calculer la maree - croisieres

Commentaires

Transcription

calculer la maree - croisieres
CALCULER LA MAREE
Signature
Not Verified
Etienne
Maquin
LES OBJECTIFS :
1° Objectif :
Parvenir à faire ces calculs sans erreurs.
On en a besoin :
• Pour mesurer la hauteur d’eau
1. à l’entrée du port
2. au mouillage
3. en navigation dans un chenal
4. en pilotage
• Pour mesurer la direction et l’intensité du courant de marée.
2° Objectif :
Comprendre le phénomène, non pas en détail, mais suffisamment pour mémoriser et exécuter dans le bon ordre
les différentes opérations du calcul.
Il existe des ouvrages clairs et complets sur la marée (notamment ceux du SHOM ; on retrouve aussi sur le site
internet du SHOM, www.shom.fr, l’essentiel de ces renseignements). Le but n’est pas de les réciter mais
d’indiquer pourquoi tous ces calculs sont nécessaires, et en quoi ils consistent. On fournira donc une explication
par calcul, mais surtout pazs une explication globale, encore moins une explication encyclopédique.
3° Objectif :
Faire ces calculs rapidement et de manière à ce que les résultats soient disponibles à tout moment.
• Puisque les corrections sont nombreuses, il faut être précis dans les corrections, car les erreurs faites à ces
moments là se multiplient dans la suite des calculs
• Si on a un pied de pilote confortable, ou que la marée n’est pas forte, on se moque un peu des centimètres ;
le calcul peut être approximatif, donc plus rapide et facilement mémorisable.
• Par contre, si la marée est de grande amplitude, ou qu’on fait du pilotage en finesse, il faut être très précis.
Dans tous les cas, le résultat doit pouvoir être consulté d’un seul coup d’œil.
L’APPRENTISSAGE :
1° Temps :
On expose le mécanisme en 3 étapes :
A/ première étape
1. Déterminer l’heure locale : Temps Universel + 1 (en hiver) ou 2 (en été)
2. Relever le coefficient de marée du jour (coeff.) et déterminer si on est en vives eaux (VE) ou mortes
eaux (ME) : VE si le coeff. est supérieur à 72, ME si le coeff. est inférieur à 72.
3. Repérer quel est le port de référence (celui sur lequel on relèvera dans les tables de marées les heures
et hauteurs d’eau des marées du jour) et le ou les port(s) rattaché(s) (pour faire les corrections qui
adapteront les données horaires et de hauteurs au lieu où l’on se trouvera)
B/ deuxième étape
1. Repérer les heures de haute-mer (PM) et de basse-mer (BM) du jour. On aura :
• soit BM – PM – BM dans la journée
• soit PM – BM – PM dans la journée
2. Noter les hauteurs d’eau à PM et BM du port de référence et calculer les corrections de hauteur du ou
des port(s) rattaché(s)
3. Noter les heures de PM et BM du port de référence et calculer les corrections d’heure du ou des port(s)
rattaché(s)
C/ troisième étape
1. Calculer l’heure-marée, soit la durée de temps entre PM et BM divisée par 6 (si on n’est pas habitué à
faire des opérations sur les heures, on convertit d’abord les heures en minutes) :
heure de PM x 60 ;
•
heure de BM x 60 ;
•
• différence entre heures de PM et de BM
• résultat / 60
2. Calculer le marnage et le 1/12° du marnage (expliquer le sens de ce mot).
3. Tracer le graphique de marée (voir la fiche jointe)
Digitally signed
by Etienne
Maquin
DN: cn=Etienne
Maquin,
o=moniteur
Glenans, c=FR
Date: 2002.06.26
20:19:15 +01'00'
2° Temps
On explique les opérations à la demande. Ci-dessous, des données explicatives pour chaque temps dans le même
ordre que pour le 1° Temps.
A1 : Les marées sont calculées avec des tables universelles ; il faut les adapter à l’heure locale
A2 : Les marées sont les effets de l’attraction de la lune et du soleil (qui contrarient l’attraction terrestre … ne
rentrons pas dans ces détails, ou alors prenons tout de suite un cachet d’aspirine ! ) ; l’attraction lunaire est la
plus forte, mais celle du soleil peut s’ajouter à elle ou s’en soustraire. Cela donne des grandes et des petites
marées, appelées vives eaux et mortes eaux.
Signature
Not Verified
Etienne
Maquin
Digitally signed
by Etienne Maquin
DN: cn=Etienne
Maquin,
o=moniteur
Glenans, c=FR
Date: 2002.06.26
20:19:58 +01'00'
A3 : la marée est une onde qui se propage du centre de chaque mer vers sa périphérie (autrement dit, vers les
côtes). Son amplitude dépend de la position proche ou lointaine de la côte par rapport au centre. Voici ce que
cela donne dans l’Atlantique :
En rouge, les amplitudes les plus importantes.
Mais la côte est irrégulière . Comme la marée est une onde, elle peut se réfléchir d’une côte à l’autre, s’affaiblir
ou s’intensifier, voire même diminuer ou augmenter sa fréquence (il y a des marées 2 fois par jour, une fois par
jour, et 4 fois par jour, ou même pas du tout)
C1 : Le facteur principal qui influence la marée est la lune. Celle-ci fait le tour de la terre en 24 heures et 50
minutes environs.
Mais cela peut varier : l’onde de marée peut être retardée … ce qui fait que l’heure peut-être sera décalée par
rapport à l’heure lunaire. C’est pour cela qu’il faut calculer l’heure-marée.
C2 et C3 : La marée est une onde, avons-nous dit. Ce qui explique que la montée des eaux (le flux) et sa descente
(le jusant) suivent le cours d’une sinusoïde.
Voici par exemple l’évolution de la hauteur d’eau à Saint Malo le 26 Mars 2002 :
Signature
Not Verified
Etienne
Maquin
Digitally signed
by Etienne
Maquin
DN: cn=Etienne
Maquin,
o=moniteur
Glenans, c=FR
Date: 2002.06.26
20:20:37 +01'00'
A marée basse (BM) l’eau ne monte ni ne bouge, c’est l’étale. Puis elle commence à remonter et à s’écouler vers
le large : c’est la renverse. A l’heure de pleine-mer (PM), on observe le même phénomène à l’inverse. On voit
aussi que l’heure à laquelle l’eau monte (ou baisse) le plus vite, qui est aussi l’heure à laquelle elle se déplace le
plus vite dans un sens ou dans l’autre, c’est 3 heures après ou avant la pleine-mer ( PM – 3 ou PM + 3 ). C’est la
mi-marée, moment redoutable pour celui qui est près de certaines côtes.
C3 : Une sinusoïde, c’est dur à dessiner ; alors on a trouvé une astuce. Au lieu de faire un graphique avec des
repères orthonormés, comme ci-dessus, on fait un graphique dont l’abscisse sera irrégulière, comme ci-dessous.
Ainsi, il suffira de localiser un point correspondant à l’heure et à la hauteur de PM, un autre de la même façon
pour BM. On trace alors une droite entre les deux points. C’est tout !
15m
14m
13m
12m
11m
10m
9m
8m
7m
6m
5m
4m
3m
2m
1m
0 -5
-4
-3
-2
-1
+1
+2
+3
+4
+5