Les États-Unis et le reste du monde Yves Lacoste

Commentaires

Transcription

Les États-Unis et le reste du monde Yves Lacoste
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 3
Les États-Unis et le reste du monde
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
Yves Lacoste
Est-il besoin de dire que les événements qui se sont déroulés au printemps
2003 en Irak ont une très grande importance géopolitique ? Leurs conséquences
directes et indirectes seront sans doute considérables et pas seulement au MoyenOrient. Il importe pour le moment d’attirer l’attention sur le fait que les causes et
la signification de ces événements sont particulièrement complexes. Il s’agit d’un
conflit entre les États-Unis et un État arabe dont les richesses pétrolières sont évidemment bien connues. Mais, quoi qu’en aient dit les médias, les enjeux de cette
guerre ne se réduisent pas au contrôle de ce pétrole. Bien avant que la guerre
n’éclate et que la victoire américaine ne se précise, ce conflit a suscité une recrudescence de l’affrontement au plan mondial de représentations géopolitiques antagonistes : d’une part, celles qui prônent ou acceptent aisément le rôle dirigeant et
positif de l’Amérique dans le monde, d’autre part, beaucoup plus répandues en un
très grand nombre de pays, celles qui expriment différentes sortes d’antiaméricanisme. Voilà pourquoi ce numéro d’Hérodote a pour titre « Les États-Unis et le
reste du monde ». On sait que nous accordons autant d’importance à l’analyse des
enjeux objectifs ou matériels des conflits qu’aux représentations que s’en font les
protagonistes et les opinions publiques.
Les aspects de l’antiaméricanisme
Les sentiments d’hostilité à la politique américaine au Moyen-Orient se sont
principalement exprimés dans les pays arabes et musulmans, mais aussi en Russie
et surtout en Europe occidentale. Au sein de l’Union européenne, les préparatifs
militaires de l’Amérique contre l’Irak ont provoqué une grave crise entre des
chefs de gouvernement européens traditionnellement alliés des États-Unis au sein
de l’OTAN. On sait en effet qu’à l’inverse de l’Angleterre, plus précisément du
3
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 4
gouvernement britannique, qui participe à la guerre contre l’Irak aux côtés de
l’Amérique, la France et l’Allemagne se sont spectaculairement opposées, au
Conseil de sécurité des Nations unies, à ce que les États-Unis décident d’agir militairement contre l’Irak dans le but (ou sous prétexte) d’y détruire des armes de
destruction massive qui s’y trouvaient peut-être stockées. Le président des ÉtatsUnis, suivi en cela par une grande partie de l’opinion américaine, était persuadé en
effet que de telles armes peuvent tôt ou tard être fournies à des groupes terroristes
islamistes qui pourraient relancer contre l’Amérique ou contre d’autres États
(Israël notamment) des opérations comparables à celle du 11 septembre 2001.
La campagne d’opinion menée depuis des mois et dans la plupart des pays
pour dénoncer les préparatifs de guerre américains contre l’Irak a donné de nouveaux arguments à un sentiment général d’antiaméricanisme largement orchestré,
hors des États-Unis, par une grande partie des médias. C’est ainsi que l’Amérique
est considérée non seulement comme l’hyperpuissance économique et militaire
grâce à l’hégémonie du capitalisme et du dollar, mais aussi comme la principale
profiteuse de la mondialisation. Cela lui permet d’accroître encore sa richesse par
le pillage à son profit des ressources de la planète et l’exploitation des classes
laborieuses de toutes les nations. Après s’être appuyée durant des décennies sur
des régimes tyranniques, notamment en Amérique latine, pour s’opposer aux
mouvements populaires plus ou moins conduits par des groupes communistes,
l’Amérique – disent certains commentateurs – laisserait aujourd’hui s’établir ou
fomenterait le chaos 1 dans un certain nombre de pays, afin d’avoir ensuite un bon
prétexte d’y intervenir. Pour bien montrer leur goût de la démocratie et surtout
leur force, les États-Unis, faute d’adversaire à leur taille (depuis la disparition de
l’Union soviétique), s’en prennent à des dictateurs à qui ils ont préalablement
vendu des armes ; ce fut effectivement le cas, mais il y a vingt ans, lorsque l’Irak
faisait la guerre à l’Iran de l’imam Khomeyni, ce dernier ayant été le premier à
dénommer l’Amérique « le grand Satan ». En Europe et notamment en France,
dans les milieux de droite comme ceux de gauche et surtout à l’extrême droite et à
l’extrême gauche, l’Amérique est accusée de vouloir imposer au monde ce qu’elle
estime être son modèle de civilisation et de consommation, du moins dans les
pays où il y a un certain pouvoir d’achat. À ce dénigrement général, que partagent
nombre de Chinois et plus discrètement de Japonais, les musulmans ajoutent, ce
qui est à leurs yeux la condamnation majeure, que l’Amérique est le bras armé du
monde « judéo-chrétien ». Elle veut, disent-ils, dominer l’Islam et lui prendre des
territoires essentiels pour les donner à Israël. L’étroitesse des relations entre les
