23-Marseille cinéma.indd

Commentaires

Transcription

23-Marseille cinéma.indd
JUIN 2014 : N°23
TERRITOIRES
L'offre cinéma à l'échelle
métropolitaine
CHIFFRESCLÉS
La sortie au cinéma est la sortie culturelle favorite des Français. La dernière enquête sur
les pratiques culturelles à l’ère du numérique (ministère de la Culture et de la Commu-
37
nication) montre que 57 % d'entre eux se rendent au moins une fois au cinéma. Cette
C'est le nombre d'établissements
dans la future métropole
Aix-Marseille-Provence
contexte de recul ou de tassement de la fréquentation d’autres établissements culturels
pratique de loisirs est en progression par rapport aux résultats de l’enquête 1997 dans un
(bibliothèque, spectacle vivant…) et d’augmentation du coût moyen de la place (12 % en
10 ans). L’amélioration du parc des écrans (neuf écrans sur dix sont équipés d’un projec-
53
%
C'est la part des cinémas d'Art
et Essai sur la métropole
teur numérique) peut expliquer cet engouement croissant.
Le cinéma est avant tout un objet urbain. Les grandes villes sont en effet les plus fréquemment équipées : la quasi-totalité des communes de plus de 50 000 habitants est
dans ce cas, ainsi que plus de 81 % des communes de 20 000 à 50 000 habitants. L’exis-
2 500 000
tence d’une offre en cinéma renforce ou assoit l’image culturelle des villes en favorisant
C'est le nombre d'entrées dans
les huit cinémas marseillais en 2012,
950 000 à Aix-en-Provence
Ces deux dimensions (culturelle et économique) se retrouvent dans les implantations
l’animation, mais aussi en participant à la création de richesse et d’emploi.
des établissements et leur programmation. L’évolution récente des cinémas tend à
opposer les cinémas d’Art et Essai des centres-villes aux multiplexes des zones commer-
105 000
C'est le nombre de séances sur Marseille
et sur Aix-en-Provence en 2012
ciales périphériques.
Cette situation se retrouve aujourd’hui sur le territoire métropolitain même si les projets
à venir tendent à inverser cet état de fait et devraient permettre de rattraper en partie les
faiblesses du territoire en offre cinématographique.
TERRITOIRES
L'offre cinéma à l'échelle métropolitaine
2
Le territoire métropolitain
globalement sous-équipé
Le territoire de MPM (hors Marseille) apparaît clairement
comme le plus en déficit au niveau de l’offre. Les cinq
cinémas ne suffisent pas à proposer un niveau d’équi-
Le territoire métropolitain compte trente-sept cinémas.
pement satisfaisant et les ratios (notamment le nombre
Avec un ratio de deux établissements pour 100 000 habi-
de fauteuils pour 100 000 habitants) sont en dessous de
tants, l’offre sur le territoire se situe en deçà de la moyenne
nationale (3,1 établissements pour 100 000 habitants). La
lecture de l’offre (rapportée au nombre d’habitants) par
EPCI fait apparaître de forts déséquilibres dans le territoire, tant dans le nombre d’établissements que le nombre
d’écrans ou de fauteuils.
À l’intérieur de l’espace métropolitain, l’offre en cinéma se
structure autour de trois groupes de territoire. L’ouest de
l’Étang de Berre (SAN Ouest Provence et Pays de Martigues)
apparaît comme le territoire où l’offre en cinéma est satisfaisante. Les taux d’équipements sont supérieurs aux taux
régionaux ou nationaux et la répartition est homogène
N LES 3 PALMES-LA VALENTINE, UN DES TROIS MULTIPLEXES
MARSEILLAIS
avec pratiquement un cinéma par commune. Le Pays d’Aix
est correctement équipé avec des cinémas proposant de
l’offre métropolitaine. La situation de Marseille est très
nombreuses salles et un nombre de fauteuils important.
