Appel de l`Afrique 252 - Société des Missions Africaines

Commentaires

Transcription

Appel de l`Afrique 252 - Société des Missions Africaines
Afrique
Société des Missions Africaines
l'
252
Trimestriel • Mars-Avril 2013 • N°
L'appel de
Sommaire
• La SMA au service des Africains
Nigeria : les défis
religieux du géant africain •
2 -3
Niger : accueillir les réfugiés • 4
• Projets SMA • 5
Aider et soigner les migrants à Niamey
• Événement, culture • 6
Photo Couverture : Gérard Sagnol
« Babatunde »
Lyon – Guillotière : la petite Afrique
• Interactif • 7
SMA : 14 nouveaux missionnaires
• Témoins • 8
Notre cœur, première terre de mission
Couverture : jeune du nord Bénin mâchonnant
un cure-dent traditionnel
L'Afrique
au coeur de
notre mission
Éditorial
© SMA
En marche vers les Assemblées générale et provinciales
Père Paul
Chataigné
La SMA est une société internationale
d’environ 900 membres et associés. Ils sont
répartis en provinces, districts et districts en
formation dispersés sur tous les continents.
A la tête de la Société se trouve un Conseil
Général qui réside à Rome. Tous les six ans, à
tous les niveaux, se tiennent des assemblées
composées de délégués élus et les membres
du Conseil de direction sortant. Elles évaluent
la période passée et préparent la période à
venir. Elles élisent – ou réélisent – les membres
des Conseils de direction.
Les prochaines Assemblées vont commencer
cette année avec l’Assemblée générale à
Rome du 9 avril au 3 mai, puis suivront les
autres Assemblées dans leurs régions ou pays
respectifs. Pour les préparer, des réunions
ont eu lieu pour dégager les questions qui
semblent les plus importantes à examiner.
Ce processus nous engage tous dans une
réflexion sur nos objectifs et nos pratiques
missionnaires. Nous pouvons ainsi vérifier
si nous sommes fidèles au charisme reçu
du Fondateur, et attentifs aux conditions
nouvelles d’une Afrique et d’un monde en
continuelle évolution. Mais les meilleures
intentions et techniques de réflexion seront
inutiles, si nous ne savons pas voir les signes
des temps que l’Esprit de Jésus nous invite à
déceler autour de nous.
Nous comptons donc sur votre prière pour
nous accompagner dans cette étape si
importante pour l’avenir de notre
mission.
Nigeria
Nigeria
Les défis religieux du géant africain
Avec ses 162 millions d’habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. La SMA y est présente
depuis 150 ans et continue à évangéliser les générations nouvelles. Deux jeunes missionnaires nous
parlent des difficultés provoquées par les islamistes de la secte Boko Haram.
Francis Rozario, tamoul, a d’abord travaillé dans une région rurale de Kontagora, au nord-ouest du
pays. Après 4 ans d’études bibliques à Rome, il enseigne maintenant au séminaire d’Ibadan, dans le
sud-ouest. Narcisse Seka Ogu, ivoirien, vit au Nigeria depuis 14 ans. Après sa théologie à Ibadan, il
a travaillé 4 ans en zone rurale dans le diocèse de Bauchi, au nord-est. Maintenant il vit au centre
du pays à Abuja, la capitale, et travaille dans une zone rurale limitrophe.
Comment vivez-vous la situation
tendue entre chrétiens et
musulmans ?
Narcisse : À Abuja, on vit dans la peur et on
respire un climat de méfiance et de suspicion
même entre voisins. La semaine dernière,
deux agents de la sécurité nous ont invités à
une grande vigilance car il y a eu des menaces
d’attentats dans notre zone. Nous ne devons
laisser entrer aucune voiture dans la mission,
sous aucun prétexte. Nous avons donc fermé
les portails. La situation demeure tendue, chez
les chrétiens comme parmi les musulmans, car
les fondamentalistes commencent à attaquer
tout le monde. On a l’impression que certains
2 L’appel de l’Afrique
cherchent à régler de vieilles rancunes qui n’ont
rien à voir avec la religion.
Rozario : À Ibadan, au sud, le climat est beaucoup
moins tendu. Et comme notre séminaire se
trouve dans une zone presque entièrement
chrétienne, on se sent plus en sécurité.
