Ressources insoupçonnées et visions d`avenir

Commentaires

Transcription

Ressources insoupçonnées et visions d`avenir
Canton du Tessin
Ressources insoupçonnées
et visions d’avenir
Une visite dans la partie méridionale de notre pays montre qu’outre les traditions, l’art et la culture,
les médias et les techniques modernes de communication marquent eux aussi depuis un certain
temps l’offre de programmes d’occupation.
Claudia Wagner
Le Tessin est tourné vers des traditions vieilles de plusieurs siècles, vers l’amour de l’art,
du lyrisme et de l’architecture. Mais tout cela
n’empêche pas ce canton d’être résolument
Concilier l’histoire qui s’est jouée entre le
Saint-Gothard et l’Italie, le passé et le futur,
les traditions et les visions pour créer des
perspectives d’avenir constitue l’une des
tâches les plus difficiles posées à la région
qui affiche par ailleurs l’un des taux de chômage les plus élevés de Suisse.
Culture et pensée globale
Un regard sur l’offre tessinoise de programmes d’occupation témoigne d’une réelle ouverture vis-à-vis du progrès et de la techologie, en même temps qu’un profond attachement à l’italianité. De nombreux projets ont
en effet un arrière-plan historico-culturel ou
découlant de l’histoire de l’art, alors que d’autres initiatives sont caractérisées par une
pensée globale dans l’air du temps et par une
communication répondant aux préoccupations actuelles. Cinq organisations proposent
ainsi des programmes d’occupation (cf. encadré), parmi lesquelles l’Organizzazione cristiano-sociale Ticino (OCST), en charge de
neuf programmes importants et de différents
petits projets en collaboration avec des offices locaux. Au total, l’OCST offre une centaine de places d’occupation pour chômeurs.
Ces emplois temporaires sont coordonnés
par Sergio Montofarni, responsable des programmes.
L’imagination au pouvoir
Sergio Montofarni (en haut), responsable de projet auprès
de l’Organizzazione cristiano-sociale Ticino (OSCT) et
Michele Sottile, responsable du projet «Magistri ticinesi»
ancré dans l’ère de l’information, d’autant
qu’il y a longtemps qu’on ne surfe plus seulement sur la lac de Lugano, mais également
sur l’internet. Or la synthèse entre les deux
systèmes de valeurs n’est pas facile à trouver.
Onze sans-emploi affichant différents backgrounds professionnels participent à l’atelier
«Artigianato della paglia». Il s’agit le plus souvent de femmes, parmi lesquelles on retrouve
des couturières, des employées de fabrique,
des vendeuses ainsi que des secrétaires. Le
seul participant masculin est pour sa part
colleur de papier peint. Actuellement, le programme compte aussi deux femmes
sourdes-muettes qui se soutiennent mutu-
– 28 –
ellement lorsque la communication devient difficile. L’atelier produit différents
articles de paille, notamment des chapeaux, des petites corbeilles, des sacs, des
habillages pour bouteilles ou encore d’autres objets décoratifs. Le responsable
Pierre Santini déclare que les participants
au programme jouissent d’une liberté la
plus grande possible: «Ils ont la possibilité
de réaliser leurs propres idées.» C’est ainsi
qu’on a aussi confectionné avec de la
paille une crèche de Noël complète avec
toutes les figurines et animaux qui s’imposent. Des arbres de Noël, des cartes de
voeux, des champignons décoratifs, des
accessoires de première communion et
des sets de table sont également qui tressés, qui cousus, qui façonnés au moyen
d’un fer à repasser. Certaines restrictions
sont toutefois de mise, car le programme
est en lui-même une petite entreprise qui
doit remplir des mandats et faire face à la
demande de sa clientèle. Le tout est coordonné par Walter Gamboni, qui représente
l’atelier vers l’extérieur.
Le chômage
concerne tout le monde
«Au Tessin et en Suisse romande, on ne
compte que peu de familles qui ne soient
pas touchées par le chômage», souligne
Pierre Santini. «Si votre propre fils, votre
neveu, voire quelqu’un d’autre de vos proches est confronté à ce problème, vous
vous sentez automatiquement plus concerné, et vous vous rendez compte dès
lors que les chômeurs ne sont pas forcément des gens qui ne veulent pas travailler. Nous avons monté une exposition au
magasin Vilan de Lugano, où nous avons
vendu beaucoup de nos articles», ajoute
Pierre Santini. Et l’économie privée n’est
MAMT-AGENDA 1/98
PROGRAMMES D’OCCUPATION
pas concurrencée par cette activité, car on ne
trouve aucune entreprise dans cette branche
traditionnelle mais aujourd’hui pratiquement
oubliée. Qui plus est, les bénéfices sont
réinvestis pour l’achat de nouveau matériel.
