El cantante (le chanteur) - Fabrice Hatem

Commentaires

Transcription

El cantante (le chanteur) - Fabrice Hatem
El cantante (le chanteur)
Drame musical de Leon Ichaso, Etats-Unis, 2006, 116 minutes Le film nous conte la vie tragique du grand chanteur de
Salsa portoricain Héctor Lavoe, décédé du sida en 1993. Ou plus exactement celle de la relation passionnée et
douloureuse qui l'a uni à sa femme Puchi, dont le témoignage, recueilli en 2002 par Jennifer Lopez, également
productrice du film, a constitué la base du scénario. La critique n'a pas été très tendre avec El Cantante, reprochant
notamment au film l'omniprésence d'une Jennifer Lopez un peu narcissique dans le rôle d'une Puchi forte et sans
reproche, et la vision réductrice qu'il donnerait d'un Héctor Lavoe au caractère faible et immature. Je ne partage pas ce
point de vue. El Cantante est une bio-fiction qu'il ne faut pas seulement juger à l'aune de sa stricte valeur documentaire,
mais également pour ses qualités dramatiques. A cet égard, le choix de centrer une grande partie sur l'intrigue sur la
relation de couple entre le chanteur et sa femme, ainsi que le fait de privilégier un point de vue féminin dans la
narration, me semblent proposer un angle d'approche décalé et original. L'histoire d'amour tragique entre Hector et
Puchi - leur romance passionnée, la construction difficile d'une famille, la tragique mort accidentelle de leur enfant, la
dérive du chanteur détruit par la drogue, sa tentative de suicide et sa fin lamentable - fournissent d'ailleurs
malheureusement une trame dramatique d'une grande intensité. Enfin, j'ai personnellement été très sensible à
l'interprétation de Jennifer Lopez, mélange d'enivrante féminité et d'énergie explosive. J'ai été cependant un peu
moins séduit par l'interprétation de Mark Anthony, qui manque parfois un peu de charisme et d'expressivité, sauf dans
les scènes de concert, où son talent de chanteur se révèle. Mais si ces séquences sont très réussies du point de vue
musical et même cinématographique - avec un montage « zapping » qui restitue très bien l'atmosphère survoltée d'un
concert de salsa de la grande époque - je reste dubitatif sur le choix consistant à préférer la voix de Mark Anthony à celle inimitable - d'Héctor Lavoe. Ceci crée en effet un sentiment d'invraisemblance et même de frustration pour les
admirateurs du chanteur. Le film est construit comme une série de flashes-back, introduit par le témoignage douloureux
d'une Puchi filmée seule, en noir et blanc, comme si elle portait toujours le deuil de son époux disparu. A travers
l'histoire de leur couple, nous revivons l'épopée de la Fania, dont les principaux protagonistes (Jerry Masucci, Johnny
Pacheco, Willy Colon, Ruben Blades...) sont représentés à l'écran, de manière très crédible, comme un groupe de
jeunes musiciens latinos ambitieux. Les étapes de l'ascension et du déclin du fameux label - les albums majeurs, les
grandes tournées, les concerts marquants - sont présentées de manière succincte mais assez précise, permettant
d'introduire les principales chansons d'Héctor Lavoe : Aguanile, El cantante, Todo tiene su final, etc. Enfin, la destruction
progressive de l'artiste par la drogue, son instabilité croissante, ses vains efforts pour surmonter son addiction, jusqu'à sa
triste fin, sont représentés à l'écran de manière poignante.Bref, malgré quelques faiblesses et certains choix criticables,
El Cantante est dans l'enemble un bon film.Fabrice HatemPour plus de renseignements :
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109079.html
http://fabrice.hatem.free.fr - Fabrice Hatem's Homepage
Powered by Mambo
Generated: 10 February, 2017, 16:42