Quelle est l’influence de Boko
Haram dans vos régions ?
Narcisse : Il faut bien voir d’abord qui fait
partie de Boko Haram. On la présente comme
une secte fondamentaliste musulmane, et
ils revendiquent l’appartenance à l’islam et à
Al-Quaïda. Mais en fait ce sont des groupes
de jeunes analphabètes sans espoir, à la solde
© DR
© Francis Rozario
La SMA au service des Africains
Francis
Rozario
Fiche d’identité 
de politiciens qui veulent déstabiliser le pays.
Au début, ils s’en prenaient aux catholiques
et aux chrétiens. Mais ces derniers temps, ils
attaquent les bâtiments des Nations-Unies et
du gouvernement, et ils massacrent aussi leurs
frères musulmans.
Rozario : Je suis bien d’accord avec Narcisse.
Au Nigeria comme souvent ailleurs, la
politique est en grande partie organisée par
des personnages très riches, corrompus et
corrupteurs. Ils sont prêts à payer et manipuler
des hommes sans scrupules pour gagner de
l’argent pour eux-mêmes et leurs familles.
Leurs noms commencent à sortir au grand
jour, et on peut les trouver par exemple sur le
site www.saharaporters.com. Actuellement ils
sont intouchables, mais j’espère qu’un jour ils
pourront être jugés et que le pays retrouvera
la paix.
Aujourd’hui Boko Haram est devenue plus
agressive parce que leurs chefs se sentent trahis
par les politiciens qui les payaient grassement
mais qui ont obtenu ce qu’ils cherchaient,
lors des dernières élections. Maintenant ils
laissent tomber les leaders de Boko Haram.
Ceux-ci jouent le tout pour le tout et veulent
continuer le désordre tant qu’ils ne seront pas
« récompensés » pour leur travail et les pertes
qu’ils ont subies. En effet, certains villages
du nord où Boko Haram est très présente
ont été victimes de répression violente et
d’arrestations de personnes innocentes qui
étaient simplement soupçonnées d’attentats.
Le président Obasanjo a même été obligé de
présenter des excuses aux chefs locaux pour
ces attaques qui ne respectaient pas les droits
de l’homme.
Narcisse : Rozario a raison. Désormais Boko
Haram attaque aussi les musulmans, et même
récemment le Sheik de Maiduguri. L’archevêque
d’Abuja a bien exprimé les sentiments de tous
les chrétiens quand il les a invités à vivre cette
situation en se rapprochant de nos frères
musulmans victimes de la violence. Dans notre
quartier, nous sommes allés visiter l’imam de la
mosquée voisine pour développer des relations
de bon voisinage et de soutien réciproque.
Rozario : À mon avis, l’Église devrait agir de
deux manières. D’abord au niveau des évêques
nigérians qui connaissent bien la situation
politique puisque beaucoup d’entre eux
sont évêques depuis 30 ans. Ils devraient faire
pression sur les forces internationales afin que
les politiciens corrompus impliqués dans ces
violences sanguinaires soient jugés, et qu’on
arrive à une politique plus propre et vraiment
démocratique. Quant aux missionnaires, ils
doivent continuer leur rôle de porteurs de
l’évangile parmi les gens de la rue, en travaillant
par exemple à des projets communs entre
chrétiens et musulmans à travers des activités
de formation ou de volontariat impliquant les
laïcs des deux religions. C’est seulement ainsi
qu’on pourra arriver à surmonter la méfiance
réciproque.
© DR
Père Rozario au gué de Kwangere (Nigeria)
Né en 1975
Diocèse de
Salem (Inde)
Prêtre en 2003
Missionnaire
au Nigeria
Narcisse
Seka Ogu
Fiche d’identité 
Né en 1974
Diocèse de Yopougon
(Côte d’Ivoire)
Prêtre en 2003
Missionnaire au
Nigeria
N°252 • Mars-Avril 2013
3
La SMA au service des Africains
© DR
Réfugiés au Niger
Niger
Accueillir les réfugiés
 Fiche d’identité
Né en 1952
Diocèse
de Chiavari (Italie)
Prêtre en 1984
Missionnaire au Niger
[email protected]
Le Niger, terre de transit
et de réfugiés
Par sa position, le Niger est un pays de transit
entre l’Afrique noire et l’Afrique blanche.