préoccupante avec moins de 1 000 fauteuils pour 100 000
L’offre est toutefois dispersée et les bons ratios sont avant
habitants. Malgré huit cinémas à Marseille (dont trois mul-
tout dus à la présence de deux multiplexes (Pathé Plan-de-
tiplexes) et une offre à La Ciotat et Marignane, le territoire
Campagne et le Cézanne). Le sud est de la métropole (Mar-
de MPM reste en deçà des ratios régionaux et nationaux.
seille Provence Métropole et Pays d’Aubagne et de l’Étoile)
Le Pays d’Aubagne et l’Agglopole Provence affichent des
et le pays salonais sont les territoires en retrait au niveau de
ratios plus élevés, mais l’offre est concentrée sur les villes-
l’offre cinématographique.
centres (Aubagne, Salon-de-Provence et Berre-l’Étang).
Nombre de cinémas
Nombre d’écrans
1 SAN Ouest Provence
1
Pays de Martigues
2 Pays de Martigues
2
Communauté du Pays d’Aix
3 France
3
Pays d’Aubagne et de l’Étoile
Ratio : 5,1
Ratio : 4,3
Ratio : 3,1
soit
5 cinémas
soit
3 cinémas
soit
2 035 cinémas
Pays d’Aubagne et de l’Étoile (2,9)
MPM - Hors Marseille (2,6)
Communauté du Pays d’Aix (2,5)
Agglopole Provence (2,2)
Métropole (2,0)
9 Marseille (0,9)
4
5
6
7
8
Ratio : 15,9
Ratio : 10,7
Ratio : 9,6
soit
soit
soit
11 écrans
38 écrans
10 écrans
SAN Ouest Provence (9,2)
France (8,5)
Métropole (7,4)
Agglopole Provence (6,6)
MPM - Hors Marseille (4,2)
9 Marseille (0,6)
4
5
6
7
8
Nombre de fauteuils
1 Pays de Martigues
Ratio : 2 980
soit
2 062 fauteuils
du Pays d’Aix
2 Communauté
soit
7 197 fauteuils
Ratio : 2 020
3 France
Ratio : 1 650
soit
1 070 866 fauteuils
SAN Ouest Provence (1 580)
Pays d’Aubagne et de l’Étoile (1 370)
Métropole (1 280)
Agglopole Provence (1 100)
Marseille (960)
9 MPM - Hors Marseille (615)
4
5
6
7
8
N CLASSEMENT DES OFFRES EN CINÉMAS, EN NOMBRE D'ÉCRANS ET EN FAUTEUILS (RATIO POUR 100 000 HABITANTS)
TERRITOIRES
3
L’OFFRE CINÉMA DANS L'ESPACE MÉTROPOLITAIN W
Source : CNC 2013
Une offre en établissement
portée par les villes moyennes
Le pourtour de l’Étang de Berre (de Salon-de-Provence à
Vitrolles) est clairement le mieux équipé avec pratiquement un cinéma par commune. L’offre est nettement
trolles et Berre-l’Étang) est supérieure à 10 000 habitants
moins performante autour de Salon-de-Provence et d’Aix-
et l’offre en cinémas y est déjà ancienne. L'existence des
en-Provence avec une offre concentrée sur six communes.
cinémas de Port-Saint-Louis et Carry-le-Rouet peut s’ex-
Le secteur d’Aubagne – La Ciotat présente la même struc-
pliquer par un éloignement (distance et temps de par-
ture de l’offre sur un territoire moins étendu.
cours) de l’offre la plus proche. La présence d’un cinéma à
Cette géographie de l’offre peut s’expliquer avant tout
Grans, commune de moins de 5 000 habitants, est récente
par la structure démographique et spatiale des territoires.
(2006) et s’explique par l’action volontariste du SAN Ouest
Marseille, par son territoire étendu, combine l’offre de
centre-ville (Les Variétés, Pathé Madeleine, Prado, César,
Chambord) et de périphérie (Bonneveine et 3 Palmes).
