en cliquant ici

Commentaires

Transcription

en cliquant ici
Sommaire
Résumés des interventions
p003
Résumés des posters sélectionnés pour la présentation orale p109
Résumés des communications affichées :
1- Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de
création de structure
p118
2- Recherche Clinique
p190
3- Recherche Fondamentale
p283
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
2
RÉSUMÉS DES INTERVENTIONS
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
3
Plénière 1
PL1-1: The new physiology of the doctor-patient relationship (Pour une "physiologie" nouvelle de
la relation médecin-malade)
Fabrizio Benedetti(1)
(1) University of Turin Medical School, Turin, Italie
We are today in a good position to investigate the complex psychobiological factors that are involved
in the doctor-patient relationship by using a physiological and neuroscientific approach [1]. From a
neurobiological perspective, the doctor-patient relationship can be subdivided into at least four
steps. The first is the step of “feeling sick”, which involves those sensory systems that convey
different pieces of information related to peripheral organs and apparatuses. The second step is
what makes a patient “seek relief”, a kind of motivated behavior which is aimed at suppressing
discomfort. This behavioral repertoire is not different from that aimed at suppressing hunger or
thirst, and the brain reward mechanisms are crucial in this regard. The third step is when the patient
“meets the therapist”, a special and unique social interaction in which the therapist represents the
means to suppress discomfort. Physiology and neuroscience are beginning to understand complex
functions both in the patient’s brain, where expectations, beliefs, trust and hope are key elements,
and in the doctor’s brain, in which empathic and compassionate behavior represents an essential
factor. Finally, the fourth step is when the patient “receives the therapy”, the final and perhaps the
most important act of the doctor-patient interaction. The mere ritual of the therapeutic act may
generate therapeutic responses through the patient’s expectations and beliefs (placebo responses).
Today, the biochemical, anatomical and physiological link between expectation and therapeutic
effect, i.e. placebo responses, has been partially unraveled [2].
Bibliographie
References
[1] Benedetti, F. (2010). The patient’s brain. Oxford University Press.
[2] Benedetti, F. (2014). Placebo effects. 2nd Edition. Oxford University Press.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
4
Plénière 1
PL1-2: De la psychosomatique à la physio-sémantique
David Le Breton(1)
(1) Université de Strasbourg, Strasbourg, France
Le corps est toujours une matière de sens. D’où la nécessité pour le comprendre d’intégrer des
logiques d’analyse diverses, de ne pas occulter l’ambivalence et le tremblement de sens de la
relation de l’humain au monde. Dans le ressenti de la souffrance maintes données s’enchevêtrent. A
son insu, l’individu fabrique parfois des douleurs sans lesquelles il lui serait impossible d'exister :
pour combler une blessure d'enfance ou plus tardive, ou tenir sa place au sein d'un système
relationnel où la douleur est monnaie d'échange. Une souffrance diffuse qui s’ignore telle, trouve
ainsi une manière légitime de s’exprimer, de surcroît elle organise la vie, elle implique une
mobilisation familiale et sociale. Même si elle est accompagnée d’une quête passionnée de
soulagement, la douleur devient alors à l’extrême une raison de vivre. Est à l’œuvre non une psychosomatique mais plutôt une physiosémantique qui cristallise une série de données différentes : les
unes liées à des événements décisifs de l’histoire de vie, à une force intérieure de l’individu, les
autre, plus insaisissables, étant liées à un « terrain », au patrimoine génétique, à l’entourage, etc.
Toute somatisation (soma : le corps) est alors sémantisation (sema : le sens) traduisant la porosité de
la chair et du sens (Le Breton, 2012 ; 2010).
Bibliographie
(1) David Le Breton, Expériences de la douleur. Entre destruction et renaissance, Métailié, 2012.
(2) David Le Breton, Anthropologie de la douleur, Métailié, 2010.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
5
Plénière 2
PL2-1: Towards a better understanding of how neonatal pain influences adult pain sensitivity
(Mieux comprendre l'influence de la douleur périnatale sur la sensibilité douloureuse à l'âge
adulte)
Suellen Walker(1)
(1) Institute of Health, Londres, Angleterre
There is increasing awareness of the impact of early life experience to alter subsequent mental
health disorders, medical conditions and chronic pain in adulthood.1, 2 Preterm birth and neonatal
intensive care unit (NICU) management expose neonates to a wide range of physiological and
environmental stressors, at a time when the developing nervous system is particularly vulnerable.
While pain exposure in NICU is difficult to quantify, higher numbers of tissue breaking procedures
and surgery during the neonatal period have been associated with adverse neurodevelopmental
outcome and changes in brain structure and connectivity.3-5 6 Reports of the potential long-term
impact of early life pain on pain response at older ages vary with the population studies, the age at
which follow-up is conducted, and the type of outcome used. At older ages, Quantitative Sensory
Testing (QST), which utilizes a range of stimulus modalities and intensities, has evaluated long-term
alterations in somatosensory function. 7, 8 As pain is both a “sensory and emotional experience”,
both experimental pain sensitivity and current behavioural pain responses require assessment, as
these may be modulated by may social or psychological factors such as anxiety and catastrophising.
Our recent follow-up in 19 year old preterm and term controls, which suggest effects vary with
stimulus intensity and differ in males and females, will be discussed.
Bibliographie
1. Nemeroff CB. Paradise Lost: The Neurobiological and Clinical Consequences of Child Abuse and Neglect. Neuron. 2016;89:892-909.
2. Burke NN, Finn DP, McGuire BE, Roche M. Psychological stress in early life as a predisposing factor for the development of chronic pain:
Clinical and preclinical evidence and neurobiological mechanisms. J Neurosci Res. 2016.
3. Vinall J, Grunau RE. Impact of repeated procedural pain-related stress in infants born very preterm. Pediatr Res. 2014;75:584-587.
4. Ranger M, Grunau RE. Early repetitive pain in preterm infants in relation to the developing brain. Pain Manag. 2014;4:57-67.
5. Valeri BO, Holsti L, Linhares MB. Neonatal pain and developmental outcomes in children born preterm: a systematic review. Clin J Pain.
2015;31:355-362.
6. Filan PM, Hunt RW, Anderson PJ, Doyle LW, Inder TE. Neurologic outcomes in very preterm infants undergoing surgery. J Pediatr.
2012;160:409-414.
7. Hermann C, Hohmeister J, Demirakca S, Zohsel K, Flor H. Long-term alteration of pain sensitivity in school-aged children with early pain
experiences. Pain. 2006;125:278-285.
8. Walker SM, Franck LS, Fitzgerald M, Myles J, Stocks J, Marlow N. Long-term impact of neonatal intensive care and surgery on
somatosensory perception in children born extremely preterm. Pain. 2009;141:79-87.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
6
Plénière 2
PL2-2: A Teaching parents about the pain of their children : a challenge ? (Apprendre aux parents
ce qu'est la douleur de leur enfant : un défi ?)
Anna Taddio(1)
(1) Hospital for Sick Children, Toronto, Canada
In prior studies and stakeholder meetings convened by the Help ELiminate Pain in Kids & Adults
(HELPinKids&Adults) team (http://phm.utoronto.ca/helpinkids/), parents have reported that
witnessing their children experience pain from medical procedures such as vaccination is distressing
and contributes to non-compliance with vaccination. Parents indicated that a knowledge gap about
evidence-based pain interventions prevents them from utilizing pain management interventions and
that they want to learn about ways to reduce pain in their children. At present, education about pain
mitigation is not incorporated into instructional programs routinely offered to parents (e.g., prenatal
classes, postnatal hospital-based education for new parents). In this presentation, Dr. Taddio will
review the findings of research conducted over the last decade that addresses parent-directed
education about pain mitigation in children during vaccination. This research spans the
documentation of childhood vaccination pain management practices, barriers and opportunities for
intervention, the development and validation of educational tools implemented in different clinical
settings, evidence of their effectiveness, and recommendations for future research.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
7
Plénière 2
PL2-3: The development of chronic pain complaints in children : insight into underlying
psychosocial processes (Chronicisation de la douleur chez l'enfant : rôle des processus
psychosociaux.)
Liestbet Goubert(1)
(1) Department of Experimental-Clinical and Health Psychology, Ghent University, Gent, Belgique
Chronic pain is prevalent in children and adolescents, and may have a major impact upon children’s
functioning. However, as pain takes place within a social context, it may not only impact upon the
child’s life, but also upon the child’s immediate environment. Specifically, children’s expressions of
pain (e.g., painful facial expressions) are observed and interpreted by others (e.g., parents), and elicit
affective and behavioural responses. Parents’ responses, in turn, may impact children’s outcomes in
two ways; direct through the restriction or stimulation of children’s activities, or indirect through
observational learning processes. In this presentation, I will put forward an interpersonal perspective
upon pediatric pain, in which pain-related thoughts, feelings and behaviours of child and parents play
a central role in the development and maintenance of chronic pediatric pain complaints. Recent
studies demonstrate that a perception of pain as highly threatening (i.e., catastrophic thoughts about
pain) may give rise to fearful reactions to pain, avoidance of activities, and pain-related disability.
Parental catastrophic thoughts about their child’s pain have been found to be associated with
adverse child pain outcomes, such as pain-related disability. Recent research suggests that parental
(over)protective pain-controlling behaviour might be a crucial underlying mechanism. Furthermore, I
will discuss current challenges for pain research and practice, including the need to examine
resilience resources and mechanisms in addition to risk factors. Finally, some clinical implications will
be delineated.
Bibliographie
Relevant References
Goubert, L., Craig, K.D., Vervoort, T., Morley, S., Sullivan, M.J.L., Williams A C de C, Cano A, Crombez G. (2005). Facing others in pain: the
effects of empathy. Pain, 118, 285-288.
Goubert, L., & Simons, L.E. (2013). Cognitive styles and processes in paediatric pain. In P. McGrath, B. Stevens, S. Walker, & W. Zempsky
(Eds.), Oxford Textbook of Paediatric Pain (pp. 95-101). Oxford: Oxford University Press.
Goubert, L., Vlaeyen, J.W.S., Crombez, G., & Craig, K.D. (2011). Learning about pain from others: an observational learning account. The
Journal of Pain, 12(2), 167-174.
Hadjistavropoulos, T., Craig, K.D., Duck, S., Cano, A.M., Goubert, L., Jackson, P., Mogil, J., Rainville, P., Sullivan, M., de C Williams, A,
Vervoort, T. & Dever Fitzgerald, T. (2011). A biopsychosocial formulation of pain communication. Psychological Bulletin, 137, 910-939.
Simons LE, Goubert L, Vervoort T, Borsook D. Neuroscience and Biobehavioral Reviews. Neuroscience & Biobehavioral Reviews 2016;68:537–
546.
Vervoort, T., Eccleston, C., Goubert, L., Buysse, A., & Crombez, G. (2010). Children’s catastrophic thinking about their pain predicts pain and
disability 6 months later. European Journal of Pain, 14, 90-96.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
8
Plénière 3
PL3-1: La stimulation magnétique transcrânienne du cortex précentral moteur à visée antalgique
Jean-Pascal Lefaucheur(1)
(1) Hôpital Henri Mondor, Créteil, France
La stimulation magnétique transcrânienne du cortex précentral moteur à visée antalgique
Jean-Pascal Lefaucheur
EA 4391, Service de Physiologie - Explorations Fonctionnelles, Hôpital Henri Mondor, Faculté de
Médecine de Créteil, UPEC, Créteil, France. Courriel: [email protected]
Le cortex cérébral est la cible qui a été la plus récemment évaluée pour le traitement des douleurs
neuropathiques par neuromodulation (1). Au début des années 90, les premiers succès de la
stimulation épidurale du cortex moteur implantée chirurgicalement (EMCS) ont été publiés.
Quelques années plus tard a été développée la stimulation magnétique transcrânienne répétitive
(rTMS), une technique de stimulation non-invasive. Puis la stimulation électrique transcrânienne à
courant continu (tDCS) a été proposée. Pour toutes ces approches de neuromodulation corticale,
invasives ou non-invasives, la principale cible étudiée et validée a été le cortex moteur (gyrus
précentral), mais d'autres cibles corticales sont en cours d'évaluation, comme le cortex préfrontal
dorsolatéral. Les mécanismes d'action de ces techniques présentent certaines similitudes, en
particulier entre l'EMCS et la rTMS, mais aussi des différences qui pourraient justifier des indications
et des applications spécifiques, en particulier entre la rTMS et la tDCS. Il est donc important de
connaître les principes de ces techniques et de réaliser une évaluation rigoureuse des résultats
obtenus, afin d'éviter tout effet de mode (2). Différents types de syndromes douloureux, notamment
la douleur neuropathique chronique réfractaire, peuvent être significativement améliorés par la
répétition de séances quotidiennes de rTMS à haute fréquence, notamment pour des douleurs
neuropathiques latéralisées, si la stimulation est appliquée sur le cortex moteur controlatéral à la
douleur (3). Cependant, les stratégies thérapeutiques de stimulation corticale restent à optimiser,
notamment pour améliorer la durée des effets sur le long terme et réduire le taux encore élevé de
patients non-répondeurs, qui ne bénéficient pas d'effets cliniquement pertinents de l'application de
cette technique.
Bibliographie
1. Nguyen JP, Nizard J, Keravel Y, Lefaucheur JP. Invasive brain stimulation for the treatment of neuropathic pain. Nat Rev Neurol
2011;7:699-709.
2. Lefaucheur JP. Cortical neurostimulation for neuropathic pain: state of the art and perspectives. Pain 2016;157 Suppl 1:S81-9.
3. Lefaucheur JP, André-Obadia N, Antal A, Ayache SS, Baeken C, Benninger DH, et al. Evidence-based guidelines on the therapeutic use of
repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS). Clin Neurophysiol 2014;125:2150-206.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
9
Plénière 3
PL3-2: Cortex moteur et douleur: de l'empirisme aux neurosciences
Luis Garcia-Larrea (1)
(1) Inserm & Université Claude Bernard Lyon 1 & CETD- Hôpital Neurologique de Lyon, France
Expliquer à des collègues –cliniciens ou neuroscientifiques– que la cible de neurostimulation
privilégiée pour la douleur neuropathique est le cortex moteur déclenche en général une réaction de
surprise, entachée de scepticisme, et il est devenu une légende dans notre milieu de considérer que
cette approche fut le résultat d’une simple erreur de positionnement chirurgical. Dans cette
présentation nous montrerons que les interactions entre cortex moteur et systèmes nociceptifs sont
au contraire solides, et justifient des essais de modulation analgésique. Le système spino-thalamique
envoie des projections vers les neurones efférents du cortex moteur primaire, bien documentées
chez le chat, dont les réponses persistent après section complète des cordons postérieurs (Padel &
Relova 1991). Plus récemment, des réponses focales du cortex moteur primaire à l’activation
spinothalamique par laser ont été mises en évidence chez l’Homme par des enregistrements
intracorticaux (Frot et al 2014). Réciproquement, plusieurs équipes dans les années 1950-60 ont
montré des effets inhibiteurs de la stimulation des voies pyramidales et/ou du cortex moteur sur la
transmission somesthésique au niveau spinal (Lindblom et Ottoson 1956, Andersen, Eccles et al
1961), et ces résultats ont pu influencer des tentatives cliniques de stimulation antalgique de la
capsule interne dans les années 1970 (Adams et al 1974), qui n’ont pas eu de suite probablement par
leur morbidité excessive. La possibilité de traiter des douleurs neuropathiques par la stimulation du
cortex moteur (SCM) se doit à Takashi Tsubokawa dans les années 1990, et a été suivie d’études
cliniques et expérimentales permettant d’éclaircir, du moins partiellement, quelques mécanismes
d’action de cette procédure. Des études par PET-scan ont montré que l’activation neurale
déclenchée par la stimulation du cortex moteur s’exerce à distance du cortex stimulé, avec un point
d’entrée thalamique pouvant par la suite distribuer l’action sur d’autres régions corticales et souscorticales, y compris le couple gyrus cingulaire–SGPA, suggérant une activation de mécanismes
descendants de modulation. Ces hypothèses ont été récemment étayées par des modèles de SCM
chez le rongeur (Pagano et al 2011). Des données très récentes suggèrent par ailleurs un effet
différentiel de la SCM sur des neurones thalamiques sensoriels, avec atténuation sélective des
cellules nociceptives WDR, probablement par un effet Gabaergique via la réticulée thalamique ou la
zona incerta. L’évolution phylogénétique largement parallèle des systèmes somesthésiques et
moteurs donne une base conceptuelle aux tentatives de modulation nociceptive par l’activation
motrice, dont un des derniers avatars est la « thérapie par miroir ».
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
10
Plénière 3
PL3-3: L'imagerie cérébrale permet-elle de quantifier la douleur ?
Roland Peyron(1)
(1) CHU Nord, Saint-Etienne, France
Inserm U879 Intégration centrale de la douleur chez l’homme, Université de Lyon & Université Jean
Monnet St-Etienne, Centre stéphanois de la douleur, CHU de Saint-Etienne
Les techniques d’imagerie fonctionnelle cérébrale décrivent les réponses du cerveau à une
stimulation nociceptive. Jusqu’à présent, ces techniques portaient soit sur des groupes de volontaires
sains soumis à un protocole expérimental soit sur une population si possible homogène de patients
avec une lésion standardisée ou une maladie authentifiée. Pour des raisons de rapport signal
signal/bruit et une trop faible puissance statistique, les réponses individuelles ne pouvaient être
considérées. Les techniques ont progressé en performance et en sensibilité. La question se pose
maintenant d’une « mesure » objective des réponses cérébrales à la douleur à l’échelon individuel, si
c’est possible, fiable, reproductible, et si c’est souhaitable. En d’autres termes la question est
similaire à celle que l’on pourrait se poser face à un sujet déclaré non voyant ou malentendant :
existe-t-il une possibilité de confirmer objectivement à l’échelle individuelle le dysfonctionnement
dont se plaint le sujet. Dans le domaine de la douleur, il pourrait s’agir de vérifier si le sujet souffre
autant qu’il le déclare, ou même s’il souffre réellement. Pour répondre à ce défi, une première étape
consiste à savoir si en physiologie nociceptive, chez le sujet sain, il est possible de quantifier la
douleur. Le sujet est actuellement hautement controversé. Il s’agit d’une étape préliminaire
indispensable à l’extrapolation aux pathologies que ce soit pour la mesure de l’intensité d’une
douleur chronique, ou, à l’inverse, pour la mesure d’un niveau d’analgésie. Des algorithmes
mathématiques ou statistiques qui ont soulevé la controverse sont apparus pour tenter de passer de
l’étude d’une population (forte puissance statistique) à une échelle individuelle (puissance moindre).
L’attente clinique est importante. Les intérêts de cette approche seront discutés avec des exemples
concrets.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
11
Conférence Jean-Marie BESSON
PL4: What the brain tells the spinal cord. Conversations in pain. (Ce que le cerveau dit à la moelle:
les dialogues de la douleur)
Tony Dickenson(1)
(1) University College, Londres, Angleterre
Il est évident, à partir des études précliniques et cliniques, que les deux hyperexcitabilités
périphérique et centrale jouent un rôle important dans la détermination du niveau de la douleur
perçue. Correctement, l'accent a été mis sur les mécanismes de la moelle épinière de l'excitabilité
centrale mais il devient maintenant clair que l'excitabilité spinale peut être régulée par voies
descendantes du cerveau. Ceux-ci proviennent de systèmes principalement monoamines
(noradrénaline et 5HT) qui sont en outre impliqués dans le contrôle des émotions, la peur, l'anxiété,
la thermorégulation et le cycle du sommeil et peuvent donc servir de médiateur les co-morbidités
chez les malades avec la douleur. Une grande partie du travail de pionnier tôt dans ce domaine était
de son équipe de Jean Marie Besson et concentré en descendant inhibitions, maintenant connu pour
être principalement noradrénergique, et l'échec des inhibitions descendant a été rapportée chez des
patients comme leur recrutement dans l'analgésie placebo, ainsi que les actions des médicaments
anti-dépresseurs dans la douleur. Cependant, la douleur pourrait également être augmentée par
l'augmentation des facilitations et des données descendantes est accumulée sur exactement cela.
Ces influences excitateurs sont susceptibles de contribuer au développement et au maintien de la
sensibilisation centrale dans la moelle épinière. Récents spectacles de travail modifiés descendant
contrôles excitateurs chez les patients souffrant de fortes douleurs d'arthrose. Inhibitions
descendant peuvent être surveillés chez les patients par le biais de Conditioned Pain Modulation en
fonction des observations précliniques qu'une douleur peut inhiber une autre. L'échec de ces
systèmes est une marque de la douleur chronique après la chirurgie et sont perdus dans de
nombreux états de douleur, même si elles peuvent être restaurées par des médicaments avec des
actions noradrénergiques. Ces voies forment un lien entre les états émotionnels et les niveaux de
douleur, et peuvent être une voie par laquelle coping et catastrophisation peuvent modifier les
composants sensoriels de la douleur au niveau des premiers relais. Les niveaux de mésencéphale
généré modulation, à la fois positives et négatives, peuvent être un facteur clé dans les variations
individuelles dans la douleur et contribuer à certains Etats "dysfonctionnels" de la douleur comme la
fibromyalgie.
Bibliographie
Preclinical and early clinical investigations related to monoaminergic pain modulation.
Bannister K, Bee LA, Dickenson AH.
Neurotherapeutics. 2009 Oct;6(4):703-12.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
12
Psychophysical and functional imaging evidence supporting the presence of central sensitization in a cohort of osteoarthritis patients.
Gwilym SE, Keltner JR, Warnaby CE, Carr AJ, Chizh B, Chessell I, Tracey I.
Arthritis Rheum. 2009 Sep 15;61(9):1226-34.
Activation of the opioidergic descending pain control system underlies placebo analgesia.
Eippert F, Bingel U, Schoell ED, Yacubian J, Klinger R, Lorenz J, Büchel C.
Neuron. 2009 Aug 27;63(4):533-43.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
13
Actualités Douleur
PL5: Thérapie Cognitivo-Comportementale. La FIBROMYALGIE dans la vraie vie - A propos d’une
enquête en ligne sur 4516 patients
Françoise Laroche(1)
(1) Hôpital Saint Antoine, Paris, France
La FIBROMYALGIE dans la vraie vie - A propos d’une enquête en ligne sur 4516 patients Julien
Guérin1, Serge Perrot2, Joël Coste3, Déborah Azoulay4, Françoise Laroche1 1 CETD hôpital SaintAntoine 75012 PARIS 2 CETD Hôtel-Dieu 75004 PARIS 3 Service d’épidémiologie hôpital Hôtel-Dieu
75004 PARIS 4 Médecine du travail Introduction La fibromyalgie est un syndrome douloureux
chronique fréquent (1,6% de la population) souvent considérée comme une pathologie difficile à
prendre en charge par les médecins. Objectif de l’étude : analyser les données épidémiologiques
autodéclarées par 4516 personnes rapportant une fibromyalgie.
Méthode Enquête par questionnaire en ligne (103 questions) développé par l’association
Fibromyalgie SOS en collaboration avec l’AFLAR en 2014, auprès de 4516 personnes.
Résultats Population majoritairement féminine (92,7 %), d’âge moyen 48 ans, en couple (69%), avec
enfants (80 %). Délai entre le premier signe de fibromyalgie et diagnostic le majoritairement
supérieur à 1 an (82%). Diagnostic porté pour 54% par un rhumatologue et prise d’un traitement
médicamenteux régulier (77 %). Un tiers des personnes sont en activité professionnelle à temps
plein, 22% à temps partiel thérapeutique et 28 % sans emploi. Indemnités perçues : 31 % pension
d'invalidité, 27 % chômage, et 14 % RSA. Comorbidités somatiques déclarées : arthrose (49%),
dysthyroïdies (22 %) et autres manifestations rhumatologiques (syndrome de Gougerot-Sjögren 5%,
polyarthrite rhumatoïde 4% et spondylarthrite ankylosante 4 %). Comorbidités psychologiques
déclarées : troubles cognitifs (62 %), anxiété (52 %), dépression (48 %), troubles bipolaires (5 %) et
sentiment d’injustice perçu vis-à-vis de la maladie (77 %). Eléments déclencheurs rapportés (73 %) :
origine physique (50 %) et/ou psychologique (76 %). Impact de la maladie : FIQ (Fibromyalgia Impact
Questionnaire) moyen à 51 (0-100), périodes de rémission (58 %) et arrêts de travail dans l’année
précédente (65 %). Facteurs perçus comme aggravants : surmenage (94 %), conflits (90 %),
traumatismes physiques (84 %), déplacements (80 %), variations météorologiques (80 %), travail (63
%), examens médicaux (53 %), activités physiques (49 %), rapports sexuels (28 %), relations de couple
(24 %), médicaments (20 %) et inactivité physique (7 %). Praticiens majoritairement consultés :
médecins généralistes (85 %), kinésithérapeutes (63 %), rhumatologues (54 %), ophtalmologistes (38
%), gastro-entérologues (24 %), neurologues (22 %), dermatologues (17 %) et podologues (15 %).
Recours à un médecin algologue inférieur à 10 %. Pratiques complémentaires : ostéopathie (41 %),
sophrologie-relaxation (22 %), acupuncture (21 %) et homéopathie (19 %). Délai entre diagnostic et
prise en charge pluridisciplinaire souvent supérieur à 1 an (52 %).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
14
Discussion Nos résultats montrent que plus de 50 % des déclarants souffrant de fibromyalgie
consultent des rhumatologues. Les comorbidités rhumatologiques sont moins fréquentes que dans la
littérature (10 à 30 %, Clauw, 2014). Les comorbidités psychologiques (cognitives et émotionnelles)
sont aussi fréquentes. Le score de sévérité QIF est faible ici, concordant avec une population peu
sévèrement atteinte (Bennett 2009).
Conclusion Il s’agit de la première enquête épidémiologique sur une population aussi large. Elle
montre la grande fréquence des fibromyalgies peu sévères et la relativement bonne intégration
socioprofessionnelle des personnes atteintes.
Bibliographie
Référence : Clauw D. Fibromyalgia. A Clinical Review. JAMA. 2014;311(15):1547-1555 Bennett R. & al. Minimal Clinicaloly Important
Difference in the Fibromyalgia Impact Questionnaire, The Journal of Rheumatology 2009;36:1304-1311
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
15
Séances parallèles- Session internationale de pédiatrie (Session soutenue par le groupe d'intérêt
Pain in Childhood de l'IASP)
SP1-1: Pain and vaccine hesitancy (Douleur et réticence à la vaccination)
Anna Taddio(1)
(1) Hospital for Sick Children, Toronto, Canada
There is a crucial and urgent need to address current sub-optimal uptake of available vaccines
(vaccine hesitancy). Poor vaccine uptake leaves individuals at risk of acquiring and spreading
infectious diseases and related complications (e.g., cancer). Vaccinations are usually administered
with a needle, which can be distressing for individuals undergoing vaccination and onlookers alike.
Concerns about pain and fear of needles are a documented contributor to vaccine hesitancy. This
presentation will review current understanding of vaccine hesitancy, including the role of pain and
fear, and the recommendations from a new (2015) evidence-based clinical practice guidelines for
ways to mitigate pain and fear during vaccination developed by the Help ELiminate Pain in Kids &
Adults (HELPinKids&Adults) Team (http://phm.utoronto.ca/helpinkids/). Tools and strategies for
promoting the uptake of the CPG will be reviewed, which includes partnership with key user groups
and organizations and new implementation research.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
16
Séances parallèles- Session internationale de pédiatrie (Session soutenue par le groupe d'intérêt
Pain in Childhood de l'IASP)
SP1-2: Neuropathic Pain in Children (Douleur neuropathique chez l'enfant)
Suellen Walker(1)
(1) Institute of Health, Londres, Angleterre
Neuropathic pain is defined as pain by a lesion or disease of the somatosensory nervous system. This
can be due to many different causes, that may differ from the causes commonly seen in adults.
Paediatric causes will be outlines, and case histories related to genetic causes such as
erythromelalgia and Fabry disease that present specifically in childhood and produce severe episodic
pain will be outlined.
The intensity of pain and degree of pain-related functional impairment varies considerably between
individuals. Diagnosis is based predominantly on symptoms, and children may use descriptors such as
burning, shooting, radiating, burning, electricity-shock, stabbing, pricking, tingling, pins and needles,
and pinching.1, 2 A range of screening questionnaires have been validated in adults, and are
beginning to be evaluated in children. Assessment of pain-associated disability should include
evaluation of quality of life, sleep, mood and ability to attend school. In older children, Quantitative
Sensory Testing can identify alterations in sensory profiles. Cases of QST findings from children with
neuropathic pain will be presented.
A multi-modal approach to management based on a biopsychosocial pain model is suggested.3, 4
Pharmacological treatments often include anti-convulsants and/or anti-depressants, with evidence
extrapolated from adult data,5 and limited controlled data from specific paediatric studies.
Bibliographie
1. Howard RF, Wiener S, Walker SM. Neuropathic pain in children. Arch Dis Child. 2014;99:84-89.
2. Kachko L, Ben Ami S, Lieberman A, Shor R, Tzeitlin E, Efrat R. Neuropathic pain other than CRPS in children and adolescents: incidence,
referral, clinical characteristics, management, and clinical outcomes. Paediatr Anaesth. 2014;24:608-613.
3. Rajapakse D, Liossi C, Howard RF. Presentation and management of chronic pain. Arch Dis Child. 2014;99:474-480.
4. Fisher E, Heathcote L, Palermo TM, de CWAC, Lau J, Eccleston C. Systematic review and meta-analysis of psychological therapies for
children with chronic pain. J Pediatr Psychol. 2014;39:763-782.
5. Finnerup NB, Attal N, Haroutounian S, McNicol E, Baron R, Dworkin RH, et al. Pharmacotherapy for neuropathic pain in adults: a
systematic review and meta-analysis. Lancet Neurol. 2015;14:162-173.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
17
Séances parallèles- Session internationale de pédiatrie (Session soutenue par le groupe d'intérêt
Pain in Childhood de l'IASP)
SP1-3: Dépistage de la douleur neuropathique chez l'enfant : la DN4 pédiatrique
Petronela Rachieru-Sourisseau(1)
(1) Unité douleur-Soins de support-Soins Palliatifs, Fédération de Pédiatrie, CHU Angers, Angers,
France
Le diagnostic de douleur neuropathique chez l'enfant reste difficile du fait de l'hétérogénéité
d'expression des symptômes, des difficultés relatives à l'expression verbale de la douleur et des
compétences restreintes en matière de pragmatique du langage. L'utilisation chez l'enfant de l’outil
de diagnostic DN4, seul test validé en Français chez l'adulte élaboré par l'équipe du Dr Bouhassira
(Pain, 2004) est limitée pour ces raisons. L'adaptation du DN4 chez l'enfant s'appuie sur ses
compétences en matière de raisonnement analogique. L'objectif du groupe de travail du Comité
Douleur de la Société Française du Cancer de l'Enfant (onco-pédiatres et algologues, psychologues)
consiste à optimiser le fonctionnement analogique de la pensée en introduisant des items picturaux
censés être des représentants prototypiques de la sensation évoquée. Les items verbaux du DN4
sont accompagnés d'images (réalisés par des graphistes à partir des situations susceptibles d'évoquer
à l'enfant les items du DN4) et d'un étayage verbal analogique (de type métaphorique), en vue
d'optimiser la compréhension de l'enfant. La validation du projet est faite auprès des enfants tous
venants scolarisés et auprès des enfants hospitalisés ou consultant pour des douleurs
neuropathiques, âgés de 5 à 11 ans, dans plusieurs structures pédiatriques. C’est outil rapide permet
d’améliorer la compréhension des items, facilite l’expression du symptôme et la communication
autour de ce sujet complexe qui est la douleur neuropathique.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
18
Séances parallèles- Forum Fondation APICIL : « Chercher pour mieux comprendre »
SP2-1: Mieux comprendre les mécanismes de la douleur sociale par les enregistrements électrophysiologiques intra-cérébraux.
François MAUGUIERE(1), Lucia Carriero(2), Irena Cristofori (3), Angela Sirigu (3),
(1)
(2)
(3)
Fondation Neurodis, Université Lyon1, Lyon, France
Fondations Apicil et Neurodis
Institut des Neurosciences Cognitives Marc Jeannerod
Les enregistrements par électrodes implantées intra-cérébrales permettent le recueil des signaux électrophysiologiques avec une résolution temporelle inférieure à la milliseconde. Dans le contexte du bilan préchirurgical des épilepsies pharmaco-résistantes ces enregistrements ont permis de délimiter dans l’insula
postérieure un cortex nociceptif qui répond en 200 ms aux stimulations douloureuses périphériques et en
code l’intensité, produit de la douleur lorsqu’il est stimulé et répond de façon subconsciente à la vision de
la douleur corporelle d’autrui. L’insula antérieure répond aux stimulations douloureuses périphériques
plus tardivement (240-300 ms), ne produit pas de douleur lorsqu’elle est stimulée et s’active lors de la
vision consciente d’une douleur corporelle chez autrui.
Nous avons formulé l’hypothèse qu’à l’instar de la douleur somatique, la douleur causée par l’exclusion
sociale pouvait activer de façon différentielle l’insula postérieure et antérieure. Le paradigme de
stimulation est celui du ‘cyberball’ ; jeu virtuel de lancer de balle entre trois joueurs dont le sujet
participant à l’expérience. La situation d’exclusion se traduit par une diminution voire un arrêt des passes
en direction du sujet. La puissance de l’activité théta de l’insula se modifie selon les phases d’inclusion et
d’exclusion dans le jeu. Elle augmente à chaque phase d’exclusion dans l’insula postérieure, alors que
dans l’insula antérieure cette réponse théta s’estompe lors de la répétition des phases d’exclusion. Par
ailleurs l’association d’une récompense à la phase d’exclusion ne supprime l’activation théta que dans
l’insula antérieure.
Lorsque le visage de celui des deux joueurs qui est responsable de l’exclusion est identifiable, la réponse
du cortex visuel primaire du sujet à la présentation du visage de ce joueur hostile est sélectivement
modifiée après la fin du jeu. Cette plasticité précoce traduit une modification de la connectivité
fonctionnelle mise en jeu lors du traitement cortical des visages selon qu’ils sont neutres ou associés à
une situation de douleur sociale. Avant le début du jeu les visages des deux partenaires sont associés à
l’activité d’un réseau de connectivité entre l’insula antérieure et le cortex visuel. Après la fin du jeu ce
réseau est inchangé lors de la présentation du visage du joueur neutre alors que la présentation du visage
du joueur hostile modifie la connectivité fonctionnelle au profit d’une connexion entre l’amygdale et le
cortex visuel primaire.
Ainsi, l’électrophysiologie intra-corticale montre que douleur somatique et douleur sociale, empathie à la
douleur d’autrui et antipathie vis à vis d’un personnage rejetant, partagent une représentation commune
dans le cortex insulaire.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
19
Séances parallèles- Forum Fondation APICIL : « Chercher pour mieux comprendre »
SP2-2: Pupillométrie : une alternative ou un complément aux échelles d’évaluation ?
Frédéric Aubrun(1)
(1) Hospices Civils de Lyon Université Lyon 1, Groupement Hospitalier Nord, Hôpital Croix-Rousse,
Lyon, France
La pupillométrie est une méthode d’évaluation de la douleur basée sur la mesure des variations du
diamètre pupillaire. Le diamètre pupillaire résulte de la balance entre le système nerveux
sympathique et parasympathique. Ses variations sont mises en jeu au cours de deux réflexes : le
réflexe photomoteur (RPM) en réponse à un stimulus lumineux, et le réflexe de dilatation pupillaire
(RDP) en réponse à un stimulus douloureux (1). Chez le sujet éveillé, la douleur induit donc un réflexe
de dilatation pupillaire, réflexe qui persiste chez le sujet anesthésié ou sédaté lorsque l’analgésie est
insuffisante. La mise à disposition d’outils d’exploration électrophysiologique, comme la mesure du
diamètre pupillaire par vidéo-pupillométrie permet la mesure précise et répétée de la surface
pupillaire par une caméra infrarouge. Cet apport technologique peut trouver des applications
directes en anesthésie et en réanimation. Il existe toutefois deux types d’approches : la première
consiste à réaliser une évaluation du niveau d’analgésie en utilisant un réflexe photo-moteur par un
appareil de type Neurolight™. Aucune stimulation nociceptive n’est réalisée, l’objectif étant
d’analyser les variations du diamètre pupillaire après un flash. Récemment, Lukaszewicz et al. ont
évalué 37 patients présentant une cellulite et nécessitant des soins douloureux en réanimation (2).
Ils ont observé qu’un pourcentage de variation du diamètre pupillaire de 19 % était prédictif de
douleur (BPS > 3) avec une sensibilité de 100% et une spécificité de 77 %, ce qui positionne
favorablement cet outil et cette approche dans la prévention d’un acte douloureux chez un patient
peu, ou non communiquant (16). Ces résultats confirment les travaux de Aissou et al. publiés trois
ans plus tôt évaluant la même approche chez des patients en postopératoire immédiats en salle de
surveillance post-interventionnelle (3). Les auteurs ont ainsi observé que le réflexe de dilatation
pupillaire était significativement corrélé avec le score de douleur : chez les 39 patients qui
présentaient un score de douleur (type EVS) >1, le seuil de variation du diamètre pupillaire était de
23 %.
La seconde approche consiste à réaliser une stimulation électrique d’une intensité variant de 5 à 60
mA et de mesurer le réflexe de dilatation pupillaire. Un score PPI® (pain pupillary index) est ainsi
calculé permettant de prédire une absence ou une faible analgésie (score > 7) ou une analgésie
correcte (score entre 1 et 2). Des auteurs ont évalué l’effet d’une stimulation nociceptive sur les
variations pupillaires d’une population pédiatrique. Les enfants étaient ainsi évalués sous
sévoflurance avant et après incision. L’administration d’alfentanil était également analysée. Les
auteurs ont ainsi observé que le pupillomètre permettait de mieux prédire une stimulation
nociceptive comparé aux habituelles variables hémodynamiques ou même l’utilisation du BIS (4).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
20
Quelle que soit l’approche, l’interprétation des résultats doit rester prudente. Il existe par exemple
plusieurs causes d’erreurs liées à des interactions entre le RDP et certains médicaments tels que le
droperidol, la kétamine, les agents alpha 2 agonistes ou encore le protoxyde d’azote. Le diabète ou
simplement l’anxiété sont également susceptibles d’influencer le diamètre pupillaire.
Bibliographie
1- PAYEN JF et al. Ann Fr Anesth réanim 2012 ; e155-e159
2- LUKASZEWICZ AC et al. Anesth Analg 2015 ; 120 : 1297-300
3- AISSOU M et al. Anesthesiology 2012 ; 116 : 1006-12.
4- CONSTANT I et al. Br J Anaesth 2006 ; 96 : 614-9.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
21
Séances parallèles- Forum Fondation APICIL : « Chercher pour mieux comprendre »
SP2-3: Impact émotionnel et corporel de l'écoute musicale chez les patients fibromyalgiques
Gérard Mick(1)
(1) Centre Hospitalier, Voiron, France
Parmi les approches non pharmacologiques proposées dans la prise en charge des patients
fibromyalgiques, la musicothérapie, en particulier sous sa forme réceptive (écoute musicale) a fait
l’objet d’études spécifiques mettant en évidence un bénéfice sur le ressenti douloureux, la fatigue
perçue, mais également quoique de façon moins constante sur la tolérance à l’effort. Si la plupart
des études confirment ces apports, celles qui s’attachent à en définir d’éventuels marqueurs de
sensibilité n’ont pas identifié d’éléments cliniques, de caractéristiques psychopathologiques, ou
d’une autre nature permettant de les identifier. Dans un certain nombre de cas, le choix d’une
méthode d’écoute « à la demande » a été privilégié et semble le plus adapté pour répondre, de la
façon la plus écologique (en milieu naturel, selon le besoin ressenti par le patient) aux attentes et
souhaits des patients. Les études ont été réalisées sur des périodes courtes, qui ne permettent pas
de savoir si, une fois introduit la méthode d’écoute (avant tout à la demande), celle-ci a un effet qui
se maintient au long cours, ou si l’appropriation de la méthode reste longtemps d’actualité (rotation
fréquente des méthodes alternatives chez les patients fibromyalgiques). De plus, le principe de
l’identification d’une liste d’écoute préférentielle, partiellement limitée en « taille », nécessite une
réactualisation de cette liste. Enfin, il reste à définir si cette liste aurait à gagner à être adaptée, en
fonction des œuvres écoutées, à un besoin précis du patient (épisode de stress aigu, tension
musculaire douloureuse, insomnie, nécessitée d’un effort physique pendant un temps bref), comme
cela réalisé dans les études concernant l’écoute musicale chez les patients Alzheimer.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
22
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-1: Articulations et os. Prévention des douleurs induites en imagerie interventionnelle
Myriam Cadenne(1)
(1) CETD, CHU Pellegrin, Bordeaux, France
La pathologie rhumatologique, notamment chez la personne âgée est particulièrement pourvoyeuse
de douleurs de tous types.
L’altération de certaines de leurs fonctions (rénale, hépatique, cognitive, …) les rend particulièrement
vulnérables aux effets indésirables des thérapeutiques médicamenteuses (1,2).
Il convient donc de privilégier l’analgésie multimodale, combinant traitements non médicamenteux
et médicamenteux ; elle permet d’épargner ces derniers et donc de diminuer leurs effets délétères.
Un rappel des principales pathologies rhumatologiques douloureuses à ne pas méconnaître chez le
sujet âgé (chondrocalcinose, fracture du sacrum, polyarthrite oedémateuse, …) .chez le sujet âgé va
être réalisé. Puis seront proposées des thérapeutiques pharmacologiques (3) et non
médicamenteuses (4,5) et leurs modalités de mise en oeuvre. pour une approche personnalisée
optimale.
Bibliographie:
(1) American Geriatrics society Panel on the Pharmacological Management of Persistent Pain in Older persons: Pharmacological
Management of persistant pain in Older persons. JAGS 57: 1331-1346, 2009.
(2) Guidance on the management of pain in older people. Oxford University. Age and ageing, 2013: 42
(3) Vergne-Salle P. Les opioïdes forts dans les douleurs ostéo-articulaires non cancéreuses : revue de la littérature et recommandations pour
la pratique clinique : « Les recommandations de Limoges 2010 » Douleurs décembre 2012: 259-275
(4).Gay et al. Differential effectiveness of psychological interventions for reducing osteoarthritis pain : a comparison of erikson hypnosis and
jacobson relaxation. European journal of pain 6 (2002) (1), pp 1-16
(5).Madsen MV et al, Acupuncture treatment for pain: systematic review of randomised clinical trials with acupuncture, placebo
acupuncture, and no acupuncture groups. BMJ 2009;338:3115 (eng)
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
23
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-2: Rein et antalgiques: le cas de la personne âgée.
Géraldine De Montgazon(1)
(1) Unité médicale Douleurs Soins Palliatifs, Hôpital Saint Louis, La Rochelle, France
Le vieillissement physiologique touche tous les systèmes. Il se traduit par une baisse des capacités
d’absorption, des modifications de la distribution, du métabolisme hépatique et de l’excrétion rénale des
médicaments. Ainsi la prévalence de l’insuffisance rénale chronique augmente avec l’âge.
Ces modifications affectent la pharmaco-cinétique des antalgiques et de leurs métabolites ; leurs temps
de circulation allongés et leurs temps d’élimination réduits augmentent les risques d’intolérance.
Les étiologies des douleurs gériatriques, hormis les cancers, sont dominées par les douleurs musculosquelettiques. Compte tenu du risque élevé d’effets secondaires et de toxicité rénale des AINS, les opiacés
sont introduits précocement dans la thérapie de la douleur, dès que celle-ci est modérée ou sévère et ne
répond pas au Paracétamol.
Pour la plupart des antalgiques y compris antiépileptiques prescrits dans les douleurs neuropathiques, il
est recommandé de réduire les posologies et d’augmenter les intervalles entre les prises, en fonction du
débit de filtration glomérulaire estimé à l’aide des formules Cockroft ou MDRD.
Chez les patients âgés insuffisants rénaux, on préfèrera les antalgiques opioïdes qui ne s’accumulent pas
dans l’insuffisance rénale : la Buprénorphine parce que son excrétion est biliaire, le Fentanyl et
l’Hydromorphone parce que leurs métabolites sont peu ou pas actifs.
La Buprénorphine est mise en avant par certains auteurs qui en disposent sous forme de patchs
transdermiques. L’Hydromorphone n’existe en France que sous une forme à libération prolongée, cette
forme n’est généralement pas recommandée du fait de sa longue demi-vie d’élimination qui la rend
moins maniable chez l’insuffisant rénal. La plupart des auteurs sont d’accord sur le fait qu’en raison du
risque d’accumulation de la molécule mère, de ses métabolites et de la toxicité de ceux-ci, la morphine et
la codéïne sont à éviter dans l’insuffisance rénale sévère.
Bibliographie
1 – Pergolizzi J, Boger R., Budd K, Dahan A, Erdine S, Hans G, Kress HG, Langford R, Likar R, Raffa RB, Sacerdote P. Opiods and the
management of chronic severe pain in the elderly : consensus statement of an international expert panel with focus on the six clinically
most often used world health organization step III opiods (Buprenorphine, Fentanyl, Hydromorphone, Methadone, Morphine, Oxycodone).
Pain practice. July-august 2008 ; volume 8 issue 4: 287-313
2 – Ionescu M, Hemett OM, Descombes E, Blondel N, Hayoz D. Geriatric patients with chronic kidney insufficiency : which antalgia ? Rev
med Suisse. 2014 Apr 9 ; 10 (425) : 804, 806-10
3- Niscola P, Scaramucci L, Vischini G, Giovannini M, Ferrannini M, Massa P, Tatangelo P, Galletti M, Palumbo R. The Use of major
analgesics in patients with renal dysfunction. Current Drug Targets. 2010 ; 11, 752-758
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
24
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-3: Actualités de publications du groupe Doloplus
Patrice Rat(1)
(1), Collectif Doloplus, Marseille, France
Durant les 5 dernières années, le collectif Doloplus a poursuivi ses travaux dans 3 directions :
recherche – formation – refonte de son site internet :
• Recherches concernant l’échelle Algoplus:
o 2011 : Développement et Validation de l’échelle Algoplus (1)
o 2012 et 2016 : Utilisation de l’échelle Algoplus aux urgences (2) (3)
o 2015 : Utilisation de l’échelle Algoplus pour évaluer la douleur des personnes âgées en postopératoire (4)
o 2016 : Performances de l’échelle Algoplus pour détecter la douleur de la personne âgée lorsque
dépression et/ou démence coexistent (5)
o 2016 : Traduction et Validation de l’échelle Algoplus en langues étrangères (Pickering et al. :
Reliability study in five languages of the translation of the pain behavioural scale Algoplus.
Soumission Pain Medecine)
o 2016 : Appréciation de l’utilisation de l’échelle Algoplus dans 2 services de soins (M. Vieillard et al. :
Appropriation de l’échelle Algoplus par les soignants ; publication acceptée, La revue de Gériatrie
2016)
• Recherches concernant l’utilisation des échelles Doloplus et Algoplus :
o 2014 : Algorithme d’évaluation de la douleur chez les patients âgés (6)
o 2016 : Etude CALDOL évaluant la concordance de repérage de la douleur par les échelles d’hétéro
évaluation Doloplus et Algoplus (7) ; à partir de cette étude projet de développement d’une nouvelle
échelle.
• Autre recherche
o 2016 : Algorithme pour la prise en charge des douleurs neuropathiques chez la personne âgée (8)
• Formation :
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
25
o 2016 : Elaboration du Film et Modules de formation à l’échelle Algoplus; actuellement disponible
([email protected]; Zid et Zen communication)
• Refonte et changement de l’intitulé du site internet du collectif :
o Fin 2016 : www.Doloplus.fr (anciennement www.Doloplus.com)
Bibliographie
Références:
1- Rat P., Jouve E., Pickering, G., Donnarel D., Nguyen L., Michel, M., Capriz-Ribiere F., Lefebvre-Chapiro S., Gauquelin F., Bonin-Guillaume S.
(2011). Validation of an acute pain-behavior scale for older persons with inability to communicate verbally: Algoplus . Eur J Pain 2011; 15, 2
: 198–204.
2- P. Rat, S. Bonin-Guillaume, N. Attard, et le GEDOU* (Groupe Douleur Expert Urgences). Prise en charge de la douleur du sujet âgé admis
au SAU. La Revue de Gériatrie 2012; 37:29-34.
3- Moustafa F, Macian N, Giron F, Schmidt J, Pereira B, Pickering G. Intervention study with Algoplus®, a pain behavioural scale, for older
patients in the Emergency Department. Pain Practice 2016;16, S1.
4- Dualé C, Pereira B, Abbal B, Julien H, Rat P, Schoeffler P, Pickering G. The Algoplus Score to Assess Acute Postoperative pain in Elderly
patients-A Pilot Observational Study. Pain Manag Nurs. 2015;16(6):890-9
5- S. Bonin-Guillaume, E. Jouve, R. Lauretta, C. Nalin, R. Truillet, F. Capriz, P. Rat. Algoplus performance to detect pain in depressed and/or
demented old patients. Eur J Pain 2016; 20, 7: 1185–1193
6- Rat, P., Bonin-Guillaume, S., Pickering, G., Leglise, M.S., Doloplus, C.(2014). Algorithm for pain assessment in elderly patients. Douleur
2014; 15,52–56.
7- E. Martin, Doloplus Collective Team, B.Pereira, G.Pickering. Concordance of pain detection using the Doloplus and Algoplus behavioral
scales.Letters to the Editor. JAGS 2016; Doi 10.1111/Jags 14414
8- Pickering G, Marcoux M, Chapiro S, David L, Rat P, Michel M, Capriz F, Bertrand I, Voute M, Wary B. An algorithm for neuropathic pain
management in older persons. Drugs Aging 2016; 33: 575.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
26
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-4: Douleur et soins de support en onco-gériatrie
Gisèle Chvetzoff(1)
(1) Département de soins de support Centre Léon Berard, Lyon, France
En 2015, le nombre de nouveaux cancers en France est estimé à 385 000, avec un âge médian au
diagnostic de 68 ans (1/3 après 75 ans et 10% après 85 ans)(1).
Si pour une même localisation, le pronostic est globalement plus sombre avec l’âge, le nombre de
patients âgés vivants avec ou après cancer est en augmentation régulière.
L’évaluation initiale en oncogériatrie recherche les facteurs de vulnérabilité médico-psycho-sociales
(G8) et les co-morbidités afin de déterminer la capacité du patient à recevoir un traitement
spécifique et d’évaluer ses besoins en soins de support (2). L’évaluation de la douleur liée au cancer
ou aux co-morbidités fait partie de ce bilan initial.
A chaque phase de traitement, la douleur liée aux procédures diagnostiques et thérapeutiques est
fréquente et sa prévention s’impose chez le sujet âgé comme chez tous. En phase localement
avancée ou métastatique, les douleurs sont présentes notamment dans les tumeurs pancréatiques,
ORL, pelviennes en lien avec la tumeur primitive, ou avec l’envahissement secondaire osseux,
pleural, ou des structures nerveuses (cancers du sein, du poumon ou de la prostate notamment).
Après les traitements, les séquelles douloureuses, le plus souvent neuropathiques, sont présentes
chez 16 à 50% des patients tous âges confonds (3), plus particulièrement après chirurgie du sein, du
thorax ou ORL, après radiothérapie pelvienne ou après chimiothérapie neurotoxique. Le sujet âgé y
est particulièrement exposé du fait des neuropathies pré-existantes.
La prise en charge de ces différentes douleurs, primordiale pour le maintien de la qualité de vie,
implique chez les sujets âgés une attention particulière dans la manipulation des antalgiques, la
gestion de leurs effets indésirables et une discussion précoce des techniques antalgiques locorégionales et des techniques non médicamenteuses (4).
L’évaluation et la prise en charge de ces douleurs s’intègre dans une prise en compte globale des
éléments de vulnérabilité et des besoins en soins de support, tout particulièrement nutritionnels,
cognitifs, fonctionnels, psychologiques et sociaux, d’autant que la douleur impacte directement
l’ensemble de ces dimensions. Les questions de préservation de l’autonomie et de maintien dans le
lieu de vie habituel sont centrales, et un contrôle adapté de la douleur y contribue (5).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
27
Enfin, l’accès aux soins palliatifs des patients âgés ou très âgés atteints de cancer, quels que soient
leurs lieux de vie et de prise en charge, reste très insuffisant et pose la question de l’égal accès aux
soins quel que soit l’âge (6).
Bibliographie
(1) Institut National du Cancer 2016. Epidémiologie des cancers., www.e-cancer.fr
(2) Bellera CA, Rainfray M, Mathoulin-Pelissier S, et al. Screening older cancer patients : first evaluation of the G-8 geeriatriv screening tool.
Ann of Oncol 2012;23:2166-2172
(3) Kurita GP, Sjogren P. Pain management in cancer survivorship. Acta Oncol 2015 ;54(5) :629-634
(4) Pergolizzi J, Böger RH, Budd K, et al. Opioïdsand the management of chronic severe pain in the elderly. Consensus statement. Pain
Practice 2008;8(4):287-313
(5) Stepney R. Supportive care vital in elderly cancer patients. Support Care Cancer 2016 ;24 :2397-2401
(6) Brighi N, Balducci L and Biaso G. J Geratr Oncol 2014;5(2):197-2203
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
28
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-5: Elaboration de recommandations de bonne pratique concernant la douleur de la personne
âgée.
Gisèle Pickering(1)
(1) CHU Clermont-Ferrand, Inserm CIC 1405, Centre de Pharmacologie Clinique, Clermont-Ferrand
Clermont Université, Université d’Auvergne, Pharmacologie Fondamentale et Clinique de la Douleur,
Laboratoire de Pharmacologie, Facultés de Médecine/Pharmacie, Clermont-Ferrand
Inserm, U1107 Neuro-Dol, Clermont-Ferrand La douleur de la personne âgée est une véritable
question de santé publique. Elle touche 50 % des personnes âgées vivant à domicile et 49 à 83 % en
institution dont une large proportion en fin de vie. La présence d’une douleur peut rapidement
conduire à une souffrance morale et à une altération de la qualité de vie. De plus, la thérapeutique
doit s’adapter aux changements pharmacologiques liés à l’âge. Il est donc essentiel de dépister,
discriminer, localiser, évaluer et traiter la douleur afin d’obtenir une meilleure qualité de vie.
En pratique, l’évaluation de la douleur et la prise en charge thérapeutique de la personne âgée ont
beaucoup évolué depuis les recommandations de la Haute Autorité de santé publiées en 1999 chez
l’adulte douloureux chronique et celles de 2000 publiées par l’Agence Nationale d’Accréditation et
d’Évaluation de la Santé pour les patients âgés ayant des troubles de la communication verbale. En
effet, le plan national de lutte contre la douleur 2006-2010 a intégré la spécificité de la prise en
charge de la douleur chez la personne âgée ; le nombre de publications internationales concernant la
douleur de la personne âgée a plus que doublé en dix ans et de nombreux pays ont publié leurs
propres recommandations de bonne pratique. Les outils ont aussi évolué et en plus de l’autoévaluation, l’on dispose aujourd’hui d’échelles d’hétéro-évaluation validées : Doloplus®, Ecpa®,
Pacslac® et Algoplus®. Leur utilisation est de plus en plus large et des algorithmes d’évaluation ont
été publiés. Concernant les traitements utilisés dans la prise en charge de la douleur chez le sujet
âgé, ils ont évolué depuis les années 2000, certains médicaments n’étant plus utilisés et d’autres
s’étant insérés dans le schéma thérapeutique comme certains antidépresseurs, antiépileptiques, et
de nouvelles formes galéniques.
Ainsi, la Société Française d’Evaluation et de Traitement de la Douleur se propose-t-elle d’élaborer,
en collaboration avec d’autres sociétés savantes (SFGG, SFAG, SFAR, etc.), des recommandations
nationales pour la prise en charge de la douleur chez la personne âgée. Ces recommandations de
bonne pratique portant sur la prise en charge de la douleur chez la personne âgée s’appuieront sur
une méthode de "recommandations par consensus formalisé". Elles réuniront des soignants de
diverses sociétés et seront ensuite diffusées par publication, congrès et développement d’une
application smartphone accessible par tous.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
29
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-6: Douleur oro-faciale
Céline Melin(1)
(1) Faculté de Chirurgie Dentaire, Clermont-Ferrand, France
Le vieillissement physiologique de l’ensemble des tissus oro-faciaux expose la personne âgée à une
plus grande vulnérabilité face aux infections, aux lésions traumatiques et aux altérations
neurologiques. Souvent négligées, les douleurs de la personne âgée sont pourtant fréquentes et de
nombreux facteurs concourent à leur développement :
- Les tissus dentaires sont plus fragiles, les tissus de soutient dentaires (gencive et os) sont rétractés
laissant apparaitre les racines très sensibles au développement de lésions carieuses, les glandes
salivaires sont atrophiées, l’os comme celui des articulations temporo-mandibulaires (ATM) a perdu
de son potentiel adaptatif.
- Le système immunitaire est altéré.
- La polymédication fréquente de la personne âgée entraine souvent comme effet indésirable une
hyposialie et donc une perte du tampon salivaire et de la protection des tissus buccaux.
- L’hygiène est souvent déficiente : diminution de la dextérité, pathologie ostéo articulaire des
membres supérieurs, Parkinson, altération visuelle, troubles cognitifs et mnésiques et parallèlement
à cela, augmentation de la difficulté technique (racines à nues, espaces inter-dentaires augmentés).
Chez les personnes ayant perdues leur autonomie, le relai n’est quasiment jamais établi, ni par la
famille (répugnance, pudeur), ni par les équipes soignantes en institutions (méconnaissance des
conséquences, méconnaissance des techniques d’hygiène buccale, manque de temps).
La conséquence de l’ensemble de ces facteurs est le développement fréquent de maladies à l’origine
de différents types de douleurs.
- Les principales sont dentaires (lésions carieuses radiculaires -80% des patients en institution-,
fractures dentaires à l’origine de blessures muqueuses) et parodontales (gingivites, abcès
parodontaux).
- A cela s’ajoute les lésions muqueuses particulièrement les candidoses et les ulcérations
traumatiques.
- On observe aussi des douleurs inflammatoires arthrosiques des ATM
- enfin, moins fréquentes que les précédentes mais beaucoup plus fréquentes que dans la population
générale, les douleurs neuropathiques telles que les stomatodynies et les névralgies du trijumeau.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
30
Les conséquences de ces douleurs oro-faciales peuvent être lourdes, associées à la perte d’appétit,
de gout et d’odorat de la personne âgée, elles peuvent aboutir à une dénutrition, entrainant une
diminution de l’immunité, une fonte musculaire, des fractures, une perte d’autonomie … le cercle
vicieux est entamé, précipitant la fin de vie.
Des traitements préventifs sont cependant relativement simples à mettre en place, en premier lieu
l’amélioration de l’hygiène buccale mais aussi un suivi régulier chez un chirurgien-dentiste. La prise
en charge des douleurs neuropathiques est plus complexe et spécifique.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
31
Séances parallèles- Douleur et Gériatrie : Médicaments et techniques non-pharmacologiques en
synergie
SP3-7: Quelles approches non pharmacologiques pour la personne âgée ?
Nathalie Fournival(1)
(1) Formation Consulting, Courbevoie, France
Le 3ème plan de lutte contre la douleur 2006-2010 a consacré un axe au développement des moyens
non pharmacologiques.
« Le traitement médicamenteux ne constitue pas la seule réponse à la demande des patients
douloureux. Les techniques non médicamenteuses de prise en charge de la douleur existent. Les
professionnels et les usagers les reconnaissent comme efficaces. Il s’agit de traitements réalisés par
des professionnels de santé qualifiés : traitements physiques (massages, kinésithérapie,
physiothérapie…), méthodes psycho-corporelles ou comportementales (hypnose, relaxation,
sophrologie) ».
Dans ce plan, la préoccupation de la douleur de la population âgée a été également une priorité, et
de nombreuses actions d’amélioration ont été mises en œuvre, tant au sein des structures
hospitalières qu’en structures médico-sociales ou à domicile.
Le bilan de ce 3ème plan de lutte contre la douleur souligne la nécessité de poursuivre les efforts
entrepris depuis plusieurs années pour améliorer la prévention et la prise en charge de l’ensemble
des douleurs supportées par les personnes âgées, tant en structure qu’à domicile. L’attention doit
être d’autant plus importante de la part des personnels que ces personnes présentent un handicap
ou des difficultés de communication liés à leur état ou leur âge.
Un des constats a mis en avant l’absence des connaissances concernant les méthodes non
pharmacologiques.
En parallèle, la Haute Autorité de Santé publie en 2011 un rapport sur le « Développement de la
prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées ».
Depuis 2011, ou en est la prise en charge non médicamenteuse chez la personne âgée douloureuse
ou pas ?
Comment les intervenants du parcours de soins de la personne âgée se forment et intègrent les
méthodes, moyens ou techniques non médicamenteuses ou non pharmacologiques dans leurs
pratiques quotidiennes ?
Quels sont les différents moyens non pharmacologiques à mettre en place : pour qui ? Par qui ?
Pourquoi ? À quel moment ?
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
32
L’objet de cette communication est d’appréhender les 3 niveaux de moyens non pharmacologiques à
développer auprès de la personne âgée, pour en comprendre la synergie avec les thérapeutiques,
tout en mettant en évidence leur singularité.
Bibliographie
Celestin-Lhopiteau I, Thibault-Wanquet P., Guide des pratiques psychocorporelles – Masson 2006
Plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur 2006-2010
Evaluation du Plan d’Amélioration de la prise en charge de la douleur 2006-2010 – Haut conseil de la Santé Publique – La Documentation
Française, collection Evaluation – 2011
Thibault-Wanquet P., Fournival N., Moyens non pharmacologiques de prise en charge de la douleur – Lamarre 2012
Institut Upsa de la Douleur, Thérapies à médiation corporelle et douleur - 2013
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
33
Séances parallèles- Forum psychologie et psychopathologie : « Et la Douleur aigue ? »
SP5-1: La douleur aigue« : un traumatisme ?
Raphael Minjard(1)
(1) Hôpital de la Croix Rousse, Lyon, France
Raphaël MINJARD, Psychologue clinicien, PhD, Maître de conférences en psychopathologie et
psychologie clinique, université Lumière Lyon II, Centre de Recherches en Psychopathologie et
Psychologie Clinique (CRPPC)
Vice-président de la Société Auvergne Rhône Alpes de la Douleur (SARADol),
Correspondant Régional Rhône Alpes Psychologue pour la Société Française d’Étude de la Douleur
(SFETD)
Campus Portes des Alpes - Bureau 139K, 5, avenue Pierre Mendes-France 69676 Bron Cedex
Le traumatisme, notion aux mille visages surtout représenté par ses effets à court moyens et long
terme, reste un élément central dans la prise en charge et la compréhension des pathologies
douloureuses qu'elles soient aiguës ou chroniques.
Le traumatisme est défini par de nombreux auteurs comme une effraction, une blessure et un
débordement du sujet psychocorporel par des affects massifs provoqués par un événement soudain,
brutal, inattendu, exogène ou endogène pouvant mettre en cause la vie de la personne, mais dont
l’impact dépend aussi de l’organisation psychique de la victime. Nous allons mettre en lien cette
définition avec la douleur aiguë.
Celle-ci, considérée comme une excitation débordante, une irruption sensorielle désagréable par sa
fulgurance et son intensité, sidère, court-circuite et déchire.
Elle submerge et fait césure dans l'ordre établi, dans la tentative de compréhension des évènements,
dans la capacité à se sentir, à se percevoir et à percevoir les limites de sa corporeïté, de son
psychisme. Elle interroge le processus de vie, de pensée de ressenti, laissant celui qui la subit hébété,
ahuri et parfois figé.
Que m’est-il arrivé ? Où suis-je ? Qui suis-je ?
Pour autant, sa disparition inquiète, laissant entrevoir par-là la place qu’elle a occupé et sa fonction
messagère, sa fonction de signal d’alarme. En ce sens la douleur aiguë n’est pas « bête », elle fait
écho à l’histoire du sujet et à son vécu identitaire. Que devient cette douleur lorsqu’elle n’est plus ?
Quelles traces perceptives subsistent ou non et quel destin pour ces traces ?
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
34
Si la douleur aiguë disparaît en tant que nociception, elle ne laisse pas pour autant le sujet sans
questionnements angoissants desquels il est appelé à se défendre.
Nous nous intéresserons donc aux destins de cette douleur aiguë en privilégiant deux axes de
défense que nous retrouvons chez de nombreux patients, celui du refoulement et celui du déni. Ces
défenses sont des tentatives pour le moi de survivre face à ce qui se présente comme un évènement
traumatique. Une prise en charge bio-psycho-sociale adéquate permet non seulement la remise en
mouvement de l’appareil psychique, la réintégration de l’évènement au sein de l’histoire de vie du
sujet mais également l’éclairage, la compréhension d’autres évènements de vie faisant retour par
association. Nous éclairerons ainsi la double valence de la douleur aiguë à la fois comme signal
d’alarme et évènement potentiellement traumatique.
Bibliographie
Brette F. (2005), « Le traumatique : effets positifs et organisateurs », in Le traumatisme psychique, Monographies de Psychanalyse, Paris,
P.U.F
Chabert C (2015) La douleur. Érès, Toulouse
Falissard B. (2016) « La scientificité de la psychanalyse : faux débat épistémologique, vrai challenge méthodologique », In Analysis N°1,
Affects ou émotions, Paris Elsevier-Masson [in press]
Minjard R. (2014) L’éveil de coma approche psychanalytique. Paris, Dunod
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
35
Séances parallèles - Forum psychologie et psychopathologie : « Et la Douleur aigue ? »
SP5-2: La douleur aiguë « : un bouleversement identitaire ?
Bernard Duplan(1)
(1) SDC rhumatologique, Hôpital Reine Hortense, CHMS (Centre Hospitalier Métropole Savoie), Aix
les Bains, France
Les différents enjeux épistémologiques et la résistance à la définition du concept d'identité sont
rappelés, avec les cas particuliers de l'identité personnelle, de l'identité sociale mais aussi les
questions de paradoxalité et de transitionnalité de l'identité. Si la question de l'identité renvoie la
question de la permanence, c'est précisément au niveau de cette permanence que la survenue d'une
douleur, caractéristique de la situation de douleur aiguë, va susciter un processus de rupture. La
douleur, en tant qu'affect sensoriel déplaisant faisant irruption dans le fonctionnement d’un sujet, va
confronter celui-ci à ses propres traces sensorielles douloureuses antérieures. Cette douleur aigue
comporte le risque d’ébranler le socle identitaire du sujet. Cette situation le confronte de facto aux
modalités selon lesquelles les expériences de douleur ont été traitées, tout particulièrement durant
la période archaïque de son développement, avant la période d'acquisition du langage. Outre sa
valeur d'affect signal, témoignant d'une rupture potentiellement dangereuse de l'intégrité du sujet,
la douleur revêt également une valeur d'affect messager, cherchant à informer celui à qui la plainte
douloureuse est adressée, des conditions dans lesquelles ces expériences douloureuses antérieures
ont été (bien ou mal) traitées. L'absence de réponse satisfaisante faite à un sujet souffrant de
douleur aiguë est susceptible de réactiver ces traces sensorielles antérieures et de faire le lit de la
chronicité, avec impossibilité pour le sujet de mettre en place des processus antalgiques suffisants et
satisfaisants et censés permettre la diminution ou la disparition de la sensorialité douloureuse et à la
fin de la plainte.
La survenue de douleur aiguë chez des patients déjà connus comme porteurs d'une souffrance
narcissique identitaire (sujets carencés, sujets abandonniques notamment) implique de prendre en
compte tout particulièrement la dimension psychosociale contenue dans leur plainte douloureuse,
afin de pouvoir rétablir dans les meilleurs délais l'équilibre fragile dans lequel ils ont fonctionné
jusqu'alors. La persistance des symptômes douloureux aigus au-delà de plusieurs semaines,
caractérisant la douleur subaiguë, justifie également une prise en charge rapide de ces patients,
toujours sur un mode de global bio psychosocial. Le travail psychothérapique avec un sujet
douloureux consistera à élaborer les zones de fragilité identitaire.
Bibliographie
Freud S (1914), Pour introduire le narcissisme, Paris, Payot 2012.
Golse B (2006), L’être bébé : les questions du bébé à la phénoménologie, à la théorie de l’attachement et à la psychanalyse, Paris, PUF.
Duplan B (2015), La douleur, un affect du traumatisme, Thèse psychologie, université Lyon 2.
Burloux G (2004), le corps et sa douleur, Paris, Dunod.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
36
Séances parallèles- Douleurs neuropathiques : Nouvelles recommandations
SP6-1: Le traitement pharmacologique des douleurs neuropathiques : nouvelles recommandations
thérapeutiques
Nadine Attal(1)
(1) Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, Hôpital Ambroise Paré, APHP, BoulogneBillancourt, France - Université Versailles Saint-Quentin, France
Le traitement pharmacologique des douleurs neuropathiques reste un défi thérapeutique majeur,
malgré l’introduction de nouveaux traitements et la multiplication des essais thérapeutiques dans ce
domaine depuis 10 ans (1).
Une des premières larges revues systématiques du traitement pharmacologique des douleurs
neuropathiques a été publiée en 1999 (2). Cette revue concluait alors que seule l’efficacité des
antidépresseurs tricycliques était établie sur la base d’un nombre suffisant de patients. Depuis lors,
de très nombreuses autres recommandations fondées sur les preuves ont été proposées (3-13), dont
les recommandations françaises de la SFETD, parues en 2010 (14). Dans l’ensemble les traitements
recommandés sont les antidépresseurs tricycliques, les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la
recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (ISRNA) (duloxétine), la prégabaline, la
gabapentine, les opiacés, les patches de lidocaine, les différences portant sur la place de ces
traitements dans l’algorithme thérapeutique. Ainsi les recommandations de l’American Academy of
Neurology concernant les neuropathies douloureuses du diabète (11) proposent la prégabaline seule
en première intention alors qu’au contraire les recommandations NICE qui font autorité au Royaume
Unie proposent la duloxétine seule en première intention (12). Ces différences proviennent
notamment de la variabilité des critères de sélection des études et des méthodes utilisées pour
évaluer la qualité des études.
En 2014-2015 dans le contexte de l’année de la douleur neuropathique déclarée par l’Association
Internationale pour l’Etude de la Douleur (IASP), nous avons publié en 2015 avec le groupe d’intérêt
douleur neuropathique du IASP (NeuPSIG), une étude systématique, une méta-analyse et des
recommandations thérapeutiques (15) utilisant le système GRADE (Grading of Recommendations
Assessment, Development, and Evaluation) largement préconisé désormais pour formuler des
recommandations thérapeutiques (16). Ces recommadations proposent les antidépresseurs
tricycliques, les antidépresseurs ISRNA, la gabapentine (dont la gabapentine retard ou énacarbil) et la
prégabaline en première intention sur la base d’un fort niveau de preuve (GRADE) dans les douleurs
neuropathiques périphériques ou centrales. Le tramadol et les opiacés forts sont recommandés
respectivement en seconde et troisième intention, sur la base d’un ratio bénéfice risque modeste au
long cours. Cette méta-analyse a également mis l’accent sur l’intérêt potential des traitements
topiques ou locaux en seconde ou troisième intention pour la douleur neuropathique périphérique,
dont les patches de lidocaïne, les patches de haute concentration de capsaicine (8%) et les injections
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
37
sous-cutanées de toxine botulinique A (en dernière ligne en milieu spécialisé pour ce dernier
traitement). Ces topiques ont une efficacité modérée ou un niveau de preuve faible, mais leur
avantage est une bonne sécurité d’emploi et un très faible risque d’effets indésirables systémiques.
Par rapport aux recommandations antérieures, ces nouvelles recommandations ont pris en compte
un nombre bien plus important d’études utilisant notamment la prégabaline et les antidépresseurs
ISRNA. Cependant l’efficacité estimée de ces traitements évaluée sur la base du nombre nécessaire à
traiter (NNT) a baissé significativement depuis 10 ans, avec des NNT allant désormais de 6.4 à 7.7
pour ces molécules (contre 4 à 5 précédemment). Ceci signifie qu’il faut traiter environ 6 à 8 patients
avec une de ces molecules pour avoir un répondeur au traitement actif (patient dont la douleur est
réduite d’au moins 50 %) en excluant la réponse placebo. Ceci a été concomitant d’une
augmentation très forte de l’effet placebo, qui tend à réduire la sensibilité des essais thérapeutiques
(17).
Ces résultats modestes soulignent aussi que le traitement actuel des douleurs neuropathiques est
encore peu rationnel, avec encore bien peu d’études permettant de prédire la réponse aux
traitements. C’est pourquoi de nouvelles approches thérapeutiques permettant de classer les
patients sur la base de leur phénotype clinique, suggérant des mécanismes particuliers, se
développent actuellement largement et semblent donner à ce jour les meilleurs résultats (18, 19).
Bibliographie
Références
1. Attal N, Bouhassira D. Pharmacotherapy of neuropathic pain: which drugs, which treatment algorithms? Pain. 2015 Apr;156 Suppl
1:S104-14.
2. Sindrup SH, Jensen TS. Efficacy of pharmacological treatments of neuropathic pain: an update and effect related to mechanism of drug
action. Pain 83, 389-400 (1999).
3. Finnerup NB, Otto M, McQuay HJ, Jensen TS, Sindrup SH. Algorithm for neuropathic pain treatment: an evidence based proposal. Pain
118, 289-305 (2005).
4. Finnerup NB, Sindrup SH, Jensen TS. The evidence for pharmacological treatment of neuropathic pain. Pain 150, 573-581 (2010).
5. Dworkin RH, O'connor AB, Backonja M, et al. Pharmacologic management of neuropathic pain: Evidence-based recommendations. Pain
2007; 132: 237-51.
6. Attal N, Cruccu G, Haanpaa M, et al. EFNS guidelines on pharmacological treatment of neuropathic pain. Eur J Neurol 2006; 13: 1153-69.
7. Attal N, Cruccu G, Baron R, et al. EFNS guidelines on the pharmacological treatment of neuropathic pain: 2010 revision. Eur J Neurol
2010; 17: 1113-e88.
8. Moulin DE, Clark AJ, Gilron I, et al. Pharmacological management of chronic neuropathic pain - consensus statement and guidelines from
the Canadian Pain Society. Pain Res Manag 2007; 12: 13-21.
9. Moulin D, Boulanger A, Clark AJ et al. Pharmacological management of chronic neuropathic pain: revised consensus statement from the
Canadian Pain Society. Pain Res. Manag. 19, 328-335 (2014).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
38
10. Dubinsky RM, Kabbani H, El-Chami Z, Boutwell C, Ali H. Practice parameter: treatment of postherpetic neuralgia: an evidence-based
report of the Quality Standards Subcommittee of the American Academy of Neurology. Neurology 2004; 63: 959-65.
11. Bril V, England J, Franklin GM, et al. Evidence-based guideline: Treatment of painful diabetic neuropathy: report of the American
Academy of Neurology, the American Association of Neuromuscular and Electrodiagnostic Medicine, and the American Academy of Physical
Medicine and Rehabilitation. Neurology 2011; 76: 1758-65.
12. Tan T, Barry P, Reken S, Baker M. Pharmacological management of neuropathic pain in non-specialist settings: summary of NICE
guidance. BMJ 2010; 340: c1079.
13. NICE clinical guideline. Neuropathic pain - pharmacological management. http:/guidance nice org uk/CG173 Assessed June 24, 2014
2013
14. Martinez V et al Les douleurs neuropathiques chroniques: diagnostic,évaluation et traitement en médecine ambulatoire.
Recommandations pour la pratique clinique de la Société française d'étude et de traitement de la douleur. Douleurs Évaluation - Diagnostic
- Traitement; 11: 2010: 3—21
15. Finnerup NB, Attal N, Haroutounian S et al. Pharmacotherapy for neuropathic pain in adults: a systematic review and meta-analysis.
Lancet Neurol. 14, 162-173 (2015).
16. Guyatt GH, Oxman AD, Vist GE, et al. GRADE: an emerging consensus on rating quality of evidence and strength of recommendations.
BMJ 2008; 336: 924-6.
17. Dworkin RH, Turk DC, Peirce-Sandner S et al. Considerations for improving assay sensitivity in chronic pain clinical trials: IMMPACT
recommendations. Pain 153, 1148-1158 (2012).
18. Attal N, Bouhassira D, Baron R et al. Assessing symptom profiles in neuropathic pain clinical trials: Can it improve outcome? Eur. J. Pain
15, 441-443 (2011)
19. Bouhassira D, Attal N. Translational neuropathic pain research: A clinical perspective. Neuroscience. 2016 Mar 17.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
39
Séances parallèles- Douleurs neuropathiques : Nouvelles recommandations
SP6-2: La neurostimulation cérébrale non invasive dans les douleurs neuropathiques
Xavier Moisset(1)
(1) CETD, CHU Ambroise Paré, AP-HP, 92100 Boulogne-Billancourt, Clermont Université, Université
d'Auvergne, Neuro-Dol, Inserm U-1107, Clermont-Ferrand, Clermont Université, Université
d'Auvergne, Service de Neurologie, CHU Gabriel Montpied, Clermont-Ferrand.
La douleur neuropathique est difficile à traiter pharmacologiquement. La stimulation cérébrale noninvasive est une solution alternative récente, toujours en cours de développement. Deux techniques
ont montré un intérêt antalgique à court terme :
• La stimulation magnétique trans-crânienne répétitive (rTMS pour repetitive transcranial magnetic
stimulation)
• La stimulation électrique continue trans-crânienne (tDCS pour transcranial direct curent
stimulation)
Ces deux techniques ont des modalités d’action différentes, la rTMS entrainant un effet de
stimulation (création de potentiels d’action au niveau des axones stimulés) tandis que la tDCS
entraine un effet de modulation (modification du potentiel de membrane des neurones).
La stimulation du cortex moteur primaire a prouvé son efficacité pour le traitement de la douleur
neuropathique (rTMS et tDCS) et de la fibromyalgie (tDCS). La stimulation d’autres zones reste
cependant à explorer (cortex dorsolatéral préfrontal, insula postérieure, cortex somatosensoriel
secondaire).
Pour la rTMS, les stimulations hautes fréquences (>5 Hz) ont montré leur efficacité antalgique.
Cependant, le nombre d’impulsions optimal et la façon de les appliquer (durée des trains
d’impulsion, intervalle inter-train, utilisation de la stimulation theta burst) n’est pas forcément connu
à l’heure actuelle.
Pour la tDCS, la stimulation anodale a un effet antalgique. De nouveaux montages permettent de
mieux focaliser le champ électrique et pourrait permettre d’améliorer l’efficacité de la technique.
Pour les deux techniques, le rythme des séances de stimulation, comportant généralement une
phase d’induction puis une phase d’entretien, est probablement encore perfectible. Un effet à long
terme semble possible, mais les études bien conduites pour évaluer cela sont rares.
Cette session est donc l’occasion de faire le point sur l’état actuel de ces deux techniques, leur
utilisation en pratique et les points encore à améliorer.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
40
Séances parallèles- Douleurs neuropathiques : Nouvelles recommandations
SP6-3: Comment optimiser le traitement des douleurs neuropathiques ?
Didier Bouhassira(1)
(1) Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt,
France
Les recommandations actuelles pour le traitement pharmacologique des douleurs neuropathiques
proposent le recours aux antiépileptiques (notamment prégabaline), aux antidépresseurs
(tricycliques, inhibiteurs mixtes de la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine) ou aux
emplâtres de lidocaïne en première intention pour le traitement de la douleur neuropathique ou de
certaines entités spécifiques (douleur postzostérienne pour la lidocaïne, neuropathie diabétique pour
la duloxétine). Les patchs de capsaïcine à haute concentration peuvent être proposés en cas d’échec
de ces traitements dans les neuropathies périphériques, à l’exception du diabète. Cependant, plus
d’un tiers des patients restent non soulagés par ces traitements, même lorsqu'ils sont associés entre
eux.
Les objectifs de la recherche dans ce domaine comportent deux axes principaux. Le premier est le
développement de nouvelles molécules, ciblant davantage les mécanismes suggérés par les
nombreuses études expérimentales réalisées dans ce domaine. Le second axe, complémentaire du
premier, vise à développer des approches thérapeutiques davantage personnalisées, qui pourront
s'appliquer tant aux nouvelles qu'aux anciennes molécules. On peut notamment espérer qu’une
meilleure prise en compte dans les futures études des phénotypes douloureux (combinaisons
spécifiques de symptômes et signes) permettra d’identifier des profils de répondeurs aux traitements
et ainsi contribuer à réduire les échecs thérapeutiques.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
41
Séances parallèles- Forum Infirmier
SP7-2: Protocole de coopération entre professionnels de santé
Liliana Jovic(1)
(1) ARS Ile-de-France, Paris, France
Les enjeux d’offre et d’accès aux soins de la population sont des préoccupations permanentes des
pouvoirs publics. Les évolutions majeures de ces dernières années concernent la démographie et la
transition épidémiologique (maladies chroniques vs maladies aiguës) mais aussi les comportements
sociaux de la population et des professionnels. L’une des mesures permettant de répondre à ces
enjeux a commencé à se structurer à partir du début des années 2000, elle concerne la coopération
entre professionnels de santé. Elle a fait l’objet d’un article spécifique (art. 51) dans la loi relative à
l’hôpital, aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) promulguée en 2009. L’objectif est
d’améliorer l’offre et l’accès aux soins en permettant de nouvelles répartitions d’activités entre
professionnels de santé. Ce dispositif de portée nationale est mis en œuvre au niveau régional.
L’Agence régionale de santé (ARS) assure un rôle régalien d’instruction des dossiers mais aussi
d’accompagnement pédagogique et technique, de collaboration avec d’autres ARS et organismes
intervenant dans le dispositif (Haute Autorité de santé (HAS), Direction générale de l’offre de soins
(DGOS), Direction de la sécurité sociale (DSS), Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM)….),
d’information et de communication, d’évaluation scientifique. Certains rôles sont formels, prévus par
les textes, d’autres ont été développés afin d’aider au déploiement du dispositif, de soutenir les
équipes et de participer à son amélioration.
Après cinq ans de mise en œuvre (de janvier 2011 à août 2016), le nombre de dossiers instruits (n=31
lettres d’intention ; n=37 protocoles) et l’expérience acquise permettent d’expliciter le processus
d’instruction et de dresser un bilan du dispositif à partir de données quantitatives, issues du suivi de
l’instruction des dossiers par l’ARS Ile-de-France, et de données qualitatives recueillies auprès de
personnes participant à la mise en œuvre du dispositif.
L’expérience apporte de nombreux enseignements permettant de faire des propositions d’évolution.
Le dispositif de coopération entre professionnels de santé peut aussi être considéré comme une
transition vers d’autres modèles.
Bibliographie
Références : Application Coop-PS https://coopps.ars.sante.fr/coopps/init/index.jsp ARS Ile-de-France, Portail d’accompagnement des
professionnels de santé, http://www.iledefrance.paps.sante.fr/Initier-ou-adherer-a-un-protocole-de-cooperation.21165.0.html Loi n° 2009879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. JO du 22 juillet 2009 - Article 51
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2009/7/21/SASX0822640L/jo/article_51
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
42
Séances parallèles- Forum Infirmier
SP7-3: Quelles activités dérogatoires en douleur ?