Il connaît donc de continuels mouvements
de population dans les deux sens, mais les
événements récents en Côte d’Ivoire, en Lybie
et au Mali ont considérablement accéléré et
amplifié ces migrations.
La Lybie de Kadhafi fournissait du travail à des
centaines de milliers d’étrangers. Les troubles
de la révolution ont contraint un grand nombre
d’entre eux à se réfugier au Niger : Ivoiriens,
Maliens, Béninois, autres Africains, et bien sûr
des Nigériens, qui sont environ 300 000. Ces
migrants ont souvent dû tout abandonner et
sont arrivés les mains vides dans des conditions
très pénibles, parfois épuisés et malades après
de longs et difficiles voyages.
Par ailleurs la crise du Mali a poussé elle aussi
de nombreux réfugiés vers les pays voisins :
Burkina Faso, Mauritanie et Niger. Chaque pays
se retrouve avec environ 60 000 personnes, et
pour sa part, le Niger a accueilli plusieurs camps
de réfugiés dans la région de Tillabéry près de
la frontière malienne.
15 milliards CFA (23 000 000 €), mais à peine
1 milliard aurait été utilisé au profit des migrants.
Face à l’inertie du gouvernement, certains
réfugiés se sont constitués en association
comme le Collectif des rapatriés au Niger.
Beaucoup sont retournés en Libye malgré les
violences qui continuent, et d’autres ont repris
le chemin de la Côte d’Ivoire, car ils ont plus
d’espoir de trouver du travail dans ces pays que
chez eux.
Des besoins immédiats et urgents
Tous ces migrants se trouvent dans une situation
de grande vulnérabilité, surtout les femmes et
les enfants. Ils ont besoin d’accueil, de maison,
de travail, de soins de santé et cherchent un
réseau de référence. Souvent leur intégration
est gênée par le manque de documents et les
difficultés de la langue. La société nigérienne
n’a pas été préparée à l’accueil de ces migrants,
mais pour le moment, on n’assiste pas à des
phénomènes de marginalisation évidente.
© DR
Mauro
Armanino
Après avoir travaillé en Côte d’Ivoire, puis au Libéria pendant la guerre civile, puis dans le port de
Gênes pour l’accueil des migrants, le père Mauro est responsable de l’accueil des réfugiés dans
l’archidiocèse de Niamey. Nommé d’abord dans la région d’Agadez où la Caritas avait ouvert un
camp d’accueil, il a dû se replier à Niamey à cause des risques du terrorisme. Il nous présente la
situation tragique des migrants au Niger et les réponses que tente d’y apporter l’Église catholique.
Difficile intégration des Nigériens
À leur retour, les migrants nigériens ont trouvé
un pays où sévit une famine qui affecte près
de la moitié de la population. La situation
de ceux qui arrivaient les mains vides a été
particulièrement pénible : jadis soutien de leurs
familles, ils sont devenus une charge pour les
leurs. Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux se
sentent perdus. Pour favoriser l’intégration
sociale et économique des rapatriés de la
Libye et de la Côte d’Ivoire, l’État a bien mis en
place un programme de réinsertion d’environ
4 L’appel de l’Afrique
Père Mauro et deux baptisés
Projets SMA
© Claude Nachon
Chers amis,
Aider et soigner
Niamey, quartier de Yamtala
Les migrants à Niamey
Les réponses de l’Église Catholique
A travers la Caritas/Cadev, l’Église a participé
à l’accueil des Nigériens, en particulier à
Agadez, dans le diocèse de Maradi. À Niamey,
le diocèse a organisé un service d’accueil avec
l’Office International des Migrations. Comme
la majorité des catholiques du Niger sont des
migrants venus de la côte ouest-africaine et
du Nigeria, la pastorale de leurs communautés
est naturellement orientée vers les immigrés.
C’est ainsi que le Mouvement des Travailleurs
Niger – Niamey
© DR
Accueil des réfugiés
Réf. 2013 – 14
Coût : 5 000 €
Chrétiens a essayé d’organiser les gens de
maison et les filles de bar qui sont pour la
plupart des étrangers.
