Toyota Matrix d`occasion 2009-14 - Ste

Commentaires

Transcription

Toyota Matrix d`occasion 2009-14 - Ste
Toyota Matrix d’occasion (2009-2014)
LUC-OLIVIER CHAMBERLAND - 31 décembre 2014 - virageauto.com
La Matrix est arrivée en 2003 comme un vent de fraicheur au Québec. On aime les hayons et Toyota a
parfaitement bien répondu à cette demande des acheteurs. 2014 marque les derniers tours de roue de cette
voiture qui en était à sa deuxième génération, c’est donc l’opportunité parfaite pour revoir ce produit qui va
certainement manquer à plusieurs consommateurs. Dorénavant, il faudra regarder dans l’occasion pour s’en
procurer une.
Petit monospace
La Matrix est un peu plus qu’une Corolla familiale même si les deux produits partagent l’ensemble de leur
composante mécanique. On va plus loin que simplement ajouter un gros coffre à la berline. En fait, la
carrosserie est refaite de A à Z.
On adopte une configuration un peu plus haute pour de meilleurs dégagements intérieurs. Toyota lui donne sa
propre signature avec des lentilles claires sur les feux. L’avant est aussi l’un des plus dynamiques de la
gamme Toyota, on veut conquérir des jeunes et ça fonctionne très bien. Cette version de 2009 à 2014, offre
des proportions trapues qui lui accorde un style agréable à l’œil. Bien que l’on ne procéda à aucun
changement réel ni de rafraichissement durant cette période son allure générale est toujours moderne et
plaisante.
Toyota joue beaucoup sur la question de l’apparence. Le modèle de base est très dépouillé et vient avec des
roues d’acier de 15 pouces. Pour une présentation plus relevée, l’acheteur doit se tourner vers les gammes
XR et XR-S qui apportent des jantes en aluminium et même un petit aileron selon la version. Étant dans la
famille de Toyota, on peut aussi faire appel au catalogue TRD pour plus d’accessoires qui habilleront les
panneaux extérieurs. Dans le lot, il est possible de trouver des Matrix avec des jupes latérales qui lui donnent
un bel effet de sol.
Une autre époque
Alors que l’extérieur est jeune et moderne, il en va différemment pour ce qui est de la cabine. On se retient
avec une sensation plus proche des années 90 et non pas 2000. Il y a bien ce grand triangle qui essaie
d’imiter l’aluminium, mais personne ne sera convaincu. Il englobe l’ensemble des commandes et le levier de
transmission. Esthétiquement, c’est joli, mais en décalage avec la compétition de l’époque. On doit aussi
souligner que l’on ne retrouve que des plastiques durs partout dans la cabine. Le châssis est solide, mais les
craquements se font entendre, et ce même si le véhicule est encore récent.
En matière d’équipement, la variation se mesure avec les versions. Le modèle d’entrée de gamme n’accorde
pas tellement d’accessoires. Là encore, on retreint un minimum par souci de conserver les prix bas. Étant en
2015, préférablement, optez pour les XR et XR-S qui offre un peu plus d’agrément dans l’aire de vie.
Là où la Matrix marque un grand nombre de points, c’est au niveau de la capacité d’aménagement de sa
cabine. Il est possible de trouver des versions avec un plancher de coffre en plastique résistant qui s’étire
jusqu’au dossier de la banquette. De cette manière, on se retrouve presque avec un petit camion de livraison.
Le fond est plat et facilite d’autant les transports d’objets imposants. Avec cette configuration, on arrive avec 1
399 litres et en position à cinq places il rétrécit, mais conserve encore 569 litres ce qui est très bien.
Deux choix rugueux
À l’instar de la compétition, Toyota a offert un choix de motorisations pour la Matrix. Pour les modèles de
base, on arrive avec un L4 de 1.8 litre de 132 chevaux avec un couple de 128 lb-pi. Il fait bien le travail, mais
nous laisse entendre son mécontentement à la première accélération ou lorsqu’il est sollicité en puissance.
L’autre option qui va légèrement améliorer votre qualité auditive est le 2.4 litres de la XR-S. Il ne vient pas
avec une cavalerie sans borne, mais les 158 ch se montrent bien adaptés à la vocation de la Matrix.
Dans les deux cas, on propose une boite manuelle à cinq rapports et une désolante automatique à seulement
quatre embranchements. Selon la version, il faut souligner qu’il est possible de trouver des Matrix avec une
traction intégrale. Ces modèles sont particulièrement rares, mais cela vaut la peine de chercher un peu et de
payer un peu plus cher pour l’obtenir. Elle sera surtout pratique en situation hivernale.
Dans l’ensemble sur le plan mécanique ce produit Toyota fait tout très bien, mais on s’assoit sur de vieilles
technologies éprouvées depuis longtemps. Au compte, ce n’est pas raffiné du tout, mais c’est très fiable, donc
malgré tout un avantage majeur. La consommation est aussi un facteur d’intérêt puisqu’il est facilement
possible d’être sous la barre des 8 litres/100km.
Un certain agrément
La Matrix est tellement simple en fait de conception et de composantes que l’on se retrouve avec une
intéressante connexion avec la voiture. Alors que l’on peut souvent se plaindre de ne plus avoir de sensations
en conduisant une automobile moderne, on obtient exactement l’effet contraire dans la Matrix. La direction est
très précise et communique très bien. Les suspensions accordent une belle fermeté sans faire de concession
au niveau du confort. Il est donc possible d’avoir un certain plaisir à son volant dans la mesure que vous aimez
le style « Old Fashion ».
Conclusion
La Matrix est un produit que l’on recommande sans aucune réserve. Elle fait tout bien ou très bien. Il y a
quelques petits accrocs au niveau des plastiques et de mineurs rappels en 2009-2010, mais pour le reste c’est
une voiture qui fait exceptionnellement bien ce pourquoi elle fut crée.
Positif :
•
Cabine polyvalente
•
Fiabilité
•
Intégrale livrable
Négatif :
•
Coût de rachat
•
Plastiques nombreux
•
Boite automatique à 4 rapports