01-32 Appareils sanitaires - fvb

Commentaires

Transcription

01-32 Appareils sanitaires - fvb
Fonds de Formation professionnelle de la Construction
L’installateur sanitaire
Les appareils sanitaires
L ’ I N S T A L L A T E U R
S
A
N
I
T
A
I
R
E
LES APPAREILS SANITAIRES
FONDS DE
FORMATION
PROFESSIONNELLE
DE LA
CONSTRUCTION
Rue Royale 45
1000 Bruxelles
Tél. : (02) 210 03 33
Fax : (02) 210 03 99
www.laconstruction.be
1
[email protected]
AVANT-PROPOS
L’élargissement du champ d’activités du Fonds de Formation professionnelle de la Construction au
secteur du Parachèvement s’est accompagné d’un partage des responsabilités entre une série de
groupes de travail : les «Sections FFC».
La section «Installations sanitaires, Matériaux synthétiques et Gaz» avait décidé, au départ, de réaliser
un manuel scolaire. Au cours de l’évolution des travaux, ce manuel a pris plutôt la forme d’un ouvrage
de référence pour la formation.
C’est ainsi qu’il ambitionne de toucher un public aussi large que possible : les élèves du secondaire,
les adultes en formation, les formateurs et, en fin de compte... les professionnels eux-mêmes.
Afin de faciliter la tâche du lecteur, nous avons subdivisé l’ouvrage en différentes brochures d’une
quarantaine de pages chacune.
Une farde spéciale de classement est disponible pour les personnes qui désirent se procurer plusieurs
brochures ou la série complète. Vous trouverez une présentation de l’ensemble de la structure de
l’ouvrage au verso de la page de couverture.
Nous espérons que cet ouvrage contribuera à rendre la formation plus homogène et sommes convaincus qu’il permettra tant aux élèves qu’aux adultes en formation de se familiariser agréablement
avec les multiples facettes du métier d’installateur sanitaire.
Nous voudrions remercier ici tous les enseignants qui ont participé à la réalisation de ce travail de
longue haleine ainsi que les firmes qui nous ont aidés à choisir les illustrations et à corriger certains
textes.
Nous voudrions mentionner tout spécialement Messieurs N. De Pue (†) (ancien président de la
F.B.I.C. - Fédération Nationale des Associations de Patrons Installateurs Sanitaires et de Chauffage
au gaz, Plombiers, Zingueurs et Ardoisiers-Couvreurs de Belgique) et G. Wouters (président honoraire
de la Verenigde Lood- en Zinkbewerkers, Antwerpen) qui ont contribué à ce projet et en ont rendu
possible la réalisation.
Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir dans votre lecture.
Stefaan Vanthourenhout,
Président du FFC.
© Fonds de Formation professionnelle de la Construction, Bruxelles, 2002.
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays.
D/1998/1698/08
2
TABLE DES MATIÈRES
MODULE VII : APPAREILS SANITAIRES
1. INTRODUCTION ...............................................................................................................
5
2. LAVABO ............................................................................................................................
2.1. Description ............................................................................................................
2.2. Types de matériaux ...............................................................................................
2.3. Pose .......................................................................................................................
7
7
7
7
3. LAVE-MAINS ....................................................................................................................
3.1. Description ............................................................................................................
3.2. Types de matériaux ...............................................................................................
3.3. Pose .......................................................................................................................
13
13
13
13
4. BIDET ...............................................................................................................................
4.1. Description ............................................................................................................
4.2. Types de matériaux ...............................................................................................
4.3. Pose .......................................................................................................................
14
14
14
14
5. DOUCHE ...........................................................................................................................
5.1. Description ............................................................................................................
5.2. Types de matériaux ...............................................................................................
5.3. Pose .......................................................................................................................
16
16
17
18
6. BAIGNOIRE ......................................................................................................................
6.1. Description ............................................................................................................
6.2. Types de matériaux ...............................................................................................
6.3. Pose .......................................................................................................................
6.4. Baignoires de balnéothérapie ..............................................................................
21
21
22
22
24
7. ÉVIER ...............................................................................................................................
7.1. Description ............................................................................................................
7.2. Types de matériaux ...............................................................................................
7.3. Pose .......................................................................................................................
26
26
26
27
8. VIDOIR ..............................................................................................................................
8.1. Description ............................................................................................................
8.2. Types de matériaux ...............................................................................................
8.3. Pose .......................................................................................................................
28
28
28
28
9. W.-C.
9.1.
9.2.
9.3.
9.4.
................................................................................................................................
Description ............................................................................................................
Types de matériaux ...............................................................................................
Pose .......................................................................................................................
Systèmes de rinçage ............................................................................................
30
30
33
33
34
10. BROYEUR ........................................................................................................................
10.1. Description ............................................................................................................
10.2. Types de matériaux ...............................................................................................
10.3. Pose .......................................................................................................................
43
43
43
43
3
11. URINOIR ...........................................................................................................................
11.1. Description ............................................................................................................
11.2. Type de matériau ...................................................................................................
11.3. Pose .......................................................................................................................
44
44
45
45
12. AUTRES APPAREILS ......................................................................................................
12.1. Déversoirs .............................................................................................................
12.2. Lave-pannes ..........................................................................................................
12.3. Crachoirs ...............................................................................................................
12.4. Plonges ..................................................................................................................
12.5. Receveurs «plâtre» ...............................................................................................
12.6. Autres appareils ....................................................................................................
47
47
47
48
48
48
49
13. SYSTÈMES PRÉFABRIQUÉS ET SYSTÈMES DE MONTAGE ......................................
13.1. Introduction ...........................................................................................................
13.2. Cadre de montage métallique ..............................................................................
13.3. Éléments d’installation sanitaire .........................................................................
13.4. Systèmes à double paroi dans les locaux sanitaires ........................................
13.5. Locaux sanitaires préfabriqués ...........................................................................
50
50
50
51
52
52
GROUPE DE TRAVAIL
– Rédaction:
M. Boeynaems
M. Cornelis (Antwerpse Waterwerken)
M. Ides
M. Rouseu
M. Uten
M. Verhoeven
– Coordination:
M. P. Becquevort
4
MODULE VII: APPAREILS SANITAIRES
1. INTRODUCTION
Dans l’habitation contemporaine, la salle de
bains joue un rôle important, indispensable
même, dans notre confort en plus, bien sûr, du
chauffage, de l’éclairage, etc.
SOURCE: “HET LATRINAIRE GEBEUREN”
Il y a quelques centaines d’années seulement,
nos ancêtres n’avaient pas la même conception
des soins corporels et de l’hygiène. Ils ne connaissaient pas les prises d’eau fournissant de
l’eau pure; l’évacuation des eaux usées était
synonyme d’égouts ouverts malodorants qui
s’écoulaient tout simplement dans la rue ou
dans un ruisseau, et il n’était pas question de
baignoire, de lavabo ou de douche.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
Selon nos critères, une ville normale du Moyen
Âge devait dégager une puanteur insupportable.