Au cours de cette année, nous avons accueilli
et accompagné environ 450 migrants non
nigériens, réfugiés et demandeurs d’asile.
Nous fournissons aussi une première assistance
pendant quelques jours à celles et ceux qui
restent en ville en attendant de prendre une
décision. Nous essayons d’assurer un suivi
humain, mais comme la plupart d’entre eux
sont en transit, il est difficile de créer un contact
durable.
N.B. Dans un mail accompagnant la description
de sa mission, le père Mauro Armanino ajoute :
« Nous aurions besoin d’un peu d’aide pour
recevoir plusieurs dizaines de migrants, les
assister médicalement et les aider à rentrer à la
maison. 5 000 euros seraient bien utiles.»
Merci d’avance pour votre réponse à l’appel du
père Mauro !
Coordinateur :
Mauro Armanino
[email protected]
Envoyez votre don en utilisant le feuillet de
l’encart central intitulé « Soutien au projet
missionnaire ».
Voici le bilan des dons
que vous avez offerts
en 2012 pour des projets
sma. Nous en avions
présenté cinq et vous en
avez financé dix, au moins
partiellement. En effet,
certains lecteurs ont voulu
aider un missionnaire
dont l’article les avait
particulièrement touchés,
par exemple à Kandi-Fo
(Bénin), le foyer du père
Jullia pour les filles, ou la
léproserie de Kolowaré
(Togo) ou l’appel de
Mgr Cartatéguy pour les
victimes des inondations
au Niger. En un an, nous
avons ainsi distribué en
votre nom 126 dons pour
un total de 17 992 €.
Pour vous remercier, je
laisse la parole au père
Alain Derbier, de Ouaninou
en Côte d’Ivoire : « Grâce
aux dons reçus par le biais
de L’appel de l’Afrique,
je viens de commencer
la construction d’un
petit bâtiment d’environ
60 m² à côté du foyer des
collégiens. Il comportera
deux salles de réunions
dans lesquelles les élèves
pourront étudier et
qui serviront aussi à la
catéchèse. Je ne pourrai
malheureusement pas,
faute de moyens, y ajouter
un petit dortoir pour
augmenter la capacité
du foyer. Mais je tiens à
dire un grand « merci »
aux personnes qui ont
contribué à réunir 3 300 €
sur les 5 000 souhaités. »
Père Paul Chataigné
N°252 • Mars-Avril 2013
5
Événement
© DR
« Babatunde »
En juin 1859, à Freetown en Sierra Leone,
Mgr de Brésillac était emporté par la fièvre
jaune avec ses compagnons, et la SMA
disparaissait de ce pays. Le 26 octobre 2012,
le père Bruno Miyigbena, sma béninois, a
débarqué à Freetown, rejoint quelques jours
après par les pères Amaladoss Arockiyasami,
indien, et David Agbevanohoo, ghanéen.
Le père Bruno témoigne de l’accueil de
l’archevêque de Freetown.
A 18h30, j’ai atterri à Lungi, l’aéroport de
Freetown, où m’attendait le père Sylvestre.
Nous avons rejoint l’embarcadère et pris le bac
pour traverser le fleuve qui sépare l’aéroport
de la capitale. Puis nous nous sommes dirigés
vers les hauteurs de Thunder Hill où se trouve
la résidence de l’archevêque, Mgr Edward
Tamba Charles. Il m’a chaleureusement accueilli.
Il avait suivi de sa terrasse l’atterrissage de
mon avion, et il m’expliqua qu’il « n’avait pas
voulu donner de sommeil à ses yeux avant
d’avoir vu le retour de Brésillac. » (ps. 131,4-5)
Le lendemain matin, il m’a redit son bonheur
de voir la SMA présente dans son diocèse qui
était désormais le nôtre, et combien il espérait
que nous pourrions aller bientôt dans les autres
diocèses du pays. Il répétait sans cesse : « Le
Père est de retour ». Je lui ai dit qu’en fait Mgr
de Brésillac voulait aller au Dahomey, mais c’est
Rome qui l’a envoyé en Sierra Leone. Il en était
encore plus heureux, voyant en moi, Béninois,
descendant des anciens Dahoméens, le retour
de Brésillac. Et quand je lui ai dit que dans ma
langue natale, le yoruba, « le père est de retour »
se dit « Babatunde », il m’a donné ce nom pour
me présenter à tous ceux qui venaient lui rendre
visite !
