Petite mais raffinée (pdf / 301 KB)

Commentaires

Transcription

Petite mais raffinée (pdf / 301 KB)
D_NT7_Roggli_0612 ok_2012 05.06.12 17:20 Seite 78
GÉNÉTIQUE
PRODUCTION ANIMALE
Petite mais raffinée
OPTER POUR LA RACE JERSEY peut s’avérer être une alternative judicieuse
pour les exploitations laitières dont la dimension des places d’étable seront
considérées comme insuffisantes selon les normes qui s’appliqueront à compter
du 1er septembre 2013. Deux éleveurs nous ont parlé des expériences qu’ils ont
réalisées avec cette race.
La génétique Jersey est originaire
d’Afrique du Nord. Cette race bovine a tout d’abord été élevée
sur l’île de Jersey. L’importation en
Suisse date de 1995. Le herd-book et
la description linéaire se font via la
fédération de la Race brune. Disposant
d’une hauteur au garrot de 118 à 128cm,
Alimentation spécifique
des Jersey
Patrick Unternährer bénéficie d’un
service technique dans le cadre d’UFA
Herd Support englobant l’analyse
des contrôles laitiers et les conseils en alimentation. La ration pour ses
vaches Jersey est actuellement composée de:
• Ration partielle mélangée (RPM) avec ensilage de maïs, ensilage
d’herbe, foin/regain, concentré protéique, 130 g minéraux
• Via le DAC: 300 à 500 g Ketonex par animal et par jour, concentré
UFA 243 selon besoin
• Pâturage à la demi-journée
Mesures contre le syndrome de la parésie (concerne la phase de
tarissement):
• Ne pas distribuer les restes de crèche minéralisés aux taries (mais
plutôt aux génisses) ou les «diluer» avec du foin/regain ou de
l’ensilage d’herbe riches en graminées.
• Complémentation minérale spécifique pour la phase de tarissement
avec Minex 971 ou bacs à lécher Cake-Bloc Vacances.
• UFA 260 ou 261 pour baisser la concentration en calcium en phase
pré-vêlage et influencer la balance anions-cations (BACA).
• Dès le vêlage distribuer un aliment de démarrage (UFA 163, 263) et
un composé minéral riche en calcium (Minex 972).
Veaux
Auparavant, l’alimentation exclusivement avec le lait des Jersey
provoquait des problèmes de diarrhées chez les veaux. Actuellement
sur l’exploitation Unternährer, le régime se compose de 30 kg UFA 207
plus par veau d’élevage. Le sevrage s’effectue avec UFA 116 ainsi que
du foin ad libitum et une part de ration mélangée. Selon les conseils
du spécialiste veaux Hubert Stadelmann, les veaux d’engraissement
sont approvisionnés via le DAC Förster avec 70 % de lait Jersey ainsi
que 30 % d’eau et de l’UFA 202.
Osi Arnold,
spécialiste vaches laitières au Service technique UFA,
6210 Sursee, 寿 079 244 23 21
78
les Jersey sont certes petites et légères
(350– 420kg). Leur production laitière
(5000 à 6000kg) est en revanche élevée
au vu de leur poids, ce qui en fait une alternative intéressante pour les exploitations qui ne satisfont plus aux normes qui
vont entrer en vigueur dès 2013.
Cinq vaches dans le troupeau
Holstein Véronique, Christian et
Hervé Monney élèvent des vaches Jersey depuis 2000 lorsqu’Hervé a reçu
une fille de Newton, un taureau Jersey,
à titre de cadeau d’anniversaire. «L’intérêt et la motivation pour les Jersey me
sont venus en 2003 lorsque Brésilia a
obtenu un premier prix dans sa catégorie à l’occasion de la Swiss expo de Lausanne», se souvient Hervé Monney.
Aujourd’hui, le troupeau compte cinq
vaches Jersey (28 Holstein, Red Holstein). La sélection des animaux d’élevage se fait en fonction des mêmes
critères que pour les autres races: 1. Performance laitière et teneurs, 2. Mamelles et trayons corrects, 3. Type, avec
une capacité d’ingestion élevée.