La «peste» ou d’autres épidémies y avaient
donc le champ libre. Il a été nécessaire, là où
la population est fortement concentrée, de prendre des mesures pour bien organiser le système
sanitaire. Cela ne s’est pas fait en un jour, et nous
constatons aujourd’hui que chaque habitation
équipée d’installations sanitaires contribue à
l’amélioration de la santé publique.
SOURCE: “HET LATRINAIRE GEBEUREN”
5
Aujourd’hui, on trouve dans notre société moderne, un certain nombre d’appareils sanitaires
pratiquement dans chaque logement. Ces
appareils nous permettent de nous laver et
d’évacuer l’eau sale à l’égout sans dégager
d’odeur et de manière hygiénique.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
Et ce n’est pas tout !
La civilisation actuelle, qui accorde davantage de temps libre, a vu se développer une véritable culture
du corps. La salle de bains est devenue un lieu de détente où nous nous relaxons et où un lavage
réconfortant nous apaise également l’esprit.
L’aménagement de la salle de bains peut influencer fortement notre humeur pour la journée. En effet,
c’est l’endroit où nous nous «réveillons» le matin.
Un local sanitaire se compose, à l’heure actuelle, d’appareils sanitaires les plus divers quant aux
matériaux et aux formes. Il est possible d’aménager entièrement sa salle de bains selon ses idées
et ses goûts personnels.
Un aperçu:
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
Lavabo
Lave-mains
Bidet
Douche
Baignoire
W.-C.
Broyeur
Urinoir
Systèmes préfabriqués et
systèmes de montage
Il est important que ces appareils soient raccordés conformément aux Prescriptions techniques relatives aux installations intérieures (voir Mod. IV.1.4.).
6
2. LAVABO
2.1. DESCRIPTION
Le lavabo est un évier destiné à la toilette des mains, du visage et du haut du corps. Il a, dans les
grandes lignes, la forme d’un rectangle à coins arrondis. Sa forme, sa couleur et ses dimensions
varient.
SOURCE: KERAMAG
2.2. TYPES DE MATÉRIAUX
La surface des appareils sanitaires doit être dure et lisse, afin que les résidus ne puissent pas s’y
incruster. Les trois types de matériaux les plus utilisés sont les suivants:
– porcelaine vitrifiée (porcelaine sanitaire ou grès émaillé),
– matière synthétique,
– tôle émaillée.
2.3. POSE
La hauteur de pose du lavabo se situe entre 85
et 90 cm. Nous entendons par hauteur de pose,
la distance verticale entre le siège du robinet et
le plancher fini.
En principe, il est conseillé de savoir quels
types d’appareils sanitaires vont être installés
avant de placer l’arrivée d’eau chaude et froide
et l’évacuation.
± 30 cm
e.c.
e.f.
± 5 cm
environ
85 à 90 cm
± 15 à 20 cm
Ces mesures sont indicatives et doivent éventuellement être adaptées
pour chaque appareil, en fonction des directives du fabricant.
7
Les lavabos sont généralement fixés au mur à l’aide de consoles, de pattes de suspension ou de
boulons ancrés dans des chevilles. Les dessins ci-dessous illustrent ces trois méthodes.
mur
mur
mur
lavabo
lavabo
lavabo
cheville
console
patte de suspension
vis
FIXATION PAR CONSOLE
FIXATION PAR PATTE DE SUSPEN-
cheville
boulon
écrou en nylon
rondelle
écrou
FIXATION PAR CHEVILLE
Les conduites et l’évacuation apparentes ne sont pas très décoratives. Nous essaierons donc, dans
la mesure du possible, de les encastrer ou de les camoufler derrière une colonne (ou, de plus en
plus souvent une demi-colonne).
SOURCE: SPHINX
SOURCE: VILLEROY & BOCH
8
Le système d’évacuation se compose de deux parties: d’une part, la bonde en laiton chromé, qui est
montée dans l’évier et, d’autre part, un bouchon en caoutchouc ou en plastique souple, fixé à l’évier
ou à la robinetterie au moyen d’une chaînette.
Dans ce système d’évacuation, l’étanchéité est assurée par un joint plat et un joint torique que
l’on maintient en place en serrant le boulon fileté. On néglige parfois, à tort, d’installer le joint plat.
L’absence de ce joint plat ne provoque pas de fuite d’eau mais permet à l’eau de s’écouler lentement.
mastic d’étanchéité
absence de joint plat
bouchon
boulon fileté
joint
torique
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
Lorsque le bouchon est commandé de l’extérieur par un procédé mécanique (via un bouton sur le
corps du robinet), on travaille avec une tirette de vidage.
9
Il existe des bondes de différentes dimensions:
• bondes de 1 1/4”, conduite d’évacuation en PVC de 32 mm de diamètre;
• bondes de 1 1/2”, conduite d’évacuation en PVC de 40 mm de diamètre.
Un siphon démontable est monté sur la bonde
afin d’empêcher les mauvaises odeurs.
SOURCE: SPHINX
Les lavabos peuvent être équipés d’un trop-plein
intégré. Ce trop-plein empêche l’eau de déborder
de la cuvette et de causer des dégâts, même si
le bouchon est mis.
Les lavabos sans trop-plein intégré sont équipés
d’un système de dégorgeoir et de trop-plein
externe.
SOURCE: KERAMAG
10
Lors de l’installation et du raccordement du lavabo, les conduites d’amenée d’eau froide et d’eau
chaude peuvent être placées contre le mur ou dans le mur.
Ces conduites aboutissent à une plaque murale ou à un coude (diamètre intérieur 1/2”, filetage
intérieur).
SOURCE: REHAU
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
Un robinet d’arrêt est vissé dans la plaque murale (robinet Schell). Il permet de couper l’eau pour
travailler au robinet ou pour enlever le lavabo.
SOURCE: SCHELL
SOURCE: KERAMAG
± 30 cm
e.c.
e.f.
évacuation
± 15 à 20 cm
± 5 cm
Nous plaçons la conduite d’évacuation au centre
du lavabo, 30 cm plus bas que le siège du robinet. C’est généralement cette dimension qui est
indiquée par le fabricant du lavabo.
11
Pour raccorder l’eau froide et l’eau chaude, nous procédons comme suit:
• avec mitigeur (robinet mélangeur à manette unique): raccorder uniquement les conduites chromées
de 10 mm au robinet Schell;
• avec des robinets séparés pour eau froide et/ou chaude: raccorder à la conduite chromée de
10 mm, raccord à compression du côté du robinet Schell, patte de fixation et joint de fibres du
côté du lavabo.
Ce tuyau peut être remplacé par un flexible.
En présence d’un mitigeur, l’amenée d’eau froide doit être protégée par un antiretour de type A (EA),
précédé d’un robinet d’arrêt.
L’antiretour peut également être placé au centre de l’alimentation de l’habitation.
La sortie des robinets doit toujours dépasser le bord du lavabo d’au moins 2 cm.
12
3. LAVE-MAINS
3.1. DESCRIPTION
Ce petit lavabo est un accessoire indispensable dans toutes les toilettes, pour s’y laver les mains
chaque fois qu’on a utilisé les W.-C.
L’appareil est suspendu contre un mur plat ou dans un angle.
