A travers - Bibliothèque municipale de Senlis

Commentaires

Transcription

A travers - Bibliothèque municipale de Senlis
LE
97* Année. - N* 20.
NUMÉRO
QUINZE C E N T IM E S
D im a n ch e 1 6 M ai 1 9 S 6
LE COURRIER DE L'OISE
JOURNAL
DE
L ’A R R O N D I S S E M E N T
Farcissant
_A_ 3 3 O 3 ST UST TE 1 SÆ E N T S
On s'ab o n n e aux b u reau x d u Jo u rn a l et d an s tous
Oise et liiiiitr.
Attires <lép.
8 fr.
S fr.
On a n ,...
SU m oi».
Le»
A b o n n e m e n ts
10 t’r.
Q fr.
les b u re a u x d e p oste. — I/a b o n n e m e n t est payable
d ’av an ce e t co n tin u e de p le in d ro it ju sq u ’à réception
d 'av is con traire.
p a r te n t
du
ANNIVERSAIRE
/
D e u x a n s q u e le c a rte l e st a u
p o u v o ir !
C om m e p o u r c é lé b re r cet
h e u r e u x a n n iv e rs a ire la liv re e t
le d o lla r o n t p o u ssé u n e p o in te b r u ta le
q u i la is s e lo in d e rr iè r e elle, com m e
u n e a v e n tu r e in s ig n ifia n te , celle d u
p r in te m p s de 1924. N o u s les a v o n s vu
s’é le v e r h ie r , la liv re j u s q u ’à 158 fr. et
Ife d o lla r j u s q u ’à 32 fr. 50. A u jo u r­
d ’h u i, b ie n q u e le m a rc h é sem b le d e­
v e n u m o in s n e rv e u x , la liv re e t le d o l­
l a r n e c e s s e n t de g ra v ite r a u to u r de
155 f r a n c s e t de 32 fra n c s . O r, il y a
d e u x a n s , à la v eille de l’a rriv é e d u
c a rte l a u p o u v o ir le d o lla r v a la it 17 fr.
e t la liv re 75 fra n c s ...
Q u e les te m p s s o n t c h a n g é s !
P o u v o n s - n o u s e s p é r e r a u m o in s q u e
n o iîs to u c h o n s à la fin d é l ’o ra g e ?
« Il s e r a it re g re tta b le , n o u s d it M.
R a o u l P é re t, q u e l ’o p in io n p u b liq u e se
la is s â t é m o u v o ir p a r le s c o u rs élevés
d e s c h a n g e s, a lo rs q u e le s c a u s e s d e la
h a u s s e , n e tte m e n t c o n n u e s, n e p e u ­
v e n t ê tre q u e p a ssa g ères...
« D e l’a v is u h a n im e la h a u s s e des
d e v ise s a n g lo -sa x o n n e s e st d u e à l’i n ­
flu e n c e d e s p la c e s é tra n g è re s . Il e st
in d is c u ta b le q u e le s b a n q u e s b r ita n n i­
q u e s c h e r c h e n t à se p r o c u r e r le p lu s
g ro s c h iffre p o ssib le d e l i t r e s ou de
d o lla r s p o u r fa ire fàce a u x c o n sé q u e n ­
ce de la g rèv e g é n é ra le ... »
Il e s t v ra i. C’e s t en B elg iq u e, en I t a ­
lie , e n A n g le te rre q u ’a p r is n a is s a n c e
l ’o ra g e q u i, te l u n e to rn a d e , e st v e n u
b o u le v e rs e r le m a rc h é d e s c h a n g e s
q u i, v r a im e n t, n ’a v a it a u c u n b e so in de
c e s d é so rd e s s u p p lé m e n ta ire s . M ais si
la B elg iq u e, l ’A n g le te rre , l ’Ita lie o n t
a in s i p u d é fe n d re s u r n o tre d o s l’u n
so n fr a n c , l ’a u tr e sa liv re , la tro isiè m e ,
e n fin , sa lir a , n ’est-ce p a s e n p a rtie
p a r c e q u e ces p u is s a n c e s , « d is p o ­
s a ie n t d e m u n itio n s a b o n d a n te s sous
fo rm e d e c r é d its e n fra n c s , c o n sé ­
q u e n c e de la p ré s e n c e d ’im p o r ta n ts
c a p ita u x f r a n ç a is à l’é tra n g e r. »
L e v o ilà b ie n l’a b o u tis s e m e n t de
d e u x a n n é e s d ’u n e p o litiq u e b a s s e ­
m e n t d é m a g o g iq u e !
M ais si te lle e s t la ra is o n d u m al,
— la r a is o n s u r la q u e lle le G o u v e rn e ­
m e n t fe rm e o b s tin é m e n t le s y e u x , —
o n a u r a it to r t de c ro ire q u e « le s m e ­
s u r e s e n v isa g é e s » p a r M. R a o u l
P é r e t « s o n t de n a tu r e à p e r m e ttr e u n e
a m é lio ra tio n p ro c h a in e d e s c h a n g e s. »
L e m a l e s t p lu s p ro fo n d . Il v ie n t de
ce q u e lle v e r e s t d a n s le f r u it. Il v ie n t
d e la d ic ta tu r e o c c u lte d ’a b o rd , avouée
e n s u ite d u p a r ti so c ia liste . Il v ie n t de
la fa ib le sse in s o le n te d u p a r t i ra d ic a l.
C o n tre lu i l’u n io n e s t a u jo u r d ’h u i
p lu s n é c e s s a ire q u e ja m a is . C om m e au
p e u p le b elge il f a u t a u p e u p le f r a n ­
ç a is u n g o u v e rn e m e n t de « c o n c e n tra ­
tio n n a tio n a l » v o u é à u n e p o litiq u e
é n e rg iq u e e t p r a tiq u e de s a lu t fin a n
c ie r.
L e c a rte l n e p e u t p lu s ê tre , le c a rte l
d u 11 m a i 1924. U n e fo is e n c o re le
d r a p e a u ro u g e d o it s’in c lin e r d e v a n t
le d ra p e a u n a tio n a l.
Conseil Général
E n atten d an t de p u b lie r 'le compte
ren d u succinct de la session du Conseil
général de l'O ise qui vient de se, term i­
ner, nous croyons utile de d o nner dès
m ain ten an t les discussions qui se sont
p ro d u ites au sein de cette Assemblée au
sujet de deux questions im portantes :
La question du pain
Le Conseil général de l’Oise a très longue­
m ent discuté la question grave entre toutes
pour nos laborieuses populations.
Cette question avait été soulevée par deux
vœux, l’un de MM. Uhry et Séguélas, l’autre
plus complet et plus net, présenté par' M.
Maurice Langlois.
M. Langlois déclarait qu’il n ’était pas ad­
missible que dans le départem ent de l’Ois
qui produit plus que sa consommation et
contribue à l’alimentation de la région pari­
sienne, le pain fût plus cher qu’à Paris. Il
demandait, en conséquence, comme le fai
saient, d ’autre part, MM. Uhry et Séguélas,
'q u e le prix du pain ne pût dépasser dans
l’Oise le prix pratiqué à Paris.
Le rapporteur, M. Delacroix, déclara que
les populations étaient en droit de s’étonner
de voir le prix du pain, dans l’Oise, supérieur
à celui de Paris. Il invita le Conseil général
à adopter les vœux de MM. Langlois, Uhry et
Séguélas qui avalent pour but de faire cesser
cette anomalie.
'C’est alors que s’engagea l’intéressant, dé
bat que nous allons résum er :
M. Langlois. -—• J ’insiste pour l’adoption
du vœu qui intéresse au plus haut point no
tre départem ent. Il y a deux ans, le prix du
pain dans l’Oise était inférieur de 5 centi­
mes à celui de Paris. L’année dernière, le
prix était égal, ce qui était déjà anormal puis­
que les frais sont moins élevés dans l’Oise
q u ’à Paris. Cette ann?e, nous avons été stu ­
péfaits de constater que le pain coûtait un
sou de plus dans l’Oise qu’à Paris. On nous
dit que c’est à cause du portage. Mais il y a
des localités où le portage n’exjste pas: il
est inadmissible de le leur faire payer. D’ail­
leurs, le portage existe également à Paris.
En Seine-et-M arne, le prix est le même qu’à
Paris, et il n’est pas question d’un sou sup­
plémentaire pour le portage. Notre départe­
ment exporte du Ms, Il ajitnMte Pari*; ou
peut utmôtfcr* que t* P»'*t Y soit Pltf* cti*}'
qu'jk PMt#,
de
chaque
m o is
— 11,
,& a d m i n i s t r a t i o n
11 — SENLIS
Place H e i ^ i - I V ,
TÉLÉPHONE
Ro
4
P .B I 3 C
DÉPARTEMENT
M. Uhry brandit alors Je n m m d'eliViai'
M propmia us» V£m>ï.etlap, U prupona su
D
E S
Annonces légales.......
I lr. 25 la ligne.
R éclam as :
I fr. 25 la ligne.
2* ou 3* page..........
2 fr. la ligne.
/.es mnnvscrits, insérés ou non, ne sont pus Tenant
Les Anciens Combattants
de l’Oise
Sous ce titre , le C ourrier a publié dans
son d e rn ie r num éro, une inform ation de
l ’Union des P rêtres, anciens com battants,
•relativement aux attaques injustifiées
du journal Germinal.
Au m om ent où nous m ettions sous'
presse notre journal, nous avons reçu
tro p ta rd p o u r l’insérer, la note suivante
qui approuvait ladite inform ation :
Vu et approuvé :
Le P résident de l’Union des Mutilés,
R éform és et A nciens Combattants du
départem ent de l’Oise,
F ré d é ric P e t i t .
Le P résident du Groupe de l’Oise de
l’Union Nationale des Combattants,
Alfred de P o n t a l b a .
La Basoche de l’Oise
IL*Assemblée
générale o rd in aire a n ­
nuelle de la Basoche de l’Oise, Associa­
tion syndicale et professionnelle des
clercs de notaire et d’avoué du départetu e n t flo lliOiao n u r n lio n lo <1î ir> n n o Ko
m ai p ro ch ain , é. 11 'heures précises, à
'Compiègne, hôtel de F landre.
Ord re
d u jo u r
:
R apports du Conseil, du T réso rier e t du
-Syndic-rapporteur;
N om ination de six adm in istrateu rs en
rem placem ent de MM. Baiillet, Des­
cham ps, Fossé, H audebourg, Leg ran d et Merlin, sortants et rééligibles;
F ixation du lieu de la réunion générale
en 1927;
Questions diverses.
L’Assemblée générale sera suivie du
banquet am ical qui sera servi au même
hôtel à m idi.
. En fin du banquet, il sera rem is des
m édailles de la Basoche à h u it m em bres
de la Basoche de l’Oise p o u r leurs longs
et loyaux services èn une ou deux études,
ce q u i augm entera l’é c lat de cette ré u ­
nion fam iliale.
P o u r l’organisation du banquet, il est
nécessaire de connaître à 1 avance le
nom bre des convives. P rière de d o n n er
son adhésion au P résid en t de la Basoche
de l’Oise, M. M erlin, 54, rue de Mouy, à
C lerm ont, avant le 2 0 mai.
Matériel provenant
de la récupération
Le m a té rie l ci-a p rè s d ésig n é a été tr o u ­
vé a b a n d o n n é s u r le te rr ito ire de la co m ­
m u n e de 'C rèV ecœ ur-le-G rand :
Une locomobile,
Une batteuse
Ce m atériel est visible à Crèvecœ ur-leG rand, où il restera entreposé p end an t un
m ois à dater de la publication de la p ré ­
sente note dans le Bulletin des Régions
Libérées.
Les légitim es p ro p rié ta ire s qui reco n ­
n a îtra ie n t ce m atériel sont priés d’en
faire la déclaration écrite à M. le Maire
de Crèvecœur-le-Grand.
P assé ce délai, ce m atériel sera rem is à
l’A dm inistration des Domaines po u r être
vendu aux enchères.
x
Retraites ouvrières et paysannes
Obligations des em ployeurs pour l’em ­
ploi de salariés retraités ou âgés de
plus de 60 ans.
AVIS IMPORTANT
Aux term es de l’article 265 de la loi
de finances du 13 juillet 1925, les em ­
ployeurs sont tenus de verser à la fin de
chaque mois, en espèces, à la caisse du
percep teu r, les contributions patronales
fixées p a r la loi sur les R etraites o uvriè­
res, p o u r tout sa larié qui a cessé d’être
soumis aux obligations de cette loi, soit
qu’il se trouve bénéficiaire d ’une retraite
ouvrière ou de toute autre re tra ite ac­
quise en vertu d ’une législation ou d’une
réglem entation spéciale, soit qu’il ait a t­
tein t l’âge de 60 ans et ne bénéficie pas
d’une t-elle retraite. Ces co n trib u tio n s
sont dues p o u r tous les salariés français
ou étrangers dont la rém un ératio n n ’ex­
cède pas 1 0 .0 0 0 francs.
Le versem ent de ces sommes doit être
appuyé d’une déclaration in d iq u a n t les
noms et prénom s des salariés et les pé­
riodes d’em ploi m otivant ce versem ent.
Les em ployeurs p o u rro n t u tiliser à cet
effet les im prim és m odèle P. 285, en vente
dans les im prim eries adm inistratives.
Il y a lieu de re te n ir que l’article 265
de la loi du 13 juillet 1925 a spécifié que
le versem ent dont il s’agit devra être
effectué, sous pein e des sanctions p ré ­
vues à l’article 23 de la loi du 5 avril
'4910 et qu’en conséquence, les em ­
ployeurs qui s’ab stien d raien t de v erser
les contributions auxquelles ils sont te­
nus, s’exposeront à des poursuites.
Les p rescrip tio n s résu ltan t de la loi du
13 ju illet 1925. n’a p p o rten t aucune m odi­
fication aux dispositions de l’article 23
de la loi su r les retraites o u vrières en m a­
tière de libération au greffe de la justice
de p aix des contributions patronales
dues en raison de l’em ploi de salariés
dém unis de cartes.
T.e P r é f e t , P . l.lN A B fts.
Éducation Physique
Supposons qu’un jeune hom m e veuilles’e n tra în e r p o u r se développer d’une
façon com plète e t utile. Où peut-il
s’ad resser ?
Aux Sociétés de sport ? On est tenté de
rép o n d re :’non. D’abord ces groupem ents
n e possèdent pas, sauf exception ra re ,
des m oniteurs com pétents. (En général le
jeune hom m e s’y livre à l’exercice, au gré
de sa fan taisie). E nsuite le but de l’en traî­
nem ent des clubs sportifs est de form er
des spécialistes capables de « d é c ro c h e r»
un cham pionnat, et à cette fin ces Socié­
tés se can to n n en t elles-m êm es dans un
seul sport.
E t les Sociétés de gym nastique ? Quoi­
que form ant des indiv id u s plus « com ­
p le ts » que les Sociétés spécialisées, c e r­
tains exercices acrobatiques ou de fan­
taisie qui tien n en t dans leu r program m e
une place p rép o n d éran te, éloignent de
leurs salles un assez gran d nom bre de
jeunes sportifs. Mais les Sociétés de gym­
nastique en tra în e n t la masse, les forts
comme les faibles, et on ne peut qu’adm i­
re r leu r action.
L es Sociétés de sp o rt p o u rra ie n t suivre
cet exem ple, en éduquant d ’abord les -jeu­
nes en vue d ’en fo rm e r des êtres com plète m e n t dév elo p p és. P a r ce m o y en
:
1 ° -Elles faciliteraien t le u r recru tem en t
et feraient éclore toute une p ép in ière de
cham pions fu tu rs;
2° Elles fo rm eraien t des « hom m es »
en nom bre im posant au lieu de se co n ­
ten ter d 'e n tra în e r -quelques spécialistes,
ce qui p a ra ît être un but autrem ent inté­
ressan t et noble.
Dans la Légion d’hotmeur
Nous relevons avec p la isir, p arm i les
nouveaux officiers de la récente prom o­
tion de la Légion d’h o nneur, le nom de
M. Em ile Gigorne, gérant de la Belle Jar­
dinière de P aris.