États-Unis et l’Arabie Saoudite, relations si profitables aux deux partenaires
1. Voir Alain JOXE, L’Empire du chaos, La Découverte, Paris, 2002.
4
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
HÉRODOTE
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 5
LES ÉTATS-UNIS ET LE RESTE DU MONDE
depuis plus de cinquante ans, n’a pas empêché que des notables saoudiens aient
partie liée avec Ben Laden et que des Saoudiens aient formé l’essentiel des kamikazes de l’opération du 11 septembre. En revanche, les Israéliens et les juifs américains, dans leur grande majorité, soutiennent la politique des États-Unis contre
l’Irak. En France cependant, si cette position est celle des mouvements sionistes
de droite ou des juifs ultrareligieux, l’antiaméricanisme général est plus ou moins
partagé par nombre d’intellectuels juifs, surtout s’ils sont de gauche.
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
La manifest destiny de l’Amérique
La majorité des Américains, qui traditionnellement ne s’intéressent guère aux
affaires extérieures, ignorent l’image très négative que leur pays peut avoir de par le
monde. Mais il leur a été maintes fois répété, ces derniers mois, que ces « ordures
de Français », par lâcheté et goût des profits pétroliers, ont soutenu à l’ONU la
cause de Saddam Hussein (à noter que la position des Allemands n’a guère fait
l’objet de commentaires dans la presse américaine). En revanche, nombre d’Américains qui suivent les affaires du monde n’ignorent pas la diffusion croissante
d’un antiaméricanisme qui, en Europe occidentale notamment, est socialement
bien plus largement répandu qu’aux temps de la « guerre froide ». À ce dénigrement de l’Amérique, les Américains rétorquent par le rôle fondamental qu’elle a
eu dans la défense du « monde libre » contre le système totalitaire soviétique. Mais
désormais cela fait de plus en plus partie du passé. Aussi est-ce la puissance et la
richesse qui, aux yeux de la plupart des Américains, sont la justification fondamentale de l’Amérique. En effet, dans une nation qui accorde encore une très
grande importance aux idées religieuses – quelles que soient les Églises ou les
sectes qui les professent –, on est persuadé que cette toute-puissance de l’Amérique
par rapport au reste du monde est parfaitement légitime puisqu’elle a été progressivement instituée par Dieu. Il s’agit de ce qu’ils appellent la manifest destiny, du
destin, du rôle que Dieu aurait manifestement confié à l’Amérique de développer
les valeurs de liberté, de justice et de progrès, de les étendre le plus possible et de
les défendre contre toute tyrannie. C’est en 1845 que l’idée de la manifest destiny
de l’Amérique a été lancée dans un projet déjà tout à fait géopolitique (avant la
lettre) puisqu’il s’agissait du rattachement du Texas aux États-Unis.
Certes, les puritains, les fameux pères pèlerins qui ont débarqué du Mayflower
en 1620 sur la côte du futur Massachusetts, étaient imprégnés d’idées religieuses, persuadés qu’ils agissaient « pour la gloire de Dieu et l’expansion de la
foi chrétienne », mais il en avait été de même un siècle auparavant pour les
premiers conquistadores du Mexique, qui célébraient aussi le roi d’Espagne. En
revanche, ces idées vont perdurer dans les colonies de la Nouvelle-Angleterre. Au
5
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 6
XVIIIe siècle s’y produit le « grand réveil biblique » selon lequel Dieu a choisi
l’Amérique comme terre promise, terre de renaissance de l’humanité et de
lumière. Le Nouveau Monde est celui du Renouveau, à l’opposé des royaumes
corrompus de l’Ancien Monde. George Washington affirme que « chaque pas qui
nous fait avancer dans la voie de l’indépendance nationale semble porter la
marque de l’intervention providentielle ». La certitude que l’Amérique a été élue
par Dieu pour une destinée particulière dans le monde imprègne des textes qui
sont encore fondamentaux pour les Américains, comme la Déclaration d’indépendance, le Bill of Rights, la Constitution fédérale. Cette exaltation de la « destinée
manifeste » de l’Amérique n’est pas réservée aux déclarations de personnages
officiels. Ainsi au XIXe siècle Herman Melville, l’auteur de Moby Dick, qui sera
considéré bien plus tard comme l’un des plus grands romanciers américains,
affirme : « Nous, Américains, sommes le peuple élu, l’Israël de notre temps, nous
portons l’Arche des libertés du monde. » À l’issue de la Première Guerre mondiale, le président Wilson affirme : « L’Amérique est la seule nation idéale dans le
monde [...]. L’Amérique a eu l’infini privilège de respecter sa destinée et de sauver
le monde [...]. Nous sommes venus pour racheter le monde en lui donnant liberté
et justice 2. » Ce genre d’idées perdure après la Seconde Guerre mondiale, lors de
la confrontation avec l’empire athée qu’est l’Union soviétique. Le président Johnson déclare en 1965, lors des débuts de l’engagement des États-Unis au Vietnam,
« l’histoire et nos propres œuvres nous ont donné la responsabilité principale de
protéger la liberté sur la terre », et Ronald Reagan affirme en 1982, après que les
Soviétiques ont pris le contrôle de l’Afghanistan, que l’Amérique, « cette terre
bénie, a été placée à part, d’une façon particulière, qu’il y a un plan divin qui place
ce grand continent entre deux océans pour être découvert par des peuples venus
des quatre coins du monde avec une passion particulière pour la foi et la liberté ».
