Issy-les-Moulineaux

Commentaires

Transcription

Issy-les-Moulineaux
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 4 juin 2015
Issy-les-Moulineaux :
Ecoquartier des Bords de Seine
1er écoquartier totalement achevé en Île-de-France
La SEM 92, aménageur, la ville d’Issy-les-Moulineaux
et le Conseil départemental des Hauts-de-Seine
inaugurent le 1er écoquartier totalement achevé de la région parisienne
Un quartier mixte sur 3,5 hectares accueillant 72 400 m2 de constructions bioclimatiques
L’ambition d’une éco-conception globale
Création d’une charte environnementale fondatrice
pour impliquer tous les acteurs urbains
Des solutions innovantes pour créer la ville durable
Des ateliers d’émulation architecturale, un parking mutualisé,
un quartier bâti avec le soleil, une collecte pneumatique des déchets…
Un quartier (ou)vert
50% des espaces extérieurs dédiés aux piétons et cyclistes, 20% d’espaces verts,
et des appartements traversants agrémentés de balcons et loggias
CONTACT PRESSE
Agence Open Space – Eugénie Dautel - 01 47 64 19 80 – 06 60 10 86 30 - [email protected]
Sur les anciennes friches industrielles d’Issy-les-Moulineaux un écoquartier
vient d’émerger, le premier achevé en région parisienne et le quatrième en
France. Un projet porteur de valeurs environnementales fortes qui prouve
définitivement que le vert est aussi la couleur de l’avenir !
Une réhabilitation
La ZAC des Bords de Seine est un projet ambitieux et exemplaire pour la SEM
92 qui œuvre depuis plus de 20 ans pour reconquérir le front de Seine via
quatre axes : la prolongation de la ville vers le fleuve par la régénération du
tissu urbain..., la création d’un quartier mixte..., sa connexion aux quartiers
avoisinants..., la réalisation d’un aménagement de qualité valorisant les
atouts du site...
La première phase des travaux sur 12,5 hectares s’est achevée en 2007 par
l’aménagement d’espaces verts et d’espaces publics, la construction d’un
collège HQE (Haute Qualité Environnementale), d’une halle des sports, et la
réalisation de 135 000 m2 de logements et de bureaux.
La seconde phase initiée sur les 3,5 hectares longeant le quai de la bataille
de Stalingrad, a pu être entaméefin 2008, une fois les terrains libérés par
l’usine d’incinération des ordures ménagères.
Une ambition
Pour faire de ce projet une véritable référence et demeurer en phase avec la
dynamique impulsée par la ville d’Issy-les-Moulineaux et le Conseil
départemental des Hauts-de-Seine, la SEM 92, aménageur, a souhaité
intégrer les enjeux liés au développement durable pour cette seconde phase.
La SEM 92 a ainsi fait le pari osé de refondre entièrement son programme
imaginé 10 ans plus tôt en se fixant des objectifs environnementaux ambitieux.
Plutôt qu’un catalogue de labels, son parti pris privilégie une éco-conception
globale à partir d’objectifs tels que la maîtrise draconienne des
consommations d’énergie ou la canalisation de l’entrée des voitures dans ce
quartier. Déclinée dans une charte fondatrice, cette volonté a fait l’objet
d’un engagement commun par tous les acteurs de l’opération.
Avec cet acte fondateur, la SEM 92 innove dans sa fonction d’ensemblier
urbain pour coordonner et fédérer les expertises et actions de chacun autour
d’une ambition commune.
Un contrôle permanent
Afin de veiller à l’application de la charte environnementale, des riverains
volontaires ont été nommés « sentinelles » du projet. Leur rôle est de veiller au
respect des objectifs, de réunir et de formuler les questions et attentes des
riverains, d’obtenir et de redistribuer les informations nécessaires à la bonne
compréhension de la déconstruction de l’usine d’incinération des ordures
ménagères et à la construction de l’écoquartier.