Etalons des Haras
MONTE
O F F R E S
Thelceton M a g n a te , étalon hackney,
3e Concours C entral H ackney Show pour
toute l’A ngleterre, I e1' C ham pionnat de
N orfolk, fera la m onte au Gué de
l’A unette, à Senlis (Oise).
E crire à M. Jean D E H E S D IN , 82,
B oulevard F la n d rin , P aris.
8855
travers
A
Pharm acie ouverte t
D im anche 16 M ai :
l’A p p o r t- a u - P a in .
M. B ard o u , rue de
Pour sauver le franc !
Constitution du Comité
de l’arrondissement de Senlis
Sur la convocation dê M. le Sous^Préfet
de Senlis, un certain nom bre de p erso n ­
nalités de l’arrondissem ent se sont réu ­
nies le m ardi 11 m ai, à 14 h. 30, dans la
grande salle de l’Hôtel de Ville, e>§ vue
de constituer le Comité d ’arrondissem en t
chargé de provoquer et de c en traliser les
souscriptions volontaires qui doivent ex­
clusivem ent être affectées à l’am ortisse­
m ent d-e la dette à co urt term e, confor­
m ém ent à l’article 12 de la loi du 31 m ars
1926.
-La s é a n c e é ta it p r é s id é e p a r M. N o ë l,
sénateur, présid en t du Conseil général de
l ’Oise et délégué du Comité départem en­
tal, assisté de M. Linarès, préfet de
l’Oise, M. Loisel, délégué de la Cham bre
de Commerce et du Comité perm anent,
M. Paulvé, sous-préfet de Senlis, M. Louis
Escavy, m aire de Senlis, Mgr D ourlent,
M. le Colonel André, com m andant le 5"
régim ent de chasseurs, M. Pujo, receveur
des Finances.
M. le P résident après avoir rem ercié
les personnalités présentes d’avoir ré ­
pondu à l’appel de M. le Sous-Préfet, fait
des
un exposé très com plet de la -situation
financière et insiste sur les efforts du Gou­
Sociétés
vernem ent -et du P arlem ent p o u r réaliser
l’équilibre -budgétaire. Mais cet équilibre,
dit-il, sera précaire et illusoire si l’on ne
p arv ien t pas, p a r ailleurs à assurer la sta­
bilisation du franc. «La réduction progressive de la dette à
co u rt term e est un moyen d ’y parv en ir.
! P o u r la réaliser le Gouvernem ent a pensé
Commandant Gotiraud * dan* b* b(»tb 4 fa ire appel au patriotism e de tous
Tettt Ar l? ManHttmtlon MltUoirB,
J IT S E H iT IO Iira
Annonces volontaires....
D irecteur Commercial i E. VIGNOH
M. Uhry. •*— Nous avons reçu des circulai­
0 fr. 05 pour le portage. A Paris, le pain
Conseil de se rallier au rapport de M. de
res du préfet nous disant que le pain est à
porté-à domicile se paye 0 fr. 1 0 do plus que
Kersaint et de s’en rem ettre au Parlem ent du
1 fr. 95, plus 0 fr. 05 pour le portage. A •celui pris en boulangerie. Des afflehes l'indi­
soin de se prononcer sur cette question. « 11
Creil, on ne porto pas le pain, dono le prix du
quent dans toutes les boulangeries.
y a ici trois députés élus du Cartel, dit M.
pain est fixé à 1 fr. 95. Mais à Montataire, où
Uhry ; M. Schmidt est partisan du scrutin
M. Langlois. — Vous savez Men qu’on ne
l’on porte le pain il est, de ‘Ce fait, vendu
le fait pas payer à Paris. Laissez la question «d'arrondissem ent ; M. Vasseux, du scrutin de
2 francs. Les ouvriers de Montataire s’éton­
liste m ajoritaire; moi, je suis partisan de la
de portage de côté.
nent de payer le pain plus cher q u ’à Creil. Il
M. le P réfet. —- Je vais répondre à M. Sé- ; proportionnelle intégrale. Vous allez nous
se produit des incidents et l’on parle d’une
guelas au sujet du pain de fantaisie. Lé pain ; obliger, nous, les trois élus du Cartel, à
ferm eture prochaine des boulangeries. Dans
de fantaisie est vendu à la pièce; il n’existe ; voter de façon contradictoire. Je serai amené
les campagnes, où l’on ne porte pas le pain,
pas de moyen légal de le taxer ni de lui im- j à voter avec mon adversaire politique, M.
on le vend 2 fr., alors q u ’à Versailles, en
Bouteille, qui est, comme moi, partisan de
poser des conditions de poids... Lorsque nous
Seine-et-Oise, en Seine-et-M arne, M. Lan­
la proportionnelle intégrale. J ’aime mieuY
avons fixé le prix du pain, nous savions bien
glois vous l'a dit, on vend le pain le même
que nous nous exposions à des critiques, •laisser cette discussion au Parlem ent. »
prix qu'à Paris. L’agriculteur vend le blé
M. Delpierre se déclara fidèle an principe
mais nous avons eu le souci d’éviter une
1 1 0 francs, alors que le spéculateur le re ­
de la proportionnelle, et M. Bouteille fit de
crise dans la fabrication et la livraison du
vend 160. Et, dernièrem ent, le ministre de
même, ajoutant qu’à défaut de la proportion­
pain. Si le prix est très élevé, les maires peu­
l'A griculture me disait qu’il y a encore énor- ■ vent taxer au prix qui leur paraîtra juste.
nelle, il se rallierait au scrutin d’arrondisse­
ment avec un seul tour.
mément de blé en meule dans l’Oise, alors !
M. Pennelier. — Je demande la révision
q u ’on en manque en France.
M. Schmidt intervint alors dans le débat.
des taxes dont vous vous êtes servi pour fixeM. Langlois. -— Ce n’est pas exact.
« Il est nécessaire,-dit-il, de donner au gou­
le prix du pain.
M. Uhry. — C’est une parole officielle, et
M. le P réfet. — C’est aux maires à les ré ­ vern em en t, qui compte s’engager à fond sur
1 cette question, Vavis du Conseil général. U
c’est ce qui m’em pêchera d’être des vôtres
duire.
serait intéressant de connaître l’avis de cha­
au Concours agricole de Compiègne. On nous
M. Langlois. —- Il y a deux ans, nous
cun des membres du Conseil général. Il sera
dit que le pain est moins cher en France que
avions un prix inférieur à celui de P arts et
partout ailleurs, mais, ,prenez-y garde, le.
l'on ne parlait pas du portage. Il est in a d ­ utile au gouvernement de savoir que cer­
pain, c est l’étalon de toute la vie. Lorsque
tains, qui sont partisans de la proportion­
missible que ce prix soit plus élevé aujour­
le pain augmente, les colères montent, pans
nelle intégrale, se rallieraient au scrutin
d’hui.
quelque temps, nous aurons le pain à 2 fr ir>
d’arfondissement. La Chambre votera peutM. Fournier Sarlovèze. —■ Je reoonnais
j.- ,
rft'Dr/vHf>nl.at.inn p -ro.p-o phîn nnell a . m a i s
Rappelez-vous le boulanger, la boulangère et
que M . le P r é f e t a f a i t n n e f f o r t C.-IO,ïi,i,'r,( 1,'
le Sénat n e 1?a c c e p te ra p a s. D ans c e s c o n d ile petit, mitron de 1793 1 Lorsque le pain
p o u r r é g le r cette question du pain, mais je
lio-ns, lo rs q u e la q u e s tio n r e v ie n d ra d e v a n t la
sera trop cher, on m ettra toutes nos têtes
ne suis plus de son avis lorsqu’il veut lais­
C ham bre, le s c r u tin d ’a rro n d isse m e n t, p o u r ra
ensemble. Têtes de réactionnaires ou de so­
ser aux maires le soin de régler eux-mêmes
cialistes iront dans le même panier. Eh bien,
être voté.
la taxe du pain. Je me refuse à le taxer.
M. Stern fait rem arquer que le rapport tel
moi, j ’aime mieux éviter cela I
M. le P réfet. — Je le sais. Et M. le Maire
qu’il est présenté, est insuffisant, à son avis.
M. Noël. — Et vous avez parfaitem ent rai­
de Beauvais fait comme vous.
Il faut tenir compte des désirs de chacun et
son I
M. Fournier Sarlovèze. — Depuis 22 ans,
•demander à la Commission de présenter les
M. Langlois. — Je suis heureux qu’il y ait
je ne veux plus taxer le pain. Lorsque je
trois formules, -scrutin d ’arrondissement,
encore du blé en meule dans le département
suis arrivé à la mairie, il y a 2 2 ans, j ’ai fait
scrutin de liste m ajoritaire, ou représentation
de l’Oise. Ce qui serait inquiétant, c’est q u ’il
une enquête des plus sérieuses, des plus
proportionnelle. Chaque conseiller général
n ’y en eut plus, et, pour la soudure, nous
complètes en vue de taxer le prix du pain.
pourra ainsi indiquer quelle formule il pré­
d evons.regretter qu’il y en ait trop peu.
Après m ’être entouré des conseils les plus
fère.
M. Séguélas. — . Je voudrais demander
autorisés, j ’ai taxé le pain. Mon arrêté a été
M. Schmidt opine dans le même sens que
u sq u ’à quel point peut aller la tolérance
aussitôt cassé par le préfet, qui a porté le
M. Stern.
pour les pains de fantaisie. Cette fantaisie
pain à un prix supérieur. La question du
M. Bouteille déclare alors que, vieux procommence à être trop fantaisiste ! On a pesé
pain dépasse nos communes. Autrefois, les
portionnali-sle, il reste partisan de la propor­
un pain de 1 kilo : il ne pesait qùe 675 gram ­
farines de la région, les réserves locales
tionnelle intégrale. Le scrutin de liste est, un
mes. Ne pourrait-on pas fixer un poids mini­
perm ettaient aux maires de fixer le prix du
scrutin d’idées, alors que le scrutin d’arron­
mum.
pain. A ujourd’hui, ils ne le peuvent plus.
dissement est une question de personnes.
M. Pennelier.
M. le P réfet a justifié le
Comme maire, je proteste contre cette res­
Selon la parole de M. Herriot, c’est un scru ­
prix de 2 francs par un tableau, publié aux
ponsabilité que l’on voudrait leur imposer.
tin de gladiateurs. A défaut de la proportion­
Actes Administratifs, indiquant les frais qui
M. Noël. — Comme ancien maire, je m’as­
nelle intégrale, M. Bouteille accepterait le
pèsent sur la boulangerie. Mais lorsque l'on
socie à votre protestation.
scrutin d’arrondissement, à un seul tour. Il
soumet ce tableau des frais de panification à
M. Fournier Sarlovèze. — Il faut demanfaut supprimer les ballottages qui perm ettent
dét1 que les pouvoirs publics puissent euxdes personnes com pétentes, elles déclarent
les marchés les plus immoraux, qui font
q u ’il est exagéré. Ainsi, on y compte par an
mêmes taxer le pain, ce que ne peuvent faire
q u’après avoir dit au prem ier tour ; « ne
327 stères de bois à 46 fr. 85. Des renseigne­
les maires.
votez pas pour ce bandit », on dit an--se­
ments que j ’ai pris, il résulte que. oe chiffre 1
M. Langlois. —, M. le P ré fe t nous a dit
cond ; « votez pour ce grand honnête
que le prix des farines était évalué à 3 francs
doit être réduit à 250 stères, à 35 francs le
homme ».
stère.
de moins qu’à P aris; les frais sont certai­
A la suite de cette première discussion, le
nement moindres dans l ’Oise q u ’à Paris.
M. Langlois. — Je connais même un bou­
Conseil a décidé de renvoyer la question à la
Rien ne justifie donc un prix du pain plus
langer qui paye 25 francs le stère rëttdu chez
Commission en invitant celle-ci à présenter
lui.
élevé dans l’Oise que dans la région pari­
les trois formules pour perm ettre aux parti­
sienne.
M. Pennelier. — On fait en trer l’octroi en
sans do, chacune d’elles de se compter.
ligne de compte, mais l’octroi n’existe que
M. D esg-roux d it q u ’il a su iv i le s tra v a u x
dans quelques villes; les campagnes en sont
fo r t difficiles e t f o r t d é lic a ts de la C o m m is­
exemptes. On compte pour le bois : sciage,
sio n c h a rg é e de la fix atio n d u prix d u pain.
Au cours de la séance de l’après-m idi, M.
16 fr. 50; fendage, encore 16 fr. 50; or, le
Il y aurait intérêt à ce que des conseillers
de Khrsaint a apporté un nouveau rapport sup
prix de 35 francs le stère est le prix du bois
généraux fassent partie de cette Commission.
la question du mode de scrutin.
scié et rendu chez le boulanger. On compte
Les vœux de M. Langlois et de MM. Uhry
Ce rapport conclut à inviter les membres
les ouvriers à 36 et 39 francs; même dans
et Séguélas sont adoptés et l’on décide que
du Conseil général à se prononcer entre cinq
les communes où on les paye le plus cher,
deux conseillers généraux feront partie de la
méthodes :
leur salaire ne dépasse pas 30 francs. On
Commission d’évaluation du prix du pain.
1“ Maintien du mode de scrutin actuel;
compte un pas de porte de 75.000 francs.
2° Proportionnelle intégrale;
Mais, dans quelles communes y a-t-il de tels
3° Scrutin d’arrondissem ent;
pas de porto pour les boulangeries-. Dans lés
Nous recevons de la Chambre S y n d i­
4° A défaut de proportionnelle, accepta­
villes, peut-être, mais pas dans les campa­
cale de la M eunerie de l’Oise, la lettre
tion du scrutin d’arrondissem ent;
gnes. Et s’il existait de tels pas de porte, ce
suivante :
v
5° Scrutin de liste m ajoritaire,
serait la preuve que les boulangers font des
bénéfices considérables. On compte, loyer
• Clerm ont, le 11 m ai 1926.
Le maintien du mode de scrutin actuel est
4.900 francs; même observation; c’est en­
repoussé à l’unanimité.
'Monsieur le D irecteur,
core là les prix de la ville dont vous vous
On met ensuite aux voix la proportionnelle
La Cham bre Syndicale de la M eunerie
servez pour fixer le prix du pain dans les
intégrale. 43 voix se prononcent pour ; MM.
campagnes.
de l’Oise, émue des com ptes rendus di­ Gaudefroy, de Poly, Delpierre, Bouteille,
vers du Conseil général, partis dans la Vasselle, Stern, Berthelot, Rabbé, de l’Aigle,
M. Schmidt. —, Je ne crois pas que les
Presse régionale, au sujet du p rix du Uhry, de K ersaint, Séguélas et Georgesboulangers gagnent énormément d’argent.
Picot.
pain, dans le départem ent, et m ettant en
S’ils peuvent s’en tirer, c’est parce qu’avec
cause la C orporation, l’un de ses m em ­
Le scrutin d’arrondissem ent obtient 16
le pain de fantaisie, ils ne donnent pas le
bres, ayant interrogé M. Uhry, conseiller voix : MM. D'offoy, Magnier, Dosgroux, Dépoids. Je suis tout à fait de l'avis de M.
général, à ce sujet, a reç u la réponse sui­ champs, de Saint-Fuscien, Langlet, Molumar,
Langlois, il n ’est pas admissible que le pain
vante, que nous vous p rio n s d ’in sé re r :
Desjardins - Ternant, Schmidt, Pennelier!
soit plus cher dans l’Oise qu’à Paris. Mais il
Moussard, Tellier, Noël, Boulanger, Dela­
faut rechercher quelles sont les,causes. C’est
« C her M onsieur
croix et Decroze.
d ’abord parce que les boulangers sont entre
« Je viens de lire le com pte rendu de
Le Conseil général ne com ptant actuelle­
les mains des meuniers. Il faut que les pou­
m on intervention au Conseil gértéral. Je
ment que 33 membres, en raison du décès de
voirs publics soient armés contre les meu­
« n ’ai jam ais m is en cause les m euniers,
M- Faisant, et de la démission de M. Lefèvre,
niers. Il faut, aussi qu’ils soient, armés contre
« pas plus d’ailleurs que les boulangers.
on constate que le scrutin, d’arrondissem ent
la spéculation .sur les grains. Les spécula­
« J ’ai flétri la spéculation qui achète du n’a obtenu que la m ajorité relative.
teurs, ce ne sont pas les cultivateurs. S’il y
« grain à 1 1 0 fr. et revend, soit de la farien a qui ont encore quelques meules, c’est,
ne, s o i t du grain qni ne correspondent
c om m e le d is a it M . L an g lo is, u n e r é s e rv e
pas au p rix d’achat,
pour le pays. Mats il y a la spéculation. L’an­
« J ’ai signalé égalem ent que les paynée dernière, la France a produit suffisam­
« sans conservaient, dans certain s enment de blé pour sa*consommation; nous ne
« droits, du blé en m eule p o u r le vendre
devrions donc pas être où nous en sommes.