Les dimensions, les coloris et la forme varient selon le fabricant.
SOURCE: WARNETON
3.2. TYPES DE MATÉRIAUX
Le lave-mains est fabriqué en porcelaine émaillée (porcelaine sanitaire ou grès émaillé) à structure
superficielle très lisse.
3.3. POSE
Voir lavabo.
13
4. BIDET
4.1. DESCRIPTION
Le bidet sert aux ablutions intimes. Sa forme et sa hauteur sont comparables à ceux des W.-C.
4.2. TYPES DE MATÉRIAUX
Le matériau le plus commun est la porcelaine vitrifiée. On utilise aussi parfois l’acier inoxydable.
4.3. POSE
On distingue deux types de bidets:
• le bidet à poser,
• le bidet suspendu.
Le bidet à poser est fixé au sol au moyen de vis et éventuellement avec une patte de fixation à
l’avant.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
14
SOURCE: VILLEROY & BOCH
Nous pouvons fixer le bidet suspendu à l’aide d’un
bâti. Un montage suspendu présente l’avantage que
l’on peut facilement nettoyer en dessous du bidet.
Les boulons d’ancrage sont déconseillés: si le mur
n’est pas assez résistant, l’appareil risque de tomber
en emportant dans sa chute des morceaux du mur
portant.
Un seul percement est généralement prévu dans les
appareils en porcelaine. Parfois deux autres trous
sont défonçables. Au besoin, nous les percerons complètement à l’aide d’un petit burin ou d’un pointeau.
Nous le ferons de haut en bas afin de ne pas casser
la porcelaine plus que nécessaire. Nous pouvons
aisément marquer l’emplacement exact des trous
défonçables pour les robinets, simplement en plaçant
une source lumineuse au-dessous.
La bonde peut être dotée d’un bouchon libre ou d’un
vidage automatique (dispositif). Un siphon tubulaire
ou un siphon en forme de bouteille est raccordé
sur la bonde; ce siphon est, à son tour, raccordé au
système d’égouts intérieur au moyen d’une douille
de raccordement.
SOURCE: GROHEDAL
SOURCE:
DESCO WIJNEGEM
La protection des mitigeurs s’effectue comme pour les lavabos (voir 2.3. p. 7). L’usage de douchettes
est interdit.
15
5. DOUCHE
5.1. DESCRIPTION
La douche est un endroit où l’on se lave debout.
La douche peut également servir à une toilette
partielle, pour se laver les cheveux ou les pieds,
par exemple.
La personne qui se douche va se laver et se
rincer à fond. La douche doit donc être suffisamment spacieuse pour ne pas entraver les
mouvements.
SOURCE: DUSCHOLUX
On utilisera un receveur de douche ou bien on
étanchera le plancher du local de douche. Il
existe également des cabines de douche toutes
faites que l’on peut poser sur le plancher (fini).
SOURCE: INTERSAN
16
5.2. TYPES DE MATÉRIAUX
Les receveurs de douche peuvent être fabriqués en:
•
•
•
•
•
•
•
grès vitrifié (= émaillé),
porcelaine vitrifiée,
tôle émaillée,
fonte émaillée,
matière synthétique,
aluminium,
acier inoxydable.
Il existe une grande gamme de coloris. Ces coloris, qui changent avec la mode, existent en version
brillante et mate.
Les dimensions des receveurs de douche vont de 70 cm x 70 cm, 80 cm x 80 cm à 90 cm x 90 cm,
mais les formes et les dimensions peuvent être très différentes: il existe des receveurs carrés, rectangulaires, ronds ou ovales. La profondeur de ces appareils présente également des différences
(de 5 cm à 30 cm).
SOURCE: UCOSAN
•
•
•
•
receveur de douche plat,
receveur de douche bas,
receveur de douche profond,
receveur de douche profond avec siège.
En outre, nous pouvons également mentionner ici
les douches d’entreprise et les douches combinées
dans les hôpitaux, où l’on prêtera une attention toute
particulière à l’aspect hygiénique.
SOURCE: HANSGROHE
17
5.3. POSE
Les receveurs de douche peuvent être encastrés sous le niveau du sol ou ressortir au-dessus du
niveau du sol. Le receveur de douche peut reposer sur un support spécial.
Le fond du receveur de douche comprend une ouverture dans laquelle nous raccordons la bonde et
le coupe-air.
SOURCE: BETTE
SOURCE: BETTE
SOURCE: MEPA
18
Lorsqu’on a un plancher de douche étanche, il faut être très attentif à ce que le raccordement du
siphon (également appelé orifice d’évacuation avec coupe-air à cloche) soit étanche. Pensez bien à
la capacité d’évacuation !
Exemple de montage
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Sans plaque d’étanchéité
Dalle de sol
Chape
Carrelage
Mastic à deux composants
Joint d’étanchéité
Bouche d’entrée
Plaque d’étanchéité en cuivre étamé
Isolation contre l’humidité
Jonction
Isolation phonique ou thermique
Avec joint d’étanchéité et isolation
contre l’humidité
Avec jonction, plaque d’étanchéité et isolation
contre l’humidité
SOURCE: GEBERIT
19
Nous serons également très attentifs à l’étanchéité à l’eau entre le mur (ou plusieurs murs) et
le receveur de douche. Pour éviter de répandre
de l’eau sur le sol à proximité de la douche, on
utilisera un rideau de douche ou une paroi de
douche. Les types, coloris et prix de ces dernières sont très variés.
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
La protection du mitigeur s’effectue comme pour le lavabo (voir 2.3.).
La douchette peut être équipée:
• d’un antiretour de type B (EA’) après le mitigeur,
• d’un antiretour de type B (EA’) sur l’alimentation en eau froide et en eau chaude du mitigeur.
20
6. BAIGNOIRE
6.1. DESCRIPTION
La baignoire sert à se laver en position couchée
ou assise. L’appareil est généralement posé sur
le sol contre un mur, mais il peut également être
installé à d’autres endroits.
Il sera plus facile de pénétrer dans la baignoire
si elle est posée non sur le plancher fini mais
sur le béton brut, ce qui permet de l’enfoncer
de 10 cm.
Les formes, les dimensions et les coloris varient
selon le producteur. Certaines baignoires sont
même prévues pour deux personnes ou davantage.
SOURCE: BETTE
Dans les locaux plus exigus, la baignoire peut
s’utiliser également pour la douche. Des modèles
très pratiques existent à cet effet sur le marché.
SOURCE: BETTE
Si nous considérons l’aspect esthétique, nous pouvons classer les baignoires en deux grands groupes:
• la baignoire longue, c’est-à-dire une vasque allongée dans laquelle on peut se détendre en position
couchée. Elle est encastrée dans le plancher ou placée contre un ou deux murs.
• la baignoire-sabot, plus petite que la baignoire longue, mais pourvue d’un siège. Elle peut être
posée de la même manière qu’une baignoire normale.
21
6.2. TYPES DE MATÉRIAUX
•
•
•
•
Fonte émaillée,
Tôle émaillée,
Matériau synthétique (acrylique),
Polyester.