L’Alhambra (dernière salle d'Art et Essai) propose une offre
alternative dans les quartiers Nord. L’offre marseillaise est
faible et cela se traduit par un indice de fréquentation très
bas : avec moins de trois entrées par an / habitant, Marseille affiche un ratio comparable à celui d’une commune
de 20 000 habitants, loin des neuf entrées par an / habitant
de Lyon et surtout des 15 de Lille.
La population de la plupart des communes du pourtour
de l’Étang de Berre (Salon, Miramas, Istres, Port-de-Bouc,
Martigues, Châteauneuf-les-Martigues, Marignane, Vi-
N L'ALHAMBRA, DERNIER CINÉMA LABELLISÉ ART ET ESSAI À MARSEILLE
TERRITOIRES
4
Provence dans le domaine de la culture et dans le caractère polyvalent de cet équipement de proximité.
Les Pays d’Aix et de Salon disposent d’une offre conforme
à celle de l’Étang de Berre : les communes de plus de
10 000 habitants (Berre, Gardanne, Les Pennes-Mirabeau,
Trets et bien sûr Aix-en-Provence) ou celle dont la population approche les 10 000 habitants, ont toutes au moins
un cinéma. L’offre d’Eyguières et surtout de Saint-Paul-lez-
PAROLES D’ACTEUR
Durance (945 habitants) peut être une réponse de proxi-
Philippe BORYS-COMBRET
Exploitant de cinéma,
dirigeant de la Compagnie
Cinématographique Salonnaise
mité à l’instar de la situation de Port-Saint-Louis. Le cinéma
de Saint-Paul-lez-Durance présente de plus la particularité
pour un ̏petit˝ cinéma d’être équipé d’une salle 3D.
L’équipement de La Ciotat et Aubagne semble être suffisant pour couvrir les besoins du secteur. Auriol n’est pas
équipée mais bénéficie de l’offre proche de Trets et de
celle, très accessible, d’Aubagne. Les offres de Cassis et
surtout de La Penne-sur-Huveaune sont atypiques.
Une offre plurielle sur la métropole
La diversité de l’offre est réelle sur la métropole. Les cinémas d'Art et Essai y représentent la majorité des établissements (au même niveau que le territoire national, avec
19 établissements. L’offre est complétée par 11 cinémas
de proximité et 6 multiplexes. Sans surprise, ces derniers
assurent plus de la moitié de l’offre en fauteuils (54 % avec
12 379 unités).
Baisse contenue de la
fréquentation des salles
des cinémas de l’aire
urbaine Marseille-Aix
Dans un contexte de baisse significative de 6,3 % de la fréquentation des salles de cinéma à l’échelle nationale entre 2011 et
2012, l’aire urbaine Marseille-Aix résiste malgré un recul de 5,7 %
de la fréquentation à 5,984 millions d’entrées. L’aire urbaine fait
même mieux que les aires urbaines de rang démographique
identique (+ de 200 000 habitants) qui connaissent une baisse
de 6,3 %. La baisse a été contenue dans les deux villes-centres,
Marseille (- 4,53 %) et Aix (- 5,37 %).
“
Exploitant depuis 1972 à Salon-de-Provence, nous avons
deux cinémas d’ancienne génération datant des années 70 et
80. Nous sommes classés ̏Art et Essai˝, mais ce sont aussi
des cinémas grand public qui totalisent près 220 000 entrées
par an. Notre offre large doit satisfaire tous les publics, c’est
essentiel pour une petite ville car le cinéma a un rôle d’animateur culturel et social. Nous organisons toutes les semaines
des rencontres, débats, retransmissions en live d’opéra ou de
théâtre, accueil de scolaires, tout en ayant des tarifs adaptés. Nous avons investis dans le numérique, rénové nos salles
mais aujourd’hui nous sommes limités par nos sites. Le projet
de multiplexe sur la Place Morgan, initié depuis une quinzaine d’années par les anciennes municipalités consécutives,
apportera plus de confort : des écrans plus grands, plus d’espace. Le cinéma est en pleine mutation, il est nécessaire de
s’adapter et de travailler sur la qualité d’accueil et la qualité
d’animation. La jauge sera la même, autour de 1 400 fauteuils, mais l’ouverture de ce nouveau multiplexe va attirer un
nouveau public. Nous tablons sur 350 000 entrées environ par
an, un chiffre proche des fréquentations des années 85 / 90
avant l’ouverture des multiplexes et de Plan-de-campagne.