En 1991, l’implosion spontanée de l’Union soviétique, l’autre superpuissance,
considérée comme le symbole de l’athéisme et de la tyrannie, semblait apporter
avec cette divine surprise la confirmation que l’Amérique était bien destinée à être
la vraie et la seule grande puissance chargée de conduire l’ensemble de l’humanité. Le président Clinton, le 1er janvier 2000, termine son discours à la nation en
confirmant sa mission universelle : « Si l’Amérique respecte ses idéaux et ses
responsabilités, nous pouvons faire de ce siècle nouveau une époque de paix sans
pareille, de liberté et de prospérité pour notre peuple comme pour tous les
citoyens du monde. »
2. Ces citations sont extraites de Bernard VINCENT, La Destinée manifeste, Messène, Paris,
1999.
6
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
HÉRODOTE
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 7
LES ÉTATS-UNIS ET LE RESTE DU MONDE
Ces propos solennels sur la « destinée manifeste » de l’Amérique sont tenus à
une nation dont la religiosité est restée très forte, à la différence de la plupart des
nations européennes. Alors que, en Europe occidentale notamment, la religion a
été peu ou prou impliquée dans les luttes politiques héritées de l’Ancien Régime
– ce fut particulièrement le cas en France –, celles-ci n’ont guère de sens en
Amérique, où les privilèges de la noblesse anglaise ont disparu avec la guerre
d’indépendance. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’après le drame spectaculaire du
11 septembre 2001 George W. Bush, dans un climat d’extrême religiosité, ait fait
appel à l’esprit de croisade contre l’« axe du Mal ». En Europe, cela a été jugé
comme une bévue grandiloquente. En Amérique, c’était dans la norme des invocations tout à la fois religieuses et politiques. L’inégale prégnance des idées religieuses est sans doute la différence culturelle la plus profonde entre les Américains
et les Européens. On pourrait dire qu’à cet égard les premiers sont plus proches
des musulmans, et particulièrement des Arabes. Avec cette différence que ces
derniers pleurent le rayonnement qu’a eu au Moyen Âge l’empire qu’ils avaient
conquis au nom de l’islam, alors que les Américains célèbrent la destinée de plus
en plus manifeste de l’Amérique comme puissance mondiale, chargée par la Providence de gérer les affaires du monde. Il s’agit bien évidemment de ce que nous
appelons une représentation, mais celle-ci a du poids, et ses conséquences géopolitiques sont considérables.
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
Expliquer pourquoi l’Amérique est progressivement
devenue l’hyperpuissance
Tenir compte d’une représentation n’implique pas qu’il faille la prendre pour
argent comptant et la considérer comme définitive. Nombre d’Américains ont été
ébranlés dans leurs convictions il y a vingt-cinq ans par l’issue de la guerre qu’ils
ont menée au Vietnam, ce que l’on a appelé ensuite le « syndrome vietnamien ».
Il ne sert sans doute pas à grand-chose de dénoncer comme le font certains l’« instrumentalisation politique de la religion », puisque les Américains, pour se définir en
termes géopolitiques, raisonnent en termes religieux. Mais il est peut-être utile
pour l’avenir d’esquisser une autre version que celle de la « destinée manifeste »
selon laquelle Dieu a fait de l’Amérique l’hyperpuissance qu’elle est devenue.
Expliquer en termes de géographie et de géohistoire, bref de façon géopolitique,
pourquoi et comment les États-Unis sont devenus progressivement cette hyperpuissance est aussi le moyen d’essayer de freiner dans l’Ancien Monde, en
Europe et dans le monde arabe notamment des représentations non moins dangereuses. Celles-ci ont pour effet de diaboliser l’Amérique comme l’exploiteuse de
la planète, disent les antimondialistes, comme la grande pollueuse, disent les
7
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 8
écologistes, comme l’empire qui organise le chaos, comme l’impérialisme poussé
à l’extrême, bref comme le « grand Satan », en reprenant ainsi les slogans des islamistes. Il est extrêmement dangereux de se représenter le Dieu des chrétiens ou
celui des musulmans comme les grands décideurs de la géopolitique.