6.3. POSE
Les baignoires sont posées en équilibre stable sur le sol. La mise à l’horizontale des bords s’effectue
en réglant le bâti. La finition des côtés doit s’effectuer de manière à ce qu’ils soient étanches à l’eau
et que l’évacuation reste accessible.
Fixer le système d’évacuation/trop-plein. Fixer les pieds dans les renflements
du corps de la baignoire (à l’aide des vis à bois spéciales fournies).
Régler la baignoire à l’aide des pieds réglables. Reporter le contour extérieur
de la baignoire sur le mur. Appliquer la fixation murale (crampons ou lattes de
bois), en tenant compte de la hauteur du rebord de la baignoire aux endroits
où celui-ci ne repose pas sur un muret.
Raccorder l’évacuation.
Remplir la baignoire et
contrôler l’étanchéité.
Poser le revêtement
extérieur en panneau de
fibres ou autre et y coller
les carreaux.
Ne pas enlever les rubans adhésifs et la feuille
de protection avant la
finition du revêtement et
le montage de la robinetterie. Ensuite, fixer éventuellement des poignées
dans la vasque.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
N’oubliez pas de prévoir une trappe de visite avec
châssis carrelé en vue d’un entretien éventuel.
SOURCE: “L’ENTREPRISE”
22
Pose du mitigeur
Auparavant, nous disposions de mitigeurs ordinaires à double commande (eau chaude et eau froide).
A l’heure actuelle, on rencontre de plus en plus souvent des mitigeurs à manette unique. Différentes
possibilités d’installation existent:
• en saillie: en position verticale ou horizontale sur un plancher latéral ou sur le rebord de la baignoire;
• encastrée: dans le pan de mur.
Les robinets ont un réglage mécanique ou thermostatique et possèdent un limiteur de température.
Le robinet de la baignoire est presque toujours doté d’une douchette (douchette de massage).
Le mitigeur et la douchette ont la même protection que la douche.
SOURCE: F. GROHE
SOURCE: F. GROHE
SOURCE: HANSA
Système d’évacuation
SOURCE: F. GROHE
On utilise un système de vidange et de trop-plein.
étanchéité sûre à 100 %
en tournant légèrement
la rosace, celle-ci ouvre
et ferme la soupape
de vidage
fixation de la rosace du trop-plein
qui résiste à la traction, les parties
exposées à la traction mécanique
sont en laiton
la rosace du trop-plein
Geberit Wings est tout
simplement enclipsée
le tuyau flexible du trop-plein
et le coupe-air sont en
polypropylène recyclable (PP)
le câble de commande est une
spirale métallique recouverte de
matière synthétique
le grand diamètre de la
soupape garantit une
évacuation rapide
raccord à emboîter pour un
réglage en hauteur rapide
le coude d’évacuation
orientable facilite le
raccordement à la
conduite d’évacuation
cliquet empêchant la
fermeture de la soupape
lors de l’évacuation
le principe unique
de vidange à contrecourant garantit une
évacuation silencieuse
SOURCE: GEBERIT
l’importante garde d’eau
protège des mauvaises
odeurs
Les systèmes combinés de vidange/trop-plein à
usage ménager sont protégés par une protection de type DB (antiretour de contact atmosphérique à parties mobiles) après le mitigeur,
à 15 cm minimum au-dessus du rebord de la
baignoire.
Ces systèmes combinés de vidange/trop-plein
doivent comporter un trop-plein en dessous de
la sortie de la conduite d’alimentation, dont la
section sera au minimum 4 fois plus grande que
celle de la conduite d’alimentation.
En cas de doute sur la conformité d’un modèle
déterminé, il est préférable de contacter la compagnie des eaux.
23
6.4. BAIGNOIRES DE BALNÉOTHÉRAPIE
Certaines baignoires plus coûteuses sont équipées de:
• une pompe à eau à têtes d’arrosage réglables
spéciales (têtes de massage) et d’une commande continue mélangeant le jet d’eau à
l’air;
• une pompe à air à chauffage intégré et d’un
réglage du débit d’air à commande continue
(bain à bulles);
• un éclairage sous eau à basse tension doté
de la protection nécessaire;
• un chauffe-eau électrique;
• un système d’épuration.
SOURCE: AQUAMASS
Baignoire Whirpool à jet d’eau
Une pompe électrique aspire l’eau de la vasque. Des têtes d’arrosage raccordées au système tourbillonnaire ramènent l’eau sous pression dans la baignoire. L’eau fait des bulles parce que le jet d’eau
est mélangé à de l’air par un régulateur à commande continue. Le jet de massage provenant des
têtes d’arrosage placées sur les côtés ou aux pieds peut être dirigé dans n’importe quelle direction
et peut également être réglé plus ou moins fort au gré de l’utilisateur.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
SOURCE: UCOSAN
24
Baignoire Whirpool à jet d’air
Un compresseur électrique à chauffage intégré aspire l’air préchauffé de la salle de bains et l’insuffle
à haute pression dans l’eau du bain via des buses installées dans le fond de la baignoire. Grâce à dix
buses réparties sur tout le fond de la baignoire, les jets d’air de massage atteignent toutes les parties
du corps. Un régulateur d’air réglable en continu permet d’adapter l’intensité du massage.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
SOURCE: UCOSAN
Baignoire Whirpool à jet d’eau et d’air
Cette version intègre les deux systèmes tourbillonnaires (jet d’eau et jet d’air). Cette synthèse réunit
l’effet de massage doux mais néanmoins actif du jet d’eau et le picotement stimulant du jet d’air
riche en oxygène. Un élément de commande unique permet de mettre les systèmes en service
séparément ou simultanément. L’intensité des jets d’eau et d’air peut être réglée de manière tout à
fait indépendante.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
La protection est pareille à celle de la
baignoire (voir 6.). En complément, il convient d’ajouter des systèmes de désinfecSOURCE: UCOSAN
tion à alimentation directe protégés par une
protection de type BA, antiretour avec zone de pression différentielle contrôlable (voir Mod. IV.1.4.1.).
La protection est installée à l’horizontale entre 2 robinets d’arrêt et est précédée d’un filtre facilement
démontable.
L’ouverture d’injection doit être libre et visiblement disjointe de la liaison à l’égout, afin de récupérer
l’eau de fuite.
25
7. ÉVIER
7.1. DESCRIPTION
L’évier est utilisé dans toutes les opérations liées à la cuisine, entre autres pour le lavage de la
vaisselle, le lavage et le rinçage des légumes…
L’évier est posé dans le plan de travail ou sur les armoires basses et comprend un ou deux bacs ainsi
que, parfois, un égouttoir à gauche ou à droite.
SOURCE: FRANKE
7.2. TYPES DE MATÉRIAUX
• Généralement en acier inoxydable.
• Tôle émaillée.
• Matériau synthétique (matériaux composites ou moulage de dispersion acrylique fortement concentrée).
• Parfois encore en porcelaine vitrifiée.
26
7.3. POSE
Les éviers sont généralement encastrés dans la partie
supérieure du plan de travail de la cuisine.
Le cuisiniste peut adapter la hauteur du plan de travail
aux exigences du client. L’amenée d’eau froide et
chaude s’effectue par deux robinets d’arrêt (robinets
Schell) dissimulés dans l’armoire sous évier. Le mitigeur fixé sur l’évier y est raccordé.