Ce déménagement nous permet de rester au cœur de la ville.
Cela rend le projet plus complexe : il y a moins de place qu’en
périphérie mais il contribuera considérablement à l’animation et au développement économique du centre-ville. Nous
devons respecter des normes contraignantes par rapport aux
nuisances et à la proximité d’un site classé. Le centre-ville
vit avec le cinéma. C’est l’avenir pour tous ! Elaboré avec les
Architectes des bâtiments de France (ABF), la façade est pleinement intégrée dans le tissu urbain. Cela apporte du style et
de la valeur ajoutée à la place Morgan et participe à la valorisation du patrimoine de Salon. D’ailleurs, le projet a reçu
l’unanimité devant la Commission départementale d'équipement cinématographique (CDEC). Fait rare ! C’est un projet
très attendu par tous.
”
TERRITOIRES
5
(Les Variétés depuis la perte de son label, Le César, Le
Chambord et Bonnneveine).
Les multiplexes en périphérie mais aussi en centreville
L’offre en multiplexe se retrouve aussi bien en périphérie,
N PROJET DE MULTIPLEXE À SALON-DE-PROVENCE EN PLEIN CŒUR DE VILLE
à proximité ou dans des grandes zones commerciales,
qu’en centre-ville. Les trois multiplexes de périphérie
Les cinémas d'Art et Essai, offre quasi exclusive autour de l’Étang de Berre
(Majestic Palace à Martigues, Les 3 Palmes à Marseille et
Les cinémas d'Art et Essai représentent quasiment la seule
concentrent un tiers des fauteuils des cinémas de la mé-
offre sur le pourtour de l’Étang de Berre. De Salon-de-
tropole. Les multiplexes de centre-ville (Cézanne à Aix-
Provence à Marignane, seuls deux cinémas ne sont pas
en-Provence, Pathé Madeleine et Le Prado à Marseille)
labellisés. Avec la perte du label Art et Essai du Cinéma
représentent 20 % des fauteuils. Les multiplexes de péri-
des Variétés, Marseille ne compte plus qu’un seul cinéma
phérie ont une offre supérieure en termes de places aux
e
surtout Pathé Plan-de-Campagne aux Pennes-Mirabeau)
labellisé, l’Alhambra dans le XVI arrondissement. À Aix-
multiplexes de centre-ville. Ceci est dû avant tout à des
en-Provence, l’offre d'Art et Essai et majoritaire avec 3 ci-
salles de plus grandes capacités, le nombre de salles étant
némas labellisés sur 4.
globalement le même (à l’exception notable de Pathé
Plan-de-Campagne et ses 16 salles).
LES MULTIPLEXES
LES CINÉMAS
DE PROXIMITÉ
LES CINÉMAS
D’ART ET ESSAI
L’offre atypique
À côté des établissements, la sortie cinéma se fait aussi en
plein air. Marseille, par exemple, propose tout au long de
Nombre
d’établissements
(36)
17%
31%
53%
l’été le Ciné Plein Air, succession de représentations itinérantes. La Maison des cinématographies et de la Méditerranée, hébergée dans la bastide de la Buzine, est un équipement assurant une programmation cinématographique
atypique et une vocation culturelle patrimoniale autour
48
21
31
54%
18%
28%
%
Nombre
d’écrans
(133)
Nombre
de fauteuils
(23 060)
%
%
du ̏Château de ma mère˝ cher à Marcel Pagnol.