Mgr de Brésillac
Culture
Lyon - Guillotière : la petite Afrique
Le quartier de la Guillotière est séparé du centre ville par le
Rhône. Depuis le XIXe siècle, il a accueilli des vagues successives
d’immigrés, d’abord européens, puis africains du nord,
asiatiques et aujourd’hui de l’Afrique noire. La grande rue de la
Guillotière a ainsi vu se développer récemment de nombreuses
boutiques pour les populations africaines : alimentation,
produits de beauté, transfert d’argent vers l’étranger,
esthéticiennes, salons de coiffure, bars-restaurants… Aux
côtés des diverses nationalités africaines, commerçants
français et asiatiques participent à ces activités qui rendent
la Grande rue de la Guillotière très attractive pour nombre
d’immigrés d’Afrique subsaharienne.
En 2011-2012, Benjamin Vanderlick a effectué un travail
de terrain et un reportage photographique dans les barsrestaurants africains du quartier. Il prépare actuellement une
exposition de ses photographies qui seront présentées au
Musée Africain du 15 mai au 28 juillet prochains. De nombreux
événements seront organisés à l’occasion de cette exposition.
6 L’appel de l’Afrique
©Benjamin Vanderlick
Exposition au Musée Africain
Blaise et Davy
Informations pratiques
Musée africain - 150 cours Gambetta - 69007 Lyon
tél. : 04 78 61 60 98 - [email protected]
Horaires : du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h
Tarifs : 6 € (adultes), 3 € (étudiants), 1,50 € (enfants)
Contact presse : Merja Laukia
([email protected])
Interactif
14 nouveaux
missionnaires
en 2012 :
Cette année, la SMA a eu la joie d’accueillir 14 nouveaux prêtres.
13 sont des Africains dont voici les noms, suivis de leur pays
d’origine et de leur pays de mission : Jonathan Malon (Nigeria/
Ghana), Émile Chabi Biaou (Bénin/Centrafrique), Matthew
Bassah (Nigeria/Côte d’Ivoire), Simon Assogba (Bénin/GrandeBretagne), Charles Koudje (Centrafrique/Côte d’Ivoire), Joseph
Ogungbe (Nigeria/Afrique du sud), Félix Namusonge (Kenya/
Angola), Valère Mupidi (RD Congo/Togo), David Agbevanoo
(Ghana/Sierra Leone), Émile Appraboc (Côte d’Ivoire/Nigeria),
Gérard Pagan (Togo/Afrique du sud), Jean-Paul Kpatcha (Togo/
Togo), Augustin Kassa (Togo/Ghana).
Le 14e est un Canadien : Jean-François Bergeron.
Nous confions tous ces jeunes missionnaires à votre prière
fraternelle.
Dans la maison
de mon Père (Jn 14,2)
SMA et parents
Père Alphonse Allirand, Montpellier ; père Paul
Vérot, Le Puy ; père Pierre Bonnet, Montferrier ;
père Guy Ollivaud, Prinquiau.
La sœur aînée du père Pierre Bergot ; deux tantes
du père Michel Bertonneau ; une cousine du père
Claude Vincent ; un frère prêtre du père Jean
Dhumeau ; un frère du père Christian Besnard ;
un frère du père Louis Jacquot ; un frère du père
Bernard Curutchet ; une nièce du père Michel
Loiret ; une sœur du père Lucien Noury...
NDA
Sr Anne-Marie Le Gal, Haute-Goulaine ;
Sr Romaine Troxler, Colmar.
Amis et bienfaiteurs
Départements
Vous nous avez écrit
21 : Mme Marguerite Jehl, Dijon.
• Je vous remercie pour l’envoi régulier du calendrier et de l’appel
44 : Mr et Mme Roger Coquet, Le Pouliguen.
de l’Afrique, que je lis avec beaucoup d’intérêt. Malgré sa
brièveté l’essentiel est dit sur la vie des communautés, le poids
des traditions qui pèse sur la poursuite de l’évangélisation, les
diverses activités de la Société des Missions Africaines. Tout
au long de l’année je prie pour vous et avec vous. Croyez que
je demeure votre ami fidèle et celui de la SMA.