Afin de s’assurer du respect de la charte par les promoteurs, la SEM 92 a fait
le choix de mettre en place un séquestre. Ainsi, 4% du prix d’achat des
terrains a été versé par les opérateurs immobilier, somme qui ne leur serait
remboursée qu’à la fin de la construction à condition qu’ils aient rempli tous
leurs engagements.
Une émulation architecturale
La SEM 92 a souhaité que la conception architecturale soit partagée. Elle a
ainsi choisi les architectes pour créer une émulation entre les projets (et pas
sous la forme d’un concours avec la production de simples images). Le
promoteur, la Ville et la SEM 92 ont ainsi travaillé avec les équipes pour
élaborer progressivement plusieurs projets. Pour piloter ces ateliers de coconception, l’aménageur a défini trois phases pour, in fine, choisir une seule
proposition. Cette approche atypique a permis de « sculpter » au plus près le
dessin urbain.
Une conception bioclimatique
Hervé Gay, Directeur général de la SEM 92 explique : « Plutôt que
de construire des bâtiments produisant de l’énergie solaire (avec
des panneaux solaires en toiture par exemple) pour compenser
une forte consommation énergétique, nous avons privilégié une
faible consommation des bâtiments. Pour cela, le nouveau plan
masse devait intégrer une obligation d’ensoleillement au moins
deux heures par jour, même en hiver. Ce principe a eu des
conséquences importantes. En effet, l’ancien projet privilégiait les
vues sur la Seine et le parc, avec des immeubles en gradins
orientés vers le nord-ouest, limitant les apports solaires et
alourdissant le bilan énergétique. Afin de respecter la charte,
nous avons repensé le schéma à l’inverse et modifié le PLU en
conséquence avec le Maire puisqu’il avait signé la charte. Cette
décision nous a même permis d’anticiper la RT 2012 cinq ans plus
tôt. Mais attention, cette ambition ne devait pas se réaliser au
détriment du confort que nous avons voulu optimal, notamment
avec de larges ouvertures et de grands balcons pour les
appartements ».
Un lieu de vie pour tous
Aménager ce nouveau territoire, c’est aussi bâtir la vie de quartier qui doit
nécessairement l’accompagner... Dans ce but, la programmation de
l’écoquartier devait favoriser une double mixité, sociale et fonctionnelle. Une
priorité impliquant une répartition harmonieuse dans tous les domaines :
 Une variété des types et des usages de bâtiments avec 42 800 m2 de
logements, 24 000 m2 de bureaux, 2 500 m2 de commerces et services
et 3 600 m2 d’équipements publics (crèche et groupe scolaire)
 Une diversité des catégories d’habitat intégrant 12 500 m2 de
logements sociaux et 30 300 m2 en accession
 Un équilibre entre commerces, loisirs, espaces verts et équipements
publics
Un quartier (ou)vert
Idéalement situé en bord de Seine, l’écoquartier offre l’occasion de redonner
vie aux berges et de relier le centre-ville au fleuve grâce à des liaisons de
haute qualité paysagère. En raison de la pression foncière, l’enjeu fut de
réussir à aménager de vastes espaces verts qui contrebalancent la forte
densité du quartier. Il en résulte un quartier où il fait bon vivre, se promener ou
simplement passer.
Des allées invitant à la promenade, des pistes cyclables, de nombreux
espaces verts apportent une bouffée d’oxygène au cœur même du quartier.
La SEM 92 a décidé de dédier 50% des espaces extérieurs aux piétons et aux
circulations douces. Avec ses 36 mètres de largeur, le Cours de l’Ancienne
Boulangerie permet de créer le lien entre la Seine et le quartier et d’offrir une
ouverture majestueuse. Plusieurs percées visuelles apportent de nouvelles
perspectives et contribuent à conférer à l’écoquartier une respiration
naturelle essentielle pour ses résidants et ses visiteurs.