« plus c h e r que leurs voisins.
Mais il y a eu un exode de grains.
« E t j’ai conclu en dem andant la créaM. Uhry. — C’est abominable !
« tion d ’un office du blé et l’achat, p a r
M. Schmidt. — Il est interdit d’exporter
« l’Etat, de toute la récolte.
les capitaux à l’étranger. De-mème il devrait
« Je n’ai pas dit autre chose. Vous Recrutement des agen ts militaires
être interdit d’exporter les grains. D’autre
« aurez d’ailleurs le compte ren d u offipart, la France nourrit les 3 millions d’étran ­
La *a du 24 avril 1925 a créé le cadre
« ciel, quand il p ara îtra . »
gers qui sont sur son sol. C’est ainsi que
des agents m ilitaires. Celle du 9 avril
Veuillez agréer, etc...
notre pays souffre alors qu’il y a eu u n e'ré1926 publié au Journal Officiel du 11
colte suffisante. Je voterait votre vœu, je
Signé : Jules U h r y ,
avril 1926 vient de fixer dans ses grandes
le voterai des deux mains, mais à quoi abou­
Député de l’Oise.
lignes le statut de ces agents.
tira -t-il ? Il sera platonique si l’on ne va pas
Les m ilitaires de carrière actuellem ent
plus loin, si l’on ne demande pas .aux pou­
Nous croyons utile d’ajouter que, s’il a en activité de service ainsi que ceux ré ­
voirs publics d'intervenir de façon directe
été vendu du blé 1 1 0 francs, ce p rix ne
cemment libérés peuvent poser leurs can­
contre la spéculation su r les blés et les
p eu t s’appliquer qu’à des blés propres,
didatures. Les examens auront lieu v rai­
farines.
tout au plus, à la consom m ation anim ale.
sem blablement dans le courant du tro i­
M. Langlois. — Je no crois pas qu’il y ait
Nous ferons égalem ent rem arquer que, sième trim estre 1926,
véritablem ent spéculation sur les blés. Le blé
bien que le prix du blé soit 6 fois -plus
Les candidats auront in térêt à se p ré ­
est, à parité, au prix or, avec les prix d ’avantélevé que celui d’avant-guerre„le p rix du p a re r dès m aintenant aux examens.
guerre. Comme l'a très bien fait rem arquer
pain n ’est que 5 fois égal à ce dernier.
Une instruction, un program m e d ’exal ’ancien ministre de l’agrioulture, M. Jean / Nous vous rem ercions, à l’avance, de
m e n t et un tableau de rép artitio n des pos­
Durand, le blé a suivi les fluctuations de la
bien vouloir in sérer la présente lettre
tes pour la deuxième Région sont déposés
livre et du franc. En ce qui concerne les
dans chaque place où les intéressés peu­
dans votre Journal, et vous p rions
meuniers, M. le P réfet pourrait ne pas ad­
d ’agréer, Monsieur, l’assurance de nos v e n t en p ren d re connaissance.
m ettre que la farine soit vendue plus cher
sentim ents distingués.
dans l’Oise qu’à Paris.
P o u r la Cham bre Syndicale de là
M. le P réfet. — Une Commission a été
Chambre des notaires
M eunerie de l’Oise,
constituée pour examiner le rapport entre
de
l’arrondissement
de C'ermont
Le
Secrétaire,
les prix du blé, des farines et du pain. Les
R. B raux .
cours du blé, nous les constatons sur les
Dans sa séance du 4 mai 1926, la Cham­
marchés. P our les farines, nous n’avons au ­
b re de discipline des notaires de l’a rro n ­
cune indication certaine. La loi perm ettant
dissement de Glermont a procédé au rede taxer les farines est, inopérante. L’arrêté
nouvellement de son bureau.
La réforme électorale
ne peut être applicable que 1 0 jours après
Ont été élus
Le Conseil général de l’Oise a discuté la
qu'il a été pris, et, alor 3 , les cours ont varié
M.
Naquet, notaire à Saint-Just-en-ChauSquestion
du
retour
au
scrutin
d’arrondisse­
et il ne répond plus à la réalité. La Commis­
sée, présid en t;
ment.
sion est. arrivée à établir aussi exactement
M- Debail, notaire à M-aignelay, syndic;
M. le docteur Magnier et plusieurs de ses
que possible que le prix des farines de Paris
M. Perreau, notaire à Bonneuil-les-Eaux,
collègues avaient déposé un vœu demandant
est applicable à l’Oise avec un abattement, de
rap p o rteu r;
le
retour
au
scrutin
d’arrondissement.
2 francs, que nous avons même porté à 3 fr.
j"- Valée, n o taire à Clerm ont, secrétaire;
Ce vœu fit l’objet d’une discussion animée
Le prix du pain est fixé par la prime de pani­
™* Testu, notaire à A nsauvillers, tréà la troisième Commission qui, en majorité,
fication qui s’ajoute au prix des farines. On
sorier;
fut hostile à son adoption.
ne peut fixer ni primes différentes selon les
M. -Bonnard, notaire à Bulles, m em bre;
M. de Kersaint présenta donc, au nom de
localités, ni prime moyenne, mais une prime
M. Moysan, notaire à T ricot, m em bre.
la Commission, un rapport qui fu t lu à la
maxlma. On a établi ainsi une base de prime
séance et qui concluait au renvoi du vœu.
de panification, de façon à éviter les conflits
et une crise dans la fabrication et la fourni­ | .Mais la lecture du rap p o rt-se fit au milieu
Avis à MM. les Présidents
des conversations, si bien que le Conseil gé­
tu re du pain. Ce prix n'est qu’un prix maxima.
néral l’adopta sans même savoir de quoi il
Le préfet n’a pas le droit de taxer le pain.
de Préparation Militaire
s’agissait.
C’est aux maires qu’il àprçu'tiept de le taxer.
Les conclusions du rapport venaient d’être
Les bureaux du Service départem ental
Il leur est possible d’elablir, chacun dans
adoptées par l’Assemblée, que présidait aloft
leur commune, te prix du pain. J ’ai donné
de l’Education Physique de l’Aisne ac­
M. Vasseux, lorsque M. Noël fit rem arquer
des instructions à cet égard.
tuellement installés à Laon, sont tran sfé­
M. Fournier Sarlovèze. — On ne peut pas
q u ’il n’avait pas entendu la leoture du rap­
rés à Soissons, où la correspondance doit
leur demander cela !
1
port. Il réclama une discussion, la question
être désorm ais adressée.
M. Pennelier. — Ces instructions, les mai­
étant on «e moment d’une importance caLes bureaux sont installés, boulevard
PÎt&l$4
re s oe peuv-ebt les suivre !
•lennnc-d’Arc, en face de la caserne
M. le Pféfot. — Nous W fl» flxsl le màJD
fjBUdl du pHjc du
au p th d« PMlS, plu*
SENLIS
bixnanche
b u r e a u x , r é d a c t io n
SENLIS
DE
i te* rltovioiç eh les rnnvtant h l'atitef dans
cette entrep rise p a r la co n tribution vo­
lontaire.
M. le P réfet apporte à son to u r quel­
ques précisions to u ch an t l’application du
texte de loi et dem ande aux p ersonnalités
présentes de vouloir bien accep ter de
co n stitu er le Comité p erm an en t de l’a r ­
rondissem ent de Senlis et d-e désigner les
m em bres de la Commission exécutive
chargée de recev o ir les directives d u Co­
m ité d épartem ental et de m ettre à l’étude
les moyens d ’action p ro p res à provoquer
les souscriptions volontaires.
-M. le SousJPréfet à son to u r tien t à
s’excuser auprès des personnalités qui,
p a r un oubli involontaire de ses Services,
-n’auraient pas été conviés à cette m ani­
festation.
Et, M. le P résid en t et M. le P réfet
s étant retirés, p o u r p erm ettre la libre
discussion, M. Escavy p re n d la p ré si­
dence de la séance.
Après un chaleureux appel du Maire
de Senlis, le Comité de l’arrondissem ent
de Senlis se trouve com posé comme suit,
étant bien entendu que cette liste n'est
pas définitive :
C o m it é
de
l 'A r r o n d i s s e m e n t
Présidents d ’honneur
M. le Sous-Préfet de Senlis.
Mgr Dourlent, cu ré-arch ip rêtre.
P résident
M. Louis Escavy, m aire de Senlis.
Vice-Président
M. F ran co lin , p résid en t du Conseil d’a r­
rondissem ent.
M embres
MM. Jo rro t, p résid en t du T rib u n al civil.
L epape, p résid en t du T rib u n al de
-Commerce.
Soualle, m em bre de la Cham bre de
-Commerce.
P. D elaunay, p résid en t de la Société
des A griculteurs de l’arro n d isse­
m ent.
H enry G irard, vice-président de la
Société des A griculteurs d-e l’Oise.
T hiroulo, p résid en t de la Cham bre
de* notai TPS
MlM. 1 nir, président de la Chambre des
avoués.
Jlabllé, m aire d’e Silly-le-Long,
Comte D oria, m aire d’Orrouy.
de K ersaint, conseiller général, vicep résid en t des Mutilés et Réformés
de l’Oise.
de Corn ois, in d u striel à Vauciennes.
Camus, ad m in istrateu r-d irecteu r des
« B arres cylindriques » à Creil.
P. firault, p résident de l’Union com ­
m erciale et industrielle de Senlis
et région.
Roche, d irecteu r de la Banque de
F rance.
Pujo, receveur dés finances.
W arusfel, la Gazette de l’Oise.
L egrand, le Courrier de l’Oise.
Delange, Le Valois.
Vermont, La Sem aine de l’Oise,
Musique Municipale
Mardi 18 mai, à 20 heures 45
' Salles des Conférences de la Mairie,
assemblée générale annuelle des m usi­
ciens 'et réunion du Comité d ’o rganisa
tion du Festival.
La Muse
' P our la clôture de la saison théâtrale
1926-1926, la Muse vient de nous offrir un
spectacle digne des précédents.
Nous regrettons très sincèrem ent que
la place dont nous disposons ne puisse
nous perm ettre de nous étendre comme
nous le voudrions sur le rôle de chacun
des artistes figurant au program m e h ab i­
lem ent com posé. Tous ont soulevé l’en­
thousiasm e de l’auditoire et ont fa it des
Secrétaire général
soirées de m ardi et de jeudi, deux des
plus excellentes de la saison, soirées qui
’M . Ts i d o i- e P r é v o s t , d i r e c t o u r rie l ’U n i o n
du reste, ont été honorées de la présence
îles C oo p érativ es de re c o n s tru c ­
tio n de l’Oise.
de M. le Sous-Préfet, de M. le Maire, ad­
joints et conseillers m unicipaux, de MM.
La Commission exécutive du Comité se
les m agistrats des T ribunaux de notre
ré u n ira très proch ain em ent en vue de la
ville et de nom breuses personnalités sendésignation de deux délégués auprès du
lisiennes qu’il nous est im possible de
Com ité d épartem ental et p o u r rédigei
l ’appel auquel ne m anqueront pas de ré­ citer.
La diversité des talents a su rp ris d ’au­
p o n d re tous ceux qui souhaitent ardem ­
m en t le relèvem ent de n o tre franc, con­ tan t plus les spectateurs que le fini de
dition essentielle du salut de la F rance ! l’exécution, com édie ou com édie d ram a­
tique, déclam ation ou chansonnettes, art
scenique ou m usical, tous les agrém ents
des yeux ou des oreilles, tous les sen ti­
m ents généreux ou joyeux ont été succes­
A propos du dernier Concert
sivem ent affrontés et réunis, évoqués et
à Saint-Pierre
réalisés p a r des artistes am ateurs aux­
quels- des professionnels ne p o u rraien t
V otre réd acteu r a félicité comme il
rien envier.
co nvenait le soliste de la Garde et les
Mlle M arcelle P arm en tier a eu non seu­
m usiciens de notre H arm onie m unicipale
lem ent la charge des deux-ouvertures au
qui nous ont donné le régal du Concert
m ais encore celle d’accom pagna­
d u 23 avril, m ais il omis de faire de légi­ piano,
trice et de chanteuse. Elle n ’a eu aucune
tim es reproches à c e rta in public qui n’est
difficulté à les rem p lir à la satisfaction
venu là que p o u r b a v a rd e r et faire du
de tous.
b ru it.
M. Roger T arcy, un nouveau venu-à la
E n m aintes occasions, les nom breux
Muse a fait bon effet, M. Lorenzo dans ses
am ateurs de m usique de Senlis se sont
belles poésies choisies avec bon goût a été
p lain ts d’un tel é ta t de choses, il faudrait
écouté religieusem ent.
cep en d an t y m ettre fin et perm ettre à un
M. Aimable M artin, l’excellent ch an ­
bel a rtiste comme M. L eclércq de se faire
teu r à voix et le fin diseur réaliste Géo
entendre et ap p lau d ir.
*
F rançois ont été très goûtés dans leur
Les disponibilités de notre excellente
rép erto ire respectif, et M. A ndré Berge
police locale sont tro p lim itées, nous le
dans ses im itations de Mayol a été aussi
savons, p o u r assu rer un service d’o rd re
applaudi que ses cam arades.
suffisant; aussi nous dem andons avec in ­
Dans une valse de C hopin, YOffrande
sistance à la M unicipalité de p re n d re les
an Pauvre, Mlles M arceline et Gisèle Vau
m esures qui s’im posent.
fil or* n n f © x é o u tô n v o o 'h o n u o n i r p fin
OLes p la c e s d e c h a q u e c o t é d e l’es­ rete, de grâce et de souplesse, une chotrad e devraient être réservées aux fam il­ régraphie antique qui a été l’objet de b r a ­
les des m usiciens et des m em bres du Co­ vos répétés.
m ité, p u is 15 ou 20 rangs de chaises se­
Accompagnée p a r Mlle Tinol, Mlle M.
ra ie n t disposées en avant et renferm ées
P arm en tie r qui possède une belle voix a
d e rriè re une clôture ou b a rrière .
c h a n té avec beaucoup de justesse La
Le p rix de location de ces chaises p o u r­ V oix des Cloches, de René de Bouxeuil.
r a it être de 0 fr. 25 p our les concerts o r­ La rom ance Les Mamans a été un grand
din aires ©t de 0 fr. 50 p o u r les concerts
succès po u r l’interprète.
de gala et aucun enfant n’y serait adm is
T rois pièces figuraient au program m e :
sans être accom pagné p a r une grande
Un M onsieur qui dîne en ville, cette co­
personne.
m édie a été adm irablem ent rendue. P ou­
II est c e rta in que tous les occupants de
vait-il en être autrem ent d’ailleurs avec
ces places seront de sages auditeurs, et
Mlles Simone. Moinet, F ern an d e B ernoud.
que de la sorte, les b av ard s se trouveront
MM. Georges V andenhecke, P ie rre M artin
isolés d es exécutants.
et surtout l’inén arrab le artiste Robert Del
J’ajoute que, bénévolem ent, des m em ­ vienne. Les Tout Petits, com édie dram ati
b res h o n o raires de la Musique se metque a eu sa p a rt de succès dans le pro
gramme. Cette pièce très im oressionnante
a été excellem m ent in terprétée p a r Mlles
M arceline Vaudier, Alice R ochefort, F e r­
p erturbateurs,
n an d e Bernoud et MM. Stulm uler, Gilbert
Vincent, Lorenzo, Aimable M artin, c’est’ C héron ,
à-dire p a r des artistes am ateurs à hauteur
M embre honoraire et ancien sociétaire
de la tâche. L ’Ingénue, com édie en un
de la M usique de Senlis.
acte, a clôturé le program m e. Cette c h a r
m ante pièce a été longuem ent applaudie.