Le mitigeur peut être:
•
•
•
•
à double commande (eau chaude et eau froide),
à manette unique, à réglage mécanique,
à manette unique, avec douchette séparée,
à manette unique dans lequel la douchette constitue un tout avec le robinet.
SOURCE: GROHE
SOURCE: VILLEROY & BOCH
SOURCE: GROHE
La protection du mitigeur et de la douchette s’effectue comme pour le lavabo et la douche.
Systèmes à évacuation simple
SOURCE:
BELINOX
SOURCE:
GEBERIT
27
8. VIDOIR
8.1. DESCRIPTION
Le déversoir sert à déverser l’eau de nettoyage,
à rincer les torchons, etc. Ce bac est équipé d’un
rebord et comprend un trop-plein, éventuellement
un égouttoir et parfois une grille.
SOURCE: WARNETON
8.2. TYPES DE MATÉRIAUX
• Porcelaine vitrifiée.
• Acier inoxydable.
• Matériau synthétique.
SOURCE: NOVOBOCH
8.3. POSE
Le déversoir est fixé au mur à l’aide de deux vis
chromées apparentes ou de deux pattes de fixation
invisibles.
Les grands modèles avec égouttoir reposent sur une
armoire basse ou sur des consoles métalliques.
La hauteur de pose, entre le rebord et le sol, est de
65 cm ± 4 cm.
SOURCE: NOVOBOCH
28
Le robinet d’eau froide fourni est un robinet
mural à bec mobile. La hauteur du robinet permet
de remplir un seau.
SOURCE: ABUPRACTIC
La conduite d’évacuation est raccordée à la
bonde avec un coupe-air.
Lorsqu’il n’y a pas de trop-plein, nous utilisons
un tuyau de trop-plein.
Lorsqu’il y a un trop-plein, on utilise un bouchon
avec chaînette.
SOURCE: ABUPRACTIC
29
9. W.-C.
9.1. DESCRIPTION
Les W.-C. servent à aller à la selle et à uriner assis. Du fait de leur conception et de leur forme, les
W.-C. conviennent moins bien pour uriner debout, opération pour laquelle l’urinoir suspendu convient
mieux. Pourtant, on rencontre rarement ce dernier dans les habitations. La hauteur de la cuvette
des W.-C. est standardisée, mais il existe des modèles surélevés pour les personnes âgées et les
moins-valides, ainsi que des W.-C. pour enfants.
On peut classer les W.-C. en différents groupes:
• siège à la turque ou W.-C. à pédales,
• W.-C. secs (modèle «chemin de fer»),
• cuvette à chasse coupée,
• W.-C. à chasse basse,
• cuvette à siphon,
• cuvette suspendue.
Les lettres indiquent le type de sortie prévu:
• RB = sortie arrière basse
• VB = sortie avant basse
• BC = sortie centrale basse
• S = sortie en S, extérieure arrière verticale
• SC = sortie en S, cachée
• EO = sortie extérieure oblique, sous un angle de 90°.
EO
VB
S
RB
SOURCE: NOVOBOCH
30
Siège à la turque (ou à pédales)
Ce type d’appareil se rencontre peu dans nos
régions.
L’appareil ressemble un peu à un récepteur de
douche, mais est muni de repose-pieds en relief,
d’un orifice d’évacuation de grand diamètre et
d’un raccordement pour le système de lavage. Il
est conçu pour être utilisé en position accroupie.
Des poignées où s’accrocher sont éventuellement
prévues.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
Les W.-C. secs (également désignés sous l’appellation internationale «chemin de fer»).
Les W.-C. secs se retrouvent dans les anciens
trains, dans les vieilles fermes ou maisons de
campagne. Avec ce genre de W.-C., nous ne
prévoyons généralement pas de lavage et la
cuvette ne comporte pas de siphon.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
La cuvette à chasse coupée
Dans les cuvettes à chasse coupée, les matières
fécales sont recueillies, dans un premier temps,
sur le fond plat et elles disparaissent au lavage
dans le coupe-air (siphon) puis dans le système
d’évacuation. Le désavantage de cette cuvette
est que les déjections peuvent dégager des
odeurs désagréables. Mais comme le fond plat
permet de contrôler les selles, ces appareils sont
souvent utilisés dans les hôpitaux.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
31
Les W.-C. à chasse basse
Avec les W.-C. à chasse basse, la diffusion des odeurs reste limitée. Les matières fécales plongent
immédiatement dans l’eau, ce qui provoque parfois des éclaboussures gênantes. Toute l’eau de
lavage peut être utilisée à rincer le coupe-air.
C’est cette cuvette qui est la plus utilisée.
SOURCE: NOVOBOCH
SOURCE: NOVOBOCH
La cuvette à siphon (de plus en plus rare)
Ce type est dérivé de la cuvette à chasse basse, mais il présente quelques différences internes. Cette
cuvette possède, en effet, dans son évacuation, un rétrécissement qui fait donc effet de résistance.
Lorsque l’eau de lavage a surmonté cette résistance, l’effet de siphon commence. Cette cuvette
présente le désavantage de consommer beaucoup d’eau.
32
La cuvette suspendue
Les cuvettes suspendues sont généralement réalisées en version à chasse basse. Leur principal
avantage est qu’elles ne sont pas posées sur le sol mais environ 5 cm au-dessus de celui-ci, ce qui
favorise fortement l’hygiène.
En effet, dans les cuvettes à poser, il est impossible d’enlever les saletés accumulées entre la cuvette et le plancher.
SOURCE: GEBERIT
SOURCE: GEBERIT
SOURCE: SPHINX
9.2. TYPES DE MATÉRIAUX
Les cuvettes de W.-C. sont essentiellement réalisées en porcelaine vitrifiée, mais aussi en acier
inoxydable ou en matériau synthétique.
9.3. POSE
Fixation
Les cuvettes de W.-C. sont fixées au sol à l’aide de deux ou quatre vis en laiton.
Des trous sont percés aux endroits voulus et des chevilles en plastique y sont enfoncées. Les vis en
laiton sont généralement dotées d’un bouchon en plastique.
Ensuite, on étanchera le joint entre la cuvette et le plancher avec du caoutchouc silicone afin d’éliminer les inégalités du plancher et d’obtenir une fermeture hygiénique.
Les cuvettes suspendues sont fixées à l’aide d’un bâti que nous installerons avant la pose du carrelage.
33
9.4. SYSTÈMES DE RINÇAGE
Nous pouvons classer les systèmes de rinçage en deux groupes: le réservoir et le robinet de rinçage
raccordé directement sur la conduite d’eau.
Il existe différents types de réservoirs:
• réservoir haut,
• réservoir mi-haut,
• réservoir bas,
• combiné (duobloc),
• réservoir encastré.
Réservoir haut
Réservoir
mi-haut
Réservoir
bas
Duo
SOURCE: GEBERIT
34
On placera un robinet d’arrêt entre la conduite
d’eau et le réservoir, afin de pouvoir effectuer
les réparations et l’entretien sans devoir couper
l’eau.
