtre est conventionné par le Ministère de la culture de la Fédération Wallonie. • P. 21 – Passion(s).
Collaborateurs artistiques et techniques : Alexandre Beneteaud, Valérie Colas, Pierre Grange, Benjamin Lebreton, Laura Pignon, Cathy Ray,
Pierre Treille - Coproduction : Festival Montpellier Danse, Théâtre du Parc Andrézieux-Bouthéon, Ramdam Un centre d’art, Cie Als, Cie Katet,
Cie Maguy Marin, Cie Parc, Cie Scènes, Usine Biolay, Cie Zélid - Production déléguée : Zélid. • P. 23 – Le Faiseur. Production : Tréteaux de
France - CDN - Coproduction : Théâtre Jacques Coeur de Lattes, L’Arc - Scène nationale Le Creusot - Soutien : CG de l’Eure. • P. 27 – En
attendant Godot. Costumes : Claire Risterucci - Coiffure maquillage : Françoise Chaumayrac - Régie générale : Nicolas Hénault - Directeur
de production : Slimane Mouhoub - Production : Théâtre de l’Incendie - Coproduction : l’Estival de la Bâtie d’Urfé, le Grand Angle Voiron,
le Théâtre de Villefranche sur Saône - Soutiens : Théâtre des Pénitents Montbrison, Théâtre des Halles Avignon. Cie conventionnée MCC,
Région Rhône-Alpes, Ville de St-Étienne, subventionnée par le CG de la Loire. • P. 29 – Quien Soy ? Production / diffusion : Fanny Fauvel
- Coproduction : la Cascade, PNAC Bourg-Saint-Andéol, Transversales - théâtre de Verdun, la Grange Dîmières à Fresnes, la Brèche, PNAC
Cherbourg, le Théâtre de Privas, Quelques p’Arts …, le Nouveau Relax de Chaumont, CDN Haute-Normandie - Soutiens : CG de la Marne,
Région et Drac Champagne-Ardenne, Dicréam, SACD. • P. 30 – Juliette + Roméo = AESD. Production : Scopitone et Cie - Coproduction :
le Quai des Rêves à Lamballe, le Théâtre Maison Folie Moulins à Lille - Soutiens : MCC - Drac Bretagne. Aide au projet : CG du Morbihan
et Région Bretagne. • P. 32 – Résistances. Création costumes et dramaturgie : en cours - Coproduction : Théâtre du Parc AndrézieuxBouthéon, Centre Culturel Louis Aragon - Oyonnax, le Sémaphore - Irigny, Auditorium du Thor, CCN La Rochelle, IADU. • P. 33 – Médina
Mérika. Scénographie : Pierre Heydorff - Costumes : Ouria Dahmani-Khouhli et les ateliers de la Comédie de St-Étienne - Photos et vidéos :
Samir Hadjazi - Son : Tom Vlahovic - Lumières : Alexandre Juzdzewski - Production : Cie Nomade in France - Coproduction : le Train Théâtre
de Portes-lès-Valence, la ville du Chambon-Feugerolles, la Garance - Scène nationale de Cavaillon, le Théâtre de Roanne. Cie soutenue
par la Drac Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes et le Département de la Loire. • P. 35 – Tartine Reverdy. Création : Salle des fêtes de
Schiltigheim - Coproduction : les JMF, le Train Théâtre de Porte les Valences, la Passerelle Rixheim, la ville de Saint-Quentin. Soutiens :
ville de Strasbourg, Région, CG et Drac d’Alsace. • P. 37 – Love I obey. Coproduction : Scène nationale 61, Arsenal de Metz - Soutiens :
Adami, CNV, FCM et Sacem. Production déléguée : Madamelune. • P. 39 – Mooooooooonstres. Production : Label Brut - Coproduction :
le Carré - Scène nationale, Espace culturel Boris Vian - scène conventionnée des Ulis. Diffusion : Sine qua non • P. 43 – ITDansa. Un
ballo. Lumières : Joop Caboort - Costumes : Joke Visser / Wad Ras. Lumières : Peni Barratxina - Costumes : Increpación Danza - Édition
musicale José Antonio Gutiérrez “ Guti ”/ Minus 16. Lumières : Bambi (adaptées par Ohad Naharin). • P. 45 – La Visite de la vieille dame.