Mlle Gisèle V audier, qui prom et beaucoup
Institution Notre Dame
a été vraim ent rem arquable, M. Marcel
M esland comme toujours a été très natu
de la Victoire
rcl et c’est beaucoup po u r un am ateur.
Les professeurs et les élèves de l’In sti­
Ces deux personnes ont été excellem m ent
tution Notre-Damle de la V ictoire sont
secondées p ar Mlle Mai-colline V audier et
heureux d ’in v iter les p aren ts et les amis
MM. A ndré Berge, Aimable M artin et Rem
du p ensionnat à h o n o rer de leu r présence
B ernoud. Tous, ont coopéré au beau suc­
la m atinée récréative qu’elles donneront
cès de l’Ingénue, pièce très bien choisie.
le jeu d i 27 m ai, à 14 h eures, dans la salle
L es applaudissem ents n o urris au cours
des fêtes du Collège Saint-V incent.
des deux soirées ont m ontré la sa tisfa c ­
tion éprouvée p a r l’assistance et sont la
N. B. — Cette Séance a po u r b u t de
juste récom pense due aux in terp rètes
c o u v rir les d ern iers fra is d’érection de la
po u r le travail qu’ils s ’étaient im posé de­
nouvelle chapelle. Les personnes qui ne
puis quelques semaines.
peuvent y assister peuvent envoyer leur
Les spectateurs ont reconnu que les
offrande.
perruques et les postiches étaient de la
P riè re de ne pas ta rd e r à re te n ir les
m aison Leroux.
c a rte s d’en trée à l ’In stitu tion Notre-Dame
Au m om ent où la Muse ferm e ses portes
de la V ictoire, l’o rd re des places dans la
jusqu’à l’h iv e r p rochain, renou velons «.à
salle devant être celui de la retenue des
son distingué p résident, M. Louât les r e ­
cartes.
m erciem ents que lui doit son public
P rix unique des cartes d ’entrée : 6 fr.
fidele. Un grand dévouem ent, beaucoup
de tact et de doigté, une intelligence su ­
p érieu re sont nécessaires au P résid en t
Sport Vélocipédique Senlisien
d’une Société comme La Muse, M. Félix
L ouât les possèdent et si le succès est au
Vélodrom e de Senlis
bout, et il l’a été, ce n ’est que justice.
D im anche 16 m ai, à 13 h. 30, grande
L. L.
réu n io n cycliste au Vélodrome, organisée
p a r le S port V élocipédique Senlisien et
le N ord-E st Sportif.
Automobile Club de l’He-de France
Cham pionnat de l’Oise (vitesse), avec
les m eilleures pédales du départem ent :
Le Comité local de l’A. C. I.-F. organise
G allard, Coulom, T erro ine, H ury, Go­
a Senlis le dim anche 2 0 juin, à 14 heures,
dard , C andelier, de Grauwe, V erplaets,
un gym khana auquel il convie tous les
les frè re s Doyen, etc...
m em bres du Club.
Les épreuves ont été choisies p o u r p e r­
Course de vitesse (individuelle), ro u ­
m ettre -a tous d ’y p ren d re p a rt quelle que
tiers de 30 kilom ètres.
soit la carrosserie de -la voiture. Il y a
Grande A m éricaine de 50 kilom ètres,
donc lieu d’esp érer que les concurrents
avec les m eilleures équipes Parisiennes
seront nom breux et que les autom obilistes
et Régionales.
de la région saisiro n t cette occasion de
Nous relevons p arm i les engagés :
se réunir.
Brocco H., Devers, B runner, Marion,
épreuves seront disputées place de
M onta, Chauvin, E m eri al, Amelot, B er­ la Les
Gare :
tra n d , V itureau, Sivenne, G allard, Cou­
Verre d ’eau;
lom, T erroine, F leury, H ury, G odard, de
Course de 100 m ètres;
G rauw e, C andelier, etc...
Bascule;
iSi le tem ps le perm et, et nous l’espé­
P rix couplé.
ro n s vivem ent p o u r le S. V. S., il y au ra
Le règlem ent en p a ra îtra incessam m ent
d u joli sp o rt su r les 333 m ètres du Vélo­
drom e.
» et sera envoyé sur dem ande.
Des p rix en argent, objets pratiques ou
(La réu n io n d ’ouverture du 25 avril qui
m édailles seront attribués aux gagnants
a été rem ise à caüse de la pluie, est re ­
de chaque épreuve qui sera dotée d ’un
p o rtée au dim anche 30 mai, à 13 h. 30,
p rem ier p rix de 50 francs.
avec le même program m e de Courses que
Un classem ent général sera établi entre
le 25, co m p ren an t le Challenge T urquet
les concurrents ay an t p ris p a rt à toutes
de la Boisserie. Nous en p arlerons en don­
les épreuves. Ceux-ci auront droit à un
n a n t tous les détails dans notre prochain
p rem ier p rix de 300 francs.
num éro.
L e gym khana est ouvert à toute voi­
Les p ro ch ain es réunions qui auront liera
ture autom obile à 4 roues. Toutefois le
Sur le vélodrom e après la réunion du 30
Comité se réserve le droit de refu ser tout
m ai, sont fixées au :
engagem ent qui lu i p a ra îtra it indésirable
D im anche 4 juillet, au cours de laquelle
Les engagem ents sont reçus p a r M. de
sera disputé le Challenge T roncin, Om­
M
aricourt,
2 , rue du Puits-T iphaine, Sennium 3 courses.
lis et p a r M. de Bray, Saint-Léonard p a r
E t le D im anche 25 juillet, G rand P rix
Senlis. Ils doivent être accom pagnés du
de la Ville de Senlis, A m éricaine 40 kilo­
droit d ’entrée de 2 0 francs po u r une ou
m ètres.
P'üsiem ’s épreuves. Une réduction d tf
50- 0/0 est réservée à MM. les m em bres de
1 A. C. I.-F. justifiant du paiem ent de la
Deuxième conférence
cotisation p o u r 1926. Ces droits seront
acquis à l’À. C. I.-F. et en aucun cas ne
sur Madagascar
p o u rro n t être rem boursés.
L e Comité d’in itiativ e de Senlis a le
Les engagem ents seront clos le dim an­
p la isir d ’in fo rm er nos concitoyens qu’une
che précédent à 19 heures. Passé ce dé­
deuxièm e conférence sur M adagascar
lai ils seront m ajorés de 50 0 / 0 .
sera donnée le dim anche 30 m ai p ro ­
Toute réclam ation po u r être exam inée
ch ain , vers deux heures, à la salle Jeanne
devra être rédigée p a r écrit et accom pa­
d ’Arc, p a r M. H en ri Leroy, vice-président
gnée de la somme de 2 0 fran cs qui re s­
de la Ligue coloniale du H avre.
tera la p ro p riété de l’A. C. I.-F. au cas où
M. Leroy qui lors de sa prem ière con­ le bien-fondé de la réclam ation ne serait
férence a su in téresser ses auditeurs p a r­ pas adm is p a r la Commission.
lera cette fois su r
L ’A. C. I.-F. décline toute responsabi­
Le d éveloppem ent économ ique de 'Malité en cas d ’accident de quelque n ature
que ce soit.
dagdscar et la situation générale des
Colonies.
Le Comité organisateur se réserve le
d ro it d’a p p o rter les m odifications que les
Ajoutons que cette conférence sera ac­
événem ents po u rraien t lui im poser.
com pagnée de projections.
Nous rev ien d ro n s su r cette réunion
dans un p ro c h a in num éro.
Dans les Ecoles Maternelles
Dans les déclarations d’associations au
Journal Officiel du 29 avril, nous relevons
celle de l'Πuvre du vestiaire et des jouets
à l’école m aternelle de la rue de Meaux, à
Seitlis. Son but est de procurer à l’école
des vêtements de rechange et des jouets.
Son siège social est à l’école maternelle
de la rue de Meaux, à Senlis.
iv t.
F \
G
R
A
N
Nouvel Horaire
flacoqs d ’odeur, une baladeuse électrique
ayant, un Al conducteur do 1 0 mètres, etc.,
Des nouveaux in d icateu rs de la fig-|nc
le; tout d’une valeur de 2.500 francs.
Paris-Senîis et Crépy sont à la dispo;
Une valise en ouir jaune qui avait été éga­
tion des abonnés du Courrier de l’Oise
lement volée a été retrouvée au matin le long
let des clients des Im p rim eries R éunie
de la rue de la Source par. un employé de
de Senlis.
chomln. de fer, Pierre Léot, allant à son ja r­
din.
La gendarmerie et la brigade mobile en­
Nécrologie
quêtent.
Madame D arte, M. et Mme Poreaux et
Golf de Chantilly. — R ésultat du Sweeps­
toute la Fam ille nous p rien t d ’annoncer
take. — Messieurs : MM. G. S tifter (3
avec regret la mort de M. P ro sp e r Darp.
tons), nef. 224; de Castro, net 229; J . Wei-ndécédé â son dom icile à O rrouy, le j j
haoh, net 2 40; Hals-ey, net, 247.
m ai 1926, à l’âgeffie 67 ans.
Dames : Mme Thibaud (3 to u rs), net 212;
Les obsèques ont eu lieu le vendredi
Mlle D. Bened-ic, net 217 ; Mme R. Beohmann,
14 m ai d ern ier à O rrouy et l’inhumation
à Saint-Sauveur.
8882 net 234; Mme Fockedey, net 259.
Résultat du Mixed Foursom es, — Mlle D.
Benedic et M. Cl. Weimbach,. 90— 18 = 72;
M. et Mme Cramptrm, 90— 12 = 78; Mlle N.
Messes Anniversaires
Foueher et M. C, Stifter, 98---20 = 78; Duc
Le sam edi 22 m ai 1926, tontes l e s suey- et Duchesse de Mouehy, 99—-17 = 82; Mme
ses de la m atinée seront dites à la cathé­ Courtois et M. G. Stifter, 9S— 1 5 * 8 3 ; Mme
drale de Senlis po u r le repos de l ’â m e de
Carlhian et M. Toucas, 99— 16 = 83; Mme
M. H enri Ohoquet, décédé le 20 m a r i 925,
Borel de 'Kinkelin et M. Herz, 100— 17 = 83;
La fam ille assistera à la motse de
Al. et Mme Hollis, 104— 21 = 83.
10 heures 30.
gÿjg
Samedi 15 mai, Coupe Chalenge FrancoA
Américaine. M essieurs Foursomes. Handicap
Une messe anniversaire sera célébrée le
« par coups » Medal play, 18 trous. Chaque
m ard i 25 mai, à huit heures, en l’église
équipe devra être composée d ’un joueur
cathédrale de Senlis, pour le repos de
français et d’un joueur étranger.,
l’âme de Mme Rogé-Létrillart.
8890
------- 4-------
CRÉPY
Sertfce anniversaire
Le lundi 17 m ai prochain, à la cathé­
drale de Senlis, toutes les messes seront
dites p o u r le repos de l ’âme de M. LouisA'ioxandre Bonamy.
L a fam ille assistera à la messe de 10 h.
Le présent avis tiendra lieu de faire
part.
» . ......
Théâtre Municipal Cinéma
Au chemin de fer ru Nord. — M. Deligne,
chef de district à la gare de Crépy, est nom­
mé en la même qualité au bureau des études
de la section à Boulogne-sur-M er.
Le Monument aux Morts. — L’inscription
des noms de nos glorieux morts est terminée.
La dernière toilette va être faite au square
Saint-Thomas en vue de l’inauguration pro­
chaine.
L’argent avait disparu. — M. Ernest LaProgram m e des 15 et 16 m ai 1926
joie, peintre en bâtiments, route de MerSamedi, soirée à 9 heures.
mont, ayant besoin d’argent, chercha en vain
D im anche, m atinée à 2 heures 45. —* son portefeuille dans l’armoire de sa cham
Soirée à 9 heures.
bre à coucher. Il contenait 7 billets de 100
LE L IT D’OR, comédie dramatique) francs, 3 bilets de 50 fr., 4 billets de 10 fr.,
avec Rod La Roque et Vera Renoldsr 2 coupons d’un titre et dos quittances de
L’histoire de deux femmes : l’une, créa­ loyer. On a remarqué des traces d’escalade
tu re im pitoyable, bafouant les hommes,
le long du mur. Le vol a dû être commis vers
p o u r le p laisir de les voir souffrir; l’au­
16 h. 30, en Tabsen-ce de M. et Mme Lajoie.
tre, nature toute de bonté et d’abnégation.
AVILLY-SA1NT-LEONARD
E t ce qu’elles firent d’un hom m e parvenu
A In loidiMxs A force Htinorffio >pt <1© ièff'
A
l'occasion
Ou mariage Oatrovskey-Kotoü
vail, m ans dont le cœ ur fut tro p faible,
une quête au profit de la Caisse des Ecoles
L ’A m oureux trop éprouvé, comédie a produit la somme de 23 fr. 85.
comique.
Le Maire renouvelle ses rem ercîm ents aux
Dans les m ontagnes sauvages, île de
généreux donateurs et ses vœux de bonheur
Form ose.
aux jeunes époux.
Orckestr'e sum phoniqu e sous la direcBARON
tion de M. A ndré Cazal.
Disparition de deux mille franos. — Une
ETAT CIVIL DE SENLIS
du
au 1 4 Mai IÇ2 6
Tfaissances
g. Marcel-Alfred Jouglet, 16 , rue de Villevert.
11 . Lucienne-Suzanne Legrand, 2 8 , avenue
des Arènes.
11 . Jacques-Edmond-Georges Lelong, 8 ,
rue de la Poulaillerie.
7
‘Décès
Louis Alexandre Aubert, 54 ans, manouvrier, rue de la Biguë.
8 . Jean-Baptiste-Emile Veissier, 85 ans,
retraité, rue de Nanteuil.
ii. Charles Delescault, 7 4 ans, 1 , FaubourgSaint-M artin.
‘Publications de Mariage
7.
8. M. M a r t i a l - J u l e s P e t i t , c h a r r e ti e r , d e ­
m e u r a n t à B r a s s e u s e , et Aille L o u is e -J e a n n e
D r u j o n , m é n a g è r e , d e m e u r a n t à S e nlis, 16.
r u e L éon - F a u t r a t .
il.
M.
S y l v a i n - H e n r i R ic h a r d e a u , jardinier
fleuriste, demeurant à Orry-la-Ville, et M l l e
Georgette-Victoria Lemaître, couturière, de­
meurant à Senlis, 2 , rue Quémizet.
1 1 . M Pierre-Lucien-Etienne Gabanelle,
sous-officier au 4 ' regiment de la Légion
Etrangère, demeurant à Marrakech (Maroc),
et Mlle Suzanne- Andrée Saintprivé, sans
profession, demeurant à Senlis, rue de ta
Poterne.
H O T E L
H E N R I-IV
5 , Place H e n ri-IV
« SENLI S »-------A ncienne M aison W
M .
G
elk er
A I L L A R D
,
S u c ',
a l’honneur d’informer sa nombreuse et fidèle
clientèle que, par suite de transformations,
il a aménagé une nouvelle Salle en CaféR e sta u ra n t.
11 envoie sur demande des menus variés
pour Noces, Premières Communions, etc...
C uisine e t Cave de 1 er o r d re
- On prend des Pensionnaires -8833
CHANTILLY
CHATEAU. — Ouvert dimanches et jeudis
(gratuit) ; samedi (entrée : 2 fr.) de 14 heures
à 17 heures ; sortie du parc, 18 heures.
PHARMACIES ouvertes tous les Di­
manches jusqu’à midi.
Le dépôt de remonte de Paris se rendra
à Chantilly, le mardi 25 mai, à 10 heures et
le lundi 14 juin, à 10 heures, pour achat de
chevaux propres au service de l’armée. La
réunion aura lieu à l’entrée de la route Mil­
liard.
