Quartier de la Corniche

Commentaires

Transcription

Quartier de la Corniche
UNE
VILLE
EN
MOUVEMENT,
NATURELLEMENT
Quartier de la Corniche
Urbanisme, voirie, sport, citoyenneté, le quartier de la Corniche a vu son aspect requalifié au cours des
dix dernières années sous l’effet d’aménagements structurants. Ces derniers se poursuivent, de la promenade de Neuburg à la rue Jean Vilar en passant par la mise en cohérence du « quadrilatère d’or »
autour du cimetière marin, du musée Paul Valéry, du théâtre de la Mer et des anciens locaux d’Ifremer.
URBANISME
- Promenade Maréchal Leclerc (piste cyclable, éclairage, balcons)
inaugurée le 23 novembre 2004.
Coût global : 2 638 600 Ville : 594 490 €. Europe Fonds FEDER.
- Réhabilitation : Place Herriot 2006/2007
Coût : 3,4 M€ (Convergence des voies de circulation, stationnement courte durée)
- Réhabilitation : : Programme pluriannuel Ecole Paul Langevin
Chantier de 3 Millions d’€
2 ème tranche : restaurant école Langevin 470 millions d'€
3ème tranche: : 3.812 000 € entre 2011
et 2016
- réhabilitation Bât Nord et Sud
Ecole élémentaire - rénovation
ancienne crèche.
Réalisation d’un bâtiment à basse
consommation d’énergie et reprise de
l’étanchéité de la toiture de la terrasse.
VOIRIE
- Travaux rue Jean Vilar 5 38 530 € (2009).
(voir topo ci-joint projets en cours).
Aménagement et mise en sécurité sortie
école Paul Langevin côté rue Pasteur Benoît.
- Boulevard Joliot Curie jusqu’au rond-point
du Vignerai : Création de trottoirs plus larges, sécurité piétons, aménagement paysager. Participation
financière très importante de la ville.
SPORT
- Construction du Complexe Sportif du Lido
ouvert à tous les Sétois (coût : 4 Millions €).
Inauguré le samedi 6 mars 2004.
Terrain de football synthétique, piste
d'athlétisme, aire de sauts, plateaux
sportifs, basket, handball.
- Fin mai 2004 :
fin de la rénovation du Gymnase
CITOYENNETÉ
Création en décembre 2010 de
I'Espace de l'Amitié dans les anciens locaux
de la mairie Annexe de la Corniche,
déplacée et agrandie pour un meilleur
accueil des cornicéens.
LOISIRS
Casino :
renouvellement de la Délégation
Service Public 2011-2014 au prochain.
Conseil Municipal de juin.
LES PROJETS EN COURS
AMÉNAGEMENT DE LA RUE JEAN VILAR
Elément majeur de la circulation des quartiers Sud de la ville de Sète, la rue Jean Vilar, qui relie la Place Edouard Herriot (dont le
réaménagement s’est achevé en 2008) et le rond point du môle via la rampe des arabes, joue principalement un rôle de délestage de la promenade Maréchal Leclerc (requalifiée en 2002) et de liaison avec Saint Clair, via le chemin de la Colline et la Rue
René Cassin.
Entre la rue Rose Roc et la rue René Cassin :
Ce tronçon, étroit, nécessite une complète requalification qui devra lui redonner son rôle de
liaison voitures et piétons entre les différentes rues du quartier, la place Herriot et le centre
ville. Une première phase, terminée en 2009, a permis la requalification complète du tronçon
Rampe des arabes/ Rue du Rose Roc.
La deuxième tranche de la rue de Rose Roc jusqu’à la rue Cassin, démarre en septembre pour
un coût estimé à 1,2 M€. Elle prévoit le renouvellement du réseau AEP, l’enfouissement des
réseaux secs (Numéricâble, BT, Télécom ), le renouvellement du réseau éclairage public, la
création d'un réseau pluvial, la création d'un trottoir et celle d'un rond point franchissable
Ces travaux vont favoriser la prise en considération des problématiques de circulation (vitesse
excessive, visibilité), la sécurisation du déplacement des piétons dans cette voie (actuellement
il n'existe aucun trottoir), l'amélioration et la sécurisation du trafic des transports en commun,
tandis que les aménagements et le dimensionnement du réseau d'eaux pluviales permettront
notamment d'améliorer le ruissellement depuis le chemin de la colline vers I’exutoire, rue du
Rose Roc.
Sont également prévus la fourniture et la pose d'un réseau de collecte pluviale Rue de Rose
Roc, la fourniture et la pose en élévation d'un regard de visite sur l'exutoire du trop plein du
Chant des vagues, en bordure de Ia promenade Maréchal Leclerc, le remplacement d'un caniveau pluvial inadapté, à l’intersection de la rue du Limousin et du bas de la rue Jean Vilar, ainsi
que la fourniture et la pose d'une conduite AEP en fonte et la reprise complète des branchements particuliers, Rue de Rose Roc.
Une troisième tranche de la rue Cassin à la place Edouard Heriot viendra compléter ce programme d’aménagement.
LA CORNICHE DE NEUBURG REPENSÉE ET EMBELLIE
D’une attractivité incontournable pour les Sétois et les nombreux touristes, la Corniche de Neuburg nécessite un aménagement
pour assurer une continuité des circulations douces entre le Théâtre de la Mer et les plages du Lido. A l’origine il s’agissait d’une
route nationale (ex RN112) incorporée dans le domaine public communal en 1999. Dès lors, cette voie répondait aux préoccupations de sa vocation originelle de boulevard urbain avec un profil totalement routier constituée d’une chaussée à double sens de
circulation, d’un trottoir minimaliste voire inexistant, et sans piste cyclable. La Corniche de Neuburg est maintenant le dernier