Aussi, dans le contexte actuel de la guerre d’Irak et du « choc des civilisations », il n’est pas inutile d’évoquer les conditions géographiques et la succession
de chances de la géohistoire qui ont progressivement fait la puissance des ÉtatsUnis. Une fois séparés en 1783 de l’Angleterre d’où ils étaient venus deux siècles
auparavant, les Américains ont d’abord eu la chance de découvrir au-delà de la
plaine côtière, à l’ouest des forêts et de la montagne appalachienne, d’immenses
plaines couvertes par la prairie : non seulement les sols y étaient très fertiles, mais
elles étaient très faiblement peuplées, les tribus indiennes vivant principalement
de cueillette, de pêche et de chasse. Dans l’Ancien Monde, des étendues aux sols
si riches auraient déjà été fortement peuplées par des cultivateurs, ce qui aurait
limité l’extension d’un groupe conquérant. Les Russes, eux non plus, durant leur
poussée dans les forêts sibériennes presque vides, n’ont guère trouvé de résistance
parmi des tribus vivant également de chasse et de pêche, mais ils ne firent la
conquête que d’immenses étendues aux sols pauvres et soumises à de très longs
hivers. En revanche, les Américains eurent la chance de conquérir des terres situées
à des latitudes beaucoup plus méridionales. Le refoulement des tribus indiennes
plus ou moins rivales les unes des autres et l’extermination d’un grand nombre
d’entre elles permirent aux Américains de faire venir progressivement quantité
d’immigrants européens, à qui de relativement vastes étendues de terres furent
distribuées gratuitement, ce qui permit de développer une agriculture céréalière à
grande productivité : dès le milieu du XIXe siècle apparaissent en Amérique les
premières machines agricoles et moissonneuses-batteuses tirées par des escadrons de
chevaux. Vers l’ouest, le Far West offrait des mines d’or et d’immenses pâturages
pour de très grands troupeaux. Les Américains surent profiter des difficultés politiques du Mexique pour agrandir l’Union d’un grand tiers avec tous les territoires
situés du Texas à la Californie. Ainsi, les États-Unis s’ouvrirent sur le Pacifique
une autre façade maritime à 4 000 km de celle de l’Est. Dans la partie subtropicale
des États-Unis, la production du coton et du tabac implantée depuis le XVIIe siècle
continuait son essor mais, entre les planteurs du Sud propriétaires d’esclaves et les
industriels du Nord, des divergences d’intérêts et de conceptions politiques de plus
en plus marquées conduisirent au grand drame interne que fut la guerre de Sécession
(1861-1865). Les sudistes voulaient créer un autre État. La victoire des nordistes,
bien plus nombreux que les sudistes, maintint l’unité d’un très grand État.
Autre chance de l’Amérique, des conditions géologiques relativement simples
et favorables à un essor industriel massif : l’immense bassin houiller des Appalaches que l’on peut facilement exploiter en carrière, comme les grands gisements
8
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
HÉRODOTE
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 9
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
LES ÉTATS-UNIS ET LE RESTE DU MONDE
de minerais de fer et aussi de gros gisements de pétrole pas très profonds. Mais
pour mettre tout cela en valeur et construire usines et voies ferrées, il fallait de
grandes masses de capitaux, que les banques anglaises investirent massivement,
pour profiter des perspectives de profits offertes par un grand marché en pleine
expansion, car l’Amérique attire de plus en plus d’immigrants européens, des
travailleurs mais aussi des artistes, des techniciens, des ingénieurs, des savants.
Nombre d’entre eux quittent l’Europe à cause des persécutions antisémites. Le
premier conflit mondial, dans lequel elle sera entraînée par la guerre sous-marine
menée par les Allemands, sera pour l’Amérique une nouvelle très grande chance,
celle de passer d’une position de débitrice de l’Angleterre à celle de créancière des
pays européens ruinés par la guerre. À destination de l’Europe, les exportations
américaines de pétrole et de céréales remplacent celles de la Russie devenue
bolchevique, et les compagnies pétrolières de Rockefeller prennent pied en Irak et
surtout en Arabie. Alors que l’opinion américaine tenait à son isolationnisme entre
les deux immensités océaniques et qu’elle ne voulait pas s’impliquer dans les
conflits de l’Europe ou de l’Asie, l’attaque japonaise sur Pearl Harbor aux îles
Hawaï (7 décembre 1941) et la déclaration de guerre qu’illico Hitler, par une étonnante bévue stratégique, lance à l’Amérique (le 11 décembre 1941) vont obliger
les Américains à aller combattre en Europe et dans le Pacifique. Au lendemain de
la Seconde Guerre mondiale s’impose la suprématie mondiale du dollar, alors que
tous les autres pays industriels sont en ruine et que tous, à l’exception de l’Union
soviétique, font appel à l’Amérique. La volonté des Soviétiques d’étendre le
communisme (comme en Tchécoslovaquie dès 1948) au-delà des limites prévues
aux accords de Yalta fera que fort heureusement pour nous les Américains resteront en Europe occidentale, comme en Corée et au Japon. Dès lors, ils seront les
leaders du « monde libre ». Pendant quarante ans, les deux superpuissances ont
mené la guerre froide, en veillant à ne s’affronter qu’indirectement, contrairement à
ce que les Américains firent au Vietnam, où ils subirent finalement de graves
revers. Aussi n’est-il pas inutile aujourd’hui d’évoquer les raisons pour lesquelles
l’Amérique s’est fourvoyée en Indochine.