L® château de Chantilly. —
« Le Monde
Illustré » a consacré entièrem ent son numéro
du 24 avril dernier à Chantilly, où plutôt au
Château de Chantilly sur lequel M. Maçon,
l’éminent conservateur, président de la So­
ciété d ’Histoire et d’Archéologie de Senlis a
écrit un remarquable article comprenant triis
parties : Le Site, l’Histoire (lçs Montmo­
rency, les princes de Condé, le duc d’Autriale) et les Collections.
Cet article est illustré par d’admirables
photographies.
Cambriolage. — ries cambrioleurs ont pé­
nétré à l’aide d’escalade et effraction dans ia
maison d’habitation de M. Richard Johnson,
entraîneur, rue d ’Orgemont, alors que celuici avec sa famille n ’y habitait plus depuis
quelques jours. ,
On a soustrait du linge, notamment 44
serviettes de toile, 15 taies d’oreillers, 11
draps de lit, et trois autres, 16 serviettes. 1 0
torchons, une boîte de poudre de riz, «leux
enquête est ouverte par la brigade de gen­
darmerie de Nanteuil-le-Haudouin, relative­
ment à la soustraotion de deux billets de b an ­
que de mille francs dans un tiroir qui a été
fracturé dans le buffet de cuisine de M. Gil
b ert Durand, agriculteur à Baron.
Le vol paraît avoir été -commis entre 23
heures et 6 heures du matin.
La gendarmerie a opéré, une descente à
Baron et a commencé son enquête. Nous n
dirons rien pour ne pas entraver l’action de
la justice, mais nous croyons savoir qu’une
piste est actuellem ent suivie. D onnera-t-elle
un résultat. C’est là toute l’affaire.
CREIL
Office d’hygiène sociale et de préservation
antituberculeuse de Creil. — Belle représen­
tation fu t donnée l’autre dimanche au profit
de la Caisse d ’assistance du Dispensaire an
titu-berculeux de Creil.
• -C’est par une salle « bourrée » que les
excellents artistes se tirent chaleureusem ent
applaudir. La place -nous fait défaut pour les
citer tous, car ils le m éritent bien, et nous
n o u s en e x c u s o n s ; m ais n o u s n o u s so uv te n
tirons longtemps de la magnifique interpré
tation de deuxième acte de l’Aventurière pa>
Mlle Cécile Sorel, du T héâtre F ra n ç a is /in ­
comparable Glorinde, qui avec ses partenai
res souleva l’enthousiasme des spectateurs
de l’inimitable Charles Fallot, de M. Koubitzki à la voix superbe et qu’fl mante si ar
tistement, de M. Benvenutt, déjà bien connu
des Grelllois, de AI. Pierre Olément-Duvai
enfin de tous les artistes, sans oublier M
Regor, du T héâtre de la Cignle, q u e nous
avons déjà ou lç plaisir d’entendre dans des
circonstances analogues. Navré d’un retarbien indépendant de sa volonté, M. Regor à
voulu que le public ne perdit rien d’avoir a t ­
tendu; 11 s’est surpassé et s’est attiré les
applaudissements de toute la salle.
La Municipalité témoignant de l’intérêt,
qu’elle porte à la lutte antituberculeue, était
représentée par M. Uhry, maire de Creil, M
Parm entier, premier adjoint, et M. Masaart
conseiller municipal.
Nos félicitations à M. Blooh, l’aimable di­
recteur du Théâtre, qui dès les premiers
jours avait, mis gracieusem ent sa salle à la
disposition des organisateurs, à l’Union sym ­
phonique et à son directeur, M. Lesbros tou­
jours si obligeants et toujours si appréciés,
à tous les souscripteurs, aux commerçants et
aux Industriels de Creil et de la région qui
ont offert la plus grande partie des lots de
la tombola. Et su rto u t pour term iner, nos
félicitations les plus vives au public, d'une
s! belle tenue, et qui sût m ontrer une fois
de plus combien il appréciait, les belles chosos... et tous les dévouements.
Immédiatement après le concert, eut lieu
le tirage de la tombola offerte gratuitem ent
aux souscripteurs. Les lots sons distribués
dès maintenant au Dispensaire antitubercu­
leux, tous les jours de t4 heures à 16 heu­
re s; ceux non réolamés dans le délai de deux
mois resteront acquis à l’œuvre.
La liste des numéros gagnants de la Tom­
bola gratuite est à la disposition de nos lec­
teurs au « Courrier de l’Oise ».
PONT-SAINTE-MAXENCE
Union Nationale des Combattants. — Le
samedi 15 mai, à 20 heures 45,“"salle du
Casino, la Section de P ont de l’U. N. G., don­
nera une grande soirée artistique -suivie d’un
bal. La recette intégrale de -cette soirée sera
versée à la caisse d’am ortissem ent pour le.
relèvem ent du franc.
On a soustrait des outils à M. Georges
Dobréba-nt, entrepreneur, rue de Gouvleux,
dans la remise qu’il possède à sa' carrière.
Le gendarmerie enquête.
— Une enquête est ouverte au sujet de la
disparition de 1 0 0 m ètres environ de treil­
lage métallique appartenant à AI. Charles
Saigon, propriétaire, rue de la Caperifc, qui
étaient en trois rouleaux.
Préjudice : 200 francs.
le p l ê s s i s - b e l l e v il l e
L’ouvrier de culture Françis Pauchard
s’est plaint à la gendarmerie d ’avoir été
quelque peu malmené par les .époux Félicien
David, sans provocation.
Une enquête est ouverte qui dira si le
plaignant a raison.
SAINT-LEU-D'ESSERENT
Une Société Sportive vient de se. créer à
Saint-L eu-d’Esserent. Elle prend le nom de
l’Union Sportive de Saint-L eu-d’Esserent.
Elle a pour b u t le développement des sports.
Son siège social est au café de l’Agriculture.
Le bureau a été ainsi composé ; Présidant,
M. A ubert; V ice-président, M. Va-nnymerohe;
Secrétaire général, M. Gaétan G rillet; Secré­
taire-adjoint, AI. Thieux; Trésorier, M. Laffond; Trésorier-adjoint, AI. Fernand Borgne.
V1LLENEUVE-SUR-VERBERIE
Obsèques de M. Charles Clouet. — Dlmaa-
oliB 2 mai ont ôté -oôlébrôes en l’église de
Villeneuve-sur-Verberie, au milieu d’une
grande affluence, les obsèques de AI. Charles
Clouet.
,
Les cordons du poêle étaient tenus par M.
Defacq, maire de Villeneuve; MM. Levasseur,
Goffar-d et Legrand, oonseillers municipaux.
La Compagnie des sapeurs-pom piers dont M.
Clouet était membre honoraire, était re p ré ­
sentée par une délégation.
Au cimetière, M. Defacq a prononcé le dis­
cours suivant ;
» Au nom du Conseil municipal, au nom de
toute la population de Villeneuve, je me fais
un devoir de venir dire un dernier adieu à
l'homme de bien qui vient de disparaître.
« Choisi par ses concitoyens, qu’il rep ré­
senta au sein de rassem blée municipale pen­
dant plus de cinquante années consécutives,
il se m ontra toujours digne du mandat, confié
à son aimable courtoisie, à son esprit
d’équité.
« Il fut le cultivateur d ’élite par excel­
lence. Il m ontrait à tous que la terre reste­
rait stérile, sans l’effort du travail; et de
l’aube au crépuscule, sans souoi des intem­
péries, sous le soleil brûlant, comme sous
l’âpre bise, il donnait l’exemple d’un labeur
incessant, d’un courage indomptable, au mi­
lieu de ses champs amis qui lui prodiguaient
leurs trésors.
« Ce travail ininterrom pu lut assurait la
santé, la dignité, l’heureux équilibre de ses
facultés, avec l’a-cquisition d’un bien-être
appréciable.
« Ses serviteurs furent «es collaborateurs
et n’eurent qu’à se louer de son excessive
bienveillance .
« Foncièrement bon, il était entouré d’af­
fectueux dévouements et . tous ceux qu’il a
obligés, ceux qu’il a secourus sont nom­
breux. On peut diFe que s-a bourse et son
cœ ur étaient ouverts à tontes les infortunes.
Il fu t l’homme scrupuleusem ent droit, juste,
loyal. Il a su gagner la confiance et l’estime
de tous ceux qui l’ont approché.
« On le recherchait, on lui confiait volon­
tiers ses pensées, ses em barras, les diffé­
rends avec autrui. Il était souvent ohoisl
comme arbitre, saohant d’avance qu’il discer­
nait et jugeait nettem ent, les situations pé­
nibles, et, s’appliquait à en atténuer les dif­
ficultés. Il laisse les plus nobles exemples,
et son souvenir ne saurait s’effacer, car i!
a passé en faisant le bien.
.« Puisse cet hommage rendu à sa mémoi­
re, adoucir la douleur de sa chère famille
qui voudra bien a-ccepter ici les regrets una­
nimes de tous. Adieu, cher AL Clouet, repo­
sez en paix et que votre âme reçoive la Ju3te
récompense de vos vertus. »
ç t w
L’emploi régulier
de l’inimitable
C rèm e
S im o n
est indispensable pour
Il'hygiène, Ntoilette etlabeauté
C a b ii r t
GROSJEAN,
BEAUDOUT & PLUS
Succursale D
17, rue du Fauhourg-Sl-M artin
Bureau Officiel de Vente - - - du PARC DES CLOSEAUX
Vente rapide de :
-
DOMAINES
FERMES - (Vente et Cession)
-
VILLAS
5
F» a r i s
DCposee
-
-
A4
{mhrd-i) et As. paU 4 g y a& .
LE SUCRE à 1 fr. le Kilo
Cours O fficiel du S u c re des M élasses
L E
S U C R E
m oins cher et plus n u tritif que les
Sons, G r a i n s , T o u r t e a u x
Nourrissez vos Anlmaii A U S U C R E
Engraissez-les avec L E
m,
SU C R E
11m
uil Tiurriiwini
PRODUITS MÉLASSES
SUCRAZOTE
157,, Avenue Malakoff, PARIS (16e)
L a M a r q u e la p l u s r é p u t é e
L a P r o d u c t i o n la p l u s f o r t e
Expéditions dans toute la France
MÊLASSES
PRODUITS
Paris, Mai. — Les 100 kilos, départ,
non logé, par wagon de 5 .0 0 0 k. :
En disponible seulement.
P a ille m é la s s é e , 2 2 à 2 5 0 /0 d e s u c re , 5 0 fr.;
ion m éla sse . .215 à 40 0/0 de s u c re , 7 0 fr. ; avoine
m éla sse e , 50 0/0 d’avoine, 15 0 /0 d e s u c r e , 9 0
r. ; 'a ra c h id e ru s fis q u e m é la s s e , 50 0 / 0 de
to u r te a u , 15 0/0 de s u c re 92 If.; g lu te n de
maïsA-n«>Ut«s.é, 50 0 /0 d e to u rte a u » 15 0 /0 de
s u c re , 8 8 fr.
Aliment mélassé Sucrazoïe, 2 8 à 55 0 /0 de
sucre, 60 r.
Hâtions composées. — Pour chevaux, aliment
complet, 5 0 0 /od avoine, 1 2 , 5 0 /ode sucre , 8 8 fr ;
pour vaches-laitières, concentré, sec et aqueux,
100 lr ; pour bœu s à i engrais, eoneentré,
87 fr. ; pour moutons à l’engrais, concentré,
■00 ir. ; pour porcs à l’engrais, concentré,
i o o fr.; arine mélassée pour veaux de boucher,
125 fr. ; pour veaux d'élevage, 115 fr. , pro­
vende mélassée pour volailles (Po.ultryne),
105 fr. ; provende mélassée pour lapins (Rabbittine), 100 fr. ; chènevis mélassé poui la
pêche, le kilo, 2 fr. 5 0 .
354
un
PRETRE
'/ n C OMP A n A B LK1
pour tr-otnphep rapidé/neni des Ulcères*,
V a r ic e s , H é m o r r o ïd e s , C o n s tip a t io n ,
{E czém a s, R h u m a tis m e s , N e u r a s th é ­
n ie, E p ile p s ie , D i a b è t e , A l b u m i n e ,
C à a stra ig iè, C o q u e lu c h e , B r o n c h ite s .
Envoi
gratis
d e r o u v r a g e illu s tre tiOO page».
E c r L a b o r . “ Abbé LAURET '* St-Manéé(Seifte)
Jo in d re - fra n c en tim b re s p o u r I ra isd 'e x p é d iU o u ).
Asthmatiques qui souffrez toujours, essayez
la Poudre Louis Legtas, dont l’efficacité est
attestée par des milliers de malades reconnaiss -.nts. Cette merveilleuse Poudre calme
en moii s d u n e m i n u t e les p l u s violents accès
d’asthme, de catarrhe d’emphysème, d’es­
soufflement, de toux de vieilles bronchites.
Son prix est à la portée des bourses les plus
modestes.
Une boîte est expédiée contre mandat de
3 fr. 25 (impôt compris) adressé à Louis Le
gras, i. Bd Henri-IV Paris.
BERNOT
160, Rus Lafayetts - PARIS
à domicile
|en sa c s plombés
Livra
| aux Prix d’Eté
tous com bustibles
dans:
GOUV1EUX
LAMORLAYE
•
Hentelgnemmtt *t Représentant
isr
étman&s
Cerretpendant
M. BIBAUL T, 6 9 , R u e d u C o n n eta û le
CH ANTILLY
tél. 63
IWtaisons
et B a n lie u e
LOYAUTÉ - CÉLÉRITÉ - DISCRETION
UêvU-a
S to c k pièces détachées R E N A U L T ,
C IT R O E N , F O R D , etc.
P neus M IC H E L IN .
460
CHANTILLY
N . B. — A cquéreurs et V endeurs
ont satisfaction im m édiatem ent, notre
Cabinet étant le prem ier de la
B anlieue Parisienne.
Te POftC MMT.
\ i Ufloileito
inform e la clientèle q u ’il possède toujours
en m agasin un gros stock de voitures
neuves et d’occasion de toutes .forces et de
toutes m arques.
Voitures. R e n a u l t neuves en m a ­
S E M L I S
Fonds de Commerce
.S î CHAHUTS
Ballot, Hotchkiss, Licorne
Talbot, Unie, Zedel
TOUS TERRAINS
i! \tE - û e .T R ^ M c c
m
afcr tNttUvas»,,..
C l e r m o n t (Oise) - 0 Téléphone 104
A gent direct des bonnes et prem ières
m arques françaises
Si vous Q l I f i l A g Q ET C In secticide
a v e z d e s f ^ U 1^1 M l o L O
COLBERT
MONTATAIRE
-«A -V a lo j
I E R
QUICRAY
G.
Un t emède bon marché
Un entrepreneur de battages, M. Numa
Brengues, dem eurant à N ogent-sur-Oise,
avait pris à son service un nommé Louis Du-
m o d e r n e
AUX AUTOMOBILISTES
.Le Comité fait appel non seulem ent à tous
ses m em bres, mais aussi à la population Pong a s in .
toise tout entière pour que notre Section
Il reprend en com pte les vieilles voi
puisse être flère du versem ent qu’elle fera a
la Caisse d’am ortissement.
tures ou les échange contre des voitures
Cette soirée sera donnée avec le gracieux
neuves our d ’occasion de toutes m arques
conoours de M. e t Mme Persoir, de Mme
révisées dans ses ateliers p ar un personnel
Ariette Rucart, de M. Delvienne et de la
expérim enté. F ournisseur connu des ca­
Fanfare de Pont.
m ionnettes “ U N I C ” à l’usage de
Le Comité.
tous com m erces, voiture qui s’im pose
Fête annuelle. —- Dimanche de la P ente- \
côte, jeux divers, fête foraine, Concert par la I d ’elle-m êm e.
V ente à crédit de tous véhicules, cata­
Sooiété musicale. Grands prix d ’arc. Bal à
logues devis, renseignem ents, essais su r
grand orchestre. Illuminations.
Lundi de la Pentecôte-, Remise officielle du
dem ande, sans aucun engagem ent de la
P rix de la Donation Prim et. Représentation
p art des clients. V oitures de dém onstra­
artistique. Tirage de la Tombola. Vin d’hon­
tion de chaque m arque à la disposition
neur à la Mairie. Grand bal gratuit sous la
des clients pour essais.
tente.