Le nouvel écoquartier réintroduit la biodiversité, sur le plan de la faune
comme de la flore. Les espaces verts mettent à l’honneur les essences
locales
et
celles
demandant
peu
d’arrosage
et
d’entretien.
L’imperméabilisation des sols est limitée et des bassins participant au paysage
permettent la rétention et l’infiltration des eaux pluviales.
Une rationalisation des ressources
Econome en énergie, grâce à des bâtiments BBC, l’éco-quartier Bords-deSeine combine conception bioclimatique, isolation renforcée, équipements à
haut rendement et énergies renouvelables.
Les apports de lumière naturelle sont optimisés et l’éclairage public élaboré
avec le souci de préserver au maximum les ressources énergétiques. Pour
lutter contre les grandes chaleurs, les choix architecturaux mêlent protections
solaires et appartements traversants pour éviter l’installation de systèmes de
climatisation.
Côté déchets, un système de tri et de collecte par pneumatique est mis en
place. Ce quartier est l’un des pionniers de ce procédé qui évite les passages
des camions-poubelles.
Enfin, l’écoquartier met à l’honneur les circulations douces en laissant une
véritable place aux vélos, aux piétons et aux transports collectifs avec le
tramway T2 afin de réduire l’impact des véhicules automobiles.
Hervé Gay, Directeur général de la SEM 92 explique : « Afin de
répondre aux objectifs de développement durable qui visent
entre autre la réduction de l’usage de la voiture, le parking a été
mutualisé entre habitants, salariés des bureaux et clients des
commerces. L’objectif était simple : permettre aux usagers ayant
des horaires différents de se garer dans le même espace. Un
parking de 220 places a été construit, intégrant 42 places
réservées à la clientèle du supermarché. Cette approche
innovante nous a permis d’économiser un niveau de parking et
même de supprimer celui de l’Île Saint Germain ».
« Les automobilistes peuvent se garer indifféremment », explique
Frédéric Demazeau, ancien directeur régional de Vinci Park. « Ce
fut le résultat de longues heures de négociations », précise-t-il,
« on n’arrivait pas à financer l’opération. En se rapprochant de la
SEM 92 pour associer le supermarché, cela nous a permis de
boucler le montage… ».
L’écoquartier des Bords de Seine constitue le trait d’union entre la ville et la
Seine. L’opération conçue par la SEM 92 comprend quatre îlots bâtis, séparés
par deux grandes artères : du nord au sud, un mail de 36 mètres de largeur, le
Cours de l’Ancienne Boulangerie, permet de relier la ville à l’île SaintGermain, et d’est en ouest par la rue du Passeur-de-Boulogne.
Plan du quartier
LA SEINE
ÎLOT A
ÎLOT B
ÎLOT D
ÎLOT C
TRAMWAY T2
ÎLOT A
Siège social de BNP Paribas Real Estate
Face à l’île Saint-Germain, cet immeuble de bureaux, réalisé par les équipes
Promotion de BNP Paribas Real Estate, se divise en deux bâtiments reliés par
une passerelle : l’un de 17 000 m2, pour BNP Paribas Real Estate, livré en
janvier 2011, et le second de 7 000 m2 livré fin octobre 2011, occupé en partie
par l’entreprise.
Cet édifice permet de regrouper les 1 300 salariés de la Société répartis
jusque-là sur trois sites. Conçu en verre et en acier par les architectes Michel
Macary et Aymeric Zublena, il est certifié Haute Qualité Environnementale
(phases construction et exploitation) et labellisé Très Haute Performance
Energétique (THPE).
ÎLOT B
Logements, résidence hôtelière et commerces
Le programme mixte de cet îlot réalisé par Eiffage Immobilier IDF et COFFIM
comprend 68 logements en accession (du studio au cinq pièces duplex), une
résidence de tourisme de 177 chambres qui s’apparente au concept
d’appart’ hôtel et 160 m2 de commerces en rez-de-chaussée. La
complémentarité des activités et des occupants participe à la dynamique
de l’îlot et plus largement, du quartier.
