Faits, chiffres et informations

Commentaires

Transcription

Faits, chiffres et informations
Faits, chiffres et informations
T
ous les jours nous sommes bombardés de
statistiques et chiffres mis plus ou moins
honnêtement au service de causes défendues
par des commentateurs plus ou moins sincères
et compétents pour les analyser.
Certains nous prédisent les pires catastrophes, d’autres au contraire contestent ou relativisent des risques chiffrés agités comme
des dragons chinois aux yeux des
badauds de lecteurs que nous
sommes.
La menace de pandémie de
grippe A(H1N1) est un exemple
parfait de l’utilisation que l’on
peut faire des chiffres en manipulant le nombre de vaccins ou de
doses de Tamiflu© disponibles, la
prévalence et le taux de mortalité que l’on ne pourra que constater une fois la vague passée. En
attendant des voix s’élèvent pour
dénoncer qui la légèreté, qui l’excès de précaution des autorités.
Le tour de France a fait l’objet d’une
controverse alimentée par des chiffres de
VO2max et de watt jetés aux yeux de lecteurs
bien incapables d’analyser ou de contester les
inférences qu’en déduisaient les spécialistes
dont on ne peut pas dire que les propos soient
nuancés sur le sujet. La conclusion inévitable
était : tous dopés, tous pourris et tous complices de cette apparente supercherie d’un tour
propre. Même si l’intuition, qui peut nous
faire faire le meilleur choix mais aussi le pire,
peut nous pousser à suivre les Antoine Veyer,
Greg Lemond et autres Marie Georges Buffet
qui demande des explications sur l’évolution
de performances trouvant ainsi là un sujet
pour réveiller l’espace d’une picoseconde son
parti en coma dépassé. Le doute reste là lancinant et assez incompréhensible pour ceux
qui naïvement rêvent de moyens scientifiques
incontestables de trancher le débat.
Il y a aussi la polémique sans fin sur les
combinaisons au polyuréthane dont on discute
encore de l’apport sur des nageurs dont la
morphologie se rapproche plus d’haltérophiles
gonflés stéroïdes anabolisants et amphétamines que de celle de sportifs harmonieux.
Il y a le combat d’experts brandissant chiffres et courbes pour nous prouver le danger
(ou au contraire l’innocuité) des antennes relais et des téléphones portables.
Il y a ces économistes qui, non content de
n’avoir rien vu venir du tsunami "subprimien",
se mettent maintenant à disserter savamment
sur les chiffres annonciateurs ou pas d’une reprise sans que le lecteur moyen ne puisse,
bien entendu, participer à ces débats autrement qu’avec ses états d’âmes qui l’habitent
et son intuition souvent trompeuse.
Mais le summum de l’utilisation à tort et à
travers de chiffres et de statistiques, c’est sûrement le domaine des statistiques médicales ! Greg Gigerenzer dans un
passionnant article publié par le
journal Cerveau et Psycho de MaiJuin 2009, nous illustre avec
quelques exemples limpides comment l’interprétation des chiffres
en matière de santé est difficile
et souvent très mal faite par des
professionnels de santé, brillants
spécialistes de leur domaine mais
très souvent piètres statisticiens.
Il démontre en particulier le danger d’utiliser des indices comme
le taux de survie ou par exemple l’annonce du
doublement d’un risque très faible dont les effets peuvent être au mieux trompeurs au pire
désastreux en termes de santé publique.
Saviez-vous aussi par exemple que, dans
une épidémie, plus le taux de mortalité est
important plus la prévalence diminue rapidement une fois le pic de l’épidémie atteint ?
Dans le même ordre d’idée, Jeremy SingerVigne publie un article iconoclaste contre le
sacro-saint IMC (indice de masse corporelle)
classant les individus en maigre, de corpulence normale, en surpoids ou obèse alors que
la morphologie et le sexe ont une influence
importante sur la valeur de ce chiffre magique
qui n’avait à l’origine qu’un objectif statistique.
Alors doit-on réclamer l’émergence de médiateurs de l’information chargés d’éclairer
par des données chiffrées pertinentes comme
le
réclame
Nicolas
Vanbremeersch
sur
Slate.fr ? Cette expertise de l’information
peut-elle être, parce qu’elle s’appuie sur des
chiffres, aussi impartiale et incontestable que
ça ? Et le serait-elle emporterait-elle notre intime conviction ?
La diversité, le débat contradictoire, la polémique parfois ne sont-ils pas, paradoxalement, les meilleurs garants d’une objectivité,
d’une vision que chacun doit se construire en
essayant d’extraire le signal du bruit médiatique ambiant ?
A vous de vous faire une opinion mais je ne
vous donnerai pas de chiffres ni de statistiques
pour autant !
Patrice Leterrier
1 août 2009
Références internet :
http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-07-doutes-sur-les-probabilites-22016.php
http://www.liberation.fr/sports/0104580924-des-robots-distances-par-des-extraterrestres
http://fr.wikipedia.org/wiki/Consommation_maximale_d%27oxyg%C3%A8ne
http://www.lemonde.fr/sports/article/2009/07/23/alberto-prouve-moi-qu-on-peut-croire-en-toi-par-greglemond_1221871_3242.html
http://www.dopage.com/page.php?id_rubrique=96&xml=090730144506.kb04qi2u&fichier=detail
http://tf1.lci.fr/infos/sports/0,,4496428,00-les-combinaisons-en-polyurethane-bientot-interdites-.html
http://www.academie-medecine.fr/detailPublication.cfm?idRub=27&idLigne=1542
http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/f/fiche-article-que-nous-disent-nos-etats-d-ame-20868.php
http://www.science-spirit.org/article_detail.php?article_id=302
http://www.ucpress.edu/books/pages/10893.php
http://www.slate.fr/story/8591/l-imc-indice-de-masse-corporelle-n-est-pas-representatif-les-medecins-l-utilisenttrop
http://www.slate.fr/story/8643/pour-un-journalisme-de-donnees
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9valence

Documents pareils