Jean-Michel Gautier(1)
(1) CHRU, Montpellier, France
La délégation des actes n’est pas une situation nouvelle pour la profession infirmière qui s’est vue
déléguée progressivement depuis 1946, une part croissante d’actes médicaux (1). Un détour par la
sociologie des professions et la sociologie du travail nous permet de nous interroger sur l’utilité et le
sens de la délégation d’actes et de compétences. Everett C. Hughes (2) est le premier sociologue qui
s’est intéressé au travail à l’hôpital et plus particulièrement au travail infirmier. Pour décrire la
division du travail telle qu’elle se construit dans les interactions, Hughes introduit une distinction
entre la division technique du travail, celle qui repose sur les compétences ou sur la maîtrise des
savoirs et savoir-faire nécessaires à l’accomplissement de tâches spécialisées, et la division morale du
travail, qu’il définit comme une répartition des tâches en fonction de leur inégale désirabilité (3).
Selon Hughes, tout travail professionnel comprend un ensemble de tâches considérées comme peu
respectables ou peu agréables, et néanmoins nécessaires, qu’il nomme le « sale boulot ». Ainsi,
beaucoup de métiers tendent à améliorer le contenu de leurs tâches au cours du temps, grâce à la
délégation des tâches moins nobles à des métiers situés en dessous d’eux dans la division du travail.
Le débat sur la délégation de tâches et de compétences est relancé en 2003 dans le cadre de la
mission Berland (4), dans un contexte où se mêlent l’apparition de nouveaux « besoins » de santé en
lien avec le développement des maladies chroniques, l’évolution de la demande adressée aux
professionnels, des progrès technologiques importants et la diminution annoncée du nombre de
médecins. Depuis 2009, « par dérogation aux conditions légales d’exercice, les professionnels de
santé peuvent s’engager, à leur initiative, dans une démarche de coopération ayant pour objet
d’opérer entre eux des transferts d’activités ou d’actes de soins ou de réorganiser leur mode
d’intervention auprès du patient »(5). Pour autant, à ce jour, seulement un protocole de coopération
relatif à la douleur chronique est en cours d’instruction par la Haute Autorité de Santé. L’objectif de
cette intervention est de porter notre regard sur la délégation des activités au sein des Structures
d’Evaluation et de Traitement de la Douleur et d’engager une réflexion sur les démarches de
coopération.
Bibliographie
(1) FERONI I., KOBER A. (1995) L’autonomie des infirmières. Une comparaison France-Grande-Bretagne. Sciences sociales et santé, 13(3)
p.35-68
(2) HUGHES E.C. (1996) Le regard sociologique. Essais choisis. Textes rassemblés par JM. Chapoulie, Paris : Ed de l’Ecole des Hautes Etudes
en Sciences Sociales.
(3) CHAMPY F. (2012) La sociologie des professions. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige Manuels ».
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
43
(4) BERLAND Y. (2003) Coopération des professions de santé : le transfert de tâches et de compétences. Observatoire National de la
Démographie des Professions de Santé.
(5) LOI n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. JORF n°0167 du 22
juillet 2009 p. 12184 : texte n° 1
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
44
Séances parallèles- Forum Infirmier
SP7-4: Infirmière ressource douleur en milieu spécifique - La douleur en centre pénitentiaire : la
double peine
Fabienne Le Dantec(1)
(1) UMD Unité Mobile Douleur, Centre Hospitalier Bretagne Sud, Lorient, France
Un détenu doit purger sa peine après avoir été jugé, mais doit-il la purger en étant douloureux ?
L’univers carcéral répond à des obligations qui nécessitent de pouvoir prendre en considération
l’enfermement d’un détenu et la prise en charge de sa santé (1).
L’intervention d’une équipe mobile douleur au sein même d’un Centre Pénitentiaire reste une prise
en charge exceptionnelle avec très peu d’écrit sur le sujet (4).
Cette présentation a pour objectif de vous faire découvrir les modalités de fonctionnement, les
évolutions dans la prise en charge : aussi bien du côté équipe mobile douleur que des professionnels
de santé devant assurer la continuité des soins auprès de ces patients (détenus) au sein de l’unité
sanitaire (2) et «ainsi d’ouvrir les portes du pénitencier».
Elle abordera les spécificités de ces prises en charge dans ce lieu quelque peu atypique!
- Quelles sont les modalités de consultations et qui les assurent ?
- Comment se déroule ces dernières ?
- Quel temps est consacré à ces consultations ?
- Quelles sont les caractéristiques de la population concernée ?
- Quels types de traitements médicamenteux sont prescrits ?
- Y-a-t-il une place pour le non médicamenteux ?
- Quelles sont les moyens de communication mis en oeuvre avec l’équipe de l’unité sanitaire ?
- Quels constats pouvons-nous faire sur l’organisation de la prise en charge de la douleur?
Auprès des personnes soignées (3) ?
Auprès des professionnels de santé qui les suivent au quotidien ?
Et que peut-on améliorer dans cette prise charge ?
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
45
Cette prise en charge pluridisciplinaire et transversale couplée d’un suivi quotidien par l’Unité
Sanitaire permet que l’incarcération n’aggrave pas les douleurs, que la plainte douloureuse ne soit
plus au premier plan et que ces patients ne vivent pas leur douleur comme une double peine. Il est
entendu dans sa plainte et reconnu comme un patient douloureux comme les autres.
Bibliographie
(1) loi du 18 janvier 1994 « assurer aux détenus une qualité et une continuité des soins équivalent à ceux offerts à l’ensemble de la
population »
(2) régime de droit commun « loi du 4 mars 2002 »
(3) Adsp n°44 septembre 2003 « le rôle des infirmiers dans les prisons » : 30-31
(4) Douleur, antalgie et milieu carcéral : quelles spécificités ? rev med Suisse 2010 ; 6 :1363-1367
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
46
Séances parallèles- Forum Infirmier
SP7-5: Activité de l’IRD au Centre de référence MAGEC (Maladies Génétiques à Expression
Cutanée)
Sarah Chaumon(1)
(1) Hôpital Universitaire Necker- Enfants Malades, Paris, France
Infirmière Ressource Douleur (IRD) depuis une douzaine d’années, j’ai, dès mes débuts à ce poste,
été sollicitée par le service de dermatologie pour de multiples prises en charge d’enfants atteints de
pathologies génétiques, dermatologiques, rares et sévères comme notamment les épidermolyses
bulleuses et les ichtyoses. Ces enfants nécessitent des soins quotidiens souvent lourds et douloureux,
un encadrement de ces soins et un traitement antalgique justifiant une réévaluation régulière.
Après quelques années de collaboration, le Professeur Bodemer responsable du service de
dermatologie et de la MAGEC, m’a proposé ainsi qu’à différents autres professionnels transversaux
impliqués eux aussi dans le service de dermatologie (assistante sociale, kinésithérapeutes,
ergothérapeute….) de se former à l’Education Thérapeutique (ETP) afin de mettre en place un
programme d’ETP adapté à cette spécialité. L’idée était de connaître le patient dans toutes ses
dimensions, ce qu’il est, ce qu’il a fait, ce qu’il a, ce qu’il sait, ce qu’il voudrait.
En effet, selon l’OMS : « L'éducation thérapeutique du patient est un processus continu, intégré dans
les soins et centré sur le patient. Elle comprend des activités organisées de sensibilisation,
d'information, d'apprentissage et d'accompagnement concernant la maladie, le traitement prescrit,
les soins, l'hospitalisation, la prise en charge globale de la maladie. L’éducation thérapeutique fait
partie intégrante du projet de soin ».
Ce programme d’ETP s’intègre aux soins et aide les patients à acquérir des compétences d’auto soins
et d’adaptation.
Les familles et les patients ont adhéré aux divers programmes proposés. Différents week-ends d’ETP
ont ainsi été organisés pour les enfants, leurs parents et leur fratrie. Les premiers ateliers étaient
centrés sur la prise en charge de la pathologie avec notamment des ateliers sur la compréhension de
la maladie, les soins…Progressivement ma fonction d’IRD au sein de l’Unité Fonctionnelle Médecine
de la Douleur dans laquelle je travaille et mon expertise dans l’évaluation des patients douloureux
m’ont conduite à mettre en place des ateliers destinés aux parents et aux enfants en lien avec la
prise en charge de la douleur, problématique liée à ces pathologies et très souvent évoquée dans les
diagnostics éducatifs. Ces ateliers ont montré leur importance et m’ont encouragée à poursuivre ce
travail d’autant plus que les évaluations réalisées montrent qu’il reste encore et toujours du travail
dans cette thématique.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
47
Séances parallèles- Recherche
SP8-1: Présentation des avancées des travaux de recherche du lauréat 2015 Prix de recherche
Gisèle Guilbaud
Evaluation de l'efficacité de l'éthosuximide dans le traitement de la gêne/douleur abdominale liée au
syndrome de l'intestin irritable. (IBSET)
Julien Scanzi(1)
(1) CHU Estaing, Clermont-Ferrand, France
Le syndrome de l’intestin irritable (SII) associe de façon chronique des douleurs et/ou un inconfort
abdominal et des troubles du transit, en l’absence de pathologie organique identifiable(1,2). Bien
que fonctionnelle, cette pathologie impacte profondément la qualité de vie des malades(3,4),
notamment du fait de sa chronicité et de l’absence de traitements très efficaces. Sa prévalence,
estimée à 10-15% dans des pays industrialisés comme la France et les Etats-Unis(5,6), entraîne des
dépenses de santé considérables, ce qui en fait un véritable problème de santé publique(7).
Les mécanismes à l’origine du SII sont mal connus, mais l’hypersensibilité viscérale (HV), retrouvée
chez la majorité des patients SII, semble jouer un rôle majeur(8-11). Ce phénomène implique une
sensibilisation des fibres nerveuses afférentes primaires, entrainant une augmentation de
l’excitabilité neuronale et donc de l’activité des fibres nerveuses coliques à la périphérie. Dans
plusieurs modèles animaux de douleur chronique, cette hyperexcitabilité était en rapport avec une
modification de l’expression et/ou de l’activité de canaux ioniques(12,13), parmi lesquels les canaux
calciques de type-T dont Cav3.2(14,15). Il a récemment été démontré dans un modèle animal d’HV
que les canaux Cav3.2 étaient surexprimés au niveau périphérique et que leur blocage
pharmacologique empêchait le développement d'une hypersensibilité colique(16). Nous avons
récemment démontré dans une étude clinique cas-témoins récente que ces canaux Cav3.2 étaient
surexprimés dans la muqueuse colique des patients atteints du SII en comparaison aux sujets sains
asymptomatiques(17). Ces canaux semblent donc constituer une cible pharmacologique pertinente
pour le traitement de la gêne/douleur abdominale associée au SII.
Nous souhaitons évaluer dans cette pathologie l’intérêt de l’éthosuximide (Zarontin®, Pfizer), un
bloqueur des canaux calciques de type-T et notamment de Cav3.2, déjà utilisé dans le traitement de
l’épilepsie-absence. Il s’agit d’une étude multicentrique (10 centres français), en double aveugle,
randomisée et contrôlée versus placebo. L’objectif principal est d’évaluer l'efficacité de
l’éthosuximide sur l'intensité de la gêne/douleur abdominale associée au SII. Les objectifs
secondaires sont l’évaluation de l’intensité des symptômes, la qualité de vie des patients, la
tolérance du traitement, la consommation d’antalgiques/régulateurs du transit, le ressenti du patient
vis-à-vis du traitement. Le nombre de patients à inclure est de 286 patients qui seront répartis
aléatoirement en 2 groupes et qui recevront pendant 12 semaines soit l’éthosuximide soit le placebo.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
48
Bibliographie
1. Thompson, W. G. Irritable bowel syndrome: a management strategy. Baillières Best Pract. Res. Clin. Gastroenterol. 13, 453–460 (1999).
2. Drossman, D. A. et al. Severity in irritable bowel syndrome: a Rome Foundation Working Team report. Am. J. Gastroenterol. 106, 1749–
1759; quiz 1760 (2011).
3. El-Serag, H. B. Impact of irritable bowel syndrome: prevalence and effect on health-related quality of life. Rev. Gastroenterol. Disord. 3
Suppl 2, S3–11 (2003).
4. Piche, T. et al. Impact of functional bowel symptoms on quality of life and fatigue in quiescent Crohn disease and irritable bowel
syndrome. Neurogastroenterol. Motil. Off. J. Eur. Gastrointest. Motil. Soc. 22, 626–e174 (2010).
5. Müller-Lissner, S. A. et al. Epidemiological aspects of irritable bowel syndrome in Europe and North America. Digestion 64, 200–204
(2001).
6. Longstreth, G. F. et al. Functional bowel disorders. Gastroenterology 130, 1480–1491 (2006).
7. Dapoigny, M. et al. Irritable bowel syndrome in France: a common, debilitating and costly disorder. Eur. J. Gastroenterol. Hepatol. 16,
995–1001 (2004).
8. Ritchie, J. Pain from distension of the pelvic colon by inflating a balloon in the irritable colon syndrome. Gut 14, 125–132 (1973).
9. Whitehead, W. E. Patient subgroups in irritable bowel syndrome that can be defined by symptom evaluation and physical examination.
Am. J. Med. 107, 33S–40S (1999).
10. Azpiroz, F. et al. Mechanisms of hypersensitivity in IBS and functional disorders. Neurogastroenterol. Motil. Off. J. Eur. Gastrointest.
Motil. Soc. 19, 62–88 (2007).
11. Akbar, A., Walters, J. R. F. & Ghosh, S. Review article: visceral hypersensitivity in irritable bowel syndrome: molecular mechanisms and
therapeutic agents. Aliment. Pharmacol. Ther. 30, 423–435 (2009).
12. Wood, J. D. Neuropathy in the brain-in-the-gut. Eur. J. Gastroenterol. Hepatol. 12, 597–600 (2000).
13. Cervero, F. & Laird, J. M. A. Role of ion channels in mechanisms controlling gastrointestinal pain pathways. Curr. Opin. Pharmacol. 3,
608–612 (2003).
14. Todorovic, S. M. & Jevtovic-Todorovic, V. The role of T-type calcium channels in peripheral and central pain processing. CNS Neurol.
Disord. Drug Targets 5, 639–653 (2006).
15. Sekiguchi, F. & Kawabata, A. T-type Calcium Channels: Functional Regulation and Implication in Pain Signaling. J. Pharmacol. Sci. 122,
244–250 (2013).
16. Marger, F. et al. T-type calcium channels contribute to colonic hypersensitivity in a rat model of irritable bowel syndrome. Proc. Natl.
Acad. Sci. U. S. A. 108, 11268–11273 (2011).
17. Scanzi, J. et al. Colonic overexpression of the T-type calcium channel Cav 3.2 in a mouse model of visceral hypersensitivity and in irritable
bowel syndrome patients. Neurogastroenterol. Motil. Off. J. Eur. Gastrointest. Motil. Soc. (2016). doi:10.1111/nmo.12860
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
49
Séances parallèles- Recherche
SP8-2: Ocytocine : un nouvel analgésique ?
Alexandre Charlet(1)
(1) Institut des neurosciences cellulaires et intégratives, Strasbourg, France
L’ocytocine est un neuropeptide ayant la particularité d’être synthétisé exclusivement dans
l’hypothalamus, et particulièrement dans les noyaux paraventriculaires (PVN), supraoptique (SON) et
accessoires (AN) (Sofroniew, 1983). Les neurones ocytocinergiques peuvent être classifiés en
magnocellulaires (magnOT) ou parvocellulaire (parvOT), distincts en taille, forme, propriétés
électriques, mais sont aussi impliqués dans des circuits et fonctions différentes (Armstrong et al.,
1980 ; Swanson et Sawchenko, 1983 ; Lee et al., 2009). Un dogme établi de longue date définit les
neurones ocytocinergiques en fonction de leur nature : alors que les magnOT contrôlent la
concentration d’ocytocine dans le sang, les neurones parvOT projettent à des noyaux distincts du
tronc cérébral et de la moelle épinière (Scharrer, 1928). Cependant, nous avons récemment montré
que les magnOT sont non seulement responsable de la secrétion sanguine d’ocytocine mais envoient
des projections axonales à de nombreux noyaux cérébraux (Knobloch et al., 2012). Ainsi, alors que la
modulation ocytocinergique de différentes émotions comme la peur ou la douleur est maintenant
connue, nous ne savons toujours pas quels sont les circuits responsables de ces régulations ni
comment ils sont recrutés.
Dès les années 1980, les scientifiques ont démontré l’existence d’une modulation par l’ocytocine des
neurones ocytocinergiques et ont émis l’hypothèse de connexions intra-hypothalamiques entre les
différents centres ocytocinergiques (Freund-Mercier et Richard, 1984; Moos et al., 1984; Moos et
Richard, 1989). Grâce au développement et à la démocratisation d’outils viraux offrant un accès
spécifique aux neurones ocytocinergiques, nous avons, au cours de cette étude, été capable de
tester cette hypothèse.
Ainsi, nous avons identifié une petite population de seulement 30 neurones parvocellulaires
ocytocinergiques du PVN, responsables de la coordination de l’effet analgésique de ce neuropeptide.
Activés lors d’une stimulation nociceptive, ils contactent à la fois les neurones magnocellulaires du
SON et les neurones responsables du codage de l’intensité nociceptive dans la moelle épinière. Ainsi,
ils contrôlent de manière indirecte la sécrétion sanguine d’ocytocine tout en inhibant de manière
directe et précise le codage de l’information nociceptive au niveau central. En guise de
démonstration, leur activation contrôlée est suffisante pour induire une forte analgésie (Eliava et al.,
2016).
En conclusions, nous avons décrit pour la première fois et de manière détaillée les caractéristiques
fonctionnelles et anatomiques d’une population de neurones parvOT spécifique sélectivement
recrutés pour contrôler une douleur périphérique. De plus, cette étude montre la diversité et
l’hétérogénéité du système ocytocinergique, ouvrant la voie à une meilleure compréhension des
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
50
mécanismes par lesquels l’ocytocine régule de si nombreuses fonctions physiologiques (Lee et al.,
2009).
Bibliographie
Armstrong, W.E., Warach, S., Hatton, G.I., and McNeill, T.H. (1980). Subnuclei in the rat
hypothalamic paraventricular nucleus: a cytoarchitectural, horseradish peroxidase and
immunocytochemical analysis. Neuroscience 5, 1931–1958.
Eliava M, Melchior M, Knobloch-Bollmann HS, Wahis J, da Silva Gouveia M, Tang Y,
Ciobanu AC, Triana del Rio R, Roth LC, Althammer F, Chavant V, Goumon Y, Gruber T,
Petit-Demoulière N, Busnelli M, Chini B, Tan LL, Mitre M, Froemke RC, Chao MV, Giese
G, Sprengel R, Kuner R, Poisbeau P, Seeburg PH, Stoop R, Charlet A, Grinevich V
(2016). A New Population of Parvocellular Oxytocin Neurons Controlling Magnocellular
Neuron Activity and Inflammatory Pain Processing. Neuron. 89(6):1291-304.
Freund-Mercier, M.J., and Richard, P. (1984). Electrophysiological evidence for facilitatory
control of oxytocin neurones by oxytocin during suckling in the rat. J. Physiol. 352, 447
466.
Knobloch, H.S., Charlet, A., Hoffmann, L.C., Eliava, M., Khrulev, S., Cetin, A.H., Osten, P.,
Schwarz, M.K., Seeburg, P.H., Stoop, R., and Grinevich, V. (2012). Evoked axonal
oxytocin release in the central amygdala attenuates fear response. Neuron 73, 553–566.
Lee HJ, Macbeth AH, Pagani JH, Young WS 3rd (2009). Oxytocin: the great facilitator of life. Prog Neurobiol. 88(2):127-51.
Moos F, Freund-Mercier MJ, Guerné Y, Guerné JM, Stoeckel ME, Richard P (1984).
Release of oxytocin and vasopressin by magnocellular nuclei in vitro: specific facilitatory
effect of oxytocin on its own release. J Endocrinol. 102(1):63-72
Moos F, Richard P (1989). Paraventricular and supraoptic bursting oxytocin cells in rat are
locally regulated by oxytocin and functionally related. J Physiol. 408:1-18.
Scharrer, E. (1928). Die Lichtempfindlichkeit blinder Elritzen (Untersuchungen uber das
Zwischenhirn der Fische). Z. Vgl. Physiol. 7, 1–38.
Swanson, L.W., and Sawchenko, P.E. (1983). Hypothalamic integration: organization of
the paraventricular and supraoptic nuclei. Annu. Rev. Neurosci. 6, 269–324.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
51
Séances parallèles- Recherche
SP8-3: Mécanismes périphériques de la sensibilité tactile : quels canaux ioniques ?
Bertrand Coste(1)
(1) Faculté de Médecine secteur Nord, Marseille, France
Mécanismes périphériques de la sensibilité tactile: quels canaux ioniques ? Bertrand Coste,
chercheur neurobiologiste, Equipe 2 : canaux ioniques et transduction sensorielle - CNRS-CRN2MUMR7286 - Centre de Recherche en Neurobiologie et Neurophysiologie de Marseille
La mécanotransduction est la conversion des forces mécaniques en signaux biologiques. Chez les
mammifères, un très grand nombre de processus biologiques font intervenir des mécanismes de
mécanotransduction. C’est le cas notamment du système somatosensoriel impliqué dans la
perception du toucher, de la douleur et de la proprioception. Les cellules réceptrices du système
somatosensoriel sont les neurones afférents primaires des ganglions rachidiens qui forment une
population hétérogène. Cette hétérogénéité fonctionnelle permet de percevoir les différentes sousmodalités sensorielles associées à la mécanosensation. Les senseurs moléculaires des divers stimuli
conduisant à l’excitation des neurones mécanorécepteurs sont des canaux ioniques directement
activés par les stimulations mécaniques (1). L’enregistrement des courants activés mécaniquement
dans les neurones des ganglions rachidiens renseigne sur l’existence de plusieurs types de canaux
mécanosensibles. En 2010, l’identification des canaux activés mécaniquement de la famille Piezo (2)
a permis de montrer que Piezo2 était l’un des senseurs mécaniques du système somatosensoriel.
Piezo2 sous-tend les courants à adaptation rapide lors de stimulations mécaniques prolongées et est
exprimé dans des sous populations des neurones des ganglions rachidiens. Il est impliqué dans la
mécanosensation non-douloureuse (3) et dans la proprioception (4). Les canaux ioniques impliqués
dans la perception des stimulations mécaniques nociceptives sont inconnus au niveau moléculaire et
font l’objet de nombreuses études visant à leur identification.
Bibliographie
1. P. Delmas, B. Coste, Cell 155, 278 (Oct 10, 2013). 2. B. Coste et al., Science 330, 55 (Oct 1, 2010). 3. S. S. Ranade et al., Nature 516, 121
(Dec 4, 2014). 4. S. H. Woo et al., Nat Neurosci 18, 1756 (Dec, 2015).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
52
Séances parallèles- Recherche
SP8-4: Douleur thalamique : peut-on la prédire ?
Nuutti Vartiainenv(1), Caroline Perchet(1), Michel Magnin(1), Christelle Creac’h(1),(3), Philippe
Convers(1),(3), Norbert Nighoghossian(4), François Mauguière(1),(2), Roland Peyron(1),(3), Luis
Garcia-Larrea(1),(2)
(1) Central Integration of Pain in Humans, Lyon Neuroscience Research Center, France
(2) Pain Clinic and Neurology Depts., Neurological Hospital, Hospices Civils de Lyon, France
(3) Neurology Dept., University Hospital St Etienne, France
(4) Neurology Vascular Unit, Neurological Hospital, Hospices Civils de Lyon, France
Cerebrovascular insult in the thalamus may result in notoriously severe and treatment-resistant
central pain condition called thalamic pain. The development of thalamic pain has been linked with
lesions especially in the ventrocaudal regions of the thalamus, but it remains impossible to predict
the emergence of pain in individual patients after thalamic stroke [1].
One of the crucial factors in the development of central pain appears to be damage to the spinothalamo-cortical system [2]. In this study, we assessed spinothalamic integrity with quantitative
sensory analysis and laser-evoked potentials, and combined this with detailed anatomical atlas-based
mapping of thalamic lesions. Of the 42 thalamic stroke patients who participated in the study, 31 had
developed thalamic pain and 11 remained pain-free.
Patients with thalamic pain showed maximal convergence of lesions in the anterior pulvinar nucleus,
which is a major spinothalamic target, whereas in the pain-free patients, the convergence area lay
within the ventral posterior lateral nucleus. More than 97% of lesions in the patients with thalamic
pain involved an area between 2 and 7 mm above the anterior–posterior commissural plane.
Spinothalamic dysfunction, evaluated as abnormal nociceptive thresholds and laser-evoked
potentials, and involvement of the anterior pulvinar nucleus, were both significantly associated with
the development of thalamic pain. However, the involvement of ventral posterior lateral nucleus,
and the lemniscal dysfunction (measured as abnormal position sense, graphaesthesia, pallaesthesia,
stereognosis, somatosensory potentials) were similarly distributed in patients with or without pain.
A combination of spinothalamic dysfunction and anterior pulvinar nucleus involvement as regressors
in logistic regression model had 93% sensitivity and 87% positive predictive value for thalamic pain.
Lesion of the region in the posterior thalamus receiving spinothalamic afferents appears to
determine the development of central pain after thalamic stroke. Combining the anatomical lesion
localization and functional investigation of the spinothalamic system may be utilized to sort out the
patients at different risks of developing thalamic pain.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
53
Bibliographie
[1] Sprenger T, Seifert CL, Valet M, Andreou AP, Foerschler A, Zimmer C, Collins DL, Goadsby PJ, Tölle TR, Chakravarty MM. Assessing the risk
of central post-stroke pain of thalamic origin by lesion mapping. Brain 2012;135:2536-45.
[2] Boivie J, Leijon G, Johansson I. Central post-stroke pain – a study of mechanisms through analyses of the sensory abnormalities. Pain
1989; 37: 173-185.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
54
Séances parallèles- « Sous le signe du lien»
SP9-1: Quand la douleur infiltre le corps et l'âme : de la trace à la résilience
Gérard Osterman(1)
(1), Bordeaux, France
La trace, au singulier puis au pluriel, le souvenir, le récit puis la résilience constituent bien la matière
vivante de notre liberté d'être, et prennent toute leur importance désormais à l’appui des
justifications et certitudes portant sur la plasticité établie de notre cerveau, tant par les
neurosciences que la psychanalyse (1). Nous ne sommes plus déterminés à subir, consentants figés,
ce que nous sommes nés et, suivant, ce que nous avons vécu, comme dans une ignorance ou un état
d'aveugle, Nous avons certitude aujourd'hui que nous pouvons, dans une intention de mobilité
assumée, utiliser le passé et, à partir du souvenir, regarder et dire ce que nous sommes afin de
construire ce que nous voulons être. Il s'agit bien là d'un agir dans lequel il nous est possible d'utiliser
ce matériau dont nous sommes empreints, traces entrelacées devenues notre histoire-souvenir par
le récit, le langage, dirigé vers un choix de vie continuée et non plus figée. Résilier sa souffrance? Le
cheminement le plus sain et le plus sûr nous paraît être celui qu’offre la narrativité. Selon Nancy
Huston (2), les narrations sont ce qui différencie l’homme de l’animal : "Nous seuls percevons notre
existence comme une trajectoire dotée de sens (signification et direction). Un arc. Une courbe allant
de la naissance à la mort. Une forme qui se déploie dans le temps avec un début, des péripéties et
une fin. En d’autres termes : un récit". Il y a toutefois une limite au récit qui est de l'ordre de
l'inénarrable (3) .Sarah Kofman (4) évoque de façon remarquable les paroles suffoquées. Qu'est-ce
qu'une parole suffoquée ? C'est, en quelque sorte, le contraire d'un récit lequel est déjà une mise en
forme et une mise en ordre.
Bibliographie
1: Ostermann G.; in Récits et résilience, quels liens ? Chemins de vie en coll. Avec Lani-Bayle M., S?owik A.(dir.), L' Harmattan, 2016
2 : Huston N.; l’espèce fabulatrice, Arles : Acte Sud, 2008
3: Lani-Bayle M. ; Taire et transmettre. Les histoires de vie au risque de l'impensable, Lyon : Chronique Sociale
4: Kofman S.; Paroles suffoquées, Ed. Galilée, Paris, 1987
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
55
Séances parallèles- « Sous le signe du lien»
SP9-2: Le patient et sa famille face à la douleur chronique
Michèle Koleck(1)
(1) Faculté de psychologie, Bordeaux, France
Actuellement, les recherches menées dans le domaine de la douleur chronique intègrent, au-delà de
l’étude des facteurs biologiques et psychologiques, la prise en compte des facteurs interpersonnels
dans la compréhension du phénomène douloureux (1, 2). L’expression de la douleur par le patient,
qu’elle soit verbale ou non verbale, constitue en effet un message qui va d’abord être traité par la
personne qui en est le témoin, avant de recevoir de celle-ci une réponse plus ou moins empathique.
La tonalité de cette réponse (sollicitude, compréhension, attitude négative,…) aura à son tour des
répercussions sur le vécu de la douleur par le patient. Dans ce cadre-là, la prise en compte de la
famille dans l’expérience de la douleur semble incontournable. De nombreuses études en attestent
d’ailleurs depuis une vingtaine d’années (3). Lorsque l’on s’intéresse à la famille dans le contexte de
la douleur chronique, deux grandes questions se posent. La première concerne le rôle que la famille
du patient douloureux est susceptible de jouer dans le développement et le maintien de la douleur,
notamment à travers ses réactions face à la douleur. La deuxième question interroge le
retentissement que peut avoir la douleur chronique sur les membres de la famille, notamment en
termes de sentiment de fardeau, et sur les relations familiales. Nous tenterons donc de répondre
successivement à ces deux questions en nous appuyant sur les données de la littérature actuelle. En
conclusion, nous soulignerons l’importance de prendre en compte l’entourage familial dans la prise
en charge des patients douloureux chroniques.
Bibliographie
1. Hadjistavropoulos T., Craig KD., Duck S., Cano A., Goubert L., Jackson PL. et al. (2011). A biopsychosocial formulation of pain
communication. Psychological Bulletin, 137(6): 910-939.
2. Severeinjs R., Vlaeyen JWS. & van den Hout MA. (2004). Do we need a communal coping model of pain catastrophizing? An alternative
explanation. Pain, 111: 226-229.
3. Lewandowski W., Morris R., Burke Draucker C. & Risko J. (2007). Chronic pain and the family: theory-driven treatment approaches. Issues
in Mental Health Nursing, 28: 2019-2044.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
56
Séances parallèles- « Sous le signe du lien»
SP9-3: Répétition des scénarios de vie et douleur chronique : le modèle du Traitement Adaptatif de
l'Information (TAI) peut-il aider le patient ?
Françoise Radat(1)
(1) Cabinet libéral, Bordeaux, France
Le Traitement Adaptatif de l’Information est une hypothèse de travail proposée par Francine Shapiro
pour étayer la compréhension du fonctionnement thérapeutique de l’EMDR (Eye Movement
Desensitization and Reprocessing). En effet, cette méthode thérapeutique n’est pas seulement une
technique mais une thérapie, reposant sur l’idée que des réseaux mnésiques figés lors d’expériences
traumatiques précoces, entrainent la répétition de schémas cognitifs et par la même de scénarios de
vie. Ceci est à l’œuvre chez nombre de patients souffrant de douleur chronique, l’expérience
quotidienne des cliniciens les prenant en charge en est témoin. Aussi il s’avère que l’EMDR peut être
proposée chez ces patients.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
57
Séances parallèles- Forum sciences humaines : « Dialogues autour de la résilience»
SP10-1: Présentation des avancées des travaux de recherche du lauréat 2015
Prix de recherche SFETD-Fondation APICIL
L'identification d'un diagnostic de la douleur modifie-t-elle la gestion de la douleur au travail ?
Hélene Chartier(1)
(1) Hôpital Cochin, Paris, France
La douleur chronique est une cause d’absence et de perte de productivité au travail (1). Les études
s’intéressant à l’impact de la douleur chronique sur le travail évaluent exclusivement les
conséquences financières. L’analyse détaillée de la douleur chronique en milieu professionnel reste
peu étudiée. Une étude américaine (2) observait chez des travailleurs rapportant des fibromyalgies,
des taux d’absences au travail doublés et une perte de productivité augmentée de 50% par rapport
aux travailleurs rapportant des lombalgies ou des gonalgies. L’objectif principal de ce projet est de
comparer l’impact de la douleur chronique sur le travail chez des patients avec un diagnostic de la
douleur identifié, par rapport aux patients sans diagnostic identifié consultant en centre de la
douleur. La perte de productivité et l’absentéisme au travail seront mesurés de façon quantitative
par un auto-questionnaire, le Work Productivity and Activity Impairment (WPAI) (3). Les objectifs
secondaires sont de mesurer l’impact de la douleur chronique entre les deux populations sur la
situation de travail perçue, la qualité de vie, l’adaptation, l’injustice perçue, le soutien social perçu.
Les critères de jugements secondaires ont été recueillis par auto-questionnaires (questionnaire de
Karasek, Short-Form 36, questionnaire COPE, Injustice Experiences Questionnaire, Social Support
Questionnaire). Le nombre de sujets nécessaire est estimé à 350 sujets au total, recrutés au sein de 6
centres de la douleur. En faisant l’hypothèse que 10 à 40% des sujets reconnaissent que leurs
douleurs ont un mécanisme identifié, cet effectif permettra de mettre en évidence une différence de
0,5 écart-type pour l’absentéisme avec une puissance de 80% et un risque de première espèce de
0.05. Le recueil des données s’est déroulé de mars à octobre 2016. La rédaction des premiers
résultats aura lieu en juin 2017. Une diminution de l’impact de la douleur sur le travail chez les
patients avec un diagnostic identifié suggèrerait d’étendre les recherches à une population de
travailleurs suivie en service de santé au travail, pour mettre en place une analyse plus précise et
détaillée de la douleur en milieu professionnel. Ceci pour intégrer la reconnaissance des maladies
douloureuses au travail, dans le but d’adapter la prise en charge pour le patient, le médecin du
travail mais aussi tout son entourage personnel et professionnel.
Bibliographie
(1) Loeppke, R. et al. Health and productivity as a business strategy: a multiemployer study. J. Occup. Environ. Med. Am. Coll. Occup.
Environ. Med. 51, 411–428 (2009).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
58
(2) McDonald, M. et al. Musculoskeletal pain in the workforce: the effects of back, arthritis, and fibromyalgia pain on quality of life and
work productivity. J. Occup. Environ. Med. Am. Coll. Occup. Environ. Med. 53, 765–770 (2011).
(3) Reilly, M. C. et al. The validity and reproducibility of a work productivity and activity impairment instrument. PharmacoEconomics 4,
353–365 (1993).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
59
Séances parallèles- Forum sciences humaines : « Dialogues autour de la résilience»
SP10-2: « Individuation, irremplaçabilité et résilience »
Cynthia Fleury-Perkins(1)
(1) 9 rue de Magdebourg, Paris, France
La notion de résilience peut être restreinte ou extensive, et dès lors ne signifie pas tout à fait la
même chose, ou plutôt ne recouvre pas le même type de comportements. Nous garderons, pour
notre part, une approche plus extensive, permettant d’envisager autant les notions de résilience que
celle de restauration : le risque réel de mort n’est pas l’unique à provoquer un risque d’effondrement
chez le sujet. Les conséquences de la « mort sociale », qu’elle relève d’actes d’harcèlement au travail,
de placardisation, de déconsidération sociale (Dejours, Honneth) peuvent donner lieu à des états de
décompensations considérables qui nécessitent sans doute une aptitude résiliente pour les dépasser.
La résilience est liée à une capacité de sublimation, certes acquise au fil du temps, comme s’il
s’agissait aussi de lui donner matière à s’entraîner, mais cette capacité de sublimation renvoie à
quelque chose de plus inaugural aussi, qui s’est joué dans la relation parentale ou le nexus familial
(Laing). Il s’agit d’étudier ici, le lien entre individuation et « pretium doloris », comment cette
dialectique est elle-même au fondement de la résilience, et comment celle-ci s’auto-entretient avec
le déploiement de l’irremplaçabilité de l’individu. La résilience, reste une capacité du « faire lien », de
se lier à des tiers résilients, d’utiliser leurs truchements pour reconquérir un rapport au monde. Elle
est par excellence une aptitude créatrice et cognitive, qui joue sa première occurrence lors de cette
fenêtre d’opportunité qu’est l’enfance qui a fait l’attention d’un soin primordial (Winnicott).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
60
Séances parallèles- Forum sciences humaines : « Dialogues autour de la résilience»
SP10-3: Le processus de résilience dans la douleur post-séisme en Haïti
Daniel Dérivois(1)
(1) Université de Bourgogne Franche-Comté, France
Le 12 janvier 2010 un violent séisme frappe Haïti faisant 220 000 morts, 300 000 blessés, 600 000
déplacés et entre 4 000 et 7 000 amputés, mettant toute la population face à un traumatisme sans
précédent et la nécessité d’organiser sa résilience. La douleur ressentie aux niveaux collectif et
individuel est à la fois physique, morale, psychique, sentimentale, existentielle. Les ressources
mobilisées sont à la fois personnelles et collectives, réactivant des éléments de toute l’histoire
d’Haïti, par-delà les histoires singulières. A partir de témoignages de personnes amputées,
l’intervention s’attachera à montrer comment s’organise le processus de résilience sur fond de
croyances religieuses et culturelles.
Mots-Clé : Corps – Culture – Histoire – Spiritualité – Traumatisme.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
61
Séances parallèles- « Douleurs rhumatologiques : une recherche en mouvement»
SP11-1: Enquête nationale sur la prescription d'opioïdes forts par les rhumatologues français dans
les douleurs non cancéreuses
Anne Priscille Trouvin(1)
(1) CETD Hôpital Charles Nicole, Rouen, France
La prescription d’opioïdes forts (OF) représente un problème croissant dans de nombreux pays avec
une augmentation des cas de mésusage et de décès liés aux opioïdes.
L’objectif de cette étude est d’étudier les habitudes de prescription des OF par les rhumatologues en
France.
Un questionnaire a été développé par le Cercle d’Etude de la Douleur en Rhumatologie avec 47
questions portant sur les habitudes de prescription des OF dans les douleurs non cancéreuses, la
formation à la douleur, les attentes et les craintes. Le questionnaire a été adressé par mail et par
courrier à l’ensemble des rhumatologues français.
33,7 % (n=839) des rhumatologues ont répondu sur les 2490 sollicités avec : un âge moyen de
50,4ans, 49,2 % d’hommes, 33,6 % d’exercice hospitalier exclusif, 65,4 % sans formation douleur. Sur
l’ensemble des répondeurs 58 (6,9 %) ont déclaré ne jamais prescrire d’OF dans les douleurs non
cancéreuses.
L’intensité douloureuse est évaluée par 66,1 % des prescripteurs lorsqu’ils initient, modifient ou
renouvellent la prescription d’OF, l’utilisation d’une échelle est significativement plus fréquente chez
les rhumatologues de moins de 40ans, les femmes, ceux ayant un exercice hospitalier et une
formation douleur.
93,1 % déclarent être susceptibles de prescrire des OF pour une radiculalgie aigue, 91,4 % pour une
fracture vertébrale, 67,1 % pour une lombalgie aigue. Seul 1 % des répondeurs sont susceptibles de
prescrire des OF dans un contexte de fribromyalgie.
Le sulfate de morphine et/ou l’oxycontin sont les molécules e première intention pour 78,5 % des
prescripteurs, le fentanyl, l’hydromorphone et la buprénorphine chez 21,5 % des prescripteurs, avec
une dose moyenne journalière de 45mg d’équivalent morphine. 80 % des rhumatologues déclarent
ne pas poursuivre un traitement par OF au-delà d’1,2 mois sans efficacité, 42 % déclarent ne pas
prescrire au-delà de 100mg/j. 69,8 % des prescripteurs prescrivent systématiquement un traitement
préventif de la constipation et 62,1 % un traitement préventif anti-émétique.
Les prescripteurs ayant une formation douleur respectent significativement plus une durée limité de
prescription en l’absence de bénéfice pour le patient (p=0,006), recherchent les facteurs de risque de
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
62
mésusage à l’initiation (p<0,0001) et au renouvellement des prescriptions (p<0,0001) et prescrivent
plus de traitement préventif laxatif (p=0,015) et anti-émétique (p=0,0003).
Cette étude est la première étude nationale auprès de rhumatologues concernant leurs habitudes de
prescriptions des OF. Globalement, les rhumatologues français prescrivent les OF de façon conforme
aux recommandations. Les rhumatologues ayant bénéficié d’une formation douleur respectent
significativement plus les recommandations, ces données plaident pour l’intégration d’une formation
douleur systématique dans le cursus de spécialisation de rhumatologie.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
63
Séances parallèles- « Douleurs rhumatologiques : une recherche en mouvement»
SP11-2: Douleurs et rhumatismes inflammatoires : étude prospective dans une population de 295
patients atteints de polyarthrite rhumatoïde
Pascale Vergne-Salle(1), Sophie Pouplin(2), Anne Bera-Louville(3), Martin Soubrier(4), Christophe
Richez(5), Rose Marie Javier(6), Serge Perrot(7), Philippe Bertin(1)
(1) CHU Dupuytren, Limoges, France (2) CHU de Rouen, France (3) CHU de Lille, France (4) CHU de
Clermont Ferrand, France (5) CHU de Bordeaux, France (6) CHU de Strasbourg, France (7) CHU Paris
Hôtel Dieu, France
Objectif
Selon les données de la littérature, la douleur reste fréquente et le domaine prioritaire
d’amélioration pour les patients atteint de polyarthrite rhumatoïde (PR) et traités.
L’objectif principal de cette étude était de réaliser un état des lieux récent de la douleur avec une
évaluation multidimensionnelle dans une large population de PR.
Méthodes
295 patients atteints de PR sous traitements de fond synthétiques (DMARDs) et/ou biothérapies ont
été inclus dans 7 services de Rhumatologie en France. Une seule visite était prévue avec recueil des
données socio-démographiques, traitements, statut immunologique, DAS28, questionnaire
multidimensionnel de la douleur chronique de la HAS, questionnaire HAQ, questionnaire de
dépression de Beck et d’anxiété de Spielberger et évaluation structurale par le score SENS.
Résultats/discussion
La population est caractérisée par un âge moyen de 58 ±12 ans, 80 % de femmes, une ancienneté
moyenne de la PR de 13,3 ±9,6 ans. 69 % des patients avaient un DMARD et 82,7 % une biothérapie.
42 % des patients avaient une corticothérapie (dose moyenne de 7 mg/j), 66 % des antalgiques et
24,4 % des AINS. Le DAS 28 moyen était de 3,11 ±1,37 avec 39,3 % en rémission et 12,9 % en faible
activité. 39 % des patients avaient une évaluation de la douleur > 40 mm sur 100. L’échelle de
satisfaction sur la prise en charge de la douleur montre un tiers de patients très satisfaits, la moitié
satisfaits, 16% moyennement ou pas satisfaits. Les qualificatifs descriptifs de la douleur sont pour
moitié sensoriels et affectifs. Le score de dépression de Beck montre une dépression modéré ou
sévère dans 34,3 % des cas. L’EVA douleur des 8 derniers jours est corrélée avec le score DAS28, mais
aussi avec le score de dépression. Les patients ayant une EVA douleur >40 mm sont plus souvent
anxieux, dépressifs et un retentissement plus important de la douleur sur le comportement
quotidien comparés à la population avec EVA<40. Par contre il n’y a pas de différence en termes
d’ancienneté de la PR ou de dégâts structuraux. La comparaison des populations sous biothérapie
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
64
seule, DMARDs seuls ou l’association des 2 ne montre pas de différence en terme d’évaluation
quantitative et qualitative de la douleur. Il n’y a pas de différence non plus entre les biothérapies.
Conclusion: Cette étude fournit des données inédites sur l’évaluation multidimensionnelle de la
douleur dans une population de PR largement traitée par biothérapie (82 %). Des douleurs modérées
restent présentes chez 40 % des patients. Les douleurs sont corrélées à l’activité de la PR et à la
dépression.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
65
Séances parallèles- « Douleurs rhumatologiques : une recherche en mouvement»
SP11-3: La FIBROMYALGIE dans la vraie vie - A propos d'une enquête en ligne sur 4516 patients
Françoise Laroche et Julien Guérin(1)
(1) Hôpital Saint Antoine, Paris, France
La FIBROMYALGIE dans la vraie vie - A propos d’une enquête en ligne sur 4516 patients Julien
Guérin1, Serge Perrot2, Joël Coste3, Déborah Azoulay4, Françoise Laroche1 1 CETD hôpital SaintAntoine 75012 PARIS 2 CETD Hôtel-Dieu 75004 PARIS 3 Service d’épidémiologie hôpital Hôtel-Dieu
75004 PARIS 4 Médecine du travail Introduction La fibromyalgie est un syndrome douloureux
chronique fréquent (1,6% de la population) souvent considérée comme une pathologie difficile à
prendre en charge par les médecins. Objectif de l’étude : analyser les données épidémiologiques
autodéclarées par 4516 personnes rapportant une fibromyalgie.
Méthode Enquête par questionnaire en ligne (103 questions) développé par l’association
Fibromyalgie SOS en collaboration avec l’AFLAR en 2014, auprès de 4516 personnes.
Résultats Population majoritairement féminine (92,7 %), d’âge moyen 48 ans, en couple (69%), avec
enfants (80 %). Délai entre le premier signe de fibromyalgie et diagnostic le majoritairement
supérieur à 1 an (82%). Diagnostic porté pour 54% par un rhumatologue et prise d’un traitement
médicamenteux régulier (77 %). Un tiers des personnes sont en activité professionnelle à temps
plein, 22% à temps partiel thérapeutique et 28 % sans emploi. Indemnités perçues : 31 % pension
d'invalidité, 27 % chômage, et 14 % RSA. Comorbidités somatiques déclarées : arthrose (49%),
dysthyroïdies (22 %) et autres manifestations rhumatologiques (syndrome de Gougerot-Sjögren 5%,
polyarthrite rhumatoïde 4% et spondylarthrite ankylosante 4 %). Comorbidités psychologiques
déclarées : troubles cognitifs (62 %), anxiété (52 %), dépression (48 %), troubles bipolaires (5 %) et
sentiment d’injustice perçu vis-à-vis de la maladie (77 %). Eléments déclencheurs rapportés (73 %) :
origine physique (50 %) et/ou psychologique (76 %). Impact de la maladie : FIQ (Fibromyalgia Impact
Questionnaire) moyen à 51 (0-100), périodes de rémission (58 %) et arrêts de travail dans l’année
précédente (65 %). Facteurs perçus comme aggravants : surmenage (94 %), conflits (90 %),
traumatismes physiques (84 %), déplacements (80 %), variations météorologiques (80 %), travail (63
%), examens médicaux (53 %), activités physiques (49 %), rapports sexuels (28 %), relations de couple
(24 %), médicaments (20 %) et inactivité physique (7 %). Praticiens majoritairement consultés :
médecins généralistes (85 %), kinésithérapeutes (63 %), rhumatologues (54 %), ophtalmologistes (38
%), gastro-entérologues (24 %), neurologues (22 %), dermatologues (17 %) et podologues (15 %).
Recours à un médecin algologue inférieur à 10 %. Pratiques complémentaires : ostéopathie (41 %),
sophrologie-relaxation (22 %), acupuncture (21 %) et homéopathie (19 %). Délai entre diagnostic et
prise en charge pluridisciplinaire souvent supérieur à 1 an (52 %).
Discussion Nos résultats montrent que plus de 50 % des déclarants souffrant de fibromyalgie
consultent des rhumatologues. Les comorbidités rhumatologiques sont moins fréquentes que dans la
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
66
littérature (10 à 30 %, Clauw, 2014). Les comorbidités psychologiques (cognitives et émotionnelles)
sont aussi fréquentes. Le score de sévérité QIF est faible ici, concordant avec une population peu
sévèrement atteinte (Bennett 2009).
Conclusion Il s’agit de la première enquête épidémiologique sur une population aussi large. Elle
montre la grande fréquence des fibromyalgies peu sévères et la relativement bonne intégration
socioprofessionnelle des personnes atteintes.
Bibliographie
Référence : Clauw D. Fibromyalgia. A Clinical Review. JAMA. 2014;311(15):1547-1555 Bennett R. & al. Minimal Clinicaloly Important
Difference in the Fibromyalgia Impact Questionnaire, The Journal of Rheumatology 2009;36:1304-1311
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
67
Séances parallèles- « Douleurs rhumatologiques : une recherche en mouvement»
SP11-4: Lombalgie chronique et travail : l'étude PLURICLEF
Yoann Ronzi (MD)1, Ghislaine Roche-Leboucher (MD) (1), Cyril Bègue (MD) (2),Valerie Dubus (MD)
(1), Luc Bontoux (MD) (1), Yves Roquelaure (PhD) (3), (4), Isabelle Richard (PhD) (1), (4) and Audrey
Petit (PhD) (3), (4)
(1) Department of Physical Medicine and Rehabilitation, Les Capucins, Angers, France
(2) Department of General Practice, University of Angers, Faculty of Medicine, Angers, France
(3)
Occupational
Health
Department,
University
Hospital
of
Angers,
France
(4) LUNAM University, Laboratory of Ergonomics and Epidemiology in Occupational health, (LEEST),
University of Angers, Faculty of Medicine, Angers, France
Objective. To compare the effectiveness of three treatment strategies for chronic low
back pain with varying biomechanical intensity and multidisciplinary approach.
Design. A randomized controlled trial with a 12-months follow-up comparing the effectiveness of 3
treatment strategies.
Setting. A monocentric study conducted in the French Valley Loire region from May 2009 to April
2013 (3 years of inclusion and one year of follow up).
Participants. Working aged patients with chronic low back pain referred to a French
chronic low back pain care-network to support medical and occupational issues.
Interventions. 3 treatment strategies, each for 5 weeks: (i) intensive and
multidisciplinary program conducted in a rehabilitation center; (ii) less intensive outpatient program
conducted by a trained private physiotherapist; (iii) mixed strategy
combining the same outpatient program associated with a weekly multidisciplinary
intervention.
Main outcomes measures. The effects of treatment conditions were compared
using an “intention to treat” approach: number of days' sick leave during the 12months following treatment, and quality of life and social ability assessed by autoquestionnaires.
Results. 159 patients (58.9% men, 41.5 ± 10.3 years old, median duration of sick
leave = 221.0 days [127.5-319.0]) were included. Sick leaves duration significantly
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
68
decreased during the 12-months following treatment in the three groups. There was
no significant difference for the evolution of participants’ quality of life, social ability
and personal beliefs between the three groups.
Conclusion This study confirms that disparate treatments might show similar
effectiveness because they could all work through concomitant changes in beliefs,
attitudes, and coping mechanisms. The original mixed strategy can treat a larger
number of chronic LBP patients, at a lower cost and provide local community-based
care.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
69
Séances parallèles- Forum associations de patients
SP14-1: De l'Egypte à Bordeaux : reconnaissance et recueil de données
Carole Robert(1)
(1) Fibromyalgie France, Paris, France
1850 avant JC : premières descriptions de la fibromyalgie par les Egyptiens, selon le docteur Bruno
Halioua, historien de la médecine (1). Ainsi la fibromyalgie serait connue, dans son expression, depuis
40 siècles ! Est-ce en raison des attitudes et croyances des différentes sociétés face à la douleur (la
combattre, l’accepter, s’y soumettre ?) selon les époques et les civilisations que les douleurs
fibromyalgiques sont demeurées et restent une énigme ?
Aujourd’hui, à Bordeaux, en cette période où les neurosciences et la recherche scientifique
permettent de belles avancées, la prise en charge des patients douloureux chroniques
fibromyalgiques demeure complexe et frustrante pour les soignants et pour le patient.
Fibromyalgie France, investie depuis 15 ans dans ce combat difficile, a réalisé depuis toutes ces
années différentes études visant à recueillir des données permettant d’étayer ses argumentaires
auprès des institutions de santé et des professionnels de santé. Faute de marqueur et d’outils de
sévérité, il était essentiel d’objectiver le "vivre avec une douleur chronique fibromyalgique" par son
impact sur la perte d’autonomie et de qualité de vie et non en termes de gravité, conformément au
Plan Maladies chroniques.
2016 fut une année riche en évènements qui vont contribuer à améliorer la prise en charge de la
douleur chronique en général, et la fibromyalgie en particulier. En effet :
- la récente Loi de santé (LMSS) officialise l’intégration de la prise en charge de la douleur dans la
politique de santé, renforce les missions du médecin généraliste dans la prise en charge de la douleur
et intègre pleinement la douleur dans la définition des fonctions d’une équipe de soins ;
- et comme nous l’avions demandé depuis 14 ans, une expertise collective de l’INSERM a été lancée
sur la fibromyalgie, à la demande conjointe de la DGS, et apportera des réponses scientifiques aux
débats stériles sur l’existence ou non de la fibromyalgie.
Les données diverses que Fibromyalgie France a recueillies depuis 2001, lors de différentes enquêtes
en vue d’entretiens à l’EMA, l’ANSM, Ministère de la Santé, entre autres, permettent également de
faire de la sensibilisation en entreprises et trouvent ainsi et maintenant encore plus leur utilité dans
le cadre de ces avancées. La plus récente concerne l’enquête mise en ligne en 2015 sur le thème «
Vous et le médicament : Observance, croyances, inquiétudes… » dont une partie porte sur les
Centres d’Etude et de Traitement de la Douleur (CETD).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
70
Bibliographie
(1) « La fibromyalgie, une si longue route » - Editions In Press – Dr. Bruno Halioua – Prof. Serge Perrot – Carole Robert
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
71
Séances parallèles- Forum associations de patients
SP14-2: Vivre Mieux Avec : Un programme créé par des professionnels et des patients experts au
service des patients
Martine Chauvin(1)
(1) AFVD, Bompaire, France
Thème : « Vivre Mieux Avec la douleur »
1) Objectif de la présentation :
Démontrer l'intérêt de la prise en charge des patients atteints de douleurs chroniques par une
équipe de praticiens en éducation thérapeutique à l’aide du programme « Vivre Mieux Avec », toutes
pathologies confondues.
2) Plan de la présentation :
? Objectif du programme :
A son issue les participants seront capables d’/de :
- Expliquer la douleur chronique. (Compétences d’auto-soins et d’adaptation)
- Identifier ses facteurs physiques associés : le manque de sommeil, la fatigue, douleur et vie
quotidienne, sociale ou professionnelle (Compétences d’auto-soins et d’adaptation)
- Identifier ses facteurs de personnalité, culturels, environnementaux, etc… (Compétences d’autosoins et d’adaptation)
- Identifier ses facteurs psychologiques (Compétences d’auto-soins et d’adaptation)
- Gérer les émotions et identifier ses ressources (capacités à faire face, coping… (Compétences
d’adaptation)
- Repérer ses limites et adapter son comportement (Compétences d’auto-soins et d’adaptation)
? Description du programme
« Vivre Mieux Avec » se déroule en petits groupes polyvalents de patients douloureux chroniques (10
maximum) quelle que soit la pathologie de la douleur. La douleur chronique reste une maladie à part
entière et une partie ne peut se maîtriser que par l’acquisition de capacités à développer une
philosophie de vie.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
72
Chaque séance a lieu une fois par quinzaine de 14h00 à 17h00. Il est important de prendre du temps
avant le début des séquences à l’accueil des participants ainsi qu’à leur départ. Ce temps sera assuré
par le patient expert de l’AFVD 15 minutes (avant le début et après la fin de la séance).
Le programme est conduit par un praticien en ETP qui intervient selon le thème. Il est important
d’assurer la continuité et la régularité du programme.
Le patient expert veille à contacter les membres du groupe quelques jours avant chaque séance.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
73
Séances parallèles- Forum CNRD
SP15-1: Le CNRD aux services des professionnels
Laetitia Bechoual, Patricia Cimerman, Frédéric Maillard, Odile Perrin, Marie Thibaut
Introduction :
Le Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur (CNRD) a été créé en 2002 dans le cadre
du deuxième programme gouvernemental de lutte contre la douleur (2002-2005) avec l’objectif
d’améliorer la prise en charge des douleurs provoquées par les soins (DPS) selon les missions
suivantes :
• recueil, diffusion de l’information
• aide logistique
• recherche clinique notamment sur les méthodes non pharmacologiques
• valorisation et diffusion des initiatives des équipes soignantes
Au cours du 3ème programme (2006-2010) et jusqu’à ce jour, le CNRD a su développer une structure
originale et innovante alliant l’accompagnement des équipes, la production de données
(épidémiologie de la DPS chez le nouveau-né, la personne âgée, les patients en fin de vie), la diffusion
de ressources documentaires (plus de 22000 DVD diffusés depuis 2005 ; un site internet en
progression continue avec 145280 visites sur l’année 2015) et la valorisation des initiatives pilotes
(plus de 5000 professionnels de santé accueillis aux 10 journées nationales du CNRD).
Ce forum va permettre de présenter en une heure de temps, des exemples concrets d’aides
apportées aux professionnels de santé, des productions du CNRD (films, études) conformément aux
différentes missions allouées au centre depuis 2002.
1/Exemple d’aide apportée lors d’une demande de bibliographie, d’une recherche documentaire.
2/ Présentation du site Internet du CNRD, de la newsletter, de la chaine Youtube, de la page
Facebook®
3/ Exemple d’aide apportée et conseils en méthodologie pour la réalisation d’audits, d’EPP, projets
de recherche (aide à l’élaboration de questionnaires, de grilles de recueil selon la demande du
professionnel de santé).
4/Présentation des résultats de l’étude SPdol, étude épidémiologique sur les douleurs provoquées
par les soins chez les patients en fin de vie
5/ Présentation de 2 films
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
74
• « Le MEOPA à domicile, c'est possible »
• « Hypnose et kinésithérapie au Centre de Réadaptation du Grand Feu à Niort»
Il est important de souligner que depuis septembre 2015, une réflexion et des discussions se sont
engagées entre le ministère de la santé (DGOS), l’APHP et le CNRD afin de modifier les missions
initiales en ouvrant d’une part, le champ d’action à d’autres types de douleurs et en élargissant
d’autre part la diffusion d’informations au grand public. Un cahier des charges est en cours
d’élaboration afin de définir les futures perspectives du CNRD.
Bibliographie
Références
• Circulaire DHOS/E2 n° 2002-266 du 30 avril 2002 relative à la mise en œuvre du programme national de lutte contre la douleur 2002-2005
dans les établissements de santé. Création entre autres initiatives du Centre National de lutte contre la Douleur CNRD qui a pour vocation la
prévention de la douleur liée aux soins et aux gestes techniques.
• http://www.cnrd.fr/Epidemiologie-des-soins-douloureux.html
• http://www.cnrd.fr/Benefices-du-MEOPA-en-medecine-de.html
• http://www.cnrd.fr/Hypnoanalgesie-et-kinesitherapie.html
• http://www.cnrd.fr/-Journees-du-CNRD-.html
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
75
Cours supérieurs- Douleurs oro-faciales et comorbidités
CS1-1: Stomatodynie et comorbidité douloureuses
Radhouane Dallel(1)
(1) Faculté de chirurgie dentaire, Clermont-Ferrand, France
La stomatodynie est une maladie chronique caractérisée par une sensation de brûlure, spontanée de la
muqueuse buccale sans qu’aucune lésion clinique, anomalie radiologique ou biologique ne soit détectée.
Les mécanismes physiopathologiques responsables de la stomatodynie sont encore méconnus. Des
données récentes suggèrent que la stomatodynie serait la conséquence d’une altération du système
nerveux périphérique et/ou central. La stomatodynie a été associée à d'autres syndromes douloureux
chroniques orofaciaux, tels que l’odontalgie atypique, l’algie faciale atypique ou l’arthromyalgie faciale.
Ces douleurs orofaciales pourraient constituer une seule et même entité physiopathologique affectant
des tissus différents. Plus récemment, la stomatodynie a été incluse dans la famille des altérations de la
sensibilité centrale. Ceci impliquerait que la stomatodynie coexiste avec d'autres douleurs céphaliques
et/ou extracéphaliques chroniques et partage des mécanismes communs avec ces douleurs. Les objectifs
de cette revue systématique sont i) de déterminer si la stomatodynie est associée à d'autres syndromes
douloureux chroniques, et ii) d'analyser la sensibilité cutanée des régions céphaliques et extracéphaliques
chez ces patients.
L’étude a été menée conformément aux recommandations PRISMA. Une recherche électronique a été
réalisée jusqu'en février 2015 dans les bases PubMed, Cochrane Library, Wiley et ScienceDirect. Les
termes recherchés étaient “burning mouth syndrome OR stomatodynia OR glossodynia OR burning
tongue OR oral burning”. Les critères d’inclusion des articles étaient : i) association entre stomatodynie et
autres syndromes douloureux céphaliques et/ou extracéphaliques, ii) évaluation psychophysique de la
sensibilité mécanique et thermique cutanée des régions céphaliques et extracéphaliques.
La recherche a permis d’identifier 1512 articles. Sur ces articles, seuls 21 ont été inclus dans cette revue.
L'analyse a révélé que la stomatodynie est rarement (0,8%, 12 articles) associée à d’autres syndromes
douloureux. Elle est alors associée à la migraine, l’arthromyalgie, l’odontalgie atypique, la névralgie du
trijumeau, la névralgie ophtalmique post-zostérienne, la lombalgie, la fibromyalgie, aux douleurs
articulaires, abdominales, rectales ou à la vulvodynie. Cependant, la prévalence de ces syndromes
douloureux chez les patients souffrant de stomatodynie ne diffère pas de celle rapportée pour l’ensemble
de la population d'âge correspondant. Par ailleurs, les études psychophysiques (9 articles) révèlent
l’absence d’altération de la sensibilité cutanée dans les régions céphaliques et extracéphaliques.
En conclusion, la stomatodynie n’est associée ni avec d’autres syndromes douloureux chroniques, ni avec
une altération généralisée de la sensibilité cutanée. Ces résultats suggèrent que la stomatodynie dépend
plutôt d’un mécanisme spécifique, probablement au niveau du système trigéminal. Néanmoins, d’autres
investigations plus rigoureuses sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
76
Cours supérieurs- Douleurs oro-faciales et comorbidités
CS1-2: Douleurs musculo-squelettiques de la face, Migraine et Céphalée de tension
Xavier Moisset(1)
(1) CETD, CHU Ambroise Paré, AP-HP, Boulogne-Billancourt,France ; Clermont Université, Université
d'Auvergne, Neuro-Dol, Inserm U-1107, Clermont-Ferrand, France ; Service de Neurologie, CHU
Gabriel Montpied, Clermont-Ferrand.
Les douleurs musculo-squelettiques de la face concernent 3 à 5 % de la population générale. Elles
résultent de problèmes concernant les muscles manducateurs ou de l’articulation temporomandibulaire. La première limite de l’étude de ce genre de douleurs vient de la définition entourant
les dysfonctions de l’appareil manducateur. En effet, la prévalence de ces troubles (TMD pour
Temporo-Mandibular Disorders) atteint 52 % en population générale dans certaines études, même si
la douleur et la gêne fonctionnelle sont beaucoup plus rares. Les études portant sur ce symptôme et
son association avec des céphalées sont de qualité limitée pour certaines d’entre elles. Cependant,
une co-occurrence supérieure à celle attendue a été notée avec les céphalées primaires (Migraine et
Céphalées de tension). Les TMD douloureuses semblent plus associées aux céphalées primaires et
l’association semble bi-directionnelle.
Chez ces patients présentant des douleurs chroniques, il semble important de connaitre les critères
diagnostics de la migraine, de la céphalée de tension et des céphalées chroniques quotidiennes, pour
proposer une prise en charge globale ciblant aussi bien la douleur musculo-squelettique que la
céphalée primaire.
En première intention, on peut proposer :
- Relaxation et/ou biofeedback pour les 2 pathologies
- Traitement étiologique (en particulier lutte contre le bruxisme), massage des muscles
manducateurs, application de chaleur, orthèses occlusales et exercices de kinésithérapie pour les
TMD
- Traitement de fond de la céphalée primaire (en première intention Propranolol pour la migraine et
Amitriptyline pour la céphalée de tension)
- Prévention des céphalées chroniques quotidiennes en évitant l’abus médicamenteux
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
77
Cours supérieurs- Douleurs oro-faciales et comorbidités
CS1-3: Douleurs de l'articulation temporo-mandibulaire et Fibromyalgie
Noémie Delage(1)
(1) CETD, CHU, Clermont-Ferrand, France
Une des articulations les plus sollicitées du corps, l’articulation temporo-mandibulaire est pourtant
souvent l’oubliée de l’examen médical. Possiblement douloureuse de façon isolée ou accompagnant
un tableau douloureux diffus inflammatoire ou dysfonctionnel, cette articulation peut handicaper
sévèrement la qualité de vie de nos patients douloureux chroniques.
Les désordres de l’articulation temporo-mandibulaire (TMD) font partie de la catégorie « headache
or facial pain attributed to temporomandibular disorders (TMD) » in the « international classification
of Headache disorders ». Ils comprennent douleurs et altération de la fonction de l’articulation
temporo-mandibulaire et sont associés à d’autres symptômes comme céphalées, otalgies, vertiges,
acouphènes….Différents mécanismes (traumatiques, inflammatoires, néoplasiques, congénitaux ou
dysfonctionnels) peuvent expliquer tous ces désordres,
La Fibromyalgie (FM) également nommée « syndrome polyalgique idiopathique diffus » donne lieu à
des hypothèses physiopathologiques nombreuses mais encore discutées. Son diagnostic est facilité
par les critères de l’ American College of Rheumatology de 1990 revus en 2010. Aux douleurs diffuses
qui peuvent concerner l’ensemble du corps, s’associe un tableau riche mêlant asthénie,
perturbations du sommeil, troubles cognitifs. Un cortège d’autres troubles dysfonctionnels s’y greffe
souvent comme les troubles anxio-dépressifs, le syndrome de l’intestin irritable, les cystalgies à urine
claire ou les désordres de l’articulation temporo-mandibulaire (TDM) notamment.
TDM et FM sont donc deux entités douloureuses, l’une localisée, l’autre diffuse, qui peuvent
cohabiter et qui sont sous-tendues par certains mécanismes physiopathologiques communs.
Considérant les TDM, leur comorbidité dans la fibromyalgie peut atteindre 71 à 94% alors que celle-ci
n’est que de 19% si l’on considère l’origine rhumatologique pur du TMD. A contrario, seulement 18%
des patients souffrant de TDM présentent les critères d’une fibromyalgie.
Entité clinique distincte ou non ? Les douleurs de l’articulation temporo-mandibulaire sont-elles
vraiment des TDM chez les patientes FM ? des signes d’hypersensibilité ou des points trigger ?
Nous tenterons d’éclairer ces questions lors de notre atelier.
Bibliographie
1 . The international Classification of Headache Disorders ; 2d edition. Headache Classification Subcommittee of the International Headache
Society. Cephalalgia 2004 : 24 :1-60
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
78
2. Wolfe F and all. The American College of Rheumatology preliminary diagnostic criteria for Fibromyalgia and mesurement of symptom
severity. Arthritis Care Res. 2010 ; 62 : 600-610
3. Ramesh B and all. Prevalence of temporomandibular disorders in fibromyalgia
and failed back syndrome patients : a blinded prospective comparison study. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol endod 2007 ; 104 :
204-16
4. Moreno-Fernandez Ana M and all. Fibromyalgia syndrome and temporomandibular disorders with muscular pain. A review. Modern
Rheumatology 2016, DOI: 10.1080/14397595.2016.1221788
5. Fujarra Fábio J. C. and all. Temporomandibular disorders in fibromyalgia patients: are there different pain onset ? Arq Neuropsiquiatr
2016;74(3):195-200
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
79
Cours supérieurs- Pour un patient en mouvement
CS2-1: La réadaptation à l'effort et la fibromyalgie
Caroline Maindet-Dominici(1), A. C. Bernard(2), M. Guinot(2), A. M. Sévenier(3)
(1) CHU de Grenoble Alpes, Centre de la douleur, CS10217, 38043 Grenoble Cedex 9?
(2) CHU de Grenoble Alpes / Hôpital Sud, Unité de Sports et Pathologies, CS 90338, 38434 Echirolles
(3) CHU de Grenoble Alpes / Hôpital Sud, Hôpital de Jour de Rhumatologie, CS 90338, 38434
Echirolles
La fibromyalgie (FM) est un syndrome fréquent, caractérisé par la présence de douleurs chroniques
diffuses et de façon variable d’un sommeil non réparateur, d'une fatigue chronique et de troubles
cognitifs (1). Ces différents symptômes contribuent à une réduction des activités physiques (2). Il
peut en résulter un déconditionnement physique qui participe de façon importante aux limitations
fonctionnelles de l’individu et à son handicap dans les activités de la vie courante.
La prise en charge de ces patients doit comporter des approches non pharmacologiques (3). L’activité
physique adaptée au patient est recommandée avec un fort niveau de preuve, en première
intention, dans la prise en charge de la FM (4,5,6).
En dépit des recommandations, il n’existe pas encore de consensus concernant les modalités des
programmes à proposer préférentiellement aux patients fibromyalgiques. Ceux incluant une
composante éducative seraient à privilégier (6,7,9).
Depuis 2006, un programme de réentrainement à l'effort multimodal pour les patients présentant
une intolérance à l'effort est proposé au CHU de Grenoble. Il se déroule sur 12 semaines (3 sessions
d’une demie journée par semaine, soit 36 au total) et comporte pour chaque séance un travail
aérobie de 45 minutes sur ergocycle individualisé au premier seuil lactique, 45 minutes de
balnéothérapie et 40 minutes de relaxation avec un accompagnement éducatif à l'activité physique
réparti sur la durée du programme.
Une étude rétrospective a été menée auprès de 185 patients ayant suivi le programme entre 2006 et
2014, afin de définir les facteurs prédictifs de réponse au réentrainement. L’amélioration clinique
subjective des patients en post-programme de réentraînement est évaluée par le score "Patient
Global Impression of Change (PGIC)". Deux groupes de patients étaient identifiés : les Bons
Répondeurs à l’effort (PGIC ? 2) et les Non Répondeurs (PGIC ? 3).
Quatre facteurs sont significativement associés à une bonne réponse clinique : un âge plus élevé, un
traitement par Acetyl-L- carnitine, ou par anti-inflammatoires non stéroïdiens et le maintien de
l’activité professionnelle. De plus, les patients les moins douloureux de notre programme étaient les
meilleurs répondeurs.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
80
Notre expérience montre la faisabilité et l'efficacité relative d'un programme d'activité physique à
composante multiple. Il ne doit donc pas être proposé uniquement à la population des individus
suivis à l'hôpital et des alternatives doivent être développées : la prescription de séances de
kinésithérapie, la balnéothérapie, le coaching au domicile, l'encadrement par un spécialiste de
l'Activité Physique Adaptée...
Par ailleurs, il serait nécessaire de vérifier si l'amélioration des conditions physiques perdure et si les
patients maintiennent un bon niveau des activités physiques.
Bibliographie
1. Wolfe F, Ross K, Anderson J, Russell IJ, Hebert L. The prevalence and characteristics of fibromyalgia in the general population. Arthritis
and rheumatism. 1995;38(1):19-28.?
2. Ruiz JR, Segura-Jimenez V, Ortega FB, Alvarez-Gallardo IC, Camiletti-Moiron D, Aparicio VA, et al. Objectively measured sedentary time
and physical activity in women with fibromyalgia: a cross-sectional study. BMJ open. 2013
3. Carville SF, Arendt-Nielsen L, Bliddal H, Blotman F, Branco JC, Buskila D, et al. EULAR evidence-based recommendations for the
management of fibromyalgia syndrome. Annals of the rheumatic diseases. 2008;67(4):536-41?
4. Valim V, Oliveira LM, Suda AL, Silva LE, Faro M, Neto TL, et al. Peak oxygen uptake and ventilatory anaerobic threshold in fibromyalgia.
The Journal of rheumatology. 2002;29(2):353-7.
5. Vural M, Berkol TD, Erdogdu Z, Pekedis K, Kucukserat B, Aksoy C. Evaluation of the effectiveness of an aerobic exercise program and the
personality characteristics of patients with fibromyalgia syndrome: a pilot study. Journal of physical therapy science. 2014;26(10):1561-5.
6. Ablin J, Fitzcharles MA, Buskila D, Shir Y, Sommer C, Hauser W. Treatment of?fibromyalgia syndrome: recommendations of recent
evidence-based interdisciplinary guidelines with special emphasis on complementary and alternative therapies. Evidence-based
complementary and alternative medicine : eCAM. 2013;2013:485272.
7. Busch AJ, Schachter CL, Overend TJ, Peloso PM, Barber KA. Exercise for fibromyalgia: a systematic review. The Journal of rheumatology.
2008;35(6):1130-44.?
8. Koltyn KF, Brellenthin AG, Cook DB, Sehgal N, Hillard C. Mechanisms of exercise-induced hypoalgesia. The journal of pain : official journal
of the American Pain Society. 2014;15(12):1294- 304
9.Macfarlane GJ, Kronisch C, Dean LE, et al. EULAR revised recommendations for the management of fibromyalgia.Ann Rheum Dis 2016209724
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
81
Cours supérieurs- Pour un patient en mouvement
CS2-2: La santé vient en bougeant, et si on le faisait bouger notre douloureux.....
Emmanuel Knapen(1)
(1) Institut Calot/Fondation Hopale, Berck, France
La douleur est, pour la plupart, inhibitrice de l’activité et plus particulièrement de l’activité physique
ou sportive. Avec une douleur chronique s’installe souvent le cercle vicieux : « j’ai mal, je ne bouge
plus » et « moins je bouge plus j’ai mal ».
Dans notre société sédentarisée, l’activité physique représente le culte du corps parfait sans en
vanter suffisamment les biens faits que nous pouvons tous en retirer.
De nombreux obstacles peuvent rendre la reprise ou simplement la mise en route d’une activité
physique pour un douloureux chronique. Les bénéfices sur facteurs pluri dimensionnels (thymique,
social, …) de la douleur chronique sont tout aussi importants que l’aspect purement physique. Pour
réussir cette remise « en mouvement », il faut bien connaitre « son douloureux ». La maîtrise des
déficiences, des incapacités et du vécu du patient est primordial afin d’éviter une mise en échec lors
de la reprise d’activité. Une approche pluri professionnelle permet d’évaluer au mieux ces différents
paramètres afin d’apporter, avec l’aide de professionnels de santé formé à la douleur chronique, aux
patients les outils nécessaires pour améliorer ces capacités physiques et pour gérer sa douleur.
L’étroite collaboration entre les différents intervenants (médecin, kiné, ergothérapeute,
psychologue, IDE et professeur APA) est une des clés fondamentales pour la reprise d’une activité
physique ou sportive gagnante.
Cette activité doit dans tous les cas être encadrée et adaptée au début pour redonner la confiance
indispensable à ce patient souvent seul face à ce défi dont il est l’acteur principal.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
82
Cours supérieurs- Pour un patient en mouvement
CS2-3: La chronique d'une remise en mouvement
Caterina Régis(1)
(1) Hôpital Saint Eloi, Montpellier, France
Si Montaigne pensait que « notre vie n’est que mouvement », force est de constater que les patients
douloureux chroniques suivis en structure douleur ne répondent plus vraiment à ce concept. Au delà
du nomadisme médical et de l’échec thérapeutique qui les caractérisent, « l’immobilisme » dans
lequel ils ont été progressivement contraints par leur douleur et leur histoire de vie fait désormais
partie intégrante de leur syndrome douloureux chronique. Même si la promotion du mouvement a
une représentation positive dans notre société et une utilité avérée dans le domaine de la santé, la
kinésiophobie reste néanmoins « l’ennemi à abattre » pour ces patients. Tandis que l’évaluation de la
dimension physique met en évidence un déconditionnement à l’effort quasi systématique,
l’évaluation de la dimension psychologique retrouve quant à elle bien souvent une souffrance liée à
des situations de blocages émotionnels en lien avec une problématique ou un conflit psychique dont
le patient n’est parfois même pas conscient. Au delà de la plainte et de la demande de soulagement il
conviendra donc d’identifier à travers le symptôme douleur ce que le patient vient réellement nous
dire ou nous demander afin de construire avec lui un projet thérapeutique sur mesure porteur de
sens.
C’est ainsi que cet accompagnement spécifique s’inscrit dans la chronique de cette « remise en
mouvement global ». L’ensemble des actions menées avec le patient agira comme un catalyseur
facilitant la réadaptation des logiciels physiologiques, émotionnels et comportementaux afin que
celui ci tende vers un processus de changement. L’objectif princeps de cette démarche résidera dans
le fait que cette remise en mouvement permette au patient de changer « d’état » afin de
s’autonomiser, étant bien entendu que cette approche ne peut s’accomplir qu’à partir du moment
où ce dernier l’investit pleinement et en comprend le sens.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
83
Cours supérieurs- Haut risque du soulagement
CS3-1: Le soulagement de la douleur chronique, une demande en trompe l'oeil
Bertrand Lionet(1)
(1) Centre Hospitalier, Dunkerque, France
La demande de soulagement de la douleur est un désir légitime. Le soulagement de la douleur aiguë
est sûrement le meilleur moyen pour qu’elle ne se chronicise pas.
Le désir de soulager la douleur chronique est tout aussi légitime, il est souvent utilisé comme levier
de l’alliance thérapeutique, mais cela peut aussi se retourner contre le patient et le soignant. En
réalité, cette demande de soulagement de la douleur chronique est, à bien des égards, un leurre
pour l’un et pour l’autre. Comme s’ils voulaient anticiper ou savoir quelle sera l'évolution de cette
douleur.
C’est souvent croire et laisser croire qu’il est possible de revenir en arrière, dans un passé idéalisé où
le sujet n’était ni malade, ni douloureux [1]. Ou encore, penser que l’on peut effacer le vécu algique
et tout ce qu’il a modifié chez le sujet [2]. Au contraire, nous savons que l’expérience pathique laisse
des traces psychiques qui perdurent au-delà des sensations physiques [3].
La demande de soulagement est une demande en trompe l’œil qui soulève bien des questions :
n’est-elle avant tout une tentative de maitrise sur une situation qui dépasse le patient comme le
soignant [4]? S’agit-il d’une croyance comme une belle histoire que soignants et soignés ont envie de
se raconter ? D’une tentative de manipulation ? Ou d’un dogme érigé en condition du succès
thérapeutique ?
Ce sont là autant d’écueils et de résistances face au changement, pour ne pas aller vers l’inconnu, au
risque du soulagement.
Bibliographie
1 Gérard Reynier (2010) Le hors temps de la douleur chronique, Topique
2 David Tamman (2008) La douleur : de la phénoménologie à la clinique, Solal
3 Marco Vannotti et Michèle Gennart (2006) L’expérience pathique de la douleur chronique : une approche phénoménologique, De Boeck
4 Florence Barruel (216) L’incertitude en clinique de la douleur, Douleurs
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
84
Cours supérieurs- Haut risque du soulagement
CS3-2: Stimulation médullaire : de la nécessité de l’évaluation psychologique
Stéphanie Catsaros-Labalette(1)
(1) Hôpital Roger Salengro, Lille, France
Dans ce cours supérieur nous aborderons la prise en charge de la douleur par la stimulation
médullaire : nous nous intéresserons largement à la question de l’évaluation psychologique pré, péri
et post opératoire, essentielle au bénéfice de cette proposition thérapeutique. Ici, le soulagement
n’émane pas uniquement d’une réussite technique, mais d’un ensemble d’éléments dont la prise en
compte s’avère nécessaire, tant pour l’inclusion en phase pré implantatoire, que pour le vécu
psychique du soulagement par le patient.
Nous nous intéresserons à la question du dispositif de stimulation comme d’un corps étranger, de
son assimilation et du vécu corporel, notamment au travers des notions de cénesthésie et image du
corps. Ces derniers éléments seront analysés à la lumière du vécu de nombreux patients douloureux,
ayant souvent un long parcours médico-chirurgical. Nous évoquerons également la question de la
temporalité et du processus psychique incontournable pour l’adhésion du patient à la proposition
thérapeutique. Nous aborderons la question de la place de la douleur dans le fonctionnement
psychique du sujet et de son environnement, ainsi que l’implication de problématiques psychiques
en lien ou pas avec la douleur chronique, d’éléments cognitifs et émotionnels, de leur interférence et
impact sur l’efficacité du dispositif.
La richesse de la clinique psychologique dans le domaine de la stimulation médullaire rappelle au
clinicien la complexité de la mise en œuvre d’un tel dispositif et l’aspect multifactoriel du
soulagement.
Bibliographie
[1] Ackroyd R, Bush D, Graves J, McVey J, Horton S (2004) Survey of assessment criteria prior to implantation of spinal cord stimulators in
United Kingdom pain management centres, European Journal of Pain, 9,57–60 [2] Beltrutti D, Melzack R and all. (2004) The psychological
assessment of candidates for spinal cord stimulation for chronic pain management, Pain Practice, Volume 4, Issue 3, 204–221 [3] Bendinger
T, Plunkett N, Poole D, Turnbull D (2015) Psychological Factors as Outcome Predictors for Spinal Cord Stimulation, Neuromodulation, 18:
465–471 [4] Block AR, Ohnmeiss DD, Guyer RD, Rashbaum RF, Hochschuler SH (2001) The use of presurgical psychological screening to
predict the outcome of spine surgery. Spine Journal; 1:274–82 [5] Davis CE, Kyle BN, Thorp J, Wu Q, Firnhaber J (2015) Comparison of pain,
functioning, coping, and psychological distress in patients with chronic low back pain evaluated for spinal cord stimulator implant or
behavioral pain management, Pain Medecine; 16:753–760 [6] Defontaine-Catteau MC (1990) Implantation de stimulateurs à visée
antalgique et concomitants psychologiques, in Douleur et analgésie, vol 3, issue 2, 59-62 [7] Doleys DM(2006) Psychological factors in spinal
cord stimulation therapy: brief review and discussion. Neurosurgery Focus; 21:E1. [PubMed: 17341042] [8] Doleys DM, Klapow JC, Hammer
M (1997) Psychological evaluation in spinal cord stimulation therapy, Pain; 4:189–207 [9] Sparkes E, Raphael JH, Duarte RV, LeMarchand K,
Jackson C, Ashford RL. A (2010) Systematic literature review of psychological characteristics as determinants of outcome for spinal cord
stimulation therapy, Pain ; 150:284–289 [10] VanDorsten B (2006) Psychological Considerations in Preparing Patients for Implantation
Procedures, Pain Medecine; 7 (Suppl. S1):S47–S57
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
85
Cours supérieurs- Recommandations (SFEMC-SFNC) sur la névralgie trigéminale classique (NTC)
CS4-1: Imagerie de la NTC
Christian Lucas(1)
(1) Hôpital Roger Salengro, Lille, France
Les indications de l’imagerie sont les suivantes :
- La recherche d’un conflit vasculo-nerveux dans le cadre de la NTC
- La recherche d’une étiologie secondaire s’il existe une doute sur une neuropathie trigéminale
douloureuse (NTD)
Quel examen prescrire ?
La réalisation d’une imagerie cérébrale de type IRM 3 Tesla avec des séquences spécifiques est
recommandée face à une NT classique ou secondaire.
NTC et recherche du conflit trigémino-vasculaire
Quelles séquences IRM?
Des coupes axiales T2 3D haute résolution en coupes très fines dans le plan du V, en écho de gradient
permettant des reformations dans les 3 plans afin de visualiser un éventuel conflit vasculo-nerveux et
les citernes de la base.
Il est recommandé d’utiliser également les séquences T1 avec gadolinium centrée sur la fosse
postérieure.
La recherche d’un conflit vasculo-nerveux va nécessiter un complément en séquences d’angio-IRM
3D TOF (Time of Flight).