A telier de réparation, révision et mise
Mercredi 26 mai. Sur le champ de Mars,
foire annuelle de Sainte-Claire.
au point de toutes voitures.
Jeudi 27 mai. Au Poteau du Grand Maître,
P resse à bandages D U N L O P .
fête en forêt d’Halatte.
£\uyn p o r c h e r i e s
AVIS
le s d é t r u i r a en IO M IN U T E S , m ê m e le s œ u fs.
4 fr. 2 5 : M
. Ptt-.EAüX. Alimentation, ma Bellon. 4S0
LAMORLAYE
C H IR U R G IE N -D E N T IS T E
reçoit dans son Cabinet,
8 8 , rue de la République, à Senlis,
les L u n d i, M ardi, J e u d i et V endredi,
de 9 h. à 18 h.
P R I X W O O t’ ït-ÊS
m
triaux, âgé de. 48 ans, et il était employé
dans I s s travaux de battage à la ferme Va.s^
seur, à Montatairc.
L’autre jour, au moment de se faire ré ­
gler, deux ou. trois coupures tom bèrent du
portefeuille de son patron, Dutriaux. c ru t
remplir le rôle d’un honnête homme en les
ram assant et en se les appropriant, mais la
ustlce veillait et les gendarmes après en­
quête ont procédé à son arrestation, * i qui
tùi valu d ’être dirigé sur Senlig à la tusp-osition du Parquet de cette ville.
R enseignem ents, P ublicité,
E x p e rtise p o u r vente g ra tu its. 464
Imprimeries Réunies de Senlis
11,
P lace Henri-IV
Le G érant, E , B o yknvai
BEL!
«JARDINIER
Ü, Rue du Pont-Neuf —P A R I S
- S u c c u rs a le
—— » *
: 1, Place de Clichy
----
M IS E E N V E N T E
VÊTEMENTS
T O U T
F A IT S
HOM M ES, DAMES, JE U N E S GEN S
JE U N E S F IL L E S , E N F A N T S et F IL L E T T E S
C o m p lets-Y esto n l'r
Somme s . . .
P a n ta lo n s j
Haute Nouveauté
225 275
‘215 26ofv ;u ,
au-dtiauê
69
H om m es
f je u n e s Gens, d e p u is ... 6 5 r'
7 9 ^ 'u i-d .u u .
E N F A N T S
Costumes Norfolk
....
M a r in s co* Danton' ser?e Pure laine
Costumes
9 9 ,r
99
7 5 r
(4f en plus
par âge)
(3f en plus
par âge)
(4f en plus
par âge)
G ra n d C h o ix de C O S T U M E S -T A IL L E U R
ROBES, MANTEAUX p o u r Dames , J e u n e s Filles e t F il l e t t e s
C a n o tie r s “ Idéal Souple
.....................................
C h e m is e s percale fantaisie avec 2 cols assortis
J . 5 fr*
26>25
C r a v a te s soie fa n ta isie..........................................
M o u c h o ir s haute fantaisie, vignettes couleurs, le m ouchoir
6 .7 5
et 9 . 7 5
3 .5 0
N ous ra p p e lo n s à n o tre C lie n tè le que n o s M a g asin s s e ro n t o u v e rts
Je u d i d e l’A sc e n sio n e t fe rm é s D im an ch e e t Lundi d e là P e n te c ô te .
Knvoi fran co s u r d e m a n d e d e :
CATALOGUES, FEUILLE de MESURES,ÉCHANTILLONS
,
S e u l e s S u c c u r s a l e s : P A R IS , 1, P la c e d e C H o h y ; LY O N ,
M A R S E IL L E , B O R D E A U X N A N T E S , A N G E R S , N A N C Y . 9 - t t i
F O N C IE R
IDE
P rêts
dressé par M„ petit> notaire àj
E tude de M® GAZEAU, notaire
, ® et déposAen son Etude, où I
à Senlis.
.Personne peut eu prendre
co naissance, et sur la mise à |
A d ju d ica tio n V olontaire
!,f„„,,Slls-indiquée, fixée par le
jugement précité.
le M ardi 1 8 ” Mai, à lk heures
L ie u d it le s M arais.
Suivant contrat reçu par M®
P ierre Maugin, notaire à. V eiberie,
le 15 avril 1926, enregistré à PontSainte-M axence le 23 avril 1926.
de Café et Epicerie
folio 98, case 498. Monsieur et]
Madame Justin LAVIGNE, de Au com ptant,
17 /„ en su s.
Verberie, ont cédé à Monsieur |
8861
Charles GIRARD et son épouse
née COURAUT, demeurant à
Bobigriy (S eine), le fonds del Etude de M® L ouis GUÉTIN
gradué en droit
co m m erce de m a rc h a n d de
huissier à Chantilly.
vins, d é b ita n t, av e c faculté de
fa ire r e s ta u r a n t e t hôtel, qu’ils
exploitaient et faisaient valoir à
FAILLITE OLLIVIER
Verberie, rue de la République,
E
N
V E R T U D’ORDONNANCE
n“ 46, ensem ble la c lien tèle,
l’achalandage et le nom c o m m e t
cial y attachés, ainsi que le droit | V en te a u x e n c h è re s p u b liq u e s
de licence n* 1, le m atériel se r­
DE
vant à son exploitation et le droit |
au bail des lieux où s’exploite
ledit fonds.
com t^renunl nQl3 .m m 0.n t :
e n jo u issa n c©
a
é té j
fixée au 15 avril 1926.
S a lle à m a n g e r , G lac es, P e n sitkms'à* V erber/e, Pe T l ’Etude & I
S iè g e s, C o m m o d e s L o u is
M» Maugin, notaire, lesquelles à X IV e t E m p ire , S e c ie ta ir e ,
p e i n e de forclusion devront ê tr e I P o r te - m a n t e a u ,
A r m o ir e s ,
faites dans les dix jours de la B is y c le tte d 'h o m m e .
présente insertion.
A C H A N T IL L Y
Pour extrait :
R ue du Connétable, n* 58
8812
P. MAUGIN.
106“ Deux hectares trente-cinq
la re s quatre-vingts centiares. A,
1602.
107* Un hectare quarante ares
| quatre-vingts eentiares. A, 603.
108” Un. hectare quarante ares.
| A, 604.
109" Un hectare vingt-huit ares
| 40 centiares. A, 605.
110° V ingt neuf ares trente cen| tiares. A, 606.
Lieudit les Vignes Collin Person
111° Treize ares soixante-dix
| centiares. B, 168.
G a n ts, ta n n és
............. .............................................................
2 3 fr'
C h a u s s e t te s coton fantaisies nouvelles ..................................
9 .5 0
R ic h e lie u , bôx-calf noir» façon cousu main........................
7 9 .7 5
C a n n e s jonc bout corne ..................................................................
1 6 .5 0
S a v o n s toilette extra, C ologne ou fougère, 1 2 p a in s..
( 0 -5 0
E a u d e C o lo g n e très parfumée, le l i t r e ...................
2 2 fr‘
C R É D IT
92° Cinquante huit centiaros. A,
88/722.
93° Quatre hectares vingt-deux
ares. A, 97.
94° Un are vingt centiares. A,
97/730.
95° Un hectare vingt-cinq ares
soixante dix centiares. A, 101.
96” Trente - six centiares. A,
101/734
97" Un hectare q u a tre -v in g ttrois ares quatre-vingt-dix cen­
tiares. A. 103.
98° Cinquante-six centiares. A,
103/736.
L ieudit Le ITq
99* Quatre hectares dix ares
quatre.-vingt.8 centiares» A, 124.
100° Soixante - neuf ares qua­
rante centiares. A, 125.
Lieudit
La Grande Pièce de Haute Cour
.101» Deux hectares dix -n eu f
| ares 40 cen tiares. A, 126,
102° Cinq hectares soixante ares.
| A, 128.
Lieudit le Pré Vautron.
103° V ingt-trois ares vingt cen| tiares. A, 129.
104* Un hectare soixante-neuf
| ares soixante-dix centiares. A, 130.
105° Quarante-six arcs dix oen
| tiares. A, 131.
Territoire de Sivry-sur-Antc.
112° Cinq hectares cinquante| sept ares, lieudit le Poteau.
T e rrito ire
FRANCK
de La Neuville-aux-Bois.
jffnjortis
km faculté
de remboursement par anticipation
►
Aux Propriétaires — Communes — Établissements publies
Pour rensetgoements s’adresser à M. GEFFRIER, Directeur départemental
113° T rois hectares, lieudit le
I Pré de Bord.
TOTAL général des contenances,
I y compris l’em placem ent des bâtij m ents : tr o is c e n t c in q u a n te tr o is h e c ta re s s e p t a r e s d e u x
c e n tia re s e n v iro n .
Mise à prix : 290.000 fr.
en l’Etude
a.
Etude de
P ie r re MAUGIN
notaire à Verberie (Oise).
Cession de Fonds
M AI
1926
M A IS O N
16, Place la Halle
& «Cesser pour tes renseigne- I Etude de M* M arcel TOUCHAUD
ments..
1
. .
com m .issaire-priseur
de
l’arrondissem
ent de Senlis
A G eo rg ss M orand, avoué
Téléphone 150.
à Seafn poursuivant la vente ;
Et à ti» R ené P e tit, notaire à
Betz, ré a c te u r e t dépositaire du La Dimanche 16 Mai 1926
cahier d% charges.
8881
à 13 heures f/2
Art .
15
O U V E R T U R E d e la
A AUMONT
1/ ait et rédigé par l'avoué pourAVEC
COUR ET JARDIN
suivait soussigné.
L
IB
R E DE S U IT E
A Setlis, Le 12 mai 1926.
Signé : MORAND.
Visite le Dimanche. R enseigne­
ments à l’Etude.
8818
E t etpegiy.tré.
A.
S E N L
parce que
VOTRE INTÉRÊT estvousd’y yaller
achèterez
PLUS DE VIANDE pour
MOINS D’ARGENT e t de
MEILLEURE QUALITÉ que p a rto u t ailleurs ;
I S
rue de Meaux, n“ 7
| au domicile e t à la requête de
Mme veuve C harpentier
[ V E NT E V O L O N T A I R E
a u x en c h è re * publique*
DEUXIEME AVIS
C’e s t S A M E D I 1 5 M A I
et M A R D I 18
DE
M A T É R IE L
BONS MEUBLES
§
16, Place de la Halle, SENLIS
O F F R I R A UN S U P E R B E CADEAU
A TOUT ACHETEUR
(U ne erreu r d'im pression noüs avait fait annoncer cette distribution
pour les 15 et 22 Mai).
88,11
31®
£
5e RÉGIMENT DE CHASSEURS
Etude, de M® L ouis ESCAVY,
docteur en droit., avoué à Sentis
7, rue de V iilèvert.
Commission des O rdinaires
1! sera procédé le M e rc re d i 2
J u in 1 9 2 6 , à tê heures, au
Bureau des O rdinaires, au Q uar­
tie r O rdener à Senlis, à l'adjudi
cation, sous pli cacheté, pour la
fourniture de (en cas d insuccès
de l’adjudication, une réadjudica­
tion aura, lieu le Mercredi 16, Juin,
même heure)
V K N T TC
SUR
SURENCHÈRE
DU
SIXIÈME
DE : UNE
BRANDE M A IS O N
I f lf tp E GOPEkÉE |
en cours de construction
AVEC JARDIN
sise
2 “ S e m e stre 1 9 2 6
A C H A N T IL L Y
à l’angle de l'avenue Aumont
Çça fournitures seront adjugées
aux moins offrants, en ten an t tou­
et de la rue de l’Em barcadère
tefois lieu d’un prix maximum fixé
Au Comptant. Frais ordinaires à l’avapce par les soins du. D irec­ L’adjudication aura lieu le M ardi
teur de l’Intendance du 2” 0. A.
1 8 Mai 1 9 2 6 , à lk heures, en
Pour renseignem ents s'adresser
l’audience des criées du m m Il sera procédé le M e rc re d i 2
à M® G uétin, huissier à Chantilly.
nai civil de prem ière instance
Téléphone 8 5 ,
88,66 J u in 1 9 2 6 , à li) heures 30, au
de Senlis (Oise).
Bureau des Ordinaires, au Q uar­
tier O rdeuer, à Senlis, à l’adjudi­
cation
sous pli cacheté, pour la Etudes de M“ G eo rg es MORAND,
Etude de M* GERARDIN,
...................
com m issaire-priseur à Oojmpiègne {fourniture des
avoué à Senlis,
13 heures 1/2
I par le m inistère de M® GUÉTIN
Chantilly
huissier
à
Etude de M“ R ay m o n d BOVE,
notaire à (Jhambly.
§
M AP;
que la BOUCHERIE TU RENNE
| Le DIMANCHE 16 MAI 1926
A r t . 4.
5, R ue du Palais de Justice, à BEAUVAIS.
3%
. M e u b l e dont s'agit dépend
j ■ buccession de M ademoiselle
A
^'M arie-Louise Caron.
LE
DEUXIEME INSERTION
48* Quatre ares vingt centiares.
En outre des charges, clauses et
A, 47.
conditions énoncées au cahier des
1* Cinq hectares cinquante-deux
Suivant acte reçu par M“ Bove.
Art* l«r.
charges dressé par M" Georges
ares quatre-vingt-dix centiares,
Lieudit le Pré le Bœuf
Morand, avoué à Senlis, et déposé j notaire à Chambly, le 20 avril 1926,
E tude de M* G eo rg es MORAND, lieudit la Pièce des Vignes. A, 1.
51° Trois hectares quatre-vingt- au Greffe du Tribunal civil de pre­ enregistré à N euilly-en-Thelle, le
2° Seize ares quarante centia­ quinze ares. A, 50.
avoué à Senlis (Oise).
m ière instance de Senlis (Oise), 23 avril 1926, folio 41, case 169,
res, au même lieudit. A, 2.
où toute personne peut en prendre M* Fernand PET1TPAS, fruitier,
Lieudit la Pièce du Château
3" Un hectare d ix -n e u f ares
connaissance, l’imm euble ci-des­ et Mme Octavie-Albertine MOINE,
V E N T E
49° Cinquante ares. A, 48 p.
soixante centiares, au m êm e lieu
sus désigné sera mis en vente j son épouse, dem eurant tous deux
50° Trente ares trente-neuf cen­ sur la m ise à prix sus-énoncée, à Chambly, ont vendu à M. Octave |
AUX ENCHERES PUBLIQUES dit. A, 3.
h r r * t i rt/i ET C j t d A I Q I et<ie MeRobertB° îLET>uotail
MOINE, polisseur, et Mme M ar­
fixée par le jugem ent précité.
4“ S oixante-sept ares cinquante tiares. A, 48 p.
r ri Ml G j
à Pont-Sainte-M axence.
guerite ZOETENS, son épouse, V ente a u x enchères publiques JL. t U U IV! t . O
centiares, au même lieudit. A, 4.
demeurant
ensem
ble
&
Bornel
Lieudit la Ferme d’Epensival
par suite de départ
en 2 lots, savoir :
5* T rente ares soixante centia­
Fait et rédigé par l’avoué pour­ (Oise).
V ente sui» L icitation
52° Trente et un ares quarante suivant soussigné
res, au même lieudit. A, 5.
1
»
Lot
: Choux, Carottes,
à
Margny-les-Compiègne
Le fonds d e co m m e rc e de
DE
O
ignons,
N
avets
P
oireau
x,
Sa­
6° V ingt ares dix centiares, au centiares. A, 51.
A Senlis, le 15 mai 1926
f r u ite r ie , v o la ille s , b e u r r é ,
rue de Beauvais, n “ 3
même lieudit. A, 6.
lades.
53“ V ingt-trois ares soixante dix
(Signé) MORAND. oéufs e t fro m a g e s, exploité à
à proxim ité de la Gare
7° Trente - cinq ares quatre - centiares. A, 52.
2® Lot : P om m es de Terre.
Ghauably, place du M arché, avec
de Compiègne
E t enregistré.
vingts centiares, au même lieudit.
54° Cinquante-trois ares quatretout ce qui en dépend.
sis commune e t terro ir
2’ Semestre 19,26.
A, 7.
sise à PONT-SAINTE-MAXENCE
vingt-dix centiares. A, 53.