N RÉPARTITION DE L’OFFRE PAR TYPE D’ÉTABLISSEMENT
Les cinémas de proximité, une offre complémentaire
dans les villes moyennes
Les cinémas de proximité offrent une alternative en terme
de programmation aux grands multiplexes, sans avoir
l’ambition programmatique des salles d'Art et Essai. Ces
cinémas sont surtout présents dans les villes moyennes
(Trets, Lambesc, Aubagne, Châteauneuf-les-Martigues…).
Quatre établissements de ce type se trouvent à Marseille
N LA BUZINE, LE CHÂTEAU DE MARCEL PAGNOL DEVENU AUJOURD'HUI
LA MAISON DES CINÉMATOGRAPHIES ET DE LA MÉDITERRANÉE
TERRITOIRES
6
PAROLES D’ACTEUR
1 300 000 habitants du territoire
à moins de 20 minutes en voiture
d’un multiplexe
Didier TARIZZO
Directeur du multiplexe Les 3 Palmes,
de Bonneveine, et porteur du projet
de la Capelette
Le Centre National du Cinéma publie chaque année les
résultats de l’enquête ̏pratiques cinématographiques˝.
“
Quand nous avons réussi le challenge d’ouvrir en 1997
les 3 Palmes-Valentine et de faire deux ans après 1 million
d’entrée par an, rapidement nous avons voulu proposer autre
chose. Une tendance était en train de se dessiner : un cinéma
moderne proche du centre. On a pressenti un potentiel face à
une offre existante faible et veillotte. La mairie nous a orienté
sur La Capelette, au cœur de l’opération de renouvellement
urbain du quartier Grand Est. Au départ, le projet était adossé
à une petite opération commerciale qui a été redimensionnée
par la suite. Notre projet n’a pas bougé, nous souhaitons proposer un cinéma nouvelle génération. Nous voulons un lieu
unique avec une dimension architecturale forte, le cabinet
d’architectes marseillais I.L.R. travaille sur les volumes et les
ambiances. Adossé à un centre commercial de grande ampleur, il faut qu’on plonge dans un véritable espace culturel.
Car le cinéma est un lieu de culture. Je pense sincèrement que
le fait d’avoir un petit ̏monopole˝ culturel permet la diversité
culturelle. C’est une manière de proposer un large choix de
films et d’être plus ambitieux sur la programmation. Il sort
plus de 10 films par semaine. Aux 3 Palmes-Valentine, nous
avons seulement 11 salles. Ce n’est pas suffisant pour tenir
des films plus d’une semaine. Demain, avec Les 3 Palmes-Capelette, nous aurons 23 salles. Nous pourrons alors proposer
une offre culturelle complémentaire : une offre ̏centre-ville˝
pointue et branchée et aux 3 Palmes, une offre grand public et
̏américaine˝. Les Marseillais seront plus libres dans leur choix.
Nous témoignons aussi de ce positionnement culturel en diffusant régulièrement des retransmissions en direct d’opéra
ou de spectacles. Ce sont de vrais succès. Cela ne représente
que 2 % à 5 % des entrées cinéma et restera surement épisodique. Le cinéma donne accès à des grands événements culturels que notre public n’aurait jamais vus.
Cette enquête nous renseigne sur les habitudes des Français dans leur fréquentation des salles obscures. Selon
cette enquête, le mode de transport le plus utilisé pour
se rendre au cinéma reste la voiture (66 % des réponses)
et 76 % des enquêtés s’y rendent en moins de 20 minutes.
Sur le territoire de la métropole, ce sont 1 300 000 habitants qui ont accès à au moins un multiplexe en moins de
20 minutes en voiture.
Les multiplexes de centre-ville de Marseille (Prado et
Pathé Madeine) sont ceux qui ont la clientèle potentielle la
plus nombreuse. Ce sont les deux établissements où l’offre
apparaît clairement sous-dimensionnée avec 2 fauteuils
pour 1 000 habitants (Pathé Madeleine) et 2,5 fauteuils
pour 1 000 habitants (Prado). Le Majestic Palace est l’établissement où l’offre est la meilleure (16,2 fauteuils pour
1 000 habitants).