L’association des 3 séquences (3D T2 haute résolution, 3D T1 avec gadolinium et Angio-IRM TOF) est
nécessaire à une bonne visualisation d’un éventuel conflit vasculo-nerveux.
Où rechercher le conflit ?
Entre 2 et 6 mm après son émergence (REZ : Root Entry Zone), qui correspond à une zone de
transition entre myéline centrale et myéline périphérique. Cette zone est impliquée dans la
physiopathologie.
Quels critères pour retenir le diagnostic de conflit vasculo-nerveux ?
On peut retenir le diagnostic de conflit vasculo-nerveux si :
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
86
croisement à angle droit avec contact direct artère-nerf au niveau de la REZ,
refoulement/déformation du nerf ou atrophie du nerf et concordance entre la clinique et l’imagerie.
NTD et imagerie (recherche d’une étiologie secondaire)
Quelles séquences IRM?
L’examen IRM 3 T doit débuter par une acquisition sagittale T1 pour un repérage du V, une
visualisation du tronc cérébral (cause intra-axiale ?) et de la charnière (malformation de Chiari ?). La
1ère coupe en dehors du tronc permet de repérer le V.
Il faut ensuite compléter les séquences par des séquences axiales T2 (ou en séquences FLAIR
éventuellement) permettant la visualisation du tronc cérébral, du sinus caverneux et du massif facial.
Une acquisition coronale T2 en coupes fines 2 mm centrée sur les sinus caverneux peut mettre en
évidence et caractériser une lésion de petite taille de cette région.
Perspectives futures en imagerie
L’imagerie de tenseur de diffusion pourrait s’avérer être un outil non invasif intéressant mais des
études complémentaires sont nécessaires.
Bibliographie
1. Peker S, Dinçer A, Necmettin Pamir M. Vascular compression of the trigeminal nerve is a frequent finding in asymptomatic individuals: 3-T
MR imaging of 200 trigeminal nerves using 3D CISS sequences. Acta Neurochir 2009;151(9):1081-8.
2. Antonini G, Di Pasquale A, Cruccu G, Truini A, Morino S, Saltelli G, Romano A, Trasimeni G, Vanacore N, Bozzao A. Magnetic resonance
imaging contribution for diagnosing neurovascular contact in classical trigeminal neuralgia: a blinded case-control stydy and meta-analysis.
Pain 2014;155(8):1464-71.
3. DeSouza DD, Hodaie M, Davis KD. Diffusion imaging in trigeminal neuralgia reveals abnormal trigeminal nerve and brain white matter.
Pain 2014;155(9):1905-6.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
87
Cours supérieurs- Recommandations (SFEMC-SFNC) sur la névralgie trigéminale classique (NTC)
CS4-2: Traitement médical de la NTC
Anne Donnet(1)
(1) Hôpital la Timone Adultes, Marseille, France
Le traitement médical de la névralgie trigéminale classique (NTC) est à ce jour essentiellement
pharmacologique. Le traitement médical repose sur la carbamazépine qui entraine un soulagement
complet initial chez au moins 70% des patients traités. La carbamazépine dispose d'un AMM en
France dans le traitement de la NTC. C’est le traitement pharmacologique de 1e intention en
l’absence de contre-indications. Ce traitement peut être à l’origine d’effets indésirables parfois
sévères et nécessite une surveillance biologique. L'oxcarbazépine est également utilisée hors AMM
en France dans le traitement de la névralgie du trijumeau. Elle peut être utilisée après intolérance ou
échec à la carbamazépine. La lamotrigine est possiblement efficace dans la névralgie du trijumeau,
mais semble moins efficace que la carbamazépine. Elle peut être proposée en cas d'intolérance ou
d’inefficacité à la carbamazépine ou à l'oxcarbazépine. Elle n’a pas d’AMM dans cette indication et
expose à un risque d’allergie cutanée. Si la phénytoïne orale dispose d'une AMM en France dans le
traitement de la névralgie du trijumeau, elle semble moins efficace que la carbamazépine et
comporte de nombreux effets indésirables, faisant qu'elle n'est pas recommandée. D’autres antiépileptiques ont été évalués dans cette indication : leur efficacité reste inférieure à la carbamazepine
(clonazépam, valproate) ou leur évaluation repose sur une méthodologie faible (gabapentine,
prégabaline , topiramate , lévétiracétam ). Parmi les molécules qui n’appartiennent pas à la famille
des anti-épileptiques, le baclofène est possiblement efficace dans la névralgie du trijumeau, mais n’a
pas d’AMM. Il peut être utilisé seul en cas d'intolérance à la carbamazépine ou à l'oxcarbazépine, ou
e. Une approche non médicamenteuse de la NTC a été également réalisée : les recommandations
formalisées d’expert de 2013 sur les techniques analgésiques locorégionales pour le traitement de la
douleur concluent que les blocs périphériques réalisés sur les branches terminales des nerfs V1 V2 V3
ont un niveau de preuve est faible. Enfin, l’efficacité de la toxine botulinique est à ce jour très
controversée, une revue systématique de la littérature concluant qu’il n’y a pas à ce jour d’élément
suffisant pour conclure à son efficacité dans cette indication.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
88
Cours supérieurs- Recommandations (SFEMC-SFNC) sur la névralgie trigéminale classique (NTC)
CS4-3: Traitement chirurgical de la NTC
Emile Simon(1)
(1) Hôpital Neurologique P. Wertheimer, Bron, France
Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, INSERM U1028 – CNRS UMR5292, équipe «
NEUROPAIN – Intégration centrale de la Douleur chez l’Homme »
La prise en charge neurochirurgicale de la névralgie trigéminale classique (NTC) repose sur 3 types de
techniques : une technique « étiologique » et non destructive, la décompression vasculaire
microchirurgicale (DVMC), qui consiste à décomprimer le nerf trijumeau dans l’angle pontocérébelleux où un conflit vasculo-nerveux est fréquemment retrouvé à l’origine de la douleur, les
techniques percutanées dites « lésionnelles » (thermocoagulation, compression par ballonnet,
injection de glycérol), visant à perturber la transmission du message nociceptif, et enfin les
techniques radiochirurgicales (1).
Au cours de la consultation, le neurochirurgien tentera de répondre à 3 questions : « s’agit-il d’une
névralgie trigéminale ? » ; « est-ce une forme classique ? » ; « est-elle résistante aux traitements
médicaux ? ». Il présentera au patient les différentes possibilités chirurgicales, en insistant sur la
balance « bénéfice/risques », et proposera la plus adaptée à son cas :
• Chez un patient en bon état général, présentant un conflit vasculo-nerveux net à l’IRM, il semble
logique de discuter de première intention la DVMC, car cette technique de référence s’attaque à la
cause de la NTC et comporte une probabilité élevée de bonne évolution sur le long terme. La
radiochirugie peut être aussi proposée en alternative du fait de sa moindre invasivité et morbidité
(en particulier un taux très faible d’hypoesthésie par rapport aux techniques percutanées).
• Un patient à l’état général altéré, ou récidivant après une DVMC (sans conflit vasculo-nerveux
résiduel à l’IRM), pourra être orienté vers une thérapeutique chirurgicale lésionnelle ou une
radiochirurgie. En fonction de la technique choisie, le patient doit être informé que le soulagement
se fera souvent au prix d’une hypoesthésie plus ou moins marquée.
Entre ces deux cas extrêmes relativement aisés, toutes les situations intermédiaires sont
imaginables. En l’absence d’étude randomisée contrôlée évaluant les différentes techniques
chirurgicales, l’Académie Américaine de Neurologie et la Fédération Européenne des Sociétés
Neurologiques (2) admettent que l’on ne peut pas faire de recommandations formelles sur le
traitement chirurgical. Toutefois, ces Sociétés Savantes indiquent :
• que les patients bénéficiant d’une DVMC ont une plus longue période sans douleur qu’avec les
autres techniques chirurgicales, au prix d’une morbidité non négligeable, mais réduite dans les
équipes ayant une forte activité dans la névralgie (3)
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
89
• que la radiochirurgie est la technique présentant le moins de complication
Bibliographie
1. Sindou M, Keravel Y, Simon E, Mertens P. Névralgie du trijumeau et neurochirurgie. EMC (Elsevier Mason SAS, Paris), Neurochirurgie, 17023-A-85, 2012.
2. Gronseth G, Cruccu G, Alksne J, Argoff C, Brainin M, Burchiel K, Nurmikko T, Zakrzewska JM: Practice parameter: the diagnostic
evaluation and treatment of trigeminal neuralgia (an evidence-based review): report of the Quality Standards Subcommittee of the
American Academy of Neurology and the European Federation of Neurological Societies. Neurology 71:1183-1190, 2008.)
3. Kalkanis SN, Eskandar EN, Carter BS, Barker FG 2nd. Microvascular decompression surgery in the United States, 1996 to 2000: mortality
rates, morbidity rates, and the effects of hospital and surgeon volumes. Neurosurgery 2003; 52(6):1251–61
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
90
Cours supérieurs- Addiction et opiacés
CS5-1: De l'approche fondamentale à la clinique dans le domaine de l'addiction : Le point sur 30
ans de recherche
Pier-Vincenzo Piazza(1)
(1) Inserm, Bordeaux, France
Plusieurs théories proposent des explications alternatives de la toxicomanie. Récemment, nous avons
proposé une théorie générale de la transition vers l'addiction qui synthétise les connaissances
générées au cours des 30 dernières années dans le domaine de la toxicomanie dans un cadre
explicatif uniforme. Selon cette théorie, la toxicomanie résulte d’une progression en trois étapes,
d’un état normal à un état pathologique, qui est déterminé par : (1) la vulnérabilité individuelle; (2) le
degré / la quantité d'exposition à la drogue. La première étape, la consommation de drogue
sporadique, est un processus d'apprentissage passant par la suractivation des substrats
neurobiologiques des récompenses naturelles et qui permet à la plupart des individus de percevoir
des drogues comme des stimuli très enrichissants. La seconde étape, la consommation de drogue
intensifiée et chronique, se produit chez certains sujets vulnérables qui ont un système
dopaminergique hyperactif et une altération de la fonction du cortex préfrontal. La dernière étape, la
perte de contrôle de la consommation de drogues et la dépendance complète, est due à un second
phénotype vulnérable. Ce phénotype, qui détermine la perte de contrôle, est déclenché par une
exposition prolongée à la drogue et caractérisée par la perte de la plasticité synaptique dans les
zones de récompense du cerveau. Cette perte de plasticité induit une forme de cristallisation du
comportement, entraînant une perte de contrôle de la prise de drogue. Cette théorie générale
démontre aussi l'existence d'une résilience biologique active aux drogues, qui permettrait au plus
grand nombre de sujets de déployer des réponses biologiques leur permettant de s’adapter aux
effets négatifs des toxiques et de ne pas développer d’addiction. L'étude des bases biologiques de la
résilience aux drogues nous a permis d’identifier une hormone, la prégnénolone, dont la sécrétion
dans le cerveau est induite par une très forte concentration du principe actif du cannabis, le THC.
Cette découverte nous a permis de développer une nouvelle classe pharmacologique, actuellement
en développement, comme thérapie de la toxicomanie au cannabis.
Bibliographie
(1) PIAZZA PV, DEMINIERE JM, LE MOAL M, SIMON H. Factors that predicts individual vulnerability to amphetamine self-administration.
Science, 1989, 245: 1511-1513
(2) CABIB S, ORSINI C, LE MOAL M, PIAZZA PV. Abolition and reversal of strain differences in behavioral responses to drugs abuse after a
brief experience. Science, 2000, 289 21:463-465
(3) DEROCHE-GAMONET V, BELIN D, PIAZZA PV. Evidence for addiction-like behavior in the rat. Science, 2004, 13: 1014-1017
(4) KASANETZ F, DEROCHE-GAMONET V, BERSON N, BALADO E, LAFOURCADE M, MANZONI O, PIAZZA PV. Transition to addiction is
associated with a persistent impairment in synaptic plasticity. Science, 2010, 328: 1709-1712
(5) KAOUANE N, PORTE Y, VALLEE M, BRAYDA-BRUNO L, MONS N, CALANDREAU L, MARIGHETTO A, PIAZZA PV*, DESMEDT A.
Glucocorticoids can Induce PTSD-like Memory Impairments in Mice. Science, published online, 2012
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
91
Cours supérieurs- Addiction et opiacés
CS5-2: Du mésusage des morphiniques à l'addiction : Une problématique quantitative ou
qualitative ?
Marc Auriacombe (1)
(1) CH Charles Perrens / CHU Bordeaux, Bordeaux, France
L’addictologie regroupe la tabacologie, l’alcoologie, les toxicomanies, certains comportements
pathologiques comme la dépendance aux jeux d'argents, ainsi que certains troubles du
comportement alimentaires. Il s’agit d’un décentrage des produits et de leur toxicité et d’un
recentrage sur un comportement transversal à toutes ces situations : la perte de contrôle de l’usage
d’une source de gratification. Cette source de gratification doit être distinguée d’une source de
soulagement et l’addiction elle-même doit-être distinguée de ses conséquences.
Les termes d’usage simple, d’abus, et de dépendances ont été récemment remplacés dans le DSM 5
(APA 2013, trad. franç. 2015) par la catégorie « trouble de l’usage ». Cette pathologie se définit
comme une dérégulation du système d’utilisation des gratifications, que ces gratifications soient des
substances ou des comportements. Cette perte de contrôle de l’usage associe en pratique un usage
compulsif, qui se maintient en dépit de l’accumulation de dommages dans de nombreux domaines.
Parmi l’ensemble des critères diagnostiques validés épidémiologiquement, l’un se dégage comme un
potentiel marqueur diagnostic et pronostic : le craving, une envie égodystonique, qu’il est possible
de quantifier. L’addiction ou trouble de l’usage peut être plus ou moins intense, allant de léger à
sévère en passant par modéré, sur la base du nombre de critères diagnostiques relevé.
Ainsi, comme pour beaucoup d’autres pathologies, on cherche à distinguer la caractérisation
diagnostique de la pathologie elle-même de sa sévérité et de ses complications. Ce changement de
perspective permet de diagnostiquer des cas plus précoces, afin de permettre des interventions alors
que les complications sont encore peu présentes.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
92
Cours supérieurs- Addiction et opiacés
CS5-3: Prise en charge des mésusages morphiniques en Structure Douleur : Du sevrage aux
approches substitutives
Maurice De Matteis(1)
(1) CHU, Grenoble, France
Whereas opioid analgesics should be considered carefully in chronic non-cancer pain (CNCP),
especially in patients at-risk of developing addiction, their prescription has increased drastically in
numerous countries. Consequently, opioid analgesic dependence (OAD) is now a frequent clinical
situation. There is currently no consensus to treat opioid analgesic-dependent patients, but a
pragmatic and realistic strategy adapted to each patient and including a regular monitoring can be
proposed. When pain is no longer present, or when opioid-induced hyperalgesia is suspected, a
progressive tapering should be the first-line therapy. However, since psychiatric disorders are
frequent in CNCP-patients, even progressive opioid tapering can be difficult and may destabilise
patients, leading to addiction transfer, relapse and overdose without or with suicidal intent. Opioid
substitution medication (OSM), therefore, represents an alternative strategy allowing the treatment
of comorbidities, followed by progressive medication tapering.
In patients with pain, a structured and more adapted analgesic treatment can be sufficient for
behavioural resolution. If not, OSM should be considered; the choice between buprenorphine and
methadone will depend on several determinants (type of pain and severity, associated medications,
social environment, psychiatric disorders, etc.).
Whatever the chosen strategy, patients should be involved in the therapeutic goals and decisions;
and treatment should address both pain and addiction, as well as social conditions and
comorbidities, such as psychiatric and sleep disorders, using pharmacological, physical and
psychobehavioural therapies.
Such a multidimensional recovery-oriented and individualised approach should improve patients’
outcomes, but requires coordination and communication between professionals.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
93
Cours supérieurs- Patient acteur, soignant accompagnateur
CS6-1: De la recherche à la pratique clinique de la mise en place d'un programme d'éducation
thérapeutique dans la prise en charge des patients lombalgiques par la neurostimulation
transcutanée
Christine Gervais(1)
(1) Hôpital Foch, Suresnes, France
Cette recherche s’est intégrée dans le cadre d’un projet hospitalier de recherche infirmier débuté en
2010. L’objectif principal de notre étude a été d’évaluer l’impact de la mise en place d’un
programme d’éducation thérapeutique (ET) chez les patients traités par neurostimulation
transcutanée (TENS) sur la diminution des douleurs de lombosciatiques et l’incapacité fonctionnelle
en rapport avec cette douleur.
L’étude était prospective, comparative, randomisée et s’est déroulée sur une période de trois ans.
Elle comparait deux groupes de patients traités par les TENS.
- Un groupe « contrôle » dans lequel le patient était pris en charge selon nos pratiques habituelles :
évaluation initiale et séance test par une infirmière ressource douleur (IRD), suivie d’un
accompagnement téléphonique, conjointement au suivi médical.
- Un groupe « ET » qui bénéficiait, conjointement au suivi médical, une consultation IRD à 1, 3 et 6
mois. Un carnet de suivi était délivré au patient et servait de support d’autoévaluation tout au long
de la prise en charge.
Une prise en charge multidisciplinaire était conjointement proposée sur une durée de 12 mois
minimum, 4 visites étaient effectuées à M0, M1, M3, M6 puis une dernière évaluation 6 mois après
l’arrêt du programme.
Les priorités d’apprentissage étaient déterminées en concertation avec le patient pour lui permettre
de s’approprier le programme, et renforcer ses connaissances.
L’évaluation du programme d’ET était réalisée à chaque consultation par auto questionnaires, échelle
d’incapacité fonctionnelle (EIFEL) et échelle DRAD de qualité de vie, afin de déterminer les bénéfices
du programme dans ses composantes quantitatives, qualitatives et cibler les critères d’évaluation les
plus pertinents.
Les résultats de l’étude montrent que le groupe contrôle présente à M1 des scores d’évaluation
numérique (EN) plus élevés de 1 point au repos et de 2 points à la mobilisation. Le pourcentage
d’amélioration de la douleur est significativement plus élevé dans le groupe ET à M1 et le score DRAD
plus élevé de 6 points. Il existe par ailleurs une différence statistiquement significative entre les 2
groupes sur la durée de la consultation et le contenu du programme à M3.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
94
Les deux groupes sont équivalents sur le score EIFEL à M6, les traitements administrés et l’impact
social.
Il existe donc un impact significatif de l’ET à 1 mois sur les douleurs et la qualité de vie, mais pas sur
la capacité fonctionnelle.
Ce programme nécessite des ajustements dans son contenu et sa durée afin d’améliorer la prise en
charge des patients.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
95
Cours supérieurs- Patient acteur, soignant accompagnateur
CS6-2: Présentation d’un outil éducatif pour le patient douloureux chronique « KIT-KAD :
accompagner la douleur »
Animation table ronde
Dominique Gillet(1)
(1) Centre Hospitalier, Voiron, France
KIT-KAD « KIT pour ACCOMPAGNER LA DOULEUR »
Une offre éducative transversale, adaptable, proposée au patients douloureux chroniques quelles
que soit leurs pathologie
Dominique GILLET, Infirmière Ressource Douleur, UETD du Voironnais, Centre Hospitalier de Voiron
Les problématiques des patients douloureux chroniques justifient le développement de séances
éducatives en lien avec ce symptôme douloureux. Or les offres d’éducation thérapeutique (ETP)
existantes sont structurées par pathologie (polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie, douleurs
rhumatismales, cancer, migraine …) d’où la proposition d’envisager une offre d’ETP transversale pour
les patients douloureux chroniques quelle que soit l’origine de la douleur.
Un groupe de travail réunissant des équipes multi-sites, pluri professionnelles (Algologues,
Rhumatologues, Médecins du sport, Neurologues, Anesthésistes, Pharmaciens hospitaliers et de ville,
Infirmières ressource douleur, Ergothérapeutes, Kinésithérapeutes, Psychologues) spécialisées dans
le suivi des patients douloureux chroniques et deux patients ressources s’est mis en place avec pour
objectif de créer une trame commune de séances éducatives adaptables pour chaque équipe
soignante en fonction de leurs organisations locales et quelle que soit la pathologie douloureuse du
patient.
Un « kit KAD » (Kit pour Accompagner la Douleur) a été élaboré. Il contient 4 séances (pouvant se
décliner en individuel et/ou en groupe) sur différentes thématiques issues de l’analyse de besoin :
• « Je comprends ma douleur et j'en suis l'expert »
• « Je comprends mieux mon ordonnance et j'adapte mon traitement »
• « Que penser des approches non médicamenteuses pour faire face à ma douleur? »
• « Comment moduler ma douleur et mes activités ? ».
Ce kit contient différents outils facilitant son appropriation, les conducteurs et outils pédagogiques
nécessaires pour animer les séances.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
96
Cours supérieurs- Patient acteur, soignant accompagnateur
CS6-3: De l'ETP douleur et Cancer à la recherche clinique au sein d'un réseau régional
Aline Le Chevallier(1), Virginie Prévost(2)
(1) Réseau Régional Douleur Bas-Normand, Etablissements du Bessin, Bayeux, France
(2) UFR des Sciences Pharmaceutiques, Université de Caen Normandie
La douleur est l’un des symptômes les plus redoutés par les patients atteints de cancer. Une enquête
menée en 2012 par l’INCa(1) évalue la prévalence de la douleur oncologique à 48 %, et 62 % des
patients en situation de cancer avancé seraient sous-traités. La douleur insuffisamment soulagée
altère la qualité de vie(2). Sa prise en charge se heurte à différents obstacles(3) dont certains, pour
être surmontés, nécessitent la participation active du patient. L’éducation thérapeutique du patient
(ETP) constitue une approche pertinente pour répondre à cette problématique car elle lui permet de
développer des compétences pour mieux gérer sa douleur.
En Basse-Normandie, la thématique ETP et douleur cancéreuse a été identifiée comme prioritaire par
le Plan Régional de Santé. La prise en charge de la douleur en oncologie s’appuie notamment sur le
Réseau Régional Douleur de Basse-Normandie, en relation avec le Réseau OncoBasseNormandie,
permettant ainsi la proximité et l’accessibilité pour tous.
Dans ce contexte, notre équipe a initié un large programme de recherche s’inscrivant dans une
politique régionale de santé, en cinq étapes :
- Formation à l’ETP de dix binômes médecin/infirmière (finalisée en 2014)
- Identification des attentes éducatives des patients et des proches dans le domaine de la douleur (en
cours d’analyse)
- Conception et optimisation d’un programme ETP sur la douleur cancéreuse (autorisé par l’Agence
Régionale de Santé)
- Etude Pilote Régionale permettant d’évaluer la faisabilité, la qualité et la transférabilité du
programme
- Evaluation du programme d’ETP par randomisation comparative interventionnelle
L’originalité et la force de ce programme reposent sur un travail collaboratif entre des acteurs de
santé et une démarche de recherche s’appuyant sur des méthodologies robustes visant à objectiver
les bénéfices apportés au patient. Les principaux résultats attendus sont la démonstration de
l’efficacité du programme pour améliorer les connaissances et les compétences des patients dans le
domaine de la douleur afin de favoriser leur adhésion au traitement et par conséquent de leur
permettre de mieux la gérer. L’objectif à long terme est la diffusion de la démarche éducative avec
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
97
une modification des pratiques apportant un bénéfice réciproque pour les soignants et les patients,
dans un contexte d’accessibilité au soin favorisé par les réseaux.
Bibliographie
(1) Site de l’Institut National du Cancer (INCA), mars 2012, http://www.e-cancer.fr/publications/73-soins/390-enquete-nationale-2010-surla-prise-en-charge-de-la-douleur-chez-des-patients-adultes-atteints-de-cancer-synthese
(2) Kroenke et al., The association of depression and pain with health-related quality of life, disability, and health care use in cancer
patients. J Pain Symptom Manage 2010, 40:327-41.
(3) Kwon. Overcoming barriers in cancer pain management. J Clin Oncol 2014, 32:1727-33.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
98
Cours supérieurs- Douleur en famille
CS7-1: Douleur et maladie héréditaire
Hélène Riazuelo(1)
(1) Université Paris Ouest Nanterre la défense, Nanterre, France ; Unité de PsychoNéphrologie au
sein de l’APP – Aura, France.
Mon propos va se centrer sur une clinique bien spécifique : celle de patients atteints d’une maladie
rénale terminale. Ils souffrent d’une maladie chronique et mortelle que révèle la perte de la fonction
vitale assurée par le rein. Comme alternative, ces patients n’ont pas d’autres choix que la dialyse, la
greffe ou la mort. Du fait de sa maladie et des soins, l’insuffisant rénal terminal est confronté à de
nombreuses pertes. En premier lieu, il doit faire face à l’annonce de son insuffisance rénale terminale
et donc à l’idée de la perte de sa santé, il prend alors brutalement conscience de sa propre mortalité.
La perte de liberté liée à la dépendance à la machine constitue la contrainte la plus douloureuse à
vivre psychiquement, en particulier par le sentiment d’impuissance qu’elle génère. La maladie et les
soins bouleversent aussi les proches. Les remaniements se situent aussi dans la famille.
Il est régulièrement question de maladies rénales héréditaires (comme la polykystose, le syndrome
d’Alport) qui viennent tout particulièrement toucher le patient mais aussi une famille dans le fait
d’avoir « reçu » mais aussi de possiblement « transmettre » une maladie en héritage. Ceci peut aussi
se situer à un niveau intergénérationnel. Divers sentiments peuvent y être associés comme la
culpabilité et le deuil.
En s’appuyant sur des prises en charge psychothérapeutiques de patients adultes d’un service de
néphrologie (séances hebdomadaires au cours de suivis d’au moins deux ans), il s’agira de de
reprendre les différents axes de réflexions qui émergent de ces situations complexes.
Bibliographie
(1) Cupa, D. (2007). Tendresse et cruauté. Paris : Dunod.
(2) Lévy, M. (2002) L’angoisse de recevoir et de transmettre une maladie rénale génétique, Psychologie en néphrologie. (p. 73-96). Paris :
EDK.
(3) Riazuelo, H. (2012). Un adolescent entre deux machines. Entre hémodialyseur et ordinateur. Adolescence, 79, 199-216.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
99
Cours supérieurs- Douleur en famille
CS7-2: De mère à fille, une douleur sans fin
Véronique Barfety-Servignat (1)
(1) CHRU Lille, Université de Lille 3 - UFR de Psychologie, Lille
Nous voyons arriver à nos consultations des familles de douloureux chroniques, notamment des
grands-mères, mères et filles, qui portent le même symptôme dans un vécu douloureux déclaré
identique. Alors comment se construit le lien mère-fille dans la transmission, la projection et
l’identification ? Il existe une particularité des liens mère-filles qui ne se résument pas aux rapports
mères-enfants.
Les liens de filiation véhiculent des legs qui contraignent, voire entravent l’accès à une identité
propre. L’expérience clinique témoigne de ces femmes, mères, angoissées, infantiles, peu heureuses
dans la relation de couple et/ou maltraitées, malaimées par leur propre mère, qui installent une
relation fusionnelle avec leurs filles… filles qui deviennent alors substituts, pansements, doubles ou
souffre-douleur. Pour ces filles, leurs épuisantes et douloureuses tentatives de réparation de la mère
qu’elles n’ont pas eu témoignent du contre-investissement de la détresse et de la souffrance des
premières relations mère/fille.
Dans l’expérience du trauma, nous savons combien l’inscription de sa transmission se fait du côté du
perceptif et du sensoriel où le symptôme prend valeur de langage de quelque chose qui n’a pu
trouver à se dire et dont les conséquences sont douleur, sentiment d’humiliation, peur, haine et
répétition. Le surinvestissement d’un corps douloureux fait ainsi écho à une relation traumatique
avec l’objet primaire interne menaçant et excitant, qui ne peut être présent, mais dont il est
impossible de se passer.
Dans ce mouvement de dépendance, l’attachement au symptôme est essentiel : il cherche à protéger
la mère et la satisfaction inconsciente que mère et fille partagent. L’identification se fait support
d’une transmission intersubjective et par contagion psychique, la fille se place dans une situation
identique à sa mère dans son lien au symptôme. Elle développe donc le même symptôme et en
accepte la souffrance qui s’y rattache.
L’idéalisation de la mère maintient une organisation à deux où la mère douloureuse est doublement
à protéger, à la fois idéalisée dans son courage à supporter, à la fois soutenue dans son épreuve à
supporter. Le symptôme se transforme en objet idéal qu’il est nécessaire de posséder pour nourrir la
relation mère-fille.
Le couple mère-fille peut alors faire corps par la douleur comme s’il existait une seule peau pour
deux contenant des appareils psychiques où il convient d’avoir toutes deux les mêmes sensations.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
100
Pour prévenir ces situations, la mère doit pouvoir valider la souffrance et lorsque c’est possible la
raconter pour mieux l’élaborer. Bien naturellement, le travail psychothérapeutique, et plus
particulièrement les thérapies familiales, ont toute leur place dans ces situations traumatiques.
Recevoir mère et fille ensemble pour les aider à se différencier, à se séparer peut permettre de
travailler chacune sa propre histoire.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
101
Cours supérieurs- Douleur en famille
CS7-3: Douleur, famille et systémie
Béatrice Aubriot(1)
(1) CETD Hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, France
La douleur chronique d’un patient a un impact dans sa famille, modifiant les interactions entre ses
membres. Une analyse systémique de cet impact apparait intéressante.
Dans les années 50, un nouvel abord de la psychopathologie, intégrant la famille et s’inspirant de la
cybernétique et de la sociologie est apparu aux USA : le courant systémique. Ce dernier innovait en
ne focalisant pas sur les liens de causalité entre un symptôme et son origine, mais s’intéressait au «
comment » apparait le symptôme, et comment il est lié aux interactions familiales.
Les notions fondamentales de la systémie appliquées à la famille telles que la circularité, le concept
d’homéostasie et celui de la fonction du symptôme organisent une nouvelle dynamique familiale au
sein de laquelle chaque membre a un rôle défini.
L’hypothèse est que le sujet présentant le symptôme est « le patient désigné », témoin d’un
dysfonctionnement de sa famille dans laquelle ce symptôme a une fonction.
Cette théorie vise à modifier les interactions dysfonctionnelles entre membres d’une même famille
pour modifier, en feedback, le symptôme.
S’il ne s’agit pas de considérer la douleur chronique comme un « symptôme » d’un
dysfonctionnement familial, il est cependant indéniable de constater qu’elle modifie souvent les
relations entre les membres d’une même famille et réorganise son fonctionnement; elle vient
bousculer l’homéostasie familiale et a une fonction au sein de la famille, reliant ses membres par une
nouvelle relation.
Si la souplesse des interactions entre les personnes n’est pas suffisante, si la structuration de la
famille est trop rigide, on peut aboutir par un mécanisme de feedback négatif, à un renforcement
de la douleur.
Quand il s’agit d’un couple, elle vient s’immiscer au quotidien, prend souvent une place de tiers au
sein du couple, créant ainsi un nouveau système. Cette fonction de tiers avec lequel chacun des
membres s’organise permet de maintenir l’homéostasie.
Enfin, la douleur chronique peut générer une relation de dépendance avec un réaménagement de la
question du « donner-recevoir » au sein du couple ou de la famille, réactivant des sentiments
d’injustice déjà suscités par la douleur.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
102
Nous constatons ainsi que par différents abords, la question du fonctionnement familial est un
facteur à prendre en compte dans la douleur chronique, ce fonctionnement pouvant interagir avec
la douleur elle-même et participer à la faire perdurer.
Bibliographie
(1) I.Boszormenyi.Nagy &G.Spark (1984) « Invisibles loyalties », Brunner / Mazel, New York ( 1ere edition 1973)
(2) E.Goldbeter-Merinfeld, « l’irruption du tiers dans le coulple et la famille. Introduction » Cahiers critiques de thérapie familiales et de
pratiques de réseaux 2014/2 (n°53),p. 5-10.
(3) E.Goldbeter-Merinfeld, « familles et corps souffrant. Introduction », Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux
2006, p.5-11.
(4) M.Vannotti, M. Gennart, « l’expérience « pathique » de la douleur chronique : une approche phénoménologique », Cahiers critiques de
thérapie familiale et de pratique de réseaux, 2006/1 n°36, p 13-31.
(5) P.Watzlawicks, « Une logique de la communication », 1967, trad. fr 1972, réed. Seuil, coll « points essais » 1979.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
103
Cours supérieurs- De la prise en charge de groupe à la prise en charge individuelle : les délais
d'attente des structures douleur peuvent-ils être thérapeutiques ?
CS8-1: Rationnel des prises en charge de groupe pour les céphalées primaires
Virginie Dousset(1)
(1) Hôpital Pellegrin-Tripode, Bordeaux, France
De la prise en charge de groupe à la prise en charge individuelle : les délais d’attente des structures
douleur peuvent-ils être thérapeutiques ? Virginie Dousset, neurologue, Coordination Douleur
Centre d'Etude et de Traitement de la Douleur, Pôle Neurosciences Cliniques, CHU de Bordeaux
Les céphalées primaires, migraine, céphalées de tension représentent le motif de consultation le
plus fréquent des structures spécialisées dans la prise en charge des céphalées. Les patients souffrant
des formes chroniques de ces céphalées consultent aussi en structure douleur chronique, tout
particulièrement quand des comorbidités avec des douleurs musculo-squelettiques existent
(syndromes fibromyalgiques), ou quand s’est développé un mésusage ou une addiction
médicamenteuse. Il s’agit donc d’une population consultant en structure douleur. Le livre blanc des
structures douleur écrit et diffusé par la sfetd précise que leur délai d’attente moyen est de 13+/- 13
semaines, soit de 3 à plus de 6 mois. Cette période d’attente parfois si longue est une des difficultés
de fonctionnement de ces structures, expliquée à la fois par le nombre croissant de demandes et par
la réduction progressive des moyens alloués à leur fonctionnement. Outre son impact négatif en
termes de retard diagnostique et thérapeutique, ces délais d’attente altèrent la relation
professionnels de santé/patients, ces derniers comprenant mal que de tels délais puissent exister.
L’amélioration des délais d’attente est d’ailleurs une des préoccupations centrales rapportées par les
associations d’usagers. C’est dans ce contexte que l’équipe du CETD du CHU de Bordeaux a proposé
la mise en place d’une réunion psycho-éducative groupale 1 à 3 mois en amont de la première
consultation médicale. Cette structuration originale du parcours de soin du patient peut répondre
aux attentes des patients, en améliorant l’alliance thérapeutique, et le confort de l’équipe pluri
professionnelle. Elle s’inscrit aussi favorablement dans le contexte économique contraint des
structures douleur. Références 1. The impact of headache in Europe: principal results of the
Eurolight project. Steiner TJ1, Stovner LJ, Katsarava Z, Lainez JM, Lampl C, Lantéri-Minet M, Rastenyte
D, Ruiz de la Torre E, Tassorelli C, Barré J, Andrée C. J Headache Pain. 2014 May 21;15:31. 2. Livre
blanc Structures douleur en France. SFETD 2015
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
104
Cours supérieurs- De la prise en charge de groupe à la prise en charge individuelle : les délais
d'attente des structures douleur peuvent-ils être thérapeutiques ?
CS8-2: Prises en charge de groupe et céphalées primaires : les données factuelles
Anne-Sophie Blanchet(1)
(1) CETD, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France
Les céphalées primaires ont une prévalence estimée à 50% en population générale en europe (1).
Malgré le développement de molécules comme traitement de crise ou prophylactique des céphalées,
de nombreuses situations cliniques sont caractérisées par l’efficacité insuffisante ou la survenue
d’effets indésirables venant limiter la prescription médicamenteuse. Ainsi les stratégies non
pharmacologiques, comme les prises en charge de groupe, ont ici tout leur sens. L’analyse des
publications scientifiques postérieures à l’an 2000 recense 6 essais cliniques randomisés contrôlés de
prises en charge de groupe de patients souffrant de céphalées primaires. Les propositions
thérapeutiques sont variées : éducation thérapeutique(2)(3), thérapie cognitivo-comportementale
(TCC)(4), thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)(5) , méditation basée sur la réduction du
stress (MBSR)(6) ou encore des stratégies de coping(7), montrant toutes des résultats positifs
significatifs comparativement aux groupes contrôles. L’évaluation de ces interventions se base sur
des outils différents, cette hétérogénéité diminue d’autant la comparabilité des différents types de
prise en charge de groupe entre elles. L’efficacité d’une modalité de prise en charge de groupe est
intéressante, permettant d’élargir l’offre de soins et d’améliorer le rapport coût efficacité. Ainsi, les
prises en charge de groupe psycho-éducatives semblent être une modalité pertinente à proposer
dans le cadre de la prise en charge des céphalées primaires.
Bibliographie
1. Stovner LJ, Andree C. Prevalence of headache in Europe: a review for the Eurolight project. J Headache Pain. 2010 Aug;11(4):289–99.
2. Matchar DB, Harpole L, Samsa GP, Jurgelski A, Lipton RB, Silberstein SD, et al. The Headache Management Trial: A Randomized Study of
Coordinated Care. Headache J Head Face Pain. 2008 Oct;48(9):1294–310.
3. Rothrock JF, Parada VA, Sims C, Key K, Walters NS, Zweifler RM. The Impact of Intensive Patient Education on Clinical Outcome in a ClinicBased Migraine Population. Headache J Head Face Pain. 2006 May;46(5):726–31.
4. Thorn BE, Pence LB, Ward LC, Kilgo G, Clements KL, Cross TH, et al. A randomized clinical trial of targeted cognitive behavioral treatment
to reduce catastrophizing in chronic headache sufferers. J Pain Off J Am Pain Soc. 2007 Dec;8(12):938–49.
5. Mo’tamedi H, Rezaiemaram P, Tavallaie A. The Effectiveness of a Group-Based Acceptance and Commitment Additive Therapy on
Rehabilitation of Female Outpatients With Chronic Headache: Preliminary Findings Reducing 3 Dimensions of Headache Impact. Headache J
Head Face Pain. 2012 Jul;52(7):1106–19.
6. Bakhshani N-M, Amirani A, Amirifard H, Shahrakipoor M. The Effectiveness of Mindfulness-Based Stress Reduction on Perceived Pain
Intensity and Quality of Life in Patients With Chronic Headache. Glob J Health Sci. 2016 Apr;8(4):142–51.
7. Rashid-Tavalai Z, Bakhshani N-M, Amirifard H, Lashkaripour M. Effectiveness of Combined Copying Skills Training and Pharmacological
Therapy for Patients with Migraine. Glob J Health Sci. 2016 Jun;8(6):179–86.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
105
Cours supérieurs- De la prise en charge de groupe à la prise en charge individuelle : les délais
d'attente des structures douleur peuvent-ils être thérapeutiques ?
CS8-3: Eléments méthodologiques d'évaluation des prises en charge de groupe
Marion Barrault-Couchouron(1)
(1) Institut Bergonié, Bordeaux, France
Eléments méthodologiques d'évaluation des prises en charge de groupe
Marion BarraultCouchouron, PhD. Docteur en psychologie clinique et psychopathologie. Institut BergoniéLaboratoire de psychologie, Université de Bordeaux Force est de constater que l’évaluation des
prises en charges de groupe ne fait pas consensus concernant les méthodologies employées.
Néanmoins, la question de l’efficacité ou au moins de l’impact thérapeutique des interventions
groupales se doit d’être appréhendée tant pour s’inscrire dans une démarche évaluative rigoureuse
que pour répondre au mieux aux besoins des patients et prendre en compte les contraintes liées à
l’organisation des soins dans la prise en charge de la douleur chronique.
L’objectif de cette présentation sera de permettre d’appréhender les enjeux conceptuels et
méthodologiques qui peuvent entourer la mise en place de prise en charge de groupes. Les questions
et les tentatives de réponses seront les suivantes : qu’est qu’une prise en charge de groupe ?
Qu’évalue-t-on : l’efficacité, l’impact, le processus, la satisfaction des usages, la relation
thérapeutique ?
La deuxième partie permettra de présenter les méthodologies mixtes permettant d’appréhender au
mieux les dispositifs interventionnels en tenant compte de l’interaction complexe entre le contexte,
le groupe, les intervenants et les objectifs de la prise en charge.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
106
Cours supérieurs- De la prise en charge de groupe à la prise en charge individuelle : les délais
d'attente des structures douleur peuvent-ils être thérapeutiques ?
CS8-4: De la place du psychiatre : les apports d’une réunion groupale avant la première
consultation.
Stéphane Brugère(1)
(1) Hôpital Pellegrin-Tripode, Bordeaux, France
Dans une démarche d’amélioration de la qualité des soins, le CETD du CHU Pellegrin à Bordeaux,
propose de mettre à profit le délai d’attente de la première consultation. C’est dans cette optique
que sont réalisés des réunions groupales d’information aux patients souffrant de céphalées
chroniques.
Chaque patient en attente de la consultation bénéficie d’une séance en groupe au cours de laquelle
sont présentés le fonctionnement, l’organisation, les indications et l’articulation du CETD avec le suivi
médical habituel. On propose un apport de type pédagogique sur les différents types de céphalées
chroniques, avec leurs enjeux diagnostiques et thérapeutiques. C’est l’occasion de sensibiliser le
groupe (et les accompagnants) à un abord élargi de la douleur chronique, et notamment de la
dimension psychologique. Afin de renforcer le message de l’abord multidimensionnel de la douleur,
le groupe est co-animé par un médecin algologue et un psychiatre.
Par ailleurs, nous proposons aux patients de répondre à des échelles (la MIDAS et la PCS), et à
nouveau le jour de la consultation (données en cours de traitement).
D’un point de vue subjectif, il apparait que cette démarche apporte des bénéfices dans la suite du
parcours de soins du patient. Il apparait que le patient puisse déjà mettre à profit le délai d’attente
de la consultation, avec l’appropriation de certains éléments d’ordre diagnostique et thérapeutique
(céphalées par abus médicamenteux par exemple). On a pu repérer également une facilitation de
l’abord psychologique des situations, avec une diminution des postures défensives, une meilleure
acceptabilité de la consultation avec le psychiatre et de ses propositions thérapeutiques.
Le constat de ces bénéfices nous amène à considérer ces réunions groupales comme une partie
intégrante de la prise en charge des céphalées.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
107
RÉSUMÉS DES COMMUNICATIONS AFFICHÉES
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
108
Résumés des posters sélectionnés pour la présentation orale
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
109
Recherche Clinique
CP-01 : Prise en charge de la douleur chez l’enfant : les alternatives à la codéine - Nouvelles
recommandations HAS
A. Gallo*(1), B.Tourniaire(2)
(1) Centre Hospitalier William Morey Chalon sur Saône, Chalon sur saone, France(2)Centre de la
douleur de l'Enfant Hôpital Armand Trousseau, Paris,
OBJECTIFS Publier de nouvelles recommandations dans la prise en charge de la douleur aiguë,
prolongée et chronique chez l’enfant en alternative à la codéine. Ce travail répond à une demande
de la Direction Générale de la Santé suite aux restrictions d’AMM de la codéine. L’ANSM a
recommandé en avril 2013 de n’utiliser la codéine chez l’enfant de plus de 12 ans qu’après échec du
paracétamol et/ou des AINS ; de ne plus l’utiliser chez les moins de 12 ans et de ne plus l’utiliser
après amygdalectomie ou adénoïdectomie MATERIEL ET METHODE La rédaction de l’argumentaire
scientifique repose sur l’analyse critique et la synthèse de la littérature de 2009 (dernières
recommandations AFSSAPS sur la prise en charge de la douleur chez l’enfant) à 2015 soit 1998
références. Chaque article a été analysé selon les principes de la lecture critique avec une gradation
du niveau de preuve. Un groupe de travail s’est réuni pour élaborer la version finale ensuite soumise
à une phase de lecture externe. Les recommandations ont été validées par les principales sociétés
savantes intéressées. La version finale a été validée par le Collège de la HAS en janvier 2016 et
diffusée depuis février 2016. RESULTATS : Les situations de douleurs aiguës depuis le retrait de la
codéine concernent : le post-opératoire en ambulatoire :amygdalectomie, cure de hernie inguinale,
orchidopexie,chirurgies urologiques et chirurgie dentaire; les urgences : fractures et entorse, les
tableaux d’abdomen chirurgical aigu et les brûlures ; les douleurs ORL; les gingivo-stomatites. Les
situations problématiques de douleurs chroniques ou récurrentes concernent : les douleurs
chroniques cancéreuses et non cancéreuses, les crises vaso-occlusives drépanocytotaires. Les
alternatives reposent principalement sur les recommandations de l’OMS de 2012:palier 1
paracétamol et ibuprofène et palier 3 morphine. CONCLUSION Cette revue approfondie de la
littérature a permis la rédaction d’un argumentaire scientifique et d’une fiche mémo pour le
prescripteur. Le paracétamol associé à l’ibuprofène constitue le report de prescription recommandé
dans de nombreuses situations. La morphine par voie orale doit également être utilisée. De nouvelles
formes galéniques de morphine orale devront être développées pour faciliter la prescription et une
utilisation sécurisée.
Bibliographie
Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Prise en charge de la douleur aiguë et
chronique chez l’enfant Saint-Denis: AFSSAPS; 2009. World Health Organization. WHO Guidelines on
the Pharmacological Treatment of Persisting Pain in Children with Medical Illnesses. Geneva: WHO;
2012.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
110
Recherche Clinique
CP-02 : Impact de la musique sur les mécanismes endogènes de modulation de la douleur
M. Cabon*(1), A.Bonnabesse(2), C.Bodéré(2)
(1) Laboratoire de Neurosciences de Brest, Brest, France(2)Laboratoire de Neurosciences de Brest,
Brest
Introduction : Des études ont révélé que l’écoute d’une musique pouvait induire un effet
analgésique (Gardner, 1960). Cependant, les mécanismes neurologiques qui sous-tendent ses effets
n’ont pas encore été démontrés. Dobek et al. (2014) montrent l’association entre l’activité neuronale
observée à l’IRM lors de l’écoute passive d’une musique et le système inhibiteur descendant. Cette
étude propose d’étudier l’impact de la musique sur le phénomène de sommation temporelle («
wind-up »). Hypothèse: La musique pourrait valoriser les voix descendantes inhibitrices et renforcer
le blocage de la réponse nociceptive au niveau de l’étage médullaire concerné. L’objectif principal est
de comparer l’amplitude du wind-up avec et sans musique. Le critère principal est l’évaluation de la
douleur sur l’échelle visuelle analogique (EVA) en continu. Matériel et méthode : L’échantillon est
composé de 20 sujets sains, âgés de 18 à 30 ans, appareillés en sexe. Les critères de non-inclusion
sont : un score de dépression supérieur à 7 (Beck, 1961), toute pathologie psychiatrique, toute
pathologie ou traitement ayant un retentissement sur la modulation de la douleur et/ou de
l’audition. Les séquences musicales sont sélectionnées parmi la base de données standardisée de
Music Care®. Les patients reçoivent successivement, dans un ordre randomisé, une séance de Music
Care de 20 minutes selon le protocole du montage en U, et une séance sans stimulation auditive. Le
style musical de la séance est choisi par les participants. Ce protocole musical est effectué
parallèlement au protocole de douleur induite, élaboré et validé par Tousignant-Laflamme et
Marchand (2008). Deux douleurs thermiques toniques sont provoquées : l’une au moyen d’une
thermode de type Peltier et l’autre d’une immersion dans un bain d’eau froide. Cette manipulation
permet de mesurer la sommation temporelle (Potvin et al., 2012) et l’efficacité des contrôles
inhibiteurs diffus nociceptifs (CIDN) dans une seule session (Toussignant-Laflamme et al., 2008).
Principaux résultats : L’évaluation de la douleur est significativement plus faible lorsque les
stimulations nociceptives sont concomitantes à l’écoute d’une musique (p<0.001). Les résultats
montrent une réduction significative de l’amplitude du pic de douleur immédiate (p<0.01) et du
wind-up (p<0.05) en condition musique, par rapport à la condition sans musique. Conclusion:
L’écoute d’une musique permettrait de diminuer la perception de la douleur aigue. La musique
déclencherait l’activation des faisceaux inhibiteurs descendants afin de moduler, dès le niveau spinal,
le transfert nociceptif ascendant. Les effets analgésiques de l’écoute passive d’une musique ouvrent
sur la prise en charge de la douleur aigue.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
111
Bibliographie
Beck, A.T., Ward, C.H., Mendelson, M., Mock, J., Erbaugh, J. (1961). An inventory for measuring depression. Archives of General Psychiatry,
4, 561-571. Dobek, C.E., Beynon, M.E., Bosma, R.L., Stroman, P.W. (2014). Music modulation of pain perception and pain-related activity in
the brain, brain stem, and spinal cord : a functional magnetic resonance imaging study. The Journal of Pain, 15(20), 1057-1068. Gardner,
W.J., Licklider, J.C., Weisr, A.Z. (1960). Suppression of pain by sound. Science, 132(3418), 32-34. Potvin, S., Paul-Savoie, E., Morin, M.,
Bourgault, P., Marchand, S. (2012). Temporal summation of pain is not amplified in a large proportion of fibromyalgia patients. Pain
research and treatment, 2012. Tousignant-Laflamme, Y., Pagé, S., Goffaux, P., Marchand, S. (2008). An experimental model to measure
excitatory and inhibitory pain mechanisms in humans. Brain Research, 1230, 73-79. 16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
112
Recherche Clinique
CP-03 : EVENDOL, aussi en post opératoire
H. Dame-sghaier*(1), P.Delmon(2), P.Delmon(2), B.Tourniaire(3), E.Fournier charriere(4)
(1)CHU Rouen, Rouen cedex 1, France(2)CHU Rouen, Rouen (3) CHU Trousseau, Paris (4)CHU Paris
11, Le kremlin bicetre
La douleur post opératoire de l'enfant est bien reconnue et sa prise en charge est un enjeu de santé
publique. De nombreux outils d’évaluation ont été développés mais ils présentent plusieurs
carences. EVENDOL est une échelle validée aux urgences pédiatriques médico-chirurgicales depuis
2006. L’objectif de cette étude est de la valider dans le contexte de la douleur post opératoire. Nous
avons mené une étude prospective, observationnelle, multicentrique sur trois centres hospitalouniversitaires français et belge. Nous avons inclus de Janvier 2011 à Février 2013 les enfants âgés de
moins de 8 ans, opérés en urgence ou en programmé. Les enfants en détresse vitale, présentant un
polyhandicap, maitrisant mal le français ou refusant de participer à l’étude ont été exclus. Le score
EVENDOL et différentes échelles validées (FLACC, OPS, FSP-R, EN attribuée) ont été mesurés aux
différents temps de l’hospitalisation, par un chercheur et par un soignant. Au total, 269 enfants ont
été inclus. Toutes les tranches d'âge étaient représentées avec une médiane de 2.6 ans. Il y avait une
nette prédominance de garçons (71%). Dans 91% des cas, l'intervention était programmée.
La
consistance interne de l'échelle, appréciée par le coefficient de Cronbach, est excellente puisque le
coefficient est entre 0.74 et 0.83. Le coefficient de corrélation intra-classe (CCIC) est compris entre
0.68 et 0.9 selon les temps d'évaluation. La sensibilité au changement est excellente puisque les
scores chutent de façon significative (p<0.001) après l'administration d'un antalgique. Les
corrélations de l'échelle EVENDOL avec les autres échelles déjà validées (FLACC, OPS, EN attribuée)
sont bonnes avec un coefficient de Spearman supérieur à 0.75 hormis pour l’OPS lors de la sortie de
SSPI (0.68). Les corrélations d'EVENDOL avec l'échelle d'auto-évaluation n'ont pu être étudiées de par
un nombre insuffisant de score FSP-R. La qualité de l’échelle EVENDOL et sa large diffusion nationale
en font un outil d’évaluation optimal valable durant tout le séjour et de la naissance jusqu’à l’âge de
l’auto évaluation. Les critères de validation sont satisfaisants pour la période post opératoire, en
dehors d’un seul temps où les corrélations sont plus faibles. Conclusion : Ses bons critères de
validité en SSPI et en unité d'hospitalisation permettent de valider l’utilisation de l'échelle EVENDOL
pour la période post opératoire chez l'enfant de 0 à 7 ans.
Fournier-Charrière E, Tourniaire B, Carbajal R, Cimerman P, Lassauge F, Ricard C, Reiter F, Turquin P,
Lombart B, Letierce A et Falissard B. EVENDOL, a new behavioral pain scale for children of 0 to 7
years in the emergency department: design and validation. Pain 2012 (153) 1573-1582
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
113
Recherche fondamentale
CP-04 : Etude de l’inhibition génétique et pharmacologique des canaux calciques CaV3.2 dans la
douleur abdominale associée à une inflammation à bas bruit.
E. Picard*(1), F.Carvalho(2), E.Bourinet(3), M.Bégou(2), L.Daulhac-terrail(2), C.Mallet(2)
(1)Inserm U 1107, Neuro-Dol, Pharmacologie Fondamentale et Clinique de la Douleur, Clermontferrand, France(2)Inserm U 1107, Neuro-Dol, Pharmacologie Fondamentale et Clinique de la Douleur,
Clermont-ferrand,(3)Institut de génomique fonctionelle (IGF CNRS UMR5203-INSERM U1191),
Montpellier
La douleur chronique abdominale, fréquemment associée à une hypersensibilité colique, est
retrouvée chez certaines personnes présentant une inflammation à bas bruit dans des pathologies
comme le syndrome de l’intestin irritable (SII) ou les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin
(MICI) en phase de rémission. Les traitements actuels présentent une efficacité limitée et
d’importants effets indésirables. Des stratégies ciblant les canaux calciques voltage-dépendants (CaV)
de type T, notamment l’isoforme 3.2 (CaV3.2), sont en développement afin de proposer des
innovations thérapeutiques. L’objectif de cette étude est d’évaluer la conséquence d’une inhibition
des canaux CaV3.2 dans un modèle murin d’hypersensibilité colique associée à une inflammation à
bas bruit. Afin de mimer les symptômes du SII, du Dextran Sodium Sulfate (DSS) à 0,5% a été
administré durant 12 jours à des souris mâles C57BL/6 dans l’eau de boisson disponible ad libitum.
Une première stratégie d’inhibition génétique des CaV3.2 a été appliquée, en utilisant d’une part un
knock-out (KO) total et d’autre part un KO conditionnel où l’invalidation de Cav3.2 a lieu
spécifiquement dans les mécanorécepteurs C à bas seuil (C-LTMRs), qui permet de discriminer l’effet
périphérique et central de l’inhibition de CaV3.2. Une seconde stratégie d’inhibition
pharmacologique de CaV3.2 a été appliquée en utilisant du TTA-A2 (1 mg/kg, sous-cutanée, à J12),
inhibiteur possédant une grande sélectivité pour les canaux de type T, en particulier CaV3.2. Afin
d’évaluer l’état général des animaux, un score DAI (Disease Activity Index) prenant en compte le
pourcentage de perte de poids, la consistance des selles et la présence ou non de sang dans les selles
a été établi quotidiennement. Des dosages ELISA de marqueurs de l’inflammation systémique (IL-6
sérique et colique et myelopéroxydase colique) et de l’inflammation à bas bruit (lipocaline-2 fécale)
ont été réalisés. La sensibilité colique a été évaluée à J12 par distensions colorectales. Le DSS 0,5%
n’induit pas d’inflammation systémique mais une inflammation à bas bruit associée à une
hypersensibilité colique et une augmentation du score DAI. Les stratégies d’inhibition génétique et
pharmacologique, sans modifier le score DAI, ont toutes les deux montré une forte diminution de
l’hypersensibilité colique. Ces résultats démontrent qu’une inhibition des CaV3.2 induit un effet antihyperalgique dans un modèle murin de SII ou de MICI en rémission. L’utilisation du KO conditionnel a
permis de démontrer une implication périphérique des CaV3.2 dans l’hypersensibilité colique, ce qui
constitue une stratégie innovante dans le traitement de la douleur abdominale associée à une
inflammation à bas bruit.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
114
Recherche Clinique
CP-05 : Les antagonistes des récepteurs NMDA en relais de la kétamine dans le traitement des
douleurs neuropathiques périphériques.
E. Martin*(1)(2), M.Sorel(3), V.Morel*(2), C.Armessen(3), B.Locko(3), F.Marcaillou(4),
F.Tiberghien(5), P.Picard(4), N.Delage(4), M.Crosmary(6), M.Najjar(6), R.Colamarino (6) C.Creach' (7)
B.Lietar (7), G.Brumauld de montgazon (8), A.Margot-duclot (9) B.Pereira (10) G.Pickering (1)
(1) Clermont Université, Université d’Auvergne, Pharmacologie Fondamentale et Clinique de la
Douleur, Laboratoire de Pharmacologie, Facultés de Médecine/Pharmacie, Clermont-Ferrand;
(2) CHU Clermont-Ferrand, Inserm CIC 1405, Centre de Pharmacologie Clinique, Clermont-Ferrand
(3) Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CH de Nemours, Nemours
(4)Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-ferrand
(5)Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CHU Jean Minjoz, Besançon, Besançon
(6)Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CH de Vichy, Vichy
(7) Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CHU de Saint-Etienne, Saint-etienne.
(8) Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CH de La Rochelle, La rochelle
(9) Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, Hôpital Rotschild de Paris, Paris
(10) CHU de Clermont-Ferrand, Délégation Recherche Clinique & Innovation - Villa annexe IFSI, 58
Rue Montalembert, F-63003 Clermont-Ferrand cedex, Clermont-ferrand,
Contexte: Le récepteur du N-méthyl-D-aspartate (NMDA) joue un rôle important dans les
phénomènes de sensibilisation centrale de la douleur. Des antagonistes de ce récepteur comme la
kétamine, le dextrométhorphane et la mémantine pourraient être utilisés dans le traitement des
douleurs chroniques sévères. Chez des patients souffrant de douleur neuropathique réfractaire aux
traitements habituels, la kétamine a une efficacité antalgique à dose sub-anesthésique mais ses
effets indésirables limitent sa fréquence d’administration. Un relais antalgique en ambulatoire par
d’autres antagonistes du récepteur NMDA serait une solution pour espacer les cures répétées de
kétamine. Méthodes: Cet essai clinique (NCT01602185) randomisé, en simple-aveugle, en groupes
parallèles, contrôlé versus placebo, conduit dans sept CETD vise à évaluer si le dextrométhorphane
et/ou la mémantine donnés en relais de la kétamine, pourraient maintenir ou renforcer l’antalgie
induite par la kétamine chez 60 patients, 20 dans chaque groupe (α=0,05 ; β=0,10, δ=1,4 ;σ=1,5),
souffrant de douleur neuropathique [1]. Après leur cure de kétamine, les 60 patients répondeurs
reçoivent soit le dextrométhorphane (dose maximale 90mg/jour), soit la mémantine (20mg/jour),
soit le placebo pendant 12 semaines. La douleur, la qualité de vie et le statut cognitivo-émotionnel
des patients sont évalués à l’inclusion puis à 1 mois, 2 mois et 3 mois. Les polymorphismes
génétiques (CYP2D6, CYP3A4, MDR1 et NR1I2) seront également étudiés. Résultats: Les patients
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
115
inclus souffrent de douleur sévère (DN4: 6.1±1.6; EN: 6.9±1.9). Ils sont améliorés par la kétamine (EN:
4.0±1.9; P<0.001). A 1 mois, 2 mois et 3 mois, seul le dextrométhorphane maintient l’effet antalgique
de la kétamine (EN, 1 mois: 4.1±2.6; P=0.84; 2 mois: 4.9±2.1; P=0.207; 3 mois: 4.8±2.3; P=0.22). Les
autres paramètres étudiés sont en cours d’analyse. Conclusion: Les premiers résultats de cet essai
clinique montrent que le dextrométhorphane pourrait être utilisé comme relais antalgique de la
kétamine dans la prise en charge des douleurs neuropathiques réfractaires afin de diminuer la
fréquence des cures de kétamine. L’étude de l’influence de la pharmacogénétique sur l’efficacité du
dextrométhorphane et de la mémantine est en cours et permettra de proposer une stratégie
prédictive de la réponse antalgique de ces molécules afin d’améliorer la prise en charge des douleurs
chroniques rebelles.
Bibliographie
[1] Pickering, G. et al. Rationale and design of a multicenter randomized clinical trial with memantine and dextromethorphan in ketamineresponder patients. Contemp. Clin. Trials 38, 314–320 (2014).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
116
Recherche fondamentale
CP-06 : Le MS-275, un inhibiteur d’HDACs, pour prévenir la neuropathie chronique induite par
l’oxaliplatine
S. Lamoine*(1), L.Poupon(2), L.Prival(2), A.Eschalier(2), J.Busserolles(2)
(1)UMR INSERM/Université d'Auvergne 1107, Laboratoire de Pharmacologie Fondamentale et
Clinique de la Douleur, Clermont-ferrand, France(2)UMR INSERM/Université d'Auvergne 1107,
Laboratoire de Pharmacologie Fondamentale et Clinique de la Douleur, Clermont-ferrand
L’oxaliplatine, un sel de platine de 3ème génération, fait partie du traitement de référence des
cancers colorectaux. L’effet indésirable majeur de ce composé est le développement d’une
neuropathie douloureuse se caractérisant par des paresthésies et des dysesthésies apparaissant chez
90% des patients dès la première cure de chimiothérapie. Une neuropathie chronique se développe
suite à la répétition des cures chez plus de 20% des patients, pouvant conduire à une diminution de
dose ou à l’arrêt du traitement. De plus, les symptômes de cette dernière peuvent durer plusieurs
mois après l’arrêt de la chimiothérapie. Des données préliminaires obtenues au laboratoire ont
montrées l’implication de processus épigénétiques dans l’apparition de cette neuropathie. Nous
avons également démontré un effet antalgique du MS-275 ou Entinostat, un inhibiteur des histones
désacétylases (HDAC) de classe I, chez un modèle murin de neuropathie aiguë induite par
l’oxaliplatine. Une surexpression de plusieurs HDACs appartenant à la Classe I ayant été observée
dans des biopsies de patients cancéreux, et l’entinostat ayant également des propriétés
antiprolifératives, nous avons recherché à tester l’efficacité de ce composé sur un modèle murin de
neuropathie chronique et d’évaluer l’impact de cet inhibiteur, en présence ou non d’oxaliplatine, sur
des lignées cellulaires de cancer colorectal. Des souris mâles C57Bl6/J ont été utilisées pour les
expérimentations in vivo. L’oxaliplatine (3mg/kg, i.p) a été administrée deux fois par semaine durant
3 semaines. Le MS-275 (15mg/kg, p.o) était administré 30 minutes avant chaque injection
d’oxaliplatine. La sensibilité douloureuse des animaux a été évaluée chaque semaine par différents
tests de douleur provoquée par des stimulations thermique et mécanique. Deux lignées de cellules
humaines de cancer colorectal, HT29 et T84 ont été utilisées pour les expérimentations in vitro. La
toxicité des composés sur les cellules cancéreuses a été analysée par le test du MTT. Nos résultats
montrent que l’inhibition des HDACs de la Classe I permet de prévenir l’apparition de
l’hypersensibilité thermique et mécanique des animaux traités par des administrations répétées
d’oxaliplatine. De plus, l’oxaliplatine et le MS-275, utilisés seuls, présentent une activité antiproliférative sur les deux lignées cellulaires de cancer colorectal utilisées. Lorsque co-administrés, le
MS-275 n’a pas d’effet délétère vis-à-vis de l’effet antiprolifératif de l’oxaliplatine sur la lignée HT29
mais l’améliore sur les cellules T84. Nos résultats suggèrent ainsi que la combinaison de l’oxaliplatine
avec le MS-275 pourrait présenter un double bénéfice pour les patients souffrant d’un cancer
colorectal, en prévenant l’effet neurotoxique de l’oxaliplatine.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
117
1- Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de
structure
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
118
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-001 : Quel est le profil des patients consultant au centre anti douleur (CAD) du CHU de Batna en
Algérie ?
J. Bouhidel*(1), N.Grainat(1), B.Calvino(2), J.Bruxelles(2)
(1)CHU BATNA, Batna, Algeria (2) CHU, Paris
Objectifs : Décrire les patients reçus en consultation pour la première fois pour douleurs chroniques
au sein du CAD du CHU de Batna en Algérie via une étude transversale prospective afin d’apprécier
les caractéristiques épidémiologiques et cliniques. Description : Première structure à l’échelle
nationale, le CAD du CHU de Batna a pour vocation régionale la prise en charge des patients
souffrant de douleurs chronique. Menée depuis le mois d’avril 2016,47 fiches patients ont été
remplies par les praticiens du CAD et recueillis depuis. A ce jours, l’analyse temporaire des fiches
patients permet de mettre en évidence les caractéristiques suivantes : moyenne d’âge : 54 ans ; sexe
ratio : 1:1 ; origine géographique 79% département de Batna ; 20% en recherche d’emploi, 9% en
activité professionnelle, 17% en arrêt maladie, 47% à la retraite statut professionnel, 7% d’invalides.
Les principaux types de douleur sont pour 70% des douleurs cancéreuses, 11 % lombalgies/sciatalgies
et enfin 19% d’autres types de douleurs (multiples, viscérales, céphalées). Le recours à la structure
douleur a été estimé justifié pour 100% des cas. En ce qui concerne, le parcours du patient avant de
recourir au CAD du CHU de Batna : 90% de professionnel de santé (médecin généraliste ou
spécialiste) ont orienté le patient vers la structure et on estime que 55% des patients admis ont été
adressé avec un bilan somatique (clinique ou paraclinique) suffisant. Enfin, s’agissant de la prise en
charge du patient, un délai de réception moyen de 18 jours a été mise en évidence. La consultation
durait en moyenne 48 minutes et on a jugé qu’en moyenne 7 consultations était nécessaire au suivi
du patient dans la structure sur une durée moyenne de 8 mois. La synthèse de la consultation
douleur a été réalisée pour 92% en réunion pluri-professionnelle et pour 8% par le médecin seul.
Pour 75% des patients, une prise en charge de type « physique-psychologique » a été jugée
nécessaire. Enfin, les praticiens du CAD ont considéré que 49% des patients nécessitait une
hospitalisation dans le cadre d’une prise en charge optimale. Impact attendu : Cette étude
ambitieuse a le mérite d’exister et permettra d’optimiser le diagnostic, l’évaluation et le traitement
de la douleur chronique du patient algérien, d’une part en tenant compte des particularités
épidémiologiques et cliniques et d’autre part via un parcours de soins coordonné avec le CAD du CHU
de Batna.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
119
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-002 : Pour une meilleure protection des personnels: Mesures comparatives d'exposition au
MEOPA en situations cliniques réelles dans un groupe hospitalier parisien
M. D'ussel*(1), J.Sabathé(2), T.Demaret(2), F.Coudoré(2), H.Beaussier(2), J.Delmotte(2), A.Coutaux(2)
(1)Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, Paris, France(2)Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, Paris
Le MEOPA (mélange équimolaire de protoxyde d’azote et d’oxygène) est un gaz aux propriétés
antalgiques et anxiolytiques dont la rapidité d’action (3 à 4 minutes) et la réversibilité des effets en font
un traitement de choix pour la prévention des douleurs provoquées par les soins [1]. Ses effets
indésirables sont rares [2] et la sécurité du patient est assurée lorsque les précautions d’emploi sont
respectées [3] Actuellement, le MEOPA est donc intégré aux recommandations de bonnes pratiques
concernant la prise en charge de la douleur [4][5]. Cependant, même si la revue de la littérature s’avère
rassurante concernant les risques professionnels d’exposition répétée au protoxyde d’azote [6], aucune
étude n’a pu démontrer l’absence totale de risque. L’INRS (institut national de recherche et de sécurité)
préconise donc de limiter l’exposition des professionnels à des taux réduits de Protoxyde d’Azote (25ppm45 mg/m3) [7] Pour mesurer l’exposition des personnels de notre hôpital, le CLUD, en lien avec le Service
de Santé au Travail et le Département Prévention des Risques Professionnels, a réalisé des dosages, avec
et sans utilisation de la valve à la demande (VAD), système permettant d’adapter le débit de MEOPA
délivré à ce qui est inhalé par le patient. Un dosimètre était apposé sur le soignant, à proximité du patient
inhalant le MEOPA, et la mesure effectuée par spectrométrie infrarouge, comme recommandé par l’INRS.
Les tests ont alors été réalisés dans différentes situations : • dans un box des Urgences, fermé et non
ventilé, sans utilisation de la VAD : taux de 6900, 970 et 460 mg/ m3 • dans un box des Urgences, non
ventilé, sans VAD, avec l’extrémité du tuyau d’évacuation des gaz expirés à l’extérieur (par la fenêtre
entr’ouverte) : taux indétectable • dans un box des Urgences fortement ventilé, sans fenêtre vers
l’extérieur, avec VAD et tuyau orienté vers l’extraction d’air : 2mg/ m3 • dans un box de consultation
ventilé, fermé, avec VAD et tuyau orienté vers l’extraction d’air : 6mg/ m3 • dans une chambre
d’hospitalisation, fermée, non ventilée, avec VAD et tuyau orienté vers la salle de bains ventilée : 3mg/
m3 Ces mesures nous permettent de poursuivre l’utilisation du MEOPA dans notre hôpital en toute
sécurité, quel que soit le mode de ventilation et d’aération de la pièce, à condition de mettre en place la
valve à la demande, et d’orienter le tuyau d’évacuation des gaz expirés vers la source d’aération ou
ventilation.
Bibliographie
1. Einarsson S, Stenqvist O, Bengtsson A, et al. Gas kinetics during nitrous oxide analgesia for labour. Anaesthesia 1996;51 :449–52 2. Gall
O, Annequin D, Benoit G, VanGlabeke E, Vrancea F, Murat I. Adverse events of premixed nitrous oxide and oxygen for procedural sedation in
children. Lancet 2001;358(9292):1514-5 3. Faddy SC1, Garlick SR. A systematic review of the safety of analgesia with 50% nitrous oxide: can
lay responders use analgesic gases in the prehospital setting? Emerg Med J. 2005 Dec;22(12):901-8. 4. Agence française de sécurité
sanitaire des produits de santé AFSSAPS. Recommandations de bonne pratique PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE DE LA DOULEUR
AIGUË ET CHRONIQUE CHEZ L'ENFANT. 2009 Jun 1 5. Ricard-Hibon A, Chollet C, Saada S, Loridant B, Marty J. A quality control program for
acute pain management in out-of-hospital critical care medicine. Ann Emerg Med. 4 Dec 1999. 6. Olfert SM. Reproductive outcomes among
dental personnel: a review of selected exposures. J Can Dent Assoc. 2006 Nov;72(9):821-5. 7. Protoxyde d’Azote: fiche toxicologique FT 267,
INRS, édition 2007
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
120
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-003 : KIT-KAD « KIT ACCOMPAGNER LA DOULEUR »: UNE OFFRE ÉDUCATIVE TRANSVERSALE,
ADAPTABLE PROPOSÉE AUX PATIENTS DOULOUREUX CHRONIQUES QUELLES QUE SOIT LEURS
PATHOLOGIES
D. Gillet(1)
(1)CH VOIRON, Voiron, France
M. Baudrant1, V. Vion-Genovese1, D. Gillet2, S. Heritier2, C. Maindet-Dominici3, J. Amiel3, J. P.
Petrod4, L. Benitez4, A. Gauchet5, C. Rigolet6, C. Boscaponi6, S. GrosClaude6 1.UTEP CHU Grenoble,
2.CH Voiron, 3.CHU Grenoble, 4.Patient, 5.Université Grenoble-Alpes, 6.CH Rhumatologique Uriage,
Introduction: Les problématiques des patients douloureux chroniques justifient le développement de
séances éducatives en lien avec ce symptôme douloureux. Or les offres d’éducation thérapeutique
(ETP) existantes sont structurées par pathologie (polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie, douleurs
rhumatismales, cancer, migraine …) d’où la proposition d’envisager une offre d’ETP transversale pour
les patients douloureux chroniques quelle que soit l’origine de la douleur. Objectifs: Un groupe de
travail, coordonné par l’Unité transversale d'ETP du CHU de Grenoble, réunissant des équipes multisites, pluri professionnelles (Algologues, Rhumatologues, Neurologues, Anesthésistes, Pharmaciens
hospitaliers et de ville, Infirmières ressource douleur, Ergothérapeutes, Kinésithérapeutes,
Psychologues) spécialisées dans le suivi des patients douloureux chroniques et deux patients
ressources s’est mis en place avec pour objectif de créer une trame commune de séances éducatives
adaptables pour chaque équipe soignante en fonction de leurs organisations locales et quelle que
soit la pathologie douloureuse du patient. Méthodes: Analyse bibliographique des démarches
éducatives existantes. Enquête de besoins auprès de patients douloureux chroniques et des
professionnels de santé au sein des sites du groupe de travail. Réunions de travail trimestrielles pour
co-construire l’offre. Résultats: Un « kit KAD » (Kit pour Accompagner la Douleur) a été élaboré. Il
contient 4 séances (pouvant se décliner en individuel et/ou en groupe) sur différentes thématiques
issues de l’analyse de besoin: « Je comprends ma douleur et j'en suis l'expert » ; « Je comprends
mieux mon ordonnance et j'adapte mon traitement » « Que penser des approches non
médicamenteuses pour faire face à ma douleur? » ;
« Comment moduler ma douleur et mes
activités ? ». Le kit contient différents outils facilitant son appropriation, les conducteurs et outils
pédagogiques nécessaires pour animer les séances. Conclusions: Les phases de tests au sein des
établissements du groupe sont en cours afin de finaliser le kit. L’étape suivante est la diffusion de ce
kit sous forme de mallette pédagogique et accessible en ligne ainsi qu’une évaluation du processus
par les équipes utilisatrices.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
121
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-004 : Programme d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) :Mieux vivre avec une douleur
chronique tout en préservant ou en améliorant son autonomie
I. Tapesar*(1)
(1)CETDC TARBES, Tarbes, France
Objectif : Programme d’ETP en SSR, concernant toutes les douleurs chroniques du sujet âgé, avec
relais éducatif à 6 voire 12 mois au sein du CETDC de TARBES pour évaluations et reprises éducatives.
Données épidémiologiques : La douleur persistante est 2,5 plus fréquente entre 60 et 70 ans
qu’entre 30 et 40 ans. Elle devient 4 fois plus fréquente après 80 ans et représente aujourd’hui un
problème de santé publique. Perspective : L’ETP, inscrite à part entière dans le parcours de soins,
adaptée, transversale, est utilisable et efficace dans la prise en charge globale que nécessite le sujet
âgé douloureux chronique et vulnérable. Population concernée : SA douloureux chronique, de plus
de 75 ans, admis en SSR, ayant des fonctions mnésiques conservées (MMSE ≥ 22/30 et BREF ≥ 12) et
un statut fonctionnel clinique de fragilité avérée (SPPB de > à 6/12) Méthodes et Approches :
Evaluation Gériatrique Standardisée, Projet thérapeutique personnalisé, PEC multidisciplinaire,
Consultation algologique. Prescription, avec accord, d’une PEC en ETP. Diagnostic motivationnel et
éducatif effectué à l’aide d’un guide d’entretien pré établi. Déroulé du programme : Programme
personnalisé, coordonné, adapté à la potentialité et aux besoins est proposé sur 1a durée de
l’hospitalisation en articulation entre les objectifs thérapeutiques et pédagogiques. Staff
hebdomadaire de l'équipe ETP, Entretien à mi parcours et en fin de programme initial, Suivi annuel
pour reprise d’éducation ou entretien motivationnel. Le programme ETP est évalué ( Evaluation par
les participants, Evaluation sommative et formative des participants, auto évaluation annuelle et
quadriennales de l’activité globale et du déroulement du programme à l’aide de la grille HAS prévue
à cet effet.) Synopsis du programme : 9 ateliers (compétences du savoir, savoir faire, savoir être),
bien définis (objectifs, méthode d’animation, durée et méthode d’évaluation) et nommés 1 à 9 : «
Mieux comprendre la douleur », « S’expliquer la douleur », « Comment faire avec mon corps
douloureux », « Gérer sa douleur », « Mieux comprendre le traitement médicamenteux », « Se
relaxer », « Partager son expérience », « TENS », « Communiquer avec soi même ». Les ateliers 1, 2,
3, 4, 5 forment le socle des compétences de sécurité effectuées en groupe, apportant une cohérence
dans le parcours éducatif avec meilleur adhésion au programme d’ETP Conclusion: Les patients,
bénéficiaires d’un tel programme d’ETP, en articulation avec les objectifs thérapeutiques, pourraient
préserver le plus longtemps possible leur autonomie et leur qualité de vie.
Bibliographie
- D. Bonnet, S. Legrain. L’éducation thérapeutique chez le sujet âgé : un défi à relever. - Traynard PY, Gagnayre R (2009) L’éducation
thérapeutique du patient atteint de maladie chronique. In: Simon D, Traynard PY, Bourdillon F, Gagnayre R, Grimaldi A (eds) Education
thérapeutique. Elsevier-Masson, Issy-les-Moulineaux, pp 3 – 7 - H. Villars • C. Dupuy • A. Perrin • F. Nourhashemi. Cah. Année Gérontol.
(2014) 6:150-153. Éducation thérapeutique dans la maladie d’Alzheimer - J.-C. Verheye. V. Brunie.F. Trévidy. La personne âgée, un
apprenant particulier en éucation thérapeutique ? Cah. Année Gérontol. DOI 10.1007/s12612-014-0439-x. Lavoisier SAS 2014. - HAS.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
122
Education thérapeutique du patient. Comment élaborer un programme spécifique d’une maladie chronique ? Juin 2007. - Giniès P.
Encyclopédie des douleurs (2008), 331 pages - J.-F. d’Ivernois et R. Gagnayre. Apprendre à éduquer le patient. Approche pédagogique.
4ème Edition Maloine, (2013) 146 pages Liens Internet http://www.sfetd-douleur.org (Société Française d’Evaluation et de Traitement de
la Douleur) http://www.cnrd.fr (Centre National Ressources Douleur) http://www.institut-upsa-douleur.org http://www.douleurs.org
(Douleur sans frontières)
http://www.has-sante.fr (Haute Autorité de Santé)
http://www.chronicpaincanada.org
http://www.ampainsoc.org http://www.iasp-pain.org http://www.efic.org http://www.eapcnet.org
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
123
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-005 : Pagui le Pingouin - Un support autour du conte pour l'hypnoanalgésie
A. Poulet(1), E.Ogereau(2), Y.Doumbia(2)
(1)Hopital d'Enfants de Margency, Margency, France(2) Hôpital d'Enfants de Margency, Margency
Suite à une formation d’hypno-analgésie, nous avons eu l’opportunité de créer un projet pour
accompagner les enfants dans la prise en charge de leur douleur au quotidien. La pluridisciplinarité
de notre groupe de travail, formé par une infirmière, un éducateur et une psychomotricienne, nous a
conduit à penser à un outil ludique, support de l’hypno-analgésie, et pouvant être utilisé par tout
professionnel intervenant auprès de l’enfant. C’est ainsi que nous avons travaillé sur un conte
imaginaire s’appuyant sur des techniques d’hypno-analgésie. Du fait du caractère imaginaire du
projet, ce dernier s’adresse à des enfants entre 3 et 6 ans. Nous avons souhaité que cet outil soit
utilisé auprès d’enfants douloureux pour lesquels les soins engendrent des angoisses et/ou de
l’anxiété. Ce conte prend la forme d’un livre/CD imagé avec comme personnage principal un
pingouin nommé Pagui. Tout au long de l’histoire au travers de la saturation sensorielle
(accentuation des sens), de techniques de confusion (éléments de l’histoire non cohérents) et de
l’hypnose conversationnelle (faire intervenir l’enfant dans l’histoire), l’enfant déplace son attention
sur ce monde imaginaire, éloigné de sa douleur. De plus, un accompagnement musical et/ou la
narration audio de l’histoire, joints au livre, peut être proposé à l’enfant. Ce projet vise à donner un
outil, supplémentaire et facilement accessible, aux professionnels dans la prise en charge de la
douleur de l’enfant car nous y sommes tous confrontés. L’idée est de pouvoir utiliser le livre durant
un soin mais également en dehors du soin. En effet, cela permet à l’enfant de s’approprier l’histoire
et de créer un lien de confiance avec le professionnel. A ce jour, nous avons créé un prototype de
livre avec illustrations et mise en page faites « mains » ainsi qu’un enregistrement audio/musical.
Nous avons pu expérimenter le projet auprès de quelques enfants qui répondent positivement à
l’histoire. Ces expériences ont été effectuées lors de soins mais également en dehors. Cela nous a
permis de travailler sur des axes d’améliorations (marionnette à l’effigie de Pagui, valise « magique
»…).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
124
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-006 : ETUDE DU MASSAGE DE SOIGNANTS EN EHPAD DANS LE CADRE DE LEUR TRAVAIL
A. Floriot(1)
(1)CHI POISSY ST GERMAIN EN LAYE, Poissy cedex, France
Le « burn-out » désigne un syndrome d’épuisement professionnel, souvent observé chez les
soignants ; c’est une réponse au stress émotionnel et physique chronique. Les troubles musculosquelettiques (TMS) concernent aussi bon nombre de salariés, sources de fréquentes douleurs.
Proposer des « pauses-massages » aux soignants apportera-t-il une réponse ?
OBJECTIFS
Evaluation du bénéfice de pauses- massages sur des soignants travaillant en EHPAD : prévention du
burn out et des douleurs physiques. METHODE - Etude observationnelle, de mars à mai 2015, dans
un EHPAD psychogériatrique accueillant 100 % de personnes atteintes de troubles
neurodégénératifs, avec une forte charge de travail - Inclusion de soignants (AS, AMP, IDE,
rééducateurs), travaillant en gériatrie depuis plus de 1 an. - 25 soignants volontaires : 15 massés (4
massages sur 3 mois durant le temps de pause) et 10 non massés. - Massages effectués par un
kinésithérapeute diplômé Evaluation : fiche « état de santé », auto-évaluation du syndrome
d’épuisement professionnel par Malash Burnout Inventory (MBI) avant et 15 jours après le dernier
massage ; des douleurs (EVA) avant et après chaque massage RESULTATS - Femmes, 30 ans en
moyenne ; douleurs cotées en moyenne à 4 par les 15 soignants ; - Echantillon massé : Effets
bénéfiques décrits chez 87% des 40 évaluations réalisées - Réduction régulière des douleurs passant
en moyenne de4 à 3.86, à 3.4 puis à 2.64 à l’issu de l’étude. A la fin de l’expérimentation : moins de
douleurs chez 53 %, stable chez 26.6% et aggravation chez 20% - Mieux être psychologique ;
Réduction des tensions dans le travail : épuisement professionnel, accomplissement personnel,
dépersonnalisation (non massé, avant massage, après massage : Cf. camembert). DISCUSSION Faible échantillon, biais (auto évaluation) - Fréquence élevée des douleurs chez les soignants soumis
à un travail physique et psychique lourd - Bénéfices du massage sur les douleurs musculosquelettiques, sur l’aspect d’épuisement personnel (variable dépendante du niveau de stress) et de
dépersonnalisation dans le burn out. - Effet délétère du massage sur l’accomplissement personnel
(qui exprime le désengagement, la démotivation profonde du salarié envers son travail) : à explorer.
CONCLUSION Fréquence des douleurs et du burn out chez les soignants étudiés. Intérêt à élargir
l’étude. Bénéfices nets des massages sur le mieux-être des soignants, retrouvé dans d’autres études.
Intérêt de pérenniser ces massages dans le cadre de la prévention /prise en charge des TMS et du
burn-out ! avec quels financements ?