La prise de possession a été les Jeudi et Vendredi 20 et 21
Ces
fournitures
seront adjugées
8» Un hectare soixante-six ares
N
S I
S'adresser pour les renseigne* fixée au R* mai 1920.
55“ Douze ares soixante cen­
Mai, à 1 b. 1/2
ruelle Saint-Jean
aux
moins
offranhs,
en
tenant
to
u
­
soixante-dix centiares, au même tiares. A, 54.
n e n ts :
e t par extension
Les oppositions, s’il y a lieu,
te fo is lieu d’un prix maximum fixé
D’UN
lieudit. A, 8.
A M“ G eorges M orand, avoué devront etre faites dans les dix
56’ Cinquante - trois ares cin
à l’avance par les soins de la L’adjudication aura lieu le SA­
sur les te rrito ire s de
9“ D ix-huit ares soixante cen­ quante centiares. A, 55.
à Senlis ^Oise), poursuivant la jours de la présente insertion, à
Commission des Ordinaires.
MEDI 2 9 MAI 1 9 2 6 , à lk
Sivry-sur-Ante et La Heuville-aux-Bois tiares, au même lieudit. A, 9.
Chambly, en l’Etude de M® Bove,
57“ Un hectare cinquante ares vente ;
heures, en l’Etude et par le, mt10*
V
ingt-quatre
ares
soixantesoixante centiares. A, 56,
A M® R ené P e tit, notaire à Betz domicile élu.
nistëré de M® BQILET, notaire
canton de Dommartin-sur-Yèvre
U
sera
procédé
le
Vendredi
4
dix centiares, au même lieudit.
Pour deuxième insertion :
à Pont-Sainte-M axence, commis
58* Trois ares quatre-vingt-dix J (Oise) ;
Juin 1 9 2 6 , à 10 heures, au
Exposition
les
Samedi
et
Di­
arrondissem ent
A, 10.
à cet effet.
centiares. A, 57.
(Signé) BOVE.
manche 15 et 16 Mai, de 2 à 4 h. Bureau des O rdinaires, au Quar­
de Sainte-M enehould
Au Greffe du Tribunal civil de 8845
11° C inquante-huit ares soixan­
tie r Ordener, à Senlis, à l’adjudi­
59* Soixante-trois ares quarante prem ière instance de Senlis, où
(Marne)
te-dix centiares, au même lieudit. centiares. A, 58.
le cahier des charges est déposé ;
Dem ander notice détaillée qui cation, sous pli cacheté, pour
A, 11.
Etude de M“ PETIT, notaire
c o n sista n t en :
A
rt
.
5.
indiquera
Tordre de vente,
8874
E
t
à
M
on
sieu
r
R
ené
LÉVY,
à Senlis.
12* Trois ares cinquante cen­ Lieudit le Term e de la Croisette
l
’
é
p
i
c
e
r
i
e
Vastes bâtiments d’habitation tiares,
au même lieudit. A, 12 p.
60“ Un hectare quarante - sept n é g o c ia n t en im m e u b le s , à R obert DEUGNÏER
P a ris , 9 8 , F a u b o u rg P o isso n ­
n écessaire
et d’exploitation, maison de
13° Soixante - neuf hectares ares quarante centiares. A, 59.
A vendre par adjudication vo­
Etude de M GÉRARDIN,
n iè re (Téléph. T ru d a in e 6 9 -8 1 ),
pour le 2® S em estre 1 9 2 6
Adm inistrateur de Biens
lontaire, P ropriété sise à Senlis,
m a îtr e a v e c p a r c e t d é p e n - 1 soixante sept ares cinquante cen61° Un hectare vingt-neuf ares gui délivrera p erm is de visiter.
com m issaire-priseur à Compiègne
Ces fournitures seront adjugées] place Mauconseil, rue Afforty et
d a n c e s , o o u r , j a r d i n , p r é s , I tiares, au m êm e lieudit. A, 12 p.
dix centiares A, 60.
*
'
887Ü
P A R IS
aux moins offrants, en tenant tou- rue des Pigeons-Blancs, le Mardi
61*
Quatorze
ares.
A,
61.
terres labourables et bois
Lieudit les Vignes de la T errasse.
76, boulevard M agenta, 76 V ente a u x e n c h è r e s p u b liq u e s | tefois lieu d’un prix maximum fixé 1" Juin 1926, à quatorze heures,
62“ Seize hectares vingt cen­
à l’avance par les soins de la | à Senlis, en l’Etude de M’ P etit,
14“ Sept ares. A, 13.
A
rt
.
2.
le to u t d’un seul tenant
Tél. : N ord k.8-31 53-43
pour cause de cessation
tiares. A, 61 bis.
notaire.
[Commission des Ordinaires.
15° Cinq ares soixante centiares.
de commerce
d’une contenance totale de
63° Six ares quatre-vingts cen­ Etudes de M® G eorges MORAND |
I■ m .iin- ,— i—
—
. m......
A, 14.
«
DEUXIÈME
PUBLICATION
tiares. A, 62.
avoué à Senlis
à IVSargny-les-Compiègne
Les personnes de la ville ou Etude de M® GAZEAU, notaire
16* Quatre ares soixante-dix
et de M* R ené PETIT, notaire
étrangères à la ville ayant l’in ten ­
rue de Beauvais, n* 3
Lieudit la Pièce du Château
centiares. A, 15.
à Senlis.
e n v iro n
Suivant acte sous seings privés
à Betz.
tion de soum issionner devront en
17* Q uatre ares soixante - dix
64’
Dix-sept
hectares
cinquante
|
en
date
à
La
Chaussée,
commune
le
M
ercredi
19
Mai
1926
p lu s a m p le m e n t désigné ci-après centiares. A, 16.
inform er par écrit le Président
ares. A, 48 p.
A vendre par adjudication volon­
de Gouvieux (Oise), du 24 avril
à 1 heure 1 / 2
de ladite Commission avant le taire,
L
oi
d
u
23
Octobre
188k.
le Mardi 18 Mai 1926, à 14
18° Deux ares soixante centia­
65“ V ingt etu n hectares soixante I
1926, enregistré à Oreil, le 27 du
27
Mai.
Elles
seront
avisées
24
DL
heures,
à Senlis, en l’Etude de
ares quatre-vingt-un centiares A.
même mois, folio 77, case 9 p a rle
L’adjudication aura lieu le MARDI res. A, 17.
heures au moins avant le jour M® Gazeau,
notaire, une Maison
receveur
qui
a
perçu
les
droits
:
48
p.
19°
Quatre
ares
dix
cen
tiares.
Vente
sur
Licitation
fixé pour l'adjudication de l’ad­ sise à Aumônt,
8 JUIN 1 9 2 6 , à treize heures
Grandé-Rue, n“ 14.
18.
k
6 6 " C inquante-quatre ares qua ­
Monsieur Antoine SEGARD, ca­
mission de leurs offres.
et d em ie précises, en l’audience A ,20°
r a n t e c e n t i a r e s . A.. 4 9 .
D E
fetier, demeurant, à La Chaussée,
Le
cahier
fies
charges
indiquant
des criées du Tribunal civil de tiares. S eA.,p t 19.a r e s c in q u a n te c e n ­
de Tonnelier
| commune de Gouvieux (Oise).
les conditions du m arché et les S tad e A * V® L O U A T , notai r«
Lieudit la Glacière
prem ière instance de Benlis,
21° Un aro q u a t e-vingt-dix cenA vendu à Monsieur Charles et Marchand de Vins en gros ! obligations imposées à l’adjudica­
à Senlis.
séant à Senlis, place Notre- tiares. A. 20
VINCENT et Madame Pauline67° T rente-sept ares dix cen
taire est déposé au Bureau de la
Dame, Bâtim ent de l'Evêché.
Jeanne LEJEAN, son épouse, de­
22“ Quatre ares dix centiares. tiares. A. 63.
situ ée à BETZ
A vendre â l’amiable, une
Demander notice détaillée au Commission des O rdinaires, au
meurant ensem ble à Couvres C om
6 8 “ Cinquante-neufares soixanteA, 2t.
m issaire-Priseur.
8875 Q uartier Ordener,* où on pourra Maison, sise à Montlêvêque, rue
dans une cour commune
(Seine-et-Oise),
un
fonds
de
com
­
connaissance.
du Puits-du-Tarque, n® 4, pouvant
23° Cinq ares tre n te cen tiares. dix centiares. A, 64.
rue de Paris
merce de café-épicerie, sis à La
E n exécution d’un jugem ent A, 22.
être habitée bourgeoisem ent ou
69° Deux hectares. A, 65 p.
Senlis, le 8 Mai 1926.
Chaussée,
commune
de
Gouvieux
rendu su r requête par le Tribunal
avec cour, terrain à bâtir
servir de maison de culture. —
24® Six ares cinquante centia­
70“
Trente-neuf
hectares
trenteCommune
de
Saîiit-Vaast-de-Longmont
Le C hef d'E scadrons,
(Oise).
civil de prem ière instance de res. A, 23.
S’adr. à M» Louât, notaire.
et jardin potager
trois ares vingt centiares. A, 65 p.
L’entrée en jouissance a été fixée
S en lis, le vingt et un avril 1926,
P résiden t de la C om m ission
25°
Huit
ares
quatre-vingts
cen71“
Trente-cinq
ares
cinquante
plus a m p lem en t désignée ci-après au 24 avril 1926.
des O rdinaires,
en registré.
'Q * IL S
centiares. A. 6 6 .
i tiares. A. 24.
Etude de M' P ierre MAUGIN
Les oppositions, s’il v a lieu,
E t aux requête, poursuite et [ 26“ Deux ares vingt-cinq cen
8873
ROUVILLOIS.
notaire à Verberie.
L’E
72 Quarante-sept ares, A 67,
seront
reçues
dans
les
dix
jours
diligence de :
L'adjudication aura lieu le JEUDI
[ t i r e s . A, 25. »
qui
suivront
la
présente
publica­
3 JUIN 1 9 2 6 , à 14 heures, en
Madame Anne Charlotte Tan
Lieudit les Em illants
27® Q uatre ares quatre-vingts
V ente aux enchères publiques,
l’Etude et par le m inistère de tion, en l’Etude de M“ Lenoir,
chard Calarav, épouse assistée et centiare^. A, 6
j î l a î j e l t e J a r d i n i è r e à V erberie, en l’Etude et par le
73
Tror
hectares
quatre-vingt]
situés dans le m arais communal
autorisée de M onsieur Jules-Louis
M“ PETIT, notaire à Betz, com­ huissier à Senlis.
m inistère de M* Maugin, notaire,
Place de l’Hospiçe-Condé
2')# Deux ares tren te centiares. dix-neuf ares quatre-vingt-dix cen­
P o u r extrait :
Maré, lieutenant-colonel, officier
mis à cet effet.
le Samedi 29 Mai 1926, à quatorze
tiares. A, 6 8 .
le
Dimanche
33
Mai,
à
10
h.
de la Légion d’honneur, avec A, 27.
Robert DEUGNIEIi.
CHANTILLY
heures, de l’Officine de Phar74*
Trente
et
un
ares
quarante
29“
Six
ares
quarante
centiares.
lequel elle dem eure à Betz Oise),
à la Mairie.
8878
—<i.— TétAjihone ISO im acien que feu M. Linart exploi­
DÉSIGNATION & MISE A PRIX
centiares A. 69.
A, 28C hâlet du Valois.
tait à La CrÔix-Sàinf-Ôùen, dans
75 Oent-cinq hectares soixanteDE L ’IM M EUBLE A. V EN D R E
30“ Deux ares tre n te centiares.
Art 6.
Poursuivants la vente.
V ê tem e n ts en to u s g e n re s une maison sise route nationale.
six
ares
cinquante
centiares.
A,
70.
A,
29.
Ayant pour avoué M* Georges
A . ! . . O U K JR,
Une Maison située à Betz, dans
TRIBUNAL DE COMMERCE
76“ Soixante-trois ares quatre- une cour com m une, rue de Paris,
31* Dix-sept ares tre n te cen­
M orand, dem eurant 4 Senlis.
DE
SENLIS
A COYE
vingts
centiares.
A,
71.
tiares. A, 30.
com prenant trois pièces au rezEtude de M® S O U R D E L»,, notaire
m
Il sera, le M ardi h u it J u in 1926,
77“ T ren te-h u it ares soixante de-chaussée avec grenier au32“ Cinq ares vingt centiares.
m ans. n.ii/k
. ...
v
I
à Pont-Sainte-Maxence,
à treize heures et dem ie précises, A, 31.
14
à
16
Belle
tenue,
bonpq
SYNDICAT
centiares. A, 72.
dessus couvert en tuiles.
en l’audience des criées du Tri
éducation. — Nourri et couché, 78* Deux hec ares cinquante-six
33“ Cinq ares vingt centiares.
Droit à la cour commune par
AVEC CUISINE
A vendre par adjudication vo­
bupal civil de prem ière instance A, 32.
Se présenter de suite.
8893
Les créanciers de la demoiselle
ares q u atre-v in g t-d ix centiares. devant et au puits se trouvant
lontaire. aux enchères publiques,
de Senlis, séant à Senlis. au Ba­
S’adr. au Bureau du Journal. 8883
BOITEAU Alice-Marie-Idéa. hôte­
A. 73
34*
Cinq
ares
vingt
centiares.
dans
cette
cour.
à Pont-Sainte-M axence, en l’Etude
lais de Justice, place Notre-Dame,
P etite cour avec lapiniôre der­ lière. 2, rue du Faubouig-Saint79“ Trente-quatre ares soixanteet par le m inistère de M“ Soui'del,
B âtim ent de l’Evêché, procédé à A, 33.
Martin,
à
Senlis.
sont
invités
à
se
rière la dite m aison et terrain à
3 5 ° Neuf ares soixante cen­ quinze centiares. A. 74 p.
notaire, le Samedi 29 Mai 1926,
la vente aux enchères publiques,
trouver
le
V
endredi
28
Mai
1926,
A V E N D R E
à 14 heures, une Maison sise à
80“ ix-huit centiares. A, 74/710. bâtir sur le côté.
au plus offrant et dernier enché­ tiares. A, 34.
à
dix
heures
et
dem
ie
du
m
atin.
10 et 15 ktlogs : 70 et 00 Ir.
Pont-Sainte-M axence, rue de la
Jardin potager à la suite ayant ! au Greffe du Tribunal de Com­
36° Treize ares quatre-vingts
risseu r, à l'extinction des feux, en
81° Soixante-trois ares quarante
République, n* 8, à usage de Bu26 et 30 kllogs : 102 et 130 tr.
une façade d’environ 28 m ètres merce de Sentis, place Saintun seul lot, de l’im m euble dont centiares. A, 35.
c e n tia r e s . A , 75.
j v e t t e , d é b i t d© t a b a c s e t
eai'é,
la désignation suit :
37“ Six ares dix centiares. A, 36.
82° T rente et un centiares. A, sur la route de la Gare.
7 mois, parents extra.
E crire : EVENS, Nézel (Sei.ne- ayant pour enseigne Café d u Pont
Phjrre, pour la nomination du
Le tout porté au cadastre sec­ syndic définitif.
38° Dix-huit ares dix centiares. 75/712.
et-p ise).
8822 N euf.
S’adresser à M. DARRAS, garde
DÉSIGNATION
A, 37.
83' Soixante-deux ares trente tion F, nos 5 p., 7 p., 8, 26 p . , 27 p.
Le
Greffier
du
Tribunal.
|
à
Pontarm
é.
8876
et 28 p., pour une contenance de
39“ Six ares vingt centiares. A, centiares. A, 76.
ET
MIGNOT.
18 ares 87 centiares, au lieudit la 8887
38.
84“
Neuf
ares
vingt-trois
cen­
MI S E A P R I X
rue
des
Jardins,
tien
t
par
devant
40° Huit ares quatre-vingt-dix tiares. A, 70-76/709.
1
l “U O I M lT * l»l LA
A. L O U E R
à la cour commune et à Madame
DE L’IMMEUBLE A VENDRE centiares. A, 39.
Gibert, d'un côté à droite à Ma­
Lieudit la Haie aux Anes
s ; isr j o f i
pour trois mois
41® Sept ares dix centiares. A,
CH ARC UTER IE
Le D om aine d ’E p en siv al, situé
85“ T rente-sept ares dix cen­ dame la Comtesse L ecourbe,
40.