Le remplissage du réservoir se fait automatiquement via un robinet à flotteur. Le principe
du robinet à flotteur repose sur l’ouverture et
la fermeture automatiques d’un clapet par un
flotteur partiellement immergé dans l’eau. Un antiretour est incorporé dans le robinet à flotteur, afin
d’empêcher le siphonnage de la cuvette en cas
de baisse de pression dans la conduite d’eau.
Les réservoirs de chasse peuvent être réalisés
en porcelaine vitrifiée ou en matériau synthétique; anciennement, on les fabriquait également
en fonte émaillée ou en tôle.
SOURCE: GROHEDAL
Réservoir à siphon
On ne peut utiliser les réservoirs à siphon qu’en montage haut. Le vidage de ce type de réservoir
s’effectue par siphonnage.
Dans le réservoir, nous trouvons une cloche dotée d’un tube plongeur qui repose, avec un joint
d’étanchéité, sur le clapet de chasse du réservoir.
On peut soulever la cloche en faisant levier sur une chaîne pendant sur le côté du réservoir. Si nous
soulevons un peu la cloche en tirant sur la chaîne, cela suffit pour que la quantité exacte d’eau se
déverse dans la colonne de chasse.
Ce bouchon d’eau pousse tout l’air présent dans la colonne de chasse et provoque une dépression
derrière lui.
Entre-temps, la cloche est, elle aussi, retombée
Réservoir à cloche
sur son siège.
Du fait de la construction spéciale, l’eau est
refoulée sous la cloche et ne peut que ressortir
par le tube plongeur.
L’eau refoulée arrive dans la colonne de chasse
et l’aspiration du bouchon d’eau provoque une
action siphonique. L’action siphonique se termine lorsque de l’air est aspiré en dessous de
la cloche.
35
Réservoir à siphon coudé
Le réservoir ne contient, à part le flotteur, aucune pièce mobile.
Le tuyau intérieur est coudé en U et la branche recourbée vers le bas arrive juste au-dessus du fond.
L’autre branche se trouve au milieu du réservoir et nous y fixons la chute.
En dessous de la petite branche du siphon coudé, débouche un petit tube plongeur relié au dispositif
de bouton-poussoir par le fond du réservoir.
Le dispositif de bouton-poussoir contient une membrane en caoutchouc qui peut être enfoncée par
un bouton-poussoir.
Le petit tube et l’espace derrière la membrane en caoutchouc sont remplis d’eau.
Lorsque l’on appuie vigoureusement sur le bouton-poussoir, l’eau contenue dans le petit tube reflue dans la colonne d’eau jusqu’au moment où elle traverse le coude. Comme le coude est un peu
rétréci, l’eau remplit tout le tuyau.
L’eau refoulée afflue dans la grande branche du siphon coudé et provoque ainsi l’effet siphonique.
Ce système pose un problème: les enfants et les personnes âgées ne parviennent pas, ou difficilement, à actionner la chasse.
SOURCE: GEBERIT
36
Le réservoir à cloche (avec tube plongeur mobile)
Le fond du réservoir contient un trou dans lequel le tube plongeur peut se déplacer librement vers le
haut et vers le bas. Le tube plongeur est fixé à la colonne de chute à deux branches.
La partie supérieure de la colonne de chute est mobile et est guidée dans la partie fixe inférieure, un
peu plus large, de la colonne de chasse.
Un soufflet en caoutchouc est fixé à l’extrémité supérieure de la colonne de chasse, tandis que, dans
le bas, le soufflet est fixé hermétiquement autour du trou présent dans le fond.
Lorsque l’on comprime le soufflet, il se détend et entraîne le tube plongeur vers le haut.
Une cloche est placée au-dessus du soufflet et du tube plongeur. Elle est fixée au fond du réservoir
par des tenons.
L’action siphonique est amorcée lorsqu’on tire vers le bas la partie supérieure du tube plongeur.
Cette action fera affluer l’eau dans la colonne de chasse.
Pendant que l’eau pénètre, l’air présent sous la cloche sera aspiré.
L’action siphonique a commencé et on peut relâcher le tube plongeur.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Trous de fixation
Tuyau de trop-plein
Ligne d’eau
Manchon en caoutchouc
Support et tenon de fixation de la cloche
Distance de tirage
Lignes d’indication de niveau
Tube plongeur
Colonne de chasse
37
Réservoirs bas
Les réservoirs bas peuvent également être placés
en hauteur.
A la différence des réservoirs hauts, le fonctionnement de ces réservoirs n’est pas basé sur l’effet de
siphon mais sur le soulèvement d’un clapet. Nous
pouvons distinguer différents types de clapets de
fond: ils diffèrent par leur taille et par leur forme. Lorsque l’on tire le bouton de chasse (ou que l’on appuie
sur un mécanisme de levier), le clapet se relève et
est maintenu en dehors de l’effet d’aspiration de l’eau
qui s’écoule.
Sous l’effet refouleur du flux d’eau, le clapet continue
à flotter.
Dans certaines versions, un flotteur (ou un clapet à
air captif) maintient le clapet de fond soulevé.
Lorsque toute l’eau de rinçage s’est écoulée, le clapet
refermera l’ouverture de vidage et le réservoir pourra
à nouveau se remplir.
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
robinet-flotteur = remplissage
levier de commande de la
grande touche = la quantité
d’eau de rinçage est de 6 ou 9 l
levier de commande de la
petite touche = la quantité
d’eau de rinçage est de 3 l
isolation contre la
condensation
cloche = mécanisme de vidange
trop-plein
réglage de la quantité d’eau
de rinçage : 6 ou 9 l
SOURCE: GEBERIT
38
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
D’autres systèmes de commande (à la main ou au pied) existent pour soulever le clapet de fond;
• commande par câble,
• commande pneumatique (une membrane que l’on enfonce et qui fait gonfler un coussin d’air).
Protection: le réservoir de chasse doit former une garde d’air réglementaire.
W.-C.
Min. 2 cm
Garde d’air
Trop-plein
SOURCE: A.W.W. - ANTWERPEN
39
Le robinet de rinçage
Avec les robinets de rinçage sous pression, l’eau de rinçage est prélevée directement dans l’installation d’eau potable.
Le fonctionnement d’un robinet de rinçage sous pression repose, en principe, sur un clapet qui libère
le flux d’eau dans la colonne de chasse et un dispositif de freinage qui veille à ce que le clapet se
referme lentement.
En actionnant le levier ou le bouton-poussoir, on ouvre une soupape de décompression.
L’eau s’écoule depuis la chambre de compression supérieure, passe par la soupape de décompression que l’on peut maintenant soulever facilement.
L’eau s’écoule dans la cuvette de W.-C.
Lorsque le levier est relâché, la soupape referme la chambre de compression supérieure.
Pendant ce temps, la chambre de compression se remplit par un petit canal et la soupape d’arrêt est
repoussée lentement sur son siège.
La fermeture se fera sans aucun coup de bélier.
Le raccordement direct sur la conduite d’eau a pour conséquence qu’il faudra dimensionner généreusement les conduites d’eau.
PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
GESLOTEN
GEOPEND
SOURCE: AQUA (BELGIQUE)
Protection: un aérateur avec ou sans parties mobiles, avec ou sans adjonction de produits.
W.-C. ET URINOIR À RINÇAGE LATÉRAL
Sans adjonction de produits
R
R
R
Robinet de rinçage
Robinet de rinçage
Aérateur avec parties
mobiles
Avec adjonction de produits
Aérateur avec parties
mobiles
R
Robinet de rinçage
Aérateur sans parties
mobiles
Adjonction
de produits
Robinet de rinçage
Aérateur sans parties
mobiles
Adjonction
de produits
SOURCE: A.W.W. - ANTWERPEN
40
Raccordements
De nombreux types de constructions ont été appliqués dans le passé afin que le raccordement de
la cuvette à la conduite d’évacuation soit étanche aux odeurs et à l’eau. Actuellement, nous devons
utiliser des manchons d’évacuation existant en différentes versions.
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
Les réservoirs suspendus étant placés au-dessus des W.-C., nous effectuerons un montage mural.
Le réservoir et la cuvette sont reliés au moyen d’un tuyau de chute et peuvent être réalisés en une,
deux ou trois parties.
Le diamètre du tuyau de chute relié aux réservoirs bas est supérieur à celui des réservoirs suspendus
en hauteur.
41
La cuvette des W.-C. est raccordée au tuyau de
chute au moyen d’un manchon (culotte) ou d’une
bague brevetée (joint normalisé).
Le réservoir des W.-C. combinés (duobloc) est
placé sur la cuvette à l’aide de deux écrous et
boulons, tandis qu’une bague d’étanchéité en
néoprène est placée entre les W.-C. et le réservoir afin que le raccordement soit étanche
à l’eau.
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
Accessoires
Les sièges des W.-C. sont essentiellement réalisés en matière synthétique, mais certains sont en
bois. Le siège des W.-C. (lunette) est fixé sur le large bord arrière de la cuvette. Deux trous normalisés y sont prévus. Les sièges simples sont généralement de forme circulaire; les sièges de luxe ont
une assise de forme anatomique.
SOURCE: PRESSALIT
On obtient un confort supérieur avec la
cuvette combinée à une douchette anale.
SOURCE: GEBERIT
42
10. BROYEUR
10.1. DESCRIPTION
Un broyeur de matières fécales est un appareil qu’on peut placer derrière une cuvette de W.-C.
L’appareil broie les déchets et sa pompe les évacue par une canalisation de petit diamètre (22 mm,
32 mm, 40 mm). Certains appareils peuvent également collecter l’eau sanitaire usée et l’évacuer. La
hauteur de refoulement de la pompe peut varier entre 1,5 m et 5 m, la distance horizontale que l’on
peut franchir peut aller jusqu’à 50 mètres.
SOURCE: SANIBROYEUR
10.2. TYPES DE MATÉRIAUX
Le bâti du broyeur est en matière synthétique, l’intérieur en synthétique et acier inoxydable. Il existe
également des modèles intégrés dans une cuvette en céramique.
10.3. POSE
On place l’appareil derrière la cuvette qui y est raccordée directement. On raccorde les autres appareils avec une pente légère en direction du broyeur.
La conduite d’évacuation du broyeur sera raccordée directement au point le plus haut du broyeur et
mènera ensuite vers l’évacuation principale avec une chute normale.
Avant de placer le broyeur, on contrôlera si la réglementation communale locale autorise l’installation
de cet appareil.
Les raccordements directs ne sont pas autorisés.
43
11. URINOIR
11.1. DESCRIPTION
Un urinoir est un appareil qui permet d’uriner
debout, mais on le rencontre trop rarement dans
les habitations.
Cet appareil présente le grand avantage de consommer moins d’eau et d’assurer une meilleure
hygiène.
Par contre, on place des urinoirs dans les bâtiments publics.
Il existe des urinoirs suspendus, des urinoirsstalles et des urinoirs en applique.
Ces derniers ne sont plus beaucoup utilisés.
Les urinoirs suspendus peuvent être équipés
d’un coupe-air qui a souvent un effet de siphon
(urinoir à action siphonique).
SOURCE: IDEAL STANDARD
SOURCE: NOVOBOCH
SOURCE: NOVOBOCH
Les dispositifs de rinçage à utiliser sont, en principe, identiques à ceux des cuvettes de W.-C., mais
la capacité de rinçage est adaptée.
Les urinoirs installés dans les bâtiments publics sont souvent équipés, dans une perspective
d’hygiène et de lutte contre le vandalisme, d’appareils de rinçage encastrés et d’armatures de
commande, entièrement mécaniques (p. ex. par commande au pied) ou entièrement électroniques
(p. ex. mesure de résistance, détecteur de présence).
44
Protection: un aérateur avec ou sans parties mobiles,
avec ou sans adjonction de produits.
11.2. TYPE DE MATÉRIAU
Les urinoirs sont réalisés en porcelaine, en acier inoxydable ou en tôle émaillée.
SOURCE: VILLEROY & BOCH
11.3. POSE
La hauteur de montage d’un urinoir suspendu se situe entre 60 et 65 cm; l’urinoir est suspendu à des
crochets aveugles spéciaux ou à des boulons borgnes.
Pour raccorder l’évacuation d’un urinoir suspendu, on utilise des manchettes de raccordement
disponibles dans le commerce.
On utilise aussi parfois un mastic plastique.
Lorsque l’on utilise un urinoir sans coupe-air, on placera obligatoirement un coupe-air entre la pièce
de raccordement et l’évacuation.
SOURCE:
GEBERIT
SOURCE:
GEBERIT
45
Lorsqu’on place plusieurs urinoirs côte à côte, il
est préférable de placer des séparateurs entre
les différents urinoirs.
SOURCE: GEBERIT
Le raccordement entre le système de rinçage et l’urinoir s’effectue à l’aide d’un diffuseur d’eau en
cas d’urinoirs-stalles, d’une cloche en cas de raccordement externe ou d’un manchon (manchette)
en cas de raccordement interne pour urinoirs suspendus.
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
46
12. AUTRES APPAREILS
Ces appareils, généralement destinés au secteur médical, se rencontrent moins fréquemment.
12.1. DÉVERSOIRS
Ces appareils sont fréquents dans les hôpitaux
et servent à vider les pannes et urinaux.
Ces appareils sont généralement réalisés en
porcelaine sanitaire ou en acier inoxydable et
existent tant en modèle suspendu qu’en modèle
à poser.
L’orifice de sortie est identique à celui des cuvettes de W.-C.; elle mesure donc 100 mm.
Pour le rinçage, on peut utiliser les systèmes
classiques mais c’est un robinet de rinçage qui
est le plus indiqué.
En outre, on y place souvent aussi un mitigeur de
cuisine ainsi qu’une grille où poser les seaux.
SOURCE: DESCO - WIJNEGEM
12.2. LAVE-PANNES
Les lave-pannes sont des appareils réalisés avec
un espace de rinçage refermable dans lequel
on peut nettoyer et éventuellement désinfecter
les pannes, urinaux, seaux à couches, haricots,
etc.