Dannier C, Sachot C, Simon A .Atelier pause massage et sophrologie pour les professionnels
d’hématologie. La revue de l’infirmière. Avril 2014. n°200 Baumann F .Burn out : quand le travail rend
malade. Causes, Prévention .Solutions. Cas concrets, Paris Edition J.Lyon 2013 Thomas P ,Barruch G,
Hazif-Thomas. La souffrance des soignants et fatigue de compassion. La revue francophone de
gériatrie et de gérontologie. Sept 2012. Tome XIX ;n°187
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
125
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-007 : Mise en place d'une consultation spécialisée "Douleur et Travail" au CHU de Rouen
M. Lupse*(1), S.Pouplin(2), L.Rollin(2)
(1)CHU ROUEN, Rouen, France(2)CHU Rouen, Rouen
Objectif Étudier le profil de la situation professionnelle des patients douloureux chroniques ; Évaluer l’impact de la mise en place d’une consultation spécialisée « Douleur et Travail » sur le
maintien dans l’emploi des patients douloureux chroniques ; - Accompagner les patients douloureux
chroniques pour le maintien dans l’emploi et/ou la reprise d’une activité professionnelle. Le principe
de cette consultation est la non-substitution au médecin du travail du salarié, le but étant plutôt
l’orientation et la reprise de contact avec celui-ci, en temps utile, avant la reprise du travail.
Méthodologie Les sujets ayant consulté le Centre d’Étude et Traitement de la Douleur de CHU de
Rouen et répondant aux critères d’inclusion suivants sont adressés à la consultation: - Patients nonsalariés ou n’ayant pas une activité professionnelle, âgés d'au moins 18 ans, atteints d’une
pathologie douloureuse chronique souhaitant le maintien dans l’emploi ou intégrer le monde du
travail ; - Patients salariés atteints d’une pathologie douloureuse chronique, n’ayant pas eu une visite
avec leur médecin du travail dans les six derniers mois. Critères d’exclusion - Visite avec le médecin
du travail dans les 6 derniers mois ou prévue dans le mois qui suit; - Démarches de reclassement
professionnel déjà en cours. Trois temps sont prévus : - Une consultation avec pour objectif
d’évaluer : - le statut professionnel ; - l’incapacité dans la vie (questionnaire SF-12) et au travail ; - la
prise de contact ou non avec le médecin du travail et les démarches effectuées. Un bilan des
aptitudes médicales récentes est réalisé puis orientation vers les acteurs du maintien dans l’emploi. Entretien téléphonique au bout de 6 semaines pour évaluation de l’avancement des démarches
entreprises. - Une consultation de suivi à trois mois pour faire le bilan sur l’avancement des
démarches et conseil. Résultats Les résultats présentés lors du congrès concerneront les patients
ayant bénéficié d’une première consultation entre le 01/11/2015 et le 30/06/2016. À la date du
23/05/2016, 42 patients sont inclus, notre objectif est d’étudier au moins 45 patients sur la période
totale. L’analyse des résultats concernera le profil des patients inclus ainsi que le nombre des
objectifs accomplis après la première consultation à trois mois.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
126
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-008 : Faut-il nécessairement supprimer une douleur chronique ?
S. Lorriot*(1), B.Yvert(2), C.Plaisant(2), A.Laurent(2), G.Chatet(2), B.Lafon(2)
(1)Hôpital de Blois, Blois, France(2)Hôpital de Blois, Blois
Madame M 50 ans, consulte pour migraines. Il y a quelques années son psychiatre l'a diagnostiqué «
bipolaire » du fait d'alternance de phases dépressives et maniaques. Pendant les phases dépressives
la patiente présente des pulsions d'alcoolisation massive. Cela l'inquiète car elle pense à son grandpère, alcoolique, qui a été de nombreuse fois hospitalisé en psychiatrie pour cela. Les migraines sont
constamment associées aux épisodes dépressifs. Dans la prise en charge de ses migraines, la patiente
a été orientée vers le psychologue de l'équipe. Au fil des entretiens, elle établit le lien entre
migraines et alcoolisation. Lorsqu'elle a mal, la douleur est telle qu'elle ne peut pas consommer
d'alcool. Elle dit spontanément : « la migraine, c'est mon garde-fou ». De ce fait, il nous a fallu
envisager autrement sa prise en charge : elle ne demandait plus la disparition de ses migraines mais
simplement de les rendre moins intenses au risque de décompenser. Implication dans la prise en
charge de la douleur : La prise en charge pluriprofessionnelle des patients douloureux chronique est
l'apanage des CETD. Le regard de chacun des professionnels est complémentaire et permet
d'optimiser la prise en charge des patients. Dans ce cas, le médecin doit prendre garde à respecter un
minimum de douleurs même si son réflexe premier aurait été d'essayer d'obtenir le meilleur résultat
possible. Sur le plan psychologique, il faut poursuivre le travail amorcé sur la place singulière
qu'occupe la migraine dans la dynamique psychique de madame M. En effet chez cette patiente, la
migraine est un symptôme de douleurs qui a une fonction de stabilisation psychologique. Sur le plan
non médicamenteux nous l'avons orienté vers l'hypnose afin d'anticiper la probable diminution des
crises migraineuses en lien avec la ménopause. Conclusion : Ce cas clinique met en exergue : – la
différence entre la demande initiale de la patiente et sa demande réelle. – la singularité du
symptôme de migraine et sa fonction de stabilisation dans la dynamique psychique. – l'intérêt de la
prise en charge pluridisciplinaire dans ces douleurs complexes à condition que l'information
concernant les patients circulent bien au sein de l'équipe. – la difficulté pour le médecin de ne pas
toujours chercher le meilleur résultat possible sur le plan médical. – l'existence d'une pathologie
psychiatrique ne doit pas masquer d'autres problématiques psychiques qui peuvent être au premier
plan dans ce contexte de douleurs.
Bibliographie
Martin-Materra P. :" le statut subjectif de la douleur: fatalité ou symptôme" Psychothérapies 2014/2 (vol.34), p. 117-123.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
127
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-009 : Les représentations sociales de l’hypno-analgésie chez les infirmières dans le soulagement
de la douleur induite par les soins.
M. Cano romero*(1)
(1)Université Toulouse Jean Jaurès, Toulouse, France
Cette contribution a pour but de présenter les premiers résultats de recherche en cours de doctorat
(l’étique des soins et douleur aigüe : l’application des prescriptions médicales) dont la visée est
compréhensive et praxéologique.. L’étude a pour objet de déterminer les différentes représentations
de l’utilisation l’hypnose chez les infirmières dans le soulagement de la douleur induite par les soins.
40 infirmières ont participé à cette étude. Un questionnaire a été diffusé auprès des infirmières et
traité avec le logiciel d’analyse lexical ALCESTE. Les résultats montrent différentes conceptions de
l’hypnose. La notion de confiance dans la personne qui réalise l’hypnose a été prédominante.
Bibliographie
BERGER MM, DAVADANT M, MARIN C, et al. Impact of a pain protocol including hypnosis in major burns. Burns 2010;36:639-46. BIOY A.
Découvrir l’hypnose. Paris : InterEditions, 2007. BIOY A, CELESTIN I, WOOD C. L’aide mémoire d’hypnose. Paris : Dunod, 2010. BIOY A (Ed).
Manuel de psychologie médicale et de psychologie du soin. Paris : Dunod, 2012. KALAMPALIKIS, N., « L’apport de la méthode Alceste dans
l’analyse des représentations sociales », in ABRIC,J-C (sous la dir. de), Méthode d’étude des représentations sociale, Ramonville Saint-Agne,
éd. Erès, 2003, pp 147-163. LANDOLT AS, MILLING LS. The efficacy of hypnosis as an intervention for labor and delivery pain : A
comprehensive methodological review. Clin Psychol Rev 2011; 31:1022-31. LE BRETON D., Anthropologie de la douleur, Paris, Métaillé,
1995. MOSCOVICI S. (sous la dir de), « Introduction le domaine de la psychologie sociale », Psychologie sociale, Paris, PUF, coll. Quadrige
Manuels, 2003, pp 5-22. RAINVILLE P, HOFBAUER RK, PAUS T, et al. Cerebral mechanisms of hypnotic induction and suggestion. J Cogn
Neurosci 1999;11:110-25. WOOD C, BIOY A. Hypnosis and pain in children. J Pain Symptom Manage 2008;35:437-46.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
128
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-010 : Acceptabilité de l’hypno-analgésie chez les infirmières dans le soulagement de la douleur
induite par les soins.
M. Cano romero*(1)
(1)Université Toulouse Jean Jaurès, Toulouse, France
Cette contribution a pour but de présenter les premiers résultats de recherche en cours de doctorat
dont la visée est compréhensive et praxéologique. En clinique, l’hypno-analgésie chez les patients
douloureux devient aujourd’hui une pratique habituelle. Cependant la question de la formation et de
l’éthique des personnes qui la pratiquent peuvent être débattues. L’étude a pour objet de
déterminer sous quelles conditions les infirmières trouvent acceptable la proposition d’hypnoanalgésie de la part de l’infirmière. En s’appuyant sur le Modèle Fonctionnel de la cognition de
Norman Anderson (2008), 40 infirmières ont signalé au travers de 48 vignettes leur mode de
raisonnement face au soulagement de la douleur induite par les soins par hypno-analgésie. L’analyse
de variance relève que pour la plupart des infirmières la douleur est inacceptable et donc proposer
au patient l'hypno-analgésie est d’avantage plus acceptable que rien faire. Ces résultats montrent
différents positionnements chez les infirmières en fonction du type de formation de
l'hypnothérapeute.
Bibliographie
Jacoby, L. & Siminoff, L. A. (2008) Introduction. In L. Jacoby & L. A. Siminoff (Eds.), Empirical methods for bioethics: A primer (pp. 1-10). New
York, NY: Elsevier. Kpanake, L., & Mullet, E. (2011). Judging the acceptability of amnesties. Conflict Resolution Quarterly, 28, 291-313. Guedj,
M., Muñoz Sastre, M. T., Mullet, E., & Sorum, P. C. (2006). Under what conditions is the breaking of confidentiality acceptable to lay people
and health professionals? Journal of Medical Ethics, 32, 414-419. Hofmans, J., & Mullet, E. (2011). Towards unveiling individual differences
in different stages of information processing: A clustering-based approach. Quality and Quantity, in press. Mas, C., Albaret, M. C., Sorum, P.
C., & Mullet, E. (2010). French general practitioners vary in their attitudes toward treating terminally-ill patients. Palliative Medicine, 24, 6067. Muñoz Sastre, M. T., Mullet, E., & Sorum, P. C. (2011). Communicating bad news in medicine: Patients’ viewpoint. Health
Communication. in press. Muñoz Sastre, M. T., Pecarisi, C., Legrain, E., Mullet, E., & Sorum, P. C. (2007). Acceptability in France of induced
abortion for adolescents. American Journal of Bioethics, 7, 26-32. Sheldon, W. (2008). The role of empirical data in bioethics: A philosopher’s
view. In L. Jacoby & L. A. Siminoff (Eds.), Empirical methods for bioethics: A primer (pp. 13-20). New York, NY: Elsevier. Teisseyre, N., Duarte
dos Reis, I., Sorum, P. C., & Mullet, E. (2009). The acceptability among French lay persons of ending the lives of damaged newborns. Journal
of Medical Ethics, 35, 701-708.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
129
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-011 : Bénéfices et risques liés aux infiltrations épidurales lombaires: que dire à nos
correspondants et leurs patients?
P. Delpy*(1), F.De rose (2)
(1)Centre Hospitalier de la Côte Basque - Département de neurochirugie, Bayonne, France(2)Centre
Hospitalier de la Côte Basque - Département de neurochirurgie, Bayonne,
Objectif A l'ère d'Internet, proposer des éléments d'information concernant l'efficacité et les risques
liés aux infiltrations épidurales lombaires. Documentation AFSSAPS 2011[1] 8 cas d'infarctus
médullaire; 5 sur du rachis opéré. Possible sous-déclaration. Messages: -Pas d'infiltration foraminale
en première intention. - Ne pas cathétériser les foramens. - Eviter une injection radioguidée sur
rachis opéré. - Informer sur les risques neurologiques. Recommandations SFETD 2013[2] 28 études
(majoritairement douleur chronique), 18 de haut niveau (dont 13 de Manchikanti) - Il est possible de
réaliser une injection péridurale de corticoïdes en cas de radiculalgie résistante au traitement
médical et physiothérapique bien conduit pour obtenir un soulagement à court terme. Grade 2.
PRESCRIRE 2014[4], synthétisant un rapport de la FDA 2014[3] : "Chez les patients souffrant de
lombosciatique, l'injection épidurale d'un corticoïde n'a pas d'efficacité clinique démontrée au-delà
d'un effet placebo, à court terme ainsi qu'à long terme. Ces résultats sont à mettre en balance avec la
gravité de certaines des complications auxquelles elles exposent." Chou 2015[5,6] 68 essais
randomisés. - Amélioration immédiate de la douleur, peut être associée à une amélioration
immédiate de la fonction, mais bénéfices faibles et non soutenus, pas d'effet sur le risque au long
terme d'une intervention. - Preuves limitées de l'efficacité dans les sténoses lombaire. - L'efficacité
n'est pas affectée par la voie d'administration. Réponse de D. Frost Teeter 2015[7], au nom de 15
sociétés savantes américaines - Exclusion des études observationnelles de haut niveau, qui
reflèteraient davantage la pratique clinique. - Absence de catégorisation des diagnostics. - Absence
d'analyse selon les modalités techniques. - Rendent compte de résultats faibles. Réponse de
Manchikanti 2016[8] 39 RCTs; 9 essais corticoïdes vs placebo; 12 anesthésiques locaux seuls, ou
associés aux corticoïdes. - La lidocaïne seule, ou associée aux corticoïdes, est significativement
efficace. Leurs critiques portent sur la méthodologie: - Limitation aux RCTs; méconnaissance d'autres
sources de preuve: essais contrôle –actif, études comparatives non randomisées, études
observationnelles rétro et prospectives. - Assimilation des traitements standards à des placebos. Biais en lien avec des conflits d'intérêts secondaires. Conclusions - Ces controverses – accessibles au
grand public – soulignent l'importance d'une information nuancée. - Les RCTs sont un standard de
l'EBM. Toutefois, en l'absence de preuves de haut niveau, les études observationnelles de haute
qualité peuvent constituer la meilleure preuve disponible. - Intérêt des confrontations
pluridisciplinaires dans les décisions thérapeutiques – mais quelle est la validité d'une décision prise
par des convaincus?
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
130
Bibliographie
- AFSSAPS "Risque de paraplégie/tétraplégie lié aux injections radioguidées de glucocorticoïdes au rachis lombaire ou cervical" Mise au
point. Mars 2011 - Chou R, Hashimoto R, Friedly J, Fu Rochelle, Dana T, Sullivan S, Bougatsos C, Jarvik J. "Pain Management Injection
Therapies for Low Back Pain. Technology Assessment Report ESIB0813. (Prepared by the Pacific Northwest Evidence-based Practice Center
under Contract No. HHSA 290-2012-00014I.) Agency for Healthcare Research and Quality; March 20, 2015." - Chou R, Hashimoto R, Friedly
J, Fu R, Bougatsos C, Dana T, Sullivan SD, Jarvik J. " Epidural corticosteroid injections for radiculopathy and spinal stenosis: A systematic
review and meta-analysis." Ann Intern Med 2015; 163:373-381. - Health technology Assessment Program (HTA) – Washington State Health
Care Authority "Spinal Injections Re-Review - Draft Key Questions: Public Comment & Response" October 13, 2015 - Laxmaiah Manchikanti,
Nebojsa Nick Knezevic, Mark V. Boswell, Ph, Alan D. Kaye, and Joshua A. Hirsch. "Epidural Injections for Lumbar Radiculopathy and Spinal
Stenosis: A Comparative Systematic Review and Meta-Analysis" Pain Physician 2016; 19:E365-E410
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
131
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-012 : "Devenir et être une femme" Création d'une plaquette d'informations destinée aux
femmes victimes de violences
C. Hervouet(1)
(1)Groupe Public Hospitalier et Médico Social des Collines Vendéennes, La châtaigneraie, France
Surprenant est le texte des femmes qui viennent consulter, par sa densité et une certaine forme de
radicalité. La grande majorité d’entre elles furent victimes de violence conjugale et familiales subies
durant l'enfance. Les femmes victimes de ces violences (inceste ou maltraitance) bien que révélées
à un proche ne furent jamais traitées. Les consultations en douleur chronique pour notre hôpital de
proximité ont démarré en mai 2012 et elles se déploient sur un territoire rural. Depuis, le travail
psychothérapique m’a conduit à chercher pour ces femmes les partenaires adéquats de notre
secteur géographique et à leur en restituer leurs coordonnées afin de fournir un étayage social, une
modalité inconditionnelle à un tissage de liens non persécuteurs. Mais l'ampleur et la gravité des
faits rapportés doivent alerter et engager par une action concertée et formalisée pour fournir une
aide efficace. En cela, nous pouvons entamer un sujet tabou ou pire un sujet banalisé. C’est pourquoi
l’équipe de Direction de l’Hôpital des Collines Vendéennes a validé le projet de la création d’une
plaquette venant informer les femmes victimes de violences et sensibiliser les professionnels. En
effet, l’Hôpital propose aujourd’hui des consultations concernant 13 spécialités différentes, d’où une
probabilité augmentée de rencontrer ces femmes. Cette plaquette en cours de réalisation aura pour
objectif de déchirer le voile de l'invisibilité qui bâillonne ces femmes, et de leur offrir un repérage
rapide des acteurs possibles de secteur en lien avec leur condition : policiers, travailleurs sociaux,
associations d’aide aux victimes. Au sein des consultations en douleur chronique, ces femmes
trouvent à parler à « des figures psychologiques ». Elles y trouvent un lieu où s’abriter. De ce corps
pulsionnel, douloureux et donné à soigner, ces femmes pouvaient réduire la dimension symbolique
pour laisser place à un fonctionnement psychique dénué d’affect, avec un corps en partie
désobjectivé. Il est possible de faire quelque chose de l’angoisse et de façonner les conditions
propres à créer un éclat de réel qui indique un sens. Une forme d’émanation golémique se déplace
alors pour oser déployer une identité transfigurée par une relance de l’élaboration mentale. Il est
possible de rompre avec une expérience destructrice d’injonctions à ne pas être et d’améliorer
l’humeur. Elles peuvent accéder à la richesse d’un futur où la douleur est présente mais colorée de
nuances beaucoup plus souples qui les invitent à écrire leur vie de femme.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
132
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-013 : EVALUATION A 2 ANS DES PCA DE MORPHINE A USAGE UNIQUE PRESCRITES AUX
URGENCES DE L’HOPITAL DU MANS
J. Saillard*(1), L.Imsaad(2), H.Perrier(2), L.Bellefontaine(2)
(1)Centre Hospitalier du Mans, Le mans, France(2) Centre Hospitalier du Mans, Le mans
Contexte - L’analgésie contrôlée par le patient (PCA : Patient Controlled Analgesia), au moyen d’une
pompe à morphine à usage unique, constitue une grande avancée dans l’amélioration du traitement
de la douleur. Ce dispositif a été mis en place aux urgences du Centre Hospitalier du Mans (CHM) en
2013. Objectif - Evaluation de l'utilisation des PCA à usage unique : la mise en place des PCA à usage
unique au SAU se fait-elle dans des conditions conformes aux recommandations ? Leur utilisation
après mise en place permet-elle d’améliorer l’analgésie des patients ? Quel est le devenir de ces PCA
à usage unique à la sortie des patients des urgences ? Matériel et méthodes - Etude descriptive
rétrospective avec inclusion de tous les patients de plus de 18 ans ayant bénéficié d’une PCA de
morphine à usage unique entre février et avril 2015. Recueil des données : motif général de
consultation, valeur de l'EN au moment de l'admission, à la fin de la titration morphinique et pendant
la période de surveillance, temps de présence du la pompe, nature du relai antalgique et efficacité.
Résultats - Sur la période d’étude de 77 jours, 53 patients ont été inclus. L'EN moyenne à l'admission
était de 8,3/10 et le motif principal de prescription de la PCA était traumatologique (28,8% des cas).
Une titration morphinique préalable à la pose de PCA a été effectuée chez 77,4% des patients.
Lorsqu’elle était notée, la valeur de l’EN au terme de cette titration était inférieure à 3 dans 64,7%.
La PCA a été retirée dès l’arrivée dans les services receveurs chez 40,5% des patients, le dispositif
étant laissé en place en moyenne 27,5 heures (consommation moyenne par patient de 8,5mg de
morphine). L’EN moyenne était augmentée de 2 points après retrait de la PCA. Le relai antalgique le
plus souvent proposé était un antalgique de palier I, le relai s'est montré inefficace dans 25% des cas.
Conclusion – Il faut améliorer les conditions de mise en place des PCA au SAU et former mieux le
personnel des services receveurs pour qu’ils laissent en place ce dispositif qui a prouvé son efficacité
sur la douleur. Une prescription des PCA à usage unique étendue à l’ensemble des services du CHM
pourrait également trouver sa place.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
133
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-014 : Douleurs induites par les soins : Enquête auprès des aides-soignants dans les 25 services de
l’Hôpital Saint Joseph, Marseille
C. Cayol*(1), A.Danguiral(2), D.Carvin(3), B.Planchet-barraud(3), A.Dousset(3)
(1)Service Douleur Chronique, Hôpital Saint Joseph, Marseille, France(2) Service Douleur Chronique,
Hôpital Saint Joseph, Marseille, (3)Service Douleur Chronique, Hôpital Saint Joseph, Marseille
INTRODUCTION La douleur induite par les soins concerne l’ensemble des professionnels de santé
tout au long du parcours de soin du patient hospitalisé. La population des aides-soignants est en
premier ligne des soins sources de douleur. Parmi eux, combien sont formés aux douleurs induites
par les soins, quel outil de dépistage utilisent-ils ? MATERIEL et METHODE Recueil épidémiologique
dans les 25 services de l’Hôpital Saint Joseph à Marseille, tous services de médecine, réanimation et
chirurgie confondus. Le questionnaire est rédigé en collaboration avec le comité de lutte contre la
douleur CLUD-SP et destiné exclusivement aux aides-soignants. Les questions portaient sur les soins
sources de douleurs, le support utilisé pour la transmission de l’information, les connaissances
générales sur la douleur et deux questions à réponse ouverte sur les moyens à mettre en œuvre pour
l’amélioration de la prise en charge. RESULTATS Enquête conduite entre mai et juin 2015 126 aidessoignants répondent au questionnaire, soit 75% des aides-soignants travaillant sur l’hôpital. 100%
sont confrontés à la douleur des patients dans leur activité, lors de soins d’hygiène ou de
mobilisation. Les soins les plus douloureux sont la mobilisation du patient : 90%, la toilette : 82%, le
change : 78% puis vient le transfert lit-brancard : 76%. 95% utilisent la transmission orale mais
seulement 48% font aussi une transmission ciblée « douleur » dans le dossier du patient 65%
connaissent le terme de douleur induite, 96% le terme douleur chronique et 98% le terme douleur
aigue. 53% connaissent l’échelle d’évaluation de la douleur ALGOPLUS, 72% l’EN et 63% l’EVS. Sur les
60 personnes en demande de connaissances supplémentaires : 52% souhaitent plus d’informations
sur les traitements de la douleur. CONCLUSION L’enquête a pu mettre en évidence des
connaissances de la douleur insuffisantes et une demande des aides-soignants pour le dépistage et la
prise en charge de ces douleurs En collaboration avec le CLUD-SP, des formations théoriques ont été
mises en place sur quatre thèmes : les bases physiologiques de la douleur, les échelles d’évaluation,
les traitements et la traçabilité. Les aides-soignants participaient à une seule session de formation,
neuf sessions ont déjà été organisées. 87% des aides-soignants de jour en poste sur l’hôpital ont
assisté à cette formation. Un suivi des indicateurs de traçabilité est en cours , afin d’évaluer l’impact
de cette formation
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
134
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-015 : Prise en charge des douleurs chroniques au sein du réseau de santé AVH-LCD. Quels
bénéfices médico-économiques pour le patient et l’assurance maladie
E. Soyeux(1), H.Jubert*(2), C.De sauveboeuf(3), M.Payet(4), G.Savigneau(4), B.Corbessas(4)
(1)Réseau LCD, Paris, France(2) pharmacienne, Paris, (3)directeur, Paris,(4)Réseau LCD, Paris
La prise en charge de la douleur nécessite un encadrement global et multidisciplinaire, tel que
proposé par les réseaux de santé. Dans un contexte de restriction des dépenses de santé, les réseaux
de santé subissent d’importantes contraintes économiques. C’est le cas du réseau de santé « Lutter
Contre la Douleur » (LCD) basé en Ile-de-France qui, soucieux des problématiques économiques
actuelles, recherche à améliorer la prise en charge des patients tout en optimisant les coûts.
L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact médico-économique du dispositif de coordination
mis en place par le réseau LCD au regard des données collectées en 2011 et 2012. Cette étude
repose sur une analyse descriptive, comparative et statistique des critères médicaux (intensité de la
douleur, impact sur la qualité de vie) et économiques (hospitalisations, consultations, consommation
de médicaments et arrêts de travail) recueillis en deux temps auprès des patients inclus dans le
réseau. Les résultats de l’analyse menée ont démontré que l’impact médico-économique du réseau
LCD s’observe sur plusieurs points : une amélioration de la qualité de vie, une réduction de la durée
d’arrêts de travail, et une diminution de la consommation de soins. Au total, par rapport à une prise
en charge classique, un net soulagement des patients admis avec une douleur insupportable et une
rationalisation de la consommation de soins (visites médicales (p=0,014) ou médicaments contre la
douleur (p=0,032) a été rapporté. Au regard de ces améliorations et du point de vue de l’assurance
maladie, l’ensemble des actions menées par le réseau pour les patients, n’engagent que 930 €
(p=0,0290) de plus par patient et par an par rapport à une prise en charge classique (FIR inclus). Ces
résultats valorisent positivement l’implication du réseau LCD dans ses fonctions d’appui aux
professionnels de santé et de coordination des soins proposés aux patients. Ce travail est à mettre en
perspective avec les indicateurs de performance annuelle déjà collectés en routine. L’utilisation
rationnée et optimisée des financements qui lui sont accordés souligne la volonté du réseau LCD
d’évoluer avec le système de santé français.
Bibliographie
Jubert H. Thèse de pharmacie.26 juin 2015 http://dune.univ-angers.fr/fichiers/20070376/2015PPHA4484/fichier/4484F.pdf
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
135
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-016 : Evaluation de la douleur en psychiatrie: une priorité ne pas dissocier le soma du psyché.
L. David*(1), C.Lafitte(2), D.Bel(2), S.Fevrier(3), M.Petoteguy(2)
(1)CENTRE HOSPITALIER DE LA COTE BASQUE, Bayonne, France(2)CENTRE HOSPITALIER DE LA COTE
BASQUE, Bayonne,(3)CENTRE HOSPITALIER DE LA COTE BASQUE , Bayonne
Le pôle de psychiatrie de notre centre hospitalier comprend des services sectorisés et à spécificité
(unité contenante, de transition, d’addictologie, d’accueil en cas de détresse psychologique). Un
groupe de travail multidisciplinaire à été mis en place fin 2014 pour relancer l’évaluation de la
douleur stagnante malgré l'élaboration d'un algorithme en 2011. Utilisé dans un service uniquement,
son caractère schématique n'avait pas séduit les soignants peu habitués à cet abord synthétique.
Nous avons corrigé cette erreur stratégique en s'assurant de la participation de tous les référents
douleurs infirmiers du pôle. Cette responsabilité, validée par la direction des soins, est basée sur le
volontariat et les référents ont bénéficié de la formation institutionnelle douleur. Le groupe a été
complété par plusieurs médecins (psychiatres ou somaticiens),de cadres de santé, de l'équipe
douleur et de la référente qualité. Il nous a semblé indispensable d'évaluer les dimensions physique
et psychique simultanément et de prendre en compte l'ensemble des patients : communicants ou
non, potentiellement âgés ou présentant des déficiences majeures. En sus des échelles d'auto
évaluation de la douleur physique, l'échelle des visages (FPS-R) et les échelles d'hétéro évaluation :
ALGOPLUS et EDAAP sont retenues ainsi que le schéma des zones algiques [1]. En parallèle, la
douleur morale est recherchée par l'utilisation d'une échelle d'auto évaluation (échelle numérique)
ou d'hétéro évaluation (échelle en 5 items travaillée in situ). Nous présentons la procédure, l'outil de
traçabilité papier (créé dans l'attente du support informatique) et le kit de poche. Ce dernier
comprend le résumé de la procédure et l'ensemble des échelles retenues. Le kit a été distribué à
chaque infirmier lors d'une formation dispensée par les référents douleur. L'équipe douleur leur avait
fourni un support power point didactique qu'ils ont pu présenter dans leur service avec le soutien
actif de l’encadrement. Le retour est très bon, les soignants étant sensibles à l'investissement de
leurs pairs. Cette nouvelle approche valorisante par la mise en avant des acteurs de terrain est une
réussite comme l’engouement des équipes le prouve. Elle est gage d'une meilleure prise en charge
de nos patients car l’évaluation de la douleur est plus systématique. La dynamique a même dépassé
nos espérances, ainsi, à la demande des soignants, un protocole de dispensation du Paracetamol est
en cours sur l'ensemble du pôle avec l'aval de tous. La culture douleur est en marche!
Bibliographie
[1] Saravane D. Douleur en psychiatrie. an med psy, 173 (2015) 356-363
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
136
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-017 : Audit sur la prise en charge de la douleur post opératoire dans les services de chirurgie
K. Rghioui*(1), C.Moslih(1), C.El kettani(1), R.Cherkab(1), W.Haddad(1), L.Barrou(1)
(1)chu ibno rochd , Casablanca, Morocco
La douleur post opératoire (DPO) est l’une des préoccupations des anesthésistes réanimateur, du fait
des répercussions physiopathologiques néfastes des phénomènes douloureux en post opératoire.
Notre travail a pour objectif d’évaluer la prise en charge de la douleur post opératoire dans les
services de chirurgie. Il s’agit d’une enquête transversale, un jour, dans les services de chirurgie
viscérale, chirurgie thoracique, et traumato-orthopédique. Elle a concerné l’intensité de la douleur,
évaluée par l’échelle visuelle analogique(EVA), et les effets indésirables des analgésiques. Nous avons
relevé 50 opérés, (sexe ratio : 1.6, âge moyen : 40 ans), toute chirurgie confondue : 13 malades à J1
post opératoire, 15 à J2, 12 à J3 et 10 à J4. L’analgésie locorégionale a concerné 11 patients
(péridurale : 4, péri nerveux : 2, cathéter pariétal : 5). L’analgésie multimodale : 39 patients, associant
paracétamol, néfopam et AINS. L’évaluation de l’intensité de la douleur a montré que 90% des
malades avaient un EVA < 4, et 10 % ont un EVA >5. Parmi les effets indésirables notés : nausées
(20%), douleurs épigastriques (19%), vomissements (10%), saignement pariétal (2%). L’analyse de
l’intensité de la douleur en fonction du jour post opératoire montre que 74 % des opérés sont audelà du 2éme jour post opératoire le jour de l’enquête, alors qu’elle reste intense (EVA> 6) chez 70%
des opérés à J1 post opératoire. La DPO reste mal évalué et sous-traité dans nos services de
chirurgie.
Bibliographie
1- Fletcher d, Mardaye a., Fermanien c. et al. Évaluation des pratiques sur l’analgésie postopératoire
en France Annales françaises anesthésie et de réanimation. 2008, Vol. 27, Issue 8, p. 700- 708. 2Prise en charge de la douleur postopératoire : Recommandations formalisées experts, SFAR 2008.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
137
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-018 : EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES AUTOUR DU MEOPA A L’ECHELLE D’UN
CHU – 2014
C. Cosset*(1), E.Kuhn(1), C.Vigneau(1), G.Veyrac(1), C.Paille(1), J.Nizard(1), M.Douaud(1)
(1)CHU NANTES, Nantes cedex, France
Le MEOPA est utilisé depuis les années 2000 (urgences, pédiatrie, brulés) dans notre établissement
alors que la réflexion institutionnelle concernant la formation du personnel et l’écriture d’un mode
opératoire encadrant son utilisation date de 2006. Au fur et à mesure les services du CHU se sont
dotés de bouteilles de MEOPA en lien avec le CLUD-SP et la pharmacie. • Méthode Nous avons
souhaité évaluer les pratiques d’utilisation du MEOPA : fréquence, indication, modalités
d’administration au regard des recommandations du mode opératoire, apprécier le niveau de
formation des professionnels et repérer les effets indésirables, les mésusages, grâce à un audit
clinique en deux temps : - L’un auprès des cadres : circuit d’approvisionnement, consommation,
conformité des lieux d’administration - L’autre auprès des professionnels, relatif aux modalités
d’administration, niveau de formation, indications et recherche de mésusage. • Résultats
L’utilisation du MEOPA est faite majoritairement par des soignants dont le décret de compétence
reconnait cet acte. Les documents institutionnels (locaux, adaptés, durée d’administration,
prescription, traçabilité) sont connus et l’utilisation du kit à usage unique facilite la mise en œuvre. La
douleur induite est identifiée et le MEOPA utilisé dans 62% des cas dont 22% de façon fréquente.
Cependant, 38% des services interrogés ne l’utilisent pas. Parmi les freins à l’utilisation, on retrouve
les locaux sans fenêtre. Concernant la formation, 52% des professionnels ont bénéficié d’une
formation initiale ou continue, les formateurs apparaissent mal identifiés et les médecins
prescripteurs rarement ciblés par la formation. 11% des administrations ne sont pas prescrites et la
traçabilité du soin est variable. 3% des effets secondaires seulement ont fait l’objet de déclaration.
Conclusion Notre plan d’action consistera à mieux cerner les indications dans chaque service,
poursuivre les actions de formation dans la direction des soignants et des prescripteurs tout en
réactualisant les supports (mode opératoire et kit formation). La forte dynamique des
correspondants douleur instaurée au sein de l’établissement nous permettra de renforcer notre
démarche grâce à la formation de formateur MEOPA, au plus près des besoins des utilisateurs dans
le respect des bonnes pratiques. L’accent sera mis sur la notion de prescription, traçabilité de
l’utilisation et de l’efficacité ainsi que la déclaration des effets indésirables. Un point de vigilance sur
les lieux d’administration et leur système ventilatoire devra être maintenu en collaboration avec les
équipes des services techniques.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
138
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-019 : Suivi téléphonique infirmier ressource douleur (IRD) des patients du Centre d’Evaluation et
de Traitement de la Douleur (CETD) de Gustave Roussy : Evaluation prospective sur sept semaines.
I. Queneuille*(1), J.Bérard*(1), Z.Hamdoud(1), K.Mézaïb(1), C.Lemarec(1), F.Croixmarie(1),
M.Dipalma(1), S.Laurent(1)
(1)Gustave roussy, Villejuif, France
OBJECTIF : Les patients pris en charge au sein du CETD bénéficient d'une « hotline » douleur. Deux
formes de suivi sont possibles: soit le patient joint le répondeur en cas de besoin et il est rappelé
sous 24 à 48 heures, soit l’IRD programme le rappel à la demande du médecin. Le but de cette
évaluation prospective était de définir le contenu et le nombre de suivis téléphoniques réalisés par
l’IRD du service afin d’optimiser cette activité. TRAVAIL ET METHODE : durant 28 jours ouvrés au
long de sept semaines les appels ont été enregistrés selon une grille préétablie puis analysés.
RESULTATS : 88 Messages laissés par le patient. 148 appels ont été réalisés et évalués :
Appel
téléphonique
prévus Non prévus
total
Appel fait par l’IRD
38
110
148 L’IRD rappelle 5 à 6 patients par jour, pour un temps moyen alloué d’1h30 qui est souvent
dépassé. Le nombre d’appels est augmenté en début et fin de semaine, la flexibilité du rappel de 24 à
48h permettant à l’IDE de prioriser et de s’organiser. En majorité, le contenu des suivis
téléphoniques concernent : l’évaluation douleur (53%), l’évaluation des effets indésirables (41%) et la
relation d’aide (39%). Dans un tiers des entretiens est présent : des actions d’éducation (28%) et
d’évaluation des patchs capsaicine (26%). 15% des demandes téléphoniques sont exclusivement
administratives et entrainent des actions chronophages : dates de RDV, envoi d’ordonnance,…. 13%
des suivis téléphoniques correspondent à l’explication du nouveau traitement après adaptation
proposée par le médecin douleur. Pour 40% des suivis un avis algologue est nécessaire et dans 60%
des cas l’IRD gère seule la demande. Des actions de coordination et des liens intra et
extrahospitaliers découlent du contact téléphonique et peuvent modifier le parcours patient.
CONCLUSION : Ce travail prospectif met en évidence le contenu du suivi téléphonique et son
utilisation par les patients. Il s’agit surtout d’appels non programmés, avec des besoins très divers
des patients qui se saisissent de cette offre de soins. Il apparait important au vu de la diversité de
ces taches de préciser le rôle et les responsabilités de l’IRD dans le suivi téléphonique pour améliorer
la prise en charge et le parcours du patient et optimiser le temps d’activité de l’IRD en lien avec le
suivi téléphonique. Une des perspectives est la création d’un protocole de coopération médicosoignant du suivi téléphonique douleur au CETD.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
139
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-020 : Douleur en phase avancée du cancer : et si l’auto-évaluation n’était pas toujours le « gold
standard » ?
C. Lévêque*(1), É.Peres(1)
(1)Hôpital Max-Fourestier, Nanterre cedex, France
Les soignants ont l’obligation d’évaluer et de traiter la douleur dont la prise en charge est devenue
un droit du patient. Elle est aussi un indice de qualité des soins : critère IPAQSS12.a de l’évaluation
des établissements de santé par la HAS. L’évaluation de la douleur fait l’objet de recommandations,
parmi lesquelles l’utilisation d’outils validés et l’auto-évaluation, l’hétéro-évaluation étant réservée
aux personnes incapables de verbaliser leur plainte (nourrissons, personnes âgées démentes,
polyhandicapés). Nous présentons cinq observations de patients atteints de cancer en phase avancée
: 3 hommes, 2 femmes, entre 41 et 59 ans, francophones, indemnes de troubles de conscience ou
cognitifs, évalués par une Échelle Visuelle Analogique (EVA), ou Numérique Simple (ENS), dont les
résultats entre 0 et 3 contrastaient avec les observations des soignants d’une attitude corporelle
figée, d’un évitement du mouvement et d’un manque d’intérêt pour toute activité. Nous les avons
réévalués avec la grille pédiatrique DEGR® [1] élaborée pour des enfants cancéreux et avons retrouvé
des scores globalement très élevés (27 à 32/40) avec des sous-scores entre 14 et 19/20 pour les
signes directs de douleur, 8 et 12/12 pour l’atonie psychomotrice, 3 à 5/8 pour l’expression verbale
de la douleur. À partir de ce constat, il a possible d’explorer les motifs de la sous-évaluation par
l’EVA/ENS : préoccupations socio-familiales majeures (2 cas), crainte de l’arrêt de la radiothérapie ou
d’un abandon médical, peur de la morphine. Les sous-évaluations de la douleur et autres
symptômes sont fréquentes au cours des maladies graves, concernent plus souvent les soignants que
les patients, bien qu’elles soient également rapportées dans les mêmes études pour ces derniers [2].
Elles soulignent l’importance, devant une discordance, d’une réévaluation qui peut faire appel à
l’hétéro-évaluation [3]. Dans la maladie grave la personne malade est affectée dans toutes ses
dimensions physique, psychique, sociale et spirituelle (total pain de C. Saunders) et c’est un tableau
de souffrance globale plus que de douleur physique qui s’exprime dans nos observations. Elles
obligent dans ces cas complexes à s’interroger sur la valeur scientifique [4] et éthique de la tentative
d’objectivation d’un phénomène aussi multidimensionnel et subjectif que la douleur [5] et sur le
pouvoir accordé au résultat obtenu : traitement ou non, puissance de l’antalgique utilisé… Elles
posent la problématique plus générale du statut de la mesure en santé [6].
Bibliographie
[1] Gauvain-Piquard A, Rodary C, Revzani A, Serbouti S ; The development of DEGR® : a scale to assess pain in young children with cancer.
Eur J Pain 1999 ; 3 : 165-76. [2] Cleeland CS, Gonin R, Hatfield AK, Edmonson JH, Blum RH, StewartJA, Pandya KJ. Pain and its treatment in
outpatients with metastatic cancer. New Engl J Med 1994 ; 330 : 592-6. [3] Nekolaichuk C. Auto ou hétéro-évaluation des symptômes : ces
deux options sont-elles les seules disponibles ? Eur J Palliat Care 2000 ; 7 : 18-20. [4] Falissard B. Valeur scientifique des mesures de qualité
de vie et autre mesures subjectives réalisées en recherche clinique ? e-mémoires de l’Académie Nationale de Chirurgie 2004 ; 3 : 19-23. [5]
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
140
Benasayag M. Douleur, souffrance et norme. In D. Khayat, L’éthique de la souffrance 2000. Ed Ellipses, pp.72-8. [6] Dagognet F. Réflexions
sur la mesure. La Versanne, Encre Marine Ed., 1993.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
141
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-021 : EVALUATION PSYCHOLOGIQUE DU PATIENT SOUFFRANT DE NEVRALGIE PUDENDALE : Quel
impact sur la prise en charge proposée par l'équipe médicale ? Quel impact sur la prise en charge
attendue par le patient ?
M. Godot(1), C.Lasserre(2)
(1) clinique mutualiste, Lyon, France(2) Polyclinique Côte Basque Sud, Saint jean de Luz,
METHODE : Ce travail concerne des patients rencontrés lors de consultations pluridisciplinaires
dédiées aux douleurs pelviennes ; ces patients ont accepté un rendez-vous avec la psychologue.
Cette proposition d’entretien psy est engagée lors de la première consultation médicale avec le
patient, après l’examen clinique. Lors de la consultation psychologique, le recueil des témoignages
des patients se fait grâce à un entretien semi-directif permettant au psychologue de faire part, à
l'équipe pluridisciplinaire, d'une évaluation psychologique détaillée. OBJECTIF : La proposition
d'entretien individuel permet au patient de rompre avec une position passive, engendrée par le
recours systématique aux médecins et aux traitements. Le psychologue va s’intéresser à ce que le
patient dit de sa douleur, repérer ses émotions, ses mécanismes de défense, ses traumatismes qui
viennent traduire un aspect, une composante de son histoire et entrevoir sa structure psychique.
L'objectif est alors d'amener le patient vers une position plus active en lui faisant prendre conscience
de cette part subjective de son histoire. DISCUSSION : Si il y a bien la douleur et ses raisons
somatiques, il y a aussi les événements de vie du patient. Quand sensation douloureuse et vécu
viennent à se croiser, ils se percutent et résonnent dans le psychisme du patient. Cette résonance va
alors créer une confusion, qui ne permettra plus au sujet de dissocier son vécu somatique de ses
difficultés psychiques. Proposer une élaboration, tant au patient qu'à l'équipe médicale, c’est
réinstaurer une profondeur à la problématique du patient, laissant apparaître l'ensemble des aspects
douloureux. L'intérêt est double : > pour le patient : en lui offrant un espace d'écoute et de parole,
là où il a trop souvent eu, le sentiment de ne pas être entendu et compris. Ces entretiens permettent
notamment : - de reprendre avec lui ce qu'il a compris des différentes propositions de soins d’évaluer l'impact de la douleur sur son quotidien - d’identifier le lien entre ressenti douloureux,
histoire personnelle et vécu infantile - d’évoquer ses propres ressources et de les entendre comme
de possibles solutions Suite à cette rencontre, les attentes du patient envers l'équipe médicale
évoluent-elles ? > pour l'équipe médicale : la restitution de l'évaluation psychologique du patient
permet : - de donner crédit aux craintes, incompréhensions du patient, en lien avec son vécu - de
faire (re)connaitre les traumatismes anciens du patient Suite à cette restitution, l’équipe adaptera-telle ses propositions de soins ?
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
142
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-022 : CLUD, douleur et chambres implantables
A. Queffelec*(1), K.Milojevic(2), V.Jaegle(2), L.Paci(2), I.Metzger(2), M.Desrues(2), O.Charara(2),
O.Richard(2)
(1)Centre Hospitalier de Versailles, Le chesnay, France(2)Centre Hospitalier de Versailles, Versailles
Introduction : Pour initier un travail d’amélioration des pratiques dans un Centre Hospitalier, un
questionnaire de satisfaction a été proposé aux patients nécessitant la pose d’une Chambre à
cathéter implantable (PAC). L’analyse des résultats a donné lieu à deux lectures, une purement
descriptive et une autre par le CLUD. Méthode : Un questionnaire court sur le vécu des patients et
leur satisfaction au décours de la pose du PAC a été élaboré. Sa distribution a été confiée au
personnel soignant, également chargées de retourner les questionnaires remplis au département
Qualité. Le stress et la douleur étaient évalués à l’aide d’échelles numériques de 0 à 10. Les résultats
chiffrés ont été établis à l’aide d’une lecture par scanner. Le CLUD s’est intéressé à la place de la
douleur en relation avec les autres éléments évalués. Résultats : 52 questionnaires remplis sur une
période de 6 mois (300 poses par an environ). Age moyen 61 ans (24 à 86 ans). 90% des patients
avaient reçu une information sur l’intervention, 82% en étaient satisfaits. Attente devant le bloc
jugée courte à acceptable : 71%. Durée d’intervention courte à acceptable : 69%. Stress ressenti
avant et pendant l’intervention : nul à modéré 86% et 77%. Douleur pendant l’intervention : 0 à 3 :
54%, 4 à 6 : 29% plus de 6 : 17%. Prise en charge de la douleur pour le retour au domicile (35
patients) : 91% étaient satisfaits. Regard du CLUD : Douleur pendant l’intervention supérieure à 3 :
46%. En cas de stress élevé avant intervention (14 patients) douleur supérieure à 3 : 79% (34% si
stress bas p=0.006). L’attente devant le bloc et la durée d’intervention quoique assez fréquemment
ressenties longues (29%et 31%) n’étaient pas corrélés à la douleur pendant la pose. Discussion : La
charge élevée de travail a rendu la distribution aléatoire mais les patients sollicités ont répondu. La
prévalence élevée de la douleur ressentie par les patients pour une intervention réputée non
douloureuse étonne et mérite une analyse complémentaire et une trace dans l’observation au bloc,
ce qui n’est actuellement pas le cas. L’information préalable assurée le plus souvent par les soignants
et tous les moyens permettant de diminuer le stress avant intervention prennent toute leur valeur.
Les soignants ont le sentiment que le mécontentement est plus important que ce qui ressort de
l’analyse des questionnaires. Les patients minorent-ils leurs critiques ?
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
143
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-023 : L’Université des Patients de Grenoble, l’éducation thérapeutique et le TENS connecté : une
trajectoire innovante
J. Alibeu*(1), R.Merle(2), N.Karst(3)
(1)CHU GRENOBLE, Grenoble cedex 9, France(2)Université des patients de Grenoble,
Grenoble,(3)SUBLIMED SAS, 9 rue du Rocher de Lorzier, 38430 moirans
L’Université des Patients de Grenoble, l’une des trois seules en France, met en place un programme
d’éducation thérapeutique des patients bénéficiant d’un traitement par ActiTENS, appareil connecté
de stimulation électrique trans-cutanée. Matériel et méthodes L’actiTENS (SUBLIMED SAS) est un
nouveau stimulateur électrique transcutané miniaturisé, fin et flexible, porté directement sur la
personne et s’adaptant parfaitement à la morphologie de chaque patient; facilement dissimulé sous
les vêtements, il accompagne le patient en toute discrétion dans ses activités quotidiennes et
soulage sa douleur en toute circonstance. Une application smartphone (Bluetooth low energy)
permet de piloter sans fil le générateur et de collecter des données en temps réel: durée
d’utilisation, activité, sommeil, réveils nocturnes. Des électrodes courtes et souples sont collées sur
la peau au site de stimulation. L’Université des patients de Grenoble s’est associée à cette
innovation pour proposer des modules de formation de quatre demi-journées avec approche
théorique, pratique et des mises en situation, destinés à des patients et des infirmières en binôme
assurant l’accompagnement et le suivi au domicile des personnes équipées de ce dispositif médical.
Les Patients Ressources et Intervenants ETP sont formés eux-mêmes par l’Université des Patients de
Grenoble et titulaires du Certificat Universitaire. Résultats La formation des acteurs intervenant,
l’accompagnement et le suivi du patient pourvu de l’actiTENS lui permettent d’améliorer les
performances thérapeutiques par une meilleure acceptation de l’appareil, d’améliorer et d’évaluer
les résultats de la thérapeutique par des mesures connectées : observance, activité, durée du
sommeil, réveils nocturnes, niveau de douleur perçue que le patient renseigne à sa guise. Le médecin
dispose ainsi lors de chaque consultation d’un outil simple et efficace pour enrichir son diagnostic et
personnaliser le traitement. La formation rend le patient acteur de son traitement, développe ses
compétences d’auto-soins et le remet dans une dynamique sociale. Les domaines d’utilisation sont
multiples : lombalgies (1), douleurs neuropathiques chroniques, céphalées, test avant implantation
de stimulateur invasif (2). Conclusion : La formation à l’utilisation d’ActiTENS proposée par
l’Université des patients de Grenoble permet de former des patients à actiTENS, d’améliorer
l’observance, de suivre en temps réel l’impact du traitement sur la qualité de vie et la douleur.
Bibliographie
1-Buchmuller M, Navez M, Milletre-Bernardin M, Pouplin S, Presles E, Lantéri-Minet M, Tardy B, Laurent B, Camdessanché JP, on behalf of
the Lombotens Trial Group. Value of TENS for relief of chronic low back pain with or without radicular pain. Eur J Pain 16 (2012) 656–665 2Nguyen JP, Nizard J, Kuhn E, Carduner F, Penverne F, Verleysen-Robin MC, Terreaux L, De Gaalon S, Raoul S, Lefaucheur JP. Une bonne
réponse préopératoire à la neurostimulation électrique transcutanée prédit un meilleur effet thérapeutique de la stimulation implantée du
nerf occipital dans les céphalées réfractaires. Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology (2016) 46, 69-75
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
144
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-024 : Impact de la simulation in situ sur l’amélioration de la prise en charge de la douleur chez
l’enfant aux urgences.
J. Cros*(1), F.Gauthier(1), C.Lefebvre(1), G.Gilbert(1), Q.Ballouhey(2), N.Nathan(1), C.Wood(3)
(1)CHU Dupuytren Limoges - Anesthésie/Réanimation - Centre de simulation en santé, Faculté de
médecine, Limoges, Limoges, (2)Chirurgie Pédiatrique, Hôpital Mère Enfant Limoges - Centre de
simulation en santé, Faculté de médecine, Limoges,(3)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur
Chronique , Limoges, France
Contexte La prise en charge de la douleur chez l’enfant aux urgences est un soin difficile dont la
réalisation est souvent éloignée des standards. La simulation en santé progresse et son utilisation
s’impose dans les domaines du soin aigu, mais peu de données sont disponibles sur la formation à la
prise en charge de la douleur avec cet outil. Objectifs
Évaluer l’impact de séances de simulation in
situ sur la prise en charge de la douleur chez l’enfant admis aux urgences. Analyser les mécanismes
d’évolution des pratiques selon la formation. Méthode
Il s’agissait d’une étude randomisée
contrôlée. Après une première phase d’évaluation, 2 groupes d’équipes d’apprenants étaient
constitués, un groupe bénéficiait d’une formation classique sans simulation, l’autre, d’une formation
par simulation in situ. Une deuxième phase d’évaluation était réalisée à distance. La douleur chez
l’enfant au retour à domicile était mesurée par une échelle comportementale, la PPMP-SF
(Postoperative Pain Measure for Parents-Short Form), obtenu par l’appel des parents.
Une partie
analytique s’attachait à décrire les processus d’apprentissage, par l’observation directe des scénarios,
des formations traditionnelles, l’étude des débriefings et un questionnaire apprenant. Résultats
Cinq cent dossiers ont été analysés répartis sur les 2 phases de l’étude, parmi lesquels 238 parents
ont pu être joints par téléphone. Le niveau de douleur au retour à domicile était significativement
plus bas après formation dans le groupe simulation (voir tableau).
Avant
formation
Après formation p PPMP-SF groupe cours 2,52 +/- 2,11 (n=130) 2,83 +/- 2,57
(n=23) 0,4625 PPMP-SF groupe simulation 3,36 +/- 2,57 (n=120) 2,0 +/- 2,58 (n=127) 0,0058 La
simulation in situ semblait mobiliser plus fortement les compétences des soignants, notamment par
une logique de réflexion sur l’action. Discussion- Conclusion
La simulation in situ semble être une
méthode efficace pour diminuer le niveau de douleur mesuré au retour à domicile, chez l’enfant
admis aux urgences.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
145
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-025 : Une formation innovante de référents douleur dans un hôpital pédiatrique
C. Guiot*(1), B.Tourniaire(1), J.Andreu-gallien(1), C.Bouchart(1), L.Dhallenne(1), E.Fauconnier(1),
P.Cimerman(1), D.Annequin(1)
(1)Hopital Trousseau, Paris, France
La formation des soignants fait partie du cahier des charges des structures douleur. Depuis sa
création en 1993, le centre de la douleur de l’hôpital Trousseau organise chaque année des
formations pour les paramédicaux et pour les médecins mais ces derniers les désertent
régulièrement aboutissant à des connaissances médicales insuffisantes. Depuis 2013, un nouveau
contenu de formation a été proposé, pour des bi(tri)nômes (médecin/paramédicaux/psychologues),
identifiés par les services comme des référents douleur, avec une présence médicale obligatoire. En
amont, chaque service représenté réfléchissait à une problématique de soins douloureux, présentée
et réfléchie durant la formation. Lors des deux premiers jours de formation, un contenu théorique
est délivré, et une part est dédiée aux présentations des problématiques de chaque service, aux
moyens d’amélioration envisagés...La méthodologie de travail, les acteurs impliqués, les moyens
thérapeutiques…sont élaborés en groupe avec l’aide des organisateurs. Cette aide s’est parfois
poursuivie jusqu’à la troisième journée, deux mois plus tard, lors de laquelle les participants ont
exposé l’état d’avancement, les difficultés, les changements obtenus. Une dernière journée six mois
plus tard était consacrée à la finalisation des travaux, présentés par la suite à la journée du CLUD
local. Sur 22 services, 7 ont participé en 2013 et 6 en 2015. Ce mode de formation a favorisé une
vraie dynamique positive dans l’hôpital, la diffusion et le partage de protocoles de soins et de
connaissances, l’amélioration du parcours de soins intra-hospitalier pour certains enfants. Il a
nécessité un large soutien des organisateurs, constant, pour aider les équipes à mener à bien leurs
projets, pendant les temps de formation, mais aussi durant les mois qui ont suivi. Les services dans
lesquels un des membres était moins impliqué (le plus souvent le médecin), ont eu des difficultés à
développer leur projet. Aborder spécifiquement la douleur provoquée par les soins a entraîné une
implication forte des équipes, mais confronté certaines à des résistances importantes au
changement, au déni des douleurs provoquées par certains collègues de service. Ces travaux ont été
diffusés largement lors de la journée de CLUD et ont permis la réalisation d’une EPP.
Cette
formation innovante pluri-professionnelle adaptée à chaque problématique de service a été très
dynamisante pour les équipes. Certains poursuivent leur réflexion et leurs travaux. La prochaine
session est prévue en 2017.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
146
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-026 : Douleurs induites : un guide adaptable pour la prescription et la planification des soins en
fonction de la classification IASP et du polymorphisme génétique CYP450(2D6) des patients
R. Alibaud*(1), D.Metadier de saint-denis(1), I.Ruiz(1)
(1)Centre Hospitalier, Narbonne, France
Objectif: Il s'agit d'apporter une aide à l'ensemble des acteurs de la prise en charge des douleurs
induites, dans le but d'optimiser la prescription d'antalgiques en fonction du type de douleur selon la
classification IASP et en tenant compte des polymorphismes génétiques concernant les cytochromes
CYP450(2D6) des patients, afin de gérer d'éventuelles inefficacité ou toxicité. Descriptif: Un guide de
prescription et de planification des soins dans la prévention des douleurs induites est présenté. Ce
guide est destiné à l'ensemble des acteurs de la prise en charge des douleurs. Il s'agit d'un tableau
regroupant quatre items: 1-Les types de douleurs selon la classification IASP: douleurs nociceptives,
neuropathiques centrales ou hyperalgiques, neuropathiques périphériques, mixtes ( nociceptives et
neuropathiques) (1) 2-Les antalgiques du livret thérapeutique de l'établissement : antinociceptifs
(paracétamol, AINS,codéine, morphine, oxycodone, nalbuphine, MEOPA), antihyperalgésiques
(néfopam, kétamine), modulateurs de la transmission et de la sensibilisation périphérique (lidocaïne,
prilocaïne), mixtes (tramadol). 3-La planification des soins en fonction du temps une fois l'antalgique
administré (soin limité à deux heures) (2) 4-Les recommandations cliniques concernant l'utilisation
personnalisée de la codéine, de l'oxycodone, du tramadol, lorsque les patients sont,en fonction de
l'activité de leur gène CYP2D6, des métaboliseurs ultrarapides, rapides, intermédiaires, lents.(1,3,4)
Conclusion: Ce tableau, didactique et adaptable, peut être approprié par chaque CLUD afin de
répondre aux particularités de l'établissement et peut être affiné aux besoins spécifiques des Unités
de soins. Il s'agit à la fois d'un outil de formation permettant une compréhension aisée des types de
douleurs induites, et d'un guide de leur prise en charge : prescription, planification des soins en
fonction de l'administration des antalgiques, et gestion d'éventuelles inefficacité ou toxicité.
Bibliographie
(1) ALIBAUD,R.,METADIER DE SAINT-DENIS, D. Aide à la prescription d'antalgiques et génotypage et/ou phénotypage des
cytochromesP450(CYP2D6). Communication affichée. 15ème Congrès de la SFETD, Nantes,12-14 novembre 2015 (2) Douleurs induites par
les soins: tableau de planification des soins selon l'administration des antalgiques selon l'âge du patient ( enfant et adulte). CLUD du Centre
Hospitalier de Narbonne, 2016 (3) MARSOUNI N.et al. Influence des polymorphismes génétiques sur la variabilité de la réponse aux
opioïdes. Douleur Analg., review article, 2013,1-5 (4) BEAULIEU P. La douleur. éd Maloine, 2013, 1-228
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
147
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-027 : Le Toucher-Massage dans les soins : retour d’expérience en dialyse.
K. Mondat(1), S.Coupel(1), C.Colomb(2), A.Christine(3)
(1)ECHO, Nantes, France(2)ECHO, Vannes,(3)ECHO, Laval
Avant 2009, la prise en charge de la douleur de nos patients dialysés passait majoritairement par une
prescription médicamenteuse. Le CLUD de notre établissement a choisi de développer et
d’accompagner la mise en place de techniques non médicamenteuses afin d’élargir la prise en charge
de nos patients douloureux. Cette dynamique était appuyée par les patients dont l’objectif était de
diminuer la consommation d’antalgiques. Certains correspondants CLUD, sensibilisés à cette
approche ont fait le choix de se former individuellement au toucher-massage. Suite à cela, le CLUD a
soutenu le projet de création d’une formation interne par ces soignants. Objectifs : Objectifs
patients : - Diminuer la consommation d’antalgiques. - Avoir une réponse personnalisée à certains de
leurs maux (angoisses, douleurs...) Objectifs soignants : - Apporter des outils facilement applicables
en séance de dialyse. - Répondre à un besoin soignant d’apprentissage de techniques de touchermassage et de légitimité pour s’autoriser à le pratiquer. -Créer une dynamique d’équipe par la
formation de plusieurs personnes par service, pour intégrer la pratique du toucher dans les soins.
Méthodologie : - Réalisation d’une étude en 2009 pendant 6 mois sur le toucher-massage dans l’un
de nos services concluant à une diminution de l’administration d’antalgiques suite au touchermassage proposé en première intention. - Création du programme de formation validé par le CLUD.
Deux sessions d’une journée d’initiation ont été validées jusqu’en 2013. Puis intégration d’une
journée de perfectionnement par an. - Création de fiches techniques au toucher-massage spécifiques
à la dialyse (Les mains, les épaules et bras, les pieds, le visage, l’abdomen, l’enveloppement
corporel). - Création d’une fiche technique à la respiration abdominale. - Evaluation en 2015 par
questionnaire de satisfaction à destination des soignants et des patients. Résultats : -En ce qui
concerne les patients : Ont-ils bénéficié d’un toucher-massage ? Si oui, pour quelle zone, dans quel
but (bien-être ou douleur). Ressenti ? Prêts à recommencer ? - En ce qui concerne les soignants :
Pratiquent-ils le toucher-massage ? Pour quelles zones, à quelle fréquence, quelle satisfaction en
retirent-ils (personnelle, professionnelle, relationnelle) ? Conclusion : - Une dynamique
d’établissement insufflée par le CLUD a pu être mise en place et soutenue grâce au nombre croissant
de soignants formés (60 soignants formés sur 4 ans). - Le toucher-massage est actuellement intégré à
nos pratiques professionnelles et est reconnu comme ayant une valeur antalgique et relationnelle.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
148
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-028 : MISE EN PLACE DANS UN CHU D’UN AUDIT CLINIQUE SUR LA QUALITE DE LA PRISE EN
CHARGE DE LA DOULEUR PROVOQUEE PAR LES SOINS
C. Guy-coichard(1), L.Allouch(1)
(1)AP-HP, Paris, France
Les douleurs provoquées par les soins souffrent, dans le système hospitalier, d’un manque de
reconnaissance. Peu d’études cliniques évaluent l’incidence, la qualité de la prise en charge, et la
satisfaction du patient. Matériels et méthodes. Étude descriptive monocentrique « un jour donné »,
au sein du Groupe hospitalo-universitaire Est-Parisien (AP-HP, Paris). La méthodologie a été
confortée par une étude pilote réalisée en 2011 et en 2013. Tous les patients majeurs hospitalisés
dans l’un des quatre établissements du groupe depuis au moins 24 heures ou en hôpital de jour, et
bénéficiant d’un soin ou d’un geste médical potentiellement douloureux, ont fait l’objet d’un
questionnaire. Traçabilité des données recherchée dans le dossier de soins du patient. Résultats.
75% des services ont procédé à une présélection, facilitant l’enquête. 281 patients (22.7 % des 1235
patients hospitalisés le jour de l’enquête) sont inclus, correspondant à 367 gestes ou soins
potentiellement douloureux. Les services de gériatrie ont été analysés à part (techniques
d’évaluation spécifiques). 145 soins sur 241 (60.2%) sont signalés comme douloureux. Pansements,
toilettes au lit et mobilisations/transferts représentent les soins jugés les plus douloureux. Intensité
de la douleur modérée à sévère pour 89 soins (36%). En gériatrie, 53% de gestes sont repérés
douloureux, et 25% des douleurs sont modérées ou sévères. 73 patients (20%) se sont vus proposer
un traitement antalgique après le geste, mais avec trace dans 119 dossiers (34%). Evaluation de la
douleur selon le patient après l’acte jugé douloureux dans 168 cas (46%), mais avec trace dans 85 des
dossiers de soins correspondants (24.5%). Protocole ou procédure de prise en charge de la douleur
provoquée connu ou retrouvé dans 8 % des cas. Conclusion. Cet audit a permis d’établir à l’échelle
d’un groupe hospitalier de CHU une incidence significative des DPS, une méconnaissance de leur
prévention et de leur prise en charge, et de mettre en évidence des pistes d’amélioration. La révision
de la méthodologie après une étude pilote, et l’investissement des cadres, a permis d’améliorer
l’exhaustivité. L’audit sera répété tous les deux ans, est à l’origine d’un plan d’actions, et surtout de
formation, de tous les personnels, mettant l’accent sur ces soins souvent jugés à tort peu
pourvoyeurs de douleur (les toilettes au lit sont l’objectif 2016…). La rédaction de protocoles de
prévention et de prise en charge de ces douleurs, mais aussi d’outils de formation pédagogiques fait
l’objet de groupes de travail pluridisciplinaires dans les services.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
149
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-029 : GaMeAL- GO ! Ou comment Jouer avec les maux ?
H. Chekroud(1), S.Salome*(2), F.Fortin*(2), A.Romain*(2), C.Ringotte(2), K.Parent(2), M.Julienne(2)
(1)GHLH, service de soins de suite et de readaptation, Loos, France(2)GHLH, EMASPg , Loos
But et contexte : Depuis 2012, le GHLH dispose d’une équipe mobile d’accompagnement et de soins
palliatifs gériatriques (EMASPG) intervenant au sein des EHPAD environnants. Depuis sa création,
l’EMASPG est très souvent sollicitée pour sensibiliser le personnel soignant à la thématique «
Douleur » que cela soit sur le versant de l’évaluation ou celui de sa prise en charge. Après 3 ans
d’activités, les retours par les équipes soignantes nous ont incités à revoir nos modalités
d’interventions en proposant un outil privilégiant une format plus ludique. Dans ce cadre et issu d’un
travail collaboratif et pluri-professionnelles le jeu GaMeAL-GO! est né. Le but de cet outil de
formation est de mieux sensibiliser les soignants à l’évaluation, la prise en charge de la douleur et
permettre le cas échéant un réajustement de leur pratiques professionnelles le tout sur un mode
ludique. Présentation du support : GaMeAL-GO! Est un jeu de carte joué en équipe, présentant
des situations cliniques faisant appel aux connaissances physiopathologique(s), clinique(s),
thérapeutique de l’évaluation et du traitement de la douleur en contexte de soins palliatifs. Sept
domaines sont explorés correspondant à sept types de cartes : situations clinique, typologie de la
douleur, abord psychologique, évaluation, traitement, réévaluation et traçabilité. Lors de la partie
seront ainsi abordés la question de l’évaluation, de la prise en soins, de la traçabilité et la
réévaluation. Le but du jeu est de permettre la discussion interactive autour des choix opérés par
une équipe et le cas échéant d’opter pour la meilleure option avec l’aide des animatrices. Méthode
: Il s’agit d’une enquête basé sur un questionnaire remis à chaque participant, évaluant les qualités
ergonomique du jeu (facilité, intérêt ) pour secondairement évaluer son intérêt en tant qu’ outil de
formation adapté et aidant pour l’exercice professionnel. Evaluations / Résultats :
Sur 63
questionnaires ont été renseignée. L’animation et les modalités du jeu sont jugés comme très
satisfaisantes par 73 % des soignants, (25 % satisfaisant et 2% moyennement satisfaisant). L’intérêt
pédagogique est reconnu par
75% des soignants interrogés, 23 % estimant le jeu comme
satisfaisant et 2.5 % moyenne satisfaisant . Conclusion : Les retours des soignants nous montrent
que cette approche ludique favorise l’apprentissage et la compréhension (commentaires libres sur
les questionnaires). Notre objectif pédagogique est atteint. Le prochain objectif sera de s’assurer que
la formation a favorisé la modification des pratiques professionnelles (traçabilité et réévaluation
dans les dossiers de soins).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
150
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-030 : Rôle du médecin généraliste dans la prise en charge des syndromes douloureux régionaux
complexes.
G. Martiné*(1), G.Espagne-dubreuilh(2), M.Lemonnier(2), P.Bertin(2), C.Wood(2)
(1)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges, France(2)CHRU
LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges
Introduction : Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est une pathologie ayant un
retentissement médico-social-économique important. Suite à un éventuel traumatisme, un
dysfonctionnement du système nerveux sympathique apparaît avec des signes de SDRC, des
conduites d'évitement, une kinésiophobie et une douleur chronique. La prise en charge actuelle des
SDRC se fait en ambulatoire. Le médecin généraliste, de par sa fonction, a un rôle essentiel dans la
prévention, le dépistage et la prise en charge des SDRC. Matériel et méthodes : Le dépistage des
SDRC est avant tout clinique et repose sur les critères de Harden et al [1], la scintigraphie conforte le
diagnostic. L’analyse des prescriptions réalisées au centre de la douleur chronique pour les patients
présentant un SDRC montrent quatre points majeurs : 1) une rééducation progressive pluri
quotidienne, 2) sous couvert d'une prise en charge antalgique, 3) comprenant un travail bilatéral 4)
notamment avec une thérapie visuelle par miroir. Une fiche « pratique » a été écrite et diffusée
initialement aux internes de Médecine Générale du Limousin. Après une première analyse de leurs
retours, cette fiche sera diffusée à l’ensemble des médecins généralistes du Limousin. Conclusion :
Les médecins généralistes ont un rôle fondamental dans la prévention et la prise en charge des SDRC
car ils peuvent prévenir leur apparition et traiter les patients d’une manière efficace en ambulatoire.
La diffusion, par le biais d’une fiche, des points principaux de notre prise en charge à nos collègues a
permis d’améliorer nos collaborations « ville-hôpital ».
Bibliographie
[1] (1) HARDEN R. N., BRUEHL S., PEREZ R. S. G. M., BIRKLEIN F., MARINUS J., MAIHOFNER C., LUBENOW T., BUVANENDRAN A., MACKEY S.,
GRACIOSA J., MOGILEVSKI M., RAMSDEN C., CHONT M., VATINE J.-J. « Validation of proposed diagnostic criteria (the “Budapest Criteria”)
for Complex Regional Pain Syndrome ». Pain août 2010. Vol. 150, n°2, p. 268‑274.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
151
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-031 : La PCA : du protocole aux ateliers pluri-professionnels de formation
C. Bouchart(1), C.Guiot(1), J.Andreu-gallien(1), B.Tourniaire(1)
(1)Hôpital Armand Trousseau , Paris, France
La prescription d’une PCA de morphine en pédiatrie nécessite la formation régulière de tous les
acteurs du parcours (médecins et infirmiers). Un protocole PCA existe depuis 2004 à l’hôpital
Trousseau, permettant des prescriptions très guidées, y compris pour les moins habitués. Des ateliers
pratiques de formation à la PCA étaient proposés à l’hôpital Trousseau, animés par l’Infirmière
Ressource Douleur (IRD) du centre de la douleur, et fréquentés quasi exclusivement par des
étudiants infirmiers. Mais le manque de connaissance des prescripteurs (en particulier les jeunes
médecins) gênait l’optimisation de l’ensemble, et était source d’erreurs. Pour améliorer cette
situation, depuis 2014, le contenu des ateliers a été modifié, leur co-animation est maintenant
réalisée par l’IRD et un des médecins du centre de la douleur et l’annonce de ces formations (un par
trimestre) a été renforcée en particulier vers les médecins. Un apport théorique, des exercices de
prescription, une animation interactive sous forme de questions/réponses, et les interactions
médecins/infirmiers ont permis des échanges très riches, la mise en commun des difficultés de
chacun et des solutions. Les principaux questionnements ont mis en lumière la nécessité de rédiger
un nouveau protocole de prescription et de surveillance, plus détaillé, limitant les erreurs. Ce
document a été testé puis validé par les directions de soins et de la qualité, le service d’anesthésie,
la pharmacie de l’hôpital. En mai 2016, un audit institutionnel « évaluation de la traçabilité de la
prise en charge d’une PCA de morphine en pédiatrie » a débuté pour évaluer l’utilisation de ces
nouveaux supports dans les services de pédiatrie.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
152
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-032 : mise en place d'une sensibilisation à la douleur et à l'utilisation d'une grille d'hetero
évaluation dans l'autisme
A. Sourty(1), F.Almodovar(2)
(1) hôpital le Vinatier, Bron, France(2) équipe mobile autisme adulte Isère, Grenoble,
Les professionnels médicaux, éducatifs et paramédicaux ainsi que les parents travaillant ou vivant
auprès de personnes "autistes" ont bien conscience que la douleur est un facteur fréquent
d'apparition de troubles du comportement pour ces personnes. Le collectif des infirmières des
Equipes Mobiles Autismes de la région Rhône-Alpes, après avoir été formé à la douleur chez
"l'autiste" et aux outils d'évaluation existants, a mis en place une sensibilisation à la douleur dans les
structures médico-sociales et teste actuellement une adaptation de la grille GED-DI,( ECHELLE NCCPC
(Non Communicating Children’s Pain Checklist) comme outils d'hétéro évaluation de la douleur;
l'objectif est d'affiner un outils déjà existant pour la mise en évidence d'une douleur et la prise en
charge qui en résulte. nous souhaitons rendre lisible le visible (pour paraphraser Michel Foucault
dans Naissance de la Clinique). pour cela l'ensembles des IDE des équipes mobiles autisme de cette
région se rencontrent régulièrement pour discuter sur les sensibilisations déjà réalisées et le retour
sur l'utilisation des grilles d’hétéro évaluation., l'impact sur la prise en charge des personnes autistes
avec le souhait d’éviter ainsi une rupture dans le parcours de vie déjà difficile pour ces personnes. cet
outils est appeler à être en permanence réévalué, et pourra peut-être permettre de mettre en
évidence un profil douleur personnalisé à l'image du profil sensoriel.
Bibliographie
1/ Oueriagli Nabih F, et al. Perception de la douleur chez les enfants autistes (étude prospective de 40 cas). Neuropsychiatr Enfance Adolesc
(2015), http://dx.doi.org/10.1016/j.neurenf.2015.04.007 2/ Congrès Franc¸ ais de Psychiatrie / European Psychiatry 29 (2014) 593–614, R5
La douleur chez les personnes avec Trouble du Spectre de l’Autisme. État des lieux et perspectives A. Amestoy1,2 3/ 1. Dubois A, Rattaz Cc,
Pry R, Baghdadli A. [Autism and pain - a literature review]. Pain Research & Management: The Journal Of The Canadian Pain Society =
Journal De La Société Canadienne Pour Le Traitement De La Douleur;2010;15(4):245-253. 4/ (Construct and definition of pain, Kenneth
D. Graig, pain in children & adults with developmental disabilities) 2006
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
153
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-033 : Lien ville-hôpital en Limousin : un besoin pour la prise en charge de la douleur chronique
non cancéreuse.
G. Espagne-dubreuilh(1), G.Martiné(2), P.Vergne-salle(3), C.Wood(2)
(1)CHU Limoges, Limoges, France(2) Consultation de la douleur chronique CHU Dupuytren, Limoges,
(3) Service de Rhumatologie, CHU Dupuytren, Limoges
Introduction : La douleur est un motif fréquent de consultation en médecine générale. Lorsqu’elle est
chronique elle devient complexe et sa prise en charge nécessite un travail pluridisciplinaire global.
Nous rapportons ici l’analyse des données sur le besoin de lien entre la ville et l’hôpital exprimé par
les généralistes en Limousin, dans le cadre de douleurs chroniques non cancéreuses. Matériel et
méthode : Dans le cadre d’une étude observationnelle, transversale, descriptive, 754 questionnaires
ont été envoyés aux généralistes installés en limousin. Ce questionnaire avait pour objectif d’évaluer
l’intérêt ressenti par les généralistes du Limousin pour la mise en place d’un réseau pour la prise en
charge de la douleur chronique avec l’aide attendue. Résultats : 59% des médecins ont répondu.
Près de 66% d’entre eux disent présenter des difficultés dans la prise en charge de la douleur
chronique, surtout en cas de douleur neuropathiques (63%). 46% n’avaient pas de référent douleur.
61 % trouve un intérêt à la mise en place d’un réseau d’aide à la prise en charge de la douleur
chronique en Limousin. L’aide attendue est une aide pour l’orientation du patient vers une
consultation spécialisée et une aide paramédicale surtout psychologique pour le patient et le
professionnel. 70 % souhaitent la mise en place d’un partenariat ville-hôpital avec la possibilité de
consultation déplacé par l’algologue. Conclusion : Cette étude montre les difficultés ressentis par les
généralistes du Limousin dans leur pratique quotidienne lors de la prise en charge de douleurs
chroniques. Un fort besoin est exprimé pour un meilleur partenariat entre les praticiens libéraux et
les équipes hospitalières. Plus d’échanges permettra la prise en charge globale recommandée.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
154
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-034 : ROLE DE L’INFIRMIERE RESSOURCE DOULEUR (IRD) EN HOPITAL DE JOUR LORS DE LA POSE
DE PATCH DE CAPSAICINE - Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur
J. Bérard*(1),
C.Lemarec(1)
I.Queneuille*(1),
S.Laurent(1),
K.Mézaïb(1),
F.Croixmarie(1),
Z.Hamdoud(1),
(1)Gustave roussy, Villejuif, France
OBJECTIF : Il s’agit de décrire le rôle et le suivi spécifique de l’IRD lors de la pose d’un patch de
capsaïcine 8%° chez les patients cancéreux présentant des douleurs neuropathiques périphériques
chimio-induites et post-chirurgicales, en hôpital de jour, sous couvert d’anesthésie locorégionale.
L’IRD assiste le médecin et est présente à chaque étape de la prise en charge. Depuis janvier 2013, 48
patients ont bénéficié de cette technique avec des scores de douleur réduit de 30 à 90 % et ont
bénéficié de ce fait de la prise en charge infirmière[1]. DESCRIPTION : L’IRD évalue l’intensité
douloureuse avant, pendant et après le geste. Au bloc opératoire : l’IRD accueille le patient et aide à
son installation (décubitus ventral, latéral ou dorsal selon zone de pose du patch) afin de procéder à
la technique d’anesthésie locorégionale. Tout au long de la réalisation du bloc d’anesthésie et pose
de patch, elle reste en contact visuel et relationnel avec le patient et réalise s’il le souhaite une
séance d’hypno-analgésie ou de relaxation. Cette pratique permet de détendre le patient afin de
faciliter le geste et de le rassurer. L’IRD seconde le médecin dans la pose du patch de capsaïcine selon
les précautions requises et assure une partie de la traçabilité. En salle de réveil l’IRD procède au
retrait du patch au bout du temps requis (selon les précautions requises). Des poches de glace sont
proposées au patient en prévention des douleurs induites. En service de Chirurgie ambulatoire, l’IRD
procède sous la responsabilité du médecin douleur anesthésiste à l’injection d’anesthésique local
dans le cathéter périphérique mis en place puis à son retrait avant la sortie du patient. Une
consultation douleur en binôme avec le médecin est réalisée avant la sortie du patient pour
évaluation de l’intensité douloureuse et lui remettre les recommandations et précautions à suivre.
L’IRD réalise à J1, J7, J15 et J30 un suivi téléphonique afin de réévaluer sur un mois l’évolution de
l’intensité douloureuse et dépister d’éventuels effets indésirables. La relation d’aide et l’écoute
active reste la priorité de l’IRD tout au long de la prise en charge du patient. CONCLUSION L’IRD est
au cœur de la prise en charge de cet HDJ. Elle est un repère pour le patient de par son rôle
relationnel, technique et de surveillance. cette diversité des fonctions permet à l’IRD d’être dans son
rôle propre, délégué (en collaboration) et dans son rôle d’expertise.
Bibliographie
[1] Douleurs neuropathiques périphériques chimio-induites (DNPCI) et Post Chirurgicales (DNPC) chez les patients cancéreux : traitement par
patch de capsaïcine 8% et bloc d’analgésie locorégionale Le Marec C, Gustave Roussy Cancer Campus, Villejuif, France
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
155
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-035 : Amélioration de la prise en charge de la douleur en imagerie médicale
A. Chollet(1), P.Koudad*(1), C.Joyeux(1)
(1)CH JONZAC, Jonzac, France
Le manipulateur en radiologie, ayant noté l’admission de patients douloureux dans leur service, ont
travaillé avec le CLUD dans le but d’une amélioration de la prise en charge. Cette collaboration a
permis de créer un questionnaire comprenant une partie à remplir par les manipulateurs lors de
l’examen et une autre partie qui concerne plutôt la prise en charge du patient en amont de l’examen,
cette partie est remplie par une infirmières membre du CLUD. Nous avons utilisé l’E.V.S., plus simple
à utiliser par les manipulateurs. L’étude a été faite sur 3 mois, avec 66 questionnaires analysés. Sur
les 66 patients interrogés, 29 étaient douloureux pendant l’examen, nous avons décidé de centrer
notre étude sur ces patients. La conclusion de cette étude nous oriente vers une amélioration
nécessaire de la prise en charge de la douleur des patients allant à l’imagerie médicale. Avec comme
objectifs : -Améliorer la coordination entre les services de soins et le service d’imagerie médicale en
prévoyant d’inclure la gestion d’un agenda patient dans le dossier de soins informatisé -Poursuivre la
sensibilisation à l’évaluation régulière de la douleur lors des journées douleur organisées par le CLUD
mais aussi par des passages réguliers dans les services de soins. -Travailler avec les médecins à la
protocolisation des prescriptions de traitements antalgiques -Limiter les douleurs lors des
manipulations et transports des patients avec l’utilisation de techniques et de matériel adaptés aux
transferts et sensibilisation de l’équipe de transport interne.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
156
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-036 : Contrôle de la douleur post-opératoire dans la chirurgie ambulatoire du rachis lombaire de
niveau 1:organisation, et analyse de nos 50 premiers cas.
P. Delpy*(1), L.Dray(2)
(1)Centre Hospitalier de la Côte Basque - Département de neurochirugie, Bayonne, France(2)Centre
Hospitalier de la Côte basque - Unité de Chirurgie et d'Anesthésie Ambulatoire, Bayonne
Objectif Evaluer le retentissement sur la douleur post-opératoire de la prise en charge ambulatoire
de la chirurgie du rachis lombaire de niveau 1. Méthode Analyse rétrospective d’une série de 50
patients opérés par le même opérateur La casuistique est détaillée. Résultats 50 patients
consécutifs, répondant aux critères de l’hospitalisation ambulatoire, ont été inclus sur la base du
volontariat. Cette modalité était proposée comme option, alternative à l’hospitalisation
conventionnelle de courte durée. Les prescriptions d’antalgiques post-opératoires ont été
protocolisées avec l’équipe d’anesthésie: association Tramadol – Paracétamol, et Kétoprofène, +
Oxycodone en prises de secours. Une formation interne a été assurée auprès des soignants du
service de chirurgie ambulatoire. Lors des consultations anesthésique et neurochirurgicale, une
information spécifique concernant le contrôle de la douleur post-opératoire était délivrée, et les
ordonnances remises. Les interventions étaient de niveau 1 : cure de hernie discale par
séquestrectomie et/ou microdiscectomie ; recalibrage unilatéral à 1 ou 2 niveaux contigus,
recalibrage bilatéral 1 niveau. L’ensemble des procédures a été réalisé par un neurochirurgien
senior, en conditions microchirurgicales, selon les techniques de routine, avec bloc susaponévrotique en fin d’intervention par 20 ml de Ropivacaïne 2 mg/ml. Le traitement antalgique
était débuté dès le réveil, par voie orale. La sortie était autorisée dés que la marche était autonome,
les mictions contrôlées, et en l’absence de déficit neurologique. L’appel systématique du patient à 24
heures permettait de s’assurer de l’absence de douleur significative. Tous les patients ont été revus
en consultation de contrôle précoce entre J10 et J15, puis à 1 mois post-opératoire. 2 Conversions
en hospitalisation conventionnelle ont été nécessaires: - 1 par sécurité en raison d’une éraillure
durale, avec sortie à J1 et suites simples. - 1 en rapport avec une rétention post-opératoire, sans
déficit périphérique ou périnéal, chez un patient traité de longue date pour syndrome dépressif par
Laroxyl et Oxazepam ; le désondage est intervenu sans difficultés. Il n’y a pas eu de conversion en
rapport avec la douleur post-opératoire. Pas de ré-hospitalisation en rapport avec une récurrence
douloureuse ou une complication post-opératoire au cours du suivi qui s’étage entre 3 et 12 mois.