L’agence Pietri Architectes a été sélectionnée pour son projet très abouti du
point de vue de la conception bioclimatique et pour sa légèreté alors même
que la densité était importante. Construits en grande partie avec un procédé
innovant de pré-murs en béton blanc intégrant l’isolation, les bâtiments sont
labellisés BBC et certifiés NF Logement Démarche HQE. Toutes les
problématiques environnementales préconisées par le cahier des charges de
l’aménageur ont été prises en compte : double orientation des logements,
ensoleillement et luminosité suffisants à l’intérieur des habitations,
récupération des eaux pluviales, collecte pneumatique des déchets...
Les logements ont également été agrémentés de loggias en structure
métallique rapportées aux façades pour créer un espace tampon et
apporter de la fraîcheur à l’intérieur des logements.
ÎLOT C
Logements sociaux, commerces et école
Le cabinet Badia Berger a été choisi sur la base des qualités fonctionnelles de
son projet entre l’école, les 1 660 m2 de commerces et les logements. Le
projet, qui totalise 169 logements sociaux, du studio au duplex, présente des
façades en acier, une façade verdoyante en cœur d’îlot avec des plantes
grimpantes sur toute la hauteur, associée à un grand deck.
Le cahier des charges environnementales imposé par la SEM 92 a été là aussi
respecté tout au long de la réalisation. Les failles architecturales verdoyantes,
toutes plantées, contribuent à l’aspect naturel et au bien-être. Ces éléments
végétaux contribuent de surcroît à l’écosystème du quartier. Les multiples
vues baignées de soleil et les nombreux balcons ou loggias renforcent la
convivialité des appartements. Les bâtiments sont à basse consommation
d’énergie (BBC) afin de réduire à la fois les charges des locataires et les
émissions de CO2.
Sur 2 700 m2, le groupe scolaire des Bords de Seine accueille 8 classes (5
maternelles et 3 élémentaires) au cœur du nouveau quartier. Ce bâtiment
passif est conçu avec une enveloppe isolante en aluminium gris-doré en
façade, adoptant les teintes du ciel au gré de la météo. Ses accès
exclusivement piétons valorisent les circulations douces.
ÎLOT D
Logements en accession, commerces et crèche
Ce projet a été développé avec trois cabinets d’architectes de renom :
Leclercq, Brenac & Gonzalez, Emmanuel Combarel - Dominique Marrec. Le
fruit de la collaboration de ces trois concepteurs se lit dans la diversité
architecturale offerte par les façades et les volumétries différentes. Le socle
en pierre beige clair permet de faire le lien avec l’ensemble de l’îlot D qui
combine 24 600 m2 de logements en accession, 710 m2 de commerces et
une crèche de 1 000 m2. À l’origine l’idée était de faire pénétrer la lumière
au cœur de l’îlot et des logements.
Ainsi, les hauteurs décroissantes des bâtiments depuis la rue du Passeur-deBoulogne au nord, jusqu’au parc, au sud, permettent d’optimiser la captation
naturelle du soleil. Sur le plan environnemental, la résidence « Issy Seine »,
économe en énergie grâce à des bâtiments combinant conception
bioclimatique, isolation renforcée et énergies renouvelables, s’attache aussi
à réaliser un jardin économe où les eaux pluviales sont récupérées pour
arroser les espaces verts. À l’échelle de l’écoquartier, l’enjeu était de
promouvoir les modes de déplacement alternatifs tels que les transports en
commun et le vélo. « Issy Seine » fait ainsi une vraie place aux vélos, avec la
réalisation de 700 m2 de locaux annexes en rez-de-chaussée.