Le diamètre de sortie doit convenir pour l’évacuation de matières fécales et donc mesurer
100 mm.
Pour la désinfection, on peut utiliser la vapeur,
l’eau chaude ou des produits chimiques. Les
lave-pannes fonctionnent tout à fait automatiquement et ont une commande électronique. Le
raccordement à la conduite d’eau potable exige
des dispositifs spéciaux.
SOURCE: FRANKE
47
12.3. CRACHOIRS
Comme le nom l’indique, les crachoirs servent à cracher, à vomir. Ces appareils ont un raccordement d’évacuation de 100 mm et sont généralement réalisés en porcelaine sanitaire. Leur système
de rinçage consiste en un robinet de rinçage sous pression équipé d’une garniture de raccordement
spéciale. On installe les crachoirs à une hauteur de 100 cm.
12.4. PLONGES
Les plonges sont de grands éviers dans lesquels on peut rincer le linge du service de nursing et où
l’on peut nettoyer un grand nombre de biens durables. Un mitigeur de cuisine est installé au-dessus
de la plonge. Les plonges sont réalisées en porcelaine sanitaire ou en acier inoxydable.
12.5. RECEVEURS «PLÂTRE»
Les receveurs «plâtre» servent à préparer les
plâtres et à les imprégner.
Ils servent également à nettoyer les instruments.
On utilise souvent des receveurs «plâtre» combinés composés d’une cuvette supérieure et d’un
réceptacle inférieur.
Les résidus de plâtre présents dans la cuvette
supérieure ne doivent pas pénétrer dans le système d’égout intérieur car le plâtre forme des
bouchons dans les tuyaux et ne s’évacue pas
avec l’eau.
C’est pourquoi l’eau qui s’écoule de la cuvette
supérieure est recueillie dans le réceptacle inférieur.
Les éléments solides s’y déposent par gravité et
on peut évacuer l’eau.
Ces appareils sont fabriqués en acier inoxydable
ou en porcelaine sanitaire.
SOURCE: FRANKE
SOURCE: FRANKE
48
12.6. AUTRES APPAREILS
Il s’agit, entre autres, des fontaines à boire, des rince-bouche à rinçage périphérique des dentistes,
des douches oculaires et des douches de secours dans l’industrie, des installations de piscines, des
installations de rinçage dans l’industrie alimentaire, du gros matériel de cuisine, des échangeurs de
chaleur.
SOURCE: DE MELKER
SOURCE: DE MELKER
Des exigences spécifiques en matière de protection sont d’application. Les sociétés de distribution
d’eau peuvent fournir des informations à ce sujet.
Il est recommandé d’utiliser des appareils agréés par Belgaqua.
49
13. SYSTÈMES PRÉFABRIQUÉS ET SYSTÈMES DE MONTAGE
13.1. INTRODUCTION
L’application de systèmes de montage dans les locaux sanitaires va prendre de plus en plus d’importance. Ces systèmes présentent de gros avantages pratiques.
Un des problèmes que l’on rencontre dans les applications de salles de bains provient de l’important
travail d’entaillage nécessaire pour l’encastrement des conduites d’amenée et d’évacuation.
Dans les constructions neuves, on constate également que de grandes parties de l’installation sont
indépendantes des éléments constructifs (conduites posées en dehors des planchers et des parois).
Le processus de construction en bénéficie certainement car, à l’heure actuelle, il est compliqué par
le fait que l’installateur doit revenir plusieurs fois pour réaliser son travail.
13.2. CADRE DE MONTAGE MÉTALLIQUE
Il s’agit d’un système de montage à encastrer ou à intégrer dans une double paroi. Le système de
montage des W.-C. suspendus est complet et comprend la fixation de la cuvette, un réservoir encastré et un coude de rinçage. Il existe également des systèmes de ce genre pour les autres appareils sanitaires; ces systèmes englobent les fixations et les conduites d’amenée et d’évacuation de
l’appareil.
SOURCE: GROHEDAL
SOURCE: GROHEDAL
50
13.3. ÉLÉMENTS
D’INSTALLATION
SANITAIRE
Les conduites d’amenée et d’évacuation, les parties encastrées du système
de robinet ou de rinçage ainsi que les
points de fixation des appareils suspendus sont encastrés dans des éléments
de construction autoportants en profilés
d’acier remplis de béton cellulaire de
qualité supérieure. Tout est prémonté et
isolé avec précision. Ces éléments peuvent être placés devant un mur existant,
dans un mur ou dans une cloison.
SOURCE: GEBERIT
SOURCE: GEBERIT
SOURCE: GEBERIT
SOURCE: GEBERIT
SOURCE: GEBERIT
51
13.4. SYSTÈMES À DOUBLE PAROI DANS LES LOCAUX SANITAIRES
Les systèmes à double paroi offrent de grands avantages tant pour
les constructions neuves que pour la transformation ou la rénovation
des salles de bains. Les systèmes à double paroi font passer les
conduites devant le mur existant. Les locaux qui n’étaient, à l’origine,
pas destinés à cet usage mais qui sont contigus à une gaine de
canalisation peuvent désormais être, eux aussi, équipés d’appareils
sanitaires.
SOURCE: GROHEDAL
SOURCE: GROHEDAL
SOURCE: GROHEDAL
13.5. LOCAUX SANITAIRES PRÉFABRIQUÉS
Des éléments modulaires permettent de composer des locaux sanitaires préfabriqués. Les coins
d’eau peuvent également se composer d’une paroi intérieure lisse avec fond et baignoire ou receveur
de douche en une pièce, préfabriqué en polyester renforcé de fibres de verre avec paroi extérieure
en placoplâtre. Une mousse d’isolation est injectée dans l’espace intermédiaire, le tout constituant
ainsi une construction double paroi stable. L’application des unités sanitaires préfabriquées n’est pas
encore très répandue.
52
Manuels
L’installateur sanitaire
•• Les manuels disponibles
•• Dessin: les conventions, normes, symboles et
définitions
•• La pose des canalisations d’eau
•• Dessin: lecture de plans appliquée à l’installateur
sanitaire
•• La préparation de l’eau chaude sanitaire
•• Les tuyaux en plomb
•• Les tuyaux en cuivre
•• Les tuyaux en fonte
•• Les tuyaux en acier
•• Les matières plastiques: généralités
•• La robinetterie sanitaire
•• Les canalisations d’incendie et les sprinklers
•• L’évacuation des eaux
•• Gaz : De l’origine à la distribution - L’installation
intérieure
•• La combustion des gaz
•• Les tuyaux en PVC-U, PVC-C
•• Gaz : Les appareils domestiques – La ventilation
et les cheminées
•• Les tuyaux en PE, PER et double paroi
•• Les appareils sanitaires
•• Les tuyaux en PP-R et double paroi
•• Les technologies annexes
•• Les tuyaux en ABS, PB
•• L’électricité pour l’installateur sanitaire
•• Les tuyaux en grès
•• La chimie et la physique pour l’installateur
sanitaire
•• La préparation de l’eau potable – Le traitement
de l’eau et la surpression
Fonds de Formation professionnelle de la Construction