Conclusions - Cette série confirme la non-infériorité, en matière de contrôle de la douleur, de la prise
en charge ambulatoire des interventions rachidiennes de niveau 1, par rapport à une hospitalisation
conventionnelle. - Une information spécifique, des prescriptions préopératoires, et la formation des
soignants en termes de réassurance du patient, sont essentielles.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
157
Bibliographie
Best MJ1, Buller LT, Eismont FJ. " National Trends in Ambulatory Surgery for Intervertebral Disc Disorders and Spinal Stenosis: A 12-Year
Analysis of the National Surveys of Ambulatory Surgery." Spine (Phila Pa 1976). 2015 Nov;40(21):1703-11 Debono B., Bousquet Ph., Bernard
P., Delhaye M., Jameson R., Le Huec J-C. Groupe Ambu 2014 (Toulouse, Bordeaux, Angers, Versailles) "Chirurgie ambulatoire des hernies
discales lombaires : une expérience multicentrique sur 75 premiers cas" LE RACHIS n°3 mai/juin 2014:22
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
158
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-037 : Evaluation d’une démarche qualité dans l’attribution des rendez-vous en Consultation
Douleur Chronique
C. Michel-dhaine*(1), L.Gautier-leroy(1), S.Carneiro pereira(1)
(1)CHI Meulan Les Mureaux, Meulan, France
Les rendez-vous non-honorés en consultation douleur chronique (CETD) est une réalité récurrente et
une réelle problématique au vu des délais d’obtention des rendez-vous (>5mois). 30% des premiers
rendez-vous n’étant pas honorés, cela engendrait du temps médical non efficient. De plus, certaines
consultations ne relevaient pas de notre parcours de soin (8%). Une nouvelle démarche d’obtention
de rendez-vous a été réfléchie, en mettant en place un questionnaire à remplir par le patient, aidé de
son médecin traitant, pour toute première demande. Le questionnaire rempli est analysé en équipe
pluridisciplinaire pour proposer un rendez-vous. Selon des critères de priorisation établis
collégialement, certaines demandes peuvent être priorisées. Une grille d’attribution des rendez-vous
permet d’aider à l’analyse des dossiers.
Ce travail présente l’évaluation de cette procédure au
terme de 8 mois d’utilisation. Sur 153 dossiers envoyés, 94 ont été retournés et analysés (59%). 88
rendez-vous ont été attribués (6 jugés non pertinents réorientés en collaboration avec le médecin
traitant). 80 consultations ont été honorées (91%), 1 consultation jugée non pertinente à postériori.
Le délai moyen est de 10 semaines (+ 3 semaines en moyenne de procédure). L’évaluation
qualitative de notre grille de pertinence et de priorisation, retrouve une discordance des critères
évalués après interrogatoire pour 35 patients. 1 à 3 critères peuvent être discordants : problématique professionnelle: 19 - difficultés psychologiques : 19 - discordances diagnostiques : 12
L’évaluation de la procédure et des délais retrouve : - 10 patients dont le délai était supérieur aux
recommandations de notre procédure (moyenne : 4 semaines) - 15 patients auraient dû être
priorisés - 7 patients ont eu un délai inférieur à 2 mois. Cette démarche s’avère chronophage et
nécessite une rigueur organisationnelle, mais elle apporte plusieurs avantages : - clarification de la
demande et de la motivation du patient - implication du médecin traitant, utilisant le questionnaire
comme un outil diagnostic et de communication - introduction à une approche réflexive nouvelle amélioration la pertinence des rendez-vous - augmentation du taux de rendez-vous honorés : +21% réduction des délais d’attente (- 4 semaines) Cette évaluation a permis une redéfinition collégiale de
nos critères d’analyse et nos modalités d’évaluation de certains critères (problématiques
professionnelles et psychologiques). En conclusion, nos objectifs principaux de diminuer les délais
d’attente et d’améliorer la présence aux rendez-vous en améliorant la pertinence d’attribution des
rendez-vous ont été atteints. La nouvelle grille d’évaluation méritera d’être analysée ultérieurement.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
159
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-038 : Rééducation potsopératoire précoce : "Prise en charge de la douleur dans le parcours
patient".
A. Dargelas(1), V.Langlois(1), D.Scozzaro(1), E.Verhaeghe(1), S.Marrère(1)
(1)CERS, Capbreton
Le Centre Européen de Rééducation du Sportif (CERS) assure chaque année la rééducation et la
réadaptation d’environ 2000 sportifs compétiteurs victimes de blessure aigüe ou chronique, opérés
ou non. 40% sont admis pour assurer la rééducation en phase postopératoire immédiate. La
réduction de durée de séjour en structure chirurgicale après l’intervention, désormais souvent
limitée par le développement de la prise en charge ambulatoire conduit à une amélioration des
protocoles de gestion de la douleur durant les premières heures, favorable à une sortie rapide et
bénéfique à plus longue échéance. Néanmoins, les patients concernés ne sont pas épargnés par
l’évolution ultérieure de la douleur, susceptible de se réactiver au cours des premières semaines de
rééducation. Ce constat rend nécessaire le maintien de la vigilance et l’optimisation de la prise en
compte de la douleur au cours de cette période. La gestion de la douleur dès les premières journées
postopératoires incombe à l’équipe assurant la mise en œuvre et le suivi de la rééducation précoce.
Pour les sportifs pouvant en bénéficier, le centre spécialisé permet d’assurer cet objectif dans les
meilleures conditions, par une coordination optimale des différents intervenants. Ce poster expose le
résultat d’un travail d’équipe permettant l’élaboration d’une affiche exposant les différentes
modalités de la prise en charge de la douleur au cours du processus de rééducation précoce après
intervention chirurgicale orthopédique, le plus souvent plastie ligamentaire du genou. Les étapes
stratégiques ont été déterminées au préalable. Il expose les différentes étapes et intervenants, ainsi
que leur rôle et les moyens appliqués dans la gestion de la douleur. Il permet la mise en évidence du
caractère multidisciplinaire de cette gestion, de l’évaluation au soin, dès cette phase. Cette affiche
est diffusée dans les différents secteurs de soin, mais également dès l’accueil et dans d’autres
endroits publics de l’établissement. Elle est ainsi accessible à tous, patients, soignants, personnel non
soignants, accompagnants (accueil, restauration, administration). L’évaluation de la satisfaction du
patient en fin de séjour de 4 semaines, par un questionnaire spécifiquement axé sur la douleur
retrouve des taux de satisfaction de plus de 99% dont plus de 70% de patients très satisfaits. La
réalisation d’enquête de satisfaction analogue au terme d’une prise en charge rééducative horscentre pourrait être intéressante à titre de comparaison.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
160
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-039 : Penser autrement l’accès à une structure douleur
S. Crelerot *(1)
(1)Centre Hospitalier Belfort Montbéliard, Montbéliard , France
"Les délais d'attente en structure de prise en charge de la douleur sont longs », « L'approche de
cette filière est trop "hospitalo centrée" et "Les connaissances et le développement des méthodes
non médicamenteuses ont peu progressé" [1] De plus, la douleur chronique est un phénomène
complexe et la plupart des patients adressés en structure douleur ont consulté au préalable un ou
plusieurs spécialistes et souvent essayé de nombreux traitements antalgiques. Les structures
spécialisées, hébergées en établissement de santé et labellisées par les Agences Régionales de Santé
(ARS) sont censées accueillir ces patients mais sont souvent débordées et force est de constater que
le point d'entrée du patient dans cette prise en charge demeure le médecin. La consultation
infirmière ou psychologue vient en appui à cette première étape en offrant un suivi, des soins, ou
une éducation thérapeutique. Par ailleurs, les recommandations professionnelles de l’HAS
concernant l’organisation de la prise en charge du "syndrome douloureux chronique" [2] [3]
s'inscrivent aujourd’hui dans un contexte sanitaire avec des enjeux de type démographiques [4]
économiques et d’évolution des pratiques professionnelles [5]. Dans ce contexte et confronté à ces
défis, nous avons fait le choix, de repenser l’accès à une première consultation douleur en
définissant un « circuit nouveau patient ». 1. Toute demande de premier rendez vous en structure
douleur est accompagnée d’un courrier du médecin référent (médecin traitant, spécialiste.) 2. A
réception, l’algologue en prend connaissance, dépiste une éventuelle urgence et un questionnaire
d’auto évaluation est envoyé au patient avec une date de premier rendez vous. 3. Celui-ci s’effectue
avec l’infirmière ressource douleur (IRD) qui réalise une évaluation bio psycho sociale du phénomène
douloureux [6] [7] [8] à l’aide d’outils validés. 4. Une synthèse de cette première rencontre est
présentée en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire hebdomadaire. L’objectif est de définir en
équipe le projet thérapeutique et déceler toute urgence. 5. Ce projet est rapidement communiqué
au patient qui en attendant le rendez vous médical, peut se voir proposer des thérapies non
médicamenteuses (approches psycho corporelles, neuro stimulation trans cutanée, champs
magnétiques…) Les objectifs atteints: •Diminuer les délais d’attente pour un premier rendez vous en
structure douleur. •Poser d’emblée le cadre de la pluri professionnalité et offrir au travers de la
consultation avec l’IRD un espace de parole. •Construire en équipe un projet thérapeutique.
•Suggérer au patient d’autres portes d’entrée dans un système de soins que celle du somaticien.
Bibliographie
[1] Bourdillon F, Cesselin F, Cornu H-P, Guérin G, Laurent B, Le Gall J, et al. Évaluation du Plan d’amélioration de la prise en charge de la
douleur 2006–2010. Douleurs Eval - Diagn - Trait. juin 2011;12(3):129-39.
[2] HAUTE AUTORITE DE SANTE douleur_chronique_synthese.pdf [Internet].
Disponible sur: http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/200901/douleur_chronique_synthese.pdf
[3]
Argumentaire
Douleur
Chronique
aspects
organisationnels.
argumentaire_douleur_chronique_aspects_organisationnels.pdf
[Internet].
Disponible
sur:
http://www.has-
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
161
sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-06/argumentaire_douleur_chronique_aspects_organisationnels.pdf . [4] Atlas de la
Démographie Médicale 2014 Conseil National de l’Ordre des Médecins [Internet]. [cité 16 déc 2014]. Disponible sur:
http://www.conseilnational. medecin.fr/sites/default/files/atlas_2014.pdf [5] Debout C. Un éclairage international sur les pratiques
avancées
en
soins
infirmiers
au
service
des
réflexions
nationales.
Httpwwwem-PremiumcomlamaunivAmufrdatarevues000798200048024410 [Internet]. 22 févr 2011 [cité 15 nov 2014]; Disponible sur: http://www.empremium.com.lama.univamu. fr/article/281728/resultatrecherche/1 [6]. Ortiz M. Quel avenir pour les Infirmiers(ères) Ressource Douleur
(IRD) ? Douleurs Eval Diagn - Trait. oct 2012;13(5):219-23. [7] Berlemont C, Debout C. La consultation infirmière dans la prise en charge du
patient douloureux chronique. Soins. juill 2014;59(787):11-4. [8] Debout C. Consultation infirmière, un nouveau rôle à investir dans le
champ clinique infirmier. Httpwwwem-Premiumcomlamauniv-Amufrdatarevues003808140051070735 [Internet]. 18 févr 2008 [cité 4 déc
2014]; Disponible sur: http://www.empremium. com.lama.univ-amu.fr/article/85453/resultatrecherche/1
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
162
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-040 : HYP-HOP: un groupe d'HYPnose à l'HOPital
M. Floccia*(1), V.Pury(2), S.Charrazac(2), S.Berciaud(2), B.Auguie(2), F.Lemonnier(2), M.Cadenne(2),
F.Abel(2), J.Caillaud(2), K.Campistron(2), J.Sourzac(2), M.Prigent (2), S.Niquet (2), S.Maquignon(2)
(1)CHU de Bordeaux, Pessac, France(2) CHU de Bordeaux, Bordeaux
De plus en plus de soignants se forment à l'hypnose médicale, et certains se retrouvent ensuite seuls
dans leur pratique. Face à ce constat, nous avons décidé de créer un groupe pour nous structurer en
2015. En 2016 au CHU de Bordeaux nous sommes 176 soignants (IDE, Cadres, IADE, IBODE, IPDE,
auxiliaires puéricultrices, aides-soignants, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychologues,
manipulateurs radio, médecins de toutes spécialités) formés par des formations d'hypnose
médicale, à participer au groupe Hyp-Hop. Notre groupe a plusieurs objectifs: - 2 réunions plénières
par an d'informations, retours d'expérience, apprentissage de nouvelles pratiques. Ces réunions sont
valorisées en Développement Professionnel Continu depuis avril 2016. - Création d'un onglet
"hypnose" au sein du dossier médical informatisé. Les objectifs sont de faciliter la pratique de
l'hypnose en permettant un meilleur suivi et d'évaluer le nombre d'actes - Conférence annuelle pour
les personnes non-formées du CHU : qu'est-ce que l'hypnose médicale? - Mailing-list permettant des
échanges d'informations (bibliographie, congrès...) C'est un groupe dynamique qui permet de
prolonger l'apprentissage et la pratique, avec des retours d'expériences très enrichissant.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
163
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-041 : installation du comité de lutte contre la douleur au CHU de Batna
N. Grainat*(1), B.Calvinot (2), M.Delphine (3), J.Bruxelles (2)
(1)CENTRE ANTI DOULEUR - CHU - FACULTE DE MEDECINE - UNIVERSITE BATNA 2, Batna, Algeria(2)
PARIS, 75000,(3)ROUEN, 76000
Installation du comité de lutte contre la douleur au CHU de Batna La douleur est une expérience
sensorielle et émotionnelle désagréable pouvant conduire à l'allongement du temps de séjour au
sein de l'établissement. Dans notre établissement une équipe soignante s’est engagée à prendre en
charge la douleur des patients de les soulager et de les informer, à travers la mise en place du
premier Comité de Lutte contre la Douleur en Algérie. L’objet de ce travail est de démontrer par un
questionnaire établi avant et après l’activité du CLUD l’importance de sa mise en place dans notre
structure hospitalière Ce questionnaire est adressé au personnel soignant de cet hôpital, au nombre
de 200 et après 2 mois une deuxième audit est adressée à ce même personnel, après l’intervention
du CLUD ; Les items de ce questionnaire portent sur : Quels sont les moyens disponibles dans votre
service Existe-t-il des protocoles (pour certains soins, certaines maladies, pour les urgences, pour le
postopératoire...) ? Les outils d’évaluation de la douleur sont-ils employés ? Si oui, lesquels ? Des
formations sur la prise en charge de la douleur ont-elles été suivies, par qui, avec quel contenu ?
Questionnaire de connaissances (utilisation des échelles selon l’âge par exemple). Quelle est la
consommation d’antalgique, quelle a été son évolution ces dernières années Comment la prise en
charge de la douleur est-elle organisée dans le service, y a-t-il une personne référente ? Les résultats
d’un premier audit sont analysés (avec l’aide du service d’épidémiologie de’hôpital et les résultats
sont communiqués au service audité. des actions sont proposées à l’issue de ce travail : formations,
rédaction de protocoles, changement de prescriptions, exigence d’évaluation. Les changements
obtenus font l’objet, ultérieurement, d’un nouvel audit. Ces actions demandent beaucoup de tact,
au niveau de la première étape, proposer et faire accepter la démarche d’évaluation dans un service
donné, puis lors de la restitution est délicat mais indispensable si nous voulons mener à bien notre
lutte contre la douleur et améliorer nos pratiques.
Élaboration de critères de qualité pour l'évaluation et l'amélioration des pratiques professionnelles Actualisation du guide 2007 Mission et fonctionnement du CLUD juillet 2003 Méthodes et outils des
démarches qualité pour les établissements de santé Réussir un audit clinique et son plan
d'amélioration Recommandation relatives à l’organisation de la lutte contre la douleur dans les
établissements public et privé participant au service publique hospitalier – collège national des
médecins de la douleur Juin 1998 SFETD : Programme de lutte contre la douleur 2002-2005
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
164
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-042 : Analgésie intrathecale : intérêt d'un suivi de proximité, en terme économique et de qualité
de vie
Y. Pluchon(1), D.Dupoiron(2), S.Durand(3), C.Devys(2)
(1)CHD Lá Roche sur Yon, La roche sur yon, France(2)Ico Paul papin, Angers,(3)Clinique breteche,
Nantes
L'analgésie intrathecale, n'est pas une technique realisée partout en France. Dans un département
où elle n'est pas proposée, seul le déplacement en structure de référence permet de l'envisager. En
Vendée, en l'absence de proposition de réalisation de la technique, nous avons voulu effectuer le
suivi de proximité pour éviter la répétition des déplacements coûteux et fatiguants pour les patients.
Nous rapportons ici notre expérience de 15 mois de pratique de remplissages des pompes
d'analgésie intrathecale implantées et de suivi de proximité avec évaluations, parametrages et
études des économies de transports engendrées. Les perspectives sont la réalisation des
remplissages dans tous les établissements de soins de Vendée, au domicile en HAD avec les mêmes
exigences de qualité et de sécurité de leurs réalisations.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
165
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-043 : Groupes éducationnels sur le thème des émotions en fibromylagie. Création - Mise en place
- Bilan
P. Dumontier*(1), A.Latonnelle(1)
(1)Clinique ST LEONARD, Trelaze, France
La Clinique de Douleur Chronique Rebelle, au Village Santé Angers-Loire, a organisé, principalement
pour les patients fibromyalgiques, la participation à
des groupes dits éducationnels sur
le thème des émotions.
Dans cet exposé, nous souhaitons partager les réflexions sur la mise en
place, la constitution de groupes éducationnels émotionnels et thérapeutiques, la facilité de leur
mise en œuvre, ainsi que les détails pratiques de l’organisation. Nous avons structuré - de manière
très souple – chaque séance en trois temps : Présentation-échanges, éducation, et hypnose
commune. Nous évoquerons aussi les obstacles, les écueils à éviter. De même seront exposés les
résultats obtenus, les limites de la méthode. Sera résumée la manière dont est conduite l’éducation
émotionnelle, comment sont approchés les récits de vie qui viennent se revivre ici, les émotions qui
les accompagnent. Seront évoquées les manières d’intégrer celles-ci dans les moments d’hypnose
partagées. Nous mentionnons les supports que nous utilisons.
Bien sûr, nous serons heureux
d’entendre vos expériences personnelles sur le thème des groupes de patients douloureux
chroniques et échanger à ce sujet.
Bibliographie
La force des émotions François Lelord, Christophe André Ed Odile Jacob Le décodeur des émotions Yves-Alexandre Thalmann Emotion et
pyschothérapie Pierre Philippot Ed Mardrga La psychothérapie centrée sur les émotions Ueli Kramer Emma Raganna Ed Elsevier HAS
Syndrome fibromylagique de l'adulte. Enquête nationale sur le vécu de la Fibromyalgie. FibromyalgieSOS. L'erreur de Descartes Antonio R.
Damasio Ed Odile Jacob Vérités et mensonges de nos émotions. Serge Tisseron Le livre de Poche Les neurones Miroirs Giaccom Rizzolati ed
Odile Jacob 6ème Congrès international Hypnose et Douleur 2016 P. Dumontier .... etc.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
166
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-044 : PRESENTATION DE L'ASSOCIATION DES PATIENTS SOUFFRANT DU SYNDROME DE
L’INTESTIN IRRITABLE
A. Blanchard*(1)
(1)APSSII, Colombes, France
ASSOCIATION DES PATIENTS SOUFFRANT DU SYNDROME DE L’INTESTIN IRRITABLE (APSSII)
HISTORIQUE ET BUTS DE L’APSSII L’association, reconnue d’intérêt général, a été créée en 2011 et a
pour missions d’informer sur le SII, de lutter contre l'isolement des malades, de promouvoir la
recherche et d’être le porte-parole des malades. ACTIONS D'INFORMATION SUR LA MALADIE
L’APSSII a mis en place plusieurs supports afin d’informer sur le SII : Site internet (www.apssii.org),
Bulletin d’information, Affiche informative, Bande-dessinée.
ACTIONS DE LUTTE CONTRE
L’ISOLEMENT Forum de discussion, Twitter, Ligne téléphonique, Lettre électronique mensuelle,
Relais régionaux, Réunions d’information et permanences, Journée du SII. RECHERCHE SUR LE SII
Enquêtes de l’APSSII : En 2013, l’APSSII a réalisé une enquête pour décrire les attentes des malades
et les conséquences de la maladie. Cette enquête a montré que le SII est souvent responsable d’une
altération importante de la qualité de vie. Les attentes des malades vis-à-vis de l’association étaient
de réduire le coût de la maladie pour 80%, de sortir de l’isolement pour 85%, 92% étaient prêts à
participer à la recherche et plus de 98% attendaient de l’information. En 2016, une nouvelle enquête
a été lancée sur le thème de l’impact du SII sur la sexualité. ACTIONS DE RECONNAISSANCE Actions
auprès des médias : Revue de presse 2016 disponible sur www.apssii.org (TV, radio, presse écrite).
Actions de reconnaissance du SII : Participation active de l’APSSII au livre du Pr Sabaté, co-président
du comité scientifique de l'association, qui a publié Intestin Irritable, les raisons de la colère (2016).
Participation de l’association sous la forme d'une préface rédigée par la Présidente et de nombreux
témoignages d'adhérents. Le livre contient un chapitre sur l'utilité d'une association de malades et
reprend les résultats de l'enquête sur les attentes des malades.
PROJETS Démarche de
Reconnaissance d’Utilité Publique, Demande d’agrément national auprès du Ministère de la Santé et
Mise en place d'un programme d’éducation thérapeutique pour le SII. Contacts : www.apssii.org [email protected]
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
167
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-045 : QUELS SONT LES CRITERES INDISPENSABLES POUR UNE CONSULTATION
PLURIDISCIPLINAIRE EFFICACE DES ALGIES PELVIENNES CHRONIQUES ? A PROPOS DE L’EXPERIENCE
DE L’EQUIPE LYONNAISE
C. Baude*(1), M.Khalfallah(2), B.Liétar(3), A.Forest(4), M.Godot(4)
(1)Clinique mutualiste, Lyon, France(2) Polyclinique Côte Basque, Saint jean de luz,(3)Centre Anti
Douleur, Saint etienne,(4)cabinet médical, Lyon
Les derniers référentiels de l’HAS (1) recommandent pour la prise en charge de la douleur des
réunions pluridisciplinaires régulières avec au moins deux somaticiens et un psychologue ou
psychiatre, le tout adapté à la pathologie rencontrée . La douleur pelvienne chronique est complexe
et l’objet de cette communication est de réfléchir sur les critères indispensables adaptés à cette
pathologie Notre équipe pluridisciplinaire se réunit une fois par mois et d’avril 2014 à Avril 2015 178
patients ont été vus .On note une fréquence de 49,6% de névralgie pudendale avec 37 indications
chirurgicales. Une proposition de suivi accepté par le patient est noté dans 94%. On propose au vu
de notre expérience les critères suivants de bon fonctionnement pluridisciplinaire adapté à la
douleur pelvienne chronique : -une équipe de base composée d’algologues, d’un neurochirurgien
spécialisé, d’un kinésithérapeute spécialise, d’un psychologue et d’un médecin « explorateur » se
réunissant au moins une fois par mois pour l’évaluation et le suivi des patients en consultation. -un
fonctionnement basé sur la sécurité psychologique et la facilité d'intercommunication -une
plateforme d’hospitalisation, les techniques d’analgésie locorégionale n’étant pas forcement
pratiquée par un médecin de l’équipe de base. La présence dans l’équipe de base d’un neurologue,
d’un radiologue et d’un rhumatologue ne paraissent pas indispensables mais sont nécessaires dans le
cadre d’un réseau articulé avec l’équipe de base En conclusion la douleur pelvienne est complexe
et nécessite une approche pluridisciplinaire. Il y a des recommandations de l’HAS. Notre expérience
nous fait privilégier une équipe de base composée d’algologues, d’un neurochirurgien spécialisé,
d’un kinésithérapeute spécialise, d’un psychologue et d’un médecin « explorateur » se réunissant au
moins une fois par mois pour l’évaluation et le suivi des patients en consultation fonctionnant en
toute sécurité psychologique.
Bibliographie
(1) Douleur chronique: les aspects organisationnels HAS Avril 2009
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
168
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-046 : Douleur chronique localisée inexpliquée: pensez au muscle !
G. Espagne-dubreuilh*(1), G.Martiné(1), M.Amilhaud(2), D.Ranoux(3)
(1)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges (2)CH GUERET Consultation Douleur Chronique, Guéret,(3)CHRU LIMOGES - Service de Neurochirurgie, Limoges,
Problématique La prise en charge d’une douleur localisée, non neuropathique, avec un bilan
paraclinique normal, est une situation fréquemment rencontrée en Consultation de douleur
chronique, et souvent source d’échec thérapeutique. Méthode : Dans les consultations de douleur
chronique du Limousin, du fait de notre expérience dans l’utilisation de la toxine botulique à visée
antalgique, nous sommes sensibilisés à rechercher une étiologie musculaire dans ce type de
situation. Une étude observationnelle a été menée sur les patients suivis entre novembre 2014 et
avril 2016. Ont été individualisés les patients ayant une douleur localisée inexpliquée, évoluant
depuis plus de 6 mois, au niveau interscapulaire, temporal, ou occipital. Résultats : Trois tableaux
cliniques ont été identifiés correspondant à un muscle spécifique. - Onze patients avaient une
douleur inter-scapulaire de fond, lancinante, avec des paroxysmes volontiers nocturnes. La palpation
des rhomboïdes était douloureuse, ce qui nous a conduit à injecter de la toxine botulique de type A
(Botox®, 50 à 100 U en 3 à 8 points) dans ce muscle, de manière uni-ou bilatérale selon le cas, avec
une amélioration de 60 à 90 %. - Six patients présentaient une douleur temporale unilatérale (hors
critères IHS de migraine ou névralgie du trijumeau) pouvant irradier en périorbitaire évoluant par
crises et l’existence à l’examen d’une hypertrophie du muscle temporal. Tous ont été
spectaculairement améliorés (dont 4 patients devenus sans crise) par l’injection de toxine botulique
(30 à 50 unités Botox®) dans le muscle temporal intéressé. - Trois patients avaient des douleurs du
scalp postérieur très caractéristiques par leur survenue et/ou leur aggravation à l’appui occipital
(appuie-tête, oreiller) et ne remplissaient pas les critères IHS de la névralgie d’Arnold. La palpation du
muscle occipitalis était douloureuse. L’injection de Botox® dans ce muscle (50 unités en 3 points de
chaque côté) a permis une diminution de plus de 70% des douleurs. Discussion/ Conclusion La
recherche d’un syndrome myofascial est primordiale devant une douleur localisée sans étiologie. Elle
repose sur un examen musculaire attentif guidé par les données anatomiques mais aussi par
l’existence de « drapeaux verts » pouvant aider à l’identification du muscle en cause (douleur
occipitale à l’appui pour l’occipitalis, douleur temporale évoluant par crise pour le muscle temporal).
L’amélioration notable, suite aux injections de toxine botulique, des patients auparavant dans une
impasse thérapeutique justifie l’importance d’identifier ces syndromes myofasciaux. La tolérance et
la réalisation des injections étant bonnes.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
169
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-047 : Douleur et opioïdes forts : des recommandations d’experts aux nouvelles réflexions
R. Deleens(1), Y.Hadjiat(2)
(1)CHU Rouen, Rouen, France(2) Laboratoire Mundipharma france, Paris
Objectifs Les opioïdes forts sont prescrits depuis longtemps pour soulager les douleurs liées au
cancer. Depuis plus d’une dizaine d’années, des recommandations sont à disposition des
prescripteurs pour les utiliser également dans divers contextes douloureux hors cancer. Néanmoins,
les mythes et représentations mentales négatives autour des opioïdes et particulièrement de la
morphine sont encore fortement ancrés. On note ainsi de la part de certains prescripteurs des
attitudes « opiophobes » pouvant entraîner une chronicisation de la douleur ou, à l’inverse, des «
sur-prescriptions » injustifiées de ces molécules, augmentant, entre autres, le risque d’addiction des
patients. Parallèlement à ces comportements, les progrès réalisés en recherche sur la douleur ont
permis d’affiner les connaissances des mécanismes physiopathologiques et amènent à repenser les
paradigmes de prise en charge de la douleur.
Méthodes Nous avons répertorié toutes les
recommandations françaises disponibles pour la gestion de la douleur utilisant des opioïdes forts
dans divers contextes. Résultats Nous avons trouvé plusieurs recommandations de 1986 à 2014
concernant la douleur cancéreuse (OMS, HAS ou SFAP), dans la douleur chronique non cancéreuse
(agence française du médicament, SFETD, CEDR) de 2004 à 2012, pour les douleurs aiguës (SFAR et
SFMU) en 2008 et 2010, et enfin concernant les patients fragiles (pédiatrie, personnes âgées,
insuffisants rénaux et soins palliatifs). Conclusions L'analyse de ces recommandations françaises a
plusieurs objectifs: - donner aux médecins une vision plus claire des recommandations de sociétés
savantes et d’experts. - partager la nouvelle réflexion de classification des antalgies: connaitre les
mécanismes physiopathologies [10] , personnalisation de la prise en charge, et évaluation des
attentes du patient [11] [12]. - servir de support de formation (étudiants, formation continue…)
Nous devons prendre en compte et connaitre la physiopathologie de la douleur pour sélectionner
l'approche thérapeutique la plus appropriée pour atteindre la meilleure balance bénéfice / risque
http://www.empour
chaque
patient.
(article
paru
dans
Douleurs
2015
:
consulte.com/article/992000)
Bibliographie
[1] Lussier D and Beaulieu P. Toward a rational taxonomy of analgesic drugs. In : Beaulieu P, Lussier D, Porreca F, Dickenson AH.
Pharmacology of pain. IASP Press 2010: 27-40. [2] Pham T et Tubach F. Etat symptomatique acceptable ou Patient Acceptable. Revue du
Rhumatisme 2009;76:602-604. [3] Gossec L. Patient-Reported Outcomes in Rheumatology. Douleur et Analgésie 2015;28(1):26-30.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
170
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-048 : Signes otologiques dans la migraine. Et si c’était musculaire ?
G. Martiné*(1), G.Espagne-dubreuilh(1), M.Amilhaud(2), D.Ranoux(3)
(1)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges, France (2)CH GUERET Consultation Douleur Chronique, Guéret,(3)CHRU LIMOGES - Service de Neurochirurgie, Limoges,
Introduction. La migraine est parfois associée à des signes otologiques (acouphènes et otalgies) dont
la physiopathologie reste mal connue [1,2] Patients et méthodes. Nous avons systématiquement
interrogé les patients migraineux chroniques adressés dans nos services sur l’existence d’acouphènes
et/ou d’otalgie pendant et/ou entre leurs crises migraineuses. Ces patients étant traités par toxine
botulique de type A (BTX-A) pour leur migraine chronique, nous avons cherché à évaluer l’impact des
injections sur ces signes otologiques. Résultats. Parmi les 64 patients migraineux chroniques adressés
à notre consultation depuis 2011, nous avons identifié 9 patients (14%) ayant des signes otologiques
avec des otalgies profondes (n=4) au moment des crises et des acouphènes (n=5) permanentes
s’accentuant lors des crises. Aucune étiologie n’a été retrouvée à l’examen otoscopique. Il n’y avait
pas non plus de cause traumatique ou de dysfonction de l’articulation temporo-mandibulaire. Les
acouphènes ont disparu (2/5), ou diminué de plus de 50% (3/5) lorsque les muscles temporaux ont
été rajoutés au schéma d’injection par BTX-A. Pour les otalgies, c’est l’injection des splenius capitis
qui en a permis la disparition (1/4) ou la diminution de plus de 50% (3/4). Discussion. Nos résultats
suggèrent que les signes otologiques rencontrés chez les patients migraineux chroniques pourraient
être liés à l’hypertonie de certains muscles. Cela a déjà été mis en évidence pour les acouphènes chez
les sujets céphalalgiques [3] mais aussi chez des patients non-céphalagiques [4]. Il n’existe pas de
littérature sur les otalgies d’origine musculaire, mais l’insertion du splenius capitis sur la mastoïde
pourrait expliquer qu’une tension de ce muscle provoque des douleurs profondes de l’oreille.
Conclusion : Acouphènes et otalgies constituent des signes associés à la migraine dont l’origine peut
être myogène. Les injections ciblées de BTX-A, en neutralisant les muscles en cause (temporal pour
les acouphènes et splenius capitis pour les otalgies), permettent un soulagement de ces symptômes.
Bibliographie
[1] Teixido M, Seymour P, Kung B, Lazar S, Sabra O ; Otalgia associated with migraine. Otol Neurol 2011; 32: 322-25 [2] Langguth B, Hund V,
Busch V et al. Tinnitus and headache. BioMed Research International 2015: 1-7 [3] Pezzoli M, Ugolini A, Rota E et al. Tinnitus and its
relationship with muscle tenderness in patients with headache and facial pain. J Laryngol Otol 2015; 129: 638-43 [4] Teachey WS, Wijtmans
EH, Cardarelli F, Levine RA. Tinnitus of myofascial origin. Int Tinnitus 2012; 17: 70-3
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
171
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-049 : Traitement des douleurs neuropathiques chroniques par stimulation magnétique
transcrânienne répétitive en séances « d’entretien »: Cohorte prospective de 61 patients sur 40
mois.
J. Voirin*(1), G.Carelli(2), P.Peruzzi(3), F.Sellal(4), R.Schalck(5), R.Srour(1)
(1)Service de Neurochirurgie, Hôpitaux Civils de Colmar, Colmar cedex, France(2)Service
d'explorations fonctionnelles electrophysiologiques, Hôpitaux Civils de Colmar, Colmar,(3)Service de
Neurochirurgie, CHU Reims, Reims,(4)Service de neurologie, Hôpitaux Civils de Colmar,
Colmar,(5)Centre de la douleur, Hôpitaux Civils de Colmar, Colmar
Introduction La stimulation du cortex moteur est une technique reconnue dans le traitement des
douleurs neuropathiques (DN) réfractaires touchant le système nerveux central ou périphérique.
Cette neuromodulation peut être proposée par méthode chirurgicale [1,2] ou externe [3] grâce à la
stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS). Nous décrivons notre retour d’expérience
40 mois après la création d’une unité clinique spécifique à cette technique, au sein du service de
neurologie. Matériels et méthodes Entre le 1/12/2012 et le 1/4/2016, un traitement par rTMS a été
proposé à 61 patients. 34 présentaient des DN centrales : 22 post-AVC, 5 avulsions plexuelles
proximales, 5 lésions médullaires, 2 SEP. 27 cas de DN périphériques ont été traités: 12 douleurs
trigéminales post-thermocoagulation (DTPT) ou post-zostériennes, 3 atteintes plexuelles distales, 3
amputations (échec de stimulation médullaire), 4 indications « atypiques » (5 chirurgies dentaires ou
maxillo-faciales, 1 douleur périnéale, 1 neuropathie toxique, 1 SDRC type II, 1 syndrome de
Gougerot-Sjögren). Le schéma de stimulation est de 2 semaines d’une séance quotidienne sur 4-5
jours, entrecoupées d’une semaine sans stimulation. Le repérage du cortex moteur spécifique à la
somatotopie de la douleur décrite est réalisé par neuronavigation au bloc opératoire. Résultats 31
patients ont été répondeurs (Baisse de l’EVA locale ≥ 30%) et ont bénéficié de séances mensuelles
d’entretien secondairement. Parmi eux, 15 ont été durablement soulagés dans le temps et en
topographie pendant la période inter-stimulation, dont 2 patients ont même pu arrêter la rTMS à 2
ans (recul de 24 mois). 16 ont eu une résurgence des DN durant plus de 7 jours consécutifs par mois :
5 ont été opérées avec succès, 9 ont dû modifier leur rythme d’entretien, 2 ont refusé toute
neuromodulation. Les douleurs post-AVC et DTPT semblent les plus sensibles (respectivement 57.1%
et 50% de patients améliorés) mais les DTPT semblent moins stables dans le temps (25% séances
d’entretien stables contre 77%). 2 indications « atypiques » ont été soulagées : 1 DN post-lésion nerf
mandibulaire et 1 neuropathie toxique. La baisse moyenne globale de l’EVA est de 25% mais peut
attendre 44% chez la population des patients répondeurs. Conclusion La rTMS semble être une
thérapie antalgique satisfaisante, surtout pour les DN post-AVC et trigéminales [4]. L’utilisation en
séances mensuelles d’entretien [5] constitue une alternative séduisante à l’implantation chirurgicale,
que nous réservons essentiellement aux patients non soulagés durant la période inter-stimulation.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
172
Bibliographie
[1] Tsubokawa T et al. Chronic motor cortex stimulation in patients with thalamic pain. J Neurosurgery 1993; 78 : 393-401 [2] Fontaine D et
al. Efficacy and safety of motor cortex stimulation for chronic neuropathic pain : critical review of the literature. J Neurosurgery 2009; 110 :
215-256 [3] Lefaucheur JP et al. Evidence-based guidelines on the therapeutic use of repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS).
Clinical Neurophysiology 2014; 125: 2150–2206 [4] Lefaucheur JP et al. French guidelines on the use of repetitive transcranial magnetic
stimulation (rTMS): Safety and therapeutic indications. Clinical Neurophysiology 2011; 41:221-295 [5] Lefaucheur JP et al. Neuropathic pain
controlled for more than a year by monthly sessions of repetitive transcranial magnetic stimulation of the motor cortex. Clinical
Neurophysiology 2004; 34: 91-95
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
173
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-050 : Analgésie loco régionale continue pour douleur post opératoire : pousse seringue versus
diffuseur
K. Rghioui*(1), C.Moslih(1), C.El kettani(1), R.Cherkab(1), R.Cherkab(1), W.Haddad(1), L.Barrou(1)
(1)chu ibno rochd , Casablanca, Morocco
L’analgésie loco régionale continue nécessite, dans notre contexte, l’hospitalisation dans un service
de réanimation. Notre travail a pour objectif d’évaluer la faisabilité de l’analgésie loco régionale
continue par diffuseur à débit fixe dans les services de chirurgie. C’est une étude prospective,
descriptive qui a nécessité la mise en place en pré opératoire d’un cathéter péridural soit en
thoracique haut (thoracotomie), en thoracique bas (laparotomie), péri nerveux (chirurgie traumato
orthopédique). En post opératoire immédiat, une perfusion continue de bupivacaine 0.125% via une
pousse seringue électrique a permis de moduler le débit en fonction du niveau d’analgésie souhaité,
puis randomisés en 2 groupes Diffuseur et Pousse seringue électrique. L’évaluation a porté sur
l’intensité de la douleur (au repos, à la mobilisation et à la toux), et sur les événements indésirables.
L’étude a concerné 96 patients, âge moyen 40 ans, sexe ratio : 1.6 Il s’agit de 23 laparotomies (19
gastrectomies, 2 Amputation abdomino-périnéal ,2 éventrations), 67 thoracotomies (22 lobectomie
,10 Kyste hydatique ,18 pneumonectomies), 5 prothèse totale de hanche, 1 ostéosynthèse pour
fracture du coude. Nous n’avons pas trouvé de différence significative entre les 2 groupes aussi bien
sur l’intensité de la douleur que sur les événements indésirables. L’analgésie locorégionale continue
via un diffuseur peut être une alternative à l’hospitalisation en réanimation pour la prise en charge
de la douleur post opératoire.
Bibliographie
1.Freysz M. Anesthésie locorégionale chez l’adulte en structure d’urgence. Urgences 2010, 2.Capdevila X, Pirat P, Bringuier S, et al. :
Continuous peripheral nerve blocks in hospital wards after orthopedic surgery - A multicenter prospective analysis of the quality of
postoperative analgesia and complications in 1,416 patients. Anesthesiology, 2005, 103, 1035-1045. 3.Prise en charge de la douleur
postopératoire : Recommandations formalisées experts, SFAR 2008.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
174
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-051 : Réseau Lutter Contre la Douleur : Atelier éducatif pour aider les patients migraineux au
maniement de leurs antalgiques
E. Soyeux(1), G.Savigneau*(1), M.Payet(1), M.Prunière thévenot(1), S.Rosenzweig(1)
(1)Réseau LCD, Paris
Dans le cadre de son programme d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) agréé par l’HAS depuis
2011, le réseau Lutter Contre la Douleur (LCD) a développé l’un atelier éducatif «Gestion des
médicaments contre la migraine». L’objectif général est de donner aux patients des informations
utiles sur leurs antalgiques et leur apprendre à organiser les prises et les dosages. Les objectifs
éducatifs sont adaptés en fonctions des besoins des patients : • S’exprimer sur le vécu de la maladie
(utilisation du photolangage). • Etre rassurer et déculpabiliser sur de la prise de médicaments. •
Mieux identifier les traitements de crise et de fond. • Participer à la prévention des risques d’abus
médicamenteux. • Différencier les Céphalées Chroniques Quotidiennes, migraine, céphalées de
tension • Connaitre les effets indésirables des traitements de crise. • Mieux identifier l’utilité et le
fonctionnement des génériques. • Rappeler l’intérêt des techniques non médicamenteuses. L’atelier
de groupe est composé de 6 patients maximum souffrant de migraine. Chaque séance est co-animée
par l’équipe de coordination médicale du réseau LCD et un professionnel de santé formés à l’ETP :
une pharmacienne ou un médecin de la douleur. L’outil éducatif 1, 2, 3, Migraine, créé par le réseau
LCD sous la forme d’une boîte de jeux de cartes, est un support d’apprentissage utilisé lors de cet
atelier. Il est composé de 2 séances d’1h30 espacées de 15 jours. Pendant cet intervalle, les patients
tiennent un agenda de leur migraine qui servira de support pédagogique lors de la deuxième séance.
Chaque patient reçoit une fiche outil qu’il remplit lui-même durant la séance avec les messages clés à
retenir et validés par les animateurs. Il est aussi organisé au cours de consultations individuelles de
suivi. 80% des patients ont été satisfaits et 10% très satisfaits. La majorité des patients a compris
l’intérêt de connaitre, organiser et adapter son traitement médicamenteux et souhaitent s’ouvrir à
l’apprentissage d’une méthode non médicamenteuse. Les connaissances acquises lors des ateliers
sont renforcées par la dynamique de groupe et l’aspect ludique de l’outil. En fin de session,
l’autoévaluation explore les connaissances acquises, la satisfaction et les changements qui seront
apportés par le patient dans son quotidien. Un atelier pour la gestion des antalgiques pour les
douleurs nociceptives et neuropathiques est proposé afin de répondre aux besoin d'un plus large
public.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
175
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-052 : Miroir, mon beau miroir! L’illusion au service de l’algodystrophie.
L. David(1), M.Petoteguy*(1), F.Normand(1)
(1)CENTRE HOSPITALIER DE LA COTE BASQUE, Bayonne, France
Au sein de notre consultation douleur chronique, 10 % des patients présentent un syndrome
douloureux régional complexe. Leur suivi est généralement prolongé. En complément des
traitements antalgiques et de la rééducation, d’autres prises en charge sont indiquées par les
médecins et assurées par l’infirmière (neurostimulation transcutanée, autohypnose). En parallèle un
suivi psychologique peut être nécessaire. Afin d’optimiser les techniques et les échanges entre
membres de l’équipe, un mode opératoire spécifique est en place depuis plusieurs années (nombres
de séances, fréquence, durée, message délivré, outil de traçabilité). Fort de cette expérience
positive, depuis janvier 2015, après réflexion en interne et recherches bibliographiques, la théorie du
miroir [2,3] est testée. A 15 jours d’intervalle, le patient consulte trois fois l’infirmière. Lors de la 1°
séance sont abordés successivement : la notion de plasticité cérébrale, le schéma de PENFIELD, le
leurre sensoriel [1]. Puis l’infirmière évalue les troubles de la zone touchée (perception,
latéralisation, douleur et motricité), met en place le projet individualisé et sélectionne les exercices
spécifiques. Elle recueille les premières impressions du patient, explique les possibilités de confection
d’une boite miroir personnelle et donne les consignes d’usage quotidien à domicile (durée et
fréquence des séances, exclusion des signes distinctifs possibles entre les deux membres, travail infra
douloureux). La deuxième et la troisième séance visent à évaluer la conformité de la pratique, le vécu
du patient et les bénéfices algiques et fonctionnels potentiels. Selon l’évolution, de nouvelles
explications et/ou des exercices complémentaires peuvent être proposés. Depuis 1 an, 16 patients
ont accepté cette nouvelle prise en charge dont le retour est globalement favorable. Nous avons
ajusté notre pratique au fur et à mesure et notre protocole est actuellement finalisé. Son utilisation
future nous permettra une analyse objective des résultats obtenus. Notre expérience actuelle nous
conforte dans ce projet dont les résultats s’annoncent prometteurs.
Bibliographie
[1] Moseley L. Graded motor imagery is effective for long-standing complex regional pain syndrome : a randomised controlled trial. Pain.
2004 ; 108:192-198. [2] Moseley L. Is successful rehabilitation of complex regional pain syndrome due to sustained attention to the affected
limb ? A randomized clinical trial. Pain. 2005 ; 114:54-61. [3] Sato K., Fukumori S., Matsusaki T., et al. Nonimmersive virtual reality mirror
visual feedback therapy and its application for the treatment of complex regional pain syndrome : an open label pilot study. Pain Medecine.
2010 ; 17:622-629.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
176
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-053 : Bon usage des antalgiques dans les soins douloureux
V. Jaegle*(1), K.Milojevic(1),
D.Gadaud(1), P.Assoune(1)
A.Queffelec(1),
A.Peyrilles(1),
C.Laquitaine(1),
C.Pichard(1),
(1)Centre Hospitalier de Versailles, Versailles
Introduction : La douleur induite par les soins concerne entre 30 et 65% des patients hospitalisés. Le
rôle du soignant est de reconnaître cette douleur, la décrire, l’évaluer, et surtout l’anticiper.
Connaitre les caractéristiques pharmacodynamiques des différentes molécules disponibles est
indispensable pour une efficacité optimale de l’antalgique au moment du soin. Le but de ce travail
était de mettre à jour les données préexistantes et de proposer une information facilement
accessible pour les soignants. Méthode : Après listing des antalgiques utilisés au Centre Hospitalier,
leurs caractéristiques pharmacodynamiques ont été recherchées dans le Vidal puis validées par la
Pharmacie Centrale. Deux formats de document ont été réalisés : plaquette de poche et format A3
pour affichage en salle de soin. Un code couleur facilitant la lecture a été choisi : rouge pour
inactivité antalgique, jaune pour début d’activité antalgique et vert pour maximum d’activité
antalgique. Des informations complémentaires ont été ajoutées : paliers OMS, Dénomination
Commune Internationale, nom de la spécialité disponible, voie d’administration, et durée d’action.
Les versions successives ont été discutées lors de réunions plénières du CLUD, la version finale
présentée en CME. Résultats : 32 utilisateurs dans 9 services ont testé la plaquette pendant 2 mois.
Un questionnaire portant sur l’aspect général, la forme et le contenu a été distribué. Réponses : 50%
(difficultés de retour des questionnaires remplis du fait des horaires variables et des mouvements de
personnel). Satisfaction globale: 100%. Le format de poche a été très apprécié. Choix des antalgique
de la liste satisfaisant : 76%. Utilisation plusieurs fois par semaines : 59%. Cette plaquette a reçu une
validation inter-CLUD pour une diffusion départementale et le 1er prix du projet transversal multiinstitutionnel. Conclusion : L’utilisation de la plaquette « Bon usage des antalgiques dans les soins
douloureux » a été généralisée à l’ensemble du Centre Hospitalier. Une enquête de satisfaction est
envisagée à l’échelle départementale pour dépister d’éventuels manques spécifiques et apporter les
améliorations souhaitées.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
177
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-054 : Groupe de parole et de découverte des méthodes psychocorporelles destinés aux enfants,
adolescents douloureux ou céphalalgiques et à leurs parents
F. Reiter*(1), E.Fauconnier(1), C.Guiot(1), J.Andreu gallien(1)
(1)Hopital Trousseau, Paris, France
Depuis plus de 15 ans, les méthodes psychocorporelles (1 Eccleston) sont utilisées dans le centre de
la douleur et de la migraine de l’hôpital Trousseau, en groupe ou en individuel. Plusieurs types de
groupes, méthodes, et contenus ont été proposés au fur et à mesure des années. Depuis un an, un
nouveau type de groupes de patients est proposé, avec une co-animation par un trinôme
psychologue-infirmière-médecin. La proposition d’expérimenter les méthodes psychocorporelles est
faite le plus souvent lors de la consultation médicale (médecin seul ou binôme médecin-psychologue
(2 Tourniaire); l’orientation en séances individuelles ou de groupe est déterminée par le psychologue
en entretien avec l’enfant et ses parents (3 Fauconnier). Dans cette nouvelle configuration, une
séance est proposée aux parents, en groupe d’adultes. 4 à 6 séances d’une heure et demie à deux
heures et demie sont proposées aux patients selon l’âge : primaire, collège et lycée. Un déroulement
progressif est proposé avec l’utilisation de différentes médiations comme la parole, le dessin, le
cercle vicieux (4 Rousseau-Salvador), des supports filmés et plusieurs techniques de relaxation,
d’hypnose, et de méditation. L’objectif principal est d’amener le patient à écouter ses pairs, à
élaborer autour de ses douleurs, et d’expérimenter différentes techniques de relaxation. Plus
précisément le patient est invité à partager sur la survenue des crises, les traitements, ses difficultés
et stratégies dans différentes situations (en cours, à la maison, avec les amis…). Progressivement, les
émotions et leur place sont abordées. Questionner ensemble, patients et co-thérapeutes, partager,
parler de soi à travers les sensations douloureuses entraine chacun à se différencier et/ou
s’identifier. L’expérimentation de méthodes psychocorporelles à chaque séance permet au corps,
lieu des douleurs, d’avoir toute sa place, et à l’enfant d’éprouver les sensations de chaque méthode,
de les partager et de les utiliser. La séance avec les parents permet d’aborder les questions
concernant les plaintes douloureuses de l’enfant et de construire ensemble une réflexion et peutêtre des réponses, partant de l’expérience de chacun. Les questions principales abordées par les
parents sont la place de la douleur dans le quotidien, dans la famille, l’exigence parentale ou
l’exigence de l’enfant, la façon de soutenir l’enfant, mais aussi les rivalités dans la fratrie,
parents/enfants. La participation active des enfants montre leur intérêt pour ce type de groupes, les
retours des enfants et des familles sont très positifs, et engagent à renouveler cette proposition
thérapeutique, nécessitant une implication forte des co-thérapeutes.
Bibliographie
1 Eccleston C, et coll. Psychological therapies for the management of chronic and recurrent pain in children and adolescent, Cochrane
database of systematic reviews, 2009;2:1-50. 2 Tourniaire, B., Reiter, F., 2012. La consultation douleur en binôme : corps et psyché
indissociables. Archives de pédiatrie 19 (6S1), H272-H273. 3 Fauconnier, E. , 2015. Maman, papa, la douleur et moi. Comment le
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
178
psychologue pense-t-il la place de chacun ? Communication Penser la relation dans la douleur chronique. Congrès SFETD 2015 4 RousseauSalvador, C., Amouroux, R., 2010. Thérapie comportementale et cognitive de groupe pour les enfants et les adolescents céphalalgiques.
Douleur et analgésie 23, 36-40
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
179
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-055 : EVALUATION DES RESULTATS DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DE LA NEVRALGIE PUDENDALE
A PROPOS D’UNE SERIE DE 80 PATIENTS OPERES
C. Baude*(1), M.Kalfallah(2), B.Liétar(3), A.Forest(4), M.Godot(4)
(1)Clinique mutualiste, Lyon, France(2) Polyclinique Côte Basque, Saint jean de luz,(3)Centre Anti
Douleur, Saint etienne,(4)Cabinet médical, Lyon
La névralgie pudendale est difficile à prendre en charge et le traitement chirurgical à été validé dans
la littérature avec les résultats suivants : 76% de patients améliorés, 23% non améliores et 1%
aggravés .L’évaluation est basée sur une baisse de l’EVA de trois points à 1 an (1). Nous relatons
notre expérience sur 80 patients patients opérés ( 61,3% de femmes avec un âge moyen de 53,9 ans )
. Tous avaient les critères typiques de névralgie pudendale canalaire avec une EVA entre 6 et 10/10
et une position assise maximum tolérable de 17’ en moyenne .Il y avait 62,4% de forme bilatérale.
Nos résultats basés sur la même méthode d’évaluation que dans la littérature montrent des résultats
identiques : 76% de patients améliorés, 23% non améliorés et 1% aggravés à 1an. Au vu de ces
résultats et du fait de la prise en charge pluridisciplinaire indispensable (somaticien,
kinésithérapeute, psychologue) on peut se poser la question de la méthode d’évaluation du
traitement chirurgical car des patients se disent non améliorés en ayant une durée de position assise
parfois très augmentée. Les échecs sont souvent attribués à la composante neuropathique résiduelle
mais Il faudrait sans doute intégrer à l’évaluation les attentes du patients et la notion de prise en
charge kinésithérapique et psychologique peropératoire on non. En conclusion le traitement
chirurgical de la névralgie pudendal est validé avec 76% de patients améliorés à 1 an basé sur la seule
baisse baisse de l’EVA de trois points. Nos résultats sont identiques sur 80 patients opérés
Cependant la complexité de la pathologie suggère d’élargir la méthode d’évaluation à des critères
tels que l’attente des patients et l’influence de la notion de prise en charge kinésithérapique et
psychologique peropératoire on non pour mieux soulager ces patients.
Bibliographie
(1)La chirurgie du nerf pudendal dans la prise en charge thérapeutique des douleurs pelvipérinéales chroniques R. Robert, J.-J. Labat⁎, M.
Khalfallah, J.-M. Louppe, T. Riant, O. Hamel Prog Urol, 2010, 20, 12, 1084-1088
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
180
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-056 : La photo comme aide à la réactivation physique du patient douloureux chronique
G. Espagne-dubreuilh*(1), G.Martiné(1), M.Lemonnier(1), F.Henry(1), D.Ranoux(1), P.Bertin(1),
C.Wood(1)
(1)CHRU LIMOGES Centre de la Douleur Chronique-Rhumatologie, Limoges
Introduction : Le feedback visuel semble avoir un rôle important dans la réactivation physique des
patients douloureux chronique. Les études [1] ont montré que certains patients avaient une
distorsion de leur image corporelle et que l’on pouvait réduire certaines douleurs en « trompant » le
cerveau (boîte « miroir» [2]). Fort de ces études nous avons, lors de nos consultations, fait des
photos des patients pour leur faire visualiser certaines contractions musculaires et les inciter à se
réactiver. Un suivi photographique a été proposé. Matériel et Méthodes Nous présentons 4 cas de
patients. Mr B, présentait un syndrome de négligence du membre supérieur droit. Il avait une
démarche asymétrique avec une épaule plus haute et une tension dans les trapèzes et en cervical. Il
a été encouragé à se mobiliser en symétrie en complément de la kinésithérapie. Trois et six mois
après, Mr B allait mieux, il a réclamé ses photos pour visualiser les modifications corporelles. Mme L
avait une douleur dorsale. Le cliché de son dos montrait une contracture du muscle para-vertébrale
droit. Trois mois après une réactivation physique efficace, la contracture a disparue. Mr C. avait une
douleur dorso-lombaire constante. Il présentait une position antalgique vicieuse réductible. La
photo de son dos a permis une prise de conscience de la position vicieuse. Mr X. présentait un
trapèze droit amyotrophié et hypotonique visible sur la photographie. Discussion Le feedback visuel
semble essentiel dans la prise en charge de certains patients douloureux chroniques [1-3]. La
photographie permet une prise de conscience du patient. Cela favorise une participation active et
une récupération durable. Les photos sont des outils de suivi pour encourager le patient à modifier
son corps. Conclusion La photo est un outil efficace pour aider le patient douloureux à se réactiver et
associer une nouvelle perception sensorielle à son schéma corporel.
Bibliographie
[1] Moseley LG. I can’t find it! Distorted body image and tactile dysfunction in patients with chronic back pain. PAIN. 2008; 140(1):239-243
[2] Ramachandran VS., Rogers- Ramachandran D. Synaesthesia in phantom limbs induced with mirrors. Proc Biol Sci. 1996; 263(1369): 37786 [3] Berquin A et al. Des miroirs pour traiter la douleur, pourquoi? Douleur évaluation – Diagnostic-Traitement (2015) 16, 124-130
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
181
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-057 : L'aromathérapie une boite à outils pour la douleur chronique
G. Bernardy (1), E.Touchard (2), B.Hermant (1)
(1)CH, Lens, France(2) C H, Béthune
DANS LA BOITE A OUTILS DE LA DOULEUR CHRONIQUE : L’AROMATHERAPIE L’aromathérapie est un
moyen antalgique connu et utilisé depuis le XVIè siècle, mais développé au XXè. C’est l'utilisation
médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles). Cela la différencie de
la phytothérapie qui fait usage de l'ensemble des éléments d'une plante. Les usages les plus courants
des huiles essentielles sont : • la complémentation à un traitement médical • le bien être, la détente
et la relaxation En aromathérapie on évite les très jeunes enfants, les femmes enceintes (surtout au
cours des trois premiers mois) les personnes allergiques (asthmatiques, etc.) La pratique de
l'aromathérapie nécessite toujours l'avis d'un professionnel averti aromathérapeute ou
aromatologue. Certaines huiles essentielles sont très bien tolérées pures sur la peau, mais elles sont
l'exception, certaines sont même dermocaustiques. La plupart du temps elles sont diluées avec une
huile végétale Leurs propriétés sont multiples : • anti-inflammatoires • antalgiques, analgésiques et
anesthésiques • calmantes, hypnotiques et anxiolytiques • etc… Il est important de respecter la
posologie et la durée de la prise. Les huiles essentielles sont des molécules actives, elles peuvent
avoir des effets indésirables graves : Effets indésirables des huiles essentielles • propriétés
vésicantes et nécrosantes • propriétés allergisantes ou hypersensibilisantes • propriétés
photosensibilisantes • propriétés neurotoxiques • propriétés néphrotoxiques ) Elles traversent le
placenta, et sont transmises par le lait maternel. Méthodes d’administration des huiles essentielles
• La diffusion atmosphérique : • L'inhalation : • La voie transcutanée (massages ou bains) • La voie
orale La complexité des symptômes chez un douloureux chronique nécessite une prise en charge
médicamenteuse souvent multiple Afin d’alléger et si possible d’améliorer cette prise en charge
l’utilisation des huiles essentielles a comme objectif de compléter le traitement médical de base
indispensable associé aux autres prise en charges non médicamenteuses Ce poster a comme objet
d’aider aux prescriptions complémentaires en aromathérapie selon des critères précis et en
respectant les contre-indications potentielles des patients souvent par ailleurs déjà
polymédicamentés et en en précisant les modalités d’administration.
Bibliographie
RM Gattefossé Aromathérapie – les huiles essentielles hormones végétales Ed Librairie des sciences Girardot, 1937 P Franchomme, R
Jollois, D Pénoel L’aromathérapie exactement : encyclopédie de l’utilisation thérapeutique des huiles essentielles Ed Jollois, 2001 D Baudoux
L’aromathérapie : se soigner par les huiles essentielles Ed Amyris, 2008 P Franchomme La science des huiles essentielles médicinales Ed
Trenadiel, 2015 A Maillard Douleur un parfum d’apaisement Plantes et santé n°100 mars 2010 p 39-40 A Maillard Faire taire la douleur
Plantes et santé N° 132, février 2013 p 32-34 O Abossolo
Pourquoi et comment utiliser l’aromathérapie pour la prise en charge de la
douleur Conférence nov 2014
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
182
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-058 : Intérêt de l’auto-hypnose dans la diminution des douleurs induites par la pose de patch de
capsaïcine.
G. Martiné*(1), G.Espagne- dubreuilh(1), M.Lemonnier(1), F.Henry(1), P.Bertin(1), C.Wood(1)
(1)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges, France
Introduction : La pose de patch de capsaïcine à 8% est une alternative thérapeutique pour les
patients souffrant de douleur neuropathique localisée. Cependant lors de la pose les patients
présentent fréquemment des sensations de brûlure et celles-ci peuvent perdurer plusieurs jours.
L’hypnose, technique antalgique reconnue, a été proposée à ces patients. Matériel et Méthodes :
Une vingtaine de patients (en moyenne) sont hospitalisés tous les trois mois au CHU de Limoges pour
un traitement par capsaïcine. Il a été proposé aléatoirement à 10 d’entre eux l’apprentissage d’un
exercice d’autohypnose dans le but d’améliorer l’antalgie et le confort pendant et après la pose du
patch. Cet apprentissage a été réalisé en 5 à 10 minutes avant l’application d’un pack de glace. Le
protocole d’hypnose utilisé est le suivant : Induction de transe hypnotique puis concentration et
imagerie mentale en lien avec la sensation de fraicheur (courant d’air, membre glissé dans de l’eau
froide, glaçon). Ensuite suggestion post hypnotique de prolongation et ancrage corporel avec
intensification de la fraicheur. Enfin sortie de transe. Des évaluations visuelles numériques ont été
réalisées pour évaluer les douleurs ressenties et le taux de satisfaction à H0 H6 J+ 1 J+ 2 et J+7.
Résultats : Les premières données montrent une satisfaction des patients à l’apprentissage d’une
technique d’autohypnose permettant l’autonomie vis-à-vis de la gestion de la douleur. Les données
concernant l’impact sur la douleur et le confort sont en cours d’analyse. Discussion La pose d’un
patch de capsaïcine est souvent un geste répété pouvant induire voir réactiver une mémorisation
douloureuse et une anxiété. Nous faisons l’hypothèse que les patients qui ont appris une technique
d’autohypnose seront plus autonomes et gèreront mieux leur douleur. Conclusion L’autohypnose
semble être une aide à la gestion de la douleur pour les patients nécessitant une pose répétée de
patch de capsaïcine.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
183
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-059 : Intérêt d’une approche groupale au sein de la consultation de la douleur
S. Wojtysiak (1), A.Bonnet-pinchon (1)
(1)Centre Hospitalier de Roubaix, Roubaix cedex, France
Longtemps exclusivement individuelle, la prise en charge psychologique des patients douloureux
chroniques du Centre Hospitalier de Roubaix, s’est récemment élargie à la mise en place d’une
approche groupale. L’objectif thérapeutique du groupe est d’aider les patients à identifier et à
accepter leurs valeurs et leurs croyances fondamentales afin qu’ils puissent apprendre à faire des
choix sur la façon de vivre en respect avec ces valeurs (en lien ou non avec la douleur). Cela ne vise
pas au changement du contenu des croyances mais plutôt à la recherche d’un équilibre entre les
conduites d’évitements sociaux et les comportements de lâcher prise [1]. Chaque séance est
organisée afin que chaque patient puisse être de plus en plus actif dans sa participation afin de
pouvoir, in fine, lui permettre d’élaborer et d’expérimenter la notion de compétences personnelles
et sociales et d’accepter les expériences plutôt que les éviter ou les supprimer. En pratique… La prise
en charge groupale est constituée de douze séances, à raison d’une séance par semaine. Chaque
séance est animée alternativement par une psychologue et un musicothérapeute. Le groupe est
fermé et constitué en moyenne de quatre patients. L’atelier animé par la psychologue met en place
une approche basée sur l’engagement et l’acceptation au travers des techniques de méditation et
d’affirmation de soi. Ces dernières mettent l’accent sur des mises en situation (jeux de rôles,
reformulation…) en lien avec les sentiments d’auto efficacité et de confiance en soi d’une part et des
conduites d’évitements sociaux d’autre part. L’atelier de musicothérapie est basé sur la technique
réceptive de « l’association de deux courts extraits contrastés » de Jacques Jost, dans une version
mise en place par Verdeaux-Paillès et Guiraud-Caladou [2]. La comparaison entre les deux écoutes
permet d’effectuer une différenciation, une prise de conscience et un positionnement du sujet par
rapport à une préférence musicale. Cette pratique s’enrichit de toutes les réactions des participants
et de la dynamique de groupe. C’est pourtant l’occasion pour chacun de tester ses choix face à un
groupe, dans un cadre sécurisant, grâce à la présence du musicothérapeute [3].
Bibliographie
[1] Henry, F. (2013). Surfez sur la douleur chronique avec la thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT) !. Douleur, 14(6), 314-315. [2]
Lecourt, E. (1993). Analyse de groupe et musicothérapie. Paris: ESF. [3] Verdeau-Paillès, J., & Guiraud-Caladou, J.-M. (1976). Les techniques
psychomusicales de groupe et leur application en psychiatrie. Paris: Doin.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
184
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-060 : La Résonance Energétique par Stimulation Cutanée : quelle est sa place au sein d'un CETD ?
V. Bouvier(1), S.Chauvet(1)
(1) CETD - CHANGE, Annecy,
Introduction : Les techniques non médicamenteuses au sein d’un CETD peuvent représenter un atout
dans divers cas de douleurs rebelles ou de résistance ou difficultés aux médicaments. La Résonance
Energétique par Stimulation Cutanée (RESC) est une méthode de soin et de soutien aux traitements
conventionnels. Cette technique basée sur les principes de la médecine chinoise, consiste en une
écoute des ondes qui parcourent les méridiens, ayant pour but de comprendre les turbulences
provoquées par la maladie ou la douleur afin d’accompagner le malade vers l’apaisement. Objectif :
Etude ouverte auprès des patients ambulatoires du CETD sur la prise en charge en RESC par IRD afin
de valider l’intérêt de cette technique au niveau du centre. Méthode : - RESC proposée par
l’Infirmier Ressource Douleur sur indication d’un médecin du CETD (28 patients de septembre 2014 à
décembre 2015) - 3 séances à 15 jours d’intervalle et une 4ème à 2 mois - Evaluation douleur
(EN/10), anxiété/10, échelle de Covi (échelle d’hétéro-évaluation/12) : avant et après chaque séance
-Evaluation de la satisfaction et de l’amélioration après chaque séance -Evaluation du
retentissement sur la qualité de vie par le Questionnaire Concis de la Douleur (QCD) en début et fin
de prise en charge. Résultats : -23 patients inclus (Nombre moyen de séances par patient : 3,78) Diverses indications -En fin de séance : •l’amélioration de l’intensité douloureuse est en moyenne de
1,6/10 (15 patients notent une amélioration de l’EN ≥2/10 dont 9 patients entre 3 et 7 points)
•l’amélioration de l’intensité de l’anxiété est en moyenne de 1,2/10 (12 patients ont une
amélioration ≥2/10 dont 6 avec un gain entre 3 et 6 points) •sur l’échelle de Covi, on note une
amélioration de 2/12 (17 patients déclarent une amélioration≥2/12 dont 14 avec un gain entre 3 et 5
points) -Les QCD reflètent une amélioration de 1 à 7 points sur chaque item. -La satisfaction des
patients est cotée à 100 % après chaque séance. Conclusion : La RESC semble être une technique
complémentaire qui répond à la demande de prise en charge globale des patients chroniques. Elle
s’intègre dans l’offre de soin, en accompagnant le patient dans son parcours de soin. Elle s’inscrit
pleinement dans la relation d’aide. Une étude par groupes de pathologies permettrait sans doute de
mieux préciser les indications.
Bibliographie
•ANAES / Service des recommandations et références professionnelles / mars 2001 : ECHELLE D’ANXIETE de COVI •Revue MISTRAL
SOIGNANT N°22/ Décembre 2012 : «La RESC au service des patients claustrophobes » •Journal Trimestriel de l’Union des Compétences des
Intervenants soignants Publics Privés N° 17/Janvier 2007 : Dossier Douleur 2007 : J.J Bezelgues •Soins, Volume 59, n° 791- pages 14-16
(décembre 2014) : La résonnance énergétique par stimulation cutanée. Patrick Fouchier. •Victoires de la Médecine, Lauréat dans la
Catégorie Soins Infirmiers : « Une relation d’aide pour lutter contre la douleur post-opératoire » •Mémoire et Douleur : Dr L. PAIN Chercheur
à l’INSERM- CHU •Thèse de Doctorat par Mr M. CAPPIELLO/Juin 2015 : « Expérience de la Résonance Energétique par Stimulation Cutanée :
sa place dans les soins de support du Syndrome de l’Intestin Irritable »
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
185
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-061 : LE DIAGNOSTIC DE NEVRALGIE PUDENDALE CANALAIRE N’EST PAS SI FACILE A PROPOS
D’UNE OBSERVATION CLINIQUE
C. Baude*(1), M.Kalfallah(2), B.Liétar(3), A.Forest(4), M.Godot(4)
(1)Clinique mutualiste, Lyon, France(2)Polyclinique Côte Basque, Saint jean de luz,(3)Centre Anti
Douleur, Saint etienne,(4)Cabinet médical, Lyon
Le diagnostic de névralgie pudendale canalaire repose sur les critères diagnostiques de Nantes :
siège de la douleur dans le territoire du nerf pudendal , aggravation en position assise , soulagement
sur la cuvette du WC, absence de déficit sensitif , pas de réveil nocturne par la douleur et positivité
du bloc anesthésique test (1 ). Nous rapportons une observation concernant une patiente de 64 ans.
Elle présente depuis 2012 une douleur de la région coccygienne (brulure et corps étranger)
présentant tous les caractères d’une névralgie pudendale canalaire selon les critères de NANTES .
L’examen clinique montre un syndrome myofascial du périnée avec le bord de l’élévateur ani
sensible. Un bloc test bilatéral objective une bonne amélioration mais partielle. L’imagerie du coccyx
et les résultats du bloc test font suspecter l’hypothèse d’une coccygodynie et une infiltration ciblée
permet d’obtenir un bloc complet .Une intervention chirurgicale de résection coccygienne permet
d’obtenir une amélioration durable. Chez cette patiente présentant tous les caractères le diagnostic
de névralgie pudendale canalaire ( 5 critères de NANTES réunis ) le diagnostic final était en fait une
coccygodynie. Au vu de cette observation on peut faire les remarques suivantes : la névralgie
pudendale canalaire est une douleur neuropathique ,le DN4 intègre la brulure pas la notion de corps
étranger , d’autre part l’existence d’un syndrome de l’élévateur ani (innervation directe par les
racines S2 et S3 ) implique une analyse très complète des résultats d’un bloc test pudendal . En
conclusion devant une douleur chronique de la région périnéale , les critères de névralgie pudendale
canalaire ( critères de NANTES ) sont d’une grande aide mais il faudrait prendre en compte très
certainement les caractères de la douleur neuropathique ( DN4 ) et la composante myofascial avec
toute ses implications anatomiques , cliniques et para cliniques .
Bibliographie
(1) Approche symptomatique des douleurs pudendales chroniques J.-J. Labat⁎, D. Delavierre, L. Sibert, J. Rigaud Prog Urol, 2010, 20, 12,
922-929
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
186
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-062 : Stimulation médullaire implantée et SDRC; bilan pars 118 patients pris en charge au CHD
vendée
Y. Pluchon(1), S.Durand(2), C.Cistac(3)
(1)CHD Lá Roche sur Yon, La roche sur yon, France(2) Clinique breteche, Nantes, (3) Clinique st
charles, La roche sur Yon
Dans l'arsenal thérapeutique des SDRC, la stimulation médullaire implantée cherche sa place dans
l'arbre décisionnel. Au niveau des pays de Loire, l'Omedit a retenu un schéma en cours d'évaluation.
Nous rapportons ici le bilan de 48 mois de pratique où l'évaluation est effectuée par un acteur
différent de l'implanteur, gage d'objectivité. 118 patients présentant un SDRC d'un membre
supérieur ou inférieur ont été répertoriés et évalués en termes de consommation medicamenteuse,
qualite de vie, et situation professionnelle. Nous présentons les résultats qualitatifs et quantitatifs et
ainsi que les limitations fonctionnelles entachant la qualité de vie. Cela évoque une pratique plus
précoce de la technique suivant le niveau douloureux, le délai d'évolution de la pathologie, le niveau
de handicap, l'âge, et la situation professionnelle.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
187
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-063 : Douleurs neuropathiques centrales post AVC
A. Mazic-de sonis(1)
(1)Chirec, Bruxelles, Belgium
Objectifs Les douleurs centrales, post AVC, entrainent des séquelles altérant la qualité de vie. Les
traitements médicamenteux s’avèrent insuffisants dans le contrôle de la douleur avec des effets
secondaires invalidants. L’association de stratégies multimodales améliore la gestion de la douleur,
réduit la mortalité, améliore la QoL (1, 2). Actuellement les effets analgésiques de l’acupuncture
explorés tant par les neurosciences et l’fMRI permettent d’objectiver les divers mécanismes
(récepteurs opioïdes, neuroendocriniens périphériques et centraux etc). (3) Peu d’études
s’intéressent a l’effet de l’acupuncture sur la douleur post AVC(4) La palmitoylethanolamide (PEA) est
une acide gras endogène modulateur des cellules gliales, un agoniste des récepteurs alpha activé par
le peroxysome (5) Matériels et méthodes Une femme présente une douleur thalamique et déficit
moteur de l’hémicorps droit après un AVC. Touts les traitements pharmacologiques et une
stimulation corticale sont en échec. Elle consulte pour douleurs sévères réfractaires, une dépression
réactionnelle suicidaire, des troubles du sommeil ; obésité secondaire et dégradation de l’état
général.
Les médicaments induisent des effets secondaires majeurs : actuellement
méthadone120mg, duloxetine120mg. L’association de l’acupuncture entraine une amélioration
reproductible mais le post effet est insuffisant. L’administration du PEA, la vitamine D et revalidation
nutritionnelle sont alors instaurées. Résultats L’intensité de la douleur se stabilise avec la même dose
de méthadone. Le sommeil est réparateur, le poids se normalise, les activités sociales quotidiennes
sont reprises.
Après six mois elle a pris ses premières vacances depuis 20 ans Discussion
L’expérience clinique reproductible suggère une synergie entre l’acupuncture, l’administration de la
PEA et la pharmacothérapie conventionnelle(5). Ces stratégies analgésiques avec divers mécanismes
d’action réalisent un effet potentialisant ou une synergie soulageant la douleur. Cette approche
multimodale des douleurs neuropathiques via la modulation des cellules non neuronales est une
stratégie prometteuse. L’acupuncture et le PEA sont deux traitements bien tolérés qui peuvent être
ajoutés aux traitements classiques sans interactions négatives.
Bibliographie
1. Zhang SH, Liu M, Asplund K, Li L. Acupuncture for acute stroke. Cochrane Database Syst Rev. 2005(2):CD003317. 2. Acupuncture. NIH
Consens Statement. 1997;15(5):1-34. 3. Staud R, Price D. Mechanisms of acupuncture analgesia for clinical and experimental pain. Expert
Rev Neurother. 2006;6(5):661-7. 4. Yen HL, Chan W. An East-West approach to the management of central post-stroke pain. Cerebrovasc
Dis. 2003;16(1):27-30. 5. Hesselink JM, Hekker TA. Therapeutic utility of palmitoylethanolamide in the treatment of neuropathic pain
associated with various pathological conditions: a case series. J Pain Res. 2012;5:437-42.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
188
Expériences et actions de formation, d’évaluation ou de création de structure
P-064 : Capsaicine à 8%, bilan de 48 mois de pratique en CETD multisite; perspectives
Y. Pluchon(1), S.Durand(2), E.Trille(2), A.Bourcier(2), M.Papaianu(2)
(1)CHD Lá Roche sur Yon, La roche sur yon, France(2) CHD Vendee, La roche sur yon
Le CETD territorial de Vendée a mis en œuvre une organisation multisite pour effectuer des
protocoles au Qutenza° en HDJ de proximité. Cette organisation autorise des délais de réalisation
réduits pour un protocole harmonieux sur chacun des 6 sites hospitaliers préfigurants l'organisation
en GHT. Les indications de traitements correspondent aux douleurs neuropathiques localisées y
compris trijéminales et périnéales, mais aussi suite à une iatrogénie. Cette présentation fait une
description qualitative et quantitative de la prescription de la capsaicine à 8%. Elle fait apparaître les
perspectives d'utilisation á savoir sa situation dans l'arbre décisionnel thérapeutique des douleurs
neuropathiques, mais aussi ses indications potentielles notamment en cancérologie.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
189
2- Recherche Clinique
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
190
Recherche Clinique
P-065 : Douleurs neuropathiques périphériques chimio-induites (DNPCI) et Post Chirurgicales
(DNPC) chez les patients cancéreux : traitement par patch de capsaïcine 8% et bloc d’analgésie
locorégionale
C. Le marec*(1), J.Berard(1), I.Queneuille(1), K.Mezaib(1), F.Croixmarie(1), M.Dipalma(1),
S.Laurent(1)
(1)GUSTAVE ROUSSY CANCER CAMPUS, Villejuif cedex, France
Introduction : Les douleurs neuropathiques périphériques liées au cancer sont fréquentes. Leur
impact sur la qualité de vie des patients est important. Les traitements antalgiques oraux bien
conduits selon les recommandations apportent un soulagement partiel avec des effets indésirables.
Nous rapportons ici l’utilisation du patch de capsaïcine 8% dans une cohorte de patients cancéreux
atteints de DNPCI et de DNPC. Patients et méthodes : Les patients atteints de DNPCI et DNPC en
échec des traitements antalgiques conventionnels ont été inclus dans cette étude entre janvier 2013
et décembre 2015 et ont reçu le patch de capsaïcine en hôpital de jour. Les échelles utilisées pour
évaluer la douleur et l’efficacité à J1, J8, J15, 1, 3, 6 et 9 mois étaient : EVA, DN4, QDSA, PGIC.
Résultats : 48 patients avec DNPCI (n=28) et DNPC (n=20) localisées, âgés de 30-83 ans, ont reçu une
application de 30 minutes du patch capsaïcine 8% sur les mains, pieds ou de 60 minutes sur la zone
cicatricielle allodynique. La prévention de douleur induite était réalisée par bloc d’analgésie
locorégionale de la zone concernée. Tous les patients ont rapporté un soulagement significatif de la
douleur pendant le premier mois après la pose. A 6 mois, les scores de douleur ont été réduits de
<30% chez 7 patients, 30-50% chez 4 patients, 50-70% chez 18 patients, 70-90% chez 15 patients, et
>90% pour 4 patients (tableau). 37 patients (77%) ont donc eu un soulagement important >50%. Le
patch a été bien toléré. Cette procédure a été répétée en cas de récidive douloureuse: 33 patients
ont reçu 1 ou 2 applications, 8 patients 3 ou 4 applications, 7 patients 5 ou 6 applications. Le délai
médian entre deux applications consécutives était de 6,5 mois dans notre cohorte sur trois ans. La
réduction des antalgiques oraux était >50% pour 10 patients et arrêt complet pour 4 patients.
Conclusion : Le patch de capsaïcine à 8% apparait un traitement local efficace et bien toléré chez les
patients cancéreux atteints de douleurs neuropathiques périphériques résistantes aux antalgiques
oraux. L’absence d’effets secondaires, sa durée d’efficacité en font une solution thérapeutique de
choix chez les patients cancéreux séquellaires. Efficacité de la capsaïcine patch 8% dans les
neuropathies périphériques liées au cancer (soulagement %) Douleurs Neuropathiques <30% 30-50%
50-70% 70-90% >90% DNPCI (n=28) 5 2 10 10 1 DNPC (n=20) 2 2 8 5 3 Total (n=48) 7 4 18 15 4
Bibliographie
[1] Bhaskar A. et al, Management of neuropathic pain in cancer patients with 8% capsaicin patch. EAPC Congress, Trondheim, June 2012,
P465.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
191
Recherche Clinique
P-066 : IMPACT CLINIQUE ET MEDICO-ECONOMIQUE DE LA STIMULATION MEDULLAIRE EPIDURALE
MULTICOLONNES CHEZ LES PATIENTS SOUFFRANT DE LOMBO-RADICULALGIES POST-OPERATOIRES
REFRACTAIRES AVEC COMPOSANTE LOMBAIRE SIGNIFICATIVE : PRESENTATION DES RESULTATS DE
L’ETU
P. Rigoard*(1), M.Roulaud(1), P.Ingrand(2), I.Durand-zaleski(3), A.Serrie(4), B.Diallo(1), F.Debiais(1),
P.Mertens(5), S.Blond(6), N.Buisset(6), M.Cadenne(7), F.Caire (8), E.Cuny (7), P.Dam hieu (9),
E.Emery (10), D.Fontaine (11), B.Gadan (10) M.Lanteri-minet (11) P.Page (12), P.Peruzzi (13),
D.Ranoux (8) , S.Raoul (14), E.Simon (15), J.Voirin (16), G.Beraud (1), G.Durand (1), F.Guetarni (1), B.
Lorgeoux (1), O. Monlezun (1), B. Bataille (1), Groupe Estimet
(1)CHU de Poitiers, Poitiers (2)Faculté de Médecine et Pharmacie, Poitiers,(3)URC-Eco Hôtel Dieu,
Paris,(4)Hôpital Lariboisière, Paris (5)CHU de Lyon, Lyon,(6)CHU de Lille, Lille,(7)CHU de Bordeaux,
Bordeaux,(8) CHU de Limoges, Limoges, (9) CHU de Brest, Brest, (10) CHU de Caen, Caen, (11) CHU de
Nice, Nice, (12) AP-HP, Paris, (13) CHU de Reims, Reims, (14) CHU de Nantes, Nantes, (15) CHU de
Lyon, Lyon, (16) CH de Colmar, Colmar
Introduction: Le bénéfice de la stimulation médullaire épidurale (SME) est maintenant bien démontré
pour le traitement des radiculalgies neuropathiques réfractaires. Son efficacité sur la composante
lombaire n’a été que récemment suggérée, grâce à l’utilisation d’électrodes de nouvelle génération,
multicolonnes. Il n’existe aujourd’hui aucune étude randomisée comparative entre la SME
conventionnelle et cette nouvelle forme de stimulation. ESTIMET est la première étude
multicentrique, prospective, randomisée, analysant l'efficacité clinique et l'impact médicoéconomique de la SME multicolonnes chez des patients souffrant de Lombo-Radiculalgies PostOpératoires (LRPO) réfractaires, avec une composante lombaire significative. Matériel/Méthode:
115 patients souffrant de LRPO présentant une EVA radiculaire ≥ 50 mm et une composante
douloureuse lombaire significative, sont recrutés dans 14 CHU et implantés d’une SME
multicolonnes. Les patients sont randomisés en deux groupes: groupe 1/programmation utilisant une
seule colonne (SME monocolonne) et groupe 2/programmation des 16 plots sur 3 colonnes (SME
multicolonnes). Le critère principal est l’évaluation de la réduction de la douleur lombaire (≥ 50%)
lors de la visite à 6 mois. Les critères secondaires évaluent la douleur globale et radiculaire, la
cartographie des territoires douloureux et de leur recouvrement paresthésique, l’amélioration
fonctionnelle (ODI), la qualité de vie (EQ-5D) et la consommation des ressources de soins. Résultats
: Sur les 115 patients inclus, 109 ont été randomisés et 108 ont implantés d’une SME multicolonnes.