La crèche L’Île aux Pirates dispose de 60 berceaux sur 750 m2. Sa cour de 200
m2 s’ouvre sur le cœur de l’îlot paysager avec des modules de jeux
pédagogiques et sécurisés. A l’intérieur, les espaces sont conçus pour
s’adapter aux différents stades d’éveil des enfants.
Investisseur commercial, CFI (Corbière foncière immobilière) a
remporté le concours pour réaliser avec les promoteurs
résidentiels l’ensemble des boutiques et les commercialiser.
Jérôme Corbière, président de CFI explique : « L’objectif de la
Ville et de la SEM 92 était de créer une promenade descendant
de la colline en direction de l’île Saint-Germain et d’y implanter
des commerces de proximité afin d’animer le quartier. Le plan de
merchandising comprend un restaurant, un coiffeur, une
pharmacie, un cabinet médical, un fleuriste, un tabac, un
opticien, une banque et un supermarché qui totalise 1 600 m2 de
surface de vente. Les commerces sont concentrés sur le mail et
la clientèle est captive, ce qui fait leur succès. La densité de la
ZAC et la station de tramway a proximité y contribuent ».
Des espaces publics paysagers
Les deux principales artères – le Cours de l’Ancienne-Boulangerie et la rue du
Passeur-de-Boulogne – caractérisent l’espace public. Un des éléments
majeurs du projet de la SEM 92 a été de canaliser l’entrée de la voiture dans
le quartier, la rendre la plus discrète possible. La voierie est limitée aux accès
des parkings en sous-sol, le reste du quartier étant entièrement réservé aux
piétons et aux vélos. Un travail a par ailleurs été mené avec la RATP en
créant une nouvelle sortie de la station de tramway afin de rendre plus fluides
les continuités. La liaison principale nord-sud a été doublée au niveau de
cette station pour que le mail se lise dans toute son emprise (36 m de largeur).
Ensuite, un maillage vert a été créé afin d’assurer une continuité écologique
avec les berges de Seine puis avec l’île Saint Germain. Un bassin et des noues
ont été implantés pour retenir les eaux pluviales. Cette nécessité fonctionnelle
caractérise également le paysage où se développent une faune et une flore
différentes.
Les espèces végétales (merisier, pommier sauvage, arbre de Judée,
conifères...) ont été choisies afin de favoriser la biodiversité. Cette démarche
de qualité d’espaces se retrouve aussi dans le choix d’un matériau unitaire,
de grandes dalles de béton qui supportent tous types de circulation et des
sols légers en platelage bois pour les espaces de jardin.
Les chiffres clés
12 500 m2 de logements sociaux
+ 30 300 m2 en accession
1700 habitants
24 000 m2 de bureaux
2 500 m2 de commerces
et de services en pieds d’immeubles
Un groupe scolaire de 8 classes
5 600 m2 de résidence de tourisme
Une crèche de 60 berceaux
Budget travaux espaces publics :
32,7 M€ HT (foncier compris)
Les acteurs
LE SYNDICAT MIXTE ISSY BERGES-DE-SEINE
Composé du Conseil départemental des Hauts-de-Seine et de la ville d’Issy-lesMoulineaux, le Syndicat Mixte a pour mission de poursuivre l’aménagement du
secteur Berges-de-Seine à Issy-les-Moulineaux.
LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES HAUTS-DE-SEINE
Le Département des Hauts-de-Seine a soutenu l’opération d’aménagement de la
ZAC des Bords de Seine dans la réalisation de sa première phase achevée en 2007 à
hauteur de 30,55 M€ TTC, dans le cadre d’un syndicat mixte auquel était associée la
ville d’Issy-les-Moulineaux. Parmi les projets immobiliers réalisés au sein de l'écoquartier, le Conseil départemental a également financé la construction d’un
programme de 169 logements sociaux à hauteur de 1,33 M€. Plus globalement, le
Département contribue à l'aménagement de la voirie, des berges de Seine et des
espaces publics attenants, dans le cadre du projet Vallée rive gauche. Une
enveloppe de 190 M€ est prévue par le Département pour transformer sur 20
hectares, entre le pont de Sèvres et Paris, le paysage de 4 km de berges en lieu de
promenades et de détente au bord de la Seine avec une circulation fluidifiée et
apaisée.
