quinzaine cambodgienne - Fondation pour la Mémoire de la

Commentaires

Transcription

quinzaine cambodgienne - Fondation pour la Mémoire de la
Quinzaine
Cambodgienne
Expositions
du 31 mars au 25 avril
Médiathèque Anna Marly, Saint-Jean-de-la-Ruelle
Renseignements, tél. : 02 38 79 03 60
Trilogie sur le drame cambodgien. Dessins de Sera
Dessins originaux des albums Impasse et Rouge,
L’Eau et la Terre : Cambodge 1975-1979, et Lendemains de Cendres
du 14 au 18 avril
Maison des Associations - Orléans
Une société traditionnelle brisée ?
• Le Nouvel An khmer à Angkor et Siem Reap :
photos de Loan Lam, rédactrice et photographe.
• Angkor : aquarelles d’éléonore Dougnac, graphiste orléanaise.
• Peintures de Séra, artiste franco-khmer.
• Sculptures bouddhistes et estampes d’artisans khmers.
• Projection en continu du documentaire
Mémoire et images : une expérience cambodgienne
de Franco Lolli Gomez
Le cinéaste Rithy Panh a créé en 2006 à Phnom Penh le Centre de Ressources
Audiovisuelles, intitulé Bophana. Son but est de collecter des documents afin
de redonner une mémoire au Cambodge.
Entrée libre pour toutes les manifestations dans la limite des places disponibles.
Questions
autour du
procès des
K h m e r s
r o u g e s
2 cloître Saint-Pierre-le-Puellier
45000 Orléans
02 38 42 03 91 - [email protected]
www.cercil.fr
Le Cercil bénéficie du soutien financier des mairies de Beaune-la-Rolande, Jargeau, Orléans, Paris, Pithiviers
et Saint Jean de la Ruelle, des départements du Loiret et du Loir-et-Cher, de la région Centre, du ministère
de l’éducation nationale, du ministère de la Culture-Région Centre, du ministère de la Défense-DMPA,
du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah,
de l’Acsé, des Onac du Loiret et du Loir-et-Cher.
Création graphique
Atelier J-Ph.Germanaud
Photo © Vo Trung Dung
• Tout au long de cette Quinzaine Cambodgienne,
présentation de livres sur le Cambodge et la justice
internationale.
50 rue Fbg Bannier,
45000 Orléans,
tél. 02 38 81 80 26,
[email protected]
du 4 au 18
avril
2 0 0 9
Quinzaine
Cambodgienne
Le procès des dirigeants khmers rouges
est ouvert depuis le 17 février 2009 à
Phnom Penh, la capitale du Cambodge.
Samedi 4 avril -15 h 30 à 18 h
à la Médiathèque Anna Marly
à Saint-Jean-de-la-Ruelle,
61 rue Charles Beauhaire
Rencontre-débat
2009
Durant la période du « Kampuchea
démocratique » (nom officiel du régime de Pol Pot) entre 1975 et 1979,
la machine khmère rouge a assassiné
environ 2 millions de personnes, soit
le quart de la population de l’époque.
Quelle qu’en soit l’issue, ce procès devrait faire date dans la
reconnaissance du droit des victimes,
puisque pour la première fois dans
une juridiction à caractère international,
celles-ci peuvent se constituer parties civiles.
Les actions du Cercil (Centre d’étude et de recherche sur les Camps
d’Internement dans le Loiret et la
déportation juive) s’inscrivent dans
une réflexion qui permet d’interroger
le passé pour mieux aborder l’avenir. Ainsi, c’est naturellement qu’il
s’est associé à l’Association des Amis
du Cambodge pour concevoir cette
Quinzaine.
Peut-on faire une fiction des
crimes des Khmers rouges ?
> Réflexion autour de l’oeuvre de Séra,
artiste franco-khmer, créateur de BD.
Sa trilogie sur la tragédie cambodgienne est
exposée à la Médiathèque, jusqu’au 25 avril.
>Entretien avec Randal Douc, auteur
dramatique franco-khmer (La Course et la
mémoire, Les Hommes Désertés, Rouge de la
Guerre, Nul Endroit du monde) et comédien
(Un barrage contre le Pacifique, film
de Rithy Panh)
> En présence (sous réserve) de Loïc Barrière,
auteur du roman Le Chœur des enfants
khmers (Ed. du Seuil).
Questions
autour du
procès des
K h m e r s
r o u g e s
Organisation Cercil
bodge
et Association Les Amis du Cam
Dimanche 5 avril - à partir de 15 h
au Muséum d’Orléans, 6 rue Marcel Proust
Projections de films et débats
Vendredi 10 avril - 20 h à 23 h
Le Kampuchea démocratique,
une autre machine à anéantir
au XXe siècle.
Conférences-débats
>15h - Projection du film
Kampuchea, chroniques rouge-amer (56mn)
de Bruno Carette et Dominique Thiel.
Bruno Carette, grand reporter, spécialiste du
Cambodge, replace dans son contexte historique
et géopolitique le drame cambodgien et les
massacres de masse perpétrés par les Khmers
rouges à l’époque du Kampuchea démocratique.
>16h - Débat
avec Bruno Carette « Personne ne peut prétendre parler pour les
Cambodgiens. Eux-mêmes n’ont pas le même
regard sur le passé suivant qu’ils ont fui
le Cambodge ou qu’ils ont vécu de l’intérieur
le règne sanguinaire de Pol Pot ».
>16h 30 à 17h 15 - Pause - Collation
à la Médiathèque d’Orléans, 1 Place Gambetta
Le tribunal spécial de Phnom Penh,
la réponse aux crimes des Khmers
rouges ?
> La dimension politique du procès et la responsabilité
pénale des bourreaux khmers rouges
par Hoc Pheng Chhay,
président du Comité des Victimes des Khmers
Rouges et magistrat au Tribunal de Grande
Instance d’évry.
> La place des victimes dans la justice. L’exemple
du Tribunal spécial Khmers rouges (TKR), en
comparaison avec d’autres formes de justice
par Amanda Dezallai,
doctorante à la Faculté de Droit d’Orléans.
> Témoignage de Denise Affonço, auteur de
Rescapée de l’enfer des Khmers rouges/
Une survivante témoigne (Ed. de La Petite Renaissance).
>17h15 - Projection du film
Bophana, une tragédie cambodgienne (59 mn)
de Rithy Panh
Le cinéaste fait le récit du destin tragique d’un
jeune couple, Bophana et son mari, tous deux
torturés et exécutés à la prison d’Etat S-21.
Bophana symbolise la résistance à la barbarie
khmère rouge.
>18h15 à 19h - Conférence-débat :
Bophana, la résistance intérieure
avec Geneviève Welsh.
Psychiatre et psychanalyste, elle soigne depuis
vingt ans les rescapés des génocides et leurs
enfants. à travers l’exemple de Bophana,
elle pose la question de la résistance de l’être
humain dans des situations extrêmes.
En présence de Chanvutharith-Laurent Tom,
rescapé et réfugié, vivant à Orléans.
Samedi 18 avril -17 h 30
à la Maison des Associations d’Orléans,
46 ter rue Sainte Catherine
Clôture de la Quinzaine
Cambodgienne
Le karma est-il un frein au procès
des Khmers rouges ?
Conférence-débat
avec Dominique Trotignon,
directeur de l’Université Bouddhique Européenne.
Un grand nombre de Cambodgiens sont hostiles
au procès. Ils l’associent à une vengeance, ce qui
est contraire à la philosophie bouddhiste.
Dominique Trotignon précisera la position
bouddhiste sur « les assassins les plus monstrueux ».

Documents pareils