La couture au fil du temps
Les machines à coudre utilisées à l’atelier
sont pratiquement des antiquités, et Pierre
Santini de montrer avec fierté la plus vieille
de ses machines, confectionnée à New York
en 1895. Le reste du parc est constitué d’appareils tous fonctionnels remontant aux
années entre 1910 et 1920 et faisant partie du
patrimoine familial. L’atelier produit également des chapeaux de feutre, que Pierre Santini aime comparer à des cigares. On utilise
pour leur fabrication des bouts de feutre ten-
Le Tessin est depuis
toujours le pays de
l’architecture, de l’art
et de la sculpture
dus sur des moules en bois et qui seront ensuite séchés à l’air libre. Pierre Santini est
issu d’une famille de chapeliers restés fidèles
depuis trois générations à ce métier pratiquement tombé dans l’oubli dans notre
pays.
Le poids des relations
L’atelier «Artigianato della paglia» permet de confectionner différents articles, notamment des chapeaux.
De vénérables machines à coudre sont à la disposition des participants (en médaillon)
MAMT-AGENDA 1/98
– 29 –
D’autres projets de l’OCST conviennent pratiquement exclusivement à des universitaires
ou à des personnes ayant une formation similaire, notamment le programme d’occupation «Magistri ticinesi», dont l’appellation est
PROGRAMMES D’OCCUPATION
un hommage aux grands maîtres tessinois, et
qui est dirigé par l’historien de l’art Michele
Sottile.
Le Tessin est une terre qui a vu vivre et
travailler au cours des siècles de nombreux
artistes, tailleurs de pierre, sculpteurs, bâtisseurs, peintres, architectes et maîtres d’oeu-
milles regroupées dans différentes communes. On se rend pour ce faire dans les bibliothèques, et on passe au peigne fin les textes
relatifs à l’histoire de l’art européenne, afin
de reconstruire la vie et la généalogie des
différentes familles d’artistes. Une autre activité encouragée par le programme consiste à
nouer des contacts avec les autorités et les
musées en possession de photographies
d’oeuvres réalisées par des maîtres tessinois.
A l’heure actuelle, les participants planchent
Les projets
«parallèles» peuvent
tout à fait être
profitables au marché
primaire de l’emploi
sur l’histoire des familles de la commune de
Bissone, où on prévoit une exposition à l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de l’architecte Francesco Borromini,
dont l’effigie familière est devenue un symbole pour nos billets de 100 francs.
Gloire au multimédia
Raf Lorenzetti (en haut), vice-président d’UNITI Cooperativa per il lavoro et responsable d’«Unimedia»;
Elio Ravviso travaille quant à lui depuis longtemps en tant
que rédacteur au journal «Lavori in corso»
vre, sans oublier toute une cohorte de compagnons qui ont autrefois silloné l’Europe et
ont participé à nombre de projets ambitieux,
comme le souligne Michele Sottile.
Selon lui, les familles tessinoises affichaient dès le Moyen-Age un sens aigu de la
cohésion, et ce sont leurs bonnes relations
qui, à l’instar d’aujourd’hui, leur ouvraient de
nouveaux marchés. De ce fait, on trouve souvent dans les projets de construction des familles entières d’artistes ou d’artisans d’une
même localité tessinoise.
Dans le cadre du programme d’occupation, les participants se mettent donc à la recherche des ouvrages réalisées par ces fa-
Existant depuis janvier 1996 sous l’appellation d’«Unimedia», les programmes d’occupation du syndicat UNITI Coperativa per il lavoro s’ouvrent sur un monde particulier qui
ne jure que par le multimédia. Aux dires de
Raf Lorenzetti, vice-président du syndicat et
responsable d’Unimedia, on a choisi une telle
formule car les fondateurs du syndicat travaillaient autrefois dans ce domaine. L’idée
de départ était de fournir aux chômeurs des
médias des places adéquates, car «les sansemploi ne sont pas pas seulement bons à
réparer des réfrigérateurs ou à éliminer des
déchets», comme le signale Raf Lorenzetti
en faisant allusion au chômage «intellectuel»
des diplômés des hautes écoles, qui ont aujourd’hui beaucoup de peine à trouver leur
place sur le marché de l’emploi. Libero
D’Agostino, responsable du programme d’occupation «Lavori in corso», qui publie le journal du même nom, trouve pour sa part qu’il
faut «cesser d’insister sur le fait que tel ou tel
produit a été réalisé par des chômeurs». Tant
qu’on traitera les sans-emploi comme tels,
ils ne seront que mis en marge de la société,
– 30 –
au même titre que des handicapés ou des
toxicomanes. La plupart des programmes
d’occupation d’UNITI prouvent d’ailleurs
aussi que les projets «parallèles» peuvent
tout à fait donner des impulsions profitables au marché primaire de l’emploi.