Tous les patients pris en compte dans l’analyse en « intention de traiter » (ITT) (n=103, avec groupe
SME moncolonne n=53 et groupe SME multicolonnes n=50) remplissent les critères d’inclusion et de
non inclusion. A la visite d’inclusion, l’âge moyen de la population ITT (49% hommes, 51% femmes)
était de 47.5 ans. L’indice de masse corporel moyen était de 27.2 Kg/m2. La période entre le
diagnostic de LRPO et l’implantation de la SME multicolonnes était d’une durée moyenne de 5.0 ans.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
192
Les scores de l’échelle visuelle analogique (EVA) pour les douleurs globale, radiculaire et lombaire
étaient respectivement 74.88/100, 76.62/100 et 74.40/100. A 12 mois de suivi post-implantation,
nous observons une diminution des douleurs globale, radiculaire et lombaire, respectivement, de
45.15%, 55.76% et 41.50%. Conclusion : Les inclusion et les visites de suivi des patients sont
maintenant terminées. L’analyse statistique de notre objectif principal est en cours. Les premières
tendances communiquées sont des résultats préliminaires décrivant la population de l’étude et
l’efficacité de la SME multicolonnes dans la population LRPO.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
193
Recherche Clinique
P-067 : Prescription de médicaments antalgiques et grossesse
J. Delorme*(1), C.Chenaf(2), J.Kaboré(1), M.Dubuisson(3), A.Eschalier(4), M.Zenut(3), N.Authier(5)
(1)CEIP-Addictovigilance/CRPV, CHU, Clermont fd,(2)INSERM 1107 - NeuroDol, Clermont-fd, (3)CRPV,
CHU, Clermont fd,(4)Institut Analgesia, Clermont fd
Introduction Les médicaments de la douleur (sauf antiépileptiques et antidépresseurs) ne majorent
pas le risque de malformations. Cependant des précautions d’emploi sont requises avec les AntiInflammatoires Non-Stéroïdiens (AINS) qui sont contre-indiqués pendant le 3ème trimestre, mais
aussi avec les opioïdes qui doivent être évités en fin de grossesse. Objectif L’objectif est de décrire
l'évolution des prescriptions d’antalgiques avant et pendant la grossesse.
Méthode Étude de
cohorte rétrospective à partir des données de l’Échantillon Généraliste des Bénéficiaires (EGB) de la
CNAM. Toutes les femmes qui ont donné naissance à un enfant vivant entre le 1er Janvier 2011 et le
31 Décembre 2013 ont été incluses. Toutes les prescriptions d’antalgiques ont été identifiés, incluant
les antimigraineux et les AINS dans l’année précédant l’accouchement. Les antidépresseurs et les
antiépileptiques ont été exclus. Résultats Au total, 22 002 femmes ont été identifiées avec une
moyenne d’âge à l’accouchement de 29,6 ± 5,4 ans [14-51] et un âge gestationnel moyen de 39,0 ±
1,9 semaines d’aménorrhée [22-44]. La douleur chronique concernait 15% des femmes enceintes.
Globalement, 61,5% (N=13 535) ont eu au moins une prescription d’antalgique quel que soit le stade
de la grossesse : 7 864 femmes (35,7%) ont eu une prescription d’antalgique pendant le premier
trimestre, 7 976 (36,3%) le deuxième trimestre et 6 120 (27,8%) le troisième trimestre. Les
antalgiques les plus prescrits étaient le paracétamol (59,5%), les AINS (5,6%), l'association
codéine/paracétamol
(2,7%),
l'association
tramadol/paracétamol
(0,6%)
et
paracétamol/caféine/opium (0,6%). La prévalence d’exposition aux AINS durant la grossesse a
diminué, de 16,5% à 5,6% (p<0,001), ainsi que pour les opioïdes, de 4,8% à 3,8% (p<0,001), alors que
l’exposition au paracétamol a augmenté de 24,1% à 59,5% (p<0,001) versus les 3 mois avant la
grossesse. Concernant les AINS, un taux significatif de prescription persistait durant le troisième
trimestre de grossesse (4,3% à T1; 1,2% à T2; 0,5% à T3). Conclusion Le paracétamol est l’antalgique
le plus prescrit chez la femme enceinte. Malgré les recommandations en vigueur, les AINS, bien que
contre-indiqués durant le 3ème trimestre sont toujours délivrés aux femmes enceintes. Ainsi, en
France, on estime à environ 10000 femmes enceintes qui seraient exposés aux AINS (sans tenir
compte de l’automédication) et donc à un risque accru de fermeture prématurée du canal artériel
fœtal et de toxicité rénale.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
194
Recherche Clinique
P-068 : Usage et mésusage des antalgiques opioïdes en France entre 2004 et 2015
C. Chenaf*(1), J.Kabore(2), J.Delorme(3), N.Delage(4), M.Zenut(5), A.Eschalier(6), N.Authier(7)
(1)INSERM 1107 - NeuroDol, Clermont-fd,(2)CEIP-Addictovigilance / CRPV, CHU , Clermont fd,(3)CEIPAddictovigilance / CRPV, CHU, Clermont fd,(4)CETD, CHU, Clermont fd,(5)CRPV, CHU, Clermont
fd,(6)Institut Analgesia, Clermont fd,(7)CETD / CHU Clermont Fd, Clermont-ferrand, France
Introduction L’augmentation de l’utilisation des antalgiques opioïdes ces dernières décennies a
entraîné une hausse des cas d’abus et de décès notamment aux États-Unis. En France, peu de
données sont disponibles sur la prescription de ces médicaments. Objectifs L’objectif de cette étude
était d’estimer la prévalence de l’utilisation des antalgiques opioïdes, du comportement de « doctorshopping », ainsi que le taux de mortalité associé entre 2004 et 2015. Méthode Il s’agit d’une analyse
rétrospective des données françaises de remboursement de l’Assurance Maladie issues de
l’Échantillon Généraliste des Bénéficiaires (EGB). La prévalence de l’utilisation a été définie comme le
nombre de patients ayant reçu au moins remboursement d’opioïde dans l’année sur l’ensemble des
patients couverts. Le comportement de « doctor-shopping » a été défini par le chevauchement
d’ordonnances ≥ 1 jour, prescrites par ≥ 2 médecins différents et délivrées dans ≥ 3 pharmacies
différentes. Résultats La prévalence d’utilisation des antalgiques opioïdes a baissé de 10 % entre
2004 et 2015 passant de 19,2 % à 17,2 % (p<0,05) consécutivement à la baisse de 12 % de l’utilisation
des opioïdes faibles (19,1 % à 16,8 %, p<0,05). L’utilisation des opioïdes forts a augmenté de 75%
(0,54 % à 0,95 %, p<0,05) durant la même période avec une hausse de 71 % (0,17 % à 0,29 %) dans la
douleur chronique non-cancéreuse. Le « doctor-shopping » a significativement augmenté pour les
opioïdes faibles (0,08 % en 2004 à 0,13 % en 2015, p<0,05) tandis qu’une tendance à la baisse a été
observée pour les opioïdes forts (0,72 % à 0,33 %, p>0,05). Le jeune âge, le sexe masculin, la
précarité, la présence de troubles psychiatriques, les antécédents de troubles liés à l’utilisation
d’opioïdes ou l’utilisation concomitante de benzodiazépines étaient les facteurs de risque associés au
« doctor-shopping ». La mortalité associée est restée stable pour les consommateurs d’opioïdes
faibles et a légèrement diminué pour les utilisateurs d’opioïdes forts. Conclusion La prévalence
d’utilisation des antalgiques opioïdes a diminué en France entre 2004 et 2015 suite au retrait du
dextropropoxyphène et malgré une augmentation de l’utilisation des opioïdes forts et des autres
opioïdes faibles. Le « doctor-shopping » demeure faible et la mortalité tend à la baisse illustrant
l’exception française résultant de conditions de prescription et délivrance plus strictes des opioïdes
forts en particulier. Les efforts doivent être maintenus pour promouvoir le bon usage des antalgiques
opioïdes et en limiter les risques.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
195
Recherche Clinique
P-069 : Le bloc intercosto-paravertébral (BIPV): nouvelle approche à la recherche d’une
démocratisation de l’anesthésie locorégionale échoguidée en chirurgie thoracique ?
C. Roué*(1), M.Wallaert(2), C.Clément(1), S.Fontaine(1)
(1)Centre Hospitalier de Valenciennes, La madeleine, France(2)Centre hospitalier de Saint Quentin,
Saint quentin
La chirurgie thoracique provoque des douleurs aigues mais aussi chroniques d’origine
neuropathique, touchant 40 à 50% des patients dans les abords par thoracotomie (1)(2). L’analgésie
péridurale (APD) et le bloc paravertébral (BPV) sont les techniques d’analgésie loco-régionales (ALR)
recommandées en chirurgie thoracique majeure (3) mais aucun consensus n’existe pour les
chirurgies moins douloureuses comme la vidéo-thoracoscopie.
Selon une enquête française
transversale des pratiques professionnelles sur l’analgésie en chirurgie thoracique (4), le couplage
d’une ALR à une anesthésie générale représentait seulement 35 % des thoracoscopies et 74% des
thoracotomies d’où la recherche d’alternatives simples, efficaces et reproductibles pour contrecarrer
ces chiffres. Le bloc du grand dentelé échoguidé est récemment décrit (5) (6) mais l’injection de
l’anesthésique local au niveau de la zone d’incision chirurgicale est une limite, d’où la description du
BIPV (7) réalisé à distance du foyer chirurgical par un abord postérieur et permettant le
positionnement d’un cathéter pour injection continue d’anesthésique local. Dans les suites de la
description anatomique du BIPV réalisée sur cadavre(7), une étude clinique observationnelle a été
réalisée au Centre hospitalier de Valencienne sur l’analgésie postopératoire après chirurgie
thoracoscopique sur 20 patients bénéficiant d’un BIPV préopératoire, sous contrôle échoguidé avec
injection de 30 ml Ropivacaine 3.75mg/ml avec ajout d’un adjuvant Catapressan 75µg au total.
Aucune complication n’a été relevée lors de la réalisation de cette technique. Les patients
présentaient une échelle numérique de la douleur médiane au repos de 0/10 avec un intervalle de
0/10 à 4/10. Les patients bénéficiant d’un protocole d’analgésie basée sur l’EVA avec Paracétamol et
Tramadol avec une consommation médiane respective de 3gr et 150 mg lors des 24 premières
heures. La consommation de morphine médiane dans les 24 premières heures était de 3 mg avec un
intervalle de 0 à 6 mg. Notre étude a permis de mettre en évidence que le BIPV permettait contrôle
de la douleur postopératoire immédiate avec une faible consommation d’opiacés, ceci malgré
certaines limites eu égard à un effectif relativement faible. Le BIPV, technique simple et
reproductible, pourrait être une alternative thérapeutique à l'APD et au BPV en chirurgie thoracique
permettant ainsi la généralisation de l’ALR dans ce domaine. Des études randomisées à grand effectif
seraient nécessaires afin d’approfondir nos résultats et de généraliser la technique du BIPV.
Bibliographie
1. Kaplowitz J, Papadakos PJ. Acute pain management for video-assisted thoracoscopic surgery: an update. J Cardiothorac Vasc Anesth. avr
2012;26(2):312‑21. 2. Perkins FM, Kehlet H. Chronic pain as an outcome of surgery. A review of predictive factors. Anesthesiology. oct
2000;93(4):1123‑33. 3. Jayr C. Indication des techniques d’anesthésie pour les gestes douloureux chez l’adulte. In Esevier SAS; 2004 [cité 27
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
196
oct 2014]. p. 687‑700 4. Gayraud G, Bastien O, Taheri H, Schoeffler P, Dualé C. Enquête sur les pratiques françaises d’analgésie en chirurgie
thoracique (réalisée avec le concours de l’ARCOTHOVA). Ann Fr Anesth Réanimation. oct 2013;32(10):684‑90. 5. Blanco R, Parras T,
McDonnell JG, Prats-Galino A. Serratus plane block: a novel ultrasound-guided thoracic wall nerve block. Anaesthesia. nov 2013;68(11):1107
‑13. 6. Tighe SQM, Karmakar MK. Serratus plane block: do we need to learn another technique for thoracic wall blockade? Anaesthesia.
nov 2013;68(11):1103‑6. 7 Roué C, Wallaert M, Kacha M, Havet E. Intercostal/paraspinal nerve block for thoracic surgery. Anaesthesia.
janv 2016;71(1):112‑3.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
197
Recherche Clinique
P-070 : Répercussion proprioceptive du Syndrome douloureux régional complexe du membre
inférieur.
D. Mouraux*(1), N.Fanny(1), B.Bonnechère(2), T.Tuna(3)
(1)hopital Erasme Université libre de Bruxelles, Bruxelles, Belgium,(2)Laboratoire d'anatomie,de
biomécanique et d'organogenèse Université Libre de Bruxelles, Bruxelles,(3)Centre Multidisciplinaire
d'évaluation et traitement de la douleur, Hôpital Erasme, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles,
Contexte : Le Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC) est caractérisé par une douleur régionale
continue et disproportionnée par rapport à un traumatisme initial, accompagnée de troubles sensitifs,
autonomiques, moteurs et trophiques. Sa physiopathologie est encore largement peu comprise et son
diagnostic ainsi que son traitement restent difficiles. Les conclusions d’études traitant de son évolution à
long terme sont contradictoires et la plupart d’entre elles évaluent le membre supérieur. But : Notre
travail a consisté à évaluer la proprioception (sens de la position et équilibre statique) du membre
inférieur de patients présentant un SDRC au membre inférieur depuis minimum un an. Méthode : 23
patients atteints de SDRC au membre inférieur depuis au moins 1 an ont été comparés à 23 sujets sains.
La proprioception des deux membres a été évaluée directement par un test de repositionnement passif
sur dynamomètre isocinétique et indirectement par un test d’équilibre sur Wii Balance Board™. Les
patients ont également subi un examen clinique et ont dû répondre au questionnaire de kinésiophobie
(TSK) et au questionnaire de perturbation de la perception corporelle BDS. Résultats : 70% des patients
répondent encore aux critères diagnostiques du SDRC, le score de sévérité du SDRC (CSS) s’élève en
moyenne à 8.3 sur 17. Le TSK témoigne d’une kinésiophobie importante à 45 sur 68. Au score BDS, 87%
des patients présente une distorsion dans la représentation mentale de leur membre atteint. La
proprioception évaluée par le test de repositionnement passif est altérée de manière significative (p <
0.01) par rapport à des sujets sains. L’équilibre statique les yeux ouverts sur la jambe atteinte est
significativement moins bon (de p < 0.05 à p < 0.001 en fonction des paramètres étudiés) que celui des
sujets sains. Des corrélations significatives sont observées entre le CSS, la douleur sur l’EVA (r = 0.544**),
le score BDS (r = 0.498*) et les tests de repositionnement (à 45° : r = 0.497*, à 15° : r = 0.582**) et
d’équilibre yeux ouverts (DOT : r = 0.674**, Area : r = 0.474*) et yeux fermés (DOT : r = 0.477*, Area : r =
0.546**). Conclusion : Notre étude montre que le SDRC affecte sur le long terme (Moyenne : 3,6 ans) les
capacités proprioceptives du membre inférieur. Cette étude met en exergue l’importance de prévoir dans
notre prise en charge thérapeutique un travail de rééducation proprioceptive dès que possible.
Bibliographie
Bank, P. J., Peper, C. L. E., Marinus, J., Beek, P. J., & van Hilten, J. J. Motor dysfunction of complex regional pain syndrome is related to
impaired central processing of proprioceptive information. The Journal of Pain, 14(11), 1460-1474, 2013. Clark, R.A., Bryant, A.L., Pua, Y.,
McCrory, P., Bennell, K., Hunt, M. Validity and reliability of the Nintendo Wii Balance Board for assessment of standing balance. Gait &
Posture 31, 307–310, 2010. De Mos, M., Huygen, F. JPM, Van der Hoeven-Borgman, M., Dieleman, Stricker, J.P.B.H.Ch. Sturkenboom, M.
CJM. Outcome of the Complex Regional Pain Syndrome. The Clinical Journal of Pain 25, no.7: 590–97, 2009. Lewis, J.S., Kersten, P.,
McPherson, K. M., Taylor, G. J., Harris, N., McCabe, C. S., & Blake, D. R. Wherever is my arm? Impaired upper limb position accuracy in
complex regional pain syndrome. Pain, 149(3), 463-469, February 2010.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
198
Recherche Clinique
P-071 : TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE COMMUNE CHRONIQUE EN
MEDECINE GENERALE – REVUE DE LA LITTERATURE
M. Seva*(1)
(1) médecin généraliste, La varenne saint hilaire, France
Introduction : La lombalgie commune chronique (LCC) représente 95% de l’ensemble des lombalgies.
Avec une incidence de 5-10% dans la population générale et un taux de récidive de 60-85%, sa prise
en charge, qui représente 1,6% des dépenses de santé, constitue un véritable enjeu de santé
publique dans les pays occidentaux. L’objectif principal de cette étude était de réaliser un « état des
lieux » de l’intérêt des différentes approches thérapeutiques non médicamenteuses de la LCC chez
l’adulte, et de proposer un algorithme de prise en charge à l’usage du médecin généraliste.
Méthode : Une analyse bibliographique a été réalisée sur les bases de données Medline et Cismef, de
décembre 2000 (date de publication des dernières recommandations de l’ANAES), à juin 2014. Seules
les études en langue française ou anglaise, publiées postérieurement à ces recommandations ont été
incluses. Les études pédiatriques ont été exclues. Résultats : Parmi les 343 articles recensés, 121 ont
été inclus. 40 articles évaluaient les effets de l’acupuncture, 4 concernaient l’annuloplastie, 8 la
balnéothérapie, 2 la contention lombaire, 16 l’école du dos, 9 l’exercice physique, 6 la kinésithérapie,
26 la manipulation vertébrale, 7 les massage, 1 la mésothérapie, 1 la naturopathie, aucun la
neuroflexothérapie, 7 la physiothérapie, 3 les programmes multidisciplinaires, 2 la psychothérapie, 6
la radiofréquence, aucun le repos au lit et 2 la TENS. Discussion : Malgré la richesse de la littérature,
les études recensées ont souvent un faible niveau de preuve, et sont hétérogènes en terme de
critère de jugement principal, rendant difficile la comparaison des différents traitements entre eux.
Néanmoins, elles mettent en relief des facteurs prédictifs de « bonne » et de « mauvaise » réponse
au traitement, et permettent de proposer en première intention préférentiellement certains
traitements tels acupuncture, kinésithérapie, massages, manipulation vertébrale. Après réévaluation,
en cas d’échec ou d’insuffisance de ces traitements, d’autres modalités « adjuvantes » pourraient
être proposées. Cela nous permet d’élaborer un algorithme de prise en charge utilisable en pratique
clinique. Conclusion : La richesse de la littérature concernant la prise en charge non
médicamenteuse de la LCC témoigne de l’intérêt de la communauté scientifique pour cette
pathologie fréquente et grave, tant au plan personnel que sociétal. Néanmoins, les limites
méthodologiques de ces études doivent faire considérer leurs conclusions comme de simples
propositions. Notre algorithme décisionnel propose une aide à la prise en charge de ces patients,
mais ne constitue en aucun cas des recommandations.
Bibliographie
1. Jenner J et al.. ABC of rheumatology. Low back pain. BMJ. avr 1995;310(6984):929‑32 2. Leboeuf-Yde C et al.. The prevalence of low back
pain in the literature. A structured review of 26 Nordic studies from 1954 to 1993. Spine. oct 1995;20(19):2112‑8. 3. ANAES déc. 2010.
Diagnostic, prise en charge et suivi des malades atteints de lombalgie chronique. http://www.has-sante. fr
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
199
Recherche Clinique
P-072 : Autogérer sa douleur chronique à l’aide d’un programme intégratif associant les pratiques
méditatives de pleine conscience du moment présent (Mindfulness) à celles de la thérapie
d’acceptation et d’engagement (ACT): étude pilote
F. Henry*(1), C.Wood(1), E.Henry(1), G.Martine(1), G.Espagne-dubreuilh(1), M.Lemonnier(1), K.Le
goff(1), C.Aguerre(1), P.Bertin(1), P.Vergne-salle(1)
(1)CHU DUPUYTREN CENTRE DE LA DOULEUR CHRONIQUE-SERVICE DE RHUMATOLOGIE, Limoges
cedex, France
Introduction : La thérapie d’acceptation et d’engagement (Acceptance and Commitment Therapy,
ACT [1]) ainsi que la méditation de pleine conscience du moment présent (Mindfulness [2, 3])
peuvent être proposées aux patients douloureux chroniques pour traiter les facteurs psycho-sociaux
impliqués dans l’entretien du retentissement douloureux. Ces deux approches complémentaires
s'inscrivent dans le cadre des psychothérapies comportementales et cognitives de 3ème génération.
La littérature [3-6] suggère qu’une pratique méditative autonome et régulière contribuerait au
développement de la flexibilité psychologique comme ressource adaptative. Elle s’exprimerait par
une meilleure acceptation et tolérance à la douleur associées à une diminution du risque de rechute
dépressive. Méthode: Un programme méditatif intégratif en 8 séances groupales, de 3 heures
chacune, a été proposé aux patients volontaires du Centre de la Douleur Chronique. Ce programme
comprend des pratiques méditatives et expérientielles adaptées aux difficultés quotidiennes de cette
population. Il est orienté vers l’acceptation de la douleur et la reprise d’activités valorisées. Son
efficacité a fait l’objet d’une étude pilote prospective. Différents auto-questionnaires ont été remplis
: avant la première séance (T0) et lors de la dernière séance (à 3 mois, T3) pour évaluer : l’intensité
douloureuse (échelle numérique), l’anxiété-dépression (HADS), le catastrophisme (PCS), l’acceptation
de la douleur (CPAQ), la pleine conscience du moment présent (MAAS) ainsi que la flexibilité
psychologique (AAQ II) retenue comme critère principal de jugement. La satisfaction était mesurée à
T3. Conclusion : Dix patients étaient inclus dont 9 femmes (moyenne d’âge de 51 ans), souffrant
depuis environ 6 ans de douleurs principalement diffuses (fibromyalgie) ou lombaires. A l’inclusion,
l’intensité douloureuse moyenne se situait à 5/10. Les scores moyens d’anxiété et de catastrophisme
étaient élevés. A T3, la flexibilité psychologique est améliorée de façon significative de +14%, avec
une diminution significative de : 23% pour l’anxiété, 18,5% pour la dépression et 34,5% pour le
catastrophisme. L’acceptation de la douleur augmente de 18% mais sans significativité. Le niveau
moyen de pratique autonome se situe à 45 minutes par jour à T3. La satisfaction globale moyenne du
programme est évaluée à 8,5/10. Malgré notre faible échantillon, les résultats de cette étude pilote
sont encourageants. La hausse moyenne de la flexibilité psychologique suggère l’amorçage d’un
processus psychothérapeutique à développer par une pratique autonome. Des évaluations à 6 et 12
mois après T3 nous permettront de discuter cette hypothèse.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
200
Bibliographie
[1]Monestes JL, Villatte M, Jaillardon C. La thérapie d’acceptation et d’engagement, ACT. Elsevier-Masson, Paris 2011. [2]Kabat-Zinn J. Au
cœur de la tourmente, la pleine conscience-MBSR, la réduction du stress basée sur la mindfulness : programme complet en 8 semaines. De
Boeck, Paris 2009. [3]Chiesa A, Serretti A. Mindfulness-based interventions for chronic pain: a systematic review of the evidence. The
Journal of Alternative and Complementary Medicine 2011;17(1):83-93. [4]Hann, KEJ & McCracken, LM. A systematic review of randomized
controlled trials of Acceptance and Commitment Therapy for adults with chronic pain: Outcome domains, design quality, and efficacy.
Journal of Contextual Behavioral Science 2014;3:217-227. [5]Rosenzweig S, Greeson JM, Reibel DK, Green JS, Jasser SA,Beasley D.
Mindfulness-based stress reduction for chronic pain conditions: variation in treatment outcomes and role of home meditation practice.
Journal of Psychosomatic Research 2010;68:29-36. [6]Decker E, Philippot MP, Trouillet MR (dir.). La méditation de Pleine Conscience pour la
prise en charge de la souffrance émotionnelle associée à la douleur chronique. Adaptation à des patients âgés douloureux chroniques. Thèse
de doctorat, Psychologie Cognitive et Neuropsychologie, Montpellier: Université Paul Valery, 2015.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
201
Recherche Clinique
P-073 : Efficacité de la stimulation magnétique transcranienne répétitive (rTMS) dans le traitement
des douleurs neuropathiques chroniques : étude rétrospective sur une cohorte de 149 patients au
CHU de Rennes.
C. Gueguen*(1), D.Vesvard(1), P.Rault(1), I.Berkelmans(1), B.Pedrono(1), A.Restif(1), H.Beloeil(1),
C.Ecoffey(1)
(1)CHU Pontchaillou, Rennes, France,
Introduction : La rTMS -technique non invasive- utilisée depuis les années 90, à des fins
thérapeutiques [1][2] dans le traitement des douleurs neuropathiques (DN) chroniques [3][4],
apparaît comme une approche complémentaire aux médicaments, partiellement efficaces. Une
amélioration de 50% de la symptomatologie douloureuse serait constatée chez seulement un tiers
des patients bénéficiant du traitement de référence –anticonvulsivants, antidépresseurs tricycliques[5] [6]. Objectif : Evaluation de l’efficacité de la rTMS dans le traitement des DN chroniques à court
(≤1mois) et long terme (>6 mois). Matériel et Méthode : Etude monocentrique, rétrospective,
observationnelle d’une cohorte de 149 patients ayant bénéficié d’un traitement par rTMS pour des
DN chroniques, rebelles aux autres thérapeutiques, entre janvier 2014 et décembre 2015. Chaque
patient bénéficiait d’un traitement d’induction (une séance par jour pendant 5 jours), suivi d’une
évaluation quantitative de l’efficacité de la rTMS à la fin de la première semaine (S1) et du premier
mois (M1). La réponse au traitement d’induction était définie par une amélioration d’au moins 30%
de la DN, évaluée en échelle numérique. Un traitement d’entretien était alors proposé (une séance
par mois pendant 6 mois, puis une séance tous les 3 mois pendant 6 mois). La stimulation était
effectuée à haute fréquence, par neuronavigation, au niveau du cortex moteur primaire controlatéral
à la douleur [7] [8] [9]. Résultats : L’âge moyen des patients était de 59 ans (± 14), deux tiers étaient
des femmes, présentant une DN évoluant depuis 9 ans en moyenne (± 7,8), d’origine périphérique
dans 85% des cas. 54% des patients étaient éligibles à un traitement d’entretien à l’issue de
l’évaluation S1/M1 : 38% étaient répondeur à S1, 46% à M1. 30% des non répondeurs à S1 étaient
répondeurs à M1 et donc éligibles au traitement d’entretien. 45% des patients ayant eu le traitement
d’entretien notaient la persistance d’une amélioration à plus de 6 mois et 31% d’entre eux ont
stoppé les traitements médicamenteux. Conclusion : L’efficacité de la rTMS dans le traitement des
DN chroniques se maintient à long terme, dans 45% des cas. Cette étude révèle l’intérêt d’une
évaluation à 1 mois, après le traitement d’induction, en raison d’une efficacité retardée possible de la
rTMS. L’étude des facteurs prédictifs de réponse à court et long terme est en cours.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
202
Recherche Clinique
P-074 : Epidémiologie des douleurs provoquées par les soins chez les populations vulnérables,
Etudes du Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur 2005-2015
P. Cimerman*(1), F.Maillard(1),
D.Annequin(3), R.Carbajal(4)
M.Galinski(2),
M.Thibaut(1),
O.Perrin(1),
L.Bechoual(1),
(1)CNRD, Hôpital Trousseau , Paris, France,(2)CHU Bordeaux, Bordeaux (3)Centre de référence de la
migraine de l’enfant et de l’adolescent, Hôpital Trousseau, Paris,(4)Urgences Pédiatriques Hôpital
Trousseau, Paris,
Contexte Minorées voire déniées, les douleurs provoquées altèrent la qualité des soins et la relation
patient/soignant. Pour attester de leur réalité chez les plus vulnérables, le CNRD a développé une
méthode descriptive appliquée à trois études. Objectif Promouvoir la réalisation d’états des lieux
des douleurs provoquées avec un maximum de précision et d’exhaustivité, en suscitant un « effet
étude » sur les professionnels impliqués. Méthode Décrire la procédure utilisée pour le recensement
Ciblage d’une populat
Concertation avec les spécialistes de la population ciblée, spécification des objectifs (secteurs de
soins, sélection des patients, durée de suivi) choix des échelles d’évaluation de la douleur, rédaction
du protocole, validation technicoprojet aux soignants, instructions pour le recueil de données et l’évaluation de la douleur,
é en temps réel par le soignant lui-même : nature et
durée du geste, traitements antalgiques/sédatifs en cours et spécifiques pour le geste
centre à leurs équipes et encadrement • 2005 : EPIPPAIN [1] : dans 13 unités de réanimation
néonatale et pédiatrique et 5 SMUR pédiatriques d’Ile de France, incluant 430 nouveau-nés en
réanimation et 478 en SMUR, suivis de l’admission jusqu’à leur sortie (ou au maximum 14 jours),
étudiant 66969 gestes avec une prévalence de la douleur de 69,6% et 20,8% de traitement
antalgique. • 2010 : REGARDS [2] : personnes âgées dans 28 centres d’Ile de France (EHPAD, SSR,
USLD, Unités de court séjour), incluant 1265 patients d’âge moyen (DS) 85 ans (8)., étudiant 35686
gestes avec une prévalence de la douleur (ALGOPLUS ≥2) à 25% et une analgésie spécifique dans 0.9
% des cas. • 2015: SPDOL, incluant 150 patients adultes hospitalisés identifiés comme requérants en
soins palliatifs par un Palliative Performance Scale (PPS) ≤ 60%, d’âge moyen (DS) 68 ans (16),
étudiant 1412 gestes dont 87% sans analgésie spécifique. Le décalage entre la prévalence de la
douleur et celle de l’analgésie, le nombre de gestes et parfois leur systématisation, font prendre
conscience de l’importance de la douleur provoquée. L’implication des professionnels dans ce type
de travaux, peut modifier les attitudes, dynamiser la réflexion, et permettre l’amélioration des
pratiques, mais nécessite un accompagnement logistique et méthodologique.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
203
Bibliographie
[1] Carbajal R., Rousset A, et al. (2008). "Epidemiology and treatment of painful procedures in neonates in intensive care units. JAMA juillet
2008 300(1): 60-70. [2] P. Cimerman,M. Galinski, E. Garrigue, P. Cangini, D. Thorez, B. Monguen, A. Jardez, J.P. Mery,A. Mezouani, S.
Descombes, P.Gibiot, M.C. Maillet-Gouret, R.Carbajal. Epidemiology of painful and stressfull procedures in the ederly ( Congrès IASP Milan
août 2012)
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
204
Recherche Clinique
P-075 : Perception et évaluation de la douleur par le soignant et l’adolescent drépanocytaire :
impact de l’anxiété du patient
N. Duparc alégria*(1), E.Josset raffet*(1), A.Thiollier(1), S.Dugue*(1), A.Faye(1), G.Ithier(1), L.Hoelvet
vermaut(1), F.Missud(1), H.Abdoul(1), M.Benkerrou(1)
(1)hôpital Robert Debré, Paris, France
Introduction La douleur est la principale manifestation de la drépanocytose et représente un enjeu
majeur de sa prise en charge. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’existence d’une association
entre les difficultés d’évaluation de la douleur pour les soignants et l’anxiété des enfants
drépanocytaires en début d’hospitalisation. Patients et méthodes Cette étude prospective a été
menée auprès de 40 adolescents hospitalisés pour crise vaso-occlusive (CVO) nécessitant des
antalgiques de palier 3. Afin de déterminer les patients « difficiles à évaluer », une auto et une hétéro
évaluation de la douleur ont été proposées aux patients avec l’Echelle Numérique (EN) et la Face
Legs Activity Cry Consolability (FLACC). Le ressenti des médecins spécialistes concernant cette
difficulté a été recueilli. L’anxiété et la dépression, au moment de la CVO et à l’état basal, ont été
évaluées à l’aide du State-Trait Anxiety Inventory (STAI-Y A et B) et le Children Depression Inventory
(CDI). Résultats L’âge médian était de 15,2 ans (13,9-17,6), 30 enfants (75%) s’évaluaient douloureux
dans les 24 premières heures d’hospitalisation et non soulagés par les traitements antalgiques. Il n’a
pas été retrouvé de corrélation entre les scores d’anxiété et de douleur. 15 enfants (37,5%) étaient
anxieux au moment de la CVO. L'auto-évaluation de la douleur et l'hétéro-évaluation donnée par
l'infirmière concordaient. Un patient seulement avait un score différent. 20 patients avaient un score
discordant avec la FLACC. Les 17 patients repérés comme « difficiles à évaluer » par les médecins
avaient des scores d’anxiété plus élevés que les autres (p < 0,01). Discussion Les critères objectifs
utilisés pour déterminer ce qu’est un patient « difficile à évaluer » n’ont pas été pertinents. La FLACC
s’est révélée non satisfaisante pour évaluer la douleur drépanocytaire. Il est aussi étonnant de noter
l’absence d’augmentation de l’anxiété en situation douloureuse. La concordance entre des scores
d’anxiété plus élevés et la « difficulté à évaluer » ressentie par le médecin référent reste à
comprendre mais témoigne de l’importance du sens clinique et de la qualité de la relation
thérapeutique dans la prise en charge de la douleur. Conclusion La douleur de la crise
drépanocytaire, de par ses spécificités et son aspect potentiellement traumatique, est éprouvante
pour l’enfant et met aussi à rude épreuve le soignant. L’écoute et l’observation clinique sont des
aides précieuses pour parvenir à prendre en charge au mieux la douleur, mécanisme complexe,
intriquant le somatique et le psychique.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
205
Bibliographie
- Duquette M, Roy M, Leporé F, et al. Cerebral mechanisms involved in the interaction between pain and emotion. Rev Neurol (Paris). févr
2007;163(2):169-79. - Jardon J, Bounes V, Cailleux I, et al. L’intensité de la douleur thoracique en SMUR: y a-t-il des facteurs prédictifs et
une place pour l’anxiété ? J Eur Urgences. mars 2008;21:A189. - Barakat LP, Patterson CA, Daniel LC, et al. Quality of life among
adolescents with sickle cell disease: mediation of pain by internalizing symptoms and parenting stress. Health Qual Life Outcomes. 2008;
6:60. - Benton TD, Boyd R, Ifeagwu J, et al. Psychiatric diagnosis in adolescents with sickle cell disease: a preliminary report. Curr Psychiatry
Rep. avr 2011;13(2):111-5. - Myrvik MP, Burks LM, Hoffman RG, et al. Mental health disorders influence admission rates for pain in children
with sickle cell disease. Pediatr Blood Cancer. juill 2013;60(7):1211-4.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
206
Recherche Clinique
P-076 : Douleurs d’intensité extrême: un message de détresse?
A. Allaz*(1), J.Desmeules(2), M.Besson(2), M.Kossowski(3), C.Cedraschi(3), V.Piguet(2)
(1)Hôpitaux Universitaires de Geneève, Genève, Switzerland(2)Centre de la Douleur, Service de
Pharmacologie and Toxicologie, Hôpitaux Universitaires de Genève , Genève, suisse,(3)Service de
Médecine interne de Réhabilitation, Hôpitaux universitaires de Genève, Genève, suisse
But : L’expression de la douleur a une forte dimension subjective. Nous avons été frappés du
nombre de patients douloureux chroniques qui expriment des douleurs à 10/10 (voire plus) sur l’EVA.
Cette étude avait pour but d’explorer les caractéristiques de ces patients. Méthodes: Un
questionnaire auto-administré comprenant plusieurs échelles validées a été remis à tous les patients
référés au Centre de la douleur pendant 1 an. La douleur actuelle, et celle aux meilleurs et pires
moments ont été évaluées par une EVA (0-10cm). L’anxiété et la dépression ont été évaluées par la
HADS (Hospital Anxiety and Depression Scale). L’injustice perçue par le Sullivan’s Injustice Experience
Questionnaire (IEQ). Les attentes quant à la disparition de la douleur ont été mesurées par une
échelle de Likert en 4 points et le SF36 utilisé pour mesurer la qualité de vie liée à la santé (HRQoL).
Des analyses univariées et multivariées ont examiné les variables associées à l’intensité douloureuse.
Résultats: 392 patients ont été inclus, 62% de femmes, âge moyen de 52 ans (DS=16), durée médiane
de la douleur : 8 ans (de 0,4 à 50). L’intensité moyenne de la douleur était cotée à 10/10 par 17% du
collectif et à 10 en tous temps par 13%. Ces patients différaient très peu de ceux évaluant leur
douleur à moins de 10 (en moyenne à 6,6/10; DS: 2,5). Ils étaient légèrement plus âgés (59 versus 52
ans), vivaient plus souvent seuls (26 vs 15%), avec des différences modestes, statistiquement mais
non cliniquement pertinentes de niveau d’anxiété et de dépression (HAD). Seule la dimension
“sentiment d’injustice” de l’IEQ était plus élevée chez eux, alors que leurs attentes concernant la
possibilité de disparition de la douleur étaient identiques à celles des autres patients. La qualité de
vie liée à la santé était pareillement effondrée chez tous les 392 patients . Conclusions: Un
pourcentage significatif de nos patients souffrant de douleurs chroniques cotent leur douleur à 10/10
en moyenne et/ou en tous temps. Etonnamment, ces patients diffèrent très peu des patients aux
cotations moins extrêmes sur l’ensemble des échelles cliniques et psychométriques. Dans ce sousgroupe, l’intensité douloureuse peut être entendue en soi comme un appel à l’aide et un message de
détresse.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
207
Recherche Clinique
P-077 : Etude Observationnelle de profils douloureux chez les patients fibromyalgiques : Etude
PROFIB
M. Cadenne(1), A.Blanchet*(1), M.Martial(2), C.Dufouil(3)
(1)CHU Pellegrin Bordeaux, Bordeaux cedex, France,(2)Consultation Douleur CHIC Sud-Gironde,
33192 la réole,(3)Institut Santé Publique , Epidémiologie et Développement , Université Bordeaux ,
33076 bordeaux,
Le syndrome fibromyalgique est cliniquement très polymorphe. L’objectif principal de cette étude
est d’identifier des profils (ou clusters) douloureux, afin d’orienter la thérapeutique en fonction de
la symptomatologie clinique, donc de la physiopathologie sous-jacente. Il s’agit d’une étude
observationnelle prospective bi-centrique (CETD CHU de Bordeaux et Consultation Douleur SudGironde) réalisée sur des patients affectés du syndrome fibromyalgique, selon les critères 2010 de
l'American Collège of Rheumatology(1,2). . Chaque sujet (après consentement) a rempli un
questionnaire d'évaluation des douleurs neuropathiques (NPSI) qui permet d’évaluer les différentes
composantes de la douleur avec un score de 0 à 10 : constrictions, paresthésies/dysthésies,
douleurs paroxystiques, douleurs provoquées et brûlures (3). L’étude statistique sur les données
anonymisées, réalisée par l’ISPED est une analyse de cluster hiérarchique en se fixant arbitrairement
cinq clusters, avec méthode d’agrégation de Ward. En 3 mois et demi, 78 sujets ont été recrutés (74
femmes et 4 hommes) d’âge moyen 47 ans. Les douleurs provoquées sont retrouvées par le NPSI
chez tous les patients. La dimension douloureuse la moins fréquente est les brûlures, absentes chez
17 patients. La moyenne des intensités douloureuses des différentes composantes est comprise
entre 4,7 (brûlures) et 5,8 (douleurs provoquées). Le cluster 2 (26 patients) est défini par des
intensités élevées (environ 7 / 10)dans les cinq composantes douloureuses . Il s’oppose au cluster 4
(15 patients) où l’intensité douloureuse est faible (<2,5). Le cluster 3 (16 patients) est dominé par
les brûlures, le 1 (12 patients) par les paresthésies, et le 5 (9 patients) par des brûlures et des
douleurs provoquées. 80 % des patients souffrent de douleurs neuropathiques modérées à
intenses, dont les mécanismes multiples conduisent à privilégier les associations d’anti hyperalgésiques et de modulateurs des contrôles inhibiteurs diffus. Pour la composante brûlures des
patients des clusters 1 et 5, on proposera plutôt des anti-épileptiques et des tricycliques. En cas
d’hyperalgésie, on peut recourir à des bloqueurs des canaux ioniques. Les limites de cette étude
sont le choix du NPSI qui est un questionnaire validé dans les douleurs neuropathiques et la petite
taille de l’échantillon. Le recrutement a été poursuivi et l’analyse statistique est en cours . L’intérêt
réside dans l’identification de sous-groupes de profils cliniques (4) permettant de proposer des
thérapeutiques personnalisées pour optimiser la prise en charge et améliorer l’observance.
Bibliographie
1-Wolfe F, et al.The American College of Rheumatology preliminary diagnostic criteria for fibromyalgia and measurement of symptom
severity. Arthritis Care Res.2010 May;62(5):600-10 2-Perrot S, Vicaut E, Servant D, Ravaud P. Prevalence of fibromyalgia in France : a
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
208
multisteep study research combining national screening and clinical confirmation : The DEFI study(Determination of Epidemiology of
Fibromyalgia). BMC Musculoskeletal Disord.2011 oct 7; 12(1):224 3-Bouhassira D, Attal N, Fermanian J, Alchaar H,Gautron M, Masquelier E
et al.Development and validation of the Neuropathic Pain Symptom Inventory . Pain .2004 Apr;108(3):248-57 4-Freman R, Baron R,
Bouhassira D, Cabrera J et al .Sensory profiles of patients with neuropathic pain based on the neuropathic pain symptoms and signs.
Pain.2014 Feb;155(2):367-76
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
209
Recherche Clinique
P-078 : ETUDE DE SUIVI POST-REMBOURSEMENT DES NEUROSTIMULATEURS MEDULLAIRES
IMPLANTABLES – EFFICACITE A 1 AN –
B. Jullian(1), M.Djian*(2), P.Luyet(1)
(1)Medtronic, Tolochenaz, Switzerland (2) Hôpital Foch, Suresnes
Auteurs Dr. Marie-Christine Djian1, Bérangère Jullian2, Pierre-Philippe Luyet2 1 : Hôpital Foch,
Département de la douleur, Suresnes, France 2 : Département de Recherche Clinique & Innovation,
Medtronic International, Tolochenaz, Suisse Objectif A la demande de la Haute Autorité de Santé
(HAS), une étude clinique dans les conditions réelles a été mise en place en France, afin d’évaluer
l’efficacité à long terme des neurostimulateurs médullaires implantables. Les résultats d’efficacité à
un an sont présentés pour les patients primo-implantés. Méthodes 271 patients primo-implantés
ont été inclus de Janvier 2012 à Décembre 2013 dans les 35 centres participants pratiquant la
stimulation médullaire électrique (SME). Les données d’efficacité collectées comprennent le score de
la douleur évaluée par le patient grâce à l’échelle d’évaluation numérique (EEN) définie sur 11 points,
la satisfaction du patient vis-à-vis du traitement, le soulagement de la douleur, les activités de la vie
quotidienne, si le patient est prêt à recommencer le traitement ainsi que l’utilisation de traitements
antidouleur. Un répondeur est défini par une diminution par rapport à l’inclusion de ≥50% de la
douleur prédominante (celle avec le score EEN le plus haut à l’inclusion). Résultats Pour les patients
primo-implantés avec 1 an de suivi, la moyenne de l’intensité de la douleur prédominante est réduite
par rapport à l’inclusion de 51% (n=136) pour les membres inférieurs (MI), de 41% (n=59) pour le
dos, et de 60% (n=15) pour les membres supérieurs (MS). Les taux de répondeurs correspondants
sont de 62%, 41% et 73%. Concernant la satisfaction du patient, 86% des 176 patients ont un
sentiment de soulagement de leur douleur après 1 an de suivi ; 78% ont une amélioration de
l’activité de la vie quotidienne ; 87% sont plutôt satisfaits du traitement et enfin 90% sont prêts à
recommencer le traitement. La proportion de patients primo-implantés prenant des antalgiques de
niveau 3 passe de 45% à l’inclusion à 19% à un an, de 65% à 40% pour le niveau 2 et de 57% à 42%
pour le niveau 1. Conclusion Le registre SME est la première étude prospective, dans les conditions
réelles, réalisée à grande échelle, chez des patients douloureux chroniques implantés d’un
neurostimulateur médullaire Medtronic en France. Les analyses d’efficacité des patients primoimplantés ayant 1 an de suivi mettent en évidence un taux important de répondeurs à la thérapie et
une très bonne satisfaction vis à vis du traitement. Remerciements Les investigateurs du registre
SME (French SCS Registry)
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
210
Recherche Clinique
P-080 : Chronique sur la douleur aiguë de l'enfant
K. Milojevic*(1), A.Queffelec(1), C.Grandelaude(2), V.Jaegle(1), G.Loridan(1), A.Beltramini(3),
O.Charara(1), O.Richard(1)
(1)Centre Hospitalier de Versailles, Versailles, (2)Hôpital Antoine Béclère , Clamart, (4)Centre
Hospitalier Victor Jousselin, Dreux.
Introduction : Soulager la douleur de l’enfant est une préoccupation importante pour les médecins
des SMUR adultes. Nous présentons le bilan synthétique des principales études consacrées à ce
sujet, dans un département, sur les deux dernières décennies. Le but de cette analyse longitudinale
était de pointer les progrès réalisés et les difficultés rencontrées. Méthode : Inclusion de 15 études
évaluant les pratiques sur la douleur des enfants et nouveau-nés (12 services, 2500 patients) entre
1996 et 2015, dans les SMUR adultes d’un département. Les constats ont été recensés, pondérés
(selon l’effectif) et classés chronologiquement par quinquennat. Résultats : Principal problème (-) et
progrès (+) pour chaque quinquennat : en 1996-2000 (-) absence de traçabilité douleur enfant et (+)
prise de conscience de cette carence, en 2001-2005 (-) oligoanalgésie et (+) mise en place de
protocoles antalgiques, en 2006-2010 (-) méconnaissance de l’ensemble des échelles pédiatriques et
(+) utilisation plus large de morphiniques et d’analgésie multimodale, en 2011-2015 (-) défaut de
cotation des moins de 3 ans, (+) cotation correcte à partir de 3 ans. Globalement, le défaut de
traçabilité, de cotation et de traitement a été pointé de 1996 à 2005. Les référentiels (nombreux de
2001 à 2010) axés sur « évaluer et traiter » ont été mal appliqués surtout concernant les enfants
d’âge < 3 ans. Les moyens antalgiques mis à la disposition des SMUR ont augmentés
continuellement. Les échelles spécifiques pour mesurer la douleur en pédiatrie (Evendol, visages) et
néonatologie (DAN, EDIN, CB) sont mal/peu utilisées par les médecins des SMUR adultes. Sur ce
dernier point les progrès sont faibles. Conclusion : Dans les SMUR adultes, les progrès sur la prise en
charge de la douleur de l’enfant existent, mais ils sont lents, freinés par la méconnaissance des
échelles spécifiques, surtout pour les moins de 3 ans.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
211
Recherche Clinique
P-081 : Effets de l’hypnose sur le tonus parasympathique
l’Analgesia/Nociception Index (ANI) chez le sujet volontaire sain
relatif
mesuré
par
E. Boselli*(1), H.Musellec(1), L.Martin(1), F.Bernard(1), N.Fusco(1), N.Guillou(1), P.Hugot(1),
X.Paqueron(1), T.Yven(1), C.Virot(1)
(1)Émergences - Institut de formation et de recherche en hypnose et communication thérapeutique,
Rennes, France
Introduction : L’efficacité de l’hypnose a été démontrée pour réduire la douleur ou l’anxiété des
patients et est actuellement de plus en plus utilisée dans le milieu médical, en particulier au bloc
opératoire [1]. L’hypnose induit diminution du tonus sympathique et une augmentation du tonus
parasympathique [2]. L’Analgesia/Nociception Index (ANI) est un index variant de 0 à 100 reflétant le
tonus parasympathique chez le patient éveillé ou anesthésié [3]. Nous avons évalué l’effet de
l’hypnose sur l’ANI chez le sujet volontaire sain. Matériel et méthodes : Après accord du CPP Lyon
Sud-Est IV (L16-89) et recueil du consentement éclairé, des sujets volontaires participant au 6e
congrès « Hypnose et douleur » (Saint Malo, mai 2016) ont été inclus. Les critères d’exclusion
étaient la présence d’une arythmie ou d’un stimulateur cardiaque. Après installation en position
assise et recueil d’un thème d’accompagnement tel qu’un souvenir de voyage ou de balade (T0), la
transe hypnotique était induite (T1) par des anesthésistes formés à l’hypnose (institut Émergences,
Rennes) puis le thème était restitué au sujet avec suggestion de confort pendant 5 à 10 min. Après
que le sujet ait validé son confort par « signaling » tel qu’un mouvement de la tête ou du pouce (T2),
celui-ci était progressivement ramené en conscience critique (T3) avant de terminer la séance. L’ANI
était recueilli à chaque temps par le moniteur ANI Monitor (MDoloris Medical Systems, Lille, France),
ainsi que la fréquence cardiaque (FC) par saturomètre de pouls et la fréquence respiratoire (FR)
comptabilisée sur 15 s. L‘ANI, la FC et la FR ont été comparés à chaque temps par ANOVA. Une valeur
de p<0,05 était considéré comme statistiquement significative. Résultats : Au total, 40 sujets ont été
inclus (31 femmes, 9 hommes). L’ANI moyen ± DS était significativement plus élevé à T2 (84 ± 12)
qu’à T0 (60 ± 10), T1 (62 ± 9) et T3 (59 ± 11). La FC (b/min) n’a pas varié significativement (78 ± 10 à
T0, 76 ± 11 à T1, 73 ± 11 à T2 et 78 ± 12 à T3). La FR (c/min) était significativement plus basse à T1 (16
± 3) et T2 (15 ± 3) qu’à T0 (18 + 3) et T3 (18 ± 3). Conclusion : L’hypnose induit une augmentation du
tonus parasympathique relatif mesurable en continu grâce à l’ANI ainsi qu’une diminution de la FR
sans modification de la FC chez le sujet volontaire sain.
Bibliographie
[1] Tefikow S et coll. Clin Psychol Rev 2013;33:623-36 [2] Aubert AE et coll. Neuropsychobiology 2009;60:104-12 [3] Boselli E et coll. Le
Praticien en Anesthésie Réanimation 2015;19:78-86
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
212
Recherche Clinique
P-082 : Prise en charge de la douleur neuropathique aux urgences
K. Milojevic*(1), A.Queffelec(1), V.Jaegle(1), S.Chhe(1), S.Galimard(1), A.Amzal(1), L.Paci(1),
O.Richard(1)
(1)Centre Hospitalier de Versailles, Versailles
Introduction. La douleur neuropathique justifie une prise en charge spécifique. Il existe peu de
données sur sa prise en charge en médecine d’urgence. Nous avons souhaité l’évaluer, en comparant
deux époques, l’une avant (A), l’autre après (B) la diffusion des plaquettes DN4 et en interrogeant les
urgentistes (C). Méthode : Réunions de trois travaux : deux études prospectives multicentriques (A et
B) et un audit (C). Les études A et B portaient sur deux indicateurs d’échecs d’analgésie : douleur
finale > 3/10 et pourcentage de patients non satisfaits. L’étude A, réalisée en 1998 rassemblait 11
services et 5750 patients. L’étude B réalisée en 2012 rassemblait 6 services et 1570 patients. L’audit
(C) réalisé en 2015, portait sur les difficultés et les attentes des urgentistes, pour la prise en charge
des douleurs neuropathiques. Résultats. Les comparaisons 1998 versus 2012 ne révélèrent aucune
différence significative. Les résultats des études A et B ont donc été regroupés. La prévalence des
douleurs neuropathiques en médecine d’urgence a été estimée à 5%. Ces douleurs sont moins bien
soulagées que les douleurs nociceptives (p < 0,01) : cotation finale > 3/10 = 42% et patients non
satisfaits = 28% versus 17% et 16% pour les douleurs nociceptives. L’audit confirme que la diffusion
des plaquettes DN4 n’a pas amélioré la prise en charge des douleurs neuropathiques et précise que
cet outil diagnostic n’a pas été assorti de consignes de prescriptions. Les urgentistes estiment que les
recommandations (SFETD 2010, NICE 2013) sont claires (paliers 1 inefficaces, opioïdes efficaces à
doses élevées, traitements spécifiques indispensables) mais qu’il faudrait en tirer un guide
synthétique. Discussion. La prise en charge des douleurs neuropathiques est très insatisfaisante dans
les services d’urgence. Les urgentistes estiment que la prévalence et la spécificité de ces douleurs
justifient un référentiel sous forme d’algorithme.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
213
Recherche Clinique
P-083 : L'entrainement à l’imagination mentale motrice guidé par interface cerveau-ordinateur en
réalité virtuelle pourrait-il améliorer les douleurs neuropathiques ? Vers une (r)évolution du
concept de Mirror-Box ?
V. Roualdes*(1), A.Van langhenhove(1), J.Nizard(1)
(1)CHU NANTES, 44000, France
Les systèmes d’interface cerveau-ordinateur sont des dispositifs récemment mis au point capables
d’analyser en temps réel l’activité cérébrale (grâce par exemple à un enregistrement continu
électroencéphalographique non invasif) et de fournir à l’utilisateur un feedback qualitatif ou
quantitatif instantané de la tâche mentale qu’il réalise [1]. Ce retour permet au sujet d’apprendre à
contrôler lui-même son activité cérébrale. L’utilisation d’un feedback par BCI a déjà montré en IRM
fonctionnelle sa capacité à induire une plasticité cérébrale [2]. Or des phénomènes de plasticité
maladaptative [3] seraient mis en cause dans la genèse de certaines douleurs neuropathiques
comme dans le cas des douleurs de « membre fantôme ». Ces douleurs, souvent réfractaires [4.5],
peuvent survenir suite à l’amputation ou la désafférentation partielle ou complète d’un membre ou
d’autres parties du corps. Sont concernés les patients amputés (principalement pour raison
vasculaire), ceux présentant des lésions nerveuses périphériques (notamment des atteintes du
plexus brachial, d’origine traumatique le plus souvent) et les paraplégiques ou tétraplégiques [6]. La
perte d’utilisation du membre serait à l’origine d’une réorganisation du cortex sensori-moteur
primaire [7] s’opérant dans les zones somatotopiques correspondantes et adjacentes.
L’augmentation des douleurs serait proportionnelle à ces modifications [8]. De plus, il a été observé
récemment en IRM fonctionnelle et de connectivité, une réduction des interactions fonctionnelles
inter-régionales entre ces zones du cortex cérébral. Deux types de thérapies semblent avoir un
impact sur la plasticité corticale sensori-motrice comme la technique des « Mirror-Box » [9] (le reflet
dans un miroir de mouvements du membre sain génère l’illusion visuelle de mouvements du
membre atteint : feedback passif) ou l’imagination mentale motrice [10,11] (tâche cognitive difficile à
évaluer cliniquement). Nous avons assemblé un système d’interface cerveau-ordinateur capable
d’aider le patient douloureux à réaliser un entrainement à l’imagerie mentale motrice. Le patient,
équipé d’un casque EEG et de lunettes de réalité virtuelle, visualise à la « première personne » la
représentation intègre de ses membres. L’analyse continue de l’EEG permet de détecter
l’imagination du mouvement et d’animer cette représentation en conséquence. Le feedback est donc
immédiat et permet au patient d’améliorer le processus de mentalisation motrice. L’entrainement
est plus performant et combine ainsi imagerie mentale motrice et technique du « mirror-box » en
intégrant l’action mentale et son feedback. L’objectif est de guider l’activité cérébrale pour
progressivement la «normaliser» afin de « reformater » les cartes cérébrales sensori-motrices. Le
concept exposé ici propose une nouvelle méthode de rééducation active par neurofeedbak.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
214
Bibliographie
1. Daly JJ, Wolpaw JR. Brain-computer interfaces in neurological rehabilitation. Lancet Neurol. 2008.
7(11) : 1032-43 2. McFarland DJ, Sarnacki WA, Wolpaw JR. Electroencephalographic (EEG) control of
three-dimensional movement. J Neural Eng. 2010 ; 7(3) 3. Flor H, Nikolajsen L, Staehelin Jensen T.
Phantom limb pain: a case of maladaptive CNS plasticity? Nat Rev Neurosci. 2006 ; 7(11) : 873-81. 4.
Kooijman CM, Dijkstra PU, Geertzen JH, Elzinga A, Van Der Schans CP. Phantom pain and phantom
sensations in upper limb amputees : an epidemiological study. Pain. 2000 ; 87(1) : 33-41 5. Ephraim
PL, Wegener ST, MacKenzie EJ, Dilligham TR, Pezzin LE. Phantom pain, residual limb pain and back
pain in amputees : results of a national survey. Arch Phys Med Rehabil. 2002 ; 86 : 1910-1919. 6.
Waxman SG, Hains BC. Fire and phantoms after spinal cord injury : Na+ channels and central pain.
Trend Neurosci. 2006; 29 : 207-215. 7. Florence SL, Taub HB, Kaas JH. Large scale sprouting of
cortical connections after peripheral injury in adulte macaque monkeys. Science. 1998; 282 : 11171121.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
215
Recherche Clinique
P-084 : Sevrage morphinique hospitalier des patients douloureux chroniques: Sommes-nous
efficaces ?
C. Gov*(1), J.Caillet(2), A.Perrin(2), A.Profit(2), M.Curtet(2), P.Mertens(2)
(1)CHU, Bron cedex, France(2) CHU, Lyon,
INTRODUCTION Aux USA, la délivrance d’analgésique opioïde a augmenté de 600% en 10 ans et il y
aurait plus de décès par overdose accidentelle que par cocaïne et héroïne cumulés (1).
Heureusement, en France nous n’en sommes pas là mais la prescription inadéquate de morphine
antalgique est constatée quotidiennement dans les centres de la douleur. Nous nous sommes
intéressés à l’efficacité du sevrage morphinique des patients douloureux chroniques hospitalisés au
CETD de Lyon. MATERIEL ET METHODES Analyse rétrospective des dossiers patients du 1er janvier
2013 au 31 décembre 2015. Le sevrage du CETD Lyonnais est assez standardisé : morphine
parentérale auto-contrôlée par le patient et antidépresseurs tricycliques. La prise en charge
complémentaire de la douleur est personnalisée: TENS, kétamine, anxiolytique, entretien
psychologique, infiltration …. La reprise ou non de morphiniques forts en avril et mai 2016 est
constatée en consultation ou par téléphone. RESULTATS 25 patients ont été hospitalisés durant ces
trois années. 2 patients sont exclus de l’étude, ayant quitté le service dans les premiers jours (allergie
médicamenteuse, personne non suffisamment préparée). Parmi les 23 patients suivis il y a 12
femmes et 11 hommes. L’âge moyen est de 47 ans [22-65]. La durée moyenne d’hospitalisation est
de 18 jours [10-45]. La dose moyenne prise est de 293,8 mg équivalent morphine orale par jour [501340]. Les patients en prennent depuis en moyenne 5,3 ans [2-12]. 4/23 patients prennent un
fentanyl d’action rapide, seuls ou en association, sans contexte néoplasique. 1/23 patient n’a pu être
sevré à l’issu et a quitté le service avec une morphine à dose huit fois moindre, qu’elle n’a pas
modifié depuis trois ans. 2/23 patients ont repris épisodiquement un morphinique fort. DISCUSSION
20/23 patients restent abstinents de morphine forte 6 à 36 mois après le sevrage malgré des
douleurs chroniques. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces bons résultats : patients volontaires et
motivés, ayant intégré la nécessité du sevrage et bénéficié d’une prise en charge algologique
conjointe. CONCLUSION Le sevrage morphinique du patient douloureux chronique se fait en
première intention en ambulatoire compte tenu des délais d’attente pour une hospitalisation. La
prise en charge conjointe du sevrage et de la douleur chronique (dans sa globalité) est le pré requis
indispensable à sa réussite.
Bibliographie
[1] Centers for Disease Control and Prevention. CDC grand rounds: prescription drug overdoses. A US epidemic. MMWR morb mortal Wkly
Rep. 2012 jan 13;61(1):10-3
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
216
Recherche Clinique
P-085 : Les morphiniques dans la douleur chronique non cancéreuse : évaluation de la prescription
par les médecins généralistes du Limousin
G. Martiné*(1), C.Wood(1), P.Vergne-salle(1), C.Prioux(2), S.Hourcade(3)
(1)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges, France, (2) Médecin
généraliste libéral, Faux-la-montagne,(3)Caisse Primaire d'Assurance Maladie Haute-Vienne, Limoges
Introduction : Plus de huit millions de français déclarent souffrir ou avoir souffert d’une douleur
chronique au cours de l’année selon les dernières études françaises et européennes [1]. Nous avons
observé au centre de la douleur chronique (CDC) de Limoges que de nombreux patients étaient sous
opioïdes au long cours. Nous avons collaboré avec l’Assurance Maladie pour analyser la prescription
d’opioïdes en Limousin au cours de l’année 2014, par les médecins généralistes, dans le cadre de
douleurs chroniques non cancéreuses (DCNC). Matériel et méthodes : Une collecte dans la base de
données inter-régime de l’Assurance Maladie du Limousin a été faite sur les adhérents âgés de 18
ans ou plus, ayant eu une délivrance du même opioïde pendant au moins trois mois consécutifs au
cours de l’année 2014. Ces résultats ont été affinés en séparant les médecins généralistes
prescripteurs des autres spécialistes. Les patients avec une Affection Longue Durée (ALD) «tumeur»
ont été exclus pour ne conserver que ceux ayant une douleur chronique non cancéreuse. Résultats :
Sur les 582 836 adultes en Limousin (chiffres INSEE), 2.2% ont eu la délivrance d’un traitement
opioïde pendant plus de trois mois consécutifs pour une douleur chronique non cancéreuse. Les
derniers renouvellements de morphiniques ont été faits dans 95% des cas par des médecins
généralistes. En France, le motif « douleur » apparaît dans 18% des consultations de suivi en
Médecine Générale. La place des médecins généralistes dans la prescription de morphiniques pour
des douleurs chroniques non cancéreuses prend tout son sens. Conclusion : De nombreuses études
américaines récentes [2] soulignent les risques engendrés par la prise d’opioïdes dans les DCNC. Ce
travail effectué sur les données régionales permet de connaître l’importance de la prescription
d’opioïdes en Limousin. Afin de diminuer la prescription des opiacés dans les DCNC, des formations
ont été faites en Médecine Générale sur les nouvelles recommandations de la SFETD sur la
prescription d’opioïdes pour les DCNC.
Bibliographie
[1] SERRIE A. « La prise en charge de la douleur chronique par la télémedecine : états des lieux et recommandations. » Douleurs Eval. Diagn. - Trait. octobre 2014. Vol. 15, n°5, p. 232‑238. [2] FISHBAIN D. A., COLE B., LEWIS J., ROSOMOFF H. L., ROSOMOFF R. S. « What
percentage of chronic nonmalignant pain patients exposed to chronic opioid analgesic therapy develop abuse/addiction and/or aberrant
drug-related behaviors? A structured evidence-based review. » Pain Med. Malden Mass juin 2008. Vol. 9, n°4, p. 444‑459.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
217
Recherche Clinique
P-086 : Le rôle du soutien à l’autonomie dans la gestion des douleurs chronique à l’adolescence.
A. Riggenbach*(1), S.Wiener(2), R.Amouroux(1)
(1)Université de Lausanne, Lausanne, Switzerland(2) Clinique des Grangettes, Genève
Introduction: Selon la théorie de l’autodétermination (1), le sentiment d’autonomie est un besoin
psychologique fondamental en particulier à l’adolescence. Dans la douleur chronique, ce besoin
fondamental est plus difficile à satisfaire du fait des limitations psychologiques et fonctionnelles liées
à la maladie. D’une manière générale, jusqu’à présent, le rôle des facteurs développementaux dans
la gestion des douleurs chroniques chez les adolescents a fait l’objet de peu d’attention. La présente
recherche étudie la manière dont le sentiment d’autonomie influence les adolescents dans la gestion
de douleurs chroniques, en regard notamment de la peur et de l’évitement face à la douleur, tant au
niveau de l’adolescent douloureux chronique que de ses parents.
Méthode : Cette recherche
s’appuie sur une méthodologie mixte. Cent patients âgés de 12 à 17 ans et consultant dans des
centres de la douleur en Suisse complètent une échelle de soutien à l’autonomie (2), de peurs face à
la douleur (3 ;4), de satisfaction des besoins (5) et d’incapacités fonctionnelles dues aux douleurs (6).
Au moins l’un des parents de chaque adolescent complète ces mêmes échelles dans leurs versions
adaptées aux parents. Une vingtaine des ces adolescents participent à des entretiens semi-structurés
de recherche, dans lesquels leur besoin d’autonomie et la poursuite de buts personnels malgré les
douleurs sont discutés. Ces mêmes adolescents participent également à une tâche interactive filmée
avec l’un de leurs parents. Les entretiens sont analysés par une méthode d’interprétation
phénoménologique (7). Les vidéos sont codées suivant un système d’analyses interactives. Résultats
: Les résultats des entretiens et les vidéos soulignent que les difficultés et les ressources dans la
gestion des douleurs sont en lien avec des aspects développementaux, notamment la poursuite de
buts personnels. Nos premiers résultats montrent que les adolescents qui ont le sentiment d’être
soutenu dans leur recherche d’autonomie ont un impact fonctionnel plus faible. Discussion : Les
modèles psychologiques contemporains de la douleur pédiatrique ne prennent pas suffisamment en
compte la dimension développementale. La théorie de l’autodétermination permet d’envisager
l’adolescent comme un individu « normal » en développement avant d’être un adolescent
douloureux chronique. Les interactions entre les parents et les enfants douloureux chroniques – le
soutien à l’autonomie par les parents et le sentiment d’autonomie des adolescents – ont un rôle
important dans la douleur chronique. La prise en soin des adolescents douloureux chroniques
gagnerait à intégrer cette dimension développementale tant au niveau de l’évaluation que des
interventions thérapeutiques.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
218
Recherche Clinique
P-087 : Évolution de la douleur et de la qualité de vie des personnes atteintes de douleurs d’origine
artériopathique traitées par stimulation de la moelle épinière. Résultats préliminaires à moyen
terme.
T. Soulas*(1), N.Ouerchefani(1), S.Palfi(1), M.Gay(2)
(1)Inserm U955, Eq. 14, Neurochirurgie, Université Paris-Est, Hôpital Henri-Mondor, APHP, Créteil,
France,(2)CLIPSY, EA 4430, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, Nanterre
Introduction. L’ischémie critique des membres inférieurs (ICMI) est une pathologie relativement
fréquente, imputable à une occlusion progressive des artères due principalement au tabac, au
diabète, aux dyslipidémies et à l’HTA. Elle occasionne des douleurs et lésions trophiques aux pieds, et
est associée à une comorbidité et une mortalité très élevées. Après deux ans d’évolution, et quel que
soit le traitement adopté, près de 33% des patients sont décédés, et le pourcentage d’amputations
majeures est de 51% [1]. Des prises en charge médicamenteuses ou des techniques chirurgicales de
revascularisation sont proposées pour environ 80 % des patients. Pour ceux considérés comme
inopérables, il est possible d’avoir recours à une méthode neurochirurgicale qui vise à éviter
l’amputation du membre, ainsi qu’à réduire la douleur : la stimulation de la moelle épinière (SME).
Objectif. Cette étude vise à évaluer l’évolution postopératoire de la qualité de vie (QdV), du bien-être
subjectif, de l’humeur et des douleurs des personnes traitées par SME. Méthode. Depuis janvier
2014, 30 personnes (64 ans ± 10, ♂ : 63 %) répondant aux critères d’opérabilité (stade Leriche &
Fontaine III et IV, lésions cutanées < 3 cm², sans troubles cognitifs…) ont participé à cette étude.
Toutes ont complété quatre auto-questionnaires psychologiques (CLAU-S, SF-36, HADS, SWLS) dans
la semaine précédant l’intervention, et 18 d’entre elles six mois après le SME. Résultats. Vingt pour
cent des participants ont été amputés ou sont décédés avant le M6 postopératoire. Pour les 18
participants à plus de six mois de l’intervention, seules les dimensions Douleurs et Vie Quotidienne
de la QdV spécifique à l’ICMI ont été améliorées (respectivement p = 0.003 et p = 0.009). Plus les
patients sont jeunes, et plus le bénéfice de l’intervention sur les douleurs est important (r = -.51, p =
0.04). Discussion. Les premiers résultats de cette étude confirment que la prise en charge
neurochirurgicale est bénéfique du point de vue de la douleur, et de la QdV quotidienne [2-3]. En
revanche, aucune évolution favorable de l’humeur n’est objectivée, contrairement à ce qui a été
objectivé dans une recherche antérieure [4]. A l’issue de notre étude, les données psychologiques
obtenues sur une cohorte plus importante permettront d’évaluer le maintien à long terme des
changements observés, et de les croiser avec les données médicales.
Bibliographie
[1] Klomp HM, Steyerberg EW, Wittens CH, et al. A prognostic model for amputation in critical lower limb ischemia. Vasc Med.
2009;14(2):109–15. [2] Petrakis IE, Sciacca V. Epidural spinal cord electrical stimulation in diabetic critical lower limb ischemia. J Diabetes
Complications. 1999;13(5-6):293–9. [3] Ubbink DT, Vermeulen H. Spinal cord stimulation for non-reconstructable chronic critical leg
ischaemia. Cochrane Database Syst Rev. 2013;2. [4] Spincemaille GH, Klomp HM, Steyerberg EW, et al. Pain and quality of life in patients
with critical limb ischaemia: results of a randomized controlled multicentre study on the effect of spinal cord stimulation. ESES study group.
Eur J Pain. 2000;4(2):173–84.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
219
Recherche Clinique
P-088 : Intérêt de la stimulation électrique transcrânienne (TDCS) en soins palliatifs et de support:
le premier cas
J. Nizard(1), J.Esnault(2), J.Lefaucheur(3), J.Nguyen(2)
(1)CHU Nantes, Nantes cedex 1, France(2) CETD, Clinique Brétéché, Nantes,(3)CHU Henri Mondor,
Créteil
Les patients cancéreux peuvent souffrir de douleurs rebelles, ou contrôlées au prix d’effets indésirables
importants des traitements médicamenteux. En fin de vie, le retour à domicile du patient peut alors être
compromis, du fait de l’importance de la charge en soins. Nous avons préalablement montré que la
stimulation magnétique répétitive (rTMS) pouvait améliorer les douleurs et la qualité de vie de patients
en fin de vie (1). La TDCS est une autre modalité de stimulation non invasive du cortex, dont l’efficacité a
été rappportée lors de différents types de douleurs chroniques (2). Nous rapportons le cas d’une patiente
de 80 ans, porteuse d’un cancer de la vessie et de métastases osseuses du sacrum, responsables de
douleurs pelviennes et sacrées, dont le traitement a consisté en une chimiothérapie avec radiothérapie à
visée antalgique du sacrum, puis cystectomie à visée palliative. Les douleurs mal contrôlées par les
différents traitements, associées à une autonomie fortement réduite ont conduit à l’hospitalisation de la
patiente. Le traitement médicamenteux fut alors modifié en augmentant la dose de morphine
(oxycodone, 120 mg/j), et en introduisant de la pregabaline (150 mg/j), conduisant à un MQS (score utilisé
pour quantifier la consommation médicamenteuse), à 36. Malgré ce traitement, les douleurs restaient
évaluées entre 6 et 8/10 sur l’échelle numérique, avec au moins 4 accès douloureux paroxystiques par
jour. Du fait de la difficulté à déplacer la patiente jusqu’à la machine de rTMS, nous lui avons proposé un
protocole de TDCS (Starstim), avec des sessions de 20 minutes (intensité de 1 milliAmpere), centrées sur
le cortex moteur gauche, délivrées 5 jours consécutifs. Les douleurs ont commencé à s’améliorer au
second jour du traitement, avec un maximum d’efficacité anatlgique au 4ème jour (EVA moyenne
descendant à 2-3/10, avec 1 ou 2 ADP par jour). Le traitement médicamenteux a pu être diminué de façon
sensible, avec un MQS passant à 15. La patiente a pu ensuite regagner son domicile, avant que la
progression rapide de son cancer ne conduise à son décès 3 semaines plus tard. En cas de douleurs
rebelles en fin de vie, la TDCS pourrait s’avérer un traitement complémentaire intéressant, permettant la
diminution du traitement médicamenteux. La simplicité de son utilisation, plus maniable que la rTMS chez
un patient ne pouvant se déplacer, mérite d’être soulignée, de même que sa réalisation possible chez un
patient retourné à domicile, par un soignant formé à cette technique (3).
Bibliographie
1. Nizard J, Levesque A, Denis N, de Chauvigny E, Lepeintre A, Raoul S, et al. Interest of repetitive transcranial magnetic stimulation of the
motor cortex in the management of refractory cancer pain in palliative care: Two case reports. Palliat Med 2015;29:564-8. 2. Lefaucheur JP.
Cortical neurostimulation for neuropathic pain: state of the art and perspectives. Pain 2016;157 (Suppl 1):S81-9. 3. Nguyen JP, Esnault J,
Lefaucheur JP, Nizard J. Value of transcranial direct current stimulation of the motor cortex for the management of refractory cancer pain in
palliative care setting: A case report. Clinical Neurophysiology, 2016.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
220
Recherche Clinique
P-089 : Pertinence du bilan métabolique chez les patients douloureux chroniques, données
complémentaires
F. Arndt vankemmel*(1), S.Augustin(2), C.Arndt(1), G.Cozon(3), R.Garnotel(1), B.Charbit(1)
(1)CHU de Reims, Reims, France(2)CHU , Réunion,(3)CHU, Lyon
Objectifs : Un patient douloureux chronique nécessite une prise en charge globale multidisciplinaire
qui englobe outre le traitement pharmacologique une approche qui doit prendre en compte les
éléments de la statique et de l’émotionnel du patient. L’objectif de ce travail est de confirmer la part
métabolique de cette approche globale déjà évaluée dans un travail précédent. Matériel et Méthode
: Cette étude prospective rapporte les résultats du bilan métabolique chez des patients consécutifs
se présentant pour une première consultation du centre de la douleur du CHU de Reims entre le 1er
septembre 2014 et le 1er aout 2015. Le bilan étudié comporte l’analyse du métabolisme glucidique
(hyperglycémie provoquée par voie orale avec dosage de l’insulinémie sur 3 heures, avec calcul de
l’Homa test) et un élément du métabolisme énergétique par le dosage de la cartinitine. Les
questionnaires SF36, FIQ ont été évalués de façon systématique. Les différents scores obtenus aux
questionnaires ont été comparés entre deux groupes de patients avec ou sans anomalies
métaboliques au moyen d’un test non paramétrique de Mann Whitney. Résultats : Sur la période
considérée, 281 patients ont pu être analysés. Les paramètres de l’hyperglycémie provoquée par
voie orale sont perturbés dans 50% des cas : On observe un hyperinsulinisme au temps précoce (T
60 min) chez 87 patients et l’HOMA Test est supérieur à 2,25 chez 71 patients sur 168 calculés. Le
taux de carnitine est bas chez 92 patients sur 260 dosages effectifs. Les indicateurs de qualité de vie
liés au SF36 (douleur physique 32,2+/-19,3 vs 27,5+/-16,1; p=0,0056) et le FIQ (57,7+/-17,0 vs 62,9+/18,1; p=0,0251) se dégradent significativement avec l’altération de l’HOMA test. L’insulinémie
élevée dans le cadre de l’hyperglycémie provoquée par voie orale à T 60 min est significativement
liée au FIQ (58,3 +/-14 vs 62,5 +/-18 p=0,0281) mais non lié à la douleur physique (p=0,0786). Par
contre le taux de carnitine reste non lié à une altération de ces indicateurs de douleur (physique
douleur physique p=0,4020, FIQ p=0,2298). Conclusion : Cette nouvelle étude confirme que la
perturbation du métabolisme glucidique en dehors de toute pathologie diabétique semble impliquée
dans la gravité de la douleur chronique. Par contre, cette étude ne retrouve pas de lien entre
l’intensité de l’atteinte douloureuse (FIQ et SF36) et le métabolisme énergétique lié à la carnitine
malgré la forte proportion de patients douloureux chroniques carencés en carnitine.
Bibliographie
Ruskin D.N., (2012), the nervous system and metabolic dysrégulation : emerging evidence converges on ketogenic diet therapy, Frontier in
Neuroscience 6 :33.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
221
Recherche Clinique
P-090 : Milnacipran et modulation de la douleur chez des patientes souffrant de fibromyalgie.
N. Macian*(1), F.Giron(1), F.Marcaillou(1), N.Delage(1), P.Picard(1), S.Eschalier(1), S.Boulliau(1),
V.Morel(1), M.Voute(1), B.Perrin(1), B.Pereira(1), G.Pickering (1)
(1)CPC-CIC / CHU CLERMONT FERRAND, Clermont ferrand, France
Introduction La douleur chronique liée à a fibromyalgie est difficile à traiter. Les fibromyalgiques ont
un mauvais fonctionnement des faisceaux inhibiteurs descendants de la douleur. Le milnacipran
(IXEL®), médicament antidépresseur, aurait un effet bénéfique par modulation centrale de la
douleur. Notre hypothèse est que cette efficacité du milnacipran (IXEL®) chez les patientes
fibromyalgiques serait liée à une réactivation des faisceaux inhibiteurs descendants. Matériel et
Méthodes Un essai clinique randomisé, en double aveugle, en 2 groupes parallèles (NCT01747044) a
été réalisé au Centre de Pharmacologie Clinique - CIC du CHU de Clermont-Ferrand, chez 48 patientes
(46.2+/-10.3 ans) souffrant de fibromyalgie. Les patientes ont reçu 100 mg de Milnacipran ou du
placebo pendant 1 mois. Des évaluations de la douleur (échelle numérique) par stimulation
thermique au Pathway Médoc® et mécaniques avec le Von Frey® ont été effectuées. L’intégrité des
faisceaux inhibiteurs descendants a été testée avant et après le traitement par la technique du «
Conditioned Pain Modulation. » Une batterie de tests cognitifs CANTAB® a été réalisée en début et
fin de l’étude. La tolérance a également été évaluée. Résultats Les résultats préliminaires montrent
que la douleur globale diminue avec les deux traitements. De même les seuils de douleurs
mécaniques thermiques au chaud et au froid ne sont pas significativement différents entre
milnacipran et placebo. Toutefois, une sommation temporelle induite sur 30 secondes par un
stimulus thermique répété en supraliminaire met en évidence une tendance à une différence
significative chez les patientes qui prennent du milnacipran vs du placebo.Les résultats des tests
cognitifs, les analyses complémentaires et la tolérance sont en cours d’analyse. Discussion Cette
étude montre une tendance à l’amélioration de l’efficacité des faisceaux inhibiteurs descendants
avec milnacipran quand la douleur est >6/10 mais non aux intensités inférieures. Néanmoins la
douleur diminue de manière similaire dans les deux groupes, ce qui souligne également l’importance
de l’effet placebo chez ces patientes. L’analyse des résultats finaux nous permettra d’étudier la
composante cognitive et également d’évaluer si l’état fonctionnel des faisceaux inhibiteurs
descendants de la douleur pourrait être prédictif de l’effet du milnacipran chez le patient
fibromyalgique afin d’éviter une prise inutile de traitements médicamenteux.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
222
Recherche Clinique
P-091 : Place du traitement chirurgical dans la prise en charge des douleurs chroniques après pose
de matériel prothétique pelvien: à propos d’une série de 107 cas
A. Levesque*(1), G.Léonard*(2), J.Labat(3), L.Le normand(1), T.Riant(3), J.Rigaud(1)
(1)CHU de Nantes, Nantes, France(2)CHU de Tours, Tours,(3)Centre Cathrine de Sienne, Nantes
Objectifs: La fréquence des douleurs chroniques post-opératoires après pose de matériel prothétique
au niveau pelvien est estimée jusqu’à 5% des cas avec une prise en charge souvent complexe.
L’objectif de notre étude a été d’évaluer les résultats à distance de l’ablation du matériel prothétique
comme pouvant être responsable des douleurs. Matériel et Méthodes : De novembre 2004 à avril
2016, 107 patients ont été pris en charge dans notre centre pour des douleurs chroniques apparues
après à la mise en place de matériel prothétique : bandelette sous-urétrale rétropubienne (32
patientes) ou trans-obturatrice (50 patientes), bandelette de promontofixation (16 patientes) ou
plaque de hernie inguinale (9 patients) En fonction de la prothèse en place et du tableau clinique le
matériel était retiré en totalité ou partiellement par abord vaginal et/ou laparoscopique et/ou par
abord de la racine de la cuisse. Les patients étaient revus systématiquement à 2 mois post-opératoire
puis le rythme du suivi était adapté en fonction de l’évolution clinique. Résultats: Le délai moyen
entre la mise en place de la prothèse et son ablation a été de 41,2 mois. Le recul post-opératoire
moyen de la population a été de 8,4 mois. Sur l’ensemble de la population, 69/107 (64,5 %) ont
observé une diminution de la douleur d’au moins 50 % sur l’Echelle Numérique. Dans le groupe des
patientes opérés pour une ablation de bandelette sous-urétrale, une récidive de l’incontinence
urinaire d’effort a été notée dans 62% des cas de bandelette trans-obturatrice et 34% des cas de
bandelette rétro-pubienne. Dans le groupe des patients opéré pour une ablation de plaque de
hernie, une récidive de la hernie a été noté dans 11% des cas. Aucune patiente opérée d’une ablation
de promontofixation n’a eu de récidive du prolapsus. Conclusion: Une ablation du matériel
prothétique responsable de douleurs chroniques post-opératoires a permis d’améliorer
significativement les douleurs dans près de 2/3 des cas mais avec un risque de récidive de la
pathologie initiale.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
223
Recherche Clinique
P-092 : Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC) et rééducation par kinésithérapie,
MEOPA (Mélange Equimolaire Oxygène Protoxyde d’Azote) et boite miroir : cas cliniques.
J. Azaïs*(1), G.Martine(1), P.Vergne-salle(1), P.Bertin(1), C.Wood(1)
(1)CHU DUPUYTREN LIMOGES, Limoges, France
Objectifs. Le syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC) est actuellement considéré comme un
syndrome de négligence cognitive et motrice, par altération du schéma corporel du patient lié à des
modifications neuronales. Ce phénomène est accentué par les manifestations inflammatoires
chroniques post-traumatiques. [1-4]. Méthode. Nous décrirons 3 cas cliniques de SDRC pris en charge
en Rhumatologie au CHU de Limoges par l’association journalière de kinésithérapie / MEOPA
(Mélange Equimolaire Oxygène Protoxyde d’Azote) / boîte miroir / antalgiques classiques. Le but
était d’obtenir une récupération plus rapide des amplitudes articulaires et une diminution de la
douleur Cas cliniques. Une femme de 39 ans consulte courant janvier 2014 pour SDRC de la main
droite post-traumatique. Elle s’est présentée avec une attitude en griffe des 3/4/5èmes rayons, avec
un tableau l’algodystrophie selon les critères de Harden et al [1]. L’évaluation visuelle analogique de
sa douleur était à 8/10, rendant le testing moteur impossible. Elle a été traitée par antalgiques,
administrations de MEOPA pendant la kinésithérapie et utilisations pluriquotidiennes de la boite
miroir. Durant la 1ère session, elle parvint à ouvrir sa main. Après un séjour en service de
rééducation, elle ne présente aujourd’hui aucune attitude vicieuse séquellaire. Nous avons traité 2
autres patients souffrant d’un SDRC de poignet, diagnostiqué 6 mois respectivement après une
fracture et après une entorse. Leurs symptômes ont complètement disparu au bout de 2 mois de
notre protocole thérapeutique. Discussion. La littérature a récemment montré l’importance de
mobiliser les 2 membres simultanément lors d’un SDRC et ce, dans le respect de la non-douleur afin
de faciliter la remobilisation par la diminution des phénomènes de peur de la douleur,
catastrophisme, et de dysynchiria [2-4]. Nous avons traité nos patients par kinésithérapie et MEOPA
(NMDA-antagoniste) [2, 5], en leur demandant de mobiliser leur 2 bras avec une boite miroir. Ce
traitement leurrerait le cerveau par action directe sur la plasticité neuronale, laquelle jouerait un rôle
essentiel [6,7]. La représentation du schéma corporel pourrait être récupérée plus rapidement, avec
une amélioration des amplitudes articulaires. La boite miroir pourrait donc être un bon complément
à la prise en charge [7], étant de faible coût, sans risque, facile à utiliser, ne demandant seulement
que la coopération et l’observance des patients. Au total, l’association MEOPA, antalgiques
classiques et boite miroir à la kinésithérapie pourrait faciliter la prise en charge des patients atteints
de SDRC.