De cette guerre du Vietnam, qui fait penser aujourd’hui
aux possibles suites de celle d’Irak
Cette guerre du Vietnam, que certains commentateurs comparent aujourd’hui
avec les suites de celle d’Irak pour prédire à l’Amérique les mêmes revers, est la
première guerre dans laquelle les Américains s’impliquèrent massivement sans
avoir été préalablement attaqués. C’est aussi le cas dans la guerre d’Irak, puisque
les dirigeants américains n’ont pas pu véritablement prouver la responsabilité
9
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 10
de Saddam Hussein dans les attentats du 11 septembre. Mais les dirigeants américains ont cette représentation. À la différence de la guerre d’Irak, qui a commencé
massivement, l’engagement des forces américaines au Vietnam fut très progressif,
avec d’abord quelques dizaines d’hommes des « forces spéciales » en 1963. Or
c’était un an après la fameuse crise des fusées à Cuba, et il y a, selon moi, une
relation de causalité entre celle-ci et l’affaire du Vietnam, du moins au niveau des
représentations : en 1961, le revirement de Fidel Castro vers les Soviétiques leur
permit de commencer à installer dans la grande île des fusées à moyenne portée
qui auraient directement menacé le flanc sud des États-Unis. Pour éviter une
confrontation directe avec l’Union soviétique et obtenir qu’elle retire ses fusées de
Cuba, John Kennedy s’engagea à ne rien tenter contre Fidel Castro et à laisser le
communisme s’enraciner à Cuba, même si les intérêts américains y étaient très
importants et malgré la proximité de la Floride. Les Soviétiques s’engagèrent à
freiner les mouvements castristes en Amérique latine. Le succès relativement
facile de la révolution à Cuba incita les communistes chinois (par surenchère
contre l’URSS) et tout d’abord Lin Piao, qui était alors le dauphin de Mao, à proclamer que l’impérialisme n’était qu’un « tigre de papier », afin de lancer
d’autres mouvements révolutionnaires dans le monde. Cela décida les dirigeants
américains à rétorquer que plus jamais ils n’accepteraient qu’un nouveau pays
passe comme Cuba au communisme. Or au Vietnam, coupé en deux depuis 1954
(après la défaite française), la moitié sud du pays semblait sur le point de
connaître ce sort, en raison de l’activité croissante de guérillas fournies par le NordVietnam communiste. Ayant décidé de soutenir militairement le Sud-Vietnam, les
Américains s’y impliquèrent de plus en plus dans la lutte contre des guérillas de
plus en plus renforcées par le Nord-Vietnam, au point d’engager à la fin des
années 1960 près d’un demi-million de soldats sur le terrain. Or ceux-ci provenaient, en grand nombre, non seulement de la mobilisation d’une partie de la garde
nationale (qui supplée normalement en temps de paix à la faiblesse des effectifs
de l’armée de métier), mais aussi de la conscription. Mais autant des millions de
citoyens américains étaient partis avec fierté en 1917 pour se battre en Europe, et
en 1941 de nouveau en Europe et aussi en Asie, parce qu’ils estimaient que
l’Amérique avait été directement attaquée, autant déclina rapidement le moral
des jeunes Américains qui avaient été mobilisés et fourvoyés dans un cruel et
interminable conflit entre Vietnamiens. Aux États-Unis, le malaise croissant de
l’opinion obligea le gouvernement à décider le retrait progressif de l’armée américaine en 1971-1972, ce qui fut bientôt suivi en 1975 par l’effondrement militaire du Sud-Vietnam et la conquête de Saïgon par les communistes nordvietnamiens.
De tout cela, l’Amérique garde un profond malaise dont l’une des conséquences durables est l’usage des stupéfiants dans une notable partie de la popula10
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
HÉRODOTE
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 11
LES ÉTATS-UNIS ET LE RESTE DU MONDE
tion. C’est en effet durant cette difficile guerre du Vietnam qu’un grand nombre de
jeunes Américains se laissèrent aller à l’usage de l’héroïne vendue par des trafiquants asiatiques en contact d’ailleurs avec la CIA.
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
De la « guerre des étoiles » et la fin de l’URSS
à la « révolution dans les affaires militaires »
Avec la mise au point des grandes fusées intercontinentales et des sous-marins
nucléaires lanceurs de missiles, l’Amérique était devenue vulnérable, malgré
l’étendue des océans qui l’entourent. Il s’est agi désormais pour elle de pouvoir
intercepter, par des fusées à très haute altitude, des fusées adverses porteuses
d’armes nucléaires avant qu’elles n’éclatent au-dessus des villes américaines.