Seule la taille diffère «Mise à part
une hauteur au garrot de 1.30 m seulement, il n’existe pas d’énormes différences entre les races Jersey et Holstein», constate Hervé Monney avant
d’ajouter: «le vétérinaire passe moins
souvent pour les Jersey que pour les
Holstein. Les Jersey se distinguent par
une très bonne santé des onglons».
Patrick Unternäher, qui exploite un
domaine de 17 hectares à Cham (ZG),
avec son épouse, un apprenti et ses parents, confirme également la robustesse
des Jersey. Il a acheté ses premières génisses Jersey en 2000, «par curiosité et
par fascination», comme il le dit luimême. Très rapidement, la fascination
s’est muée en passion. «Ces petites
vaches attentives se distinguent par leur
énorme productivité», explique P. Unternäher. Aujourd’hui, il n’élève plus que
des Jersey et réalise en moyenne annuelle, grâce aux teneurs du lait élevées,
un supplément de 12 ct par kilo de lait
(lait de centrale) par rapport au prix qu’il
toucherait avec des teneurs «normales».
Génétique danoise Afin de pouvoir profiter des avantages spécifiques à
la race, P. Unternäher élève des animaux
de race pure et insémine près de la moitié de son troupeau avec des taureaux
Jersey. A cette occasion, il utilise principalement de la semence sexée d’origine
danoise, cette génétique se distinguant
par des bonnes teneurs. Toutes les autres vaches ainsi que celles qui reviennent plus de deux fois en chaleur sont
inséminées avec du Blanc-bleu belge.
20 veaux issus de ce croisement ainsi
que 15 veaux d’engrais achetés sont engraissés chaque année sur l’exploitation.
«J’estime que le taux de fécondité actuel, qui se monte à 1.8 IA par gestation,
est satisfaisant mais qu’il est susceptible
d’être encore amélioré», ajoute P. Unternäher. Dans son troupeau, les vaches
présentent les premiers signes de chaleur dans les cinq à neuf jours qui suivent le vêlage, ce qui simplifie beaucoup
la conduite de la reproduction. On notera toutefois que chez les Jersey, les
chaleurs sont courtes.
La fièvre du lait P. Unternäher estime que la prévention contre la fièvre
du lait constitue le défi le plus important. Comme avec les autres races, la
6 2012 · REVUE UFA
D_NT7_Roggli_0612 ok_2012 05.06.12 17:21 Seite 79
GÉNÉTIQUE
PRODUCTION ANIMALE
Marcel Wismer (apprenti sur l’exploitation Unternäher) avec Bea, née en
décembre 2007, moyenne de deux
lactations: 6332 kg de lait, 4.86 % de
graisse, 3.72 % de protéine. Projection
pour la troisième lactation: 7000 kg.
Deborah de Patrick Unternäher, née
en février 2009. 1 lactation: 5181 kg
de lait, 6.08 de graisse, 3.73 de
protéine. 2 lactation (2ème pesée):
26 kg de lait par jour, 6.53 % de
graisse, 3.71 % de protéine.
Les Monney ont remporté le titre de
Championne dans la catégorie des
génisses lors des Swiss expo 2005,
2011 et 2012. A cela s’ajoute le titre
de Réserve championne (2006, 2007)
ainsi que deux «Mention honorable»
(2008, 2009, 2010).
gestion de l’affouragement durant le tarissement et le démarrage joue un rôle
prépondérant. «Il est primordial que les
vaches taries n’engraissent pas trop.
Nous habituons souvent les vaches à la
ration de production en la diluant avec
du foin écologique ou de la paille. Chez
nous, il n’est pas rare que les vaches
aient très peu de mamelle au moment
de vêler. Le colostrum distribué au veau
est alors plus riche et le risque de fièvre
du lait est nettement moins élevé», explique P. Unternäher. Il relève aussi l’importance d’une ration mélangée partielle équilibrée et conforme aux
besoins des ruminants. Les vaches pâturent quotidiennement.
chose suivante: «les Jersey se lèvent nettement plus souvent pour aller manger,
probablement parce qu’elles consomment moins de fourrage à la fois». C’est
ce qui a motivé le passage à la stabulation libre. Chez les Jersey, la hauteur au
garrot maximale de 1.3 m permet d’opter pour une construction plus compacte. «Grâce aux mensurations réduites
de nos animaux et à de bons contacts
avec le voisinage, nous avons pu accroître la taille de notre troupeau et passer
de 23 vaches de race brune à 36 Jersey»,
explique P. Unternäher. Les vaches semblent apprécier le passage en stabulation libre puisque leur niveau de production a augmenté. Actuellement les
meilleures bêtes produisent jusqu’à
8500 kg de lait, avec des teneurs de
5.7 % de graisse et 4.2 % de protéine.