Bibliographie
[1] Harden RN., Bruehl S., Stanton-Hicks M., Wilson PR. Proposed new diagnostic criteria for complex regional pain syndrome. Pain Med.
2007, 8(4):326-31. [2] Galer BS., Jensen M., Butler S. Neglect-like signs and symptoms in CRPS. Pain. 2013, 154(6):961-2. [3] Moseley GL.,
Gallace A., Di Pietro F., Spence C., Iannetti GD. Limb-specific autonomic dysfunction in complex regional pain syndrome modulated by
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
224
wearing prism glasses. Pain. 2013, 154(11):2463-8. [4] Di Pietro F., McAuley JH., Parkitny L., Lotze M., Wand BM., Moseley GL., Stanton TR.
Primary somatosensory cortex function in complex regional pain syndrome: a systematic review and meta-analysis. J Pain. 2013,
14(10):1001-18. [5] Vlaeyen JW., Linton SJ. Fear-avoidance and its consequences in chronic musculoskeletal pain: a state of the art. Pain.
2000, 85(3):317-32. [6] Galer BS., Jensen M., Butler S. Neglect-like signs and symptoms in CRPS. Pain. 2013 Jun;154(6):961-2. [7] McCabe
C.S., Haigh R.C., Halligan P.W., Blake D.R. Referred sensations in patients with complex regional pain syndrome type 1. Rheumatology. 2003,
42:1067–1073
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
225
Recherche Clinique
P-093 : INTERET DE L’HYPNOSE DANS LA PRISE EN CHARGE DES DOULEURS ORO-FACIALES
IDIOPATHIQUES : UNE ETUDE PILOTE.
B. Enkel*(1), B.Bouetel(1), C.Cosset(2), J.Nizard(2)
(1)UFR ODONTOLOGIE - CHU DE NANTES, Nantes, France, (2) Centre fédératif douleur, soins de
support, éthique clinique - CHU de NANTES, Nantes
INTRODUCTION : Certaines douleurs oro-faciales rebelles répondent à des caractéristiques
communes [1], notamment l’absence de lésion organique objective et la présence d’un contexte
antidépressif associé à des évènements de vie traumatisants ou douloureux [2,3]. Elles ne différent
que par leur territoire d’expression: langue, muqueuse buccale, dents ou articulation temporomandibulaire [4]. Elles altèrent grandement la qualité de vie des patients, avec des répercussions
relationnelles et professionnelles. Leur prise en charge est psycho-éducative [5], dont l’objectif est
d’aider le patient à développer des compétences de soins adaptés face à la douleur chronique.
L’hypnose permet des réajustements cognitivo-comportementaux et peut parfaitement s’inscrire
dans cette prise en charge [6-8]. OBJECTIF : Au travers d’une étude clinique pilote en ouvert, nous
avons voulu estimer l’impact de l’hypnose sur l’amélioration de la qualité de vie de patients souffrant
de douleurs oro-faciales chroniques idiopathiques. MATERIEL et METHODE : Les patients inclus sont
des adultes volontaires recrutés au sein de la consultation douleur oro-faciale chronique du CHU
Hôtel-Dieu de Nantes, durant la période de janvier à juin 2015. Ils ont été informés et ont consenti à
participer à l’étude. Après le diagnostic clinique et éducatif, 5 séances d’hypnose ont été réalisées. A
l’issu de la thérapeutique, nous avons évalué le changement perçu par les patients au moyen d’une
adaptation française de l’échelle PGIC (patient’s global impression of change) [9] qui fournit un
SCORE de 1 à 7. Secondairement, les patients ont renseigné un questionnaire concernant les
changements qu’ils ont constaté concernant leurs symptômes, leurs émotions, les manières de
s’adapter à la douleur et au stress et leurs activités quotidiennes. RESULTATS : L’échantillon est
constitué de 12 patients âgés de 44,5 ans ±20, dont 66% de femmes. Après 5 séances d’hypnose, 9
patients ont perçu un changement global de leur qualité de vie, dont 8 avec un score ≥ 5 sur l’échelle
PGIC. Si aucune différence n’a été rapportée concernant la douleur, les patients arrivent à les gérer
autrement, avec une diminution de leur consommation antalgique et un impact positif sur leur
humeur. CONCLUSION : L’hypnose présente un intérêt dans la prise en charge des douleurs orofaciales idiopathiques car elle permet aux patients d’améliorer leur qualité de vie et de réaliser
l’impact des processus mentaux sur leur souffrance émotionnelle et leur perception douloureuse.
Ces résultats devront être confirmés par des essais cliniques randomisés.
Bibliographie
REFERENCES : [1] Woda, A. and P. Pionchon, A unified concept of idiopathic orofacial pain: pathophysiologic features. J Orofac Pain, 2000.
14(3): p. 196-212 [2] Manfredini, D., et al., Chronic pain severity and depression/somatization levels in TMD patients. Int J Prosthodont,
2010. 23(6): p. 529-34. [3] List, T., et al., Clinical findings and psychosocial factors in patients with atypical odontalgia: a case-control study.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
226
J Orofac Pain, 2007. 21(2): p. 89-98. [4] Woda, A., et al., Towards a new taxonomy of idiopathic orofacial pain. Pain, 2005. 116(3): p. 396406. [5] Aggarwal, V.R., et al., Psychosocial interventions for the management of chronic orofacial pain. Cochrane Database Syst Rev,
2011(11): p. CD008456. [6] Ferrando, M., et al., Enhancing the efficacy of treatment for temporomandibular patients with muscular
diagnosis through cognitive-behavioral intervention, including hypnosis: a randomized study. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol,
2012. 113(1): p. 81-9. [7] Zhang, Y., et al., Hypnosis/Relaxation therapy for temporomandibular disorders: a systematic review and metaanalysis of randomized controlled trials. J Oral Facial Pain Headache, 2015. 29(2): p. 115-25. [8] Lu, D.P., G.P. Lu, and L. Kleinman,
Acupuncture and clinical hypnosis for facial and head and neck pain: a single crossover comparison. Am J Clin Hypn, 2001. 44(2): p. 141-8.
[9] Hurst H, Bolton J. Assessing the clinical significance of change scores recorded on subjective outcome measures. J Manipulative Physiol
Ther 2004;27:26-35.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
227
Recherche Clinique
P-094 : Soulagement de la douleur par la technique de stimulation corticale non-invasive à
domicile.
M. Curtet*(1), L.Garcia-larrea(1), C.Trouba(1), N.Andre-obadia(1), C.Perchet(1), C.Bradley(1)
(1)Hospices Civils de Lyon / Groupement Hospitalier Est, Bron, France
Objectif: En raison de sa simplicité et de son coût raisonnable, la stimulation transcrânienne à
courant continu (STCC) est particulièrement intéressante parmi les différentes techniques de
Neuromodulation à choisir dans le soulagement de la douleur. Le traitement est actuellement
effectué en milieu hospitalier, où le patient reçoit généralement un maximum de 5-10 séances
répétées. Malheureusement, la répétition des sessions stimulantes conduit à l'encombrement des
services hospitaliers, tandis que la durée de traitement peut conduire à l'administration de la dose
insuffisante. Méthodologie: Le système (Starstim Home® de Neuroelectrics®) comprend un
ensemble d'électrodes de stimulation et un ordinateur portable équipé du logiciel de contrôle que le
patient emmène à son domicile. Les données de base sur la douleur, la fatigue, la qualité du sommeil
sont collectées la 1ère semaine au moyen de formulaires. Durant cette même semaine, le patient est
formé par le personnel de l'hôpital à utiliser le système de façon autonome. Après un apprentissage
réussi, le patient effectue ses 4 semaines de stimulation à domicile tous les jours, chaque session (20
') étant lancée et supervisée par le personnel hospitalier, par l'intermédiaire d'Internet. Le patient
remplit un formulaire journalier signalant les changements (douleur, fatigue, qualité du sommeil,
prise de médicaments). Après 4 semaines, le patient rend le matériel et poursuit ses évaluations sur
un journal de la douleur pendant 5 semaines. Résultats: Pour le moment, dix patients ont suivi la
procédure. Les difficultés rencontrées sont les suivantes : retard ou saut de séances de stimulation à
cause d’une mauvaise connexion internet ou problème d’impédance des électrodes. Deux patients se
sont retirés après 3 semaines en raison de symptômes gastro-intestinaux probablement sans rapport
avec la STCC. Les deux patients ont connu un soulagement de la douleur subjective avant le retrait,
une diminution de la médication analgésique en cours et ont demandé à répéter la procédure
plusieurs mois plus tard. Conclusion: Le système s’est avéré être bien toléré et techniquement
robuste. Bien que l'échantillon soit certainement trop petit pour tirer des conclusions sur l'efficacité,
la majorité des patients se sont déclarés satisfaits. Les notes de qualité de vie et la prise de
médicaments sont apparues comme des marqueurs plus robustes d'efficacité que ne l'étaient les
échelles numériques d'intensité de la douleur. Ces résultats ouvrent la voie à un éventuel système de
prêt similaire à celui utilisé avec les appareils TENS.
Bibliographie
[1].Revue Neurologique Volume 169, Issue 2, February 2013, Pages 108–120
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
228
Recherche Clinique
P-095 : Evaluation de l’impact de l’éducation thérapeutique du patient sur l’observance et
l’efficacité sur les symptômes allodyniques de la compresse de lidocaïne 5% dans les douleurs
neuropathiques localisées postopératoires
F. Marchand(1), N.Mimassi*(2)
(1)Maison médicale des Abers, Saint renan, France(2)61 route de Kéroumen, 29480 le relecq
kerhuon,
Objectif Evaluer l’impact de l’éducation thérapeutique du patient sur l’observance et l’efficacité sur
les symptômes allodyniques de la compresse de lidocaïne 5% (CL5) chez des patients souffrant de
douleurs neuropathiques localisées (DNL) postopératoires et en échec thérapeutique. Matériel et
méthodes Etude rétrospective sur 69 patients. Tous les patients ont bénéficié d’une éducation
thérapeutique et d’un recueil de données d’efficacité et de tolérance standardisés. Les douleurs
provoquées par le frottement, la pression, le chaud et le froid ont été recueillies après 3 et 6 mois de
suivi. Résultats L’éducation thérapeutique des patients a eu un impact positif sur l’observance, 100%
et 94,5% des patients étaient encore présents après 3 et 6 mois de suivi. La CL5 a confirmé son
efficacité et sa bonne tolérance. Elle a entrainé un soulagement important qui s’est amélioré au
cours des 6 mois de suivi. La CL5 a entrainé une diminution de tous les symptômes allodyniques avec
une disparition complète et rapide de l’allodynie mécanique provoquée par le frottement et la
pression. L’allodynie thermique provoquée par le chaud s’est améliorée au cours des 3 premiers mois
et celle provoquée par le froid au cours des 6 mois de traitement. Cette cinétique d’efficacité
pourrait être liée à une activité pharmacologique différenciée de la lidocaïne sur les fibres Aβ, Aδ et C
impliquées dans la transmission de la douleur. Conclusion Cette étude rétrospective a montré
l’intérêt de l’ETP et confirmé l’efficacité de la CL5 dans la prise en charge des DNL.
Bibliographie
1. Bouhassira D, Lantéri-Minet M, Attal N et al (2008) Prevalence of chronic pain with neuropathic characteristics in the general population.
Pain 136:380-7 2. Baron R, Binder A, Wasner G (2009) Neuropathic pain: diagnosis, pathophysiological mechanisms, and treatment. Lancet
Neurology 9:807-19 3. Attal N, Lanteri-Minet M, Laurent B et al (2011) The specific disease burden on neuropathic pain: results of a French
nationwide survey. Pain 152: 2836-43 4. Jensen TS, Gottrup H, Sindrup SO et al (2001) The clinical picture of neuropathic pain. Eur J
Pharmacol 429:1-11 5. Mick G, Baron R, Finnerup NB et al (2012) What is localized neuropathic pain? A first proposal to characterize and
define a widely used term. Pain Management 2(1):71-7 6. Finnerup NB, Otto M, McQuay HJ et al (2005) Algorithm for neuropathic pain
treatment : an evidence based proposal. Pain 118:289-305 7. Dworkin RH, O’Connor AB, Audette J et al (2010) Recommendations for the
pharmacological management of neuropathic pain: an overview and literature update. Mayo Clin Proc 85(S3):S3-S14.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
229
Recherche Clinique
P-096 : La douleur chez le patient hémodialysé : stratégies de coping, symptomatologie anxiodépressive et qualité de vie
C. Vioulac*(1), A.Kolko(2), Z.Massy(3), C.Aubrée(4), A.Untas(1)
(1)Université Paris Descartes – Institut de Psychologie, Boulogne-billancourt, France(2) Association
pour l'Utilisation du Rein Artificiel (AURA) Paris, Paris,(3)Hopital Ambroise Paré (AP-HP), Boulognebillancourt,(4)HopitalTenon (AP-HP), Paris
Introduction : L’hémodialyse (HD) est un traitement indispensable à la survie des patients souffrant
d’insuffisance rénale chronique terminale. Il consiste en une épuration extrarénale du sang, qui a
généralement lieu 3 fois par semaine pendant 4h. Environ 30 à 50% des personnes traitées par HD
ont des douleurs aussi bien aiguës que chroniques, du fait de leur(s) pathologie(s) et du traitement
[1]. De plus, ces patients ont bien souvent une symptomatologie dépressive et anxieuse élevée ainsi
qu’une détérioration de leur qualité de vie (QDV) [2 ; 3]. A l’heure actuelle, les recherches sur la
douleur en HD se centrent essentiellement sur des aspects médicaux. Les facteurs psychosociaux et
particulièrement le coping n’ont jamais été étudiés en lien avec la douleur dans cette pathologie.
Ainsi, cette recherche a pour but d’étudier les stratégies de coping spécifiques à la douleur en HD et
leur lien avec la symptomatologie anxio-dépressive et la qualité de vie des patients. Méthodologie :
Vint-et-un patients ont participé à cette étude, traités dans deux centres d’HD en région parisienne.
La moyenne d’âge est de 60 ans, 81% sont des hommes. Tous ont complété des questionnaires
évaluant leur douleur (BPI), leur symptomatologie anxio-dépressive (HADS), leur qualité de vie
(KDQOL) et les stratégies de coping spécifiques à la douleur (CSQ et CPCI). Résultats préliminaires :
La moitié de ces patients (n=10) ont déclaré être douloureux, avec une sévérité moyenne de la
douleur de 4.1/10. Tous les patients utilisent préférentiellement les stratégies d’Ignorance et de
Distraction pour faire face à leurs douleurs. De plus, les patients douloureux utilisent également des
stratégies comme l’Évitement, le Repos et la Demande d’aide, alors que les patients qui se déclarent
non douloureux utilisent préférentiellement la Persistance, l’Auto-encouragement et l’Évitement. Les
stratégies d’Évitement et de Dramatisation sont associées à une symptomatologie dépressive plus
élevée et une moins bonne QDV mentale. A l’inverse, l’Ignorance est associée à une meilleure QDV
mentale et une symptomatologie dépressive plus faible.
Conclusion : Ces résultats confirment la
fréquence des douleurs chez les patients en HD. De plus, ils mettent en avant les stratégies de coping
préférentiellement utilisées par ces patients face à la douleur. La poursuite de l’étude auprès d’un
échantillon plus important (en cours) permettra de confirmer ces résultats. Les liens entre les
stratégies de coping et le bien-être suggèrent des pistes d’interventions.
Bibliographie
[1] Gamondi, C., Galli, N., Schönholzer, C., Marone, C., Zwahlen, H., Gabutti, L., … Giannini, O. (2013). Frequency and severity of pain and
symptom distress among patients with chronic kidney disease receiving dialysis. Swiss Medical Weekly, 143, w13750. [2] Bossola, M.,
Ciciarelli, C., Di Stasio, E., Conte, G. L., Antocicco, M., Rosa, F., & Tazza, L. (2012). Symptoms of depression and anxiety over time in chronic
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
230
hemodialysis patients. Journal of Nephrology, 25(5), 689-698. [3] Zimner-Rapuch, S., Collin, E., Janus, N., Amet, S., Grimault, M., Bruce, E., …
Launay-Vacher, V. (2012). Prise en charge de la douleur dans un service de néphrologie : résultats finaux de l’étude PAIN. Néphrologie &
Thérapeutique, 8(5), 402.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
231
Recherche Clinique
P-097 : Cotation de la sensation douloureuse lors de l’application de capsaïcine patch (QUTENZA®)
dans le traitement des douleurs neuropathiques périphériques : quelle concordance entre l’échelle
de Scoville et l’échelle numérique ?
C. Cosse (1), J.Leclerc (1), S.Soriot-thomas*(1)
(1) chu amiens, Amiens
Introduction : La prise en charge des douleurs neuropathiques périphériques (DNP) implique des
traitements pharmacologiques non spécifiques (tramadol, oxycodone) ou spécifiques (antiépileptiques, anti-dépresseurs) ainsi que des topiques locaux comme la capsaïcine. Malgré son
efficacité thérapeutique, l’application de capsaïcine peut induire une sensation douloureuse
analogue à celle observée lors de l’ingestion du piment qui, pour le patient, peut être difficile à coter
avec l’échelle numérique (EN). Lors des réunions des médecins algologues de Picardie, réunis au sein
de l’ALDAP, une réflexion s’est engagée afin de trouver un mode d’évaluation appropriée. L’échelle
de Scoville a été développée dans l’industrie agro-alimentaire pour coter cette sensation et présente
l’intérêt de disposer d’un vocabulaire spécifique. Le but de ce travail est de déterminer la
concordance entre l’EN et l’échelle de Scoville aux différents temps de surveillance de l’application
de QUTENZA® chez les patients traités pour DNP. Patients et méthodes : Entre janvier 2016 et mai
2016, 70 patients majeurs pris en charge pour une DNP avec un score DN4 ≥ 4, nécessitant
l’application de QUTENZA(®), ont été inclus dans cette évaluation prospective, étude pilote de
faisabilité, multicentrique, non randomisée. Le critère de jugement principal correspond à la
concordance inter-observateur entre les deux échelles à chaque temps de surveillance du
QUTENZA®. Les critères secondaires correspondent à la concordance intra-observateur entre les
deux échelles durant l’application et aux temps d’application pour lesquels la concordance entre les
échelles est maximale. Résultats : 70 patients (31.4% hommes, n = 22) d’âge moyen 53 ans ± 15 ont
été inclus. Les indications étaient les suivantes : 74% (n = 52) douleurs neuropathiques cicatricielles ;
10% (n = 7) douleurs neuropathiques post-traumatiques ; 10% (n = 7) douleurs neuropathiques dans
le cadre d’une algoneurodystrophie et 6% (n = 4) douleurs neuropathiques post-zostériennes. Le
nombre médian d’applications précédentes de QUTENZA® était de 1 (0 – 7). La concordance interobservateur oscille entre 30 et 45% pendant l’application du QUTENZA® avec une concordance
maximale au retrait du patch et pendant les 30 minutes qui suivent le retrait du patch. La
concordance intra-observateur est de 36%. Conclusion : L’échelle numérique et l’échelle de Scoville
présentent une concordance inter- et intra individuelle modérée chez les patients traités par
QUTENZA® pour douleurs neuropathiques périphériques principalement d’origine cicatricielle. La
concordance est maximale au retrait du patch et pendant les 30 minutes qui suivent son retrait.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
232
Recherche Clinique
P-098 : "Et si les dragons de notre vie n’étaient que des princesses qui attendent que l’on soit
courageux" [1] : changements d’attitudes envers une douleur chronique après un programme de
méditation
T. Busigny*(1), N.Fabre (2), M.Barege (2), N.Cantagrel (3), C.Lestrade (3)
(1)Hôpital Pierre-Paul Riquet, CHU Purpan, Toulouse cedex 9, France(2) Neurologie, Pôle
neurosciences, Hôpital Pierre-Paul Riquet, CHU de Purpan, Toulouse (3) Centre d'Evaluation et de
Traitement de la Douleur, Hôpital Pierre-Paul Riquet, CHU de Purpan, Toulouse
Introduction La méditation de pleine conscience (mindfulness) se développe actuellement dans
l’accompagnement des patients douloureux chroniques [2]. Elle prône l’acceptation, le lâcher-prise
et l’engagement comme leviers thérapeutiques [3]. Depuis 16 mois, nous avons mis en place un
programme de méditation de pleine conscience sur l’Hôpital Pierre-Paul Riquet de Toulouse.
Descriptif du programme Ce programme, inspiré du protocole MBSR [4], est constitué de 8 séances
de groupe, étalées sur 8 semaines. Les patients sont issus des consultations de neurologie ou de
douleur chronique, sur proposition médicale et avec leur pleine adhésion. Les exercices couvrent les
différents aspects de la méditation en pleine conscience. Les processus cognitifs visés par le
programme sont : acceptation de la douleur, changement du rapport à l’expérience, compréhension
des mécanismes cognitifs, mise à distance des pensées négatives et dysfonctionnelles, diminution de
l’activation émotionnelle, apaisement du corps et de l’esprit, autonomisation du patient. Nous avons
évalué par des échelles d’autoévaluation en début et fin de programme l’intensité de la douleur, la
qualité de vie, l’acceptation et l’engagement, les attitudes et stratégies face à la douleur, le
sentiment de développement personnel, le niveau de conscience et les symptômes dépressifs et
anxieux. Résultats 21 patients souffrants de douleurs chroniques ont participé aux groupes et
complété les questionnaires (sexe : 12 femmes / 9 hommes ; âge moyen : 43,9 ans ; étiologie : 16
céphalées, 2 algies vasculaires de la face, 1 fibromyalgie, 1 douleur mixte, 1 glioblastome). L’analyse
montre l’efficacité de ce programme : diminution de l’intensité du vécu douloureux, diminution de la
gêne et du retentissement des douleurs, diminution des symptômes anxieux et dépressifs (p<0.05).
Plus spécifiquement, on observe un changement d’attitude envers la douleur : meilleure acceptation,
augmentation du sentiment de contrôle et de responsabilité individuelle, dédramatisation du vécu
douloureux, conscience accrue des changements positifs et croissance de l’engagement individuel et
social (p<0.05). Conclusion Ces résultats démontrent la faisabilité et l’efficacité de la mise en place
de groupes de méditation en pleine conscience dans la prise en charge des patients douloureux
chroniques et encourage à poursuivre l’expérience étant donné l’amélioration des symptômes et le
haut niveau de satisfaction des patients.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
233
Bibliographie
[1] Rilke RM, Lettres à un jeune poète, 1904 [2] Lakhan, S.E., & Schofield, K.L. (2013). Mindfulness-based therapies in the treatment of
somatization disorders: a systematic review and meta-analysis. PLoS One, 8(8), e71834. [3] de Boer, M., Steinhagen, H.E., Versteegen, G.J.,
Struys, M.R.F., & Sanderman, R. (2014). Mindfulness, acceptance and catastrophizing in chronic pain. PLoS One, 9(1), e87445. [4] KabatZinn, J., Lipworth, L., & Burney, R. (1985). The clinical use of mindfulness méditation for the self-regulation of chronic pain. Journal of
Behavioral Medecine, 8(2), 163-190.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
234
Recherche Clinique
P-099 : La Stimulation Magnétique Transcrânienne Répétitive du Cortex Moteur dans les Douleurs
Neuropathiques Centrales : Bénéfice Antalgique et Valeur Prédictive d’Efficacité de la Stimulation
Électrique Épidurale
B. Pommier*(1), C.Quesada(1), C.Chréac'h(1), C.Boutet(1), C.Nuti(1), F.Vassal(1), R.Peyron(1)
(1)CHU de Saint Etienne, Saint etienne, France
Introduction: L’objectif était d’évaluer la place de la stimulation magnétique transcrânienne
répétitive (rTMS) du cortex moteur dans la prise en charge des douleurs neuropathiques d’origine
centrale. Matériel - Méthode : Il s’agit d’une étude observationnelle longitudinale. Quarante
patients (âge = 52 +/- 12 ans) présentant des douleurs réfractaires évoluant depuis au moins un an
ont été inclus. La rTMS du cortex moteur primaire controlatéral a été effectuée selon le protocole
suivant : une séance / 3 semaines ; fréquence = 20Hz ; intensité = 80% du seuil moteur ; 20 trains de
stimulation espacés de 84s ; utilisation d’un bras robotisé neuro-navigué. Le bénéfice antalgique a
été évalué en utilisant comme critères le pourcentage et la durée de soulagement. Dix patients de la
série ont été secondairement opérés pour implantation d’un stimulateur épidural du cortex moteur.
Résultats : Après une période test de 4 séances, 31 patients (77.5%) ont été répondeurs et ont
poursuivi le traitement (nombre de séances = 13 +/- 11 ; suivi = 32 +/- 25 mois). En moyenne pour la
cohorte, le soulagement a été de 41% pour une durée de soulagement de 15.6 jours après séance.
Une corrélation positive a été observée entre le pourcentage de soulagement obtenu avec la
stimulation électrique épidurale et le pourcentage de soulagement obtenu avec la rTMS (R2 = 0.85 ;
p<0.001). Conclusion: La rTMS à haute fréquence et en séances itératives apporte une amélioration
significative et durable des douleurs neuropathiques centrales. La réponse antalgique obtenue après
plusieurs séances de rTMS semble prédictive du résultat à attendre de la stimulation électrique
chronique du cortex moteur et pourrait participer à la sélection des candidats à la chirurgie.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
235
Recherche Clinique
P-100 : Représentations de la douleur et de l'anxiété des adolescents lombalgiques chroniques
avec un parent douloureux chronique: entretiens semi-dirigés de l'adolescent et du parent
L. Marine*(1), P.Garnier (1), M.Stevenot (2), J.Nizard (1)
(1)CHU Nantes, Saint herblain, France, (2) CHU, Caen
Introduction : La douleur chronique s’inscrit fréquemment dans une histoire de vie. Au regard de la
littérature, nous constatons que les adolescents de parents douloureux chroniques ont un vécu
douloureux spécifique. Nous questionnons notamment l’influence entre l’histoire douloureuse
familiale et le vécu douloureux chez l’adolescent. En d’autres termes, le discours de l’adolescent
semble se construire sur celui du parent (isomorphisme). Objectif : Explorer les perceptions et
représentations des sujets. Pour ce faire, nous centrons notre intérêt sur le discours métaphoriques
des sujets. Les sujets sont à la fois des adolescents lombalgiques et leur parent présentant une
douleur chronique. Nous explorons la présence possible d’indices de similarité entre le discours des
parents et celui des adolescents. Les membres d'une même famille font-ils des liens entre leurs vécus
douloureux ? Ces derniers sont-ils semblables ou différents?
Patients et méthode : Etude
exploratoire qualitative par entretiens semi dirigés de 7 adolescents et de leur parent présentant une
douleur chronique vivant en Loire Atlantique et en Vendée. Les verbatims ont fait l’objet d’une
analyse qualitative thématique (analyse thématique manuelle) puis quantitative ( analyse du discours
par le logiciel IRAMUTEQ). La pertinence pédagogique du logiciel est d’éditer des graphiques de
similitudes des adolescents, des parents et des couples adolescent-parent et une classification
hiérarchique descendante. Ces graphiques permettent une comparaison des discours. Résultats : Le
profil des enfants appartient préférentiellement à la classe 3 qui correspond à la composante
affectivo-émotionnelle de la douleur. Le profil des parents appartient à la classe 1 soit la composante
cognitive de la douleur. Nous n’avons pas retrouvé de métaphore partagée entre les deux groupes
étudiés lors des analyses qualitative et quantitative, mais il existe une fonction relationnelle de la
douleur. Certains couples adolescent-parent estiment avoir des points communs entre leur douleur
et celle de l’autre, d’autres différencient les deux. La douleur a une fonction protectrice ou
structurante ou une fonction relationnelle: organisatrice, d’attachement pour créer un lien mère-fille
ou au contraire désorganisatrice pour créer une frontière relationnelle, un évitement. Les patients
semblent utiliser la métaphore de la douleur non pour parler de ce qu’ils ressentent mais pour parler
de la relation familiale. Nous constatons une difficulté de se projeter dans la douleur de l’autre et à la
comprendre.
Conclusion: la douleur occupe une fonction systémique relationnelle. Une autre
étude serait nécessaire pour évaluer les représentations des adolescents si leurs parents n’étaient
pas douloureux.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
236
Recherche Clinique
P-101 : Influence de la douleur chronique sur les stratégies de coping et la qualité de vie des
patients souffrant de sclérose en plaques
A. Leleu*(1), C.Bungener(2)
(1)Service d'Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés de l'Association des Paralysés
de France, Lille Métropole, Villeneuve d'ascq, France(2) Laboratoire de Psychopathologie et
Processus de Santé- EA 4057, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité., Boulogne-billancourt,
Mots clés
Douleur chronique ; stratégies de coping ; qualité de vie ; sclérose en plaques
Introduction
Dans la sclérose en plaques (SEP), les douleurs chroniques sont fréquemment
rapportées par les patients. Aussi, notre objectif était d’évaluer le retentissement des douleurs
chroniques sur les stratégies d’adaptation (coping), sur la qualité de vie (QdV) et sur l’humeur des
patients. Nous avons postulé que les patients qui présentent des douleurs chroniques adopteraient
davantage de coping centré sur l’émotion et auraient une moins bonne qualité de vie.
Méthodologie
Cent-quatre sujets SEP ont été inclus et répartis en deux groupes selon leurs
résultats à des échelles numériques d’intensité et de soulagement de la douleur (n=47 patients avec
douleurs chroniques). Après avoir rempli une fiche permettant de recueillir les données
sociodémographiques et médicales, chaque participant a complété plusieurs questionnaires : le CHIP
(questionnaire de coping adapté aux maladies neurodégénératives) [1], le CSQ-F (questionnaire de
coping adapté aux douloureux chroniques) [2], le SEP-59 (QdV) [3], et l’HADS (anxiété et dépression)
[4].
Résultats Les participants SEP présentant des douleurs chroniques utilisent plus les coping
régulation émotionnelle et dramatisation et ont une moins bonne QdV que les participants n’ayant
pas de douleurs. Les résultats montrent que ces deux variables sont corrélées positivement entre
elles, et une corrélation positive entre ces variables et la dépression a été observée. Discussion
Notre étude illustre l’impact de la présence de douleurs sur l’adaptation des patients ainsi que sur
leur qualité de vie et leur humeur et nous permet d’éclairer la réflexion sur la nécessité d’améliorer
la prise en charge des patients SEP douloureux chroniques.
Bibliographie
[1] Montel S, Bungener C : Validation du CHIP (questionnaire de coping) dans une population française atteinte de maladies neurologiques.
Revue Neurologique, 2010, 166 (1) : 54–60. [2] Dany L, Roussel T, Apostolidis S, Carayon S, Bois S : Douleur, stratégies d’ajustement et
détresse psychologique. Analyse complémentaire sur la validité française du coping strategies questionnaire. Douleur et Analgésie, 2008, 21
: 227-234. [3] Vernay D, Gerbaud L, Biolay S, Coste J, Debourse J, Aufauvre D, et al. Qualité de vie et sclérose en plaques : validation de la
version francophone d’un auto-questionnaire, le SEP 59. Rev Neurol 2000;156:247–63. [4] Zigmond AS, Snaith RP : The hospital anxiety
and depression scale. Acta Psychiatr Scand, 1983, 67 (6) : 361-70.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
237
Recherche Clinique
P-102 : CARACTERISTIQUES DE LA DOULEUR DU SYNDROME MYOFASCIAL, EXEMPLE AVEC LE
SYNDROME MYOFASCIAL DES SCALENES ANTERIEURS ET MOYENS (1)
A. Fleury*(1)
(1)Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) du CHU de CAEN, Caen, France
Le syndrome myofascial est un trouble fonctionnel, douloureux et réversible de l'appareil locomoteur
dont l'origine se situe dans un ou plusieurs trigger points myofasciaux. C’est une douleur d’origine
musculaire mais qui n’est pas ressentie comme telle par le patient. Elle est ressentie comme étant
sourde, mal localisée, persistante et profonde. Elle peut se présenter sous forme de paresthésie, de
picotement, de démangeaison, de brûlure, d’engourdissement, de fourmillements et peut être
insomniante. Cette douleur peut mimer une douleur neuropathique mais avec un score au
questionnaire DN4 toujours inférieur à 4. La douleur myofasciale est ressentie à distance de son
origine, elle est projetée à un endroit différent de la localisation de la dysfonction, on parle alors de
douleur référée. Elle est l’expression d’influx nociceptifs issus d’une structure, d’un organe dont
l’innervation est de même niveau métamérique que le territoire où s’exprime cette douleur. Il
n’existe donc pas de lésion nerveuse, ni de distribution radiculaire ou tronculaire. L’exemple le plus
connu est celui de la douleur cardiaque ischémique qui irradie le long du bras gauche jusque vers la
main ou dans la mâchoire. Une étude prospective a été réalisée, sur 5 semaines, entre le 28/12/15
et le 29/01/2016, chez 34 médecins généralistes tous volontaire et exerçant à Caen. Les critères
d’inclusion étaient toutes cervico brachialgies se présentant chez son médecin généraliste. Il n’y avait
donc pas de critères d’exclusion. Le critère de jugement principal était le déclenchement de la
douleur et la reproduction du trajet douloureux décrit par le patient à la pression d’au moins un des
trois points myofasciaux des scalènes. Au total 70 patients ont été inclus dans l’étude. Les résultats
de cette étude montre que la fréquence d’un SM des scalènes devant une cervico-brachialgie en
médecine générale est estimée à 64% (p<0,05). 80% des patients ayant consultés pour une
cervicobrachialgie ont déjà consultés pour ce même motif douloureux (3 consultations/patients en
moyenne). La prise des antalgiques (palier 1, palier 2 ou AINS) est inefficace dans 77% des fois. La
douleur n’a pas de caractère neuropathique dans 71% des cas, elle est chronique dans 71% des
situations et présente des signes neurovégétatifs présents dans 63% des cas. La connaissance du
diagnostic de syndrome myofascial, de fréquence importante, permettrait une meilleure prise en
charge de ces douleurs souvent rebelles et mal comprises par les médecins et diminuerait ainsi du
nombre de consultations, d’examens complémentaires inutiles et le risque de iatrogénie
médicamenteuse.
Bibliographie
(1) FLEURY A. Thèse : intérêt de la recherche du syndrome myofascial des scalènes antérieur et moyen dans les étiologies des cervicobrachialgies en consultation de médecine générale, à partir de 70 cas, 2016.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
238
Recherche Clinique
P-103 : Respiration abdominale et analgésie post-opératoire en chirurgie viscérale : application aux
sleeve-gastrectomies
C. Sochala*(1), J.Vanooteghem(1), A.Chiche(1), C.Mestdagh-dubois(1), P.Guduff(1), A.Chaïk(1),
L.Moises(1), H.Ziadeh(1), M.Mazereeuw(1), V.Granier(1), H.Dubois(1)
(1)Polyclinique de Hénin-Beaumont, Henin beaumont, France
Introduction : La sleeve gastrectomie (SG) est réputée peu algique. Cependant, les patients
ressentent des accès douloureux brutaux et intenses lors des deux premiers jours. Nous avons étudié
la faisabilité et l’efficacité post-opératoire de la respiration abdominale, efficace pour les douleurs
chroniques (1,2), peu étudiée en post-chirurgical. Méthode : Pour contrôler la douleur postopératoire, nous avons proposé aux 50 premier(e)s patient(e)s opérés de SG en 2016, en mode
conventionnel, de pratiquer la respiration abdominale centrée sur la région sous-ombilicale (RASO),
lors d’accès douloureux non supportables, avant toute demande médicamenteuse, mais sans en
limiter l'offre. RASO était expliquée aux patients en pré-opératoire. Nous avons étudié la faisabilité
en %, et l’efficacité moyenne, en points sur l’échelle numérique (EN), à la fin de J0, J1 et avant sortie
à J2. Le but n’était pas de limiter la consommation médicamenteuse. Résultats : Nous avons
proposé RASO à 38 femmes et 12 hommes, d’âge moyen 40.25 ans (extrêmes 23-64), de poids
moyen 121.3 kg (96-170) et d'IMC moyen 39.88 (33-54). 3 patients (6%) ont refusé. 12 patients (24%)
étaient indolores sans autre besoin. 4 volontaires RASO (8%) étaient incapables de la pratiquer après
l’intervention. A J0, 5 patients (10%) ont été gênés par l’appareillage d’apnée du sommeil et 1 (2%) à
J1. Sur 37 patients ayant besoin potentiel de RASO, la faisabilité [(patients sachant pratiquer et
insuffisamment traités) / (patients sachant pratiquer et insuffisamment traités) + (patients ayant
refusé) + (patients inaptes) + (patients gênés)] est de 70% à J0 (26/37), 95% à J1 (20/21) et 100%
(12/12) à J2. En termes d’utilisation, 26 patients (52%) l'ont pratiquée à J0, 20 (40%) à J1, et 12 (24%)
à J2, totalisant 58 journées/patient, soit 1.16 journée d'utilisation en moyenne par patient. En termes
d’efficacité, 57 tentatives journalières sur 58 (98%) ont été suivies d’une baisse de douleur, et 1
inefficace. Sauf pour l'échec (2%), l'amplitude d’efficacité montre toujours une baisse moyenne sur
EN de 2.12 points (-1 à -3), avec effet immédiat. Discussion : Si les patient(e)s peuvent l'appliquer,
la respiration abdominale centrée sur la région sous-ombilicale est réalisable pour les sleeve
gastrectomies et efficace sur les douleurs post-opératoires. Des études complémentaires devraient
vérifier les données recueillies. En cas de positivité, un protocole d’éducation thérapeutique, mis en
œuvre en amont, pourrait améliorer faisabilité et efficacité de cette méthode.
Bibliographie
(1) http://www.douleurchronique.org/gestion/Respiration_Webfinal.pdf (2) Metikaridis TD et al. Effect of a stress management program on
subjects with neck pain: A pilot randomized controlled trial - J Back Musculoskelet Rehabil. 2016 May 20
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
239
Recherche Clinique
P-104 : Effet de la musique sur la douleur chronique : étude observationnelle, multicentrique.
S. Guétin*(1), E.De diego(2), F.Mohy(3), J.Thayer(4), J.Koenig(4)
(1)Université Paris 5, René-Descartes, Inserm U1061, Paris, France(2)CHU La Réunion, Saint
leu,(3)CHU La Réunion, Saint denis,(4)Ohio State University, Columbus
Introduction: La musique est de plus en plus utilisée pour réduire la douleur et l'inconfort des
patients dans le domaine de la santé. L'application numérique MUSIC CARE (1) est basée sur
l’utilisation de la méthode de musicothérapie/hypnose de la séquence en « U ». Son intérêt a déjà
été démontré dans de nombreuses indications cliniques et principalement dans la prise en charge
des douleurs aiguës et chroniques (2). Objectif : Evaluer l’effet de l’application MUSIC CARE sur la
douleur, l’anxiété et la satisfaction de patients consultant en Centre d’Evaluation et de Traitement de
la Douleur (CETD). Une recherche des facteurs prédictifs de réussite a été réalisée. Méthodes: Etude
multicentrique observationnelle. Cinquante-trois patients de deux centres hospitaliers universitaires
de La Réunion ont participé à l'étude. Les patients ont rempli plusieurs questionnaires sur leurs
préférences et expériences musicales. Le style musical a été sélectionné en fonction de leurs
préférences (jazz, classique, actuelle, musique du monde, etc). Les patients ont évalué l'intensité de
la douleur, de l'anxiété et leur satisfaction avant et après chaque séance. Des Echelles Visuelles
Analogiques (EVA) ont été utilisées. Résultats: La douleur et l'anxiété ont diminué de manière
significative. La douleur a baissée de 5.1 (±2.6) à 3.2 (±2.5) dès la fin de la première séance
correspondant a une baisse de 33% (t(48) = 5.388, p < 0.0001). Le niveau d’anxiété baisse de 4.4
(±3.1) à 2.3 (±2.6) correspondant à une réduction de 41% (t(32) = 4.875, p < 0.0001). Une différence
significative a aussi été trouvée entre les patient ayant déclaré jouer d’un instrument de musique.
Une meilleure efficacité aurait été observée chez les patients non-musiciens. Conclusion: L'utilisation
de l'application MUSIC CARE a prouvé son intérêt dans le traitement de la douleur, de l’anxiété et sur
la satisfaction des patients douloureux chroniques consultant en CETD. D’autres études cliniques et
fondamentales sont nécessaires afin d’identifier d’autres facteurs de réussites et de mieux
comprendre les mécanismes physiologiques de la musique sur la douleur.
Bibliographie
(1) Site internet : www.music-care.com (2) Guétin S, Giniès P, Siou DK, et al. The effects of music intervention in the management of chronic
pain: a single-blind, randomized, controlled trial. Clin J Pain 2012 ; 28 : 329-37.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
240
Recherche Clinique
P-105 : Evaluation à 1 an, d’un programme éducatif multidisciplianire pour le lombalgique
chronique, Quelles retombées sur le plan de la douleur, le plan fonctionnel et sur le plan des peurs
et des croyances.
L. Savalli*(1), M.Hernandez-sendin(2), F.Ceselin(1)
(1)Clinique de Médecine Physique et de Réadaptation MARIENIA, Cambo les bains, France(2)Hospital
Comarcal del Bidasoa-Osakidetza., hondarribia guipuzcoa (espagne)
Durant l’année 2012, 107 patients lombalgiques chroniques ont été inclus au sein d'un programme
multidisciplinaire d’une durée d’une semaine, reconnue comme programme d’éducation
thérapeutique par l’HAS, comportant l’apprentissage d’exercices d’auto-entretien, une éducation à la
prophylaxie rachidienne et l'incitation à la pratique d'une activité physique régulière. Un soin
pédagogique particulier a été donné à l’enseignement des bases physiopathologiques et des
mécanismes impliqués dans la lombalgie. Les patients ont été évalués par questionnaire avec un
recul de 1 an. Soixante neuf patients ont répondu, soit 65 % de la population, donnant lieu à l’analyse
de 66 questionnaires, 2 étant incomplets. Les patients ont un âge moyen de 44 ans. Le sexe ratio H/F
est de 41/25. Concernant les retombées subjectives, 85% estiment avoir acquis à travers ce
programme le sentiment de « mieux vivre » avec le mal de dos et 91% expriment avoir tiré un
bénéfice durable du programme. Soixante et onze pour cent des patients estiment avoir obtenu une
amélioration de leur douleur, laquelle amélioration étant estimée à plus de 50% pour 36% d'entres
eux. Il existe une amélioration très significative (p< 0.001) du score de Québec et du score PCS
explorant le catastrophisme. L’amélioration portant sur le FABQ « activité physique » est significative
(p<0.05) contrairement à ce qui concerne le score FABQ «activité professionnelle ». Le score HAD
s’est amélioré de façon significative (p<0.05) à la fois sur le versant anxiété et sur le versant
dépression. L’évaluation de ce type de programme mériterait une étude plus approfondie mais des
arguments semblent plaider pour une efficacité sur le plan fonctionnel mais aussi sur le plan cognitif
avec modification des peurs et des croyances. Sur le plan de la douleur, l’analyse met en évidence
une amélioration subjective des patients.
Bibliographie
Dupeyron A, Ribinik P, Gélis A, Genty M, Claus D, Herisson C, et al. Education in the management of low back pain . Literature review and
recall of key recommendations for practice. Ann Phys Rehabil Med. 2011;54(2011):319–35.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
241
Recherche Clinique
P-106 : La thématique douleur dans les diplômes universitaires choisis par les urgentistes
A. Queffelec*(1), A.Rebmann(1), V.Jaegle(1), K.Milojevic(1), C.Kojadinovitch(1), M.Crémière(1),
S.Chhe(1), O.Richard(1)
(1)Centre Hospitalier de Versailles, Le chesnay, France
Objectifs : Les exigences de la médecine d’urgence poussent ses praticiens à compléter leur
formation par des diplômes universitaires (DU). Il y a peu de données sur cet enseignement postthèse. Nous avons analysé la thématique douleur de ces DU complémentaires. Méthode : L’étape n°1
était un recensement des DU validés par les urgentistes d’un département (capacité et DESC
d’urgence exclus). Ce recensement a été interrompu au seuil de 100 DU. L’étape n°2 a consisté à
analyser les programmes et comptabiliser les heures d’enseignement en distinguant la thématique
douleur au sein de chacun des 100 DU. Résultats : Le recueil de 100 DU a nécessité l’inclusion de 50
médecins : les urgentistes avaient donc validé en moyenne 2 DU (0 DU pour 4 médecins, > 5 DU pour
3 médecins). Sur les 100 DU, 4 étaient dédié 100% à la douleur, 20 DU avaient une part douleur
estimée à 30% (anesthésie-réanimation, traumatologie), 40 DU avaient une part douleur estimée à
15% (pédiatrie, neurologie) et 36 DU avaient une part douleur estimée à 0% (imagerie, biostatistiques). La durée moyenne d’enseignement par DU était de 125 heures dont 16% soit 20 heures
consacrées à la douleur. Les urgentistes ont donc reçu, par médecin, 250 heures de formation
universitaire complémentaire, dont 40 heures pour la thématique douleur (0 heure pour 12
médecins, > 100 heures pour 8 médecins). Quatre sujets semblent faire défaut pour les urgentistes
(hormis DU 100% douleur) : l’évaluation de la douleur des non communicants et des enfants < 3 ans,
le traitement des douleurs neuropathiques et des accès douloureux paroxystiques.
Discussion :
Si les DU spécifiquement consacrés à la douleur ne représentent que 4% de ceux choisis par les
urgentistes, la thématique douleur occupe une part non négligeable de ces formations universitaires
complémentaires : 16% soit en moyenne 40 heures par médecin.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
242
Recherche Clinique
P-107 : INTERET POTENTIEL DE LA STIMULATION NERVEUSE PERIPHERIQUE SOUS-CUTANEE
LOMBAIRE, COMBINEE A UNE STIMULATION MEDULLAIRE EN ECHEC SUR LE DOS, DANS LE FAILED
BACK SURGERY SYNDROME. PRESENTATION DES RESULTATS PRELIMINAIRES DE L’ÉTUDE PILOTE
RANDOMISÉE
P. Rigoard*(1), O.Monlezun(1), B.Lorgeoux(1), C.Lebas(1), K.Nivole(1), M.Roulaud(1), B.Bataille(1)
(1)CHU de Poitiers, Poitiers,
Introduction : Malgré des résultats globalement favorables de la Stimulation Médullaire Epidurale
(SME) dans les lombo-radiculalgies post-opératoires (LRPO), une proportion significative des patients
implantés (25 à 50%), n’observe pas de couverture adéquate de la composante douloureuse
lombaire. La Stimulation Nerveuse Périphérique (SNP) a obtenu le marquage CE pour le traitement
des douleurs neuropathiques chroniques réfractaires. Cette technique est maintenant couramment
utilisée pour cibler les douleurs focales et isolées du dos. Toutefois, l’intérêt potentiel de combiner
SME et SNP, sous la forme d’une «stimulation hybride », n’est que peu décrit dans la littérature et
rapporté sous la forme de cas isolés ou de séries limitées rétrospectives. L'étude CUMPNS est une
étude comparative, randomisée visant à démontrer l'efficacité analgésique potentielle d’une SNP
lombaire complémentaire, implantée en sus d’une SME jugée partiellement inefficace, dans un
contexte de LRPO. Matériel/Méthode : Les patients sont randomisés en 2 groupes (stimulation
hybride/groupe 1 vs SME seule/groupe 2). L'objectif principal de cette étude est de démontrer
l’amélioration de la couverture (évaluée par cartographie tactile informatisée à l’aide du logiciel «
Neuro-Mapping-Tool »), du soulagement de la composante lombaire résiduelle et de la qualité de
vie, trois mois après implantation d’une SNP complémentaire. Résultats : La période d’inclusion de
l’étude CUMPNS s’achèvera en Février 2017 et les résultats du critère principal d’évaluation seront
disponibles fin 2017. A ce jour, 9 patients ont été inclus et 8 ont été implantés. A l’inclusion, les
scores moyens d’Owestry Disability Index (ODI), de l’index EQD5 et de l’échelle HADS (Hospital
Anxiety and Depression Scale) étaient respectivement 48.38%, 0.36/1 et 17.13/60. Les scores de
l’échelle visuelle analogique (EVA) des douleurs radiculaires et lombaires étaient respectivement
26.65/100 et 80.85/100. A 3 mois de suivi post-implantation, une augmentation de 8% pour la SME
seule (n=4) et une diminution de 95% pour la « stimulation hybride » (n=4) de la surface de la zone
douloureuse lombaire ont été observées. Concernant la composante lombaire, le score EVA a
diminué de 3% pour la SME seule et de 76% pour la « stimulation hybride ». Conclusion : Si la SME
peut parfois rester décevante dans le traitement de la composante lombaire douloureuse, laissant
des patients implantés stagner sur le plan fonctionnel, il semble possible de transformer cette
situation d’échec de la stimulation médullaire, en succès de la neurostimulation. Le ratio
bénéfices/risques d’une nouvelle implantation dans ce contexte justifie de mener des études
randomisées pour disposer d’un rationnel robuste.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
243
Recherche Clinique
P-108 : Enquête de pratique : Douleur induite par les soins dans une unité de soins intensifs
K. Laajili*(1), I.Bannour(1), A.Kolsi(1), W.Frigui(1), H.Touil(2), K.Moula(1), A.Brahim(1)
(1)Service Anesthésie Réanimation. EPS Mahdia, Mahdia,(2)Service Maxillo Faciale. EPS Mahdia,
Mahdia, (3) EPS Mahdia, Mahdia
Introduction : La douleur induite par les soins est souvent sous estimée en unité de réanimation,
pouvant être source de douleurs chroniques, troubles anxieux et retard de réhabilitation.
L’évaluation de cette douleur ainsi que sa prise en charge permet de réduire ces morbidités et
d’optimiser notre réanimation. L’objectif de notre étude est de relater les différents soins
douloureux en réanimation et de déterminer ainsi les principales mesures faites afin de réduire cette
douleur induites. Matériels & Méthodes : Il s’agit d’une étude observationnelle monocentrique
réalisée dans notre unité de réanimation. Un questionnaire a été adressé aux différents personnels
soignants (équipe paramédicale et internes) et aux malades non sédatés pouvant être interrogés.
Ont été recueillis les principaux soins douloureux selon les différents cadres soignants, ainsi que les
modalités de la prise en charge de cette douleur lié aux soins. Nous avons calculé les fréquences et
les pourcentages pour les variables qualitatives, ainsi que les moyennes, les médianes et l’étendue
des valeurs extrêmes pour les variables quantitatives. Saisie des données faite par logiciel SPSS 21.
Résultats : Vingt et un infirmier et huit médecins ont participé à l’étude et ont répondu aux
questionnaires. Trente patients ont répondu aux questionnaires. Selon les personnels paramédicaux
les actes les plus douloureux sont les changements des pansements (100 %), l’ablation des drains (68
%), la mise en place des voies veineuses périphériques (72 %), le sondage vésical (78 %) et la mise en
place des sondes gastriques (82 %). Selon le personnel médical les actes douloureux sont dominés
par la mise en place des cathéters veineux centraux (81 %), des drains thoraciques (68 %), les sutures
des plaies (75%) et des voies veineuses périphériques (72%). La prise en charge de la douleur induite
par les soins a été assurée par les antalgiques par voie systémique : paracétamol, kétamine (0,5 – 1
mg/kg), morphine en sous cutanée et infiltration par des anesthésiques locaux. Selon les patients la
douleur induite par les soins a été mal prise en charge (60 %). Conclusion : La prise en charge de la
douleur induite par les soins a été insuffisante et nécessite ainsi une meilleure évaluation et une
meilleure gestion.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
244
Recherche Clinique
P-109 : Prévention secondaire de la douleur chronique musculo-squelettique : quelles évidences ?
Une revue systématique de littérature.
A. Berquin*(1), C.Meyer(1), C.Denis(1)
(1)Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgium
Introduction Les douleurs musculo-squelettiques sont une cause majeure de morbidité, d’invalidité
et de perte économique. Alors que les facteurs de risque de chronicité (Yellow flags) sont
relativement bien connus et que des outils de dépistage existent [1], on manque d’informations sur
les stratégies de prévention secondaire efficaces. Méthode Une revue systématique de littérature a
été réalisée dans les bases de données Pubmed et Pedro. La question de recherche a été définie au
moyen de la méthode PICO : Population (adultes souffrant de douleurs musculosquelettiques
(sub)aiguës), Intervention (évaluation des facteurs de risque de chronicité et ajustement du
traitement en fonction du niveau de risque), Comparator (traitement usuel), Outcomes (fonction,
capacité professionnelle, aspects économiques). Les abstracts de 4991 articles ont été parcourus, 67
articles ont été analysés. Seuls deux articles décrivaient une stratégie de traitement stratifiée guidée
par le niveau de risque [2, 3]. Cinq autres articles présentaient des études dans lesquelles
l’attribution du traitement était randomisée mais les résultats des traitements étaient analysés en
fonction du risque de chronicité [4-8]. Résultats Les méthodes d’évaluation du risque de chronicité
sont variables mais aboutissent à des proportions similaires de patients à risque faible (20-40%),
modéré (30-60%) ou élevé (25-30%). Les patients à risque faible évoluent bien quelque soit le
traitement proposé, pour autant qu’ils reçoivent une information rassurante promouvant la remise
en activité. Les patients à risque modéré pourraient bénéficier d’exercices complémentaires en
kinésithérapie. Chez les patients à risque élevé, une approche plus intensive incluant des exercices et
la prise en compte des facteurs psychosociaux montre des résultats meilleurs que le traitement
habituel. Les approches stratifiées sont cliniquement et économiquement efficientes. Discussion et
conclusion Une approche stratifiée est cliniquement et économiquement justifiée chez des patients
souffrant de douleurs musculosquelettiques (sub)aigues. Seuls les patients à risque élevé nécessitent
une approche intensive, avec des thérapeutes correctement formés à la gestion des facteurs
psychosociaux de chronicisation.
Bibliographie
1. Nonclercq & Berquin, Ann Phys Rehabil Med. 2012;55:263-78. 2. Hill et al., Lancet. 2011;378:1560-71. 3. Murphy et al., Spine
2016;41:645-52. 4. Haldorsen et al., Pain 2002;95:49-63. 5. Linton et al., Am J Ind Med. 2002;41:433-42. 6. George et al., Spine
2003;28:2551-60 7. Gatchel et al., J Occup Rehabil. 2003;13:1-9. 8. Stapelfeldt et al., . BMC Musculoskelet Disord. 2011;12:112.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
245
Recherche Clinique
P-110 : Reproductibilité de l'efficacité et de la tolérance du vaccin dans la prévention du zona et de
ses complications en vie réelle
P. Tajfel(1), G.Gavazzi(2), C.Jolly(3), C.Pommier(4)
(1)La Douleur et le Patient Douloureux, Versailles, France(2)Université de Crenoble, Grenoble,(3)CHIC
Poissy - Saint-Germain, Poissy,(4)Hôpital Saint-Luc - Saint-Joseph, Lyon
Objectif: La prévalence du zona en France est estimée à une personne sur quatre (25%) au cours
d'une vie entière, avec 300 000 cas environ en France chaque année. 1 patient sur 3 de plus de 70
ans présentant un zona va souffrir de Névralgies Post-Zostériennes (NPZ). Au cours des études
cliniques d'enregistrement, le vaccin contre le zona a montré une réduction significative de
l’incidence du zona et des NPZ [1,2] ainsi qu'un bon profil de tolérance. Les données cliniques
montrent que le double objectif de la protection vaccinale contre le zona et les NPZ est atteint : le
vaccin diminue de moitié l'incidence du zona (51%) et réduit également de 67% la survenue des NPZ.
Ce vaccin est commercialisé aux Etats-Unis depuis 2006, permettant la réalisation d'études en vie
réelle. L'objectif de cette synthèse bibliographique est de faire le point sur l'efficacité du vaccin dans
les essais cliniques ainsi qu'en vie réelle. Méthodes: Recherche bibliographique Medline afin
d'analyser les données d'efficacité et de tolérance en vie réelle. Résultats Les données d'efficacité
du vaccin évaluées au cours du développement clinique ont été confirmées en vie réelle [3,4]. Les
résultats de réduction de l'incidence du zona et de ses complications douloureuses sont
superposables à ceux obtenus au cours de l'étude pivotale d'enregistrement. Le vaccin présente dans
les deux cas un bon profil de tolérance. Conclusion Le vaccin contre le zona a fait la preuve d'une
efficacité significative à réduire le fardeau du zona (1 cas sur 2) et de ses complications (2 cas sur 3
pour les NPZ et 3 cas sur 4 environ pour les formes sévères (score élevé de sévérité x durée des
douleurs). Compte tenu des données disponibles à ce jour, son profil de tolérance demeure
satisfaisant. Cette vaccination disponible en France depuis juin 2015 est inscrite au calendrier
vaccinal 2016 pour les patients de 65 à 74 ans révolus en routine, avec la possibilité de vacciner les
75 à 79 ans révolus jusqu'à la publication du prochain calendrier vaccinal. La reproductibilité des
données cliniques dans les conditions réelles d'utilisation du vaccin est une donnée pertinente en
termes de santé publique.
Bibliographie
1. Oxman MN et al. A Vaccine to Prevent Herpes Zoster and Postherpetic Neuralgia in older Adults. N Engl J Med 2005;352:2271-84. 2. RCP
Zostavax 3. Tseng HF et al, Herpes Zoster Vaccine in Older Adults and the Risk of Subsequent Herpes Zoster Disease. JAMA 2011 ; 305 : 160166 4. Langan SM, Smeeth L, Margolis DJ, Thomas SL. Herpes zoster vaccine effectiveness against incident herpes zoster and post-herpetic
neuralgia in an older US population: a cohort study. PLoS Med. 013;10(4):e1001420
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
246
Recherche Clinique
P-111 : La dystonie Dopa-sensible ou Maladie de Segawa : une cause rare de douleurs chroniques
chez l'enfant
R. Heyman*(1), H.Rauscent (1), F.Gaillard (1), M.Verin (2), I.Bonan (3)
(1)Service de MPR enfants - CHU Pontchaillou, Rennes cedex 9, France,(2)Service de Neurologie-CHU
Pontchaillou, Rennes,(3)Service de MPR adultes - CHU Pontchaillou, Rennes
Introduction : Les dystonies sont définies par des troubles de la motricité lors desquels surviennent
des contractions involontaires entraînant des mouvements répétitifs anormaux. La dystonie dopasensible est rare (1 à 5 pour 1 million) et méconnue chez l'enfant mais importante à repérer car facile
à traiter. Elle se manifeste souvent par un trouble de la démarche douloureux survenant en fin de
journée ou après un effort physique. Le diagnostic est souvent retardé. Il est parfois suspecté à tort
des troubles psychogènes étant donné la fluctuance des symptômes avec le plus souvent un examen
clinique normal au moment des consultations et des examens complémentaires normaux. Histoire d'
Anne, 14 ans, au moment du diagnostic: Début des symptômes à l'âge de 8 ans, avec survenue de
douleurs après un traumatisme en gymnastique du côté droit. Les douleurs sont décrites par la
patiente comme une « douleur localisée au membre inférieur gauche assez diffuse avec impression
de manque de force, fatigabilité ». Les symptômes surviennent en fin de journée avec amélioration
liée au sommeil. L'évolution dans le temps est marquée par l'émergence des symptômes de plus en
plus tôt dans la journée entraînant une impotence fonctionnelle totale et une douleur très
importante. Bilan paraclinique : 2 EMG normaux, dosage des CPK normal, analyse vidéo de la marche
normale. Examen clinique : On note une petite amyotrophie de la cuisse gauche, léger déficit sur les
releveurs du pied gauche. Pas de douleur spontanée. En fin de journée, on observe un mouvement
dystonique du pied gauche en varus équin à la marche associé à une douleur du mollet et du pied.
L'hypothèse d'une dystonie dopa-sensible est faite sur l'atteinte dystonique du membre inférieur
s'aggravant en cours de journée et s'améliorant avec le sommeil. Un traitement d'épreuve par
Levodopa (Sinemet 100 mg 1 le matin) est débuté avec un effet spectaculaire dès la 2ème prise avec
résolution complète des symptômes. Discussion-Conclusion : Cette histoire de douleur chronique
montre que le diagnostic de dystonie dopa-sensible est souvent retardé et fait après de nombreux
examens complémentaires parfois invasifs. La reprise de l'arbre généalogique permet souvent de
mettre en évidence l'existence de troubles de la marche douloureux ou autres manifestations
dystoniques dans la famille (transmission autosomique récessive ou dominante). L'anomalie
biochimique est une anomalie du coenzyme transformant la tyrosine en L-Dopa par mutation dans le
gène GCH-1. Une analyse génétique doit donc être réalisée pour confirmer ce diagnostic.
Bibliographie
- Dopa-Responsive Dystonia and gait analysis : A case study of levodopa therapeutic effects. Rebour R, Delporte L, Revol P. Brain Dev. 2015
Jun ;37(6):643-50. - Dopa-responsive dystonia. Segawa M. Handb Clin Neurol. 2011;100:539-57. - Misdiagnoses in children with doparesponsive dystonia. Jan MM. Pediatr Neurol. 2004 Oct;31(4):298-303.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
247
Recherche Clinique
P-112 : Prévalence des céphalées de tension chez les patients souffrant d'acouphènes subjectifs
consultant un ORL spécialisé. Etude réalisé dans le département de Loire Atlantique
C. Mathivat(1), J.Nizard(1)
(1)Université de Nantes, Nantes, France
Introduction : L’acouphène subjectif est un symptôme fréquent, de mécanisme complexe,
actuellement mal connu sur le plan clinique et physiopathologique. Il en est de même pour la
céphalée de tension, type de céphalée la plus répandue dans le monde. L’objectif principal de cette
étude est d’estimer la prévalence des céphalées de tension chez les patients souffrant d’acouphènes
subjectifs consultant un ORL spécialisé dans le département de Loire Atlantique. Matériel et
Méthodes : Il s’agit d’une étude quantitative, transversale, monocentrique réalisée sur 5 mois à
partir de questionnaires auto-administrés aux patients majeurs, atteints d’acouphènes subjectifs,
pendant une consultation ORL spécialisée. Résultats : 117 patients ont été inclus dans l’analyse. La
proportion de patients présentant des céphalées de tension chez les patients souffrant d’acouphènes
subjectifs était de 32% (IC95% 24% - 42%) selon les critères principaux de la classification
internationale. Conclusion : Les patients souffrant d’acouphènes subjectifs paraissent régulièrement
sujets aux céphalées et plus particulièrement aux céphalées de tension. Ils ressentent différemment
ces symptômes selon leur histoire de vie personnelle et environnementale. Réaliser ultérieurement
une étude française à plus grande échelle et à plus long terme permettrait de mieux détailler les
rapports entre les acouphènes subjectifs et les différents types de céphalées.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
248
Recherche Clinique
P-113 : EXPERIENCE D’UTILISATION DE LA CAPSAICINE EN PATCH CHEZ L’ENFANT
P. Le moine*(1), L.Fernandez(1), O.Danelon(1), B.Quinio(1)
(1)CHRU Brest, Brest, France
La capsaïcine en patch est commercialisée depuis plusieurs années avec une AMM restreinte aux
douleurs neuropathiques périphériques chez l’adulte non diabétique. Comme pour les autres
traitements des douleurs neuropathiques, il n’y a pas d’AMM chez l’enfant en France. Cependant des
enfants (personnes de moins de 18 ans) présentent des douleurs neuropathiques périphériques, et
lors des présentations en réunions du CETD, un traitement par capsaïcine est proposé. Nous avons
décidé de proposer le traitement par capsaïcine en patch à des enfants non diabétiques présentant
des douleurs neuropathiques périphériques, après validation de la décision en réunion du CETD.
L’environnement pédiatrique a été retenu pour la réalisation du traitement, et plusieurs infirmières
de l’hôpital de jour de pédiatrie de notre CHU ont été formées. Une consultation de suivi à un mois
était proposée. Les enfants pouvaient recevoir une à plusieurs cures selon la réponse. Pour l’année
2015, 13 cures ont été réalisées chez 6 patients de moins de 18 ans. Il s’agit de 2 garçons et 4 filles,
âgés de 12,1 à 16 ans (médiane 13,2). Ils ont reçu une à trois cures. Une enfant a été traitée deux fois
sur un site et une fois sur un autre site. Les indications étaient des douleurs neuropathiques liées 6
fois à des cicatrices chirurgicales, 1 fois à une cicatrice de nécrose cutanée. La tolérance a été le plus
souvent bonne avec une sensation de chaleur chez deux enfants, une sensation de brulure chez les 4
autres, durant quelques heures à 48H et bien calmée par la glace. Un enfant a eu des sensations de
brûlure intenses à la première pose sans besoin de diminuer le temps de pose. Pour les enfants à
pose multiple, la tolérance est similaire ou améliorée sur les poses ultérieures. L’enfant avec une
cicatrice post nécrose n’a eu aucun bénéfice au traitement. Les 5 autres enfants ont vu une
amélioration de l’intensité de la douleur, de la réponse à la piqure (filaments de Von Frey) et en
terme fonctionnel. Cette amélioration est durable. Un enfant a vu une disparition complète de
douleurs anciennes après une pose, et sans récidive à plus d’un an. Notre petite expérience montre
un intérêt du traitement par capsaïcine en patch chez des enfants non diabétiques présentant des
douleurs neuropathiques localisées secondaires à un acte chirurgical.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
249
Recherche Clinique
P-114 : Evaluation prospective de l’efficacité du Qutenza* dans les douleurs neuropathiques pelvipérinéales chez 60 patients
A. Levesque*(1), T.Riant(2), J.Labat(1), J.Rigaud(1)
(1)CHU de Nantes, Nantes, France(2)Centre Catherine de Sienne, Nantes
Introduction : Les algies pelvipérinéales ont souvent une expression neuropathique et peuvent
s’exprimer au niveau cutané dans quatre territoires bien différenciés (cf schéma). Le Qutenza* (patch
de capsaïcine à 8%) est un traitement topique des douleurs neuropathiques. L’objectif de notre
étude prospective a été d’évaluer l’utilisation du Qutenza* dans la prise en charge de patients
souffrant de névralgies pelvi-périnéales. Méthode : Soixante patients présentant des douleurs pelvipérinéales d’expression neuropathique ont reçu un traitement topique par patch de capsaïcine à
haute concentration. Les patients ont été évalués à 2 mois de la pose du Qutenza*. Le critère
principal d’évaluation était le PGI (Patient Global Improvement) avec 7 niveaux de réponse (1Énormément mieux, 2-Beaucoup mieux, 3-Un peu mieux, 4-Aucun changement, 5-Un peu empiré, 6Beaucoup empiré, 7-Énormément empiré). Les critères secondaires étaient le pourcentage
d’amélioration estimé par le patient, l’intensité douloureuse (EN) et la durée maximale en position
assise après 18h. Résultats : 35% des 60 patients inclus ont estimé être améliorés d’au moins 30%.
24% ont estimé être beaucoup mieux qu’avant (PGI ≤ 2) avec 58% d’amélioration en moyenne, une
baisse de 3,4/10 points sur l’EN et une durée maximale assise augmentée de 54 minutes. Parmi les
bons répondeurs, les patients souffrant de coccygodynies ont été le plus souvent soulagés avec 37%
de PGI ≤ 2 (n=7) et une amélioration de la douleur de 63% en moyenne. Conclusion : Ces résultats
ont mis en évidence l’intérêt du patch de capsaïcine à haute concentration (Qutenza*) dans la
stratégie de prise en charge des patients souffrant de névralgies pelvi-périnéales et en particulier en
cas de coccygodynies.
Bibliographie
Ploteau S, Labat JJ, Riant T, Levesque A, Robert R, Nizard J. New concepts on functional chronic pelvic and perineal pain: pathophysiology
and multidisciplinary management. Discov Med. 2015 Mar;19(104):185–192. Winter J, Bevan S, Campbell EA. Capsaicin and pain
mechanisms. Br J Anaesth. 1995;75(2):157–168. Jensen T, Høye K, Fricová J, Vanelderen P, Ernault E, Siciliano T, Marques S. Tolerability of
the capsaicin 8% patch following pretreatment with lidocaine or tramadol in patients with peripheral neuropathic pain: A multicentre,
randomized, assessor-blinded study. Eur J Pain Lond Engl. 2014;18(9):1240–1247.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
250
Recherche Clinique
P-115 : Incidence et impact du sentiment d’injustice perçue dans les syndromes douloureux
régionaux complexes
G. Martiné*(1), C.Wood(1), G.Espagne-dubreuilh(1), F.Henry(1), F.Henry(1), F.Henry(1), F.Henry(1),
M.Lemonnier(1), P.Bertin(1), P.Vergne-salle(1), P.Vergne-salle(1)
(1)CHRU LIMOGES - Centre de la Douleur Chronique - Rhumatologie, Limoges, France
Introduction : Le sentiment d’injustice existe depuis des siècles. Ces dernières années, plusieurs
équipes dont celle de Sullivan l’ont mis sur le devant de la scène. Un questionnaire sur le sentiment
d’injustice perçue (SIP) a été conçu et validé [1] pour une population de patients douloureux
chroniques. En consultation douleur chronique, nous rencontrons des patients avec un syndrome
douloureux régional complexe (SDRC) dont l’incidence est de 26.2 pour 100 000 personnes [2]. Afin
de mieux prendre en charge les situations complexes présentées par ces patients, nous avons
souhaité explorer chez eux l’incidence du SIP et sa corrélation avec d’autres facteurs de
chronicisation des douleurs (psychologiques et économiques). Matériel et méthodes : Réalisation
d’une étude prospective de février à juillet 2016, avec inclusion d’une vingtaine de patients âgés de
18 à 80 ans, présentant tous les critères de Harden et al.[3] du SDRC. Lors de la première
consultation, les patients remplissent quatre questionnaires portant sur leur qualité de vie, le modèle
peur-évitement, leurs statégies de coping face à la douleur et sur le sentiment d’injustice perçue. Les
données démographiques ainsi que leurs caractéristiques professionnelles sont également relevées.
Conclusion : Les inclusions ne sont pas terminées mais il ressort des premières exploitations de
données que le sentiment d’injustice perçue est très fréquent chez les patients avec des SDRC et
souvent corrélé à un accident du travail. Les principaux résultats seront présentés sur le poster.
Bibliographie
[1] Sullivan, M.J., Adams, H., Horan, S., Maher, D., Boland, D., Gross, R. (2008). The role of perceived injustice in the experience of chronic
pain and disability: Scale development and validation. J Occup Rehabil 18, 249–261. [2] de Mos M, de Bruijn AG, Huygen FJ, Dieleman JP,
Stricker BH, Sturkenboom MC. The incidence of complex regional pain syndrome: a population-based study. Pain. 2007 May;129(1-2):12-20.
Epub 2006 Nov 7. [3] HARDEN R. N., BRUEHL S., PEREZ R. S. G. M., BIRKLEIN F., MARINUS J., MAIHOFNER C., LUBENOW T., BUVANENDRAN
A., MACKEY S., GRACIOSA J., MOGILEVSKI M., RAMSDEN C., CHONT M., VATINE J.-J. « Validation of proposed diagnostic criteria (the
“Budapest Criteria”) for Complex Regional Pain Syndrome ». Pain. août 2010. Vol. 150, n°2, p. 268‑274.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
251
Recherche Clinique
P-116 : Douleur chronique médicalement inexpliquée de l'enfant et de l'adolescent : répétition de
traces précoces traumatiques dans l'attachement ?
A. Perrin*(1), L.Ouss(2)
(1)CHU SAINT-ETIENNE, Saint-etienne, France(2)Hopital Necker, Paris,
Les classifications nosographiques des douleurs médicalement inexpliquées chez l'enfant et
l'adolescent ont récemment changé dans le DSM 5 et font désormais partie des troubles avec
symptômes somatiques (Somatic Symptom Disorder). Ce changement de classification montre la
difficulté à comprendre un trouble qui concerne 2 à15% [ 1] des enfants et augmente avec l'âge. Les
facteurs influençant l'apparition de cette problématique sont encore peu compris[2]. Nous
proposons que ce problème spécifique de douleur puisse être en lien avec une ré-activation
d'expériences traumatiques ou douloureuses précoces, c'est à dire dans la période pré-verbale,
impliquant des formes d'attachement[3] et la qualité des réponses de soins apportées par
l'environnement à l'enfant. Les informations afférentes venant des voies sensori-motrices, activées
par des stimuli internes et/ou externes seraient enregistrées sous formes "d'états corporels" au
niveau des systèmes cognitivo-émotionnel et du substratum neuronal les sous-tendant. Ces états
corporels dépendent des expériences antérieures précoces, celles qui ont été traumatiques, pas ou
peu transformées. Dans certaines conditions, dépendant probablement des styles de "parentement"
et d'événements déclencheurs (événements internes comme la puberté ou événements externes à
forte valence émotionnelle pour le sujet), ces pré-représentations infiltreraient et "biaiseraient" le
traitement de situations actuelles. Notre recherche vise à mieux caractériser, dans le cadre d'une
étude observationnelle, multicentrique regroupant 3 centres de la douleur, les processus
somatiques, psychologiques et psychopathologiques ainsi qu'environnementaux susceptibles d'être
impliqués dans ce problème de douleur. Elle concerne une population de 40 enfants et adolescents
âgés de 7 à 17 ans et porte sur une évaluation : - somatique : bilan systématisé - psychologique :
évaluation cognitive, tests projectifs, modalités d'attachement des parents et de l'enfant ou
adolescent - psychopathologique : anxiété et dépression, troubles psychiatriques
(parents/enfant/ado) - de la qualité de vie, événements de vie, fonctionnement familial Nous
présentons les résultats de cette évaluation multidimensionnelle. L'implication thérapeutique est
majeure; elle permet d'orienter le processus thérapeutique de manière tri-focale - sur l'attachement,
le rapport du sujet à son corps et le fonctionnement psychique- et de proposer des dispositifs de
soins pour la transformation et l'intégration des vécus traumatiques restés en souffrance.
Bibliographie
[1] King et al 2011 The epidemiology of chronic pain in children and adolescents revisited : a sytematic review. Pain 2011; 152,2729-2738.
[2] Knook et al 2011 Psychiatric disorders in children and adolescents presenting with unexplained chronic pain: what is the prevalence and
clinical relevancy ? European Child & Adolescents Psychiatry, jan 2011; 20 (1), 39-48 [3] Koslowska K. 2009 Attachment relationships shape
pain signaling behavior. The Journal of Pain, vol 10, N°10, 2009, 1020-1028
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
252
Recherche Clinique
P-117 : Place de l'hypnose dans la prise en charge de 30 patients fibromyalgiques suivis à la
consultation de la douleur chronique à La Rochelle
G. De montgazon *(1), C.Bellamy(1), E.Bergeal(1)
(1)Ch La Rochelle , La rochelle , France
Objectif = Evaluer l'impact d'un travail en hypnose en groupe sur la symptomatologie et la qualité
de vie des patients fibromyalgiques. Patients et Méthode= Après un diagnostic posé par un
rhumatologue et répondant aux critères ACR 2010, les patients entre 18 et 75 ans sans pathologie
psychiatrique avérée, étaient reçus pour une évaluation de la douleur à l'aide d'un schéma et d'une
échelle numérique mesurant l'intensité moyenne de la douleur sur les 8 derniers jours. La qualité du
sommeil y était également renseignée par une échelle de Leeds ,le niveau d'anxiété et de
dépression par l'échelle HAD, la qualité de vie par un questionnaire SF-36.Chaque patient était invité
à fixer 1 ou 2 objectifs personnels à atteindre avec la thérapie. Les patients conservaient leur
traitement habituel .Après un entretien individuel avec la psychologue , l'outil hypnotique était
proposé sous forme de 3 séances successives par groupe de 4 personnes. A l'issue de ce protocole
chaque patient bénéficiait d'un rendez-vous en binôme médecin/psychologue et les différentes
échelles étaient à nouveau effectuées. On déterminait si les objectifs personnels avaient été atteints
et si les patients avaient pu observer un changement positif dans leur vie. Résultats = 33femmes et 3
hommes ont été inclus entre décembre 2013 et janvier 2016 , 6 ont abandonné .L'âge moyen était de
51.5 ans . La durée moyenne de prise en charge au sein des 9 groupes était de 5.4 mois . Dans cet
intervalle,l 'intensité moyenne de la douleur a diminué de 1.5 points (6.5 vs 5),les scores d'anxiété
sont passés de 12 à 10/21(état anxieux si>10/21), et de dépression de 7 à 6/21.Les scores de l'échelle
de Leeds ne se sont pas modifiés. Le score mental du SF-36 s'est amélioré(33 vs 48 p=0.0003), de
même que le score physique (43vs56 p<0.0001)(Un score élevé indique un meilleur état de santé). 18
patients avaient fixé 2 objectifs , 12 un seul .Pour 2/3 de ceux-ci il s'agissait d'améliorer des capacités
fonctionnelles et de diminuer la douleur.70% des objectifs étaient en cours d'être ou atteints en fin
de prise en charge .Les changements positifs étaient observés surtout pour leur état psychique et
relationnel. Ils ont apprécié le travail en groupe . Conclusion= L'hypnose a amélioré la qualité de vie
et répondu aux attentes de ces patients dont la prise en charge est souvent difficile.
Bibliographie
Picard, P,et al,Hypnosis for management of fibromyalgia, IntJClinExpHypn,2013.61(1):p111-23 Castel,A,et al,multicomponent cognitivebehavioral group therapy with hypnosis for the treatment of fobromyalgia: a long term outcome.J Pain ,2012 13(3):p.255-65
Jensen,MP,Hypnosis for chronic pain management :a new hope.Pain 2009.146(3) p 235-7
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
253
Recherche Clinique
P-118 : EVALUATION DES DOULEURS NOCICEPTIVES CHEZ PATIENTS AGES EN SOINS DE SUITE
REEDUCATION APRES CHIRURGIE DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR
H. Chekroud*(1), M.Julienne*(1), G.Polveche(2), A.Petit *(1), S.Leray(1)
(1)GHLH, service de soins de suite et de readaptation, Loos, France(2)Service de chirurgie
orthopédique Hopital Saint Vincent de Paul , Lille
Dans le cadre d’une étude réalisée auprès de 50 patients pris en soins en SSR, nous observons leur
parcours antalgique après intervention de l’appareil locomoteur. L’objectif est de mettre en évidence
une éventuelle corrélation entre la prescription d’antalgiques et le type d’intervention, d’analyser les
situations qui conduisent à la prescription d’antalgiques, de dégager un profil évolutif de la douleur
et permettre ainsi une adaptation du traitement antalgique. Alors que 100% des patients bénéficient
d’un traitement antalgique à leur entrée, 65% d’entre eux ressentent toujours une douleur, EVA >
30mm. 95%des patients admis dans l’étude ont quitté le service avec un score de douleur jugé
comme acceptable, EVA < 30mm. Alors que le niveau de prescription évolue peu, le score EVA se
modifie favorablement entre J8 et Jsortie. Une recrudescence des douleurs au 8ème jour est
observée pour quasiment chaque patient avec une plus forte intensité des douleurs ressenties en cas
d’interventions sur le genou; les interventions sur le membre inférieur sont plus douloureuses que
celles sur le membre supérieur. Cette tendance semble se confirmer au regard de l’augmentation du
nombre de prescriptions de co-antalgiques à cette même période. (14% à J8, 6% à J0) Cependant au
jour de sortie, 8% des patients opérés de la hanche ressentent encore des douleurs modérées à
fortes. La chirurgie orthopédique reste une chirurgie très douloureuse chez la personne âgée. Cette
importante prévalence de la douleur doit conduire à une politique de sensibilisation et de dépistage
précoce des situations à risques, afin d’éviter le passage à une douleur chronique difficile à
combattre une fois installée. Une bonne maîtrise des douleurs postopératoires permet une réduction
du temps d’hospitalisation, facteur favorable à une bonne réadaptation de la personne âgée dans
son environnement domestique habituel.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
254
Recherche Clinique
P-119 : Douleurs neuropathiques centrales chroniques. Enseignements d’un suivi de 5 ans par rTMS
C. Quesada*(1), B.Pommier(2), C.Boutet(3), C.Nuti(3), P.Convers(3), C.Créac'h(3), F.Vassal(3),
R.Peyron(3)
(1)Université jean Monnet, Saint-priest-en-jarez, France(2)Université Jean Monnet, Saintetienne,(3)CHU Saint-Etienne, Saint-etienne
La stimulation magnétique transcrânienne répétée (ou rTMS) se positionne comme une technique
alternative pour traiter les douleurs neuropathiques réfractaires aux traitements médicamenteux.
Elle se base sur la stimulation présumée électrique du cortex moteur primaire (M1) qui a démontré
son efficacité antalgique pour les douleurs neuropathiques avec des électrodes épidurales
implantées. Elle offre l’avantage d’être non-invasive et dénuée d’effet secondaire. Depuis plus de 5
ans nous pratiquons au CHU de Saint-Etienne la rTMS du cortex moteur primaire pour les patients
souffrant de douleurs neuropathiques centrales chroniques et en échec de traitement. Nous utilisons
une sonde double-coil (Magventure®) assistée d’un bras robotique (Adept®). Ceci nous permet un
positionnement optimal de la sonde (durant l’intégralité de la séance) sur la cible définie
préalablement par neuronavigation à partir des images IRM du patient. La stimulation comprend 20
trains de 80 stimulations avec une fréquence de 20Hz (soit 1600 pulses) à 80% du seuil moteur. Avec
plus de 1000 séances réalisées toutes les 3 semaines sur une cohorte de 70 patients (55.3 ans ±
13.11) avec un suivis au long cours nous apportons des informations nouvelles sur la survenue et le
maintien de l’effet antalgique chez ces patients: ·
Soulagement de la douleur ≥30% pour 60% des
patients, ·
Un effet cumulatif des premières séances sur l’intensité du soulagement et sur sa
durée, · Un effet antalgique qui perdure et se maintient pour les patients ayant 15 séances ou plus
avec un maximum de 66 séances (5 années) pour un soulagement moyen de 55,7% ±5,8 sur les 3
dernières séances. L’effet antalgique est obtenu sur le pourcentage de soulagement mais aussi sur le
sous-score NPSI dominant. Ce suivi en ouvert de patients traités sur le long terme montre donc
l’importance du cumul de premières séances pour que s'installe un effet antalgique. Il confirme aussi
que malgré le raffinement technique (neuronavigation et bras robotisé), 40% des patients
demeurent non soulagés après 4 séances. Ce type de procédure thérapeutique n’en reste pas moins
applicable à la pratique clinique courante avec des effets antalgiques maintenus dans le temps sur
une large population de patients en situation d’échec thérapeutiques.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
255
Recherche Clinique
P-120 : Une application numérique en musicothérapie pour réduire la douleur et l’anxiété avant
une coronographie. Focus sur les différences hommes-femmes.