L’ère du gratte-papier
est révolue
Raf Lorenzetti souligne que l’image du travail s’est modifiée dans notre société, et
qu’on ne peut pas prédire aujourd’hui quel
sera le marché de l’emploi de demain,
même si on a d’ores et déjà une petite idée
sur la question. Raf Lorenzetti, Libero
D’Agostino et Elio Ravviso, qui travaille
également pour «Lavori in corso», s’accordent cependant à dire que le journaliste de l’avenir ne sera plus seulement un
gratte-papier, mais qu’il aura affaire à
l’électronique, devra avoir des notions de
mise en page et être à même de présenter
une page d’accueil, tout en produisant
aussi des contributions pour la radio ou la
télévision. La conscience de ces nouveaux
besoins a donné naissance au programme
d’occupation «Labor» qui aménage la
page d’accueil d’Unimedia et familiarise
les participants aux nouvelles langues et
techniques du transfert de l’information
par le biais de l’internet.
Longueur d’ondes
Autre projet d’Unimedia, le programme
d’occupation «Radio-Job» entend préserver le professionnalisme du personnel de
radio au chômage, tout en mettant le pied
à l’étrier aux futurs collaborateurs des ondes. «Radio-Job» ne disposant pas d’une
concession, tout est préproduit dans le
cadre de «sessions», et les émissions sont
enregistrées sur des mini-disks au moyen
des technologies informatiques les plus
modernes, les principaux programmes informatiques étant en l’occurrence «Session» et «Cubacase» qui permettent un
montage digitalisé. Les émissions sont diffusées sur Rete 1, Rete 2 et Rete 3, autrement dit les canaux de la radio suisseitalienne. Les émissions en direct n’ont
été exercées jusqu’à présent qu’en une
seule occasion, lors du Festival de Locarno, avec deux semaines de programmation «live» sur l’émetteur privé Radio
Ticino. Arnoldo «Lollo» Bottani, responsable du projet «Radio-Job», avoue à cet
MAMT-AGENDA 1/98
égard que le contact direct avec le public fait
défaut, de même que le sentiment d’excitation lié aux émissions en direct.
Des taux de placement élevés
Durant le programme d’occupation, les participants suivent des cours d’animation, de
technique d’élocution et d’interview, ainsi
que de montage digital. Les éléments particulièrement motivés ont en outre la possibilité d’effectuer après trois ou quatre mois un
stage volontaire de deux mois auprès d’une
station privée.
Tous les programmes d’occupation
d’Unimedia affichent un taux de placement
élevé, dépassant les 50 pour cent selon l’estimation de Raf Lorenzetti. On relève également que de nombreux participants - environ
80 pour cent - entreprennent une nouvelle
orientation à l’issue du programme. Pour
l’équipe d’UNITI, cela veut dire que les aptitudes et autres prédispositions sont effectivement encouragées. ❏
Programmes d’occupation
dans le canton du Tessin
UNITI Cooperativa per il lavoro
Via San Gottardo 56, 6900 Lugano
Tél. 091-923 19 74, Jean Rezzonico
Unimedia (appartient à UNITI)
Via Sole 2, 6942 Savosa
Tél. 091-967 63 61, Raf Lorenzetti
Organizzazione cristiano-sociale Ticino (OCST)
Via S. Balestra 19, 6900 Lugano
Tél. 091-921 15 51
Sergio Montorfani
Soccorso Operaio Svizzero (SOS)
Via Magoria 4, 6500 Bellinzone
Tél. 091-826 44 33
Cristina Milani
Caritas
Via Lucini 12, 6900 Lugano
Tél. 091-923 47 92
Marco Fantoni
Fondazione Diamante (pour handicapés)
Via Camminata 1a, 6500 Bellinzone
Tél. 091-825 69 33
Mario Ferrari
L’avenir du journalisme est au multimédia.
Arnoldo «Lollo» Bottani, responsable du projet «Radio-Job» (en médaillon)
MAMT-AGENDA 1/98
– 31 –
UL-QUA
Sviluppo e formazione professionale
Via Landriani 7, 6900 Lugano
Tél. 091-922 21 31
Fiorella Vidoli