Marcel
• Trouvez ci-joint ce petit chèque annuel qui ne constitue
malheureusement qu’une goutte dans l’océan de vos besoins.
Je suis bien conscient que sans l’effort des prêtres de la SMA,
nous n’aurions pas aujourd’hui ce clergé africain qui épaule nos
paroisses de l’Ile de France, dont certaines seraient condamnées à
n’avoir la messe qu’un dimanche sur deux, comme dans certaines
régions. C’est le cas déjà dans certaines régions où les personnes
sans moyens de transport ne vont plus à la messe.
Olivier
• C’est toujours avec le même plaisir que j’ai feuilleté votre
calendrier 2013 et savouré la sagesse africaine dans leurs
proverbes. Depuis des années votre calendrier retrouve la
même place, son format est parfait. Chaque matin, je peux
vérifier si j’ai une obligation. A 86 ans, il n’y en a guère, mais il
reste les visites des petits enfants ou des amis fidèles.
Anne
40 : Mme Madeleine Damestoy, Tarnos.
42 : Mme Marie-Antoinette Frobert, Rioges.
49 : Mr Clovis Léger, Angers.
64 : Mr Charles Ramade, Bayonne.
69 : Mr Bernard Janin, Lyon ;
père Jean-Antoine Mesny, Ste Foy les Lyon ;
Mme Marie-Thérèse Ninel, Lyon.
79 : Mr Georges Boulas, Champdeniers St Denis.
• De tout cœur, je viens vous dire la satisfaction que j’ai
ressentie et ressens encore lors de la vue des documents
illustrant le calendrier 2013.
Ce qui m’a remué, c’est l’humour qui se dégage des brèves
sentences. Le terrain de « l’humour » voilà un domaine où
Noirs et Blancs peuvent se rencontrer ! N’hésitez pas à nous
communiquer ces perles. Je pense qu’elles ont un caractère
d’union : l’humour, au nord et au sud, finalement peut mettre
en évidence des tendances fraternelles et l’intelligence des
uns et des autres !
Germaine
N°252 •Mars- Avril 2013
7
Témoins
© Gino Sanavio
La première terre de mission :
c'est notre coeur
Après 8 ans en Côte d’Ivoire, Lorenzo a été rappelé en Italie pour témoigner de la mission avec
les pères, les sœurs et les laïcs de la communauté de Feriole, non loin de Padoue. Il nous partage
son expérience ivoirienne.
De la ville d’Abidjan à la forêt
de Doba
Lorenzo
Snider
 Fiche d’identité
Né en 1976
Diocèse d’Adria
(Italie)
Prêtre en 2006
L’appel de l’Afrique
Revue trimestrielle N° 252 – Mars-Avril 2013
3 € - abonnement : 10 €
Directeur publication :
André Perrin, SMA, 36 rue Miguel-Hidalgo,
75019 Paris. Tél. : 01 53 38 91 45
Rédacteur en chef : Paul Chataigné
Commission communication et diffusion :
Katherine Sourty, Alain Béal, Daniel Cardot,
Yvon Crusson, Joseph Morandeau, Laurent
Oré. CPPAP/ISSN 0315G79435 / 1144-164X ;
Dans ce numéro un encart entre les
pages 4 et 5.
Réalisation technique : alteriade - 73 Cours
Albert Thomas - 69003 Lyon
Tél. : 04 78 64 97 74 - www.alteriade.fr
Impression : Imprimerie Cusin
Dépôt légal : 1er trim. 2013
Avant d’être ordonné prêtre en 2006, j’ai vécu
2 ans à Abidjan avec le père Giovanni Benetti,
dans le quartier populaire d’Adjamé. Puis j’ai été
nommé dans le diocèse de San Pedro, au sudouest du pays, où j’ai travaillé 6 ans avec le père
Martino, d’abord dans la ville de San Pedro, puis
à Doba où nous avons ouvert une nouvelle
paroisse en zone forestière. Nous avons
cherché à parler le langage de la simplicité,
de la vérité et de l’amour, en reconnaissant
Jésus présent dans les frères : les jeunes, les
enfants de la rue, les anciens qui portent dans
leur regard les secrets et les contradictions de
la vie, les catéchumènes qui veulent connaître
Jésus, les cœurs de ceux qui cherchent la paix
et souffrent de la guerre et de l’injustice, ceux
qui se sentent trompés par le néo-colonialisme
français.