La carte de l’accessibilité des cinémas montre les ̏zones
blanches˝ du territoire. L’accès aux multiplexes y est difficile. Certes, des cinémas sont présents, mais ils n’offrent
pas les mêmes services que les grandes salles.
T PROJET DE MULTIPLEXE LES 3 PALMES-CAPELETTE
QUI PROPOSERA 12 SALLES
© Icade Promotion
”
TERRITOIRES
7
Des projets qui permettront
le rattrapage nécessaire de l’offre
Pas moins de sept projets (dont quatre sur Marseille) pourraient voir le jour. Ce sont essentiellement des projets de
N ACCESSIBILITÉ DES MULTIPLEXES
multiplexes qui pourraient dans un avenir proche augmenter l’offre sur le territoire de la métropole de 50 %.
Le projet Europacorp (société de Luc Besson) fait repar-
Marseille vers un retour du multiplexe en centre-ville ?
ler de lui à la faveur d’un changement d’architecte. Exit
S’ils voient tous le jour, les projets implantés sur le terri-
les dauphins et le parking (intégration à Euromed Center
toire marseillais permettraient d’arriver à un doublement
oblige), mais le projet pourrait voir le jour en 2015 / 2016
de l’offre. Ces quatre projets offriront 50 salles pour 9 300
(l’exploitant a obtenu l’accord de la Commission dépar-
fauteuils.
tementale d’aménagement commercial – CDAC). Cet
À La Capelette, au cœur d’un nouveau quartier, le pro-
équipement de 14 salles et 3 000 fauteuils (10 millions
jet de multiplexe porté par Pathé viendra consolider la
d’euros d’investissement) participera à la dynamisation
dimension loisir du complexe. Ce projet s'inscrit dans le
du quartier et favorisera l’émergence d’une vie nocturne
cadre d'une opération de requalification urbaine plus
très attendue.
vaste, Marseille Grand-Est. Le nouveau complexe propo-
L’accord de la CDAC, obtenu en novembre 2013, donne
sera 12 salles pour 2 850 fauteuils. La livraison est prévue
corps au projet de réimplanter un multiplexe dans les
d’ici deux à trois ans, associant les activités commerciales,
quartiers Nord. La mise en service de ce cinéma (10 salles,
ludiques et de logement.
1 850 fauteuils) par la société CGR se fait dans un contexte
Multiplexe
Nombre d'accédants à
moins de 20 minutes en VP
Nombre de fauteuils
Nombre de fauteuils
pour 1 000 accédants
10,11
Cézanne
162 485
1 642
Madeleine
652 280
1 358
2,08
Majestic Palace
107 380
1 741
16,21
Plan-de-Campagne
362 945
3 612
9,95
Prado
641 140
1 590
2,48
3 Palmes-La Valentine
526 580
2 436
4,63
N ACCESSIBILITÉ DES MULTIPLEXES
TERRITOIRES
8
L'offre cinéma à l'échelle métropolitaine
Nombre
d’établissements
Nombre d'établissements
pour 100 000 habitants
Bordeaux
4
1,67
7 979
33,3
52
Lille
4
1,76
11 259
49,5
47
Lyon
16
3,26
18 044
36,7
99
48
Fauteuils
Nombre de fauteuils
pour 1 000 habitants
Salles
Marseille
8
0,94
8 147
9,6
Marseille (offre future)
12
1,41
17 447
20,5
98
Nantes
5
1,75
3 684
12,9
24
Toulouse
6
1,34
6 091
13,6
30
N COMPARATIF DE L’OFFRE EN ÉTABLISSEMENTS ET NOMBRE DE FAUTEUILS
de réhabilitation de l’offre commerciale de Grand Littoral
multiplexe en cœur de ville, sur la Place Morgan. Ce projet
(installation de 7 500 m² de surface commerciale avec Pri-
viendra apporter une offre nouvelle dans un territoire où
mark) et d’installation de Tivoli Park. Cette offre nouvelle
le premier multiplexe est à Aix-en-Provence ou Martigues.