C’est ce que l’on a appelé les techniques d’une future « guerre des étoiles ». Cette
formidable course aux armements entre les deux supergrands absorba des sommes
colossales, ce qui développa la puissance technologique du complexe militaroindustriel et scientifique américain, et cela contribua finalement à l’effondrement
de l’Union soviétique. Outre ses blocages et dysfonctionnements internes et ses
déboires dans la guerre d’Afghanistan, l’URSS n’avait pas autant de moyens
financiers que son adversaire. Empêtrés dans les contradictions de la perestroïka,
les Soviétiques ne cherchèrent pas à s’opposer aux dispositions que les Américains
prirent dès l’été 1990 au Moyen-Orient pour chasser du Koweït l’armée de Saddam
Hussein, qui avait proclamé l’annexion de ce pays. À la tête d’une vaste coalition
(avec même des États arabes) décidée sous l’égide de l’ONU à rétablir le droit
international, les États-Unis menèrent rapidement ce que l’on a appelé la guerre
du Golfe en février 1991, en écrasant au Koweït les troupes de Saddam Hussein,
sans chercher cependant à les poursuivre vers le nord, ni à porter atteinte au
régime de Saddam Hussein pour ne pas favoriser les visées de l’Iran. L’Irak, soumis à un régime de stricte surveillance et d’embargo pour les produits stratégiques, fut obligé de payer les dégâts causés au Koweït. Bref, une guerre limitée
pour rétablir la légalité internationale et protéger les pétro-monarchies.
Les années 1990 ont été pour les États-Unis une période de forte croissance
économique (6 % annuels) et de grande spéculation financière, due au lancement
des secteurs nouveaux formant la new economy. L’Amérique a continué de voir
s’accroître le déficit de sa balance des paiements et l’énormité de sa dette
publique, mais elle profite de l’hégémonie mondiale du dollar et de l’afflux des
capitaux européens et japonais. En effet, le Japon connaît depuis quinze ans un
véritable marasme financier, alors que la rapidité de sa croissance durant les
décennies antérieures avait laissé augurer qu’au début du XXIe siècle il allait
supplanter économiquement l’Amérique. L’Allemagne reste handicapée par le
11
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 12
HÉRODOTE
coût de sa réunification, et cela freine le développement économique de l’Union
européenne, que l’on voyait comme une rivale de l’économie américaine. Depuis
le début des années 2000, la croissance économique américaine s’est nettement
ralentie, du fait principalement des faillites provoquées par la retombée de la
« nouvelle économie » et la fin de la bulle spéculative qu’elle avait suscitée.
Certains y voient le signe de la « décomposition du système américain » et la fin
de cet empire 3. Mais il a déjà connu ces dernières décennies d’autres périodes de
ralentissement de sa croissance. Toujours est-il que pour le moment le poids économique est encore considérable. Le produit intérieur brut des États-Unis est en
effet de 10 000 milliards de dollars (35 000 dollars par habitant), alors que celui
du Japon est de 4 000 milliards (25 000 dollars par habitant), celui de l’Allemagne
de 2 000 milliards (23 000 dollars), celui du Royaume-Uni de 1 600 milliards
(23 000 dollars) et celui de la France de 1 500 milliards (22 000 dollars).
Depuis la fin de la guerre froide, l’Amérique, malgré la disparition de l’autre
superpuissance, continue son effort scientifique dans le domaine des nouvelles
technologies militaires, ce qui permet de développer les techniques de la « guerre
des étoiles » et de mettre en place des « boucliers antimissiles » pour répondre à
l’avenir aux attaques de futures superpuissances (la Chine étant déjà perçue
comme un rival possible). Mais l’effort financier et scientifique a permis aussi de
réaliser, comme disent les Américains, une véritable « révolution dans les affaires
militaires », la désormais fameuse RMA dans les milieux militaires (voir ci-après
l’article d’Étienne de Durand).
On pouvait penser que les nouvelles techniques de détection et de destruction
de cibles cachées ou mobiles dans des environnements complexes dont dispose
désormais l’armée américaine ne seraient pas tellement efficaces dans les combats
de rue qu’allait nécessiter la conquête des villes irakiennes et surtout de Bagdad.
Sont-ce les nouveaux moyens de la RMA, l’efficacité des bombardements, les
capacités tactiques des forces de l’US Army et des marines engagées sur le terrain
ou la démoralisation des troupes irakiennes, toujours est-il que cette guerre d’Irak
où l’on croyait que les Américains allaient certainement s’enliser s’est achevée
plus vite que prévu. Ou est-ce seulement une première phase ?
3. Voir Emmanuel TODD, Après l’empire. Essai sur la décomposition du système américain,
Gallimard, Paris, 2002.
12
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
Après la défaite de Saddam Hussein,
réfléchir au rôle de l’Irak au sein du monde arabe
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 13
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
LES ÉTATS-UNIS ET LE RESTE DU MONDE
En effet, la maîtrise de la population irakienne est rien moins qu’assurée et
l’Irak, où affluent déjà clandestinement des volontaires arabes et islamistes, risque
de devenir le grand terrain du Djihad.
Alors que les Américains comptaient sur le soutien de la population chiite,
celle-ci manifeste massivement sa volonté de les voir partir au plus vite. De
surcroît, ses mollahs et ceux venus immédiatement de l’Iran voisin mettent en
place les cadres d’une nouvelle république islamique. Par ailleurs, le désir des
Américains de mettre la main sur les ressources pétrolières de l’Irak, se heurte à
de sérieuses difficultés juridiques. Enfin, l’annulation des contrats passés par le
gouvernement irakien avec des compagnies pétrolières étrangères serait contraire
au sacro-saint « droit des affaires » et à l’influence de l’Arabie Saoudite dans les
milieux financiers, celle-ci n’étant évidemment pas favorable à la diminution de
son influence sur le marché pétrolier.