LA VILLE D’ISSY-LES-MOULINEAUX
Issy-les-Moulineaux
est
une
des
villes
les
plus
économiquement
et
démographiquement dynamiques des Hauts-de-Seine. elle est d’ailleurs surnommée
« Issy l’audacieuse ». Elle possède un Atelier d’urbanisme et de développement
durable permanent, ouvert à tous.
LA SEM 92
La SEM 92 met en œuvre des actions qui ont pour objectif de penser l’organisation
d’un espace, la création d’un quartier et les relations avec le reste de la ville. En
1995, le Département et la Ville, regroupés dans un Syndicat Mixte, lui confient
l’aménagement de la ZAC des Bords-de-Seine. La SEM 92 développe actuellement
4 autres écoquartiers en région parisienne à Vélizy, Clichy-la-Garenne, Asnières-surSeine et Les Mureaux.
L’URBANISTE, LES ARCHITECTES & LE PAYSAGISTE
Urbaniste : Bernard Hémery – Groupe Synthèse
Architectes : Michel Macary, Aymeric Zublena, Pietri Architectes, Badia Berger,
Leclercq, Brenac & Gonzalez, Emmanuel Combarel et Dominique Marrec.
Paysagiste : Paysage Urbain, Dominique Decourt
BE & ENTREPRISES GÉNÉRALES
Bureau d’études VRD : EGIS France
Entreprises générales : SRBG, travaux publics - ENTRA, éclairage - Espace Deco,
Espaces verts : Bernard Bois, aménagements et mobilier en bois
Géomètre : GEOME TRIC
Le calendrier
 Octobre à décembre 2008 : Déconstruction des espaces extérieurs et
dépollution du terrain réservé au futur siège social de BNP Paribas Immobilier
 Mi-2009 à début 2011 : Déconstruction de l’usine TIRU et dépollution des sols
sous la maîtrise d’ouvrage de la ville de Paris
 Décembre 2008 - Décembre 2010 : Construction HQE du siège de BNP Paribas
Immobilier
 Printemps 2010 : Démolition de la cheminée de l’usine TIRU
 Janvier 2011 : livraison îlot A (siège social de BNPParibas Immobilier)
 2ème trimestre 2013 à 1er trimestre 2014 : livraison îlots B et D
 Septembre 2013 : livraison du parking
 Janvier 2014 : livraison de la crèche
 4ème trimestre 2014 : livraison îlot C
 Septembre 2014 : livraison du groupe scolaire et de la crèche
 Juin 2015 : Inauguration
A propos de la SEM 92
La ville coproduite
Aménageur reconnu dans les Hauts-de-Seine et en Île-de-France la SEM 92 est un partenaire
privilégié des collectivités publiques et des acteurs du développement territorial, à leur
service pour étudier et mettre en œuvre leurs projets urbains. Son statut de droit privé (société
anonyme) lui apporte une souplesse d’intervention et une réactivité dans ses différents
métiers d’aménageur, de constructeur et de conseil, avec un souci permanent de l’intérêt
général garanti par son actionnariat à majorité publique. La SEM 92, la crédibilité et le
professionnalisme d’une équipe de 66 collaborateurs au service des collectivités locales et
des acteurs de l’immobilier.
> Ecoute & Transparence
> Proximité & Réactivité
> Professionnalisme & Innovation
> Qualité & Préservation de l’environnement
> Sécurité juridique & Financière
> Concertation & Information
La SEM 92 est certifiée ISO 9001 et ISO 14001
Plus d’informations sur : www.sem-92.fr