tronçon du front de mer non requalifié. Son aménagement permettra de faire le lien entre la promenade Maréchal-Leclerc et la
promenade du Lido, lieux de promenade familiaux très prisés des Sétois et des touristes, qui pourront dès lors se rendre à pied
ou en vélo en toute sécurité du centre-ville à la plage de Villeroy.
Une large place sera ainsi faite aux cyclistes et piétons tout en tenant compte des particularités du site. La Ville veillera également à améliorer la sécurité des piétons traversant la corniche en de multiples endroits. Les études et les travaux en vue des
travaux de requalification de la Corniche de Neuburg s’échelonneront de 2010 à 2012.
Une première tranche doit être réalisée en 2013. Au total, le coût de réalisation de cet aménagement, prévu en trois tranches,
devrait avoisiner les 4 à 5 M €.
MISE EN COHÉRENCE DU QUADRILATÈRE D’OR
Véritable pépinière touristique, culturelle et patrimoniale, le quadrilatère formé par l’ancien Ifremer, le musée Paul-Valéry, le cimetière marin et le Théâtre de la Mer sera l’objet de toutes les attentions dans les années à venir. Au terme du projet, une passerelle pourrait être construite au-dessus de la promenade du maréchal Leclerc afin de relier les différents sites, ainsi que c’était
le cas au début du siècle. Après une totale cure de jouvence réalisée au musée Paul Valéry, le cimetière marin, le théâtre de la
Mer et les anciens locaux de l’Ifremer vont faire l’objet de toutes les attentions.
LE CIMETIÈRE MARIN VA RETROUVER TOUTE SA BEAUTÉ
Le Cimetière marin, si cher à Paul Valéry, avait besoin d’être rénové. Les
travaux ont été divisés en trois tranches. Ils ont commencé en janvier
2008 et devraient s’achever en 2015. Vieux de presque 2 siècles, ce fleuron du patrimoine sétois souffrait de l’usure du temps. Tombes mal
entretenues, rambardes rouillées, piliers qui s’écroulent à l’entrée… il
s’agit non seulement d’effectuer d’importants travaux de rénovation,
mais aussi de veiller à la sécurisation du lieu. L’objectif premier des travaux consiste à sécuriser le lieu, mais à retrouver un esprit en accord
avec le célèbre poème de Paul Valéry. La commune a réalisé un important travail d’analyse préalable, avec notamment des relevés effectués
par un géomètre et un travail sur l’histoire du lieu. L’architecte des bâtiments de France a été étroitement associé à ces réflexions. Les travaux
de sécurisation s’inscrivent donc dans une dimension paysagère et
patrimoniale. La 1ère phase des travaux est aujourd’hui terminée. Toute
la partie haute a été réhabilitée, dont la fameuse chapelle des sœurs qui
est devenue un lieu de mémoire collective, de même que les locaux du
personnel et tous les éléments dangereux, une porte a été créée rue
François Desnoyer et un bloc sanitaire a été construit.
LE THÉÂTRE DE LA MER BIENTÔT EMBELLI ET SÉCURISÉ
La Ville a signé un nouveau bail emphytéotique d’une durée de 60 ans avec le centre hospitalier intercommunal du bassin de
Thau, propriétaire du Théâtre de la Mer. Construit par Jacques-Philippe Mareschal au début du 18ème siècle, le Théâtre de la Mer
était alors un fort destiné à assurer la défense du port de Sète. A la fin des années 50, Jean Deschamps en a fait un lieu d’accueil de spectacle et le fort Saint-Pierre est devenu le Théâtre de la Mer Jean-Vilar, que la Ville souhaite aujourd’hui rénover,
moderniser et valoriser. Le Théâtre de la mer
accueille chaque été environ 45000 spectateurs,
et ce nombre ne cesse d’augmenter. Les travaux
visent donc l’augmentation de la jauge pour
atteindre une capacité de 2000 personnes, la
création et l’aménagement de loges et de
bureaux, mais aussi une plus grande accessibilité
aux personnes à mobilité réduite, la création
d’une passerelle reliant le théâtre à l’ancien bâtiment accueillant l’Ifremer devenu lieu culturel et
nouveau point d’accès au théâtre, la restauration
complète du bâtiment : accès public, hall et salle,
la rénovation, la modernisation et le développement de toute la technique du théâtre. Les travaux d’agrandissement de la jauge seront réalisés dans la période 2014-2015 pour un montant
estimé à 2 M€.
NOUVELLE VIE POUR LES ANCIENS LOCAUX D’IFREMER
La Ville a préempté l’ancien bâtiment d’Ifremer, idéalement situé entre le cimetière marin, le musée Paul-Valéry et le Théâtre de
la Mer, pour y créer un nouvel équipement culturel qui viendra compléter ce pôle multi sites. Une fois réhabilité, ce bâtiment
regroupera le service municipal de l’animation et celui de la culture, ainsi qu’un musée de la mer. L’objectif est d’organiser un
véritable pôle culturel multi sites qui propose une offre diversifiée et cohérente par la mise en réseau et la complémentarité d’un
ensemble d’équipements publics et de sites naturels et urbains de grande qualité, de compléter le dispositif existant par ce centre culturel, véritable point d’entrée et d’accueil du pôle culturel multi sites. Une attention particulière sera portée à l’intégration
paysagère et architecturale du bâtiment et à sa desserte multimodale. Des liaisons douces seront créées avec les autres équipements du pôle ainsi qu’avec le centre urbain et la Corniche.
Le montant des travaux est estimé à 2,3 M€. Les travaux devraient démarrer en 2012 pour s’achever en 2013.