Production : Cie du Bonhomme. Soutiens : Trame de Saint-Jean-Bonnefonds, Théâtre de Vienne, Ville de Lyon et Région Rhône-Alpes. Édition :
L’Arche. • P. 49 – Festum - les repus, les affamés. Coproduction : Théâtre du Parc, Andrézieux-Bouthéon et les Transformateurs - Soutiens :
Les ateliers Frappaz - Villeurbanne, Quelques p’Arts … le SOAR - Boulieu-lès-Annonay. Cie conventionnée Drac et Région Rhône-Alpes,
subventionnée par la Ville de Lyon. • P. 51 – Le Bateau. Soutiens : Théâtre des Clochards Célestes - Lyon, MJC - Ste Foy-les-lyon, Le Rize
Villeurbanne. • P. 53 – Akiko l’amoureuse. Soutiens : Ville de Lyon, Région Rhône-Alpes, Théâtre du Vellein Villefontaine, Opéra Théâtre
de St-Étienne, Très Tôt Théâtre, CND Lyon, théâtre de Vénissieux, Le Trait d’Union. • P. 55 – L’homme qui tua Don Quichotte. Cie conventionnée Région Rhône-Alpes, subventionnée par la Drac Rhône-Alpes, les villes de Lyon et Villeurbanne. • P. 57 – Les Mangeurs de lapin.
Coonyang production 2012 - Diffusion : Comme il vous plaira.
74
Équipe / crédits / soutiens
L’équipe du théâtre
Crédits
Patrice Melka,
directeur, programmateur
Jean Bourgeois,
régisseur général / son
Nadine Costechareyre,
accueil, secrétariat, billetterie
Philippe Lévèque,
régisseur plateau / lumière
Laurent Morschhauser,
cintrier, régisseur plateau / vidéo
Jeanne-Leïla Mounaud,
resp. relations publiques et communication
Christine Roume,
agent d’entretien, catering et vernissages.
Responsable de la publication :
Jean-Claude Schalk
Rédaction des textes : Jeanne-Leïla Mounaud
Édition et graphisme :
service communication,
ville d’Andrézieux-Bouthéon
Impression : Imprimerie Courand & associés
Crédit photo couverture : iStock
Ainsi que toute l’équipe des ouvreurs et les
intermittents qui collaborent avec nous tout
au long de la saison.
4x4 Ephemeral architectures : Beinn Muir
Savoir enfin qui nous buvons : Angélique Lyleire
Le retour au désert : Pierre Boulat Cosmos
Short stories : M. Logvinov
Bigre : Pascal Pérennec
Bleu violon : Bob Mauranne
Piccoli Sentimenti : Melisa Stein
Lisa Simone : Frank Loriou / Agence VU
Passion(s) : Éric Pellet
Le Faiseur : Éric Facon
Arthur H : Léonore Mercier
En attendant Godot : Christophe Raynaud de Lage
Quien soy ? : Sylvain Frappat
Juliette + Roméo = AESD : Joël Glock
Barcella : The Judge
Résistances : Grégory Trouillet
Médina Mérika : Samir Hadjazi
Tartine Reverdy : Olivier Heckel
Love I obey : Julie Moulier
Mooooooooonstres : Sylvain Sechet
Richard Bohringer : Alain Rousseau
IT Dansa : Josep Aznar
La Visite de la vieille dame : Cie du Bonhomme
Richard Galliano : Vincent Catala
Festum : Fabienne Swiatly
Le Bateau : Magali Lamache
Akiko l’amoureuse : Michel Cavalca
L’homme qui tua Don Quichotte : David Anémian
Les Mangeurs de lapin : Dom Secher
Ils nous soutiennent :
Le théâtre est membre :
Crédits photos
75
SAISON 2015-2016
www.theatreduparc.com
Théâtre du Parc – Andrézieux-Bouthéon
Théâtre du Parc
1, avenue du Parc
42160 Andrézieux-Bouthéon
Tél. : 04 77 36 26 00

Documents pareils