« Chez moi » d’Adjamé à Villa
di Chiavena
A ceux qui laissent la « maison » où vivent leur
mère, leurs sœurs et leurs frères, Jésus a promis
cent fois plus. Aujourd’hui je pense à Adjamé,
San Pedro et Doba comme je pense à Villa di
Chiavena, mon village natal. Ces régions sont
devenues mon « chez moi ». Je pense aux frères
qui se fatiguent pour vivre, qui ont subi la lame
de fond de la guerre civile, marginalisés dans les
quartiers cachés d’Abidjan ou les bidonvilles de
San Pedro, les frères et sœurs qui travaillent avec
courage et détermination pour gagner leur pain
et leur dignité dans les plantations de cacao de
Doba, les mères qui pleurent leurs enfants sans
cesser de croire à la vie, qui subissent toutes
sortes de violences mais continuent à porter le
poids de la famille et de l’espérance.
Notre cœur, première terre
de mission
Il ne suffit pas de vivre en mission pour être
missionnaire. Je suis convaincu que la première
terre de mission c’est notre cœur. Elle est
la plus difficile et celle qui nous donne le
moins de satisfactions. Brésillac rêvait d’être
« missionnaire du fond de son cœur ». C’est là
que nous rencontrons le Seigneur qui nous
habite, et que nous faisons de la place pour les
relations, pour rencontrer l’autre.
L’Italie, terre de mission
Toute l’Église existe pour la mission, pour
annoncer l’Évangile et communiquer le Christ,
pour proposer la vocation missionnaire et la
collaboration entre les Églises. Aujourd’hui en
Italie, bien des Italiens ne connaissent le Christ et
son Église que par ouï-dire. 10 % de la population
n’est pas d’origine italienne, et il y a au moins un
million de musulmans. Les espaces de première
évangélisation sont nombreux : les jeunes, les
médias, la culture… J’ai déjà commencé à visiter
les séminaires du Piémont et de la Ligurie. La
mission la plus importante est d’aider les chrétiens,
nos communautés chrétiennes (ou qui se disent
telles), à être missionnaires, ouvertes : levain et sel.
A tous ceux qui l’ont accueilli, Jésus a donné la
possibilité de devenir enfants de Dieu (Jn 1,12).
La mission part de cette prise de conscience que
le visage de Dieu est pour tous, que tous ont le
droit de se sentir ses enfants.
Société des Missions Africaines
Lyon
Paris
Nantes – Rezé
150 cours Gambetta
69361 Lyon Cedex 07
Tél. : 04 78 58 45 70
Fax : 04 78 61 71 97
[email protected]
Missions Africaines Partage
CCP 636 56 P Lyon
Maison provinciale
36 rue Miguel-Hidalgo
75019 Paris
Tél. : 01 53 38 91 40
Fax : 01 40 40 04 51
[email protected]
CCP 33 826 30 M La Source
25 rue des Naudières
B.P. 036
44401 Rezé Cedex
Tél. : 02 40 75 62 66
Fax : 02 51 70 32 26
[email protected]
CCP 261 54 M Nantes
Sur internet
www.missions-africaines.net
www.smarinternational.info

Documents pareils

Appel de l`Afrique 246 - Société des Missions Africaines

Appel de l`Afrique 246 - Société des Missions Africaines Celui-ci me semble marqué par les liens très forts, charnels et spirituels, qui s’établissent entre les missionnaires et ceux qui les accueillent. C’est particulièrement vrai quand on risque sa vie...

Plus en détail

Appel de l`Afrique 258 - Société des Missions Africaines

Appel de l`Afrique 258 - Société des Missions Africaines bien du mal à trouver. Actuellement, ils sont encore 48 à venir régulièrement suivre leur traitement. Parmi eux 11 sont sous gardénal, les autres ont besoin de traitements spécifiques et onéreux, p...

Plus en détail