<
derrière
à
la
même,
puis
par
hache
commune e t territo ire d’Ëpense,
M
a
i
s
o
n
M
e
u
b
l
é
e
tiares.
A,
79.
42* V ingt ares quarante cen ­
sortante au chemin d’accès é la
et par extension su r les territo ires
8 6 ° Dix-sept centiares. A, 79/715.
A SENLIS
am ouillante
gare çle Befz, et d’autre côté a
de Sivry-sur-A nte et La Neuville- tiares. A. 41.
(GRÉPY-EN-VALOIS)
87“
Un
are
quarante
et
un
cen­
43“ Treize ares soixante cen­
M. Ooutard.
aux-Bois, canton de Dommartinau Château de Roberval (Oise).
S’adresser à M' PETIT, notaire
tiares. A, 81/718.
F1G
L
R
L
A
1
* I U TV L T E W L E S T.A U LE»
s u r - Y è v r e , arrondissem ent de tiares. A, 42.
‘
8885 à Senlis.
8888
Mise à prix : 1 .5 0 0 fr.
8 8 ° Trois hectares v in g t-h u it
44* Deux ares cinq centiares. A,
Sainte-M enehould (Marne), con­
ares vingt centiares. A, 82.
L E U R Q U A L IT É , L E U R F I N E S S E , L E U R GOUT E X Q U I S , CO MME AU SSI
43.
sista n t en :
L E S SO IN S A P P O R T A S A L E U R P R É P A R A T I O N , S O NT HAUT EM ENT
A. V E N D R E
89“ Soixante-dix-huit ares tre n te
45* Sept ares dix centiares. A,
I. _ V astes bâtim ents d’habi­
L’adjudication aura lieu en exé-1 3 Q n H R F f iP lI I B à C 6 i l 6 r
A P P R É C I É S DE TOÙK L E S G O U R M E T S . ..
centiares. A, 8 6 .
cution d’un jugem ent rendu sur I
!
l VI
**
tation e t d’exploitation, maison 44.
90“
Vingt
sept
centiares.
A,
46*
V
ingt-cinq
ares
vingt
cen­
requête
par
le
Tribunal
civil
de m aître avec parc e t dépen­
Senlis, le 13 avril 1926, enregistré, I
___________
86/720.
D E P O T : 6 , R u e R o u g e m a i l l e , 6 , SENLIS
tiares. A, 45.
état neuf.
dances.
m -v s
91’ Un hectare soix an te-n eu f I et sous les charges, clauses et nelle. - - G rosjean et Beaudout,
47“
Q
uatre
ares
tren
te
centiares.
U. — Les immeubles ci-après.
ares quatre-vingts centiares. A, 88. | conditions du cahier des charges Esbly (S.-et-M.) 1
8872 Ecrira au Bureau du Journal. 8892
A, 46.
ANNONCES JUDICIAIRES
Territoire d’Epense.
D U D O M A IN E
D’È P E N S IV A L
UNE MAISON
TRÈS BEAU MOBILIER
353 hectares 01 ares 02 centiares
MATÉRIEL
OBTILLAEE1
Une Maison
24 Peupliers
Qn demande un apprenti
|C ham bre Meublée
jPORGEiiETS C A S T R É S
CHIOT CORTALL
Jk v
-m
Ml m m NORMANDE
des Porcheries' Modernes de l’Ile-de-France
Cabriolet Gitroën 5 HP
désignés :
'
g*.làAi
AGENCE DIRECTE & P R IN C IPA L E
des Voitui’es, Camionnettes, Camions ot Tracteurs
VENTE
--
® t o e k — P i è c e s des R e c h a n g e
É C H A N G E — R É P A R A T IO N - - L O C A T IO N — S O U D U R E
M a is o n
m
B .
P I F A R T
AUTOGÈNE
THE
ONIVERSAL
CAR
m»
G . N IA R Q U IN .jS n ir'. 19, Bue de la République, 19, S E N L I S
- TÉLÉPHONE 138 -
V E N T E
A .
C R É D I T
E
T O U S
V É H I C U L E S
DEM ANDÉS
AMEUBLEMENTS
O F F R E S
EN MAGASIN :
Personne sérieuse K M 2 :
Roues prêtes à livrer
nage, est demandée pr campagne
2 km. Senlis. Références.
S’adr. au Bureau du Journal, 8829
Scieur-Affûteur ffib“
sant brasage. R éférences.
RAPIDE —
13, r u e d u
Moins d’ane tare par paire
Prix : de 35 à 70 francs la paire
8841
■«— «■ ■
Paul
jusqu'à l m8 0
— EXÉCUTION
DÉCORATION
Styles
Chambre» A Coucher — Salles à Manger
TÉLÉPHONE 1
URGENT. M. Edm. MEUSNIER
bois à Creil, demande
COMPLETS
TAPISSERIE
W H 4»—
* Meubles — Sièges de tous
A. c. St»u, m *
ROUSSEAU
C h â te l (Près l’Hètel de Ville)
MEUBLES DE CUISINE
loimo filin femme chambre
UuUllu llllu pouvant s’occuper
d’enfants, est dem andée pr ferme
des environs de Crépy.
S’adr. au Bureau du Journal.
----
-
LITS FER ET CUIVRE
—H- GLACES -
H E 3N ri_.Ifô
CHAISES PAILLÉES ET CANNEES
-
ARTICLES DE LITERIE
TAPIS -
RIDEAUX
■" m
fourniture et perçage & Essieux
Flamn
âtlOO demande place bonne
UallID nyCC cjiez m onsieur âgé
seul.
S’adr. au Bureau du Journal. 8871
DaBIP habitant campagne envi
Ualllc rons de Senlis, dem ande
NOURRISSON.
S’adr. au Bureau du Journal. 8877
-
LOCATION
A G E N C E
T
É
MAISON
S
v
-
Ouverte Dimanches et Fêtes jusqu’à 20 heures — Téléphone 184
G ÉR A N C E
R É G I O N A L E
Téléphone 3 3
Dem andes :
1* A acheter : Château
avec parc, pré ou bois,d’une
superficie de 10 hectares
minimum.
2”A acheter: Ferm e de 100
hectares environ avec court
b a il, ou propriété boisée pour
chasse de 50 à 100 hectares,
avec habitation si possible.
3“ A acheter : à Senlis de
préférence , Maison an cienne, 4 ou 5 chambres
m aîtres, avec jardin moyen. ©
A rrondissem ent de Senlis
C A P IT A U X
Vous qui désirez em prunter
argent avec ou sans garantie |
hypothécaire ou form er
Société Anonyme
É C R IV E Z MOI
MI DÉgU 03 bis, r. delà V ictoire!
ITIftnr Hl! p a ris ix- (Trinité). I
HOTEL-VINS-BIüIiHRD
Très jo lie affaire. Bail 9 ans,
loyer 700 f. 7 cham bres, log‘ 2 p.
Bon rapport. R ecettes comptoir
140 f. Prix demandé 5 5 .0 0 0 f.
m oitié com ptant. — S’adresser
MM. Grisard et Labbé, 31, r e
Dussoubs, Paris.
8794
8889
Offres ! à céder !
1 Magasin faïence et por
colaine, centre industriel.
Bail 10 ans. Loyer 1.400 fr.
Prix : 30.000 fr.
2 ° Sous-préfect., très bien
situé, Epicerie, Fruiterie,
Crémerie. Bail 6 ans. Loyer
700f. Très bonne affaire av.
2 0 .0 0 0 - comptant.
3° A louer Boutique et
log. b placé d 8 sous-préfect.
Bail 9/1.2 ans. Loyer 3.000 f.
plus ch arg esrL ib re suite.
AGENCE PEUGEOT
T outes le s offres et demandes son t reçu es san s frais
V E N D R E
1° Machine à Ecrire Remington
M a is o n
non visible
d_ toute
Il est répondu par retour
F O Ü Q U Ë -M O U R E T
d ’u n
1 3 - 1 5 , R u e «le r A p p o r t - a u - P a i n , S e n l i s
2» DUPLICATEUR
—
demande accompagnée
tim b r e
TÉLÉPH O N E
—----
— ---------- ®-
L E S l* R O m ilT S »53 £. »
Grand Choix de Souliers chevreau et Vernis
îles Porcheries Modernes île l’Ile-de-France
G rand Assortim ent de Corsets et Ceintures
B a s d e fil n u a n c e s n o u v e l l e s
V E N D R E
R. C. Senlis
G az H oël
m
F ita n E tT
5020
T O U T
— — $- — —«------------------- #
;F *O T JH F t
L .A U T O
_h
^
(C R É P Y -E N -V A L O IS )
a r a s t o u t e s i,e s
I
Voitures neuves tous modèles livrables de suite
I Grand ehoix de Camionnettes occasion SOO à 1.000 kilogs
I
t a b i .e s
LF.UR Q U A L IT É , L E U R F I N E S S E , L E U R GOUT E X Q U IS , COMME AUSSI
F A C IL IT É S
DE
P A IE M E N T
L E S SO IN S A P P O R T É S A L E U R P R É P A R A T I O N , SO NT H A U T E M E N T
1 hp 3/4, horizontal, allumage ma­
gnéto, refroidissement par eau, et
accessoires. 6 0 0 fr.
S’adr. au Bureau du Journal.
A P P R É C I É S DE TOUS L E S G O U R M E T S . ..
DEPOT
G, R u e R o u g e m a ille , G, SENLIS
474-475
Pose de Freins “ ACMOS ” dans les 4 8 heures
Jtfessagerie Senlis -paris
DÉPÔT DE
A ller et R etour tous les Lundis et Jeudis
Charrues FONDEUR
Auto-Cars, Limousines
T R A N S P O R T S
BUREAUX
BOURGOGNE
N o c e s
:
-
M. AUGER, impasse du Tour-de-Ville.
6, rue Jean-Lantier.
*
P A R I S l 6 bis, rue du Pasteur-W agner.
21, rue du Faubourg-Saint-Denis.
476
(O is e )
luxe
g ra n d
2 0 A 4 0 PLACES
S o c ià té s -
C oupés
SENLIS:
D É P O S IT A IR E
422
e--— * — -—
C H A R C U T E R IE
HAUTE NOUVEAUTÉ
8802
214
49-51, rue de la République, SEfihlS
F L E ÏÏR Y , S u c e
8851
VOITURE T O P E H IJ
A VENDRE
S E N L I S
DES STO C K S
SENLIS, 2 3 , rue Beilcn. - Télip. 179
Pierre PERNEY, Entrepreneur, Senlis 3£
V E N D R E
O n M o te u r à
I É
Cession de Fonds de Commerce
Reprise et Location de Fermes
MAISONS A PANNEAUX DE CIMENT
M IC R O M O T E U R
A.
VERITE
Etablies avec d e s m atériaux de ch o ix leu r a ssu r a n t une so lid ité
a u ssi gran d e q u e le s m a iso n s en p ierres ou en b riq u es. Nom­
breux m o d èles. D em andez le ca ta lo g u e illu stré C. 0 . en voyé
g ra tis et to u s r e n se ig n e m e n ts à
UuUIIC llllu parents est dem an­
dée pour apprendre le com merce
et p rêter la main aux soins du
m énage. — Mm*BAILLY, épicerietabac, à Saint-M artin-du-T ertre
(S.-et-O.).
8886
35, rue de la Gare, Coye.
P R
B'“;f>Ues ou n o n
CONSTRUITES
.Inimn filin présentée par ses
S’adr. au Bureau du Journal.
O
É C O N O M I Q U E MES N T
MllTild 40 a n s‘ employé tem pomUlIlG raire Sous-Préfecture,
demande place secrétaire mairie
ou gérance propriété.
S’adr. au Bureau du Journal.
A.
P R
SOLIDEMENT
M. MAIIIEUX, m e Saint-Hilaire,
Senlis (Oise).
8880
POUR VÉLO
bon état de m arche.
S’adr. au Bureau du Journal.
N° 43
RAPIDEMENT
Ouvriers peintres ^ i I Æ r
A
téléphone
-
MEUBLES DE TOUS STYLES
iM i u < t & u s
Spécialités de Meubles en chêne
m assif et de Meubles de cuisine
to u s garantis su r facture
1r.
L E V E â ü
à MAFFLIERS, par Monsoult (Seme-et-Oise»
T éléphone 24 Monsoult
._ .
M
MS
_ _ _ _
aison
VALEX
24, Place de la H a lle
SENLIS (Oise)
A teliers : 8, route d ’A u m o n t
La Maison se charge de l’exécution
de tous Meubles sur dessins
:ssi m m fe
AGENCE AUTOMOBILE
«
£
£
55
»
K
Cycles - A utom obiles - A rm es §
MACHINES
1 7 , Rue du F“-S ain t-M artin , SENLIS
ATELIER MODERNE DE RÉPARATION
Carburateur Griffon
"■■'“ ■■ImSS
C H EN AR D A W A L C K E R
rOSM A L'KSSAI
CORRË LA LICORNE
C o n c e a s lo n n a irc d e s
MATHIS
Freins A vant Poulet
CITROËN
ÜOÜORÉ
-
A C C E S S O IR E S
I
Butta» et Graiese* ItMlustrieUea - C a rb u re
P O U B IU Ë S
|
PNEU»
A i)T O
C H A S S IE
Un superbe Cadeau à tout acheteur
SCEAU
WDCGARAXTII
fW ,
*
*
STOCK
[flN«ï2!
*
M OW mON*
C areM aes d e PréeM eac
—— -— rawM»—
fcjk mtuhMm
'
CteWMlllM
INwii CÉ&rtt*
Moins c h e r q u ’à P a r i s
VOITURES D'ENFANT!
|
&
‘Pièces de Rechange pour :
SÉ N É C H A L
^
A
Seul Dépositaire du Congoléum Sceau d’Or
pour SENLIS et la Région
GRAND CHOIX DE MEUBLES D’OCCASIONS
Literie, T apisserie, Lits d’enfants
Lits fer et cuivre, Matelas, Som m iers
Rideaux, T entures, Sièges et Tapis
fiS EU B LES DE SALONS
Mobiliers pour B ureaux
et A dm inistrations
-
I M aurice C H E V A U X
G
S
MÉCANICIEN
ib - W , P la c e Henri îV
-
SENLIS (Ois©)
Vetture da démonstration pour assai
R e c h a rg e d’A eeu m u latatars
P N E U M A T IQ U E S
rapMa *nr tenUf voitures
RKrKASSMNTAMT
l>«» GtUMZriM MàXQUB*
L a F ra n ç a ls e -D ia n a e u f - R a y a t - W a n d e r - T e r r o t
De D ion -Bou to n - T bem auan
Ç~ e a r t o u t i T q A n A i v r i m
M IC H E L IN
RÉPARATIONS SOIGNÉES
)
PRIX AVANTAGEUX
N ’ayant pas de frais généraux vend et répare à meitieur marché
MONTRES DE MARQUE
L.ip, Ultra, etc.
■' ni»»»»
Alphonse CIGOGNE
1 Horioger-Bijoutier-Opticien
GRAND CHOIX D’ OPTIQUE
L unetterie eolgnée
Toute* les Réparations
d’HORLOGERIE
BIJOUX ORIA
Gheiiardi Waïcker- CorrelaUcorne ■G.Irai- Rocliet-Schnelder-Mattiis- SéiéeM
AGENCE AUTOMOBILE, 17, Rue du Faubourg-Saint-Martin, SENLIS
e
?:.v n z a s , Msîr# As b. VUte d»
nxxitrrk*,
'(tflK
.* A
y, ^«M
jQf/P
»
3 8 , R u e
d e
P a r is , 3 8
bijo uterie , o ptiq ue
■ont faites à la Maison
Achat d’Or $t d’Argent
VI«ux Dentiers
SENLIS
Tout article nt convenant pai
•it échangé et repris
G r a n d c h o i x d e B i j o u t e r i e O r : A l l i a n c e s , B a g u e s , C o l li e r s , B a r r e t t e s , e tc .
p m r la t i s m x m e . « « U « p a t a t a a#
' ft •
t fflÜ-TiNritirVifTP
\