aura un impact sur l’offre actuelle. Le projet GCR sur Grand
Cet établissement s’installera sur le parking de l’ancienne
Littoral s’inscrit dans un contexte concurrentiel animé
gendarmerie. Il est prévu d’être construit sur deux niveaux
avec le succès rencontré par Pathé de Plan-de-Campagne.
et devra respecter des contraintes environnementales du
Hasard ou coïncidence, à l’heure où la CDAC délivrait son
fait de sa proximité avec le Château de l’Emperi. La livrai-
autorisation pour le projet CGR, le Cinéma Pathé de Plan-
son des 8 salles et 1 400 fauteuils est prévue fin 2015.
de-Campagne terminait ses travaux de réhabilitation et
Les projets d’Aubagne et de La Ciotat accompagnent des
d’embellissement. Lancé depuis 2010, suite à la décision
grands projets d’aménagement d’entrée de ville. À Au-
des gérants de la société MK2 de s’installer en Province, le
bagne, le projet de multiplexe dans la zone des Gargues
projet d’un cinéma multiplexe à vocation d’Art et Essai sur
(non dimensionné à ce jour) est envisagé comme une offre
la Canebière est toujours en attente de validation. En écho
complémentaire et partenariale de l’offre de centre-ville.
aux ambitions affichées au travers de l’Opération Grand
Le projet de La Ciotat (8 salles et 1 500 places) sera réalisé
Centre-Ville, l’implantation de ce cinéma de 14 salles pour
(pas avant 2016) quartier Pignet de Rohan. Voulu pour
1 620 fauteuils contribuerait à redynamiser le secteur en
moderniser l’offre locale et augmenter les possibilités de
offrant un équipement culturel de qualité.
diffusion, le nouveau complexe devra, là aussi, jouer la
L’impact de ces projets est très fort sur l’offre marseillaise.
complémentarité avec l’offre de centre-ville.
Sans toutefois rattraper le retard sur Lyon ou Lille, cette
offre nouvelle permettrait à Marseille de disposer d’une
offre supérieure à Nantes ou Toulouse.
Les autres projets sur la métropole
Les trois autres projets de nouveaux établissements sont
implantés dans des villes moyennes (Salon-de-Provence,
La Ciotat et Aubagne). Ces trois projets ne sont pas portés par des grosses sociétés d’exploitation, mais plutôt
par des exploitants locaux, déjà bien implantés dans le
territoire. Salon-de-Provence fait le pari d’implanter un
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::..........
Directeur de la publication : Christian Brunner
Rédaction : Jean Picon, Maxime Vitalis, Isabelle
Collet
Conception / Réalisation : Pôle graphique Agam
Marseille - Juin 2014
Numéro ISSN : 2266-6257
Définition d'un multiplexe
Les textes législatifs et réglementaires en vigueur ne donnent pas
de définition juridique du ̏multiplexe˝. Le décret nº 2010-781 du
8 juillet 2010, relatif aux groupements, ententes et engagements
de programmation cinématographique, soumet à la souscription
d’engagements de programmation les exploitants propriétaires
pour leurs établissements comportant au moins huit salles. Sur cette
base, le CNC utilise le terme de ̏multiplexe˝ pour désigner tout établissement doté de huit écrans au moins. Cette définition est adoptée quelle que soit l’année à laquelle il est fait référence.
Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise
Louvre & Paix – La Canebière – CS 41858
13221 Marseille cedex 01
Tél : 04 88 91 92 31 - e-mail : [email protected]
Toutes nos ressources @ portée de clic sur www.agam.org
Pour recevoir nos publications dès leur sortie, inscrivez-vous à notre newsletter

Documents pareils