Si la décision des dirigeants américains de mener la guerre en Irak s’explique
par le désir de venger les victimes des attentats du 11 septembre et par la volonté
de détruire de possibles armes de destruction massive qui risquaient d’être fournies à des réseaux terroristes, si les enjeux pétroliers sont tout aussi évidents, il est
certain et même annoncé que George W. Bush et ses conseillers ont aussi des
visées sur l’ensemble du Moyen-Orient.
Si l’on décode leurs discours où il est question d’instituer enfin la démocratie
dans cette partie du monde, et si l’on tient compte par ailleurs des projets géopolitiques qu’ont tenté de réaliser le parti Baas (l’Unité) et Saddam Hussein pour
l’ensemble ou une grande partie du monde arabe, on peut estimer que l’attaque
américaine sur l’Irak a des causes plus profondes que les enjeux pétroliers. Depuis
des décennies, les baasistes, prenant la suite de Nasser, ont affirmé leur volonté
de faire l’unité du monde arabe de gré ou de force, et c’est ce qu’ils ont tenté de
réaliser en 1990 en faisant la conquête de Koweït, première étape de ce qui aurait
dû être ensuite la conquête des autres États pétroliers sur la rive arabe du golfe
Persique. L’appel de l’Arabie Saoudite aux États-Unis et l’intervention de la coalition qu’ils ont dirigée, bref la guerre du Golfe, ont mis fin à cette première tentative. Celle-ci aurait pu réussir si l’Union soviétique avait été encore en mesure
de s’opposer aux décisions américaines, au risque d’une épreuve de force entre
les deux supergrands. Mais Gorbatchev, en pleine crise de régime, préféra laisser
faire les Américains.
Malgré sa lourde défaite au Koweït, Saddam Hussein n’avait cessé de reconstituer des forces classiques, et l’Irak est apparu surtout comme le seul État arabe qui
tienne tête aux États-Unis et qui bénéficie en Europe d’une sympathie croissante
en raison de l’embargo qu’ils lui imposaient depuis plus d’une décennie. En
regard des autres États arabes qui sont désormais alignés sur les décisions de la
Maison-Blanche et qui n’osent rien dire devant le scandale géopolitique qui se
13
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 14
développe en Palestine, où l’extrême droite religieuse israélienne réalise des
expansions territoriales qui détruisent les fameux accords d’Oslo pourtant établis
sous l’égide américaine, l’Irak est apparu comme le seul État arabe susceptible
de constituer progressivement autour de lui une grande puissance arabe, celle
à laquelle rêvent depuis des décennies un très grand nombre d’Arabes. L’Irak
me fait penser à cette Prusse qui est parvenue à faire l’unité de l’Allemagne,
malgré des moyens assez limités, malgré de graves défaites, malgré la rivalité
d’une autre grande puissance allemande, l’empire d’Autriche. Pour ce qui est de
l’Irak par rapport au monde arabe, même position excentrée que celle de la Prusse
par rapport à l’ensemble allemand, même souci permanent de constituer un appareil politique, scientifique et militaire, ce que n’ont pas l’Égypte et moins encore
l’Arabie Saoudite, qui, comme les Émirats, n’ont même pas d’armée véritable.
Quant aux moyens financiers de l’Irak, ils sont aujourd’hui, grâce aux revenus du
pétrole, incomparablement supérieurs aux ressources du médiocre pays agricole
qu’était la Prusse au XIXe siècle.
La terrible défaite qu’à Iéna en 1806 l’empire napoléonien, à son apogée,
inflige à la Prusse (son territoire est occupé et démembré) marque en fait le début
de profonds changements de l’État prussien et de la société prussienne (abolition
du féodalisme, instauration d’un système nouveau d’éducation, création de
l’université de Berlin) et la prise de conscience par les Allemands de leur unité. Et
c’est la Prusse qui de 1815 à 1870 réalisera progressivement l’unité allemande.
L’élimination de Saddam Hussein et de sa clique peut être pour l’Irak une étape
dans la réalisation du projet d’unité arabe, si toutefois les Irakiens chiites, sunnites
et kurdes ne se lancent pas dans les guerres religieuses attisées par l’Iran, la
Turquie et l’Arabie. La défaite de Saddam Hussein est une chance pour les
islamistes, mais c’est aussi l’occasion pour le monde arabe d’une sérieuse réflexion
sur les enjeux véritables et les rapports de force géopolitiques, pour le moment.
En regard des 8 000 kilomètres du monde arabe d’est en ouest, le territoire de la
Palestine (80 kilomètres) n’est-il pas un enjeu disproportionné ?