En moyenne suisse, les teneurs du
lait des Jersey avoisinent 5.4 % pour la
graisse et 3.9 % pour la protéine.
Réorganisation de l’élevage En
Des performances de pointe
jusqu’à 8500 kg Les vaches Jersey
se distinguent des autres races par
leur comportement de consommation.
P. Unternäher a d’ailleurs observé la
Dimension d’étable pour les Jersey
Pour les vaches de la taille des Jersey les dimensions sont les suivantes:
Stabulation entravée
• place à l’attache: 100 cm de large, 165 cm de long (couche courte) respectivement
180 cm de long (couche moyenne)
Stabulation libre
• place à la crèche: 65 cm de large, 290 cm de profondeur (couloir de promenade inclus)
• couloir derrière les logettes: 220 cm
• logettes: 110 cm de large, 230 cm de long (du côté de la paroi), 200 cm de long
(en vis-à-vis).
Une option rentable sous certaines conditions
L’opportunité d’un passage à la Jersey dès 2013 dépend entre autre des facteurs suivants:
• coûts des travaux de transformation pour la mise aux normes
• supplément de prix réalisé pour les teneurs du lait plus élevées,
• marché existant pour le fourrage de base excédentaire.
Comme le démontre un travail de projet de l’EPFZ, dans certains cas, un changement de
race est moins rentable qu’une transformation du bâtiment.
REVUE UFA · 6 2012
Suisse, l’offre en vaches Jersey est inférieure à la demande, d’où leur prix
relativement élevé (env. Fr. 3000.–).
L’exploitation Unternäher élève chaque
année 20 génisses. «Nous avons entièrement réorganisé l’élevage – en raison
de l’âge précoce au premier vêlage, qui
est de 19 à 24 mois. Aujourd’hui, les
veaux reçoivent 30 kg d’UFA 207 plus
jusqu’à l’âge de trois mois. La buvée ne
dépasse jamais 3.5 l par jour. Les génisses disposent de concentré d’élevage
et de foin à volonté, jusqu’à l’âge de six
mois. Ensuite, elles ont également droit
à de l’ensilage d’herbe», explique P. Unternäher.
«Avec des veaux mâles Jersey de race
pure, il est possible de réaliser une taxation T3 après cinq mois d’engraissement.
En revanche, les veaux à l’engrais ne valent rien du tout», précise l’éleveur. Le
croisement avec des taureaux Bleu blanc
belge permet d’améliorer notablement
la rentabilité de l’engraissement. Les
veaux C3 et H3 qui résultent de ce croisement peuvent être commercialisés à
l’âge de 5 1⁄2 mois dans le canal AQ, avec
un poids de 115 à 125kg. Les Jersey produisent de la viande persillée avec une
forte proportion de morceaux nobles.
Patrick Unternäher,
Cham (ZG) est fasciné
par la race Jersey.
Outre la production
laitière, il pratique
l’arboriculture
sur 1.3 ha, la vente
directe et garde,
outre son propre
cheval, huit autres
chevaux en pension.
Conclusion Avantages des vaches
Jersey par rapport aux autres races:
• teneurs du lait élevées
• petite, légère (construction d’étable,
charge au pâturage)
• chaleurs marquées
• santé des onglons
• viande persillée
Désavantages:
• production par lactation
• faible charnure
• prix d’achat plutôt élevé
䡵
Auteur Matthias
Roggli, Revue UFA,
3360 Herzogenbuchsee.
Association suisse
d’élevage Jersey
www.jersey.ch
INF BOX
INFO
www.ufarevue.ch
6 · 12
79

Documents pareils