S. Guétin*(1), L.Brun(2), J.Thayer(3), J.Koenig(3)
(1)Université Paris 5, René-Descartes, Inserm U1061, Paris, France(2)CHT de Nouméa,
Nouméa,(3)Ohio State University, Columbus
Introduction : MUSIC CARE est une application numérique en musicothérapie ayant déjà démontrée
son intérêt dans le prise en en charge de la douleur et de l’anxiété (1). La coronographie est un
examen médical anxiogène pouvant entrainer de la douleur.
Objectif : Evaluer l’effet de
l’application en musicothérapie MUSIC CARE sur la douleur et l’anxiété auprès de 35 patients (17
femmes) passant une coronographie. Méthode : Les participants choisissent leur séance en fonction
de leurs goûts musicaux avant l’examen sur l’application numérique MUSIC CARE (2). La technique de
musicothérapie de la séquence en U a été utilisée. Tous les patients évaluent leurs niveaux de
douleur et d’anxiété avant et après l’écoute de la séance musicale sur une Echelle Visuelle
Analogique (EVA). Ils complètent également un questionnaire de satisfaction sur l’utilisation de
l’application. Résultats : Une réduction significative de l’anxiété (t(33)=4.12, p<.0001) après l’écoute
de la séance musicale a été observée. Il n’y a pas de réduction significative de la douleur déclarée,
cependant, seul un petit nombre de participants ont reporté une douleur associée à l’examen. Il n’y
avait pas de différences significatives liées au genre. Femmes et hommes ont reporté une réduction
de l’anxiété après l’écoute de la séance musicale et une forte satisfaction quant à l’utilisation de
l’application MUSIC CARE. Conclusion : L’application numérique MUSIC CARE est un outil simple à
utiliser pour réduire l’anxiété chez les patients passant une coronographie. Une étude contrôlée à
plus grande échelle est nécessaire pour comparer son efficacité comparativement à d’autres
méthodes. Femmes et hommes ont tiré profit de l’utilisation de l’application.
Bibliographie
(1) Guétin S, Giniès P, Siou DK, et al. The effects of music intervention in the management of chronic pain: a single-blind, randomized,
controlled trial. Clin J Pain 2012 ; 28 : 329-37. (2) site internet: www.music-care.com
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
256
Recherche Clinique
P-121 : Soulagement de la douleur par la technique de stimulation corticale non-invasive à
domicile.
M. Curtet(1)
(1)Groupement Hospitalier Est, Bron, France
Muriel Curtet Nathalie André-Obadia, Cécile Trouba, Claire Bradley, Caroline Perchet, Luis GarciaLarrea But: En raison de sa simplicité et de son coût raisonnable, la stimulation transcrânienne à
courant direct (STCC) est particulièrement intéressante parmi les différentes techniques à choisir. Le
traitement est actuellement effectué en milieu hospitalier, où le patient reçoit généralement un
maximum de 5-10 séances répétées. Malheureusement, la répétition des sessions stimulantes
conduit à l'encombrement des services hospitaliers, tandis que la durée de traitement peut conduire
à l'administration de la dose insuffisante.
Méthodes: Le système (Starstim Home® de
Neuroelectrics®) comprend un capuchon d'électrode et stimulateur et un ordinateur portable équipé
du logiciel de stimulation, que le patient prend à la maison. Les données de base sur la douleur, la
fatigue, la qualité du sommeil sont collectées la 1ère semaine au moyen de formulaires, suivie d'une
semaine d'apprentissage au cours de laquelle le patient est formé par le personnel de l'hôpital à
utiliser le système autonome. Après un apprentissage réussi, le patient effectue ses 4 semaines de
stimulation à domicile tous les jours, chaque session (20 ') étant lancé et supervisé par
l'intermédiaire d'Internet par le personnel hospitalier. Le patient remplit un formulaire journalier
signalant les changements (douleur, fatigue, qualité du sommeil, prise de médicaments). Après 4
semaines, le patient rend le matériel et maintien des rapports sur un journal de la douleur pendant 5
semaines. Résultats: Dix patients ont suivi la procédure. Les difficultés rencontrées sont les suivantes
: Mauvaise connexion Internet, impédance d'électrode provoquée retard ou de saut de stimulation.
Deux patients se sont retirés après 3 semaines en raison de symptômes gastro-intestinaux
probablement sans rapport avec la STCC. Les deux patients ont connu un soulagement de la douleur
subjective avant le retrait, une diminution de la médication analgésique en cours et ont demandé à
répéter la procédure plusieurs mois plus tard. Conclusion: Le système s’est avéré être bien toléré et
techniquement robuste. Bien que l'échantillon soit certainement trop petit pour tirer des conclusions
sur l'efficacité, la majorité des patients se sont déclarés satisfaits. Les notes de qualité de vie et la
prise de médicaments sont apparues comme des marqueurs plus robustes d'efficacité que ne
l'étaient les échelles numériques d'intensité de la douleur. Ces résultats ouvrent la voie à un éventuel
système de prêt similaire à celui utilisé avec les appareils TENS.
Bibliographie
M.-A. Bruno Coma science group, Cyclotron research center and neurology department, university and university hospital of Liege, 8, allée
du 6-Août, B30, 4000 Liege (Sart-Tilman), Belgique
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
257
Recherche Clinique
P-122 : Sevrage morphinique sous ketamine en cure courte : intérêt à court et moyen terme
M. Almeida*(1), C.Rouzaud laborde(1), P.Calvet(1), A.Roussin(2), C.Lestrade(3), N.Cantagrel(3)
(1)Pôle Pharmacie- équipe pharmaceutique de pôle -CHU , Toulouse, France (2)Centre d’Evaluation
et d’Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance, Service de Pharmacologie Clinique,
CHU, Toulouse,(3)Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, Hôpital Pierre Paul Riquet,
CHU , Toulouse
Introduction : La prise prolongée et/ou des doses élevées de morphinique exposent les patients aux
risques d’hyperalgésie induite et d’addiction ou de mésusage [1-2]. L’intérêt de la kétamine chez les
patients douloureux chroniques est de contrecarrer l’hyperalgésie induite par les morphiniques et
d’utiliser son action antalgique via les récepteurs NMDA [3]. Cette étude rétrospective évalue
l’intérêt d’un protocole de sevrage par kétamine, à court et moyen terme et recherche une
corrélation entre le profil patient et les échecs du sevrage. Matériel et méthode : Les dossiers des
patients hospitalisés entre 2010 à 2015 pour un sevrage morphinique sous kétamine (titration IV de
0.15 à 0.45 mg /kg pour une EVA <3 avec relais IV en continue sur 24h de la dose titrée pendant 4
jours) ont été analysés. L’épargne morphinique obtenue à la sortie de l’hospitalisation, à 3 mois et 6
mois a été calculée. Les facteurs d’échecs (diminution des doses de morphinique < 30 % de la dose
initiale) ou de réussite ont été étudiés. Les valeurs quantitatives ont été comparées par un test de
Mann et Whitney, les proportions de patients par un Chi2 test ou un Fisher exact test selon les
effectifs. Résultats : 27 patients inclus : âge moyen 48 +/- 2.6 ans ; durée moyenne d’exposition aux
morphiniques : 39.5+/- 9.9 mois. Notre protocole kétamine permet une diminution significative des
doses de morphine (entrée vs sortie : 237.3+/- 31.9 mg vs 118,4 +/- 18,9 mg ; p <0.0001) avec une
épargne qui se maintient à 3 mois (53,6 %, p<0.0001) et à 6 mois (36,9%, p= 0.0002). Nous n’avons
pas trouvé de corrélation entre l’échec au sevrage et l'éloignement géographique (p=0.99), le suivi
spécialisé (p=0.66), le type de douleur (p=0.45), la raison du sevrage (p=0.19), ou la durée
d'exposition aux morphiniques (p=0.88). La proportion de succès est significativement plus grande
dans la tranche d’âge 40-60 ans indépendamment de la dose d'équivalent morphine et de la durée
d'exposition. Conclusion : La kétamine en cure courte permet de diminuer significativement et
rapidement les doses de morphine avec un maintien de l’épargne morphinique à 3 et 6 mois. Dans
notre étude, l’isolement géographique, le manque de suivi pluridisciplinaire, la raison du sevrage ou
la durée d’exposition aux morphiniques ne sont pas des causes d’échec du sevrage. L’âge au moment
de la réalisation du sevrage semble être un facteur déterminant de sa réussite.
Bibliographie
1. Dupen A, Shen D, Ersek M. Mecanisms of opioid-induced tolerance and hyperalgesia. Pain Manag Nurs 2007;8:113-21 2. Fishbain DA,
Cole B, Lewis J, Rosomoff HL, Rosomoff RS. What percentage of chronic nonmalignant pain patients exposed to chronic opioid analgesic
therapy develop abuse/addiction and /or aberrant drug-related behaviors ? A structured evidence-based review. Pain Medicine 2008;8: 444459 3. Mion G, Huetz F, Chazalon P, Giraud D, Siah S, Francon D. Propriétés analgésiques de la ketamine. Cah Anesthesiol 2005 ;53 (2)1-16
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
258
Recherche Clinique
P-123 : Infiltration intrapéritonéale pour l’analgésie post opératoire d’une chloécystectomie par
voie coelioscopique
K. Laajili*(1), I.Bannour(1), H.Touil(2), A.Ben lellahom(1), A.Kolsi(1), K.Moula(1)
(1)Service Anesthésie Réanimation. EPS Mahdia, Mahdia, Tunisia,(2)Service Chirurgie Maxillofaciale.
EPS Mahdia, Mahdia
Introduction : La cholécystectomie par voie laparoscopique est une intervention chirurgicale de
pratique courante. La douleur post opératoire est modérée à sévère surtout pendant les premières
24 – 48 heures. Elle nécessite une prise en charge optimale afin d’accélérer la réhabilitation post
opératoire. L’infiltration intrapéritonéale a montré son intérêt surtout lors de la chirurgie
laparoscopique gynécologique. L’objectif de notre étude est de montrer l’apport de l’infiltration
intrapéritonéale de la bupivacaine pour l’analgésie post opératoire d’une cholécystectomie par voie
laparoscopique. Matériels & Méthodes : Etude prospective randomisée menée pendant une durée
d’une année. Après information et consentement des patients on a réparti les malades en trois
groupes : Groupe 1 : Infiltration du site opératoire (lit vésiculaire et coupoles diaphragmatiques) et
des orifices de trocart par 20 ml de sérum physiologique Groupe 2 : Infiltration du site opératoire (lit
vésiculaire et coupoles diaphragmatiques) et des orifices de trocart par 20 ml de bupivacaine 0,5 %
Groupe 3 : Infiltration du site opératoire (lit vésiculaire et coupoles diaphragmatiques) et des orifices
de trocart par 20 ml d’une solution contenant 100 mg de bupivacaine 0,5 % et 8 mg de
dexaméthasone. Ont été recueillis les caractéristiques démographiques, la durée de l’anesthésie et
de la chirurgie, évaluation de la douleur par échelle visuelle analogique pendant les premières 24
heures, le délai de la première demande de paracétamol, dose totale de paracétamol pendant les
premières 24 heures. Nous avons calculé les fréquences et les pourcentages pour les variables
qualitatives, ainsi que les moyennes, les médianes et l’étendue des valeurs extrêmes pour les
variables quantitatives. Saisie des données faite par logiciel SPSS 21. Résultats : 52 patients ont été
inclus dans notre étude et répartis en trois groupes. Groupe 1 (17 patients), groupe 2 (18 patients) et
groupe 3 (17 patients). La durée de l’anesthésie et de la chirurgie sont similaires entres les trois
groupes. L’évaluation de la douleur en post opératoire par échelle visuelle analogique ainsi que le
délai de la première demande analgésique et la dose totale de paracétamol pendant les premières
24 heures ont présenté une différence significative entre les trois groupes. L’incidence des
évènements indésirables ainsi que la déambulation et la sortie du secteur hospitalier ont été
similaires entre les trois groupes. Conclusion : L’instillation de l’anesthésique local en intrapéritonéal
a montré son bénéfice permettant une meilleure analgésie post opératoire. L’adjonction de la
dexaméthasone a permis de renforcer cet apport.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
259
Recherche Clinique
P-124 : EVALUATION DE L’EFFICACITE DE LA RELAXATION PSYCHOMOTRICE EN MILIEU AQUATIQUE
(RPMA) A L’UNITE DOULEUR DU CENTRE HOSPITALIER DE SOISSONS
S. Law de lauriston*(1), L.Jammet(2), S.Fanti(1), A.Van der kouwe(1), B.Matta(1), F.Laroche(2)
(1)CH Soissons, Soissons, France(2)CHU Saint-Antoine, Paris
Rationnel La “Relaxation Psychomotrice en Milieu Aquatique”, (RPMA) est une méthode
thérapeutique innovante contribuant à améliorer la prise en charge du patient douloureux
chronique. Elle est utilisée depuis 2002 à l’Unité Douleur du CH de Soissons (De Lauriston & Matta,
2005). Il s’agit d’un suivi en groupe de 12 patients se déroulant en 6 séances, sur 2 temps de travail,
une partie en piscine et une autre en salle, pour le travail en groupe. La psychomotricienne combine
les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) à la RPMA. Les thérapies en milieu aquatique sont
utilisées notamment pour le traitement des douleurs chroniques post-opératoires associées, entre
autres, à des comportements douloureux (Hoffman et al, 2013 ; Dundar et al, 2009) Objectifs
Evaluer l’intérêt de la RPMA associée aux TCC chez des patients souffrant de douleurs chroniques sur
le retentissement affectif (QDSA), la dépressivité (HAD, BDI-13, CES-D), la qualité de vie (QIF) la
motivation (PSOCQ), le coping (CSQ), la peur de la douleur, l’activité professionnelle, physique et de
loisirs (FABQ, TSK, DALLAS, EIFEL). Patients et Méthodes : Etude prospective sur une cohorte de 127
patients douloureux chroniques ayant suivi 6 séances de RPMA (entre 2007 et 2012) à l’Unité
Douleur de Soissons. Les évaluations ont été effectuées à T0 et à T1, 3 mois après la RPMA.
Résultats : 127 patients, (hommes et femmes), âgées en moyenne de 49 ans. (Critères IASP 2002).
Les douleurs sont localisées au niveau lombaire, (47%) sacrum, coccyx et membres inférieurs (35%) ;
d’étiologie dégénérative (50%), psychogènes (17%) et idiopathiques (7.7%) entrainant des arrêts de
travail de 7 à 12 mois pour 34,62% d’entre eux. Après la RPMA, nous observons un pourcentage
d’amélioration, pour le soulagement de la douleur (53%), la relation avec les autres (51%), le
sommeil (50%), la capacité à marcher (49%) la qualité de vie (42%). De même une diminution de la
dépressivité (62,50%), de l’affect dépressif (54,55%), du retentissement affectif (52%). 94% des
patients ont repris le travail, le maintien dans l’emploi est conservé à 84% et 100% des patients sont
autonomes. Conclusion : Cette étude pilote concernant l’association de la RPMA et des TCC montre
des résultats favorables chez des patients douloureux chroniques. Il serait intéressant de les
confirmer par une étude prospective randomisée contrôlée. Une vidéo sur le déroulement des
séances est en cours de finalisation.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
260
Recherche Clinique
P-125 : une dégénérescence graisseuse des multifidus à l'IRM rend elle inefficace un programme de
gestion par activité progressive?
B. Leroy*(1), M.Beaulisch(2), E.Weerts(2), D.Koch(2), P.De angelis(2), S.Baccus(2), V.Husay(2)
(1)Sint Nikolaus Hospital Eupen, Liège, Belgium(2)CHR La Citadelle, Liège
Les programmes de gestion par activité progressive (PGAP) ont une efficacité dans la prise e charge
des lombalgies non spécifique. Un des objectifs poursuivis est de renforcer la musculature
paralombaire afin de mieux stabiliser la colonne. L'objectif de cette étude est d'observer l'impact
des 36 séances du PGAP sur les muscles érecteurs du rachis et les multifides. Un état de
dégénérescence graisseuse va-t-il évoluer ou rester statique? Méthodologie: Nous avons inclus les
patients se présentant au PGAP de l'hôpital de La Citadelle à Liège qui était muni d'une IRM lombaire.
Nous avons réaliser les évaluations classique ( EVA, Oswestry, Roland Morris Tampa Scale
Kinesiophobia, HADS.La force musculaire a été calculée par les machines Tergumed. Nous avons
calculé l'épaisseur des muscles et celle du tissu adipeux à l'aide de cliché IRM à l'étage L5. Seuls les
patients qui ont fait les 36 séances de PGAP, restaient inclus. Et nous leur avons demandé de
repasser une IRM à la fin des séances. Nous avons pris les mesures de l'épaisseur des muscles et des
tissus adipeux. Nous avons comparés les deux mesures. ris à la fin de celui-ci. Résultats: quatorze
patients ont été retenus. Au départ il y a une asymétrie initiale entre les épaisseurs de muscles de
part et d'autre de l'apophyse épineuse de L5. On constate que onze patients ont une augmentation
unilatérale ou bilatérale d l'épaisseur du tissu musculaire. Cette augmentation est en moyenne de
12,46%. AU contraire quatre patients ont une diminution de masse musculaire moyenne unilatérale
ou bilatérale de 9,36%. En ce qui concerne le tissu adipeux, neuf patients ont une diminution
moyenne de 19,18% de celui-ci uni- ou bilatéralement.Cinq patients ont vu leur masse graisseuse
augmente de 5,08% Nous avons fait une analyse statistique à l'aide du test non paramétrique de
Wilcoxon. Nous n'avons pas trouvé de différence significative de valeurs pour les épaisseurs des
tissus musculaires et adipeux avant et après le PGAP. Mais les patients ayant la plus grande mesure
de tissu adipeux avant le PGAP ont évolué de la même manière que les autres.Leur force musculaire
évoluait dans les mêmes proportions. L'EVAn l'Oswestry et le Roland Moris ont diminué dans les
mêmes proportions. La réponse a la question que nous nous posions serait qu'une dégénérescence
graisseuse importante n'est pas un facteur limitatif pour inclure u patient dans un PGAP.
Bibliographie
Anthony,J Mc Guiness K, Welch N, Coole J. and col: Fat quantification in MRI-defined lumbar muscles. Dublin City University 2014.
Beaudreuil j, Kone h, Lasbleiz S, Vicaut E et col.:Efficacité d'un programme de restauration fonctionnelle pour lombalgie chronique: étude
prospective sur un an. Revue du Rhumatisme(volume77)2010.pp291-295 Danneels R, Cagnie B, Crombez Gn Vanderstraeten G et col.:
Increased intramuscular fatty infiltration without differences inn lumbar muscle cross-sectional area of paravertebral musclesNScadinavian
Journal Medicine & Science in Sports ( 11), 2001,p 335-341 Wang Q, Zeng W: MRI assistent ofparaspinal muslces in paitents with acute and
chronic low back pain. The British Institute of Radiology. 2015 pp1-7
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
261
Recherche Clinique
P-126 : « PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CHEZ LES PATIENTS SOUS ANTIVITAMINES K »
A. Bayazid*(1), H.Fetati(2), H.Fetati(2), H.Toumi(2)
(1)Faculté de médecine de Sidi-Bel-Abbés, Sidi-bel-abbés, Algeria(2)EHU Oran , Oran
Introduction. L’intérêt clinique des antivitamines K (AVK) a largement été démontré dans de
nombreuses indications. Malheureusement, les AVK ne sont pas dépourvus d’inconvénients et de
risque d’hémorragie grave. L’iatrogénie induite par ces molécules représente un grand problème de
santé publique. Objectifs: Evaluer l’influence des antalgiques sur l’évolution de l’INR des patients
sous AVK (analyse des interactions médicamenteuses et des courbes d’évolution de l’INR);
Recommander aux cliniciens des antalgiques qui interférent le moins possible avec le traitement
AVK. Patients et méthode . Nous avons réalisé une étude rétrospective sur période s’étalant de
Février 2012 à Aout 2013 au service de pharmacovigilance de l’EHUO (unité de pharmacologie
clinique).La prescription des antalgiques a été analysée chez les patients sous AVK suivis à notre
niveau. L’influence de ces antalgiques sur l’évolution de l’INR consiste un volet important dans notre
travail. Résultats. Nous avons compté au total 195 patients, parmi lesquels 32 (soit 16,41% de la
population totale) avaient reçu un traitement antalgique. La fréquence des différentes catégories
d’antalgiques administrés était : Les antalgiques opioïdes forts : 0%; Les antalgiques opioïdes faibles
(Tramadol :21,87 %); Les antalgiques non opioïdes (AINS : 71,87% surtout indométacine : 68,75% et
Ibuprofène :3,12%), Paracétamol : 6,25 %, Salicylés (acide acétyl salicylique) :0 %. Nous avons
constaté que les courbes d’évolution des INR des patients sous AINS et tramadol était gravement
perturbées alors que ceci aurait pu étre éviter en les remplaçant par d’autres antalgiques qui
n’interférant pas avec les AVK. Conclusion. La prise en charge de la douleur chez les patients sous
AVK présente des particularités, vu leurs nombreuses interactions médicamenteuses avec les
antalgiques et leur influence sur l’évolution de l’INR, pouvant avoir des conséquences dramatiques
engageant le pronostic vital. En tant que telle, une attention particulière doit être portée à
l’utilisation des antalgiques chez ce type de patient.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
262
Recherche Clinique
P-127 : Enquête de pratique : Analgésie des traumatisés thoraciques dans une unité de
réanimation
K. Laajili*(1), I.Bannour(1), C.Amri(1), A.Kolsi(1), H.Touil(2), K.Moula(1), M.Nairi(1), W.Frigui(1)
(1)Service Anesthésie Réanimation. EPS Mahdia, Mahdia, Tunisia (2)Service Chirurgie Maxillo Faciale.
EPS Mahdia, Mahdia
Introduction : Le traumatisme thoracique est un problème de santé publique. Il intéresse surtout le
sujet jeune et s’intègre souvent dans le cadre de polytraumatisme. L’analgésie chez le traumatisé
thoracique est un volet thérapeutique très important de la prise en charge de ce patient. Elle permet
souvent d’éviter l’aggravation du tableau clinique et de diminuer la morbidité. L’objectif de notre
travail est d’évaluer la prise en charge analgésique des patients traumatisés thoraciques isolés
Matériels & Méthodes : Etude descriptive rétrospective menée pendant une durée de trois ans
(2013-2015). Ont été inclus les traumatisés thoraciques isolés admis dans notre unité de soins
intensifs. On a recueilli les données démographiques, les principaux mécanismes du traumatisme,
les bilans lésionnels, les différentes techniques d’analgésiques faites et l’évolution des patients. La
saisie des données faites par le logiciel SPSS 21. Nous avons calculé les fréquences et les
pourcentages pour les variables qualitatives, ainsi que les moyennes, les médianes et l’étendue des
valeurs extrêmes pour les variables quantitatives. Résultats : 75 patients ont été inclus dans notre
étude. L’âge moyen est 39 ans. Le sex ratio est 7,33. Un volet costal est présent chez 7 patients. Un
pneumothorax est présent chez 57 patients. Un drainage thoracique a été fait chez 38 patients. Les
principales techniques analgésiques faites sont les nébulisations de morphiniques (42 %), traitement
par péridurale thoracique (21 %), analgésie systémique chez la quasi-totalité des patients, recours à
la PCA morphine chez 3 patients. Le recours à la ventilation mécanique invasive a été montré chez 8
patients. Parmi ces 8 patients ayant nécessité la ventilation mécanique un seul patient a eu une
analgésie par péridurale thoracique. Conclusion : L’analgésie est un volet thérapeutique crucial de
la prise en charge du traumatisé Thoracique. Elle a montré son intérêt en réduisant la morbidité
permettant d’éviter au maximum le recours à la ventilation mécanique. Dans notre étude plusieurs
techniques d’analgésie ont été utilisés. L’analgésie péridurale considérée par la plupart des
recommandations comme le gold standard
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
263
Recherche Clinique
P-128 : Intérêt et limites du MEOPA en kinésithérapie lors du travail de gain d’amplitude sur des
genoux raides (résultats préliminaires) Auteurs : Sénard M., Verguier B., Gueyraud A ., Martinez J.,
Dabbadie T.
A. Gueyraud(1)
(1)CSSR LES GLAMOTS , Roullet saint estephe , France
Introduction Pour les patients opérés d’une articulation, la raideur articulaire est fréquente. Les
séances de mobilisations en kinésithérapie sont douloureuses et souvent mal vécues par le patient.
La raideur est aussi un facteur prédominant d’allongement de la durée d’hospitalisation en SSR.(1)
Objectifs Les objectifs de cette étude sont d’évaluer l’apport du MEOPA (gaz connu pour ses actions
anxiolytiques et analgésiantes rapides) sur la douleur pendant les séances de mobilisation du genou
et leur vécu par le patient. L’objectif secondaire est de quantifier le gain d’amplitude obtenu pendant
la mobilisation sous MEOPA puis à distance de cette séance. Matériel, patients et méthodes 84
séances de mobilisations passives sur genoux opérés et raides ont été réalisées sous MEOPA. Elles
concernent 31 patients. Réalisées sur prescription médicale, elles concernent des genoux opérés
pour lesquels l’évolution des amplitudes articulaires confirme une raideur malgré des ajustements du
traitement antalgique médicamenteux. Les séances sont précédées d’une information orale du
patient dont le consentement est indispensable. Les patients bénéficient le plus souvent de deux
temps de mobilisation passive par jour, sans et avec MEOPA. Aucune modification médicamenteuse
n’est effectuée entre ces séances. La douleur (EVA) et les amplitudes obtenues sont relevées avant,
pendant et à distance de la mobilisation par le même kinésithérapeute soit un total de 3 mesures
pour chaque séance. Le vécu par le patient et les éventuels effets indésirables sont également
recueillis à l’aide d’un questionnaire de pharmacovigilance. Résultats Dans cette étude, l’utilisation
du MEOPA ne permet pas d’éviter une augmentation moyenne de la douleur de 2,6/10 sur l’EVA. Par
contre, le vécu du patient est nettement amélioré lors des séances de mobilisation sous MEOPA. Les
séances sous MEOPA permettent un gain de 11,3° en moyenne en flexion de genou et de 5,3° en
extension. 42% de ces gains sont conservés lors des mobilisations sans MEOPA. Pour 5 patients, les
séances ont dû être interrompues du fait d’effets indésirables mineurs. Discussion, conclusion
L’utilisation du MEOPA lors des séances de kinésithérapie sur raideurs de genou semble efficace.
Malgré l’augmentation de l’EVA pendant la séance, le vécu par les patients est paradoxalement bon,
probablement du fait de l’effet anxiolytique du gaz et des progrès constatés. Ces résultats
préliminaires sur genou sont retrouvés sur d’autres articulations pour lesquelles des études sont en
cours. Ils nous amènent à proposer pour ces patients une prise en charge incluant 3 séances de 15
minutes de mobilisation passive sous MEOPA.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
264
Bibliographie
1.Utilisation du MEOPA en MPR adulte : du suivi annuel à l’évaluation des pratiques Petrilli, S. ; Nicolas, B. ; Durufle, A. ; Gallien, P. ;
Robineau, S. ; Le Meur, C. ; Autret, K. ; Cristina, M.-C. ; Debet, J. ; Houedakor, J. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine, October
2013, Vol.56, pp.e118-e118
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
265
Recherche Clinique
P-129 : Evaluation de l’impact d’un livret d’éducation thérapeutique à la prise en charge de la
douleur chez des patients atteints de cancer.
E. Kuhn*(1), J.Nizard(1)
(1)CHU Nantes, Nantes, France
Afin d'améliorer la prise en charge de la douleur chez des patients atteints d’un cancer, un livret
d’éducation thérapeutique « Mieux comprendre la douleur pour mieux la soulager » a été mis en
place en juillet 2012 au CHU de Nantes. Destiné aux patients avec une pathologie cancéreuse
recevant un traitement opioïde comprenant un traitement par du citrate de fentanyl pour des accès
douloureux paroxystiques, son objectif est d’expliquer aux patients leur traitement antalgique
prescrit afin de garantir une meilleure compréhension et une meilleure observance. De plus, il a pour
fonction de permettre d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur
douleur. Un questionnaire a été réalisé avec l’aide de l’unité transversale d’éducation thérapeutique
du CHU de Nantes dans le but d’évaluer la bonne compréhension de ce livret. Celui-ci comprend
quatre parties : douleur de fond, pics douloureux, effets secondaires, Accès Douloureux
Paroxystiques. Une dernière partie est consacrée à une évaluation globale du livret. Cette étude a
été menée en collaboration avec le CHU de Nantes, le CHD de la Roche sur Yon et le Centre
Hospitalier Bretagne-Atlantique de Vannes de Novembre 2014 à Septembre 2015. Les patients ont
bénéficié dans un premier temps de la remise du livret par le médecin référent et 7 à 10 jours plus
tard ils sont interrogés par téléphone. 18 patients ont reçu le livret, 15 ont pu être interrogés. Les
résultats ont montrés une bonne compréhension des patients des différents types de douleur :
douleur de fond, pic douloureux, accès douloureux paroxystiques et de la cinétique des traitements
antalgiques (délai et durée d’efficacité). Pour la gestion des accès douloureux paroxystiques, le
respect des doses prescrites et de l’intervalle entre deux prises s’avère plus difficile. Les effets
secondaires ressentis et attribués aux opioïdes ne constituent pas un frein à leur utilisation pour
100% des patients. La majorité des patients (11/15) rapporte par l’intermédiaire du livret une
meilleure compréhension de leur traitement, il a permis pour 12 d’entre eux de modifier leur
comportement vis-à-vis du traitement, enfin 73% (11/15) le recommanderaient à d’autres patients.
Bien que cette étude fut limitée par le faible nombre d’inclusions, elle souligne la place importante
de l’éducation thérapeutique dans la prise en charge de la douleur des patients et notamment des
accès douloureux paroxystiques.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
266
Recherche Clinique
P-130 : INTERET DU TEST ZULLIGER POUR L’EVALUATION PSYCHOLOGIQUE DU PATIENT
DOULOUREUX CHRONIQUE. D.SZEPIELAK , P.ASSOUNE
P. Assoune(1), D.Szepielak*(1)
(1)CETD CH VERSAILLES, Le chesnay, France
Dans les CETD, le psychologue a pour mission, l’évaluation, et l’accompagnement du Douloureux
chronique. 1 : Pour l’évaluation, en lien avec un psychiatre, il objective les différences : - patient
douloureux, - patient relevant de la psychiatrie, - patient atteint de troubles factices. Hormis
l’entretien clinique, plusieurs outils d’évaluation existent. Le plus efficace étant le test de Rorschach.
Il permet d’appréhender les défenses psychologiques , les souffrances et les fragilités du patient. Le
Rorschach n’est cependant pas adapté aux patients douloureux à cause d’: - une passation longue. une correction chronophage. - un vécu de la passation parfois difficile. Certains patients ne pouvant
pas rester en position assise, le Rorschach ne convient guère. Le Zulliger, test de type Rorschach,
offre une alternative. Constitué de trois planches, il ne malmène pas les patients. Ce test a été
proposé à plus de 500 patients douloureux, sans jamais un refus, La méthode, appliquée, Exner, a
été éprouvée au CETD de Versailles. 2 : Pour l’accompagnement, le Zulliger est un outil
complémentaire en psychothérapie. - les patients aiment parler de la passation. - ils évoquent les
expériences pénibles, dans un climat apaisé. - ils sont plus réceptifs aux suggestions pour le suivi, et
pour les médicaments. C’est un support diagnostic et thérapeutique qui mérite d’être utilisé plus
souvent chez les patients douloureux chroniques .
Bibliographie
ANDRONIKOF, A. (2008). Le Rorschach et les techniques projectives. EMC. Paris : Elsevier Masson SAS, Psychiatrie 37-150-A-10. EXNER, J.E.
(1974). The Rorschach, a comprehensive system, Wiley-Interscience. IONESCU, S. (2011). Traité de résilience assistée. PUF. MARTY, P.
(2001). La psychosomatique en 1981. Revue française de psychosomatique. 1 n°19 : 161-171. MATTLAR, C-E., al. (1990). Methodological
issues associated with the application of the compréhensive system when analysing the Zulliger, and the structural ressemblance between
the Zulliger and the Rorschach. . British Journal of Projective Psychology. Vol 35 n°2 : 17-27. ZULLIGER, H. (1957). Le test Z collectif – test de
type Rorschach pour l’exploration psychologique du groupe. Traduction française : Der diapositiv-Z-Test Ein Formdeutverfahren zur
psychologischen Untersuchung von Gruppen. Hans Huber et Berne et Stuttgart, 2ème éd 1962. ZULLIGER, H. (1962). Der zulliger-tafelntest. Hans Huber Bern und Stuttgart.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
267
Recherche Clinique
P-131 : OBJECTIVER LA PLAINTE COGNITIVE CHEZ LES PATIENTS DOULOUREUX CHRONIQUES
C. Michel-dhaine(1), V.Orsoni(1), J.Poindessous*(1), M.Basta(1)
(1)CHI Meulan Les Mureaux, Meulan, France
La plainte cognitive chez les patients douloureux chroniques est récurrente mais peu évaluée par
manque de collaboration entre les professionnels de la douleur et les psychologues spécialisés en
neuropsychologie. Nous avons voulu évaluer la plainte cognitive de ces patients par des tests
neuropsychologiques validés nous permettant d’objectiver cette plainte, d’en connaître la nature et
d’en mesurer l’intensité Une série de 13 patients douloureux chroniques (douleur > 3 mois) ayant
une plainte de troubles cognitifs ont été inclus dans cette étude prospective observationnelle. Une
série de tests significatifs et validés par la littérature ont été utilisés pour prouver et évaluer la
présence de troubles cognitifs. Ils explorent respectivement la mémoire de travail : par l’ Indice de
Mémoire de Travail (IMT) de la WAIS IV, la vitesse de traitement : par l’Indice de Vitesse de
Traitement (IVT) de la WAIS IV l’attention : par la PASAT modifiée, auditif, les aspects de contrôle
inhibiteur : par le STOOP TEST, la flexibilité mentale : par le TMT B et le BRIXTON Les résultats ont
été répertoriés et analysés statistiquement. Plaintes les plus fréquentes : - Troubles de la mémoire Affects dépressifs - Difficultés de concentration - Difficultés à accomplir les tâches quotidiennes Défaut d’encodage - Mobilisation attentionnelle peu efficace Aspects Cognitifs mis en évidence par
les tests (1-6) : - Déficit de l’attention - Déficit de la mémoire de travail - Déficit des fonctions
exécutives : flexibilité mentale et inhibition cognitive Aspects Psychologiques mis en évidence par
l’échelle BDI : - Anxiété et dépression (BDI + chez 12 patients) Les troubles cognitifs sont corrélés aux
changements neurophysiologiques qui s’opèrent chez les douloureux chroniques et qui interfèrent
avec le contrôle attentionnel et les processus mnésiques et exécutifs. Notre étude met en évidence
que tous les patients douloureux chroniques avec une plainte cognitive ont : • Des
dysfonctionnements cognitifs avérés et mesurés par les tests • Une dépression d’intensité légère à
modérée. L’impact sur les performances cognitives est multifactoriel et le poids des différences
interindividuelles face à la confrontation de la douleur est important. Ils représentent autant de
facteurs qui vont favoriser le passage à la chronicité. Une prise en charge pluridisciplinaire avec
remédiation cognitive permettrait de renforcer l'estime de soi et la faculté à développer des
stratégies pour contourner les troubles mis en évidence. L’objectif final serait de contribuer à limiter
le passage à la chronicité.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
268
Recherche Clinique
P-132 : « Antalgie interventionnelle » : évaluation de la réalisation et l'efficacité des techniques
proposées en RCP
T. Marchal*(1), H.Rousselot(1), N.Cretineau(1)
(1)Institut de Cancérologie de Lorraine, Vandœuvre-lès-nancy, France
Introduction Malgré les progrès récents de la médecine, la douleur chronique reste en cancérologie
un véritable défi, où des thérapeutiques antalgiques interventionnelles prennent leur sens. C'est
dans ce but qu'ont été mises en place les Web-Conférences nationales bimensuelles : des situations
de douleur chronique rebelles sont exposées à un groupe d’experts au cours d'une RCP. A ce jour, il
n'existe pas de données concernant le suivi de ces malades, pour lesquels seul le praticien évalue le
résultat de l'intervention sur la douleur et de son impact sur la qualité de vie du patient. Objectifs
L'objectif principal est d'évaluer les délais de mise en place des décisions prises en RCP. Les objectifs
secondaires sont de recenser les freins à la réalisation d'une intervention, les difficultés rencontrées
dans l'organisation de la prise en charge et les éventuelles complications. On évaluera également
l’impact de l’intervention sur le plan clinique et sur le plan thérapeutique. Méthodes Il s’agit d’une
étude observationnelle, prospective, multicentrique (CETD : Saint Etienne, Nancy, Paris, Bordeaux).
Le support de l'étude repose sur la fiche RCP, puis sur des questionnaires de suivi remplis par le
médecin référent du patient lors de l’inclusion, et au cours du suivi à 3 et 6 mois. Le critère de
jugement principal est le temps écoulé entre la RCP et la date à laquelle le patient a commencé à
bénéficier de l’intervention. L'impact clinique sera évalué par des items sur le sommeil, l'état
général, la qualité de vie. L'intensité de la douleur sera cotée par une échelle numérique. Les
traitements seront évalués par recueil de l'Equivalent Morphinique Oral. La présence des effets
secondaires sera tracée par un item spécifique et le recueil des types d'effets secondaires se fera
dans un item à texte libre. Discussion Les résultats de l'étude permettront une description précise
des pratiques actuelles et envisage une étude comparative. L'étude est actuellement en cours et
l'analyse descriptive de la population incluse pourra être présentée.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
269
Recherche Clinique
P-133 : ANALGÉSIE INTRATHÉCALE À L’INSTITUT CURIE ET DOULEURS CANCEREUSES REBELLES A
PROPOS DE 44 CAS
A. Ghimouz*(1), O.Brenet(1), K.Abdelhafidh(1), S.Astruc(1), P.Vourc'h(1), P.Goater(1)
(1)Institut Curie, Paris, France
Introduction La pathologie cancéreuse est à l’origine de douleurs chroniques dans 60% des cas. Elles
sont rebelles dans 15%. L’analgésie intrathécale (IT) permet le contrôle des douleurs rebelles dans
75% au repos et 50% à l’effort [1]. Matériel et méthode De 2011 à 2016, nous avons traité 44
patients. Ces patients ont bénéficié d’une pose d’un cathéter IT relié à une chambre sous-cutanée de
type Portacath sous AG. Après la phase de titration, certains patients ont bénéficié de la pose d’une
pompe IT sous AG, les autres ont continué à être traités à l’aide d’une pompe externe en raison de
fortes doses. Le mélange antalgique comprenait la Ropivacaïne, la Morphine, et le Ziconotide.
Résultats La phase de titration a été deux semaines. Neuf patients (21%) ont obtenu un soulagement
total avec une reprise d’activité quasi-normale. 25 patients (56%) ont obtenu un bon soulagement de
la douleur sans reprise d’activité. Parmi eux, 14 patients (31%) ont pu arrêter les antalgiques par voie
systémique. Chez les 11 autres patients (25%), les antalgiques ont été poursuivis. Dans 8 cas (19%)
aucun bénéfice antalgique n’a été obtenu. Les doses IT du mélange antalgique en début de
traitement et en fin de vie sont mentionnées au tableau 1. Nous avons eu 2 surdosages, 3 syndromes
de sevrage, 7 problèmes techniques, 2 méningites. La durée de survie moyenne a été de 187 j
(tableau 2). Discussion et conclusion L’analgésie IT est une solutions pour soulager les douleurs
cancéreuses rebelles. Elle a permis un bon soulagement dans 80% des cas. Les complications ont été
résolues sans problèmes. Nous avons déposé deux dispositifs pour infection locale. Les 2 méningites
ont été traitées sans dépose du cathéter IT en raison du stade avancé du cancer. Les patients étaient
déjà sous de très fortes doses de morphine (tableau 3) lors de la pose du KT IT en comparaison à la
littérature [1,2]. Ceci rend le soulagement difficile à obtenir. Dans notre série, le recours à cette
technique est tardif. Mélange intrathécal.
Ropivacaïne mg/j
Morphine mg/j
Ziconotide µg/j Début
10
4
0,2 Après 1 semaine TRT
27
13
0,7 Fin de vie
37
24
1,5 Durée de survie Etudes
TJ Smith
RL
Rauck
Institut Curie Patients
202
119
44 Survie
moyenne
167 jours
187 jours Morphine orale lors de la pose du
KT IT Etudes
TJ Smith
RL Rauck
Institut Curie Equivalent morphine
orale 250 mg/jour
106,5 mg/jour
621 mg/jour
1. TJ Smith. J Clin Oncol. 2002 Oct 1;20(19):4040-9 2. RL Rauck. J Pain. 2003 Oct;4(8):441-7
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
270
Recherche Clinique
P-134 : Place de l’hypnose dans l’activité d’une consultation douleur chronique pédiatrique
C. Bevis*(1), A.Ribraut(1), M.Pierre(1), F.Bernard(1)
(1)Hopital lapeyronie, CHU Montpellier, Montpellier
Le but de ce travail est de préciser la place de l’hypnose au sein des « consultations douleur »
réalisées dans le cadre de la prise en charge des douleurs chroniques ou répétées de l’enfant et de
l’adolescent. Ces consultations spécialisées sont une des activités du Centre d’Evaluation et de
Traitement des douleurs Chroniques de l’Enfant et de l’Adolescent du CHU de Montpellier (Hôpital
Lapeyronie). Elles ont vocation de proposer une approche globale, pluridisciplinaire mais aussi
adaptée à chaque cas particulier dans le cadre de la gestion de la douleur chronique de l’enfant. De
par sa persistance dans le temps, la douleur chronique est susceptible d'affecter considérablement le
comportement et le bien-être de l’enfant. L’action antalgique de l’hypnose est parfaitement
reconnue et cette activité est quotidienne dans notre pratique pédiatrique. Elle est intégrée dans la
pratique des médecins pédiatres mais également des puéricultrices du service, tous formés aux
techniques d’hypnose. L’hypnose est un mode de communication privilégié avec soi-même et avec
les autres. Elle permet d’activer la perception des sensations et l’imaginaire de l’enfant. Nous
proposons une introduction précoce de l’hypno analgésie dans le parcours de l’enfant douloureux
chronique, si l’indication est posée, ainsi qu’un apprentissage de l’autohypnose afin qu’il puisse
avancer sur son chemin d’autonomie. Les enfants (et leurs parents) sont très à l’aise avec cette
approche et nous constatons les effets bénéfiques de cette technique même si les autres méthodes
antalgiques (médicamenteuse et non médicamenteuses) sont toujours proposées. Afin d’améliorer
la perception de cette technique en pédiatrie, nous souhaitons faire part de notre expérience de
l’hypnose dans le cadre d’une consultation douleur chronique. Nous nous interrogeons dans ce
travail sur les indications, la réalisation pratique des séances d’hypnose, les suggestions utilisées
(endroit de sécurité, imagerie, métaphores, gant magique, rêves…), leur efficacité et leur place dans
des pathologies aussi diverses que les céphalées, les douleurs abdominales, les douleurs ostéo
articulaires, les douleurs neuropathiques…
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
271
Recherche Clinique
P-135 : Epidémiologie des facteurs de risque de chronicité
A. Berquin(1), E.Ricciulli(1), M.Chabot(1), A.Steayaert(1), B.Le polain(1), V.Duveiller(1)
(1)Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgium
Le poids personnel et sociétal, ainsi que la relative irréversibilité des syndromes douloureux
chroniques, sont bien documentés. Ils justifieraient une approche préventive secondaire (éviter
qu’une douleur aiguë devienne persistante) ou tertiaire (limiter les conséquences fonctionnelles et
émotionnelles d’une douleur persistante). Afin d’estimer les ressources nécessaires à la mise en
œuvre de stratégies de prévention, il est nécessaire de connaître la prévalence de patients à risque
élevé dans la population de patients se présentant en consultation. Cependant, il n’existe à notre
connaissance que peu d’informations à ce sujet. Ce nombre est vraisemblablement élevé. En effet,
dans le cas de la rachialgie(sub)-aiguë, nous avons précédemment observé que seulement 40% des
patients présentaient un risque faible de chronicité, alors que 34% avaient un risque modéré et 26%
un risque élevé [1]. Pour mieux préciser ces chiffres, une enquête épidémiologique a été menée,
avec l’accord du comité d’éthique hospitalo-facultaire local, dans trois services des Cliniques
Universitaires UCL St Luc (Médecine Physique et Réadaptation, Orthopédie et consultations préopératoires) et chez quatre médecins généralistes travaillant dans les environs. Un questionnaire a
été distribué pendant quatre semaines consécutives à tous les patients se présentant en consultation
dans les services mentionnés ci-dessus. Il comprenait, outre quelques éléments démographiques, la
version française du questionnaire Orebro Musculoskeletal Pain Screening Questionnaire (OMPSQ)
[2], qui évalue la présence de « yellow flags », ou facteurs de risque psychosociaux de chronicité. Les
résultats, en cours d’analyse, seront présentés au congrès.
Bibliographie
1. Nonclercq O., Berquin A. Predicting chronicity in acute back pain: validation of a French translation of the Örebro Musculoskeletal Pain
Screening Questionnaire. Ann Phys Rehabil Med, 2012;55,263-278. 2. Linton SJ, Halldén K. Risk factors and the natural course of acute and
recurrent musculoskeletal pain: developing a screening instrument. In: Jensen TS, Turner JA, Wiesenfeld-Hallin Z, ed, Proc. 8th World
Congress on pain. Progress in pain research and management, vol. 8. Seattle : IASP press ; 1997. p. 527-535.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
272
Recherche Clinique
P-136 : Le tramadol comme adjuvant à la bupivacaine lors du TAP Bloc pour l’analgésie post
opératoire d’une appendicectomie
K. Laajili*(1), I.Bannour(1), H.Touil(2), K.Moula(1), A.Brahim(1), W.Frigui(1), A.Kolsi(1)
(1)Service Anesthésie Réanimation. EPS Mahdia, Mahdia, Tunisia,(2)Service Chirurgie Maxillo faciale.
EPS Mahdia, Mahdia
Introduction : L’appendicectomie par voie de Mac Burney est une intervention source de douleur
sévère pendant les premières 24 – 48 heures. Le transverse abdominis plane block est un bloc
analgésique permettant de la paroi abdominale permettant l’analgésie de la paroi abdominale.
Plusieurs adjuvants ont été utilisés pour améliorer la qualité de l’analgésie par le TAP bloc. Le
tramadol a été utilisé comme adjuvant et a montré un intérêt dans plusieurs situations. L’objectif de
notre étude est de démontrer l’apport du tramadol comme adjuvant à la bupivacaine lors du TAP
bloc fait pour l’analgésie post appendicectomie. Matériels & Méthodes : Il s’agit d’un essai
randomisé contrôlé mené pendant une période de 6 mois. Après consentement et information des
patients proposés pour appendicectomie par voie classique de Mac Burney ont été inclus dans notre
étude et répartis en deux groupes : Groupe 1 : TAP Bloc fait par une solution contenant 100 mg de
bupivacaine 0,5 % isobare et 100 mg de tramadol Groupe 2 : TAP Bloc fait par une solution contenant
100 mg de bupivacaine 0,5 % isobare Après recueil des données on a comparé entre les deux
groupes concernant les caractéristiques démographiques, évaluation de la douleur post opératoire
au repos et à l’effort pendant les premières 24 heures, consommation totale de paracétamol
pendant les premières 24 heures. L’analyse statistique faite par logiciel SPSS 21 avec une différence
considérée significative si p < 0,05. Résultats : 42 patients ont été inclus dans notre étude et
randomisés entre les deux groupes. Les caractéristiques démographiques ont été similaires entre les
deux groupes. La douleur au repos et à l’effort a été moindre dans le groupe 1 par rapport au groupe
2. Egalement la consommation journalière de paracétamol pendant les premières 24 h a été moindre
dans le groupe 1 (0,80 g) par rapport au groupe 2 (1,8 g). Ces différences ont été significatives. La
déambulation ainsi que le séjour hospitalier sont similaires entre les deux groupes. Conclusion : Le
TAP bloc a montré son apport analgésique en post appendicectomie. Le tramadol comme adjuvant a
renforcé la qualité de l’analgésie procuré par le TAP Bloc.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
273
Recherche Clinique
P-137 : Efficacité et tolérance de la kétamine en perfusion dans les douleurs chroniques non
cancéreuses de l’enfant
P. Le moine(1), S.Le penn*(1), J.Ropars(1), S.Brochard(1)
(1)CHRU Brest, Brest, France
Introduction : La douleur chronique de l’enfant est fréquente et souvent associée à de lourdes
conséquences fonctionnelles, sociales et psychologiques. La kétamine est utilisée à dose subanesthésique dans la douleur chronique de l’adulte. Il n’y a pas de recommandation pour son
utilisation chez l’enfant. L’objectif de l’étude était d’évaluer l’efficacité immédiate, sur l’intensité
douloureuse, des perfusions de kétamine dans la douleur chronique de l’enfant, et d’en évaluer leur
tolérance. Méthodes : Une étude comparative de type « avant/après » a été réalisée. Les enfants
recevaient 4 jours de perfusion continue de kétamine (une cure). L’intensité de la douleur de fond et
des accès par l’échelle numérique, le score DN4 ainsi que la survenue d’éventuels effets indésirables
étaient recueillis pendant la cure. On évaluait en consultation de suivi à un mois les intensités de la
douleur ainsi que l’évolution du retentissement fonctionnel par le score FDI. Résultats : Au décours
des 24 mois de l’étude, 19 premières cures de kétamine ont été analysées. En fin de cure, la
moyenne des intensités diminuait significativement de 33% (p=0,0008) pour la douleur de fond et de
35% (p<0,05) pour les accès douloureux. La composante neuropathique de la douleur diminuait
significativement de 10 % en fin de cure et à distance (p<0,05). Il n’a pas été mis en évidence de
diminution significative du score FDI. Les évènements indésirables étaient le plus souvent mineurs,
jamais majeurs ni sévères. Leur incidence était de 0,19 évènement indésirable par jour et par patient.
Il s’agissait le plus souvent de céphalées. Il n’a pas été retrouvé de facteur prédictif d’efficacité des
cures. Les enfants ayant des douleurs depuis plus de 13 mois avaient tendance à être plus améliorés
que ceux à symptomatologie plus récente. Conclusion : L’étude suggère que l’utilisation de perfusion
de kétamine dans la douleur chronique apporte un bénéfice à court terme, avec une bonne
tolérance.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
274
Recherche Clinique
P-138 : Intérêt de la mesure de la conductance au chlore dans la neuropathie induite par
l’oxaliplatine
F. Coudore(1), M.Andriamamonjy*(1), J.Delmotte(1), H.Beaussier(1), M.Cherifi(1), N.Baba-hamed(1),
E.Raymond(1), M.D'ussel(1)
(1)Fondation Hopital Paris Saint Joseph, Paris, France
Cette étude prospective et monocentrique dont le promoteur est le Groupe Hospitalier Paris Saint
Joseph a été initiée dans le but d’évaluer la neuropathie chronique induite à l’oxaliplatine en utilisant
un dispositif déjà validé dans l’exploration de la neuropathie diabétique (ID RCB : 2015-A01995-44)
(CPP IDF2 : 11/04/2016). Dans cette étude, à ce jour seuls 6 patients traités par oxaliplatine ont été
inclus après la sixième cure, pour mesurer de manière non invasive la conductance aux ions chlore du
tissu cutané au niveau de la paume de la main et de la plante du pied (Sudoscan®, Impeto Medical).
La sensibilité thermique, seuil de détection et de douleur, est mesurée avec un appareil Thermotest®
(Somedic). Les premiers résultats montrent une absence de modification de la conductance aux ions
chlore au cycle six ce qui pourrait être associé à : i) une absence de douleur perçue par les patients
(questionnaire NPSI et Thermotest®), ii) un retard d’apparition du dysfonctionnement sudoral, iii) un
effectif insuffisant de notre étude à ce jour. Par ailleurs, la mesure des différents seuils thermiques
met en évidence une différence statistiquement significative en termes de seuils de détection au
froid et au chaud montrant ainsi le développement d’une hypoesthésie chez ces patients. Les
résultats statistiques de l’étude de corrélation montrent un lien significatif entre conductances et
seuils de détection au froid (pied) montrant un probable début d’atteinte des petites fibres
nerveuses de type C au niveau distal.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
275
Recherche Clinique
P-139 : Evaluation de l'efficacité d'un protocole de délivrance anticipée d'antalgiques de paliers 1
et 3 par l'infirmier d'organisation de l'accueil dans un service d'urgences adulte
M. D'ussel*(1),
H.Beaussier(1)
L.Giaume(1),
F.Coudoré(1),
J.Delmotte(1),
O.Ganansia(1),
A.Coutaux(1),
(1)Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, Paris, France
Malgré l’existence de recommandations pour optimiser sa prise en charge [1], la douleur reste sousestimée et insuffisamment traitée en médecine d’urgence [2] [3] [4], où elle est parmi les motifs les plus
fréquents de consultation (60 à 85%) [5]. Afin de soulager rapidement et efficacement nos patients des
Urgences Adultes, nous avons créé un nouveau protocole de délivrance anticipée d’antalgiques par
l’infirmier(e) d’organisation de l’accueil. Celui-ci peut désormais administrer, hors contre-indications,
selon l’intensité douloureuse évaluée par l’échelle numérique (EN) ou l’échelle Algoplus®, un traitement
oral par paracétamol et/ou oxycodone. Auparavant, il ne proposait que du paracétamol quelle que soit
l’intensité douloureuse. Nous avons voulu évaluer l’efficacité et la sécurité de ce protocole. Les
infirmier(e)s mesuraient l’intensité douloureuse à l’arrivée du patient, puis toutes les heures ainsi que
l’apparition d’effets indésirables. Nous avons distribué à la sortie des urgences un questionnaire mesurant
la satisfaction du patient, son intensité douloureuse, la survenue d’effets indésirables, et le souvenir qu’il
avait de sa douleur à l’arrivée. Nous avons collecté ces données chez les patients consultant avant la
création du protocole (phase 0), puis après sa mise en place (phase 1). 360 patients ont été inclus
pendant la phase 0 et 312 patients pendant la phase 1. Aucune différence statistiquement significative n’a
été mesurée entre les deux phases sur l’intensité de la douleur à l’arrivée et à la sortie, sur l’évolution de
la douleur au cours de la prise en charge, sur l’efficacité du traitement ressentie par le patient et sa
satisfaction. Aucun effet indésirable n’a été rapporté avec le nouveau protocole. La seule différence
statistiquement significative concerne chez les patients les plus douloureux (EN>4), le souvenir de la
douleur initiale avec la mise en place du nouveau protocole. Des biais liés à l’organisation du service, à la
dose d’oxycodone délivrée (5 mg), et l’évaluation par l’échelle numérique pourraient expliquer l’absence
de différence statistiquement significative. Bien que cette étude ne nous ait pas permis de prouver une
efficacité supérieure du nouveau protocole, le ressenti des soignants et des manipulateurs radio du
service est une meilleure prise en charge de la douleur patients en toute sécurité. Nous avons donc
décidé de maintenir ce protocole, en formant les médecins aux risques de mésusage de l’oxycodone.
Bibliographie
1. Ricard-Hibon A, Chollet C, Saada S, Loridant B, Marty J. A quality control program for acute pain management in out-of-hospital critical
care medicine. Ann Emerg Med. 4 Dec 1999. 2. Rupp T, Delaney KA. Inadequate analgesia in emergency medicine. Ann Emerg Med. 43 Avril
2004 3. Milojevic K, Cantineau J., Simon L, Bataille S, Ruiz R, Coudert B, et al. Article original: Douleur aiguë intense en médecine d’urgence.
Les clefs d’une analgésie efficace. Sev Acute Pain Emerg Med Keys Analg Effic Engl. 1 Janv 2001 4. Galinski M, Ruscev M, Gonzalez G, Kavas
J, Ameur L, Biens D, et al. Prevalence and management of acute pain in prehospital emergency medicine. Prehospital Emerg Care Off J Natl
Assoc EMS Physicians Natl Assoc State EMS Dir. 14 Sept 2010 5. Chang HY, Daubresse M, Kruszewski SP, et al. Prevalence and treatment of
pain in EDs in the United States, 2000 to 2010. Am J Emerg Med 2014;32(5):421–31 .
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
276
Recherche Clinique
P-140 : L’espace para-vertébral, un laissé-pour-compte ?
J. Pellat*(1), E.Vassort(1)
(1)Groupe Hospitalier Mutualiste, Grenoble, France
bral (EP) est situé de part et d’autre des vertèbres. Il est limité en dedans par le corps, le disque et le
foramen vertébral. La plèvre pariétale limite sa partie antérolatérale, le processus transverse ainsi que le
ligament costovertébral supérieur sa partie postérieure. Il contient de la graisse, les nerfs spinaux, les
rameaux communicants, la chaîne sympathique antérieure et les vaisseaux intercostaux [1]. La littérature
est relativement pauvre quant à l’utilisation de l’analgésie paravertébrale (AP) en douleur chronique
cancéreuse ou bénigne [2]. La stimulation de l’EP par dispositif implanté a été évoquée pour des douleurs
post-chirurgicales thoraciques [3]. Nous rapportons le cas de deux patients ayant bénéficié de techniques
d’AP respectivement par stimulation (douleur chronique neurogène non cancéreuse) et cathéter relié à
un PAC (douleur cancéreuse) : Monsieur J consultait depuis plusieurs années pour une douleur chronique
neurologique en lien avec un probable étirement du plexus brachial post-traumatique occasionnant des
douleurs localisées principalement au niveau de la partie postérieure de l’épaule droite. Une stimulation
médullaire a été tentée mais il n’était pas possible d’induire des paresthésies bienveillantes au niveau du
territoire douloureux. Nous avons pris le partie durant l’intervention de mettre en place l’électrode dans
l’EP droit (au niveau C8-D1) permettant un ressenti dans plus de 80% du territoire douloureux et un
soulagement supérieur à 50% persistant à 3 ans. Monsieur S souffrait d’un cancer pulmonaire avec une
tumeur de la gouttière costo-vertébrale gauche de T5 à T8 avec envahissement foraminal et contrainte
médullaire. Le syndrome tumoral s’étendait vers l’avant et infiltrait la gouttière controlatérale sans
envahissement canalaire. Le patient rapportait des douleurs neurogènes (DN4 à 7/10) de niveau
intercostal T5-T6 paroxystiques plusieurs fois par jour. Les EVA maximales étaient évaluées à 90/100 mm
et ce malgré l’optimisation du traitement médicamenteux par l’équipe douleur spécialisée. Nous avons
mis en place sous radioscopie et opacification un cathéter paravertébral droit dont l’extrémité a été
placée en T6 avec injection de cortivazole (1 ampoule) diluée dans 10 ML de Ropivacaine 2 MG/ML. Le
cathéter a été tunnelisé et raccordé à un PAC sous-cutané pour permettre des infiltrations ultérieures.
L’évolution a été marquée à J15 par une diminution significative des morphiniques (40%) et des EVA
moyennes (20/100 mm). Conclusion : L’AP représente une option thérapeutique intéressante
probablement sous-utilisée en pratique. Les techniques qui ciblent l’EP nous semblent intéressantes dans
certaines situations comme celles détaillées dans ces deux cas cliniques.
Bibliographie
1. De Cosmo G, Aceto P, Gualtieri E, Congedo. Analgesia in thoracic surgery : review. Minerva Anestesiol 2009 ; 75:393–400 2. Pellat JM, D.
Baylot, N. Beziaud, H. Rousselot, F.-G. Barral, E. Vassort, M. Navez, I. Krakowski. Douleurs thoraciques par envahissement pariétal
néoplasique : stratégies thérapeutiques. Douleur analg 2015. DOI 10.1007/s11724-015-0418-z 3. Dominic Hegarty, MB, FCA RSCI, and
Teodor Goroszeniuk, MB, FRCA. Peripheral Nerve Stimulation of the Thoracic Paravertebral Plexus for Chronic Neuropathic Pain. Pain
Physician May/june 2011 ; 14:295-300
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
277
Recherche Clinique
P-141 : Pneumatocèle intracrânienne chez un patient bénéficiant d'une analgésie intrathécale par
pompe spinale implantée: analyse d'incident et recommandations de bonne pratique
P. Delpy*(1), P.Brillaxis(2), A.Sevilla(3)
(1)Centre Hospitalier de la Côte Basque - Département de neurochirugie, Bayonne, France(2)Centre
Hospitalier de la Côte Basque - Unité Mobile de Soins Palliatifs, Bayonne,(3)Centre Hospitalier de la
Côte Basque - Service d'Oncologie médicale, Bayonne,
Observation Patient âgé de 65 ans, porteur d'un carcinome rénal à cellules claires, en cours
d'immunothérapie par Nivolumab, avec métastase costo-pleurale à l'origine de douleurs pariétales
rebelles persistant après radiothérapie focale. Porteur depuis 5 mois d'une pompe spinale implantée
pour analgésie intrathécale SYNCHROMED II, dont le cathéter distal remonte en C2. Elle permet
l'administration quotidienne de Chlorhydrate de morphine 10 mg + Ropivacaïne 78,5 mg +
Ziconotide 7 µg en mode continu simple. Les remplissages sont hebdomadaires, réalisés en
ambulatoire, en conditions d'asepsie chirurgicale. Devant une symptomatologie transitoire associant
céphalées et acouphènes, un examen TDM cérébral objective la présence de bulles gazeuses au
niveau de la citerne péri-pontique. La télémétrie indique que la date d'alarme est dépassée de 24
heures. Lors de la vidange, l'opérateur constate un retour quasi-exclusif de gaz. La symptomatologie
est spontanément résolutive. Le contrôle de l'analgésie persiste, sans augmentation de posologie. Le
contrôle TDM à J3 objective la disparition des bulles, et ne retrouve pas d'image gazeuse au niveau
des espaces sous-arachnoïdiens spinaux ou du cathéter spinal. L'examen bactériologique du reliquat
de la pompe demeure stérile. La relecture d'une TDM crânio-encéphalique à 3 mois de l'implantation
ne retrouve pas de pneumatocèle. Discussion Il n'y a pas dans cette observation d'arguments pour
une complication septique, un dysfonctionnement de la pompe ou du cathéter, ou une fistule de LSC.
La pneumatocèle est probablement rapportable à l'infusion d'air à partir d'une pompe quasiment
vide. Lors du remplissage d'une pompe intrathécale, le retour de bulles en fin de vidange est
fréquent. L'air est probablement introduit lors des remplissages – et plus particulièrement en fin de
vidange si la dépression crée est forte. Nous n'avons pas relevé d'incident similaire relaté dans la
littérature concernant la chimiothérapie intra-thécale par pompe implantée. Toutefois, le caractère
fugace des troubles et leur résolution spontanée peuvent rendre compte d'une sous-estimation de sa
fréquence. Conclusions L'analyse de cet incident nous amène à compléter les règles de bonne
pratique: - Respect scrupuleux des dates d'alarme. - Au besoin, augmentation du volume d'alarme
(patient peu compliant, disponibilité de l'équipe en charge des remplissages). - Veiller à l'étanchéité
du kit de remplissage – notamment de la connexion seringue-cathéter qui n'est pas vissée. - Eviter
une trop forte dépression en fin de vidange, susceptible de favoriser l'aspiration d'air au niveau des
raccords. - Devant toute symptomatologie évocatrice, la réalisation systématique d'une TDM en
urgence permettrait d'apprécier la fréquence réelle de cet incident.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
278
Bibliographie
1- Prager J1, Deer T, Levy R, Bruel B, Buchser E, Caraway D, Cousins M, Jacobs M, McGlothlen G, Rauck R, Staats P, Stearns L. "Best practices
for intrathecal drug delivery for pain" Neuromodulation 2014 Jun;17(4):354-72 2014 2- Francesco Motta, Clara E. Antonello "Analysis of
complications in 430 consecutive pediatric patients treated with intrathecal baclofen therapy: 14-years experience" J Neurosurg pediatrics
13:301-306, 2014
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
279
Recherche Clinique
P-142 : Ostéopathe et céphalées chroniques. Pourquoi consulte-t-on ? Etude qualitative avec
interviews semi-guidées de 14 patients.
T. Matthew*(1), C.Ferre(1)
(1)libéral, Rezé, France
Objectifs : 47% de la population adulte connaît au moins une céphalée par an [1]. De 62 à 73% des
patients souffrants de céphalées ont recours à des thérapies complémentaires [2] dont
l’ostéopathie. Par ailleurs, 20% des motifs de consultation dans les cabinets d’ostéopathes
concernent les céphalées [3]. Il semble intéressant d’analyser cet engouement, nous proposons pour
ce faire, une étude qualitative rétrospective, par interviews semi-guidées. L’analyse a principalement
porté sur les motivations, les avis et les ressentis des patients sur leur prise en charge par
ostéopathie. Matériel et méthodes : 14 patients céphalalgiques consultants chez 2 ostéopathes
exclusifs différents ont été recrutés. Ils avaient entre 11 et 55 ans, étaient céphalalgiques depuis 8.4
ans en moyenne (de 1 à 20) et étaient suivi depuis 2.3 ans en moyenne (0.75 à 4). Le nombre moyen
de consultation par patient dans cet intervalle était de 4.75 pour ce motif (de 3 à 15). Tous les
patients décrivaient un retentissement majeur de leurs douleurs dans leur vie quotidienne. Les
entretiens étaient enregistrés, retranscrits pour validation par le patient, puis codés et analysés.
Nous avons pu mettre à jour des tendances nettes. Résultats : 10 interviews ont été analysées. 4
patients ont été exclus ou perdu de vue. Pour 90% des patients (N=9), l’orientation vers l’ostéopathie
s’est faite sur le conseil d’un proche, seul 1 patient était référé par son médecin. Pour 50% l’aspect
non médicamenteux était recherché. 30% des patients ne tiraient pas de bénéfice de leur traitement
médicamenteux. Tous ont reçu une approche "crânienne", sans ressenti particulier au cours de leurs
consultations. En revanche, 80% (N=8) ont ressenti une fatigue (de modérée à extrême) dans les 48h
qui ont suivi et 1 a déclenché une migraine à la suite de la consultation. Les 10 patients sont satisfaits
de cette approche et le recommandent à leurs amis ou familles.
Bibliographie
[1] : Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 2012. Céphalées. Aide-mémoire n°227. (Octobre). [2] : Kristoffersen E.S. et al., 2013. « Selfreported efficacy of complementary and alternative medicine : the Akershus of chronic headache ». J. Headache Pain. n°14 (1) (Avril) : 14-36
[3] : GOsC, 2001 Snapshot Survey Results, BDI, Décembre 2001.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
280
Recherche Clinique
P-143 : Adolescents douloureux chroniques déscolarisés: caractéristiques étiologiques
A. Tonelli*(1), C.Bellessort(1)
(1)Clinique Edouard Rist, Paris, France
Le service de médecine interne pour adolescents de la Clinique Rist accueille des adolescents
douloureux chroniques déscolarisés dans le cadre d’un projet soins études axé sur l’évaluation et le
traitement de la douleur et la reprise de la scolarité. Les auteurs ont analysé cent dossiers
d’adolescents hospitalisés depuis septembre 2011 et se sont intéressés aux étiologies de leurs
douleurs. Cette population, âgée de 11 à 21 ans, compte 63% de filles. Sur cent patients:
Cinquante et un ont un bilan somatique normal: céphalées chroniques quotidiennes, migraines (36),
syndrome douloureux musculosquelettique d’étiologie inexpliquée (15) .
Quarante neuf ont des
anomalies du bilan somatique:
Syndrome douloureux musculaire et /ou articulaire (15):
Arthrites (4),douleur rachidienne post arthrodèse dans le cadre d’une maladie de Marfan
(2),Syndrome d’Elher Danlos (2), maladie de Fabry (1), cytopathie mitochondriale (1), chez un patient
opéré d’une malformation d’Arnold Chiari (1) , dans les suites d’un syndrome de Guillain Barré
(1),ostéogénèse imparfaite (1),douleur myofasciale (1),avec syndrome inflammatoire non étiqueté
(1)
Syndrome douloureux régional complexe de type 1: (12)
Céphalées chroniques
quotidiennes ,migraines (7): dans les suites d’une pathologie hématologique ou cancéreuse (4),
insuffisance rénale (2) dont un cas ayant abouti à en hémodialyse ,post PRESS syndrome survenu
dans les suites d’une transplantation cardiaque dans un tableau de cytopathie mitochondriale (1)
Douleurs post chirurgicales ( 6 ): neuroblastome pelvien (1), hématome péridural (1),malformation
veinolymphatique (1), iléostomie dans le cadre d’une occlusion intestinale (2), mucocèle frontoethmoidale (1)
Douleurs abdominales (5) : dans les suites d’une leucémie (1),dans le cadre
d’une drépanocytose associée à un abus médicamenteux (2) , d’une maladie de Crohn (1), d’une
myopathie de Béthléem (1)
Syndromes douloureux avec composante neuropathique (4):
Syringomyèlie (2),suite de lésion articulaire et séquelles de brûlures de 55% de la surface corporelle
(1), neuropathie sensitive (1) Parmi ces patients, sept poursuivront leur projet soins études dans un
établissement psychiatrique. Chez six patients, un syndrome de Munchausen par procuration est
suspecté (dont un avéré).Chez trois patientes, l'hospitalisation a permis la révélation de violences
sexuelles subies dans l'enfance. Dans l’expérience des auteurs, le projet soins études diffère peu
selon la présence ou non d’anomalies du bilan somatique (importance du stress dans le
déclenchement des douleurs). Le nombre élevé d’anomalies du bilan somatique s’explique par un
biais de recrutement, de même que les deux tiers de filles (migraines).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
281
Recherche Clinique
P-144 : Le Syndrome d’hypermobilité articulaire/ Syndrome d’Ehler Danlos de type hypermobile
(JHS/EDS-HT) : une longue et difficile route des patients vers la reconnaissance. Réflexion à propos
d’un cas.
A. Ribraut*(1), C.Bevis(1), M.Pierre(1), F.Bernard(1)
(1) hôpital Lapeyronie, CHU de Montpellier, Montpellier
Les difficultés nosologiques du Syndrome d’hypermobilité articulaire/ Syndrome d’Ehler Danlos de
type hypermobile (JHS/EDS-HT) ne rendent compte que très partiellement de tous les problèmes que
les patients atteints par ce syndrome peuvent rencontrer, à la fois dans leur reconnaissance (« être
cru ») que dans la qualité de leur prise en charge. L’absence de test génétique ou moléculaire
spécifique, l’extrême variabilité inter et intra familiale et le manque général de consensus dans les
critères de diagnostic compliquent l’identification des patients. Les patients et leur famille ont à faire
face à des praticiens peu (in)formés, à un nombre impressionnant de consultations auprès de
différents spécialistes et de demandes d’examens complémentaires nombreux et peu informatifs.
Beaucoup d’entre eux s’entendent souvent dire que leurs symptômes relèvent du «
psychosomatique » et ne sont pas crus dans leur souffrance quotidienne. Leur trajectoire et leur vécu
(douleurs aigues et chroniques, peur du mouvement, anxiété…) sont longs et éprouvants et peuvent
conduire à une perte de confiance voire à la colère ou à des initiatives ou des comportements
personnels parfois déroutants. Nous souhaitons faire partager l’histoire et la difficile route du
diagnostic vers la prise en charge d’une patiente de 14 ans présentant des manifestations cliniques
compatibles avec un JHS/EDS-HT. L’objectif est de dire et de partager une histoire et un
environnement douloureux, afin de sensibiliser les professionnels sur ce syndrome. Les attentes de
cette patiente envers les soignants seront également détaillées. Beaucoup de ces patients en savent
plus sur leur pathologie que les médecins qui les soignent. Mieux comprendre peut permettre
d’améliorer la relation patient-professionnel. Le partage de l’expérience du vécu de ces patients et
de leurs familles peut peut-être leur permettre de trouver enfin une place autorisant leur
reconnaissance, leur écoute et l’accueil qu’ils souhaitent et méritent.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
282
3- Recherche Fondamentale
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
283
Recherche fondamentale
P-145 : Le protoxyde d’azote réduit durablement la douleur neuropathique et la
neuroinflammation spinale chez le rat
C. Mallet*(1), E.Chapuy(1), Y.Aissouni(1), J.Barbier(1), A.Milet(2), G.Farjot(2), B.Bessière(2),
A.Eschalier(1)
(1)INSERM U1107 Neuro-Dol, Clermont Université, Université d’Auvergne, Clermont-ferrand, France,
(2)Air Liquide Santé International, Centre de Recherche PARIS-SACLAY, Jouy-en-josas
Les traitements antalgiques usuels ne sont que très peu efficaces et/ou présentent des effets
indésirables importants pour traiter les douleurs neuropathiques. Une étude pré-clinique sur un
modèle de douleur neuropathique chez le rat a montré qu’une exposition des animaux au protoxyde
d’azote (N2O) induit un effet analgésique durant l’exposition au gaz mais aussi de manière
intéressante, un effet retardé antalgique les jours suivants cette exposition [1]. L’objectif de cette
étude est : (1) de confirmer l’effet antalgique retardé du N2O sur un modèle animal de douleur
neuropathique et (2) d’étudier l’impact de celui-ci sur la neuroinflammation spinale. Des rats
présentant une douleur neuropathique induite par ligature du nerf sciatique ont été exposés à un
mélange N2O-O2 (50/50%) ou à un mélange contrôle N2-O2 (50-50%) pendant 1h15. La sensibilité
thermique des animaux a été évaluée avant et 14 jours après la chirurgie en mesurant la latence de
retrait de la patte ipsilatérale après immersion de celle-ci dans un bain chaud (46°C) ou froid (10°C).
Par la suite, les animaux ont été exposés aux différents gaz et leur la sensibilité thermique a été à
nouveau évaluée au cours des 3 jours suivant cette exposition. Afin d’étudier l’état de
neuroinflammation spinale, la corne dorsale d’un autre lot d’animaux soumis au même protocole a
été prélevée le 2ème jour post-exposition afin de mesurer : (1) l’activation microgliale, (2) les taux
d’IL-1β, TNFα, BDNF, (3) l’activation de la voie NFκB et (4) la phosphorylation de la sous-unité NR2B
du récepteur NMDA. Alors qu’aucun effet n’est retrouvé sur l’hypersensibilité thermique induite par
la ligature du nerf sciatique parmi les contrôles, une diminution de celle-ci a été constatée aux 1er et
2ème jours après exposition pour le stimulus chaud et au 2ème jour pour le stimulus froid. De plus,
comparativement aux animaux contrôles, l’effet antalgique de l’exposition à 50% N2O s’accompagne
d’une réduction de l’activation microgliale, d’une diminution des taux d’IL-1β, TNFα, BDNF, d’une
réduction de la transcription de la sous unité p65 du facteur de transcription NFκB, ainsi que d’une
diminution de la phosphorylation de la sous-unité NR2B. L’ensemble de ces résultats suggèrent
qu’une unique exposition au N2O dans un modèle animal de neuropathie traumatique mène à une
réduction de la neuroinflammation spinale induite dans ce modèle, ce qui pourrait contribuer à
l’effet antalgique durable de celui-ci. Ainsi, cette étude met en lumière une nouvelle utilisation
thérapeutique du N2O pour soulager les douleurs neuropathiques.
Bibliographie
[1] Bessière B, Laboureyras E, Chateauraynaud J, Laulin JP, Simmonnet G. A single nitrous oxide (N2O) exposure leads to persistent
alleviation of neuropathic pain in rats. The Journal of Pain, 2010, 11(1):13-23.
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
284
Recherche fondamentale
P-146 : Facteurs psychologiques, cognitifs et les influences contextuelles dans la douleur et la
souffrance liée à la douleur
S. Bustan*(1), A.Gonzalez-roldan(2), C.Christoph schommer(3), S. kamping(4), M.Löffler(4), M.
brunner(4), H. flor(4), F. anton(5)
(1)INSERM U-987, CHU «Physiopathologie et pharmacologie clinique de la douleur» Hôpital Ambroise
Paré, 92100 Boulogne-Billancourt, France, boulogne-billancourt, France(2)Institut de recherche sur
les sciences de la santé (IUNICS), Université des Îles Baléares, Espagne, espagne,(3)ILIAS Laboratoire,
Département d'informatique et de communication, FSTC, Université du Luxembourg, Luxembourg,
Luxembourg,(4)Département de neurosciences cognitives et clinique, Institut central de santé
mentale, Faculté de médecine de Mannheim, Université de Heidelberg, Mannheim, Allemagne,
Allemagne(5)Institut pour la santé et le comportement, FLSHASE / INSIDE, Université du Luxembourg,
Luxembourg, Luxembourg.
Objectif : Une étude réalisée chez le volontaire sain suggère que l’évaluation de la douleur doit aller
au-delà de la mesure de l'intensité et du désagrément en ajoutant la mesure de la souffrance liée à la
douleur [1]. Sur la base de cette approche tri-dimensionnelle, la présente étude avait pour but
d’identifier les facteurs qui déterminent l'expression de la douleur et souffrance, révélant quels
individus sont plus enclins à souffrir. Méthodes Vingt-quatre volontaires sains (âge: 18-33) ont
réalisé quatre sessions expérimentales : stimulations douloureuses tonique et phasique avec ou sans
réflexes acoustiques (startle). Les participants ont rempli des questionnaires liés à la douleur (peur,
anxiété, humeur) et ont répondu à un entretien structuré relatif à leur expérience subjective de la
douleur et la souffrance pendant l'expérimentation. Nous avons ensuite appliqué deux modèles
d'arbre de décision pour identifier les variables (sélectionnées à partir des questionnaires
mentionnées et des descripteurs des entretiens) qui ont fourni une caractérisation qualitative du
degré d'Intensité, Désagrément et Souffrance et évalué l'impact respectif des influences
contextuelles. Résultats 1/ Le premier modèle d’arbre décisionnel montre que l'évaluation des trois
dimensions de la douleur a été principalement déterminée par des construits psychologiques stables.
La précision globale de classification a été de 75% pour l'Intensité, 77% pour Désagrément et 78%
pour la Souffrance. L'expression de la Souffrance a été associée à la peur de la douleur et aux
stratégies de « coping » actives, l'Intensité de la douleur avec la compétence du corps (force et
résistance physique) et le Désagrément avec la peur de la douleur et le catastrophisme. 2/ Le
deuxième modèle d'arbre de décision a révélé que la souffrance ne dépend pas uniquement la
douleur, mais que le processus complexe de prise de décisions pour évaluer la douleur peut
néanmoins être modulé par des facteurs situationnels (contexte, réactions émotionnels et cognitifs).
Conclusion Ces résultats fournissent une classification des facteurs ayant le poids le plus important
sur l'évaluation de chaque dimension de la douleur. Ils montrent également que la probabilité
d'exprimer la souffrance est principalement associée à la peur de la douleur pour la douleur phasique
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
285
moins prononcée et avec les stratégies de « coping » actives pour la douleur tonique plus
prononcée. Ce résultat suggère que les individus manifestant les meilleures stratégies de « coping »
souffriraient moins malgré une douleur accrue tandis que ceux craignant la douleur souffriraient
même si la douleur est basse.
Bibliographie
Bustan, S., Gonzalez‐Roldan, A. M., Kamping, S., Brunner, M., Löffler, M., Flor, H., & Anton, F. (2015). Suffering as an independent
component of the experience of pain. European Journal of Pain, 19(7), 1035-1048. Financement: le Fond National de la Recherche
Luxembourg (INETR) et la Deutsche Forschungsgemeinschaft (FL 156 / 34-1 à HF).
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
286
Recherche fondamentale
P-147 : Etude de la douleur dans deux modèles murins de sclérose en plaques
A. Demosthenes*(1), M.Cumenal(1), L.Daulhac-terrail(1), A.Eschalier(1), M.Begou(1)
(1)Inserm UMR 1107 - NEURO-DOL, Clermont-ferrand cedex 1, France
La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique démyélinisante du système
nerveux central. Elle touche plus de 2,5 millions de personnes dans le monde et constitue la première
cause de maladie neurologique du jeune adulte. Les mécanismes physiopathologiques de cette
maladie sont encore mal connus. Chez les patients atteints de SEP, différents symptômes peuvent
apparaître parmi lesquels les troubles sensitifs qui sont présents chez 63% des patients. La
prévalence de ses troubles varie en fonction des formes de SEP, dans les formes de SEP dites
récurrente-rémittente (RR) cette prévalence est de 50% contre 70% dans les formes dites
progressives (primaire ou secondaire). Sont retrouvés chez les patients des douleurs : par excès de
nociception (62%), neuropathiques (47%) ou mixtes (15%) [1]. Chez les patients atteints de SEP les
douleurs neuropathiques sont peu ou pas soulagées par les agents pharmacologiques disponibles [2].
Afin d’améliorer la prise en charge thérapeutique des douleurs associées à la SEP, il est nécessaire de
mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques à l’origine de l’apparition de ces troubles
sensitifs. Pour cela, nous étudions deux modèles murins de SEP : le modèle d’encéphalomyélite
auto-immune expérimentale (EAE) [3] et le modèle d’invalidation du gène codant les
protéolipoprotéines de myéline (KPLP) [4], mimant chacun une composante de la maladie,
respectivement, la démyélinisation inflammatoire et la neurodégénérescence. Dans un premier
temps, nous avons montré que nos deux modèles présentent des comportements sensitifs communs
(hyperalgésie thermique somatique) mais également divergents (allodynie mécanique retrouvée
uniquement dans le modèle EAE). De plus, nous avons montré lors de traitements aigus une réponse
pharmacologique propre à chacun de nos deux modèles. Ces premiers résultats nous permettent
d’envisager que l’étiologie des symptômes douloureux est différente dans nos deux modèles murins
de SEP et d’espérer que la caractérisation physiopathologiques de ces animaux nous permettra de
proposer des stratégies thérapeutiques visant la douleur spécifiques des différentes formes de SEP.
Bibliographie
[1]Foley et al., Pain 2014 [2] Khan & Smith., Inflammopharmacology 2013 [3] Khan et al., Pharmacology, Biochemistry and Behavior 2014
[4] Petit et al., Neurobiology of Disease 2014
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
287
Recherche fondamentale
P-148 : Introduction à l'Acupuncture : monographie et usage quotidien des points Mu chez les
carnivores domestiques
M. Chaffraix(1)
(1)Oniris (école nationale vétérinaire de Nantes), Clermont-fd, France
Introduites depuis seulement six décennies dans le domaine vétérinaire, les sources bibliographiques
de l'acupuncture sont encore bien frêles. L’auteur propose de contribuer à son enrichissement dans
l'étape diagnostique en venant compléter l'examen général classique du clinicien occidental, par
l’étude de 16 points d'acupuncture. Il s'agit des points Mu dont le mode d’emploi est confié au
lecteur et dont seules la persévérance et la régularité de leur usage en feront devenir un précieux
outil sémiologique. En effet, en étant reliés spécifiquement à un Organe, ces points deviennent les
marqueurs d'une souffrance viscérale pouvant être révélée par une simple palpation. Afin, de
plonger le lecteur dans l'immensité de cet art plurimillénaire, l’auteur retracera l’historique ainsi que
l’important volet philosophique propres à cette médecine chinoise, facilitant l’approche de sa
démarche médicale. L’accent a été porté sur la didactique afin que ce document reste facilement
intelligible pour quiconque souhaiterait se familiariser avec cet art médical
16ème Congres national de la SFETD –Novembre 2016 – Recueil des résumés
288