L’Amérique, la mondialisation et le reste du monde
On peut penser que l’actuelle guerre d’Irak a eu pour but géostratégique implicite de briser l’État autour duquel peut se constituer tôt ou tard une grande puissance arabe. Il n’est pas inutile de rappeler le souvenir qu’ont les Arabes de l’empire
qu’ils ont constitué au Moyen Âge et qui fut alors une véritable économie-monde
au contact de l’Europe, de l’Inde et de la Chine. Les représentations sont de
grandes forces géopolitiques, surtout quand elles combinent la communauté
de langue et de religion. Aujourd’hui, à l’ère, nous dit-on, de la mondialisation,
14
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
HÉRODOTE
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 15
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
LES ÉTATS-UNIS ET LE RESTE DU MONDE
celle-ci fait surtout sentir ses effets positifs et négatifs sur l’Amérique, sur l’Europe
et sur le monde arabe. En revanche, l’Inde et la Chine, dont les productions
locales sont importantes, sont moins touchées par les très grands flux financiers et
surtout par l’occidentalisation, c’est-à-dire par les changements culturels que
véhicule la mondialisation 4. Le monde arabe, en raison des énormes revenus qui
sont versés par les compagnies aux États pétroliers, est massivement impliqué
dans la mondialisation. En effet, bien qu’une importante partie de ces revenus soit
transférée dans des banques étrangères, dilapidée de façon somptuaire ou dépensée en importations de toutes sortes venues des pays industriels, une autre part est
dépensée dans chacun des pays arabes. Les profits pétroliers se diffusent sous des
formes diverses dans les États qui n’ont pas de gisements pétroliers. Mais ces revenus pétroliers, qui sont une sorte de rente géologique, ne nécessitent pour exister
qu’une main-d’œuvre relativement peu nombreuse, ce qui limite un véritable
développement économique. Les productions locales stagnent ou même déclinent
en raison de la concurrence des importations étrangères. De surcroît, la mondialisation, parce qu’elle s’accompagne d’un ensemble de phénomènes culturels que
l’on peut qualifier d’occidentalisation, apparaît comme la négation des fondements culturels et religieux du monde arabe. Cet ensemble de contradictions, très
spécifique du monde arabe, s’accompagne d’aspirations plus ou moins confuses
au changement, à l’unité et à la lutte contre l’Occident.
Dans le mouvement pour la formation d’une grande puissance arabe, la défaite
de Saddam Hussein fait qu’une fois encore la partie est remise. Mais elle reprendra quelles que soient les suites de cette guerre, car l’unité culturelle du monde
arabe et les revenus du pétrole font que le projet sera à nouveau repris tôt ou tard
dans de nouveaux conflits.
C’est donc avec le monde arabe que l’Amérique a les relations les plus conflictuelles mais aussi les plus nécessaires à cause du pétrole. Cependant, l’Europe est
géographiquement bien plus proche du monde arabe, et c’est avec elle de l’autre
côté de la Méditerranée que les luttes risquent de se répercuter. À l’exception de
l’Angleterre, dont l’alliance militaire avec les États-Unis est devenue très forte,
les différents États qui forment l’Union européenne, et plus encore leurs opinions
publiques, où l’antiaméricanisme est plus fort que jamais, ont marqué, dans leur
opposition à la guerre d’Irak, leur distance avec l’Amérique.
Mais les forces militaires dont disposent les États de l’Union européenne sont
devenues bien trop faibles pour faire face aux menaces venues de l’autre côté de la
Méditerranée. Les mouvements contre la mondialisation, qui dénonçaient déjà
l’hégémonie américaine, ont trouvé dans la guerre d’Irak de nouvelles raisons de
4. Voir le précédent numéro d’Hérodote, « Géopolitique de la mondialisation ».
15
Hérodote 109 10/05/05 15:40 Page 16
Hérodote, n° 109, La Découverte, 2e semestre 2003.
manifester leur opposition à l’hyperpuissance. Ils escomptaient que la guerre
de George W. Bush tourne au fiasco. Or pour le moment, c’est une rapide victoire
militaire. Des suites difficiles dans un bourbier irakien et l’éclatement du drame
en Palestine risquent d’être très dangereux pour l’Europe, en raison de sa relative
proximité géographique et du nombre des juifs et des Arabes qui vivent en France.
Qu’on le déplore ou non, qu’on dénonce l’injustice géographique de l’Histoire,
l’Amérique est le centre prépondérant du système mondial. Aucune économiemonde n’a jamais été aussi dominante, et cela non par l’effet de la volonté d’une
divine providence, mais tout d’abord à cause des données naturelles exceptionnellement favorables et des chances de la géohistoire, puis grâce à l’apport des capitaux, des savants et des ingénieurs européens, grâce à la croissance démographique
américaine, qui continue encore avec l’immigration (120 millions d’Américains
en 1930, 284 millions en 2000), à cause enfin de son hégémonie financière et de la
disparition soudaine de sa grande rivale militaire. L’Amérique doit beaucoup aux
Européens et, depuis la Seconde Guerre mondiale, elle leur a apporté son soutien.
Mais ceux-ci devraient désormais penser à se donner les moyens politiques et
militaires de faire face aux contrecoups de ses entreprises les plus hasardeuses.
Entre les frontières de l’Irak et Jérusalem, il n’y a que 400 km de désert.